Issuu on Google+

Support de cours

INTERNET Navigateur IE8, ™ i messagerie LiveMail


Comment utiliser Internet ? De quoi est composée une fenêtre du navigateur Internet Explorer, de la messagerie WindowsLiveMail ? Comment utilise-t-on la souris et le clavier avec eux ? Où se trouvent le ruban, la barre d'outils ? À quoi servent-ils dans l’utilisation de internet? Qu’est-ce que internet ? Comment Internet est-il apparu, comment a-t-il évolué, que va-t-il devenir, qu’est-ce que le web2 Comment utiliser internet ? Pratiquement, comment y avoir accès, l’utiliser, qu’est-ce qu’un fournisseur d’accès, qu’est-ce qu’un hébergeur, qu’est-ce que le FTTH, comment éviter les virus, les spams ? Comment utiliser le navigateur Internet Explorer? Comment accéder à un site donné, comment rechercher des informations, comment mémoriser les sites intéressants ? Comment utiliser la messagerie? Quelles sont les règles à suivre pour créer un compte, envoyer un message, recevoir un message … Comment utiliser le calendrier ? Comment créer un rendez-vous, émettre un rappel ? Comment gérer les contacts ? En ajouter, les gérer, compléter les informations ?… Comment recevoir les flux RSS ? À quoi servent-ils, comment s’y abonner ?… Comment rejoindre un groupe de discussion ? …

Ce cours répond à toutes ces questions et bien d'autres encore, de manière simple, illustrée et commentée au point qu'il vous deviendra vite indispensable, posé à coté de votre ordinateur

Cet ouvrage a été entièrement réalisé avec Microsoft ™ Word 2007 ®,

Images des fonds de couverture reproduite avec l'aimable autorisation de Microsoft ™


I.

UTILISER WINDOWS ........................................................................................... 1 A. B. C. D.

LA SOURIS .............................................................................................................................. 1 LE CLAVIER ............................................................................................................................. 2 LES FENÊTRES......................................................................................................................... 2 LES MENUS ET BARRES D’OUTILS .......................................................................................... 4 1 2 3 4

E.

LES BOITES DE DIALOGUE ...................................................................................................... 6 1 2 3 4 5 6 7

F. G.

II.

LE MENU DÉMARRER ................................................................................................................... 4 LA BARRE DES TÂCHES.................................................................................................................. 5 LES ICÔNES DE NOTIFICATION ...................................................................................................... 5 LES MENUS CONTEXTUELS ........................................................................................................... 5 LES ONGLETS ................................................................................................................................ 7 LA ZONE DE TEXTE ........................................................................................................................ 7 LA ZONE DE LISTE ......................................................................................................................... 7 LA ZONE DE LISTE DÉROULANTE .................................................................................................. 8 LA CASE À COCHER ....................................................................................................................... 8 LA CASE D'OPTION ........................................................................................................................ 8 LE BOUTON DE COMMANDE ........................................................................................................ 9

LES VOLETS ............................................................................................................................ 9 LE GUIDE / LE DIDACTICIEL .................................................................................................. 10

INTERNET .......................................................................................................... 11 A.

ÉVOLUTION .......................................................................................................................... 12 1 2 3 4 5

B.

HISTORIQUE ............................................................................................................................... 12 ÉVOLUTION ................................................................................................................................ 12 UTILISATION ............................................................................................................................... 14 SERVICES ..................................................................................................................................... 15 WEB 2 ......................................................................................................................................... 15

TECHNOLOGIES .................................................................................................................... 17 1

TRANSMISSION ........................................................................................................................... 17 a) TRANSMISSION PAR CÂBLE b) TRANSMISSION SANS CÂBLE

2

PROTOCOLES .............................................................................................................................. 18 a) TCP/IP (IPv4) b) TCP/IP (IPv6) c) PORTS DE COMMUNICATION

3

25 27

FOURNISSEURS D'ACCÈS ...................................................................................................... 28 1 2 3

D.

23 25

RÉSEAU CELLULAIRE ................................................................................................................... 25 a) LIAISONS ENTRE TÉLÉPHONES MOBILES b) LIAISONS ENTRE ORDINATEURS

C.

18 21 21

MÉDIAS PHYSIQUES .................................................................................................................... 23 a) FIBRE OPTIQUE b) CÂBLES UTP

4

17 17

RÔLE ........................................................................................................................................... 28 CHOIX ......................................................................................................................................... 29 CONNEXIONS .............................................................................................................................. 29

GESTION DES RISQUES ......................................................................................................... 29 1

ANTIVIRUS .................................................................................................................................. 29 a) b) c) d) e) f) g)

2 3 4

VIRUS SYSTÈME VIRUS PROGRAMME CHEVAUX DE TROIE VIRUS MACROS VIRUS DE SCRIPT VERS LIMITER LES RISQUES

30 30 30 30 30 30 31

FIREWALL ................................................................................................................................... 31 SPYWARES – MALWARES ........................................................................................................... 31 SPAMS ........................................................................................................................................ 31


III. WINDOWS LIVE MAIL ....................................................................................... 33 A.

INSTALLATION ...................................................................................................................... 33 1 2 3

B.

CONFIGURATION OPTIMALE ...................................................................................................... 33 PROCÉDURE D'INSTALLATION .................................................................................................... 34 OUVERTURE / FERMETURE ......................................................................................................... 34

LA MESSAGERIE.................................................................................................................... 34 1

PARAMÉTRER LA MESSAGERIE ................................................................................................... 35 a) b) c) d)

2

2

CRÉER UN CALENDRIER AFFICHER UN CALENDRIER MASQUER UN CALENDRIER SUPPRIMER UN CALENDRIER

54 55 56 56

AFFICHER LA PÉRIODICITÉ DÉSIRÉE MODIFIER LA PÉRIODE AFFICHÉE CRÉER UN RENDEZ-VOUS RENSEIGNER UN RENDEZ-VOUS MODIFIER UN RENDEZ-VOUS JOINDRE L'ÉVÈNEMENT À UN MAIL

57 57 58 58 60 60

LES CONTACTS...................................................................................................................... 61 1 2 3 4 5 6

CRÉER UN CONTACT ................................................................................................................... 61 ENREGISTRER UN CONTACT ....................................................................................................... 62 CRÉER UNE CATÉGORIE .............................................................................................................. 62 MODIFIER UN CONTACT ............................................................................................................. 63 AFFICHER LES CONTACTS ............................................................................................................ 64 ENVOYER UN MESSAGE .............................................................................................................. 64

LES FLUX RSS ........................................................................................................................ 65 1 2 3

LA LECTURE DES FLUX ................................................................................................................. 65 L'ABONNEMENT A UN FLUX ....................................................................................................... 66 LIRE L'ARTICLE............................................................................................................................. 67

LES GROUPES DE DISCUSSION ............................................................................................. 68 1 2 3

G.

46 47 47 48 49 50 51 52

LE RENDEZ-VOUS ........................................................................................................................ 57 a) b) c) d) e) f)

F.

LIRE LES MESSAGES RÉPONDRE À UN MESSAGE REÇU CLASSER LES MESSAGES SUPPRIMER LES MESSAGES LES MESSAGES DOUTEUX BLOQUER DES EXPÉDITEURS ORGANISER LES MESSAGES CRÉER DES RÈGLES DE MESSAGE

LE CALENDRIER ........................................................................................................................... 54 a) b) c) d)

E.

40 41 41 42 42 43 44 44

LE CALENDRIER .................................................................................................................... 54 1

D.

INDIQUER LES DESTINATAIRES L'OBJET DU MESSAGE COMPOSER LE MESSAGE ENVOYER LE MESSAGE JOINDRE DES FICHIERS S'ASSURER DE LA RÉCEPTION PRIORITÉ FORMAT DES MESSAGES

RECEVOIR LES MESSAGES ........................................................................................................... 45 a) b) c) d) e) f) g) h)

C.

35 37 39 39

ENVOYER UN MESSAGE .............................................................................................................. 40 a) b) c) d) e) f) g) h)

3

CRÉER UN COMPTE PARAMÉTRER LE COMPTE MODIFIER UN COMPTE SUPPRIMER UN COMPTE

PARAMÉTRER LE COMPTE .......................................................................................................... 68 S'ABONNER A UN GROUPE DE DISCUSSION ............................................................................... 70 DISCUTER .................................................................................................................................... 71

GÉRER LES FICHIERS WINDOWS LIVE MAIL ......................................................................... 72 1 2 3

SAUVEGARDER LES COMPTES..................................................................................................... 72 SAUVEGARDER LES CONTACTS ................................................................................................... 73 SAUVEGARDER LES MESSAGES ................................................................................................... 73


IV. INTERNET EXPLORER 8 ..................................................................................... 75 A. B.

LANCER EXPLORER ............................................................................................................... 75 LA STRUCTURE ..................................................................................................................... 76 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

C.

ACCÉDER À UN SITE ............................................................................................................. 86 1 2 3 4 5 6 7 8

D.

A.

L'ESPACE WINDOWS LIVE .................................................................................................... 97

CRÉER UN CALENDRIER ............................................................................................................ 105 AFFICHER LA PÉRIODICITÉ DÉSIRÉE .......................................................................................... 105 CRÉER UN RENDEZ-VOUS ......................................................................................................... 105 RENSEIGNER LES DÉTAILS ......................................................................................................... 107 PARTAGER UN CALENDRIER ..................................................................................................... 108 SYNCHRONISER LES CALENDRIERS ........................................................................................... 108

CONTACTS.......................................................................................................................... 109 PHOTOS ............................................................................................................................. 110 1 2 3 4 5

F.

LE COMPTE LIVE ....................................................................................................................... 101 CRÉER LE COMPTE WINDOWS LIVE MAIL................................................................................. 101 GÉRER LE COMPTE ................................................................................................................... 102 ACTUALISER LE COMPTE .......................................................................................................... 104

CALENDRIER ....................................................................................................................... 104 1 2 3 4 5 6

D. E.

IDENTIFIANT WINDOWS LIVE ..................................................................................................... 97 LA CONNEXION ........................................................................................................................... 99 LE PROFIL .................................................................................................................................. 100

WINDOWS LIVE MAIL ........................................................................................................ 101 1 2 3 4

C.

L'AFFICHAGE ............................................................................................................................... 94 NAVIGUER IN PRIVATE ............................................................................................................... 95 LES FENÊTRES PUBLICITAIRES ..................................................................................................... 95 LES MODULES COMPLÉMENTAIRES ........................................................................................... 96 LA COMPATIBILITÉ ...................................................................................................................... 96

MICROSOFT™ LIVE ............................................................................................ 97 1 2 3

B.

SAISIR UNE ADRESSE .................................................................................................................. 86 CLIQUER SUR UN LIEN ................................................................................................................ 87 EFFECTUER UNE RECHERCHE SUR UN MOTEUR......................................................................... 88 LES FAVORIS ............................................................................................................................... 89 L'HISTORIQUE ............................................................................................................................. 92 LES FLUX ..................................................................................................................................... 92 ACTUALISER UNE PAGE .............................................................................................................. 93 EFFACER LES FICHIERS TEMPORAIRES ........................................................................................ 93

LE PARAMÉTRAGE ............................................................................................................... 94 1 2 3 4 5

V.

LA BARRE D'ADRESSE ................................................................................................................. 77 LE MOTEUR PAR DÉFAUT ........................................................................................................... 77 LA BARRE DES MENUS ................................................................................................................ 78 LA BARRE BING ........................................................................................................................... 78 LA BARRE GOOGLE ..................................................................................................................... 79 LA BARRE YAHOO ....................................................................................................................... 80 LA BARRE DE COMMANDES ....................................................................................................... 81 LA BARRE DES FAVORIS ............................................................................................................. 81 LES ONGLETS .............................................................................................................................. 81 LA ZONE D'AFFICHAGE – PAGE D'ACCUEIL ................................................................................. 83 LA BARRE D'ÉTAT ........................................................................................................................ 83 GÉRER LES BARRES ..................................................................................................................... 84

CRÉER UN ALBUM .................................................................................................................... 110 TRANSFÉRER LES PHOTOS ....................................................................................................... 111 VISUALISER LES PHOTOS .......................................................................................................... 112 PARTAGER UN ALBUM ............................................................................................................. 113 PARTAGER UNE PHOTO ............................................................................................................ 113

STOCKAGE SKYDRIVE ......................................................................................................... 114 1 2 3 4 5 6

CRÉER UN DOSSIER ................................................................................................................... 115 IMPORTER DES FICHIERS .......................................................................................................... 115 GÉRER lES FICHIERS .................................................................................................................. 116 AFFICHER UN FICHIER ............................................................................................................... 117 PARTAGER DES FICHIERS .......................................................................................................... 118 ENREGISTRER A PARTIR D'UNE APPLICATION LOCALE ............................................................. 119


7 8

SYNCHRONISER LES FICHIERS ................................................................................................... 120 PARTAGER L'ÉCRAN DE TRAVAIL ............................................................................................. 121


I – UTILISER WINDOWS

L'utilisation de Windows Live Mail est simple pour autant que l'on maitrise : Le clavier pour saisir les données La souris pour les manipuler Les fenêtres dans lesquelles ces mêmes données s'affichent Les outils, le menu et la barre des tâches, qui permettent de traiter ces données et/ou de manipuler l'environnement.

La souris permet d'actionner les commandes du menu et de déplacer le pointeur ; le déplacement de la souris sur le tapis détermine le déplacement du pointeur à l'écran. C'est un outil indispensable pour une utilisation optimale d'ACCESS. PRINCIPE Le POINTEUR a le plus souvent la forme d’une flèche : ou d'une croix ; son déplacement est proportionnel à celui de la souris sur le tapis <CLIC G> (appuyer avec l'index sur le bouton gauche de la souris) sélectionne la cellule à la position du pointeur : C’est là que les données vont s’insérer <CLIC D> (appuyer avec le majeur sur le bouton droit de la souris) affiche la barre d'outils et le menu contextuel lié à la position du pointeur ou à l'objet sélectionné La ROULETTE permet de se déplacer dans la feuille comme avec l'ascenseur vertical ou de modifier le zoom (en gardant <ctrl> enfoncé) ATTENTION

Lorsque le pointeur a la forme d’un rond bleu , il est plus sage de ne rien faire et d’attendre qu’il reprenne une forme normale (le processeur est occupé)

UTILISATION Allonger et poser de manière souple la main au-dessus de la souris (main gauche ou droite selon que vous êtes gaucher ou droitier) - Vous êtes gaucher, activer dans le panneau de configuration de la souris Faire reposer l'index et le majeur sur les boutons gauche et droit de la souris sans trop courber les doigts - garder cette position et ne pas serrer la souris dans la main Déplacer la main et la souris va suivre - ne jamais regarder la souris mais l'écran Pour cliquer deux fois, relever l'index et le laisser rebondir sur le bouton gauche de la souris La roulette centrale permet de faire défiler le document et en maintenant <CTRL> enfoncé de modifier le zoom VOCABULAIRE POINTER signifie déplacer la souris pour placer le pointeur à l'endroit désiré <CLIC G> signifie enfoncer p relâcher très vite le bouton gauche de la souris <CLIC D> signifie enfoncer puis relâcher rapidement le bouton droit de la souris <DOUBLE CLIC signifie appuyer deux fois de suite et rapidement sur le bouton gauche de la souris <FAIRE GLISSER> signifie déplacer la souris tout en maintenant l'un de ses boutons enfoncé (généralement le gauche) puis relâcher ce bouton en fin d'action

1


2 Le clavier permet principalement de saisir les données ; toutes les actions de manipulation et de déplacement étant dévolues à la souris.

BARRE ESPACE

Les claviers standards sont composés d'un pavé alphanumérique (pour le texte), d'un pavé numérique (à droite pour les chiffres et les opérateurs) et d'un pavé directionnel (au milieu). Il est conseillé de bien utiliser chaque pavé en fonction des données à saisir. Les touches spéciales sont les touches suivantes : <ALT>

à gauche de la barre espace

<CTRL>

aux extrémités droite et gauche de la barre espace

<MAJ>

flèches vers le haut au-dessus des touches <CTRL>

<ALTGR>

à droite de la barre espace

<WINDOWS>

à côté des touches <CTRL> avec un symbole Windows

Elles se combinent aux autres touches du clavier (touches de raccourci) afin d'obtenir de manière rapide des actions définies dans une application donnée ou dans le système d'exploitation.

Les fenêtres sont à la base du fonctionnement de Windows. Toute application, tout dossier, tout fichier de données (classeur, document…) est ouvert dans une fenêtre. Leur contenu est très varié : texte, chiffres, images, icônes…. LES FENÊTRES ONT TROIS ÉTATS POSSIBLES : plein écran : la fenêtre occupe alors la totalité de l'écran en fenêtre : la fenêtre peut être positionnée n'importe où dans l'écran sa forme et sa taille sont personnalisables en icône : l'icône s'affiche dans la barre des tâches, en bas de l'écran.

NOTES


I – UTILISER WINDOWS LES DIFFÉRENTES CASES DES FENÊTRES : la case de RÉDUCTION réduit la fenêtre en icône la case D'AGRANDISSEMENT agrandit de fenêtre à plein écran la case de RESTAURATION restaure de plein écran à fenêtre la case de FERMETURE ferme la fenêtre Sous Windows7, les cases s’éclairent lorsque la souris pointe dessus : INFOS

,

,

,

LA COMPOSITION DES FENÊTRES : LE MENU affiche les commandes LA BARRE D'OUTILS affiche les outils les plus utilisés (personnalisable) LA BARRE D'ÉTAT affiche des informations sur le contenu de la fenêtre COMPOSITION D'UNE FENÊTRE (WINDOWS LIVE MAIL)

BARRE DE TITRE BARRE D’OUTILS

BARRE DE MENU

CASE DE RÉDUCTION

CASE D’AGRANDISSEMENT

CASE DE FERMETURE

BARRE D'ÉTAT

La position et la taille d'une fenêtre peuvent être modifiées.

ACTION

DIMENSIONNER UNE FENÊTRE POINTER sur L'ANGLE DE LA FENÊTRE ou FAIRE GLISSER JUSQU'À LA DIMENSION DÉSIRÉE

INFOS

NOTES

DÉPLACER UNE FENÊTRE POINTER sur LA BARRE DE TITRE: FAIRE GLISSER JUSQU'À LA POSITION DÉSIRÉE

Sous Windows7, faire glisser une fenêtre vers un des côtés de l’écran pour qu’elle utilise cette moitié de l’écran, secouer la fenêtre par la barre de titre pour réduire les autres fenêtres

3


4 Les menus Windows affichent de manière hiérarchique les commandes associées.

1 LE MENU DÉMARRER Le menu DÉMARRER est un menu particulier, toujours accessible, en bas de l'écran et à gauche de la barre des tâches, qui donne accès directement aux applications et à la configuration de l’ordinateur. <CLIC G> POUR DÉROULER LE MENU

LE MENU DÉMARRER : ACTION

<CLIC G> SUR

MENU WINDOWS le menu s’affiche <CLIC G> SUR LE MENU VOULU (ou rester pointé) le sous menu s’affiche

permet de revenir en arrière dans l’affichage des sous-menus INFOS

NOTES


I – UTILISER WINDOWS

5

LANCER UN PROGRAMME : ACTION

<CLIC G> SUR

MENU WINDOWS

le menu s’affiche

<CLIC G> SUR <CLIC G> SUR LE DOSSIER CONTENANT LE PROGRAMME PUIS SUR LE PROGRAMME LUI MÊME Le menu correspond à des raccourcis stockés dans le sous-dossier "menu démarrer" du dossier de l’utilisateur AVANCÉ

2 LA BARRE DES TÂCHES Elle sert à la fois à lancer les applications et à afficher les applications en cours.

ACTION

AFFICHER LES FENÊTRES OUVERTES POINTER SUR L’ICÔNE DANS LA BARRE DES TÂCHES

les fenêtres ouvertes s’affichent POINTER SUR UNE FENÊTRE AFFICHÉE, ELLE S’AFFICHE PLEIN ÉCRAN <CLIC G> SUR LA FENÊTRE POUR L’UTILISER PLEIN ÉCRAN

ATTENTION

Pour "épingler" une application dans la barre des tâches, la faire glisser du menu démarrer vers la barre des tâches.

3 LES ICÔNES DE NOTIFICATION Elles sont affichées en bas et à droite de l’écran et affichent des informations sur le système d’exploitation et les processus résidents.

ACTION

AFFICHER LES ICÔNES

MODIFIER LES CARACTÉRISTIQUES

<CLIC G> SUR

<CLIC D> SUR L’ICÔNE

<CLIC G> POUR AFFICHER

4 LES MENUS CONTEXTUELS Lorsqu'un <CLIC D> est effectué sur une sélection, un menu "contextuel" s'affiche. Ces menus sont disponibles à tout moment que ce soit dans les applications ou dans le système d'exploitation. Ils permettent d'afficher les principales commandes de gestion d'un objet.

ACTION

MENU CONTEXTUEL POINTER sur UN OBJET <CLIC D>

le menu s’affiche

NOTES


6 Elles viennent compléter certaines commandes. le clavier est plus rapide à utiliser que la souris pour le renseignement de boîtes de dialogue requérant beaucoup de saisie et lors de la saisie des enregistrements CONSEIL

Avec le clavier : une zone vers l'avant <TAB> (sélectionne le contenu de la zone)

une zone vers l'arrière <MAJ> <TAB> (sélectionne le contenu de la zone)

Avec la souris : afficher le contenu de la boite de dialogue positionner le point d'insertion sur une zone pour sélectionner le contenu d'une zone

<CLIC G> sur l'onglet afférent <CLIC G> au début de la zone <DOUBLE CLIC> sur la zone

Une boîte de dialogue est constituée de diverses zones : les onglets les zones de texte les zones de liste

les cases à cocher les cases d'option les boutons de commande

COMMANDE "OPTIONS" DE WINDOWS LIVE MAIL ONGLETS

CASE À COCHER

BOUTONS DE COMMANDE

"APPLIQUER" applique immédiatement les choix effectués sans fermer la boite de dialogue INFOS

CONSEIL

NOTES

Sortir d'une boîte de dialogue à l'aide des boutons de commande Fermer une boîte de dialogue, que l'on a ouverte uniquement pour en vérifier le contenu, par le bouton <ANNULER>


I – UTILISER WINDOWS

7

1 LES ONGLETS Ils regroupent dans un même plan des éléments cohérents d'une boîte de dialogue.

ACTION

BOUTON GAUCHE

<CLIC G> SUR L'ONGLET MARQUANT LES INFORMATIONS À ATTEINDRE

CLAVIER UN ONGLET VERS L'AVANT <CTRL><PGPR> UN ONGLET VERS L'ARRIÈRE <CTRL><PGSV>

<CLIC G> SUR L’ONGLET

2 LA ZONE DE TEXTE Dans une zone de texte, il est nécessaire de saisir un certain nombre d'informations complémentaires.

ACTION

BOUTON GAUCHE

<DOUBLE CLIC> DANS LA ZONE DE TEXTE SAISIR LES INFORMATIONS DEMANDÉES <OK> POUR VALIDER

CONSEIL

ATTENTION

CLAVIER

<TAB> JUSQU'À LA ZONE DE TEXTE SAISIR LES INFORMATIONS DEMANDÉES

<ENTRÉE> POUR VALIDER

Si la zone de texte est vide, le curseur est positionné au début de la zone si elle est déjà pré-renseignée, le texte existant est sélectionné et les caractères frappés par l'utilisateur viennent en remplacement de ceux sélectionnés. Si ce qui figure ne convient pas, il n'est pas nécessaire de l'effacer, Dans tous les cas, il suffit donc de saisir le nouveau texte Ne pas cliquer dans la zone si elle est déjà sélectionnée car le texte saisi viendrait s'inscrire au milieu de celui déjà existant

3 LA ZONE DE LISTE Dans une zone de liste, une liste de choix possibles est affichée, le choix actuel étant en sur brillance.

ACTION

BOUTON GAUCHE POINTER DANS LA ZONE VOULUE CLIQUER SUR LES FLÈCHES DE DÉFILEMENT <CLIC G> SUR L'OPTION CHOISIE <OK> POUR VALIDER

CLAVIER

<TAB> POUR ATTEINDRE LA ZONE UTILISER LES FLÈCHES POUR SE DÉPLACER JUSQU'À LA ZONE VOULUE

<ENTRÉE> POUR VALIDER

2-<CLIC G> SUR UNE POLICE POUR LA SÉLECTIONNER

1-<CLIC G> POUR FAIRE DÉFILER LES POLICES


8

4 LA ZONE DE LISTE DÉROULANTE Elle est basée sur le même principe que la zone de liste, le triangle bas affiché dans la case de droite permet d'afficher les choix disponibles.

<CLIC G> SUR LA FLÈCHE POUR AFFICHER LA PARTIE INFÉRIEURE DE LA LISTE

5 LA CASE À COCHER Une case à cocher est une option qu'il est possible d'activer ou de désactiver. Une zone de cases à cocher propose une ou plusieurs cases dont le choix n'est le plus souvent pas exclusif. Une case activée est cochée (comporte une croix).

ACTION

BOUTON GAUCHE

<CLIC G> DANS LA CASE POUR L'ACTIVER <CLIC G> DANS LA CASE POUR LA DÉSACTIVER <OK> POUR VALIDER

CLAVIER

<TAB> POUR ATTEINDRE LA ZONE UTILISER LES FLÈCHES POUR SE DÉPLACER

<ENTRÉE> POUR VALIDER

<CLIC G> SUR LA CASE POUR LA COCHER

6 LA CASE D'OPTION Une zone de cases d'options propose une ou plusieurs cases dont le choix est exclusif. Une seule case peut être activée dans une zone. Une case activée comporte un cercle plein ; une case non activée comporte un cercle vide.

ACTION

BOUTON GAUCHE

<CLIC G> DANS LA CASE POUR L'ACTIVER <CLIC G> DANS UNE AUTRE CASE POUR DÉSACTIVER LA PRÉCÉDENTE <OK> POUR VALIDER

<CLIC G> DANS UNE CASE D'OPTION POUR L'ACTIVER

NOTES

CLAVIER

<TAB> POUR ATTEINDRE LA ZONE UTILISER LES FLÈCHES POUR SE DÉPLACER JUSQU'À LA ZONE VOULUE

<ENTRÉE> POUR VALIDER


I – UTILISER WINDOWS

9

7 LE BOUTON DE COMMANDE Le bouton de commande permet de fermer une boîte de dialogue en acceptant ou en refusant les modifications apportées. Le bouton par défaut est entouré de bleu.

ACTION

CLAVIER

BOUTON GAUCHE

<CLIC G> SUR LE BOUTON DÉSIRÉ <OK> VALIDE LES MODIFICATIONS APPORTÉES <ANNULER> NE LES PREND PAS EN COMPTE

<TAB> POUR ATTEINDRE LA ZONE UTILISER LES FLÈCHES POUR SE DÉPLACER JUSQU'À LA ZONE VOULUE

<ENTRÉE> POUR VALIDER

BOUTONS DE COMMANDE (LE BOUTON PAR DÉFAUT EST ENCADRÉ DE BLEU )

"APPLIQUER" applique immédiatement les choix effectués sans fermer la boite de dialogue INFOS

CONSEIL

Toujours sortir d'une boîte de dialogue à l'aide des boutons de commande Fermer une boîte de dialogue, que l'on a ouverte uniquement pour en vérifier le contenu, par le bouton <ANNULER>

Ils affichent différents modules de l'application Windows et leur contenu. Windows Live Mail

MESSAGE SÉLECTIONNÉ COMPTES

CONTENU DU MESSAGE SÉLECTIONNÉ

MODULE SÉLECTIONNÉ MODULES

NOTES


10 En cours de travail, il est possible de faire appel à une aide contextuelle, à la leçon du didacticiel concernée ou à un index recensant les informations disponibles. LES DIFFÉRENTS MOYENS D'OBTENIR DE L'AIDE CASE AIDE TOUCHE <FI> MENU

NOTES

DE LA boite

du clavier de l’application

de dialogue active


II – INTERNET

11

Internet (INTERconnection of NETwork) est un regroupement de réseaux formé de milliers d'ordinateurs de conceptions et d'architectures hétérogènes. Internet est le plus grand réseau d'informations dans le monde. Les ordinateurs sont reliés entre eux par une multitude de média. Ainsi, lorsqu'une information part d'un serveur WEB pour arriver sur votre ordinateur, elle traverse souvent plus d'une dizaine d'autres ordinateurs. Si un de ces ordinateurs tombe en panne, l'information vous parviendra quand même dans la plupart des cas car elle passera par un autre chemin grâce au maillage d'internet... Ainsi, il est possible de faire cohabiter au sein d'un même Internet des réseaux utilisant des techniques aussi diverses qu'ETHERNET, FDDI (Fiber Distributed Data Interface), ATM (Asynchronous Transfer Mode)... Le seul point commun exigé aux réseaux composant un Internet est un ensemble de protocoles de communication identique. Ces protocoles décrivent la structure des messages échangés et la façon de les exploiter. La suite des protocoles TCP/IP (regroupant IP, UDP, TCP,...) est de loin la plus connue et la plus utilisée. Du point de vue de l'utilisateur, Internet apparaît comme un simple et unique réseau. Il ne se préoccupe en aucun cas de sa structure. Cependant, les conditions d'accès de l'utilisateur à Internet dépendent d'une structure complexe entre sa situation géographique et le réseau France Télécom.

Source arcep – www.arcep.fr

Le dégroupage est la possibilité, pour les opérateurs alternatifs, d’accéder à la boucle locale du réseau de France Télécom. Cet accès se fait au répartiteur, par connexion des lignes d’abonnés dégroupés à l’équipement actif de l’opérateur alternatif qui y est généralement hébergé. Le dégroupage de la sous-boucle, ou dégroupage au sous-répartiteur, pourrait permettre à ceux-ci d’effectuer la même opération au niveau du sous-répartiteur, local qui regroupe les lignes d’abonnés d’une même zone géographique (quartier, lotissement, ZAC,…) et qui se positionne plus près de l’abonné. L’intérêt de cette opération est de pouvoir offrir à l’abonné des débits plus importants qu’au répartiteur puisque la longueur de la ligne est le principal facteur d’affaiblissement du signal et donc du débit offert à l’utilisateur. Ainsi permet notamment d’accroître l’éligibilité au haut débit des habitants les plus éloignés du répartiteur.


12

1 HISTORIQUE Ce graphique retrace les événements marquants de l'évolution d'Internet par nature.

2 ÉVOLUTION 1959 - 1969 Programme militaire américain ARPA (Advanced Research Project Agency). Par la suite les militaires utiliseront un réseau distinct MILNET et les universités et les grandes administrations américaines se connectèrent sur ARPANET. 1970 - 1982 En 1973, un nouveau protocole nommé FTP - (File Transfert Protocol) - permettant de réaliser le transfert de fichiers fait son apparition. En 1975, première version officielle du protocole TCP/IP (Transfert Control Protocol / Internet Protocol). En 1978 ARPANET passe du stade expérimental au stade opérationnel, la responsabilité de la gestion du réseau est alors confiée à l'agence de communication du ministère de la défense (D.C.A. : Défense Communication Agency) appelée maintenant (DISA : Défense Information Système Agency). En 1981 il n'y a que plus ou moins 200 ordinateurs sur le réseau. 1983 - 1991 En 1983 les protocoles TCP/IP ont été adoptés comme standards militaires (MIL STD : Military standard). Les nouveaux protocoles ont été alors installés sur toutes les machines connectées au réseau et la DARPA demande à Bol, Beranek, et Newman (BBN) de mettre en oeuvre TCP/IP sur UNIX c'est de la que vient la suprématie des protocoles TCP/IP dans le monde UNIX. En 1986, Création de NSFNET (National Science Foundation Network), réseau fédérateur d'internet aux Etats-Unis entre 1986 et 1995.


II – INTERNET En 1990, Disparition D'ARPANET intégré au réseau de la National Science Foundation qui en finance le développement jusqu'en 1995.

13

En 1991, Invention par Tim Berners-Lee, au CERN, Conseil européen pour la recherche nucléaire (Genève), du World Wide Web (la Toile mondiale). En octobre 1991, création de RENATER, réseau français inter-universitaire (CNRS). Le démarrage opérationnel aura lieu en novembre 1992. Janvier 1992 - Naissance de l'Internet Society (ISOC), association de droit américain pour promouvoir et coordonner le développement des réseaux informatiques dans le monde. La même année, L'IAB, Internet Architecture Board est créé et intégré à L'ISOC. Cet organisme est chargé de décider des normes, standards, protocoles à adopter pour internet. Septembre 1993 - Formalisation par l'administration Clinton de la NII (NATIONAL INFORMATION INFRASTRUCTURE) ou politique des Autoroutes de l'information. Cette politique, initiée par le sénateur Albert Gore avait pour but l'accès à l'information pour tous. Un an plus tard, la NII se transforme en Global Information Infrastructure (GII), ne limitant plus le projet au territoire mais à la planète. Cette politique sera reprise par les pays industrialisés. 1994 - Explosion du World Wide Web, généralisation du langage HTML, des URL (Uniform Resource Locator), les adresses web, et de HTTP (Hypertext Transfert Protocol). Octobre 1994 - Création du World Wide Web Consortium (W3C) par Tim Berners-Lee pour promouvoir la compatibilité et donc la normalisation des technologies du World Wide Web. 1995 - La NSFNET (National Science Foundation Network) cesse d'exister. Lui succède le NREN (National Research and Education Network), réseau informatique national américain devant fournir une interconnexion à haut débit entre d'autres réseaux nationaux et régionaux. 26 juillet 1996 - Le gouvernement français fait voter une loi autorisant des expérimentations de services d'information, une loi établissant une nouvelle règlementation des télécommunications et une loi privatisant partiellement France Télécom. Octobre 1998 - Création de L'ICANN (Internet Corporation for Assigned names and Numbers) afin de superviser l'administration des noms de domaine dans le monde. L'ICANN intègre et reprend les missions de L'IANA (Internet Assigned Numbers Authority) jusque-là chargée de la gestion des noms de domaines. mars 2003 - Le parlement français inaugure le vote électronique en l'autorisant pour les élections des Français de l'étranger au CSFE (Conseil supérieur des Français à l'étranger), devenue Assemblée des Français de l'étranger. décembre 2003 - Première phase du Sommet mondial de la société de l'information (SMSI), organisé par L'UIT (Union internationale des télécommunications), à Genève. L'objectif est de prendre des mesures concrètes pour poser les bases d'une société de l'information accessible à tous. décembre 2003 - Loi anti-spam adoptée aux Etats-Unis. Elle contraint les sociétés désirant perpétrer cette forme de marketing direct à s’identifier auprès du destinataire des messages publicitaires, et à permettre à celui-ci de se désabonner de la liste de diffusion du prestataire.

NOTES


14 mars 2004 - Etablissement de l'Agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l'information (ENISA), afin de conseiller et de coordonner les mesures prises par les États membres de l'Union européenne pour sécuriser leurs réseaux et systèmes d'information. décembre 2004 - Google annonce son intention de scanner et mettre en ligne 15 millions d'ouvrages issus des fonds de 5 bibliothèques partenaires (Bibliothèque publique de New York et celles des Universités de Harvard, Stanford, du Michigan aux Etats-Unis et d’Oxford en Grande-Bretagne) à travers Google Print. septembre 2005 - Le terme web 2.0 est utilisé pour la première fois par Tim O'Reilly dans un texte, "What is Web 2.0" qui formalise une nouvelle ère du web, apparue après l'éclatement de la bulle internet. décembre 2005 - Début de l'enregistrement des "EU" par l'association EURID désignée en octobre 2004 par la Commission européenne pour gérer ce nouveau nom de domaine. 100 000 demandes sont faites le 1er jour. Seuls les titulaires des "droits antérieurs" (les titulaires de marques déposées, les organismes publics) peuvent demander cet enregistrement. Le 7 avril 2006, élargissement de l'ouverture du "EU" à tous publics. novembre 2007 - Signature en France d’un accord entre les pouvoirs publics, les professionnels de l’audiovisuel, du cinéma, de la musique et les fournisseurs d’accès à internet, sur la protection des œuvres culturelles dans les nouveaux réseaux de communication.

3 UTILISATION En 1984 plus ou moins 1000 ordinateurs sur le réseau En 1986 plus ou moins 5000 ordinateurs sur le réseau En 1987 plus ou moins 28.000 ordinateurs sur le réseau En 1990 plus ou moins 130.000 ordinateurs sur le réseau En 1991 plus ou moins 500.000 ordinateurs sur le réseau En 1992 plus ou moins 1.000.000 ordinateurs sur le réseau En 1993 plus ou moins 2.000.000 ordinateurs sur le réseau En 1994 plus ou moins 3.500.000 ordinateurs sur le réseau … En 2009 plus ou moins 1 milliard d'ordinateurs sur le réseau. Qui se décomposent en Asie Pacifique: 416 millions (41.3%) Europe: 283 millions (28.0%) Amérique du nord: 185 millions (18.4%) Amérique Latine: 75 millions (7.4%) Moyen Orient & Afrique: 49 millions(4.8%


II – INTERNET

15

4 SERVICES Les services fournis par internet sont différents selon que la zone de l'utilisateur est dégroupée ou non.

Source arcep - www.arcep.fr

5 WEB 2 Le web2 est l'évolution naturelle d'Internet. Le terme "web 2.0" a été proposé dans le cadre d’une conférence tenue en août 2004 qui a rendu compte de la transformation tendancielle du web en "plate forme de données partagées via le développement d’applications qui viennent architecturer les réseaux sociaux issus de la contribution essentielle des usagers à la création des contenus et des formats de publication" (blogs, wikis…). La définition a été ensuite popularisée par Tim O’Reilly, président-fondateur de la maison d’édition américaine informatique O'Reilly, dans un article publié le 30 septembre 2005 qui en a posé les principes. Le web 2.0 repose sur un ensemble de modèles de conception : des systèmes architecturaux plus intelligents qui permettent aux gens de les utiliser, des modèles d’affaires légers qui rendent possible la syndication et la coopération des données et des services. Le Web 2.0 est défini en fonction de trois éléments : Technologique : le web 2.0 est naît grâce à la convergence d'un ensemble de technologies qui sont arrivées à maturation au début des années 2000. En particulier les "framework" Ajax, permettant de créer des pages web "riches", où les objets de la page peuvent se mettre à jour sans que la page ne soit rechargée dans sa totalité, et avec de multiples effets graphiques permettant dans le navigateur internet d'approcher de très près la richesse fonctionnelle d'un logiciel client traditionnel. Social : c'est la dimension du fameux "user generated content" (UGC), le contenu généré par les utilisateurs. Mais plus qu'une simple génération de contenus, il s'agit aussi de la capacité à converser, à commenter librement d'un utilisateur à l'autre, d'un contenu à l'autre. Les sites de média participatif, les blogs, et les réseaux sociaux en sont l'illustration les plus éclatantes.

NOTES


16 Économique : avec l'avènement du web 2.0, l'Internet est devenu une véritable plate-forme économique à part entière, où des écosystèmes économiques complets peuvent prospérer à 100%. Une grande part des nouveaux business ne se fait plus que sur internet : vendeurs, fournisseurs, acheteurs, places de marchés, l'ensemble des services et des transactions ne transitent plus que sur l'Internet, quelles que soient les tailles de sociétés.

INFOS

Une autre révolution technologique du Web 2.0 est que l'ensemble des services disponibles sont en ligne (cloud computing). Auparavant, la création était effectuée sur le PC, puis partagée dans le réseau de l'entreprise, puis sur internet à travers quelques services de partage de fichiers. Maintenant la production s'effectue directement en ligne. Le PC ne sert plus que d'interface utilisateur. Plus rien n'est stocké sur l'ordinateur, l'ensemble des informations sont produites, stockées, partagées, échangées, publiées, diffusées, modifiées, commentées, supprimées, etc… en ligne !. Des moteurs de recherche servent à retrouver l'information et des systèmes de tags collaboratifs voient le jour pour affiner l'organisation des informations grâce à un premier niveau d'intelligence collective

Le web 2.0 est l’appropriation par les internautes des nouveaux outils appartenant à la mouvance "open source" pour publier des contenus numériques à travers les blogs, les wikis, partager des photos, des films, des vidéos et des applications. Il est structuré autour des éléments suivants : Le BLOG est un site web composé de notes ou de billets (posts en anglais) classés selon leur date de publication. Le succès du blog vient d’une grande facilité de publication, d’une grande liberté éditoriale et de la capacité d'interaction en temps réel avec le lectorat. Le FIL RSS (flux d'actualité) est un simple fichier texte au format XML comportant la description synthétique du contenu et permettant la diffusion automatique des mises à jour d'un blog ou de n’importe quel site web. Le WIKI est un système de gestion de contenu de site web qui rend les pages Web réalisables et modifiables par les visiteurs successifs autorisés (le mot wiki vient du redoublement hawaiien wiki wiki, qui signifie rapide). L’exemple le plus connu est l'encyclopédie collective Wikipédia créée en 2001, basée sur le principe qu'une entrée puisse être ajoutée par n'importe quel utilisateur du web et modifiée par un autre. Les SITES DE PARTAGE de photos et de vidéos ont pour ambition de rendre la diffusion d'images aussi simples que des textes sur les blogs. FLICKR développé en 2002 par une société canadienne, depuis racheté par Yahoo, est un site web gratuit de diffusion et de partage de photographies, dont l'organisation s'apparente à celle d'une communauté virtuelle. YOUTUBE a été créé en 2005, racheté depuis par Google. C’est un site web de partage de vidéos sur lequel les utilisateurs peuvent envoyer, visualiser et se partager des séquences vidéo. Les vidéos sont accessibles par catégorie et à l'aide de mots-clés (tags) comme sur Flickr. Les SITES SOCIAUX, parmi lesquels MYSPACE, FACEBOOK. Les utilisateurs créent

des profils connectés par lien à des amis à travers le système. Les profils comportent les domaines d’intérêt et les goûts des utilisateurs, des musiques, des photos et des vidéos.

NOTES


II – INTERNET 17 Les SITES D'ENCHÈRES : EBAY par exemple est un site d'enchères en ligne où les vendeurs sont notés selon le degré de qualité et de rapidité du produit vendu et livré, est le modèle de l'activité collective de ses utilisateurs, fonctionnant selon une logique de réputation. Les MASHUPS utilisés par GOOGLE MAPS et YAHOO MAPS ont pour principe d'agréger du contenu provenant d'autres sites, afin de créer un site nouveau. Pour ce faire, on utilise le plus souvent les Open API, interfaces de programmation d'applications ouvertes, qui facilitent le travail d'un programmeur en lui fournissant des ensemble de fonctions, routines et méthodes d’usage courant (par exemple, ouvrir un fichier, l'indexer, le fermer, ...) préécrites.

INFOS

L’API Google Maps a été codée en 2005 et a donné lieu à l’un des premiers mashusp caractéristiques du web 2.0 : Housing Maps, fusionnant un dérivé de GoogleMaps, qui venait de sortir son application, avec un site d’informations locales et de petites annonces immobilières de la baie de San Francisco, CraigList. Ainsi les données du réseau viennent enrichir l’espace physique. On parle désormais "d’espace augmenté" pour caractériser cette articulation du web et de la rue

L'accès à Internet peut s'effectuer de bien des manières.

1 TRANSMISSION La transmission peut s'effectuer avec ou sans câbles. A) TRANSMISSION PAR CÂBLE

Le câble est le support essentiel de la transmission entre deux réseaux, celui-ci différent suivant le type de réseau. La paire de fils torsadée est le médium de transmission de données le plus utilisée. Il est réalisé à partir de paires de fils électriques, quelques fois blindés. Ce câble est employé notamment par les technologies Token Ring et Ethernet 10 base T,100 base T ou 1000 base T (gigabit). Le câble coaxial est spécialement conditionné et isolé (le conducteur central est appelé âme), il est capable de transmettre des données à grande vitesse. La fibre optique permet de transmettre d'énormes volumes de données à la vitesse de la lumière à travers de petit fils de verre ou de plastique. Les fils électriques permettent aussi le transfert d'information. Dans cette technologie nommée CPL, le signal passe les phases par induction, mais le signal est très vite dégradé d'une phase à l'autre. Les adaptateurs se branchent directement sur les prises électriques avec des débits allant de 2 Mb/s à 45 Mb/s. B) TRANSMISSION SANS CÂBLE

PLUSIEURS MÉTHODES LA TRANSMISSION PAR ONDES INFRAROUGES à courte distance est basée sur la fréquence de la lumière et utilise une radiation électromagnétique d'une longueur d'onde située entre celle de la lumière visible et celles des ondes radio. LA TRANSMISSION PAR ONDES TERRESTRES, ou liaisons hertziennes, projette des données dans l'espace par l'intermédiaire de signaux radio à haute fréquence de l'ordre de 1000 mégahertz (1GHz est égal à 1 milliard de cycles par seconde). Les données peuvent être transmises sur une route terrestre par des répétiteurs distants d'environ 40 kilomètres.


18 LES ONDES RADIO POUR RÉSEAU CELLULAIRE utilisent les hautes fréquences radio. Des antennes sont placées géographiquement dans une région pour transférer le signal d'un poste à l'autre. LE WIFI est un réseau wlan (WIRELESS LAN) utilisant des fréquences spécifiques des ondes terrestres. L'évolution des normes 802.11 (b, a, g, i et n) porte sur le débit du réseau (54 Mbps pour le 802.11 b jusqu'à 1 gigabit théorique pour le 802.11 n), sa sécurité (clés de cryptage pouvant atteindre 256 bits pour le 802.11 i) et sa portée (10 à 100 m actuellement selon les obstacles) LE WIMAX est un réseau wlan (WIRELESS LAN) de transmission de données à hautdébit, par voie hertzienne utilisant des fréquences spécifiques des ondes terrestres définies dans les normes IEEE 802.16 (dont certaines encore en chantier).

2 PROTOCOLES A) TCP/IP (IPV4)

La défense américaine (DOD), devant le foisonnement de machines utilisant des protocoles de communication différents et incompatibles, a décidé de définir sa propre architecture. Cette architecture est la source de "INTERNET". IPCV4 est la version d'origine de TCPIP, actuellement encore la plus déployée. TCP/IP est souvent assimilée à une architecture complète, or, c'est : Au sens strict l'ensemble de 2 protocoles: IP (Internet Protocol), un protocole de niveau réseau assurant un service sans connexion TCP (Transmission Control Protocol), un protocole de niveau transport qui fournit un service fiable avec connexion Au sens large, 3 protocoles supplémentaires : FTP (File Transfert Protocol), un protocole de transfert de fichiers ASCII, EBCDIC et binaires SMTP (Single Mail Transfert Protocol), un protocole de messagerie électronique TELNET Protocol, un protocole de présentation d'écran Ces protocoles se présentent sous la forme d'une architecture en couches qui inclut également, sans qu'elle soit définie, une interface d'accès au réseau. Cette architecture est définie comme suit.

NOTES


II – INTERNET

19

(1) IP INTERNET PROTOCOL

Un des points les plus intéressants du protocole TCP/IP est d'avoir attribué un numéro fixe, à chaque ordinateur connecté sur Internet; ce numéro est appelé l'adresse IP. C'est une adresse logique, à distinguer des adresses physiques (des cartes Ethernet par ex.). Dans la version actuelle de IP (IPV4), les adresses sont codées sur 32 bits. Ainsi, tout ordinateur sur Internet, se voit attribuer une adresse de type a.b.c.d (où a,b,c,d sont des nombres compris entre 0 et 255), par exemple 162.13.150.1. Dès ce moment, vous êtes le seul sur le réseau à posséder ce numéro, et vous y êtes en principe directement atteignable. Comment est définie l'adresse IP Une adresse IP est composée de 4 nombres séparés par un point. Chacun de ces nombres est codé sur 1 octet et peut donc prendre une valeur comprise entre 0 et 255 inclus

EXEMPLE

Exemple : 202.15.170.1 les deux premiers octets (les deux premiers nombres) identifient un réseau particulier les deux nombres suivants identifient un hôte sur ce réseau.

Pour l'ordinateur, cette adresse IP est codée en binaire (4 x 8 bits = 32 bits).

EXEMPLE

202 11001010 15 00001111 170 10101010 1 00000001 pour nous, il est plus facile de retenir 202.15.170.1 que 11001010000011111010101000000001

Différentes classes d'adresses Ip L'adressage est structuré logiquement dans une architecture de réseaux et de sous réseaux. N'importe qui ne peut s'approprier librement une adresse IP: ces dernières sont régies par un organisme international, l'Internic, qui délivre les différentes adresses ou plutôt les classes de réseaux. Il y a 5 classes. Le rôle de ces classes est essentiellement de diviser l'adresse en deux parties: une partie dédiée au réseau, et une partie dédiée aux hôtes (équipements). Classe A (126 réseaux et 16 777 214 hôtes)

La classe A est caractérisée par une adresse réseau sur 8 bits dont le premier bit est à 0, ce qui signifie que le premier octet est inférieur à 128. Les adresses A sont du type "rrr.hhh.hhh.hhh", où "rrr" désigne un octet de l'adresse du réseau, et "hhh" un octet de l'adresse de l'hôte. Il existe un petit nombre de réseaux de classe A (inférieur à 128) mais chacun de ces réseaux de classe A peut contenir jusqu'à 16 M de machines.

NOTES


20 Classe B (16384 réseaux et 65 534 hôtes)

La classe B est caractérisée par une adresse réseau sur 16 bits, dont les deux premiers sont 10. Les adresses de classe B sont du type "rrr.rrr.hhh.hhh". Leur premier octet est compris entre 128 et 191 : Il y a des milliers de réseaux de classe B et des milliers de machines dans ces réseaux INFOS

Classe C (2 097 152 réseaux et 254 hôtes)

La classe C est caractérisée par une adresse réseau sur 24 bits dont les trois premiers bits sont à 110. Les adresses de classe C sont du type "rrr.rrr.rrr.hhh". Leur premier octet est compris entre 192 et 223 : On peut envisager des millions de réseaux de classe C ne comportant pas plus de 254 stations chacun INFOS

Classe D adresses multicats transmissions point à multipoint (ex: vidéoconférence) réseaux 224 à 231 ex : 224.4.4.4

Classe E (réservée pour le futur ) Adresses particulières soi-même : 127.0.0.1 (loopback ou localhost)

INFOS

Pour chaque classe d'adresse, certaines adresses sont réservées. Ainsi les adresses 0 et 127 de la classe A sont allouées à des services particuliers : l'adresse 0 définit l'acheminement par défaut et l'adresse 127 est associées à l'adresse de rebouclage. Dans toutes les classes de réseau, les adresses 0 et 255 de machines sont réservées. Enfin l'adresse 255.255.255.255 représente une adresse de diffusion

Masques de sous-réseaux Pour laisser un maximum de souplesse du mode de décomposition de l’adresse IP en sous réseaux, la norme TCP/IP de sous adressage permet de choisir l’interprétation des sous réseaux indépendamment pour chaque réseau. Une fois qu’une décomposition en sous réseaux a été choisie, toute les machines du réseau doivent s’y conformer

NOTES


II – INTERNET 21 La création de sous réseaux divise une adresse réseau en plusieurs adresses de sous réseaux uniques, de sorte qu’une adresse spécifique puisse être attribué à chaque réseau physique. (2) TCP

Le protocole TCP (TRANSMISSION CONTROL PROTOCOL) est sans doute considéré comme le plus important des protocoles au niveau transport, regroupant les fonctionnalités de niveau 4 du modèle de référence. Le protocole TCP est en mode connecté, contrairement au deuxième protocole disponible dans cette architecture qui s'appelle UDP. Ce protocole UDP se positionne aussi au niveau transport mais dans un mode sans connexion et avec pratiquement aucune fonctionnalité. Ce protocole a été développé pour assurer des communications fiables entre deux hôtes sur un même réseau physique, ou sur des réseaux différents. (3) UDP UDP (User Datagram Protocol) est un protocole du niveau de la couche transport, tout comme TCP. Contrairement à ce dernier, il n'est pas fiable, et travaille en mode non-

connecté. Il assure la détection d'erreur, mais pas la reprise sur erreur. Il n'utilise pas les accusés de réception pour garantir que les données ont été correctement réceptionnées, ne reséquence pas les messages reçus ni n'assure de mécanisme de contrôle de flux pour permettre au récepteur de maîtriser le flot des données. Les datagrammes UDP peuvent donc être perdus, dupliqués ou déséquencés. B) TCP/IP (IPV6)

Avec la convergence de l'ordinateur, de l'audiovisuel, des loisirs auxquels s'ajoutent les besoins des entreprises, le nombre d'adresse disponibles avec le protocole IPV4 est trop restreint. Bientôt, chaque poste de télévision sera connecté à Internet. Le protocole IPV6 (appelé aussi IPng pour IP new generation) offre plus de souplesse et d'efficacité. La notation décimale pointée employée pour les adresses IPv4 est abandonnée (172.31.128.1) Pour une écriture hexadécimale, où les 8 groupes de 16 bits sont séparés par un signe deux-points (1fff:0000:0a88:85a3:0000:0000:ac1f:8001) C) PORTS DE COMMUNICATION

Les ports de communication, qui permettent la communication avec Internet, utilisent les protocoles TCP ou UDP pour communiquer. (1) LES PORTS D'ENTRÉE (WAN -> LAN)

Port TCP

Service

Description utilisé pour la détection de site, doit être ouvert sur toute la plage d'entrée

0 20

Port de données FTP

21

Port de contrôle FTP

23

Telnet

25

SMTP

53

Domain Name Server (DNS)

80

World Wild Web

navigation sur Internet

110

POP3 (Post Office Protocol)

Courier entrant

443 8080

Transfert de fichiers des sites

Courrier sortant

Navigation sur certains sites sécurisés Proxy de skynet

le port peut varie d'un fournisseur à l'autre,


22 doit être ouvert sur toute la plage d'adresse 0 à 255.255.255.255 SSH remote login protocole

utilisé dans certaines applications de connexion à distance

53

Domain Name Server (DNS)

Nécessaire pour détecter si l'adresse IP correspond à une adresse valide, généralement fermé. Ce port est utilisé identiquement en UDP et IP. Il doit normalement être fermé en entrée sur le réseau interne.

70

Gopher protocol

22

119

utilisé par les news

143

protocole de courrier sécurisé IMAP 3

220

protocole de courrier sécurisé IMAP 4

1863

MSN Messenger

7000-7099

logiciel bancaire ISABEL

68

DHCP

137

Netbios Name Service

138

NetBios

139

NetBios

445

Netbios

Envoyer et recevoir les messages suivant une adresse TCP/IP locale de départ et une adresse finale (le site). Utilisé pour une configuration automatique des adresses IP Permet le partage de fichiers et d'imprimantes et donc d'utiliser ce partage via INTERNET Fonctionnalité supplémentaire implantée à partir de Windows 2000 (pas millenium)

(2) PORTS UDP

En sortie, tous les ports peuvent être fermés. Port UDP entrée

Service

0

Utilisé pour la détection des sites lors de la navigation

53 68

Description

DHCP

Utilisé pour une configuration automatique des adresses IP, normalement à fermer pour INTERNET, pas à l'intérieur du réseau

Les solutions ci-dessus ne permettent pas directement de se "connecter à un serveur réseau", mais permettent de prendre le contrôle d'un PC qui lui se connecte au réseau.

NOTES


II – INTERNET

23

3 MÉDIAS PHYSIQUES Le média physique est le support sur lequel circulent les informations. Il peut s'agir d'un câble qui fournit une voie fixe suivie par le signal électrique ou lumineux. (média relié) mais un signal peut aussi se propager sans aucun câblage (media non relié). Types de médias reliés Paire torsadée Câble coax Fibre optique

Types de médias non reliés sans fil Laser Micro-ondes Infrarouge

Les médias physiques peuvent être évalués d'après les critères suivants : Bande passante Distance maximales que les données peuvent parcourir avant qu'elles doivent être régénérées. Résistance aux interférences de sources externes. Coût et installation. A) FIBRE OPTIQUE

La fibre optique présente l'une des plus grandes avancées technologiques en matière de câblage puisqu’elle n'émet pas de chaleur. Elle transporte la lumière dont la source est soit un laser, soit une DEL (diode électroluminescente, LED en anglais). La fibre optique est un support physique de transmission permettant la transmission de données à haut débit grâce à des rayons optiques. La fibre optique est constituée de trois éléments : Le cœur, partie de la fibre optique servant à la propagation des rayons lumineux La gaine optique, entourant le cœur, constitué d'un matériau dont l'indice de réfraction est inférieur à celui du cœur, de telle manière à confiner la propagation des rayons lumineux Le revêtement de protection, chargé de protéger la gaine optique des dégradations physiques.

Il existe deux grands types de fibres : les fibres multi modes (les rayons de lumière suivent plusieurs chemins) sont généralement utilisées pour de courte distance. Dans les fibres monomodes (les rayons suivent un seul chemin), l'émetteur est un laser ce qui permet un signal très précis. Ses performances sont d’environ 100 gigabits/km, l’indice de réfraction peut être constant ou décroissant. RÉSEAUX

NOTES


24 Les déploiements de réseaux d’accès à très haut débit consistent à rapprocher la fibre optique de l’abonné, voire à déployer directement une nouvelle boucle locale en fibre optique jusqu’au local de l’abonné (FTTH1). Dans certains pays, comme les Pays-Bas ou l’Allemagne, l’ingénierie et la densité de la sous- boucle locale cuivre peuvent justifier des déploiements intermédiaires, au niveau des sous-répartiteurs (on parle alors de FTTCAB : fibre to the cabinet) par le biais de la technologie VDSL2. Ce schéma ne semble toutefois pas pertinent en France, en tout cas dans les zones denses. La solution FTTB (Fibre to the Building), consiste à amener la fibre jusqu’en pied d’immeuble, la partie terminale restant une paire de cuivre. Après une longue concertation avec les différents acteurs (France Télécom, Free, SFR, Bouygues…), c'est le FFTH (qui assure le débit le plus important) qui a été retenu.

Source arcep – www.arcep.fr

NOTES


II – INTERNET

25

B) CÂBLES UTP

Dans le cas le plus simple, une paire de fils permet de transporter le signal entre deux unités (le courant électrique génère un courant induit dans la liaison voisine. qui interfère avec le signal présent sur le câble et réduit son efficacité : c'est la diaphonie ou crosstalk). Un câble torsadé est constitué de deux fils torsadés. (Les courants induits dans les torsades s'annulent l'un par l'autre réduit l'effet de diaphonie). Le rôle du modem, appelé ATU-R (ADSL Transceiver Unit, Remote terminal end) est de décoder les données chez l'utilisateur, Le splitter est installé dans le central téléphonique, en aval du DSLAM et switch audio. Si l’utilisateur a une connexion ISDN, il devra installer un splitter chez lui en amont de son modem et de son NT ISDN. Si l’utilisateur a une connexion analogique traditionnelle, il n’a pas besoin d’installer de splitter chez lui, mais un micro-filtre avant chaque appareil téléphonique. Les différentes technologies DSL HDSL

Digital Subscriber Line Technologie permettant des débits de 160 kbit/s, en mode duplex et fournit en fait le service ISDN de base High bit rate Digital Technologie de transport sur deux paires torsadées à un débit de 1,544 / 2,048 Mbps, en mode duplex. Subscriber Line Cette technologie est à la base du ISDN primaire (T1 OU E1)

SDSL

Single Line Digital Subscriber Line

ADSL

Asymmetric Digital Subscriber Line

VDSL

Very High Data Subscriber Line

Technologie qui autorise des flux montant et descendant similaires (synchrones) de 2.048 Mb/s, donc comme le HDSL, mais le SDSL n’utilise qu’une seule paire torsadée. Il utilise la technique du modem téléphonique classique. Il permet en général un débit de 1,5 à 6 Mbps descendant et 64 Kbps montant. (vidéo temps réel sous Mpeg-2 ) Technologie qui permet des débits de l’ordre de 16 à 52 Mbps descendant sur une distance maximale de 300 mètres (coax), et de 1,6 à 2,3 Mbps montant

4 RÉSEAU CELLULAIRE Le réseau cellulaire est un réseau de communications spécialement destiné aux équipements mobiles. Il permet la communication entre ces unités mobiles ainsi qu'avec l'ensemble des abonnés. L'onde radio dans le cas d'un réseau cellulaire est le lien entre le mobile et l'infrastructure de l'émetteur. A) LIAISONS ENTRE TÉLÉPHONES MOBILES

En 1982, le CEPT a décidé de normaliser un système de communication mobile dans la gamme des 890-915 et 935-960 MHz pour l'ensemble de l'Europe. Un peu plus tard, les premiers grands choix étaient faits avec en particulier un système numérique. Avec une autre version dans la gamme des 1 800 MHz (le DCS 1800 ou Digital Cellular System), la norme GSM (Global System for Mobile communication) a été finalisée au début 1990. Cette norme est complète et comprend tous les éléments nécessaires à un système de communication numérique avec les mobiles.

NOTES


26 Dans un système GSM, la station mobile comprend deux parties : l'équipement mobile qui permet la communication radio le module d'identification qui contient les caractéristiques identifiant l'abonné.

AVANCÉ

Le réseau est découpé en cellules qui possèdent chacune une station de base, ou BTS (Base Transceiver Station), qui s'occupe des transmissions radio sur la cellule. Associés à la station de base, des canaux de signalisation vont permettre aux mobiles de communiquer avec la BTS et vice versa. Chaque station de base est reliée à un contrôleur de station de base ou BCS (Base Station Controller). Le réseau lui-même contient un commutateur ou MSC (Mobile service Switching Center) qui communique avec les différents systèmes radio, un enregistreur de localisation nominal ou HLR (Home Location Register) qui n'est autre qu'une base de données de gestion des mobiles et un enregistreur de localisation des visiteurs ou VLR (Visitor Localisation Register) qui est une base de données des visiteurs dans une cellule. En ce qui concerne le mode d'accès, c'est la technique AMRT (Accès Multiple à Répartition dans le temps) ou TDMA (Time Division Multiple Access), dans laquelle le temps est découpé en tranches, qui est employée. Une seule station au maximum peut accéder à une tranche donnée. Par canal radio, le découpage est effectué en 8 tranches d'une durée de 0,57ms. La parole est comprimée sur une bande de 22,8 Khz qui inclut un codage permettant la correction d'erreurs. Le principal obstacle que doit surmonter un système de radiotéléphonie mobile à grande capacité comme le GSM est l'étroitesse de la bande de fréquence du spectre radioélectrique disponible. D'où l'idée d'utiliser un grand nombre d'émetteurs récepteurs de faible puissance, disséminés à travers tout le territoire à couvrir (une ville, une région ou un pays). Chaque station offre une couverture de bonne qualité dans une zone restreinte, appelée "cellule", dont le rayon mesure quelques centaines de mètres, quelques kilomètres au maximum. On parle alors de "réseau cellulaire". Le territoire à desservir est décomposé en cellules. Une cellule est liée à une station de base ou BTS (Base Transceiver Station) qui possède l'antenne permettant d'émettre vers les mobiles et vice versa. Si la densité du trafic est très forte, plusieurs stations de base peuvent couvrir la cellule avec des rayons inférieurs à 500 mètres.

Lorsque l'utilisateur met son terminal en marche, celui-ci essaie de se connecter à une station de base en explorant la bande de fréquences disponible dans la cellule. La station de base est identifiée par les messages que cette station envoie sans arrêt sur le canal sémaphore de la cellule. Une fois que le terminal a choisi sa cellule en fonction de la puissance des signaux reçus, il se fait connaître grâce au dialogue qui s'établit entre la carte d'identification et la station de base. Le numéro de la zone de localisation du mobile est alors mémorisé dans l'enregistreur de localisation des visiteurs. La station mobile doit effectuer cette opération régulièrement pour faire connaître sa situation géographique. C'est le terminal qui détecte si une nouvelle cellule est mieux appropriée pour ses communications et qui l'indique à la nouvelle station de base qui relaiera cette information dans l'enregistreur de localisation des visiteurs. Les différentes entités de gestion du réseau de mobile communiquent entre elles par un protocole dénommé MAP (Mobile Application Part).

NOTES


II – INTERNET

27

B) LIAISONS ENTRE ORDINATEURS (1) WIFI

Wifi est une technologie de réseau sans fil qui permet de partager un accès Internet rapide (ADSL) dans une habitation, une entreprise. (a) TECHNOLOGIE

Wifi est proposé en plusieurs déclinaisons : 802 11b utilise la longueur d'onde de 2,4 GHz pour une vitesse maxi de 11 Mbits/s. Il est autorisé en France à l'intérieur comme à l'extérieur 802 11 b+ variante du 11b pouvant atteindre une vitesse de 22 Mbits/s 802 11a utilise la fréquence des 5 GHz pour une vitesse maxi de 54 Mbits/s et n'est pas compatible avec les autres du fait de sa fréquence particulière ; il n'est autorisé qu'à l'intérieur de bâtiments. 802 11 g Comme le 802 11a, il atteint une vitesse de 54 Mbits/s mais emprunte la fréquence des 2,4 GHz, ce qui le rend compatible avec le 802 11 b ; attention, il est encore en cours de normalisation. 802 11 n permet un débit théorique allant jusqu'à 300 Mbit/s et une portée allant jusqu'à 91 mètres à l'intérieur et 182 mètres en extérieur. En pratique, le débit oscille plutôt entre 100 et 120 Mbit/s et la portée ne dépasse pas les 80 mètres

INFOS

La technologie Bluetooth, mise au point par Ericson, fonctionne à la même fréquence que le Wifi (2,4 GHz), ce qui peut d'ailleurs provoquer des interférences, mais dispose d'un débit beaucoup plus bas (721 Kbps au maximum) ; cette technologie est donc adaptée à la connexion de téléphones portables et d'accessoires divers ; Bluetooth est par ailleurs plus sensible aux murs et autres obstacles (b) MATÉRIEL

L'utilisation du Wifi nécessite le matériel suivant : Une carte qui peut être selon la machine hôte de différents types : PC Card : modèle le plus courant adapté aux ordinateurs portables, le plus souvent PMCIAII ; elles intègrent toujours une antenne (pas toujours un connecteur externe). Carte PCI : modèle au standard PCI pour les ordinateurs de bureau nécessitant l'ouverture de la machine ; le plus souvent munie d'une antenne externe pour les liaisons à travers les murs. Adaptateur USB : modèle qui se branche sur un port USB externe

Le routeur permet de partager les ressources entre plusieurs machines ; Le routeur standard permet de créer un réseau en étoile. Il est indispensable s'il y a plus de deux machines. Le routeur/modem ADSL intègre un modem ADSL, ce qui permet de partager facilement sa connexion ADSL sur le réseau.

L'antenne permet d'étendre le réseau. Elle peut être en grille, en hélice, en patch, en parabole, en barre… Sa puissance détermine la taille du réseau. L'antenne directionnelle émet un signal selon un ange de 70 à 80 ° L'antenne omnidirectionnelle émet un signal sur 360 °

NOTES


28 ATTENTION

Le réseau Wifi présente une sécurité limitée; même crypté, la clé étant fixe peut aisément être décryptée ; la technologie à changement de clé (notion d'évasion de fréquence en communication militaire) va permettre de sécuriser les communications (2) WIMAX

Le WIMAX est adapté aux secteurs péri-urbains voire ruraux qui n'ont pas d'infrastructure téléphonique filaire exploitable. Il procure des débits de plusieurs dizaines de mégabits/seconde sur une zone de couverture portant sur quelques dizaines de kilomètres au maximum. Le WIMAX peut être, en fonction des bandes de fréquences, des débits exploités, de l'étendue des couvertures et des applications, un simple prolongement du WI-FI, le cœur de réseau du WI-FI ou encore, la convergence du WI-FI et du réseau cellulaire de troisième génération (UMTS ou "3G"). NORMES IEEE 802.16E

apporte les possibilités d'utilisation en situation mobile du standard, jusqu'à 122 km/h.

IEEE 802.16F

Spécifie la MIB (Management Information Base), pour les couches MAC (Media Access Control) et PHY (Physical)

IEEE 802.16M

Débits en nomade ou stationnaire jusqu'à 1 Gbit/s et 100 Mbits/s en mobile grande vitesse. Convergence des technologies WiMAX, Wi-Fi et 4G

Un fournisseur d’accès (provider) est un prestataire qui dispose d’une liaison permanente sur le réseau Internet, et qui propose, moyennant un abonnement, d’utiliser son infrastructure pour se connecter à Internet.

1 RÔLE Il réalise le transfert de fichiers, gère les adresses email et met à disposition un espace disque pour héberger un site web. Le transfert de fichiers peut se résumer avec le schéma ci-dessous : l'utilisateur demande une information contenue sur un serveur distant sa requête est transmise au fournisseur d'accès qui va interroger par le réseau le serveur en question pour y puiser l'information recherchée le fournisseur d'accès retransmet à l'utilisateur l'information reçue du serveur distant


II – INTERNET

2 CHOIX Le marché est maintenant couvert par les leaders nationaux des télécommunications (Orange, Free, Sfr, Bouygues, Télé2…) ce qui assure un minimum de qualité de service. Il n'y a pas de mauvais choix mais selon les, opérateurs, les efforts de développement d'infrastructure ont porté sur l'une ou l'autre région ; il faut donc faire porter son choix sur celui qui propose localement la meilleure technologie au meilleur prix. Pour choisir la solution adaptée à ses besoins, il faut prendre en compte : Les caractéristiques de votre emplacement géographique : Ville ou campagne Dégroupé ou non Distance par rapport au central Relié par câble ou fibre

Les performances technologiques : Débit (bande passante effective à la réception) Vitesse de téléchargement Qualité de la connexion.

Les offres des fournisseurs : Offre pour l'emplacement géographique donné (possibilité de tests de la ligne sur les sites internet des fournisseurs) Équipement fourni Frais d'installation Tarif d'abonnement Les offres 100Mbs ne concernent que les abonnés reliés par fibre optique ATTENTION

3 CONNEXIONS Le type de connexion choisi va la encore dépendre de l'emplacement géographique et de l'offre locale. Un emplacement au cœur d'une grande ville sera par exemple privilégié par rapport à un emplacement en campagne, qui plus est dans une région de couverture difficile (montagne) L'ADSL Le WIMAX Le satellite

1 ANTIVIRUS L'antivirus est un outil indispensable sur le Net

ATTENTION

NOTES

Il est proprement inconcevable d'aller sur le net ou de consulter une messagerie sans un antivirus à jour

29


30 Il existe deux types méthodes : Procéder à partir d'une liste de virus connus avec leur description Reconnaitre un virus de par sa structure (méthode prédictive) La plupart des antivirus combinent maintenant les 2 méthodes INFOS

A) VIRUS SYSTÈME

Ils sont aussi appelés virus de boot et viennent infecter les fichiers situés sur la zone amorce du système, c'est-à-dire la première partie du disque lue par l'ordinateur. Le virus remplace le contenu de la zone d'amorçage par son propre code. Il est difficile de s'en débarrasser et cause souvent un dysfonctionnement de la machine pouvant entraîner la perte de données. B) VIRUS PROGRAMME

Ils sont aussi appelés virus de fichiers et infectent les programmes. Le virus s'active dès que le programme est lancé sans que l'utilisateur ne s'en aperçoive. C) CHEVAUX DE TROIE

Le cheval de Troie se niche à l'intérieur d'un programme ; il est actif dès que le programme hôte est utilisé ; une variante, la bombe logique, attend un événement particulier pour s'exécuter (date, conditions précises…) D) VIRUS MACROS

Les virus macro sont des macro-commandes particulières qui se reproduisent d'elles-mêmes au sein des fichiers de données générés par des applications telles que Microsoft™ Word et Excel. La plupart des virus macro ont pour cibles les documents Word. Lorsqu'un fichier contenant une macro infectée est ouvert, le virus se copie automatiquement dans le modèle global de Word (le fichier NORMAL.DOT) grâce à des fonctions qui sont exécutées dès le chargement du document. Le virus peut alors infecter d'autres fichiers Word. Tous les documents ouverts ou créés après que le modèle global ait été infecté se trouvent à leur tour infectés. Les virus macro, qui font alors partie du document même, se répandent dès qu'un utilisateur infecté transmet ses fichiers ou dès qu'un fichier infecté se trouve joint à un message électronique. E) VIRUS DE SCRIPT

Ils utilisent les différents langages de script qui permettent de contrôler l'environnement du logiciel. Ils sont le plus souvent dans des langages répandus (VB script ou Java script). Ils se répliquent très vite grâce à Internet par l'intermédiaire des messageries électroniques. F) VERS

Contrairement aux virus, les vers (worms) n'ont pas besoin d'infecter un programme ou un support pour se reproduire. Ils se reproduisent seuls en utilisant les connexions réseau pour se propager. Ils utilisent très souvent les carnets d'adresses de l'ordinateur pour s'auto envoyer.

NOTES


II – INTERNET

31

G) LIMITER LES RISQUES

Un certain nombre de précautions permettent de limiter les possibilités d'infection. Installer un antivirus efficace Vérifier la mise à jour quotidienne des fichiers de définition de virus Programmer une analyse complète du système (une fois par semaine). CONSEIL

Créer dans vos carnets d'adresse un correspondant dont le nom commence par la valeur "zéro" et avec une adresse inventée ; la valeur "zéro" fera que ce correspondant sera le premier par lequel le virus s'auto-enverra et l'adresse fausse fera que vous aurez aussitôt un message d'erreur

2 FIREWALL La sécurité est primordiale car elle assure l’intégrité et la sûreté de l’information. Cette sécurité peut être appliquée à plusieurs niveaux et par de nombreuses méthodes. Les Firewalls en font partie. Un Firewall (mur de feu) est un système ou un groupe de systèmes qui renforce la sécurité entre le réseau interne et Internet. Il peut prendre tant de formes différentes que l'on ne peut pas le considérer comme un élément bien défini du matériel ou comme une fonction déterminée, mais bien comme un "concept" Il détermine : À quels services internes il est possible d'accéder de l’extérieur. Quels éléments externes peuvent accéder aux services internes autorisés. À quels services externes des éléments internes peuvent accéder Son principe de fonctionnement est le même que celui d’un routeur avec des listes d’accès. Il agit surtout sur les niveaux 3 et 4 de la couche OSI, c’est-à-dire sur les adresses TCP/IP.

3 SPYWARES – MALWARES Ils sont assimilables aux virus mêmes s'ils font généralement moins de dommages. La plupart ont pour but d'envoyer des informations (cookies, mots de passe, adresse mail, habitudes…) à partir de votre ordinateur vers des serveurs pirates qui les utilisent à des fins malhonnêtes. On trouve dans le logiciel libre de très bons anti-spywares (spybot).

ATTENTION

Se méfier des programmes inconnus qui vous révèlent des virus ou spywares inexistants afin que vous installiez le produit en question sur votre machine ; c'est alors, et malgré son nom souvent évocateur, l'application qu'il vous est proposé d'installer qui est le spyware

4 SPAMS Ce sont des messages publicitaires non désirés qui, comme les prospectus dans les boites aux lettres réelles, viennent encombrer les messageries ; ils sont vraiment gênants dans deux cas de figure : Ils sont gros ou trop nombreux et prennent du temps à télécharger Ils ont trait à un sujet non souhaité (pharmacie, pornographie…)

NOTES


III –WINDOWS LIVE MAIL

33

Windows Live Mail est un logiciel très complet, possédant beaucoup de similitudes avec Outlook, dont les différents modules permettent de répondre à des besoins exigeants en matière d'organisation et de communication. LE MODULE MESSAGERIE PERMET DE

Envoyer et de recevoir des messages Gérer ces messages et les organiser LE MODULE CALENDRIER PERMET DE

Créer des événements (rendez-vous) Gérer ces événements et les classer par couleurs Afficher ces événements par jour, semaine ou par mois LE MODULE CONTACTS PERMET DE

Enregistrer un nouveau contact Gérer les informations relatives à ce contact Partager ces contacts avec Live Messenger LE MODULE FLUX RSS PERMET DE

S'abonner à des flux RSS et en recevoir les informations Lire les titres de ces flux pour éventuellement lire l'article lui-même LE MODULE GROUPES DE DISCUSSION PERMET DE

S'abonner à des groupes de discussion Échanger avec ses contacts des différents groupes Il faut distinguer deux stades dans son utilisation : le paramétrage qui peut parfois être assez complexe L'utilisation proprement dite qui est graphique et intuitive.

1 CONFIGURATION OPTIMALE La configuration conseillée est la suivante : ordinateur de type pentium™ Core ou I7 avec Windows Seven mémoire vive de 4 Go écran plat 22" résolution 1980/1024 couleurs 32 bits disque dur 500 Go / 1To - Lecteur DVD / Graveur / Blue Ray Souris laser 2 boutons + roulette de qualité TÉLÉCHARGER LES EXERCICES ACTION

OUVRIR VOTRE NAVIGATEUR INTERNET SAISIR L'ADRESSE SUIVANTE :

http://www.ios.fr/public/exosie8wlm.exe <CLIC G>

SUR

la boite de dialogue de téléchargement s'ouvre <CLIC G> SUR POUR CONFIRMER


34

2 PROCÉDURE D'INSTALLATION

AVANCÉ

POUR INSTALLER WINDOWS LIVE MAIL S'assurer qu'il y a la place suffisante sur le disque dur Aller de préférence sur le site dédié http://www.windowslive.fr/livemail/ Télécharger le programme et suivre les instructions L’installation est complètement automatique si l’on choisit l’installation par défaut

3 OUVERTURE / FERMETURE L'installation affiche Windows Live Mail dans le menu démarrer et sur le bureau. POUR LANCER WINDOWS LIVE MAIL ACTION

<CLIC G> SUR

POUR FERMER WINDOWS LIVE MAIL <CLIC G> SUR LA CASE DE FERMETURE

DE LA BARRE DES TÂCHES OU

OU

MENU FICHIER (en

MENU WINDOWS

haut, à gauche)

QUITTER

puis

CONSEIL

Épingler l'application dans la barre des tâches en faisant glisser le programme depuis le "menu démarrer" jusqu'à la" barre des tâches"

Elle va permettre d'échanger des messages et éventuellement des fichiers avec d'autres utilisateurs. LES TYPES LES PLUS COURANTS DE MESSAGERIE SONT : SMTP : Ce protocole fonctionne en mode connecté. Le courrier est remis directement au serveur de courrier du destinataire. Le protocole SMTP fonctionne grâce à des commandes textuelles POP3 : Le protocole POP (protocole bureau de poste) permet d'aller récupérer son courrier sur un serveur distant (le serveur POP). Il permet de consulter les mails hors connexion IMAP : les messages sont conservés sur le serveur dans le but de pouvoir les consulter de différents clients de messagerie ; il comporte des fonctionnalités avancées : boîtes aux lettres multiples, tri… SMTP

utilise le port 25,

POP3

utilise le port 110 et

IMAP

utilise le port 143

AVANCÉ

ACCÉDER À LA MESSAGERIE ACTION

<CLIC G> SUR

ou

EN BAS DU VOLET GAUCHE

le détail du module s'affiche dans la partie haute

<CLIC G> SUR UN DES DOSSIER affiche son contenu dans le volet d'affichage

NOTES


III –WINDOWS LIVE MAIL

35

1 PARAMÉTRER LA MESSAGERIE Avant de pouvoir utiliser la messagerie, il faut tout d'abord avoir un compte de messagerie (une boîte aux lettres) puis renseigner les informations du compte ou des comptes dans Windows Live Mail. A) CRÉER UN COMPTE

Dans une entreprise, le compte est créé par le service informatique pour chacun des utilisateurs. Le plus souvent, l'entreprise possède un nom de domaine auxquels sont rattachés les comptes utilisateurs.

EXEMPLE

L'entreprise s'appelle "transports bretons" Elle a acheté le nom de domaine "www.tbr.fr" auprès d'une société spécialisée qui héberge en même temps ce nom de domaine http://www.tbr.fr Un serveur de messagerie est associé à ce nom de domaine pour lequel l'hébergeur fournit les indications de server POP et SMTP, ici : POP.TBR.FR et SMTP.TBR.FR Les utilisateurs reçoivent des noms simples reprenant le prénom et le nom : Ainsi Pierre Dedupont aura pour adresse professionnelle : Pierre.dedupont@tbr.fr

Pour les particuliers, de nombreuses sociétés proposent des comptes gratuits permettant de créer une adresse personnelle et souvent des services associés :

EXEMPLE

NOTES

Microsoft™ Live (Live, Hotmail)

Yahoo (Yahoo! Mail)

Google (Gmail)

La poste

Créer un compte à la poste Aller sur le site de la poste : http://www.laposte.net <CLIC G> sur "créer votre boîte"


36

EXEMPLE

ce compte est alors accessible à partir du webmail du fournisseur d'adresses :

il peut aussi être paramétré dans Windows Live Mail.


III –WINDOWS LIVE MAIL CONSEIL

37

Il est recommandé de créer un compte de messagerie personnel indépendant de votre fournisseur d'accès ; autrement, si vous êtes amenés à changer de fournisseur d'accès (comme cela est probable puisque tous proposent des prix, des techniques, des services ou une qualité de service qui varient dans le temps et en fonction des régions), il faudra prévenir tous vos contacts de votre

nouvelle adresse et vous en perdrez certainement dans l'opération. Créer un compte à votre nom à La Poste et consultez-le en ligne EXERCICE

B) PARAMÉTRER LE COMPTE

Windows Mail vous permet de recueillir vos messages sur votre ordinateur. Si le comte de messagerie est de type "POP", les messages recueillis sont automatiquement supprimés en ligne (et ne pourront plus être consultés que dans votre messagerie locale). S'il est de type IMAP, les deux messageries, en ligne et locale, vont pouvoir être synchronisées. Pour paramétrer le compte dans Windows Live Mail, il faut connaître : L'adresse de messagerie Le mot de passe associé Il peut aussi être utile de posséder les informations techniques fournies par le fournisseur d'adresses :

Le serveur de courrier entrant (serveur POP3 ou IMAP) Le serveur de courrier sortant (serveur SMTP)

ACTION

ONGLET COMPTE GROUPE "NOUVEAU COMPTE" (1er bloc)

<CLIC G>

SUR

POUR LES SERVEURS IMAP, LAISSER LA CONFIGURATION AUTOMATIQUE POUR LES SERVEURS POP, CONFIGURER MANUELLEMENT

NOTES


38 La configuration manuelle peut être nécessaire si l'on utilise des fournisseurs non reconnus ou lorsque l'on veut effectuer un paramétrage différent du standard. CONFIGURATION MANUELLE EN BAS DE LA FENÊTRE PRÉCÉDENTE ACTION

COCHER RENSEIGNER LES ÉLÉMENTS NOTAMMENT LES SERVEURS POP ET SMTP

ils sont le plus souvent de la forme pop.nomdudomaine et smtp.nomdudomaine

AVANCÉ

ATTENTION

EXERCICE

Là encore, la première partie des noms de serveur "POP." ou "POP3" puis "SMTP." reste le plus souvent constante mais la deuxième partie va dépendre de votre connexion : Le serveur de votre fournisseur d'accès (ex : orange.fr) Le serveur de votre fournisseur d'adresses gratuites (ex : laposte.net) Le nom du domaine de votre entreprise (ex : tbr.fr) Orange n'accepte pas que vous utilisiez d'autres serveurs sortant que les siens ; si vous êtes chez Orange, indiquez toujours comme serveur SMTP "smpt.orange.fr" Paramétrez le compte créé à La Poste sur Windows Live Mail en tant que compte "POP" (bien que pouvant être paramétré en IMAP, le serveur de La Poste n'assure pas une synchronisation continue) puis consultez-le en local Réduire puis développer la structure du compte

DÉVELOPPER OU RÉDUIRE LA STRUCTURE DU COMPTE


III –WINDOWS LIVE MAIL

INFOS

39

Chaque compte possède sa propre structure de réception, brouillons, éléments envoyés, courrier indésirable et supprimés (pour permettre la synchronisation des comptes IMAP) mais il n'existe qu'une seule boîte d'envoi C) MODIFIER UN COMPTE

Les différentes informations du compte peuvent être modifiées ONGLET COMPTE GROUPE "NOUVEAU COMPTE" (1er bloc)

ACTION

BOUTON DROIT SÉLECTIONNER LE COMPTE DANS LE VOLET GAUCHE <CLIC D> PROPRIÉTÉS

SÉLECTIONNER LE COMPTE

<CLIC G>

SUR

. Afficher le compte créé à La Poste Renseigner l'adresse de réponse avec la même adresse EXERCICE

D) SUPPRIMER UN COMPTE

Un comte qui ne fonctionne plus doit être supprimé, sinon la messagerie envoie un message d'erreur à chaque fois qu'elle essaie de s'y connecter.

ACTION

BOUTON DROIT SÉLECTIONNER LE COMPTE DANS LE VOLET GAUCHE

<CLIC D>

NOTES

CLAVIER SÉLECTIONNER LE COMPTE APPUYER SUR LA TOUCHE <SUPP> DU CLAVIER CONFIRMER


40

2 ENVOYER UN MESSAGE Avec l'ADSL ou tout moyen de connexion moderne, vous êtes en ligne de manière permanente et pouvez envoyer et recevoir les messages à tout moment.

ACTION

ONGLET ACCUEIL GROUPE "NOUVEAU" (1er bloc) SÉLECTIONNER LE COMPTE À PARTIR DUQUEL LE MESSAGE DOIT PARTIR DANS LE VOLET DE GAUCHE

<CLIC G> SUR

OUTILS DE MISE EN FORME

<CLIC G> POUR CHOISIR UN CONTACT ET/OU METTRE EN COPIE

ENVOYER À PARTIR D'UN ENVOYER EN COPIE AUTRE COMPTE

SAISIE DU TEXTE

A) INDIQUER LES DESTINATAIRES

Les destinataires peuvent être choisis dans la liste des contacts ou saisis manuellement ; s'ils sont connus, ils sont proposés après la saisie de quelques caractères. SAISIR LES DESTINATAIRES LES SAISIR DIRECTEMENT DANS L'ENTÊTE DU MESSAGE ACTION

OU

<CLIC G> SUR

POUR AFFICHER LA LISTE DE CONTACTS

OU SAISIR DIRECTEMENT L'ADRESSE DU DESTINATAIRE IDEM POUR

ET

, DESTINATAIRES EN COPIE SEULE

permet de rechercher un destinataire INFOS

INFOS

S'il y a plusieurs destinataires, séparer les adresse par un point-virgule permet d'envoyer directement le message en copie dans ouvrir la liste des contacts Pour envoyer un message à plusieurs destinataires sans que ces destinataires soient

AVANCÉ

visibles les uns pour les autres, utiliser


III –WINDOWS LIVE MAIL

41

SAISIR LES PREMIERS

RECHERCHER DANS LES

CARACTÈRES DU NOM DU

ANNUAIRES

CONTACT RECHERCHÉ

DESTINATAIRE EN COPIE EN COPIE INVISIBLE

(le destinataire ne le sait pas)

CONSEIL

Vous envoyez un mail à plusieurs clients ou relations qui ne se connaissent pas, ne les mettez pas comme destinataires mais comme "copie invisible" afin que leur adresse ne s'affiche pas B) L'OBJET DU MESSAGE

Tout message doit avoir un objet. OBJET <CLIC G> DANS LA ZONE ACTION

SAISIR L'OBJET :

C) COMPOSER LE MESSAGE

Le texte du message est saisi dans la partie basse de la fenêtre ; des outils de correction et de mise en forme sont disponibles. SAISIR LE TEXTE <CLIC G> DANS LA PARTIE BASSE DE LA FENÊTRE ACTION

SAISIR LE TEXTE

Saisir un message simple du type ci-dessous EXERCICE

NOTES


42 D) ENVOYER LE MESSAGE

Une fois le message saisi, il ne reste plus qu'à l'envoyer.

ACTION

<CLIC G> SUR Compléter le message comme ci-dessous et l'envoyer à votre voisin en mettant en copie toutes les autres personnes présentes

EXERCICE

permet d'utiliser un autre compte que le compte par défaut INFOS

E) JOINDRE DES FICHIERS

Il n'est pas rare de devoir joindre un fichier à un message. La messagerie est le moyen idéal puisque le fichier est reçu sur un ordinateur et peut être aussitôt réutilisé ou modifié.

ACTION

ONGLET MESSAGE GROUPE "INSÉRER" (5ème bloc) BARRE D'OUTILS

<CLIC G> SUR SÉLECTIONNER LE DOSSIER SÉLECTIONNER LE OU LES DOCUMENTS (avec <CTRL> ou <MAJ>)

<CLIC G> SUR Les documents joints s'affichent en dessous de l'objet : INFOS

La plupart des boites permettent maintenant de stocker de 10 à 25 Go de données

EXERCICE

NOTES

1 - ouvrir word faire le courrier suivant L'enregistrer dans "documents"sous le nom "lettre"


III –WINDOWS LIVE MAIL

2 - ouvrir Excel faire le tableau suivant : EXERCICE

l'enregistrer dans "documents" sous le nom : "tableau" 3 – Créer un nouveau message sur le modèle du précédent et avec les mêmes destinataires mais avec l'objet "documents joints" et en y attachant le tableau et la lettre réalisés (ne pas encore l'envoyer) F) S'ASSURER DE LA RÉCEPTION

Il est préférable de s'assurer de la bonne réception des messages importants par une confirmation de lecture.

ACTION

ONGLET MESSAGE GROUPE "REMISE" (7ème bloc) <CLIC G> SUR

NOTES

43


44 La confirmation de lecture est proposée au destinataire du message à la suite de l'ouverture du message INFOS

Pour le message en cours Demander une confirmation de lecture EXERCICE

G) PRIORITÉ

Elle permet de déterminer l'importance du message.

ACTION

ONGLET MESSAGE GROUPE "REMISE" (7ème bloc) <CLIC G>

SUR

La priorité s'affiche sous l'objet et les documents joints INFOS

Affecter au message en cours une priorité haute puis l'envoyer EXERCICE

H) FORMAT DES MESSAGES

Le format par défaut est le format HTML. C'est le format le plus riche et il permet d'afficher correctement les messages. Le message "PHOTO" est un type de message spécifique à Windows Live Mail qui permet de modifier et d'optimiser l'envoi des photos. Il peut être spécifié dès la création du mail ou ce dernier peut simplement être enrichi en ajoutant des photos.

ACTION

ONGLET ACCUEIL GROUPE "NOUVEAU" (1er bloc)

ONGLET ACCUEIL GROUPE "PHOTO" (2ème bloc)

SÉLECTIONNER LE COMPTE À PARTIR DUQUEL LE MESSAGE DOIT PARTIR DANS LE VOLET DE GAUCHE

dans un message en cours

<CLIC G>

SUR OU INSÉRER LES PHOTOS

<CLIC G> SUR <CLIC G> SUR RÉPÉTER L'OPÉRATION POUR TOUTES LES PHOTOS <CLIC G> SUR

NOTES


III –WINDOWS LIVE MAIL L'onglet

du ruban s'affiche.

Créer un nouveau message comme ci-dessous avec les mêmes destinataires que les précédents et l'envoyer en priorité haute EXERCICE

3 RECEVOIR LES MESSAGES Les messages envoyés sont affichés dans la boite d'envoi jusqu'à leur départ ; une fois envoyés, les messages sont stockés dans les "éléments envoyés". Les messages que vous recevez sont stockés chez votre fournisseur de messagerie (serveur interne, Orange, Free, Bouygues, Sfr…) jusqu'à leur réception dans la "boîte de réception" de Windows Live Mail ; ils sont alors effacés sur le serveur de messagerie distant (option par défaut) dès réception pour les comptes POP, alors que fichiers et dossiers sont synchronisés pour les comptes IMAP.

ACTION

ONGLET ACCUEIL GROUPE "OUTILS" (5ème bloc)

<CLIC G>

SUR

OU SUR

POUR RECEVOIR UN COMPTE SPÉCIFIQUE

une bulle d'information dans la zone de notification vous informe des nouveaux messages dont l'objet s'affiche en transparence

NOTES

45


46

INFOS

La boîte de réception affiche entre parenthèses le nombre de messages non lus . Ces messages sont eux même affichés en gras Mettez à jour vos messages puis consulter la boîte de réception

EXERCICE

A) LIRE LES MESSAGES

Les messages sont affichés dans la boite de réception. Les messages en gras n'ont pas encore été lus. Dans la partie droite de la boîte de réception s'affiche le contenu du message (avec les écrans larges, il est souvent plus pratique d'avoir cet affichage à droite et non au-dessous du message).

MESSAGES DE LA BOÎTE DE RÉCEPTION MESSAGE SÉLECTIONNÉ

BOÎTES DE RÉCEPTION

AFFICHAGE DU MESSAGE SÉLECTIONNÉ sélectionné

INFOS

ACTION

Pour qu'un message soit considéré comme lu : le garder sélectionné plus de quelque secondes (si paramétré dans les options) l'ouvrir <CLIC D> MARQUER COMME LU il passe alors de gras à maigre et il est supprimé du nombre de messages à lire indiqués à la suite de "boite de réception" . OUVRIR UN MESSAGE <DOUBLE CLIC> SUR LE MESSAGE il s'affiche dans sa propre fenêtre Ne pas ouvrir par un <DOUBLE CLIC> les messages d'origine inconnue

ATTENTION

Ouvrir le dernier message reçu EXERCICE

NOTES


III –WINDOWS LIVE MAIL

47

FERMER UN MESSAGE <CLIC G> SUR EN HAUT À DROITE POUR FERMER LA FENÊTRE DE MESSAGE ACTION

B) RÉPONDRE À UN MESSAGE REÇU

Pour répondre à un message reçu, il n'est pas nécessaire qu'il soit ouvert.

ACTION

ONGLET ACCUEIL GROUPE "RÉPONDRE" (3ème bloc)

<CLIC G> SUR POUR RÉPONDRE À L'ÉMETTEUR c'est "l'adresse de réponse" paramétrée lors de la création du compte qui est utilisée par défaut

ATTENTION

Ne pas utiliser sans réflexion l'outil qui crée souvent des flux inutiles de message, notamment lors de la réception de messages non sollicités Pour transférer rapidement à un contact un message reçu, sélectionner le message à INFOS

transmettre puis Répondre brièvement aux différents messages que vous venez de recevoir EXERCICE

C) CLASSER LES MESSAGES

Les messages s'amassent dans la boîte de réception et il devient rapidement difficile de s'y retrouver. Un minimum de classement est alors de rigueur (idem pour les éléments envoyés). CRÉER UN NOUVEAU DOSSIER DANS LE VOLET DE GAUCHE ACTION

<CLIC D>

SUR

SAISIR LE NOM DU NOUVEAU DOSSIER MODIFIER ÉVENTUELLEMENT DANS LA LISTE LE DOSSIER RACINE (sous-dossier POUR VALIDER

d'un dossier)


48 Dans la boite de réception de pierre.dedupont@laposte.net, créer les dossiers "travail", "Amis" et "Stage" EXERCICE

CLASSER LES MESSAGES ACTION

À PARTIR DE LA BOITE DE RÉCEPTION, IL SUFFIT DE FAIRE GLISSER LES MESSAGES DANS LE DOSSIER CONCERNÉ

Déplacer tous les messages reçus dans le dossier "stage" EXERCICE

<CLIC D> sur un dossier permet de le gérer INFOS

D) SUPPRIMER LES MESSAGES

Les messages supprimés sont en fait simplement déplacés dans le dossier nommé . Il faut régulièrement vider ce dernier.

ACTION

ONGLET ACCUEIL GROUPE "SUPPRIMER" (2ème bloc) MESSAGE SÉLECTIONNÉ

<CLIC G> SUR le message est déplacé dans le dossier

d'où il peut être éventuellement récupéré

Régulièrement, sous peine d'encombrement de la messagerie, il faut vider le dossier VIDER LE DOSSIER "ÉLÉMENTS SUPPRIMÉS" SÉLECTIONNER LE DOSSIER ACTION

<CLIC D> Supprimer quelques-uns des messages reçus puis vider le dossier "éléments supprimés"

EXERCICE

NOTES


III –WINDOWS LIVE MAIL

49

E) LES MESSAGES DOUTEUX

De très nombreuses méthodes sont utilisées pour détourner frauduleusement les mails de leur simple rôle de message : Le spam ou pourriel : c'est un message, le plus souvent commercial et non sollicité ; cela peut devenir très gênant lorsque l'on reçoit plus de spams que de messages réels mais ce n'est pas vraiment dangereux. Cependant, leur objet est de plus en plus souvent illégal. Les messages infectés : ils peuvent être infectés par des virus ou des spywares/malwares ; ces derniers sont un peu moins nocifs que les virus et utilisés surtout à des fins de récupération de données Le hameçonnage : il consiste à vous envoyer un faux mail semblant provenir d'une structure officielle (grande société, banque, site marchand, paypal…) et vous demandant le plus souvent confirmation d'informations confidentielles sous un faux prétexte. Le lien inclus dans le message affiche un site quasiment identique au site original afin de vous amener à délivrer des informations confidentielles (n° de compte, de carte bleue, mot de passe…) Pour éviter les problèmes : Posséder un antivirus efficace quotidiennement mis à jour des nouvelles définitions de virus. Lancer un contrôle complet de l'ordinateur environ une fois par semaine. Posséder un anti-spyware efficace. Cette fonctionnalité est maintenant le plus souvent incluse dans les anti-virus. Faire une analyse régulière. Ne pas ouvrir les messages douteux. Juste vérifier dans le volet de lecture qu'il est bien douteux. Le supprimer ou le mettre dans le courrier indésirable Ne jamais cliquer sur un lien d'un message douteux pour accéder à un site sur internet ; c'est la base de fonctionnement du hameçonnage. ATTENTION

CONSEIL

NOTES

Se méfier et détruire sans les ouvrir les messages en langue étrangère (américain, russe, chinois…) non attendus plusieurs moyens d'éviter la plupart de ces problèmes :  Ne pas indiquer son adresse Email de manière lisible sur un site web (par exemple comme contact). Des logiciels les récupèrent automatiquement pour créer des fichiers à des fins de spam. Si nécessaire, mettre une image dans laquelle figure votre adresse Email.  Utiliser une adresse Email spécifique pour tous les formulaires de contact des sites web que vous êtes amenés à renseigner et la gérer à part de votre adresse professionnelle et de votre adresse personnelle.  Ne pas aller sur les sites de vente de pharmacie, de montres… et évidement sur les sites pornographiques. Vos adresses Email et éventuellement celles de vos contacts pourront être récupérées malgré vous et votre système peut difficilement sortir indemne d'une telle navigation.


50 Il faut détruire réellement les messages dangereux et non pas seulement les mettre dans une corbeille. DÉTRUIRE UN MESSAGE DOUTEUX ACTION

MESSAGE SÉLECTIONNÉ ENFONCER LA TOUCHE "MAJ" (SHIFT / FLÈCHE VERTICALE DU CLAVIER) APPUYER PARALLÈLEMENT SUR LA TOUCHE "SUPP" DU CLAVIER

le message n'est pas déplacé mais réellement supprimé Supprimer définitivement un ou plusieurs des messages reçus EXERCICE

F) BLOQUER DES EXPÉDITEURS

Les messages non sollicités peuvent être automatiquement aiguillés dans un dossier spécial nommé "courrier indésirable".

ACTION

ONGLET ACCUEIL GROUPE "SUPPRIMER" (2ème bloc) MESSAGE SÉLECTIONNÉ

<CLIC G> SUR <CLIC G> SUR L'OPTION le message est déplacé dans le dossier d'où il peut être éventuellement récupéré ; les courriers en provenance de cet expéditeur seront automatiquement dirigés vers le dossier "COURRIER INDÉSIRABLE" Bloquez les messages en provenance d'un de vos voisins et testez en le bon fonctionnement EXERCICE

Les spams ou pourriels proviennent souvent de plusieurs adresses d'un même domaine et c'est alors ce domaine qu'il faut mettre dans les expéditeurs bloqués.

ACTION

ONGLET ACCUEIL GROUPE "SUPPRIMER" (2ème bloc) MESSAGE SÉLECTIONNÉ

<CLIC G> <CLIC G>

SUR SUR L'OPTION

les courriers en provenance de tous les expéditeurs de ce domaine seront automatiquement dirigés vers le dossier "COURRIER INDÉSIRABLE"

AVANCÉ

Il est aussi possible le paramétrer directement dans les onglet <clic g> sur saisir le nom de domaine sans http://www. puis

pour valider


III –WINDOWS LIVE MAIL

ATTENTION

51

Ne pas mettre dans les expéditeurs bloqués des noms de domaine comme "gmail", "yahoo" ou tout autre fournisseur générique de comptes de messagerie

Cette boîte de dialogue permet aussi de gérer les destinataires approuvés et de modifier chacune des 2 listes. INFOS

G) ORGANISER LES MESSAGES

Les champs affichés et l'ordre de classement des messages peuvent être paramétrés.

<CLIC D> POUR LISTER LES CHAMPS

<CLIC G> POUR MODIFIER L'ORDRE DE TRI


52 TRIER LES MESSAGES ACTION

DANS LA LISTE DES MESSAGES <CLIC D> SUR UNE TÊTE DE COLONNE <CLIC G> SUR LE NOUVEAU CHAMP DE TRI

MODIFIER L'ORDRE DES MESSAGES DANS LA LISTE DES MESSAGES ACTION

<CLIC G> SUR OU D'UNE TÊTE DE COLONNE POUR ORDONNER LES MESSAGES DANS L'ORDRE CROISSANT OU DÉCROISSANT DE CE CHAMP les messages sont triés

Classer vos messages en fonction de la provenance EXERCICE

H) CRÉER DES RÈGLES DE MESSAGE

Un bon moyen de ne pas avoir à trier régulièrement ses messages consiste à créer des règles de routage de telle manière que, automatiquement, les messages soient dirigés vers le dossier adéquat en fonction notamment de leur origine.

ACTION

ONGLET DOSSIERS GROUPE "ACTIONS" (2ème bloc)

<CLIC G>

SUR

SÉLECTIONNER LA CONDITION DÉFINIR L'ACTION

<CLIC G>

NOTES

SUR


III –WINDOWS LIVE MAIL

53

CONDITION

ACTION

PARAMÈTRES DE LA RÈGLE CRÉÉE

Mettre en couleur et en gras les messages prioritaires EXERCICE

PARAMETRER LES REGLES : 1- SÉLECTIONNER LA CONDITION ACTION

DANS LE VOLET EN BAS, <CLIC G> SUR LE LIEN

2-

POUR PRÉCISER CES PERSONNES :

SÉLECTIONNER L'ACTION

DANS LE VOLET EN BAS,

<CLIC G> SUR LE LIEN 3-

POUR PRÉCISER LE DOSSIER

DONNER UN NOM À LA RÉGLE ET L'ACTIVER

LA RÉGLE EST AFFICHÉE DANS LE VOLET BAS

<CLIC G>

SUR

Créer une règle de ce type pour l'un des émetteurs des messages reçus EXERCICE


54 Le calendrier permet de gérer un emploi du temps de manière efficace. ACCÉDER AU CALENDRIER ACTION

<CLIC G> SUR

ou

EN BAS DU VOLET GAUCHE

le détail du module s'affiche dans la partie haute

<CLIC G> SUR UN DES CALENDRIERS affiche son contenu dans le volet d'affichage

AUJOURD'HUI MOIS AFFICHÉ DÉTAIL

CALENDRIERS PRÉEXISTANTS CRÉER UN CALENDRIER

1 LE CALENDRIER Un calendrier peut être consacré aux activités professionnelles, un autre aux activités personnelles, un autre pour les anniversaires… Un certain nombre de calendriers sont déjà créés par défaut. A) CRÉER UN CALENDRIER

Autant de calendriers que nécessaire et avec des finalités différentes peuvent être créés.

ACTION

ONGLET ACCUEIL GROUPE "NOUVEAU" (1er bloc)

<CLIC G>

SUR SAISIR LE NOM DU NOUVEAU CALENDRIER POUR VALIDER

NOTES


III –WINDOWS LIVE MAIL

55

Créer deux nouveaux calendriers nommés "perso" et "pro" de couleurs différentes Assigner le calendrier "pro" comme "calendrier principal" EXERCICE

B) AFFICHER UN CALENDRIER

À partir du moment où plusieurs calendriers existent, il est possible de choisir lequel ou lesquels afficher. AFFICHER DES CALENDRIERS ACTION

DANS LE VOLET DE GAUCHE COCHER LES CALENDRIERS À AFFICHER POUR VALIDER

Les rendez-vous de plusieurs calendriers sont automatiquement superposés INFOS

Afficher tour à tour les calendriers nommés "perso" et "pro" puis les deux ensembles EXERCICE

NOTES


56 C) MASQUER UN CALENDRIER

Un calendrier peut être masqué. MASQUER UN CALENDRIER ACTION

DANS LE VOLET DE GAUCHE <CLIC G> SUR DU CALENDRIER À MASQUER

<CLIC G> SUR le calendrier principal ne peut pas être masqué

<CLIC G> ICI

permet de réafficher un calendrier INFOS

Masquer tour à tour les calendriers "perso" et "anniversaire" puis les réafficher EXERCICE

D) SUPPRIMER UN CALENDRIER

Un calendrier peut aussi être supprimé. SUPPRIMER UN CALENDRIER ACTION

DANS LE VOLET DE GAUCHE <CLIC G> SUR DU CALENDRIER À SUPPRIMER

<CLIC G> SUR le calendrier principal ne peut pas être supprimé

<CLIC G> ICI

Supprimer le calendrier "anniversaire" EXERCICE

NOTES


III –WINDOWS LIVE MAIL

57

2 LE RENDEZ-VOUS Le calendrier va permettre d'enregistrer des rendez-vous, de les afficher de manière détaillée ou synthétique et d'en être prévenu à l'avance. A) AFFICHER LA PÉRIODICITÉ DÉSIRÉE

L'affichage des rendez-vous dans Windows Live Mail peut être complètement personnalisé et adapté aux habitudes de chacun. Il reprend les principaux types de présentation des agendas professionnels.

ACTION

ONGLET ACCUEIL GROUPE "AFFICHAGE" (2ème bloc) <CLIC G> SUR L'OUTIL APPROPRIÉ l'affichage prend la disposition demandée

Tester les différents modes d'affichage EXERCICE

B) MODIFIER LA PÉRIODE AFFICHÉE

C'est la période encadrant le jour en cours qui est automatiquement affichée. MODIFIER LA PÉRIODE DANS LE VOLET DE GAUCHE, EN HAUT ACTION

<CLIC G>

SUR

<CLIC G> <CLIC G>

SUR SUR

POUR AFFICHER LES ANNÉES POUR AFFICHER LES MOIS OU

POUR FAIRE DÉFILER LES MOIS OU LES ANNÉES

Tester les différents modes d'affichage EXERCICE

Vous pouvez aussi faire défiler les périodes avec la roulette de la souris.

INFOS

BOUTON GAUCHE

ROULETTE SEULE CHANGE DE JOUR

<MAJ> ENFONCÉ CHANGE DE MOIS <CTRL> ENFONCÉ ALTERNE AFFICHAGE MOIS/ANNÉE

BOUTON GAUCHE

ROULETTE SEULE CHANGE D'ANNÉE

<CTRL> ENFONCÉ ALTERNE AFFICHAGE MOIS/ANNÉE


58 Faire varier conjointement les périodes affichées et les modes d'affichage EXERCICE

C) CRÉER UN RENDEZ-VOUS

L'événement est un terme général pouvant aussi bien désigner un rendez-vous qu'une réunion ou autre...

ACTION

ONGLET ACCUEIL GROUPE "NOUVEAU" (1er bloc)

<CLIC G>

SUR

OU <DOUBLE CLIC> SUR LA DATE À LAQUELLE DOIT AVOIR LIEU LE RENDEZ-VOUS RENSEIGNER LA BOITE DE DIALOGUE

RAPPEL

<CLIC G> sur

CALENDRIER

DISPONIBILITÉ

pour s'assurer de ne pas faire d'erreurs

INFOS

d) RENSEIGNER UN RENDEZ-VOUS

Une fois le rendez-vous créé, il faut en renseigner les diverses composantes. ONGLET RENDEZ-VOUS (DE LA FENÊTRE DE RENDEZ-VOUS) ACTION

SAISIR L'OBJET SAISIR L'EMPLACEMENT (les

emplacements déjà utilisés sont proposés) MODIFIER ÉVENTUELLEMENT LES DATES ET HEURES (décocher alors INDIQUER LE CALENDRIER CONCERNÉ (une couleur y est associée)

)

INDIQUER ÉVENTUELLEMENT UNE PÉRIODICITÉ POUR LES ÉVÉNEMENTS RÉPÉTITIFS INDIQUER VOTRE DISPONIBILITÉ POUR D'AUTRES CHOSES (disponible, occupé…) PRÉVOIR UN RAPPEL

(il sera envoyé sur votre compte de messagerie dans le délais indiqué)

SAISIR ÉVENTUELLEMENT UN TEXTE COMPLÉMENTAIRE

<CLIC G>

SUR

POUR VALIDER LE RENDEZ-VOUS


III –WINDOWS LIVE MAIL Créer les événements ci-dessous aux mêmes dates du mois en cours Afficher tour à tour le calendrier pro, la calendrier perso puis les deux EXERCICE

NOTES

59


60 E) MODIFIER UN RENDEZ-VOUS

Le calendrier permet une modification graphique des évènements. Ouvrir un événement <DOUBLE CLIC> sur l'événement Déplacer un événement sélectionner l'événement et le faire glisser avec la souris à son nouvel emplacement Déplacer les deux rendez-vous perso et modifier en les rappels de manière à en être prévenu dans une heure EXERCICE

f) JOINDRE L'ÉVÈNEMENT À UN MAIL

L'événement peut être envoyé par courrier à un contact.

ACTION

BOUTON DROIT

<CLIC D> <CLIC G>

SUR L'ÉVÉNEMENT FERMÉ

SUR INDIQUER LE DESTINATAIRE COMPLÉTER LE MAIL METTRE EN FORME

Envoyer l'événement "dentiste" à votre voisin après l'avoir complété et mis en forme EXERCICE

NOTES


III –WINDOWS LIVE MAIL

61

C'est ici que sont gérées toutes les informations concernant les contacts. ACCÉDER AUX CONTACTS ACTION

<CLIC G> SUR

ou

EN BAS DU VOLET GAUCHE

une fenêtre s'ouvre affichant les contacts

CATÉGORIES

1 CRÉER UN CONTACT Les contacts peuvent être créés rapidement avec juste les informations essentielles ou en détail avec les informations détaillées et classées.

ACTION

ONGLET ACCUEIL GROUPE "NOUVEAU" (1er bloc)

<CLIC G>

SUR RENSEIGNER LA BOITE DE DIALOGUE

<CLIC G> SUR l'ajout rapide est sélectionné et permet de saisir les éléments essentiels du contact

CLIQUER POUR AFFICHER LES CHAMPS CORRESPONDANTS

<CLIC G>

POUR ENREGISTRER


62 Saisir le contact "Françoise Duchemin" tel que ci-avant. EXERCICE

2 ENREGISTRER UN CONTACT Un moyen simple d'ajouter un contact est de le faire à partir de la messagerie. Ainsi, les informations connues peuvent être renseignées automatiquement et un lien est fait entre le contact et les messages adressés ou reçus.

ACTION

BOUTON DROIT

BOUTON GAUCHE DANS LA MESSAGERIE, SUR LE MESSAGE CONCERNÉ, EN HAUT ET À DROITE

<CLIC G> SUR

DANS LA MESSAGERIE, SÉLECTIONNER LE MESSAGE FERMÉ OU MESSAGE OUVERT EN HAUT ET À DROITE

<CLIC D>

SUR L'ÉMETTEUR

SÉLECTIONNER LE MESSAGE

<CLIC D>

Ajouter en tant que contact toutes les personnes avec lesquelles vous échangé des messages. Inventez le cas échéant les éléments que vous ne connaissez pas EXERCICE

3 CRÉER UNE CATÉGORIE Une catégorie est une liste de contacts homogènes quant à la nature des envois. Par exemple, il peut y avoir une liste "famille", une liste "travail," une liste "amis"…

ACTION

ONGLET ACCUEIL GROUPE "NOUVEAU" (1er bloc)

<CLIC G>

SUR SÉLECTIONNER LES CONTACTS À AJOUTER DANS LA CATÉGORIE

<CLIC G>

SUR


III –WINDOWS LIVE MAIL

63

<CLIC G> POUR AJOUTER MEMBRES DE LA CATÉGORIE

Créer une catégorie nommée "stage" dans laquelle vous mettrez toutes les personnes avec lesquelles vous échangé des messages EXERCICE

4 MODIFIER UN CONTACT Les informations renseignées sont aisément modifiables.

ACTION

BOUTON GAUCHE

BOUTON GAUCHE

DANS LE VOLET DROIT DE LA FENÊTRE "CONTACTS"

DANS LE VOLET DROIT DE LA FENÊTRE "CONTACTS"

<CLIC G>

SUR

POINTER SUR L'IMAGE DU CONTACT

un menu s'affiche <CLIC G> SUR

Compléter les informations du contact saisi comme ci-dessous EXERCICE


64

5 AFFICHER LES CONTACTS Les contacts peuvent être affichés de manière synthétique ou détaillée.

ACTION

ONGLET ACCUEIL GROUPE "AFFICHAGE" (4ème bloc) SÉLECTIONNER UN MODE D'AFFICHAGE

6 ENVOYER UN MESSAGE Un contact peut être joint directement à partir de sa fiche.

ACTION

BOUTON GAUCHE DANS LE VOLET DROIT DE LA FENÊTRE "CONTACTS"

POINTER SUR L'IMAGE DU CONTACT

un menu s'affiche <CLIC G> SUR la fenêtre d'envoi de message s'affiche

Envoyez un mail à votre voisin directement à partir de la fenêtre "contact" EXERCICE

NOTES


III –WINDOWS LIVE MAIL

65

Jusqu'à l'arrivée des flux RSS, un internaute qui désirait savoir s'il y avait du nouveau sur ses sites ou forums préférés n'avait d'autre solution que d'y aller voir régulièrement (et souvent pour rien). Le principe du flux RSS est basé sur ce constat et c'est alors le site lui-même qui prévient l'internaute des informations nouvelles. Les flux sont signalés par une icône du type ou . Windows Live Mail permet de lire les flux RSS. On appelle aussi les flux RSS, "fils d'actualité". Un flux RSS n'est en fait qu'un fichier texte au format xml avec une structure codifiée : un titre, une description courte et un lien vers l'article concerné. AVANCÉ

<?xml version="1.0" encoding="ISO-8859-1"?> <rss version="2.0"> <channel> <title>Mon site web</title> <link>http://monsiteweb.com</link> <description>Les news de mon site web</description> <item> TITRE <title>nouvelle info</title> LIEN <link>adresse internet de l'article</link> IDENTIFIANT UNIQUE <guid isPermaLink="false">1</guid> DESCRIPTION <description>description courte de l'article.</description> <pubDate>Wed, 29 Nov 2008 19:30:00 GMT</pubDate> </item> </channel> </rss>

1 LA LECTURE DES FLUX La lecture des flux s'effectue dans une fenêtre semblable à celle de la messagerie. ACCÉDER AUX FLUX ACTION

NOTES

<CLIC G> SUR

ou

une fenêtre s'ouvre affichant les flux

EN BAS DU VOLET GAUCHE


66

2 L'ABONNEMENT A UN FLUX La plupart des sites d'information génèrent des flux RSS auxquels il est possible de s'abonner. S'ABONNER A UN FLUX RSS À PARTIR DE VOTRE NAVIGATEUR ACTION

<CLIC G> SUR L'ICÔNE DE FLUX RSS

,

OU

DU SITE AUQUEL VOUS DÉSIREZ VOUS

ABONNER

la liste des flux du site s'affiche <CLIC G> SUR

DU FLUX DÉSIRÉ

<CLIC G>

AVANCÉ

EXEMPLE

vous pouvez aussi faire un <CLIC D> sur l'icône et copier l'adresse dans le presse-papiers Dans Windows Live Mail, dans le volet à gauche, <CLIC G> sur PUIS COLLER L'ADRESSE Pour m'abonner au flux cinéma du journal "le monde" : je vais sur le site du monde : http://www.lemonde.fr Je descends en bas et à gauche de la page d'accueil sur la liste des flux

je clique sur le flux auquel je veux m'abonner : je clique sur Dans Windows Live Mail, dans le volet de navigation à gauche le flux est ajouté dans la liste des flux il suffit de le sélectionner pour avoir la liste des infos

NOTES


III –WINDOWS LIVE MAIL

67

ARTICLES DU FLUX SÉLECTIONNÉ LIRE L'ARTICLE

DÉTAIL DE L'ARTICLE DU FLUX SÉLECTIONNÉ

FLUX SÉLECTIONNÉ

Abonnez-vous à un des flux de votre choix du journal "le monde" EXERCICE

3 LIRE L'ARTICLE Si l'article affiché vous intéresse, il est alors possible de le consulter en totalité.

ACTION

BOUTON GAUCHE SÉLECTIONNER LE FLUX SÉLECTIONNER L'ARTICLE EN HAUT ET À DROITE

<CLIC G>

SUR

l'article s'affiche dans votre navigateur

<CLIC G> Afficher un article de votre choix du flux auquel vous venez de vous abonner EXERCICE

NOTES


68 Un groupe de discussion permet d'échanger des idées avec d'autres internautes sur le sujet de votre choix. Pour pouvoir utiliser un groupe de discussion, il faut : Paramétrer le compte (identifiant, mail, serveur) Afficher les groupes de discussion du serveur S'abonner au groupe désiré Discuter

1 PARAMÉTRER LE COMPTE Ce paramétrage permet d'afficher les groupes de discussion liés à un serveur.

ACTION

ONGLET COMPTES GROUPE "NOUVEAUX COMPTE" (1er bloc)

<CLIC G> SUR un assistant vous aide à paramétrer le logiciel pour accueillir les messages des groupes choisis INDIQUER VOTRE NOM D'AFFICHAGE celui sous lequel les autres membres vous identifieront INDIQUER VOTRE ADRESSE DE MESSAGERIE INDIQUER LE SERVEUR DU GROUPE

son nom vous est fourni sur le site à partir duquel vous vous abonnez <CLIC G>

SUR

Paramétrer le compte pour s'abonner aux groupes de discussion du serveur "msnews.Microsoft™.com" avec votre adresse E-mail de La Poste EXERCICE

NOTES


III –WINDOWS LIVE MAIL Pour se connecter sur les groupes de discussion de Microsoft™ indiquer votre nom d'affichage EXEMPLE

indiquer votre adresse de messagerie

indiquer le serveur du groupe

<CLIC G> sur <CLIC G> sur

Bien lire les conditions d'utilisation du groupe de discussion et les respecter ATTENTION

NOTES

69


70

2 S'ABONNER A UN GROUPE DE DISCUSSION Une fois le serveur de groupe paramétré, il faut afficher les groupes de discussion existants puis s'abonner à ceux jugés dignes d'intérêt.

ACTION

ONGLET DOSSIER GROUPE "MESSAGE" (1er bloc)

<CLIC G>

SUR SÉLECTIONNER UN GROUPE

<CLIC G>

SUR RÉPÉTER L'OPÉRATION POUR CHACUN DES GROUPES POUR VALIDER

<CLIC G> POUR S'ABONNER SÉLECTIONNER LE GROUPE

CONSEIL

Pour les serveurs internationaux, s'abonner de préférence aux groupes .fr (français) si vous ne parlez que cette langue

Les groupes de discussion auxquels vous êtes abonnés sont marqués par l'icône et sont affichés dans l'onglet

EXERCICE

NOTES

Afficher les groupes de discussion et s'abonner aux groupes français ayant pour sujet "Word" "Excel" et Powerpoint" Afficher l'onglet "abonné" puis valider


III –WINDOWS LIVE MAIL

71

3 DISCUTER Les serveurs auxquels vous êtes abonnés et les groupes de discussion s'affichent dans le volet gauche de la fenêtre ; les messages du groupe sélectionné s'affichent dans le volet droit. L'utilisation est très proche de la messagerie standard avec des outils pour répondre mais aussi pour évaluer.

ACTION

BOUTON GAUCHE DANS LE VOLET DE GAUCHE SÉLECTIONNER UN GROUPE

les messages s'affichent dans le volet de droite SÉLECTIONNER UN MESSAGE

son contenu s'affiche dans le volet bas DISCUTER

MESSAGES DU GROUPE

GROUPE SÉLECTIONNÉ

MESSAGE SÉLECTIONNÉ DÉTAIL DU MESSAGE

RUBAN

OUTILS DE DISCUSSION

Répondre à l'adresse de tout le groupe de discussion

Répondre au message uniquement à l'expéditeur

<DOUBLE CLIC>

Envoyer le message à quelqu'un sur un message pour l'ouvrir


72 Si vous avez des informations ou une réponse à l'un des messages affichés, répondez au groupe EXERCICE

Windows Live Mail présente l'avantage de contenir tous les éléments évoqués dans un seul dossier (et non dans un seul fichier comme Outlook). Cependant la sauvegarde ne peut s'effectuer de manière simple mais se décompose en plusieurs étapes. Sauvegarder les paramètres des comptes Sauvegarder le carnet d’adresses Sauvegarder les messages Les fichier Windows Live Mail se situent par défaut à l'emplacement suivant : C:\Users\ NomUtilisateur\AppData\Local\Microsoft™\Windows Live Mail INFOS

1 SAUVEGARDER LES COMPTES MENU PRINCIPAL ACTION

CATÉGORIE

SÉLECTIONNER LE COMPTE

<CLIC G>

SUR

les informations sont sauvegardées au format iaf INDIQUER UN DOSSIER DE SAUVEGARDE RÉPÉTER L'OPÉRATION POUR TOUS LES COMPTES

La restauration pourra se faire à partir de la même fenêtre, en choisissant l'outil et en désignant le dossier de sauvegarde INFOS

COMPTE SÉLECTIONNÉ

<CLIC G> POUR EXPORTER


III –WINDOWS LIVE MAIL

2 SAUVEGARDER LES CONTACTS

ACTION

ONGLET ACCUEIL GROUPE "OUTILS" (5ème bloc)

<CLIC G>

SUR

SÉLECTIONNER LE FORMAT

le format .VCF crée un fichier par contact ; le format .CSV est un fichier texte avec séparateurs INDIQUER UN DOSSIER DE SAUVEGARDE POUR VALIDER

3 SAUVEGARDER LES MESSAGES MENU PRINCIPAL ACTION

CATÉGORIE

SÉLECTIONNER LE FORMAT

<CLIC G>

SUR SÉLECTIONNER LE DOSSIER DE SAUVEGARDE

<CLIC G>

SUR

SÉLECTIONNER

<CLIC G> SUR les messages sont exportés dans le dossier indiqué <CLIC G>

SUR

La restauration pourra se faire à partir du même menu "fichier", en choisissant "importer" et "messages" INFOS

NOTES

73


74

NOTES


IV –INTERNET EXPLORER

75

L'explorateur internet va vous permettre de vous déplacer sur le World Wide Web. Plus il est récent, plus vous pourrez voir de choses et meilleure sera la qualité.

Le navigateur Internet Explorer peut être ouvert à partir du bureau, de la barre des tâches ou du menu démarrer.

ACTION

BARRE DES TÂCHES

<CLIC G> SUR la page d'accueil s'affiche

Ouvrir le navigateur Internet Explorer8 EXERCICE

NOTES

BUREAU

<CLIC G> SUR la page d'accueil s'affiche


76 Elle est très variable en fonction des installations. Elle peut être très simple :

MOTEUR DE BARRE

RECHERCHE

D'ADRESSE

BARRE DE COMMANDES D'EXPLORER ONGLETS

BARRE D'ÉTAT

Ou très complexe

BARRE DES MENUS

BARRE YAHOO BARRE

VOLET DES WINDOWS LIVE ONGLETS

MOTEUR DE

D'ADRESSE

RECHERCHE

BARRE GOOGLE BARRE DE COMMANDES D'EXPLORER

FAVORIS

BARRE D'ÉTAT

NOTES

BARRE


IV –INTERNET EXPLORER 77 La fenêtre du navigateur Internet est composée (de haut en bas) : Barre d'adresse Affiche l'adresse de la page affichée dans l'onglet Barre des menus Affiche les menus de gestion de Explorer Barre Windows Live Affiche le moteur de recherche et des outils Google ou Yahoo Barre de commandes Affiche les outils du navigateur Internet Barre des favoris Affiche les favoris mémorisés dans la catégorie "volet des favoris" Onglets Chaque onglet affiche une page différente Zone d'affichage Affiche la page dont l'adresse figure dans la barre d'adresse de l'onglet actif Barre d'état Affiche des informations sur la sécurité, le zoom… La disposition, le nombre et la nature des éléments varie d'un ordinateur à l'autre INFOS

1 LA BARRE D'ADRESSE Elle permet de saisir l'adresse à afficher et de naviguer entre les pages vues. EN ARRIÈRE

REVENIR

ADRESSE

LISTE DES PAGES VISITÉES

ACTUALISER LA PAGE AFFICHÉE

SI PROBLÈMES DE

ARRÊTER

COMPATIBILITÉ AVEC IE8

Dans la barre d'adresse, saisir l'adresse suivante : www.lemonde.fr et afficher le site correspondant EXERCICE

2 LE MOTEUR PAR DÉFAUT Son choix est effectué à l'issue de l'installation d'Explorer ; néanmoins, sa modification est souvent proposée lors d'installation de logiciels autres. C'est souvent le moteur de recherche de l'un des trois grands éditeurs : GOOGLE™ (image ci-dessous) BING (MICROSOFT™) YAHOO™ SAISIR LA RECHERCHE

LANCER LA RECHERCHE

CHANGER DE MOTEUR

Dans le moteur de recherche, effectuer un recherche sur le terme "monde" Observer le résultat EXERCICE

NOTES


78

3 LA BARRE DES MENUS Elle propose toutes les options de gestion du navigateur mais il n'est pas toujours utile de l'afficher.

4 LA BARRE BING Chacun de ces éditeurs propose sa propre barre d'outils comprenant son moteur de recherche et ses outils en ligne. BARRE BING La barre BING est la barre d'outils de Microsoft™ qui donne accès aux services en ligne et à l'espace de travail en ligne de l'éditeur (voir page 109).

MOTEUR DE RECHERCHE

SERVICES EN LIGNE

CONNEXION À L'ESPACE EN LIGNE

moteur de recherche (Bing de Microsoft™)

SAISIR LA RECHERCHE

LANCE LA RECHERCHE

Recherche (s'affiche par un clic dans la zone de recherche)

DOMAINE DE RECHERCHE

Services d'informations en ligne

<CLIC G> POUR AFFICHER LE SERVICE INDIQUÉ Paramètres SERVICES D'INFOS À AFFICHER

NIVEAU DE SÉCURITÉ

ou POUR ACCÉDER À SON PROFIL ET

POUR AFFICHER SON PROFIL ET

DONNÉES EN LIGNE

DONNÉES EN LIGNE

Parcourir avec la souris les outils de la barre Windows Live Lire les bulles d'aide (ne pas cliquer) EXERCICE

NOTES


IV –INTERNET EXPLORER

79

5 LA BARRE GOOGLE Elle propose des outils permettant d'accéder à divers produits Google : GOOGLE GOOGLE EARTH GOOGLE STREETS

Le moteur de recherche Pour zoomer sur le globe jusqu'à votre habitation Pour se promener dans les rues de la plupart des villes et même village du monde GOOGLE DESKSTOP Pour utiliser le moteur de recherche de Google pour effectuer des recherches sur son propre ordinateur GMAIL Service de messagerie et d'adresse E-mail de Google PAGERANK Affiche sous forme de graphe la notoriété du site affiché IGOOGLE Permet d'afficher dans une page internet un bureau en ligne agrémenté de nombreux modules GOOGLE SKETCHUP Pour créer des bâtiments (architecture) PICASA Pour gérer les photos GOOGLE DOCUMENTS Pour travailler avec des outils en ligne sur ses documents GOOGLE SITES Outils pour les webmasters GOOGLE AGENDA Crée des calendriers partagés GOOGLE ADWORDS Pour faire de la publicité en ligne pour son activité GOOGLE ADSENSE Pour faire de la publicité sur son site web et gagner ainsi de l'argent

MOTEUR DE RECHERCHE

SERVICES EN LIGNE

AUTRES SERVICES

CONNEXION COMPTE GOOGLE

moteur de recherche

IGOOGLE

TYPE DE RECHERCHE

SAISIR LA RECHERCHE RECHERCHES ANCIENNES LANCER LA RECHERCHE

Services en ligne

G.DESKSTOP

G.MAIL G.EARTH ACTUALITÉS DESKSTOP

NOUVEAUX OUTILS

Autres services

PAGERANK

POUR COMMENTER UN SITE

FAVORIS EN LIGNE

OU UNE PAGE WEB

TRADUIRE D'UNE LANGUE RÉGLAGES BARRE D'OUTILS L'ORTHOGRAPHE À UNE AUTRE VÉRIFIER

SE CONNECTER À SON COMPTE


80 Les outils affichés sur la barre Google sont paramétrables ; la liste des possibilités est très importante INFOS

BARRE GOOGLE ACTION

AJOUTER DES OUTILS <CLIC G> SUR <CLIC G> SUR les nombreux outils sont classés par catégorie

EXERCICE

Parcourir avec la souris les outils de la barre Google Lire les bulles d'aide (ne pas cliquer) Ajouter les outils de votre choix à la barre Google

6 LA BARRE YAHOO Elle donne accès aux outils de l'éditeur

SERVICES EN LIGNE

MOTEUR DE RECHERCHE

AUTRES SERVICES

CONNEXION COMPTE GOOGLE

Moteur de recherche

ACCUEIL YAHOO

PÉRIMÈTRE DE

SAISIR LA RECHERCHE

LANCER LA RECHERCHE

RECHERCHE

Services en ligne

FAVORIS

YAHOO

COMPTE

EN LIGNE

MAIL

YAHOO

Autres services

NOTES

PARAMÈTRES

GALERIE DE

TRADUIRE D'UNE LANGUE

ET OUTILS

PHOTOS EN LIGNE

À UNE AUTRE


IV –INTERNET EXPLORER

81

7 LA BARRE DE COMMANDES C'est ici la barre d'outils du navigateur même.

INFOS

EXERCICE

PAGE

FLUX

MESSA IMPRES

D'ACCUEIL

RSS

GERIE

SION

OUTILS

LIVE

ONE

VOLET

AVANCÉS

WRITER

NOTE

RECHERCHE

Affiche les FLUX RSS de la page affichée permet d'écrire un billet de blog à partir d'un site affiché et de le publier sur son blog ou sur son espace W INDOWS LIVE ONENOTE doit être installé pour que ces icônes s'affichent Afficher l'onglet avec la page du Monde Afficher les FLUX RSS avec de l'outil Afficher le volet de recherche puis le fermer Afficher la messagerie puis la fermer

8 LA BARRE DES FAVORIS Elle affiche les sites enregistrés dans la catégorie "volet des favoris" des "favoris".

AFFICHE LE VOLET

AJOUTE LE SITE

COMPLET

AFFICHÉ

SITE AJOUTÉ

9 LES ONGLETS Le principe des onglets est repris dans l'explorateur internet. Un onglet affiche une page web.

AFFICHAGE EN MOSAÏQUE

PAGES AFFICHÉES

NOUVEL ONGLET ACTION

POINTER SUR

À LA FIN DES ONGLETS

s'affiche <CLIC G> SUR un nouvel onglet s'affiche au premier plan

NOTES

<CLIC G> POUR CRÉER UN NOUVEL ONGLET


82 Ce nouvel onglet affiche les pages les plus visitées en attendant que la saisie de l'adresse d'un site web dans la barre d'adresse.

ACTION

GESTION <CLIC D> SUR UN ONGLET le menu contextuel de gestion des onglets s'affiche

DISPOSITION ACTION

<CLIC G> SUR le contenu des onglets s'affiche en mosaïque IDEM POUR REVENIR À L'AFFICHAGE NORMAL Afficher les sites du Monde, de la Tribune et du Point Les disposer en mosaïque puis de nouveau en onglets

EXERCICE

NOTES


IV –INTERNET EXPLORER

83

10 LA ZONE D'AFFICHAGE – PAGE D'ACCUEIL Elle affiche le contenu de la page dont l'adresse figure dans la barre d'adresse. La page d'accueil est affichée par défaut lorsque l'on ouvre le navigateur Internet.

ACTION

BARRE D'OUTILS EXPLORER AFFICHER LA PAGE D'ACCUEIL

<CLIC G> SUR la page d'accueil s'affiche

Cette page peut être modifiée. BARRE D'OUTILS EXPLORER ACTION

MODIFIER LA PAGE D'ACCUEIL AFFICHER LA PAGE DÉSIRÉE <CLIC G>

SUR

DE

CHOISIR L'UNE DES OPTIONS

<CLIC G> SUR la page en cours sera la nouvelle page d'accueil

ATTENTION

Beaucoup d'éditeurs, lors de l'installation de leurs produits, modifient la page d'accueil pour y afficher leur site et certains, sans même le demander ; la sécurité du compte utilisateur, si elle est activée, demande alors confirmation de la modification : la plupart du temps, il convient de refuser cette modification Modifier la page d'accueil principale par la page de votre choix (ex : www.google.fr, www.live.fr, www.bing.com, www.yahoo.fr ...)

EXERCICE

11 LA BARRE D'ÉTAT Elle donne des informations précieuses sur la page en cours d'affichage et les liens partant de cette page.

ADRESSE DU LIEN SUR LEQUEL

NAVIGATION "IN

PROTECTION

EST POINTÉE LA SOURIS

PRIVATE" NON ACTIVÉE

INTERNET

ZOOM

ZOOM <CLIC G> ACTION

SUR

POUR AUGMENTER LE ZOOM D'AFFICHAGE DE LA PAGE

<CLIC G> SUR DE POUR CHOISIR LE ZOOM D'AFFICHAGE DE LA PAGE <CTRL> ENFONCE, UTILISER LA ROULETTE DE LA SOURIS POUR MODIFIER LE ZOOM D'AFFICHAGE DE LA PAGE

Tester le zoom avec la souris puis la barre d'état sur l'une des pages affichées EXERCICE


84

12 GÉRER LES BARRES Dans toutes ces barres d'outils et tous ces outils, dont certains se sont peut-être installés à votre insu, il peut être rapidement difficile de s'y retrouver. Il est donc important de faire le tri et de disposer les éléments conservés au mieux.

BOUTON GAUCHE

ACTION

NE PLUS AFFICHER UNE BARRE D'OUTILS <CLIC G>

SUR

AU DÉBUT DE LA BARRE

BOUTON DROIT

AFFICHER/NE PLUS AFFICHER UNE BARRE D'OUTILS <CLIC D> SUR UNE BARRE (hors outils) COCHER LES BARRES À AFFICHER DÉCOCHER CELLES À NE PLUS AFFICHER

à tout moment, il est possible de réafficher une barre masquée CONFIRMER LA DÉSACTIVATION

Le plus souvent, il est nécessaire de répéter l'opération pour chacune des barres d'outils car l'éditeur demande confirmation de la désactivation.

CONSEIL

NOTES

On utilise généralement les outils d'un seul éditeur avec par défaut le moteur de recherche de cet éditeur. Si vous êtes utilisez les produits de Microsoft™, enlevez la barre Google™ et la barre Yahoo™ ; si vous utilisez Google™, enlevez les autres barres et de même pour Yahoo™


IV –INTERNET EXPLORER

85

N'afficher que les barres suivantes EXERCICE

La position de ces barres peut aussi être personnalisée de manière à ce qu'elles prennent le moins de place possible.

ACTION

BOUTON DROIT

DISPOSER UNE BARRE D'OUTILS <CLIC D> SUR UNE BARRE EXISTANTE DÉCOCHER LE CAS ÉCHÉANT

si activé, les barres ne peuvent pas être déplacées POINTER AU DÉBUT DE LA BARRE

il change de forme <FAIRE GLISSER> LA BARRE À SA NOUVELLE POSITION

POINTER ICI ET FAIRE GLISSER LA

FAIRE GLISSER POUR

BARRE À SA NOUVELLE POSITION

MODIFIER LA TAILLE DU BLOC

Positionner les barres conservées de manière à ce qu'elles prennent le moins de place possible tout en restant facilement utilisables EXERCICE

NOTES


86 Pour accéder à un site Web, il y a plusieurs moyens possibles : Saisir son adresse dans la barre d'adresse Cliquer sur un lien à partir d'une autre page ou d'un document Effectuer une recherche dans un moteur puis cliquer sur un lien Y accéder à partir du volet des favoris Y revenir à partir de l'historique L'ouvrir à partir d'un flux RSS

ATTENTION

EXEMPLE

CONSEIL

Éviter par principe de cliquer sur un lien à partir d'un courriel de messagerie : l'adresse réelle, vers laquelle on est redirigé, peut être différente de celle indiquée : c'est la base du phishing qui consiste à récupérer des informations confidentielles en faisant croire à l'utilisateur qu'il est sur un site connu. Vous recevez un courriel de votre banque (ou des impôts, ou d'une autre administration, ou d'un site de E-commerce…) vous informant d'un problème sur votre compte ou vous demandant confirmation de certains éléments ; il vous est demandé de cliquer sur un lien qui paraît tout à fait correct (hormis le fait que le lien réel est différent) et après avoir cliqué, la page que vous reconnaissez comme étant celle de votre banque s'affiche (saut que c'est une imitation) ; la, on vous demande de ressaisir, N° de Cb, de compte, code confidentiel ou autre… Vérifier toujours dans la barre d'adresse ; c'est l'adresse réelle du site affiché Pour tout ce qui est important, vérifier que l'adresse est du type HTTPS (sécurisé) et non HTTP :

1 SAISIR UNE ADRESSE La syntaxe n'est pas des plus simples mais avec un peu d'habitude, on apprend à s'y reconnaître. Elle est de la forme : http://www.nom.fr ou plus simplement www.nom.fr Dans lequel : HTTP

// www . nom . fr

NOTES

(facultatif) est un préfixe, qu'il n'est plus obligatoire de saisir signifiant HyperText Transfert Protocol (facultatif) séparateurs pour World Wide Web ; c'est le dossier racine du site sur le serveur l'hébergeant séparateur nom du site web séparateur suffixe indiquant la nature du site soit par pays (fr : France, ru : Russie…) soit par nature (com : commercial ; asso : association…)


IV –INTERNET EXPLORER

ACTION

87

BARRE D'ADRESSE SAISIR L'ADRESSE DU SITE WEB

<CLIC G>

SUR OU <ENTRÉE>

Se rendre sur le site www.lemonde.fr EXERCICE

2 CLIQUER SUR UN LIEN C'est là le principe du lien hypertexte : cliquer sur un lien vous amène à une autre page d'un même ou d'un autre site. Les liens sont en général en bleu et soulignés (mais ce n'est pas obligatoire). La souris prend la forme d'une main lorsqu'elle passe audessus d'un lien. LIEN ACTION

DANS UNE PAGE WEB <POINTER> LA SOURIS SUR LE LIEN <CLIC G>

la page liée s'affiche dans la même ou dans une nouvelle fenêtre (selon le type de lien)

CONSEIL

Si vous avez un doute sur l'opportunité de cliquer sur le lien, regardez dans la barre des tâches lorsque vous pointez la souris sur le lien : l'adresse vers laquelle vous être redirigés s'affiche fait l'objet d'un lien qui redirige vers la page :

EXEMPLE

fait l'objet d'un lien qui redirige vers la page : ces liens sont tout à fait normaux ADRESSE RÉELLE "FREE" APPARTENANT AU NOM DE DOMAINE SERVICE.FR

EXEMPLE

ADRESSE INDIQUÉE "SERVICE" APPARTENANT AU NOM DE DOMAINE FREE.FR

VOUS ENVOIE SUR

TROMPERIE


88 ATTENTION

EXERCICE

Vous recevez un mail vous demandant de cliquer sur un lien : la plupart des messageries affichent l'adresse du lien dans la barre d'état ou dans une bulle d'aide lorsque vous pointez la souris dessus. De manière générale, ne jamais cliquer sur un lien à partir d'un message (tout au moins d'un message d'origine inconnue) Il est tout à fait possible de lire http://destination.com et d'être envoyé sur un site http://www.autresite.com Le texte affiché et le lien hypertexte sont deux choses différentes Dans la page affichée de "lemonde.fr" Parcourir la page, repérer les liens, passer la souris sur les liens et observer son changement de forme, lire dans la barre des tâches l'adresse de destination du lien

3 EFFECTUER UNE RECHERCHE SUR UN MOTEUR Les moteurs de recherche permettent de trouver des sites, des actualités, des messages de blog ou de forum et plus généralement des informations sur un sujet donné. Les principaux moteurs sont : Google™ Bing de Microsoft™ Yahoo™ CHANGER DE MOTEUR ACTION

<CLIC G> SUR OU <CLIC G> <CLIC G>

DE

DANS SUR LE MOTEUR SÉLECTIONNÉ

SANS AVOIR SAISI DE DONNÉES

CHANGE DE MOTEUR DE RECHERCHE AFFICHE UN VOLET DE RECHERCHE

EFFECTUER UNE RECHERCHE ACTION

SAISIR LES MOTS CLÉS DE LA RECHERCHE SÉPARÉS PAR UN ESPACE

si c'est une expression, la mettre entre guillemets <CLIC G> SUR Affiner la recherche petit à petit en rajoutant des mots-clés précisant la recherche CONSEIL

EXERCICE

NOTES

Avec votre moteur de recherche préféré, Rechercher des informations concernant les changements climatiques En utilisant les mots clés appropriés, essayer de trouver des informations sur l'augmentation moyenne des températures pour les prochaines années


IV –INTERNET EXPLORER La recherche peut porter aussi bien sur des pages de site web que sur des actualités, des messages de blog ou des images.

ACTION

NATURE DE LA RECHERCHE AFFICHER LA PAGE D'ACCUEIL DU MOTEUR DE RECHERCHE <CLIC G> SUR LE TYPE D'INFORMATION RECHERCHÉ SAISIR LES MOTS CLÉS <CLIC G> SUR <RECHERCHER>

Effectuer la même recherche que précédemment mais en recherchant un graphique représentant cette augmentation EXERCICE

4 LES FAVORIS Il est pratique de mémoriser les sites intéressants. BARRE DES FAVORIS ACTION

AJOUTER À LA BARRE DES FAVORIS BARRE DES FAVORIS AFFICHÉE, AFFICHER LA PAGE VOULUE <CLIC G> SUR DE la page s'affiche au début de la barre des favoris Il est aussi possible de faire glisser directement dans les favoris l'icône devant l'adresse de la page dans la barre d'adresse

qui est

INFOS

Ajouter le site du journal "la tribune" à la barre des favoris EXERCICE

Une page peut aussi être mémorisée dans une catégorie donnée des favoris.

ACTION

BOUTON DROIT

AJOUTER À UNE CATÉGORIE DE FAVORIS <CLIC D> DANS LA PAGE AFFICHÉE <CLIC G>

SUR NOMMER LA PAGE PUIS SÉLECTIONNER LA CATÉGORIE

<CLIC G>

SUR

POUR VALIDER

NOUVELLE CATÉGORIE

SAISIR UN NOM

SÉLECTIONNER LA CATÉGORIE

89


90 Les favoris peuvent être organisés en catégories et affichés dans un volet à gauche de l'écran. BARRE DES FAVORIS ACTION

AFFICHER LE VOLET DES FAVORIS <CLIC G> SUR DE le volet des favoris s'affiche dans la partie gauche de l'écran ; l'épingler pour qu'il occupe un volet de la fenêtre Afficher le volet des favoris, l'épingler Afficher l'un des sites mémorisé

EXERCICE

AJOUTE AUX FAVORIS

ÉPINGLE LE VOLET À GAUCHE DE L'ÉCRAN

CATÉGORIE DE FAVORIS

SITES FAVORIS

Les favoris deviennent rapidement nombreux et il est vite nécessaire de les classer dans des catégories ORGANISER LES FAVORIS DANS LE VOLET DES FAVORIS ACTION

<CLIC G>

SUR

DE

<CLIC G> SUR CRÉER, RENOMMER, DÉPLACER <CLIC G> SUR Le menu "favoris" permet aussi d'afficher cette fenêtre INFOS

NOTES


IV –INTERNET EXPLORER

CONSEIL

EXERCICE

NOTES

91

CRÉER UNE NOUVELLE

SUPPRIMER UNE

CATÉGORIE

CATÉGORIE

Les favoris étant tout simplement un dossier spécifique de l'utilisateur (au même titre que "image" ou "documents"), il est encore plus simple de manipuler directement le contenu de ce dossier

Créer une catégorie "journaux" Mémoriser dans cette catégorie les pages d'accueil du Monde, du Point et de la Tribune en les nommant de manière simplifiée Afficher tour à tour l'une des pages à partir des favoris


92

5 L'HISTORIQUE Il est accessible à partir du volet des favoris affiché à gauche de l'écran. BARRE DES FAVORIS ACTION

AFFICHER L'HISTORIQUE <CLIC G> SUR DE le volet des favoris s'affiche à gauche de l'écran <CLIC G> SUR DE l'historique des sites visités s'affiche

MODIFIER L'AFFICHAGE PÉRIODES

SITES VISITÉS DANS

LA PÉRIODE SÉLECTIONNÉE

Afficher l'historique de navigation Afficher de nouveau l'un des sites visités EXERCICE

6 LES FLUX C'est toujours ce même volet gauche qui va permettre d'afficher les flux. BARRE DES FAVORIS ACTION

AFFICHER L'HISTORIQUE <CLIC G>

SUR

DE

le volet des favoris s'affiche à gauche de l'écran <CLIC G>

SUR

DE

les flux abonnés s'affiche


IV –INTERNET EXPLORER

93

7 ACTUALISER UNE PAGE Si la page affichée n'est pas à jour, il faut l'actualiser pour que le navigateur aille chercher sur le serveur l'hébergeant les dernières modifications. BARRE D'ADRESSE ACTION

<CLIC G> SUR DE LA BARRE D'ADRESSE la page affichée est actualisée ACTUALISER LA PAGE AFFICHÉE

Si l'actualisation ne suffit pas, il peut être nécessaire de supprimer les fichiers temporaires INFOS

Actualiser la page affichée EXERCICE

8 EFFACER LES FICHIERS TEMPORAIRES Pour accélérer la navigation sur Internet, le navigateur mémorise dans des dossiers temporaires les pages visitées. Lors d'une nouvelle visite, le navigateur vérifie s'il y eu des modifications sur la page : si la page n'a pas changé, le navigateur affiche la copie stockée dans le dossier temporaire (ce qui est très rapide), si elle a changé, il va chercher la nouvelle page sur Internet. BARRE D'OUTILS ACTION

<CLIC G>

SUR

<CLIC G>

SUR

SÉLECTIONNER

<CLIC G>

SUR

Il n'est pas rare de devoir recourir à ce procédé pour obliger le navigateur à mettre à jour les données d'une page INFOS

Supprimer les fichiers temporaires de votre navigateur EXERCICE

Les fichiers temporaires sont stockés dans un dossier de l'utilisateur : C:\Users\nom\AppData\Local\Microsoft™\Windows\Temporary Internet Files AVANCÉ

NOTES


94 Le paramétrage par défaut du navigateur est le plus souvent suffisant mais les options peuvent être modifiées.

1 L'AFFICHAGE L'affichage s'adapte aux besoins de l'utilisateur par rapport aux caractéristiques du site affiché. La taille peut néanmoins en être modifiée. BARRE D'ÉTAT ACTION

EN BAS ET À DROITE

<CLIC G>

POUR PASSER ALTERNATIVEMENT DE 100% À 125%, 150% PUIS

SUR REVENIR À 100% OU

<CLIC G>

SUR

DE

POUR SÉLECTIONNER LE ZOOM

Encore plus simple est l'utilisation de la souris.

ACTION

BOUTON GAUCHE

<CTRL>

ENFONCÉ UTILISER LA ROULETTE DE LA SOURIS

la taille d'affichage de la page augment ou diminue

Il est aussi possible de mettre le contenu du navigateur "plein écran".

CLAVIER

ACTION

<F11> <F11>

POUR METTRE PLEIN ÉCRAN POUR REVENIR EN AFFICHAGE NORMAL

Faire varier le zoom de la page affichée Mettre "plein écran" puis revenir en affichage normal EXERCICE

NOTES


IV –INTERNET EXPLORER

95

2 NAVIGUER IN PRIVATE La navigation "in private" évite de laisser des traces sur l'ordinateur des endroits visités. BARRE D'OUTILS ACTION

<CLIC G> SUR <CLIC G> SUR une page d'avertissement s'affiche FERMER LA FENÊTRE DU NAVIGATEUR POUR REVENIR (dans une autre fenêtre) À UNE NAVIGATION NORMALE

dans le même menu permet de choisir les fournisseurs auxquels des informations seront délivrées AVANCÉ

EXERCICE

Activer le filtrage "in private" Naviguer sur le web Fermer la fenêtre de navigation

3 LES FENÊTRES PUBLICITAIRES Les fenêtres publicitaires deviennent vite une gêne à la navigation lorsqu'elles sont mal gérées ou trop nombreuses. Pour peu qu'elles s'ouvrent dans une nouvelle fenêtre du navigateur (ce qui est de moins en moins souvent le cas), ce dernier bloque leur ouverture. Bien que très utile, cet outil peut bloquer l'ouverture d'une fenêtre qui n'est pas publicitaire et dont on a besoin.

ACTION

AVANCÉ

NOTES

AUTORISER L'OUVERTURE D'UNE FENÊTRE <MAJ> ENFONCÉ <CLIC G> SUR LE LIEN AFFICHANT LA FENÊTRE la fenêtre d'ouvrira alors quand même Le paramétrage peut en être modifié avec l'outil de la barre d'outil

des


96

4 LES MODULES COMPLÉMENTAIRES Les modules complémentaires sont des programmes, pouvant être développés par divers éditeurs, qui viennent compléter le navigateur Internet pour la lecture de code spécifique. BARRE D'OUTILS ACTION

<CLIC G> SUR <CLIC G> SUR <CLIC G> SUR LE MODULE DÉSIRÉ <ACTIVER> OU <DÉSACTIVER> LE MODULE <CLIC G>

SUR

Afficher la fenêtre des modules complémentaires puis la fermer EXERCICE

5 LA COMPATIBILITÉ Certains sites, notamment plus anciens, peuvent ne pas être compatibles avec Internet Explorer. Il est cependant possible de les afficher correctement. BARRE D'ADRESSE ACTION

<CLIC G> SUR DE LA BARRE D'ADRESSE l'affichage de la page est le plus souvent corrigé

SI PROBLÈMES DE COMPATIBILITÉ AVEC IE8

NOTES


VI – MICROSOFT LIVE

97

Les principaux acteurs de l'informatique proposent des services Web. Ces services sont maintenant très étendus. Ils comprennent A la base le plus souvent un moteur de recherche Une messagerie et des adresses gratuites Une messagerie instantanée Un espace de stockage, avec une éventuelle synchronisation avec l'ordinateur local Une gestion de contacts en ligne Un calendrier en ligne avec gestion des rendez-vous Une gestion de photos en ligne avec traitement et partage Des applications bureautiques en ligne permettant de travailler sur des documents locaux ou distants (traitement de texte, tableur, présentation…) Des applications de localisation en ligne… La plupart des applications peuvent maintenant s'exécuter non seulement en local (sur votre ordinateur) mais sur le Web avec votre navigateur internet favori (sur un serveur distant). Les données entre l'ordinateur local et l'ordinateur distant sont synchronisées afin qu'une version soit toujours à jour des modifications effectuées sur l'autre. A défaut de remplacer le travail en local sur son ordinateur, l'espace de travail Windows Live en est un complément presqu'indispensable. INFOS

1 IDENTIFIANT WINDOWS LIVE L'offre de Microsoft™ est basée sur un identifiant Windows Live. Cet identifiant est unique pour tous les produits "Live" et permet d'y accéder simplement. Créer un identifiant "Windows Live" (ou W INDOWS LIVE ID) peut s'effectuer directement en ligne, à partir de la barre d'outils Windows Live" ou à partir de produits comme Windows Live Mail, lors de la création d'un compte (voir page 37).

<CLIC G> ICI


98

Créer votre identifiant Windows Live – Mémorisez bien les caractéristiques car vous pourrez conserver cet identifiant EXERCICE

La page d'accueil s'affiche. MENU MÉTÉO

PERSONNALISATION


VI – MICROSOFT LIVE

99

2 LA CONNEXION Elle s'effectue le plus souvent automatiquement à partir d'un ordinateur donné. Si ce n'est pas le cas (ou si plusieurs comptes Windows Live sont utilisés sur un ordinateur), elle peut s'effectuer manuellement.

BARRE D'OUTILS BING LANCER VOTRE NAVIGATEUR

<CLIC G> <CLIC G> SUR DE LA BARRE "BING" OU <CLIC G> SUR (en haut et à droite) DE LA PAGE D'ACCUEIL DE BING SE CONNECTER AVEC SA W INDOWS LIVE ID (la connexion est souvent automatique) <CLIC G>

SUR VOTRE NOM DANS LA BARRE

"BING"

SI VOUS ÊTES DÉJÀ

CONNECTÉ

<CLIC G>

SUR

POUR DE DÉPLACER ENTRE LES DOSSIERS (et non <double clic>)

La barre d'outils Windows Live affiche les paramètres utilisateurs.

INFOS

Pour changer de compte, <CLIC G> sur l'écran

en haut et à droite de

Connectez-vous à votre espace Windows Live EXERCICE

Une fois connectés, vous pouvez utiliser le menu affiché dans la partie supérieure de votre espace Windows Live

Parcourir sans cliquer le menu affiché dans la partie supérieure de la fenêtre Windows Live EXERCICE

ATTENTION

NOTES

Toute la navigation et les menus fonctionnent à partir de liens hypertexte : la souris prend la forme d'une main sur ces liens un clic du bouton gauche de la souris suffit (pas de double-clic) Pointer sur un objet affiche un menu (sans cliquer)


100

3 LE PROFIL Il permet de se faire connaître.

ACTION

MENU ESPACE WINDOWS LIVE

<CLIC G> SUR <CLIC G> SUR

POUR METTRE À JOUR LE PROFIL

CLIQUER SUR LES LIENS POUR RENSEIGNER LES ÉLÉMENTS

Créer votre profil avec le niveau de détail que vous souhaitez EXERCICE

Les informations que vous publiez sont comme le verbe "publier" l'indique, "publiques" ATTENTION

NOTES


VI – MICROSOFT LIVE

101

Hotmail permet la consultation des messages en ligne (et de n'importe où dans le monde). Le compte "IMAP" doit aussi être créé dans Windows Live Mail pour que les deux messageries puissent synchroniser les éléments concernant ce compte.

1 LE COMPTE LIVE Le compte "Live" ou "Hotmail" est automatiquement renseigné ici.

ACTION

<CLIC G>

SUR

2 CRÉER LE COMPTE WINDOWS LIVE MAIL Le compte de messagerie dans Windows Live HotMail est mise à jour dans le profil. Des comptes peuvent être rajoutés dans les coordonnées du profil en cliquant sur Il faut que le compte de messagerie soit aussi paramétré dans Windows Live Mail sur l'ordinateur local et qu'il soit de type "IMAP" pour que la synchronisation puisse s'effectuer.


102 Paramétrer votre compte "live" dans Windows Live Mail EXERCICE

3 GÉRER LE COMPTE La gestion est identique à celle de toute messagerie avec la possibilité d'envoyer ou recevoir des messages, de mettre un émetteur dans les "indésirables", de créer des dossiers…

ENVOYER UN MESSAGE

CRÉER UN DOSSIER

L'envoi de message propose des outils de mise en forme, de correction et permet de joindre des documents. ENVOYER UN MESSAGE ACTION

<CLIC G> SUR RENSEIGNER LE MESSAGE METTRE EN FORME LE MESSAGE <CLIC G>

SUR

Créer un message comme ci-dessus et l'envoyer à votre voisin avec des mises en forme variées EXERCICE

NOTES


VI – MICROSOFT LIVE Les messages peuvent être rangés dans des dossiers CRÉER UN NOUVEAU DOSSIER DANS LE VOLET DE GAUCHE ACTION

<CLIC G>

SUR SAISIR LE NOM DU NOUVEAU DOSSIER

<CLIC G>

SUR

Pour supprimer un dossier, le sélectionner puis touche "SUPP" du clavier INFOS

Créer les dossiers "travail" et "famille" EXERCICE

COMPORTE UN MESSAGE NON LU

CLASSER LES MESSAGES IL SUFFIT DE FAIRE GLISSER LES MESSAGES DANS LE DOSSIER CONCERNÉ ACTION

Déplacer les messages dans chacun des dossiers créés EXERCICE

NOTES

103


104

4 ACTUALISER LE COMPTE Les deux messageries sont liées et toute modification de l'une est répercutée dans l'autre. Si ce n'est pas le cas, cette synchronisation peut être effectuée à la demande. BARRE D'OUTILS WINDOWS LIVE HOTMAIL ACTION

<CLIC G>

SUR

Vérifier que le message envoyé figure dans les "éléments envoyés", que les dossiers ont bien été créés et les messages reclassés dans Windows Live Mail EXERCICE

La mention s'affiche en bas et à droite de la barre des tâches de Windows Live Mail lorsque l'utilisateur est connecté INFOS

Le calendrier Windows Live a une présentation semblable à celui de Windows Live Mail.

FENÊTRE WINDOWS LIVE HOTMAIL ACTION

BARRE D'OUTILS WINDOWS LIVE

<CLIC G>

SUR

<CLIC G>

SUR

DANS LE VOLET DE GAUCHE

<CLIC G>

SUR

Le calendrier affiche les calendriers de Windows Live Mail avec leurs événements ; là encore, la synchronisation est automatique dès que l'utilisateur est connecté

NOTES


VI – MICROSOFT LIVE

105

1 CRÉER UN CALENDRIER Plusieurs calendriers avec des finalités différentes peuvent être créés. CRÉER UN CALENDRIER DANS LE VOLET DE GAUCHE ACTION

<CLIC G> SUR SAISIR LE NOM DU NOUVEAU CALENDRIER ET RENSEIGNER LES ÉLÉMENTS POUR VALIDER

EXERCICE

Afficher les calendriers dans Windows Live Vérifier l'existence des calendriers et événements créés dans Windows Live Mail et créer un nouveau calendrier comme ci-avant.

2 AFFICHER LA PÉRIODICITÉ DÉSIRÉE L'affichage des événements peut être modifié. BARRE D'OUTILS ACTION

<CLIC G> SUR L'OUTIL APPROPRIÉ l'affichage prend la disposition demandée Tester les différents modes d'affichage

EXERCICE

3 CRÉER UN RENDEZ-VOUS Le rendez-vous de Windows Live est l'équivalent de l'événement de Windows Live Mail. BARRE D'OUTILS ACTION

<CLIC G> SUR <CLIC G> SUR

CALENDRIER <DOUBLE CLIC> SUR LA DATE À LAQUELLE DOIT AVOIR LIEU L'ÉVÉNEMENT OU <CLIC G> SUR LA DATE PUIS

<CLIC G> RENSEIGNER LA BOITE DE DIALOGUE

SUR


106

CALENDRIER CONCERNÉ

AJOUTER D'AUTRES INFORMATIONS

Dans le calendrier "loisirs", créer l'événement ci-dessus EXERCICE

Pour afficher le détail du rendez-vous. CALENDRIER POINTER SUR LE RENDEZ-VOUS ACTION

(en haut et à droite) permet d'afficher ou non la description de l'événement dans le calendrier INFOS

NOTES


VI – MICROSOFT LIVE

107

4 RENSEIGNER LES DÉTAILS Une fois le rendez-vous créé, il faut en renseigner les diverses composantes. CALENDRIER POINTER SUR L'ÉVÉNEMENT ACTION

<CLIC G>

SUR

OU DANS LA FENÊTRE DE CRÉATION, <CLIC G> SUR SAISIR L'OBJET SAISIR L'EMPLACEMENT INDIQUER LE CALENDRIER CONCERNÉ (une

couleur y est associée) MODIFIER ÉVENTUELLEMENT LES DATES ET HEURES (décocher alors

)

INDIQUER ÉVENTUELLEMENT UNE PÉRIODICITÉ POUR LES ÉVÉNEMENTS RÉPÉTITIFS PRÉVOIR UN RAPPEL

(il sera envoyé sur votre compte de messagerie dans le délai indiqué)

SAISIR ÉVENTUELLEMENT UN TEXTE COMPLÉMENTAIRE INDIQUER VOTRE DISPONIBILITÉ POUR D'AUTRES CHOSES (disponible, occupé…)

<CLIC G>

INFOS

SUR

POUR VALIDER LE RENDEZ-VOUS

permet de faire part à des contacts de cet événement permet de garder cet événement confidentiel Dans le calendrier "loisirs", compléter l'événement créé :

EXERCICE

NOTES


108

5 PARTAGER UN CALENDRIER Le calendrier partagé est alors public. BARRE D'OUTILS CALENDRIER ACTION

<CLIC G>

SUR INDIQUER LE CALENDRIER COCHER LE TYPE DE PARTAGE (partager, envoyer un lien, rendre public) AJOUTER ÉVENTUELLEMENT LES CONTACTS HABILITÉS ET INDIQUER LA NATURE DE LEUR HABILITATION (voir, modifier…)

<CLIC G>

SUR POUR CONFIRMER

Partager le calendrier avec vos voisins de manière à ce qu'ils puissent afficher les événements sans les modifier EXERCICE

6 SYNCHRONISER LES CALENDRIERS Cette synchronisation est automatique mais elle peut être forcée. Afficher Windows Live HotMail et constater la présence du nouveau calendrier "loisirs" et de l'événement "match' créé. EXERCICE

La mention s'affiche en bas et à droite de la barre des tâches de Windows Live Mail lorsque l'utilisateur est connecté INFOS

NOTES


VI – MICROSOFT LIVE

109

Ils sont disponibles pour toutes vos activités en ligne et synchronisables avec vos contacts sur votre ordinateur local. FENÊTRE WINDOWS LIVE HOTMAIL ACTION

BARRE D'OUTILS WINDOWS LIVE

<CLIC G>

SUR

<CLIC G>

SUR

DANS LE VOLET DE GAUCHE

<CLIC G>

SUR

BARRE D'OUTILS CONTACTS ACTION

<CLIC G> SUR RENSEIGNER LES ÉLÉMENTS POUR VALIDER

EXERCICE

NOTES

Afficher les contacts dans Windows Live et vérifier l'existence des catégories et contacts créés dans Windows Live Mail Créer un nouveau contact et vérifier son existence dans les contacts de Windows Live Mail


110 Windows Live permet de stocker ses photos et de les publier pour les partager dans le cadre de son travail ou d'en faire profiter ses amis à titre privé.

ACTION

BARRE D'OUTILS WINDOWS LIVE

<CLIC G> SUR un espace de stockage de 25 Go est à votre disposition

1 CRÉER UN ALBUM L'album réunit des photos ayant trait à un même événement ou au même thème. BARRE D'OUTILS PHOTOS ACTION

<CLIC G>

SUR NOMMER L'ALBUM INDIQUER AVEC QUI CET ALBUM EST PARTAGÉ

<CLIC G>

NOTES

SUR


VI – MICROSOFT LIVE

111

2 TRANSFÉRER LES PHOTOS L'étape suivante consiste à sélectionner les photos à transférer.

ACTION

BOUTON GAUCHE

<FAIRE GLISSER> LES PHOTOS À PARTIR DU DOSSIER CONTENANT LES IMAGES OU INDIQUER LEUR DOSSIER SÉLECTIONNER LES IMAGES UTILISER <MAJ>, <CTRL> OU ENCADRER LES IMAGES AVEC LA SOURIS POUR LES SÉLECTIONNER

Créer un album "Weekend à Saint Aubin" et transférer les photos du dossier exercices avec une taille moyenne EXERCICE

Vous pouvez télécharger jusqu'à 25 Go de données ; INFOS

C'est une bonne sécurité pour vos photos importantes

CONSEIL

Il est souvent inutile sur internet d'afficher des photos trop grandes qui sont longues à transférer et à afficher. Si la finalité est juste l'affichage sur un écran, préférer une taille de téléchargement moyenne Si la finalité est un affichage "plein écran" sur un écran de grande taille, préférer Si la finalité est l'impression, alors conserver la résolution originale


112

AVANCÉ

Une photo prise avec un appareil photo numérique récent avec un capteur de 10 Mégapixels a une taille de 3648x2736 et pèse environ 3 Mo ; Selon la règle, Dimensions réelles = Taille en pixels / Résolution Pour une résolution de 800 dpi, la photo aura une taille d'environ 9 par 12 cm

3 VISUALISER LES PHOTOS Les photos une fois transférées peuvent être affichées et visualisées par les contacts indiqués. BARRE D'OUTILS DE L'ALBUM PHOTOS ACTION

OUVRIR L'ALBUM

<CLIC G> SUR le diaporama se lance

NOTES


VI – MICROSOFT LIVE

113

4 PARTAGER UN ALBUM L''album peut être partagé en autorisant des contacts à le visualiser, en indiquant le lien pour le visualiser ou bien le code permettant de l'afficher peut être copié dans une page web ou un billet de blog. BARRE D'OUTILS DE L'ALBUM PHOTOS ACTION

OUVRIR L'ALBUM

<CLIC G> <CLIC G>

SUR SUR

LE DESTINATAIRE REÇOIT CECI

5 PARTAGER UNE PHOTO Une photo seule peut aussi être partagée (sans partager tout l'album). BARRE D'OUTILS PHOTOS ACTION

PARTAGER <CLIC G> SUR L'ALBUM POUR L'OUVRIR S'IL NE L'EST PAS <CLIC G> SUR LA PHOTO POUR L'AFFICHER <CLIC G> SUR une fenêtre du même type que la précédente s'affiche

STRUCTURE DES DOSSIERS


114 À ce niveau, il est possible de s'identifier sur la photo ou d'identifier un tiers et d'ajouter un commentaire sur la photo INFOS

EXERCICE

Afficher votre espace "photos" sur Windows Live Faire un album à partir des photos du dossier "exercices" Les commenter et partager l'album avec vos voisins

L'espace de stockage évolue régulièrement.

BARRE D'OUTILS BING <CLIC G>

SUR LE NOM D'UTILISATEUR POUR AFFICHER LE PROFIL

<CLIC G> ICI

POINTER SUR

<CLIC G> SUR l'espace et son contenu s'affiche

DOSSIER PARTAGÉ DOSSIER PARTAGÉ AVEC LES PERSONNES SÉLECTIONNÉES

DOSSIERS NON PARTAGÉS

Un dossier "mes documents" accueille les documents personnels (privés) ; un dossier "public" accueille les documents à partager avec d'autres. Ouvrir votre navigateur Internet Afficher votre espace "skydrive" et vous déplacer entre les dossiers

NOTES


VI – MICROSOFT LIVE

115

1 CRÉER UN DOSSIER La procédure et sa finalité sont comparables à celles effectuées en local. BARRE SKYDRIVE <CLIC G>

SUR

<CLIC G> SUR NOMMER LE DOSSIER MODIFIER ÉVENTUELLEMENT LES AUTORISATIONS <CLIC G>

SUR AJOUTER LES FICHIERS AU DOSSIER

Un "fil d'Ariane" indique en permanence notre position dans la structure :

<CLIC G> SUR UN DES NIVEAUX POUR Y ACCÉDER

Pour revenir à la page d'accueil de SkyDrive, POINTER sur

NOUS SOMMES DANS LE DOSSIER "STAGES" DE "MES DOCUMENTS"

puis <CLIC G> sur

Créer un dossier "stage" dans votre espace de stockage personnel Revenir au dossier racine (là où il y a mes "documents" et "public")

2 IMPORTER DES FICHIERS Les documents stockés sur l'ordinateur (ou un de ses périphériques) peuvent être importés dans votre espace de stockage. Cette opération est proposée dès la création du dossier mais peut s'effectuer à posteriori. BARRE SKYDRIVE <CLIC G> SUR LE DOSSIER DESTINATION POUR L'OUVRIR <CLIC G> SUR <FAIRE GLISSER> LES FICHIERS À PARTIR D'UNE FENÊTRE DE L'ORDINATEUR VERS LE NAVIGATEUR OU

<CLIC G>

SUR

SÉLECTIONNER LES FICHIERS PUIS <CLIC G> SUR

<CLIC G>

SUR

OU

POUR REVENIR AU DOSSIER


116

FAIRE GLISSER LES FICHIERS D'UNE FENÊTRE À L'AUTRE

Importer les fichiers d'exercice vers le dossier "stages"

3 GÉRER LES FICHIERS Les documents de l'espace de stockage peuvent être supprimés, déplacés… BARRE SKYDRIVE <CLIC G> SUR LE DOSSIER POUR AFFICHER LES DOCUMENTS <POINTER> SUR UN FICHIER des informations sur le fichier et des commandes s'affichent

<CLIC G> SUR LE FICHIER POUR L'AFFICHER

LANCE LA VERSION EN LIGNE DE L'APPLICATION

COMMANDES SUPPLÉMENTAIRES

INFORMATIONS SUR LE FICHIER

EXERCICE

NOTES

Renommer le fichier "LETTRE" Déplacer le fichier "LETTRE" vers le dossier "public" Supprimer le fichier "LETTRE"

SUPPRIME LA PRÉSENTATION


VI – MICROSOFT LIVE

117

4 AFFICHER UN FICHIER Les fichiers peuvent être affichés avec fiabilité dans le navigateur. BARRE SKYDRIVE <CLIC G> SUR LE DOCUMENT le document s'affiche en mode lecture <CLIC G>

POUR LANCER L'APPLICATION POWERPOINT 2010 (local)

SUR

OU

<CLIC G>

SUR

POUR LANCER L'APPLICATION W ORD 2010 (local)

SUR

POUR LANCER L'APPLICATION EXCEL 2010 (local)

OU

<CLIC G> OU

<CLIC G>

POUR UTILISER "OFFICE W EB APP" (Internet)

SUR

LANCE POWERPOINT EN LOCAL

LANCE LA VERSION EN LIGNE DE POWERPOINT

Afficher le fichier "LETTRE" Le modifier puis l'enregistrer

NOTES

PARTAGE LA PRÉSENTATION


118

5 PARTAGER DES FICHIERS Le partage des fichiers s'effectue par le biais du dossier racine les contenant ("mes documents", "public"…). Il permet à plusieurs utilisateurs éloignés de travailler conjointement et simultanément sur une présentation BARRE SKYDRIVE POINTER SUR ET <CLIC G> SUR <CLIC G> SUR LE DOSSIER À MODIFIER

<CLIC G>

POUR REVENIR À LA RACINE

SUR

<CLIC G> SUR <FAIRE GLISSER> LE CURSEUR POUR MODIFIER LES AUTORISATIONS <CLIC G> SUR POUR VALIDER Les autorisations s'affichent alors en bas du dossier : FAIRE GLISSER POUR MODIFIER LE PARTAGE

OPTIONS DE PARTAGE

CLIQUER POUR AFFICHER LES AMIS CONCERNÉS

DES NOTIFICATIONS SONT GÉNÉRÉES SUR LES RÉSEAUX PAS DE PARTAGE

DONT VOUS AVEZ RENSEIGNÉ LES COMPTES

Seuls les dossiers situés à la racine gèrent les autorisations de partage ATTENTION

Les autorisations de

ne peuvent pas être modifiées

Il est aussi possible de sélectionner précisément les personnes en indiquant leur adresse E'mail ou en les sélectionnant dans les contacts. Une notification peut alors être envoyée pour les prévenir.

L'adresse du groupe est alors du type @groups.live.com Deux possibilités : 1 - Mettre ses fichiers personnels dans "mes documents" ceux partagés dans "public" 2 - Créer des dossiers spécifiques à la racine en fonction des autorisations de partage Modifier les autorisations de "MES DOCUMENTS" en (décocher éventuellement les personnes ajoutées individuellement) Créer à la racine un dossier "PERSO" non partagé Créer à la racine un dossier "AFFAIRES" partagé avec tout le monde


VI – MICROSOFT LIVE La page "office" de "Windows Live" distingue les dossiers en fonction de leurs autorisations.

<CLIC G> ICI

DOSSIERS NON PARTAGÉS

DOSSIERS PARTAGÉS

6 ENREGISTRER A PARTIR D'UNE APPLICATION LOCALE Il est possible d'enregistrer directement à d'une application locale (installée sur l'ordinateur) dans un dossier de l'espace de travail. MENU FICHIER <CLIC G>

SUR

CATÉGORIE

<CLIC G> SUR POWERPOINT RÉCUPÈRE LES EMPLACEMENTS SKYDRIVE SÉLECTIONNER L'EMPLACEMENT

<CLIC G>

SUR

DOSSIER SÉLECTIONNÉ

Ouvrir Word et saisir un courrier court et simple L'enregistrer sous le nom de fichier "lettre bis" à partir de Word dans le dossier "stage "

NOTES

119


120

CORRESPOND AU DOSSIER CHOISI CONTENU DU DOSSIER CHOISI

7 SYNCHRONISER LES FICHIERS La synchronisation des fichiers entre version locale et en ligne est pratique ; néanmoins, elle ne s'effectue pas dans "SkyDrive" mais dans un service autre, "Windows Live Mesh", qui propose un espace de stockage plus réduit et ne permet pas la modification en ligne. BARRE SKYDRIVE POINTER SUR

<CLIC G>

SUR

<CLIC G> SUR Installer éventuellement Windows Live Mesh avec votre Windows id LANCER WINDOWS LIVE MESH À PARTIR DU MENU WINDOWS DE L'ORDINATEUR S'IDENTIFIER ÉVENTUELLEMENT AFFICHER LES ICÔNES DE LA BARRE DE NOTIFICATION

<CLIC>

SUR

<CLIC>

SUR SÉLECTIONNER LE DOSSIER LOCAL

<CLIC G> SUR La version locale et la version en ligne des fichiers du dossier seront toujours à jour

<CLIC G> POUR SYNCHRONISER


VI – MICROSOFT LIVE

121

Synchroniser un dossier et non une bibliothèque ATTENTION

8 PARTAGER L'ÉCRAN DE TRAVAIL Une solution intéressante pour travailler à plusieurs, mais dans ce cas, simultanément, est de partager l'écran de travail. Il est alors nécessaire d'installer un programme complémentaire "Microsoft™ SharedView".

ATTENTION

Autoriser les fenêtres "pop up" sur Microsoft™ Office Live, notamment pour pouvoir installer "Microsoft™ SharedView"

. ACTION

BARRE D'OUTILS OFFICE LIVE ESPACE DE TRAVAIL AFFICHÉ

<CLIC G> SUR DE <CLIC G> SUR la barre d'outils "SHAREDVIEW" s'affiche en haut de l'écran

<CLIC G> ICI POUR INVITER D'AUTRES PERSONNES OU ARRÊTER LE PARTAGE

Il est alors possible d'inviter d'autres personnes à se joindre à la session.

NOTES


122

NOTES


VI – MICROSOFT LIVE

Pour des raisons de lisibilité, il est employé dans cet ouvrage les termes de Windows pour Microsoft ™ Windows ®, Word pour Microsoft ™ Word 2007 ®, Excel pour Microsoft ™ Excel 2007 ®, Access pour Microsoft ™ Access 2007 ®, Powerpoint pour Microsoft ™ Powerpoint 2007® , Outlook pour Microsoft ™ Outlook 2007®, Explorer pour Microsoft ™ Explorer ® . Par ailleurs, toutes les copies d'écrans, images et icones ont été reproduites avec l'aimable autorisation de Microsoft ™

Tous les efforts ont été faits, et le temps nécessaire consacré, pour que cet ouvrage soit aussi fiable et rigoureux que possible. Cependant, ni l'auteur, ni l'éditeur ne sauraient être tenus pour responsable des conséquences de son utilisation ou des atteintes au droit des brevets ou des personnes qui pourraient résulter de cette utilisation. Toute reproduction, même partielle de cet ouvrage, et par quelque procédé que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et passible d'une peine prévue par la loi sur la protection des droits d'auteur.

123


Dépôt légal 2ème Trim 2007 ISBN 978-2-916950-06-8

Ce support de cours est destiné à accompagner votre formation dans l'apprentissage de ce logiciel. Il peut être utilisé en auto-formation mais il est le support idéal d'une formation menée par un formateur. C'est un manuel d'apprentissage organisé sous forme de leçons, ou chaque brique de connaissance acquise est réutilisée dans les leçons suivantes et avec des exercices à réaliser pour bien mémoriser les actions. Le fichier d’exercice est téléchargeable sur le site de l'éditeur où vous pourrez aussi éventuellement vérifier vos acquis grâce à des tests de connaissance en ligne. Des emplacements sont prévus sur chaque page pour prendre des notes afin de bien se souvenir des recommandations de votre formateur. Après votre formation, n'hésitez-pas à reprendre ce manuel et à refaire les exercices pour bien ancrer ce que vous avez appris dans votre esprit.

Existent aussi Windows Vista 1er niveau utilisation Excel 2007, 1er niveau utilisation Word 2007, 1er niveau utilisation Outlook 2007, 1er niveau utilisation Powerpoint 2007, 1er niveau utilisation Windows Vista, 2èm niveau configuration Word 2007, 2ème niveau, Faire un document long Excel 2007, 2ème niveau, Base de données, tableaux croisés… Excel 2007, 2ème niveau, Graphiques, solveur, macros… Access 2007, 1er et 2ème niveau, utilisation et programmation Maintenance micro Réseaux versions spécifiques 2010 disponibles

129 rue du Maréchal Foch 14750 Saint Aubin sur Mer ios@ios.fr - www.ios.fr/


Internet, messagerie, navigateur et Services