Page 1

N°2

le magazine de la chambre de commerce et d’industrie du var

avr. 2012

P. 16 jeunes entreprises

les clés

bien

grandir

pour

www.var.cci.fr TOURISME

PROSPECTIVE

CCI Décodée

L’EXPERT

P9 // Croisière, quelles retombées pour le Var?

P14 // Demain, un aéroport connecté au monde entier

P22 // Urbanisme commercial, la CCIV déterminée à jouer son rôle

P24 // Henri Malosse : « Chefs d’entreprises, l’Union européenne est une chance »


sommaire

éditorial

5 entreprise à la une > TLV-TVM, embarquement confirmé pour les Îles d’Or La compagnie maritime TLV-TVM, filiale du groupe familial Arnal, vient de signer une convention de délégation de service public pour l’exploitation jusqu’en 2019 de la desserte maritime de passagers et de marchandises entre Hyères et les Îles d’Or.

© Photo Elophe

6 actualités > Darse Nord : une campagne de valorisation > Afuzi : la ZI Toulon-Est sous la protection des vidéos > Pôle agroalimentaire de la Farlède : top départ des travaux

jacques bianchi

président de la chambre de commerce © Photos DR

et d’industrie du var

9 vie des entreprises

> C roisière : quelles retombées pour le Var ? > Ecole des managers : immersion aux côtés des stagiaires > Fabre TP. Histoire d’une transmission réussie 14 prospective > Demain, un aéroport connecté au monde entier 16 dossier > J eunes entreprises, les clés pour bien grandir 22 cci décodée > L a CCI du Var réinvestit le champ de l’urbanisme commercial 24 expert >H  enri Malosse, président du Groupe des Employeurs au sein du Comité économique et social européen : « Chefs d’entreprises, l’Union européenne est une chance ! » 25 portrait >D  evenu entrepreneur en 2010 avec la reprise de l’entreprise dracénoise SIS, Jean-Marc Delluc prend plaisir à encadrer ses équipes, développer son entreprise et même à gérer les imprévus… 26 agenda > D’avril à juin, ne manquez pas Base’art, Eurosatory...

le magazine de la cci du var

n°2 avr. 2012

Editeur : Chambre de commerce et d’industrie du Var Boulevard Général Leclerc – 83000 Toulon Directeur de la publication : Jacques Bianchi, Président Directrice de la rédaction : Katia Bizat, directrice de la communication Rédaction en chef : Hélène Devillé - vareconews@var.cci.fr Coordination : Stefania Cappellani Maquette-Conception : Service communication CCI du Var Régie publicitaire : Michel Boukris – Villiers Communication SAS Tél. : 01 83 64 66 41 – pubvareconews@var.cci.fr Impression : Trulli (06140 Vence) Tiré à 45.000 exemplaires ISSN 2258-0212 Dépôt légal à parution La reproduction, même partielle, de tout matériel publié dans ce magazine est interdite (loi du 11/03/1957)

«

Depuis le mois de janvier, j’ai pris la présidence du Conseil économique varois, « laboratoire d’idées, d’analyses et de prospectives pour faire avancer le Var en matière économique. » Investis de cette Cette dynamique partenariale est notre mission importante, la CCI du Var et moiforce, cultivons-là ! même avons trois années pour continuer Elle est aussi d’actualité. Il y a désormais le travail du Président Baccino et pour urgence à rechercher des économies parfaire de cet outil d’avenir, un outil porteur tout, à réfléchir à la bonne échelle. Il est d’actions et de résultats partagés dont devenu indispensable de décloisonner et nous serons tous fiers. de partager une vision commune globale. Conformément à la volonté de nos préDans le Var, le CEV apporte un début de décesseurs – Claude Meiffret et Maurice solution à ces enjeux et je souhaite qu’il Arreckx ont imaginé le CEV, Dominique conserve son caractère précurseur, qu’il Poggi et Hubert Falco l’ont demeure plus que jamais porconcrétisé - nous allons regarteur d’avenir... Qu’à travers nos « Quand le der un peu plus loin que le Var réfléchit actions communes, nous pebout de la lorgnette, sortir des ensemble et sions plus lourds, nous rendions prés carrés et autres clochers. parle d’une notre territoire incontournable, Nous voulons créer une dyna- seule voix, nous soyons plus visibles ! le Var est mique, faire la part belle aux Cet esprit d’équipe inspire ausmeilleur, le synergies, profiter de notre Var voit plus si le réseau des Chambres de esprit d’équipe varois, unique loin, le Var commerce et d’industrie. Nous en France, pour concourrir à va plus loin ». avons toujours envié la comla construction intelligente de munication unifiée des grandes l’économie des territoires. Les marques, des autres institustructures consulaires vont ainsi contitions publiques de l’État. nuer à partager leurs compétences pour Les CCI empruntent désormais le même favoriser la croissance et l’emploi, capitachemin. Un logo commun, synonyme de liser sur les atouts du Var, son tourisme, visibilité nationale, voire internationale, sa viticulture, son industrie nautique, ses sera dévoilé à la fin du mois d’août. Il filières d’excellence et son patrimoine marquera le début d’une nouvelle histoire naturel. pour le réseau. En adoptant une bannière Quand le Var réfléchit ensemble et parle commune, un logo utilisé et respecté par d’une seule voix, le Var est meilleur, le Var tous, notre institution sera mieux perçue, voit plus loin, le Var va plus loin. reconnue et incontournable.

«S  eul on va plus vite, ensemble on va plus loin »

www.var.cci.fr |  3


entreprise à la une Transport maritime

TLV-TVM,

© Photo Thinkstock

Embarquement confirmé pour les Îles d’Or la compagnie maritime tlv-tvm, filiale du groupe familial arnal, vient de signer une convention de délégation de service public pour l’exploitation jusqu’en 2019 de la desserte maritime de passagers et de marchandises entre hyères et les îles d’or velles technologies au cœur de sa stratégie. « Ce positionnement a notamment trouvé une application dans le cadre de la réalisation d’un bilan carbone qui nous a permis de comptabiliser nos émissions de gaz à effet de serre et de réduire le régime moteur de nos navires et d’opter pour un carburant nouvelle génération, divisant par 100 le taux de souffre », détaille Michèle Vincent.

Une entreprise tournée vers l’avenir

Le regard tourné vers l’avenir, TLV-TVM s’appuie sur le chantier naval situé à La Seynesur-Mer, propriété du groupe Arnal, pour entretenir non seulement sa flotte, mais aussi concevoir et développer les navires du futur, faiblement carbonés. Sur la toile, TLV-TVM prépare un nouveau L’essor durable des Îles d’Or, site web et une application mobile pour se gage de pérennité rapprocher de sa clientèle. L’entreprise vit avec son temps et conjugue au quotidien Cette attribution confirme la qualité du traproximité, tourisme responsable et préservail des équipes de TLV-TVM : « Depuis le vation des Îles d’Or, « véritables joyaux de rachat en 1999 des sociétés TLV et TVM, la nature. » Ancrée localement, elle a affiché nous nous attachons à améliorer les sersa volonté de renforcer l’intermodalité des vices de transports maritimes pour les îles transports entre les liaisons maritimes et de Porquerolles, Port-Cros et Le Levant terrestres au sein du réseau Mistral. Enfin, avec le souci permanent de concertation », elle travaille étroitement avec les différentes explique Michèle Vincent. Pour assurer la parties prenantes : des collaborateurs aux continuité territoriale entre les Îles d’Or et le îliens en passant par les représentants de continent, permettre leur essor touristique l’État et des collectivités, le Parc et économique, TLV-TVM pronational de Port-Cros et des assopose ainsi un service quotidien « Nous intéciations thématiques. et transporte chaque année plus grons le Elle participe aussi à certains prode 400.000 personnes et 36.000 développement durable grammes de défense de l’envitonnes de marchandises. avec pragronnement (Expédition MED) et Alors que son activité profession- matisme et nelle est conditionnée au main- humilité, avec est signataire du Pacte mondial et tien d’une nature préservée et à la la volonté de de la charte de la diversité. Avant TPM, ces engagements avaient déjà nécessaire adéquation au monde pratiquer des petits pas dans séduit les acteurs économiques lod’aujourd’hui, l’entreprise a placé la durée » caux qui lui ont décerné dès 2011 le la protection de l’environnement trophée RSE Paca. et la prise en compte des noule magazine économique de la chambre de commerce et d’industrie du var

400.000 passagers empruntent chaque année les bateaux de la TLV-TVM

© Photo TLV-TVM

«

Nous recherchons, en permanence, des solutions qui assureront un certain équilibre entre notre développement économique, la préservation de l’environnement et notre volonté de prendre en compte et valoriser le capital humain, élément clé de notre quotidien, de notre croissance et de notre ancrage territorial. » Cette manière d’entreprendre, à la fois responsable et durable, guide le groupe Arnal et Michèle Vincent, directrice générale des compagnies TLV-TVM depuis 30 ans. Cette philosophie a aussi emporté la décision de la communauté d’agglomération Toulon Provence Méditerranée, qui a choisi de lui confier la délégation de service public de la desserte maritime des Îles d’Or pour les huit prochaines années.

TLV-TVM (Hyères)

• 70 salariés dont 35 permanents

Le Groupe Arnal exploite :

• 7 vedettes à passagers et 3 navires de transport de véhicules à destination des Îles d’Or (TLV-TVM) • 10 vedettes à passagers et 2 navires de transport de véhicules dans les Alpes-Maritimes (Trans Côte d’Azur) • 3 remorqueurs portuaires (SNRTM). Le 3e remorqueur, acquis en mars 2011, résulte de l’augmentation de la taille des navires civils faisant escale à Toulon

www.tlv-tvm.com Tél. : 04 94 58 21 81

www.var.cci.fr |  5


actualités Equipement

face à face

« Nous sommes fiers d’avoir réussi »

Darse Nord : une campagne de valorisation

- le Théâtre Liberté et Châteauvallon - renforce l’attractivité de toute l’agglomération. Petit à petit, nous faisons émerger une métropole ambitieuse à taille humaine, qui n’a plus rien à envier à ses voisines provençales.

hubert falco,

président de toulon provence méditerranée

Après 10 ans d’agglomération, quel bilan dressez-vous ? Il y a 10 ans, lorsque nous, 11 maires varois, avons imaginé additionner nos forces et nos atouts et parler d’une même voix, nous nous sommes heurtés à un immense scepticisme… « Impossible », « contraire aux coutumes locales », « dangereux pour nos identités »… Nous avons tout entendu ! Aujourd’hui, nous sommes 12 maires, fiers d’avoir prouvé que l’union fait effectivement la force, fiers d’avoir réussi à dépasser nos particularismes pour dessiner ensemble le destin d’un merveilleux territoire accueillant près de 430.000 habitants ! Quelles sont pour vous les réalisations les plus marquantes ? La réalisation la plus significative est peutêtre l’harmonisation des transports en commun sur l’ensemble des 12 communes. Il y a 10 ans, il y avait plusieurs réseaux de bus, avec des tarifs et des politiques très différents. La création du réseau Mistral, l’application du tarif unique en 2004 - inchangé depuis - le renouvellement des véhicules, la création de lignes, y compris maritimes. Tout ceci semble avoir toujours existé pour nos 28 millions de voyageurs annuels, mais cela a 47 agglo ont un chômage été possible grâce à en baisse. TPM TPM. figure à la Sur le plan écono5eme meilleure mique, notre poliplace. tique de concertation a impulsé une dynamique nouvelle. Elle a permis l’émergence de projets « moteurs », la création d’un véritable maillage de Zones d’Activités Economiques, créatrices d’emploi. Une étude nationale (Les Echos-21/3/12) montre que, de 2001 à 2011, sur 211 agglomérations, 137 ont un chômage en hausse, 47 ont un chômage en baisse parmi lesquelles TPM figure à la 5eme meilleure place avec une baisse de 15,6% ! Parallèlement, l’émergence d’équipements sportifs - le Vélodrome de Hyères ou le Palais des Sports à Toulon - et de scènes nationales 6 |  avril - juin 2012 • N°2

Pour le développement économique, quelles actions emblématiques retenezvous de ces 10 années ? Avec un taux inchangé, le produit de la taxe professionnelle est passé de 70 M€ en 2002 à 100 M€ en 2010, soit 40% d’augmentation ! Le plus fort taux de croissance en France par rapport à des agglomérations de taille comparable. Il n’y a pas de meilleur emblème me semble-t-il du dynamisme de notre politique économique communautaire. L’installation sur notre territoire du Pôle mer Paca est aussi, pour nous tous, une grande satisfaction car elle est aujourd’hui la pierre angulaire d’une vraie dynamique de développement d’un secteur d’activités marines sur l’agglomération.

Quels sont les projets économiques des 10 prochaines années ? Nous souhaitons, dans un esprit de complémentarité, continuer à créer des conditions d’accueil favorables à l’installation de PME sur notre territoire car elles représentent le meilleur gisement d’emplois. Depuis 2002, 63M€ ont été investis dans le cadre d’une démarche de labellisation des Zones d’Activité Economique. Pour l’avenir, une dizaine de nouvelles ZAE sont en projet. Le futur technopôle de la mer, le Parc d’activités marines de Saint-Mandrier offrent et offriront aussi des conditions propices au développement des entreprises. Ce que nous dénommons « Toulon Grand Projet Rade » est le grand projet d’aménagement et de développement de la rade pour les prochaines décennies. En 2011, ses moyens ont été renforcés : la Société Publique Locale « TPM Aménagement » a été créée et la Caisse des dépôts est devenue partenaire par convention et à travers un prêt de 30 M€. L’agglomération partage avec la CCI du Var une mission obligatoire de développement économique, comment se passe ce partenariat ? La CCI du Var est un acteur institutionnel à part entière du développement économique varois. Elle remplit pleinement son rôle d’interface entre les pouvoirs publics et le tissu économique et industriel de notre territoire et agit pour le développement de notre département. Sa gestion directe d’équipements et d’infrastructures portuaire et aéroportuaire de notre territoire la met au cœur des enjeux de notre développement économique.

La CCI du Var, gestionnaire de la Darse Nord du Mourillon, seule aire de carénage publique de l’aire toulonnaise, a engagé des travaux de construction d’une future salle polyvalente. La darse dispose de 368 anneaux pour des bateaux allant jusqu’à 20 mètres, d’un chariot élévateur de 35 tonnes et d’une aire de carénage aux normes européennes, respectueuse de l’environnement et engagée dans une démarche globale « port propre ». Pour permettre aux professionnels de la plaisance et aux usagers de poursuivre et développer leur activité dans les meilleures conditions, la CCI du Var engage une campagne de valorisation et de soutien des professionnels du nautisme. A travers cette campagne, la CCI du Var souhaite favoriser une dynamique locale autour de la filière, afficher son engagement aux côtés des professionnels du secteur, encourager le rayonnement de la filière nautique varoise. Au-delà de la communication, la future salle polyvalente de 800 m² hébergera des vestiaires, des sanitaires modernes et accessibles aux personnes à mobilité réduite, les bureaux de la capitainerie et permettra une sécurisation complète du site. « On centre tout en un seul et même point autour de notre cœur de métier : le nautisme », explique Yannick Casteur, directeur des ports. A terme, cette salle polyvalente a vocation à accueillir tous types d’événements - manifestations, régates de prestiges, salons professionnels - notamment liés au nautisme et à offrir une vitrine pour Toulon. Bureau du port • Tél. : 04 94 41 23 39 • tldn@var.cci.fr

Formation

Nuit de l’orientation : 2e édition Le 23 mars à Toulon et le 16 mars à Saint-Raphaël, la 2e édition de la nuit de l’orientation dans le Var a réuni plus de 1.000 personnes (+20% par rapport à 2011). Sur les deux sites, plus de 250 tests de positionnement et ont été réalisés. Organisée par Capforma, marque du groupe de formation de la CCI du Var, cette manifestation a pour objectif de favoriser le rapprochement entre les jeunes et l’entreprise par le biais de l’orientation. var eco news


actualités Environnement

La CCI du Var exporte son savoir-faire

Pour la première fois, la CCI du Var, pilote au plan régional du programme environnemental Itinéraire éco3, a transféré à la CCI de Bastia et de la Haute-Corse le savoir-faire et les outils qu’elle a développés en direction des professionnels du tourisme engagés dans la démarche Itinéraire éco3. Une convention a été signée le 27 février dernier pour en fixer les modalités. En région Paca, 70 entreprises se sont déjà engagées à mettre en place une démarche environnementale et obtenir un label environnemental reconnu (Clef Verte, Ecolabel Européen ou Green Globe). Itinéraire éco3 est une opération cofinancée par les CCI de Paca, la région Paca, l'Ademe et l'Union européenne. Unité tourisme • Tél. : 04 94 22 80 37 • stephane.plessis@var.cci.fr

le magazine économique de la chambre de commerce et d’industrie du var

Zones d’activités

Afuzi : La ZI de Toulon-Est sous protection Six années de travail, la pugnacité de quelques hommes et quelques femmes, le soutien financier indispensable des partenaires publics, trois mois de travaux… « C’était impossible et pourtant ils l’ont fait », a remarqué Philippe Bartier, président de l’Afuzi, empruntant la formule à Paul Harris lors de l’inauguration de la vidéo protection de la zone d’activités de Toulon-Est. Au total, 240.000 euros ont été investis pour installer 24 caméras en neuf points de contrôle, surveiller tout ce qui sort et entre dans la zone et ainsi assurer la protection des 545 entreprises, 13.000 salariés et points sensibles de la zone. Alors que la sécurité figure dans le trio de tête des préoccupations des entrepreneurs, « cet investissement renforce la crédibilité de nos actions vis-à-vis de nos partenaires et des entreprises candidates à l’installation dans l’aire toulonnaise », précise Philippe Bartier.

enseignement

Euromed : de Toulon à Bordeaux En septembre 2010, l’Ecole supérieure de commerce et technologie (ESCT) et l’Ecole internationale de design (EID) de Toulon rejoignaient le Groupe Euromed Management. En janvier dernier, l’Assemblée générale de la CCI de Bordeaux et le Conseil d’administration d’Euromed ont entériné un processus de fusion entre les deux écoles : BEM (Bordeaux) et Euromed Management (Marseille et Toulon). Ce rapprochement devrait donner naissance à une Ecole pouvant accueillir 10.000 étudiants sur 4 continents. Objectif affiché : s’installer dans le top 15 des meilleures écoles européennes. Après Toulon en 2010, Bordeaux devrait effectivement intégrer ce groupe d’enseignement début 2013.

www.var.cci.fr |  7


actualités Un lieu, un instant

Qualité-Tourisme

Voyage en Multimédia : 900 visiteurs

16 mars 2012 11h La Farlède Pôle agroalimentaire

DR

900 visiteurs et 50 exposants étaient réunis à Saint-Raphaël les 1er et 2 février 2012 pour la 3e édition du salon Voyage en Multimédia. Organisé par le pôle touristique Estérel - Côte d’Azur en collaboration avec l’Office de tourisme de Saint-Raphaël, cet événement est soutenu par le Conseil général et la CCI du Var. En prolongement de cet événement, la CCI du Var propose aux professionnels du tourisme de se perfectionner pour leur permettre de s’approprier ces outils numériques, devenus incontournables : 70% des Français utilisent désormais Internet dans leur processus d’achat de voyages et le chiffre d’affaires de l’e-tourisme a progressé de 16% au premier trimestre 2011 (Fevad).

© Photo

8 |  avril - juin 2012 • N°2

Entreprendre en pratique

Le RSI, késako ?

© Photo DR

En 2001, les élus du territoire et la CCI du Var prenaient la décision de créer un pôle agroalimentaire à la Farlède pour accueillir les grossistes du marché de gros de SainteMusse et ainsi libérer cet espace à l’entrée Est de Toulon pour d’autres projets urbains. Dix ans plus tard, la première pierre a été posée. Après que la CCI du Var a réalisé l’accès primaire au futur site et mobilisé plus de 5 millions d’euros, l’aménageur, le Groupe Idec, a démarré les travaux de viabilisation des 63.000 m². Au total, 50 millions d’euros seront investis dans la réalisation de cet équipement. La livraison du premier bâtiment est attendue pour la fin d’année 2012. À terme, ce parc proposera 20 à 25.000 m² de surfaces utiles. Plusieurs entreprises - des grossistes locaux comme Prim’soleil, de grands groupes de distribution comme Pomona - ont déjà réservé leur espace. «D’autres demandes significatives sont en cours et nous sommes très optimistes pour l’avenir», a souligné Marc Frappa, directeur général de Faubourg promotion, filiale du Groupe Idec.

Vie économique locale

jean-claude babize

président du rsi côte d’azur

Quelle mission endosse le RSI ? En 2006-2007, le RSI (régime social des indépendants) a été mis en place : un projet ambitieux pour permettre aux indépendants actifs, artisans et commerçants de n’avoir plus qu’un seul interlocuteur pour les appels de cotisation et le versement des prestations sociales. En local, le RSI Côte

La CCI du Var, engagée pour la croissance et l’emploi

En mars, la CCI du Var s’est engagée dans de nombreuses initiatives visant à dynamiser la performance des entreprises en matière de ressources humaines et à favoriser le rapprochement entre l’offre et la demande en matière d’emploi. Elle a aussi contribué au développement des compétences des actuels et futurs salariés afin de leur donner un nouvel élan. A Cogolin le 13 mars, à Saint-Raphaël et Draguignan le 20 mars, à Aups le 21 mars, l’Espace Entreprendre de la CCI du Var et Capforma, marque du groupe de formation de la CCI, se sont mobilisés pour répondre aux questions des visiteurs en matière de développement d’entreprise et de formation.

d’Azur assure la protection sociale obligatoire de 255.624 chefs d’entreprise indépendants – actifs et retraités - et de leurs ayants droit et verse chaque année plus de 609 millions d’euros de prestations. Comment fonctionne-t-il ? Pendant 5 ans, sa mise en place s’est révélée techniquement difficile en raison notamment du manque de compatibilité des applications informatiques Urssaf et RSI. Mais nos efforts sont en train de porter leurs fruits. Cette année marque l’aboutissement des projets pilotes que nous avions lancés : le visio-guichet, la borne interactive Urssaf, la mutualisation de l’accueil téléphonique, l’obtention de la norme ISO 9001, les locaux communs RSI / Urssaf et le compte cotisant en ligne.

Quelles relations entretenezvous avec les autres acteurs économiques du département ? Nous avons toujours œuvré à la mise en œuvre d’une politique partenariale forte avec les acteurs économiques locaux pour permettre une meilleure connaissance mutuelle, mais également favoriser la création-reprise d’entreprises artisanales et commerciales, apporter conseil et assistance aux chefs d’entreprises indépendants et développer des relations privilégiées. Ainsi, nous positionnons le RSI comme un partenaire privilégié de ses assurés. Nous avons d’ailleurs eu l’occasion de rappeler cet engagement lors des dernières catastrophes naturelles. RSI : www.rsi.fr

var eco news


vie des entreprises

Quelles retombées pour les entreprises ? gérald bongrain,

gérant du petit train de toulon

« La croisière représente une belle aubaine pour les entreprises et pour nous une part non négligeable de notre activité. Néanmoins, avec la crise, nous constatons que le chiffre d’affaires généré par les croisiéristes est moins important qu’il y a quelques années. »

Croisière, quelles retombées ?

« Nous sommes à la fois agent maritime et organisateur d’excursions. A Toulon, nous intervenions en 2004 sur 24 escales. En 2011, nous sommes intervenus sur 18 escales comme agent maritime et sur plus de 100 escales en qualité de tour operator. Indéniablement, notre volume de travail a largement augmenté et a été facilité par la création du Var Provence Cruise club, avec lequel nous travaillons pour le bon déroulement des escales. »

bernard albier

co-président des vitrines de toulon

« En moyenne, un tiers des passagers visite la ville escale. Ils y dépensent entre 50 et 70 euros. Le développement de la croisière est donc bénéfique pour les commerces. Le retour de bateaux en tête de ligne est aussi très intéressant car les croisiéristes en profitent pour visiter Toulon et le département. Aujourd’hui, nous travaillons avec les services de la ville et TPM, les excursionnistes, les compagnies pour aménager la gare maritime, réaliser un cheminement attrayant jusqu’en centre-ville et ainsi convaincre plus de passagers de visiter Toulon. »

La croisière en chiffres - var 8 AVR.

Gains d’image et de notoriété

Var Provence Cruise club • Tél. : 04 94 22 80 60 • contact@varprovence-cruise.com • www.varprovence-cruise.com

le magazine économique de la chambre de commerce et d’industrie du var

dernière escale saison 2012

117.000

160

380.000

230

500.000

300

20

millions d’euros

Port de Toulon

20 08

Vecteur de développement économique indéniable, la croisière est aussi « un formidable vecteur de promotion de nos escales et de notre destination à l’international », souligne Claude Orfila. Bon nombre de croisiéristes ayant fait escale à Toulon déclarent avoir l’intention de revenir pour un séjour. De même, ces passagers, nombreux à être séduits par la destination, auront tendance à leur retour à en parler autour d’eux.

4 DEC.

1ère escale saison 2012

Pr é

Ce regain d’intérêt pour le département est le fruit du lobbying réalisé par le Var Provence Cruise club créé en 2008 par la CCI du Var et le Conseil général pour fédérer les acteurs, promouvoir une offre touristique dynamique et structurée, positionner le Var comme une destination croisière incontournable en Méditerranée et finalement générer sur l’ensemble du territoire les retombées économiques de la croisière. L’estimation des retombées économiques des

mathez, dirigée par jean laget

20 vision 12 s

Des retombées économiques colossales

passagers de croisière pour le Var avoisine les 20 millions d’euros en 2012. Sur la seule ville de Toulon, les dépenses des croisiéristes sont évaluées en 2010 à 110 € par passager en tête de ligne (croisière en embarquement / débarquement) et 50 € par passager en transit (hors excursions). Dès lors, la croisière représente une réelle opportunité de développement touristique et économique. Premiers bénéficiaires ? Les entreprises qui gravitent autour du marché de l’excursion et les commerçants des villes escales. Une enquête réalisée en 2011 auprès des passagers et membres d’équipage de 6 navires et 5 compagnies permet d’estimer que 222.000 personnes ont visité Toulon et dépensé un total de 18,3 millions d’euros, dont 78% est consacré aux excursions et transports terrestres. Les croisiéristes font aussi le bonheur des commerçants du centre-ville de Toulon : « Une enquête de 2009 montre que 71% des chefs d’entreprises interrogés estiment bénéficier de retombées positives des croisières », souligne Bernard Albier, co-président des Vitrines de Toulon.

agent portuaire pour la société des voyages

Ob

S

ur le marché très convoité de la croisière, le port de Toulon/la Seyne et le Var ont chaque année un peu plus la cote auprès des compagnies. Alors que quatre ans plus tôt, 62 bateaux et 72.000 croisiéristes faisaient escale à Toulon, « 2012 sera une année historique pour les ports de la rade », estime Claude Orfila, président de la commission des affaires maritimes de la CCI du Var. Le port de Toulon et le môle d’armement accueilleront plus de 320.000 croisiéristes, 120 escales dont 10 escales inaugurales et trois nouvelles compagnies. Parmi elles, la Kristina Cruises opérera trois escales en tête de ligne totale et ses 650 passagers finlandais débarqueront à l’Aéroport International Toulon-Hyères avant de rejoindre le navire. La compagnie RCI assurera des têtes de ligne partielles avec un apport de 200 à 300 passagers chaque semaine. Enfin, trois navires appareilleront simultanément à plusieurs dates, portant à 10.000 le nombre potentiel de visiteurs à la journée. La rade toulonnaise concentre à elle seule 85% du volume total des passagers accueillis dans le Var. Toutefois, les 9 autres ports de mouillage du département ne sont pas en reste et se partageront en 2012 une centaine d’escales pour 40.000 à 60.000 passagers.

stéphanie rissel

20 jectifs 15

© Photo J. Walzl

Tourisme

passagers passagers passagers

Port de Toulon

escales escales escales de retombées économiques estimées pour le Var en 2012

www.var.cci.fr |  9


vie des entreprises

Formation

© Photo DR

Ecole des managers : immersion aux côtés des stagiaires

«

Parce que le métier de chef d’entreprise ne s’improvise pas, parce qu’il semble évident que la performance des entreprises dépendra avant tout de la compétence de leurs nouveaux dirigeants, le réseau des Ecoles des managers répond à la nécessité de professionnaliser le métier de chef d’entreprise », souligne Jacky Lebrun, président du réseau des Ecoles des managers. Ces écoles proposent aux futurs dirigeants repreneurs et aux dirigeants en projet de développement une formation innovante, pragmatique, tout de suite opérationnelle. Depuis 2010, le Var et la région Paca ont leur Ecole des managers. La formation, pilotée par la CCI du Var, permet d’accéder au diplôme de « Chef d’entreprise-développeur de PME » certifié de niveau 2 (master 1) et comprend trois phases : l’acquisition de connaissances, l’autodiagnostic et le plan d’action. En 2011-2012, huit dirigeants

// CCI à l’appui

© Photo Thinkstock

Les chefs d’entreprise bénéficient des expertises, de conseils et d’accompagnement de la CCI du Var et d’un réseau d’acteurs économiques et de dirigeants.

10 |  avril - juin 2012 • N°2

composent la seconde promotion varoise. Ils sont issus des activités économiques de l’agroalimentaire, de l’industrie métallurgique, de l’hôtellerie, ou du transport aéroportuaire. Leurs objectifs : pérenniser leur entreprise et acquérir la reconnaissance de leur savoir-faire du métier de chef d’entreprise au travers du diplôme.

Une réelle valeur ajoutée

De retour dans le cycle de la formation, « l’EDM nous sort de notre cocon, nous permet de prendre le recul nécessaire pour analyser la situation dans l’entreprise », confie Tanguy Daumas, qui envisage de reprendre l’entreprise familiale Popol à Saint-Cyr-sur-Mer. Elle présente aussi l’avantage d’être « dispensée par des formateurs issus du milieu professionnel », remarque Jérémie Mouttet, conducteur de travaux dans l’entreprise familiale CES (Constructions électroniques du Sud) à Brignoles. Au fil des séminaires, ils acquièrent les connaissances ou renforcent leurs compétences en stratégie, management, analyse financière, gestion, communication, ressources humaines et découvrent leur potentiel. Pour Pascal Cassien, gérant de la ferronnerie Cassien à Signes et diplômé l’année précédente, l’EDM – « Cette formation a été au moins aussi importante que mon compagnonnage » - lui a permis de porter un regard général sur son entreprise, de se positionner sur de nouveaux marchés. L’EDM permet finalement à ces chefs d’entreprises « de demain » d’être en veille sur les évolutions de leur environnement, de prendre conscience que le métier de chef d’entreprise s’apprend quelles que soient l’activité et la posi-

Une forte complicité et une grande confiance se sont installées entre les 8 stagiaires de la seconde promotion de l’Ecole des managers. Ils ont tous un projet de reprise dans les cartons : • L oïc Scolan d’Air Mer Terre 83 à Hyères, • Jérémie Mouttet, conducteur de travaux chez CES à Brignoles, • Catherine Belbeoc’h, salariée de la Sarl les cinémas de Saint-Raphaël, • Tanguy Daumas, salarié chez Popol à Saint-Cyrsur-Mer, • Xavier Cantillon, responsable des opérations chez Baumier SA à La Garde, •C  hristophe Grossetête travaille dans l’entreprise de plomberie Rosso à Ramatuelle, • Jerémie Mascleff de la Sarl Le Hameau Le Bastier à Ginasservis, • Christian Puren de l’aéroport de La Môle.

tion dans l’entreprise: « Nous maitrisons tous techniquement notre métier, mais l’acquisition de connaissances dans le management des hommes, la fiscalité… est indispensable », confie Catherine Belbeoc’h, salariée au sein de l’entreprise familiale des Cinémas Lido de Saint-Raphaël.

Tester son projet grandeur nature

Au-delà de cette découverte mutuelle, ces futurs repreneurs « testent » aussi leurs idées. Elles vont de la redéfinition du positionnement stratégique en passant par le développement à l’international, la conquête de nouveaux clients, la prise en compte des nouvelles technologies, la refonte du système de vente, une nouvelle implantation de l’entreprise ou la réalisation d’opérations de croissance externe. Ecole des managers Var • Tél. 04 94 22 63 67 • nicole.goutfer@var.cci.fr • www.reseau-edm.com

var eco news


vie des entreprises Travaux publics

Fabre TP,

Histoire d’une transmission réussie près avoir exercé de nombreuses responsabilités au sein de filiales de groupes leaders dans les services à l’environnement, Alexandre Astoul a voulu devenir son propre patron. Une réalité qu’il touche du doigt depuis quelques semaines, depuis que Christian Fabre a décidé de raccrocher après 30 années passées à la tête de Fabre TP, entreprise de travaux publics, située à La Londe-les-Maures. « L’idée de me mettre à mon propre compte me trottait depuis longtemps dans la tête. Avec la reprise de Fabre TP, j’ai trouvé l’entreprise pour laquelle mettre à profit mes expériences, mes compétences et mon carnet d’adresses en local. » Toutefois, Alexandre Astoul ne se retrouve pas seul aux commandes du jour au lendemain. Pour son apprentissage du métier de chef d’entreprise, il sait pouvoir compter sur l’Espace Entreprendre de la CCI du Var, qui le suit depuis le début. Il est aussi candidat à un PRTE (prêt régional à la transmission-reprise d’entreprise) auprès de la région Paca et est devenu lauréat du réseau Entreprendre Paca. Enfin, Christian Fabre et son épouse vont accompagner la transmission les premiers mois : « Son expérience, ses compétences, son charisme dans ce métier me permettront grâce à son accompagnement de perfectionner les notions techniques et de me transmettre ses relations clients », explique Alexandre Astoul.

© Photo DR

A

Après 30 années passées à la tête de Fabre TP, Christian Fabre a transmis son entreprise à Alexandre Astoul.

// CCI à l’appui « Créer ou reprendre une entreprise, c’est un métier que j’ai découvert avec le soutien de l’Espace Entreprendre. Ma conseillère me suit depuis le début. Au cours de cinq ou six rendez-vous, elle m’a aidé à mûrir mon projet, elle m’a orienté vers le réseau Entreprendre Paca, elle m’a accompagné pour le montage financier de mon dossier, notamment pour solliciter un PRTE auprès de la région Paca. »

Une entreprise à potentiel de croissance

Malgré une concurrence importante, le jeune repreneur souhaite pérenniser une clientèle variée et fidèle, composée de caves viticoles, de promoteurs, d’architectes, d’institutions, de groupes de travaux et de particuliers. En 2010, l’entreprise réalisait un peu moins d’1,8 million d’euros de chiffre d’affaires, en croissance de 14%, et employait 9 salariés. « A l’heure de la reprise, sa situation démontrait une capacité à se développer. Nous avons atteint fin 2011 un chiffre d’affaires d’1,85 million d’euros, nous bénéficions pour l’année 2012 d’un carnet de commandes prometteur et la société jouit d’une certaine stabilité en raison de la diversité de sa clientèle », détaille Alexandre Astoul. Dès lors, en s’appuyant sur cette dynamique, les compétences des salariés, le parc matériel existant et son expérience passée, Alexandre Astoul souhaite donner un nouveau souffle à l’entreprise de travaux publics, notamment par la diversification des services proposés autour des métiers de l’assainissement, un domaine qu’il maitrise parfaitement. Dès l’installation de l’entreprise en cours d’année dans de nouveaux entrepôts, situés à La Londe, il prévoit aussi la création d’une unité de tri et revalorisation des déchets inertes, une manière d’optimiser les déchets de l’entreprise et d’apporter sa contribution au respect de l’environnement. Dans ce contexte, il prévoit une croissance de 2% de son activité, la pérennisation et la création d’emplois dès 2012… Des objectifs volontairement réalistes, mais que l’entrepreneur ne cache pas vouloir dépasser. FABRE TP : www.terrassement-fabre.com - Tél. 04 94 66 86 43

Espace Entreprendre • Tél. : 04 94 22 81 38 • espace.entreprendre@var.cci.fr

le magazine économique de la chambre de commerce et d’industrie du var

www.var.cci.fr |  11


vie des entreprises BTP

ils ont choisi le var...

amiantec, Le n°1 du désamiantage est varois

CID Création Import Distribution

alors que le désamiantage est devenu le sésame indispensable des professionnels de la déconstruction, le réseau amiantec propose aux entreprises du btp d'obtenir la certification de manière économique, sûre et de relever ensemble le défi de l’amiante avec un concept éprouvé

www.cid-creation.com

P

récurseur sur le marché du désamiantage et fort d’une expérience dans l’assistance à la maitrise d’ouvrage acquise au travers de son entreprise AEB expertises, spécialisée dans les diagnostics techniques du bâtiment et diagnostics avant travaux et démolition, Jean-Michel Plazy a identifié et compris les difficultés des professionnels de la déconstruction face à l’amiante. Pour eux, il a imaginé Amiantec, une solution globale pour devenir désamianteur et ainsi leur offrir « l’opportunité de ne pas laisser ce marché à des concurrents ou la marge à des sous-traitants.» Avec son vice-président et partenaire financier, Paul-Henri Sapet, ils ont su s'entourer d'une équipe dynamique et expérimentée.

Vita Api

jean-michel plazy

président fondateur d’amiantec

Une solution globale

Depuis 2007, seules les entreprises certifiées ont le droit de manipuler « Notre slogan : l’amiante. En 2012, seules 410 entreprises ont une certification Afnor l’amiante, c’est complexe mais ou Qualibat pour ces travaux. «Un chiffre bien inférieur aux besoins pas compliqué ! » réels du marché. Aujourd’hui, les démolisseurs perdent des parts de marché faute d’être certifiés. Et, s’ils souhaitent se lancer dans le désamiantage, il leur faut 18 à 24 mois pour adopter les bonnes pratiques et la certification indispensable», explique Jean-Michel Plazy. Dès lors, la solution du réseau Amiantec tombe à pic sur un marché en pleine expansion. « En nous appuyant sur des formations, des process éprouvés pour les démarches administratives et techniques, une équipe expérimentée, nous pouvons proposer aux professionnels du BTP, qui s'impliquent et s'engagent totalement, de décrocher leur certification en moins de 10 mois. Surtout, nous leur apportons les outils qui leur permettront de libérer le temps nécessaire pour faire leur métier originel», détaille Jean-Michel Plazy.

La force d’un groupe

son propre centre de formation Lancé le 26 avril 2010, doté au désamiantage sur le territoire d’une force commerciale au de l’agglomération toulonnaise mois de septembre 2010, le pour profiter des synergies créées réseau compte déjà 15 partepar le réseau et offrir un réel coup naires affiliés, présents dans 16 de pouce au secteur du BTP. «En départements. Une réussite qui élevant le niveau de compétences conforte le dirigeant et lui perdes professionnels du BTP, ils met « d’entrevoir l’avènement Partenaires vont gagner de nouveaux marrapide d’un réseau puissant et chés et développer l’emploi dudynamique. » A l’horizon 2015, Jean-Michel Plazy s’est fixé un double objectif rable - seuls les CDI sont autorisés dans le cadre de 80 partenaires et de 80% de couverture du du désamiantage - dans ce secteur, primordial territoire national. Pour ancrer encore plus son pour l’économie de notre département. » leadership, Amiantec ouvrira prochainement Amiantec : www.amiantec.com – Tél. : 04 94 09 48 35 12 |  avril - juin 2012 • N°2

Huit ans après sa création par Christophe Otulakowski et Khanh Quach, CID séduit plus que jamais la clientèle des rayons « extérieur jardin » grâce à des collections innovantes et créatives. Positionnée sur le moyen haut de gamme, résolument créative, l’entreprise a été récompensée à deux reprises par un prix d’innovation technologique pour le design de son modèle de bain de soleil «Diva» en 2010 et pour son coussin articulé «Coussin Magic» en 2011. Un bureau de recherche et développement est intégré à l’entreprise. L’équipe est composée de 17 salariés et devrait encore s’étoffer en 2012 pour renforcer la logistique puisque CID vient de construire l’extension de son bâtiment logistique situé à proximité de son siège sur le Parc d’activités de Signes. Aux premiers 2.000 m² en fonction depuis novembre 2010 viennent s’ajouter 1.100  m².

Dix ans après sa création, Vita Api vient d’emménager dans de nouveaux locaux à La Seyne-sur-mer. Ses produits - Proselem, Ultraselem, Trianox - référencés comme compléments alimentaires auprès de l’Afssaps, sont issus d’une ingénierie pointue et innovante mise au point par les deux fondateurs de l’entreprise : Henri Oréal, biologiste et Jean-Pierre Brune, ingénieur électronicien. Vita Api emploie 4 personnes au siège de la Seyne et participe à la création de nombreux emplois induits en région : production à Montpellier, conditionnement à Vendargues (34), mise en boîte par l’Esat (Centre d’aide par le travail) de Solliès-Pont, impression des emballages et documents promotionnels à La Valette, agents commerciaux. Distribués en pharmacie, parapharmacie, magasins diététiques et via son site Internet, les produits Vita Api ont récemment obtenu l’agrément de la FDA (Federal Drug Administration) et une filiale aux Etats-Unis vient d’être créée. www.vita-api.fr

Pairan France

Fort d’une expérience de 30 ans dans l’électronique puis le solaire, le groupe allemand Pairan a souhaité se développer à l’international en occupant le terrain en Europe. Il a donc ouvert une filiale dans le Var à La Farlède en février 2011. Spécialisé dans la fourniture de solutions globales dans le domaine du photovoltaïque, Pairan a pour objectif de rayonner dans l’Hexagone. A la tête d’une équipe de 10 personnes, Franck Rivas-Manzo, directeur général de Pairan France, réalise 40% de son activité en Paca. Il propose sa double expertise – construction clé en main de systèmes photovoltaïques et commercialisation de ses produits modules, onduleurs et trackers solaires – aux installateurs, distributeurs et travaille en direct avec le client final pour les plus gros projets. www.pairan.fr

Var accueil investisseurs : • Tél. : 04 94 22 80 06 • vai@var.cci.fr • www.var-invest.com

Retrouvez d’autres portraits d’entreprises varoises en ligne

>

var eco news


vie des entreprises Communication

Angelis, les anges gardiens de la com’ D

eux couteaux suisses de la communication globale, Philippe Albertini, directeur et 15 ans de communication et Rémy Grima, directeur artistique, 12 ans de métier, ont associé leurs compétences graphiques et technologiques pour créer Angelis. Cette agence de communication globale Made In Toulon est née de plusieurs envies : « L’envie d’authenticité et de retour aux sources. L’envie de se rapprocher de certains clients et de placer l’humain au cœur de cette nouvelle activité. »

© Photo DR

Travailleurs de l’ombre

le magazine économique de la chambre de commerce et d’industrie du var

Studio graphique, conseil en communication, régie publicitaire, pilotage des relations presse, création de sites web, conseils print… « La force d’Angelis communication est notre capacité à utiliser toutes les techniques de communication pour apporter à chacun de nos clients une réponse unique et créative », explique Philippe Albertini. Pour cela, les

deux associés travaillent avec un réseau de collaborateurs, qu’ils considèrent comme une vraie équipe. Convaincus aussi que la meilleure communication est celle qui est induite, Philippe Albertini et Rémy Grima sont deux travailleurs de l’ombre. « Nous ne sommes pas là pour imposer un style. Chacun de nos clients à sa propre imagination, une histoire, une perception… A nous d’instaurer une relation de partage pour déceler ce qu’ils ressentent et ainsi leur donner ce qu’ils attendent, leur donner une voie, un chemin et finalement une communication pertinente et fidèle à leur image », confient les deux associés. Leur mission est ainsi de mettre leur art, leur sensibilité, leurs connaissances au service des entreprises, institutions et collectivités de la région Paca pour les aider à se projeter dans l’avenir et les accompagner « à devenir quelqu’un. »

ANGELIS : www.angeliscom.fr - Tél. : 04 94 98 67 96

www.var.cci.fr |  13


PROSPECTIVE prospective

Demain, un aéroport connecté au monde entier

© Photo JC Devilalrd

avec les risques d’augmentation des coûts du pétrole, la redistribution des cartes entre les compagnies, l’extension d’un modèle low-cost… 2012 s’annonce comme une année charnière voire délicate. l’univers aéroportuaire est appelé à se recomposer au sein duquel l’aéroport international toulonhyères, situé au cœur du premier département touristique français, a une carte à jouer

E

n 2011, l’Aéroport International Toulon-Hyères a accueilli plus de 578.000 passagers, en progression de 15% par rapport à 2010. Malgré une offre de plus en plus abondante et de plus en plus diversifiée à Marseille et Nice, il a aussi conservé son public et même enregistré la 4e meilleure progression domestique des aéroports français. En 2012, l’Aéroport International Toulon-Hyères aura pour la première fois 10 lignes domestiques et internationales puisque la jeune compagnie espagnole Volotea vient de confirmer qu’elle reliera dès cet été Toulon à Bordeaux et Nantes. Situé au cœur du premier département touris-

14 |  avril - juin 2012 • N°2

tique, convivial et à taille humaine, l’Aéroport International Toulon-Hyères représente de plus en plus une alternative intéressante pour tout nouvel opérateur qui ne veut pas s’exposer directement à l’hyper concurrence des trois principales compagnies, Air France, Ryanair, Easyjet. Dans ce contexte, les équipes de l’aéroport varois visent plus que jamais la conquête de nouvelles lignes et travaillent d’arrache pied pour ouvrir le département au reste du monde en le reliant à un hub et proposer une offre diversifiée. - L’ouverture d’un hub reste la priorité des priorités pour le Président de la CCI du Var,

Jacques Bianchi, qui regrette que la compagnie nationale ne s’intéresse pas davantage au développement de l’Aéroport International ToulonHyères, pourtant installé au cœur du premier département touristique de France (après Paris). Chaque année, 8% des passagers empruntant les aéroports de Marseille et Nice (1,3 million de passagers) ont comme destination finale le Var. L’Aéroport International Toulon-Hyères est aussi le 6e aéroport français en termes de passagers à destination d’Orly. Malgré cela, il n’est pas connecté à Paris Charles–de-Gaulle au contraire des principaux autres aéroports français. Cette var eco news


Prospective

«anomalie » mobilise l’ensemble des collectivités territoriales aux côtés de la CCI du Var. Pour la direction de l’aéroport, une liaison Toulon-Paris CDG est indispensable pour assurer la continuité de service et de liaison entre Toulon et le reste du monde et son potentiel est estimé à 150.000 passagers. Toutefois, à ce jour, Air France s’y refuse considérant que cela va en l’encontre de sa base province. Dès lors, si les démarches du gestionnaire visent prioritairement Paris CDG, « la CCI du Var explore toutes les pistes, parmi lesquelles Francfort ou Madrid », confie Jacques Bianchi.

- L’avenir de l’aéroport passe aussi par la conquête de nouvelles lignes stratégiques. L’ouverture de lignes européennes en direction de la Scandinavie, de l’Allemagne, de la GrandeBretagne ou de la Suisse permettrait aux touristes d’atterrir au plus près de leur lieu de villégiature. Le développement du trafic affinitaire en direction de la Corse et du Maghreb constitue un autre axe de croissance. Alors que le port de Toulon devient un port d’escale majeur pour la croisière, l’Aéroport International Toulon-Hyères accueillera dès cette année et à trois reprises plus de 200 Finlandais en pro-

le magazine économique de la chambre de commerce et d’industrie du var

venance d’Helsinki. « Nous pouvons délivrer un service de qualité, sur-mesure, réactif et ainsi nous distinguer de nos voisins pour envisager l’ouverture de lignes en lien avec les croisières », souligne Fabrice Créon, directeur de l’Aéroport International Toulon-Hyères.

Aéroport international Toulon-Hyères www.toulon-hyeres.aeroport.fr

www.var.cci.fr |  15


dossier

Les Rendez-vous Jeune Entreprise

Vous avez récemment immatriculé votre entreprise ? La CCI du Var vous invite à des rencontres entre dirigeants, organisées dans le Var, pour garder le contact et rompre l'isolement, vous informer sur nos services, mieux vous connaître, répondre à vos questions et vous aider à développer votre réseau professionnel. • Tél. : 04 98 11 41 54

16 |  avril - juin 2012 • N°2

var eco news


dossier

Jeunes entreprises, Les clés pour bien grandir la création d’entreprises contribue au dynamisme et au renouvellement du tissu économique. dès leurs premières années d’activité, les jeunes entreprises doivent créer de l’emploi, générer de la croissance, de l’innovation… leur survie est primordiale, leur accompagnement tout autant

L

a région Paca se caractérise par un taux de création supérieur à la moyenne nationale mais… elle est également marquée par un taux de défaillances important. La phase de démarrage constitue une étape cruciale tant pour l’entreprise naissante que pour le nouveau dirigeant et nombre d’entrepreneurs rencontrent des difficultés auxquelles ils ne sont pas préparés : « Comment convaincre les banques ? Quelles assurances contracter ? Comment déclarer sa TVA ? Comment fidéliser sa clientèle ? comment se mettre aux normes ? » Quand on démarre une entreprise, les préoccupations sont nombreuses : le nouvel entrepreneur doit développer son entreprise, mais aussi assumer des tâches administratives, comptables, commerciales, il doit étoffer et manager ses équipes, se constituer un réseau…

L’accompagnement, un facteur clé de succès

L’accompagnement permet d’apporter des solutions aux préoccupations du nouveau dirigeant et de l’aider à mettre en place la stratégie nécessaire à l’amorce de la phase de développement de son entreprise. Il apparaît en cela comme un facteur fondamental de la pérenni-

le magazine économique de la chambre de commerce et d’industrie du var

sation : les statistiques nationales montrent que le taux de pérennité à trois ans des entreprises créées est en effet très nettement supérieur lorsque le futur entrepreneur a été accompagné sur son projet : ce taux de pérennité atteint en moyenne 75% au lieu des 50% attendus, (en moyenne toujours), pour les entreprises non accompagnées. Dans ce contexte, les Chambres de commerce et d’industrie se positionnent comme des partenaires naturels des jeunes entreprises. En effet, nombre d’entre elles ont bénéficié des dispositifs d’appui consulaires en amont de leur création ou de leur reprise et l’accompagnement de la jeune entreprise se fait alors dans une logique de continuité. 80% des entreprises suivies par l’Espace Entreprendre de la CCI du Var sont des entreprises ayant été accompagnées sur leur parcours amont de création ou de reprise. La CCI du Var a choisi d’avoir une présence renforcée auprès des

nouveaux entrepreneurs considérant comme un enjeu majeur de contribuer à l’amélioration de la pérennité des entreprises varoises. Son équipe Espace Entreprendre est dédiée à l’accompagnement de l’émergence des projets ainsi qu’à l’accompagnement post création ou post reprise des nouveaux entrepreneurs et déploie pour cela des offres d’appui complètes, structurées, adaptées et personnalisées. Forts de leur connaissance transversale de l’entreprise, (financement, commercial, juridique, fiscal, social…), les conseillers de l’Espace Entreprendre sont aux côtés des nouveaux entrepreneurs et les aident à faire face aux enjeux de leurs premiers développements.

75%

des entreprises accomapgnées passent le cap des 3 ans

www.var.cci.fr |  17


dossier Accompagnement

Les CCI, des partenaires privilégiés Témoignage

Un accompagnement individuel et sur-mesure

L’offre d’accompagnement dédiée aux nouveaux entrepreneurs propose un conseil personnel sous forme de « rendez vous conseil » dans l’entreprise (ou à la CCI) de façon à pouvoir établir, avec l’entrepreneur et pour l’entrepreneur, un diagnostic de situation. Cet échange doit permettre au chef d’entreprise de prendre le recul nécessaire à la détection et à l’anticipation de ses besoins ou de ses difficultés éventuelles, l’aider à en identifier les causes et à en mesurer les conséquences, puis de l’accompagner dans la recherche de solutions et dans la mise en place des actions correctrices si nécessaire. « Nous portons un regard transversal et extérieur sur l’entreprise permettant ainsi au dirigeant de prendre le recul indispensable à une vraie lisibilité de son entreprise. Cela l’aide à se recentrer sur son activité, à détecter et à anticiper les éventuelles problématiques, à en identifier les causes, à en mesurer les conséquences ; ces échanges instaurent une réelle relation de confiance qui permet ensuite la recherche constructive de solutions » , précise Sylvie Dantzer, manager de l’Espace Entreprendre.

Le travail en réseau

L’équipe Espace Entreprendre est également « assembleur de compétences. » Sa connaissance précise des compétences internes de la CCI du Var et également de celles des différents acteurs externes qui se positionnent dans l’environnement de proximité de l’entreprise et avec lesquels elle travaille en étroite collaboration, lui permet de créer des liens à valeur ajoutée vers le réseau des partenaires. « L’objectif est de mettre en synergie, à bon escient, autour de la jeune entreprise, toutes les ressources mobilisables pour optimiser les conditions de son développement », explique Sylvie Dantzer. L’offre d’accompagnement de la nouvelle entreprise propose également en complément : - Des rencontres à thèmes (recrutement, analyse du bilan, stratégie commerciale, assurance de l’entreprise…) répondant à des problèmes techniques précis et favorisant l’échange d’expériences entre dirigeants, -D  es modules de formation « sur mesure », - De l’information ciblée et actualisée. Espace Entreprendre • Tél. : 04 94 22 81 38 • espace.entreprendre@var.cci.fr

18 |  avril - juin 2012 • N°2

© Photo DR

S

e former, être conseillé, bien recruter, anticiper ses besoins de financements sont les clés de voute de la croissance de la jeune entreprise. Pour ne pas laisser seul le nouveau dirigeant face à un problème ou à ses premiers enjeux, pour l’aider à opter pour la bonne stratégie, l’Espace Entreprendre de la CCI du Var est à son écoute.

« pour réussir ses premiers pas, Tout est bon à prendre » Jean Monteiro, dirigeant de l’entreprise CERM à Saint-Raphaël, qui emploie 10 salariés et a réalisé en 2011 un chiffre d’affaires d’1 million d’euros.

J

ean Monteiro a repris les rênes de l’entreprise CERM (Saint-Raphaël) en 2008. Spécialisée dans la mécanique de précision et la réalisation de moules et l’injection, l’entreprise intervient principalement dans les secteurs du BTP, de l’outillage professionnel, de l’électronique, du médical et de la mécanique de précision. Deux ans après la reprise, le dirigeant a fait appel aux services de l’Espace Entreprendre pour se développer.

Pour quelles raisons avez-vous sollicité l’Espace Entreprendre de la CCI du Var ?

Deux ans après la reprise, je souhaite désormais percer sur le marché du médical. Avec l’aide de la CCI du Var, je constate les premières réalisations concrètes en matière d’emploi et d’aides à l’investissement. Nous avons monté, avec l’Espace Entreprendre, un dossier ANNC (Activités Nouvelles / Nouvelles Compétences) pour le recrutement d’une personne, entrée au mois de mars 2012 pour la qualité et le suivi de projet. Ce dispositif cofinancé par la région Paca et piloté par le CNAM Paca ne laisse à charge de l’entreprise durant les six premiers mois, qu’un coût de 5.500 euros net. Pendant tout ce temps, nous pouvons nous consacrer à la formation du pilote de projet avant son embauche en CDI et à la réussite de notre projet d’entreprise. Grâce à ce programme, nous avons pu anticiper nos besoins humains, mais aussi apporter davantage d’attention et de temps à la formation, ce qui permettra à la

nouvelle recrue d’être totalement opérationnelle le jour de son embauche en CDI.

Vous êtes également accompagné sur le volet financier de l’investissement ?

En effet, la production à destination des distributeurs de consommables dans les domaines du médical et de la pharmacie sera lancée en septembre. Pour cela, nous devons équiper notre atelier d’une salle propre certifiée ISO8 (salle blanche). Cet investissement doit nous permettre de franchir un nouveau cap – 10 emplois à la clé – et nous avons donc sollicité, avec le concours de l’Espace Entreprendre, un Prêt Régional de Développement pour l’Emploi financé par la région Paca. Le PRDE nous aidera à nous développer de façon sereine.

Avec le recul, quels conseils donneriezvous aux jeunes entrepreneurs ?

Dans le cadre d’une reprise, je pense qu’il est primordial d’être du métier, de connaître le marché, d’avoir un réseau dans le secteur d’activité.

Et que diriez-vous des réseaux d’accompagnement ?

Tout est bon à prendre quand on fait ses premiers pas d’entrepreneur. Lorsqu’un besoin, une difficulté émergent dans l’entreprise, il ne faut pas hésiter à solliciter ces réseaux d’accompagnement. Ils sont très réactifs, connaissent le monde de l’entreprise. Ils nous aident à y voir plus clair parmi les nombreuses aides existantes et à mobiliser les bons arguments pour décrocher ces aides. var eco news


premiers pas

La pérennité d’une entreprise se joue à la création L

es chiffres le confirment régulièrement : cinq ans après sa création, seulement un peu plus d’une entreprise sur deux maintient son activité. Les chances de pérennité dépendent pour une grande part des conditions dans lesquelles le créateur a préparé son projet et notamment :

L’investissement initial

Quelle que soit l’entreprise créée, le montant de l’apport en fonds propre doit être en pleine cohérence avec les besoins prévisionnels identifiés comme nécessaires au démarrage de l’activité. L’apport personnel du futur entrepreneur doit être significatif afin de permettre l’effet de levier attendu auprès des financeurs privés et/ou publics. Cet équilibre financier au démarrage est un des principaux facteurs clé de succès de la nouvelle entreprise, une des principales causes de mortalité à 5 ans étant le manque de fonds propres au démarrage.

Cursus de formation, expérience professionnelle et motivation du futur entrepreneur

Quelle que soit l’entreprise créée, la formation initiale du porteur de projet, sa connaissance du secteur d’activité, son expérience professionnelle éventuelle seront des atouts indéniables de son projet. De même, ses moti-

le magazine économique de la chambre de commerce et d’industrie du var

vations et celles de son entourage contribueront de façon importante à sa réussite. Ces aspects de ce que l’on appelle « l’adéquation homme/projet » sont les garants du réalisme et de la faisabilité du projet.

Accompagnement des premières années

Nous l’avons vu ci-dessus, si créer une entreprise est un exercice compliqué, la développer l’est tout autant … Une des erreurs les plus fréquentes des dirigeants de jeunes entreprises est d'avancer sans objectifs précis. Ainsi, quand l'entreprise se développe, elle dilue souvent ses activités ; pourtant, cette phase de croissance est à de nombreux égards comparable avec le démarrage de l'activité et mérite autant d’attention et de suivi. Le dirigeant d'entreprise doit veiller à respecter une méthodologie tout aussi précise pour éviter les erreurs stratégiques qui pourraient remettre en cause la pérennité de l'activité. Pour les accompagnateurs, un des challenges du suivi des jeunes entreprises est d'apporter une aide et des outils aux entreprises à potentiel. Il faut donc encourager les entrepreneurs à ne pas rester seuls, à rompre leur isolement en s’appuyant sur les offres d’accompagnement qui leur sont faites, en s’appuyant sur le réseau des partenaires qui se veulent « acteurs de leur réussite. »

www.var.cci.fr |  19


dossier Témoignages

Réseaux d’accompagnement ou entrepreneurs aguerris, ils livrent leurs conseils l’équipe espace entreprendre de la cci du var travaille en synergie et complémentarité avec le réseau des partenaires varois, la mutualisation et l’optimisation des « savoir faire » au bénéfice des entreprises étant au cœur de ses préoccupations. partenaires professionnels, institutionnels, structures associatives, publiques, privées… chacun apporte sa propre valeur ajoutée dans l’accompagnement des entrepreneurs. certains d’entre eux nous livrent leurs conseils et reviennent sur les erreurs à éviter…

bernard cadif

président de la section var du réseau entreprendre paca

  Pour bien grandir aujourd’hui il faut être structuré, réfléchi et conscient des difficultés que l’on risque de rencontrer sur sa croissance. Il faut prendre la mesure de son marché, son potentiel de développement et bien évidemment celui-ci lié a son développement propre. Rien ne sert de perdre son temps sur un marché saturé, en perte de vitesse, mature. »

  En ces temps de crise, une jeune entreprise doit prendre en compte l’aspect financier, le renforcement des impayés, et donc prévoir un besoin en trésorerie plus important, ce qui est pour une jeune entreprise un sujet sensible. Elle doit aussi avoir conscience que les partenaires financiers, eux aussi dans une situation européenne beaucoup plus compliquée, sont encore plus vigilants et demandent de plus en plus de garanties. »

  On a tendance, lorsque l’on est jeune créateur ou repreneur, à vouloir aller trop vite. Il faut réussir à prendre du recul afin d’analyser la situation et éviter la chute. Un bon conseil - expert-comptable, ami chef d’entreprise ou encore accompagnateur comme dans le réseau Entreprendre Paca – peut permettre d’éviter le pire. »

thierry tassery

  Il faut arrêter de penser que l’économie crée de l’économie. Ne pas payer un conseil, un expert comptable ou un avocat, c’est créer une situation où les économies apparentes créent des charges futures. C’est une mauvaise économie. Il faut savoir s’entourer et écouter. »

  Partir avec

président de var initiative

une banque dès la création de l’entreprise est primordial pour la suite. Le banquier vous connaît mieux, vous fait confiance et peut assurer plus facilement le développement de l’entreprise. »

gilles grandval chargé relation clients,

  Pour bien grandir, un jeune entrepreneur doit définir une stratégie, bâtir un business plan réaliste et le faire évoluer régulièrement, disposer de bons outils de pilotage (tableau de bord, suivi de rentabilité par chantier ou commande…), connaître son seuil de rentabilité et ses marges, mener une veille concurrentielle avant la création et la mettre à jour. Il ne doit pas non plus négliger le capital humain. Enfin, il doit s’entourer de bons partenaires (financiers, assureurs…), de bons conseils (expert-comptable, experts juridiques, organisationnels) et d’autres chefs d’entreprise du même secteur (réseaux, syndicats). »

grant thornton provence méditerranée

© Photo Thinkstock

20 |  avril - juin 2012 • N°2

  Certains jeunes entrepreneurs confondent chiffre d’affaires, trésorerie et résultat, font une mauvaise détermination de leurs prix de revient, n’anticipent pas les creux de trésorerie et notamment les échéances fiscales et sociales ou n’ont pas prévu de relance clients ou gèrent mal leurs stocks. Ces erreurs de jeunesse peuvent remettre en cause le bon développement de l’entreprise. » var eco news


lors de la 10e édition du salon var up, des entrepreneurs varois ont été mis à l’honneur. ils fêtaient tous leur longévité. trois d’entre eux ont remonté le temps pour délivrer des conseils inspirés de leurs propres expériences

© Photo DR

yann jamain

dirigeant traiteur lebaron, à brignoles

  Il ne faut jamais crier victoire. Ni au bout de 3 ans, ni au bout de 5 ans, ni au bout de 10 ans. L’entreprise vit au milieu d’influences dont les plus redoutables sont, à mon sens, la concurrence et la fiscalité. On a beau le dire, l’expliquer, tant qu’on ne l’a pas vécu, on ne le comprend pas : il ne faut pas confondre chiffre d’affaires et bénéfice. En année 1, on crée du chiffre d’affaires. Pour peu que l’activité ait généré du résultat, en année 2, on paie l’impôt sur les sociétés. Mais aussi dans la foulée les deux premiers acomptes. Et en début d’année 3, encore un acompte. Avant une régularisation en juin de l’année 3 en fonction de l’année 2. Ce système a la perversité de vider l’entreprise de sa substance première : sa trésorerie. Or, pour peu que l’année 3 démarre difficilement, la régularisation de la TVA, les charges de janvier puis celles d’avril finissent par vous mettre à terre. Il est donc important

  Pour passer le le cap des 3 ans, il faut être très pointu dans son domaine d'activité et le faire savoir, ne pas être trop gourmand au niveau salaire et être passionné. »

jacques bramardi

© Photo DR

  Un jeune entrepreneur ne doit pas rester seul. Il doit s’entourer d’un expert-comptable, d’avocats, d’un informaticien, d’une agence de communication. Tout ce qui permet en outre de faire connaître son expertise est important. Dans ce contexte, les réseaux ne sont qu’un des multiples moyens. »

dirigeant de l’entreprise bexter à la seyne-sur-mer

  Pour franchir le cap des trois ans, il faut, à mon avis, être aidé par un expert-comptable qui établisse, suivant le prévisionnel de l’affaire, un état des provisions de charges. Il faut placer ces provisions afin de ne pas toucher à sa trésorerie pour solder les réajustements de charge. C’est plus facile à dire qu’à faire, mais si on veut aller loin, c’est la solution idéale. »

  Les structures d’accompagnement sont importantes. Notre CCI du Var accompagne l’entrepreneur dans le bon choix de son idée, le guide sur son secteur d’activité et l’aide à choisir ses partenaires. Un jeune entrepreneur doit aussi avoir un bon banquier et un bon expert-comptable pour approuver les choix de l’entreprise ou donner l’alerte avant une catastrophe. »

de mettre de l’argent de coté pour pouvoir faire face à ces besoins. C’est pour cela que la ou les premières années d’existence, les jeunes entrepreneurs prévoyants ne s’attribuent que peu ou pas de rémunération, de manière à créer leur fond de roulement. Mais pour mettre de l’argent de coté, encore fautil que l’entreprise soit rentable. Dans un monde concurrentiel, il est primordial de maitriser ses marges. C’est la base même de l’activité. Et parfois, il faut savoir dire non pour gagner de l’argent. Ou du moins ne pas en perdre. Il faut éviter de tirer les prix vers le bas. Chaque affaire doit être traitée indépendamment de la précédente et de la suivante et doit générer de la marge. Ou alors, on entre dans une spirale dont personne ne sortira vainqueur. Et à ce jeu, il vaut mieux laisser gagner le concurrent ! »

le magazine économique de la chambre de commerce et d’industrie du var

  Pour développer mon affaire, j’ai pour ma part privilégié une communication active afin de créer une image de marque et un nom. Puis j’ai assuré la progression de l’entreprise avec des partenariats solides et la constitution d’un réseau large. »

pierre-eric simon

dirigeant de crystal froid à hyères

  La clé de la réussite consiste à être bien conseillé et bien accompagné de manière à anticiper tous ces écueils. D’où l’intérêt d’avoir un bon expert-comptable, un bon notaire, etc… Le salon Var-up permet d’avoir accès à tous ces conseils en un seul jour et en un même lieu.» «L’entreprenariat, même ponctué de hauts et de bas, est une formidable aventure. Il faut du courage, mais on a la satisfaction de créer quelque chose, d’avoir une responsabilité sociale et surtout d’être indépendant. Avec le risque malheureusement, en cas d’échec, d’être seul aussi. Parce que le système ne protège pas les entrepreneurs, créateurs d’emplois, qui risquent de perdre beaucoup d’argent et de se retrouver sans rien (protection sociale, chômage…) » www.var.cci.fr |  21


cci décodée Développement territorial

Urbanisme commercial, La CCI du Var déterminée à jouer son rôle

© Photo Thinkstock

alors que la cci du var ne siège plus dans les commissions départementales d’aménagement commercial, l’évolution du contexte réglementaire lui offre aujourd’hui l’opportunité de revenir dans le jeu. forte de son expertise, de sa connaissance du terrain, elle se positionne auprès des collectivités locales pour bâtir les bases d’un développement commercial maîtrisé

22 |  avril - juin 2012 • N°2

E

n 2011, l’étude prospective Var 2030, réalisée Méditerranée. Ce secteur mérite donc toutes les par le Conseil général, a révélé l’impérieuse attentions et doit pouvoir se développer dans les nécessité pour les élus politiques et acteurs éco- meilleures conditions. nomiques de prendre en mains leur avenir, notam- Les élus de la CCI du Var, représentants des entrement sur le volet économique. « Dans ce contexte, prises, sont conscients de l’importance du coml’urbanisme commercial constitue un sujet brû- merce pour l’animation et la qualité de vie des terlant, tant il impacte d’autres secteurs », souligne ritoires, de son apport en matière de dynamisme Jacques Bianchi, président de la CCI du des économies locales et en termes de Var. L’urbanisme commercial est deve- Nous avons création d’emplois. Les projets doivent nu un enjeu pour les villes, mais aussi identifié la se poursuivre pour répondre aux bepour l’économie locale. Pourtant les nécessité de soins des consommateurs. Toutefois, la choisir plutôt chambres consulaires ne siègent plus que de subir, CCI du Var souhaite avec les collectivités au sein des Commissions départemen- en complémen- trouver le juste milieu pour ne pas nuire tales d’aménagement commercial. La tarité avec les à l’équilibre commercial. Un équilibre à loi en a décidé ainsi en 2008 : « La voix collectivités. trouver entre la production à grande vides professionnels locaux n’est plus tesse de m² commerciaux, la nécessaire entendue et de nombreux m² se créent sans que la liberté d’entreprendre et le risque d’apparition CCI ne puisse se prononcer », souligne Michel Gilly, de zones de déshérence, de friches commerciales. président de la commission commerce de la CCI du Un équilibre à l’échelle varoise aussi puisque la Var. chambre, de par sa couverture géographique, évolue sur un périmètre plus large que les SCoT et peut Un développement maîtrisé ainsi jouer un rôle d’interface entre collectivités. Pour éviter la course folle aux m² et favoriser un développement économique harmonieux, les col- Expertise, représentativité, objectivité lectivités cherchent de plus en plus à maitriser les Grâce à sa bonne connaissance du terrain, à son acimplantations et mutations commerciales au sein tion de proximité à travers ses agences et conseillers de leur territoire. Les textes législatifs ont récem- territoriaux, grâce aussi à son expertise en matière ment évolué et permettent aux Chambres de com- de développement territorial et d’appui au commerce et d’industrie de faire à nouveau entendre merce, grâce enfin aux études qu’elle réalise, la CCI leurs voix en matière d’urbanisme commercial du Var a toute légitimité à s’impliquer dans les prodans le cadre de l’élaboration des SCoT (Schéma de cessus décisionnels, en concertation avec les collecCohérence Territoriale). Dans ce contexte, la CCI du tivités locales et les pouvoirs publics. Var a réaffirmé sa volonté d’être aux côtés des élus Ainsi, la CCI du Var veut retrouver son rôle « par l’expolitiques en partenaire actif et investi. « Nous pertise, par la représentativité, par la neutralité et avons identifié la nécessité de choisir plutôt que de l’objectivité qui sont propres à l’institution publique subir et les dernières évolutions du contexte régle- de l’Etat que nous sommes », remarque Jacques mentaire nous offrent aujourd’hui une fenêtre de Bianchi. Objectifs : veiller aux grands équilibres comtir pour faire valoir notre avis et nous positionner merciaux des bassins de vie, assurer leur condition auprès des collectivités locales, auxquelles nous de desserte et d’accès logistique, gérer avec intellisommes prêts à apporter notre savoir-faire et gence l’espace. notre expertise », explique Jacques Bianchi. « Nous apportons aux élus politiques notre vécu, notre réalité de chef d’entreprise pour les amener à La CCI, partenaire des collectivités prendre les bonnes décisions. Des décisions basées Le 28 novembre dernier, les élus du Parlement sur des règles claires et stables d’implantation, qui des entreprises varoises ont ainsi décidé de pro- respectent la liberté d’entreprendre, qui n’hypoposer leur soutien aux élus locaux et d’attirer leur thèquent pas l’avenir économique du territoire en attention sur la nécessité d’un travail en commun termes de développement et de création d’emplois », pour dessiner ensemble le paysage commercial de explique Catherine Delzers, élue de la CCI du Var sur le territoire de la Provence Verte. demain, un paysage à la fois équilibré et pérenne. Avec plus de 58.000 salariés, le commerce représente près de 38% des emplois varois. Il compte Service aménagement et urbanisme plus de 17.000 établissements, dont 51% sont • Tél. : 04 94 22 80 42 • amenagement.urbanisme@var.cci.fr concentrés dans l’agglomération Toulon Provence var eco news


cci décodée

panorama du commerce varois

17.000 Etablissements commerciaux

Surfaces commerciales de plus de 300 m² référencées dans le Var, toutes activités commerciales confondues entre 2002 1.107.955 et novembre 2011

L’évolution législative m²

1.052.390 m²

58.000

909510 m²

Salariés

20 11

20 08

Etablissements d'une superficie moyenne de 1.250 m²

20 04

surfaces 884 Grandes

20 02

848.500 m²

retour d’expérience catherine delzers

DR

membre élue de la cci du var.

© Photo

associée depuis quelques mois aux travaux du scot provence verte

« En Provence Verte, la CCI du Var est mobilisée dans le cadre de la réalisation du SCoT. Nous avons participé aux différentes sessions, nous avons été présents aux côtés des élus politiques pour leur apporter nos connaissances du tissu économique et je peux déjà mesurer combien le dialogue avec les élus est indispensable pour un développement économique harmonieux de nos territoires et combien il est primordial que la CCI du Var soit intégrée à ces travaux. Nous apportons aux élus politiques notre vécu, notre réalité quotidienne de chef d’entreprise. Nous leur rappelons qu’un urbanisme commercial bien géré, qu’un développement du commerce de périphérie peuvent participer à la revitalisation du commerce de centre-ville. Il faut des grandes surfaces locomotives afin de développer l’attractivité commerciale globale et notamment celle des centres-villes. »

Une relation de confiance à bâtir

« Alors, nous comprenons que les communes veulent bâtir un territoire cohérent, avoir la maitrise du développement commercial. Nous pouvons les y aider en apportant une vision complémentaire. Parce que le temps politique est différent du temps économique,

les politiques doivent prendre conscience que leurs décisions sont importantes en termes de développement économique. La liberté d’entreprendre permet de belles choses. Il faut bien sûr éviter les excès, mais toutefois ne pas hypothéquer l’avenir commercial. Ces décisions sont difficiles à prendre, parce qu’elles sont finalement un pari sur l’avenir. Dès lors, elles doivent être le résultat de discussions, éclairées par les connaissances de chacun. » « La loi a écarté les CCI de ces débats. Il s’agit d’une anomalie ! Il est important que les élus de la CCI soient présents dans tous les grands débats du territoire, jouent leur rôle, portent la voix des entreprises. Si nous ne prenons pas en mains l’avenir de nos territoires, nous serons coupables ! Il est temps de sonner le rassemblement des compétences en cette période de restriction budgétaire. Les élus politiques ont compris que la CCI pouvait leur apporter quelque chose, mais l’échange doit encore être approfondi. Il faut que la confiance s’instaure petit à petit, il faut qu’on ose aussi, mais sans tout casser ! Il faut faire émerger un dialogue fructueux, qui soit positif pour tout le monde. Peu importe qui tire la caravane ! A nous tous d’être acteurs de notre destin ! »

le magazine économique de la chambre de commerce et d’industrie du var

Par le passé, les chambres consulaires étaient membres associés de la Commission départementale d’équipement commercial (CDEC) : l’implantation des grandes et moyennes surfaces commerciales (+ de 300 m²) était soumise à autorisation. La directive européenne «  Services  » a remis en cause ce fonctionnement. Désormais, le régime des autorisations préalables n’est admis que dans le cadre d’une problématique d’aménagement du territoire. Au nom de la liberté de concurrence, l’Europe refuse qu’il y ait une pesée économique des projets et que les chambres consulaires participent à des commissions ayant en charge ce type d’autorisation. Ainsi, la loi de modernisation de l’économie de 2008 a créé un nouveau dispositif : les Commissions départementales d’aménagement commercial (CDAC), dans lesquelles les CCI ne sont plus associées et ne participent donc plus aux processus de décision. En 2010, la loi Grenelle 2, considérant le commerce comme une composante à part entière de la ville, et donc de l’urbanisme, introduit l’obligation d’élaborer dans le SCoT un document d’aménagement commercial destiné à structurer un cadre général d’orientations en matière d’implantations commerciales. La CCI du Var est associée à l’élaboration des SCoT dans lesquels elle fait valoir son expertise et sa connaissance terrain pour conseiller les collectivités.

www.var.cci.fr |  23


l’expert Union européenne

Chefs d’entreprises, l’Union européenne est une chance !

Comment sont utilisés les fonds européens ? Aujourd’hui, les ressources existent. Toutefois, par manque d’informations ou par complexité pratique, elles ne sont pas sollicitées, ni utilisées. Peu de TPE/PME osent prétendre aux financements européens. Ainsi, la France n’a dépensé que 34,77% des fonds disponibles et se retrouve à la 18e place sur les 27 pays de l’Union européenne. Nous nous battons pour les simplifier, mais pour cela, nous avons besoin de vous, nous avons besoin de nous sentir soutenus. Vous êtes les chefs d’entreprises qui m’inspirent, qui inspirent l’Europe et sa politique pour l’édification d’une économie forte. Les rencontres avec des chefs d’entreprises, des élus consulaires m’apportent

24 |  avril - juin 2012 • N°2

henri malosse président du groupe des employeurs © Photo Elophe

alors que l’europe est au cœur des problématiques et enjeux de croissance et d’emploi pour notre pays, la cci du var a invité un expert et passionné d’europe - henri malosse – à l’occasion de son assemblée générale du 6 février 2012. avec michel dalmas, venu présenter l’eurorégion alpmed, il a apporté aux chefs d’entreprises varois des clés pour que l’économie du département soit mieux représentée à bruxelles et qu’ils adoptent les bons outils pour mobiliser des fonds européens

au sein du comité économique et social européen, conseiller institutionnel

de l’assemblée des chambres

beaucoup. Passionné d’Europe, je veux montrer aux chefs d’entreprises que l’Union européenne peut être une chance pour eux. Les acteurs économiques et sociaux doivent voir l’Union européenne comme leur avenir, leur destinée et non pas comme une administration complexe de Bruxelles. Je souhaiterais voir plus souvent à Bruxelles des délégations économiques qui viennent et dialoguent avec l’Europe. En la matière, les Français sont timides. Ils se comportent comme si la construction européenne n’était pas la leur.

Quels fonds européens peuvent être sollicités par nos entreprises ?

Le 30 janvier 2012, les dirigeants européens ont décidé un certain nombre de

mesures pour aider à promouvoir la croissance et l’emploi dans l’Union européenne tout en assurant la stabilité financière et l’assainissement budgétaire. Ils ont notamment convenu de relancer le financement de l’économie et en particulier des PME. Pour cela, ils souhaitent une meilleure mobilisation des fonds structurels par une mise en œuvre accélérée des programmes et projets existants et, le cas échéant, la reprogrammation des fonds et l’engagement rapide des fonds non encore affectés à des projets précis. Une attention particulière sera accordée au renforcement de la croissance et à la création d’emplois. La réaffectation des fonds structurels non utilisés pourraient faire bénéficier la France de 4,2 milliards d’euros.

de commerce et

d’industrie françaises, en charge des

questions européennes.

Le groupe des employeurs compte 114 membres : des entrepreneurs ou représentants d’associations d’entrepreneurs de l’industrie, du commerce, des services et de l’agriculture des 27 pays de l’Union européenne. Leur objectif est de faire progresser la construction européenne en soutenant le développement des entreprises.

var eco news


portrait portrait

l’expert

grammes et partenaires européens ; elle peut aussi contribuer à l’émergence de projets communs, éligibles à des financements européens. Je vous rappelle également que vous avez en région des pôles de compétitivité, et notamment le Pôle mer Paca, qui, à travers tous ses projets labellisés, a réussi à lever 12 millions d’euros auprès de l’Europe pour les entreprises locales. Enfin, dans le Var et en région Paca, il existe des fonds européens pour le développement des relations avec le voisinage méditerranéen. Nous avons de l’autre côte de la Méditerranée de grandes possibilités de partenariat industriel, qui peuvent être soutenues par l’Europe, saisissez cette chance !

Je commencerai par vous dire que les programmes européens sont faits pour vous, les chefs d’entreprises. À vous de vous les approprier. Toutefois, si l’Union européenne regorge d’outils, ils ne visent qu’un seul but : l’intégration. L’Union n’a ainsi pas vocation à financer tous les projets et partout. Via ses financements, l’UE veut favoriser les échanges entre les régions, entre les entreprises, entre les personnes. Elle se concentre sur les actions de développement prioritaires, dans l’éducation, l’innovation, la recherche. A ce titre, l’Eurorégion Alpmed (voir encadré) opère une veille et peut vous orienter, vous aider à identifier les pro-

Alpmed – correspondant Paca • Juliana Promskaia • juliana.promskaia@ccimp.com

L’Eurorégion Alpmed L’Eurorégion économique a vu le jour en juillet 2008 pour offrir aux entreprises de nouvelles opportunités de développement et mieux faire reconnaître une réalité économique qui dépasse les frontières.

7

CCI de région

36 2.000

CCI territoriales

élus consulaires

2 millions

d’entreprises

550 milliards

d’ €

de PIB en 2008

100

millions de touristes

18

e

rang mondial

LES Réalisations AVR. 2009

JUIL. 2010

2ème semestre 2011

Ouverture d’un bureau commun à Bruxelles

Appui aux pôles et clusters de l’Eurorégion

2010

MAI 2011

Open days 2010 : le rôle des CCI en matière de développement économique transnational.

Création d’une association de droit belge

Actions de promotion touristique du territoire : organisation d’un Eductour visant à créer des parcours touristiques thématiques, participation au salon international du tourisme et des voyages de Montréal

www.ccialpmed.eu

Métallerie

Jean-Marc Delluc, le désir d’entreprendre à toute épreuve

© Photo DR

Concrètement, comment mobiliser ces 4,2 milliards d’euros ?

«

Je m’éclate avec mes équipes, avec mes clients, avec mes fournisseurs, sur mes chantiers ! Ça me va bien d’être chef d’entreprise ! » Jean-Marc Delluc est depuis 2010, année au cours de laquelle il a racheté l’entreprise dracénoise SIS (Société Industrielle de Serrurerie) spécialisée dans la fabrication et la pose de tout ouvrage métallique, un entrepreneur heureux et libéré. Un jeune entrepreneur également entouré puisqu’il a la chance d’être accompagné dans cette aventure au quotidien par son associé, Patrick Carla, lui-même chef d’entreprise dans le BTP à Hyères. « Ainsi, après 20 années à être salarié, à occuper des postes à responsabilités, à être pressé comme un citron, je prends à nouveau beaucoup de plaisir à encadrer mes équipes, à développer mon entreprise et même à gérer les imprévus… » Et sur ce dernier point, il a été servi puisque seulement quelques mois après la reprise, ses ateliers, ses bureaux, son parc machines ont bu la tasse lors des inondations de 2010.

La dynamique de la reprise

L’imprévu est de taille, mais il ne parviendra pas à déjouer les plans de Jean-Marc Delluc. Avec ses équipes, le soutien de partenaires et amis ainsi que la patience des clients, il se retrousse les manches et tire profit de la fermeture de l’entreprise pour réaménager ses locaux. En un temps record, l’entreprise redémarre, les équipes retrouvent leurs chantiers et la croissance est au rendez-vous. « A la reprise, le chiffre d’affaires était de 2,12 millions d’euros. L’année des inondations, il est tombé à 1,8 million d’euros mais nous avons maintenu notre volume de marge. Notre dernier exercice affiche des revenus de l’ordre de 2,56 millions d’euros et nous devrions flirter avec les 3 millions d’euros cette année ! » Pour Jean-Marc Delluc, la reprise a donné un nouvel élan à l’entreprise et explique cette belle progression, malgré la crise. SIS – Société industrielle de serrurerie : www.sis-sas.fr - Tél. 04 94 68 24 75

le magazine économique de la chambre de commerce et d’industrie du var

www.var.cci.fr |  25


agenda Mercredi 11 avril - Forum

Jeudi 10 mai - Assemblée générale

Vous êtes à la recherche d’un travail saisonnier, la municipalité du Pradet accueille sa quatrième édition du forum des jobs d’été. De nombreux postes saisonniers vous seront proposés dans de nombreux secteurs d’activité : grande surface de bricolage, hôtellerie, restauration, services à la personne, intérim...

L’ensemble des élus régionaux des CCI de Paca se réunissent en assemblée générale à Bendor. Cet événement sera l’occasion pour le Var d’afficher son panorama économique.

Jobs d’été

Le 11 avril à l’espace des arts du Pradet. 04 94 14 37 25 Vendredi 13 avril - Forum

Plateforme Gapeau emploi Vous êtes à la recherche d’un emploi, venez rencontrer entreprises, institutions, associations du bassin d’emploi du Gapeau.

13 avril au Château de Solliès-Pont 04 94 33 38 61 Vendredi 27 avril - Télévision

La CCIR en assemblée générale à Bendor www.paca.cci.fr Du 31 mai au 3 juin - Festival

Base’art

Lors du Festival du mécénat et de l’art contemporain, 100 entreprises s’engagent pour l’art contemporain et pour promouvoir le mécénat en offrant un espace d’exposition (stands de 9 à 27  m²) à 100 artistes. Les couples entreprise/artiste se sont formés lors d’un speed-dating organisé en février et se dévoileront pendant 4 jours.

Du 31 mai au 3 juin à l’Espace Caquot de la Base nature de Fréjus www.base’art.fr

Du 13 au 16 juin / Salon

Tunis-Medindustrie La Chambre de commerce et d’industrie de Tunis organise en partenariat avec l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation et l’Association des Chambres de commerce et d’industrie de la Méditerranée la 2e édition du salon international du partenariat industriel et de l’innovation « Tunis-Medindustrie » sous le slogan « à la rencontre de l’innovation. » Cet événement, organisé en même temps que la 14e édition de « Tunisia Investment Forum », répondra aux attentes des industriels de tous les pays du monde en regroupant des références de toutes les nationalités opérant dans les secteurs suivants : transformation des métaux, électronique, électrique, transformation des plastiques, mécanique, automobile, transformation du caoutchouc, maintenance industrielle, services liés à l’industrie, logistique …

Du 13 au 16 juin à Tunis. www.tunis-medindustrie.com

Thalassa

Les amoureux de la mer se retrouvent à Toulon avec Thalassa. Entre mer et montagne, Toulon accueille l’émission Thalassa le vendredi 27 avril. L’occasion de revenir sur l’histoire de l’un des premiers ports militaires français, la rénovation récente de la « Basse-Ville », proche des plages et appréciée des touristes, les Atlantes sur le port, le Bateau Sculpture au Musée de la Marine, le marché provençal.

Le 27 avril à 20h35 sur France 3 www.thalassa.france3.fr

26 |  avril - juin 2012 • N°2

Du 11 au 15 juin / Salon

Eurosatory

Var accueil investisseurs, service de la CCI du Var, sera présent au salon Eurosatory aux cotés de 5 entreprises varoises (Wilco, IRTS, Smac/Epcots, Kontron). Eurosatory est le seul salon international dédié à 100% à la Défense et la sécurité terrestres. Eurosatory, c’est aussi 1.500 exposants, une centaine de pays présents pour équiper leurs forces de défense et de sécurité, des rendez-vous B to B et une concentration exceptionnelle de décideurs et d’experts de haut niveau.

© Photo DR

Du 11 au 15 juin Parc des expositions de Paris Nord Villepinte www.eurosatory.com

var eco news


agenda

Rendez-vous CCIV de la performance

Thématiques de l’Espace Entreprendre

(offert, sur inscription) Contact : vos agences CCIV / www.var.cci.fr

(offert, sur inscription) Contact : espace.entreprendre@var.cci.fr Cibles : créateur, repreneur, nouveau dirigeant

Avril

Piloter son entreprise : les tableaux de bord de suivi d’activité

Avril

Mieux communiquer pour mieux vendre

Protection des personnes et des biens

Mettre en place le poste de pilotage de son entreprise

Le 14 mai de 9h à 12h à l’Agence de Brignoles

Le 16 Avril de 9 h à 12h à l’Agence de Draguignan

De salarié, je deviens indépendant : qu’est ce qui va changer ? Le 17 avril de 9h à 11h30 à l’Agence de Saint-Raphaël/Fréjus

Réussir vos campagnes d’e-mailing

Le 16 avril de 9h à 12h à l’Agence de Draguignan

Le 26 Avril de 9h30 à 11h30 à l’Agence de Draguignan

Mieux communiquer pour mieux vendre

Mai

Construire mon plan commercial et le suivre

Le 21 mai de 9h à 12h à l’Agence de Brignoles

Le 16 avril de 9h à 12h à Toulon Le 16 avril de 14h30 à 17h30 à l’Agence de Saint-Tropez

Juin

Mai

Le choix de la structure juridique et ses conséquences sur la fiscalité

Créer et exploiter son fichier client

Rendre plus vendeurs mon magasin et mon équipe

Le 10 mai de 9h à 12h à l’Agence de Hyères

Le 5 juin de 9h à 12h à l’Agence de Draguignan Le 11 juin de 9h à 12h à l’Agence de Brignoles

Le choix de la structure juridique et ses conséquences sur la fiscalité du dirigeant et de l’entreprise

Les techniques gagnantes de la vente en magasin

Le 18 juin de 9h à 12h à l’Agence de Saint-Tropez

Mieux fidéliser son portefeuille clients

Le 10 mai de 9h à 12h à l’Agence de Saint-Tropez

Le 18 Juin 2012 14h à 17h à l’Agence de Hyères

Rendez-vous CCIV des TIC Découvrez les nouvelles technologies de communication et leurs atouts pour votre activité. Ce programme de rendez-vous vise à améliorer l’efficacité des PME par la diffusion de bonnes pratiques en matière d’utilisation des TIC. (offert, sur inscription) Contact : envirindus@var.cci.fr

Avril

Smartphones et réseaux sociaux : y aller ou pas en 2012 Le 16 avril de 10h à 12h à l’Agence de Brignoles

Juin

Design et ergonomie d’un site web : les bonnes pratiques Le 14 juin de 10h à 12h à l’Agence de Hyères

Comment optimiser la gestion de la relation client

Le 25 juin de 9h30 à 11h30 à l’Agence de Saint-Raphaël/Fréjus

Rendez-vous nouveau classement hôtelier : comment décrocher vos étoiles Spécial Hôteliers (offert, sur inscription) Contact : qualivar.tourisme@var.cci.fr - Tél. : 04 98 11 41 49

Avril Le 10 avril de 14h à 17h30 à Saint-Raphaël Le 11 avril de 14h à 17h30 à Saint-Tropez Le 24 avril de 14h à 17h30 à Toulon

5 jours pour entreprendre

Avril

mai

juin

Cibles : créateur, repreneur (payant, sur inscription) Contact : espace.entreprendre@var.cci.fr Le stage 5 jours pour Entreprendre permet aux créateurs d’aborder tous les aspects de leur future fonction d’entrepreneur : les choix juridiques et leurs implications fiscales et sociales, l’environnement et le marché, les outils de gestion et leur analyse, la rentabilité du projet, l’outil informatique et la ressource Internet... Du 3 au 10 avril à l’Agence de Saint-Raphaël - Fréjus Du 22 au 29 mai à la CCI du Var, Toulon Du 12 au 18 juin à l’Agence de Brignoles Du 19 au 25 juin à l’Agence de Hyères

Le choix de la structure juridique et ses conséquences sur la fiscalité du dirigeant et de l’entreprise Le 15 mai de 9h à 12h à l’Agence de Saint-Tropez

Juin

Le choix de la structure juridique et ses conséquences sur la fiscalité du dirigeant et de l’entreprise Le 5 juin de 9h à 12h à l’Agence de Draguignan

La protection sociale du chef d’entreprise et de son conjoint Le 25 juin de 9h à 12h à l’Agence de Brignoles


bordeaux Brest nantes paris

L’Europe au départ de chez vous !

bruxelles Londres rotterdam oslo tunis

© Photo : Fotolia - Thinkstock

(0.15€ ttc/min)

Var Eco News N°2  

Le magazine économique édité par la Chambre de Commerce et d'Industrie du Var. Au sommaire de ce N°2 : - Croisière, quelles retombées pour...

Advertisement