Page 1

SAINT-MARTIN

SINT-MAARTEN

No 7

avril 2010

Industrie sucrière à Saint-Martin Sugar industry in Saint-Martin

SPRING PLANTATION

Les derniers Arawaks de Saint-Martin The last Arawaks of Saint-Martin


EDITO SOMMAIRE Les derniers Arawaks de Saint-Martin The last Arawaks of Saint-Martin

Pages 2 à 8

La sucrerie de Spring The Spring sugar factory

Pages 8 à 13

HERITAGE Saint-Martin/Sint Maarten

Editeur : Association Archéologique Hope Estate BP 507, Marigot, 97150 Saint Martin 0690 56 78 92 E-mail : heritagesxm@live.fr Directeur de publication: C. Hénocq Rédaction : Christophe Hénocq Photographies : Hervé Baïs / A.A.H.E. Service commercial : 0690 50 14 12 Maquette et Graphisme :

0690 40 89 43 Traduction : I. Fenoll Impression : PRIM Caraïbes 05 90 29 44 87 ISSN 2104-8932 www.museesaintmartin.e-monsite.com La reproduction même partielle de tout article, photo et publicité parus dans HERITAGE est interdite sauf accord. La loi du 11 mars 1957 interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur est illicite (article L.122-4 du code de la propriété intellectuelle).

Voilà maintenant 7 mois que l’équipe du Musée de Saint Martin contribue à la publication de «Heritage». Nous avons la prétention de participer à l’éducation de la population et de notre jeunesse et d’apporter à chacun les éléments nécessaires à une meilleure compréhension de ce qui a forgé la culture et l’identité des Saint Martinois. Heritage N°7 vous est donc offert grâce à la contribution financière exclusive d’entreprises privées. Après près de 20 ans passés à développer des projets de mise en valeur de l’histoire et du patrimoine de Saint Martin, 35 000 élèves de nos écoles ont pu suivre des visites guidées à la découverte de notre passé. Force est de constater qu’avec les années, le comportement des enfants visitant le Musée a évolué. L’attention, le respect, l’intérêt se perdent et nombre d’enseignants nous font part des difficultés variées qu’ils rencontrent quotidiennement dans l’enceinte de leurs établissements scolaires pour exercer leur métier dans des conditions normales. L’éducation Nationale a failli à Saint Martin ! L’origine cosmopolite des élèves complique considérablement l’enseignement et des solutions adaptées doivent être trouvées d’urgence si nos enfants reçoivent des ministères la même considération que ceux de France. La complexité des problématiques de l’enseignement nécessite l’organisation urgente d’assises de l’éducation à Saint Martin. Déjà plusieurs dizaines de personnes ont adhéré à cette cause sur Facebook. Cadres de l’éducation, rectorat, représentants de l’Etat et de la Collectivité, parents d’élèves, élèves, adultes relais, titulaires, contractuels, centres de formation, public, privé, chefs d’entreprise etc. devraient être capables de se rencontrer, d’échanger, de poser les problèmes et d’envisager des solutions. Les propositions retenues devront ensuite suivre la voie hiérarchique tant au niveau de l’Etat que de notre Collectivité pour une mise en application rapide et une évaluation des résultats. Après tout, les cadres de l’Education Nationale sont formés pour trouver des solutions adaptées à nos enfants. La délinquance qui s’étend dans nos quartiers n’est que la partie émergée de l’iceberg. Il est urgent d’intervenir pour garantir aux générations montantes une éducation digne de l’école républicaine française. Les conséquences de l’inaction seront irréversibles pour notre petite société. Ce mois-ci, dans votre revue Heritage, nous terminons la chronologie de la préhistoire de Saint Martin avec les derniers Arawaks de Soualiga. Nous abordons également l’histoire de l’industrie sucrière avec un descriptif complet du processus de fabrication du sucre de canne à l’époque où la cheminée de la sucrerie de Spring fumait encore. Une fois de plus, nous vous remercions tous de vos encouragements et vous souhaitons une bonne lecture ! C. Henocq

It has now been 7 months that the Saint Martin Museum team has been contributing to the elaboration of «Heritage». We claim we are participating in the education of the population and of our youths and bringing each one of us the elements required for a better understanding of what has forged the culture and the identity of the Saint Martiners. Heritage number 7 is thus offered to you free of charge thanks exclusively to the financial contribution of private companies. After 20 years spent in developing projects highlighting the history and patrimony of Saint Martin, 35,000 students from our schools have been able to be present during our guided tours discovering our past. As years pass, we are forced to note that the behavior of the children visiting the Museum has evolved. The attention, the respect, the interest are being lost and many teachers tell us of the daily difficulties they encounter within their school walls in order to carry out their profession in normal conditions. The National Education system has failed on Saint Martin! The cosmopolitan origin of the students complicates teaching considerably and adapted solutions must be found urgently if our children receive the same attention here as they do in France. The complex nature of the teaching problems, require the urgent organization of conferences on education in Saint Martin. Dozens of people have already joined that cause on Facebook. Education executives, heads of academies, public servants, part-time teachers, training centers, public sector, private sector, company directors, etc. should all be capable of meeting together, of exchanging, of describing the problems and setting up solutions. The proposals accepted must then follow the hierarchical channel both at the State level and that of our Collectivity in order to be set up quickly and their results must be evaluated. After all, the National Education executives are trained to find adapted solutions for our children. The delinquency extending to our neighborhoods is only the emerged part of the iceberg. It is urgent to intervene in order to supply the rising generations with an education worthy of the French Republican School. The consequences of inaction will be irreversible for our small community. This month, in your Heritage magazine, we end the chronology of Saint Martin’s prehistory with the last Arawaks of Soualiga. We are also taking up the history of the sugar industry with a complete description of the cane sugar making process at the time when the Spring sugar factory chimney was still smoking. Once again, we thank you for all your encouragements and wish you good reading!


THE LAST ARAWAKS OF SAINT MARTIN

LES DERNIERS ARAWAKS DE SAINT MARTIN Comme nous l’avons évoqué dans nos précédentes éditions, les populations amérindiennes que Christophe Colomb rencontra dans les îles de la Caraïbe sont originaires de la côte Nord du Venezuela, d’où ils partirent à la conquête des Antilles à bord de pirogues. L’implantation des premiers villages organisés coïncide avec l’introduction de céramiques pendant la période du Néoindien ancien à Hope Estate, Grand fonds, Pinel ainsi que l’Anse des Pères qui marque la fin de cette première période en 960 après J.C.

Naissance des premières «cultures antillaises» Entre 600 et 700 après J.C. ces populations productrices de céramiques qui ont maintenu de forts liens culturels avec leurs ancêtres issus de la région du delta de l’Orénoque, pendant plus de

As we mentioned it in our pre1000 ans, vont développer de nouvious editions, the Amerindian velles techniques de décoration et populations that Christopher de nouvelles formes de poteries Columbus met in the Caribbean dans différentes îles de la Caraïbe. Les archéologues confrontés à de nouveaux styles de décoration, ont du établir une classification basée sur les datations au Carbonne 14 et sur l’observation et la comparaison des formes et décors des céramiques. Dans les années Fouilles à Baie Rouge Excavations in Baie Rouge 1960, le professeur Irvin Rouse, islands came from the Northern américain précurseur de l’archéocoast of Venezuela that they left logie antillaise, établit une table to conquer the Antillean islands chronologique du peuplement de aboard dugouts. The settling of la région en ajoutant aux noms des the first organized villages coinsites présentant des décors inécides with the introduction of ceradits le suffixe «oïde» pour définir mics during the early Neo-Indian period at Hope Estate, Grand Fonds, Pinel as well as Anse des Pères which marks the end of this first period at 960 A.D.

Dawn of the first «Antillean cultures»

Vase Marmoran Troumassoïde -Pointe des Canonniers Marmoran-Troumassoid vase Pointe des Canonniers

Between 600 and 700 A.D. these populations producing ceramics who maintained strong cultural links with their ancestors coming from the Orinoco delta region for over 1000 years, developed new decorating techniques and new forms of pottery on different islands of the Caribbean. The archaeologists confronted to new decoration styles, had to establish a classification based on Carbon 660

2

Occupation de la Pointe des Canonniers – Néoindien récent stade 1. Occupation of Pointe des Canonniers – 1st stage of the Late Neo-Indian period.

960 Fin du Néoindien récent stade 1 à la Pointe des Canonniers. End of the 1st stage of the Late Neo-Indian period at Pointe des Canonniers.

980 Occupation de Baie aux Prunes – Néoindien récent stade 2. Occupation of Baie aux Prunes – 2nd stage of the Late Neo-Indian period.

1000 Les Vikings atteignent les côtes de l’Amérique du Nord. The Vikings reach Northern American coasts.

1054

14 dating and on the observation and the comparison of the shapes and decors of the ceramics. During the 1960s, Professor Irvin Rouse, an American forbearer in Antillean archaeology, set up a chronological table of the various populations in the region by adding the suffix «oid» to the site names presenting hitherto unknown pottery decorations in order to define a new series of pottery. Sub-series are distinguished by the addition of the suffix «an» to the name of archaeological sites presenting local particularities noted in a series. Thus, for example, the Troumassee site located on Saint Lucia will give way to the Trousmassoid series. That of Punta Ostiones in Porto Rico will give that of the Ostionoid series, that of Savannah Suazey on Grenada will give the Suazoid series. In her thesis, Doctor Dominique Bonnissent completes I. Rouse’s archeological model by dividing the ceramic periods in early and late Neo-Indian, distinguishing different stages for the last cultures producing ceramics on Saint Martin. As of 660 A.D., these villages and camping grounds settle on our entire island’s coastline, often on the dune border separating the beach from a swampy area, near a pond. We thus find traces of Post-Saladoid or late Neo-Indian occupation on the beaches of Baie Longue, Pointe des Canonniers, Baie aux Prunes, Baie Rouge, Marigot, Grand Case, Tintamarre, Baie Orientale, Baie de l’Embouchure, Red Pond Bay, Great Bay, Mullet Bay and Cupecoy Bay.

A late Neo-Indian village at the Pointe des Canonniers (660 – 960 A.D.) As of 660 A.D., an Amerindian village settled at Pointe des Canonniers, at the western tip of the Lowlands. The archeological remains all present the characteristics of a village settlement, with waste dumping grounds, foyers, tombs, traces of housing and an engraved rock. The ceramics unearthed are very different from

14 oct.1066 1070

Schisme entre l’église catholique romaine et l’église orthodoxe d’Orient. Schism between the Roman Catholic Church and the Oriental Orthodox Church

Harold Godwinson, dernier roi anglo-saxon, est battu par Guillaume le Bâtard Ier, duc de Normandie, qui fait la conquête de l’Angleterre. Harold Godwinson, last Anglo-Saxon king, is defeated by William the Bastard 1st, Duke of Normandy, who conquers England.

1096 Guillaume le Conquérant chasse les Danois d’Angleterre. William the Conqueror drives the Danes out of England.

Première croisade au Moyen Orient. First Crusade in the Middle East.


une nouvelle série. Des sous-séries sont distinguées par l’ajout du suffixe «an» au nom des sites archéologiques présentant des particularités locales observées au sein d’une série. Ainsi, par exemple, le site de Troumassée situé à Saint Lucie donnera la série Troumassoïde. Celui de Punta Ostiones à Puerto Rico donnera la série Ostionoïde, celui de Savanne Suazey à Grenade donnera la série Suazoïde. Dans sa thèse, le docteur Dominique Bonnissent vient compléter le modèle chronologique d’I. Rouse en divisant les périodes céramiques en Néoindien ancien et récent, distinguant différents stades pour les dernières cultures productrices de céramique à Saint

Longue, Pointe des Canonniers, Baie aux Prunes, Baie Rouge, Marigot, Grand Case, Tintamarre, Baie Orientale, Baie de l’Embouchure, Red Pond Bay, Great Bay, Mullet Bay et Cupecoy Bay.

Un village Néoindien récent à la Pointe des Canonniers (660 – 960 après J.C.) A partir de 660 après J.C., un village amérindien s’installe à la Pointe des Canonniers, à l’extrême cap occidental des Terres-Basses. Les dépôts archéologiques présentent toutes les caractéristiques de l’implantation d’un village, avec des zones de rejets-dépotoirs, des foyers, des sépultures, des traces d’habitat et une roche gravée. Les céramiques mises au jour sont très différentes de celles des sous-séries CedrosanSaladoïdes de la fin du Néoindien ancien. Les céramiques sont épaisses, brossées et frottées, plus grossières. On y trouve beaucoup plus de vaisselle utilitaire que de pots décorés. L’utilisation de la platine à manioc pour cuire la cassave y est attestée, ainsi que la présence de fumigateurs, probablement utilisés pour éloigner les insectes. Les décors consistent en engobes rouges ou beiges avec des vases à bord ourlé, des bouteilles et de rares modelages. Les formes et types de décoration montent une affiliation avec les céramiques Cedrosan-Saladoïdes qui les ont précédées. Ces ensembles de poteries sont compa-

Céramique avec papule et engobe rouge - Pointe des Canonniers Ceramic with nubbin and red slip

Martin. Dès 660 après J.C., des villages et campements s’installent sur tout le littoral de notre île, souvent sur le cordon dunaire qui sépare la plage d’une zone marécageuse, à proximité d’un étang. On retrouve ainsi des traces d’occupation post-Saladoïde ou Néoindien récent sur les plages de Baie

1157 Naissance de Richard I d’Angleterre (Richard Cœur de Lion). Birth of Richard 1st of England (Richard Lionheart).

1163 Début des travaux de Notre Dame de Paris. Construction works of Notre Dame of Paris cathedral.

1174

those of the Cedrosan-Saladoid sub-series of the end of the early Neo-Indian period. The ceramics

1179

Saladin inflige des défaites aux croisés. Saladin defeats the Crusaders in several places.

1187

En France, Couronnement de Philippe Auguste (Philippe II). In France, Crowning of Philippe Auguste (Philippe 2nd).

1188

Philippe Auguste entame une guerre contre la Maison d’Angleterre. Philippe Auguste starts a war against the House of England.

Pétroglyphe à figure humaine - Pointe des Canonniers Petroglyph with human face

are thicker, brushed and scrubbed, less refined. Many more items of useful earthenware are found in the series than decorated pots. The use of the cassava griddle is apparent,

as well as the presence of incense burners, probably used to ward off insects. Decorations consist of red slip or beige paint with curl-rimmed vases, bottles and rare modelled figurines. The shapes and types of decoration show patterns presenting matching characteristics

1199

with those of Cedrosan-Saladoid ceramics having preceded them. These sets of pottery are comparable to those described by I. Rouse on the Marmorra Bay and Mill Reef sites on the island of Antigua. Thus, the sets unearthed at the Pointe des Canonniers correspond to the Mill Reef style of the Marmoran - Troumassoid sub-series. Sculpted idols in the form of tree pointed stones, still called zemis, as well as a petroglyph showing an anthropomorphic face were found, indicating the existence of religious beliefs these populations inherited from their Saladoid ancestors. The presence of at least one tomb attests to funeral rites, the individual discovered being unearthed in a foetal or hypercontracted position as was the case with the inhabitants o f

Fragment de platine à manioc Pointe des Canonniers Fragment of cassava griddle

Hope Estate. These populations settled on the sea shore essentially lived on fishing and by gathe-

1200

Richard Coeur de Lion, roi d’Angleterre, est tué par En Amérique, les En Amérique, fin de la un trait d’arbalète en assiégeant le petit château Incas s’installent période Toltèque, installa- de Châlus. Jean Sans Terre prend la succession. sur les Hautstion des Aztèques. Richard Lionheart, king of England is killed by Plateaux. In America, end of the a cross-bow’s arrow whilst assieging the small In America, the Toltec period. Settling castle of Chalus. John Lackland takes over as his Incas settle on the of the Aztecs. successor. High Plateaux.

Les Caraïbes, guerriers venus des côtes de l’Amérique du Sud, envahissent les Petites Antilles. The Caribs, warriors coming from South America, invade the Lesser Antilles.

3


rables à celles décrites par I. Rouse sur le site de Marmorra Bay et à Mill Reef dans l’île d’Antigua. Ainsi, les assemblages mis au jour à la Pointe des Canonniers correspondent au style Mill Reef de la sous-série Marmoran-Troumassoïde. Des idoles sculptées sous forme de pierres à trois pointes, encore Pied de platine à manioc Baie aux Prunes Cassava griddle foot Baie aux Prunes

ring shells, amongst these the whelks (Cittarium pica) and the conch (Strombus gigas). Excavations carried out

Fragment de bol avec décor en cannelure (sexe féminin) et engobe rouge Bowl fragment with grooved decoration (female sex) and red slip

at Orient Bay in 1992, and in the year 2000, showed the presence of ceramic deposits similar to those of the Pointe des Canonniers. This smaller site shows dumping grounds containing unrefined

ceramics presenting only a very small number of decorations, very few shaped potteries, but some pottery shards with red slip, bottles, incense burners and fragments of cassava griddles. threepointed stones and a polishing stone were also discovered there. This is probably a small camping ground stemming from the Pointe des Canonniers village, near a fishing area. The Orient Bay 2 site dates back to between 740 and 958 A.D. The Pointe des Canonniers site’s occupation lasted approximately 300 years between 660 and 960 A.D. It corresponds to the first stage of the late Neo-Indian period on Saint Martin.

Baie aux Prunes, a second Late Neo-Indian village in the Lowlands (980 – 1299 A.D.) In 980 A.D. only a few hundred meters away from the Pointe des Canonniers a new Amerindian vil-

www.museesaintmartin.e-monsite.com

appelées zémis, ainsi qu’un pétroglyphe représentant un visage anthropomorphe ont été retrouvés, indiquant l’existence de croyances religieuses héritées des ancêtres

Saladoïdes de ces populations. La présence d’au moins une sépulture atteste de rituels funéraires, l’individu découvert se présentant en position fœtale ou hyper-contractée comme c’était le cas chez les habitants de Hope Estate. Ces populations installées en bord de mer vivaient essentiellement de pêche et de collecte de coquillages. Parmi ceux-ci prédominent les burgots (Cittarium pica) et les lambis (Strombus gigas). Des fouilles menées à Orient Bay en 1992, puis en 2000, ont montré la présence de dépôts céramiques similaires à ceux de la Pointe des Canonniers. Ce site de plus petite dimension présente des dépotoirs contenant des céramiques grossières, présentant de rares décors, de rares modelages, mais quelques tessons engobés de rouge, des bouteilles, des fumigateurs et des fragments

1200

4

Philippe Auguste se réconcilie avec son adversaire Plantagenêt Jean sans Terre. Philippe Auguste reconciles with his Plantagenet adversary, John Lackland.

1250 Utilisation de la boussole en Europe. Use of the compass in Europe.

1270

1299

8ème et dernière croisade. St Louis meurt du typhus. Philippe III le Hardi roi de France. 8th and last Crusade. St Louis dies of typhus. Philippe 3rd the Brave king of France.

Début du séjour de Marco Polo en Chine. Start of Marco Polo’s stay in China.

Fin du Néoindien récent stade 2 à Baie aux Prunes. End of the 2nd stage of the Late Neo-Indian period at Baie aux Prunes.

1325 Les Aztèques fondent Tenochtitlan (Mexico). The Aztecs found Tenochtitlan (Mexico).

1337 Edouard III revendique la couronne de France. Début de la guerre de 100 ans. Edouard 3rd claims the crown of France. Start of the 100 year war.

1363 1373 La Bretagne est En Bretagne, Du Guesclin arme des conquise par Du barques contre les Guesclin, sauf Brest et Derval. Anglais. Brittany is conquered by In Brittany, Du Guesclin arms boats Du Guesclin, except for against the English. Brest and Derval.

1395 Occupation de Baie Rouge – Néoindien récent stade 3. Occupation of Baie Rouge – Stage 3 of the Late Neo-Indian period.


de platines à manioc. On y a également découvert des pierres à trois pointes et un polissoir. Il s’agit probablement d’un petit campement satellite du village de la Pointe des Canonniers, à proximité d’une zone de pêche. Le site de Baie Orientale 2 est daté de 740 à 958 Après J.C. L’occupation du site de la Pointe des Canonniers durera quelques 300 ans entre 660 et 960 après J.C. Elle correspond au stade 1 du Néoindien récent de Saint Martin.

surtout une série de poteries à carènes décorées de cannelures, recouvertes d’un engobe rouge, à la surface lissée. I. Rouse décrit des céramiques présentant certaines caractéristiques similaires à Marmora Bay, à Antigua. Cette série est attribuée au style Marmora Bay de la sous-série Marmoran-Troumassoïde. La pierre est toujours

lage set itself up. There again, the site can be detected due to the presence of dumping grounds enclosing various remains, 3 tombs and traces of housing. Shards of cassava griddles confirm that the root was still being eaten there. Some cooking plates show clay stands enabling them to be placed above the foyer and not being rested on stones, as is the case for griddles without stands. The ceramics are thick and of a wide diameter, often beyond 50 cm. These large containers, as well as ceramics in the shape of bottles, could enable one to stock water in a dry environment, on the sea shore. The decors noted consist of red

Baie aux Prunes, un second village Néoindien récent dans les Terres Basses (980 - 1299 après J.C.) En 980 après J.C. c’est seulement à quelques centaines de mètres de la Pointe des Canonniers que s’installe un nouveau village amérindien. Là encore, le site est repérable par la présence de dépotoirs renfermant de nombreux vestiges, 3 sépultures et des traces d’habitat. Les fragments de platines à manioc confirment la poursuite de l’utilisation du tubercule à des fins alimentaires. Certaines platines particulières présentent des pieds en argile permettant de les positionner sur le feu sans les faire reposer sur des pierres,

Céramique décorée de cannelures et engobe rouge - Baie aux Prunes Ceramic decorated with grooved lines and red slip

comme c’est le cas pour les platines apodes. Les céramiques sont épaisses et de large diamètre, souvent supérieur à 50 cm. Ces larges récipients, ainsi que des céramiques en forme de bouteille, pouvaient permettre le stockage de provisions d’eau dans un environnement sec, en bord de plage. Les décors observés consistent en engobes rouges, quelques modelages, dont une tête d’Agouti, mais 1413

Figurine modelée à tête d’agouti - Baie aux Prunes Modelled figurine with agouti head

Casque évidé - Baie aux Prunes Carved queen conch shell

slips, a few modelled figurines, one of which is the head of an Agouti, but especially a series of pottery bearing grooved incised lines, covered with red slip, and a smoothed surface. I. Rouse describes ceramics presenting some similar characteristics at Marmora Bay, on Antigua. This series is attributed to the Marmora Bay style of the Marmoran-Troumassoid sub-series. Stone is still used to make

utilisée pour la fabrication d’outils agricoles et de haches. Le silex et la calcédoine sont utilisés comme instruments coupants et pour la fabrication de râpes à manioc. Ces populations perpétuent la fabrication de pierres à trois pointes. Les restes de faune découverts dans les dépotoirs confirment l’origine essentiellement marine des ressources alimentaires. Poisson, tortues de mer, oiseaux et coquillages constituent la base de l’alimentation des habitants de Baie aux Prunes. Certains coquillages sont utilisés pour la fabrication de pendeloques (Oliva reticularis) et de haches (Strombus gigas). Les casques (Cassis sp.) sont parfois évidés et perforés. Un exemplaire présente des zones perforées figurant un visage anthropomorphe. Trois sépultures ont été mises au jour. Les individus sont, là encore, enterrés dans la dune en position hyper-contractée. Cette position contrainte pourrait être due à l’enveloppement du mort dans un hamac. Une découverte exceptionnelle doit être

1429

Les Anglais assiègent Henri V d’Angleterre, gendre de Charles VI, reprend la guerre de Cent Orléans. La ville est déliAns. Il revendique le trône de France. vrée par Jeanne d’Arc. Henry 5th of England, son-in-law of The English besiege Orleans. The city is Charles 6th, takes up the Hundred delivered by Joan Year war. He claims the throne of of Arc. France.

17 juil/jul 1429

1430

En Grande-Bretagne, Jeanne d’Arc organise le sacre Henri VI est couronné du dauphin Charles VII à Reims à l’abbaye de Westqui devient un roi légitime. minster. Joan of Arc organizes the coroIn Great Britain, Henry nation of the royal heir Charles 6th is crowned at West- 7th at Reims. He becomes the minster Abbey. legitimate king.

30 Mai/May 1431

Début de l’empire Inca au Pérou. Beginning of Inca Empire in Peru.

Jeanne d’Arc, est brûlée vive comme hérétique sur la place du Vieux marché à Rouen. Joan of Arc is burned alive as a heretic on the Old Market place of Rouen.

1444 Des marins portugais, pour la première fois, vont se procurer des esclaves en Afrique noire. For the first time in History, Portuguese sailors go to Black Africa to obtain slaves.

1450 En Allemagne, Gutemberg invente l’imprimerie. In Germany, Gutemberg invents the printing press.

5


signalée sur ce site de Baie aux Prunes : la fouille a révélé la présence d’un trou de poteau d’habitation contenant les restes conser-

Tête anthropomorphe taillée dans un casque Anthropomorphic face carved in a queen conch shell

vés du poteau en bois. Il s’agit d’un bois de Gaïac dont les arbres couvraient une grande partie de Saint

Martin encore au 18ème siècle. Ce bois imputrescible est devenu plus rare aujourd’hui à cause de sa surexploitation à l’époque coloniale. Il était couramment utilisé par les populations amérindiennes pour la fabrication de leur petit mobilier et pour la construction des carbets; maisons circulaires ou ovales constituées de poteaux en bois et d’un toit en feuilles de latanier. La partie basse du poteau a été conservée pendant plusieurs centaines d’années car elle baignait dans la nappe phréatique, alors que la partie supérieure s’est décomposée dans le sable sec, en milieu oxydant. La base du reste de poteau en Gaïac présente une forme montrant la taille, à l’aide de haches, de la base du tronc de l’arbre. Cette relique de poteau en bois de Gaïac datée entre 1039 et 1217 Après J.C. est le dernier témoin de la plus ancienne maison construite à Saint Martin. Le site de Petite plage, à Grand Case, a révélé des céramiques comparables et pourrait constituer un petit site satellite de Baie aux Prunes correspondant au Stade 2 du Néoindien récent, daté entre 980 et 1299 après J.C.

Baie Rouge, le dernier village Arawaks de Saint Martin (1395 – 1600 après J.C.)

Sépulture découverte à Baie aux Prunes Burial discovered in Baie aux Prunes

17 Juil./Jul. 1453

6

Bataille de Castillon. Fin de la Guerre de 100 ans. Battle of Castillon. End of the Hundred Years War.

C’est sur le plateau dominant la plage de Baie Rouge, à l’emplacement de l’actuel

1478 16 Août/Aug. 1488 Un tribunal de l’Inquisition est créé à Séville en Espagne. The Inquisition creates a court at Seville in Spain.

Le Portugais Bartolomeo Dias franchi le cap de Bonne-Espérance contournant l’Afrique. Bartolomeo Dias, Portuguese explorer, sails past the Cape of Good Hope around the African continent.

agricultural tools abundant due to its and axes. Flint being overexploited and chalcedony during the coloare used as cutnial period. It was ting instruments commonly used by and to make casthe Amerindian posava shredders. pulations to make These populatheir small furniture tions continued to and to build huts, make three poincircle or oval-shated stones. The ped houses made fauna remains of wooden posts discovered in the with a roof made dumping grounds of lantana leaves. confirm the mainThe lower part of ly marine source the post was preof food supplies. served for several Fish, sea turtles, hundreds of years birds and shellas it was soaking fish make up the in the ground wafood staple of ter, whilst the upper the inhabitants of part decomposed in Baie aux Prunes. the dry sand, in an Some shellfish oxidizing environare used to make ment. The shape pendants (Oliva of the remains of reticularis) and the lower part of axes (Stromthe Guaiacum post Reste d’un poteau en Gaïac bus gigas). The show how the tree découvert à Baie aux Prunes Remain of a Lignum vitae queen conchs trunk base was cut wooden post discovered (Cassis sp.) are using axes. This in Baie aux Prunes sometimes empGuaiacum wood tied post relic dating and pierced. One back to between 1039 and 1217 specimen bears pier A.D. is the last trace of the olced areas representing dest house built on Saint Martin. an anthropomorphic face. Three tombs were unearthed. The individuals are, there again, buried in a hyper-contracted position. This forced position could be due to the bodies having been wrapped in a hammock. An exceptional discovery must be brought to attention on the Baie aux Prunes site: The excavation revealed the presence of a housing post hole containing preserved remains of the wooden post. This is a guaiacum wood, the trees of which covered a great part of Saint Martin in the 18th century. This rotBase du Poteau en bois de Gaïac – Baie aux proof wood became less

Prunes - Base of the Lignum vitae wooden post

2 Jan. 1492 3 Août/Aug. 1492 12 Oct. 1492 24 Dec. 1492 Reddition de Grenade après un siège chrétien de dix ans. Grenada surrenders after a ten-year Christian siege.

Premier voyage de Christophe Colomb, parti d’Espagne. Christopher Columbus sets off from Spain on his first voyage.

Christophe Colomb débarque à Guanahani aux Bahamas. Christopher Columbus disembarks at Guanahani in the Bahamas.

La Santa Maria s’abîme sur un banc de récifs ce qui oblige Colomb à établir une colonie à Hispaniola. The Santa Maria is wrecked on a reef bank obliging Columbus to set up a colony on Hispaniola.

1493 2ème voyage de Christophe Colomb. La garnison qu’il avait laissée a été massacrée. Christopher Columbus’ second voyage. The garrison he had left has been massacred.


parking menant à la plage, qu’a été découvert le village amérindien le plus récent de Saint Martin. Là encore, les vestiges se concentrent dans différents dépotoirs ayant révélé des platines à manioc apodes, des céramiques de plus petite taille, avec une forte proportion de formes fermées. Les décors consistent en l’application de papules et de pointillés sur le bord de certains pots. La peinture en engobe rouge persiste, et des motifs incisent profondément l’extérieur des pots. Cependant, les pots décorés de cannelures et engobés de rouge sont toujours fabriqués par les habitants de Baie Rouge, indiquant une possible filiation avec les habitants de Baie

des pots viennent compléter les décorations produites par ces populations. Les céramiques de Baie Rouge sont très semblables à celles découvertes en République Dominicaine et à Puerto Rico chez les ancêtres des Taïnos, populations de langue Arawak que rencontra Christophe Colomb à Hispaniola en 1492. Elles correspondent au style Esperanza et Boca Chica de la sous-série Chican-Ostionoïde définie par I. Rouse. Les habitants de Baie Rouge continuent à produire des pierres à trois pointes et une sépulture révélant un individu enterré dans une fosse, sur le dos, jambes repliées sur le Fragments décorés de cannelures et côté montre une persistance des engobe rouge – Baie Rouge pratiques funéraires. Le site de Shards decorated with grooved lines Baie Rouge correspond au stade and red slip 3 du Néoindien récent de Saint Martin. C’est à ce jour et dans l’état aux Prunes. Enfin, des modelages de nos connaissances archéolode pattes d’animaux, de têtes an- giques, le village amérindien le thropomorphes et zoomorphes in- plus récent de Saint Martin daté cisées profondément, ente 1395 et 1600 ainsi que des après J.C. Ce petit boudins incigroupe d’insés appliqués diens Taïnos près du bord a certainement noué des contacts avec les premiers colons européens croisant dans notre région entre 1493 et 1600. Baie Rouge est l’un des sites précolombiens les plus récents des Petites Antilles. Des céramiques comparables ont Patte modelée appliquée sur un bol été mises au jour dans l’île de Saba. Lorsque les franBaie Rouge Modelled animal foot applied çais et hollandais s’installent on a bowl

1497

1498

3ème voyage Vasco de Gama, parti de de Christophe Lisbonne en contournant l’Afrique, parvient à atteindre Colomb. Third voyage l’Inde. Vasco de Gama, having left of Christopher Lisbon and contouring Africa, Columbus. manages to reach India.

1502

1503

Quatrième voyage de Christophe Colomb. Fourth voyage of Christopher Columbus.

Isabelle la Catholique autorise la capture et l’esclavage des cannibales rebelles (les Caraïbes). Isabelle the Catholic authorises the capture and the slavery of the cannibal rebels (the Caribs).

1513

Céramiques à bords décorés de ponctuations – Baie Rouge Ceramics with punctuated decorated rim

The Petite Plage site, at Grand Case, reveals similar ceramics and could be a small site stemming off from Baie aux Prunes corresponding to the second

Décors en rubans incisés et incisions - Baie Rouge Incised ribbons and incised decorations

stage of the Latter Neo-Indian period, dated between 980 and 1299 A.D.

Baie Rouge, the last Arawak village on Saint Martin (1395 – 1600 A.D.) The most recent Amerindian village of Saint Martin was discovered on the plateau overlooking Baie Rouge beach, where the parking leading to the beach is presently located. There again, the remains are concentrated in different dumping grounds in which cassava griddles without 1515 1er Jan. 1515

Juan Ponce de Léon Charles Quint devient le souverain de aperçoit la Floride pour la première fois. Hollande. Juan Ponce de Leon Charles the Fifth sights Florida for the becomes the Dutch sovereign. first time.

Mort de Louis XI. François 1er roi de France. Death of Louis 11th. François 1st king of France

stands and smaller sized ceramics, with a strong proportion of closed shapes, were unveiled. The decorations consist of nubbins and dotted lines on the edge of some pots. The red slip painting method is continued, and deeply incised motifs adorn the outside of pots. However, the pots decorated with grooves and red slip have always been made by the inhabitants of Baie Rouge, indicating a possible link with those of Baie aux Prunes. Finally, potteries in the shapes of animal paws, of deeply incised human-shaped and animal-shaped heads, as well as incised rings applied to the edge of the pots complete the decorations produced by these populations. The ceramics

from Baie Rouge are very similar to those discovered in the Dominican Republic and in Puerto Rico where the ancestors of the Tainos Indians lived, that is to say the populations speaking Arawak met by Christophe Columbus in Hispaniola in 1492. They correspond to the Esperanza and Boca Chica styles of the Chican-Ostionoid sub-series defined by I. Rouse. The inhabitants of Baie Rouge continued to produce three pointed stones and a tomb revealing an individual buried in a trench, on his back, legs folded back to the side showing a continuance of funeral practices. The Baie Rouge site corresponds to the third stage of the late Neo-Indian period on Saint Martin. It is, to this day

1516 Accession de Charles Quint au trône d’Espagne. Charles the Fifth gains access to the throne of Spain.

31 Oct. 1517 Le moine allemand Martin Luther initie la réforme protestante. The German monk Martin Luther starts the Protestant Reform.

7


à Saint Martin, l’île est déserte. Les derniers Arawaks de Saint Martin ont pu être décimés par des virus importés d’Europe, telle la variole contre laquelle ils n’étaient pas immunisés, au moment de contacts et d’échanges liés à l’aiguade (les flibustiers européens et les espagnols pratiquaient souvent des échanges avec les amérindiens des Antilles après leur longue traversée de l’océan Atlantique). Leurs femmes transmettront en retour la syphilis aux européens, provoquant la mort de millions de personnes sur le vieux continent. Une autre possibilité serait qu’ils aient été déportés par les espagnols vers le continent ou d’autres îles pour être utilisés comme esclaves. Enfin, il est possible qu’ils aient choisi tout simplement d’abandonner Saint Martin volontairement et de s’installer ailleurs. Ainsi s’achève la chronologie de la préhistoire de Saint Martin, qui comme nous l’avons vu s’étale de 3300 ans avant J.C. à 1600 après J.C., soit près de

5000 ans d’occupation de notre petit territoire par des populations originaires d’Amérique du Sud aujourd’hui disparues et auxquelles nos cultures internatio-

Céramiques incisées - Baie Rouge Incised ceramics

nales ont succédé. Leur histoire est attachée à celle de notre île et nombre d’habitudes, de coutumes, de mots, de techniques et de croyances antillaises sont héritées de ces derniers amérindiens. Nous leur devons beaucoup, mais avant tout, nous nous devons d’honorer leur mémoire.

and in view of our archeological knowledge, the most recent Amerindian village of Saint Martin dated between 1395 and 1600 A.D. This small group of Tainos Indians certainly linked ties with the first European settlers’ cruising in our region between 1493 and 1600. Baie Rouge is one of the most recent Pre-Columbian sites of the Lesser Antilles. Similar ceramics were unearthed on the island of Saba. When the French and the Dutch settled on Saint Martin, the island was deserted. The last Arawaks of Saint Martin were possibly decimated by viruses imported from Europe, such as smallpox against which they were not immunised, when they met and during exchanges for water and food provisions (the European buccaneers and the Spaniards often made exchanges with the Caribbean Amerindians after their long crossing of the Atlantic Ocean). In return t h e i r women transm i t t e d syphilis to Tête modelée en céramique – Baie Rouge Modelled ceramic head

the Europeans, provoking the deaths of millions of people on the Old Continent. Another possibility might be that they may have

Quelques exemples de pierres à trois pointes Some examples of three pointed stones

1518

8

18 Fev./Feb. 1519 1520

Charles Quint, élu empereur Début de la traite des pays germa- Herman Cortès déoccidentale des barque à Vera Cruz. niques. esclaves par les Herman Cortès Charles the Portugais. disembarks at Vera Fifth, named Start of the Western emperor of Cruz. slave trade by the the Germanic Portuguese. countries.

Magellan découvre l’océan Pacifique et les terres les plus australes du Chili. Magellan discovers the Pacific Ocean and the southernmost lands of Chili.

1530 Premiers navires non espagnols aux Antilles. First non-Spanish ships in the West Indies.

1542

La France est envahie par Charles Quint. France is invaded by Charles the Fifth.

Bartolomé de Las Casas prend la défense des Indiens et condamne la cruauté des Conquistadores. Bartolome de Las Casas defends the Indians and condemns the cruelty of the Conquistadors.

1555

been deported by the Spaniards towards the continent or to other islands to be used as slaves. Finally, it may be that they simply chose to leave Saint Martin voluntarily and to settle elsewhere. Thus ends the chronology of Saint Martin’s prehistoric era, which, as we saw it before, spans from 3300 B.C. to 1600 A.D., thus almost 5000 years of occupation of our small territory by populations coming from South America, now

Sépulture découverte à Baie Rouge Burial discovered in Baie Rouge

gone and which our international cultures have followed. Their history is linked to that of our island and many habits, customs, words, techniques and Antillean beliefs are inherited from these latter Amerindians. We owe them a lot, but above all, we owe it to them to honour their memory.

13 Août/Aug. 1598

Charles Quint abdique et partage ses états. Philippe II, nouveau roi très catholique d’Espagne, garde les Pays-Bas. Charles Fifth abdicates and shares his states. Philippe 2nd, new Holy Roman king of Spain, keeps the Netherlands.

Edit de Nantes promulgué par Henri IV. Il met ainsi fin aux guerres de religion. The Nantes Writ is promulgated by Henry 4th thus ending all religious wars.

1600 Fin du Néoindien récent de Baie Rouge. End of the Late NeoIndian period at Baie Rouge.


THE SPRING SUGAR FACTORY

LA SUCRERIE DE SPRING Dès leur implantation sur l’île de Saint Martin au début du 17ème siècle, les colons français, hollan-

La ruine de la plantation de Spring The Spring plantation ruins

dais, puis anglais ont développé la production de tabac, de coton, de manioc et d’indigo. L’introduction de la canne à sucre dans les îles antillaises va rapidement accroitre la rentabilité des plantations. Le milieu du 18ème siècle a vu se développer la culture sucrière dans l’île de Saint Martin. Près de 70 usines à sucre ont coexisté des deux côtés de l’île au plus fort de cette industrie, vers le milieu du 19ème siècle. La production du sucre nécessitant une main d’œuvre importante, nombre d’esclaves originaires d’Afrique furent achetés sur les marchés de Saint Christophe et Saint Eustache pour travailler dans les champs de canne à Saint Martin. C’est l’essor de cette activité qui jettera les bases du développement de l’île et permettra l’implantation durable de populations, souvent anglophones, dont les descendants constituent aujourd’hui la population Saint-Martinoise qu’il est convenu 1764 De Conway reçoit une concession de 200 carrés De Conway receives a 200 squares land grant

d’appeler «de souche». Après l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises en 1848, la plupart des sucreries SaintMartinoises ont dû fermer les unes après les autres par manque de rentabilité. Aujourd’hui, il ne reste plus que quelques vestiges plus ou moins bien conservés de ces formidables bâtisses en pierres de taille qui la plupart du temps sont envahies par la végétation. Parmi celles-ci, la sucrerie de Spring, située dans le quartier du même nom dans le bourg principal de Marigot, est l’une des mieux conservées. Les vestiges encore visibles permettent de reconstituer tout le processus de fabrication du sucre de canne.

As of their settling on the island of Saint Martin in the early 17th century, the French, Dutch, and then English settlers developed the production of tobacco, cotton, cassava and indigo. The introduction of sugar cane into the West Indies considerably increased the profitability of the plantations. During the mid 18th century the sugar cane culture significantly increased on the island of Saint Martin. Almost 70 sugar factories co-existed on both sides of the island at the height of this industry, towards the mid 19th century. Sugar production requiring an important quantity of manpower, many slaves coming from Africa were bought on the Saint Christopher and Saint Eustatius markets to work in the sugar fields on Saint Martin. The expansion of this business laid the foundation of the

island’s development and enabled the permanent settling of the populations, often English-speaking, whose descendants make up the Saint Martin population today and that it is suitable to call « native ». After the abolishment of slavery in the French colonies in 1848, most of the Saint-Martin sugar factories had to close one after the other as they were no longer profitable. Today, only few more or less well preserved remains of these tremendous freestone buildings exist; almost always they are invaded by vegetation. Amongst these, the Spring sugar factory, located in the neighborhood bearing the same name in the main town of Marigot, is one of the best preserved ones. The remains still visible enable us to reconstitute the entire cane sugar making process.

Un démarrage difficile de la sucrerie de Spring

Dès 1764, M. de Conway, officier irlandais obtient une concession

Plan de la sucrerie de Spring Plan of the Spring sugar factory H. Parisis

de 200 carrés du gouverneur M. de Bourlamaque. De Conway ne développera pas sa propriété et la revend dès 1765 à un anglais de Saint Eustache, Robert Warin, qui souhaitait y démarrer une plantation avec sa famille et 30 nègres esclaves. Le nouveau gouverneur, M. de Nolivos récusa la vente et concéda une partie des terres (110 carrés) à Messieurs Druault et Lepreux, tous deux négociants en Guadeloupe. Lepreux vend rapidement ses parts à Jean Baptiste 18 Avril/April 1775

6 Nov. 1775

Début de la Révolution aux Etats Unis, Guerre d’indépendance. Beginning of the Revolution in the United States, War of Independence.

Sacre de Louis XVI à Reims. Coronation of Louis 16th at Reims. Les américains capturent Montréal aux Anglais. The Americans seize Montreal from the English.

1778 Emilius Druault propriétaire des terres de Spring Emilius Druault is owner of the Spring lands

1780

En Guadeloupe Pointe-à-Pitre est détruite par un incendie. In Guadeloupe, Pointe-à-Pitre is destroyed by a fire. John Hodge, né à Anguilla rachète Spring John Hodge, born on Anguilla, buys back Spring

9


Durieux et c’est finalement Emilius Druault qui en devient l’unique propriétaire en 1778. A l’époque, la sucrerie compte plus de 60 esclaves et 40 carrés sont plantés en canne à sucre. En 1780, John Hodge, fils du gouverneur de l’île d’Anguilla, de nationalité anglaise, achète l’habitation. Il la baptise

Gravure montrant une plantation Engraving showing a plantation

et trois rouges. Tous les anglais de l’île, incluant John Hodge et ses deux frères sont arrêtés et envoyés en Guadeloupe. Le 24 mars 1801, les anglais attaquent et occupent Saint Martin pendant 2 ans. Les propriétaires anglais reviennent exploiter leurs terres et John Hodge investit dans des savanes à

Grand Case, où il élève du bétail. A la mort de son épouse en 1807, la plantation de Spring loge ses 128 esclaves dans trois grands bâtiments en bois. John Hodge continue seul l’exploitation, mais le 19 septembre 1819, un cyclone dévaste Spring, l’obligeant à vendre sa propriété à William Cock, négo-

A difficult start for the Spring sugar factory As of 1764, Mr. de Conway, an Irish officer obtained a 200 squares land grant from the Governor Mr. de Bourlamaque. De Conway did not exploit his property and sold it as of 1765 to an Englishman from Saint Eustatius, Robert Warin, who wanted to start a plantation there with his family and 30 negro slaves. The new governor, Mr. de Nolivos, challenged the sale and granted a part of the land (110 squares) to Messieurs Druault and Lepreux, both merchants in Guadeloupe. Lepreux soon sold his shares to Jean Baptiste Durieux and Emilius Druault finally became sole owner in 1778. At the time, the sugar factory counted over 60 slaves and 40 squares were planted with sugar cane. In 1780, John Hodge, son of the governor of the island of Anguilla, of English nationality, bought the plantation. He named it «Spring» as a fresh water source is tapped in the neighboring valley to supply the plantation. Married to Mary Maillard, daughter of John Maillard, owner of the neighboring sugar factory of Concordia, John Hodge had many children and grandchildren who set up many

«Spring» car une source d’eau douce est captée dans la vallée voisine pour alimenter l’habitation. Marié à Mary Maillard, fille de John Maillard, propriétaire de la sucrerie voisine de Concordia, John Hodge aura nombre d’enfants et de petits enfants qui développeront par la suite de nombreuses sucreries en partie française. Le 5 avril 1795, les émissaires de la république française débarquent à Saint Martin. Les sucreries La maison de maîtres de Spring avant sa destruction avec l’escalier d’accès dont celle de The Spring masters’ house before it was destroyed with the main staircase - H. Parisis Spring sont séquestrées sugar factories on the French et deviennent «habitations de la ciant de Saint Barthélémy et à son side of the island later on. April République». En 1796, l’habita- épouse Ann-Mary Fabio. Le couple 5th, 1795, the emissaries of the tion compte 107 cultivateurs noirs rachète également la sucrerie de

3 sept. 1783

10

Par la Paix de Versailles, l’Angleterre doit reconnaître l’indépendance des 13 colonies américaines. Retour triomphal de George Washington à New York. With the second Paris treaty (Versailles Peace), England is obliged to acknowledge the independence of the 13 American colonies. Triumphant return of George Washington in New York.

1789

26 Août/August 1789

14 juillet : Les Parisiens s’emparent de la Bastille. The Parisians take hold Déclaration des Droits de l’Homme of the Bastille prison, in Paris. et du citoyen. Inspirée par le Bill George Washington,premier président of rights américain. Déclaration des Droits de l’Homme des Etats-Unis, prête serment. et du citoyen. Inspired by the Bill George Washington, first President of the United States, is sworn to office. of rights americain.

French Republic disembarked on Saint Martin. The sugar factories, one of which was that of Spring, were impounded and became «plantations of the Republic». In 1796, the sugar factory counted 107 black and 3 red farmers. All the Englishmen of the island, including John Hodge and his two brothers were arrested and sent to Guadeloupe. March 24th, 1801, the English attacked and occupied Saint Martin for two years. The English owners came back to exploit their lands and John Hodge invested in savannahs at Grand Case, on which he breeds cattle. When his wife died in 1807, the Spring plantation lodged 128 slaves in three large wooden buildings. John Hodge continued the exploitation alone, but on September 19th, 1819, a hurricane devastated Spring, obliging him to sell his property to William Cock, merchant on Saint Barthelemy and to his wife Ann-Mary Fabio. The couple also bought back the Concordia to exploit its lands. Spring then exploited 500 acres of land planted with sugar cane.

Modernization and abandonment of the Ann-Mary sugar factory After W. Cock died in 1827, his wife donated the Spring lands to her 4 children in 1935. The sugar factory was then renamed «Ann-Mary» and operated by Daniel French, husband to their daughter Eliza-Mary Cock. Already, the sugar industry experienced economic difficulties, but just before the abolishment of

25 Juin/June 14 Août/August 1791 1791 En Haïti, une insurrection éclate Fuite de Louis XVI, dirigée par Toussaint Louverture. arrêté à Varennes. In Haiti, a revolt bursts out led by Louis 16th flees, Toussaint Louverture. arrested at Varennes.

1792 Interdiction de la traite

des esclaves au Danemark. The slave trade is abolished in Denmark. Les droits des mulâtres sont reconnus à St Domingue. The rights of mulattos are acknowledged on Santo Domingo.


Concordia pour en exploiter les terres. Spring exploite alors 200 hectares de terres plantées en canne.

Modernisation et abandon de la sucrerie Ann-Mary Après la mort de W. Cock en 1827, son épouse fait don des terres de Spring à ses 4 enfants en 1835. La sucrerie est alors rebaptisée «Ann-Mary» et exploitée par Daniel French, époux de leur fille Eliza-Mary Cock. Déjà, l’industrie sucrière connait des difficultés économiques, mais à la veille de l’abolition de l’esclavage, en 1846, la sucrerie produit encore 50 tonnes de sucre et 919 hectolitres de rhum dans l’année. En 1861, dans un dernier effort pour maintenir l’exploitation, D. French s’associe avec Dormoy et Allaway, derniers planteurs de Saint Martin. Lorsqu’il meurt en 1879 à l’âge de 83 ans, D. French n’exploite plus la canne sur les terres de Spring.

1920, l’exploitation agricole s’arrête définitivement. La maison de maîtres de Spring restera occupée par une Mme Laydet jusqu’à sa mort en 1975. Après son décès, un cyclone finira de dévaster l’habitation principale. Toute la structure en bois fut pillée et utilisée pour la fabrication de charbon.

slavery, in 1846, the sugar factory still produced 50 tons of sugar and 24,000 gallons of rum during the year. In 1861, in a final effort to maintain the exploitation, D. French became partners with Dormoy and Allaway, the last planters of Saint Martin. When he died in 1879 Spring, aged 83, D. à la découFrench no verte longer exdu foncploited sutionnement gar cane on d’une the Spring sucrerie lands. FeLa date de la rénovation du four gravée sur une bruary 20th, Aujourd’hui, pierre de taille 1880, his les ruines de The date at which the oven was renovated, daughter la plantation engraved on a freestone Elisabethde Spring Marie French decided to buy back sont encore visibles, malgré la the shares of the Cock heirs and proximité de constructions moto invest to modernize the sugar dernes ayant entrainé ces 10 derfactory. A freestone bearing the nières années la destruction d’une inscription of date of the modernigrande partie des structures d’orization works (1883) is still visible where the boiler ovens stood. In

1891, Miss French sold the sugar factory to her sister AnneMarie, associated to her nephew Auguste Marie Pellarin, artillery captain at Lyon, and to Jean Hippolyte Laydet, artillery captain at Fontainebleau. In 1910, Spring produced a little rum. In 1920, the farm definitely stopped. The masters’ house at Spring remained occupied by a Mrs. Laydet up to her death in 1975. After she died, a hurricane finished devastating the main house. All the wooden structure was plundered and used to make coal.

Spring, discovering the workings of a sugar factory Today, the ruins of the Spring plantation are still visible, in spite of the proximity of modern constructions having entailed the destruction of a great part of the original structures over the last 10 years. All the lands stretching from the sugar factory to the Holland street were planted with

Vue du moulin à bêtes circulaire View of the circular animal mill

gine. Toutes les terres s’étalant de la sucrerie à la rue de Hollande Le 20 février 1880, sa fille Elisa- étaient plantées en canne au plus beth-Marie French décide de ra- fort de la production. La maison cheter les parts des héritiers Cock de maîtres était située sur un preet d’investir pour moderniser la mier plateau sur les hauteurs, au sucrerie. Une pierre taillée portant vent de l’usine à sucre proprement l’inscription de la date des travaux dite, ceci afin d’éviter d’être incomde modernisation modé par les (1883) est toufumées du jours visible à four. Elle était l’emplacement construite du four à chauen bois sur dières. En 1891, un sousMelle French rebassement vend la sucrerie en pierres à sa sœur Annecimentées Marie, associée à la chaux. à son neveu AuElle mesuguste Marie Pelrait 15m sur larin, capitaine 9 et on y acGravure montrant un moulin à bêtes d’artillerie à Lyon, cédait par un Engraving showing an animal mill et à Jean Hippoescalier d’honlyte Laydet, capitaine d’artillerie à neur. Elle comprenait une cuisine Fontainebleau. En 1910, Spring avec un plan de travail en pierres produit encore un peu de rhum. En taillées et un four en briques 21 Jan.1793 Louis XVI est guillotiné place de la Révolution (place de la Concorde). Louis 16th is guillotined on the Revolution square, presently Place de la Concorde.

4 Février/Feb 1794

5 Avr./ Apr. 1795

1799

Coup d’état du 18 Brumaire de l’an La France décrète l’abolition de l’esclavage Les émissaires de la république VIII. Bonaparte en partie pour mieux résister aux Anglais en séquestrent les plantations de Saint Premier Consul. s’alliant les mulâtres et les Noirs. Takeover on the Martin France decrees the abolishment of slavery The French Republic emissaries im- date « 18 Brumaire » in part to better resist the English attacks by pound the Saint Martin plantations of Year 8. Bonaparte allying with mulattos and Blacks. becomes First Consul.

1802 Bonaparte consul «à vie», rétablissement de l’esclavage aux colonies françaises. Bonaparte consul «for life», reestablishes slavery in the French colonies.

1807 Les Anglais renoncent à la traite des Noirs. British reject the traffic of blacks.

19 Sept. 1819 Un cyclone dévaste la sucrerie de Spring, Willian Cock devient propriétaire A hurricane ravages the Spring sugar factory, William Cock becomes its owner

11


réfractaires. La terrasse comportait un puits et une citerne et était proprement pavée. Les vestiges de la maison principale actuellement visibles datent de l’arrivée de John Hodge en 1778. Ils seront prochainement détruits par le lotissement encerclant la ruine de la sucrerie. Les vestiges des fondations des cases d’esclaves et des commandeurs ont été détruits au moment de la construction de l’école primaire voisine. Sur un plateau situé au dessus de la maison de maîtres, dans la vallée adjacente, se trouvait le verger où les esclaves plantaient les cultures

Visite guidée face au four à chaudières Guided tour facing the boiler ovens

vivrières nécessaires pour nourrir tous les travailleurs de l’habitation. L’usine à sucre est encore actuellement visible au bord de la route

Esclaves devant les chaudières de la sucrerie - Slaves in front of the sugar factory boilers

qui mène à l’hôpital. On y distingue un plateau situé en contrebas de la maison principale où était implan-

1830

12

Louis Philippe, roi de France, début de la monarchie de Juillet, 1ers trains en Angleterre, aux États-Unis et en France. Louis Philippe, King of France, Start of July monarchy, first trains in England, the United States and France.

té le moulin à bêtes. Cette structure circulaire, maçonnée en pierres de taille, comporte trois rolles en métal qui étaient entraînées par des mulets ou des bœufs pour permettre de broyer la canne à sucre. Il s’agit d’un moulin moderne à deux niveaux où les bêtes tournaient en rond au niveau supérieur du moulin tandis que les esclaves broyaient la canne au niveau du sol. Le jus, appelé vesou, s’écoulait dans un petit bassin situé sous les rolles et était acheminé à la sucrerie dans une cuve de plusieurs dizaines de litres installée sur un sol pavé de pierres. Un canal en planches traversait le mur du moulin vers le Nord pour l’écoulement du vesou. Dans l’usine à sucre, les esclaves se tenaient face aux 4 chaudières en métal et y versaient le vesou à l’aide de cuillères et louches. Les chaudières ont été retirées de leur emplacement originel et utilisées pour abreuver les bestiaux après l’arrêt de la sucrerie. Elles étaient encastrées dans un four alimenté par le résidu de canne à sucre broyée, la bagasse. Sur le côté du four, 4 évents permettaient de nettoyer les cendres et de contrôler le feu sous les chaudières. Il régnait une forte chaleur dans l’usine au moment de la récolte et de larges baies ouvertes permettaient la ventilation. Le vesou passait d’une chaudière à l’autre jusqu’à complète cristallisation du sucre qui restait mêlé à un épais sirop appelé mélasse. La cheminée

1833 Abolition de l’esclavage dans les colonies britanniques. Abolition of slavery in the British colonies.

1835 Spring est rebaptisée Ann-Mary par Daniel French Spring is renamed Ann-Mary by Daniel French

Coupe d’un four de sucrerie Cross-section of a sugar factory oven

sugar cane at the height of the production period. The masters’ house was located on a first pla-

Le four et l’emplacement des chaudières de la sucrerie The oven and location of the sugar factory boilers

was correctly paved. The main house remains that are still visible date back to the arrival of John Hodge in 1778. They will soon be destroyed by the development circling the sugar factory ruin. The remains of the slave and commander huts’ foundations were destroyed during the construction of the neighboring primary school. On a plateau located above the masters’ house, in the adjoining valley, was the orchard in which the slaves planted the necessary food-producing plants to feed all the plantation workers. The sugar factory is still visible beside the road leading to the hospital. One can see a plateau located a little lower down from the main house on which the animal mill was set up. This circular structure, built of freestone masonry, comprises three metal rolls pulled by mules or oxen enabling the crushing of the sugar cane. It was a modern two-level mill in which the animals turned in circles on the upper level of the mill whilst slaves crushed the sugar cane at ground level. The juice, called «vesou» ran into a small basin located under the rolls and made its way to the sugar factory into a tank, set up on a stone-paved floor, containing several tens of liters. A plank channel crossed the mill wall heading north to let the vesou pour out. In the sugar factory, the slaves were facing the 4 metal boilers and poured the vesou using spoons and ladles. The boilers were removed from their original spaces and used to hold

teau on the heights, windward of the sugar factory so to speak, this in order to avoid being disturbed by the smokes rising from the oven. It was a wooden construction on a stone foundation cemented with whitewash. It was 15 meters long by 9 meters wide and one reached it using a main staircase. It comprised a kitchen with freestone work-top and a heat-resistant brick oven. The terrace compriLes 4 évents situés sur le côté du four sed a well and a cistern and The 4 air spouts on the oven side

Février/Feb. 1848 Abdication de Louis Philippe, proclamation de la Seconde République. Abdication of Louis Philippe, proclamation of the second Republic.

27 Avril/April 1848 Abolition de l’esclavage dans les colonies françaises. Abolition of slavery in the french colonies.

2 Dec. 1851

Coup d’Etat qui porte Napoléon III au pouvoir et provoque la dissolution de l’Assemblée. Coup d’état that puts Napoleon III to power and causes the dissolution of the Assembly.

1861 Guerre de Sécession aux Etats-Unis. American civil war in the United States.

1861 Daniel French s’associe avec Dormoy et Allaway Daniel French becomes partner with Dormoy and Allaway


de forme cylindrique permettait l’évacuation des fumées du four vers l’extérieur. Le sucre cristallisé et la mélasse étaient stockés dans des barils en bois à fond percé afin de faciliter l’écoulement de la mélasse entre des planches non jointives. La mélasse suintait alors dans un récipient situé dans la purgerie, à l’étage inférieur. Le sucre était ensuite prêt à être exporté, tandis que la mélasse était mise à fermenter pour produire de l’alcool. Une fois fermentée, elle était mise à chauffer dans un alambic en bronze incrusté dans un four maçonné en pierres. L’alambic était recouvert d’un «chapeau» au bout duquel un long tuyau en plomb était mis à refroidir dans une citerne afin de précipiter les gouttes de rhum. Ainsi, rien n’était perdu; sucre, mélasse et rhum étaient exportés. Ils firent la richesse des grandes familles de planteurs esclavagistes de Saint Martin.

La citerne où était mise à refroidir la couleuvre pour distiller le rhum The cistern in which the rum piping was set to cool 1880 Elisabeth-Mary French reprend la sucrerie de Spring Elisabeth-Mary French takes over the Spring sugar factory

1883 E-M. French entreprend de moderniser Spring E-M. French undertakes to modernise Spring

water for the animals after the sugar factory closed down. They were set in an oven supplied by the crushed sugar cane residue, called «bagasse». On the side of the oven, 4 ventilation holes enabled the removal of the ashes and to control the foyer under the boilers. It was very hot in the factory during the harvest and large open windows enabled ventilation. The vesou passed from one boiler to the other until complete crystallization of the sugar which remained mixed with thick syrup called molasses. The chimney of cylindrical shape enabled the evacuation of the oven smoke towards the outside. La cheminée de Spring The Spring plantation chimney

Aujourd’hui, les ruines de la plantation de Spring appartiennent à Mme Yvette Hodge née Beauperthuy q u i devrait prochainement en faire don à la collectivité. La cheminée fut restaurée en 2007 car elle menaçait de s’effondrer à cause des travaux engagés sur des lots voisins. Ce vestige majestueux de la grande époque du sucre est dans un état de délabrement avancé, encerclé de bâtiments modernes, et mériterait d’être restauré et consolidé. Un parc historique et botanique pourrait un jour y être installé, mais cette idée lancée il y a maintenant 30 ans en est toujours au point mort. Gageons que lorsque les bâtiments entreront enfin dans le domaine public, la collectivité fera de ses priorités la protection d’un des ultimes témoignages du développement de l’industrie sucrière à Saint Martin. 1886

Abolition de l’esclavage à Cuba. Abolishment of slavery on Cuba.

1888 Abolition tardive de l’esclavage au Brésil. Late abolishment of slavery in Brazil.

The crystallized sugar a n d molasses were stocked in wooden barrels pierced at their base enabling the molasses to flow easily between the unjoined planks. The molasses then oozed into a container located in the purging room, one storey below. The sugar was then ready to be exported, whilst the molasses were set to ferment to produce alcohol. Once fermented, they were set to heat in a bronze still set in a stone masonry wall. The still was covered with a «hat» at the end of which a long lead pipe was set to cool in a cistern in order to precipitate the rum drops. Thus nothing was lost and sugar, molasses and rum were exported. They constituted the richness of the great families of slave planters of Saint Martin. 1895 Washington soutient Cuba dans sa guerre menée contre l’Espagne. Washington backs Cuba in its war against Spain.

1899 Exposition universelle à Paris. Construction de la Tour Eiffel. The Universal Exhibition takes place in Paris. The Eiffel Tower is built.

Today, the Spring plantation remains belong to Mrs. Yvette Hodge née Beauperthuy who should soon donate it to the Collectivity. The chimney was restored in 2007 as it threatened to collapse due to works being carried out on neighboring land lots. This majestic relic of the major sugar period is in a state of advanced decay, surrounded by modern buildings and deserves to be restored and consolidated. A historical and botanical park could one day be set up there, but this idea launched 30 years ago now is still at a standstill. Let us hope that when the buildings finally become part of the public domain, the Un alambic An alcohol still

Collectivity will set the protection of one of the last remains of the sugar period’s exploitation on Saint Martin as one of its priorities.

Vestiges du four à alambic Still oven remains

1920 L’exploitation de la sucrerie de Spring s’arrête définitivement. The Spring sugar factory operation definitely ceases

13


HERITAGE #7  

La revue mensuelle du patrimoine de Saint Martin/Sint Maarten Saint Martin/Sint Maarten monthly heritage review

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you