Page 1


sommaire Points de vue [Édito]

4 Une drôle de guerre 5 Des Tic, pas des Ntic ! [Tri angles]

6 Quand est-ce qu’on positive ?

6

[Terre’momètre]

© FOTOLIA

Place à l’optimisme : Quand est-ce qu’on positive ?

8 Internet : des agri-geeks de plus en plus mobiles 9 Paroles de lecteurs [Syndic’arène]

10 Environnement, social… : engagés pour défendre leur métier [Impact]

de Stéphane 12 Tribune nationale des Cuma

Gérard, président de la Fédération

Stratégies

Engraissement : une production créatrice de valeur pour qui sait la garder

© TERRE-NET MÉDIA

16

[Champ planet’terre]

14 ont trouvé leurs marchés de niche

En Nouvelle-Zélande et en France : des éleveurs de ruminants

16 18 19

28

Applis mobiles : la ferme numérique

20

[Inflexion]

Engraissement : une production créatrice de valeur pour qui sait la garder [En avant marge]

Lait infantile : les Chinois se ruent sur les poudres importées Stockage à la ferme : une installation bien pensée rapporte [Performance production]

Variétés tolérantes aux herbicides : les colzas Clearfield commencent à se déployer

Machinisme

22 24 26

[Pleins phares]

Carnet de voyage : Kubota à l’aube d’une nouvelle ère ? Brèves, textos Essai Terre à Terre : Merlo Turbofarmer 40.7 CS Mcdc

Grand angle

28 Applis mobiles : la ferme numérique © FOTOLIA, TERRE-NET MÉDIA // CRÉATION TERRE-NET MÉDIA

En couverture

Cahier d’occasions

38 48 49 50 51

[Terre-net Occasions]

La sélection professionnelle agricole Les annonces des agriculteurs Top affaires spécial "coups de cœur" [Argus]

Case IH Cvx 1190 [Marques page]

Terre-net Média : Terre-net.fr - Web-agri.fr - Terre-net-Occasions.fr I Octobre 2013

3


EDITORIAUX

Les lecteurs

Une drôle de guerre Michel Crespel

© SAF-AGRICULTEURS DE FRANCE

Eleveur à Montauban-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine). Trésorier de la Saf-agriculteurs de France

A

vec 114.000 visiteurs, le Space a mis en avant l’excellence française en matière d’élevage. Il ne manquait à l’appel que Jean-Michel Lemétayer, co-fondateur et président du salon, disparu quelques semaines plus tôt. A cet égard, Paul Kerdraon, commissaire général, a rendu un hommage mérité à l’entrepreneur, l’humaniste et le défenseur des productions animales qu’il était. Pour les politiques, le Space est un moment privilégié pour faire le point sur le moral des troupes. Au rapport de cette édition 2013 : des professionnels résignés, sans illusion sur le sort de certaines filières d’élevage. En passe de res-

serrer les rangs, l’agriculture du Grand Ouest reste malmenée dans cette drôle de guerre. Au tableau, plusieurs dossiers en suspens et des milliers d’emplois en jeu : Doux, Tilly-Sabco, Ukl confrontés à la suppression des restitutions et à la concurrence des pays émergents, Gad/Cecab/Aim dans le secteur du porc, couvoir Saint-François à Amice-Soquet. Sur tous les fronts, les filières d’élevage ne bougent pas assez vite (volet réglementaire, anticipation des stratégies industrielles…). Dans les périodes porteuses, il eut fallu se regrouper, investir, faire émerger des leaders et des organisations pour faire face à la concurrence. En somme, passer de l’effet de zèle au pragmatisme, du populisme au courage politique. La visite éclair de Jean-Marc Ayrault, accompagné de Stéphane Le Foll et Guillaume Garot, peine à convaincre. Quelques annonces mais pas de signaux forts : simplification de la réglementation concernant notamment les Zes (zones d’excédent structurel d’azote lié aux élevages), décalage de l’écotaxe, marque "viande de France" et export de charcuterie

française en Chine. Pour les sujets brûlants, aux acteurs de se prendre en charge en présence de pompiers sans eau... Le Space devrait pourtant inspirer nos hommes politiques, notamment sur la prochaine loi d’avenir agricole qui semble oublier le mot économie et vouloir privilégier une "petite agriculture" pour les nostalgiques des années 60 ! Avant de voir certaines filières d’élevage finir au champ d’honneur, libérons les énergies des entreprises agricoles responsables, créons des leaders, retrouvons de la rentabilité !

Pratique

Terre-net Magazine en ligne Vous pouvez retrouver Terre-net Magazine sur internet, avec des liens directs vers des infos complémentaires, des témoignages, des machines en action… Rendez-vous sur

www.terre-net.fr/magazine


EDITORIAUX

La rédaction

Des Tic, pas des Ntic ! © TERRE-NET MÉDIA

S

Pierre Boiteau, directeur des rédactions de Terre-net.fr.

’il vous plaît, arrêtez de me parler des Ntic en agriculture. Enlevez le "N", et dites Tic. Un détail ? Non. Car dans ce secteur d’activité, ces technologies n’ont rien de nouveau. Je m’explique.

Selon le dictionnaire Larousse : les Ntic, "nouvelles technologies de l’information et de la communication", sont "l’ensemble des techniques utilisées pour le traitement et la transmission des informations (câble, téléphone, internet, etc.)". Si pour certains, ce sont des outils récents, je ne les en blâmerais pas... mais pour les agriculteurs, ils

font partie du quotidien. Agriculture de précision, internet, télédéclaration ou suivi des marchés en ligne… Tous les jours, les exploitants agricoles se servent des Tic, certains même depuis la fin du siècle dernier. En agriculture, nous en sommes à l’ère de la communication entre machines et à l’intelligence embarquée ! Malgré la fracture numérique qui subsiste encore entre les zones urbaines et les territoires ruraux, les producteurs agricoles sont à la pointe des progrès technologiques. Leurs fournisseurs également. Il suffit de se rendre dans une ferme ou de visiter un salon agricole pour le constater. Et plusieurs articles le démontrent chaque mois dans Terre-net Magazine. Ce modernisme est d’ailleurs

reconnu. Rappelons que pour 80 % des Français, les agriculteurs sont modernes (baromètre 2013 Ifop/Dimanche Ouest France). L’étude agrinautes-agrisurfeurs 2013, réalisée par Bva sur "les équipements et usages des agriculteurs sur internet", le confirme elle aussi. Une partie des résultats figurent en page 8 de ce numéro, avec "des agri-geeks de plus en plus mobiles" et qui se connectent toujours plus chaque jour pour leur métier. D’autres chiffres sont dévoilés dans notre Grand angle, consacré aux applications mobiles pour l’agriculture. Au bureau, chez soi, sur le tracteur, en salle de traite, dans la stabulation, etc. : partout, les fermes passent au tout numérique.

Terre-net Média L'agriculture d'aujourd'hui

Terre-net Magazine - NGPA Avenue des Censives – TILLE BP 50333 60026 BEAUVAISMédia cedex – Tél. 03 44 06 84 84 Terre-net NGPA - SAS au capital de 22.432.600 € 529 106 544 RCS Beauvais terre-net@terre-net.fr L'agriculture d'aujourd'hui

Cours & Marchés, analyses prospectives : Frédéric HENIN. Secrétariat de rédaction : Céline CLEMENT, Amélie BACHELET. PUBLICITÉ – regieagricole@terre-net.fr Direction commerciale : Christophe CASANOVA - Guillaume MORO. Chefs de publicité : Jonathan HAVART, Benjamin LESOBRE, Damien ROY. Chargée de mise en place : Angélique GOUCHET.

Jean-Marie SAVALLE, Directeur de la publication. Gérard JULIEN, Directeur Général NGPA, Directeur Terre-net Média. Pierre BOITEAU, Directeur des rédactions. Xavier DUFAY, Directeur technique.

PETITES ANNONCES – annonces@terre-net.fr Direction commerciale : Denis BOST. Chargés d’affaires : Julien TOUS, Julien STROZYK, Lucia BEDOYA ROMERO, Damien ROY, Jean-Claude BARBOTIN. Marketing : Benoît EGON

REDACTION – redaction@terre-net.fr Rédacteur en chef : Pierre BOITEAU. Adjoints : Frédéric HENIN, Pierre CRIADO. Politique agricole, économie, gestion, société : Frédéric HENIN, chef de rubrique, Arnaud CARPON. Productions végétales : Mathilde CARPENTIER, chef de rubrique. Productions animales : Robin VERGONJEANNE. Machinisme, agroéquipements : Pierre CRIADO, chef de rubrique, Matthieu FREULON.

BASES DE DONNÉES & MARKETING DIRECT – infohyltel@hyltel.fr Hyltel Groupe ISAGRI Direction : Jean-Marie LAVIGNE. Direction commerciale : Christophe SEMONT. Chargés d’affaires : Pauline CURMER, Marine LOUVEL, Solène DOMEON, Yoan RANSINANGUE, Damien ROY. Responsable de la base : Grégory JAMAIN. Gestion technique de la base : Anthony RENAULT, Marc LE SCOEZEC, Hakim SIAD, Alexandra TIGEOT, Thibaut LOSFELD, Céline LECOMTE.

INFOGRAPHIE, FABRICATION – Infographie@terre-net.fr Direction artistique : Nicolas LEFRANC. Responsable maquettiste : Magali BOSSARD. Studio création : Mathilde GRIFFOIN, Julien KLEBER, Gaëlle MAQUAIRE, Cédric FINSAC. Responsable fabrication : Vincent TROPAMER.

N°29 - Octobre 2013. Tirage : 105000 / ISSN 2112-6690. N° enregistrement à la Commission paritaire des publications et agences de presse : 0313 T 90765. Crédits photos de la couverture : Fotolia, Terre-net Média, Création Terre-net Média

ABONNEMENT-SYNDICATION – abonnement@terre-net.fr Direction commerciale : Laurent GARREZ. Marketing marché : Amandine BANNERY. Chargées des abonnements : Angélique LEFEVRE, Elodie NALBO-CARON. Services aux abonnés : Lysiane ANDRIEU.

Soucieux de la préservation de l’environnement, la société Terre-net Média sélectionne des fournisseurs engagés dans une démarche environnementale. Ce magazine est imprimé sur du papier certifié PEFC issu de forêts gérées durablement. Les encres utilisées sont végétales. Tous les produits qui ont servi à la réalisation de ce magazine ont été recyclés ou retraités conformément à la certification IMPRIM’VERT.

SERVICES GÉNÉRAUX, JURIDIQUE & FINANCIER Directeur administratif & financier : Jean-Marc STAUFFER. Chef comptable : Nicole DROZ. Juriste : Nathalie GOUVERNET. Imprimé par Imprimerie LEONCE DEPREZ ZI «Le Moulin» 62620 RUITZ

Encarts : Ce numéro comprend deux encarts sélectifs : «ALTEC», «GRATECAP» déposés sur la 4ème de couverture. Éthique1 Annonceurs & Agences Remise des certificats d'envois postaux

Éthique2 Lecteurs Pas de publi-information dissimulée


TRI ANGLES Des prises de vue, notre point de vue

Place à l’optimisme

Quand est-ce qu’on positive ? Stop aux coups de gueule ! Moi qui critique volontiers les médias qui sombrent trop facilement dans le négativisme, c’est dit : ce mois-ci, je consacre cette page aux trois infos positives du moment pour l’agriculture. PAR PIERRE BOITEAU // pboiteau@terre-net-media.fr

A la recherche de la bonne nouvelle

A

© FOTOLIA

ïe aïe aïe. Même en me creusant la tête, je ne trouve pas l’info qui soit indiscutablement positive pour l’agriculture. Serais-je devenu pessimiste ? Non, allez, c’est juste l’ambiance pesante de la crise qui se mêle à l’angoisse de la page blanche. Commençons par un symbole… Le Space a connu une très forte affluence, preuve que le monde agricole a confiance en l’avenir.

Ha c’est bien ça, je suis sur la bonne voie… Chut ! Ne me parlez pas des sifflets des éleveurs et des salariés de l’agro-alimentaire pendant la visite du Premier ministre, JeanMarc Ayrault. Ni des déceptions suite à son discours officiel, qualifié au choix de trop régionaliste, de contradictoire, d’insuffisant voire de « mou ». Voilà c’est raté, je redeviens négatif… ●

Vous voulez réagir ? Retrouvez Pierre Boiteau sur Facebook : http://www.facebook.com/pierre.boiteauterrenetmedia, Twitter : @PBTerrenetMedia, Google+ : https://plus.google.com/u/0/111407470731866092791 ou contactez-nous par mail à redaction@terre-net.fr

Un lecteur vient de me frapper ! llez, je réessaie avec autre chose. Les prix de la viande ne sont pas si mauvais que ça. Oui, bon, ce n’est pas faux mais pas mirobolant non plus. L’implantation des cultures en cette fin d’été se passe bien, avec une météo favorable. Ha, je sens que ça vient. La moisson a été meilleure que prévu. C’est super ça, mon coco ! Et en plus, cela compense les prix actuels du blé. Attention, là je glisse sur une mauvaise pente… Le marché du lait est favorable et les prix devraient augmenter. Certes, mais on ne peut pas dire que les éleveurs français en

bénéficient. Et zut, je dérape à nouveau. En fait, il y a donc des signes plutôt positifs ou des infos "ni bonnes ni mauvaises" (non, je ne suis pas normand) mais je dois bien l’accepter : il n’y a pas de franche bonne nouvelle. Finalement, vous savez quoi, j’ai trouvé la "meilleure bonne info" : vu la situation et l’ambiance, ça ne peut qu’aller mieux. Aïe, un lecteur vient de me frapper ! Je n’aime pas la violence, mais je reconnais qu’il n’a pas tort, j’ai comme l’impression d’avoir une tête à claques aujourd’hui. ●

©F OTO LIA

A

Ce que j’en pense vraiment...

O

K, alors je dis ce que je pense. Ce qui est grave, c’est que la crise dans notre pays n’est pas conjoncturelle mais structurelle. D’où le pessimisme qui s’installe, et même un certain défaitisme, en agriculture comme dans les autres secteurs économiques. Comme je l’écrivais le mois dernier : « Va-t-on réagir nom d’un chien ! »

© FOTOLIA

Il y a trop d’années que rien ne bouge pour le long terme. Aujourd’hui comme hier, la politique de l’autruche, qu’elle soit molle ou agitée, ne sert à rien. Il importe que la politique agricole commune de l’Union

6

Terre-net Magazine I Octobre 2013

européenne et la loi d’avenir pour l’agriculture en France donnent clairement le cap, de préférence un bon cap, et sur la durée. Il y a pourtant de l’avenir et même des signes positifs. Heureusement ! Les besoins alimentaires mondiaux, dont on nous parle tant, en sont une bonne illustration. Globalement, les sondages confirment que les agriculteurs sont bien plus optimistes pour leur propre exploitation que pour l’ensemble du secteur agricole. Et comme toujours, ils s’adaptent et s’adapteront. Mais combien resteront au bord de la route ? ●


TERRE'MOMÈTRE

La température du monde agricole

Internet

Des agri-geeks de plus en plus mobiles L es agriculteurs sont de plus en plus mordus de la toile ! Sur les 82 % utilisant internet pour leur métier, 50 % se connectent plusieurs fois par jour selon l’enquête agrinautes-agrisurfeurs 2013(1). Trois ans auparavant, seuls 38 % étaient aussi accros.

Surtout, l’usage du net se fait de plus en plus mobile (cf. 2ème graphique) et les agri-geeks prennent peu à peu possession des smartphones. 22 % d’entre eux s’en servent pour surfer, alors qu’ils n’étaient que 13 % en 2012. Mais l’attrait pour la mobilité n’est pas le même

dans tous les secteurs de production, les céréaliers étant deux fois plus nombreux que les éleveurs à naviguer sur le web via leur téléphone.

Quel est le matériel que vous utilisez pour vous connecter à internet ?

© INFOGRAPHIES TERRE-NET MÉDIA // IMAGES : FOTOLIA

Pour vos besoins professionnels uniquement, vous utilisez internet : Source : enquête agrinautes-agrisurfeurs 2013(1)

Source : enquête agrinautes-agrisurfeurs 2013(1)

Céréaliers

Ordinateur fixe Polyculteurs-éleveurs Eleveurs bovins Tous producteurs confondus

Ordinateur portable

Tablette Smartphone

(1) Enquête réalisée par Bva auprès de 1.769 agriculteurs internautes, interrogés par questionnaire internet Cawi (computer-assisted web interviewing) entre le 29 avril et le 18 mai 2013. Les résultats sont redressés pour être représentatifs des 195.000 exploitations françaises connectées à internet (source : Rga 2010). La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : région et orientation principale de l’exploitation.

8

Terre-net Magazine I Octobre 2013


OPINIONS

TERRE'MOMÈTRE

Paroles de lecteurs Extraits des commentaires d’articles et des discussions sur les forums de Terre-net.fr et Web-agri.fr

« Est-ce avec le bio qu’on va nourrir le monde ? » Réagissant à l’article "Stéphane Le Foll veut plus de grandes cultures biologiques" paru sur Terre-net.fr, un lecteur s’exclame : « Faudrait plutôt encourager les cultures avec le strict minimum de produits phytos plutôt que vouloir faire du bio à tout prix ! Personnellement, je cultive 60 ha de céréales, je ne suis pas en bio et pourtant mon pulvé est à la ferraille depuis trois ans. Mes rendements sont satisfaisants et je ne pollue pas mes sols. Désherbage mécanique, semences traitées, doses d’azote divisées par deux... On peut faire du pain pour tout le monde et pas seulement pour les bobos ! » « Je dis bravo à notre ministre de l’Agriculture ! Est-ce avec le bio qu’on va nourrir la France et surtout les autres pays du monde ? », insiste Cédric. Source : commentaires d’article sur Terre-net.fr.

Racleur à chaîne ou hydraulique ? « Je pense construire un nouveau bâtiment pour mes vaches laitières et j’hésite entre un racleur à chaîne ou hydraulique. Que choisir ? », demande Billou. « Un racleur à chaîne s’use plus vite mais est plus économe en électricité car il ne possède qu’un moteur réducteur. Alors qu’un racleur hydraulique est équipé d’une centrale hydraulique, lui répond Bliss Bzh. En plus, un modèle hydraulique racle un côté puis l’autre tandis qu’avec un racleur à chaîne, les deux côtés sont faits en même temps. Certes, il faut entretenir la chaîne et les poulies mais entre la différence de prix et l’économie d’électricité, les modèles à chaîne me paraissent plus avantageux. Moi, en cinq ans, je n’ai eu aucun problème d’usure. » Source : forum général sur l’élevage de Web-agri.fr.

Un peu de souplesse de la part des pouvoirs publics ! « Voilà une nouvelle preuve de l’inutilité des pouvoirs publics français, qui s’acharnent à inventer des moyens pour pomper de l’argent aux contribuables et notamment aux agriculteurs. Après le nouveau carburant plus cher et moins performant (le Gnr, Ndlr), l’immatriculation obligatoire des outils, voici maintenant qu’ils exigent le permis poids lourd. Ras le bol ! », s’écrie Tassin après lecture de l’article "Législation – Bientôt des tracteurs à plus de 40 km/h et un permis pour les agriculteurs ?". Source : commentaire d’article sur Terre-net.fr.


SYNDIC'ARÈNE Le pluralisme des idées

Liberté d’entreprendre, environnement, vie des territoires, social…

Engagés pour défendre leur métier

Vivre et travailler en zone rurale. Qui, mieux que les agriculteurs, peut comprendre ce que cela implique ? Syndicalement engagés, Laurent Bertho, Jean-Pierre Fonbaustier et Dorian Brun s’impliquent autrement pour faire entendre la voix des producteurs. PROPOS RECUEILLIS PAR ARNAUD CARPON // acarpon@terre-net-media.fr

Jean-Pierre Fonbaustier

Confédération paysanne Céréalier, Indre. Membre du comité national de la Confédération paysanne, président d’Indre nature, principale association de protection de la nature du département.

«

P

eu d’exploitants agricoles font partie d’associations environnementales. C’est dommage, car c’est un bon moyen pour comprendre les exigences des autres gestionnaires du milieu naturel, mais aussi pour les sensibiliser sur la réalité de notre métier. J’ai toujours été sensible à la nature. Je me suis donc investi dans Indre nature. Beaucoup sont surpris quand je leur explique que mon exploitation est en production conventionnelle. La plupart des gens sont persuadés que seul le bio est compatible avec la préservation de la biodiversité. Je m’efforce, au contraire, de démontrer que cette vision manichéenne n’est pas constructive et que tout le monde doit faire des efforts. En tant qu’agriculteur, je fais des propositions pour améliorer les pratiques de la profession. Avec Indre

nature, nous avons mis en place une mesure agro-environnementale territorialisée pour mieux gérer les prairies humides du secteur de Boischaut sud. Plusieurs dizaines de producteurs y ont sous-crit et moyennant 165 € par hectare et par an, ils s’engagent à adopter des pratiques favorables à la flore, comme le maintien et l’entretien des haies. Pour ma part, j’ai effectué des aménagements autour de mes parcelles. En quelques années, la faune et la flore se sont bien diversifiées : quatre espèces d’orchidées ont même été recensées. Ce type de démarche, qui favorise le dialogue et le consensus entre agriculteurs et écologistes, est à reproduire. » ●

Laurent Bertho

« Etre en prise directe avec les événements »

© LAURENT BERTHO

Coordination rurale Polyculteur-éleveur, Côtes-d’Armor. Trésorier de l’Organisation des producteurs de lait, conseiller municipal de Saint-Gilles-Vieux-Marché, vice-président de la Communauté de communes de Guerlédan et président de la commission "environnement".

«

Icontribué, avec d’autres agri-

l y a quelques années, j’ai

culteurs déçus du syndicalisme majoritaire, à la redynamisation de la Coordination rurale dans les Côtes-d’Armor. A travers mon engagement syndical, je veux défendre non seulement l’idée de prix rémunérateurs mais également la liberté d’entreprendre des paysans qui, malheureusement, est de plus en plus menacée. Le modèle de l’intégration, conforté dans certaines filières, risque de se développer ailleurs. En production laitière comme dans d’autres secteurs, nous sommes trop souvent 10

Terre-net Magazine I Octobre 2013

considérés comme de simples apporteurs de matière première. Notre pouvoir de décision est très limité alors que nous endossons une responsabilité financière énorme. Malgré la difficulté de concilier le travail sur l’exploitation, les réunions et la vie de famille, je voulais aussi m’impliquer localement. A la communauté de communes, il y a de plus en plus d’élus sans la moindre attache agricole. Avec d’autres producteurs, j’essaie d’expliquer ce que nous vivons au quotidien dans les territoires ruraux. Notre point de vue permet de recentrer les débats. S’investir dans la vie locale est certes fatiguant mais toujours enrichissant, car nous sommes constamment en prise directe avec les événements qui se passent autour de nous. Les agriculteurs peuvent déplorer représenter moins de 2 % de la population active, mais ils entretiennent 80 % du territoire ! Pour cette raison, ils doivent s’engager localement. En tout cas, nous ne pouvons pas nous plaindre sans rien faire pour changer les choses. » ●

© JEAN-PIERRE FONBAUSTIER

« Faciliter les échanges entre gestionnaires de la nature »


SYNDIC'ARÈNE

Dorian Brun

« L’engagement, un exercice très formateur » Jeunes agriculteurs Polyculteur-éleveur, Ain. Membre du bureau des JA de l’Ain, président du comité d’organisation de la finale nationale de labour 2013.

«

Jde labour. J’y participe

e connais bien les concours

© JEUNES AGRICULTEURS

régulièrement depuis que je suis adolescent. Mais j’étais loin d’imaginer que la préparation d’une finale nationale(1) serait si prenante. Il y a plus d’un an, le président des JA de l’Ain m’a sollicité pour que je sois à la tête de l’organisation de la manifestation, qui a lieu cette année à deux pas de chez moi. L’idée de mener un tel projet m’a d’abord fait un peu peur, mais j’ai accepté en me disant que ça me permettrait de prendre un peu plus de responsabilités au sein de mon département.

Organiser la finale nationale de labour n’a pas été de tout repos. Tout d’abord, il faut démarcher de nombreuses entreprises et organismes agricoles et les convaincre de soutenir l’événement. Mais l’exercice m’a plu car il a été très formateur. Le plus dur à gérer peut-être, c’est le manque de temps. Pendant plusieurs mois, je me suis beaucoup absenté de l’exploitation, alors que nous finissions à peine la mise aux normes des bâtiments. Finalement, un an de travail a été nécessaire pour présenter, durant trois jours, toute la richesse de l’agriculture de l’Ain. Une énorme vitrine, qui est également un lieu d’échanges unique entre agriculteurs et citoyens. C’est important de leur expliquer comment nous travaillons, parce qu’ils se posent beaucoup de questions sur leur alimentation. » ● (1)La 60ème finale nationale de labour, organisée par Jeunes agriculteurs à Ars-sur-Formans dans l’Ain, du 20 au 22 septembre 2013, a attiré 80.000 visiteurs.

Trois avis par mois Tous les syndicats sont sollicités, à tour de rôle, afin de garantir le pluralisme.


IMPACT

Votre horizon

Tribune de Stéphane Gérard

Les Cuma prêtes à produire autrement Stéphane Gérard attend beaucoup du projet de loi d’avenir agricole pour offrir de nouvelles perspectives aux Cuma. Et surtout pour placer les coopératives de matériel agricole au cœur du dispositif des groupements d’intérêt économique et environnemental. PAR STÉPHANE GÉRARD, PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION NATIONALE DES CUMA // RUBRIQUE RÉALISÉE PAR ARNAUD CARPON // acarpon@terre-net-media.fr

«

L

Impulser un droit coopératif qui ose innover La Fncuma(1) accompagne fortement ces changements comme le montre son programme politique adopté en 2012 : d’une part, en réaffirmant l’attachement de son réseau aux valeurs coopératives et d’autre part, en menant une réflexion sur la pluralité des démarches coopératives, parfois au-delà du statut Cuma. Ses actions de développement en tiennent compte également. Pour preuve : les outils comme "Cuma 2020" et le travail important et structurant, effectué avec différents partenaires, sur la coopération agricole de production afin d’enrichir les initiatives collectives qui y sont entreprises. Nous restons en effet convaincus qu’aujourd’hui plus que jamais, gérer des moyens à plusieurs, c’est innover et nous faisons le pari que la coopération se développera autour de l’acte de production. C’est avec ces convictions que nous abordons le projet de loi d’avenir agricole et que nous nous impliquons dans les orientations données par Stéphane Le Foll sur l’agro-écologie. La loi d’avenir doit fortement encourager le développement des Cuma grâce à des politiques de financement incitatives : prêts

12

Terre-net Magazine I Octobre 2013

« D’un point de vue statutaire, les Cuma ne doivent pas être limitées à la seule mise à disposition de matériel car de nombreux agriculteurs désirent aller beaucoup plus loin dans la mutualisation », selon Stéphane Gérard, président de la Fédération nationale des Cuma.

bonifiés, financement pérenne du développement agricole à la hauteur des actions mises en œuvre. En parallèle, il faut faire en sorte qu’aucune mesure ou réglementation appliquée à titre individuel ne soit plus avantageuse que celles en vigueur pour les Cuma. Or, pour l’heure, de nombreux points ne vont pas dans ce sens. Les aires collectives de lavage des pulvérisateurs, par exemple, sont soumises au régime des installations classées alors que les aires individuelles ne le sont pas. Il est aussi très difficile, pour les Cuma, de construire des hangars en zone agricole. En matière d’emploi, il devient indispensable de lever les freins à l’embauche et au partage de salariés. D’un point de vue statutaire, les Cuma ne doivent pas être limitées à la seule mise à disposition de matériel car de nombreux agriculteurs désirent aller beaucoup plus loin dans la mutualisation. La Fncuma souhaite participer à la construction d’une politique publique, qui s’appuie sur les groupes d’agricul-

teurs, afin de construire de nouvelles pratiques agro-écologiques. Les organisations collectives sont de véritables leviers du développement agricole, notamment en matière environnementale. En outre, dans le contexte budgétaire actuel, nous défendons le principe d’une priorisation des financements publics vers les démarches collectives. Enfin, l’essor de l’agro-écologie passe concrètement par la résolution d’un certain nombre de questions, à la fois techniques et organisationnelles, liées aux agroéquipements.

Des Giee à taille humaine Ainsi, les groupements d’intérêt économique et environnemental (Giee) doivent favoriser des projets ayant une double performance, à la fois économique et environnementale. Le dispositif doit alors nécessairement inclure un soutien à la mutualisation des outils utilisés, au partage des salariés, à l’optimisation technico-économique des chantiers agro-écologiques entre les exploitations d’un même territoire.

© TERRE-NET MÉDIA

a diversité est une des caractéristiques fortes de l’évolution de l’agriculture et sa prise en compte une des clés de l’avenir du secteur. Cette diversité se retrouve aujourd’hui partout, au niveau des types d’agriculture, des systèmes de production et de culture, des organisations collectives. Elle impacte les Cuma dans leurs projets, leurs activités, leurs modes de fonctionnement et d’organisation et leurs liens avec les autres acteurs du territoire.


IMPACT Il importe aussi que les Giee facilitent Il s’avère par ailleurs essentiel que les Giee l’action collective. Nous recommandons soutiennent l’animation et la formation idéalement des groupes à taille humaine, des groupes d’agriculteurs engagés dans composés d’une quinzaine d’agriculteurs, l’agro-écologie. Le dispositif doit rendre où les engagements des membres ne se ré- obligatoire une co-animation pour mobiliser duisent pas à ceux pris par une double compéla structure, mais corres- « Développer l’expertise tence : une expertise pondent à une participation sur les questions agro-écologique. » effective et financière dans agro-écologiques l’organisation. La proximité géographique évidemment et en matière d’accompagneet la dynamique d’ouverture des agricul- ment de groupes (gestion des plannings, de teurs assurant une certaine cohérence ter- l’organisation du travail et des relations ritoriale. humaines, des conflits, du risque ; investissements partagés…). De notre point de vue, les Giee ne doivent pas consister en une simple reconnaissance Les Cuma prêtes d’un projet, mais doivent se traduire oblià produire autrement gatoirement par des engagements d’agriculteurs et des contreparties immédiates. Le ministre de l’Agriculture prévoit la maAinsi, ils devraient être officialisés par la joration des aides pour les investissements co-signature d’un contrat entre les poucollectifs. Cette mesure doit aller en priovoirs publics, une structure collective exisrité aux actions conduites collectivement et tante et ses adhérents. non à celles entreprises individuellement Les Giee doivent offrir aux groupes un dans le cadre du Giee. Ce principe réduirait cadre de travail nouveau et, en particulier, les démarches opportunistes. des dispositions spécifiques pour simplifier le "faire ensemble". Ainsi, il faudrait Les Giee doivent aussi permettre d’évenautoriser les Cuma à réaliser des opérations tuelles évolutions. Il est donc nécessaire accessoires, dans la limite non plus de 5 % de créer un système d’avenant au contrat mais de 20 % du chiffre d’affaires.

pour l’entrée de nouveaux adhérents et l’élargissement à de nouvelles thématiques. Enfin, les Giee doivent donner l’opportunité d’étudier la faisabilité d’un droit à l’expérimentation territoriale en matière de règles environnementales collectives. Pour cela, un réseau national de Giee pourrait bénéficier d’un accompagnement spécifique, notamment scientifique et administratif. L’Etat doit par ailleurs appuyer la mise en place d’un réseau de capitalisation et d’échanges entre les porteurs de projets reconnus. Sur la base des propositions avancées ici, les orientations nationales qui seront prises devront être suffisamment impliquantes. Ceci pour que la démarche reste cohérente dans la diversité des déclinaisons régionales qui seront mises en œuvre et le foisonnement des initiatives de terrain. La Fncuma demande que son réseau soit associé aux différents groupes de travail, constitués au niveau national et régional pour piloter le dispositif. Oui, le réseau Cuma est prêt à produire autrement. Les politiques instaurées par le gouvernement et, en particulier, la loi d’avenir agricole doivent nous y aider. » # (1) Fédération nationale des coopératives d’utilisation de matériel agricole


CHAMP PLANET’TERRE

Passe et impasse

Des éleveurs de ruminants ont trouvé leurs marchés de niche Pour certains éleveurs, le bonheur est dans les prés pâturés par des ruminants qu’il est plus commun de chasser que d’élever. Parmi eux, des passionnés de cerfs en Nouvelle-Zélande et de bisons en France, comme il en existe en production bovine et ovine sur les cinq continents. Leurs systèmes sont déjà économiquement et écologiquement performants. Mais ce type d’élevage reste une activité de niche ! PAR FLORIAN CHARLES, ÉLÈVE INGÉNIEUR À PURPAN // RUBRIQUE RÉALISÉE PAR FRÉDÉRIC HÉNIN // fhenin@terre-net-media.fr

© FLORIAN CHARLES

En Nouvelle-Zélande Graham Carr, éleveur de cerfs à South Canterbury (île du sud)

Des bois aux sabots, tout est valorisable !

P

rès de 7.000 cerfs sur 1.300 hectares : ce sont les dimensions de l’élevage de Graham Carr, installé depuis 1987 à South Canterbury en NouvelleZélande, dans une région rurale de l’île du sud. A l’époque, l’élevage de cerfs commençait seulement à se développer. Mais Graham, véritable businessman, a très vite compris qu’il pourrait tirer des profits substantiels de cette production. Des bois aux sabots des cerfs, tout est valorisable !

Un travail de sélection poussé La valeur ajoutée de l’élevage repose essentiellement sur la production et la vente de bois de velours (substance duveteuse, "velvet" en anglais, qui recouvre les ramures en croissance du cerf rouge et du wapiti), et dont les vertus médicinales sont appréciées en Asie. Ce velours est utilisé entre autres pour 14

Terre-net Magazine I Octobre 2013

Grâce à un travail de sélection poussé, la plupart des animaux du troupeau possèdent de grandes ramures.

lutter contre l’arthrite et l’hypertension. Il est possible d’en récolter jusqu’à 10 kg par an par animal (les bois tombent puis repoussent chaque année, ce qui permet des collectes régulières). A 60 €/kg, cette activité s’avère très rentable.

Seuls les animaux de plus de quatre ans produisent du bois de velours vendable. Sur l’exploitation de Graham, les animaux destinés à cette valorisation sont issus d’un travail de sélection poussé, qui s’étale sur les trois premières années de leur vie. L’objectif : ne conserver que les jeunes Les animaux sont donc suivis de près. mâles, disposant d’un potentiel de dévelopLorsque les ramures sont arrivées à matu- pement intéressant de leurs bois. Au fil des rité, les cerfs sont conduits dans un bâtiment ans, cette sélection a naturellement abouti pour être anesthésiés afin de à un troupeau aux grandes scier leurs bois. Ceux-ci se- A 60 €/kg, le bois ramures. ront ensuite gelés et vendus Autre activité de l’exploitaà des transformateurs. de velours est tion : la vente aux enchères Le velours est prélevé sur d’animaux reproducteurs, au très rentable. sein même de l’élevage répules bois avant qu’ils n’aient commencé à se calcifier. té pour son niveau génétique. Comme toutes les ramures arrivent à maturi- Des producteurs venus de tout le pays parté simultanément, le "velveting" (collecte du ticipent. Avec des mises à prix aux alenvelours) constitue une période de travail très tours de 5.000 €, les animaux sont parfois chargée car il faut s’occuper de plusieurs adjugés à plusieurs dizaines de milliers milliers de cerfs quasiment en même temps. d’euros. Graham produit également de

© FLORIAN CHARLES

South Canterbury


CHAMP PLANET’TERRE

Muriel et Laurent Balembois à Lanuéjols (Gard)

Emplois, marges… : des éleveurs de bisons très futés

Cproduction de gibier est, pour cererfs, sangliers, autruches, etc. : la

tains paysans, une alternative à l’élevage conventionnel. Autrement dit : le moyen de vivre leur passion sans être pieds et poings liés à des réseaux de commercialisation, dont les règles de fonctionnement leur échappent parfois. En se lançant dans l’élevage de bisons en 1991 puis, quelques années après, dans celui de bovins de race black angus, Muriel et Laurent Balembois faisaient partie des pionniers en France. En vingt ans, ils n’ont pas seulement constitué un cheptel de 250 bovidés originaires d’outre-Atlantique. Ils ont bâti toute une filière à Lanuéjols en créant des emplois salariés (trois au total) et saisonniers en zone rurale.

la viande de faon de moins d’un an, vendue 5,5 €/kg et exportée en Allemagne, en Belgique et aux Pays-Bas, où elle est consommée principalement durant les fêtes. Les anciens reproducteurs et les animaux qui n’ont pas été retenus pour la production de bois sont aussi abattus. Aucune sélection génétique n’est donc menée pour la production de viande. Les mâles comme les femelles sont nourris d’herbe et complémentés en orge.

L’attrait du grand public pour ce type d’animaux a été la clé de la réussite du projet. Dès 1994, Muriel a ouvert une ferme auberge où elle vend en direct les produits frais et transformés issus de la viande du troupeau. Mais comme Graham en Nouvelle-Zélande, les éleveurs n’ont pu compter que sur euxmêmes pour développer leur atelier. Les aides et les prêts bo- Pendant longtemps, les bisons n’ont pas été éligibles à la Pmtva. nifiés à l’installation n’ont été que des coups de pouce finantières premières destinées à l’alimentation ciers tant les défis à relever étaient énormes. animale que n’importe quel producteur. De plus, pendant longtemps, les bisons n’ont Ceci dit, ils ont la possibilité de répercuter pas été éligibles à la Pmtva. Jusqu’en 2012, l’augmentation de leurs charges sur les prix. Muriel et Laurent ne bénéficiaient donc que Selon les morceaux, le kilo de viande est de l’Ichn et de la Phae. vendu au consommateur entre 15 et 45 € ; les caissettes d’Angus 12 €/kg. Les bisons resteront une niche En fait, la production de viande restera une niche sur l’exploitation. Les éleveurs ont Enfin, élever des bisons et des bovins black donc les moyens de compenser le manque angus exige de solides compétences zooà gagner que représente l’absence d’aides techniques et vétérinaires car les technipubliques pendant des années. Des aides ciens et les conseillers français ne sont pas indispensables aux éleveurs de bovins et formés à ces productions. d’ovins conventionnels pour dégager un Laurent et Muriel sont soumis aux mêmes revenu, même faible ! ● contraintes de volatilité des prix des maFRÉDÉRIC HÉNIN

Lorsqu’ils ont atteint un poids satisfaisant, ils sont vendus par lot. Un camion passe à la ferme et les amène à l’abattoir. Dernier débouché pour les cerfs, mineur celui-ci : la vente d’anciens reproducteurs à des sociétés de chasse, à des prix exorbitants. De conformation parfaite et dotés de splendides ramures, ces animaux sont chassés par des touristes qui récupèrent leur tête comme trophée. ●

A savoir Des cerfs à l’herbe toute l’année...

© FLORIAN CHARLES

© RANDALS BISON

En France

La ferme, initialement vouée à la production ovine, s’étend aujourd’hui sur plus de 1.300 ha et compte environ 7.000 cerfs. 200 moutons et 200 vaches y sont aussi élevés. Son emplacement en bordure de chaîne montagneuse lui permet de bénéficier d’un microclimat tempéré très favorable à l’élevage. Les cerfs sont en liberté La valeur ajoutée de l’exploitation repose essentiellement sur la production toute l’année et se nourrissent et la vente de bois de velours (substance duveteuse recouvrant les ramures d’herbe sur des parcelles de 2 à

15 ha. Leur ration est complétée avec des céréales d’hiver qu’ils consomment directement sur pied. La majorité des cervidés de l’exploitation sont de race english red deer, mais il y a aussi des animaux de races hongroise et furzeland. Ces derniers ont une croissance plus rapide que les Red deers. Ils produisent en revanche moins de "velvet" et sont plus agressifs. L’élevage emploie aujourd’hui sept personnes à temps plein : un manager, Steeve Blanchard, une secrétaire et trois employés permanents, ainsi que deux jeunes avec un turn-over important.

…et résistants à la paratuberculose L’exploitation de Graham est pionnière en matière de sélection génétique. Comme l’éleveur n’a conservé dans son troupeau que les animaux résistants à la paratuberculose, plus de 99 % de son cheptel possède aujourd’hui cette caractéristique. Un pourcentage élevé, résultat de 26 ans de travail. Appelée aussi maladie de Johne, la paratuberculose est une pathologie courante en Nouvelle-Zélande et pose beaucoup de problèmes dans les élevages. ●

des cerfs).

Terre-net Média : Terre-net.fr - Web-agri.fr - Terre-net-Occasions.fr I Octobre 2013

15


INFLEXION

La valeur ajoutée est à vous

Plus d’un tiers des exploitations laitières ou mixtes et un quart des élevages allaitants possèdent un atelier d’engraissement. La taille des élevages spécialisés a tendance à augmenter et l’effectif moyen dépasse 110 jeunes bovins.

Une production créatrice de valeur pour qui sait la garder Engraisser des jeunes bovins, c’est faire le pari que le prix de vente des animaux gras couvrira le prix des broutards maigres et les coûts de production. D’après l’Institut de l’élevage, l’engraissement des mâles, comme des femelles, peut être une activité créatrice de valeur ajoutée pour les naisseurs français. A certaines conditions... PAR ROBIN VERGONJEANNE // rvergonjeanne@terre-net-media.fr

Lpéen de viande bovine malgré une baisse

a France est le premier producteur euro-

structurelle de production, due notamment à un cheptel laitier en constante régression. Pourtant, depuis 2004, la balance commerciale reste déficitaire en viande finie. Selon l’Institut de l’élevage, deux tiers des bovins laitiers mâles nés en France sont valorisés en veaux de boucherie et presqu’un mâle de race allaitante sur deux est exporté en maigre, à plus de 80 % vers l’Italie, pour être ensuite engraissé. Cependant, limitée par une forte pression foncière, l’Italie importe moins de bovins maigres qu’auparavant. Finir davantage de broutards sur le sol français permettrait de réduire notre dépendance vis-à-vis du marché italien et de développer de nouveaux débouchés, sur le pourtour méditerranéen (Maghreb, Turquie, Liban) voire plus loin (Moyen-Orient, Asie du Sud-Est).

Retour à des prix modérés Les enjeux de la filière engraissement sont dictés par la conjoncture. Pour les engraisseurs de broutards, l’indice Ipampa (indice

16

Terre-net Magazine I Octobre 2013

des prix d’achat des moyens de production Grâce à la diversité des modes de agricole) a progressé de 8,6 % au cours de conduite alimentaire envisageables, l’engraissement s’adapte facilement au l’année 2012 Les coûts de production des jeunes bo- contexte de l’exploitation. Toutefois, la vins français (JB) demeurent près d’une mise en place de cet atelier est souvent fois et demi plus élevés qu’au Brésil ou liée à la possibilité de pouvoir cultiver en Argentine, même si l’écart diminue du maïs fourrage. Ainsi, la plupart des actuellement. Avec la baisse des cours des jeunes mâles sont engraissés dans le croissant laitier de l’ouest et matières premières amorcée ces der- Coûts de production : les mouvements de bovins nières semaines, maigres en provenance des qui devrait se pour- du simple au double bassins allaitants sont nombreux. L’engraissement des suivre durant les prochains mois, et une demande en viande génisses demeure une activité complébovine globalement favorable, l’engraisse- mentaire chez plus de la moitié des naisment peut redevenir une activité créatrice seurs. de valeur ajoutée pour les naisseurs franCes dernières années, la concurrence avec çais et surtout moins risquée qu’avant. les cultures de vente s’est renforcée, mais « Cette production est souvent perçue les régimes à base d’ensilage de maïs ou comme spéculative en raison de la re- mixtes (maïs + coproduits) se sont maincherche constante d’opportunités concer- tenus. Tandis que les conduites en ration nant la différence de prix entre le maigre sèche (paille, céréales et compléments et le gras, fait remarquer Patrick Sarzeaud azotés) sont en recul chez les naisseursde l’Institut de l’élevage. Elle exige des engraisseurs, même si elles sont souvent efforts permanents pour bien valoriser les plus économes en temps de travail. aliments, les surfaces, la main-d’œuvre et Pourtant, « quel que soit le type de conduite alimentaire choisi (100 % concentrés, les équipements disponibles. »

© TERRE-NET MÉDIA

Engraissement


pulpe, pulpe + maïs, maïs, maïs + herbe), les coûts de production varient énormément entre élevages, parfois du simple au double, y compris entre ceux pratiquant des rations similaires, note Patrick Sarzeaud. L’important, c’est de garder un équilibre entre le produit viande et le coût alimentaire. »

Economies d’échelle Entre 2007 et 2011, le résultat courant par unité de main-d’œuvre des systèmes naisseurs était comparable à celui des naisseurs-engraisseurs. Pendant cette même période, la marge brute par JB des élevages spécialisés (204 JB en moyenne) a grimpé de 108 %, grâce notamment à l’augmentation du prix de vente de 17 % (325 €/100 kg de carcasse en moyenne en 2011). D’après une étude de l’Institut de l’élevage, la rentabilité des engraisseurs spécialisés s’avère assez variable : l’écart de coûts de production entre le tiers des élevages, affichant les niveaux les plus bas et le tiers

des exploitations aux valeurs les plus élevées, est en moyenne de 97 €/100 kg de poids vif. La baisse des coûts de production (CP) semble s’expliquer principalement par des économies d’échelle : le groupe "CP bas" produit 323 JB en moyenne, le groupe "CP élevés" 181. L’engraissement nécessite des efforts permanents pour bien valoriser les aliments, les surfaces, la main-d’œuvre et les équipements disponibles.

En allant davantage dans le détail, on s’aperçoit qu’il y peu de différences au niveau du coût alimentaire. Ce sont avant tout les facteurs de production (travail, foncier, capital…) et le matériel, et dans une moindre mesure les frais d’élevage, qui creusent l’écart de rentabilité entre ces deux groupes.

© TERRE-NET MÉDIA

INFLEXION

ture à l’autre : le tiers inférieur des élevages produit en moyenne 27.000 kg de viande/Umo (unité de main-d’œuvre) et le tiers supérieur 45.000 kg/Umo. Néanmoins, les gains réalisés sur la productivité du travail peuvent être grignotés par d’importantes charges de mécanisation ou de bâtiment. ●

De même, la productivité de la maind’œuvre fluctue beaucoup d’une struc-

© INFOGRAPHIE TERRE-NET MÉDIA

Source : Institut de l’élevage

INITIATIVE

Votre conseiller vous proposera sûrement Cap’Eco

Cla production et des coûts opérationap’Eco, pour "Calcul automatisé de

nels en élevage bovin viande", permet d’effectuer des diagnostics technicoéconomiques. L’objectif : suivre 20.000 exploitations d’ici trois ans grâce aux 420 conseillers en productions animales formés à l’utilisation du logiciel. Se comparer à des références Opérationnel depuis le printemps dernier, Cap’Eco est le résultat d’un travail

de collaboration entre l’Institut de l’élevage, qui pilote la démarche, les organisations de producteurs commerciales, les Chambres d’agriculture, Bovins Croissance, CerFrance et FranceAgriMer. « Nous avions besoin d’un outil commun d’analyse des coûts de production entre les différents organismes de conseil en élevage, explique Patrick Sarzeaud de l’Institut de l’élevage. Le dispositif doit aider à mettre en œuvre une approche complète de la productivité et des coûts de production dans les ateliers bovins viande ou mixtes lait-viande. »

Le logiciel, installé sur les ordinateurs portables des conseillers, calcule des critères de coûts opérationnels (charges de structures non comprises) et de productivité : fourrages et concentrés produits et achetés, frais d’élevage… Les éleveurs peuvent comparer leurs performances de production et de reproduction, leurs coûts alimentaires et vétérinaires, leurs charges d’approvisionnement des surfaces fourragères et des parcelles de céréales autoconsommées, etc., par rapport à des références (par région, système d’élevage…). ●

Terre-net Média : Terre-net.fr - Web-agri.fr - Terre-net-Occasions.fr I Octobre 2013

17


EN AVANT MARGE

Les clés pour vous positionner

Lait infantile

Les Chinois se ruent sur les poudres importées Année après année, le déficit de produits laitiers se creuse en Chine. Comment satisfaire la demande qui croît plus rapidement que l’offre ? PAR ROBIN VERGONJEANNE // rvergonjeanne@terre-net-media.fr

En effet, la population a été marquée par le scandale de la mélamine dans le lait en 2008 (300.000 enfants malades et six morts). Introduite par des intermédiaires, cette substance permet de masquer le faible taux protéique du lait coupé avec de l’eau. « Malgré les campagnes de lutte contre l’insécurité alimentaire, des accidents sanitaires continuent de se produire dans le pays », observe l’économiste.

Importations multipliées par 10 Ainsi selon l’Institut de l’élevage, les importations chinoises de préparations pour bébés ont été multipliées par 10 en 10 ans. Elles dépassent 90.000 tonnes en 2012, issues essentiellement de Nouvelle-Zélande. « Le marché intérieur des poudres de lait infantiles est estimé à cinq milliards de dollars, poursuit Jean-Marc Chaumet. Afin de faciliter les importations, l’empire du Milieu a baissé pour 2013 les droits de douane sur ces produits de 20 à 5 %. » « Mais ces décisions ne suffiront sans doute pas à rassurer les parents chinois, qui cherchent par tous les moyens à se procurer du lait pour leurs enfants. Hong-Kong, où les droits de douane sont minimes, a même été confronté à une pénurie d’envergure. Les autorités ont dû prendre des mesures drastiques (limitation du poids des bagages, pas plus de deux boîtes de lait par personne, etc.) pour maintenir des quantités de lait infantile suffisantes dans le pays et stopper les trafics vers la Chine continentale. » 18

Terre-net Magazine I Octobre 2013

Importations chinoises de préparations pour nourrissons 1.000 tonnes 100 90 80

X 10

70 60 50 40 30 20 10

0 En 10 ans, les importations chinoises de préparations pour bébés ont été multipliées par 10.

Source : Institut de l’élevage

L

es touristes chinois rapportent des boîtes de poudre de lait pour nourrissons dans leurs valises et les jeunes venus étudier en Europe en envoient à leur famille par colis ! », raconte Jean-Marc Chaumet de l’Institut de l’élevage.

Ordinateur portable

De même, les importations des autres produits laitiers sont en augmentation constante. La Nouvelle-Zélande demeure le principal fournisseur de la Chine et ses parts de marché sont même en progression dans le pays : 96 % pour la poudre grasse, 63 % pour la poudre maigre, 90 % pour le beurre et 36 % pour le fromage. Quant à l’Union européenne, elle représente 43 % des importations de poudre de lactosérum, derrière les Etats-Unis (46 %).

Le haut de gamme a la cote Traditionnellement, les Chinois mangent peu de produits laitiers : 30 l/an/habitant en moyenne, alors qu’un Français en consomme dix fois plus. Néanmoins, la "mondialisation de l’alimentation" créée de nouvelles habitudes de consommation avec par exemple l’arrivée des hamburgers ou des pizzas, qui contiennent du fromage bas de gamme, aux côtés des nems et du canard laqué.

Cependant, « les produits chers et haut de gamme, comme les yaourts ou le lait liquide non reconstitué à partir de lait en poudre, connaissent une croissance fulgurante, de plus de 134 % en 2012 ! » ● A la recherche de génisses Avec un prix du lait autour de 0,40 €/l, la production laitière chinoise progresse de 6 % par an (33,8 millions de tonnes en 2012) mais n’a pas retrouvé son niveau de 2007, avant la crise de la mélamine (36 Mt). Le nombre de vaches, estimé à 8 millions, augmente de 5 % par an. En 2012, près de 128.000 vaches et génisses ont été importées d’Australie, de Nouvelle-Zélande et d’Uruguay, soit une hausse de 30 % par an. Les gros troupeaux laitiers se multiplient et aujourd’hui, un tiers des vaches chinoises appartiennent à un cheptel de plus de 100 VL. Plus étonnant encore, la Chine a importé en 2012 450.000 t de foin américain. Source : Institut de l’élevage

© INFOGRAPHIE TERRE-NET MÉDIA

«


EN AVANT MARGE

Stockage à la ferme

Une intallation bien pensée rapporte Pour Arnaud Fleury, directeur du développement chez Agri Consult(1), le stockage des grains à la ferme optimise les coûts et la logistique à la moisson. Interview. PAR MATHILDE CARPENTIER // mcarpentier@terre-net-media.fr

T

erre-net Média (Tnm) : Qu’est-ce qui Tnm : Vous parlez de maîtrise des coûts, peut motiver un producteur à stocker avez-vous des éléments concrets ? AF : L’intérêt économique du stockage à sa récolte ? Arnaud Fleury (AF) : D’abord, un sou- la ferme dépend des caractéristiques de hait d’indépendance. L’agriculteur dis- chaque exploitation et de l’organisation pose de sa marchandise et peut optimiser des chantiers de récolte. Pour un bénéfice sa commercialisation. Il maîtrise éga- maximum, il faut réfléchir son investislement mieux ses coûts, en supprimant sement matériel selon le choix d’alloteles frais de stockage et de séchage à la ment, le type de manutention et les coûts de génie civil. On obtient un coût à la coopérative. C’est aussi un moyen d’améliorer la tonne stockée. logistique des chantiers de récolte : distances à parcourir moindres du champ au Tnm : L’agriculteur peut-il mieux négopoint de stockage, gain en souplesse et cier le prix de vente de sa marchandise ? en temps pour le producteur qui, en géné- AF : Le stockage à la ferme n’est pas un outil de spéculation peut ral, est équipé en manutention Ann AGRI JCBmieux Fin.TerreNetMag 210x149 que 07_2013 24/09/13 10:31 mais Page 1 aider à sécuriser sa commercialisation. Nombre l’organisme collecteur.

de nos clients continuent à vendre à leur coopérative. Certains s’assurent qu’ils atteignent bien leur prix de revient et leur objectif de marge en commercialisant la majorité de leurs volumes via des contrats physiques. Et s’ils se sentent à l’aise avec les marchés à terme, ils vendent un pourcentage de leur production en fonction des fluctuations des cours. ●

Sur le web : Lire l’intégralité de l’interview sur www.terre-net.fr/mag/29stockage

(1) Agri Consult propose des installations de stockage, séchage, manutention, nettoyage et ventilation des grains.

UN FILTRE À PARTICULES EN MOINS, DES AVANTAGES EN PLUS. JCB FINANCE OFFRE

Ni filtre à particules, ni AdBlue

Visibilité accrue et maniabilité maintenue

Système JCB Livelink Jusqu’à 15 % de couple en plus

3 campagnes à %*

PubliLand 09/13

Jusqu’à 13 % d’économie de carburant Motorisation JCB EcoMax T4i 110 cv, 125 cv ou 145 cv

Evolution de la transmission et de l’instrumentation du tableau de bord

* Offre de crédit classique 3 campagnes, avec la 1ère échéance à 1 mois de la livraison, valable pour les TELESCOPIC JCB neufs du modèle 526-56 au 550-80 (hors accessoires), Intervention dans la limite de 70 % du prix du tarif public conseillé HT du matériel jusqu'à concurrence du prix de vente HT et pour tout bon de commande signé auprès d’un concessionnaire du réseau JCB AGRI entre le 1er août et le 31 octobre 2013, hors frais de dossier, sous réserve d'acceptation de ce dossier par JCB FINANCE - SAS au capital de 11 490 021 euros - 46/52 rue Arago Le Métropole - 92800 Puteaux Cedex - 398 051 045 R.C.S Nanterre.

Les nouveaux TELESCOPIC JCB ont été créés sans compromis. Le moteur JCB EcoMax, plusieurs fois primé, fonctionne sans traitement de post combustion : sans filtre à particules ou système de réduction catalytique sélective (AdBlue). La visibilité est ainsi accrue et la maniabilité maintenue. Ces nouvelles innovations permettent de meilleures performances, plus de confort, de sécurité et d’efficacité. Le télescopique numéro un mondial redéfinit une nouvelle fois le terme de productivité. Pourquoi accepter le compromis ?

www.jcb.fr

AGRI


PERFORMANCE PRODUCTION Vos challenges techniques

Variétés tolérantes aux herbicides

Les colzas Clearfield commencent à se déployer Les premiers colzas Clearfield sont arrivés officiellement cet été dans les champs français. L’intérêt de ces variétés tolérantes aux herbicides : pouvoir contrôler les adventices sans solution. Le ministère n’a cependant toujours pas validé la possibilité de les inscrire au catalogue français. PAR MATHILDE CARPENTIER // mcarpentier@terre-net-media.fr

Les enjeux pour l’agriculteur Bernard de Verneuil Exploitant dans l’Indre et président du Cetiom.

Pture bloque les inscriptions des variéour l’instant, le ministère de l’Agricul-

tés de colza Clearfield au catalogue français. Toutefois, certaines, inscrites au catalogue européen, ont pu être semées cette année. Pour asseoir la durabilité de cette innovation, l’ensemble des acteurs concernés, au premier rang desquels le Cetiom, a décidé de mettre en place un plan d’accompagnement. Son objectif : garantir la bonne utilisation des variétés tolérantes aux herbicides (Vth) dans la rotation, au moment du désherbage… Les agriculteurs en situation d’impasse technique pour le désherbage de leur colza auront recours aux Vth et ce, malgré une productivité inférieure, préférant une baisse de rendement qu’une remise en cause de la culture elle-même, et d’une tête de rotation par la même occasion. »

Les conseils des experts Laurent Ruck Ingénieur régional du Cetiom. Grégory Massignac Chef de marché colza chez Dekalb. Eneko Barthaburu Responsable marketing colza chez Basf.

Dherbicides sont cultivées en France es variétés de tournesol tolérantes aux

depuis 2009. De même que pour les colzas Clearfield, leur inscription au catalogue français reste en attente. Laurent Ruck du Cetiom explique « qu’en réponse à une demande des ministères impliqués, la filière a élaboré un plan d’accompagnement à la mise en place des variétés oléagineuses tolérantes aux herbicides ».

20

Terre-net Magazine I Octobre 2013

Les semenciers, Basf et les distributeurs s’engagent par contrat à délivrer un conseil aux agriculteurs lors de la vente de Vth et/ou d’herbicides associés. Un moyen d’éviter le développement de résistances.

Celui-ci doit aider à gérer l’introduction de l’innovation et sa durabilité, mais aussi à défendre l’inscription des variétés en France. Le ministère de l’Agriculture gèle pour l’instant le processus (certains y voient des Ogm cachés, d’autres craignent l’augmentation des phénomènes de résistance, Ndlr). Toutefois, certaines sont inscrites au catalogue européen et pourront être semées cette année. Un mauvais usage des Vth favorise le développement de mauvaises herbes résistantes alors que le mode d’action herbicide impliqué – inhibiteur de l’Als, groupe Hrac B – est déjà très présent dans les stratégies de désherbage des rotations françaises et pour la maîtrise des repousses de colza. « R-Sim par exemple, Oad de gestion des résistances, répond à cette problématique. » L’outil repère la présence d’un risque de résistance dans la rotation et à la parcelle et appuie ainsi le conseil pour mettre en œuvre des mesures correctives si besoin. Il va également faciliter la phase d’enquête et de suivi des pratiques, obligatoire pendant au moins les deux premières années de commercialisation des colzas Vth. Grégory Massignac, chef de marché colza chez Dekalb, approuve la démarche. « La

contractualisation autour de la mise en marché de variétés de colza Clearfield permet de suivre les distributeurs et les agriculteurs dans l’adoption de cette nouvelle technologie. Il s’agit de sensibiliser au développement des adventices résistantes en insistant sur le contrôle des repousses et l’alternance des matières actives. »

Une mise en marché responsable Les colzas Dekalb Clearfield associent la génétique Dekalb et un herbicide Basf, Cleranda. Trois variétés étaient disponibles pour les semis 2013 : DK Imido CL, DK Impression CL, Dgc169. « La technologie offre, pour la première fois, la possibilité de traiter les mauvaises herbes en post-levée de la culture. » C’est d’ailleurs l’objet de cette innovation : mieux lutter contre les adventices du colza. « En effet, efficaces sur flore classique, les herbicides Clearfield permettent également de s’attaquer à des espèces plus difficiles (crucifères, géraniums, gaillets, ombellifères, érodiums…) et aux repousses de céréales. C’est aussi plus de souplesse en post-levée et une intervention seulement une fois la culture bien implantée. Désormais,

© TERRE-NET MÉDIA

«


PERFORMANCE PRODUCTION les traitements se réalisent à vue, une fois le colza levé. Le pilotage peut être plus précis en intégrant des données telles que la météo, la dose, le stade. »

Ift réduit d’un tiers « Les producteurs, ayant déjà testé les variétés Clearfield, ont réduit en moyenne leur Ift herbicide de 33 % et le nombre de produits utilisés de 51 %, témoigne le chef de marché. Ils effectuent en moyenne 1,3 passage, contre 1,9 en itinéraire classique, profitant d’un gain de rendement de 3,2 à 4,2 q/ha comparé aux témoins, pouvant aller jusqu’à 5,9 q/ha. » Eneko Barthaburu, responsable marketing colza chez Basf, évoque lui aussi la mise en œuvre raisonnée des variétés Clearfield. « Nous travaillons avec le Cetiom pour que l’arrivée de cette nouveauté se passe bien. Le plan d’accompagnement décrit la marche à suivre quand on fait le choix d’implanter des colzas Clearfield : bonnes pratiques, gestion des résistances et des repousses… » En 2012, le dispositif encore expérimental se limitait à 1.000 ha alors qu’une douzaine de distributeurs avaient accès aux variétés Clearfield. « Cette année, nous nous atten-

dons à un déploiement sur plusieurs milliers d’hectares et nous pensons atteindre une vingtaine de distributeurs répartis dans toute la France, sauf dans les zones betteravières où les mauvaises herbes posent moins de problèmes. » « Cleranda et Cleravis, deux herbicides de Basf Agro, sont prévus pour une utilisation conjointe à la technologie Clearfield, qui rend les colzas tolérants, détaille Laurent Ruck du Cetiom. Le premier associe imazamox et métazachlore, le second également, avec du quinmérac en plus. » Basf Agro recommande une application tous les trois

ans, entre la post-levée et le stade 8 feuilles, l’optimum étant à 2-3 feuilles. « Le spectre d’efficacité de ces deux solutions montre leur point fort sur géraniums et crucifères par rapport à la référence du marché. Elles s’avèrent également intéressantes contre les repousses de céréales. Cleravis bénéficie en plus d’une action renforcée sur gaillets, coquelicots et ombellifères. Grâce à la technologie Vth, employée en post-levée, le producteur peut s’affranchir de l’intervention de prélevée. Il s’adapte ainsi à la dynamique de croissance de la culture et cible des adventices visibles. » ●

Rotation céréalière : gérer la durabilité des solutions herbicides Exemple en rotation colza/blé/orge (flore à risque) : des restrictions avant tout sur graminées Source : Cetiom

COLZA

BLE

ORGE

Graminées dominantes, géraniums en pression moyenne

Colzamid 2 l/ha puis Aster 1,5 l/ha ou programme avec DPXA7881 Kerb Flo si nécessaire

urées + Fosburi 0,4 l/ha ou urées + Trooper 1,8 l/ha puis Sulfos AG (Atlantis ou Abak) ou Axial Pratic

Trooper 2 l/ha ou Fosburi 0,5 l/ha (+/- urées) puis Axial Pratic

Géraniums, sanve, ravenelle, graminées

Cleranda (ou Cleravis) 2 l/ha + Dash si graminées restantes Kerb Flo (Agf possible sur brome)

urées/Défi + Brennus Plus + metsulfuron si nécessaire Atlantis/Abak/ Axial P

urées/Défi + Brennus Plus + metsulfuron si nécessaire Axial P

Géraniums, anthrisque, graminées en faible pression

programme avec DPXA7881 ou Cleranda (ou Cleravis) 2 l/ha + Dash si graminées restantes Kerb Flo (Agf possible sur brome)

urées/Défi + Brennus Plus + metsulfuron (automne) ou Atlantis + Mextra + metsulfuron ou Axial P puis Bofix + metsulfuron

urées/Défi + Brennus Plus + metsulfuron (automne) ou Axial P puis Bofix + metsulfuron

Faux semis

HARDI - Offrez-vous du confort à moindre coût!

Valable du 02/09/2013 au 20/12/2013 sur toute commande de HARDI MASTER, RANGER et NAVIGATOR neuf, auprès des distributeurs HARDI-EVRARD agréés. HARDI-EVRARD se réserve le droit d’écourter, de modifier ou d’annuler l’opération si les circonstances l’exigent ; sa responsabilité ne saurait être engagée. Offre sous réserve d’acceptation du dossier par la société HARDI-EVRARD.

www.hardi-fr.com


PLEINS PHARES Au cœur du machinisme

Carnet de voyage

Kubota à l’aube d’une nouvelle ère ? Visite guidée au pays du Soleil-Levant, sur les terres natales de Kubota. L’occasion de mieux connaître ce constructeur et de découvrir ce qu’il prépare pour le marché agricole européen. PAR MATTHIEU FREULON // mfreulon@terre-net-media.fr

AUne mégalopole japonaise à l’image environ 12 h de vol de Paris, Osaka.

Loin de n’avoir qu’une corde à son arc, Kubota exploite plusieurs secteurs, de la production de climatiseurs et de composants électroniques aux machines agricoles et industrielles, en passant par les équipements pour le transport et le traitement de l’eau. En 2012, Kubota a réalisé un chiffre d’affaires de près de 8 milliards d’euros, en progression de 8 % par rapport à 2011, la moitié étant capitalisée à l’export. La fabrication d’engins agricoles et industriels représente plus de 70 % du chiffre d’affaires. Sur les dernières années, Kubota affiche des cadences de production annuelles de plus de 100.000 tracteurs et 500.000 moteurs diesel.

Que manque-t-il à la marque pour progresser en Europe ? Le tour du propriétaire commence dans l’agglomération d’Osaka, avec l’usine de Sakai, qui produit chaque année près de 36.000 tracteurs et 220.000 moteurs diesel (11 à 135 ch). Et qui n’a rien à envier aux structures de production européennes. Plus au nord, après un pas-

22

Terre-net Magazine I Octobre 2013

Sakai et Tsukuba sont les deux principales usines Kubota dédiées à la production de machines agricoles.

sage par Kyoto et ses quartiers anciens typiques, puis par Tokyo, véritable mélange de modernité et de traditions, arrêt à Tsukuba, un nom bien connu des passionnés de courses moto, dans une autre usine Kubota qui fabrique plus de 65.000 tracteurs (21 à 100 ch) et 280.000 moteurs (21 à 73 ch) par an. Les robots qui assemblent ces derniers impressionnent par leur rapidité et leur coordination. La firme dispose aussi d’un centre de test pour l’élaboration des moteurs et la gestion des émissions polluantes. Alors que manque-t-il à Kubota pour progresser en Europe et atteindre ses objectifs de vente ? Avant tout une gamme

complète de produits pour répondre aux attentes des agriculteurs. Aujourd’hui, l’offre du constructeur en tracteurs est coiffée par le M135 GX de 135 ch. Toutefois, durant une rencontre avec la presse agricole européenne, les dirigeants ont multiplié les annonces. Le moteur quatre cylindres de la marque atteindrait 180 ch d’ici trois ans. Une transmission à variation continue serait dans les cartons, ainsi qu’un moteur six cylindres. Enfin, concernant les normes antipollution Stage IV, Kubota a déclaré avoir choisi le Scr. Des informations certes plutôt laconiques, mais qui n’ébranlent en rien la

© INFOGRAPHIE TERRE-NET MÉDIA

du pays : technologique, concentrée, culturelle et spirituelle. Mais également la ville natale de Kubota. Une marque très bien identifiée en France dans le domaine des espaces verts, mais plus discrète dans le milieu agricole : 3,8 % de part de marché en 2012 sur le marché français du tracteur neuf (9ème place derrière Valtra, mais devant Same et McCormick). Pourtant, c’est bien pour le vieux continent que le groupe japonais nourrit de grandes ambitions, puisqu’il s’est donné l’objectif d’y vendre 10.000 tracteurs de série M en 2018 (contre 3.000 unités écoulées en 2012).


PLEINS PHARES crédibilité du constructeur. Rappelons que ce dernier a fait l’acquisition du groupe Kverneland début 2012. Une croissance externe qui permettra au Japonais de proposer la gamme du Norvégien, sous robe orange, dans les concessions Kubota. Elle pourrait également augurer l’apparition de l’Isobus sur ses tracteurs.

Kubota en 10 dates-clés 1890 : création de l’entreprise. 1950 : production du 1er moteur diesel. 1960 : production du 1er tracteur agricole. 1969 : production de la 1ère moissonneuse-batteuse.

Après les tracteurs, les moissonneuses !

1975 : inauguration de l’usine de Tsukuba. 1985 : inauguration de l’usine de Sakai-Rinkai.

A savoir Le mois prochain dans la rubrique Champ planet’terre, partez à la ren-

1987 : 10 millions de moteurs produits. 2000 : 2 millions de tracteurs produits. Source : Kubota

2002 : 20 millions de moteurs produits. 2005 : 3 millions de tracteurs produits.

Osaka est une mégalopole japonaise à l’image du pays : technologique, concentrée, culturelle et spirituelle.

contre d’agriculteurs japonais installés sur l’île d’Hokkaido. Revenus agricoles, prix des terres, taux de mécanisation…, découvrez l’agriculture nippone.

© TERRE-NET MÉDIA

Et la firme nippone à l’appétit d’ogre n’entend pas s’arrêter là. Non rassasiée par le marché du tracteur, elle veut s’attaquer à celui des moissonneuses-batteuses… à prix canon : 50.000 euros ! Ces machines seraient issues du développement de la gamme déjà exploitée sur les marchés asiatiques. A ce prix-là, les clients auraient un modèle de 120 ch avec une barre de coupe de 3 m. Une information à mettre pour l’instant au conditionnel. ●

Sur le web : Pour en savoir plus sur Kubota www.terre-net.fr/mag/29kubota

Transformez voTre fuTur avec la Technologie horsch

www.horsch.com

L’incomparable système Pronto : Émietter, niveler, ré-appuyer, semer et plomber en un passage 4 Semis précis à vitesse de travail élevée 4 Simple d’utilisation avec très peu d’entretien 4 Faible demande en puissance à partir de 40 ch au mètre 4 Efficacité et productivité avec en option un système d’apport d’engrais PPF 4 Grande polyvalence sur labour préparé, travail simplifié ou direct 4 Top service par un réseau formé et compétent

Tél. : 03 25 02 79 80


PLEINS PHARES Les incontournables du machinisme

Des moteurs Stage IV sur les Fendt séries X et P

Un 7R qui roule au bleu pour le Stage IV Réservé aux marchés français et allemand, le 7310R est le premier tracteur John Deere Stage IV. Sous le capot, un 6 cylindres de 9 l et de 310 ch avec… AdBlue. Les autres 7R devraient rester au Stage IIIa jusqu’en 2014 (voire 2015).

© FENDT

Fendt dote, pour 2014, ses moissonneuses-batteuses à huit secoueurs (série P) et hybrides (série X) d’un moteur Agco Power Tier 4 final avec AdBlue, de la cabine Skyline et d’un nouveau design. Chaque modèle existe en version AutoLevel, capable de travailler dans des pentes de 12 %.

Un cylindre de plus pour le N103

© VALTRA

© JOHN DEERE

Valtra enrichit ses tracteurs N avec une version "quatre cylindres" du N103. Baptisée N103.4, elle est équipée d’un moteur Agco Power de 4,4 l et 111 ch avec dispositif Scr. Côté transmission, le Finlandais laisse le choix entre la HiTech (trois rapports Powershift) et la HiTech5 (cinq rapports).

© AMAZONE

Amazone se met à la charrue !

Cette charrue portée réversible Cayron 200 à cinq ou six corps, développée en interne et produite à Leipzig, sera disponible en pré-série en 2014, pour une production à grande échelle en 2015. La largeur de travail par corps varie de 30 à 55 cm. 240 ch sont nécessaires pour emmener cet outil au champ.

Deutz-Fahr joue dans le haut de gamme

© EUROMARK

Euromark monte le volume

24

Dévoilées sur le Space 2013, ces pailleuses offrent des capacités utiles de 13 à 18 m3, avec goulotte latérale ou double goulotte. Elles disposent de trois démêleurs, d’un double tapis d’entraînement haute résistance et d’un système de pesée de précision.

Terre-net Magazine I Octobre 2013

Le Maestro compose avec la betterave. Le semoir monograine Horsch peut désormais semer des betteraves avec fertilisation localisée. L’azote est implanté 5 cm à gauche de l’élément semeur, à 0,3 ou 5 cm de profondeur. L’Alpha evo de Hardi-Evrard passe au Stage IIIb. L’automoteur de pulvérisation peut dorénavant recevoir un 6 cylindres Deutz turbo avec Intercooler et filtre à particules, de 217 ou 245 ch. Joskin célèbre son 30.000ème épandeur de lisier. Cette machine de 4.000 l a été vendue dans l’est de la Slovénie. L’année 2013 marque également le 30ème anniversaire de la création de la marque. Retour aux sources pour John Deere. L’américain proposera, à partir de 2014, une charrue à destination de l’Europe de l’Est. C’est en créant la première charrue en acier coulé que le fondateur s’était fait connaître en 1837.

© DEUTZ-FAHR

Positionnées haut de gamme au-dessus de la série 60, les moissonneuses C9000 se déclinent en quatre modèles à cinq et six secoueurs : C9205 TS, C9206 TS et avec correcteur de devers (C9205 TSB et C9206 TSB). Elles possèdent un moteur Deutz Stage IIIb, de 7,8 l et de 334 à 395 ch, et une barre de coupe pouvant mesurer jusqu’à 9 m.

Textos

Dewulf marque son premier essai au pays des Springboks. Le constructeur belge annonce la commercialisation de sa première arracheuse de pommes de terre en Afrique du Sud. Il s’agit d’une Rja2060 munie d’un tapis à tétines plat et d’un module Easy-Clean.

Phrase du mois « Notre objectif est de devenir un acteur majeur sur le marché des moissonneuses-batteuses, en atteignant des volumes de production conformes à l’image de la marque et à la réputation de nos produits. » Mario Scapin, directeur de l’unité récolte de Deutz-Fahr, lors de la présentation de la série C9000.


Profession éleveur Matières premières Prix des animaux Somme de températures Barèmes d’entraide Actualité génétique

Les services à portée de main pour agir au bon moment !

10 jours de découverte vous sont offerts RDV sur Web-agri pour en profiter et connectez-vous avec les codes suivants : Identifiant

magazine

Mot de passe

octobre

Pour plus d’infos : contactez Angélique au 03 44 06 84 81


PLEINS PHARES Essai Terre à Terre

Merlo Turbofarmer 40.7 CS Mcdc

Des performances au top, mais la finition en cabine… Eleveur laitier dans l’Oise, David Levoir a troqué, durant une quinzaine de jours, les clés de son Manitou 735 Lsu contre celles d’un Merlo Turbofarmer 40.7 CS Mcdc. De l’alimentation de ses bêtes au transport de bottes sur route, il a poussé le télescopique dans ses derniers retranchements. PAR MATTHIEU FREULON // mfreulon@terre-net-media.fr

L’agries sayeur

David L evoir Gaec Le voir (Ois e). 205 ha, 60 vach es laitiè res, 600 .000 l de quota.

Sur le web :

© TERRE-NET MÉDIA

Voir l’essai du Merlo Turbofarmer 40.7 CS Mcdc, en vidéo, sur www.terre-net.fr/mag/29merlo

avid Levoir est l’agriessayeur sélec-

© TERRE-NET MÉDIA

Merlo Turbofarmer 40.7 CS Mcdc. Pour assurer un bon débit de chantier dans ses travaux quotidiens, comme l’alimentation des 60 Prim’holsteins, l’éleveur a besoin de puissance et de hauteur de levage. Actuellement, il est équipé d’un

Le matériel

A

nimé par une motorisation Deutz Stage IIIa (Tier 3) de 140 ch, le Turbofarmer 40.7 est capable de soulever 4 t et de travailler à 7 m de haut. La transmission hydrostatique offre deux rapports de conduite : 0 à 16 km/h et 0 à 40 km/h. En cabine, et c’est une spécificité Merlo, une troisième pédale a été ajoutée (à gauche) et sert dans les manœuvres d’approche. Le joystick est, quant à lui, à com-

26

Terre-net Magazine I Octobre 2013

télescopique Manitou 735 Lsu respectant la norme EN 15000 (120 ch, hauteur maximale de levage de 6,9 m, capacité de charge de 3,5 t). Pour rappel, cette dernière bloque les mouvements aggravants (lever et extension de bras) en cas de risque de basculement vers l’avant. Elle s’applique aux télescopiques depuis fin 2010.

Déçu par l’impact de cette norme sur les capacités de sa machine, David Levoir est à la recherche d’un engin plus performant pour retrouver ses débits de chantier antérieurs. Le confort est également une priorité pour l’agriculteur : c’est pourquoi le modèle essayé est muni d’une cabine suspendue (CS). ●

mandes électro-proportionnelles et permet de gérer jusqu’à trois fonctions simultanément.

de soulever l’essieu arrière, Ndlr). Grâce au boîtier Mcdc (Merlo contrôle dynamique de la charge), l’utilisateur peut surveiller en temps réel les limites physiques du télescopique. La "zone franche", où la clé jaune peut être enclenchée, est représentée sur l’écran par une surface de la même couleur. Si on sort de ce périmètre, la clé repasse en position 0 et les sécurités liées à la norme EN 15000 sont à nouveau en fonctionnement. ●

Concernant la norme EN 15000, deux éléments sont à retenir. Tout d’abord, la présence d’un interrupteur rouge qui, lorsqu’il est maintenu en position, désactive pendant 10 secondes les sécurités empêchant les mouvements aggravants. Une façon « de gagner les quelques centimètres d’extension de bras habituellement condamnés par ces sécurités », explique Stéphane Carpentier, inspecteur commercial chez Merlo. Notons, deuxièmement, l’existence d’une clé jaune. Son passage en position 1 (pas besoin de la maintenir en continu, Ndlr) permet de « dépasser les capacités de la machine quand on est à l’arrachement » (possibilité

Caractéristiques du Merlo Turbofarmer 40.7 CS Mcdc Longueur de flèche

7m

Capacité de charge

4t

Motorisation

4 cylindres Deutz de 140 ch Stage IIIa (Tier 3)

Transmission

hydrostatique à 2 rapports

Débit hydraulique

Load Sensing, 135 l/min

Tarif du modèle essayé

environ 92.000 €

Source : Merlo

Dtionné par la rédaction pour tester le


© TERRE-NET MÉDIA

PLEINS PHARES

Le bilan

L « indiscutable », insiste David Levoir, que ce soit dans la cour

e Turbofarmer 40.7 CS Mcdc est très confortable. C’est

de ferme, au champ, ou encore « sur un dos d’âne à 40 km/h ». De même, la puissance hydraulique et l’adhérence sont au rendez-vous. « Quand il s’agit de charger un camion de blé, le Merlo répond bien. Il n’y a rien à redire sur le débit hydraulique, le grappin ou la sortie du bras. Un seul bémol : la vitesse insuffisante de descente du bras. » La maniabilité de la machine a également convaincu l’agriessayeur, en particulier l’angle de braquage et la précision de la pédale d’approche. A l’inverse, le réalignement des roues n’est pas évident. « Il faut sortir la tête de la cabine pour vérifier l’alignement quand on veut passer en mode crabe pour se dégager d’un mur », détaille l’éleveur. L’autre point faible selon lui : le transport. « Avec un plateau de paille sur une route plate, il est possible d’atteindre 40 km/h. Mais pas en côte, où le chauffeur doit s’arrêter et repasser la première tout en entendant grogner la pompe hydraulique. Le frein moteur est par contre très efficace. »

• Moissonneuses batteuses et tracteurs • Réduction de la pression au sol • Meilleur traction et stabilité • F-Frame : intégration optimale • C-Frame : polyvalence

Quel confort ! Concernant la norme EN 15000, David Levoir a apprécié les capacités du télescopique à l’arrachement. « De 0 à 90 cm, ou lorsque le bras fait un angle inférieur à 10°, la sécurité n’est pas activée et l’engin peut être pleinement exploité. Avec la clé jaune, il n’y a aucun risque. Attention toutefois avec l’interrupteur rouge : le confort est tel en cabine que le danger est difficilement perceptible. » « En conclusion, la machine a répondu à mes attentes de débit de chantier face à la norme EN 15000. Et j’ai observé un vrai gain de temps. » Néanmoins, un problème subsiste selon l’agriessayeur : les finitions en cabine. Par exemple, « une marche suffirait pour y accéder, deux c’est trop ! Quand on travaille dans la cour, on ne cesse de monter et de descendre. » De plus, il juge la visibilité moyenne en raison de l’absence de rétroviseur arrière et d’essuieglace au plafond. ●

Le confort de la cabine suspendue. L’adhérence. La puissance et le débit hydraulique. Le boîtier Mcdc qui prévient tout basculement.

La traction est insuffisante dans les côtes. Le mode crabe (réalignement des roues peu aisé). La cabine est trop haute avec un accès étroit. Le joystick n’est pas solidaire de l’accoudoir.

HB s.a.r.l. - 32, avenue du Général de Gaulle 77130 MONTEREAU-FAULT-YONNE Tél. : 01.64.70.51.41 - Fax : 01.64.70.51.42 E-mail : hb.sarl@orange.fr - www.h-b.fr


GRAND ANGLE Les enjeux de saison

Applis mobiles

La ferme numérique

Après la télévision, c’est aux exploitations agricoles de basculer vers le tout numérique. Le développement des tablettes tactiles et autres smartphones donne de nouvelles possibilités au secteur. Semis, gestion du troupeau, pression des pneumatiques, fertilisation…, le numérique est partout ! PAR PIERRE CRIADO // pcriado@terre-net-media.fr

L

e jour se lève en Normandie. A peine sept heures. Jérôme Hardi, éleveur laitier, est dans sa stabulation. Tablette à la main, il scrute le tableau de bord de son robot de traite pour vérifier si l’activité laitière n’a pas été perturbée durant la nuit. Rien à signaler (Ras).

28

Terre-net Magazine I Octobre 2013

S’en suit la vérification des niveaux des silos de son système d’alimentation automatisé. Là aussi, Ras. Sans plus attendre, Jérôme part préparer son tracteur pour semer ses maïs. Direction l’atelier. L’application Trelleborg Load Calculator se lance

et lui indique la pression optimale des pneumatiques de son John Deere 8X. Une fois son semoir Tempo R 16 rangs attelé, l’éleveur prend la direction d’une parcelle de 50 ha. Sa tablette fixée en cabine, il affine les réglages du semoir monograine. Sept heures plus tard, la parcelle est se-


© FOTOLIA, TERRE-NET MÉDIA // CRÉATION TERRE-NET MÉDIA

GRAND ANGLE

mée, retour à l’atelier. Message d’alerte sur la tablette : "pensez à l’entretien moteur". Grâce à l’appli JDLink, à laquelle il est également connecté, le concessionnaire reçoit le même message. Il passera demain…

10.000 agriculteurs équipés de tablettes Fiction ou réalité ? Si nous n’en sommes pas encore là, dans la plupart des exploitations en tout cas, la technologie embarquée prend une place réelle dans le quotidien des agriculteurs (cf. Terre-

net Magazine n°20 et 23). Aujourd’hui, 22 % des exploitants(2) déclarent posséder un smartphone et surfer sur le web avec, contre 13 % en 2012(1). 5 % ont une tablette tactile, soit environ 10.000 producteurs agricoles. Trois ans après le début du "phénomène tablette" (largement boosté par la commercialisation de l’Ipad), il ne serait pas étonnant que le nombre d’agriculteurs équipés augmente de façon très importante. Ainsi, on peut imaginer que 30 % des exploitants disposeront d’une tablette en 2015. Même topo pour les smartphones. Le gros avantage des ta-

blettes : la taille de l’écran incontestablement, qui facilite la consultation et la saisie de données. Et même sans clavier ni souris, elles répondent parfaitement au besoin de mobilité des producteurs agricoles. Reste à développer des applications mobiles spécifiques car nul doute à avoir, elles remporteront un large succès dans les années qui viennent. Fini le papier et le stylo, la consultation des abaques, les post-it pense-bêtes, ou encore la double voire triple saisie des données. Tout se synchronise automatiquement. Aujourd’hui, certaines applications ●●●

Terre-net Média : Terre-net.fr - Web-agri.fr - Terre-net-Occasions.fr I Octobre 2013

29


GRAND ANGLE Les enjeux de saison ●●● ne se contentent plus d’apporter des informations et des préconisations, elles interagissent avec l’utilisateur et le matériel. En 2011, l’appli Kuhn donnait des conseils pour régler les semoirs de la marque en fonction du type de semences. En 2014, celle de Väderstad permettra de piloter le semoir Tempo (à découvrir page 32). Déjà actuellement, celle de Trelleborg Tlc informe sur la pression des pneus. Demain peut-être, associée au circuit pneumatique des tracteurs, elle l’adaptera directement aux conditions de travail.

Et ce n’est que le début

D’autres facteurs expliquent l’engouement pour les tablettes : elles sont transportables, polyvalentes, relativement solides et surtout pas chères. Pour 350 €, vous pouvez naviguer sur internet (marchés, météo, informations), mais aussi noter le comportement d’un animal, inscrire un traitement dans le carnet de plaine numérique de l’exploitation ou commander une pièce d’usure au concessionnaire le plus proche. Et ce n’est que le début… Rappelez-vous la publicité de la marque à la pomme à la sortie de l’Iphone : "Il y a aussi une application pour ça !" Les constructeurs n’ont donc plus besoin de se soucier du support, ils peuvent se concentrer sur les fonctionnalités de leurs applications.

© ILLUSTRATION MAGALI BOSSARD

Des contraintes subsistent parfois pour garantir la connexion des différents systèmes entre eux (entre la tablette et les machines par exemple). Mais, elles devraient être levées dans les prochaines années. Qui aurait cru, il y a quelque temps, à la démocratisation du signal Rtk et à l’intégration de l’autoguidage dans les tracteurs (environ 10.000 agriculteurs(2) utilisent le signal Rtk et 40.000 exploitations(2) les systèmes de guidage, Ndlr) ?

Si l’on va plus loin, les tablettes ne sont pas encore Isobus, ni prêtes à gérer l’autoguidage comme les ordinateurs embarqués de type Topcon, ou Isa360, etc. Toutefois, ce n’est peut-être pas leur vocation première. Sans aller jusque-là, un certain nombre d’acteurs du secteur agricole prennent le pari de miser sur ce type de support pour développer leurs produits. Effet de mode ? Tendance de consommation ? Pas si sûr ! Difficile néanmoins d’imaginer les technologies qui accompagneront les agriculteurs dans les 10 ans à venir. ● (1) D’après l’enquête agrisurfeurs 2012 réalisée par Bva. (2) D’après l’enquête agrinautes-agrisurfeurs 2013 réalisée par Bva.

© TERRE-NET MÉDIA

Les marchés de plus en plus consultés sur smartphone

Fini le papier et le stylo, la consultation des abaques, les post-it pense-bêtes, ou encore la double voire triple saisie des données. Tout se synchronise automatiquement.

30

Terre-net Magazine I Octobre 2013

Parmi les 22 % d’agriculteurs(2) équipés d’un smartphone connecté à internet, 88 % parcourent leur boîte mail au moins deux à trois fois par semaine (79 % le font tous les jours). En effet, la lecture des e-mails reste

de loin la source d’information préférée des exploitants agricoles. Les prévisions météorologiques (78 %), le suivi des cours et marchés (55 %), la gestion des données en lien avec l’exploitation (élevage, parcelles, comptabilité) (39 %) sont les principaux services utilisés à distance grâce au smartphone. Actuellement, les agriculteurs consultent les cotations agricoles sur leur smartphone plus souvent que sur leur ordinateur fixe. Côté applications, les plus téléchargées sont celles proposant des prévisions météo, l’utilisation d’un Gps (jalonnage, etc.), les cours et marchés et les actualités. Certes généralement, il est plus aisé pour des informations de type généraliste (météo, cours et marchés, actualité) de parcourir les versions mobiles des sites internet que de passer par une application. Mais, ces dernières peuvent faire l’objet de développements spécifiques pour interagir avec les données de l’ordinateur où est installé le logiciel source.


GRAND ANGLE

Connecté partout !

« Y a-t-il un intérêt à disposer d’internet en dehors du bureau ? » Plusieurs réponses possibles Source : enquête agrinautes-agrisurfeurs 2013

En premier lieu, ils souhaitent avoir un accès web dans leurs parcelles (27 %), leurs tracteurs (22 %) et leurs bâtiments (21 %). Les solutions se développent et leurs besoins semblent suivre la même tendance. Malgré tout, la moitié des exploitants (56 %) n’y voit encore aucun intérêt, sachant que ces derniers ont majoritairement plus de 45 ans, sans discrimination aucune.

Oui, sur toutes mes parcelles

Oui, dans le tracteur

27 %

Non, aucun intérêt

Oui, dans tous les bâtiments

22 %

21 %

56 % Oui, en salle de traite

6%

50 % des producteurs agricoles(2) disent être actuellement couverts par un réseau 3G sur le siège de leur exploitation et 45 % dans leurs parcelles. 40 % captent un réseau 2G (Edge). 11 % ne disposent d’aucune couverture.

Total “oui” 44 %

Total “non” 56 %

Base : 1.769 répondants

© INFOGRAPHIE TERRE-NET MÉDIA

Les tablettes tactiles et les smartphones offrent la possibilité de réaliser plusieurs tâches et opérations à partir d’un seul support. Un atout certain puisque 44 % des agriculteurs(2) considèrent qu’aujourd’hui, il est intéressant de bénéficier d’une connexion internet en dehors du bureau.

LE MIRACLE BLEU

3%

4%

5%

6%

Économisez ➞ Remise valable chez LEMKEN TOUTE L'ANNEE, quel que soit le mois de commande. Autre avantage de commander tôt : Votre machine est fabriquée pour vous, sur mesure, avec ses options et accessoires.

Commandez tôt ➞ LEMKEN France sarl BP 50032 - 45801 St Jean de Braye Cedex Tél : 02 38 61 11 12 www.lemken.com


GRAND ANGLE Les enjeux de saison Appelée E-services, l’appli mobile de Väderstad permet au chauffeur de gérer intégralement les semoirs Tempo six et huit rangs.

Indispensable pour ceux qui n’ont pas l’Isobus

© TERRE-NET MÉDIA

L’appli du Tempo

Avec le lancement de l’appli Ipad E-services de Väderstad pour 2014, le boîtier de commande du semoir Tempo prend un sacré coup de jeune. D’ici 2015, l’ensemble des semoirs du constructeur suédois devraient bénéficier de ces avancées.

Pour les prochains semis de maïs, Väderstad entre donc dans l’ère des applications mobiles, en proposant une appli Ipad pour ses Tempo six et huit rangs. Appelée E-services, elle permet au chauffeur de gérer intégralement le semoir monograine, des réglages de la machine (semences, engrais, microgranulés), aux coupures individuelles de 32

Terre-net Magazine I Octobre 2013

rang, en passant par le jalonnage et la traçabilité (dates, parcelles, densités, débits de chantier). Pour faire interagir la tablette et le semoir, Väderstad a placé un boîtier de communication sur la flèche du Tempo. Cet ordinateur, protégé par son capot jaune, se connecte à l’Ipad situé dans la cabine du tracteur via un réseau sans fil de type Wifi. Et c’est uniquement via l’appli Ipad que l’agriculteur pilote le semis.

et équipements commandés par Wifi. Le tracteur est muni d’un capteur, capable de localiser la tablette et son utilisateur. Si le chauffeur paramètre son semoir depuis la cabine, toutes les fonctions sont actives. Par contre, s’il est à l’extérieur, le circuit hydraulique du Tempo est bloqué.

« Un outil fantastique » Autrement dit, impossible de piloter les traceurs, de replier ou de lever le semoir. L’agriculteur peut toutefois étalonner

Question navigation et interface, l’application reprend les éléments graphiques du terminal Isobus. A une différence près : la tablette tactile améliore le rendu visuel et rend la navigation plus intuitive. Il suffit, par exemple, d’appuyer sur la représentation schématique des traceurs pour qu’ils s’abaissent.

© TERRE-NET MÉDIA

J

usqu’à présent, pour piloter leur semoir, les propriétaires de Tempo étaient équipés du boîtier ControlStation, développé en interne par Väderstad. Pour 2014, le constructeur suédois fait évoluer son contrôleur de semis (devenu trop limité par rapport aux capacités et aux fonctionnalités du semoir) en intégrant la connectivité Isobus. Mais pour ceux qui ne possèdent pas de boîtier Isobus en cabine, il mise sur un Ipad pour remplacer le Control-Station. Et c’est bien ça le plus innovant. Un exemple d’application parmi d’autres, qui sera présenté à l’Agritechnica 2013.

Toucher, c’est régler ! Une telle application doit respecter la réglementation en vigueur sur les outils

Pour Väderstad, « l’Ipad est un outil fantastique, petit, léger et avec lequel on peut tout faire ».


GRAND ANGLE son semoir (microgranulateur, engrais et semences) en dehors du tracteur, puisqu’il est à entraînement électrique. Enfin, pour éviter toute interférence ou défaut d’identification sur le réseau Wifi, chaque boîtier de communication est assorti d’un numéro spécifique. L’application sera uniquement disponible sur Ipad. Pour Crister Stark, directeur de Väderstad, « l’Ipad est un outil fantastique, petit, léger et avec lequel on peut tout faire. Et grâce à l’application E-services, nous simplifions l’utilisation du semoir ».

autant désactivées.

Des évolutions L’application se limite actuellement au contrôle du semoir. Elle n’assure pas les fonctions de type coupure de tronçon, bien que l’ordinateur de commande puisse relever des données Gps. La cou-

pure de tronçon est cependant accessible via un système d’autoguidage Isobus. Mais dans ce cas, l’appli mobile n’a pas d’intérêt. Le boîtier Isobus prend le contrôle du semoir. ●

Le constructeur suédois a également conçu une coque pour protéger et fixer l’Ipad. Cette dernière comporte huit boutons (quatre devant en étoile et quatre à l’arrière du boîtier) pour que l’utilisateur puisse éviter, en cas de secousses durant le semis, le passage de commandes ou la prise d’informations via l’écran tactile. Les fonctionnalités tactiles de l’Ipad, elles, ne sont pas pour

© TERRE-NET MÉDIA

Une coque protectrice

La tracteur est muni d’un capteur capable de localiser la tablette et son utilisateur.

DES APPLICATIONS POUR UNE AGRICULTURE PERFORMANTE ET RAISONNÉE Application jalonnage de la parcelle et guidage Application gestion automatique des tronçons Application Headland (soustraction de la périphérie de la parcelle sur une largeur donnée) Application modulation intra-parcellaire de la dose Application correction de dévers Application conduite automatique (pour automoteurs)

www.tecnoma.com facebook.com/groupe.tecnoma

Flashez-moi pour en savoir plus !


GRAND ANGLE Les enjeux de saison AVIS D’AGRI

Nathalie Lenglet, Eleveuse laitière dans le Pas-de-Calais

Salle de traite : quand mobilité rime avec productivité

© ISAGRI // PHOTOMONTAGE TERRE-NET MÉDIA

En salle de traite, la tablette se fixe au tubulaire.

Mobilité + facilité d’emploi = gain de temps + meilleur suivi d’élevage. Une équation qui se vérifie sur l’exploitation de Nathalie Lenglet, après cinq mois d’utilisation de l’application Ipad Mobi’Pilot de la société Isagri. epuis le mois de juin, Nathalie

tidien de son élevage laitier un Ipad, équipé de l’appli Mobi’Pilot du logiciel Isalait. Grâce à la simplicité d’utilisation de cette application, elle estime gagner 1 h 30 sur son temps de travail hebdomadaire. Efficace pour la consultation comme la saisie de données, l’appli permet aussi de transmettre de l’information. Pour preuve : l’éleveuse ne se sert plus, pour le passage des consignes, du tableau Velleda situé derrière la salle de traite. Elle l’a même décroché. Avant, Nathalie disposait d’une version mobile de son logiciel de gestion d’élevage sur Pocket PC. Déjà habituée à une certaine mobilité dans la consultation et la saisie de données, elle vit le passage à l’Ipad comme une mini révolution. « L’écran est plus grand, plus lisible et surtout tactile. Plus besoin de stylet et la vitesse d’exécution est incomparable », confie-t-elle.

34

Terre-net Magazine I Octobre 2013

« L’application se présente en deux parties. La première concerne le suivi d’élevage. En ce moment par exemple, lorsqu’on insémine, j’entre toutes les informations directement depuis la stabulation : le numéro de l’animal, la date, le nom du taureau... Dès que je vois une vache en chaleur, en deux secondes c’est noté. Mobi’Pilot envoie également des alertes : chaleurs à venir, médicaments à administrer, etc. Lorsque le vétérinaire ou l’inséminateur sont sur l’exploitation, j’ai accès à toutes les infos sur mes animaux. La tablette me suit partout. En salle de traite, elle se fixe au tubulaire. Elle est parfaitement étanche et très solide. »

vêlage ou de prise d’antibiotique. Très pratique quand quelqu’un me remplace en salle de traite. » Le seul inconvénient de l’appli selon Nathalie Lenglet : l’absence de fonction liée à l’identification électronique des animaux. « Il serait intéressant d’être averti quand la vache, dont le lait doit être séparé du tank, arrive pour se faire traire. Surtout que nous prévoyons d’équiper prochainement la salle de traite de l’identification électronique. » ●

En deux secondes, c’est noté ! « Le deuxième module de Mobi’Pilot propose une "assistance traite", sorte d’aide-mémoire pour le trayeur qui lui rappelle la rémanence des produits, les traitements sanitaires à effectuer, s’il faut écarter du lait du tank pour cause de

© ISAGRI

DLenglet utilise pour le suivi quo-

Grâce à l’appli Mobi’Pilot, Nathalie Lenglet gagne 1 h 30 sur son temps de travail hebdomadaire.


Pour la précision, exigez un SeedFlex

®

1

3

1 Parallélogramme pour une profondeur de semis maîtrisée, à vitesse élevée. 2 Double disques fortement décalés pour plus de capacité de pénétration et moindre bouleversement du sol à vitesse élevée. 3 Roue de contrôle de profondeur et de rappui de la ligne de semis pour un bon contact graine/sol. 4 Rangées de semis décalées de 35 cm pour un meilleur passage en terres fortes et/ou avec débris végétaux.

l’innovation élément semeur SeedFlex® améliore vos rendements et optimise votre rentabilité. L’élément semeur SEEDFLEX® apporte une solution de précision et de fiabilité à chaque itinéraire technique, sur un vaste choix de semoirs KUHN, qu’ils soient portés ou traînés, repliables ou rigides, mécaniques ou pneumatiques. www.seedliner.com

élevages l cultures l paysages

be strong, be KUHN* Visionnez l’animation SEEDFLEX® en flashant ce code

*soyez *soyez fort, fort, soyez soyez KUHN KUHN

01890-PROD-QR-SEEDFLEX-TN1013-FR

4

2


GRAND ANGLE Les enjeux de saison

Environnement tactile

Il y a une application pour ça ! Voici un aperçu des applications agricoles téléchargeables sur les "stores". Cette sélection montre la diversité des opérations qu’un agriculteur peut aujourd’hui réaliser avec un simple téléphone ou une tablette tactile, quel que soit l’endroit où il se trouve. JD Link, la télémétrie John Deere

L’équilibre entre pression de gonflage et charge

En toute logique, c’est au tour des robots

Evidemment, pour bénéficier de cette application, il faut être client John Deere et avoir accès aux services de télémétrie. JD Link ne manquera pas d’intéresser les entrepreneurs disposant d’un parc matériel étendu : grâce à l’appli, ils peuvent contrôler les performances et l’état de service de toutes les machines. Il suffit de localiser l’ensemble du parc sur une carte de type Google Maps, ainsi que les déplacements et les caractéristiques des machines (vitesses moyennes, consommations, etc.). Il est même possible d’accéder à distance à la console de pilotage du tracteur, de la moissonneuse ou de l’ensileuse. Pratique pour optimiser les réglages !

Trelleborg propose une application mobile pour IPad, Trelleborg Load Calculator, qui calcule la charge supportée par chaque essieu du tracteur et qui en déduit la pression de gonflage optimale à appliquer dans les pneumatiques.

Pour les éleveurs disposant du logiciel de gestion d’élevage T4C et d’un robot Lely, il est désormais possible de télécharger différentes applications pour prendre en main et contrôler à distance son installation d’élevage (fiche détaillée par

ImageIT évalue l’azote absorbé par vos colzas Développée par Yara, en collaboration avec le Cetiom, ImageIT estime la quantité d’azote absorbée par une parcelle de colza à partir des photos prises avec votre smartphone. En plus d’aider l’utilisateur à piloter sa fertilisation, l’appli conseille sur le choix de formules parmi les engrais de la marque.

Votre PC dans votre poche ! Team Viewer permet de contrôler l’intégralité de son ordinateur depuis son mobile. Une appli particulièrement utile pour consulter les logiciels de gestion parcellaire par exemple et qui s’avère quasi indispensable pour les éleveurs équipés d’un robot de traite. 36

Terre-net Magazine I Octobre 2013


GRAND ANGLE animal, fonctionnement du robot, production laitière, gestion des portes de tri, etc.). L’application est largement détaillée sur Web-agri.fr comme celle du constructeur Delaval : Myfarm. C’est en fait la déclinaison logique du logiciel Delpro 4. A noter pour les grands troupeaux : l’appli permet de localiser les animaux dans la stabulation.

Kuhn semis. Kuhn propose une application pour régler les semoirs de la marque. Après avoir sélectionné le modèle, l’utilisateur choisit la culture et la densité de semis. L’appli en conclut le réglage optimal. Choisir sa buse en fonction du traitement. Hardi Nozzles, éditée par Hardi International, s’appuie sur le volume par hectare, la vitesse du vent et celle d’avancement du pulvérisateur pour conseiller une référence de buse.

Textos Identifier les graminées adventices. Gram’ID, application développée par Bayer CropScience, aide les agriculteurs à déterminer quelles sont les graminées annuelles présentes dans leurs parcelles.

L’appli SpraySelect Teejet. L’équipementier a lui aussi développé un outil pour simplifier le choix des buses de pulvérisation. Il prend en compte la vitesse d’avancement du tracteur, la largeur de travail et la dose à épandre par hectare.

Il y a des appli aussi pour les épandeurs. Amazone met à la disposition de ses clients Amaconnect. Cette appli facilite les réglages des épandeurs à engrais minéral. Il suffit de saisir le type d’engrais et la dose par hectare.

Kverneland. La firme a également conçu une appli pour optimiser les réglages des épandeurs à engrais de ses clients. Sélectionnez le modèle, l’engrais, les paramètres du chantier et votre téléphone fait le reste. Santé animale. L’appli SmartDws donne accès à l’ensemble des services de Medria : détection des chaleurs, des vêlages et des problèmes sanitaires, grâce à la mesure de la température des animaux via à un bolus placé dans le rumen. Vidéosurveillance. Les éleveurs équipés d’un système de surveillance des vêlages Visionaute peuvent voir leur troupeau et piloter la caméra depuis leur mobile ou tablette.

Un calculateur de pression chez Firestone aussi. Sélectionnez votre chausse, paramétrez les unités et vous obtenez la pression à respecter en fonction de la vitesse du tracteur.

L’appli Msa. Ma Msa & moi permet, aux assurés agricoles, de consulter leurs paiements, leurs remboursements et toute l’actualité de leur caisse. Elle comprend un test d’éligibilité à l’Acs et à la Cmu-C.

Sur le web : D’autres applications mobiles en ligne sur www.terre-net.fr et www.web-agri.fr

© FOTOLIA, JOHN DEERE, IMAGE IT, TERRE-NET MÉDIA // CRÉATION TERRE-NET MÉDIA

Terre-net Média : Terre-net.fr - Web-agri.fr - Terre-net-Occasions.fr I Octobre 2013

37


N O U V E L L E G É N É R AT I O N

Jouez et Gagnez 1 tablette par semaine à gagner


Le site matériel d’occasion de La France Agricole et de Terre-net

ETS LESUEUR SA

40

Le nouveau site matériel d’occasion de La France Agricole et de Terre-net

N O U V E L L E G É N É R AT I O N

Terre-net

Alexandre REMONT RUE JOSEPH CAULLE 76850 BOSC LE HARD +33 (0)2 35 33 31 28 alexandre.remont@lesueur.fr

G&B 6 corps

J.DEERE 7300

KUHN 4734 M

KRONE 3200 CV

M.F. 38 RS

2004 - 6 corps recentrage hydro Prix HT : 9 000 €

2003 - 4X4 - 1460h Kemper 345 Prix HT : 110 000 €

2007 4.70m Prix HT : 5 800 €

3.20m Prix HT : 5 000 €

1994 - 2032 hb 5.50m broyeur

TECN. Fortis

KUHN Integra 4m

JLG 3507

MF 7274 CEREA

VICON RV 1901

2002 - 3300l - 28m 7 tronçons Prix HT : 27 000 €

2001 32 rgs à socs - traceurs Prix HT: 3 000€

2010 3200h Prix HT : 38 000 €

2002 1070hb coupe 6.7m

2002 - P.up 2.20m bon état Prix HT : 13 000 €

M.F. 6495

N.H. 6020 Elite

KRONE 88 VFS

FER. Extr. 280

J.DEERE 592

2006 - 185cv 4000h Prix HT : 50 000 €

2011 - 112cv - 839h Chargeur Prix HT : 56 000 €

Big - 2003 Canal 80X80 Prix HT : 29 000 €

2005 - 11500 boules P.up 2.20m - filet ficelle Prix HT : 15 000 €

2004 P.up 2m ELC


G.B. SX 666-34

28 disques 1993 Prix HT : 3 400 €

2001 - 34 disques 4.2m Prix HT : 8 900 €

LEGRAND

ROUSSEAU

STAR 14500* 2003 - 14T Prix HT : 11 200 €

BGL 460 2009 Prix HT : 10 500 €

KUHN HR 304 D

HARDI Evrard

2011 - 3m - Aucun Mécanique - Packer Prix HT : 12 600 €

LEGRAND BL16

BONNEL 7 socs 2002 7 corps Prix HT : 13 900 €

M.GASPARDO 2010 - 24 rangs - 3m Pneumatique Prix HT : 25 000 €

Eurocult - 2012 5.3m- Hydr. NS - Porté Prix HT : 21 000 €

VADERSTAD 650

KUHN Altor 4560

J.DEERE 7350

J.DEERE T 670i

SULKY Tramline

TB 170 2005 - 5 corps Prix HT : 7 800 €

Carrier - 2005 - 6.5 Hydr. - Semi-porté Prix HT : 24 000 €

M.F. 6480

Commander 2800l 2002 - 24m - DPAE Prix HT : 24 900 €

.80 AIN 0.80 T U TO 2.8

DEMBLON

1997 16T Prix HT : 16 500 €

J.DEERE T560

2006 - 145cv 4847h - Rel AV Prix HT : 34 900 €

2008 - 350cv - 6.7m 900hm - Broyeur Prix HT : 148 500 €

2008 - 4 m3 Semi-porté Prix HT : 8 400 €

2008 - 1129 hm - 400cv 6.7 m - Broyeur Prix HT : 166 000 €

.agriducastel.com www RN 27 VALMARTIN - 76890 TOTES

vid 2.3 Da 0

G.BESSON

2007 - 480cv 8 rangs - 950h Prix HT : 149 000 €

2009 - 24 rangs 3 m - Mécanique Prix HT : 15 800 €

Bases commerciales 14 - 27 - 61 - 76

NH FR9060, 2009, 860h, 4 RM 578ch, bec Kemper maïs 8 rangs, graissage auto

NH TM190 2003 - 3900h PV : 30 500 € ht

CASE-IH MX200 2004 - 5600h

Monchiero 20215, 2010, 453h, 125 cv, équipé pommes, possible châtaignes, noisettes, prunes

Blanchard ATLANTIC, 2002, 28m, 3200l, correction devers PV : 19 500 € ht

NH BB950A, 2004, 120x70 Ejecteur balles rampe a rouleaux PV : 35 000 € ht

NH TM140, 2007, 6300h, 140ch cabine suspendu pont supersteer

Claas Ares 567 ATX, 2005, 3000h, 112 ch, boite hexashift PV : 33 000 € ht

Kuhn SP14, 2006, 4410h 170ch, 14m3 pesée homologué 40 km/h

Tecnoma Fortis 4300L, 2005 28m, géométrie variable-AGP Roues 12.4X52

NH BR740A 2007 - liage ficelle/filet PV : 12 500 € ht

NH TL100 2003 - 5200h + Mailleux T10 année 2011

MF 6470, 2008, 3260h, 125 cv boite dyna 6 poss. charg faucheux

Merlo 34.7 Plus, 2008 5449 h, 103cv, 3.4t, 7m crochet ar, équipé palettes

Tecnoma Laser PR 4240, 2010, 450h, 36m, 4200l géométrie var. DPAE, GPS, 40km/h

41

N O U V E L L E G É N É R AT I O N

QUIVOGNE

Jean-Marc BRASY RN 13 - MAROLLES 14 100 LISIEUX +33 (0)2 31 48 32 36 ou 06 88 20 81 11 occasion@ruaux-sa.fr

Vous souhaitez annoncer ici, appelez le 03 52 69 03 00 www.terre-net-occasions.fr

STE RUAUX AGRICOLE

Franck GIRARD Les hayons 76 270 Les hayons.esclavelles +33 (0)2 35 93 15 72 occasion@anselin.net

Terre-net

www.anselin.net


Le site matériel d’occasion de La France Agricole et de Terre-net

SAS VANDENBERGHE

www.leroyfrance.com Sylvain LEROUX la croix breton 35460 St Ouen la rouerie Tél: +33 (0)2 99 98 45 70 occasion16@leroyfrance.com

45 route des polonais 76270 CALLENGEVILLE

02.32.97.40.70 06.08.89.17.89

gabriel@vandenberghe-vama.com

KUHN

GA 4321 GM 2008 Prix HT : 3 700 €

RMH 420 C

1993 - 12 - 9000h Vis horizontales Prix HT : 11 000 €

BOBCAT T 3571 2011 - 100cv - 1440h 4t - 7m Prix HT : 47 000 €

JEANTIL DP4000

ROBERT 640

1995 - 4 m3 Semi-portée Prix HT : 2 500 €

DBS - 2013 prix stock Prix HT : 5 400 €

M.CORM. CX100

AMAZONE CENIUS 2012 - 3,50m 9 000 € HT

AMAZONE CATROS 2010 - 5m 18 000 € HT

CLAAS VARIANT 360 2011 25 000 € HT

NEW HOLLAND 1210 1999 - 90x120 18 000 € HT

NEW HOLLAND BB 960 A 2005 - 90x120 32 000 € HT

DEGUILLAUME 100 HVD 2008 14 000 € HT

HARDY NAVIGATOR 2009 - 400L - 27m 35 000 € HT

MANITOU MLT 731 LSU 2007 - 4000 H 29 000 € HT

MERLO 32.6 PLUS 2009 - 1800 H 40 000 € HT

JEULIN 400

2012 - 95cv - 950h Chargeur Prix HT : 44 000 €

Pales - 2011 Toutes options Prix HT : 34 000 €

CASE Magn. 250

M.F. 5445

2008 - 250cv - 3610h Pont av suspendu Prix HT : 67 000 €

2005 - 4120h - 90cv Chargeur Prix HT : 35 000 €

CUNTZ-RAGOT

42

Le nouveau site matériel d’occasion de La France Agricole et de Terre-net

N O U V E L L E G É N É R AT I O N

Terre-net

ETIENNE DETRAIN 61 260 CETON Tél : +33 (0)2 37 29 76 83 - Port : +33 (0)6 07 27 33 67 www.cuntzragot.com

LEMKEN Ruben

GYRAX 3000

DANGREVILLE

SODIMAC 1500

SMA Puma 2150 S

2010 - 4m - Hydraulique Semi-porté Prix HT : 31 500 €

2000 - 3m3 Semi-porté Prix HT : 1 400 €

EV10B1 - 2000 - 10 T Porte hydraulique Prix HT : 11 000 €

Rafal - 2006 - 12 T Porte hydraulique Prix HT : 18 000 €

Prix HT : 14 500 €

LELY Lotus 520

AMAZONE KE 403

BELAIR

CASE IH 1255 XL

FENDT 307 C

Stabilo 2008 Prix HT : 4 900 €

2002 - 4m Packer Prix HT : 8 000 €

Drakkar 212 - 2005 12 m3 - Vis Verticales Prix HT : 15 000 €

1988 - 125cv 8660h Prix HT : 16 000 €

2004 - 6850h - 75cv Chargeur Prix HT : 25 000 €

FENDT 412 Vario

FENDT 714

HURLIMANN

2000 - 148cv 7600h - Rel AV Prix HT : 42 000 €

H 6115 1995 - 115cv - 5100h Prix HT : 14 000 €

JD 6820

VALTRA T 132

2005 - 128cv - 6900h Chargeur - Rel AV Prix HT : 44 000 €

2004 - 14cv - 6600h Rel AV Prix HT : 35 000 €

2006

2009 - 140cv 4000h - Rel AV Prix HT : 45 000 €


www.lebaudy.com

Laurent Pellerin Port. 06 87 32 38 74 Tél. 02 33 30 68 77 Fax 02 33 30 68 71

(

Emmanuel Larcher Port. 06 16 01 43 81

JOHN DEERE 7550 l

JOHN DEERE 7230 R

AMAZONE UG 2200 SP

DEUTZ Agrotron 135

JOHN DEERE 6170 R TLS

2RM - 2009 -1093hm - 640hr 48ctx - Harvest Lab.

580h - Autopower 5DE électr. - Frein à air Rel. AV

2011 - Rampes 21m verticales Boitier Amatron TBE

1997 - 6400h - Rel. AV Masses - Clim.

2012 - 750h - Autopower - 4 DE élect. – HCS - freins à air - rel av

JOHN DEERE 512

NEW HOLLAND M115

JOHN DEERE 6115 M

JOHN DEERE T 550

LAMBERT BO 145

2012 - DPM - 21m 7 tronçons - Etat neuf

1999 - 6000h - Boît RC Clim. - 4DE

2013 – 300h - PQ+ 24/24 3 DE – clim - siège pneu sans masses

2012 - cpe 620 R - chariot – 290hb – 495hm

2002 - 14.5T- Fixes 550/60x22.5 à 10 % usure

163 000 € HT

11 500 € HT

19 000 € HT

18 500 € HT

Vous souhaitez annoncer ici, appelez le 03 52 69 03 00 www.terre-net-occasions.fr

* 61700 LONLAY L’ABBAYE

(

TRACTEURS A RENTRER

JOHN DEERE 6125 M

DEUTZ K 420

2013 – 300h - PQ+ 16/16 Clim, charg. JD H340 HSL Euro/MX

2011 - 2050h - Clim Susp. AV et cab. MX T10

JOHN DEERE 5100 R - 2013 - 250h

JOHN DEERE 6170 R – AP - 2013 - 300h

JOHN DEERE 6115 R - PQ + - 2013 - 350h

JOHN DEERE 6210 R - AP - 2012 - 1100h

JOHN DEERE 6125 R – AP - 2013- 300h

JOHN DEERE 7215 R - AP - 2011 - 800h

JOHN DEERE 6140 R – AP - 2013- 300h

JD 6130 STD

JOHN DEERE 6150 M - 2013 - 400h 2012, 105 H, pompe 110L, JOHN DEERE M - 2013 - 550h chargeur JD6170 H310

CLAAS Axos 340 CX - 2013 - 450h - chargeur MANIP

JD 6330 TLS

RB Case 464

DEUTZ K 420 – 2011 - 1200h - chargeur FAUCHEUX 2009, PU 3m30 2011, 750 H, PQ+ 24/24, 3DE, clim, TBE 7500 bottes, ficelle/filet

16300€ HT

46 000 € HT

“JE NE CHERCHE PLUS

J’AI ENFIN TROUVÉ MON NOUVEAU TRACTEUR ! ”

Vous souhaitez vous aussi acheter ou vendre des occasions agricoles  

Terre-net

C’est maintenant et c’est ici   1 tablette Samsung Galaxy Tab à gagner par semaine pour le lancement de la nouvelle version du site jusqu’au 15 octobre seulement

43

N O U V E L L E G É N É R AT I O N

Sur un site gratuit pour les agriculteurs Rapide et facile Avec un max de choix


Le site matériel d’occasion de La France Agricole et de Terre-net

www.terrecomtoise.com 5 rue de l’industrie - 25660 SAONE Tél. 03.81.55.73.73 - Fax 03.81.55.47.10 Jean Luc Martin - Christian Maire Amiot

Centre Occasion Machinisme Agricole

www.groupe-lecoq.com

02 37 33 46 00

moafres@groupe-lecoq.com Fax : 02 37 33 46 01

Artec F40 ARR

Hardi Commander

RAU Explorer 36

RAZOL Makila

2007 – 28m – 3200l – DPA

2008 – 28m – 3600l

2009 – 5m – Hydraulique

CLAAS Lexion 520 l

JOHN DEERE 1550 WTS

DPAE – GPS

GREGOIRE & BESSON Discopak

Speedliner C 3000 KUHN 2010 - 3m

VALTRA N 103 Hitech 5 2013 - 200h

CLAAS Arès 557 ATZ 4700h – 2006

KUHN SPV 14 - 2007 2800h

JD 9560 ISTS - 2007 500h - coupe 6.1m chariot - broyeur éparpilleur

JD S690I - 2010 - 600h coupe 9.2m - Trans Prodrive – broyeur

MF 7475 - 3300h - 2006 Dyna VT

Non-stop – Semi-porté

2003 – 5.30m – Semi-porté

2006 – 1207hm – 6m

4x4 – Prix HT : 126 000 €

2005 – 1600hm – 5.50m

NEW HOLLAND CX 8040 SL

SEGUIP VX 1200

AMAZONE UX 5200

2007 – 318cv – 6.09m

2003 – 1200l – 24m – DPM

2009 – 36m – 5400l -

Caisson auto

JD 732 – 3200l - 24m 2009

NH T 7030 – 2500h 2009 – Rel. AV + PdF Pont + cab. susp.

DPAE

Centre Occasion Machinisme Agricole - Fresnay le Comte (28) Jacques Lambert - Lenny aubert

Matériels agricoles

www.groupe-methivier.com

en tout genre visible sur parc, des prix, des financements, des conditions

44

Le nouveau site matériel d’occasion de La France Agricole et de Terre-net

N O U V E L L E G É N É R AT I O N

Terre-net

FREDERIC - Tél : 02.38.35.20.90 - Fax : -02.38.35.20.99 www.groupe-methivier.com FREDERIC Tél : 02.38.35.20.90 - Fax : 02.38.35.20.99

DEMBLON TX175LV5 2011 - 5 corps Varilarge Prix HT : 17 000 €

HUARD Multimas 121.5 2000 - 5 corps NSH Prix HT : 8 500 €

CLAAS 557 ATZ 2006 - 6075h - chargeur T12 Prix HT : 36 000 €

NEW HOLLAND T 7550 - 2007 197cv - 3100h - rel AV pont & cab susp. Prix HT : 66 000 €

GREGOIRE & BESSON XRVP 2007 - 6 m - rouleaux Emopack Prix HT : 26 000 €

QUIVOGNE APX TL - 2003 36 disques - repliage manuel Prix HT : 6 700 €

RAZOL TGN - 2004 - 36 disques repliage hydraulique Prix HT : 5 900 €

CARUELLE Olympia 250S 2008 - 24m - 2500l – DPAE Prix HT : 27 000 €

KUHN Mixter 100 2001 – Boulon - rouleau barres

QUIVOGNE 1994 - 4.5 m transport en long Prix HT : 4 400 €

JOHN DEERE 864 Ficelle/filet – pick-up 2m Prix HT : 26 000 €

SEGUIP SN 30 1996 - 3000l - 28/30m télescopique Prix HT : 9 500 €

AMAZONE Cénius - 2004 - 3m – Porté - rouleaux Matrix Prix HT : 5 800 €

CLAAS Arès 816 RZ - 2007 160cv - 3500h - tout suspendu Prix HT : 39 000 €

JOHN DEERE 6920 - 2002 150cv - 5130h - rel AV - pont susp. Prix HT : 38 000 €


Jérôme Goeuriot rue du 150 R.I. 55 300 Chauvoncourt 03 29 89 05 88 - 06 13 13 19 18 jerome-goeuriot@cheval-sa.com

82200 Montesquieu Contact : M. Benoît Decaunes tél.: 05 63 04 55 55 Port.: 06 82 94 89 98

CLAAS

CLAAS Lexion 520

DEUTZ FAHR

NEW HOLLAND TSA 125 Plus - 2007 - 125cv 2200h 4 RM 40 000 € HT

BERTHOUD Elyte 1000 Porté - 2008 1000l 24m - DPAE 22 000 € HT

HARDI Méga 1000 LPZ Porté - 2007 - 1000 l 24m - DPAE 20 000 € HT

AGRISEM Dom Super SRE 2013 - 3m - Excellent état Garantie 5 ans 25 000 € HT

Broyeur SUIRE Alfagyr 6100 - 2005

KRONE Vario Pack 1500 2005 - Diam. 160 Pick-up 2,10m - ficelle 14 000 € HT

JOHN DEERE T 660 Hillmaster 2008 - 350cv 6.7m- 818hm

1996 - 210cv 2500hm - 5m Broyeur

MF 34

NEW HOLLAND

COSNET Saturne 11.10 PTE - 2010 long. 11m - Excellent état 11 500 € HT

Vibro Combiné RAU 3 000 € HT

Quad HYTRACK HY 310 2012 - 750km - 4RM Homologué rte Excel. état - 3 800 € HT

KOCKERLING

SULKY SPI

DANGREVILLE

Lexion 480 2000 - 9m

Allseeder 600 2009 - 300m Pneumatique

Intensive - 2009 - 260cv 5,4m - 690hm - Broy Prix HT : 135 000 €

2007 - 32 rangs 4m Pneumatique

6095 HTS balance 2011 - 290hm 366cv - 7m

CR 980 2003 - 455cv 9.15m

EV10 2006 - 15 T Porte hydraulique

claas.fr

Vous souhaitez annoncer ici, appelez le 03 52 69 03 00 www.terre-net-occasions.fr

www.cheval-sa.com

Etablissements FREJABISE

mikael@sdma-agri.com CREIS-OBET - 29380 BANNALEC Port : 06.86.15.83.12 Tél : 02.98.71.81.58

www.sdma-agri.com

JOHN DEERE 6820

2006 - 5980 heures autoquad eCoshift pont suspendu - rel av.

FENDT 712 VARIO

JOHN DEERE 6330 PREMIUM

MASSEY FERGUSON 6290

RENAULT ERGOS 85

2006 - 7650 heures pont + Cab suspendus rel av.

2003 - 4200 heures dynashift Chargeur quiCKe

2010 - 1810 heures autoquad eCoshift pont suspendu Chargeur Jd 653 Msl

1999 - 6670 heures Chargeur MX100

JOHN DEERE 6620

2006 - 5500 h - autopoWer pont suspendu Chargeur MX t12

MASSEY FERGUSON 6485 2006 - 2600 heures dynashift - rel av. Cab + pont suspendus

RENAULT CERES 75 1998 - 6950 heures Chargeur MX 40-85

JOHN DEERE 3350

JOHN DEERE 3050

MASSEY FERGUSON 6475

MASSEY FERGUSON 5445

1992 - 6790 heures relevage avant

2007 - 2350 heures dyna 6 - rel av. Cab + pont suspendus

VALTRA N121 ADVANCE 2008 - 5600 heures pont suspendu Chargeur MX t12

1987 - 11000 heures relevage avant

2006 - 3550 heures speedshift Chargeur q55

VALTRA 8150 HITECH 2000 - 6800 heures pont suspendu relevage avant

45

N O U V E L L E G É N É R AT I O N

2005 - 4925 heures Cabine suspendue relevage av

Terre-net

MC-CORMICK MTX 135


Le site matériel d’occasion de La France Agricole et de Terre-net

SARL GEOFFROY

DURET Nicolas MARCHAND 25 rue Paul Deschanel 28 150 VOVES Tél: +33(0)2 37 99 98 70 nmarch@duret.fr

ROUTE NATIONALE 10200 LIGNOL LE CHATEAU

03.25.92.31.75 - 06.89.15.65.12

NEW HOLLAND CR9070 4X4 - 2009 - 370h

NEW HOLLAND TD5050 2012 - 175h

Presse haute densité N.HOLLAND D 1010 1997

Déchaumeur QUIVOGNE Diskator 2009

RLT Arès 626RZ

Pulvérisateur traîné AMAZONE UX 4200 2009

Barre de coupe GERINGHOFF Vario Star 630 - L 9,20m

2001 - 115 ch - 7300 h Chargeur - Rel AV Prix HT : 23 000 €

ADP 303 Spécial - 3 m 2002 - Disques Packer Prix HT : 13 000 €

AMAZONE

KUHN Intégra

ROGER R 300

AGRAM CXL 44

SOUCHU AVR 52

SULKY SPL

CASE IH MX 110

2002 - 3 m - 24 rangs Herse Maschio DM 3000 Prix HT : 10 000 €

Herse LELY

Terra 300.33 - 1997 3 m - Packer Prix HT : 1 800 €

M.FERGUSON 6170 2003

JOHN DEERE 4240S 1981

2000 - 44 disques Repliage hydraulique Prix HT : 10 000 €

2001 - 28 rangs - 4 m Pneumatique Prix HT : 6 000 €

2000 - 3 m 2 rangées de socs Prix HT : 14 500 €

1997 - 52 disques 6.40 m Prix HT : 12 000 €

1999 - 110 ch - 5900 h 40 km/h - 3 DE Prix HT : 22 000 €

NEW HOLLAND M 160 1996

BERNY M&S Stéphane GAUGRY Monthodon(37)

46

Le nouveau site matériel d’occasion de La France Agricole et de Terre-net

N O U V E L L E G É N É R AT I O N

Terre-net

Savigny/B.(41) Voivre les le mans(72 Tél: +33(0)2 47 56 20 58 commercial37@bernyms.com

)

KOCKERLING

JF VM 25 B

FENDT 8350

J.DEERE 2064

N.H. BR 7070

Allrounder - 4 m 2012 - Hydraulique NS - Porté

2008 20 m3 Vis verticales

2002 - 1835 h 382 cv - 6.77 m Broyeur - Eparpilleur

1996 5.50 m - 6000 hm Broyeur

2008 2.30 m Ficelle/Filet

CARUELLE 3000

CASE IH CX 80

CASE IH 125

CASE IH MXU 115

DEUTZ FAHR

Master - 1997 - 155 cv 24 m - 3000 l 4600 h - DPAE

1998 - 15 300 h 80 cv Chargeur

Maxxum - 2012 126 cv - 150 h Rel AV

2004 115 cv 4000 h

Agrotron 90 1997 - 4300 h 90 cv - Rel AV

J.DEERE 6530

MF 5435

MF 5465

MF 6190

KUBOTA M 8540

120 cv - 4700 h PdF AV Rel AV

Dyna 4 2006 4300 h

2008 - 2100 h 120 cv Rel AV

1999 130 cv - 5200 h Rel AV

2008 - 1300 h 4 RM - 85 cv PdF AV - Rel AV


Philippe ACKERMANN ZI rue Lavoisier 57 340 MORHANGE Tél: +33 (0)3 87 86 16 13 ph.ackermann@wanadoo.fr

QUIVOGNE HV 630 1990 - 6.30m Hydraulique

SILOFARMER 280 2005 - Porté Prix HT : 6 250 €

ZI OUEST - 80700 ROYE Alexis DEQUIDT Tél. : 03.22.87.67.67 - Port : 06.28.94.58.71 Fax : 03.22.87.35.34 - adequidt@agrisanterre.fr

ACCORD DAS 1997 - 27 rangs - 4m Pneumatique 7 500 € HT

NH TD 5050 2008 – 1800h 20 000 € HT

J.DEERE 6920

J.DEERE 6920

MF 6480

NH T 7070 AC

2004 - 150cv 3478h Relevage AV

2009 1400 h - 145cv Rel avt

2002 150cv 6067h

225cv - 630h Rel Avt Finition blue power

CASE IH 310 - 2009 1805 H - Pont susp. Rel. AV 80 000 € HT

LANDINI

Légend 145 145cv - 6121h

BERTHOUD MAJOR 2000 - 30 m - 3200 L suspension d’essieu GV 16 000 € HT

TM 175

2004 - 175cv super steer 3200h

RAU VICON 2003 - 24m - 2500 L suspension d’essieu 13 000 € HT

SAME SILVER 160 2002 - 4350H Rel. AV 18 500 € HT

TECNOMA TECNIS 3100 L - 27/28m GV - Axair 28 000 € HT

Vous souhaitez annoncer ici, appelez le 03 52 69 03 00 www.terre-net-occasions.fr

www.ackermann.fr

www.ravillon.com

AMAZONE UX 5200

DANGREVILLE

LEBOULCH

Canadien MORIS

36/38m – 2010

Benne DANGREVILLE 18t– 2011

Benne LEBOULCH 15t 1981

13 dents – Herse étrilles 2003

CASE 2388

CASE 7210 Pro

DEUTZ 5690

PANIEN P 150 E

JD 1550 CWS

2020h – 2002

5957h - 1998

DEUTZ 5690 Balance 1003h – 2006

Distributeur

2002

JD 6200

MF 36 RS

NH T 7540 Elite

NH TM 120

SPRA Coupe 3440

7150h - 1994

1927h - 1999

2008

3900h - 2006

2220h - 2001

47

N O U V E L L E G É N É R AT I O N

Pichon Tonne à lisier PICHON 2005

Terre-net

Ludovic SAINT-JUVIN 7, rue du Général de Gaulle 51 130 VERT TOULON Tel: +33 (0)3 59 55 12 05 l.saint-juvin@ravillon.com


Le site matériel d’occasion de La France Agricole et de Terre-net

HERBELOT AGRICOLE SA

www.leroux-sas.fr Laurent LE ROUX 14 rue du Moulin 22 600 Saint Caradec Tél: +33 (0)2.96.25.02.63 laurent.leroux@leroux-sas.fr

10500 BRIENNE LE CHATEAU Xavier COURDEROT Tél : 03 25 92 19 23 - Port : 06 87 03 61 06

AMAZONE ADP 4003 2003 - 4m Pneumatique

JD 2064 1993 – coupe 5.50m

NH TM 165 2002 - 5900h

TECNOMA Fortis 2008 - 4000l - 28m

NH 5080 2011 – 1500h

Modulo 11 000 2002 - 10 500l Prix HT : 22 000 €

CASE IH

DEUTZ FAHR

Maxxum 5140 PLUS 1996 110cv - 6300h

Maxxum 5140 PLUS 1996 - 110cv 7150h - Rel AV

Agrotron 100 MK3 2003 - 100cv - 4300h Chargeur

FENDT 714

MF 5435

NH TS 100 A

NH CR9070L - 2008 1300hm - coupe 7,32m

2004 140cv - 6500h Rel AV

JD 2264HM 1997 6.10m

JOSKIN

Vitasem 302 2010 25 rangs - 3m

NH TX 36 1988 – coupe 6.10m

CASE IH

NH TM 175 2006 - 4390h

PÖTTINGER

2007 3000h 83cv

2008 101cv 4300h

NH 8770 1997 - 6000h

Rendez-vous sur www.terre-net-occasions.fr et saisissez le numéro de l’annonce dans le champ de recherche pour obtenir les coordonnées du vendeur

M.Ferguson 8120 Prix HT : contactez vendeur

48

Le nouveau site matériel d’occasion de La France Agricole et de Terre-net

N O U V E L L E G É N É R AT I O N

Terre-net

N° 419704

Deutz-Fahr K120PL Prix HT : 45 000 € N° 419684

M.Ferguson 6290 Prix HT : 25 000 € N° 417463

ssi, Agriculteurs vous au T passez GRATUITEMENoto

dri ph votre annonce Qua sur cette page !!!

nce avec photo sur Inscrivez votre anno ions.fr www.terre-net-occas Case IH 5120 PLUS Prix HT : 12 500 € N° 417408

Fendt Favorit 716 vario Prix HT : 49 000 € N° 417405

N.Holland 8560 Prix HT : 24 000 € N° 417330

M.Ferguson 6480 Prix HT : 42 000 € N° 417181

Case IH Maxxum 100 X-Line

N.H T4.75 POWER STAR

Prix HT : 38 000 € N° 417179

Prix HT : 25 500 € N° 417174

Mc Cormick mtx 110 Prix HT : 27 500 € N° 417168

M.Ferguson 5475 Prix HT : 46 000 € N° 417162

John Deere 3200 Prix HT : 9 000 € N° 415153

M.Ferguson 5460 Prix HT : 39 500 € N° 415114

Fendt XYLON 524 Prix HT : 40 000 € N° 411741

John Deere 6820 Prix HT : 43 000 € N° 411729

Fendt 512 C Prix HT : 33 000 € N° 411695

J.Deere 2850 SG2 Prix HT : 12 500 € N° 411486

Fiat 880 Prix HT : 10 700 € N° 411470


Les bonnes affaires en direct de www.terre-net-occasions.fr

Massey Ferguson 6495 2006 - 185 ch - 50 000 € HT N ° 417383 ETS LESUEUR

Valtra T161

2007 - 170 ch - 58 000 € HT N ° 419709 BOUCHARD

New Holland G190

1998 - 190 ch - 13 500 € HT N ° 417394 ETS VERHAEGHE SAS

Fendt 309

Case IH MX100C

Renault 103.54 TX

2004 - 215 ch - 50 000 € HT N ° 417350 DEBOFFE

2000 - 100 ch - 13 500 € HT N ° 419719 SERMA

1999 - 93 ch - 17 000 € HT N ° 419718 CUNTZ-RAGOT

Renault 735 RZ

Massey Ferguson 6465

Same SILVER 100-6

Valtra A 82

Fendt 711 VARIO TMS

Deutz-Fahr AGROPLUS 85

2005 - 115 ch - 52 000 € HT N ° 417470 JARNY MVS

1999 - 85 ch - 20 000 € HT N ° 417465 SAS ZARROCA

John Deere 6100

New Holland TM 175

Case IH Puma CVX 230

2000 - 185 ch - 27 000 € HT N ° 419689 BLANCARD SAS

2009 - 88 ch - 27 000 € HT N ° 417481 EURATLAN

1996 - 80 ch - 20 000 € HT N ° 417429 TRACE EQUIPMENT A

2007 - 120ch - 2 800 h N ° 419686 OUEST MOTOCULTURE

2004 - 3 500 h - 32 000 € HT N ° 417413 TEAM 3 SERVICES

1999 - 8 234 h - 16 000 € HT N ° 419663 TEAM 3 SERVICES

2012 - 990 h - 97 000 € HT N ° 417402 CENTRAGRI

Terre-net

2003 - 100 ch - 21 500 € HT N ° 417448 BEAUPRÉAU MOTOCULTURE

Massey Ferguson 8450

Vous souhaitez annoncer ici, appelez le 03 52 69 03 00 www.terre-net-occasions.fr

Coups de cœur

Mc Cormick MC 115 2003 - 115h - 32 000 € HT N ° 241688 GAUTIER

49

N O U V E L L E G É N É R AT I O N

s


ARGUS La cote tracteur

Case IH Cvx 1190 PAR MATTHIEU FREULON // mfreulon@terre-net-media.fr

© CASE IH // TERRE-NET MÉDIA

Marque : Case IH Modèle : Cvx 1190 (2005) Puissance annoncée (ch) : 192 – Iso TR14396 Moteur : 6 cylindres Sisu Steyr (Stage II) Cylindrée (l) : 6,6 Boîte de vitesses : transmission à variation continue Couple maxi (N.m) : 790 à 1.500 tr/min Effort de relevage annoncé (t) : 9,9 PV 4RM (t) : 6,77

© Terre-net Média

Des automatismes et une surpuissance moteur

Avis utilisateurs et réseau de distribution Tracteur fiable dans son ensemble. Moteur peu gourmand en mode Eco. Transmission à variation continue confortable. Commandes ergonomiques (malgré une prise en main pas toujours évidente).

L

e Cvx 1190 de Case IH est le tracteur le plus puissant de la gamme des Cvx 1100, arrivés sur le marché à partir de 2004 en remplacement des Cvx 120 à 170 suite au passage des normes antipollution Stage I à Stage II (Tier 2). Il possède, comme son nom l’indique, une transmission à variation continue (Cvt). Ce modèle est réputé dans les campagnes pour sa fiabilité, mais on lui reproche parfois "quelques chevaux manquants" absorbés par la Cvt. Un problème que le constructeur a résolu dès 2005, grâce à la surpuissance PowerBoost. Celle-ci se déclenche à partir de 15 km/h, ou lorsque la prise de force est engagée à 1.000 tr/min avec une vitesse supérieure à 2 km/h. A noter : les tracteurs de 2004 (avec une motorisation Tier 2) pouvaient recevoir un kit de rétro-équipement PowerBoost. Orienté haut de gamme, le Cvx 1190 est équipé de série de l’accoudoir MultiController, d’un siège à suspension pneumatique, de la gestion des fourrières Hmc et d’un pont avant à suspensions indépendantes et à engagement électro-hydraulique. Depuis 2006 et l’entrée en vigueur des normes Stage IIIa (Tier 3), ce modèle a laissé la place au Cvx 1195. Unités commercialisées en France entre 2004 et 2006 : 710. Options les plus vendues : commande extérieure du distributeur hydraulique, quatre distributeurs électro-hydrauliques, terminal Isobus Afs Pro. Rappels recensés : aucun.

Visibilité avant limitée. Manque d’espace en cabine. Rayon de braquage relativement large. Modèle plutôt cher d’occasion.

Notation Fiabilité : Finition : Budget : Cote à la revente :

Cote moyenne des Case IH Cvx 1190 45.000 €

43.488 € 40.837 € 39.292 €

40.000 €

35.000 €

2006

2005 Années d’immatriculation

2004

*Cote établie pour un tracteur en équipement standard et sur une utilisation moyenne annuelle de 500 h.

Sélection d’annonces : retrouvez les annonces de ce modèle sur Terre-net-occasions.fr Pour accéder aux détails de ces annonces, utilisez le numéro de référence (ex : N°200198)

N° 269299

N° 283347

N° 387109

N° 188563

Case IH Cvx 1190 2004 - 192 ch - 2.700 h Prix HT : 57.000 €.

Case IH Cvx 1190 2005 - 192 ch - 6.050 h Prix HT : 35.000 €.

Case IH Cvx 1190 2004 - 192 ch - 5.200 h Prix HT : 38.571 €.

Case IH Cvx 1190 2004 - 192 ch - 4.000 h Prix HT : 53.000 €.

50

Terre-net Magazine I Octobre 2013


MARQUES PAGE pour engrais liquides ● 4 anneaux de levage pour une installation et un déplacement facile ● Couvercle semi-automatique avec évent de sécurité ● Nettoyez facilement votre cuve grâce à son trou d’homme. ● Rainuré pour une meilleure résistance ● Visibilité du niveau sur toute la circonférence de la citerne ● Système de stockage sécurisé: Vidange et vanne haut de gamme en DN80 Inox

0 800 430 400 Distrifioul 25000 L DC25000XLVT HT

6969€

Convient pour 1 camion complet

● ● ● ● ● ●

appel gratuit depuis un poste fixe

Compact

Citerne double paroi traitée anti-UV haute qualité Pistolet automatique avec 6 m de tuyau Pompe Pro 60L/mn, volucompteur mécanique. Sifflet limiteur de remplissage Réf DFS1500FLT Filtre à eau et à particules 1450 L Détecteur de fuite + event

8000 L AQ8000H

2697€HT au lieu de 2997€

● Cuve en polyéthylène traité anti-UV. ● Couleur claire pour conserver la fraicheur de l’eau. ● Déplacez et installez facilement votre cuve, grâce à ses 2 anneaux de manutention à vide.

forcée Citerne ren g/dm³ k ,2 densité 1

1109€HT au lieu de 1199€

avec Armoire sécurisée

Vannes Pro Ø50 et passe-cloison inclus ● Fixation fiable et rapide par axe en option, Facilement adaptable sur remorque

Sommet de l’élevage : Stand466 esplanade 4

De bons produits. Aux bons prix. Toute l’année.

Rèf: 1-4PATNS40

Pour vos semis d'automne,

Balance numérique de table Vos pesées

www. larécolte.fr

jusque 30 kg

achats groupés agricoles • Plateau en acier inoxydable 218 x 260 mm • Affichage réglable : kg/g/Ib/unité • Fonction de comptage • Livré avec accu et chargeur • Pesage rapide et fiable • Équilibrage avec niveau à bulle

Gamme nouvelle et optimale

ITÉ QUAL CE RIEN EXPÉ N VATIO INNO

option 40 km/h Caisse aluminium 40 km/h

ETS LAIR - 50600 MOULINES - Tél. 02 33 49 01 48 - info@lair-remorques.fr

Plateaux 2, 3 et 4 essieux

www.lair-remorques.fr


VOUS ÊTES INDEMNISÉ

EN CAS D’ ALÉA

CLIMATIQUE

JE FAIS FACE

À MES BAISSES

DE RENDEMENT Un aléa climatique et ce sont vos rendements qui chutent ou bien une culture à ressemer. Comment faire face ? Avec l’Assurance Climats, nous vous proposons des garanties personnalisées et adaptées à vos risques et protégeons votre compte d’exploitation sur la base de vos rendements. Contactez un conseiller dédié pour un diagnostic personnalisé et gratuit.

Assurance Climats à retrouver sur groupama-agri.fr Pour les conditions et limites des garanties, se reporter au contrat. Caisse régionale d’Assurances Mutuelles Agricoles Groupama, Entreprise régie par le Code des assurances. Document et visuels non contractuels - Crédits photos : Shutterstock Being - Septembre 2013.

Terre-net Magazine n°29  

Les applications mobiles, la ferme numérique. L'engraissement. Les variétés tolérantes aux herbicides.