Page 1

La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire

Publication à l’occasion du 75e anniversaire de Caritas Luxembourg


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire : Publication à l’occasion du 75 e anniversaire de Caritas Luxembourg / [Conception et réalisation : Elisabeth Werner]. – Luxembourg : Confédération Caritas Luxembourg, 2007. – ISBN 978-2-919974-03-0

La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire Publication à l’occasion du 75e anniversaire de Caritas Luxembourg Editeur responsable: Confédération Caritas Luxembourg a.s.b.l. 29, rue Michel Welter, L-2730 Luxembourg Contributions de: Erny Gillen, Vasco Daniel Luis, Jean-Paul Lehners, Robert Urbé, Elisabeth Werner Conception et réalisation: Elisabeth Werner Avec le soutien généreux de la Loterie Nationale.

Impression: saint-paul Luxembourg Tous droits réservés. © Confédération Caritas Luxembourg a.s.b.l. Luxembourg, juin 2007 ISBN 978-2-919974-03-0




La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

Table des matières

Préface du Premier Ministre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 Préface de l’Archevêque du Luxembourg . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 Le mot du Président . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8

Chapitre I: Points forts de l’engagement de la Caritas aujourd’hui . . . . . . . . . 11

1.

Elisabeth Werner

Philosophie d’action . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

Fondement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 Objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 Champs d’action . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Moyens d’action . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

2.

Les membres de la Confédération Caritas Luxembourg en 2007 . . . . . . . . . . . . 13

3.

Les réponses de la Caritas aujourd’hui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

3.1 Réponses offertes aux enfants, aux jeunes et à leurs familles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 3.2 Réponses aux personnes en situation d’exclusion, de détresse ou de pauvreté . . . . . . . . 15 3.3 Réponses offertes aux migrants et aux réfugiés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 3.4 Réponses aux personnes concernées par le handicap, le grand âge, la dépendance ou la maladie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 3.5 Réponses de la Caritas à travers le monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17

Chapitre II: La Caritas au Grand-Duché de Luxembourg au début du XXe siècle Vasco Daniel Luis, Elisabeth Werner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

19

Préambule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 1.

Premières influences (1897 – 1912) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

1.1

Des Luxembourgeois membres du D.C.V. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20

1.2

L’inspiration suisse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

1.3

L’influence alsacienne – La Caritas diocésaine de Strasbourg . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

1.4

Lorenz Werthmann et l’aide aux migrants italiens au Luxembourg . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

1.5

Les obstacles à la création d’une Caritas à Luxembourg avant 1917 . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 1.5.1

Facteurs économiques et sociologiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24

1.5.2

Le quasi-monopole des congrégations religieuses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

1.5.3

Les rivalités au sein du milieu catholique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26




1.5.4

La crise moderniste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

1.5.5

Les difficultés rencontrées par les Caritas étrangères . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

2.

Les débuts de la Caritas au Luxembourg (1912 – 1926) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28

2.1

Contacts fructueux avec la Caritas de Metz: Caritaskurs et Katholikentag . . . . . . . . . . . . 28

2.2

La «Kriegs-Charitas» et les comités locaux de charité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28

2.3

Le Secrétariat de charité (Caritas-Sekretariat) à Esch-sur-Alzette . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 2.3.1

Organe coordinateur du comité de charité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30

2.3.2 Un concours d’acteurs et d’influences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 2.3.3 2.4

2.5

Le départ des missionnaires italiens de l’Œuvre Bonomelli . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

Le Secrétariat de charité dans le contexte de l’après-guerre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 2.4.1

Les défis sociaux et socio-politiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

2.4.2

La reconnaissance de la Caritas au sein du monde catholique et politique . . . . . 32

L’activité variée et innovatrice de la Caritas eschoise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 2.5.1

Activités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34

2.5.2 Sources de financement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 2.5.3

Méthodes et principes de l’action caritative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

2.5.4 Information et publicité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 2.6

L’évolution de la Caritas de 1920 à 1926 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 2.6.1 Baisse des activités du Caritas-Sekretariat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 2.6.2

La constitution de Caritas, société anonyme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36

3.

La Caritas au Grand-Duché de Luxembourg de 1928 à 1932 . . . . . . . . . . . . . . . . 37

3.1

Vers une Caritas diocésaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 3.1.1

3.2

L’Action Catholique: un nouveau cadre pour la Caritas au sein de l’Eglise . . . . . 37

3.1.2

Les contacts avec le diocèse de Trèves . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

3.1.3

La Caritas diocésaine et le Frauenbund sous une même direction . . . . . . . . . . . . . 38

3.1.4

Frédéric Mack . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

Le programme de Frédéric Mack . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 3.2.1 Rassembler, coordonner, fédérer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 3.2.2 Le rôle du Frauenbund et des groupements féminins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 3.2.3 Caritas installe ses bureaux dans la Maison Werling . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43

3.3

4.

Constitution du Luxemburger Katholischer Caritasverband . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 3.3.1

La loi sur les associations sans but lucratif: un nouveau cadre juridique . . . . . . . 43

3.3.2

Constitution officielle de Caritas en tant que fédération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44

Moyens d’action et activités de la Caritas dans les années trente . . . . . . . . . . . 46

4.1 Une communication soutenue par des moyens ciblés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 4.1.1

Formation et information: Frauenwochen et Caritastage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

4.1.2

Presse et publications: Luxemburger Frau et Christkönigsruf . . . . . . . . . . . . . . . . 46

4.1.3

La réception de la Caritas parmi le clergé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

4.2 Sources de financement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 4.3

Les activités de Caritas au service des démunis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 4.3.1 Soupe populaire et Arbeiterwohl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 4.3.2

Les colonies de vacances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50




La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

4.3.3 L’aide aux communiants et les actions de Noël . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 4.3.4 Règlement des ménages en danger et autres domaines d’activité . . . . . . . . . . . . . 51

5.

L’originalité de la Caritas et son appartenance à l’Eglise catholique . . . . . . . . . 52

5.1 Utilisation de réseaux et recherche de l’efficacité dans le travail caritatif . . . . . . . . . . . . . . 5.2 Un catholicisme résolument social . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5.2.1 Le dialogue avec les acteurs institutionnels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5.2.2 Caritas et la collaboration avec les autres courants de l’engagement social . . . . .

6.

52 53 53 54

Résumé succinct . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55

Chapitre III: A la recherche de réponses adaptées dans un monde fragile: la Caritas de 1932 – 2007 Elisabeth Werner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

61

Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 1.

Fédération et propagation de l’action caritative: 1932 – 1941 . . . . . . . . . . . . . . . . 62

2.

La relance de l’après-guerre: 1945 – 1951 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64

3.

Consolidation et diversification de l’action de la Caritas: 1951 – 1970 . . . . . . . . 66

4.

Des jeunes aux seniors, les services sociaux se spécialisent: 1970 – 1983 . . . 68

5.

Nouveaux défis et développement organisationnel: 1984 – 1996 . . . . . . . . . . . . . 70

6.

En route vers l’avenir: 1996 – 2007 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72

En guise de conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74

Chapitre IV: De la charité à la justice sociale Impressions et annotations Jean-Paul Lehners . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

77

Chapitre V: Défis d’avenir: la vision de la Caritas pour demain Robert Urbé, Erny Gillen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

81

1.

Réunir les conditions internes et externes pour progresser dans un monde qui change . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81

2.

Mieux s’enraciner pour mieux progresser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83

2.1 L’interpellation de la détresse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.2 La formation du coeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.3 Un engagement ouvert et oecuménique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.4 Solidarités et partenariats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

83 84 84 85




Préface du Premier Ministre

L’amour des autres, l’action concrète, l’aide sans dénonciation ni accusation, la reconnaissance des nouveaux défis auxquels notre société doit faire face – telles sont les principales vertus avec lesquelles j’associe Caritas. C’est donc avec un plaisir réel que je m’associe aux célébrations du 75e anniversaire de la constitution de la Confédération Caritas Luxembourg. Caritas représente un visage résolument moderne des œuvres catholiques de charité et de solidarité. Là où il serait facile de se détourner, ses membres reconnaissent les besoins des plus faibles de notre société. La constitution de Caritas en 1932, en lignée avec les encycliques Rerum Novarum (1891) et Quadragesiomo anno (1931), est une illustration parfaite de l’esprit de la doctrine sociale de l’Eglise catholique, ces principes qui concilient réalité vécue et principes prêchés. La Confédération Caritas est née à une époque où le rôle de l’Etat dans les travaux sociaux et caritatifs était sous-développé. Le travail de Caritas et de ses organisations membres reste, malgré l’étendue atteinte depuis par l’action de la main publique dans ces domaines, toujours aussi nécessaire et apprécié qu’il y a 75 ans. La richesse apparente atteinte par le Luxembourg n’enlève rien à ce constat, au contraire. C’est en particulier dans une société dans laquelle le plus large nombre n’a plus à craindre la pauvreté, que l’œil vigilant, le verbe compréhensif et la main douce d’organisations comme Caritas ont un rôle particulièrement important à jouer. Car trop souvent ce sont les sociétés connaissant l’abondance qui oublient le plus facilement leurs membres les plus faibles, ces riches qui n’ont pas eu de chance, comme dirait Sartre. Les membres de la Confédération Caritas Luxembourg l’ont bien compris. On peut le reconnaître à l’adaptation et à l’élargissement continu de leurs activités. Si elles couvraient depuis le début des actions socio-caritatives diversifiées en faveur des jeunes et des personnes démunies de tout âge, elles s’étendent aujourd’hui à de nouvelles réalités et formes d’organisation, qu’il s’agisse des foyers de jour, des services destinés aux réfugiés, des institutions pour personnes âgées ou handicapées, de l’aide aux toxicomanes ou encore, au-delà des frontières, de la coopération au développement. Il ne me reste qu’à exprimer ma profonde gratitude et reconnaissance pour le travail accompli et à souhaiter à Caritas ainsi qu’à ses associations membres de poursuivre sur la voie tracée depuis 75 ans avec la même énergie et la même détermination. Mes remerciements vont surtout à tous les hommes et toutes les femmes qui sont au cœur de cette œuvre, qui la font vivre, qui lui donnent son âme. C’est grâce à leur engagement que Caritas a su se développer, et c’est grâce à l’exemple qu’ils donnent tous les jours, que je n’ai aucune inquiétude quant à l’avenir de Caritas. Jean-Claude Juncker, Premier ministre


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

Préface de l’Archevêque de Luxembourg

L’histoire de Caritas va de pair avec l’histoire de l’humanité et remonte donc aux origines mêmes de l’avènement de l’homme et de la femme dans l’histoire du monde. «Caritas traduit un trait singulier de l’être humain»: sa capacité d’aimer son prochain, y compris quelqu’un qui n’est pas directement lié par des relations familiales ou tribales. L’amour du prochain naît du regard bienveillant sur l’autre. L’étranger n’est plus perçu comme adversaire, mais comme soeur ou frère de la même famille humaine. Cet amour inclusif ne s’arrête pas face à la personne en péril; dans sa détresse, elle interpelle celui ou celle qui est dans une position de force afin de s’abaisser et d’aider. Ce n’est pas la guerre qui témoigne de l’humanité de l’homme, mais bien la paix juste. Les 75 ans de notre Caritas diocésaine et nationale s’inscrivent dans cette histoire immense du mouvement caritatif. Et son histoire fait honneur à l’Eglise et à la société au Luxembourg. Elle doit son histoire et sa présence à des personnalités connues et moins connues, à tant de donateurs et de donatrices généreux, à des bénévoles apportant leur expertise et leur professionnalisme, aux travailleurs sociaux de la première heure et à ceux d’aujourd’hui, aux pouvoirs publics qui ont soutenu son action sociale. À toutes ces parties intéressées, j’exprime ma gratitude et mon respect pour un engagement exemplaire en faveur des plus démunis. Dans son encyclique «Deus Caritas est», Benoît XVI accorde son attention particulière à la dimension diaconale de l’Eglise. Il y voit un chemin droit et clair pour la réalisation du royaume de Dieu. Les catholiques sont invités à intégrer cette dimension essentielle dans leur vie de prière et de chrétien. C’est ainsi que je souhaite que la célébration de ce 75e anniversaire de notre Caritas diocésaine anime tous les chrétiens et tous les hommes et les femmes de bonne volonté pour s’engager davantage, individuellement et en communauté, pour les personnes dans le besoin. L’humanité de notre société en dépend. À la Caritas je souhaite qu’elle continue courageusement sur les voies empruntées pour construire une société plus juste et plus humaine. + Fernand Franck, Archevêque de Luxembourg






Le mot du Président

Célébrer un anniversaire, c’est bien l’occasion d’ouvrir les albums d’histoire. Si la Caritas comme fédération d’associations d’inspiration chrétienne fête cette année ses 75 ans, les fouilles dans les archives ont fait remonter des sources beaucoup plus anciennes. La conception de la Caritas au Luxembourg fut longue et connut des passages forts intéressants avant sa constitution même en fédération. L’identité de la Caritas fut forgée par toutes ces voies et passerelles institutionnelles. Catholique est-elle parce qu’elle est née dans le giron de l’Eglise catholique. Chrétienne est-elle du fait qu’elle s’inspire de personnes engagées et profondément marquées par l’évangile et l’enseignement social de l’Eglise qui a accompagné les changements sociétaux. Luxembourgeoise est-elle parce qu’elle puise dans les sources de nos grands voisins avec leur cultures différentes. Institutionnelle est-elle parce qu’elle fut reconnue par la population, l’Etat et l’Eglise. Proche des personnes en détresse est-elle parce que ses collaboratrices et collaborateurs accomplissent leur travail social en contact direct avec les personnes démunies. Ce fascicule est le fruit de l’effort compétent et infatigable d’Elisabeth Werner qui a accompagné la Caritas d’aujourd’hui dans différentes fonctions et tâches, notamment comme Secrétaire générale de 1996 à 2003. Je lui exprime mes plus vifs remerciements, ainsi qu’à tous ceux et celles qui ont collaboré à cette œuvre d’histoire, en particulier Vasco Daniel Luis qui a mis à disposition, pour la rédaction du chapitre II, les résultats de ses recherches scientifiques. Partant des réponses de la Caritas aux besoins sociaux d’aujourd’hui, les pages suivantes remontent jusqu’aux aux origines de la Caritas au Luxembourg avant même sa constitution en tant qu’association sans but lucratif en 1932. Un aperçu succinct de 75 ans d’histoire, de 1932 à 2007, fait apparaître à la fois la continuité de ses services dans le temps et la diversité innovatrice mise en œuvre par les femmes et les hommes qui ont forgé son histoire et le rôle qu’elle assume dans la société d’aujourd’hui et de demain. Valoriser l’histoire de la Caritas, c’est avant tout mettre les personnes en avant qui, par leur engagement exemplaire, ont construit cette institution et cette aventure qu’est la Caritas. Tant de femmes et d’hommes ont tout donné de soi et de leur fortune pour partager l’avenir avec ceux et celles dans le besoin. La Caritas est leur œuvre, leur mérite et leur merci. En parcourant ce recueil, nous voyons ces femmes et ces hommes remonter à la surface de notre conscience et nous encourager encore aujourd’hui à ne pas cesser l’effort. «Caritas Christi urget nos» (2 Cor 5, 14). Soutenue tout au long de son histoire par ses donateurs, bienfaiteurs et bailleurs de fonds tant privés que publics, la Caritas au Luxembourg continuera à œuvrer pour une cohésion sociale juste et équitable au Luxembourg et dans le monde. Elle veillera comme force de proposition à un travail social digne des femmes et des hommes qu’il doit servir.


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

Que l’élan de la charité reste une source d’inspiration et de réconfort tout au long des années à venir. La mondialisation de l’économie exige la mondialisation de la solidarité et de la charité: «De cette conscience naît la volonté de transformer aussi les structures injustes pour restaurer le respect de la dignité de l’homme, créé à l’image et à la ressemblance de Dieu.» Comme en témoigne l’histoire de la Caritas au Luxembourg la coopération transfrontalière et internationale fait partie intégrante de son parcours. Forte de cette conviction, elle continue son engagement à Luxembourg, en Europe et dans le monde. Cette publication a été rendue possible grâce au soutien de la Loterie Nationale que je remercie vivement de son soutien. Erny Gillen, président de la Confédération Caritas Luxembourg a.s.b.l.



Sacramentum Caritatis, Benoît XVI, 89.




La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

Chapitre I: Points forts de l’engagement de la Caritas aujourd’hui

1.

Philosophie d’action

Dans la philosophie d’action (Leitbild) arrêtée pour la période de 2007 à 2011, la Confédération Caritas Luxembourg formule ses objectifs et tâches et trace les perspectives de son action. Les associations membres de la Confédération expriment leur adhésion à cette philosophie d’action et en tiennent compte dans le cadre de leur action. La philosophie d’action a été élaborée en dialogue avec les associations membres et approuvée par le Conseil d’administration de la Confédération en date du 5 mars 2007.

Fondement L’engagement de la Confédération Caritas a son fondement dans l’amour de Dieu envers les hommes tel qu’il se révèle à travers l’histoire du salut et le témoignage de Jésus-Christ. En tant qu’expression vivante de l’Eglise catholique, la Confédération s’oriente selon l’évangile et les principes de la doctrine sociale de l’Eglise catholique. Elle se laisse guider par la vie et l’expérience des pauvres et des exclus. Avec ses partenaires internationaux de la famille Caritas, la Confédération s’oriente sur les valeurs fondamentales que voici: ● ● ● ● ●

La dignité de la personne humaine L’option pour les pauvres La destination universelle des biens de la terre La solidarité Le développement durable et la conservation de la Planète

C’est en ce sens qu’elle s’engage ensemble avec d’autres acteurs en faveur d’une société solidaire, de la paix et de la justice. Elle est tributaire en cela d’un engagement inter-humain indispensable pour donner consistance à son travail.

Objectifs La Confédération ● ●

s’engage d’une manière durable pour le bien des personnes en détresse collabore à la construction d’une société solidaire et contribue au façonnement de la politique sociale, sociétale et sanitaire plaide en faveur des faibles et des défavorisés, faisant connaître les problèmes et sensibilisant le public aux détresses sociales au Luxembourg et dans le monde offre à ses associations membres et aux personnes socialement engagées un cadre apte à les soutenir et à promouvoir leur développement

 Stratégie de Caritas Europa 2005 – 2020. Vivre la solidarité et le partenariat en Europe et dans le monde, ch. 2, p. 15 – 17.

11


12 

● ●

favorise les synergies et le soutien mutuel entre associations membres accompagne le travail social par le biais d’études et d’analyses, développe des initiatives nouvelles et prend position dans la cité.

Champs d’action Les objectifs ci-dessus entraînent pour la Confédération les champs d’action prioritaires suivants: ● ● ● ● ● ● ●

L’inclusion sociale L’engagement social durable Les prises de position publiques L’identité commune La coopération renforcée Le soutien aux associations membres La recherche et le développement.

Moyens d’action Pour atteindre ses objectifs, la Confédération mise sur la compétence professionnelle, d’une part, et sur la sollicitude et l’attention du cœur, d’autre part. Son engagement s’adresse aux personnes en détresse, quels que soient leur race, la couleur de leur peau, leur opinion politique ou autre, leur origine sociale ou nationale, leur appartenance à une minorité, leur fortune, leur naissance ou tout autre état les concernant. Au sein de la Confédération, l’on cherche à détecter les nouvelles situations de détresse le plus tôt possible afin de trouver des solutions dans les meilleurs délais. L’approche préventive est privilégiée dans tous les domaines du travail social. L’engagement en faveur des personnes en détresse requiert la planification, la prévision et la collaboration avec d’autres organisations et institutions. La Confédération travaille selon des standards professionnels. Elle assume sa responsabilité sociétale en agissant de manière innovatrice, subsidiaire, participative et socialement responsable.

Aujourd’hui comme hier, la Caritas se laisse guider par la vision d’un avenir ouvert à tous – un avenir qui se donne, se partage et se décline en des gestes concrets et durables en faveur de celles et de ceux que la vie n’a pas épargnés.


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

2.

Les membres de la Confédération Caritas Luxembourg en 2007

Les 19 associations et fondations gestionnaires aujourd’hui regroupées au sein de la Caritas sont autonomes quant à leur objet, leurs objectifs, leurs stratégies, leurs modes de financement, leur gestion et leurs relations institutionnelles, tout en poursuivant des objectifs et des intérêts communs dans le cadre fédérateur, mais non centralisateur, qui leur est offert au sein de la Confédération. Parmi les intérêts communs poursuivis au cours des dernières années, citons l’aide éducative, l’accompagnement des mourants, l’assurance de la qualité des services socio-éducatifs, la recherche et le développement, les modes de garde de l’enfant, la cohésion sociale, la sécurité, les objectifs du millénaire pour le développement ou encore la responsabilité sociale des entreprises. Au moment de l’assemblée générale du 14 mai 2007, les organismes suivants sont membres de la Confédération Caritas Luxembourg. Nous les citons d’après leur date d’adhésion. a) les associations de la première heure, dont les origines remontent au milieu du XIXe siècle ●

Equipes d’Entraide de Saint Vincent de Paul a.s.b.l. (1932)

Conférences de Saint Vincent de Paul a.s.b.l. (1932)

b) les associations nées au sein de la Caritas et sur son initiative, de l’après-guerre jusqu’à la refonte des statuts en 1989 ●

Aide Familiale a.s.b.l. (1951) (de 1982 à 2002 Aide familiale – Aide senior a.s.b.l.)

Fir Ons Kanner a.s.bl. (1959)

Premier Secours de la Croix de Malte a.s.b.l. (1967)

Foyers Seniors a.s.b.l. (1987)

Caritas Jeunes et Familles a.s.b.l. (1989)

c) les associations et fondations nées au sein de la Fédération Caritas et sur son initiative après la refonte des statuts en 1989: ●

Fondation Caritas Luxembourg (1990)

Caritas Accueil et Solidarité a.s.b.l. (1991)

d) les associations et fondations devenues membres avec la constitution de la Confédération Caritas Luxembourg a.s.b.l. en 1996 ou après cette date: ●

Anne, Claire, Marie et Yolande a.s.b.l. (2002) succédant à Elisabeth a.s.b.l. (1996) (issues des œuvres de la Congrégation des Sœurs de Ste Elisabeth a.s.b.l.) Clara Fey a.s.b.l. (appartenant aux œuvres de la Congrégation des Sœurs du Pauve Enfant Jésus) (1996) KMA – Association Victor Elz a.s.b.l. (issue des œuvres de l’enfance des Sœurs Franciscaines de la Miséricorde) (1996) Hëllef fir Drogenofhängeg Jugendlech an hir Familljen – Centre Emmanuel a.s.b.l. (1998)

Stëftung Hëllef Doheem (2000) succédant à Hëllef Doheem Krankefleg a.s.b.l. (1996)

Réseau pour le travail et la promotion humaine RTPH a.s.b.l. (2006)

Fondation Ste Zithe (œuvres de la Congrégation des Sœurs de Ste Zithe) (2007)

13


14 

3.

Les réponses de la Caritas aujourd’hui

A l’écoute des personnes qui font appel à leurs services, les associations membres de la Confédération Caritas apportent des réponses diverses et diversifiées aux situations de détresse ouvertes ou cachées au sein de notre société. Quels que soient leur taille ou leurs effectifs, qu’elles soient jeunes ou qu’elles aient derrière elles des décennies d’histoire, elles ont en commun de rencontrer leur clients à des moments cruciaux de leur histoire personnelle ou familiale: l’enfance, la vieillesse, l’abandon, le chômage, la maladie, le deuil, la dépendance, l’exil, l’isolement, mais aussi – plus loin de nous – la faim, le dénuement, la violence armée. Les besoins en cause sont toujours multi-dimensionnels et demandent des réponses adaptées. Il s’impose, avant de faire un saut dans l’histoire de la Caritas au Luxembourg, de mettre en évidence les réponses d’aujourd’hui qui contribuent non seulement à assister ou à dépanner ceux qui sont dans le besoin, mais aussi à assurer la cohésion sociale toujours fragile en offrant un partenariat honnête aux personnes en détresse: en affirmant leurs forces elles trouveront ensemble la clé de leur développement.

3.1

Réponses offertes aux familles et aux personnes de tout âge: enfants, jeunes, parents au travail, seniors

S’il est aujourd’hui mal aisé de parler de «la» famille, nous sommes bien en présence de modèles familiaux multiformes: familles traditionnelles, nucléaires, monoparentales ou recomposées, familles d’adoption ou d’accueil – les termes mêmes reflètent des relations dont la solidité et la stabilité ne sont plus tributaires d’un seul et même modèle familial. Quelle que soit la forme concrète de la vie en famille, le soutien et l’entraide familiales ont un caractère préventif inégalé qu’il s’agit donc de soutenir en tout premier lieu. Ainsi, les collaborateurs et collaboratrices salarié-e-s ou bénévoles sont là pour épauler les familles en situation de crise, que ce soit de manière temporaire ou à longue durée, soutenant leurs ressources et capacités propres. Ruptures et nouveaux départs ne sont jamais gagnés d’avance et les services sociaux sont souvent confrontés aux séquelles parfois profondes auprès des plus vulnérables que sont les enfants. Certains enfants ou jeunes ont besoin d’une distance temporaire par rapport à leur milieu familial, et la question du logement devient cruciale. L’évolution des rôles assumés au sein du couple et l’activité professionnelle accrue des femmes demande la recherche de solutions nouvelles permettant de concilier le travail et la vie de famille. Le soutien et l’accompagnement professionnel des enfants, des jeunes et des familles se situe à différents niveaux et va des services ouverts et directement accessibles au public – écoute téléphonique anonyme et confidentielle, maison de jeunes, animation de vacances ou de loisirs, foyer de jour, maison relais – aux services offrant un dépannage, un accueil temporaire, un logement accompagné ou un placement en institution ou dans une famille d’accueil. Plus loin dans le parcours d’une vie, le départ de la vie active ou le passage d’une étape de la vie à une autre demandent des lieux de rencontre et de loisirs, de guidance, d’information ou de formation, de convivialité, parfois aussi de consultation professionnelle. Ces besoins des «+50» sont pris en compte notamment au niveau des clubs seniors, favorisant l’intégration des seniors dans la vie locale, mais aussi l’échange et la coopération intergénérationnels, impliquant l’action d’enfants, de jeunes et de jeunes adultes. (Aide familale a.s.b.l., Anne a.s.b.l., Caritas Jeunes et Familles a.s.b.l., Clara Fey a.s.b.l., Fir ons Kanner a.s.b.l., Foyers Seniors a.s.b.l., KMA-Victor Elz a.s.b.l., Marie a.s.b.l.)


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

3.2

Réponses aux personnes en situation d’exclusion, de détresse ou de pauvreté

La détresse et les impasses humaines ont des visages multiples: rupture familiale, isolement, perte de l’emploi ou du logement, difficultés financières, alcoolisme, toxicomanie, chômage, maladie … Souvent le sans abrisme guette à la fin, point d’aboutissement de jeux de circonstances complexes et d’échecs personnels. Le cercle vicieux de l’exclusion a vite fait de se refermer sur les jeunes et moins jeunes confrontés à un coup du destin ou à des chances inégales au départ de leur vie. A côté de la pauvreté manifeste, il existe la pauvreté cachée. Ainsi, l’isolement et la solitude pèsent sur celles et ceux qui craignent de livrer au regard d’autrui leur situation de pauvreté, de chômage ou de surendettement. Devant l’impasse temporaire, le sans abrisme prolongé ou la toxicomanie, les réponses de la Caritas se traduisent dans le dépannage urgent et ponctuel – foyer de nuit ou de jour, secours d’appoint, soins de première urgence – tout comme la rencontre recherchée avec la population marginalisée, en offrant écoute, conseil, orientation et soutien professionnel. L’aide aux sans abri vise à procurer aux personnes désemparées les moyens de retrouver la voie de l’inclusion et de l’intégration notamment à travers les ateliers protégés, le logement accompagné et l’accompagnement psycho-social. L’aide aux jeunes toxico-dépendants et à leurs familles offre les chances d’un nouveau départ à des jeunes qui ont décidé de faire une thérapie résidentielle. Face au chômage, le conseil et l’aide aux personnes cherchant un emploi s’offrent comme un moyen privilégié d’inclusion sociale. Pour soulager une détresse, il suffit parfois d’une orientation ou d’un secours ponctuels. Les visites auprès de personnes seules, malades ou âgées apportent le contact humain là où le tissu social s’est déchiré. (Caritas Accueil et Solidarité a.s.b.l., Conférences de St Vincent de Paul a.s.b.l., Equipes d’Entraide de St Vincent de Paul a.s.b.l., Fondation Caritas Luxembourg, Hëllef fir Drogenofhängeg Jugendlech an hir Familljen – Centre Emmanuel a.s.b.l., RTPH a.s.b.l.)

3.3

Réponses offertes aux migrants et aux réfugiés

L’aide aux réfugiés par les services de la Caritas remonte loin dans son histoire. Depuis 1991, elle a pris un nouvel essor. Ainsi, suivant les aléas de l’histoire des conflits proches et lointains et au fil des mouvements migratoires qui les accompagnent, les professionnels et les bénévoles de la Caritas se sont rendus proches des migrants forcés, des réfugiés et des étrangers en détresse cherchant refuge dans notre pays. Personne ne fuit sans raisons. Les demandeurs d’asile vivent dans des situations souvent complexes où s’entremêlent le statut juridique et les difficultés psycho-sociales qui forgent les histoires individuelles tout comme le destin de familles entières. La réponse de la Caritas se veut différenciée et respectueuse des personnes et de leurs destins individuels. Accueil, orientation, information, mais aussi hébergement, rencontres, stages professionnels, cours de langues et d’informatique, soutien juridique ou administratif, traduction, rencontres culturelles – par différentes mesures d’inclusion sociale, la Caritas entend jeter des ponts et prévenir les conflits. Quelles que soient les suites réservées à leur demande d’asile ou la durée de leur séjour au pays, la Caritas veille à ce que le séjour au Luxembourg profite aux concernés tant au niveau de leur intégration sociale que dans l’éventualité du retour dans leur pays d’origine.

15


16 

Ainsi, «à travers son aide aux réfugiés, Caritas Luxembourg s’engage pour et avec des personnes contraintes de quitter leur pays et cherchant refuge au Luxembourg ●

en offrant un accueil, un accompagnement, une médiation vis-à-vis de tiers et la défense des droits élémentaires de la personne et en agissant avec d’autres pour une politique d’asile et d’immigration qui contribue à une société ouverte et plus juste au Luxembourg comme ailleurs» (extrait de la philosophie d’action du Service réfugiés).

(Fondation Caritas Luxembourg)

3.4

Réponses aux personnes concernées par le handicap, le grand âge, la dépendance ou la maladie

Les services au sein de la Confédération Caritas s’engagent pour une qualité de vie optimale des personnes concernées par le handicap, la mobilité réduite, la maladie ou le grand âge. Le travail pour et avec les personnes ayant un handicap vise en tout premier lieu leur déploiement personnel et individuel, promouvant dans la mesure du possible leur intégration à la vie sociale, voire professionnelle. Il s’agit donc d’organiser différents types d’encadrement dans des structures adaptées où les difficultés dues au handicap sont prises en compte au moyen d’un accompagnement humain, permanent et adapté à la personne. La personne ayant un handicap est vue avec ses droits et devoirs et ses besoins spécifiques et individuels. Cette approche intégrale et intégrée implique le dialogue recherché avec sa famille et ses proches. L’aide et les soins à domicile sont organisés à partir de centres régionalisés, permettant une intervention rapide et efficace de la part d’équipes pluridisciplinaires qualifiées. Dans le cadre du maintien à domicile, l’objectif primordial consiste à permettre aux personnes dépendantes, handicapées et/ou malades de rester chez elles, tout en gardant un maximum d’autonomie et de normalité de vie au quotidien. Toute l’approche est centrée sur le bien-être de la personne dépendante et de son entourage. L’assistance à l’hygiène corporelle, à la mobilité, à la nutrition, aux courses ne sont que quelques exemples d’aides à domicile. Des infirmières garantissent des soins médicaux ambulants tels que des prises de sang, des pansements, des injections, etc. Le service téléalarme permet au client de solliciter de l’aide en cas de chute, de malaise ou d’une autre détresse. Face aux situations de fin de vie, des infirmières et infirmiers spécialisés prennent en charge la douleur, le confort et le bien-être de la personne abordant la dernière étape de sa vie, assurant son accompagnement et celui de son entourage. Des centres psycho-gériatriques offrent des activités individuelles et en groupe, visant le maintien voire l’amélioration des capacités physiques et psychiques du public cible. Par le biais de véhicules adaptés aux besoins de personnes à mobilité réduite, le transport des clients est assuré. Des ergothérapeutes, psychologues et kinésithérapeutes offrent conseil et soutien spécialisé, thérapeutique et individuel. D’autres services comprennent le conseil aux familles, les foyers de jour spécialisés pour personnes âgées et les maisons de retraite; s’y ajoutent la livraison de repas sur roues ou encore le transport de malades assurés par des volontaires. (Aide familiale a.s.b.l., Claire a.s.b.l., Fondation Ste Zithe, Premier Secours de la Croix de Malte a.s.b.l., Stëftung Hëllef Doheem, Yolande a.s.b.l.)


17

La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

3.5

Réponses de la Caritas à travers le monde

«La Coopération internationale de la Fondation Caritas Luxembourg a pour mission d’apporter les moyens et de mobiliser nos populations afin de soulager de manière prompte, efficace et durable le sort de personnes frappées par la détresse» (extrait de la philosophie d’action de la coopération internationale de la Fondation Caritas). Au cours de sa longue expérience, le service de coopération internationale a largement contribué à faire de Caritas Luxembourg une organisation non gouvernementale professionnelle et reconnue. Avec ses partenaires du réseau de Caritas Internationalis, Caritas Luxembourg se rend proche des personnes dans le besoin et vise des interventions durables, tant dans l’aide d’urgence que dans le cadre de la coopération au développement. Qu’il s’agisse de catastrophes naturelles, de crises économiques, de guerres ou d’épidémies, Caritas soutient les personnes dans le besoin indépendamment de la religion, de la couleur de la peau, de leurs convictions politiques, de leur sexe, de la race, du statut social ou de l’âge. Se faisant l’interprète des personnes en détresse et devenant la voix des sans-voix, elle sensibilise la population aux enjeux des relations Nord-Sud et aux exigences de la justice internationale. (Fondation Caritas Luxembourg) Elisabeth Werner


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

Chapitre II: La Caritas au Grand-Duché de Luxembourg au début du XXe siècle

Préambule L’action caritative d’inspiration chrétienne n’est pas une invention du XXe siècle: dès les débuts de l’ère chrétienne, des hommes et des femmes motivés par l’Evangile et leur foi en un Dieu au visage humain, proche et solidaire ont pratiqué le service au prochain démuni, malade ou exclu de la société. Aussi nous tient-il à cœur – avant d’aborder le sujet plus spécifique du présent article, qui est l’histoire de la constitution d’une Caritas organisée au Grand-Duché de Luxembourg à partir du XXe siècle – de rappeler qu’au Luxembourg comme ailleurs, les congrégations religieuses ont durant près de deux siècles constitué le cadre privilégié de cet engagement. Relevons au même titre l’engagement caritatif laïque du service au prochain encouragé par Saint Vincent-de-Paul au XVIIe siècle et développé par Frédéric Ozanam au début du XIXe siècle, préparant le terrain à l’action caritative laïque organisée notamment au niveau des paroisses. Au Luxembourg, la constitution des Equipes d’entraide des Dames de la Charité en octobre 1844, puis des Conférences de Saint-Vincent-de-Paul en 1854, a mis en route une dynamique qui, à travers des hauts et des bas, a inspiré et soutenu l’émergence de la Caritas organisée dont il sera question dans les pages qui suivent. Partant de premiers facteurs d’influence liés au contact de personnalités luxembourgeoises avec les mouvements fédérateurs de l’action caritative en Allemagne, Suisse et Alsace-Lorraine au tournant du XXe siècle, nous verrons apparaître les étapes et circonstances qui ont mené vers la mise en place d’une première Caritas organisée à Esch-sur-Alzette durant la Première Guerre mondiale, aboutissant en 1926 à la fondation d’un société Caritas sous la forme d’une Société anonyme. Le regroupement des multiples initiatives luxembourgeoises sous forme de fédération en 1932 sera vue sur l’arrière-plan de la réorganisation de la Caritas au niveau diocésain dans le cadre de l’Action catholique. Facilitée par l’union avec les associations féminines catholiques, l’action de la Caritas nouvellement constituée met à profit les réseaux associatifs existants au service des personnes touchées par la misère des années trente.

1.

Premières influences (1897 – 1912)

En France, en Allemagne et en Suisse, nous assistons au tournant du XXe siècle à un essor et un fort mouvement fédérateur des activités caritatives catholiques qui a vu émerger les premières Caritas institutionnelles:



L’article présente sous une forme abrégée une partie du mémoire de master de M. Vasco Daniel Luis, soutenu avec succès à l’Université de Luxembourg dans le cadre du master en histoire européenne contemporaine sous la direction du professeur Michel Pauly. Le lecteur intéressé trouvera dans le mémoire de master les justifications et références scientifiques qui pourraient faire défaut dans le cadre de la présente publication.

19


20 

le «Charitasverband für das Katholische Deutschland», ou «Deutscher Caritasverband» (ci-après D.C.V.) fondé à Fribourg e.B. en date du 9 novembre 1897, dont le fondateur et le premier président fut Lorenz Werthmann le «Schweizerischer Charitasverband», fondé à Lucerne en 1901 par le père capucin Rufin Steimer le «Charitasverband für die Diözese Strassburg», constitué le 26 juin 1902, succédant au secrétariat caritatif de la Fédération catholique de Charité de la Ville de Strasbourg; son premier président fut Paul Müller-Simonis. la Caritas diocésaine de Metz créée le 8 avril 1903.

Ce courant n’a pas manqué de toucher le Luxembourg par différentes voies de contact. Nous verrons dans la suite que la fréquentation par certaines personnalités luxembourgeoises de milieux propices à l’idée de Caritas et les contacts avec les Caritas étrangères témoignent d’un réseau relationnel précoce préparant le terrain à la fédération de l’action caritative au Luxembourg.

1.1

Des Luxembourgeois membres du D.C.V.

La liste des membres du «Deutscher Caritasverband» nous indique que la constitution d’une Caritas en Allemagne était connue au Luxembourg et a retenu l’attention tant de membres du clergé luxembourgeois que de laïcs engagés. Une liste des membres du D.C.V. entre 1897 et 1914 cite 14 membres venant du Luxembourg, dont 11 ecclésiastiques. Le premier Luxembourgeois inscrit au D.C.V. dès 1897 fut Mgr Bernhard Haal, fondateur en 1864 du Gesellenverein (Kolpingwerk), directeur depuis 1886 de la Congrégation de Sainte Zithe et promoteur des Oeuvres de protection des jeunes filles (fondée à Luxembourg en 1911). Ensemble avec Mgr Frédéric Lech il fut une des chevilles ouvrières du Volksverein fondé à Luxembourg en 1903. On retrouve aussi Heinrich Fournelle (1869 – 1923), secrétaire général du Verband der Katholischen Arbeitervereine Deutschlands depuis 1904. Figurent également sur la liste les noms de Michel Rumé, Jacques Meyers et Georges Burg, professeurs au Grand Séminaire à Luxembourg et propagateurs potentiels du catholicisme social auprès des séminaristes. Georges Burg a étudié de 1878 à 1884 au Collegium Germanicum où il a rencontré Lorenz Werthmann, lui-même étudiant au Germanicum entre 1877 et 1884. Il fut également secrétaire particulier de l’évêque Koppes et chapelain de la Grande-Duchesse Marie-Anne de Bragance. Le professeur Jacques Meyers, après avoir été ordonné prêtre, a fréquenté les universités de Liège et de Berlin. Il a été un des fondateurs de l’Université Populaire Catholique, dont il est devenu le secrétaire. Il fut orateur lors des Katholikentage de Strasbourg, Essen, Würzburg, Düsseldorf, Breslau, Augsbourg, Mayence, Aix-la-Chapelle, Metz et St. Gallen. Notons en passant qu’au Katholikentag de Strasbourg en 1905, où Meyers était conférencier et où il était question de Caritas, participaient aussi Frédéric Mack, alors secrétaire général du Volksverein, Mgr Haal, Robert Schuman et l’évêque Koppes. Sur la liste figure également le jésuite allemand Heinrich Pesch, l’un des plus importants théoriciens du solidarisme, la science sociale catholique. Il a sans doute encouragé des Luxembourgeois à s’engager dans l’action sociale et caritative. L’évêque Jean-Joseph Koppes s’est fait membre du D.C.V. en 1909/1910; son rôle dans le développement de la Caritas fut déterminant, comme nous le verrons plus loin.


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

Sont devenus membres du D.C.V. vers 1912/1913 Robert Schuman – engagé par ailleurs auprès du bureau de la fédération diocésaine Caritas à Metz – mais aussi Jean-Baptiste Kuborn, président des Conférences de St. Vincent de Paul à l’Athénée du Luxembourg, ainsi que des membres du conseil d’administration de l’hôpital d’Eich (Fondation Norbert Metz), qui a toujours compris un membre de la famille Metz. Relevons que les industriels s’intéressaient à l’œuvre de Werthmann. Libéraux progressistes ouverts aux problèmes sociaux, les Metz avaient d’ailleurs fait appel aux congrégations de vie active étrangères au 19e siècle.

1.2

L’inspiration suisse

En Suisse, le Charitasverband forma à ses débuts la section caritative du Schweizerischer Katholikenverein, intégré à partir de 1905 au Schweizerischer Volksverein. Le Volksverein devint à partir du 16 mai 1905 l’institution fédératrice des mouvements chrétiens en Suisse et comprenait sept sections, dont la section caritative qui devint un centre de coordination entre le Schweizerischer Katholischer Frauenbund et le Schweizerischer Katholischer Volksverein. Un article écrit par Alphons Hättenschwiller, secrétaire général du Schweizerischer Katholischer Volksverein, à l’occasion du 25e anniversaire du Luxemburger Katholischer Volksverein en 1928, confirme l’existence de contacts entre Volksverein luxembourgeois et suisse. Les deux institutions ont d’ailleurs été fondées en 1903. Des contacts entre Pierre Dupong et le Schweizerischer Charitasverband, fondé en 1901, ne sont pas à exclure. Pierre Dupong, comme d’autres étudiants luxembourgeois, fréquenta au tournant du siècle l’Université de Fribourg en Suisse, propagatrice du catholicisme social. Président du Luxemburger Volksverein et co-fondateur en 1914 du Parti de la Droite à Luxembourg, Pierre Dupong s’était fortement inspiré des idées du Suisse Caspar Descurtins, co-fondateur de l’Université de Fribourg avec Georges Sython, et de celles de Marc Sangnier et du mouvement du Sillon. Autre lien entre le Luxembourg et la Suisse: les membres de la Ligue pour la Protection de la Jeune Fille du Luxembourg, association issue du Frauenbund luxembourgeois, sont liés à l’Association Catholique Internationale des Oeuvres de Protection de la Jeune Fille, fondée à Fribourg (Suisse) en 1897. La baronne de Montenach, présidente de l’association internationale s’est personnellement rendue au Luxembourg en 1907 puis en 1913 pour débattre sur la réforme de la pratique caritative et encourager la création de nouvelles associations caritatives.

1.3

L’influence alsacienne – La Caritas diocésaine de Strasbourg

Strasbourg figurait comme pôle d’attraction majeur pour ce qui est du développement de la Caritas. Des liens forts ont existé entre la Caritas diocésaine de Strasbourg et le D.C.V. par le biais de son président Paul Müller-Simonis qui était successivement membre du conseil d’administration, membre du comité de direction, puis vice-président du Deutscher Caritasverband. Tout mène à croire que Paul Müller-Simonis était une personnalité connue du clergé luxembourgeois. Il participa d’ailleurs activement à la constitution de l’Association Catholique Internationale des Oeuvres de Protection de la Jeune Fille.





Au 19e siècle, Norbert Metz était membre du conseil communal et l’un des responsables de la venue des Sœurs. ­Selon la tradition de la congrégation et celle de la population d’Eich, Norbert Metz serait allé chercher les Sœurs de la ­Doctrine Chrétienne à Nancy. Le 13 juin 1905, le comité central du Volksverein suisse envisage de dissoudre le Caritasverband. La section caritative du Volksverein devait prendre sa place.

21


22 

Les compte-rendus annuels de la Caritas diocésaine de Strasbourg nous montrent que les liens avec le Luxembourg ne font pas de doute: on y voit apparaître dès 1903 l’énumération d’établissements et d’associations établis au Grand-Duché de Luxembourg, ce jusqu’en 1913. Ce flux d’informations peut être en rapport avec la présence de missions italiennes au Luxembourg (voir chapitre suivant). Autre lien: le Volksverein luxembourgeois, constitué à Luxembourg le 27 décembre 1903 d’après le modèle allemand, et qui fut pendant longtemps la Centrale des associations et mouvements catholiques du Luxembourg. Jusqu’en 1910, la Caritas strasbourgeoise assura le rôle d’Office central du Volksverein für das Katholische Deutschland et d’Office central du Studienverein, association de soutien aux étudiants catholiques – nul doute que des échanges entre les deux centrales ont eu lieu. En 1909, Paul Müller-Simonis a tenu une conférence à l’Université Populaire Catholique sur les bienfaits de la bienfaisance privée et de la collaboration nécessaire avec les autorités communales et la bienfaisance publique. Les membres du Frauenbund luxembourgeois ont été fortement impressionnés par le programme exposé. Les membres du Frauenbund luxembourgeois ont assisté par la suite du 13 au 17 octobre 1912 à l’assemblée générale du Katholischer Frauenbund de Strasbourg. Une collaboration sur le terrain a même eu lieu entre la Ligue pour la Protection de la Jeune Fille du Luxembourg et la Caritas diocésaine de Strasbourg. D’autres liens personnels peuvent être présumés. En effet, avant la Première Guerre Mondiale, on retrouve au sein de la Caritas du diocèse de Strasbourg tout comme autour des Katholikentage des membres d’une famille bourgeoise du nom de Metz, dont on ne peut pas exclure la parenté avec les Metz du Luxembourg. Cela expliquerait l’engouement des Metz pour la Caritas. Par ailleurs les ingénieurs luxembourgeois pourraient avoir connu Paul Müller-Simonis qui, avant de soutenir à Rome un doctorat en théologie (1888), fréquentait l’Ecole Centrale de Paris (1881), la prestigieuse école d’ingénieurs que fréquentaient beaucoup de Luxembourgeois. Le rayonnement de la Caritas diocésaine de Strasbourg était exceptionnel. Catherine Maurer souligne que la Caritas diocésaine de Strasbourg a entretenu entre 1919 et 1928 des échanges d’idées et de services mutuels avec une vingtaine de diocèses et que son Office central a préparé des rencontres internationales qui ont marqué les débuts de Caritas Internationalis. Le vice-président du Charitasverband Paul Müller-Simonis fut dans la suite le premier président d’une première confédération Caritas Internationalis (1928 – 1930).

1.4

Lorenz Werthmann et l’aide aux migrants italiens au Luxembourg

Alors que les pages précédentes nous montrent comment le Luxembourg est bel et bien entré dans l’orbite du système caritatif étranger, considérons à présent les contacts précoces qui existaient avec le D.C.V. et son président par le biais de l’aide aux migrants italiens au Luxembourg. Dans son ouvrage «Les Italiens au Grand-Duché de Luxembourg», Benito Gallo rapporte que les villes à forte densité d’Italiens étaient les villes d’Esch-sur-Alzette, de Dudelange et de Differdange. Pour la période comprise entre 1900 et 1925, les Italiens ont représenté 61,19 % des étrangers à Esch-sur-Alzette, habitant les quartiers limitrophes dits de la «Frontière» et du «Brill». Maind’œuvre exclusivement masculine, «de préférence des célibataires ou des hommes mariés venus



Le Volksverein a cherché, suite au combat anticlérical mené par le «Bloc des gauches», à former les futures élites du pays dans les domaines du social, politique, des syndicats et du religieux. C’est des rangs du Volksverein que naîtra en 1914 le Parti de la Droite.


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

au Grand-Duché sans leur famille», les jeunes immigrés italiens ont constitué une main d’œuvre mobile, habitant souvent des logements insalubres et ils étaient particulièrement vulnérables en cas de licenciements. La communauté italienne était divisée: il y avait d’une part les catholiques et monarchistes et de l’autre les socialistes, républicains et anarchistes. A partir de 1904, le Parti Socialiste Ouvrier Luxembourgeois s’est particulièrement intéressé aux ouvriers italiens. Catherine Maurer note que certaines lettres adressées à Lorenz Werthmann entre 1897 et 1899 font état de la prise de conscience du «danger représenté par la propagande social-démocrate auprès des ouvriers catholiques et du rôle que peut jouer le Charitasverband dans ce contexte» sans pourtant y donner suite. Lorenz Werthmann, président du D.C.V., avait fondé le premier Secrétariat ouvrier des Italiens de Fribourg-en-Brisgau pour assister les migrants Italiens à travers l’Europe. Les missionnaires italiens envoyés par Werthmann sont inscrits dans les Promemoria du Secrétariat ouvrier de Fribourg-enBrisgau où nous trouvons des informations exactes sur le nombre d’Italiens établis au Luxembourg (ils étaient 4.000 en 1898). En novembre 1900, les autorités civiles luxembourgeoises firent appel à Lorenz Werthmann pour encourager la création d’un secrétariat ouvrier italien dans les centres industriels du bassin minier. L’évêque Koppes de son côté, réagissant à l’influence croissante du socialisme parmi la population ouvrière italienne, s’était adressé à l’œuvre de missionnaires italiens Bonomelli , dont Lorenz Werthmann était un des fondateurs. Sur invitation du consul Weber, Lorenz Werthmann en personne se rendit donc à Luxembourg suite au Caritastag d’Aix-la-Chapelle de 1901. Dans une lettre du 22 janvier 1902, Werthmann s’enquiert auprès de Mgr Bernhard Haal – directeur de la Congrégation de Sainte-Zithe, très active dans l’aide aux migrants – pourquoi un certain missionnaire italien a dû changer de logement. Mgr Haal explique que les Sœurs ont eu besoin de la chambre en question pour les soins aux malades. Dans une autre lettre, Lorenz Werthmann, apparemment non satisfait de la réponse, demande au Professeur Georges Burg (qu’il tutoie) de l’informer des motifs de ce délogement, profitant de l’occasion pour saluer le professeur Schiltz et demandant la surveillance du missionnaire Massazza. Cette lettre confirme les relations entre les Germaniker luxembourgeois et Lorenz Werthmann, qui d’ailleurs s’était rendu une deuxième fois au Luxembourg en 1903 pour y consacrer une chapelle dédiée aux Italiens du quartier Brill d’Esch-sur-Alzette. A Esch-sur-Alzette, la mission de l’Oeuvre Bonomelli a assisté les immigrés italiens dans les démarches administratives (recherche d’un emploi, démarches concernant le service militaire, traduction de

  

Voir Gallo (Benito): Les Italiens au Grand-Duché de Luxembourg. Un siècle d’Histoire et de chroniques sur l’immigration ­italienne. Luxembourg 1987, p. 12, 13, 19, 22, 29, 39, 74, 97, 154. Maurer (Catherine): Le modèle allemand de la charité – La Caritas de Guillaume II à Hitler, coll. Les Mondes Germaniques. Strasbourg 1999, p. 54. L’Oeuvre Bonomelli fut fondée le 18 mai 1900 par l’Associazione nazionale per soccorrere i missionari italiani de Florence. Le premier président élu fut Mgr Geremia Bonomelli (1831 – 1914), évêque de Crémone. L’Oeuvre Bonomelli venait en aide aux émigrants italiens. Elle avait fondé des asiles de frontière, des secrétariats, des écoles, des jardins d’enfants, des hôpitaux, des bibliothèques ambulantes; elle prêtait aussi une assistance morale, religieuse et sociale aux émigrants. Elle s’établit particulièrement en Suisse, en France, au Luxembourg et en Allemagne. L’Oeuvre Bonomelli se proclamait laïque, indépendante de toute confession religieuse. Par conséquent elle n’était pas bien vue par les autorités de l’Eglise (qui ne lui octroyèrent jamais une approbation officielle). En 1906 fut créé un Secrétariat général à Bâle, lequel rassemblait les informations concernant les possibilités de travail provenant des différents secrétariats en Europe. In: Gallo (Benito): op. cit., p. 110.

23


24 

documents civils, recherche de personnes) et a tenu des écoles italiennes. La collaboration de l’œuvre Bonomelli avec le clergé luxembourgeois était étroite, notamment avec la paroisse Saint-Joseph. En 1913, l’évêque Koppes créa une nouvelle paroisse de droit épiscopal du nom de Sacré-Cœur pour les quartiers Brill et Frontière. Le titulaire, l’abbé Prosper Colling, parlait couramment l’italien et collabora étroitement avec le missionnaire italien. D’ailleurs l’évêque Koppes encourageait largement l’apprentissage de l’italien par les vicaires et les séminaristes.

1.5

Les obstacles à la création d’une Caritas à Luxembourg avant 1917

1.5.1 Facteurs économiques et sociologiques Pour le Luxembourg, l’établissement tardif d’une Caritas résulte pour une part de la situation sociale du pays avant la Première Guerre Mondiale. Plus concernés par la pauvreté que les Luxembourgeois, les Italiens ont bénéficié de l’Oeuvre Bonomelli et d’autres mutuelles (catholiques ou non) qui ont pallié aux manquements de l’Etat. Par ailleurs, nombreux furent à l’époque les Luxembourgeois choisissant la voie de l’émigration: les relevés des agences d’émigration de l’époque ont constaté 8.395 départs vers les Etats-Unis entre 1904 et 1921. Paul Klein nous rappelle que la population, principalement rurale, n’a pas offert avant 1914 le spectacle de misère qui provoque impérieusement l’exercice de la charité. Les problèmes sociaux causés par la guerre vont ensuite conduire à une plus grande solidarité. A ces raisons économiques et sociales s’ajoutent des explications psycho-sociologiques: André Heiderscheid constate que les Luxembourgeois ont gardé les traits du monde agricole, dont ils ont hérité un caractère renfermé, peu enclin aux enthousiasmes collectifs et se méfiant de tout ce qui est nouveau. Les associations caritatives au cours des XIX e et XX e siècle ont ressenti à un moment ou un autre les effets de cette attitude, se traduisant à ce niveau par une crainte de s’exposer dans l’action et une réticence à s’engager. Ainsi, les Conférences de Saint-Vincent-de-Paul traversèrent une crise d’identité entre 1870 et 1890, le président constatait en 1879 un «relâchement des membres» et «l’oubli du règlement». A partir de 1890, l’historique des Conférences de Saint-Vincent-de-Paul constate un redressement, cependant que les archives de la Conférence de Saint-Vincent-de-Paul de l’Athenée font état d’une crise bien plus profonde jusqu’en 1916. Signalons en passant l’importance de cette Conférence de l’Athenée (masculine) en ce qu’elle forme des intellectuels prêts à s’engager au sein des oeuvres catholiques, qui pour survivre et se développer ont bien besoin de têtes pensantes et socialement influentes.

 Né à Mamer, Docteur en philosophie et théologie, il a été ordonné prêtre en 1906. A partir de 1910, il remplace le vicaire Nicolas Olinger. A partir du 1er mai 1913, il devient curé de la paroisse Sacré-Cœur d’Esch-sur-Alzette, nouvellement consacrée par l’évêque Koppes le 12 février 1913. In: Flies (Joseph): Das Andere Esch. An der Alzette. Ein Gang durch die Geschichte. Luxembourg 1979, p. 529.  Voir Klein (Paul): Les Conférences de Saint-Vincent-de-Paul à Luxembourg – Cent-vingt-cinq ans de fidélité. Aperçu historique depuis la fondation de la Société. In: La Société Saint-Vincent-de-Paul à Luxembourg: 1854 – 1979, Luxembourg 1979, p. 12 – 21.


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

1.5.2 Le quasi-monopole des congrégations religieuses Au Grand-Duché de Luxembourg, de la deuxième moitié du XIX e siècle jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale, l’action caritative et sociale a été assurée quasi exclusivement par les congrégations féminines de vie active, ce pour un champ d’activité très étendu10. Mgr Frédéric Lech, historien de la Congrégation des Sœurs de Sainte Elisabeth, a constaté que la multiplication des institutions caritatives a pu causer une entrave à l’action caritative et entraîner la naissance d’un esprit de rivalité entre institutions – allant jusqu’à affirmer que le développement de l’action caritative aurait été plus facile s’il n’y avait eu qu’une seule congrégation. C’est oublier que les Elisabéthaines ont desservi les infrastructures mises en place par les pouvoirs publics, alors que les Franciscaines ont davantage travaillé dans des établissements privés. Si des rivalités entre congrégations ont existé, elles ne sont pas allées jusqu’à paralyser l’évolution des congrégations, cela même pendant la période des lois anti-congréganistes françaises (1901 – 1905), qui voit arriver au Luxembourg des congrégations françaises. Les congrégations déjà établies au Luxembourg ont continué à progresser dans leurs effectifs et succursales. Les sœurs ont également soutenu le clergé dans sa mission apostolique. Pour toutes ces raisons, le champ d’action des laïcs fut limité. De plus, les congrégations de vie active ont été pour l’Eglise un moyen d’entente avec les non catholiques. En effet, l’activité des congrégations n’a pas été remise en cause lors du Kulturkampf, des lois anti-congréganistes françaises ou lors de l’apogée de l’anti-cléricalisme au Luxembourg (1908 et 1914, plus radicalement entre 1912 et 1914 avec pour seules exceptions les communes d’Esch-sur-Alzette et d’Hollerich-Bonnevoie qui ont adopté des mesures de laïcisation). Si les associations laïques de femmes non catholiques (auxquelles a adhéré Aline Mayrisch) ont contesté l’éducation dispensée par les congrégations enseignantes, elles ont néanmoins reconnu le rôle joué par les congrégations hospitalières et caritatives. Paul Zahlen précise que durant tout le XIX e siècle, en dépit d’un anti-cléricalisme de façade, les gouvernements libéraux ne se sont pas opposés à l’idée de faire «appel aux congrégations pour toutes les nouvelles structures sociales mises en place»11. Dans la première moitié du XX e siècle, les congrégations de vie active ont été sollicitées dans la plupart des institutions étatiques et communales. Cette situation va globalement perdurer jusqu’à la Deuxième Guerre Mondiale. Paul Zahlen nous rappelle que les sœurs ont été certes subordonnées aux autorités civiles, mais qu’elles ont été «les seules à pouvoir mettre en œuvre la politique gouvernementale, ce qui les a mis en position de force»12. La création d’associations caritatives, estimées plus proches d’un catholicisme intégral (conservateur), aurait d’ailleurs pu durcir la position des non catholiques. Les congrégations ont permis en quelque sorte d’atténuer la colère anti-cléricale. Notons enfin que les ressources humaines pour l’action caritative ont été presque monopolisées par les congrégations qui ont pendant longtemps servi de référence aux femmes pour l’action caritative. Les familles luxembourgeoises, sincèrement croyantes en général, voyaient l’entrée au

10 Les voici: Institut pour aveugles; accueil pour personnes mentalement et physiquement handicapées; foyers; crèches; ouvroirs; pensionnats; hôpitaux; sanatorium; préventorium; internat d’enfants sourds muets; maisons de retraite; missions de gare; protection de la jeune fille et des domestiques; aide à domicile. In: Luis (Vasco Daniel): Le fruit d’un long travail commun – L’histoire de la Fondation François-Elisabeth, Hôpital Kirchberg, vol. I, Luxembourg 2006, p. 44. 11 Zahlen (Paul): Sources en matière d’histoire de l’action sociale au Luxembourg (1839 à 1940), ouvrage non publié, p. 33. 12 Zahlen (Paul): op. cit., p. 260.

25


26 

couvent comme une valorisation de la famille et une possibilité d’ascension sociale pour la jeune fille. Ces effectifs vont naturellement faire défaut aux associations caritatives de femmes laïques! 1.5.3 Les rivalités au sein du milieu catholique Des rivalités entre congrégations et associations laïques ne sont pas à exclure. Pour l’Allemagne, Catherine Maurer remarque que la légitimation de l’action caritative du D.C.V. a été remise en question au sein même du milieu catholique. Le D.C.V. et le Frauenbund allemand se sont livrés des «escarmouches au niveau local comme au niveau national»13. Les Conférences de Saint-Vincentde-Paul, au Luxembourg, n’étaient-elles pas la (seule) référence pour la pratique charitable par des laïcs? Le Volksverein ne constituait-il pas la grande centrale de toutes les associations catholiques au Luxembourg? Victor Conzemius rapporte d’après un article des Mitteilungen de la Fédération des femmes catholiques du Luxembourg (Katholischer Frauenbund) de mars 1911, l’idée de fonder une centrale nationale coordinatrice des œuvres de charité et l’appel insistant à «se mettre en communication les unes avec les autres et à se prêter un mutuel appui dans l’exercice de la charité»14. L’auteur de l’article, probablement Elvire Koltz qui en 1932 deviendra secrétaire générale de la Caritas, constate avec regret que pendant trop longtemps les œuvres caritatives ont évolué de façon isolée, «conservant jalousement leurs ressources propres et se défiant de toute immixtion étrangère»15. 1.5.4 La crise moderniste La crise «moderniste» a probablement mis un frein à l’établissement d’une Caritas. Le catholicisme social, apparu vers la fin du XIX e siècle, fut encouragé par la promulgation de Rerum Novarum en 1891 par le pape Léon XIII . Or cette encyclique n’a pas été pour autant une ouverture vers la modernité, puisqu’elle défendait un catholicisme intransigeant et conservateur. Des fractures ont dès lors divisé le clergé entre une tendance dure, condamnant toute déviation au niveau doctrinal, et une tendance plus «ouverte et souple», tout en restant opposée au libéralisme et à d’autres courants de pensée. Cette attitude ouverte au modernisme social et à la démocratie chrétienne sera par la suite condamnée par le pape Pie X au même titre que le catholicisme libéral. Il convient d’évoquer à cet endroit le mouvement du Sillon qui a émergé en France en 1894 avec la parution du journal du même nom, oeuvrant pour un christianisme démocratique et social. Ce mouvement fut d’abord accueilli favorablement par Pie X, puis condamné en 1910. Nous savons que certains mouvements associatifs luxembourgeois se sont inspirés de ce mouvement, notamment l’Akademikerverein et le Volksverein, et Pierre Dupong n’a pas caché ses sympathies pour Marc Sangnier. Sur le plan politique, la création tardive du Parti de la Droite en 1914 – avec plus de dix ans de retard sur les partis socialiste et libéral – pourrait être le résultat de cette division et de l’hésitation du clergé à reconnaître un parti souhaitant défendre les valeurs chrétiennes tout en restant autonome par rapport à l’Eglise. Joseph Flies déplore l’attitude conservatrice de certains milieux catholiques bourgeois qui n’auraient pas caché leur indifférence par rapport à l’encyclique Rerum Novarum et

13 Voir Maurer (Catherine): op. cit., p. 177 – 178. 14 Archiv des Deutschen Caritasverbandes e.V.: A.D.C.V. 191.0254, Faszikel 04, Der diakonische Auftrag der Kirche. ­Erstvortrag zum 50. Gründungsjubiläum der Caritas Luxemburg. 15 Voir Conzemius (Victor): Aus den Annalen des Luxemburger Caritasverbandes. In: Cinquantenaire de la Caritas luxembourgeoise 1932 – 1982, Luxembourg 1982, p. 43 – 45.


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

auraient fait passer au camp socialiste certains catholiques s’inspirant du catholicisme social (dont Michel Welter, fondateur du Parti Social-Démocrate en 1902). Du côté italien, Benito Gallo constate que les missionnaires ont été accusés de s’occuper trop du «social» au détriment du «spirituel». Dans un rapport adressé au cardinal Ferrari le 7 août 1909, l’évêque de Nancy a reproché aux missionnaires italiens de négliger leur travail pastoral, «pour se consacrer complètement à des activités sociales»16. Une éventuelle opposition du clergé au développement d’une Caritas en tant qu’action caritative catholique n’est cependant pas à l’ordre du jour. Il est un fait que Mgr Haal, Mgr Lech et les professeurs du Grand séminaire Georges Burg et Michel Rumé ont fait partie des commissions anti-modernistes, d’après le Kirchlicher Anzeiger de 1908. Cela voudrait-il dire que les initiateurs du catholicisme social au Luxembourg se soient eux-mêmes opposés à ce même catholicisme? Nous pouvons affirmer qu’en règle générale le clergé luxembourgeois n’a pas condamné l’ouverture sociale promulguée par Léon XIII, mais bien ce qu’il en a considéré comme les déviations politiques, démocrates-chrétiennes et à ses yeux démesurément sociales. Toujours est-il que durant cette période de la lutte anti-moderniste (1905 – 1914), les catholiques conservateurs Joseph Koppes, Bernhard Haal, Michel Rumé, Georges Burg et Jacques Meyers ont été membres du D.C.V., ce qui peut laisser supposer une ouverture à l’idée d’une Caritas. 1.5.5 Les difficultés rencontrées par les Caritas étrangères En Allemagne, les structures du D.C.V. ont éveillé la méfiance d’une partie du clergé. En outre, entre 1897 – 1913, le D.C.V. a eu un nombre de membres insuffisant pour assurer le rayonnement, l’influence et l’équilibre financier de l’organisation. Le Caritasverband suisse a également connu des difficultés financières jusqu’en 1923. Au Luxembourg, attentif à l’évolution des Caritas étrangères, on a dès lors préféré «attendre et voir»17 avant de s’engager dans l’aventure. Certes, le clergé a encouragé le catholicisme associatif sous l’ère Koppes, mais ce sont les sphères intellectuelles, syndicales et plus tard politiques de ce catholicisme associatif qui ont été préférées au catholicisme associatif caritatif, en raison de la montée fulgurante du socialisme et de l’alliance de ce dernier avec les libéraux (1908). On retrouve le même cas de figure en Suisse. Par ailleurs, Mgr Haal et Mgr Lech, fins connaisseurs des congrégations, ont certainement dû comprendre que le moment était mal choisi pour créer une Caritas. Les priorités étaient ailleurs! La sauvegarde de la monarchie et de l’indépendance du pays avant 1919 a mobilisé une grande partie des forces de l’Eglise. Dans un Luxembourg hautement convoité par ses voisins, l’appartenance officielle à une institution étrangère aurait d’ailleurs causé des incidents diplomatiques. Ayant passé en revue les éléments pour ou contre l’établissement d’une Caritas au Luxembourg avant la Première Guerre Mondiale, nous constatons que les arguments contre cet établissement ont eu leur poids, mais qu’ils n’ont pas pour autant empêché le Luxembourg et son clergé de s’imprégner d’un catholicisme social et caritatif qui ne demandera qu’à s’exprimer une fois la «tempête anti-moderniste» passée.

16 Gallo (Benito): op. cit., p. 106. 17 Maurer (Catherine): op. cit., p. 52.

27


28 

2.

Les débuts de la Caritas au Luxembourg (1912 – 1926)

2.1

Contacts fructueux avec la Caritas de Metz: Caritaskurs et Katholikentag

Les premiers débuts de la Caritas luxembourgeoise sont à ramener en grande partie à l’intervention de l’évêque Koppes avant la Première Guerre mondiale. Dans une lettre pastorale datant d’octobre 1912, l’évêque Koppes attire l’attention du clergé sur la tenue d’un Caritaskurs (Cours caritatif) du 10 au 16 novembre 1912 à Metz. Ce Caritaskurs organisé par la Caritas de Metz comprend l’étude de l’action caritative et de ses moyens d’action, mais également une présentation des structures que peut prendre la Caritas en tant qu’organisation. La collaboration entre la Caritas et d’autres associations confessionnelles, voire les instances publiques (bureau de bienfaisance) est également mise à l’avant. Dans ce cours caritatif, l’aide au monde rural et aux enfants a fortement interpellé l’évêque, compte tenu du tissu social luxembourgeois. L’intérêt suscité pour ce Caritaskurs est la preuve concrète de l’influence exercée par une Caritas étrangère sur le Luxembourg (la Caritas de Metz est diocésaine à partir de 1909). L’évêque mentionne également le Caritaskurs qui s’est tenu à Strasbourg en 1907, deux ans après le Katholikentag de Strasbourg en 1905 auquel des Luxembourgeois ont participé. Ce Caritaskurs de Metz est suivi l’année suivante par le fameux Katholikentag de Metz de 1913, organisé par Robert Schuman. Ce Katholikentag a été une démonstration de force du Volksverein luxembourgeois. Plus de 3.000 Luxembourgeois ont participé à ce Katholikentag, constituant plus de 10 % des participants. Des figures importantes du catholicisme luxembourgeois telles Emile Reuter, Pierre Dupong, Frédéric Mack, Jacques Meyers et l’évêque Koppes ont été présentes. L’accent fut mis sur la création de comités caritatifs dans les grandes villes industrielles à forte proportion d’immigrants. Parmi les thèmes abordés figurent notamment la protection des jeunes filles, l’organisation de garderies, les colonies de vacances et l’aide aux sans-abri. Afin de systématiser la charité et d’en donner une vue d’ensemble, l’établissement de fiches paroissiales (Pfarrkartothek) a été encouragé. La collaboration avec les conférences de Saint-Vincent-de-Paul est recommandée; celles-ci sont invitées à entrer en contact avec la Vereinigung zur Förderung der Wanderarmenfürsorge avec siège à la Caritas de Fribourg-en-Brisgau.

2.2

La Kriegs-Charitas et les comités locaux de charité

Pendant la Première Guerre Mondiale, le Luxembourg connut de grands problèmes de ravitaillement dus à la présence de l’armée allemande. La guerre causa une chute des salaires et l’apparition de la faim et de la misère. En raison du manque de solidarité de la population, l’évêque Koppes se devait de réagir. Le vicaire Josef Hurt mentionne, dans son article de 1924 sur la Caritas au Luxembourg, les appels insistants de l’évêque en faveur de la charité et la création d’une Kriegs-Charitas le 12 septembre 1916. D’après un article du Kirchlicher Anzeiger de cette même année, la Kriegs-Charitas comprend un comité central dans la capitale, avec une caisse centrale. Chaque paroisse qui souhaite y participer est invitée à créer un comité local de charité (Örtlicher Caritas-Ausschuss) avec le curé à sa tête. Les membres dirigeants d’associations catholiques sont invités à rejoindre le comité local de charité qui se donne pour tâche de fournir des informations, des vivres et des sommes d’argent au comité central. Le comité central traite ensuite les informations et distribue l’aide conformément aux besoins réels des comités locaux. L’évêque appelle à la participation conjointe des conférences de Saint-


29

La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

Jean-Joseph Koppes, évêque de Luxembourg 1883 – 1918

1

2

Lorenz Werthmann, premier président du D.C.V., s’est rendu à l’inauguration de l’église de la mission italienne en 1903.

4

Curé J.-P. Mergen (1899 – 1909)

3

5

Eglise St Joseph, construite vers 1877 sous le curé J.-J. Koppes (1873 – 1883) entre 1873 et 1877

8

Frédéric Mack (1915), secrétaire général du «Volksverein». 6

Nicolas Bisdorff, curé à St Joseph 1916 – 1929 et Prosper Colling, curé à la paroisse SacréCœur 1913 – 1929, fondateurs du «Caritas-Sekretariat».

Le «Vereinshaus» St Joseph construit en 1900, inauguré en 1901 comme lieu de rassemblement des associations catholiques. Frédéric Mack y intervint comme orateur le 14 août 1911.

7

11

Joseph Hurt, vicaire à St Joseph de 1919–1926, éditeur du «Caritas-Jahrbuch» 1920–1921

9

10

Mathias Bodry, co-fondateur des Conférences de St Vincent de Paul à Esch-sur-Alzette en 1917, fondateur du Caritas-Sekretariat en 1918 et de la Caritas SA en 1926, membre de l’Office social de la ville d’Esch à partir de 1930, président de la section eschoise du Parti de Droite dans l’entre-deux-guerres, membre fondateur de la Caritas en 1932, président de l’Office social de la Ville d’Esch à partir de 1947, membre et administrateur de la Caritas de 1945 jusqu’à sa mort en 1962.


30 

Vincent-de-Paul, du Volksverein et des Arbeitervereine. Les associations de femmes catholiques sont également amenées à participer à l’action caritative. Enfin la collaboration avec les bureaux de bienfaisance est encouragée afin d’éviter un abus des aides distribuées.

2.3

Le Secrétariat de charité (Caritas-Sekretariat) à Esch-sur-Alzette

2.3.1 Organe coordinateur du comité de charité Parmi les comités de charité locaux, ceux d’Esch-sur-Alzette ont joué un rôle précurseur dans le développement d’une Caritas au Luxembourg. Joseph Flies nous rapporte qu’en 1917 le curé Dr. Nicolas Bisdorff 18, afin de distribuer les aides de la Kriegs-Charitas, a fondé le Katholisches Caritaswerk der Pfarrgemeinde St. Joseph in Esch-sur-Alzette. Il en appelle à la section masculine des Conférences de Saint-Vincent-de-Paul dont les activités se sont étendues dès 1918 à la paroisse du Sacré-Cœur. Suite au souhait émis par la population eschoise s’y sont ajoutées les Conférences vincentines féminines (Dames de la charité de St. Vincent de Paul) de la paroisse Saint-Joseph (le 29 mars 1918 sur initiative de Nicolas Bisdorff), et de la paroisse du Sacré-Cœur (le 7 avril 1918 sur initiative de Prosper Colling). Les conférences ont alors secouru 120 familles nécessiteuses. En date du 21 avril 1918, un comité local de charité unique fut créé à Esch-sur-Alzette afin de coordonner l’aide distribuée par les conférences vincentines. Ce comité de charité disposait d’une caisse centrale et fut conçu pour étendre son action sur le territoire des deux paroisses. Le 1er novembre 1918 un Caritas-Sekretariat (Secrétariat de charité) fut mis en place en tant qu’organe du comité local de charité. Les locaux se trouvaient à l’adresse Neustrasse 50, située sur la ligne de démarcation entre les paroisses de Saint-Joseph et du Sacré-Cœur. L’un des fondateurs du Caritas-Sekretariat fut Mathias Bodry, qui était également co-fondateur des conférences vincentines eschoises en 1917 et membre fondateur de la fédération Caritas en 1932. Le Caritas-Sekretariat est la propriété du comité de charité qui comprend toutes les associations socio-caritatives de la ville. Un secrétaire général / gérant élu par le comité de charité règle à titre bénévole les affaires courantes du comité. Il est prévu d’engager une secrétaire à plein temps et des bénévoles. Le comité de charité est responsable du financement sans que les caisses des autres associations soient sollicitées. Les associations collaborant avec le Caritas-Sekretariat ont une liberté d’action qui n’est pas remise en cause par le secrétariat de charité. Le Caritas-Sekretariat fait également office de secrétariat des conférences vincentines et comprend un bureau de placement du Volksverein. 2.3.2 Un concours d’acteurs et d’influences Nous voyons que l’appel fait aux Conférences de Saint-Vincent-de-Paul a joué un rôle déterminant dans la mise en place du comité de charité d’Esch-sur-Alzette et, quelques mois plus tard, du CaritasSekretariat. Le rôle joué par celles-ci doit cependant être nuancé à la lumière d’autres influences. En effet, dans un texte rédigé dans le cadre du 50e anniversaire de la Caritas luxembourgeoise, trouvé dans les archives du D.C.V., l’on affirme explicitement que le Caritas-Sekretariat a été fondé par

18 Dr. Nikolaus Bisdorff, curé à Saint Joseph (28/6/1916 à 10/5/1920). Né le 2 mars 1876 à Beyren/Gostingen, il a été ­ordonné prêtre le 10 août 1900 à Luxembourg. Il a acquis un doctorat en Droit canonique et est devenu curé de la paroisse Saint Joseph entre 1916 et 1920. Voir Flies (Joseph): op. cit., p. 549 – 551.


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

Mgr Frédéric Lech. Or, celui-ci n’a pas été un membre de la Conférence de Saint-Vincent-de-Paul, mais bien président fondateur du Luxemburger Katholischer Frauenbund dont il existait à l’époque une section à Esch-sur-Alzette. Joseph Flies nous apprend qu’avant la création du comité local de charité et du Caritas-Sekretariat, il existait déjà des associations catholiques communes aux deux paroisses, ce qui expliquerait le besoin d’une centrale pour fédérer les oeuvres. D’autres sources nous apprennent que la société de Saint-Raphaël, commune aux deux paroisses, a étroitement collaboré avec les Conférences de Saint-Vincent-de-Paul pour venir en aide aux migrants et aux ménages marginalisés et que le Sterbekassenverein également commun aux deux paroisses appartenait aux coopératives d’épargne vivement encouragées par le Volksverein. Notons qu’un article de la revue Caritas du Deutscher Caritasverband datant de 1922 mentionne la création du Caritas-Sekretariat formé de tous les représentants des associations catholiques caritatives de la ville d’Esch-sur-Alzette. Une piste impliquant le Volksverein est également à considérer – déjà par la présence de Mgr Lech, mais également à travers le vicaire Josef Hurt (1893 – 1962)19, premier secrétaire du Volksverein, section d’Esch-sur-Alzette, qui a mis en place le bureau administratif du Caritas-Sekretariat. Retraçons brièvement l’histoire du Volksverein eschois. Par Joseph Flies nous apprenons que des cercles ouvriers ont été créés à Esch-sur-Alzette en 1910 sur initiative du Volksverein. En date du 13 août 1911, une première réunion cantonale des hommes d’associations catholiques eut lieu dans le Vereinshaus de Saint-Joseph. Frédéric Mack a été présent en tant que secrétaire général et conférencier du Volksverein. Le Volksverein pour le canton d’Esch-sur-Alzette a été créé en 1911, de même que l’association «Cercle Amical» d’Esch-sur-Alzette qui dépendait du Volksverein et dont l’objectif était de défendre les intérêts catholiques par rapport aux Volksbildungsvereine de tendance socialiste. Pendant la guerre, le Cercle Amical, attentif à la misère des Eschois, a décidé d’encourager la mobilisation des associations catholiques. Les têtes pensantes du Cercle Amical ont alors encouragé la création du Caritas-Sekretariat. Le Volksverein, dans sa mission de promouvoir et de répandre les idées du catholicisme social, a créé des cercles d’études (Studienzirkel) à travers le pays, visant à former des élites catholiques locales susceptibles de s’impliquer dans la vie associative et sociale du pays. La centrale nationale du Cercle Amical était installée dans les locaux du Volkshaus (siège du Volksverein) à la ville de Luxembourg. Josef Hurt, dont nous retrouverons l’engagement tout au long du développement de la Caritas, était aumônier du Cercle Amical des Jeunes Gens Catholiques. Cependant aucun mot sur les dirigeantes des associations de femmes, qui ont joué, on l’a déjà vu, un rôle déterminant dans la propagation de l’idée d’une Caritas. Il se peut que l’historiographie ecclésiastique ait voulu insister sur l’action du clergé. A l’époque le statut des laïcs au sein de l’Eglise était peu enviable. 2.3.3 Le départ des missionnaires italiens de l’œuvre Bonomelli Par une lettre du curé Prosper Colling à l’évêque datant du 5 mars 1916 nous apprenons que le clergé a été pris de surprise par le départ du missionnaire italien de l’Oeuvre Bonomelli en 1915 et

19 Vicaire à Esch-sur-Alzette dans la paroisse Saint-Joseph à partir du 1. 10. 1919; aumônier du Cercle Amical des Jeunes Gens Catholiques.

31


32 

qu’en conséquence le clergé a dû s’occuper activement et pleinement de la communauté italienne qui est restée nombreuse malgré les départs suite à la Guerre. Quand le missionnaire Mario Chiodelli retournera au Grand-Duché de Luxembourg le 29 octobre 1919, il constatera que le Secrétariat italien de l’Oeuvre Bonomelli a été inexistant en tant que tel pour la prise en charge religieuse aussi bien que pour l’assistance sociale «de presque 10.000 Italiens demeurant au Grand-Duché»20. Après la guerre, l’Oeuvre Bonomelli connaîtra d’ailleurs de nombreuses difficultés d’ordre financier qui perdureront au cours des années suivantes. Bien que le clergé des paroisses concernées ait vite été épaulé par des confrères pour prendre le relais des missionnaires italiens dans leur action pastorale et sociale, il fallait fédérer les associations caritatives afin de décharger le clergé de ces tâches qui venaient s’ajouter à leurs tâches pastorales, au risque de les compromettre. Dans ces circonstances, un espace social vierge s’est offert aux associations caritatives, ce qui a perpétué l’action du Caritas-Sekretariat au-delà de la guerre et des conflits internes à l’Oeuvre Bonomelli. Le Caritas-Sekretariat a eu l’occasion de faire ses preuves et de propager l’idée de la charité organisée au sein de la population eschoise et du Luxembourg.

2.4

Le Secrétariat de charité dans le contexte de l’après-guerre

2.4.1 Les défis sociaux et socio-politiques Voyons à présent quelles furent les circonstances socio-politiques auxquelles répondait le CaritasSekretariat pendant et au-delà de la Première Guerre mondiale et qui ont amené celui-ci à poursuivre et à consolider son activité. Les crises de ravitaillement et des salaires vont perdurer après la guerre. Pour Denis Scuto, la période de 1918 à 1923 constitue la période d’agitation sociale par excellence de l’histoire contemporaine luxembourgeoise. Les effets cumulés des inondations du 18 janvier 1918, de la grippe espagnole du 6 novembre 1918 et des émeutes du 26 et 27 novembre 1918, qui ont fortement touché la paroisse du Sacré-Cœur, vont mettre à l’épreuve les moyens de réplique du Caritas-Sekretariat. Un article du Caritas-Jahrbuch de 1920/1921 fait état de grands problèmes de logement après la guerre. Après 1914, les Italiens ne sont plus les seuls à être durement frappés par la misère. Les Luxembourgeois désormais nombreux dans les usines sidérurgiques vont également connaître la misère engendrée par les crises économiques. Ceci a des conséquences indirectes pour la Caritas, car même avec la reprise de l’activité de l’Oeuvre Bonomelli, les services de la Caritas continueront à être sollicités par la population autochtone. Cette période d’incertitudes va amener le CaritasSekretariat à prolonger ses interventions. Pour ce qui est de la législation sociale, il est un fait qu’à l’époque le Luxembourg a possédé une des meilleures législations sociales en Europe: assurance-maladie obligatoire des ouvriers en 1901, assurance-accidents en 1902 et assurance vieillesse et invalidité en 1911. Force est de constater que les lois sur l’assurance-maladie, les accidents du travail et les retraites et pensions d’invalidité ont certes amorcé «un processus de redistribution des ressources», mais n’ont fait que modifier la réponse du «pauvre». Si l’ouvrier ou l’un des membres de la famille ouvrière a pu bénéficier des

20 Gallo (Benito): op. cit., p. 263.


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

assurances sociales, il n’en est pas moins vrai que les femmes seules dans le travail, les orphelins, les domestiques, les petits artisans ruinés ou encore les chômeurs ont été des catégories encore exclues de la Sécurité sociale. Paul Zahlen note à titre d’exemple que ce n’est que le 2 août 1939 que la loi sur la «protection de l’enfance» a été votée. Par ailleurs, l’assistance publique au Luxembourg, basée sur le règlement organique des bureaux de bienfaisance du 11 décembre 1846, l’arrêté royal de 23 novembre 1876 et la loi du 28 mai 1897 sur le domicile de secours, est loin d’être parfaite. La distribution des aides aux nécessiteux est totalement arbitraire et ne comprend pas un droit de réclamation, ce qui oblige les pauvres à refuser les aides pour ne pas paraître honteux. Les dispositions de la loi du 28 mai 1897 sur le domicile de secours rendent difficile l’identification des nécessiteux et conduisent les communes à se quereller. Le Caritas-Sekretariat n’est pas touché par une telle bureaucratie. Rappelons qu’à l’époque, l’Etat n’a pas compris la question sociale comme prioritaire. Il s’investira davantage dans le développement des infrastructures, notamment routières et ferroviaires, et cela jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale. Ce n’est qu’en 1985 qu’une loi viendra organiser la lutte contre la pauvreté en instaurant un droit à un revenu minimum garanti. 2.4.2 La reconnaissance de la Caritas au sein du monde catholique et politique Bien avant la Guerre déjà, la succession au trône de Marie-Adélaïde en 1912 fut importante pour le mouvement caritatif, en ce qu’elle a fait de la maison grand-ducale une dynastie «catholique» plus inclinée à soutenir les associations catholiques. La bonne santé des Caritas étrangères d’après-guerre a encouragé les catholiques du Luxembourg à persévérer dans l’établissement d’une Caritas. La Caritas de Trèves toute proche est devenue une Caritas diocésaine le 31 mars 1916. Catherine Maurer constate que le D.C.V. a, par son action pendant la guerre, réussi à convaincre la hiérarchie ecclésiastique. Les évêques allemands ont accepté l’existence d’une organisation supra-diocésaine représentant l’action caritative. Le SaintSiège lui-même a reconnu au D.C.V. «la qualité de représentant autorisé de la charité catholique en Allemagne»21. Cette reconnaissance n’a évidemment pas échappé au clergé luxembourgeois qui a désormais devant ses yeux une organisation ayant fait ses preuves. De plus, la crise antimoderniste n’a plus de raison d’être, même si la position de l’Eglise reste proche du catholicisme intégral. Sur le plan politique, l’«arrivée de la Droite au pouvoir (1918 – 1919) a amené au Gouvernement des hommes ouverts aux problèmes ouvriers»22. Les rapports entre catholiques et non-catholiques vont d’ailleurs se normaliser grâce aux agissements de l’évêque Nommesch (1920 – 1935) de tempérament plus conciliant que son prédécesseur. La création du Caritas-Sekretariat a-t-elle été une réponse à la montée du socialisme et du communisme? Il faut dire à cet endroit que, malgré la dépendance du secrétariat par rapport au Volksverein ouvertement opposé au libéralisme et au socialisme, la création du Caritas-Sekretariat a bien été une réponse à la détresse humaine. Le clergé, véritablement débordé par les problèmes sociaux survenus durant la guerre, a compris la nécessité impérieuse d’organiser l’action caritative.

21 Voir Maurer (Catherine): op. cit., p. 117 – 121. 22 Scuto (Denis): Sous le signe de la grande grève de mars 1921- Les années sans pareilles du mouvement ouvrier ­luxembourgeois – 1918 – 1923. Esch-sur-Alzette 1990, p. 7.

33


34 

2.5

L’activité variée et innovatrice de la Caritas eschoise

2.5.1 Activités Selon le Caritas-Jahrbuch de 1920 – 1921, les activités et services assurés par le comité local de charité et le Caritas-Sekretariat d’Esch-sur-Alzette répondaient à des besoins multiples et variés: ●

Bureau d’information pour faire connaître les droits et les possibilités de secours, ouvert tous les jours de la semaine Aide aux enfants abandonnés et orphelins, placés dans des institutions de la Congrégation de Sainte-Elisabeth Règlement des cas de couples marginalisés, en difficultés (Société St-Raphaël) Aide matérielle aux tuberculeux via une section de placement dans les hôpitaux pour des soins et opérations et financement de cures Prise en charge des femmes en couches (Wöchnerinnenfürsorge) et création d’une garderie d’enfants

Secrétariat de la Conférence de Saint-Vincent-de-Paul (Pfarrkartotheken)

Création d’un service social pour les jeunes (bureau du peuple)

Création d’un office de placement (lié au Volksverein)

Création d’un ouvroir, d’abord pour subvenir à la décoration des églises en France et Belgique, pour les pauvres liés à la Conférence de Saint-Vincent-de-Paul, ensuite (1920) Actions «Kinder aufs Land», précurseur des colonies de vacances Secrétariat d’une agence de placement pour jeunes femmes et pension pour jeunes femmes sans emploi Coopérative d’épargne des associations catholiques réunies (Spargenossenschaft der Katholischen Vereine), dont le bureau de paiement fut intégré au secrétariat de la Caritas le 7 novembre 1919 Union des Bibliothèques Populaires Catholiques Vente de produits à bas prix en faveur des petits employés à famille nombreuse; produits financés pour un tiers par un donateur, pour un tiers par la caisse de la Caritas et pour un tiers par l’employé Envoi d’aides en Belgique, en France et surtout en Autriche dans les années 20; Frédéric Mack, futur directeur de la Caritas, sera impliqué dans cette action en tant que secrétaire général du Volksverein.

2.5.2 Sources de financement Le financement du Caritas-Sekretariat et des actions organisées par lui provient des collectes organisées par le diocèse, par les Conférences vincentines ou lors des Caritastage eschois, des donations de bienfaiteurs particuliers, de tombolas, du surplus du comité local de charité ainsi que des bénéfices des soirées théâtrales ou autres, organisées par le Jünglingsverein, la congrégation des jeunes femmes et le Cercle Amical. Les sommes récoltées ont été utilisées pour l’achat de bons d’aliments, d’habits et de matériel de chauffage. Les collectes diocésaines, ressources importantes pour le Caritas-Sekretariat, ont diminué au fil des années. Dès le début, le financement a été entièrement d’origine privée.


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

2.5.3 Méthodes et principes de l’action caritative Nous savons d’après un rapport de la Conférence de Saint-Vincent-de-Paul du 21 juillet 1918 que les méthodes utilisées ont été celles des Caritaskurse du D.C.V. On a cherché à rationaliser l’action caritative. Il s’agissait bien d’aider les nécessiteux, mais également de combattre les faux pauvres, vagabonds et mendiants professionnels par le biais de cartothèques servant à établir des statistiques au sein des paroisses. Parmi les nombreuses activités de la Caritas citées ci-dessus, relevons l’établissement en 1919 de la Coopérative d’épargne des associations catholiques réunies (Spargenossenschaft der katholischen Vereine) qui a sans doute été l’activité la plus originale. Cette coopérative avait pour but d’encourager l’épargne parmi les Eschois. Une pratique analogue, plus tardive, est rapportée pour l’Allemagne: Catherine Maurer note que l’organisation diocésaine de Rottenburg (Württemberg) a mis en pratique «l’idée d’une activité du Caritasverband dans le secteur de l’assurance»23 pour la première fois en 1925. Il s’agissait d’établir une Kleinlebensversicherung (petite assurance-vie) adaptée à la situation financière des Allemands appauvris. Cette Kleinlebensversicherung a été nommée CaritasVorsorge (prévoyance caritative). Catherine Maurer ne cite cependant aucun exemple statuant la collaboration d’une Caisse d’épargne avec une Caritas. L’on peut supposer que le Caritas-Sekretariat eschois a été parmi les premières Caritas à mettre en pratique une telle activité, qui en fin de compte témoigne de la volonté des membres du Caritas-Sekretariat d’aller au-delà du purement caritatif vers l’action préventive et une économie socio-caritative. Ceci n’a rien d’étonnant compte tenu du rôle joué par la ville d’Esch-sur-Alzette. En effet, pour le début du 20e siècle on peut dire qu’Esch-sur-Alzette est devenue le point de focalisation des problèmes sociaux du pays et en même temps le laboratoire par excellence de la lutte contre la pauvreté. A travers les activités du Caritas-Sekretariat nous voyons que l’action caritative ne se résume pas à la distribution de pain et d’eau. Il s’agit de prendre en charge le nécessiteux, l’aider à trouver un emploi et l’insérer dans la vie sociale. Dans son article «Moderne Caritas» tiré du Caritas-Jahrbuch de 1920/1921, Emile Hentgen explique que la pratique caritative a l’avantage de s’individualiser et de s’adapter aux circonstances. L’action caritative selon lui se doit d’éviter la lutte des classes et d’amener les riches vers une attitude plus conciliante envers les pauvres. 2.5.4 Information et publicité Afin de pérenniser ses œuvres, le Caritas-Sekretariat a publié à partir d’août-septembre 1920 les Caritas-Stimmen – d’après le modèle des Caritas-Stimmen du D.C.V. – en tant que supplément du Pfarrboten d’Esch-sur-Alzette. Le but des Caritas-Stimmen a été de faire connaître l’activité du secrétariat, mais aussi d’encourager la création d’associations caritatives dans l’ensemble du Luxembourg afin de fédérer ces associations dans une fédération nationale de la Caritas. Selon un article de Josef Hurt pour la revue Caritas, la publication du fameux Caritas-Jahrbuch de 1920/1921, dont il fut le principal éditeur, avait pour intention précisément de susciter au Luxembourg une fédération nationale de la charité.

23 Maurer (Catherine): op. cit., p. 196.

35


36 

2.6

L’évolution de la Caritas de 1920 à 1926

2.6.1 Baisse des activités du Caritas-Sekretariat Une certaine baisse de l’activité du Caritas-Sekretariat peut être mise en relation avec la mission Bonomelli, qui a recommencé à s’occuper pleinement de la communauté italienne à partir de 1922. De plus, la période entre 1922 et 1929, marquée par la reprise économique, voit apparaître de nombreuses mutuelles de secours. Suivant un article de l’abbé Hurt, la publication d’un livre consécutif au Caritas-Jahrbuch de 1920/1921 était prévue; or nous savons qu’il n’a jamais eu de suite, ce qui laisse sous entendre une capacité financière amoindrie. Effectivement, les collectes diocésaines et certains dons privés allaient en diminuant à partir de l’année 1920. D’autre part, Josef Hurt rapporte que le clergé n’était pas sûr de la voie à emprunter en matière de Caritas. Débordé par l’activité sociale lors de la guerre, le clergé paroissial avait dû mettre au second plan ses tâches pastorales et liturgiques. Cette négligence du proprement spirituel a naturellement posé problème à certains. La mort de Mgr Lech en 1921 n’allait pas arranger les choses. Il avait été, aux côtés de Mgr Haal décédé en 1912, une des figures emblématiques du mouvement caritatif. Une lettre du D.C.V. datant de 1941 reconnaît les talents d’organisateur et de publiciste de Josef Hurt dans les années de l’après-guerre, sans pourtant le comparer à un Lech ou un Haal. Dans une lettre au vicaire Joseph Hurt datant du 22 mars 1923 (en réponse à un courrier datant du 15), un membre non identifié du D.C.V. informe celui-ci que le président du D.C.V. Mgr Benedikt Kreutz ne peut garantir sa venue à Esch-sur-Alzette prévue pour le dimanche de la Pentecôte, en raison d’un empêchement. La lettre laisse transparaître que la Caritas au Luxembourg a besoin d’un nouveau souffle. Il fallait une figure charismatique pour relancer la Caritas. L’évêque Nommesch multiplia les appels en vue d’une relance. Dans un article du Kirchlicher Anzeiger datant du 11 novembre 1920, l’évêque rappela aux croyants le rôle joué par les associations catholiques dans le passé et de leur importance pour le futur. Dans un article de la Hémecht, Josef Hurt rapporte que le synode diocésain du 19 au 21 avril 1922 avait mis l’accent sur l’aspect caritatif. Par ailleurs, le chanoine capitulaire Origer encourageait fortement les curés de grandes paroisses à s’intéresser davantage aux oeuvres caritatives. 2.6.2 La constitution de Caritas, société anonyme Malgré une activité amoindrie, le Caritas-Sekretariat s’est officiellement constitué en société anonyme du nom de Caritas en date du 12 juillet 1926 d’après la loi sur les sociétés commerciales du 10 août 1915. Le siège se trouvait au 5, rue des Moulins à Esch-sur-Alzette. L’objet statutaire précise que la société a pour objet d’encourager et de financer les œuvres de charité et les œuvres sociales catholiques, de créer et d’exploiter des bibliothèques, salles de lecture et autres établissements destinés à l’instruction du peuple, et de faire toutes les opérations commerciales pouvant favoriser la réalisation du but social. La Caritas se définit clairement comme une institution catholique visant à encourager des œuvres catholiques. Au niveau des organes de direction on observe une absence totale des femmes: la direction de la Société anonyme Caritas a été une affaire d’hommes. A titre de comparaison, relevons que Catherine Maurer note pour l’Allemagne que les femmes sont entrées dans le Verbandsausschuss du D.C.V. à partir de 1907 déjà, sur proposition de Paul Müller-Simonis.


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

Parmi les huit membres du conseil, trois sont des ecclésiastiques. C’est donc une majorité de laïcs qui dirige la Caritas S.A. Deux parmi les membres laïcs sont issus du Cercle Amical: Charles Reichling et de Jean-Pierre Kremer. Parmi le clergé, mentionnons le curé Kayser, aumônier de la congrégation de femmes d’Esch-sur-Alzette et de l’œuvre Herz-Jesu-Ehrenwache. Le vicaire Ernest Biermann a été aumônier de la congrégation de jeunes femmes de la paroisse Saint-Joseph et membre dirigeant du Franziskus-Xaverius-Missionsverein. Quant au curé Prosper Colling, outre son rôle fondateur d’un Elisabethenverein dans la paroisse du Sacré-Cœur, il était aumônier de la congrégation des enfants et de la congrégation de femmes. L’absence des femmes s’expliquerait dans la mesure où les aumôniers étaient considérés comme représentants des mouvements de femmes. L’absence des congrégations de vie active peut tenir aux directives de vie imposées aux membres des congrégations. Mis à part le départ de Josef Hurt, les membres du conseil d’administration de 1926 ont été en partie identiques aux membres fondateurs du Caritas-Sekretariat. L’absence de l’évêque s’explique par la structure même qui dérive du Caritas-Sekretariat: loin d’être une Caritas diocésaine; le Caritaswerk de 1926 a la dimension d’un Ortsverband (Caritas locale). Tout en n’ayant pas de statut diocésain ni de représentativité nationale, la constitution d’une société anonyme réglée par la loi de 1915 sur les sociétés commerciales – par manque d’un cadre juridique adéquat – peut être vue à juste titre comme un effort de consolidation institutionnelle et organisationnelle dont l’objet social était proche de celui de l’association sans but lucratif fondée 6 ans plus tard.

3.

La Caritas au Grand-Duché de Luxembourg de 1928 à 1932

3.1

Vers une Caritas diocésaine

3.1.1 L’Action Catholique: un nouveau cadre pour la Caritas au sein de l’Eglise L’instauration officielle de l’Action Catholique au Luxembourg par l’évêque Nommesch en 1929 a été un nouveau facteur de développement pour la Caritas. Dans son intention de contrer le libéralisme irreligieux, le pape Pie XI publie l’encyclique Ubi Arcano Dei du 23 décembre 1922 qui prévoit l’établissement d’une nouvelle chrétienté au sein de la société contemporaine. L’Action Catholique est la pièce maîtresse de cette nouvelle chrétienté. Jean-Marie Mayeur remarque que le Saint-Siège s’efforce dans différents pays de faire reconnaître la liberté d’organisation et de fonctionnement de l’Action catholique. A travers une série de textes publiés entre 1928 et 1932, le pape invite les laïcs à participer à l’apostolat de la hiérarchie. L’Action Catholique doit pour ainsi dire accompagner le chrétien du berceau jusqu’à la tombe. Organismes sociaux ou associations pieuses ne sont que des «auxiliaires» de l’Action Catholique. Quant au domaine politique, il lui est interdit. En France, l’Action Catholique se traduit dès 1922 par la création de fédérations estudiantines catholiques. En Belgique, l’Action Catholique s’est concrétisée à partir de 1922 avec la création de l’Association catholique de la jeunesse belge (A.C.J.B.) et la Jeunesse Ouvrière Catholique (J.O.C.) de l’abbé Joseph Cardijn, fondée en 1924. Le congrès de Liège du 28 août 1924 sanctionne officiellement l’Action Catholique comme élément constituant de l’Eglise en Belgique. Le petit séminaire de Bastogne a formé une minorité importante de Luxembourgeois, qui une fois prêtres ont introduit les concepts de l’Action Catholique au Grand-Duché de Luxembourg. En Allemagne,

37


38 

Catherine Maurer constate que le lancement de l’Action Catholique a permis au D.C.V. «de recevoir une confirmation importante de son action»24. L’action caritative en général sera plus reconnue par les encycliques Nova impendet (1931) et Caritate Christi compulsi (1932). Dans un article du Kirchlicher Anzeiger datant du 8 novembre 1929, l’évêque Nommesch détaille sa conception de l’Action Catholique à mettre en oeuvre au Luxemburg. Il y lance un appel fort aux laïcs pour soutenir le clergé dans son action sociale et apostolique. L’action des laïcs reste sous l’étroite surveillance du clergé. Les femmes et les jeunes sont encouragés à jouer un rôle renforcé au sein de la vie associative. Le rôle de la femme au sein de l’Eglise catholique est particulièrement mis en avant. Les femmes ne doivent cependant pas rivaliser avec leurs maris dans la vie professionnelle et sont invitées à «devenir de bonnes mères». Un intérêt particulier est accordé à la protection de la jeune fille et aux domestiques travaillant à l’étranger. L’Action Catholique cherche à centraliser les organisations catholiques existantes dans un souci d’efficacité, tout en garantissant l’autonomie des œuvres. Sa structure comprend à la base les comités de paroisse et de doyenné – appelés à rassembler les diverses associations catholiques – et à leur tête le comité diocésain présidé par l’évêque. La collaboration entre associations catholiques est vivement encouragée. En termes théologiques, l’Action Catholique a pour but de réaliser le règne du Christ-Roi. L’encyclique Quas Primas du 11 décembre 1925 institue la fête du Christ-Roi des nations contre le danger du «laïcisme», vivement encouragée par l’évêque pour faire suite à la dévotion du Sacré-Cœur – le titre de Christkönigsruf choisi plus tard par Frédéric Mack pour la publication de Caritas se comprend sur l’arrière-fonds de cette spiritualité de l’Action catholique. 3.1.2 Les contacts avec le diocèse de Trèves Le nouveau cadre créé par l’Action catholique sera pour l’évêque Nommesch l’occasion d’intégrer la Caritas dans les structures du diocèse et, à l’instar du diocèse de Trèves qui a mis en place une Caritas diocésaine en 1916, de reconnaître officiellement l’action caritative au niveau de l’Eglise du Luxembourg. Les rapports de séance du comité central de l’Action catholique laissent sous-entendre que la question de la Caritas diocésaine a été abordée au préalable avec l’évêque coadjuteur de Trèves, le Dr Antonius Mönch, et qu’une nouvelle prise de contact entre le Luxembourg et Trèves est prévue une fois la Caritas diocésaine constituée. Signalons à ce propos le 29e Caritastag à Fribourg-en-Brisgau du 28 août au 4 septembre 1929, où le même Antonius Mönch avait dirigé un groupe de travail sur la protection de la jeune fille, la mise en place d’institutions classiques pour la jeunesse et la création et le développement de bureaux de consultation conjugale (Eheberatungsstellen). L’article de la revue Caritas du D.C.V. dédiée à cette journée mentionne Frédéric Mack, alors directeur du Convict épiscopal, en tant qu’orateur sur le thème de l’Action Catholique et du renouveau de la chrétienté. 3.1.3 La Caritas diocésaine et le Frauenbund sous une même direction D’après un rapport du comité central (diocésain) de l’Action Catholique rédigé par Mgr Jean Origer, la Caritas diocésaine est créée en séance du 17 juillet 1930. Dans un souci de faciliter les synergies et d’accroître l’efficacité de l’action, l’évêque souhaite que la direction de la Caritas et du Luxemburger

24 Maurer (Catherine): op. cit., p. 181 – 182.


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

Katholischer Frauenbund incombe à une seule et même personne, membre du clergé. En séance du 10 novembre 1930, Frédéric Mack est nommé directeur de la Caritas diocésaine. Avant et au-delà de l’enjeu politique de cette réorganisation du champ socio-caritatif catholique, c’est-à-dire de la création d’un contrepoids aux associations proches du camp socialiste, il faut voir dans cette relance de la Caritas une réponse à la grande crise économique, industrielle et financière qui a commencé à s’imposer en 1929. La dépression a été particulièrement forte entre janvier et décembre 1930, pour aller en s’aggravant jusqu’en 1931. La présence dans le comité diocésain de Jean Origer et de Pierre Dupong, deux grandes figures du catholicisme social au Luxembourg, laisse supposer que l’Eglise s’est avant tout montrée sensible aux besoins de la société et que les réflexions d’ordre social ont eu leur poids dans l’établissement d’une Caritas diocésaine. Signalons que par rapport aux institutions se situant en-dehors du champ catholique, l’évêque refuse «tout usage de moyens combatifs»25, souhaitant seulement que les catholiques se distinguent par une grande efficacité et une excellente organisation de leurs associations. Il est vrai que cette manière d’aborder l’action caritative diffère de celle, plus pragmatique, qui a conduit à l’établissement du Caritas-Sekretariat d’Esch-sur-Alzette. L’on peut y voir, comme le note Catherine Maurer en relation avec la restructuration du D.C.V. après la Première Guerre mondiale, une tentative de récupération de la part de l’épiscopat dans le but de contrer le socialisme. Ce serait une vue réductrice sur une réalité longuement mûrie et nourrie de l’engagement concret des protagonistes de l’action caritative d’inspiration chrétienne. En effet, l’évêque avait essayé à maintes reprises de motiver les catholiques pour l’action caritative au milieu années 20, années où les mouvements de gauche étaient en crise. Après avoir évoqué les origines de la Caritas en tant qu’œuvre diocésaine, attardons-nous quelques instants à la personnalité de celui qui a marqué la Caritas dès avant 1930, et qui s’investit dans sa nouvelle tâche avec tout son charisme. 3.1.4 Frédéric Mack Frédéric Mack est né à Metz en 1877, de père allemand et de mère luxembourgeoise. Son père Caspar Carl Frédéric Mack était menuisier de profession et est mort prématurément. Sa mère, Maria Jaerling, était originaire de Wormeldange. On sait de Mack qu’il n’a pas eu une enfance heureuse et qu’il en a souffert durant toute sa vie. On connaît également son attachement à sa mère qui l’a fortement marqué. Devenue veuve, sa mère a travaillé en tant que sage-femme à Berdorf et à la clinique de Bettendorf. Elle est décédée en 1929 à l’âge de 74 ans. Après ses études secondaires à Echternach, Mack est entré au Séminaire en 1897 et a été ordonné prêtre le 10 août 1902, avant d’obtenir un doctorat en théologie à Rome en 1911. Vicaire pendant quatre ans à Echternach sous le doyen Alphonse Hostert, ce dernier l’a proposé en tant que secrétaire général du Volksverein (1906). Par ce biais, il a organisé des conférences, formé des cercles d’étude et travaillé dans la propagande. Il insistait sur l’encadrement spirituel des membres du Volksverein via les retraites spirituelles et montrait un grand intérêt pour les questions économiques et politiques de la population (aide aux viticulteurs de la Moselle). Lorsque Frédéric Mack a pensé rejoindre la politique, l’évêque le lui a formellement interdit en raison de son tempérament batailleur. En tant que directeur du Convict épiscopal (1921 – 1929),

25 Archives Nationales du Luxembourg: Dossier FD 049, Chronique Frédéric Mack, p. 9.

39


40 

il abandonna peu à peu son projet de devenir prêtre politicien. Ceci lui valut de bonnes relations avec des adversaires politiques, dont bon nombre ont envoyé leurs enfants au Convict et parlé en bien de l’activité de Mack. Témoin de l’époque, l’abbé Camille Fournelle, jeune pensionnaire dans les années vingt, nous trace le portrait d’un homme dynamique, éloquent, déterminé dans ses convictions, sévère à ses heures, mais aussi proche et à l’écoute des jeunes, particulièrement des plus faibles. De 1929 à 1930, Mack rejoignit Vienne dans le cadre d’une mission apostolique ayant pour thème la déchristianisation croissante des enfants; suite à cette mission il fut nommé Chanoine honoraire de l’église métropolitaine de Vienne où ses talents d’orateur étaient fort appréciés. Revenu à Luxembourg, il a été nommé directeur de la Caritas diocésaine en novembre 1930. Edouard Molitor souligne que Frédéric Mack était une personnalité de format européen, catholique et international. Lors de discours tenus par Frédéric Mack à Paris au Montmartre, les Parisiens auraient cru entendre la voix du dominicain Lacordaire. Sa foi et son optimisme le firent toujours aller de l’avant. Ce sont sans doute ces traits de caractère qui lui ont valu le titre de «héraut du Christ» que lui a conféré son biographe Edouard Molitor, qui nous fait remarquer que «partout où Mack allait, le succès était garanti»26. En toute loyauté, il n’a pas hésité à critiquer la politique libérale de Paul Eyschen et les politiciens opposés à toute réforme sociale. Dans le Christkönigsruf zur sozialen Tat, Mack révèle ses maîtres à penser: Wilhelm Emmanuel von Ketteler, Joseph de Maistre, le cardinal Mermillod, Thomas d’Aquin, René de La Tour du Pin, Karl Sonnenschein, le curé Robert Mäder (Suisse), le cardinal Manning (Grande-Bretagne), le Père Lhande et Robert Lacordaire. A l’occasion de congrès internationaux et de Katholikentage, Mack tissa des liens avec des figures marquantes du catholicisme allemand tels que le Dr Carl Sonnenschein, et contribua à l’organisation du congrès du Christ-Roi du 20 au 23 septembre 1925. Il se lia d’amitié avec le prêtre slovaque Johannes Evangelist Kalàn et le prêtre Johannes Caw de Trèves. Au congrès de Leutesdorf, il fit la connaissance du cardinal Cardjin et de Mgr Lichtenberg de Berlin. A Vienne, il a entretenu de bonnes relations avec Mgr Seipel et le cardinal Piffl. Il avait des liens amicaux avec Joseph Moser, fondateur du Canisiuswerk en Autriche, et avec le Suisse Robert Mäder, éditeur de la Schildwache. D’après le Christkönigsruf zur sozialen Tat, Mack était un fin connaisseur du socialisme et du marxisme qu’il considéra d’ailleurs comme des églises de rechange, au discours semi-religieux. Il rejeta ouvertement le fascisme et le nationalisme. Le catholicisme social tel qu’il l’entendait devait promouvoir une justice sociale susceptible de s’opposer tant au capitalisme qu’au socialisme ou au communisme. Pour lui, le christianisme authentique demandait cette justice sociale – y compris celle qui récupère le terrain accaparé par le bolchévisme, à savoir le prolétariat. Dans cet esprit de «renouveau chrétien» il a été important pour Mack de «saigner socialement» les organisations et les associations catholiques27. Deux mois après la dissolution de la Caritas par arrêté du Stillhaltekommissar für das Organisationswesen in Luxemburg du 4 mars 1941, Frédéric Mack fit partie d’un premier groupe de 11 prêtres déportés à Lyon par l’occupant nazi en date du 5 mai 1941. Alors que sa santé se détériorait au cours d’un hiver exceptionnellement froid, il eut droit à un congé de récupération de six semaines. Accueilli le

26 Molitor (Edouard): Luxemburger Priestergestalten III. Dr. Friedrich Mack. Der Herold des grossen Königs, Luxembourg 1958, p. 9 – 11. 27 Voir Mack (Frédéric): Christkönigsruf zur sozialen Tat, Luxemburg 1932, p. 3, 6 – 7, 8, 25 et 30.


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

27 décembre 1941 par son ami le curé Robert Mäder à Bâle, Mack y mourut le 16 janvier 1942 des suites d’une angine de poitrine et fut enterré au cimetère Hörnli. Son dernier voeu d’être enterré à Wormeldange se réalisa le 9 mai 1946, en présence notamment des ministres Dupong, Bech et Margue et d’une assistance nombreuse souhaitant rendre un dernier hommage à cette personnalité hors pair. Après cette évocation de la vie du fondateur de la Caritas, revenons à son œuvre et à la dynamique nouvelle qu’il insuffla à l’action caritative au Luxembourg.

3.2

Le programme de Frédéric Mack

3.2.1 Rassembler, coordonner, fédérer L’intention de constituer la Caritas en tant que fédération et association sans but lucratif est documentée dès septembre 1930, c.à d. à peine un mois après la création de la Caritas diocésaine. Cependant, avant d’établir le cadre juridique, il faudra rassembler les œuvres caritatives. Ainsi, les Caritas locales existantes – comités locaux de charité issus de la Kriegs-Charitas – seront appelées à s’affilier à la Centrale. Le directeur Mack s’investira personnellement pour susciter la création de Caritas locales, qui dans la suite se géreront de manière autonome. Il prévoit notamment la création de sections caritatives au sein des associations féminines. Les organisations qui ne sont pas à vocation directement caritative sont encouragées à créer en leur sein des sections Caritas. Les associations catholiques existantes (Conférences de Saint-Vincent-de-Paul, Elisabethenvereine) sont invitées à se rallier à la future fédération. Les conférences de Saint-Vincent-de-Paul apportent non seulement les ressources humaines nécessaires à la réalisation des œuvres caritatives, mais également le soutien des membres influents issus de la bourgeoisie (Pescatore, Faber, Würth, Dieudonné, Funck, Chomé, Servais, Werling, Metz, Baldauff), des Bauleute dont l’influence contribue à la consolidation et la propagation des œuvres. Le contact recherché par Mack avec les conférences de Saint-Vincent-de-Paul est confirmé notamment par sa présence à l’assemblée générale de la conférence de Saint-Vincent-de-Paul à Luxembourg-Ville en novembre 1930, mais aussi par la relation entretenue avec le Dr Zinck, président des Conférences de Saint-Vincent-de-Paul du diocèse de Strasbourg, invité plus tard en tant que conférencier aux Caritastage. En séance du 24 novembre 1930, le directeur Frédéric Mack expose son programme au comité diocésain de l’Action catholique documenté dans le rapport de séance. Le même jour, il organise une réunion d’information au cours de laquelle les dirigeantes approuvent ce programme qui prévoit notamment d’activer les associations existantes, d’organiser des Religiöse Frauenwochen à des fins de sensibilisation et de procéder à la «systématisation» des associations de femmes ou de celles ayant une relation quelconque avec la Caritas (le mot de systématiser prend ici le sens de coordonner). D’après la chronique, la Caritas est conçue comme faisant partie intégrante de l’Action Catholique. Celle-ci prête le cadre par ailleurs à une réorganisation interne du Frauenbund: un rapport de septembre 1931 fait état de l’élection d’un comité central au sein du Frauenbund par les associations disposant de statuts (adaptés ou nouveaux). 3.2.2 Le rôle du Frauenbund et des groupements féminins L’appel fait aux femmes catholiques pour soutenir les actions de la Caritas se comprend notamment sur l’arrière-fonds du succès rencontré par le «Foyer de la Femme»: il s’agit en effet de compenser le retard pris sur les associations non catholiques. Il se conçoit aussi et surtout à partir du programme de l’Action Catholique rendu officiel en 1929, qui met en avant les femmes en tant que garantes

41


42 

de l’influence de la religion catholique et des valeurs qui s’y rattachent dans une société où le nombre de prêtres va en diminuant: influence au niveau socio-politique, acquise avec le droit de vote féminin instauré en 1919, influence également au niveau familial et domestique. En effet, à la différence des religieuses, les femmes laïques interviennent directement au niveau des familles; rappelons à ce propos les thèmes de la sauvegarde de la famille et du mariage très prisés par les Caritas étrangères. Pour Mack, les femmes ont une «nature caritative» qu’il s’agit d’encadrer en vue de rechristianiser une «société en déchéance»28. Mack associe également la condition maternelle des femmes et la Caritas, allant jusqu’à considérer la Caritas comme métier dédié aux femmes. On sait que le clergé se méfiait de certains laïcs, même socialement engagés, dont la pratique religieuse laissait à désirer. Mack cherchait dès lors à encadrer religieusement les femmes laïques afin de «réconcilier» laïcs et clergé. A maintes reprises il cherche à rassurer le clergé de l’honnêteté de l’action caritative des laïcs. Le fait est que sans le concours des femmes dirigeantes des associations catholiques féminines la Caritas n’aurait pas de la même manière et au même degré atteint les milieux associatifs sur le terrain. Le Luxemburger Frauenbund connaît en effet une longue histoire et compte vers 1930 des sections locales à travers tout le pays qu’il s’agit maintenant de rallier à la cause d’une action caritative coordonnée. Voyons de plus près le programme approuvé par les dirigeantes des œuvres féminines en novembre 1930: la «systématisation» (coordination) nécessaire à une plus grande efficacité dans l’action demandera l’abandon des rivalités entre associations, l’indépendance des associations restant garantie. Mack invite les femmes à s’unir dans leurs activités caritatives en instaurant à travers le pays des groupes de travail caritatif (Caritasgruppen) qui feront fonction de relais pour la détection des besoins locaux. Ces groupes identifieront des personnes ou familles nécessiteuses et transmettront les informations sur les secours à donner au secrétariat général du Luxemburger Katholischer Frauenbund ou bien à Frédéric Mack en personne. Ils seront secondés par des ouvroirs (Nähstuben). Le Frauenbund est responsable de la gestion locale des œuvres caritatives de la capitale et des alentours. Après création du secrétariat de la Caritas, ce sera à cette dernière de prendre le relais. Pour structurer tant la Caritas que les associations féminines, Frédéric Mack cherche à insuffler d’abord une nouvelle vie aux associations existantes, avec leur accord; il entend créer ensuite de nouvelles associations reliées à la Centrale du Frauenbund, mais aussi collaborer avec d’autres associations, tels les Paramentenvereine, et former des zélatrices pour la propagande. Frauenbund et Caritas auront un périodique commun, le Christkönigsruf. Des semaines consacrées à la propagande sont prévues afin d’attirer de nouvelles «zélatrices», sans parler des cercles d’études et la tenue d’activités théâtrales, caritatives ou autres: Frédéric Mack applique les méthodes qui se sont avérées fructueuses au sein du Volksverein. Par une approche inductive, il organise du bas vers le haut, prenant en compte la multitude et la complexité des groupements féminins. Il prend le temps nécessaire pour leur faire comprendre son programme et sa vision. Rassembler à la hâte et sans consentement pourrait s’avérer un jour fatal pour le développement de la Caritas.

28 Luxemburger Frau (Supplément hebdomadaire Luxemburger Wort), Luxembourg 23 novembre 1930, p. 30.


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

3.2.3 Caritas installe ses bureaux dans la Maison Werling A l’époque, le Frauenbund dispose d’une centrale située à Luxembourg-Ville, 1, rue Pescatore. Il est prévu qu’à l’avenir, une centrale commune facilitera la collaboration entre la Caritas, le Frauenbund et le weiblicher Jugendverband. Le 28 décembre 1930 Mack ouvre un compte à la Banque Générale du Luxembourg pour récolter des dons en vue du financement de la future Centrale. En séance du comité central de l’Action Catholique du 19 septembre 1931 il obtient gain de cause pour la location d’un immeuble afin d’y établir le secrétariat. Le premier étage de la maison Werling (en face de l’Eglise Saint Michel, rue Sigefroi) est loué à partir du 1er novembre 1931. Pourquoi la maison Werling? On sait que deux parmi les membres de la Conférence de Saint-Vincent-de-Paul de l’Athenée, entre 1899 et 1914, étaient issus de la famille Werling, dont un s’est lancé dans le monde des affaires (banque Werling). La question des locaux communs étant sur la bonne voie, la constitution en tant qu’a. s.b.l. se dessine pour l’année 1932. En attendant, les locaux de la Caritas accueillent le secrétariat du Frauenbund en date du 11 novembre 1931. La secrétaire Elvire Koltz rejoint la maison Werling, 5 rue du Marché-aux-poissons, dès le 1er novembre. Son salaire est assuré par l’évêché. Le Caritas-Sekretariat appelé encore Caritas-Filiale comprend alors un ouvroir et une salle pour la réception de colis alimentaires, distribués par les sœurs congréganistes. Des travaux d’aménagement sont entrepris. Le propriétaire du nom de Dumont reçoit 15.000 francs de loyer par an, dont 3.600 francs sont apportés par le Frauenbund.

3.3

Constitution du Luxemburger Katholischer Caritasverband

3.3.1 La loi sur les associations sans but lucratif: un nouveau cadre juridique La loi sur les associations sans but lucratif votée en 1928 va permettre à la Caritas de se redéfinir et de jouir de la personnalité civile, tout en disposant d’une structure juridique plus adaptée à son activité que ne l’a été la loi sur les sociétés commerciales. Ainsi. d’après l’article 1er, l’association sans but lucratif est celle qui jouit d’une personnalité civile, ne se livre pas à des opérations industrielles ou commerciales et ne cherche pas à procurer à ses membres un gain matériel. L’article 15 prévoit que l’association ne peut posséder en propriété que les immeubles nécessaires pour réaliser l’objet en vue duquel elle s’est formée. La loi stipule par ailleurs qu’elle peut bénéficier de libéralités privées et publiques. Jetons un regard sur le contexte dans lequel est apparue cette nouvelle loi qui vient enlever un frein au développement associatif. L’article 27 de la constitution de 1848 avait concédé le droit aux Luxembourgeois de s’associer librement. Une modification de l’article 26 introduite en 1856 avait cependant exclu les corporations religieuses «de la liberté d’association et a forcé celles-ci à soumettre leur établissement à une autorisation délivrée par le législateur»29. Le terme de corporation fut tantôt interprété comme congrégation, association religieuse ou confrérie. Par voie de conséquence, les associations religieuses et les congrégations ont dû pour la gestion de leurs œuvres recourir à diverses formules: la société civile, le prête-nom ou la tontine – avec les risques y associés. La nouvelle loi a été conçue pour garantir la liberté d’association et réduire le droit de surveillance de l’Etat.

29 Wynants (Paul): Communautés de Religieuses de Belgique et du Grand-Duché de Luxembourg de 1801 à 1975. In: Répertoires Meuse-Moselle, fasc. VIII, Namur 1981, p. 30.

43


44 

Le débat parlementaire fait transparaître une méfiance par rapport aux congrégations religieuses en raison des biens de mainmorte. Les propos du socialiste René Blum restent cependant modérés: il reconnaît l’utilité des congrégations hospitalières et ne remet pas en cause les associations catholiques. D’ailleurs il ne s’est pas opposé non plus à l’Oeuvre Bonomelli contrairement à d’autres socialistes. Il partage cependant leur crainte de voir une «politisation» de l’action philanthropique et caritative en raison de la situation politique du pays. En effet, pendant les années 20 et 30, de nombreuses associations sont infiltrées par des courants fascistes ou communistes, tout particulièrement les associations italiennes. Cette infiltration politique et militante a malheureusement débouché sur la violence allant jusqu’à perpétrer des actes terroristes à Esch-sur-Alzette30. On accuse certaines associations d’être des centres d’espionnage. Les règlements de compte «entre Italiens» touchent accidentellement des Luxembourgeois. Le 1er mai 1926, le curé Prosper Colling est insulté et on lui crache au visage alors qu’il se rend à la chapelle: on l’a pris pour Dom Chiodelli. En fin de compte, la loi de 1928 va «dépolitiser» la vie associative et faire progresser le développement de la Caritas. 3.3.2 Constitution officielle de la Caritas en tant que fédération Les statuts de la Caritas luxembourgeoise sont élaborés en automne 1932 d’après la loi des associations sans but lucratif du 21 avril 1928, en s’inspirant des statuts d’autres Caritas et notamment du modèle strasbourgeois. C’est Alphonse Neyens, président national de la conférence de Saint-Vincent-dePaul et juriste de métier, qui en assure la rédaction en accord avec les dix membres fondateurs. L’évêque Nommesch donne son approbation le 5 octobre 1932. Les statuts sont signés le 14 décembre 1932, date qui marque la constitution officielle du Luxemburger Katholischer Caritasverband (Fédération luxembourgeoise des œuvres Catholiques de charité) en tant qu’association sans but lucratif. Un exemplaire des statuts est déposé au greffe du tribunal d’arrondissement de Luxembourg le 19 décembre et signé par le receveur van Kauvenbergh en date du 29 décembre 1932. Les statuts sont publiés au Mémorial du 9 janvier 1933 et imprimés dans les pages du Luxemburger Frau (encart spécial du Luxemburger Wort) le 19 février 1933. L’objet statutaire comporte trois volets: l’initiation, l’organisation et la mise en œuvre d’activités de charité et la collecte de moyens pour ce faire; la fédération, la direction d’œuvres de charité existant sur le territoire luxembourgeois et l’assistance à celles-ci, ainsi que la fondation de nouvelles structures; les relations publiques par l’édition et la vente de brochures et journaux et par l’organisation de conférence et autres événements. La composition des membres de la Caritas présente des différences notoires avec la composition de la Caritas S.A. de 1926: en effet, sur les dix membres fondateurs, six sont des femmes – voilà qui reflète le renforcement du rôle des femmes dans la vie associative promu par l’Action Catholique. Par ailleurs, on voit s’y perpétuer la tradition caritative du XIX e siècle des Baufrauen issues de la bourgeoisie de la capitale: à ce titre, les dames Vve Pierre Funck-Gindorff, Bertha Küborn-Koch et Alice de la Fontaine-Namur ont été des chevilles ouvrières de l’action caritative de l’après-guerre.

30 Le 4 décembre 1925, M. Abele Tiapago, secrétaire de l’Opera Bonomelli est assassiné., in Benito (Gallo): op. cit., p. 222. – En mars 1926, un membre du groupe théâtral «Amicizia» de l’Oeuvre Bonomelli a été touché d’un coup de pistolet à la jambe, près du café Rossi à Esch. Le même s’est reproduit deux fois pour un autre membre du groupe théâtral, in Benito (Gallo): op. cit., p. 214. – En juillet 1927 une bombe d’à peu près 40 kg a failli détruire le siège de l’Oeuvre Bonomelli. Le 7 mai 1928 le missionnaire italien Don Luigi Martinoli est victime à Esch-sur-Alzette d’un attentat en plein jour, in Gallo (Benito): op. cit., p. 222.


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

Fait remarquable également: la majorité absolue des membres fondateurs sont des laïcs: l’Action Catholique transparaît également ici. Les membres masculins de la Caritas sont – Frédéric Mack mis à part - tous issus des Conférences de Saint-Vincent-de-Paul: voilà qui marque une continuité par rapport à la Caritas de 1926 et au Caritas-Sekretariat eschois. Il est un fait que Pierre Muller-Pierret, président du conseil d’administration de l’Imprimerie Saint-Paul, Mathias Bodry et Alphonse Neyens ont fortement contribué à la consolidation de Caritas. Tous les membres sont issus de la capitale excepté Mathias Bodry qui assure le lien avec la Ville d’Esch-surAlzette. La constitution de la fédération visait à donner une assise juridique à l’action caritative et à offrir un cadre institutionnel à d’autres acteurs socio-caritatifs. Le chapitre premier des statuts définit clairement à la Caritas comme «Fédération Luxembourgeoise des Œuvres catholiques de charité»31: en d’autres termes, les fondateurs reconnaissent à Caritas une certaine représentativité de l’action caritative catholique au Luxembourg. Les statuts précisent qu’il s’agit particulièrement des œuvres qui d’une manière ou d’une autre, de manière directe ou indirecte, collaborent déjà avec la Caritas. Etaient admises en tant que membres les associations comprenant une activité caritative et s’inspirant des valeurs de l’Eglise catholique. Alors que les statuts prévoient l’adhésion de personnes morales (membres corporatifs), la première assemblée générale est exclusivement constituée de personnes physiques, toutes des personnalités engagées dans la direction d’œuvres caritatives bien établies. Par ailleurs, nous apprenons du Luxemburger Frau du 19 janvier 1933 que les fondateurs ne cherchaient pas dans l’immédiat à accroître le nombre des membres, le premier objectif visé – à savoir la constitution juridique de la Caritas sur le plan diocésain et national – ayant été atteint. La Caritas de 1932 comprend un comité central qui est son conseil d’administration. C’est lui qui décide de l’admission de nouveaux membres. Au départ, le comité central est composé des dix membres fondateurs, après quoi ce sera à l’assemblée générale d’en élire les membres tous les trois ans. Les administrateurs sortants sont rééligibles. Le comité directeur est présidé d’office par le directeur diocésain nommé par l’évêque; il comprend en outre le secrétaire général et le caissier de la fédération, élus par le comité central pour une durée de trois ans. Le comité directeur règle les affaires courantes. Il a pour charge d’organiser et de présider les séances du comité central où toute décision est soumise au vote à la majorité. C’est lui qui convoque l’assemblée générale. D’après le chapitre IV des statuts de la Caritas, l’évêque a le droit, en cas de dissolution de la Caritas, de s’approprier les avoirs de la fédération et de les remettre à une organisation similaire approuvée par lui. C’est bien l’esprit de l’Action Catholique qui transparaît ici. Par comparaison aux statuts de la Caritas S.A. de 1926, le comité directeur exerce un pouvoir exécutif fort par rapport au conseil d’administration. Une première assemblée générale a lieu en la maison Werling le 19 janvier 1933, où un premier budget et un inventaire sont présentés. L’assise financière permet d’embaucher en septembre 1934 la demoiselle Marguerite Zoenen chargée d’assister la secrétaire générale et de travailler parallèlement en tant que secrétaire de la Jeunesse Féminine Catholique Luxembourgeoise. Elle restera employée auprès de la Caritas jusqu’en 1956 et s’engagera ensuite comme bénévole.

31 Statuts de la Fédération Luxembourgeoises des Œuvres catholiques de charité, in Mémorial du 9 janvier 1933.

45


46 

4.

Moyens d’action et activités de la Caritas dans les années trente

4.1

Une communication soutenue par des moyens ciblés

4.1.1 Formation et information: Frauenwochen et Caritastage Pour rallier les femmes à sa cause, Frédéric Mack mise sur le contact direct et se déplace à travers le pays, en particulier dans les grands centres du Bassin Minier. De 1930 et 1936, il intervient à 94 reprises dans le cadre des Frauenwochen organisées par le Frauenbund à l’intention des femmes. Des réunions organisées pendant une semaine tous les jours vers 18 heures visent à informer les femmes sur les projets et actions organisés par la Caritas et le Frauenbund et invitent celles-ci à rejoindre les associations catholiques de femmes ou les congrégations de jeunes femmes. L’on compte ainsi susciter des œuvres caritatives décentralisées à mettre en réseau avec la Centrale de la Caritas. Les Frauenwochen ont également compris des Caritastage. D’après Catherine Maurer ces journées Caritas ont pour fonction de favoriser les «contacts personnels entre amis de la charité, d’affirmer publiquement la présence de la charité face à l’assistance publique et au reste de la bienfaisance privée. La propagation d’idées nouvelles en matière de théorie et pratique caritatives est également recherchée»32. Le Caritastag est un rassemblement qui dure à peu près deux jours où l’on évoque les différents aspects de l’action sociale et caritative. Ils sont l’occasion pour Frédéric Mack d’exposer son programme, mais aussi d’inviter des conférenciers de marque tel le Dr Zinck, président des conférences de Saint-Vincent-de-Paul du diocèse de Strasbourg, grand organisateur de la charité après la Première Guerre mondiale. 4.1.2 Presse et publications: Luxemburger Frau et Christkönigsruf A partir du 23 septembre 1930, l’organe de presse du Frauenbund, le Luxemburger Frau, est dirigé par Frédéric Mack qui conçoit l’organe du Luxemburger Katholischer Frauenbund comme organe commun du Frauenbund et de la Caritas. Ce faisant, il s’appuie sur une presse existante qui a déjà une certaine audience et articule le rapprochement entre activité caritative et activité féminine. Les souscriptions organisées par la Caritas luxembourgeoise sont rendues publiques via le Luxemburger Frau, qui contribue à faire connaître les œuvres de la Caritas par voie de presse, mais également à l’occasion des Frauenwochen. A partir du 15 avril 1934, la rubrique caritative du Luxemburger Frau porte le titre Katholische Caritasaktion. Organ des Luxemburger Katholischen Caritas-Verbandes. Or l’organe Luxemburger Frau, lié au Luxemburger Wort, risque d’être compris comme organe de presse à caractère politique alors que Frédéric Mack est soucieux de ne pas politiser les œuvres caritatives. D’où l’importance de disposer d’un organe propre susceptible de resserrer le lien organique entre les trois organisations Caritas, Frauenbund et Jugendbund. Publié pour la première fois le 15 septembre 1931, le périodique intitulé Christkönigsruf, Mitteilungen aus der katholischen Frauen- und Caritasaktion paraîtra six fois par an. Les groupes locaux s’abonneront au prix de 5 francs par an, l’abonnement individuel revenant à 6 francs, une réduction étant prévue pour les familles démunies. Les associations de femmes et de jeunes femmes se voient d’office abonnées au Christkönigsruf afin de faciliter leur intégration au sein de la Caritas et du Frauenbund.

32 Maurer (Catherine): op. cit., p. 101.


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

La distribution se fait par l’intermédiaire de zélatrices provenant soit du secrétariat de la Caritas, soit des comités de charité locaux, soit des associations de femmes catholiques. Le Christkönigsruf informe le lecteur du programme de la Caritas, insiste sur la contribution des laïcs à l’Action Catholique et vise plus généralement à susciter la solidarité entre citoyens. Pour l’année 1936, la chronique fait état d’un tirage de 22.500 exemplaires: chiffre étonnant pour un petit pays; à titre de comparaison, notons que l’organe de la Caritas en Suisse n’a été tiré qu’à 3.000 exemplaires. L’enjeu du Christkönigsruf a été considérable: Mack en parle comme d’une entreprise osée et souligne que son succès inespéré a influencé favorablement le déploiement de la Caritas. La distribution gratuite des premiers numéros accordée par Jean Origer, directeur du Luxemburger Wort, a sans doute contribué au bon départ de cette publication devenue populaire. 4.1.3 La réception de la Caritas parmi le clergé Déjà en avril et en septembre 1931, le comité diocésain de l’Action Catholique avait adressé des circulaires aux chapitres des doyennés afin de faire connaître la Caritas parmi le clergé et encourager celui-ci à la soutenir. Il faut constater que ni ces circulaires, ni la diffusion du Christkönigsruf en 1933 n’ont suscité l’enthousiasme des membres du clergé: un tiers parmi eux resta sans réaction suite au premier numéro gratuit du Christkönigsruf. De fait, la chronique de Frédéric Mack nous apprend que le clergé n’a pas été enchanté de la publication du Christkönigsruf – plus par lassitude que par véritable opposition. Cet état des choses est confirmé par une lettre dans laquelle l’évêque Nommesch (vers 1934 – 1935) se plaint d’une certaine étroitesse d’esprit et d’une peur du renouveau qui semblent règner parmi son clergé. Mack de son côté constate que le clergé manque d’entrain et d’esprit d’initiative. Qu’une partie du clergé soit restée attachée aux vieilles traditions joséphistes et conservatrices n’est pas à exclure. L’évêque quant à lui explique la lassitude du clergé par la surcharge de travail et un manque d’orientation. Il est un fait que les ordinations sont en régression et qu’il manque parmi les membres du clergé des années 20 à 30 des figures emblématiques – Jean Origer et Frédéric Mack mis à part.

4.2

Sources de financement

Dès 1929, l’évêque Nommesch avait organisé des collectes d’Eglise pour la charité (Karitaskollekten) dont le bénéfice revenait aux œuvres de la Caritas. Le salaire de la demoiselle Elvire Koltz, secrétaire à plein temps, était pris en charge par le diocèse. Le Christkönigsruf et le Luxemburger Frau ont permis de financer les loyers, les frais de publication et une partie du coût des colonies de vacances. En 1933, le journal rapporta pas moins de 33.000 francs de bénéfices! Notons à cet endroit que la volonté d’unifier les différentes associations de femmes catholiques n’a pas seulement obéi à un souci de structuration, mais également à un souci d’ordre financier. En effet, les associations de femmes intégrées au secrétariat commun étant directement abonnées au Christkönigsruf, la Caritas voyait une partie de son financement assuré. La Caritas bénéficia également de tombolas et de loteries organisées en faveur de ses œuvres. En 1938, elle reçut un premier soutien substantiel de la part de la future Loterie Nationale. Elle bénéficia en outre des contributions à l’occasion de conférences tenues par Frédéric Mack lors des Caritastage, de l’apport des collectes caritatives du Frauenbund, des donations de la part de bienfaiteurs privés et des subsides accordés par l’Etat. L’appui de Jean Origer et du Luxemburger Wort fut précieux

47


48 

à maints égards, notamment par la mise à disposition gratuite des locaux de la «Centrale» de la Caritas, rue Sigefroi (actuelle rue Origer), où le directeur avait son bureau.

4.3

Les activités de la Caritas au service des démunis

Les réponses de la Caritas à la misère engendrée par la crise économique furent multiples et variées. Elles s’adressaient aux personnes démunies des centres urbains, en particulier au Sud du pays, mais cherchaient à atteindre également des familles pauvres en milieu rural. Certaines de ces activités avaient déjà leur histoire; des initiatives anciennes étant ravivées ou développées, tels la soupe populaire ou les séjours de cure offerts aux enfants pauvres. 4.3.1 Soupe populaire et Arbeiterwohl Lors d’une réunion organisée par Frédéric Mack le 30 juin 1931, les dames catholiques de la Ville de Luxembourg approuvent le projet de mettre en place une nouvelle soupe populaire dans la capitale sous les auspices de la Caritas. La veuve Pierre Funck-Gindorff est élue présidente de cette œuvre; sa mère fut d’ailleurs la première présidente de l’ancienne soupe populaire vers 1906. Parmi les membres du comité de la soupe populaire, on retrouve la dame Küborn-Hippert, une bourgeoise de la ville de Luxembourg, l’épouse de Pierre Dupong et le fils du très connu Jean-Pierre Brasseur, ce dernier ayant également participé à l’ancienne soupe populaire. L’organisation de la soupe populaire a le feu vert de l’évêque et des autorités communales. Au départ, la cuisine et le réfectoire du Grand Séminaire servent de locaux. Les moyens financiers proviennent du comité diocésain, qui le 22 septembre 1931 octroie à cet effet la somme de 5.000 francs, mais aussi de collectes diocésaines (50.000 francs en 1932, 40.000 francs en 1933). En 1934, les autorités communales mettent à la disposition de la Caritas la maison Pescatore à la rue du St. Esprit, nouvellement acquise, pour y installer et gérer la nouvelle soupe populaire. La Congrégation des Sœurs de Sainte Elisabeth participe à l’action. La solidarité fait boule de neige et les dons en espèces et en nature affluent de la part de particuliers, de commerçants et de paysans; la ville de Wiltz envoie un grand convoi de pommes de terre, S.A.R. le prince Félix fait don d’un sanglier provenant de la chasse. Un concert de bienfaisance est organisé par la musique militaire au profit exclusif de la soupe populaire. La soupe populaire fait l’objet d’une organisation soignée. Les anciennes méthodes de distribution de bons sont améliorées; on décide par exemple de publier à l’avance les dates de distribution soit par le bureau de bienfaisance (80 % des bons), soit par les filiales de la Caritas. A Luxembourg-Ville, les bons sont remis contre paiement de 0,50 francs. Une cartothèque est établie pour éviter les abus; pour le contrôle des bons, la police et le bureau de bienfaisance sont mis à contribution. Les femmes et les enfants sont prioritairement pris en compte. En 1933, pas moins de 98.788 repas sont distribués! En moyenne 820 personnes par jour sont assistées par la soupe populaire, dont 600 adultes et 220 enfants. Un service de repas à domicile est mis en place pour les femmes; de 200 à 300 personnes sont concernées par ce service. Pour l’hiver 1934, le nombre des personnes assistées dépasse les 1000 par jour. A Esch-sur-Alzette, quatre soupes populaires sont créées en date du 3 juin 1932 sous l’impulsion des Conférences de Saint-Vincent-de-Paul et de la Caritas d’Esch-sur-Alzette, avec la collaboration de la Congrégation des Sœurs de Ste Elisabeth; en 1933 elles sont au nombre de 5. Suivant le Christkönigsruf, elles sont localisées au couvent des Sœurs franciscaines, à l’Ecole ménagère Maria Hilf, à la Crêche Ste Elisabeth (Belval), au Caritashaus de la paroisse St Joseph et à la Mission italienne.


49

La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

13 12

La Caritas installa son secrétariat dans l’immeuble de l’ancienne Banque Werling, en face de l’Eglise St Michel. – Inventaire.

14

La Maison Pescatore, rue du St. Esprit, abrite la Soupe populaire à partir de 1934.

15

17

18

16

Arbeiterwohl, Paroisse du Sacré-Cœur, Esch-sur-Alzette, en 1934.

19


50 

La distribution de bons se fait aux maisons paroissiales sous la supervision des Conférences de Saint-Vincent-de-Paul. A Esch, le travail caritatif connaît deux hauts lieux qu’il convient de relever pour leur rayonnement particulier. Créé en octobre 1933, le Caritashaus de la paroisse St Joseph, situé 15 Grand Rue à Esch-sur-Alzette, abrite plusieurs associations catholiques; s’y trouvent l’ouvroir des dames de la Caritas, une cuisine servant à des formations, une soupe populaire, la bibliothèque paroissiale, ainsi que les locaux des scouts et des «Jefcistes» (Jeunesse féminine catholique) d’Esch-sur-Alzette. C’est ici que Frédéric Mack rencontre en 1933 une quarantaine de personnalités venant des trois paroisses de la ville d’Esch-sur-Alzette; il est décidé qu’une nouvelle soupe populaire pour enfants et chômeurs sera mise en place dans les locaux de l’Arbeiterwohl. La ville d’Esch-sur-Alzette compte désormais six soupes populaires organisées par la Caritas. L’Arbeiterwohl, situé dans la Paroisse du Sacré-Cœur, 39 rue Zénon Bernard, fut conçu comme maison de repos pour chômeurs et soutenu par la Caritas en 1930 déjà à raison de 2.000 francs. Dirigé par les Frères de la Miséricorde à partir de 1933, l’Arbeiterwohl fera désormais fonction d’asile pour sans abri et de logement à prix modéré (2 francs la nuitée) destiné aux ouvriers. Il comprend par ailleurs une soupe populaire, une salle de séjour pour étudiants et un bureau social qui identifie les besoins et forme des cercles d’étude encourageant l’entraide. L’action de la Caritas est reconnue par toutes les tendances politiques confondues et la collaboration entre bienfaisance privée et bienfaisance publique est généralement bien reçue. Les soupes populaires eschoises – tant celles gérées par Caritas que celles gérées par le Foyer de la Femme – sont soutenues financièrement par l’Association Luxembourgeoise des Journalistes qui a pour président le socialiste Hubert Clément; Jean Origer, directeur du Luxemburger Wort, y figure en tant que membre actif. Dans la mesure où la lutte idéologique s’efface devant les besoins urgents d’assistance aux pauvres, les soupes populaires à Esch-sur-Alzette voient leur existence consolidée. Frédéric Mack se rend en personne dans les villes ouvrières du pays pour inviter les membres des comités caritatifs à créer des Caritas-Kinderküchen; celles-ci constituent, à côté des colonies de vacances et de l’aide aux communiants, l’un des trois volets de la Katholische Kinderhilfe. Durant l’hiver 1933 – 34, pas moins de 1.100 enfants pauvres bénéficient quotidiennement d’un repas chaud servi à Luxembourg-Ville et Esch-sur-Alzette, mais aussi à Dudelange, Schifflange, Rumelange, Tétange, Niederwiltz, Rodange, Lamadelaine, Differdange et Pétange. Les soupes populaires rattachées à la Caritas sont subsidiées par celle-ci. Pour ce qui est du transport des vivres à distribuer, la Caritas fait appel à des bénévoles et bénéficie du soutien de l’administration militaire. 4.3.2 Les colonies de vacances Les 15 et 16 février 1931, Frédéric Mack se rend à la côte belge où il visite des institutions caritatives à Middelkerke, Ostende, Mariakerke, Bredene et La Panne. A Bruxelles, il se rend à la grande centrale pour les homes d’enfants, l’Institut «Mont Thabor». Il y réserve pour l’été 1931 des séjours d’enfants luxembourgeois dans l’Institut Saint-Vincent-Férier à Middelkerke, géré par des Sœurs dominicaines. Ainsi, en date du 1er août 1931, 41 enfants pauvres partent pour Middelkerke. Mack constatera les bienfaits de la cure marine auprès des enfants, mais déplorera la qualité de la nourriture et des soins. Les déplacements et frais relatifs aux colonies sont supportés par la Katholische Kinderhilfe, œuvre nouvellement créée par la Caritas. Les enfants bénéficiant des colonies ou séjours de cure sont âgés de 5 à 13 ans et sont issus de familles pauvres.


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

Durant la même année, la Congrégation des Soeurs de Ste Elisabeth ayant acheté à Remich la maison occupée par une congrégation de Pères Dominicains hollandais, l’évêque reçoit favorablement la proposition de Frédéric Mack de transformer cette maison en œuvre de charité pour enfants (Kindercaritas). Les Sœurs de la Congrégation de Sainte Elisabeth sont appelées à travailler dans l’institut. D’août à septembre 1932, 150 enfants sont hébergés dans le home à Remich. Les Sœurs de la Doctrine Chrétienne offrent leur collaboration en mettant à disposition les locaux du Fieldgen pour accueillir les enfants avant leur départ vers Remich. Les associations de travailleurs et les syndicats catholiques sont appelés à enregistrer les demandes d’admission. A partir de 1933, l’œuvre bénéficie d’un subside de 3.000 francs de la part de l’Etat luxembourgeois. L’œuvre de Remich est également soutenue par une souscription organisée par le Luxemburger Frau placée sous le patronage de Sainte Thérèse de Lisieux. La vente de «petites fleurs» au profit de la Kinderhilfe rapporte pas moins de 31.000 francs. 4.3.3 L’aide aux communiants et les actions de Noël Le 21 février 1931, la Caritas diocésaine lance un appel aux familles aisées pour contribuer au bonheur des communiants. La centrale de la Caritas et les comités caritatifs locaux, le Frauenbund et la Société de Saint-Vincent-de-Paul s’organisent pour identifier les communiants nécessiteux et subvenir aux frais extraordinaires liés à la 1re communion qui pour certaines familles s’avèrent être véritables facteurs d’exclusion sociale. Les frais pour l’aide aux communiants sont supportés par la Centrale de la Caritas, le Frauenbund et la Conférence de Saint-Vincent-de-Paul. Dans l’édition du 30 novembre 1931 du Luxemburger Frau, un appel est lancé pour soutenir la distribution de cadeaux de Noël par la Caritas à l’intention des mères et enfants pauvres. L’appel trouve un écho considérable au sein des villes et villages qui voient émerger des ouvroirs et autres actions caritatives. 4.3.4 Règlement des ménages en danger et autres domaines d’activité A partir du 28 avril 1931 la Caritas et le Frauenbund, en collaboration avec la Société Saint-Régis suscitée par Mack dans les années 20 et dirigée par Mme Heyrendt-Pauly, intègrent dans leur programme commun le règlement de ménages violents, en difficulté ou séparés. Les familles d’origine étrangère des villes du Bassin Minier et des faubourgs de la Ville du Luxembourg sont particulièrement concernées. Par son action, la Caritas entend répondre à la hausse des divorces, mais aussi ménager les bureaux de bienfaisance qui souvent ont du mal à identifier le statut civil des couples en difficulté et qui, en cas d’abandon de l’enfant et de la mère par le mari, sont tenus à accorder des secours. Jusqu’en 1935, Mme Heirendt Pauly aura, d’après Frédéric Mack, mis en ordre 128 mariages désordonnés. Dans ses actions de soutien aux jeunes ménages, la Caritas encourage l’épargne en vue de faciliter le mariage qui représente un coût que beaucoup de couples ne peuvent assumer. Le combat contre l’alcoolisme constitue un autre volet de cette action de secours (Werk der Trinkerrettung). L’organe du Frauenbund nous rapporte encore les activités suivantes de la Caritas qui témoignent de la diversité de son action en faveur des personnes en difficulté: collecte et redistribution de meubles et de vêtements usagés, confection de tricots et de vêtements, aide à domicile aux mères démunies, aux nouvelles accouchées, aux personnes âgées, aide à l’emploi pour femmes et jeunes femmes en difficulté financière, homes pour jeunes femmes célibataires, sans abri ou migrantes,

51


52 

accueil d’enfants et patronages pour la jeunesse (pour éduquer et entretenir les jeunes filles dans les grands centres du pays).

5.

L’originalité de la Caritas et son appartenance à l’Eglise catholique

5.1

Utilisation de réseaux et recherche de l’efficacité dans le travail caritatif

Dans le développement de son activité, une originalité de la Caritas était d’agir de manière décentrale et de ne pas négliger l’arrière-pays. De fait, ses activités furent connues jusque dans les régions reculées du pays, notamment les villages de l’Ösling. Pour éviter l’éparpillement des comités caritatifs locaux et garantir l’efficacité de l’aide aux démunis, la Caritas fit appel aux associations catholiques locales et soutenait la création de groupes caritatifs provisoires. La récolte d’informations, la distribution de vivres et les secours financiers étaient organisés par les associations locales. La Caritas s’était inspirée en cela de modèles des Caritas étrangères, notamment celles d’Allemagne et d’Autriche 33. Dans le processus de mise en place d’œuvres de charité locales, Mack avait dû intervenir à plus d’une reprise pour éviter la création de comités locaux inutiles, qui auraient épuisé à long terme les réserves financières de la Caritas. Il s’agissait bien plutôt d’établir une aide aux nécessiteux adaptée à la situation locale. Cette façon de procéder rappelle fortement les méthodes utilisées par la J.O.C. du prêtre Josef Cardjin, suivant sa formule du «voir, juger, agir». En milieu villageois, les pauvres avaient souvent honte de s’affirmer comme tels (die verschämten Armen), ce qui accentua leur isolement et rendait l’assistance plus difficile. L’aide devait donc être apportée avec discrétion; à cet égard, la collaboration des Sœurs congréganistes s’avéra précieuse. La collaboration entre la Caritas, le Frauenbund et les Conférences de Saint-Vincent-de-Paul et l’utilisation de leurs réseaux facilita largement la propagation et l’efficacité de l’action de la Caritas sur l’ensemble du territoire. Ces réseaux prenaient une importance particulière lors de l’occupation allemande: la Caritas officiellement dissoute sur ordre du Stillhaltekommissar n’en était pas moins présente à travers le pays par ses membres qui soutenaient comme ils le pouvaient les sinistrés de la guerre: les ouvroirs des grandes localités organisaient l’aide d’individu à individu, notamment la mise en place de repas pour réfugiés et personnes évacuées. Dans ce même contexte, il convient de mentionner le combat contre les abus: pour la Caritas, l’aide aux nécessiteux devait se faire sur base de preuves et de témoignages en provenance du curé ou de membres d’associations caritatives. Pour Frédéric Mack, il s’agissait de ne pas encourager les pauvres à rester pauvres ou à sombrer dans la paresse. Aussi la Caritas ne se contentait-elle pas de la seule distribution de vivres ou d’argent. Dans les ouvroirs par exemple, il arriva que des couturiers ou couturières au chômage bénéficient d’une activité rémunérée, et certaines filiales de la Caritas avaient mis en place des bureaux d’aide à l’emploi favorisant la réinsertion dans la société. L’on était bien conscient de ce que l’action caritative a ses limites. Ainsi, les personnes sous influence d’alcool au comportement incivique étaient interdites de soupe populaire ou d’assistance. L’usage

33 En 1906, a été fondée à Arenberg en Autriche la Caritasvereinigung für Landkrankenpflege und Volkswohl e.V. En 1908, le D.C.V. crée le Deutscher Ausschuss für Caritaspflege auf dem Lande. La Caritas de Salzbourg a compis dans ses sections une Landkrankenfürsorge, in Gatz (Erwin): Caritas und soziale Dienste Geschichte des kirchlichen Lebens in den deutschsprachigen Ländern seit dem Ende des 18. Jahrhunderts – Die katholische Kirche, Bd. V: Caritas und soziale Dienste. Freiburg 1997, p. 136.


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

d’une cartothèque devait permettre de prévenir les abus et garantir une plus grande efficacité de l’aide. Il s’agissait bien de systématiser et rationaliser la pratique charitable.

5.2

Un catholicisme résolument social

Le programme de la Caritas suivait et encourageait les directives issues de l’encyclique sociale Quadragesimo Anno du 15 mai 193134. La Caritas allait jusqu’à réclamer pour les ouvriers un juste salaire et une plus grande justice sociale. Elle se défendait ainsi de faire le jeu d’un Etat de type «libertiste», étant convaincue que l’Etat devait prendre ses responsabilités en matière sociale. Voilà qui brise un peu l’image d’un catholicisme caritatif naïf entaché d’un paternalisme issu du XIXe siècle35. La Caritas cherchait la déprolétarisation de la classe ouvrière, réclamant pour les couples en difficulté, dans un article du Luxemburger Frau du 19 janvier 1936, une augmentation des salaires, une meilleure éducation et une meilleure prise en charge. Selon les dires de Mack, la Caritas se serait sentie honteuse si elle avait été amenée à compenser par sa charité le salaire dû aux ouvriers. Mack fut ainsi le propagateur d’un catholicisme social engagé. Dans cet esprit, l’organisation d’une conférence cantonale à Esch-sur-Alzette en 1930, loin d’être un ralliement politique, avait pour objet d’informer et d’échanger sur la pauvreté toujours croissante dans cette ville et les moyens d’y faire face. 5.2.1 Le dialogue avec les acteurs institutionnels Le refus de la Caritas de s’engager dans des discours politiciens et ses efforts de transparence lui ont valu la reconnaissance publique de l’action caritative. L’engagement social fort et le positionnement différencié et distancié par rapport à la politique politicienne conféraient en effet à la Caritas la crédibilité auprès des interlocuteurs institutionnels publics et privés. La Caritas se donna le rôle de conseillère. Loin de chercher la concurrence, Mack rappela aux bureaux de bienfaisance des petites communes qu’ils avaient raison de se fier au jugement des enseignants et du clergé comme étant les plus aptes à reconnaître les véritables nécessiteux. En 1936, la Caritas, en la personne de Frédéric Mack, fut invitée à intégrer l’Office Central de Prévoyance Sociale de la Ville de Luxembourg, créé en 1932. Cette institution avait pour but d’empêcher les double emplois, les frictions voire les rivalités entre organismes poursuivant les mêmes buts, de donner une vue d’ensemble de l’activité sociale, de combler les lacunes au niveau de l’assistance, de cordonner les efforts des différentes institutions et de gérer le patrimoine de la prévoyance et de l’assistance d’une manière économique et efficace en évitant les double emplois et l’exploitation de la bienfaisance. Mack fut invité par ailleurs à rejoindre la commission gouvernementale pour la réforme de l’assistance publique et la commission pour l’éducation de la jeunesse négligée et tombée dans la déchéance (verwahrloste Jugend). Il collabora au conseil d’administration du foyer national

34 Dans l’encyclique Quadragesimo Anno du 15 mai 1931, le pape a réclamé pour les ouvriers le juste salaire et il a précisé que «l’ouvrier ne doit pas recevoir en charité ce qui lui revient en justice». «L’encyclique souhaite la reconstitution des corps professionnels, d’un corporatisme d’association et non d’un corporatisme d’état de type fasciste, au nom du principe de subsidiarité». In: Hilaire (Yves-Marie): La papauté face à la Première Guerre mondiale et aux nationalismes (1914 – 1939). In: Histoire de la papauté. 2000 ans de mission et de tribulations, Paris 2003, p. 449. 35 Luxemburger Frau, 19 janvier 1936. Mack voit même la pratique de la charité comme une obligation sociale: «Das Wort «Caritas socialis», Karitas als soziale Plicht, ist ein wahres Programm für unsere Zeit; denn es besagt, dass die Wohltätigkeit auf eine Höhe gehoben werden soll, wo auch der Ärmste in seiner Menschenwürde sich wohlgeachtet fühlt». In: Mack (Frédéric): Christköngsruf zur sozialen Tat, 1932, p. 10.

53


54 

pour pauvres du Rham (Landesarmenhaus) dans le contexte de sa réorganisation et fit partie de la commission de contrôle du foyer pour sans abri au Pfaffenthal. En 1938, il fut invité à faire partie de la commission centrale d’une première Loterie Nationale au profit des œuvres de bienfaisance privées. 5.2.2 La Caritas et la collaboration avec les autres courants de l’engagement social La Caritas a-t-elle fait partie de ce que l’on appelle le «pilier catholique»? Afin de bien comprendre cette notion de «pilier catholique», référons-nous à la définition donnée par René Rémond, pour qui la reconquête de la société par l’Eglise catholique passe par la constitution progressive d’un réseau diversifié d’institutions confessionnelles dessinant les contours d’une société complète incluse dans la société globale36. Mais encore faut-il clarifier la notion d’institution confessionnelle. Si on entend par là une institution qui s’affirme d’inspiration chrétienne, l’appartenance de la Caritas au pilier catholique ne fait pas de doute. La réponse est à nuancer si on entend par là une institution dont le premier objectif serait de convertir des non-chrétiens au moyen d’une bonne cause - fut-elle sociale – afin de les rallier à un courant religieux ou idéologique. Sous l’ère Koppes, le «pilier catholique» comprenait surtout des groupements d’ordre culturel, politique et syndical. La constitution de la Caritas en tant qu’association sans but lucratif en 1932, voulue par le comité central de l’Action Catholique et par l’évêque, se situe dans le cadre de cette appartenance idéologique. La structure pyramidale tout comme l’intégration des associations de femmes et de jeunes femmes catholiques en sont témoins. La Caritas est proche du catholicisme intégral qui a commencé à s’imposer à partir de la période Koppes. A l’occasion d’un discours sur le renouveau religieux au congrès du Christ-Roi à Berlin en 1932, Mack fait comprendre que l’Eglise des origines et la Caritas sont indissociables. Il va jusqu’à affirmer que ces liens sont le fondement d’un « communisme spirituel et chrétien» 37. Si l’aide apportée s’accompagne du souhait de ramener les gens au giron de l’Eglise, seule détentrice de la «Vérité», cela n’a pas été la première ni la dernière intention. Lors des aides distribuées aux nécessiteux, il n’y a pas eu de prosélytisme. La Caritas des années trente a-t-elle été un instrument pour contrer le socialisme ou d’autres mouvements non catholiques? Ici encore, il convient de nuancer. L’appartenance à l’Action Catholique et les convictions religieuses inspirant l’action de la Caritas opposent celle-ci au socialisme notamment pour ce qui est de la conception de la famille ou du mariage. Cela ne signifie pas pour autant que la Caritas ait eu pour objectif de lutter contre le socialisme. Mack définit la fédération hors de tout contexte politique. Nulle part dans les programmes de la Caritas documentés dans la chronique de Mack ne trouve-t-on des passages qui inviteraient à combattre le communisme ou le socialisme, ou bien à convertir les non catholiques. Mack a non seulement tenu à se distancier de la politique et interdit tout débat politique au sein de la Caritas, mais il a recherché un modus vivendi entre la Caritas et les associations non catholiques. Nous avons vu que tant le Foyer de la Femme que la Caritas avaient reçu un soutien financier de la part de l’Association Luxembourgeoise des Journalistes, dont Jean Origer et Hubert Clément étaient les présidents. Rappelons à cet endroit que l’épouse d’Hubert Clément, Madame Henriette

36 Rémond (René): Religion et société en Europe – La sécularisation aux XIXe et XXe siècles, collection «Points Histoire», éd. Seuil 2001, p. 80, 94 – 95. 37 «Er [der Katholizismus] lässt es nicht zu, dass dieses uralte Kirchengut [Caritas] durch eine freimaurerische Humanität und eine «laizisierte» Wohlfahrtspflege verweltlicht und entchristlicht werde. Die Trennung von Karitas und Religion ist wiederum eine Erfindung der Hölle». In: Mack (Frédéric): Christköngsruf zur sozialen Tat. op. cit., p. 15.


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

Clément-Bessling, fut l’une des fondatrices du Foyer de la Femme en 1927. Dans un article du Luxemburger Frau, nous retrouvons le Foyer de la Femme dans une liste énumérant les soupes populaires. Fait surprenant alors que l’on sait que l’œuvre des colonies de vacances du Foyer de la Femme avait été diabolisée par le Luxemburger Wort au point de convaincre la commune d’Esch-sur-Alzette de ne pas soutenir le Foyer de la Femme. En effet à partir de juillet 1931, certains articles du Tageblatt louent l’Encyclique Quadresimo Anno et ses mesures contre un capitalisme agressif. Un article d’Hubert Clément sur les soupes populaires invite d’ailleurs les institutions caritatives privées à une collaboration plus étroite avec les autorités communales. Les associations catholiques ne sont pas exclues. La plupart des acteurs sociaux, qu’ils soient catholiques ou non, ont cherché dans leurs programmes une rationalisation de l’aide pour les pauvres. Ainsi les stratégies similaires des différentes associations n’ont pu que converger vers un même objectif malgré les rivalités. Les institutions soutenues par les Mayrisch connurent à ce titre une collaboration de longue date avec des institutions catholiques. L’appartenance au «pilier catholique» ne signifie donc pas forcément fermeture aux non catholiques: des ententes sont possibles. Si catholicisme et socialisme peuvent s’opposer idéologiquement, cela ne les empêche pas de travailler ensemble sur le terrain d’entente qu’est le social. Certains Luxembourgeois, catholiques ou non, ont compris que l’affrontement idéologique d’avant 1919 aurait pu coûter l’indépendance au pays. L’inefficacité des bureaux de bienfaisance a d’ailleurs été en partie le fruit de cet affrontement idéologique. Tout comme René Blum, Hubert Clément n’a pas été un socialiste «fermé». De même, la Caritas n’était pas une association catholique fermée sur elle-même, sans pour autant nier sa mission de défense des intérêts catholiques. Dans un article du Luxemburger Frau, nous pouvons lire que lors de la conférence internationale des associations féminines tenue à Luxembourg le 18 mars 1934, les femmes catholiques ne s’opposaient pas au programme des associations non catholiques, du moment que le religieux n’était pas mis en cause. Les femmes catholiques estimaient les programmes d’action des autres associations proches des leurs et encourageaient la collaboration entre associations. «Ainsi l’union fait la force»38. Les femmes au sein de la Caritas ont sans doute apporté une vue moins politisée sur les relations au sein du monde associatif de l’époque, ce qui s’est avéré être un bienfait dans un contexte historique lourdement chargé d’affrontements idéologiques. Aussi l’action de la Caritas a-t-elle été plutôt bien accueillie par les courants non catholiques.

6.

Résumé succinct

Délaissé par les missionnaires de l’Oeuvre Bonomelli à partir de 1915, le clergé luxembourgeois se trouve accablé par le soutien à apporter à la population italienne qui est restée nombreuse au Luxembourg lors du conflit mondial. Sensible aux maux qui frappent la population, l’évêque Koppes décide de créer une Kriegs-Charitas et encourage la création de comités de charité locaux. Le clergé et les associations de la ville d’Esch-sur-Alzette décident alors d’organiser l’action caritative en créant en 1918 un Caritas-Sekretariat. Cette initiative apparaît comme la seule à apporter des solutions originales dans l’organisation de l’aide, à perdurer au-delà de la Première Guerre mondiale et à trouver un certain écho parmi la population. La fondation tardive d’une Caritas en tant que société anonyme en 1926 se fait en forte dépendance du Volksverein et des Conférences de

38 Luxemburger Frau, 25. 4. 1934.

55


56 

Saint-Vincent-de-Paul, confinée au champ d’action eschois, dans un cadre juridique encore peu adapté. A plus d’un point de vue, elle ne suffit pas à garantir l’avenir de la Caritas. A partir de 1929, la Caritas est réorganisée dans le cadre de l’Action Catholique. Elle est désormais dirigée par un directeur nommé par l’évêque et est dotée d’une structure diocésaine. Elle fait partie intégrante du «pilier catholique» et est l’expression tangible d’un catholicisme intégral. Frédéric Mack réussit à organiser la Caritas d’une manière efficace et gagne à sa cause les dirigeantes des associations catholiques féminines réunies dans le Frauenbund. Il dote la Caritas d’un périodique qui est un franc succès et contribue à son assise financière. L’établissement au cœur de capitale est voulu par Mack qui souhaite rapprocher la Caritas de la tradition caritative des congrégations. La Caritas non seulement bénéficie de la reconnaissance épiscopale, mais est dotée à partir de 1932 de la personnalité juridique et d’un cadre légal conforme à la loi sur les associations sans but lucratif de 1928. La réputation de la Caritas est telle qu’elle réussit à rallier à sa cause non seulement les membres de la bourgeoisie catholique, mais également des personnalités du bord non catholique, tels les bourgmestres Hubert Clément et Gaston Diderich. La collaboration est offerte aux bureaux de bienfaisance et à des associations non catholiques. Frédéric Mack réussit à gagner la confiance des congrégations, non seulement pour qu’elles ne fassent pas obstacle aux actions de la Caritas, mais aussi pour qu’elles y collaborent dans le cadre institutionnel qui leur est propre. La participation des laïcs et des femmes est essentielle pour la consolidation de Caritas. La charité perd son caractère paternaliste et la Caritas devient témoin de la naissance de l’Etat-providence. Vasco Daniel Luis, Elisabeth Werner

Archives Archives Caritas Luxembourg: Registre des assemblées générales 1933 – 41. Archiv des Deutschen Caritasverbandes e.V.: A.D.C.V. 080/19, Faszikel 0-03, Nachlass Lorenz Werthmann: Italienerfürsorge, Korrespondenz 1896 – 1913, Brief an Mgr Haal und Brief an Professor Georges Burg. Archiv des Deutschen Caritasverbandes e.V.: A.D.C.V. 193 (493.8).030, Faszikel 01, Brief an Josef Hurt 1941, Lettre du Caritasverband au vicaire Josef Hurt 1923. Archiv des Deutschen Caritasverbandes e.V.: A.D.C.V. 191.0254, Faszikel 04, Der diakonische Auftrag der Kirche. Erstvortrag zum 50. Gründungsjubiläum der Caritas Luxemburg. Archiv des Deutschen Caritasverbandes e.V.: Paul Müller-Simonis CA 01 : Persönlichkeiten / CA 01/175: Prälat Paul MüllerSimonis, Fédération d’assistance publique et de bienfaisance privée pour l’Alsace et la Lorraine. Archives Nationales du Luxembourg: Dossier A.E. 294, Indemnités des Italiens, Culte Catholique. Intérêts. Subsides des Italiens du Bassin Minier, lettre du curé Colling à l’évêque Koppes. Archives Nationales du Luxembourg: Dossier FD 049, Chronique Frédéric Mack. Archives Nationales du Luxembourg: Dossier FD 193, Société de Saint-Vincent-de-Paul. Luxembourg Athenée (Conférence de Sainte Cunégonde [jusqu’au 7 mai 1900] [depuis le 7 mai 1900] Saint Louis de Gonzague), Liste des membres de la conférence de 1899 à 1914. Archives Nationales du Luxembourg : Dossier Santé et Bienfaisance Publique, Dossier 67. 1817/1918, Relevé des dommages causés aux propriétaires par les inondations du 16 janvier 1918. – Dossier Esch// Hochwasser, Reklamationen umgelauten nach erfolgter Bekanntmachung vom 27. Januar 1918. Archives Nationales du Luxembourg: Dossier Santé et Bienfaisance Publique, Dossier 267, Rappel sur la situation dans les communes, Juillet – Novembre 1918. Archives Nationales du Luxembourg: Dossier Intérieur 628, Esch-sur-Alzette, 1918, Objet: Dévastations communes à Esch-sur-Alzette le 26 novembre 1918; N° 1799/18.


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

Bibliographie Altermatt (Urs): Caritas Schweiz: Von der katholischen Milieuorganisation zum sozialen Hilfswerk 1901 – 2001. In: Altermatt (Urs), Arnold (Jonas), Krummenacher (Jürg), Oetterli (Stephan), Prodolliet (Simone), Schmidhalter (Matthias): Von der katholischen Milieuorganisation zum sozialen Hilfswerk – 100 Jahre Caritas Schweiz, Luzern 2002. Beschlüsse der 60. Generalversammlung der Katholiken Deutschlands in Metz 1913 über die christliche Caritas. In: Caritas – Zeitschrift für die Werke der Nächstenliebe im katholischen Deutschland, 19. Jahrgang, Freiburg 1913. Blau (Lucien): Gute Zeiten, schlechte Zeiten. In: Lëtzebuerger Almanach vum Joerhonnert 1900 – 1999, Luxemburg 1999. Bost (Bodo): Die katholische Kirche Luxemburgs und die deutschen Katholikentage. In: forum für Politk, Gesellschaft und Kultur, Nr. 251, Luxemburg 2005. Bost (Bodo): Vor hundert Jahren wurde der «Luxemburger Katholischer Volksverein» gegründet. In: Luxemburger Wort «Die Warte», Luxemburg 8. Januar 2004. Caritas-Zeitschrift für die Werke der Nächstenliebe im katholischen Deutschland, hrsg. vom Vorstand des Caritasverbandes für das katholische Deutschland, 19. Jahrgang, Nr. 4/5, Freiburg 1914. Caritas – Zeitschrift für Caritaswissenschaft und Caritasarbeit, hrsg. Deutscher Caritasverband, Heft 5/6, Freiburg 1922 – Heft 10, Freiburg 1929 – Heft 11, Freiburg 1929. Caritas-Jahrbuch. 1920 – 1921. Herausgegeben vom Caritasausschuss Esch-Alzette, Esch-Alzette 1920. Caritas Direktor Friedrich Mack. In: Marienkalender, 74. Jahrgang, Luxemburg 1955. Caritaskursus in Metz. In: Kirchlicher Anzeiger, Luxemburg 1912. Conzemius (Victor): Aus den Annalen des Luxemburger Caritasverbandes. In: Cinquantenaire de la Caritas luxembourgeoise 1932 – 1982, Luxembourg 1982. Die katholische Aktion. In: Kirchlicher Anzeiger, Luxemburg 1929. Donckel (Emile): Die Kirche in Luxemburg, Luxemburg 1950. Dostert (Paul): Pierre Dupong. In: L’Athénée et ses Grands Anciens 1815 – 1993, vol. II, Luxembourg 2003. Fisch (René): Die Luxemburger Kirche im 2. Weltkrieg. Dokumente, Zeugnisse, Lebensbilder, Luxemburg 1991. Flies (Joseph): Das Andere Esch. An der Alzette. Ein Gang durch die Geschichte, Luxembourg 1979. Gallo (Benito): Les Italiens au Grand-Duché de Luxembourg. Un siècle d’Histoire et de chroniques sur l’immigration italienne, Luxembourg 1987. Gatz (Erwin): Caritas und soziale Dienste Geschichte des kirchlichen Lebens in den deutschsprachigen Ländern seit dem Ende des 18. Jahrhunderts – Die katholische Kirche, Bd. V: Caritas und soziale Dienste, Freiburg 1997. Gründung des Luxemburger Katholischen Volksvereins. In: 25 Jahre Luxemburger Katholischer Volksverein. Festschrift aus Anlass des 25jährigen Bestehens des Luxemburger Katholischen Volksvereins, Luxemburg 1928. Hättenschwiller (Alphons): Ut omnes unum sint … In: 25 Jahre Luxemburger Katholischer Volksverein. Festschrift aus Anlass des 25jährigen Bestehens des Luxemburger Katholischen Volksvereins, Luxemburg 1928. Heiderscheid (André): L’infrastructure de la société religieuse. La société nationale. In: Aspects de Sociologie Religieuse du diocèse de Luxembourg, Luxembourg 1961. Hentgen (Emile): Moderne Caritas. In: Caritas-Jahrbuch. 1920 – 1921, Esch-Alzette 1920. Hilaire (Yves-Marie): La papauté face à la Première Guerre mondiale et aux nationalismes (1914 – 1939). In: Histoire de la papauté. 2000 ans de mission et de tribulations, dir. Yves Marie Hilaire, Paris 2003. Hurt (Josef): Caritasarbeit in Luxemburg. Ein Rückblick – ein Überblick – ein Ausblick. In: Ons Hémecht, 30. Jahrgang, Neuntes und zehntes Heft, Luxemburg 1924. Hurt (Josef): Caritasarbeit in Luxemburg. Ein Rückblick – ein Überblick – ein Ausblick. In: Ons Hémecht, 31. Jahrgang, Drittes Heft, Luxemburg 1925. Katholische Vereine. In: Kirchlicher Anzeiger, Luxemburg 1920. Kieffer (Simone): Les œuvres sociales de l’ARBED (1900 – 1930), Mémoire de Maîtrise, dir. Michel Hau, Strasbourg 2003. Überwachungskommission gegen Modernismus. In: Kirchlicher Anzeiger, Luxemburg 1908. Kriegs-Charitas. In: Kirchlicher Anzeiger, Luxemburg 1916.

57


58 

Klein (Paul): Frédéric Ozanam, un saint laïc pour notre temps. Une vocation lucide: le service de Dieu et des hommes – Cofondateur de la Société de Saint-Vincent-de-Paul. In: Luxemburger Wort, Luxembourg 21 août 1997. Klein (Paul): Les Conférences de Saint-Vincent-de-Paul à Luxembourg – Cent-vingt-cinq ans de fidélité. Aperçu historique depuis la fondation de la Société. In: La Société Saint-Vincent-de-Paul à Luxembourg: 1854 – 1979, Luxembourg 1979. Kovacs (Stéphanie): Communisme et Anticommunisme au Luxembourg. 1917 – 1932, Bertrange 2002. Krier Becker (Lily): 40 Jahre «Foyer de la Femme»: Rückblick auf die Vergangenheit, Ausblick in die Zukunft, Esch-sur-Alzette 1968. Drei Jahre Ferienwerk für Arbeiterkinder/Le foyer de la femme, Esch-Alzette um 1931. Liese (Wilhelm): Lorenz Werthmann und die Fürsorge für die italienischen Arbeiter. In: Caritas – Zeitschrift für Caritaswissenschaft und Caritasarbeit, hrsg. Deutscher Caritasverband, Heft 1, 34. Jahrgang, Freiburg 1929. Luis (Vasco Daniel): Le fruit d’un long travail commun – L’histoire de la Fondation François-Elisabeth, Hôpital Kirchberg, vol. I, Luxembourg 2006. Luis (Vasco Daniel): Les congrégations féminines françaises de vie active dans le Grand-Duché de Luxembourg de 1840 à nos jours, Strasbourg 2002. Luxemburger Frau (Supplément hebdomadaire Luxemburger Wort), Luxembourg 23 novembre 1930, 24 mai 1931, 27 septembre 1931, 29 novembre 1931, 10 janvier 1932, 9 avril 1933, 19 novembre 1933, 25 avril 1934, 19 janvier 1936. Maas (Jacques): Die Neue Zeit (1911 – 1914). Journal de combat pour la laïcité et le libéralisme radical au début XXe siècle. In: Galerie, N°2, Luxembourg 1991. Mack (Frédéric): Christkönigsruf zur sozialen Tat, Luxemburg 1932. Mack (Frédéric): Christkönigsruf, 1. Jahrgang, Heft 1, Luxemburg 1931. Mack (Frédéric): Christkönigsruf, 6. Jahrgang, Heft 1, Luxemburg 1937. Majerus (Nicolas): 25 Jahre Luxemburger Katholischer Volksverein: Festschrift aus Anlass des 25jährigen Bestehens des Luxemburger Katholischen Volksvereins, Luxemburg 1928. Malget (Jean): Heinrich Fournelle (1869 – 1923). Generalsekretär der katholischen Arbeitervereine (Sitz Berlin), Ehleringen 1999. Manuel des Conférences de Saint-Vincent-de-Paul dans le Grand-Duché de Luxembourg, Luxembourg 1946. Margue (Paul): Strömungen und Gestalten des Luxemburger Katholizismus (1840 – 1990). In: Nos cahiers: Lëtzebuerger Zaïtschrëft fir Kultur, Luxemburg 1991. Maurer (Catherine): CARITAS – Un siècle de charité organisée en Alsace – La Fédération de Charité du Diocèse de Strasbourg 1903 – 2003, Strasbourg 2003. Maurer (Catherine): Le modèle allemand de la charité – La Caritas de Guillaume II à Hitler, coll. Les Mondes Germaniques, Strasbourg 1999. Mayeur (Jean-Marie): La politique concordataire. Les Eglises et les relations internationales. In: Histoire du christianisme – des origines à nos jours, dir. Jean-Marie Mayeur, Charles Pietri, André Vauchez, Marc Venard, tome XII: Guerres mondiales et totalitarismes (1914 – 1958), Paris 1990. Mémorial du Grand-Duché de Luxembourg. Recueil spécial des actes, extraits d’actes, procès-verbaux et documents relatifs aux sociétés commerciales, publiés en conformité de la loi du 10 août 1915, Luxembourg 12 juillet 1926. Molitor (Edouard): Luxemburger Priestergestalten III. Dr. Friedrich Mack. Der Herold des grossen Königs, Luxembourg 1958. Molitor (Edouard): Dr. Frédéric Mack 1877 – 1946. In: Christkönigsruf, 6. Jahrgang, Heft 1, Luxemburg 1937. Monz (Heinz): Geschichte des Caritasverbandes der Diözese Trier (1916 bis 1948). In: Archiv für mittelrheinische Kirchengeschichte, 54. Jahrgang, Mainz 2002. Oetterli (Stephan) : Der Schweizerische Caritasverband in den Spannungsfeldern seiner Gründungsjahre bis 1928. In: Altermatt (Urs), Arnold (Jonas), Krummenacher (Jürg), Oetterli (Stephan), Prodolliet (Simone), Schmidhalter (Matthias): Von der katholischen Milieuorganisation zum sozialen Hilfswerk – 100 Jahre Caritas Schweiz, Luzern 2002. Papst und Sozialismus. In: Tageblatt, Esch-Alzette 31 août 1931. Rémond (René): Religion et société en Europe – La sécularisation aux XIXe et XXe siècles, collection «Points Histoire», éd. Seuil 2001. Schafft Volksküchen. In: Tageblatt «La vie sociale», Esch-Alzette 2 novembre 1931. Schmitt (Michel): Konstanten und Wandlungen der Frömmigkeit zwischen 1840 und 1990. In: Nos cahiers: Lëtzebuerger Zaïtschrëft fir Kultur, Luxembourg 1991.


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

Scuto (Denis): Sous le signe de la grande grève de mars 1921 – Les années sans pareilles du mouvement ouvrier luxembourgeois – 1918 – 1923, Esch-Alzette 1990. Silberjubiläum des Caritasverbandes der Diözese Metz. In: Caritas Zeitschrift für das Caritaswissenschaft und Caritasarbeit, hsg Deutscher Caritasverband, Heft 12, 36. Jahrgang, Freiburg 1931. Statuts de la Fédération Luxembourgeoises des Œuvres catholiques de charité. In Mémorial du 9 janvier 1933. Thill (André): La lutte contre la pauvreté, Institut Grand-Ducal. Section des sciences morales et politiques, Luxembourg 1988. Wehenkel (Antoine): Chronique de la Famille Pescatore. Une histoire généalogique et culturelle. Luxembourg 2002. Wohlfahrtswesen in Brüssel, Office d’Identification. In: Tageblatt «Page de la Femme», Esch-Alzette 21 octobre 1931. Wynants (Paul): Communautés de Religieuses de Belgique et du Grand-Duché de Luxembourg de 1801 à 1975. In: Répertoires Meuse-Moselle, fasc. VIII, Namur 1981. Zahlen (Paul): Sources en matière d’histoire de l’action sociale au Luxembourg (1839 à 1940), ouvrage non publié.

59


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

Chapitre III: A la recherche de réponses adaptées dans un monde fragile: la Caritas de 1932 – 2007

Introduction A l’approche caritative individuelle ou collective, «systematisée» par les initiatives de l’avant-guerre, sont venus s’ajouter l’action sociale institutionnalisée, les services sociaux spécialisés avec des profils professionnels inédits et la constitution d’associations autonomes se donnant au sein de la Caritas un cadre de rencontre, de dialogue et d’action commune. Ces différents aspects et réalités ont toujours été, à des degrés divers, présents dans l’histoire, même si les accents et les priorités se sont déplacés suivant les époques, les acteurs et les contextes. Les pages qui suivent illustrent en texte et en images cette histoire depuis la constitution en association sans but lucratif en décembre 1932 jusqu’à l’assemblée générale en mai 2007. Cette histoire est jalonnée de nouveaux départs marquant les différentes époques que nous distinguerons dans la suite: • la constitution même de la fédération Caritas comme association sans but lucratif • la reconstruction des années d’après-guerre • la diversification et la consolidation des services à partir des années 50 – 70 • la création de nouveaux services pour jeunes et seniors dans les années 70 – 80 • le développement organisationnel et associatif des années 80 – 90 • la nouvelle constitution en 1996 sur l’horizon du troisième millénaire. L’évolution de la Caritas s’est construite, faite ou défaite en interaction avec ses parties prenantes: les clients et bénéficiaires bien-sûr, mais aussi le personnel, les bénévoles, les paroisses et les communautés chrétiennes, les donateurs et bailleurs de fonds publics et privés, les entreprises, les partenaires nationaux et internationaux et toute la société civile. Tous ils ont laissé leur empreinte et fait en sorte que la Caritas avance sur son chemin emprunté voilà 75 ans. Il ressort de ces pages que la Caritas a marqué l’histoire du secteur social et du monde associatif au Luxembourg. Considérant la palette de services offerts sous l’enseigne de la Caritas depuis sa constitution, nous constatons que des besoins très divers ont été pris en compte. La segmentation croissante des services sociaux n’a pas pour autant fait perdre de vue que l’être humain forme un tout et que ses besoins demandent des réponses multiformes. Il est vrai que les liens institutionnels n’étaient pas toujours décrits avec la rigueur à laquelle nous sommes habitués aujourd’hui. Il est vrai aussi que la formation d’associations et de services était le fait de multiples facteurs, en fonction d’opportunités à saisir au niveau des moyens financiers et des personnes et compétences qui s’offraient dans les contextes donnés. Dans son engagement social, la Caritas a pu compter sur la guidance prévoyante des femmes et hommes qui ont assumé leur responsabilité innovatrice, sur les compétences professionnelles de collaboratrices et collaborateurs salariés et bénévoles, mais aussi sur la mise à disposition gratuite de compétences, de connaissances et de relations de la part des personnes engagées au sein des conseils d’administration. Cette histoire est la leur.

61


62 

1.

Fédération et propagation de l’action caritative: 1932 – 1941

Le 14 décembre 1932, six femmes et quatre hommes engagés dans la vie associative catholique signent les statuts de la nouvelle «Fédération Luxembourgeoise des Œuvres Catholiques de Charité» (Katholischer Luxemburger Caritasverband). Il s’agit en l’occurrence de personnalités dirigeantes issues des œuvres suivantes: ●

Alliance catholique des femmes luxembourgeoises

Conférences de Saint-Vincent-de-Paul (Esch-sur-Alzette et Luxembourg)

Dames de la Charité à Luxembourg-Ville

Kinderhort

Oeuvre catholique de protection de la jeune fille

Soupe populaire à Luxembourg-Ville

En fédérant des œuvres laïques ayant une longue expérience dans l’action caritative, les fondateurs entendent créer au niveau diocésain des synergies dans la lutte contre la misère, en réponse à la grande crise économique, industrielle et financière qui sévit depuis 1929. La «filiale», installée dans l’ancienne Banque Werling en face de l’Eglise St Michel (actuelle rue Sigefroi), est le lieu où s’organisent l’activité, l’accueil et les contacts. Caritas y partage le secrétariat avec l’Alliance catholique des femmes luxembourgeoises (Frauenbund), dont Elvire Koltz fut nommée secrétaire générale à la fin de la Guerre, initiatrice elle-même d’actions caritatives depuis les années 1920. La «centrale», et notamment le bureau du directeur, se trouvent à l’adresse du «Luxemburger Wort» (actuelle rue Origer). Ensemble avec différentes congrégations, associations et communautés locales, la Caritas organise ou relance à travers tout le pays soupes populaires, vestiaires et ouvroirs. Elle soutient les chômeurs, les sans abri, les ménages violents et les malades alcooliques. Des colonies de vacances sont organisées à Remich et à Raversijde. A Esch-sur-Alzette, Caritas-Haus et Arbeiterwohl deviennent des lieux forts de l’action de la Caritas. Grâce au talent communicateur et publiciste tant de son directeur que de sa secrétaire générale, la Caritas propage largement l’idée caritative au sein du monde catholique et au-delà. Mgr Mack, misant sur les réseaux notamment des œuvres féminines et des conférences vicentines, sillonne le pays pour encourager la mise en place de groupes locaux. Reconnu comme interlocuteur compétent en matière sociale, le directeur de la Caritas est appelé à rejoindre la Commission de prévoyance sociale initiée par le Gouvernement en 1936, mais aussi d’autres commissions et organes (réforme de l’assistance publique, jeunesse délaissée, foyer pour sans abri du Pfaffenthal, foyer national pour pauvres du Rham). Le financement de la Caritas provient des collectes d’Eglise, des nombreux abonnements au périodique «Christkönigsruf. Mitteilungen aus der katholischen Frauen- und Caritas-Aktion», tiré à plus de 20.000 exemplaires, et du soutien de la future Loterie Nationale qui prend forme en 1938. L’activité s’intensifie en 1940 avec l’aide massive aux familles évacuées – aide vestimentaire à 3.000 familles en mai-juin 1940, soupes populaires servant autour des 100.000 repas entre juin et septembre 1940, organisation de l’accueil de 110 enfants d’évacués dans le château de Fischbach transformé en maison d’accueil en collaboration avec les Sœurs de Ste Elisabeth. La Caritas est dissoute par ordre de l’occupant nazi le 24 février 1941. Frédéric Mack meurt en déportation en janvier 1942; en 1946, suivant sa dernière volonté, son corps est inhumé au cimetière de Wormeldange.


63

La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

22

23

Elvire Koltz en 1894 et en 1939

20

Frédéric Mack Né à Metz en 1877, Frédéric Mack entra au Séminaire en 1897. Ordonné prêtre en 1902, vicaire à Echternach, il devint secrétaire général du Volksverein en 1906 et directeur du Convict épiscopal en 1921. Après une mission apostolique à Vienne en 1929 il fut nommé directeur de la Caritas diocésaine en 1930, du Katholischer Caritasverband en 1932. Déporté à Lyon en 1941, il mourut à Bâle en 1942. (voir la biographie détaillée à la page 39) 21

Née à Luxembourg en 1873, elle entra au couvent à Conflans (F) en 1894. Quand le couvent était dissous dans le cadre de la laïcisation, elle rentra au pays pour entamer ensuite des études à Paris et embrasser la profession d’enseignante. Après la Guerre, l’évêque lui confia la rédaction du Luxemburger Frau et la nomma secrétaire générale de l’Alliance catholique des femmes. Engagée envers les pauvres, elle fonda au milieu des années 20 le Caritaswerk sis au secrétariat de l’Alliance des femmes, rue Pescatore. En 1932, elle fut nommée secrétaire générale de la fédération Caritas nouvellement fondée, établie à la maison Werling. Elle est morte au couvent des Sœurs de Ste Elisabeth à Bettembourg en 1948.

26

Livre de caisse de la Caritas tenu par Elvire Koltz; recettes de février 1937.

Statuts approuvés par l’évêque Pierre Nommesch le 5 octobre 1932, signés le 14 décembre 1932 et parus au Mémorial du 9 janvier 1933.

27

La maison Werling vue par l’artiste danois Levinsen vers 1928.

24 25


64 

2.

La relance de l’après-guerre: 1945 – 1951

Le 24 février 1945, Alfred Hemes est nommé directeur de la Caritas. Sont membres des premiers conseils d’administration de l’après-guerre: M. Mathias Bodry (Conférences de St Vincent de Paul, à partir de 1947 président du Service social d’Esch-sur-Alzette), M. Charles Eydt (Conseiller à la Cour supérieure et président national des Conférences de St Vincent de Paul), le Père André Wolff SCJ, M. Pierre Muller-Pierret (Conférences de St Vincent de Paul Hollerich, directeur de l’Imprimerie Saint-Paul), Mme Elter-Küborn (présidente de l’œuvre des Dames de Charité), Mme Jeanne Funck-Gindorff (présidente de l’œuvre Grande-Duchesse Charlotte), Mlle Marie Kalbfleisch (présidente de l’œuvre de protection de la jeune fille), le Dr Emile Colling (futur ministre de la Santé), M. Jean Geschwindt, l’abbé Mathias Donven (président de la Ligue anti-alcoolique) et Mme Hélène Engler-Salentiny. En réorganisant l’Action Catholique de l’après-guerre, l’évêque ne recourt plus au modèle insti­tu­ tionnel dotant la Caritas et l’action catholique féminine d’une direction et d’un secrétariat communs. Des liens personnels et des collaborations ponctuelles persisteront au cours de l’histoire, l’ACFL étant durant de longues années représentée dans le conseil d’administration de la Caritas et co-fondatrice d’œuvres nouvelles. De par le contexte sociologique et l’évolution interne de part et d’autre, les deux organisations emprunteront dans la suite des voies différentes mais complémentaires. Dès 1945, des enfants luxembourgeois bénéficient de séjours de récupération à l’étranger, notamment en Suisse. De 1945 à 1949, dans le cadre d’actions minutieusement organisées, plus de 10.000 enfants français, autrichiens et anglais trouvent un accueil dans des foyers luxembourgeois. Les gîtes d’étape sont créés en 1946. En 1945, le directeur Hemes lance un appel parmi le clergé afin d’organiser des parrainages de paroisses sinistrées. En 1947-1948, M. Jean Geschwindt collecte ensemble avec les «Jongbaueren a Jongwënzer» pas moins de 192,3 tonnes de pommes de terre distribuées par les conférences vincentines et les paroisses dans 93 localités. Le Luxembourg rejoint l’élan de solidarité international notamment par l’envoi de colis (Liebesgaben) aux familles sinistrées en Allemagne et en France. La Caritas recense 8.000 tombes de prisonniers de guerre et soutient activement le retour des exilés. En 1948, elle lance ensemble avec l’Action Familiale et Populaire un appel en faveur de l’amnistie. La centrale s’installe à la rue Bourbon et les locaux de l’ancien Gesellenhaus (montée d’Eich) abritent le matériel: les personnes démunies y trouvent de quoi se nourrir, se vêtir ou meubler leur maison. Des donations privées et publiques, l’aide du «National Catholic Welfare Conference» américain et le soutien de l’Oeuvre Nationale de Secours Grande-Duchesse Charlotte rendent possibles des actions de grande envergure. Le bénévolat au sein des ouvroirs se développe, comptant en 1951 sur la collaboration bénévole de 919 personnes. A partir de 1948, grâce aux appels, aux dons et listes de souscription à l’occasion de grandes catastrophes, Caritas Luxembourg va contribuer à presque toutes les actions d’aide internationale de par le monde. Elle est co-fondatrice de la Confédération Caritas Internationalis constituée le 12 décembre 1951 ensemble avec les Caritas de douze autres pays. Activité nouvelle: la Caritas soutient dès 1945 la professionnalisation du secteur hospitalier et sanitaire. L’Union catholique luxembourgeoise des infirmières et assistantes sociales voit le jour, ainsi que l’Association des Institutions Hospitalières Catholiques (premier président: Dr Emile Colling), le secours social et spirituel aux malades (Krankenapostolat), l’association catholique des aveugles, l’œuvre Auxilia offrant des formations en vue de la réinsertion professionnelle des malades et la publication Trait d’Union éditée par le Père Wolff SCJ, s’adressant aux professionnels des soins.


65

La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

29

28

30

De janvier à juillet 1946, 2100 enfants parisiens sont accueillis pour 22.500 jours de prise en charge. Ils attendent au «Fieldgen» leur transfert dans les familles d’accueil. Un petit guide «Toi et eux» leur est distribué. En guise de remerciement, la municipalité de Paris remet aux familles un certificat illustré par l‘artiste français Decars.

Alfred Hemes Né à Useldange le 10 décembre 1900, Alfred Hemes accomplit ses études secondaires à Diekirch et à Luxembourg et entame ensuite des études en philosophie et théologie. Ordonné prêtre le 25 juillet 1926, il est vicaire à la paroisse de Notre-Dame, puis curé à Soleuvre en 1934. Evacué à Chauffailles le 10 mai 1940, il met en place un réseau d’information pour les réfugiés luxembourgeois. Il est nommé directeur de la Caritas le 24 février 1945. Alfred Hemes meurt à Luxembourg le 23 septembre 1970.

31

L’activité se poursuivra pendant près de 20 ans, notamment lors de l’afflux de réfugiés hongrois en 1956.

32

33

L’aide vestimentaire de la Caritas bat son plein.

34

35

36

Pierre Muller-Pierret, Jean Geschwindt, Marie Kalbfleisch, administrateurs

39

37

Plus d’un million de francs luxembourgeois et d’innombrables dons en nature sont collectés en 1948 pour secourir l’Italie frappée par des inondations.

38

La Loterie nationale est créée le 13 juillet 1945 par arrêté grand-ducal et confiée à l’Oeuvre Nationale de Secours Grande-Duchesse Charlotte. Par son soutien constant jusqu’à ce jour, elle contribue à assurer la continuité du travail de la Caritas.

40


66 

3.

Consolidation et diversification de l’action de la Caritas: 1951 – 1970

En 1951, la centrale s’installe au 23 boulevard Prince Henri et en 1959 des bureaux s’établiront aux immeubles 29 et 31 rue Michel Welter, acquis suite à un héritage. Les colonies de vacances prennent leur grand départ en 1951 à Raversijde, Churwalden et Cinqfontaines. Un service psycho-pédagogique démarre en 1954. En janvier 1952, la Caritas est appelée à faire partie du Conseil supérieur de la Famille et de l’Enfance nouvellement créé. L’Oeuvre de protection de la jeune fille emménage au Foyer Neyperg en 1957. Créée sur initiative de l’évêque et du Frauenbund en 1911, l’œuvre soutient les jeunes filles qui ont besoin d’un secours, d’un pied-à-terre ou d’un emploi. Mlle Marie Kalbfleisch, co-fondatrice de la Caritas en 1932, a payé de sa personne et de ses biens au service de cette oeuvre durant plus de 25 ans. De 1953 à 1960, des sections régionales sont créées à Esch/Alzette, Dudelange, Pétange, Diekirch et Wiltz, auxquelles s’ajoutent des services pour migrants. La Caritas loge des ouvriers italiens dans un bâtiment mis à disposition par la HADIR à Rumelange (1955) et des familles italiennes à la «maison Ozanam» au Grund (1962). L’ACLI (association catholique pour ouvriers italiens) a son bureau dans les locaux de la Caritas. En 1964, la Caritas est appelée à faire partie de la commission gouvernementale pour les ouvriers étrangers. De 1956 à 1964, l’aide aux réfugiés gagne en importance avec l’arrivée des réfugiés hongrois et chiliens. Mgr Hemes rejoint fin 1956 la commission spéciale du Ministère de la Santé pour «organiser et coordonner les mesures à prendre en faveur des réfugiés hongrois», ensemble avec la présidente du Foyer de la Femme et le directeur de la Croix-Rouge. 16 waggons chargés de dons en nature sont envoyés à Budapest en 1957. L’accueil d’enfants continue (pour ne s’arrêter définitivement qu’en 1984); ils sont parisiens, hongrois, berlinois, viennois. Le Vietnam (1964) et le Biafra (1968) sont secourus au moyens des nombreux dons collectés. En 1951 est fondée l’Aide familiale, dirigée par Mlle Alice Altmann, assistante sociale au service de la Caritas jusqu’en 1970; son premier président est le Dr Mathias Reiles. Au cours des 10 premières années, l’association aura recouru à 43 aides familiales différentes pour un total de 20.515 journées de travail, des difficultés de recrutement se faisant sentir dans les années 60. Fir Ons Kanner a.s.b.l. est créée en 1959 pour se consacrer aux adoptions et tutelles; son président Ferdinand Pescatore est relayé par Me Joseph Guill en 1966; le service est dirigé jusqu’en 1965 par Mme Suzette Zimmer-Maroldt. Les Chantiers de la Fraternité Chrétienne, créés en 1955 ensemble avec l’action catholique masculine (KMA), se consacrent à l’aide au logement. Les associations de bénévolat florissent: les Dames de la Charité réorganisées à partir de 1959 suivant le modèle des équipes belges pratiquent l’aide directe aux personnes en difficulté, notamment immigrées, et s’occupent des ouvroirs et du traditionnel «Bazar de Charité» animé par Mlle Marguerite Zoenen, au service de la Caritas depuis 1934. Les Conférences de St Vincent de Paul sont actives au niveau des paroisses à travers tout le pays. Le Premier Secours de la Croix de Malte, fondé en 1967, compte quelque 200 secouristes. Avec les Foulards blancs, il s’engage notamment lors des pèlerinages. L’association des Amis de la Terre Sainte (1964) se constitue dans le contexte des pèlerinages diocésains, assurés en union personnelle par le directeur de la Caritas jusqu’en 1992. L’œuvre Auxilia en faveur des malades est constituée en a.s.b.l. en 1959 (présidente: Mme Madeleine Frieden) et l’Association catholique des aveugles en 1958. La Ligue anti-alcoolique, existant depuis 1931, a son bureau à la rue Michel Welter. Dans le contexte du Concile de Vatican II, l’œuvre diocésaine «Bridderlech Delen» est créée et sa direction confiée à Mgr Hemes.


67

La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

42 44

Jeunes moniteurs. – L’évêque coadjuteur Léon Lommel en visite à Raversijde, Home Ste Suzanne 41

Campagne annuelle au profit des oeuvres de l’enfance.

46 43

47

Colonies en Suisse: Churwalden (Lindenhof) succède à Engelberg

29, rue Michel Welter (1959)

45

48

800 enfants sont accueillis à Cinqfontaines en 1950

49

50

Mlle Irma Hurst (1953 – 55)

53

Wiltz: Maria May (1960)

54

55

Esch/Alzette: Francine Hoffmann (1953) / Antoinette Diederich (1956)

56

Mme Schaack–Elter, secrétaire des Equipes d’entraide, recrute en 11 ans 63 membres actifs et de nombreux membres honoraires (1959 – 70).

Accueil d’enfants parisiens (1963)

52

51

Un nouveau profil professionnel apparaît avec l’Aide Familiale en 1951 recrutant au départ 3 aides familiales.

57

Me Joseph Guill s’engage au sein de la Caritas à partir de 1949 et sera à son service pendant plus de 40 ans.

L’Italie est secourue par l’envoi de vaches gravides (1967).

60

58

1964: deux typhons successifs frappent le Vietnam éprouvé par la guerre. 59

En 1964 meurt Mme Jeanne Funck-Gindorff, co-fondatrice de la Caritas en 1932, présidente de l’Oeuvre nationale de Secours G.-D. Charlotte.

61

62

63


68 

4.

Des jeunes aux seniors, les services sociaux se spécialisent: 1970–1984

L’abbé Paul Klein, secrétaire général depuis 1967, prend la succession de Mgr Hemes en 1970. Le Père André Wolff SCJ résume la fonction de secrétaire général occupée de 1957 à 1967 à la suite de M. Pierre-Muller Pierret (1945 – 1957). Lorsque le Père Wolff meurt à son tour en 1979, M. Alphonse Foos lui succède comme secrétaire général. Employé depuis 1951, il est en charge depuis 1970 de la comptabilité assurée depuis 1952 par l’infatigable Sœur Gabrielle Fassbinder (Congrégation de Ste Elisabeth). Les initiatives de cette époque naissent dans un contexte socio-économique marqué par l’apparition de la famille nucléaire, une population vieillissante et les effets de la crise du pétrole. Au bureau d’assistance sociale à Luxembourg-Ville et Esch-sur-Alzette s’ajoute en 1978 celui de Diekirch. Le foyer Neyperg continue à accueillir des jeunes filles en quête d’un chez-soi, d’un emploi ou simplement d’un repas chaud, tout en hébergeant toujours davantage de personnes seules, sans abri ou démunies. L’immeuble sera mis à disposition du Comité national de défense sociale qui y gérera la cuisine populaire et des logements avant de céder la place au réaménagement urbain. Mme Suzette Zimmer-Maroldt dirige l’Aide familiale à partir de 1970. Son action sera déterminante au sein du secteur social durant les décennies à venir. Ainsi le Foyer Thérèse, premier centre d’accueil pour jeunes filles, ouvre ses portes au 31 rue Michel Welter en 1973 pour accueillir notamment les jeunes filles ayant dépassé l’âge limite des centres d’accueil de l’époque. Il est conventionné avec le ministère de la Famille en 1975. Pour soutenir les familles, une garderie est mise en place à Bonnevoie en 1972. Autre initiative-pilote: le premier foyer de jour du pays Am Rousegäertchen ouvert au 27 rue Michel Welter en 1975 sous la direction de Mme Liliane Frising, conventionné à partir de 1979. En 1984, le foyer de jour déménage dans le bâtiment voisin à l’architecture et au concept pédagogique innovants; il est suivi par le foyer de jour Am Buggi à Schifflange. Le développement innovateur des services de garde de l’enfant continue avec la mise en place en 1978 du gardiennage à domicile, conventionné en 1981 et régionalisé (Luxembourg, Diekirch et Esch). A partir de janvier 1985, le service est géré par l’association Fir ons Kanner a.s.b.l. L’Aide familiale s’engage à partir de 1972 pour le maintien à domicile, vu le nombre croissant de demandes provenant de personnes âgées. L’association prend le nom d’Aide familiale-Aide senior en 1982 et développe ses centres régionaux et le téléalarme en partenariat avec les communes. Un premier foyer de jour pour personnes âgées voit le jour: le Haus op der Heed à Hupperdange. Les colonies de vacances développent une nouvelle pédagogie axée sur le sport et les loisirs. En janvier 1974 est inaugurée à Churwalden la Chesa Veglia en présence de Mgr Jean Hengen et de l’évêque de Coire. Mlle Anita Medinger est engagée comme responsable des séjours de cure. Mlle Antoinette Kalmes, engagée à Raversijde depuis 1962, continue cette activité jusqu’à la fermeture du Home Ste Suzanne en 1975, et poursuivra son parcours professionnel aux foyers de jour pour enfants et pour personnes âgées. Les colonies de vacances à Remich sont discontinuées en 1974. Mlle Gaby Juckum, au service de la Caritas depuis 1955 et jusqu’en 1986, assure entre autres activités le suivi organisationnel et administratif relatif aux séjours de cure. La crise polonaise donne lieu à des actions de secours de grande envergure: 142 tonnes de marchandises sont acheminées en Pologne grâce à des collectes de fonds de 6,7 millions de francs luxembourgeois et l’appui substantiel de la Commission européenne. MM. Jean-Pierre Kraus (administrateur), Jean-Pierre Elcheroth (service des pèlerinages) et Erny Gillen (bénévole) accompagnent les convois. Des réfugiés polonais sont accueillis au Luxembourg en 1982.


69

La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

67 64

Fête d’adieu pour le Père André Wolff SCJ en 1979. De g.à d.: Alphone Foos, Mgr Jean Hengen, Père André Wolff, abbé Paul Klein, Joseph Schmit / Suzette Zimmer-Maroldt, Liliane Frising, Lucie Hubert, Margot Fisch, Mme Wszola, Mélie Krausch, Alice Reuter, J.-P. Elcheroth / M.-Gabrielle Bentz, Anita Medinger, Roger Foos, Josette Pleimling.

Paul Klein Né à Dudelange en 1927, Paul Klein est ordonné prêtre en juillet 1954; vicaire à Kayl (1954–1962), il poursuit des études à Paris et à Lille (1962–1966) et obtient un doctorat en sociologie. Secrétaire général de la Caritas de 1967à 1970, il est directeur de 1970 à 1992. Il reste aumônier diocésain des Conférences de St Vincent de Paul et directeur du service diocésain des pèlerinages jusqu’en 2003 et aumônier du Premier Secours de la Croix de Malte jusqu’en 2004.

65

68 66

Les Equipes d’Entraide en 1978

1983: Fête d’adieu pour M.-Gabrielle Bentz, assistante sociale (milieu), à sa gauche Jos. Guill, Gaby Juckum, Nicole Moos

79

Une nouvelle ambulance pour le Premier Secours de la Croix de Malte (1979) 80

69

70

Garderie de Bonnevoie (1972).

Colonies à Churwalden avec Anita Medinger (g.), Raversijde avec Antoinette Kalmes (ci-dessus) et Cinqfontaines avec Mélie Krausch, Roland Lallemand, Erny Gillen, Maisy Streitz (ci-dessous de g. à d.)

81

Annonce du service de gardiennage (1979), géré par Fir ons Kanner a.s.b.l. à partir de 1985.

71 72

74 82

73

83

E. Gillen, P. Jaeger, P. Schmit (1975 –78) 77

84

75

Berghaus Tgantieni (Lenzerheide)

76

78

AG Aide familiale 1982: Mmes HennicotSchoepges, Fonck-Warisse (présidente), Van Zijl-Bodé et Kuth-Gries

85

Mme Suzette Zimmer-Maroldt


70 

5.

Nouveaux défis et développement organisationnel: 1984 – 1996

De nouvelles tâches de gestion naissent au vu des conditions cadre du travail social à partir des années 80; dans ce contexte, la constitution de nouvelles associations gestionnaires s’offre comme une voie propice à la structuration et au développement organisationnel. L’association Caritas Jeunes et Familles est créée en 1987 (président: Paul Klein, suivi de Pierre Jaeger), assumant sous sa gestion le service vacances, les foyers de jour, le Foyer Thérèse et le centre pour adolescents Remmi-Demmi-Schapp créé en 1985. S’y ajoutent l’Atelier Zeralda (1988), le centre Moskito (1990), le Kanner-Jugendtelefon (1992) et en 1992 l’Institut St Joseph, Rumelange, issu des œuvres des Sœurs du Pauvre Enfant Jésus. Les séjours de cure cèdent le pas aux séjours vacances misant sur l’aventure et l’esprit d’équipe. Le monitorat se renouvelle et se dote d’un conseil éducatif. Les lieux et les types de vacances se diversifient; notamment à Buschdorf (1986) et au Centre de rencontre et de loisirs Marjaashaff à Liefrange (1991). Les services aux seniors se développent et l’a.s.b.l. Foyers Seniors est fondée en 1987. Le réseau d’aide aux sans-abri qui prend forme à partir de 1984 est repris par Caritas Accueil et Solidarité a.s.b.l. en 1992 (président: Alphonse Wagner). Parmi les pionniers, citons le Foyer de nuit Ulysse (1985; Eugène Schauss), les maisons de resocialisation Reso-Haiser (1987 – 1989; Agnès Rausch) et le centre de jour Téistuff (1987; Liliane Lemmer). S’y ajouteront le Service régional d’aide sociale SAPS dédié aux mesures prévues par la loi sur le revenu minimum garanti (1986), les ateliers Valeriushaff, le Centre de l’Oseraie (mis en place par Foyers Seniors), le service psycho-social et, en 1993, l’atelier-buanderie. L’exposition dans le cadre de l’année internationale du logement des sans-abri en 1987 et les actions «sleep-out» visent à sensibiliser le public sur la situation des sans-abri. En 1989, une adaptation des statuts a lieu sous la guidance du Vicaire général Mathias Schiltz, président du conseil d’administration entre 1989 et 1992. L’abbé Erny Gillen devient secrétaire général et, de 1992 à 1996, directeur de la Caritas, avec à ses côtés le secrétaire général Robert Urbé. La Fondation Caritas est créée notamment pour répondre aux besoins de la gestion des dons et du patrimoine (1990). La vente de la centrale du boulevard Prince Henri et l’achat du 33 rue Michel Welter créent le cadre organisationnel nécessaire au développement des services. Depuis 1989 la Caritas bénéficie de l’agrément en tant qu’ONG de développement. En 1992, l’aide internationale se constitue comme service opérationnel de coopération au développement et d’aide humanitaire dirigé par François Jacobs, ancien responsable du service social et du service de gardiennage à Diekirch (1980 – 86), puis du réseau pour sans-abri. Pour répondre notamment à l’arrivée des réfugiés d’ex-Yougoslavie, le Service Réfugiés est créé en 1991 et sa direction confiée à Mme Agnès Rausch, assurant l’accueil, l’accompagnement et l’intégration des réfugiés à Luxembourg et à Wiltz. Des logements pour réfugiés et/ou immigrés isolés sont instaurés à Eisenborn, Mersch, Steinfort (convention signée en 1992) et Wiltz (convention signée en 1994). La coopérative Caritas Fairness-Shop est créée en 1990 et a son premier point de vente à la Librairie Bourbon. Les vestiaires à Diekirch et à Esch font peau neuve et les Fairness-Centers sont lancés sous le slogan «Partagez votre bonheur». L’ouverture des pays de l’Est entraîne un réveil institutionnel des Caritas d’Europe, thème fort de la Conférence régionale à Budapest en 1992 et du Séminaire de Caritas Europa organisé à Luxembourg en 1993. Notons encore les contributions aux concepts et à la sensibilisation autour des soins palliatifs, de l’accompagnement des mourants et de l’encadrement hospitalier (conférences grand public et séminaires pour professionnels de la santé en 1990, 1992 et 1994).


71

La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

86

87

88 90

Les artisans du changement des années 90: le Vicaire général M. Mathias Schiltz, président du conseil d’administration de 1989–1992; M. Jules Pauly, administrateur et président des Conférences de St Vincent de Paul jusqu’en 1992; M. Ady Colas, administrateur de 1992 jusqu’à son décès en 2003.

1991: le staff de la Caritas reçu par Mgr l’arche­ vêque. P. Klein, E. Werner, S. Zimmer-Maroldt, E. Gillen / M. Achten, F. Jacobs, J.-M. Heitz, N. Bemtgen

1985: inauguration du Foyer Ulysse

93

91

Reso-Haus Rollingergrund.

89

92

Le comité de direction en 1992: E Gillen, A. Colas, Ch. Lampers (photo), J.-P. Schmit, L. Seywert, J. Worré; R. Urbé, secrétaire général

Le foyer de jour Am Rousegäertchen en 1894. Manuel Achten, chargé de direction 1988–91, Antoinette Kalmes. 95 94

97

96

Sr Josette Lehners, membre fondatrice de CAS a.s.b.l. et bienfaitrice de l’aide aux sans-abri, tout comme les Soeurs franciscaines, les Sœurs de la Doctrine chrétienne et les conférences vincentines.

98

101

100 99

103

102

Séminaire de Caritas Europa à Luxembourg en 1993: «Les institutions socio-caritatives de Caritas: les concepts et leur mise en œuvre»

1991: Mgr Fernand Franck rend visite au Foyer Siwebueren (Foyers Seniors a.s.b.l., présidente: Sr Assumpta Molling)

104

1991: Signature de la convention Marjaashaff 105

107 109

108

1992: collecte de 784 poêles pour la Croatie. 1993: Wanterhëllef – aide vestimentaire pour réfugiés bosniaques à Rijeka et Sibenik.

106

1993: le directeur de Caritas India en interview avec Monique Hermes

113

110

111

1991: envoi d’un avion chargé de vivres et de médicaments pour Kisangani (Sr Joëlle Kaspar, ministre G. Wohlfahrt). 1994: aide humanitaire aux déplacés du Rwanda. 1995: visite d’une malade du SIDA en Ouganda.

112

114

115


72 

6.

En route vers l’avenir: 1996 – 2007

En 1996, fidèle à l’impulsion de son fondateur, la Caritas s’adresse à d’autres associations, notamment celles issues des œuvres des Sœurs du Pauvre Enfant Jésus et de la Congrégation des Sœurs de Ste Elisabeth (voir chapitre I-2), qui avec la KMA – Association Victor Elz et Hëllef Doheem Krankefleg a.s.b.l. deviennent cofondatrices de la «Confédération luxembourgeoise d’œuvres de charité et de solidarité d’inspiration chrétienne», en abrégé Confédération Caritas Luxembourg. La Fondation Caritas Luxembourg, membre de la nouvelle Confédération, devient gestionnaire de la coopération internationale, de l’aide aux réfugiés et des activités «Fairness»; au service de la Confédération, elle est reliée à celle-ci par des liens institutionnels forts au niveau statutaire. L’association Centre Emmanuel a.s.b.l. deviendra membre en 1998. L’abbé Erny Gillen est élu président le 27 juin 1996. Mme Elisabeth Werner est nommée secrétaire générale, suivie de Mme Caroline Theves en 2003. Chaque association membre est autonome dans sa gestion, la Confédération cherchant à soutenir ses membres et à poursuivre les intérêts communs définis comme tels. MM. Manuel Achten, Nico Bemtgen et Paul Schmit (1996), ainsi que M. Robert Urbé (2003) sont nommés coordinateurs, chargés de projets et de dossiers thématiques au service des associations membres. Une plateforme de travail et d’échange réunit le personnel dirigeant des associations membres à partir de 1998. Dans le cadre d’un groupe de travail instauré par l’archevêque en 1995, des propositions sont élaborées à propos de la loi assurance dépendance qui entre en vigueur en juin 1998. En 2000, Hëllef Doheem Krankefleg a.s.b.l. est relayée en tant qu’association membre par la fondation «Stëftung Hëllef Doheem», créée par plusieurs congrégations religieuses ensemble avec des associations membres de la Confédération Caritas, reprenant leurs activités d’aides et de soins à domicile tombant sous le champ de l’assurance dépendance. La cellule Cohésion sociale/pauvreté publie en 2002 une étude sur la pauvreté au Luxembourg et participe aux consultations autour du «Plan national d’action pour l’inclusion sociale PANincl». La cellule Promotion de la paix et de la non-violence organise e.a. des ateliers pégagogiques, des conférences et un prix «Paix et non-violence». La Caritas est co-organisatrice des manifestations contre la guerre en Irak en 2003. Un service de recherche et développement est créé en 2003 en vue de soutenir le travail innovateur à l’écoute de l’expérience des travailleurs sociaux et du développement social. Des séminaires transfrontaliers traitent de l’aide éducative et de la qualité du travail socio-éducatif. Les projets FOGAflex et QUALIflex soutenus par l’UE sont consacrés aux modalités et à la flexibilité de la garde de l’enfant, thèmes-clé des Maisons Relais conceptualisées et mises en oeuvre en 2005. De multiples publications, prises de position et contacts ont pour thèmes e.a. la régularisation des sans papiers, la cohésion sociale, l’avenir du Kosovo, la politique de l’aide humanitaire et les objectifs du millénaire pour le développement. Le dialogue avec les acteurs politiques, la société civile et le secteur privé est particulièrement intense durant la présidence luxembourgeoise de l’UE en 2005. Les dispositions de fin de vie, éditées en 1997, sont retravaillées en 2005 et entourées de campagnes d’information et de formation à grande résonance dans le public. La Confédération Caritas a le statut d’Association publique de fidèles. Dans le cadre de la Commission diocésaine Diaconie et Caritas créée en 1998, elle poursuit le dialogue avec d’autres acteurs du monde associatif d’inspiration chrétienne, collaborant notamment à la préparation de trois journées sociales et de la Lettre sociale de l’Eglise.


73

La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

118 117

116

Erny Gillen Né à Luxembourg en 1960, ordonné prêtre en 1985. Etudes à l’Institut catéchétique à Luxembourg, à la Katholische Hochschule Chur et à l’Université catholique de Louvain, depuis 1988 professeur d’éthique théologique au Séminaire du Luxembourg, secrétaire général Caritas de 1989 à 1992, directeur Caritas de 1992 à 1996, depuis 1996 président de la Confédération Caritas Luxembourg et depuis 2007 président de Caritas Europa.

121

Composition du conseil d’admi­ nistration en 2001: Erny Gillen, Alphonse Wagner, Ady Colas, Sr Françoise-Elisabeth Scholtes, Ginette Faber, Sr Bertilla Schwalen, Ralph Hanck, Marc Hengen, Henri Hamus, Victor Ziegler de Ziegleck, Jean Kauffman, Jean Audry, Michel Neyens. Manquent sur la photo: Suzette Zimmer-Maroldt, Graziano Di Floriano.

119

Assemblée générale Caritas Internationalis 14–19 juin 1999 sous le thème «En route vers le troisième millénaire», précédée d’un premier forum des femmes. Caritas Luxembourg est élue membre du Comité exécutif en la personne de M. Gillen. Session de formation du Bureau exécutif de Caritas Europa à Luxembourg (février 2004). Membres: Autriche, Luxembourg, Norvège, Slovaquie, Roumanie, Grande-Bretagne, Russie, Espagne 120

Objectifs du millénaire et action mondiale contre la pauvreté (Ministre J.-L. Schiltz). M. J.-C. Juncker signe le Bandeau blanc.

123

126 124

122

128

127

Secrétaires générales: E. Werner et C. Theves

En 2006, la Coopération internationale gère 120 projets dans 38 pays. A d.: la paroisse de Dudelange soutient le projet ADDA en Ethiopie (2.8.1998).

129

125

L’équipe FOGAflex en octobre 2004: deux crêches pilote sont mises en place dans le cadre du projet Equal, des formations spécifiques étant offertes au personnel d’encadrement. Une deuxième phase est en cours sous le nom de

132

133 130

131

Quinzaine de la Caritas: affiche 2003. Conférence de presse et fête des quêteuses 2004. 136

135

S.A.R. la Grande-Duchesse et Mme M.-J. Jacobs assistent à l’inauguration du Foyer St Antoine, hébergeant quelque 80 demandeurs d’asile. A droite: Journée internationale de la Femme au Centre Oasis à Wiltz (2004)

137

134


74 

En guise de conclusion Décrire autant d’années d’histoire sur si peu de pages relève du défi. Tant de personnes et de faits n’ont pu être évoqués ni en paroles, ni en images. Tant de travaux, de démarches, de destins, de réussites et d’échecs, de liens et de ruptures se cachent entre les lignes dont le présent tableau esquisse à peine les contours! Comme en témoignent les affiches reproduites ci-contre, les termes évoluent, les accents se déplacent. Toutefois, si les réponses données aux besoins sociaux ont elles aussi évolué, il n’en est pas moins vrai que nous y retrouvons les thèmes de tous les temps: réussir sa vie et celle de sa famille, parer aux échecs, assurer la vie au quotidien, relayer un membre de famille malade, réintégrer la vie du travail, garder les enfants, chercher et trouver un soutien, prêter l’écoute et donner de soi, mettre en place des structures et oser les renouveler, dégager non seulement le fil de l’histoire des individus et des institutions, mais la trame qui la soutient et qui parfois se déchire. Si l’histoire de l’action sociale au Luxembourg du XXe siècle reste à écrire, les quelques éléments d’histoire institutionnelle que voici peuvent en suggérer des thèmes. Ils sont jalonnés de ces changements de paradigme dont les termes mêmes sont évocateurs: des séjours de cure et Kinderverschickungen aux colonies de vacances, du Werk der Trinkerrettung à l’aide aux toxicodépendants, du dépannage social à l’aide familiale, de l’accueil en institution au maintien à domicile, du foyer de nuit à la réintégration, de l’aide à la coopération internationale, de la garderie à la maison relais en passant par le foyer de jour. Les sources consultées pour la rédaction de l’aperçu chronologique proviennent des archives de Caritas Luxembourg, en particulier des rapports d’activités de 1945 à 1977 et de 1988 à 2007 et des registres des assemblées générales à dater depuis 1933, disponibles pour la plupart des années. Certaines de ces sources traitent de thèmes qui vont au-delà des activités qui étaient sous la gestion de la Caritas. Ainsi, les rapports de la période de 1946 à 1967, pour la plupart de la main du Père André Wolff SCJ, offrent des informations par exemple sur l’activité des congrégations religieuses hospitalières, ou encore sur l’histoire des associations de bénévolat. Nous remercions celles et ceux qui ont accepté de creuser leur mémoire, ouvrir leurs albums photos et nous faire part de leur expérience au sein de la Caritas. Elisabeth Werner


75

La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

Les affiches au fil de l’histoire

1953

1957

1958

1959

1960

1961

1962

1963

1964

1966

1968

1974

1975

1977

1977

1991

1992

1992

1993

1994 Q u i n z a i n e d e l a Ca r i ta s 2 0 0 2

Ouvre les yeux et agis. Dis non à la violence.

Quinzaine de la Caritas au profit de ses oeuvres de l’enfance. CCP 20-20

1994

1995

2001

2002

2002


76 


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

Chapitre IV: De la charité à la justice sociale. Impressions et annotations

Je dédie cet article à ma cousine Soeur Josette Lehners, décédée le 3 mars 2007. Son engagement, son dévouement pour les plus démunis fut exemplaire.

1. 

Quand et comment ai-je pris note de l’existence de la Caritas? Pendant mon enfance et ma jeunesse il y a des gens qui disaient que les dames travaillant à la Caritas se servaient les premières des meilleurs vêtements collectés dans le pays pour être distribués aux pauvres. Des rumeurs que probablement personne n’a vérifiées. On disait aussi que la qualité des vêtements offerts laissait à désirer: les gens se débarrassent en effet d’affaires qui sont parfois dans un état lamentable; j’en ai pu faire l’expérience plus tard quand il s’agissait d’aider les réfugiés chiliens. Je me souviens des personnes faisant le porte à porte pour la collecte annuelle de la Caritas. Mes parents avaient accueilli un enfant viennois ou parisien après la guerre dans le cadre de l’accueil de la Caritas Luxembourg de milliers d’enfants en provenance de Vienne, Nancy, Paris et Londres. Quand ma mère est tombée malade et est décédée après une semaine de séjour à l’hôpital (j’avais 7 ans à l’époque), on avait une aide familiale à la maison : un service Caritas. On parlait aussi des colonies de vacances à la côte belge pour les enfants pauvres qui n’avaient pas la chance d’aller en vacances. Ma perception se limitait donc surtout à l’action pour les pauvres. J’ignorais s’il y avait des organisations similaires à la Caritas dans d’autres pays. Enfin j’ai longtemps pensé que les timbres Caritas servaient exclusivement à financer la Caritas. Des années après j’ai pu voir la Caritas à l’œuvre dans des domaines bien différents. Je me suis réjoui de l’engagement pour la paix et la non-violence, pour l’action en faveur des réfugiés, pour les prises de position courageuses sur la politique sociale au Luxembourg, pour l’engagement en faveur des soins palliatifs.

2. 

Quand on jette un coup d’oeil sur les activités de la Caritas ces 20 dernières années, on voit très bien le passage d’une oeuvre de charité essayant de parer au plus nécessaire pour soulager les peines, vers un engagement actif pour une justice sociale menant à des réformes structurelles du modèle social luxembourgeois. On peut lire cependant déjà dans une brochure publiée en 1982: «Nächstenliebe ist kein Ersatz für Gerechtigkeit». La priorité pour les pauvres ne vise plus à combler les brèches dans un système social imparfait, mais à créer les conditions telles que la pauvreté puisse être sinon abolie du moins réduite à des dimensions défendables, si cela existe. Cet engagement mène nécessairement à des tensions et à des conflits qui peuvent choquer les bonnes âmes dévouées qui ne savent plus à quel saint se vouer et ne se retrouvent plus dans leur organisation charitable mais apolitique. J’ignore si cette transformation, cette rupture s’est faite sans accrocs, mais j’ai l’impression que la nouvelle stratégie est maintenant bien établie et je ne peux que m’en réjouir. Il est clair que cet engagement pour des changements structurels et l’élargissement des horizons d’intervention ne

77


78 

doivent pas faire oublier l’action concrète dans des cas de détresse. Si vous voyez un blessé allongé au bord de la route, vous allez l’aider directement et ne pas lui parler des réformes structurelles à attendre, ou lui dire qu’il n’a pas mérité son sort ou qu’une équipe professionnelle viendra prochainement s’occuper de lui. Souvent d’ailleurs l’aide directe, concrète, l’accompagnement de longue haleine est plus difficile que la rédaction de discours ou d’articles sur la pauvreté structurelle. Quant à l’aide lors de grandes catastrophes, aide parfois plus rapide que celle apportée par les Etats, on passe assez rapidement de l’aide humanitaire qui pare au plus nécessaire vers des interventions avec effet de longue durée. Dans ce domaine, mais aussi dans bien d’autres, la Caritas travaille ensemble avec les autres organisations nationales ou avec le réseau Caritas européen et international. Echanges d’idées, de bonnes pratiques, de partenariats, de synergies; coordination pour les grands projets au niveau international. Le Luxembourg peut y jouer son rôle classique de médiateur multilingue permettant de réconcilier des gens venant d’horizons différents à la croisée entre plusieurs cultures. La Caritas ne gère pas seulement des actions qui fonctionnent bien depuis longtemps, elle crée aussi de nouvelles initiatives, comme par exemple l’aide familiale, le Kanner-Jugend-Telefon, les maison relais. Il y a aussi de nouvelles catégories de bénévoles: les retraités en pleine activité toujours plus nombreux et utiles, par exemple dans les conseils d’administration dans lesquels ils peuvent partager leurs expériences et leurs compétences. Un dernier aspect du travail de la Caritas qui n’est pas encore tellement connu, mais qui est non des moindres: l’activité «recherche et développement». La demande de pouvoir introduire des projets de recherche-action auprès des instances finançant la recherche au Luxembourg est à considérer avec attention, d’autant que la différence entre recherche fondamentale et appliquée dans le domaine social, et pas seulement là, est dépourvue de sens. Dans ce même contexte la Caritas organise ou co-organise périodiquement des conférences et des séminaires de formation. L’idée d’un observatoire de la vie sociale fera son chemin. Les interventions dans le domaine de l’éthique, de la bioéthique sont appréciables, le testament de fin de vie en est un exemple remarquable. Parfois je me demande si la Caritas ne fait pas trop d’activités différentes, mais finalement tout se tient dans un monde de plus en plus global. Un exemple: la lutte contre la pauvreté dans les pays en voie de développement au plan social économique et politique ralentit ou arrête les migrations vers des terres inconnues; il y a aura moins de réfugiés et de demandeurs d’asile.

3. 

Venons-en à l’organisation du travail. Evoquons par exemple les problèmes qui pourraient naître entre une professionnalisation accrue et le rôle des bénévoles. Les bénévoles servent-ils ou elles à combler les trous? Il faut d’abord dire que la professionnalisation, qui est une bonne chose en soi, ne s’oppose pas à vrai dire au bénévolat, tous étant professionnels dans le sens de compétents et formés. Cependant l’action des bénévoles ne doit pas empêcher le recrutement de salariés, les bénévoles ne doivent pas se mettre à la place des salariés. Chacun a son rôle à jouer. Pour le moment il me semble y avoir de la place pour tout le monde. Sur le terrain de l’engagement social au Luxembourg il est clair que l’on entre en concurrence avec d’autres organisations, surtout si on est prestataire de service.

4. Une question de première importance est celle de la gestion: la nouvelle Caritas est gérée d’après les principes du management moderne et a abandonné le caractère d’une entreprise de type familial avec une structure patriarcale. Parfois on lui reproche ce management top down, le pouvoir dominateur d’une personne médiatisée: à qui la faute ou le mérite? Si j’ai bien compris,


79

La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

les décisions majeures d’ordre stratégique et politique au sens large ne sont pas prises par une personne seule, mais par le Conseil d’administration sur proposition du président. Comme dans toute grande entreprise, des délégations de pouvoir sont prévues aux différents niveaux, ce qui constitue évidemment une approche top down. Je tiens à souligner ici la démarche qualité de la Fondation Caritas qui a déjà abouti à des résultats tangibles comme par exemple la certification ISO 9001 pour les systèmes de management de la qualité. Les discussions continuent sur la transparence des mécanismes et processus internes pour les volets décisionnel et opérationnel dans le cadre d’une démarche interactive et participative: un exemple à imiter! Reste à relever que les structures de la Caritas, vues de l’extérieur, me semblent assez diffuses et compliquées, pas tellement transparentes pour quelqu’un qui veut s’informer rapidement. Faudrait-il garder le nom pour l’ensemble, un vaste réseau de tout ou de presque tout de ce qui se fait dans le secteur social par des chrétiens, et laisser de côté le nom pour d’autres associations?

5. Un dernier aspect: les relations entre la Caritas et l’Eglise catholique. La Caritas fait certes partie de l’Eglise catholique au Luxembourg, mais elle a réussi au cours de ces dernières années une grande ouverture vers la société civile. Elle cherche son indépendance vis-à-vis du pouvoir politique, des partis politiques, elle s’engage à côté d’autres organisations religieuses et non religieuses pour des causes communes. La Caritas est devenue parfois incommode pour l’Eglise et pour l’Etat, plus politique en tant que membre engagé de la société civile luxembourgeoise. Elle contribue certainement à donner une image positive de l’Eglise catholique au Luxembourg à l’intérieur de laquelle elle garde son autonomie. La Caritas travaille-t-elle ensemble avec les paroisses, les communes ou entre-t-elle en concurrence avec d’autres organisations sur ce plan? Complémentarité et dialogue entre le travail de la Caritas et le travail social des paroisses semblent faire bon ménage. La Caritas sait qu’elle n’a pas le monopole de la charité! La devise devrait être de ne pas se faire mutuellement concurrence dans un pays si petit; il y a certainement encore des efforts à faire pour se regrouper afin d’être plus fort et plus efficace. La Caritas est-elle cléricale dans le sens de centré sur le clergé et sur la liturgie? Aujourd’hui certainement pas. Certes la Caritas a toujours été présidée par des membres du clergé; d’un autre côté son action constituait une ouverture par rapport à une Eglise parfois trop sclérosée et fermée. La Caritas transmet aujourd’hui l’image d’une organisation jeune, dynamique, faisant beaucoup dans le domaine de la communication. Les rapports d’activité sont très détaillés et bien documentés. Elle dément par son travail de tous les jours que la religion, c’est l’opium pour le peuple. Son plan d’action est: S’engager pour la cohésion sociale, le développement durable, être le porte parole des sans voix, des marginalisés de toutes sortes (sans abri, sans papiers, prisonniers, réfugiés, drogués, alcooliques …); être en quelque sorte la conscience sociale de l’Eglise catholique.

6. 

A-t-on besoin de la Caritas dans un pays avec un modèle social bien développé? La réponse est évidente: même avec le système social le plus sophistiqué il y aura toujours des gens qui «passent à travers la corbeille». Je crains que la Caritas ne devienne jamais inutile. Elle donne l’exemple, aussi bien par la pratique que par les discours. Si elle n’existait pas, il faudrait l’inventer! Jean-Paul Lehners


80 


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

Chapitre V: Défis d’avenir: la vision de la Caritas pour demain

1.

Réunir les conditions internes et externes pour progresser dans un monde qui change

Depuis que personnellement j’ai l’occasion de percevoir la Caritas luxembourgeoise de l’intérieur – à savoir depuis 1991 – beaucoup de choses ont changé. D’une part, la Caritas elle-même a connu depuis quinze ans un développement foudroyant, tant au niveau des services prestés que du personnel employé et des moyens matériels mis en oeuvre. D’autre part, l’environnement extérieur a lui aussi fortement évolué en une décennie et demie. Les changements au niveau de la société en tant que telle sont bien connus par tous et suffisamment débattus ailleurs pour ne pas devoir être reproduits ici. Mais il existe des changements plus spécifiques qui exerceront une influence certaine sur la manière d’être de la Caritas dans le monde de demain. Relevons à cet égard les transactions concernant les services sociaux: depuis peu, elles se sont transformées en de vrais marchés sociaux où non seulement se retrouvent un plus grand nombre d’acteurs qu’auparavant, mais où la nature même des différents acteurs a bel et bien changé. Du côté de l’offre se retrouvent aujourd’hui, à côté des prestataires étatiques et ceux issus de la société civile, les prestataires appartenant à l’économie marchande. Du côté de la demande, l’on se trouve aujourd’hui face à des demandeurs ou «clients» plus informés que jamais à qui s’offre un choix jusqu’ici inégalé. Au niveau politique, relevons une série de développements significatifs tels que les processus européens pour l’emploi (depuis 1997) et contre la pauvreté et l’exclusion sociale (depuis 2000), mais aussi le processus dit de Lisbonne (depuis 2000): tous, ils ont engendré des changements de la politique sociale au niveau national. Et là encore, les acteurs – notamment ceux appartenant à la société civile – ont eux aussi changé en nombre et en nature. Si ces derniers sont aujourd’hui davantage reconnus, c’est parce que les processus européens exigent de la part des états nationaux une meilleure gouvernance comprenant notamment une transparence accrue et l’implication tant des partenaires sociaux que de la société civile toute entière. L’Eglise catholique elle-même n’a pas échappé aux changements; citons à cet égard la démarche interactive initiée lors de la journée sociale en mars 2006, devant aboutir en mai 2007 à la publication d’une Lettre sociale de l’Eglise catholique au Luxembourg. Les chrétiens et l’Eglise y affirment que «Contribuer à réaliser une société juste qui aspire à la cohésion sociale figure parmi les missions principales de l’Eglise et des chrétiens. C’est cette aspiration que nous partageons avec tous les hommes désireux de réaliser ces mêmes idées. Le véritable humanisme et la collaboration de tous les hommes de bonne volonté ne connaissent pas de barrières.». Relevons aussi dans cet ordre d’idées les affrontements entre l’Ouest et l’Est qui semblent donner raison à Huntington et sa thèse du «clash of cultures». Dans tout cet univers complexe et en mutation permanente, la Caritas continue, tant au plan national qu’à l’échelon international, à poursuivre ses deux voies d’action privilégiées pour secourir ceux

81


82 

qui sont dans le besoin: offrir des services pour alléger leur fardeau et lever la voix en lieu et place des sans voix. Au niveau national, l’offre de services se traduit par une multitude d’initiatives allant de la collecte et de la distribution de vêtements d’occasion à la gestion de foyers de jour et de nuit, en passant par la contribution précieuse de nombreux bénévoles et la prestation de soins dans le cadre de l’assurance dépendance. A l’échelon international, la Caritas s’engage à travers une multitude de projets d’urgence, de reconstruction, de réhabilitation et de développement intégré mis en oeuvre dans une trentaine de pays. Elle accueille au Luxembourg les réfugiés et demandeurs d’asile qui ont fui leur pays natal suite à des catastrophes naturelles ou déclenchées par l’homme, comme le sont les guerres et les économies meurtrières. Par ailleurs, tant sur le plan national qu’international, la Caritas lève la voix pour crier justice: justice dans les relations économiques internationales, justice pour tous les peuples, justice pour les déplacés et justice sociale par la mise en place de politiques économiques et sociales qui respectent les droits de ceux parmi les plus pauvres. Ces actions de lobbying ou encore d’advocacy peuvent se traduire par un engagement en faveur d’une politique sociale nationale plus juste, mais aussi par des actions de sensibilisation en vue de la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement proclamés par les Nations Unies, sur le plan international. Afin d’être en mesure de continuer ses activités dans un monde en mutation permanente, la Caritas veillera à respecter trois principes directeurs orientant son action: • Défendre toujours, en tout lieu et à titre prioritaire la cause de ceux qui sont le plus dans le besoin • Rester en contact permanent avec des groupes de la population à la base, surtout les groupes de chrétiens (dans les paroisses ou en dehors de celles-ci) ainsi que les hommes de bonne volonté • Oser se (re-)mettre en question et toujours être prêt à de nouveaux départs. Conjointement à ces principes à l’action, citons les conditions externes qui seront autant de facteurs de succès pour l’action future de la Caritas: • Des règles de collaboration équitables entre l’Etat et les organisations non gouvernementales; • La confiance des donateurs et donatrices de la Caritas, tributaire de sa crédibilité, qui élargira l’éventail de son action: en effet, seuls les moyens financiers propres en provenance de dons, de donations et de legs mettront la Caritas en mesure de développer de nouveaux projets en réponse à de nouveaux besoins sociaux. • Rappelons enfin que l’interaction de la Caritas avec les chrétiens devra viser en fin de compte à encourager ces chrétiens, voire l’Eglise comme telle, à vivre pleinement la dimension dynamique de l’Evangile: la crédibilité tant de l’action de la Caritas que celle de l’Eglise tout entière en dépendra. En effet, pour promouvoir la cause de l’action sociale, la Caritas a besoin de l’Eglise, tout comme l’Eglise a besoin de la Caritas. Ainsi, restant vigilante et attentive aux changements de la société dans laquelle elle est implantée, la Caritas sera en mesure d’en saisir les potentialités et d’agir en tant qu’interlocutrice fiable et compétente envers toutes ses parties prenantes. Tel est par ailleurs le sens de la signature par la Confédération Caritas, en octobre 2006, d’une «Charte d’entreprises pour la responsabilité sociale et le développement durable», rédigée ensemble avec des entreprises du secteur privé. La Charte


83

La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

servira à la Caritas de repère quant à son développement organisationnel et son positionnement futur, face aux conditions internes et externes dans lesquelles elle continuera à exercer son engagement en faveur des démunis. Robert Urbé

2.

Mieux s’enraciner pour mieux progresser

Si l’avenir d’une organisation comme la Caritas se greffe d’un côté sur son histoire et plus particulièrement sur sa tradition, il reste en même temps tributaire de son identité qui déjà était à la source de sa constitution et qui restera une inspiration vivante pour ses cheminements futurs. La continuité de la Caritas dans le temps se construit donc bel et bien sur des résultats acquis, mais plus encore sur une manière de faire, une culture qui est spécifique au travail humanitaire d’inspiration chrétienne.

2.1

L’interpellation de la détresse

C’est le Pape Benoît XVI qui dans son encyclique «Deus Caritas est» nous rappelle le programme élargi de la Caritas comme «amour du prochain», comme «agape»: Dieu lui-même est à l’origine non seulement de la création, mais de chaque être créé. A l’encontre d’autres philosophies – anciennes et nouvelles – le Judéo-Christianisme ne préconise pas l’anonymat de Dieu et de ses créatures; il se développe bien au contraire à partir d’une histoire concrète entre l’homme et Dieu, entre Dieu et l’homme, une histoire qui culmine dans l’avènement de son fils Jésus de Nazareth qui est le Christ ressuscité. L’histoire du salut est une histoire de libération. Le Dieu de l’Ancien et du Nouveau Testament donne tout aux hommes et aux femmes: sa création, son fils, son esprit saint. Il croit en l’homme et en la femme. Il leur attribue une place de prédilection. Ce don de Dieu, cet amour de Dieu pour les hommes est gage d’avenir. Sa manière de faire crée une dynamique positive, elle-même créatrice. L’action caritative s’inscrit à juste titre dans cette histoire du salut et dans cette éthique singulière. Toute détresse d’un prochain, quelle qu’elle soit, nous interpelle au plus haut degré. Face à une personne dans le besoin, l’action caritative ne connaît ni frein, ni solution miracle. Tout commence avec le «voir» de la situation dégradée. Prendre en compte la détresse humaine et se laisser toucher par elle, tel est bien le premier acte si bien décrit dans la parabole du bon Samaritain. Regarde et vois ce qui se fait autour de toi! Ne ferme pas tes yeux! Ouvre-les et admets la réalité telle qu’elle se présente! C’est à partir de ce geste simple qui ne condamne pas, qui n’approuve rien, mais qui se rend attentif face à une personne en désarroi pour quelque raison que ce soit, que l’action caritative, humanitaire commence. Benoît XVI résume et insiste: Le programme du chrétien – le programme du bon Samaritain, le programme de Jésus – est «un cœur qui voit». Ce cœur voit où l’amour est nécessaire et il agit en conséquence. Ceux qui portent le premier secours à une personne en détresse ne savent souvent pas ce qui les attend. Encore moins n’ont-ils de solutions toutes faites à proposer. Du choc de la rencontre naît un espace créatif: celui qui s’identifie avec son prochain afin de le sortir de sa situation malencontreuse



DCE 31b


84 

se voit poussé à l’extrême par la volonté même de prêter secours. Pour lui toute l’humanité est en cause, et tout se joue dans la réponse qu’il va donner. Ce que d’aucuns auront perçu auprès des pionniers d’une nouvelle action caritative comme relevant du zèle n’est en réalité ni zèle, ni démesure. Il s’agit bel et bien de cet amour du prochain, de cette «agape» qui ne peut faire halte face à une personne pauvre ou opprimée. Si la Caritas au Luxembourg est donc devenue un symbole vivant de l’engagement en faveur des enfants et de leurs familles, des sans abri, des réfugiés et de tant de gens frappés par des calamités naturelles ou la guerre, ce n’est pas un hasard ou une stratégie d’expansion, mais bel et bien l’obligation par laquelle elle s’engage à suivre son code moral.

2.2

La formation du coeur

C’est ce code moral qui anime à agir et à être à l’image même de l’amour du prochain si magistralement vécu et proclamé par Jésus-Christ. Or, voici le drame de l’histoire de la charité elle-même: l’accomplissement de tant de bonnes œuvres prend la forme d’une institution. La gestion de structures d’accueil, de centres d’hébergement, de services de consultation répond à un besoin qui n’est point standardisé. D’où le défi permanent pour les institutions de rester vigilantes et de ne pas se contenter des réponses qui hier ont été à l’origine de leur création: il est de mise d’évaluer et de suivre de près les réponses institutionnelles pour qu’elles ne dévient pas de leurs intentions originales. C’est dans ce contexte qu’il faut entendre l’appel du Pape quand il s’engage pour la «formation des cœurs» des professionnels du travail humanitaire et social. Cet appel à l’éveil des cœurs accompagnera sans doute le travail de la Caritas à l’avenir; des formations spécifiques sont à explorer et à mettre en place. L’enracinement profond de la Caritas dans la foi chrétienne la positionne en même temps dans une visée universelle et œcuménique. Tout d’abord, l’amour ne fait pas de différence entre les cultures, les couleurs ni les convictions. Dans l’amour, les personnes se rencontrent d’une manière telle que ni une quelconque idéologie, ni des intérêts spécifiques n’arrivent à les défigurer. Cette expérience de la rencontre directe entre des êtres humains qui ne se connaissent pas, animés tout simplement par la compassion face à la détresse de personnes qui leur sont inconnues voire ennemies: voilà qui constitue le contenu littéraire de deux récits exemplaires, à savoir celui de Saint Luc dans la parabole déjà citée du bon Samaritain et celui d’Henry Dunant décrivant les champs de bataille de Solferino. Après la bataille, il convient de ne plus traiter les victimes comme d’anciens combattants, mais de les considérer comme hommes, tout simplement; le droit humanitaire est enfin né.

2.3

Un engagement ouvert et oecuménique

Dans cet univers humanitaire – cet espace où l’amour du prochain prime sur toute autre considération – un nouvel œcuménisme voit le jour: l’œcuménisme de ceux qui s’engagent pour le bien-être des hommes et des femmes. Il n’est donc pas surprenant de voir que la Caritas au Luxembourg, mais aussi en Europe et dans le monde, travaille souvent côte à côte avec d’autres organisations humanitaires – qu’elles soient des organismes onusiens, des organisations non gouvernementales d’inspiration humanitaire ou tout simplement des initiatives locales où se regroupent des personnes de bonne volonté décidées à secourir ceux qui sont dans le besoin. Ce double œcuménisme fait partie intégrante de l’action caritative et n’a rien à voir avec un quelconque reniement de son identité fondatrice. Bien au contraire: c’est le christianisme même et son élan universel qui exigent cette attitude œcuménique.


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

Les multiples collaborations et partenariats de la Caritas avec les pouvoirs publics et avec d’autres initiatives se poursuivront à l’avenir dans la mesure même où cette coopération servira la cause de ceux et de celles qui ont besoin de soutien pour réussir leur vie. Dans ce contexte et pour accomplir sa mission, Caritas compte sur l’appui des croyants et de l’Eglise, des hommes et des femmes de bonne volonté et des pouvoirs publics. Car elle travaille de manière désintéressée pour un monde plus humain. Son action va bien évidemment au delà des gestes d’aide directe. Il faut aussi que la Caritas se tourne vers les causes de l’injustice et de l’oppression. C’est ainsi que son plaidoyer pour des conditions de vie justes trouve sa légitimité. Si l’analyse des situations de pauvreté montre à l’évidence des obstacles objectifs à l’épanouissement des personnes en détresse, il ne suffit pas de pallier à leur situation difficile, mais il faudra bien évidemment tout faire pour opérer un changement au coeur même de cette situation productrice de détresse. Le travail de lobbying face aux pouvoirs politiques nationaux, européens et internationaux fera donc, comme par le passé, partie de l’action socio-caritative. Aujourd’hui, dans nos sociétés complexes, on parle à côté des misères visibles et criantes de détresses cachées. Les statistiques sociologiques nous apprennent qu’une partie non négligeable de nos populations vivent dans des situations difficiles sans pour autant se déclarer pauvres ou malheureux. D’aucuns préfèrent vivre leurs problèmes à l’abri du regard d’autrui – peut-être par peur d’être exclus encore davantage. Parfois il s’agit de mères de famille contraintes à élever seules leurs enfants, parfois ce sont des grabataires qui se croient laissés pour compte par le monde entier, parfois ce sont des jeunes qui, désorientés, errent dans nos villes et villages, parfois ce sont des étrangers qui ont perdu tout et qu’on laisse sans perspective aucune. Dans ces circonstances, les spéculations et les préjugés n’aident guère. Il faut essayer de comprendre la problématique des personnes concernées et les contextes générateurs de ces situations. La Caritas, au contact direct avec les personnes démunies et leur situation précaire, s’engage ensemble avec ses travailleurs sociaux et des chercheurs internes et externes afin d’appréhender les conditions existentielles des personnes vivant en pauvreté. Au lieu de refaire ou de vérifier les statistiques existantes, elle s’en sert dans une optique de recherche-action qualitative. Le vécu des personnes frappées par la détresse est la clé pour forger des réponses tant soit peu utiles et durables. «Ouvrir les yeux»: voilà qui dans notre société prend une autre envergure. Il ne suffit plus de regarder «prima facie», mais il faut creuser avec respect et détermination parce que la pauvreté se cache. C’est dans cet ensemble de recherche et de développement, ainsi que de plaidoyer politique, que le gouffre de l’exclusion sociale volontaire et organisée devient visible. En effet, les mécanismes pour exclure ceux et celles qui ne tiennent pas le coup dans cette société qui avance à un rythme effréné deviennent de plus en plus subtils. S’y ajoute le fait que les marchés économiques forcent de plus en plus la main au pouvoir politique pour organiser ce jeu de l’exclusion qui n’accepte que les plus forts et les plus beaux.

2.4

Solidarités et partenariats

La mondialisation du commerce en appelle à la mondialisation de la charité et de la solidarité. Il ne faut pas se laisser piéger par l’offre de solidarité nationale, culturelle, régionale ou temporelle, si elles ne servent qu’à d’autres exclusions ou d’autres exclusivités. Nos sociétés risquent d’éclater. Il est grand temps de revenir à une notion chère à l’enseignement de l’Eglise, à savoir le bien commun. Face à cette valeur fondamentale, tous les mécanismes d’exclusion doivent être contrecarrés. L’équilibre recherché dans nos sociétés se traduit aujourd’hui

85


86 

par le concept de la «cohésion sociale». Ce n’est pas l’individu, ni un groupe ou une collectivité qui devraient être favorisés l’un par rapport à l’autre. La société elle-même, le havre de tout un chacun et de tous les groupes, doit devenir le centre d’intérêt de nos politiques et de nos actions. Au Luxembourg, mais aussi en Europe et dans le monde, la question de l’intégration des migrants et des réfugiés est devenue une question clé de la cohésion sociale. Renverser les perspectives et accepter l’étranger comme plus-value et non pas comme un danger pour le corps social, voilà qui est une approche prometteuse, favorisée par Caritas. Ouvrir notre société et miser plus sur la responsabilité de chaque citoyen que sur un Etat providence, tel serait l’exemple digne d’un Luxembourg qui était bien à l’origine de l’idée européenne. Il n’y a pas de retour en arrière. L’Europe appartient à tous ses résidents et à tous ceux qui se trouvent sur son territoire. Régler leur participation démocratique dans un élan d’inclusion sociale donnerait sans doute un nouveau souffle à l’idée européenne, mais aussi à son économie. Or, ces règles d’organisation de la cohésion sociale sont du domaine politique. Dans ce contexte, la Caritas se retrouve comme une force de proposition; elle partage volontiers ses expériences et ses convictions et est prête à porter main forte quand il s’agit de construire un monde plus juste et plus humain, un monde sans exclusions. Ces propos, certes optimistes, prennent toute leur ampleur au niveau mondial quand il y va de la relation entre la coopération au développement et les flux migratoires. Là encore, il faut travailler pour un équilibre sain qui ne va pas dépourvoir les pays en voie de développement de leurs capacités intellectuelles et de leurs forces vives de travail, tout en laissant le choix à ceux et à celles qui de part et d’autre souhaitent partir pour construire leur vie ailleurs. Dans un nouvel ordre mondial à inventer, le partenariat devrait primer sur la compétition aveugle. Chaque homme, chaque femme, chaque enfant a une valeur intrinsèque, une dignité à mettre à profit de la communauté mondiale. Dans cette vision du monde – bien loin des réalités d’aujourd’hui – l’amour du prochain guidera les décideurs, petits et grands. La Caritas continuera entretemps à travailler sans relâche dans la formation des cœurs et dans l’action concrète d’aide aux personnes dans le besoin. Salariés et bénévoles dans les réseaux de la Caritas se laissent emporter par l’amour du prochain en réalisant un travail social hautement professionnel. Ce témoignage quotidien d’une Caritas vivante et concrète parle à lui seul. A chaque fois qu’un homme ou une femme se laissent engager pour le bien d’une personne en détresse, la Caritas «agape», l’amour du prochain, brillera et reflétera silencieusement l’amour de Dieu. Erny Gillen


La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire 

Contributions

Abbé Erny GILLEN , docteur en théologie, vicaire épiscopal, professeur d’éthique théologique au Séminaire du Luxembourg, secrétaire général Caritas (1989 – 1992), directeur Caritas (1992 – 1996), président de la Confédération Caritas Luxembourg a.s.b.l. et président de Caritas Europa. M. Jean-Paul LEHNERS , professeur, vice-recteur de l’Université du Luxembourg, président de la Commission consultative des Droits de l’Homme, président de Omega 90 a.s.b.l. M. Vasco Daniel LUIS , master en histoire européenne contemporaine auprès de l’Université du Luxembourg, chargé de cours d’histoire à l’Ecole Marie-Consolatrice à Esch-sur-Alzette; mémoire de master: La Caritas luxembourgeoise du début du XXe siècle aux années trente M. Robert URBE , licencié en économie, secrétaire général Caritas (1992 – 1996), chargé de direction Fondation Caritas (1996 – 2006), coordinateur auprès de la Confédération Caritas Luxembourg a.s.b.l. Mme Elisabeth WERNER , licenciée en sciences religieuses, bachelier en philosophie, master en administration d’entreprises, secrétaire générale Caritas (1996 – 2003), responsable qualité et membre de la direction de la Fondation Caritas

Répertoriage des archives et assistance à la publication: Christopher WITRY Autres collaborations: François Jacobs , Chris Kettmann , Danielle Schronen , Caroline Theves , Corinne Thill

Nous remercions M. l’abbé Victor CONZEMIUS , Mme Catherine MAURER, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Marc Bloch de Strasbourg, et le Professeur Michel PAULY de leur précieux conseil pour ce qui concerne la rédaction du chapitre II.

87


88 

Photographies et illustrations Archives Caritas Luxembourg: 13; 14; 15; 16; 17; 18; 19; 20; 21; 25; 26; 28; 29; 31; 32; 33; 34; 35; 36; 41; 46; 47; 49; 53; 56; 57 (Gaston Mirgain); 58; 59; 60; 62; 65; 69; 70; 71; 75; 79; 82; 83; 89; 91; 97; 98 / 99 / 113 (Alan Boldon); 102; 103; 107; 111 (François Jacobs); 114; 115; 117 (Elisabeth Werner); 118 / 119 (Osservatore Romano); 120; 121 / 122 / 125 (Pierre Levy); 123; 124; 126 / 128 (Erny Gillen); 127 (Hedwig Dingler); 130; 131 (Advantage); 132; 133; 134; 135; 136; 137. Archives Aide Familiale a.s.b.l.: 50 (Pol Aschman); 51; 52. Archives Caritas Jeunes et Familles a.s.b.l.: 77 / 78 (Service Vacances); 100 / 101 (Am Rousegäertchen). Archiv des Deutschen Caritasverbandes: 1. Archives Luxemburger Wort: 3; 8; 30 / 61 (René Weydert); 37 / 38 (Ottica Fotografia); 44; 48; 63; 64; 66 / 68 / 81 / 92 / 93 (Jean Weyrich); 67; 72 (Roby Reinesch); 76 (Jeannot Reuter); 80; 84; 86; 90 / 108 / 110 (Teddy Jaans); 94 / 95 / 104 (Tessy Goedert); 96; 105 (Gaby Disewiscourt); 106 (Paul Lenert); 109 (Anouk Antony); 116 (Marc Wilwert); 129 (Josée Fautsch). Archives Nationales du Luxembourg: 24 (Chronique Frédéric Mack). Archives Paroisse St Joseph, Esch-sur-Alzette: 2; 4; 5; 6; 7. Photos en provenance d’autres sources: 9 / 10 / 11 / 54 / 55 (Flies Joseph, Das Andere Esch: pp. 535 / 644 / 587 / 935); 12 (Photothèque de la Ville de Luxembourg); 42 / 43 / 45 (Fernand Liégeois); 69 / 71 (Anita Medinger); 22 / 23 (Jean-Luc Koltz); 27 (Charles Werner); 39 / 40 (Loterie Nationale); 73 / 74 (Roland Lallemand); 85 (Suzette Zimmer); 87 (Alexis Pauly); 88 (Dexia); 112 (Alphonse Lichter). Photos couverture: de g. à d.: Caritas Luxembourg / Ottica Fotografia / Pol Aschman / Caritas Suisse, Alan Meier / Caritas Luxembourg / Caritas Suisse, Livia Leykauf

La Caritas luxembourgeoise au fil de son histoire  

origine de la Caritas

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you