Issuu on Google+

novembre 2013

| n°242

WEEK-END CHAMPÊTRE

Arcueil en campagne

|8

RYTHMES SCOLAIRES

Dernière étape de la concertation

| 11

GéOTHERMIE

Trois mois de forage

| 12

| 20 | Découvertes | COMMERCES

Tous accessibles en 2015 ?

| 13

SKATEPARK

Tricks de fou

| 19

Environnement

Les bons réflexes

Tous les rendez-vous de novembre

Photographie Kevin Gouttegata

Comme celui d’utiliser l’une des six « bornes textiles » installées à Arcueil par la Communauté d’agglomération. Ou comme celui de déposer encombrants et gravats à la déchèterie mobile.


PRÉPAREZ NOËL ! DU SAMEDI 16 AU SAMEDI 23 NOVEMBRE

Que des bons moments 120 BOUTIQUES

www.la-vache-noire.com


Novembre 2013 Carnet de route du maire Les parents trancheront

|5

Vues – In situ Jeu de piste botanique Melissmell fait très fort Ateliers à la Maison de l’Environnement Le bon Goût du Jour Le b.a.-ba du kizomba

|6 |6 |6 |7 |7

Double page Week-end champêtre

|8

En campagne | 8 | Double page |

Les 4, 5 et 6 octobre, l’association de commerçants Arcueil Village renouvelait son « Week-end champêtre », pour le bonheur des petits et des grands citadins.

La question du foyer logement Rythmes scolaires : mercredi matin ou samedi matin ? Forage du puits extracteur de géothermie La (trop) longue dépollution des anciens laboratoires Curie L’urgence de l’accessibilité des commerces Chap’ nouveau Alternance rue Cauchy Repas de fête à Jean Macé

SD

Actualités | 10 | 11 | 12

Mercredi matin ou samedi matin ? | 5 | Carnet de route du maire | 11 | Actualités |

Pour la mise en place de la réforme des rythmes scolaires à Arcueil à partir de la rentrée de septembre 2014, la municipalité poursuit la concertation avec les parents d’élèves et organise une consultation le samedi 16 novembre. Quelle demi-journée de classe supplémentaire ? Mercredi matin ou samedi matin ? Les parents décideront.

| 12 | | | |

13 14 15 15

Semaine de la solidarité internationale | Six heures d’épopée | Concours des balcons et jardins fleuris | Tricks de fou au skatepark | Environnement : les bons réflexes | Jeux |

16 17 18 19 20 22

Infos pratiques

PhL

Découvertes

Tous les commerces accessibles en 2015 ? | 13 | Actualités |

Pharmacies de garde, numéros utiles… | 23

Expression des groupes | 24

C’est vous qui le dites Asah, c’est quoi ? Quem vota, conta ! Ils voyagent dans le temps

Le temps a filé depuis la loi du 11 février 2005 sur le handicap. Le 1er janvier 2015, les commerces et les services devront théoriquement être accessibles à tous.

| 27 | 27 | 28

PhL

Textes des groupes politiques municipaux

Événement Exposition Blessures de femmes

Les bons réflexes pour l’environnement

| 29

| 20 | Découvertes | Début d’une série d’articles pratiques (et non dramatiques). Et un : « Le premier samedi, c’est déchèterie. » Et deux : « Vêtements : bornes… to Be Alive. »

Ont collaboré à ce numéro : Sandra Deruère, Tristan Gaguèche Colline Gori et Kevin Gouttegata Graphisme : Gilles Vérant Photos : la rédaction Une : photographies Sandra Deruère et Kevin Gouttegata Régie publicitaire : Echom – regie@lecho.com Impression : Alliages C.I., Gentilly (13 000 exemplaires) Distribution : Proximes communication

4 | ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013

Blessures de femmes | 29 | Événement |

À ne pas manquer, à la mairie, du 18 au 29 novembre : l’exposition des photographies de Catherine Cabrol à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes.

Photographie Catherine Cabrol

mensuel d’informations locales et municipales Rédaction : 10 avenue Paul Doumer 94114 Arcueil cedex Tél. : 01 46 15 09 56 Télécopie : 01 46 15 09 51 Courriel : communication@mairie-arcueil.fr Directeur de la publication : Daniel Breuiller, maire d’Arcueil  Adjoint au maire, chargé de la communication : Christian Métairie Directeur de la communication /  Rédacteur en chef : Laurent de Villepin Chef d’édition / Rédaction / SR et editing / Responsable photo : Philippe Lorette (journaliste territorial)

PhL

ANC/Arcueil notre cité


carnet de route

DR

« La consultation des parents, organisée le 16 novembre, tranchera entre le mercredi ou le samedi matin pour la demi-journée d’école supplémentaire » Daniel Breuiller, maire d’Arcueil, conseiller général

Mercredi 2 octobre |

Bonne nouvelle : je reçois enfin l’arrêté signé par le préfet ordonnant la démolition du bâtiment du 40 avenue Laplace dans un délai de six mois. Il s’agit d’un petit immeuble d’habitation, très délabré et totalement insalubre, qui abrite des squats et des trafics en tout genre, source de nuisances pour le voisinage et les passants, à deux pas de la station Laplace. La Ville avait requis cet arrêté de démolition, et le conseil municipal votera les crédits à titre d’avances de frais pour la mener à bien sans tarder en cas de défaillance momentanée de certains copropriétaires. En attendant, je renouvelle au commissaire de police ma demande de surveillance renforcée du lieu, celle-ci ayant permis des interpellations ces dernières semaines.

Jeudi 3 octobre |

Rendez-vous avec le directeur de la ligne B du RER. Nous faisons le point sur les efforts réalisés (mise en place d’une direction unifiée entre la SNCF et la RATP, avant l’ouverture d’un troisième quai à Denfert-Rochereau) pour améliorer le service. Je lui rappelle aussi que les voies de garage à proximité de la station Arcueil-Cachan ne sont pas un entrepôt industriel et qu’il n’est pas normal que puissent s’y dérouler des travaux sans dispositif de protection pour les riverains. Après la tenue du premier conseil d’administration du collège Dulcie September depuis la rentrée, c’est l’heure du conseil municipal. Sur ma proposition, les conseillers sont unanimes pour désinscrire de l’ordre du jour le point prévu sur l’aménagement des rythmes scolaires, afin de poursuivre la concertation avec les parents jusqu’à la consultation du 16 novembre qui tranchera entre le mercredi ou le samedi matin pour la demi-journée d’école supplémentaire à la rentrée prochaine. Après un échange sur la création d’un lieu de vie de type foyer logement pour les personnes âgées, nous débattons longuement sur le projet de loi sur la métropole du Grand Paris qui est rejeté par la majorité des conseillers. Cela fait plusieurs années que je travaille activement sur le sujet et j’estime que si ce texte répond à un besoin d’une métropole mieux organisée et plus solidaire, il commet un contresens, en remettant en cause les intercommunalités comme l’agglomération du Val-de-Bièvre que nous construisons patiemment depuis treize ans avec les communes voisines d’Arcueil. Plus préoccupante encore pour un maire qui a un peu d’expérience : la captation de la totalité des recettes fiscales des entreprises par la métropole, ce qui revient à réduire de moitié l’autonomie financière des communes dont la capacité d’action ne reposerait plus que sur les impôts locaux des ménages.

Samedi 5 octobre |

Début de matinée au Chaperon-Vert pour l’inauguration des nouvelles rues en présence du souspréfet et de ma collègue maire de Gentilly. Simone de Beauvoir, Danielle Mitterrand, Andrée Chedid, Django Reinhardt, etc. : nous honorons de belles personnalités, avec une émotion particulière pour Lounès Matoub, chantre de la culture berbère et militant des droits de l’homme assassiné en Algérie, dont nous dévoilons la plaque en présence de son frère et de sa sœur. Puis, je rejoins le centre historique, trop tard pour la vendange faite par les enfants, mais à temps pour goûter un jus de raisin plus

abondant à chaque récolte, au point que nous pourrons bientôt envisager d’en faire une cuvée.

Dimanche 6 octobre | Suite du week-end champêtre

organisé par les commerçants d’Arcueil Village : la ferme dans la ville recueille son succès habituel auprès des petits Arcueillais qui découvrent de la volaille autrement que panée, tandis que les parents se font des petits plaisirs à l’étal des stands gourmands. Les services de la Ville soutiennent la tenue de cette animation comme c’est le cas pour les brocantes, et je souhaite que de telles occasions de convivialité se répètent aussi souvent que possible.

Lundi 7 octobre |

À l’hôtel de ville, première réunion du comité de suivi du site des anciens laboratoires Curie, instance présidée par le sous-préfet. J’ai demandé sa tenue pour permettre de faire le point une ou deux fois par an sur l’avancée de la dépollution du lieu. Les experts des agences publiques confirment que les mesures de radioactivité sont normales à l’extérieur du site, ce qui m’amène à répéter que le risque potentiel qu’il faut prévenir est avant tout lié aux conséquences éventuelles d’une intrusion ou d’un incendie. Le rectorat de Créteil, propriétaire du site, présente le détail de la nouvelle et ultime étape de l’évacuation des déchets toxiques. Mais l’obligation de relancer les procédures d’appel d’offres repousse à 2018 la perspective d’un site complètement nettoyé.

Mardi 8 octobre |

Visite des chantiers de construction d’Opaly. Rue Cauchy, la réhabilitation de l’ancien hôtel meublé (12 logements), où vivait Erik Satie, est une belle réussite. À l’angle des avenues Lénine et Allende, le programme de 34 logements est à l’honneur dans des expositions d’architecture pour la qualité de son revêtement en béton. Remarqués également pour leur belle qualité, les nouveaux programmes de la rue Berthollet et du Coteau sont en bonne voie de finalisation.

Mercredi 9 octobre | Le journal Le Parisien publie un

tableau récapitulant l’évolution des taxes foncières et d’habitation des quarante-sept villes du Val-de-Marne depuis 2007. Les communes qui, comme Arcueil, affichent 0 % d’augmentation des taux sur la période se comptent sur les doigts d’une main. Cela dit, et pour éviter les malentendus, il est exact que le montant à payer a augmenté légèrement chaque année (1,8 % en 2013) pour les ménages arcueillais, du fait de la revalorisation des bases fiscales fixées par l’État. Au conseil d’administration d’Opaly, je soutiens la proposition de limiter la hausse des loyers à 1,2 %, plutôt que 2 %, pour pénaliser le moins possible le budget des ménages locataires d’un logement social.

Vendredi 11 octobre | Rendez-vous avec Jean-François

Marguerin, conseiller municipal délégué qui pilote notre Université populaire et Anis-Gras. Jean-François est un professionnel reconnu, nommé récemment à la tête de la Direction régionale des affaires culturelles de Rhône-Alpes. Je le remercie de continuer à faire bénéficier Arcueil de son expertise et de ses réseaux, malgré son emploi du temps très chargé.

ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013 | 5


Vues

In situ

Jeu de piste Arcueil-Cachan « Combien de ruches y a-t-il sur le toit de la mairie ? » « Combien de métaséquoias se dressent place de la VacheNoire ? » Il ne s’agit là que d’un échantillon des questions posées aux participants de la septième édition du jeu de piste organisé le dimanche 29 septembre par les associations Arcueil Animation et Les Ateliers du Val-de-Bièvre. Au total, cent douze personnes réparties en trente équipes ont parcouru les villes d’Arcueil et de Cachan à la découverte de la flore locale. Elles devaient rallier seize sites-étapes, où questionnaires et épreuves ludiques les attendaient. À la fin de la journée, tous les participants étaient invités à se rassembler dans la cour du conservatoire de musique de Cachan, au pied de l’aqueduc-frontière, pour la remise des prix. La première place des Arcueillais est revenue à la famille Cheyrie, la famille Nicolis remportant le concours côté cachanais. Chacune s’est vu offrir deux nuits pour six personnes au Cerza Safari Lodge dans le parc zoologique de Hermival-les-Vaux (Calvados). ■ SD

Photos SD

29/09 Botanique

Melissmell en concert

08/10 Intense

KG

(1) Lire l’article « Melissmell, le rock rauque », in ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013, p. 17.

SD

Mardi 8 octobre, l’Espace Jean Vilar a accueilli Melissmell (1) dans le cadre de la vingt-septième édition du Festi’Val de Marne. Le Trio Orlando assurait une première partie des plus burlesques, avant que la rockeuse n’envahisse la scène de sa puissance et de sa poésie mélancolique. Accompagnée de deux guitares et d’un piano, la chanteuse militante, la voix rauque et le verbe haut, a interprété des morceaux de son nouvel album, Droit dans la gueule du loup. Elle a d’ailleurs fait hurler à la lune des spectateurs parés de masques carnassiers donnés à l’entrée de la salle. Melissmell l’a quittée sous les applaudissements d’une standing ovation. « C’était très bien. Elle est vraie et ses textes véhiculent beaucoup d’émotions », pouvait-on entendre à la fin du concert. ■ KG

Ateliers du mercredi à la Maison de l’Environnement

09/10 Ludico-pratiques

Depuis sa création il y a un an, la Maison de l’Environnement (1) propose régulièrement des ateliers les mercredis. « Cela permet de sensibiliser les gens et de les informer sur les questions environnementales de manière ludique et pratique », explique l’écoanimatrice Leïla Boubekeur. Ces ateliers sont ouverts à tous et gratuits. Le lieu accueille aussi des centres de loisirs. Jusqu’à la fin de l’année, recyclage et réemploi des déchets sont les thèmes à l’honneur. Ainsi le 9 octobre, il fallait mettre la main à la pâte pour confectionner des feuilles de papier recyclé. Un film sur sa fabrication industrielle était ensuite projeté. Deux visites guidées sont prévues à Rungis en novembre : jeudi 14 au centre de tri et mardi 19 au centre d’incinération des déchets. Une inscription préalable est nécessaire. La Maison de l’Environnement se charge de mettre en relation les personnes souhaitant effectuer un covoiturage. En décembre, des ateliers permettront d’apprendre à fabriquer soi-même ses décorations de Noël. ■ KG

6 | ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013

Photos KG

(1) Renseignements et programme des activités sur le site Environnement-valdebievre.fr.


12/10 Fin

Le Goût du Jour Dégustation de plats traditionnels du monde, de fruits exotiques, découverte de légumes d’antan… Les papilles étaient à l’honneur à l’occasion du « Goût du Jour », un événement organisé par le service communal d’hygiène et de santé le samedi 12 octobre, dans les locaux de l’école Jean Macé. De nombreuses associations étaient présentes pour proposer toutes sortes d’animations, côtoyant quelques structures institutionnelles. La Maison de l’Environnement du Val-de-Bièvre invitait notamment les cent cinquante visiteurs à s’informer de façon ludique sur l’eau du robinet et à participer à un jeu de l’oie sur les bons gestes de recyclage. Des animateurs santé circulaient parmi les stands pour dispenser quelques explications ou précisions en fonction de l’animation. Tout l’après-midi, des spectacles de danse se sont succédé, tandis que les enfants s’appliquaient particulièrement lors du concours « Culin’art » proposé par le Club Guy Môquet. ■ SD

Apprentissage des rudiments de la cuisine avec une initiation à l’épluchage de légumes.

Photos SD

Les enfants ont rivalisé de créativité pour préparer une salade de légumes et des brochettes de fruits, lors du concours Culin’art organisé par le Club Guy Môquet.

Jeu de l’oie sur les bons gestes de recyclage, proposé par la Maison de l’Environnement du Val-de-Bièvre.

Dégustation de cocktails sans alcool préparés par les associations Vie libre et la Croix bleue qui viennent en aide aux personnes en difficulté avec l’alcool.

Cours de Kizomba à la médiathèque

12/10 Exotique

Photos KG

La médiathèque municipale Louis Pergaud proposait un cours de Kizomba le samedi 12 octobre. Autant musique que danse, ce genre naît dans les pays africains lusophones (Guinée-Bissau,  Cap-Vert, Mozambique...) et surtout en Angola dans les années 1980. Le kizomba, appelé parfois le « tango d’Afrique », est dérivé de musiques traditionnelles, de semba et de zouk antillais. Une vingtaine de personnes – des femmes en majorité – étaient venues suivre gratuitement cette initiation. Sous la direction du professeur Jay Kriminal, elles ont appris les pas de base et ont pu s’essayer à cette danse en couple. MarieDaisy Odry, 57 ans, était comblée au terme du cours : « Je fais déjà de la salsa et je suis venue découvrir autre chose. C’était très bien et cela m’a donné envie d’en apprendre plus si j’en ai l’occasion. Ces ateliers permettent de danser avec d’autres personnes, c’est aussi un moment d’échange. » ■ KG

ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013 | 7


Les enfants de la vigne

Les vendanges des vignes situées près de l’église Saint-Denys, en contrebas de la place de la République, ont été accomplies à l’occasion du « Week-end champêtre », organisé les 4, 5 et 6 octobre par l’association de commerçants Arcueil Village. Les enfants étaient invités à cueillir eux-mêmes le raisin (sous l’œil vigilant de deux agents du service municipal des parcs et jardins), avant que la récolte ne soit pressée par Kamel Rouabhi, porte-parole de l’association. Durant ces trois jours, les visiteurs ont pu faire le plein de produits régionaux auprès des différents artisans présents et voir de près les animaux de la ferme installée le long de la rue Émile Raspail. ■ SD

Photographies Sandra Deruère

8 | ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013


Double page

ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013 | 9


Actualités

conseil municipal

Un nouveau foyer logement pour les personnes âgées ?

En dehors des résidences médicalisées et du maintien à domicile, l’idée d’un projet de lieu de vie pour les personnes âgées à Arcueil fait son chemin. Également au conseil du 3 octobre

Vétuste, le foyer Monmousseau de la rue du Général de Gaulle, qui abritait quarante-cinq studios, a été démoli en 2009 pour laisser la place à l’école Aimé Césaire.

S

pécialité arcueillaise en matière de démocratie participative, le droit de saisine du conseil municipal par des pétitionnaires ayant recueilli plus de deux cents signatures est une pratique bien vivace. Deux pétitions étaient en effet à l’ordre du jour de la séance du jeudi 3 octobre. La première, au sujet de l‘aménagement de la réforme des rythmes scolaires, étant devenue sans objet (voir page ci-contre), restait celle du syndicat CGT des retraités d’Arcueil et Cachan relative à la création d’un foyer logement pour les personnes âgées. Cette pétition, qui avait réuni presque quatre cents signatures, évoque le souvenir du foyer Gaston Monmousseau, démoli en 2009 pour laisser la place à l’école Aimé Césaire. Ce bâtiment comptait quarante-cinq studios « Ils étaient occupés pour la plupart par des retraités aux revenus modestes, rappellent les pétitionnaires. Des repas, livrés par la municipalité, leur y étaient servis. Il y avait également des animations diverses, jeux de société, etc. C’était un lieu de vie où la soli-

darité existait et où la solitude était moins pesante pour tous. » C’est pourquoi ils souhaitent « que ce type de résidence revoie le jour, car cela [leur] semble préférable au placement en maison de retraite, dont les mensualités varient de 2 500 à 3 000 euros ».

Pas de « ghetto pour vieux » Conseiller municipal délégué aux retraités et personnes âgées, Antoine Pelhuche répond en mettant en perspective la politique municipale sur le sujet. Une politique marquée par l’implantation de la Maison du Grand cèdre (10 avenue Paul VaillantCouturier), un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes « qui est le moins cher des établissements de ce type, excepté la structure installée à Cachan qui appartient à la Ville de Paris ». Une politique ponctuée aussi par les travaux menés avec Opaly pour adapter plusieurs logements anciens du parc social – les logements neufs étant désormais tous conçus selon des normes de vie adaptées à celle des personnes âgées. M. Pelhuche conclut en indi-

10 | ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013

Éric Demare

Solde budgétaire positif

quant qu’il est prêt à travailler avec les pétitionnaires sur la création d’un « foyer logement éclaté », s’il ne s’agit pas d’une grande structure qui s’apparenterait à un « ghetto pour vieux ». Après une intervention détaillée de Carine Delahaie, adjointe au maire chargée de la santé, en soutien de la pétition, Sylvie Sapoval, adjointe déléguée aux solidarités, souligne que les besoins des personnes âges ne sont pas seulement fonctionnels et qu’elle est « partante pour travailler à un projet de lieu de vie à construire ensemble ». Sans entretenir la nostalgie du foyer Monmousseau, « qui était très vétuste et bien en deçà des normes actuelles de confort », le maire relativise : « Je ne suis jamais saisi d’une demande pour une place en foyer, mais toujours pour un maintien à domicile dans un logement adapté. » Cependant, prenant pour exemple la Maison des Babayagas à Montreuil (Seine-Saint-Denis), il clôt le débat en soutenant lui aussi l’idée d’un travail à mener autour d’un « projet nouveau de type foyer logement ». ■ Laurent de Villepin

Information notable à l’heure où il est bien souvent question de disette et de dérapage des dépenses publiques, un point d’étape sur le budget de la commune fait apparaître un solde positif de presque deux millions d’euros au titre cumulé du reliquat de 2012 et de l’exécution du budget 2013. Ce solde s’explique par une maîtrise des dépenses et par des prévisions prudentes qui ont été dépassées, notamment en ce qui concerne les recettes fiscales provenant des entreprises. Le conseil a décidé d’affecter ce solde à la section des investissements. ■ LdV

Vœu contre le projet de loi sur la métropole du Grand Paris Le conseil municipal a adopté, par 18 voix pour, 6 contre et 4 abstentions, un vœu contre le projet de loi gouvernemental sur la métropole du Grand Paris actuellement en discussion au Parlement. Le débat a mis en avant les inquiétudes face à la proposition de dissolution des communautés d’agglomérations sur le territoire du Grand Paris et la disparition de l’autonomie budgétaire (grâce aux ressources fiscales provenant des entreprises) et règlementaire (via le droit de l’urbanisme) de la commune. ■ LdV


Réforme des rythmes scolaires

Actualités

Mercredi matin ou samedi matin ? Les parents se mobilisent. La municipalité a décidé de poursuivre la concertation qui se terminera par une consultation le samedi 16 novembre. de la pétition qu’il proposerait au conseil de repousser sa décision pour permettre d’élargir et d’approfondir la concertation sur ce point avec les parents d’élèves. Puis s’est engagé un débat passionné où tous les arguments ont été passés en revue. En se félicitant de la bonne tenue de cet exercice démocratique, le maire a indiqué que de nouvelles réunions allaient être organisées dans les écoles (1), pour que les parents soient le plus nombreux possible à participer et enrichir ce débat. À l’issue de ces réunions, une consultation sera organisée dans la matinée du samedi 16 novembre (2). Cette consultation fixera définitivement le choix entre le mercredi et le samedi matin.

LdV

Pour quel contenu ?

À la mairie, dans la soirée du 1er octobre, débat passionné avec les pétitionnaires sur le choix entre le mercredi et le samedi matin.

Cependant, un travail de fond restera à mener sur l’organisation du temps et le contenu des activités périscolaires. ■ Laurent de Villepin (1) Après celles tenues en octobre, deux réunions sont encore programmées : le mardi 5 novembre à 18h30 à l’école

Aimé Césaire et le jeudi 7 à 20h30 à l’école Jean Macé. (2) Les modalités pratiques de cette consultation seront communiquées aux parents dans les jours qui viennent, via le cahier de correspondance des élèves.

Enfouissement des réseaux aériens d’électricité et de télécommunication Dans les rues d’Arcueil (1) où subsistent des réseaux aériens d’électricité et de télécommunication, ceux-ci vont être enfouis au cours de l’année 2014. Le Sipperec, maître d’ouvrage de cette opération, a mandaté le cabinet Perf-Etudes (contact : Guillaume Touchet au 01 60 20 52 46) pour réaliser les branchements dans les parties privatives. Les collaborateurs de ce cabinet, munis de leur carte professionnelle, ont été ou seront donc amenés à prendre contact avec les riverains concernés. À noter que le financement de ces travaux est entièrement pris en charge par le Sipperec, la Communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre et la Ville d’Arcueil. ■

DR

L

e maire et les élus concernés de la municipalité ont reçu le 1er octobre à l’hôtel de ville une quarantaine de parents d’élèves. Ceux-ci représentaient une pétition qui avait rassemblé plus de sept cents signatures en faveur du mercredi matin comme demijournée de classe supplémentaire dans les écoles d’Arcueil, à compter de la rentrée de septembre 2014. Les parents avaient été informés de la proposition émise par le groupe partenarial, réunissant des parents, enseignants, directeurs d’école et élus politiques. Cette proposition retenait le samedi matin et elle devait être soumise au conseil municipal dès le 3 octobre. D’entrée de jeu, le maire a annoncé aux représentants

(1) Les rues Ernest Renan, de Stalingrad, de Ridder, du 11 novembre 1918, Georges Politzer, Camille Blanc, Florentin Lareyre, Marius Barberi , Camille Desmoulins, du Dispensaire, Genova, Joachim du Bellay, Saint-Just, ainsi que les avenues de la Convention, de la Division du Gal Leclerc, F.-V. Raspail et les impasses Marie-Louise et Sous-les-Prés sont les principales voies concernées.  

ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013 | 11


en court

Une date

Mercredi

13 novembre Premier jour de forage du puits extracteur de géothermie

Le 13 novembre, c’est le jour où la foreuse entamera le percement du puits extracteur qui alimentera le réseau de géothermie d’Arcueil et de Gentilly, dont la construction et l’exploitation ont été déléguées à la société Argéo, filiale de GDFSuez. Cette foreuse – une machine de quarante mètres de haut de dernière génération – arrivera en pièces détachées sur le site contigu à l’A6a entre la rue Henri Barbusse et l’avenue FrançoisVincent Raspail. Il faudra un mois et demi de travail continu (24 heures sur 24, 7 jours sur 7) pour percer le puits jusqu’à la profondeur de 1 600 mètres, où l’eau est à une température Les deux puits d’environ 55 degrés Celsius. (l’un d’extraction Après ces six semaines, une et l’autre de autre semaine sera nécessaire réinjection) pour déplacer la foreuse de du réseau de géothermie quelques dizaines de mètres d’Arcueil-Gentilly et entamer le percement du seront creusés de deuxième puits dit de « réinnovembre à février. jection », qui sera achevé quant à lui le 9 février prochain. Ensuite, commenceront les travaux de construction de la centrale de géothermie et de déploiement du réseau, pour une mise en service prévue pour l’été 2015. Le prochain numéro d’ANC/Arcueil notre cité reviendra en détail sur ce long et complexe chantier. ■ LdV

DR

Actualités

Un lieu

Les anciens laboratoires Curie

Une (trop) longue et coûteuse dépollution à… juin 2009 (1). Le maire a d’ailleurs demandé que de telles réunions se tiennent régulièrement.

Nouveau plan de cinq ans

Éric Demare

Créée par un arrêté préfectoral en date du 4 juin 2013, la commission de suivi pour « promouvoir l’information du public sur les conditions de dépollution et de mise en sécurité » du site des anciens laboratoires Curie (à l’angle de l’avenue de la Convention et de la rue Clément Ader) s’est réunie pour la première fois le lundi 7 octobre à l’hôtel de ville d’Arcueil. Présidée par le sous-préfet de L’Haÿles-Roses, Ivan Bouchier, cette commission se compose de représentants des services concernés de l’État (le rectorat de Créteil, propriétaire des lieux ; la Direction régionale de l’environnement et de l’énergie ; l’Agence régionale de santé ; l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire ; l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs), des collectivités locales (les maires et des conseillers municipaux d’Arcueil et de Cachan) et de riverains et associations locales (Mmes Maillard et Mascrier, MM. Seban, Bessine et Wyczysk, ainsi

Évacuation en 2008 de déchets confinés dans des fûts sur le site Curie, à l’angle de l’avenue de la Convention et de la rue Clément Ader.

que les présidents de France nature environnement 94 et de l’association pour le maintien d’une agriculture paysanne, Les Paniers d’Arcueil). Sur la forme, cette commission permet de perpétuer et de garantir, de façon officielle mais paradoxalement moins ouverte, les réunions publiques sur le sujet dont la dernière remonte déjà

12 | ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013

Sur le fond, les mesures de radioactivité enregistrées par seize dosimètres (depuis 1997) et six piézomètres hydrologiques (depuis 2008) indiquent toujours des taux normaux et bien inférieurs aux normes de dangerosité pour la santé, tout en témoignant logiquement de la présence d’une source résiduelle de radioactivité liée aux produits chimiques et autres déchets non encore évacués. La fin de cette évacuation, dont la logistique est aussi encadrée que coûteuse (4 millions d’euros ont déjà été dépensés ou engagés par l’État), est dorénavant programmée pour s’achever en 2018. Constatant un retard de deux bonnes années sur le précédent planning, le maire a insisté pour que soient envisagés sans tarder des scénarios de reconversion du site. ■ LdV


Handicap

Actualités

Accessibilité des commerces

Plus de temps à perdre ! La loi de 2005 sur le handicap pose le principe de l’ « accès à tout pour tous ». Ainsi, tous les commerces doivent théoriquement être mis en conformité avant le 1er janvier 2015. L’heure est pour le moins au diagnostic.

Une marge de progression flagrante Mais le défi, car c’en est un, demeure immense à quatorze petits mois de l’échéance. Le temps a filé depuis le 11 février 2005 et lors de la réunion du 14 octobre certains commerçants n’ont pas tu leur amertume face à la prise de conscience bien tardive des institutions. Thème de la deuxième partie de la soirée : qui doit payer ? Le bailleur doit supporter le coût de la mise aux normes, si aucune clause expresse ne prévoit que les travaux sont à la charge du preneur. Il existe cependant quelques motifs de dérogation aux travaux d’accessibilité : impossibilités techniques, préservation du patrimoine, impact sur l’activité, ou

Photos PhL

Q Q

ue dit la loi du 11 février 2005, la fameuse loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ? Tous les établissements recevant du public (ERP), publics ou privés, et donc tous les commerces et services, devront être accessibles au plus tard le 1er janvier 2015. C’est pourquoi la mairie d’Arcueil accueillait lundi 14 octobre une réunion technique sur l’accessibilité des commerces pour tous. Une quinzaine de commerçants étaient présents. Ils ont pu profiter des nombreux conseils et informations dispensés par les représentants de la Chambre de commerce et d’industrie du Val-de-Marne, de la Chambre de métiers et d’artisanat, du Conseil d’architecture d’urbanisme et de l’environnement et bien entendu de la Ville d’Arcueil. Seuil, accueil, cheminements, escaliers, ascenseurs, portes et sas, sanitaires, signalisation… La présentation des règles d’accessibilité se voulait exhaustive grâce à force schémas et tableaux. Ces règles supposent parfois des travaux lourds, parfois aussi des actions faciles à mettre en place (comme la simple mise à disposition d’une ou plusieurs chaises, ou bien la nécessaire acceptation des chiens guides).

disproportion entre avantages et inconvénients. Les commerçants présents ont insisté sur l’importance de l’effort qui leur est demandé et analysent avec grand intérêt les cas d’exception. Le maire d’Arcueil – aussi coprésident d’Opaly, bailleur des commerces de la rue Émile Raspail – n’ignore pas l’évidence, notamment géographique (c’est-à-dire la situation d’Arcueil en fond de vallée et à flanc de coteau), mais il a souligné le retard de la France en matière d’accessibilité et donc le devoir d’améliorer le plein accès. Dans le centre historique, seulement six commerces sur vingt-huit sont effectivement accessibles. La marge de progression semble flagrante. Donnant l’impulsion, la Ville s’est engagée ce 14 octobre à financer une partie des diagnostics d’accessibilité. Puis viendront les travaux. Affaires à suivre attentivement en 2014. ■ Philippe Lorette

La supérette Carrefour Express de la rue Émile Raspail est un des rares commerces arcueillais à être totalement accessible. Le réaménagement du local a été effectué en janvier 2012. Il permet ainsi l’entrée de plain-pied par une porte automatique (photo ci-dessus, à gauche) et le paiement à une caisse adaptée (photo ci-dessus, à droite).

Extrait de la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées Chapitre III Cadre bâti, transports et nouvelles technologies Article 41 I. − L’article L. 111-7 du code de la construction et de l’habitation est remplacé par cinq articles L. 111-7 à L. 111-7-4 ainsi rédigés : « Art. L. 111-7. − Les dispositions architecturales, les aménagements et équipements intérieurs et extérieurs des locaux d’habitation, qu’ils soient la propriété de personnes privées ou publiques, des établissements recevant du public, des installations

ouvertes au public et des lieux de travail doivent être tels que ces locaux et installations soient accessibles à tous, et notamment aux personnes handicapées, quel que soit le type de handicap, notamment physique, sensoriel, cognitif, mental ou psychique, dans les cas et selon les conditions déterminés aux articles L. 111-7-1 à L. 111-7-3. Ces dispositions ne sont pas obligatoires pour les propriétaires construisant ou améliorant un logement pour leur propre usage. »

ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013 | 13


Actualités

Quartiers

Entre retrouvailles et inaugurations Joliot-Curie L’été est déjà loin et le tumulte de la rentrée scolaire s’est apaisé. Alors rien de tel qu’une soirée entre voisins pour souffler un peu. Un repas festif était organisé par l’assemblée du quartier Joliot-Curie le samedi 28 septembre à l’école Olympe de Gouges, avec au pro-

gramme musique et danse, sans oublier la traditionnelle tombola pour les enfants et les adultes. Une soixantaine de personnes avaient répondu à l’invitation, parmi lesquelles de nombreux nouveaux visages. « Nous nous sommes installés à Arcueil il y a peu

SD

Musique, danse et tombola ont accompagné le repas festif du 28 septembre organisé par l’assemblée de quartier à l’école Olympe de Gouges.

de temps, raconte Laurine, résidente d’un des nouveaux immeubles du ChaperonVert. Nous avons pensé que cette soirée serait une bonne occasion de faire connaissance avec les gens du quartier et d’en apprendre aussi un peu plus sur la ville qu’on ne connaît pas du tout. J’avoue que pour l’instant on a un peu de mal à se repérer. »

Nouvelles rues, nouvelles allées En tout cas, il sera sans doute plus facile aux arrivants de bien se situer dans la cité, de nouvelles rues ayant été inaugurées et d’autres

rebaptisées à l’occasion d’une cérémonie officielle le samedi 5 octobre. Le quartier (voir plan ci-dessous) compte désormais six voies supplémentaires : les rues Alice Millat, Lounès Matoub et Villa Mélanie, et les allées Django Reinhardt, Simone de Beauvoir et Andrée Chedid. Pour ce qui est des voies existantes, la 1ère et la 5e avenues ont été assemblées et rebaptisées simplement avenue du Chaperon-Vert, tandis que la 3e avenue se nomme désormais rue Danielle Mitterrand. Enfin, dans le secteur de l’extension, une voie nouvelle a été baptisée « rue des Carriers ». ■ Sandra Deruère

ARCUEIL Rue des Carriers

MB

En cours d’aménagement

ARCUEIL Allée André Chedid En cours d’aménagement

14 | ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013

La 1ère et la 5e avenues du ChaperonVert ont été jointes et possède désormais la même désignation, « avenue du Chaperon-Vert ». La 3e avenue du Chaperon-Vert s’appelle désormais « rue Danielle Mitterrand ».

Dans la matinée du samedi 5 octobre, quelques dizaines d’habitants du quartier ont fêté en fanfare le dévoilement des plaques des voies nouvellement créées ou rebaptisées au Chaperon-Vert. À signaler la présence émouvante et sympathique de membres de la famille de l’auteurcompositeur-interprète algérien Lounès Matoub (1956 – 1998), venus en voisin du Kremlin-Bicêtre.


an

a

en très court

Au

c

ru e

ven ue

ut et

Réunion sur l’aménagement du carrefour des Quatre-Chemins

Bo

3e A

air

Bl

gu ste Bla nq Ben ui oit Ma lon

Ch am

de s

C.

RER ligne B

ov

rue

1re

ue ven 5e A

e

p.

Double sens alterné expérimental, rue Cauchy an Jaurès

s

in

de

e

ing rad

d

u

se

ar

iB

nr

He

s bu

il

rue

ra n

19

gar

asp a

s

rve d'O

Républiq ue

-V in c en tR

de

ra nç ois

ur ni

Fo

E.

Sid

obr e G ma D ast il oi o se n le t

nne

d' Es t ie

la

il

e

m

no

ro

st

et

l'A

iqu

de

e

eR

ru

ru

ier

i

rue

rb

Ba

e

uis

aqueduc de la Vanne

rn

Ve

s

le

Ju

e

ru

Cita

Vu im ille p. mi no

t

dell

im

e

p.

Si

im

m

p.

on

e

-Lo

i Se mp. gu v in imp. Cita illa delle Papin imp Gali . lée im G. B p. erg im Thim p. onie rue r M imp. de orve la au

r

M

im Jacq p. uart

Bacq uet

im e

ax

imp Arag . o

nie

Gr

o ég

Jean Macé

lle

imo

rs

p.

im

rt

ub e

e

stad

rue de la ci tade

r Th

lie

i

av en ue

esp

Rob

M.

rue

avenue Gabriel Pér

ierr

e

fer

aille

G. T

rue

rue Marcel Vigneron

de

ue

en

av

e de la

Conve

ntion

Ca uc hy rue H rue onneger Erik Satie

du

PhL

gé n

du

la

t

av

es

air

en

ud

denberg

Va

avenu

Gay Lussac

uet acq e Ma xime B

e du ir e sa ru en p is

D

ru e

ave nu

e Clément Ad

rue Émile Raspail

-C

r

res

Repas de rentrée, repas de fête aven ue M

up

n

tio

en

nv

Co

y

ch

au

eC

19

ai

8M

ru

45

ue A

rue

rue

nt illa Va

de

Rid

F Fo

Un cross interclubs est organisé le dimanche 24 novembre, de 9h à 12h, au stade Louis Frébault par la section athlétisme du Cosma. rue de Les la V clubs du Val-de-Bièvre se illa geo ise pour proposer ruesont regroupés de l'Et à touroilede rôle des épreuves aux rue Ma jeunes, la fédération n’en plus uric eH enr i Gpas prévoyant uilb pour les plus ert petites catégories d’âge. F. La rey Lors du cross, les babys re (5-6 ans), les éveils (7-8 ans) et ru eM all les apoussins (9-10 ans) de ces riu ée s du Til clubs le départ sur la leu prendront Va l ud en air le tour puis avpiste. Ils en feront es .P au lV monteront vers les courts de ail la t-C tennis navant d’en faire le tour ou tu rie r et de redescendre. Les poussins ass han ru pparcours feront ce de 800 mètres e e .D h Ch C . à deux reprises. Pe

nly

Bra

e Bri

ristid

rue

Paul

Rue Paul Be rt

ort

avenue

ntm

de

Arcueil-Cachan

Baby-cross

p.

r

r Mo

aven

d'intérêt local)

t

Ra sp a

ul

ze

ba

lit

Po

é Fr

ru eM

ar

avenue de

ius

ru e

av en ue F

èr e

La

ru e

Le gr an d

A lb er t

ru e

rand

ur Du

Docte

ue du

sta

Ba

vi lla

ce

pl a

Rich

u

ed

ru

aven

ul Pa ée er all um Do

g Ch villa ale ts

d ar

Général de Gaulle

ns

Ro

er um

es

rg

ru St e de ra sb ou r

e

y

lla

Be

Do

eo e G

and R

r er Pi

avenu eA

ristide

Côte d'O

elle

ul

e tt le so os Br re or er ct Pi Vi h e e sc ru ru Ba

ru

N 20

18

u Jd rue

e e ru g on p. d M im ran g Le

aven ue P rieur de la

ce Résidence E. Zola

od E. J

av en ue

e Mo double sens Le principe du ru de rne vil alterné est celui pratiqué sur la M a place de E as v. do la Pléiade RER se ua Laplace ne rd av les routes étroites de mon. t tagne : on passe chacun à rue Ppuis rue J. . Cu av son tour, dans un sens, rie en TimbauP. ue d Pa dans l’autre. Il sera en vigueur ur e st a hôtel P e rue Cauchy (sur une centaine de ville ru de mètres, entre la rue de la Fontaine La Croix et l’avenue Françoisd'Arcueil ru e Bibliothèque eB ru Vincent Raspail), à partir de er th rc is oll le et ou L la mi-janvier 2014, pour une ec e lL du ru ra é p. Air n période expérimentale de six im el gé B tdu en e mois, qui fera l’objet d’une nc ill i la V La Poste nv de on oi ois isi p. de rG t-J nç évaluation avec les riverains iv a e m n i r r uy D o le eF Bl la al r Be du de G nu rtho de M ave Vla avant définitive. Cité de u erg odécision llet e al er yon nu ér l’église ru e av Ric e du L’objectif est de faciliter les ru rue ard An e Cité o du a F t r Mi venues autour du an ole les Irlandais allées et di ce Cité Groupe P. Vaillant rue Cité centre Raspail Couturier Rid historique commerçant, de rue Cherchefeuille égatemps prochain, retardent Centre r de la de tout rue en évitant la reprise d’un Fon t a RS D Cité ine santé rue lement le réaménagement de uro Maison c rbo transit sur cette voie. trafic Bade Sa ux des e int e la rue Sidobre en zone un Marius -Ju rue rue place Gardes ru o a l st Paude ut La rue Vic Cauchy est en cours P Pœnsin De ur l Si tor gna A piétonnière ieet cycliste dans sa Ca e r c rm pl. des réaménagement depuis l’été ru ign Musiciens ac Cité partie proche de la mairie (1). A. Delaune rue AJ dernier. La pose de bornes Groupe rue Ca ro Raspail n de Cité ru Ce réaménagement est doréla G C. Ader d’interretardée, pour cause et de jardinières, qui doivent are Groupe Groupe navant programmé au début st av Raspail Raspail Cité ad en vention sur des canalisations. parachever la création rud’un se e e des Aqueducs Jardin ue r n e T de l’été du 2014. ■ LdV tie u b d r rd Le phasage avece les travaux J De environnement urbain apaisé Co sbro es r l on sses H RER el (1) Voir ANC/Arcueil notre cité n° 239 de déploiement du réseauar de favorable aux piétons aux ruet Fa e du C rue b Bess hemin i on de fer RER (juillet-août 2013),enpage 12. géothermie, prévus le princyclistes (1), est actuellement rue ligne B

la

Situé sous le pont de l’A6b, au croisement des avenues Paul Vaillant-Couturier et Gabriel Péri, le carrefour des Quatre-Chemins est un lieu fort peu avenant et quasiment infréquentable par les piétons. Attendu et réclamé de longue date par la Ville d’Arcueil à l’État, son réaménagement est enfin à l’ordre du jour. Les riverains sont conviés à une réunion de présentation du projet paysager du futur carrefour, vendredi 22 novembre, à 19h, à l’école maternelle Pauline Kergomard (49 avenue Gabriel Péri). Arc'bus (transport

im

pla

ud

No

v.

La

Bou

e sl

So

tal

Re st ne

11

Er

ue

e

en

au

ru

u

av

vil

Opihlm Arcueil Gentilly

n

s

na

en

ur

ile

és

r sP

de S

le

ru

ed

r Ém

rue

Briand

ou

ue

Je a

uc

av

RN 20

Cité paysagère de la Vache Noire

Ch

e

Va

nn

e

e

Sécurité Sociale

p. im

on

rd

Ru

or

ru

d' Ar c

.D

Jules Ferry r

on

Re im

de

Allende im p

e vu lle Be

av. du Pdt

19 r m ue ar du s1 93 2

l. al

carrefour de la Vache Noire

avenue Je

rue

aven ue L é

ru e

Ave nue

ven ue 1re A

nine

in

e

én

2 96

Rue Antoine Mar

3e A ven ue

an n aV aq ue du cd el

eG

.1 év 8F

ru

olt

ru

du

Chaperon Vert eV

ru

s rtyr

rue Marguerite Lagrange

rue des Ma

ire

Erratum

Rendons à Alain Uldry ce qui lui appartient, c’est-à-dire ses propos « Sur le vif » dans le numéro d’octobre d’ANC/ Arcueil notre cité (p. 24). « J’ai 62 ans. J’habite dans le quartier Jean Macé. Je suis assistant… maternel », commençait-il. Il s’agit bien de M. Uldry et non de François Dabonot interviewé quant à lui le 22 mai dernier (ANC/Arcueil notre cité n° 236 juin 2013). La rédaction prie ces deux Arcueillais d’accepter ses excuses confuses.

TG

Photos SD

Dormoy

place M Cachin

L’ambiance était plus que festive lors du repas organisé par l’assemblée de quartier le samedi 5 octobre à l’école Jean Macé. Une cinquantaine d’habitants s’étaient retrouvés pour partager ce moment convivial de début d’année scolaire, les discussions tournant autour des vacances

de chacun, de l’entrée en CP du petit dernier, mais aussi du quartier. Christiane Ransay, adjointe au maire et référente du quartier Jean Macé, a d’ailleurs tenu à rappeler en début de soirée les missions et les objectifs de l’assemblée et a lancé une invitation à tous les habitants

présents pour y participer activement. Après avoir dégusté un buffet riche en saveurs, les convives se sont volontiers prêtés à un quiz musical sur les génériques de séries télé, avant d’envahir le centre de la salle pour danser. ■ SD

ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013 | 15


Renseignements: Maison des Solidarités, 102 rue Marius Sidobre - 94110 Arcueil 01 41 24 28 10 - info@lamaison.asso.fr - www.lamaison.asso.fr 16 | ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013


Théâtre Tableau Le commencement. L’oiseau Symorgh vient au secours de son fils adoptif, Zâl, roi de Sistân.

Découvertes

Shâhnâmeh Récit de Mahmoud Shahali et ClaireLise Charbonnier, d’après Ferdowsi. Musique originale : Christine Kotschi, assistée de Christophe Souron. Avec Marc-Olivier Séphiha, Serge Poncelet, Xavier-Valéry Gauthier, Omar Yami, Hervé Dubois, Ekaterina Dobrinova, Catherine Kopciowski, Daniela Labbé-Cabrera, Aymeric Pol, Olivier Baucheron, Thierry Truyens, Jean-François Erlichman. CG

Shâhnâmeh

Six heures d’épopée intense Les 28 et 29 septembre, la compagnie du Théâtre de l’Épopée créait Shâhnâmeh dans la cour de l’Espace Gonzalez. Une œuvre magistrale qui a transporté le public au cœur du royaume d’Irân-Zamine et ses héros légendaires. Reportage.

Dans une autre dimension « Que les quatre éléments te soient cléments » afin de « faire triompher l’humanité en l’homme ». Le ton est donné. Le public est happé tant par la poésie et la profondeur du texte que par la mise en scène et l’interprétation. Aux scènes de violence, de douleur et de combat, suc-

Tableau La vengeance. La mise à mort des traîtres.

CG

U

ne bonne demi-heure avant l’ouverture du chapiteau, samedi 28 septembre, le public se presse déjà dans la cour de l’Espace Julio Gonzalez pour assister à un événement sans précédent : la création de Shâhnâmeh (1) (ou Livre des Rois), qui retrace l’histoire de l’Iran depuis la création du monde jusqu’à l’arrivée de l’Islam. Shâhnâmeh, chef d’œuvre persan de Ferdowsi adapté et mis en scène pour six heures de spectacle par Mahmoud Shahali, directeur du Théâtre de l’Epopée. Chacun se réjouit d’avance de partager ce voyage hors de l’espace et du temps. « C’est complet », annonce-t-on aux infortunés venus sans réservation. Une clochette tinte, invitant le public à entrer. Assis sur des bancs recouverts de moquette orangée, les comédiens, vêtus de blanc, sont déjà sur scène. Derrière eux, une immense tenture orange descend des cintres. Le décor est sobre, d’une majesté à couper le souffle. Une musique diffuse complète le tableau, mettant chacun au diapason de l’aventure à venir. Au centre du plateau, Mahmoud Shahali situe l’action dans son contexte géopolitique. Il présente les principaux personnages et leur appartenance aux royaumes rivaux, avant de céder la place aux comédiens qui interprètent chacun plusieurs rôles.

cèdent celles d’amour, de légèreté et de grâce. Ici, tout est intense, les sentiments exacerbés, les rêves prémonitoires. Une corde symbolise un fouet, un bâton une épée, un voile rouge le sang. À la moindre occasion, les rires fusent pour relâcher la pression. L’aventure est commune et disons-le, cosmique. Comédiens, musiciens et spectateurs sont transportés ensemble dans une autre dimension. Dès la première pause, avant même la fin de la première partie et le plateau repas partagé, tous sont transfigurés. « Je suis heureux, jubile Mahmoud Shahali. C’est ça le théâtre ! Quand on est tous ensemble. » Et après six heures de ce voyage sur les ailes de l’oiseau Symorgh,

en compagnie du sage Zâl, de Rostam le héros, de Siâvosh l’innocent, de la belle Roudâbeh et de tous les autres, chacun est ressorti radieux, grandi. Debout, le public applaudit à tout rompre. « Génial », « Sublime »… Les superlatifs fusent de toute part et la centaine de spectateurs s’interroge, pour eux et pour les autres, les infortunés, les sansticket : « À quand de nouvelles représentations ? » « Gardons-nous de verser dans l’impatience, faisons confiance à l’intelligence », comme le suggère l’ange Zâl. ■ Colline Gori (1) Voir ANC/Arcueil notre cité n° 240 (septembre 2013), p. 20 : « Shâhnâmeh sur scène. Première mondiale ».

ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013 | 17


Découvertes

Cadre de vie

Fleurs sur la ville Colorer sa vie et sa ville, tel est le crédo des participants au concours des balcons et jardins fleuris, remporté cette année par Jeanine Bortesi et Josette Laurens.

P

armi les nombreux Arcueillais à la main verte qui embellissent les quatre coins de la ville en complément du service municipal des parcs et jardins, vingthuit s’étaient inscrits cette année au concours des balcons et jardins fleuris. Dix participants étaient des nouveaux venus. Après avoir fait le tour des sites en compétition, le jury, présidé par

Christiane Ransay, adjointe au maire chargée du cadre de vie, a rendu son verdict. La remise des prix a eu lieu le 26 septembre dans la salle des réceptions de l’hôtel de ville, en présence du maire, qui a avoué être « toujours époustouflé de voir des cascades de fleurs » ici ou là. Les lauréats des deux catégories (balcons et jardins) ont reçu un bon d’achat valable aux Jardineries Truffaut, tout nouveau partenaire de l’événement

(100 euros pour le premier de chaque catégorie, 75 euros pour le deuxième et 50 euros pour le troisième). Chaque participant ou membre du jury s’est vu remettre un ficus ou un palmier. Précisons que Yamina Godet, grande gagnante des années précédentes, était membre du jury et donc hors concours. ■ Colline Gori

Concours des balcons et jardins fleuris 2013

Maisons avec jardin visible de la rue

1er prix : Jeanine Bortesi (quartier Jean Macé).

1er prix : Josette Laurens (quartier Le Plateau - Kergomard).

Photos CG

Balcons et/ou fenêtres visibles de la rue

Concours des balcons et jardins fleuris 2013

2e prix : Ivan Ivkovic (quartier Joliot-Curie).

2e prix : Claudine Gamonal (quartier Joliot-Curie).

3e prix : Ginette Savoff (quartier Jean Macé).

3e prix : Christine Kazantsev (quartier Jean Macé).

18 | ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013


Sports et loisirs

Découvertes

KG

KG

L’Arcueillais William Artigue, 21 ans, est le président de l’association The Clan, organisatrice du « Jam Contest » du 28 septembre au skatepark du Coteau.

Les cinquante participants devaient accomplir leurs « tricks » (figures acrobatiques), successivement sur les rails, sur les marches et enfin dans le vaste bol du skatepark.

Tricks de fou Les figures acrobatiques ont foisonné lors de la compétition de skateboard organisée le 28 septembre par l’association The Clan au skatepark du Coteau. étaient répartis en deux catégories d’âge : plus et moins de 16 ans. Durant vingt minutes, les sportifs à planche et à roulettes devaient rentrer leurs « tricks » (figures acrobatiques), successivement sur les rails, les marches et enfin dans le vaste bol du skatepark. Des vainqueurs étaient désignés à chaque fois sous les yeux impressionnés de spectateurs venus nombreux admirer leurs mouvements.

Des casques en cadeaux Pas vraiment de critères définis pour désigner le vainqueur. L’emporte celui qui réalise la meilleure figure, la plus dure, la plus stylée, la plus originale, ou encore celui qui parvient à en enchaîner plusieurs. Les gagnants repartaient avec du matériel offert par des magasins et des marques de skateboard, planches, roues, vêtements ou… casques (si utiles et si peu utilisés !). ■ Kevin Gouttegata KG

U

ne cinquantaine de skateurs sont venus participer à un « Jam Contest », comprendre une compétition, au skatepark du Coteau (1) le samedi 28 septembre. L’association The Clan (lire ci-contre) y a organisé la troisième édition de son animation dénommée « Olliewood » (sic), avec le concours des services des sports des Mairies d’Arcueil et de Gentilly, ainsi que du Conseil général du Val-deMarne, qui assure la gestion du lieu. « On a décidé de l’organiser ici au Coteau, car ce skatepark est le meilleur de la région pour moi. Il est bien pensé et bien réalisé », considère le néo-Arcueillais William Artigue, président de l’association. De la musique, des graffeurs et un barbecue ont contribué au côté (quasi) estival et (totalement) festif de l’événement. « On souhaite que l’ambiance soit la plus cool possible, sans donner l’impression d’une compétition », brosse William Artigue. Celle-ci était gratuite. Les skateurs venus en découdre, parmi lesquels certains professionnels,

The Clan Créée en 2004 par David Lagrue à Massy (Essonne), l’association The Clan organise des compétitions, des séjours en France et à l’étranger et tourne des vidéos pour faire vivre les skateparks. Une étape du championnat de France s’est même déroulée en 2006 dans celui de Massy. William Artigue, 21 ans, est le président de cette association depuis 2009. Il habite Arcueil depuis un an et vient très régulièrement s’entraîner au Coteau. « Le skateboard, c’est aussi un sport collectif, surprend William Artigue. Pour une session, tu appelles tes potes, tu manges avec eux, on parle... L’association compte peu de membres, mais c’est comme une famille. » Et celle-ci envisage de s’agrandir. The Clan cherche en effet à créer une antenne de l’association à Arcueil. Le but n’est pas de s’accaparer le skatepark du Coteau, loin de là. Les locaux sont donc encouragés à rejoindre sans crainte cette famille. The Clan avait déjà organisé des journées d’initiation durant l’été avec le dispositif municipal d’animation O’Quai d’Arcueil. ■ KG Contacts et renseignements via le blog Theclan.over-blog.fr.

(1) Skatepark du Coteau, 56 avenue François-Vincent Raspail, à côté du centre sportif François-Vincent Raspail (gymnases Jean-Pierre Ducasse et Maurice Pigot).

ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013 | 19


Découvertes

Environnement

Les bons réflexes ANC/Arcueil notre cité inaugure ici une série d’articles sur quelques bonnes habitudes (prises ou à prendre) de réemploi et de recyclage.

■■

L

Le premier samedi, c’est déchèterie

e premier samedi de chaque mois, de 9h à 13h, avenue Paul Doumer, le parking de la mairie d’Arcueil devient… une déchèterie. La transformation est rapide et bien organisée. Que les habitants se rassurent ! La chose, officielle et agencée, émane de la Communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre (CAVB), qui a confié l’exécution à Veolia Propreté. Quatre manutentionnaires et un chef d’équipe mettent en place la déchèterie mobile (1). De l’entrée à la sortie du parking se succèdent l’accueil des déposants puis les différents postes de dépôt : équipements électriques et électroniques ; bois, cartons et encombrants ; gravats ; produits toxiques ; déchets verts. Ce samedi 5 octobre, l’activité (lire l’encadré) ne faiblit pas et les passages s’enchaînent à un rythme soutenu, particulièrement entre dix heures et midi. Les employés de Veolia parviennent toutefois à aider tous les utilisateurs, arcueillais ou habitant l’une des six autres communes de l’agglomération du Val-de-Bièvre. À l’accueil, les déposants présentent une pièce d’identité et un justificatif de domicile, puis entrent aussitôt sur le parcours de la déchèterie.

Pratique et écologique « C’est très pratique. C’est une excellente initiative, insiste Jean-Paul Marchand, qui passe et repasse avec sa voiture depuis la rue de Reims. À L’Haÿ-les-Roses [104 avenue Gabriel Péri, tout près de Cachan – NDLR], le deuxième samedi du mois (2), c’est bien aussi, ce n’est pas

1

2

3

4

loin. À l’inverse, la déchèterie intercommunale de ChevillyLarue  (3) , c’est loin et pas pratique du tout. Il faut faire la demande préalable d’un badge d’accès et il y a beaucoup de monde. » Nils Prades, qui se débarrasse de plusieurs sacs de gravats, confirme : « Chevilly-Larue ? C’est surtout “ Chevilly-la-Galère ”!  » D’autres usagers insistent sur le côté citoyen du dispositif mis en place par la CAVB, tel Kevin Beaugel, qui ne tient pas « à encombrer les trottoirs » ; ou sur ses vertus écologiques, comme Julien Kermorvant, qui « apprécie les possibilités de retraitement du matériel électronique ». « Chaque produit a sa filière de recyclage », ajoute un employé de Veolia.■ Philippe Lorette

20 | ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013

(1) Prochaine installation à Arcueil : samedi 7 décembre. (2) Prochaine installation à L’Haÿ-les-Roses : samedi 9 novembre. Lire aussi les « Infos pratiques », p. 23. (3) Déchèterie intercommunale du SIEVD : Zone Cerisaie Nord, rue du Stade, 94550  ChevillyLarue ; tél. 01 49 84 45 91 ; Sievd.fr. Horaires de mai à septembre : lundi, mercredi, jeudi et vendredi, de 14h à 19h ; samedi, de 9h à 19h ; dimanche, de 9h à 13h. Horaires d’octobre à avril : lundi, mercredi, jeudi et vendredi, de 14h à 18h ; samedi, de 9h à 18h ; dimanche, de 9h à 12h La déchèterie est fermée le mardi et les jours fériés.

Photos PhL

Réflexe n° 1

De l’entrée à la sortie du parking de la mairie, avenue Paul Doumer, se succèdent l’accueil (photo 1) des déposants, puis les différents postes de dépôt : équipements électriques et électroniques (photo 2, premier plan) ; bois, cartons et encombrants (photo 2, second plan) ; gravats (photo 3) ; produits toxiques (photo 4) ; déchets verts.

8 tonnes d’encombrants en 4 heures Activité de la déchèterie mobile du Val-de-Bièvre à Arcueil le samedi 5 octobre : • 4 heures (9h – 13h) ; • 52 déposants ; • 67 passages (5 passages maximum sont autorisés par déposant) ; parmi les dépôts, les encombrants ont atteint 25 m3 (environ 8 tonnes).


Angle rue Lagrange et rue Lénine Avenue Paul Doumer

Rue de Ridder

Rue du Colonel Fabien (face au n° 82)

KG

La Communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre a installé six bornes textiles à Arcueil.

Réflexe n° 2

■■

L

Vêtements : bornes… to Be Alive

es vêtements usagés représentent environ 2 % de nos déchets. Des solutions intelligentes existent pour s’en débarrasser. Des bornes de collecte sont par exemple implantées sur le territoire du Val-de-Bièvre. Plusieurs associations récupèrent aussi des vêtements pour les revendre à des coûts très bas (de 10 centimes à 5 euros généralement). Ils doivent être en bon état, propres et repassés. Ces vestiaires solidaires permettent alors de financer des projets associatifs. Cependant, ils sont parfois débordés par l’affluence des dons et connaissent des problèmes de stockage.

en feutrine ou en fil à tisser ; les 15 % restants sont incinérés. La société reverse une part de ses bénéfices à WWF France (World Wide Fund for Nature – Fonds mondial pour la nature). Emplacements des bornes : impasse Denis Papin ; rue du Colonel Fabien (face au n° 82) ; rue de Ridder ; angle de la rue Vigneron et de l’avenue du Général Malleret-Joinville ; avenue Paul Doumer (sur le parking de la mairie) ; angle des rues Lagrange et Lénine. Une carte détaillée et des informations complémentaires sont disponibles sur Environnementvaldebievre.fr.

solidaire début décembre. Les vêtements seront directement distribués aux sansabri ou bien revendus. Ouverte à tous, la vente financera les coûts de fonctionnement de l’association. Plus de trente mètres cubes de dons ont déjà été stockés. L’association recherche surtout des vêtements chauds pour homme, plus à même d’être distribués cet hiver dans les rues. Action froid est aussi à la recherche de bénévoles, pour faire vivre ce vestiaire qui sera situé dans la cité de l’Église, à l’angle des rues Cauchy et de la Fontaine. Dépôt et vente s’effectueront les mercredis et samedis après-midi.

Bornes textiles

Vestiaire de Zig Zag

Quarante « bornes textiles », dont six à Arcueil, ont été installées par la Communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre. Les habitants peuvent y déposer vêtements, linge de maison, chaussures et articles de maroquinerie. La société Ecotextile se charge gratuitement de leur ramassage. En 2012, 33 tonnes ont été collectées. Ces produits sont triés selon leur état pour être revendus ou transformés. 43 % sont vendus sur le marché de l’occasion ; 30 % sont valorisés en devenant des chiffons utilisés par l’industrie ; 12 % sont recyclés

L’association arcueillaise Zig Zag possède un vestiaire solidaire. Les dons sont collectés, puis revendus, à tous, sans condition de revenus. L’argent ainsi récolté sert, entre autres, à acheter des livres pour une bibliothèque créée au Burkina Faso. Dépôt et vente trois samedis par mois de 10h à 11h30, au local LCR de la cité Delaune, rue Auguste Delaune. Renseignements : Claudie Vilnat, tél. 06 32 62 14 10.

Collectes de la Croix-Rouge

Vestiaire d’Action froid L’association Action froid mettra en place un vestiaire

L’antenne de la CroixRouge française à Cachan revend les vêtements collectés aux personnes à faibles revenus envoyées par une assistante sociale. L’argent récolté sert à la délégation locale. La CroixRouge recherche surtout des vêtements de bébé ou d’enfant. Elle rappelle qu’il est inutile de déposer des sacs par-dessus la grille ou sur la voie publique, car ils seront jetés. La collecte a lieu le premier et le troisième samedis du mois, de 9h30 à 11h30, au 23 rue Guichard à Cachan. ■ Kevin Gouttegata

Impasse Denis Papin

Deux bonnes adresses > Environnement-valdebievre.fr.

La Communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre a mis en place un site Internet sur les problématiques environnementales. Il référence les « bornes textiles » et donne quelques explications supplémentaires sur le recyclage des vêtements et la réduction des déchets. > Lafibredutri.fr

La Fibre du tri permet d’en savoir davantage sur les filières de recyclage des textiles et la bonne utilisation des conteneurs. Une carte recense leurs emplacements et les lieux où les vêtements peuvent être déposés pour réutilisation ou recyclage.

ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013 | 21

CAVB / Google Maps

Angle rue Vigneron et avenue du Général Malleret-Joinville


Jeux Mots croisés Horizontalement : 1. Saint protecteur 2. Mouvementée 3. Dramatique au théâtre - Voie d’eau 4. Conjonction Sous-vêtements 5. Dans le chlore - Rang indéterminé 6. Il siffle mais à l’envers - Mèches rebelles 7. Œuf sur la tête - Conjonction 8. Premier né - Sudiste 9. Réduisis en poudre ou presque 10. Début de retrouvailles - Presse par la droite. Verticalement : A. Haut dignitaire B. Blanche ou verte quand elle vient de l’eau - Pronom C. Période de forte chaleur - Embellissait D. Au large - Canal côtier E. Uniquement F. Sur le Pô - Indien parfois G. Problème à ronger - Va avec l’œil quand il est bon - Champion H. Iranienne mythique I. Petite en cas de fatigue J. Fugitif. ■ CG DR

A

Arcueil d’hier et d’aujourd’hui

D

G

H

I

5 6 7 8 9 10

Solutions des mots croisés du numéro précédent Horizontalement : 1. Los Angeles 2. Uniquement 3. Tue - Puai 4. Equarrir 5. Muer - Errai 6. Bise - Néant 7. On - Lot - Ice 8. Utile - Hère 9. Râleur - Né 10. Glu - Feutre. Verticalement : A. Luxembourg B. On - Quintal C. Situés - Ilu (lui) D. Aquarelle E. Nuer – Œuf F. Gé - Rent - Ré G. Empire H. Leurraient I. Ena - Ancrer J. Stipitée.

à partir du

Que représente cette photo ? Où a-t-elle été prise ?

Retourner votre réponse en mentionnant vos nom et adresse, y compris pour les internautes à ANC/Arcueil notre cité, hôtel de ville, concours photo, 10 avenue Paul Doumer, 94110 Arcueil, ou à communication@mairie-arcueil.fr ou encore à l’accueil de la mairie. Dix bonnes réponses seront tirées au sort. Les gagnants recevront chacun deux places de cinéma valables à l’Espace Jean Vilar. La photo représente la façade sud de la Caisse des dépôts et consignations (16 rue Berthollet) et ses nombreux reflets. Elle a été prise depuis la rue du Colonel Fabien. Bravo aux lauréats, Nicole Breton, Anne de Coligny, Danièle Mathieu, Éric Delarue, Georges Diet, Hervé Houchoua, Alain Morvan, Quang Nguyen et le toujours vaillant Théo Le Nedellec. Ces lecteurs ô combien perspicaces gagnent chacun deux places de cinéma valables à l’Espace Jean Vilar. CG

CG

F

4

SOLUTION DU CONCOURS DU N°241

22 | ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013

E

3

Voltaire.

que c’est ? co nc ou rs ph ot o Qu ’est-ce

C

2

CG

C’est en se rendant à l’exposition Drawn to Excellence, qui s’est tenue au Smith College Museum of Art à Northampton (Etats-Unis / Massachusetts) du 28 septembre 2012 au 6 janvier 2013, que l’Américano-arcueillaise Gaby Jacobus tombe sur ce dessin (voir ci-dessus) de Charles Natoire (1700 – 1777). Stupéfaite et transportée de joie, elle en ramène une copie qu’elle soumet à Gérard Vergison-Rozier, chargé de la conservation du patrimoine de la commune d’Arcueil. Il connaît ce dessin et confirme que cet escalier monumental à triple évolution amenait à la grande terrasse du château du Prince de Guise. Il situe son emplacement à l’angle des rues Clément Ader et Robespierre. La rue Clément Ader commence 42 rue Maxime Bacquet et finit avenue de la Convention. Cette voie, ouverte en 1922, porte le nom de l’un des pères de l’aviation, l’ingénieur français Clément Ader (1841-1925). Question : « Mon petit voyage à Arcueil m’a tourné la tête. Je croyais n’aimer que la solitude, et je sens que je n’aime plus qu’à vous faire ma cour. Au moins, si je suis destiné à vivre en hibou, je ne veux me retirer que dans des lieux que vous aurez habités et embellis. Je supplie donc votre altesse et Monsieur le Prince de Guise de donner à votre concierge ordre de me recevoir à Arcueil. » Qui a rédigé cette lettre adressée à Madame de Guise en 1732 ? Réponse : Sources : Gérard Vergison-Rozier ; Arcueil, rues d’hier et d’aujourd’hui, par Robert Touchet (éd. Centre culturel communal Erik Satie) ; Arcueilhistoire.fr.

B

1

J


Vos élus

État civil Ils sont arrivés

Naïa Rabouin • Lyam Lafaye • Ilef Ben Salah • Baptiste Sanson • Younes Boudia • Serena Grainat • Sarah Lamnirhi • Zayd Bouznad • Stéphanie Radjane • Kyana Ninhi • Sören-Ahmad Mehadji • Éden Baouz • Jeanne Guy • Léo-Paul Sautier • Dounia Faraji • Omar Faraji • Judy Bateha • Hajar Nassri • Tomer Caloone • Hugo Lebeau Da Silva Castro • Augustin Raynaud • Lina Domingos • Kymani Julien • Maliyah Pyrame

Pour rencontrer vos élus,  prenez rendez-vous en appelant au numéro indiqué pour chacun.

• Coumba Seck • Maëlly Augustin Millien • Issa Niakate • Aymen Kabouche • Alexandre Ebene Ebene • Maï-Lan Barbin • Audrey Carazzo

Ils se sont dit oui

Aghiles Aït Ali et Michèle Legras • Borami Op et Lakhena Tem

Boudaya Chbichbi, 88 ans • Odette Rossini épouse Pojaghi, 71 ans • Bernard Lebreton, 75 ans • Pétro Szczerbina, 93 ans • Sacha Leconte Maurel, deux jours

Ils sont partis Jules Le Gros, 73 ans • Nicole Pinon veuve Lalande, 71 ans • Saïd Boudjerda, 67 ans • Chantal Ernoult, 60 ans •

Infos pratiques Pharmacies de garde 3 novembre – Pharmacie Huynh Hoa 4 av. de la Div. du Gal Leclerc Cachan – 01 45 46 16 16 10 novembre – Pharmacie Berche 171 avenue Aristide Briand Cachan – 01 47 40 88 41 / 01 47 40 13 78 11 novembre – Pharmacie Tran Van Thoan Forum 20 75 avenue Aristide Briand Arcueil – 01 45 46 04 50 17 novembre – Pharmacie de la Plaine 40 avenue du Mal de Lattre de Tassigny Cachan – 01 46 65 68 60 24 novembre – Pharmacie Pong 38 avenue Laplace Arcueil – 01 42 53 17 68 1er décembre – Pharmacie du Chaperon-Vert 14 avenue du Chaperon-Vert Arcueil – 01 47 35 11 45 8 décembre – Pharmacie du centre commercial La Vache Noire 1 place de la Vache-Noire Arcueil – 01 42 53 58 10

centre de santé Centre Municipal de Santé Maï Politzer 3 rue du 8 mai 1945 01 46 15 08 09

CADRE DE VIE

SVP Cadre de Vie 01 82 01 20 10

Collecte sélective des déchets

MAIRIE

01 46 15 08 80

mairie@mairie-arcueil.fr 10 av. Paul Doumer. Ouverte le lundi et le mercredi de 9h à 12h, de 13h30 à 17h30, le mardi de 9h à 17h, le jeudi de 13h30 à 19h et le vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30. Fermeture le jeudi matin.

01 82 01 20 15

OFfice public de l’habitat arcueil-gentilly (opaly)

Déchèterie mobile le samedi

51 rue de Stalingrad

01 41 24 22 80

Enlèvement des encombrants

Une déchèterie mobile, où l’on peut déposer gravats, encombrants, appareils électroménagers, etc., est installée le premier samedi de chaque mois (2 novembre, 7 décembre, 4 janvier…), de 9h à 13h, sur le parking de la mairie d’Arcueil, 10 avenue Paul Doumer. Cette déchèterie mise en place par la Communauté d’agglomération du Val-deBièvre est aussi présente - et accessible aux Arcueillais - le deuxième samedi du mois à L’Haÿ-les-Roses (104 avenue Gabriel Péri), le troisième samedi du mois au KremlinBicêtre (5-13 rue Marcel Sembat) et le quatrième samedi à Villejuif (19-23 rue de l’Épi d’Or). Quel que soit le lieu, le déposant doit présenter une pièce d’identité et un justificatif de domicile (lire aussi p. 20).

01 46 15 32 00

URGENCES En cas d’urgence médicale grave :

SAMU : 15 Pompiers : 18

Numéro vert pour les urgences :

0 825 00 15 25 SOS Médecins :

01 47 07 77 77 Pharmacies ouvertes 24h/24h :

01 45 62 02 41

Centre communal D’ACTION SOCIALE Dominique Raynaud (vice-président) : 01 46 15 09 23

Sécurité Sociale: Permanence de la Caisse primaire d’assurance maladie tous les lundis de 9h à 11h30 dans une camionnette stationnée devant le centre Marius Sidobre, 26 rue Émile Raspail.

Arcueil passe aux PV électroniques Depuis la mi-septembre, les agents municipaux chargés de la surveillance du stationnement ont substitué un petit terminal électronique à leur carnet à souche. Un papillon déposé sur le pare-brise des contrevenants les avertit qu’ils recevront leur amende par un courrier adressé à leur domicile.

Maire

Conseiller général Daniel Breuiller 01 46 15 09 00

Adjoints Christian Métairie Premier adjoint 01 46 15 09 24 Développement durable – Démocratie – Affaires générales – Communication Vice-président de la Communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre, délégué à la protection et mise en valeur de l’environnement Denis Weisser 01 46 15 08 96 Développement urbain – Finances Conseiller régional d’île-de-France Max Staat 01 46 15 08 96 Personnel – Services publics locaux Anne-Marie Gilger-Trigon 01 46 15 09 23 Action sociale – Prévention / sécurité Vice-présidente de la Communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre, déléguée à l’habitat Sylvie Sapoval 01 46 15 09 23 Solidarités – Petite enfance – Handicap Carine Delahaie 01 46 15 09 24 Santé – Travail de mémoire Lutte contre la discrimination – Anciens combattants Marie-Pierre Reynaud 01 46 15 09 24 Logement Patrick Mirville 01 46 15 08 96 Culture – Vie associative Commerce Christiane Ransay 01 46 15 09 23 Cadre de vie / travaux Espaces verts – Artisanat

Conseillers délégués Patrice Deveaux 01 46 15 09 24 Éducation et enseignement Amigo Yonkeu 01 46 15 09 23 Jeunesse Conseiller régional d’île-de-France Francine Ketfi 01 46 15 09 24 Temps du repas – Restauration scolaire Antoine Pelhuche 01 46 15 09 24 Retraités – Personnes âgées Anne Rajchman 01 46 15 09 23 Enfance Sophie Labrousse 01 46 15 09 24 Transports – Déplacement Stationnement /énergie (Plan-action climat) Jean-Michel Arberet 01 46 15 08 96 Sport – Nouvelles technologies de l’information et de la communication Emmanuel Blum 01 46 15 08 96 Accès à l’emploi, à la formation et à la citoyenneté des jeunes Jean-François Marguerin 01 46 15 08 96 Éducation populaire / Anis Gras Guy Bacheley 01 46 15 09 24 Assemblées de quartier – Politique de la ville

Député Jean-Yves Le Bouillonnec 01 49 69 69 66 / 62 2e lundi de chaque mois de 16h30 à 18h30 à l’hôtel de ville d’Arcueil

Sénatrice Esther Benbassa Permanence le jeudi, de 15h à 17h, tous les quinze jours, à l’hôtel de ville d’Arcueil. Prendre rendez-vous au 07 78 87 10 95 ou à l’adresse : k.ziady.senat@gmail.com

ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013 | 23


Expression

des groupes

La responsabilité des textes des groupes politiques municipaux incombe à leurs auteurs.

groupe Front de gauche, communistes et citoyens

Augmentation injuste des impôts Nous demandons réparation. De très nombreux Arcueillais ont vu leur impôt sur le revenu fortement augmenter cette année et les familles, qui, jusqu’à présent, n’en payaient pas en raison de la faiblesse de leurs revenus, doivent maintenant le payer. Pourquoi ? En 2011, Sarkozy instituait le gel du barème de l’impôt. Avant cette date, les impôts tenaient compte de l’inflation. Si celle-ci grimpait de 2% et que vos revenus augmentaient de même, vous ne payiez pas plus d’impôts. Après cette date, si vos revenus augmentent autant que l’inflation, comme il y a gel du barème, vous payez plus d’impôts. Conséquence, des millions de personnes, sans être plus riches qu’avant, payent plus d’impôts et 1,6 million d’entre elles, qui n’en payaient pas en payent. Cette situation contribuant, entre autres, à la baisse du pouvoir d’achat des Français pour la troisième année consécutive. Les députés Front de gauche avaient demandé, dès juillet 2012, que soit mis fin à cette injustice qui touche particulièrement les catégories populaires et les couches moyennes. Malheureusement les

députés socialistes ont rejeté cette proposition de loi. C’est pourquoi, en cette rentrée 2013, bon nombre de Français voient, une nouvelle fois, leurs impôts sur le revenu augmenter. Et ce n’est pas la seule conséquence. Cela impacte le niveau de leurs allocations familiales, de leur allocation logement, des quotients familiaux, de la carte améthyste, de la redevance TV, de la taxe d’habitation… Grave. Devant le tollé soulevé par cette situation, le gouvernement a fini par faire adopter une mesure, dans le cadre du projet de loi de finances 2014, pour qu’il y ait une sorte de « décote » permettant aux plus bas revenus de ne pas subir ce gel du barème de l’impôt. Enfin, pourrait-on dire. Mais c’est largement insuffisant. ça ne concernera que 200 000 à 250 000 contribuables. Toutes les familles qui sont, depuis deux ans, entrées dans l’impôt y resteront, et tous les autres verront les leurs augmenter de façon injuste. Il aurait fallu, comme le proposaient nos parlementaires, mettre fin à ce gel du barème et revenir à la situation antérieure à 2011. Et s’il y a de l’argent à trouver, ce

qui est le cas pour développer l’action et les services publics, nous proposons de passer de cinq tranches de l’impôt sur le revenu actuellement à neuf pour que les très hauts revenus contribuent de plus forte manière ; de mettre fin aux exonérations fiscales des entreprises qui coûtent à l’État et à la Sécurité sociale près de 175 milliards d’euros par an ; de prendre des dispositions pour vraiment en finir avec la fraude et l’évasion fiscale qui coûtent 50 milliards d’euros à notre pays. En clair, de mettre en œuvre une véritable réforme fiscale pour plus de justice et de solidarité. Fort de notre démarche à Arcueil où, depuis dix ans, la ville n’augmente pas sa part de la fiscalité locale, nous agirons pour nous faire Max Staat, entendre des sénateurs adjoint au maire, qui, fin novembre, conseiller de la reprennent le débat Communauté sur le projet de loi de d’agglomération finances 2014. du Val-de-Bièvre

groupe Europe écologie - Les Verts / Arcueil 

Paris Métropole vaut bien un référendum ! La métropole de Paris proposée aujourd’hui par le gouvernement ne correspond en rien aux besoins du territoire et aux attentes de la population. On ajoute une nouvelle couche au millefeuille administratif et politique, avec un « machin » qui s’apparente à un syndicat des maires. La création d’une nouvelle institution de ce type va à rebours du mouvement de décentralisation, en affaiblissant la région et les intercommunalités existantes sans garantir en rien une meilleure solidarité entre les territoires. Pour nous, écologistes, le socle d’une métropole efficace et juste passe par de vraies intercommunalités partout en Ile-de-France, la suppression des conseils généraux (départements) et un mode de scrutin proportionnel pour l’ensemble des élections. Le sentiment d’appartenance à la métropole capitale est sans doute la chose la mieux partagée par les habitants de la région parisienne. Mais, du côté des institutions existantes, la défense des intérêts particuliers a tendance à gangréner le processus et à scléroser la situation. Osons présenter un projet novateur, audacieux, porteur d’un projet collectif, solidaire et durable. Et osons organiser un référendum citoyen pour donner enfin un élan démocratique à ce projet de Paris Métropole !

24 | ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013

Contact : eelvarcueil@yahoo.fr

TVA sur les transports publics : non à la hausse, oui à la baisse

Au royaume du nucléaire, l’Europe est aveugle…

Le projet de loi de finances (PLF) propose d’augmenter la TVA sur les transports de 7 à 10%. Cette hausse sera répercutée soit sur les usagers, qui devront payer plus chers leurs abonnements, soit sur les collectivités, grevant ainsi leur capacité d’entretien et d’investissement. Cette augmentation de la TVA va donc restreindre l’accès aux transports collectifs pour ceux qui en ont le plus besoin. Le développement des transports collectifs permet de lutter plus efficacement contre la pollution et les dérèglements climatiques. Cette hausse est un très mauvais signal envoyé par le gouvernement et la majorité socialiste sur ce sujet crucial. Cette décision est d’autant plus incompréhensible que dans les exécutifs locaux et régionaux, véritables autorités organisatrices de transport, les élu-e-s socialistes sont généralement mobilisés, comme le sont les écologistes, pour une amélioration du service aux usagers et une augmentation des investissements. Pour nous, il est encore temps de revenir sur cette décision, en choisissant d’abaisser la TVA à 5,5% sur les transports publics en les considérant comme un bien de première nécessité.

Le gouvernement britannique et EDF annoncent avoir un accord fabuleux pour la construction de deux EPR. Garantie d’Etat, tarifs d’achat garantis au double des prix de marché (et 25% au dessus de ceux de l’éolien !) pour 25 ans, investisseurs chinois… un vrai petit miracle dont bien des industriels rêveraient ! En effet, les libéraux qui font la pluie et le beau temps à l’OMC et à Bruxelles ne cessent de répéter que les subventions aux énergies renouvelables via des tarifs d’achat sont une atteinte insupportable aux règles du marché, que les garanties d’Etat ne sont plus possibles pour des industries concurrentielles ou encore que le gouvernement chinois exagérait vraiment en soutenant son industrie solaire… Aujourd’hui, il faut donc mettre les points sur les i des dirigeants européens et de la Commission : accepter de subventionner encore et toujours une industrie cinquantenaire tout en sacrifiant l’avenir des énergies renouvelables relève de la schizophrénie masochiste et suicidaire.

Amigo Yonkeu, président du groupe Europe écologie - Les Verts, conseiller régional


Entente Citoyenne, Arcueil Alternative, des Citoyens

groupe Gauche citoyenne

Une ville qui bouge : la preuve par l’exemple

La géothermie : une avancée environnementale et une baisse des charges de chauffage.

La maison aux 4 cheminées : Arcueil entretient son patrimoine historique.

Le skate-parc : un succès dès l’ouverture.

Les rythmes scolaires : la démocratie c’est l’efficacité.

groupe Parti socialiste 

http://www.ps-arcueil.org

Osons vivre mieux ensemble ! En ces temps difficiles, où le vivreensemble est soumis à rude pression, où les prises de parole les plus radicales et populistes sont diffusées à grande échelle, il importe plus que jamais de se rappeler les fondamentaux qui permettent à notre société en général et à notre ville d’évoluer vers plus de solidarité, de qualité, mais aussi de porter l’espoir d’une vie meilleure pour tous. Notre ville porte en elle ces éléments fondamentaux. Ils en forgent son identité si particulière, unique. Ouverture vers l’Autre, mixité sociale, culturelle, diversité des envies, des choix de vie, des origines (46 nationalités présentes), partage des expériences… ces qualités font d’Arcueil une ville vivante et riche, dynamique, humaine. Nous nous réinterrogeons sans cesse sur l’appropriation de ces valeurs, de ce qui fait de notre ville ce qu’elle est, par l’ensemble des habitants, et en particulier par ceux qui sont le plus en difficulté. C’est tout l’enjeu de l’action publique : permettre à tous de vivre ensemble, dans un espace commun, permettant à chacun

de faire ses choix de vie, au bénéfice de l’intérêt général. Ce choix de l’intérêt général, c’est ce qui doit mener l’action publique. Mais celle-ci doit être compréhensible et acceptée par tous, à défaut d’être validée. C’est toute la difficulté du rôle de l’élu. Les élus, auxquels les habitants ont donné la responsabilité d’agir en leur nom, sont à la fois initiateurs, accompagnateurs, décideurs et ont à rendre ce processus intelligible. Et ce afin de permettre le croisement entre ses intimes convictions, les légitimes questions des habitants, et un contexte général difficilement saisissable, et dont personne ne peut prétendre pouvoir le contrôler intégralement. Les concertations autour de la réforme des rythmes scolaires ont montré la difficulté de parvenir à une solution partagée par les élus et la population. En effet, personne ne peut détenir la solution unique et absolue et seul le débat peut permettre d’affiner les réponses à donner afin d’apporter un réel mieux à nos enfants. Garantir l’accès à l’infor-

mation, la discussion et au final le choix partagé par le plus grand nombre, c’est la direction qu’il nous paraît important de prendre. C’est le rôle de la nouvelle série de réunions dans les écoles sur le sujet. La démocratie exige ces temps de discussion, ces débats qui, tant qu’ils restent de bonne tenue, la font vivre, même si la décision finale ne va pas dans le sens de ce qui était initialement souhaité. Le vivre ensemble c’est bien cette capacité collective à trouver les points d’accords sur tous les sujets, nous rassemblant au bénéfice de tous et de chacun. C’est cette exigence qui doit nous porter dans notre conception de la vie de notre ville.

Emmanuel Blum,

conseiller municipal délégué à l’accès à l’emploi, la formation et la citoyenneté des jeunes

ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013 | 25


Expression

des groupes

La responsabilité des textes des groupes politiques municipaux incombe à leurs auteurs.

Charles Di Gennaro,

Karim Makouf,

Maurice Serber,

conseiller municipal et communautaire

conseiller municipal

conseiller municipal

Sécurité, pauvreté et demandes de logement en attente Nous allons attaquer la fin de l’année, mais les Arcueillais se posent des questions. Comment vont-ils boucler les fins de mois ? Les fêtes arrivent, les factures s’accumulent. Certains se battent pour survivre au quotidien et pour ne pas tomber dans la déchéance. Je crois qu’à Arcueil il faut créer une chaîne de solidarité envers tous ceux qui en ont besoin et une écoute si possible, trouver des solutions aux personnes qui souffrent. On doit augmenter le nombre d’assistantes sociales, car elles sont souvent débordées pour répondre à la détresse des Arcueillais. Bien sûr il y a des incivilités, mais pas plus

qu’autre part. Arcueil est une ville dont on a vite fait le tour, donc on peut contrôler facilement une petite forme de délinquance qui vient souvent de l’extérieur. Ne pas se laisser emporter par des manipulations d’extrême droite, rester les pieds sur terre et réagir afin que l’on ne se monte pas les uns contre les autres. Des familles m’interpellent : elles habitent depuis plusieurs années à Arcueil avec plusieurs enfants en bas âge ; leur appartement est devenu trop petit car la famille s’est agrandie, mais leur demande de logement n’est pas examinée ; elles se sentent exclues

parce qu’elles ont l’impression qu’on ne les écoute pas. Comment faire ? Il faut se battre et crier à l’injustice, alors que l’on construit soi-disant de nouveaux logements sociaux. J’habite Arcueil depuis quarante-quatre ans, je l’ai vue grandir, changer, évoluer. Donc je veux aider mon prochain et surtout les Arcueillais à se sortir de leurs problèmes, dans la mesure du possible, et je veux en parler lors des réunions du conseil municipal. Vous pouvez m’écrire à la mairie d’Arcueil ou m’envoyer un mail à elanvitaldarcueil@gmail. com.  Karim Makouf

Pour nous contacter : courriel : charlesdigennaro@orange.fr ; téléphone : 06 09 14 24 81 ; adresse postale : Charles di Gennaro, mairie d’Arcueil, 10 avenue Paul Doumer, 94110 Arcueil cedex.

Sarah Ganne-Levy

Les Démocrates Dominique Jacquin

d’Arcueil

Plus d’Infos avec le MoDem arcueillais http://democrates-arcueil.weebly.com Tél. : 06 20 76 96 72

RYTHMES SCOLAIRES : RESPECTER LE CHOIX DES PARENTS Revenir à la semaine scolaire de quatre jours et demi avec des activités périscolaires est une proposition que nous soutenons. Pourtant la question centrale nous semble autre : c’est la difficulté de l’Education nationale à amener les élèves à maitriser les matières élémentaires comme la lecture, l’orthographe et le calcul lors de l’entrée en sixième (25% des enfants y sont en grande difficulté). Et il faudrait s’y atteler. La critique principale du dispositif Peillon est qu’il instaure une inégalité majeure entre les très grandes villes ou les villes riches qui pourront proposer des ateliers enrichissants et celles, petites, pauvres qui n’en auront pas les moyens. L’association des maires de France parle d’environ 170 € par enfant alors que l’État n’alloue aux communes que 50 €. Le contribuable paiera. Et le contribuable devra donc être exigeant sur la qualité des activités retenues. La liberté de mise en œuvre a été laissée aux communes. À Arcueil le conseil municipal d’octobre devait se prononcer sur la proposition du maire et de la majorité de retenir l’ouverture des écoles le samedi matin dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires. Ce point a été retiré suite à la mobilisation exceptionnelle des parents. Nous avions fait savoir sur notre site internet qu’il était inimaginable d’avoir engagé une consultation auprès des familles

26 | ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013

et de ne pas tenir compte du vote très fortement majoritaire en faveur du mercredi matin.* L’avis des parents parait conforme à la vie sociale et professionnelle. L’argument en faveur du samedi selon lequel « les enfants défavorisés souffrent d’être confinés deux jours pleins dans un environnement peu structurant » est peu convaincant. L’enfant d’une famille déstructurée ne retrouvera pas des repères sociétaux et familiaux parce qu’il ira à l’école le samedi matin (s’il y va …). L’école ne compense pas la démission parentale. Au lieu d’ignorer la position des familles, et puisque le maire et la majorité municipale considèrent leur argumentaire en faveur du samedi comme probant, nous avons proposé une consultation publique des parents qui ont eu maintenant six mois de réflexion depuis le premier questionnaire. Cette consultation est en cours. Le vote qui aura lieu en novembre revêt pour nous un caractère référendaire et ne devrait pas pouvoir être remis en cause par les élus municipaux. DJ-SGL * (75%) (13% pour le samedi) Plus d’infos nationales sur notre site Internet


C’est vous

qui le dites

Expo-vente pour l’insertion d’adolescents vietnamiens

DR

Asah 1er (dont le sigle signifie Amitié et solidarité d’Arcueil avec le 1er arrondissement d’HôChi-Minh-Ville) est une association qui aide la fondation Bambou Vert, elle-même tournée vers la prise en charge des adolescents en difficulté. L’objectif est de permettre à ces jeunes de se réinsérer socialement grâce à une formation professionnelle et des enseignements, en particulier un apprentissage du français. Chaque année, à la fin novembre, nous organisons une expo-vente (de laques, bijoux, bibelots, vêtements, qui sont autant de cadeaux pour les fêtes de fin d’année), afin de collecter des fonds. En venant nombreux, vous serez à nos côtés pour amplifier les échanges d’amitié et la solidarité avec la fondation Bambou Vert. Rendez-vous les 28, 29 et 30 novembre, de 10h à 12h30 et de 14h à 19h, au centre Marius Sidobre. Cours de peinture au foyer du Bambou Vert à Hô-Chi-Minh-Ville.

Asah 1er

Les 6 et 7 décembre, premier forum des femmes créatrices

Portugais, votez !

Être dans une dynamique de création, être reconnue, être visible… sont des étapes très importantes pour être plus forte, être actrice de sa propre vie et parfois même de trouver ou retrouver sa dignité. Nous vous donnons l’occasion d’exposer vos réalisations, de présenter votre savoir-faire, de vendre vos créations (création de vêtements, de sacs, de bijoux, d’objets décoratifs, peinture petit format, gravure, sculpture, vitrail, poterie, broderie, de livres, de contes, de musique, etc.). Si vous êtes intéressée et voulez recevoir les conditions de participation, faites-vous connaître en laissant un message sur notre adresse mail, femso.arcueilgentilly@orange.fr, ou par courrier à notre adresse postale, Femmes Solidaires d’Arcueil-Gentilly, 14 avenue du Chaperon-Vert, 94110 Arcueil. Ce forum se tiendra dans le cadre de la Journée internationale contre les violences faites aux femmes et sera aussi l’occasion de débats sur des sujets d’actualité qui touchent les femmes. Premier forum des femmes créatrices, vendredi 6 décembre au soir et samedi 7 décembre toute la journée, au centre Marius Sidobre, 26 rue Émile Raspail à Arcueil.

Qui vote, compte ! Ce slogan vaut pour les citoyens de l’Union européenne autant lors des élections municipales (dimanches 23 et 30 mars 2014) que lors des élections européennes (dimanche 25 mai 2014).

Je suis arcueillais depuis de longues années et je suis membre de deux associations, la CCPF (Coordination des collectivités portugaises de France) et Academia do Bacalhau de Paris, qui sont parmi les plus représentatives de la communauté portugaise de France. Par notre action et notre communication, nous voulons que la communauté portugaise s’inscrive sur les listes électorales, afin qu’elle puisse voter aux élections municipales et européennes. C’est pour cela que j’interviens pour passer ce communiqué dans ANC/Arcueil notre cité et pour que la communauté portugaise, très importante dans notre ville, puisse ainsi, par le vote, participer pleinement à la vie de la commune.

Femmes Solidaires Comité d’Arcueil-Gentilly

Alfredo de Lima

« c’est vous qui le dites », c’est votre page ! Pour y prendre place, deux adresses : ANC/Arcueil notre cité, hôtel de ville, 10 avenue Paul Doumer, 94110 Arcueil et communication@mairie-arcueil.fr.

ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013 | 27


TG

C’est vous qui qui le dites C’est vous

TG

Claudine Paulard

Daniel Bernis Michel Rioux

PhL

PhL

PhL

TG

Didier Descans

Tien Shue

Sihan Bettahar

Voyager dans le temps Pour où ? Pour quand ?

Un peu d’imagination ! À bord d’une machine à remonter le temps, vous avez la possibilité de voyager dans l’Histoire. Renaissance, Moyen Âge, années 60… Dans quelle période auriez-vous aimé vivre ?

Claudine Paulard, 57 ans, employée administrative à Arcueil, habitante de L’Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne) :

« J’aurais aimé faire la connaissance de Jules Verne [1828 – 1905 – NDLR]. Je voyagerais aussi volontiers vers les années 60, celles de mon enfance. Les conditions économiques étaient meilleures, la société était plus structurée et la solidarité familiale était beaucoup plus présente. Il y avait

d’autres valeurs. Avant, un patron réinvestissait les profits qu’il réalisait. Aujourd’hui, l’argent va aux actionnaires. Individualisme et tricherie dominent. Les années 60 étaient plaisantes à vivre. Aujourd’hui, on a tout et on n’est pas heureux. Il y a un vrai malaise. »

Michel Rioux, 70 ans, retraité (ancien permanent du Parti communiste français, adjoint au maire d’Arcueil de 1977 à 1988), habitant du quartier Jean Macé :

« En 1936. Parce que c’est l’année des principales conquêtes sociales : la création des congés payés, la durée hebdomadaire du travail qui passe de quarante-huit à quarante heures… Elles ont apporté plus de bienfaits aux gens qui travaillent et constitué une juste récompense de leurs efforts. Aujourd’hui, c’est l’inverse : les travailleurs font beaucoup

d’efforts et sont peu ou pas récompensés. Les jeunes devraient s’inspirer des luttes d’alors. Les années 60 étaient pas mal non plus. C’était une époque de plein emploi ou presque, les gens se formaient facilement et la cellule familiale avait une autre dimension, la solidarité y était beaucoup plus présente. »

Tien Shue, 62 ans, comédien, habitant du quartier Jules Ferry :

« La question est difficile. Je reviendrais bien dans les années 80, lorsque je suis arrivé en France. Je découvrais les lieux et les gens. Il y avait alors davantage de respect et davantage de sécurité. Le soir, on

avait beaucoup moins peur de se promener dans les rues. Et l’économie française était plus dynamique. Aujourd’hui, elle est un peu bloquée à tous les niveaux, de la production à la consommation. »

Daniel Bernis, 35 ans, chauffeur-livreur, habitant du quartier Laplace :

« La période actuelle. Je ne changerais d’époque pour rien au monde. Il m’est difficile d’imaginer comment les gens vivaient dans le passé, même récent, mais je suis certain d’une chose : nous sommes bien mieux lotis aujourd’hui. Progrès de la médecine, moyens modernes de communication, confort au quotidien… Selon moi, tout est mieux

à notre époque. Dans le passé, les gens rencontraient beaucoup plus de difficultés pour se déplacer, pour se nourrir, pour se soigner. De nos jours, tout est fait pour nous faciliter la vie et cela me convient très bien comme ça. »

Didier Descans, 54 ans, retraité (ancien employé communal), habitant de Villejuif (Val-de-Marne), en visite à Arcueil :

« Cette question me touche, car j’ai toujours rêvé de vivre à l’époque du Moyen Âge. Cela peut surprendre, mais c’est un moment de l’Histoire qui m’a toujours fasciné. J’ai toujours aimé la figure du chevalier. De grandes idées, comme la loyauté, la noblesse de cœur ou la défense

des faibles et des orphelins, étaient importantes pour eux. Pour moi, ce sont des valeurs qui manquent cruellement dans notre société d’aujourd’hui. J’aurais donc aimé connaître cette époque et vivre en respectant les grands principes en vigueur dans la société des chevaliers. »

Sihan Bettahar, 36 ans, agent de nettoyage, habitante du quartier Jules Ferry :

« Cela m’aurait plu de vivre intensément les années 70. C’est un moment important dans l’Histoire de notre pays. Les libertés individuelles ont alors beaucoup progressé. J’ai donc une petite nostalgie, même si je n’ai pas vraiment connu ces années-là, étant née en 1977. J’en ai peut-être une image faussée, mais je pense que la vie était plus

légère et les gens moins soucieux qu’aujourd’hui. Par exemple, j’ai l’impression que les problèmes d’insécurité étaient moins importants. Quand j’étais petite, j’allais à l’école à pied toute seule et il est hors de question que je laisse mon fils le faire aujourd’hui. »

Propos recueillis par Philippe Lorette et Tristan Gaguèche – Interviews réalisées à Arcueil le 7 octobre

28 | ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013


Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes

Événement

À l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes (lundi 25 novembre), le Réseau d’Arcueil de lutte contre les violences conjugales et intrafamiliales est à l’initiative de cette action de sensibilisation sur ce problème qui demeure prégnant dans notre société. Vous pourrez découvrir du 18 au 29 novembre, à l’hôtel de ville d’Arcueil, une exposition des photographies de Catherine Cabrol mettant en scène des portraits et des témoignages de femmes victimes de maltraitance, qui ont accepté de poser devant l’objectif. Vous êtes conviés au vernissage public le lundi 25 novembre à 18h, en présence de l’artiste, d’élues politiques et de professionnels. Par ailleurs, vous êtes également invités à participer à « La Mirabal – marche – course, pour l’égalité et contre les violences faites aux femmes », coordonnée par l’association Tremplin 94, le dimanche 24 novembre, au parc du Tremblay à Champigny-sur-Marne (renseignements complémentaires auprès du service Prévention de la Mairie d’Arcueil au 01 41 98 61 29). ■

Photographies Catherine Cabrol, Blessures de femmes.

Exposition Blessures de femmes, de Catherine Cabrol, du 18 au 29 novembre, à l’hôtel de ville d’Arcueil

Isabelle, 43 ans, française : « Entre 13 ans et 22 ans, j’ai subi les violences sexuelles de mon entraîneur de tennis, des attouchements d’abord, puis des viols avec pénétrations sur des aires d’autoroute, dans des lieux sordides… »

Chahrazad, 22 ans, marocaine : « À 18 ans, j’ai été brûlée vive parce que j’ai dit non à un homme qui voulait m’épouser… »


Accueil des nouveaux habitants matinée d’accueil des nouveaux habitants,

samedi 23 novembre 2013 z Rendez-vous à 9h45 : café d’accueil ; circuit en car avec le maire, à la découverte du patrimoine de la ville et des grands projets d’aménagement (sur inscription*). z À 11h à l’hôtel de ville : présentation de la ville, des équipements et des services municipaux, suivie d’un apéritif en compagnie du maire et des élus.

30 | ANC / Arcueil notre cité n° 242 novembre 2013

Vos enfants peuvent vous accompagner. Les petits (de 2 à 6 ans) seront accueillis et pris en charge par des animatrices des centres de loisirs : merci de les inscrire*. *Inscriptions par téléphone au 01 46 15 09 59 ou par courriel : mission-citoyennete @mairie-arcueil.fr

Arcueil.fr


Le 18 novembre, Gwenola (un Drouglazet foulard bleu noué et blanc cou) et autour du Arnaud Gueydon bonnet (avec un péruvien) leur raconteront projet solidaire.

mars 2010

novembre GRAND PARIS

S VERTS

che et Nuit blan

Les chiffres du budget clés 2010 Auteurs du Val-de-Bièvre

| 29

l’heure du

ceme:nt Plan de déplatés ? | 22 quelles priori dre répon ! À vous de RE LETT

Respirer,

circuler

35 g M 20 Validité 5/12/09 jusqu’au

des priorités

PDLQUESTIONNAIRE30077 02 AUTORISATION CEDEX 75085 PARIS

intelligence en bonne

quiz et moded’emploi

vertes | |14| Décou

CSA

belle Ah, elle est se ! la jeunes

Tousles rendez-vous de mars

www.arcueil.fr

bre

-vous de septem

Tous les rendez

notre cité 1 | Arcueil

n° 202 novembre

GRIPPE A Faire face

» « Vues- In situ

décembre 2009 janvier 2010

| n°203

L’urbanisme anime les quartiers| 6 Chloé Cabarrecq, vice-championne | 18 du monde

| 18

AVATAR A JEAN VILAR :

L’INTERVIEW DU

Alain Dubos MOIS : sans frontiè , médecin res et écriva | 12 in

| 21

Vue

|18 | Découvertes|s et vœux

| 28

L’école

ES STARS AFRICAIN

| 23 Ethni’cité | 23 au festival

Anis-Gras

| 23

| 32

commerces à visages humains

GRIPPE

Trois bonnes raisons de se vacciner re

vous de septemb

se dévoile Le 8 mars, les élèves de Joliot-Curie feront leur rentrée dans la toute nouvelle école Olympe de Gouges, 54/56 avenue Lénine. Un bâtiment particulièrementà la pointe en matière d’économiesd’énergie.

avant-première mondiale

Vous et Internet

|9| Dossier|

|13| Dossier|

| 16, 29

OlympedeGouges

FOND,

es | 22 les marionnett

| 33

Tous les rendez-vous de décembre et de janvier

Tous les rendez-

se renforce

notrecité 1 | Arcueil

n° 201 octobre

Dans le dossier de ce numéro: sept portraits de petits commerçants qui respirent l’humanité.

2009

| 20

Tous les rende

z-vous de

février

2009

(*)  (**)  (***) 

(ensemble)

| 10

: NOUVEAU

| 10

À FOND, FOND,

Régionales :

T

IRE:

LA VACHE-NO a, bureaux, ciném | 8 hôtel…

À VOIR À

|8

|9

MiLibris :

la nouvelleméthode de lecture

EN ENCART

r| |11| Dossie

fois Il était une t… on-Ver le Chaper

| n°201

octobre 2009

| n°204

DÉPLACEM ENT:

les priorités des habitant s

| 16

: GRIPPE Avaccin

le sens

février 2010 PLAN DE

nouvelle formule| 7

|8

CHAPERON

Décidons

| n ° 205

CHAPERON-VERT,

| n°202

2009

:

t exorbitan?

Du du Chaperon- nord au sud, Vert jusqu’au Plateau Kergomard, les grands chantiers de l’année 2010.

Enquête Louis Harris

Taux de couverture : 96 % Taux de lecture : 95 % Taux de satisfaction : 88 %

Contact publicité  06 62 50 28 29 regie@lecho.com Echom est la régie publicitaire du journal d’Arcueil

éPArGNer dANS uNe BANQue Qui APPArtieNt À SeS ClieNtS, ÇA CHANGe tOut.

Crédit Mutuel ArCueil 25, avenue du Président salvador allende – 94110 arcueil tél. : 0 820 320 259* – courriel : 06079@creditmutuel.fr

287_210a epargne 180x130 cm Arcueil.indd 1

*0,12 E ttc/min.

Le Crédit Mutuel, banque coopérative, appartient à ses 7,4 millions de clients-sociétaires.

24/10/13 10:59

Pompes funèbres & marbrerie Permanence 24h /24 -7j /7

01 45 46 81 77

63, rue de la Division Général Leclerc 94110 Arcueil Pour annoncer dans Arcueil notre cité, contacter Echom [email : regie@lecho.com ; fax : 09 81 70 68 72 ; tél. : 06 62 50 28 29]



ANC Arcueil notre cité - Novembre 2013