Page 1


89

%

de nos clients agriculteurs*

À RECOMMANDER LE CRÉDIT MUTUEL

LE CRÉDIT MUTUEL, PARTENAIRE DES AGRICULTEURS. Fidèle à ses valeurs de solidarité et de proximité, le Crédit Mutuel place ses clients au coeur de ses préoccupations et de ses actions. Partenaire des agriculteurs, il est à votre écoute pour vous conseiller et vous proposer une large gamme de produits et services adaptés à vos besoins et à ceux de votre famille. Financements souples, avances de trésorerie, gestion d’épargne : le Crédit Mutuel s’engage à vos côtés.

UNE BANQUE QUI APPARTIENT À SES CLIENTS, ÇA CHANGE TOUT.

Le Crédit Mutuel, banque coopérative, appartient à ses 7,4 millions de clients-sociétaires. * Source : Baromètre de satisfaction des clients agriculteurs réalisé par ED Institut en janvier 2013. CNCM – 88/90, rue Cardinet – 75017 Paris.

RCS B 588 505 354

PRÊTS


sommaire Points de vue [Édito]

4 Il est de notre responsabilité de s’organiser territorialement Le temps des vœux…

Prim’holstein : Amarante, vache de l’année 2013

6 responsable du projet

Ferme des 1.000 vaches : la position de Michel Welter,

© ALGER MEEKMA

12

[Syndic’arène]

[Terre’momètre]

7 Paroles de lecteurs spécial "blocus de Paris" [Impact]

8 Pac après 2015 : calculez vos aides découplées jusqu’en 2019 [Champ planet’terre]

11 des jeunes plus difficile

Aux Etats-Unis : la hausse du prix du foncier rend l’installation

Stratégies

14

© FOTOLIA

Retour des prix agricoles durablement faibles ?

12 14 15

18

Nouveautés machinisme : la sélection du chef

[Inflexion]

Prim’holstein : la vache rentable de l’année 2013 [En avant marge]

Prospective : il n’est pas exclu de revoir des prix agricoles durablement faibles ! Vaches laitières : hausse des effectifs en 2013 [Performance production]

16

Maïs grain : viser 200 q/ha en jouant avec les composantes du rendement

Grand angle

18 Nouveautés machinisme : la sélection du chef

En couverture

© FOTOLIA, CLAAS, JOHN DEERE, PEECON // CRÉATION TERRE-NET MÉDIA

Cahier d’occasions

31 40 42 43

[Terre-net Occasions]

La sélection professionnelle agricole Les annonces des agriculteurs [Argus]

Fendt Farmer 311 [Marques page]

Terre-net Média : Terre-net.fr - Web-agri.fr - Terre-net-Occasions.fr I Janvier 2014

3


EDITORIAUX

Les lecteurs

Le temps des vœux…

Il est de notre responsabilité de s’organiser territorialement !

© TERRE-NET MÉDIA

V

oici venu le temps des vœux pour la nouvelle année 2014. Que souhaiter aux agriculteurs ?

Pour l’agriculture en général, je souhaite davantage de cohésion au sein de la profession... mais je finis par croire que c’est une utopie. Une meilleure prise Pierre Boiteau, en main de l’image de l’agriculture dans la société, directeur des rédactions de Terre-net.fr. ça c’est possible. Nous avons cette année un rendez-vous capital pour la Pac et l’Europe, avec les élections européennes. Cette politique agricole commune, espérons-la meilleure. Une Pac avec des aides rééquilibrées, c’est un premier pas. Sera-t-il bon ? Oui, s’il sert à enclencher de réels changements dans les filières d’élevage. Mais s’il ne sert qu’à partager une manne sans initier de changement, nous aurons tout perdu, à la fois pour les éleveurs qui ne gagneront toujours pas mieux leur vie, et pour les filières céréalières que nous aurons fragilisées alors qu’elles sont un fleuron international. Côté politique, nous attendons aussi de voir ce que donnera la loi d’avenir agricole. Simple opération de communication destinée à marquer le passage d’un ministre, ou réel projet de fond ? Je préfèrerais bien sûr la deuxième piste. Vous aussi, non ? Réponse dans les mois qui viennent. Nous vivrons aussi les élections municipales. Elles sont importantes pour l’agriculture et pour son image. C’est un des lieux de reconnaissance des paysans comme "acteurs des territoires", pour reprendre l’expression de Charles Meaudre ci-contre. Pour chacun d’entre vous, je souhaite la réussite de vos projets professionnels et personnels. C’est votre priorité. Et Terre-net vous accompagne dans ce sens. Choix de matériels, vache rentable, maïs à 200 q/ha, débats sur les grands élevages, calculs des aides avec la nouvelle Pac... : vous trouverez dans ce numéro de Terre-net Magazine des éléments pour faire vos choix de chef d’entreprise. Au nom de toute l’équipe Terre-net, je vous dis bonne année à tous. ●

© SAF-AGRICULTEURS DE FRANCE

La rédaction

Charles Meaudre Producteur de grandes cultures (Oise). Vice-président de la Saf-agriculteurs de France et maire de Vaudancourt.

D

écloisonner les territoires et s’engager dans « une société de projets » : tel est l’état d’esprit résolument constructif que nous, membres de la Saf-agriculteurs de France, souhaitons partager avec les chefs d’entreprise agricole, les acteurs du secteur agricole et agroalimentaire, les organisations professionnelles, les acteurs publics et les citoyens-consommateurs. Les chefs d’entreprise agricole, notamment, sont invités à mieux jouer leur carte "atout" et à s’impliquer pour « devenir acteurs des territoires ». Même dans un contexte mondialisé, l’agriculteur reste un maillon essentiel du territoire, par son ancrage local et son activité économique, quand il n’est pas acteur politique de terrain. En 30 ans hélas, le nombre de maires agriculteurs a diminué de plus de moitié. Mon expérience d’élu local le confirme : le manque de disponibilité, les responsabilités de plus en plus complexes, les relations avec des populations qui changent, en découragent plus d’un. Pourtant, la revalorisation urgente des campagnes et des territoires ne peut se faire sans les agriculteurs. A nous de nous engager et de nous structurer. « Il est du ressort des chefs d’entreprise agricole de s’organiser et de construire, par des initiatives individuelles ou collectives, des filières capables d’inscrire dans la durée les contributions multifonctionnelles de leurs activités », rappelle ainsi la Saf dans ses douze préconisations sur les territoires. En période de mutations, rappelons que les entreprises agricoles sont plus que jamais porteuses d’emplois, de valeur ajoutée et d’identité. Nous devons occuper légitimement notre place dans les territoires d’influence de toutes sortes. Nous serons aussi les garants de l’image d’une agriculture forte et fiers des contributions qu’elle peut apporter à la société. ●

Pratique

Terre-net Magazine en ligne

Vous voulez réagir ? Retrouvez Pierre Boiteau sur Facebook : http://www.facebook.com/pierre.boiteauterrenetmedia, Twitter : @PBTerrenetMedia,

Google+ : http://www.google.com/+PierreBoiteauTerrenetMédia/ ou contactez-nous par mail à redaction@terre-net.fr

Vous pouvez retrouver Terre-net Magazine sur internet, avec des liens directs vers des infos complémentaires, des témoignages, des machines en action… Rendez-vous sur

www.terre-net.fr/magazine Terre-net Média L'agriculture d'aujourd'hui

Terre-net Magazine - NGPA Avenue des Censives – TILLE BP 50333 60026 BEAUVAIS cedex – Tél. 03 44 06 84 84 Terre-net Média NGPA - SAS au capital de 22.432.600 € 529 106 544 RCS Beauvais terre-net@terre-net.fr L'agriculture d'aujourd'hui

Jean-Marie SAVALLE, Directeur de la publication. Gérard JULIEN, Directeur Général NGPA, Directeur Terre-net Média. Pierre BOITEAU, Directeur des rédactions. Xavier DUFAY, Directeur technique. REDACTION – redaction@terre-net.fr Rédacteur en chef : Pierre BOITEAU. Adjoints : Frédéric HENIN, Pierre CRIADO. Politique agricole, économie, gestion, société : Frédéric HENIN, chef de rubrique, Arnaud CARPON. Productions végétales : Mathilde CARPENTIER, chef de rubrique. Productions animales : Robin VERGONJEANNE. Machinisme, agroéquipements : Pierre CRIADO, chef de rubrique, Matthieu FREULON.

Cours & Marchés, analyses prospectives : Frédéric HENIN. Secrétariat de rédaction : Céline CLEMENT, Amélie BACHELET. PUBLICITÉ – regieagricole@terre-net.fr Direction commerciale : Christophe CASANOVA - Guillaume MORO. Chefs de publicité : Jonathan HAVART, Benjamin LESOBRE, Damien ROY. Chargée de mise en place : Angélique GOUCHET. PETITES ANNONCES – annonces@terre-net.fr Direction commerciale : Denis BOST. Chargés d’affaires : Julien TOUS, Julien STROZYK, Lucia BEDOYA ROMERO, Damien ROY, Jean-Claude BARBOTIN. Marketing : Benoît EGON BASES DE DONNÉES & MARKETING DIRECT – infohyltel@hyltel.fr Hyltel Groupe ISAGRI Direction : Jean-Marie LAVIGNE. Direction commerciale : Christophe SEMONT. Chargés d’affaires : Pauline CURMER, Marine LOUVEL, Solène DOMEON, Pascal BRIAND, Damien ROY, Pierre Yves LE DORVEN. Responsable de la base : Grégory JAMAIN. Gestion technique de la base : Anthony RENAULT, Marc LE SCOEZEC, Hakim SIAD, Alexandra TIGEOT, Annie BOULMER, Martine PERRUSSEL .

INFOGRAPHIE, FABRICATION – Infographie@terre-net.fr Direction artistique : Nicolas LEFRANC. Responsable maquettiste : David STUPAK. Studio création : Mathilde GRIFFOIN, Julien KLEBER, Gaëlle MAQUAIRE, Cédric FINSAC, MAGALI BOSSARD. Responsable fabrication : Vincent TROPAMER. ABONNEMENT-SYNDICATION – abonnement@terre-net.fr Direction commerciale : Laurent GARREZ. Marketing marché : Amandine BANNERY. Chargées des abonnements : Angélique LEFEVRE, Angélique GUILBERT. Services aux abonnés : Lysiane ANDRIEU. SERVICES GÉNÉRAUX, JURIDIQUE & FINANCIER Directeur administratif & financier : Jean-Marc STAUFFER. Juriste : Nathalie GOUVERNET. Imprimé par Imprimerie LEONCE DEPREZ ZI «Le Moulin» 62620 RUITZ

N°32 - Janvier 2014. Tirage : 105000 / ISSN 2112-6690. Crédits photos de la couverture : Fotolia, Claas, John Deere, Peecon, Terrenet Média, Création Terre-net Média. Soucieux de la préservation de l’environnement, la société Terre-net Média sélectionne des fournisseurs engagés dans une démarche environnementale. Ce magazine est imprimé sur du papier certifié PEFC issu de forêts gérées durablement. Les encres utilisées sont végétales. Tous les produits qui ont servi à la réalisation de ce magazine ont été recyclés ou retraités conformément à la certification IMPRIM’VERT. Encarts : Ce numéro comprend un encart « SULKY » pour la totalité de la diffusion.

Éthique1 Annonceurs & Agences Remise des certificats d'envois postaux

Éthique2 Lecteurs Pas de publi-information dissimulée


MAÏS

DEKALB VOUS DKC4590

pour produire plus même en conditions limitantes en eau

La référence du marché C2 268 lieux 2010, 2011 et 2012 Base de données DEKALB

Centre, Pays de la Loire et Poitou

Centre-Est et Vallée Continentale

Moyenne des essais

100 = 127,7 q/ha

100 = 133,8 q/ha

105,1 %

104,1 %

DKC4590

- © Fotoimp - Fotolia.com

*Moyenne sur la base des 2 régions

+

6,2 q/ha*


SYNDIC'ARÈNE Le pluralisme des idées

Ferme des 1.000 vaches

« C’est un projet agricole comme les autres » Responsable du projet de la "ferme des 1.000 vaches" dans la Somme – pour l’heure autorisé pour 500 laitières – Michel Welter ne comprend pas les inquiétudes des agriculteurs (voir Terre-net Magazine n°30 et 31 p. 10-11) et dénonce les actions "terroristes" des opposants. PROPOS RECUEILLIS PAR ARNAUD CARPON // acarpon@terre-net-media.fr

Q

Mais pour faire taire la polémique, l’agriculteur et associé de la Scl (société civile laitière) "Lait pis carde" s’explique : « Notre projet ne doit pas être considéré comme un modèle, mais comme un choix de production pour continuer à faire ce métier, rien de plus. » La "ferme des 1.000 vaches", acceptée pour l’instant pour 500 laitières, ne suscite pas seulement la contestation farouche de l’association locale Novissen et de la Confédération paysanne. Les agriculteurs, eux aussi, sont inquiets de voir une structure de ce type sortir de terre. Pas au regard de sa taille, celle-ci ayant reçu toutes les autorisations nécessaires, mais par le fait qu’elle soit portée par un industriel (cf. Terre-net Magazine n°30 et 31 p. 10-11). « Le financement extérieur direct d’exploitations agricoles fait courir un

exploitant agricole fait aussi de la prestation en travaux de terrassement, lui reproche-ton quelque chose ? Ces inquiétudes sont guidées par la jalousie ! »

© TERRE-NET MÉDIA

uand on lui parle de l’opposition au projet qu’il dirige pour le compte de l’industriel Michel Ramery, et plus précisément des opérations de "sabotage" menées courant septembre par la Confédération paysanne, Michel Welter, responsable du chantier de la "ferme des 1.000 vaches" près d’Abbeville dans la Somme, se refuse d’abord à tout commentaire. « Tout a déjà été dit ! Nous n’allons pas nous justifier éternellement alors que nous avons obtenu tous les avals administratifs ! »

Pour construire leur projet, Michel Ramery, le promoteur, et Michel Welter se sont inspirés du modèle allemand, où les fermes de grande taille, comme sur cette photo, sont légion.

risque à notre profession, car c’est la porte ouverte à une intégration plus poussée », insiste Olivier Thibaut, éleveur laitier adhérent à la Fdsea de la Somme. Yohann Pesquerel, éleveur membre de la Coordination rurale du Calvados, craint que cet exemple donne l’idée aux industriels laitiers d’investir directement dans de grandes fermes, au détriment des agriculteurs eux-mêmes.

1.000 VACHES POUR LA CAMPAGNE 2015-2016 Ces craintes, Michel Welter les balaie d’un trait. « C’est un projet agricole comme les autres car Michel Ramery est engagé dans l’agriculture depuis très longtemps en tant qu’associé de la Scea Cote de la justice. Il n’a pas pu être agriculteur comme il l’aurait souhaité quand il était plus jeune. Il a développé son entreprise de travaux publics et a réussi. Quel mal à cela ? Lorsqu’un

Ils se sont exprimés à propos de la "ferme des 1.000 vaches"

Malgré les récentes actions de la Confédération paysanne, l’agriculteur reste confiant. « Nous gardons l’objectif de démarrer la production pour la prochaine campagne laitière. » Soit courant avril 2014. La Scl "Lait pis carde", qui compte actuellement six associés, dont la Scea Cote de la justice, produit déjà 2,8 Ml avec 300 vaches réparties sur deux sites. L’ensemble du cheptel sera ensuite transféré sur le nouveau site en construction. « Et lorsque nous serons prêts à franchir encore une étape, nous déposerons un nouveau plan d’épandage permettant d’atteindre la capacité souhaitée ». Michel Welter espère bien réunir les 1.000 vaches d’ici 2015 ou 2016, en intégrant de nouveaux associés qui viendront apporter des références laitières supplémentaires. « Dans un secteur où le nombre de cessations laitières augmente, ce ne sera pas un problème. » ● Retrouvez leur témoignage dans la rubrique Syndic’arène de Terre -net Magazine n°30 et 31 (p. 10-11)

Vincent Chombart - Confédération paysanne

Olivier Thibaut - Fnsea

Polyculteur-éleveur - 14.

Polyculteur - 80.

Polyculteur-éleveur - 80.

« Qui va être capable de reprendre ces exploitations surdimensionnées ? »

« Des projets socialement destructeurs »

« Un risque d’intégration de la production laitière »

Yohann Pesquerel - Coordination rurale

Benoît Rigolle - Jeunes agriculteurs

6

« La structure doit être financièrement autonome, poursuit-il. Le groupe Ramery n’a pas fait de chèque, comme certains le prétendent ! Nous avons frappé à la porte des banques comme tout le monde ! Ce projet n’est pas le jouet de Michel Ramery. C’est un projet d’investissement agricole et non un projet de capitalisation. »

Polyculteur-éleveur - 80.

Pierre Thomas - Modef

Francis Capelle - Non syndiqué

Eleveur de bovins viande - 03.

Producteur de grandes cultures - 02.

« La surmédiatisation nuit à l’image de notre métier »

« Des projets néfastes pour les agriculteurs, les consommateurs et les territoires »

« Une évolution nécessaire pour rationaliser le capital et le travail »

Terre-net Magazine I Janvier 2014


Paroles de lecteurs Le "blocus de Paris" par les agriculteurs d’Ile-de-France, le 21 novembre dernier, a défrayé la chronique dans le monde agricole et au-delà. Extraits des très nombreux commentaires d’articles sur Terre-net.fr.

Agri36 : « Ce n’est pas parce qu’on est céréalier qu’on est la bête noire. Dans notre région, on travaille en direct avec les éleveurs pour la paille et tout le monde s’y retrouve. Alors pourquoi tant de mépris ? Il faut des éleveurs et des céréaliers. En zone intermédiaire, on ne fait pas 100 q/ha et on ne tape pas sur la tête des éleveurs qui représentent 50 % de la transformation des céréales en France. »

Caracalla : « La réorientation de la Pac en faveur de l’élevage semi-extensif est favorable à l’aménagement du territoire et socialement juste. Fortement politisées, les revendications étroitement corporatistes des céréaliers d’Ile-de-France sont illégitimes sur le fond et malheureusement dangereuses dans la forme. L’argument du "matraquage fiscal", autre nom du déni de solidarité par une corporation dont le revenu est constitué, à plus de 50 %, par des aides publiques, est carrément risible. Le gouvernement doit continuer à garder son cap et rester ferme. »

Maxens : « Pitoyable. Opposer les céréaliers et les éleveurs, sans réfléchir. Vous ne vous rendez même pas compte que la baisse des aides Pac affaiblira les céréaliers et toute l’économie qu’il y a autour sans améliorer la situation des éleveurs. Les éleveurs se trompent de combat. Leur combat, et celui de tous les agriculteurs, doit être de pouvoir vendre leurs produits au juste prix. »

Surprime : « Avez-vous oublié, vous les céréaliers nantis, le slogan de Raymond Lacombe, un sacré président de la Fnsea : "pas de pays sans paysans, des voisins pas des hectares" ? »

Noyonnais : « Les divisions et la jalousie accentuent nos problèmes et font le jeu de nos ennemis et des pays concurrents. Définissons ensemble, éleveurs et céréaliers, la stratégie à mettre en œuvre sur nos exploitations pour les 50 ans à venir, tout en préservant la diversité de nos régions et de nos productions que le monde entier nous envie. »

François : « Je suis céréalier, mais je désapprouve totalement ce mouvement. Notre image vient d’en prendre un sacré coup. Ce sera difficile de s’en remettre... »

5 ONDES Largeur utile 873 mm

6,5

177

Largeur utile 1050 mm

60,75

42 àÊ49

6 ONDES

60,75

51

8ʈ 15

918

177

6,5

Le fibres-ciment est un matŽriau composite avec des caractŽristiques uniques au monde. Les plaques ondulŽes sans amiante Edilfibro sont impermŽables mais anti-condensation, inconbustibles A1 (et non inflammables), indŽformables, inoxydables, imputrescibles et amagnŽtiques, elles totalisent 90 millions de m2 fabriquŽs en un quart de siècle.

60,75

51

8ÊàÊ15

60,75

42ÊàÊ49

OPINIONS

TERRE'MOMÈTRE

1095

poids des plaques, en kg

Longueur m

1,25

1,525

1,585

1,75

2,00

2,50

5 Ondes

15,2

18,9

19,6

21,7

24,8

31,1

6 Ondes

18,6

22,6

23,5

26,0

29,7

37,1

LES PRINCIPAUX ACCESSOIRES EN FIBRE-CIMENT Fâitière double à charnière

Plaque de pénétration à chassis

Closoir ondulé

Fâitière rigide à bords ondulés

Fâitière double à charnière de ventilation

Rive frontale

Raccord de mur

Fâitière rigide à bords plats

Plaque de pénétration losangée

Pour plus dÕinformation sur lÕensemble de notre gamme ainsi

Classement de réaction au feu: A1

Bande que sur sa mise en oeuvre consulter notre Documentation de rive

Technique Accessoir s Plaques OndulŽes - EÊ02

www.edilfibro.it


IMPACT

Votre horizon

Réforme de la Pac après 2015

Calculez vos aides découplées par année jusqu’en 2019 Pour appréhender la mise en œuvre de la Pac sur votre exploitation, Terre-net Magazine vous propose quatre formules de calcul de vos aides découplées à percevoir après 2015. Compliqué ? Oui. Alors accrochez-vous, la rédaction a fait le tri dans cet imbroglio et vous guide pas à pas pour estimer les montants alloués, en six étapes et quatre grands principes.

© TERRE-NET MÉDIA

PAR ARNAUD CARPON ET FRÉDÉRIC HÉNIN // acarpon@terre-net-media .fr // fhenin@terre-net-media.fr

!

Restez connectés sur www.terre-net.fr. La rédaction vous communiquera d’autres précisions lorsque les règles de convergence, de majoration et de verdissement seront précisément connues.

!

L

es objectifs de convergence et de verdissement des aides découplées pour 2019 sont fixés mais personne n’est en mesure de dire quel sera le chemin à suivre pour les atteindre ! Par exemple, la majoration des 52 premiers hectares sera-t-elle linéaire d’ici 2019 ou se fera-t-elle par marche avec des hauteurs différentes ? Et absorbera-t-elle bien 20 % de l’enveloppe du premier pilier d’ici 2019 ?

Dans l’état actuel de nos connaissances, le Dpu moyen de 300 € en 2012 une exploitation de 250 hectares serait converti en une aide découplée (AD, aussi dénommée paiement unique découplé) de : • 266 € en 2019 (verdissement, paiement de base et majoration des 52 ha compris) pour les 52 premiers hectares (avec 20 % de l’enveloppe du 1er pilier d’ici 2019) ; • 166 € au-delà de 52 ha dans cette hypothèse. Soit une AD moyenne (ADm) de 187,8 €/ha. Sur cinq ans, voici comment évoluerait le montant de l’aide directe (AD) obtenu à partir d’un Dpu de 300 € en 2012 (soit 8

Terre-net Magazine I Janvier 2014

279 € retenus en 2014, année de référence ; voir l’encadré p. 9 consacré à la discipline budgétaire) : Evolution de AD entre 2015 et 2019 2015

2016

2017

2018

2019

Pour les 52 premiers ha

242

251

248

269

266

Au-delà de 52 ha

217

201

198

169

166

Chiffres en €/ha. Hypothèse : 300 € de Dpu en 2012.

Mais chaque exploitation est une situation particulière et les modalités de la mise en œuvre de la Pac font encore l’objet de nombreuses réunions de discussion et de calage entre les experts du ministère de l’Agriculture et les représentants professionnels. Des hypothèses, toutes différentes, sont ainsi passées au crible. Et si certaines orientations se dessinent, le diable est dans les détails, surtout quand on parle de la Pac ! Aussi, il n’existe pas de logiciel fiable pour prétendre calculer le montant de vos aides après 2014 avec précision puisque

les hypothèses prises en compte sont amenées à changer.

LES FORMULES A RETENIR APRES 2014 En s’appuyant sur les pistes de travail en cours de discussion portant sur le rythme auquel s’effectuera la mise en œuvre de la réforme de la Pac après 2015, la formule essentielle qui vous permet de vous lancer est la suivante : Pour chaque année n, l’aide découplée AD se calcule ainsi :

AD = {Dpu historique moyen + [0,7 x a x [253 € – Dpu historique moyen]] } x [0,3 + b (coefficient de l’enveloppe du 1er pilier pour le paiement de base)] + M (majoration annuelle)} Au-delà du 52ème hectare, AD’ = AD avec M = 0 Pour calculer AD, déterminez auparavant le Dpu historique moyen de votre exploitation pour 2012, établi par rapport à sa surface S.


IMPACT Les valeurs des coefficients a, b et M sont récapitulées dans le tableau ci-dessous pour les cinq années de 2015 à 2019. Exemple : pour un Dpu de 150 € en 2014 : AD en 2015 = {150 + {0,7 x 0,2 x [253 150]} x [0,3 + 0,49] + 25 € AD en 2015 = 154,9 € Détermination de l’aide découplée moyenne (Adm) de votre exploitation

Pour une surface S supérieure à 52 ha, l’AD moyenne (aide découplée moyenne) est égale à : ADm = [ (AD – AD’) x 52] + S x AD’] / S pour une année donnée comprise entre 2015 et 2019 avec : • AD pour les 52 premiers hectares ;

Discipline budgétaire en 2013 et 2014 L’année de référence pour la Pac réformée à partir de 2015 est 2014 avec le Dpu moyen de 2012, réduit de 7 % dans l’état actuel des choses. Un certain nombre de mécanismes diminueront le montant des Dpu dès cette année. Il s’agit par exemple du taux de réduction lié à la discipline budgétaire, de la prise en charge

2ème ÉTAPE A partir de ce Dpu moyen pour 2012, calculez votre Dpu moyen de 2014. Dpu moyen 2014 = Dpu moyen 2012 x 0,93 (cf. encadré ci-dessus)

3ème ÉTAPE

• AD’ au-delà.

Voici les quatre principes sur lesquels reposent les calculs de AD, AD’ et ADm En fait, la discipline budgétaire en vigueur après 2015 pourrait conduire à appliquer un coefficient à AD et AD’ afin d’en réduire le montant (cf. encadré p.10). • Pour les cinq années de 2015 à 2019, les différents coefficients (a, b, M) à employer pour déterminer AD, selon les hypothèses de travail actuelles, peuvent être ainsi résumés : Coefficients (selon les dernières hypothèses de travail) pour calculer AD

2015

2016

2017

2018

2019

1er principe L’année de référence est 2014 avec un Dpu moyen de chaque exploitation d’ores et déjà minoré de 7 % par rapport à 2012 (cf. encadré ci-dessus) Dans notre exemple précédent, les calculs ont été réalisés à partir d’un Dpu de 279 € en 2014, pour un droit initial de 300 € en 2012. Et comme nous l’avons vu, il mènerait à une AD de 266 € en 2019 pour les 52 premiers hectares (166 € au-delà). 2ème principe

0,2

0,4

0,6

0,8

1

Chaque aide découplée (AD) sera la somme de :

b : coefficient de l’enveloppe du 1er pilier pour le paiement de base

0,49

0,44

0,44

0,34

0,34

• M : majoration pour les 52 premiers hectares (elle sera nulle au-delà de 52 ha)

M : majoration des 52 premiers hectares

25

50

50

100

100

a : étape de convergence

• PV : prime de verdissement • PB : paiement de base PV et PB sont déterminés par rapport au Dpu historique de chaque exploitation.

MODE D’EMPLOI

M est calculée par rapport à l’ensemble de la surface agricole française.

Pas de panique ! Pour ceux qui veulent comprendre la démarche suivie pour arriver au calcul de AD, AD’ et de ADm entre 2015 et 2019, Terre-net vous guide pas-à-pas pour calculer vos aides et vous détaille les quatre grands principes à avoir en tête.

Comme nous l’avons déjà mentionné, la discipline budgétaire de l’Union européenne après 2015 pourrait conduire à minorer AD via un coefficient (cf. encadré ci-dessus).

ère

1 ÉTAPE Définissez d’abord le Dpu historique moyen de votre exploitation pour 2012, établi par rapport à sa surface S.

3ème principe • PB et M résultent des modalités de répartition annuelle des enveloppes budgétaires estimées, pour le moment, pour l’ensemble du premier pilier (7 milliards d’euros environ, aides découplées et couplées, verdissement, majorations, etc., confondus).

partielle de la Pnsva (50 € par vache allaitante soit 165 M€ au total) par le premier pilier de la Pac dès 2014, puis intégralement en 2015, ou encore du plan de modernisation des bâtiments d’élevage (jusqu’à 200 M€). Aussi, le Dpu moyen de 253 €, utilisé pour effectuer nos calculs, correspond à un droit de 289 € pour 2012. Par exemple, si en 2015, 49 % des crédits du premier pilier sont alloués aux paiements de base (hypothèse à l’étude, le reste de l’enveloppe étant consacré entre autres au verdissement et à la majoration) alors le Dpu historique moyen de votre exploitation peut être décomposé en un PB correspondant à 49 % de ce droit historique. Et c’est sur la base de ce montant que sera appliquée la convergence de 70 % de ce PB d’ici 2019 par rapport au PB moyen national. Ce dernier équivalant aussi en 2015 à 49 % du Dpu moyen national de 289 € (cf. 4ème principe pour plus de précisions). Pour les années suivantes, le même raisonnement sera tenu mais avec des crédits en baisse pour le premier pilier (voir les coefficients et les formules ci-dessus) puisque la majoration reposera sur une enveloppe plus élevée. • Pour M, la majoration à l’hectare dépend aussi de la part des crédits annuels affectés (probablement jusqu’à 20 % de l’enveloppe en 2019 ; cf. les formules ci-dessous). Remarque : le verdissement représentera 30 % de l’enveloppe des aides du premier pilier dès 2015. Aussi, PV est, avant convergence, équivalent à 30 % du Dpu historique. 4ème principe Comme les règles de convergence et de surprime seront progressives et pas forcément linéaires entre 2015 et 2019, M, PB et PV seront intégrés petit à petit dans AD. Autrement dit, il faudra calculer M, PB et PV et par conséquent AD pour chacune des quatre années, de 2015 à 2019. M : la majoration des 52 premiers hectares pourrait représenter progressivement 20 % de l’enveloppe des crédits du premier pilier d’ici 2019. Selon un scénario actuellement envisagé, M sera de : - 25 €/ha en 2015 (5 % des 7 milliards d’euros),


IMPACT

Votre horizon

- 50 €/ha en 2016 et 2017 (10 % de l’enveloppe), - 100 €/ha en 2018 et 2019 (20 % de l’enveloppe). Tous ces chiffres sont ajustables en fonction des hypothèses qui seront choisies d’ici la fin des négociations sur la mise en œuvre de la Pac. PV (verdissement) = {Dpu historique + 0,7 (70 % taux de convergence) x a x [253 € – Dpu historique]} x 0,3 (30 % enveloppe du 1er pilier) a : la convergence se fait en cinq marches égales, soit 20 % par an (d’où le coefficient de 0,2 pour 2015 et pour les années suivantes : 0,4 en 2016 ; 0,6 en 2017 ; 0,8 en 2018 ; 1 en 2019 si les hauteurs de marche sont proportionnelles). Exemple : soit un Dpu historique de 150 € (en 2014). Pour 2015, PV = {150 + [0,7 x 0,2 x [253 150]} x 0,30 = 49,3 €

Exemple : soit un Dpu historique de 150 € en 2014. Pour 2015, PB = {150 + [0,7 x 0,2 x 103]} x 0,49 = 80,6 € Ce calcul est à refaire quatre fois jusqu’en 2019 puisque l’enveloppe consacrée aux paiements de base diminue année après année tandis que celle destinée à la majoration des 52 premiers hectares augmente. Au niveau national, le Dpu moyen de 289 € en 2012 passerait alors à 253 € en 2014 et générerait pour 2019 : • un PBm de 87 €/ha, • un PVm de 76 €/ha, • une Mm de 100 €/ha majorée à 52 hectares (règle de la transparence pour les Gaec).

5ème ÉTAPE Procédez de la même manière qu’à l’étape 3 pour calculer AD’, l’aide découplée au-delà des 52 premiers hectares. Il suffit de reprendre la même logique, en donnant une valeur nulle à M.

6ème ÉTAPE Calculez votre l’aide découplée moyenne (ADm) de votre exploitation grâce à la formule adéquate présentée au début de l’article. Voilà, c’est fini, il n’y avait pas de quoi paniquer ! ●

Soit au total une ADm de 263 € pour les 52 premiers hectares (163 € pour les suivants).

4ème ÉTAPE

PB (base) = {Dpu historique + 0,70 (70 % taux de convergence) x 0,2 (a) x [253 € Dpu historique]} x b (taux de l’enveloppe du 1er pilier)

Calculez AD. Vous êtes dorénavant en mesure de définir AD telle que AD = M + PB + PV calculés séparément.

b : les taux à intégrer dans ces calculs sont 49 % en 2015, 44 % en 2016 et 2017, 34 % en 2018 et 2019 ; d’où les coefficients 0,49 pour 2015, 0,44 pour 2016 et 2017, 0,34 pour 2018 et 2019.

Et si la convergence de PV et de PB est linéaire (20 % par an), il est possible d’employer la formule évoquée au début de l’article pour déterminer AD pour chaque année entre 2015 et 2019.

Discipline budgétaire après 2015 Après avoir calculé l’ AD moyenne, vous n’êtes pas à l’abri de l’application d’un nouveau coefficient de stabilité qui réduira d’autant le montant de l’aide découplée pour chacune des années de la période de convergence. Il faudra en tenir compte au moment venu.

Sur le web

Calculez vos aides en élevage

Web -agri Pour estimer et calculer vos aides couplées et découplées par année jusqu’en 2019, rendez-vous sur www.terre-net.fr/mag/32aides

10

Terre-net Magazine I Janvier 2014

© TERRE-NET MÉDIA

net


Passe et impasse

CHAMP PLANET’TERRE

Aux Etats-Unis

La hausse du prix du foncier rend l’installation des jeunes plus difficile Le marché foncier américain favorise l’agrandissement et les rentes des farmers en place aux dépens du renouvellement des générations. PAR FRÉDÉRIC HÉNIN // fhenin@terre-net-media.fr

des exploitations, ainsi que l’acquisition de terres par les agriculteurs en place et les détenteurs de capitaux. Autrement dit, les soutiens publics bénéficient à l’ensemble des propriétaires qui anticipent dans leurs prix de vente les aides à recevoir, assimilables à des rentes foncières. Ce qui rend leurs acquisitions très onéreuses.

A

ux Etats-Unis, les jeunes candidats à l’installation sont victimes de la bonne santé de l’agriculture. La Lettre économique, publiée par le réseau des Chambres d’agriculture (Apca(1)), relate cette situation quelque peu paradoxale. En stabilisant les revenus des farmers, la politique agricole conduite par Washington depuis près de 30 ans favorise l’agrandissement

Pas de statut de fermage Entre 2004 et 2008, le prix de l’acre a crû de 65 % selon une analyse du marché foncier réalisée par la Safer. Dans ces conditions, le marché foncier américain rend plus difficile l’achat de terres par les candidats à l’installation qui, aux EtatsUnis, ont toujours privilégié la propriété.

L’absence de statut du fermage précarise en effet la situation professionnelle des farmers, avec des loyers qui suivent l’augmentation du prix des terres. Ce qui handicape là encore la concrétisation des projets d’installation. « Pour la Federal reserve bank of Kansas City, ce lien entre la stabilité du revenu agricole global, la hausse du prix des terres, le ralentissement du rythme des installations et la progression de la location foncière incite à revoir la politique américaine en matière d’installation agricole », souligne dans son article de la Lettre économique, Didier Caraes, du service "économie et politiques agricoles" de l’Apca. Et il y a urgence à agir car la population agricole américaine vieillit. ● (1) Assemblée d’agriculture

permanente

des

Chambres

11


INFLEXION

La valeur ajoutée est à vous

Prim’holstein

La vache rentable de l’année 2013 Le concours de la vache de l’année, organisé par Prim’holstein France, récompense la vache la plus rentable et le meilleur éleveur selon les votes des internautes. PAR ROBIN VERGONJEANNE // rvergonjeanne@terre-net-media.fr

P

Amarante, la vache de l’année 2013, affiche une impressionnante 3ème lactation à 23,419 l de lait en 585 jours. Agée de sept ans, elle vient du Gaec Cabon dans le Finistère. Elle cumule 68.214 l en seulement trois lactations, soit une moyenne de 25,4 l et 760 g de matière protéique par jour de vie. Sa fille Elégante (Goldwyn x Shottle) se classe 3ème du concours, derrière la bien connue des rings : Carmen Ots (Goldwyn x Aaron) de la Scl Ferme d’Autes (Seine-Maritime).

© ALGER MEEKMA

our cette deuxième édition du concours de la vache de l’année, 264 Holsteins entre 2 et 15 lactations étaient en lice. Contrairement aux shows, cette compétition permet de comparer les performances laitières (lait, taux, matière protéique), la longévité (lait/jour de vie, note globale de morphologie) ou les caractères fonctionnels (cellules, intervalle vêlage-vêlage…).

Amarante (Shottle x Morty) au Gaec Cabon (Finistère) a été sacrée vache de l’année 2013.

Le meilleur éleveur

Sur le web :

Découvrez le Gaec Ducellier, meilleur éleveur 2013, Web -agri en vidéo sur

© TERRE-NET MÉDIA

Le prix du meilleur éleveur, qui récompense le classement de cinq vaches inscrites au concours de la vache de l’année, revient au Gaec Ducellier à Coullemont dans le Pas-deCalais, devant les Gaec Cabon (Finistère) et Dujarrier (Mayenne). L’élevage de la famille Ducellier s’illustre par ses performances laitières et la longévité exceptionnelle de ses animaux. Fruit d’une sélection génétique de longue date et d’une attention de tous

Terre - net

L’élevage des Ducellier s’illustre par ses performances laitières et la longévité exceptionnelle de ses animaux.

www.terre-net.fr/mag/32ducellier

qui produit 27,7 l et 880 g de MP par jour de vie.

les instants, les vaches de l’exploitation atteignent régulièrement 100.000 l de lait au cours de leur carrière, comme Ropaline (Alex) et ses 111.000 l ou Ureine (Ford)

La meilleure carrière de ce concours revient à Prodige (Basar) au Gaec des deux Vallées (Meuse) avec 147.000 l, soit 28,9 l par jour de vie. ●

Le podium du concours de la vache de l’année Nom

Père x Gpm

1-Amarante 2-Carmen-Ots 3-Elégante 4-Udelac Lau

Elevage

Dép

Age

Lait

MP

TB

TP

NG

Moy. cell.

Int.vêl 2 ans

MP/ JDV

Lait/ JDV

Shottle Morty

Gaec Cabon

29

7a10m

68214

2038

37.8

29.9

90

88417

675

0,76

25,4

Goldwyn Aaron

Scl Ferme d’Autes

76

6a4m

36530

1153

37.9

31.4

93

83778

609

0,61

19,5

Goldwyn Shottle

Gaec Cabon

29

4a7m

16366

542

41.3

33.1

89

28563

768

0,37

11,3

Stormatic Inquirer

Gaec du Bon Espoir

44

9a11m

74777

2256

40

30.2

93

86698

503

0,71

23,7

Lait

MP

TB

JDV = jour de vie

Les vaches du Gaec Ducellier Section

Place

Nom

Père x Gpm

Age

TP

NG

Moy. cell.

IVV

MP/JDV

Lait/JDV

3AN

2

Dauphine

Damion

Wade

5a0m

36248

1126

33,5

31,1

90

69750

355

0,63

20,3

2ème

Belwade

Lancelot

Wade

7a6m

54930

1770

39

32,3

89

95422

440

0,72

22,4

6AN

1ère

Ureine

Ford

Nicolas

10a1m

98239

3137

39,8

32

91

146568

474

0,88

27,7

6AN

6ème

Valentine

Ford

Wade

9a8m

78646

2631

37,5

33.5

90

227151

449

0,78

23.3

7AN

3ème

Ropaline

Alex

Flateur

13a2m

110988

3742

45,3

33,8

90

339929

439

0,89

26,3

Source : Prim’holstein France

12

Gpm

4BN

ème

Terre-net Magazine I Janvier 2014


EN AVANT MARGE

Les clés pour vous positionner

Prospective

Il n’est pas exclu de revoir des prix agricoles durablement faibles ! Un certain nombre de facteurs économiques, sociologiques et scientifiques remettent en cause l’idée que les prix agricoles resteront élevés dans la durée. PAR FRÉDÉRIC HÉNIN // fhenin@terre-net-media.fr

«

L

Ainsi, la perspective d’avoir à nourrir plus de 9 milliards d’hommes d’ici 2050, et même 11 milliards en 2100, serait moins déterminante pour les prix agricoles que le taux de croissance de la population, vieillissante, dont les besoins sont réduits. Et si ce taux de croissance est plus faible que le taux de productivité, la production agricole serait suffisante pour faire face au défi démographique.

Faire face au défi démographique Autres facteurs susceptibles d’accroître l’offre de produits agricoles au niveau mondial, donc de compenser les risques climatiques : la réduction des gaspillages alimentaires grâce à l’amélioration des infrastructures de stockage et d’acheminement des denrées, ainsi que les progrès techniques et scientifiques possibles, qui sont sous-estimés. Enfin, la conjoncture économique mondiale pourrait ne plus être aussi favorable qu’actuellement pour les pays émergents. Surtout, tout porte à croire que les EtatsUnis vont revoir leur politique monétaire.

Quel prix du blé en France pour 2014 ? En France, le prix du blé franchirait le seuil de 200 € la tonne de grains payée au producteur à partir de janvier. Tout d’abord parce que les pays de la mer Noire ont déjà écoulé près de deux tiers de leurs quantités exportables. Et ils ont justement commis l’imprudence de vendre leur blé sans avoir auparavant reconstitué des stocks de fin

14

Terre-net Magazine I Janvier 2014

Face à une offre agricole plus importante, il se peut que les prix exprimés en dollars diminuent.

Or, en injectant jusqu’à 85 milliards de dollars par mois sur les marchés, celle-ci soutient depuis quelques années l’activité mondiale avec l’apparition de bulles d’investissement.

Une offre agricole supérieure à la demande ? Dans ces conditions, la consommation de produits agricoles ralentirait et les habitudes alimentaires actuelles évolueraient moins vite vers un régime à base de produits carnés. Et face à une offre agricole plus importante, il se peut que les prix exprimés en dollars diminuent. Une hypothèse caduque évidemment si la production agricole ne progresse pas entre-temps.

de campagne suffisants pour se prémunir de tout accident climatique. Enfin, le seuil de 200 €/t serait dépassé parce que pour certains pays exportateurs majeurs, la faible quantité de blé panifiable constitue une opportunité pour revaloriser le prix du blé français, peu concurrencé. En décembre, nous le constations déjà : les pays du Maghreb se tournaient vers la France

Ce courant de pensée en faveur d’une baisse des prix agricoles contredit les scénarios exposés depuis 2007, véritable tournant pour les marchés agricoles. La croissance de la population mondiale, le boom économique des pays émergents et la multiplication des aléas climatiques ont mis fin à une période pendant laquelle les prix étaient structurellement bas. Toutes les études économiques réalisées depuis quelques années s’inscrivent dans cette logique. ●

Sur le web : Lire l’intégralité de l’article sur

www.terre-net.fr/mag/32ble

pour s’approvisionner. Ces ventes compenseraient même le recul des exportations de blé prévu au sein de l’Union européenne. Source : 29ème journée des matières premières, organisée par l’Aftaa (Association française des techniciens de l’alimentation animale).

© FOTOLIA

es prix agricoles élevés ne devraient pas perdurer », s’accordent à dire plusieurs voix dissonantes par rapport au discours actuel. Selon Thierry Pouch, économiste à l’Apca (Assemblée permanente des Chambres d’agriculture), certains indicateurs pourraient en effet laisser présager un retournement des marchés.


EN AVANT MARGE

Vaches laitières

Hausse des effectifs en 2013 Avec près de 3,545 millions de têtes, l’effectif total de vaches laitières en France en 2013 est supérieur de 8.000 têtes à celui de 2012 selon une étude du ministère de l’Agriculture. PAR FRÉDÉRIC HÉNIN // fhenin@terre-net-media.fr

Lvaches laitières en France au printemps

a faible augmentation de l’effectif de

2013 n’a pas profité aux éleveurs, confrontés à de très mauvaises conditions climatiques. Elle a en revanche anticipé le redressement important du prix du lait, survenu dès le milieu de l’été. « Avec près de 3,545 millions de têtes, le nombre total de vaches laitières est supérieur de 8.000 têtes à celui de 2012, rompant ainsi avec la baisse régulière de ces dernières années. » Selon une étude du service de la prospective et de la statistique du ministère de l’Agriculture, « cette progression des effectifs devrait porter ses effets sur la campagne 2013/2014, d’autant que le prix du lait a marqué une nette reprise

à partir du mois d’avril dernier et que le prix des aliments concentrés a commencé à diminuer depuis l’été ». « De 2008 à 2012, le nombre de vaches laitières a reculé dans toutes les régions françaises. En 2013, ce mouvement semble s’inverser pour la première fois depuis 2008 dans les quatre principaux bassins de production (Grand-Ouest, Normandie, Nord-Picardie et GrandEst), qui enregistrent une hausse de 30.000 têtes. »

Inversion de tendance Toujours selon l’étude du ministère de l’Agriculture, « la concentration géographique de la production laitière s’accentue. En mai 2013, avec plus de

2,5 millions de têtes, les bassins laitiers du Grand-Ouest, de Normandie, de NordPicardie et du Grand-Est regroupaient à eux seuls plus de 71 % des vaches laitières, contre 70 % en mai 2008 ». « Entre 2012 et 2013, le nombre de vaches laitières dans le Grand-Ouest, premier bassin laitier en France, a progressé de près de 20.000 têtes. » À l’inverse, dans les autres bassins laitiers, il continue à régresser, en particulier dans le Sud-Ouest. Avec 249.000 têtes environ en 2013, cette zone a perdu près de 5 % de ses effectifs par rapport à 2012 , soit 13.000 têtes, et 16 % comparé à mai 2008. » ●

HORSCH

Transformez voT voTre vo Tre re fuT fu fuTur Tur ur en vous nourrissanT d’innovaTions

www.horsch.com

Nous mettons tout en œuvre pour relever les défis de demain, à vos côtés.

MACHINE DE L’ANNÉE 2014

Tél. : 03 25 02 79 80


PERFORMANCE PRODUCTION Vos challenges techniques

Maïs grain

Viser 200 q/ha en jouant avec les composantes du rendement Cela peut sembler un brin provocateur de parler de rendement à 200 q/ha après une campagne difficile. Pourtant, le potentiel physiologique du maïs laisse entrevoir la possibilité d’atteindre ce record. Tant d’éléments entrent cependant en jeu… entre capacité de la culture, offre du milieu, itinéraire technique. PAR MATHILDE CARPENTIER // mcarpentier@terre-net-media.fr

Les enjeux pour l’agriculteur

Le potentiel physiologique de rendement du maïs se situe à 200 q/ha. « Ma réflexion commence dès le choix de la variété. »

«

S125 q/ha de moyenne de rendement

ur les cinq dernières années, j’atteins

en maïs irrigué. Ma réflexion commence dès le choix de la variété, pour qu’elle soit la mieux adaptée possible à ma région afin d’optimiser mes résultats. Les critères auxquels je veille sont la précocité, les performances de rendement, la tenue de tige, la vigueur de départ… Au-delà de cette stratégie de fond, je cherche toujours à améliorer ma productivité. Il y a trois ans, j’ai commencé à fertiliser au moment du semis. J’apporte du 18-26 et des oligoéléments, du zinc notamment. Grâce à cela, j’ai déjà gagné 15 q/ha. Aujourd’hui, pour le dernier apport, de l’urée 46, au stade 6-8 feuilles, je pense adopter la technique de la fertilisation localisée en même temps qu’un binage. J’espère encore progresser de 10 à 15 q/ha. Pour l’instant, je n’ai pas l’équipement pour. Mais d’ici un an ou deux, je vais m’équiper d’une bineuse surmontée d’une trémie de répartition de l’engrais. J’entends parfois parler de 200 q/ha en maïs mais il s’agit de cultures menées avec le plus grand soin pour qu’elles ne subissent aucun stress : irrigation contrôlée, fertilisation

16

Terre-net Magazine I Janvier 2014

tout au long de la croissance de la plante, grâce à la fertirrigation notamment... Selon moi, cet objectif est atteignable seulement si toutes les conditions favorables sont réunies : une grande maîtrise technique, beaucoup d’attention, un bon terroir avec un ensoleillement propice. »

Les conseils des experts Josiane Lorgeou, du pôle variétés, génétique et semences d’Arvalis-Institut du végétal. Alain Taillardat, directeur de la recherche agronomique et du développement chez Maïsadour Semences.

«

I

l faut viser haut pour sécuriser la production à un niveau plus bas. » Alain Taillardat de Maïsadour incite à réfléchir à la faisabilité d’une productivité de 200 q/ha. « Nous avons toutes les raisons d’y croire parce que dans notre réseau d’expérimentation, nous observons déjà de tels rendements. Sur 65.000 microparcelles en Europe, la moyenne tournait en 2012 autour de 110 à 120 q/ha mais dans 48 d’entre elles, dont une dizaine en Poitou-Charentes, elle dépassait 200 q/ha.

En 2011, 160 micro-parcelles étaient dans ce cas. Le potentiel génétique du maïs est là, illustrant celui des plantes en C4. » Josiane Lorgeou témoigne d’occurrences du même ordre dans le réseau sud-ouest d’Arvalis. « Le rendement est la résultante de nombreuses composantes et des interactions entre elles. Celles-ci relèvent de l’environnement pédoclimatique, du progrès génétique, des pratiques culturales et du système de production. La clé de la réussite ? Valoriser les atouts et minimiser les facteurs limitants, le mieux et le plus régulièrement possible.

2.000 degrés jour En termes mathématiques, pour obtenir 200 q/ha, il faut une densité de 5.700 gr/m² pour un Pmg de 350 g, soit entre 5.200 et 6.000 gr/m² avec un Pmg compris entre 380 et 320 g. Cela équivaut à 8,5-9 plantes/m² et entre 620 et 710 gr/épi, soit des épis de 18 rangs de 36 grains ou de 16 rangs de 40 grains. Vue de l’extérieur, une plante prometteuse est haute, verte, dotée d’une belle tige, de bonnes racines et d’un indice foliaire supérieur à 5 m² par m² au sol. Le milieu de culture joue également son rôle. A l’idéal,

© TERRE-NET MÉDIA

© LUDOVIC LEGAL

Ludovic Legal Agriculteur à Lalandusse en Lot-et-Garonne. 90 ha de maïs sur 110 ha de Sau, le reste en blé et tournesol.


En ce qui concerne l’eau, entre réserve utile, pluie et irrigation, 650 à 700 mm sont nécessaires. Enfin, les besoins en engrais s’élèvent à 1,8 unité par quintal. Il faut donc viser 300 à 350 unités d’azote. Mais le niveau de fertilité du sol aura aussi un impact. Pour limiter le poids des paramètres extérieurs, la sélection génétique s’attache à augmenter l’efficience du végétal visà-vis de la lumière, des températures, de l’eau, des intrants. La conduite de la culture peut aussi agir dans ce sens. L’importance du contexte pédoclimatique rend l’exploit difficile à systématiser. D’ailleurs, seul le sud-ouest bénéficie de conditions météorologiques favorables a priori. Mais c’est sans compter le changement climatique. Celui-ci a globalement fait

gagner entre 150 et 200 degrés jour entre le 1er avril et le 15 octobre, soit deux groupes de précocité variétale, et entre 8 et 10 points d’humidité du grain à la récolte. A mêmes date de semis et teneur en eau finale, les maïs peuvent être récoltés plus tôt. En conséquence, à mêmes date de semis et précocité de variétés, les stades sont atteints plus vite. Les semis sont cependant de plus en plus précoces. Ils ont avancé de 10 jours en 25 ans dans les essais Arvalis, de 20 jours en 40 ans dans les exploitations.

Perturbation climatique Au nord, les variations du climat ont une incidence bénéfique. Les températures sont moins limitantes pour le temps de croissance et la chaleur accroît l’efficacité des plantes vis-à-vis des intrants. Alors qu’en Aquitaine, Midi-Pyrénées et Charente, la courbe d’évolution du rendement tend à s’infléchir à la baisse du fait d’un cycle écourté et de températures déjà optimales l’été. Cette mise au pas de la productivité des poids lourds de la production française de maïs grain se trouve encore renforcée par les restrictions d’irrigation.

La clé de la réussite selon Josiane Lorgeou d’Arvalis : « Valoriser les atouts et minimiser les facteurs limitants, le mieux et le plus régulièrement possible. »

Au niveau national, contrairement au blé, la tendance reste tout de même positive avec une progression annuelle d’1,1 q/ha et ce, grâce au progrès génétique. Ce dernier sauve la productivité en améliorant, entre autres, la résistance de la plante aux facteurs de stress, notamment liés aux aléas climatiques. Quant aux 200 q/ha, il s’agit d’un objectif qui approche les limites physiologiques de l’espèce. » ●

Sur le web : Tout savoir sur le maïs dans le dossier spécial sur

www.terre-net.fr/mag/32mais

MAÏS GRAIN DENTÉ DEMI-TARDIF

“J’ai semé une variété LG et je ne suis pas prêt de changer.” Didier Duprat à Le Barp (33)

LG 30.491 : + 5,9 q/ha*

Un hybride performant et rapide tout au long du cycle. • Haut potentiel de rendement • Excellente vigueur de départ • Régularité de la performance • Très bon état sanitaire tout au long du cycle * par rapport aux témoins, résultats ARVALIS - Institut du Végétal 2012, série 14, Bassin de la Garonne.

Pour plus d’information, flashez ce code ou rendez-vous sur lgseeds.fr

Groupe361 — Crédits photos : Alice Bertrand, Watier Visuel - Limagrain Europe - SA au capital de 9 229 894,75 € Siège social : Ferme de l’Etang, BP N°3, 77390 VERNEUIL L’ETANG - SIREN 542 009 824 RCS Melun. Les recommandations d’utilisation fournies sont données à titre purement indicatif et ne sauraient engager la responsabilité de Limagrain Europe à quelque titre que ce soit.

sur son cycle de développement, le maïs doit accumuler plus de 2.000 degrés jour et intercepter au moins 1.100 mégajoules par m². La température optimale se résume à l’absence d’excès. Par exemple, s’il fait trop chaud, la croissance est trop rapide et le cycle est raccourci. Le maïs n’a pas le temps de correctement capter la lumière.

© ARVALIS-INSTITUT DU VÉGÉTAL

PERFORMANCE PRODUCTION


GRAND ANGLE Les enjeux de saison

Nouveautés machinisme

La sélection du chef DOSSIER RÉALISÉ PAR PIERRE CRIADO ET MATHIEU FREULON // pcriado@terre-net-media.fr // mfreulon@terre-net-media.fr

Après

une

année

avec

deux

grands

salons

internationaux à Paris et Hanovre, consacrés au machinisme

agricole,

de

nombreuses

nouveautés

© FOTOLIA, JOHN DEERE, CLAAS, PEECON / CRÉATION TERRE-NET MÉDIA

vont débarquer dans les parcelles en 2014. Encore des machines bardées d’électronique et destinées à une élite disposant d’importants moyens financiers ? Certainement pas. Le machinisme agricole n’est pas réservé aux amoureux du boulon et de la tablette tactile. Dans ce dossier, Terre-net vous propose une sélection de matériels présentant des avancées techniques utiles, avec des intérêts agronomiques et économiques. Certes il y a aussi du gros matériel, mais à l’instar du sport automobile qui a fait naître bon nombre d’équipements pour les voitures de tous les jours, c’est souvent une vitrine pour mettre en valeur une innovation technologique, ensuite déclinée sur les autres gammes.

18

Terre-net Magazine I Janvier 2014


GRAND ANGLE

Terre-net MĂŠdia : Terre-net.fr - Web-agri.fr - Terre-net-Occasions.fr I Janvier 2014

19


GRAND ANGLE Les enjeux de saison

Concours "Machine of the year"

Les lauréats 2014 : de l’efficience, du confort et de l’électronique ! Voici la liste des 17 matériels et technologies récompensés au concours "Machine of the year". Terre-net faisait partie du jury, constitué de journalistes européens. PAR PIERRE CRIADO ET MATHIEU FREULON // pcriado@terre-net-media.fr // mfreulon@terre-net-media.fr

Catégorie : Tracteur XXL

1) Près de 700 ch, 25 t à vide… What else ?

Catégorie : Tracteur de très forte puissance

© NEW HOLLAND

(2)

© CASE IH

(1)

(4)

(3)

Il y a des tracteurs qu’on voit rarement au champ et qui pourtant sont célèbres dans les campagnes. Le Case IH Quadtrac est de ceux-là. Avis aux amateurs, la génération Stage IV (Tier 4 final) arrive pour 2014 et monte encore en puissance ! Trois

540, 580 et 620 avec, pour ce dernier, 692 ch

Catégorie : Tracteur de forte puissance

de puissance maximale. Et que dire du couple

Le Claas Axion 800 n’est pas encore dans les

répondant aux normes Stage IIIb (Tier 4 intérim)

qui atteint 2.941 N.m ! Quant à leurs jumeaux à

fermes, mais déjà dans tous les magazines. Et

grâce à un dispositif Scr. Les quatre modèles

roues, les Steiger, ils sont également reconduits.

pour cause, il réalise un doublé "Machine of the

vont de 125 à 165 ch et reçoivent la cabine

2) Le tracteur standard à variation continue le plus puissant du marché

year 2014" et "Tractor of the year 2014". Sous les

VisioPlus, avec le prolongement de pare-brise,

feux de la rampe au Sima, il a été enrichi pour

et une transmission à variation continue maison.

l’Agritechnica d’une variation continue, la C-Matic.

Pas de surprise au niveau des commandes, avec

Son pilotage par le levier C-Motion a d’ailleurs fait

le terminal Variotronic, le système de guidage

l’unanimité au sein de la presse. Rappelons que

VarioGuide et le Tms.

Avec une puissance maximale de 419 ch (surpuissance incluse), le T8.420 est le tracteur standard à variation continue le plus puissant du marché. Une transmission mise à l’honneur à l’Agritechnica avec une livrée bleu nuit. Ces tracteurs New Holland sont animés par un moteur 6 cylindres Fiat de 8,7 l Stage IIIb (Tier 4 intérim).

l’offre regroupe quatre modèles de 200 à 270 ch Stage IV (Tier 4 final), avec Doc et Scr (AdBlue).

5) Des John Deere série 6 plus compacts

4) Un concentré du savoir-faire de Marktoberdorf

Cette année, la gamme de tracteurs John

Reste à attendre la génération Stage IV, prévue semble-t-il pour 2014.

3) Un début de carrière sur les chapeaux de roues ! 20

Catégorie : Tracteur de moyenne puissance

Terre-net Magazine I Janvier 2014

Le Fendt 500 Vario, c’est un 700 Vario condensé dans un gabarit de Favorit 515 C. Remplaçant en partie les 400 Vario, ces tracteurs sont emmenés par un moteur Deutz 4 cylindres de 4,04 l,

Deere de 80 à 120 ch comprend pas moins de 27 modèles ! Parmi eux, les séries 6R (haut de gamme) et 6M (milieu de gamme) se déclinent désormais en version compacte : les 6RC/MC. Le gabarit perd près de 20 cm en largeur (2,40 m sur

© FENDT

de 12,9 l avec un Scr (AdBlue) : les Quadtrac

© CLAAS

modèles sont annoncés, dotés d’un 6 cylindres


GRAND ANGLE (6)

Catégorie : Tracteur compact

Catégorie : Ensileuse

© MASSEY FERGUSON

Catégorie : Moissonneuse-batteuse

Catégorie : Récolte des cultures en rangs

un 6RC contre 2,58 m sur un 6R). Si le moteur

Ferguson Delta et la Fendt 9460 X) pour la

chargement des remorques derrière l’ensileuse.

reste le même, la puissance gagne 10 ch. Ces

campagne 2014 : une motorisation Stage IV et

Pour la précompression, Krone conserve la

tracteurs compacts possèdent une suspension

la cabine Skyline. Le 7 cylindres Agco Power,

régulation automatique du flux de fourrage

de l’essieu avant Tls à triple bras et un circuit

de 9,8 l de cylindrée et de 500 ch, est équipé

VariStream.

hydraulique de 114 l/min.

d’un Scr (AdBlue), d’une vanne Egr (recirculation des gaz d’échappement) et d’un Doc. La cabine

6) Lindner Lintrac 90 : il a tout pour plaire !

Skyline

comporte

un

siège

à

suspension

pneumatique, une climatisation automatique et

Destiné aux polyculteurs-éleveurs, ce tracteur

une colonne de direction réglable. Mentionnons

dispose d’un essieu arrière directeur, offrant un

également le design plutôt séduisant des capots

angle de braquage de 20° et un mode d’avancement

arrière.

7) Plus de confort et moins de pollution pour les batteuses Agco innovations

sur

les

9) Terrados T4, un monstre de technologie Vendu sous la marque Holmer Exxact, suite au rachat de l’Allemand par Exel Industries, le Terrados T4 n’est pas qu’une T3 rallongée. Audelà d’une trémie de 45 m 3, cette arracheuse à

en crabe. Autre grande première dans l’histoire de la marque autrichienne : l’arrivée d’une transmission à variation continue (développée avec ZF). Sous le capot : un 4 cylindres Perkins de 3,4 l (Stage IIIb, muni d’un filtre à particules et de 102 ch.) En cabine, la qualité et l’ergonomie des commandes sont équivalentes à celles des automobiles haut de gamme.

© TERRE-NET MÉDIA

(9)

(7)

Deux

© KRONE

Catégorie : Tracteur standard

(8)

© TERRE-NET MÉDIA

© JOHN DEERE

(5)

8) Krone à l’assaut du marché des ensileuses de moins de 600 ch

betteraves intégrale est équipée d’une nouvelle

Considérant que la majorité du marché mondial

de travail. Baptisée Vhr, cette dernière régule

se situe entre 450 et 550 ch, la marque allemande

également la largeur de l’inter-rang. A noter

renforce sa position avec deux nouveaux modèles

côté motorisation : un 6 cylindres Mercedes

qui remplacent la Big X 500 : la Big X 480 et la

(Stage IV) de 620 ch.

cabine avec écran tactile et d’une gestion hydraulique rang par rang de la profondeur

Big X 580 ; tout en misant sur un tambour plus compact de 630 mm de large (800 mm sur les plus grosses machines). Question technologies,

moissonneuses-

signalons la présence d’une fonction anti-

batteuses hybrides du groupe Agco (la Massey

bourrage et du système LaserLoad, qui pilote le

Terre-net Média : Terre-net.fr - Web-agri.fr - Terre-net-Occasions.fr I Janvier 2014

21


GRAND ANGLE Les enjeux de saison

( 10 )

( 12 )

Catégorie : Récolte de fourrages

10) Une faucheuse frontale pour l’affouragement en vert

© PÖTTINGER

© LEMKEN

( 13 )

Catégorie : Travail du sol

Catégorie : Semis

1290 ID dispose d’un piston supplémentaire pour la compression de la matière. Baptisé Twinpact, ce système à double piston compacte dans un pre-

teur (lui-même compatible Isobus). La régulation de la largeur de travail par Gps est également disponible.

13) Semoir en ligne ou monograine ? Les deux !

La faucheuse frontale Vicon (Kverneland) Extra

mier temps la partie inférieure du flux de récolte,

332 XF FlexiSwat est capable de regrouper

puis la partie supérieure dans un second temps.

le fourrage en un seul andain grâce à la vis

Résultat : des bottes jusqu’à 25 % plus denses

La nouvelle génération de semoirs à disques de

FlexiSwat, pour pouvoir par exemple le reprendre

que les balles cubiques conventionnelles.

Pöttinger s’appelle Aerosem. Dans leur version

immédiatement avec une remorque autochargeuse. Si la largeur de fauche est fixe (3,20 m via huit disques), il est possible de faire varier celle de l’andain : 1 m, 1,15 m ou 1,30 m. L’opération s’effectue directement au champ, sans outil et « en une minute » selon Vicon.

11) Un piston supplémentaire qui change tout La presse à balles parallélépipédiques Kuhn Lsb

22

© KUHN

Catégorie : Fenaison

© KVERNELAND

( 11 )

Terre-net Magazine I Janvier 2014

12) Une commande Isobus pour les charrues Lemken Le constructeur allemand propose désormais la commande Isobus TurnControl Pro pour ses charrues portées réversibles Juwel. Elle centralise le retournement et les réglages d’inclinaison, la largeur de travail et la profondeur. En termes d’interface, le chauffeur a donc le choix entre la console Cci 200 (produit par Müller-Elektronik) et le terminal du trac-

haut de gamme, ils jouent la carte de la polyvalence avec deux distributions indépendantes : une pour les semis de céréales et une autre pour les semis monograines. La première permet une gestion rang par rang de l’implantation via la tête de répartition électrique. Dans sa seconde configuration, le semoir implante quatre rangs avec un écartement de 75 cm (avec possibilité de fertilisation). Des modèles de 3 et 4 m seront disponibles pour l’été 2014.


Le P2O5 en liquide, c’est directement assimilable !

Spectaculaire sur céréales, Deyme (Hte Garonne) « Au stade tallage, j’ai appliqué entre 80 et 100 l/ha de 14-48-0 avec des buses à jet filet classique. Au pulvérisateur, c’est pratique et l’effet a été spectaculaire : couleur plus verte, meilleur développement végétatif. »

SECO Fertilisants l Au plus près de la fertilité l Rue Séverine - BP 70039 - 60772 RIBECOURT CEDEX Tél. : 03 44 75 75 00 - www.secofert.fr l 925 620 445 R.C.S. l contact@secofert.fr

ur maï s és

re

Pour la régularité et le rendement du maïs, Sore (Hautes-Landes) « En monoculture, avec le 14-48-0 en localisé au semis, j’ai observé un effet starter intéressant pour prendre de vitesse les nématodes. Le gain de rendement est notable, en plus l’humidité à la récolte est inférieure. Voilà pourquoi, cette année, nous passons de 110 à 150 l/ha de 14-48-0. »

m com and

Polyphosphate 14-48, garantie de performances inégalables

Création : Studio Agri - Design Terre-net

Le maillot jaune de la fertilisation


GRAND ANGLE Les enjeux de saison

( 14 )

Catégorie : Protection des plantes

© CLAAS

© TERRE-NET MÉDIA

( 16 )

Catégorie : Electronique

( 17 )

Catégorie : Matériel de manutention et de transport

14) Une stabilité de rampes à toute épreuve chez Horsch

Catégorie : Prix spécial

compter l’accueil par les visiteurs du salon…

parmi les grains, et la régulation automatique de

Tous les voyants semblent être au vert pour une

la pression des pneus de l’essieu arrière.

commercialisation du Turbofarmer 40.7 Hybrid Horsch

en 2014. La seule limite pourrait être un tarif

17) Une technologie qui a du "cran" !

de

la

prohibitif, comme c’est actuellement le cas avec

Dévoilée

rampe et du châssis du pulvérisateur ». Une

les voitures électriques (+ 20 à 25 % annoncés

Progressive Traction des pneumatiques Trelleborg

performance technologique possible grâce au

par rapport à un télescopique conventionnel).

a pour objectif d’améliorer la transmission de

régulateur à vanne proportionnelle, au capteur

Pour

2h

la puissance des moteurs au sol et de destine

gyroscopique et aux deux vérins hydrauliques.

d’autonomie en mode 100 % électrique et

aux tracteurs de fortes puissances. Présentée

Quand le régulateur détecte un mouvement

jusqu’à 30 % d’économie de Gnr en cycle mixte.

sous la forme d’un pneu radial 650/65 R38, elle

16) Vers des moissonneusesbatteuses autonomes ?

repose sur une nouvelle sculpture de la bande de

Avec

son

garantit

un

système «

BoomControl,

découplage

absolu

de l’automoteur, il appuie sur un élément élastomère (ce qui donne une vitesse angulaire à la rampe). Une fois la position souhaitée atteinte, l’élément élastomère opposé freine le mouvement de rotation de la rampe.

24

© TERRE-NET MÉDIA

© MERLO

( 15 )

rappel,

D’accord,

ce

Merlo

n’est

promet

pas

pour

jusqu’à

demain.

l’Agritechnica,

la

technologie

roulement, qui augmente la surface de contact au sol de 5 %. Le secret ? Un relief supplémentaire Il

n’empêche, la gestion électronique des réglages

15) Turbofarmer Hybrid, un Merlo plus vert que vert

des moissonneuses-batteuses Claas (le Cemos

Médaillé d’or au palmarès de l’innovation de

fonction des dévers et du vent, la caméra Grain

l’Agritechnica et ¨Machine of the year 2014¨

quality, qui analyse toutes les secondes la qualité

dans la catégorie logistique et transport, sans

du battage en surveillant la présence de déchets

Terre-net Magazine I Janvier 2014

à

Automatic) combine trois nouvelles assistances

en caoutchouc sur le flanc d’attaque de chaque crampon.

Sur le web :

à la conduite : la régulation des éparpilleurs en Tous les matériels primés à découvrir ou à redécouvrir, en photo et en vidéo, sur

www.terre-net.fr/mag/32palmares


PUBLIRÉDACTIONNEL

30 à 40% d’économie d’énergie avec la ML 100 Élvea Les Etablissements Legrain ont mis sur le marché depuis cet automne une nouvelle louve automatisée qui fabrique et chauffe le lait à la demande : la ML 100 Elvea. Gain de temps, baisse de la consommation énergétique de 30 à 40%, meilleure valorisation de la poudre de lait… les avantages sont nombreux pour cette louve ‘nouvelle génération’ « made in Legrain ». Les établissements Legrain, basés à Foulbec, dans l’Eure, sont spécialisés dans la conception et la commercialisation d’appareils d’allaitement automatiques. L’ entreprise a été créée en 1962 par Michel Legrain, le père de Marie Legrain, aux commandes depuis 1989. « Mon père a créé la première Louve®, appareil automatique pour l’allaitement des jeunes animaux – veaux, agneaux et chevreaux – pour laquelle il a d’ailleurs déposé un brevet », explique aujourd’hui sa fille. À l’origine, ce marchand de bestiaux n’avait rien à voir avec l’industrie. « Mais un jour, il en a eu assez de transporter des seaux pour faire boire les animaux. Il a donc créé cette louve permettant de fabriquer le lait chaud et de le distribuer plus facilement aux animaux. » À cette époque, l’industrie laitière prenait un nouveau tournant en concevant la poudre de lait pour animaux.

Libérer du temps pour la gestion d’élevage Au cours des années suivantes, Michel Legrain continuera à créer des machines toujours plus performantes et diversifiées selon les types d’élevage, en ajoutant les nouvelles technologies propres à chaque époque : informatisation, gestion du rationnement des animaux… Aujourd’hui, l’entreprise normande commercialise entre 400 et 450 machines par an et réalise entre 17 et 20% de son chiffre d’affaires à l’export. « Notre objectif est de libérer l’éleveur des travaux les plus longs, les plus pénibles et contraignants : seaux à porter, mélange irrégulier, température instable, horaires précis et astreignants… Ce gain de temps doit lui permettre de se concentrer sur sa fonction d’éleveur : surveillance et bonne gestion du troupeau. C’est pour cela que nous faisons évoluer nos matériels en intégrant les nouvelles technologies afin de répondre aux besoins précis de chaque animal. Certaines de nos machines sont toutes équipées de systèmes RFID ce qui permet de lui attribuer sa dose de lait personnalisée en fonction de sa croissance. » Ces dernières années, la priorité de l’entreprise a été de répondre aux attentes des éleveurs. « Ils nous demandaient une machine d’une capacité d’au moins 100 kilos de poudre, avec un bol contenant suffisamment de liquide pour que les animaux boivent sans être stressés, et un mélange qui soit maintenu au chaud mais sans que la facture énergétique n’explose ! » résume Marie Legrain. C’est dans ce cadre que l’entreprise normande propose aujourd’hui aux engraisseurs de veaux et chevreaux la ML 100 Élvea. Cette louve peut contenir jusqu’à 100 kg de poudre. Elle est également dotée d’une réserve de 70 litres et d’un bol mélangeur pouvant réaliser jusqu’à 3 litres de mélange à la demande en instantané. « Cette louve a été conçue spécifiquement pour les engraisseurs de veaux et chevreaux. Sa

principale innovation est que la réserve est suffisante pour que la machine fabrique le lait en même temps que les animaux le boivent.

Une louve auto-chauffante innovante : la ML 100 Élvea Elle peut accueillir jusqu’à 700 - 800 chevreaux et 50 à 55 veaux d’engraissement. Le lait n’a donc pas le temps de refroidir ou de rancir », détaille Marie Legrain. L’aspect économique a été un moteur fort dans la conception de cette louve, qui aura pris deux ans. « La ML 100 peut être associée à une chaudière à chauffage instantané. Le bol est chauffé instantanément entre 45 et 48°C, à la demande, et n’a donc pas besoin d’être maintenu au chaud, d’où des économies d’énergie notables que nous avons chiffrées entre 30 et 40% pour 4 machines. » Les ETS Legrain proposent d’ailleurs un pack louve+chaudière pour les éleveurs intéressés. En temps normal, un chauffe-eau de 70 litres est alimenté par trois éléments chauffants de 2000 W et qui nécessitent une alimentation de 9 ampères. « Quand un éleveur en a quatre, il lui faut donc 36 ampères, plus le fonctionnement de la machine. Le compteur doit donc avoir une puissance d’au moins 40 A. pour peu qu’il existe deux bâtiments, le coût d’abonnement devient très vite élevé. La ML 100 est équipée d’un nouveau système, en cours de brevet, qui permet de la placer simplement sur du 220 volts. »

4 tétines tout au long de la croissance Autre atout notable de cette ML 100 : elle est adaptée à l’évolution de croissance des animaux. Sa capacité de fabrication du lait et de mise à disposition aux animaux permet en effet de conserver les 4 tétines tout au long de la période d’engraissement. « En général, l’éleveur débute avec 4 tétines pour terminer la phase d’engraissement avec 2 tétines car les animaux boivent de plus en plus de lait, de plus en plus vite : pour qu’un veau en engraissement puisse boire jusqu’à 20 litres par jour, il faut que la louve puisse suivre ! Le grand atout de notre innovation est qu’elle permet de garder les 4 tétines tout au long de la croissance. Un animal qui entend ses congénères boire peut donc aller s’alimenter sans trouver la place déjà prise. Pas de stress, une meilleure buvée et comme le lait est dissous à la même température tout au long de la journée, à la demande, la digestion est meilleure. Au final, l’éleveur constate donc une meilleure valorisation de la poudre de lait par les animaux. La croissance est également améliorée car l’animal n’est pas stressé, la poudre de lait est mieux valorisée, et l’éleveur fait des économies d’énergie. L’économie se réalise donc sur plusieurs tableaux. »

Enfin, dernier détail d’importance : les Etablissements Legrain ont aménagé la machine pour que l’éleveur puisse intégrer directement dans la poudre les produits vétérinaires. « C’est encore un gain de temps pour l’agriculteur qui n’a plus besoin de pré-mélanger les solutions vétérinaires dans la poudre. Cela se fait directement, en fonction de l’animal, et sans perte de dilution car ces produits sont ajoutés au dernier moment. Cela permet également d’être plus précis dans le dosage. »

PLUS D’INFORMATIONS

Tél. 02.32.57.60.73

www.etslegrain.fr L’avis de Cédric Guichon, éleveur à Chalamont dans l’Ain

« La ML 100 facilite grandement mon travail au quotidien » L’exploitation de polyculture-élevage de Cédric Guichon s’appuie sur une SAU de 170 hectares et deux ateliers de production : un atelier de production de dindes et un atelier de 300 veaux de boucherie. Il s’occupe également d’un atelier de vente directe. Il a en test depuis mi-octobre 2013 la ML 100. « Mon père est équipé en Legrain depuis les années 80. Nous avons huit machines et la ML 100 est en test depuis mi-octobre. Il est encore trop tôt pour faire un bilan car le lot n’est pas fini. Mais déjà, je peux dire qu’elle facilite grandement mon travail au quotidien : volume garanti, température constante, commandes digitales… Je gagne du temps pour m’occuper des autres productions et pour mieux observer mes animaux. Je vais mettre la chaudière à gaz pour voir ce que cela donne, mon objectif étant d’anticiper en voyant comment réduire ma consommation énergétique car on ne sait pas trop ce que va devenir le tarif EJP d’EDF. Vu les résultats obtenus jusqu’ici, j’envisage de remplacer les 8 louves que j’ai actuellement sur l’exploitation par 6 ML 100. Actuellement, j’arrive à mettre entre 50 et 60 veaux par machine et pour l’instant, les animaux semblent parfaitement s’adapter à elle. »


GRAND ANGLE Les enjeux de saison

Moissonneuses-batteuses non-conventionnelles

Les innovations pour les récoltes 2014

Tour d’horizon des nouveautés pour la campagne 2014 des principaux acteurs du marché français des moissonneuses-batteuses. Machines à rotors ou conventionnelles, motorisations, nettoyage de la récolte et chargement des bennes, il y en a pour tous les goûts. PAR MATHIEU FREULON // mfreulon@terre-net-media.fr

(1)

© CLAAS

(3)

© JOHN DEERE

(4)

1) Un nouveau tambour d’alimentation pour la série S Le fleuron de la gamme de moissonneuses John Deere s’équipe d’un tambour d’alimentation à huit pales, pour homogénéiser le flux de la récolte, et du système de nettoyage EvenMax, qui améliore

Feed Roll, qui fait également barrage aux pierres.

largeur de coupe. Si les chenilles Terra Trac

En complément, le constructeur italien a retravaillé

ne sont pas proposées, la Lexion 740 peut

ses trains de chenilles SmartTrax en ajoutant

recevoir en option une régulation automatique

une suspension hydropneumatique Terraglide

de la pression des pneus arrière.

(capacité de charge de 43 t). A noter, la CR 9090 peut désormais compter sur une barre de coupe Varifeed de 12,5 m.

les performances du caisson, notamment dans les pentes. Le contrôle des pertes de grains via l’écran VisionTrac, les réglages interactifs Ica et

3) La Lexion 740, une petite hybride de 400 ch

4) La vidange des Axial-Flow plus performante et plus précise Après avoir mis à l’honneur sa nouvelle cabine fin 2012, c’est sur la vidange de ses moissonneusesbatteuses Axial-Flow que Case IH a planché pour

des barres de coupe à fond variable (positions de

26

© CASE IH

© NEW HOLLAND

(2)

table de 400 à 1.200 mm) mesurant jusqu’à 12,2 m

Claas élargit sa gamme de Lexion hybrides par le

les récoltes 2014. Les capacités du convoyeur et

complètent la liste des innovations.

bas avec la 740. Basée sur une 750, elle en reprend

de la vis ont été augmentées. La vis de 8,80 m

2) Mission "+ 15 % de capacité" pour les moissons 2014

le système de battage et le moteur 6 cylindres

crée un angle maximal de 95° pour une meilleure

Caterpillar de 9,3 l, mais dégonflé à 400 ch

visibilité depuis la cabine et l’embout pivotant

de puissance maximale (450 ch sur la 750).

permet au chauffeur d’ajuster le flux de grains.

Les deux rotors des New Holland CR 8000 et 9000

Egalement au programme : une trémie de

sont désormais alimentés par le rouleau Dynamic

9.000 l (10.000 l en option) et jusqu’à 9 m de

Terre-net Magazine I Janvier 2014


GRAND ANGLE

Et du côté des conventionnelles ?

© FENDT

(5)

6) Deutz-Fahr s’attaque au haut de gamme avec ses C9000

Si les machines hybrides du groupe ont été

Venant se positionner au-dessus de la série 60, la

récompensées dans le palmarès 2014 du concours

gamme se compose de deux modèles : la C9205

¨Machine of the y ear¨, les conventionnelles ne

TS (cinq secoueurs, 334 ch) et la C9206 TS (six

sont pas en reste ! Série P chez Fendt, gamme

secoueurs, 395 ch). Si le dispositif de battage est

Centora chez Massey Ferguson, ces machines à

hérité des petites sœurs, les C9000 possèdent en

huit secoueurs seront animées elles aussi en 2014

revanche un rouleau inédit à doigts rétractables

par des moteurs Agco Power Stage IV/ Tier 4 final

et un inverseur hydraulique de coupe et de

(un 6 cylindres de 379 ou 404 ch), et dotées de la

convoyeur. L’offre en barres de coupe va jusqu’à

cabine Skyline.

9 m et les lignes sont signées Giugiaro Design.

(6)

© DEUTZ-FAHR

5) Moteur Stage IV et cabine Skyline pour les batteuses Agco

Meteor _ 233x143+5mm.ai 1 18/12/2013 18:48:15

METEOR

Simple, Intuitif et Polyvalent !

Rampes de 24 à 44 mètres Régulation REGULOR 6 Joystick Multifonctions Flèche et essieu suspendus

 

  

   

Barème de crédit AGILOR valable pour toute commande de matériel neuf HARDI - EVRARD reçue du 01/01/2014 au 31/01/2014 auprès des distributeurs HARDI-EVRARD agréés. Livraison avant fin Juillet 2014. Exemple d’un crédit annuel AGILOR pour un montant de 10 000 € sur 5 ans et 1ére échéance à 1 mois. HARDI-EVRARD se réserve le droit de modifier l’offre sans préavis.



HARDI-EVRARD / Rue du 21 Mai 1940 - 62990 BEAURAINVILLE / Standard : 0 825 879 679 (Appel payant)

Capacité 3500, 4200 ou 5400 litres


GRAND ANGLE Les enjeux de saison

Alimentation animale

Du très gros pour distribuer Entre le matériel évolutif, celui qui combine toutes les fonctions ou encore celui qui se destine aux très grosses exploitations, voici une sélection des machines destinées aux éleveurs entrant en commercialisation en 2014. PAR PIERRE CRIADO // pcriado@terre-net-media.fr

© STRAUTMANN

(2)

© TRIOLIET

(1)

© SILOKING

(4)

© KUHN

(3)

1) Mélangeuse désileuse pailleuse, le 3 en 1 de Trioliet La Triomix P (P pour pailleuse) fait son apparition au sein de la gamme Trioliet. La pailleuse est intégrée au bol désileur et mélangeur à vis

sa machine en fonction de ses besoins (gamme

descente). La distribution s’effectue par un tapis

de 7,5 à 16,5 m3). Pour le mélange, les Verti-Mix

transversal droite/gauche situé à l’avant, entre

utilisent une vis verticale Vario. A partir de 2014,

la cabine et le bol. Une machine homologuée à

l’offre en mélangeuses tractées Strautmann

40 km/h.

Verti-Mix sera élargie avec des modèles à deux vis verticales, d’une capacité de 31 m3.

verticale Triomix et la turbine est entraînée par la prise de force. La distance de paillage peut monter à 20 m. La goulotte, orientable, dispose

3) Mélangeuse automotrice : Spw à grande capacité

Siloking sort une version 23 m3 de sa mélangeuse automotrice

d’un système de jets d’aspersion pour limiter la poussière. Capacité de la cuve : 12 m3.

28

4) Mélangeuse automotrice : pour 500 vaches et un méthaniseur... System

1000+.

Destinée

aux

Les versions compactes des mélangeuses

élevages de 500 vaches et plus, elle est animée

automotrices

sont

par un moteur 6 cylindres Iveco (Stage IIIb)

2) Une mélangeuse qui grandit en même temps que l’exploitation

complétées par trois nouveaux modèles de

de 286 ch. Elle repose sur un châssis à trois

capacité plus importante (19, 22 et 25 m3). Les

essieux à suspension pneumatique, dont deux

bols sont équipés de deux vis verticales à vitesse

directeurs (le 1er et le 3ème). Le mélange est

Grâce au profilage breveté du bord supérieur de

variable. Le chargement des fourrages et autres

réalisé par deux vis verticales. Avis aux adeptes

la cuve, la Strautmann Verti-Mix peut recevoir des

concentrés est assuré par la même fraise et le

de la méthanisation : la machine peut recevoir

rehausses de 180 mm ou de 360 mm de haut.

même tapis convoyeur que pour les machines

une vis de vidange de 500 mm de diamètre pour

Ainsi, l’éleveur peut augmenter la capacité de

compactes (fraise régulée électroniquement en

alimenter les digesteurs.

Terre-net Magazine I Janvier 2014

Spw

de

marque

Kuhn


GRAND ANGLE 5) Une mélangeuse électrique de 16 m3

(5)

Attelée au Merlo Hybrid, la Biga Volt de Peecon nous emmène dans le monde de l’électrique… Munie d’un moteur alimenté par des batteries, cette mélangeuse est entièrement autonome en énergie. Donc pas besoin en réalité du télescopique vert et blanc. Les batteries ont une durée de vie de quatre à six ans et nécessitent huit heures de charge. La gamme Biga Volt devrait © PEECON

entrer en commercialisation en 2014 et regrouper plusieurs modèles de 10 à 25 m3.

6) Affouragement en vert : un modèle très compact de 15 m3

(6)

Avec la Gabare 1523 SB, le constructeur français Belair enrichit par le bas sa gamme d’autochargeuses. D’une capacité de 15 à 20 m3, cette remorque simple essieu à encombrement réduit reprend la barre de coupe de 2,10 m à entraînement mécanique de ses grandes sœurs à deux essieux. Il n’y a plus de convoyeur, mais uniquement un rotor. La chaîne de distribution est © SITEVI

arrière ou latérale (tapis en option).

Remise de 50%

Profitez des cadeaux anniversaire pour les 50 ans ! Réception

sur les options commandées avec la remorque du 10/01 au 15/02/2014

Financement 5 campagnes à 0% Voir conditions auprès de votre concessionnaire

DRiRe

u

o

N au Ve Pick-uP extRa-laRge de 2.36 m, 8 rangées de dents, repliage hydraulique des roues

www.poettinger.fr


GRAND ANGLE Les enjeux de saison

Electronique

Ce que votre console fera pour vous en 2014 Autoguidage, évaluation de la consommation, aide aux réglages, l’électronique continue d’être une aide précieuse en cabine pour exploiter à l’optimum les outils de l’exploitation. PAR PIERRE CRIADO ET MATHIEU FREULON // pcriado@terre-net-media.fr // mfreulon@terre-net-media.fr

© GRIFFIN

© MÜLLER ELEKTRONIK

1) Evaluer la consommation de votre Manitou sur iPad

terminal est certifié Isobus par l’Aef (Agricultural

En fonction du modèle sur lequel il est monté, ce

industry electronics foundation).

logiciel dispose des fonctions suivantes : régulation

Dans le cadre de son projet Reduce, le constructeur

3) Réglage simplifié avec l’appli Monosem

Dpae, gestion de la vitesse des tapis, de l’ouverture

vendéen a développé une appli pour iPad qui évalue la consommation de ses machines en paramétrant le

type

d’utilisation

(chargement/manutention/

ralenti/transport). Six matériels sont actuellement compatibles, mais la base de données sera mise à jour régulièrement avec les autres modèles concernés, et pas seulement agricoles. Une appli téléchargeable gratuitement sur l’App Store.

2) L’autoguidage sur l’IsoMatch Tellus de Kverneland Le terminal de la marque norvégienne reçoit une nouvelle application pour l’agriculture de précision, l’autoguidage. Disponible pour le moment avec un asservissement électrique de la direction, elle devrait être complétée d’une version hydraulique, actuellement à l’étude. Kverneland souhaite proposer à terme une offre de signaux avec une précision allant jusqu’à 2 cm, et une transmission par radio et/ou téléphonie mobile. A noter, ce

30

(5)

(4)

© TERRE-NET MÉDIA

(3)

© KVERNELAND

(2)

© TERRE-NET MÉDIA/MANITOU

(1)

Terre-net Magazine I Janvier 2014

Pour faciliter le réglage de ses semoirs, Monosem

de la porte, des clapets, de l’essieu direct, de la pression des pneumatiques, etc.

Elle permet de déterminer rapidement le réglage

5) Une protection efficace contre les chocs

de la boîte de distances en fonction de la densité

Gardez votre Ipad (version 2 ou 3) à l’abri des chocs,

de semis. Une fois l’étalonnage réalisé et les

des éclaboussures et des poussières avec la coque

caractéristiques du semoir renseignées, l’utilisateur

Griffin Survivor noire. Même si vous ne pourrez

n’a plus qu’à indiquer la densité de semis souhaitée

toujours pas faire de la plongée sous-marine avec

pour connaître le rapport de la boîte de distances

votre tablette, elle sera suffisamment protégée

le plus approprié. De la même manière, cette

pour vous accompagner en cabine, au champ ou

application permet de régler le fertiliseur et le

en salle de traite. Les côtés et le dos de la coque

Microsem. Une appli téléchargeable gratuitement

sont largement renforcés. L’écran est recouvert

sur l’App Store.

d’une couche plastique (étanche à la poussière et

4) Une appli Isobus pour réguler les épandeurs

aux éclaboussures) qui ne diminue pas la fluidité

Müller Elektronik étend son offre avec un programme

iPhone sont également disponibles.

sort une appli pour smartphone et tablette Android.

de régulation des épandeurs à destination de ses consoles Isobus : basic- et comfort-terminal, Touch 1200 et Track-Guide II (Isobus en option).

tactile de la tablette. Tous les connecteurs restent accessibles. Comptez 50 à 60 €. Des versions


terre-net crĂŠations


tracteurs

32

Le nouveau site matériel d’occasion de La France Agricole et de Terre-net

Les bonnes affaires en direct de www.terre-net-occasions.fr

N O U V E L L E G É N É R AT I O N

Terre-net

Le site matériel d’occasion de La France Agricole et de Terre-net

s Massey Ferguson 8670

John Deere 6170 R

Fendt 924 VARIO

John Deere 6210R

2011 - 800 h - 110 000 € HT N° 506815 S.A.S.O.

2013 - 430 h - 103 000 € HT N° 498341 LEBAUDY

2010 - 3 897 h - 102 000 € HT N° 498364 JARNY MVS

2012 - 550 h - 99 000 € HT N ° 498331 GROUPE LECOQ

Case IH Puma CVX 200

Case IH Puma CVX 160

New Holland T 7040

Claas AXION 810 CIS

2011 - 1 300 h - 76 800 € HT N ° 498299

2010 - 1 400 h - 75 000 € HT N ° 506853 FREJABISE

2013 - 428 h - 92 000 € HT N ° 505229 ETS GAUTIER

2012 - 1 490 h - 79 000 € HT N ° 498367 JARNY GROUPE

Deutz-Fahr Agt M 625 PL

John Deere 7280 R

John Deere 7230 R

Fendt 415 Vario

2012 - 825 h - 67 000 € HT N ° 498239 MALECOT POIRIER S.A.S.

2012 - 600 h - 130 000 € HT N ° 492239 TERREA CHAUMESNIL

2012 - 492 h - 127 000 € HT N ° 488072 TRACE EQUIPMENT A

2012 - 850 h - 88 000 € HT N ° 487981 CUNTZ-RAGOT

MATERIEL AGRICOLE CASTELBRIANTAIS

Fendt 415

Claas AXION 850

Valtra N 142

New Holland TVT 190

2009 - 2 850 h - 72 500 € HT N ° 492260 SERMA

2008 - 3 000 h - 71 000 € HT N ° 488047 PRIMAULT

2009 - 2 400 h - 56 000 € HT N ° 492258 ETS VERHAEGHE CAPPELLEBROUCK

2005 - 3 370 h - 55 000 € HT N ° 492238 TERREA CHAUMESNIL

Mc Cormick MC 115 2003 - 115h - 32 000 € HT N ° 241688 GAUTIER


33

N O U V E L L E G É N É R AT I O N

Terre-net

Vous souhaitez annoncer ici, appelez le 03 52 69 03 00 www.terre-net-occasions.fr


Le site matériel d’occasion de La France Agricole et de Terre-net

1er Centre Occasion de Beauce

Eric Pichereau 06.09.31.13.32 Lenny AUBERT 02.37.33.46.27 www.groupe-lecoq.com

28360 FRESNAY LE COMTE - Tél : 02 37 33 46 00

Florian MARTIN Port : 06.09.36.11.32 Nicolas MARCHAND Port : 06.12.23.52.15

28150 VOVES Tél : 02.37.99.98.70 Fax : 02.37.99.98.71

E-mail : nmarch@duret.fr

MB CLAAS Lexion 460 1999 - 2420 HB 6m Vario 2 - Caisson 3D

MB JD 1550WTS 2005 - 1383 HM - 1084 HB 5,50m - 65 000 € HT

MB NH TX 67 2000 - 2620 HM 2095 HB - 6,09m

2009 - 4500L - 36m B3

Automoteur EVRARD Alpha Plus 2009 - 28m alu

ARES 816 2004 - 4100 H Pont standard Cabine suspendue

JD 6210 R 2012 - 550 H Pont suspendu Cabine suspendue

2006 - 2100 H Pont et cab. susp.

2006 - 2200 H Pont et cabine fixe

2003 - 4300 H

Pulvé RAU Explorer 3600 2008 - 28m - GPS Coupure de tronçons

MB JD CTS 2000 - 2100 HM 1700 H rotor - 6m

AGROTRON 150

ARES 826 RZ

VALTRA T140

KUHN Océanis

XTX 185

MF 5460

2010 - 4350 H Chargeur - Pont susp.

XTX 185

FENDT 815 Vario 2005 - 6900 H

MTX 125

Agro-équipement Agro-équipement NH T7040 AC - 2010 2500 H - Autocommand Pont et cabine susp. Relevage AV

Le nouveau site matériel d’occasion de La France Agricole et de Terre-net

N O U V E L L E G É N É R AT I O N

Terre-net

10, 10,rue rueEugène EugèneEgasse Egasse 28410 28410BROUÉ BROUÉ Tél. Tél.: :02 0237 3743 4320 2004 04 Fax Fax: :02 0237 3743 4328 2819 19 E.mail E.mail: :gautierpascal gautierpascal@@ets-gautier.fr ets-gautier.fr

OMFORT + godet Prix HT : 3 000 €

Herse RABEWERK Corvex 3m – 2006 Prix HT : 4 900 €

Semoir HORSCH CO4 2001 Prix HT : 14 900 €

34

1998 - 5500 H Pont et cabine susp.

2002 - 5700 H

2006 - 4550 H

Zone ZoneIndustrielle Industrielle 28270 28270BREZOLLES BREZOLLES Tél. Tél.: :02 0237 3748 4836 3684 84 Fax Fax: :02 0237 3748 4826 2642 42

RAU Onyx 34d. – 1997 Prix HT : 5 500 €

QUIVOGNE Monodisc 36 – 2011 Prix HT : 14 900 €

Automoteur MATROT M 44 36m – 1998 Prix HT : 15 000 €

Porté BLANCHARD 1200l – 24m – 2000 Prix HT : 6 000 €

Traîné BERTHOUD Racer 25 24m – 1996 Prix HT : 6 400 €

Semoir KVERNELAND DA-S 4m – 2002 Prix HT : 5 000 €

VALTRA T 160 6300h – 2004 Prix HT : 37 000 €

VALTRA T 191 2400h – 2007 Prix HT : 57 000 €

VALTRA C 90 + chargeur 3800h – 2005 Prix HT : 29 500 €

Déchaumeur KVERNELAND Turboll Prix HT : 2 900 €

APOLLO 5m – 2012 Prix HT : 15 500 €

RAU Polymag 4.70m – 2000 Prix HT : 7 200 €


AUGER Patrick (base du 37) : patrick.auger@maisa.fr 02.47.91.41.01 - 06.83.03.91.28

TELESCOPIQUE Caterpillar TH407 - 2009 - 3600 H 38 500 € HT - Patrick

LEFORT Jérôme (base du 49) : jerome.lefort@maisa.fr 02.41.40.25.30 - 06.78.36.34.24

JOHN DEERE 3420 2004 - 6400 H - 4 outils 31 500 € HT - Patrick

CASE IH MXU115 2004 - 4000H

CLAAS ARION 410 2012 - 1900H

CLAAS ARION 610 2011 - 900H

DEUTZ AGROTRON 175 1999 - 5600H

JEAN DE BRU ONYX VARIANGLE 38

RENAULT ARES 656 2003 - 6300H

SAME TITAN 160 1995 - 4300H

KVERNELAND PS100 6 corps NS - 1997

MF 5460 2011 - 950H

DEUTZ-FAHR Agrovector 26.6 2008 - 2300 H 31 000 € HT - Patrick

MANITOU MLT 633-120 2000 - 7500 H 25 000 € HT - Patrick

JCB Charg. Télescopique articulèe TM300 2006 - 2900 H - Patrick

DEUTZ-FAHR L 720 2600 H - 215CV - Mot. DEUTZ 7.2 L - Pt et cab. susp. - Rel. avant - TBE - Jérôme

Presse VICON RV 2190 2007 - 14 ctx - Ficelle/Filet 21 000 bottes - PU 2,10m Focus - Vanne prop. - 18 500 € HT *Garantie 6 mois - Jérôme

SAME Antarès 130 1997 - 6600 H - 4 PDF Clim - TBE - Jérôme

AMAZONE KG 402 1997 - Packer - PDF restitué 3 800 € HT - Jérôme * Conditions en concession

Vous souhaitez annoncer ici, appelez le 03 52 69 03 00 www.terre-net-occasions.fr

www.maisa.fr

Matériels agricoles

www.groupe-methivier.com

en tout genre visible sur parc, des prix, des financements, des conditions

FREDERIC - Tél : 02.38.35.20.90 - Fax : 02.38.35.20.99 www.groupe-methivier.com

FREDERIC - Tél : 02.38.35.20.90 - Fax : 02.38.35.20.99

LAMBERT 1997 – 12t – Boogie Prix HT : 8 000 €

JOHN DEERE 6220 SE 2007 – 1742h Power Quad – Sans clim. Prix HT : 31 000 €

CASE-IH 2388 2001 – 1800hm – 1500hr Coupe 6.10m + prolonge Prix HT : 85 000 €

Dominator 98 S 2800hm – 4.5m – Broyeur Prix HT : 31 000 €

Laverda L 517 MCS 1995 – 2465hm Coupe 4.20m + chariot Prix HT : 26 000 €

NH CX 760 2006 – 3113hm 5.18m – Broyeur Prix HT : 90 000 €

Racer 2500 1994 – 24m – 2500l DPAM – Contrôle OK Prix HT : 12 500 €

Tenor 4500 07/2008 – 28m – 4500l DPAE – Actiflex Prix HT : 33 000 €

Olympia 250S 2008 – 24m – 2500l DPAE – Selector Prix HT : 27 000 €

NH TX 66 FS 2001 – 2350hm – 1620hb 6.10m + chariot Prix HT : 75 000 €

BERTHOUD 2009 – 24m – 3000l Prédisposition GPS Prix HT : 29 500 €

CLAAS 557 ATZ 2006 – 6075h – Rel. AV. Chargeur T12+multiservice Prix HT : 36 000 €

JOHN DEERE 5500 2000 – 6925h – 80cv Godet + fourches Prix HT : 18 000 €

35

N O U V E L L E G É N É R AT I O N

CLAAS Arès 816 RZ 2007 – 160cv – 3500h Tout suspendu Prix HT : 39 000 €

Terre-net

CASE IH MXM 190 2003 – 190cv – 3640h Pont AV et cab. susp. Prix HT : 39 000 €


Le site matériel d’occasion de La France Agricole et de Terre-net

Gautier

Route de Rennes - ZI de l'Erette 44810 HERIC

Tél. : 02 40 57 64 00 www.lebaudy.com

5 5 000 €

Tract. VALTRA T121

Tract. MC CORMICK CX95

1997 - 120CV - 6950 H Bte Synchro - Inv. hyd. 18.4x38 14.9x28

2012 - 135CV - 776 H Bte semi P.S. - Inv. hyd. Cab. + pont susp. - Rel. AV

2004 - 95CV - 3500 H - Clim. Bte semi P.S. - Pneu neuf Charg. MX FLEXPILOT

Tract. MF 4245

1999 - 85CV - 5886 H Charg. MX100 Fourche griffe

36 500 €

(

Emmanuel Larcher Port. 06 16 01 43 81

3 3 500 €

Tract. RLT Arès 610 RX

2 1 000 €

Laurent Pellerin Port. 06 87 32 38 74 Tél. 02 33 30 68 77 Fax 02 33 30 68 71

Fax : 02 40 57 91 30

* 61700 LONLAY L’ABBAYE

1 6 800 €

(

CLAAS Arès 657 ATZ

CLAAS Axos 340 CX

JD 6115R

2006 – 4175h – Hexashift Clim. - Masses 34 000 € HT €

2013 – 450h – Cab. chauffage Manip MP 100

2012 – 650h – AC – PQ+ 3DE électr. – Toit panoramique

39 500 €

42 500 €

Tract. CLAAS Arès 697 ATZ Télesco MANITOU MLT 735 2007 - 135CV - 4000 H - Clim. Cab. + pont AV susp. Relevage AV

2010 - 120CV - 2543 H Bte Synchro - 460/70x24 -10% BMS neuve

26 800 €

1 6 900 €

Télesco JCB 536-60 AGRI

Télesco JCB 535 SXL

2007 - 3100 H - 100CV Bte Full - 460/70x24 50%

2006 - 4500 H - 120CV Bte Full - 460/70x24 neuf BMS

PRESSE À B. R. VICON RV 2160 - 2008 - Chambre var.

JD 6170R

JD 6210 R

JEANTIL EVR 16-12

2013 – 430h – Command Arm 4DE électr. – Rel. AV

2013 – 1050h – 4DE Command Arm Roues 650/85x38

2008 – Trappe AR – Centrale hydr. – Cde électr.

14 900 € HT

JD T660

JD 6210R

DEUTZ K420

2009 – Coupe 622R – Chariot – 526hb – 905hm

2013 – 775h – Autotrac ready Command Arm – 4DE – Rel. et PTO AV

2011 – 1235h – Susp. AV et cab. – Clim. – FAUCHEUX F20

48 000 € HT

PU 2,10m - 16 000 balles Moniteur de performance

www.ravillon.com

36

Le nouveau site matériel d’occasion de La France Agricole et de Terre-net

N O U V E L L E G É N É R AT I O N

Terre-net

Ludovic SAINT-JUVIN 7, rue du Général de Gaulle 51 130 VERT TOULON Tel: +33 (0)3 59 55 12 05 l.saint-juvin@ravillon.com

CLAAS 640 CIS

NH T 7540 Elite

CASE 7210PRO

DTZ AGROTRON

DEUTZ TTV 630

CASE-IH 2188

DEUTZ-FAHR

JOHN DEERE

SPRA COUPE 3440

TONNE A LISIER

AGCO 3440

DANGREVILLE

NAUD 4 fers

JOHN DEERE 2264

JOHN DEERE S560

2008 - 1900h Rel AV Prix HT : 56 000 €

1995 3902 hm - 6.10m Prix HT : 43 000 €

2001 - 2000l 2220h - 24m Prix HT : 25 000 €

2008 - 1789h 179cv - Rel AV Prix HT : 72 000 €

5690 Balance 2006 - 1003 hm Prix HT : 110 000 €

BB 180003 18 T Prix HT : 26 000 €

1998 5957 h

550CWS 2002 750h

4 corps

Prix HT : 1 500 €

MK3 150 2006 4300 h

2001 2220 h

1999 2140 h

2009 1100 h

PICHON 2005

2008 789 HEURES


Jérôme Goeuriot rue du 150 R.I. 55 300 Chauvoncourt 03 29 89 05 88 - 06 13 13 19 18 jerome-goeuriot@cheval-sa.com

L a F o rc e d ’ u n G ro u p e , l a P u i s s a n c e d u L o c a l

HTS - 1995 - 240cv 2474hm - Broyeur Prix HT : 48 000 €

DEUTZ FAHR

J.D. 9780 CTS

6095 HTS balance 366cv 7m

2005 2250 hm 355cv

2 centres occasions pour la vente, l’achat et l’expertise de vos

2 professionnels de l’occasion pour encore plus de services

matériels

Grégoire PERCHERON 21 Grande Rue 78660 ORSONVILLE

Tél. : 01 30 59 06 96 Port. : 06 15 31 50 77 www.etsdeschamps.com Jean-Louis SOULE

N.H. CR 980 2003 455cv 9.15m

N.H. BB 950

2005 - 700/50R22,5 Alliance Us 25 % Prix HT : 53 000 €

N.H. CX 8060

DANGREVILLE

CASE IH

CASE IH 210

2008 333cv - 935hm Broyeur

Magnum 7220 1997 - 190cv - 7486h Prix HT : 25 000 €

EV 10 2006 - 15t Porte hydraulique

54 Avenue de l’Occitanie 63690 VEYRE-MONTON

Tél. : 04 73 69 68 47 Port. : 06 85 70 12 63 www.groupemcda.fr

CONTACTEZ-NOUS

D.FAHR 40-75

CVX - Puma 2010 - 1700h 210cv - Rel AV

JOHN DEERE 8320 2004 – 6000h Prix HT : 65 000 €

JOHN DEERE 7600 1994 – 9000h Prix HT : 15 000 €

RENAULT Arès 626 RZ 2003 – 5500h Prix HT : 20 000 €

*

Vous souhaitez annoncer ici, appelez le 03 52 69 03 00 www.terre-net-occasions.fr

www.cheval-sa.com

Pulvérisateur traîné AMAZONE UX 4200 - 2009

Semoir en ligne conventionnel TECHMAGRI PMS 4000 - 2003

Presse à balles rondes JD 592 - 2008

Transporteur KUBOTA RTV900 - 2011

Tracteur agricole JD 4240S - 1981

Tracteur agricole JD 4255 - 1980 - 8500 H

CASE MX100 2007 + chargeur T10 – 4300h Prix HT : 33 000 €

NEW-HOLLAND TSA 130 2007 – 5300h Prix HT : 27 000 €

JOHN DEERE 6930 2011 – 1800h – 4DE Powerquad – Rel. AV LAFORGE 480/70R28 et 580/70R38 Prix HT : 64 000 €

CASE CVX 175 2008 – 4926h – 4DE Rel. AV – 14.9R30 et 20.8R38 Prix HT : 43 000 €

CLAAS Lexion 540 1255hb – 1790hm Ordinateur de bord CEBIS Coupe à tablier variable V660 6.60m – Roues 800/65R32 et 500/70R24 Prix HT : 122 000 €

JOHN DEERE S670 350hm – 291hb – AutoTrac Ready Roues 900/60R38 et 620/75R26 Coupe à tapis ZURN Premium Flow 625PF avec deux scies Prix HT : 198 000 €

SULKY DPX Magnum 2800l – 24m – 2004 – DPAE avec capteur à impulsion Prix HT : 5 800 €

SULKY SPI Reguline Herse KUHN HR 4001 1990 – Packer – Semoir SULKY SPI Reguline – 2002 Jalonnage de pré-levée Prix HT : 8 200 €

Plus de 300 matériels pour tous les besoins 37

N O U V E L L E G É N É R AT I O N

03.25.92.31.75 - 06.89.15.65.12

FENDT 309 2006 – 5200h Prix HT : 29 000 €

Terre-net

SARL GEOFFROY ROUTE NATIONALE 10200 LIGNOL LE CHATEAU


Le site matériel d’occasion de La France Agricole et de Terre-net

TEAM 3 SERVICES

12 rue de Chaulnes 80200 ESTREES DENIECOURT 06.08.01.91.58 Hubert SIBILE h.sibile@team3services.fr 06.86.26.24.65 Olivier MARTIN o.martin@team3services.fr

GILIBERT

N.HOLLAND

VADERSTAD

J.DEERE

J.DEERE

2100 BTP 2004 Prix HT : 17 000 €

T 6080 2009 - 3503 h Prix HT : 49 500 €

Rapid 400 F 1999 - Pneumatique Prix HT : 25 000 €

6230 STD 2009 - 2604 h Prix HT : 48 000 €

6520 SE 2004 - 2900 h Prix HT : 38 000 €

SULKY

J.DEERE

J.DEERE

J.DEERE

J.DEERE

4m 2002 Prix HT : 5 500 €

1188 1988 2912 hm

S 560i 2010 325 hm

T 660 2009 710 hm

W 650 2011 250 hm

CLAAS

J.DEERE

MATROT

MATROT

EVRARD

Variant 380 2009 Prix HT : 17 000 €

582 2002 Prix HT : 10 000 €

Helios 2012 Prix HT : 110 000 €

M 44 D 2005 Prix HT : 45 000 €

Meteor 2003 Prix HT : 31 000 €

38

Le nouveau site matériel d’occasion de La France Agricole et de Terre-net

N O U V E L L E G É N É R AT I O N

Terre-net

SPÉCIALISTE DU STOCKAGE ET DE LA VENTILATION

STOCKEZ MAINTENANT ... www.fontaine- silo.com

POUR MIEUX VENDRE DEMAIN ! Tél. 00 32 69 35 22 08

Fax : 00 32 69 35 12 87

info@fontaine-silo.com


MIGAUD S.A.S 2 8 rue St Pa ul - 79240 L'A B S I E

Jacky DANOIS 27 rue principale 27 120 CAILLOUET ORGEVILLE Tél : +33(0)2 32 36 92 04 faguet.deutz@wanadoo.fr

Christian LUMINEAU Port : 06.86.17.64.52

T é l : 0 5 . 4 9 . 9 5 . 8 0 . 0 3 - Fax : 05. 49. 95. 89. 39 Tracteur FENDT TMS 512

Réf 55825 - 2006

Tracteur DEUTZ K100

Réf 51348DE - 2008

SULKY SPI

HOWARD HR 30 1995 3.20m Prix HT : 3 200 €

Olympia 320 S 1999 - 27m - 3200l DPAE - HT : 18 000 €

COCHET

DEUTZ-FAHR

DEUTZ-FAHR

1995 - 33 rangs - 4m Pneumatique Prix HT : 8 500 €

CARUELLE

Tracteur VALTRA 8050

Réf 55334 - 1996

Tracteur CLAAS 657atz

Réf 55875 - 2007

Sumosaure XLH 2000 Prix HT : 3 800 €

DEUTZ Agrotron R 150

165 MK3 - 160cv 3800h - 2003 Prix HT : 41 000 €

Agrotron 106 MK2 1999 - 110cv Prix HT : 16 500 €

Réf 49897 - 2006

CASE CVX 160

Réf 54809 – 2012

DEUTZ-FAHR

Agrotron K110 PL 2007 - 110cv - 1925h Prix HT : 38 000 €

Gyrobroyeur SHULTE FX 315 – Réf 55556. Pulvé BERTHOUD Ténor 3500l - Réf 55847.

DEUTZ-FAHR

Agrotron K90 2008 - 1090h - 90cv Prix HT : 38 000 €

DEUTZ-FAHR

Agrotron M600DCR 2009 - 130cv - 1380h Rel AV - HT 58 000 €

Charrue GOIZIN Jocker - Réf 29701 Presse cubique KUHN LB1270 - Réf 52822. Presse rondes NH - br 70 :70 - 2009 - Réf 55355. Mb DEUTZ 5660 HTZ - 2008 - Réf 52699.

Vous souhaitez annoncer ici, appelez le 03 52 69 03 00 www.terre-net-occasions.fr

www.faguet-agri.fr

ETS LESUEUR SA Alexandre REMONT

J.DEERE 7300

J.DEERE 7300

J.DEERE 7350

CLAAS Disco 260

2011 3.30m 6 lames/rotor

4x4 - 2003 1460hr - IVLOC Kemper 345

2006 - 1715h IVLOC Kemper 4500

4X4 - 2009 1175hr IVLOC - Kemper 445

2002 largeur 2.60m 6 assiettes

LAVERDA 3650

MF 38 RS

MF 7274 Cerea

KRONE

FERABOLI

1985 2800hm Prix HT : 12 000 €

1994 - 2032h Broyeur Eparpilleur

2002 1070hb coupe 6.7m

Big Pack 88 VFS 2003 - P.up 2.20m 32600 ballots

Extreme 280 2005 - P.up 2.20m Filet /Ficelle

J.DEERE 582

HYDRO PULVE

TECNOMA Fortis

KUHN Intégra

JLG 3507

2003 P.up 2m Filet/Ficelle

Pulvé traîné 2002

2002 3300l - 28m DPAE

4m - 2001 32 rangs socs Traceurs

2010 2929h Hydrostatique - CG

39

N O U V E L L E G É N É R AT I O N

GYRAX 3300 HD

Terre-net

RUE JOSEPH CAULLE 76850 BOSC LE HARD +33 (0)2 35 33 31 28 alexandre.remont@lesueur.fr


Deutz-Fahr D 6507 Prix HT : 7 900 € N° 498174

NH 8340 SLE Prix HT : 14 500 € N° 492332

Claas ares 657 atz Prix HT : 41 000 € N° 492331

ssi, Agriculteurs vous au T passez GRATUITEMENoto

dri ph votre annonce Qua sur cette page !!!

40

Le nouveau site matériel d’occasion de La France Agricole et de Terre-net

nce avec photo sur Inscrivez votre anno ions.fr www.terre-net-occas

N O U V E L L E G É N É R AT I O N

Terre-net

Le site matériel d’occasion de La France Agricole et de Terre-net

Rendez-vous sur www.terre-net-occasions.fr et saisissez le numéro de l’annonce dans le champ de recherche pour obtenir les coordonnées du vendeur

John Deere 3650 A Prix HT : 15 000 € N° 488131

Case IH CS 120 Prix HT : 19 500 € N° 488080

Valtra 8050 Prix HT : 15 000 € N° 488078

JD 6630 PREMIUM Prix HT : 45 000 € N° 488077

Sam exploreur 95 Prix HT : 20 000 € N° 487979

M F 7624 Prix HT : 90 000 € N° 487894

New Holland G 190 Prix HT : 16 500 € N° 498372

Prix HT : 5 900 € N° 498330

Deutz-Fahr 3.70

Claas ARION 510 Cis Prix HT : 48 000 € N° 498319

MF 8460 Prix HT : 45 000 € N° 487889

John Deere 8295 R Prix HT : 125 500 € N° 487881

JD 6620 PREMIUM Prix HT : 41 000 € N° 487868

John Deere 6810 Prix HT : 19 000 € N° 498273

M F petit gris tea 20 Prix HT : 1 000 € N° 498195

Fendt 412 Vario TMS Prix HT : 82 000 € N° 498194

Deutz-Fahr Agt 150 Prix HT : 53 000 € N° 487866

MF 362 Prix HT : 18 000 € N° 487865

NH T 6010 DELTA Prix HT : 29 000€ N° 487850

Case IH 1056 XL Prix HT : 8 500 € N° 498189

Renault 110-54 Prix HT : 13 500 € N° 487851

Deutz-Fahr M 600 Prix HT : 49 900 € N° 487825

Case IH CVX 120 Prix HT : 39 000 € N° 506937

MF 6265 Prix HT : 24 500 € N° 506925

Prix HT : 7 000 € N° 505271

Same EXPLORER 90 Prix HT : 11 500 € N° 483409

Prix HT : 3 000 € N° 478972

Mc Cormick MC 115 2003 - 115h - 32 000 € HT N ° 241688 GAUTIER

Case IH 745 xl

Renault 103.54 tx

Prix HT : 14 000 € N° 487763

Renault 56


Toujours les idées claires ?

Anticipez et agissez au bon moment !

Radars et impacts foudre Cartes de vigilance Prévisions géolocalisées

Découvrez les nouveaux SERVICES MÉTÉO Découverte de 10 jours gratuite et sans engagement

RDV sur Terre-net pour en profiter et connectez-vous avec les codes suivants : Identifiant Mot de passe

nuage soleil

Pour plus d’infos : contactez Angélique au 03 44 06 84 81

Terre - net

PRO


ARGUS La cote tracteur

Fendt Farmer 311 PAR MATTHIEU FREULON // mfreulon@terre-net-media.fr

© TERRE-NET MÉDIA

Marque : Fendt Modèle : Farmer 311 (3ème génération - 1999) Puissance annoncée (ch) : 115 - Din Moteur : 6 cylindres Mwm atmosphérique D 226 B6 Cylindrée (l) : 6,234 Boîte de vitesses : mécanique synchronisée Turbomatik (21/21), avec Overdrive (trois derniers rapports en prise directe) Couple maxi (N.m) : 456 à 1.500 tr/min Effort de relevage annoncé (t) : 5,1 PV 4RM (t) : 5,2

Un tracteur increvable !

Avis utilisateurs et réseau de distribution Modèle robuste et fiable. Tracteur efficace pour les travaux à la prise de force. Moteur Mwm puissant et relativement sobre. Relevages avant et arrière précis et performants.

L

a troisième et dernière génération de Fendt Farmer 311 est sortie des chaînes de l’usine de Marktoberdorf (Allemagne) entre 1993 et 1999. A cette époque, le constructeur utilisait des moteurs Mwm et Man, et la transmission Vario n’était pas généralisée à toute la gamme. Apprécié pour sa solidité et sa fiabilité, ce modèle amène quelques innovations importantes. Les Farmer 300 sont en outre les premiers tracteurs à boîte mécanique à recevoir, à partir de 1994 en option, un pont avant suspendu. Côté moteur, le 6 cylindres Mwm est réputé pour sa puissance et sa sobriété. Le Farmer 311 est également équipé d’un capot monobloc basculant vers l’avant et les vitesses des réducteurs mécaniques sont à présélection hydraulique. En 1996, pour améliorer la visibilité, le pot d’échappement est transféré du capot vers le montant droit de la cabine. Fendt a arrêté la commercialisation des Farmer 311 début 2000. A la place, les clients de la marque pouvaient se tourner vers des modèles à variation continue : le 411 Vario (4 cylindres, 115 ch) ou le 711 Vario (6 cylindres, 115 ch). Aujourd’hui, trouver un tracteur 6 cylindres de puissance équivalente est bien plus compliqué.

Rayon de braquage large. Freins à surveiller avec l’âge. Prix élevé. Machine recherchée mais difficile à trouver.

Notation Fiabilité : Finition : Budget : Cote à la revente :

Cote moyenne des Fendt Farmer 311 19.611 €

19.750 € 19.500 € 19.250 € 19.000 €

Unités commercialisées en France entre 1993 et 1999 : 811. Options les plus vendues : pont avant suspendu, relevage avant et climatisation. Rappels recensés : aucun.

18.769 €

18.750 €

18.551 €

18.500 € 18.250 €

2000

1999

1998

Années d’immatriculation

Cote établie pour un tracteur en équipement standard et une utilisation moyenne annuelle de 500 h.

Sélection d’annonces : retrouvez les annonces de ce modèle sur Terre-net-occasions.fr Pour accéder aux détails de ces annonces, utilisez le numéro de référence (ex : N°200198)

N°276549

Fendt Farmer 311 1998 – 115 ch – 6.880 h Prix HT : 32.500 € 42

N°222945

N°474102

Fendt Farmer 312 1996 – 125 ch – 7.487 h

Fendt Farmer 312 1997 – 125 ch – 5.800 h

Terre-net Magazine I Janvier 2014

N°474072

Fendt 311 Vario Tms 2008 – 115 ch – 3.080 h Prix HT : 49.500 €


MARQUES PAGE

DC25500XXLVT

● Citerne double paroi traitée anti-UV haute qualité ● Pistolet automatique avec 6 m de tuyau ● Pompe Pro 60L/mn, volucompteur digital dans une armoire à fermeture à clé ● Sifflet limiteur de remplissage ● Filtre à eau et à particules ● Détecteur de fuite + event

7998€HT

1500 L au prix du 1000 L

Convient pour 1 camion complet

DFS1500FLT

1089€ 1089 au lieu de 1199€

ACCESSOIRES NOUS CONSULTER

Existe aussi en 2.5m x 5.7m au tarif de 4999€ par 2 cuves

Des rendez-vous partout en France

Bénéficiez de l’expertise de nos conseillers !

appel gratuit depuis un poste fixe

HT

1450 LITRES

LA QUINZAINE DU CONSEIL EN ÉLEVAGE Mars 2014

● Polyéthylène de qualité alimentaire. ● Pour une meilleure durée de vie de la cuve et une qualité alimentaire de votre eau stockée, nos cuves sont traitées haute définition contre les UV. ● Gardez votre eau toujours fraîche grâce à la couleur claire. ● Couvercle avec évent. ● Diamètre de vidange au choix.

1 vanne comprise

10000Litres AQ10000V

2098€HT au lieu de 2298€

Rèf: 1-4PATNS51

Retrouvez le programme près de chez vous : www.quinzaine-conseil-elevage.fr

SARL

MICHELETTI

Notre métier : fabricant, revendeur et réparateur de matériel agricole.

I CHARIOT PORTE COUPE ET REMORQUE I MARAÎCHAGE I SEMENCES RÉCOLTE

Tél. 05 53 65 40 08 Fax 05 53 65 95 80 sarl.micheletti@wanadoo.fr - 47600 FRANCESCAS - LOT ET GARONNE

>>>

www.micheletti.fr

Photos non-contractuelles

● Meilleure stabilité et solidité accrue. ● Facile à mettre en place : Pas besoin de téléscopique pour la déplacer, un simple chargeur suffit. ● Moins de prise au vent. ● Cuves traitées haute définition contre les UV. ● Polyvalentes : nos cuves peuvent accueillir différentes solutions de haute densitée tels que l’engrais liquide, mélasse, saumure, l’eau… ● Vous êtes livré dans votre cour. ● Nettoyez facilement votre cuve grâce à son trou d’homme et sa paroi intérieure lisse.

0 800 430 400

25000 L

: +33 1 82 53 60 60 © Photo : John Lander - Décembre 2013

pour engrais liquides

mologation Nouvelle Ho 0 kg PTAC 5 35 oix u a r ch Couleu


Cultivons l’innovation autrement.

Photo : C. Chaize

250 € par hectare, c’est le gain net apporté par la protection fongicide des blés.

Cultiver l’innovation autrement, c’est développer des solutions de protection des cultures pour une agriculture durable, conciliant compétitivité et responsabilité. Parmi ces solutions, BASF Agro développe des innovations fongicides toujours plus performantes. Des essais de valeur pratiques sur blé ont démontré sur 10 ans, un gain moyen de 20 quintaux par hectare, ce qui représente un gain net de 250 € par hectare (soit l’équivalent de 10 000 €* pour une exploitation comportant 40 hectares de blé). Parce que pour BASF Agro, la compétitivité des exploitations agricoles et de l’agriculture française est un des axes prioritaires de son engagement dans l’agriculture durable. * Pour un prix du blé tendre à 165 €/T et 80 € d’investissement fongicide par hectare.

www.agro.basf.fr

The Chemical Company

Terre-net Magazine n°32 - Janvier 2014  

Nouveautés machinisme - la sélection du chef. Maïs grain - Viser 200q/ha. Ferme des mille vaches - Un projet agricole comme les autres ? Pac...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you