Issuu on Google+

Ne pas jeter sur la voie publique.

zyvamusic.com | SEPTEMBRE / OCTOBRE 2009 #04

EATH ER / TH E D EA D W N IO IS LL O C / R ID D IM T FU N .. . / M U SI C IS N O EL EK TR O SY ST EM SH A C Y D N A NC ER TS ET / C DA / CD / CO H EL LF ES T / SZ IG R BE RL IN , AG EN S, LE , CH RO NI Q UE + SC èN E LO CA

UN ΠIL SU


EDITO

SOMMAIRE

Ah y’est c’est la rentrée ! On a survécu à l’été, aux festivals, aux feux de forêts, à la grippe A, à la canicule, aux méduses, aux moustiques, aux typhons... bref à tout ce qui caractérise cette belle saison en 2009. C’est le moment où les programmations commencent petit à petit à fleurir, afin de nous donner un aperçu de ce que sera la vie musicale à Lyon et ses environs en 2009-2010. Et après une saison 2008-2009, que l’on pourrait qualifier de “maussade”, voilà que l’on nous annonce déjà quelques bons moments : Phoenix, Porcupine Tree, Wax Tailor au Transbordeur, Kasabian au Radiant à Caluire, Just Jack, Shakaponk, Nosfell à la salle du Kao, Massive Attack, Depeche Mode, Rammstein (pour la première fois à Lyon) à la Halle Tony Garnier, ou encore les rappeurs d’Antipop Consortium à l’Epicerie Moderne ! Ce n’est bien sûr qu’un minuscule aperçu de ce qui nous attend cette saison, mais ça donne déjà bien envie. Sinon parlons peu, parlons bien, que nous réserve le numéro de ce mois-ci ? Un remake d’une famille formidable avec dans les rôles principaux et en chef de clan Cameron McVey et Neneh Cherry pour le groupe Cirkus, la petite qui monte, qui monte, qui monte, Carmen Maria Vega, les Belges de Ghinzu et leurs histoires drôles, et pour finir les overbookés de l’été, les Caravan Palace ! Tout ça agrémenté d’un tas de petites choses qu’on vous laissera bien entendu apprécier afin d’appréhender au mieux la fin des vacances.

Keskiss pass dans l’coin ? p. 4 & 5 Ze world news p. 6 Discussion : Caravan Palace p. 7 à 10 Discussion : Ghinzu p. 12 à 15 Zoom sur le local p. 16 & 17 Chroniques d’albums p. 18 & 19 Chroniques de festivals p. 20 & 21 Discussion : Carmen Maria Vega p. 22 à 25 Zyva Berlin : Quartier Kreuzberg p. 26 & 27 Discussion : Cirkus p. 28 à 30 Extraits de discussions p. 31 Agenda concerts p. 32 & 33 Agenda CD p. 34 Passionnés de musique, vous souhaitez partager notre aventure, pour nous contacter : contact@zyvamusic.com Retrouvez les numéros précédents en téléchargement sur zyvamusic.com/mag

Septembre / Octobre | Tiré à 20.000 exemplaires Rédacteur en chef : Grégory Damon redaction@zyvamusic.com Directeur de publication : Hedi Mekki Rédacteurs : Jagunk, Yoch, --HMK--, Kymmo, Sabrina Martin, Sophie Bugnon, Alicia Stepa Photographes : Kymmo www.kymmo.com Hervé All www.herveall.com Mathias Fau Maquette et graphisme : David Honegger Chargé de communication/relation presse : Nicolas Tourancheau communication@zyvamusic.com Responsable commercial : Hedi Mekki commercial@zyvamusic.com Zyva Berlin : Magdalena Von Sicard, Sabine, Tobi, Phlo, Jula, Gwenn contact@zyvaberlin.de Siège social : 12 rue Jubin 69100 Villeurbanne Imprimerie : Pure Impression Zyva 2004 : Tous droits de reproduction réservés pour tous pays. Aucun élément de ce magazine ne peut être reproduit d’aucune manière que ce soit, ni par quelque moyen que ce soit, y compris mécanique et électronique, online ou offline, sans l’autorisation écrite de l’association Zyva.

Remerciements pour ce numéro : Roger Wessier (Base production), Eric Fillon (Mediatone), Laure Nicoladze, Thierry Sportouche, Jerome Flayac et Nicolas André (Jarring effects), Pierre Dron, Séveryne molard et Adrien Boussaroque (Nuits de Fourvière), Hervé All (www.herveall.com), Mikael Morel-Jean (On tour), Nina Irrmann, Alexis Massoutier (Barclay), Mathias Fau, Grégory Armato (ElektroSystem), Fred Lapierre (Le Brise Glace), Arthur Lorella (Les Abattoirs), Jean-Loup Perrin (Arachnée), Pascaline Pizzighini (Differ-ant), Thomas Regnault (Citizen), Albin Renard (Atmosphériques), Benjamin Dierstein (Ping Pong), Fabien Hyvernaud (Ninkasi), Val (La Stickerie), Marion Bornaz (Clacson), Gaëlle Barbier (Marché gare), Delphine Guedra (Rize), Mr. Billy (Le progrès), Sophie Bugnon, Delphine Tourancheau, Marie Neyret, Perrine Choquelle, Léa Torres, Florence Damon-Bernard, Fanélie Viallon, Anne-Laure Baudry, Alek’s, Ionn Petit, Anto Dreano, Momo, Blaise Diop.

Ce magazine est imprimé avec des encres végétales sur du papier blanchi sans chlore. Ce magazine a été imprimé par une entreprise Imprim’Vert certifiée ISO 14001 qui intègre le management environemental dans sa politique globale.

www.zyvamusic.com | 3


KESKISS PASS DANS L’COIN ?

D.D.Ds par 1again

L’actualité des structures et groupes Rhône-Alpins

FESTIVAL DES MUCONCERTS DE L’ESPOIR

Just Rock? Non, bien plus...

Le 2 et 3 octobre, aura lieu Les Muconcerts de l’Espoir à Villard de Lens en Isère. Ce festival a pour but de récolter des fonds pour la lutte contre la Mucoviscidose. Au programme : énergie et bonne humeur avec des groupes festifs tels que le Tram des Balkans (Tzigane, Balkan), les Patates Rats (Ska Rock), Kanka (Electro Dub) et bien d’autres. Au total, une dizaine d’artistes répartis sur deux soirs pour la modique somme de 18€. + d’infos : www.muconcerts.org

Mediatone organise la troisième édition du Festival Just Rock? du 21 octobre au 15 novembre. La série de cinq concerts s’ouvrira avec les Belges de Ghinzu au Transbordeur le 21 octobre. Les dates suivantes verront se produire entre autres Sebastien Schuller, Vandaveer, The Dodoz, Eiffel. À noter que le festival ouvre son Rock à d’autres horizons avec le projet fusion Zone Libre vs Casey & B.James ou encore le Rock Jazz Rap de Anthony Joseph & the Spasm Band et le Rock Gnawa de Tinariwen. + d’infos : www.mediatone.net Festival Rocktambule 15ème édition

Une nouvelle structure vient d’apparaître dans le paysage culturel lyonnais : Iamcom Prod. Le but est simple : organiser des événements, soirées sur Lyon, dans l’esprit Rock / Electro Rock. Ces soirées porteront le nom de Monster Club, seront déclinées selon divers thèmes et proposeront des spectacles originaux mettant en avant des artistes de la scène culturelle locale (concerts, performances, défilés de mode, Djs, expos... ). À titre d’exemple, une première soirée a eu lieu le 30 août avec un fashion show, un concert Electro Gothique Indus d’Operation of the Sun et un set DJ de Tristan Jarvis.

Le Festival de la région grenobloise fête ses 15 ans du 13 au 31 octobre prochain. Toujours aussi éclectique avec de la Chanson (Dominique A, Karimouche, Joyeux Urbains, Abd Al Malik...), du Rock (Alec Empire, Doppler, Guerilla Poubelle...), du Rap (Oxmo Puccino, Ghostown, Subtitle, Dälek, Java...), de l’Électro (Kiko, Paul Kalkbrenner, Djemdi...) et encore bien d’autres genres et artistes. Ce festival est organisé par le Pôle Musical d’Innovation qui regroupe l’ensemble des professionnels grenoblois. + d’infos : www.rocktambule.com

Open your Ears !

ZERO ABSOLU, nouvel album !

Le Tranbordeur et Mediatone lancent un nouveau concept de concerts : les soirées OPEN. Créées pour mettre en avant la scène émergente lyonnaise, ces soirées présenteront également les acteurs musicaux du Grand Lyon (lieux, associations, collectifs...), sous forme de stands et projections vidéos. La première aura lieu le 3 octobre à un tarif abordable (13€) et la thématique sera Rock’n’Beat avec les groupes phares de la scène lyonnaise : Fake Oddity, Music Is Not Fun, Scratch Bandits Crew, We Are Terrorists et Apple Jelly. + d’infos : www.transbordeur.fr

Zero Absolu, projet solitaire venant de HauteSavoie, sort un deuxième album : “Dans les bras de Morphée”. Oscillant entre Post Rock, Math Rock et musiques électroniques, sa musique est basée sur des boucles de divers instruments (guitare, basse, chant, beatbox, sons éléctros, clavier), sur lesquels sont posés des samples de textes, poèmes, récits, micro-trottoirs... La sortie étant prévue pour fin 2009, il lance un appel à souscription de 12€ pour ce double album qui contiendra 22 chansons d’une durée totale de 2h ! + d’infos : www.zeroabsolu.fr

Du neuf dans l’Electro Rock à Lyon.

www.zyvamusic.com | 4


12 ans du Ninkasi !

Broadway nouvel EP : Gang Plank

Alors que l’association Kao Konnection va fermer ses portes, l’enseigne Ninkasi fête elle ses 12 ans. A cette occasion 4 jours de festivités sont prévues du16 au 19 septembre. Le 16 un boeuf musical au ninkasi Kafé, le 17 journée dégustation bar et restaurant. Le 18, une soirée jusqu’à 5h du matin avec une ambiance Electro “Bass Reflex XL” au Kao et une scène emergence live au Kafé avec les groupes qui ont marqué la scène en 2009. Enfin le 19 soirée “caliente” au Kao et ambiance Clubing au Kafé. + d’infos : www.ninkasi.fr

Les stéphanois de Brodway, spécialisés dans l’Electronica Ambiant reviennent à peine un an et demi après la sortie de leur deuxième album. Après leur collaboration avec Angil sur le projet The John Venture, cette fois c’est avec Quatuor PLI, un quatuor à cordes spécialisé dans le classique expérimental, qu’ils ont travaillé. Accordant une place importante à l’image, avec notamment l’utilisation de la vidéo en concert, ils ont laissé la réalisation de leur pochette à Julien Morel (artiste, plasticien). La sortie est prévue pour le mois d’octobre. Pour les curieux un titre est déjà en écoute sur leur Myspace. + d’infos : myspace.com/broadway6am

ça Fait Zizir ce ptit festival !

Aza records : association aux multiples facettes

Cette année, 3ème édition du festival ça fait ZiZiR du 18 au 20 septembre, organisé par les associations OPLA et Moult ez Arts, place Ambroise Courtois (Lyon 8ème). Entièrement gratuit, l’évènement mélange les disciplines : musique, cinéma, théâtre, danse, expositions photos... Au niveau programmation musicale, vous retrouverez : Les Becs Bien Zen, KNX Crew, La Troupadour, Collectif Mary Read, Pira.TS, Les 2 moizelles de la CMSBLC, Bongo 808... + d’infos : http://zizir.wordpress.com

Créée en 2007, la structure a pour but de “réunir des personnes bénévoles afin de promouvoir les musiques actuelles au travers de divers supports”. Pour ce faire, elle réalise des enregistrements, fait de l’aide à la création son et lumière, organise des résidences, trouve des dates de concerts aux groupes et met en place ses propres soirées. L’une d’entre elle a lieu le 23 octobre au Lyon’s Hall. Ce concert Electro, réalisé en partenariat avec l’association de Tours “Le choix dans la date”, présentera les groupes TD+, Nibbana et Twilight Motion. + d’infos : http://azarecord.0rg.fr

Festival ArtIsChaud Au programme de cette édition qui se déroulera du 17 au 24 octobre : théâtre, musique, cinéma, danse et conférences autour de la création artistique. A noter pour la partie concert la présence d’Angil, Deadwood, Gzzzt, Lonah et Sushisooshamp. Ce festival a la particularité de mettre en avant la Culture “Libre”, qui consiste pour de nombreux artistes à mettre à disposition leurs œuvres gratuitement via Internet. + d’infos : www.festival-articho.org/blog H-Burns : Nouvel Album Cet artiste Pop Folk, venu d’Annecy, sort son troisième album “We Go Way Back”. Un premier extrait est déjà en ligne sur son Myspace. + d’infos : myspace.com/hburnsmusic

Un Rhino volant 31ème édition du Rhino Jazz Festival qui se déroulera du 2 au 24 octobre 2009 à Saint-Chamond, Saint Etienne et Lyon. Un rendez-vous avec la musique Classique et du Jazz dans toute sa diversité (Be-bop, Swing, Hard-bop, Famenco, Spoken-word, Jazz manouche, New-Orleans…). A noter la soirée gratuite “Le cadeau du Rhino” avec Bigre ! et Le Matrice (vidéo) ainsi que l’hommage rendu à Art Blakey tout au long du festival. + d’infos : www.rhinojazz.com


ZE WORLD NEWS Des nouvelles du monde Et un de plus !

Le Rock est malade !

L’hyperactif de service Mike Patton a donc un nouveau projet intitulé The Nervermen. Le groupe sera centré autour de la voix puisqu’ils ne seront pas moins de trois chanteurs : Doseone, rappeur du label Anticon (Themselves, 13&God), Tunde Adebimpe chanteur du groupe Tv & the Radio et Mike Patton (Fantomas, Faith No More...). Aucun musicien donc, uniquement trois chanteurs qui seront accompagnés pour le graphisme par The Chapman Brothers. Groupe concept qui devrait sortir son premier album à l’hiver prochain chez le label Lex.

Voilà que trois des plus grands groupes de Rock du moment se retrouvent à annuler des concerts pour cause de virus. Tout d’abord Placebo, avec Brian Molko qui s’est évanoui sur scène à Osaka au Japon à cause “d’un virus contracté en Asie”. Résultat : toute la tournée en Amérique du Nord est annulée, et les fans européens espèrent qu’il sera remis pour la tournée européenne qui débute en octobre. De leur coté, tous les membres de Kasabian ont contracté le virus H1N1 et ont donc été retenus en quarantaine en Australie et pour finir Coldplay a dû annuler un concert à Tampa pour “raison médicale”... maintenant on peut le dire : le Rock est malade !

Dionysos fête ses 15 ans Et oui, déjà 15 ans que Dionysos nous balance leurs chansons Rock. Leur notoriété leur permet aujourd’hui de fêter cet événement avec un projet original (un de plus)  : une tournée acoustique et un double album. La tournée sera effectuée uniquement dans des théâtres et le groupe revisitera l’ensemble de son répertoire : l’occasion de les (re)découvrir dans une ambiance plus intimiste. Le double album sera lui constitué de “raretés” : inédits, Live, reprises, démos, 1ère K7, lectures de textes... De quoi contenter les nombreux fans du groupe. + d’infos : www.dionyweb.com Christina Aguilera s’entoure très bien ! Ça fait bizarre à dire mais le prochain album de Christina Aguilera risque bien d’être fort intéressant. La chanteuse va collaborer avec des artistes issues d’univers très différents du sien. Il y aura donc M.I.A la rappeuse londonienne, Goldfrapp, Le Tigre, Ladytron, Sia et Santogold. Un regroupement assez impressionnant de chanteuses Pop, Rap, Rock qui devrait rendre cet opus... surprenant ? Idem + Gong Gong Nouveau projet pour ces deux groupes nantais, simplement intitulé GONG IDEM GONG. Il a vu le jour lors d’une création unique (au départ) au Zénith de Nantes. Finalement, le projet a continué et sera de retour en septembre pour une résidence et à partir de novembre pour une tournée dans toute la France. L’Electro Live de Gong Gong va donc rencontrer le Dub Noise de Idem pour cette prestation à la fois musicale et visuelle. + d’infos : myspace.com/gongidemgong

Radiohead ne sortira plus d’albums ! Après avoir sorti leur dernier album “In Rainbows” en téléchargement gratuit (ou payant si l’internaute le souhaitait), voici que Thom Yorke vient de mettre fin aux rumeurs d’un prochain album du groupe, en annonçant qu’il n’y en aurait simplement plus du tout, car selon ses dires, ceci était devenu “une corvée”. Le groupe va quand même continuer à composer mais proposera au public uniquement des titres et maxis via leur site Internet. Le tout sera gratuit ou laissé à l’appréciation de l’internaute. Un premier titre, These Are My Twisted Words, est disponible au téléchargement sur le site officiel du groupe. Leur précédente initiative ayant finalement été suivie par une sortie physique de In Rainbows, on est en droit de se poser la question : cette fois irontils jusqu’au bout ? Ou sortiront-ils un album avec tous ces titres ? Prohom est de retour ! Philippe Prohom, artiste lyonnais, avait quitté la scène musicale à la fin de l’année 2007 après la sortie de son troisième album. Il est de retour en 2009 avec une nouvelle formule en duo avec Christian Fradin au piano. Après quelques concerts au début de l’année, le projet se lance véritablement à la rentrée avec un nouveau tourneur et la préparation d’un album pour l’automne 2010. Terminé donc le Rock-Electro, Prohom devient un duo piano, guitare acoustique, machines, s’orientant donc plus vers un univers Chanson. Deux dates de concerts sont déjà prévues à Lyon, les 25 et 26 septembre à la MJC Léo Ferré. + d’infos : www.prohom.com

www.zyvamusic.com | 6


DISCUSSION

CARAVAN PALACE

Nuits de Fourvière le 28/07/2009 par Jagunk & Sophie Bugnon

’est la formation musicale qui monte, qui monte, qui monte en ce moment et qui mélange, de Cimpressionnante, manière assez efficace, des ambiances swing, jazz et électro. Leur liste de dates de concerts est et cela jusqu’en décembre, preuve d’un certain engouement pour cette fusion d’un

genre assez nouveau. Petite discussion ombragée dans le catering des Nuits de Fourvière à Lyon avec Arnaud Vial et Hugues Payen de Caravan Palace. Au programme : porno, festivals, et bien sûr musique ! ZYVA : Vous savez qu’on passe régulièrement vos morceaux en soirée, quand on mixe, et ça marche pas mal ! Hugues Payen : C’est cool ! C’était orienté comme ça aussi donc... Du coup, ça me fait plaisir ! (Rires) ZYVA : Vous avez beaucoup de retour de gens qui passent votre musique en soirée comme ça ou pas ? H.P. : Pas trop, je me souviens qu’au début de Myspace, on avait pas mal de djs qui nous demandaient des vynils ou des squeuds, et comme il n’y en avait pas, ils ont vite abandonné, et je pense que depuis ils l’ont acheté ! (Rires) Ou téléchargé ! Après c’est vrai qu’on n’a plus beaucoup de demandes... Arnaud Vial : Si quand même, mais pas forcément de djs professionnels, mais plutôt de gens qui font des soirées avec notre musique. Il y en a pas mal ! ZYVA : Vous avez l’impression que les gens vous connaissent un peu maintenant ? A.V. : Oui quand même. H.P. : Disons que le nom, autant il y a un moment, les gens connaissaient le nom, sans savoir à quoi ça se rapportait, autant maintenant, l’identité est bien définie. On a fait des festivals devant pas mal de gens, donc tous ces gens ont pu venir nous voir, et on a un peu moins à s’expliquer on va dire. ZYVA : C’est sûr qu’on vous voit pas mal en ce moment, notamment à la télé ! H.P. : C’est bientôt terminé rassures-toi ! ZYVA : C’est vrai ! Vous avez signé pour un laps de temps ?

H.P. : La maison de disques oui ! C’était une campagne de deux mois, pendant tout l’été avec France  3. Forcément les gens ont l’impression de nous voir beaucoup à la télé. On était diffusé en même temps que le Tour de France, donc certaines personnes ont l’impression de nous voir beaucoup, alors qu’en fait on ne nous voit pas tant que ça, et ça ne va pas durer ! ZYVA : Oui puis ça reste qu’une pub, ce n’est pas vous qui vous exposez réellement ! H.P. : Oui, c’est des petits spots à la con, c’est pas méchant. ZYVA : Et en radio, vous arrivez à vous créer une place dans les playlists ? On n’a pas l’impression de vous entendre souvent ! H.P. : Si si on a des bonnes radios : France Inter, F.I.P., T.S.F.... A.V. : Ouais mais on n’a jamais de grosse diffusion, style playlist quotidienne sur NRJ. H.P. : On a eu Europe 1 quand même ! A.V. : Oui c’est vrai ! Après c’est sûr qu’on n’a pas un format chanson donc c’est un peu compliqué. C’est un parti pris, et on assume. ZYVA : Et une radio comme Couleur 3, elle ne vous a pas soutenu ? H.P. : Si, si, d’ailleurs on les a rencontrés au Paléo, il y a deux jours, pour une petite interview donc ils devaient nous passer dans leur playlist. D’ailleurs, ce sont les seuls journalistes qui avaient le cd promo, avec des annotations partout dessus. Incroyable ! Il y avait des timings, des machins avec des notes d’ambiance... J’ai halluciné quand j’ai vu ça. En

www.zyvamusic.com | 7


DR

Hervé ALL

DISCUSSION

plus, c’est la seule radio qui passait le titre Bambou donc, j’ai trouvé ça bien. Ils nous ont même demandé des explications sur les claquettes et tout ça, c’était vraiment bien ! ZYVA : Cool ! Et vous avez fait vos balances pour ce soir déjà ? H.P. : Maintenant, on a de la chance de ne plus les faire. A.V. : Aujourd’hui, on les a faites ! Pas toi mais bon... ! H.P. : Bah quand j’ai voulu les faire, il n’y avait plus mon violon donc bon. ZYVA : Vous avez eu le loisir de découvrir l’endroit (le Théâtre Antique Romain de Fourvière) de ce soir alors ? Surtout que vous avez fait le Théâtre Antique d’Arles, il n’y a pas longtemps ! H.P. : Ouais c’était cool ! En plus, c’était le coup d’envoi d’une série de six dates qui se finit aujourd’hui, donc on finit bien ! ZYVA : Ça doit être assez bizarre comme sensation de faire des concerts dans des lieux comme ça ? H.P. : Oui, très spéciale ! Après j’ai l’impression qu’ici, les gens sont plus proches qu’à Arles. J’ai cette impression, car peut être que la fosse était plus grande et la scène, du coup, plus petite. Là, j’ai l’impression que les gens sont collés à toi, avec une façade immense ! Ça risque d’être assez impressionnant. A.V. : Oui, ça va être impressionnant, c’est pas facile de jouer face à des gens en hauteur comme ça, qui peuvent voir tout ce qui se passe, avec tous les défauts... C’est plus facile quand on est au-dessus, tu te sens maîtriser tout ce que tu fais. ZYVA : Vous préférez quoi, être proche du public ou assez en retrait ? A.V. : Moi j’aime bien les salles à plat avec la scène assez haute. H.P. : Moi, j’ai bien aimé le système du Paléo (festival Suisse) ! Bon après, le Paléo, on pourrait t’en parler pendant dix minutes en disant que des choses bien mais bon... voilà, c’est un site là-bas qui est tout en pente, donc du coup tout le monde peut bien voir même de très loin. ZYVA : On a halluciné sur les dates que vous avez

encore à faire ! Et si on peut se permettre, vous avez l’air un peu fatigués, non ? H.P. : Ouais, là on commence. Depuis le retour du Paléo, on est un peu cassé. On a perdu quelques années de vie en deux jours ! ZYVA : En même temps, ça veut dire que ça marche pour vous, donc c’est de la bonne fatigue ! H.P. : Ouais c’est sûr ! Mais après c’est vrai, qu’on avait une série de six dates, là qui était vraiment intense. On a joué à Arles, ensuite on est parti de nuit tout de suite après le concert en Angleterre, où on a joué... je ne sais pas comment d’ailleurs ! Bref ! On est reparti le lendemain matin pour aller à Nyon, on est resté deux jours, après on est parti à Grenoble, et ce soir à Lyon, donc oui, on a fait pas mal de bornes ces derniers jours. Ça tire un peu sur le corps et il nous reste un bon mois à faire en plus. D’ailleurs vous entendez je n’ai plus de voix, je l’ai laissé à Nyon. ZYVA : Et après la tournée, ça va se passer comment pour vous ? Vous allez vous calmer un peu, histoire de vous reposer ? A.V. : On arrête un mois en septembre, pour des vacances, et après on repart, je crois pour faire la tournée des clubs. H.P. : Après on a un mois de décembre, assez sympa on va dire, car on part dix jours à la Réunion ! ZYVA : Ah ouais c’est cool ! H.P. : Oui, c’est notre petite récompense de fin de parcours français ! ZYVA : Et vous allez faire quoi d’autres comme pays ensuite ? H.P. : On ne sait pas trop encore, c’est la surprise du chef. J’ai un peu peur. (Rires) Mais bon, à priori, le tourneur va plus choisir maintenant ! En plus, l’été, on s’est fait plein de dates à l’étranger sans vraiment choisir, avec des “routing” un peu difficile, car on faisait pas mal de bornes en très peu de temps. Cette année, ça sera donc un peu moins crevant. ZYVA : Vous avez senti l’engouement monter petit à petit pour votre projet, ou pas ? Comment vous avez vécu ces derniers mois ? A.V. : Bah, pas vraiment en fait parce qu’on avait

www.zyvamusic.com | 8


Hervé ALL | www.herveall.com

DISCUSSION

déjà vu monter le truc avant que le disque soit sorti. ZYVA : Ah oui ? En live ? A.V. : Oui sur scène, sur Myspace ! Forcément, ça a tourné en piratage et tout ça, mais on a bien vu la sauce prendre et c’est là qu’on s’est pris une tarte je crois. Après quand l’album est sorti, ça a bien marché aussi. Il y a les Victoires de la Musique... H.P. : En gros, il y a eu trois mois de flou entre la sortie de l’album et les concerts, ensuite on a senti que ça a monté d’un coup, les gens étaient là, donc un début d’année 2009 assez fou ! Après, nous, on ne voit pas grand chose, car on est en tournée, surtout en été, on fait de gros festivals, avec un public de 4 000 à 5 000 personnes, et ça devient la norme. Ça fait plaisir de temps en temps de retrouver les petites salles, comme hier à Grenoble, avec 800 à 1 000 personnes. ZYVA : On a lu sur votre Myspace, qu’un des déclics de la formation de Caravan Palace a été la création d’une bande son, pour un film porno muet des années 30, c’est vrai ? Qui est dans la filière du porno des années 30 ? (Rires) A.V. : (Rires) En fait, c’est le troisième larron du

groupe (Charles Delaporte), qui a eu un plan làdedans, car avant il était dans la musique à l’image. Et bizarrement, ces films sont assez chauds ! (Rires) On a tous été un peu choqué par le truc. H.P. : Oui, ils vont très loin parfois. A.V. : Mais au final, c’est un plan qui n’a pas marché, je crois. ZYVA : Qui est-ce qui avait besoin d’un film porno des années 30 ? (Rires) A.V. : Bah de toute façon, il y avait que Canal + je pense ! H.P. : En fait, c’était une série de pornos des années 30, remontée. C’était le pilote en fait. A.V. : C’est marrant, car c’était à moitié porno, et à moitié burlesque ! H.P. : Il faut pas oublier qu’ils ont des grandes moustaches... y’a des canards qui traînent dans le coin... Bref ! (Rires) ZYVA : Ah ok, ça tourne zoophile en plus ! (Rires) A.V. : Ouais c’est carrément hallucinant. ZYVA : Ok, on ne va pas aller plus loin, car ça risque d’être censuré ! (Rires) On aime bien savoir ce que les artistes écoutent en ce moment. Vous avez des

www.zyvamusic.com | 9


DISCUSSION

Hervé ALL | www.herveall.com

petites perles à nous faire découvrir, qui vous ont bien plu dernièrement ? H.P. : On n’a plus trop le temps, en ce moment car on tourne beaucoup. Je sais que ma dernière claque en date, c’était lui (il nous montre la pub sur notre mag juillet-aout pour le Festival Pantiero) Krazy Balhead. En plus, je vois que là, il est en featuring avec Beat Assaillant, et je lui aurais demandé de faire un remix pour nous... enfin bref ! Et avant ça, c’était General Elektriks ! On a dû l’écouter 125 millions de fois ! Et toi, Arnaud tu as eu des gros coups de coeur ces temps-ci ? A.V. : Non ! Moi, j’écoute beaucoup d’électro, mais j’ai du mal à trouver des albums où j’aime tout. Y’en a un dont je parle beaucoup, c’est Siriusmo, c’est un Allemand, et j’aime vraiment tout ce qu’il fait. Sinon, j’ai du mal à aimer tout chez quelqu’un. Je suis super chiant ! H.P. : Je confirme ! (Rires) C’est Mr Non ! A.V. : Sinon, si la grosse claque comme tout le monde, ça a été MGMT. C’est pas mon style de musique, mais je trouve tout vraiment enviable, on va dire. ZYVA : Et les groupes qui en découlent on va dire, du style Empire Of The Sun ? H.P. : Ah moi, non ! C’est pas possible ! Autant MGMT, je ne suis vraiment pas fan, mais c’est bien produit autant Empire Of The Sun, c’est... Ah ! ZYVA : Et du rap ? Vous en écoutez ? H.P. : On en a beaucoup écouté avant, mais moins maintenant. Peut être aussi parce que la production “On ne est, à mon humble s’interdit plus hiphop avis, un peu en berne, mais bon ça peut revenir n’importe rien, car on Après y’a une cera fait l’album quand. taine scène Hip-hop qui tend qu’on voulait à s’électroniser de plus en et ça c’est plutôt agréfaire et ça a plus, able. Je pense à Birdy Nam Nam, à Beat Torrent... marché.” ZYVA : Ça vous dit pas de mettre un rappeur sur votre son ? H.P. : On y a pensé un moment. Après c’est vrai que pendant un moment, on s’est un peu battu pour ne pas tomber dans la facilité, de faire du Hip-hop avec du swing, car ça c’est déjà fait, donc on s’est mis un peu en recul par rapport à ça. A.V. : Après si ça se trouve, on le fera sur le prochain album, on verra. H.P. : Oui, maintenant, on ne s’interdit plus rien, car on a fait l’album qu’on voulait faire et ça a marché. On continue à faire ce qu’on a envie de faire, tant que personne ne vient nous faire chier. A.V. : Le problème, c’est le décalage entre l’envie du moment et le moment où le public a l’album. Et comme on est trois, on n’est pas forcément tous d’accord sur les orientations à prendre. Et c’est marrant de voir que depuis que l’album est à peu près

fini, on a inversé les choix, les goûts... C’est bizarre. H.P. : C’est bien, on a partagé nos passions, et on a changé de bord sans le vouloir forcément. C’est marrant. On verra ce que ça donnera pour la suite, quand on aura le temps de faire des morceaux. (Rires) Titre d’un artiste ou d’un groupe qui pourrait représenter votre musique : Cab Calloway – Lady with the fan A.V. : C’est un chanteur scat de jazz, mais qui a orienté sa carrière et donc ses shows vers un côté assez ludique, car il faisait participer le public. En plus, il était super classe avec une esthétique assez dandy, donc je ne sais pas si on est classe, mais en tout cas, ça nous représente bien.

www.zyvamusic.com | 10

Caravan Palace

Label : Cafe de la Danse / Wagram

myspace.com/caravanpalace


Adhésion

6 numéros+ 1 T-shirt Zyva = 20€/an + Goodies : stickers, stylo

Renvoyez-nous le coupon ci-dessous rempli ou sur papier libre et vous recevrez un mag à chaque parution directement dans votre boite aux lettres.

Abonnement 1 an à Zyva : 6 numéros + un T-shirt Zyva noir = 20 € Nom :

Prénom :

Choix de la Taille : Homme : S M L XL XXL

Adresse : E-mail : Signature (obligatoire) :

Femme : S M L

Coupon à renvoyer, accompagné de votre règlement par chèque à l’ordre association Zyva à l’adresse suivante :

Zyva – 12, rue Jubin - 69100 Villeurbanne Renseignements : contact@zyvamusic.com

Tarif France valable uniquement pour la France métropolitaine. En application de l’article 27 de la loi du 6/10/1978, vous disposerez d’un droit d’accès et de modification des informations vous concernant auprès de Zyva et vous pouvez vous opposer à la cession de vos nom et adresse.

Distribuer le mag, ça vous tente ?

CONTACTEZ NOUS !

ZYVA met en place une équipe de distribution pour diffuser son magazine tout au long de l’année : à l’entrée ou à la sortie de concerts, lors de festivals, pendant des évènements culturels… On vous demandera aussi d’en déposer quelques uns dans différents lieux de passage lyonnais. En échange, ZYVA vous offre : T-shirts, stickers, stylos et des places de concerts (suivant disponibilités). Si vous êtes intéressés, n’hésitez pas à nous le faire savoir à contact@zyvamusic.com

www.zyvamusic.com | 11

ABONNEMENT

Afin de recevoir le magazine dès sa parution aussi bien sur Lyon, que dans le reste de la France, ZYVA vous propose de vous abonner.


www.zyvamusic.com | 12


DISCUSSION Transbordeur le 20/05/09 par Jagunk & Kymmo / Photos Live : Kymmo

Ben Baudart

GHINZU

deuxième année consécutive, l’émission culte de Canal +, La Musicale, s’implante en dehors PRevue,ourdes lalesstudios de la chaîne. Pour cette édition, ils ont invité les anglais de Placebo et de The Jim Jones français de Kap Bambino et les rockeurs Belges de Ghinzu ! Ce sont ces derniers que nous décidons de rencontrer, en sortie de loges de la salle du Transbordeur à Lyon, en train de faire bronzette au soleil. Si vous pensiez tout connaître de Ghinzu, de la Belgique et de ses chocolats, lisez ce qui va suivre, vous allez être surpris : les Belges sont des marrants et ils ont des choses à dire.

ZYVA : On vous a vu au Printemps de Bourges récemment, comment ça s’est passé pour vous côté scène ? John Stargasm : En fait, ça ne s’est pas très bien passé. C’est à dire que le son était très difficile. Et j’avais un pantalon un peu trop petit, donc après le 3ème morceau, j’ai sauté et il s’est déchiré d’en bas jusqu’en haut ! En plus, y’avait quand même toutes les caméras de TV ! ZYVA : Rassure-nous, t’avais mis un caleçon ? Jean Waterlot : Il avait un caleçon blanc ! (Rires) J. S. : J’avais un calebar, oui ! Et vous savez, j’étais un peu comme une de ces chiennes labradors qui n’ont pas envie de rapports au bois avec d’autres chiens mâles. Elles avancent un peu comme ça (il se lève et nous montre). Et je me suis avancé au piano comme ça... il pleuvait sur le piano, et j’avais le doigt cassé, en plus ! Donc tout ça mis ensemble ne me laisse pas spécialement un souvenir extraordinaire et d’intenses plaisirs sur scène. ZYVA : Oui, c’est sûr ! Et le public, vous l’avez senti comment ? J. S. : En regardant les images par la suite, on a trouvé qu’il y avait une super ambiance. Enfin, entre parenthèses, il faisait quand même bien dégueulasse, ça caillait. Tout le monde était en tshirts, sortait du camping, pas préparés... Je trouve qu’ils ont quand même bien donné. On les a bien réchauffés ! ZYVA : Y’a un truc qui est bizarre, quand même. Quand on est arrivé le premier jour au festival, on est tombé sur la scène rap française, et il y avait

Zone Libre / Casey et Hamé (le projet rock-rap du bassiste de Noir Désir avec Casey et Hamé, les rappeurs). Ils jouaient en premier, juste avant Rohff, Kery James et Médine, et ils se sont faits huer et jeter des trucs pendant pratiquement tout leur show... (ndlr : par environ 50% du public selon notre point de vue) J. S. : C’est terrible, ça. ZYVA : Oui, c’est sûr ! Comment ça se fait que la fusion entre le rock et le rap n’a pas plu à ce public, alors que la fusion entre le rock et l’électro, ça se passe plus que bien ? J. S. : Peut-être parce qu’on est simplement excellent (Petit sourire ironique) Qu’est-ce que tu veux que je te dise... ZYVA : (Rires) En même temps, il n’y avait pas que vous, il y avait les Ting Tings, Izia... J. W. : Si tu aimes Ghinzu, forcément tu ne resteras pas insensible à ce qui se passe dans l’électro. Surtout si tu écoutes le nouvel album. Il y a beaucoup de clavier, de sons électros... le même genre de recherche qu’il peut y avoir dans l’électro. C’était bizarre de se retrouver sur la même scène que Yuksek, par exemple, mais en terme d’énergie, les deejays qui étaient là à cette soirée avaient un live assez rock, donc il y a une cohérence. ZYVA : Oui, après, là, on parle de musique, pas forcément des gens qui étaient présents. J. W. : Non, mais vous nous dites que les gens, là-bas, huaient la rencontre du rap et du rock, et vous me demandez pourquoi, donc... J. S. : Attention, il va s’énerver !

www.zyvamusic.com | 13


DISCUSSION “On fait de la musique à la base parce qu’on aime bien que les gens se sentent invincibles. On est dans l’énergie, on est dans le Vortex !”

ZYVA : (Rires) Ah bah non ! J. S. : Peut-être que la musique, c’est sa réponse. Il y a peut-être plus de ponts entre le rock et l’électro qu’il y en a entre le rap et le rock. J. W. : Oui, c’est ça que j’expliquais ! J. S. : Les gens ont envie de ça de plus en plus. ZYVA : Et comment vous expliquez que ça marche aux États-Unis, par exemple, avec des mecs, c’est des exemples universels mais bon, comme Linkin Park – Jay-Z, Kid Rock, les Rage Against The Machine, Korn, Limp Bizkit, pour le côté néo-métal... J. W. : Ça, c’est horrible ! C’est les États-Unis ! J. S. : C’est vrai que Kid Rock par exemple, c’est un bon mélange de rock et de rap... je ne m’y connais pas trop en rap mais les paroles sont essentielles. Après, je n’ai pas assisté à la performance dont vous parlez, donc je n’ai pas d’éléments pour pouvoir te dire si ça marche ou pas. J. W. : Et le projet Zone Libre, c’est un peu Garage Rock un peu planant, comme ça ? ZYVA : Oui un peu, on peut dire ça comme ça. J. S. : Et vous, vous savez pourquoi ils se sont faits huer ? Qu’avez-vous ressenti ? ZYVA : Bien, ça fait mal, parce que soit les gens ont vraiment une culture musicale médiocre par rapport à ce qui se faisait avant, car c’est quand même La Rumeur, donc au niveau du Rap, y’a un passif assez lourd, c’est pas de petits nouveaux et ils traitent de la même chose que les autres qu’ils acclamaient : Rhoff, Médine et compagnie... J. S. : Il y avait un public que de rap ? ZYVA : Oui et non, mais ceux qu’on entendait étaient en partie de ceux-là, oui ! Après, de là à se dire qu’avec un autre public, exemple un public de rockeur, ça aurait donné quelque chose d’autre, il n’y a qu’un pas.

J. S. : Je ne sais pas. En tout cas, je me souviens d’un concert à Dour, où Diam’s est arrivée en disant (il prend une voix de rappeur) : “Il faut que tu fasses ta place !” Elle s’est pris des tomates et des bières dans la tronche ! Elle se faisait huer, et elle était là : “Il faut que tu fasses ta place, poumtchak !” Elle n’a pas fini son concert et elle s’est barrée en chialant. Elle n’était pas contente. C’est jamais bien gai quand un artiste se fait bouder comme ça. Bref, passons. Greg Remy : Suicide ! Grand groupe ! Ils se faisaient balancer des tomates du début à la fin lors de leurs concerts (Rires), alors qu’ils sont excellents ! ZYVA : Ce soir, c’est La Musicale. Comment ça se fait que vous vous retrouviez là avec Placebo ? J. S. : En fait, c’est Canal + qui voulait un petit plateau bien juteux, assez rock. Ils nous ont invités et on a accepté. ZYVA : Et vous avez déjà fait une date à Toulouse hier, c’est ça ? Bien passé ? J. S. : Oui très bien ! ZYVA : Oui, car les dates ont été annoncées au dernier moment, finalement ? J. S. : Oui, c’est un peu l’idée, je crois. Placebo est un grand groupe qui attire beaucoup de monde, et comme ce sont de toutes petites salles, ils jouent sur le côté évènement. Reste à la page, reste actif à l’actu du groupe, et comme ça tu as toujours des nouvelles et des opportunités, comme ça c’est bien, je trouve ! Après, on devait jouer à Lille à l’Aéronef, à la base. A la dernière minute, ça n’a pas pu se faire car on joue dans un festival à Arras, avec Placebo aussi et comme toutes les places n’ont pas été vendues là-bas, ils n’ont pas voulu faire des interférences. Donc on a été redirigé au Bikini à Toulouse. ZYVA : Il y a une vidéo sur votre myspace qui nous a interpellé, c’est la bande-annonce du film “Nous resterons sur Terre”, dans lequel vous êtes présents au niveau de la bande originale. C’était une commande du réalisateur du film ou un réel engagement de votre part ? J. S. : Non, en fait c’est une personne qui travaille

www.zyvamusic.com | 14


DISCUSSION avec nous qui se charge de J. W. : Vu que les ventes de disques mettre notre musique sur des baissent, c’est un peu ce qui perfilms ou des publicités, et donc met de gagner de l’argent aux on ne sait pas toujours retracer le groupes ! chemin afin de savoir si c’est une J. S. : Justice, par exemple et pleins rencontre, quelqu’un qui reçoit d’autres utilisent la pub ! un disque, ou un pote qui le fait écouter à un réalisateur, bref je ne ZYVA : Mais ça vient petit à petit sais pas comment ça s’est fait. Je non ? Ce n’est pas encore rentré crois que la personne connaissait dans les moeurs, si ? Ghinzu, elle était fan et je crois que G.R. : C’est très en vogue car on le réalisateur a été baigné avec doit gagner notre vie. Avec la pub, ce morceau pendant le tournage. par exemple, on peut financer Le morceau collait bien, donc une partie d’un disque. voilà. Après, on n’accepte pas J. W. : Oui, puis les gens ont acforcément tout. Je me souviens cès plus facilement à ta musique d’une publicité pour un shampoing comme ça. qui n’était pas spécialement à notre avantage ou artistiquement ZYVA : Et vous n’avez pas peur pas très intéressante... là c’est qu’on vous identifie à ça ? vraiment un truc qui touche tout J. S. : Non, mais non ! C’est une le monde, je pense. La qualité chose parmi tant d’autres, la “Avec la pub, par des images et le travail qu’il y a musique qu’on fait est pour tout derrière est remarquable, et c’est le monde à la base, pour vous, exemple, on peut vraiment un honneur d’être sur ce pour vos mamans, pour vos petits financer une partie film. D’autant plus que la personne frères... We are the world ! qui a fait le montage du film, c’est G. R. : We are the children, We d’un disque.” le monteur de Stanley Kubrik  ! are the ones who make a brighter L’équipe du film donnait vraiment envie de travailler day, so let’s start giving ! (Rires) avec elle, donc c’est pour ça qu’on l’a fait aussi. J. S. : Ok Zyva ? ZYVA : Donc le film vous a beaucoup touchés ? Vous l’avez vu ? J. S. : Je ne l’ai pas vu entièrement. Il y a différentes séquences. J’ai vu deux ou trois des cinq séquences ! Vous l’avez vu, vous ? ZYVA : Non, mais il ne passe qu’à certaines heures et dans un seul cinéma à Lyon, donc il faut être là au bon moment et y penser ! Donc ce n’est pas forcément un engagement écologique de votre part ? J. S. : Non ! On n’est pas spécialement politique, nous. On fait de la musique à la base parce qu’on aime bien que les gens se sentent invincibles. G. R. : Nous, on est dans l’énergie, on est dans le Vortex ! ZYVA : Ok, d’accord. On a vu aussi que vous aviez cédé une de vos chansons à la SNCF. C’est vrai ? J. S. : Non, pas cédé. C’est sur le même principe. C’était une publicité qui était sur les idées. Il y avait des espèces de Chpoup d’idées qui sortaient de... je ne sais pas comment vous allez l’écrire, Chpoup ! (Rires) (ndlr : Il s’adresse à son collègue qui ne saisit pas) Ils nous ont dit qu’ils allaient retranscrire tout ce qu’on allait dire ! Bchuj Nobrij kornuch kesivokc idéedch (Il baragouine des suites de syllabes imprononçables).

ZYVA : Ok ! Et on parlait de crise du disque tout à l’heure, vous avez déjà envisagé le futur mode de diffusion musicale ? J. S. : Je ne sais pas... J. W. : Avec une clé USB où il y aurait un film et sur le dessus un truc joli, du style des diamants. J. S. : Des costumes avec un petit cd dedans. G.R. : Dans les années 80, ils faisaient des vestes musicales et quand tu l’ouvrais ça faisait de la musique. J. S. : Ou alors ces petites boîtes à musique, qui marchent quand on les ouvre... On va réfléchir et on va trouver. Titre d’un artiste ou d’un groupe qui pourrait représenter votre musique : Survivor - Eye the tiger Ça nous correspond bien. Ça fait un peu : on court sur la plage et on tape dans des sacs.

ZYVA : (Rires) On vous dit ça parce qu’en France, on a peut-être pas trop l’habitude de voir des groupes se rapprocher de la publicité comme ça.

www.zyvamusic.com | 15

Mirror Mirror Label : Dragoon / Pias www.ghinzu.com


ZOOM SUR LE LOCAL

Elektro System

V

Par Jagunk

oilà maintenant plus de dix ans que Elektro System s’active pour faire exister la musique électronique sur Lyon, et malgré tout, le constat reste le même, on ne parle que très peu de leurs agissements. Gregg, en première ligne de ce projet, nous le confirmait, il n’y a pas si longtemps : “Oui, c’est sûr, je trouve qu’on ne parle pas assez de nous, par rapport à ce qu’on fait… En toute humilité ! Ca fait dix ans qu’on taffe comme des malades et on est toujours obligé de se battre pour un encart dans X magazines… Je ne citerai pas de noms  !” Pourtant au cours de l’année 2008, Elektro System, c’est plus d’une vingtaine de soirées, une soixantaine d’artistes internationaux, nationaux et locaux et plus de 20 000 spectateurs ! Des chiffres qui en feraient rêver plus d’un ! Depuis leur début dans l’organisation de soirées dans des boites lyonnaises ou en périphérie, comme le Space (à Ternay) ou le Box Office (à la Part Dieu), Elektro System a bien grandi, et s’est tourné vers des jauges plus grandes et plus aptes à accueillir les artistes dans de bonnes conditions comme le Ninkasi Kao, le DV1, ou encore le site d’Eurexpo pour les soirées Hypnotic qui rassemblent des milliers de personnes : “On ne travaille plus avec les clubs depuis 4 - 5 ans maintenant, on se consacre plus aux salles de concerts, aux lieux atypiques… Depuis 5 ans, on gère nos évènements à 100 %  ! On n’est plus dépendant de clubs, ni de patrons qui n’ont pas forcément la même vision musicale que nous !” Et elle est bien là la force de cette structure : un choix assez large d’artistes venus de la scène électronique, et qui généralement sortent de clubs traditionnels, en tout cas en France, ce qui n’est pas pour déplaire aux connaisseurs du genre. D’ailleurs pour la programmation, Gregg admet lui-même, que certaines fois, celle-ci n’est peut-être pas la plus objective possible et les choix des deejays restent épineux : “J’essaie de proposer quelque chose

avec à la fois des têtes d’affiches et des gens un peu moins connus qu’on aimerait faire découvrir et aussi avec des artistes locaux !” Et oui, car Elektro System, ce n’est pas que des soirées, c’est aussi un label qui soutient quelques deejays locaux tels que : Yannis Becker, Divaï et Pedro Bucarelli qui mettent aussi la main à la pâte quand il faut pour aider la structure. Divaï : C’est venu petit à petit finalement. On faisait déjà pas mal de soirées pour Gregg avant et donc on a intégré totalement le crew, et voilà ! Soit on mixe, soit on aide pour la com, pour préparer le matos s’il faut... Une vraie petite famille ! Et tout le crew vous donne encore rendez-vous cette année avec une programmation 100 % électronique et en cette fin d’année, très berlinoise !

Samedi 26 Septembre : Déstructuré à la salle du Kao avec Guy Gerber (Cocoon, Allemagne) + Guest Samedi 10 Octobre : Electro Garden au Château de St Trys.. Jack de Marseille, Max le Sale Gosse, Petit Ange, Acid Soda Vendredi 23 Octobre : Elektro System @ Rocktambul festival Grenoble avec Mickael Mayer (Kompakt, Allemagne), Paul Kalkbrenner (Bpitch Control, Allemagne), Popof  Live (Turbo), Apparat (b pitch control, berlin) Kiko Live (Goodlife), Superpitcher (Kompakt, Allemagne), Acid Soda (Elektro System) Samedi 31 Octobre : Déstructuré à la salle du Kao avec Monika Kruse (Terminal M, Berlin), Johnny D (Oslo rec) Samedi 5 Décembre : Cocoon à la salle du Kao avec Extrawelt Live (Cocoon, Francfort), Maurizio Schmittz (Cocoon)

www.zyvamusic.com | 16


ZOOM SUR LE LOCAL

RIDDIM COLLISION Annoncé détruit juste après le passage de la 7ème édition du festival de musique Électronique Les Nuits Sonores, le Marché Gare dans le quartier de Perrache ouvre finalement encore ses portes pour accueillir la 11ème édition du festival de l’association Jarring Effects : le Riddim Collision. Il est la vitrine des principes défendus depuis l’origine par Jarring Effects : découverte artistique, croisement des genres, esprit de liberté et création de lien social. Les hostilités commencent dès le 31 septembre lors de la soirée d’inauguration avec une conférence présentée par Total RTT sur l’histoire des musiques électroniques suivie d’un concert, ainsi que la diffusion du documentaire de Jacqueline Caux : The Cycle of Mental Machine. C’est aussi ça le Riddim : échanger, apprendre, et découvrir. Toujours aux antipodes de ce que tous les festivals en France peuvent proposer, il offre encore une fois une programmation ultra-alternative, dans un lieu peu commun.

Par Jagunk Au programme, jeudi, on est sur du Noise-expérimental : Pierre Bastien, Orka & Yann Tiersen, ou encore Von Magnet seront présents. Vendredi, le Marché Gare accueillera les amateurs de musique Dub avec une carte blanche donnée au groupe High Tone sur la grande scène et un sound system reggae-dub rythmera la nuit des plus téméraires sur la deuxième scène. Samedi, c’est le Big Band musical ! C’est la BassElectro Versus Hip-Hop dans laquelle on retrouve les anglais de Si-Begg et Pole, le Polonais Bogdan Raczynski, le rappeur américain Oddateee ou encore les frenchies d’Under Kontrol ! Les amateurs apprécieront ! Le porte-monnaie aussi ! Chaque soirée est à moins de 20 euros et le tarif des boissons n’excède pas 2,50 euros. Alors en octobre, tous au Riddim ? On espère car : “cette année, on part sur une grosse jauge” nous dit Jérôme, responsable de la communication. “On part sur 3 000. Par rapport aux années précédentes, on a doublé en volume, donc ce qui implique d’avoir beaucoup plus de têtes d’affiches, qu’on pouvait avoir sur les éditions précédentes.” Espérons vraiment pour eux que celles annoncées sur leurs affiches suffiront pour en allécher le maximum.


CHRONIQUES D’ALBUMS The Dead Weather | Horehound | Label : Third Man Records / Warner Brothers ack White et Alison Mosshart sont des musiciens insatiables. Non contents de leurs collaborations musicales respectives - Jack White officie au sein de The JWhite Stripes et The Raconteurs ; quant à Alison Mosshart de The Kills, elle multi-

plie les apparitions auprès de différents groupes (Placebo, Primal Scream, Arctic Monkeys, Dionysos) - ils forment The Dead Weather début 2009 avec Dean Fertita (Queens of the Stone Age) et Jack Lawrence (The Raconteurs). De cette union est né “Horehound” (littéralement La meute de traînées) courant juillet. Sur le papier, le projet semble alléchant : réunir la crème de la crème du rock américain sous la même houlette. Le groupe nous a livré au compte gouttes depuis le mois de mars quelques morceaux plutôt convaincants. Verdict ? Sans surprise, Horehound est un album réussi. L’empreinte de The Raconteurs est présente, c’était inévitable. Rajoutez à cela la sensualité d’Alison Mosshart, les riffs accrocheurs de Dean Fertita et vous obtenez un des albums forts de 2009. 60 Feet Tall annonce la couleur de l’album : sombre et instinctif ; suivi de LA tuerie Hang You From The Heavens, composée par Alison Mosshart et Dean Fertita. Les titres de Horehound s’enchaînent, mais ne se ressemblent pas forcément. Pour preuve : I Cut Like A Buffalo fait figure d’ovni avec ses sonorités reggae ; 3 Birds, instrumental et captivant, et la dernière chanson Will There Be Enough Water ? est un blues semi acoustique qui clôt magistralement l’album. On peut néanmoins regretter la présence quasi continue de Jack White à la batterie, alors qu’il est considéré comme l’un des meilleurs guitaristes de sa génération. Lorsqu’il abandonne un instant la batterie et que sa voix se mêle à celle d’Alison Mosshart, ça donne des titres incendiaires comme Treat Me Like Your Mother. Horehound prend une autre dimension sur scène, plus énergique et rageuse. Malheureusement, le groupe ne prévoit pas de nouvelles dates en Europe, après avoir embrasé Paris, Londres et Glastonbury en juin dernier, avant même que l’album ne soit sorti. Difficile de savoir si The Dead Weather transformera l’essai, en donnant suite à “Horehound”. Après une série de concerts aux États Unis, chaque membre devrait logiquement retrouver sa formation initiale. Jack White évoque déjà son retour avec The White Stripes pour 2010. Pas de temps mort. Alicia Stepa

JOHN SADEQ | RETOUR DE FLAMMES | Label : GERILLA MUSIC | myspace.com/johnsadeqspace Le rap est gangrené depuis un moment, cela on le sait. Gangrené par cette maladie que l’on appelle le succès, l’autosuffisance ou ce que l’on appelle plus communément le “rap de droite”, ou rap “bling bling”. Malgré cela, certaines fois, on arrive à tirer quelques épines non contaminées de ce bordel ambulant. C’est le cas de John Sadeq qui propose un rap sans concession, à la limite du borderline parfois, en tous cas pour notre “douce France”. 52ème Etat, hymne de son E.P. “Retour de Flammes” (téléchargeable gratuitement sur son myspace), en est le parfait exemple : “Alors que l’élite et le showbiz jouent les yankees, permettent à l’Empire d’imposer son emprise, ça joue les patriotes mais bandent pour les USA, je préfère LE PEN à ces porcs, tu peux imprimer ça !” Mais n’allez pas croire que ce Toulonnais d’origine n’est là que pour choquer. Ces textes sont forts, sa liberté de pensée est intacte, et ses productions musicales agrémentent parfaitement son rap. Tout ceci en fait un artiste qui me semble être au plus près de ce que le rap aurait toujours dû être : “J’ai pas à m’excuser si mes vérités te gênent, je ne vais pas changer pour ça, je ne veux pas porter de chaîne, oublie les USA, mes modèles sont tchétchènes” (Amour et Guerre). Bercé par un Hip-hop époque “Rapline”, l’émission culte présentée par Olivier Cachin, les compilations “Rapattitudes” ou encore les premiers albums de Public Enemy, Brand Nubian, Jungle Brothers... il a commencé à rapper en 1996, en groupe tout d’abord, puis en solo à partir de 2003. Ses influences en matière de textes sont plutôt à chercher du côté de la littérature, notamment chez des pamphlétaires comme Aymé Césaire ou HenryDavid Thoreau et des auteurs parfois controversés et sulfureux, Marc-Edouard Nabe étant celui qui l’a le plus marqué. Ne le cherchez pas dans les bacs de disquaires, John s’écoute pour l’instant sur Internet et encense le téléchargement pour se faire connaître : “L’idée de percer m’a fait déjà du charme car tout est fait pour assassiner l’art, pas là pour plaire et m’adapter au marché, la révolution sera téléchargée.” (La révolution sera téléchargée) Alors bien sûr, chacun y trouvera, ce qu’il y a de bon ou de mauvais à prendre chez lui, en fonction de ses opinions, mais l’important est, il me semble, que le rap soit le porte-voix d’une pensée non commune ainsi qu’un déclencheur de pensées. Jagunk

www.zyvamusic.com | 18


Out To Lunch | Eponyme | Autoproduit | myspace.com/otl69 essuscités dernièrement (le groupe avait splitté en 2005), les punk rockeurs lyonnais d’Out To Lunch comptent bien faire reparler un peu d’eux ! NotamR ment grâce à ce nouveau E.P., tout frais dans lequel on retrouve Benjamin Guil-

let et Nicolas Ramboz (seuls membres du groupe présents au début) respectivement au chant guitare et batterie, Fabrice Garnier à la guitare et choeurs, et Laurent Pech à la basse (aussi membre du groupe lyonnais La Mine de Rien). Alors même si le premier titre Apocalypse News sonne un peu comme ce qu’il faisait auparavant, le Prédateur va tout de suite nous faire comprendre que la formation a pris des directions musicales quelque peu différentes et prend des risques, comme le petit pont du milieu de morceau aux accents de “blues rock” extrêmement sympathique. La Rue des fous qui enchaîne ensuite, permet à Benjamin de s’exprimer dans un autre style de voix, mélangeant accent rock et chanson française et ça paye ! Ce titre est juste énorme ! Pour finir, le Hustler qui finit l’album, est tout ce qui a de plus punk rock dans l’esprit avec 1’18 de pure énergie condensée. On ne réveille pas un punk qui dort... Jagunk

Candy Cash | EPONYME | Label : autoproduit / Anticraft a France n’a jamais trop été un terrain propice à la musique Trip-Hop, laissant ça plus aux Anglais, champions du monde dans ce domaine. LMalgré tout, certaines choses arrivent à éclore ici ou là chez nous. C’est le

cas de Candy Cash qui annonce son Trip-Hop comme étant corrosif  ! Ce duo parisien composé de Pandra au chant et de James Saucerfull se lance le pari de réussir là où beaucoup n’ont jamais mis les pieds où alors s’y sont cassés les dents très rapidement. Avec une thèmatique visuelle assez sombre, le duo pose les bases de Trip-Hop mélancolique et tripant. Dès le Mouse on Rails qui ouvre l’album, l’ambiance est donnée. On pourrait s’imaginer dans la forêt du film le Labyrinthe de Pan (le film hispano-mexicain de Guillermo del Toro, sorti en 2006) : entre fantastique, angoisse et rêve. En première ligne, la voix de Pandra, guidée par son passage dans une chorale pendant 6 ans, impose son empreinte et nous guide à travers ce monde étrange, tandis que James pose l’ambiance sonore qui nous accompagnera jusqu’à la fin. Et chaque titre semble différent : entre balade, titre plus énervé ou plus jazzy, l’album est ultra complet et saura ravir les plus rêveurs d’entre nous. Jagunk

MUSIC IS NOT FUN | BRITISH RENDEZ-VOUS | label : P-Box / discograph Cela faisait quelques temps maintenant qu’on attendait la sortie de ce premier album, après plusieurs retards il arrive enfin à la rentrée pour le plaisir des amateurs de Britpop. Les Music is not fun nous offrent 12 titres pop à souhait, regroupant quelques anciennes chansons qui leur ont permis de se faire connaître, comme HP ou en Down in the club et bien sûr de nombreuses nouvelles chansons déjà toutes reprises en coeur lors de leurs concerts : Ghost et surtout (do you love) My shoes ? premier extrait de l’album. Un peu plus de 40 minutes de rock brut et énergique laissant place à quelques petites balades pop, soutenues par une production plutôt bien faite et un son collant assez bien avec leur live. Pas facile pour un groupe taillé pour le live de faire un album à leur image, mais pour le coup ici c’est plutôt réussi malgré quelques inégalités et quelques lenteurs, l’album est agréable à écouter, le livret agréable à regarder et le tout est fidèle à l’esprit du groupe. Un son rock, des mélodies dansantes et entêtantes, rajouter à ça un “marketing” ludique et efficace, de quoi faire pas mal de bruit à la rentrée! Alors, rendez-vous le 28 septembre dans les bacs pour l’arrivée du premier album des quatre lads made in Lyon ! Kymmo

www.zyvamusic.com | 19


CHRONIQUES DE FESTIVALS

Kymmo

Sziget | Budapest | Hongrie | du 10 au 17/08/09 Cadre verdoyant, programmation ultra éclectique (mis à part qu’il n’y a pas de rap à proprement parlé), prix vraiment abordable concernant la nourriture et les boissons (par rapport à d’autres festivals en Europe), et nombreuses animations présentes (spectacles de danse, de théâtre, d’artistes des rues, saut à l’élastique...), font que le Sziget, en Hongrie reste l’un des meilleurs et le plus grand festival “whity” d’Europe (et oui, la représentation complète des différentes couleurs de peau du monde entier n’est pas vraiment affichée là-bas), et les Français ne s’y trompent pas, car ils y viennent chaque année de plus en plus nombreux. Au programme entre autres pour les plus connus : le retour de Faith No More et les excentricités de Mike Patton, les papys d’Offspring, les épileptiques de Prodigy, les Anglais devenus “sobres” de Placebo, ou encore le tout joyeux Fat Boy Slim ! Alors bon, comme ça, tout a l’air beau et gentil, mais comme partout il y a des points négatifs : d’une part, un son beaucoup trop fort de manière générale (les ingé sons sont-ils tous sourds ?) qui gâche certaines fois le show ; d’autre part, les organisateurs hongrois n’ont pas dû entendre parler de recyclage en terme de gobelets, donc on assiste chaque soir à un dépotoir géant ; enfin, les concerts qui se déroulent en annexe accumulent des retards assez conséquents, ce qui oblige, certaines fois à faire des choix cornéliens entre deux concerts... frustrant. Mis à part ces quelques problèmes, musicalement, on en prend plein la tête. Blasted Mechanism Parler de tout le festival et de toutes les scènes serait une utopie, car, à part en se dédoublant, on ne peut être partout à la fois. Je ne parlerais donc ici que d’un groupe qui m’a particulièrement marqué sur la scène Scène Wan2 – A38, il s’agit de Blasted Mechanism (photo) ! Ce groupe Portugais avec quinze ans de carrière déjà derrière lui, est vraiment hallucinant ! A la fois mystique, cosmique et cosmopolite, il m’a beaucoup rappelé au niveau musical, les débuts tonitruants du groupe anglais Asian Dub Foundation, avec des sonorités venues de tous les coins de la Terre : Afrique, Asie, Occident... Parés de costumes de scène mi-extra-terrestres, mi-futuristes, les 6 membres du groupe se répartissent les rôles : voix pour Guitshu, bambulca pour Valdjiu (un instrument qu’il aurait inventé pour le groupe), bass pour Ary, guitare/claviers/sitar pour Zymon, batterie pour Zyncron, et percussions/didgeridoo pour Winga. Imaginez le mélange ! On est obligé de sortir de leur show avec le sourire tellement l’énergie dégagée est bonne. Merci à eux. Merci le Sziget et à bientôt. Jagunk

Kymmo

Paléo Festival 2009 | NYON | Suisse | du 21 au 26/07/09 Mardi 21 juillet 2009, 17h, arrivée à Nyon sur le site du Paléo Festival pour une semaine de festivités dans une ambiance plutôt familiale. Une programmation 2009 efficace mais sans réelle découverte, tous les poids lourds actuels sont présents : Placebo et Franz Ferdinand nous gratifient de sets intéressants mais sans plus, alors que Moby et Fatboy Slim ne sont que l’ombre d’eux même... Toujours sur la grande scène, The Prodigy enflamme littéralement la fosse avec un set certes carré mais efficace, dansant et énergique, comme si toutes ces années séparant leur dernière apparition avaient disparues ! Un concert à l’effigie de leur nouvel album : énorme ! Autre sensation en ouverture de la grande scène le mercredi, les Belges de Ghinzu viennent défendre leur troisième album, “Mirror mirror”. Le groupe emmène Ricky Wilson - Kaiser Chiefs progressivement le public de la grande scène dans une transe indescriptible. Les montées en puissance de certaines de leurs nouvelles chansons telles que “Cold love” ou “Take it easy” mettent le feu à la fosse, et l’inévitable “Do you read me ?” achève tout le monde ! Pour finir avec la grande scène, parlons de Kaiser Chiefs (Photo) qui est définitivement un groupe taillé pour les stades et les festivals. Ricky Wilson est complètement déchaîné et se jette dans la foule dès la troisième chanson. Il ne tient plus en place et saute dans tous les sens entraînant avec lui les milliers de personnes assistant au concert. Les autres scènes ne sont pas en reste puisque l’on peut y découvrir de belles choses comme les White Lies et leur univers sombre et froid, Bonaparte, groupe suisse complètement déjanté avec déguisements et cracheurs de feu. Mais aussi Karkwa, groupe rock québécois vraiment excellent sur scène ou encore les Sud africains de Tumi & the volume et leur Rock / Hip-Hop. Quelques déceptions quand même avec Fatboy Slim qui nous fait un “méga” mix à base de remix de White stripes et de Madonna mais sans Fatboy Slim !? Ou encore Peter Doherty complètement torché nous gratifiant d’un set sans vraiment d’âme... Sans oublier une Sophie Hunger transparente... Bref de nombreuses belles choses à retenir tout de même et une organisation excellente ! Kymmo

www.zyvamusic.com | 20


HELLFEST | Clisson | FRANCE | du 19 au 21/06/09 Au tour de Machine Head, tête d’affiche de la soirée et son leader Rob Flynn. Avec un set tonitruant, Imperium ouvre celui-ci et laisse deviner la suite, une avalanche de classiques. Attendu et à la fois redouté, Marilyn Manson investit la main stage. Depuis quelques années, il peine à convainGojira, très attendu, cre et ce n’est pas son dernier opus qui changera l’opinion des fans. Même le prouve une fois de plus la retour du bassiste Twiggy n’y fait rien, raison de sa popularité. le tout reste assez fade, l’ennui nous guette, triste fin de soirée ! La fatigue se fait sentir le troisième jour. La petite ville de Clisson se voit envaDe plus que les nuits à Clisson sont hie par une horde de métalleux dès le plutôt fraîches et bruyantes pour les premier jour, venus acclamer une des campeurs ! Les premières notes résonplus grosses surprises de cette édition nent sur la main stage, Fer de lance, Mötley Crüe. Le groupe de glam le plus issue de la scène Métal française des sulfureux n’était pas venu en France Rob Flynn - Machine Head années 80, Adx et Satan Jokers proudepuis 20 ans. vent qu’ils sont toujours là. Toute la journée, les groupes s’enchaînent sur les 4 Au tour des Danois de Volbeat, avec leur heavy scènes. On retrouve des groupes mythiques de la rock, ce jeune groupe a un grand avenir. Teintées scène Métal tels que Girlschool, Wasp et Anthrax. de Rock’n’roll, les compos sont plus qu’efficaces, Le ton est donné. Ce premier jour est très hard rock, avec un front man d’exception en la personne de grâce à des groupes comme Buckcherry avec des Michael Poulsen. Dommage que tant de problèmes morceaux accrocheurs et une énergie dans le pur techniques soient venus entacher le set d’Epica. esprit eighties. Ce vendredi fait aussi la part belle Malgré de réels efforts, cela reste une déception au stoner grâce au groupe culte Down mené par cependant les fans apprécieront un titre inédit de le charismatique Phil Anselmo, un air sudiste s’abat leur futur album. sur le festival. Quelle surprise de voir Europe fouler la scène du Le soir, la scène principale laisse place à de véHellfest  ! Ce groupe démontre une fois de plus ritables légendes, Heaven and Hell, reformation l’ouverture d’esprit de la part des organisateurs du mythique du Black Sabbath avec Dio au chant. Le festival ! Pour tous ceux qui croient que ce groupe public est ravi d’entendre des tubes tels que Mob se résume au hit planétaire The final countdown, rules ou Heaven and hell à travers une des plus détrompez-vous ! Europe prouvera à tous que c’est belles voix du métal. Sûrement un des groupes les un pur groupe de Rock avec des compos Heavy, plus attendus de cette édition. réunissant tous les fans de Métal du site. Tout le Mötley Crüe nous réserve une set list rêvée pour tous monde se surprendra à chanter leur hymne, un des les fans, littéralement une avalanche de tubes. Wild meilleurs souvenirs de cette année ! side, Shout at the devil, de véritables hymnes au méChangement radical de style, laissons place aux tal que tous les jeunes présents rêvaient d’entendre Californiens de Suicidal Tendancies. Il ne faut pas en live une fois dans leur vie. Le crew fait le show attendre pour que le public se déchaîne sur les hits avec un Vince Neil très en forme, Tommy Lee se comme War inside my head. Le groupe fini son set révèle en show man et n’hésite pas à aller trinquer en invitant le public à monter sur scène, quoi de plus avec le public. Un très bon souvenir qui se termine normal ! sur un rappel de Home sweet home. C’est au tour de Dream Theater. Techniciens de Le deuxième jour, nombreux sont ceux venus asgénie, le groupe bénéficie d’excellentes conditions sister à un set énorme de Dagoba. Les Marseillais dont un très bon son. Les fans sont nombreux et asatomisent la main stage, The fall of men déchaîne sistent à une vraie démonstration du combo grâce littéralement le public. Les Australiens de Koritini ennotamment aux qualités vocales de James LaBrie. trent ensuite sur scène et nous envoient en pleine Manowar, tête d’affiche de ce dernier jour, ne cesse face leur hard rock, avec une énergie d’enfer, set de rester au top malgré les années. carré, du pur Rock’n’Roll. Autre groupe emblémaDouze ans que le groupe n’a pas foulé le sol frantique, Soufly, avec comme leader Max Cavalera. çais, les fans sont comblés. Le show se termine par Les fans de Sepultura sont ravis au vu du set grâce à un feu d’artifice à l’image du groupe, complètedes titres comme Refuse / Resist. ment démesuré ! Gojira, très attendu, prouve une fois de plus la raison de sa popularité, le groupe est fier d’être au HellCette année, le Hellfest aura connu sa plus belle affest et cela se voit. Grosse surprise de la journée, The fiche et aura démontré qu’il reste le plus grand rasMisfits, véritable légende du punk depuis plus de 30 semblement de la scène Métal en France. Longue ans. Après de multiples changements de line up, le vie à lui ! groupe est désormais un trio avec aux commandes le bassiste d’origine Jerry Only. Maquillage de zomSabrina Martin bies, on ne fait pas dans la finesse. Quel plaisir de voir de tels groupes en France ! Mathias Fau

Le Hellfest ouvre cette année ses portes à 60 000 personnes, proposant une des plus belles affiches Métal de l’été. Trois jours de musique extrême avec des pointures telles que Motley Crue, Marilyn Manson ou Manowar.

www.zyvamusic.com | 21


DISCUSSION

CARMEN MARIA VEGA

DR

Marché Gare le 03/06/09 par Jagunk & LalOo

résidence au Marché Gare à Lyon touche à sa fin, quand Carmen Maria Vega nous accueille un matin Slesapour nous parler de son actualité... pour le moins débordante ! Elle sort son premier album, accumule dates de concerts et partage l’affiche avec les plus grands pour un hommage à Boris Vian aux Nuits de Fourvière cet été. Mais que demander de plus pour la jeune Lyonnaise, qui usait les planches il y a de cela une poignée d’années ? In da place to be, on vous dit !

Après nous avoir servi un café… Carmen Maria Vega : Vous voulez du sucre ? Ah merde on a pas de touillettes, ben on va touiller avec nos doigts, hein ! Un cure-dent, ça vous ira ? (Rires) ZYVA : Ah merde, ça va pas jusqu’au bout ! C. M. V. : Putain, moi, je me crame les doigts ! (Rires) ZYVA : On va commencer par le commencement, alors comment est né le projet Carmen Maria Vega ? C. M. V. : Euh… Eh bien… En rencontrant Max (Lavegie), tout simplement, enfin, pour ce qui est de ce projet, car le chant j’en fais depuis que j’ai 15 ans. J’avais des projets de fin d’études, genre pour l’option musique lourde au lycée. Ce genre de choses, quoi  ! Et j’ai jamais eu trop envie de monter un projet autour de reprises donc j’attendais surtout de rencontrer la bonne personne. Quand Max est rentré de Londres où Il était pendant 5 ans en tant qu’ingénieur du son en studio... ça l’a pas passionné plus que ça… Enfin si, c’était bien, mais au bout d’un moment, enregistrer des gens… ça devient un peu chiant quand toi-même tu fais de la musique  ! On s’est rencontré pile quand j’étais dans mes fins de concours, et comme j’ai tout raté c’était aussi bien ! (Rires) Je ne me verrai pas être encore en école aujourd’hui ! Ça me ferait un peu chier, je pense ! (Rires) Et on a monté une sorte de répertoire jazz, mais on était tellement mauvais qu’on s’est dit qu’on allait éviter de faire un Nième My funny Valentine, mais pourri pour le coup  ! Donc il a composé La Menteuse en premier. Quand j’ai vu ce qu’il était capable de faire musicalement et au niveau des textes, j’ai pas trop hésité longtemps et on a monté le projet, quoi ! ZYVA : Donc c’est lui qui compose ?

C. M. V. : Il écrit les textes et compose la musique, ouais ! Je trouve ça quand même vachement agréable d’avoir un auteur qui écrit pour toi ! Bon après, il aspire à écrire pour d’autres personnes, mais pour ce qui est de ce projet-là ça a commencé comme ça ! ZYVA  : Donc chaque personnage de tes chansons, c’est un bout de toi ? C. M. V. : Oui, parce que c’est moi qui l’inspire quelque part et après c’est des demandes ponctuelles sur un thème que j’ai envie d’aborder … ZYVA : Genre ? C. M. V. : Genre c’est arrivé… Bon là, on l’a fait plus trop celle-là, c’était au tout début. Je lui ai demandé de faire un truc sur la misogynie, mais entre filles. Je lui ai dit : “J’aimerais bien que tu dépeignes tous les travers que je déteste chez les filles. J’en suis une, je sais très bien ce que c’est !”. (Rires) Je peux pas les voir, je les déteste, mais en même temps je suis exactement comme elles, puisque je suis en train de dauber sur elles. Et il l’a fait super bien  ! Après ça fait longtemps que je l’ai pas faite, mais je l’aime beaucoup  ! C’est toujours dur, dans un spectacle, quand tu fais toujours les mêmes chansons, surtout depuis quatre ans ! Tu vois, La Menteuse ça fait quatre ans qu’on la fait tourner et encore, je m’en suis pas encore trop lassée ! Bon, sauf aux balances… “Bon, on la fait, on la fait, mais on la fait vite, hein !” (Rires) Donc celle dont je te parlais est un peu sortie du set pour le moment… Mais pour ce qui est du reste, des fois il arrive avec une idée bien précise et il me dit : “Et si j’aborde tel thème de telle manière, est-ce que tu as envie de le faire ?”. C’est toujours difficile pour moi quand il arrive comme ça, c’est très flou ! Tant que l’idée ne vient pas de moi ou que ce n’est pas un truc précis, je lui dis : “Ben, je ne sais pas, essaie et présentemoi ton truc et on verra  !” On se connaît bien, donc c’est assez simple finalement !

www.zyvamusic.com | 22


DISCUSSION ZYVA : Mais tu le connaissais déjà avant que vous ne décidiez de monter ce projet ensemble ? C. M. V. : Non, non non. On s’est rencontré par J-C, un des dirigeants des Gourmets Recordingz, qui est son frère. Et moi j’avais une amie qui était très pote avec J-C, et puis voilà. On s’est rencontré chez eux je crois. ZYVA : Donc l’esprit de famille est très présent… C. M. V. : Ouais ! Tout à fait ! Très présent ! (Rires) Le family gang, c’est… très imprégné comme vous avez pu le remarquer ! ZYVA  : Pour ce qui est de ton actu, tu finis ta résidence ici, au Marché Gare… C. M. V. : Voilà. On a fini demain (4 juin 2009). On fait donc un concert de fin de résidence le 4. Notre premier concert avec batteur  ! On a un peu flippé  ! Normal quoi… On a pris l’habitude. Ça fait déjà deux ans qu’on tourne avec Alain, le contrebassiste. On a tourné pendant un an tous seuls, mais euh… l’arrivée d’un troisième larron c’était beaucoup plus évident  ! Là, la batterie, c’est une envie de coller à ce qu’on a fait pendant le travail sur l’album, et de trouver une nouvelle dynamique  ! Une batterie, ça apporte un groove supplémentaire  mais c’est difficile d’arriver à trouver ses marques quand on a eu l’habitude de tourner pendant deux ans, d’avoir fait 150 dates à trois, quoi ! Et c’est pour ça que c’est bien de faire une résidence ! Je ne suis pas mécontente !

Et finalement y avait des programmateurs qui étaient là et c’est allé hyper vite ! Donc on s’est fait programmer assez rapidement depuis quatre ans. Et pis, ne serait-ce que pour moi, un album c’était pas une obligation. Ça l’était pour les tourneurs, les partenaires, les machins, etc. Il fallait absolument qu’on ait un disque. Mais moi, j’avais pas envie de faire un truc tout pourri. Je pense que pour faire un bon disque, faut avoir une bonne maturité scénique  ! Enfin c’est pas obligatoire. Y en a qui vont faire un super album et l’explorer ensuite sur scène. Mais moi, j’avais pas envie de ça, quoi ! Voilà ! on n’avait pas le temps ! Même là, je sais pas comment on a fait  ! On a fait dix jours de studio début janvier, après on est reparti en tournée, on est revenu faire quatre jours à Paris et là, tu vois, Max vient de le finir ! Le mastering est fini depuis trois jours, quoi ! ZYVA  : Donc finalement, vous avez fait ça assez vite ! C. M. V.  : Oui, mais si tu veux, ce qui a été long, ça a été de trouver un créneau horaire pour enregistrer et faire le truc, quoi ! Après, notre pré-prod était assez claire dans ma tête et dans celle de Max !

DR

ZYVA  : Surtout que là, t’as une grosse tournée qui arrive… Enfin qui continue ! C. M. V. : Qui continue, oui ! Là, si tu veux, on a déjà fait 80 dates depuis septembre. Donc tu vois, “Je pense que pour faire un c’est bien déjà. Et comme tu le vois, c’est pour ça que je suis bon disque, faut avoir une un peu fatiguée… (Rires) Au bonne maturité scénique !” début, je me disais : “Ouais, c’est ZYVA : C’est la première fois que cool, mon planning s’arrête t’es en résidence ? en juillet  !”. Et en fait, non  ! Ça C. M. V. : Non, on en avait fait une y’a deux ans, je crois. recommence jusqu’à l’année prochaine ! Aujourd’hui, C’était à Annemasse. C’était surtout pour la lumière ce qu’il y a de cool, c’est que j’ai une actualité sans puisque Sophie, notre régisseuse lumière, venait juste en avoir une ! Déjà, sans disque je trouvais que c’était d’arriver , et à ce moment-là, fallait quand même qu’on un exploit. J’étais hyper contente de pouvoir me dire : se mette un peu au point sur ce qu’on avait envie de “Ah ben, tu vois ! Les règles dans la musique ne sont pas faire. Mais après, scéniquement, c’est vrai que j’ai pas toujours immuables !”. On profite tant qu’il y a ! fait beaucoup de résidences sur la mise en scène ou ce genre de choses. Ponctuellement, sur les chantiers ZYVA : On a vu que t’étais notamment sur l’hommage des Francofolies, quand on les a fait, c’était des trucs à Boris Vian. Comment t’en es venue à faire partie de où t’as une heure de coach scénique par jour. C’est ce joli projet ? super court. T’as pas le temps de vraiment mettre en C. M. V.  : Eh bien, on a signé chez AZ à la fin de place des choses, mais c’est quand t’en parles que l’année dernière. Je sais plus vraiment quand c’était. tu te rends compte de ce que t’as appris. Sur le coup, Et j’ai entendu parler de ce projet. D’abord sur disque, tu te dis : “Wé… J’sais pas, machin…”. Pis ça mûrit et d’ailleurs, il sort le 22 juin ! Et moi j’adore Boris Vian alors tu finis par comprendre ce qu’on t’a dit. Sur le coup, tu j’avais super envie de participer au projet  ! Bon, sans comprends pas toujours ! (Rires) trop y croire, car j’avais plus ou moins entendu les noms des gens qui allaient participer au projet. Alors moi, ZYVA : Mais comment ça se fait que vous ayez attendu petite débutante qui n’a pas d’album, qui n’est rien du autant de temps avant de sortir un album ? tout, je suis allée voir mon manager : (prenant une voix C. M. V.  : Parce qu’en fait, on a eu une actualité enfantine) “Grégoiiiiire ! J’aimerais bien faire Boris Vian !” scénique rapide et hyper intense. Au début, on l’a pas (prenant une voix grave) “Oui, oui d’accord !”. Puis on vraiment choisi. On a fait notre premier concert, on a essayé par le directeur artistique de savoir si c’était avait trois chansons. C’était un test pour nous, pour voir ! possible. Il nous a dit qu’il allait voir. Et finalement ils se

www.zyvamusic.com | 23


Kymmo

DISCUSSION

Carmen Maria Vega aux Nuits de Fourvières 2008

sont bien débrouillés ! Ils leur ont dit : “Allez, Allez ! Elle est petite, mais elle peut faire des trucs vous savez !”. Donc j’ai enregistré Bourrée de complexes, avec Merlot, qui est un chanteur de Paris, d’Ivry en fait, avec qui j’ai fait les Chantiers des Francofolies l’année dernière. Et du coup, la sortie de l’album est accompagnée de quatre dates et je suis sur les quatre ! C’est cool, quoi ! ZYVA : … dont Fourvière ! C. M. V. : Les deux des Nuits de Fourvière, oui, la salle Pleyel à Paris et les Francofolies de La Rochelle. ZYVA : Ça va ! C. M. V. : Cool ! Hyper cool ! J’ai super peur, mais c’est super cool ! ZYVA : Ben t’es quand même entourée de grands noms de la chanson française… C. M. V.  : Ah ben wé, wé  ! Déjà le disque, y a une vingtaine d’artistes super prestigieux… Puis tu sais, tu vois ton nom au milieu et tu te dis : “Mais qu’est-ce que tu fous là  ?”. (Rires) C’est super cool mais… D’autant que ça sort juste avant mon album, donc c’est génial ! ça me fait une actualité en plus et surtout, ça me fait participer à des projets super agréables, quoi ! Puis voir que t’es mise en avant comme ça par des pros, qu’on te fait confiance, tu vois, c’est hyper chouette ! Surtout quand t’as pas encore un grand nom, t’as une petite réputation scénique lyonnaise et t’as fait un petit tour de France, histoire de te mettre en jambes ! Mais t’es rien, quoi ! Et là, c’est un autre milieu ! ZYVA : Tu peux nous parler un peu de ton album ? C. M. V. : Wé, wé ! Je peux t’en parler ! Eh ben écoutes, l’album ça a été long, ça a été pénible… (Rires) J’aime pas du tout faire des albums ! ZYVA : Le studio, c’est pas ton truc… C. M. V.  : Non, non, c’est pas mon truc  ! Max adore ça ! C’est un travail hyper fastidieux ! C’est hyper dur de ne pas faire d’erreurs, d’arriver en studio et de ne pas faire l’erreur d’oublier qu’on est un groupe de scène et en même temps de faire gaffe à ne pas trop axer l’aspect scénique sur un album ! Y’a rien de pire ! J’avais tellement pas envie qu’on mette le disque dans la platine et qu’on se dise : “Aahh ! Baisse ! Elle braille trop !” ou “Baah ! Les arrangements, y en a pas !”. Et en fait on l’a fait avec l’équipe de Vincent Carpentier qui a réalisé l’album de Thomas Dutronc, “Comme un

manouche sans guitare”. Et en fait, Max a absolument géré toute l’équipe, c’est lui le co-réal du disque. Moi j’étais hyper tranquille, je savais qu’on n’allait pas dénaturer ce que j’allais faire et en plus, avec l’équipe qu’on a choisis, s’ils dénaturaient le truc, c’est qu’on n’avait pas eu de chance, qu’on avait été cons et qu’on s’était laissé faire. Puis c’est pas le cas ! Max a été là à chaque fois. Moi, quand j’étais pas là, il me faisait un retour très régulier. On a apporté, je pense, j’espère, en même quand tu parles d’un truc que t’as fait, t’es pas vraiment objectif, en tout cas, j’ai l’impression qu’on a apporté quelque chose de nouveau et en même temps, on n’a pas du tout oublié ce qu’on était quoi ! C’est-à-dire un groupe de scène. Passer de la scène à un disque, c’est compliqué. Y a des arrangements qu’on ne retrouvera pas sur scène et à l’inverse y a des choses qu’on fait sur scène et qu’on ne retrouve pas sur le disque. Est-ce que c’est intelligent, je ne sais pas, mais en tout cas, on a essayé d’avoir cette logique qui veut qu’on essaye de coller à la scène, tout en essayant de ne pas oublier que c’est un truc que tu mets dans une platine et que tu dois pouvoir écouter comme ça ! ZYVA : Ça doit être dur pour toi parce que t’as pas le retour du public en studio… C. M. V. : Ben bien sur ! Pour l’enregistrement, ça a été une catastrophe ! T’es hyper concentré. T’es tout seul dans un merdier, tu vois ? ZYVA  : Ouais, tu n’as pas un public en face de toi en train de t’applaudir, de crier… C. M. V.  : Ouais ! T’essaye de te motiver, de te dire  : “Normalement c’est drôle, hein  ! Normalement les gens rigolent là  !” (Rires) Putain vous pouvez faire des “Clap, clap, clap”, merde  ! (Rires) Mais passezmoi des bandes (son) quoi  ! (Rires) C’est clair que c’est horrible, quoi  ! Après, pour tout ce qui est des chansons plus intimistes, c’est beaucoup plus facile, bizarrement. Enfin, bizarrement, non  ! Ça me paraît hyper logique… Mais pour tout ce qui est du ressort comique, c’est hyper chaud, quoi  ! Surtout, c’est toujours le danger de trop en faire sur CD. En scène, si t’en fais trop, bon t’es dans l’énergie d’un live, c’est pas grave  ! Faut doser évidemment, c’est pareil  ! Mais sur disque, faut pas faire d’erreur quoi ! En plus, les gens t’attendent tellement au tournant ! Mais écoute, pour l’instant je suis contente, on a apporté beaucoup d’arrangements, de cuivre, de corde, beaucoup de guitares. On a eu la participation de Thomas Dutronc,

www.zyvamusic.com | 24


DISCUSSION ça c’était cool  ! On a eu la participation d’Hervé Legeay, le gratteux de Sanseverino qui était déjà venu sur notre premier maxi, le maxi gris qu’on avait fait en studio. Lui c’est un gars top  ! Il était venu à Lyon. On n’avait pas de moyens, rien. On ne pouvait pas le payer. On lui a juste payé son billet aller-retour. Il est arrivé avec son Perfecto, ses “Rango”, ses lunettes et ses quarante tatouages  ! (Rires) Des gens comme ça, c’est trop cool ! Tu te dis : “Putain ! Ils en font des concerts, quoi  ! Ils en font tout le temps  ! Ça fait des années, et des années, et des années…” Et ils sont toujours d’une simplicité et d’une gentillesse. Ils font de la musique en fait ! C’est tout, quoi ! C’est con, mais plus tu évolues dans ce métier, plus tu te rends compte qu’il y a pas tant de gens qui font de la musique et qui kiffent vraiment ce qu’ils font ! ZYVA : Combien de titres ? C. M. V. : Treize normalement ! Ça fait un album court mais efficace. C’est toujours pareil ça ! “Combien de morceaux il faut mettre  ?”. Faut pas en mettre trop, faut pas en mettre pas assez ! Y a des albums qui en ont neuf, mais nous ça aurait été ridicule d’en mettre neuf  ! Déjà, treize ça fait un album court. Il fait moins d’une heure.

ZYVA : Justement, toi tu vas acheter des CD encore ? C. M. V.  : Ça fait un bail  ! J’achète jamais de CD sur tout ce qui est plateforme internet et compagnie. Mais après euh… Le dernier CD que j’ai acheté, je crois que c’était Amy Winehouse. Ça fait un an !

ZYVA : Je croyais que t’allais nous répondre les Red Hot Chilli Peppers ! C. M. V. : 1999 ! (Interruption par Grégoire Le Dû, manager de Carmen : “Dès que t’as fini, t’appelles à ce numéro et tu fais un phoneur. Et ça serait cool que ça soit dans pas trop longtemps, parce qu’on aimerait bien attaquer pas trop tard…”) C. M. V. : Euh... non, non ! Pas les Red Hot, pas les Red Hot  ! Ouais, c’était Amy Winehouse… Et en disque français, euh… mince  ! … Qu’est ce que j’ai acheté moi ? ... Ah si ! Loïc Lantoine, Badaboum ! J’ai acheté ça dernièrement. J’ai fait un plateau avec “Pour pouvoir lui et puis j’ai tellement trouvé que ça que j’ai fait l’effort d’aller à La bénéficier de déchirait Fnac ! (Rires)

certains médias, (Rires) Après t’as trop de fans qui te faut avoir un ZYVA : demandent des autographes dans les lieux publics, c’est chiant ! disque !”

ZYVA : Au final, est-ce que l’album était si indispensable que ça ? Par rapport à la crise du disque, par rapport à ton concept aussi, qui est plus scénique on va dire ! C. M. V. : Si on ne se base que là-dessus, non évidemment ! Mais après, c’est toujours pareil : faut avoir une actualité. Pour pouvoir bénéficier de certains médias, faut avoir un disque ! Max te dira que c’est par envie, tout simplement, il adore ça faire des albums. On se complète bien là-dessus, parce que pour moi c’est la corvée ! Et finalement, heureusement ça s’est fait vite pour moi  ! J’ai fait mes 10 jours d’enregistrement à Bruxelles, après je suis revenue par là, je suis retournée à Paris faire mes voix pendant quatre jours, enfin deux jours ! J’ai fait treize chansons en deux jours ! “Je veux rentrer à Lyon ! Je veux rentrer à Lyon ! Je veux rentrer à Lyon  !”. (Rires) Mais non, effectivement, c’était pas indispensable… C’est comme ça ! Y’a certaines règles auxquelles ont peut pas déroger ! ZYVA : En même temps, t’as un avantage sur d’autres, t’as déjà beaucoup de dates annoncées et t’en as déjà fait quatre-vingt ! C. M. V. : Ouais, ouais, c’est cool ! ZYVA : Et pour les fans, ça fait toujours un objet en plus ! Ça fait toujours plaisir ! C. M. V.  : Oui, oui, c’est vrai  ! C’est ça aussi  ! à un moment donné, on fait des concerts, on fait des concerts, on peut plus rien proposer d’autres ! à la fin des concerts, faut bien avoir quelque chose à vendre ! Les gens aiment bien repartir avec un objet ! Enfin, moi je vois bien, quand je vais voir des concerts, si j’ai pas le CD je suis hyper frustrée. Enfin si j’aime bien ! Mais ne serait-ce qu’un merdier : des badges, des stickers, des trucs, quoi ! Là on est un peu dans la période critique où on n’a plus rien à proposer ! (Rires) “Oui, alors, euh… On a rien… Eh ben, achetez mon disque en octobre, hein ! Ah ben, vous avez le temps, hein  ! … Et le temps de m’oublier ! Revenez nous voir !”

C. M. V. : C’est pénible ! Ils veulent te toucher tout le temps ! “Bon, qu’est-ce que tu veux ? Tu veux des cheveux ?” (Rires) ZYVA  : Mais maintenant t’as de jolis stylos Zyva pour signer tes autographes ! C. M. V. : Ben oui, merci, hein ! Franchement, en plus, j’en ai jamais ! Bon, en même temps, faut dire que je ne me fais pas arrêter souvent dans la rue ! (Rires) Titre d’un artiste ou d’un groupe qui pourrait te représenter toi ou ta musique : Le petit bonhomme en mousse de Patrick Sébastien C. M. V.  : Sympa votre question ! (Rires) Qui a choisi cette question de merde  ? (Rires) Bon… Ok… Déjà c’est dur de sortir un titre à soi, mais alors un titre qui te ressemble mais qui n’est pas le tien… Eh ben, j’vais dire un truc con, comme ça t’auras une réponse con ! Le petit bonhomme en mousse de Patrick Sébastien ! Voilà ! Tiens, démerde-toi avec ça, maintenant ! (Rires) La beaufferie, c’est moi ! (Rires)

Single : La Menteuse AZ / Universal / Gourmets Recordingz www.carmenmariavega.com

www.zyvamusic.com | 25


Kreuzberg : Un quartier multicolore

Par Sabine / Photos : DR

s’exporte à Berlin ! Depuis près d’un an déjà, ZYVA est à l’affût dans cette ville chargée d’histoire ZretourYVA et de musique. Magdalena, stagiaire émérite, s’est chargée de la création du blog ZYVA Berlin à son en Allemagne, entourée elle aussi de passionnés, afin de pouvoir exporter la sauce ZYVA made in

Frankreich. Et cette tribune leur est réservée ! Au programme de chaque numéro : découverte des lieux musicaux, groupes, structures... Une manière pour eux et pour nous, de vous donner envie de découvrir cette ville particulière ! “Berlin calling - Berlin ruft”. Aucun autre quartier incarne mieux le “Berlin alternatif“ ou peut-être aussi “l’Allemagne alternatif“ que le quartier Kreuzberg. Depuis plus de 40 ans, le quartier dans l’ancien Berlin-Ouest est connu pour son mélange entres artistes, punks, squatteurs et immigrants turcs. Ces derniers représentent un tiers des 150 000 habitants de Kreuzberg et pour mieux cerner l‘endroit, nous dirons qu‘aux élections les Sociaux-démocrates, les Communistes et les Verts y atteignent plus de 80 % des voix. Et pour cause, l’ouverture de la première succursale de Mc Donald dans le quartier, il y a deux ans, a provoqué des manifestations massives : Pas de Mc Donalds à Kreuzberg ! Mis à part ça, c‘est le symbole d‘une vie nocturne excessive où une variété impressionnante de groupes musicaux, de bars et de clubs se côtoient tous les jours, surtout côté sud-est du quartier appelé Berlin 36.

Commençons d‘abord par un endroit historique : le SO 36, qui était le centre du punk allemand dans les années 70 et 80. Jusqu’à aujourd’hui c’est un grand honneur pour des groupes d’avoir la possibilité d’y jouer. Et pour les amateurs du rock, rockabilly ou rock indie, le Wild at Heart ou le Lido sont aussi des adresses parfaites pour y passer la soirée. Mais ce n’est pas tout, si Kreuzberg est rock, on peut y trouver des clubs qui ont fait la renommée de la ville considérée aujourd’hui comme capitale de la musique Techno et Electronique. Directement au bord de la Spree on trouve le Tresor, le Watergate et sur l’autre côté du fleuve le Berghain. Ce dernier a été nommé par le journal anglais DJ Mag le “meilleur club du monde”. Mis à part ces endroits ultra-connus à Berlin, il existe une multitude de petits clubs familiaux comme le Cake Club, le Club der Visionäre, le Kiki Blofeld ou

www.zyvamusic.com | 26


le Privatclub, où on peut plonger dans une pluralité de styles, comme le reggae, la musique des balkans, le rock ou l’électro. Dans ces clubs, on ressent nettement que la vie nocturne est moins chère à Berlin que dans d’autres métropoles comme Londres, Paris ou New York, et cela vaut aussi pour la plupart des bars et des cafés à Kreuzberg. (On vous conseille le Ankerklause, le Konrad Tönz, le Wiener Blut, et le Möbel Olfe). La musique mise à part, Kreuzberg, comme on vous l‘a dit, est fortement marqué par la culture des immigrants turcs. Cela donne un charme particulier au quartier, ainsi que d‘un point de vue culinaire. Deux fois par semaine se déroule un grand bazar, qui est devenu entre-temps un des plus grands marchés de Berlin. Ainsi ce n’est pas par hasard que le

rap turc n’a pas ses racines à Istanbul, mais bien à Berlin-Kreuzberg, où les premières chansons ont été composées dans les années quatre-vingts. Chaque année au festival Myfest (1er mai) le quartier montre son visage multiculturel, quand environ 10 000 personnes par jour assistent aux concerts des groupes locaux dans les rues de Kreuzberg. Malheureusement cette année encore, Kreuzberg fut le théâtre d‘une bataille rangée entre policiers et autonomistes, et ce rendez-vous peu glorieux dure depuis le 1er mai 1987. C’est évident : ce quartier est vivant et les clichés de Kreuzberg comme quartier jeune et multicolore correspondent bien à la réalité. On vous le recommande chaudement.


DISCUSSION CIRKUS

Les Invites de Villeurbanne le 19/06/09 par --HMK-- et Jagunk

n ne le répètera jamais assez (surtout pour certains qui continuent à l’inscrire inlassablement sur O leurs affiches ou autres flyers) : Cirkus n’est pas LE groupe de Neneh Cheery. Cirkus, c’est avant tout l’histoire d’une famille formidable et unique en son genre : Cameron McVey (qui a juste permis à

quelques “petits groupes” de se lancer : Massive Attack, Portishead, Tricky...) son épouse Neneh Cherry, leur fille Lolita Moon (de son vrai nom Tyson Cherry McVey) et Matt Kent, (Alias Karmil, recruté en 2005 par Cameron en tant qu’ingénieur du son et petit ami de Tyson). N’ayant pas pu les rencontrer à leur premier passage sur Lyon, auxquel une poignée seulement de spectateurs ont assisté au show, nous ne voulions pas une nouvelle fois laisser passer l’occasion de rencontrer le groupe anglo-suèdois (Cameron aurait émigré en Suède). Programmés dans le cadre des Invites de Villeurbanne 2009, ils s’installent tranquillement à nos côtés après avoir fini leur dîner pour une petite discussion simple et tranquille. A l’image du groupe.

Cameron McVey : Vraiment joli votre magazine ! ZYVA : C’est sympa... merci ! C.M. : Non, vraiment les gars, je suis sincère, c’est très joli, et je suis sûr que les groupes qui viennent du coin doivent être contents qu’un magazine comme le vôtre existe  ! En plus la taille est pratique, ça rentre dans la poche arrière du Jeans, d’habitude ces putains de magazine, tu sais pas quoi en faire tellement ils prennent de la place. là c’est parfait ! ZYVA : Tu as tout compris ! Merci, merci beaucoup, c’est beaucoup de boulot pour nous et ça fait plaisir à entendre. Neneh Cherry : Oh oui, j’en suis sûr, il y a beaucoup d’informations, en plus “bravo” (en français) ZYVA : Oh tu parles français ? Un peu ? C.M. : Oui elle parle en français (rires) ! ZYVA : Alors on peut discuter en français ? N.C. : Non ! Non ! Je suis très mauvaise en français (rires). Pour te dire, je crois même que je ne peux être que meilleure. (Rires) ZYVA : Bon on est désolé, on vous accueille sous un temps un peu pluvieux... N.C. : Non, c’est nous qui sommes désolés, je crois que l’on vous a amené un temps de merde (rires).

Il nous suit partout où l’on va, il s’installe dans les malles des instruments (rires) ! (Cameron regarde la publicité des Eurockéennes qui figure dans le magazine (mai-juin) et devient fou). C.M.  : Kanye West, Slipknot, The Ting Tings, Pete Doherty, Laurent Garnier, je veux y aller  ! Tricky... Charlie Winston Wahooo ! (rires) C’est génial ce truc, on dirait que les artistes n’ont rien à voir entre eux, et pourtant ils partagent le même festival ! ZYVA : Et où est Cirkus ? Pourquoi vous n’y figurez pas ? N.C. : Où est Cirkus ?! C’est une très bonne question ! (Rires) Écris le ! Écris le ! (Rires) Tu sais où est Cirkus... Cirkus est sous la pluie ! (Rires) C.M. : Oui nous, on fait plutôt des petites salles, des endroits plus petits. C’est bizarre aussi parce qu’il y a pas mal de pays dans lesquels nous avons joué et pourtant, nous ne sommes pas distribués là bas, l’album n’est pas vendu. Bon, on se fait plaisir mais la carrière de Cirkus est vraiment aléatoire, limite perdue... N.C. : Même carrément perdue ! (Rires) C.M. : Oh oui, complètement perdue... ZYVA : Pourquoi ? C.M. : Et bien, je crois que tout le monde est un peu perdu... mais je crois que nous nous sommes

www.zyvamusic.com | 28


Kymmo

organisés de manière très spéciale entre nous, par exemple Matt est bon dans ce que l’on fait, mais jamais à l’heure... Tu lui donnes rendez-vous un mardi, il ne sais plus de quel mardi tu lui parles... Matt Kent : Je suis un “Artiste” (Rires) ZYVA : S’il vous plaît ! (Rires) C.M. : Quand à elle, (Ndlr : Il parle de sa fille) elle est toujours dans son monde ! Tu la vois dés fois juste avant de monter sur scène, à rigoler avec un gars de la technique ou à chanter dans son coin genre “tili tili tili tili”, c’est cool parce que la pression ne la dérange pas. Elle nous rend plus relax (Rires).

reviens avec un Tee-shirt, génial (Rires) ! ZYVA : Vous étiez déjà sur Villeurbanne il n’y a pas très longtemps, au Transbordeur. C.M. : Oui, on est passé devant la salle en venant d’ailleurs. C’était très bien, des gens fantastiques, très agréable de jouer dans cette salle.

ZYVA  : Et toi  ? (Ils parlent tous en même temps.) Oh oh oh , c’est les autres qui vont parler de toi. N. C. : C’est un Martyr ! (Rires) Il aime tout faire par lui-même parce que personne ne peut le faire comme lui, pour tout ! Il adore ce qu’il fait. Lolita Moon : Et c’est toujours tout ou rien !

ZYVA  : On était venu vous voir et on était assez étonné qu’il y ait si peu de monde, un public d’une centaine de personnes ! C.M. : Oui, perdu... tu vois ce qu’on veut dire (rires) ! Mais on a passé un bon moment, c’était vraiment bien  ! Les meilleures soirées sont dans les petites salles avec les petites jauges parce que tu peux vraiment te bourrer la gueule. Généralement, on est moins exigeant avec toi quand il y a moins de monde alors dans ce cas je me mets toujours la race  ! (Rires) Ah ouais, j’étais vraiment bourré  ce soir là ! (Rires)

ZYVA  : C’est génial de voir autant d’amour et de complicité dans votre formation, peut-être aussi parce que c’est une histoire de famille avant tout. N.C. : Oui je crois aussi. C.M. : Non on n’arrête pas de se frapper ! D’ailleurs vous avez dormi dans la même chambre hier et vous avez fait un sacré bordel ! Et oui je sais c’est moi qui ait dû payer la note ! (Rires) On s’est arrêté hier pour dormir, on était à un super festival d’où tu

ZYVA : Ça se voit pas trop, tu as toujours une bonne voix sur scène ! C.M. : Ben en fait il ne faut pas le dire, mais c’est pas moi qui chante en fait (rires)  ! (l’air un peu gêné qu’on lui fasse des compliments sur sa voix) Bon, c’est cool ce que vous faites, j’espère que vous allez continuer comme ça longtemps, parce que les magazines ont du mal à survivre ces temps ci. Des magazines comme le vôtre sont importants,

www.zyvamusic.com | 29


DR

DISCUSSION

ils permettent à la scène musicale de s’exprimer. C’est comme Mojo (magazine musical anglais). ZYVA  : C’est flatteur mais on en n’est pas là encore ! C.M. : Si si, il y a du contenu, comme Wire (encore un magazine anglais) aussi... C’est bien de se battre pour de nobles causes... ça me fait penser à Zeitgeist et le Projet Venus ! C’est un super projet ! Vous connaissez ?! ZYVA : Zeitgeist oui mais pas le Projet Venus ! C.M. : C’est pas comme tous ces crétins qui ne voient que la fin du monde  ! “Ahhh on va tous mourir”  ! (Rires). Là tu as des gars qui te disent tout le contraire : (il mime le savant fou) “tout ce qu’il faut faire, c’est de rassembler les meilleurs ingénieurs et savants du monde pour créer ensemble un monde socialement équitable”. Non, sérieusement j’ai vu ça il y a quelques jours et je me disais : “merde, mais c’est génial comme idée, de rassembler tous les gens sur Terre autour d’un projet commun”. Clairement il est dit que c’est aux ingénieurs de savoir ce qui est bon pour nous et non les politiciens. Les politiciens n’ont pas les compétences pour savoir ce qui est bon ou pas pour notre Terre, et c’est loin d’être stupide. Je n’y aurais jamais pensé.

canalisé. Certains construisent des immeubles, d’autres des diffuseurs  ! Tout est calculé au millimètre près pour que le son puisse être accompagné, c’est un travail de dingue ! (Il nous montre des photos sur son téléphone). C.M. : Là tu as une super vue, tu vois l’ampleur du truc, c’est énorme. Là aussi tu as une super vue, c’est sexy non ? (Rires) Il fait ça avec l’architecte avec lequel on bosse pour faire notre studio. Comme ça chacun comprend l’autre et travaille ensemble. ZYVA : Respect ! Vraiment bravo ! C’est massif ! C.M. : En espérant que tout cela sonne bien quand ça sera fini ! (Rires) N. C. : T’imagines si ça fonctionne pas ! Le truc horrible. (Rires) C.M.  : Mais non mais non, ils ont tellement bossé dessus, ça fonctionnera, c’est sûr ! Titre d’un artiste ou d’un groupe qui pourrait te représenter, toi ou ta musique : Nirvana - Come as you are

Il commence à partir dans une discussion concernant les machines et le développement des machines sur terre pour en arriver à la dernière création de Matt, un diffuseur acoustique. (Ndlr  : le diffuseur permet de contrôler les milliers de réflexions sonores qui se développent dans un local d’écoute ou de production sonore, ici le studio d’enregistrement) C.M. : Regarde il fait lui même son studio et il le construit de ses mains. Il bosse actuellement sur son diffuseur acoustique, quand il rentre il pue l’aluminium  ! (Rires) C’est un diffuseur, c’est une carapace en aluminium qui permet au son d’être

Medicine / Label : Wagram www.myspace.com/cirkus

www.zyvamusic.com | 30


Extraits DE DISCUSSIONS Avec ZYVA, pas d’interview, que des discussions. Un seul principe : tout ce qui est enregistré est retranscrit à l’identique, nous finissons toujours par la même question.

RETROUVEZ LA SUITE SUR ZYVAMUSIC.COM ZYVA : Et pourquoi sortir un live après 3 ans, pourquoi pas sortir un album ? Fred : Parce que ce live, on ne l’avait pas à notre discographie, il devait s’enchaîner tout de suite après le dernier album De jour comme de nuit et comme on est dans une maison de disques qui est comme toutes les autres, qui n’est pas très réactive, et qui n’essaie pas de vendre des disques, enfin en tout cas ceux d’Aston Villa... Donc on a plein de projets mais plus avec une maison de disques qui nous casse les couilles! ZYVA : Pourtant ça fait un moment que vous êtes chez Naïve... Fred : 7 ans ! Ouais…! C’est un peu la fin... ZYVA : Ah oui ? (rires) Fred : Oui oui ! C’est la fin ! ZYVA : Et vous allez vous tourner vers quoi alors ? Fred : L’indépendance totale !

Kymmo

Aston Villa | Ninkasi Kao | 22/11/2008

Undercover Slut | CCO de Villeurbanne | 23/05/2009 ZYVA : Et comment ça se fait qu’on n’en parle pas assez, voire pas du tout, du métal en France ? ‘O’ : Parce qu’on est un pays latin. On n’est pas un pays anglo-saxon. Parce qu’ici, c’est la Mecque de la musique instituée au niveau de la variété française. Parce qu’ici, la condition “sine qua non” pour réussir, c’est de s’exprimer en français. Même en 2009, le Heavy Métal, en France, est encore une musique diabolisée. C’est pas parce qu’elle rassemble une certaine fraction de la jeunesse que c’est forcément une musique qui est proportionnellement décriée par les médias. Ici, on est dans le pays de la variété française avant toute chose. Derrière, au niveau de la jeunesse, qu’elle soit blanche ou noire, c’est Hip-Hop, c’est Techno, c’est... tu vois ? Et le Heavy Métal, c’est quand même derrière !

ZYVA : Et comment tu gères cette notoriété soudaine ? Pep’s : C’est fatiguant ! Mais on le veut bien ! Je vais pas dire que je le vis pas bien ! Quand t’as bouffé du riz pendant cinq, six ans, avant de devenir intermittent... Déjà, la première réussite, c’était de devenir intermittent ! Après, le plus speed, c’est le déplacement et mon temps libre. Là, je retourne plus dans la campagne, je retourne plus dans le Vercors, plus dans la nature. Je suis tout le temps dans les trains à faire de la promo, à faire des lives pour machins, des interviews, des phoneurs (ndlr : interview par téléphone)... C’est l’orgie ! Les trois premiers mois, c’était six jours sur sept ! Après, je le vis bien, car ça nous permet de nous ouvrir, d’élargir... mais si ça dure pendant encore six mois, je vais perdre 25 kilos ! C’est physique ! Maintenant, on joue partout en France, et c’est blindé ! C’est pas des énormes salles, entre 500 à 1000 personnes, mais où qu’on aille aujourd’hui, c’est plein. Donc ça n’a pas que des côtés négatifs. C’est plutôt un côté: les gens viennent découvrir, et se rendent compte que Pep’s ce n’est pas que “Liberta” ! Enfin, vous vous en rendrez compte ce soir ! Et puis même l’album, ça va d’”A l’insouciance” à “Liberta”, en passant par “Fakir”, y’a quand même un gros éclectisme musical.

Foreign Beggars | Printemps de Bourges 2008 | 18/04/2008 ZYVA : Vous aimez bien jurer... Foreign Beggars : Ah ouais mec on adore les gros mots, ça donne une vraie orientation à ta vie. Jésus Christ !!! mais il faut que j’arrête, ma petite soeur prend exemple et quand je lui demande d’arrêter elle me dit qu’elle s’entraîne à devenir une Rappeuse. C’est le seul chemin à suivre (rires). Ma mère est pire elle m’appelle et elle me dit “t’es où fils de pute ?” (mort de rire) Qu’est ce que tu veux, encore du fric, c’est ça ? Fuck off !”

www.zyvamusic.com | 31

Kymmo

PEP’S | CCO de Villeurbanne | 20/03/2009


AGENDA CONCERTS SEPTEMBRE

Last Tango Theatre (Rock / Emo / Screamo / Hardcore / Metal) Lyon’s Hall / 5€ / 20h

(Punk) Lyon’s Hall / 6€ 20h30

22/09 Korpiklaani + Unleashed + Die Apokalyptischen reiter + Alestorm+ Ex deo + Blackgiard (Métal) Pagan FestTrans-

(Punk /Rock / Pop) Lyon’s Hall / 4€ / 20h30

23/09 Settled in motion + New radio + My french drama

02/09 No Opinion + Les Pink Flamingos 03/09 Porka Miseria + Maschinenfest + Swine Punch 04/09 Chuck Ragan + Digger barnes + Old zak’

bordeur / 28€ / 18h30

(Rock) Métal Café / 20h30

(Folk / Punk /Acoustique) La Marquise / 10€ / 20h

Breed Machine + Dead Side + M.O.D

(Métal / Hardcore / Trash) Lyon’s Hall / 4€ / 20h30

05/09 Addicted + Outburst + Wyzdom (Métal) CCO / 17 à 20€ / 19h The four horsemen + Silly twats (Métal) Lyon’s Hall / 6€ / 19h Dead side + Space call (Métal) Métal Café / 20h Pagode (World) La Marquise / 19h 10/09 Puzzle rumble #12 feat. Crissy Criss (Drum n’Bass) La Marquise / 6€ / 22h

11/09 In soma + The lovebites (Rock) Métal Café / 20h30 12/09 King Kong Vahiné (Pop) Le bistrot fait sa brocante / Gratuit Evohe + Nargaroth + Nefarium (Métal) CCO / 22€ / 17h Markize (Métal / Rock / Gothique) Lyon’s Hall / 5€ / 20h30 15/09 Jozef Van Wissem + Gregg Kowalsky (Alternatif) Sonic / 8€ / 21h

Ty von dickxit - album release party (Electro / Hip-hop) La Marquise / Gratuit / 20h

17/09 Victori4 + Metropolitan Parc

(Rock indie / Rock alternatif) Lyon’s Hall / 5€ / 21h

24/09 Elvis Perkins (Folk) La Marquise / 14 € / 21h 25/09 Franck Viallet (Pop / Folk) La Marquise / NC / 20h Present + Koenji Hyakkei (Electro Experimental) Les Abattoirs, Bourgoin Jallieu / 13€ / 20h30

Plugs + Millefeuille + Ekoe (Rock) Lyon’s Hall / 4€ / 20h30 26/09 Prohom (Rock) Salle Léo Ferre / 13,70€ / 20h30 La mine de rien (Chanson) Place Bellecour / Gratuit Soirée déstructuré : Guy Gerber, Hervé AK, Pedro Bucarelli... (Electro) Salle du Kao / 17€ / 23h30 Fallaster + Left hand legacy (Rock / Emo) La Marquise / 5€ / 19h30

27/09 Bellini (Punk) Sonic / 21h 29/09 Raekwon (Hip-Hop) Transbordeur / 18 à 28 € / 19h30

OCTOBRE 01/10 Riddim Collision : Orka + 2nd gen + Pan Sonic + Pierre Bastien (Trip-hop / Drum & bass) / Ancien Marché Gare / 14€ 02/10 Festival Riddim collision : Aba shanti + Disrupt + dj Twelve + High tone + Martin campbell + Mungo’s hi fi + stand high / Ancien Marché Gare / 15€ / 19h Echo Sonore 74 : Bugge Wesseltoft + Aufgang

Guerilla Poubelle (Punk) Warmaudio / 20h30 Flatspectrum (Soul / Hip-Hop) La Marquise / Gratuit / 23h 18/09 Lancement de saison du Clacson : Les Monstroplantes la Plateforme / 17€ / 22h-5h + Keiko Tsuda + Harry Cover Foolish (Punk) Métal Café / 20h30 (Drum & bass / Rock) Clacson / Gratuit / 19h Scul Hazzards (Noise / Rock) Sonic / 21h Les 12 ans du Ninkasi : The Fuzz + Microfaune + Fan03/10 fare les Krapos + Tachka (Rock) Ninkasi Kafé / Free / 21h Rilla Reggea Fest / Mjc ô Totem / Rilleux la Pape / 3€ / 19h Festival ça fait Zizir : KNX Crew + Pira-Ts + Collectif Riddim collision : Ben Sharpa + Bleubird + Oddateee Mary Read (Hip-Hop) / Place Ambroise Courtois / Gratuit / 19h + Pole + Underkontrol + Zol (Electro Hiphop) / Marché Gare The Chap (Rock) Grrrrnd Zero 15€ / 19h Sofy Major + Geneva (Rock / Métal) Sonic / 21h OPEN #1 : Apple jelly + Fake oddity + Music is not fun + Neurolepsia + Auspex (Métal) Lyon’s Hall / 5€ / 19h30 Scratch Bandit Crew + We are Terrorists Corkage + 8 ball ink + down under (Rock / Electro / Hiphop) Transbordeur / 13,70€ / 19h30 (Rock / Métal) Métal Café / 20h30 King kong vahiné Echo Sonore 73 : Jesse Rose + Zombie disco squad (rock / pop) Cassoulet Whisky Ping Pong / Gratuit / 21h (Electro) La Plateforme / 14,70€ / 23h Baron perché + Billie + Tpoz 19/09 (Chanson) Marché Gare / 11,70€ 20h00 Festival ça fait Zizir : La Troupadour + Les Becs Bien Brice et sa Pute (Punk Cabaret) Le Bistrot fait sa Brocante / 20h Zen (Chanson) Place Ambroise Courtois / Gratuit / 19h Nästrond Kall + Narval + Synthetic Waterfall + Broken Blackness + Skox + Edenbridge (Métal / Trash) Lyon’s Hall Mirrors (Metal / Black / Doom / trash) Lyon’s Hall / 5€ / 19h30 20/09 04/10 From Dying Skies + Tanguero + From Heaven We Fall + Raphael Saadiq (Soul) Transbordeur / 26,70€ / 20h

www.zyvamusic.com | 32


AGENDA CONCERTS 06/10 Renan Luce (Chanson française) Transbordeur / 27,50€ / 20h30 Delain + Whyzdom (Métal) salle du Kao / 21,50€ / 20h Dionysos (Rock / Chanson) Bourse du travail / 35,5€ / 20h Eric Bibb + N’relax (Blues) Epicerie moderne / 10 à 16€ / 20h30 07/10 Archive (Rock) Transbordeur / 27,50€ / 20h30 In defence (Punk) Métal Café / 20h30 08/10 Future of the left + Doppler + Electric Electric (Rock / Alternatif) Clacson / 8€ / 20h30

Charlie (Chanson) Rail théâtre Tambours du bronx (World) Transbordeur / 24,50 / 19h Marduk + Vader (Métal) Salle du Kao / 22,50€ / 19h Julie Doiron + François Virot (Pop / Indie) Marché Gare 09/10 Napalm Death + Knut (Deth Métal) Epicerie moderne / 8 à 14€ / 20h30

Karpatt + Les Fils de Teuhpu (Chanson) CCO / 19€ / 19h30 Miyavi (Pop / Rock) Transbordeur / 31,50€ / 19h Tinariwen + Imaz’élia (Rock Gnawa) Les Abattoirs / Bourgoin Jallieu / 15€ / 20h

Death Waits + Zero Point + Aeres + Mana (Métal) Lyon’s Hall / 4€ / 20h30

18/10 Charlie Winston (Folk) Transbordeur / 28€ / 20h Darkness Dynamite + Fei comodo (Métal) La Marquise / 11,70€ / 18h

Shannon Wright + Slashers (Rock / Folf) / 7 à 13€ / 20h30 19/10 Charlie Winston (Folk) Transbordeur / 28€ / 20h 21/10 Just Rock ? 3 : Ghinzu (Rock) Transbordeur / 26€ / 20h Fuck buttons (Rock / Progressive) Grrrrnd Zero 22/10 Loïc Lantoine + Balbino (Chanson) Epicerie Moderne / 10 à 16€ / 20h30

23/10 Zëro + Rubiks + The Good Damn (Rock) Clacson / 8 à 10€ 20h30

Soirée Amnesty International : Mû (Triphop / Rock) + guest Le CCVA / Villeurbanne

Loïc Lantoine (Chanson) Les Abattoirs / Bourgoin Jallieu / 15€ 20h30

Solo Banton + Soom T (Reggae) Marché Gare / 9,70€ / 21h Sedative + Mumakil (Grindcore) Lyon’s Hall / 8€ / 20h30 10/10 Pascale Picard (Rock) Transbordeur / 28€ / 20h30 Holy Pain + Harmorage + Arkeronn + My Own Funeral

Rachid Taha (Rock) Salle du Kao / 25€ / 20h SVP Tour : avant première du film Mad In France + Section d’Assault (Rock) Ninkasi Kafé Twilight Motion + Nibbãna + TD (Electro Rock) Lyon’s Hall /

(Métal) Lyon’s Hall / 7€ / 20h Haima (Rock) Métal Café / 20h30 Rilla Hip Hop Fest / Mjc ô Totem / Rilleux la Pape / 3€ / 19h Mû (Triphop / Rock) Mjc St Laurent les Murs / 20h30

24/10 Kasabian (Rock) Le radiant / 28h / 20h Festival Just Rock ? 3: H-Burns + Sebastien Schuller + Vandaveer (Folk / Rock) Salle du Kao / 19,70€ / 20h Dany Dan + Les Gourmet + Gérard Baste (Hip Hop)

11/10 Kaponz & Spinoza (Pop) Salle du Kao / 29,80€ / 18h 12/10 Cannibal Corpse + Dying Fetus (Métal) Transbordeur / 25,5€ 13/10 Ensiferum (Métal) Marché Gare / 22€ / 19h 14/10 Phoenix (Rock) Transbordeur / de 23 à 27 € / 20h Danakil + Soja + Datune (Reggae) CCO / 19€ / 20h 15/10 Mass Hysteria + Kiemsa + Phonetic Order (Métal) CCO / 20€ / 20h

Abd Al Malik (Rap / Slam) Salle 3000 / de 32 à 42€ / 20h30 Sophie Hunger + Fink (Folk) / 7 à 15€ / 20h30 Les Hyènes vs Cali + Daguerre + Valhere (Chanson / Rock) Transbordeur / 26,70€ / 20h

The puppini sisters (Swing / Jazz) Le radiant / 27€ / 20h30 Tv Buddhas + The Rockandys (Rock) Métal Café / 20h30 16/10 Power Solo + Cortona (Rock) Clacson / 8 à 12€ / 20h30 17/10 Rilla Rock Fest / Mjc ô Totem / Rilleux la Pape / 3€ / 19h Chip jockey : IXI + Interlope + 69db + Crystal distortion (Drum & bass) Salle du Kao / 19€ / 22h

5€ / 20h30

Marché Gare / 9,70€ / 20h30

Abstract Agony + Moon Whispers + Giktor Velu + Bel’o’Kan (Metal / Trash / Doom Metal) Lyon’s Hall / 5€ / 20h30 Porn + Shane cough + Stolearm (Rock / Indus) La Marquise 10€ / 20h

25/10 Crocodiles (New Wave Psyché) Sonic / 21h 28/10 Sliimy (Pop) Salle du Kao / 23€ / 20h 29/10 Popa Chubby (Blues) CCO / 22€ / 20h La Princesse est dans les cordes (Rock) Métal Café / 20h30 30/10 Just Jack (Pop) Salle du Kao / 25,30€ / 20h30 Battant + Double Nelson + Noncommittal Jokari Players (Electro-Pop) Clacson / 10 à 12€ / 20h30

Gamesdoglar (Rock / Métal) Métal Café / 20h30 Deliquent Habits + Ghostown (Hiphop) Les Abattoirs Bourgoin Jallieux / 12€ /20h30

31/10 Ruby Throat + Xsyndicate + M.O.A (Rock / Metal) Les Abattoirs / Bourgoin Jallieux / 13€ / 20h30

Java + Mamienco (Rap / Chanson) Les Abattoirs / Bourgoin Jalieu / 14€ / 20h30

Mypollux + Kipling (Métal / Emo) Warmaudio / Decine / 10€

www.zyvamusic.com www.zyvamusic.com | 33| 33


AGENDA CD SEPTEMBRE

DIONYSOS “Best of” SKIP THE USE “Skip the use” RICHARD HAWLEY “Truelove’s gutter” EXPATRIATE “In the midst of this” WAX TAILOR “In the mood for life” BEAT ASSAILANT “Rhyme space 01/09 JEAN-LOUIS MURAT “Le cours ordinaire continuum” CHESTER BENNINGTON “Dead by THAVIUS BECK “Dialogue” des choses” sunrise” THE HOLLOWAYS “No smoke, no ALEX BEAUPAIN “Non ma fille, tu n’iras MICKEY 3D “La grande évasion” MIKA “We are golden” mirrors” pas danser” ZOOT WOMAN “Things are what they THE CLIENTELE “Bonfires on the heath” THE USED “Artwork” I AM KLOOT “B” used to be” 07/09 SHANNON STEPHENS “The breadwinner” FUNERAL FOR A FRIEND “Your history QUEEN ADREENA “Djin” NINE BLACK ALPS “Locked out from is mine : 2003- 2009” EARLY DAY MINERS “The treatment” the inside” VIVIAN GIRLS “Everything goes wrong” 22/09 THE HEAVY “The house that dirt built” TURIN BRAKES “Bottled at sourceThe PORCUPINEE TREE “The incident” CHILDREN OF BODOM “Skeletons in BAD LIEUTENANT “Never cry anather best of the source years” the closet” tear” THE VICTORIANS ENGLISH GENBILLY TALENT “III” 06/10 TLEMENS CLUB “Love on an oil rig’ 24/09 A PLACE TO BURY STRANGER INLOVE “Stories” MARDUK “Wormwood” “Explodind head” M “Mister mystère” 25/09 THE RAVEONETTES “In and out of JAMIE T “Kings & queens” KON & AMIR “Off track volume one : The control” THE CRIBS “Ignore the ignorant” AIR “Love 2” bronx by Kon & Amir” ZERO 7 “Yeah ghost” 12/10 SCARLETT JOHANSSON “Break up” IMMORTAL “All shall fall” 28/09 THIS IMMORTAL COIL “The dark age 09/09 MASS HYSTERIA “Failles” of love” JULIETTE AND THE LICKS “Terra BRAIN DAMAGE “live” FEFE “Jeune à la retraite” incognita” MUSIC IS NOT FUN “British rendez-vous” EDITORS “In this light and on this evening” SLIPKNOT “9/9/9” WHY? “Eskimo snow” ECHO & THE BUNNYMEN “The 10/09 MARTIN MC FAUL “Sha la love” fountain” KADY DIARRA “Noumou” PIANO MAGIC “Ovations” KED DARGE & CUT CHEMIST “Lost & BRAIN DAMAGE “Short cuts live” LYNYRD SKYNYRD “Gods & guns” BRETT ANDERSON “Slow attack” found rockabilly & jump blues” SILVAIN VANOT “Bethesda” SOMETHINGALAMODE “SomeThin14/09 gALaMode” SPARKLEHORSE + FENNESZ “In the IAN BROWN “My way” MAPS “Turning the mind” FUCK BUTTONS “Tarot sport” fishtank” LIAM FROST “We ain’t got no money, RENAN LUCE “Le clan des miros” EMILIE SIMON “The big machine” 13/10 honey, but we got rain” DAVID GRAY “Draw the line” PARAMORE “Brand new eyes” VANJA “December diaries” MUSE “The resistance” 29/09 PINK MARTINI “Splendor in the grass” THE ADVENTURE OF LOKI “The ALICE IN CHAINS “Black gives way to 19/10 adventure of Loki” AQME “En l’honneur de Jupiter” blue” KID CUDI “Man on the moon : The end of day” AFI “Crash love” ATHLETE “Wires: The best of” MIOSSEC “Finistériens” SIX BY SEVEN “Live at Glastonbury 2008” BENJAMIN BIOLAY “La superbe” 15/09 ANTI-POP CONSORTIUM KATATONIA “Night is the new day” MEGADETH “Endgame” “Fluorescent black” CHARLOTTE HATHERLEY “New DYING FETUS “Descend into depravity” worlds” BEASTIE BOYS “Hot sauce committee pt1” LES WRIGGLES “dvd live” 18/09 OCTOBRE KOOL SHEN “Crise de conscience” SOMA “Jewels and orchestra” 26/10 20/09 05/10 BIFFY CLYRO “Only revolutions” PEARL JAM “Backspacer” LES TAMBOURS DU BRONX 21/09 LES TOUFFES KRETIENNES “Cd & 27/10 THE HICKEY UNDERWORLD CASTANETS “Texas rose, the thaw and dvd live” “The hickey underworld” the beasts” THE DODOZ “The Dodoz”

JEU CONCOURS MINF !

A l’occasion de la sortie du premier album de Music Is Not Fun, British rendez-vous, ZYVA vous offre des places de concert pour aller voir le groupe sur scène lors de son concert au Transbordeur le 3 octobre 2009. Pour participer, il suffit de nous envoyer un mail à concourszyvamusic@gmail.com, avec vos coordonnées complètes ainsi que la réponse à la question : Dans quels pays Music Is Not Fun te donne rendez vous ?



ZYVA Magazine Musical #4