Page 1

B BU ULLLLE ETTIIN ND D’’IIN NFFO OR RM MA ATTIIO ON NS SH H..P P--S S..V V..P P N°013-0812

(Hôpital Psychiatrique St Vincent de Paul)

23 Août 2012

MAGAZINE POUR LA PROMOTION DE LA SANTE MENTALE EN COTE D’IVOIRE ET DANS LE MONDE Equipe d’édition Fr. Stanislas Maximilien NDIGUISSI Mr. Jean Clément ISHIMWE Mr. Mathieu KOFFI Mr. Gérard YEO NANGA Fr Armel Daly

Dans notre prochaine édition: L’Hôpital Psychiatrique St Vincent de Paul célèbre sa première décennie au service du peuple ivoirien.

Adresse: Hôpital Psychiatrique Saint Vincent de Paul Yamoussoukro BP 2473

Le magazine HP-SVP vous proposera des articles sur certains sujets ayant marqué ses 10 ans de service.

Cél. + (225)05306109 ou + (225) 08712560.

Par ailleurs, vos suggestions et critiques pour son élaboration seront les bienvenues.

Email: hpsvp.mag@gmail.com Web: www.hpsvp.org www.mspbrothers.blogspot.com

Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

Web: www.hpsvp.org

1


Editorial :……………………………………………………………………page 3 & 4

La culture urbaine et le comportement de l’individu: qu’en est-il du constat? Dans ces mots d’ouverture, le Fr Stanislas nous fait découvrir les enjeux du développement économique face aux comportements humains. Formation :…………..…………………………………………………….page 4 & 5

Atelier de formation des médecins généralistes d’Ouest de la Côte d’Ivoire organisé par le PNSM et la HP-SVP à Yamoussoukro. Reportage de Daar

Page 18 – 20 Interview : entretien avec Fr Armel Daly sur son expérience de stage à la HP-SVP. Page 25 – 27 Saint Vincent de Paul : Qui est cet homme dont nous portons fièrement le nom ? Page 27 Nécrologie Page 28 Nouvelles de l’Hôpital Page 17 Rire un peu : Histoires drôles

Un regard su nos stagiaires: …………………………………….…….page 21

Mr Koffi Mathieu nous propose un récit sur l’événement de fin de stage de deux stagiaires de l’ONG IRESA formant les aides-soignants.

Pastorale:……………………………………………………………………page 6 & 7

Venir au secours de celui qui souffre ; quel grand amour pour autrui ! Les textes bibliques nous parlent de l’approche des personnes souffrantes de la maladie mentale. Reportage:………..………………………………………………….…pages 21 - 24

Pourquoi les rejettent-ils ? Le service de réhabilitation nous propose le reportage sur la vie quotidienne de nos malades. Tout le monde peut contribuer au développement humain de la société. Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

Page 8 Pour en savoir plus : Qu’est-ce que la toxicomanie ? Page 29 10 Octobre 2012 : Journée Mondiale de la santé mentale

Dossier Spécial : TOXICOMANIE Page 8 – 10

La prise en charge médicale Page 10 – 14

Que pensent les éducateurs de la toxicomanie Page 14 – 16

Une lecture psychologique de la toxicomanie Page 17

Comment réhabiliter un sujet toxicomaniaque ? Web: www.hpsvp.org

2


Editorial Au lendemain de la seconde guerre mondiale, le monde entier n’a cessé de connaître une transformation sociale profonde. En d’autres termes le monde entier est un véritable chantier social. Cette transformation est à l’origine du développement des centres urbains avec toutes ces conséquences a tel point qu’il est devenu un véritable phénomène social qui attise l’appétit de la science sociale.

Or la culture urbaine telle que nous avons décrite, est loin de fournir des ingrédients pour l’établissement d’une telle relation. Elle brise au contraire la solidarité mécanique, elle évanouit la communauté et rend superficielle la relation interpersonnelle. La question de cette relation ne se pose plus en termes de nécessité comme raison et fin de l’existence humaine mais en termes de l’utilité et cela crée un véritable problème d’identitaire car, l’idée que se fait un individu et de sa nature naît dans des interactions et La culture urbaine se développe à travers elles. Ceci étant, modifie le l’intégration qui est une condition sine qua non pour vivre heureux et en comportement de l’individu et influence sécurité est hypothéquée et l’exclusion devient le nouvel ordre social. Cette la formation de sa situation est à la cause, de la personnalité pharmacodépendance, de la criminalité, et autres formes de délinquance que nous connaissons aujourd’hui.



En effet, l’urbanisation crée des problèmes liés à l’intégration et à la cohésion sociale qui méritent d’être pris en compte par la psychologie sociale du fait de la crise identitaire ou de la crise de personnalité qu’elle peut engendrer et constitue à son tour un problème de la santé mentale à cause du lien que ces dernières (identité et personnalité) peuvent tisser avec la santé mentale.



Le phénomène de l’urbanisation met en relation quatre éléments de base : la population, l’environnement, l’organisation sociale, et la technologie ; et produit ainsi une nouvelle forme de la culture dite la culture urbaine. Par culture urbaine nous entendons un système spécifique des normes ou valeurs, ou au niveau des acteurs, de comportements, attitudes, opinions. Ce système est l’expression d’une certaine forme d’activité et d’organisation sociale caractérisée par une très grande différenciation des interactions, l’isolement social et personnel, la segmentation des rôles, la superficialité et l’utilitarisme des relations sociales, la spécialisation fonctionnelle et la division du travail, l’esprit de concurrence, une très grande mobilité, l’économie du marché, la prédominance des relations secondaires sur les primaires. Ces normes ou valeurs modifient sensiblement le comportement de l’individu et influencent le processus de la formation de personnalité et les étapes du développement humain. A partir de cette influence, l’on peut parler du comportement dit urbain et le comportement dit villageois.

Toute fois, nous ne disons pas que l’urbanisation est mauvaise, mais nous nous souhaiterions qu’elle soit bien réfléchie afin d’être un stimulus pour le développement intégral et harmonieux de l’humain. Sinon ça ne vaut la peine d’avoir des grandes villes avec un taux élevé de criminalité où tout le monde vit dans l’incertitude, une ville transformée en une plate forme de trafic des stupéfiants, ou encore des grandes villes où les anti valeurs sont transformées en valeurs. Par ailleurs, sur le continent, nous souhaiterions une urbanisation qui tient compte de nos valeurs culturelles car nous constatons qu’en Afrique l’urbanisation est synonyme de l’occidentalisation au point que nous assistons à une forme d’assimilation ou même une colonisation culturelle qui est la pire forme de colonisation si l’on s’en tient à la définition de la culture que l’UNESCO nous propose nous citons : la culture dans son ensemble au sens le plus large est considérée comme l’ensemble des traits distinctifs spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l’être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. (Continue à la page 4)

La vie humaine est pleine de sens que lorsqu’elle est fondée sur des relations interpersonnelles saines. Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

Web: www.hpsvp.org

3


Editorial (suite) Des études dans le domaine démontrent que les idées suicidaires et la psychose avec délires d’oppressions et certains troubles de comportement liés à la prise des stupéfiants proviennent de ce phénomène.

d’intervention du système politique sur le système économique pour régler les goulots d’étranglement produits dans l’urbanisation. Car l’urbanisation est le produit de la société capitaliste libérale. Fr Stanislas Ndiguissi

Face à cela nous pensons qu’il serait judicieux d’avoir une planification urbaine qui est un programme

Formation Pour Remédier à la Souffrance Psychologique Dans L’ouest De La Côte D’ivoire (par daar) Une vingtaine des médecins généralistes de la région ouest de la Côte d’Ivoire a pris part à un atelier de formation pour le renforcement de leur capacité dans la prise en charge la pathologie psychique en vue de remédier à la souffrance psychologique de la population de cette partie de la Côte d’Ivoire. Cet atelier s’est tenu au centre diocésain catholique de Yamoussoukro. Le territoire ivoirien est inégalement reparti en seulement, depuis quelques années, jugé bon services psychiatriques. Seules les villes d’affecter « des infirmiers et sages femmes d’Abidjan, Bingerville, Bouaké et Yamoussoukro spécialistes en psychiatrie dans les hôpitaux de disposent de médecins spécialisés en psychiatrie. l’intérieur du pays ; mais aussi il « a identifié Or nos populations sont confrontées à tant de l’amélioration de la qualité de la prise en charge problèmes liés à la santé mentale. Pis encore, la des problèmes de la santé mentale comme l’un de décennie de crises militaro-politiques, atteignant ses axes stratégiques quant à la politique de la son paroxysme dans la promotion de la santé mentale ». crise postélectorale, a aggravé la souffrance C’est dans ce même élan qu’il L’atelier de Yamoussoukro a pour psychologique. « La organise des séminaires de objectif le renforcement des hausse des demandes de formations dans le but de capacités techniques des médecins soins de santé mentale au renforcer les capacités des service d’Hygiène généralistes en matière de la prise en spécialistes en psychiatrie, Mentale (12,5℅) et au charge des urgences psychiatriques pour prise en charge des Centre de Guidance et autres pathologies psychiatriques troubles psychiatriques et Infantile (3,2℅) de autres pathologies en Côte l’Institut National de la d’Ivoire. Mais, se voulant dynamique, le PNSM Santé Publique en constitue un indicateur ». Cette n’entend pas limiter ces formations uniquement souffrance est même galopante dans l’ouest du qu’aux spécialistes en psychiatrie. pays, car cette région a connu les pires atrocités des crises ivoiriennes. Ainsi du 4 au 5 juillet, 20 médecins généralistes de l’Ouest, plus précisément des Districts Sanitaires de Tonkpi et de Cavally-Guemon, ont bénéficié d’un atelier de formation, qui s’est tenu au centre diocésain de Yamoussoukro. ( pg 5)

C’est sans doute dans le souci de traquer cette souffrance psychologique que le Programme National de la Santé Mentale (PNSM) a non Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

Web: www.hpsvp.org

4


(Formation, suite)

félicitant le PNSM pour l’organisation de cette formation, s’est réjouit de ce qu’elle aura comme bienfait dans la vie des peuples de l’ouest ivoirien.

Cet atelier a été organisé pour contribuer à la promotion de la santé mentale de la population de cette région du pays, meurtrie par la guerre. Pour se faire, il convenait de renforcer les capacités techniques de ces médecins généralistes en matière : de prise en charge des urgences psychiatriques et autres pathologies psychiatriques et de prise en charge des traumatismes psychiques. Quant au suivi du patient les résultats escomptés étaient la prescription et la surveillance du traitement psychiatrique, l’accompagnement psychologique du patient, l’éducation des familles au traitement et la prise en charge sociale des patients psychiatriques.

Il a aussi salué le Fr Félicien, Directeur de l’Hôpital Psychiatrique Saint Vincent de Paul de Yamoussoukro, qui était chargé de l’organisation matérielle de cet atelier.

L’ouverture officielle de cet atelier s’est faite par le DR de Yamoussoukro, Dr TRA BI Gaston qui,

De gauche à droite, le Dr. Roger Delafosse, coordonateur national du PNSM, le Dr. Tra bi Gaston…, Direction Régionale de la santé et, Fr. Félicien NGENDAHIMANA, directeur de l’hôpital Psychiatrique Saint Vincent de Paul de Yamoussoukro.

Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

Web: www.hpsvp.org

5


« Ils réquisitionnent pour porter sa croix un passant qui venait de la campagne. Simon de Cyrène, le père… » Mc. 15, 21 Le récit de réquisitionnement de Simon de Cyrène nous révèle la volonté de Dieu de faire participer l’homme à l’œuvre de la rédemption de l’humanité. Ainsi, Simon de Cyrène devient le prototype des hommes qui acceptent volontiers de participer à une œuvre de charité quelconque en vue de soulager la souffrance de leurs frères et sœurs dans le but de leur témoigner le plus grand amour de Dieu pour eux. Chères lectrices, Chers lecteurs, Dans cette parution nous avons choisi de porter avec vous un regard sur la passion du Christ en faisant une lecture de l’attitude de Simon de Cyrène dans ce cheminement aussi douloureux que salvateur du Christ notre Seigneur.

Notre objectif en relisant cet événement, n’est pas de faire une catéchèse mais plutôt demander au Messie souffrant de nous donner la grâce de cette promptitude simonnienne et de cet amour pour pouvoir porter secours à nos frères et sœurs souffrant que nous rencontrons

quotidiennement sur le chemin de notre vie. Car, il s’identifie en eux : « tout ce que vous avez fait à l’un de ces petits, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mat. 25,36). En effet, selon les dispositions juridiques romaines, le condamné devrait porter lui-même l’instrument du supplice. Mais devant l’épuisement de Jésus, les bourreaux ont jugé mieux de réquisitionner un homme pour l’aider. Pour un homme de foi, cet acte n’est pas sans intérêt, car il nous place devant notre responsabilité morale de ne pas condamner mais que notre cœur se laisse touché par la misère des autres si nous voulons que la justice règne dans ce monde. La justice est justice que si elle est fondée sur la miséricorde dans le but d’aider le coupable à retrouver le chemin d’une vie digne d’un être humain. Un seul mouvement qui retient notre attention dans ce cheminement est celui des regards croisés de deux personnes : le regard du Christ qui croise celui de Simon de Cyrène. Nous pouvons imaginer que Simon de Cyrène a accepté de porter la croix de Jésus parce qu’il se sent interpellé au fond de lui en voyant le visage défiguré de Jésus suite aux injures, aux bastonnades, aux

Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

crachats. En découvrant ce visage que la tradition nous relate qu’il a été essuyé par une femme Véronique (cf VIIème station du chemin de croix), Simon de Cyrène a oublié ses propres fatigues suite aux travaux champêtres et il vient secourir le Christ en portant sa croix. Dans ce regard du Christ, nous lisons une invitation de Dieu à l’homme pour prendre part à sa vie en empruntant le chemin le plus difficile mais qui conduit à la gloire. Cette attitude de Simon est pleine de sens car, elle nous

rappelle le critère de devenir le vrai disciple du Christ : « si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il se renie lui-même et prenne sa croix et qu’il me suive » (Mc. 8,34).  pg 7 Web: www.hpsvp.org

6


(Pastorale, suite) Aujourd’hui, encore le Christ continue à nous rencontrer avec sa croix au coup, visage défiguré qui croise notre visage à travers nos frères et sœurs souffrant, les personnes défigurées. Des personnes qui, à la suite du prophète Isaïe nous pouvons dire à leur sujet « des personnes qui n’avaient ni aspect, ni beauté, pour que nous les regardions, ni apparence pour que nous nous complaisions en elles. Hommes de douleurs et connu de la souffrance, ceux devant qui on se voile la face, on détourne le regard, les méprisés, les déconsidérés » (Is. 53,2-3). Nous pouvons faire un listage de ces personnes à la tête desquelles se trouvent les malades mentaux parfois abandonnées par les siens, les arriérés mentaux, les personnes vivantes avec un handicap quelconque et sont souvent prises dans la société des sorcières ou qui pactisent avec le démon et dont elles sont entraines de payer le prix. Simon de Cyrène est un paradigme pour toute personne qui aspire à devenir le disciple du Christ, qu’elle sache lire la miséricorde divine, fondement de toute justice

divine ayant pour objectif la rédemption de l’homme et saisisse l’opportunité pour devenir amour en se reniant lui-même pour soulager la souffrance de ses frères.

Par ailleurs, nous comprenons aussi que c’est un manque d’amour envers nos prochains notamment les condamnés s’il nous arrive de ne pas voir en eux, une personne humaine ainsi que des malades dont nous supposons connaître l’origine (les victimes de VIH, les toxicomanes…). Simon de Cyrène nous invite de leur manifester

notre amour que de les condamner. Car seul l’amour peut les rétablir dans leur dignité de la personne humaine. Tandis que, notre condamnation les conduit au calvaire pour être crucifié de façon inhumaine et cela ne nous fera pas grandir humainement. A ce titre, nous implorons la bénédiction divine sur toute personne ayant été touché par la misère de leurs frères et sœurs les malades mentaux et s’engagent comme Simon de Cyrène pour soulager leur souffrance et à encourager leurs parents de garder l’espoir et d’espérer au-delà de toute espérance en posant des actes concrets en nous fournissant des aides spirituelles (prière, intention de messe), financières, matérielles et morales pour l’accomplissement de notre mission comme Frères de la Charité dans l’Eglise et dans le monde. C’est une façon pour eux de devenir comme nous des Simon de Cyrène. Puisse le Seigneur les rendre en grâce et comble leur aspiration à la sainteté. Par Fr Stanislas M. Ndiguissi

Ils ont dit : « Si vous devez interrompre la prière pour vous rendre chez un malade, faites le. Vous quittez Dieu pour Dieu, vous le trouverez dans ce malade ». Saint Vincent de Paul ‘’Voilà’’ a dit le saint père Bernard, « le véritable amour qui descend dans l’hôpital où habitent des malades et toute sorte des personnes malheureuses et misérables : ne vivre que pour servir ces personnes là ». Veillez donc à la dignité de votre vocation, en la remplissant d’une manière impeccable et loyale, puisqu’en servant les pauvres, vous représentez Dieu. Pierre Joseph TRIEST

Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

Web: www.hpsvp.org

7


DOSSIER SPECIAL LA

PRISE

EN

CHARGE

MEDICALE

DE

LA

sociales

et

Encadré 1: La Toxicomanie 1. Définition : la toxicomanie est l’état d’intoxication de l’organisme par des substances toxiques entrainant un état de dépendance physique et psychique à l’égard de leurs effets 2. Epidémiologie : la population la plus concernée est la population masculine dont l’âge si situe entre 15 à 30 ans. Et la grande majorité est célibataire avec une forte concentration dans les banlieues et les milieux défavorisés. 3. Les principaux produits: les drogues les plus souvent consommées sont, par ordre décroissant: la cannabis (chanvre indienne), l’héroïne, les médicaments, la cocaïne, la polytoxicomanie qui associe au produit habituel l’alcool. (cf. le tableau pg 10) 4. Etiologie : les causes de la toxicomanie sont d’ordre familial, psychologique et social : i. Causes familiales: elles sont liées à des carences affectives précoces, des attitudes super protectrices des parents favorisant la dépendance, la dissociation du couple parental, un alcoolisme chez le père, l’abus de psychotropes chez la mère. ii. Causes psychologiques : des difficultés précoces d’adaptation sont souvent rencontrées, à l’école tout d’abord (fugues, échecs scolaires), dans le milieu du travail ensuite (accidents) ; iii. Causes sociales: le nombre d’exclus de la société actuelle augmente de plus en plus en raison du chômage, des problèmes de logement, de l’échec scolaire. Les jeunes essentiellement dans les banlieues ont des difficultés à se projeter dans un avenir de plus en plus incertain. Certains se marginalisent et ont recours à la violence hétéro ou auto agressives. La société est en crise : crise de valeurs, des structures, quelles qu’elles soient. Conseil: avez-vous un parent ou un proche toxicomane? L’essentiel n’est pas de le rejeter ou le condamner, mais adresser-le au service psychiatrique pour l’aider à s’en sortir. Car il n’est pas totalement perdu, il est bel et bien utile à sa communauté. Il est porteur d’un talent qui peut contribuer à l’édification de sa société.

TOXICOMANIE (Par Mathieu KOFFI)

Pour

des

raisons

familiales,

psychologiques, 17 jeunes sur 100 intoxiquent leurs organismes par des substances toxiques entraînant un état de dépendance physique, et psychiques à l’égard de leurs effets. En considération des conséquences de cette intoxication sur la santé tant physique que mentale, la toxicomanie devient un sérieux problème de la santé publique. Alors comment se fait-il sa prise en charge médicale? Une étude des experts en psychiatrie a montré

que

les

pathologies

psychiatriques

affectent plus les jeunes, les adolescents qui peuvent constituer plus de 80% des acteurs du développent et l’avenir de la planète. Ce qui constitue un véritable problème de la santé publique voir un danger pour toute l’humanité. Parmi

ces

pathologie,

celles

liée

à

la

toxicomanie gagnent énormément de terrain. Mais alors, que dire de la toxicomanie ? Pour le citoyen lambda, la toxicomanie se définit comme la prise exagérée des toxiques comme tabac, drogue etc. cette prise peut mettre le sujet dans un état de dépendance vis à vis de ses toxiques. En effet il convient de savoir que la prise des toxiques peut affecter le cerveau et crée un disfonctionnement

de

celui-ci,

ce

qui

va

provoquer un trouble de comportement chez le sujet. Ce comportement affectera sensiblement

Source: psychiatrie et soins infirmiers adolescents, adultes. Module n°5

sa relation avec son environnement immédiat (famille, voisin) et la société toute entière. Ce comportement

jugé

d’anormal

par

son

Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

Web: www.hpsvp.org

8


entourage

va

se

manifester

par

plusieurs

Et aussi cette thérapie vise à développer la

symptômes tels que la nervosité, l’agressivité tant

verbale

que

physique,

la

comportement anti social en

colère,

maturité du patient toxicomaniaque

le

2. La pharmacothérapie : qui est une thérapie

général, des

médicamenteuse. Celle-ci consiste à mettre

hallucinations etc.

le sujet sous traitement médicamenteux sur

Face à une telle situation quelle attitude

plusieurs mois, exclusivement à base de

faut-il avoir pour éviter le pire ?

neuroleptiques tels que Dipiperon, l’haldol,

Un processus de désintoxication du sujet doit

le

être amorcé : de nos jours nous avons des ONG

largactil

ou

le

nozinan

présentée

selon

comme « la croix bleue » qui sont spécialisées

symptomatologie

et

dans la désintoxication des sujets toxicomanes.

orientations thérapeutiques du traitant.

la les

Et pour corriger les troubles comportementaux

L’expérience dans ce cas a montré que les

causés, le sujet doit être adressé à des centres

neuroleptiques

ou hôpitaux psychiatriques pour une meilleure

donnent plus de résultat que les formes orales ;

prise en charge.

et le pronostic est favorable que si toutes ces

le

sujet

de

son

groupe

ou

de la santé publique qu’il ne faut pas prendre à

produits. pourrait

être

amorcée

la légère. 90% de toxicomanes ont rencontré le

et

virus

diligentée sous deux axes fondamentaux : 1. La

psychothérapie

qui

est

un

un

sociologue

l’hépatite

et

plus

de

30%sont

données, si des actions concrètes n’ont pas été menées, notre lutte contre le sida et les

psychologue ou un psychiatre toutefois, un spécialisé,

de

contaminés par le virus du sida. A en croire ces

soin

psychologique mené de préférence par un éducateur

(nap)

La toxicomanie est un véritable problème

éviter tout contact entre l’assujetti et les thérapie

prolongée

toxiques.

sa

compagnie en prise avec les toxiques. Ensuite

La

action

mesures sont prises notamment l’arrêt des

Ainsi la toute première action consiste à détacher

à

maladies sexuellement transmissibles et autre

ou

maladies virales restera vaine.

même un philosophe peut jouer ce rôle de psychothérapeute.

La

psychothérapie

consiste entretenir le sujet ou l’amener à prendre conscience du danger qu’il encourt en prenant les toxiques. Il doit lui mettre au courant de tous les risques à savoir les risques : du sida, d’hépatite B et C. les infections

bactériennes,

des

infections

ostéo-articulaires, des endocardites. C’est un travail qui doit durer dans le temps car il doit amener le sujet à décider de lui-même de mettre fin à la prise des toxiques. Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

Web: www.hpsvp.org

9


Quelques produits et leurs effets Produits

Effets

Risques cliniques

Héroïne

Effet analgésique, diminution des réactions émotives et des perceptions. Maintien ou diminution de la conscience vigile. Etat de béatitude psychologique

Altération de l’attention et de la mémoire, hypotension, nausées, vomissements. Asphyxie et œdème aigu du poumon. Hépatites virales B et C, encéphalopathie, désinsertion sociale, un tableau pseudogrippal.

Cannabis

Troubles des perceptions à type d’illusion, d’hallucinations. Modification de l’affectivité et de l’humeur. Altération du contenu et du cours de la pensée. Troubles de la conscience vigile

Dépersonnalisation, déréalisation, altération de la santé physique, une dégradation intellectuelle et sociale avec syndrome amotivationnel, psychose aigue

Voir les effets d’Héroïne

Une irritabilité, une idée de persécution, une dépression, une anxiété, une angoisse profonde, des troubles physiques intenses (respiration bruyante, crachements de sang, accélération du rythme cardiaque, arythmies, convulsion pouvant entrainer la mort

Cocaïne

Amphéta Stimulation de la vigilance, excitation mines, intellectuelle psychologique et motrice, café, thé, hyperactivité avec disparition de la fatigue. tabac

Une anorexie, des symptômes physiques (hypertension artérielle, tachycardie, mydriase importante, nausées, vomissement, diarrhée, frissons, insomnie complète. Psychose amphétaminique (délire paranoïde avec mécanisme interprétatif hallucinatoire et thème de persécution, un état de subconfusion mentale chronique dû aux troubles du sommeil et l’alimentation.

(Source psychiatrie et soins infirmiers adolescents, adultes, janvier 1999)

QUE PENSENT LES EDUCATEURS DE LA TOXICOMANIE ? Par Gérard Yéo Nanga, mesp Du fait que la toxicomanie affecte plus particulièrement l’état d’âme du sujet, les éducateurs comme premiers responsables de la formation de conscience ne veulent pas rester en marge de cette problématique. Ainsi l’éducation spécialisée se veut une des réponses à ce fléau à côté de la psychiatrie. Dans sa démarche, elle pense attaquer aussi bien à la cause qu’aux conséquences. L’éducation joue un rôle du Jean Jacques Rousseau nous fit et qu’on va le devenir à travers premier plan dans le processus savoir

qu’on naît humain

à un héritage social et culturel et

de l’humanisation de l’homme. travers une hérédité biologique, une dimension éthique.  pg 11 Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

Web: www.hpsvp.org

10


(suite de la pg 10)

Car, elle aide à se servir

plus en plus le problème de la

Cela constitue un processus qui de sa propre liberté. Ces deux socialisation des enfants, nous se fait à travers l’éducation.

aspects de l’éducation sont : la avons le plein droit de nous

Cependant force est de discipline

qui

correspond

à demander

au

sujet

de

la

constater que l’éducation ne l’ensemble des contraintes qui responsabilité des parents en ce joue plus le rôle qu’elle devrait pèsent sur un individu pour qui jouer

dans

ce

de l’humanité. Les parents se devant

responsabilité

l’éducation

de

processus qu’il se socialise ; qu’il accepte leurs enfants. Il nous semble

indispensable pour le devenir de démissionnent

concerne

se

conduire,

de

se que la question au sujet du

comporter, d’agir en fonctions devenir des enfants ne se pose

leur des règles, qu’il apprenne à se

plus dans notre société ou tout

éducative ceci situer dans les respects de la semble être permis.

induit comme conséquence la loi, qu’il s’impose des efforts. délinquance,

les

Conséquence :

C’est ce qui fait penser à toxicomanie avec la baleine de

comportements anti sociaux, la E. Kant quand il élucida que la ses conséquences sur la vie toxicomanie. Un comportement discipline est ce qui transforme sociale et sur la santé publique. anti

social ?

Oui

parce

que l’animalité en humanité. Puis Mais, au fait comment pouvons

l’éducation est le socle de la socialisation

c'est-à-dire

Faute

de

devient

culturel

causes

de

la

fruits de l’éducation. De ce qui éducatif ? En d’autres termes,

humain. précède, il ressort que c’est comment pouvons-nous faire

l’éducation,

parent

les

le est la mise en pratique des toxicomanie du point de vue

vecteur de la transmission de l’héritage

l’instruction et la conduite qui expliquer

par

l’on l’éducation

qui

permet

à une approche éducative de la

accident. l’homme de se servir de sa toxicomanie ?

Parmi tant des

Nous voulons dire sans une liberté. Car, la liberté ne signifie perspectives d’approche qu’on préparation au préalable pour pas l’absence des contraintes. peut avoir sur la question, nous assumer

cette

responsabilité

L’absence des contraintes est allons

nous

intéresser

à

dont l’avenir de notre humanité un état de vie de l’homme qui l’impact psychopédagogique du y dépend énormément, ou l’on n’existe pas. tâtonne de le faire mais sans

Du coup la liberté ne père sur le devenir de ses

prendre en compte ces deux saura

exister

aspects pour parvenir à une considérer réelle

socialisation.

Si

d’éduquer

un

sauf

comme

à

la

enfants.

idéal

En effet, un sujet ou une

bien inaccessible. Dans l’éducation personne devient de manière

qu’on pense que la meilleure la façon

comportement alcoolique d’un

famille

joue

un

rôle impulsive et difficile à contrôler,

enfant important, elle est la cellule obligé

c’être un super protecteur, lui

mère

de

toute

recourir

entreprise comportement

donner tout ce qu’il demande éducative. sans lui inculquer l’idée de

de

d’un produit

ou

à

à

un

l’usage

(alcool, drogues,

Le premier devoir des médicaments…)

pour

rétablir

l’existence des contraintes qui parents est l’éducation de leurs son homéostasie interne, c'estrendent possible.

la

socialisation

enfants pour les humaniser. Si à-dire pour abaisser sa tension aujourd’hui nous constatons de

Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

et pour se procurer  pg 12 Web: www.hpsvp.org

11


(Suite de la page 11)

des enfants. Il s’avère important Pour

un certain plaisir ; et deuxième de critère

nécessaire

c’est

souligner

que l’éducation

recourant à cette conduite ou ce signifie

que de

pas

parler

l’enfant

fait

malgré

conscience

qu’il

du

ait ne

suffit

ne Un comportement agressif et

seulement

le violent,

comportement. niveau divers

de l’instruction

selon

en

précisant

vous

avec

chacune Ainsi

de a

la conduit

nous

que

t-

un

professeur,

nous l’école pour acquérir, le savoir, connaissance.

tenons l’éducation

entre

pour la déscolarisation des enfants,

Alors

tenue

énumérer

un autres : les divorces du couple,

de

positionner sur cette divergence la

n’éduque

plusieurs

il famille et dans la société. Nous

nous précepteur

nous

à

ces conséquences néfastes dans la

si

envie

d’opinion,

Cependant

souligné que l’instruction tenue pouvons

approche médicale et approche par Même

de

les démarches.

différentes approches à savoir

pas

délirantes

socialiser jalousie etc.

A ce sujet, Kant fait une conviendrez

l’alcoolisme, le point de vue est visée

n’avons

idées

distinction entre l’éducation et cette manière d’irresponsabilité

Au

judiciaire.

de

des

avec thèmes de persécution et

caractère l’enfant.

potentiellement nuisant de ce

souvent

pas

l’imprégnation

de alcoolique entraine :

produit de manière répétitive, il scolariser. La scolarisation seule le

certains,

la désocialisation des enfants,

que et

par

les

comportements

anti

un sociaux souvent emprise avec la

cependant à signaler que la pédagogue n’éduque en vue de loi. personne

alcoolique est une la vie, en vue de chercher à

personne

plus

dangereuse

ou

pour

moins devenir meilleur, à devenir un que Socrate à ses compatriotes les

société en générale.

athéniens.

Toujours

au

nous

comprendre

ne

un

les

faut-il

annoncer

parents

par

leur

elle-même, vertueux comme l’a remarqué comportement entrainent leurs

pour sa famille, et pour sa

éducatif,

Ainsi

Pour

atteindre

enfants

vers

l’abus

des

le substances psychoactives ou la

plan paroxysme de notre humanité il pharmacodépendance ? pouvons nous faut les deux bornes.

avocat

qui

Suite au comportement de la

A ce titre, les parents personne

défend son client uniquement sont les premiers pédagogues devient

alcoolique, sujet

de

l’enfant

sa

propre

sur ce fait, en oubliant l’autre (éducateurs) de leurs enfants. éducation. Il décide de ce qu’il facette

nébuleuse

de

son Vous comprenez pourquoi, un veut faire de sa vie, il perd tout

comportement alcoolique. Par parent alcoolique est nuisible à repère dans sa vie, le repère qui exemple,

rouler

d’ébriété,

ne

pas

en payer

état sa famille, à sa société. Certes, doit

l’orienter

la il y peut avoir des alcooliques humain.

Cela

vers

un

agir

engendrera

le

scolarité de ses enfants, rentrer modérés, toute fois, ils mettent problème de l’intégration dans toujours tard bafoue

à la maison et leur propre vie en danger par la

l’éducation

de

nous

stipule

induisant

ses des ivresses démesurées qui se toxicomanie

enfants or tout enfant a droit à remarquent l’éducation

société,

dans

des

convention universelle du droit

la

comme

tests compensation

la hépatiques catastrophiques.

à

en

vue

de

suppléer au vide éducationnel.  pg 13

Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

Web: www.hpsvp.org

12


(Suite de la page 12)

l’avenir de notre humanité. Or risques cliniques qu’il encourt

Pour remédier à la crise toxicomaniaque, nous pensons qu’en

plus

des

mesures

législatives en vigueur, il faut aider les structures de la prise

force est de constater que les s’il

en

vue

réhabilitation

de

pas préparés pour faire face à développe cette

nouvelle

responsabilité

qui est les leurs. Enfin

appuyer

les

déjà existantes, il faut renforcer

pour permettre à ces personnes leur capacité techniques et les de se redéfinir et devenir acteur dotant des compétences pour du développement. Il faut aussi parer instituer

un

service

à ce

défi.

Parmi ces

de compétences, on peut évoquer

counselling familial à côté des le

rôle

que

peut

jouer

un

assistants sociaux pour veiller à éducateur spécialisé. Son travail l’accompagnement psychosocial consiste donc à mettre en place des parents en vue de les aider un

programme

des

soins

à s’impliquer davantage dans éducatifs qui consiste à inciter l’éducation et la formation de le patient à suivre une cure de leurs enfants.

désintoxication,

Car si les parents n’ont pas joué leur

rôle,

il

faut

redouter

cette

un

plan

éducatif

individuel qui prend en compte la formation de sa personnalité

la structures de prise en charge

psychosociale

pas

parents eux-mêmes ne sont démarche. D’autre part aussi, il

en charge, créer des centres de rééducation

n’accepte

à

se

en vue de rompre aux types de personnalité

toxicomaniaque

qu’il a forgé avec la prise des toxiques. L’éducateur joue le rôle d’un guide pour le patient qui l’aide à re- entrér dans la vie et de faire face avec courage et détermination aux réalités de la vie sans faire recours à substances toxiques pour créer un environnement paradisiaque où les soucis, les difficultés, la souffrance sont gommés.

faire

suivre médicalement. Il le fait en exposant au patient tous les

Nous pensons qu’une préparation à la vie active de ces sujets semble indispensable Les jeunes qui ont des besoins

communication nécessaires à

logique

éducatifs

un adulte dans la société.

consommation,

être aidés à passer dans des

Il convient de recourir à des

n’as rien, rien aussi ne va chez

bonnes conditions de l’école à

techniques

formation

toi. Alors les jeunes sans cette

la vie active. L’école devrait

appropriées et de procurer à

réalité de formation de la vie

leur faciliter l’entrée dans la

ces

sont

vie active et leur donner le

directe de situation de la vie

néfastes pour eux-mêmes et

savoir faire qu’exige la vie

réelle en dehors du milieu

pour la société.

quotidienne

en

les

scolaire. Il faut comprendre

familiarisant

avec

les

aussi que dans nos sociétés

de

africaines

spéciaux

compétences

doivent

de

jeunes

une

expérience

fascinées

Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

par

de

la

exposés

à

société

de

lorsque

tu

des

idées

 pg 14

la Web: www.hpsvp.org

13


Ainsi

des

permettre de mener, une fois

Cette action permettra aux

devraient

qu’ils quittent l’école une vie

jeunes d’intégrer la dignité de

comporter à l’intention des

indépendante

la

élèves

membres

écoles

les

programmes

terminales ayant

des

besoins

en

tant

que

actifs

de

la

de

la

considération dans la famille

communauté.

de transition et une aide au

devraient être conduites avec

développement de son pays

passage dans l’enseignement

la

des

puis d’éviter d’autres actions

supérieur

collectivités

des

négatives

c’est

fois

que

envisageable,

d’une

suivis

formation

activités

d’avoir

éducatifs spéciaux des cours

chaque

Ces

famille,

participation locales

différents

et

organismes

et

de

participer

(alcool,

au

cigarette,

drogue, prostitution….)

internes.

professionnelle destinée à leur

La lecture psychologique de la toxicomanie par Fr. Stanislas Maximilien NDIGUISSI, f.c. Une lecture psychologique de la toxicomanie vise à nous aider à comprendre les causes psychologiques de la prise des produits toxiques. La l’état

toxicomanie

est

d’intoxication

l’organisme

par

substances entrainant dépendance

une

lecture

psychologique

de

ce

phénomène

de

récurrent de la toxicomanie dans notre société, c’est chercher à

des

comprendre du point de vue psychologique les causes de la prise

toxiques un

Faire

de drogue chez les sujets toxicomanes.

état

de

En effet, des études nous prouvent que les causes de la prise de

physique

et

toxique

sont

en

grande

partie

psychosociales

(famille,

psychique à l’égard de leurs

psychologie et société). Ces résultats sont-ils une simple

effets. Depuis 1969, l’OMS a

aberration ou sont-ils vérifiés et alors doivent ils être pris au

retenu

sérieux ?

le

terme

pharmacodépendance remplacer toxicomanie. expression, tout

état

celui

de

Par l’OMS

pour

La santé physique et mentale est tributaire de son

la

écosystème. Toute dépendance est une réalité extérieure à

cette désigne

physique

l’homme.

Car

aucun homme

et

ne peut choisir

psychique résultant de la prise

volontairement

d’une drogue, caractérisé par

être

une

dépendant

modification

du

comportement comprenant un

d’une

besoin compulsif de reprendre

substance qui

cette drogue afin d’éprouver

peut

les même effets et parfois

atteinte à sa liberté si cela ne lui a pas été imposée par son

d’éviter les effets de sevrage.

écosystème tout simplement parce que chaque être humain veut

porter

s’auto déterminer.  pg 15 Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

Web: www.hpsvp.org

14


(Suite de la page 14)

une séquence fixe et identique pour tous les êtres humains.

Or l’auto détermination

Chacune de ces étapes présente un conflit que l’individu doit

est un processus qui arrive à

absolument résoudre pour lui permettre de répondre aux

son terme avec la formation d’une

personnalité

forte.

Toutefois, il s’avère important

exigences du développement ultérieur.

Il ne s’agit pas

de ne pas ignorer le rôle que

de nier la

la famille, doit jouer comme

responsabilité

fournisseuse des ingrédients essentiels

pour

le

des

développement et la formation

toxicomanes.

de cette personnalité forte. A

Mais il nous faut

cet effet,

si la famille ne

fournit pas ces ingrédients, attendons-nous délinquance

à

qui

une

a

pour

insister sur les mesures sociales à

En premières

considération étapes

du

des

quatre

développement

humain d’Erickson, on peut se rendre compte de l’enjeu de l’éducation sur le devenir des enfants. L’option éducative détermine le reste de la vie de l’enfant. Ainsi une éducation

trop

pourrait

rendre

facilement

permissive l’enfant

incapable d’affronter les obstacles qu’ils rencontreront inévitablement par la suite dans des milieux moins permissifs. Et alors il lui sera difficile de s’actualiser car

essence dans la plus part des

prendre pour

cette option ne lui permet pas de s’ouvrir

cas la toxicomanie. Il est lieu

stopper cette

à l’expérience. Par ailleurs l’option trop

de préciser que la crise que notre siècle traverse sur tous les

plans

est

purement

axiologique. Une

lecture

de

tempête qui souffle sur notre jeunesse.

coercitive rend l’enfant timide et alors il ne peut pas avoir une considération positive inconditionnelle à l’égard de luimême. Il ne peut pas être entrepreneur

la

ni risquer de prendre des initiatives, car

théorie éricksonnienne nous a

il doute de sa propre compétence, il est

permis de comprendre dès

les

premières

que

replié sur lui-même par le fait qu’il se sent à l’insécurité en

années

présence des autres. Quand aux parents superprotecteurs, ils

après la naissance il y a risque de

développement

causent préjudice à l’aspiration à l’autonomie de leurs enfants.

d’une

A cet effet, pour compenser à tous ces maux, la drogue

disposition à la toxicomanie.

devient le seul palliatif. Pour les uns elle sert à gommer les

Rappelons qu’Erickson est l’un

soucis, les difficultés, la souffrance ; elle est source d’une

des

rares

béatitude psychologique (un paradis artificiel). En ce que le sujet

psychologues qui ont élaboré

est produit d’une éducation permissive, par conséquent, il n’est

une théorie du développement

pas préparé pour affronter avec courage et détermination ces

humain. Ainsi pour lui, les

situations difficiles, ou encore il n’est pas outillé pour confronter

changements

du

les contraintes dans les négociations avec son milieu qui

développement s’opèrent tout

conditionnent son actualisation. Pour les autres, elle sert à

au long de notre vie, selon

produire une puissance intellectuelle ou à susciter une excitation

huit (8) étapes distinctes. Ces

intellectuelle

étapes se produisent selon

 pg 16

quelques

issus

psychologique

Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

et

motrice.

Web: www.hpsvp.org

15


(Suite de la page 15)

été abandonnés par l’un des deux parents soit les deux parents,

Choses qui le manquent

qui proviennent des couples dissociés avant la fin de la première

à prendre parole devant la

étape de la formation de leur personnalité, d’un père alcoolique

publique, à mener un meeting,

ou d’une mère qui abuse de psychotrope sont les plus explosés.

un groupe… C’est aussi le cas

En effet, là où les parents créent une atmosphère confiante,

pour ceux qui la prennent

gèrent

pour vaincre leur peur, briser

honnêtement leurs

leur timidité. Telles sont les

conflits naissants,

conséquences de l’option pour

consacrent

une éducation coercitive et de

temps

la superprotection.

enfants,

à

de leurs savent

Que faire pour réussir

leur apprendre à

la lutte contre le fléau de la

choisir et à ne pas

toxicomanie ?

satisfaire

Il ne s’agit pas de nier la responsabilité

leurs

désirs immédiatement ; le risque est minimisé.

des

Face à cette situation, il est urgent d’informer et d’éduquer

toxicomanes. Mais il nous faut

les jeunes par rapport à la toxicomanie et ses effets. Les collèges

insister

sur

et les lycées doivent servir des espaces appropriés pour la

sociales

à

stopper

les

mesures

prendre

cette

pour

réflexion sur ces problèmes. Les enseignants, les éducateurs, les

qui

animateurs culturels et sportifs doivent jouer leur partition en

jeunesse.

étant attentifs aux jeunes vulnérables et exposés, pour les

tempête

souffle

sur

notre

Nous

pensons

que

les

conseiller, oser les aider à s’accepter comme personne dans leur

répressives

ne

corps et leur sexualité. Il sera souhaitable de mettre sur pied ‘’un

ne

counselling familial’’ sachant écouter et comprendre les jeunes

qu’aux

sans les juger, puis les préparer à une vie de couple responsable

conséquences, mais nullement

car l’avenir de notre humanité dépend exclusivement des parents

aux causes.

responsables. Enfin, pour que les actions de prévention soient

Il faut noter que la famille joue

cohérentes, elles devraient s’inscrire dans les différents lieux de

un rôle du premier plan dans

vie.

mesures suffisent

pas

car

elles

s’attaquent

la prévention à l’égard des risques des produits toxiques. Des études montrent que les jeunes issus des familles unies et

structurées

s’exposent

moins à la toxicomanie. Par contre les sujets qui ont

connu

des

carences

affectives précoces, qui ont

A cet égard, le milieu professionnel est un des lieux privilégiés pour ces actions. Car outre les problèmes de logements ou de l’échec scolaire qui sont des causes sociales de la toxicomanie, il ya aussi le problème de chômage, des conditions du travail (pénibilité, mauvaises relations humaines…). Les actions de préventions dans ce contexte peuvent en outre développer des conduites de solidarités envers les personnes en risques.

Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

Web: www.hpsvp.org

16


COMME REHABILITER UN SUJET TOXICOMANE ? Fr. Stanislas Maximilien NDIGUISSI, f.c. La réhabilitation psychosociale est l’une des approches thérapeutiques en psychiatrique. Réhabiliter un sujet toxicomaniaque, c’est l’accompagner à se redéfinir, à reconstruire et à repenser sa vie avec objectivité et de favoriser sa réinsertion socioprofessionnelle

La personne toxicomaniaque est un malade, mais sa maladie n’est pas comme les autres, son mal HISTOIRES DROLES ne vient pas d’une attaque extérieure, contre laquelle il suffirait de trouver le remède efficace. Bien souvent, Cours de vocabulaire Cours de vocabulaire au CM1 devant elle ne veut pas se reconnaître malade, elle s’enferme l’inspecteur de l’école. Le maître dit aux dans une attitude de déni et refuse tout contact avec élèves : un soignant. Même si elle est admise à « Un animal domestique est un animal qui vit à l’hospitalisation, la plus part du temps elle termine la maison avec les hommes. Exemple le chat, le son séjour hospitalier par évasion. Alors la première coq. » étape de la thérapie de réhabilitation psychosociale « Un animal sauvage est un animal qu’on voit rarement. Exemple le lion, la panthère » consiste à l’amener à reconnaitre son état. Aussi l’enjeu du Le maître demande aux élèves donner un thérapeute en exemple d’animal sauvage. Seri levé la main et donne son exemple : réhabilitation « L’inspecteur est un animal sauvage parce psychosociale n’est pas qu’on le voit très rarement à l’école dépanner un engin pour qu’il soit comme avant et Une fille demande à sa mère, maman pourquoi éventuellement que le as-tu quelques cheveux blancs alors que pour patient puisse tous sont noirs ? J’ai des cheveux blancs parce recommencer à prendre que tu ne m’obéis pas. A chaque fois que tu ne les toxiques, mais il s’agit fais pas ce que je te demande, mon cheveux bien évidemment d’aider devient blanc lui répond sa maman. Et la fille le sujet pour lequel il n’ya dit ah bon maman je suis désolée ! Et pour la grande mère que tous ses cheveux sont blancs, pas de recette universelle. c’est parce que tu ne veux pas l’obéir Il ne s’agit pas de soigner maman ?..... un organe, indépendamment de la personnalité du patient, de son histoire, de ses relations… il s’agit d’établir un traitement peu importe sa durée dans le temps dont le but est double : d’une part permettre à une personne de se réconcilier avec ellemême, de prendre conscience de sa dignité, de reconstruire et de repenser sa vie dans un projet intégrant positivement l’abstinence de la toxique. D’autre part, aider cette personne à s’épanouir dans toutes les dimensions de son existence : familiale, sociale et professionnelle. Pour cela un traitement de l’environnement (entourage, institutions) est également nécessaire. Les thérapies familiales ont pour finalité d’identifier les modes de communication dans les cellules familiales et de favoriser un nouveau réseau d’échange. L’institution de réhabilitation doit proposer au patient des activités d’expression pour lui permettre d’exprimer ses émotions. Elle doit également favoriser la réinsertion sociale, professionnelle en collaborant avec des partenaires facilitant la réinsertion : formation, travail physique proche de la nature. Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

Web: www.hpsvp.org

17


ENTRETIEN (Propos recueillis par Gérard Yéo Nanga) Fr. Armel Daly (daar) est un religieux de la congrégation des religieux du sacré cœur de Bétharram connus sous le nom des bétharramites. Depuis (10) mois, il a effectué son stage apostolique dans notre institution. Arrivé au terme de son stage, il accepté de nous donner son impression. Mag HP-SVP : Bonjour frère, avant tout propos,

aller. Ouverts à tout, nous n’avons pas une activité, un travail spécifique à faire. Et contrairement aux Frères de la Charité, nous, les Bétharramites, sommes un Institut clérical (nous devenons Prêtres) ayant pour charisme de reproduire l’élan du Verbe Incarné (Jésus) disant à son Père « Me voici, envoi moi ! ». Les Frères de la Charité vivent plus l’amour de Jésus pour les plus pauvres. Ils ont un amour préférentiel pour les démunis, les nécessiteux, les personnes vulnérables. Ils servent ces derniers (personnes frappées de toutes sortes d’handicaps) afin de leur permettre de retrouver leur dignité de personne humaine.

nous vous demandons de vous présenter

Fr Armel : Je suis étudiant en théologie, au Centre Missionnaire d’Abidjan (CFMA). Je suis en stage d’apostolat dans cette structure sanitaire depuis le mois de septembre 2011. Mag HP-SVP : Comment distingue-t-on un Frère

(un religieux) d’une autre personne ?

Fr Armel : Un religieux d’une quelconque autre personne voulez-vous dire ? A priori, c’est difficile quand dans un milieu banal tous sont en civil. C’est là où l’habit ‘‘religieux’’ pourrait permettre cette distinction. Mais de façon plus concrète, la différence est faite au niveau : de notre appartenance à une Congrégation religieuse ; des conseils évangéliques que nous professons (les vœux de chasteté, d’obéissance et de pauvreté) ; de nos charisme et règle de vie ; de notre vie communautaire etc.

Mag HP-SVP : Pourquoi avez-vous choisi de faire

un stage à l’hôpital Psychiatrique saint Vincent de Paul de Yamoussoukro ?

Fr Armel : Ce stage, je ne l’ai pas choisi. On m’a plutôt demandé de le faire afin de puiser des richesses à la Source des Frères de la Charité : éveil à la générosité, à l’ouverture.

Mag HP-SVP : Qu’est-ce qui vous différentie des

Mag HP-SVP : Quelles ont été les difficultés

Frères de la Charité ?

auxquelles vous avez été confronté ?

Fr Armel : La différence se situe au niveau de nos règles de vie et de nos charismes. Tout fondateur a un esprit propre qu’il laisse comme héritage. L’héritage qui a été laissé chez nous c’est d’imiter Jésus dans son obéissance et son abaissement. Cette imitation nous donne d’aller exercer partout ; surtout là où les autres ne voudraient pas

Fr Armel : Mes premières difficultés qui me sont, heureusement, vite passées étaient des appréhensions : comment entrer en communication avec les malades de cet Hôpital ; comment entreprendre une activité avec eux.  Pg 19

Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

Web: www.hpsvp.org

18


(Entretien, suite de la page 18)

malades qui facilement m’ont approché. Leur contact facile a fait que mes appréhensions sont vite tombées et c’est à partir d’eux que j’ai tissé des liens amicaux avec tout le reste. Ça a toujours été une joie pour moi quand je sentais l’amélioration de leur santé. J’ai beaucoup appris d’eux. Ils m’ont communiqué leur joie. J’ai surtout aimé ce qu’ils m’ont enseigné comme valeur à l’espérance. J’ai fréquenté des personnes dont la situation était critique ; des personnes qui savaient qu’elles devaient porter leur souffrance toute la vie. Mais au lieu de sombrer dans un désespoir sans précédent, elles acceptaient dignement leur mal ; ambitionnant un avenir heureux avec l’aide de leur traitement médical.

Je pensais avoir affaire à des personnes hostiles à la communication, à une vie avec les autres. Au fond, j’avais à l’idée la manière d’être et de faire des ‘’malades mentaux de la rue’’. Et cette idée m’a quelque peu hanté. Les autres difficultés (de mes trois premiers mois) étaient liées à mon état de santé. Je gère quotidiennement des douleurs au niveau de la colonne vertébrale et de la hanche ; il y avait donc des activités qui me fatiguent par moment, quand en nombre réduit, il fallait faire un grand travail de nettoyage. A part cela, il y a eu de rares moments d’incompréhensions avec quelques patients, des temps où il fallait hausser le ton (la voix) pour faire des redressements.

Mag HP-SVP : Quels sont les insuffisances que vous avez pu relever ?

Mag HP-SVP : Quels ont été vos rapports avec le

personnel de l’HP-SVP et aussi avec les malades?

Fr Armel : Je note plus les problèmes de communication et de visions non partagées dont j’ai eu écho. La sortie ou libération de quelques malades posait des problèmes de désaccord au niveau des duos : équipe médical-service social et ergothérapie-réhabilitation. Il se poserait pour ma part un problème de vision. Je me pose la question de savoir si les visions de chaque Service sont discutées puis portées (soutenues) par tous ; estce que ces duos susmentionnés ne s’ignorent-ils pas vice-versa. Aussi, le problème que je note au niveau de l’hygiène, je souhaite qu’une solution autre soit étudiée.

Fr Armel : Avec le personnel les relations ont été bonnes dans l’ensemble. J’ai apprécié son bon accueil. Je n’ai pas eu de problème avec ce personnel. Mais permettez que je salue préférentiellement trois personnes. D’abord, M. Yéo Gérard (Responsable de l’Ergothérapie) avec qui la collaboration a été parfaite. Il a été un grand formateur et ami pour moi. J’ai été frappé par la qualité de sa relation amicale, fraternelle même, dirai-je. Ensuite, K. Louise (Cuisinière) qui dès mes premiers moments ici m’a adopté et m’a simplement partagé son expérience, qui m’a aidé dans mon approche des malades. En fin, K. Dongo Angèle (Auxiliaire en pharmacie) qui m’a fasciné par : son esprit d’équipe, la qualité de sa relation amicale, son amour du travail bien fait et sa volonté d’apprendre davantage et d’aller de l’avant.

Mag HP-SVP : Que retenez-vous de la maladie

mentale ?

Fr Armel : Je la considère désormais comme toute autre maladie. Elle est à traiter de façon minutieuse. L’on a trop de préjugés sur cette maladie, ce qui fait que les malades psychiatriques sont la plus part du temps marginalisés, rejetés. Au lieu de chercher à les soigner, on les met en quarantaine, on leur attribue des démons inexistants, et ils sont enfermés dans de soit disant camp de prière.  pg 20

Quant aux patients, je peux dire que nos relations ont été formidables. Dès le début, il y a eu des Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

Web: www.hpsvp.org

19


(Entretien : suite de la page 19)

Fr Armel : Je suis heureux du temps que j’ai passé dans cet Hôpital. Mon expérience ici me restera gravée toute la vie. Je voudrais manifester toute ma gratitude aux Frères de la Charité. Chaque Frère m’a légué quelques choses de ses richesses humaines, spirituelles et professionnelles… Je pense aussi à deux absents qui m’ont beaucoup apporté. Ils ont été, chacun à son niveau, de grands soutiens pour moi et des modèles. Il s’agit de Jean-Clément ISHIMWE (ex Infirmier Major ; il était véritablement au service des patients de l’HP SVP) et Didier (candidat Frère de la Charité, actuellement au Kenya).

Vous convenez avec moi que cette manière de faire n’améliora en rien leur état de santé. C’est plutôt le contraire qui sera constaté. Sachons que nul est n’est à l’abri (à 100℅) de ce mal. Je profite de cette occasion pour dire que la Santé Mentale doit être développée dans notre Pays, et ce, pour le bien de tous. Nos populations ignorent beaucoup de choses (même les plus banales) pouvant conduire à des souffrances psychologiques, d’où la nécessité de faire des sensibilisations, en dehors même du 10 octobre où l’on célèbre la journée mondiale de la santé mentale.

Je remercie tout le personnel de cet Hôpital pour son bon accueil. Je voudrais demander à ce personnel de renforcer la collégialité. Dans un Service, il faut avoir un esprit d’équipe. Mais si on se fait ‘‘une compétition’’ voilée, finalement, l’objectif visé ne peut pas être atteint et c’est la structure qui en souffre. Il faut aussi avoir un esprit d’initiative et d’ouverture. Il ne faudrait pas se figer carrément sur ce qui a été fait : ce qui a été fait c’est ce qui se fera, toujours. Non, il faut oser des aventures nouvelles, il faut aimer aller de l’avant. Autrement dire, il faut entrer dans une mobilité d’esprit et d’action. FIN

Mag HP-SVP : Faites votre autocritique Fr Armel : Je crois qu’en toute chose il faut viser une amélioration. Toutefois, je voudrais me réjouir de tout ce que j’ai pu faire de bien. Cette réjouissance, je voudrais la tirer de mes actions positives qui ont été : les moments où par amour j’ai rendu service. Je déplore les moments où je n’ai pas été suffisamment attentif, coopératif, disponible. J’ai quelque fois fait preuve de paresse, de nonchalance… je m’en excuse, tout simplement. Mag HP-SVP : Votre mot de fin

L’Hôpital Psychiatrique St Vincent de Paul (HP-SVP) arrive à sa dixième année de fonctionnement grâce à Dieu qui œuvre à travers les hommes et les femmes de bonne volonté. Nous voulons leur exprimer notre gratitude. Par ailleurs, la HP-SVP ne pourra pas continuer effectivement ses services envers les personnes souffrantes de la maladie mentale sans VOTRE incessante générosité. Vous pouvez faire partie de nos collaborateurs par un simple geste de contribution pour la bonne santé mentale de la population ivoirienne et mondiale. Pour tout don ou toute contribution, veillez contacter : MSP St Vincent de Paul B.P 2473 Yamoussoukro Côte d’Ivoire

E-mail : ngendahimanafeli@yahoo.fr Tel : + 225 05 30 61 09 / + 225 05 47 47 98 Web : www.hpsvp.org

Compte SIB Yakro : Frères de la Charité MSP St Vincent de Paul Nº 37 679 582 9 001 NºC.C. 0216714 H

Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

Web: www.hpsvp.org

20


UN REGARD SUR NOS STAGIAIRES Depuis sa création, jusqu’à ce jour, le HP-SVP ne cesse de recevoir des stagiaires du monde sanitaire. A cet effet, il a reçu les élèves aides soignantes de l’ONG IRESA et par le canal des autorités sanitaires locales du 30 Avril au 30 Juin 2012. Il s’agit des demoiselles : Kouadio Affoué Sandrine et Kouassi Ahou Patricia. Ainsi la supervision et l’évaluation de fin de stage ont eu lieu le mardi 26 Juin 2012 en présence du directeur du HP-SVP, des encadreurs techniques de l’ong IRESA et du personnel de permanence. Après deux (2) mois de formation pratique, les stagiaires ont su répondre aux interrogations techniques donnant la preuve que leur stage leur a permis d’acquérir de nombreuses connaissances, et surtout de connaître les malades mentaux qu’elles regardaient par le passé avec beaucoup de frayeur et de mépris. Les responsables de l’IRESA ont remercié la direction du HPSVP et tout son personnel pour la franche et enrichissante collaboration tout en promettant de faire venir d’autres stagiaires pour la bonne cause. De sa part, le HP-SVP a vivement souhaité que les capacités du personnel de l’IRESA soient renforcées pour former en qualité des agents de santé prêts pour le service. Mathieu KOFFI

REPORTAGE :

Ils peuvent apporter à la société ; pourquoi les rejeter t-ils ?

La maladie mentale est toujours perçue comme synonyme de mort. Si bien la victime n’est pas comptée parmi les membres de sa communauté. Une telle perception freine tout effort visant la réhabilitation du sujet même si aujourd’hui l’intelligence humaine est entrainée de faire une prouesse. L’hôpital psychiatrique saint Vincent de Paul de Yamoussoukro est un paradigme de cet effort de réhabilitation produit de l’intelligence humaine au service de l’homme. Loin d’être un centre hospitalier, le HP-SVP est une véritable école de vie pour la vie les pensionnaires et les soignants ; chacun apprend quelque chose de l’autre. Le projet thérapeutique ébauché par l’Hôpital

Ce

psychiatrique Saint Vincent de Yamoussoukro

l’admission du patient à l’hospitalisation et doit

vise la réhabilitation du patient dans le réseau

être continué dans la famille pour qu’il puisse

de la communication humaine.

être abouti.  pg 22

Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

long

processus

est

enclenché

dès

Web: www.hpsvp.org

21


(Reportage : suite de la page 21)

mettre dans les rangs pour se servir de son

Le malade mental ne doit pas être considéré

repas, O.F prend les soins de servir d’abord son

comme un être déshumanisé, mais un être

co-pensionnaire avant d’aller faire le rang pour

humain

ses propres plats et à la fin du repas il reprend

à

part

entière

capable

d’apporter

quelque chose de positive à sa communauté. Si Saint Vincent de Paul a expérimenté à son époque que les pauvres nous évangélisent, nous pouvons dire à partir de ce que nous vivons au quotidien avec nos frères et sœurs souffrants de la pathologie psychique qu’ils nous moralisent. D’eux, nous vivons la responsabilité morale envers les plus faibles de façon concrète, un devoir moral devant lequel nous faillons dans

les assiettes pour les vaisselles, mettre de

un monde où les relations humaines deviennent

l’ordre dans le réfectoire, faire les vaisselles des

superficielles et ne se nouent pas par nécessité

plus faibles avant de se rendre au jardin. Quant

mais par l’utilitarisme.

à K.J., elle stimule les femmes pour se laver, les amène dans la douche les lave et les conduit à

1. Les patients stabilisés et intégrés dans le projet

de

réhabilitation

la

psychosociale

salle

audio

visuelle

pour

les

activités

ergothérapeutiques. Ayant terminé cette activité

prennent soins des autres.

elle reprend sa place à la cuisine pour assister

Chaque matin, K.J. et G.V. interviennent à la

la cuisinière dans sa fonction en vue de

cuisine pour préparer le petit déjeuner pour les

permettre aux autres de manger à temps. Par

autres alors que O.F s’occupe d’apprêter le

ailleurs elle s’occupe de l’encadrement de la

réfectoire, faire la table, et ceci de façon

petite pris sous la conduite du personnel

spontanée dans le souci de jouer un rôle dans

éducatif de l’Hôpital. 2. Les pensionnaires prêtent attention aux uns et aux autres. Certes il ya barrières linguistiques entre certains pensionnaires et le personnel d’une part et entre les pensionnaires eux-mêmes d’autre part. Mais ces barrières ne constituent pas un motif d’indifférence et de méfiance les uns envers les autres. Dame AK. est la première à nous démontrer lorsqu’elle a été sollicitée pour

sa communauté de vie, se rendre utile aux

faire les lessives de sa voisine de chambre

autres. O.F. a une attention particulière pour les

malade. Elle l’as fait et le soir elle est venue les

plus faibles notamment du SI qui ayant été

chercher au séchoir pour y mettre dans le

souffert du rhumatisme ne pouvant pas se

placard de sa voisine.  pg 23

Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

Web: www.hpsvp.org

22


(Reportage : suite de la page 22)

puisque « le démon ne peut pas faire corps avec les hommes ». Aussitôt le concerné a demandé

La dame Do. Durant le petit déjeuner a constaté

pardon et promet de ne plus recommencer. Les

l’absence d’un pensionnaire, sachant qu’il se

mêmes constats sont faits pendant les travaux

trouve à l’isoloir après avoir fini son petit

de

déjeuner, ayant constaté que le personnel s’occupe

encore

réfectoire,

des

autres

patients

jardinage

et

autres

ergothérapeutiques

au

communication

est partie ouvrir l’isoloir pour

comportement

permettre à ce dernier de manger. Des petits

pour (CCC)

activités

notamment un où

la

changement les

de

pensionnaires

s’encouragent les uns et les autres à bien suivre

gestes banaux mais pleins de sens de part leur

le traitement pour une meilleure amélioration

nature caritative qui nous rappelle la sensibilité

de

que nous devons avoir vers nos prochains surtout ceux qui ont plus besoin de nous.

son

état

de

santé,

de

pratiquer

régulièrement l’hygiène corporelle

et bucco

3. Les pensionnaires développent la correction fraternelle La correction fraternelle est ce qui manque à notre société au nom du respect de liberté de l’autrui et du principe de non ingérence dans la vie privée de l’autre or elle est la garante de la justice sociale, de l’intégrité et de l’honnêteté. Le manque de la correction fraternelle témoigne la crise

de confiance présenté dans notre

société et justifie la thèse de la superficialité de la

relation

interpersonnelle.

pensionnaires

du HP-SVP

Mais

dentaire sans vexer les indexés.

les

Quand un a mal agit les autres le disent comme

nous apprennent

frère : « ce que tu as fait n’est pas bien . Si tu le

que c’est possible de se corriger fraternellement

fait à l’extérieur on va dire que tu es fou et l’on

et cela contribue efficacement à la cohésion

ne va pas te respecter. Et si tu continues, nous

sociale, au respect de soi et de l’autre. Nous

allons dire aux responsables pour prendre des

nous rappelons encore d’un patient qui dans ses

délires

traitait

sa

maman

mesures qu’il faut ».

d’une

4. Les

démoniaque. La réaction et la condamnation et

celle

d’YV

faisait

attendre

s’encouragent

mutuellement à développer une relation

des autres ne se font pas attendre. La réaction à chaude

pensionnaires

filiale avec Dieu

au

Les visiteurs qui viennent pour des séances de

concerné qu’il n’est pas normal que tu traites ta

prière avec les pensionnaires sont émus de la

maman qui a souffert pour te mettre au monde

discipline pendant les activités orantes. A la fin,

d’une démoniaque. Cela veut dire que « toi

nombreux sont ceux qui témoignent qu’ils ont

aussi tu es démon, par conséquent je ne me

été disciplinés par nos pensionnaires alors

traite avec toi car tu es démon fils d’une

qu’en venant ils se disent que leur apostolat

démoniaque. » Il l’invite de quitter la salle Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

Web: www.hpsvp.org

23


sera difficile car avec les fous, il ne peut pas y

confondues. Tout le monde se dit, « l’essentiel

avoir du sérieux.

pour moi est d’entrer en communication avec Dieu, entretien avec lui, une relation filiale ».

A l’heure du rosaire, partage d’Evangile, de la messe, les premiers arrivés au lieu de rendez-

La maladie mentale est parfois si forte que les

vous préparent le lieu pour les autres et vont les

proches de la personne sont portés à penser

appeler dans leur chambre en leur disant « Dieu nous appelle il nous attend, allons le rencontrer car il est notre Père ».

Séance de la prière du rosaire avec les légionnaires de la paroisse sainte Monique de Sopim Séance de la prière du rosaire avec les légionnaires de la paroisse sainte Monique de Sopim

que jamais elle ne s’en sortira et la personne malade a elle-même la tentation de désespérer.

« Si nous sommes traités des fous par notre

Il est bon de se souvenir de la résurrection de

société voire les membres de notre famille, Dieu

Jésus. Celle-ci nous rappelle que l’échec n’est

ne peut pas nous rejeter car nous sommes ses

jamais le dernier mot de Dieu. Même si cette

fils. Allons le louer, l’écouter pour ne pas le trahir ». Ceux qui sont agités,

maladie est souvent mystifiée et est subie

les autres

comme absurde, même si parfois la guérison

l’invitent poliment à retourner en chambre pour

est hors de portée, nous pouvons continuer à

ne pas perturber la prière : « nous ne sommes

espérer

pas venus ici pour nous amuser mais pour prier

au

delà

de

toute

espérance

car

« l’espérance ne trompe pas », nous dit saint

Dieu il faut tout prendre au sérieux », ont-ils

Paul. (Rm. 5,5).

ajouté. Ils font la promotion de l’œcuménisme.

IL EST AUSSI TEMPS DE RECONSIDERER NOTRE

Les chrétiens font savoir aux musulmans que

APPREHENSION DE LA MALADIE MENTALE ET

tous nous sommes enfants d’un même Père. En

RECONVERTIR NOTRE ATTITUDE VIS-A-VIS DES

Dieu il n’ya pas de différence, on peut se mettre

VICTIMES DE CETTE MALADIE. QUE NOTRE

ensemble pour prier un seul et unique Dieu.

ESPERANCE NOUS CONDUISE A LES AIDER A

« Nous ne vous obligions pas de devenir

RETROUVER

chrétien, mais nous vous invitons de se joindre

COMMUNAUTE.

à nous pour louer Dieu notre Père à nous

LEUR ILS

PLACE PEUVENT

DANS

LA

BEAUCOUP

APPORTER À LA SOCIÉTÉ.

tous ». Alors notre messe devient une messe

Par les services de réhabilitation et d’ergothérapie.

œcuménique, ouverte à tout le monde, le partage d’évangile se fait avec les musulmans et les

chrétiens

de

toutes

dénominations

Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

Web: www.hpsvp.org

24


Qui est l’homme dont nous portons fièrement le nom ? Il s’appelle Vincent de Paul ! (par Fr Stanislas M. Ndiguissi, fc) Vincent de Paul (1580-1660) fut un prêtre français. Il était issu



d’une famille très pauvre à tel point qu’il a découvert toutes les facettes de la misère humaine. Sortir ses parents de la pauvreté était sa seule motivation à devenir prêtre. Mais après son ordination presbytérale en 1600 les choses ne vont pas mieux comme il s’entendait. Il a été capturé et vendu

comme

esclave

à

un

pécheur qui l’emmena en Tunisie puis vendu de nouveau à un alchimiste auprès de qui il va recevoir une courte formation en soins infirmiers. Rendu libre après deux ans de captivité, le P. Vincent va rencontrer un autre prêtre qui vivait avec trois femmes qu’il a réussit à convertir, et avec qui il rentra en Toulouse en

Pour saint Vincent de Paul, le seul moyen de parvenir à sainteté est de pratiquer la charité envers les pauvres. La charité est la praxis de l’amour.

France où il va s’inscrire en théologie. Partagé sa chambre avec un de ses collègues, le P. Vincent sera accusé par ce dernier du vol de son argent ; une accusation qui le conduira en prison. Après son baccalauréat en théologie, il quitta Toulouse pour Clichy où il devint le curé de la paroisse locale puis conseiller

spirituel

des

enfants

de

Pierre Emmanuel GONDI. Suite au conseil de son ami Pierre de BERULLE,

le

P.

Vincent

quitta

de

nouveau Clichy pour s’occuper de la paroisse de Chatillon – les Dombes une paroisse longtemps abandonnée par ses pasteurs à cause de la pauvreté matérielle de ses fidèles. Cette nouvelle mission révèle à Vincent le sens et la profondeur de sa vocation presbytérale. Il oublia sitôt sa

Prière à Saint-Vincent de Paul Ô glorieux Saint-Vincent, céleste patron de toutes les associations de charité et père de tous les malheureux qui, durant votre vie, n'avez repoussé aucun de ceux qui ont eu recours à vous, oh ! Voyez de combien de maux nous sommes accablés et venez à notre aide. Obtenez du Seigneur qu'Il daigne secourir les pauvres, soulager les malades, consoler les affligés, protéger ceux qui sont délaissés, inspirer aux riches une charité compatissante, convertir les pécheurs, animer les prêtres du zèle des âmes, donner la paix à l'Église, le repos au peuple et le salut à tous les hommes. Que tous éprouvent l'efficacité de votre miséricordieuse intercession, afin qu'après avoir été secourus par vous dans les différents besoins de la vie d'ici-bas, nous soyons unis à vous là-haut, où il n'y aura plus ni tristesse, ni gémissement, ni douleur, mais où régneront la joie, les délices et l'éternelle félicité. Ainsi soit-il

pauvreté et il porta au cœur celle de ses fidèles.  pg 26 Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

Web: www.hpsvp.org

25


(Saint Vincent de Paul : Suite de la page 25)

les filles de la charité qui

Ainsi comme pasteur, il chercha à relever le double défi auquel

apporteront une nouvelle et

sont

originale vision apostolique

confrontés

ses

fidèles :

la

pauvreté spirituelle et la pauvreté matérielle. Avec l’aide de quelques dames riches le P. Vincent mettra sur pied la première œuvre caritative dans l’Eglise. Ce groupe des dames deviendra le premier groupe fondé par Vincent en Août 1617 et porta le nom des dames de la charité. En

Plus de associations caritatives laïques vivent la spiritualité de saint Vincent dont la société saint Vincent de Paul (SSVP)

dans la vie religieuse. Les filles

religieuses

les

premières religieuses dans l’histoire de l’Eglise qui ne sont pas cloitrées. Grâce à elles, Le P. Vincent de Paul et Louise de Marillac sauveront entre 1640-1660 la vie à

1618, Vincent va rencontrer Mgr

plus

François de Sales

abandonnés.

évêque de Genève dont sa spiritualité va

sont

de

10.000

enfants

Durant

la

l’influencer. Notons que Mgr François de Sales développe la

guerre qui divisa la France,

spiritualité de l’appel universel à la sainteté. A partir de cette

le

spiritualité salésienne, le P. Vincent de Paul développera sa

organisa

propre spiritualité qui se résume en : la redécouverte de la

fonds au nom de la charité

grandeur de l'amour de Dieu et l'union personnelle de chaque

pour

chrétien avec le Christ. Saint Vincent de Paul mit un accent

victimes.

P.

Vincent la

venir

de

Paul

collecte en

des

aide

aux

ses

particulier sur la pratique de la charité qui selon lui se définit à travers un don total à Dieu c'est-à-dire un abandon à la divine

Vincent

de

Paul

fit

providence, une action se manifestant dans l’amour pour Dieu et

adieux

à

ses

proches

pour les autres et plus particulièrement les marginalisés, les abandonnés et par une union avec Dieu biaisée par Jésus Christ. En

1626,

le

P.

Vincent

fondait

la

congrégation de mission pour s’occuper de la formation des futurs prêtres et la mission dans les campagnes. En 1632 le prieuré de saint Lazare de paris lui a été donné pour

collaborateurs et ses

Saint Vincent de Paul est le fondateur des prêtres de la mission (les pères lazaristes) et des religieuses les filles de la charité.

fils

et

fils

le

27

septembre 1660

et

fut canonisé en 1737. Jusqu’à

nos

jours,

Saint Vincent reste la grande figure de la charité dans l’Eglise et

l’histoire

lui

a

son quartier général ainsi à partir delà il

attribué la paternité

organisa sa future mission d’où le nom des

du terme la charité. Il

lazaristes donnés à ses fils spirituels.

est

En 1624, Vincent rencontra Louise de Marillac la veuve d’Antoine Legras qui sera dévouée aussi comme Vincent aux œuvres de la charité et au service des pauvres. En novembre 1633, elle constata avec Vincent que les dames de la charité ne sont proches des pauvres qu’elles veulent servir, ainsi ils ont fondé Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

le

saint

Patron

œuvres

caritatives

actions

humanitaires

des

et

des dans

l’Eglise et dans le monde.  Pg 27 Web: www.hpsvp.org

26


(Saint Vincent de Paul : suite de la page 26) Aujourd’hui plus de 200 associations caritatives dans l’Eglise et dans le monde se réclament de sa paternité spirituelle ainsi que les congrégations religieuses exerçant des œuvres de charité. De saint Vincent de Paul nous gardons pour toujours cette célèbre phrase qui anime notre motivation apostolique au service des pauvres : « les pauvres sont les icônes de Christ, ils sont nos maîtres que nous devons servir avec amour et respect. Les pauvres nous évangélisent » Joyeuse fête patronales à tous les vincentiens.

Saint Vincent de Paul prêcha aux pauvres

Saint Vincent de Paul prompt à subvenir à toutes les nécessités des pauvres, priez pour nous

NECROLOGIE Admis le 12 Octobre 2011 dans le cadre de l’opération Yamoussoukro ville sans malades mentaux, lancée par le HP-SVP lors de la célébration de la journée mondiale de la santé mentale du 10 Octobre 2011, KABORE Ibrahim, pensionnaire de nationalité Burkinabé nous a quitté le samedi 07 Juillet 2012 suite à une longue maladie. En effet, dès son admission, le personnel médical a diagnostiqué outre la pathologie psychiatrique, un antécédent asthme qui évoluait depuis longtemps sans traitement. Un traitement a été institué pour la prise en charge, ce qui lui a permis de vivre jusqu’au mois de Juillet où son état somatique s’est altéré. Malgré les multiples tentatives de HP-SVP pour le sauver en l’orientant au service de médecine général du CHR de Yamoussoukro, il s’est éteint, malheureusement, dans l’après midi du 07 Juillet 2012 à l’âge de 65 ans environs. Il a été inhumé le dimanche 08 Juillet 2012 par les frères de la Charité et le personnel du HP-SVP. Que le Tout Puissant lui réserve un bon accueil dans son Royaume ! Mathieu KOFFI

Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

Web: www.hpsvp.org

27


NOUVELLES DE L’HOPITAL Du 6 au 10 Juillet 2012, l’équipe de la pharmacie du HP-SVP a suivi une formation sur le nouveau produit d’Apromex Pharma. Ce produit est un logiciel de la gestion de la pharmacie. Cette formation s’inscrit dans le cadre du partenariat que le HP-SVP compte nouer avec cette entreprise de la gestion des pharmacies créée pour la gestion des pharmacies des institutions sanitaires appartenant à des religieux et religieuses catholiques. Le Fr. Armel Daly religieux betharamites en stage à HP-SVP a fini son stage apostoliques de dix (10) mois ce lundi 16 Juillet 2012. L’ensemble du personnel du HP-SVP et l’équipe de l’édition du Mag.hp-svp disent merci pour tout ce que le frère Armel a fait pendant son stage à ces entités. Par ailleurs, ils implorent la bénédiction du Tout Puissant sur lui pour la suite de sa formation religieuse. Le 29 Juillet 2012, deux aides soignantes à savoir : AYA Odile et DOUAIS Nathalie ont pris part à une formation sur la prise en charge du paludisme organisée par la direction régionale de la santé. Par ailleurs, DOUAIS Nathalie est rentrée de son congé et repris son service le 1er Juillet 2012. Toujours dans le chapitre des congés, ZEZE Agnès est partie en vacances. L’équipe de Magazine souhaite bonne reprise de service à Nathalie et heureuse et douce vacances à Agnès.

Le Fr. Henri MBELE NGETA, frère de la charité de la communauté des frères de la charité d’Abidjan est arrivé à Yamoussoukro le 27 Juillet 2012 pour un séjour d’un mois dans le cadre de son congé. Toute fois, le Fr. Henri a accepté de rendre sa présence utile au HPSVP, ainsi il a intégré l’apostolat. Alors pendant un mois, le Fr. Henri interviendra à HPSVP comme stagiaire. Dans notre prochaine édition, nous ébaucherons deux dossiers spéciaux le premier sur l’évaluation de la célébration de la journée mondiale de la santé 1ère édition Yamoussoukro 2011, et le deuxième sur la première décennie du HP-SVP au service du peuple ivoirien. Vos suggestions et critiques pour l’élaboration de ce dossier seront les bienvenues.

Le site internet officiel de l’Hôpital Psychiatrique St Vincent de Paul (HP-SVP) est actif. Vous pouvez nous visite sur : www.hpsvp.org

Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

Web: www.hpsvp.org

28


Le 10 Octobre 2012 : Journée Mondiale de la Santé Mentale Exactement dans 2 mois le monde célébrera la Journée Mondiale de la Santé Mentale. C’est bien dit, on célèbre la santé mentale et pas la maladie mentale. D’abord, parce que c’est la santé qui nous préoccupe. Si on s’en tient à bien préserver la santé, énormément, beaucoup de cas de maladies mentales rencontrées dans notre société n’existeraient plus.

Le but de la journée

mondiale pour la santé mentale est premièrement la sensibilisation du public aux questions liées à la santé mentale. Il faut qu’on commence à faire connaitre l’importance de la santé mentale. La population doit connaitre les troubles mentaux et leurs causes ; les conduites à tenir pour éviter ces troubles mentaux, et l’importance de se soigner quand on est affecté par ces troubles. On ne nait pas malade mental, mais pourrait le devenir. Pour cette année 2012, le thème choisi par l’Organisation Mondiale pour la Santé (OMS) est : « INVESTIR DANS LA SANTE MENTALE ». Les gouvernements réservent un grand budget dans le volet de la santé physique uniquement; or on ne peut pas guérir le corps sans guérir l’esprit. Dans tout le territoire national, les instituts qui promeuvent de la santé mentale sont nonexistants. Le petit nombre de ceux qui existent se battent pour survivre et pérenniser leurs actions. Ainsi ils répondent efficacement, malgré leurs conditions difficiles de travail, aux grandes sollicitations des personnes affectées par les troubles mentaux. Il faut que ceci change ! Les autorités et tous ceux qui ont le pouvoir de mener un changement doivent réaliser l’importance de la santé mentale pour la population. Ce changement doit commencer par tout individu qui pense que tout le monde affecté par la maladie mentale est un « fou », et donc, invalide, inutile à la société. Cette mentalité ne doit plus exister. NOUS VOULONS VOIR LE GOUVERNEMENT S’IMPLIQUER ACTIVEMENT DANS LA PROMOTION DE LA SANTE MENTALE. Nous voulons aussi voir les agents de la santé mentale débout pour défendre la cause de la santé mentale. Enfin, nous voulons voir toute la population unie pour la fin de la discrimination faite aux individus souffrants de la maladie mentale. Nous devons commencer à parler de la « JUSTICE SANITAIRE ». Laissons-nous interpeller par les propos de cette femme samoane : « lorsque quelqu’un se casse un bras, vous le plaignez. Mais lorsque le problème est d’ordre psychiatrique, les gens ne savent pas comment réagir parce que les troubles ne sont pas visibles. Cela ne veut pas dire pourtant que la personne ne souffre pas, cela ne veut pas dire qu’elle n’a pas besoin de soins et d’appui. » (Femme samoane de 29 ans atteinte de troubles bipolaires, Auckland, Nouvelle-Zélande) Jean-Clément Ishimwe, BSN

Le programme pour la célébration de cette importante journée à la HP-SVP vous sera communiqué dans nos prochaines éditions. Aussi, visitez www.hpsvp.org pour plus de détails. Tél: + (225) 05 30 61 09 ou + (225) 08 71 25 60

Web: www.hpsvp.org

29


Bulletin d'information HP Saint-Vincent de Paul  

MAGAZINE POUR LA PROMOTION DE LA SANTE MENTALE EN COTE D’IVOIRE ET DANS LE MONDE

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you