Page 1

Dossier de presse


Année de naissance : 2019 Objectif : prendre soin du ruisseau Emblème : le gammare, mini-crevette bio-indicatrice Terrain d’emprise : de Septèmes-les-Vallons jusqu’à la tour CMA-CGM à Marseille Moyen d’action : partage des connaissances et actions communes en vue de participer à la restauration écologique du fleuve côtier Devise : “Un ruisseau urbain est un bien commun précieux aussi bien pour les humain·e·s que pour les espèces non-humaines.“ Membres actuels : structures associatives, réseaux d’entreprises, artistes, habitant.e.s motivé.e.s → Le Bureau des guides du GR2013, la coopérative Hôtel du Nord, l’ApCAR Association pour la cité des arts de la rue, les CIQ riverains, les AAA (Association des Amis des Aygalades), l’association AESE (Action Environnement Septèmes et Environs), l’association Jardinot et l’école de jardinage du jardin des cheminots, les artistes-voisins, le Collectif SAFI, Cap au Nord Entreprendre.

Le ruisseau des Aygalades doit être reconsidéré comme un véritable cours d’eau à part entière. Il a longtemps souffert de sa réputation. Afin d’y remédier, le collectif des Gammares cherche donc à agir sur ces représentations. À travers des projets artistiques, des balades, des chantiers d’insertion pour le réaménagement des berges, le fleuve côtier émerge petit à petit comme cours d’eau dans les imaginaires collectifs.

Seul un engagement collectif populaire prenant en compte la variété des besoins de tous·tes les riverain·e·s peut assurer la stabilité politique et sociale nécessaire au bien-être du ruisseau. Le collectif des Gammares engage et relie des actions communes comme des fêtes, des ramassages, des moments de rassemblements afin que tous·tes les acteur·trices puissent se rencontrer et fabriquer ensemble une communauté concernée par les enjeux du ruisseau.

lesgammares gammares lesgammares@gmail.com

Prendre soin du ruisseau demande des savoirs divers, multiples, complexes. Collecter et partager des connaissances sur le ruisseau, de la petite à la grande histoire, est un des objectifs du collectif des Gammares pour se fabriquer une culture commune. Gazettes, cahiers pédagogiques, conférences, enquêtes partagées, à travers le ruisseau, c’est toute l’histoire industrielle du bassin versant des Aygalades et l’histoire arrière-portuaire de Marseille qui se déplie.

Veiller sur la cohérence des projets et des différentes politiques publiques de l’eau est essentiel puisque le ruisseau est aujourd’hui intégré à des projets de restauration écologique. Le collectif favorise la rencontre des considérations techniques et des dynamiques locales afin que le dialogue laisse place à des décisions en toute conscience.


Remontée du Ruisseau avec des étudiants de l’école d’Architecture de Marseille, 2019

lesgammares gammares lesgammares@gmail.com


LES EXPLORATIONS MARCHÉES Des marches pour découvrir le ruisseau, explorer et observer avec le corps ses histoires La redécouverte du ruisseau puis l’organisation collective des acteurs et des connaissances sont historiquement passées par la pratique partagée de la marche, souvent dans une forme très exploratoire. Aujourd’hui ces formes marchées se poursuivent sous diverses formes et à destination de divers publics (balades de découvertes et balades artistiques pour tous les publics, balades exploratoires à destination des acteurs scientifiques ou de l’aménagement, balades-ateliers à destination des publics scolaires…). VOIX D’EAU Cycle de conférences sauvages sous la Cascade des Aygalades. Afin d’approfondir la culture commune à la fois des acteurs du collectif des gammares et des habitants, des conférences suivies de temps de conversation sont proposées mensuellement in situ le long du ruisseau. Au fil des rencontres, des points de vue multiples et des manières diverses de questionner le ruisseau (par la mémoire, par l’aménagement, par l’inondation, par l’écologie…) sont partagés, formant un ensemble d’histoires que le collectif peu à peu tisse entre elles pour parler du territoire de l’eau et plus particulièrement du devenir du ruisseau des Aygalades.

lesgammares gammares lesgammares@gmail.com

FÊTE DU RUISSEAU Événements collectifs et citoyens pour préserver et célébrer le ruisseau des Aygalades Après une première expérience sur une partie du ruisseau en 2019 sous l’intitulé Opération Plastic Valley, le collectif des Gammares organise pour la première fois en juin 2021 la Fête du ruisseau. Réunissant l’ensemble des acteurs, invitant les riverains mais aussi les habitants de la métropole à venir découvrir, participer et agir, notamment par un geste de ramassage collectif, la Fête du ruisseau esquisse l’imaginaire d’une communauté du bassin versant.


LA GAZETTE Journal annuel à destination des habitants Depuis 2019, le collectif des Gammares rédige à plusieurs mains la Gazette du Ruisseau. Le but : se tenir informé de l’actualité du ruisseau, partager les connaissances peu à peu rassemblées et sensibiliser autour des questions écologiques du cours d’eau. A ce jour deux numéros ont été édités, le premier plus particulièrement dédié à présenter le ruisseau sous l’angle des acteurs qui depuis des années ont participé à en reconnaître l’importance, le second sous l’angle des enjeux de renaturation. Un troisième numéro prévu pour février 2022 abordera les représentations cartographiques du bassin versant et la question des pollutions. LE CAHIER DU RUISSEAU Cahier pédagogique à destination des familles et des publics scolaires riverains du ruisseau Le Cahier du Ruisseau est né des marches dans le ruisseau imaginées par le collectif SAFI à la recherche du déchet emblématique du Capri Sun... Écrit avec le collectif des Gammares, il est un outil à la fois pédagogique et artistique permettant d’explorer les rives, de comprendre le territoire du ruisseau et plus spécifiquement ce qui compose la vie d’un cours d’eau urbain.

lesgammares gammares lesgammares@gmail.com

LA MAUVAISE RÉPUTATION Série photographique Dans les photographies de Geoffroy Mathieu, éclatantes de couleur et d’une composition extrêmement précise, le ruisseau devient motif de spéculation poétique autour de questions liées à l’écologie, l’aménagement du territoire, et l’espace public. À L’ÉCOUTE DU RUISSEAU Une balade sonore pour découvrir la cascade : son histoire, sa faune, sa flore, ses combats. À venir sur le wiki du Ruisseau… WIKI DU RUISSEAU Un centre de ressources en ligne sur le Ruisseau Caravelle/Aygalades. https://colibris-wiki.org/leruisseaucaravelleaygala des/?Accueil


SCIENCE PARTICIPATIVE ET CITOYENNE Accompagner les scientifiques, mettre en application leur recherche sur le terrain. Inventer des capacités citoyennes de mesure.

RÉFLEXION AUTOUR DU BIEN COMMUN Proposer une gestion plus collective en testant de nouveaux modes de gouvernances citoyens. Trouver la bonne posture face aux institutions.

AMÉNAGEMENT DES BERGES Tester différentes manières de les aménager. Instaurer des protocoles de phytoépuration. Restaurer une continuité pédestre. Nettoyages réguliers.

OUTILS CARTOGRAPHIQUE OPEN SOURCE Mettre en commun les données collectées et leur donner du sens.

lesgammares gammares lesgammares@gmail.com


6 SEPTEMBRE 2021 Journée d’atelier cartographique en présence de l’association des États Généraux de l’eau Bruxelloise (EGEB) CYCLE VOIX D’EAU Septembre 2021 - Inventer une culture liquide avec les États Généraux de l’eau Bruxelloise Brusseau, Atelier Cartographique : ça grouille de projets autour de l’eau, de sa gestion, de la mise en place d’outils pour vivifier les savoirs citoyens chez nos amis bruxellois. Solidarités de bassins versants, aquatopies, communautés hydrologiques, nouvelles rivières urbaines, gestion « là où tombe la goutte », super héros Désasphaltico : tout un imaginaire est mis en place pour affiner nos rapports à l’eau qui ruisselle de toute part. À l’instar de nos Gammares des Aygalades, on constate que c’est à travers un vocabulaire décalé, des espaces de discussions citoyennes, une réflexion sur les archives, des recherches-actions, des projets de cartographie participative et des balades joyeuses, que tous ces collectifs font exister une possibilité de gestion démocratique à technologie légère des eaux et pluies. Heureux·ses comme sous la drache, dirait-on ! Octobre 2021 -Avec Françoise Collard (membre de la CLE, Commission locale de l’eau) et Céline Vairon (directrice du SABA syndicat d’aménagement du Bassin de l’arc) Novembre 2021 - Jardiner le ruisseau avec Eric Lenoir « Dans la vie d'une rivière qui traverse les territoires habités par les humains, il est nécessaire de veiller à son écoulement en ôtant les embacles et ce qui pourrait aggraver les inondations lors des crues. Arbres morts, branches, déchets divers peuvent obstruer les cours d'eau et font s'amonceler de grandes quantités de sédiments, transformant ainsi le tracé naturel et pouvant causer d'importants dégâts sur les infrastructures, les cultures, l'habitat. Ce matin, nous étions 7 à nous dévouer pour nous occuper d'un tronçon d'environ 1 km du Tholon, le cours d'eau qui traverse notre commune. Si nous avons vu Martin-pêcheur, sangsue, lamproie et traces de ragondins, on ne peut pas dire qu'une grande quantité de poissons soit apparue pendant notre travail un peu pénible mais réellement satisfaisant et convivial. Une belle façon de découvrir, redécouvrir et prendre soin de la rivière! " Apprendre à désapprendre, laisser faire, prendre soin. En prenant l'exemple de l’observation du Tholon, ou encore du jardin du Flérial où le paysagiste fait d'un lieu improbable une réserve de biodiversité et en même temps son lieu de travail, nous pourrons ensemble questionner la place de l'intervention humaine dans un processus de renaturation.

lesgammares gammares lesgammares@gmail.com

OCTOBRE 2021 Conférence de presse pour la présentation du Cahier du Ruisseau suivi d’un atelier de formation à l’utilisation de cet outil pédagogique. Ouvert aux journalistes, enseignants, médiateurs et toutes personnes en situation de transmettre des connaissances. FÉVRIER 2022 La sortie de la Gazette n°3 ! Ce numéro abordera les représentations cartographiques du bassin versant et la question des pollutions.

COMMENT DEVENIR UN GAMMARE ? DE PRÈS En participant à la réunion mensuelle à la Cité des arts de la rue pour échanger sur les avancées, préparer les prochaines actions, organiser l’écriture des gazettes... COMME DE LOIN En montrant de l’intérêt pour mettre en réseau des réflexions autour de l'eau. Les Gammares sont friands d’échanges et de propositions. PARTAGER UNE AVENTURE Se baigner dans les lacs de rétention d’eau, explorer les affluents busés et les lignes de partage des eaux, s’infiltrer dans les dégrilleurs de la SERAMM (Service d'Assainissement Marseille Métropole)… On vous attend à Marseille et à Septèmes-les-vallons et on sera ravis de vous faire découvrir nos paysages...


VOIX D'EAU DANS LA VILLE ASSÉCHÉE Chant pour la renaissance du fleuve côtier Caravelle / Aygalades Je suis en marche vers les gens de mon silence Lentement, vers ceux près de qui je peux me taire ; Je vais venir de loin, entrer et puis m’asseoir. Je viens chercher ce qu’il me faut pour repartir. __ Louis Brauquier, cité par Jean-Claude Izzo, dans Solea Ils elles marchent et leurs chaussures baskets bottes et godillots se teintent de rouge ce n’est ni confusion ni sang ni drapeaux ils elles foulent ce terril de bauxite qui me rappelle cette longue route de latérite qui mène de Cayenne à Saint Laurent du Maroni où nous aussi tentions de porter notre voix par-delà le désert vert de ce morceau d’Amazonie menacée de ravages ils elles arpentent la colline et chacun de leurs pas émet un craquement sec de fusible de feu de brindilles dressées colliers de perles de petits escargots secs comme des ongles morts ils elles marchent et le soleil brûle les mots sitôt sortis des bouches volubiles invisible la musique qu’on entend est un oiseau perdu certains ont remonté depuis l’embouchure cette rivière qu’on ne voit pas ils elles suivent le cours la volonté de l’assainir une parole cherche son lit de sens dans la broussaille des espérances bousillées et des promesses abandonnées aux nuisances aux déchets la musique est un serpent qui a soif d’autres sont descendus depuis une improbable source qu’un géant cimentier a captée pour les besoins des villes gloutonnes et des routes idiotes ils elles drainent une origine de parole dont le sens premier semble s’être depuis longtemps évaporé dans l’air vicié des pouvoirs et des injonctions tyranniques ce n’est pas seulement promenade ils elles balisent l’époque avec les gestes de leurs jambes avec les mots d’un présent qu’ils refusent de fuir car il faut prendre langue avec tout ce qui est y compris ce qui dérange la musique est un insecte qui guette ils elles marchent et prennent la mesure de ce qui fut détruit de ce qu’il faut faire renaître non pas pour sauvegarder une réserve de nature jonchée de bonnes intentions pour le plaisir des seuls marcheurs des dimanches et des centres-villes mais parce que ce qui fut mérite de renaître et ce qui renait mérite de vivre comme bon lui semble qu’il s’agisse d’une rivière d’un homme d’une femme d’une parole sans quoi le monde avec son cours aléatoire ne serait plus le monde les rats n’ont qu’à bien se tenir l’avenir leur sera rendu à eux aussi la musique est un animal terrifié ils elles s’arrêtent et la sueur qui perle aux fronts n’atteint pas les rives de la rivière invisible, ni leurs lèvres car tout ce qui faisait murmures peu à peu fait parole commune coule de source entre les lèvres entre les rives et l’on bâtit des cohérences face à la diversité des horizons : barres de béton usines en sursis friches inabordables routes qui semblent aller de nulle part vers nulle part la musique s’est tue comme un recueillement avant la naissance des eaux soudain c’est la rivière qui bruisserait sous les roseaux chacun prononcerait une parcelle de son cours chaque mot une pierre qui roulerait dans le torrent des bouches et le lichen entre les dents apprendrait à renaître et le poisson qui descend croiserait le poisson qui remonte et l’eau fredonnerait une ancienne rengaine en attendant le chant le chant des Aygalades il faudra l’arracher à la gorge des temps mauvais pas sûr d’y parvenir – mais riche aura été la route Marc Delouze, Marseille-Fécamp, juin 20

lesgammares gammares lesgammares@gmail.com

Profile for Bureau des guides - GR2013

Dossier de presse du collectif Gammares - Juillet 2021  

https://www.facebook.com/gammares/

Dossier de presse du collectif Gammares - Juillet 2021  

https://www.facebook.com/gammares/

Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded