Magazine Ateliers d'Art N°137

Page 1

Ateliers d’Art OCTOBRE-NOVEMBRE 2018 / N° 137

Reportage Ateliers de la Garde républicaine

Rendez-vous   SALON INTERNATIONAL   DU PATRIMOINE CULTUREL 2018 I

N° 137 OCTOBRE-NOVEMBRE 2018 7 ¤



Éditorial AUDE TAHON

© Julien Cresp

Présidente d’Ateliers d’Art de France aude.tahon@ateliersdart.com

L

e Salon Maison&Objet vient de se terminer. Incontournable rendez-vous de la rentrée en septembre, ce grand Salon leader mondial de la décoration accueille depuis son origine les métiers d’art qui accèdent ainsi aux marchés à échelle internationale. Le nombre de nos ateliers exposants augmente depuis plusieurs sessions. Nos entreprises s’y épanouissent principalement au cœur de l’espace Craft, qui a fait peau neuve dans un Salon lui-même entièrement renouvelé, et qui est devenu un secteur très attractif de Maison&Objet. Cette attractivité des métiers d’art se ressent d’ailleurs très fortement dans la séquence actuelle. Elle se traduit par des tensions qui font du secteur des métiers d’art un enjeu de captation et d’image pour les uns, alors même que ce sont des enjeux de développement qui se jouent pour des milliers d’ateliers. Nous voilà donc à nouveau mobilisés depuis plusieurs mois avec l’ensemble des acteurs du secteur, qui souhaitent porter la voix unifiée des métiers d’art et alerter le gouvernement sur les risques majeurs qui pèseraient sur les entreprises si la réalité de nos ateliers, de leur modèle économique et de leurs besoins au service du développement du secteur, ne se voyait pas entendue.

La 24e édition du Salon international du patrimoine culturel, qui aura lieu fin octobre au Carrousel du Louvre, sera l’occasion d’un nouveau rendez-vous pour les métiers d’art, avec la rencontre de 330 exposants et un programme foisonnant de

démonstrations et de conférences. Lors de ces grands moments de rencontre, l’ensemble des acteurs du patrimoine bâti et non bâti se retrouvera pour échanger sur les enjeux de la profession, à échelle européenne. Quel avenir et quel développement pour le label EPV* ? Quels enjeux de formation permettront de développer les entreprises de métiers d’art et d’assurer leur transmission ? Qu’en est-il en France, en Italie, en Allemagne ? Quels sont les enjeux et les contraintes liés à la réglementation européenne pour nos ateliers ? Autant de questions qui alimentent l’état des lieux établi par la profession et permettent de formaliser les enjeux d’un secteur de métiers d’art dynamique, en quête des conditions garantissant la réussite de son développement. Fort de la conscience de l’importance de notre secteur dans le pays, nous sommes engagés à travailler avec les pouvoirs publics pour faire avancer et aboutir notre revendication de reconnaissance de la branche professionnelle des métiers d’art, indispensable à nos entreprises, à nos territoires et à l’ensemble des acteurs du secteur. Souhaitons que la voix des professionnels soit entendue et respectée ! * Entreprise du patrimoine vivant.

Ateliers d’Art octobre-novembre I 3


BIENNALE INTERNATIONALE MÉTIERS D’ART & CRÉATION

2 3 >2 6 M A I 2 0 1 9 | PA R I S | G R A N D PA L A I S

DEVENEZ EXPOSANT : POSTULEZ EN LIGNE JUSQU’AU 30/11/18 WWW.REVELATIONS-GRANDPALAIS.COM

|

1 6 P AY S

|

1 6 0 S TA N D S

Evénement unique au monde, la biennale fait la démonstration éclatante de la vitalité des artistes de la matière et fait rayonner la création en France et à l’International.

© I M A G E : H A N N E F R I I S © Ø Y S T E I N T H O R VA L D S E N / H O K · D E S I G N W W W. L A M A N U F A C T U R E . N E T

40 000 VISITEURS


Sommaire 06 À VOIR, À SAVOIR, À DÉCOUVRIR

Sur Internet : www.magazineateliersdart.fr

ÉVÉNEMENTS.  P. 6  COUPS DE CŒUR. P. 10. Boutiques Ateliers d’Art de France

ATELIERS D’ART N° 137 OCTOBRE-NOVEMBRE 2018

12 ANALYSE D’ŒUVRE

EN COUVERTURE

LE DUEL DE JOHN-MIKAËL FLAUX Aluminium, acier, laiton et or

Ateliers de la Garde républicaine Photographie de Manuel Cohen

14 RENDEZ-VOUS

DIRECTRICE DE LA PUBLICATION

Aude Tahon

SALON INTERNATIONAL DU PATRIMOINE CULTUREL 2018 « Patrimoine européen, patrimoine commun »

DIRECTEUR ADMINISTRATIF ET FINANCIER

Nicolas Darras

16 ENTRETIEN

RÉDACTRICE EN CHEF

Valérie Vidal valerie.vidal@editionsateliersdart.com

ISABELLE CHAVANON. Restauratrice

18 ZOOM

COMITÉ DE RÉDACTION

Véronique Achard, Dominique Bréard, Sophie Guyot, Aude Tahon

SE RÉINVENTER. S’affranchir d’un héritage pour une incursion dans des territoires inconnus.

ONT COLLABORÉ À CE NUMÉRO

Valérie Appert, Virginie ChuimerLayen, François Desnoyers, Boris Guilbert, Pascale Huby, Marie Lepesant, Christophe Rioux, Anne-Cécile Sanchez

24 PAROLE DE CRÉATEUR

HAZLÓ. Dans une démarche artistique, ce peintre fresquiste a transposé la technique de la fresque sur le support toile.

PHOTOGRAPHIES

Manuel Cohen DIRECTION ARTISTIQUE

Isabelle Ducat isa.ducat@wanadoo.fr SECRÉTARIAT DE RÉDACTION, CORRECTION-RÉVISION

Nathalie Capiez et Boris Guilbert FABRICATION

Alain Tellart IMPRESSION

Graphius (certifié FSC) B 9041 Gent (Belgique)

26

DOSSIER

LE PLÂTRE, DANS SON ÉTERNEL ÉTAT

Staff, stuc, gypserie, sculpture, le plâtre n’a jamais cessé d’être employé. Il requiert des savoir-faire nombreux car ce sont en réalité plusieurs métiers.

PUBLICITÉ

Laurence de Buyer Tél. : 06 60 64 99 40 laurence.debuyer@editionsateliersdart.com ABONNEMENTS

Service abonnement : Karine Dufossé Parc d’activités Bois Rigault Nord 1 rue Copernic, CS 20400 62881 Vendin-le-Vieil cedex Tél. : 00 33 (0)3 21 79 44 44 karine.dufosse@editionsateliersdart.com ÉDITEUR

Les Éditions Ateliers d’Art de France 8 rue Chaptal, 75009 Paris Tél. : 00 33 1 44 01 08 30 Fax : 00 33 1 44 01 15 67 www.editionsateliersdart.com N° ISSN 1275-9570 DÉPÔT LÉGAL octobre 2018 N° COMMISSION PARITAIRE

1119 T 90057 La reproduction, même partielle, d’articles ou de documents parus dans Ateliers d’Art est soumise à notre autorisation préalable.

36 PORTRAITS

ATELIER DE RICOU. P. 36. Restaurateurs GUILLAUME FINAZ. P. 38. Facteur de clavecins LUDWIG VOGELGESANG. P. 40. Ébéniste d’art

42 REPORTAGE

DANS LE SECRET DES ATELIERS DE LA GARDE RÉPUBLICAINE Dans la caserne Vérines, casquiers, armuriers et selliers reproduisent des gestes pluriséculaires.

58 BLOC-NOTES

AGENDA. P. 58 RÉVÉLATIONS. Luxembourg, pays à l’honneur. P. 61 INFOS PRO. P. 62 CARNET D’ADRESSES. P. 66 ADDENDUM. P. 68. Par Stéphane Bern

Ateliers d’Art octobre-novembre I 5


À VOIR, À SAVOIR I Événements

I Paris • Exposition

« LA FABRIQUE DU LUXE : LES MARCHANDS MERCIERS PARISIENS AU XVIIIE SIÈCLE »

i Wouter van der Vlugt, Channeling Light, noyer massif, Ø 50 cm, 2015.

Luxembourg • Biennale

« DE MAINS DE MAÎTRES » Cette Biennale dédiée aux métiers d’art et savoir-faire d’exception réunira près de 60 artisans d’art exerçant au Luxembourg et dans sa grande région, en dialogue avec une sélection de talents européens, créateurs, ateliers et manufactures, invités tout spécialement. Cette année, quelques ateliers et petites manufactures se joindront aux créateurs indépendants, ainsi que plusieurs institutions étrangères invitées à présenter une sélection de leurs meilleurs et étonnants savoir-faire. Cette édition traduira la vitalité et la modernité des métiers d’art à travers la transmission du geste et la perpétuelle recherche d’innovation. Véritable instantané de la création et de la production de l’artisanat d’art au Luxembourg et en Europe, cette nouvelle édition proposera un parcours de découvertes et de curiosités. ✱ 19 Liberté 19 avenue de la Liberté, L- 1931 Luxembourg Du 28 novembre au 3 décembre

À la fois négociant, importateur, collecteur, designer et décorateur, le marchand mercier occupait un rôle majeur dans l’essor de l’industrie du luxe au xviiie siècle et se trouvait au cœur de la relation entre le commanditaire et l’artisan d’art. L’appellation « marchand mercier » provient du terme « mercerie », alors synonyme de « marchandise ». En plus de leur rôle d’intermédiaire entre le client et le créateur, face à un marché concurrentiel, les marchands ont dû faire preuve d’une stratégie permanente. C’est ainsi qu’émergèrent les enseignes ou « marques » qui s’appuyaient sur des ressorts marketing novateurs comme les contrats d’exclusivité ou la création d’identité visuelle (enseignes ou cartes de visite). À travers les destins de marchands comme Gersaint ou Duvaux, cette exposition présente une centaine d’objets d’art, de documents et d’archives illustrant les savoir-faire et les origines du luxe « à la parisienne ». ✱ Musée Cognacq-Jay 8 rue Elzévir, 75003 Paris Jusqu’au 27 janvier 2019

Baccarat • Exposition

« RÊVES BOTANIQUES » Pour cette exposition, il a été demandé à 22 créateurs de bijoux contemporains de rendre hommage au naturaliste lunévillois Charles-Nicolas-Sigisbert Sonnini de Manoncourt qui, au xviiie siècle, parcourut le monde pour le roi de France afin de recenser la faune et la flore. Chacun des créateurs, à travers sa proposition, s’est emparé des rêves botaniques du scientifique tout en restant fidèle à son propre univers : le duo Viviane Bechoux et Nadine Sizaire a créé une bague comme une minuscule sculpture en bois d’ébène et porcelaine, Ségolène Cavalot a voulu traduire la luxuriance de la forêt guyanaise, Anne Claustre et Claire Kientzi ont travaillé autour du thème de la graine, Catherine Eby a reproduit en miniature la flore exotique… i Collier de Ségolène Cavelot,

Jungle guyanaise, métal et perle, 2018.

6

I Ateliers d’Art octobre-novembre

✱ Pôle bijou Baccarat 13 rue du Port, 54120 Baccarat Jusqu’au 18 novembre

i Anonyme, cage à oiseaux,

fer peint et porcelaine, vers 1750-1751, Paris, musée des Arts décoratifs.


I Événements I À VOIR, À SAVOIR Lezoux • Exposition

« ROUGE OU NOIR. CÉRAMIQUES ANTIQUES ET CONTEMPORAINES : CONFRONTATIONS » La céramique antique, dès sa découverte, a toujours été une source d’inspiration pour les céramistes. C’est par la confrontation des œuvres que cette exposition veut en témoigner. Dès le xviiie siècle, les vases antiques, étrusques et grecs ont passionné collectionneurs et artistes qui redécouvrent l’Antiquité avec Pompéi et Herculanum. La première partie de l’exposition permet de découvrir cette influence sur les démarches artistiques de céramistes et créateurs modernes ou contemporains tels que Jean Mayodon, Raoul Dufy, Paul Bonifas, Pablo Picasso, Suzanne Ramié ou Pierre Bayle. Dans la seconde partie, c’est le noir de la céramique grecque et le rouge des sigillées que nous retrouvons à travers les créations de céramistes comme Alistair Danhieux, Jean-Paul Azaïs, Duncan Ross, Tjok Dessauvage, Jean Grison, Mathieu Casseau… i Vase Médicis, grès fin noir,

style Empire, premier quart du xixe siècle, H. 28, 6 cm, Ø 19,4 cm, manufacture de Creil, inv. 370 musée Gallé-Juillet.

✱ Musée départemental de la Céramique 39 rue de la République 63190 Lezoux Jusqu’au 31 décembre

f Jean-Pierre Patissier, sans titre, sculpture bois, 450 x 100 x 70 cm.

Sainte-Foy-lès-Lyon • Biennale

« 10E BIENNALE DES ARTS DU BOIS »

i Gianbattista Ferraglio, coupes de la collection Turquoises, couleur obtenue avec de l’oxyde de cuivre, cuisson raku, 2017. Paris - Bordeaux • Salons

« OB’ART » En novembre, les Salons Ob’Art Bordeaux et Paris ouvrent leurs portes. Sélectionnés par un jury d’experts, les exposants sont de véritables professionnels des métiers d’art qui conçoivent eux-mêmes, dans leur atelier et avec une absolue maîtrise de leur savoir-faire, des pièces uniques ou en petites séries. Dans la capitale, le Salon se tiendra en plein cœur du Marais, et pour sa 20e édition 70 artisans d’art seront exposés, avec une trentaine de métiers d’art représentés. En Aquitaine, Ob’Art Bordeaux connaît depuis 10 ans de plus en plus de succès, en témoigne le nombre de visiteurs, curieux de découvrir des artisans d’art locaux, mais aussi venus d’ailleurs. ✱ Édition Bordeaux Hangar 14 Quai des Chartrons, 33000 Bordeaux Du 9 au 11 novembre

✱ Édition Paris Espace des Blancs-Manteaux 48 rue Vieille-du-Temple, 75004 Paris Du 23 au 25 novembre

Tous les deux ans, l’Association française pour le tournage d’art sur bois (AFTAB) organise cet événement où tourneurs et sculpteurs sur bois, professionnels des métiers d’art, sont exposés afin de faire connaître leur discipline au grand public, mais aussi pour que les connaisseurs, collectionneurs ou galeristes y trouvent un lieu de découverte. Cette année, parmi les 21 artisans d’art qui viendront présenter leurs dernières créations, un grand nombre seront des professionnels confirmés. Néanmoins, les organisateurs ont également souhaité mettre en avant de jeunes créateurs très prometteurs. Ateliers, démonstrations, conférence sur le tournage d’art animée par Pascal Oudet, tourneur français internationalement reconnu, viendront ponctuer la Biennale. ✱ Salle de l’Ellipse 69110 Sainte-Foy-lès-Lyon Du 12 au 14 octobre

Ateliers d’Art octobre-novembre I 7


À VOIR, À SAVOIR I Événements

I

ÉMERGENCES LA BIENNALE QUI FÉDÈRE LES TALENTS

2

Le week-end précédant l’ouverture de la Fiac au Grand Palais, c’est à Pantin que se situe pendant quatre jours l’épicentre de la création, lors de la Biennale Émergences. TEXTE ET ENTRETIEN DE ANNE-CÉCILE SANCHEZ

1 3

C

ette manifestation a pour particularité de réunir métiers d’art, design, mode et art contemporain dans un parti pris de transversalité qui valorise les savoir-faire. Les amateurs de belles matières y découvriront des pièces uniques témoignant d’une maîtrise technique éprouvée ou de collaborations fertiles entre artisans d’art et designers – comme les luminaires de Samuel Accoceberry créés avec l’atelier de ferronnerie Bruce Cecere. Cet événement, qui réunit des créateurs du verre ou du cuir, céramistes, sérigraphes, orfèvres, ébénistes ainsi que des designers, stylistes, plasticiens, etc., présente une sélection de 80 stands et entend susciter des « zones de friction créative ». Mise en avant lors de cette 5e édition, la jeune créatrice Marlène Huissoud est l’emblème de ce positionnement : installée dans l’est parisien après un diplôme à la Saint Martin’s School à Londres, cette fille d’apiculteur s’inspire de matériaux comme la résine d’abeille pour concevoir un mobilier à la frontière de l’usage et de l’art. Émergences foisonne donc de propositions plastiques inattendues : on y trouve non seulement des objets hybrides mais aussi des petites séries inédites. Soulignée par une exposition, « Interstices », qui investit pour la première fois le bâtiment, cette audace prospective séduit le grand public autant que les professionnels. ✱ Biennale Émergences Centre national de la danse 1 rue Victor-Hugo, 93500 Pantin Du 11 au 14 octobre

C A R N E T D ’A D R E S S E S PA G E 6 6


I Événements I À VOIR, À SAVOIR Questions à Frédéric Bouchet, commissaire général de la Biennale Émergences Quelle est la vocation de la Biennale ? Il s’agit à l’origine d’une initiative du territoire Est Ensemble visant à offrir aux artisans d’art une plateforme économique ainsi qu’une vitrine pour se faire connaître, tant du grand public que des professionnels. Au fil des éditions, nous avons souhaité étoffer la dimension culturelle de ce Salon en interrogeant les enjeux de la création. Cela nous a incités à mettre l’accent sur la matière, les savoir-faire, mais aussi la prospective, et à nous ouvrir à des secteurs connexes comme le design. L’événement est devenu une véritable Biennale avec une programmation étendue à plusieurs sites. Cette année, son parcours est pour la première fois balisé par une exposition in situ. Intitulée « Interstices », elle réunit les œuvres de plasticiens, d’architectes, de designers, d’artisans d’art, etc., et investit le rez-dechaussée de l’atrium ainsi qu’une partie du premier étage du Centre national de la danse. Qui sont les exposants ? Ce sont des créateurs sélectionnés parmi des artisans d’art et des designers, dont on découvre les stands, au nombre de 80 environ, au premier étage. Afin de diversifier l’offre, nous avons également imaginé des podiums en îlot qui permettent de présenter un projet, un prototype, une pièce unique et d’en faire la promotion sans que cela passe forcément par une commercialisation immédiate. Finalement, peu d’événements permettent d’embrasser aussi largement le champ de l’économie créative, participant pleinement à ses mutations. Émergences revendique en effet une grande transversalité… Oui, nous mettons en lumière les échanges qui existent entre les métiers d’art, le design, l’art contemporain, la mode, etc., et la façon dont les créateurs s’intéressent aujourd’hui aux savoir-faire. En 2018, on peut avoir suivi une formation de designer et de céramiste. On constate que les profils ont tendance à s’hybrider, avec une nouvelle génération où les doubles, voire triples cursus, sont de plus en plus fréquents. Il me semble intéressant de se demander ce que ces nouvelles pratiques génèrent en matière de produits. C’est cela que la Biennale donne à voir.

4

Au risque de brouiller les pistes et les identités ? Il est important pour certains secteurs de défendre leurs intérêts. Mais nous croyons aux fertilisations croisées ; nous espérons susciter des rencontres qui engagent des dialogues, des envies. L’actualité manifeste un regain d’attention pour la maîtrise de la matière – le cuir est ainsi mis à l’honneur dans cette édition à travers plusieurs projets des compagnons du devoir et de leur pôle d’excellence des matériaux souples. Le but d’Émergences est bien de créer une communauté de pensée et d’acteurs et de dépasser les zones de friction pour innover. Quel est le public de la Biennale ? En 2016, la Biennale a attiré plus de 8 000 visiteurs, parmi lesquels un certain nombre de prescripteurs, comme des architectes d’intérieur, des décorateurs ; ils trouvent ici une sélection d’une grande rigueur professionnelle. Ce panorama très varié, mais qui conserve une échelle humaine, rencontre également un accueil favorable du grand public.

5

Page de gauche : portrait de la créatrice Marlène Huissoud avec son vase Tree Vessel réalisé à partir de propolis noire (1) ; lampe Moon dessinée par Samuel Accoceberry et réalisée par le ferronnier d’art Bruce Cecere, structure en acier, extrémités en cuivre et laiton doré à l’or pur (2 et 3) . Ci-dessus : bijoux de Monochromatiques, ensemble de six pins Jeu de construction, porcelaine émaillée (4) ; claustra Ressac de Jules Levasseur réalisée en collaboration avec le tapissier Renaud Marin, aluminium déployé, mousse PU et laine tissée (5).

Ateliers d’Art octobre-novembre I 9


À DÉCOUVRIR I Coups de cœur • Boutiques Ateliers d’Art de France I

Théière EMA de la collection Émail doré

ANNE KRIEG Grès 30 x 23 cm Prix : 479 ¤ Concept store Empreintes, Paris www.empreintes-paris.com

Grand plat

SOPHIE GRIMARD Bois blanchi, base brûlée et noircie Ø 39 cm, H. 19 cm Prix : 420 ¤ Concept store Empreintes, Paris

Sculpture à poser ou suspendre Rascasse volante Ptéroïs volitans Boucles d’oreilles

RYBA

MARINE CAUVIN Plumes de faisan, argent 4 x 6 cm Prix : 135 ¤ Concept store Empreintes, Paris

Bracelet Erevan

Inox vernis 250 x 250 x 200 cm Prix : 220 ¤ La Nef, Montpellier www.empreintes-paris.com

MANON LACOSTE Porcelaine, métal laiton argenté Ø 4 cm Prix : 40 ¤ La Maison des Métiers d’Art, Pézenas www.empreintes-paris.com

Tabouret

ATELIER CLAIRE SALIN Orme massif et laine Prix : 360 ¤ La Nef, Montpellier

10

I Ateliers d’Art octobre-novembre