Page 1

REVUE

CHANTER Volume 13, 2e numéro | Décembre 2018

GRAND DOSSIER Les ch? urs d'enfants

PORTRAIT James Copland

Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 1


Som m air e 5

M ot du r édact eu r en ch ef

6

Fair e ch an t er les en f an t s pou r les voir s'épan ou ir

10

Pou r les en f an t s, f air e de la m u siqu e f avor ise l'appr en t issage

13

La m u siqu e au x en f an t s : u n e in it iat ive de m aest r o Nagan o

14

La ch or ale à l'école pou r t ou s

15

Des pet it s ch an t eu r s deven u s QWARTZ

16

Chante Noël avec les an ges

16

Un e f ier t é pou r l'École des Jeu n es de la Facu lt é de m u siqu e

17

« Je n'aim e pas le r éch au f f é » | Por t r ait de Jam es Coplan d

21

Les con cou r s de ch or ales... qossa don n e?

23

Podiu m 2020 : la gr an de f êt e pan -can adien n e de ch an t ch or al

25

L'ext ase pou r t ou s

26

Le vieillissem en t n'alt èr e pas la capacit é de pr odu ir e u n e palet t e diver sif iée de son s

28

Hom m age à An dr é Beau m ier , pion n ier de n ot r e Allian ce ch or ale du Qu ébec

29

Lect u r e | Une odyssée fantastique d'art et de science

31

L'Allian ce pou r les n u ls

32

Un M ér it as r em is à u n e ch or ist e d'except ion

34

De la voix et du coeu r à l'Académ ie Laf on t ain e

35

Un bel au t om n e au Ch ? u r classiqu e de l?Ou t aou ais

36

Le Ch ? u r du Vallon au c? u r d?u n e collect e pou r les en f an t s

37

Tam bou r in f at igu able au Ch ? u r du Br ou h ah a

Le Vieux-Mont réal cél èbre en ch? ur! | Ch? ur de musique de f il m du Québec Photo : Kelly Jacob Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 2 avec Mél issa Bédard, art ist e invit ée.?Photos : Marc André Bédard? Chorissimo! 2017 à Terrebonne,


Som m air e (su it e) 38

Un e jou r n ée « en t r e gar s » au Ch ? u r de la m on t agn e

39

M ODULATION en con cer t -cabar et

40

Bar oqu o-Negr o ch an t e Noël su r l'aven u e Car t ier

41

35e an n iver sair e | Flor ilège voit la vie en bleu

42

La ch or ale Ar c-en -Ciel de Lon gu eu il | 40 an s bien ch an t és!

43

La Sociét é ch or ale de Sain t -Lam ber t | Cen t an s, ça se f êt e!

46

Ch ? u r Cin é-Jazz | Plu s de 50 con cer t s en 10 an s

48

Le Ch ? u r de Laval | 50 an s de r ich e vie m u sicale

49

La ch or ale du Cégep de Sain t -Jér ôm e | Tou jou r s le sen s de la f êt e apr ès 25 an s

51

Le M ot et à 40 voix, ch ef d'oeu vr e de Jan et Car dif f

54

Un f ilm t ou r n é en Nou velle Calédon ie | En plein ch? ur, en pr ison

56

L'en seign em en t de la m u siqu e se per d, déplor e l'ex-m aest r o Gilles Bellem ar e

57

De la m u siqu e pou r appr ivoiser les en f an t s au t ist es

58

La m u siqu e classiqu e : u n e af f air e de sn ob?

60

L'École de m u siqu e de l'Un iver sit é de Sh er br ook e : u n con cept u n iqu e au Can ada

62

Cin q bon n es r aison s de ch an t er en gr ou pe

64

Le ch an t : u n loisir au m ille ver t u s!

66

Éch os des ch ? u r s

Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 3


Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 4


Mot du r édacteur en chef

Réal Marchessault

Les semeurs de bonheur Bonjour chers amis de l?Alliance, J?ai un attachement particulier envers les ch? urs d?enfants. Mes deux filles ont vécu de merveilleuses années au sein des Petits Chanteurs de Granby et en gardent des souvenirs impérissables ainsi que de fidèles amis. J?ai préparé ce dossier en ayant à l?esprit tout l?amour qui est transmis à nos enfants et petits-enfants par des musiciens chevronnés et généreux. Et j?ai trouvé en Louise Marie Desbiens, fondatrice des Petits Chanteurs de Beauport et présidente des Pueri Cantores du Canada, une interlocutrice extraordinaire. La richesse de ses propos témoigne de son engagement à semer des graines de bonheur dans le c? ur des enfants à travers la musique. Osons espérer que notre nouveau ministre de l?Éducation Jean-François Roberge, pédagogue de formation, trouvera des éléments de réflexion dans l?ensemble de notre dossier. Chanter trace également le portrait de James Copland, chef de ch? ur à la feuille de route étonnante, et rend hommage par la plume de Jean-Pierre Guindon au regretté André Beaumier, l?un des fondateurs de notre Alliance. L?infatigable Patricia Abbott nous parle de l?événement Podium 2020 et le Collège des chefs répond à la question : Les concours, qossa donne ? Vous avez été nombreux à raconter ces beaux événements qui colorent votre vie chorale et à souligner des anniversaires parfois exceptionnels, tels les 50 ans du Ch? ur de Laval et le 100 e de la Société chorale de Saint-Lambert. Ce centenaire exceptionnel méritera d?ailleurs une attention toute spéciale dans le prochain numéro de Chanter. Entre-temps, plein d?articles variés vous attendent dans les pages qui suivent. Bonne lecture. Meilleurs v? ux et joyeuses Fêtes en musique,

Réal Marchessault

Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 5


GRAND DOSSIER | Les ch ? u r s d'en f an t s Fai r e chan t er les en f an t s pour les voi r s?épan oui r Quiconque a déjà chant é dans une choral e d?enf ant s rest e marqué pour l a vie par cet t e expérience riche d?enseignement s et d?apprent issages. Tous l es chef s des ch? urs d?enf ant s vous l e diront ainsi que nombre de parent s qui ont const at é l es bénéf ices du chant choral chez l eur progénit ure. La choral e sème parf ois aussi l e germe d?une passion, voire d?une carrière, mais rest e pour l a majorit é une act ivit é de l oisir qui f avorise l ?épanouissement de l a personne, à t ous l es âges de l a vie. par Réal Marchessaul t La pédagogue et chef de ch? ur Louise Marie Desbiens est profondément convaincue de la valeur du chant choral dans le développement des enfants. « J?ai assisté à plusieurs petits miracles » raconte-t-elle à propos des bénéfices constatés chez ses protégés au cours de sa carrière. « J?ai reçu beaucoup de témoignages sur l?impact du chant choral sur l?estime de soi et la confiance. Des enfants qui arrivaient inhibés, gênés, que la chorale a aidés à se libérer d?une chaîne émotive, a aidés à s?ouvrir. » Elle pense à cette fillette d?une grande timidité qui est arrivée à la chorale en cinquième année et qui en troisième secondaire a osé participer à une comédie musicale. Voilà l?une de ses « mille payes, un trophée », qui lui confirme que la musique est un outil extraordinaire pour aider les enfants à s?épanouir, à développer des habiletés sociales, à améliorer leurs fonctions cognitives, bref à les rendre heureux. Mme Desbiens a enseigné la musique au primaire pendant 25 ans et a occupé un poste de conseillère pédagogique pendant 10 ans. « J?ai réuni mes deux passions, la musique et l?enseignement. » C?est à travers différentes réalisations réunissant des centaines de jeunes (comédies musicales, spectacles de variétés, rassemblement chorale) qu?elle a fondé les Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 6

Petits Chanteurs de Beauport. « Ma mission a été de me servir du chant pour le développement des enfants. J?ai développé des stratégies pour mieux apprendre, rendre plus actif. »

Louise Marie Desbiens Photo Studio Photo Luciole

Les Pueri Cant ores Répétitrice depuis plus de 20 ans à l?Académie du Domaine Forget, Louise Marie Desbiens a travaillé entre autres auprès de chefs réputés tels Chantal Masson-Bourque, Jean-Marie-Zeitouni, Robert Ingari, Agnès


Louise Marie Desbiens au piano avec l es Pet it s Chant eurs de Beauport . Phot o court oisie Grossmann et Laurier Fagnan. Et c?est après avoir obtenu un diplôme de 2e cycle auprès d?Iwan Edwards par l?entremise de l?Université de Sherbrooke qu?elle est devenue présidente des Pueri Cantores Canada en 2009. « C?est par le dépassement de soi qu?on s?accomplit, il faut aller sur le terrain, le dépassement nous dynamise. » C?est donc dans l?action qu?elle poursuit sa mission de formation musicale à la tête du mouvement des Pueri Cantores, un regroupement de 11 ch? urs d?enfants du Québec, de l?Ontario et du Nouveau-Brunswick d?obédience chrétienne. « J?ai voulu offrir une couleur aux ch? urs d?enfants, basée sur les valeurs d?entraide, d?harmonie et l?esprit de service. » Mme Desbiens reconnaît que chaque année des parents retirent leur enfant de la chorale à cause de l?esprit des Pueri Cantores, mais, nuance-t-elle, « ce n?est pas un mouvement religieux, mais un groupe associé à un mouvement catholique international, qui a pour mission de promouvoir le chant sacré et offrir le service liturgique trois ou quatre fois par année. » Elle retient surtout la philosophie du mouvement : « Il n?y a pas de compétition, pas une culture du vedettariat, ce n?est pas une

tribune pour les enfants, ils ne font pas de show. » Et, précise-t-elle, l?organisation des Petits Chanteurs de Beauport est non confessionnelle, donc n?exige pas que les enfants soient baptisés. « Nous ne faisons pas de discrimination, même dans l?interprétation des psaumes. La grande musique c?est universel. » En juillet dernier, un groupe de 19 jeunes des Petits Chanteurs de Beauport a participé au 43 e Congrès international des Pueri Cantores à Barcelone. Une expérience signifiante et inoubliable pour ces enfants qui ont chanté en compagnie de 3500 choristes et qui ont dû apprendre les 90 pages de musique de l?? uvre Ubi Caritas.

La Fédér ation inter nationa le moder ne des Puer i Ca ntor es, fondée au XX e siècle, r epose sur une conviction chr étienne a ncienne et pr ofonde que le cha nt peut êtr e un instr ument d'a dor ation de Dieu. Cela a été un élément impor ta nt déter mina nt la for me musica le du culte chr étien au cour s des siècles. Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 7

w w w.puer ica ntor es.or g


Chorissimo!

Où sont l es garçons?

Le rassemblement Chorissimo! (anciennement Chantons le Mai) se tiendra au Conservatoire de musique de Québec, à Québec, les 6 et 7 avril 2019. Louise Marie Desbiens est la marraine de l?événement créé en 1980 par l?Alliance chorale. C'est une occasion unique pour les jeunes de 7 à 17 ans de se rencontrer, de se faire de nouveaux amis et de chanter ensemble pendant tout un week-end. L?Alliance regroupe actuellement 29 ch? urs d?enfants au Québec.

Pourquoi les garçons ne chantent-ils pas en chorale? Une question qui laisse perplexe Louise Marie Desbiens qui se réjouit d?avoir six garçons dans son ch? ur cette année. « Les garçons joignent les chorales de garçons. » Point à la ligne. À l?évidence, les parents n?encouragent pas fiston à joindre un ch? ur mixte. On ne s?étendra pas sur les préjugés entretenus par les parents, surtout les pères, à l?égard des activités culturelles.

Outre Mme Desbiens, des musiciens émérites animeront les ateliers, notamment Philippe Ostiguy, directeur musical et artistique des Petits Chanteurs de Laval, Catherine Le Saunier, violoncelliste formée au Conservatoire de Québec et chef de ch? ur, et François A. Ouimet, chef de ch? ur québécois aux horizons multiples qui dirige les ch? urs de l'École de musique Vincent-d'Indy (niveaux primaire, secondaire et collégial). Il dirige également le Ch? ur Métropolitain de Montréal et l'Ensemble vocal les Voix Ferrées.

Mme Desbiens paraphrase avec humour une explication lancée par le professeur Iwan Edwards, de l?Université de Sherbrooke : « Il y a beaucoup d?hommes, ils sont tous au hockey! » Conséquemment, les chorales d?adultes n?ont pas fini de s?arracher les quelques hommes qui osent aller chanter et qui, faut-il le préciser, y trouvent un grand plaisir bien que noyés dans un océan de soprani et d?alti. Voilà une grande préoccupation au sein du mouvement choral, comme l?a exprimé récemment un participant à l?assemblée générale de l?Alliance. À ce propos, la campagne annuelle de promotion du chant choral de l?Alliance vise directement les hommes avec des visuels percutants, tel ce petit garçon qui tient une batte de baseball. Le message de l?affiche est on ne peut plus explicite : Tu veux avoir du « vrai » fun? CHANTE ! L?enseignement de l a musique

Les Pet it s Chant eurs de Beauport avec l a direct rice musical e et f ondat rice Louise Marie Desbiens. Photo Studio Photo Luciole Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 8

Alors que la France a amorcé l?implantation obligatoire de chorales en milieu scolaire - Voir l?article sur ce sujet ? les écoles publiques québécoises et même les privées peinent à maintenir l?enseignement de la musique. En attendant une action du nouveau ministre de l?Éducation, les enseignants en musique se mobilisent. À quelques jours des élections provinciales cet automne ils ont lancé une pétition pour appuyer le Manifeste pour


Les Pet it s Chant eurs de Beauport avec l e Royal 22 e régiment prise en mai 2018. Phot o St udio Phot o Luciol e l'éducation et la pratique musicale au Québec. « Les preuves scientifiques des bénéfices de la musique sur la santé et le bien-être de la population s'accumulent. Les impacts de son apprentissage et de sa pratique tout au long de la vie ainsi que son pouvoir rassembleur favorisant la cohésion sociale sont avérés. Nous sollicitons par la présente l?appui des citoyens et citoyennes à notre démarche visant à ce que

soient adoptées, par le gouvernement, des mesures spécifiques, concrètes et durables pour une éducation et une pratique musicale continues dans la société québécoise. » Lisez le manifeste au https:/ / www.musi.quebec/ Vigilante devant ce constat qui commande selon elle une réflexion de société, Louise Marie Desbiens est passée à l?action il y a cinq ans en

Les ch? ur s membr es des Puer i Ca ntor es du Ca na da : La M aîtrise des Petits Chanteurs de Québec Le ch? ur Loyola Choir, M ontréal Les ch? urs du diocèse de Bathurst, Nouveau Brunswick Les Petits Chanteurs de Beauport, Québec Les Petits Chanteurs de Charlesbourg Les Petits Chanteurs de Granby Les Petits Chanteurs de la M aîtrise du Cap, Trois-Rivières Les Petits Chanteurs de Trois-Rivières Les Petits Chanteurs du M ont-Royal Sacred Heart Children?s Choir, Peterborough, Ontario Revue Chanter - Décembre 2018 | St-M ichael?s Choir School, Toronto

Page 9


fondant le Réseau des conseillers et répondants en musique du Québec (RCRMQ), affilié à la Fédération des associations de musiciens éducateurs du Québec (FAMEQ). « L?assiette s?est amincie pour les disciplines artistiques à l?école, devant le lobby pour l?éducation physique et l?anglais. Ce n?est pas utilitaire pour l?industrie et l?emploi! » À l?instar des enseignants en musique, Mme Desbiens fait un triste constat de vision du gouvernement, ou de l?absence de vision diront certains. Un portrait qui fait abstraction des travaux menés par la chercheuse Isabelle Peretz, de

l?Université de Montréal, sommité mondialement connue qui a publié cet automne le fruit de ses recherches dans un volume intitulé Apprendre la musique, nouvelles des neurosciences. Son livre a connu un bon écho auprès des médias. En présentation on y lit : « Fondée sur 30 ans de recherches sur les processus neurobiologiques liés à la musique, cette étude établit un lien entre l'apprentissage de la musique et le développement cérébral. L'auteure plaide pour une éducation musicale dès le plus jeune âge, notamment à l'école. »

GRAND DOSSIER | Les ch ? u r s d'en f an t s Pour les en f an t s, f ai r e de la m usi que f avor i se les appr en t i ssages Le jeune musicien bril l e dans t out es l es sphères cognit ives qui dépendent de l ?at t ent ion, comme l es t est s d?int el l igence, l a mémoire et l es acquisit ions scol aires. Expl icat ions de l a chercheuse québécoise Isabel l e Peret z. (1) par Amanda Cast il l o Spécialiste des domaines des ressources humaines, de l'emploi et de la formation Tiré du magazine web Le Temps (2) Comment l?apprentissage de la musique agit-il sur notre cerveau? Quels effets a-t-il sur la curiosité, l?attention et la mémorisation? Faut-il rendre l?apprentissage de la musique obligatoire à l?école? Ce sont là quelques-unes des questions posées par Isabelle Peretz. Dans Apprendre la musique. Nouvelles des neurosciences, un livre récemment paru aux Editions Odile Jacob, cette chercheuse conseille de faire de la musique dès l?âge de 6 mois. Elle cite une rare étude en milieu naturel conduite par des professeurs de l?Université McMaster en Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 10

Ontario (Canada) sur des bébés. « Les bébés et leurs parents apprennent un répertoire de chansons en battant la mesure, en bougeant et en chantant. Après 6 mois, les habiletés musicales du bébé sont testées. » De façon intéressante, la communication parents-enfants est plus intense et le développement socio-émotif (exploration, sourires) s?améliore davantage chez les bébés « musiciens ». « J?y vois les prémices de l?intelligence », analyse Isabelle Peretz.


Vers l?âge de 6 ans, on retrouve des effets similaires. « Les enfants de 6 ans qui reçoivent des cours de piano ou de chant pendant un an prennent quelques points de plus à l?échelle de mesure de l?intelligence. Les cours de théâtre ou l?absence de leçon, pendant la même période, ne donnent pas un tel avantage. » Fait intéressant, l?enseignement des rudiments de la musique à des enfants de 8 ans pendant six mois, à raison d?un cours par semaine, aide à l?acquisition de la lecture. Lire égal ement : Comment réveiller le génie qui sommeille en vous

avancé, on peut apprendre la musique » - Isabelle Peretz Qu?en est-il de l?effet Mozart, suivant lequel la simple écoute de la musique améliore l?intellect? « Il ne suffit pas de faire entendre de la musique à l?enfant. Ce dernier doit en faire », répond Isabelle Peretz. Ainsi, savoir que l?apprentissage du piano est plus efficace pour modifier le cerveau que l?écoute attentive mais passive est à prendre en considération dans l?enseignement de la musique, comme dans la classe de maître à laquelle les élèves assistent sans jouer.

Un bon compl ément à l 'éducat ion général e L?avantage intellectuel du jeune musicien, qui s?exprime par des résultats académiques supérieurs, semble se maintenir durant toute sa scolarité. Ainsi, une enquête récente menée auprès de 18 000 élèves a confirmé qu?en fin de secondaire (entre 16 et 17 ans), les élèves canadiens qui participaient à un orchestre à vent, une chorale ou un ensemble à cordes avaient un taux de réussite plus élevé dans toutes les matières évaluées (mathématiques, biologie, anglais). Ceux qui avaient suivi des cours d?arts plastiques ne montraient pas un tel avantage. À noter cependant que l?avantage intellectuel ne s?observe plus chez les musiciens professionnels lorsqu?on les compare à des professionnels non musiciens. « Les étudiants en musique n?ont pas un QI supérieur aux étudiants universitaires d?autres disciplines, note Isabelle Peretz. Autrement dit, apprendre à faire de la musique est un atout quand l?activité fait partie de l?éducation générale. En faire une profession n?assure pas un maintien intellectuel de haut niveau. » « La science est encourageante, même à un âge

Isabel l e Peret z, spécial ist e du cerveau musical Photo Université de Montréal

Ét udier avec de l a musique Certains enseignants sont par ailleurs d?avis qu?étudier avec une musique de fond peut aider à se concentrer. Qu?en dit la science ? « Les résultats des recherches sont mitigés. D?un côté, la musique peut aider à se concentrer. De l?autre, elle distrait. Elle peut par exemple nuire à la lecture et à la mémoire, surtout s?il y a des paroles. La présence de musique de fond est donc à doser avec discernement. » Isabelle Peretz cite une étude récente sur le sujet (The effect of background music: Listening to emotionally touching music enhances facial Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 11


memory capacity). Dans une phase d?apprentissage, un étudiant est invité à mémoriser plusieurs visages présentés sur un écran. Dans ses écouteurs, on lui fait entendre tantôt de la musique instrumentale mélancolique, tantôt le son de la pluie, tantôt le silence. « Les résultats montrent que la mémoire est meilleure en présence d?une musique instrumentale émouvante et dans le silence ». En effet, une musique joyeuse distrait, tout comme le son de la pluie. Lire aussi : Pourquoi les musiques de jeux vidéo sont les meilleures pour se concentrer au travail

« La science est encour a gea nte, même à un â ge ava ncé, on peut a ppr endr e la musique » - I sa belle Per etz

qui regardent un film, ou encore qui écoutent de la musique préenregistrée. Existe-t-il un âge au-delà duquel il n?est plus possible d?apprendre la musique ? « Nombreux sont les adultes qui ont toujours voulu apprendre la musique, observe Isabelle Peretz. Et voyant les leçons de musique des enfants, certains se demandent si ce ne serait pas l?occasion de s?y mettre. La science est encourageante à cet égard. Oui, même à un âge avancé, on peut apprendre la musique. » Et de conclure : « Outre le fait que cet apprentissage a un effet protecteur sur le cerveau ? le déclin lié à l?âge fait moins de ravages chez le musicien ? apprendre la musique tardivement améliore l?écoute dans le bruit, l?attention et prévient les méfaits de l?isolement social » (1) Isabelle Peretz est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en neurocognition de la musique. Titulaire de la chaire Casavant neuropsychologie de la cognition musicale.

en

Co-directrice du Laboratoire international de recherche sur le cerveau, la musique et le son (BRAMS) à l?Université de Montréal. Isabelle Peretz a été décorée de l?Ordre du Québec en 2018.

Chant er ensembl e f avorise l a cohésion social e Autre fait intéressant, la musique aurait un effet sur le comportement social. Ainsi chanter en ch? ur augmenterait, selon plusieurs études, la confiance en l?autre et favoriserait la coopération plutôt que la compétition. Dans le jeu du dilemme du prisonnier par exemple, connu pour sonder l?attitude d?entraide face à la trahison, les individus qui chantent en ch? ur juste avant manifestent une plus grande confiance en l?autre et coopèrent davantage que ceux qui lisent de la poésie ensemble ou Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 12

(2) Le Temps est le journal de référence de la Suisse romande; Le Temps a comme engagement quotidien la crédibilité et la qualité de l?information. C?est une rédaction unique qui produit les contenus pour l?ensemble des plateformes numériques et print. « Il ne suf f it pas de f aire ent endre de l a musique à l ?enf ant . Ce dernier doit en f aire », répond Isabel l e Peret z.


GRAND DOSSIER | Les ch ? u r s d'en f an t s L a m usi que aux en f an t s : un e i n i t i at i ve de m aest r o N agan o La musique aux enfants est une initiative d?éducation musicale imaginée par le maestro Kent Nagano et mise sur pied par l?Orchestre symphonique de Montréal, en partenariat avec l?Université de Montréal et la Commission scolaire de la Pointe-de-l?Île. Elle vise à initier les enfants d?âge préscolaire à l?apprentissage intensif de la musique afin de les soutenir dans leur développement global et contribuer ainsi à leur réussite scolaire, à long terme.

du maestro Nagano, qui reconnaît le rôle important qu?a joué l?apprentissage de la musique lorsqu?il était tout jeune. Il en parle d?ailleurs dans son livre Sonnez, merveilles!, publié en 2014 aux Éditions du Boréal. Le maestro a supervisé la définition du programme pédagogique de même que les diverses composantes du projet. Il gardera un rôle actif à long terme afin de s?assurer que l?esprit du projet perdure.

Les enfants, leur famille et la communauté locale auront un contact privilégié avec l?OSM, ses musiciens et son chef.

Maest ro Kent Nagano reconnaît l e rôl e import ant qu?a joué l ?apprent issage de l a musique l orsqu?il ét ait t out jeune.

« L?initiative nous permettra aussi d?offrir de nouvelles perspectives d?emploi aux diplômés des écoles de musique et de contribuer à l?avancement des connaissances en matière d?éducation musicale chez les jeunes. « Le projet a été inauguré en novembre 2016. Il est d?abord déployé à l?école publique Saint-Rémi, située dans l?arrondissement de Montréal-Nord, à Montréal, sous la forme d?un projet-pilote de trois ans.

Photo tirée du site web de l?organisme

La musique aux enfants est un organisme sans but lucratif (OSBL) créé afin de donner vie au projet imaginé par Kent Nagano et financé uniquement par des donateurs. Sa mission est de promouvoir l?éducation musicale chez les jeunes enfants du Québec et d?ailleurs et de contribuer à l?avancement des connaissances en matière d?enseignement musical en bas âge.

Les musiciens de l?OSM jouent un rôle fondamental en tant que modèle positif pour les enfants tout au long du projet. Ils accueillent les enfants à la Maison symphonique de Renetdez-vou s suder Montréal régulièrement prennent part façon active à la vie musicale de l?école. w w w.ch ales.ca/ pf cc-2018 Plusieurs d?entreor eux agissent comme mentors auprès des enfants dont ils suivent le développement.

Le rôl e de Kent Nagano et de l ?OSM La musique aux enfants est une idée originale

Pour connaître l?ensemble du projet Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 13


Dans une écol e primaire de Sèt e, des enf ant s part icipent à une choral e. Photo Guillaume Bonnefont/ IP3 PRESS/ MAXPPP

GRAND DOSSIER | Les ch ? u r s d'en f an t s L 'expér i en ce en cour s en Fr an ce

L a chor ale à l'école, pour t ous Ambit ieux, l e pl an choral e a ét é l ancé cet t e rent rée dans l es écol es primaires. Il devrait avoir de nombreux bienf ait s sur l es él èves. Son appl icat ion sera néanmoins progressive. par Quent in Bas Lorant et Annaël l e Cavazza, du quot idien en l igne La Croix Ambitieux, le plan chorale a été lancé cette rentrée dans les écoles primaires. Il devrait avoir de nombreux bienfaits sur les élèves. Son application sera néanmoins progressive. L?an dernier, Jean-Michel Blanquer et Françoise Nyssen présentaient un plan visant à installer une chorale dans chaque école primaire. Une bonne nouvelle pour ceux qui croient aux bienfaits du chant collectif. Cohésion de groupe, intégration, sensibilité artistique, développement de la personnalité des enfants, estime de soi... les effets bénéfiques de l?écoute et de la pratique musicale dans le cadre scolaire ont été maintes fois démontrés. En 1993, une étude publiée dans la revue Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 14

Nature mettait en lumière l?« effet Mozart » ??: il montrait qu?après seulement 10 minutes d?écoutes de Mozart, des jeunes obtenaient de meilleurs résultats à une série d?exercices sollicitant la mémoire et l?intelligence. Plus récemment, une étude de 2012 de l?Université de Bourgogne et du CNRS, portant sur 500 élèves, a établi que les élèves du CP ayant reçu une éducation musicale durant six mois obtiennent des notes plus élevées de 20 % en lecture, 25 % en mathématiques et 75 % en exercice de mémorisation, par rapport à la moyenne des enfants n?en ayant pas reçu.

Lire la suite de l?article


GRAND DOSSIER | Les ch ? u r s d'en f an t s Des pet i t s chan t eur s deven us QW 4RTZ Le populaire groupe QW4RTZ et les Petits Chanteurs de Beauport préparent un spectacle conjoint qui sera présenté au mois de mai 2019. Louise Marie Desbiens explique qu?elle a fait cette proposition devant la grande admiration de ses choristes envers le dynamique quatuor. « Les traits familiaux des Pueri Cantores que nous avons en commun ont certainement contribué à l?accueil enthousiaste que nous avons reçu de leur part. » Il faut rappeler que trois des quatre membres du quatuor ont fait leurs gammes avec les Petits Chanteurs de Trois-Rivières, qui sont aussi membres des Pueri Cantores.

« Nous offrirons un concert conjoint en partageant notre héritage commun » conclut Mme Desbiens, ravie de ce rendez-vous du dimanche 5 mai 2019, à 19h30 à l?église Sainte-Thérèse de l?Enfant-Jésus de Québec (arrondissement Beauport). Lire aussi l?article d?Yves Bergeras, du quotidien Le Droit : QW4RTZ ou quand le chant a capella fait son cirque:

Lire l'article

Phil ippe Leboeuf -Courchesne (assis) et ses compères de QW4RTZ Louis-Al exandre Beauchemin, François Dubé et François Pot hier Bouchard. Photo courtoisie

Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 15


GRAND DOSSIER | Les ch ? u r s d'en f an t s Ch an te Noël avec les an ges Les Petits Chanteurs de Beauport sont actuellement en campagne de socio-financement afin de recueillir 6000 $ pour la réalisation d?un disque intitulé Chante Noël avec les anges. Par son rayonnement, ce troisième album fera connaître du nouveau répertoire de Noël. Il servira à faire chanter les enfants dans les familles et dans les écoles. Des bandes sonores seront fournies pour favoriser l?apprentissage afin multiplier le bonheur de chanter partout où le chant peut apporter un grain de gaieté et de réconfort. Le montant ramassé servira à défrayer les coûts de l?enregistrement dans un studio professionnel et l?embauche de musiciens chevronnés. Ainsi, les voix d?enfants seront

assurément mises en valeur par la qualité musicale qui les soutient. Quoi de plus motivant pour des enfants qui travaillent avec acharnement à développer un art que de rayonner dans son milieu, et plus loin encore! La rigueur qu?exige la discipline de bien chanter est largement récompensée quand son plaisir est multiplié par le partage. Voilà pourquoi les Petits Chanteurs de Beauport ont choisi d?enregistrer leur troisième album, d?autant plus que leur premier album Chante Noël avec les Petits Chanteurs de Beauport est utilisé dans de nombreuses écoles primaires du Québec.

Pour en savoir plus

GRAND DOSSIER | Les ch ? u r s d'en f an t s Une fier té pour l'École des jeunes de la Faculté de m usique de l'Univer sité de M ontr éal C?est avec fierté que l?Ensemble vocal de l?École des jeunes a participé au lancement du Manifeste pour la pratique et l?éducation musicale au Québec. Une initiative de Musi.Qc Collectif pour la musique au Québec qui nous tient à c? ur! Pour soutenir cette démarche, afin

Signer la pétition

Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 16

que soient adoptées des mesures spécifiques, concrètes et durables pour une éducation et une pratique musicale au Québec. Direction chorale : Tiphaine Legrand; ? uvre : Canon du luth, Eulalie Émeriaud.

Vidéo (Facebook)


James Copl and compt e 20 ans de direct ion choral e. Photo Ensemble vocal Les Tournesols

PORTRAIT | Jam es Coplan d, ch ef de ch ? u r « Je n ?aim e pas l e r éch au ffé » D?embl ée il avoue s?ef f acer en groupe et privil égie l es rencont res dans un cadre pl us int imist e. Mais t el un comédien qui dépl oie ses ail es sur l a scène, James Copl and donne sa pl eine mesure sur l e podium du chef de ch? ur. par Réal Marchessaul t « Je suis un peu surpris... je ne suis pas l'une des rock-stars de la direction chorale », avait-il d?abord écrit en réponse à notre demande d?entrevue, mais c?est avec plaisir qu?il a accepté, en vrai gentleman. « Je ne prends pas

beaucoup de place », lance-t-il avec un sourire en début d?entrevue, mais sa compétence et sa rigueur parlent pour lui et lui ont valu une solide réputation dans le milieu choral. Petit-fils

d?Écossais,

tant

paternels

que

Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 17


maternels, James a passé les 30 premières années de sa vie à Toronto dans une famille où la musique n?était pas omniprésente. Il a fréquenté l?église évangélique, fait des études en musique, piano et chant, au Conservatoire Royal et à la faculté de musique de l'Université de Toronto. Comme il ne voulait pas enseigner à l?école secondaire, il a poursuivi des études en littérature anglaise afin de décrocher un bac, une maîtrise puis un doctorat. Lors d?un séjour au Témiscamingue il a rencontré celle qui deviendra son épouse et la mère de leurs deux filles, dont l?une vit au Témiscamingue et chante dans un ch? ur, et l?autre, à Montréal, formée professionnellement aux percussions. Au Québec Jeune marié et unilingue anglais, il se retrouve d?abord à Saint-Louis de Richelieu, en Montérégie, où son épouse a un poste d?enseignante, puis à La Présentation, en banlieue de Saint-Hyacinthe. Concours de circonstances, l?église vient de perdre son organiste; son épouse le propose. Au fil des rencontres, il est invité à remplacer le chef de ch? ur de l?Harmonie vocale de Saint-Hyacinthe où il restera 16 ans. Il devient enseignant d?anglais puis? d?informatique! « Il faut bien gagner sa vie », lance-t-il. Il restera aussi à la maison durant cinq ans avec ses filles, l?une des belles périodes de sa vie. En 2004, il est recruté par Les Tournesols de Boucherville, un ch? ur de musique populaire qu?il dirige toujours, puis il accepte la direction du Ch? ur Bella Voce de Drummondville, devenu indépendant pour des raisons administratives de l?Orchestre symphonique de la ville. En 2015, il offre ses services au Ch? ur classique de l?Estrie, de Granby, privé subitement de son chef à deux semaines de son concert annuel. Entre-temps, James a aussi Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 18

fondé l?Orchestre de chambre des Seigneuries. Reconst ruct ion À Granby, James se consacre à la reconstruction du Ch? ur classique qui, au fil des années, avait perdu son identité en s?intégrant au grand ch? ur associé à la Fondation du Centre hospitalier de Granby. « Il faut remonter la réputation de la chorale, lui redonner confiance ». Il se donne cinq ans pour y parvenir. Première exigence : présenter au moins deux concerts par année. Il constate que bon an mal an, les ch? urs perdent 10 % de leurs effectifs, que tout changement de chef entraîne des départs et que le style d?un nouveau chef ne plaît pas nécessairement à tous.

« C?est un loisir . I l faut que les chor istes soient heur eux de venir aux r épétitions du vendr edi soir et en r epa r tent plus heur eux encor e. »

James applique cette philosophie à tous les ch? urs qu?il dirige. « Ça vient de mon fond évangélique, note-t-il. Tu ne peux pas imposer la qualité, il faut que ça vienne des choristes. » Il considère essentielle la complicité avec les conseils d?administration de ses ch? urs et se fait une obligation d?assister à toutes les réunions. Selon lui, la qualité du ch? ur se construit par le répertoire sans oublier « pour qui on chante, pas pour moi en tout cas, mais pour les autres ». À la limite, précise-t-il, « il faut accepter que le ch? ur atteigne son niveau ».


Vieil l issement En 20 ans de direction chorale, James a vu évoluer sa passion pour la musique.

« J?a i cha ngé aussi. On vit avec nos chor istes, on les voit vieillir , mour ir . Pour plusieur s, c?est leur sor tie de la sema ine. » Alors il ne se formalise pas d?une voix vieillissante, d?un vibrato accentué. « Il faut respecter les voix, il faut trouver l?équilibre. Mon exigence vient par le répertoire. » Il travaille plutôt le son d?ensemble, particulièrement avec les sections d?hommes, toujours moins nombreuses. Il constate aussi que les conseils d?administration de ch? urs vieillissants ont moins d?énergie pour organiser des concerts et qu?ils ont parfois de la difficulté à déléguer. « Il faut demander de l?aide ponctuelle, leur rappelle-il au besoin, il FAUT le demander. » À titre anecdotique, James raconte qu?il se fait parfois reprocher une certaine raideur dans ses remarques. Il convient que malgré sa maîtrise de la langue française, quelques subtilités langagières peuvent lui échapper. « Ce ne serait pas le cas en anglais », plaide-t-il non sans humour. Déf is James Copland se dit choyé d?? uvrer à Drummondville, où la culture est soutenue financièrement par l?administration municipale. Outre l?Orchestre symphonique, il nomme spontanément le Mondial des cultures et l?Ensemble folklorique Mackinaw qui ont fait la

renommée de la ville. On pense aussi aux Gospangels, dynamique fleuron du style gospel. « La mentalité est là, la Ville est prête à investir et à aider. À Drummondville, je dois penser deux ans d?avance pour réserver la salle à la Maison des arts. » Aucune comparaison avec Saint-Hyacinthe, que James connaît très bien, où « la culture est dans le champ! » Oups! À Granby, c?est difficile dit-il, les commanditaires donnent d?abord pour la santé à cause de l?omniprésence de la Fondation de l?hôpital. Le soutien de la culture à Drummondville encourage aussi à prendre des risques, tel le concert a capella présenté en mai dernier avec en programme principal le Requiem d?Ildebrando Pizzetti (1880 ? 1968). Un défi énorme, précise James qui a eu l?appui solide du conseil d?administration de Bella Voce. Il a recruté une dizaine de choristes supplémentaires pour soutenir les exigences vocales de l?? uvre, notamment les quatre pupitres de ténors pour le sanctus, donne-il en exemple. « Je n?aime pas le réchauffé » précise James qui aime parfois se faire plaisir en choisissant des ? uvres moins connues, mais ayant toujours à l?esprit qu?elles doivent mettre le ch? ur en valeur. La musique popul aire Contrairement à ce qu?on pourrait croire, James se sent très à l?aise avec son ch? ur de musique populaire de Boucherville, Les Tournesols, puisqu?il le dirige depuis 15 ans. Pour choisir le répertoire, le ch? ur a formé un comité. Une fois qu?un thème de concert est trouvé, les choristes sont invités à faire des suggestions. Mais, témoignant de l?âge moyen des choristes, les choix sont « campés dans les années 60 et 70 ». Pour l?ensemble des ch? urs, le répertoire des concerts des Fêtes est souvent répétitifs vu les attentes du public. Il y a bien sûr les classiques Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 19


Messie de Haendel, Oratorio de Saint-Saëns et Oratorio de Bach, Stabat Mater de Dvorak, et même le Requiem de Fauré, pourquoi pas? « C?est un défi, vu la tradition. » À Saint-Hyacinthe, raconte-il avec amusement, il avait reçu une mise en garde d?un prêtre qui exigeait que le concert de Noël affiche obligatoirement l?Adeste Fideles et le Minuit, chrétiens! Pour élargir les choix, Les Tournesols ont par exemple choisi le thème Portons la joie pour leur concert de décembre. Reconnaissance des chef s Si James voit d?un bon ? il l?arrivée de jeunes chefs de ch? ur très bien formés, compétents et dynamiques, il s?inquiète tout de même de la capacité du mouvement choral à leur offrir du travail. « Ils veulent diriger », forcément, mais encore faut-il qu?ils trouvent des chorales. À moins bien sûr de former leur propre groupe. Suffit qu?un ch? ur ouvre un poste de chef pour constater que le mot se passe rapidement parmi les recrues et que les candidatures de qualité s?additionnent. Sans craindre réellement qu?une telle offre ne fasse diminuer les cachets des chefs de ch? ur, James estime qu?ils sont en général déjà mal rémunérés pour tout le travail de préparation et de recherche qu?ils accomplissent. « Faut payer les chefs de ch? ur », insiste-t-il.

[U]n chef compétent et bien or ga nisé mér ite un taux hor a ir e de 75 $. « Durant les vacances des Fêtes je prépare la prochaine session. Et l?été, je passe une semaine de vacances? au Domaine Forget. » Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 20

Outre l?exigence de cachets respectueux, il conseille aux jeunes chefs de « voir clair » c?est-à-dire de respecter leurs choristes amateurs qui chantent pour leur plaisir. « Il faut que les choristes soient heureux d?avoir assisté à une répétition. On ne parle pas ici de musique, mais des gens. » À l?exemple des rituels protestants, il considère que « tout le monde fait partie du groupe ». Conséquemment, le chef de ch? ur a une responsabilité envers ses choristes. « Il ne peut pas partir » sur un coup de tête. L?écrit ure À 69 ans bien assumés et en excellente santé, ne souffrant pas de tendinites comme tant de chefs, James Copland aimerait monter plus d?? uvres contemporaines. Il pense par exemple à des ? uvres de compositeurs scandinaves « pas faciles à chanter »! Il aimerait aussi monter des grandes ? uvres du répertoire romantique, mais concède-t-il, il faut être réaliste, les grandes productions coûtent cher. Bien qu?il ait réalisé nombre d?harmonisations, d?arrangements et d?orchestrations, James n?a pas d?autre intérêt pour la composition musicale. C?est plutôt l?écriture qui l?intéresse et qui lui assure des revenus depuis plusieurs années, puisqu?il est le traducteur des versions anglaises des séries de romans Les Chevaliers d?Émeraude et A.N.G.E., et Le retour de l?Oiseau-Tonnerre de la prolifique auteure québécoise Anne Robillard. Il aimerait bien écrire un roman qu?il situerait dans une université, un cadre qu?il a beaucoup aimé. « Je me serais bien vu comme prof de littérature à l?université. » Ce goût de l?écriture est aussi partagé par son unique frère qui connaît beaucoup de succès sur le Net avec l?écriture de pastiches des aventures du célèbre Sherlock Holmes!


CHRONIQUES RÉGULIÈRES

Les con cou r s de ch or ales? qossa don n e? Que ce soit dans l es sport s, dans l es art s, au t ravail et même ent re ami, il sembl e que t out est compét it if . C?est même devenu un t rait de personnal it é. Êt es-vous compét it if ou non? Vot re choral e devrait -el l e part iciper à des concours? De t out e f açon: l es concours? qossa donne? Par Robert Fil l ion, membre du Col l ège des chef s de l 'Al l iance Il y a plusieurs bienfaits à la compétition pour votre chorale, pour le chef et pour les choristes. Que vous soyez « compétitif » ou pas? prenez la bonne décision, une décision qui pourrait changer l?expérience artistique de tous. Les chorales de tous genres peuvent trouver un concours à leur image. Que ce soit au festival de musique de votre communauté jusqu?aux grandes compétitions internationales, le choix est grand et chaque concours a ses bienfaits. Les ch? urs qui participent à des concours devraient le faire pour de bonnes raisons. Donnez un nouveau souffle à votre ch? ur. Des objectifs en répétitions, de la découverte de nouveau répertoire, de la préparation pour un auditoire qui peut apprécier encore plus tous vos efforts, vous permettrez à votre chorale de se dépasser. Peu importe le résultat en compétition, votre chorale aura une nouvelle corde à son arc, un sentiment de dépassement. En tant que chef de ch? ur, il nous faut nous aussi se dépasser. On cherche de nouveaux ateliers, des rencontres, des cours pour avancer dans notre art. Les concours peuvent aussi servir à nous ressourcer. Ils nous poussent vers l?inconnu, hors de notre zone de confort. Les concours peuvent nous servir autant pour nous développer que pour nous rassurer. Les soirs de répétitions, quoi de mieux que de pouvoir dire à nos choristes qu?il y aura des gens qui s?y connaissent et qui apprécieront tous les détails de notre travail. C?est le temps de travailler la

sonorité, la justesse, la diction et la musicalité. Les commentaires reçus lors d?un concours sont inégalables. Ils pourraient vous permettre d?infirmer vos choix artistiques, de les justifier auprès des choristes et même à vous faire penser plus loin. Vos choristes, les compétitifs tout comme les non-compétitifs, développeront de nouvelles habiletés individuelles et de groupes. Chacun reconnaîtra l?importance qu?il/ elle apporte à l?ensemble lors de la préparation pour un concours. Durant la compétition, les chanteurs ont la chance d?interpréter des ? uvres pour un auditoire non conquis : des gens qui les apprécieront pour la qualité de leurs interprétations, pour ce qu?ils ont à donner. C?est tout autre chose pour le/ la choriste que de se préparer et de chanter pour quelqu?un d?autre que sa famille et ses amis. Le nouveau « feedback » reçu en concours est souvent perçu comme étant plus crédible, plus important. De plus, les commentaires répètent souvent ce qu?ils ont déjà entendu du chef en répétition. Et tout à coup... ça fait déclic! Après une prestation en concours, les choristes ont des sentiments de fierté et d?accomplissement. Ils ont vécu une expérience différente, enrichissante et valorisante. Les concours ne sont plus ce qu?ils étaient. Les plus grands changements des dernières années ont été faits par rapport au jury. Fini les jurys qui abaissent et qui découragent. Aujourd?hui, Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 21


les commentaires sont constructifs. On suggère des améliorations, on reconnaît les qualités des interprétations et on encourage les ch? urs à continuer. Plusieurs concours offrent même la possibilité de rencontrer et même de travailler avec un membre du jury.

Allez-y! Dépassez-vous, poussez-vous plus loin, donnez-vous la chance, à votre chef, à votre ch? ur et à vos choristes, de « toujours aller plus, toujours aller plus loin : c?est la vie. »* *Tirée de Chanter de Philippe (version SA ou SATB et piano)

Duquette

Le Collège de chefs de l?Allia nce est un r egr oupement de plusieur s chefs de ch? ur dont la pr atique chor a le couvr e les différ ents secteur s du cha nt chor a l au Québec (popula ir e, specta cle, cla ssique) et les différ entes clientèles (enfa nts, a dos, a dultes et a înés, etc.). Cela pa r t du pr incipe qu?un chef de ch? ur doit pa r fa ir e sa for mation, et ce, tout au long de sa ca r r ièr e. La musique éta nt une matièr e viva nte, elle évolue consta mment et pour a r r iver à la ma îtr iser , nous devons, comme chef, continuer d?ava ncer nous aussi. Un tel comité existe da ns plusieur s a ssociations et sous différ entes a ppellations à tr aver s le monde, ma is l?idée de l?a ppliquer à notr e Allia nce nous a été pr oposée pa r notr e collègue Jea n-Pier r e Guindon.

Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 22


Du 14 au 17 mai 2020 à Montréal

Podiu m 2020 : la gr an de f êt e pan -can adien n e de ch an t ch or al Dans l e dernier numéro de Chanter, nous annoncions l a t enue de Podium, l e congrès et f est ival biennal de Canada Choral (anciennement l ?Associat ion des communaut és choral es canadiennes ou ACCC) à Mont réal en mai 2020. D?ici l ?événement , il me f era pl aisir de vous donner l es pl us récent es nouvel l es de l a part du comit é organisat eur dans chaque parut ion de not re revue. Lieux des événement s Le congrès se tiendra à l?hôtel Omni Mont-Royal, aux angles des rues Sherbrooke Ouest et Peel, au centre-ville de Montréal. C?est ici qu?aura lieu la plupart des ateliers, conférences et présentations, ainsi que le banquet des Prix nationaux de chant choral. Les concerts auront lieu principalement à la salle Pollack de McGill et à la Maison symphonique. D?autres lieux restent à confirmer pour les classes de maître et autres événements. Appel de candidat ures

Dans les deux cas, nous souhaitons un grand nombre de candidatures du Québec! Comit é organisat eur Suite à plusieurs rencontres informelles depuis le printemps, un comité organisateur a été mis sur pied à l?été 2018. Il a déjà tenu deux réunions et travaille de pair avec la permanence de l?Alliance chorale du Québec (ACQ) et de Canada Choral pour faire de cette 20e édition de Podium la meilleure possible. Chacun et chacune apporte une grande expérience du chant choral et un regard global du milieu à la

Chaque Podium offre la possibilité d?entendre ce qu?il se fait de mieux en chant choral par des chorales invitées et lors des ateliers et conférences. - Si vous avez un ensemble qui aimerait se produire à Podium 2020, c?est maintenant le temps de vous préparer à poser votre candidature. Les règlements et le formulaire sont maintenant disponibles sur le site www.podium2020.ca. La date limite pour les candidatures des chorales est le 1er mars 2019. - Si vous voulez partager vos connaissances et vos idées avec la communauté chorale canadienne et internationale, vous êtes invité à poser votre candidature avant le 15 mai 2019. Le formulaire sera bientôt disponible en ligne sur le site www.podium2020.ca. Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 23


table. Voici les membres du comité : Pat ricia Abbot t (Montréal), co-présidente ? chef de ch? ur (Chorale du Gesù, Chorale de la Commission scolaire English-Montréal, Ensemble vocal Cantivo, Les Voix du Carrefour), Directrice générale de l?ACCC de 1993 à 2009, chargée de cours à McGill et Sherbrooke Tiphaine Legrand (Vaudreuil), co-présidente ? chef de ch? ur (Ensemble Kô, Ch? ur classique de l?Outaouais, École des jeunes de la Faculté de musique de l?Université de Montréal) Charl es Decroix (Montréal) ? directeur général de l?ACQ Laurier Fagnan (Edmonton, Alb.) ? président-élu de Canada Choral, président du comité organisateur de Podium 2016, chef de ch? ur (Chorale Saint-Jean), responsable du programme de musique Campus Saint-Jean de l?Université de l?Alberta Robert Fil ion (Ottawa, Ont.) ? chef de ch? ur (Chorale de l?Université d?Ottawa), responsable du programme de musique vocale École secondaire De La Salle, membre du comité organisateur de Podium 2012 Meghan Hil a (Toronto, Ont.) générale de Canada Choral

? directrice

Amel ia McMahon (Montréal) ? chef de ch? ur (Adlesia, Chorale Harmonia) Virginie Pacheco (Montréal) ? chef de ch? ur (Adlesia, Les Jeunes voix du c? ur de la Valalée du Richelieu) Rachel Rensink-Hof f (St. Catherines, Ont.) ? vice-présidente de Canada Choral, directrice des activités chorales et professeur de pédagogie musicale à l?Université Brock Johanne Ross (Prévost) ? vice-présidente de l?ACQ, chef de choeur (Musikus Vivace) Jean-Sébast ien Val l ée (Montréal) ? directeur des activités chorales Université McGill, chef de Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 24

choeur (Schulich Singers de McGill, église St. Andrew & St. Paul, Ottawa Choral Society) Emma Wal ker (Toronto, Ont.) ? trésorière de Canada Choral, directrice générale du Toronto Heliconian Club Kel l ie Wal sh (St-Jean, T.-N.L.) du comité organisateur de présidente de Canada Choral, (Shallaway Youth Choir, Lady Choir)

? co-présidente Podium 2018, chef de choeur Cove Women?s

Il va sans dire que nous aurons besoin d?un grand coup de main pour mener à bien ce projet et nous espérons pouvoir compter sur de nombreux bénévoles. Un rendez-vous à ne pas manquer! Rappelons que Podium aura lieu pour la première fois à Montréal. Cette grande rencontre et festival de chant choral a lieu depuis 1982 dans des villes à travers le Canada, toujours en partenariat avec une association provinciale. Le congrès est un rendez-vous incontournable pour le développement professionnel, offrant des classes de maître, divers ateliers et séances de lecture pour chefs de ch? ur, choristes, et administrateurs, ainsi que des concerts exceptionnels. C?est un lieu de partage et de réseautage, de ressourcement et de création pour le milieu du chant choral canadien. Vous y entendrez des ch? urs de très haut niveau, y compris le Ch? ur national des jeunes qui sera sous la direction de Jean-Sébastien Vallée, des conférenciers et animateurs de marque et on peut déjà vous annoncer qu?une collaboration est amorcée avec l?Orchestre symphonique de Montréal. Au plaisir de vous accueillir à Podium 2020! Pat ricia Abbot t Co-présidente, Podium 2020 abbottpat@uniserve.com www.podium2020.ca


L?absorbt ion t ot al e dans une act ivit é où l ?on a l ?impression de f rôl er l e bonheur, comme cel l e de chant er dans une choral e, port e un nom en psychol ogie : l e flow. Photo Le Soleil

L?ext ase pour t ous Il y a t out es sort es de f açons de s?échapper de son quot idien ? l ?al cool , l e sexe, l a bouf f e, l es séries t él é, l e magasinage. Chronique de Marc Al l ard, Le Soleil, édition du dimanche 7 octobre 2018

Pour Jacinthe Vaillancourt, c?est la chorale. À 19 ans, elle a commencé à chanter dans une chorale paroissiale et n?a jamais cessé. Elle a maintenant 52 ans. La communion des altos, sopranos, basses et ténors la plonge fréquemment dans un état de concentration et de joie intense. « D?avoir à bâtir une pièce de musique qui fait que les quatre voix ont chacune leur partie, mais que ça fait une unité, ça nous amène souvent plus loin que soi-même », m?a-t-elle dit. « C?est arrivé très souvent qu?on a senti un moment de grâce. » Cette absorption totale dans une activité, où l?on oublie ses soucis et l?on a l?impression de

frôler le bonheur, psychologie : le flow.

porte

un

nom

en

C?est le psychologue hongro-américain Mihaly Csikszentmihalyi qui a popularisé l?expression. Il a aussi été le premier à étudier scientifiquement cette «expérience optimale» que les athlètes décrivent comme la « zone », que les mystiques religieux appellent l?« extase » et que Jacinthe Vaillancourt appelle la « grâce ». Lorsqu?on est en état de flow, le cerveau libère cinq hormones ? norépinéphrine, dopamine, anandamide, sérotonine et endorphine ? qui propulsent nos habiletés physiques et mentales. L?effet est tangible : on devient plus agile, on retient plus d?information, on la traite Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 25


plus vite et on se sent plus motivé et créatif. Dans son livre Finding Flow (bizarrement traduit en français par Mieux vivre : en maîtrisant votre énergie psychique), Csikszentmihalyi explique que le flow est à la portée de tous et non d?une poignée de génies ou de tripeux.

pour sortir de sa zone de confort. C?est une piste plus difficile à descendre en ski, un rival plus coriace aux échecs, un morceau plus complexe à jouer à la guitare. Bref, une activité qui exige un maximum de concentration et d?effort, mais qui devient étrangement agréable.

« Le flow peut survenir pendant que vous chantez dans une chorale, dansez, jouez au bridge ou lisez un bon livre. Si vous aimez votre travail, cela pourrait se produire si vous réalisez une opération chirurgicale compliquée ou une négociation intense. Cela peut se produire lors d?une interaction sociale, lorsque vous discutez avec un bon ami ou lorsque vous jouez avec un bébé. De tels moments fournissent des éclairs de vie intense dans le contexte terne de la vie quotidienne », écrit-il.

« Les meilleurs moments de notre vie ne sont pas les moments de passivité, de réceptivité et de détente... Les meilleurs moments surviennent généralement lorsque le corps ou l?esprit d?une personne est à bout de forces dans un effort volontaire pour accomplir quelque chose de difficile et qui en vaut la peine », écrit Csikszentmihalyi dans autre livre intitulé Flow.

Le flow n?est cependant pas une un divertissement passif, avertit Csikszentmihalyi. C?est souvent un loisir, oui, mais un loisir qui demande assez d?énergie mentale ou physique

La leçon à retenir ? « Au lieu de regarder la télé, jouez du piano », résume le psychologue. Et si le piano ne vous intéresse pas, restez à l?affût : il y a sûrement une chorale près de chez vous.

Âge d? or, voix d? or?

Le vieillissem en t n'alt èr e pas la capacit é de pr odu ir e u n e palet t e diver sif iée de son s par Rachel Hussherr Tiré de Le Fil, journal de la communauté universitaire de l?Université Laval L?âge peut-il influencer notre capacité à produire des sons forts ou faibles, graves ou aigus? Pas si on en croit une étude publiée dans la revue AGE par des chercheurs du Laboratoire des neurosciences de la parole et de l?audition de l?Université Laval. Les travaux de cette équipe indiquent que la capacité de moduler la fréquence et l?amplitude de notre voix serait un Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 26

mécanisme de contrôle de la parole conservé avec l?âge. Fréquence et amplitude sont les caractéristiques de base de la voix, explique Catherine Lortie, doctorante en médecine expérimentale et première auteure de l?article. « La fréquence représente le nombre de cycles


Lors de l 'ét ude, l es part icipant s devaient l ire à voix haut e de court es hist oires t el l es que Le petit chaperon rouge. Les personnes âgées parvenaient aussi bien que l es jeunes à modul er l eur voix, des graves jusqu'aux aigus, pour s'adapt er aux personnages. Photo Thinkstock par seconde, que l?on peut se représenter comme des vagues, et l?amplitude est la hauteur de chaque vague. » Pour étudier la relation entre le vieillissement et ces paramètres acoustiques fondamentaux, l?équipe de scientifiques a soumis 80 personnes, âgées de 20 à 75 ans, à une série de tests. D?abord, elles devaient produire, pendant trois secondes, le son «a» en modulant au maximum l?amplitude de leur voix, sans murmurer ni crier. Elles devaient ensuite faire le même exercice en produisant le « a » le plus grave et le plus aigu possible. Enfin, elles devaient lire à voix haute de courtes histoires telles que Le petit chaperon rouge ou Les trois petits cochons. Résultats? L?âge n?altère pas la capacité de moduler l?amplitude et la fréquence de la voix. « De plus, les personnes âgées, comme les plus jeunes, étaient parfaitement capables de jouer avec leur voix pour s?adapter aux personnages, faire une petite voix aiguë ou produire une voix plus grave », précise Catherine Lortie.

Même si nous conservons la capacité de jouer avec notre voix avec le passage des ans, celle-ci se transforme tout de même avec l?âge, rappelle la doctorante. « Le larynx ? un organe phonatoire essentiel ? se compose de muscles et de cartilages qui sont affectés par le vieillissement, comme le reste de notre organisme. » Ces transformations contribuent à modifier les caractéristiques acoustiques de la voix qui devient globalement moins puissante et plus instable. « La voix d?une personne âgée peut sonner plus essoufflée, plus rauque ou plus grésillante que celle de sa jeunesse, mais le vieillissement n?a pas de conséquences dramatiques sur la production de la voix. Finalement, tout n?est pas négatif », conclut Catherine Lortie. L?étude parue dans la revue AGE est également signée par Pascale Tremblay, du Département de réadaptation, Mathieu Guitton, du Département d?ophtalmologie et ORL, et Mélanie Thibeault, de la société Nuance Communications à Montréal. Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 27


Hom m age à An dr é Beau m ier , pion n ier de n ot r e Allian ce ch or ale du Qu ébec Le samedi 6 oct obre dernier, on rendait hommage à André Beaumier à l 'occasion de ses f unérail l es dans l a magnif ique égl ise Saint e-Famil l e de Bouchervil l e. L'abbé Gabriel Vil l emure présidait l 'assembl ée.

Par Jean-Pierre Guindon Au cours de la célébration, les témoignages

évoquaient ce que cet homme avait accompli pour aboutir à la mise en place de notre mouvement. Richard Ducas, chef de ch? ur émérite, souligna le riche parcours de son ami et dirigea un regroupement d'une cinquantaine de voix dans l'exécution de Ave verum de Mozart, Signore delle cime de Giuseppe De Marzi et Donne-leur le repos de Claude Thompson (1). C'est le célèbre quatuor Quartom qui interpréta un répertoire varié tout au long de la cérémonie et, entre autres, le Kyrie de la Messe des morts qui rappelait qu'André était un spécialiste de ce style musical étudié à l'abbaye de Solesmes en France.

Au moment de quitter les lieux, Quartom entonnait Belle qui tient ma vie? de Thoinot Arbeau. Cette pavane évoquait tout l'amour que le défunt portait au chant choral et à ses choristes et soulignait son attachement à la philosophie du fondateur d'À C? ur Joie, César Geoffray. En effet, André en collaboration avec Richard Ducas, imprégnèrent l'orientation pédagogique de ce visionnaire au sein de ce qu'est aujourd'hui l'Alliance chorale du Québec. Qui plus est, ces deux complices, à tous les trois ans entre 1967 et 1996, organisèrent avec un vif succès les Choralies internationales canadiennes à Trois-Rivières, Québec, Edmonton, Sherbrooke, Moncton et Winnipeg. Tous ceux qui ont eu le bonheur de participer aux Choralies de Vaison-la-Romaine se souviendront peut-être qu'à une certaine époque des milliers de choristes entonnaient spontanément Belle qui tient ma vie? et bien d'autres classiques polyphoniques principalement en français. Ce court moment, la Pavane, signalait subtilement ce qu'il a promu tout au long de son parcours de vie de musicien. On fait de moins en moins étalage de nos racines culturelles. Notre situation géographique fait en sorte que la promotion des ? uvres québécoises en langue française demeure toujours fragile. Il y a tant à réaliser encore pour promouvoir notre héritage et

Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 28

André Beaumier

Photo courtoisie


donner l'envie de le propulser vers des lendemains qui continueraient de le chanter fort, ce qu'a fait cet homme.

Andr é, ton décès nous a r a ppelé que c'est une r a ison de plus pour r ester en conta ct avec le monde inter nationa l fr a ncophone.

Toi qui a chanté au long de ta vie: « Tant que vivray en sage florissant, je serviray? » (ref : poème de Clément Marot, musique de Claudin de Sermisy, source: Attaingnant Edition, 37 chansons), j'espère qu'on se souviendra de ton apport dans l'histoire de notre mouvement choral l'Alliance chorale du Québec et À C? ur Joie International. In paradisum deducant te angeli? (1) ClaudeThompson (1927 - 2013) était prêtre et reçu des autorités ecclésiastiques le titre de « monseigneur ». Il est le fondateur de la Maîtrise des Petits Chanteurs de Trois-Rivières.

LECTURE Une odyssée fantastique d?art et de science Par Serge Al l ard

Ne soyez pas ef f rayé par l e caract ère scient if ique de l ?ouvrage, Michel Rochon est un journal ist e qui a su mont rer son grand t al ent de vul garisat eur scient if ique. Il en résume bien l e propos : « Du Big Bang aux cyborgs, en passant par l ?épigénét ique, je vous propose une avent ure scient if ique et médical e dans l ?ext raordinaire monde de l a musique. Un sujet ambit ieux dont j?ai t ent é de t rait er avec l a pl us grande simpl icit é, sous f orme de réf l exions ». J?avoue avoir t rouvé ses propos capt ivant s. Dès le début, l?auteur explique le fonctionnement de l?oreille et de la transmission des sons vers le cerveau sous forme d?ondes. On pense « qu?avant même le langage, les premiers humains communiquaient par la musique ». Pas étonnant que le f? tus réagisse fortement à la musique. « Les archéologues et anthropologues avancent l?hypothèse selon laquelle les premiers humains utilisaient la musique comme outil

culturel pour renforcer la cohésion sociale ». En effet, des peuples communiquent et parlent par la musique; une langue sifflée, qui pourrait être la mère de toutes les langues. Il aborde ensuite l?organisation des sons; un peu de mathématiques qui aide à comprendre l?harmonie, la consonance et la dissonance, le majeur et le mineur, le rythme et le tempo. Les neuroscientifiques tentent de confirmer l?existence d?un cerveau musical réparti dans Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 29


plusieurs régions du cerveau. On a même trouvé que certaines musiques procurent des sensations fortes, qui sont liées à des régions spécifiques du cerveau « associées à la motivation et à la récompense, à l?éveil et aux émotions ». Et tout ça en lien avec la dopamine associée à la sensation de plaisir. M. Rochon présente aussi les particularités du cerveau des musiciens, comment cette structure se transforme (plasticité) au fil des apprentissages. Il traite également des effets de l?apprentissage de la musique dès l?enfance. Jouer de la musique améliorerait l?apprentissage des langues, améliorerait la concentration, et ralentirait le déclin cognitif lié à l?âge.

immédiatement une note sans références, certaines régions du chromosome 8 semblent de bonnes candidates pour l?expliquer. » Michel Rochon partage son expérience « sous forme de concerts-conférences Le piano à parole, durant lequel je propose un voyage dans le cerveau par le biais de la musique. Au piano, j?improvise et je joue des pièces populaires pour favoriser la réflexion de l?auditoire sur la perception musicale, son fonctionnement et son importance dans notre vie. » « La symphonie dans notre cerveau est l?une des grandes merveilles de la nature ». Quelle belle conclusion. Bonne lecture.

Un chapitre fort intéressant sur la musicothérapie, dans lequel il décrit l?éveil des personnes atteintes de la maladie d?Alzheimer quand elles entendent la voix et la musique d?un thérapeute. Un miracle se produit! Autre sujet passionnant, l?eurythmie, associée au mouvement à laquelle Émile Jaques-Dalcroze s?est intéressé. « Pour ce pédagogue, il faut transformer le corps en instrument de musique : musique et mouvement. La musique passe par le corps ». Une particularité de cette pédagogie consiste en l?utilisation des mains pour symboliser la hauteur des notes. Ça vous rappelle peut-être la communication avec les extraterrestres dans le film Close Encounters of the Third Kinds? Michel Rochon, lui-même pianiste, aborde plusieurs sujets à partir de son expérience personnelle et de sa grande curiosité. Y a-t-il des gènes liés à la musique? « Jusqu?à présent, on suppose que certains segments sur le chromosome 4 seraient impliqués dans la perception musicale et le chant. En ce qui concerne l?oreille absolue, cette capacité qu?ont certains individus de reconnaître Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 30

Le cerveau et l a musique Une odyssée f ant ast ique d?art et de science Michel Rochon Éditions MultiMondes


L? Alliance pour les nuls

Pas de pan iqu e ! Lors de l ?assembl ée général e annuel l e du 27 oct obre à Sherbrooke, not re président e Lyne Dusseaul t a invit é l es membres à ut il iser au maximum l es services en l igne of f ert s par not re Al l iance af in d?al l éger l e t ravail de l a pet it e équipe de direct ion et de coordinat ion.

par Réal Marchessaul t Quelques participantes se sont qualifiées de techno twit pour illustrer leurs difficultés à apprivoiser l?univers virtuel et ont souhaité que Chanter leur donne un coup de main afin de mieux se retrouver sur le site de l?Alliance.

de la Zone membres où il faut un mot de passe,

Comme je ne connais pas vos besoins particuliers et qu?aucune demande précise ne m?a été formulée, je vous propose dans un premier temps ? au risque de paraître ridicule aux yeux des initiés ? une exploration générale de base du site web de l?Alliance à l?adresse www.chorales.ca.

Une fois sur le site de l?Alliance, vous voyez une série d?onglets : Accueil, À propos, Fondation, etc. Prenez le temps de les parcourir en déplaçant votre souris. Dès qu?il y a un élément interactif, une petite main remplace la flèche de votre souris, c?est donc une invitation à explorer cet élément si vous le désirez.

Dans les prochains numéros, je pourrai traiter

Quand vous voyez un triangle blanc dans un rectangle aux angles arrondis en plein milieu

de la carte interactive des membres, des éditions de l?Alliance, etc. Expl orat ion et int eract ion

Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 31


d?une photo, c?est que vous pouvez ouvrir une vidéo. Donc, pas de panique si la vidéo se met en marche et que le son vous écorche les oreilles. Cliquez sur le symbole de haut-parleur pour augmenter ou diminuer le volume; et constatez l?état d?avancement de la vidéo en regardant le curseur s?avancer. On peut cliquer sur les deux petites barres parallèles à gauche au bas de la vidéo pour arrêter le visionnement.

Si vous cliquez à côté de l?élément visé, pas de panique, rien ne va exploser. Recommencez tout simplement. Et soyez patients si vous avez cliqué sur un élément interactif qui tarde à apparaître. Selon la vitesse de votre tablette ou de votre ordinateur, ou de votre service internet, il peut s?écouler quelques secondes.

Après avoir exploré tout le contenu de la page d?accueil, passez aux onglets suivants, dont plusieurs offrent des sous-onglets et même des sous sous-onglets sur des thèmes complémentaires. Ces possibilités sont formidables pour ajouter et enrichir du contenu.

Enfin, voici deux liens généraux qui pourraient vous intéresser :

Explorez les onglets lentement pour obtenir toutes les informations de base à propos des activités, programmes et services de l?Alliance.

Si vous avez une question à poser à l?Alliance, envoyez un courriel à info@chorales.ca

Lien 1

Lien 2

ACTIVITÉS AUTOMNALES

Évan gélin e, de l'En sem ble vocal du Fjor d

Un M ér it as r em is à u n e ch or ist e d?except ion Une chorist e comme t oi, t ous l es chef s seraient heureux d?en avoir des cent aines. Mais des Évangél ines il y en a t rès peu. Une femme dont la persévérance va jusqu?à chanter en ch? ur pendant 72 ans jusqu?à maintenant en tout cas, sans jamais sauter une année. Rien ne l?arrête pour chanter en ch? ur, ni les tempêtes, ni les grossesses, ni le travail, ni même les nombreux déménagements qu?elle a faits. Une femme qui chante avec plaisir même en sachant ce que tout cela implique apprentissage, répétition, concert, mise en scène? Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 32

Choriste qui est toujours à son affaire, qui entre dans la planification demandée, toujours assidue aux pratiques, tellement que lorsqu?elle s?absente ou est en retard tout le monde s?inquiète. Choriste qui peut apprendre trois harmonisations différentes d?une même pièce la même année, qui change de pupitre autant de fois qu?on le lui demande, qui fait des concerts avec le visage brûlé ou les orteils cassés? qui s?implique autant dans le chant que


Les chorist es de l ?Ensembl e vocal du Fjord ent ourent Évangél ine. Photo courtoisie

dans tout ce qui touche les à-côtés de la mise en scène et qui prépare la salle tous les soirs de pratique avant l?arrivée des choristes et ce depuis des années. Choriste qui ne dit jamais non a de grands défis chorals et qui fait tout cela avec l?enthousiaste qu?on lui connaît et le sourire. Oui une choriste d?exception.

même chorale ou d?un même milieu et dont on veut souligner la contribution ou l?attitude exceptionnelle.

Peu de gens peuvent se vanter de faire ce que tu as fait et ce que tu fais encore Évangéline. C?est pourquoi, Évangéline pour tes 80 ans, l?Ensemble vocal du Fjord voulait te remettre la plus haute distinction qu?une choriste peut recevoir au Québec, soit le Méritas choriste qui vient de l?Alliance chorale du Québec et qui est remis à une personne chantant ou ayant chanté depuis de nombreuses années au sein d?une

- fait preuve d?une grande assiduité aux répétitions;

Il est décerné à une personne qui comme toi : - est reconnue pour sa bonne humeur, sa joie de vivre;

- dont la discipline de travail, tant à la maison qu?en répétition, est remarquable; - par son comportement et son attitude, contribue positivement au bon déroulement des activités de la chorale. Tu es tout cela Évangéline, bravo!

Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 33


De la voix et du c? u r à l?Académ ie Laf on t ain e L?ensembl e vocal de l ?Académie Laf ont aine a réal isé une vidéo avec l ?humorist e Pat rick Groul x, port e-parol e de l a Course de l ?espoir, qui cont ribue à courir et amasser des f onds pour une bonne cause chaque année.

L?Académie Lafontaine a amassé 88 150 $, somme qui sera consacrée à la mise en place d?une maison au c? ur de l?action pour le book humanitaire, un lieu pour l?entraide, un lieu pour les démunis et surtout, une maison familiale pour les personnes en détresse accessible 7 jours sur 7. Voici le lien pour visionner la vidéo :

Vidéo

Le 3 novembre, les Canadiens de Montréal et Leucan ont joint leurs forces pour la soirée annuelle du Hockey pour vaincre le cancer au Centre Bell. C?est Gregory Charles accompagné de l?ensemble vocal de l?Académie Lafontaine

sous la direction de David LeBlanc qui a interprété les hymnes nationaux. Voici le lien vidéo de l?interprétation des hymnes nationaux

Vidéo Finalement, l?ensemble vocal de l?Académie Lafontaine participera aux trois représentations du ballet Casse-Noisette qui auront lieu les 29 et 30 décembre au Théâtre Gilles-Vigneault à Saint-Jérôme. Eh oui, il y a une partie vocale à la fin du premier acte. Les choristes interpréteront également des chants de Noël avant la présentation du ballet et pendant l?entracte, dans la mezzanine du théâtre.

Les chorist es de l ?ensembl e vocal l ?Académie Laf ont aine avec l a mascot t e Youppi qui est venue l es f él icit er après l ?int erprét at ion des hymnes nat ionaux. Photo courtoisie

Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 34


Un bel au t om n e au Ch ? u r classiqu e de l?Ou t aou ais L?aut omne au Ch? ur cl assique de l ?Out aouais (CCO) se déroul e aut our d?act ivit és qui cont ribuent à resserrer l es l iens ent re l es chorist es et à st imul er l eur apprent issage en vue du concert de Noël ! Ce f ut encore l e cas cet t e année, al ors que nous avons eu l e pl aisir d?accueil l ir six nouveaux membres, soit t rois t énors et t rois soprani!

L?automne au Ch? ur classique de l?Outaouais (CCO) se déroule autour d?activités qui contribuent à resserrer les liens entre les choristes et à stimuler leur apprentissage en vue du concert de Noël! Ce fut encore le cas cette année, alors que nous avons eu le plaisir d?accueillir six nouveaux membres, soit trois ténors et trois soprani!

jeux et mini-prestations ont permis aux membres de se dilater la rate à souhait et d?apprendre à se connaître davantage. Bref, la saison 2018-2019 du CCO est bien amorcée, sous le signe du défi et du plaisir. Vivement les flocons pour accompagner le beau concert de Noël que nous ciselons d?ici là patiemment, semaine après semaine.

Puis, le 30 septembre, le CCO soulignait les Journées de la culture en conviant le public à assister à un « laboratoire vocal » à la magnifique l?église Saint-François-de-Sales à Gatineau, un lieu de concert unique prisé par tous les ch? urs de la région en raison de la qualité de son acoustique. Les choristes ont interprété des extraits du Dixit Dominus de Haendel et, par la suite, ont uni leur voix à celle des enfants de la chorale Tout-en-Chanson de l?école Massé afin de faire vivre au public le plaisir nostalgique de quelques cantiques traditionnels de Noël harmonisés par Ernest Gagnon. Ces pièces étaient au programme des deux concerts récents. Enfin, que serait l?automne sans notre escapade en octobre au camp musical CAMMAC situé dans le site enchanteur des Laurentides. Guidés par leur directrice musicale Tiphaine Legrand, et accompagnés au piano par Frédéric Lacroix, les choristes ont répété en vue du concert de décembre et participé à un atelier de formation vocale donné par la soprano Élyse Charlebois. Et que serait un camp choral sans son rendez-vous ludique du samedi soir? Plusieurs

Les soprani du Ch? ur cl assique de l 'Out aouais en act ion l ors des Journées de l a cul t ure 2018, dans l e cadre d'expériment at ions sonores qui ont eu l ieu à l 'égl ise pat rimonial e St -François-de-Sal es à Gat ineau. Phot o L. Binet t e Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 35


Le CCO en oct obre 2018 l ors de sa t radit ionnel l e f in de semaine musical e à CAMMAC. À l ?inst ar de l a majorit é des ch? urs, l e CCO cont inue son t ravail pour l e concert de Noël qui aura l ieu l es 8 et 9 décembre prochain à l ?égl ise St -François-de-Sal es. Photo : C. Blain

Le Ch ? u r du Vallon au c? u r d?u n e collect e pou r les en f an t s

Le Ch? ur du Val l on de Québec a part icipé pour sa 2e année à l 'animat ion de l a Col l ect e du Noël des enf ant s. Fondée il y a pl us de 25 ans, l a Corporat ion du Noël des enf ant s est un organisme sans but l ucrat if ent ièrement bénévol e visant à sout enir l e dével oppement int el l ect uel et l ?incl usion social e des jeunes provenant des mil ieux déf avorisés dans l es régions de Québec et de Chaudière-Appal aches. Le jeudi 1er novembre, pl us de 500 bénévol es répart is dans 29 l ieux de col l ect es ont ramassé pl us de 43 000 $. Le Ch? ur du Val l on animait un point de col l ect e ent re 7 h et 9 h. Par not re chant , nous avons égayé l es gens qui, se rendant au t ravail , s'arrêt aient pour nous ent endre et repart ir l e sourire aux l èvres. Chanter - Décembre 2018 | Page 36 PhotoRevue courtoisie


Le Ch? ur du Brouhaha durant sa prest at ion original e. Photo Ronald Forget

Tam bou r in f at igable au Ch ? u r du Br ou h ah a Fracas de t ambour. Un accord puissant à cinquant e voix. Naissance d'un ryt hme, t el un c? ur bat t ant . Sol ist es et chorist es se quest ionnent , se répondent ; brèves l ueurs dissonant es sur un port rait sombre de l 'humanit é. Voix cont re voix, chant s cont re chant s se compl exif ient , l es mél odies naissent , se croisent pour se rejoindre, mél anger l eurs ét onnant es coul eurs puis mourir dans l a mul t it ude des voix qui emport e avec el l e l e publ ic dans son f l ot t ourbil l onnant . Toujours nerveux, cardiaque, le tambour résonne infatigable, implacable. Soudain, il se fait invectif, furieux. L?ire du tambour exige une réponse à la question de la modernité. Les souffles se saccadent, question sans réponse. Les c? urs calquent sa métrique effrénée. Les poils se hérissent! Horripilant tumulte, implacable clameur! Comment l'écouter, ou même l'entendre? La tâche semble trop grande pour être réussie, trop importante pour être abandonnée. Les sirènes de la passion mènent au vertige. Délire au milieu d'une course frénétique! Soudain, un arrêt. Le temps est figé. D?un cri salvateur, la multitude des peuples rétablit le dialogue entre les opprimés et les oppresseurs. « Nous avons germé sur la même Terre et nous sommes condamnés à la partager. » Un accord doux. Le tambour ponctue. Raua Needmine du compositeur estonien Veljo Tormis était la pièce de résistance de notre

concert de juin dernier, intitulé Délires du Terroir. Brillamment introduite par la conteuse Habiba Nathoo, cette ? uvre a séduit notre public qui a acclamé notre prestation. Nous sommes le Ch? ur du Brouhaha, une chorale d?une soixantaine de jeunes sous la direction de Sébastien Lachaume. Notre solidarité et notre entraide sont les clefs pour nous permettre de repousser toujours plus loin les limites communément admises pour un ch? ur amateur sans auditions. Nous sommes présents à divers événements montréalais, des concerts de Noël aux « Siestes Musicales » d?été, en plus de nos concerts réguliers en février et juin à l?église Saint-Édouard. Nous aimons explorer le répertoire contemporain de divers horizons, en laissant une place de choix aux compositeurs et compositrices de la relève québécoise. Nous espérons vous voir en grand nombre pour notre prochain voyage Des contrées aux étoiles, que nous présenterons le samedi 2 février! Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 37


Un groupe de 17 gars? qui f erait l ?envie de bien des ch? urs. Photo courtoisie

Un e jou r n ée « en t r e gar s » au Ch ? u r de la m on t agn e En oct obre dernier, l e Ch? ur de l a mont agne a eu envie d?organiser une grande Journée ent re hommes af in de f aire découvrir l e chant choral aux voix d?hommes de l a région. Au programme, chant a cappel l a, f ol ksongs, barbershop et dîner col l ect if et l es chorist es ét aient encouragés à y amener amis et col l ègues, de gré ou de f orce s?il l e f al l ait ! Cette journée «entre gars» a été très appréciée. Certains y ont découvert le grand plaisir de chanter en groupe, une expérience tout à fait singulière si vous ne l?avez jamais vécue. Le tout, dans une atmosphère relaxe et ludique. Lors de cette journée, des liens se sont tissés et certains ont même rencontré des collègues qu?ils n?avaient jamais vus sur leur lieu de travail. Leur dynamique relationnelle en sera sans doute modifiée. Bref que du plaisir! Les hommes présents ont Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 38

eu envie de refaire l?expérience, et pourquoi ne pas la pousser plus loin et présenter le résultat de cette rencontre au concert des 24 et 26 mai 2019? Vous êtes intéressé, consultez notre site www.choeurdelamontagne.com au cours du mois de janvier 2019 pour un autre événement similaire auquel nous pourrions vous convier! Fondé en 1997, le Ch? ur de la Montagne est un grand ch? ur classique qui répète dans la région de Beloeil-Mont-St-Hilaire.


Les chorist es de MODULATION et Lucie Roy, direct rice musical e et art ist ique de l 'ensembl e. Photo courtoisie

M ODULATION en con cer t -cabar et À l ?approche de Noël , MODULATION reprend sa f ormul e concert -cabaret à couper souf f l e. L?ensembl e vocal f éminin et sa direct rice Lucie Roy vous proposent un programme ent ièrement a cappel l a présent é dans une f ormul e cabaret décont ract ée, met t ant à l ?avant -scène l es voix des chorist es et l e f ondu unique du son de l 'ensembl e. Après avoir séduit le public, lors de sa participation à la Virée classique de l?OSM en septembre dernier, MODULATION interprétera un programme où se côtoient des musiques de styles variés : Barbershop, Gospel, Doo-wop, folklore québécois et quelques airs du temps des fêtes, interprétés dans un style jazzé. Puisque « prendre un p?tit coup, c?est agréable! », vins et bières seront en vente avant et pendant le concert.

Pour vous mesdames : MODULATION effectuera des auditions pour sa prochaine saison. Prenez rendez-vous dès maintenant. Avec son concert du printemps, Passeport, l?ensemble se prépare à voyager aux rythmes et aux couleurs de musiques composées dans des langues diverses. Un beau défi d?apprentissage et d?interprétation. C?est pour vous? Information : www.modulation.ca courriel info@modulation.ca

ou

par

Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 39


Bar oqu o-Negr o ch an t e Noël su r l'aven u e Car t ier L'ensemble vocal Baroquo-Negro a été invité par le Quartier des arts à participer à l'animation de la rue Cartier du quartier Montcalm de Québec dans le cadre de « Lumière sur flammes ». Sous la direction de Catherine-Élisabeth Loiselle, les choristes ont préparé deux prestations d'environ 45 minutes à l'extérieur, composées d?airs classiques de

Noël, harmonisés à quatre voix. Un événement festif tenu à la place Richard-Garneau, à l'angle de l'avenue Cartier et du boulevard René-Lévesque. Pour en savoir plus : Facebook

Part icipat ion de Baroquo Negro à l a col l ect e de dons du Noël des enf ant s en 2015, à l a même int ersect ion dans l e quart ier Mont cal m. Photo Alain Castonguay

Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 40


ANNIVERSAIRES 35e an n iver sair e

Flor ilège voit la vie en bleu Le Ch? ur Fl oril ège a soul igné son 35 e anniversaire l es 28 et 29 avril dernier au Théât re Cent ennial de l ?Universit é Bishop à Lennoxvil l e, sous l e t hème BLEU, f aisant réf érence à l a mer et au ciel , au monde et à l ?environnement , à l ?amour et à l a l ibert é. Louise Deslongchamps, cheffe de ch? ur en résidence, a dirigé avec brio les choristes chantant des pièces de Ferland, Brel, Koriass, Cohen, et d?autres ? uvres de styles variés comme Ave Maria, Happy Day, Hymne à la beauté du monde, etc. La fondatrice de l?ensemble vocal, Louise de la Bruère, a dirigé le ch? ur pendant 21 ans. À cette occasion, elle a pris la baguette avec enthousiasme pour deux classiques fort appréciés : Je connais des bateaux et Festin du jeudi gras. Outre les solistes et les musiciens, danseurs et enfants ont donné couleur et chaleur à la prestation du ch? ur, animés par la mise en scène d?Éric Gérard Langlois. Le Ch? ur Florilège recherche activement de nouveaux choristes en quête d?une expérience de chant exceptionnelle, au sein d?un groupe de grande qualité. Notre prochain spectacle annuel aura lieu les 3 et 4 mai à la salle Alfred-Desrochers du Cégep de Sherbrooke. Pour plus d?information : choeurflorilege.com ou facebook.com/ choeurflorilege

Le Ch? ur Fl oril ège en scène l ors de son concert anniversaire. Photo courtoisie

Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 41


Le ch? ur au marché de Noël . Photo Gaétan Brunelle

La ch or ale Ar c-en -Ciel de Lon gu eu il

40 an s bien ch an t és! Il y a quarant e ans, naissait à Longueuil une (aut re) choral e? La l égende veut que l a choral e Arc-en-Ciel t ire son nom du comment aire d?un spect at eur qui, devant l ?al l ure bigarrée des robes des chorist es f éminines décl ara que l e ch? ur avait l ?al l ure d?un vérit abl e arc-en-ciel . Ainsi f ûmes-nous bapt isés! Cette époque lointaine révolue, la chorale continue de peaufiner son image, donne désormais l?apparence d?un certain sérieux, mais comporte encore une multitude de petites folies qui font d?elle une véritable famille pour ceux et celles qui la rendent si vivante. Aujourd?hui bien établie et largement reconnue, la chorale Arc-en-Ciel soulignera son sympathique anniversaire de 40 ans de multiples façons, tout au long de 2019. D?abord mise sur pied pour briser l?isolement des aînés, la chorale n?a pas beaucoup changé sa mission depuis 1979; elle l?a raffinée, si l?on peut dire! En effet, bon an mal an, la chorale continue de proposer son concert public à Noël et son concert public au printemps, tout en participant à au moins une activité culturelle extérieure, pour le bonheur des citoyens. Mais elle offre surtout sa présence musicale à cinq ou six résidences ou CHSLD chaque année et Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 42

participe depuis quelques années à l?activité internationale La Journée m?enchante. Ce sont toutes de belles occasions d?enraciner la chorale au c? ur de la vie culturelle longueilloise. Depuis septembre 2015, c?est le sémillant chef Jean-François Julien et sa main de maître qui voient aux destinées de la chorale Arc-en-Ciel. Le ch? ur est sous l a direct ion de Jean-François Jul ien. Photo Gaétan Brunelle


Soutenus par la non moins talentueuse pianiste Marie-Claude Champagne, les quelque 80 choristes amateurs profitent largement du talent de pédagogue de leur directeur musical et reconnaissent sans aucune hésitation que son doigté, son oreille, sa patience et son inénarrable sens de l?humeur font une réelle différence dans l?intérêt qu?ils vouent à leur passe-temps préféré. Que nous réserve le 40 e anniversaire de la chorale Arc-en-Ciel de Longueuil? C?est à suivre

sur le web, sur les réseaux sociaux et dans le calendrier de l?Alliance chorales du Québec! Brigit t e Lépine, responsabl e des communicat ions

Site web

Page Facebook

La Sociét é ch or ale de Sain t -Lam ber t

Cen t an s, ça se f êt e! La Sociét é choral e de Saint -Lambert deviendra l e 19 f évrier 2019 l e premier ch? ur cent enaire au Québec! Il s?agit du pl us ancien ch? ur amat eur t oujours en act ivit é au Québec et du t roisième au Canada. C?est une raret é! Et son hist oire mérit e d?êt re racont ée.

Le choeur aujourd'hui Photo Denis Germain, pour l'OSDL Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 43


Une banl ieue de 4000 âmes

à travers le monde.

Incorporée en 1919, la Société chorale de Saint-Lambert puise ses racines dans une communauté majoritairement anglophone (62 % ) qui compte alors près de 4000 âmes... et de nombreux mélomanes!

Un choix judicieux qui assure sa survie et son succès actuel.

Déjà, dans les années 1890, quelques groupes offrent concerts et prestations, tantôt pour le plaisir, tantôt pour venir en aide aux plus démunis ou financer la construction d?églises dans cette municipalité en pleine croissance. C?est de cette matrice qu?est issue notre institution aujourd?hui centenaire. Saint-Lambert est en 1919 une banlieue résidentielle dont les travailleurs sont surtout des cols blancs et des ouvriers spécialisés, amateurs de baignades, de régates, de boulingrin et de jardinage, puisque Saint-Lambert s?enorgueillit aussi d?abriter depuis 1894 la plus ancienne société d?horticulture toujours active au Québec! L?ère des opéret t es: 1919 à 1965 Répondant aux goûts du public de l?époque, la Société chorale de Saint-Lambert ? qui porte alors le nom de St. Lambert Amateur Operatic Society ? présente d?abord des opérettes et les opéras comiques des Britanniques GiIbert & Sullivan, à raison d?une production par année. Certaines aux décors élaborés et aux costumes somptueux seront même montées à Montréal, au Chalet de la Montagne et au Théâtre Saint-Denis. Lorsque les coûts de production de pareils spectacles explosent au milieu des années 1960, l?institution doit revoir son orientation. Le virage choral Elle effectue alors un virage résolument choral et se tourne vers des ? uvres sacrées, messes, oratorios, musique baroque, musique classique, extraits d?opéras et chants de diverses cultures Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 44

En 1971, elle prend le nom de Société chorale de Saint-Lambert / St. Lambert Choral Society. Son répertoire s?enrichit sous la direction de David Christiani, en poste pendant 35 ans (de 1979 à 2015), puis sous l?impulsion de son jeune et ambitieux chef actuel, Xavier Brossard-Ménard. Aujourd?hui... La population de Saint-Lambert a quintuplé en un siècle et s?élève aujourd?hui à près de 22 000 personnes. Elle est maintenant francophone à 79 % . La Société chorale de Saint-Lambert contribue aussi à cette effervescence en présentant des productions de grande qualité devant un public toujours nombreux. Trois concerts par année qui font généralement salle comble. La clé de son succès réside dans la vision éclairée de ses chefs de ch? ur et dans la remarquable implication de ses choristes d?une génération à l?autre! La programmat ion du cent enaire Cette saison historique est parrainée par la célèbre basse canadienne de renommée internationale, Joseph Rouleau. Nous tiendrons à compter du 1 er février une série d?activités, dont une exposition de photos retraçant notre histoire de 1919 à aujourd?hui, suivie le 2 février d?un concert qui mettra en valeur de jeunes instrumentistes exceptionnels et la Chorale des enfants de la Rive-Sud. Également au programme: des rencontres et des projections de films. Au Centre multifonctionnel de Saint-Lambert situé au 81, rue Hooper. 24 février : Le ch? ur en fête, concert dirigé par Xavier Brossard-Ménard, présenté à l?église


Le ch? ur à ses début s, vers 1920. Source : Société d'histoire Mouillepied

catholique de Saint-Lambert. Animé par Mario Paquet.

Ci-cont re : Xavier Brossard-Ménard, direct eur musical de l a Sociét é choral e de Saint -Lambert

11 mai : Le grand concert du centenaire, point d?orgue des festivités. Présenté avec l?OSDL, Myriam Leblanc, soprano, Hugo Laporte, baryton, Mathieu Label, ténor et Nicholas Burns, contre-ténor. Concert dirigé par Xavier Brossard-Ménard et animé par Françoise Davoine.

Photo Christian Barrette

Pour suivre nos act ivit és du Cent enaire www.chorale-stlambert.qc.ca Suivez-nous sur Facebook Louise Rousseau, choriste, en collaboration avec Denyse Lemay de la Société d?histoire Mouillepied

Ci-cont re : David Christ iani direct eur musical de 1979 à 2015. Photo courtoisie

Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 45


Les chorist es de Ciné-Jazz prêt s pour un nouvel événement . Photo courtoisie

Ch ? u r Cin é-Jazz

Plu s de 50 con cer t s en 10 an s Chaque année, l e Ch? ur Ciné-Jazz produit en saison régul ière une série de concert s auxquel s peuvent se gref f er d?aut res concert s ou événement s corporat if s à des f ins purement art ist iques ou carit at ives, puisque l ?un des object if s de l a mission du Ch? ur demeure, depuis ses début s, de sout enir l a col l ect ivit é en proposant à divers organismes l a t enue de concert s-bénéf ice. Ainsi, le 28 octobre dernier, le Ch? ur se produisait à la maison de vie pour retraités Sunrise de Blainville. Un concert d?une heure avait été préparé sur mesure pour les résidents. L?accueil fut émouvant, chaleureux et très gratifiant. Devant un tel succès, le Ch? ur a immédiatement été engagé par l?administration de la Résidence, pour une prestation durant les Fêtes. Cette période de l?année peut être synonyme de mélancolie pour plusieurs personnes âgées, et le Ch? ur compte bien illuminer, encore une fois, le c? ur des résidents. De même, en 2019, le Ch? ur donnera son 5e concert-bénéfice au resto bienfaiteur le Robin des Bois, qui donne tous ses profits à quatre organismes de charité reconnus. Créé en 2009, le Ch? ur Ciné-Jazz est l?un des rares ensembles au Québec à se consacrer Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 46

entièrement à la musique de films, de comédies musicales, de séries télévisées, de jeux vidéo et de jazz. Depuis 10 années maintenant, chaque semaine, une trentaine de choristes passionnés se rencontrent avec un plaisir évident afin de se consacrer à la musique chorale. Travaillant de façon rigoureuse pour offrir au public des concerts de qualité, les membres du Ch? ur Ciné-Jazz s?amusent ferme tout au long de la saison. De Vintage Experience à la Fondation La Mosaïque, en passant par Noir & Blanc, par le 30e anniversaire du Cirque du Soleil, Opération Enfant Soleil et tant d?autres, ce sont déjà plus d?une cinquantaine de concerts qui ont été donnés, depuis 10 ans, à Montréal et dans la région métropolitaine.


Le Ch? ur de Laval compt e une cent aine de membres. Photo Sébastien Ventura

Le Ch? ur de Laval

50 an s de r ich e vie m u sicale Le Ch? ur de Laval cél èbre cet t e année son 50 e anniversaire. C?est dans l a f orce de l ?âge qu?il aborde ce demi-siècl e d?exist ence, avec un programme cost aud de cinq concert s, dont l a neuvième symphonie de Beet hoven à l ?ét é 2019. Fondé en 1968 par Germain Lefebvre, le Ch? ur de Laval propose, sous son chef actuel, Dany Wiseman, une alternance heureuse entre les ? uvres célèbres du répertoire classique et d?autres, plus méconnues, qu?il tire d?une ombre non méritée. Le public, qui peut réentendre ses ? uvres préférées ? qu?on pense au Requiem de Verdi avec l?OSL en 2016 ou à celui de Mozart en 2018 ?, découvre aussi des trésors que le hasard ou l?injustice avait éloignés des projecteurs. C?est ainsi que le concert Mémoires féminines, présenté en 2017 et dont une partie des profits est allée à la prévention du cancer du sein, a permis au public de découvrir la force et la beauté de la Messe en ré majeur de la britannique Ethel Smyth en première nord-américaine et la cantante Hiob de Fanny Mendelssohn en première canadienne, deux

? uvres magnifiques plus que centenaires, oubliées parce qu?écrites par des femmes dans une époque d?hommes. En cinq décennies, huit chefs se sont succédé à la barre du Ch? ur, dont Yannick Nézet-Séguin. Sous la gouverne actuelle de Dany Wiseman, le ch? ur multiplie les évènements musicaux audacieux, que ce soit par la présentation de la magnifique et difficile Missa Solemnis de Beethoven ou par des associations ponctuelles mariant différentes formes d?art, comme le concert d?Halloween Laval frissonnant, premier concert de ce cinquantième anniversaire, où le théâtre Bluff, l?OSL et le Ch? ur de Laval ont uni leurs talents pour un spectacle unique. Sous la direction de Dany Wiseman, la qualité vocale du groupe s'est vue propulsée loin Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 47


devant. Par sa formation, son expérience et son approche pédagogique et ludique, M. Wiseman forme les choristes à être à l'écoute, non seulement de la précision de leur voix, mais de celles de l'ensemble du ch? ur, pour une expérience collective de dépassement personnel au contact des grandes ? uvres. Chaque semaine, près de 100 choristes passionnés, issus de divers horizons, se

réunissent pour explorer les ? uvres de Poulenc, Bach ou Britten. Des choristes expérimentés côtoient des recrues. D?ailleurs, le Ch? ur est en période de recrutement : que vous ayez ou non une formation musicale, le Ch? ur encourage les chanteurs et chanteuses « dans le placard » à oser se joindre à nous. En effet, l?approche pédagogique du Ch? ur de Laval fait une place au débutant comme au plus avancé des choristes. 50 ans de riche vie musicale sur le territoire lavallois : voilà notre carte de visite! Que ce soit en tant que spectateurs ou que nouveaux choristes, le Ch? ur de Laval vous attend! Nos prochains concerts : Noël à Cambridge (16 décembre 2018), Dubois et Fauré (13 avril 2019), Thé à l?anglaise (2 juin 2019), avec la présentatrice Lesley Chesterman.

Dany Wiseman, direct eur musical Photo courtoisie

Pour plus de détails, visitez notre site au www.choeurdelaval.com. Pour toute question ou pour une audition, écrivez-vous à contact@choeurdelaval.ca

La ch or ale du Cégep de Sain t -Jér ôm e

Tou jou r s le sen s de la f êt e apr ès 25 an s C?est sous ce t hème 25 ans d?hist oires à part ager que l a choral e du Cégep de Saint -Jérôme vous convie à son concert pour soul igner cet anniversaire bien spécial . D?une quinzaine de choristes en 1994 à 70 choristes en 2018-2019, toujours, nous avons eu le souci d?offrir des concerts de qualité présentant un répertoire varié alliant créativité et originalité. Nous sommes privilégiés de pouvoir compter sur les compétences de notre chef des 15 dernières années, Frédéric Vogel, Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 48

ainsi que sur celles de notre pianiste accompagnatrice Jacynthe Riverin. Tous deux nous amènent toujours plus loin dans nos expériences chorales. Le 27 avril 2019 à la salle André Prévost de la polyvalente de Saint-Jérôme à 20 h, nous fêterons en chansons cet anniversaire, en


Des chorist es ent housiast es à cél ébrer l es 25 ans de l eur choral e. Photo courtoisie

revisitant une partie des pièces de notre répertoire des 25 dernières années. Nous toucherons à divers styles : chansons françaises, chansons québécoises, jazz, gospel, classique, populaire, etc.

Vincent (comédienne-animatrice-chorégraphe) animera le tout avec sa verve habituelle.

Nous aurons quelques surprises comme un cocktail avant le concert, agrémenté d?une prestation du trio jazz Singin?Rendez-vous (trio composé d?anciennes choristes). Sur scène, six musiciens nous accompagneront et Monik

Pour plus d?informations nous vous invitons à visiter notre site web à nous suivre sur Facebook, ou encore à communiquer avec nous par courriel à choralestj@gmail.com.

Venez célébrer avec nous car s?il y une chose qui nous distingue, c?est bien notre sens de la fête!

Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 49


www.chorales.ca/chorissimo-2019

Revue Chanter - DĂŠcembre 2018 | Page 50


TEXTES COMPLÉMENTAIRES

Le M ot et à 40 voix, ch ef -d?? u vr e de Jan et Car dif f Le son possède cet unique pouvoir t ranscendant al qui permet de créer un univers imaginaire au-del à du monde dans l equel nous vivons. La musique d?une voix, d?un arbre rempl i d?oiseaux, d?une choral e st imul e des visions dans l a t êt e de l ?audit eur, d?aut ant pl us peut -êt re quand il est dans une sal l e vide, sans choral e, oiseau, ni haut -parl eur. L?audio peut devenir un environnement virt uel , une pièce de t héât re en t rois dimensions qui se joue dans l es haut es sphères de not re environnement visibl e. C?est d?abord cet t e redéf init ion de not re expérience de l ?espace qui s?impose à l ?art ist e Janet Cardif f dans son t ravail avec l e son : « Il peut êt re scul pt ural . »

par Chris Hampt on, écrivain qui col l abore à des nombreuses publ icat ions, ent re aut res The New York Times, The Gl obe and Mail , and Canadian Art Un chanteur avec qui Mme Cardiff travaillait en Angleterre a remarqué son intérêt pour le son en trois dimensions et lui a donné un enregistrement du chef-d?? uvre choral de la fin du XVIe siècle, Spem in Alium, de Thomas Tallis. La composition est écrite pour huit ch? urs de cinq pupitres, chacun intégrant soprano, alto, ténor, baryton et basse, pour un total de 40 voix.

Un chef-d?? uvr e Considéré comme le chef-d?? uvre de Janet Cardiff, M otet à quarante voix est une restitution de 40 voix chorales enregistrées séparément par 40 haut-parleurs haute-fidélité placés sur des supports. Les visiteurs peuvent se déplacer d?un haut-parleur à l?autre pendant la diffusion de 11 minutes d?une interprétation du motet à 40 voix du compositeur de la Renaissance anglaise Thomas Tallis (v. 1505?1585), Spem in alium num quam habui. Spem in alium [M on espérance en nul autre que toi] est vu comme sa plus célèbre composition.

Mme Cardiff se souvient d?avoir écouté l?enregistrement à son retour chez elle. « C?était un morceau très beau, mais sur deux haut-parleurs, c?était un peu indistinct, » dit-elle. « Je voulais entrer dans la musique et vraiment entendre chacune des différentes harmonies. » Prix du Mil l énaire L?? uvre d?art qui en est née a remporté le Prix du millénaire du Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) et est devenue emblématique de l?art contemporain canadien. Le Motet à quarante voix a été enregistré dans le Medieval Hall de Salisbury par le célèbre Salisbury Cathedral Choir. Les 59 chanteurs (les pièces pour sopranos ayant été interprétées par de petits groupes d?enfants) étaient équipés de 40 microphones qui ont capté leurs interprétations comme autant de canaux différents. Quarante enceintes acoustiques, disposées en ovale autour d?une salle, restituent l?ensemble, chaque haut-parleur étant consacré à une voix du Motet. Les mélodies qui explosent à l?échelle de la pièce prennent forme et bougent comme des personnages dansant dans l?espace. Les visiteurs peuvent en se déplaçant expérimenter les harmonies individuellement ou les entendre Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 51


Janet Cardif f et son conjoint George Bures Mil l er

Photo Vancouver Art Gallery

toutes en même temps depuis le centre de l?ovale. Une telle occasion d?entrer dans la musique, comme Mme Cardiff l?avait prévu, est rare.

« Comment amener le spectateur ailleurs? » Qu?il s?agisse de reproduire une sortie au cinéma, dans Paradise Institute (2001), par exemple, ou l?attente d?une averse, dans Storm Room [Pièce de tempête] (2009), l?art de Cardiff fait vraiment entrer les visiteurs dans des mondes alternatifs.

L?installation sonore a été présentée pour la première fois en 2001 dans la Chapelle Rideau du MBAC, un exemple local d?architecture néogothique reconstruite et conservée à l?intérieur du Musée. Au fil du temps, l?? uvre y est revenue à plusieurs reprises, et on peut l?y entendre aujourd?hui de nouveau. Si elle a beaucoup voyagé, la chapelle est devenue son havre. Installée dans ce décor spectaculaire, « l?expérience est très forte », affirme Josée Drouin-Brisebois, conservatrice principale de l?art contemporain au Musée. « J?aime y amener des gens, les laisser vivre l?expérience, puis leur rappeler qu?il s?agit d?art contemporain. »

Janet Cardiff a commencé à utiliser le son pour créer ces mondes dans sa première installation audio, Whispering Room [Salle des murmures] (1991). À travers 16 haut-parleurs disposés dans la salle, les visiteurs font l?expérience d?un récit qui se décompose, comme le dit l?artiste, « à la manière cubiste ». Dans To Touch [À toucher] (1993), les spectateurs explorent avec leurs mains la surface d?un vieil établi de menuisier, révélant un environnement sonore caché tout autour d?eux.

Des mondes al t ernat if s

Int eract ion avec l e publ ic

Comme l?essentiel de l?? uvre de Janet Cardiff (tant sa pratique personnelle que les pièces réalisées en collaboration avec son mari George Bures Miller), le Motet, selon Mme Drouin-Brisebois, répond à la question :

Dès les débuts de sa carrière, l?artiste a travaillé sur les idées qui animent encore aujourd?hui sa création artistique : l?interaction avec le public, les différents moyens de conter des histoires et la production spatiale de son. Ces notions sont

Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 52


présentes dans des projets plus récents de Janet Cardiff avec George Bures Miller comme The Murder of Crows [Le meurtre des corbeaux] (2008) et FOREST (for a thousand years? ), présentée à la DOCUMENTA (13) en 2012. Sous les voûtes en éventail et devant le retable doré de la chapelle, les tonalités spirituelles du Motet à quarante voix sont amplifiées. Mais le Motet commence à remodeler notre expérience de l?espace avant même que s?envole la première voix ? seule et angélique ? sur le mot « Spem ». Les micros captent réchauffements vocaux, raclements de gorge, conversations à propos de chefs de ch? ur, déplacements en ville et le temps exécrable qu?il fait à l?extérieur. Les haut-parleurs technologiques, froids, deviennent des personnages humains. Si vous fermez les yeux, vous êtes dans la salle avec eux. C?est peut-être pourquoi le son réussit si bien à créer un monde dans notre tête, comme le dit Janet Cardiff. « Vous ne pouvez vraiment nier sa présence. » Impossible en effet d?en faire totalement abstraction.

Lien pour écout er l 'int erprét at ion dirigée par l e chef brit annique Harru Christ ophers :

Lien

Pour en savoir pl us sur Janet Cardif f et son oeuvre :

Lien

Ent revue avec Janet Cardif f et George Bures Mil l er, Vancouver Art Gal l ery :

Lien

Janet Cardif f , Mot et a? quarant e voix, 2001, inst al l at ion sonore a? 40 pist es, inst al l at ion aux dimensions variabl e. Achet e? en 2001. Muse?e des beaux-art s du Canada, Ot t awa. © Janet Cardif f Photo MBAC

Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 53


Carine Minviel l e, chef de ch? ur

Un f ilm t ou r n é en Nou velle-Calédon ie

En plein ch? ur, en pr ison Dans l ?unique prison de Nouvel l e-Cal édonie, chaque semaine une bénévol e, Carine Minviel l e, prof esseure de mat hémat iques, vient animer un at el ier de chant l yrique pour l es dét enus en l ongue peine. Tiré de l a chaîne f ranceinf o Carine Minvielle, professeure de mathématiques, anime un atelier de chant lyrique pour les détenus en longue peine. « Une façon, dit-elle, de rendre à la société ce qu?elle nous donne. » À l?extérieur de la prison, en parallèle, un ch? ur de femmes travaille le même répertoire. Elles rejoindront le ch? ur des détenus à l?occasion d?un concert en fin d?année. En Plein Ch? ur raconte l?histoire de cette chorale atypique, qui ? uvre à la réinsertion des détenus et qui chaque année se produit devant les autorités judiciaires, après 10 mois d?intenses répétitions. Passer l es cont rôl es Chaque mercredi matin, derrière les immenses murs du Camp Est, c?est le même rituel. Carine Minvielle doit passer les différents postes de contrôle de la prison jusqu?à la salle de chant. Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 54

Au fur et à mesure, les portes des sas s?ouvrent et se referment derrière elle. Après 10 minutes dans les couloirs et les coursives de la prison, elle peut enfin se poster à la porte de la salle d?activité et accueillir un par un les détenus en leur serrant la main. Ils arrivent au comptegouttes, accompagnés d?un surveillant. Quand le gardien est parti et qu?une trentaine de détenus sont présents, le cours commence. Pendant deux heures, et sans surveillance, tous vont s?appliquer à apprendre à chanter... Entre ces murs, des instants de grâce, de beauté, de création peuvent se réaliser. Quel impact cet atelier de chant lyrique a-t-il sur les prisonniers quand on sait qu?ils sont là pour de longues années? Au-delà de la bouffée d?oxygène que peut leur apporter l?atelier lyrique, qu?y trouvent-ils? En s?engageant dans cette chorale, les prisonniers cherchent-ils à se racheter? Est-ce une simple échappatoire ou


une chance à saisir? Des criminel s condamnés à de l ongues peines Trente prisonniers, tous condamnés à de longues peines pour des crimes lourds (viols, meurtres, pédophilie), souvent commis sous l?emprise de l?alcool, participent à cet atelier. Apprendre le chant lyrique est un défi de taille pour les détenus. Cette année, ils travaillent La messe des pêcheurs de la Villerville de Fauré, l?Ave Maria, le Salve Regina et le Maria Mater Gratie de Fauré. Des ? uvres particulièrement complexes et qui demandent rigueur et concentration. En cela, le chant lyrique est aussi une expérience sociale bénéfique pour les détenus. Les vert us du chant l yrique pour l es dét enus Cette activité favorise leur resocialisation (le respect des horaires, du sens collectif, la capacité de concentration, le sens des responsabilités) tout en leur donnant goût au travail et à la rigueur. Il permet à beaucoup de détenus de se calmer, d?apprendre à maîtriser sa respiration. Ils doivent également accepter d?être dirigés par une femme. Dans une société calédonienne très machiste, où un quart des femmes sont battues, Carine Minvielle a su asseoir son autorité. C?est elle qui donne les ordres, c?est à elle qu?on obéit. Un programme ambitieux qui pourrait sembler voué à l?échec : ces détenus ignorent tout du solfège, ou du chant lyrique, a fortiori en latin. Avec cette chorale, c?est un énorme fossé culturel qui est franchi. Qui aurait-pu imaginer des détenus, dont certains sont à peine alphabétisés, apprendre des langues étrangères et des langues mortes? Ces prisonniers dont le français n?est bien souvent pas la langue maternelle, vont ainsi se retrouver à chanter en latin! Plus qu?un passe-temps, cet atelier est un

pont entre deux mondes. Le ch? ur du dest in commun Majoritairement Océaniens, les détenus découvrent une culture qu?ils pensaient jusque-là réservée aux « autres », aux « Blancs », aux « riches ». C?est une manière de poser un autre regard sur eux-mêmes, prouver que, eux aussi, peuvent faire de l?art lyrique. Avec cette chorale, les barrières sociales et ethniques tombent. Kanak, Wallisiens, Caldoches, métisses, Tahitiens; tous sont réunis pour chanter. Le vivre-ensemble, ce « destin commun » comme le dit l?expression consacrée en Nouvelle-Calédonie, se retrouve jusque derrière les murs de la prison. D?autant que ces détenus vont chanter avec des femmes venues des beaux quartiers lors de leur concert de fin d?année. De part et d?autre, certains a priori vont tomber. Finalement, cet atelier enseigne plus que le chant. Il enseigne le vivre-ensemble dans une société multiculturelle et inculque aussi le respect de l?autre. Fiche t echnique En plein ch? ur -

Réalisation : Jenny BRIFFA Co-réalisation : Amandine STELLETTA Production : Têtemba Productions et aaa production Co-producteur : France Télévisions, réseau Outre-mer 1ère Durée : 52 minutes Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 55


L'en seign em en t de la m u siqu e se per d, déplor e l'ex-m aest r o Gilles Bellem ar e « Êt re prof esseur, ça a ét é pour moi une f açon de [f aire] part ager [ma passion pour l a musique] à de jeunes musiciens », af f irme l 'ex-maest ro Gil l es Bel l emare. Cel ui qui a enseigné au Conservat oire de musique de Trois-Rivières pendant 34 ans et qui a dirigé l 'Orchest re symphonique de Trois-Rivières pendant pl us de 27 ans dépl ore que l 'enseignement de l a musique disparaisse t ranquil l ement des écol es au Québec.

Ext rait d?une ent revue accordée à Michel Lacombe dans l e cadre de l a série radiophonique 21 e à Radio-Canada

« La musique a disparu. [? ] La musique au primaire, il n?y en a plus. La musique au secondaire, il y en a de moins en moins, constate Gilles Bellemare. Les conservatoires se nourrissent de l?enseignement qui est fait en amont, mais il n?y en a plus », déplore-t-il.

Gilles Bellemare trouve également dommage que la musique classique ne trouve pas un écho important dans la population, contrairement à la musique populaire, par exemple. « On offre à goûter à des gens des aliments qu?ils vont aimer, parce qu?ils les connaissent. [? ] On est dans l?ordinaire de l?ordinaire. Et puis les gens, malheureusement, sont nourris, s?abreuvent de ces substances-là, qui ne sont pas si riches que ça, qui sont même pauvres. »

Entrevue intégrale

L'ex-chef d'orchest re Gil l es Bel l emare dans l es st udios de Radio-Canada. Photo Radio-Canada

Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 56


De la m u siqu e pou r appr ivoiser des en f an t s au t ist es Ce n'est souvent pas f acil e de f aire sort ir l es enf ant s aut ist es de l eur bul l e et de l eur rout ine. Pourt ant un at el ier de musique à Saint e-Jul ie, en Mont érégie, y arrive en quel ques not es. Le succès de ces at el iers est t el qu'on va mul t ipl ier l es cl asses dès l 'aut omne prochain. Un t ext e de Michel Marsol ais, Radio-Canada Si le projet entame sa deuxième session, il reste encore expérimental avec une douzaine de participants. Mais déjà, les éducateurs sont surpris du succès auprès des enfants. « Pour moi, la musique c'est une clé, c'est un passe-partout pour entrer en contact avec eux-autres, dans leur monde. Puis, ça les éveille. Automatiquement, ils veulent toucher les instruments, ils veulent faire de la musique », raconte l'éducateur L. Sébastien Roy, qui a collaboré à la conception de l'atelier. Les sons produits par les enfants ne sont pas toujours très harmonieux. Mais, les retombées des ateliers vont bien au-delà de la musique, explique l'initiatrice du projet, Christine Simard, elle-même mère d'un fils autiste. « Mon fils apprend le rythme, il commence à le développer. Ça l'aide beaucoup à socialiser parce que c'est un nouveau groupe, ce sont de nouveaux enfants, de nouveaux éducateurs. Ça le sort de son quotidien. Pour moi, les 10 semaines qu'on a fait du premier projet-pilote en janvier ça lui a amené cette ouverture-là sur la musique », dit-elle. Stéphanie Paquette a de son côté de la difficulté à amener sa fille Juliette aux ateliers de musique ? la fillette préférerait rester à la maison. Mais elle juge que l'effort en vaut la chandelle, « L'idée aussi, c'est de la sortir de sa zone de confort. On a une routine qui est très très stable. Je veux qu'elle puisse vivre de nouvelles choses et apprivoiser de nouvelles choses »,

explique-t-elle. Exercices de social isat ion L'éducatrice Annie Bastien insiste aussi pour dire que les ateliers musicaux combinent des exercices de socialisation qui ne sont habituellement pas évidents pour des jeunes atteints d'autisme. « Ce sont des ateliers de musique, mais on va faire d'autres exercices pour avoir le plus possible leur concentration durant une heure. Les autistes souvent, on dit c'est qu'ils n'aiment pas ça se faire toucher. Avec l'exercice des balles, par exemple, ils vont se faire un massage, ils vont aller masser un autre ami. Donc, ils vont rentrer par le jeu dans une interaction sociale », dit-elle. Les ateliers se sont fait connaître surtout par le bouche-à-oreille, mais la demande maintenant suffisante pour créer d'autres classes dès l'automne. « On va offrir le samedi à quatre groupes. Deux groupes en avant-midi, deux groupes en après-midi et la même chose dimanche. À ce moment-là, on va pouvoir recevoir beaucoup plus d'enfants », annonce Marc Ethier, directeur général de Zükari, le centre de jeux où se déroulent les ateliers. Pour L. Sébastien Roy, l'aspect ludique des ateliers reste essentiel. « Tout le monde sort gagnant sans s'en rendre compte. Encore une fois, si c'est comme du travail, ils n'auront pas de plaisir et ça ne marchera pas. Si ça ne paraît pas, il y a quelque chose qui se passe. Et c'est magique! », estime-t-il. Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 57


La m u siqu e classiqu e : u n e af f air e de sn ob? Ha! Les concert s de musique cl assique, avec t out es l eurs règl es compl iquées f ait es pour empêcher d?avoir du f un! On n?appl audit pas ent re deux mouvement s, on ne peut pas manger de chips et il f aut êt re en mesure de dif f érencier une f ugue d?une cant at e au risque de passer pour un êt re mal dégrossi. Le cl assique est aux prises avec un probl ème d?image dont pl usieurs aimeraient se débarrasser. D?où vient donc cet t e réput at ion de snobisme qu?on l ui donne? La réponse est compl exe, mais pas si compl iquée. par François Lemay t iré du sit e Ici musique de Radio-Canada Commençons par déf inir l e snobisme L?essayiste suisse Alain de Botton donne une définition contemporaine juste de ce que l?on considère être le snobisme : c?est un terme péjoratif qui sert à décrire le comportement d?une personne qui croit qu?il existe une relation entre le statut social d?une personne et sa valeur humaine. Il sert aussi à définir la croyance voulant que la classe sociale à laquelle on appartient nous donne préséance sur les autres, c?est-à-dire ceux qui font partie de classes sociales que l?on considère comme nous étant inférieures. Le terme, tel qu?on l?utilise, est apparu en Angleterre au début du 19 e siècle et descendrait du latin sine nobilate (sans noblesse), une expression utilisée au temps de l?Empire romain pour décrire un élève de la plèbe, dont un des parents s?était illustré, qui pouvait alors s?inscrire dans une école réservée aux nobles. Une fois abrégée, sine nobilate devient snob.

« I l n?y a que deux sor tes de musique : la bonne et la mauva ise. Le ter me musique cla ssique ne nous est plus vr a iment utile. » Chanter - Décembre 2018 | - JaRevue mes W illia ms

Page 58

Alors, dans l?Angleterre du début du 19 e siècle, le terme devient associé, comme chez les Romains, aux étudiants d?origine bourgeoise dont les parents sont assez fortunés pour leur acheter une place dans une école réservée aux familles nobles. Le mot « snob » est donc, dès son apparition, considéré comme péjoratif. La musique cl assique : argent , pouvoir et cl asse social e Donc, noble ou bourgeoise, la musique classique? C?est une bonne question. Elle est les deux à la fois, les deux classes ayant les moyens de se la payer! Parce que oui, la connaissance de la musique classique est en partie liée à l?argent, au pouvoir et à la classe sociale. Ce qui différencie, dès ses tout débuts, la musique classique de la musique populaire est principalement l?utilisation d?une partition. La musique populaire se transmet oralement, tandis que la musique dite savante est composée à partir d?un répertoire codifié. Pour comprendre ce répertoire, il faut savoir lire et écrire la musique, ce qui n?est pas donné à tous. Il faut avoir reçu une éducation qui est généralement réservée aux nobles ou aux ecclésiastiques. L?invention de la presse typographique au milieu du 15 e siècle et l?édition musicale, au 16 e siècle, contribuent à


l?accélération des changements de styles et à une certaine uniformisation de ceux-ci en Europe. Bref, s?il faut être éduqué pour faire de la musique autre que de la musique populaire, il faut être riche ou avoir les pieds bien placés pour l?écouter, parce que seulement deux classes sociales peuvent se permettre d?engager des compositeurs et de financer des orchestres : la noblesse et l?Église. Les gens ayant reçu une certaine éducation peuvent quand même assister à des concerts dans des universités (Collegium musicum) ou des maisons privées aux 17 e et 18 e siècles, mais il faut attendre au 19 e siècle avant que les concerts ne deviennent vraiment populaires, c?est-à-dire accessibles au peuple. Cela correspond, dans l?histoire, à la Révolution industrielle, lorsque le pouvoir passe graduellement des mains de la noblesse à celles de la bourgeoisie, qui s?empresse alors de reproduire les modèles auxquels elle se réfère. Cette classe s?approprie donc, peu à peu, la musique classique, qui devient alors un outil pour se différencier du peuple. Comme celui-ci s?était mis, justement, à assister aux concerts, on définit le comportement acceptable des spectateurs afin de créer une démarcation entre les deux classes et de pouvoir ainsi déterminer à laquelle ils appartiennent. Post Cl assical Ensembl e perf orms Hermann?s Psycho Narrat ive (L'ensemble PostClassical, dirigé par Joseph Horowitz)

Lien Youtube Quand le peuple monte sur les sièges durant les années 1890, comme le décrit Joseph Horowitz dans Moral Fire, on lui répond qu?il manque de révérence et de connaissances musicales pour

apprécier une musique savante qui devrait élever son âme et non pas servir à l?amuser. Dis-moi ce que t u écout es et je t e dirai combien t u gagnes Qu?on le veuille ou non, la musique que l?on écoute en dit long sur le rang qu?on occupe dans la société, ou sur celui auquel on ne veut pas appartenir. Une étude portant sur les goûts musicaux et les classes sociales, publiée en 2015 (le lien mène vers un texte en anglais), démontre que si « la palette des goûts musicaux n?est pas reliée en tant que telle à la classe sociale, celle-ci sert quand même de filtre à ce qui est apprécié ou non ». Ceux qui sont considérés comme faisant partie de l?élite préfèrent, généralement, la musique classique, le jazz, le blues, l?opéra, le chant choral, le reggae, le rock, la musique du monde et les musiques de théâtre, alors que chez les gens plus pauvres ou moins instruits, on aime le country, le disco, le heavy metal et le rap. Col l egium Musicum ? Concert o in D

Lien Youtube

Aussi, une chose importante que nous apprend l?étude est la suivante : les gens se définissent autant par ce qu?ils n?écoutent pas. C?est, selon moi, cet élément qui est le plus intéressant. Les participants moins instruits ont huit fois plus de chances de détester la musique classique que ceux qui ont étudié plus longtemps ou qui sont plus fortunés. De là à dire que le fait d?affirmer qu?on n?aime pas particulièrement un genre musical puisse servir à asseoir son statut social, il n?y a qu?un pas à franchir. Et de là à dire que, depuis quelques années, des efforts politiques sont faits pour mettre de l?avant une certaine forme d?anti-intellectualisme (que l?on associe à l?élite et au pouvoir), il n?y en a qu?un autre? Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 59


À la fin du mois de septembre se tenait, à Londres, la conférence Screen Music Connect, où l?on s?est penché sur le snobisme, dans le milieu de la musique classique, à l?égard des musiques de films, de jeux vidéo et de séries télé. James Williams, le directeur général de l?Orchestre philharmonique royal (OPR), a fait sursauter la salle lorsqu?il a affirmé ne plus utiliser le terme « classique » pour décrire les programmes des concerts offerts par l?OPR.

J?suis snob ? Boris Vian

Johannes Ciconia : O Rosa Bella

BBC?s Proms Hedwig?s Theme from Harry Potter

Des espaces r éin ven t és pou r ses 25 an s

L?École de m u siqu e de l?Un iver sit é de Sh er br ooke : u n con cept u n iqu e au Can ada Af in de soul igner son 25e anniversaire, l ?Écol e de musique de l a Facul t é des l et t res et sciences humaines de l ?Universit é de Sherbrooke a inauguré en oct obre ses nouvel l es inst al l at ions. Les t ravaux majeurs de rénovat ion ont nécessit é un invest issement de pl us de 9,5 mil l ions de dol l ars. De l a concept ual isat ion jusqu?à l ?inaugurat ion, il aura f al l u près de cinq ans pour que cet ambit ieux projet se concrét ise. Tiré du sit e web de l ?Universit é de Sherbrooke L?environnement tant intérieur qu?extérieur de l?École de musique a été repensé en profondeur. De tous les enjeux à considérer lors de cette réfection, l?acoustique et l?insonorisation ont été au c? ur des travaux. L?École de musique compte devenir le chef de file en matière de formation en production de musique de films, de jeux vidéo et de Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 60

publicités. Les activités pédagogiques seront grandement bonifiées grâce à des salles d?enregistrements de niveau professionnel. Un virage technologique et pédagogique « L?École de musique de l?Université de Sherbrooke a réalisé un virage à la fois technologique et pédagogique, explique le recteur Pierre Cossette. Les innovations


L?écol e de musique dispose désormais des meil l eurs st udios universit aires au pays pour l a créat ion de musique de f il ms et de jeux vidéo Photo Université de Sherbrooke

soutiennent l?apprentissage pratique ainsi que la préparation à la carrière des étudiantes et des étudiants. Tout cela dans un pavillon qui est en plus un modèle de développement durable offrant un magnifique contexte d?étude et d?expérimentation. » « Nous avons désormais les meilleurs studios universitaires au pays pour la création de musique de films et de jeux vidéo. Il s?agit d?un environnement idéal pour la recherche en interprétation musicale appliquée. Nos installations ont été conçues de manière à appuyer des programmes pédagogiques qui iront dorénavant bien au-delà de la théorie. Il s'agit d'un contexte réel et appliqué de production professionnelle », mentionne pour sa part le professeur André Cayer, directeur de l'École de musique. La pédagogie et le modèle d?enseignement ont aussi été révisés pour mieux répondre aux besoins d?un marché en constante évolution, notamment en ce qui a trait au nouveau

cheminement en interprétation musicale. L?École de musique a également revu en profondeur deux de ses quatre cheminements, celui en composition et musique à l?image et le cheminement en interprétation musicale. Les nouvelles installations à la fine pointe de la technologie comprennent entre autres : - Un centre de production musicale de niveau international, comprenant un système d?interconnectivité et une synergie des systèmes audionumériques uniques dans le domaine universitaire. - Des studios d?enregistrement professionnels - Des salles de concert et de prestation - Des installations et locaux de répétition accessibles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 pour la communauté étudiante, grâce à un système de carte magnétique.

Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 61


Cin q bon n es r aison s de ch an t er en gr ou pe Out re l e pl aisir même de chant er et l a joie de ret rouver des amis, f aire part ie d'une choral e procure d'aut res bienf ait s ét onnant s. par Manon Pl ant e Tiré du bul l et in Cont act , de l ?Universit é Laval De nombreuses recherches ont prouvé que la pratique d?un instrument de musique a une incidence positive sur les capacités cognitives et la concentration. Cependant, peu d?études se sont jusqu?à maintenant intéressées aux effets du chant sur le développement de ces aptitudes. En collaboration avec des spécialistes en musique, en phonologie et en psychologie, la professeure Pascale Tremblay (1), du Département de réadaptation, s?intéresse à l?influence du chant sur les mécanismes physiologiques, neuromoteurs et neurocognitifs qui sous-tendent la production de la parole et de la voix. Ses travaux visent, entre autres, à développer des stratégies pour prévenir ou retarder les effets du vieillissement sur la communication. Ses études font état d?effets positifs du chant choral tant pour la communication, pour la cognition que pour la santé du cerveau. Comment se traduisent concrètement ces bénéfices? 1. Une voix pl us st abl e Lorsque nous entendons une voix, nous sommes généralement capables de dire si elle appartient à une personne jeune ou âgée. L?un des critères sur lequel nous nous appuyons alors est la stabilité de la voix, puisque le vieillissement altère cette qualité. « Les résultats préliminaires de notre étude, indique Pascale Tremblay, permettent d?affirmer que le Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 62

chant stabilise la hauteur de la voix. Lors des

Pascal e Trembl ay Photo Université Laval

tests, nous demandions, entre autres, aux participants de parler sur un ton triste, un ton joyeux et un ton neutre. Nous avons découvert que la voix des non-chanteurs est plus variable que celle des chanteurs lors d?un discours neutre. En fait, les chanteurs parviennent à mieux contrôler leur voix et possèdent de meilleures capacités pour la moduler. » Or, la maîtrise de telles capacités, loin d?être anodine, permet de donner une meilleure impression en société. « La voix est l?une des caractéristiques majeures qui influencent notre jugement général d?une personne, et particulièrement d?une personne aînée. Sa voix sonne-t-elle bien? Si la réponse est affirmative, l?individu bénéficie d?une meilleure perception sociale », affirme la chercheuse. 2. Une capacit é à parl er pl us dist inct ement En vieillissant, les chanteurs parviennent à maintenir une meilleure articulation. « C?est important, souligne la professeure Tremblay,


puisque les chanteurs âgés sont plus intelligibles pour les autres par rapport aux non-chanteurs. » Ils peuvent donc profiter d?une vie sociale plus intéressante et préserver plus longtemps une certaine qualité de vie. Le chant a également une influence sur le débit de la voix, ce qui a également une incidence sur la qualité des échanges des personnes aînées avec les autres. Ces bienfaits du chant choral n?ont-ils d?intérêt que pour les personnes qui vieillissent? Pas nécessairement, répond la chercheuse. « La collecte de nos données, dit-elle, s?est terminée en août. Les volontaires qui ont participé à l?étude chantent au moins 60 minutes de manière continue chaque semaine depuis 2 ans. Par contre, ils n?ont pas tous la même expérience. Certains ont commencé à pratiquer l?activité il y a 2 ans, alors que d?autres chantent depuis 50 ans. Nous avons l?intention d?évaluer si le temps consacré à ce passe-temps au cours d?une vie a des répercussions sur nos résultats. » 3. Une voix pl us f ort e La vieillesse entraîne une baisse de l?intensité de la voix. Les chanteurs, pour leur part, réussissent à mieux préserver cette intensité, ce qui favorise un prolongement de la qualité de la communication et permet de conserver une meilleure qualité de vie. Cet avantage accordé par la pratique du chant devient particulièrement intéressant dans le traitement de certaines pathologies. « Chez les gens atteints de Parkinson, le volume de la voix est parfois très faible, ce qui cause un grave problème de communication. Toutefois, la thérapie par le chant permet à la voix de maintenir ou de retrouver une certaine intensité. Pratiquer le chant en groupe assure donc aux gens atteints de certaines pathologies de préserver leur qualité de vie », déclare

Pascale Tremblay. 4. Des f acul t és cognit ives amél iorées Le chant est une activité sensorimotrice. Il fait appel à des aptitudes de la sphère cognitive, par exemple la mémoire, l?attention et la vitesse du traitement de l?information. Pour cette raison, sa pratique a des répercussions sur les compétences des personnes dans cette sphère. « Lorsqu?on fait partie d?une chorale, il faut, entre autres, mémoriser des textes et être attentif à ce qu?on fait. L?exécution de ces simples tâches génère des effets positifs sur la cognition auditive et l?attention auditive », explique la professeure Tremblay. On peut penser que la pratique du chant engendre des retombées similaires à celles de la pratique d?un instrument de musique, qui sont mieux documentées. « On sait que jouer d?un instrument implique des effets de transfert. Les musiciens, par exemple, ont une meilleure fluence verbale, possèdent une meilleure mémoire de travail et sont plus aptes à discerner une voix dans le bruit », rappelle la chercheuse. 5. Une meil l eure sant é physique et psychol ogique Ainsi que le souligne Pascale Tremblay, chez les non-professionnels du chant, l?activité est avant tout sociale. La plupart des gens chantent, en effet, en compagnie d?une autre personne: un parent pour endormir son enfant, un couple pour passer le temps en auto, entre amis autour d?un feu? Chanter est donc un échange social. De plus, le chant aurait des répercussions sur les capacités respiratoires, l?humeur et la santé du cerveau. « Quoique beaucoup d?études sur ces questions souffrent de certains biais, révèle la chercheuse, il demeure qu?il est fort probable que le chant contribue au bien-être et à la santé en général. » Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 63


Devant tous ces avantages, ne soyez donc plus gêné de chanter en public! Et puis, après tout, « la vie, c?est plus marrant, c?est moins désespérant en chantant (2). »

de l?audition, codirectrice du Consortium d?imagerie en neurosciences et santé mentale de Québec (CINQ) et membre du Centre de recherche CERVO.

(1) Pascale Tremblay est aussi directrice du Laboratoire des neurosciences de la parole et

(2) En chantant, de Michel Sardou.

Le ch an t : u n loisir au x m ille ver t u s! Tiré du sit e web Ma vie en coul eurs Chant er sous l a douche ou dans une choral e, c?est bon pour l e moral ! Et pas seul ement : oxygénat ion, muscul at ion douce, dét ent e? l e chant n?apport e que des bienf ait s. Nous sommes d?ail l eurs de pl us en pl us nombreux à pousser l a chansonnet t e : l es choral es f ont l e pl ein et l a vogue des t él é-crochet s ne t arit pas. Aurions-nous cont ract é l e virus du chant ? On connaît l a chanson et on vous dit t out sur sa prat ique, sans f ausse not e s?il vous pl aît ! La musicot hérapie ou quand l a musique adoucit l es m? urs! Les effets « thérapeutiques » de la musique ne sont pas une découverte. Le premier homme (ou la première femme!) ayant produit un son plus ou moins mélodieux dans un os ou un morceau de bois taillé a pu les constater sur son entourage! Sous l?Antiquité, on la considérait déjà comme une science sacrée. Et dans les sociétés primitives, on l?utilisait pour réduire les tensions sexuelles ou les conflits. Mais c?est aux États-Unis que la musicothérapie a officiellement fait son apparition au début du XXe siècle! D?abord pour soulager les soldats blessés durant la Première Guerre mondiale, puis soigner les patients souffrant de troubles psychiatriques? Aujourd?hui, la musicothérapie est une « science officielle », validée par des diplômes universitaires. Ses applications ont largement dépassé le cadre de la seule psychothérapie : développement personnel, séance de créativité, atténuation de la douleur, difficulté d?apprentissage, amélioration des capacités cognitives et psychomotrices (chez les enfants autistes par exemple) ou même hypertension? Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 64

rien ne résiste à la musique! Cela peut s?expliquer notamment par ses effets physiologiques car, tout comme le rire, elle peut faire baisser le taux de cortisol (une hormone associée au stress) et libérer des endorphines. À noter : on distingue la musicothérapie « active » qui facilite l?expression de soi et s?appuie sur le chant, l?improvisation instrumentale ou la composition de chansons, de la musicothérapie « réceptive » basée uniquement sur l?écoute, qui peut stimuler l?énergie créative, la concentration ou la mémoire. Le chant , un sport compl et ! Les bienfaits psychologiques de la pratique du chant sont nombreux et certains semblent assez évidents. Se détendre, penser à autre chose, lâcher prise, exprimer et contrôler ses émotions? Mais la voix n?est pas n?importe quel instrument : elle exprime notre personnalité profonde! Véritable exercice de confiance en soi, le chant permet de bien placer sa voix, ce qui d?emblée (re)donne de l?assurance, tant physique que morale. En permettant de trouver sa voix, le chant permet ainsi d?affirmer sa voie!


Physiquement aussi, les vertus du chant sont multiples, et peut-être moins connues. - Une musculation douce : adopter une bonne posture pour bien chanter sollicite de nombreux muscles profonds (comme dans le Pilates). De la nuque aux jambes, en passant par les bras et les dorsaux, un tas de fibres musculaires sont au travail et s?en trouvent tonifiés! - Une amélioration des capacités respiratoires : quand on chante, l?inspiration part du ventre et remonte jusqu?aux clavicules. Puis, le thorax se vide et le son « glisse » » en s?appuyant sur le souffle. Cette respiration profonde par le ventre est proche de celle pratiquée au yoga. Elle fait fonctionner l'ensemble de notre système respiratoire, ce qui améliore le souffle et l?oxygénation de tout l?organisme. - Un effet « lifting » naturel : pour bien chanter, il faut bien articuler, ce qui fait travailler l?ensemble des muscles faciaux, lèvres, pommettes, menton, coup et front. Une excellente gymnastique faciale pour lutter contre l?affaissement du visage et maintenir l?élasticité de votre peau! - Un massage corporel « vibratoire » : les vibrations de la voix et des cordes vocales se propagent dans tout le corps, y compris le cerveau et au niveau de la colonne vertébrale. Cela crée un délicieux massage vibratoire aux effets bénéfiques (sphère ORL, dos..). À noter : le chant choral, qui est le plus pratiqué et le plus accessible, offre en plus des avantages spécifiques. Rencontres enrichissantes, ouverture d?esprit, dynamique de groupe? dans un ch? ur, on se sent vraiment portée par la voix des autres! Do, ré, mi, f a, sol ? demain, je m?y met s! Chanter à tue-tête sous la douche ou dans votre voiture, c?est déjà pas mal! Mais si vous voulez

aller plus loin pour ressentir tous les bienfaits et l?euphorie que procure le chant, voici quelques pistes et conseils? - Vous chantez faux? Rien n?est perdu! Chanter juste s?apprend, mais il vous faudra passer par la case cours individuel (dans les conservatoires municipaux, chez les psychophonistes, coach vocal, etc.), et vous exercer quotidiennement? ce qui vous procurera rapidement un grand plaisir! - Vous ignorez le solfège? À condition de chanter juste, cela ne vous empêche pas d?intégrer un ch? ur. Dans de nombreuses chorales, le travail se fait « à l?oreille » et il n?est pas obligatoire de savoir déchiffrer une partition. - Vous hésitez sur le répertoire? Classique, variétés, jazz? Tout dépend des goûts! Il existe des chorales et des cours dans tous les styles, et de tous les niveaux. Sachez que le jazz vocal est sans doute le plus difficile et nécessite le sens de l?improvisation! - C?est l?aspect « psychologique » qui vous intéresse? Il existe des pratiques vocales destinées à prendre conscience de votre respiration, améliorer votre posture, explorer votre personnalité et « trouver votre voix »? - Vous cherchez un professeur de chant? Sachez qu?il vous en coûtera entre 20 et 40 $ l?heure. - Vous souhaitez participer à des concours de chant? Il n?y a pas que La Voix dans la vie! Et sinon, il vous reste toujours les soirées karaoké pour vous éclater en famille ou entre amis! Corps, émotion, mental? il n?y a pas une parcelle de nous-même qui ne soit touchée par le chant. Alors, quand est-ce que vous vous mettez à pousser la chansonnette? Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 65


Échos des ch?urs Les Chant e-Dames au t ravail

Des f onds pour l ?égl ise Saint -Charl es-de-Bel l echasse

pat rimonial e

Le Choeur de Bellechasse vient de présenter un concert à l?église Saint-Charles-de-Bellechasse afin d?amasser des fonds pour la préservation de cette église patrimoniale. Le concert intitulé Noëls d?hier et d?aujourd?hui était comme toujours sous la direction de Carole Bellavance et accompagné par France Marquis. ----Nouveau disque pour Quart om

Photo courtoisie

Quel joli nom de ch? ur : Les Chante-Dames de Victoriaville. Le groupe composé de 28 choristes prépare son concert du printemps qui aura lieu le 1er juin 2019. La bonne humeur est au rendez-vous sous la direction de Louise Deslonchamps alors que Francine Beaubien accompagne le ch? ur qui en est à sa 11 e année d?activité. Le répertoire de ce prochain concert se divise en quatre sections : folklore, classique, musique de film ou comédie musicale et enfin, chant populaire. Le plaisir est toujours au rendez-vous! -----

Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 66

Quartom célèbre cette année ses 10 ans. En octobre, il a lancé Renaissance, un nouvel album consacré au chant grégorien et à la polyphonie vocale de la Renaissance. Les quatre talentueux chanteurs invitent les auditeurs à les suivre sur


les chemins de la spiritualité avec cet album enregistré à l?Église Saint-Esprit de Montréal. De plus, Quartom accueille cette année l?exceptionnel ténor québécois Antonio Figueroa, il succède à Gaétan Sauvageau. L?ensemble possède trois albums à son actif. Le premier, éponyme, en 2013, regroupe quelques- unes des pièces de leur spectacle La bonne nouvelle selon Quartom. Le deuxième en 2014, Le Noël de Quartom et le troisième en 2016, Acte III, sous étiquette ATMA Classique, a été salué par la critique tant pour la qualité des interprétations que pour l?originalité du contenu.

Un t émoignage él oquent chant ant es en Est rie

sur

l es

Fol ies

----On s?amuse au Choeur Davel uy de Vict oriavil l e

Les choristes du Choeur Daveluy ont organisé fin octobre un souper suivi d?une danse où les amateurs étaient invités à swingner la compagnie sur les fameux sets carrés animés par le câlleur professionnel Donald Dubuc accompagné de Marc Grenier. Quelques jours après cette activité de financement, une bonne partie des quelque 80 choristes sous la direction de Suzanne Lainesse ont coloré la répétition aux couleurs de l?Halloween,.

C'est toujours la grande fin de semaine de l'action de grâce et les choristes de partout peuvent s'y inscrire. Certains s'y inscrivent en ch? urs, d'autres le font de façon individuelle. En fait il y a de la place pour 515 personnes (nombre de sièges de l?amphithéâtre d?Orford Musique. Cette année il y avait 475 personnes dont 47 chefs de ch? urs (si j'ai bien compris), plusieurs choristes des Prairies (plus d'une dizaine) et un couple de Français qui sont tous les deux chefs de ch? urs et de la même chorale: elle dirige les sopranos et altos et lui les ténors et basses. Comme j?aimerais voir comment se passe l'un de leurs concerts! Cette fin de semaine de trois jours est comme un Noël pour choristes: on y développe nos cadeaux l'un après l'autre. Ainsi alors qu'on s'inscrit et même jusqu'à notre arrivée à Orford, on a aucune espèce d'idée ce que l'on y chantera, par qui l'on sera dirigé et qui sera l'artiste invité durant l'une des soirées (normalement relié à l'une des chansons que l'on apprendra). Tout est organisé Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 67


au quart de tour On a droit à des ateliers de rattrapage en fin de journée; ne lisant pas la musique j'y suis toujours et c'est super génial. Ah oui cette année on savait que notre région était sous les projecteurs (Le Ch? ur qui bat avait été choisi au sort pour l'un des deux spectacles en soirée). Bref oui je reviens fatiguée mais oh combien remplie de belles découvertes Christ iane Bl ais, chorist e de l ?Out aouais ----Tournée en Russie Le Choeur classique de Montréal organise une tournée en Russie en août 2019. Il a fait une recherche de choristes cet automne, notamment pour recruter des alti, ténors et basses. La période de recrutement est en principe terminée. Pour informations, écrivez à manussia@hotmail.com

pédagogue, un humaniste et un communicateur de la musique auprès du public et de ses chanteurs. Le style de ses exécutions vise à la plus grande intelligibilité possible du texte chanté et à une émotion sobre et sincère, livrée à travers une grande précision musicale. Destiné à suivre les traces de son père qui était pasteur, Robert Shaw a quitté ses études de philosophie et de théologie et s?est imposé très jeune, aux États-Unis, à la tête de divers ensembles vocaux, comme un chef à la fois autodidacte et très fougueux. Par la suite, déjà bien engagé en carrière, il a fait un long mais fructueux apprentissage de la technique de direction d'orchestre en côtoyant deux des plus grands chefs du 20e siècle, Arturo Toscanini et George Szell (pour qui il a mis sur pied le ch? ur de l?Orchestre de Cleveland). Sa carrière a culminé à Atlanta, où il a dirigé les ch? urs et l'orchestre symphonique de 1966 à 1988.

----À l a découvert e de Robert Shaw

En savoir plus

Deux émissions d?Ici Musique de Radio Canada animées par Marc-André Doran ont été consacrées à Robert Shaw.

Accueil chal eureux pour Avril l é en Ch? ur

Robert Shaw (1916-1999) a été tout à la fois un chef de ch? ur, un chef d?orchestre, un

La chorale française Avrillé en Ch? ur a fait une tournée au Québec du 4 au 23 octobre. De Montréal à la Gaspésie en passant par Mont-Tremblant, La Tuque et le Saguenay, la chorale d?une trentaine de personnes de département de Maine et Loire a fait un compte rendu de sa tournée sur son blogue. De son arrêt à Gaspé, voici ce qui a été écrit : « Enfin, nous avons terminé la journée par notre grand concert, organisé pour nous par la chorale Les Voix du Large, à la cathédrale de Gaspé, magnifique, majestueux et immense bâtiment. Nous y avons chanté tous nos morceaux, dans une atmosphère chaleureuse et agréable. Je crois que jamais je n?avais joué dans un lieu

Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 68

-----


aussi impressionnant et imposant, car on s?y sent vraiment tout petit. Après le concert, Les Voix du Large nous ont offert le pot, et comme toujours nous avons été reçus avec énormément de bienveillance et de générosité. »

La chorale avait aussi été reçue chaleureusement à la Malbaie par l?Ensemble vocal Charlevoix et présenté un concert conjoint à l?église Notre Dame des Monts. À New Richmond, elle a participé au concert de Maxime Landry avec l?Ensemble Vocal Tourelou dirigé par Guylaine Fournie, et partagé également un pot de l?amitié. « Le concert a été un moment magique, Maxime Landry étant un chanteur exceptionnel, et l?ensemble de Guylaine nous a énormément touchés par la beauté des chants et des harmonisations. » À Québec, belle rencontre avec la chorale Atmosphère, dirigée par Nadia Labbé, et des Petits chanteurs de Charlesbourg dirigés par Jessica Latouche. « Ils nous ont notamment présenté un medley Jacques Brel pour Atomsphère, harmonisé par Nadia Labbé, et un medley Notre Dame de Paris harmonisé par Julie Lachance, grands moments musicaux. »

Le blogue d'Avrillé en choeur

At el ier choral Simon Carringt on L?Institut choral de Montréal (ICM) a accueilli le samedi 1 er décembre Simon Carrington, professeur émérite de l?Université Yale, pour un atelier choral destiné aux chanteurs de la grande région de Montréal désireux d?apprendre de l?expertise de ce musicien de premier plan. Pour l?occasion, l?ICM a souhaité rassembler un maximum de chanteurs/ musiciens de tout horizon pour former un grand ch? ur afin de travailler quelques ? uvres sous sa direction et de profiter son expérience. La rencontre a eu lieu à l?Université McGill, École de musique Schulich, Studio d?opéra.

Notons que Simon Carrington entretient une longue et fructueuse carrière en musique comme chanteur, contrebassiste et chef d?orchestre ayant commencé sa carrière au Royaume-Uni, ensuite aux États-Unis et enfin partout dans le monde. Entre 2003 et 2009, il a occupé le poste de professeur de direction chorale à l?Université Yale ainsi que celui de directeur du Yale Schola Cantorum, un ch? ur de chambre à 24 voix qu?il a fait découvrir sur la scène internationale. Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 69


Un quat uor heureux de son expérience La directrice artistique du Quatuor Vocal Hayk, Hasmik Gasparyan, qualifie d?expérience inoubliable la participation de son groupe au grand spectacle de clôture de la Virée classique de l?OSM à la Maison symphonique de Montréal. « Nous étions très heureux et honorés d?être les premiers à occuper la scène pour présenter trois ? uvres composées par Komitas, C.Franck et J. Bach. Notre expérience a été des plus inoubliables, car nous nous estimions chanceux de performer dans une salle aussi prestigieuse en partageant notre amour de la musique avec des amateurs et des mélomanes passionnés. Qui plus est, sous la direction de maestro Kent Nagano pendant l?interprétation de l?Ode à la Joie de Beethoven.

Un moment de communion que nous avons savouré et que nous espérons revivre sûrement. » Le Quatuor Vocal Hayk est compose de Hasmik Gasparyan (soprano), Karine Topalian (alto), Ari Agnerian (ténor), Avedis Salizian (basse, accompagné au piano par Artur Markosyan. ----At el iers Cercl es de chant Chant al Gossel in

spont ané avec

Les ch? urs Les Voix du moment, de Gatineau, et Sympholies vocales, de Pierrefonds, ont reçu récemment la formatrice et animatrice Chantal Gosselin pour l?animation d?ateliers Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 70

d?exploration du Cercle de chant spontane? (Circle Song) afin de découvrir les joies de cette approche et de?velopper les aptitudes qu'elle requiert (pre?sence, e?coute, adaptabilite?, rythmes, harmonies, etc.) Rappelons que Mme Gosselin s?est spécialisée dans l?enseignement du chant improvisé et de la création spontanée parce que cette approche modulable est rassembleuse tout en permettant une grande flexibilité dans le développement personnel et créatif de chacun, basé sur la présence et l?écoute. Elle a été formée pendant plus de sept ans auprès de Bobby McFerrin. ----Jean-Charl es Côt é t émoigne sa reconnaissance « Les concerts commémoratifs du centenaire de la Grande Guerre (1914-1918) furent une expérience musicale et humaine très enrichissante! En plus d?avoir le privilège de faire connaissance avec mes collègues français, nous avons présenté le programme An Zukunft (Aux lendemains) qui met en valeur les ? uvres de compositeurs allemands et français des deux guerres mondiales: Caplet, Poulenc, Ravel, Reger, Schoenberg, Fujikura (japonais, 21e s.). Au total, la tournée a compris sept concerts en France avec les ch? urs professionnels Sequenza 9.3, le Ch? ur de l'Armée Française (A.A.C.A.F.) et le Choeur de chambre du Québec. Le programme a été co-dirigé par Émilie Fleury et Catherine Simonpietri à la cathédrale D'amiens, au Théâtre De Cambrai, à la Basilique Notre Dame d'Esperance de Charleville-Mézières, à l'hôtel de ville et à la Philharmonie de Paris. Le Ch? ur de Chambre, sous la direction de Robert Ingari, a interprété le programme Harmonie et amitié entre les nations qui rassemble des ? uvres chorales canadiennes et québécoises lors de deux concerts à l?hôtel de ville d?Arras et à l?Association France-Amériques.


Avez-vous des cant iques de Noël préf érés? Certains sont attirés par les chants joyeux, d?autres vibrent plus à la nostalgie. Les versions populaires comptent beaucoup d?adeptes, mais les grands classiques, ont toujours leurs fidèles auditeurs. Voilà pourquoi, les Voix des Moulins et les Jeunes Voix des Moulins ont proposé leurs Noëls favoris sous la direction musicale d?Alexandra Boulianne et assistée de Julie Laverdière (Jeunes Voix des Moulins). Quatre-vingt-dix choristes enfants et adultes et six musiciens présenteront un spectacle le 9 décembre au Théâtre du Vieux-Terrebonne.

Les compositions de mes collègues Louis L'Étourneau et de Robert Ingari ainsi que trois de mes pièces (En montant la rivière (Éditions de l'Alliance chorale du Québec), Flaques de Soleil et Passage (Éditions de l?Alliance)) ont été interprétées lors de ces événements. Robert Ingari a aussi soigneusement mis en place les ? uvres de Poulenc, Schoenberg et Fujikura auprès du Ch? ur de Chambre avant la tournée. » Le Ch? ur en Suppl ément ?Air à guichet s f ermés C?est sous le thème Il était une fois? LE CINÉMA que les 410 choristes du Ch? ur en Supplément?Air ont charmé une fois encore le grand public à leur concert annuel le 3 novembre à la salle Louis-Fréchette du Grand Théâtre de Québec. Tous les billets avaient été vendus. Une centaine de choristes du Ch? ur chantent Noël au Marché de Noël Allemand, sur les marches de l?hôtel de ville de Québec, à quelques reprises en décembre. -----

Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 71


Coor don n ées 2, r ue Sainte- Cat her ine bur eau 302

Est , Nos bur eaux sont ouver t s du lundi au vendr edi de 9 h à 16 h 30. Nous vous invit ons à vous assur er de not r e pr é sence sur place avant t out passage à la per manence.

Mont r éal (Québec) H2X 1K4 Téléphone : 514- 252- 3020 Télécopie : 514- 252- 3222 Cour r iel : inf o@chor ales.ca

Équipe de la per manence

Char les Decr oix Directeur général Le Conseil d'administ r at ion de l'Alliance chor ale du Qué bec est composé de :

Jeanne Doucet Coordonnatrice principale L'Alliance bénéf icie du sout ien f inancier du minist èr e de la Cult ur e et des Communicat ions du Québec.

Lyne Dusseault , pr ésidente Johanne Ross, vice- pr ésidente Rosanne Boisver t , t r ésor ièr e Nat halie Ross, secr ét air e Lyne Rompr é, administ r at r ice Jessika Boulay, administ r at r ice

L'Alliance chor ale du Québec est membr e de À Coeur Joie Inter nat ional, de Chor us Amer ica, de Canada Chor al et du Conseil Québécois du Loisir

Dimit r is Ilias, administ r ateur

Vous voulez nous f air e par t de vos act ivit é s?

Comit é de r é dact ion de la Revue Chanter

Chaque année, les chor ales membr es de l'Alliance met tent sur pied des act ivit és, concer t s, voyages, échanges et aut r es. Pour quoi ne pas fair e pr of iter l'ensemble des chor istes québécois de vos « bons coups »?

Vous avez quelques heur es que vous aimer iez consacr er aux aut r es? Vous aimez écr ir e et aimer iez êt r e lu ailleur s que sur Facebook?

Faites- nous par venir par cour r iel à r edact ion@chor ales.ca un ar t icle, des photos ou une vidéo et il nous fer a plaisir de publier dans les pages de la r evue ce qui fait la vivacit é de not r e or ganisat ion et de ses membr es! Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 72

Pour quoi ne pas devenir r édacteur ou r édact r ice pour la r evue Chanter? Vous avez des sujet s dont vous aimer iez t r aiter ou des expér iences à par t ager ? Nous publions 4 numér os r égulier s par année. Communiquez avec Réal Mar chessault , r édacteur en chef , à r edact ion@chor ales.ca.


Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 73


REVUE

CHANTER

Alliance chorale du Québec 2, r ue Sainte- Cat her ine Est , bur eau 302 Mont r éal (QC) H2X 1K4 (Canada) (+1) 514-252-3020 1-888-924-6387

www.chor ales.ca Revue Chanter - Décembre 2018 | Page 74

Profile for Alliance chorale du Québec

Revue Chanter | Décembre 2018  

Revue Chanter | Décembre 2018  

Advertisement