Page 1


Éditeur Commodore Sean N. Cantelon, DGSBM Directrice des communications et du marketing Rosemary G. Pitfield Rédacteur en chef Ryan Cane Directrice artistique et graphiste Melissa Gauthier Conseillère en communications et gestionnaire de la production Christine Caron Rédacteur principal Adam Lemm

ON THE COVER

Officier des affaires publiques Ltv Kelly Boyden

Traduction Service de traduction des SBMFC Contributeurs Natalie MacLellan Yves Bélanger Dr Darrell Menard Santé Canada Carly Anderson Tovah Fenske Jeff Gaye ParticipACTION Catherine Villeneuve Faith Thomson Jules Xavier Denice Raagas Lisa Ouellette Lisa Cameron Melissa Gauthier Ryan Cane Nathalie Pomerleau Peter Mallett

Le magazine AU JEU est publié dans le cadre de responsabilisation des Biens non publics (BNP) et autorisé par le directeur général – Services de bien-être et moral, Forces armées canadiennes (FAC). Même si le personnel de la rédaction des Programmes de soutien du personnel des Services de bien-être et moral des Forces canadiennes (SBMFC) et l’officier des affaires publiques des SBFMC ont passé en revue tout le contenu de la présente, les opinions exprimées dans les articles et les publicités sont celles des auteurs et ne reflètent pas forcément celles du ministère de la Défense nationale ou des FAC. Les annonces publicitaires sont publiées dans la langue dans laquelle elles sont reçues et demeurent la responsabilité de l’annonceur. Pour plus de renseignements, veuillez visiter le www.sbmfc.com ou envoyer un courriel à loisirs@sbmfc.com. This publication is also available in English.

2


ARTICLES VEDETTES

TABLE DES MATIÈRES RENCONTRE AVEC LA FAMILLE DAY

15

DÉTENDEZ-VOUS... AVEC LE YOGA

20

LES 10 RAISONS PRINCIPALES D’ENVOYER SON ENFANT À UN CAMP D’ÉTÉ

24

HÉROS DU QUOTIDIEN : LA LUTTE CONTRE EBOLA EN SIERRA LEONE

32

REPAS EN PLEIN AIR AVEC RACHAEL RAY

46

GUIDE DISNEY DE MICKEY POUR LES FAMILLES DES MILITAIRES

52

UNE ANCIENNE CADETTE DE LA MARINE SE DISTINGUE AUX JEUX OLYMPIQUES

DANS CHAQUE NUMÉRO

Note de l’éditeur.............................................................................. 4 Au goût du jour................................................................................. 6 #Tendances.......................................................................................... 8 Passez 48 heures à...................................................................... 10 Des conseils d’expert................................................................. 12 Votre sécurité................................................................................... 13 Les PSP dans le monde........................................................... 37 Décoration......................................................................................... 40 Profil d’un employé.................................................................... 43 Repérez les différences........................................................... 57 Style : Votre look............................................................................ 58 La dernière page........................................................................... 65

62

3


NOTE DE L’ÉDITEUR Je suis heureux de présenter le quatrième numéro d’AU JEU, notre cybermagazine annuel de la campagne Juin, mois des loisirs. AU JEU est une publication collective menée par les responsables des journaux des Forces canadiennes et rédigée par du personnel des bases et des escadres de partout au pays. Par suite de l’annonce de la nouvelle politique de défense Protection, sécurité, engagement des Forces armées canadiennes (FAC), les SBMFC s’emploient à appuyer encore davantage les militaires et leur famille. La politique comprend une nouvelle stratégie pour les familles des militaires intitulée Stratégie globale en matière de santé et bien-être, qui élargit la définition du bien-être au-delà du modèle de soins de santé traditionnel afin d’inclure des activités de promotion et de prévention, des traitements et du soutien, tout en fournissant une plus vaste gamme de services et de programmes de santé et de bien-être. C’est dans cet esprit que nous présentons #AllezOnBouge, le thème du mois des loisirs cette année. Le but est de faire participer les membres des FAC et leur famille à l’échelle du pays, en leur faisant connaître les occasions de loisirs au sein de leur communauté. Nos programmes sont conçus de façon à favoriser la santé et la résilience, à promouvoir une culture de comportements sains et à fournir du soutien aux familles des militaires. Nous mettons en œuvre une approche globale, comme en témoignent très bien nos programmes tels que CPHYSD (dont l’excellence a été reconnue par l’Agence spatiale canadienne) et les subventions pour les camps d’été Appuyons nos troupes (qui aident les enfants des membres des FAC à participer à des camps), ainsi que le financement supplémentaire de programmes destinés aux enfants ayant des besoins particuliers. Mentionnons également les groupes d’intérêt particulier des PSP dans chaque base, et les dizaines de programmes et d’activités offerts gratuitement ou à un prix nettement réduit par l’intermédiaire du Programme de reconnaissance des FC. Quelle que soit votre forme de loisirs préférée (sports d’équipe, conditionnement physique, arts, activités culturelles, etc.), les programmes des SBMFC vous proposent des dizaines d’options pour vous aider à être actif et à maintenir ce cap tout le reste de l’année. En juin, #AllezOnBouge! Nous espérons que vous prendrez plaisir à parcourir ce numéro de 2018 d’AU JEU, et que vous trouverez l’inspiration et la motivation d’explorer à fond tout ce que votre communauté a à offrir.

4

Commodore Sean N. Cantelon Chef de la direction du Personnel des fonds non publics, Forces canadiennes


LE MAGASIN MILITAIRE DU CANADA

Nous n’aurions jamais franchi ce cap sans vous. Célébrez avec nous toute l’année.

IDE SEE INS

AN FOR GR

D PRIZE

x et nds pri z nos gra Découvre

S AND

tirages

S. Y DRAW MONTHL ieur.

mensu

tér els à l’in

Y/MAI 201 16-27 MA

8

Y UNTIL DON’T PA

ER! SEPTEMB PLUS

Ask us for

Y DOWN NO MONE THE TAXES. NOT EVEN

details.

*O.A.C.

ABOOM ION AQU TABLE OF POR R SPEAKE

PRO WATER

Reg. /Cou

ALTH LAP 15.6” STE 1050 CI7 & GTX

TOP WIT

H $

7RD- 072C .99 GS63 , r. $1749 TB HDD Reg. /Cou SSD + 1 , 256 GB anty. 16 GB RAM Pro & 2 Yr Warr 0 Windows 1

Forts de notre passé et tournés vers votre avenir!

9 r. $69.9 ISP59

6375 24 month

s/mois *

A

BBQ

ce. 496454 ing surfa r. $349.99 total cook Reg. /Cou sq.in in LP, 700 40M BTU

NE PAYEZ

NT

RIEN AVA

RE! SEPTEMB PLUS

MPTE, AUCUN ACO NE VERSEZ LES TAXES. MÊME PAS .C. ails. *S.A

s les dét

ez-nou Demand

RE ARY STO CANADA ’S MILIT E DU CANADA SIN MILITAIR LE MAGA

CANEX50.com

5


TENDANCES TECHNOS

Avec CANEX.ca, magasinez en tout temps, du confort de votre foyer! Vous y trouverez une vaste gamme de produits de marque, ainsi qu’une sélection élargie d’articles dans certaines catégories, de même que des produits militaires uniques, comme la marchandise Fierté d’appartenance des cantines et magasins de fourniment participants, des attributs militaires, des vêtements facultatifs de l’uniforme militaire, des produits Appuyons nos troupes et plus encore. VOICI NOS 5 COUPS DE CŒUR DE CANEX.CA POUR VOUS AIDER À ÊTRE PLUS ACTIF.

CHAUSSURES DE SPORT REVOLUTION 4 NIKE POUR FEMMES

D’allure minimaliste, les chaussures de sport Revolution 4 pour femmes sont confectionnées d’un tissu maillé respirant non doublé et d’une mousse souple sous le pied pour un confort et une réactivité révolutionnaires.

DÉBARDEUR THREADBORNE STREAKER UNDER ARMOUR POUR FEMMES

6

Le tissu avec technologie à micro-fil Threadborne sèche plus rapidement, ne colle pas, n’irrite pas et s’étire sans absorber la sueur.


ÉCOUTEURS-BOUTONS BLUETOOTH ISPORT ACHIEVE MONSTER

Ces écouteurs sont parfaits pour l’entraînement. La technologie exclusive SecureFit de Monster veille à ce qu’ils restent en place sans nuire à votre liberté de mouvement, et l’excellente isolation du bruit vous permet de vous concentrer sur la tâche. Entièrement étanches, les écouteurs Achieve sont à l’épreuve des entraînements des plus exigeants. De plus, la fonction Monster Performance Sound offre un son exceptionnel.

MÉLANGEUR GO SPORTMC HAMILTON BEACH

Malgré sa petite taille, le mélangeur Go SportMC Hamilton Beach a de la puissance à revendre! Doté d’un moteur de 600 W, il ne fait qu’une bouchée de la glace et des fruits surgelés.

BALANCE WI-FI INTELLIGENTE ARIAMC

Mettez toutes les chances de votre côté. La balance AriaMC suit l’évaluation de votre poids, de votre pourcentage de masse grasse et de votre IMC pour vous donner un portrait de vos progrès à long terme. Elle synchronise vos données sans fil avec des diagrammes en ligne et des outils mobiles qui vous aideront à rester motivé et à garder le cap. Prenez le contrôle et ne redoutez plus jamais la balance.

7


#TENDANCES En juin, #AllezOnBouge! Laissez le Programme de reconnaissance des Forces canadiennes vous aider à être actif, et profitez de tarifs réduits sur une foule d’activités à découvrir partout au pays. Est-ce que votre choix s’arrêtera sur la visite d’un pont suspendu en Colombie-Britannique? Sur un tour de montgolfière en Saskatchewan? Ou bien sur un tarif passager gratuit sur le traversier de Port aux Basques, à Terre-Neuve? Que vous désiriez vous investir dans votre communauté ou planifier votre prochain voyage dans une autre province, découvrez comment le Programme de reconnaissance des Forces canadiennes peut aider toute votre famille à économiser et à se dégourdir.

8


A L B E R TA

Partez à la découverte de l’Alberta, et obtenez pour vous et votre famille un accès illimité à tous les musées, sites historiques et centres d’interprétation de la province, et ce, simplement en montrant votre carte UneFC. Découvrez l’aqueduc de Brooks, le Musée royal de l’Alberta, le Frank Slide Interpretive Centre, et plus encore!

MANITOBA

Le Canadian Fossil Discovery Centre possède la plus grande collection de fossiles de monstres marins au Canada. Si vous êtes un adepte des dinosaures et des monstres marins, vous adorerez « Bruce », le mosasaure de 43 pieds. Monstre marin le plus féroce, il est plus gros qu’un tyrannosaure, et tout aussi effrayant! Profitez d’un rabais de 25 % sur toutes les visites Fossil Dig Adventure avec votre carte UneFC.

QUÉBEC

Découvrez un pan de l’histoire militaire du Canada en visitant la Citadelle de Québec, la plus grande forteresse britannique en Amérique du Nord. Vous aurez l’occasion d’assister à la cérémonie de la relève de la garde et à celle de la Retraite. Les militaires actifs et les vétérans profitent d’une admission gratuite et peuvent être accompagnés de trois invités sans frais supplémentaires. Les membres de la communauté des FAC ont droit à un rabais de 15 % sur le billet d’entrée à prix régulier.

NOUVELLEÉCOSSE

Faites un arrêt au Fundy Geological Museum pour découvrir le passé de la NouvelleÉcosse et les paysages triasiques et jurassiques où vivaient les plus anciens dinosaures du Canada. Lorsque vous entrerez au musée, vous ferez un saut dans le passé. Les points forts des expositions comprennent les plus anciens os de dinosaures au Canada, les premiers reptiles au monde, des libellules géantes et des créatures ressemblant à des insectes aussi grandes que des bâtons de baseball! Les membres de la communauté des FAC profitent d’une entrée familiale gratuite.

ÎLE-DUPRINCEÉDOUARD

Pour du plaisir en famille garanti, visitez le Shining Waters Family Fun Park, qui offre plus de 40 attractions, dont les nouvelles montagnes russes de Buccaneer Bay, quatre grandes et trois petites glissades d’eau et une pataugeoire. Vous pourrez découvrir des animaux dans Bandit’s Barnyard ou explorer Discovery Woods et Storybook Land. Un casse-croûte et des aires de pique-nique sont à votre disposition. Les membres de la communauté des FAC profitent d’un rabais de 15 % à l’achat d’un forfait en ligne. Il y a tellement de choses à voir et à faire, alors #AllezOnBouge! Vous n’avez pas besoin d’aller loin. Communiquez avec votre équipe des Programmes de soutien du personnel pour obtenir des renseignements sur les camps, les programmes d’intérêt particulier et les activités dans la base ou à proximité!

L’accès à la zone réservée aux membres du Programme de reconnaissance des FC est possible avec votre carte UneFC. Si vous n’avez pas cette carte, rendez-vous à l’adresse www.cf1fc.ca ou composez sans frais le 1-855-245-0330.

9


DANS LA RÉGION de Saint-Jean-sur-Richelieu

48 HEURES DANS...

Yves Bélanger Servir La Montérégie n’a peut-être pas les attraits touristiques spectaculaires de la Gaspésie ou du Saguenay, mais elle regorge de petits trésors agréables à découvrir lors d’un séjour de 24 ou 48 heures. Si vous êtes de passage à la Garnison Saint-Jean ou au Collège militaire royal de Saint-Jean, profitez-en pour découvrir la région! Saint-Jean-sur-Richelieu est située en bordure d’un cours d’eau important, la rivière Richelieu. En été, nombreux sont les navigateurs de plaisance qui y circulent. La Boutique plein air de la Garnison Saint-Jean offre la location d’un ponton permettant d’accueillir jusqu’à 15 passagers. Quoi de plus agréable que de découvrir les nombreux attraits de la région au fil de l’eau ! Les amateurs de kayak ou de planche à pagaie (paddleboard) seront également servis et ils pourront louer ces équipements à la Boutique plein air.

CANAL CHAMBLY Le canal Chambly a été aménagé dans la rivière Richelieu en 1843 pour permettre aux bateaux de naviguer entre Saint-Jean-sur-Richelieu et Chambly en toute sécurité. La bande de terre séparant le canal de la rivière est devenue, il y a plusieurs années, une piste cyclable et pédestre très appréciée par les amateurs de plein air. La balade à vélo entre les deux villes est fort agréable (36 km aller-retour). Elle peut être agrémentée d’un pique-nique et d’une visite du Fort Chambly, un joyau du patrimoine canadien. Construit aux abords du bassin de Chambly, ce bâtiment est l’un des plus importants vestiges de l’architecture militaire des XVIIe et XVIIIe siècles.

F E S T I VA L D E M O N T G O L F I È R E S

10

Si vous venez dans la région entre le 11 et le 19 août, un des incontournables est l’International de montgolfières de Saint-Jean-sur-Richelieu. Quoi de plus enivrant que d’assister à une envolée avant le coucher du soleil au cours de laquelle une centaine de ballons aux mille couleurs s’élèvent et se laissent promener au gré du vent. Le site propose également diverses activités et des spectacles en plein air chaque soir. Ceux qui le désirent peuvent également s’offrir une envolée et découvrir les beautés de la région à partir du ciel.


Reconnue pour ses nombreuses érablières et ses vergers, la municipalité de Mont-Saint-Grégoire, située à un peu plus de 10 kilomètres de Saint-Jean-sur-Richelieu, regorge aussi d’activités très agréables. On peut s’y rendre à vélo via le Circuit Mont-Saint-Grégoire. Pourquoi ne pas découvrir cette montagne en empruntant le circuit pédestre du Centre d’interprétation du milieu écologique (CIME) du Haut-Richelieu? Les plus intrépides auront peut-être envie de faire un circuit du haut des arbres en se rendant au site d’hébertisme aérien Arbraska du parc du Mont-Saint-Grégoire. Balade dans les arbres et tyrolienne promettent des heures de plaisir, que ce soit en plein jour ou à la belle étoile.

LAC CHAMPLAIN

48 HEURES DANS...

MONT-SAINT-GRÉGOIRE

Vous préférez la plage? Pourquoi ne pas vous rendre à Venise-en-Québec située à tout au plus 42 kilomètres de Saint-Jean-sur-Richelieu. Le trajet peut aussi bien se faire en automobile qu’à vélo en empruntant le Circuit du lac Champlain. Plusieurs campings, gîtes et auberges permettent d’y passer la nuit ou quelques jours. Située en bordure du lac Champlain, cette municipalité offre une panoplie d’activités aquatiques telles que la nage, le surf cerf-volant, la planche à voile et diverses embarcations à rames. Une croisière sur ce magnifique plan d’eau est aussi offerte. On y retrouve également des sentiers pédestres et un centre d’interprétation.

MUSÉE DU FORT SAINT-JEAN Si vous avez envie d’en apprendre sur l’histoire militaire de la région, le Musée du Fort SaintJean est un incontournable. Situé sur le site du Collège militaire royal de Saint-Jean, ce musée présente 350 ans d’histoire militaire, dont le passage de guerriers amérindiens, de troupes françaises et anglaises, de révolutionnaires américains et de plusieurs unités canadiennes. Le musée retrace l’histoire de ce site patrimonial qui est, avec la ville de Québec, le seul endroit au Canada ayant connu une occupation militaire continue depuis le Régime français. Une visite guidée extérieure permet également de marcher sur les pas des occupants passés et présents et de découvrir les vestiges des remparts et des bâtiments britanniques originaux datant de 1839. Pour de plus amples renseignements : tourismehautrichelieu.com

11


?

Q: R:

NS ET QUESTIO ES RÉPONS

DES CONSEILS D’EXPERT : L’EXERCICE ET LA MÉNOPAUSE

Ma sœur a quatre ans de plus que moi et elle traverse déjà la ménopause. Malheureusement, elle éprouve des symptômes intenses, comme notre mère. En raison de mes antécédents familiaux, j’ai peur de vivre la même chose. J’ai toujours mené une vie très active et je me demande si je pourrai mieux m’adapter aux changements qui m’attendent en faisant de l’activité physique régulièrement. — Manon Manon, je suis heureux d’apprendre que vous souhaitez rester active. Toutes les femmes vivent la ménopause différemment. Certaines n’ont que des symptômes légers, tandis que d’autres, comme votre sœur et votre mère, ont la vie dure. En plus des symptômes qu’elle provoque, il faut mentionner que la ménopause augmente le risque de cancer du sein, de maladies cardiovasculaires et d’ostéoporose. La bonne nouvelle, c’est que de simples habitudes, comme faire de l’exercice régulièrement, peuvent vous aider à lutter contre les effets de la ménopause. Les bienfaits de l’activité physique pour les femmes en ménopause ne semblent toutefois pas annuler les changements hormonaux qui surviennent pendant cette période. Cela dit, l’exercice a des bienfaits à court et à long termes pour tout le monde, par exemple une meilleure santé cardiovasculaire, une baisse du « mauvais » gras et une hausse du « bon » gras dans le sang, une réduction de la masse graisseuse, une augmentation de la masse musculaire, une réduction de l’anxiété et de la dépression et un sentiment accru de bien-être. Certaines études démontrent que faire de l’exercice régulièrement peut non seulement réduire la fatigue, les douleurs musculaires chroniques et l’intensité des bouffées de chaleur, mais aussi améliorer le sommeil et augmenter la masse osseuse ou, du moins, en ralentir la perte. Pour jouir de ces bienfaits, vous n’avez pas à vous entraîner comme une athlète olympique. Il vous suffit d’être active « régulièrement » en incorporant trois types d’activités de base à votre programme : 1. Des activités cardiovasculaires comme la marche, la marche rapide, la course, la natation ou la bicyclette pendant 150 minutes par semaine à intensité modérée ou 75 minutes par semaine à intensité élevée; 2. Des activités de musculation, comme l’entraînement du tronc, la musculature, le yoga et la callisthénie, trois fois par semaine; 3. Des exercices de souplesse, comme des étirements et des postures de yoga, que vous devriez intégrer à chaque séance d’entraînement. De plus, pour augmenter votre densité osseuse ou en ralentir la perte, vous devez faire des activités à impact et des exercices où vos muscles tirent sur les os, comme c’est le cas des activités cardiovasculaires et de musculation. Bref, faire de l’exercice régulièrement ne vous permettra probablement pas d’éliminer tous les symptômes de la ménopause. Par contre, vous pourrez mieux les gérer et, espérons-le, réduire votre risque de développer les maladies graves qui surviennent le plus fréquemment après la ménopause. La ménopause va peut-être changer votre quotidien, mais l’activité physique changera votre vie!

12

– Darrell Menard, M. D., Dip. Méd. Sport Darrell.Menard@forces.gc.ca


Amusez-vous,remorquez en toute sécurité Le remorquage de pneumatiques, le ski nautique et la planche nautique sont tous des façons plaisantes de passer un après-midi chaud et ensoleillé. Suivez nos conseils de base pour vous assurer de passer ces journées d’été en toute sécurité :

> a ttaches à la taille ou fronces élastiques à la poitrine et au dos;

> c ourroie de sécurité à l’entrejambe pour

empêcher le vêtement de glisser au-dessus de la tête de l’enfant;

> A  ssurez-vous qu’il y ait toujours un observateur > c ourroies de sécurité avec boucles et ruban à bord de l’embarcation lorsque vous remorquez une personne. La responsabilité de l’observateur est de communiquer avec le conducteur lorsque la personne remorquée tombe dans l’eau et doit être récupérée. Il peut également communiquer avec le conducteur lorsque la personne remorquée veut ralentir.

> N  e remorquez jamais quelqu’un pendant la nuit lorsque la visibilité est réduite.

> A  ssurez-vous que la personne remorquée porte toujours un gilet de sauvetage.

V Ê T E M E N T S D E F L O T TA I S O N P O U R ENFANTS Un gilet de sauvetage ou un vêtement de flottaison individuel (VFI) ne remplace pas la surveillance d’un adulte. Les enfants devraient porter un vêtement de flottaison approprié en tout temps et un adulte devrait demeurer près d’eux. Les parents qui veulent que leurs enfants portent un gilet de sauvetage devraient donner l’exemple. Achetez seulement les vêtements de flottaison homologués au Canada. Faites-le essayer à l’enfant avant de l’acheter. Le vêtement devrait être bien ajusté et ne pas remonter sous le menton ou les oreilles de l’enfant. Il devrait y avoir moins de 7,6 cm (3 po) entre les épaules de l’enfant et le vêtement. Autrement, le vêtement est trop grand et pourrait être plus nuisible qu’utile. Recherchez ces caractéristiques de sécurité :

>

grand col pour soutenir la tête;

réfléchissant.

Envisagez de fixer un sifflet non métallique et sans bille au vêtement de flottaison. E N T R E T I E N E T U T I L I S AT I O N D U V Ê T E M E N T D E F L O T TA I S O N Considérez votre vêtement de flottaison comme un investissement et prenez-en bien soin. Un vêtement de flottaison déchiré ou en mauvais état n’est plus réputé réglementaire. L’équipement de sauvetage ne devrait jamais être utilisé comme coussin pour les genoux, pour s’asseoir ou pour servir de pare-chocs à l’embarcation. Quelques conseils :

> V érifiez régulièrement la flottabilité du

vêtement en avançant dans l’eau jusqu’à la taille, pour ensuite plier les genoux et observer le niveau de flottaison.

> Assurez-vous  que les courroies, les boucles et les fermetures éclair sont propres et fonctionnent bien.

> T irez sur les courroies pour vérifier si elles fixées solidement et inspectez-les pour voir si elles présentent des signes d’usure.

> L aissez sécher votre vêtement à l’air libre, évitez les sources de chaleur directe.

> R  angez le vêtement dans un endroit sec, bien aéré et facile d’accès.

> É vitez le nettoyage à sec. Nettoyez le vêtement avec un savon doux et de l’eau courante.

13


JUIN, LE MOIS DES LOISIRS CONNEXIONFAC.CA

Levez-vous, sortez et bougez !

#ALLEZONBOUGE

14


RENCONTRE AVEC LA FAMILLE DAY Le Cpl Judith Day et le Cpl Alexander Day sont un couple de militaires qui cumulent ensemble 17 années de service. Ils sont actuellement affectés à la BFC Borden. L’équipe d’AU JEU les a rencontrés au Club de gymnastique de Borden, où ils s’amusaient avec leurs enfants.

Pourquoi l ’ activité physique est-elle si importante pour votre famille? Ça donne le ton à notre routine et ça encourage nos enfants à prendre part à des activités physiques. Alex et moi, on a tous les deux grandi dans le sport. Alex faisait de l’aviron, de la course sur piste et du cross-country, en plus de jouer à la balle molle. De mon côté, je faisais du soccer, du badminton, de la natation, de la course sur piste et du cross-country. J’ai aussi représenté l’équipe de l’Atlantique aux championnats nationaux à Borden, au badminton en 2013 et 2014, et au soccer en 2012 et 2014.

Quelles sont vos activités familiales préférées? En famille, on aime aller marcher. On préfère les activités à faible impact, avec nos deux enfants de 32 et de 20 mois et nos jumeaux qui viennent de naître. On a aussi un husky sibérien que mon mari emmène courir avec lui le matin, et un bullmastiff qui va marcher avec lui le soir. À la maison, on fait du yoga, et les enfants adorent ça.

Comment les programmes et services des PSP vous aident-ils à maintenir de saines habitudes de vie? Quand on était à Halifax, on a participé à plusieurs programmes des PSP, comme la formation Force mentale et sensibilisation au suicide. On a aussi mis sur pied un événement annuel de sensibilisation aux problèmes de santé mentale qu’on a appelé « Colour me Green », en collaboration avec les PSP et le commandement de la base. Alex et moi, on est très actifs physiquement et on tente toujours de donner le meilleur de nous-mêmes chaque fois que les PSP organisent des séances d’entraînement physique dans nos unités. On a même approché le personnel des PSP pour qu’il nous propose des séances d’entraînement plus intenses.

15


LEVEZ-VOUS, SORTEZ ET BOUGEZ!

L’activité physique joue un rôle essentiel par rapport à votre santé, à votre bien-être et à votre qualité de vie. Améliorez votre santé en intégrant l’activité physique à un mode de vie sain. 1. S  oyez actif au moins 2 heures et demie par semaine pour en retirer des bienfaits pour la santé. 2. M  ettez l’accent sur l’activité aérobique d’intensité modérée à élevée répartie tout au long de la semaine en séances de dix minutes ou plus chacune. 3. A  méliorez votre tonus en ajoutant, au moins deux jours par semaine, des activités qui travaillent les muscles et les os.

• J oignez-vous à une équipe – participez à des activités sportives et récréatives en groupe. Faites d’une pierre deux coups : soyez actif tout en vous faisant des amis.

CONSEILS PRATIQUES POUR SE METTRE EN TRAIN • Choisissez un éventail d’activités physiques qui vous plaisent. Essayez plusieurs activités jusqu’à ce que vous trouviez celles qui vous conviennent le mieux. • Établissez une routine : allez à la piscine ou au centre sportif, inscrivez-vous à un cours de cardiovélo, fixez-vous un horaire de course à pied et de séances d’exercice structurées. Ajoutez un volet social en invitant quelqu’un à se joindre à vous. • Pendant vos temps libres, réduisez le temps que vous passez devant la télévision ou l’ordinateur. • Préférez les modes de transport actifs pour vos déplacements. Chaque fois que c’est possible, laissez la voiture à la maison et optez pour la marche, le vélo ou la course. • Répartissez sur toute la semaine vos séances d’activité aérobique d’intensité modérée à élevée. Chaque séance d’activité physique doit durer au moins dix minutes.

QU’EST-CE QU’UNE ACTIVITÉ AÉROBIQUE D’INTENSITÉ ÉLEVÉE?

16

QU’EST-CE QU’UNE ACTIVITÉ AÉROBIQUE D’INTENSITÉ MODÉRÉE? L’activité aérobique d’intensité modérée essouffle et fait augmenter la fréquence cardiaque. Vous devriez être capable de parler, mais pas de chanter. • Parmi les activités d’intensité modérée, citons entre autres la marche rapide, le patin et le vélo.

L’activité aérobique d’intensité modérée accélère beaucoup la fréquence cardiaque, et vous ne pouvez prononcer que quelques mots avant de devoir reprendre votre souffle. • La course à pied, le basketball, le soccer et le ski de fond sont quelques exemples d’activités d’intensité élevée. QU’EST-CE QU’UNE ACTIVITÉ DE RENFORCEMENT? Les activités de renforcement des muscles développent la musculature. Lors d’activités de renforcement des os, les muscles poussent et tirent sur les os, ce qui contribue à rendre les os plus forts. • À titre d’exemple, il peut s’agir de faire des extensions des bras et des redressements assis, de soulever des poids et des haltères, de monter des marches ou de creuser dans le jardin. • Le yoga, la marche et la course sont quelques exemples d’activités de renforcement des os.


ENTRAÃŽNEMENT DE 15 MINUTES

17


GROSSESSE

ET

ACTIVITÉ PHYSIQUE Carly Anderson, baccalauréat en kinésiologie, EPC SCPE, coordonnatrice des loisirs, PSP, USFC(O) Carly Anderson, BA Kinesiology, CSEP-CPT, Recreation Coordinator, PSP CFSU(O)

L’activité physique pendant la grossesse est un sujet brûlant depuis quelques années. De plus en plus de femmes repoussent les limites de ce qui est considéré comme « activité normale » pendant la grossesse. L’avis médical le plus courant : « écouter son corps » et « poursuivre ses activités » ou « ne pas commencer une nouvelle activité pendant la grossesse ». Mais qu’est-ce ça veut dire exactement « écouter son corps »?

18

reconnue et catégorisée. Le fait de comprendre que l’on dépasse ses limites et que le corps envoie des messages de douleur permet d’éviter des blessures.

De nombreuses femmes en excellente forme physique ayant l’habitude de repousser leurs limites éprouvent de la difficulté à déterminer ce qui est considéré comme trop intense pendant la grossesse. Pour poursuivre leurs activités habituelles, elles doivent effectuer quelques ajustements, notamment réduire l’impact sur le plancher pelvien causé par des exercices comme courir et sauter. Enfin, la recommandation de ne pas entreprendre de programme d’activité physique n’est pas non plus valable. Des travaux de recherche indiquent que le fait de prendre trop de poids pendant la grossesse peut nuire au développement fœtal et même entraîner des problèmes de poids du bébé dans l’avenir.

Durant la grossesse, des changements hormonaux se produisent et influent sur la façon dont le corps répond aux stimuli de l’exercice. La relaxine est une hormone dont le but principal est de ramollir le col de l’utérus et les ligaments en préparation à l’accouchement. Toutefois, la relaxine n’agit pas seulement au niveau du bassin, mais partout dans le corps. La femme enceinte qui fait de l’exercice doit être en contrôle de ses mouvements et ne pas s’exposer à des risques de blessures telles qu’une entorse de la cheville. Elle doit faire attention lorsqu’elle fait un saut d’une certaine hauteur ou s’adonne à des activités comme le volley-ball où les joueurs doivent s’élancer de façon imprévisible. Il s’agit de modifier les activités en utilisant par exemple un marchepied ou un autre objet pour descendre de la barre à traction au lieu de sauter. La femme enceinte doit choisir des activités physiques qui minimisent le risque de perte d’équilibre et de traumatisme fœtal. (Davies, Wolfe, Mottola, MacKinnon)

Il arrive très souvent que les professionnels de la santé et les instructeurs de conditionnement physique recommandent aux gens d’écouter leur corps. Mais pour écouter son corps, il faut connaître les signes à surveiller. Pour les femmes enceintes, voici les signes les plus courants : douleur, incontinence, pression et blessures. Elles doivent en tenir compte pour assurer leur propre sécurité et celle du bébé. La douleur, même dans le cas d’une personne qui n’est pas enceinte et qui fait de l’exercice, doit être

L’incontinence est un sujet dont de nombreuses femmes ne veulent pas discuter ouvertement, mais dont on parle de plus en plus sur les médias sociaux. Ce n’est pas un aspect normal de la grossesse! Une fuite est attribuable à un problème du système de pression interne du diaphragme et du plancher pelvien. Or, les changements occasionnés par la grossesse peuvent aggraver le problème de pression. Les femmes enceintes qui ont des fuites en faisant de l’exercice devraient consulter un physiothérapeute


spécialiste du plancher pelvien. Le saut, la course et l’accroupissement sont les mouvements courants qui causent des fuites. Ainsi, la première étape consiste à modifier les mouvements qui causent l’incontinence en remplaçant la course par la machine à ramer, en effectuant des sauts vers le haut plutôt que vers le bas et en réduisant le poids lors des exercices de flexions des jambes. Il est essentiel d’éviter une prise de poids trop importante pour une grossesse sans problème. On sait que le corps s’adapte comme il se doit, mais les nausées peuvent nuire à une alimentation équilibrée chez la femme enceinte. Un diététiste professionnel peut concevoir un régime alimentaire personnalisé. La grossesse peut changer la façon dont le corps utilise l’insuline, ce qui peut entraîner de fortes envies d’aliments riches en glucides et en sucre. La prise de poids est essentielle pendant la grossesse, mais elle doit se faire de façon graduelle. Pour un apport calorifique sain, il suffit d’ajouter 300 calories à l’apport de base par trimestre. Les viandes maigres, les légumes, les fruits, les glucides complexes et les matières grasses saines sont recommandés. Les femmes enceintes qui souffrent de nausées peuvent essayer de manger de petits repas. Lors du démarrage d’un nouveau programme d’exercice, cinq minutes d’exercice d’aérobie, trois fois par semaine suffisent pour commencer. Il peut s’agir d’activités comme la marche, la natation, l’aviron et le Zumba. Ce qui compte, c’est de choisir des activités que vous aimez et qui vous font du bien. On peut ensuite augmenter graduellement jusqu’à 30 minutes d’exercice aérobie, quatre fois par semaine. Des objectifs raisonnables à viser à cet égard sont le maintien d’un bon niveau de forme physique tout au long de la grossesse sans essayer d’atteindre la forme physique optimale ou s’entraîner pour une compétition sportive. (Davies, Wolfe, Mottola, MacKinnon) On recommande également les exercices de musculation. Une femme enceinte qui n’a jamais suivi un programme d’entraînement avec poids devrait demander conseil à un entraîneur professionnel afin de s’assurer d’effectuer les mouvements correctement. Les exercices recommandés sont ceux qui visent à renforcer le bas du corps, comme les flexions de jambes, les soulevés de terre roumains, les exercices de renforcement du haut du dos en utilisant, par exemple, des anneaux et les exercices de stabilisation comme la marche du fermier pour se préparer à transporter un siège d’auto de façon sécuritaire. Les exercices à éviter sont notamment les demiredressements assis et les redressements assis étant donné que les abdominaux sont tendus en raison de la relaxine. Une belle grossesse, en santé et en forme, est importante pour la mère et le bébé. Les femmes et les professionnels de la santé qui les accompagnent doivent tenir compte des risques associés au fait de ne pas faire d’exercice pendant la grossesse. Ces risques sont : perte de la forme physique musculaire et cardiovasculaire, gain de poids excessif chez la mère, risque accru de diabète gestationnel ou hypertension provoquée par la grossesse, développement de varices et thrombose veineuse profonde, incidence plus élevée d’inconforts physiques tels que la dyspnée (difficulté à respirer) ou des douleurs au bas du dos, et ajustements psychologiques médiocres par rapport aux changements physiques qu’entraîne la grossesse. (Davies, Wolfe, Mottola, MacKinnon). Voilà toutes de très bonnes raisons de maintenir l’activité physique ou de commencer à en faire pendant la grossesse. Référence : Gregory A.L Davies, MD. Larry A. Wolfe, PhD. Michelle F. Mottola PhD. Catherine Mackinnon, MD. No. 129-Exercise in Pregnancy and the Postpartum Period. E58 February 2018. JOGC. Reaffirmed SOGC Clinical Practice Guideline.

19


DÉTENDEZ-VOUS… AVEC LE YOGA

Cinq postures pour vous aider à vous détendre Tovah Fenske Coordonnatrice du conditionnement physique à la 4e Escadre Cold Lake Enseignante de yoga certifiée par la Yoga Alliance (RYT 200)

Si vous croyez que le yoga n’est qu’une affaire de flexibilité, détrompez-vous. Le soulagement du stress et la relaxation sont parmi les plus grands avantages du yoga. D’ailleurs, il s’agit d’une excellente technique pour vous recentrer dans les moments de grand stress comme lors d’un déménagement, d’un gros achat, d’un test important, de périodes de pression au travail, de nuits agitées, d’une maladie ou d’un décès, d’une crise familiale ou de toute autre situation du quotidien qui vous cause du stress. Essayez les postures qui suivent la prochaine fois que vous aurez besoin de relaxer, ou ajoutez-les à votre routine quotidienne de yoga. N’êtes-vous pas d’accord que nous pourrions tous avoir un peu plus de relaxation dans nos vies?

Torsion allongée

L’enfant

Passez d’une minute à cinq minutes sur chaque posture ou choisissez-en seulement une et maintenez-la pendant cinq minutes. Si vous n’êtes pas certain de la façon de les exécuter ou si vous éprouvez de la douleur, arrêtez-vous et consultez un enseignant de yoga certifié dans votre région ou communiquez avec votre médecin.

20

Agenouillez-vous avec les jambes collées ou écartées et reposez votre front sur le sol. Si votre front ne touche pas le sol, posez-le sur un bloc, un coussin ou sur vos poings. La légère pression contre le front stimule la réponse de relaxation. Laissez le haut de votre corps s’alourdir, et vos hanches se détendre. Allongez-vous sur le dos en serrant vos genoux contre votre poitrine, et étendez les bras de chaque côté, de manière à ce que votre corps forme un « T ». Roulez doucement sur un côté en gardant vos genoux pliés vers votre poitrine. Si vos genoux ne touchent pas le plancher, soutenez-les avec un bloc ou un coussin. En plaçant une main sur vos genoux et en exerçant une légère pression, vous aiderez votre corps à mieux libérer les tensions et les raideurs. Les torsions favorisent la digestion et sont une bonne façon de libérer la tension dans le cou, les épaules, le long de la colonne vertébrale et dans les hanches.


Déesse du sommeil

C  ette posture peut se faire avec ou sans traversin de yoga (un petit coussin qui facilite les postures). S  i vous utilisez un traversin, asseyez-vous à quelques pouces devant (si vous avez un plus petit traversin, asseyez-vous plus loin) et allongez-vous sur le dos en vous assurant que votre tête repose sur le sol, ou encore sur un autre coussin ou un bloc. P  liez les genoux, collez les plantes de vos pieds l’une contre l’autre et laissez vos genoux s’ouvrir librement. Vous pouvez placer des blocs ou des coussins sous vos genoux si l’étirement est trop intense.

Jambes sur le mur

Pont avec support

C  ette posture est un bon étirement pour la poitrine (dont on a bien besoin en raison de tout le temps passé devant l’ordinateur ou nos appareils intelligents) et elle peut aider à réduire la douleur au cou et les maux de tête. A  llongez-vous sur le dos en reposant la tête au sol et pliez les genoux en plaçant les pieds au sol à une distance équivalente à la largeur de vos épaules. E  n poussant avec vos pieds, soulevez les fesses et placez un bloc de yoga, un traversin ou des coussins fermes sous votre coccyx pour vous soutenir. Laissez  votre corps se détendre sur le bloc, en vous assurant de ne sentir aucune douleur à votre cou. C  ette posture est des plus bénéfiques pour réduire les raideurs dans les hanches et les épaules, ainsi que la douleur sciatique et dans le bas du dos. A  sseyez-vous à côté d’un mur (le plus près possible, avec une épaule touchant le mur) les genoux pliés. R  oulez sur le dos et montez vos jambes sur le mur; placez un traversin, un bloc ou un coussin sous vos hanches pour tirer davantage de bienfaits de cette posture et vous permettre d’être plus confortable. S  i vos fesses et vos jambes sont collées au mur et que l’étirement est trop intense, reculez jusqu’à ce que vous soyez à l’aise. Les postures d’inversion apportent de nombreux bienfaits. Puisque vous pouvez maintenir celle-ci sur une longue période, les bienfaits se multiplient. Plus particulièrement, cette posture est parfaite pour stimuler le système immunitaire. Pratiquez-la souvent pour éviter les rhumes et les grippes. L a posture des jambes sur le mur à réduire la douleur sciatique et dans le bas du dos, allège la tension dans les muscles ischio-jambiers et aide vos pieds et vos jambes à se détendre après une longue journée.

Inspirez, expirez… vous n’avez qu’à RESPIRER.

La respiration, plus particulièrement la respiration abdominale lente et profonde, est liée à la relaxation. Lorsque vous respirez profondément, vous envoyez un signal de détente au système nerveux, et plus précisément au système nerveux parasympathique, responsable du repos et de la digestion. C’est pourquoi vous devez vous assurer de respirer profondément dans toutes les postures de yoga. Si vous n’avez pas le temps pour les postures suggérées ou si vous avez besoin d’une pause de relaxation rapide, prenez cinq minutes pour libérer votre esprit et vous concentrer uniquement à maintenir une respiration abdominale vraiment profonde. Vous pouvez vous asseoir, rester debout ou même marcher. Si vous désirez en savoir plus sur les façons d’intégrer le yoga à votre programme de conditionnement physique, renseignez-vous auprès du personnel des PSP de votre localité.

21


En fait, un bon entraînement peut mener à s’endormir plus facilement, et un sommeil de qualité peut mener à un bon entraînement. C’est un mariage parfait! Pour vous aider à vous sentir bien et avoir l’énergie pour bouger pendant la journée, nous vous avons créé une liste de conseils pour bien vous reposer la nuit.

COMMENT OBTENIR UN SOMMEIL DE QUALITÉ AFIN DE BOUGER PLUS ParticipACTION

22

L’activité physique apporte tellement de bienfaits pour se sentir mieux : elle améliore l’humeur, augmente notre niveau d’énergie, développe la confiance et l’estime de soi et… nous aide à obtenir un sommeil de qualité!

CONSEILS POUR UNE BONNE HYGIÈNE DE SOMMEIL 1. A  ller au lit et se réveiller à la même heure tous les jours (même les fins de semaine). 2. É  viter la consommation de caféine dès la fin de l’après-midi (p. ex. : café, thé, boissons gazeuses, chocolat, etc.). 3. S  ’exposer à la lumière naturelle le matin – la lumière naturelle aide à réguler votre horloge biologique chaque jour. Se procurer un réveille-matin de type simulateur d’aube est une bonne option. 4. S  ’assurer que la chambre à coucher est propice au sommeil – elle doit être à la noirceur, calme, confortable et fraîche. 5. D  ormir sur un matelas confortable avec un bon oreiller. 6. N  e pas aller au lit en ayant faim ou juste après avoir mangé un gros repas. 7. D  évelopper une routine relaxante avant d’aller au lit – prendre un bain, écouter de la musique, lire un bon livre, boire une tisane. 8. R  éserver la chambre au sommeil – garder les téléphones cellulaires, ordinateurs, télévisions et jeux vidéo hors de la chambre et tenter de limiter le temps devant un écran avant le coucher. 9. F  aire régulièrement de l’exercice tout au long de la journée – plus vous ferez d’activité physique, mieux (et plus longtemps!) vous dormirez.


Chaque jour est un nouveau dĂŠpart. Prenez une grande respiration, souriez et recommencez.

23


LES 10 RAISONS PRINCIPALES D’ENVOYER SON ENFANT À UN CAMP D’ÉTÉ Catherine Villeneuve et Faith Thomson, PSP Ottawa

La plupart d’entre nous avons des souvenirs d’enfance mémorables de nos étés et séjours de camping en famille et avec des amis. Or, les camps d’été combinent ces expériences et, en vieillissant, nous commençons à chérir de plus en plus ces étés d’insouciance au camp. Juin, étant le mois des loisirs, nous avons compilé les dix raisons principales pour lesquelles les parents devraient inscrire leurs enfants à un camp d’été et leur faire vivre une expérience unique.

1. H  abiletés interpersonnelles et communication : S’il y a une chose que le camp d’été enseigne aux enfants, c’est la façon de se faire de nouveaux amis et de s’entendre avec les autres. Les habiletés acquises au camp d’été comprennent les aptitudes sociales, ce qui amène les enfants à se sentir plus à l’aise lorsqu’ils abordent leurs pairs et interagissent avec eux. 2. L  e jeu et l’imagination (développement cognitif) : Le camp d’été est pensé en fonction des enfants. Les enfants apprennent à canaliser leur énergie chaotique de façon positive en acquérant des aptitudes physiques, cognitives et affectives. Chaque enfant a une chance égale de réaliser un projet et de trouver sa passion. Le camp d’été leur permet également de développer leur créativité et esprit logique au moyen de bricolages et de jeux en plein air. 3. Indépendance et autonomie : Le camp d’été permet aux enfants de développer leur autonomie et confiance en soi. Une multitude de possibilités diverses leur sont offertes grâce à la structure du camp, aux activités axées sur la promotion du travail d’équipe et au développement des habiletés. C’est particulièrement vrai pour les camps résidentiels. Les enfants se retrouvent dans un cadre qui leur est peu familier, loin de leurs parents, frères et sœurs, ce qui les obligent à développer de l’autonomie pour résoudre des problèmes et gérer des situations. Ce qui nous amène au point suivant de la liste.

24


4. Leadership et résolution de problèmes : La structure des activités quotidiennes du camp permet aux enfants de réaliser des progrès personnels et forge le caractère, que ce soit de laisser un ami passer en premier ou de montrer une habileté quelconque à un nouveau participant. De plus, grâce aux choix personnels qu’ils sont amenés à faire, les enfants peuvent développer leur leadership pendant les activités du camp. Ces occasions sont nécessaires pour bâtir la confiance en soi. En assumant un rôle de leadership, ils se sentent soutenus et lorsque les rôles sont renversés, c’est à leur tour de soutenir leurs pairs. 5. Développement social et affectif : En participant à un camp d’été, les enfants développent une confiance en leurs capacités et ont l’occasion de mettre en pratique de nouvelles habiletés, de découvrir de nouveaux passe temps et d’établir de nouvelles relations. Dans le cas des camps résidentiels, les enfants baignent dans un milieu où il n’existe aucun facteur de stress extérieur. Le camp d’été permet aussi aux enfants de s’épanouir en leur fournissant les compétences nécessaires pour développer des mécanismes d’adaptation sains. Les enfants sont dans un lieu sûr – sur le plan émotionnel et physique — où ils peuvent acquérir une confiance en soi et à l’égard des autres.

Le camp d’été favorise l’activité physique chez les enfants, 24 heures sur 24, sept jours sur sept. C’est l’une des meilleures façons pour les enfants de passer l’été, car le camp d’été allie plaisir et activité physique. 6. Motricité fine et globale (au moyen du bricolage et du sport, respectivement) : Les enfants apprennent à suivre des instructions et à ajouter leur touche unique au produit final. Ils sont initiés à l’écoute active afin de bien réaliser les projets et d’obtenir des résultats dont ils sont satisfaits. 7. Jouer à l’extérieur : Les grands espaces ont été et seront toujours l’une des plus grandes sources de divertissement et d’apprentissage pour les enfants. Qu’il s’agisse d’apprendre le cycle de la vie en observant des insectes ramper dans la mousse et dans les troncs d’arbres ou la différence entre les feuillus et les conifères, de

construire un fort avec des bâtons et des pierres ou simplement de courir dans tous les sens sans souci, jouer à l’extérieur leur offre des possibilités infinies pour s’amuser. Et il va sans dire que c’est l’une des formes de jeu les plus saines qui soient. Tout comme l’activité physique... 8. Activité physique : Le camp d’été favorise l’activité physique chez les enfants, 24 heures sur 24, sept jours sur sept. C’est l’une des meilleures façons pour les enfants de passer l’été, car le camp d’été allie plaisir et activité physique. Les activités de plein air sont conçues de sorte à amener les enfants à prendre des décisions rapides et à sortir de leur zone de confort; ils ne se rendent même pas compte qu’ils travaillent dur à l’extérieur! Voilà pourquoi les responsables du camp s’assurent que les enfants apportent leur bouteille d’eau partout où ils vont pour rester bien hydratés. Le camp d’été favorise l’apprentissage et le maintien d’un mode de vie actif.

9. Du temps loin des écrans : Cette raison est en lien avec l’activité physique, car les enfants n’ont pas accès aux appareils électroniques et sont donc moins susceptibles de rester assis pendant de longues périodes à fixer un écran. Ils sont ainsi davantage à l’écoute de leurs besoins et moins dépendants de la technologie. Le camp d’été apprend aux enfants à devenir autonomes et à s’adonner à des activités autres que les jeux vidéo et la télévision. 10. Créer des souvenirs : Tout compte fait, c’est la raison d’être du camp d’été et de la vie. Le camp d’été, c’est une source intarissable de souvenirs. Les enfants se remémorent ces longues journées d’été, les genoux sales, le sourire aux lèvres et la tête remplie de souvenirs.

25


UN PAS DE GÉANT GRÂCE AU CAMP D’ÉTÉ Les expériences vécues au camp d’été bâtissent la confiance et la résilience chez les enfants, tout en leur proposant des possibilités de loisirs et d’amitiés durables. Les camps d’été des PSP sont offerts dans les bases partout au pays et présentent aux enfants âgés de 4 à 12 ans (les groupes d’âge varient selon la localité) une gamme variée d’activités sportives et récréatives ainsi que l’occasion de bricoler, de cuisiner et de faire des jeux. Les camps des PSP offrent aux parents la commodité de déposer et de passer prendre leurs enfants à l’endroit où ils travaillent ou font de l’exercice. Les camps sont intégrés et entièrement ouverts aux enfants qui ont des besoins spéciaux. Chaque enfant est traité au cas par cas, et on ajoute au besoin du personnel pour s’occuper des enfants inscrits. Cynthia Perisco se dit extrêmement reconnaissante du soutien que sa famille a reçu d’Appuyons nos troupes pour permettre à son fils Joseph, alors âgé de six ans et demi, de participer à un camp d’été à la Base de soutien de la 5e Division du Canada (BS 5 Div CA) Gagetown. Joseph a reçu un diagnostic d’autisme non verbal à l’âge de trois ans. Bien qu’il ait surmonté ses difficultés d’expression verbale grâce à des interventions à la maison, il continue d’éprouver des angoisses sociales qui l’empêchent d’interagir avec des enfants de son âge.

«

26

« Ma première réaction lorsque mon mari a inscrit Joseph au camp d’été a été de dire : “Oh non! Qu’estce que tu as fait? Il ne voudra jamais être loin de nous aussi longtemps!” Alors, quand je suis allée au gymnase de la base pour compléter l’inscription, j’ai mentionné que mon fils souffrait d’autisme et se

sentirait beaucoup plus à l’aise s’il avait quelqu’un vers qui se tourner s’il se sentait timide ou effrayé. » Lorsqu’un dirigeant du programme a parlé à Cynthia du soutien que pouvait offrir Tyler Hiscock – l’animateur du camp responsable des besoins spéciaux – et de la formation spécialisée qu’il avait reçue dans le cadre du programme HIGH FIVE®, elle s’est sentie plus à l’aise avec l’idée d’envoyer son fils au camp. « Grâce au soutien de Tyler, Joseph a fait un pas de géant au niveau de la confiance et de sa zone de confort, affirme Cynthia. Son expérience au camp d’été lui a permis d’être plus à l’aise dans ses interactions avec des enfants de son âge ou plus âgés, et moins intimidé par d’autres activités sociales. »

« Comme mère, je ne remercierai jamais assez les responsables de ce programme estival d’avoir offert à mon fils un soutien aussi complet. Joseph ne parle que des randonnées, de la natation, des jeux et des excursions avec Tyler. Il a déjà hâte au prochain camp d’été! » Les services de loisirs des PSP s’efforcent d’assurer la sécurité de tous les enfants qui participent à leurs programmes et de faire en sorte qu’ils s’amusent. Ils sont fiers d’être associés avec HIGH FIVE, la norme canadienne de qualité pour les programmes pour enfants. Le personnel des camps à l’échelle du pays est formé pour respecter les normes HIGH FIVE et offrir des programmes de grande qualité dans toutes les communautés des FAC. Visitez www.ConnexionFAC.ca pour obtenir de l’information sur un camp d’été des PSP près de chez vous.


En 2017, les services de loisirs communautaires ont reçu 75 000 $ du fonds Appuyons nos troupes pour la participation des enfants ayant des besoins spéciaux aux camps d’été des PSP. Grâce à ce financement, les PSP ont pu embaucher davantage de travailleurs de soutien, exposant ainsi les enfants ayant besoin d’un soutien individuel à un plus grand nombre de sports. En outre, les services de loisirs des PSP dans les bases et escadres ont pu appuyer 113 enfants ayant des besoins spéciaux pendant 904 semaines combinées de camp.

27


À VOS MARQUES, PRÊTS, VISEZ!

Jules Xavier, article du Shilo Stag

Dès que l’archer l’a dans sa mire, le stégosaure n’a plus aucune chance.

comment utiliser son arc avec la bonne force, avant d’expirer et de libérer la flèche.

En tirant la corde de son arc à poulies vers l’arrière, le jeune Naython Fleet vise directement le dinosaure immobile dont le cerveau est de la taille d’une noix de Grenoble. La flèche quitte l’arc en une fraction de seconde et franchit la courte distance en un clin d’œil. Naython atteint le monstre de plein fouet. Heureusement, le stégosaure qu’il visait était une cible tridimensionnelle, et non un vrai dinosaure comme ceux que l’on peut voir dans la série Le parc jurassique.

Mis à part le dinosaure, il y avait également un chevreuil, un wapiti, un mouton des montagnes, une moufette, une dinde et un ours sur lesquels on pouvait s’exercer dans la zone de tir. Il était également possible de viser des animaux plus exotiques, comme un crocodile et un babouin, qui partageaient l’espace avec les animaux plus communs et le dinosaure.

Aujourd’hui, Naython et ses amis du club de tir à l’arc de Shilo organisent une compétition annuelle sur cibles en trois dimensions d’une journée. Des archers provenant de partout dans la province sont attendus au bâtiment L-25 de la base pour se mesurer à leurs pairs. « Je préfère tirer sur des cibles en trois dimensions plutôt que sur de vraies cibles, explique Naython. Il faut des juges qualifiés lorsque l’on tire sur des cibles circulaires. Avec les cibles tridimensionnelles, on peut vérifier son résultat soi-même. » Découvrir le tir à l’arc avec le meilleur archer du club, c’est comme demander à Robin des Bois de vous enseigner les techniques de base, sans les collants verts. Avoir des dinosaures comme cibles ajoute aussi un angle intéressant à mon expérience d’archer néophyte habitué à tirer avec une carabine de calibre 22 dans le club de tir de mon école secondaire à la fin des années 1970.

28

« J’ai l’impression que ma concentration est meilleure lorsque ma cible est un animal en trois dimensions », affirme Naython en me montrant

Naython suit les traces de son père, l’adjudant Shawn Fleet, et de sa mère Christine en faisant partie du club de tir à l’arc de Shilo. Le prix d’adhésion au club est abordable et on y prête de l’équipement si vous n’avez pas d’arc et de flèches. « Nous avons vu un article dans le Shilo Stag [journal de la base] qui mentionnait que le club était à la recherche de huit enfants [à entraîner]. Nous nous sommes dit “pourquoi pas?” et y avons amené Naython », indique sa mère. Cette suggestion avait bouleversé Naython, alors âgé de huit ans, lui qui avait l’habitude de pratiquer des sports d’équipe comme le soccer et le tee-ball. Il n’a aucun regret. Dès qu’il a essayé le tir à l’arc, il y a pris immédiatement plaisir et il s’entraîne maintenant régulièrement seul au bâtiment L-25. Les membres du club se réunissent deux soirs par semaine. Les mercredis et dimanches sont réservés aux séances de tir sur cible lors desquelles la sécurité est de mise avant de décocher la flèche. « Comme je préfère les sports individuels, le tir à l’arc est idéal pour moi », affirme Naython.


« Je prends mes propres décisions quand vient le temps de choisir mes cibles et de tirer ma flèche. » Comme sa mère, il a également commencé à entraîner de jeunes archers qui ont le même âge qu’il avait à ses débuts. En tant qu’archer gaucher, une rareté dans le sport, Naython a parcouru beaucoup de chemin depuis qu’il a commencé à pratiquer ce sport. Au début, il utilisait un arc standard, qui a depuis été remplacé par un arc à poulies de compétition. Sa force est de 55 livres de pression, et les deux arcs qu’il utilise sont munis de viseurs et de stabilisateurs. Ils ne sont pas donnés : l’un coûte 2 000 $ et l’autre, 1 200 $. Comme chaque flèche coûte environ 16 $, atteindre la cible est important. Les flèches perdues qui rebondissent sur le plancher de ciment du bâtiment L-25 ont tendance à craquer ou à casser. « Dans les compétitions, il y a une très grande différence entre l’arc à poulies et celui que j’utilisais auparavant, dit-il. Il est plus facile à utiliser, ma précision est plus grande lorsque je tire et j’ai besoin de moins de force. » Le club de tir à l’arc de Shilo débute ses activités en septembre pour les archers qui souhaitent participer aux compétitions de tir intérieur commençant en janvier. Le tir sur des cibles tridimensionnelles à l’extérieur commence en avril. Compte tenu de son intérêt et de son plaisir à

participer à des compétitions, Naython et ses parents passent la plupart de leurs fins de semaine à des tournois. Naython connaît du succès et est déjà monté sur de nombreux podiums. En 2010, il a été champion de la division Peewee au Manitoba. Ce succès continu lui a permis d’intégrer l’équipe provinciale de tir à l’arc dans sa catégorie d’âge. Avec le début de la saison estivale qui approche, Naython a bien hâte d’utiliser son arc à l’extérieur. Il devra alors tenir compte des conditions météorologiques, comme le vent, lorsqu’il participera à des compétitions extérieures avec cibles tridimensionnelles. Au tir à l’arc, la perfection vient avec l’entraînement. C’est pour cette raison qu’il tire 120 flèches en une seule séance de deux heures. Il admet qu’il doit y aller plus fort avec l’arc, tout en améliorant ses habiletés techniques. « Ma force, c’est que je sais où viser les cibles en trois dimensions, explique-t-il. Ma faiblesse, sur laquelle je travaille, est le maintien de ma visée. Je dois garder mon bras dans les airs pendant au moins trois secondes après avoir tiré, sinon ma flèche va n’importe où. » Grâce aux explications de Naython, j’ai bien aimé me prendre pour Robin des Bois pendant un après-midi. Quelques-unes de mes flèches ont atteint la cible, c’est-à-dire le stégosaure immobile se trouvant à une distance de 18 m. Mais après tout, comme Naython le dit si bien, c’est seulement en forgeant que l’on devient forgeron

29


LE MAJ GREBSTAD, UNE INFIRMIÈRE NIGHTINGALE GÉNÉREUSE DE SON TEMPS Denice Raagas

Le major Colleen Grebstad, infirmière de soins intégraux ayant servi en Afghanistan, est une bénévole passionnée auprès du club de natation Barracuda de la BFC Borden. Au cours de la dernière année, elle y a généreusement donné de son temps pour promouvoir l’excellence chez les enfants, et ce, tant à la piscine que dans la vie. Le Maj Grebstad a commencé à entraîner les enfants de 6 à 18 ans au club de natation Barracuda en septembre 2017, en les aidant à améliorer leurs techniques de nage. Cela étant dit, son aide ne s’arrête pas là; elle enseigne également aux enfants des aptitudes pratiques qui leur permettront de s’épanouir sur le plan personnel. Elle prend le temps de leur inculquer des valeurs comme la confiance, le dévouement, le travail d’équipe, le travail assidu et l’esprit sportif. Ce qui l’a principalement motivée à faire du bénévolat au club, c’est sa passion pour la natation. Elle-même nageuse, le Maj Grebstad comprend que les entraîneurs jouent un rôle très important dans le développement physique et social d’un enfant. Pour elle, faire du bénévolat au club de natation Barracuda est une expérience gratifiante, car elle peut ainsi contribuer à la croissance et à la maturité des enfants en les aidant non seulement à devenir des athlètes, mais aussi à acquérir des compétences qui les suivront toute leur vie. « Dans l’ensemble, les PSP et la [BFC Borden] offrent beaucoup d’excellents programmes dans la communauté. Le [club de natation Barracuda] n’est qu’une initiative parmi tant d’autres. D’ailleurs, les jeunes qui participent à des sports et qui font partie d’équipes apprennent des compétences de vie importantes qui [sont] tout aussi essentielles que l’activité physique. »

30

POUR OBTENIR PLUS D’INFORMATION SUR LES OCCASIONS DE BÉNÉVOLAT AUPRÈS DU CLUB DE NATATION BARRACUDA OU POUR VOUS INSCRIRE COMME BÉNÉVOLE, COMMUNIQUEZ AVEC LE COORDONNATEUR DES LOISIRS DE LA BFC BORDEN AU 705-424-1200, POSTE 1373.


COMBLÉE, tant professionnellement que personnellement Yves Bélanger, Servir, Garnison Saint-Jean

fait un an d’études universitaires en droit. Mais, l’année suivante, j’ai décidé de revenir à mes intérêts, soit de faire une carrière militaire. »

Mère d’un fils de 2 ans, le major Link dit généralement bien concilier travail et famille. Elle explique que son conjoint, un colonel de l’armée de terre du Brésil, est très collaborateur et qu’il a toujours partagé les tâches quotidiennes avec elle. « Certains diront qu’il m’aide. Moi, je leur réponds que non, nous partageons équitablement les choses que nous devons faire à la maison. Ce n’est pas pareil », lance-t-elle en riant. À l’occasion, la carrière militaire oblige le major Link et son époux à partir à l’extérieur quelque temps, mais cela se passe habituellement très bien. C’est d’ailleurs lui qui a géré la maison et la famille tout seul entre janvier et mai, pendant que le major Link est venue apprendre le français à la Garnison Saint-Jean, au Québec, grâce au Programme d’instruction et de coopération militaires du Détachement Saint-Jean de l’École de langues des Forces canadiennes. Le major Link explique que lorsque cette opportunité s’est présentée, elle a trouvé très difficile l’idée de quitter sa famille pour quatre mois. « Mais en même temps, c’était une occasion que je ne pouvais pas manquer pour mon travail et mon mari en était conscient. » Heureusement, la technologie lui a permis de parler régulièrement à son mari et son fils au moyen de Facetime. « Ça m’a permis de le voir grandir. On se donnait des bisous par l’intermédiaire de la caméra. » À la fin du mois de février, son mari et son fils sont venus lui rendre visite. Elle avoue que cela lui a fait beaucoup de bien. « Nous avons pu passer du temps en famille et ils ont pu découvrir ce qu’était l’hiver. » C’est en 1998, alors qu’elle a 18 ans, que Lislaine Link décide de s’enrôler dans les Forces armées de son pays. Elle souhaitait le faire l’année précédente, mais ses parents n’étaient pas d’accord avec ce choix. « J’ai donc

Fille et sœur de militaires, la jeune femme a eu de la difficulté à faire accepter sa décision par sa mère. « C’est un peu normal, je suis sa seule fille et elle était inquiète. Elle a toutefois compris que mon désir était réel et très fort et, depuis, elle m’a toujours encouragée dans le développement de ma carrière. » C’est en 1982 que les Forces armées brésiliennes ont accepté leur première femme au sein des troupes. Aujourd’hui, les femmes représentent environ 10 % du personnel militaire de ce pays d’Amérique du Sud. Le major Link avoue que bien que les choses évoluent, il y a encore des hommes qui acceptent mal d’être dirigés par des femmes. « Les femmes dans les postes de commandement se doivent d’être plus strictes pour se faire respecter. Il reste du chemin à faire de ce côté. » Sa rencontre avec des militaires canadiennes a été très positive. « Je suis heureuse de constater que tout comme chez moi, les femmes prennent de plus en plus leur place dans le milieu militaire. »

Mener de front carrière et vie de famille ne laisse pas toujours beaucoup de temps libre. Le major Lislaine Link explique avoir néanmoins besoin de faire des activités sportives. Elle aime particulièrement la course et l’haltérophilie. De 1998 à 2009, la course d’orientation a été sa spécialité et elle a participé à plusieurs compétitions nationales et internationales. En 2003 et 2005, elle a d’ailleurs obtenu la première place au National du Brésil de course d’orientation. « En 2009, j’ai été la première Brésilienne à participer à une compétition mondiale du Conseil international du sport militaire (CISM) dans cette discipline. »

31


HÉROS DU QUOTIDIEN : LA LUTTE CONTRE EBOLA EN SIERRA LEONE Caporal-chef Lisa Ouellette Je n’ai pas toujours voulu être une technicienne médicale. Pendant la fête de finissants du secondaire que j’avais organisée à la maison, mon père est venu me voir pour me souhaiter une bonne soirée et m’embrasser avant d’aller se coucher, car il ne se sentait pas bien. Quelques heures plus tard, ma mère est allée voir comment il allait et elle s’est rendu compte qu’il ne respirait pas. J’ai regardé ma tante, qui est une infirmière, le déposer au sol et commencer la RCR. À cette époque, comme personne n’avait de cellulaire, ma mère a demandé à un ami d’aller appeler le 911. Pour gagner du temps, nous avons mis mon père à l’arrière de la fourgonnette sans cesser pour autant la RCR et nous avons roulé jusqu’à ce que nous croisions l’ambulance. On a déclaré son décès à l’hôpital. Il est décédé d’un infarctus; il avait quarante-cinq ans. J’étais bouleversée. Mon père avait été militaire pendant vingt ans et c’est lui qui m’avait donné l’idée de m’enrôler comme officier de la police militaire, mais son décès avait changé ma façon de voir les choses. J’ai appelé les Forces et je leur ai dit : « Je ne veux pas m’enrôler maintenant. Je veux devenir technicienne médicale. »

32

J’étais jeune et sans expérience lorsque j’ai décroché un emploi à plein temps comme paramédicale à la Ville d’Edmundston, au NouveauBrunswick. Le décès de mon père a été le pire des traumatismes que j’ai vécu et toute cette expérience m’a mise à rude épreuve et a fait de moi une meilleure technicienne. C’est d’ailleurs ce qui me permettait d’intervenir avec plus d’aplomb dans les cas de fusillade, d’agression à coups de couteau et de suicide durant mes quarts de travail. Et, pour

tout dire, j’étais contente de ne pas être officier de la police militaire ou policière, car j’aimais vraiment prendre soin des gens. Après trois ans et demi comme paramédicale à la Ville, j’avais cumulé 5 900 heures de travail, mais il y avait toujours un petit quelque chose en mon for intérieur qui me pressait à marcher dans les pas de mon père. Je voulais voyager comme lui et découvrir différentes cultures. Alors, en 2006, j’ai fait une nouvelle demande aux Forces, pas comme police militaire cette fois, mais comme technicienne médicale. J’ai suivi mon instruction de base comme tout le monde, mais en sautant les cours de soins infirmiers puisque je les avais déjà réussis. Ma première affectation a été auprès de la 2e Ambulance de campagne à Petawawa. À mon arrivée en décembre, le régiment s’entraînait au Texas pour se rendre en Afghanistan pour participer à la ROTO (rotation) 6. J’avais hâte d’être en déploiement et j’ai rencontré mon sergent-major régimentaire pour lui demander si je pouvais y aller moi aussi. Il m’a dit que je n’avais pas suffisamment d’entraînement. Soldat depuis peu, je ne manquais pas de témérité et je lui ai rétorqué que c’était justement la raison pour laquelle je m’étais enrôlée dans les Forces. Il m’a répondu que je n’étais pas prête et que je devais m’armer de patience. Avec le recul, je lui suis reconnaissante de ne pas m’avoir laissée partir. S’il s’en était tenu à regarder les chiffres, il aurait pu aisément m’envoyer en mission, mais je suis bien consciente maintenant que je n’étais pas prête, ni physiquement ni mentalement. Alors, j’ai attendu et je me suis entraînée.


En octobre 2014, pendant un exercice en campagne avec la brigade, mon sergent s’est approché et m’a demandé si j’avais une raison de ne pas participer à un déploiement. Est-ce que j’avais des objections à partir en mission sur-le-champ? Y avait-il quelqu’un qui pourrait s’occuper de mon chien? À l’époque, je vivais loin de ma copine, qui est aujourd’hui mon épouse. Que je n’étais pas connectée à FaceTime pour lui parler, je ne faisais qu’une chose : me préparer à tout. J’ai répondu : « Non, je suis prête. Je suis prête à partir. » Puis, il m’a demandé si j’accepterais de me rendre en Sierra Leone avec la 2e Ambulance de campagne pour soigner des travailleurs de la santé locaux et internationaux qui ont été exposés à Ebola. Il m’a informé que je ferais partie de la première rotation de Canadiens à partir. Encore une fois, j’ai répondu que j’étais prête. C’était justement ce que je m’étais engagée à faire. Quelques semaines plus tard, je partais en direction de Strensall, au Royaume-Uni, pour suivre une formation avec l’équipe médicale des forces britanniques qui revenait tout juste de la Sierra Leone. J’étais terrifiée. Je ne connaissais que ce que j’avais pu trouver sur Netflix et ça ne m’avait pas laissé une bonne impression. Je me souvenais d’avoir vu tout plein de gens mourir et de me dire que pourvu que ça ne vienne jamais au Canada. J’avais également fait quelques recherches dans Google et je savais qu’une première épidémie d’Ebola s’était produite dans les années 70, puis qu’elle s’était éclipsée. Maintenant, le virus Ebola était de retour et les photos que j’avais vues en ligne étaient atroces. Dans quoi m’étais-je embarquée? Heureusement, quelques médecins avaient déjà été en Sierra Leone et nous ont expliqué ce à quoi nous attendre. À Strensall, dans une réplique parfaite de la clinique où nous allions travailler en Sierra Leone, nous avons passé trois semaines à apprendre la disposition des lieux, à nous laver correctement les mains de sorte à éviter tout contact avec l’Ebola et à revêtir notre tenue de protection. À la fin, je pouvais enfiler ma tenue les yeux fermés. En décembre, nous mettions les pieds à Freetown, en Sierra Leone. Après avoir atterri, nous avons sauté dans un autobus pour commencer notre périple en direction de nos installations à Kerry Town. Le long de la route, j’apercevais déjà des panneaux sur lesquels on lisait « Ebola is real » (L’Ebola, c’est pour de vrai). Peu de temps après, nous avons été interceptés à un poste de contrôle où la police a pris la température de

chaque passager et nous a obligés à nous laver les mains à l’eau chlorée avant de poursuivre notre chemin. L’épidémie d’Ebola était à son paroxysme et la seule manière de la contenir était d’enseigner à la population comment éviter une infection et de diriger les malades vers les cliniques. Nous avons appris que lorsque quelqu’un mourait, la coutume voulait qu’on nettoie sa dépouille pour l’inhumer dans les vingtquatre heures, car autrement, son âme ne s’élèverait pas aux cieux. Malheureusement, comme le virus Ebola peut rester actif jusqu’à sept jours, beaucoup de gens s’infectaient simplement en perpétuant cette tradition. Ce n’est pas facile de devoir dire à des parents en deuil qu’ils ne doivent pas toucher à la dépouille de leur fille ou de leur fils pour éviter la contagion. Après avoir franchi pas moins de sept autres postes de contrôle, nous sommes arrivés au village de Kerry Town. La clinique correspondait exactement à la réplique qui nous avait servi de modèle lors des exercices au Royaume-Uni. Du côté droit, nous avions huit lits pour les patients soupçonnés d’avoir contracté le virus Ebola et ceux ayant une diarrhée ou un accès de fièvre, et du côté gauche, quatre lits pour les cas confirmés, ceux dont les analyses sanguines indiquaient que le patient avait contracté la maladie. Une fois qu’un cas était « confirmé », il ne pouvait pas revenir à « soupçonné ». On donnait au patient son congé uniquement si deux analyses au cours d’une période de quarante-huit heures confirmaient qu’il était exempt du virus Ebola. Nous nous sommes rapidement divisés en quatre équipes travaillant à tour de rôle de sorte à pouvoir assurer des soins de jour comme de nuit. Je faisais partie de la deuxième équipe et je travaillais en tandem avec Emma, une infirmière britannique. Un jour, nous travaillions de 7 h à 16 h, le lendemain de 16 h à 23 h et le surlendemain de 23 h à 7 h, puis nous avions une journée de congé. Mais nous n’étions jamais vraiment en congé. Nous déjeunions en vitesse ou envoyions des courriels à nos familles et nous allions nous coucher. À chaque quart de travail, Emma et moi arrivions avec les autres membres de notre équipe et reprenions les dossiers médicaux des mains de l’équipe numéro un. Nous passions quinze minutes à faire le bilan des nouveaux cas confirmés ou des patients décédés récemment. Au tableau, il y avait des données à jour sur l’état de de chaque patient, du genre « Patiente dans le lit numéro un est une infirmière de quarante-cinq ans. Arrivée à 7 h. Confirmé. Sur soluté intraveineux ». Une fois tous au fait des cas, nous

33


enfilions notre tenue de protection, non sans avoir pris auparavant notre température, comme le veut le protocole avant d’entrer dans la clinique et nos campements personnels.

Tout le temps que nous passions ensemble a fait de nous un groupe vraiment tissé serré, au point où la seule pensée qu’un de mes amis ou moi-même soit exposé au virus me glaçait le sang.

Le personnel se servait de petits thermomètres qu’il appuyait contre notre front pour obtenir des lectures au contact de la peau. Si nous avions une température de 36 °C, il fallait le consigner au dossier. Avec une fièvre de 37,5 °C, ce qui n’est pas vraiment si élevé, nous ne pouvions pas entrer dans les installations.

Ce n’était pas la volonté d’accourir au secours d’un patient qui manquait, mais il y avait des règles. Je m’étais engagée à respecter les mesures de sécurité à la lettre, car j’étais consciente que si je tombais malade, je ne pourrais pas aider mes patients.

La chaleur, qui peut atteindre 45 degrés en Sierra Leone, était accablante. Nous devions porter notre tenue de protection avec des couches supplémentaires de plastique sur notre poitrine, deux masques, deux paires de gants et des bottes de caoutchouc, de deux à trois heures en moyenne par quart de travail. Nous nous pesions avant et après le quart de travail et, entre ces deux pesées, certains collègues pouvaient perdre jusqu’à trois kilos par la transpiration. Comme nous étions emmitouflés des pieds à la tête, nos voix étaient étouffées et tout ce que nos patients voyaient, c’était nos yeux. Nous avions écrit notre nom sur la feuille de plastique sur notre poitrine. J’avais écrit « Medic Lisa ». S’habiller prenait du temps, et les déplacements dans la clinique aussi. Nous devions marcher lentement en tendant les mains devant nous, les doigts entrecroisés, pour ne pas tomber ou toucher inutilement quoi que ce soit. Il ne fallait pas s’empresser. Tout le contraire de l’Afghanistan. Des caméras et de tablettes électroniques étaient installées partout pour assurer la surveillance en tout temps. Ainsi, s’il n’y avait pas de personnel sur place, nous pouvions tout de même observer nos patients. Un jour, en voulant aller prendre l’air, un de mes patients a eu une crise d’épilepsie et s’est effondré devant moi. J’étais dans tout mon attirail et je ne pouvais pas tenter de le lever, car s’il faisait tomber ma visière, je serais immédiatement classée parmi les cas soupçonnés. Mon équipe a tout vu sur les moniteurs et a envoyé deux autres techniciens sans tarder pour m’aider à le ramener à son lit. Malgré tout, il y avait toujours des risques, surtout la nuit, quand nous étions fatigués et que la clinique était plongée dans l’obscurité, abstraction faite de la petite lanterne qui restait allumée dans la pièce. Nous manipulions des solutés intraveineux et des aiguilles et nous pouvions facilement être exposés si nous nous blessions avec un instrument contaminé.

34

Quand nous sommes arrivés en décembre, c’était la période la plus occupée. Au cours d’un même quart de travail, je me rendais en moyenne deux fois à la clinique, que ce soit pour changer des solutés intraveineux, baigner un patient, nettoyer, sortir les ordures ou administrer les médicaments. Les membres de mon équipe faisaient de même et, à tour de rôle, nous faisions des allers-retours dans la clinique en nous déshabillant, nous lavant et nous rhabillant. Si nous devions faire trois voyages, la journée devenait très chargée. Peu après notre arrivée, j’ai fait la connaissance de Sewa. Il avait contracté le virus Ebola et a été l’une des premières personnes avec qui j’ai tissé des liens à la clinique. Il était jeune et avait presque terminé ses études en sciences infirmières à l’université. Tous les deux jours, je le voyais environ huit heures et son état ne faisait que s’aggraver. Il était déjà très maigre, voire squelettique, et le virus faisait des ravages sur son corps. Il est passé de 120 à 90 livres. Il arrivait à peine à marcher et ses yeux étaient teintés de rouge. Chaque fois que je le voyais, je me disais que c’était peut-être la fin. Puis, je le revoyais le lendemain et je me disais encore la même chose. Nous avons tenté de l’alimenter pour qu’il reprenne du poids et nous lui avons donné un soluté par intraveineuse, mais sa fièvre continuait de monter, parfois jusqu’à quarante degrés. Il perdait connaissance et revenait à lui-même. Malgré tout, il ne lâchait pas. Nous savions que la plupart des gens mouraient en moins de quarante-huit heures, alors le seul fait que Sewa résiste sortait déjà de l’ordinaire. Chaque fois que nous entrions dans la clinique, même si ce n’était que pour sortir les ordures ou faire du ménage, nous nous arrêterions cinq ou dix minutes pour prendre des nouvelles de Sewa. Je me souviens de lui avoir lavé le visage en lui tenant la main malgré le gant qui recouvrait la mienne. Il a serré ma main en guise de réponse et ne l’a pas lâchée. Peu à peu, il a commencé à faire des progrès. Chaque fois, c’était la fête. « Sewa ouvre les yeux! », « Oh! Sewa


a mangé un petit peu! » Toutes les vingt-quatre heures, nous faisions des analyses sanguines pour confirmer s’il avait le virus Ebola ou non. Il savait qu’il devait avoir deux analyses successives négatives pour obtenir son congé de la clinique. Un jour, je suis entrée et Sewa n’était pas là. Je me souviens d’avoir demandé à mon collègue « Que veuxtu dire par “il est parti”? » Il a dissipé mes craintes en m’expliquant que Sewa avait obtenu son congé lors du quart précédent. Bien sûr, j’étais heureuse de savoir qu’il allait bien, mais j’aurais tout de même voulu le voir en personne, libéré du spectre du virus. C’était notre rituel : chaque fois qu’un patient obtenait son congé de la clinique, il devait faire une danse de la victoire. Essentiellement, les patients quittaient la clinique à pied vêtus de leur pyjama. Dehors, ils nous voyaient pour la première fois sans vêtements ni masques de protection. J’aurais souhaité voir la danse de Sewa. La Sierra Leone a été l’expérience la plus gratifiante de ma vie. C’était si différent de l’Afghanistan, où personne n’était à l’abri d’une blessure et les choses pouvaient passer du calme à la tempête en un rien de temps. Je sais que j’ai aidé beaucoup de gens en Afghanistan, mais la Sierra Leone a été le point culminant de ma carrière. Jour après jour, je m’arrêtais pour discuter avec mes patients, je les aidais; c’est exactement pour ça que je m’étais enrôlée. Si je le pouvais, je referais cette mission sans aucune hésitation. À notre retour au Canada en mars 2015, le gouvernement a décidé de nous mettre en quarantaine pendant trois semaines, mais au moins nous étions au pays. Tous les jours, quelqu’un nous appelait pour vérifier notre température. Je me souviens que personne ne voulait nous serrer la main, ce qui nous semblait étrange, étant donné les protocoles que nous connaissons désormais. L’an dernier, Sewa m’a envoyé une demande d’amitié sur Facebook. Il tentait de retrouver tous les travailleurs de la santé qui l’avaient aidé en Sierra Leone. Il ne se souvenait pas que j’étais celle qui lui avait lavé le visage, mais il se souvenait de moi comme étant la technicienne médicale du Canada. Il se souvenait de mes yeux et du nom sur ma tenue. Il est devenu infirmier et vit toujours en Sierra Leone. Au cours de notre rotation, nous avons soigné près de soixante patients par semaine. Nous en avons perdu la moitié, mais chaque mois, le nombre de cas diminuait progressivement. Lorsque la rotation suivante est arrivée, les chiffres avaient chuté de moitié et, en juin 2015, la Sierra Leone était exempte de la maladie à virus Ebola. Cela dit, ce n’est pas nous qui avons sauvé les Sierra-Léonais. C’est toute la population qui a reconnu l’existence du virus Ebola et qui s’est décidée à y mettre un terme. Je ne me permettrais jamais de m’attribuer le mérite de l’éradication de la maladie à virus Ebola là-bas, car ils étaient des milliers et des milliers à parcourir les rues pour lutter concrètement contre la propagation du virus. Les véritables héros, c’était eux. Le caporal-chef Lisa Ouellette s’est enrôlée dans les Forces armées canadiennes en 2006 et a servi en Afghanistan et en Sierra Leone. Elle vit à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, avec son épouse, leur chien et leur chat. Pour courir la chance de remporter un exemplaire du livre Everyday Heroes, inscrivez-vous au www.ConnexionFAC.ca/JLM-Livres Extrait du livre Everyday Heroes, inspirational Stories from men and women in the Canadian Armed Forces, © 2017 Simon & Schuster Canada

35


CONCOURS D’IMAGERIE DES FORCES ARMÉES CANADIENNES 2017 Les comités du Concours d’imagerie des Forces armées canadiennes 2017 ont reçu un total de 1 473 photos et vidéos soumises par 272 participants.

Le processus de sélection des photos s’est déroulé sur une période de deux jours, soit les 3 et 4 octobre, et le choix des vidéos gagnantes a eu lieu le 23 octobre. La cérémonie de remise des prix et la réception du 50e Concours d’imagerie des Forces armées canadiennes ont eu lieu le mercredi 29 novembre 2017 à la magnifique galerie LeBreton du Musée canadien de la guerre.

36


Où dans le monde est GLASGOW, ÉCOSSE

Le soutien aux déploiements des PSP et le groupe « Rum Ragged » ont présenté un spectacle à l’équipage du NCSM St. John’s lors de la visite du navire le 21 avril 2018.

37


TROUVER LE BON PHOTOGRAPHE POUR VOTRE NOUVEAU-NÉ Melissa Gauthier, conceptrice graphique supérieure, SBMFC

À mesure que la date de votre accouchement approche, vous aurez énormément de choses à faire pour accueillir votre enfant. Parmi toutes ces choses, n’oubliez pas le photographe! Il saura capter les instants qui passent si vite avec votre nouveau-né. Votre poupon grandira rapidement, alors immortalisez ses premiers moments pour en garder des souvenirs toute la vie. Plus tard, vous pourrez TOUJOURS vous tourner vers ces photos pour vous rappeler à quel point il était petit et mignon. Il est donc important de choisir le bon photographe. Besoin d’aide pour commencer vos recherches? Voici quelques conseils.

QUAND RÉSERVER UNE SÉANCE AVEC UN PHOTOGRAPHE?

Dès que possible. Il n’est jamais trop tôt pour prendre rendez-vous avec le photographe de votre choix. Prenez votre temps et informez-vous bien pour trouver la bonne personne.

À QUEL MOMENT LA SÉANCE DEVRAIT-ELLE LIEU?

38

La plupart des photographes préfèrent que la séance ait lieu lorsque le nouveau-né n’a pas plus de 14 jours. Après les deux premières semaines, le bébé est plus réveillé et il est plus difficile de lui faire prendre des positions fœtales; c’est pourquoi il est préférable que la séance se déroule le plus tôt possible.


RECHERCHES ET SÉCURITÉ :

PHOTO STUDIO OU « LIFESTYLE »?

POSEZ DES QUESTIONS :

Les séances en studio se déroulent habituellement au studio du photographe. Les bébés sont placés dans des poses naturelles et mignonnes qui ressemblent à leur position dans le ventre de la mère. Certains photographes aiment utiliser des accessoires et placer les poupons dans des sceaux pour donner une touche de créativité aux photos. Les séances « lifestyle » ont généralement lieu à votre domicile, où le confort et la lumière naturelle sont avantageusement mis à profit. Ces séances sont plus décontractées et moins axées sur les poses, et les photos sont plus candides.

De nos jours, le choix de photographes pour nouveau-nés est énorme. Assurez-vous de vous renseigner comme il faut et ne vous contentez pas de celui qui offre les prix les plus bas; le prix reflète bien souvent la qualité dans ce domaine. Vous devez trouver un professionnel qui saura travailler avec vous et votre nouveau-né, quelqu’un qui a une bonne formation et une excellente connaissance des pratiques sécuritaires. D’ailleurs, la sécurité doit être votre priorité; on veut toujours ce qu’il y a de mieux pour notre enfant.

Faites une liste de questions à poser à votre photographe pour vous assurer qu’il répond à vos attentes. Voici quelques exemples : 1. Avez-vous un assistant? 2. Offrez-vous des photos numériques, des photos imprimées ou des albums photo? 3. Prêtez-vous des accessoires? 4. Combien de temps durera la séance? 5. Comment puis-je me préparer à la séance? 6. Quelles mesures de sécurité prenez-vous durant la séance? 7. Comment calmez-vous les bébés agités?

Lorsque vous commencerez vos recherches, vous remarquerez probablement qu’il existe deux types de photographie de nouveau-nés, soit en studio ou « lifestyle », qui capture les moments du quotidien sur le vif. Ces deux types de séances ont leurs particularités; à vous de choisir!

ACCEPTEZ D’ÊTRE DANS LES PHOTOS!

Les premières semaines en tant que nouveau parent sont exténuantes. Vous n’aurez pas nécessairement envie d’être pris en photo, mais n’hésitez pas à le faire, vous ne le regretterez pas! Ne ratez pas l’occasion de prendre des photos de vous en train de tenir, d’étreindre et d’embrasser votre bébé. Vous serez heureux d’immortaliser ces moments précieux pour vous en souvenir longtemps.

+

39


Quel est votre style?

ENVIE DE RAJEUNIR VOTRE DÉCOR AVANT L’ÉTÉ? INSPIREZ-VOUS DE CES NOUVELLES TENDANCES :

> Le gris sera toujours neutre et élégant, mais, en 2018, le violet, le bleu marin et le vert émeraude sont à l’honneur. > Dites adieu aux teintes de bois clair; la tendance est au mobilier sombre, aux tissus somptueux comme le velours et aux finitions et poignées métalliques. > N’oubliez pas les textures! Cette année, on mise sur les meubles qui se distinguent par leur allure naturelle et artisanale, ainsi que sur les matériaux comme le rotin et l’osier. > Donnez une touche de style à votre salle à manger en agençant des chaises de styles dépareillés. Une table ronde est un choix génial pour les petits espaces, en plus de créer une ambiance intime propice aux conversations. > Avez-vous le pouce vert? En plus de procurer des bienfaits pour la santé, les plantes d’intérieur embellissent instantanément une pièce. Posez des plantes retombantes sur les étagères et les chambranles, et agrémentez les coins dépouillés, les tables basses et les tables d’appoint de jolies plantes verdoyantes. > Les voyages sont toujours une source d’inspiration pour les tendances déco… et cet été ne fait pas exception! Jetez un coup d’œil aux trouvailles de style moderne qui rappellent Marrakech que nous avons dénichées chez HomeSense. Chics et abordables!

40


NOS COUPS DE CŒUR

Homesense vend une sélection unique d’articles pour la maison provenant du monde entier, généralement offerts de 20 à 60 % moins cher que des articles similaires. Nous avons trouvé ces choses pour compléter notre transformation marocaine.

Lanterne marocaine 39,99 $ comparativement à 50 $

Coffret décoratif en marbre noir et or 24,99 $ comparativement à 40 $

Ustensiles de service au fini or rose 14,99 $ comparativement à 20 $

Bougeoir en verre mercuré deux tons 4,99 $ comparativement à 8 $

Table d’appoint en fil de métal 149,99 $ comparativement à 250 $

N’ oubliez pas les textures!

41


NOS COUPS DE CŒUR Bien qu’on tente toujours de suivre les dernières tendances déco, lorsqu’il est question d’investir dans un mobilier important, comme un nouveau sofa, nous recommandons de choisir un modèle classique, un tissu de qualité et des couleurs neutres. Ce sofa, déniché au CANEX, répond à tous nos critères, en plus d’être admissible au Plan de crédit sans intérêt de CANEX. Au fil des ans, vous pourrez le mettre au goût du jour, en suivant votre propre inspiration ou encore nos suggestions de la page 41. Voici quelques idées : Créez un contraste avec des coussins ou des jetés de formes, de tailles et de matériaux différents.

Relookez les pattes! Il suffit de les peinturer ou de les remplacer.

42

Redécorez autour du sofa, par exemple en remplaçant les cadres au mur, ou en interchangeant les lampes du salon et celles de la chambre à coucher.

Déplacez le sofa en tentant de ne pas en faire le centre d’attention.


PROFIL DU PERSONNEL NOM: MARTIN JUNEAU EMPLOI: GESTIONNAIRE, LOISIRS COMMUNAUTAIRES LIEU: BFC VALCARTIER ANNÉES AUX PSP: 15

« C’est un véritable honneur et un privilège d’être au service des militaires et de leur famille.»

Étant moi-même un enfant d’un militaire, je comprends bien le rôle des loisirs dans la vie des membres de la communauté militaire. Notre participation aux programmes de loisirs a permis à mon frère, ma sœur et moi d’avoir une meilleure qualité de vie pendant l’absence de mon père lors des déploiements et exercices avec restrictions imposées. En plus d’apporter un sentiment d’appartenance et de l’amitié aux familles de notre communauté vivant la même situation que nous, les loisirs nous ont donné l’occasion de nous soutenir mutuellement pendant des moments difficiles. Chaque jour, je me sens redevable à la communauté militaire, et je me rappelle combien les loisirs ont fait la différence dans ma vie. Quand je regarde nos programmes de loisirs, je vois l’effet positif du travail réalisé par mon équipe sur la vie des familles des militaires. Je constate la contribution essentielle de nos services chez les familles des militaires, soit l’adoption et le maintien de bonnes habitudes et d’un mode de vie favorisant la santé globale, tant sur le plan physique que mental. Je vois l’effet positif à long terme sur notre communauté des Forces armées canadiennes.

43


TIRAGES DU MOIS DE

juin

Inscrivez-vous à CANEX50.com pour courir la chance de gagner l’un des prix de ce mois-ci.

GOALZERO

BN3TH

- 69,99 $ Lanterne avec chargeur USB qui procure jusqu’à 500 heures d’éclairage à faible puissance, en plus de recharger vos appareils!

- 29,99 $ chac. Sept (7) paires de boxeurs ajustés classiques de la gamme Weekday, dotés de la réputée MyPakage TechnologyMC .

FITBIT

MAZIN

Lanterne Lighthouse Mini

Montre Ionic

couleur anthracite

- 399,99 $ Une montre qui en donne plus avec ses conseils d’entraînement physique, ses analyses sur votre santé, son stockage de musique, ses applications et bien plus encore.

S.W.A.T. Bottes

- 200 $ Une paire de bottes de votre choix parmi toute la gamme Original S.W.A.T.

44

Boxeurs ajustés

Ensemble de salle à manger

Gagnez

- 999,95 $ Une table ronde et quatre chaises capitonnées à l’allure contemporaine de l’élégante collection Petra.

Célébrez avec nous toute l’année.

Ne manquez pas les soldes et les tirages mensuels de notre 50e anniversaire, et restez à l’affût pour courir la chance de remporter l’un de nos formidables GRANDS PRIX... Le concours sera lancé bientôt!


Des athlètes des Jeux Invictus s’affrontent au rugby en fauteuil roulant, démontrant ainsi leur capacité à s’adapter, à vaincre et à vivre sans limites.

Participez à des événements et à des excursions, comme des randonnées sur le sentier Bruce, dans le comté de Grey, en Ontario, et à Grand Manan, au Nouveau-Brunswick.

Sans limites organise toutes sortes de sorties et d’activités, y compris de la pêche à la mouche sur des rivières d’un bout à l’autre du Canada.

VISITEZ SANS-LIMITES.CA

45


POUR COURIR LA CHANCE DE GAGNER UN EXEMPLAIRE DU LIVRE EVERYONE IS ITALIAN ON SUNDAY DE RACHEL, INSCRIVEZ-VOUS ICI À : WWW.CONNEXIONFAC.CA/JML-LIVRES

REPAS EN PLEIN AIR AVEC RACHAEL RAY Rachael Ray a créé des milliers de recettes au cours de sa carrière de chef, et elle continue d’en imaginer de nouvelles chaque jour! Dans le présent numéro d’AU JEU, elle nous montre comment créer le parfait repas estival à déguster dehors.

46

© Rachael Ray, 2015. Everyone is Italian on Sunday, publié par Atria Books, division de Simon & Schuster, Inc.


TAGLIATA DE BAVETTE DE BŒUF À LA PIZZAIOLA AUX TOMATES ÉCLATÉES Donne 4 à 6 portions

« La sauce pizzaiola agrémente généralement les contre-filets, les faux-filets ou les surlonges. Je préfère cette variante allégée aux tomates fraîches pour napper de très fines tranches (tagliata signifie “tranché”) de bavette de bœuf. Je l’accompagne de salade de mesclun épicée et de copeaux de fromage pecorino, explique Rachel. Mon mari aime aussi accompagner ce plat d’une petite portion de spaghettis ou de linguines. Si vous êtes comme lui, faites cuire un peu de spaghettis et ajoutez-y un soupçon de beurre, un peu de sauce aux tomates éclatées et quelques copeaux de pecorino ou de parmesan. » Ingrédients 3 ou 4 branches de romarin frais 6 gousses d’ail (2 pressées, 4 hachées) 2 lb de bavette de bœuf 2 c. à soupe d’huile d’olive, plus un filet pour napper Sel casher et poivre noir concassé 1 c. à thé de graines de fenouil 4 tasses de tomates cerises ou de tomates raisins 1 c. à soupe d’origan frais finement haché (ou 1 c. à thé d’origan séché) 1 c. à thé de piment de Cayenne broyé 1 c. à soupe de vinaigre balsamique vieilli 1/2 tasse de têtes de persil plat frais, hachées Préparation 1. Placer le romarin et l’ail pressé sur la bavette de bœuf et envelopper le tout dans du papier de boucherie ou de la pellicule de plastique. Réfrigérer toute une nuit. 2. Sortir la viande du réfrigérateur et la laisser venir à température ambiante. Retirer le romarin et l’ail. Verser un filet d’huile sur la

bavette, ajouter du poivre noir concassé et saler généreusement. 3. Faire chauffer le gril à feu élevé, ou faire chauffer une poêle à griller ou une poêle en fonte à feu élevé. 4. Dans une grande poêle avec couvercle, faire chauffer l’huile (2 c. à soupe) à feu moyen à élevé. Ajouter les graines de fenouil et l’ail haché, et remuer de 15 à 30 secondes. Ajouter les tomates, l’origan, le piment de Cayenne broyé, du sel et du poivre noir. 5. Couvrir et cuire, en secouant fréquemment la poêle sans retirer le couvercle, jusqu’à ce que toutes les tomates aient éclaté, ce qui devrait prendre de 15 à 20 minutes. Incorporer le vinaigre balsamique et le persil. 6. Faire griller la viande pendant 12 minutes pour une cuisson mi-saignante. Pour une cuisson saignante, faire griller 2 minutes de moins, et pour une cuisson à point-bien cuit, faire griller de 3 à 5 minutes de plus. Laisser reposer de 10 à 15 minutes. Trancher finement la viande dans le sens contraire du grain. 7. Disposer les tranches de bavette sur des assiettes et les napper d’une quantité généreuse de sauce pizzaiola.

SALADE DE MESCLUN ÉPICÉE ET COPEAUX DE FROMAGE PECORINO

Préparer de 6 à 8 tasses de jeune chou frisé et/ou de roquette. Assaisonner du jus d’un citron, de sel au goût ainsi que d’huile d’olive extra vierge pour enrober légèrement. Râper du pecorino peu ou moyennement vieilli, du pepato (pecorino au poivre noir) ou du pecorino au piment de Cayenne broyé à l’aide d’un couteau éplucheur. Ajouter à la salade et bien mélanger.

47


Pour un repas en plein air réussi

48

 ensez à mettre en place un éclairage d’ambiance : installez des guirlandes P lumineuses ainsi que des bougies ou des flambeaux pour créer une ambiance amusante. Pour faciliter le nettoyage, prévoyez un bac où les convives pourront mettre la vaisselle sale. Demandez aux convives de s’habiller en blanc ou de porter un chapeau amusant. Servez le repas à la manière d’un buffet et enveloppez préalablement les ustensiles des convives dans des serviettes de table de tissu. Préparez une affiche indiquant le menu ou les ingrédients d’un cocktail spécialement prévu pour l’événement. Essayez d’utiliser des ardoises pour rappeler la convivialité des cafés. Écrivez des questions sur de petits bouts de papier et placez-les dans un bol au centre de la table. Les convives pourront piger une question et raconter un souvenir de leurs vacances préférées ou de leur enfance. Si vous cuisinez le plat principal, n’hésitez pas à servir un dessert du commerce ou à demander à un ami d’apporter un plat d’accompagnement. Demandez à tout le monde de laisser leurs téléphones intelligents à l’intérieur.




DIRECTEMENT DES MESS : UNE VERSION ESTIVALE DE LA MARGARITA CLASSIQUE Dégustez-la sur le patio avec des amis, ou commandez-en une au mess pendant Dieu merci c’est jeudi et régalez-vous! 1 mesure de téquila blanche 1⁄2 mesure de triple sec 1⁄2 mesure de jus de grenade Un trait de jus de lime Versez tous les ingrédients dans un shaker avec de la glace. Givrez le rebord d’un verre à pied avec du sel en le frottant tout d’abord avec l’écorce d’un citron ou d’une lime – servez et savourez!

Recevez vos invités de façon responsable, pour leur sécurité et la vôtre. • Limitez votre propre consommation d’alcool; vous pourrez ainsi mieux maîtriser le déroulement de la fête. • Avant la fête, demandez à un ami ou à un membre de la famille de vous aider s’il se produit des problèmes au cours de la réception. • Offrez aux invités diverses boissons sans alcool, comme du café, du thé, des boissons gazeuses, du punch aux fruits et du jus. • Préparez et servez les boissons vous-même ou désignez quelqu’un qui sera responsable du service au bar. Les invités ont tendance à boire davantage s’ils se servent eux-mêmes. • Servez à manger, mais évitez d’offrir à vos invités des grignotines salées ou grasses, car elles donnent soif. • Cessez de servir de l’alcool au moins une heure avant la fin de la soirée. • Ne comptez pas sur le café pour dégriser vos invités. Cela ne fait que les rendre plus éveillés, et non sobres. • Encouragez vos invités à choisir un conducteur désigné, à laisser leur voiture à la maison, à prendre le taxi, à utiliser le transport en commun ou encore à marcher. Ayez de l’argent sous la main et le numéro de téléphone d’une compagnie de taxis. • Prévoyez des couvertures, des sacs de couchage et des oreillers au cas où vous devriez héberger vos invités pour la nuit. • Ne servez jamais d’alcool à des mineurs.

49


COUNSELLING VIRTUEL DE LA LIGNE D’INFORMATION POUR LES FAMILLES PEU IMPORTE L’HEURE, PEU IMPORTE LA RAISON La Ligne d’information pour les familles (LIF), sous la direction des Services aux familles des militaires, est un service confidentiel, personnalisé et bilingue permettant aux membres des Forces armées canadiennes (FAC), aux vétérans et aux membres de leur famille d’être orientés vers des ressources externes et d’obtenir de l’information, du soutien, du réconfort et de l’aide en cas de crise. Que vous soyez au Canada, aux États-Unis, en Europe ou ailleurs dans le monde, l’équipe de la LIF est là pour vous. En janvier 2018, la LIF a lancé un nouveau service de counselling virtuel offrant aux familles la possibilité de réserver des séances confidentielles par téléphone ou vidéoconférence pour obtenir du soutien émotionnel sur mesure et axé sur leurs besoins. Les familles font appel à notre équipe notamment pour arriver à surmonter un obstacle, pour trouver des moyens afin de remédier à un problème ou pour faire face à de nouvelles réalités et s’y adapter. C’EST QUOI? Comme les conseillers de la ligne téléphonique de la LIF (1-800-866-4546), le conseiller virtuel apporte du soutien émotionnel aux membres de familles de la communauté des FAC. Cependant, les séances peuvent se dérouler soit par téléphone, soit par vidéoconférence, et il est possible de prendre une série de rendez-vous à des heures choisies entre 7 h et 23 h (heure de l’Est) avec un même conseiller. Le service de counselling virtuel de la LIF constitue un nouveau point d’accès aux services à la disposition des familles de la communauté des FAC, qui peuvent réserver jusqu’à huit séances, en fonction des besoins qu’elles détermineront avec le conseiller virtuel. POURQUOI L’UTILISER? Le soutien émotionnel est un service non clinique qui comprend une intervention de soutien et un

50

suivi, que ce soit en cas de crise ou autre. Selon vos besoins, le conseiller préparera avec vous un plan de soutien qui vous convient, puis vous discuterez ensemble des prochaines étapes : information, orientation vers des ressources externes, soutien émotionnel ou résolution de problèmes. Le counselling virtuel offre aux familles une option de plus pour accéder aux programmes et services à leur disposition, ce qui est particulièrement important pour celles qui peuvent difficilement se rendre à un Centre de ressources pour les familles des militaires (CRFM) ou qui ont besoin de services en santé mentale après les heures de bureau. La LIF a mis sur pied ce service afin d’atténuer les obstacles qui empêchent les familles d’obtenir du soutien personnalisé et des services psychologiques dès qu’elles en ont besoin. La possibilité de réserver plusieurs séances avec un même conseiller permet à la LIF d’offrir un soutien personnalisé et sur mesure pour répondre aux besoins uniques de chaque famille. Le counselling virtuel vient s’ajouter à la gamme de services déjà offerts par les CRFM et la LIF (accessible en tout temps au 1-800-866-4546), donnant ainsi aux familles un nouveau point d’accès à des services en santé mentale. COMMENT EN PROFITER? Communiquez avec la Ligne d’information pour les familles par téléphone au 1-800-866‑4546 (Amérique du Nord) ou au 00-800-771-17722 (international), ou encore par courriel à LIF@ConnexionFAC.ca, et demandez à parler à un conseiller virtuel. Il fixera un rendez-vous avec vous pour une séance par téléphone ou vidéoconférence entre 7 h et 23 h, selon vos préférences. PEU IMPORTE L’HEURE, PEU IMPORTE LA RAISON, contactez la Ligne d’information pour les familles. Nous sommes là pour vous.


CONSEILS POUR BOUCLER VOTRE BUDGET! Nathalie Pomerleau, conseillère financière, Financière SISIP, Valcartier

Vous êtes léthargique ou sans énergie après ces longs mois d’hiver? Vous éprouvez peut-être cette même lassitude face à votre situation financière? Tout comme se remettre en forme commence par « se lever du sofa », vous pouvez perfectionner vos aptitudes en gestion financière en adoptant quelques pratiques simples, qui nécessitent tout d’abord l’établissement d’un budget! Celui-ci devra être bien détaillé afin de pouvoir comparer vos dépenses à vos revenus. La feuille de calcul du budget de la Financière SISIP, que vous retrouvez sur le site Web (http:// www.sisip.com/fr/Conseils/Budget), a été créée spécifiquement pour les besoins uniques de nos militaires. Et pour vous aider davantage, voici dix astuces pour dépenser moins et parvenir à boucler votre budget. 1) Préparez et apportez votre dîner tous les jours; 2) Évitez de prendre la voiture lorsque c’est possible, et gardez un œil sur les tendances du prix de l’essence (cela peut vous permettre de remplir votre voiture avant une hausse); 3) Utilisez les bons de réduction dans les circulaires ou en ligne; vérifiez les aubaines de la semaine pour préparer vos repas en conséquence, et achetez en grande quantité les produits que vous consommez souvent; 4) Si vous aimez les sorties, mais ne voulez pas dépenser, bon nombre d’activités gratuites sont annoncées dans les journaux ou les médias sociaux; 5) Ne retirez de votre compte que l’argent alloué selon votre budget et payez en liquide; 6) N’apportez pas votre carte de crédit lors des sorties pour éviter la tentation de dépenser plus que prévu; 7) N’utilisez la carte de crédit que lorsque le montant est disponible dans votre compte et que vous pouvez le rembourser immédiatement; 8) Évitez d’acheter systématiquement du neuf. Les petites annonces proposent une infinité d’articles en excellent état pour une fraction du prix; 9) Songez à faire réparer un appareil avant d’en acheter un neuf (laveuse, sécheuse, etc.); 10) Évitez les restaurants ou si vous y allez, évaluez votre budget et mettez un montant de côté pour cette sortie. Personne n’est à l’abri des difficultés financières, mais lorsqu’elles se présentent, il ne faut pas baisser les bras. Plus facile à dire qu’à faire diriez-vous? Ou, s’agit-il simplement de remettre un peu d’ordre dans vos finances personnelles pour repartir du bon pied?

51


Ryan Cane, PSP, Ottawa

Depuis que les visiteurs se promènent sur Main Street, U.S.A., Walt Disney World a joué un rôle de premier plan dans plusieurs souvenirs d’enfance et de famille. Ancrés dans la riche tradition du récit, les parcs Disney allient créativité, innovation et technologie pour faire plonger les visiteurs dans les contes classiques de Disney et sans cesse redéfinir la notion du divertissement familial. Aujourd’hui, des centaines de millions de visiteurs des quatre coins de la planète se rendent à ce lieu magique pour y passer leurs vacances. Si vous vous rendez à Disney pendant un retour au domicile en congé ou un voyage en famille, Mickey Mouse a préparé quelques conseils spécialement pour les familles des militaires, afin que vous passiez un séjour rempli de rires, de plaisir et découvertes.

LOUEZ UNE POUSSETTE Même si vos enfants ne sont plus à l’âge de se faire trimbaler en poussette, prévoyez de louer une poussette (simple ou double) près des entrées principales des parcs thématiques de Disney. Vous économiserez en la louant d’avance par Internet plutôt que sur place. Lorsque les tout-petits commenceront à somnoler, vous pourrez poursuivre votre promenade et vous arrêter prendre une bouchée pendant que les enfants font la sieste. N’oubliez pas d’apporter un porte-nom ou un objet unique que vous pourrez attacher à votre poussette pour l’identifier aisément parmi les centaines d’autres. Par ailleurs, le séjour des enfants de moins de trois ans qui vous accompagnent est gratuit lorsque vous logez dans un hôtel Disney Resort. Ils n’ont pas non plus besoin d’un billet d’entrée pour les parcs thématiques et peuvent partager le repas d’un adulte dans les restaurants du Walt Disney World Resort.

VISITEZ UN CENTRE DE SOINS POUR BÉBÉS

Vous avez besoin d’un écran solaire, de couches ou d’autres produits de base pour la famille? Visitez un centre de soins pour bébés! C’est la halte parfaite pour les parents avec des nourrissons, des tout-petits et des enfants d’âge préscolaire qui ont besoin d’un endroit où se reposer, relaxer ou manger une bouchée dans nos quatre parcs thématiques. Chaque centre est doté d’une salle d’allaitement privée et d’une salle d’attente pour la famille. Il va sans dire que ces services sont gratuits.

52


PROFITEZ DU SERVICE ÉCHANGE DE PASSAGER Avec l’option Échange de passager, un adulte peut attendre avec un non-passager (ou plusieurs) pendant que les autres du groupe font l’attraction. Lorsque l’autre adulte revient, il peut superviser les visiteurs non passagers et l’adulte qui attend peut accéder à l’attraction sans avoir à refaire la file encore une fois!

FastPass+ vous permet d’éviter les longues files d’attente lorsque vous visitez un manège ou une attraction sur une plage horaire préétablie. Si vous pouvez éviter les files d’attente à vos enfants, faites-le! Mieux encore, c’est gratuit avec l’entrée au parc. Avant d’arriver, pour chaque jour d’une admission valide à un parc thématique, vous pouvez faire jusqu’à trois sélections FastPass+ pour un seul parc par jour (selon la disponibilité). Une fois que vous avez utilisé vos trois sélections (ou que la dernière plage horaire d’arrivée est passée), vous pouvez faire une autre sélection FastPass+ pour la même journée à un kiosque situé dans le parc ou à l’aide de votre appareil mobile jusqu’à la fermeture du parc. Pour avoir plus de choix, nous vous conseillons d’effectuer vos sélections FastPass+ le plus tôt possible (30 jours d’avance avec l’achat des billets d’entrée aux parcs ou 60 jours si vous logez au centre de villégiature). Le meilleur moment pour utiliser le service FastPass+, c’est entre 11 h et 14 h. Il s’agit des heures les plus chaudes de la journée et où la foule dans le parc est la plus dense. Si vous préférez la spontanéité, toutes les attractions et les rencontres avec les personnages ont des entrées à file d’attente, de sorte que vous pouvez décider au fur et à mesure.

HEURES MAGIQUES S U P P L É M E N TA I R E S

L’avantage Heures magiques supplémentaires permet aux visiteurs qui séjournent dans un hôtel ou un centre de villégiature Disney (avec un billet d’entrée valide à un parc thématique) de faire l’expérience de certaines attractions dans les parcs thématiques avant ou après les heures d’ouverture au grand public. Les heures et la disponibilité varient.

CONSEILS SUR L’AIDE DE RETOUR AU DOMICILE EN CONGÉ (ARDC) L’IRD vise à aider un militaire en déploiement ou en affectation à l’étranger à se retrouver avec sa famille. Au moment de planifier une IRD avec votre conjoint déployé, tenez compte de ce qui suit : • Les plans peuvent changer. Il n’est pas rare que les besoins du service ou de la mission de l’unité l’emportent sur les projets de congé. L’ARDC peut être annulée inopinément ou retardée pour une période indéterminée. • Demandez au militaire en déploiement d’informer le personnel de la salle des rapports de vos projets de voyage avant de faire des réservations pour vous éviter de payer des dépenses de votre poche et connaître les montants permis et les plafonds prévus dans la politique sur les voyages. • Seules les dépenses pour les plus proches parents sont remboursables. Par exemple, les dépenses pour votre conjoint seront couvertes, mais pas celles de vos enfants, si vous voyagez en famille. • L’aller-retour entre le lieu de l’affectation et la destination prévue doit être direct. • Envisagez l’assurance-voyage de la Financière SISIP, qui offre une protection en cas d’annulation du voyage ou de perte de bagages. Cependant, ce type de frais n’est pas remboursable. • N’oubliez pas de conserver vos cartes d’embarquement et vos reçus en prévision des demandes de remboursement. • Ne surchargez pas votre programme d’activités. À ce stade-ci, la plupart des membres des FAC apprécient le fait d’être simplement en vacances avec leur famille.

53


SERVEZ-VOUS DE L’APPLI (MY DISNEY EXPERIENCE)

PLANIFIEZ

Vous pouvez faire des réservations dans bon nombre de restaurants de Walt Disney World jusqu’à 180 jours avant votre séjour. Ne passez pas à côté de ce service, car certains restaurants populaires comme Le Cellier, Cinderella’s Royal Table, Be Our Guest Restaurant et Chef Mickey’s affichent complet des mois à l’avance. Planifiez les repas avec des personnages au déjeuner et au dîner et vous pourrez économiser jusqu’à 35 %. Prenez vos réservations à des heures moins courantes. Par exemple, dînez avant ou après les heures d’affluence plutôt qu’à midi. Vous pourrez manger sans avoir à attendre (puisque vous avez une réservation) et profiter des attractions pendant que tous les autres attentent une table.

Téléchargez dès maintenant My Disney Experience, une appli de planification personnalisée qui vous fait gagner du temps! Elle vous permet de faire ou de modifier vos sélections FastPass+, de vérifier les temps d’attente de vos manèges préférés, de consulter les menus des cafés et de visualiser immédiatement vos photos Disney PhotoPass, et ce, directement à partir de votre appareil mobile!

PORTEZ UN BRACELET MAGICBAND ET DES MACARONS

Les enfants aiment bien porter leurs bracelets MagicBand, qui, au simple contact, les laissent passer par une entrée FastPass+ ou déverrouillent la porte de leur chambre d’hôtel Disney Resort. Et les parents aiment s’en servir pour que leurs repas et achats soient facturés à leur chambre!

Si vous célébrez un anniversaire ou une autre occasion spéciale, vous pouvez demander à un membre de l’équipe à la réception de l’hôtel ou à l’accueil du parc thématique de vous remettre gratuitement un macaron Célébration. Il vous suffira de le porter pour que les autres visiteurs et membres de l’équipe vous souhaitent un séjour fantastique, comme si on venait de vous lancer de la poussière de fée.

RECHARGEZ VOS APPAREILS PARTOUT

De nos jours, c’est presque impossible de s’imaginer sans téléphone portable. Si la batterie perd sa charge au beau milieu de la journée, comme c’est souvent le cas, rassurez-vous! Vous pouvez toujours acheter un chargeur dans l’un des kiosques du Walt Disney World Resort.

FAITES LE PLEIN D’ÉNERGIE AV E C L E C R OC H E T M I C K E Y Voici un secret bien gardé de Disney : Les parcs Disney offrent des repas sains et équilibrés pour les petits… et les grands aussi! Cherchez le « crochet Mickey » sur les menus et vous trouverez un repas sain et savoureux composé de fruits, de légumes et de protéines pour donner de l’énergie à toute la famille!

LAISSEZ LES PHOTOS AUX PROFESSIONNELS Le service Memory Maker vous offre un accès instantané à toutes les photos Disney PhotoPass qui ont été prises de vous dans les parcs. Les clichés sont ensuite reliés à votre compte My Disney Experience et sont prêts à télécharger. Alors, relaxez-vous et laissez nos photographes immortaliser tout plein de vos moments magiques!

54


SÉJOURNEZ DANS UN HÔTEL DISNEY RESORT La magie n’en finit pas lorsque vous séjournez dans un hôtel Disney Resort… et il y a tant à faire : les fêtes thématiques Disney pour enfants, le cinéma au bord de la piscine, les feux de camp agrémentés d’un biscuit-sandwich à la guimauve, en plus de pouvoir vous déplacer gratuitement entre les parcs thématiques et votre chambre d’hôtel Disney Resort! C’est aussi une façon géniale de faire des économies, de passer une journée à flâner à votre hôtel ou de profiter des activités gratuites.

ACCÈS INTERNET SANS FIL (WI-FI) Profitez d’un accès Internet pratique partout dans les parcs thématiques et les hôtels du Walt Disney World Resort. Que vous dîniez au Walt Disney World Resort ou que vous passiez une journée empreinte de magie dans un parc thématique, ne ratez pas une occasion d’utiliser l’accès Internet haute vitesse sans fil (Wi-Fi) dans la plupart des aires publiques. C’est gratuit!

Ryan Cane est gestionnaire supérieur des programmes de loisirs, diplômé du Disney Institute et un fan inconditionnel de Mickey.

QUAND IL PLEUT Que vous appreniez à dessiner au Disney Animation Building du parc Disney California Adventure ou que vous exploriez une lointaine, très lointaine galaxie au Star Wars Launch Bay du parc Disneyland, plusieurs attractions à l’abri des intempéries sauront vous amuser, tout en vous gardant bien au sec. Par temps pluvieux, vous pourrez profiter de plus d’attractions et de manèges, puisqu’il y a moins de visiteurs que par temps ensoleillé. Sachez que des ponchos sont vendus au parc à partir de 15 $. Soyez prévenant et achetezen un dans un magasin à un dollar et glissez-le dans vos bagages.

BON APPÉTIT Saisissez l’occasion de faire l’expérience d’un séjour inoubliable au cœur de la magie! Obtenez une formule de repas GRATUITE lorsque vous achetez un forfait Magic Your Way de 5 nuits/6 jours au prix courant comprenant une chambre dans un hôtel Disney sélectionné et un billet avec l’option Park HopperMD. Réservez d’ici le 7 juillet 2018 pour les arrivées la plupart des nuits du 20 août au 29 septembre, du 24 novembre au 27 novembre et du 7 décembre au 23 décembre 2018.

55


POUR EN SAVOIR DAVANTAGE SUR LA PLANIFICATION DE VACANCES À WALT DISNEY WORLD, CONSULTEZ UN AGENT DE VOYAGES DANS VOTRE LOCALITÉ, OU DISNEYWORLD.COM.

DES ÉCONOMIES POUR LES FAMILLES DE MILITAIRES À ORLANDO* *Carte d’identité et carte UneFC requises

HÉBERGEMENT ARMED FORCES VACATION CLUB (séjours d’une semaine à partir de 349 $ US) HAWTHORN SUITES BY WYNDHAM (rabais de 20 %) SUBURBAN EXTENDED STAY HOTEL (rabais de 20 %) RAMADA WORLDWIDE (rabais de 20 %) DAYS INN (rabais de 20 %) QUALITY INN (rabais de 20 %) ATTRACTIONS UNIVERSAL ORLANDO RESORT (billets à prix réduit) RIPLEY’S BELIEVE IT OR NOT! (tarifs spéciaux sur les billets d’entrée) BUSCH GARDENS TAMPA BAY (rabais offerts en ligne) ADVENTURE ISLAND (rabais offerts en ligne) SEAWORLD ORLANDO (rabais offerts en ligne) DISCOVERY COVE (rabais offerts en ligne) AQUATICA (rabais offerts en ligne) VISIT ORLANDO (rabais offerts) RESTAURANTS HARD ROCK CAFE INTERNATIONAL (rabais de 15 %) TREASURE TAVERN (tarifs spéciaux sur les billets) PIRATE’S DINNER ADVENTURE (tarifs spéciaux sur les billets) KIDS EAT FREE CARD (rabais de 20 %)

56

DIVERSTISSEMENT CIRQUE MAGIQUE (tarifs spéciaux sur les billets) MEDIEVAL TIMES (prix exclusif sur les billets de spectacle – jusqu’à 30 % de rabais) VOYAGES BUDGET (rabais de 25 % sur les tarifs de base de Budget) SUNWING VACATIONS INC. (prix spéciaux/tarifs réduits) WESTJET (Les membres actifs et les vétérans des FAC bénéficient de la franchise de bagages bonifiée pour quatre bagages enregistrés.) AIR CANADA (Les membres actifs et les vétérans des FAC bénéficient de la franchise de bagages bonifiée pour trois bagages enregistrés d’un poids maximal de 32 kg chacun.) LAISSEZ-PASSER ORLANDO EXPLORER (économisez jusqu’à 40 % sur les tarifs d’admission aux attractions et aux excursions MAGASINS ET SERVICES VELOFIX (rabais de 10 % sur la main-d’oeuvre – premier rendez-vous) LAKE BUENA VISTA FACTORY STORES (carnet de coupons gratuit pour des économies de plus de 400 $ au centre commercial)

Pour en savoir plus, visitez le www.ReconnaissanceFC.ca.


MAILLOT DE BAIN DE LA FILLETTE, BALLON, CRÈME GLACÉE, MASQUE DE PLONGÉE DE PAPA, PARASOL AVEC PIÈCE MANQUANTE, NUAGE, PELLE MANQUANTE, MAILLOT DU GARÇON, LUNETTES DE MAMAN, SANDALE DE PLAGE MANQUANTE DE MAMAN

REPÉREZ LES DIFFÉRENCES!

Un militaire et sa famille passent une journée à la plage à Comox. Pouvez-vous repérer les 10 différences entre les deux images?

57


STYLE : VOTRE LOOK

L’été est presque arrivé et le temps est venu de rafraîchir votre garde-robe! Pour ce faire, les tendances incontournables de cette saison sont idéales, des motifs contrastants aux imprimés floraux audacieux.

LES IMPRIMÉS FLORAUX

Choisissez avec soin un chemisier qui comporte votre motif floral favori, qu’il soit discret ou qu’il fasse tourner les têtes. Les détails et les accents luxueux, comme les ruches légères ou les finis satinés, confèrent un aspect unique à votre habillement.

LES BRODERIES

Les broderies donnent un petit je ne sais quoi à une tenue. Leurs détails fins procurent une fraîcheur exquise à vos vêtements, sans trop faire mal à votre portefeuille. Équilibrez le tout en portant du denim d’aspect usé, des boucles d’oreille voyantes et un sac à main métallisé surdimensionné.

ATTENTION, MESSIEURS : RIEN NE JUSTIFIE LE PORT DE BAS DANS DES SANDALES!

LES INCONTOURNABLES DE LA SAISON

ESSAYEZ PLUTÔT CECI...

Sur quoi devriez-vous porter votre attention cet été? Les nouveaux motifs guingans ont tout pour ravir grâce à leur aspect novateur et féminin. Nous aimons particulièrement les styles décontractés à épaules dénudées portés avec un jean et des talons hauts classiques.

LES RAYURES À L’HONNEUR

Le style sportif et décontracté est de retour pour une raison simple : le résultat est à la fois chic et confortable. Qu’elles soient fines, larges ou les deux à la fois, les rayures ont la cote. Ajoutez une touche de style à votre tenue à l’aide d’un sac à main surdimensionné et de chaussures de sport tendance.

LES POIS ÉTOURDISSANTS

Bon chic, bon genre, le motif à pois est idéal pour ajouter du contraste à votre tenue. Il s’agit d’un imprimé qui semble toujours au goût du jour. Vous le porterez d’une saison à l’autre et vous réaliserez des économies substantielles. Portez les motifs à pois comme vous le voulez, qu’ils soient imposants et éclatants ou délicats et discrets. Nous aimons la simplicité d’une jolie robe. Donnez-lui du caractère avec des colliers superposés ou des bas extra-fins et des sandales métallisées.

LA COULEUR « FARD » DE LA SAISON

Portez le rose fard, la teinte la plus jolie de la saison. Agencez cette teinte polyvalente avec toute autre couleur ou tout genre d’imprimé, comme s’il s’agissait d’une couleur neutre. Cette saison, songez à renouveler votre gamme d’accessoires à l’aide d’éléments pouvant être jumelés à presque n’importe quel ensemble. Pour mettre la touche finale, cherchez des accessoires qui ajoutent de la texture ou qui ont un fini contrastant. Les bijoux métalliques ou brillants sont de bons exemples..

58

Les chemises imprimées sont en vogue ce printemps, y compris celles à motifs floraux audacieux. Jumelez la vôtre à des pantalons fuselés (les jeans pâles, roulés ou écourtés sont particulièrement élégants) et des accessoires simples en cuir noir. Les t-shirts à imprimé graphique assortis à des pantalons de course fuselés donneront un peu d’aplomb à vos ensembles habituels. Choisissez un style qui fait ressortir votre personnalité. Rehaussez votre sélection de chaussures avec des sans-gêne ou des chaussures de sport de bon goût. Faites le plein de rayures de toutes sortes : horizontales, verticales, larges et étroites. Afin d’ajouter un brin de fraîcheur à ce style classique, alliez vos élégantes rayures à une paire de pantalons effilée en coutil. Comme touche finale, accentuez le tout à l’aide d’accessoires comme des chukkas en suède et un sac de voyage en cuir.


FABULEUSES TROUVAILLES

Voici des trouvailles fabuleuses à bas prix dans notre magasin local. Haut diaphane à motif floral 19,99 $ au lieu de 35 $

Sac à anse supérieure brodé 129,99 $ au lieu de 160 $ Sandales à talon rose Sheer Floral Top fard Compare at $35 39,99 $ au$19.99 lieu de 55 $ Gingham Print Trousers $24.99 Compare at $38 Metallic Mesh Espadrille Shoe $129.99 Compare at $200

Espadrilles à filet métallisé 129,99 $ au lieu de 200 $

Pantalons à motif guingan 24,99 $ au lieu de 38 $

59


WINNERS nous a également aidés à offrir au major Tina Verbenkov une métamorphose estivale bien méritée. Actuellement affectés à Ottawa, elle et son mari membre de la Marine seront davantage à la maison et sont enthousiastes à l’idée de passer beaucoup plus de temps ensemble. Cette allure estivale conviendra parfaitement aux soirées distinguées lorsqu’ils sortiront souper au marché By.

60

Photographe : Melissa Gauthier Coiffure et maquillage : Anthonia Bejide Styliste : Ryan Cane


61


Peter Mallett, The Lookout, BFC Esquimalt

UNE ANCIENNE CADETTE DE LA MARINE SE DISTINGUE AUX JEUX OLYMPIQUES

Emma Lunder, une ancienne cadette de la Marine, a représenté le Canada en biathlon lors des Jeux olympiques d’hiver de 2018 en Corée du Sud. Ses quatorze années d’entraînement ont été récompensées lorsqu’elle est entrée dans le stade olympique de PyeongChang avec la délégation canadienne lors de la cérémonie d’ouverture. Avec le recul, elle décrit son expérience aux Jeux olympiques comme l’atteinte d’un jalon dans sa carrière.

« C’était absolument incroyable d’entrer dans le stade dans une mer de blanc et de rouge aux côtés de centaines d’athlètes canadiens, explique Emma. Il y avait tellement de lumières vives et de flashs provenant de toutes les directions. Je crois que c’est à ce moment que j’ai réalisé que j’allais représenter le Canada au plus haut niveau sportif. » L’athlète de 26 ans, qui participe également au circuit de la Coupe du monde de biathlon, raconte que son rêve olympique est né après s’être enrôlé dans les corps de cadets de la Marine royale canadienne (CCMRC) en 2004. Le biathlon occupe une place importante dans les programmes des cadets de l’Armée, de la Marine et de l’Air. Des compétitions régionales, provinciales et nationales ont lieu chaque année. La portion en ski de fond longue distance permet d’évaluer l’endurance physique, tandis que la force mentale est testée lors de l’épreuve de tir à la carabine, où une cible située à une distance de 50 m doit être atteinte avec une carabine de calibre .22. Emma explique que ce sport lui convient parfaitement en raison des défis physiques et mentaux intenses qu’il comporte. « Imaginez monter et descendre plusieurs paliers d’escaliers à la course et arrêter abruptement pour enfiler une aiguille, dit-elle au sujet du biathlon. La précision requise pour atteindre une cible de la taille d’une pièce de deux dollars située à 50 m n’est pas chose facile; la clé est d’entraîner son corps à se stabiliser et son esprit à se recentrer juste après avoir skié. » MAINTENIR LE CAP L’équipe canadienne olympique de biathlon compte des psychologues du sport qui aident les athlètes à maintenir leur attention. Emma se concentre sur des mots-clés lorsqu’elle tire. « Je peux par exemple me répéter le mot détente afin que, lorsque je tire, mes pensées n’errent pas. Cette pratique m’aide aussi à rester concentrée malgré les tirs réussis et manqués de mes adversaires,

62


explique-t-elle. Je suis ainsi très concentrée, ce qui me permet d’appuyer doucement sur la détente et de réussir mes cinq tirs. » Même si elle n’est pas montée sur le podium à PyeongChang, Emma a tout de même joué un rôle important pour le Canada en obtenant la dixième place à l’épreuve féminine du relais 4 x 6 km. « Participer aux Jeux olympiques a été extraordinaire. Le relais est une course spéciale parce qu’on a réellement l’impression de faire partie de quelque chose de plus grand et qu’on participe non seulement pour soi-même, mais aussi pour ses coéquipières », indique-t-elle.

« Pendant mon dernier tour, je ne pensais qu’à gagner le plus de vitesse possible pour obtenir quelques secondes supplémentaires pour ma prochaine coéquipière, et y parvenir a sans contredit été l’un des moments forts de ma carrière. » Plusieurs épreuves de ski ont été reportées en raison des conditions météorologiques hivernales extrêmes. Les conditions se sont légèrement améliorées pour la course à relais; Emma et les autres participantes ont été accueillies par des vents forts, de la neige et un froid cinglant. Aux épreuves individuelles féminines, elle a participé à l’épreuve individuelle de 15 km et au sprint de 7,5 km, où elle a terminé au 54e rang sur 87 concurrentes aux deux courses. Elle s’est classée au 53e rang sur 63 concurrentes à l’épreuve de poursuite de 10 km. « J’étais déçue de mes courses individuelles et j’ai eu beaucoup de difficulté à gérer ma déception. Je n’ai pas réussi à me démarquer comme je le voulais pendant la fin de semaine de courses la plus prestigieuse de ma vie, raconte-t-elle. Par contre, j’ai tout donné sur le parcours et mes tirs étaient corrects, donc je suis heureuse d’avoir donné le meilleur de moi même durant ces deux semaines. » Malgré la déception de ne pas être montée sur le podium olympique, Emma a obtenu de

bons résultats après PyeongChang. Le 10 mars 2018, à la course de la Coupe du monde à Kontiolahti, en Finlande, elle a terminé au 43e rang sur 96 concurrentes lors du sprint de 7,5 km. Lors de la finale de sa saison aux Championnats canadiens de biathlon à Charlo, au Nouveau-Brunswick, qui se sont déroulés du 20 au 25 mars, elle a remporté deux médailles d’argent et une médaille de bronze. « Lorsque j’ai commencé à faire du biathlon avec les cadets, je n’avais absolument aucune idée que je me rendrais où je suis aujourd’hui, affirme Emma. Le conseil que je pourrais donner aux autres est de saisir toutes les occasions et d’en profiter le plus longtemps possible, car on ne sait jamais ce qui pourrait se produire. »

LORS DES JEUX OLYMPIQUES D’HIVER DE 2018, LES ÉPREUVES DE BIATHLON ONT EU LIEU AU CENTRE DE BIATHLON D’ALPENSIA À DAEGWALLYEONG-MYEON, EN CORÉE DU SUD. CLASSEMENT D’EMMA LUNDER, MEMBRE DE L’ÉQUIPE CANADIENNE DE BIATHLON : - Épreuve féminine du 15 km individuel : 54e place (sur 87 participantes), en 46:56.6 -É  preuve féminine du 7,5 km sprint : 54e place (sur 87 participantes), en 23:30.4 - Épreuve féminine de poursuite sur 10 km : 53e place (sur 63 participantes), en 36:52.1 -É  preuve féminine de relais 4 x 6 km : 10e place (sur 18 équipes), en 1:13:36.8 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LE BIATHLON Le biathlon, terme dérivé du mot grec désignant « deux concours », combine le ski de fond et le tir à la carabine, et fait appel à des pratiques de chasse scandinaves traditionnelles. En tant qu’activité sportive, les premiers biathlons ont eu lieu au 18e siècle dans le cadre de compétitions militaires entre la Norvège et la Suède. Une version du biathlon appelée patrouille de ski a été introduite comme épreuve lors des Jeux olympiques d’hiver de 1924, avant l’arrivée des compétitions telles qu’on les connaît aujourd’hui aux Jeux olympiques de 1960. Munis de carabines fixées à leur dos, les participants parcourent en ski une distance prédéterminée avant de s’arrêter et de tirer sur des cibles dans l’une des deux positions possibles, soit à plat ventre ou debout.

63


MERCI! Merci à notre commanditaire officiel de Juin, le mois des loisirs Canadian Tire Grâce à sa contribution de 60 000 $ sous forme de cartes-cadeaux, Canadian Tire nous aidera à améliorer notre programme de loisirs communautaires et à encourager toute la communauté à mettre le nez dehors et à bouger! De plus, la Fondation Bon départ de Canadian Tire a travaillé avec les PSP pour créer un procédé de demande sur mesure pour permettre aux militaires dans le besoin de faire une demande d’aide financière afin d’inscrire leurs enfants à des programmes de sports et de loisirs. L’an dernier, 32 000 $ ont permis d’aider 400 enfants de la communauté militaire. MERCI!

64


CONCOURS DE JUIN, LE MOIS DES LOISIRS Cet été, personne n’a d’excuse pour ne pas profiter du grand air et être actif. Pas même le MÉNAGE!

REMPORTEZ une TROUSSE POUR LE NETTOYAGE DES PLANCHERS COMPRENANT UN ASPIRATEUR-ROBOT révolutionnaire, d’une valeur totale de plus de 2000 $!

POUR DOUBLER VOS CHANCES DE GAGNER : Inscrivez-vous en ligne au

www.ConnexionFAC.ca/JML-DoublezVosChances Suivez-nous sur les médias sociaux au

www.facebook.com/CF.REC.FC

#ALLEZONBOUGE Le concours est en vigueur du 1er au 30 juin 2018. Vous devez être titulaire de la carte UneFC pour gagner. Si vous n’avez pas encore la vôtre, remplissez une demande : https://www.cfmws.com/fr/ourservices/cfone/pages/joinnow.aspx Consultez les règlements du concours.

65

AU JEU 2018  
AU JEU 2018