Dossier de presse 2011

Page 1

LA MAIRIE DU 20 E PRESENTE du 18 au 26 juin 2011

Et 20 l’été

Festival dédié aux arts dans la rue

Contacts presse FESTIVAL Agence Lollypop communication verob@lollypopcommunication.com (radio/télé) marino@ lollypopcommunication.com (presse écrite) Tél. 01 48 44 23 67

mairie du 20 e Nolwenn Macouin nolwenn.macouin@paris.fr Tél. 01 43 15 20 85


Des spectacles gratuits pour tous Le festival Et 20 l’été s’adresse à tous les publics, des plus novices aux plus aguerris, en allant à leur rencontre et en les intégrant aux interventions artistiques. Ce festival s’inscrit dans la politique culturelle de la mairie du 20e arrondissement. Frédérique Calandra, Maire du 20e, et Julien Bargeton, premier adjoint à la Maire du 20e chargé de la culture, des finances et des budgets participatifs souhaitent ainsi permettre l’accès de tous à la culture, sous toutes ses formes. Des spectacles multiformes et innovants

DU 18 AU 26 JUIN 2011 DANS LE 20E ARRONDISSEMEMENT

L

a mairie du 20 e arrondissement de Paris présente du 18 au 26 juin 2011 un festival dédié aux arts dans la rue : Et 20 l’été . 14 spectacles gratuits et en plein air investissent les rues du 20 e pour bousculer notre regard sur l’espace public et créer des cheminements dans la ville.

Festival Et 20 l’été

Et 20 l’été 2011

L’édition 2011 rassemble 14 spectacles et performances plus surprenants et atypiques les uns que les autres : parcours de portraits, sculptures humaines et urbaines, poèmes visuels, spectacle guestuel, théâtre de son, performance à table, théâtre d’ombres musical... Ce sont autant d’expériences inattendues et innovantes qui invitent le public à regarder différemment son espace quotidien. Les artistes créent des liens entre des disciplines artistiques mais aussi entre des populations et des espaces. La mairie du 20e est soucieuse de proposer et de soutenir de nouvelles productions artistiques. Cette année, le festival accueille 4 « créations 2011 » : Soto de la Cie P2BYM, Les baraques des sœurs Langlais de la Cie Les armoires pleines, Dispersion de La débordante compagnie, et Qu’est-ce qu’on mange ? du groupe ACM. Des spectacles dans l’espace public Questionné, détourné, magnifié, voire malmené, l’espace urbain est à la fois l’outil et la matière des artistes de ce festival. Pourquoi rester immobile à l’abribus ? Qu’y a-t-il devant et derrière les façades d’un bâtiment ? Le monde est-il plus sensé quand nous sommes debout ? Que faire de cette symphonie urbaine ou encore de ces petits riens qui nous accompagnent et que nous croisons tous les jours ? Les spectacles de l’édition 2011 questionnent notre rapport à l’espace public, ses limites et ses codes. Des spectacles participatifs L’édition 2011 favorise les spectacles participatifs et évolutifs nés d’une diversité de regards sur la ville et sur ceux qui la composent. De spectateur immobile, le public, curieux ou simple badaud, peut devenir un voyageur du bout du monde, le modèle d’un parcours de portraits, ou encore être invité à table, comme au restaurant. Décor, témoin ou sujet, le public fait partie intégrante des interventions artistiques.

Sommaire Présentation du festival ......................................................

3

Programmation..................................................................... 4 Présentation des spectacles................................................. 5 Renseignements pratiques.................................................. 19

2 / 19


Ce festival s’inscrit dans la politique culturelle de la mairie du 20e. Frédérique Calandra, Maire du 20e, et Julien Bargeton, premier adjoint à la Maire du 20e chargé de la culture, des finances et des budgets participatifs souhaitent ainsi permettre l’accès de tous à la culture, sous toutes ses formes. Pour l’édition 2011, la mairie du 20 e a souhaité ancrer encore davantage ce festival dans l’espace public et en direction du public. Cette démarche participe de la volonté que chaque édition du festival s’enrichisse et participe à redonner des identités à la ville.

L’esprit du festival

DU 18 AU 26 JUIN 2011 DANS LE 20E ARRONDISSEMEMENT

D

epuis 2009, la mairie du 20 e arrondissement, en partenariat avec l’association Paris Culture 20 e , propose un festival dédié aux arts dans la rue : Et 20 l’été. Tous les spectacles sont gratuits et se déroulent sur une dizaine de jours dans l’espace public, sur l’ensemble de l’arrondissement.

Festival Et 20 l’été

Présentation du festival

« Du farfelu à l’inquiétant, l’intervention artistique doit permettre de détourner, questionner, magnifier, malmener, jouer avec les représentations de notre espace urbain quotidien ». C’est sur cette base que la mairie du 20e a souhaité donner à chacune et chacun sa chance, afin de mettre tous les talents de son côté, de stimuler la créativité et de susciter idées et envies. C’est pourquoi elle a lancé fin 2010 un appel à projets aux artistes et collectifs. Chaque édition du festival enrichit et (re)donne des identités à la ville. Les projets choisis prennent en compte les éléments suivants : - Partir de l’espace urbain pour produire de l’espace public (privilégier les spectacles participatifs, évolutifs, interactifs permettant diversité des regards sur les quartiers la ville, les lieux). - Utiliser des formes itinérantes pour créer des cheminements (entre le 20e et les communes riveraines, entre les disciplines artistiques…) - Bousculer les habitudes, faire la place à des expériences innovantes, inattendues, décapantes, de nouvelles formes de création et de « mélange des genres » (entre happening plasticien et spectacle vivant, entre spectateurs et comédiens…). Plus de 200 artistes et collectifs ont répondu présents et les propositions ont été examinées par le comité de sélection des projets, composé de membres de la mairie du 20e, de la Direction des affaires culturelles de Paris et de l’association Paris Culture 20e.

Un festival participatif La mairie du 20e a ensuite mis en place une démarche participative avec les conseils de quartier et les associations locales. Tout d’abord, les acteurs locaux ont été invités à participer au processus de sélection. Il s’agissait de passer des 200 dossiers reçus (dans le cadre de l’appel à projets) à la dizaine de projets programmés dans l’édition 2011. Cette phase s’est déroulée en plusieurs étapes avec le comité de programmation du festival qui a organisé plusieurs réunions de travail, par quartier, au mois de février 2011. Les acteurs locaux présents ont ainsi pu donner leurs sentiments, préférences, envies… sur plusieurs projets pré-sélectionnés. Ces avis ont permis de nourrir la réflexion en vue de la sélection finale. Ensuite, les acteurs locaux ont été invités à participer activement à la mise en œuvre des projets, avant et pendant le festival. Cette coopération s’organisent à différents niveaux en fonction des projets, des artistes, des acteurs locaux, en fonction des envies et des possibilités de chacun (accueil en résidence, aide au repérage, loges pour les représentations, aide matérielle et humaine, organisation de rencontres avec les habitants…).

3 / 19


- Le bus de l’alternative nomade par le collectif Caravansérail (projections) Du 18 au 23 juin, tous les jours de 19h à minuit, dalle de la Porte des Lilas - Focus ENSAD par l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs (projections et performances) Samedi 18 juin de 22h15 à 01h00, place Maurice Chevalier (M°Ménilmontant) - Soto - triptyque en espace public par la compagnie P2BYM (danse) Samedi 18 juin à 23h, rue Lemon Dimanche 19 juin à 14h place des grandes Rigoles, à 18h boulevard de la Villette et rue de Belleville, à 23h rue Lemon - La gravité est ailleurs par la compagnie lci-Même (sculptures humaines et urbaines) Dimanche 19 juin à 11h et à 16h, quartier Saint-Blaise - place des Grès

DU 18 AU 26 JUIN 2011 DANS LE 20E ARRONDISSEMEMENT

- Les rues sont bavardes par Cité Zoo (parcours de portraits) Du 18 au 26 juin, dans l’ensemble du 20e arrondissement

Festival Et 20 l’été

Programmation 2011 du festival

- Les baraques des Soeurs Langlais par la compagnie Les armoires pleines (poèmes visuels urbains) Dimanche 19 juin à 17h, à 19h et à 21h45, pelouses du bas du parc de Belleville - Ciel par Jordi Gali (spectacle gestuel) Mercredi 22 juin à 15h et à 17h, square Séverine - rue Le Vau Jeudi 23 juin à 20h et à 22h, place de la Réunion - Dispersion par La débordante compagnie (danse) Mercredi 22 juin à 19h30, rue du Télégraphe - sortie du métro - Les collections du don du son par la compagnie Décor sonore (théâtre de son) Jeudi 23 juin à 15h30, 16h30 et 17h30 et vendredi 24 juin à 14h30, 15h30 et 16h30, parvis de la mairie du 20e - place Gambetta - Pekee-Nuee-Nuee par la compagnie Les ombres portées (théâtre d’ombres musical) Vendredi 24 juin à 22h15 et à 23h45, place Marc Bloch - Qu’est-ce qu’on mange ? par le groupe ACM (théâtre-performance à table) Vendredi 24 juin à 19h30 et à 20h45, square du pavillon Carré de Baudouin - 119 rue de Ménilmontant - Petites urbanités libres par la Ktha compagnie (installations in situ) Samedi 25 juin toute la journée, boulevard de Charonne - Cette immense intimité par la compagnie Retouramont (danse et vidéo) Samedi 25 juin à 22h30 et à 23h30, cour de l’école du 5 rue des Tourelles - 1er round par la compagnie Tango sumo (danse) Dimanche 26 juin à 16h et à 19h30, square Sorbier - 13 rue Sorbier

4 / 19


Parcours de portraits. Du 18 au 26 juin Dans l’ensemble du 20e arrondissement

Le spectacle Sur des panneaux, des portraits des habitants sont réalisés au pinceau le temps d’une discussion. Un parcours se dessine en suivant à la trace ses étranges silhouettes. Comment représenter l’essence d’un quartier ? Se rapprocher de ceux qui le font exister, le font vivre pour mieux le comprendre ? Parler d’eux mais aussi les laisser parler ? Un artiste vient à leur rencontre en sillonnant le 20e arrondissement. Cet atelier itinérant est composé d’un dessinateur et d’un « médiateur ». Tandis que celui-ci aborde les habitants et discute avec eux du regard qu’ils portent sur le 20e, le dessinateur, en quelques minutes et par des traits simples, fait leur portrait grandeur nature sur un panneau. Fin de la discussion, fin du dessin. Une phrase résultant de la discussion est ensuite écrite au dos de la planche qui sera fixé au sol. Le parcours de portraits d’habitants se créera ainsi, reliant les différents quartiers entre eux, pendant toute la durée du festival.

DU 18 AU 26 JUIN 2011 DANS LE 20E ARRONDISSEMEMENT

par Cité Zoo

Festival Et 20 l’été

Les r u e s s o n t b a v a rdes

SPECTACLE

Entre art de la rue et spectacle, entre happening et débat, Les rues sont bavardes est un parcours peuplé d’âmes. Le dessin devient spectacle, le spectacle devient dessin. Les habitants sont le sujet des créations mais aussi les intervenants. Ils racontent leur vision du quartier, une envie, une réaction, un coup de cœur… Le dessinateur libère la parole des habitants du quartier ainsi affichée aux yeux de tous, suscitant des réactions, des interrogations. De personne en personne, de dessin en dessin, il invite à parcourir le 20e arrondissement, à découvrir des lieux inconnus en suivant à la trace ses étranges silhouettes.

L’artiste Cité Zoo est une association dont l’objectif est de mettre en avant l’art de la rue et de donner une seconde vie aux bâtiments vétustes et délabrés ainsi qu’aux bâtiments d’utilité publique et aux structures culturelles. Chaque illustrations, dessins, peintures portent un message éducatif, poétique ou engagé... Composée de dessinateurs œuvrant dans la région parisienne, l’association à déjà plus de 400 fresques à son actif. Site Internet : www.zoo-project.com

Mentions Création : 2011. Production : association Cité Zoo / Zoo Project. © Cité Zoo, projet.

5 / 19


Projections. 5 représentations (durée : 1h45). Du 18 au 23 juin, tous les jours de 19h à minuit (sauf le 21 juin) Dalle de la Porte des Lilas, espace cirque (M°Porte des Lilas)

Le spectacle Traversez l’Afrique et l’Amérique Latine en carrito, en taxibrousse, en pirogue ou en avion…Un road-movie scénarisé sur les fenêtres d’un bus vous rend témoin de rencontres et d’émotions vécues sur la route.

DU 18 AU 26 JUIN 2011 DANS LE 20E ARRONDISSEMEMENT

par le collec t i f C a r a v a n s é r a i l

Festival Et 20 l’été

Le b u s d e l ’ a l t e r n a t ive nomade

SPECTACLE

Ce spectacle repose sur une structure de diffusion originale et symbolique : un bus dissimulé sous un chapiteau qui est lui-même entouré de bambous entre lesquels sont tendus des filets. Le voyage commence aux portes de cette structure qui, la nuit, s’illumine de mille feux. Les passagers/spectateurs entrent dans une galerie d’exposition circulaire. Ils déambulent dans un univers plastique et expérimental, premiers pas vers l’ailleurs. L’itinéraire les mène vers les portes du Bus, en partance pour les routes du monde. A travers la transformation d’un bus en structure de multi-diffusion image et son, le spectateur est immergé dans un espace-temps qui ne lui appartient pas. Petit à petit, ce dispositif révèle que l’image est une fiction, qu’elle est l’histoire de sa propre fabrication. Pour le spectateur, toute image est avant tout la somme de petites histoires. La première étant celle de sa fabrication.

L’artiste Le Caravansérail est un collectif d’artistes réalisateurs, compositeurs et de techniciens de l’image et du son. Leur démarche s’articule autour du voyage et de la rencontre, elle mêle cinéma documentaire, art vidéo, photographie et carnets de voyage. Ce spectacle a été initié et dirigé par Sylvain Grolleau. Site Internet : www.alternativenomade.org

Mentions Création : 2006 Concepteur : Sylvain Grolleau / Coproduction : Le Caravansérail et le collectif d’artistes La caravane. Partenaires : Ministère de la Culture (le DICREAM et la DMDTS), Conseil général des Bouches-du-Rhône, Conseil régional PACA, DRAC PACA, FASILD, KompleXKapharnaüM, K.O.COM, collectif des Diables bleus, la Brèche, Soft ADS, Boîte à Sons, Le Cabaret aléatoire, Système friche théâtre, Marseille innovation, Zinc production, Vibrisse, La Villa mais d’ici, Casa nova, Le Cirque électrique, Akwaba Théâtre, Parc de la Villette, pOlau/Cie Off et la Friche culturelle d’Anis Gras, le Lieu de l’Autre.

© Caravansérail.

6 / 19


Projections et performances. Samedi 18 juin de 22h15 à 01h00 Place Maurice Chevalier (M°Ménilmontant)

Le spectacle Qu’y a-t-il devant et derrière la façade d’un bâtiment ? Discussions aveugles et installations visuelles révèlent le quartier et ses habitants. La soirée rassemble une série d’animations des anciens élèves de l’École nationale supérieure de arts décoratifs (ENSAD) et s’inscrit dans le cadre du festival Du ciné à Ménilmontant organisé à l’initiative des commerçants du quartier.

DU 18 AU 26 JUIN 2011 DANS LE 20E ARRONDISSEMEMENT

par l’Ecole n a t i o n a l e s u p é r i e u r e d e s a r t s d é c o r a t i f s

Festival Et 20 l’été

Foc u s E N S A D

SPECTACLE

La tombée de la nuit lance la projection d’une rétrospective de courts métrages d’animation réalisés ces dix dernières années par des étudiants, dont Sur cours ou sur rue de Anne-Sophie Turion et Pia de Compiègne. Ce reportage in situ met en scène le frottement de l’espace privé - voir intime – avec celui de la ville en utilisant l’interphone comme point d’intersection. Qu’y-a-t-il derrière la façade de l’immeuble du 5 rue Julien Lacroix? Au fil de ces discussions aveugles, les artistes tentent de satisfaire notre curiosité par ce biais très particulier. La soirée se termine avec les Installations visuelles de Miyu Production (musique sera signée par vOPhoniQ) : la façade de l’église et les murs qui lui font face sont transformés grâce à des projections d’images. Le dispositif visuel invite à déambuler et la place de l’église devient support spatial.

Les artistes L’École nationale supérieure de arts décoratifs (ENSAD) a pour mission la formation artistique, scientifique et technique de concepteurs-créateurs aptes à concevoir des réalisations et des recherches dans tous les domaines des arts décoratifs. Sites Internet : www.ensad.fr www.cine-menilmontant.fr/festival/

Mentions Coproducion : association ciné à Ménilmontant, association Readymade-factory, Miyu production, association des commerçant Les Canotiers, École nationale supérieure des arts décoratifs. Partenaires : association de quartier de Belleville, association de quartier les Amandiers, BNP Paribas.

7 / 19


par la compa g n i e P 2 B Y M Danse. 4 représentations (durée : 25min). Samedi 18 juin à 23h – rue Lemon (M°Belleville) : Akari Ni Dimanche 19 juin à 14h – place des grandes Rigoles (M°Jourdain) : Shûten à 18h – carrefour boulevard de la Villette et rue de Belleville (M°Belleville) : Ôdan-Hodô à 23h – rue Lemon (M°Belleville ) : Akari Ni

Le spectacle

DU 18 AU 26 JUIN 2011 DANS LE 20E ARRONDISSEMEMENT

Sot o - t r i p t y q u e e n espace public

Festival Et 20 l’été

SPECTACLE - CREATION 2011

Deux danseurs se lancent dans l’espace public. Dehors, sur un passage piéton, autour d’un abribus, sous un réverbère, tout est déjà en place, la scène et bien sûr le public. Soto (« dehors » en japonais) se compose de Ôdan-Hodô (duo pour un passage piéton), Shûten (duo pour un abribus) et Akari Ni (duo pour un réverbère). Ce triptyque de danse en espace public s’installe au milieu du flux, en situation réelle, dans ces endroits où les gens se croisent sans se regarder, où le moindre geste dansé résonne et prend une dimension théâtrale. Les artistes nous interrogent sur l’espace public, ses codes, son rythme, ses limites. Ils altèrent le quotidien des passants sans changer le rythme de la ville et les confrontent à un acte artistique sorti de nulle part. Ils choisissent pour cela des endroits très exposés, très passants et centraux, là où toutes les couches sociales se croisent. Des endroits tellement balisés et quotidiens que rien ne les prédispose à l’échange mais où le focus se fait instantanément d’un point de vue spectateur. Il s’agit alors de s’immiscer là où l’art est improbable, de danser aux frontières du rapport public / interprète, où tout se mêle, de danser pour un public averti et aussi pour celui qui passe, celui qui se pose et devient pour un temps, aussi furtif soit-il, spectateur.

Les artistes La compagnie P2BYM a été fondée en 2008 par deux chorégraphes et danseurs : Patrice de Bénédetti et Yui Mitsuhashi. Présente lors de l’édition 2010 du festival Et 20 l’été, la compagnie revient cette année pour nous faire découvrir l’ensemble de son triptyque. C’est la première fois qu’il sera présenté dans la même journée. Site Internet : www.p2bym.com Mentions Création : 2009 – 2011. Chorégraphes - danseurs : Patrice de Bénédetti, Yui Mitsuhashi / Regard extérieur : Didier Taudière / Production déléguée : Thérèse ‘N Thérèse / Chargée de diffusion - tournée : Ingrid Monnier. Partenaires : L’Usine, Atteline, La Paperie , Espace Périphérique (Ville de Paris – Parc de la Villette), Nomade Village, Fondation E.C Art Pomaret, Compagnie Kemenelis, Ballet Prejlocaj, Pavillon Noir. © Joris Hol.

8 / 19


Sculptures humaines et urbaines. 2 représentations (durée : 45min). Dimanche 19 juin à 11h et à 16h Quartier rue Saint-Blaise, rendez-vous place des Grès (M°Porte de Montreuil ou Maraîchers)

Le spectacle Le monde est-il plus sensé quand nous sommes debout ? Des sculptures humaines instantanées retournent les passants…et renversent le sens des choses.

DU 18 AU 26 JUIN 2011 DANS LE 20E ARRONDISSEMEMENT

par la compa g n i e l c i - M ê m e

Festival Et 20 l’été

La g r a v i t é e s t a i l l e urs

SPECTACLE

Pourquoi y a-t-il des hauts et des bas ? Pourquoi y a-t-il une France d’en haut, une France d’en bas ? Le monde est-il plus sensé quand nous sommes debout ou est-il en réalité tordu à notre avantage ? Et déjà le sens est-il unique ? Y a-t-il un moyen de tout renverser ? Faut-il remettre le monde au centre de l’homme ?… ou l’inverse ? Pour répondre ils ont sauté du monde en marche, à terre ils cherchent la méthode. Ce spectacle de « sculptures humaines et urbaines » se développe au fil d’un parcours dans les rues du quartier Saint-Blaise. Les artistes vous invitent à explorer la face B des choses, pour inspirer une nouvelle condition humaine.

Les artistes La compagnie Ici-Même, basée dans le 20e arrondissement de Paris, a été fondée en 1993. Ses interventions s’invitent hors les murs, dans le quotidien, et combinent transformations plastiques et travail de l’acteur. Chroniques du devenir urbain, mystifications sophistiquées, elles interrogent la place de la ville dans l’homme… ou l’inverse. Site Internet : www.icimeme.info

entions Création : 2007. Mise en scène : Mark Etc. / Avec : Sylvain Borsatti, Philippe Eustachon, Nicolas Lavergne, Karine Leurquin, Céline Naji (en cours) / Co-production : Ici-même et Citron jaune/Ilotopie, Centre national des arts de la rue. © Ici même.

9 / 19


par la compa g n i e L e s a r m o ir e s p l e i n e s Poèmes visuels urbains. 3 représentations (durée : 40min). Dimanche 19 juin à 17h, à 19h et à 21h45 Pelouses du bas du parc de Belleville (M°Couronnes)

Le spectacle Sur la place du village, se sont dressées à la hâte d’étranges baraques de foire. Entre musée et jardin d’attraction, suivez les Soeurs Langlais dans la visite de cette féerie curieuse. Ce spectacle est constitué de sept baraques, habitées chacune d’un étrange phénomène et d’une création sonore. Fabriquées avec de vieilles portes, des vieilles fenêtres, des bouts de tissus, habillées avec des objets trouvés sur le trottoir, les baraques sont le lieu dans lequel chaque personnage est « exposé ». Soumis aux regards, la femme escargot évolue dans son milieu naturel, la fileuse aux quenouilles se retrouve prisonnière de sa toile. Quelques personnes sont invitées dans la caravane de Violette Langlais… Dentelles effilochées, animaux empaillés, lumières feutrées et sonorités désaccordées campent le décor de ce baraquement. Après une phase d’observation, imperceptiblement, va apparaître le mouvement. Chaque numéro est proposé en continu laissant le choix au spectateur de déambuler librement de l’un à l’autre.

DU 18 AU 26 JUIN 2011 DANS LE 20E ARRONDISSEMEMENT

Les b a r a q u e s d e s S oeurs Langlais

Festival Et 20 l’été

SPECTACLE - CREATION 2011

Les baraques des Soeurs Langlais s’envisagent comme une installation en mouvement, dans une atmosphère sombre, un brin démodée. Le parcours se passe en douceur tout en jetant le trouble. Ce projet propose une autre narration en confrontant le spectateur à une expérience de la lenteur. Il repose sur l’idée d’un temps poétique en opposition au tempo performatif quotidien de la ville.

Les artistes La compagnie Les armoires pleines a été fondée en 2008 sous l’impulsion de Stéphanie Sacquet et Laura Dahan. Son ambition est d’établir un dialogue entre les arts plastiques et les arts vivants. Rêvant d’un petit théâtre ambulant fait de bric à brac, d’objets et de corps usés, elle s’attache à la construction de poèmes visuels et développe un goût certain pour l’enfoui, le louche, l’inexpliqué. Présente lors de l’édition 2010 du festival Et 20 l’été avec le spectacle Fantaisie Monstrueuse (poème visuel sur un vieux manège), la compagnie Les armoires pleines revient cette année pour nous faire découvrir leur dernière création à la fois féerique et étrange qui sera interprétée pour la première fois. Site Internet : http://www.myspace.com/lesarmoirespleines Mentions Création : 2011 / Ecriture, scénographie et mise en scène : Laura Dahan et Stéphanie Sacquet / Interprètes : Béatrice Aubazac, Kim Aubert, Muriel Lefebvre, Julie Métairie, Paule Schwoerer / Costumes : Laure Béquignon / Equipe technique : Bady Zeaiter. Partenaires / soutiens à la création : Espace Périphérique (Paris) ; association Curry Vavart ; Espace culturel Jean Lurçat (Juvisy sur Orge) ; Animakt (Saulx les Chartreux). © Olivier Laban et Vincent Prieur.

10 / 19


par Jordi Ga l i Spectacle gestuel. 4 représentations (durée : 30min). Mercredi 22 juin à 15h et à 17h - square Séverine, rue Le Vau (M°Porte de Bagnolet) Jeudi 23 juin à 20h et à 22h - place de la Réunion (M°Maraîchers)

Le spectacle Une composition, faite de troncs d’arbre et de cordes,se déploie en hauteur. Elle trace l’histoire d’un homme dont le corps évolue de la terre jusqu’aux nuages.

DU 18 AU 26 JUIN 2011 DANS LE 20E ARRONDISSEMEMENT

Cie l

Festival Et 20 l’été

SPECTACLE

Ciel est un spectacle solo tournant autour d’une installation élémentaire, un arrangement fait de troncs d’arbres et de cordes. Tel un rituel silencieux et maîtrisé, l’artiste en fait un pendule, qui tend à la verticale. Les spectateurs en contemplation face à une performance nécessitant calme et concentration, ressentent un véritable apaisement. La matière semble légère, la force est à peine perceptible, la maîtrise et la beauté des gestes de l’artiste donnent une impression de simplicité, de tranquillité. C’est un jeu de construction qui se déploie en hauteur, de la fabrication à la présentation. Il fait naître un périple entre simplicité et complexité, un mélange de précision et de poésie. L’artiste tend ainsi à rendre visible et à extérioriser ce qu’il se passe à « l’intérieur » du corps d’un danseur et le matérialise en travaillant la relation du corps à l’objet. Ses créations relèvent de l’intime, du rituel et de la contemplation. Il raconte dans une chorégraphique poétique l’histoire d’un homme en déséquilibre, en tension, en contrepoids, dont le corps évolue de la terre jusqu’aux nuages.

L’ artiste Originaire de Barcelone, Jordi Gali est danseur professionnel depuis plus de dix ans (Emilio Gutiérrez, Wim Vandekeybus, Anne Terese De Keermaeker, Maguy Marin). Il développe un travail de création personnel depuis 2001, marqué par une douzaine de créations (solos et pièces de groupe confondus). Depuis quelques années, son travail creuse davantage un certain dialogue entre geste et objet, d’abord avec T, pièce pour le plateau créée en 2008, puis avec Ciel créée en 2010 et conçue entièrement pour l’espace public. Site Internet : www.jordigali.com

Mentions Création 2010. Création et jeu : Jordi Galí. Production : association Arrangement provisoire / Production déléguée, diffusion : Extrapole. Coproductions

:

CCN

Rillieux-la-Pape/Cie

Maguy

Marin

(Ac-

cueils studios 2009/2010), RamDam (Lyon), Nau Côclea (Girona, Espagne), L’Animal a L’Esquena/Cie - Mal Pelo (Girona, Espagne). © Didier Grappe et Mario Piera.

11 / 19


Danse. 1 représentation (durée : 40min). Mercredi 22 juin à 19h30 rue du Télégraphe rendez-vous à la sortie du M°Télégraphe

Le spectacle Le public, tour à tour décor, témoin ou sujet, devient matière mouvante à organiser et à désorganiser. Dispersion est un spectacle d’action qui interroge la pensée et le corps de la masse, du groupe et de l’individu. Les spectateurs se retrouvent au milieu de plusieurs événements vécus en direct par un groupe à l’identité fluctuante, pouvant être hostile, bienveillant ou encore ultra-sécurisant. Le public, tour à tour décor, témoin ou sujet, est utilisé par les danseurs comme une matière mouvante à organiser et à désorganiser. La limite entre spectateurs et interprètes se réduit pendant que la dispersion s’opère, jusqu’à laisser chaque individu faire ses propres choix.

DU 18 AU 26 JUIN 2011 DANS LE 20E ARRONDISSEMEMENT

par La débor d a n t e c o m p a g n i e

Festival Et 20 l’été

Dis p e r s i o n

SPECTACLE - CREATION 2011

Pour interroger la prise de position et la défense d’un territoire symbolique, les artistes explorent la manière de prendre et d’investir l’espace public, et l’espace du public. Il s’agit de renouveler sa perception, d’effacer les limites conventionnelles et spatiales entre danseurs et spectateurs. Le spectacle « dérange » au sens premier du terme, le public ne restera pas « rangé » à sa place de spectateur.

Les artistes La débordante compagnie émane d’un désir de révéler la danse comme un élan vital, présent dans chaque geste, dans chaque pas. Depuis sa création en 2007 par Héloïse Desfarges, la compagnie questionne l’espace de représentation et le rapport avec celui qui regarde. La matière chorégraphique est nourrie de quotidien, de flux urbains, de questions, de témoignages, d’espace et de temps. Chaque création est une tentative de rapprocher les corps et de donner à penser par le sensible. La compagnie développe également un travail de sensibilisation artistique auprès du public et intervient sur des projets de réinsertion sociale et professionnelle.

Site Internet : www.ladebordante.com

Mentions Création 2011. Chorégraphe : Héloïse Desfarges / Avec la collaboration de : Antoine Raimondi- Chavot, Louis Coulange, Alain Bertho, Guy Theraulaz, François Brémerd, Adrien Treuille / Danseurs Interprètes : Anne Sophie Gabert, Julie Galopin, Alexis Gauyat, Sébastien Petit, Claire Rivera, Irina Telkova, Mickael Vessereau, Löre Wernly. Partenaires : SACD-DMDTS et le dispositif « Ecrire pour la rue », Ville de Paris, Espace Périphérique (Paris), Festival Transverse, association Curry Vavart, Centre national de la danse de Pantin, La Nef de Pantin, Forum du Blanc-Mesnil, L’Usine. © Débordante compagnie.

12 / 19


Théâtre de son. 6 représentations (durée : 30min). Jeudi 23 juin à 15h30, 16h30 et 17h30 Vendredi 24 juin à 14h30, 15h30 et 16h30 Parvis de la mairie du 20e, place Gambetta (M°Gambetta)

Le spectacle Sons envahissants, abandonnés ou en voie d’extinction, des guides vous révèlent la symphonie domestique et urbaine de ces petits riens qui nous accompagnent.

DU 18 AU 26 JUIN 2011 DANS LE 20E ARRONDISSEMEMENT

par la compa g n i e D é c o r s o n o r e

Festival Et 20 l’été

Les c o l l e c t i o n s d u don du son

SPECTACLE

Au cours de la collecte nationale du « Don du son » en 2006, cette organisation non gouvernementale, soutenue par le « ministère européen de l’environnement sonore », a pu recueillir près de 300 objets et témoignages sonores dans une vingtaine de villes. Aujourd’hui, c’est cette inestimable collection que le public pourra découvrir. Par petits groupes et grâce à des casques d’un modèle un peu particulier, des guides révèlent la symphonie domestique et urbaine de ces petits riens qui nous accompagnent. Objets personnels, domestiques ou professionnels, souvenirs de famille, sons abandonnés, envahissants ou en voie d’extinction… tous sont émouvants, par leur richesse insoupçonnée, par leur musicalité recélée, par le rapport qu’ils ont entretenu avec leurs donateurs. C’est un observatoire sonore de notre société, une véritable Banque du son.

Les artistes Dirigée par le compositeur Michel Risse, la compagnie Décor sonore est un outil de composition et de réalisation dédié à la création sonore en espace libre. Dans des formes extrêmement intimes ou pouvant rassembler des milliers de spectateurs, ce « théâtre de sons » plein de poésie et d’émotion métamorphose les objets quotidiens et les espaces urbains en instruments de musique, et les passants ordinaires en mélomanes exigeants. Reconnue internationalement comme l’une des compagnies françaises les plus innovantes, Décor sonore est aussi un « lieu de fabrique » sans équivalent tourné vers la création sonore en espace libre et vers la transmission et la sensibilisation à l’écologie sonore. Site Internet : www.decorsonore.org

Mentions Création : 2007. Direction artistique : Michel Risse / Direction technique : Renaud Biri / Comédiens : Michel Risse, Renaud Biri, Didier Couchi. Partenaires et soutiens : ministère de la Culture – DMDTS – DRAC Ile-deFrance, région Ile-de-France, Sacem, Ville de Paris. © Décor sonore.

13 / 19


par la compa g n i e L e s o m b r e s p o r t é e s Théâtre d’ombres musical. 2 représentations (durée : 40min).

Vendredi 24 juin à 22h15 et à 23h45 Place Marc Bloch (M°Maraîchers)

Le spectacle Un explorateur, un pêcheur et un musicien se croisent dans l’ombre à la recherche de la baleine. Pekee-Nuee-Nuee présente les histoires parallèles de trois personnages, dont les destinées se croisent autour d’une baleine. Ces relations sont autant de rapports à la nature, et, plus généralement, au monde…

DU 18 AU 26 JUIN 2011 DANS LE 20E ARRONDISSEMEMENT

Pek e e - N u e e - N u e e

Festival Et 20 l’été

SPECTACLE

Ce spectacle utilise la technique du théâtre d’ombres, qui intègre d’autres médias, comme la projection d’images fixes ou en mouvement (photos, gravures, vidéos...). L’ambiance sonore, sans paroles, est constituée de montages de bruits et de musique pré-enregistrée et en direct. Les décors et les figures perçues en ombres vont permettre une exploration en profondeur de l’univers marin, avec les mystères qui l’habitent. Ce spectacle substitue ainsi à une logique du récit (où les histoires se construisent à partir d’événements reliés par des liens de causalité) une logique visuelle spécifique à l’ombre (où les événements sont des enchâssements et des métamorphoses continus).

Les artistes La compagnie Les ombres portées est composée de plusieurs artistes : Damien Daufresne (peintre, graveur et photographe), Erol Gülgönen (plasticien et scénographe), Séline Gülgönen (philosophe et musicienne) et Florence Kormann (scénographe et costumière). Ce spectacle est né de leur désir de créer une première oeuvre collective et de mettre en commun des compétences diverses : la scénographie, le dessin, la construction, la mise en scène et la musique.

Mentions Création : 2011 Conception et réalisation : Damien Daufresne, Erol Gülgönen, Séline

Gülgönen,

Florence

Kormann,

Simon

Plane

/ Manipulation : Damien Daufresne, Erol Gülgönen, Florence Kormann / Musiciens : Séline Gülgönen, Simon Plane. Partenaires : Mairie de Paris (Aides aux jeunes talents), l’Espace périphérique. © Les ombres portées

14 / 19


par le groupe A C M Théâtre-performance à table. 2 représentations (durée : 35min). Vendredi 24 juin à 19h30 et à 20h45 Square du pavillon Carré de Baudouin, 119 rue de Ménilmontant (M°Gambetta)

Le spectacle Une grande table est installée dehors, comme au restaurant. Les invités ne vont pas tarder à arriver. Qu’est-ce qu’on mange ? est une performance-dînatoire à caractère autobiographique. Autour d’une grande table, installée dehors, deux filles de restaurateurs discutent, s’interrogent : entre théâtre et cuisine, comment devient-on maître de son destin quand celui-ci est déjà tout tracé ? Les passants sont invités à devenir les invités/spectateurs de ce dispositif et à prendre place à table avec les acteurs. Deux plats et un verre de vin sont servis à 20 spectateurs assis à table pendant la performance.

DU 18 AU 26 JUIN 2011 DANS LE 20E ARRONDISSEMEMENT

Qu’ e s t - c e q u ’ o n m a nge ?

Festival Et 20 l’été

SPECTACLE - CREATION 2011

Ce spectacle interroge ainsi la force de l’héritage et de la famille de façon brute. Il transgresse les genres et les sens et fait appel au spectateur en proposant une forme festive et participative. L’intimité d’un dîner est recréée au beau milieu d’un espace atypique où l’univers de l’intérieur et de l’intime rencontre l’écho bruyant de la ville. Le restaurant, le théâtre et la rue se rencontrent le temps d’un happening burlesque et décalé : la table devient scène et les passants témoins.

Les artistes Le groupe ACM, fondé en 2006 par Hélène François et Emilie Vandenameele, est un groupe de recherche scénique. La réflexion sur le théâtre est au cœur de leurs créations où la situation théâtrale est utilisée en tant que thème et contenu de la représentation. Cette performance à table est tirée de l’épopée-dinatoire contemporaine Qu’est-ce que qu’on va faire de toi ?, spectacle pour lequel ACM a reçu le prix Paris Jeunes Talents en 2009. Site Internet : http://groupeacm.fr/

Mentions Création : 2009-2011. Distribution : Hélène François, Gérard Godet, Jean-Paul Nio, Jonathan Salmon, Emilie Vandenameele. Coproduction : festival Paris Jeunes Talents, Mains d’œuvres. Partenaires : Mairie de Saint-Ouen, Mairie de Paris, DDJS, Radio Nova, SEM, Figème, Domaine Cheysson. © ACM

15 / 19


Installations in situ. Samedi 25 juin toute la journée A l’intérieur et autour de l’espace Confluences 190 boulevard de Charonne (M°Philippe Auguste)

Le spectacle Artistes, urbanistes, habitants du quartier et curieux de la ville se rassemblent à l’occasion d’une accaparation créative et temporaire de l’espace public. Une « petite urbanité libre », c’est un espace petit, délaissé par l’urbanisme, sacrifié, inutile la plupart du temps. Un espace auquel on accède depuis l’espace public, un entre deux, un interstice. C’est un vide, un accroc dans le tissu urbain. Chaque petite urbanité libre est différente de par sa taille, son environnement, son statut légal et sa visibilité, son occupation peut prendre toutes les formes artistiques imaginables du théâtre, à la sculpture, installations, affichages, petites galeries d’art….

DU 18 AU 26 JUIN 2011 DANS LE 20E ARRONDISSEMEMENT

par la Ktha c o m p a g n i e

Festival Et 20 l’été

Pet i t e s u r b a n i t é s l i bres

SPECTACLE

Ce projet participatif et évolutif trouvera son aboutissement dans une exposition dévoilée le 25 juin dans les rues du quartier autour de Confluences. Les artistes, urbanistes, habitants du quartier et curieux de la ville sont invités à y participer en amont via un site Internet proposé par la Ktha Compagnie. Ce site est à la fois l’outil de travail de ceux qui s’impliquent dans le projet et un espace d’exposition du processus de cartographie des Petites Urbanités, de présentation des œuvres en train de se faire.

Les artistes La compagnie de théâtre Ktha s’est donnée pour objectifs de faire partager un regard impliqué, militant et curieux sur le monde qui nous entoure et essayer de l’affûter par l’échange. Elle travaille sur des poèmes, des récits, des séries télévisées, des slogans publicitaires, des discours... Elle créé régulièrement des formes courtes, des performances, des lectures, des installations, des expositions... En 2011, la Ktha est résidente à l’espace Confluences dans le 20e arrondissement. Sites Internet : www.ktha.org et http://pul.ktha.org

Mentions Création 2011 / Résidence à l’espace Confluences. Coordination : Khta compagnie. Partenaires : Mairie de Paris, Mairies du 20e et 11e arrondissements, ministère de la Culture – DRAC Ile-de-France, Confluences, Coopérative 2rue 2cirque. © Petite Urbanité #1 – Ktha,

#235 – Guillaume,

#245 - Fulano2tal.

16 / 19


par la compa g n i e R e t o u r a m o n t Danse et vidéo. 2 représentations (durée : 25min). Samedi 25 juin à 22h30 et à 23h30 Cour de l’école du 5 rue des Tourelles (M°Porte des Lilas ou Saint Fargeau)

Le spectacle Une danseuse évolue sur un mur, à la verticale de l’instant, éclairée par un Méta-Instrument. Cette immense intimité est un solo de danse verticale mêlé à une projection vidéo. La danseuse évolue sur son mur, en suspension sur un élastique, ce qui lui permet le mouvement sur place tandis que sont projetées des images manipulées en direct grâce au Méta-Instrument (logiciel développé par Puce Muse/ Serge de Laubier). Dans cet espace public intimiste, le public est assis en demi-cercle autour de la danseuse, créant ainsi une proximité. Le spectateur peut alors ressentir la gravité qui bascule et entrer dans la sphère intime de l’interprète : la respiration, les frottements contre le mur...

DU 18 AU 26 JUIN 2011 DANS LE 20E ARRONDISSEMEMENT

Cet t e i m m e n s e i n t i mité

Festival Et 20 l’été

SPECTACLE

A travers ce spectacle, le corps et l’image forment un tout, un objet plastique vivant, habité. Cette façade où aucun pas n’a jamais été posé, cet espace libre de la ville, invisible, devient le lieu d’une expérience sensitive et gravitationnelle pour les spectateurs. Les images ne créent pas un double ou un partenaire pour l’interprète, elles sont issues de sa sensation, elle danse dans le bain de son ressenti. Elles donnent à voir ce qui transcende et dépasse la danseuse, ce que l’on voit et qui déborde des limites physiques du corps.

Les artistes La compagnie Retouramont a été créée en 1989 par Antoine Lemenestrel (cie Les lézards bleus) et Fabrice Guillot. Ce dernier s’est plongé dans la recherche d’une écriture chorégraphique singulière depuis plusieurs années. Ancien grimpeur de haut niveau, sa pratique de l’escalade lui a ouvert l’infinie diversité des mouvements nés de l’adaptation au rocher. Son écriture chorégraphique est empreinte de ces expériences qui lui ont fait appréhender la lecture des espaces et fait découvrir toute une richesse gestuelle et une corporalité du mouvement utile. Site Internet : www.retouramont.com Mentions Création : 2010-2011. Mise en scène : Fabrice Guillot Partenaires général

de

:

Conseil l’Essonne,

général ville

du

Val-de-Marne,

d’Epinay-sur-Seine,

Conseil

Avant-Rue

/

Friche Théâtre Urbain, Mur Mur et les sociétés BEAL et PETZL. La compagnie bénéficie du dispositif «écrire pour la rue» - SACD. © Fabrice Guillot.

17 / 19


par la compa g n i e Ta n g o s u m o Danse. 2 représentations (durée : 45min). Dimanche 26 juin à 16h et à 19h30 Square Sorbier, 13 rue Sorbier (M°Gambetta)

Le spectacle Sur un ring, trois hommes s’observent, se jaugent, s’évaluent. Au centre une table tournante invite à un regard tendu, et le public si proche s’inclus dans cet univers mi-clos...

DU 18 AU 26 JUIN 2011 DANS LE 20E ARRONDISSEMEMENT

1 er r o u n d

Festival Et 20 l’été

SPECTACLE

1er round est une allégorie à la relation des hommes, à nos partages, à nos instincts guerriers, nos prises de pouvoir, nos jeux, nos silences. Trois hommes, un ring alternant bancs et cordages, un arbitre improbable qui joue de l’accordéon, un décor tourné vers lui-même. Au centre, une table tournante invite à un regard tendu, et le public si proche inclus dans cet univers mi-clos… Ce spectacle s’inscrit dans un espace très défini, un huis clos qui à lui seul induit déjà le rapport des danseurs. Pas d’autre issue que d’affronter cette simple vérité, l’autre est là trop proche pour pouvoir fuir le face à face. S’en suit une rencontre d’où naît la découverte de l’autre et de soi-même. On s’observe, on se jauge, on s’évalue. La danse qui s’entremêle, tendre ou féroce, s’inscrit dans ce miroir qu’est l’autre. Entre entente et conflit, on se repousse, on s’accepte, on fait avec, ou l’on va contre. Sans séduction ni louvoiement, sans courtoisie aucune, chacun gueule ses vérités, ses colères et ses joies.

Les artistes La compagnie Tango sumo a été créée en mars 2002 par le danseur et chorégraphe Olivier Germser qui a choisi d’investir l’espace urbain autour de formes chorégraphiques. L’originalité de cette compagnie de danse réside dans le fait qu’elle travaille principalement pour les arts de la rue et qu’elle est composée uniquement d’hommes dans son effectif actuel. Scénographies surprenantes, chorégraphies dont les influences du théâtre, du cirque et de la musique sont omniprésentes, la danse de Tango Sumo fait appel à des artistes complets.

Site Internet : www.tangosumo.com Mentions Création : 2001. Chorégaphie : Olivier Germser / Danseurs : Julien Athonady, Rémy Vachet, Nicolas Mayet / Musicien : Pascal Cuff / Bande son : Jérôme Soulas / Décors : Rémi Jacob / Costumes : Aude Gestin. Partenaires : ministère de la Culture - DRAC Bretagne, Conseil régional de Bretagne, Conseil général du Finistère, Villes de Morlaix et Saint-Martin-des-Champs. © Thaïs Le Saux.

18 / 19


Le logo du festival ainsi que les photographies de l’ensemble du dossier de presse sont libres de droits pour la presse. Leur utilisation est strictement réservée aux articles de presse traitant du festival. La mention du copyright est obligatoire. Vous pouvez également les obtenir en haute définition sur simple demande auprès des contacts presse. Pour les demandes d’interviews ou de tournages, il est demandé de nous contacter de préférence 48h avant. Une vidéo de l’édition 2010 est consultable via le site Internet www.mairie20.paris.fr et à cette url : http://www.dailymotion.com/video/xdzenh_festival-et-20-l-ete-2010_news

Information public

DU 18 AU 26 JUIN 2011 DANS LE 20E ARRONDISSEMEMENT

Information presse

Festival Et 20 l’été

Renseignements pratiques

Le public peut retrouver l’ensemble des informations concernant le festival via : - Site Internet : www.mairie20.paris.fr pour consulter l’ensemble de la programmation 2011 et s’informer sur les précédentes éditions - Page facebook « Festival Et 20 l’été » pour suivre le festival en direct, le commenter et poster ses propres photos des spectacles - N° de téléphone : 01 43 15 20 21 - E-mail : festival.et20lete@gmail.com Retrouvez l’édition 2010 en vidéo :

Organisateurs et partenaires du festival Ce festival est organisé par la mairie du 20e arrondissement de Paris en partenariat avec l’association Paris Culture 20e et avec le soutien de la Mairie de Paris. Avec la participation de : Razel, Espace Bénévolat, Cuisine et Spectacle, Ca décoiffe.

19 / 19


Issuu converts static files into: digital portfolios, online yearbooks, online catalogs, digital photo albums and more. Sign up and create your flipbook.