Issuu on Google+

zyvamusic.com | Mars / Avril 2009 #01

l gratuit

Le magazine musica

DOSSIER :

KWAL Ne pas jeter sur la voie publique.

DISCUSSIONS AVEC :

KAISER CHIEFS GOJIRA DATA + SCENE LOCALE, CHRONIQUES, UN ŒIL SUR BERLIN, AGENDA / CD / CONCERTS

ELECTROCHOC / REPERKUSOUND / CHANTS DE MARS CIRKUS / SOPHIE HUNGER / GLASVEGAS


EDITO Oui madame !

SOMMAIRE 0ui monsieur !

2004 après Jésus Christ : 3 jeunes délinquants de la magnifique banlieue Villa Urbana (Villeurbanne) décident de révolutionner l’approche du monde de la musique à leur manière. Cette révolution s’appellera ZYVA, c’est décidé ! Peu importe les railleries, les moqueries, l’indifférence, ce sera comme ça... Puis, peu à peu, des gens, des amis, des proches, des inconnus s’intéressent à ce projet et le font vivre à leur sauce. Aujourd’hui, c’est un nouveau chapitre qui s’écrit avec ce mag. Informatif, critique, proche, personnel, varié, il est à la fois la vitrine de nos actes quotidiens et l’outil qui nous permet d’exposer notre vision de la musique, ainsi que la votre (voir rubrique ressentis de concert). La ville de Berlin sera aussi à l’honneur dans ce magazine, grâce à l’équipe présente sur place et qui nous fera vivre son univers musicale de l’intérieur. En espérant que vous serez interpellés, car une des choses les plus importantes qui nous animent chaque jour, est une passion authentique pour cette entité abstraite qu’est la musique.

Keskiss pass dans l’coin? p. 4 & 5 Ze world news p. 6 Discussion : Data p. 7 à 9 Zoom sur le local p. 10 & 11 Dossier : KWAL globe-trotter musical p. 12 à 16 Chroniques p. 18 & 19 Discussion : Kaiser Chiefs p. 21 à 23 Zyva Berlin : p. 24 & 25 Discussion : Gojira p. 26 à 29 Ressentis de concerts : p. 30 Extraits de discussions : p. 31 Agenda concert : p. 32 & 33 Agenda CD/DVD : p. 34

L’équipe ZYVA.

Passionnés de musique, vous souhaitez partager notre aventure, contactez nous à : contact@zyvamusic.com www.zyvamusic.com

Rédacteur en chef : Grégory Damon redaction@zyvamusic.com Directeur de publication : Hedi Mekki Rédacteurs : Jagunk, Yoch, --HMK--, Dephine Lapierre, Kymmo, Magdalena Von Sicard, Tobi, Mathilde. Photographe : Kymmo www.kymmo.com Maquette et graphisme : David Honegger Chargé de communication/relation presse : Nicolas Tourancheau communication@zyvamusic.com Responsable commercial : Hedi Mekki commercial@zyvamusic.com Imprimerie : Pure Impression Siège social : 12 rue Jubin 69100 Villeurbanne. Zyva 2004 : Tout droits de reproduction réservés pour tous pays. Aucun élément de ce magazine ne peut être reproduit d’aucune manière que ce soit, ni par quelque moyens que ce soit, y compris mécanique et électronique, online ou offline, sans l’autorisation écrite de l’assotiation Zyva. Photo de couverture : Kymmo

C’est l’occasion de remercier ceux qui sont passés par là depuis le début : Pour leurs implications : Anthony, Yann, François aka GrosKarl, Ice Pete, Benj, Demma, Chalmoun, Bebel, Ismaël, Steph, Bubu, Fanélie, Marie, Perrine, Fred, Fabien, Xavier, Aurélien, Mathilde et Rémi. Pour leurs soutiens : Kao Konnection, Mediatone, Mairie de Villeurbanne, Epicerie Moderne, Marché Gare, Jarring Effects, Les Invites de Villeurbanne, CCO de Villeurbanne, Elektrosystem, Gibert Joseph, la BCCL Team, Infoconcert, Agnès Ledentu, Gregory Macchi, Delphine Guillot, Cathy Serra, Fl0rence Saudubray-Dupuis, Nina Irrmann, Myriam Boudjeroudi, Raphael Fleury, Roger Wessier, Lara Orsal, “Yakusa”, “Oh Yeah”. Ainsi qu’à nos familles, amis et à tous ceux que l’on aurait oublié.

www.zyvamusic.com | 3


KESKISS PASS DANS L’COIN ? L’actualité des structures locales.

L’association Kao Konnection est en péril et risque de disparaître par manque de subventions. Cette structure gère la salle de concert le Ninkasi Kao, et s’occupe également de l’ensemble de la programation des Ninkasi de Lyon (Café, Opéra, Villeurbanne...). L’importance d’une salle comme le Ninkasi Kao à Lyon n’est pas négligeable et sa fermeture serait une grosse perte. Une pétition a donc été lancée. Elle est disponible sur internet ainsi que dans tous les Ninkasi. + d’infos : www.ninkasi.fr La salle de concert Le Sonic dédiée aux musiques underground est également en difficulté. Après une année 2008 plus que difficile avec des procès à répétition pour “affichage sauvage”, l’absence totale de subventions et pour finir l’année en beauté, un cambriolage sur la péniche, Le Sonic continue de résister. Si vous souhaitez le soutenir rien de plus simple : allez aux concerts ! + d’infos : myspace.com/soniclyon Jaspir, l’association multi-culturelle de St Jean de Bournay, fait bouger les choses chez elle, mais pas seulement. Vous voulez vous rendre sur un bon festival mais pas de voiture ni l’envie de conduire... Pas de soucis ! Avec le projet “A+ dans le bus” vous pourrez y accéder. Le dispositif est mis en place sur l’ensemble de la région Rhône-Alpes. + d’infos : www.jaspir.com La Poudrière, une salle de résidence de 100m² a ouvert ses portes à Francheville. En partenariat avec Suivez le Jazz, la salle accueillera des groupes de la région évoluant dans les répertoires Jazz et musiques improvisées. + d’infos : www.suivezlejazz.com Le Printemps de Bourges a dévoilé ses “découvertes” pour l’édition 2009. Pour notre région trois groupes ont été sélectionnés. Tout d’abord le Scratch Bandits Crew, comparable

aux Birdy Nam Nam dans la forme (4 DJ). Ils se différencient par une musique beaucoup plus variée, moins électronique et réellement centrée sur le scratch. Viennent ensuite Karimouche et Koumekiam. Pour la première, cette chanteuse voyage de la chanson française à la musique hip-hop avec une dose de poésie, d’humour et de théâtre. Koumekiam lui est un slameur qui explore différents univers, et il n’aime pas qu’on dise Chanson/Slam ; on dira donc juste Slam. + d’infos : www.printemps-bourges.com / www. myspace.com/koumekiam / www.myspace.com/ scratchbanditscrew / www.myspace.com/carimaamarouche L’association Artischaud organise sur l’agglomération lyonnaise, du 12 au 14 mars, un entre-festival nommé “Artischaud primeur”, qui a pour but de mettre en lumière la libre diffusion de la musique afin d’aborder cette alternative et d’expliquer les enjeux du téléchargement légal. Les conférences et concerts se dérouleront au Campus de Bron, au CCO de Villeurbanne et au 6ème Continent. + d’infos : www.festival-articho.org/blog L’association Wazomigrator organise du 12 au 14 mars “Lave ton linge en public”. Cet évènement prévu dans le cadre du Printemps des poètes organise dans des laveries du 1er arrondissement des lectures et concerts. Au programme : Chanson, Blues, Jazz Manouche. + d’infos : http://wazomigrator.blogspot.com La finale du tremplin “Et en plus elles chantent” se déroulera le 8 mars à 17h à la salle Paul Garcin (Lyon 1er). Le Rockepamort, organisateur du Tremplin, a sélectionné pour cette année les groupes suivants : Liz de Lux, Marine Futin, Lau, Alphaz et Miss White & the drunken piano. La finale sera suivie à 20h30 par des concerts de La jongle des javas et Noah Lagoutte. + d’infos : www.lerockepamort.org

www.zyvamusic.com | 4


Retrouvez la 1ère édition du festival We Are Lyon au Rail Théâtre le 6 mars. Vous pourrez y retrouver une programmation résolument Rock avec les Jina, Xxmariani, Transgunner et DDD’s + d’infos : myspace.com/wearelyon    L’association Bizarre! a lancé un appel “Pour un lieu de création et de répétition musiques actuelles / cultures urbaines dans l’agglomération lyonnaise”. Pour signer l’appel, rendez-vous sur www.projetbizarre.fr/appel L’association Bizarre! est en permanence à la recherche de nouveaux talents dans le milieu des Musiques actuelles et cultures urbaines afin d’organiser des résidences à la salle Erik Satie de Vénissieux. Un intérêt particulier est porté au métissage des musiques actuelles, à la diversité des influences (urbain, ethnique, traditionnel) et au croisement des disciplines (danse, vidéo...) + d’infos : www.projetbizarre.fr Retrouvez l’émission BUZZIQUE, “le buzz de la zique locale”, sur Radio Pluriel (91.5 FM) du mardi au vendredi de 13h à 14h. Animée par Arnaud BonPublic, vous y retrouverez des interviews de groupes et autres acteurs de la scène locale. Les mercredis et jeudis, l’émission est enregistrée en public au Double 6. Début mars seront reçus le label Bee Records, Mei Tei Sho et Musher. + d’infos : myspace.com/arnaudbonpublic Le Centre des Musiques traditionnelles Rhône-Alpes, le café De l’Autre CôTé du PonT et le Trad des rades proposent un nouveau rendez-vous autour de la découverte des musiques à danser à l’occasion de “P’tits balloches”. Retrouvez donc le 28 mars un Bal rebetiko avec To Glandi et le 25 avril un Bal tango avec La menesunda, le tout à De l’autre CôTé du PonT à 19h30. + d’infos : www.cmtra.org

Jarring Effects vient de nous sortir deux beaux albums en février avec Filastine et Professor Psygrooves. Le premier est de retour avec un second album “Dirty Groove” et son mélange de musiques urbaines (Hip Hop, Dubstep, Break...) et musiques du monde (Balkan, orient, flamenco...). Professeur Psygrooves, lui, sort son premier album avec un concept bien particulier puisqu’il enregistre des sessions d’improvisation (basse, batterie, guitare, clarinette, claviers), qu’il retravaille sur ses machines pour donner un son electro nourri de downtempo et de jazz. + d’infos : www.jarringeffects.net Le Trad des rades organise à l’Atmosphère tous les deuxièmes mardis du mois des Boeuf Trad ouverts à tous les musiciens, chanteurs, danseurs qui le souhaitent. Le thème change à chaque date. En mars ce sera Boeuf des balkans ; en avril Boeuf fusion Jazz/Trad et en mai Boeuf cordes. + d’infos : http://le.trad.des.rades.free.fr L’association Dandelyon, spécialisée dans la Pop, va cesser son activité après un dernier événement : une tournée avec trois groupes lyonnais (Scalde, Vale Poher & Fake Oddity) dans toute la région Rhône Alpes (Grenoble, Valence, Chambéry, Annecy, Bourg-En-Bresse, Vienne) et au-delà (Paris, Genève, Bourges…). Voilà donc une nouvelle structure culturelle qui cesse son activité, ce qui inclut la disparition du tremplin Dandelyon. + d’infos : www.dandelyon.com Agitateur de la scène électro lyonnaise depuis 2007, Galacticut accueillera le 10 avril à la Plateforme la 7ème édition des soirées Beat Bindum avec l’anglais Krafty kuts, les allemands Monosurround et Debmaster, la découverte des dernières Transmusicales. Pas le temps de se reposer... suit le samedi 18 avril le championnat de scratch music “Who’s The King” au Rail Théâtre. + d’infos : myspace.com/galacticut


ZE WORLD NEWS Des nouvelles du monde... c’est bon ça !

Un autre retour est prévu pour 2009, celui de Cypress Hill, mais plus que leur nouvel album, c’est le projet de leur leader B-Real, qui mérite une attention particulière. Le 27 février est sorti son premier album solo avec des featurings de Buckshot, Damian Marley, Snoop Dogg, et Kurupt. Mais ce n’est pas tout puisqu’il est également à l’initiative d’une compilation chez Audio Hustlaz regroupant des jeunes artistes Hip Hop du monde entier. Chacun d’entre eux aura l’occasion d’enregistrer un titre avec le MC, et pour la France, le groupe sélectionné se nomme Akalmy et vient de Nantes.

Le duo norvégien Röyksopp est de retour après quatre années d’absence avec un nouvel album “Junior” prévu pour le 23 mars. Sur ce 3ème

No One is Innocent Présente Des filles en Colère, voici le nouveau projet innovant qu’ils vont défendre sur scène l’été prochain. Les concerts vont s’articuler autour de la présence de quatre chanteuses, avec des compositions de

opus, on pourra de nouveau retrouver la collaboration de la chanteuse des suédois de The Knife, Karin Dreijer, ainsi que celle des chanteuses (également suédoises) Robyn et Lykke Li. Quelques titres sont en écoute sur leur site internet, dont le single Happy Up Here. + d’infos : www.royksopp.com

ces dernières, des titres originaux du groupe et des reprises. Les invitées sont Ina Inch, France de Griessen, Mina Die Faust et Lou Nianga. Une petite vidéo de présentation est en ligne sur le Myspace de Noone. + d’infos : myspace.com/myspaceisinnocent Les premières programmations des festivals d’été tombent. Et pour l’instant, la palme de la tête d’affiche revient au Rock Am Ring en Allemagne avec Korn, Marylin Manson, The Prodigy, Limp Bizkit et Block Party. Bon ok, ça sonne un peu vieux mais quand même, ça va être du lourd et ce sera les 4, 5 et 6 juin prochains, pour “seulement” 135€ les trois jours ! + d’infos : www.rock-am-ring.com

DR

2009, année de la surprise musicale ? En tout cas, on est en droit de se le demander avec ce nouveau projet : Skold Vs. KMFDM. Alors pour situer les protagonistes, on a d’abord KMFDM, 20 ans de carrière dans le secteur de l’industrie allemande... et Tim Sköld, ex-bras droit de Marilyn Manson entre 2003 et 2007 (c’est un peu grâce à lui qu’on a eu le massacre de Tainted Love... mais aussi les deux derniers très bons albums de Manson) également ex-membre de KMFDM, donc on peut dire que c’est des retrouvailles ! + d’infos : www.skoldvskmfdm.com

DR

The Prodigy est de retour cette année avec un nouvel album (Invaders Must Die) sorti le 23 fevrier et une tournée. Le groupe revient donc après cinq années d’absence et au vue des premiers titres mis en ligne sur leur Myspace, ils risquent de cartonner ! La seule date française pour le moment est le 15 mars au Zénith de Paris pour une somme qui risque de faire mal aux portefeuilles... 50€ ! + d’infos : myspace.com/theprodigy

Voici une nouvelle qui devrait ravir les fans de Hip Hop expérimental : Antipop Consortium va bel et bien sortir un nouvel album en 2009 et il s’appellera “Fluorescent Black”. Un premier temps annoncé pour 2008, l’album est en cours de finition et devrait voir le jour d’ici quelques mois, comme ils nous l’ont annoncé lors de notre rencontre aux Abattoirs de BourgoinJallieu le 31 janvier dernier. Une tournée européenne est prévue à partir du mois de juin : à vos agendas ! + d’infos : myspace.com/antipopny Le londonien Just Jack revient le 6 avril prochain avec un troisième album, appelé “All Night Cinema” ! Et pour les plus impatients, rendez-vous sur son myspace où un titre inédit s’y trouve ! On peut penser que c’est un titre qui sera sur le prochain album. + d’infos : myspace.com/justjackuk

www.zyvamusic.com | 6


DISCUSSION

DATA

DR

Transbordeur le 19/12/08 par --H.M.K--

ata, petite découverte musicale, âgé de seulement 23 ans, commence sérieusement à faire parler Dprochainement de lui, où qu’il passe. Après deux années de tournées intensives, le “fan de Mickael Jackson” devrait sortir un premier opus qui lui permettra “peut-être” de s’imposer sur les devants de la scène électro française, voire plus...

ZYVA : Beaucoup de monde à cette soirée du Mouv. Bon, soirée gratuite donc c’est un peu normal, et puis une belle programmation ce soir (Adam Kesher, Housse de Racket, Rafale, Data, I was there).

ZYVA : Ouais, ouais.

venue l’idée de la montée (il commence à chanter) “Thriller, thriller thriller...” Et c’est ce passage-là que je trouve dingue parce que je me dis qu’il fallait quand même de sacrées couilles pour se dire que l’on va mettre dans la chanson un délire qui ne revient qu’une seule fois et qui n’est ni le couplet, ni le refrain, ni le pont, ni ce que tu veux. ça revient une fois, ça sort de nulle part et c’est pour cela que l’histoire de ce morceau est hallucinante. Après, ce qui est bizarre, c’est que ça fait trois ans que je kiffe Thriller, avant je trouvais le morceau nul, je ne le supportais pas. C’était même le seul morceau de Mickael que je n’aimais pas. En fait, le déclic est venu à force d’écouter l’album et de l’entendre aussi, là tu te dis que c’est cool. Mon préféré avant c’était P.Y.T., mais l’imagerie a fait la différence, c’est un morceau cool parmi tous les morceaux qui sont cool.

Data : Ah ok, c’est cool !

ZYVA : Oui Mickael, c’est pas que la musique...

ZYVA : Bon, il y a un truc sur lequel on a bien tripé, une personne qui t’accompagne même sur le répondeur de ton téléphone... c’est Mickael Jackson !

Data  : À fond, c’est aussi la danse, l’image et le show et puis c’est la culture pop. Tu te rends compte que les morceaux sont cool mais des gens qui font des morceaux cool, il y en a plein maintenant avec Myspace. J’en connais des milliards. Ce qui fait la différence c’est avant tout 90% de chances ou le hasard pour ceux qui préfèrent, après le fait qu’une pochette ou un clip soit mortel. Après pour devenir Mickael c’est encore plus chaud parce qu’il te faut tous les paramètres validés au bon moment. Il y a aussi une histoire de timing. Je pense aussi que quand tu écoutes Mickael ou d’autres artistes Pop, tu ne réfléchis

Data : Oui, c’est vrai qu’en général, quand il y a pas mal de groupes, c’est souvent des Djs, mais là on a trois formations qui jouent en Live donc c’est vraiment bien. Bon, après, c’est une soirée promotionnelle radio. Mais en tant que spectateur, ça doit être génial, parce que tu vois des groupes très différents, un groupe de pop, de rock, de musique électronique live et des djs, plutôt que d’aller voir six heures de Djs, ça t’ouvre vachement plus... mais là, on enregistre ?

Data : Thriller, mec ! Et encore j’ai mis que la petite partie de la chanson qui me rend complètement fou! Mais apparemment, pour la petite histoire, ils avaient déjà terminé le morceau et Quincy Jones (producteur de Mickael à l’époque) disait que le morceau était bien mais qu’il manquait un truc. Il disait qu’il fallait faire un truc dingue, qui ne vient qu’une seule fois dans la chanson et c’est là qu’est

www.zyvamusic.com | 7


DISCUSSION pas, tu danses. Quand t’es Dj c’est pareil, tu peux pas te dire “je vais pas mettre Thriller, c’est pas assez efficace, parce que c’est pas de la musique de club ou parce que machin”. C’est le genre de titre qui fait partie de la culture de tout le monde, tu ne te poses pas de question et tu danses, c’est instantané et c’est ça qui me fait kiffer, je crois. ZYVA : Il te reste trois dates en France, c’est quoi ton programme ensuite ?

David Vendetta, on n’appelle pas ça de la gloire, ça marche, c’est tout... ZYVA  : Oui après c’est le temps qui fait la différence... Toi, ça fait combien de temps ? Data : Ben moi, ça fait deux ans que j’en vis mais c’est la rançon de mon taf. Le jour où Naïve m’a appelé pour me rencontrer, j’étais intérimaire à la Défense et je faisais des saisies informatiques pour arriver enfin à me payer un ordinateur...

Data : Je ne sais pas trop si je fais un petit break, je suis censé commencer la préparation d’un live. ZYVA : Tu as fais ça longtemps ? J’avais demandé à mon tourneur qu’on se calme un peu parce que l’année dernière j’avais bien Data  : C’était compliqué. J’ai jamais aimé les enchaîné, en fait. Depuis juin dernier, j’avais deétudes. Après mon Bac, j’ai fait la fac, histoire de mandé à ce que l’on calme le rythme un peu pardire, genre un mois j’y allais, un mois j’arrêtais. Tu ce qu’au bout d’un moment, c’est... (gros soupir). dis à tes parents que tu y vas encore et tu passes Je me rappelle du mois de février l’année dernière tes journées à écouter de la musique, comme je où j’avais joué 17 fois et c’est relou. Tu n’as plus de commençais à rentrer un peu dans la musique, vie, plus de potes, tu as ton téléphone, non mais je me disais qu’il me fallait un peu de cash pour je te jure que t’as plus rien quoi. Le seul m’acheter au moins un ordinateur. “À cinq ans, Donc j’ai fait ça quand j’ai arrêté la fac truc que tu kiffes au final, c’est ton portable, ton ordinateur et ton Facebook, j’étais à fond parce qu’il faut bien faire un truc aux ton MSN pour déconner avec tes potes. yeux des parents, c’est en ça que je sur Chopin.” me rends compte que j’ai de la chance Tout le monde croit que ma situation c’est le méga rêve, mais ça m’est arrivé parce que si j’avais enchaîné direct que sur des dates où je jouais, le seul truc auquel études et direct tu commences à vivre de ça, tu je pensais, c’était de vite jouer et rentrer pour déne connais pas l’autre versant. Bon, je ne veux pas conner avec mes potes sur Facebook. Ou alors, faire le rappeur genre la galère, mais rien que trois pendant un moment, j’étais à fond sur Lost et il falmois à se lever à 7h00 pour aller faire du sondage lait que je termine super vite et que je demande par téléphone, ça m’a fait réaliser la chance que au Dj qui était avant moi de continuer pour que je j’ai. Moi, je suis un mec super anxieux et je me dis termine mon épisode (rires). Non, puis ça dépend que tout ça peut s’arrêter demain et si ça s’arrête aussi des territoires. En février, j’étais à Los Angedemain, je ne sais pas trop ce que je vais foutre. les. Et Los Angeles, c’est Le territoire où si tu n’es (rires) pas avec tes potes, tu pètes un câble, parce que c’est une ville ultra superficielle. Surtout, c’est la ZYVA : Oui, c’est délicat, il y a beaucoup d’artistes seule ville où personne ne m’as parlé, mais perqui, à l’inverse, vont bosser leur musique des ansonne ! J’ai joué dans un club un soir et personne nées avant d’être connus et reconnus... ne m’a adressé la parole de la soirée. En général, tu as toujours un gars qui vient te dire “j’aime bien Data : Ou l’inverse, regarde Bob Sinclar, le mec il ce que tu fais” ou qui vient te raconter un truc qui a fait trois musiques différentes avant d’être ultra n’a aucun intérêt, et là, rien, mais vraiment rien. connu et sûrement millionnaire. Le plus important, je pense, c’est que tu fais de la musique. ZYVA  : Oui, c’est les inconvénients du métier, la rançon de la gloire... ZYVA : Mais tu jouais déjà d’un instrument petit… Data : oui, mais quand tu dis Gloire, il y a le terme Gloire et quelle gloire  ?! (rires) Bon, après j’ai lu sur des blogs que l’on me reprochait de me la raconter, moi je prends ça de super loin parce que pour moi la gloire, c’est Mickael Jackson et là t’es au top. Même Christophe Maé on ne peut pas appeler ça de la gloire... ZYVA : J’ai envie de te dire, c’est un autre délire ! Data : Bon prenons un truc plus Mainstream euh...

Data : Ah oui ben moi à cinq ans je disais “je serais musicien” et je m’imaginais répondre à des interviews, c’est un peu “vis ma vie” quoi. Je pense que tous les gens qui font ce métier, les gens qui sont là ce soir, ont ça dans la peau, ce truc de star. T’imaginer répondre à des interviews quand tu as cinq ans, c’est aussi révélateur de ce que tu veux faire de ta vie. ZYVA : Bon, il y a quand même une différence entre se dire “j’aimerais répondre à des Interviews”

www.zyvamusic.com | 8


DISCUSSION et “j’aimerais faire de la musique”… Data : Non mais bien sûr, j’ai toujours été un putain d’autiste de la musique. À cinq ans, j’étais à fond sur Chopin, j’ai harcelé mes parents pour avoir un clavecin. J’adore vraiment la musique classique, il y a des morceaux qui resteront à vie, c’est la référence ultime. Bien sûr, je ne suis pas dans le délire d’un Bob Sinclar justement, où l’important c’est l’image, l’argent tout ça, même si je respecte beaucoup Bob Sinclar. C’est peut être un raisonnement primaire mais je me suis toujours dit que les gars qui arrivaient à un tel niveau, ça ne venait pas de nulle part, il a forcément un talent qui fait qu’il a pu en arriver là. Ce qui est sûr, c’est que c’est un mec qui peut en arriver là, c’est pas du tout un mec stupide. Par exemple, j’ai beau lire des interviews ou des chroniques qui disent qu’un Timberlack est juste un mec un peu à la Madonna qui fait de la musique du moment, je pense que ces gens-là ont d’autres qualités qui les emmènent en haut.

Rapture /// Label : Ekleroshock/Naïve myspace.com/0data0

Titre d’un artiste ou d’un groupe qui pourrait te représenter toi ou ta musique : Pacific ! / Runway To Elsewhere

www.zyvamusic.com | 9


ZOOM SUR LE LOCAL

adies and gentlemen, l’actualité de ces deux mois, nous oblige à mettre dos à dos, à travers ces lignes, Lfestival d’un côté Electrochoc, le festival des Abattoirs à Bourgoin-Jallieu et de l’autre le Reperkusound, le de Médiatone. C’est parti !!! À ma gauche, le Festival européen des musiques électroniques et des arts numériques situé à Bourgoin-Jallieu : Electrochoc. Du haut de ses trois ans d’existence, le festival essaye de s’imposer petit à petit sur le terrain des festivals de la région. Misant sur des artistes que l’on ne voit pas forcément régulièrement, Electrochoc marque son empreinte. Jugez plutôt  : l’electro de Deschannel, le rap d’Assassin (et plus particulièrement celui de Rockin’ Squat), la transe instrumentale de Juno Reactor ou encore l’afrobeat de Novalima... En tout, une vingtaine d’artistes en 15 jours ! De plus, cette quatrième édition, encore une fois, permettra au public d’apprécier des installations et performances autour des arts numériques en accueillant plusieurs collectifs (Le matrice, Scenocosme, Ezekiel, Vynil Box...) avec des concepts vraiment inattendus comme Akousmaflore, une installation à base de plantes vivantes, réagissant au toucher par des sons... Tout un programme ! Et pour tous ceux qui se préoccuperaient de leur pouvoir d’achat (on me dit qu’ils seraient nombreux), le pass 3 concerts est à 30 euros (soit 10 euros par concert). C’est limite indécent.

À ma droite, le festival que l’on ne présente plus : le Reperkusound. Après avoir fait trembler les murs d’Eurexpo, l’année dernière, l’équipe de Médiatone fait son retour en ville ! La quatrième édition reste sur l’axe historique du festival : une partie “electro” et une partie “rock”, mais possède son lot de surprises ! Étalé sur 3 jours (16,17 et 18 avril), le Reperku se scinde en 3 parties : Au Clacson (MJC Oullins), une soirée plutôt electro hiphop avec Bus Driver, Maniacx et Jonaz. Au Ninkasi Kao, on va bouger dans une ambiance plutôt électro, drum’n’bass, breakbeat, transe avec Paral.lel, Dirtyphonics, Sexy Sushi, Scratch Bandits Crew... Et pour finir en apothéose avec sa déferlante de guitares et de grosses caisses au Transbordeur, avec carte blanche au label Rennais indépendant Enragés, qui défend tout au long de l’année des artistes comme Ultra Vomit, Tagada Jones ou encore Parabellum ! Laissez vos sonotones à la maison, le Reperkusound est garanti “100% débouchage de tympans” !

Du 27 mars au 11 avril :

BEAT TORRENT + ASSASSIN+ RINOCEROSE + NONCOMMITAL JOKARI PLAYERS + MONSTROPLANTES + JERRY + GENERALE HYDROPHONICK URBAN SWING SOUND SYSTEM + DALEK + Oddateee...

Du 16 au 18 avril : Bus Driver + Maniacx + HILIGHT TRIBE + PARAL-LEL + DIRTYPHONICS + SCRATCH BANDITS CREW + TY VON DICKXIT + TAGADA JONES + PARABELLUM + ULTRA VOMIT + L’ESPRIT DU CLAN + TROÏDES + TASMANIAC...

+ d’infos : www.lesabattoirs.fr

+ d’infos : www.reperkusound.com

www.zyvamusic.com | 10


des Rancy unissent leur passion pour la chanson pour vous présenter un festival de talents émergents et confirmés. Et pour leur troisième édition, on a droit de bonnes surprises commençant par K... : Kent, Koumekian, Karimouche... qui ne cessent de faire parler d’eux en ce moment (découvertes du Printemps de Bourges entre autres) sans oublier, la finale du tremplin d’En plus elles chantent (du LeRocképamort et du label Poon) et un spectacle dédié au jeune public (3 à 7 ans) interprété par Philippe Roussel... Évitons les péripéties du temps au mois mars et courons apprécier les vibrations que nous propose Les chants de Mars. Du 6 au 14 mars : Kent, K, Nicolas Jules, Chasseloup, Buridane, Oldelaf et Monsieur D...

Lieux : A Thou Bout D’Chant, Marché Gare, salle Léo En Mars, c’est le mois des giboulées, mais c’est aussi le mois des premiers festivals. Les beaux jours commencent à arriver et les festivals pointent le bout de leur nez dont celui des Chants de Mars. Du 06 au 14 mars, quatre structures lyonnaises A Thou Bout d’Chant, le Marché Gare, la salle Léo Ferré et la salle

Ferré, salle des Rancy.

+ d’infos : myspace.com/leschantsdemars


DOSSIER Marché Gare le 18.12.08 par Yoch et Jagunk / Photo : DR

Kwal,

globe-trotter musical contemporain. éritable ovni de la scène française, Vincent Loiseau, alias Kwal, est simVcompositeur plement un artiste complet. Voyageur des temps modernes, cet auteur, et interprète nous fait part de son univers atypique. Oubliez le

rap-slam policé d’Abd Al Malik (le “gendre” musical idéal d’une France qui se veut non-raciste) ou les jeux de mots urbains de Grand Corps Malade, que l’on veut nous faire ingurgiter depuis 3 ans maintenant : Kwal ne fait pas partie de cela. Adepte de bons mots, à la fois poétiques et incisifs, Kwal n’est pas un as de la démagogie. L’histoire humaine prend le dessus et c’est tout ce qui compte. Nourri de ses nombreux voyages et rencontres (Japon, Inde, Cisjordanie, Mali...), il aborde la musique et sa façon de la partager autrement. Au Mali, il ira apprendre le Bambara (une des langues nationales du pays) afin de pouvoir toucher plus profondément la population Malienne qui le découvre en live. Il s’ensuivra des collaborations insolites et riches, comme avec un groupe d’enfants des rues rencontré à Bamako, les Ruffans, dont il a produit le premier album. On pourrait penser que son engagement à exposer sa vision du monde se ferait au dépend de la musique qui l’accompagne... Et bien non ! Perdu ! Le jeune homme est passé par plusieurs stades avant son dernier opus, “Là où j’habite”. Ce dernier est un véritable conte urbain, alors qu’il a commencé par faire saigner le micro d’un groupe de métal du côté d’Angers. Puis il s’est progressivement initié au rap, en remaniant à sa sauce des contes de fées et des histoires pour enfants, pour enchaîner par la suite avec un hiphop plus sombre, très triphop, avec de nombreuses sonorités ethniques ou instruments traditionnels... Objectivement, une pure merveille en la matière. C’est donc, vous l’aurez compris, avec beaucoup de plaisir que nous sommes allés à la rencontre de ce globe-trotter musical moderne lors de son passage au Marché Gare de Lyon le 18 décembre dernier.

www.zyvamusic.com | 13


DOSSIER ZYVA : Merci de nous recevoir. On a vraiment adoré ton album “Là où j’habite” qui est ton troisième. Pour être franc, on vient de te découvrir avec cet album et il nous a beaucoup parlé, surtout avec la première chanson “Là où j’habite”. Kwal : Le truc le plus rigolo, c’est que c’est vrai. Tout est vrai dans cette chanson à part l’expulsion à la fin, c’était plus une histoire de déménagement. En fait, c’était une histoire complètement hallucinante que je commençais à tellement raconter à des gens autour de moi, que je me suis dit qu’il fallait que j’écrive un truc sur cette histoire de fou ! Tout est vrai ! ZYVA : Jusqu’aux insomnies ? Kwal : (rires) Ah ouais, même ça, c’est vrai. En fait, le mec c’est un “schizo” qui était en hôpital psychiatrique une partie du temps. Tout est tel quel, c’est du journalisme mon truc. Mais en l’écrivant, je ne pensais pas qu’une chose aussi personnel allait autant parler aux gens. C’est marrant parce

qu’il y a des morceaux où tu t’acharnes pour qu’ils sonnent bien, et d’autres où c’est plus une succession de hasards et au final, ça devient le morceau phare de l’album. ZYVA : Et tu es diffusé en radio ? Kwal : Avec ce titre-là ? ZYVA : Oui. Kwal : Bah... sur pas mal de radios indépendantes oui, mais après on a essayé de le lancer sur des France Inter, mais je ne pense pas que j’ai ma place sur beaucoup de grosses radios. Sur France Inter, il y a un autre titre qui passe, celui avec Asa : “Elle”. C’était une belle rencontre, un chouette duo. Après, c’est le seul qui est passé, c’est parce qu’il est plus aseptisé, un peu plus conventionnel, j’aurais préféré que “Là où j’habite” passe. ZYVA : Et tu l’as rencontrée comment Asa ? Kwal : On a la même maison de disque et on a fait deux fois sa première partie, à Paris, à la Boule Noire. ZYVA : Pourtant, les styles sont assez différents, c’est bien qu’ils puissent vous marier ensemble. Kwal : On a un peu un style, pas passe-partout, mais je pense que Naïve a bien géré le truc sur ce coup-là. On n’a pas un public si différent que ça, avec Asa. On a un public assez large où tu as de tous les âges, tous les milieux, c’est assez varié. ZYVA : Et toi, tu viens d’Angers ? Kwal : Ouais. ZYVA : Parce que dernièrement on a rencontré La Phaze, qui vient aussi d’Angers, Nouvel R au Printemps de Bourges, ducoup on se dit qu’Angers c’est une ville qui bouge beaucoup. Kwal : En fait, les deux rappeurs de Nouvel R, c’est avec eux que je chantais sur scène pour mes deux albums précédents. On partageait la scène ensemble, c’est des super potes. Après, pour Angers, c’est vrai que c’est une ville qui bouge. Nous, on ne s’en rend pas trop compte à Angers, c’est plus quand on va ailleurs qu’on se dit que ça bouge. Après, je pense que Lyon, ça bouge beaucoup aussi, avec les Jarring Effects, il doit y avoir des millions de trucs. Mais chez nous, tu as eu tout le mouvement Rock alternatif des années 90 qui a été vachement représenté, ça doit être une des raisons. Suite à ça, rapidement, tu as eu un mouvement Rock à Angers. Après, il y a d’autres styles qui ont pris le relais. En créneau World Chanson, tu as Lo’Jo, tu as aussi Zenzile, La Ruda Salska, il y a pas mal de projets qui tournent

www.zyvamusic.com | 14


DOSSIER vraiment. Et à coté de ça, il y a plein de petits projets, une bonne salle. Ça doit être comme ça quand tu as des grands frères, ça booste un peu la créativité. ZYVA : Et tes deux premiers albums étaient déjà un peu Chanson, Rap, Slam ? Kwal : Mon premier groupe était carrément Métal, je faisais du bourrin avant ! C’était assez Hip Hop Métal, ça s’appelait Carc[H]arias. Après, mon premier album, c’était Rap assez dark, un peu à la Assassin, Kabal, des trucs comme ça. C’était des contes un peu trash, vraiment du Rap sombre. Après, le deuxième album, c’était Rap super World, mais il y avait encore un côté Hard Core sur le son. Sur chaque titre, il y avait un, deux ou trois invités par morceau. Ça allait jusqu’à huit, avec un morceau rappé en huit langues. Et le dernier, c’est le premier où je quitte l’univers uniquement rappé, avec des trucs un peu chantés, parce que maintenant ça me dit, je trouve que ça me correspond bien.

mais ça me fait plaisir d’entendre des morceaux “Rap-chanson”, on va dire. Sur l’évolution du Rap, le coté dissidence, contestation, avec des groupes comme La Rumeur, il y a un coté que j’aime vraiment beaucoup, mais pour ce qui est du Rap Skyrock, j’ai l’impression qu’on a fait le tour. ZYVA : Ce qui fait la différence, chez toi, c’est que tu utilises beaucoup d’instruments, avec des sonorités qu’on n’a pas l’habitude d’entendre. C’est sûrement lié à ton projet avec le Mali. Comment tu arrives à gérer les deux projets entre Paris et le Mali ? Kwal : Au Mali, je sors des albums rappé dans la langue nationale. Je l’ai apprise à force d’y aller. Après, les textes, c’est une co-écriture, je ne maîtrise pas encore assez bien la langue, tout seul je ne suis pas capable d’écrire des textes.

ZYVA : J’ai vu des vidéos de toi en concert sur ton Myspace, et j’ai trouvé que tu jouais la comédie. Contrairement à d’autres, comme Grand Corps Malade, qui sont vraiment Slam sur scène, toi, tu mets en scène tes chansons. Kwal : C’est carrément ça ! J’ai découvert ça avec cet album-là, c’est pour ça que je n’ai pas du tout regretté d’être passé au parlé, au chanté. Je peux rentrer dans des personnages et conter des histoires. D’ailleurs, je me mets aux contes en ce moment, en parallèle. Tu es comédien et tu dis un texte, plutôt que de tchatcher. Quand l’album est sorti et qu’on a commencé à le jouer sur scène, je me suis dit que c’était trop bon en terme de sensations de pouvoir parler aux gens. Comme quand tu parles, là, tu fais vivre tes mots, tu mets des silences. De plus en plus, sur les prochains albums, je veux renter là-dedans, avec des textes où tu commences doucement et où à la fin tu rentres en trance carrément, ton flow s’accélère. Je voudrais essayer de travailler ça, de mettre encore plus de vie dans les textes. ZYVA : J’ai vraiment l’impression qu’on est arrivé à un moment de renouveau dans le rap français, après une dérive dans le Rap business, avec des gens comme toi, Grand Corps Malade, Abd Al Malik, ou encore R-Wan de Java. Les textes sont bons, mais c’est surtout le phrasé qui change, qui apporte ce renouveau du Rap. Kwal : Je trouve ça bien. Après, des mecs comme Abd Al Malik et Grand Corps Malade, j’ai peur que les médias résument le Slam à ces deux mecs-là. Pour le coté Rap un peu chanson, je pense qu’il n’a pas encore vraiment sa place dans les médias. Je ne sais pas si je fais partie de cette scène-là

www.zyvamusic.com | 15


DOSSIER ZYVA : Et d’où t’es venue l’envie de faire ces albums ?

à dire aux gens de là-bas, et j’ai envie de le faire par la musique.

Kwal : C’est né du fait que les mecs là-bas, ils ont souvent ce sale complexe d’infériorité par rapport aux blancs, par rapport à ce qui se passe en France. Les mecs, ils sont tout le temps tournés vers la France, les États-Unis. Du coup, je me suis dit, “je vais essayer de rapper dans leur langue, d’inverser les choses”. En plus c’est un bon défi quand tu commences à rapper dans une autre langue, ça te permet de l’apprendre. Quand tu commences à l’apprendre, tu rentres vraiment dans le mode de pensée. Le bambara est tellement différent du français que le mec qui ne parle que bambara il n’a pas du tout les mêmes concepts que toi. Il n’a pas la même vision du monde, pas les mêmes mots, donc tu ne peux pas les comprendre si tu n’as pas ce truc-là. Je suis en train de faire la même chose avec l’arabe, je vais essayer de sortir un album en arabe classique en 2010.

ZYVA : Sinon, on aime bien savoir ce que les artistes écoutent, si tu as des perles à nous faire découvrir.

ZYVA : ça fait longtemps que tu fais ce genre de voyage musicaux ? Kwal : La première fois qu’on est allés au Mali, c’était notre spectacle en France qu’on allait jouer là-bas. On s’est pointés, c’était un public de la rue, vu que c’était gratuit. les mecs pour la plupart ne parlaient pas français, ils avaient d’autres préoccupations que ce qu’on leur disait. Je trouvais que ca faisait un peu projet de colon. Le blanc qui vient se faire plaisir en faisant son spectacle pour des Maliens ! Je ne pense pas que ça va les aider à bouffer ! Et je me suis dit que je n’avais pas envie de faire ça, j’avais besoin de prendre une revanche par rapport à ce truc-là. Du coup voilà, ça s’est passé au Mali, et maintenant j’ai envie de le faire pour le Moyen-Orient.

Kwal : J’écoute vraiment de tout. Je suis un grand fan de Tiken Jah Fakoly, pour la patate. En ce moment, le matin, je me mets Dynamite Mc, ça réveille, tu es bien pour la journée. Après, je vais écouter de la Chanson, de l’Electro, du Jazz, de la Soul, un peu de Trip Hop, encore un peu de métal de temps en temps, Musique du Monde, du Classique, des musiques de films, en ce moment, de la musique Cubaine aussi. ZYVA : Tu vas encore dans les magasins de disques, ou tu écoutes plus sur internet ? Kwal : Ouais, je ne vais pas trop dans les magasins, je ne suis pas un collectionneur du truc rare. J’achète encore des disques, j’ai même travaillé dans un magasin de disques, mais j’ai des goûts assez grand public donc je n’ai pas de petit magasin spécialisé. Titre d’un artiste ou d’un groupe qui pourrait te représenter toi ou ta musique : Tiken Jah Fakoly – Y’en a marre

ZYVA : Et pourquoi le Moyen-Orient ? Kwal : J’ai été deux fois en Palestine en 2005 et 2007, et j’ai des choses à dire aux potes de làbas, aux gens des camps de réfugiés. Après, ça touchera qui ça touchera. Même si c’est à petite échelle, c’est déjà ça. ZYVA : Il y a très peu d’artistes qui font ça. Kwal : Moi, c’est mon truc, vraiment. Le Mali et la Palestine, c’est deux pays qui m’ont spécialement touché. Le Mali : tu as une pauvreté de ouf, la Palestine : tu as toute l’occupation. Et ça fait que dans les deux cas, l’humain est hyper présent. Tu ne parles pas de ta bagnole avec un palestinien, je crois. Les discussions de trentenaire que tu as en France, tu n’as pas ça au Mali ou en Palestine, c’est carte sur table ! Et j’aime bien, moi, ça. Du coup, j’aime bien ces pays, donc j’ai des choses

Là où j’habite /// Label : Naïve myspace.com/kwalblog www.kwal.fr

www.zyvamusic.com | 16


CHRONIQUES Cirkus /// Medicine /// Label : Wagram Music ’il vous plait, arrêtons les amalgames ! Cirkus n’est pas Sl’oeuvre le groupe de Neneh Cherry ! C’est avant toute chose magique née de l’association de deux hommes :

Burt Ford et Matt Karmil. Le premier étant ni plus ni moins celui qui a aidé à lancer les carrières de (attention, c’est du lourd, comme dirait Abd Al Malik) : Neneh Cherry, Massive Attack, Tricky, ou encore Portishead ; et Matt est quant à lui un musicien autodidacte, qui est devenu, après quelques années d’errance, l’assistant de Burt dans son studio d’enregistrement à Camden Town (un quartier londonien). Ne sachant pas trop où dormir (à part dans le studio...), Burt proposa à Matt de l’héberger dans sa maison et la naissance de Cirkus part de là. Incapables de pouvoir travailler de manière rigoureuse dans le studio tout équipé de Burt, les deux amis se réfugièrent dans la minuscule chambre/ bureau/studio de Matt afin de pondre ce qui deviendra le premier album du groupe... Question d’ambiance sûrement ! Et pour accompagner leurs productions, ils n’allèrent pas chercher bien loin, puisqu’ils demandèrent à Lolita Moon (petite amie de Matt) de poser sa voix sur les instrumentales un peu vides des deux anglais. C’est là que Neneh Cherry rentre dans la partie. Il faut savoir qu’elle habite, à l’époque, dans la chambre juste à côté, et que, curieuse des agissements de ses colocataires, elle se propose de participer à l’aventure musicale... Laylow, le premier album de Cirkus est donc sur les rails, et crée le buzz, un peu grâce à elle (malgré qu’elle ne fait que participer à mi-temps). Aujourd’hui, le collectif s’est remis à travailler, et sort la suite de l’histoire  : Medicine. Avec une pochette très colorée, remplie de petits personnages de porcelaine, le groupe semble vouloir s’affirmer autant visuellement que musicalement. On pense à plein de choses en l’écoutant. Les références peuvent être très nombreuses, et on peut allègrement faire le rapprochement avec tous les artistes avec lesquels Burt a travaillé : Massive Attack, Tricky, Portishead... Mais il y a aussi un côté très Gorillaz à tout ça, dans le sens où on peut envisager que le groupe a les capacités d’explorer de nombreux horizons : électro, triphop, rock, pop, dubstep par moments. C’est à la fois très psychédélique, mais aussi très pop dans l’esprit. Par rapport au premier, cet album, enregistré en Scandinavie et mixé plus précisément en Suède (où ils résident depuis un moment maintenant) se veut plus agressif et affirmé, selon les dires des deux protagonistes. Une chose est sûre, la France, qui est pour eux une destination toute particulière (Laylow est sorti en France avant les autres), devra leur réserver un accueil plus que particulier.

DR

Jagunk

www.zyvamusic.com | 18


GLASSVEGAS /// EPONYME /// label : sony bmg

C

’est la révélation de la fin d’année 2008 au Royaume-Uni et peutêtre celle du début 2009 en France  ! Il aura fallu attendre la fin janvier 2009 pour pouvoir trouver le premier album éponyme de ces quatre Ecossais chez nos chères disquaires. L’album est pourtant sorti depuis septembre dernier en Angleterre et le groupe est déjà considéré comme “le meilleur groupe rock du monde” par le NME ! Repéré par Allan McGee,  manager culte du label Creation (My bloody Valentine, Primal Scream) et produit par James Allan et Rich Costey (Interpol, Muse, Franz Ferdinand), l’album du combo regorge d’hymnes pop / new wave teintés de mélodies touchantes et textes déchirants. Rab Allan nous balance un son de guitare plein de reverb’ et de saturation, par dessus lequel se pose parfaitement la voix touchante du charismatique James Allan (cousin de Rab). Glasvegas a un grand potentiel, d’une part grâce à son chanteur à la fois émouvant et agaçant et d’autre part grâce à quelques-uns des tubes présents sur cet album, comme “Flowers & Football Tops”, chanson écrite par James après le meurtre raciste du jeune Kriss Donald, âgé de 15 ans, en mars 2004, “Stabbed” l’un des morceaux les plus saisissants de Glasvegas , ou encore “Géraldine”, l’un de mes coups de cœur de cet opus. Après toutes ces éloges, Glasvegas va devoir confirmer et pour ce faire, rien de tel qu’une tournée en première partie d’Oasis, l’un des groupes les plus emblématique d’Angleterre, à la fois génial et agaçant. A suivre… Kymmo

Sophie Hunger /// Monday’s ghost /// Label : Naïve

I

l faudra compter sur elle cette année ! Sophie Hunger n’en est qu’à son deuxième album (voire son premier album professionnel en studio, puisqu’elle a enregistré le premier chez elle en home-studio), et pourtant on lui prédit déjà un bel avenir. Dès la sortie de son premier “essai”, l’enthousiasme est tel qu’en 2007, on la retrouve aux côtés d’Erik Truffaz (le célèbre trompettiste Suisse de jazz) invitée sur la scène du Montreux Jazz Festival, sur la radio France Inter. Il y a pire comme début, non ? Oscillant entre Londres, l’Allemagne et la Suisse durant son enfance, on sent qu’elle a, à 25 ans, développé son apprentissage musical à partir de ses différentes expériences pour en faire quelque chose de très mûr pour son jeune âge! Les rapprochements par rapport à sa voix sont évidents : Cat Power, PJ Harvey... Mais son style reste assez singulier. La mélodie et la mélancolie restent évidemment ce qui ressort le plus de ce “Monday’s Ghost”, dont le titre résume parfaitement les sentiments qui pourraient entourer cet opus : un spectre, à la fois léger mais pesant, d’un lundi redondant qui impose à chacun d’entre nous la vision d’une nouvelle semaine qui redémarre avec son lot de surprises, de tracas ou de bonheur... C’est selon ! Chacun adopte cette interprétation musicale comme il le veut ! A la fois rock, folk, chanson, jazz, Sophie nous emmène là où sa tête la mène (car elle est auteur, compositeur et interprète de sa musique), c’est-à-dire... Je ne sais pas, mais en tout cas, elle nous transporte, c’est déjà bien ! Et la Boule Noire (à Paris) ne s’est pas trompé, car elle y pose ses valises du 23 au 28 mars 2009... Ils prédisent l’avenir à la Boule Noire ? Jagunk

www.zyvamusic.com | 19


DISCUSSION

Kaiser Chiefs

Transbordeur le 28.01.09 par Kymmo et --HMK-- / Photos : Kymmo / DR

(seulement) deux dates françaises prévues pour leur tournée européenne, les Kaiser Chiefs APetitevecsontrencontre de retour au Transbordeur pour une présentation de leur dernier album “Off with their heads”. avec Simon Rix (bassiste de la formation) qui revient sur leur collaboration avec l’une des grandes figures de la production, Mark Ronson. ZYVA : Merci de nous accorder quelques minutes, c’est très sympa de vous rencontrer aujourd’hui, on a de la chance car vous ne faîtes que deux dates en France. Simon Rix : C’est gentil, merci. C’est vrai que finalement, en ce moment, on ne fait que quelques jours par pays, deux en France, deux dates en Espagne, une seule en Italie, une en Australie. On en fait un peu plus en Allemagne, mais je crois que c’est un cas particulier, car il me semble que c’est le pays où nous sommes le plus connus et celui où l’on vend le plus nos disques. En plus, c’est un grand pays, c’est plus grand que la France, non ? ZYVA : Oui sûrement, mais vous êtes aussi très appréciés en France... Simon Rix  : Je n’en doute pas  ! (rires) Rien qu’à voir ce que ça donnait hier soir à Paris, c’était la folie ! ZYVA : Dans quelle salle vous avez joué ? Simon Rix : On était à l’Olympia, une super salle. Cette fois-ci, on ne fait que deux dates mais on vient souvent en France. Au début, on ne venait que pour jouer dans la capitale mais depuis peu, on joue plus. Les choses ont beaucoup changé en France, le public est de plus en plus réceptif au Rock Anglais. Il y a pas mal de pays comme ça où tu dois être présent fréquemment et graduellement... ZYVA : Chaque écoute est différente selon le pays. En France, au début on écoute, il faut attendre un

second temps pour que l’on connaisse ton nom et puis, une première forme de reconnaissance. Simon Rix : Oui, je pense que ça nous a aidé aussi. Par exemple, il y a quelques pays où nous n’avons pas vendu beaucoup d’albums au début, comme aux Etats-Unis ou en Australie. Donc, pour eux, le dernier album est forcément un plus gros projet. C’est arrivé progressivement chez eux. ZYVA : En peu de temps quand même, trois/quatre ans d’existence ! Simon Rix  : Oui (rires), mais on tourne beaucoup et on passe beaucoup de temps en composition et production. On fait vraiment des tournées de dingue. On passe par tous les pays quand on traverse l’Europe, on ne fait pas forcément beaucoup de dates mais beaucoup de pays, donc c’est très long. Généralement, quand on finit une tournée, on est assez content car on se dit “on l’a faite, on a tenu le coup  !”, parce que c’est très dur aussi physiquement. Par contre, ce qui est aussi génial, c’est d’avoir pu faire ces trois albums. C’est un répertoire qui nous permet de faire de gros concerts avec beaucoup de titres et on s’éclate. ZYVA : Trois albums en moins de quatre ans, il est peut-être temps de faire une pause, non ? Simon Rix  : On a encore quelques concerts jusqu’à l’été et après on fera un petit break. On a aussi besoin de faire d’autres choses, je ne sais pas trop quoi, mais au moins passer du temps à la maison avec la famille et se relaxer un peu aussi.

www.zyvamusic.com | 21


DISCUSSION ZYVA  : Il faudra vous reposer après ce “terrible” concert à Singapour prévu en Avril ! Simon Rix : Oui (rires), on va encore voyager très loin (rires). Tu sais, je ne crois pas que l’on ait des tempéraments d’aventuriers dans le groupe et puis on ne visite pas les endroits où l’on joue, on ne fait pas le touriste et on n’apprend rien de la culture locale. Des fois, on le fait, mais en général, on n’a pas le temps. Par contre, on essaye toujours de faire des pays où l’on n’est pas encore passé. Par exemple, on a fait dernièrement l’Europe de l’Est avec la Pologne, la Roumanie et la Russie, que l’on ne connaissait pas et c’était génial. Les concerts sont souvent énormes car c’est la première fois que le public peut nous voir jouer. Comme on va passer prochainement par l’Australie, on en a profité pour caler une date à Singapour. Je ne sais pas à quoi m’attendre, je sais que l’on est connu au Japon, mais je ne sais pas ce que ça donne pour le reste de l’Asie. ZYVA : Vous avez déjà fait des pays arabes ? Simon Rix : On a fait Dubaï une fois, mais c’est assez particulier, c’était pour le fric  ! Quand tu fais quelque chose pour le fric, généralement, tu ne le fais pas comme il se doit. ZYVA  : Oui, et puis maintenant, il ne me semble pas que vous soyez dans un position où vous faîtes ça pour de l’argent ... Simon Rix : Oui, ce n’est absolument plus important (rires), on a cette chance-là et c’est important de ne pas l’oublier. ZYVA  : En parlant de chance, vous avez eu la “chance” d’apparaître dans la seule émission de musique française de ce nom, Taratata, et vous avez squatté les loges à jouer avec vos téléphones et ordinateurs pendant une heure et demi... C’est quoi ce délire ? Simon Rix  : Oui (mort de rire). Je m’en rappelle très bien. On était venu pour présenter le nouvel album et on a fait une reprise de MGMT (Time to pretend) et à la dernière minute ils nous font : “les gars vous pouvez nous faire une impro?” Bon, il y a pas mal de groupes qui peuvent te faire une session acoustique mais ça, on ne le fait pas. Il y a avait un des gars du groupe qui jouait avec son téléphone portable et ça faisait du bruit, donc on est parti là-dessus et on s’est retrouvé dans les loges à délirer avec nos portables. Le plus drôle dans l’histoire, c’est que les gars filmaient. Ils pensaient que l’on allait s’arrêter au bout de dix minutes et nous, on continuait pour voir combien de temps ils allaient encore tenir avec leurs caméras (rires). ZYVA : Le nouvel album, il a été produit par des

grands noms de la musique (Mark Ronson, producteur entre autres d’Amy Winehouse, Lily Allen ou Nas, et Eliot James). Simon Rix  : Mark est un gars super cool et très connu. Quand tu te promènes dans la rue avec lui en Angleterre c’est très pratique parce que dès que les paparazzis arrivent, ils ne voient que lui, personne ne te remarque (rires). D’habitude, c’est nous que l’on vient voir mais avec lui ça change tout ! On ne pensait pas faire un album avec lui. Quand tu lis des trucs sur les groupes que tu aimes, tu vas forcément voir des références à son travail. On a eu l’occasion de passer deux semaines avec lui et là on a compris l’étendue de son travail et sa qualité. Pour les deux premiers albums, on a juste passé beaucoup de temps à écrire des chansons, puis une fois que l’on avait le contenu, on allait les enregistrer en studio pendant un mois et demi. On pensait qu’il fallait travailler autrement pour cet album et voir ce que chacun des producteurs, avec lesquels on voulait bosser, pensaient du projet, pour être plus ouverts à une certaine forme de créativité et d’improvisation. On avait pensé à plein de gens, mais pas à lui. Et puis un jour, on a fait une soirée ensemble, il nous a fait comprendre combien il aimait notre formation. Il nous a dit que l’on était probablement l’un des meilleurs groupes de Rock de notre génération et qu’il voulait travailler avec nous. Finalement, on est devenu amis.

www.zyvamusic.com | 22


DISCUSSION L’autre gars, avec qui on a aussi bossé, s’appelle Eliot James, il est ingénieur. C’est le gars qui va te montrer comment faire passer ta guitare par une amplification à laquelle tu n’aurais jamais songée... Donc on est tombé sur Eliot, un jeune gars bien cool. Ils se sont rencontrés avec Mark et ça a tout de suite marché entre eux. On a passé deux semaines ensemble pour réfléchir à tout cela et on avait notre “Dreamteam”. Mark est le gars qui va t’inspirer, t’aider à écrire tes chansons, à les envisager sous différents angles. Une des choses qu’il sait bien faire aussi, c’est te bourrer la gueule, ce qui est aussi cool (rires) ! Eliot est plus sérieux, c’est le gars qui ne décolle jamais du bureau, qui va te montrer des combinaisons musicales de dingue. C’était vraiment une super expérience. A la fin, on ressemblait plus à un gang, une bonne bande de potes. ZYVA  : Au final , vous avez partagé plus que de la musique ? Simon Rix : Oui, c’est bien plus que faire un album. On avait beaucoup tourné jusqu’en décembre 2007 et on devait faire un break. On se disait que l’on pourrait prendre le temps de trouver notre prochain producteur et peut-être de faire juste un single parce que l’on devait jouer dans le stade de foot de Leeds, et puis on s’est fait avoir. Quand on joue de la musique, c’est un moment magique pour lequel on ne veut pas trop réfléchir. On ne fait pas de chanson en se disant, “là c’est le bon moment pour être bien vendu” et des choses comme ça. On est plutôt dans la démarche d’écrire et de sortir l’album aussi vite que possible. Je ne sais pas pourquoi, mais on fonctionne comme ça. Avec le dernier album, c’était différent, on voulait aussi prendre le temps de le construire, pour une fois. Quand on a commencé à jouer, au tout début du groupe, on jouait en concert deux ou trois semaines d’affilée et on bossait énormément les chansons le reste du temps. En fait, dans le groupe, on accorde autant d’importance à jouer en Live qu’à écrire nos chansons. Quand tu deviens un groupe plus conséquent et que tu vends bien, tu peux te permettre de t’arrêter, faire un break, mais c’est pas pour nous, on se ferait trop chier ! Titre d’un artiste ou d’un groupe qui pourrait vous représenter vous ou votre musique : Northern Lights - Super Furry Animals

Off with they heads Label : Universal/B-Unique www.kaiserchiefs.co.uk

www.zyvamusic.com | 23


ZYVA BERLIN : WAS IST DAS?

Photo : Gwenn Vernay

Z

YVA s’exporte à Berlin ! Depuis près d’un an déjà, ZYVA est à l’affût dans cette ville chargée d’histoire et de musique. Magdalena, stagiaire émérite, s’est chargée de la création du blog ZYVA Berlin à son retour en Allemagne, entourée elle aussi de passionnés, afin de pouvoir exporter la sauce ZYVA made in Frankreich. Et cette tribune leur est réservée ! Au programme de chaque numéro : découverte des lieux musicaux, groupes, structures... Une manière pour eux et pour nous, de vous donner envie de découvrir cette ville particulière ! “Berlin calling - Berlin ruft”. Pour ce numéro, l’équipe de ZYVA Berlin, nous propose de découvrir leur ville à travers la musique de Burial et de son album “Untrue”. Berlin a des milliers de bandes originales. Celui qui s’est déjà promené en ville avec son casque sur la tête en écoutant de la musique le sait : ici, presque chaque chanson et chaque style de musique trouve sa légitimité. Si on se fraie un chemin dans la foule des touristes à la Porte de Brandebourg avec les Sex Pistols dans les oreilles, si on laisse défiler Mitte (le quartier branché qui est trop propre) avec de la Minimale, ou si on écoute du Rap agressif à Kreuzberg, pour chaque chanson on va trouver la situation correspondante. Cette ville est tellement grande, variée, elle regorge de niches et de coins, de scènes et de quartiers que l’on trouve toujours des correspondances réelles avec la musique qui sort de notre casque. Toutefois, il y a un disque qui exprime mieux que la plupart des autres, le sentiment de vivre et de bouger dans cette ville. Il crée l’ambiance de l’instant le plus important que l’on vit dans cette ville : il s’agit du

chemin du retour ; du moment où l’on a dit au revoir à tous ses amis avec lesquels on a passé la nuit. Quand on est seul de nouveau et qu’on réalise que le porte-monnaie et le ventre sont vides... la tête bien pleine. La lumière change, le soleil se lève lentement par-dessus les toits de la ville et on sort du monde artificiel de la vie nocturne pour entrer dans le monde réel de la journée... Qui paraît pourtant très irréel en ce moment. Le disque, qui arrive comme aucun autre à accompagner musicalement ce moment n’était pas écrit particulièrement pour Berlin. Je suis sûr qu’il marche aussi dans d’autres villes, où il y a aussi ces chemins du retour. Toutefois, il convient mieux à Berlin. À cet instant, la ville montre son vrai visage, peut être même le plus beau. Untrue de Burial est un album assez minimaliste... Comme Berlin l’est aussi parfois. Dans l’album entier, il y a un beat qui n’est pas spécialement rapide mais très constant et puissant. Il répresente quelque chose qui est constamment en mouvement, qui bouge et change sans cesse.

www.zyvamusic.com | 24


Cette pulsation du coeur est superposée par des basses profondes et douces, qui semblent menaçantes et froides, ou parfois familières et chaudes. Elles répresentent l’âme profonde de cette ville, mais également sa grandeur, sa force et sa sincérité. Il s’y ajoute finalement un chant avec beaucoup de bruit et peu de mélodie qui commence sporadiquement... envelope la musique comme un voile. Cette façon de chanter un peu chaotique et surréaliste, oscille quelque part entre mélancolie et bonheur. Elle concorde exactement avec le sentiment qu’on a après une nuit longue et excessive, quand on rentre chez soi par les rues de Berlin. Une ville est en train de se réveiller doucement.

myspace.com/burialuk www.hyperdub.net

www.zyvamusic.com | 25


DISCUSSION

GOJIRA

Transbordeur le 11.10.08 par Yoch et Jagunk / Photos : Kymmo

près une date ô combien symbolique pour eux, avec Metallica en août dernier à Arras, Gojira repart sur la route d’une tournée ABayonnais faramineuse afin de défendre leur nouvel album en France et ailleurs. Rencontre avec le guitariste Christian Andreu, du groupe le plus connu au sein du mouvement métal. Au programme : Metallica (bien sûr !), faits de société, dernier album... ZYVA : Le nouvel album est sorti…! Christian Andreu : Apparemment ouais ! (rires) ZYVA : (rires) Oui apparemment… ! Il y a des trucs qui ont changé depuis le début par rapport à votre manière d’appréhender l’écriture, l’enregistrement… d’un album ? Christian Andreu : Oui, chaque album est différent  ! Après, sur la façon de composer, c’est quand même Joe et Mario qui composent carrément tout, notamment sur cet album où ils ont vraiment fait un gros boulot ! Moi j’amène des idées de temps en temps. Pour l’enregistrement, là on a décidé de travailler avec Logan Mader, l’ancien guitariste de Machine Head, parce qu’en fait Joe est parti bosser avec Max et Igor Cavalera pour Cavalera Conspiracy, et du coup, il s’est super bien entendu avec Logan (producteur du groupe). Et le mec était vraiment motivé pour faire l’album, du coup Joe s’est dit “pourquoi pas” ! On avait envie de déléguer un peu le travail car avant on avait toujours tout fait à la maison et on avait vraiment envie d’avoir un son “américain”, vous voyez ? ZYVA : Oui bien sûr ! Christian Andreu : En plus le mec était vraiment super motivé et il bosse super bien ! Voilà donc on est allé faire les batteries là-bas, ensuite on est revenu pour faire les grattes, la basse, et le chant chez nous ! On garde quand même toujours une partie faite maison ! Et ensuite Logan Mader a mixé et fait le master ! ZYVA : On a vu que vous aviez pas mal de dates aux Etats-Unis, vous êtes en tête d’affiche là-bas ou vous faîtes encore des premières parties ? Christian Andreu : Oui on est encore en premières parties. En fait on fait la tournée avec In Flames en Europe et aux Etats-Unis, et là-bas, y’a 4 groupes et

nous on joue en second. Mais après je pense qu’on est bien attendu là-bas maintenant. ZYVA : Mais vous êtes distribués aux Etats-Unis ? Christian Andreu : Oui oui ! On a un bon distributeur qui s’appelle Prosthetic. Par exemple, ils ont sorti Lamb of God, sur l’album précédent et ils ont fait beaucoup de ventes... c’est vraiment un gros label ! ZYVA : Donc les gens savent un peu qui vous êtes maintenant ! Christian Andreu : Ouais ouais il y a “From Mars to sirius” (ndlr : leur 3ème album) qui est sorti là-bas et là il y a la sortie du nouveau qui se fait le 13, je crois, avec le reste du monde. On a fait une sortie française et une internationale… ZYVA : Tu me dis si on se trompe, mais en parlant avec pas mal de gens qui écoutent du métal, on a vraiment l’impression que le métal reste une des seules “catégories musicales” où les gens achètent encore assez d’albums, non ? Christian Andreu : Ouais alors je peux pas trop m’exprimer parce que je connais pas trop ce qui se passe dans les autres styles, le rap... ZYVA : Pour te donner un exemple, on a rencontré TËKEL y’a une semaine, c’est un duo de parisiens qui officie dans la musique électronique, et ils nous disaient qu’ils allaient arrêter de commercialiser leurs albums, et mettre leur musique gratuitement sur internet et donc de vivre que de leurs lives, ou autres… Après y’a aussi d’autres exemples comme Radiohead et leur dernier album,… Christian Andreu : C’est des fous ! (rires) C’est clair que le marché du disque se casse la gueule, c’est évident ! Nous, après les “métalleux” (rires), on a peut être plus tendance à vouloir acheter l’objet, le cd ! Mais je ne peux pas comparer les styles.

www.zyvamusic.com | 26


DISCUSSION ZYVA : Oui et le public est là ! Christian Andreu : Oui y’a un gros public! Surtout en Europe, les gars sont éduqués à ça. Les gamins, ils ont 5 ans, ils écoutent du métal ! Alors qu’en France, le métal c’est pas encore dans la coutume tout ça… ZYVA : Ouais puis y’a pas trop de médias qui s’intéressent à ça aussi !

que pour celui là y’a un peu plus de colère ! Le premier album, c’était l’introspection ; le deuxième, c’était le lien qui nous unissait les uns aux autres… Pour “From Mars to Sirius”, là c’était carrément de la poésie, un voyage d’un Etat de guerre à un Etat de paix. Mars qui représente la guerre, le masculin,… et Sirius qui représente le féminin, la paix,… ZYVA : C’est assez métaphorique ! Christian Andreu : Oui, et là sur cet album, c’est plutôt un coup de gueule, un ras le bol de voir un peu le comportement de l’être humain... Même si c’est un peu réducteur de dire ça. Y’a des progrès à faire sur pas mal de choses. Je pense qu’on se laisse un peu aller dans nos gestes quotidiens. Et en même temps, y’a une prise de conscience qui vient avec l’écologie, l’environnement... Tout le monde se sensibilise ! Et donc la mort, tu vois, on a 30, 35 ans, on est entre les deux, on commence à se poser des questions, donc on va bientôt mourir ! Donc qu’est-ce qu’on peut faire avant de mourir pour avoir un impact dans notre vie maintenant ? C’est un peu un coup de gueule, cet album !

Christian Andreu : Ouais c’est clair, quand tu regardes la télé, en France y’a pas de métal, alors qu’aux USA, sur n’importe quelle chaine tu vas voir des groupes de rock. Les présentateurs s’habillent un peu en métalleux… Enfin, tu vois, c’est dans leur culture ! ZYVA : Oui on voit aussi beaucoup ça dans les pays d’Europe du Nord, non? Christian Andreu : Oui, j’en parle même pas… (Rires) ZYVA : Et les pays de l’Est, vous êtes allés voir ce qui s’y passe ? Christian Andreu : Ouais, on a fait quelques dates là-bas, on a fait la Tchéquie pour un festival, et sinon on a une date en Autriche bientôt, et l’Allemagne qui arrive aussi après... Après, l’Est pur, on n’y est pas encore allé. ZYVA : Et le Japon ? Christian Andreu : Pas encore, mais l’album va certainement sortir là-bas… Sinon ça sera pour le cinquième. On est patient, on ira là-bas quand le temps sera venu ! Mais il me tarde d’aller au Japon ! Ou en Australie aussi ! ZYVA : Oui puis au Japon, ils ont une véritable culture de consommation, au niveau d’achats de Cds, produits dérivés... Christian Andreu : C’est sûr ! De toute façon, làbas, soit t’es une merde, soit t’es adulé comme un Dieu... J’ai l’impression que c’est un peu ça là-bas! ZYVA : Revenons à l’album. Vous avez toujours eu dans les paroles de vos disques des relations avec la vie, la mort, l’environnement... C’est des choses qui reviennent un peu avec cet album-là ? Christian Andreu : Oui oui ! De toute façon c’est Joe qui écrit les textes et il est concentré sur ce qu’il vit, sur ses émotions, sur l’évolution personnelle. C’est des thèmes qui reviennent assez souvent, mais sauf

ZYVA : Donc vous êtes un peu un groupe engagé même si vous n’avez pas forcément de relations directes avec quelques politiques ? Christian Andreu : Oui ! Y’a un peu de politique finalement ! Il y a de la philosophie ! Joe et moimême on s’est un peu penchés sur le bouddhisme, donc Joe intègre aussi ça dans les textes. ZYVA : Donc les Jeux Olympiques vous avez dû apprécier avec tout ce qui s’est passé en Chine, au Tibet… ? (Rires) Christian Andreu : (rires) Ouais là c’est fou ce qui se passe, mais bon... C’est un gros débat ! ZYVA : Après, on a l’impression qu’on donne tout le temps le droit aux mêmes personnes de s’expriment dans les médias… On aimerait que d’autres gens, des groupes, comme vous ou autres, puissent s’exprimer autant que ceux qu’on voit 24h/24… Christian Andreu : J’ai l’impression que ça devient difficile de s’impliquer et justement de dire ce que tu penses, parce que tu vas être tout de suite cassé. Y’a une certaine peur j’ai l’impression ! C’est peutêtre inconscient mais…par exemple si je parle de Sarkozy, ça va amener la confusion, et du coup on

www.zyvamusic.com | 27


DISCUSSION DOSSIER est un peu plongé dans la peur ! Je sais pas si vous le ressentez mais quand tu mates la télé, tu vois ce qui se passe, t’as tendance à flipper, tu peux pas être toi-même ! Moi j’aurais tendance à dire que par rapport à la Chine, je boycotte ! Pas le peuple, mais la dictature ! Comment faire pour empêcher ça ? On peut pas aller là-bas faire la guerre, donc on doit boycotter ce qui se fait en Chine ! On peut faire une guerre économique, car aujourd’hui on a tous la bombe nucléaire, donc celui qui déconne, il s’en prend une dans la tête… ZYVA : Mais vous qu’est-ce que vous risquez en tant que Gojira ? Au contraire, je pense que vous pouvez y aller tranquille sur des sujets comme ça, non ? A part peut-être de ne pas faire de tournées en Chine…(rires) Christian Andreu : (rires) Je ne parle pas de moi personnellement mais de ce qui règne un peu. ZYVA : Oui, puis vous n’avez peut-être pas envie d’être repêché par un parti politique quel qu’il soit ?

sique classique. Puis, après y’a des groupes français que j’aime bien aussi comme Bashung, La Tordue, les Têtes Raides, Brel,… Après, ça peut être aussi Fiona Apple, Keziah Jones, Björk,… la musique indienne, les chants bulgares, Mozart… Je pioche un peu de partout ! ZYVA : Pas de rap ? Christian Andreu : Non pas de rap ! Après j’aime bien les Svinkels ! ZYVA : Ouais c’est le plus punk des groupes de rap, on va dire ! Christian Andreu : Ouais j’adore ! Je les ai vus 2-3 fois, les mecs sont bien sympas ! Mais après, le peu de fois où on m’en a fait écouter, par exemple aux Etats-Unis quand on passe en concert là-bas, des fois on a du temps pour se balader et on tombe dessus dans des petites salles. Et là-bas ça bouge bien pour le rap ! Et il m’arrive d’être sur le cul ! ZYVA : On parlait de Metallica tout à l’heure, tu as écouté le dernier qui est sorti ?

Christian Andreu : Oui c’est ça ! On fait de la musique avant tout ! Après c’est important le message qu’on a. Moi, je dis toujours aux gens, “essayez de vous pencher sur les textes un peu”. Le morceau tu le vis différemment quand tu sais ce que Joe veut dire. C’est 50-50. Si tu ne sais pas ce que dit le mec, t’as que 50% du truc !

Christian Andreu : Non je ne l’ai même pas écouté ! J’ose pas ! ZYVA : Pourquoi ? T’as peur d’être déçu ? Christian Andreu : Ouais… Pour moi, Metallica… ZYVA : Oui, tu t’es dit “après le Black album, j’écoute plus” ! (rires)

ZYVA : Sinon rien à voir, mais tu écoutes d’autres choses que du métal ? Christian Andreu : Je n’écoute pas de métal ! ZYVA : Ok, je remballe ma question ! (Rires) Christian Andreu : (rires) Non disons que j’en écoute très peu ! À part Tool, qui est vraiment mon groupe préféré… même si j’en ai plein d’autres. Sinon y’a Morbid Angel, Death, Metallica forcément, Slayer… Je suis resté à l’époque où j’étais vraiment fan de métal… Y’a 15 ans ! Mais après je n’écoute pas trop les nouveaux groupes, ça ne me correspond pas trop ! Même si y’a des gros groupes comme In Flames, Lamb of God… J’adore ce qu’ils font, c’est hyper novateur ! On a fait une tournée avec Behemoth… C’est vraiment un groupe qui m’a secoué sur scène ! Sinon à 70% j’écoute de la mu-

Christian Andreu : Ouais c’est ça ! (rires) Vous, vous êtes comment à ce niveau là ? ZYVA : Je ne sais pas, on n’a pas trop écouté le dernier. St Anger était intéressant mais c’est sûr qu’avec le Black album ils avaient tapé trop haut ! Christian Andreu : C’est clair ! C’est dur de passer au dessus… ZYVA : Oui, puis vous n’étiez pas si loin d’eux, il n’y a pas longtemps à Arras, pour leur date unique ! Christian Andreu : Ouais ! C’était un rêve ! C’était vraiment une consécration ! J’étais un peu frustré de ne pas pouvoir leur serrer la main, de leur dire merci tout simplement !

www.zyvamusic.com | 28


DISCUSSION ZYVA : Vous ne les avez même pas rencontrés ? Christian Andreu : Non on les a croisés un peu mais on n’a pas pu discuter ! ZYVA : Ah bon pourquoi ? Vous n’osiez pas ? Christian Andreu : Non bah déjà, on ne pouvait pas les croiser, on ne pouvait pas les approcher comme ça. Ils restent dans leur loge, ils arrivent une heure et demie avant le show. Ils jouent dans une salle de répet’ avant de monter sur scène donc on a pu les entendre de nos loges. Et après ils ont fait une séance de dédicaces pendant 30 minutes, pour une cinquantaine de gars qui avaient gagné le droit de les rencontrer, et en fait nous aussi on était en séance de dédicaces, donc je pensais qu’à un truc, c’était que les quatre (Metallica) étaient à 20 mètres ! J’étais un peu dégouté ! Donc je me suis un peu dépêché de faire les interviews, tout ça, et je suis arrivé à la fin, où Lars Ulrich était là en train de discuter avec des gars… mais son garde du corps m’a empêché d’aller lui serrer la main !

aussi, donc je ne leur en veux pas ! Et puis avant tout, c’est la zik ! Un groupe communique avant tout avec sa musique, c’est ça l’important ! ZYVA : Merci à toi ! Christian Andreu : De rien, merci à vous, et... yo ZYVA ! Titre d’un artiste ou d’un groupe qui pourrait te représenter toi ou ta musique : Death - Symbolic C’est vraiment le groupe qui nous a unis au début. Je venais à peine de rencontrer Joe et Mario, et Joe m’a dit : “écoute ça tous les jours, c’est un ordre !” Et puis le chanteur Chuck Schuldiner (mort le 13 décembre 2001) était vraiment un mec spirituel, il parlait de philosophie... Donc ce groupe nous touche plus particulièrement.

ZYVA : C’est moche ! Christian Andreu : Oui après je peux comprendre, ils ont des créneaux cadrés, tout est calculé ! Puis je pense que leur notoriété doit être dure à gérer

www.zyvamusic.com | 29

The way of all flesh Label : Listenable www.gojira-music.com


RessentiS de concertS  ZYVA vous donne la parole. Envoyez nous vos ressentis de concerts à contact@zyvamusic.com

Les Abatoirs - Bourgoin 31/01/2009 Trop énorme de retrouver Antipopconsortium. En plus ici, à Bourgoin, aux Abattoirs ! Il n’ y avait pas grand monde, une centaine de personnes, mais qu’est-ce que c’était bon !! Pas mal de chansons du prochain album, quelques classiques, et on a senti que le groupe était vraiment content d’être là ! Vivement l’album !

Antipop consortium

Mathieu P.

Transbordeur

Edguy + André Matos 20/01/2009 + H.E.A.T e pour un concert de métal, mais ges un peu moins remplie que d’habitud

est régla Edguy est de retour à Lyon, la sallede H.E.A.T, puis André Matos, mettent le feu en ouverture ! Quelquesdéroulent l’ambiance est bien là. Les Suédois e, c’est juste plus de quinze ans d’expérience qui débarquent et qui plus tard, Edguy arrive enfin sur scèn e de leurs un set propre et plein d’énergie ! gros son tout au long de la soirée, passant en revue une bonne parti du ce ge. balan vinta ça , son saute leur ça et s, look Ça cour serait cru 10 ans en arrière avec leur nombreux “tubes”. Au final, on se Steph.

Transbordeur

Kaiser chiefs + Dananananaykroyd 28/01/2009

Kaiser Chiefs est de retour au Transbordeur et nous dévoile sur scène les titres de leur nouvel opus, “Off with their heads”. Ce sont les Ecossais Dananananaykroyd qui ouvrent la soirée, 30 minutes de pure énergie rock, deux batteries, deux chanteurs, deux guitaristes et une bassiste, un cocktail détonnant ; De quoi bien chauffer le public lyonnais avant l’arrivée des Kaiser Chiefs ! Kaiser Chiefs entre sur la scène du Transbordeur et entame le concert par le premier single de leur nouvel album, “Spanish metal”, puis les Kaiser déroulent tous leurs meilleurs titres : “Everyday I Love You Less And Less”, “Na Na Na Na Naa”, “Ruby”. Ricky (chant) bondit, chante, crie et harangue le public. Sa voix déraille un peu, mais ça ne l’empêche pas d’assurer le spectacle comme à son habitude ! La fin du set est un enchaînement de perles, “I predict a riot”, “The Angry mob”, et l’explosif “Oh my god” en rappel ! 1h30 de britpop et d’énergie, histoire de faire de beaux rêves… Marco.

Transclub 25/01/09 à Lyon, dans un Transclub Apres deux annulations en deux ans, The Subways débarque enfin trop court... à revoir chauffé à blanc ! Quidam ouvrent la soirée avec un set efficace mais beaucoup très vite ! commence tout de suite à The Subways arrive sur scène, l’attente du public est grande, le concert public. De son coté. Charlotte 100 à l’heure, Billy, torse nu dès le début du concert, met le feu au noire. Tout le monde réagit saute dans tous les coins et Josh matraque sa batterie sous sa cagoule  ! Le concert est intense au quart de tour à chacun des titres, en chantant, slammant et pogotant avant le rappel. Billy revient et la fin du concert vient à point nommé pour faire une petite pause le rejoint. Enfin Billy nous seul et commence à jouer “Strawberry blonde”, puis le reste du groupe monte sur la batterie et saute gratifie d’une de ses facéties ! Il pose sa guitare, enlève tous les fils, il monte à l’étage, pour redans le public ; puis il se fait porter jusqu’à un coté de la salle d’où sauter dans le public ! Qu’une envie après tout ça : Revoir The subways !

The Subways + Quidam

Franck D.

www.zyvamusic.com | 30

KYMMO


Extraits DE DISCUSSIONS Avec ZYVA, pas d’interview, que des discussions. Un seul principe : tout ce qui est enregistré est retranscrit à l’identique, nous finissons toujours par la même question.

IAM

KYMMO

importantes. uille, mais encore deux petites questions ZYVA : Bon, on va bientôt vous laisser tranq allez vous faire chambrer... Comme vous êtes à Lyon, c’est normal, vous  Shurik’n : Oui ! pique de Marseille ?  ZYVA : Que pensez vous de la saison de l’Olym mais c’est vrai que de toute façon..  Shurik’n : Moyenne ! Meilleure sur la fin encé au début, et là on commence euh non, c’est l’inverse elle a mieux comm eu de bonnes recrues et quand les a y qu’il e un peu à battre de l’aile. Je pens e, on peut aller loin. Lyon, c’est joueurs veulent qu’on aligne la bonne équip c’est l’équipe qui développe le indéniable, qu’on aime ou qu’on n’aime pas, u. nivea pas d’un très haut meilleur jeu dans le championnat, qui n’est (Itw IAM - Hotel Sofitel -14/03/2007)

Aaron

es). Non, moi j’ai moins ps d’acheter des CD? pas dans un jet privé (rir ZYVA : Vous avez le tem ite ab n’h e tu as on va, ça n, quiète! No c’est bon. Qu’est-ce qu Simon : Oh ouais, t’in is acheter des disques, ma l, ma fait me ça a, ém le temps d’aller au cin (À Olivier) acheté dernièrement? au mais e. Fir c’est pas un truc nouve e ad Olivier : Arc un album d’Arvo Pärt, eté ach i J’a oi? qu ! eté magnifique Simon : Et moi j’ai ach pas, c’est absolument peux écouter, n’hésite tu si , rie tue e un st c’e /03/2007) (Itw Aaron - Ninkasi kao

- 14

As Dragon

terait le plus votre groupe, chanson d’un artiste, qui représen une : ique fatid stion Que : A ZYV île déserte... votre musique, genre seul sur une je me prends Rosalie je ne veux pas péter un câble sur l’île, si ct, Dire : ) GON DRA Michael (AS ... é, un truc qui enterre quoi de Carlos ! (Mort de rire) ou Léo Ferr 0/2005)

(Itw AS Dragon - Ninkasi Kao 15/1

Editors

américains Interpol? que vous êtes les jumeaux des ZYVA : On dit souvent de vous albums côte à côte, que tu les les s met tu . Honnêtement, si Ed Lay : Non je ne pense pas différence parle d’elle-même. vois sur scène, je pense que la écoutes à la suite et si tu nous préférés, ils sont brillants, pes font, c’est un de mes grou ls qu’i ce t men rme éno ecte Je resp s parlent de nos formations ive à comprendre pourquoi les gen la musique est incroyable et j’arr e d’évaluer tout cela, tu vois que si tu prends vraiment la pein et les comparent, mais je pense la différence. 4/2008)

(Itw Editors - Transbordeur - 06/0

RETROUVEZ LA SUITE SUR zyvamusic.com www.zyvamusic.com | 31


AGENDA CONCERTS MARS :

13/03 PASCALE PICARD (Folk - Pop - Punk) / Bourse Du Travail /

01/03 ELYSIAN FIELDS (Expérimentale - Psychédélique) / Le Ciel A Grenoble, Grenoble (38) / de 9 à 12€ / 18h00

02/03 GLASVEGAS (Expérimentale - Surf - Pop) / Péniche le Sirius / Free / 20h00

04/03 HAMMERFALL + Bullet for my valentine (Métal) / Transbordeur / 25€ / 20h00

05/03 THE YOUNG GODS (Alternative - Acoustique – Electronique) + NICOLAS CANTE (Jazz - Groove - Electro-jazz) / Le Fil, St Etienne (42) / 15.60€ / 20h00

06/03 ANAIS (Variété - Chanson française) / Transbordeur / 29€ /20h30 GHOSTOWN + GROSSO GADGETTO + Red Bong (Electro - Hip Hop) / Le Clacson, Oullins (69) / 10.70€ / 20h30

LES WAMPAS (Punk - Rock - Pop-punk) / Coopérative De Mai, Clermont Ferrand (63) / 22€ / 20h30

07/03 ABD AL MALIK (Rap - Hip Hop - Jazz) / Coopérative De Mai, Clermont Ferrand (63) / 25€ / 20h30 -> REPORTE AU 11 JUIN 2009

“BEE NIGHT” : COSMOS 70 + NOONE + MILANESE + CURSOR MINER + BASSCAD / Ninkasi Kao / 15.60€ / 22h00

08/03 KK NULL (Expérimentale - Electronique - Électroacoustique) Japonais / Sonic / 21h

09/03 THOMAS FERSEN (Variété française) / Transbordeur / 33.70€ / 20h00

10/03 FABULUS DIAMONDS (Hypnotic-psychédélic post Punk) / Sonic / 21h

11/03 LES OGRES DE BARBACK (Chanson française - Alternative - Acoustique) + LES EMZEL CAFE -ex ALCOOLYTES- (Chanson française - Electro - Rock) / Transbordeur / 26€ / 20h00

“LES CHAMPS DE MARS” : KARIMOUCHE (Chanson française - Hip Hop) + KOUMEKIAM (Chanson française) + BURIDANE (Acoustique - Folk) / Le Marché Gare / de 9€ à 13€ / 20h00

JOSEPH ARTHUR (Rock - A’cappella - Chinese pop) / L’épicerie Moderne, Feyzin (69) / de 11€ à 14.60€ / 20h30

12/03 THE CHARIOT (Métal) + PROTEST THE HERO (Métal - Punk - Trash) + HUMAN ABSTRACT (Métal - Progressive Rock) / Double Six / 11.70€ / 18h30

LA GRANDE SOPHIE (Pop - Folk) + BURIDANE (Acoustique - Folk) + SLIIMY (Pop) / Transbordeur / 21.70€ / 20h00

28€ / 20h30

14/03 GUERILLA POUBELLE + DELIRIUM TREMENS + NICHIELS (Punk-rock) / La Tannerie, Bourg En Bresse (01) / de 10€ à 8€ / 20h30

SINSEMILIA (Reggae) / Transbordeur / 23.50€ / 20h00 GRAND CORPS MALADE (Slam) / Bourse Du Travail / de 33.00€ à 38.00€ / 20h30

LA RUE KETANOU + FLORENT VINTRIGNER + T’INQUIETE LAZARE + LA MINE DE RIEN (chanson) / Double Mixte, Villeurbanne (69) / 24.00€ / 20h00

SCHWEFELGELB (Trash) Sonic / 21h 15/03 SOCALLED (Hip Hop - Expérimentale - Indie) / La Marquise / 16.70€ / 18h00

17/03 JOSEPH ARTHUR (Rock) / Cooperative De Mai, Clermont Ferrand (63) / 18.70€ / 20h30

19/03 ADAM KESHER (Rock - Electro-dansant) + STUCK IN THE SOUND (Indie - Rock) + WELLING WALRUS (Indie - Rock) / Ninkasi Kao / 17.70€ / 19h30

20/03 ALISTER (Rock) + MALOH (French pop - Acoustique Celtique) + THE RODEO (Folk - Indie - Chansons populaires / Ninkasi Kao / 15.70€ / 19h30

Madame Olga (Fusion Rock Electro) 20h/ 7 euros / marché gare

PEP’S (Alternative - Rock - Funk) + FENUA STYLE (Hip hop) / CCO Villeurbanne (69) / 18.70€ / 20h00

CIRKUS (Trip Hop) / Transbordeur / 22€ / 20h30 MESSERCHUPS (Surf - Pop - Rock) / Sonic / 21h00 THE CRAFTMEN CLUB (rock) / La Bobine, Grenoble (38) / 8.20€ / 20h30

ANTIQUARKS (Rock - Progressive - Électrique) / Le Brise Glace, Annecy (74) / 7€ / 18h30

21/03 AMADOU ET MARIAM (Afro-beat - Pop - Folk) / Transbordeur / 26€ / 20h30

BUZZCOCKS (Punk - Pop) / THE CRAFTMEN CLUB (rock) / Le Brise Glace, Annecy (74) / 15.70€ / 21h00

22/03 BUZZCOCKS (Punk - Pop) / Ninkasi Kao / 18.70€ / 19h00 24/03 LES WAMPAS (Punk - Rock - Pop-Punk) / Transbordeur / 23€ / 20h30

25/03 STEEPLE REMOVE (Pop Rock Électro) / Sonic / 21h 26/03 PETER VON POEHL (Folk / Acoustique / Pop) / Ninkasi Kao / 20€ / 20h00

www.zyvamusic.com | 32


FATALS PICARDS (Chanson française - Rock Festif) + TOUFO (Acoustique / Comédie) + CHARLIE ET DADI / Transbordeur / 21.70€ / 20h00

27/03 THE VIEW (Indie - Punk - Alternative) / Coopérative De Mai, Clermont Ferrand (63) / 20h30 SIDILARSEN (Rock - Métal - Électrique ) + TASMANIAC (Rock - Fusion - Métal) / Le Clacson, Oullins (69) / 10.70€ / 20h30 CHEVEU (Punk - Blues - Disco house ) + FRUSTRATION (Punk) + THE MAGNETIX (Rock - Garage) / Ninkasi Kao / 15.70€ / 19h00 MÛ (Beatbox Piano Basse) / La Casa Musicale / 6€ / 20h

28/03 THE NIGHTCRAWLER (Blues Rock Minimaliste) / Sonic / 21h 29/03 AMY MACDONALD (Acoustique / Pop / Indie) / Coopérative De Mai, Clermont Ferrand (63) / 20h30

JASON MRAZ (Pop - Rock) + MARIT LARSEN (Pop - Folk Acoustique) / Transbordeur / 27.50€ / 20h00

30/03 MADEMOISELLE K (Rock) / Transbordeur / 28€ / 20h30

09/04   RINOCEROSE (Electro - Rock) / Cooperative de Mai, Clermont Ferrand (63) / 20h30  

HERMAN DUNE (Surf - Folk - Grunge) / Le Fil, Saint Etienne (42) / 20h30  

GHINZU (Rock) / Summum, Grenoble (38) / 22.00€ / 20h30 14/04 MONSTER (Indie Pop) / Sonic / 21h / du 14 au 16/04  VINCENT DELERM (Chanson française) / Théâtre De La Croix Rousse / 30€ / 20h30 

16/04  FELIPECHA (Chanson française - Folk - Acoustique) / La Marquise / 13.70€ / 21h00

LEGENDARY PINK DOTS (Rock Alternatif Expérimentale) / Sonic / 21h

18/04   “REPERKUSOUND” : BANANE METALIK (Punk) + HYSTERY CALL (Rock - Punk - Ska) + L’ESPRIT DU CLAN (Métal - Hardcore) + PARABELLUM (Punk) + TAGADA JONES (Punk - Hardcore) + TASMANIAC (Métal Reggae - Groove - Punk) + TROIDES PRIAMUS HECUBA (Métal) + ULTRA VOMIT (Métal) / Transbordeur / 18.70€, 20€ au guichet / 19h00 

Avril : 01/04   THE VIRGINS (New Wave - R&B - Soul) / Ninkasi Kao / 21€ / 20h00

02/04   BACKYARD BABIES (Rock - Punk - Métal) + DANKO JONES (Rock) / Ninkasi Kao / 22.00€ / 19h00  “L’ORIGINAL” : DIALECT MUSIC (Hip Hop - Jazz - Funk) + OXMO PUCCINO (Hip Hop - Rap - Soul) + PUPPETMASTAZ  (Hip Hop - Rap - Electrique) / Transbordeur / 27.70€ / 20h00  ANAIS (Variété - Chanson française) / Arcadium, Annecy (74) / 27.70€ / 20h00 

03/04   ALELA DIANE (Folk - Acoustique - Americana) / Rail Théâtre / 22.70€  / 20h30 

THE ELDERBERRIES (Rock - Classic Rock - Indie) + STUCK IN THE SOUND (Indie - Rock) + CURRY AND COCO / Cooperative De Mai, Clermont Ferrand (63) / de 12.00€ à 16.00€ / 20h30 

04/04   IDEM (Electro - Rock) + VUNENY (Indie - Live Electro) / Le Brise Glace, Annecy (74) / 20h00 

05/04   “L’ORIGINAL” : ROHFF + Casius Belly + Bushy (Rap) / Transbordeur / 27.70€ / 19h00 

08/04  CRADLE OF FILTH (Métal - Black Metal - Gothique) / Coopera-

20/04   JUSTIN NOZUKA (Soul - Acoustique - Alternative) / Ninkasi Kao. 21€ / 20h00 

NOFX (Punk - Rock) / Transbordeur / 33€ / 20h00  22/04   LA CHANSON DU DIMANCHE (Chanson française) / Transbordeur / 22€ / 20h30 

23/04   LES TIT NASSELS (Chanson française -  Pop - Acoustique) + CRISTINI (Folk) + Salle Jeanne d’Arc, St-Etienne (42) / 20h30  24/04   THE TING TINGS (Pop - Alternative) + LITTLE BOOTS (PopDisco House) / Transbordeur / 28€ / 20h00

SKA-P (Ska-Punk) / Halle Tony Garnier / 32€ / 20h30 25/04   COCOON (Folk) / Coopérative de Mai,Clermont Ferrand (63) / 16€ / 20h30 

28/04 BABYLON CIRCUS (Ska - Fusion - Chanson française) / Transbordeur / 22€ / 20h30 

29/04  LES WRIGGLES (Chanson française) / Coopérative deMai, Clermont Ferrand (63) / 23€ / 20h30 

SAVIOURS (Métal) / Sonic / 21h 30/04   LES WRIGGLES (Chanson française) / Transbordeur / 26€ / 20h30 

tive de Mai, Clermont Ferrand (63) / 20h30 

GHINZU (Rock) / Le Fil, Saint Etienne (42) / 20h30 

www.zyvamusic.com | 33


AGENDA CD FEVRIER

MARS

02/02 THE CRAFTMEN CLUB

02/03 Björk “Voltaic’” LONELY DEAR “Dear John” JAY JAY JOHANSON “Self portrait” FIELDS “Hollow Mountains” THE ANSWER “Everyday demons” U2 “No line on the horizon” 06/03 SAMAEL “Above” 09/03 STARSAILOR “All the plans” Vuneny ”Whatever Singularity” Bosque Brown “Baby” 10/03 DOPE “no regrets” Handsome Furs “Face Control” Madeleine Perroux “Bare Bones” 16/03 EMPIRE OF THE SUN

“Thirty six minutes”

ANDREW BIRD “Noble beast” THE VIEW “Which bitch?” 09/02 LILLY ALLEN “It’s not me, It’s not you” Professeur Psygrooves “Foreign Pulses & Borderline Dubs”

10/02 BEN KWELLER “Changing horses” 16/02 LES TIT’NASSEL “Pêle-Mêle” NASHVILLE PUSSY “From hell to Texas” NASA “ Spirit of Apolo” Filastine “Dirty Bomb” MORRISSEY “Years of refusal” 17/02 Erykah Badu “New Amerykah Part Two (Return of the Ankh)”

M. Ward ”Hold Time” Alela Diane “To Be Still” ODD NOSDAM “T.I.M.E. soundtrack” Iran “Dissolver” Black Lips “200 Thousand Million” BROKEN SPINDLES “Kiss/Kick”

20/02 HAMMERFALL “No sacrifice, no victory” 23/02 LAFEE “Ringfrei” TOMBS : “Winter hours” L’ESPRIT DU CLAN “Chapitre 4 : L’enfer c’est le notre”

THE PRODIGY “Invaders of refusal” 24/02 Lamb of God “Wrath”

“Walking on a dream” PETE DOHERTY “Grace/Wastelands” POLAR “French song” JIL IS LUCKY “Jil is lucky” BELL X1 “Blue lights on the runway”

FUTURE OF THE LEFT “Last night I saved her from vampires” Oddattee “Halfway Homeless” Ghinzu “Mirror-Mirror”

17/03 MSTRKRFT “Fist of God” 23/03 ROYKSOPP “Junior” OXMO PUCCINO “l’arme de paix” THE RAKES “Klang” BRITISH SEA POWER “Man of Aran OST” THERAPY? “Crooked timber The Bird and the bee “Ray guns are not just the future” PET SHOP BOYS “Yes”

ZYVAMUSIC.COM / 34

www.zyvamusic.com | 34

BLACK BOMB A “From chaos” 24/03 HOLDEN “Fantomatisme” 29/03 THE RAKES “Klang” 30/03 PJ Harvey “A Woman A Man Walked By” CYRZ “Mélancolie frénétique” GOMEZ “A new tibe” NOISETTES “Wild young hears” 31/03 Peter Bjorn & John “Living Thing”

AVRIL 06/04 DANANANANAYKROYD “Hey everyone!” BAT FOR LASHES “Two suns” DOVES “Kingdom of rust” Just Jack “All night cinema” Sliimy “premier album” 07/04 THE VEILS “Sun gangs” 13/04 SUPER FURY ANIMALS YEAH YEAH YEAHS “It’s blitz” 20/04 TOSCA “No hassle” BRAKES “Touchdown” DEPECHE MODE “Sound of the universe” ART BRUT “Art brut VS Satan” Camera Obscura “My Maudlin Career” 27/04 BEN HARPER & RELENTLESS SEVEN “White lies for dark times”



ZYVA Magazine Musical Gratuit # 1