Issuu on Google+

MARS-FÉV. 2010 - PRIX 14 %

N°37

L’ A C T U A L I T É M U L T I S E C T O R I E L L E D E S P R O D U I T S L I Q U I D E S

transport de matières Dangereuses

Expertise

Actualités

Entretien

Crédit N. Pozdniakova - Fotolia

L’Européenne de condiments Un filtre comme protection membranaire pour la moutarde

Krohne France fête ses 50 ans Des applications variées pour la débitmètrie et la niveaumètrie

Fluides supercritiques

Au cœur du développement des industries

www.lejournaldesfluides.com

Point sur les réglementations


Sommaire ActuS Des pompes KSB pour l’extension du réseau d’eau d’Abu Dhabi............... P5 IPA 2010, pleins feux sur l’innovation.............................................................. P7 Krohne fête ses 50 ans.........................................................................................P10 P.07

Entretien JB tec et Agitec « 2 sociétés, 2 marques pour une meilleure visibilité »..............................P12 Européenne de condiments : « Un filtre efficace utilisé comme protection membranaire »...................P15

P.12

P.10

Expertise Les fluides supercritiques au cœur du développement des industries......P18 Le nouveau système AutoCal de Grundfos alldos : un dosage précis malgré les fluctuations de pression..................................P20 Que choisir ? Dosage - remplissage............................................................................................P22 Produits phares Pompes, débitmètre, agitateur,.........................................................................P26 BILAN CFIA : hausse de fréquentation de 12 %

P.20

et internationalisation des visiteurs..................................................................P32 Zoom sur... Aquitaine matières dangereuses Créée en 2008 par Laurent Huré, conseiller à la sécurité en transports de marchandises dangereuses, la SARL Aquitaine matières dangereuses est spécialiste de la règlementation et de la prévention des risques dans les opérations de TMD (Transport de Matières Dangereuses). Son objectif : apporter une prestation de qualité, adaptée à l’activité des entreprises. Entretien et point sur les règlementations en vigueur.

P.26

P.32

Laurent Huré : « Conseiller à la sécurité en transports de marchandises dangereuses, un métier passionnant et varié »..............P38 Les questions que les entreprises doivent se poser / Les classes de marchandises dangereuses.......................................................P39 Les réglementations : ce que l’ADR impose, les nouveautés, cas particuliers,...������������������������������������������������������������������� P40 Parution / Web.............................................................................................P44

P.38

Agenda................................................................................................................P45

N°37 mars-avril 2010 LE JOURNAL DES FLUIDES




Édito Du CFIA aux fluides supercritiques, les innovations vont bon train Le CFIA vient de se terminer. C’est pourquoi nous vous proposons dans ce numéro un bilan de ce grand rendez-vous de l’agroalimentaire en Bretagne, première région agricole française, et la sélection de produits phares présentés à cette occasion. Vous pourrez aussi découvrir un dossier sur un sujet crucial pour ceux qui travaillent dans les fluides : le transport de matières dangereuses, à travers le métier de conseiller à la sécurité et les règlementations en vigueur. Ce numéro vous permettra également d’avoir un éclairage sur un procédé qui prend de l’ampleur : les fluides supercritiques, ou de connaitre les mécanismes d’un nouveau système de dosage plus précis malgré les fluctuations de pression. Enfin notre rédaction fait le focus sur deux sociétés : l’Européenne de condiments et ses filtres permettant la fabrication de la moutarde et Agitec, spécialisée dans le secteur de l’agitation et du mélange. Bonne lecture à tous. Emmanuelle Genoud Rédactrice



LE JOURNAL DES FLUIDES mars-avril 2010 N°37


Salmson, fournisseur agréé d’agitateurs du groupe Saur pour 2 ans Le département du « Cycle de l’Eau » de Salmson, via la cellule Grands Comptes & Prescription, vient de signer un contrat de 2 ans avec le groupe Saur, pour la fourniture d’agitateurs submersibles. Spécialiste du marché du cycle de l’eau, Saur possède une division exploitation ainsi qu’une division traiteur d’eau, sous le nom de Stereau. Contactée en juin 2009 par le groupe Saur, Salmson a répondu et gagné l’appel d’offre proposé concernant la fourniture d’agitateurs submersibles. Depuis décembre 2009 et pour une durée de 2 ans, Salmson est désormais référencée dans la liste des fournisseurs agréés du groupe Saur, pour l’équipement de ses stations d’épuration. Cet accord s’applique également au travers de Saur exploitation pour le remplacement ou le renouvellement d’équipement. « Après de nombreuses négociations, nous avons finalement remporté ce contrat grâce à nos prix attractifs mais aussi et surtout grâce à la technologie de nos agitateurs, peu gourmands en énergie et offrant un excellent rendement », explique François Dupré, responsable Grands Comptes et Prescription au département « Cycle de l’Eau ». C’est en effet la nouvelle gamme haut rendement des agitateurs TR de la gamme Emu Technology qui a été proposée au groupe Saur. Ces agitateurs offrent de bonnes valeurs de poussée tout en générant de faibles consommations électriques. Ils répondent également aux critères de réduction des coûts énergétiques définis par la nouvelle norme Iso 21630 d’Août 2007, portant sur le rapport entre la poussée d’agitation et la puissance consommée aux bornes du moteur.

EKgFE FNEN  g    g K                                        

       

Des pompes KSB pour l’extension du réseau d’eau d’Abu Dhabi Fin 2009, le groupe KSB a remporté une commande portant sur quatre grosses pompes « eau » destinées à la station de pompage de Shuweihat, dans l’émirat d’Abu Dhabi. Le distributeur d’eau local va planifier l’extension de la station et du système de distribution existant, avant que les groupes motopompes viennent rejoindre les dix autres pompes du même type fournies par KSB en 2003. Chacun de ces nouveaux groupes motopompes du type RDLO 600-1200 B pèse près de 20 tonnes et débite 5 746 mètres cubes d’eau à l’heure à une hauteur de 190 mètres. Les corps, les roues et les arbres sont fabriqués en acier duplex garantissant une tenue optimale à la corrosion. Le rendement hydraulique des groupes

     X¶  Æ       X¶ 

'/#0&'<8164'$#&)'  '/#0&'<8164'$#&)' 574999T+2#g9'$T%1/

Un événement

 ¶FNEN ¸   ¸  

N°37 mars-avril 2010 LE JOURNAL DES FLUIDES

5


A ctus sera d’au moins 87 %. Une fois assemblés, les quatre groupes motopompes seront soumis à une marche d’essai (string test) dans une usine KSB. Alors que les essais pour des pompes de cette taille sont généralement réalisés avec les entraînements existant sur le banc d’essai, les spécialistes utiliseront ici les entraînements originaux. Pour ce faire, le transformateur, le convertisseur de fréquence et le moteur de la pompe sont montés sur le banc d’essai pour y être testés en tant qu’ensemble motopompe. La livraison est prévue pour début 2010.

(un des constituants de l’air). Biodégradable, non polluant, non toxique, soluble dans l’eau et incolore, il est conforme aux normes DIN 70070 et 70071 ainsi qu’aux réglementations Iso 22241 et CEFIC, nécessaires pour préserver le bon fonctionnement du système catalytique (SCR) du véhicule. Cependant son stockage doit être réalisé avec de nombreuses précautions pour éviter sa détérioration (risque de décomposition en ammoniac, corrosif pour certains métaux, sensible aux températures extrêmes, contamination rapide par des corps étrangers,...). C’est pourquoi, pour les entreprises qui ne souhaitent pas dépendre des conditionnements limités de AdBlue®, CEMO lance une nouvelle unité de distribution AdBlue® Standard de 5 000 litres. Elle est proposée en version indoor ou en outdoor.

Politique environnementale : Bruxelles et le Grenelle font progresser la gestion de l’eau

Cemo : extension de sa gamme stations service AdBlue® L’Union européenne a renforcé les limites d’émissions polluantes applicables aux véhicules routiers, notamment en ce qui concerne les émissions de particules et d’oxydes d’azote. La norme Euro 6, qui vient d’être votée, impose une nouvelle diminution de ces émissions polluantes. Elle entrera en vigueur en 2014. Dans ce contexte, Cemo France propose l’extension de sa gamme stations service AdBlue®. Nom commercial d’une solution aqueuse à base d’urée et d’eau déminéralisée, cette composition transforme (via la technologie SCR) les oxydes d’azote des gaz d’échappement en vapeur d’eau et en azote



LE JOURNAL DES FLUIDES mars-avril 2010 N°37

Le Commissariat général au Développement Durable (CGDD) vient de rendre publique l’auto-évaluation des politiques environnementales menées par la France depuis 2005, en réponse aux quarante-neuf recommandations qui lui avaient été faites cette année-là par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Six d’entre elles concernaient plus particulièrement le domaine de l’eau. Le Grenelle de l’environnement et les directives européennes ont été, ces dernières années, les deux sources principales de progrès en terme de gestion de l’eau, si l’on en croit le bilan fait par le CGDD. Ainsi, en ce qui concerne la réduction des pollutions de l’eau d’origine agricole, 1,4 milliards d’euros d’aides de la politique agricole commune (soit 28 % des aides accordées en France) ont été réorientées afin d’encourager une agriculture plus respectueuse de l’environnement. La mise en place du 4ème programme d’action Nitrates (2009-2013), en application de la directive européenne Nitrates, va dans le même sens. Les engagements du Grenelle de l’environnement prévoient notamment de leur côté la mise en place d’une certification environnementale des exploitations et la diminution de l’usage des produits phytosanitaires. D’autres évolutions sont venues de la loi sur l’eau de 2006, comme la mise en place des redevances pour les pollutions diffuses ou des redevances pour les pollutions de l’eau dues aux activités d’élevage, qui doi-


aCtUs

vent permettre d’améliorer l’équilibre dépenses/recettes des agences de l’eau pour le secteur agricole. La multiplicité des polices de l’eau, montrée du doigt par l’OCDE, doit quant à elle être dépassée grâce à la réorganisation administrative en cours. Cette dernière aboutit à un regroupement des compétences de polices de l’eau dans les directions départementales de l’équipement et de l’agriculture.

la recherche et de l’innovation, avec la création d’un Espace Recherche Développement Innovation, la mise en place d’un programme de conférences sur le Forum Innovation Recherche, un Concours IPA Innovation… Destiné à promouvoir l’excellence technologique et exclusivement réservé aux exposants, le Concours IPA de l’Innovation, reconnu par l’ensemble de la profession et des grandes institutions, récompensera les innovations les plus marquantes avec 5 prix. La tenue parallèle d’IPA, du Sial et d’In-Food représente une offre exhaustive des différentes étapes de la filière agroalimentaire, de l’amont à l’aval : process, ingrédients, produits intermédiaires et produits finis.

total adapte sa logistique pétrolière en France : une nouvelle adaptation du maillage logistique Face à la crise et à la baisse du marché des produits pétroliers, le groupe Total doit progressivement adapter son maillage logistique en France. Dans cette perspective, trois étapes sont prévues : confier les opérations de cinq dépôts (Hauconcourt en Moselle, Saint-Julien en Haute Savoie, Le Mans dans la Sarthe, Ouistreham dans le Calvados, Port la Nouvelle dans l’Aude) à des sociétés logistiques spécialisées, cesser les activités du dépôt du Pontet dans le Vaucluse et procéder à un investissement destiné à doubler l’activité du dépôt pétrolier de Port la Nouvelle dans l’Aude. Une reconfiguration du maillage logistique qui ne remet toutefois pas en cause, la présence du Groupe Total, premier opérateur de logistique pétrolière en France. Ce projet présenté au comité central d’entreprise le 20 janvier 2010 ne devrait entrainer aucun licenciement grâce à des reclassements internes.

U N E L A RG E G A M M E D E S O L U TIO N S P O U R L ’ H Y G IÈ N E www.pnr.fr

Pistolets et lances de lavage

IPA 2010, pleins feux sur l’innovation Le prochain IPA, salon International du Process et du conditionnement Alimentaire, se tiendra dans le hall 7 du Parc des expositions de Paris-Nord Villepinte, du 17 au 21 octobre 2010. L’occasion de retrouver directeurs généraux, directeurs de la production, directeurs de site ou encore des responsables recherche & développement… 44 000 industriels agroalimentaires ont rendez-vous dans le nouveau hall 7 pour découvrir une offre complète de matériels et équipements pour la transformation de produits alimentaires, de technologies, machines et matériels d’emballage présentés par 600 sociétés, 48 % venant de l’étranger. IPA a choisi de placer son édition 2010 sous le signe de

Enrouleurs inox avec flexibles et pistolets de lavage

Têtes auto-rotatives pour le lavage interne de cuves, tanks, containers

Têtes de lavage haute pression pour le lavage de containers. Têtes auto-rotatives Utilisation ultra hygiénique

1 HA LL 8 C3 4/ D3

PNR France 56 boulevard du Courcerin Espaces Multiservices N°42 7 7 1 8 3 C R O I S S Y B E A UB O U R G M A R N E L A VA L L E E Tél. 33 (0)1 60 17 63 65 Fax : 33 (0)1 60 17 62 60

N°37 mars-avril 2010 LE JOURNAL DES FLUIDES

7


A ctus Pays-de-la-Loire : le certificat Certiphyto à l’essai Une nouvelle certification va voir le jour en 2010 pour tous les professionnels applicateurs, conseillers ou distributeurs de produits phytopharmaceutiques à usage professionnel. Le ministère de l’Agriculture et de la Pêche a prévu différents accès : par validation des acquis académiques, par validation d’un test QCM, par formation d’une demi-journée à deux jours selon qu’elle soit suivie, ou non, d’une évaluation des connaissances. L’obtention de ce certificat, baptisé Certiphyto, sera rendue obligatoire en 2014. Partout en France, les acteurs concernés profitent de la phase expérimentale, prévue jusqu’en juin, pour mettre en place une offre de formation adaptée. En Pays-dela-Loire, les six Chambres d’agriculture, Agrilia Formation et

le Centre National de Promotion Horticole (CNPH) proposent une session de deux jours au cours de laquelle sont présentés les systèmes de cultures innovants, les méthodes alternatives au désherbage chimique et la lutte intégrée à travers des visites de terrain et des témoignages d’agriculteurs. Vingt-quatre sessions de formation sont prévues jusqu’en juin. « Devant le succès de l’opération, il faudra en prévoir au moins 30 de plus » estime toutefois Hervé François, coordinateur de l’opération à la Chambre Régionale d’Agriculture « La formation est, en effet, gratuite durant cette période et le certificat délivré sera valable 10 ans au lieu de 5 pour les professionnels formés ultérieurement ».

L’importance de la protection coupe-feu Depuis l’application de l’arrêté du 22 mars 2004 du Ministère de l’Intérieur, les bâtiments et installations doivent remplir des conditions précises en matière de résistance au feu pour convenir au stockage de liquides de différentes classes de danger. Seules les installations avec une validation officielle sont reconnues par les organismes d’assurances pour le stockage de produits dangereux. Le BMC de Denios, qui a obtenu la validation d’Efectis (anciennement CTCIM), permet de stocker les produits inflammables à proximité des bâtiments et en limite de propriété tout en gardant sa couverture d’assurance. En cas d’incendie, le BMC garantit la résistance au feu pendant 120 minutes à l’intérieur ou à l’extérieur du conteneur, permettant aux pompiers et secouristes d’intervenir rapidement. Pendant le travail quotidien, le BMC convient pour le stockage sur rétention de fûts et petits récipients à proximité d’une chaîne de production. Grâce à une large gamme d’accessoires incluant entre autres une ventilation, un maintien de portes, des luminaires, des convecteurs ou encore un équipement en version Atex, le conteneur BMC peut être per-

sonnalisé selon les besoins. Sur demande, le BMC peut même être transformé en salle de travail : il est par exemple possible d’y installer une unité de peinture ou un poste de soutirage.

Le développement durable : un choix d’éducation… avec la société KNF Neureberger Durant leurs études, les élèves réalisent des expériences en Travaux Pratiques de chimie comme les filtrations. Ils avaient besoin jusqu’à présent d’un courant d’eau continu pour faire le vide et réaliser des filtrations rapides, efficaces… ce qui provoquait chaque année le rejet de milliers



de m3 d’eau potable. La région Lorraine a décidé de mettre fin à ce gaspillage. Sur la base d’une proposition du Rectorat de Nancy-Metz et de la Direction de l’Environnement, elle a fait le choix d’investir dans des pompes à vide, commandées à la société KNF Neuberger, 1er fabricant

LE JOURNAL DES FLUIDES mars-avril 2010 N°37

de pompes à membrane. Ces pompes créent le vide mécaniquement en évitant lors des filtrations tout recours à l’eau potable, permettant d’éviter le rejet de près de 8 500 m3/an. Ce sont donc 60 lycées à dominante scientifique, qui bénéficieront de cet investissement com-


act US us ACT

prenant 594 pompes de filtration et 38 pompes à vide pour évaporateurs rotatifs. Suite à un appel d’offre, la société KNF Neuberger a été retenue pour fournir le matériel. Une application nouvelle, qui positionne KNF sur le marché du développement durable.

Lanxess joue la carte de l’eau : une usine de filtration membranaire à Bitterfeld La société Lanxess AG construit une nouvelle usine sur le site de Bitterfeld. Le groupe chimique de spécialités s’engage ainsi dans un nouveau domaine d’activité, le traitement de l’eau. Il consacrera à ce projet d’avenir un volume d’investissement total d’une trentaine de millions d’euros. Lanxess développera et fabriquera à Bitterfeld des produits pour la filtration membranaire. Le Land de Saxe-Anhalt soutiendra ce projet par des aides pouvant aller jusqu’à six millions d’euros. Sur le long terme, Lanxess créera 200 emplois sur le site de Bitterfeld. La nouvelle unité devrait démarrer à la fin de l’année pour une phase d’exploitation pilote et de développement pour une commercialisation des premiers produits en 2011. L’usine regroupera sur une surface totale de 4 000 m² la nouvelle unité de production, des laboratoires ultramodernes, des surfaces logistiques et des bureaux. La technologie membranaire est mise en œuvre pour éliminer les substances indésirables présentes dans l’eau, comme les nitrates, les pesticides, les herbicides, les virus, les bactéries et les particules les plus minuscules. Les membranes filtrantes, qui laissent passer l’eau, mais retiennent les matières en suspension et les autres substances indésirables, constituent donc une barrière sélective. Il s’agit d’une technologie nouvelle pour Lanxess, avec laquelle le groupe étend son champ d’activité dans le traitement de l’eau. On estime actuellement à environ un milliard d’euros le volume du marché mondial des membranes, et la tendance est à la croissance.

Nazaire à Montoir de Bretagne. Ce nouveau site sera principalement dédié aux activités d’analyse des produits pétroliers, d’inspection des marchandises transitant sur la zone portuaire et de contrôles de sécurité dans le domaine industriel. Cette agence SGS s’inscrit dans le réseau du groupe qui couvre déjà l’ensemble de l’hexagone avec plus de 100 bureaux, centres de contrôles et laboratoires. La construction de ces nouveaux locaux permet à SGS de bénéficier d’un laboratoire de 200 m² dédié à l’analyse des produits pétroliers, d’une palette élargie de compétences pour l’inspection des matières premières agroalimentaires et la protection sanitaire contre les ravageurs, ainsi que de spécialistes du contrôle de sécurité industrielle. Par ailleurs, la surface des échantillothèques dédiées à chaque spécialité a été multipliée par 4 pour permettre un stockage d’importants volumes dans des conditions idéales de conservation, tout en assurant une parfaite traçabilité. Implantée au cœur de la zone tertiaire du port de Nantes Saint-Nazaire, la nouvelle agence SGS occupe une position centrale par rapport à l’ensemble de ses clients locaux répartis entre Saint-Nazaire, Donges et Montoir de Bretagne. Cette nouvelle plateforme de services permet également l’accueil des spécialistes et experts concernés par les problématiques environnementales (prélèvements sur eau, air, sols, déchets), les audits de certification (de systèmes, de services, de produits ou de personnes) ou toute autre intervention sur des marchandises spécifiques (charbon, engrais, biens de consommation).

SGS inaugure sa nouvelle agence à Montoir de Bretagne Le groupe SGS (SGS SA), acteur reconnu dans le domaine de l’inspection, du contrôle, de l’analyse et de la certification, a inauguré le 30 mars dernier un nouveau site multi-activités de 1 000 m² dans le grand port maritime de Nantes Saint-

N°37 mars-avril 2010 LE JOURNAL DES FLUIDES




A ctus Krohne France fête ses 50 ans

Implantée en France depuis 50 ans, l’entreprise familiale allemande Krohne, est devenue un des leader mondial de la débitmètrie et de la niveaumètrie. Ces instruments de mesure sont les outils indispensables à un grand nombre d’activités industrielles comme l’eau, la chimie et pétrochimie, l’agroalimentaire, la sidérurgie ou encore le nucléaire. Bien doser un ingrédient dans une recette, vérifier la quantité des stocks en silo, facturer la quantité exacte d’un produit, faire la chasse aux fuites et bien sûr vérifier le débit de ses fluides : les possibilités d’applications des appareils de débitmètrie et de niveaumètrie sont très variées ! C’est en tout cas ce qui se dégage de la journée organisée par l’industriel Krohne, le 25 mars dernier, pour présenter ses activités et ses produits à l’occasion de ses 50 ans. Situé à Romans-sur-Isère, dans la Drôme depuis 1960, Krohne France est l’une des 42 filiales du groupe homonyme. L’entreprise a débuté son activité avec une poignée d’ouvriers. Entre temps, elle compte 167 salariés. Au-delà de la croissance du personnel, Krohne France est également devenu au fil du temps une entité à part entière, par rapport à son groupe. Ainsi, c’est la filiale tricolore qui fabrique pour tout le groupe les appareils de niveau et les contrôleurs de débit. C’est également elle qui a la responsabilité des ventes et du SAV pour le continent africain. Si le terrain de jeu du groupe s’étend sur dix domaines industriels et dans le même nombre de pays, l’entité française réalise, pour sa part, 80 % de son chiffre d’affaires (CA : 33,7 M€) auprès des secteurs de la chimie, des industries agroalimentaires, de l’eau et du nucléaire. Parmi ses plus importants clients, Véolia, Areva ou encore Sanofi Aventis. Mais Krohne dispose d’une palette de produits bien plus large. Si les débitmètres à section variable et les contrôleurs de débit (à palette ou électromagnétiques) permettent de mesurer un volume dans le temps dans une canalisation, l’entreprise fabrique également des débitmètres électromagnétiques. Elle est d’ailleurs leader dans ce domaine, avec plus de 100 000 appareils vendus / an pour une consommation mondiale de 350 000 unités en 2009. Autre savoir-faire de l’entreprise : les débitmètres à ultrason, dont certains ont reçu l’agrément pour être utilisés comme compteurs. « Ces appareils sont beaucoup utilisés par les industriels pour contrôler la consommation de leurs utilités (eau, énergies…) »,

10

LE JOURNAL DES FLUIDES mars-avril 2010 N°37


ZF_Liquides_120208

13.02.2008

10:38 Uhr

act US us ACT

argumente Christian Jay, responsable produit pour le marché des IAA, du pétrole et du gaz. Enfin, Krohne France a créé un système de mesure de débit par vortex. Le principe du vortex est le même que celui du vent. Lorsqu’un drapeau flotte au vent sur un mat, il se forme un vortex visible sous la forme de l’oscillation du drapeau. Plus il y a de vent et plus le drapeau oscille. C’est exactement le même principe pour les fluides et les gaz. La fréquence d’oscillation indique la vitesse et la quantité de la matière. Aujourd’hui, la filiale française investit 8 % de son chiffre d’affaires dans la recherche et le développement afin de proposer des produits toujours plus performants et innovants.

Deux exemples de produits et d’applications Krohne • Un compteur d’eau électromagnétique autonome durant 15 ans Le « waterflux 3070 » est le dernier-né des compteurs d’eau électromagnétique de Krohne. L’élément central du waterflux est le tube de mesure à section rectangulaire breveté aux multiples avantages : les bobines génèrent un champ magnétique puissant et homogène, qui rend la mesure indépendante du profil d’écoulement. Ceci permet aussi de réduire les longueurs droites amont et aval. L’optimisation de l’épaisseur de la paroi réduit au minimum les courants de Foucault. Le rapport signal/bruit très bas qui en résulte assure une mesure très précise (±0,2 % ±0,5 mm/s). Le tube de mesure, réalisé en aluminium moulé pour assurer une grande stabilité de la forme en cas de pression, dispose d’un revêtement rilsan homologué pour l’eau potable (ACS). Afin de rendre cette innovation pérenne dans le temps, Krohne l’a conçu avec une autonomie de fonctionnement jamais vue jusque-là, soit 5 000 fois inférieure à la consommation des débitmètres électromagnétiques conventionnels. En effet, l’appareil peut fonctionner 15 ans sans entretien, ni changement de pile. Cette longue durée de vie est due à la concep-

tion unique du capteur de mesure, qui assure une très faible consommation de courant des composants. Enfin, un module GSM peut être également installé sur le « waterflux 3070 » pour la transmission à distance des données de mesure et informations d’état. • Les différentes applications dans les IAA Les industries agroalimentaires font partie des domaines d’application les plus variés en matière d’utilisation de débitmètre. Ainsi en alimentation animale, l’ « optimass 1300 S25 » a été utilisé chez un client de Krohne pour mesurer précisément la quantité de glucose ajouté en continu dans le process, lors de la préparation de croquettes semi-humides pour animaux. Les caractéristiques techniques étaient : un fluide (glucose propylène) avec une densité de 1,03 kg/m3 et un débit de 345 kg/heure à une pression de 2 bars. L’« optimass 1300 » a également été utilisé pour mesurer la concentration de sang animal dans du plasma avec une densité de 1,126 kg/l et un débit de 0 à 1 200 l/h sous pression de 1 à 5 bars et une température entre 40 °C et jusqu’à 70 °C lors des phases de nettoyage. L’utilisation de cet équipement a permis à l’entreprise d’apporter une précision de lecture à 2 g/l. La version 7300W T25 de l’« optimass » a été utilisée pour effectuer du comptage massique de chocolat liquide. La problématique de l’industriel était de trouver un équipement qui puisse mesurer son produit qui a la particularité d’être visqueux, de faible débit et non-conducteur. La conception de l’« optimass 1300 » sous la forme d’un monotube permet une faible dissipation thermique, permettant au chocolat de rester en température et annule tout risque de bouchage. Enfin, la gamme « optiwave » a équipé un fabricant de moutarde qui souhaitait mesurer le niveau dans des cuves de moutarde, en stockage intermédiaire, avant conditionnement. Caroline Faquet

Tout pour le stockage et le traitement des liquides Nous concevons et réalisons des équipements chaudronnés clés en mains: • • • • • • •

Cuves de stockage Cuves de process Réacteurs Echangeurs à plaques Condenseurs Skids Radiaplaques de réchauffage

Profitez de notre expérience, de nos moyens de calculs et de production les plus modernes ainsi que de notre qualité irréprochable.

ZIEMANN FRANCE S.A.S. Tel.: +33 (0)3 88 00 39 40 sales@ziemann-france.com www.ziemann-france.com

Taking care of processing

N°37 mars-avril 2010 LE JOURNAL DES FLUIDES

11


Entretien JB tec et agitec

« 2 sociétés, 2 marques pour une meilleure visibilité » Laurent mangeolle, président d’Agitec, dirige son entreprise secondé par grégory Badey, directeur commercial. Spécialiste de la conception et la fabrication d’appareils de mélange et d’agitation, Agitec prend en 2008 la place de leader en couvrant 70% du marché de l’agitation du secteur pharmaceutique en France et conforte sa position sur les autres secteurs industriels comme l’agroalimentaire, la chimie ou le nucléaire. Entretien avec Laurent mangeolle et grégory Badey.

olle (à droite) Laurent Mange et et Gregory Bad

Le Journal des Fluides : Pouvez-vous nous présenter la société ? L. mangeolle et g. Badey : Notre société a été créée en 1991 par Jacques Badey, et nous fêterons nos vingt ans l’an prochain. En 1994, nous nous sommes installés à Montanay, près de Lyon, avec un effectif de 12 personnes. Le créateur a ensuite transmis le flambeau à l’équipe actuelle en 2003. Aujourd’hui, notre effectif, de 15 collaborateurs, a augmenté au même rythme que le chiffre d’affaire, qui atteint 3.3 M d’euros en 2009. JDF : Quelle est votre spécialité ? L. mangeolle et g. Badey : Agitec est spécialisée dans la conception et la

12

construction d’appareils de mélange et d’agitation de tous types. La qualité de sa construction mécanique est une garantie d’efficacité et de longévité de ses appareils. Cette expertise est aujourd’hui reconnue par de très nombreux industriels dans des domaines d’application aussi variés que la chimie et la pétrochimie, les peintures et vernis, la pharmacie et les biotechnologies, les industries agroalimentaires (sucrerie, jus de fruits, vins, produits laitiers, etc...), le traitement des eaux (papeterie, traitement de surface, métallurgie, etc...), la parfumerie, etc., Agitec propose des appareils conformes à la réglementation européenne ATEX, destinés à un usage en atmosphère explosible, et met en œuvre tous matériaux ou revêtements adaptés à des environnements corrosifs. Nous sommes spécialisés dans le mélange des liquides, des gaz et nous sommes techniciens des fluides. L’agitation est un élément majeur de l’application de nos clients. C’est l’outil central des processus de leurs métiers. Nous possédons une bonne connaissance de nombreux process de nos clients. Cela nous permet de développer des technologies adaptées aux besoins (peinture, pharmacie ou haute gamme), pour des clients avec des priorités très différentes. JDF : Pourquoi avoir voulu créer deux sociétés ? L. mangeolle et g. Badey : La société JB Tec a été créée en 1991. Elle s’est développée en distribuant sous la marque déposée Agitec des appareils d’agitation

LE JOURNAL DES FLUIDES mars-avril 2010 N°37

destinés à toutes les applications industrielles. Aujourd’hui, nous constatons une diversité de plus en plus large et une évolution de plus en plus rapide des besoins de nos clients. C’est pourquoi nous avons décidé de faire évoluer la structure de notre entreprise, afin de nous rapprocher encore plus de leurs préoccupations concrètes au quotidien. La SAS JB Tec se consacre aux marchés des biotechnologies, de la pharmacie, etc., en proposant des appareils d’agitation à entraînement magnétique, sous la marque Marllin. La SAS Agitec fournit aux industries chimiques, agroalimentaires, pétrochimiques, nucléaires, etc., les appareils d’agitation à transmission mécanique sous la marque Agitec. La spécialité d’Agitec réside dans les dernières réalisations dédiées à la chimie minérale lourde, qui permettent de nous développer à l’export. Par ailleurs, des nouveautés sont régulièrement proposées pour compléter et faire évoluer les appareils. Après une refonte globale de sa gamme AGM-FC début 2008, Agitec a lancé sur le marché début septembre 2008 un nouveau magnétique fond de cuve, dédié à la dispersion et dissolution de poudre dans des liquides. Performant, il fonctionne en vitesse rapide de 1000 à 4000 tours par minute. Cet appareil est équipé de série avec le nouveau palier de guidage renforcé AGI-Zir ®, lancé sur le marché à la rentrée 2009. Les deux entreprises restent localisées au même endroit. Les équipes des deux filiales du groupe Montanay Industrie, apporteront,


ENtrEtiEN

comme par le passé, la meilleure écoute, le plus haut niveau de qualité et de service. JDF : Et en termes de communication, que comptez-vous mettre en œuvre ? L. mangeolle et g. Badey : Nous allons désormais communiquer sur deux sites internet. Pour JB Tec, il est en cours de construction ; celui d’Agitec va évoluer l’année prochaine. Deux sociétés, deux marques, une manière de communiquer qui nous donne davantage de visibilité. Nous nous situons avec ces deux structures sur des marchés qui ne s’appréhendent pas du tout de la même manière, avec une exigence de matériels différents. Du côté Marllin, nous avons une gamme standard. En revanche pour la partie Agitec, nous sommes sur un créneau plus spécifique avec du développement sur mesure à chaque commande. Cela nous confère une plus grande visibilité chez les clients de la pharmacie, par exemple. Il restait très difficile de communiquer auprès d’un pharmacien avec un support général. En effet, qu’il s’agisse de chimie, de pharmacie, ces secteurs manipulent des produits à forte valeur ajoutée qui exigent un besoin de sécurité vis-à-vis de risques d’explosion, de fuite. JDF : concernant les produits pharmaceutiques, quels équipements proposez-vous ? L. mangeolle et g. Badey : Nous proposons du matériel à entraînement magnétique qui garantit 100 % d’étanchéité du produit, contrairement à l’entraînement mécanique. Le couple de rotation est transmis, à travers une paroi étanche en inox. C’est ce que les pharmaciens nous demandent.

Nouvelle gamme d’agitateurs Marllin destinés à la pharmacie et aux biotechnologies.

JDF : Quelles sont vos ambitions, quels sont vos projets ? L. mangeolle et g. Badey : Nous générons une croissance constante depuis trois ans grâce au développement perpétuel de nouveaux services et de nouveaux produits. En effet, depuis quelques années, Agitec et JB Tec ont mis en place un nouveau service à forte valeur ajoutée : la maintenance préventive. Ce nouvel axe assure une maintenance optimisée et ciblée après livraison des appareils directement sur le site de l’exploitant. Garantie et sécurité de la production sont ainsi assurées au client. Nous travaillons de plus en plus sur cette maintenance préventive, dans sa globalité, et sur les prestations de mainte-

Qu’est-ce-qu’un agitateur ? selon sa définition, un agitateur permet de réaliser le mélange et l’homogénéisation de plusieurs produits : • le maintien en suspension d’éléments solides contenus dans les liquides. • la modification de la consistance d’un produit thixotrope (produit dont la viscosité évolue lorsqu’il est agité). • l’optimisation du rendement de l’échange thermique d’un mélange dans une cuve. • la dissolution de gaz dans un liquide. • la dispersion de poudre dans un liquide.

N°37 mars-avril 2010 LE JOURNAL DES FLUIDES

1


Entretien nance : c’est une nouvelle casquette. Nous arrivons à être davantage présents sur les sites auprès de nos clients, et nous pouvons reclasser des appareils, reprendre du matériel. C’est un service supplémentaire. Les entreprises préfèrent désormais faire du préventif plutôt que du curatif et arrêter toute la chaîne de production. Par ailleurs grâce au SAV, en suivant la vie du matériel

chez nos clients, nous apprenons sur les conditions d’utilisation de notre matériel, ce qui nous permet de progresser et de faire évoluer ce matériel en conséquence. Nos sites internet seront la vitrine de nos spécificités. Propos recueillis par chloé chamouton

Quelques applications spécifiques : Pharmacie l’industrie pharmaceutique est le secteur économique qui regroupe les activités de recherche, de fabrication et de commercialisation des médicaments pour la santé humaine ou animale. ils ont en commun d’énormes contraintes de sécurité, de traçabilité, de nettoyabilité, encadrées par les normes internationales et notamment les normes américaines FDa (Food and Drugs administration) et européennes EmEa (agence européenne des médicaments) pour les produits injectables, les vaccins, les buvables et les suppositoires. 100 % des appareils conçus, fabriqués et installés par marllin pour ces applications sont des agitateurs à entrainement magnétique. De par leur conception, ces appareils répondent en tout point aux besoins spécifiques de ces industries : nettoyables et stérilisables en place (NEP/sEP), absence totale de rétention, en conformité avec les normes en vigueurs. marllin garantit, dans sa globalité, l’étanchéité et la de stérilité du process. Agro-alimentaire Fournisseur de solutions d’agitation et de mélange pour les boissons (jus de fruits, vins et alcools), agitec maîtrise aussi un réel savoir-faire dans les dérivés des produits laitiers « prêt à l’emploi » où les risques de contamination sont les plus élevés (sauce cuisinée, béchamel, crème dessert, etc...). agitec développe actuellement pour l’agroalimentaire deux nouveaux types d’appareils. le matériel est classé ultrapropre, tout en inox poli, sans rétention et avec une parfaite adaptation aux contraintes de pression et de température résultant non seulement des procédés d’élaboration, mais aussi des cycles de stérilisation et de nettoyage en place (sEP et NEP). Biotechnologies le secteur de la santé (humaine et animale) fait un appel croissant aux biotechnologies, pour découvrir, tester et produire de nouveaux traitements, mais aussi pour diagnostiquer et comprendre les causes des maladies. Ceci suppose un effort de recherche très important pour comprendre le fonctionnement des organismes, et concevoir des médicaments capables d’agir sur d’éventuelles perturbations, et pour mieux différencier la part du génétique et de l’environnemental dans l’étiologie et l’épidémiologie des maladies. le principe de la fermentation est utilisé pour développer

1

LE JOURNAL DES FLUIDES mars-avril 2010 N°37

Exemples d’appareils équipés par Agitec et destinés à la pharmacie.

des bactéries pour la fabrication des vaccins. les grands ensembliers conçoivent, avec marllin, un environnement de culture favorable pour l’élevage et la reproduction des bactéries. Un agitateur est placé sur chaque cuve pour le développement de ces organismes. selon le type de fermentation - bactériologique ou culture cellulaire -, le type d’agitation et le principe de mélange diffèrent. Pour la fermentation bactériologique, marllin développe des appareils de grosses dynamiques pour oxygéner les bactéries alors qu’en fermentation cellulaire, une agitation lente respecte les cellules qui se reproduisent en général sur des micro-porteurs. Traitement des eaux et effluents industriels Pour ces applications, l’agitateur est placé en plein air et permet de traiter les effluents rejetés par les collectivités et les industries, comme les eaux usées d’usines, des abattoirs, la décantation de boues,… agitec travaille en collaboration avec des grandes sociétés spécialisées dans le traitement des déchets des producteurs industriels. les déchets chimiques sont récupérés dans des camions citernes et traités directement dans leur usine. Dans ce cas, l’agitateur doit être particulièrement robuste pour résister aux contraintes chimiques et climatiques. les parties immergées peuvent être revêtues de différentes résines ou de composites épais pour résister aux agressions chimiques et à l’abrasion.


ENtrEtiEN

Européenne de condiments : le filtrage des eaux usées : « Un filtre efficace utilisé comme protection membranaire »

À l’heure où le développement durable, et la préservation de l’environnement se trouvent au cœur des préoccupations, comment les usines s’occupent-elles de traiter leurs eaux usées ? Un exemple d’application avec une visite au sein de l’usine Européenne de condiment (Edc) qui traite ses eaux usées et ses déchets, via un filtre performant. L’Edc utilise le filtre Sitère-Beyaert pour pré-filtrer à 60 microns (µm) les eaux usées de l’usine. Descriptif de l’application, fonctionnement, intérêt du filtre, avec mm. Konrad Pieniek de Semeca environnement et Luigi Lastella, responsable technique fabrication à l’Edc. Le Journal des Fluides : Quelques précisions sur la société ? Luigi Lastella : Sur ce site, nous ne faisons que de la moutarde. Nous appartenons au groupe Kühne et sommes les concurrents directs d’Amora. Notre philosophie consiste à être les leaders en marques de premier prix. Nous comptons environ 120 personnes embauchées. JDF : Pouvez-vous nous décrire l’application ? L. Lastella : Il s’agit d’une installation qui traite des eaux usées de toute l’entreprise. Nous travaillons avec un dégrilleur qui ôte une grosse partie de ces déchets. Ce dégrilleur sert de tampon pour que le filtre rotatif effectue sa filtration. Le fluide tamisé par le dégrilleur repart dans une cuve de 15 000 m3. Grâce au filtre de Semeca environnement, nous obtenons une unité d’ultra filtration protégée des particules de plus de 60 microns. Le filtre est utilisé dans le cadre de la protection des filtres à membranes. 70 % des applications du filtre résident dans la protection membranaire. Le filtre fonctionne à basse pression (entre 0.5 et 2 bars). JDF : comment fonctionne ce filtre ? Quelles sont ses caractéristiques ? Konrad Pieniek : La caractéristique majeure de ces filtres réside dans leur efficacité à traiter des liquides très chargés et à caractère colmatant. De par leur micro-tamisage de maille de 60 à 120 microns, ils autorisent une large gamme de recyclage et permettent de réaliser de grandes économies d’eau (le filtrat peut être réutilisé, ndlr). Appliqué comme prétraitement, les filtres

automatiques s’utilisent dans la protection de buses, de pompes haute pression, de membranes ou encore dans le recyclage de l’eau. Ce micro-tamisage est une technique de séparation de deux phases solide-liquide. Les caractéristiques principales de ces filtres sont les suivantes : compacité pour des débits de filtration importants, adaptation à des produits de charge variable, très grande efficacité pour des effluents très chargés et décolmatage en continu, ne nécessitant pas de contre courant consommateur

Xxxxxxxxx

N°37 mars-avril 2010 LE JOURNAL DES FLUIDES

15


Entretien Petit historique En 1816, Denis Bornier rachète le moulin de messigny et crée la maison Bornier qui conserve précieusement le savoir-faire et les recettes traditionnelles, transmises de moutardier en moutardier. En 1855, 1858 et 1865, la maison Bornier se voit attribuer les médailles d’Or de la Foire de Dijon et de la Foire de Paris. En 1945, la maison Bornier, qui a désormais une dimension nationale, décide de se lancer à l’exportation. En 1971, l’entreprise, toujours familiale, prend le nom d’Européenne de condiments (EdC) et s’installe au sud de Dijon, à Couchey, à quelques kilomètres du prestigieux vignoble de Gevrey Chambertin. C’est le début d’une forte période de croissance qui verra, en 30 ans, les volumes de l’entreprise passer de 2 500 tonnes à plus de 25 000 tonnes. En 1986, EdC, afin d’accélérer son développement, notamment à l’international, s’associe à l’entreprise familiale allemande Kühne qui prend une participation dans le capital. En 1992, EdC absorbe l’activité moutarde de la société Ducros, basée à Beaune. Enfin, en 2001, le groupe Kühne prend une participation majoritaire dans Européenne de condiments pour mener à bien le développement futur.

Crépine de décolmatage tournante et crépine fixe permettant le préfiltrage des eaux usées de l’Européenne de condiments.

1

LE JOURNAL DES FLUIDES mars-avril 2010 N°37

d’eau. Les filtres ont été conçus sans éléments consommables et leur fonctionnement ne demande pas d’adjuvant. Ils ont également un pouvoir de coupure de quelques dizaines de micromètres et le débit passe de 10 à 100 m3/h, sans rupture de charge. JDF : Depuis quand date cette installation ? Quels sont vos projets ? L. Lastella : Notre installation a une dizaine d’années. Nous avons été les premiers en Bourgogne à utiliser les membranes et systèmes de filtres rotatifs pour les eaux usées. Nous souhaitons construire une station d’épuration à part entière. JDF : comment avez-vous connu ce filtre ? L. Lastella : Nous ne traitions pas nos eaux usées. Nous avons commencé à chercher des fabricants, installateurs pour voir ce qu’ils pouvaient nous proposer. Nous avons effectué des essais avec des membranes et ce filtre se trouvait précisément installé dessus. C’est, pour nous, ce qu’il y avait de mieux. Suite à cet essai fructueux, nous avons commandé la machine. C’est une installation qui tourne bien et s’adapte à une charge variable de particules. JDF : Quel est l’intérêt de cette application ? L. Lastella : Ce filtre présente un avantage sécurité. Au niveau des membranes, nous obtenons une plus grande durée et nous arrivons à de bons résultats. Nous sommes satisfaits de cette installation. Nous filtrons toutes les matières en suspension. Par ailleurs, comme les fluides filtrés varient, nous avons donc choisi la vanne de purge en fonction de l’intensité du moteur, nous asservissons à la charge du produit la purge. Le filtre doit en effet accepter des charges variables avec des rejets parfois liquides, et parfois plus épais. JDF : Quelles sont les utilisations de ce filtre ? Les domaines d’application ? K. Pieniek : La protection des équipements, le recyclage, la clarification des fluides, sont autant d’utilisations de ce type de filtre. Il sert ensuite pour des domaines d’application variés : industrie de la papeterie, du bois, agro alimentaire (sucrerie, viticulture, malterie), industrie chimique, pharmaceutique, métallurgie, industrie automobile, textile... Nous avons aussi des applications sur les blanchisseries : on recycle l’eau pour passer dans un échangeur ce qui permet de gagner des calories et d’améliorer le rendement de l’échangeur de 10 %. Par ailleurs, cela évite de rejeter de l’eau chaude dans les nappes phréatiques. Une autre application concerne le lait d’amidon. Nous utilisons la purge pour concentrer les particules situées dans le lait d’amidon. Nous recyclons les eaux du trempage de malt en réutilisant 200 m3 d’une eau à 80 °C au lieu de tout rejeter à l’égout. Nous filtrons la bagasse en sucrerie de canne sur des évaporateurs en Australie. Une application existe aussi au Brésil sur la filtration du lixiviat. Mais le plus de l’application de notre filtre, réside dans la protection membranaire sur des eaux usées d’usine, comme à l’Européenne de condiment. Propos recueillis par chloé chamouton


moutarde, mode d’emploi la moutarde de Dijon est élaborée à partir d’un mélange de graine de moutarde et de verjus. le verjus est constitué d’eau, de vinaigre et de sel. la graine de moutarde est alors gorgée de verjus. Elle est ensuite broyée et finement tamisée afin de séparer la moutarde du son. le piquant, qui se trouve dans la graine, est libéré lors du broyage de la graine dans le verjus. On obtient ce qu’on appelle l’allyl senevol, c’est-à-dire le piquant. l’allyl senevol, étant particulièrement volatil, il est vivement conseillé de conserver la moutarde au frais afin de conserver son piquant. Quelques chiffres 10 machines qui font de la moutarde forte 24 h sur 24 ; 120 tonnes de moutarde par jour ; 250 tonnes de stockage ; 70 tonnes de moutarde à l’ancienne. Le concept du filtre le filtre automatique a été conçu sur la base de la génération mécanique d’un champ ultrasonore. son principe est un décolmatage en continu par la mise en suspension des particules à filtrer grâce à la variation de différentes pressions de part et d’autre d’une crépine filtrante. De construction tout inox 316 litres, les filtres sont constitués de deux pièces cylindriques concentriques, qui assurent la filtration et le décolmatage en continu : une pièce cylindrique extérieure tournante (1 500 ou 3 000tr/min) constituée d’une tôle percée au laser à 60 microns assurant la filtration. Une contre-pièce intérieure fixe constituée de barreaux verticaux assurant le décolmatage. la variation de la section entre les deux crépines provoque une variation de la vitesse du liquide, nous avons tantôt une chute de pression, tantôt une hausse de pression à grande fréquence qui assure un décolmatage en continu. l’alimentation sous pression est extérieure à la pièce filtrante. le filtrat est récupéré en continu au centre de la contre pièce. la purge est prélevée périodiquement à l’extérieur de la pièce filtrante.

Schéma de fonctionnement du filtre Sitère-Beyaert.

N°37 mars-avril 2010 LE JOURNAL DES FLUIDES

17


Expertise

Les fluides supercritiques au cœur du développement des industries Devant la montée en puissance du lobby écologiste, les industriels cherchent de nouveaux procédés plus respectueux de l’environnement. L’utilisation des fluides supercritiques permet de multiples applications dans le domaine de l’alimentaire, mais aussi des cosmétiques et de la pharmacie. Tour d’horizon. Décaféiner le café, ôter le goût de bouchon du liège, augmenter le biodisponibilité du calcium dans le lait, imprégner un film d’un antibiotique ou encore faciliter la décomposition des matières plastique. Les possibilités d’application des fluides supercritiques sont nombreuses et les domaines d’intervention variés. Le 9 février dernier, le CEEI (Centre européen d’entreprise et de l’innovation) de Bourg-en-Bresse a organisé, en partenariat avec l’association IFS (Innovation Fluides Supercritiques), une journée d’information sur ce procédé. Un fluide supercritique n’est pas un type de fluide, mais un état de matière d’un composé chimique entre le liquide et le gazeux. On parle de fluide supercritique lorsqu’un élément chimique est chauffé et comprimé au-delà de son point critique. Le dioxyde de carbone est l’élément le plus utilisé sous sa forme supercritique. Dans cette phase, le CO2 supercritique est aussi dense qu’un liquide et dispose également des propriétés de transport (viscosité, diffusion) proches de celles d’un gaz. « Le CO2 a l’avantage de devenir supercritique à des taux relativement bas, c’est-à-dire à partir d’une température de 31°C et d’une pression de 73 bars. Il peut alors être utilisé

18

comme un solvant permettant de remplacer ou compléter des solvants organiques pour obtenir des produits nouveaux. Son succès auprès des industriels s’explique par ses nombreux avantages. Il est stable, ininflammable, incolore, inodore, non toxique, facilement disponible et peu cher », explique Kévin Pizarro, expert au sein de l’association IFS (Innovation Fluides Supercritiques) qui a animé la journée d’Alimentec sur le sujet.

Extraction de molécule L’application la plus utilisée dans le monde est l’extraction par CO2 supercritique (CO2 SC). Et l’exemple le plus couramment cité est celui du café décaféiné. De grands groupes industriels sont utilisateurs du procédé à l’instar de Maxwell. Le principe est relativement simple. Des grains de café verts sont placés dans un autoclave, dans lequel circule du CO2 SC. Le CO2 SC se charge alors de caféine. Il ressort de l’autoclave et passe par une vanne de décompression puis dans un séparateur qui aura pour effet de le décharger de ses particules de caféine. Le CO2 SC redevient alors pur et peut ainsi être réinjecté dans le circuit. Ce type d’installation est appelé

LE JOURNAL DES FLUIDES mars-avril 2010 N°37

boucle supercritique. « Le coût d’une telle opération est très intéressant financièrement car le CO2 SC est une matière dont le prix est raisonnable. Sans compter qu’une grande partie du CO2 SC utilisé peut être réutilisé dans le circuit. Dans le cas du café, le procédé est doublement intéressant. D’une part, les grandes capacités de production des industriels permettent d’obtenir un seuil de rentabilité rapide et, d’autre part, la caféine pure ainsi obtenue peut être revendue à d’autres industriels comme PAI ou à l’industrie cosmétique », reprend Kévin Pizarro qui va plus loin : « Le principe est également appliqué à l’industrie du tabac qui enlève la nicotine des cigarettes pour la revendre à des groupes pharmaceutiques qui fabriquent les patchs pour s’arrêter de fumer. » Le principe d’extraction fonctionne donc avec n’importe quel produit. Il peut, par exemple, retirer les caroténoïdes de la carotte, les arômes du poivre, du paprika, du persil, du cumin, de la coriandre, les pigments du paprika, du fenouil, de la betterave, les terpènes (hydrocarbure composant majeur de l’essence de térébenthine ou de la résine) de la grande camomille ou encore les polyphénols du vin, du thé ou des agrumes. Le principe d’extraction par CO2

SC permet aussi d’éliminer un composé indésirable, comme les PCB dans l’huile de poisson, le furo-courmarine dans les essences de citrus ou encore le TCA (trichloroanisoles) des bouchons de liège (lire encadré sur Oeneo). Une autre des grandes applications couramment utilisées est la micronisation. Ainsi, un principe actif peut être placé dans un autoclave dans lequel passe du CO2 SC qui va se charger de principe actif. Il passe ensuite dans une buse qui va provoquer une détente brutale du produit et permet de former une poudre dont les grains sont de la taille de l’ordre du micron. L’opération permet d’augmenter la biodisponibilité d’un principe actif dans un produit, comme par exemple, le calcium dans un yaourt ou les oméga 3 dans le beurre. Au-delà des aliments fonctionnels, la micronisation peut également être utilisée à des fins cosmétiques ou pharmaceutiques.

Stérilisation à froid Si l’extraction et la micronisation sont les principales applications des fluides supercritiques, il en existe d’autres tout aussi intéressantes. C’est le cas par exemple de la stérilisation. La technique permet de procé-


EXPErtisE

der à une décontamination bactérienne. Elle fonctionne sur la plupart des micro-organismes (bactéries aérobies, anaérobies, certains spores, champignons). Les paramètres principaux sont le temps (entre 20 et 40 minutes) et la température (40 à 80 °C). La décontamination observée peut aller de 3 à 6 log en quelques minutes, avec une pression supérieure à 80 bars. Ainsi les insectes, larves et œufs peuvent être entièrement désinsectisés en 20 minutes par du CO2 à 20 – 30 bars. Le procédé peut, par exemple, être utilisé pour éliminer les insectes dans le riz ou les charançons dans la farine de riz et les céréales. « Ici l’avantage réside dans le temps de traitement beaucoup plus rapide qu’une stérilisation classique et dans le niveau de température assez bas qui permet de ne pas cuire un produit et par conséquent de conserver toutes ses qualités nutritionnelles et organoleptiques », note Kevin Pizzaro.

Imprégnation à cœur La quatrième application est l’imprégnation. Ainsi, si le fluide supercritique est capable de retirer une molécule d’un produit, il peut également l’y déposer. Dans ce domaine, les possibilités d’application sont très nombreuses. Le CO2 SC permet, par exemple, la dissolution de substance active antibactérienne pour l’imprégnation de polymères et biopolymères poreux. La technique permet une imprégnation à cœur, rapide et homogène. Une des applications concrètes possibles est le traitement des films d’emballage pour une meilleure sécurité alimentaire ou tout simplement pour allonger une date limite de consommation. Certains essais concluants ont

été menés sur des biopolymères (alginates, carraghénane…) avec une imprégnation de vitamine C et de co-enzyme Q10. Le système peut également être utilisé pour imprégner du bois au cœur d’un traitement antifongique ou encore pour tanner les peaux sans utiliser d’eau.

traitement des emballages Enfin, les fluides supercritiques peuvent être utilisés pour la dégradation des matières. Ainsi, en utilisant de l’eau supercritique, plutôt que du CO2, il se crée une réaction en chaîne qui permet de séparer différentes molécules. En condition supercritique, l’eau inverse ses propriétés : elle précipite les minéraux et devient un solvant de la matière organique et donc une solution de traitement des effluents polluants. Elle permet alors de détruire (d’oxyder totalement) les déchets ultimes des industriels. Cette réaction d’hydrolyse permet de récupérer, dans le cas du PET, l’acide téréphtalique et l’éthylène glycol (utilisé comme anti-gel), avec un temps de réaction très court (30 minutes) et sans additifs (catalyseurs). L’eau supercritique, ne rejette, en fin de processus que du CO2 sous forme gazeuse et de l’eau en phase liquide. La réaction s’autoentretient et est donc moins énergétivore qu’une incinération. Les possibilités d’utilisation de l’état supercritique sont donc très nombreuses, dans le domaine de l’agroalimentaire, de la cosmétique et de la pharmacie. Si pour l’instant cette technologie reste encore assez peu développée en France, elle devrait prendre un nouvel essor dans les années qui viennent sous l’effet de la tendance écologique mais aussi

les restrictions toujours plus importantes sur les solvants et les déchets. L’IFS (association pour l’Innovation des Fluides Supercritiques) est là pour aider les entreprises qui souhaitent développer cette tech-

nologie. L’association dispose par exemple d’une petite unité pilote qui permet de réaliser des tests d’extraction sur des petites séries. caroline carvalho

Supprimer le goût de bouchon dans le vin la société Oeneo bouchage, dont le siège est à Céret (66), est un des leader mondial des solutions de bouchage en liège. l’entreprise a mis au point avec le CEa de Pierrelatte un bouchon en liège breveté, baptisé Diam. Celui-ci est issu d’un procédé utilisant le CO2 supercritique pour extraire la molécule 2,4,6-trichloro-anisole (tCa) à l’origine des déviations sensorielles du vin, appelées communément « goût de bouchon ». le liège après avoir été transformé en farine séjourne dans un autoclave dans lequel circule du CO2 sC. l’extraction permet de supprimer plus de 150 molécules indésirables, comme le tCa, mais aussi les champignons. la farine est ensuite moulée et cuite à la vapeur pour former un bouchon.

Oeneo a mis au point un bouchon en liège qui garantit les qualités organoleptiques du vin.

N°37 mars-avril 2010 LE JOURNAL DES FLUIDES

1


Expertise

Le nouveau système AutoCal de Grundfos Alldos : un dosage précis malgré les fluctuations de pression Les fluctuations de pression sont un problème récurent pour les utilisateurs de process exigeants. La société Grundfos Alldos a donc mis au point un nouveau système de régulation des dosages des produits chimiques problématiques sur sa gamme de pompes doseuses à membrane « digital dosing ». La nouvelle fonction AutoCal permet de maîtriser ces dosages malgré les fluctuations de pression. Grundfos Alldos, centre de compétences Dosage et Désinfection propose produits et prestations de haut niveau dans le domaine de la technologie de l’environnement, de la désinfection de l’eau potable jusqu’aux process délicats de traitement d’eaux industrielles. Pour ces domaines, l’entreprise développe, fabrique et commercialise des pompes doseuses, des systèmes de désinfection, des installations de dosage ainsi que la technique de mesure et de régulation correspondante. Le dosage numérique avec

AutoCal qu’ils viennent de développer est l’une de leurs dernières innovations. Destinée à la gamme de pompes doseuses DDI 222, cette nouvelle fonction permet une compensation automatique de la pression. Les pompes numériques équipées de cette technologie sont paramétrées en usine et compensent toutes les fluctuations de pression en se recalibrant automatiquement. Les recalibrages manuels constants pour palier aux variations de pression du système sont un cauchemar pour les utilisateurs qui doivent faire face à des

Exemple d’un manomètre victime de fluctuation de pression

20

LE JOURNAL DES FLUIDES mars-avril 2010 N°37

process exigeants. Avec les pompes doseuses traditionnelles, chaque changement de la pression du système, et donc de la canalisation où injecter, provoque un changement de la cylindrée (volume par coup) de la pompe, entraînant le dosage d’une mauvaise quantité de liquide. Cela réduit inévitablement la qualité et la rentabilité d’un process. Avec des pompes doseuses traditionnelles, seul un recalibrage manuel constant ou par une technologie complexe et coûteuse de régulation, permet de s’affranchir de ces variations de débit. La technologie « digital dosing » de Grundfos Alldos permet depuis longtemps d’obtenir autre chose que la longueur de course pour faire varier le dosage. L’entreprise utilise maintenant des moteurs électroniques pas-à-pas équipés d’un circuit de commande multi-capteur pour un contrôle optimal des phases d’aspiration et de pression avec une longueur de course constante. L’un des avantages de ce principe est que l’aspiration s’effectue toujours à pleine cylin-

drée. Ce contrôle numérique assure aussi un dosage sans à-coup, avec des pulsations faibles et en toute simplicité. Cela constitue un facteur clé pour le dosage des liquides difficiles. Le « flow monitor », développement récent pour les pompes doseuses numériques de type DDI, permet de contrôler la pression dans la tête doseuse et le débit. Il indique de façon fiable tous types de dysfonctionnements à l’aspiration comme au refoulement. L’utilisateur choisi la contrepression maximale et la pompe s’arrête automatiquement dès cette valeur atteinte. Grâce au « flow monitor » amélioré et au nouveau système AutoCal, les utilisateurs peuvent maintenant maîtriser les fluctuations de pression. Cette nouvelle fonction apporte donc une réponse aux fastidieux recalibrages manuels. Avec cette technologie, les pompes sont calibrées une fois seulement en usine pour des liquides ayant une viscosité semblable à l’eau. Le recalibrage devient alors parfaitement inutile, sauf si le liquide à doser a une vis-


EXPErtisE

Le modèle DDI 222 : une pompe doseuse à membrane numérique intelligente, facile d’utilisation et dotée d’une grande précision la série de pompes doseuses DDi 209 (0,004 à 20 l/h), grâce à sa carte électronique à microprocesseur et sa technique de contrôle de vitesse de son moteur « brushless », assure un dosage précis et quasi continu. il suffit d’entrer le débit, et la pompe se charge du reste. le dernier modèle DDi 222 étend la plage de débits jusqu’à 150 l/h et dispose d’options complémentaires pour procédés exigeants. Elle fonctionne avec un « slow mode » à deux paliers permettant un dosage fiable de liquides visqueux jusqu’à 2 600 mPas. Cette fonction perfectionnée, combinaison de la vitesse d’aspiration – ralentie – et clapets spécifiques – issus des dernières recherches de Grundfos alldos –, confère une solution garantie de dosage pour produits visqueux. Cette pompe, constituée d’un moteur, d’un entraînement et deux tailles de têtes doseuses suffisent pour une large plage de débit. la résultante est un nombre de pièces de rechange réduit. Plus petite et la plus silencieuse de sa catégorie, la pompe DDi 222 possède un affichage et un clavier de contrôlecommande au choix, sur le côté ou à l’arrière de la pompe doseuse. ses applications sont multiples : dans l’industrie papetière (dosage avec précision et fiabilité de biocides, d’anti-mousse, de produits de nettoyage et désinfection,

cosité différente. Un seul calibrage sur site est alors suffisant pour ces liquides particuliers. La pompe DDI 222 compense ensuite elle-même toutes les variations de pression en s’adaptant automatiquement et en permanence au moindre changement. La pompe détecte les changements de pression grâce à un capteur intégré dans la tête de dosage, c’est-à-dire directement où le dosage s’effectue. Le microprocesseur intégré identifie également à tout moment la position exacte du moteur pas-à-pas et donc de la membrane. La combinaison de ces deux informations est suffisante. La pompe ajuste automatiquement sa vitesse. La hausse de la pression du système réduit la cylindrée, mais en augmentant la fréquence de course, cela permet au débit de rester constant. Si la pression du système baisse, la cylindrée augmente. Alors la fréquence de course est rédui-

te d’autant pour maintenir le débit. Cela permet à la pompe DDI 222 de toujours doser très précisément et de rester fidèle au point de consigne.

Déviation du débit en fonction de la pression du système, avec et sans fonction Autocal Cette solution est aussi avantageuse au niveau des coûts de fonctionnement et de l’impact écologique. En plus du gain de temps en se passant du recalibrage, l’absence de gâchis de produits chimiques apporte davantage de liberté budgétaire et donne un coup de pouce à l’environnement. Cette solution permet de doser à la goutte près, même avec les liquides les plus difficiles et un process discontinu. Une autre caractéristique de la pompe DDI

d’additifs divers tels que des colorants), dans l’industrie agro-alimentaire (dosage de produits de rinçage, désinfectants, lubrifiants dans les procédés de manutention et de nettoyage en place - NEP), dans le traitement des effluents industriels (dosage d’acides, de produits alcalins, floculants, res pour les procédés de coagulants et polymèrecyclage, de traitement des rejets et de neutralisation de pH) et enfin dans le traitement de l’eau potable (dosage des produits de désinfection tels que l’eau de Javel, l’hypochlorite de sodium et de calcium, dosage des anti-scalants pour les procédés membranaires). Le « flow monitor », équipé de la fonction

AutoCal et appliqué sur une pompe doseuse DDI 222, développé par Grundfos Alldos.

222 se situe dans les qualités de la membrane PTFE multicouche, fournie en standard. Si la première membrane est détruite, la pompe continue à doser avec une deuxième membrane aussi solide, sans aucune interruption du process. Si un capteur de rupture de membrane est intégré dans la tête de dosage, un message d’erreur est immédiatement envoyé. Cette solution de dépannage permet d’attendre la prochaine intervention programmée. De plus, grâce à cette innovation, les membranes 100 % PTFE ont une plus longue durée de vie et une meilleure résistance aux produits chimiques que les membranes revêtues. La pompe DDI 222 équipée du nouveau « flow monitor » et de sa fonction AutoCal, est donc une solution aux problèmes les plus communs rencontrés dans les dosages difficiles : les fluctuations de la pression du système (fuite dans

les clapets d’aspiration et de refoulement, dégazage dans la tête de dosage, cavitation, pression de service trop élevée). Ce modèle répond également aux besoins des utilisateurs mieux qu’aucune autre. Elle permet le dosage d’agents anti-scalants et anti-encrassement en filtration membranaire et osmose inverse, le dosage d’une grande variété de produits chimiques dans les secteurs tels que la production d’agents nettoyants et de désinfectants, mais aussi le dosage des acides et lessives hautement concentrés dans les process de traitement et de neutralisation des eaux de process industriels et enfin celui de liquides visqueux. Des applications NEP pour l’industrie agro-alimentaire et des boissons sont également possibles. matthias Ulmer, Responsable produits en technologie du dosage chez grundfos Alldos

N°37 mars-avril 2010 LE JOURNAL DES FLUIDES

21


Que choisir ?

Dosage remplissage tout process industriel liquide ou autre passe nécessairement par une phase de dosage et une phase

X

X

« Que choisir ? » de ce numéro 37 du Journal des Fluides vous présente un comparatif de produits pour vous aider à choisir votre matériel avant l’achat ou le renouvellement de vos unités

12 - Constructeur 2 - liquid’controls 3 - Enfûtage avec inertage 3 - Compteur, doseur des fûts Condiconcept EquipFluide 4EquipFluide 4 - Condiconcept 10%

10% 20%

20%

30%

40%

vous trouverez ici les informations pour vous aidez dans vos choix.

Leroy

Leroy

20% 30%

désenfûtage de liquides, de systèmes

fûts ou de pompes volumétriques,

agroalimentaire armée, marine Brasserie, viticulture Chimie Distribution d’eau laboratoire métallurgie

22

■ ■ ■ ■ ■ ■ ■

Nutrition animale Pétro-chimie Pharmacie, cosmétique Produits laitiers traitement d’effuents intégrateurs autres secteurs

LE JOURNAL DES FLUIDES mars-avril 2010 N°37

2

40%

20%

40%

20%

30%

15%

MFVTA

MFVTA

15% 15%

40% 25%

20% 40%

20% 15% 20%

20% 10%

Technique Fluides Technique Fluides Travaini

30% 15% 15% 10% 1 10% 10% 10%

Travaini

10%

65%

10% 25%

65%

X

X 25%

20%

20%

10% 10% 50% 10% 10% 10%

X

40% 20%

40%

20%

Verd

Verder

X

20%

20%

1

10% 25%

10% 10% 10% 10% 10% 10%10% 10% 10%10% 10%10% 20% 10% 10% 10% 10% 20% 10% 10% 10% 30% 10% 10% 10% 10% 10%10% 10% 30% 30% 30% 10% 10% 10%

X

PCB

PCB

10%

30% 10%

20%

20%

X

■ ■ ■ ■ ■ ■ ■

20%

10%

20%

pompes doseuses, de pompes vides

10% 10%

5 - Comptage en process 5 - NC 6 - Des débits de 0,5 l/h à Herme 6 - lignes complètes deScorel rem3 000 m3/h Grundfos Grundfos Hermetic plissage deScorel fûts en atex 7 - Filtres, dégazeur, vanne 10% totalisa15% 7 - systèmes de convoyage d’arrêt, présélecteur, 15% et filmage teur,10%imprimante de20% ticket, 45% 30% 10% 30% émetteur20% d’impulsions. 10% 8 - lNE 50% 50% 70% 8 - miD 9 - 2 ans 10% 70% 30% 10% 9 - 1 ans 10%

s’agisse de matériel d’enfûtage ou de

de conditionnement ou encore de

50% 40%

50%

20%

Erimac

Erimac 10% 10%

30%

30%

40%

de dosage ou de remplissage. Qu’il

de dosage, de compteurs, d’ensembles

X

X

10% 13% 10% 10% 15% 15% 10% 13%12% 10% 10% 15% 15% 10% 20% 20% 12% 1 10% 20% 20% 10% 11% 11% 20% 15% 1 10% 34%20% 15% 60% CONDiCONCEPt 25% 10% 1 - 34% EQUiP’FlUiDEs 60% 25%

30%

de remplissage. c’est pourquoi le

X

X

20%

15% 20%

20% 20%

15%

10%

20% 10%


QUE CHOisir ?

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X X

X

X

X

X

10% 10% 13% 10% 10% 15% 10% 15% 15% 10% 10% 13% 10% 10% 15% 0% 10%12% 10% 10% 15% 15% 15% 10% 30% 40% 10% 10% 12% 25% 10% 10% 10% 13% 10% 10% 10% 15% 15% 15% 15% 20% 30% 40%30% w w w . e r i m a c10% .com 10% 10% 25% 11% 10% 15% 10% 65% 25% 30% 30% 40% 15%10% 10% 11% 25% 10% 20% 10% 1 -34% 65% 25%sas 25% ErimaC 1 - FlUX FraNCE 1 - GrUNDFOs (Pompes) 1 - Société 15% 30% 10% 10% 10% 60% 20% 15% 10% 10% 25% 65% 34% 15% 60% 2 - Constructeur 2 - Constructeur 2 - Constructeur Grundfos 25% 10% 10% 10% 15% 10% 25% 20% % 25% 34% alldos 10% 10% 15% 10% 3 - Poste et60% ligne de condi3 - Ensembles de condition-

tionnement pour l’enfûtage

uipFluide

Erimac

4-

10%30%

% 30% 20% 50%

Erimac

40% 20%

20%

20%

50% 30% 10%

30% 10% 10%

10%

40%

20%

%

10% 30% 50%

20%

30%

50%30% 10% 10% 20%

PCM

Iwaki

10% 20% 10%

PCM

PCM

10% 10% 30%

10% 30% 20%

2 - Activité

Iwaki

Iwaki

10%

10% 30%

20% 30% 10% 40%

20% 40% 40%

20%

4-

Grundfos

10%

10% 10% 10%

Grundfos DmH - DmX Grundfos

Flux

Flux

10% 10%

30% 10% 10% 50% 40% 50%

3 - Dmi - Dms - DmE -

nement, systèmes de dosage Flux 4-

EquipFluide et le désenfûtage de Erimac produit concept liquide.EquipFluide

20% 10% 350% - Equipements 10% 20% 50%10%

50% 30%

20% 10% 10% 30%

20%

30%

10%

20% 10%

10% 10%

10%

4 - Principaux secteurs 10% 10% d’activité (≥›10%)

10% 5 - Ensemble de conditionnement d’eau 100 ou 250l/min, 5 - Débit de 0,0025 l/h à 5 - tout type de contenant ensembleHydro de conditionnement 940 l/h – Pression jusqu’àITT Grundfos Hermetic fluide Ingersoll KSB Scorel Hermetic Hydro fluide ITT KSB de 10 l àGrundfos 3 000 l. tout type acides, bases, solvants, atEX 200 bars Ingersoll d’ambiance. tout type de ou non Grundfos Hermetic Hydro fluide Ingersoll ITT KSB 10% 6 - 10% Nombreuses variantes, 10% 15% 20% 20% 40% ■ agroalimentaire produits liquides, pâteux, vis- 45% 30% 10%, sécurité 40% 10% 30%gamme, conception20% 10%gamme très10% 15%6 - large étendue 20% 40% ■ armée, marine 20% queux. 10% 45% 30% 10% 40% 30% adaptée en fonction du besoin 10% 10% intégrée et réglable, garantie 10% 15% 20% 20% 40% 10% 30% ■ Brasserie, viticulture 20% 10% 50% 45% haut10% 30% 10% 20% 6 - spécialiste atex, traçabilité 40% du dosage,30% noto30% client 10% 10% ■ Chimie 50% 20% 10% 10% 20% niveau de finition, protections riété de la marque, présence 10% 7 Dosage à partir de 200ml, 10% 30% 10% ■ Distribution d’eau 30%à la 70% 10% 10% renforcées, du low-cost mondiale,réseau de distribu20% 30% 30% 10% 30% 20% ■ laboratoire 30% sur platine ou chariot, inox ou 30% sur mesure clé 10% teurs 30% 10% ligne complète10% 30% 20% PP, pompe vide-fûts ou centri■ métallurgie 30% en main 30% les 30% 10% 30% 20% fuge horizontale, électrovanne 7 - Possibilité de piloter ■ Nutrition animale 7 - Nombreux choix d’options électriquePierre ou pneumatique, pompes Salmson ■ Pétro-chimie Savino Guerin Rutschià distance par Génibus MFVTA PCB s’adaptant aux besoins crosse de conditionnement Salmson Savino Pierreou Guerin ou Profibus,détecteur Rutschi de rupLeroy MFVTA PCB ■ Pharmacie, cosmétique pistolet, flexibles et raccords ture de membrane, réglage Salmson Savino Pierre Guerin Rutschi 8 CE, atEX, pesage, métro■ Produits laitiers MFVTA PCB 10% 10% 13% 15% adaptés 50% des longueurs de courses 10% 15% 20% 40% 30% logie légale10% ■ d’effluents 25% 10% traitement 10% 10% 13% 15% 15% 20% 8 - Ul, tDU, 40% 30% 40% 50% 8 isO 9001 : 2008 CE, isO 9001 30% ■15%intégrateurs 10% d’ex- 25% 10% 15% 10% 20% 9 - 1 an avec possibilité 10% 20% 13% 15% 15% 40% 20% 30% 40% 30% 10% 50% 10% 20% ■ autres15% secteurs15% tension de25% garantie 9 - 12 mois 9 - 2 ans 10% 20%

40%

%

15% 20%

15%

20%

10%

30% 15% 30% 10% 15% 10% 10% 10% 20% 10% 10% 15% 10% 20% 10% 10%

s Travaini ique Fluides

10% 10% 10% 10% 10% 20% 10% 15% 15% 10% 10% 10% 17% 10%10% 10% 10% 10% 10% 10% 20% 10% 17% 10% 10% 10% 10% 10% 10% 10% 10% 5 -10% caractéristiques 10% 17% 10% 10% 10%

20%

Weir minirals X Weir minirals

Verder Travaini

Verder Weir minirals

Travaini

X

Verder 10% 10% 10% 10% 20% 10% 10% 10% 10% 10% 10% 50% 10% 10% % 10% 10%50% 10% 10% 10% 10% 10% 10% 20% 10% 20% 10% 10% 40% 10% 50% 10% 0% 10% 10% 10% 10% 30% 10% 60% 20% 10% 10% 10% 30% 10% 30% 10% 10% 10% 60% 10% % 10% 10% 0% 10% 30% 60% 20% 30% 10% 10% % 10%

X

X X

0% 20%

20% 25% 40% 20%

20%

X

X

X 40% 20% 20% 20% 20% 20%

0% %

X

X X

20% 10%

20% 40% 15% 20% 15% 10% 20%

X

X

X X

X

X

10% 10% 10% 20% 40% 10%610% 10% 10% - Les points forts10% 20% 20% 40% 10% 10% 10% 20% 10% 10% 20% 20% 10% 10% 20% 10% 20% 20% 20% 10%20% 10% 20% 60% 7 - Les 20%options 10% 10% 60% 20% 10% 60% 10% 10% X10% X X 8 - La certification X X X

X X 10% 10% 10% 45% 15% 25% 10% 10%10% 10% 10% 45% 10% 30% 15% 15% 20% 30% 25% 10%10% 10% 10% 10%9 - 10% 10% 15% Les garanties 30% 45% 15% 10% 30% 10% 10% 25% 10% 15% 10% 10% 10% 30% 10% 10% 10% 10% 10% 10% 10% 10% 20% 10% 10% 10% 10% 10% 20% 10% 10% 10% 10% 25% 10% 10% 10% 10%10%10% 10% 10% 20% 20% 10% 10% 10% 25% 10% 10% 10% 10% 10%10% 10% 10% 20% 10% 10% 25% 10% 10% 10% 20%

15%

X

techniques

X

X

30%

N°37 mars-avril 2010 LE JOURNAL DES FLUIDES

2


Que choisir ?

20%

20%

11% 15%

10%

34

25%

Condiconcept

X

X

X

1 -10% iWaKi France 1 - PCm 10% 10% 10% X X X X 2 Constructeur pour iWaKi 2 - Constructeur marques 15% 30% 40% 10% 10% 25% et distributeur pour standard PCm, moineau, Dosys, 30% pompes Delasco 10% 10% 10% 15% 10% 65% 25% 15% 2 - Activité 10% 10% 25% 3 Pompes centrifuges à 3 systèmes de dosage en 15% 10% 10% 30% 15% 40% 10% 10% 25% entraînement magnétique, ligne, systèmes de remplis30% pompes doseuses (électroma- 25% sage de produits comple65% 15% 10% gnétiques et électromécanixes, pompes volumétriques, 25% 3 - Equipements 10% 10% 15% 10% ques), pompes volumétriques mélangeurs en ligne. c Flux Grundfos Iwakiet PCM (à soufflet, à engrenages 4entraînement magnétique), 10% vide fûts. 10% pompes 0% 10% 20% secteurs 10% 30% Flux4 - Principaux Grundfos Iwaki 30% PCM 4 50% 20% 20% d’activité (≥›10%) 10%

40% 20%

10% 30%

30% 50%

20%

10% 10% 20%

10% 30% 10%

20%

30%

10% 10%

50% 10%

10% 30% ■ agroalimentaire 5 - Nos10% systèmes transfèrent 20% 30% 10% 10% ■ armée, marine des particules jusqu’à 45 mm metic Hydro fluide Ingersoll ITT ■ Brasserie, viticulture de diamètre etKSB des fluides vis■ Chimie 5 - Pompes centrifuges : débit queux au delà de 1 million 3 jusqu’à de centipoises ; nettoyable en ■ Distribution d’eau 10% 10% 300 m /h. Pompes 20% 20% 40% 45% doseuses : débit jusqu’à 30%place 10% laboratoire 30% Hydro■ fluide Ingersoll ITT 40% KSB 2 700 l/h. Dosage et remplis■ métallurgie 6 - matériel dédié aux pro10% 30% 10% ■ Nutrition animale 10% 10% sage de produits agressifs, duits 20% difficiles : visqueux, 20% 20% acides, bases, sans risque de 10% ■ Pétro-chimie 30% fragiles,40% abrasif ou avec par10% 40% 30% fuite. 30% ticules ; coût du ■ Pharmacie, 30% 30% cosmétique cycle de vie 20% 10% 30% 10% ■ Produits laitiers 6 - Pompes économiques : 20% (lCC) optimisé. ■ traitement d’effluents durée de vie importante et 10% 7 - NC ■ intégrateurs faible maintenance. stockSalmson en 30% 30% Savino 30% Pierre Guerin Rutschi PCB 8 -20% 3a, FDa, isO9001, France avec délais courts. ■ autres secteurs isO14001 7 - Différents matériaux dis10% 15% 9 - 1 an 15% 10% 13% 20% ponibles : PvC, PP, EtFE, 40% 30% 50% Salmson Savino Pierre Guerin Rutschi 10% PvDF, PFa et inox. 5 - caractéristiques 20% 15% 15% 30% 10% 8 - isO 9001, isO10% 14001, techniques 10% 13% 15% 15% 20% atEX 40% 30% 50% 10% 10% 10% 10% 10% 20% 17% 10% 10% 10% 10% 10% % 10% 9 2 ans 20% 15% 15%

6 - Les points forts 20%Weir minirals 10% 10%X 10% 10%20%

10% 60% 8 10% - La certification

%

10% 60%

10%

10% 10% 10% 10% X

10% 17%X

7 - Les options

Weir minirals 50%

20%

30% 2 20%

30%

10%

20%

20%

10% 40% 20%

10%

10% 10% 10% 10%

10% 60% 20%

20% 20%

20% 10%

20% 20%

10% 10%

60%

X 10%

X 15%

Grundf

10% 30% 50% 70%

10%

5 - les calculs et les études de détail de réalisation, les Leroy analyses fonctionnelles pour l’automatisme, les approvisionnements suivi de la 20% et le 30% construction, la direction de chantier et le suivi des plannings,20% la coordination de la mise en service, la15% formation 15% et l’assistance technique 6 - Compétences pluridisciplinaires qui couvrent l’ensemble des étapes qui composent Technique Fluides un process batch ou continu des industries de parachimie. 10% 10% 7 - NC10% 20% 8 - NC 10% 9 - NC10% 10%

MFVT 10% 20%

20%

10

Trava

10% 1 10%

30%

10% 10%

X 10%

10% 10% 10% 10% X

10% 10% 10%X 10%

40% X

10%

9 - XLes garanties 15%

20%

X

10%

10%

%

30%

1 - sCOrEl industries 40% 2 - Bureau d’ingénierie et agent de la société Dromont 3 - Étude et réalisation d’installation de production Scorel 4-

10%

10%

rder

30%

X

1 - Société 10% 15%

50% 10%

EquipFluid

10%

20%

15%

%

10% 13% 12%

10% 10%

30%

X

25%

15% 10%

X

20% X 10% 10% 10% 10% X

10%

X

10% 45% 10%

10% 10% 10% 10% 10%10% 10% 10% 45% 15% 30% 10% 10% 25% 10% 10% 10% 10% 10% LE JOURNAL DES FLUIDES mars-avril 2010 N°37 10% 10% 25% 10% 10% 10% 10% 20%

25%

20%

20% 65%

20


lejournaldesfluides.com

t ô t n e i B ne ! en lig L’actualité en un clic

et toutes les actus des mois précédents.

La revue en ligne. L’agenda des salons et évènements de votre secteur d’activité.

La newsletter : pour être informé en priorité des nouveautés.

La base des liens multi-sectorielle.

L’ACTUALITÉ

Agroalimentaire Armée, Marine Brasserie, viticulture Chimie Distribution d’eau Laboratoire Métallurgie Nutrition animale Pétro-chimie Pharmacie, cosmétique Produits laitiers Traitemant d’effuents Intégrateurs Autres secteurs

MULTISECTORIELLE DES PRODUITS LIQUIDES

Éditions Fitamant / Le Journal des Fluides - Service publicité - 2 rue F. Le Dantec - 29000 QUIMPER

tél. 02 98 98 01 40 - fax 02 98 95 37 41 - pub.fluides@fitamant.fr


Produits phares Une nouvelle pompe KNF SIMDOS pour SIMplifier le DOSage Nouvelle innovation pour la société KNF Neuberger spécialiste des pompes à membranes. La simplification des opérations de dosage et la réduction des contraintes a été le fil conducteur pour la conception de la pompe Simdos : un affichage clair, doté d’une interface intuitive et ergonomique, avec une commande par bouton unique pour tous les réglages et fonctions. Le choix des matériaux et des composants de la pompe Simdos permet de répondre aux contraintes des liquides agressifs et corrosifs. Un matériau comme le PTFE offre une qualité d’exécution optimale et un niveau de sécurité élevé dans de nombreuses applications. Le principe volumétrique de la pompe à membrane, lui, est reconnu depuis des décennies par les professionnels pour les opérations de dosage. La conception des pompes Simdos permet un démarrage à sec et un auto-amorçage. Cette pompe à liquide vient compléter la gamme actuelle des pompes de dosage KNF. Côté Applications : Dosage et/ou transfert et aspiration de liquides neutres, légèrement agressifs ou corrosifs Débit nominal : 1 ml/min à 100 ml/min Volume de dosage : 1 ml à 1000 ml/min Hauteur d’aspiration : jusqu’à 3 mCE Hauteur de refoulement : jusqu’à 60 mCE Raccordement électrique : 99-264 V / 50-60 Hz Protection : IP65

2

LE JOURNAL DES FLUIDES mars-avril 2010 N°37

Nouvelle gamme de France Géothermie : les pompes à chaleur Isara Optima, une technologie écologique Une conception technologique mûre, des caractéristiques de régulation et des scores en captage horizontal, vertical ou en nappe phréatique hissent cette gamme de PAC de France Géothermie vers les plus hauts coefficients de performance et de compétitivité. L’Isara Optima est destinée aux pavillons et aux bâtiments basse consommation. Elle s’adapte à tous types d’émetteurs (radiateur, plancher chauffant, ventilo-convecteur). Dotée d’un design épuré et d’un encombrement réduit, cette nouvelle pompe à chaleur s’installe rapidement et trouve sa place aussi bien dans la construction neuve qu’en rénovation. Le générateur Isara Optima fonctionne avec de l’eau glycolée (ou de l’eau de nappe souterraine) dans le capteur extérieur et de l’eau à température élevée dans le diffuseur (jusqu’à 55 °C en sortie d’émetteur). Des puissances de générateurs de 4 et 8 kW permettent l’installation de manière personnalisée et adaptée en fonction des besoins. Des modèles de 6, 10 et 12 kW devraient être prochainement disponibles. La gamme Isara Optima bénéficie de nombreux avantages technologiques permettant d’assurer la maîtrise de la consommation. Chaque générateur de la gamme est équipé d’un compresseur « à piston », garantie de longévité mais aussi d’un très faible niveau sonore et d’un haut degré de performance. Le système de régulation optimise les performances en fonction de la température extérieure et assure la gestion de différents émetteurs à l’intérieur de l’habitation. Les coefficients de performance (COP) peuvent aller jusqu’à 5.02 kW/h d’énergie pour 1kW/h consommé. Par ailleurs, des options et kits permettent de délivrer de l’eau chaude sanitaire ou d’assurer le chauffage d’une piscine. Écologique, la technologie de la gamme Isara Optima permet de réaliser d’importantes économies sur une facture de chauffage. Et petit plus pour les clients, les produits de cette gamme sont éligibles au crédit d’impôts et disposent de nombreuses certifications dont la norme NF PAC (en cours de certification pour les modèles 4 et 8).


PrODUits PHarEs

Le caniveau de douche d’Aco : l’alliance du design et de la qualité Spécialiste mondial de l’évacuation des eaux à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments, Aco lance en exclusivité sur le salon Idéo Bains 2010, sa nouvelle gamme de drainage ShowerDrain. Issue des modèles de caniveaux de douche esthétiques et élégants « ShowerLine », ShowerDrain offre une gamme de grilles beaucoup plus étoffée, un large choix de solutions, de matériaux de qualité, de finitions modernes et une grande fiabilité. Destinée aux salles de bain traditionnelles, aux douches collectives, aux piscines ainsi qu’aux espaces plus luxueux tels que les spas, ShowerDrain s’adapte également aux solutions pour les personnes à mobilité réduite. Une révolution technologique qui améliore le confort et répond aux attentes des architectes et des spécialistes du sanitaire. Il existe deux types de caniveaux de drainage : le ShowerDrain type C et le ShowerDrain type F « pose en deux temps ». Le premier très compact est un système avec boîtier siphon intégré et possède trois possibilités d’installation avec une bavette pour un agencement en retrait de la cloison, une remontée en plinthe pour un agencement en pied de la cloison et une sortie sans siphon pour certaines solutions en rénovation. Le second mise sur la flexibilité : avec la possibilité de reprendre les éventuelles eaux d’infiltration dans le boîtier siphon grâce à la création d’un espace entre la cuve et l’étanchéité collé sur la platine du boîtier siphon. L’eau peut ainsi être totalement récupérée dans le siphon. Design, respect des normes, qualité des produits, multiplicité des avantages et des finitions pour une performance accrue, réduction des émissions sonores, utilisation de matériaux nobles 100 % recyclables, autant de critères qui permettent à Aco de bien se positionner sur le secteur du drainage de surface et de prétraitement.

Évolution technologique de la gamme des pompes de forage Immerson chez Salmson Salmson vient de renouveler sa gamme de pompes de forage Immerson D4 : une nouvelle génération de pompes de forage 4 pouces. Cette nouvelle gamme propose des pompes de forage immergées. Elles s’emploient sur diverses applications telles que le captage d’eau à partir de forage (lac, rivière, etc.), l’alimentation en eau potable pour les zones urbaines et rurales, ainsi que l’alimentation en eau industrielle, la lutte contre l’incendie, la surpression d’eau, l’alimentation d’installation de jets d’eau et de fontaines ou encore la circulation d’eau de refroidissement. Après des essais techniques et des tests « marchés » concluants portant sur 3 modèles de la nouvelle génération « C », l’ensemble des modèles a été remplacé en janvier 2010. L’Immerson D4 propose de nombreuses améliorations, notamment une hydraulique équipée de roues flottantes qui garantit une usure réduite et un meilleur rendement, ainsi que des coussinets supérieurs et intermédiaires en élastomère/chrome qui assurent une tenue au sable exceptionnelle. Ses cellules sont équipées de roues et diffuseur, en Noryl, particulièrement robustes. Un clapet anti-retour est intégré ainsi qu’une crépine au corps d’aspiration afin de faciliter l’alignement pompe-moteur. Les matériaux et éléments de construction sont insensibles à la corrosion ; les pièces principales sont en inox, inox chromé, inox AISI 304. L’installation de la pompe est possible verticalement ou horizontalement. Le moteur est disponible en version triphasée 400 V ou en version monophasée 230 V avec condensateur permanent. Le moteur est conforme à la réglementation sur l’eau potable (ACS). Et enfin, l’étanchéité et l’isolement électrique du moteur sont absolus. L’Immerson D4 offre une vitesse de 2 900 tr/min avec une fréquence de 50 Hz et un débit maximal de 24 m³/h. La hauteur manométrique maximale s’élève à 322 mCE. Le moteur dispose d’une classe d’isolation B et d’un indice de protection IP 68. La température maximum de l’eau véhiculée est de +40 °C.

N°37 mars-avril 2010 LE JOURNAL DES FLUIDES

27


Produits phares Anjou pompes, des produits adaptés à la sédimentation ou la séparation des fluides La société Anjou Pompes spécialisée dans le transfert, le dosage et la mesure des fluides depuis 35 ans propose des solutions innovantes de détection, de concentration ou de séparation pour permettre ainsi la vidange des trémies et/ou cuve de récupération. Le principe réside dans la mise en place d’une mesure Baumer associée à une pompe péristaltique APBA assemblée sur le site de Saint Barthélemy d’Anjou. Cet ensemble permet ainsi une économie importante d’énergie par un fonctionnement de la pompe uniquement quand la sédimentation ou la séparation a atteint le niveau désiré (ajustable selon le résultat souhaité), le système permet également de maîtriser le volume des rejets. Particulièrement apprécié dans les applications comportant des fluides de nature à sédimenter, ou à déphaser, le procédé peut s’intégrer dans des process alimentaires, chimiques, TP et environnement Atex.

Nouveau débitmètre à ultrason portable et polyvalent chez Ultraflux Le nouveau débitmètre portable l’UF 801P d’Ultraflux, polyvalent et autonome, est conçu pour les diagnostics et les contrôles de tout type de liquides, même non-conducteurs, et de conduites. Il est idéal pour des applications de gestion de réseau, la vérification de débitmètres déjà en place, le contrôle de process et les bilans thermiques (eaux de climatisation et de chauffage). Équipé d’un nouveau traitement numérique du signal, grâce à la mesure de la différence de temps de transit d’ondes ultrasonores, ce nouveau modèle permet une grande dynamique de mesure (1 mm/s à 45 m/s selon les applications) tout en garantissant de très bonnes linéarité (0,1 %) et fidélité (0,2 %). Les résultats sont précis (erreur maximale de 0,5 % de la valeur lue), stables et fiables, même dans des conditions de mesures extrêmes. Un grand choix de sondes externes performantes et une sonde de technologie microstructure pour les applications difficiles permettent à l’utilisateur d’effectuer ses mesures sur tout type de conduites même usagées, avec ou sans revêtement, sur n’importe quel liquide et sous n’importe quelle pression. Véritable appareil de

28

terrain, l’UF 801-P est portable, autonome jusqu’à 14 heures en continu, et son logiciel de gestion avancée assure une large extension de l’autonomie de la batterie. De plus, le boitier robuste en ABS offre une résistance renforcée et une protection IP67. Il s’utilise sur une plage de température de -10 °C à +50 °C. Doté d’une puissance de calcul importante, il intègre des logiciels

LE JOURNAL DES FLUIDES mars-avril 2010 N°37

de correction multiproduit, une prise en compte des transitions laminaire/turbulent et une fonction oscilloscope qui aide au diagnostic et au positionnement des ondes. Enfin, il se manipule intuitivement, avec un paramétrage rapide et simple pour une prise de mesure immédiate. Très peu de maintenance est nécessaire, la dérive étant nulle dans le temps.


PRODUITS PHARES

Des capsules « intelligentes » qui libèrent leur contenu à température choisie Des chercheurs du centre de recherche CNRS Paul Pascal à Bordeaux viennent de concevoir des capsules «intelligentes» capables de libérer leur contenu à la demande, sous l’effet d’une simple élévation de température. Ce dispositif original vient d’être breveté. Il promet de nombreuses applications dans des domaines comme l’alimentation, la parfumerie ou l’agronomie. Trois chercheurs du centre de recherche Paul Pascal (1), une unité propre du CNRS, ont mis au point une méthode astucieuse, tout à fait inédite. L’idée est simple et la fabrication du dispositif également : les scientifiques dispersent de l’huile, qui peut contenir un agent spécifique, dans de l’eau. Stabilisée sous forme de gouttes par des particules de silice, cette émulsion a pour particularité essentielle d’être constituée d’huile liquide à température de fabrication (65 °C) mais solide à température ambiante. Une coque de silice est ensuite polymérisée autour des gouttes refroidies : on obtient alors des capsules stables au stockage. Il est dès lors possible de provoquer la libération du contenu des capsules en les chauffant au-delà de la température de fusion de l’huile choisie. Le passage de l’état solide à l’état liquide s’accompagne d’une expansion volumique de l’huile confinée, ce qui suffit à casser l’écorce de silice. La température de libération requise peut être sélectionnée entre 35°C et 56°C. Un autre paramètre est ajustable : le mode de libération du contenu qui peut s’effectuer soit par trains de gouttelettes, soit en totalité et en une seule fois, ce qui permet de contrôler la vitesse de libération du contenu. (1) Ils appartiennent tous trois à l’équipe «Chimie intégrative, matériaux multiéchelles et émulsions» (CIMMEs). Crédit CRPP / CNRS 2009 ZR compresseur à vis exemptes d’huile - 425 kW

Exemple d’une capsule relarguant son contenu dans le milieu extérieur après augmentation de la température. De gauche à droite : 1. Capsule en-dessous de la température de fusion de l’huile, l’huile est solide. 2. Capsule au-dessus de la température de fusion : la capsule se rompt. 3. Propagation de la fissure et sortie de l’huile liquide. 4. La capsule se vide après relargage complet de son contenu. Barre d’échelle = 20 µm.

Grundfos CM/CME, des détails qui font la différence

La gamme de pompes centrifuges horizontales multicellulaires non auto-amorçantes Grundfos CM a été conçue avec pour objectifs principaux la compacité et la modularité. Grundfos a mis au point un dernier modèle de pompe innovante : la Grundfos CM/CME qui bénéficie d’une haute fiabilité et d’un fonctionnement silencieux. La différence de ce nouveau modèle se trouve dans les détails. Elle peut d’abord être utilisée dans de nombreuses applications, comme le nettoyage, la régulation de la température (HVAC), le traitement de l’eau, les industries chimiques et pharmaceutiques et plus encore… Trois modèles principaux sont proposés, avec un certain nombre de variantes disponibles grâce à une série de composants en option. Ces modèles sont fabriqués à partir de fonte, AISI304/DIN 1.4301 et AISI316/DIN 1.4401. Ses principales caractéristiques sont la compacité - certaines dimensions ont été réduites de plus de 30% sans compromettre la performance -, la modularité - de nombreux éléments dont le moteur, la chemise, la garniture mécanique et le corps de pompe peuvent être combinés pour répondre au mieux aux besoins du client. La fiabilité est également à prendre en compte avec une utilisation de matériaux solides et de composants soigneusement sélectionnés. On distingue parmi eux, les étanchéités, la garniture mécanique à joints toriques et la fixation de l’arbre qui assurent la réduction significative du temps d’immobilisation. Enfin ce modèle a un fonctionnement silencieux. Son faible niveau sonore offre de meilleures conditions de travail pour l’utilisateur et élimine le recours à une isolation phonique supplémentaire. Sa couverture, globale, avec toutes les variantes de moteur en 50/60 Hz permet une utilisation dans le monde entier.

N°37 mars-avril 2010 LE JOURNAL DES FLUIDES

29


Produits phares Première tête à membrane double effet Axflow France, filiale à 100 % d’Axflow, offre une gamme complète de pompes volumétriques, de systèmes de dosage, d’agitateurs, d’équipements dédiés à l’environnement et un département analyse. Distributeur agréé des pompes Bran&Luebbe en France, la société Axflow, commercialise une nouvelle tête à membrane double effet, un produit très innovant, principalement pour les marchés oil and gas, offshore et chimie et pétrochimie. Cette tête, qui a été conçue à l’origine pour le dosage de boues (slurry), notamment dans la production de bio-fuel, double le débit d’une tête simple effet. Les avantages de cette tête sont nombreux. Elle permet notamment la réduction du nombre de mécanismes, un gain de place d’environ 30 %, une réduction significative des coûts de maintenance et enfin la possibilité de modifier des pompes pour augmenter le débit tout en étant 20 % moins chère. En outre, les caractéristiques de toutes les têtes à membrane de la gamme offrent un large choix de matériaux, la possibilité de personnaliser une pompe, une détection de surveillance de membrane standard, la possibilité de travailler à sec tout en assurant un rendement volumétrique élevé et une meilleure précision de dosage.

Nouveau design des pompes à membranes « verderair VA25 » Le groupe Verder est fournisseur des pompes dans les industries chimiques, le traitement de l’eau, l’industrie pharmaceutique, l’agroalimentaire et les industries de process. Il lance un nouveau modèle de pompe à membranes : la « verderair VA25 », basée sur le concept fiable de la « verderair ». Ce modèle doté d’un bon rapport qualité/prix, 30 % plus efficace,

30

LE JOURNAL DES FLUIDES mars-avril 2010 N°37

est conçu avec des caractéristiques qui optimisent les performances. La « verderair VA25 » contient un distributeur d’air modulaire et à faible pulsation dont le changement est rapide et facile. Elle est construite en standard avec des membranes surmoulées, dont la durée de vie est cinq fois plus longue et le débit 20 % plus élevé grâce au nouveau design. Les caractéristiques de ce nouveau modèle sont : un distributeur d’air modulaire et à faible pulsation, un fonctionnement plus efficace, le corps central en une pièce avec une pompe plus robuste, sans fuites d’air possible. Ces nouvelles pompes nécessitent également moins de maintenance, donc une diminution des arrêts machines. Son fonctionnement est étanche, avec un corps boulonné et des joints sous forte pression. L’installation se fait avec un maximum de flexibilité (jusqu’à 7 connections possibles). Construite avec un matériau plus robuste, ces pompes possèdent une nouvelle structure de corps. Enfin, la durée de vie des membranes est cinq fois plus longue, surtout en cas d’applications abrasives qui nécessitent le PTFE. Plusieurs options de matériaux peuvent être combinées. La pompe à membranes « verderair VA25 » peut être utilisée dans beaucoup d’applications : vide-fût, déchargement de fluides, vidange de produits chimiques, approvisionnement en vernis céramique, asséchement de puisard ou encore transfert de fluide d’un container vers de petits conditionnements.


PRODUITS PHARES

Une nouvelle gamme d’agitateurs pour économiser de l’énergie Alfa laval a lancé une nouvelle gamme d’agitateurs qui s’est focalisée sur la réduction de la consommation d’énergie. Ces agitateurs peuvent répondre à de nombreuses tâches dans le domaine du mélange pour des cuves utilisées dans les industries pharmaceutique, biotechnologique, cosmétique et agroalimentaire. Ils sont utilisés dans une large gamme d’applications : maintien de l’homogénéité du produit lors du stockage, maintien de la suspension, aide au mélange, à la floculation, à la fermentation et au transfert de chaleur. Deux caractéristiques importantes sont à noter : la conception des pales à haut rendement, particulièrement efficaces et économes en énergie, la modularité du design qui diminue les coûts d’installation et de maintenance. Cette nouvelle gamme d’agitateurs offre également des rotations plus faibles sans pertes de capacité de traitement grâce à l’efficacité de la conception des pales d’agitateurs en matière de consommation d’énergie. Conçue pour optimiser le débit en éliminant les zones potentielles de blocage, la gamme offre un traite-

ment en douceur du produit sans zones d’ombres ou fissures où le produit pourrait s’accumuler. L’arbre de l’agitateur, qui est détachable et parfaitement lisse, avec l’accouplement en dehors de la cuve, assurent un très bon niveau d’hygiène. Avec une conception modulaire, ils peuvent être adaptés pour des applications ou des utilisations particulières mais aussi être montés horizontalement ou verticalement. Le débit élevé, créé par la forme des pales nécessitant un minimum d’énergie pour fonctionner, provoque par ailleurs, une meilleure efficacité que des hélices avec une forme standard. Cela peut résulter en une installation qui consomme jusqu’à 80 % d’énergie en moins. La gamme de produits proposée par Alfa laval est très diversifiée. On y trouve notamment les modèles suivants : l’agitateur ALT pendulaire sans support de fond de cuve, caractérisé par la présence d’un arbre qui n’a pas besoin de support inférieur, le modèle ALTB pendulaire avec support de fond de cuve, celui à fixation latérale ALS et enfin le modèle fond de cuve ALB.

Nouveau raccord universel Parker Parker hannifin est le premier fabricant leader mondial des technologies du mouvement et du contrôle. Il fournit des solutions pour de nombreux marchés industriels, mobiles et aérospatiaux. La société vient de mettre sur le marché un nouveau raccord universel : le « push to connect ». C’est un système de liaison rapide, sûr et économique pour tubes et

flexibles. Il existe pour des pressions jusqu’à 400 bars, pour des liaisons DIN24° (ISO 8434-1) mais aussi ORFS (ISO 8434-3). L’assemblage par simple poussée manuelle réduit le temps de montage du flexible par cinq, sans aucun outillage. Les coûts liés à un mauvais montage ou à des défauts d’étanchéité sont également fortement réduits, voire nuls. L’étanchéité

est assurée par un joint souple et un repère visuel et auditif qui donne l’assurance d’un bon montage. Le démontage reste possible avec une clé plate traditionnelle. Lors d’une opération de maintenance, le flexible « push to connect » peut être remplacé par un flexible équipé de raccords DIN ou ORFS, disponibles dans tout le réseau des distributeurs Parker.

N°37 mars-avril 2010 LE JOURNAL DES FLUIDES

31


Bilan

Hausse de fréquentation de 12 % et internationalisation des visiteurs pour e la 14 édition du CFIA Belle édition 2010 pour le CFIA de Rennes, la 14e édition du carrefour des fournisseurs de l’industrie agroalimentaire. Avec ses 11 800 visiteurs, le record de fréquentation a été battu. L’équipe organisatrice se félicite d’avoir enregistré une hausse de 12 % du nombre de visiteurs. Bilan de cette édition marquée par l’internationalisation de ses visiteurs et la qualité des rencontres entre décideurs du secteur. Avec 1 200 exposants, équipementiers, fournisseurs et prestataires, le CFIA est certainement l’offre la plus complète du secteur, l’événement des décideurs des industries agroalimentaires. Parmi les entreprises présentes cette année, 700 représentaient le secteur des « équipements et procédés », 400 exposants celui des « emballages et conditionnements » et les 100 derniers présentaient des « ingrédients et PAI» (Produits alimentaires intermédiaires). On dénombrait cette année pas moins de 200 nouvelles sociétés. C’était notamment le cas de la société Bauer Danfoss Sarl, et de son responsable du département motoréducteurs, Christian Szymanski. « C’est notre premier salon (du CFIA, ndlr), explique-t-il. En tant qu’exposant, j’ai eu beaucoup de contacts intéressants, ce qui était mon objectif. En tant que visiteur, j’ai trouvé beaucoup de gens dans les cibles que nous visons, ce qui m’a permis de faire des listes de prospects. Nous fabriquons des moteurs électriques et nos clients sont

32

LE JOURNAL DES FLUIDES mars-avril 2010 N°37

tous les constructeurs de machines. Donc j’ai fait le tour de ces exposants-là pour déposer mes prospectus… Petit point noir peut-être, le salon est énorme et comme nous étions placés dans le hall 10, à l’autre extrémité de l’entrée, il y avait peut être un peu moins de fréquentation. Nous ne sommes peut-être pas présent depuis assez longtemps pour avoir les meilleures places… Mais dans l’ensemble, nous sommes satisfaits. »

Une belle impulsion pour « la plus grande usine de France », malgré un contexte économique encore fragile Malgré un contexte économique encore délicat, les exposants ont su investir, innover, renforcer leur positionnement sur le marché. Dans cette optique, le CFIA se positionne en vecteur d’échanges, répondant au mieux aux besoins des professionnels de l’industrie


Bil aN

agroalimentaire. Cette dynamique, ces échanges constructifs, ce partage de technologies et de savoir-faire, confirment l’identité du CFIA : qualité, convivialité, business. C’est ce que confirment les retours de ces dirigeants auprès du salon, satisfaits de cette dernière édition : « Chaque année, c’est de mieux en mieux : il y a toujours une progression, de la nouveauté, de plus en plus de visiteurs… c’est extraordinaire. » attestent Nathalie et René Dassaud, de la société Dassaud Fils. Pour d’autres, la présence sur le salon est un rendez-vous annuel indispensable : « Être au CFIA, cela renforce notre activité en terme d’image… c’est essentiel, il faut absolument être là. Nous serons présents pour la quinzième édition de Rennes ! », a d’ors et déjà annoncé Gérard Albert, Pdg

de la société Stale. Avec son nouveau record d’affluence, près de douze mille décideurs issus de toutes les fonctions d’usines (production, achat, maintenance, R&D), le CFIA peut se targuer d’être « la plus grande usine de France ». Le salon, qui se déroule en Bretagne, première région agroalimentaire de France mais aussi d’Europe, a su cette année encore attirer un public plus vaste que celui du seul hexagone. Avec une part de visiteurs étrangers qui a doublé en un an, le CFIA s’internationalise de plus en plus. Initiée en 2009, la venue de délégations étrangères a connu, une nouvelle fois, un succès avec deux pays à l’honneur : les Etats-Unis et la Thaïlande. Cette volonté d’ouverture sur le monde, le CFIA la revendique en proposant à ses indus-

triels d’impulser des actions sur des marchés à l’export… Les besoins de ces pays ont été cernés par le biais de rendezvous d’affaires, sur un espace dédié au sein du salon. En marge des stands des fournisseurs du marché de l’industrie agroalimentaire, le CFIA a proposé deux types de rencontres ayant également remporté un franc succès. Les Trophées de l’Innovation, décernés lors de la soirée d’ouverture, ont réuni plus de 1 000 invités. Près de 60 produits ou services étaient en compétition dans quatre catégories. Jamais le CFIA n’avait eu autant de participants aux trophées. Un engouement qui atteste que l’agroalimentaire, est un secteur en constante évolution. L’espace conférences a, quant à lui, permis à plus de 500 professionnels de participer

à des débats sur de nouvelles solutions et des retours d’expériences. Des experts ont abordé des thèmes parfois pointus, comme l’énergie dans l’industrie, les outils d’accompagnement des projets d’innovation, la responsabilité sociétale et le développement durable ou encore les performances de l’entreprise grâce aux technologies RFID. Les 19 conférences prévues au programme 2010 ont présenté un large tour d’horizon des tendances et attentes d’un marché en constante évolution. Prochaine édition à ne pas manquer en 2011, les 15, 16 et 17 mars. Emmanuelle genoud

Retour sur le salon du cFIA par henri gasparini, directeur général et marketing de l’entreprise Ifm Electronic JDF : Qu’avez-vous pensé de cette 14e édition du CFIA ? Quelles étaient vos attentes et ont-elles été satisfaites ? Henri Gasparini : Notre présence dans les salons n’est pas un vecteur essentiel de notre communication. Cependant nous sommes et restons fidèles au salon CFia qui est un salon très rentable. la rentabilité des projets initiés au salon couvre largement les coûts engendrés par notre participation. Nous sortons satisfaits de cette édition avec un record de visites largement dépassé (+ 12 %), le sentiment d’un relationnel client renforcé et une profusion de projets concrets. JDF : Quels sont les principaux points positifs de ce salon pour vous ? Les point négatifs ? HG : les points positifs : c’est un salon idéalement placé dans « la » principale région agro-alimentaire française, ce qui permet à beaucoup de personnes de production de venir. C’est un point essentiel. Des contacts très opérationnels venant discuter de projets concrets. C’est un salon concentré sur trois jours, ce qui est profitable et efficace pour notre organisation interne. On met le paquet et l’on gère la fatigue après. le point négatif : malgré un réel sens du service, peu

commun en France, nous souffrons du manque d’eau courante sur les stands et du manque de sanitaires… Propos recueillis par Emmanuelle genoud

N°37 mars-avril 2010 LE JOURNAL DES FLUIDES




Bilan

Produits présentés au CFIA Chaque exposant, chaque entreprise est venue pour cette 14e édition du CFIA en présentant ses produits phares, ses nouveautés, les évolutions de ses technologies. Le Journal des Fluides vous propose une petite sélection de ces produits.

Ifm eletronic : synthèse entre capteur de pression électronique et afficheur analogique Le nouveau modèle de capteur de pression présenté sur le stand d’Ifm eletronic au dernier CFIA est le premier manomètre à contact entièrement électronique. Alliant trois fonctions en une, il dispose d’un affichage analogique, d’un transmetteur et d’un pressostat dans le même appareil, sans utilisation de relais ou d’amplificateurs de commutation. La lisibilité est bonne grâce un affichage simultané des valeurs mesurées, analogique et TOR. L’afficheur est également orientable avec une couronne à LED pour affichage tendance ou seuil. Ce capteur de pression présente une haute précision (0,2 %) par le traitement électronique des valeurs mesurées. Une stabilité à long terme et une haute protection contre les surcharges

est possible grâce à la cellule céramique d’une grande pureté. Dans des univers industriels soumis à de nombreuses vibrations, il maintient une lisibilité optimale par l’afficheur à aiguille électronique ; un moteur pas à pas pilote l’aiguille si bien qu’aucun liquide d’amortissement n’est nécessaire. Le boîtier aseptique affleure et possède des surfaces de haute qualité : le panneau avant est en verre de sécurité feuilleté. Enfin sur le long terme, la maintenance est réduite grâce à l’absence d’usure, même en cas de changements dynamiques de la charge, car la détection des valeurs est entièrement électronique.

Compresseurs certifiés « consommation énergétique nette zéro » Les compresseurs d’air exempts d’huile refroidis par eau avec système de récupération d’énergie intégré de la série ZR d’Atlas Copco viennent de bénéficier de la certification TÜV « consommation énergétique nette zéro ». Dans des conditions spécifiques, il a été prouvé que 100 % de la puissance électrique consommée pendant la compression pouvait être récupérée sous forme d’eau chaude. Grâce à ces compresseurs « Carbon Zero », les industries nécessitant d’importantes quantités d’eau chaude et de vapeur, telles que l’agroalimentaire, la chimie, la pétrochimie, l’industrie textile, etc. peuvent diminuer leur facture énergétique de manière significative. Les installations d’air comprimé sont un important gisement d’économie d’énergie puisqu’il est établi que la consommation énergétique d’un compresseur représente jusqu’à 80 % de son coût d’exploitation sur le cycle de vie. Il est également admis que l’air comprimé

34

LE JOURNAL DES FLUIDES mars-avril 2010 N°37


bil an

totalise 10 % de la consommation d’électricité de l’industrie, cette proportion pouvant aller jusqu’à 40 % sur certains sites industriels. Lorsqu’un compresseur comprime de l’air, toute l’énergie consommée est convertie en chaleur. Sur un compresseur « Carbon Zero », la performance technologique consiste à récupérer cette chaleur. Pour ce faire, le système de récupération d’énergie développé par Atlas Copco fait circuler de l’eau froide dans tous les composants concernés ; le transfert de calories qui en résulte permet au compresseur de produire de l’eau chaude jusqu’à 90 °C. Utilisée directement ou pour le préchauffage de chaudières, elle devient un moyen performant pour réduire la consommation énergétique de nombreux process nécessitant eau chaude ou vapeur en continu.

Nouvelle gamme de surpresseur Alti-Nexis de Salmson

de 2 à 4 pompes verticales. Le démontage des clapets (montés entre brides) reste simple, sans avoir à reculer la tuyauterie. Ils disposent enfin de plots anti-vibratiles réglables, d’un écran de visualisation et de réglage des paramètres de fonctionnement sur toute la gamme de coffrets, ainsi que d’un purgeur sur manomètre. Le châssis équipé d’anneaux de levage permet une manutention et une installation faciles et sécurisées.

Capteur de température TAD Le nouveau capteur de température TAD proposé par ifm eletronic est un nouvel outil d’auto-surveillance continuelle. Grâce à deux éléments de mesure redondants, il permet une mesure sans calibrage de température fiable, même en cas de défaillance d’un élément de mesure. La sécurité et la qualité du process restent garanties. Son signal analogique est standardisé : le signal 4...20 mA, proportionnel à la température, permet le traitement via tout système de commande usuel. Flexible, il dispose d’un filetage intégré pour une fixation aseptique à tous les raccords process usuels. La forme du bout de la sonde et le découplage thermique permettent un nettoyage NEP et une stérilisation SEP lorsque le capteur est installé. Entièrement étanche enfin, il existe en version inox pour une haute protection IP 69 K.

Salmson a présenté sur son stand du dernier CFIA à Rennes sa nouvelle gamme de surpresseurs Alti-Nexis-V-22 et AltiNexis-VE, destinée au traitement des eaux, à la potabilisation et à l’irrigation, à l’alimentation en eau et à la surpression des bâtiments ainsi qu’à l’industrie. Équipés de la pompe Nexis V 22 et dotés de hauts rendements hydrauliques (jusqu’à 80 %) et moteur (moteur EFF1 pour les versions V ou équivalent EFF1 pour les versions VE), ces nouveaux surpresseurs participent à la réduction des consommations énergétiques et à la préservation de l’environnement. L’utilisation de composants hydrauliques optimisés (clapets, vannes, collecteurs) permet également des pertes de charges totales du surpresseur inférieures à 2,5 mCE. Flexibles, ils allient modularité et compacité avec

N°37 mars-avril 2010 LE JOURNAL DES FLUIDES

35


Bilan Pompe centrifuge multicellulaire V I P : le pompage à haut rendement

Le dernier né des Motoréducteurs Danfoss Bauer primé aux Red Dot Design Award

Leroy-Somer a présenté lors du dernier CFIA sa nouvelle gamme de pompes centrifuges multicellulaires Efficio. Parmi elles, la série VIP, nouvelle génération de pompes multicellulaires aux applications multiples : surpression, alimentation des circuits de refroidissement ou de chaudières industrielles, traitement de l’eau, irrigation… Les pompes VIP présentent de nombreux atouts et notamment un très bon rendement, pouvant atteindre 80 %, ce qui les positionne parmi les plus performantes du marché. Ces caractéristiques résultent de l’association d’une nouvelle hydraulique haut rendement avec un moteur de classe IE2 (niveau équivalent à Eff1, applicable à compter de juin 2011), permettant de réduire notablement la consommation d’énergie de l’application. La série VIP est également équipée d’un système de garniture à cartouche qui facilite la maintenance des pompes. Grâce à la fonction « spacer » élargie, la garniture mécanique est aisément accessible et peut être remplacée sans avoir à démonter le moteur pouvant peser jusqu’à 40 kg. Le temps de maintenance de la pompe est ainsi divisé par deux. Pour l’ergonomie, les pompes VIP sont pourvues d’un dispositif de levage intégré qui facilite et sécurise le travail des opérateurs lors des opérations de transport et de manutention. Enfin, les moteurs haut rendement classe IE2, tout comme les garnitures mécaniques, restent des composants standard, disponibles sur catalogue.

Le département Bauer de Danfoss a présenté au dernier CFIA, le dernier né de sa gamme de Motoréducteurs. Après une étude des besoins spécifiques de l’industrie agroalimentaire, il a mis sur le marché une gamme résolvant un grand nombre de problèmes du secteur et répondant à leur exigence en matière d’hygiène. Tout d’abord, ces moteurs sont lisses et sans ventilateur pour éviter à la saleté de se nicher dans les recoins inaccessibles aux nettoyages méticuleux. L’absence de ventilateur évite ensuite de diffuser un nuage de micro-organismes développés pendant les périodes d’arrêt. Les moteurs sont étanches (IP67) et résistent au nettoyage haute pression (IP69K). Quant au revêtement, il possède des caractéristiques uniques : hydrophobe, contrairement aux surfaces métalliques nues, résistance à l’agressivité de tous les produits de nettoyage et de désinfection (pH2 à pH12) ainsi qu’au sel, absolument lisse (ni l’eau et ni les saletés ne peuvent s’y accrocher), agréé FDA et CFR, reste souple et ne s’écaille pas, disponible en blanc ou bleu (industrie boulangère) pour un contrôle visuel rapide de propreté, en option une peinture antibactérienne tuant tous les germes en contact. Ces caractéristiques permettent de rallonger très nettement la durée de vie de la motorisation, évitent le montage de carters qui souvent masquent des dégradations et sources de pollution importantes. L’ensemble des réducteurs de la gamme Danfoss Bauer est disponible sous cette exécution avec la possibilité d’équiper avec, un moteur asynchrone ou synchrone. Le dernier né de la gamme, agréé EHEDG et IPA pour l’industrie pharmaceutique, offre un rendement de l’ordre de 90 %. Il vient également d’être primé au prestigieux concours Red Dot Design Award 2010 devant plus de 4 250 produits concurrents.



LE JOURNAL DES FLUIDES mars-avril 2010 N°37


Bil aN

Deux nouveaux produits de Superklean : le mélangeur Duramix série 8000 GM-S et son pistolet Duraflow Beaucoup d’entreprises disposent de leur propre production de vapeur. L’idée de Superklean a été de trouver un moyen d’utiliser cette énergie déjà présente sur le site pour produire de l’eau chaude instantanée. L’entreprise californienne a donc développé Duramix série 8000 GM-S, un mélangeur vapeur/eau froide, capable de produire de l’eau chaude à une température constante et quasiment sans maintenance. Fonctionnant avec des gammes de pression de vapeur et d’eau très étendues, il peut opérer avec une pression d’eau de seulement 2 bars. Le corps, équipé de deux sorties, permet d’alimenter en simultané deux appareils indépendants en eau chaude. Sécurisé, ce mélangeur interdit également toute sortie de vapeur pure. Côté pratique, tous les Duramix peuvent être équipés de supports de tuyau pour un rangement aisé. Ces supports, en inox

321, garantissent une tenue à la corrosion dans la quasi totalité des applications. Un autre produit développé par Superklean vient compléter ce mélangeur : le nouveau pistolet Duraflow. Il a été pensé pour diminuer la fatigue et le stress musculaire chez l’opérateur. Sa forme ergonomique permet de faire reposer une partie du poids (moins de 700 grammes) du pistolet sur la main de l’opérateur. De plus, pour éviter les jets accidentels en direction de l’opérateur, ce pistolet dispose d’un seul sens de prise en main. La gâchette est actionnée par une pression des doigts. En cas de chute du pistolet, la gâchette est protégée par la coque et ne peut donc pas être actionnée. Le pistolet Duraflow permet en outre de retenir l’eau grâce à son système de fermeture automatique anti gouttes. Ces pistolets sont disponibles en inox 316 et pèsent moins de 700 gram-

mes. Ils s’utilisent à des pressions de 10 bars et à une température de 95 °C.

Nouvelle gamme de vérins tout inox, double effet, à simple tige ou à tige traversante, chez ASCO Numatics Le fabricant a présenté en avant-première, sa nouvelle gamme de verins, lors du dernier CFIA de Rennes. Multiples sont les applications en matière de vérins ; laiteries, fromageries ou encore ambiances saumurées, ont en effet en commun le maintien strict de l’hygiène et le désir d’équiper leurs machines de vérins inoxydables capables de résister aux environnements agressifs (sel, agents antibactériens…) et humides. Référencés sous l’appellation CIX, ces nouveaux vérins relèvent ce défi. Parmi leurs atouts : un état de surface polie (Ra<0,6), des angles arrondis, un tube en inox 304 et une tige en inox 316L, un système d’amorti pneumatique réglable et un type spécifique de marquage des références pour davantage d’hygiène et de pérennité. La série CIX bénéficie en plus d’un nouveau concept de joint de tige. Fabriqué en FPM ou en PTFE, il présente un profil très particulier, qui supprime toutes zones de rétention et est prévu pour résister aux jets haute pression. Flexibles, ces vérins, normalisés ISO 6431, offrent des courses de 25 à 630 mm et des diamètres de 32 à 80 mm en standard. Chaque vérin peut être équipé de détecteurs magnétiques de position dont le récent modèle développé par ASCO Numatics, qui se pose facilement et rapidement à l’aide de colliers et brides en inox. Ce détecteur magnéto-résistif 3 fils bénéficie

d’un degré de protection IP69K et d’un niveau d’isolation classe III. Corps thermoplastique, circuit imprimé encapsulé, câble en PVC avec connecteur mâle à vis M12 en inox résistant aux agents de nettoyage, toutes ces qualités le dédient aux conditions environnementales agressives rencontrées dans de nombreux process alimentaires.

N°37 mars-avril 2010 LE JOURNAL DES FLUIDES

7


Zoom sur... aquitaine matières dangereuses

Laurent Huré : « Conseiller à la sécurité en transports de marchandises dangereuses, un métier passionnant et varié » créée en 2008 par Laurent huré, conseiller à la sécurité en transports de marchandises dangereuses, auditeur et formateur pour les industriels et les transporteurs, la SARL Aquitaine matières dangereuses est spécialiste de la règlementation et de la prévention des risques dans les opérations de tmD (transport de matières Dangereuses). Au-delà de la stricte obligation règlementaire, son objectif consiste à apporter une prestation de qualité, adaptée à l’activité des entreprises qu’il s’agisse de PmE ou de grosses usines. Entretien avec Laurent huré pour faire le point sur ce métier récent.

conseiller à Laurent Huré,transpor ts de en la sécurité dangereuses, marchandises at eur pour les s. auditeur et form s transpor teur industriels et le

Le Journal des Fluides : En quoi consiste le métier de conseiller à la sécurité en transport de marchandises dangereuses ? Laurent huré : Il est vrai que ce métier récent datant de 2001 reste très mal connu. C’est un métier qui a été créé par une directive européenne de 1996 et



transcrit en droit français en 2001. Sa genèse s’explique par le fait que les réglementations devenaient complexes. Les premiers textes dataient du XIXe siècle. Les réglementations évoluent très vite. Nous faisons de l’audit, du conseil, de la veille règlementaire et de la formation dans le transport de marchandises dangereuses (TMD) par route, rail et mer (mais pas par canalisations). Quand on parle de transport, cela inclut toutes les opérations annexes (identification et classement, conditionnement, chargement, étiquetage, document de transport, chargement/remplissage/empotage, déchargement/dépotage, règles de stationnement…). Audit avec notre protocole exclusif, diagnostic initial, mise en conformité, rapport annuel, évaluation des risques, rapport d’accident, formation, sensibilisation aux risques liés à un transport de marchandises dangereuses adaptée aux différents intervenants, mises à jour régulières des connaissances, mise en place de plan de sureté, procédures d’urgences, préconisations et conseils en équipements (véhicules, citernes, emballages, EPI…), veille règlementaire, assistance téléphonique 24/24 h et 7/7 j, autant

LE JOURNAL DES FLUIDES mars-avril 2010 N°37

de réponses spécifiques personnalisées en fonction des besoins des entreprises. Les tâches du conseiller comprennent, en outre, l’examen des pratiques et procédures suivantes relatives aux activités concernées : les procédés visant au respect des prescriptions relatives à l’identification des marchandises dangereuses transportées ; la pratique de l’entreprise concernant la prise en compte dans l’achat des moyens de transport de tout besoin particulier relatif aux marchandises dangereuses transportées ; les procédés permettant de vérifier le matériel utilisé pour le transport des marchandises dangereuses ou pour les opérations de chargement ou de déchargement ; le fait que les employés concernés de l’entreprise ont reçu une formation appropriée et que cette formation est inscrite sur leur dossier ; la mise en œuvre de procédures d’urgence appropriées aux accidents ou incidents éventuels pouvant porter atteinte à la sécurité pendant le transport de marchandises dangereuses ou pendant les opérations de chargement ou de déchargement ; la mise en place de mesures appropriées pour éviter la répétition d’accidents, d’incidents ou d’infractions gra-


ZOOm sUr...

Les classes de marchandises dangereuses Classes de marchandises dangereuses : Classe 1 (explosifs), 2 (gaz), 3 (liquides inflammables), 4.1 (solides inflammables, autoréactives et explosibles désensibilisées), 4.2 (sujettes à l’inflammation spontanée), 4.3 (qui, au contact de l’eau, dégagent des gaz inflammables), 5.1 (comburantes), 5.2 (peroxydes organiques), 6.1 (toxiques), 6.2 (infectieuses), 8 (corrosives) et 9 (dangereuses pour l’environnement et divers).

ves ; la mise en place d’actions pour la sensibilisation aux risques liés au transport des marchandises dangereuses ou au chargement ou au déchargement de ces marchandises ; la mise en place de procédés de vérification afin d’assurer la présence, à bord des moyens de transport, des documents et des équipements de sécurité devant accompagner les transports, et la conformité de ces documents et de ces équipements avec la réglementation. JDF : Que recouvre l’appellation matières dangereuses ? Laurent huré : Lorsqu’on parle de matières dangereuses, il s’agit en effet d’identifier et de classer ce type de marchandises en fonction de leur nature et de leur nocivité. Le terme matières dangereuses recouvre un certain nombre d’éléments aussi bien des déchets solides que liquides. Il peut y avoir les liquides pharmaceutiques, mais également des tourteaux de graines susceptibles de s’auto-enflammer. Il existe différentes classes de matières dangereuses (voir encadré). Il s’agit de marchandises dangereuses pour l’environnement

ou les personnes, inflammables, comburantes, réagissant dangereusement avec l’eau, toxiques, CMR, infectieuses, explosives, radioactives, corrosives, etc… et celles transportées à chaud, les gaz noninflammables et non-toxiques, l’amiante, les DIS… JDF : Quels sont vos clients ? Vos domaines d’intervention ? Laurent huré : Nos clients sont d’horizons variés : aéronautique, agroalimentaire, pharmacie, pyrotechnie, traitements de surface, déchets industriels... Concernant les matières dangereuses liquides, nos clients sont de tous les secteurs. Dans le domaine de la peinture, ils ont des déchets solvants, des boues. En ce qui concerne la pharmacie par exemple, j’ai comme client une usine qui fabrique des médicaments pour la tritothérapie et la chimiothérapie. Ils reçoivent donc des principes actifs dans des cuves de contenant important. JDF : Quel est l’atout d’un tel métier ? Laurent huré : Le conseiller

Fûts contenant des marchandises de classe 3 (liquides inflammables)

à la sécurité est une personne externe à l’entreprise. J’ai commencé en 2001, j’étais dans une société qui me faisait jouer ce rôle en interne. Lorsque j’ai été licencié, j’ai décidé de me consacrer à ce métier. J’ai alors passé les examens et formations nécessaires en 2007. Et j’ai créé en 2008 la SARL Aquitaine matières dangereuses. J’effectue également de la formation professionnelle auprès des chargeurs,

des emballeurs, des agents qui s’occupent des matières dangereuses. Je rédige également des rapports d’accidents. C’est un métier varié et passionnant car je m’occupe aussi bien de PME que de grosses entreprises. Il concerne la protection des salariés, des riverains et de l’environnement. Dans la pratique de mon métier, je suis amené à prescrire des emballages spécifiques, des actions de formation, des équipements de

Les questions que les entreprises doivent se poser • suis-je concerné par la règlementation tmD (transport de marchandises dangereuses) ? Et quelles sont mes obligations ? • Dois-je désigner un conseiller à la sécurité et pour quoi faire ? • mes pratiques sont-elles conformes au regard de la règlementation ? • mes équipes sont-elles suffisamment formées et sensibilisées ? • mes procédures sont-elles adaptées aux dangers spécifiques présentés par les marchandises dangereuses présentes sur le site ? • Quelles sont mes responsabilités envers les sous-traitants ? • suis-je bien informé de l’évolution de la règlementation ?

N°37 mars-avril 2010 LE JOURNAL DES FLUIDES




Zoom sur... protection pour le personnel, pour limiter les conséquences d’un accident, les risques de pollution, des mesures de sureté… Et surtout des procédures afin qu’au quotidien, les prescriptions soient (et restent)

respectées ! Je dois trouver ma place dans les démarches de prévention des risques professionnels de l’entreprise en général. Le rôle du CSTMD ne peut que prendre de l’importance dans le futur car,

d’une part, la règlementation se complexifie et se durcit, et d’autre part, elle est actuellement sous-appliquée (législations multiples et complexes, méconnaissance de la règlementation et des obligations,

PME manquant de moyens, contrôle uniquement routier…). www.aqmd.fr Propos recueillis par Chloé Chamouton

Les réglementations Le transport de marchandises dangereuses, ce que l’ADR (Accord européen relatif au transport international des marchandises Dangereuses par Route) impose : Art. 1.4.2.1 : L’expéditeur de marchandises dangereuses a l’obligation de remettre au transport un envoi conforme aux prescriptions de l’ADR, il doit notamment s’assurer que les marchandises dangereuses soient classées et autorisées au transport conformément à l’ADR ; fournir au transporteur les renseignements et informations et, le cas échéant, les documents de transport et d’accompagnement (autorisations, agréments, notifications, certificats, etc.) exigés ; n’utiliser que des emballages et citernes agréés et aptes au transport des marchandises concernées.

siment tous les pays frontaliers : Suisse, Norvège, Russie, Ukraine, Maroc… RID : Règlement concernant le transport International ferroviaire des marchandises Dangereuses ADN : Accord européen relatif au transport international des marchandises Dangereuses par voies de Navigation intérieures IMDG : International Maritime Dangerous Goods (Code) IATA : International Air Transport Association (Guide)

Petit historique de la règlementation TMD

Réglementation en fonction du mode de transport :

1815 : commission de navigation sur le Rhin 1890 : commission pour le transport ferroviaire de MD. 1957 : Parution de l’ADR 1960 : Ratification par la France 1980 : Formation des conducteurs de citernes 1991 : Formation des conducteurs transportant des colis 1996 : Directive européenne sur le conseiller à la sécurité 2001 : Entrée en vigueur du conseiller à la sécurité dans les textes français

ADR : Accord européen relatif au transport international des marchandises Dangereuses par Route. 43 pays signataires dont les 27 états européens et qua-

En France, l’ADR est complété par un arrêté spécifique, dit « arrêté TMD » pour les modes routier, ferroviaire et par voies de navigation intérieures. L’ADR est

Art. 1.8.3 : Chaque entreprise dont l’activité comporte le transport de marchandises dangereuses par route, ou les opérations d’emballage, de chargement, de remplissage ou de déchargement liées à ces transports, désigne un ou plusieurs conseillers à la sécurité, pour le transport de marchandises dangereuses, chargés d’aider à la prévention.

40

LE JOURNAL DES FLUIDES mars-avril 2010 N°37

disponible en ligne : http://www.unece. org/trans/danger/publi/adr/adr2009/ 09ContentsF.html

Les nouveautés en matière réglementaire • L’arrêté TMD du 29 mai 2009 : Il remplace l’ancien arrêté ADR et regroupe désormais les prescriptions relatives aux modes routier, ferroviaire (RID) et fluvial (ADN). Entièrement restructuré, il se compose d’une première partie découpée en titres, qui s’appliquent à l’ensemble des modes, et de quatre annexes qui s’appliquent respectivement à la route, au rail et au fluvial ; la quatrième reprenant les annexes D de l’ancien arrêté. Bien que reprenant l’ancien texte, il en supprime certaines dispositions devenues obsolètes (télécommunications) ou inutiles car déjà prévues dans l’ADR (exemptions, moteurs auxiliaires des véhicules…). La modification la plus notable est la suppression de l’article 22bis, spécifiant que les intervenants dans le TMD en quantité n’excédant pas les limites du 1.1.3.6 n’étaient pas soumis à l’obligation de formation du 1.3 et 8.2.3. Cette possibilité d’exemption était jugée « trop large » et contraire aux directives de l’UNECE (commission économique des Nations Unies pour l’Europe). Sa disparition implique que désormais, tous les intervenants dans le TMD doivent être sensibilisés et formés aux risques et à la règlementation TMD, et ce, quelles que soient les quantités. • Tunnels routiers : Les états ont eu jusqu’au 31/12/2009


zoom s ur...

pour se mettre en conformité (classement et signalisation), par le biais des D.R.E.. Les restrictions au passage de véhicules effectuant du TMD dans les tunnels sont définies d’une part, par le classement des ouvrages dans l’une des catégories définies au 1.9.5.2.2, et d’autre part, par le code de restriction de la MD. Catégorie de tunnel A : Aucune restriction au TMD ; Catégorie de tunnel B : Restriction au TMD susceptibles de provoquer une explosion très importante ; Catégorie de tunnel C : Restriction au TMD susceptibles de provoquer une explosion très importante, une explosion importante ou une fuite importante de matières toxiques ; Catégorie de tunnel D : Restriction au TMD susceptibles de provoquer une explosion très importante, une explosion importante ou une fuite importante de matières toxiques ou un incendie important ; Catégorie de tunnel E : Restriction au transport de toutes les MD sauf les nos ONU 2919 et 3331 (Classe7), 3359 (Fumigation), 3291 et 3373 (Classe 6.2). Soit, dans un tunnel classé A, peuvent passer les marchandises classées B à E, dans un tunnel B, les MD classées C à E, etc. Pour toutes les catégories, peuvent également passer les MD sans codes de restriction. Un même tunnel peut être affecté à plus d’une catégorie, différant par exemple selon le moment de la journée ou le jour de la semaine, etc. Les tunnels inférieurs à 300 m de longueur ne sont pas concernés (sauf s’ils font partie d’un itinéraire sujet à restriction de circulation). Lorsque le code de restriction des MD est double (ex : B/E) la première lettre s’applique au transport en citerne, la seconde aux autres cas. Pour les explosifs (ex : C5000D), la première lettre indique le code s’appliquant si la masse nette totale dépasse le seuil indiqué (en l’occurrence 5 t), la seconde dans le cas contraire. Lorsque plusieurs MD sont chargées dans la même unité de transport et que les codes qui s’appliquent sont différents, le plus restrictif doit être retenu. • Les nouvelles obligations - Les transporteurs doivent vérifier que

Camion citerne contenant des matières dangereuses

leurs conducteurs ont bien été formés aux nouvelles dispositions. - Les expéditeurs doivent désormais ajouter, dans le document de transport, comme faisant partie intégrante de la désignation de la MD, le code de restriction à la circulation dans les tunnels (à moins d’être certain que le trajet n’emprunte pas d’ouvrages règlementés…).

Rappels des dispositions déjà entrées en vigueur • Consignes de sécurité : Ce n’est plus l’expéditeur, mais le transporteur qui en est responsable. Les conducteurs doivent en avoir pris connaissance et elles doivent être « à portée de main » dans la cabine. • Équipements de protection individuelle de l’équipage : En plus du baudrier fluorescent et de la lampe, il faut prévoir une paire de gants et de lunettes de protection (adaptées aux étiquettes des MD transportées). • Équipements de l’unité de transport : En plus des extincteurs, des deux signaux et de la cale de roue par véhicule, il faut prévoir du liquide de rinçage pour les yeux (non prescrit pour les étiquettes de

danger 1 et 2). Il faut y ajouter la pelle, l’obturateur de plaques d’égout et le collecteur pour les étiquettes 3, 4.1, 4.3, 8 et 9. Pour les étiquettes 2.3 ou 6.1, un masque d’évacuation d’urgence, pour chaque membre de l’équipage est nécessaire. N.B. : Ces prescriptions s’appliquent au transport en citerne comme en colis (sauf < 1.1.3.6) ! Rappel : On parle d’étiquettes et non pas de classes, attention à la distinction !

Autres dispositions applicables prochainement • Panneaux orange : Depuis le 1er janvier 2010, les véhicules immatriculés ou mis en service pour la première fois avant le 1er janvier 2009, doivent respecter les prescriptions des 5.3.2.2.1 et 5.3.2.2.2 stipulant que le panneau, les chiffres et les lettres doivent rester apposés quelle que soit l’orientation du véhicule. Certains transporteurs ont opté pour une goupille, ou un écrou papillon, solidarisant plaque et porte-plaque, cette solution est conforme. La petite sangle ne l’est pas (risque de masquage des chiffres et de ne pas résister 15 minutes au feu comme prescrit au 5.3.2.2.1).

N°37 mars-avril 2010 LE JOURNAL DES FLUIDES

41


Zoom sur... Convention de Bâle sur le contrôle des mouvements transfrontières de déchets dangereux et de leur élimination, peuvent être transportés sous les nos ONU 3077 ou 3082.

Mesures à prendre en cas d’urgence ou d’accident

• GRV (Grand Réservoir Vrac) : 1.6.1.14 Les GRV fabriqués avant le 1er janvier 2011 conformément aux prescriptions applicables jusqu’au 31 décembre 2010 et conformes à un modèle type qui n’a pas satisfait à l’épreuve de vibration du 6.5.6.13 peuvent encore être utilisés. 1.6.1.15 Il n’est pas nécessaire d’apposer la marque de la charge maximale autorisée conformément au 6.5.2.2.2 sur les GRV fabriqués, reconstruits ou réparés avant le 1er janvier 2011. Ces GRV ne portant pas le marquage conformément au 6.5.2.2.2 pourront encore être utilisés après le 31 décembre 2010 mais le marquage conformément au 6.5.2.2.2 devra y être apposé s’ils sont reconstruits ou réparés après cette date. • Matériel biologique : 1.6.1.16 Le matériel animal contenant des agents pathogènes relevant de la catégorie B, autres que ceux qui relèveraient de la catégorie A s’ils étaient en culture (voir 2.2.62.1.12.2), peut être transporté conformément aux dispositions déterminées par l’autorité compétente jusqu’au 31 décembre 2014. • Classement des matières dangereuses pour l’environnement : 1.6.1.17 Les matières des classes 1 à 9 autres que celles affectées aux nos ONU 3077 ou 3082, auxquelles les critères de classification du 2.2.9.1.10 n’ont pas été appliqués et qui ne sont pas marquées conformément au 5.2.1.8 et au 5.3.6, peuvent encore être transportées jusqu’au 31

42

décembre 2010 sans l’application des dispositions relatives au transport des matières dangereuses pour l’environnement. N.B. : Pour le moment, seuls les nos ONU 3077 et 3082 (marchandises dangereuses pour l’environnement, solide ou liquide) sont concernés par l’ajout de la marque du poisson et de l’arbre mort. L’impact de REACH, les nouveaux critères de classification CLP/GHS et la convergence de toutes les règlementations font que les MD concernées vont être de plus en plus nombreuses à partir de 2010.

Cas particuliers • Transport pour compte propre entre deux sites : L’ADR s’applique intégralement à ces opérations de transport. Toutefois, dans le cas de MD en quantités inférieures au 1.1.3.6 et autres que celles de la classe 7, la rédaction du document de transport prévu au 5.4.1 n’est pas exigée (art 3.2.1 de l’annexe I de l’Arrêté TMD). • Transport transfrontalier de déchets dangereux : Si vous effectuez des opérations de transport dans le cadre de la convention de Bâle, qui cadre l’importation/exportation des déchets dangereux, l’ADR (ou le RID, IMDG, IATA…) s’applique à ces opérations. Pour ce qui est du classement de ces déchets, il faut tenir compte de l’article ; 2.1.3.9 Les déchets ne relevant pas des classes 1 à 9 mais qui sont visés par la

LE JOURNAL DES FLUIDES mars-avril 2010 N°37

En cas d’urgence ou d’accident pouvant survenir au cours du transport, les membres de l’équipage du véhicule doivent prendre les mesures suivantes si possible et sans prendre de risque : - Déclencher le système de freinage, couper le moteur et déconnecter la batterie en actionnant le coupe-circuit, s’il existe. - Éviter les sources d’inflammation, en particulier ne pas fumer ni allumer un quelconque équipement électrique. - Informer les services d’urgence appropriés, en leur fournissant autant de renseignements que possible sur l’incident ou l’accident et sur les matières en présence. - Revêtir le baudrier fluorescent et mettre en place comme il convient les signaux d’avertissement autoporteurs. - Tenir les documents de transport à disposition pour l’arrivée des secours. - Ne pas marcher dans les substances répandues au sol ni les toucher et éviter d’inhaler les émanations, les fumées, les poussières et les vapeurs en restant au vent. - Là où il est possible de le faire sans danger, utiliser les extincteurs pour neutraliser tout début d’incendie sur les pneus, les freins ou dans le compartiment moteur. - Les membres de l’équipage du véhicule ne doivent pas tenter de neutraliser les incendies qui se déclarent dans les compartiments de chargement. - Là où il est possible de le faire sans danger, utiliser un équipement de bord pour empêcher les fuites de matières dans l’environnement aquatique ou dans le système d’égout et pour contenir les déversements. - Quitter les abords de l’accident ou de la situation d’urgence, inciter les autres personnes sur place à quitter les lieux et suivre les conseils des services d’urgence. - Ôter tout vêtement contaminé et tout équipement de protection contaminé après usage et le mettre au rebut de manière sûre.


Par ution Web WWW. Les diagraphies de corrosion Le puits est le principal moyen d’extraction des fluides du sous-sol et plus particulièrement des hydrocarbures. Depuis près d’un siècle et demi, il s’en est foré plusieurs centaines de milliers à travers le monde. Beaucoup sont aujourd’hui fermés mais un très grand nombre, vieux de plus de cinquante ans, est encore en production. Malgré un soin tout particulier apporté aux complétions de ces forages profonds, les acteurs de la filière sont aujourd’hui face à une situation critique : près de la moitié d’entre eux fuiraient. En cause, une cimentation défaillante, favorisant une accélération de la corrosion des cuvelages. Les pertes conséquentes pour les producteurs de pétrole mais aussi des risques de pollution grave, rendent aujourd’hui nécessaire un contrôle exhaustif suivi de réparations. Les outils d’auscultation existent mais, faute d’information ou de volonté, ne sont pas systématiquement préconisés et appliqués. Les diagraphies de corrosion - Acquisition et interprétation des données décrit avec une grande précision l’ensemble des techniques robotisées de contrôle non destructif utilisées pour l’inspection interne des cuvelages de puits profonds. Très illustrée, l’approche y est à la fois théorique et pragmatique et couvre tous les domaines de l’acquisition de données en milieu hostile. Destiné aux professionnels de l’industrie pétrolière et gazière, ce livre pourra aussi intéresser les maîtres d’ouvrage, les acteurs de l’environnement et du développement durable ainsi que les scientifiques, les ingénieurs et les techniciens préoccupés de mesures en milieu extrême. L’auteur, Stéphane Sainson, est ingénieur conseil, docteur en géophysique (CNRS/ENS), spécialisé dans l’instrumentation et l’acquisition de données en milieu hostile. Titre : Les diagraphies de corrosion Acquisition et interprétation des données Auteur : Stéphane Sainson Éditeur : Tec & Doc – Lavoisier



LE JOURNAL DES FLUIDES mars-avril 2010 N°37

Nouveau site internet de cemo

La société Cemo France, spécialiste du stockage sécurisé depuis bientôt 50 ans, vient de sortir son nouveau site internet : http://www.cemofrance.fr et son nouveau catalogue 2010-2011. Ce nouveau site souhaite avant tout guider et conseiller l’internaute afin de lui proposer des solutions complètes et des produits adaptés à ses besoins. Il propose huit gammes de produits, chaque gamme étant organisée autour de différents critères. Par exemple la gamme « stations-service » (http://www. cemofrance.fr/stations-services.html), permet un choix par hydrocarbures, par nécessité de transport ou de stockage, par volume… tout ce qui guide le client en fonction de son besoin. Ces critères n’impliquent pas simplement le choix d’un produit, mais révèlent également une volonté de sécurité avec des produits conformes aux normes en vigueur et le choix de la maîtrise des coûts par des solutions professionnelles adaptées aux besoins de l’utilisateur. Cemo France met aussi à la disposition de chacun, en bas de page, la fiche technique et le PDF catalogue correspondants au produit sélectionné. Enfin l’onglet « téléchargement » (http://www.cemofrance.fr/telechargement.html ) permet de trouver rapidement le nouveau catalogue, les dossiers et réglementations en vigueur.

www.cemofrance.fr


Agenda Juin DU 1 AU 3 JUIN 2010 Sepem Industries Est, salon des services, équipements, process et maintenance Colmar – France Tél. : 05 53 49 53 00 E-mail : contact@even-pro.com Site Web : www.sepem-industries.com Du 15 au 17 juin Préventica Nord Europe Lille - France Tél : 0 825 82 66 91 (0,15 € TCC/ min) Email : salon@preventica.com Site Web : http://www.preventica.com Du 17 au 19 juin STIeau, salon international des technologies de l’eau et de l’assainissement Casablanca - Maroc Tél : (212) 522 49 15 73 / (212) 522 26 11 15 Email : siteau@wanadoopro.ma Site Web : http://www.almaeau.org

Septembre

Du 28 au 30 septembre Sipec, salon de l’industrie pharmaceutique et cosmétologique Orléans - France Tél. : 02 38 95 25 00 E-mail : info@sipec.net Site Web : http://www.sipec.net

Octobre

Du 5 au 7 octobre Interfiltra 2010, conférence européenne sur la séparation fluides-particules Lyon - France Tél. : 01 77 92 96 80 E-mail : sjonas@etai.fr Site Web : http://www.fps2010.com Du 5 au 7 octobre CEPI, le lieu de rencontre pour les équipements de procédés industriels Lyon - France Tél. : 01 44 31 82 36 E-mail : mathilde.beledin@gl-events.com Site Web :http://www.cepi-expo.com

Du 12 au 14 octobre 5e congrès mondial de l’émulsion Lyon - France Tél. : 04 78 17 62 38 E-mail : contact@cme-emulsion.com Site Web : http://www.cme-emulsion.com Du 17 au 21 octobre IPA, salon international du process alimentaire Paris - France Tél. : 01 76 77 14 89 E-mail : christophe.painvin@comexposium.com Site Web : http://www.ipa-web.com/ Du 26 au 29 octobre PCVEXPO, forum international sur les métiers des pompes, des compresseurs et de la robinetterie Moscou - Russie Tél. : +7 495 925 34 82 E-mail : pcvexpo@mvk.ru Site Web : http://www.pcvexpo.ru

Novembre

Du 30 novembre au 3 décembre Pollutec, salon mondial du marché de l’environnement Lyon - France Tél. : 01 47 56 21 24 E-mail : marianne.fiaud@reedexpo.fr Site Web : http://www.pollutec.com Du 30 novembre au 2 décembre Valve World Exhibition 2010 Düsseldorf - Allemagne Tél. : +49 (0) 211 4560 01 E-mail : infoservice@messe-dusseldorf.de Site Web : http://www.valve-world.net

PROCHAINS Rendez-Vous

N°38 Mai-Juin

Enquête

Pompage des eaux chargées

Que choisir ?

Joints, garniture, étanchéité

N°37 mars-avril 2010 LE JOURNAL DES FLUIDES

45


index RĂ&#x2030;PERtOIRE DES ANNONcEURS

ALFA LAVAL

p. 43

ANJOU POMPES

II de couv

DENIOS FRANCE

encart libre

MAAG PUMP

p. 9

PNR

p. 7

POLLUTEC

III de couv IV de couv

ENDRESS + HAUSER

p. 17

POMPES GRUNDFOS

FLUX FRANCE

p. 13

TMI

IPA

p. 5

p. 4

ZIEMANN

p. 11

ABONNEZ-VOUS MAINTENANT AU JOURNAL DES FLUIDES BULLETIN Dâ&#x20AC;&#x2122;ABONNEMENT

Ă  complĂŠter et Ă  renvoyer aux Ă&#x2030;ditions Fitamant Service Abonnement. Rue Menez Caon - BP 16 29560 TELGRUC-SUR-MER TĂŠl. 02 98 27 37 66 - Fax 02 98 27 37 65 e-mail : abo@fitamant.fr

o /UI JEPROĂźTEDEVOTREOFFREEXCEPTIONNELLE DELANCEMENTAU*OURNALDES&LUIDES AUPRIXDE`AN *ESOUHAITERĂ&#x20AC;GLER o 0ARCHÄĄQUEBANCAIREáLlORDREDES DITIONS&ITAMANT o 0AR#"

S

4` au lieu de 8 PRIXAUNUMĂ&#x20AC;RO

Pour les tarifs ĂŠtrangers et Dom-Tom, consultez le service abonnement au 02 98 27 37 66. ConformĂŠment Ă  la loi ÂŤinformatiques et libertĂŠÂť, vous disposez dâ&#x20AC;&#x2122;un droit dâ&#x20AC;&#x2122;accès et de rectification aux informations vous concernant.

Ă&#x2030;ditions Fitamant â&#x20AC;&#x201C; Rue Menez Caon â&#x20AC;&#x201C; BP 16 29 560 Telgruc-sur-Mer gĂŠrant Directeur de la publication, principal associĂŠ : Jacques Fitamant RĂŠdaction RĂŠdacteur en chef : GaĂŤl dâ&#x20AC;&#x2122;ArgentrĂŠ TĂŠl. : 09 63 20 54 02 / 06 32 64 72 91 redac.chef.fluides@fitamant.fr RĂŠdacteur Emmanuelle Genoud â&#x20AC;&#x201C; TĂŠl. : 02 98 98 01 40 redac.fluides@fitamant.fr Ont collaborĂŠ Ă  ce numĂŠro Caroline Carvalho, ChloĂŠ Chamouton, Caroline Faquet

charte graphique Christophe Hudelot mise en page Sonia Seznec PublicitĂŠ Chef de publicitĂŠ : Yann Le Besco TĂŠl. : 02 98 98 01 44 â&#x20AC;&#x201C; pub.fluides@fitamant.fr Assistante commerciale VĂŠronique Walliser â&#x20AC;&#x201C; TĂŠl. : 02 98 98 01 40 pub@fitamant.fr DĂŠveloppement abonnements & diffusion Emmanuelle Le Meur â&#x20AC;&#x201C; TĂŠl. : 02 98 98 01 40 dev.com@fitamant.fr Abonnements et vente au numĂŠro TĂŠl. : 02 98 27 37 66 â&#x20AC;&#x201C; abo@fitamant.fr

$ATE

JDF35

n a / ` 5 7 t n e m eule

$ATEDEVALIDITĂ&#x20AC; #RYPTOGRAMMELESDERNIERSCHIFFRESAUDOSDEVOTRECARTE 3IGNATURE

*lINDIQUEMESCOORDONNĂ&#x20AC;ES .OM

0RĂ&#x20AC;NOM

3OCIĂ&#x20AC;TĂ&#x20AC;

!DRESSE

6ILLE

#ODE0OSTAL

&ONCTION % MAIL

Tarif vente et abonnements Prix du numĂŠro : 14 â&#x201A;Ź Prix de lâ&#x20AC;&#x2122;abonnement (6 numĂŠros par an) France : 1 an 75 â&#x201A;Ź Europe : 1 an 85 â&#x201A;Ź Le Journal des Fluides est ĂŠditĂŠ par les Ă&#x2030;ditions Fitamant SNC au capital de 7 623 â&#x201A;Ź 29 560 Telgruc sur Mer - France ISSN : 1765-4963 Registre du Commerce de Quimper B 388 019 820 N° TVA intracommunautaire : FR 11 38 80 19 820 AIP 0000833 Impression PPS Luxembourg Sauf accords spĂŠciaux, les manuscrits, textes et photos envoyĂŠs Ă  la rĂŠdaction ne sont jamais restituĂŠs.

Toute reprĂŠsentation ou reproduction intĂŠgrale ou partielle faite sans le consentement de lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠditeur est illicite (art. L122-4 du code de la propriĂŠtĂŠ intellectuelle). Toute copie doit avoir lâ&#x20AC;&#x2122;accord de centre français de droit de copie (CFC) 20 rue des Grands Augustins â&#x20AC;&#x201C; 75006 PARIS TĂŠl. : 01 44 07 47 70 Fax 01 46 34 67 19. Sauf stipulations contraires, tout document, clichĂŠ ou photo confiĂŠ Ă  la rĂŠdaction devra ĂŞtre libre de toute contrainte (y compris financière, redevance, droitsâ&#x20AC;Ś) pour lui en permettre lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠdition sur tout support, y compris ĂŠlectronique. Le magazine dĂŠcline toute responsabilitĂŠ quant aux manuscrits et aux photos qui lui sont envoyĂŠs. Les informations contenues dans ce magazine sont placĂŠes sous la responsabilitĂŠ de leurs auteurs. Lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠditeur dĂŠcline toute responsabilitĂŠ en cas dâ&#x20AC;&#x2122;insertion erronĂŠe ou dĂŠfectueuse. Lâ&#x20AC;&#x2122;annonceur est seul responsable des informations transmises au support. Encart jetĂŠ : Denios France



LE JOURNAL DES FLUIDES mars-avril 2010 N°37



Le Journal des Fluides N° 37