__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

ZU

Le Journal Haguenau & alentours ALSACE DU NORD

BISCHWILLER | HUNSPACH | OBERSTEINBACH | SAVERNE | WISSEMBOURG…

06

FOCUS

Nautiland

14

TOURISME

Hunspach

18

PORTRAITS

Les bonnes adresses vues par…

32

SÉLECTIONS

Habitat, loisirs, hôtellerie, sport, bien-être, beauté...

T

N o 7 — OCTOBRE 2020

48

À TABLE

Celtic, Brasserie La Licorne, Caves de Wissembourg …


UN SEUL AMOUR ET POUR TOUJOURS

1 magazine 4 couvertures

goire

n Gré

atio illustr

h De

ristop

s Ch photo

Hors-série inédit consacré à 40 ans de passion autour du Racing Club de Strasbourg

aroff

rre C

n Pie

atio illustr

Carlé

Barry

436 pages 47 € En vente en kiosques et librairies, mais pas que... Liste complète des points de vente sur shop.chicmedias.com


Photo : Estelle Hoffert

Les prochaines parutions de Zut Strasbourg N° 45 Octobre 2020

Lorraine N° 25 Octobre 2020

Oberrhein N° 11 Novembre 2020

Haguenau et alentours N° 8 Décembre 2020


SOMMAIRE

04 Editorial

ÉDITO

30 S  élections Zut Auto

06 F  ocus

Essai de la Mercedes hybride GLA EQ Power

Nautiland

Habitat

10 Tourisme

Bolidum

À Obersteinbach :

L’Intégrale

Bleu-Minuit

Muc Habitat

Centre équestre

Loisirs

Chèvrerie du Steinbach

Espace Randonnée

Fleckenstein

Hôtellerie

À Hunspach

Hôtellerie du Couvent

Bien-Être Le spa Sulzbad Beauté

20 Bischwiller

WK Coiffure

Vu par Anne Lienhart

21 Haguenau Vu par Jean-Luc Hoffmann

Boulangerie JK Celtic Brasserie La Licorne Gestes et savoir-faire au Musée Lalique

Caves de Wissembourg

52 À  Table La recette

28 Saison culturelle

amour et pour toujours, hors-série de 436 pages consacré à 40 ans de passion autour du RC Strasbourg. Un magazine collector décliné sous onze couvertures différentes, définiest soumis la presse d’ici et d’ailleurs et toujours disponible à la vente, dans lequel Gérard Weber aurait eu toute sa place. Ce collectionneur hors pair, établi à Phalsbourg, nous a ouvert les portes de son garage aux airs de musée underground dédié au Racing. Le trait d’union est tout trouvé avec cette Alsace du Nord d’incertitudes. À l’image de Hunspach, élu Village préféré

Moulin Fritz

26 Exposition

cette période en suspens, nous avons peaufiné Un seul

Taxis Fortmann

Domaine des Bufflonnes

24 Portrait de Gérard Weber

de nos publications habituelles, en raison du contexte sanitaire.

qui, elle aussi, a su tirer son épingle du jeu dans cette période

Les produits Vu par Yolande Jung

fait attendre au point de se laisser désirer, comme bon nombre

Services

48 À Table

22 P  ays de Niederbronn

écoulés entre notre sixième numéro et ce nouvel opus, qui s’est

tivement à contre-courant du rétrécissement actuel auquel

Yoga Moves

Vu par Marilou Jung

que ton indifférence (Serge Gainsbourg)… Dix mois se sont

Malgré tout, Zut ne s’est jamais arrêté. Loin de là. Durant

Sport

18 Pays de Val-de-Moder

Qu’importe le temps, qu’emporte le vent, mieux vaut ton absence

des Français au début de l’été, avant de voir l’afflux de touristes au pied de ses maisons à colombages et de leurs cours ouvertes. Nous nous y sommes également rendus après le rush estival. Avant de nous endormir confortablement sous les étoiles dans l’un des écolodges d’Obersteinbach. Avec des rêves orientés vers Haguenau et son Nautiland en train de se refaire une beauté. Rien ne s’est arrêté tout compte fait. Des circuits courts menant au Moulin Fritz à Souff lenheim en passant par le Domaine des Buff lonnes à Uhrwiller. De la nouvelle bouteille 100% recyclable de Celtic à la Brasserie Licorne qui s’apprête à retrouver son indépendance sans oublier les bonnes adresses des personnalités figurant dans la rubrique « Vu par »… Bref, c’est le moment de passer en mode illimité avec un prochain numéro pour Noël !

Le cordon bleu de veau

La tête dans les étoiles

gratiné au munster

La sélection culturelle

du Petit Stamm

La team Zut

de Zut

ZUT TEAM

CONTRIBUTEURS

Directeur de la publication & de la rédaction Bruno Chibane Cheffe d’édition Léonor Anstett Design graphique Mickael Dard Graphiste Séverine Voegeli Commercialisation et développement Léonor Anstett, Sophie Beau, Anne Walter Relectures Fabrice Voné Administration & gestion Gwenaëlle Lecointe

Rédacteurs Léonor Anstett, Corinne Maix, Anne Schilling, Fabrice Voné Photographes Christoph De Barry, Estelle Hoffert, Christophe Urbain Stagiaire Diane Maffet Couverture Estelle Hoffert Ce journal est édité par chicmedias 37, rue du Fossé des Treize — 67000 Strasbourg — 03 67 08 20 87 www.chicmedias.com — www.zut-magazine.com

S.à.R.L au capital de 47 057 euros Tirage 7000 ex Dépôt légal Octobre 2020 SIRET 509 169 280 00047 ISSN n°2556-5141 Diffusion Novéa + Zut Team Impression OTT Imprimeurs Parc d’activités « Les Pins » F-67319 Wasselonne Cedex


NOUVEAUTÉ Pour profiter de votre terrasse le plus longtemps possible avec l’élégante Oasis de verre® de Weinor.

22 ans d’expérience

Fenêtres — Portails — Portes Volets roulants et battants PVC — Bois — Alu 24a, rue Principale // Uttenhoffen 03 88 72 81 92 // fenêtres-jung.fr


6

HAGUENAU ET ALENTOURS — Alsace du Nord

FOCUS

Nouvelle vague À l’occasion de son 36e anniversaire, l’incontournable centre aquatique Nautiland de Haguenau fait peau neuve, pour le plus grand plaisir des nageurs, qu’ils soient sportifs ou amateurs de bassins ludiques. La symbolique première pierre a été posée le 18 septembre. La visite du chantier, qui devrait s’achever dans un an, est l’occasion de découvrir le futur Nautiland, mais aussi d’admirer les œuvres d’artistes de street art, qui en ont habilement profité pour exploiter les lieux.

PAR ANNE SCHILLING — PHOTOS ESTELLE HOFFERT


OCTOBRE 2020

7

« Nous avons essentiellement cherché à rendre plus lisibles les différents espaces de la piscine, mais aussi lui faire gagner en luminosité, tout en préservant la structure de base du bâtiment, et surtout l’âme du Nautiland » Olivier de Crécy — architecte

Perspective du futur grand bassin du Nauthiland.

D

©Rey de Crécy Atelier d’Architecture

epuis sa création, en 1984, Nautiland, premier parc aquatique en intérieur à avoir vu le jour en France, en a vu passer des visiteurs, venus toujours plus nombreux profiter des installations, des bassins, et même d’un coin de jardin pour lézarder au soleil durant les mois d’été. Les adolescents d’antan, devenus parents, y ont à leur tour emmené leurs tout-petits pour batifoler dans les bassins et dévaler le toboggan en s’esclaffant. Mais en presque 36 ans d’existence, la piscine n’avait jamais subi de véritable rénovation. Pourquoi se contenter de lui redonner un petit coup de jeune, alors que ce chantier constituait l’occasion rêvée d’en repenser toute la construction ? Il ne restait plus au conseil municipal qu’à voter, à l’unanimité, la restructuration du centre, le 1er juillet 2019, pour que ce beau projet soit validé.

Les bassins du street art

Et comme rien ne se perd mais tout se crée et se transforme, la galerie strasbourgeoise Malagacha,

dédiée au street art, a été sollicitée pour réaliser des œuvres éphémères. Ainsi, Sven, Fernand et Yrak, trois graffeurs, ont investi les bassins de la piscine, qu’ils ont recouverts de leurs créations graphiques et colorées. À les découvrir, baignées de lumière, entourés des carrelages vieillis et des installations désuètes, au milieu d’un bâtiment déjà en friche, on est un peu triste de savoir ces graffitis voués à la destruction. « C’est comme ça, c’est le principe du street art, on sait d’emblée que nos créations sont amenées à disparaître », philosophent Sven et Fernand. « On les immortalise autrement, on peut les prendre en photo, ça nous suffit ». Interrogés sur leur inspiration ou les contraintes auxquelles ils ont été soumis, les deux jeunes artistes expliquent qu’ils ont « eu carte blanche. C’était vraiment agréable d’avoir cette marge de manœuvre. Cette liberté d’action nous a permis de dessiner ce qui nous venait, spontanément. On n’avait pas vraiment une idée précise de ce qu’on avait envie de partager ou d’exprimer, on a juste laissé vagabonder notre imagination ». Leurs créations n’ont évidemment pas laissé insensibles les différents

acteurs du projet « Nautiland », qui réfléchissent à exposer les photos de ces œuvres dans le hall d’entrée par exemple ou à en préserver une partie, peut-être sous une autre forme, afin de garder la mémoire de cette intervention.

Laissons entrer le soleil !

Olivier de Crécy, architecte à l’atelier Rey-de Crécy à Strasbourg, confie sa fierté que son cabinet ait été choisi pour la conception-réalisation : « C’est un vrai travail d’équipe, donc la fierté est partagée, mais on est content de pouvoir mener ce projet à terme. » Il raconte combien « la restructuration d’un bâtiment est un sujet complexe, avec toute une technicité » liée à la nature et la destination mêmes de l’établissement, avoue « que tout ça, c’est beaucoup de contraintes, mais qui sont très intéressantes à traiter » et explique que son équipe a « essentiellement cherché à rendre plus lisibles les différents espaces de la piscine, mais aussi lui faire gagner en luminosité, tout en préservant la structure de base du bâtiment, et surtout l’âme du Nautiland ». La future


8

HAGUENAU ET ALENTOURS — Alsace du Nord

Olivier de Crécy, architecte

©Ville de Haguenau

Œuvre éphémère dans le grand bassin d’Yrak et Fernand de la Malagacha Gallery

FOCUS

L’un des trois graffeurs, Sven de la Malagacha Gallery

©Ville de Haguenau


OCTOBRE 2020

façade vitrée, la grande verrière, qui offre un bel éclairage naturel, et le hall d’entrée, lui aussi baigné de lumière, garantissent d’ores et déjà la clarté et l’accueil chaleureux que l’atelier d’architecture et de design Rey-de Crécy a souhaité offrir à cet établissement, dont « les flux seront simplifiés, tout comme l’accès aux différents espaces et activités ». L’atmosphère générale de la piscine marie chaleureusement esthétisme soigné et ambiances variées : le toboggan, plébiscité par les plus jeunes, sera lui aussi entièrement rénové, tandis que l’espace bien-être et la salle de repos offriront une atmosphère délicieusement enveloppante. Les bassins ludiques seront agrémentés de jets massants et de plaques à bulles. L’idée globale étant de créer de nouvelles ambiances, d’offrir à chaque espace une atmosphère propre.

Et au-dehors coule une rivière

Si tout l’intérieur du futur bâtiment fait déjà rêver, l’extérieur n’est pas en reste. Outre l’espace de détente agrandi et totalement repensé, Nautiland proposera un parcours sensoriel, ainsi que l’accès à une aire de jeux aquatiques. Sans oublier de nouveaux jacuzzis pour buller en toute détente. Mais la véritable innova-

La rivière sauvage : une rivière ludique, sécurisante et unique.

tion réside dans la construction d’une rivière sauvage, qui viendra se fondre dans ce décor, pour offrir une expérience inédite. Cette nouveauté très attendue faisait partie intégrante du programme de rénovation du Nautiland, et devrait apporter « une attractivité supplémentaire pour les enfants, notamment », grâce à son système de bosses et de pentes, son dénivelé, ses variations de largeur et ses différentes zones, tantôt calmes, tantôt plus agitées (comme un vrai cours d’eau… mais en plus chaud !), le tout parfaitement sécurisé, bien entendu. Cette construction très ludique est visuellement travaillée pour conférer un aspect plus sauvage et nature à l’ensemble de la structure. Toutes ces créations et innovations font évidemment la fierté de l’ensemble des acteurs de ce vaste projet, qui devrait sans nul doute garantir les 300 000 entrées annuelles que souhaite atteindre Daniel Clauss, adjoint au maire de Haguenau et président de la Société d’Économie Mixte qui gère Nautiland. En attendant sa réouverture prévue dans le courant du troisième trimestre 2021, il est possible de découvrir le futur Nautiland grâce à une visite virtuelle sur le site de la ville : grandsprojets.ville-haguenau.fr. Encore un peu de patience avant de se jeter à l’eau…

©Rey de Crécy Atelier d’Architecture

CENTRE AQUATIQUE NAUTILAND 8 RUE DES DOMINICAINS 67500 HAGUENAU NAUTILAND.NET L’ATELIER D’ARCHITECTURE REY-DE CRÉCY 57, ROUTE DE L’HÔPITAL 67100 STRASBOURG RCA-A.COM MALAGACHA GALLERY DAMIEN SELICIATO 9, RUE DU PARCHEMIN À STRASBOURG +33 (0)7 66 23 14 12

9


10

HAGUENAU ET ALENTOURS — Alsace du Nord

TOURISME

Dormir sous les étoiles Depuis quelques mois, à Obersteinbach, trois écolodges semés au pied du Petit Arnsbourg et du Rocher du Wachtfels proposent de dormir sous les étoiles, le grand confort en plus !

D

ans ce pittoresque village, destination des amoureux de châteaux-forts et de nature, impossible de rater la belle demeure Anthon. C’est le jardin de l’hôtel-restaurant qui nous réserve la surprise. Joliment abrités derrière des haies de rondins, la Petite-Ourse, Le Lièvre et le Lynx – trois écolodges – invitent à se reconnecter à la nature. Pour Hélène Trautmann et Stéphane Reverre, le couple à l’initiative de ce projet, tout est parti d’une nuit à la belle étoile, tout près d’ici. « Mais cette dernière expérience ainsi que Stéphane ont eu vite fait de me rallier au doux confort d’une cabane (rires) ! » Pour ces deux citadins, aux carrières professionnelles bien remplies, le rêve de la cabane portait aussi l’envie d’une nouvelle vie. « Nous avons présenté notre projet de cabane haut de gamme à Rita Jacob-Bauer, la directrice du Parc, et nous partagions la même philosophie : développer l’offre touristique de ce magnifique territoire, en respectant des critères de développement durable. » À Obersteinbach, l’hôtel Anthon avait déjà ouvert la voie de nuits insolites dans des bulles. Mais pour Georges Flaig, son propriétaire, « la bulle » était trop éloignée du standing de sa maison. Son magnifique jardin peuplé des silhouettes métalliques du sculpteur Philippe Weiss, et les écolodges de Bleu Minuit étaient faits pour s’associer… Le mariage de cette start-up d'hôtellerie écolo-chic et le savoir-faire de la famille Flaig inventent une nouvelle voie dans le domaine de l’hôtellerie indépendante : l’un gérant la communication et les réservations, l’autre l’exploitation et la qualité des services sur place. « C’est précieux pour nous d’avoir à quelques mètres un restaurant comme Anthon car ce n’est pas notre métier ! » confirment les jeunes entrepreneurs. Stéphane Reverre et Hélène Trautmann, à l’initiative du projet Bleu Minuit

PAR CORINNE MAIX — PHOTOS CHRISTOPH DE BARRY


OCTOBRE 2020

Une autre idée du luxe Bâtis essentiellement en bois et en matériaux biosourcés par un Compagnon du Devoir, les lodges offrent un intérieur design et vraiment chaleureux. Le mobilier dessiné par Frédéric Neiter, ébéniste de Lemberg, inspiré de la nature, y est pour quelque chose. Depuis la terrasse, une lunette télescopique permet d’observer les constellations, mais on peut aussi tutoyer les étoiles confortablement installés sur son lit. Un toit et de larges baies vitrées vous immergent dans le paysage, seulement troublé par le passage des vaches. « On imaginait une clientèle urbaine, en quête de reconnexion à la nature, mais le concept séduit tous ceux qui veulent se faire plaisir ou s’offrir une expérience insolite » constate la pétillante Hélène, qui s’amuse à comptabiliser les demandes en mariage faites ici. Son plaisir, c’est de proposer à chacun un séjour sur-mesure, en fonction de ses envies. « Ici, c’est le paradis de la randonnée et on peut marcher de châteaux-forts en lieux de mémoire, à travers des paysages sublimes. Mais j’avais aussi envie que notre activité profite aux femmes et aux hommes qui font la richesse de ce territoire ! » explique Hélène. Alors, elle les a rencontrés et n’hésite pas à envoyer ses clients visiter ses coups de cœur. « Dans le village, nous avons des passionnés qui proposent des balades à cheval, un jardin écologique, une chèvrerie, des cours de cuisine… Il est aussi possible de jouer au golf à Bitche, de sillonner la région en vélos électriques, de pêcher, de participer à un bain de forêt ou de faire un escape game au Four à Chaux… » De quoi remplir ses journées en toutes saisons, avant de profiter du sauna installé au milieu du jardin, de réserver un massage aux huiles essentielles à demeure ou de se glisser dans le bain de Patagonie avec un décor grandeur nature. BLEU MINUIT À OBERSTEINBACH BLEU-MINUIT.COM - 06 30 24 68 95

Le goût du local Avec Georges Flaig, cela fait quatre générations que les casseroles racontent ici le meilleur du terroir. Secondé par sa charmante femme Sonia, Georges porte depuis 13 ans sa vision d’une cuisine goûteuse, moderne et exigeante. Recettes ancestrales revisitées selon des cuissons modernes, comme ses célèbres fleischnakas poêlés et servis dans un bouillon mousseux. Plats d’inspiration locale, avec cette raviole de truite de Wingen ou ce gnocchi farci de fromage de chèvre du village… Même ses glaces maison sont préparées avec les fruits des cueilleurs du coin. « Après avoir travaillé dix ans dans de grandes maisons, je suis revenu à une cuisine assez nature. J’aime faire retrouver aux gens des saveurs perdues, travailler les produits du cru et de saison ». Ici, la carte change au gré des approvisionnements en ail des ours, en girolles, en cèpes, en sanglier, en mûres ou quetsches… Et inutile de chercher la provenance de ce pain croustillant, du saucisson servi en apéritif, des œufs coque ou des confitures du petit-déjeuner… Tout est fait maison par une brigade qui maîtrise tous les métiers de bouche. RESTAURANT ANTHON 40 RUE PRINCIPALE À OBERSTEINBACH RESTAURANT-ANTHON.FR 03 88 09 55 01

Georges Flaig, chef du restaurant Anthon

11


12

HAGUENAU ET ALENTOURS — Alsace du Nord

TOURISME

PAR CORINNE MAIX — PHOTOS CHRISTOPH DE BARRY

À découvrir aussi à Obersteinbach et alentours…

Au petit trot

Bique-nique

Johan Hofmans a fait la réputation du centre équestre d’Obersteinbach. Il est de ces 15 chuchoteurs au monde, capable de rééduquer le comportement des chevaux, en parlant leur langage naturel, le langage des corps. Pour les visiteurs de passage, en quête d’une expérience romantique, Sylvie-Anne, sa femme, attèle la calèche pour des balades alentour. Et pour une randonnée plus nature, c’est Marine Kauffer, jeune monitrice, qui a racheté 16 chevaux du domaine qui l’a vu grandir, qui emmène les cavaliers sur les sentiers de sa forêt bien aimée. « C’est ma deuxième maison, je connais des endroits secrets et leur histoire. J’aime les partager pour une heure ou deux. Même un débutant peut monter mes chevaux, ils sont très fiables, car habitués à l’apprentissage équestre et à l’équithérapie» nous confie-t-elle entre deux câlins à un adorable poulain, pendant qu’une osthéopathe soigne la jument.

Les randonneurs, les touristes et ceux qui ont découvert ces fromages de chèvre sur un marché du coin ont leurs habitudes à la chèvrerie de Pierre et Rita Sturtzer. Récemment rénové et agrandi, le lieu est conçu pour les visiteurs. Le troupeau de 200 têtes ravit les plus jeunes et les tables de pique-nique les amateurs de spécialités fromagères ou de glaces au lait de chèvre. Tous repartent avec des fromages à déguster à la maison. Ce qui n’était qu’un passe-temps, dans leur ancienne vie, a pris une belle ampleur en 17 ans pour le couple d’éleveurs, aujourd’hui rejoints sur l’exploitation par leurs deux fils aînés, Florian et Michaël. Ils sont huit salariés pour transformer sur place plus de 700 litres de lait quotidien en pleine saison et vendre une trentaine de produits maison. Chèvres affinés, cendrés, épicés, Petit Steinbach - camembert au lait de chèvre - chèvre frais aux figues, yaourts se bousculent sur le plateau !

CENTRE EQUESTRE HOFMANS ET KAUFFER EQUITATION RUE ROHRMATT À OBERSTEINBACH

LA CHÈVRERIE DU STEINBACH 6 RUE ROHRMATT À OBERSTEINBACH MAGASIN DE VENTE À LA FERME TOUS LES JOURS DE 10H À 18H (FERMÉ LE MARDI D’OCTOBRE À MARS) STAND SOUS LA HALLE AUX HOUBLONS DE HAGUENAU, LE MARDI ET VENDREDI

Marine Kauffer

Mickaël et sa mère, Rita


PAR ANTOINE PONZA

Oyez, oyez ! Qu’on ne l’oublie pas, l’Alsace est l’une des régions de France où se dénombre le plus de châteaux forts, une centaine au total. Dans les Vosges du Nord, à proximité de Lembach, l’un d’entre eux a appartenu durant 600 ans à une famille anoblie qui lui a donné son nom : les Fleckenstein. Si la forteresse a ensuite été détruite par les troupes royales françaises de Louis XIV, quand au XVIIe siècle, elle appartenait au Saint-Empire romain germanique, ses ruines, de par leur position surplombante dans la vallée de la Sauer, demeurent impressionnantes. De surcroît, reste visible l’ingéniosité des étapes successives de sa construction : le piton rocheux qui servit de base à l’édification fut doublement mis à profit, puisque tout en constituant une carrière nécessaire à l’érection et à la fortification de la bâtisse, il accueillit en son sein une partie de l’habitat, ainsi habilement rendu semi-troglodyte. Classé monument historique dès 1898, le lieu apparaît historiquement emblématique des citadelles du Moyen Âge rhinois, et appartient à un circuit qui permet de découvrir trois de ses cousins de la Forêt-Noire : Loewenstein, Hohenbourg et Wegelnburg.

Une chasse au trésor interactive

Afin de profiter tant de l’atmosphère mystérieuse englobant les vieilles pierres que de ses verts environs, y est proposé une visite un peu décalée mêlant réel et fiction, le « Château des défis ». Ouvert à tous les âges, en y participant en famille de préférence, le parcours mène les visiteurs à la rencontre du chevalier Hugo, fantôme errant, en l’attente de bonnes âmes qui puissent l’aider à reconstruire sa demeure. Outre cette quête assaisonnée de fantastique, entre gobelins et mythes médiévaux, le chemin, qui mène aussi à un trésor caché, donne l’occasion d’apprendre en s’amusant. Notamment quant à la chronologie du fort, et à des éléments historiques plus généraux auxquels il se rattache : la science du feu, fil conducteur, les coutumes vestimentaires, l’architecture.…Cela au travers de jeux physiques ou de réflexion, appelant au courage, et à l’imagination ! LIEU-DIT FLECKENSTEIN LEMBACH 03 88 94 28 52 WWW.FLECKENSTEIN.FR

Une expérience unique dans un havre de paix et de sérénité Hébergements • restauration parcs et jardins • propositions spirituelles séjour à thème « bien-être » • visites de groupes

séminaires & banquets

CHÂTEAU FORT JUSQU'AU 01.11 | 10H - 17H RÉOUVERTURE 26.12 → 03.01 | 12H-16H (SAUF NEIGE ET VERGLAS) LE CHÂTEAU DES DÉFIS JUSQU'AU 01.11 | 10H - 17H30 INFOS 2021 → VOIR SITE

Hôtellerie du Couvent 2 rue Principale • 67110 • Oberbronn 03 88 80 84 50 • accueil@soeurs-stsauveur.fr

maison-accueil-oberbronn.com


14

HAGUENAU ET ALENTOURS — Alsace du Nord

HUNSPACH

PAR FABRICE VONÉ - PHOTO CHRISTOPH DE BARRY

Un été pas comme les autres à Hunspach *

Hunspach a vu son quotidien bouleversé après avoir été élu Village préféré des Français*. Si les touristes ont afflué cet été, la petite commune de l’OutreForêt n’entend pas perdre son authenticité. Reportage après le rush.

*émission de télévision diffusée sur France 3, présentée par Stéphane Bern

L

’été joue les prolongations jusque dans le nord de l’Alsace. « C’est au tour des vacances des retraités », sourit Doris Jaeger. Il est un peu plus de 15 h et la gérante du restaurant Au Cerf prend le temps de déjeuner : côte de porc panée, pommes de terre, petits pois et carottes. Comme à la maison ou presque. En cette mi-septembre, Hunspach a retrouvé un semblant de quiétude tout juste interrompue par la circulation d’engins agricoles. Le boulanger s’est octroyé quelques jours de vacances et les enfants ont regagné le chemin de l’école communale. Un retour presque à l’ordinaire pour ce village de 653 habitants plus tout à fait comme les autres depuis le 1er juillet, date à laquelle Hunspach a rejoint Kaysersberg (2017) et Éguisheim (2013) au palmarès du Village préféré des Français. À cette occasion, un écran géant avait été dressé sur la terrasse de la salle polyvalente, histoire de rassembler les villageois devant l’émission présentée par Stéphane Bern. « Je pensais qu’on allait finir en milieu de tableau », se remémore Doris Jaeger. Un

mois auparavant, son établissement avait timidement rouvert ses portes dans la foulée du confinement. Au lendemain de la victoire, l’activité est repartie « en flèche » obligeant la gérante du restaurant à embaucher deux étudiants pour l’été. Haut-Rhinois et Bas-Rhinois ont été les premiers à se «ruer» à Hunspach dont le cachet repose sur son unité architecturale, ses maisons blanches à colombage, ses corps de ferme, ses géraniums et… ses habitants. « On a un tissu associatif d’une dizaine de structures et un groupe folklorique très dynamique », explique Bertrand Wahl, le maire. Les forces vives de la commune n’ont d’ailleurs pas faibli pour promouvoir leur village via les réseaux sociaux puis sur le petit écran à l’image du reportage final consacré par France 3. « À Hunspach, on aime bien relever les défis. On a obtenu notre 1re fleur après avoir été retoqué à deux reprises. Là, on n’a pas investi beaucoup », poursuit-il avec un brin de malice. Il est vrai aussi que sa commune faisait déjà partie du club relativement fermé des Plus beaux villages de France depuis 35 ans. Une attribution relevant d’un cahier des charges bien précis et établi autour de trente critères d’évaluation


OCTOBRE 2020

— DEPUIS SON TITRE DE VILLAGE PRÉFÉRÉ DES FRANÇAIS, LE 1er JUILLET, LA FRÉQUENTATION DE HUNSPACH A ÉTÉ MULTIPLIÉE PAR SEPT D’APRÈS LE BUREAU D’INFORMATION TOURISTIQUE DE LA COMMUNE QUI DÉPEND DE L’OFFICE DE TOURISME DE L’ALSACE VERTE. —

15

À voir, à faire aux environs… Musée de la Ligne Maginot Fort de Schoenenbourg Il s’agit du plus grand ouvrage ouvert aux visiteurs de la Ligne Maginot en Alsace. Le site propose une visite inoubliable le long de galeries longues de 3 km à 30 m sous terre qui pouvaient accueillir jusqu’à 630 hommes. — Rue Commandant Martial Reynier à Hunspach Tél : 03 88 80 59 39 lignemaginot.com Ouvert de 14h à 16h, le dimanche de 9h30 à 11h et de 14h à 16h jusqu’au 1er novembre *. * Les horaires mentionnés concernent uniquement la fin d’année 2020.

Maison rurale de l’Outre-Forêt Cet imposant corps de ferme en U est consacré aux arts et traditions populaires alsaciens et à la vie rurale du début du XXe siècle. Les animations, expositions et ateliers proposés par les Amis de la Maison rurale de l’Outre-Forêt complètent cette immersion dans le passé. — 1 place de l’Église à Kutzenhausen Tél : 03 88 80 53 00 maison-rurale.fr Ouvert le mercredi et jeudi de 11h à 17h, les week-ends et jours fériés de 14h à 18h.

© ADT67 — INFRA

alors que l’émission de Stéphane Bern repose sur les votes du public. Pour un rayonnement bien plus conséquent. En vacances pour la semaine à Bitche, ce couple de la région lyonnaise s’est laissé guider par la curiosité. « On voulait visiter des villages typiques, affirment-ils. Mais on a trouvé Seebach plus joli, on en a pris plein les yeux ». Originaires de Canet-en-Roussillon, Christine et Philippe se sont aventurés dans ce petit coin d’Alsace sur les conseils de l’Office de Tourisme de Souff lenheim. Pour eux, il n’y a même pas match. « Tous les villages d’Alsace sont magnifiques et très propres. » Promis, ils reviendront.

Un restaurant et un bar éphémères La victoire de la localité bas-rhinoise a également mobilisé l’Off ice de tourisme de l’Alsace Verte. Début juillet jusqu’à la f in septembre, la structure a installé un cabanon face à la mairie, fraîchement ornée de la plaque dorée «Le village préféré des Français 2020», pour répondre à l’aff lux de visiteurs tout en proposant des produits locaux à la vente et l’ouvrage du photographe Frantisek Zvardon Hunspach, l’authentique, paru… le 15 août. « C’était un réel défi, indique Barbara Packi, la directrice. Les villageois et les élus ont été très impliqués. Chapeau bas. L’autre défi était de tout gérer dans le respect des règles sanitaires. » Des visites guidées conduites par des bénévoles ont ainsi pu être proposées, un restaurant et un bar éphémères ont vu le jour, des animations folkloriques et l’ouverture de certaines cours ont rythmé la période estivale. À l’autre bout de la localité, un agriculteur a mis à disposition un de ses champs en guise de parking pour une centaine de véhicules.

Un marché plutôt qu’un musée « On n’est pas bien équipés pour recevoir des groupes », reconnaît Bertrand Wahl. Mais l’élu ne veut surtout pas que son écrin se transforme en « village-musée ». L’ambition est d’en faire profiter les alentours et de revitaliser sa commune. Surtout depuis que la boucherie a baissé son rideau. « On aimerait bien organiser un petit marché hebdomadaire sur la placette », dévoile l’édile. Il compte aussi sur ce formidable coup de projecteur pour débloquer des financements afin de permettre la réhabilitation de la maison Heimlich sur laquelle le jeune architecte Marc Klein a planché. Il y a un an, ce projet avait été primé dans le cadre de «La maison alsacienne du XXIe siècle», imaginée par le Conseil départemental du Bas-Rhin. Le site devrait accueillir divers services publics, dont certains se trouvent actuellement à l’étroit dans la maison Ungerer, des gîtes et des chambres d’hôtes. On ne sait si leurs fenêtres arboreront des vitres à verre bombé, une autre des multiples facettes de la commune, qui permettent aux habitants de voir sans être vus. Peu importe puisque tout le monde, ou presque, connaît Hunspach depuis cet été.

Musée français du Pétrole C’est à Merkwiller-Pechelbronn que s’est ouvert le premier site d’exploitation du pétrole en Europe et dans le monde. À partir du XVIIIe siècle, l’exploitation prend une dimension industrielle jusqu’à la fermeture de la raffinerie en 1970. Le musée retrace 500 ans d’histoire du pétrole en Alsace du Nord : l’étendue des galeries de mines et de la raffinerie, la naissance de la société Antar et de l’Institut Français du Pétrole… Il présente également un panorama complet sur la formation géologique de cette huile et ses usages inattendus. — 4 rue de l’École à Merkwiller-Pechelbronn Tél : 03 88 80 91 08 musee-du-petrole.com Ouvert mercredi, jeudi, vendredi, dimanche et jours fériés de 14h30 à 18h jusqu’au 31 octobre.

Musée de la Bataille du 6 août 1870 Ce musée est consacré à la seule bataille de la journée du 6 août 1870. Trouvés sur le champ de bataille, les armes à feu, les armes blanches, les uniformes, les casques, les coiffes, les outils et le nécessaire de la vie du soldat constituent l’essentiel de la collection. Un diorama de plus de 4 000 figurines en étain retrace un instant de cette bataille. — 2 rue du Moulin à Woerth Tél : 03 88 09 40 96 Ouvert le week-end de 14h à 17h.


16

HAGUENAU ET ALENTOURS — Alsace du Nord

TOURISME

PAR CORINNE MAIX

Escapades Pas besoin d’aller très loin pour s’oxygéner et s’émerveiller. Voici quelques idées de balades pour partir en quête de champignons et de châtaignes, découvrir la faune locale et faire le plein des beaux paysages d’Alsace du Nord.

20 escapades en toute liberté au nord de l’Als ce

Sortir des sentiers battus (Re)-découvrir son coin de pays Explorer de nouveaux horizons •1

Trésors cachés Les Off ices de Tourisme du nord de l’Alsace font redécouvrir leur territoire aux amoureux de nature. Leur guide « 20 escapades en toute liberté au nord de l’Alsace » est une invitation à attraper son sac à dos ou regonfler son vélo pour faire de belles découvertes, tout près de chez soi. Une ancienne villa gallo-romaine, la biodiversité de réserves naturelles, des points de vue imprenables et même des itinéraires en canoë… Il y a aussi des airs de forêt tropicale ou de parcs américains dans ces pageslà ! Rendez-vous sur ces itinéraires méconnus ou hors des sentiers bat tus, commentés et g uidés par des passionnés de plein air.

Le bon plan Pour une sortie au vert et une grande bouffée d’oxygène, la forêt de Haguenau est une destination toute trouvée. Cette Forêt d’Exception®, l’une des plus grandes de France, s’étend sur 30 km d’est en ouest et compte plus de 40 arbres remarquables. L’Office de Tourisme et la Ville de Haguenau viennent de sortir leur nouveau plan des « Balades en forêt de Haguenau » qui recense près de 200 km de sentiers balisés. Pour découvrir des itinéraires cyclables, des sentiers de randonnées pédestres, des circuits de marche nordique ou des parcours VTT, aux portes de la ville !

Guide gratuit disponible dans les offices de tourisme du Pays de Haguenau, Pays Rhénan, Pays de Saverne, Alsace Bossue, Hanau-La Petite Pierre, Alsace Verte et Seltz-Lauterbourg. Également en téléchargement sur le site visithaguenau.alsace

NOTRE COUP DE COEUR

De la Réserve naturelle du Delta de la Sauer à Munchhausen C’est un paysage étonnant, qui témoigne d’une époque où le Rhin s’écoulait librement. D’ailleurs c’est l’un des derniers sites inondables de ce côté du f leuve. On aime le tableau impressionniste qui débute la balade avec barques à fond plat, saules et cygnes blancs…! Puis on s’enfonce dans la forêt alluviale et sa profusion de lianes, on traverse des prairies humides et des roselières, avec pour seule bande-son le chant des oiseaux et des batraciens. 183 espèces vivent ici, en parfaite harmonie avec la nature. Ces 6,5 km se dégustent en moins de deu x heu res, pau ses photos comprises !

Plan disponible à l’office du tourisme ainsi que 8 fiches de randonnées avec des indications détaillées, des anecdotes et des suggestions d’étapes. Également en téléchargement sur le site visithaguenau.alsace


1, place de la République Haguenau 03 88 93 87 72

Lun | 14h-18h Mar. au Ven. | 9h30-12h / 14h-19h Sam | 9h30-18h30

HOMME Geox · Lloyd · PlusGabor Mephisto · Rieker...

FEMME Gabor · Geox · Marco Tozzi · Myma Pataugas · Remonte · Reqins · Rieker · Tamaris...

Les bienfaits de l’eau de Source Naturelle au coeur du vignoble alsacien SANTÉ — FORME — BEAUTÉ RETOUR À LA SOURCE

Source Naturelle Amandus aux vertus millénaires Soultz-les-Bains

Des soins composés ou à la carte, hydrothérapie, massages énergétiques, soins du visage uniques… Mais aussi des ateliers, méditation sonore dans l’eau, yoga, naturopathie, astrologie, psychosomatothérapie…

Bons Cadeaux pour toutes les occasions de la vie

03 88 33 23 27 | 45, Le Canal | Wolxheim ou par Soultz les Bains www.sulzbad.fr


18

HAGUENAU ET ALENTOURS — Alsace du Nord

PAR LÉONOR ANSTETT — PHOTO ESTELLE HOFFERT

Pays de Val-de-Moder vu par Marilou Jung Scientifique et artiste peintre

Bonnes adresses Restaurant de la Rose Depuis trois générations, c’est LE restaurant de notre village de 550 habitants. L’accueil est des plus chaleureux, les tartes flambées succulentes, le rosbeefsalade de pommes de terre inégalable ! — 10 rue Principale à Engwiller 03 88 90 31 04

Fleurs Sandrine Cette passionnée de fleurs créative et toujours à l’écoute offre une qualité de service irréprochable : elle a toujours en stock mes fleurs préférées, les lys blancs bien odorants ! — 20 rue de Saverne à Val-de-Moder 03 88 07 71 62

La forêt communale d’Engwiller Dans mon village, une boucle d’une heure dans cette forêt, il n’y a pas mieux pour se ressourcer. Et avec un peu de courage, on peut même rejoindre Uttenhoffen à travers prairies…

Où ? Dans mon atelier

Actu

C’est ici que je peins avec vue sur mon arbre fétiche (un acacia jaune) et un peu de Val de Moder, un endroit hors du temps et loin de la pagaille du monde… à Engwiller. marielouisejung.com

Exposition au CIARUS à Strasbourg du 15/11 au 1/01. Membre du CA de l’association Promodanse, créée en 1992, qui a pour objectif de promouvoir la danse classique pour enfants et adultes et l’art du Ballet. lacastine.com

La Castine Je fréquente ce centre culturel depuis son ouverture. Spectacles, théâtre, danse, musique, salle de cinéma et aussi lieu de formations. Il résiste dignement à la crise culturelle… — 12 rue du Général Koenig à Reichshoffen 03 88 09 67 00


DER

ENAU

THÉÂTRE DE HAGUENAU SAISON 2020 ∙ 2021

Offre découverte

20€

pour 3 cours en 15 jours

• Deux clubs de yoga • À partir de 44 € par mois • 90 cours par semaine • Réservation en ligne • AntiGravity® en exclusivité dans le Bas-Rhin 10 rue de la Râpe 67000 Strasbourg 03 88 23 64 02

Pour plus d’informations contact@yogamoves.fr www.yogamoves.fr

20

RELAIS CULTUREL — THÉÂTRE DE HAGUENAU • LA K’ARTONNERIE — SCHWEIGHOUSE - SUR - MODER

MUSIQUE DANSE THÉÂTRE CIRQUE JEUNE PUBLIC

19 rue du Commerce 67750 Vendenheim 03 88 62 04 84

Une saison culturelle en famille

21

CSC ROBERT SCHUMAN — ANTENNE LES PINS HAGUENAU • VILLE DE BRUMATH • MAC DE BISCHWILLER

Programme sur

www.agglo-haguenau.fr


20

HAGUENAU ET ALENTOURS — Alsace du Nord

PAR LÉONOR ANSTETT — PHOTOS ESTELLE HOFFERT

Bischwiller vu par Anne Lienhart Caviste indépendante à Pépites de Vins

Bonnes adresses Restaurant l’Ours Christelle et Jean Wagner font du bon, du bien, c’est goûteux, local, délicieux ! Le tout avec professionnalisme, douceur, dans un cadre absolument magnifique en été, et très cosy en hiver. — 2 Rue de la Couronne 03 88 63 21 56

Le marché J’aime l’ambiance de ce marché sous l’espace couvert, surtout pour la partie alimentaire où j’affectionne les produits de la boucherie Hoffmann, de Justine, un traiteur vietnamien et le miel de Raymond Rinckenberger, apiculteur à Oberhoffen. — Place de la Liberté, les mercredis et samedis matins

Ferme Vogt Des fermiers et agriculteurs passionnés par leur métier ! On y trouve des produits frais issus du travail de la ferme, et aussi une belle sélection de viandes. Des paniers garnis sont aussi proposés chaque semaine. Une aubaine ! — Route de Gries 09 88 18 60 89

Où ? Le sentier Trame Verte

Actu

Au bord de la Moder, ce sentier conduit le long de la magnifique trame verte et dans le quartier du Hasensprung. C’est vraiment notre poumon vert en plein cœur de la ville. J’aime y courir après le travail, c’est là que je me ressource.

Mise en avant de femmes vigneronnes : chacune d’entre elles a apporté une « patte » particulière, une nouveauté, une évolution. Dégustation ouverte tous les samedis de 11h30 à 14h de vins à (re)découvrir. 8 rue Raymond Poincaré | pepitesdevin.fr

Au fil de la Vue Opticienne à domicile Elodie Guillemain est douce, à l’écoute, et s’invite chez vous avec une belle sélection de lunettes, réparations et réglages compris. Quel confort de choisir ses lunettes chez soi ! — 70 rue de la gare Oberhoffen/Moder 06 64 23 64 36


OCTOBRE 2020

Haguenau vu par Jean-Luc Hoffmann

Président de la Chambre des métiers d’Alsace Boucher – charcutier – traiteur Président de la corporation des bouchers-charcutiers du Bas-Rhin

21

Bonnes adresses Le Clems C’est « mon endroit ». C’est une déco, une ambiance que j’aime bien. On y déguste une cuisine comme « chez soi » … Mon plat préféré ? Le wok de gambas et légumes, un délice ! — 6 rue Georges Clémenceau 03 88 93 23 20

L’Unik C’est un grand restaurant atypique avec un bar à coktails à l’étage. Les soirées sont animées à partir de 23h au son de DJ’s. J’y croise beaucoup d’amis, je m’ installe parfois au bar après le travail pour y dîner, même tard : tomates mozza, carpaccio, vitello tonnato, on mixe les saveurs ! — 4 Rue Georges Méliès 03 88 63 99 22

Le Megarex Situé dans la zone du Taubenhof, à côté de l’Unik, j’essaie de me rendre à ce cinéma une fois par semaine, surtout en hiver. C’est un cinéma multiplexe familial et indépendant… avec des fauteuils grand confort ! — 5 Rue Georges Méliès megarex.fr

Où ? Chemin des friches

Actu

C’est le point de départ de mes innombrables footings. On peut aller jusqu’à Schweighouse, il y a des montées, des descentes, une belle végétation, on peut rallonger ou raccourcir le parcours à souhait. C’est ici que je me suis entraîné pour les marathons de New-York, Londres et Paris.

Mon engagement au sein de la Chambre de Métiers : plus que jamais, accompagner les entreprises artisanales et les artisans à traverser cette crise, développer l’apprentissage et la promotion des métiers de l’artisanat. cm-alsace.fr

Le centre-ville C’est un centre-ville apaisant, il fait bon s’y promener, c’est un lieu de rencontres, d’échanges. Et puis, la mairie en facilite l’accès avec les 2 premières heures de parking offertes…


22

HAGUENAU ET ALENTOURS — Alsace du Nord

PAR LÉONOR ANSTETT — PHOTO ESTELLE HOFFERT

Pays de Niederbronn vu par Yolande Jung Assistante de direction à Fenêtres Jung

Bonnes adresses Coiffure Koehler Ce sont des coiffeurs de génération en génération récompensés « Meilleur Ouvrier de France », médaillés d’or aux Olympiades des métiers… Je me fais chouchouter dans l’un de leurs cinq salons ! — ZA de la Hardt à Gundershoffen 03 88 77 75 03 koehlercoiffeur.com

Zum Buerestuebel Bi S’Meder’s ! J’aime y emmener mes amis pour déguster les spécialités alsaciennes de nos grands-mères cuisinées par le chef Olivier Meder. Mon plat préféré ? Le waedele braisé  bien croustillant ! — 9 rue de la République à Niederbronn 03 88 80 84 26 winstub-zuem-buerestuebel.com

Les plâtriers alsaciens et les charpentiers couvreurs de la Zinsel Alexandre et Victor Jung ont fait leur cursus chez les Compagnons du Devoir. L’un a participé à la réhabilitation de monuments historiques à Prague, Monaco et Cagnes-sur-mer, l’autre est spécialisé dans la construction à ossatures bois et fabrique des charpentes traditionnelles avec une grande minutie. On a de la chance de les avoir ici ! — 24 rue Principale à Uttenhoffen 06 83 62 61 36 — 1 Impasse de la Rivière à Gundershoffen 06 31 47 99 28

Où ? Le restaurant Les Jardins du Moulin À la lisière du Parc naturel des Vosges du Nord, un lieu enchanteur avec une cuisine et un service au top, attenant à un ancien moulin à grains devenu hôtel de charme... C’est une chance de pouvoir aller régulièrement ici, à deux pas de chez moi. 7 RUE DU MOULIN À GUNDERSHOFFEN LES-JARDINS-DU-MOULIN.FR

Actu Lancement des oasis de verre chez Fenêtres Jung 24 a rue principale à Uttenhoffen | fenetres-jung.fr

Création Gasser Jean Gasser est un paysagiste très créatif qui transforme et met en valeur mon jardin comme personne ! — 26 rue Principale à Uttenhoffen 06 85 76 21 03


où choisir devient un plaisir… ! Un bel espace de 1000 m² avec plus de 3000 références en vins, spiritueux et champagnes, et un grand choix en épicerie fine. L’endroit idéal pour vos cadeaux avec le conseil des sommeliers pour vous accompagner.

5 rue Marie Gross Herrel | Wissembourg 03 90 55 21 80 roidesvins.com LUN. 14-19h

MAR. — VEN. 10h-19h

SAM. 9h-18h

Depuis 1979, le plaisir du transport par amour du service et par une entreprise familiale wissembourgeoise.

06 89 88 18 36 contact@fortmanntaxis.com

Navettes vers Gares et Aéroports | Transports de colis | Transport scolaire | Location de véhicules Transport médical conventionné type VSL


24

HAGUENAU ET ALENTOURS — Alsace du Nord

PORTRAIT DE GÉRARD WEBER

PAR FABRICE VONÉ — PHOTOS CHRISTOPH DE BARRY

Gérard Weber dans son garage transformé en musée du Racing

Virée au musée

À Phalsbourg, Gérard Weber a installé dans son garage un musée dédié au RC Strasbourg. Visite guidée du sous-sol par son très drôle de propriétaire, âgé de 76 ans, et qui vient de renoncer à contre-cœur à son abonnement à la Meinau.

C

e n’est décidément pas une saison comme les autres. Au-delà de l’entame délicate des hommes de Thierry Laurey, minés par les cas de Covid-19 durant leur préparation estivale, et une Meinau limitée à 5 000 spectateurs en raison de la situation sanitaire, Gérard Weber l’a mauvaise. Pour la première fois depuis la saison 1988-1989, ce mordu du Racing, aujourd’hui âgé de 76 ans, n’a pas renouvelé son abonnement. La perspective de ne plus revoir ses voisins de la tribune Nord, devenus copains au fil des saisons, et le complexe processus d’attribution des places l’ont convaincu de rester chez lui, à Phalsbourg. À contre-cœur. Comme une double peine, il n’a pu regarder le premier match de la saison, disputé le 23 août à Lorient (défaite 3-1), en raison de sa retransmission sur Telefoot, le nouveau diffuseur

de la Ligue 1. « Dimanche matin, je n’étais pas heureux », concède-t-il. Cela ne l’a toutefois pas empêché d’encourager son équipe en descendant dans son garage, où il a sans doute écouté le match à la radio, au cœur du musée dédié à l’un de ses deux amours - l’autre étant voué à Dalida - et qu’il s’est fabriqué au fil des ans. De quoi inspirer le RCSA qui envisage un tel espace dans le cadre du projet d’agrandissement de la Meinau prévu pour 2025.

Nous ne sommes pas 11 mais 107 162 Chez Gérard, on trouve évidemment des maillots, des écharpes, des drapeaux, des shorts, des gants et même des cravates mais aussi toute une batterie de gadgets, plus ou moins improbables allant du gel douche senteur pêche - le shampooing penche davantage vers le citron industriel - à un puzzle jauni des joueurs du

titre de champion de France, des pare-soleils, une bouteille de Force 4 non décapsulée et dédicacée par Marc Keller lors d’une sauterie à Obernai, ainsi qu’une vaste bibliothèque où sont soigneusement rangés des centaines de classeurs renfermant des statistiques en tout genre. Aussi bien sur les joueurs (de l’équipe fanion aux U13 sans oublier les féminines et l’équipe 3), les entraîneurs, les présidents que le… personnel administratif. S’y ajoutent des milliers de photos récupérées dans les journaux et magazines, des billets de match puis divers ouvrages dont l’indispensable hors-série de 436 pages du magazine Zut «Un seul amour et pour toujours», paru cet été et consacré à 40 ans de passion autour du RCSA. Au total, 107 162 pièces ont été recensées dans son sous-sol, selon le dernier inventaire réalisé par ses soins le 12 février dernier. Un chiffre qui ne tient pas compte des milliers d’anecdotes qui tourbillonnent dans la mémoire et le débit du supporter.


OCTOBRE 2020

Bienvenue dans l’antre de Gérard qui, de l’aveu de son épouse, ne serait pas du genre bavard. Pourtant, dès qu’il vous entraîne dans son univers plus ou moins souterrain, le septuagénaire retrouve toute sa gouaille de titi parisien. « Je suis né à 500 mètres de l’actuel Stade de France, explique-t-il. Mes grands-parents étaient de Saverne et mon père est né à Strasbourg ». Il a neuf ans lorsqu’il assiste à son premier match du Racing, le 7 juin 1953, en barrage retour d’accession à la D1 face à Rennes (3-1) à Saint-Ouen. Deux ans plus tôt, il était posté sur un quai de la gare Saint-Lazare en train de chanter « Allez Strasbourg » à destination des supporters valenciennois, reconnaissables à leur casque de mineur, qui descendaient du train pour se rendre à Colombes où était programmée la finale de la Coupe de France face au RCS. Les parents de Gérard avaient jugé plus sûr de ne pas l’emmener au milieu des 61 482 spectateurs massés dans les tribunes du stade Yves-du-Manoir où les Alsaciens allaient décrocher leur premier titre national (3-0). Peu importe, ces deux épisodes d’une vie d’enfant étaient suffisants à ce que Gérard tombe dans la marmite. Ou plutôt les fours à pain puisqu’il reprend, à sa majorité, la boulangerie familiale de la rue Riquet dans le 18e arrondissement de Paris. Au pied de la butte Montmartre, il hisse les couleurs du RCS pour contrer certains de ses voisins commerçants dont un boucher lavallois et un primeur stéphanois. Dès qu’il le peut, il prend la route pour supporter son équipe favorite dans un cercle de 200 kilomètres autour de la capitale. Destination Rouen, par exemple, avec son père et un copain récupéré au Bourget. « On était mélangé en tribunes. Lorsque le Racing marquait, on se levait au milieu des supporters locaux, on n’avait pas peur », rigole-t-il.

Le bureau de Gérard

Géopolitique du foot version sous-bock Le 3 avril 1966, Gérard Weber a 22 ans lorsqu’il demande et obtient son premier autographe de la part de René Hauss en marge du quart de finale de Coupe de France face à Cherbourg (1-0). C’est à partir de ce moment que sa passion commence à dériver vers la collectionnite aiguë. Qui prend définitivement forme en 1987 lorsqu’il s’installe avec son épouse dans un hameau de Phalsbourg où ils reprennent une mercerie. Trait d’union entre l’Alsace et la Lorraine, la ville située dans le département de la Moselle présente alors une facette tripartite, assez savoureuse, déclinée en autant de bars. Il y a celui qui rassemble les fans de l’AS Nancy-Lorraine, l’autre qui penche pour le FC Metz et un dernier qui milite pour le RCS. Une autre époque. Comme quand Gérard et un voisin allaient klaxonner de nuit sous les fenêtres de supporters messins lorsque la cigogne terrassait le Graoully. Notre vénérable supporter a aussi bossé au péage de Saverne où il ramenait son carnet d’autographes. David Régis, Roland Weller, Sylvain Sansone, Yvon Pouliquen ou encore le regretté Éric Sold avaient leurs habitudes à son guichet. À Phalsbourg, les bistrots de la place d’Armes ont progressivement fermé, mettant en sourdine une certaine conception de la géopolitique du foot version sous-bock. Sans même parler de l’addition. « Je paye mes impôts en Moselle (dont le conseil départemental soutient le FC Metz, ndlr) et ça me fait chier », rumine le retraité, ami avec Joël Tanter, qui a momentanément occupé les fonctions de trésorier du Club Central des Supporters entre 2006 et 2015. Reste aujourd’hui son garage aux faux-airs de bunker en territoire avancé. Assurément, un lieu sûr.

Le puzzle des champions de France 1979

Casquettes, bonnets, écharpes, on trouve de tout dans le garage du collectionneur

25


26

HAGUENAU ET ALENTOURS — Alsace du Nord

EXPOSITION

PAR CORINNE MAIX / PHOTOS KARINE FABY

De l’ombre à la lumière

Depuis sa réouverture fin mai, le Musée Lalique met en lumière les gestes et savoir-faire de ses ouvriers, à travers une exposition photo temporaire, accessible à tous gratuitement. Si le musée et la manufacture sont installés dans le même village de Wingensur-Moder, seul le premier accueille des visiteurs, la seconde reste fermée au public et protège ses secrets.

K

arine Faby, la photographe qui a travaillé sur cette exposition, est une habituée de la cristallerie de Wingen-su r-Moder. Depu is déjà 12 ans, elle f ixe sur pellicule les collections et produit des reportages sur les étapes de fabrication des joyaux Lalique. « Pour entrer dans l’intimité des gestes professionnels, le fait que les gens me connaissent a facilité les choses ! Ces hommes et ces femmes peu habitués à la lumière, m’ont fait confiance ! » Résultat de cette immersion dans les ateliers de fabrication, une vingtaine de triptyques qui décrivent la fabrication, mais aussi des métiers de passion, de gestes et de grande précision. « Je suis toujours émerveillée par cette magie du verre. J’aime le côté brut du décor de ces ateliers, me concentrer sur le geste, réussir à capter les regards. Et puis, j’avais envie de plans larges, de montrer les mains, mais avec les visages en train de faire. C’est une forme de reconnaissance de ces hommes et femmes de l’ombre qui produisent des objets d’une beauté folle qui appartiennent à l’univers du luxe et s’exportent aux quatre coins du monde ! »

Made in Alsace Installée dans l’espace des expositions éphémères, la collection photos complète parfaitement la visite des collections permanentes du Musée Lalique. « Parmi nos 50 000 visiteurs annuels, peu de gens savent que Lalique fabrique ses propres pots en terre réfractaire dans un atelier de potier, que nous avons un atelier de moulage et un autre de montage pour réaliser des lampes, des tables ou des objets uniques. On n’imagine pas qu’il y a chez Lalique une vingtaine de métiers, exercés par des gens de tous âges et de tous profils, qui ne se résument pas aux souffleurs de verre, aux tailleurs sur verre et aux graveurs ! » explique Véronique Brumm, la directrice du Musée Lalique. À travers un portrait, un geste, un outil et un témoignage, Karine Faby redonne toute leur place à ces métiers, bien souvent transmis sur le tas et qui peinent aujourd’hui à attirer les plus jeunes. « Habituellement nous organisons une exposition lors des journées des métiers d’art. La situation sanitaire et la fermeture du musée nous ont donné envie d’accorder plus de place et plus de temps à cette plongée dans les coulisses de l’art verrier », explique Véronique Brumm.




La fiertĂŠ des regards et la beautĂŠ des gestes pourraient bien inspirer quelques vocations.

Plein feux sur un patrimoine local Êtincelant Le Parc naturel rÊgional des Vosges du Nord rÊsonne de la tradition verrière depuis le XVe siècle. Ce musÊe, construit en 2011 sur l’ancien site de la verrerie du Hochberg et dessinÊ par l’Agence Wilmotte, rÊussit le mariage de l’ancien et du contemporain, dans une enveloppe de bÊton habillÊ de pierre et de verre. Les jardins, peuplÊs des plantes qui ont inspirÊ la crÊation La lique, valent aussi le dÊtour. Mais il faut se plonger dans les collections permanentes pour mesurer tout le gÊnie de RenÊ Lalique et de ses successeurs. Le lustre monumental de cristal qui marque l’entrÊe du musÊe, les pièces qui retracent le triomphe de l’exposition universelle de 1900, les f lacons de parfums des plus grands noms‌ La Femme, la Flore, la Faune : les trois sources d’inspiration de Lalique, dÊclinÊes à travers 650 œuvres exceptionnelles, des bijoux Art nouveau au cristal actuel en passant par le verre Art DÊco.

MUSÉE LALIQUE À WINGEN-SUR-MODER EXPOSITION GESTES ET SAVOIR-FAIRE JUSQU’AU 1ER NOVEMBRE 2020 MUSEE-LALIQUE.COM

COIFFURE RÉALISÉE PAR KOEHLER COIFFEUR

RETROUVEZ-NOUS DANS NOS SALONS REICHSHOFFEN GUNDERSHOFFEN HAGUENAU SCHWEIGHOUSE/MODER STRASBOURG

www.koehlercoiffeur.com


28

HAGUENAU ET ALENTOURS — Alsace du Nord

SAISON CULTURELLE

PAR FABRICE VONÉ / PORTRAIT CHRISTOPHE URBAIN

Éric Wolff : « Quelque part, on est dans le circuit court » Des spectacles jeune public dans toute l’agglo de Haguenau. C’est le concept de La tête dans les étoiles qui propose une chouette programmation pour toute la famille sur l’ensemble du territoire d’octobre à mai. Explications avec Éric Wolff, directeur du Théâtre de Haguenau. En quoi consiste La tête dans les étoiles ? La ville de Haguenau et le relais culturel avaient une programmation jeune public depuis de nombreuses années. On avait décentralisé un certain nombre de spectacles dans le quartier des Pins et on avait commencé à travailler avec la Ville de Schweighousesur-Moder et son service culturel sur des spectacles en commun. De fil en aiguille, on a été contacté par la Ville de Brumath qui avait aussi envie d’accueillir des représentations jeune public, aussi bien en temps scolaire que hors scolaire. Finalement, le Covid nous a laissé le temps de réfléchir sur les suites à donner à tous ces projets. En fin de compte, on a eu envie de proposer une programmation commune sur l’ensemble du territoire. À la fois pour mutualiser les spectacles et les coûts, pouvoir en faire plus et mieux avec la même somme d’argent. Cela nous a permis de proposer aux compagnies qu’on accueille de les faire venir pour cinq, six, sept jours avec une dizaine de représentations à la clé au lieu de les accueillir pour deux jours avec trois représentations. Avec l’idée aussi que les enfants et les parents peuvent circuler sur l’ensemble du territoire. D’où vient cette idée de partage et de mutualisation des projets ? Cela fait presque deux ans qu’on réalise des choses de manière bilatérale avec une collectivité ou un théâtre. On avait dans l’idée de travailler tous ensemble d’autant qu’on n’est pas sur un secteur concurrentiel en terme de jeune public. Par expérience, on refusait quand même pas mal de monde car souvent on n’achetait que deux représentations en temps scolaire. Il y avait de la demande, il y avait de l’envie, ça nous a aussi donné la perspective de mener ces actions-là. C’est une expérimentation à cette échelle, de manière construite et posée. L’idée étant de voir ce qui fonctionne et comment on peut améliorer les choses pour les années futures. Pour nous, c’est des années test pour voir comment ça prend. Le spectacle vivant, c’est quelque chose qui a besoin de mûrir et qui a un temps un peu plus long que le reste. On a besoin de voir comment fonctionne les habitudes et les réflexes des gens pour voir commencent construire quelque chose dans la durée et que ce soit solide.

Comment construire dans la durée par rapport à la situation actuelle ? Je ne vois pas comment on peut faire autrement. Il faut avoir l’audace d’imaginer de construire des choses pour l’après. Parce que je pense que, pour l’après, il y aura beaucoup de choses qui seront mal en point. Il me semble qu’il est important d’anticiper et d’essayer d’autres formules vis-à-vis des gens. Le sentiment que j’ai aujourd’hui, c’est que les théâtres de proximité qui travaillent depuis de longues années sur le territoire et qui ont réussi à tisser un lien de confiance avec les spectateurs s’en sortent. Pour l’instant. On perd des plumes mais c’est pas la cata. Parce que les gens nous connaissent, nous apprécient. Quelque part, on est dans le circuit court, on n’est pas dans le supermarché. J’ai envie de croire en cette dimension humaine. Les demandes d’abonnements et les réservations ne sont pas aussi géniales que d’habitude mais elles ne sont pas aussi catastrophiques qu’on pouvait le craindre. Même si on est en zone rouge, même si c’est compliqué, lors des soirées d’ouverture de la saison [début septembre, ndlr], les gens nous disaient qu’ils avaient envie d’être là et que ça leur manquait. Je pense que c’est une super preuve d’envie. Une fois que ce truc sera derrière nous, il y a deux solutions : soit on a arrêté et il n’y a plus personne, soit on est au rendez-vous et on propose autre chose. Je me dois d’imaginer les choses qui pourront se faire après, sans doute de façon différente, et je pense qu’à plusieurs, on sera sans doute plus forts que chacun dans son coin.

Eric Wolff, directeur du Théâtre de Haguenau

L’oiseau migrateur (Cie Dorian Rossel) à la Kartonnerie le 4/11 © J-M Labbé

La tête dans les étoiles Une saison culturelle en famille Du 17 octobre au 15 mai 2021 au Relais culturel-Théâtre de Haguenau au CSC Robert Schuman à Haguenau, à la K’Artonnerie à Schweighouse-sur-Moder, à la MAC de Bischwiller et à Brumath.

Ronge ton os (Cie l’Awantura) au Théâtre de Haguenau, le 28/11

AGGLO-HAGUENAU.FR/ LA-TETE-DANS-LES-ETOILES

Fracasse, Cie des Ô, salle La Fibule à Brumath le 9/12


PAR FABRICE VONÉ

OCTOBRE 2020

29

La sélection culturelle de Zut

Oraison

Albert Cano Smit le 1/11

France

La Nef - Wissembourg

Festival international de Musique - Wissembourg

MAC - Bischwiller

Du cirque oui, mais du cirque d’aujourd’hui ! La Compagnie Rasposo, créée en 1987, s'inscrit dans le paysage du cirque contemporain depuis plus de 30 ans. Cet ensemble fait appel à la sensibilité poétique du spectateur, en utilisant une mise en scène théâtrale. Puissante, séduisante, éloquente, bref évidente. Sous le chapiteau, les corps vibrent, évoluent. Fluides et gracieux, le tout dans un élan de passion. Les gestes sont époustouflants et virtuoses, épousant l’art du millimètre. L’histoire a tout pour sublimer le spectateur. De quoi être impressionné par les performances des acrobates, porté par une musique qui prend aux entrailles et captivé par une harmonie abracadabrantesque. LES 15 ET 17 OCTOBRE FESTIVAL NEF-WISSEMBOURG.FR

KUCKUCK

Initialement prévu au courant de l’été, le Festival international de Musique de Wissembourg prendra ses quartiers au tout nouveau gymnase de la ville, situé au 2 rue des Écoles, du 17 octobre au 1er novembre. Les fidèles de ce rendez-vous, dont c’est déjà la 16e édition, auront plaisir à retrouver le Quatuor Ébène qui collectionne les prix et les récompenses depuis le début des années 2000 et qui revisitera Beethoven (le 27 octobre). Le reste de la programmation fait la part belle aux futurs talents pour qui Wissembourg et sa chaîne YouTube aux 4 millions de vues font souvent office de tremplin. Parmi eux, on relèvera la présence Albert Cano Smit, jeune pianiste catalan qui vient de se blesser à la main droite. Plutôt que de déprimer chez lui à New York, il interprétera le Concerto de Ravel pour la main gauche. Autres phénoKuckuck, festival de printemps stoppé avant même de prendre son mènes, le violoncelliste Lev Sivkov et la pianiste russe envol, se réinvente à l’automne. Oxana Shevchenko. Pour cette quatrième édition le festival se dessine dans un contexte inédit. Évidemment, des contraintes d’accueil, mais surtout la promesse

ER DUde17 OCTOBRE belles découvertes.AU 1 NOVEMBRE WISSEMBOURG-FESTIVAL.COM

Toujours en recherche de nouvelles géographies, le Festival Kuckuck accueille cette année encore des formes multiples : musicales, chorégraphiques, cinématographiques, visuelles. Ces formes se croisent, brouillent les pistes, chauffent les fusibles et chahutent les résistances ! Les artistes sont ici des bricoleurs qui ne savent pas toujours ce qu’ils vont produire. Ils assemblent, mélangent, superposent des matériaux hétéroclites, parfois franchement opposés, pour des formes inattendues. Le festival se joue du 16 au 18 octobre au carrefour de trois communes, Bouxwiller, Ingwiller et Weiterswiller, autant de nids à découvrir qui témoignent de la diversité et de la richesse du territoire.

du 16 au 18 octobre 2020 4 édition du festival des formes hybrides et musiques expérimentales e

Festival Kuckuck Pays de Hanau

LesAlsace, lieux Kuckuck, quésaco ? En ce terme désigne À BOUXWILLER (67330) le coucou qui est également le surnom des habiThéâtre Christiane Stroë Musée du Pays de Hanau tants de Weiterswiller. et Centre Culturel Marie HartDepuis quatre 3 place duans, Châteauce drôle 5 place du Château d’oiseau se décline sous la forme d’un festival qui Atelier l’Épargne Église protestante consacre les musiques expérimentales et les formes 11 rue des Seigneurs Rue de l’église hybrides dans le pays de Hanau. Le tout est proposé À INGWILLER par l’association In(d)Ex et (67340) le Théâtre du Marché École Intercommunale EARL Terre Activ’ e aux Grains. Cette 4 édition mêle des concerts, des Jean BECKER, maraîcher, de Musique ou SALLE suivre panneau “Horticulture Bernhard”, 1 place du Marché expos et diverses performances auxquelles rue de la promenade/chemin certains d’ Offwiller étudiants de la HEAR et les percussionnistes de WEITERSWILLER (67340) de Hanau prenl’école de musiqueÀintercommunale Ancienne synagogue Église protestante dront part. Rue Principale Rue de l’Église

DU 16 AU 18 OCTOBRE À BOUXWILLER, Les tarifs INGWILLER ET Pass WEITERSWILLER Festival : 40€ / tarif réduit : 30€ Pass 1 journée vendredi ou dimanche : 12€ / tarif réduit : 8€ RENSEIGNEMENTS AU 03 88 70 94 08 Pass 1 journée samedi : 20€ / tarif réduit :15€ Prix pour 1 spectacle : 8€ / tarif réduit : 6€

L’équipe du festival est heureuse de vous accueillir, dans les meilleures conditions possibles. Vous pouvez dès à présent réserver vos places ! Le terrain de jeu est posé : trouvez votre tempo !

Jacques Weber le 10/11 ACCÈS En voiture : Depuis Strasbourg par l’autoroute : sortie Z.I. Brumath, ou Relais culturel de Haguenau Hochfelden (péage).

Théâtre, musique, jeune public… Covoiturage : Sur le sitecirque, internet du spectacles Théâtre du Marché aux Grains, www. theaboux.eu, vous trouverez un document partagé permettant de rapprocher Pas de doutes, le Relais culturel-Théâtre de Hagueles personnes souhaitant se déplacer ensemble. nau effectue sa rentrée avec comme une impression : La gare la plus proche est à Obermodern, sur la ligne deTrain vouloir rattraper le temps perdu. Sarreguemines - Strasbourg. Depuis Obermodern, liaisons en bus vers Bouxwiller. la même ligne : Ingwiller. Parmi lesSurtêtes d’affiche, on retiendra la venue de Les gares de Saverne ou Hochfelden, mieux desservies, sont à 20min de Jacques Bouxwiller.Weber (le 10 novembre) pour une échappée littéraire à partir des plus beaux textes de la langue française, le concert d’Irma (le 17 novembre) et le spectacle de François Morel J’ai des doutes (le 20 avril) en hommage à Raymond Devos. Avant de boucler la boucle avec son festival L’Humour des Notes (8 au 16 mai 2021) quiRéservations n’a pu se tenir dans son94 format habituel cette année. : 03 88 70 08 / contact@theaboux.eu Toutes les infos du festival sur : RELAIS-CULTUREL-HAGUENAU.COM

http://theaboux.eu/festival-kuckuck-4eme-edition/

En 1998, l’Alsace et le stade de la Meinau à Strasbourg s’étaient tenus à l’écart de la Coupe du monde pourtant organisée en France. Avant de se laisser porter et submerger par la liesse nationale accompagnant le sacre des hommes d’Aimé Jacquet. Vingt ans plus tard, Natacha Steck et la compagnie You’ll never walk alone retracent cette épopée des temps modernes au travers de France, une création orchestrée autour de sept moments, sept personnages, sept matchs. LE 13 NOVEMBRE 03 88 53 75 00 MAC-BISCHWILLER.FR

16/10

18h30 / Entrée libre / Musée du Pays de Hanau APÉRO d’ouverture du festival Vernissage de l’exposition et des installations

du 16 octobre 2020 au 13 mai 2021 / Partout dans la ville, suivez le guide ! Disponible au Musée du Pays de Hanau

Johanny MELLOUL - Exposition Photographie - Benoît de Carpentier

Dédoublement Fluidique Une proposition du dessinateur, prétextant un noble dessein spiritualodécoratif sous forme de gris-gris de papier gribouillé, à la seule fin de s’introduire dans l’intimité du bon Bouxien et ainsi d’assouvir ses pulsions voyeuristes inavouables. Pour arriver à ses fins, il vante les pouvoirs magiques contenus dans ses dessins, promet, et mise sur une séduction éhontée à base de chantage affectif et d’eau de Cologne bon marché. Les résultats devraient être visibles sous forme d’une série de photographies, réalisées par Benoît de Carpentier, censées démontrer le miracle prétendument accompli lors des visites de l’artiste dans les différents commerces et intérieurs privés bouxiens. du 16 octobre au 1er novembre 2020 / Lieux ci-dessous

Silvi - le Installations QuartetSIMON Louis Sclavis 17/11

Silvi SIMON est une artiste travaillant à Strasbourg et exposée à l’international. Spécialiste des arts plastiques et du “cinéma élargi” (cinéma expérimental, travaux alternatifs sur la pellicule argentique, installations immersives, etc.) elle a co-fondé le collectif Burtscratch. Elle présente à Bouxwiller deux installations vidéos en boucle : Dysfocus n°1,avant Nature collection : Persistance Atelier l’Épargne, entrée libre. Les notes l’humour… À/Saverne, la saison de Filmatruc à verres, n°2, Oiseaux / Musée du Pays de Hanau, tarif entrée du l’Espace Rohan débutera en musique avant de laisser musée, réduite sur présentation d’un billet du Festival Kuckuck 4ème édition.

Espace Rohan - Saverne

place à la franche rigolade en 2021 autour des spectacles de Sophia Aram (15 janvier), la Revue Scoute 20h30 Culturel Marie à BouxwillerMorel (19 avril) pour (du 9/ Centre au 11 avril) etHart François AKAÏ x EÏKI - Performance ne citer qu’eux. D’ici là, dans la foulée des Goguettes Laurence BARBIER et Dj Bouto / Collectif La Bande Adhésive Cinéma expérimentalla et chanson dispositif électro-acoustique qui parodient française (6 novembre Akaï x Eïki est duo de cinéma expérimental formé par Laurence BARBIER et complet), leunQuartet Louis Sclavis laissera libre cours Dj Bouto, artistes polymorphes et noyaux durs du collectif La Bande Adhésive. à son jazz palpitant (17 novembre). Programmé dans Ensemble, ils font feu de toute matière analogique ou digitale pour mettre au des dispositifs hétérogènes dont ils tirent images et sons. Leur travail le point cadre du festival Jazzdor, il livrera son dernier sur scène s’articule autour d’une improvisation orchestrée sur leur installation psychotronique. opus, Characters on a Wall, écho musical aux œuvres : 30min / À partir de 10 ans duDurée plasticien Ernest Pignon-Ernest. QUAI DU CHÂTEAU À SAVERNE

21h30 / Théâtre Christiane Stroë à Bouxwiller

03 88 01 80 40 ZARATHOUSTRO(P) - Concert

Wassim HALAL et Ruben TENENBAUM

ESPACE-ROHAN.ORG

Musique pour tous et pour personne, Zarathoustro(p) est le rejeton abrasif des deux artistes, dernier né de leurs deux amours : la musique orientale et la distorsion. Durée : environ 45min / Tout public


30

HAGUENAU ET ALENTOURS — Alsace du Nord

PAR ANNE SCHILLING / PHOTO CHRISTOPH DE BARRY

LA SÉLECTION

Auto

Un essai super GLA-mour Du plus loin qu’elle se souvienne, Anne Walter a toujours été une fan inconditionnelle des véhicules Mercedes, une marque qu’elle affectionne pour la qualité et la fiabilité de ses modèles. Pour autant, elle n’avait jamais conduit de voiture hybride. Qu’à cela ne tienne ! Lorsque l’occasion s’est présentée de tester le nouveau GLA EQ Power, elle n’a pas été difficile à convaincre. Le photographe et moi - même l’avons suivie dans sa petite virée automobile pour recueillir ses premières impressions à chaud. Alors, cette hybride ? AW : J’avais quelques préoccupations quant à l’écologie, mais de là à passer au tout-électrique… Pourtant, je t’avoue que la prise en main de cette hybride me semble assez prometteuse. En termes de confort, c’est un petit bijou. Bon, je vous emmène où ? Décision est prise de partir prendre un café au Rizzi, à Baden-Baden, mais… par l’autoroute ! L’idée est de tester les fonctionnalités du bolide et de se familiariser avec ce petit monstre de technologie. Sur l’autoroute, les paysages défilent, et Anne reste un peu silencieuse. On sent qu’elle goûte au plaisir de conduire cette GLA. Quelles sont tes premières impressions ? AW : Je dois dire que je suis bluffée ! La conduite

est très fluide, mais surtout, quelle reprise ! Une super réactivité, regarde, en 7 secondes d’accélération, je viens de passer de 0 à 100 km/h. Mon scepticisme à l’égard des voitures hybrides vient d’être pulvérisé : je suis en mode 100 % électrique, et j’atteins une vitesse de 140 km/h. Ne me fais pas les gros yeux, je respecte les limitations ! Arrivés à destination, nous faisons le tour du GLA. Sympa, ce modèle, non ? AW : Tout à fait ! J’aime beaucoup son nouveau design ; je trouve qu’il met en valeur ses proportions, ses surfaces de vitrages élargies. Je m’y sens parfaitement en sécurité et je suis fan de son allure résolument sportive. Et je suis impressionnée par la maniabilité au stationnement, une fois arrivés au centre-ville. Nous poursuivons notre conversation autour du SUV par excellence. Les débats vont bon train quant à l’espace, la fonctionnalité du véhicule, et même la connectivité et la conduite intelligente. Anne, tu penses à un endroit en particulier pour immortaliser cet essai ? AW : Sans aucune hésitation, au golf de Soufflenheim. Le mariage entre la beauté du lieu et l’élégance de la marque Mercedes en feront une belle signature !

Près du green, nous ne sommes pas les seuls à être séduits par ce véhicule : les golfeurs, curieux, nous abordent. Et la vie étant souvent facétieuse, nous tombons sur un employé de chez Mercedes, qui nous précise que, du fait de leurs faibles rejets de CO2, les véhicules hybrides rechargeables ne bénéficient d’aucun malus écologique ! Un repas au restaurant du golf vient clôturer notre joyeuse escapade, avec un pincement au cœur à l’idée de rendre notre bijou roulant. L'hybride, ça dépote !

Ce nouveau modèle GLA 250 E associe un moteur essence 4 cylindres qui développe une puissance de 160 CV à un moteur électrique de 102 CV pour une puissance cumulée de 218 CV. En mode 100 % électrique et grâce à une batterie de 15,6 kWh, il est capable de parcourir jusqu’à 70 km sans émission mais surtout dans un confort optimal.

MERCEDES-BENZ 6 RUE DE LA SABLIÈRE SCHWEIGHOUSE-SUR-MODER 03 88 05 00 00 MERCEDES-HAGUENAU.FR


03 88 09 15 49 / WWW.LINTEGRALE-CONCEPT.COM

Encadrement de tableaux et création de cadres sur mesure

Vente de tableaux et exposition d’œuvres d’artistes

Boutique — 16 rue Maréchal Foch | Haguenau Atelier (sur rdv) — 47 rue du Rhin | Dalhunden

03 88 63 83 91 atout-cadre.fr


32

PAR FABRICE VONÉ — PHOTOS CHRISTOPH DE BARRY

HAGUENAU ET ALENTOURS — Alsace du Nord

LA SÉLECTION

Habitat

Renouveler pour durer

Noël Bolidum a fondé son entreprise en 1979

Le siège de la société est situé à l’entrée de Wissembourg

À Wissembourg, Bolidum propose des solutions innovantes en matière d’énergie depuis 40 ans en alliant l’autonomie aux économies et à l’environnement. « Si on reste chez soi, on n’avance pas ». En une phrase, Noël Bolidum a pratiquement tout résumé. Sa vie comme son entreprise qu’on imagine, sans mal, façonnée à son image depuis 1979, l’année où il s’est lancé à son compte, à l’âge de 19 ans et de façon autodidacte, dans cette activité de chauffagiste. « Je suis plutôt un manuel », prévient-il tout en reconnaissant un goût prononcé pour « le travail bien fait ». Les jalons sont posés. Au tour des convictions. Celles-ci résonnent comme une évidence de la part d’un homme qui n’a cessé d’imaginer le coup d’après et qui continue d’arpenter les salons dans le monde entier pour dénicher les dernières trouvailles. Dès 1980, il prend le virage des énergies renouvelables, via le solaire notamment. Hélas, le soufflet retombe presque aussitôt, toujours au détriment du fioul. En réalité, l’histoire ne fait que bégayer. L’heure des pompes à chaleur finit par arriver entraînant une nouvelle conception de l’énergie. De plus en plus durable et de moins en moins jetable. Créneau sur lequel Bolidum s’était positionné bien avant tout le monde. « J’étais persuadé que ça arriverait un jour », concède-t-il. C’est le début des années 1990 et sa

société croule sous la demande. « On aurait pu bosser à cinquante mais on est resté comme on est », poursuit-il. Pour Bolidum et sa petite équipe de 11 salariés, la préoccupation se trouve ailleurs. Chez le client qui bénéficie d’installations fiables, et réparables sur la durée, ainsi que d’un suivi de A à Z. « On est toujours connecté. On sait ce qui se passe sur la machine en temps réel, ce qui nous permet d’intervenir au plus vite. Chaque installation est connue, référencée et suivie : on ne veut pas laisser le client dans la nature. »

« Un bâtiment à notre image » « L’innovation aujourd’hui, c’est de produire sa propre énergie et de la consommer. Aussi bien pour le chauffage, l’eau chaude, la voiture, l’éclairage, la climatisation… Les grands fournisseurs comme EDF ou Engie commencent à en parler, nous on y est depuis deux ans. On a déjà nos références car on les a trouvées », argue Noël Bolidum. Le siège de sa société à Wissembourg, qui comprend des bureaux et un showroom sur 800 m2, pourrait en témoigner. « On a fait ce bâtiment à notre image. On est en énergie positive en produisant quasiment 70% de

plus que ce qu’on consomme et on fait de la climatisation naturelle. On consomme 30 000 kw/h par an et on en produit 100 000, on pourrait alimenter deux-trois bâtiments en plus. Le but, c’était aussi de montrer aux gens que c’est faisable. » Avec de chouettes économies à la clé passé l’investissement de départ. « Le chauffage et la climatisation nous coûtent environ 400 euros par an ». Le savoir-faire de Bolidum commence à s’exporter hors d’Alsace. Occasionnant de nouveaux voyages. Encore et toujours pour celui qui ne se déplace jamais sans son Leica en bandoulière pour s’adonner à la photographie noir et blanc, son autre passion. « J’ai besoin de projets pour avancer, dit-il. La routine ne m’intéresse pas. Si travailler, c’est juste gagner de l’argent alors je ne prends pas de plaisir. J’aime bien les challenges et trouver des solutions pour chaque client ».

BOLIDUM 1 RUE MAURICE ALLAIS ZAE SUD EST WISSEMBOURG 03 88 94 26 00 BOLIDUM.FR


PAR ANNE SCHILLING — PHOTO CHRISTOPH DE BARRY

LA SÉLECTION

Habitat

Si proche, si pure ...

Le pack 100% écolo !

Créatrice d’intérieurs

Au cœur de la zone artisanale de Schweighouse, Tania Krieger, à la tête de L’Intégrale, nous a reçus dans son showroom tout en bois, meubles élégants, plantes vertes et matières nobles. L’occasion pour elle de revenir sur son parcours, ses passions et ses projets foisonnants. L’Intégrale, qu’est-ce que c’est ? J’ai créé cette entreprise il y a deux ans, après avoir travaillé pendant plusieurs années dans différentes enseignes de cuisinistes, du discount au très haut-de-gamme. J’ai choisi ce nom, L’Intégrale, pour mettre l’accent sur le service complet que nous fournissons, car nous proposons à la fois du conseil et la réalisation intégrale des aménagements à l’intérieur d’une maison. Ainsi, nous accompagnons les clients de A à Z dans leur création de cuisines, de salles de bain ou encore de dressings, avec la collaboration d’architectes d’intérieur, pour une conception réalisée entièrement sur mesure, par des artisans proposés par nos soins. Vous ne vous passionnez pas uniquement pour les cuisines, mais aussi pour LA cuisine ! En effet, j’aime beaucoup concocter des petits plats à ma famille. Cet amour de l’art culinaire est essentiel dans la conception de mes cuisines : étant aux premières loges pour en éprouver la fonctionnalité, je peux ensuite conseiller mes clients sur la disposition de leurs meubles et ustensiles, sur les astuces qui peuvent leur faciliter la vie et les faux pas à ne pas commettre pour exploiter au mieux cet espace.

Bouchon en PEHD transparent sans colorant 100% recyclable

Bouteille en rPET100

Sodium 0.001 g/L

Etiquette en polypro 100% recyclable avec encrage minimum

ic rez Celt Découv né g si n o c en verre

Source indépendante et familiale

u pack Nouvea res e matiè d sé o comp s

cyclée

100% re

Vous êtes en ébullition permanente. Quels sont vos projets et vos souhaits ? J’ai un besoin constant d’évoluer, de me dépasser. Avant même d’ouvrir cette entreprise, je savais que je ne m’arrêterais pas là. J’ai pour ambition de me développer et d’ouvrir, à terme, d’autres structures. Quant aux clients potentiels qui hésitent à faire appel à nous parce qu’ils pensent que nos tarifs sont exorbitants, j’aimerais qu’ils sortent de cet a priori et sachent que nous pratiquons des prix tout à fait abordables. Car oui, il est tout à fait possible de fournir des prestations de grande qualité, tout en s’adaptant au budget des clients. L’INTÉGRALE 22 RUE DE LA SABLIÈRE SCHWEIGHOUSE-SUR-MODER LINTEGRALE-CONCEPT.COM

#moneauCeltic www.eauceltic.com

58, route de Bitche - F-67110 Niederbronn-les-Bains - 03 88 80 38 39


34

PAR ANNE SCHILLING

HAGUENAU ET ALENTOURS — Alsace du Nord

LA SÉLECTION

Habitat

L’habitat dans tous ses états Rencontre avec Muc Habitat, une entreprise haguenovienne spécialisée dans la construction clé en mains de maisons ­individuelles, dont le développement est permanent : pour preuve, une autre antenne a déjà vu le jour à Entzheim, afin de répondre à des besoins toujours plus importants. Pénétrer dans les locaux de Muc Habitat à Haguenau, c’est déjà s’imprégner de tout l’esprit qui anime cette société : l’équipe est jeune, dynamique et accueillante à souhait. Quant à l’aménagement intérieur, pensé comme pour une maison moderne, à la fois élégant et fonctionnel, il constitue une vitrine efficace pour les clients et en dit long sur la volonté de l’entreprise de gagner leur confiance. Et cette confiance est de mise, tout au long des projets de construction, pour lesquels Muc s’engage à offrir un accompagnement sur mesure et un suivi personnalisé. Un état d’esprit qui a sans doute contribué à la nomination de Muc à la présidence de la FFC, Fédération Française des Constructeurs de maisons individuelles, pour le Bas-Rhin en 2020.

Un pack « déco » en option ! Forte de son esprit d’innovation et de sa volonté de proposer une offre toujours plus riche à ses clients, Muc Habitat s’apprête à accueillir un archi-

tecte d’intérieur, afin d’accompagner les clients qui le souhaitent dans l’aménagement de leur maison, par le biais d’un pack « décoration ». L’occasion pour eux de choisir l’intégralité de leurs prestations, des matériaux utilisés à la disposition de leur salle de bains, et jusqu’à leur canapé, voire leurs plantes artificielles. Car, comme aime à le préciser Jérôme Vague, responsable marketing et communication chez Muc : « Notre métier, c’est l’habitat, ce n’est pas poser des briques. »

fonction des préférences de chacun : on peut ainsi choisir d’y installer un jardin suspendu, un terrain de basket, un salon dans l’esprit lounge, et même des ruches, pour les plus aguerris !

MUC HABITAT 20 ROUTE DE STRASBOURG À HAGUENAU 6 RUE DU CORDONNIER À ENTZHEIM MUC-HABITAT.FR

La prestation pourrait déjà sembler complète. Mais les ambitions des cofondateurs, Serdar Ucar et Romain Leroy, ne s’arrêtent pas là puisqu’ils ont déjà agrandi leur offre avec Le Duo. Ce concept, lancé et breveté par Muc Habitat, est devenu une marque et propose exclusivement des maisons composées de deux appartements indépendants superposés, l’un en rez-de-jardin, et l’autre en attique, avec un vaste toit-terrasse. Ce rooftop façon toit d’immeuble new-yorkais peut ensuite être aménagé selon huit déclinaisons au choix, en

Serdar Ucar et Romain Leroy, cofondateurs de Muc Habitat

Le Duo, concept lancé et breveté par Muc Habitat


PAR ANNE SCHILLING

LA SÉLECTION

Loisirs

L’Agence tourisme

En voyage à vélo avec un hôtel flottant…

Espace randonnée, « créateur de voyages actifs » , devenu le premier producteur de séjours itinérants à vélo en Alsace, s’inscrit à merveille dans le mouvement global actuel d’un besoin de retour à la nature. Son offre de séjours clé en main de randonnée pédestre, de cyclotourisme et de combinaison vélo + bateau séduit des clients en quête de vacances respectueuses de l’environnement, qui concilient découvertes touristiques et pratique d’activités en plein air. Pas de mauvaises surprises : un seul interlocuteur nous suit, nous conseille et reste joignable en permanence, quelle que soit la formule choisie. Un doute, un bobo, un couac ? Il répond du tac-au-tac. Un déraillement en rase campagne ou une chaîne qui se grippe au milieu de nulle part ? Un mécanicien du réseau vole au secours des cyclotouristes en détresse. Et pour les valises, elles les suivent comme par magie tout au long de leur circuit grâce aux bagagistes de l’agence qui prennent en charge la logistique pour garantir des vacances « zéro corvée ». Pour ceux qui rêvent de découvrir Prague hors des sentiers battus, pédaler aux Pays-Bas ou naviguer au fil du Danube tout en explorant ses rives : l’agence dispose d’une multitude d’offres bateau + vélo… Une manière ludique et originale de visiter l’Europe. Et pourquoi pas, partir à la découverte de sa propre région sous un jour inédit ? Anne-Sophie Amann, à la tête de l’agence affiliée au réseau européen Eurofun, aime à promouvoir également les séjours en France car, explique-t-elle, « 90% de la clientèle est d’origine étrangère », et vient principalement d’Allemagne, de Suisse, des pays scandinaves, voire des États-Unis. Grâce aux prestations de l’agence, ces touristes découvrent les paysages et richesses patrimoniales de l’Hexagone en toute sécurité, sans se heurter à la barrière de la langue. Les Français, quant à eux, ne composent pour l’instant que 10% de la clientèle, et « tournent encore le dos à des séjours dans leur pays, qu’ils peuvent finalement organiser eux-mêmes, et leur préfèrent des parcours organisés par notre agence à l’étranger ». Même si, précise Anne-Sophie Amann, « les chiffres et l’affluence de cette année 2020 sont assez peu représentatifs de l’évolution de la clientèle », les déplacements ayant été fortement perturbés par les restrictions dues au coronavirus. Vivement l’année prochaine ! ESPACE RANDONNÉE 9, RUE AMPÈRE À HAGUENAU 03 90 55 01 32 ESPACE-RANDONNEE.FR

Plat du jour Cuisine du marché

9, rue de Buhl 67690 Hatten 03 88 73 74 72

restaurant@lepetitstamm.com Restaurant Le Petit Stamm www.lepetitstamm.com


36

PAR CORINNE MAIX / PHOTOS ESTELLE HOFFERT

HAGUENAU ET ALENTOURS — Alsace du Nord

LA SÉLECTION

Hôtellerie

Véronique Gollner (accueil), Joël Messmer (Directeur) et les sœurs Margita Tusanova et Maria Ute

Au calme Sur les hauteurs d’Oberbronn, pittoresque village d'A lsace du Nord, labellisé Station Verte, se cache un lieu chargé d’histoire. Cet ancien château, devenu couvent des Sœurs du Très Saint Sauveur au XIXe siècle, abrite aujourd’hui un hôtel-restaurant vraiment pas comme les autres. Depuis 2018, la quarantaine de religieuses ont ouvert largement les portes de leur paradis et proposent aux randonneurs, aux touristes, aux entreprises ou aux visiteurs en quête de sérénité, une parenthèse dans un cadre magnifique. On peut séjourner ici, au calme, bercé par le doux son des cloches et les sourires des sœurs. Les chambres sont confortables, fonctionnelles, d’une simplicité typique des lieux monastiques. Depuis la fenêtre, le regard se perd dans la verdure, comme une invitation à flâner dans le parc et les jardins et la forêt alentour. Les visiteurs de passage peuvent aussi apprécier la table traditionnelle et régionale qui privilégie les produits frais et les producteurs locaux, passer un moment au caveau aménagé dans l’esprit d’une winstub, déguster un encas en terrasse ou jeter un œil au petit musée consacré à Mère Alphonse Marie, béatifiée en 2018. Rien de clinquant ici,

mais un accueil élevé au rang d’art de vivre, qui ressource et apaise, sans rien céder au professionnalisme hôtelier de son directeur Joël Messmer et de toute l’équipe chargée de l’accueil. D’ailleurs les chambres se réservent sur Booking ! Mais comme un héritage de la spiritualité du lieu, le couvent-château organise également de nombreux séjours à thèmes autour du bien-être, du lâcher prise, de la méditation ou d’autres plus nature, pour découvrir par exemple les plantes sauvages de ce joli coin d’Alsace Bossue. HÔTELLERIE DU COUVENT 2 RUE PRINCIPALE À OBERBRONN 03 88 80 84 50 MAISON-ACCUEIL-OBERBRONN.COM


25A rue de la Sablière | Schweighouse-sur-Moder | 03 88 86 40 46

Anne-Sophie Tschieeg Andy Chat Blanc 23€

L’histoire visuelle et croquée en quelques mots magiques d’une relation carrément filiale entre un authentique Turc de Van et sa maîtresse (entre une artiste et son maître ?).

chicmedias éditions La Vitrine chicmedias 14, rue Sainte-Hélène — Strasbourg

www.chicmedias.com

_

Clothilde et Joaquim Marques 220, rue du Moulin — Liebfrauenthal 67360 Goersdorf — 03 88 09 42 74 www.restaurant-palais-gourmand.com


38

HAGUENAU ET ALENTOURS — Alsace du Nord

PAR ANNE SCHILLING — PHOTOS ESTELLE HOFFERT

LA SÉLECTION PRÈS DE STRASBOURG

Sport

Balance ton corps Yogamoves, club de yoga implanté à Strasbourg et à Vendenheim, propose plus de 20 styles de yogas, adaptés à tous les niveaux, et assurés par 30 professeurs agréés. Et depuis plus de deux ans, en exclusivité en Alsace, il est possible de suivre des cours de yoga aérien. J’ai participé à une séance d’Antigravity®FUNdamentals, prodiguée par la pétillante Eva. Retour sur cette expérience, surprenante mais très plaisante !

Dès l’entrée dans le club Yogamoves, c’est sans chichi : on se tutoie, on se met à l’aise. On enlève même ses chaussures, puisque la séance se pratique pieds nus. Eva et Janine, toutes deux enseignantes en yoga aérien (entre autres) m’accueillent avec chaleur, me font visiter les lieux et m’expriment la joie qu’elles éprouvent à animer ces séances d’un yoga particulier, qui se pratique dans un hamac. Elles me racontent qu’elles ont suivi ensemble une formation YogaWorks à New York, avant de s’exercer avec leurs collègues et leurs proches, pour pouvoir enfin donner de « vrais cours ». Elles me rassurent sur le déroulement de la séance, m’expliquent qu’elles ont acquis toutes les techniques pour garantir une sécurité absolue. Comme le souligne Janine : « Il faut pouvoir être attentif et surveiller les postures de chaque participant, parce que pendant une inversion (comprendre : avoir la tête en bas, ndlr), si la posture n’est pas correcte, le risque, c’est qu’on tombe sur la tête. Hahaha ». Rire jaune. Mais Janine, qu’entends-tu exactement par « le risque, c’est qu’on tombe sur la tête » ? La raison l’emporte, et je me retiens de poser cette question. De toute façon, la séance va commencer. J’essaie péniblement de monter sur le hamac, réglé à ma taille par Eva. Alors que mes coparticipantes s’allongent déjà lascivement dans leurs larges balançoires en tissu, je

peine à me hisser sans glisser sur ce hamac géant, qui semble somme toute confortable (mais inaccessible).

L’antigravité, dans tous les sens du terme Il suffisait d’attendre un peu… Dès le début de la séance, Eva détaille à la perfection chaque étape des différentes postures à adopter, et grâce à ses explications, mon installation sur le hamac se fait finalement sans problème (mon impatience me perdra). Les mouvements s’enchaînent alors, plutôt naturellement, avec une fluidité qui me surprend moi-même. On tourne, on virevolte, on bouge les bras, les jambes, avec une grande souplesse de mouvement, on s’étire, on se détend, on respire. C’est comment dire… aérien ! Jusqu’à la première inversion ! Déjà phobique du poirier au collège, j’avoue que, l’âge aidant (ou n’aidant pas, précisément), me retrouver la tête en bas et en arrière ne me convainc que très moyennement. (Et puisqu’on en est là, Eva, qu’est-ce qu’on avait dit à propos du risque de tomber sur la tête ?) « La première fois, ça peut être impressionnant », m’avait-elle prévenue, et en effet, voir le monde sous cette perspective plutôt incongrue, c’est un peu spécial de prime abord. Le secret, c’est le lâcher-prise : accepter d’être dans cette posture étrange et se concentrer sur sa respiration et sur les bienfaits du yoga aérien vantés par Eva

et Janine : idéal notamment pour soulager les maux de dos, dénouer des blocages et lutter contre le stress. Le yoga aérien, c’est tellement complet qu’on a quasiment les bénéfices d’un cours de yoga, d’un massage et d’une séance chez le kiné, tout en un ! L’autre secret, c’est de persévérer, un peu comme dans la vie, au fond : dès la seconde (et dernière) inversion, on se sent déjà plus à l’aise et on arrive à mieux appréhender l’espace, la tête en bas, les pieds en l’air. C’est amusant, finalement, l’Antigravity® ! Ça ne se limite de loin pas à des inversions, mais on réalise une foule de postures différentes, presque acrobatiques, sans le moindre risque (je vous assure !), et je réalise alors que dans FUNdamentals, il y a FUN ! Et que le plaisir enfantin de se laisser aller, de tournoyer et de se balancer vaut toutes les inversions du monde. Sans oublier le final : comme en guise de félicitations pour notre belle persévérance, la séance s’achève par quelques minutes de repos, lovés au cœur du hamac comme dans un cocon doux, rassurant et enveloppant. J’ai fermé les yeux et savouré ces instants suspendus, dans l’espace et dans le temps. C’est décidé : je m’abonne ! YOGAMOVES 19 RUE DU COMMERCE À VENDENHEIM YOGAMOVES.FR


Anne Lienhart

• Vins • Alcools • Épicerie fine • Paniers garnis • Cours de dégustation 8, rue Raymond Poincaré Bischwiller • 03 88 07 16 95 pepitesdevin www.pepitesdevin.fr


40

PAR CORINNE MAIX — PHOTOS ESTELLE HOFFERT

HAGUENAU ET ALENTOURS — Alsace du Nord

LA SÉLECTION PRÈS DE STRASBOURG

Bien-être

Eau douce C’est un lieu de bains connu depuis la nuit des temps. On raconte que Louis XIV et Montaigne auraient goûté aux vertus de cette eau de source naturelle salée, réputée pour ses nombreux bienfaits. Très riche en minéraux et en oligo-éléments, elle apaise les douleurs articulaires, les traumatismes du sport, les allergies de la peau, améliore la circulation… Situé à quelques encablures de Strasbourg, au cœur du vignoble de la Couronne d’Or, ce spa à taille humaine promet une parenthèse de détente. Soins de beauté ou massage, enveloppement ou séance détox dans le vaporium à l’eucalyptus… La carte des réjouissances apaisantes ou vivifiantes est immense ! Six praticiennes de spa et des spécialistes en sophrologie, en yoga, en diététique s’emploient à chouchouter une clientèle fidèle, à la recherche d’une relaxation très naturelle. Les gammes de produits utilisés, naturels à base d’huiles essentielles, complètent les bienfaits de l’eau et des techniques de relaxation. La séance s’achève par un bain en piscine d’eau de source ou alanguie dans un transat pour profiter de la vue sur le parc. Pour Catherine Kraemer, sa gérante, c’est évident « nos clients apprécient ce lieu hors du temps, qu’ils viennent seuls, en couple ou entre amies. Nos pratiques sont profondément inspirées des cinq hygiènes de vie : alimentaire, du mouvement, de détoxification, mentale et spirituelle. Nous prenons chacun en charge, pour qu’il tire de sa séance le meilleur bénéfice pour le corps et l’esprit. Ici, on se reconnecte à soi-même.» SPA DE SULZBAD 45, LE CANAL À WOLXHEIM 03 88 33 23 27 SULZBAD.FR


PAR CORINNE MAIX — PHOTO ESTELLE HOFFERT

LA SÉLECTION

Beauté

Lotions magiques

Au cœur de la zone de l’Aérodrome, ce salon a été relooké par Karen Wiedemann, qui rêvait de cet espace au look industriel pour s’adonner à son art des coupes stylées. Du côté des bacs, la tendance est au 100% naturel pour des couleurs plus belles, plus brillantes et un cheveu déstressé. « Nos clientes sont en recherche de produits respectueux de leurs cheveux et de la planète. De la même façon qu’on prend soin de son alimentation et de son corps avec des produits plus sains et bio, il y a une vraie tendance dans la coiffure et la cosmétique pour des produits à base de plantes » explique Karen, qui apprécie au quotidien de travailler avec des produits qui n’agressent plus les mains et les narines. Après un diagnostic de vos cheveux sur la mezzanine, les trois drôles de dames — Karen, Loan et Julie — conseillent d’éventuels soins en profondeur pour retrouver un cheveu sain, gainé et nourri. « Nous sommes adeptes de la marque Icon et proposons leur nouvelle gamme 100% naturelle à celles qui veulent couvrir jusqu’à 60 % de cheveux blancs et afficher un ambré intense, un marron chaud ou un blond froid. » Les couleurs sont obtenues à partir de plantes broyées. Rien de tel pour foncer et illuminer ses cheveux. Et pour poursuivre les soins capillaires dans sa salle de bain, Karen recommande la nouvelle gamme Organics, infusée à l’huile essentielle de CBD, extraite du cannabis. « C’est la tendance thérapeutique du moment ! Avec ces quatre produits qui s’utilisent en shampoing, après-shampoing, soin express ou quelques gouttes de sérum, on stimule la croissance des cheveux, on soigne le cuir chevelu, on ralentit leur chute. » Pas de panique à la lecture des ingrédients, ces produits sont en vente libre ! WK COIFFURE 20 RUE BRANLY À HAGUENAU 03 90 59 53 12

Marchez, pédalez et appréciez Depuis plus de 15 ans, Espace Randonnée organise des séjours à vélo, bateau vélo et randonnée à pied à travers l’Alsace et toute l’Europe et vous propose une nouvelle manière de voyager, de visiter en douceur, en toute liberté et à votre rythme, des destinations de rêves. 9, rue Ampère Haguenau | 03 90 55 01 32 www.espace-randonnee.fr


42

HAGUENAU ET ALENTOURS — Alsace du Nord

PAR FABRICE VONÉ - PHOTO CHRISTOPH DE BARRY

LA SÉLECTION

Services

Un aller pour Wissembourg À Wissembourg, Raphaël et Anthony Fortmann perpétuent l’activité paternelle au volant de leurs taxis. Une activité qui a considérablement évolué ces dernières années mais qui reste toujours aussi précieuse en Alsace du Nord. Hep taxi ! Aujourd’hui, on ne hèle plus forcément les taxis au bord de la chaussée comme par le passé. Les clichés cinématographiques ont progressivement disparu de cette activité ô combien singulière. À Wissembourg, Raphaël et Anthony Fortmann ont vécu cette mutation au plus près. C’est en 1979 que leur père, ancien prof quitte l’Éducation Nationale pour racheter une petite société de taxi. « Il pensait que ça durerait trois, quatre ans. À l’époque, il y avait encore beaucoup de militaires à transporter dans le coin », raconte Raphaël, l’aîné, désormais âgé de 35 ans. Il lui arrivait aussi de traverser la France et l’Europe pour livrer un colis ou réaliser quelques courses express. « On ne le voyait quasiment pas », se souviennent-ils. Dans un premier temps, eux tracent leur propre voie. Raphaël entreprend des études d’horticulture tandis qu’Anthony apprend la comptabilité. Avant de bifurquer, presque naturellement, vers l’activité paternelle. En 2004 pour Raphaël, cinq ans plus tard pour Anthony après « s’être rendu compte qu’il ne voulait pas rester derrière un bureau » et qu’il aspirait « à voir du monde ». Ils reprennent l’entreprise en 2014 et la transforme en SARL. Aujourd’hui leur société possède une flotte de sept véhicules qui réalisent en grande

partie du transport médical. Les Fortmann procèdent également au ramassage scolaire des enfants qui demeurent aux confins de Wissembourg comme au Geisberg et à Weiler.

Miss France et une palette d’abats Il arrive cependant que leur quotidien soit chamboulé par une demande de dernière minute. Les anecdotes ne manquent pas lorsqu’il s’agit de regarder dans le rétroviseur. Comme en 2019, lorsqu’ils avaient véhiculé Vaimalama Chaves et ses atours de Miss France à l’occasion des courses hippiques de la Pentecôte organisées dans leur fief. « On l’avait cherché le matin dans les Vosges, elle avait dormi les trois quarts du trajet », dévoilent-il. Moins glamour, Anthony se rappelle parfaitement du jour où on l’avait contacté pour transporter illico une palette… d’abats jusqu’à Dortmund. Mais c’est bien dans leur ville natale qu’ils entendent étendre leur activité. « On transporte des gens qu’on a connus quand on était gamins. Ils nous racontent comment c’était Wissembourg dans le temps, pendant la guerre. Du coup, on apprend encore mieux à connaître Wissembourg, ça

Raphaël et Anthony Fortmann

c’est top », souligne Raphaël. De quoi faire momentanément oublier que leur profession est aussi confrontée à une concurrence parfois féroce et pas forcément au fait des règles de courtoisie. Qu’importe, les deux frangins ont pris l’habitude de se serrer les coudes au gré des emplois du temps qui ont parfois tendance à se superposer et des aléas rencontrés sur la route. « Notre force, c’est d‘être toujours présents et rapides dans l’exécution. Même si on est occupé, on arrive toujours à trouver une solution en s’arrangeant avec nos taxis potes », indique Raphaël. Lors du départ à la retraite de leur père, ils avaient calculé que ce dernier avait effectué quelques allers-retours en direction de la lune au volant de son taxi. Eux qui carburent à 100 000 kilomètres par an et par véhicule lorgnent davantage vers Mars, voire Pluton. Au départ de Wissembourg, bien sûr !

TAXIS FORTMANN 1A, CHEMIN DE LA TUILERIE À WISSEMBOURG 06 89 88 18 36


Pierre Larousse Blanc de Blancs Brut Sec, frais et fruité

NOUVEAUTÉ

Pierre Larousse Rosé Sec Raisin 100% français

Retrouvez notre offre du mois sur notre page Facebook @lescavesdewissembourg

Allée des Peupliers F- 67160 Wissembourg | caves.wissembourg@cfgv.com | + 33 (0)3 88 54 93 80 www.caves-wissembourg.com | Lundi → vendredi 8h-12h — 13h-17h

LA BOULANGERIE JK

RE T OUR AU PAIN D’ANTAN ARTISAN BOULANGER

5 rue Principale, 67350 La Walck

09 87 41 77 88


44

HAGUENAU ET ALENTOURS — Alsace du Nord

PAR CORINNE MAIX — PHOTOS CHRISTOPH DE BARRY

À TABLE Les produits

Perles rares

Le troupeau étonne dans les prés d’Oberbronn. Belles robes noires, langues bleues et cornes hautes, les bufflonnes de Michaël Christmann, ont trouvé ici un terroir d’élection. L’exploitation artisanale fabrique avec leur lait la seule mozzarella d’Alsace !

Le troupeau compte 70 bufflonnes dont 30 laitières. Chacune ne produit que 8 litres de lait par jour, en deux traites.

D

es visiteurs ? Les voilà qui accourent vers les clôtures pour accueillir d’u n cha leu reu x coup de la ng ue les nouveau x venu s . À moins qu’elles n’aient repéré les trois jeunes Christmann, venus donner un coup de main et câliner la dizaine de jeunes buff lons. François, 10 ans, nous mène au milieu du troupeau ; il connaît chacune par son nom. Cerise est sa préférée. Incroyable complicité entre ces bêtes d’une demi-tonne et ce bonhomme qui pèse à peine 40 kg. « C’est un animal rustique, presque jamais malade, qui a un caractère très entier. La moindre contrariété et la bufflonne bloque sa lactation. Mais c’est aussi un animal très attachant qui recherche le câlin et les contacts ! » explique Michaël, tombé sous leur charme il y a seulement 3 ans. Lui, qui connaissait l’élevage des charolaises, quand il cumulait sa vie de salarié et sa vie d’agriculteur n’a pas choisi la simplicité. Avec les bufflonnes, tout est plus long. Chacune

produit seulement 8 litres de lait par jour, en deux traites, quand une vache en produit 30 en une seule fois. Et la transformation du fromage demande un vrai tour de main. Après avoir visité plusieurs élevages au fil de ses vacances, après avoir testé la fabrication de la mozzarella avec du lait de vache dans sa cuisine, la famille s’est jetée avec enthousiasme dans ce bain de lait tout blanc. Un premier troupeau de 7 bufflonnes et 9 génisses, acheté à un couple d’éleveurs de Forêt-Noire, a lancé le Domaine des Bufflonnes en 2017. Un spécialiste basque est venu former Michaël à la technique de fabrication des boules de mozzarella, dans le respect de la tradition. Aujourd’hui, c’est Caroline Braconnier, qui officie comme fromagère et gère la fabrication de 11 spécialités, selon les saisons. Après une vie de cadre dans les ressources humaines et un licenciement, elle a retrouvé avec ce métier le goût du travail bien fait. « Quand Michaël a proposé de me former et de le rejoindre, le projet m’a tout de suite plu. Je tire un vrai plaisir à fabri-

Ils ne sont que trois pour gérer le troupeau, produire le fromage, le foin et les céréales, préparer et faire les livraisons dans les magasins de producteurs de la région. (Ci-dessus Michaël Christmann)

quer quelque chose de A à Z », expliquet-elle, en retournant sans grimacer des plateaux de 30 fromages Pampy, moulés ce matin, qui pèsent plus de 15 kilos. « Pas besoin de salle de sport, ni de hammam ! », plaisante-t-elle dans son laboratoire chauffé à 30°C et 100% d’humidité pour la fabrication de ces perles rares. Un nouveau site d’élevage et de production au village

village d’un nouveau site d’élevage et de production. « En termes d’image, c’est important, on aura tout sur le même site et le laboratoire pourra produire plus que le millier de boules hebdomadaires au plus fort de la saison ». Il nous parle d’une raclette et d’une feta au lait de bufflonne pour agrandir la famille des pâtes filées, molles (le munster), les tomes et les fromages frais… Nous reviendrons !

DOMAINEDESBUFFLONNES.FR

Dans la cour de la maison familiale de 1747, à Uhrwiller, la petite séance de dégustation des spécialités au lait de bufflonne, jusqu’à la glace, achève de nous faire fondre. C’est incroyablement onctueux et crémeux, le goût est subtil, rien à voir avec les caoutchouteuses boules industrielles au lait de vache ! C’est le fromage le plus consommé au monde, mais on compte sur les doigts de la main les producteurs artisanaux français. Une rareté qui alimente le projet de Michaël Christmann de s’agrandir, avec la construction, au

VENTE DIRECTE À OBERBRONN, RUE BORN LES VENDREDIS DE 17H30 À 19H ET À UHRWILLER, 34 RUE NEUVE LES SAMEDIS DE 9H À 12H


Brasserie Licorne SAS RCS TI 381 077 783 - Crédit photo : Preview - Suggestion de présentation.

C’est depuis Saverne en Alsace, que rayonne la Brasserie Licorne. Fabricant et distributeur, notre identité s’affirme désormais en France et à l’international, forte d’un savoir-faire remontant à 1845 et portée par une volonté farouche d’innover et de développer des produits différents, parfois inattendus.

www.brasserielicorne.com

L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ. À CONSOMMER AVEC MODÉRATION.

Depuis 6 générations, le Moulin FRITZ produit une large gamme de farines artisanales issues de blés récoltés chez les céréaliers d’Alsace du Nord.

Découvrez les produits du Moulin à notre boutique « La Farinière » 18, chemin de l’Étang — 67620 SOUFFLENHEIM — 03 88 86 60 19 — www.moulin-fritz.fr


46

PAR FABRICE VONÉ - PHOTOS CHRISTOPH DE BARRY

HAGUENAU ET ALENTOURS — Alsace du Nord

À TABLE Les produits

L’or blanc au bord de l’étang À Soufflenheim, la famille Wolff exploite le Moulin Fritz depuis 1839. Un savoir-faire qui a désormais la cote auprès des particuliers qui s’approvisionnent directement à la Farinière. Bienvenue chez Nathalie et Christophe, meuniers au grand cœur.

Christophe Wolff perpétue la tradition meunière familliale depuis 1839

Le Moulin Fritz écrase 1500 kilos de blé à l’heure

« C’est comme dans un moulin ici, ça rentre et ça sort ». Il est 16 h 30 et les allées et venues se multiplient à la Farinière, l’espace de vente du Moulin Fritz à Soufflenheim dont s’occupe Nathalie Wolff depuis 2008. À l’intérieur de ce gracieux chalet en bois, on vient chercher différentes variétés de farine, des épices en vrac, des graines de sésame, de courges et de tournesol pour l’apéro des pâtes et toutes sortes de conseils en matière de recettes. Certains acquièrent déjà la matière première qui servira à la confection des bredele de Noël, d’autres fabriquent leur propre pain ou leurs tartes flambées. On trouve également les thés et tisanes de Passport Tea, élaborés à Wiwersheim, du miel, des confitures et des oignons d’agriculteurs du coin. Bref, que du très bon ! La vente directe auprès des particuliers a d’ailleurs explosé durant le confinement. Faisant de la farine une espèce d’or blanc, ayant rapidement disparu des rayons de la grande distribution au point de faire la lumière sur les fameux circuits courts : du producteur au consommateur. Une majorité de la clientèle du Moulin Fritz a conservé cette bonne habitude de s’aventurer au fond de la rue de l’Étang. Aux confins de la cité des Potiers, la famille Wolff y perpétue la tradition meunière depuis 1839. Six générations plus tard, c’est au tour de Christophe de faire tourner le moulin 8 heures par jour et 365 jours par an. « C’est un moulin microscopique, prévient l’artisan épaulé de quatre autres personnes à l’ouvrage sur les trois niveaux du bâtiment. On écrase 1500 kilos de blé à l’heure, ce qui représente 1000 tonnes par an. » À titre de comparaison, cela équivaut à la production journalière des minoteries des Moulins Advens (ex Grands Moulins de Strasbourg). Christophe Wolff se fournit en blé chez une quinzaine d’agriculteurs situés dans un rayon de 30 à 35 kilomètres. Circuit court toujours. « Ils nous plantent les sept à huit variétés dont on a besoin », poursuit-il. Outre la vente directe, il livre de nombreux restaurateurs, boulangers et pâtissiers du Pays Rhénan. Il y a trois ans, le Moulin Fritz a enrichi sa production d’une gamme bio. Qui se retrouve également en bonne place sur les étals de la Farinière. MOULIN FRITZ ET LA FARINIÈRE 18 RUE DE L’ÉTANG À SOUFFLENHEIM 03 88 86 60 19 MOULIN-FRITZ.FR


PAR CORINNE MAIX — PHOTO ESTELLE HOFFERT

À TABLE Les produits

Pain béni « Retour au pain d’antan », telle est la promesse que Jérémy Kraemer affiche fièrement sur sa camionnette et pour ce jeune boulanger de Val-de-Moder, ce ne sont pas des paroles en l’air. Avec des farines pures, un levain maison et beaucoup de conviction, cet artisan redonne du goût au pain. La boulangerie a ouvert le 28 janvier. « Je m’étais fait la promesse d’avoir ma boulangerie avant mes 30 ans qui tombaient en juillet ! » s’amuse le jeune boulanger qui collectionne les diplômes et les belles expériences (Gautherot, Au Pain de mon Grand-Père). L’ancienne boulangerie a été refaite dans un style naturel et chaleureux, mais ce sont les beaux pains qui attirent l’œil. La gamme est resserrée autour de spécialités 100% épeautre, khorasan ou tour de meule, vendues au poids ; les viennoiseries sont produites avec des farines issues de la filière Culture Raisonnée Contrôlée et du beurre AOP. Rien que du bon, du goût et du savoir-faire ! « Travailler ces farines sans gluten ajouté demande une vraie technique et de la précision. Je pétris mes pâtes à petite vitesse pour garder tous les enzymes de la farine et toutes leurs qualités nutritionnelles et de saveurs. Au final, je produis un pain plus digeste qui se conserve longtemps. » Il veille sur son levain maison comme sur un bébé et attribue à chaque type de préparation (dur, liquide, de lait) un goût différent, du plus corsé au plus acide… « Mes clients font de plus en plus attention à ce qu’ils mettent dans leur assiette ; ils veulent de l’authenticité et des saveurs ! » LA BOULANGERIE JK 5 RUE PRINCIPALE À VAL-DE-MODER 09 87 41 77 88 ET SUR LES MARCHÉS DE BRUMATH LE MERCREDI, DE REICHSHOFFEN LE JEUDI, AU JARDIN DU ROTTWEG, À MERTZWILLER LE VENDREDI, À BISCHWILLER LE SAMEDI.

EXCLUSIVITÉ DU SALON

Une ligne naturelle, bio, qui ne contient ni eau ni parfum, à base d’Aloe Vera, enrichie en huiles essentielles et en CBD.

Une alternative naturelle sans conservateurs, sans danger pour le cuir chevelu et la santé de vos cheveux.

Wiedemann Karen Coiffure | 20 rue Branly | Haguenau 03 90 59 53 12 WK Coiffure


48

HAGUENAU ET ALENTOURS — Alsace du Nord

PAR CORINNE MAIX — PHOTOS CHRISTOPH DE BARRY

À TABLE Les produits

Sacrée bouteille

« Celtic, l’eau minérale idéale » Pour les Alsaciens, c’est aussi l’eau de Niederbronn-les-Bains, issue de la seule source du Bas-Rhin, au cœur du Parc Régional des Vosges du Nord. Fière de cette naturalité, la petite entreprise familiale se bat pour réduire au maximum son empreinte écologique d’embouteilleur. La France compte parmi les plus gros consommateurs d’eau en bouteille. 25 millions de bouteilles plastiques sont ainsi jetées chaque jour, et seulement 58% sont recyclées. « Depuis deux ans, il y a une prise de conscience des consommateurs, qui cherchent des produits plus responsables. Chez Celtic, nous travaillons depuis longtemps à optimiser la bouteille en PET (polytéréphtalate d’éthylène), parce que la nature nous donne une ressource et que nous sommes attentifs à lui rendre ce cadeau ! » explique Alain Andreolli, responsable marketing et export de la marque. Après avoir investi dans une nouvelle ligne d’embouteillage, plus performante et capable d’économiser 25% d’énergie, fin 2018, Celtic révolutionne maintenant ses packagings dans leur globalité, avec une approche pionnière sur le marché des eaux en bouteille. Aujourd’hui, le rPET qui compose ses flacons provient à 100% de bouteilles recyclées, le bouchon est transparent pour éviter tout colorant inutile et faciliter son recyclage, l’étiquette est imprimée sur un polypro 100% recyclé avec un ancrage minimum et le film qui enserre les packs d’eau est lui aussi 100% recyclé et recyclable ! « Nous garantissons zéro bisphénol A et zéro phtalates (ces perturbateurs endocriniens cachés dans de nombreux produits du quotidien) et un emballage totalement recyclable ! », se réjouit Alain Andreolli. Un vrai progrès pour cette eau minérale largement distribuée dans les magasins bio. Mais l’industriel aux 20 millions de cols annuels n’en oublie pas pour autant de travailler sur la consigne des bouteilles en verre. Un système encore plus vertueux. « Toute la difficulté, c’est que nous exportons 70% de notre production dans des pays où la consigne n’est pas encore bien organisée », regrette le responsable marketing. « En Alsace, elle progresse et nous réfléchissons actuellement à développer un système de livraison des bouteilles en verre à domicile. » Autres innovations dans les cartons : des boissons à base d’eau minérale pour développer encore la gamme Celtic. À suivre… L’Europe, et par conséquent la France, imposent un taux de 25 % de matière recyclée dans les bouteilles PET d’ici à 2025. Les nouvelles bouteilles Celtic atteignent 100%.

CELTIC 58, ROUTE DE BITCHE À NIEDERBRONN-LES-BAINS EAUCELTIC.COM


PAR FABRICE VONÉ - PHOTOS CHRISTOPH DE BARRY

49

À TABLE Les produits

L’envol de la Licorne Propriété du groupe allemand Karlsberg depuis 1989, la brasserie Licorne s’apprête à retrouver son indépendance. Avec l’ambition de développer sa marque au niveau national depuis son site historique de Saverne.

La brasserie savernoise produit un million d’hectolitres de bière par an

Initialement, ils devaient trinquer début mars. Mais la première vague de pandémie de Covid-19 et le confinement sont passés par là, retardant du même coup le projet de reprise de la brasserie Licorne par ses dirigeants via le fonds d’investissement UI Gestion. L’entreprise, basée à Saverne, appartient au groupe allemand Karlsberg depuis 1989. Ce dernier ambitionne de se recentrer sur son marché intérieur. Les discussions viennent tout juste de reprendre et la Licorne devrait très rapidement déployer ses ailes sous pavillon alsacien. « L’idée est de devenir une marque forte et de prendre notre autonomie », indique Fabrice Schnell, le directeur technique de la brasserie. La marque en question a vu le jour en 2007. Elle a très vite acquis ses lettres de noblesse au travers de succès retentissants. Parmi les plus notables, la Black by Licorne, une bière noire de spécialité, capable de combler les amateurs de Guiness et qui a collectionné les prix en 2008, année de sa création. La Licorne Elsass, breuvage 100% alsacien dont les principaux ingrédients proviennent d’Hochfelden, Erstein et Colmar, a aussi franchi les marches de nombreux palais. Plus récemment, la gamme Slash a défrayé la chronique brassicole par son univers tatoué et rock’n’roll, orchestré par l’illustratrice Marie Meier, et ses riffs épicés.

Des flocons aux flacons La brasserie savernoise produit un million d’hectolitres de bière chaque année et distribue également la boisson énergisante Dark Dog. Sa future indépendance ne devrait pas chambouler la donne. Aussi bien pour le consommateur que pour les 189 salariés de la société qui n’a cessé d’investir. À la fois dans son unité de production tout comme dans sa démarche énergétique matérialisée par la récupération des vapeurs d’ébullition. « On a une réelle volonté d’avoir une faible empreinte carbone », souligne Fabrice Schnell. Le contraste est d’ailleurs saisissant à l’ombre de l’ancienne brasserie érigée en 1912 trônant au cœur du site de la rue de Dettwiller. En ce début septembre, le mercure titube avec les 30°C tandis que les premières bières de Noël, à l’arôme délicieusement orangé, sont mises en bouteille au rythme de 60 000 unités à l’heure. Comme un symbole, la corne de la licorne enserre désormais le col de la canette également identifiable par la présence d’un héraldique représentant l’animal légendaire. Le logo a aussi eu droit à sa cure de jouvence et des paillettes ornent les flocons présents sur l’étiquette. Vivement Noël ! La société compte 189 salariés

BRASSERIE LICORNE 60 RUE DE DETTWILLER À SAVERNE BRASSERIELICORNE.COM


50

PAR FABRICE VONÉ - PHOTOS CHRISTOPH DE BARRY

HAGUENAU ET ALENTOURS — Alsace du Nord

À TABLE Les produits

Effervescence aux Caves de Wissembourg Les Caves de Wissembourg célèbrent leur 50e anniversaire. Une longue histoire ponctuée de succès à l’image des 22 millions de bouteilles de vin mousseux produites chaque année. C’est une adresse qui fait des bulles depuis 1970. Et qui figure en bonne place dans les GPS d’Outre-Rhin puisqu’une majorité de la clientèle de la boutique des Caves de Wissembourg est allemande. Celle-ci voue un véritable culte au Sekt (vin mousseux) qui est ici plus abordable financièrement car moins taxé. L’établissement bas-rhinois fut d’ailleurs créé par un groupe germanique qui souhaitait bénéficier du savoir-faire français en matière de vinification. Jusqu’en 1992 où les Caves de Wissembourg rejoignent la Compagnie Française des Grands Vins (CFGV) qui développe la marque Charles Volner à Tournan-en-Brie (Seine-et-Marne) et Veuve Amiot à Saumur (Maine-et-Loire). Avec un procédé unique qui se distingue de la méthode dite traditionnelle et qui concerne habituellement les autres vins pétillants comme le champagne et le crémant. « Notre expertise, c’est la deuxième fermentation, que l’on réalise en cuve close selon la méthode Charmat, et que l’on fait à partir de vins dits tranquilles (fermentés une première fois) » explique Amaury Reverte,

directeur des Caves de Wissembourg. « Ce qui nous permet d’éviter le remuage et le dégorgement du procédé de fabrication du Champagne en les remplaçant par une opération de filtration »

Un couteau suisse taillé pour le sur-mesure L’outil de production alsacien, qui compte aujourd’hui une soixantaine de salariés, est orienté vers la production nationale mais également vers l’export : Allemagne, Russie, États-Unis, Brésil, RoyaumeUni… Entre 20 et 22 millions de bouteilles de vins mousseux sortent chaque année de ces dizaines d’immenses cuves sous les marques de Pierre Larousse, Opéra, Muscador… Une gamme de cocktails a également vu le jour avec toute une variété de saveurs (tequila, cassis, mojito, litchi, pêche…) à destination d’une clientèle plus jeune et plus féminine. « Wissembourg a un rôle de couteau suisse et allie flexibilité et expertise afin d’absorber une complexité de formats, vins, marques », souligne M. Reverte. Blanc,

rosé, brut, demi-sec, doux se déclinent aussi bien en quart, fillette (demie-bouteille), bouteille que magnum. « Le développement se fait sur le vin mais également énormément sur le contenant, on peut jouer sur une multitude d’éléments comme la forme de la bouteille, le design de l’étiquette et de la collerette, le bouchon et son muselet », prévient Amaury Reverte. Sa société propose également d’habiller les bouteilles de ses consommateurs avec des étiquettes personnalisées ; la solution idéale pour rendre un mariage ou un anniversaire unique ! « On est à l’écoute de tout projet d’un client pour développer une étiquette à sa marque, un type particulier de bouteille. On est vraiment spécialisé dans quelque chose de très proche du sur-mesure », ajoute-t-il. Une réflexion est en cours pour l’élaboration d’un produit bio qui devrait très prochainement enrichir un catalogue déjà avantageusement pétillant.


Une entreprise à votre service pour tous vos projets en énergies renouvelables.

50 ans, ça se fête !

40s an

TISE PER

D’EX

Les Caves de Wissembourg entendent célébrer leur cinquantième anniversaire au travers de portes ouvertes, le samedi 17 octobre entre 10 h et 16 h. Un parcours fléché orientera les visiteurs au cœur de son usine située au début de l’allée des Peupliers. Diverses dégustations concluront ce parcours. Une cuvée anniversaire verra également le jour, née d’un assemblage unique, frais, fruité et acidulé, aux notes de poire et de pêche commercialisée sous la marque Pierre Larousse en bouteille de 37,5 centilitres.

NOS SOLUTIONS TECHNIQUES Aérothermie Géothermie et aquathermie Solaire photovoltaïque Autoconsommation Solaire thermique Ventilation Double flux Bois Granulés CAVES DE WISSEMBOURG 2 ALLÉE DES PEUPLIERS À ALTENSTADT - WISSEMBOURG CAVES-WISSEMBOURG.COM

1, rue Maurice Allais | Wissembourg | 03 88 94 26 00 www.bolidum.fr


52

PAR LÉONOR ANSTETT — PHOTO CHRISTOPH DE BARRY

HAGUENAU ET ALENTOURS — Alsace du Nord

À TABLE La recette

Cordon bleu de veau gratiné au munster

C’est après avoir fait leurs armes dans le groupe Bocuse en Floride et à Lyon, que Karine Hampele et son compagnon Eytan Chettrit ont repris il y a quelques années les rennes du restaurant familial… depuis quatre générations ! Aux portes de Wissembourg, à Hatten, la charmante cheffe du Petit Stamm nous livre les tours de main de son fameux cordon bleu gratiné au munster !

Pour 4 personnes Préparation : 10 min Cuisson : 10 min à la poêle + 20 min au four Ingrédients Cordon bleu - 4 escalopes de veau bien fines taillées dans la noix de veau (env. 180 g chacune) -  4 tranches de jambon blanc tranchées finement -  4 tranches d’emmental -  8 tranches de munster -  sel Panure à l’anglaise -  150 g de chapelure de pain -  150 g de farine -  2 jaunes d’œufs -  Préchauffez votre four à 180 °C en chaleur sèche

Préparation - Mettre à plat les escalopes puis les saler - Garnir avec le jambon et l’emmental - Rouler l’escalope de manière à emprisonner la garniture afin qu’elle ne s’échappe pas lors de la cuisson (utilisez un cure-dents pour fermer) - Saler - Réserver au frais - Préparer les ingrédients pour une panure à l’anglaise :  1 plat de farine, 1 plat avec les jaunes d’œufs mélangés au fouet, 1 plat avec la chapelure de pain - Sortir les cordons bleus puis les disposer dans la farine, tapoter de manière à ôter l’excédent, les recouvrir de jaune d’œufs, égoutter de manière à ôter l’excédent, les rouler dans la chapelure puis réserver sur un plat Cuisson - Faire chauffer un fond d’huile de tournesol dans une poêle puis déposer les cordons bleus délicatement (attention aux éclaboussures !) afin de dorer chaque côté - Les disposer sur un plat pouvant aller au four (idéal en inox) - Enfourner à 180°C pendant 15 min. Dès leur sortie, disposez 2 tranches de munster sur chaque cordon bleu puis enfournez à nouveau pour 5 min. C’est prêt !

L’accord parfait

Un verre de Saint Joseph Rouge !

Les conseils de Karine Hampele :

« Vous pouvez varier la garniture d’accompagnement en respectant les saisons : en été, des petites pommes de terre au four aux herbes de Provence et de la ratatouille. En hiver, des spaetzle avec du chou rouge confit et une sauce crème aux champignons. Si vous n’aimez pas le munster, vous pouvez remplacer par du fromage à raclette ou de la mozzarella pour gratiner votre cordon bleu. »

LE PETIT STAMM 9 RUE DE BUHL À HATTEN 03 88 73 74 72 LEPETITSTAMM.COM


Hallali, scènes de chasses Tomi Ungerer

Argentoratum — 1999

chicmedias éditions

Livre inédit En vente exclusive 22€

La Vitrine chicmedias 14, rue Sainte-Hélène — Strasbourg

E-shop : www.chicmedias.com


www.chicmedias.com


Les offres EQ Days sur plus de 20 modèles hybrides rechargeables.

HAGUENAU - Z.I. La Sablière 67590 Schweighouse s/Moder 03 88 05 00 00 - mercedes-haguenau.fr Consommations combinées pondérées du GLA 250 e : 1,3-1,7 l/100 km - CO₂ combinées pondérées : 30-38 g/km. Consommations combinées pondérées de la Classe A 250 e : 1-1,3 l/100 km – CO₂ combinées pondérées : 22-30 g/km. Depuis le 1er septembre 2018, les véhicules légers neufs sont réceptionnés en Europe sur la

base de la procédure d’essai harmonisé pour les véhicules légers (WLTP), procédure d’essai permettant de mesurer la consommation de carburant et les émissions de CO₂, plus réaliste que la procédure NEDC précédemment utilisée. Le modèle de borne de recharge peut varier selon les versions commercialisées. Rapprochez-vous de votre Distributeur Agréé pour plus de précisions.

MB2009_EQ_GLA_A_240_340_KROELY.indd 1

15/09/2020 11:56

Profile for Zut Magazine

ZUT Journal Haguenau et alentours N°7  

Advertisement
Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded