Issuu on Google+

NEWSLETTER AMÉNAGEMENT

La lettre des CCI du Centre sur l'actualité des infrastructures, du transport et de la logistique

ferrov

iaire

transport urbain

aérien routier

logistique implanta

tion

t.i.c.

N°2 - octobre à décembre 2010 Parce que l’actualité pratique la grande vitesse, cette compilation prend le temps de s’arrêter sur les moments forts des trois mois qui viennent de s’écouler en matière de transport et d’aménagement afin d’anticiper sur leur impact potentiel en région Centre. Dans cette édition, retrouvez les avancées sur les LGV Tours-Bordeaux et Bordeaux-Toulouse, les relations tendues entre la SNCF et les Régions autour des TER et le futur aéroport Notre-Dame-des-Landes qui divise les Pays-de-la-Loire ; sans oublier la cartographie exclusive des entrepôts construits en région Centre. Enfin, c'est de saison... l'équipe de la Newsletter vous souhaite une année 2011 riche en projets d'aménagement !!!

L’actualité ferroviaire Grande vitesse LGV Paris-Orléans-Clermont-Lyon : «l'union sacrée» à maintenir à tout prix Le projet de LGV Paris-Orléans-Clermont-Ferrand-Lyon (POCL) motivait la rencontre des élus de l'association TGV Grand Centre Auvergne (GCA), samedi à Nevers. Rémy Pointereau, président de l'association, a une nouvelle fois plaidé pour une «union sacrée à maintenir le plus loin possible». Didier Boulaud, sénateur de la Nièvre, président de la communauté d’agglomération de Nevers, mais aussi vice-président de l’association TGV GCA, a été très clair : "La Bourgogne sera au rendez-vous du financement si la Nièvre est au rendez-vous du TGV", a-t-il lancé avant d’ajouter "Ce dossier nous fait vivre l’expérience de la négociation et il est impératif qu’au bout du compte, il n’y ait ni vainqueur ni vaincu. Mais ne soyons pas naïfs, des désaccords surviendront à un moment ou à un autre et nous nous préparons pour les gérer au mieux". Le Berry, 25 octobre 2010, intégralité de l'article LGV : la Région Centre annonce qu'elle ne veut pas payer "La Région refusera de participer au financement des compétences de l'État". Cette phrase du président du Conseil Régional, François Bonneau, figure dans le dossier de présentation des orientations budgétaires (votées le 22 octobre). Le Conseil Economique, Social et Environnemental Régional Centre a été «choqué» par cette position, qui revient à refuser de participer au financement des Lignes à Grande Vitesse (SudEst Atlantique, et Paris-Clermont-Lyon) qui traversent la région. Le CESER, notamment par les voix de Philippe Bel et Joël Mirloup, élus, ne comprend pas : "L'investissement dans l'infrastructure ferroviaire n'est pas une compétence exclusive de l'État puisque la Région elle-même a montré sa détermination à y investir, aussi bien dans les réseaux régionaux que nationaux (électrification de la ligne NantesLyon)". Et encore : "Si la Région ne veut pas payer en ce domaine, pourquoi ne pas se retirer aussi de la recherche, l'université, la culture ou la santé qui sont aussi de la compétence de l'État ?". La Nouvelle République, Bruno Besson, 20 octobre 2010, LE RÉSEAU DES CHAMBRES DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE intégralité de l'article DE LA RÉGION CENTRE

Le chiffre 50 millions C’est le nombre de voyageurs qui emprunteront la future ligne POCL chaque année, d’après les estimations de RFF, avec parmi eux 5 à 6 millions de nouveaux voyageurs.

Ils ont dit

- "Le problème est de savoir combien de TGV desserviront les territoires sur le trajet ? Les 15 TGV par heure ne s’arrêteront pas partout tout le temps…" D. Boulaud, président de l’Agglomération de Nevers. Le Journal Du Centre, 22 octobre 2010, intégralité de l'article - "Ce serait une erreur fondamentale dans l'aménagement du territoire de placer Bourges et Nevers en concurrence". Serge Lepeltier, maire de Bourges, à l’occasion de la réunion organisée par l’association TGV GCA le 23 octobre dernier à Nevers. - "Le moment viendra pour exprimer des préférences, notamment lors du débat public". Patrick Stefanini, Préfet d’Auvergne et coordonnateur des études sur le projet de LGV POCL, lors du Comité consultatif du 9 novembre 2010 à ClermontFerrand.


L’actualité ferroviaire (suite) Ligne TGV Tours-Bordeaux : contrat presque bouclé RFF a validé le projet de contrat de concession négocié avec un groupement mené par le groupe de BTP Vinci pour la construction et l'exploitation de la future LGV Tours-Bordeaux. De son côté, l'État doit rassembler les subventions nécessaires au projet, soit 3,4 milliards d'euros. Restera après encore la signature de l'ensemble de la documentation financière par les prêteurs et les garants et la publication au journal officiel pour que le contrat soit définitivement effectif. Les travaux doivent démarrer fin 2011. Batiactu, 22 octobre 2010, intégralité de l'article TGV : fréquentation de la ligne Tours-Paris en hausse 2 millions de voyageurs par an empruntent la ligne Paris-Tours, soit 3 fois plus que lors de sa mise en service il y a 20 ans. Chaque jour, la SNCF accueille près de 1 500 voyageurs pour les 7 TGV aller-retour directs Tours-Paris. Les gares de Tours et de SaintPierre-des-Corps, enregistrent près de 6,6 millions de voyageurs, soit 6 fois plus qu'en 1990. La construction, à partir de 2011, d'une troisième ligne entre Tours et Bordeaux permettra un gain de temps de 40 minutes (1h40 prévu contre 2h20 actuellement entre Bordeaux et Tours), devrait faire monter en flèche le nombre de voyageurs. La Tribune de Tours, 7 octobre 2010 LGV Bordeaux-Toulouse : le tracé définitif sera livré fin 2011 En donnant son approbation quant au fuseau D comme terrain d'étude pour la future ligne LGV, le ministre de l'écologie a également ouvert la porte sur une autre hypothèse de fuseau de passage qui propose le jumelage de la future ligne à l'autoroute. Ce nouveau fuseau, large de 1 km, a été présenté, par Réseau Ferré de France aux maires des communes concernées. RFF a rappelé que le tracé définitif serait validé en fin d'année et continuerait à «consulter le public pour étudier le périmètre du meilleur tracé». La Dépêche du Midi, 30 octobre 2010, intégralité de l'article Le TGV a franchi les Pyrénées pour la première fois Les premiers voyageurs ont pu circuler sur le nouveau tronçon du TGV entre Perpignan et Figueras. Une heure et quart de gagnée sur le trajet entre Paris et Barcelone. La Dépêche du Midi, 20 décembre 2010, intégralité de l'article

Les chiffres 2h05 C'est le temps de parcours prévu en 2016 entre Bordeaux et Paris, au lieu de 3h12 actuellement, lorsque les travaux de prolongement de la ligne Paris-Tours seront terminés. Batiactu. 7,2 milliards d'euros C'est le montant du bouclage financier pour la simple phase Tours-Bordeaux, auquel il faudra rajouter 4,5 milliards en direction de Toulouse et 5,5 milliards vers l'Espagne. La Dépêche du Midi.

Ils ont dit

- "Si on n'accélère pas, les 7 milliards […] seront difficiles à trouver. Il faut comprendre qu'un simple Paris-Bordeaux n'a pas de sens. C'est un projet global avec un tronc commun et ses deux branches, vers Toulouse et la Méditerranée et vers l'Espagne". J.-L. Borloo, La Dépêche du Midi. - "Il faut que nous ayons l'engagement que les travaux démarreront bien en direction de Toulouse en 2016 et pas en 2017". Martin Malvy, Président de la région Midi-Pyrénée, La Dépêche du Midi, intégralité de l'article

Publication

Fret ferroviaire Naissance de Ferovergne à Clermont-Ferrand L’acte de naissance de l’opérateur ferroviaire de proximité «SAS Ferovergne» a été paraphé. La société majoritairement portée par des transporteurs routiers et des logisticiens à hauteur de 64% est aussi soutenue par des chargeurs (10%) et SNCF Geodis (15%). Elle devrait lancer son premier train en novembre, pour le compte de Granulats Bourgogne Auvergne Ville Rail & Transports, n°506, 3 novembre 2010 Grève : l’idée d’un service minimum pour le fret fait son chemin Le trafic ferroviaire de fret a été durement touché par les conflits sociaux cette année. Pour sauvegarder l’activité, les opérateurs et les chargeurs réclament de plus en plus fortement un mécanisme de service minimum sur le modèle de celui qui est mis en œuvre avec succès pour le transport des voyageurs. Après plus de 2 semaines de grève, Guillaume Pepy a estimé que "la première victime de cette grève reconductible, c’est le fret ferroviaire en France. C’est un motif d’extrême inquiétude : nous aurons perdu 3 semaines de trafic ferroviaire qui est quasiment intégralement revenu à la route" . Ville Rail & Transports, n°507, 17 novembre 2010 2

Rapport du groupe de travail sur l’avenir du fret ferroviaire. Au-delà de l’état des lieux sur la baisse du trafic et de ses causes, les Sénateurs constatent une forte demande en faveur du fret ferroviaire et proposent 3 axes de travail : le renforcement de la qualité de service des opérateurs ferroviaires, l’amélioration de l’organisation du système ferroviaire, et la recherche de sources de financement pérennes.

À écouter

Un extrait de l’audition du groupe de travail sur l’avenir du fret ferroviaire par la Commission Économie du Sénat


L’actualité ferroviaire (suite) Publication

Trains Express Régionaux Le Conseil Régional rappelle à l'ordre la SNCF La Région Centre est en pleine renégociation de sa convention avec la SNCF. Elle considère en effet que la compagnie n’a pas assumé ses obligations de qualité de service l’an passé sur les lignes TER : beaucoup trop de retards de trains, beaucoup trop d’anomalies dans les dessertes des gares dans les départements, pas ou très peu d’informations envers les usagers. L’exécutif de la Région Centre qui paie les équipements voyageurs, réclame un abattement financier au titre de non-respect des engagements pris par la SNCF. Le Berry, 27 octobre 2010 TER : les Régions demandent rendez-vous à François Fillon Dans un courrier en date du 29 septembre, l'Association des régions de France (ARF) demande à rencontrer le Premier ministre «très prochainement» afin d'évoquer la question de la baisse des ressources financières des collectivités locales, et ce qu'elle implique notamment en termes de service public ferroviaire et de commandes de TER. […] Les Régions affirment être déjà sollicitées par la SNCF pour compenser par exemple les surcoûts salariaux que générerait la réforme du régime de retraite des agents de la SNCF ou l'augmentation des péages perçus par Réseau Ferré de France pour l'utilisation du réseau. Lors de son assemblée générale du 15 septembre dernier, l'ARF a décidé de ne pas donner suite aux demandes de compensation de la SNCF. Enfin, les Régions font part […] de leur inquiétude quant à l'avenir des trains d'aménagement du territoire. Localtis.Info, Anne Lenormand, 6 octobre 2010, intégralité de l'article

Divers La convention État-SNCF sur les trains interrégionaux entre en vigueur au 1er janvier 2011 La convention pour pérenniser et moderniser les quarante lignes de trains interrégionaux Corail, Téoz, Intercités et Lunea entre en vigueur début 2011. Ces trains d' «équilibre du territoire» sont structurellement déficitaires – la perte annuelle est de 210 millions d'euros – mais la SNCF doit en assurer l'exploitation au titre de sa mission de service public. Nicolas Sarkozy a précisé que l'État investirait 300 millions d'euros dans ces lignes et verserait une subvention de 210 millions d'euros à la SNCF, "pour qu'aucune ligne ne soit fermée". "[Elles] seront ainsi conservées et modernisées", a assuré le chef de l'État alors que jusqu'ici "36 perdent de l'argent, 4 sont bénéficiaires". La convention prévoit également un système de «bonus-malus» sur la qualité du service (confort à bord, respect des horaires…), les bonus pouvant aller "jusqu'à 2 millions d'euros par an, sinon nous diminuerons la subvention à la SNCF", a prévenu Nicolas Sarkozy. Localtis.info, A. Lenormand avec AFP, 4 novembre 2010, intégralité de l'article La SNCF prévoit d'imposer une correspondance pour les trains entre SaintAmand-Montrond (Cher) et Paris La SNCF envisage de supprimer les deux allers-retours quotidiens directs entre Montluçon et Paris, via Saint-Amand. Ils seraient remplacés par des trains qui feraient Montluçon-Vierzon ou Montluçon-Bourges avec un changement de train dans ces gares pour la partie restante vers Paris. La SNCF espère ainsi gagner 20 minutes sur le trajet. Le Berry, 18 novembre 2010, intégralité de l'article

3

Le mémorandum de l’Association Urgence Ligne POLT, qui met en avant les principes fondamentaux relatifs au matériel, à l’infrastructure et à la gestion de l’axe est disponible sur le site de l’association

À télécharger

La lettre adressée par ARF, à François Fillon

Les chiffres

210 millions d'euros par an C'est le coût évalué des "Trains d'Équilibre du Territoire" pour la période 2011-2013. Le financement sera assuré à hauteur de 175 millions via une "Contribution de Solidarité Territoriale" sur les produits du trafic ferroviaire de voyageurs nonconventionnés, c'est-à-dire sur les TGV de la SNCF et de ses filiales, les 35 millions restants proviendront d’une taxe sur les autoroutes. 2 300 kilomètres C'est la longueur de voies ferrées que RFF a rénovées depuis 2008, année de la signature de son contrat de performance avec l'État prévoyant le renouvellement de 4 000 km de voies et de 1 500 appareils à l'horizon 2012. Cette rénovation coûte 1 milliard d’euros par an. 5 000 kilomètres C'est la longueur de lignes actuellement sans trafic. 80% des circulations quotidiennes se concentrent sur 1/3 du réseau et 10% seulement sur la moitié.

Ils ont dit

"En tant que client, le train direct est bien plus confortable, je ne vois pas pourquoi ça changerait d’autant plus que cette ligne est bénéficiaire". Thierry Vinçon, maire de Saint-Amand. Le Berry, 18 novembre 2010


L’actualité du transport urbain Tours : le tramway est déclaré d'utilité publique Le préfet a signé l’arrêté de Déclaration d’Utilité Publique (DUP) pour les acquisitions et les travaux nécessaires à la réalisation de la première ligne. La Nouvelle République, 22 décembre 2010, intégralité de l'article Orléans : le coût de la 2ème ligne de tramway plus élevé que prévu La seconde ligne de tramway Cleo, dont la mise en service est annoncée en juin 2012, pourrait coûter 50 millions de plus que prévu. La facture approcherait 400 millions d’euros, notamment en raison d’un allongement de la durée des travaux et des aléas du chantier. La Tribune d’Orléans, C. Centofanti, 25 novembre 2010, intégralité de l'article Grand Paris : Huchon propose un rapprochement des deux projets de transport Le Président de la région Île-de-France, Jean-Paul Huchon, a proposé ce 15 novembre à François Fillon un rapprochement des deux projets de transport concurrents, celui de la région (Arc express) et celui du gouvernement («grand huit» ou «double boucle»). Ce dernier est une liaison rapide entre huit pôles majeurs de développement devant favoriser la création de 1,2 million d'emplois à l'horizon 2035 tandis qu'Arc express est une rocade de 60 km de long centrée sur le coeur d'agglomération. Jean-Paul Huchon a indiqué qu'il est notamment ouvert à la complémentarité des projets à l'est de la région et à la desserte des aéroports, qui figurent dans le «grand huit». Il propose ainsi de compléter la rocade Arc express par un arc à l'est desservant Marne-la-Vallée, Chelles et Clichy-Montfermeil. Le président de la région souhaite également à court terme une meilleure utilisation des TGV reliant Roissy à Massy. Localtis.info, 15 novembre 2010, intégralité de l'article Le Nord-Pas-de-Calais rêve d’un RER entre Lille et le bassin minier L’Île-de-France a son RER, le Nord-Pas-de-Calais veut le sien entre Lille et HéninBeaumont, distantes de 40 km. Le Conseil Régional Nord-Pas-de-Calais compte obtenir 120 millions d’euros de subventions de l'État après avoir déposé un dossier dans le cadre du deuxième appel à projets TCSP lié au Grenelle de l’Environnement. Le coût de ce «RER Lille-Bassin Minier» est estimé à 720 millions d’euros hors taxes. Ville Rail & Transports, n°506, 3 novembre 2010

A télécharger L'arrêté de DUP du tramway de Tours peut être consulté sur le site Internet de la préfecture

Ils ont dit "Nous avons fait le choix d’un tracé qui passe en coeur de ville, nous en avons profité pour réaménager l’espace public", C.-E. Lemaignen, Président de l’Agglomération d’Orléans, justifiant en partie l’augmentation du coût des travaux.

A télécharger - La lettre de Jean-Paul Huchon à François Fillon. - Les propositions de modifications législatives "permettant d'assurer la cohérence du réseau" et "son intégration dans le schéma directeur régional" (SDRIF). - Le tableau de financement du projet, revu et corrigé par le Conseil régional d’Île de France, qui s'élèverait à 29,55 milliards d'euros d'ici 2025.

Les transports publics urbains souffrent de la crise Pour la première fois depuis 2005, la fréquentation dans les réseaux de transport urbain marque le pas, avec une progression de seulement 0,7% (hors Île-de-France). En cause, la crise économique, le recul du prix du carburant et l’effet de la prime à la casse. Conséquences, le trafic automobile redémarre et les recettes commerciales des transports publics font grise mine. Urbapress Informations, n°1720 du 17 novembre 2010 Google mise sur le «Shweeb» comme transport urbain de demain Avancer dans une capsule suspendue à un monorail à la seule force des jambes, Geoff Barnett, l'inventeur du Shweeb, a eu cette idée de retour de Tokyo. La densité de la ville et ses flux l'ont poussé à imaginer un réseau de déplacement au-dessus du sol et sur plusieurs niveaux. Cette technologie pourrait être installée le long des pistes cyclables en ville, et ainsi servir à parcourir de petites distances (à une vitesse de 40 km/h). Google croit au déploiement de ce mode de transport et vient d'investir un million de dollars dans la recherche et le développement de cette technique. Cette aide devrait permettre à l'entreprise d’installer bientôt le 1er réseau à usage de transport public. Le Moniteur.fr, Eric Leysens, 22 octobre 2010, intégralité de l'article (et photo) 4

A voir La vidéo de présentation du Shweeb


L’actualité aérienne L'aéroport de Notre-Dame-des-Landes prêt à décoller La Région Pays de la Loire, le département de Loire-Atlantique et de Nantes Métropole ont validé leur participation au financement du futur aéroport de Notre-Damedes-Landes. La Bretagne votera en fin de semaine. Les positions «transpartis» sont connues. Ensemble, dans le camp des «pour», le groupe socialiste et radical, les communistes, le Nouveau Centre et l'UMP. Dans le camp des «contre», l'ensemble des élus écologistes et ceux de l'Alliance Centriste. Ouest France, T. Ballu et E. Geslin, mardi 19 octobre 2010, intégralité de l'article Ryanair fermera en janvier sa plate-forme de Marseille La compagnie aérienne Ryanair Holdings a annoncé mercredi la fermeture en janvier prochain de sa plate-forme de Marseille-Marignane, après l'ouverture d'une procédure judiciaire à son encontre liée aux conditions de rémunération de ses salariés locaux. Les 200 postes de pilotes et personnels navigants basés à Marseille, actuellement rémunérés dans le cadre de contrats de droits irlandais et non français, seront transférés vers d'autres aéroports en Espagne, en Italie et en Lituanie, précise la compagnie à bas coûts dans un communiqué. Le Point, Marc Angrand, 13 octobre 2010, intégralité de l'article Ryanair suspend son vol vers la Corse jusqu’au printemps Ryanair va-t-elle déserter la Corse ? La compagnie irlandaise, qui dessert depuis un an et demi l’aéroport de Figari, a interrompu ses vols le 30 octobre dernier. Ryanair reliait la ville corse à Londres trois fois par semaine et à Charleroi (Belgique) deux fois par semaine. La suspension des vols serait due au refus de certaines collectivités d’apporter leur écot à la compagnie irlandaise, selon l’AFP. "Faux" rétorque Jean-François Santoni, le directeur général de la CCI d’Ajaccio et de Corse du Sud. "Il a toujours été prévu que les lignes exploitées par Ryanair aient une activité saisonnière, entre avril et octobre, c’était le cadre juridique". Le Figaro, 3 novembre 2010 La convalescence du fret aérien Croissance a deux chiffres, rétablissement des comptes : depuis l’automne 2009, l’industrie du fret aérien reprend des couleurs, après un an de marasme d’une ampleur inédite. Pourtant les professionnels du secteur restent très modérément optimistes, notamment en France. A première vue, le transport aérien respire, après l’ouragan qui a dévasté le secteur de l’automne 2008 à l’automne 2009. Financièrement tout d’abord la situation des compagnies aériennes, toutes activités confondues s’améliore. Fin septembre, l’Association du transport aérien international (IATA) a revu à la hausse ses prévisions pour 2010. Transports Actualités, n°950 du 15 au 28 octobre 2010 Air France veut battre Easyjet à son propre jeu Sur fond de retour aux bénéfices, la compagnie veut s’inspirer des low-cost pour le moyen courrier. L’heure de la contre-offensive a enfin sonné. Air France a profité de l’annonce de son retour aux bénéfices (290 millions d’euros au 2ème trimestre contre une perte de 147 millions un an plus tôt) pour lever le voile sur son plan anti-low-cost. L’objectif : stopper le déficit et le déclin du réseau moyen-courrier (France et Europe), incapable de rivaliser avec Ryanair et, surtout, Easyjet. "Nous sommes mangés progressivement par les low-cost", reconnaissait fin mai le patron d’Air France. D’où l’idée de reconquérir le marché des vols courts et directs, avec une stratégie simple : copier les recettes d’Easyjet. Libération, 18 novembre 2010

5

Ils ont dit - "Les temps, les gens et les enjeux ont changé. Vous cautionnez un projet du passé" J-P. Magnen, élu Europe Écologie, à propos du projet de Notre-Dame-des-Landes - "Notre-Dame, pourquoi pas, à condition que le franchissement de la Loire soit traité de façon concomitante", réclame A. Chéreau, MPF - "Il faut continuer à réfléchir sur les dessertes", C. Béchu, UMP - "La situation financière n'est plus la même [que lors du précédent vote en 2008]. Il faut mettre l'argent dans les routes et les aménagements ferroviaires", E. Doineau, Alliance Centriste.

Nomination Philippe Thilbaut, 46 ans, a pris ses fonctions de Directeur de l'aéroport de Tours le 1er octobre 2010. Il a été nommé par la SNC Lavalin à qui le Syndicat Mixte pour l'Aménagement et le Développement de l'Aéroport International de Tours (SMADAIT) à confié la gestion opérationnelle de l’aéroport depuis le 1er juillet dernier. Il succède à Isabelle Guérault qui est aujourd’hui Directrice du SMADAIT


L’actualité routière A télécharger Entre Dreux et Mortagne-au-Perche, la RN 12 pourrait devenir payante À l'image de la section Dreux-Orléans, via Chartres par la RN 154, dont la concession au privé a été avalisée l'été dernier par le gouvernement, la RN 12 (principal axe de communication du département de l'Orne) pourrait bien connaître le même scénario. L'initiative en revient à la chambre de commerce et d'industrie de l'Orne, qui est sur le point de créer une société qui mènera les études techniques et financières de mise à 2X2 voies de la RN 12. «Une première juridique» qui a reçu le soutien du conseil général, mais également du préfet du département, Bertrand Maréchaux, qui a réagi positivement en estimant "que ces travaux permettront un meilleur développement économique". Il s'agirait dans un premier temps de poursuivre la section à deux fois deux voies depuis Mortagne, jusqu'à Verneuil-sur-Avre, avant d'aménager le dernier tronçon jusqu'au raccordement avec Nonancourt pour le relier à la RN 154. La République du Centre, Y. Le Calvez, 16 décembre 2010, intégralité de l'article Transport routier : le principe du pollueur-payeur accepté par les 27 Lors du dernier Conseil de l’Union Européenne, les ministres des transports ont trouvé un terrain d’entente permettant aux États d’imputer aux poids lourds une partie des coûts réels de leurs déplacements. Si l’obtention d’un accord est unanimement saluée, sa faiblesse est largement critiquée. L’accord n’est pas aussi ambitieux que la France, le Parlement européen ou les ONG environnementales l’auraient souhaité, mais globalement tous s’accordent à dire «ouf» : même édulcoré, le compromis bouleverse les règles du jeu du transport routier en Europe, en rendant légal, mais non obligatoire, le principe du pollueur-payeur pour les camions. Ce ne sont plus uniquement les infrastructures que les utilisateurs doivent payer, mais aussi le coût de leurs nuisances. Ville Rail & Transports, n°506, 3 novembre 2010 Neige: les transports gèlent, pas les coûts Après la grève des raffineries, la neige. Des routes sont interdites aux poids-lourds et les clients voient leur rayons se dégarnir sans pouvoir réagir. Le temps s'écoule et les coûts s'accumulent pendant que les transporteurs sont bloqués. "Au moment où je vous parle, j’ai encore 6 ou 7 chauffeurs bloqués à cause d’une décision préfectorale", explique Jacques Virlouvet, président associé de Deshayes transport. Dans un système de flux tendus, ces retards sont dommageables. "Nous travaillons beaucoup avec la grande distribution. Et leurs stocks sont dans les camions", précise M. Virlouvet, qui craint des répercussions sur les contrats. Mais le vrai problème est le manque à gagner tandis que le compteur des salaires tourne, même quand les transporteurs sont à l’arrêt. "L’année dernière cela nous a coûté entre 15 et 20 000 euros de plus en salaires", explique-t-il. L’Usine Nouvelle, Morgane Remy, 2 décembre 2010, intégralité de l'article Comment adapter l’automobile aux modes de vie de demain ? Vincent Chriqui, Directeur du Centre d'analyse stratégique et Olivier Paul-Dubois-Taine, Président du Groupe de travail, Ingénieur général honoraire des Ponts et Chaussées ont rendu public, le 30 novembre 2010, le rapport «Les nouvelles mobilités. Adapter l'automobile aux modes de vie de demain», qui met en avant la nécessaire obligation de repenser la place de l'automobile dans notre société, en inventant de nouvelles formes de mobilité et en développant les petits véhicules légers, les véhicules électriques ou hybrides rechargeables. Lepost.fr, 30 novembre 2010, intégralité de l'article Pour consulter le Rapport et la Note de synthèse : cliquer ici

6

Le 3 décembre dernier, le Préfet de région installait à Chartres, lors d’une première réunion, le comité de suivi du projet d’aménagement de la RN 154 et de la RN 12 sous forme de concession autoroutière. L’ensemble des documents présentés lors de cette réunion est téléchargeable sur le site de la DREAL Centre. Une prochaine réunion de ce comité de suivi est prévue pour juin 2011. Les 1ères études sont annoncées pour 2012-2013.

Publication L’INSEE Centre et le Conseil Général du Loiret ont rendu publics les résultats du diagnostic socioéconomique des territoires traversés par l’A19. L’objectif est de suivre l’évolution de ces territoires dans le temps afin de mesurer l’impact économique de l’infrastructure autoroutière. Intégralité du diagnostic

Ils ont dit "On n'a pas repêché de projets", c’est ce qu’a déclaré Dominique Bussereau, le 2 novembre, devant la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire de l'Assemblée nationale, à propos de la version définitive annoncée du SNIT. Cela signifie que plusieurs axes du schéma directeur de 2003 sont donc définitivement enterrés, comme l'A24 (AmiensLille), l'A32 (le doublement de ToulNancy-Metz-Luxembourg, remplacé par un projet plus modeste), l'A51 (Grenoble-Gap) ou les grands contournements de Bordeaux, Nice et Toulouse.


L'actualité de la logistique Un rythme de mise en chantier identique à celui du deuxième trimestre Près de 15 000 m² d'entrepôts ont été mis en chantier entre juillet et septembre 2010 permettant à la région de cumuler 61 528 m² de nouveaux entrepôts depuis le début de l'année. Après avoir enregistré un faible nombre de chantiers au second trimestre, l'Eure-et-Loir et le Cher connaissent une forte progression de leur volume de construction et cumulent, avec l'Indre-et-Loire, 80% des entrepôts en cours de réalisation depuis juillet. Durant le troisième trimestre, l'offre de nouvelles surfaces de stockage s'est essentiellement renforcée autour des agglomérations et le long de l'axe ligérien entre l'agglomération orléanaise et le sud de la Touraine.

Entrepôts commencés entre janvier et septembre 2010 en région Centre : 61 528 m² Loiret Eure-et-Loir Indre-et-Loire Cher Indre Loir-et-Cher

17 930 m² 17 658 m² 12 853 m² 4 926 m² 4 501 m² 3 660 m²

Source : Service de l’observation et des statistiques (SOeS) du Ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer, base de données Sit@del2, analyse CRCI Centre

Plus de 61 000 m² de nouvelles surfaces de stockage mises en chantier depuis le début de l'année sur le territoire régional Mises en chantier d’entrepôts dans les communes de la région Centre : période de janvier à septembre 2010 Cliquer pour agrandir Nombre de m2 d’entrepôt commencés Plus de 10 000 m

2

Dreux

EURE-ET-LOIR

1 000 m2 à 4 999 m2 500 à 999 m2 100 à 499 m2

CHARTRES

Nogent-leRotrou

Moins de 100 m2 Cartographie : CRCI Centre Source données : SOeS, base Sit@del2 Nota : Une construction est considérée comme commencée (ou mise en chantier) après réception de la déclaration d’ouverture de chantier (DOC) envoyée par le pétitionnaire (ou maître d’ouvrage).

LOIRET

Indre-et-Loire

3 130 m2

Cher

3 046 m2

Loiret

1 617 m2

Indre

737 m2

Loir-et-Cher

510 m2

Centre

14 745 m2

Pithiviers Châteaudun Montargis

ORLÉANS

LOIR-ET-CHER Vendôme

Gien

BLOIS TOURS Amboise

Aubignysur-Nère

RomorantinLanthenay

CHER

Vierzon Chinon

Mise en chantier d'entrepôts Juillet - Septembre 2010 Eure-et-Loir 5 705 m2

Loches

BOURGES Issoudun

INDRE-ET-LOIRE CHÂTEAUROUX Le Blanc

La Châtre

INDRE

7

St-AmandMontrond

Agenda Comme chaque année le SITL s’annonce comme le rendez-vous européen majeur en matière de solutions logistiques. Au programme de nombreux exposants, ainsi que des conférences thématiques permettant d’échanger et réfléchir sur les bonnes pratiques et l’évolution du secteur. Il aura lieu du 29 au 31 mars 2011, à Paris, Porte de Versailles, Pavillon 7.2. Plus d’infos sur le site officiel


Principaux projets d’implantation A Gallardon (Eure-et-Loir), une implantation créatrice d'emplois La société DWG est spécialisée dans la fabrication de cloisons amovibles, 6 000 m² de bâtiments vont sortir de terre juste à côté de SAB Diffusion filiale du groupe DWG sur la zone d'activité de la Croix-Saint-Mathieu. Les travaux qui ont démarré lundi pour une durée de cinq mois représentent un investissement d'environ 4 millions d'euros. L'Écho Républicain, 1er octobre 2010 La société Thémis bien accueillie dans le Dunois (Eure-et-Loir) L'entreprise s'installera sur la zone de Beauvoir le 1er décembre. Ses salariés ont été invités, hier, à visiter la ville et à effectuer les premières démarches pour s'installer à Châteaudun. Laurent Le Fur, gérant de l'entreprise Thémis, a indiqué, lors de la présentation de sa société à la presse, que la qualité de l'accueil qu'il a connue à Châteaudun, en Eure-et-Loir et en région Centre a compté dans sa décision. La République du Centre, 23 et 24 octobre 2010 Trente emplois à la clef et 20 millions d'euros investis à Luigny (Eure-et-Loir) Deux entreprises : AGS et Archiv system, vont s'implanter sur 15 hectares, à Luigny, le long de l'A11. Un projet pour lequel 20 millions d'euros seront consacrés et qui engendrera trente créations d'emplois. L’Echo Républicain, 5 novembre 2010 Ozans (Indre) et la Martinerie bientôt à l'heure chinoise Quarante entreprises de haute technologie devraient avoir investi la zone industrielle d'Ozans d'ici cinq à six ans et un campus universitaire devrait s'installer à la Martinerie. L'état d'avancement de ce projet a été présenté par les investisseurs de Châteauroux Business District et les élus de la Communauté d'Agglomération Castelroussine (CAC), du Conseil général de l'Indre et de la région Centre lors d'une conférence de presse à Paris. La Nouvelle République (P. Belsoeur/C. Gervais), 6 novembre 2010 Epieds-en-Beauce (Loiret) : une nouvelle plateforme logistique Pôle Centre est entré en activité sur la zone d'activités des Chantaupiaux à Epieds-enBeauce. Cette plateforme d'éclatement de marchandises sur 3 000 m2 couverts devrait permettre l'emploi de quinze salariés. L'objectif est d'atteindre 20 000 à 22 000 palettes par mois dans un an. Coût d'investissement : 2,2 millions d'euros. La République du Centre, 26 octobre 2010 Olivet (Loiret) : pépinière, deux nouvelles entreprises L'installation de deux nouvelles entreprises, à la Pépinière du Parc du Moulin à Olivet a été saluée le mardi 23 novembre dernier : «Au Pays des Vermeilles» de Magali Amrani (aide à domicile auprès de personnes dépendantes) et «Seba Ingénierie» de Mohamed Rhouma (ingénierie et études techniques en bâtiment). La République du Centre, 30 novembre 2010

Pour info Cette publication est réalisée à partir de l’ensemble des travaux de veille du service Études-Aménagement-Prospective de la CRCI et des collaborateurs des CCI du Centre. Les informations proviennent principalement de la presse nationale et locale. Des liens hypertexte permettent de consulter directement l’intégralité de l’article de référence chaque fois que cela est possible. Les articles de presse sélectionnés dans cette publication n'ont pas vocation à refléter la position des CCI du Centre sur les grands sujets d'aménagement. Par conséquent, les propos rapportés n'engagent que les auteurs des articles et les personnes citées. Principales sources des articles référencés : - AFP - Batiactu - Le Berry - La Dépêche du Midi - L'Écho Républicain - Le Figaro - Le Journal du Centre - Libération - Localtis Info - Le Moniteur - La Nouvelle République - La République du Centre - L'Usine Nouvelle - Ouest France - Le Point - Le Post - La Tribune d'Orléans - La Tribune de Tours - Ville Rail & Transports

8

CRCI Centre Service Études - Aménagement du territoire - Prospective 45926 Orléans Cedex 9 - Tél. 02 38 25 25 25 Conception : CRCI Centre - images : Microsoft Cliparts


newsletter-cci-centre-amenagement-infrastructure-transport-logistique