Page 1


RCS 397 566 860 000 29 -

- 03 44 23 48 48

fendt.fr

Fendt 500 Vario SCR Un idéal sans compromis

PLUS D’INFOS

Dernier né de nos nouvelles chaînes de production à Marktoberdorf, le 500 Vario exacerbe les sommets sur une toute nouvelle série de tracteurs. Les dimensions du légendaire 500 Favorit, associées à la cabine VisioPlus et sa toute dernière génération de terminal VarioTronic, sont des signes visibles des raffinements techniques apportés. La combinaison d’une puissance maxi de 165 Ch émanant du moteur quatre cylindres et de la technologie SCR va procurer à ce tracteur une polyvalence jusqu’à présent inédite dans ce segment de puissance. Avec ces trois niveaux de finitions, le 500 Vario SCR met la rentabilité à la portée de tous.

FENDT est une marque déposée d’ AGCO Corporation

512 Vario 513 Vario 514 Vario 516 Vario

125 Ch 135 Ch 145 Ch 165 Ch

Puissance maximale ECE R24.

92 kW 99 kW 107 kW 121 kW


SOMMAIRE

[ Édito ]

4

[ Performance production ]

Chambres d'agriculture : un paysage syndical peu modifié... en apparence Eleveurs, tirons les leçons de l’affaire des lasagnes à la viande de cheval !

Vos challenges techniques : Insecticides colza : savoir distinguer les ravageurs des auxiliaires

20

Au risque de perdre quelques quintaux de colza, Hubert Compère préfère éviter un traitement et épargner les auxiliaires capables de réguler sensiblement les populations de nuisibles.

[ Tri angles ] Des prises de vue, notre point de vue : Sima 2013 : sous le signe de l’information "technologique"

6

[ Terre’momètre ]

8 9

© DuPont Solutions

La température du monde agricole : Cote de confiance du gouvernement, investissement des agriculteurs Paroles de lecteurs

[ Syndic’arène ]

[ Pleins phares ]

Le pluralisme des idées : Elevage : sans meilleurs prix, réduire les charges a ses limites

22

Essai du Renault Kangoo ZE : avec l’électrique, pas de place à l’improvisation !

24

Fertilisation localisée : pour un départ vigoureux des maïs juvéniles

Au cœur du machinisme :

10

La solution aux difficultés économiques des éleveurs passe par une hausse des prix et une redistribution massive des aides. En attendant, la réduction des charges semble leur seul levier d’action.

Les incontournables du machinisme :

© JA, Dominique Ducla, Pierre-Alain Prévost

26

Les tracteurs du Sima 2013

[ Grand angle ]

27

Les enjeux de saison : Qualité de la pulvérisation : les bases, pas seulement pour les buses ! La liste des paramètres influençant la réussite d’un traitement phytosanitaire pourrait en effrayer plus d’un tant elle est longue. Réussir à tout combiner paraît illusoire, mais respecter un minimum de règles fait gagner quelques points d’efficacité.

[ Impact ] Votre horizon : Tribunes de la Saf-agriculteurs de France sur la décentralisation et la mondialisation

12

© Terre-net Média

[ Champ planet’terre ] Passe et impasse :

14

Le Groenland, nouvel eldorado agricole

[ Inflexion ]

[ Terre-net Occasions ]

La valeur ajoutée est à vous :

34 35 49

16

Produits laitiers : des opportunités en local ?

[ En avant marge ] Les clés pour vous positionner :

18 19

Top affaire spécial "best of de l'occasion" La sélection professionnelle agricole Les annonces gratuites des agriculteurs

L’Inde à la peine pour exporter et stocker son blé

[ Argus ]

Viande bovine : la production française poursuit son repli

La cote tracteur : John Deere 6930 Premium

50

Terre-net Média : Terre-net.fr - Web-agri.fr - Terre-net-Occasions.fr I Mars 2013

3


EDITORIAUX Les lecteurs

Chambres d’agriculture : un paysage syndical peu modifié... en apparence

Eleveurs, tirons les leçons de l’affaire des lasagnes à la viande de cheval !

© Terre-net Média

C

Pierre Boiteau, directeur des rédactions de Terre-net.fr.

’est fait. Vous avez choisi vos représentants aux Chambres d'agriculture. Verdict : le duo Fnsea-JA conserve la majorité absolue et la Coordination rurale devient le second syndicat agricole devant la Confédération paysanne. L'électeur Modef, quant à lui, devient une "espèce en voie de disparition" !

Jean-Claude Abadie Agriculteur dans le Gers. Polyculture-élevage sur 107 ha, troupeau de 50 vaches allaitantes.

© Jean-claude Abadie

La rédaction

Mais, derrière la façade de ce paysage syndical peu modifié, regardons les chiffres autrement.

A

Ramenons les résultats à l'échelle de tous les agriculteurs inscrits sur les listes électorales : l'abstention est la grande gagnante avec près de 46 % devant le duo Fnsea-JA à 30,2 % (listes dissidentes et individuelles comprises), la Coordination rurale à 11,5 %, la Confédération paysanne à 10,7 % et le Modef à 1,1 % ! Poids des non-syndiqués ? Manque de confiance envers les syndicats ? Eloignement entre les leaders et leur base ? Quelle que soient les réponses, sachons relativiser : la participation est plus de trois fois supérieure à celle observée pour les Chambres de commerce.

Il s’agit d’une escroquerie qui salit tous les efforts que nous avons faits depuis la crise de la vache folle, au début des années 2000, en matière de traçabilité et de bonnes pratiques. Les responsables syndicaux brandissent la nécessité d’imposer l’étiquetage de l’origine des ingrédients composant les produits transformés. C’est effectivement indispensable, mais cela ne suffira pas. Car le consommateur doit aussi comprendre que nos efforts pour lui fournir une alimentation saine et de qualité ont un prix. Et la profession agricole doit redoubler d’effort pour l’expliquer.

Autre constat : la fracture entre céréaliers et éleveurs. Le syndicalisme majoritaire a perdu beaucoup plus de sympathisants éleveurs que de céréaliers. La grève du lait a laissé des traces. Ceci est particulièrement notable dans le Grand Ouest et le Massif Central, zones d'élevage où le duo Fnsea-JA recule au profit de la Coordination rurale. Et le mode de scrutin ? Dans plusieurs départements, la liste en tête rafle les deux tiers des sièges avec moins de 40 % des suffrages. Mais le ministère de l’Agriculture s’apprête à revoir la clé de répartition des fonds alloués : les 16,7 millions d’euros annuels payés par les agriculteurs seraient ainsi répartis pour moitié (au lieu d’un quart) en fonction du nombre de sièges et pour moitié (au lieu des trois quarts) selon le nombre de voix obtenues. Les syndicats minoritaires auront davantage de moyens pour exercer leur rôle d’opposant dans les Chambres départementales et régionales d’agriculture aux compétences élargies. Ces dernières auront vraisemblablement en charge la gestion des aides du second pilier de la Pac. Un enjeu important à surveiller dans les années qui viennent…

lors que nos revenus sont les plus bas de toute la profession agricole, nous, éleveurs, n’avions pas besoin de l’affaire de fraude à la viande de cheval dans des lasagnes censées être composées de bœuf !

Ensuite, sur le cas de fraude présumée de la part de Spanghero, il ne faut pas jeter la pierre à Lur Berri, propriétaire de l’entreprise. J’ose imaginer que ses administrateurs agriculteurs sont les premières victimes des agissements de sa filiale. Néanmoins, cette affaire illustre les dérives de certaines coopératives, davantage contrôlées par des financiers avides de profits que par leurs administrateurs. Certains d’entre eux se sont laissés aveugler par une logique de développement à outrance qui ne profite pas aux coopérateurs. Ils ont finalement oublié le rôle premier de leur structure : valoriser le mieux possible la production de leurs adhérents ! En attendant, de plus en plus d’agriculteurs se détournent des productions animales au profit d’activités plus rémunératrices et l’élevage disparaît peu à peu de nos territoires. De ce scandale économique, il apparaît vraiment urgent de tirer toutes les leçons.

Pour réagir : Retrouvez-moi sur Facebook http://www.facebook.com/pierre.boiteauterrenetmedia

Terre-net Média L'agriculture d'aujourd'hui

Terre-net Magazine - NGPA Avenue des Censives – TILLE BP 50333 60026 BEAUVAIS cedex – Tél. 03 44 06 84 84 NGPA - SAS au capital de 22.432.600 € d'aujourd'hui 529 106 544 L'agriculture RCS Beauvais terre-net@terre-net.fr

Terre-net Média

Jean-Marie SAVALLE, Directeur de la publication. Gérard JULIEN, Directeur Général NGPA, Directeur Terre-net Média. Pierre BOITEAU, Directeur des rédactions. Xavier DUFAY, Directeur technique. REDACTION – redaction@terre-net.fr Rédacteur en chef : Pierre BOITEAU. Adjoints : Frédéric HENIN, Pierre CRIADO. Politique agricole, économie, gestion, société : Frédéric HENIN, chef de rubrique, Arnaud CARPON. Productions végétales : Mathilde CARPENTIER, chef de rubrique. Productions animales : Robin VERGONJEANNE. Machinisme, agroéquipements : Pierre CRIADO, chef de rubrique, Matthieu FREULON.

4

Terre-net Magazine I Mars 2013

Cours & Marchés, analyses prospectives : Frédéric HENIN. Secrétariat de rédaction : Céline CLEMENT. PUBLICITÉ – regieagricole@terre-net.fr Direction commerciale : Christophe CASANOVA - Guillaume MORO. Chefs de publicité : Jonathan HAVART, Benjamin LESOBRE, Damien ROY. Chargé de mise en place : Angélique GOUCHET. PETITES ANNONCES – annonces@terre-net.fr Direction commerciale : Denis BOST. Chargés d’affaires : Julien TOUS, Julien STROZYK, Lucia BEDOYA ROMERO, Damien ROY, Emilie MESNEL Jean-Claude BARBOTIN. Marketing : Benoît EGON BASES DE DONNÉES & MARKETING DIRECT – infohyltel@hyltel.fr Hyltel Groupe ISAGRI Direction : Jean-Marie LAVIGNE. Direction commerciale : Christophe SEMONT. Chargés d’affaires : Pauline CURMER, Marine LOUVEL, Solène DOMEON, Yoan RANSINANGUE, Damien ROY. Responsable de la base : Grégory JAMAIN. Gestion technique base : Anthony RENAULT, Marc LE SCOEZEC, Hakim SIAD, Alexandra TIGEOT, Thibaut LOSFELD, Céline LECOMTE.

INFOGRAPHIE, FABRICATION – Infographie@terre-net.fr Direction artistique : Nicolas LEFRANC. Responsable Maquettiste : Magali BOSSARD. Studio Création : Mathilde GRIFFOIN, Julien KLEBER, Gaëlle MAQUAIRE, Cédric FINSAC. Développement : Clément BILLORE, Arnaud BETTEMBOT. Responsable fabrication : Vincent TROPAMER. ABONNEMENT-SYNDICATION – abonnement@terre-net.fr Direction commerciale : Laurent GARREZ. Marketing marché : Amandine BANNERY. Chargées des abonnements : Angélique LEFEVRE, Elodie NALBO-CARON. Services aux abonnés : Nadine GIREL-BURGUET, Lysiane ANDRIEU, Victoria DUARTE. SERVICES GÉNÉRAUX, JURIDIQUE & FINANCIER Directeur administratif & financier : Jean-Marc STAUFFER. Chef Comptable : Nicole DROZ. Juriste : Nathalie GOUVERNET. Imprimé par Imprimerie LEONCE DEPREZ ZI «Le Moulin» 62620 RUITZ

Éthique1 Annonceurs & Agences Remise des certificats d'envois postaux

N°24 - Mars 2013. Tirage : 105000 / ISSN 2112-6690. N° enregistrement à la Commission paritaire des publications et agences de presse : 0313 T 90765. Crédits photos de la couverture : Fotolia, Terre-net Média. Soucieux de la préservation de l’environnement, la société Terre-net Média sélectionne des fournisseurs engagés dans une démarche environnementale. Ce magazine est imprimé sur du papier certifié PEFC issu de forêts gérées durablement. Les encres utilisées sont végétales. Tous les produits qui ont servi à la réalisation de ce magazine ont été recyclés ou retraités conformément à la certification IMPRIM’VERT. Encarts : Ce numéro comporte un encart "AGRILEAD" déposé sur la 4ème de couverture pour la totalité de la diffusion ainsi qu’un encart sélectif « GOICHON » déposé sur la 4ème de couverture.

Éthique2 Lecteurs Pas de publi-information dissimulée


TRI ANGLES

Des prises de vue, notre point de vue

Sima 2013

Sous le signe de l’information "technologique" Sur les écrans, les réseaux sociaux ou via les technologies des équipements présentés, le Sima 2013 a été marqué par la place de l’information et de l’échange de données. Entre humains comme entre machines. Au service des agriculteurs.

Les écrans prennent le pouvoir

© Terre-ne

t Média

D’un Sima à l’autre, la place des écrans ne cesse de croître. Aux ordinateurs et télévisions se sont ajoutés les consoles, tablettes, téléphones mobiles… Tactiles ou non, miniaturisés (sur téléphone) ou géants (écrans Terre-net/Sima dans les allées), télévisés ou mobiles, pour des données ou de l’information, classiques ou en 3D, dans la cabine du tracteur ou en conférence... ils sont partout et pour tout ! Trop d’informations ? Trop de données ? Non, puisqu’on ne s’y perd pas. Car ces écrans visent l’utilité avant tout. Frédéric Vigier, délégué à l’expertise de l’Irstea et membre du jury des Sima innovation awards, ne s’y était pas trompé : lors du palmarès 2013, il retenait comme principale orientation le développement technologique des tablettes et des applications de gestion de données au service de la précision, du confort et de l’utilisation des machines.

Réseaux sociaux en force Jamais le Sima n’a tant fait parler de lui sur les réseaux sociaux, Facebook et Twitter essentiellement. Messages, photos et vidéos ont fusé, postés en direct par beaucoup de visiteurs du salon connectés sur leur mobile. Agriculteurs, journalistes et passionnés de machinisme en tête. Rappelons que près de 60 % des agriculteurs connectés sont inscrits sur au moins un réseau social (lire Terre-net Magazine n°21 p. 8) Ils ont partagé aussi de nombreux liens relayant les articles et reportages en ligne sur le web. Car les médias ont eux aussi publié très vite. Notamment Terre-net, qui animait la télévision officielle du Sima, et Web-agri, qui retransmettait les concours animaux en direct ! Ceci prouve à nouveau que la fabrication et la circulation de l’information n’ont jamais été aussi rapides. Côté humain de ces échanges : les Twitt’apéros et autres rendez-vous entre "Facebookeurs" et forumeurs se sont multipliés, entre eux et avec les entreprises présentes sur les réseaux. Le Sima leur a permis de se rencontrer pour mettre un visage et discuter entre personnes qui se suivent toute l’année.

olia

© Fot

Valoriser la modernité de l’agriculture

© Te rre-n

et M édia

Nous l’avions annoncé dans les précédents numéros de Terre-net Magazine. Les cinq jours de salon l’ont confirmé : le Sima 2013 était placé sous le signe des technologies les plus avancées, au service des agriculteurs. Et si nous faisions part plus souvent au grand public de ce modernisme ? Un défi de communication que la profession aurait tout intérêt à relever ! Objectif rempli au Sima : plusieurs télévisions, radios et journaux nationaux grand public ont montré l’agriculture et l’agroéquipement sous les angles de l’innovation, de la technique à la fois performante et soucieuse des contraintes environnementales, et de l’emploi. Pierre Boiteau

6

Terre-net Magazine I Mars 2013


Votre horizon La température du monde agricole TERRE’MOMETRE

Crise de confiance Entre les agriculteurs et le gouvernement, le fossé se creuse ! Vous, personnellement, faites-vous confiance à … pour défendre l’agriculture et les agriculteurs ?

François Hollande

11 %

89 %

Oui

Jean-Marc Ayrault

7%

93 %

Non

34 %

66 %

Stéphane Le Foll

vembre 2011, à faire confiance à son prédécesseur Nicolas Sarkozy.

Baromètre agricole Terre-net Bva*

H

Selon le dernier Baromètre agricole Terrenet Bva*, seuls 11 % des exploitants jugent le président de la République capable de défendre leurs intérêts et la profession. Ils étaient trois fois plus nombreux, en no-

uit mois après leur arrivée à la tête de l’exécutif, François Hollande, Jean-Marc Ayrault et Stéphane Le Foll n’arrivent toujours pas à redresser la cote de confiance des agriculteurs à leur égard.

Et si un tiers des enquêtés continuent d’accorder du crédit à l’actuel ministre de l’Agriculture, le Premier ministre, lui, sombre encore un peu plus, perdant quatre points en seulement trois mois.

Moral des agriculteurs Reprise des investissements en 2013 ? Pensez-vous réaliser un investissement dans les six prochains mois ?

42 %

42 %

41 %

42 %

Oui, certainement

Oui, probablement

Non

Baromètre agricole Terre-net Bva**

42 %

40 %

39 %

37 % 17 %

16 %

A

près un léger fléchissement en 2012, les prévisions d’investissement des agriculteurs sont reparties à la hausse pour ce premier semestre 2013. Dans le Baromètre agricole Terre-net Bva** de décembre 2012, 81 % d’entre eux indiquent vouloir investir dans les six prochains mois.

En tête des projets : 31 % des exploitants souhaitent remplacer un ancien matériel par un modèle neuf, soit trois points de plus qu’en avril 2012. Surtout, un quart des personnes interrogées envisagent d’acheter un équipement qu’elles ne possèdent pas encore sur l’exploitation. Il y a huit mois, elles n’étaient

Pour chacun des investissements suivants, dites-moi si vous pensez le réaliser dans les six prochains mois ?

Le remplacement, par un modèle neuf, d’un matériel agricole ancien que vous avez déjà sur votre exploitation

Oui, certainement

L’extension ou la modernisation des bâtiments de votre exploitation

19 %

23 %

15 %

11 %

que 18 % à projeter une telle acquisition. Le signe peut-être d’une accélération des changements de pratiques, tant en productions végétales qu’animales. Davantage d’agriculteurs (28 %, + 3 points depuis avril 2012) également veulent acquérir de nouvelles terres ou exploiter plus de parcelles en fermage.

Baromètre agricole Terre-net Bva**

16 %

19 %

32 %

25 %

35 %

3%

4%

41 %

Oui, probablement Non, probablement pas

L’achat de nouvelles terres ou la location de parcelles en fermage

7%

21 %

33 %

32 %

7%

Non, certainement pas Ne se prononce pas

L’acquisition d’un matériel agricole, que vous n’avez pas encore sur votre exploitation

Le remplacement, par un modèle d’occasion, d’un matériel agricole ancien que vous avez déjà sur votre exploitation

12 %

8%

14 %

18 %

36 %

34 %

38 %

* Sondage réalisé du 21 au 30 janvier 2013, par internet, auprès d’un échantillon national de 464 agriculteurs professionnels connectés, âgés de 18 ans et plus. Source : Rga 2010. **Sondage réalisé du 19 novembre au 3 décembre 2012 par internet, auprès d’un échantillon national de 492 agriculteurs professionnels connectés, âgés de 18 ans et plus. Source : Scees. La représentativité des échantillons est assurée par la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : région et orientation principale de l’exploitation (grandes cultures/polyculture-élevage/autres : viticulture-arboriculture-maraîchage).

8

Terre-net Magazine I Mars 2013

34 %

4%

2%


Confédération Nationale du Crédit Mutuel - 88/90 rue Cardinet 75017 Paris - 05/12

OPINIONS

Paroles de lecteurs Extraits des commentaires d’articles sur Terre-net.fr et Web-agri.fr

« Redressement improductif » En réaction à la baisse du budget de la Pac (et à l’article intitulé "Les agriculteurs pourraient néanmoins compter sur 420 Mds d’euros" publié sur Terre-net.fr), Popey16 écrit : « Avec le verdissement et la suppression de la monoculture du maïs, nous allons vers la décroissance et l’augmentation de la volatilité des prix des céréales. C’est le redressement improductif et la décadence générés par l’agroécologie. Vive la France et ses écolos ! » Source : commentaire d’article sur Terre-net.fr.

Un pied dans l’industrie, un orteil dans la ferme « Le problème dans tout ça, ce sont les dirigeants des coopératives, s’exclame Yenamarre à propos de l’article "Les éleveurs s’impatientent de voir le prix du lait augmenter", paru sur Web-agri.fr. Ils ont un grand pied dans l'industrie et un orteil dans leur ferme. Eux, ce qu'ils veulent, c’est faire produire à tout va pour inonder les marchés européens. Ils pensent que l'on peut produire à perte pour concurrencer l'Allemagne, alors que les Allemands ont une main-d'œuvre à bas coût. Ils y vont tête baissée et construisent des tours de séchage en sachant qu'ils se casseront les dents. »

LE CRÉDIT MUTUEL, PARTENAIRE DES AGRICULTEURS.

Source : commentaire d’article sur Web-agri.fr.

« On se moque de nous avec les véhicules propres ! » Après avoir lu l’article "Utilitaire électrique sur votre ferme, combien ça coûte ?" sur Terre-net.fr, Nono refait les calculs : « A 72 €/mois de location de batterie, soit 864 €/an, et pour 10.000 km parcourus, cela fait 0,0864 euro du kilomètre. Avec une recharge à 2 € pour 100 km, le coût d’utilisation d’un Kangoo électrique s’élève à 10,64 € pour 100 km. Pour un modèle thermique, il n’est que de 6,95 € (5 l de gazole à 1,39 €/l). Bien sûr, il y a l’assurance et les frais d'entretien. J'ai vraiment l'impression qu’on se moque de nous avec les véhicules propres ! » Source : commentaire d’article sur Terre-net.fr.

« Ma presse ne bourre plus » « Au lieu de promouvoir le recyclage d'un produit issu de l'industrie pétrolière, ne serait-il pas plus écologique de subventionner les ficelles en sisal (fibres d'agave) pour en diminuer le prix ?, observe MC Desjean après lecture de l’article "Plus besoin de jeter les ficelles et filets à balles rondes" sur Web-agri.fr. Depuis deux ans, j’utilise ces ficelles. C’est plus cher (42 € les deux rouleaux au lieu de 30 € environ), mais ma presse à foin et à paille ne bourre plus et c'est écologique. En plus, si les animaux en mangent, les ficelles en sisal sont sans doute moins dangereuses que celles en polypropylène. Toutes les coopératives n'en proposent pas, c'est dommage. » Source : commentaire d’article sur Web-agri.fr.

Mars 2013

9

Fidèle à ses valeurs de solidarité et de proximité, le Crédit Mutuel place ses clients au cœur de ses préoccupations et de ses actions. Partenaire des agriculteurs, il est à votre écoute pour vous conseiller et vous proposer une large gamme de produits et services adaptés à vos besoins et à ceux de votre famille. Financements souples, avances de trésorerie, gestion d’épargne : le Crédit Mutuel s’engage à vos côtés. UNE BANQUE QUI PRIVILÉGIE VOTRE INTÉRÊT, ÇA CHANGE TOUT.


SYNDIC’ARENE

Le pluralisme des idées

Elevage Sans meilleurs prix, réduire les charges a ses limites Avec des coûts alimentaires toujours aussi élevés et insuffisamment répercutés sur les prix à la production, les éleveurs peinent à dégager un revenu décent. Selon eux, la solution durable à leurs difficultés économiques passe par une augmentation des prix et une redistribution massive des aides. En attendant, la réduction des charges semble leur seul levier d’action.

Mickaël Moulin

Dominique Ducla © JA

Producteur de lait et de bovins viande (en Gaec), Vosges. 170 ha (110 ha d’herbe, 25 ha de céréales, 35 ha de maïs), 470.000 l de quota laitier, 100 taurillons engraissés par an.

«L

e problème majeur pour nos productions, ce sont les prix. Celui du lait a baissé de 1,7 % en 2012. Par contre, les charges ont bondi de 17 %. En 2013, notre lait devrait être payé environ 311 €/1.000 l en moyenne. C’est le prix que nous connaissions en 1986 ! Et je ne vois pas trente-six solutions. Tous les acteurs de l’aval de la filière, jusqu’au consommateur, doivent faire des efforts. A commencer par les industriels et les distributeurs qui doivent accepter d’augmenter les prix et de rogner leurs marges. Dans ce contexte, la mise en place de la contractualisation et le développement des organisations de producteurs ne peuvent être que bénéfiques, même si cela ne réglera pas tous les problèmes. J’ai adhéré à l’Union des producteurs de lait des Vosges, qui rassemble désormais un volume de 100 millions de litres face à Lactalis. Grace à cette OP, les éleveurs auront davantage de poids pour négocier face à l’entreprise.

« La bataille des prix ne peut se gagner que collectivement »

Si la bataille des prix ne peut être gagnée que collectivement, la compression des charges, elle, doit être réfléchie dans chaque exploitation. L’envolée des prix de l’alimentation animale m’a incité à revoir mon système. Auparavant, celui-ci était basé sur deux tiers de maïs ensilage et un tiers d’herbe. Maintenant, c’est moitié-moitié et je consomme moins de soja. Pour le même prix, j’ai acheté un tiers d’aliment en moins par rapport à l’année passée. En parallèle, j’ai réformé moins de vaches en 2012. J’en trais cinq de plus, mais je les pousse un peu moins. Pour le reste, je fais beaucoup plus attention à ma consommation d’électricité et de fioul. »

10

Terre-net Magazine I Mars 2013

© Dominique Ducla

Modef

Jeunes agriculteurs

Producteur de bovins viande (label rouge et Igp "Bœuf de Chalosse"), Landes. 76 ha de Sau et 80 vaches blondes d’Aquitaine.

«M

alheureusement, je ne suis pas certain que les décideurs aient mesuré l’ampleur des difficultés des éleveurs, de plus en plus nombreux à arrêter le lait et la viande bovine au profit des céréales. Et il ne s’agit pas seulement de petits élevages ! Dans mon secteur, un producteur de lait a tout abandonné alors « Sur le plan qu’il avait un quota de 800.000 l.

technique, nous

Avec des prix qui n’ont pas été revalorisés n’avons plus le depuis plus de 25 ans, nous ne pouvons droit à l’erreur » améliorer notre marge qu’en réduisant le coût alimentaire de notre atelier. Cela fait huit ans que je cherche à l’optimiser. En 2004, j’ai commencé par m’associer avec d’autres agriculteurs pour acheter des aliments en commun, par camion de 26 t. En 2011, j’ai suivi des réunions techniques sur l’autonomie alimentaire et l’optimisation des rations. Depuis, je produis moi-même le maximum d’ingrédients de base et j’ai investi dans une mélangeuse pour n’effectuer qu’une seule distribution par jour. Une fois par mois, je prépare une ration à base de maïs, de paille, de luzerne et de tourteau de soja pour les trente jours suivants. En faisant évoluer mon système alimentaire, j’ai diminué de 90 €/t les charges d’alimentation sur mon exploitation. Cette année, je franchis une nouvelle étape : j’ai introduit pour la première fois 15 ha de colza dans ma rotation et j’ai adhéré à une Cuma qui se lance dans le pressage des graines de cet oléagineux. En récupérant les tourteaux, j’espère être quasi autonome pour nourrir mes animaux. Nous avons fait tellement d’efforts d’un point de vue technique que nous n’avons plus le droit à l’erreur. »


Trois avis par mois Tous les syndicats sont sollicités, à tour de rôle, afin de garantir le pluralisme.

AU NOUVEISÉ

AUTORE LA CONTROMÈLE CHRYSMAÏS DU

Confédération paysanne © Pierre-Alain Prévost

Stéphane Clisson.

Producteur de lait, 600.000 l de quota, Deux-Sèvres. 90 ha dont 15 ha de maïs, 20 ha de mélange céréalier, 4 ha de betteraves fourragères et une cinquantaine d’hectares d’herbe.

«S

i les pouvoirs publics et l’Europe ne donnent pas rapidement des signaux forts en faveur de l’élevage, il n’y aura bientôt plus de production laitière dans les zones intermédiaires. L’avenir des exploitations d’élevage dépend en partie de la réforme de la Pac. Or, avec un budget restreint, comme l’a proposé récemment le Conseil de l’UE, la redistribution des aides sera moins importante. L’idée de majorer les cinquante premiers hectares est intéressante, mais tout dépend du montant de cette surprime. Dans les Deux-Sèvres, le Dpu moyen se situe entre 250 et 300 €/ha. Même si on le doublait pour les premiers hectares, ça ne changerait rien à la situation économique d’une structure comme la mienne. Pour pérenniser les ateliers, il faut aller plus loin qu’une simple surprime, en actant par exemple un recouplage maximum des aides. L’avenir de la production laitière passe aussi par une maîtrise des volumes, régie par les pouvoirs publics et non par les entreprises. En attendant, avec mes deux associés, nous avons le projet d’installer un jeune hors cadre familial sur la « La réforme de la ferme, mais nous ne savons pas Pac ne sera pas à la comment nous allons faire. Dans tous les cas, ce ne sera ni en lait, ni hauteur des enjeux » dans une autre filière, tant pour des raisons économiques que d’image. Regardez l’affaire Findus : même sans crise sanitaire, le moindre souci chez un intermédiaire met à mal notre image et notre travail concernant la qualité de nos produits. Si nous accueillons un nouvel associé, ce sera plutôt pour développer la vente directe. » Propos recueillis par Arnaud Carpon Mars 2013

11

LA PROTECTION RAPPROCHÉE DE VOS SEMIS INSECTICIDE DU SOL. 12Kg/ha

CONTRE TAUPIN ET CHRYSOMÈLE DU MAÏS BELEM® agit uniquement là où il est placé dans le sol, bien réparti autour de la graine. La clé du succès : une bonne préparation du lit de semence associée à une application précise de BELEM®. Sûr et simple à utiliser, BELEM® peut être appliqué chaque année sur une même parcelle sans restriction.

BELEM® 0,8 MG: AMM n°2090050. Cyperméthrine 0,8 %. N - dangereux pour l’environnement. ® Marque déposée SBM DÉVELOPPEMENT. Dangereux, respecter les précautions d’emploi. Lire attentivement l’étiquette avant toute utilisation. SBM Développement : 156-160, route de la Valentine - BP90120 - 13371 MARSEILLE Cedex 11. BELEM® 0,8MG est distribué par Certis www.certiseurope.fr et Arysta LifeScience www.arysta-eame.com

PRODUITS POUR LES PROFESSIONNELS : UTILISEZ LES PRODUITS PHYTOPHARMACEUTIQUES AVEC PRÉCAUTION. AVANT TOUTE UTILISATION, LISEZ L’ÉTIQUETTE ET LES INFORMATIONS CONCERNANT LE PRODUIT.


IMPACT

Votre horizon

Tribune de la Saf Les agriculteurs, acteurs d’un nouveau modèle Parce que le modèle agricole actuel est en fin de course, la Société des agriculteurs de France (Saf) propose de le réinventer. Parmi ceux qui le porteront, les agriculteurs ont un vrai rôle à jouer. En tant qu’acteurs de la politique agricole locale, porteurs du progrès, chefs d’entreprise très divers pouvant conjuguer leurs talents. Explications de Laurent Klein et Charles Meaudre, respectivement président et vice-président de la Saf.

© Saf-agriculteurs de France

« La décentralisation, de nouveaux challenges pour les chefs d’entreprise agricole en 2013 »

« Les chefs d’entreprise agricole doivent percevoir l’ensemble des évolutions économiques, sociologiques et juridiques de leur territoire », souligne Charles Meaudre, vice-président de la Saf-agriculteurs de France.

«P

endant la campagne présidentielle, les régions ont plusieurs fois fait part de leur souhait d’acquérir de nouvelles compétences concernant par exemple, en agriculture, la gestion des financements de la politique agricole commune, du foncier ou de l’hydraulique agricole, l’installation, la formation. La loi de décentralisation et de réforme de l’action publique, en cours de préparation, prévoit de reconnaître certaines des demandes des instances régionales. À ce jour, l’avant-projet de loi comprend notamment des chapitres sur la formation, le développement économique, les fonds structurels et l’eau. Il est prévu un transfert, aux régions, de la gestion du deuxième pilier de la politique agricole commune pour la période de 2014 à 2020. L’enjeu, pour les filières agricoles et agroalimentaires, réside dans le degré de liberté qui sera accordé aux collectivités à travers cet acte III de la décentralisation. Notre think tank, la Saf-agriculteurs de France, invite les acteurs économiques à suivre ces évolutions, à s’impliquer dans la préparation de cette nouvelle gouvernance et à adapter leur stratégie d’entreprise. En effet, en fonction de l’implication des acteurs économiques auprès de leurs instances

12

Terre-net Magazine I Mars 2013

locales, les politiques ne sont pas construites de la même façon. Déjà aujourd’hui, on constate que certaines collectivités financent en partie les conversions à l’agriculture biologique ; d’autres soutiennent les installations ou bien les productions de qualité, tandis que d’autres encore focalisent leur action sur la constitution de réserves foncières. Aux parties prenantes de s’impliquer pour exprimer leurs réels besoins, car les régions contribuent de plus en plus à différencier le cadre d’exercice de l’activité agricole au sein du territoire national, d’où un risque substantiel de distorsion de concurrence entre les territoires. La régionalisation des politiques est en marche. Chaque région démarre actuellement une réflexion sur la place et les moyens qu’elle consacre à ses filières agroalimentaires. Les acteurs économiques territoriaux sont associés à cette démarche dans le cadre des rencontres pour l’avenir de l’agroalimentaire et du bois, qui sont suivies d’ateliers régionaux thématiques. Les suggestions, émanant des groupes de travail, influenceront les moyens déployés en priorité par chaque région pour ce secteur.

S’approprier les solutions L’innovation, l’accès au financement, la formation des salariés ou encore la définition de stratégies collectives d’exportation représentent autant d’axes susceptibles de dynamiser certains bassins de production, à condition que les organisations économiques sachent formuler leurs besoins, puis s’approprier les solutions proposées. Plus que jamais, le territoire est l’une des grandes composantes de toute stratégie d’entreprise. Les nouvelles dispositions prises au niveau régional impacteront à court terme la vie des entreprises. Et ce, d’autant plus que chacune doit se construire en fonction de son marché : comment alors concilier une vision territoriale publique avec une vision entrepreneuriale ? Il ne faudrait pas, qu’au

final, les acteurs de l’agriculture et les chefs d’entreprise agricole perdent leur liberté au nom d’une nouvelle planification, cette foisci locale…

Agriculteurs, acteurs de la politique agricole locale Autre conséquence de la remise en cause de l’État centralisé : le développement d’une nouvelle gouvernance, avec de nouveaux interlocuteurs. Dès lors, quel avenir pour les échelons départementaux ? Va-t-on vers des mécanismes de rééquilibrage entre régions ? Doit-on définir un cadre national commun à préciser au niveau régional ? Là se pose la question de la liberté d’intervention des régions et celle de la création de politiques agricoles régionales. Dans un contexte de mondialisation, les territoires offrent aux entreprises un ancrage et un support indispensables pour la construction et le déploiement de leur stratégie. Les chefs d’entreprise agricole doivent percevoir l’ensemble des évolutions économiques, sociologiques et juridiques de leur territoire. Il est donc crucial pour chacun d’entre eux d’identifier ses nouveaux interlocuteurs, d’être acteur de la politique agricole locale et d’en tenir compte dans sa stratégie d’entreprise. La politique agricole est en effet de moins en moins nationale ou européenne, mais propre à chaque région et déclinée par chaque collectivité locale. Le renforcement du poids des territoires et des initiatives locales est d’ailleurs un phénomène partagé aux échelons européen et mondial. Les interactions entre une entreprise et ses élus locaux, sa population environnante et les autres acteurs économiques constituent un facteur clé de succès de tout projet économique ! Aux chefs d’entreprise agricole de prendre leur place dans le train de la décentralisation, avec tous les acteurs impliqués, pour bien suivre le sens de l’Histoire… » Charles Meaudre, vice-président de la Saf-agriculteurs de France


« Le champ d’intervention des chefs d’entreprise agricole se déplace de leurs "villages" à l’ensemble de la planète », observe Laurent Klein, président de la Saf-agriculteurs de France.

’agriculture est au cœur de la mondialisation qui touche désormais toutes les activités économiques. Récemment, lors d’une journée du cycle de réflexion (1) de la Saf consacrée aux industries agroalimentaires (Iaa), nous avons encore insisté sur l’importance de travailler leur lien historique avec les territoires et les bassins de production, tout en appelant l’ensemble de la filière à se tourner vers de nouveaux modèles répondant aux enjeux actuels. Une nouvelle logique est à l’œuvre entre les agriculteurs et l’industrie agroalimentaire, fondée sur une prise en compte commune des attentes des clients.

Sentons-nous libres d’entreprendre Cette agriculture à visage humain, que la Saf appelle de ses vœux, repose sur un véritable engagement personnel de chaque agriculteur, qui s’efforce d’être un chef d’entreprise stratège, autonome, innovant, comme nous l’avons dit dans notre rapport annuel 2012. La Saf reconnaît et encourage la multiplicité

des projets, des parcours et des agricultures. Il n’y a plus de modèle d’entreprise agricole, mais des entreprises qui suivent des trajectoires particulières ayant toutes comme finalité de produire des biens alimentaires et non alimentaires, de l’énergie et des services au sens large du terme. Ce changement d’attitude qui part de l’individu vers le collectif, des chefs d’entreprise vers les marchés, des territoires vers la mondialisation est la réponse que propose la Saf pour réinventer un modèle d’après-guerre en fin de course. Cette compétitivité de notre secteur, tant recherchée, passe par l’amélioration des relations entre les différents maillons de la chaîne plutôt que par la mise en œuvre de stratégies individuelles de court terme. Dans des marchés mondialisés, ensemble, abattons nos cartes et marquons des points en conjuguant nos talents. Sentons-nous libres d’entreprendre et portons le plus loin possible ce goût, car ce sont les hommes qui font les entreprises et non l’inverse ! » Laurent Klein, président de la Saf-agriculteurs de France Rubrique réalisée par Frédéric Hénin (1) Intitulé "Dans les territoires en mouvement : quelles cartes à jouer pour les entreprises agricoles ?"

Le P2O5 en liquide, c’est directement assimilable !

Le maillot jaune de la fertilisation

Pour la régularité et le rendement du maïs, Sore (Hautes-Landes) « En monoculture, avec le 14-48-0 en localisé au semis, j’ai observé un effet starter intéressant pour prendre de vitesse les nématodes. Le gain de rendement est notable, en plus l’humidité à la récolte est inférieure. Voilà pourquoi, cette année, nous passons de 110 à 150 l/ha de 14-48-0. » Spectaculaire sur céréales, Deyme (Hte Garonne) « Au stade tallage, j’ai appliqué entre 80 et 100 l/ha de 14-48-0 avec des buses à jet filet classique. Au pulvérisateur, c’est pratique et l’effet a été spectaculaire : couleur plus verte, meilleur développement végétatif. »

ur maï s és

SECO Fertilisants l Au plus près de la fertilité l Rue Séverine - BP 70039 - 60772 RIBECOURT CEDEX Tél. : 03 44 75 75 00 - www.secofert.fr l 925 620 445 R.C.S. l contact@secofert.fr

Création : Studio Agri - Design Terre-net

Polyphosphate 14-48, garantie de performances inégalables

m com and

«L

Car, assurément, le champ d’intervention des chefs d’entreprise agricole se déplace de leurs "villages" à l’ensemble de la planète. Responsables et volontaires, ce sont eux qui portent le progrès en agriculture. Et la future Pac qui se prépare après 2013, à condition de bien en déterminer les objectifs et les moyens, de bien comprendre l’articulation entre les deux piliers, pourrait être un des pivots de cette formidable dynamique au service d’une productivité durable. A savoir : des mesures efficaces pour l’environnement, faisables pour les agriculteurs, socialement acceptables pour la société civile. Dans des territoires en mouvement, au niveau de l’Europe et à l’échelon local, tous les acteurs de la filière doivent saisir les opportunités de développement en étant ouverts sur le monde.

re

© Saf-agriculteurs de France

« Assemblons et abattons nos cartes dans un monde en mutation ! »


Votre horizon CHAMP PLANET’TERRE

Passe et impasse

Le Groenland, nouvel eldorado agricole

Kalista Poulsen, issu d´une famille groenlandaise de chasseurs-pêcheurs, a étudié l’agriculture à l’école d’agriculture d’Upernaviarsuk puis a travaillé en Europe. Agathe Devisme, française, est architecte-urbaniste de formation.

Groenland

dernières années par le réchauffement climatique : les températures ont augmenté de 1,3 degré en trente ans !

Kalista Poulsen et Agathe Devisme à Ipiutaq guest farm (au sud du cercle polaire)

S’agrandir en défrichant

Des éleveurs pionniers

L

14

e Groenland est encore une terre de conquête. La cinquantaine d’éleveurs recensés sont les bâtisseurs d’une économie rurale comme l’ont été les paysans défricheurs du Moyen Age en France ou encore les colons d’Amérique pendant plus de trois siècles. Vivant sur la base d’une grande autonomie, ils sont en fait un exemple concret des politiques de développement rural à mettre en place pour susciter, dans des régions inhospitalières, davantage de vocations et accroître le nombre d’exploitations !

de très haute montagne en France, avec des températures inférieures à -10° C. Aussi, il n’est pas question d’y envisager l’élevage sans un minimum d’autonomie fourragère et énergétique. En production ovine notamment, les troupeaux doivent être suffisamment nourris pour rester en bon état et produire des agneaux bien conformés au printemps. Toute pénurie de fourrage pour les animaux serait fatale à la productivité des exploitations.

Sur la côte sud-ouest de l’île, à Ipiutaq guest farm où Kalista Poulsen et Agathe Devisme élèvent des ovins viande (cf. encadré p. 15 et lire leur portrait sur www.ipiutaq.gl), le climat subarctique est équivalent à un climat

Depuis trois ou quatre ans, le sud-ouest du Groenland est victime de sécheresse. Ce phénomène se caractérise par un déficit de précipitations au mois de juin, en période de pousse de l’herbe. Et il est accentué ces

Terre-net Magazine I Mars 2013

© Kalista Poulsen et Agathe Devisme

L’agriculture subarctique n’est pas au programme des formations dispensées à Purpan mais Lilian Duval, élève ingénieur dans cette école, en a fait une de ses spécialités. Il a choisi de partir en stage au Groenland chez Kalista Poulsen et Agathe Devisme, producteurs d’ovins viande. Les témoins, selon lui, d’un nouveau modèle agricole appelé à se développer sur notre planète, compte tenu de l’ampleur des changements climatiques qui l’affectent.

Déficit de précipitations

Kalista n’a récolté l’an passé que 70 balles de foin alors qu’il a estimé à 120 le nombre nécessaire pour un troupeau de 300 brebis ; c’est-à-dire pour couvrir une grande partie des besoins en fibres des animaux pendant les six mois d’hiver. Cette estimation se base sur le règlement groenlandais qui impose de disposer d’un minimum de 130 "feed units" (unités alimentaires) par brebis, la moitié composée de fibres (fourrage produit sur place ou granulés d’herbe importés), afin de nourrir correctement les animaux qui devront néanmoins compléter leur alimentation en pâturant la lande et en broutant les brins d’herbe épargnés par le froid. Aussi, Kalista a été contraint d’acheter du foin à des voisins fermiers ; ce qui, compte tenu des coûts et notamment du transport, peut mettre en péril l’exploitation, en activité depuis 2009 seulement. La surface de la ferme, 6,5 ha, est aujourd’hui un facteur limitant car le moindre


duction agricole. En cause, l’activité économique mondiale qui bouleverse l’ensemble des équilibres écologiques de la planète. Les déforestations massives, la pollution atmosphérique et l’artificialisation des terres ne sont pas sans incidences sur le climat. La volatilité des prix agricoles, qui résulte des accidents climatiques, rend difficile l’élaboration de programmes d’investissements rentables pour renforcer la sécurité alimentaire.

Point de vue

A

ucun expert n’est en mesure d’apprécier avec exactitude toutes les répercussions des changements récents du climat sur notre planète. Mais l’histoire de l’humanité est jalonnée de conquêtes d’espaces et de défis climatiques, alimentaires et démographiques, qui ont tous semblé insurmontables lorsqu’ils ont émergé. Celui de 2050, qui vise à nourrir neuf milliards d’hommes, n’en est qu’un de plus. Le développement de l’agriculture au Groenland, ou encore en Alaska et en Sibérie, pourrait contribuer à le relever en compensant les pertes de terres agricoles dans d’autres pays. Mais, l’histoire a aussi montré que la majorité de ces défis émanent des activités humaines, dont on ne maîtrise pas toujours l’impact.

© Fotolia

Trois défis indissociables pour notre planète Les changements climatiques, leur ampleur et leur imprévisibilité rendent plus hasardeuse la production agricole.

A l’apparition de l’agriculture au néolithique, l’homme disposait de plus de nourriture. Toutefois, l’humanité a aussi dû faire face à une croissance sans précédent de sa population. Au Moyen Age, les déboisements ont libéré des terres, mais ils ont asséché le climat en Europe. Ceci dit, ces évolutions, parfois ponctuées de crises et de famines, ont toujours existé ! Ce qui est nouveau depuis plusieurs années, c’est l’accélération des changements climatiques, leur ampleur et leur imprévisibilité. Au point de rendre plus hasardeuse la pro-

© Fotolia

depuis qu’ils se sont dotés de panneaux solaires, d’une éolienne et d’un système de batteries avec un inverteur-convertisseur. Livré par bateau, ce combustible reste cependant la principale source d’énergie utilisée tant pour la ferme que pour l’habitation. En effet, l’exploitation, isolée, n’est pas relayée à un réseau électrique. Elle est même si isolée que tous les déplacements de Kalista et d’Agathe se font en bateau dans les fjords ou sur la mer.

Au Groenland, beaucoup d’exploitations agricoles sont isolées et les agriculteurs effectuent tous leurs déplacements en bateau dans les fjords ou sur la mer.

agrandissement se fait en défrichant les terrains par dépierrage au tractopelle et au tracteur. Augmenter la superficie d’un hectare nécessite plus d’un mois de chantier. L’exploitation est en pleine expansion afin de devenir plus autonome. A moyen terme, Agathe et Kalista n’excluent pas le recours à l’irrigation et envisagent d’installer un système d’arrosage automatique avec enrouleur, où l’eau serait puisée dans un lac. Cependant, un tel dispositif, en plus d’être onéreux, est chronophage. Or, en raison du climat, les travaux ne peuvent pas durer plus de cinq mois, de mi-mai à mi-octobre.

Tous les déplacements en bâteau Par ailleurs, les éleveurs sont parvenus à réduire de 30 % leur consommation de gasoil

L’agrotourisme se développe Au Groenland, il n’y a pas de fournisseurs agricoles. Le couple d’éleveurs importe donc du Danemark tout ce dont il a besoin, avec des délais et des coûts de livraison très importants pour la moindre pièce-outil. Ce qui peut être particulièrement préjudiciable en période de foin, où le temps est compté. A la fin de l’été dernier, Kalista a dû se passer de son tracteur pendant trois semaines. Un hectare d’herbe n’a pas pu être fauché, ce qui a aggravé le déficit en fourrage. De plus, le coût élevé du matériel impose de faire des choix sur les équipements à acquérir. Enfin, l’isolement rend difficile l’entraide lors des périodes d’agnelages et de montes. Ces contraintes sont cependant les atouts sur lesquels repose l’agrotourisme, en vogue au Groenland. Moins dépendant

Revenir à des politiques agricoles stables Parfois, certaines décisions politiques modifient radicalement les paysages agricoles et les conditions pédoclimatiques. En Europe, l’instauration en 1992 d’aides directes à l’hectare a poussé les agriculteurs à retourner d’immenses surfaces de prairies ! Ce qui n’est pas sans conséquences dans les zones inondables. Aussi, relever le défi alimentaire de 20302050 nécessite le retour à des politiques agricoles stables, qui s’inscrivent dans la durée en s’appuyant sur les expériences passées.

Frédéric Hénin

du climat, il se développe en parallèle des activités d’élevage. Agathe et Kalista ont ouvert des chambres et une table d’hôtes et sont en train de développer le tourisme lié à la pêche. Dans une rivière d'eaux claires à proximité (les eaux des rivières issues de glaciers, elles, sont troubles), les passionnés de pêche à la mouche peuvent découvrir des ombles chevaliers en abondance (appelés aussi truites arctiques). Les visiteurs sont séduits par ces fermes atypiques, très différentes des modèles américains et européens. Lilian Duval, élève ingénieur à Purpan, avec Frédéric Hénin

L’agriculture au Groenland L’autonomie alimentaire est une des priorités du Groenland. Les activités agricoles sont concentrées au sud-ouest de l’île, où les températures estivales sont supérieures à 10°C grâce à l’influence du Gulf Stream. L’élevage ovin prédomine. Mais, les vaches sont aussi présentes dans quelques exploitations, où la production fourragère est plus importante. Outre les fourrages, des pommes de terre, des navets et de la rhubarbe sont cultivés dans les jardins attenants aux fermes et même en ville dans ceux des particuliers. De nouvelles cultures (brocolis, fraises, framboises) sont implantées à but expérimental à l’école d’agriculture d’Upernaviarsuk.

Terre-net Média : Terre-net.fr - Web-agri.fr - Terre-net-Occasions.fr I Mars 2013

15


INFLEXION

La valeur ajoutée est à vous

Produits laitiers Des opportunités en local ?

© Terre-net Média

Mieux valoriser son lait dans des filières courtes et locales, voilà une idée alléchante. De la vente directe de lait cru au distributeur automatique à la transformation fromagère en passant par la fabrication de produits laitiers transformés, les pistes à explorer sont nombreuses. Mais attention à ne pas perdre de vue la rentabilité économique du projet.

Au Gaec Fouque-Lefebvre, trois associés et deux salariés cultivent 218 ha, s’occupent du troupeau de 120 Normandes et moulent à la main 250.000 "cœurs" de Neufchâtel par an.

A

INITIATIVE

vec un prix de base du lait qui peine à dépasser la barre symbolique des 300 €/t, il y a de quoi se poser des questions : ne vautil pas mieux se tourner vers les filières locales à plus forte valeur ajoutée ? En 2011, trois éleveurs de la région parisienne ont sauté le pas : en contractualisant avec la société "Le Petit Producteur", ils ont vendu du lait frais, de la faisselle et des yaourts dans les Monoprix de la capitale. « Dans les supermarchés, ces produits locaux et équitables ont fait un carton !, raconte Lisa

16

Imbert en charge des produits laitiers chez "Le Petit Producteur". Malheureusement, nous avons dû suspendre la commercialisation après une année de test, les difficultés logistiques et les coûts de transport ayant eu raison de cette aventure. »

goût et surtout être en mesure de livrer (ou de faire livrer) directement sa production à une plateforme logistique. « Le prix de vente et la marge du producteur sont établis en toute transparence et le débouché commercial est garanti », assure Lisa.

Mais, la petite entreprise compte bien renouveler l’expérience courant 2013 et recherche actuellement des producteurs. Les conditions requises : transformer son lait de façon artisanale pour obtenir un produit qui ait du

1 € le litre Certains éleveurs en quête de valeur ajoutée court-circuitent la grande distribution et choisissent de vendre eux-mêmes leur lait aux

Frédéric Fouque, éleveur laitier en zone Aop Neufchâtel « La demande est là »

«J

e me suis installé avec mes parents il y a dix ans, avec l’intention de transformer le lait de nos Normandes en fromage. J’ai commencé à vendre sur les marchés et la chance du débutant m’a souri : j’ai remporté le 1er prix du fromage de Neufchâtel, puis des médailles au Concours général agricole à Paris. Des fromageries et des grossistes nous ont alors contactés. La demande est là : nous n’avons jamais eu besoin de démarcher des clients. Ma femme et un ami ont rejoint l’exploitation en 2006 et nous avons alors développé l’atelier.

Terre-net Magazine I Mars 2013

Aujourd’hui, après de gros investissements dans la fromagerie, nous transformons près de 400.000 l de lait. 80 % de nos fromages sont vendus à des grossistes (dont la fromagerie Graindorge) qui les revendent partout en France, notamment pour le haut de gamme à la coupe. J’avoue que c’est un peu frustrant de ne pas savoir où vont nos fromages. Les 20 % restants sont commercialisés en local, aux supermarchés du coin, aux fromagers ou aux revendeurs sur les marchés. Avec la transformation, nous doublons le prix de notre lait par rapport à ce qu’il est payé par la lai-

terie. Mais, il difficile d’estimer ce que l’on gagne réellement avec les fromages étant données les charges engagées, investissement et temps de travail notamment. Avec mes deux associés, nous avons de nombreux projets en cours et souvent du boulot par-dessus la tête. Malgré tout, nous parvenons à partir un peu en vacances et je sais qu’économiquement, on s’y retrouvera d’ici trois ou quatre ans. »


A un euro le litre, le seuil de rentabilité de sa fontaine à lait cru, amortie sur sept ans, est de 40 l par jour, sachant qu’elle tourne à 28 l en

« Le lait cru tout seul a peu d’avenir, si l’offre au distributeur n’est pas un peu plus étoffée », estime Thierry Pons. C’est pourquoi les casiers automatiques réfrigérés se révèlent plus ren-

Les casiers automatiques sont réfrigérés.

tables : le panier moyen est plus important et l’éventail de produits disponibles, plus large, incite davantage à acheter. En s’associant avec d’autres agriculteurs, il est en effet possible de proposer du lait thermisé mis en bouteille à la ferme, de la crème, des desserts lactés, des petits fromages apéro, voire de la viande ou des fruits et légumes. Eprouvés depuis 20 ans en Allemagne et en Suisse, les casiers sont robustes. Le client choisit un numéro de casier, paie et une porte s’ouvre pour qu’il puisse récupérer ses achats. L’investissement est de l’ordre de 10.000 €, soit environ trois fois moins qu’une fontaine à lait. Le coût de revient, lui, représente 4 à 10 % du chiffre d’affaires (80 à 350 €/j) selon le lieu d’implantation des casiers, la distance qui les sépare de la ferme et le nombre de réapprovisionnements par jour. Ensuite, tout est une histoire de communication. « Nous, producteurs de lait, avons encore beaucoup de travail à faire dans ce domaine », souligne Jean-Michel Anger.

NOUS SOMMES TOUS DES ELEVEURS DE VIE. EVOLUTION est née de la réunion des compétences des coopératives Amélis, Génoé et Urcéo. Notre objectif est de vous permettre d’être compétitifs tout en contribuant aux enjeux nutritionnels et environnementaux à l’échelle mondiale. Grâce au lien que nous entretenons avec les éleveurs partenaires, chaque jour, nous apportons des solutions innovantes en matière de biotechnologie et d’élevage pour vous garantir la rentabilité et assurer la pérennité de vos élevages.

www.evolution-xy.fr

© Filbing-distribution.com

consommateurs via des distributeurs automa- moyenne. « Cependant, je n’ai pas l’intentiques de lait cru ou "fontaines à lait"… avec tion de l’arrêter : ce type d’initiative ouvre plus ou moins de réussite. En effet, « se lancer des portes pour développer la vente directe dans ce genre de démarche ne s’improvise d’autant que je souhaite vendre davantage pas, sous peine de déconvenues rapides », de lait cru aux restaurateurs, aux traiteurs, avertit Thierry Pons, chargé aux hôpitaux et aux cantines de mission chez Trame « A nous de fidéliser scolaires. A 0,75 €/l vendu en pour le Casdar "Références vrac, ce débouché s’avère les clients. » circuits courts". Il faut apintéressant économiquement provisionner quotidienneet, contrairement à ce que ment les fontaines avec du l’on croit, consommer du lait lait frais et le seuil de rentabilité est de l’ordre cru ne comporte aucun risque si la date est de 50 l vendus par jour. respectée. De plus, il n’y a pas de pénalités lorsqu’on dépasse le quota alloué à la vente En France, la part de marché du lait cru entier directe. » n’est que de 2,5 % et régresse de 5 à 6 % par an. « Les consommateurs sont sensibles à la Plus d’avenir pour les casiers vente directe et aux produits locaux, néanautomatiques ? moins c’est à nous de les convaincre et de les fidéliser », explique Jean-Michel Anger, présiDepuis deux ans, Jean-Michel a investi dent de l’association Kilaitcru, qui fédère une dans deux distributeurs automatiques de dizaine de producteurs-vendeurs de lait cru desserts lactés (yaourts, crèmes au chocoen Loire-Atlantique. En pleine crise du lait, cet lat, riz au lait, flans…) situés dans des gares éleveur d’Herbignac a installé une fontaine à Sncf. « L’avantage, c’est qu’ils fonctionnent lait cru à côté d’une boulangerie fréquentée. un peu comme des distributeurs de bois« Sans communication et animations régusons. Pas besoin de remettre les produits en lières, l’évolution des ventes ressemble à la façade et le remplissage s’effectue une fois courbe de lactation d’une vache : ça compar semaine car la date limite de consommence fort au début, puis cela s’étiole au mation des desserts est de huit jours. » bout de quelques mois ! », regrette-t-il.

Robin Vergonjeanne


EN AVANT MARGE Les clés pour vous positionner

Marchés mondiaux L’Inde à la peine pour exporter et stocker son blé

Sans stockages et moyens de transport suffisants, l’Inde est obligée d’exporter ses céréales dans l’urgence.

ette année, « les capacités d’exportation de l’Inde en blé ont un effet stabilisateur sur les prix mondiaux », selon FranceAgriMer. Le pays doit commercialiser jusqu’à 10 millions de tonnes (Mt) de cette céréale. Mais seules 6 Mt environ seraient vendues à des pays tiers car les infrastructures indiennes ne sont pas assez développées pour l’acheminement des grains vers les ports. Pourtant, les clients sont nombreux puisque l’Ukraine et la Russie ne sont pas en mesure de livrer les quantités de céréales fourragères nécessaires en Asie et au Moyen-Orient.

Sécurité alimentaire renforcée C’est un concours de circonstances qui permet, à l’Inde, de faire à nouveau partie du club restreint des grands exportateurs mondiaux de blé. Habituellement de 80 Mt environ, les récoltes de cette céréale ont atteint 87 Mt en 2011 et 93 Mt en 2012, soit

18

Terre-net Magazine I Mars 2013

une hausse de 20 Mt en deux ans. Et le bon état des cultures après l’hiver qui s’achève augure, une nouvelle fois, une excellente moisson. Résultat : les stocks de blé avoisinent d’ores et déjà 30 Mt ! Mais sans stockages et moyens de transport suffisants vers les zones déficitaires, l’Inde est obligée d’exporter dans l’urgence ses céréales. A l’avenir, des rendements plus réguliers renforceront la sécurité alimentaire du pays. En disposant de moyens supplémentaires, l’Inde pourra en effet se doter de bâtiments et d’entrepôts couverts afin d’y stocker davantage de grains. De nouvelles liaisons ferroviaires seront par ailleurs construites pour transporter, dans les régions qui en manquent, le blé produit en trop, et pour favoriser l’essor du commerce intérieur.

Frédéric Hénin

(1) Comparaison entre les campagnes 2011/2012 et 2012/2013

Evolution des surfaces de blé tendre Hausse comprise entre 5 et 20 % Hausse comprise entre 0 et 5 % Stable (1) En baisse

© FranceAgriMer

C

23,8 millions d’hectares de blé ensemencés en Europe en 2012/2013

© Fotolia

Après deux bonnes récoltes et une troisième qui s’annonce sous les meilleurs auspices, l’Inde doit écouler des quantités pléthoriques de blé, faute d’équipements adaptés pour les stocker ou pour les acheminer dans certaines régions déficitaires.

Dans l’Union européenne des Vingt-huit, la sole de blé tendre a augmenté cette année de 3 % par rapport à 2011/2012, selon les estimations de FranceAgriMer, et atteint 23,8 millions d’hectares (contre 23 millions en 2011/2012). Les agriculteurs ont choisi d’augmenter la part de cette culture dans leur assolement car, depuis juin 2012, celle-ci se maintient à des prix particulièrement élevés sur les marchés. Les fortes augmentations de surface en Pologne et en Roumanie « sont à mettre en perspective avec les mauvais résultats de 2012/2013, dus aux conditions climatiques défavorables », souligne l’organisme public. En Grande Bretagne en revanche, la sole de blé d’hiver recule de 11 % : 200.000 ha de céréales n’ont pas résisté à l’excès de précipitations.


Viande bovine La production française poursuit son repli

D’après les prévisions de l’Institut de l’élevage, la production de viande bovine en France devrait reculer de 2 % en 2013, suite aux ajustements des cheptels laitiers et allaitants, ainsi qu’à la réduction des effectifs de broutards, bœufs et veaux de boucherie. n 2011, année marquée par la décapitalisation du cheptel allaitant, la production française de viande bovine avait atteint un niveau particulièrement élevé, avant de régresser de 6 % en 2012. Et 2013 débute avec un effectif de reproductrices en recul à l’échelle nationale. D’un côté, le cheptel laitier s’est ajusté à la baisse, diminuant d’un peu moins de 2 %. De l’autre, la décapitalisation dans les troupeaux de races à viande s’est poursuivie jusqu’à début 2012. Elle semble enrayée depuis l’été dernier, mais l'année démarre avec un nombre de vaches allaitantes qui décroît de 2 % également. Autre conséquence de la décapitalisation de 2011/2012 : les animaux maigres (broutards) sont peu nombreux fin 2012 et les naissances prévues dans les troupeaux allaitants sont moindres pour l’hiver et le printemps 2013.

Faute de disponibilités et face à une demande morose, les exportations d’animaux maigres devraient à nouveau faiblir cette année (- 2 %) après avoir fortement chuté en 2012.

Légère reprise en jeunes bovins Seule la production de jeunes bovins, pour l’essentiel nés entre mi-2011 et mi-2012, reprendra du poil de la bête en 2013. Après un important déclin en 2012, elle devrait légèrement augmenter (+ 1 %), mais restera bien inférieure à celle de 2010 et 2011. La part exportée dépendra largement de l’accès aux marchés du pourtour méditerranéen, ainsi que de la concurrence brésilienne qui devrait être plus vive. Les abattages de taurillons et de taureaux progresseraient aussi de 3 % sur l’année en effectif comme en volume, ce qui devrait

entraîner une légère hausse des exportations françaises. Dans l’Europe des 27, les tonnages de bovins abattus fléchiront de 1 % en 2013. La production italienne devrait continuer à se replier (- 3 %), alors que l’Irlande reviendra sur le marché européen : sa production devrait s'accroître de 8 % par rapport à son très faible niveau de l’an passé. Robin Vergonjeanne

©Terre-net Média

E

2013 débute avec un effectif de reproductrices en recul à l'échelle nationale.

Avec JCB, faites des économies !

Les TELESCOPIC JCB dotés du moteur JCB ECOMAX vous permettrons de réduire considérablement vos dépenses de carburant. Pour en juger vous-même et calculer vos futures économies, renseignez-vous auprès de votre concessionnaire ou bien téléchargez l'application "JCB Efficiency Calculator" sur l'App Store ou sur Google Apps.

JCB AGRI, 3 Rue du Vignolle, 95842 Sarcelles Cedex. Mail : france.jcbmarketing@jcb.com

Tel : 01 34 29 20 20 www.jcb.com www.jcbtier4.com

AGRI


PERFORMANCE PRODUCTION

Vos challenges techniques

Insecticides colza Savoir distinguer les ravageurs des auxiliaires

Les enjeux pour l’agriculteur Hubert Compère Polyculteur à Mesbrecourt-Richecourt (Aisne). © DuPont Solutions

La question

« Grâce à l’indoxacarbe, les agriculteurs ont accès à une plus grande diversité d’outils en matière de protection contre les méligèthes », expliquent Pierre Rougier et Charlie Coquin de DuPont Solutions.

Hubert Compère a participé à une série d’essais avec DuPont Solutions pour voir comment l’insecticide proposé par la firme pouvait satisfaire ses exigences.

«I

l y a sept ans, j’ai arrêté les applications insecticides systématiques sur

toute mon exploitation, par principe, ayant constaté qu’après un traitement contre les cécidomyies, mes parcelles de blé étaient à nouveau infestées, par des pucerons cette fois. J’ai pensé que j’avais éliminé tous les insectes sans distinction et que je m’étais ainsi privé d’une prédation naturelle. Depuis, j’attends que le seuil de nuisibilité soit largement dépassé pour traiter. Cette démarche suppose de s’intéresser à la biologie et au comportement des ravageurs et, au-delà, des auxiliaires poten-

20

Terre-net Magazine I Mars 2013

tiels. Grâce à ce travail, j’ai découvert le rôle de régulateur que jouent beaucoup d’insectes. Les hyménoptères parasitoïdes participent activement au contrôle des méligèthes et je veux aussi conserver un maximum de pollinisateurs dans mes parcelles. Et puis les auxiliaires présents dans les colzas une année sortiront dans le blé la campagne suivante, d’où l’intérêt d’agir en tenant compte de toutes les incidences potentielles de l’intervention. Mon objectif dès lors a été de favoriser leur présence sur mon exploitation. J’attends le dernier moment pour déclencher l’application, au risque de perdre quelques quintaux, afin de laisser aux auxiliaires la possibilité d’accomplir leur mission. En sept ans, j’ai dû intervenir à deux ou trois reprises contre les méligèthes parce que l’infestation était telle qu’elle bloquait le départ de la floraison. Si je disposais d’un produit sélectif capable d’épargner les auxiliaires, j’y aurais plus facilement recours pour maintenir mon potentiel de rendement. Le coût n’entre pas vraiment en ligne de compte, les effets non intentionnels, qu’ils soient positifs ou négatifs, étant difficilement chiffrables. »

Les conseils des experts Pierre Rougier, chef produit insecticides chez DuPont Solutions, et Charlie Coquin, chef marché colza.

«D

uPont Solutions développe des produits de contrôle des insectes qui se veulent sélectifs des seules espèces nuisibles des cultures. Le but est de respecter la faune auxiliaire pour qu’elle puisse remplir sa mission dans la lutte contre les ravageurs, en s’attaquant par exemple à leurs œufs ou leurs larves. En France, Phradis interstitialis et Tersilochus heterocerus sont les principales espèces parasitoïdes de larves de méligèthes. Elles en réduisent significativement les populations émergentes dès que le pourcentage de parasitisme atteint 30 %. Nous sommes très impliqués dans cette problématique liée à la sélectivité de nos solutions, au point de mettre en œuvre une démarche globale Ipm (Integrated pest management) de respect des auxiliaires. Plutôt qu’un produit à large spectre qui impacte l’ensemble des insectes, ravageurs comme alliés des cultures, nous conseillons des molécules à effet ciblé. Pour le colza, DuPont propose Steward et Explicit EC, deux produits à base d’indoxacarbe employés

© DuPont Solutions

La protection insecticide des colzas peut s’avérer plus ou moins sélective. Au risque de perdre quelques quintaux, Hubert Compère préfère éviter un traitement et épargner les auxiliaires capables de réguler sensiblement les populations de nuisibles. Une offre de produits à l’action ciblée sur l’ennemi arrive sur le marché, de quoi répondre à ses attentes.


pour stopper l’activité des méligèthes, qui peut perturber la floraison de la culture.

à la faune indigène utile de se développer. L’équilibre naturel n’est pas modifié.

un bon moyen pour diversifier les modes d’action.

Pas de résistance des méligèthes

Cependant, la lutte doit reposer avant tout sur l’alternance des familles chimiques de façon à se prémunir au maximum du risque de résistance qui, aujourd’hui, touche les pyréthrinoïdes. Selon les tests en laboratoire réalisés sur de nombreuses populations de méligèthes, issues de différents champs en Europe, l’indoxacarbe ne présente pas de résistances croisées avec cette famille chimique. Cette matière active se révèle

L’indoxacarbe ouvre la voie à une nouvelle manière de lutter contre les ravageurs, qui s’appuie sur un tandem constitué de solutions sélectives et d’ennemis naturels. Grâce à cette substance, les agriculteurs ont accès à une plus grande diversité d’outils en matière de protection contre les méligèthes. »

Ce nouveau mode d’action est unique et fait figure d’alternative aux deux familles chimiques traditionnelles qui existent sur le marché. L’indoxacarbe entraîne un arrêt immédiat de la consommation des méligèthes, qui meurent plusieurs jours après le traitement. Parce qu’ils agissent uniquement contre ces insectes, nos produits permettent

Diversité de la population d’auxiliaires deux jours après traitement

4 4 4

18 15

4

6

28 51

12

(données en %)

8 24

18

Mathilde Carpentier

6

Araignées

33 6

Coléoptère Staphylinidae

59

Coléoptère Carabidae Diptère Braconidae

Source : DuPont Solutions

Diptère Syrphida Dans la modalité témoin, on observe beaucoup d’auxiliaires volants. La diversité d’auxiliaires est importante.

Dans la modalité Steward®, on observe également beaucoup d’auxiliaires volants. La diversité d’auxiliaires est importante, on peut noter en particulier un nombre élevé d’hyménoptères parasitoïdes.

Dans la modalité produit P, on observe des diptères et beaucoup de coléoptères mais pas d’hyménoptères. Le nombre de taxons est très limité. On retrouve une majorité d’auxiliaires rampants (92 %) et seulement 8 % de volants, ce qui traduit un effet de choc sur la canopée.

Diptère Empididae Diptère Scatophagidae Hyménoptère Tersilochinae Hyménoptère Ichneumonidae


PLEINS PHARES

Au cœur du machinisme

Essai du Kangoo ZE Avec l’électrique, pas de place à l’improvisation !

Alors que l’utilitaire électrique Renault Kangoo vient de fêter ses "un an" et de franchir la barre des 3.000 unités vendues en France, il affronte aujourd’hui les réalités du monde agricole. Autonomie, charge utile, maniabilité, confort… Durant deux semaines, Frédéric Besnard, polyculteur-éleveur dans l’Oise, l’a mis à l’épreuve sur son exploitation.

L’agr i

essa

yeur polyc

ulteu

r-éle

veur

© Terre-net Média

Fréd éri dans c Besn ard, l’Oise .

P

© Terre-net Média

our Frédéric Besnard, "utilitaire" rime plus avec "diesel" qu’avec "électrique". Rien d’étonnant alors à ce que sa première remarque, à la vue du Kangoo ZE (zéro émission) dans sa cour de ferme, concerne l’autonomie. « Ça me fait un peu peur,

Le matériel

L

e Kangoo ZE de Renault est l’adaptation électrique du modèle thermique. La puissance du moteur est équivalente à une soixantaine de chevaux. Le véhicule est légèrement plus haut pour pouvoir loger la batterie sous le plancher et ainsi conserver le même volume de charge utile. Le tableau de bord évolue avec de nouveaux indicateurs renseignant, par exemple, sur le

22

Terre-net Magazine I Mars 2013

confie-t-il. Mais, si le moteur électrique est performant, pourquoi pas oublier le diesel. » L’agriculteur semble néanmoins curieux de découvrir les capacités d’un tel véhicule et de le comparer à son "Kangoo première génération".

Entre ses allers-retours à la concession agricole pour récupérer du matériel ou à la coopérative pour chercher des semences et des produits phytosanitaires, il peut parcourir jusqu’à 80 km en une journée, sans parler des nombreux tours de plaine.

niveau de charge et de consommation de la batterie. Un mode "éco-conduite" fait aussi son apparition afin d’optimiser l’autonomie de l’utilitaire. Sur le papier, celle-ci s’élève à 170 km. Mais, comme l’explique Emeline Bourdel du centre Renault ZE, « l’autonomie réelle varie de 80 à 130 km, en fonction principalement du style de conduite du chauffeur ».

sange a choisi d’en rester propriétaire et de la garantir à vie. Le loyer dépend du nombre de kilomètres effectués. Par exemple, si vous optez pour l'offre "10.000 km par an", la location vous reviendra à 72 € HT par mois. Enfin, recharger complètement la batterie du Kangoo ZE coûte 2 €. Néanmoins, si vous installez sur votre exploitation la "borne recharge rapide" (en six heures, Ndlr) proposée par le constructeur, il vous faudra débourser encore 850 €. Sinon, même si Renault ne le conseille pas, vous pouvez vous brancher sur la prise du hangar. Le temps de charge passe alors à 10/11 h.

Combien ça coûte ? Avec la prime gouvernementale de 7.000 € (bonus écologique), les premiers prix pour le modèle essayé se situent autour de 13.000 € HT. Des tarifs très proches des Kangoo thermiques, dont le ticket d'entrée est de 13.500 € HT. A cela, s’ajoute la location de la batterie, car la marque au lo-

Au final, difficile de dire qui, de l'électrique ou du thermique, est le plus économique. Il faudrait avoir davantage de recul, sur les coûts d'entretien en particulier.


© Terre-net Média

« Pour économiser la batterie, il faut pratiquer ce que Renault appelle l’écoconduite, c’est-à-dire anticiper davantage. Il faut freiner peu pour profiter au maximum de la décélération du véhicule, qui recharge la batterie (selon le constructeur, on peut gagner jusqu’à 10 % d’autonomie).

A

J’ai fait pas mal de tours de plaine en conduisant tranquillement, sans accélération, et la voiture répond très bien. Mais dès qu’on roule à 90 km/h sur une nationale, l’autonomie dégringole. Pour rester dans le domaine du raisonnable, il ne faut pas dépasser 70 km/h. »

« Selon moi, les modèles diesel sont aujourd’hui mieux adaptés à une utilisation en ferme que les véhicules électriques, qui n’ont pas une autonomie suffisante. Je peux difficilement concevoir qu’une voiture d’exploitation puisse faire à peine 80 km dans la journée et nécessite 11 heures de charge. Cela ne laisse pas la moindre place à l’imprévu. Je n’ose imaginer la moisson... »

« A part ça, c’est une bonne voiture. C’est étonnant comme elle est silencieuse ! Si elle est un peu moins nerveuse que le modèle thermique, le moteur tracte bien même à charge. Là, pour le coup, j’ai été surpris : je pensais qu’avec 400 kg de semences à l’arrière, le moteur allait manquer de puissance. Mais ça n’a pas été le cas, l’utilitaire a conservé le même comportement qu’à vide. Par rapport au "Kangoo première génération", l’ouverture des portes arrière est plus large et il est plus facile, notamment,

Le bilan près avoir essayé deux semaines sur son exploitation le Renault Kangoo ZE, Frédéric Besnard dresse un bilan assez mitigé. Le volume de chargement, le confort et le silence dans l’habitacle ne font pas oublier la faible autonomie de l’utilitaire.

de charger une palette. L’arrière du véhicule est plus grand, comme le poste de conduite d’ailleurs. » « Enfin, la version que j’ai testée était équipée d’un Gps. Si vous décidez d’investir, prenez l’option… Cela donne une indication de la distance à parcourir et permet de la comparer avec l’autonomie résiduelle. » Pierre Criado

Le silence dans l’habitacle. Le confort. Le volume de chargement. La visibilité.

-

L’autonomie. Le temps de charge de la batterie.

Sur le web : Voir l’essai du Renault Kangoo ZE en vidéo sur

www.terre-net.fr/mag/24kangoo


PLEINS PHARES

Au cœur du machinisme

Fertilisation localisée Pour un départ vigoureux des maïs juvéniles

La distribution de microgranulés à l’aide des microgranulateurs des semoirs monograines limite le volume d’engrais qu'il est possible d'apporter.

urant la phase juvénile du maïs, caractérisée par un développement racinaire limité et une croissance relativement lente, les éléments nutritifs doivent être particulièrement disponibles. Une localisation à proximité des racines de la plantule facilite leur absorption et optimise leur utilisation. « L’intérêt de la fertilisation localisée dépend de la mobilité des ions concernés et de la densité racinaire des cultures », explique Baptiste Soenen, ingénieur services du pôle agronomie d’Arvalis-Institut du végétal. Ces deux facteurs combinés montrent l’intérêt de la localisation du phosphore et du potassium, peu mobiles dans le sol, sur un maïs au stade juvénile, culture implantée de plus avec un écartement important. Grâce à la localisation de l’azote, les pertes par volatilisation ammoniacale seraient plus faibles. « Mais pour cela, l’enfouissement est plus adapté. Le maïs absorbant l’azote tardivement, c’est le fractionnement des apports qui répondra le mieux à cet objectif. » Par contre, pour le phosphore et le potassium, même si les besoins de la plante sont également tardifs, le stade jeune reste le plus sensible aux carences.

24

Terre-net Magazine I Mars 2013

« Il s’agit donc de mettre l’élément fertilisant au plus près des racines qui prospectent un volume de terre réduit aux premiers stades de la croissance de la culture. »

Des avantages collatéraux

Deux méthodes existent pour localiser l’azote. « La localisation starter consiste à situer l’engrais 5 cm en dessous et 5 cm à côté de la semence, une distance calculée pour protéger la graine de la toxicité de l’élément. Avec cette technique, il est possible d’apporter plus de produit. » La distribution de microgranulés à l’aide des microgranulateurs des semoirs monograines, deuxième possibilité, limite le volume d’engrais qu'il est possible d'apporter.

Ainsi, au semis, du phosphore et du potassium apportés en quantité suffisante stimulent la vigueur au départ et accélèrent le développement. Avantages collatéraux : une période d’exposition plus courte aux parasites souterrains, une concurrence accrue vis-à-vis des adventices et une meilleure résistance aux aléas climatiques. « Le bénéfice rendement n’est pas systématique mais atteint 2,5 q/ha en moyenne. Un gain moyen d’un point d’humidité est, lui, observé à chaque fois, permettant une récolte plus précoce. » Fertilisation localisée du maïs au semis.

Mathilde Carpentier

© Arvalis-Institut du végétal

D

© Monosem

Mettre à disposition des jeunes maïs du phosphore et du potassium assimilables dans la zone de germination favorise un développement soutenu durant les premiers stades. Les techniques de localisation de l’engrais au moment du semis répondent à cet enjeu, notamment l’application d’engrais microgranulés à l’aide d’un semoir monograine.


«P

our les semis de maïs (débouché popcorn), j’intègre du 18/46 à plus ou moins 100 kg/ha ou une formule souffrée type 16/26 », explique Guillaume Deneufbourg, céréalier et entrepreneur en Seine-et-Marne. « La question ne se pose plus aujourd’hui de savoir s’il faut fertiliser au semis. On sait que l’on perd en rendement si on ne le fait pas. Par contre, je m’interroge plus sur la partie soufrée de la fertilisation. » « Selon les variétés de maïs, la trémie de 1.500 l m’assure 10 à 12 ha d’autonomie. L’engrais est implanté à 75 mm de la semence et légèrement en dessous. La fertilisation localisée sécurise de manière générale le semis en favorisant le développement des plantules. Je n’ai jamais eu de problème de brûlure sur les jeunes pousses. » « En moyenne, la vitesse relevée sur le radar, installé sur le tracteur durant le semis, est de 8,5 km/h, soit 5 ha à l’heure et 25 à 30 ha/jour (à cause d’un parcellaire morcelé, Ndlr). Une fois la machine réglée, je ne descends plus du tracteur pour vérifier que le semis

est correctement réalisé. S’il y a un souci, qu’il ne reste plus de semence ou qu’elle n’arrive pas jusqu’à l’un ou l’autre des éléments semeurs, c’est simple : ça sonne directement en cabine. » Propos recueillis par Pierre Criado

© Guillaume Deneufbourg

Avis d'Agri

« La question ne se pose plus »

La fertilisation localisée au semis permet de « semer vite et d’assurer le développement de la plante », selon Guillaume Deneufbourg. • Sau : 280 ha + 165 ha de travail à façon. • Maïs : 25 ha en conventionnel (maïs popcorn), 33 ha en bio. • Sols : limons argileux à 90 % drainés. • Semoir : Monosem Wingfold 8 rangs repliable. • Tracteur : John Deere 6910 de 140 ch équipé en pneus basses pressions.

Monosem Wingfold 8 rangs repliable

T

raîné et repliable, ce semoir se compose de huit éléments semeurs NX avec différents inter-rangs de 70, 75, 76,2 ou 80 cm. Grâce au repliage des ailes vers l’avant, la largeur de transport n’est que de 3 m. Le fertiliseur est équipé d’un entraînement par variateur FertiDriveVM. La trémie de 1.500 l dispose de deux trappes latérales de vidange, de huit sorties avec fermeture individuelle de chaque rang en inox et d’un système d’air pulsé sur les parties repliables avec cyclones. En cas d’obstacles, les enfouisseurs à double disque HD s’escamotent et pivotent pour suivre le tracteur même dans les courbes. Les fonctions du semoir se pilotent depuis la cabine grâce à un sélecteur. Ainsi, un seul distributeur double effet commande le relevage du semoir, le repliage et les rayonneurs. Pour simplifier les réglages, le Monosem Wingfold est équipé d’une boîte de vitesses à levier qui permet de gérer les densités de semis sans toucher ni chaînes, ni pignons.

Herses SérieS rotatives

1000

Du costaud en 4 rotors/mètre !

> Robustes : nouveaux boîtiers plus puissants, tête d’attelage et châssis « haute résistance », packer 550 mm avec paliers de 60 mm, etc. > Simples à utiliser : nouvelle planche niveleuse à réglage facilité et décrottoirs à escamotage centralisé, y compris semoir attelé sur la rotative > 4 rotors au mètre pour des économies de traction et un affinage performant > Exclusif : le démontage rapide des dents et leur extraction par le centre des rotors > L’engagement SULKY : depuis plus de 10 ans, Garantie 3 ans sur boîtier et lamier

www.sulky-burel.com


PLEINS PHARES

Les incontournables du machinisme

Les tracteurs du Sima 2013 Les petits frères des 7600 Massey Ferguson dévoile sa gamme de 6600 : quatre modèles de 120 à 160 ch avec trois choix de transmission : la Dyna-4, la Dyna-6 ou la Dyna-VT. Constituant l’offre quatre cylindres du tractoriste, ils remplacent les 6400 et 5400 qui comportent ce type de moteur. Les MF6600 reprennent la philosophie des 7600 en termes de cabine et d’équipements.

Coup de cœur : des lignes séduisantes Ne retenir qu’une nouveauté "tracteur" est impossible. Saluons cependant le design des Deutz-Fahr série 5 et série 5 Ttv, signé Giugiaro.

L’Axion 800 paré pour le Stage IV (Tier 4 final)

Nitro, la paillette de la nouvelle génétique Lamborghini La marque au taureau rentre dans la nouvelle ère du groupe Same Deutz-Fahr en affichant sa nouvelle identité. Se différenciant esthétiquement de ses cousins Same, via des lignes signées Giugiaro, le Nitro est animé par un moteur quatre cylindres Deutz développant 100, 110, 120 ou 130 ch et qui répond aux normes Stage IIIb par l’utilisation d’un Doc.

Un tracteur recouvert de jeans chez New Holland ! La gamme T5 est le best-seller de New Holland sur le marché européen. « Des tracteurs adaptés à toutes les conditions de travail, comme… un jeans », expliquait le constructeur au Sima en présentant un T5.115 recouvert de ce tissu américain au succès planétaire. Les fans apprécieront la poche sur les garde-boue ou la fermeture éclair sur le capot. A la rédaction, on a aimé.

Une série limitée X-Black chez McCormick Pour fêter les résultats commerciaux de 2012, la firme propose, en édition limitée à 50 exemplaires, une version X-Black adaptable sur tous les modèles de la série X60. Particularités : une peinture "noir mat", un siège à suspension pneumatique en cuir rouge vif et des retouches laquées rouge comme les logos sur le capot et le volant. Le tout vous sera facturé 3.800 € supplémentaires par rapport à un X60 classique.

26

Terre-net Magazine I Mars 2013

La "New X Generation" de McCormick McCormick lance sa série X7 : six modèles de 143 à 212 ch, trois dotés d’un moteur quatre cylindres et trois d’un six cylindres. Ces tracteurs correspondent dorénavant au haut de gamme de la marque du groupe Argo. Ils sont équipés de la nouvelle cabine "Première Cab" à quatre montants. La transmission de type Pro Drive, avec six gammes de quatre vitesses Powershift, est également inédite.

Une variation continue pour les Maxxum EP Avec le lancement des Maxxum Cvx (trois modèles de 110 à 140 ch), Case IH élargit son offre de tracteurs munis d’une transmission à variation continue. La transmission dispose de rapports variables en continu entre 0 et 40 km/h et de deux rapports mécaniques. Elle est pourvue d’engrenages hélicoïdaux. Le débit hydraulique atteint 125 l/min.

Une robe "Viper" chez Challenger Après la version "Python" exposée à l’Agritechnica 2011, les chenillards Challenger changent de peau et se transforment en "Viper" pour promouvoir le « faible impact des chenilles sur la structure du sol ». Le constructeur a également profité du Sima pour mettre en avant la cabine du RoGator, classée catégorie 4 (la meilleure, Ndlr) en termes de qualité de l’air intérieur.

Phrase du mois « Compte tenu de la croissance démographique, du caractère limité de la ressource en eau et de son coût qui évolue à la hausse, nous prévoyons un développement exponentiel de la micro-irrigation en grandes cultures en France. » Damien Jullian, directeur commercial de John Deere Water France, à l’occasion du Sima 2013.

Crédits photos : Terre-net Média

Claas a sorti pour le Sima le premier tracteur Stage IV du marché. Le six cylindres Fpt de 6,7 l (développant de 200 à 270 ch selon les quatre modèles de la gamme) utilise un système Scr et un catalyseur d’oxydation diesel (Doc). L’usine du Mans passe ainsi directement des Axion 800 Stage IIIa aux modèles Stage IV grâce à la dérogation pour la commercialisation des moteurs Stage IIIa.


GRAND ANGLE

Les enjeux de saison

Efficacité des traitements

Les conditions pour viser juste

© Terre-net Média

Des paramètres simples mais pas si évidents à concilier Taux d’hygrométrie, écarts de température, vitesse du vent, humidité du sol, taux d’argile, pH de l’eau, etc., sont quelques critères parmi tous ceux qui comptent pour réussir un traitement phytosanitaire. La couleur des bidons ? Pas encore. Mais l’ordre d’incorporation des produits si ! Un magazine entier ne suffirait pas à évoquer tous les cas de figure, alors commençons déjà par revoir quelques bases.

ions ondit

C

o.

mété

ité Sensibil

ntes.

des pla

Optimum d’efficacité. Homogénéité de

Qualité

la bouillie.

de l’ea

u.

Dossier réalisé par Mathilde Carpentier

Terre-net Média : Terre-net.fr - Web-agri.fr - Terre-net-Occasions.fr I Mars 2013

27


GRAND ANGLE

Les enjeux de saison

Les bases, pas seulement pour les buses ! La liste des paramètres ayant une influence sur la réussite d’un traitement phytosanitaire pourrait en effrayer plus d’un tant elle est longue. Et les 10 % seulement de matière active atteignant correctement la cible en conditions extrêmes ne rassurent pas. Considérés un par un, certaines principes paraissent élémentaires, d’autres beaucoup moins. Réussir à tout combiner semble illusoire, mais s’appliquer à respecter un minimum de règles fait gagner quelques points d’efficacité, surtout en matière de désherbage. A vos anémomètres, hygromètres et autres thermomètres...

L

© Terre-net Média

e plus performant des matériels ou la plus efficace des substances actives ne suffiront pas à atteindre le résultat escompté, si les meilleures conditions d’application ne sont pas réunies. La météo d’abord. Celle du et des jours suivant l’intervention condi-

Mieux vaut ne pas traiter par vent fort pour favoriser le contact entre les gouttes et la cible et limiter la dérive.

28

Terre-net Magazine I Mars 2013

tionne, en grande partie, la réussite du traitement. Les herbicides sont les produits phytosanitaires sur lesquels ce facteur a le plus d’incidence mais cela ne dispense pas, à chaque pulvérisation, de veiller à ce que le contexte soit le plus favorable possible. L’hygrométrie est un critère essentiel, notamment pour les produits à action systémique. Et même si certaines molécules ont des exigences propres, la Chambre d’agriculture de Bourgogne explique « qu’une forte hygrométrie, au-delà de 60 %, assure généralement une hydratation suffisante de la cuticule des plantes, ce qui améliore la pénétration et la diffusion des matières actives et limite le dessèchement de la goutte ». La présence de rosée également, sous forme de buée, est souvent propice aux applications. Par contre, il vaut mieux éviter les rosées ruisselantes qui entraîneront

Appliquer les herbicides par temps poussant Les herbicides, en particulier les systémiques, sont d’autant plus efficaces qu’ils sont appliqués en conditions stimulantes pour la croissance des mauvaises herbes. L’expression "végétation poussante" ou "temps poussant" correspond au maintien d’une météo favorable pendant huit à dix jours : températures douces (entre 4 et 12°C) et humidité relative de l’air supérieure à 60 % tant avant qu’après l’intervention. Des conditions qui conviennent également mieux aux régulateurs. Source : guide d'Arvalis-Institut du végétal intitulé "Solutions concrètes pour réduire l’impact des produits phytosanitaires".

© Terre-net Média

Qualité de la pulvérisation


le produit avec elles. De manière générale, il est préférable d’intervenir tôt le matin ou tard le soir.

Eviter les heures chaudes La température influence la réceptivité de la culture. « Lorsqu’elle monte, la transpiration accélère la circulation de la sève. Mais en cas de fortes chaleurs, prévient la Chambre d’agriculture, les plantes freinent le processus en fermant leurs stomates pour se préserver. La matière active a plus de

Degrés Beaufort

Observations

mal à pénétrer et à circuler dans les vaisseaux conducteurs, ce qui peut provoquer une accumulation dans la plante, donc une phytotoxicité ou des brûlures. » Enfin, au niveau de la pulvérisation en elle-même, plus la température grimpe, plus la vitesse de dessiccation des gouttes est importante, et donc moins il y a de produit qui atteint la plante. C’est pourquoi il faut éviter les interventions aux heures chaudes de la journée. Les amplitudes thermiques peuvent nuire à l’efficacité mais aussi à la sélectivité des molécules. « Les herbicides racinaires, comme l'isoproturon, sont aussi absorbés

Vitesses moyennes du vent (km/h)

Possibilités de traitement phytosanitaire

0

On ne sent pas le vent.

Moins de 1

Bonnes conditions de traitement.

1

On sent très peu le vent.

1à5

Bonnes conditions de traitement.

2

Les girouettes tournent.

6 à 11

Bonnes conditions de traitement.

3

Les feuilles et les rameaux sont sans cesse agités.

12 à 19

Augmentation du risque de dérive des embruns de pulvérisation. Prendre des précautions, en particulier avec les herbicides, si les cultures avoisinantes sont sensibles. Il est donc recommandé d’utiliser, si on ne peut pas différer l’intervention, des moyens permettant de réduire la dérive.

4 à 12

Le vent soulève la poussière, les cheveux sont dérangés.

20 et plus

Ne pas traiter en pulvérisation ou poudrage.

De 0 à 2 degrés Beaufort : les conditions de traitement sont optimales. 3 : lorsque les feuilles sont constamment en mouvement, il est fortement déconseillé de traiter à moins d’employer des buses à dérive limitée. 4 : interdiction formelle d’intervenir pour tout type de produits. Source : Bayer-agri.fr

par les racines qui se détoxifient les jours suivants. Lorsque le différentiel de température entre le jour et la nuit dépasse 15°C, cette détoxification n’a pas lieu, causant une phytotoxicité qui s’accompagne d’une décoloration et d’un tassement de la végétation. Ce même phénomène de tassement apparaît en cas de gel dans les cinq jours qui suivent une application de sulfonylurées antigraminées. » De nombreuses substances actives disposent de plages de températures idéales à leur action. « Par exemple, les herbicides à base d'hormones s’emploient entre 12 et 25°C et ceux contenant du diflufénicanil entre 5 et 12°C. »

Décaler l'intervention Les caractéristiques du sol jouent sur certains modes d’action, en particulier herbicides et notamment racinaires. Comme le rappelle Arvalis-Institut du végétal, ces derniers pénètrent dans le sol et agissent au niveau des racines de l’adventice. Un sol sec va diminuer leur potentiel de circulation. Mieux vaut alors décaler l’application pour intervenir en sol réhumecté. L’argile et la matière organique ont la faculté de piéger les molécules chimiques. Les racinaires sont là encore particulièrement concernés. Plus les teneurs sont élevées, moins le traitement sera


GRAND ANGLE

Les enjeux de saison

efficace. A titre d’exemple, « il est déconseillé d’utiliser des urées substituées lorsque le taux d’argile du sol excède 20 %. » Le paramètre aux effets les plus visibles est sans nul doute la vitesse du vent. Les recommandations : ne pas traiter par vent fort pour favoriser le contact entre les gouttes et la cible et limiter la dérive. Malgré une interdiction à partir de 19 km/h, Pascal Paquis de 2P Conseil incite à ne pas pulvériser lorsque la vitesse du vent dépasse 17 km/h. « A 7 km/h, les gouttes de taille inférieure à 130 μ n’arriveront pas sur la cible et à 17 km/h, celles de moins de 200 μ. »

Le glyphosate en pH acide

Institut du végétal suggère de l’employer à hauteur d’1 g par ppm de Ca2+ à corriger par 100 l d’eau. Enfin, la conductivité électrique, qui traduit le niveau de minéralisation totale de l’eau, aide plus ou moins les produits systémiques à entrer dans la plante. « La conductivité est excellente si 200 à 250 mg/l (400 à 500 micro Siemens par centimètre) de minéraux sont dissous. Au-delà de 750 mg/l (1.500 μS/cm), l'utilisation de l'eau n'est pas recommandée. » La récupération des eaux de pluie pour remplir la cuve d’un pulvérisateur est envisageable à condition de prévoir un système de filtration suffisamment fin pour ne pas introduire de particules qui colmateraient les filtres et les buses du pulvérisateur. Très douce, l’eau de pluie n’influe pas sur l’efficacité des produits, mais peut accroître le volume de mousse.

positionner au moment de l’infestation qui convient le mieux. « De nombreux fongicides exercent une action préventive dominante et une faible action curative. L’efficacité d’une application même à forte dose sur une maladie bien installée, telle que la septoriose ou la rouille brune, ne sera pas maximale. Quant aux insecticides, certaines matières actives s'emploient en début d'infestation et d'autres peuvent être utilisées sur des populations en place. »

Attention aux incompatibilités Il est temps de préparer sa bouillie. Les différentes formulations existantes sont parfois incompatibles physiquement et/ou nécessitent un ordre d’introduction spécifique dans la cuve.

L'eau utilisée pour préparer la bouillie sera tirée d'un récupérateur d'eau de pluie, du réseau public, ou prélevée dans une mare... avec, à chaque fois, des propriétés spécifiques qui peuvent altérer l'efficacité des produits phytosanitaires. L'eau se caractérise par son pH, sa dureté et la valeur de sa conductivité électrique. Chaque famille chimique atteint un degré d'activité optimal quand l'eau de la bouillie se situe dans une certaine plage de pH. La Chambre d'agriculture de Bourgogne évoque ainsi une meilleure stabilité du glyphosate, des régulateurs à base d'éthéphon ou des pyrèthres à des pH inférieurs à 5. Les sulfonylurées, elles, préfèrent un pH égal à 7. D'autres molécules sont moins sensibles. La dureté de l'eau se mesure en degrés français (°f). Une eau est dite douce à moins de 15°f (60 ppm de Ca2+) et dure à plus de 30°f (120 ppm de Ca2+). « Les ions minéraux, calcium et magnésium, d'une eau dure neutralisent l'efficacité des matières actives. Le glyphosate, les sulfonylurées (mésosulfuron), les dimes, les pyréthrinoïdes sont les plus réactifs. » Une réduction des volumes permet de corriger ou d'atténuer la dureté de l'eau du fait d'une baisse de la proportion d'ions Ca2+ et Mg2+ par rapport à la quantité de matière active. Le recours aux adjuvants correcteurs de dureté, comme le sulfate d’ammonium, peut également remédier au problème. Arvalis-

30

Terre-net Magazine I Mars 2013

Ordre 1

Un adjuvant* peut permettre d’améliorer la qualité de la pulvérisation en modifiant certaines propriétés de la bouillie, autrement dit en homogénéisant (pH, dureté), en favorisant la pénétration des produits phytosanitaires, en augmentant la rétention et l’étalement de la substance sur la cible, et la durée de vie des gouttes après pulvérisation (propriétés hygroscopiques).

Exemples sulfate d'ammonium, X-Change, Symbiose

Formulations solides Allié, Primus Emblem Archipel, Unix Mancozèbe

Formulations liquides 1- les suspensions concentrées (SC) 2- les suspo-émulsions 3- les émulsions aqueuses (EW) 4- les suspensions huileuses (OD) 5- les concentrés émulsionnables (EC) 6- les liquides solubles (SL)

4

Adjuvant à l'appui

Formulation

1- les faibles doses < à 100 g de granulés (WG) 2- les sacs hydrosolubles (WPS) 3- les dispersibles (WG) 4- les poudres mouillables (WP) 3

Il faut s’assurer de l’absence de pluie dans les une à trois heures suivant le traitement.

Produits ayant une action sur la qualité de l'eau correcteur de dureté, acidifiant, homogénéisation de la bouillie

2

© Terre-net Média

Pour éviter les problèmes de dépôt de produit ou de floculation, il est conseillé de traiter dans l’heure qui suit la préparation de la bouillie.

Le succès d’un traitement, de désherbage notamment, dépend aussi du stade du bioagresseur et de celui de la culture. Ainsi, la quantité de cires dans les parois des feuilles augmentant avec l’âge de la plante, les cotylédons et la première feuille, peu pourvus, sont plus perméables aux produits phytosanitaires. « Plus l’intervention a lieu sur des stades jeunes, résume Arvalis-Institut du végétal, plus elle a de chances de réussir. L’adventice est alors moins résistante et la culture en place pas assez développée pour créer un effet parapluie. » Un bémol cependant concernant le gaillet et les repousses de tournesol, très peu perméables au stade cotylédons et qu’il vaut mieux traiter à 1 feuille. Pour les autres interventions, la Chambre d’agriculture de Bourgogne préconise de s’interroger sur la fonction curative ou préventive des matières actives afin de les

Opus Opéra Horizon EW, Mavrik flo Alister, Kalenkoa Sherpa 10, Celio Caramba Star, Cycocel

Les adjuvants 1- les tensio-actifs ou mouillants 2- les huiles minérales ou végétales

Heliosol, Li700 Actirob B, Vegélux

Source : Chambre d'agriculture de Bourgogne

© Terre-net Média

Viser les stades jeunes


Impact de différents facteurs sur l’efficacité du traitement

Arvalis-Institut du végétal conseille d’incorporer en dernier les correcteurs de carence, qui contiennent magnésium, manganèse et cuivre. « Attention, ils sont souvent la cause d’incompatibilités physiques. Or, celles-ci peuvent être lourdes de conséquences et entraîner une perte d’efficacité ou la formation de floculats susceptibles de

physique sont grands. » L'agitation doit être permanante afin de faciliter la dispersion des différents produits et de maintenir l’homogénéité de la bouillie. » La vanne d’incorporation est à fermer dès la fin de la procédure, sans quoi l’air s’introduit et de la mousse se forme pouvant occasionner un débordement, donc une pollution si le contenu tombe au sol. Pour éviter la mousse, les produits devraient être systématiquement incorporés par un tuyau au fond de la cuve. » Si malgré ces précautions, les anti-mousses présents dans les formulations commerciales sont insuffisants, il est possible d’en ajouter. « Ce type de spécialité se répartit à la surface de la bouillie. Il modifie la tension superficielle de l’eau et empêche ou réduit la formation de mousse. » La pulvérisation doit être effectuée dans l’heure, la dégradation des matières actives en solution pouvant être rapide.

(Source : Arvalis-Institut du végétal)

boucher les buses et les filtres. Parfois, elles peuvent même rendre le mélange inutilisable. » Enfin, pour optimiser les conditions de mise en œuvre, la cuve principale doit être remplie aux deux tiers du volume final souhaité. « Plus la bouillie est concentrée, prévient l’institut, plus les risques d’incompatibilité

Mathilde Carpentier

METEOR

Nouvelle offre de rampes!

REGULOR 6 et CFX 750

Faisceau BUS-CAN

Incorporateur T TurboFiller 35l

Pompe 700 l/min

youtube.com/HardiEvrard

www.hardi-fr.com

Performant pour longtemps


GRAND ANGLE

Les enjeux de saison

Quizz - C’est clair comme un fond de cuve ?

A. En la réchauffant au contact du soleil ou en utilisant l’eau chaude du réseau. B. En baissant les volumes d’eau par rapport à la quantité de matière active. C. En abaissant son pH.

Question 3 : B. C’est tôt le matin ou tard le soir que les conditions (hygrométrie, température, vitesse du vent, ensoleillement) optimales seront le plus souvent réunies.

A. Solides, liquides puis adjuvants. B. Adjuvants, liquides puis solides. C. Cela n’a pas d’importance.

Question 6 : Quel impact sur le traitement peut avoir une teneur élevée du sol en argile ? A. Elle favorise la circulation des racinaires dans le sol. B. Elle réduit la dégradabilité des matières actives et accroît la persistance du produit. C Elle bloque les molécules et limite donc leur action.

Réponses quizz :

A. Lorsque la vitesse du vent est supérieure à 7 km/h. B. Lorsque la vitesse du vent est supérieure à 10 km/h. C. Lorsque la vitesse du vent est supérieure à 19 km/h.

Question 4 : Comment corriger une eau trop dure ?

Question 5 : Dans quel ordre faut-il incorporer les produits dans la cuve ?

Question1 : C. Afin d'optimiser l'efficacité du traitement, il doit se faire avec une hygrométrie supérieure à 60 %. Ainsi, l’herbicide pénètre plus facilement notamment dans la plante adventice.

Question 2 : Dans quelle condition météorologique ne faut-il pas pulvériser ?

A. La nuit. B. Tôt le matin ou tard le soir. C. Le midi.

Question 4 : B. La réduction du volume de bouillie, tout comme l’ajout d’un adjuvant correcteur, peut adoucir une eau trop dure. Attention, une eau dure peut autant être basique qu’acide. Une acidification entraînerait la dégradation de certaines molécules.

A. Inférieure à 40 %. B. Comprise entre 40 et 60 %. C. Supérieure à 60 %.

Question 3 : A quel moment de la journée vaut-il mieux traiter ?

Question 2 : C. L’optimum se situe entre 0 et 11 km/h. Au-delà et jusqu’à environ 17 km/h, il faudra essayer de limiter la dérive en optant, par exemple, pour des buses à injection d’air basse pression.

Question 1 : En prévision de l'application, je vérifie l'hygrométrie. Celle-ci doit être :

Question 6 : C. L’argile et la matière organique ont la faculté de piéger les substances chimiques. Plus les teneurs sont élevées, moins le traitement sera efficace. Question 5 : A. D’abord, les produits agissant sur la qualité de l’eau ; ensuite, les solides, les liquides, puis les adjuvants. Au sein de chaque grande catégorie, selon le type de formulation, un certain ordre doit également être respecté.

Avis d'Agri

*Pour plus de précisions sur les conditions d’une pulvérisation bas volume et spécifique aux herbicides, reportez-vous aux Terre-net Magazines n°20 et 22. Prochainement, nous reviendrons sur le choix des buses et des adjuvants.

© Sébastien Gougelet

« Je veille moi-même à certains facteurs, pour d’autres c’est plus compliqué »

Sébastien Gougelet, polyculteur sur 170 ha à Auve (Marne), s’appuie sur un logiciel pour connaître la dose de correcteur à introduire et l’ordre d’incorporation des produits dans la cuve.

«A

vant de déclencher un traitement, j’observe mes parcelles et je me fie aux préconisations de mon Geda et de la coopérative. Je prends ma décision en fonction de la variété,

32

Terre-net Magazine I Mars 2013

du stade de la culture, du type de maladie… En période d’interventions, je consulte généralement la météo le dimanche soir pour anticiper et prévoir a priori quels jours seront les plus propices. Puis chaque soir, je surveille le temps du lendemain. Je reste également vigilant visà-vis des conditions des jours qui précèdent et qui suivent l’application. En blé, il faut par exemple éviter le gel après un désherbage. Une fois que j’ai décidé d’intervenir, je vérifie que j’ai bien les produits puis j’entre les noms commerciaux dans un logiciel d’Agri-Conseil, Tuduca. En tenant compte des caractéristiques de mon eau – pH, dureté – renseignées au préalable, il m’indique la dose de correcteur à introduire et l’ordre d’incorporation de mes produits dans la cuve. Les cas de figure sont trop nombreux et j’ai peur de me tromper. Au moins là, je suis sûr de ce que je fais. J’édite le tout, ce qui me permet le lendemain de procéder correctement au remplissage de mon pulvérisateur et de ne rien oublier.

Avant l’aurore Je vise 4-5 h du matin pour traiter, histoire, si tout se passe bien, d’avoir fini vers 7 h 30. D’abord, parce c’est la période de la journée où la plupart des condi-

tions favorables sont réunies et aussi pour des raisons d’organisation personnelle. A partir de 8 h généralement, le vent se met à souffler et l’air devient plus sec, en même temps que le soleil se lève. Je vérifie l’hygrométrie, la température et la force du vent selon le mouvement des feuilles des arbres. Je remplis ma cuve au point d’eau collectif en m’interdisant d’y revenir une fois le premier produit incorporé. Je mets des gants, un tablier et des lunettes. Cela ne m’arrive que très rarement de ne pas porter mes équipements de protection.

Difficile de tout mesurer Parfois, pour une raison quelconque, le traitement prend plus de temps et je me fais avoir. Je dois vider ma cuve même si les conditions ne sont plus optimales. Je bascule alors des buses à fente classique à celles antidérive. Par ailleurs, je ne tiens globalement pas compte de la teneur en argile ou en matière organique de mon sol. Ce sont des données dont j’ai du mal à mesurer les conséquences sur l’efficacité de mon traitement. Par contre, je sais qu’un sol sec nuit à l’activité des produits racinaires. Dans ce cas, je privilégie les foliaires. Et enfin, je rince systématiquement mon pulvérisateur au champ. » Propos recueillis par Mathilde Carpentier


s Best of de l’occasion

Les bonnes affaires en direct de www.terre-net-occasions.fr

MF 6255

MF 8120

Deutz-Fahr 5650 H

Claas LEXION 570

2003 - 7 385 h - 22 000 € HT N ° 277753 BLANCHARD OCCASIONS

1996 - 7 600 h - 12 000 € HT N ° 277748 MOTIN FRERES

2008 - 225 ch - 1056 h m N ° 277644 RAMOND MACHINES AGRICOLES

2007 - 835 h m - 156 000 € HT N ° 277617 COLLET SA

MF 6480 Elite Tiers 3

New Holland T 6090

New Holland G 210

John Deere 3350

2011 - 420 h - 70 000 € HT N ° 277606 BOUCHAUD EQUIPEMENTS SERVICES SA

2010 - 1423 h - 26 500 € HT N ° 277609 CHEVAL

1998 - 5 373 h - 27 000 € HT N ° 277610 CHEVAL

1992 - 6 000 h - 14 500 € HT N ° 277563 TECHNIQUES AGRICOLES SAS

Landini 5870

DF AGROTRON M600

Claas ARION 510

Steyr 9125

1989 - 7 000 h - 10 000 € HT N ° 277556 BOUCHAUD EQUIPEMENTS SERVICES SA

2012 - 120 h - 63 000 € HT N ° 277530 TECHNIQUES AGRICOLES SAS

2009 - 1 000 h m- 110 ch N ° 277523 QUITTÉ SAS

1997 - 6 500 h - 18 000 € HT N ° 277445 SICADIMA S.A.S

Case IH MAXXUM 120

Steyr 9055

Same Silver 100.6

Case IH CS150

2008 - 5 000 h - 32 000 € HT N ° 277429 SICADIMA S.A.S

1999 - 5 700 h - 18 000 € HT N ° 277557 AGRI-PRO

1998 - 6 408 h - 23 000 € HT N ° 277511 SARL RICARD

2000 - 7 700 h - 19 000 € HT N ° 277394 TECHNIQUES AGRICOLES SAS

Mc Cormick MC 115 2003 - 115h - 32 000 € HT N ° 241688 GAUTIER

34

Terre-net Magazine I Mars 2013


Vous souhaitez annoncer ici, appelez le 03 52 69 03 00

CORMAT

www.sica-artois.fr

Michel Monsel 5 avenue du Général Leclerc 52700 ST Blin Tél. 03 25 02 65 35 - Fax 03 25 31 55 36 occasions@agricontact.com

BUGNOT

Eurocult - 2002 4.30 m Prix HT : 5 100 €

CASE IH 2388

Axial Flow - X-clusive 2003 - 1450 h Prix HT : 94 800 €

CASE IH 170

CVX - 2002 - 170 CV 5300 h - Rel. AV Prix HT : 44 700 €

RABEWERK

Déchaumeur - 2008 3m Prix HT : 6 900 €

CASE IH

HORSCH Joker

Christian DELPLANQUE Route de Frévent 62 130 HERLIN LE SEC Tél. 03 21 03 99 00 - Fax 03 21 03 10 04 sicartois@wanadoo.fr

CASE IH

2009 - 3 m Prix HT : 8 600 €

Maxxum 125 - 2009 2200h - Rel AV Prix HT : 45 000 €

CLAAS

M.F. 5455

Arrion 640 CIS 2009 - 155 CV 2500 h - Rel AV

2006 - 100 CV 3400 h - Chargeur

RBX 464 - 2008 4 609 bottes Prix HT : 18 800 €

Racer 32 - 1995 24 m - 3200 l - DPA Prix HT : 10 000 €

BERTHOUD

CAPELLO Repliable 2007

Flasch Grubber - 2000 4m - Hydr - Semi-porté Prix HT : 6 000 €

HORSCH

CASE IH 5130

DEUTZ FAHR

MC MTX 155

NH CR 9070

N.H. TX 68 SL

N.H. 520 FP

Agrotron 115 - 2002 115 CV - 6200 h - ch. Prix HT : 35 000 €

2002 - 155 CV 5145 h Prix HT : 25 700 €

2012 - 305 h m 490 CV - 9.15 m Broyeur

JOURNÉES CENTRE OCCASION 45

975 route de Bellegarde, 45460 Bray En Val

www.groupe-methivier.com

22 & 23

mars à Bray En Val

21

mars

4RM - 2000 6.10 m - Broyeur

2012 - 6.10 m Broyeur

2011 5.20 m Prix HT : 11 500 €

Matériels

agricoles

en tout genre visibles sur parc, des prix, des financements, des conditions

FREDERIC - Tél : 02.38.35.20.90 - Fax : 02.38.35.20.99

NH T5050 2008 - 1970 H - Cab. clim. 31 000 € HT

NH T6010 PLUS 2010 - 1270 H - Cab. clim. 42 000 € HT

NH TL 80A 2007 - 2400 H - Arceau 21 000 € HT

MF 6270 2002 - 4300 H - Cab. clim. 27 000 € HT

NH M160 1996 - MOTEUR REFAIT 23 000 € HT

JD 7710 1998 - 6190 H 32 000 € HT

CASE PUMA 210 2008 - 2900 H 56 000 € HT

NH CR 9060 2010 - 420 H 7,32M Varifeed - Chariot

NH CX 760 2006 - 2500 H - 4RM 6,10M Varifeed - Chariot

JD 2264 1999 - 2615 H Cpe 6,10m - Chariot

G&B EUROCULT 2009 - 3,90M 16 000 € HT

JF STOOL RS1405S 2010 - 6,45M 9 500 € HT

KUHN GMD2810 2011 - 6 Disques 6 500 € HT

ZAMBELLI 7040 2002 7 500 € HT

KUHN AXERA HEMC 2002 - 36m 6 500 € HT

AMAZONE ZAM 1500L - DPAE - 2001 4 200 € HT

KVERNELAND MSC 4000 2008 - 4m 37 500 € HT

BERTHOUD MAJOR 32 3200L - 24m - DP Tronic 19 000 € HT

Terre-net Média : Terre-net.fr - Web-agri.fr - Terre-net-Occasions.fr I Mars 2013

35


VENTE DE MATÉRIELS AGRICOLES – 13 MARS 2013 PARTICIPEz à NOTRE VENTE PANEuROPÉENNE DE MATÉRIELS AGRICOLES

2011 CAsE MAgnuM 340 proFI AFs, 2011 CAsE MAgnuM 315 & 2011 CAsE MAgnuM 290 proFI AFs | MEppEn, AllEMAgnE

3 – InutIlIsé – 2012 CAsE JX60 | MEppEn, AllEMAgnE

ClAAs 2009 AXIon 840CMAtIC & 2007 AXIon 840CEBIs | MEppEn, AllEMAgnE

2007 John DEErE 7530 prEMIuM oCAñA, EspAgnE

2008 John DEErE 6130 MEppEn, AllEMAgnE

2004 FEnDt VArIo tMs 818 oCAñA, EspAgnE

2007 McCorMICK XtX275 oCAñA, EspAgnE

2006 nEw hollAnD tVt 190 MEppEn, AllEMAgnE

2005 KlEInE ls20sF MEppEn, AllEMAgnE

John DEErE 1188h4 sII oCAñA, EspAgnE

2004 nEw hollAnD Cr960 MEppEn, AllEMAgnE

Les articles de la vente seront exposés sur nos sites de Meppen en Allemagne et d’Ocana en Espagne, ils seront vendus le jour de la vente aux enchérisseurs en ligne sur www.rbauction.fr et aux clients participant à la vente en Allemagne, en Espagne et sur écran géant depuis notre site de Saint Aubin dans l’Eure et de Caorso en Italie. Pour plus d’informations, merci de contacter votre commercial local ou le site de Saint Aubin sur Gaillon au 02 32 77 86 10. SVV Ritchie Bros: Auctioneers France SAS | Commissaire priseur habilité : Arnaud Séguinet - Agrément N°2005-564

www.rbauction.fr | 02.32.77.86.10

36

Terre-net Magazine I Mars 2013


Vous souhaitez annoncer ici, appelez le 03 52 69 03 00

MALECOT POIRIER

40, Av. de l'Argouët 56250 ELVEN

5 25 02 97 53 5

1 30 02 97 53 3

NEW HOLLAND BR750 A - 2006 10 500 € HT

DTZ-FAHR AGROTRON 115 MK3 2002 - 25 000 € HT

Gilles SOUESME - Neuville aux Bois (45) 02 38 91 03 70 - comagri@klebermalecot.com Stephane PAIN - Saint Loup (58) www.malecotpoirier.fr 03 86 26 24 49 - poiriersas@poiriersa.com

NEW HOLLAND 650 1994 3 500 € HT

KRONE VARIOPACK 1500 2002 - 6 000 € HT

CASE IH

DTZ-FAHR M640

CATERPILLAR

N.H. BB 9080

D. FAHR 6090 hts

Pöttinger 4003

LEMKEN Gigant

Pöttinger 4000

VADERSTAD

Puma 180 - 2010 1100 h - 180 CV Relev. & pont susp.

FELLA 2,70m 2 300 € HT

2010 - 90x120 241 50 bottes pick up 2.40m

DEUTZ-FAHR AGROTRON 6.20 - 1996 17 000 € HT

Heliodor 10 - 2008 10 m - 64 disques Rouleau AR tube

SAMBRON T2567 1990 9 500 € HT

MF 8220 2002 23 000 € HT

DCR - 2012 - 181 CV 400h Rel. & pont AV susp. Garantie 1 an

2011 - 250 hm - 316 CV 7.20 m - Broyeur Garantie 1 an

Terrasem - 2006 4m Pneumatique

TH 330 B - 2005 3.3 t - 4400 h 7.00 m

Synkro - 2010 - 4m 11 dts repl hydr. sécu non-stop

Spirit ST 400 S 2010 - 4 m Pneumatique

GREGOIRE RY47 1996 3 800 € HT

www.bouchaud-sa.fr

Laurent VILLARS Route de Périgueux - 87 230 CHALUS Tél. 05 55 78 53 07 - Fax 05 55 78 45 88 laurent.villars@bouchaud-sa.fr

CASE IH 733

4x4 - 1988 - 5700 h 67 CV Prix HT : 16 000 €

MF 5455 Dyna 4

CASE IH MX 80C

CLAAS 456 Plus

MF 5465

MF 6455 Dyna

1999 - 6200 h - 80 CV Chargeur Alô Q435 Prix HT : 21 000 €

2008 - 100 CV 4600 h Prix HT : 33 000 €

2004 - 125 CV 3393 h Prix HT : 30 000 €

MF 6480 Dyna 6

MF 6480 Elite T3

2006 - 145 CV - 3151 h Rel AV - Autodrive Prix HT : 50 000 €

2011 - 147 CV- 420 h Rel AV Data Prix HT : 70 000 €

Celtis - 2008 - 101 CV 3000 h - Adapt. MX100 Prix HT : 31 000 €

2003 - 110 CV 5743 h Prix HT : 33 000 €

MF 6490

2005 - 170 CV 3250 h - Rel AV Prix HT : 45 000 €

JD 2850

4x4 - 1989 - 14000 h 85 CV Prix HT : 10 000 €

MF 6465 Dyna

MF 5445

2005 - 4500 h - 90 CV Bâti Alö Prix HT : 32 000 €

MF 6470 Dyna

2005 - 120 ch - 6105 h Chargeur MX120 Prix HT : 45 000 €

2004 - 125 ch - 3750 h Adapt Alö Chargeur Prix HT : 36000 €

MF 6499

MF 7490 Dyna VT

2005 - 215 CV - 5200 h Rel AV - Moteur neuf Prix HT : 49 000 €

2007 - 170 CV 2900 h - Rel AV Prix HT : 68 000 €

Terre-net Média : Terre-net.fr - Web-agri.fr - Terre-net-Occasions.fr I Mars 2013

37


38

Terre-net Magazine I Mars 2013


Vous souhaitez annoncer ici, appelez le 03 52 69 03 00

www.cheval-sa.com

DURET

Jérôme Goeuriot rue du 150 R.I. 55 300 Chauvoncourt 03 29 89 05 88 - 06 13 13 19 18 jerome-goeuriot@cheval-sa.com

GASPARDO

Alitalia 2012 - 28 rangs - 4 m Pneumatique

HUARD Mixter

Déchaumeur à dents Mixter 109 2003 - 4m - Hydraulique

NH CS 6050 RS

MICHELIN

2007 - 240 ch 660 h moteur Broyeur

Roues complètes 1050/50R32

CLAAS Arion 630

NH TG 255

2012 - 145 ch 489 h - Rel AV

2003 - 255 ch 3400 h - Rel AV

Gautier

Nicolas MARCHAND 25 rue Paul Deschanel 28 150 VOVES Tél: +33(0)2 37 99 98 70 nmarch@duret.fr

J. DEERE 1170

CLAAS Lex. 405 1998 - 2334 h B 182 ch - 5.40 m - Broy. Prix HT : 55 000 €

BLD 90 - 2008 - 36 m 5000 l - DPE Prix HT : 44 500 €

1990 - 110 ch - 7630 h semi-powershift Prix HT : 16 000 €

KUHN

CASE IH MX 180

FENDT 714 Vario

FORD 8240 SLE

Mc CORMICK

RLT Arès 550RX

RLT Arès 626RZ

1997 - 170 ch - 2067 h Broyeur Prix HT : 38 000 €

SPEEDLINER 4000 2007 - 32 rangs - 4 m Pneumatique

FIATAGRI

F - 110 DT 1992 - 110 ch - 4770 h Prix HT : 16 000 €

Magnum - 2001 - 180ch 4150 h - rampantes Prix HT : 39 000 €

XTX 185 -2006 - 185 ch 250 h - Rel AV Prix HT : 38 000 €

BLANCHARD

CASE IH 5140

2004 - 140 ch - 4700 h Rel AV Prix HT : 56 500 €

1994 - 110 ch - 6575 h Rel AV Prix HT : 13 000 €

1997 - 5300 h 95 ch - Chargeur Prix HT : 16 500 €

2001 - 115 ch - 7300 h Chargeur - Rel AV Prix HT : 23 000 €

Route de Rennes - ZI de l'Erette 44810 HERIC

Tél. : 02 40 57 64 00 Fax : 02 40 57 91 30

21120 IS SUR TILLE

: 03 80 95 47 02

4 5 000 €

4 4 500 €

CASE IH MXU 135

MF 6465

MF 4245

2007 - 120CV - 3900 H Cab. clim. - Pont AV susp. Pneus neufs

1999 - 85CV - 5885 H Charg. MX 100 - Fourche Griffe - Pneus neufs

MASSEY FERGUSON 6160 1998 - 4750h

17 000€HT

1 9 800 € NH 8240

NH TD90

1997 - 90CV - 6475 H Climatisée Bati chargeur MANIP

1995 - 110CV - 6500 H Boîte semi-powershift Relevage - Cde électro.

2006 - 90CV - 3308 H Clim. - Boîte synchro Bati MAILLEUX

2 7 900 €

CASE MXM130

JOHN DEERE 7710 Powerquad

25 500€HT

33 000€HT

2004 - 5470h - Cabine Susp. - Rel. AV

1999 - 6800h - Relevage Avant

1 9 900 €

CASE IH 5120 PRO

2 9 800 €

occasions@gauvain.fr

2 5 000 €

2007 - 135CV - 3900 H Cab. susp. - Clim. Rel. AV - Pneus neufs

1 6 800 €

www.gauvain-agri.com

1 5 800 €

CLAAS Celtis 455 RX

CASE IH JX 90

CASE IH MX 135

2005 - 102CV - 2740 H Relevage AV Pneus 15.9x34 13.6x24

2009 - 90CV - 1007 H Cab. clim. - Boîte synchro 20-12 - Inverseur méca.

1998 - 135CV - 7632 H Climatisée - Boîte semi -powershift 16-12

JOHN DEERE 7430

2008 - 3100h - Pont AV Susp. - Rel. AV

56 500€HT

JOHN DEERE 2264

1998 - 1840h - Coupe 5,50m

58 000€HT

NEW HOLLAND T7050

JOHN DEERE 7830 Autopowr

65 000€HT

73 000€HT

2008 - 1500h - Pont AV Susp. - Rel. AV

JCB 531.70 Powershift

2007 - 3560h - Fourches à palettes

32 000€HT

2007 - 3700h - Pont AV Susp.

BLANCHARD ATLANTIQUE

1995 - 2500L - Rampe alu 28m - DPAE

11 000€HT

Terre-net Média : Terre-net.fr - Web-agri.fr - Terre-net-Occasions.fr I Mars 2013

39


Wilhelm Fricke GmbH Wichernstrasse 2 DE-27404 Bockel Tel.: +49 (4281) 712 - 970 Mobil: +49 (151) 14009759 Fax: +49 (4281) 712 - 340 Joachim.schlesselmann@fricke.de

www.fricke24.de

CLAAS Arion 640 2012 - 175 CV - 550 H Rel. AV - PTO 74 900 € HT

CLAAS Axos 320 C 2011 - 86 CV 160 H 29 900 € HT

CLAAS Axion 810 C-Matic - 2012 209 CV - 350 H - Rel. AV 83 900 € HT

CLAAS Jaguar 870 Speedstar 4 WD - 2007 Kemper 360 2395 HM - 1955 HB 127 500 € HT

CLAAS Jaguar 850 Profistar 4 WD - 2006 Kemper 360 2492 HM - 2127 HB 109 500 € HT

CLAAS Jaguar 850 Speedstar 4 WD - 2003 Kemper 4500 4615 HM - 3213 HB 68 000 € HT

CLAAS Jaguar 840 1998 - CLAAS RU 450 5678 HM - 4454 HB 43 500 € HT

.agriducastel.com www RN 27 VALMARTIN - 76890 TOTES

9

7 IN 80. A . UT 0 TO 2.8

Da v

Bases commerciales 14 - 27 - 61 - 76

TRACTEURS

3

02 .

id

CLAAS Jaguar 930 CLAAS Jaguar 940 Speedstar 4 WD - 2010 Speedstar 4 WD - 2012 Kemper 360 - 1187 HM - 840 HB CLAAS Orbis 600 - 298 HM - 249 HB 183 500 € HT 252 500 € HT

Fortis AGP TECNOMA 07 27m 20

Combiné DEHONDT ROGER RTI 3,50m

CASE IH CS120 - Relevage avant CLAAS Arès 567 ATX JD 6400 P. Quad JD 6610 P. Quad MF 6290 Dynashift MF 4260 (Voir boîte) NH T7040 P. Cde NH TM190 P. Cde NH TM175 P. Cde NH TM140 R. Cde NH TM120 R. Cde RENAULT Temis 610 RENAULT Ceres 355 + Relevage AV

7300 H 3100 H 7200 H 9500 H 5400 H 2800 H 2900 H 3600 H 3200 H 6400 H 5300 H 5100 H 5600 H

1999 2005 1997 1998 2001 2000 2009 2003 2005 2005 2003 2001 2001

5600 H 4700 H 8400 H 6000 H 5300 H

2007 2007 2005 2007 2006

1200 H 1900 H 2100 H 2800 H

2004 1996 1996 1993 1996

JD 6320 P

remium 2005

LAVERDA 624 2900 H - 1996

MANUTENTION

CLAAS Celtis 446 + FAUCHEUX F200H JOHN DEERE 6420 + JD 653 NH TSA100 + MAILLEUX MX120 ZETOR 7441 Arceau + Manip 95A MERLO P34.7 Plus

0

NH TSA10 2006

NH T7030 2009

AUTOMOTEURS / RÉCOLTES

NH TX63 - Cpe 5,18m NH TX64 - Cpe 5,18m LAVERDA 626 MCS - Cpe 5,40m LAVERDA 521 MCS - Cpe 5,40m Enrouleuse Lin Auto. VLAMALIN Zorhy

NH BR74 0A Ficelle/File t - 2007

MERLO P34.7 Top 2007

CACQUEV ELOB100A 2008

STORTI SWS 170 40km/h - 2009

NUTRITION ANIMALE

Mélangeuse KUHN SP14 - 40km/h Bol TRIOLET Solomix 1 - 12000 Dés./Paill. SILOFARMER Herbivore 560

CASE IH Puma 210 2008

40

tis 456 CLAAS Cel - 2005 X U LE + MAIL

Terre-net Magazine I Mars 2013

2006 2004 2008

A SAISIR - 25 ROUNDERS (Possibilité kit lin)

CASE IH - NEW HOLLAND - FERABOLI - JOHN DEERE - 23 PULVERISATEURS (Porté/Trainé) EVRARD - RAU-VICON - SEGUIP - TECNOMA


Vous souhaitez annoncer ici, appelez le 03 52 69 03 00

www.agritek.fr

Sébastien MANSARD Route de Compiègne 60113 Monchy Humières Tél: +33 (0)3 44 42 44 44 mansard.sebastien@mansard.fr

SULKY SPI

2000 - 29 rangs - 4 m Pneumatique Prix HT : 8 000 €

CLAAS Celtis

CASE IH 7230

Magnum - 1999 - 200 ch 7000 h - Rel AV Prix HT : 25 000 €

MF 4370

CASE IH CS150 1997 - 150 ch - 6800 h Rel AV Prix HT : 23 000 €

MF 6480

456 RX - 2006 100 ch - 2900 h Prix HT : 25 000 €

2003 - 115 ch - 2500 h Prix HT : 25 000 €

Dynashift - 2004 145 ch - 4300 h - Rel AV Prix HT : 32 000 €

NH 8870

NH TS 115

RENAULT

2000 - 210 ch - 7200 h Rel AV Prix HT : 20 000 €

2002 - 115 ch - 5250 h Prix HT : 25 000 €

Arès 630 RZ 1997 - 120 ch - 5800 h Prix HT : 22 000 €

PEAN

Jean Pierre BATAILLE RUE POTERIE 41170 CORMENON Tél. 02 54 80 92 82 - Port. 06 26 10 91 61 pean.sa@tfcmax.fr

JOHN DEERE 6430

NEW HOLLAND FX 40

NEW HOLLAND TX 36

2008 - 4000 h

2007

1989 - 3289 h

Prix HT : 42 000 €

Prix HT : 6 000 €

Prix HT : 35 000 €

EVRARD ALPHA

LANDINI LEGEND 140

JOHN DEERE 590

2004 - 2300 h

2004 - 4030 h

2001 - 18791 BOTTES

Prix HT : 65 000 €

Prix HT : 27 000 €

Prix HT : 9 000 €

MANITOU MLT 735

NEW HOLLAND LM5060

NEW HOLLAND TSA 100

2007 - 3500 h

2009 - 4441 h

2003 - 6400 h

Prix HT : 35 000 €

Prix HT : 38 000 €

Prix HT : 29 000 €

Patrick AUGER ( base du 37) Tél. 02 47 91 41 01 Port. 06 83 03 91 28 patrick.auger@maisa.fr

Jérôme LEFORT (base du 49) Tél. 02 41 40 25 30 Port. 06 78 36 34 24 jerome.lefort@maisa.fr

SOUCHU Cbtl

Jeulin TORNADE désileuse - pailleuse recycleuse Prix HT : 6 900 €

DZ 1250 - 1999 - 1250 l 24 m - Centrifuge - Porté Prix HT : 2 100 €

DPX Magnum

GYRAX Ebmx 155

MX Rotor 2400

DEUTZ 4075 HTS

DEUTZ 6090 HTS

NH TF 78 Elektra

JCB 526-56

MANITOU 634-120

JCB 3230

SAME Iron 210

2007 - 5.10 - Boulon Hydr. - Semi-porté Prix HT : 13 500 €

SULKY - 2006 - 36 m 4000 l - Centrifuge - Porte Prix HT : 7 600 €

1999 - 1950 hm - 240 CV 6.3 m - Broyeur Prix HT : 65 000 €

EVRARD Meteor 2001 - 24 m - 3400 l DPAE Prix HT : 15 000 €

DEUTZ TTV 630 2011 - 230 CV - 250 h Rel AV Prix HT : 98 000 €

2010 - 15 T - Porté hydraulique - pesée Prix HT : 25 500 €

2010 - 650 h - 320 CV 6.30 m PENDULAIRE

2009 - 100 CV - 2.6 T 800 h - 5.6 m Prix HT : 44 000 €

2010 - 230 CV - 2670 h Rel AV Prix HT : 92 000 €

BOGBALLE

2005 - 2.4 m3 Prix HT : 4 800 €

2001 - 2350 h 7.10 m Prix HT : 65 000 €

2008 - 120 CV- 3.4 T 3500 h - 6 m Prix HT : 36 000 €

2009 - 210 CV 2240 h - Rel AV Prix HT : 70 000 €

www.maisa.fr Terre-net Média : Terre-net.fr - Web-agri.fr - Terre-net-Occasions.fr I Mars 2013

41


www.groupe-mecadoc.com PORCHER SAS

MECADOC 32 ZI. ENGACHIES 32000. AUCH

TEL : 05.62.60.20.61 www.mecadoc.fr

ZA BOURDELAS 87500. ST YRIEX LA PERCHE

TEL : 05.55.08.14.30 OU : 06.85.08.84.04

LAVERDA 2760 LX 2003 - 2524 H Coupe 5,40m

NH BB950 2003 - 57800 bottes

NH LB 115 2005 - 6011 H

NH T4020 2010 - 340 H

NH T6070 DUAL 2008 - 4100 H

NH T7030 2008 - 2967 H

NH TLA90 2007 - 3700 H

NH TNF95A 2006 - 2800 H 20 000 € HT

www.porcher.fr AMAZONE 3600L - Pesée

NH T7.250 AC 2011 - 950 H

NH BB 950 2005

NH T7050 2009 - 1320 H

NH T6080 2009 - 2850 H

NH TSA 130 2007 - 3350 H

ETS NOUGADERE 1,RUE NATIONALE 32200 GIMONT

06.70.02.44.25 06.80.17.53.35 www.nougadere.fr

CENTRE OUEST AGRICOLE CASE IH CS 150 1997 - 5700 H TRES BON ETAT

CASE IH CVX 1170 2004 - 3750 H BON ETAT

ZA DE MAISON ROUGE 19230 ST SORNIN LAVOLPS

CASE IH MAGNUM 310 2008 - 2700 H TRES BON ETAT

06.38.40.48.67 06.85.08.84.04

A RENTRER ETAT EXCEPTIONNEL

CASE IH PUMA 155 2008 - 2700 H TRES BON ETAT

CASE IH PUMA 195 2009 - 2500 H TRES BEAU

PUMA CVX 195 2011 - 1000 H PUMA CVX 160 2011 - 900 H MAXXUM 115 2010 - 400 H MXM 140 2005 - 5940 H

CASE IH MX 170 2001 - 8300 H

CASE MAXXUM 100 2009 - 3200 H

CASE MAXXUM 140MC 2007 - 2400 H

KUHN FC250G 2002 6 800 € HT

Ramasseuse de noix MONCHIERO 2070 Neuve - 40 000 € HT

POTTINGER 3100T 2008 13 000 € HT

MECADOC OCCASION ZA LE THEILLOU 87260 PIERRE BUFFIERE

TEL : 05.55.70.15.16

Achats / Ventes / Échanges

www.mecadoc.fr

JD 6930P 2009 - 2472 H TRES BEAU

42

CLAAS ARION 420CIS 2010 - 3200 H

MERLO 28.7EVT 1996 18 000 € HT

MF 5455 DYNA 4 2009 - 2400 H

PELLE JCB JS 130 W 2000 - 6900 H 23 000 € HT

SAME ARGON 50DT 2003 - 2600 H

Terre-net Magazine I Mars 2013

CLAAS ARION 620CIS 2010 - 2000 H JD 6420 TLS - Bon état JD 6520 TLS - Très beau JD 6920 TLS - Très beau JD 6930P - PQ+ - Rel. AV MF 4355 - Hyd. - Clim. + Charg. MF 6455 DYNA 6 - Susp. AV MF 6290 DYNA - Clim. - Bien MF 8110 DYNA - Très bon état MF 7480 DYNA VT - Beau DEUTZ AGRO+ 70DT - Méca. DEUTZ K 420 - Susp. AV - Charg. DEUTZ 6.31 - Très bon état VALTRA A95 - Arceau - Charg. VALTRA 6250 HIT - Charg. - Bien

SAME IRON 210 2008 - 5800 H 6800 H 4200 H 4900 H 4600 H 3626 H 2484 H 5200 H 3530 H 3300 H 1700 H 1900 H 6600 H 5093 H 6500 H

2002 2005 2003 2007 2004 2005 1999 1998 2005 2008 2010 1992 2006 2003

JD 6430TLS 2007 - 2700 H

DEUTZ FAHR M 620.DCR 2010 - 1465 H - ETAT NEUF

SAME SILVER 80 - Méca. - Superbe SAME EXPLO 90DT - Charg. - T. bon état SAME IRON 130 - Susp. AV - Charg. CLAAS CELTIS 456RX -Clim. - Charg. CLAAS ARES 657ATZ - Susp. AV - T. Beau CLAAS ARION 620 CEBIS - Susp. AV CLAAS ARES 816RZ - Très beau CLAAS ARES 836RZ - Très bon état RLT 696RZ - Susp. AV - Beau RLT 816RZ - Rel. AV + PDF MANITOU MLT 731 - Très belle JCB 530.70 AGRI SUPER - Très belle NH LM 410 - Très bon état

6890 H 4629 H 5200 H 3250 H 4300 H 3600 H 4290 H 4300 H 6000 H 4200 H 2500 H 4500 H 4000 H

2003 2003 2005 2004 2008 2008 2006 2006 2004 2004 2005 2009 2002

NOMBREUX AUTRES TRACTEURS DISPONIBLES SUR NOS PARCS Mobile : +33.(0)6.07.872.142 - Email : allardjp.mecadoc@wanadoo.fr


Vous souhaitez annoncer ici, appelez le 03 52 69 03 00

inf

PRIX lai HT r

o

@

-rem

orques.fr

Tél. 02.33.49.01.48 www.lair-remorques.fr

RD976 St Hilaire-Domfront 50600 Moulines

O. Le Brecq (Elevage) : 06 14 18 07 85 Boulevard de l’Europe 28501 VERNOUILLET D. Barbot (Tracteur) : 06 24 35 55 85 A. Homo (MB, Pulvé, Sol) : 06 09 37 77 01

occasion@lhermite-agri.com

7 900 €

27 000 €

LEBOULCH B 1350 24m3 - Boggie

16 000 €

LAIR SP160 2000 - 28m3 - Suiveur forcé - Repeinte

39 000 €

31 000 €

CATERPILLAR TH 330 2005 - 4475 H

CATERPILLAR TH 407 2010 - 3454 H

JOHN DEERE 530 2005

JOHN DEERE 592 2006 - 2m Rotoflow

JOHN DEERE 6830 2008 - 5300 H

JOHN DEERE 7400 2005 - 4RM 48 couteaux

JOHN DEERE S560 2009 - 6,70m - 410 H

JOHN DEERE S690 2011 - 351 H

VALTRA 120 2004 - 5100 H

16 900 €

LAIR 17T TP - 2007 6,50m - Fond Hardox 31m3 ensilage Essieux empat. variable

GILIBERT 2400 Pro 2008 - 35m3 - Essieu suiveur - Anticabrage

SAMSON SP12 2004 - 15m3 Centrale - Révisé

PICHON 12600 2001 - Bras pompage D200 - Boggie suiveur - Révisée

8 850 € SAMSON 1009 1997 - 12m3 Révisé

34 route de Châteauroux 36500 BUZANCAIS

Tél : 02.54.02.30.03 - Fax : 02.54.02.30.04

Tr. NH TM 175 – 2003 4000 H - 38 000 €

Tr. CASE CVX 140 - 2008 3000 H - 50 000 €

Tr. FENDT 410 – 2005 4300 H - 47 000 €

Tr. FENDT 512 C – 1998 7300 H - 25 000 €

Tr. J.D. 6200 + ch. – 1996 6200 H - 25 000 €

Tr. MF 8120 - 1995 - 5600 H Boîte et pt nfs - 30 000 €

Tr. RLT ARES 816 RZ 2004 - 3000 H - 40 000 €

Tr. RLT ARES 617 ATZ 2006 - 3000 H - 35 000 €

Presse HD MF 187 LB – 1999 45000 bottes - 43 000 €

Épandeur LEBOULCH HVS 210 Révisé - 13 500 €

Aut. TECNOMA - 2003 LASER 3000 - 30m - 1500 H - 43 000 €

Traîné SEGUIP SVX - 3200L - 28m Cpe Tr. Trimble CFX 750 - 43 000 €

Pulvé traîné HARDI COMMANDER 2800L - 28m - 25 000 €

Pulv. traîné CARUELLE OPTIMA 3200L - 28m - 28 000 €

PRESSE BR VICON RV 1901 2003 - Filet/Ficelle - 13 000 €

Terre-net Média : Terre-net.fr - Web-agri.fr - Terre-net-Occasions.fr I Mars 2013

43


36 rue des forges 53640 Le Horps

ETS DACHY

route de Chambry 02840 Athies-sous-Laon Contact : M. J-Christophe Chevalier Tél.: 03 23 24 67 00

Pick-up 3,80m 2000

LEXION 600 TT 2009 - 9m Vario 2

LEXION 540 2005 - 6m

NH CX 8080 2009 - 7,30m autofloat

LEXION 550 2009 - 6,60m Vario 2

LEXION 540 2007 - 6,60m Vario 1

claas.fr

44

Terre-net Magazine I Mars 2013

a .f

auq

www.douillet.fr

2.07 ue@douillet.fr - Tél : 02.30.98.0

LEXION 440 EV 2003 - 6m AC

NH TL 90 DC - 1999 6500 H - Inv hydro - bati quicke - 18 000 € HT

NH TS 110 - 1998 4600 H - Clim - rel élec. 23 700 € HT

NH TSA 115+ - 2007 2850 H - Clim rel. av. + masses - 40 500 € HT

FORD 8240 SLE - 1993 6200 H - Rel. élec. 11 500 € HT

DEUTZ K90 - 2007 4976 H - Bâti MX - Clim. 28 900 € HT

LANDINI Ghibli 90 2002 - 2350 H - Méca. 17 800 € HT

MC CORMICK CX 95 2007 - 722 H - Bâti MX - Inv. Hydro - 28 000 € HT

MF 38 - 1996 3000 HM - Coupe 6 m 22 000 € HT

KRONE Combipack 1500 2008 - 20973 bottes - Ficelle Filet - Cutter - 30 000 € HT

LEXION 580 2010 - 9m Vario 1

JD 9600 1992 - 5,50m


Vous souhaitez annoncer ici, appelez le 03 52 69 03 00

Stéphane RUBIGNY, SOMATEC MANUTENTION Portable : 06.86.07.09.21 Courriel : stephane.rubigny@somatec.fr

www.somatec.fr € HT 26 500

€ HT 29 500

J-C BERTI N

03.44 W DELATT .19.2 RE - P 1 0.25 - Po ort : rt : 06.84.58.17.1 06.4 .fr 2.54.9 1.95 wdelattre@gueudet

€ HT 19 500

€ HT 25 500

CLAAS LEXION 450 2002 - 1559 H - 6,60m 2008 MERLO P40.7 6120 H - Haut. de levée 7,03m - Capacité 4000 kg - Equipé de fourches

2008 NH LM 5040 1300 H - Hauteur de levée 6m - Capacité 3200 kg - Equipé de fourches et de 2 godets

€ HT 37 500

CATERPILLAR 2008 TH 407 3000 H - Hauteur de levée 7,30m - Capacité 3700 kg - Equipé de fourches et de 2 godets

€ HT 32 500

2008 NH LM 5060 3300 H - Haut. de levée 7m - Cap. 4000 kg Equipé de fourches 3 godets et 1 pince

2005 CASE TX140 2120 H - Hauteur de levée 13,35m - Capacité 4000 kg - Equipé de fourches et 1 godet 2000 litres

1982

12700 H - Cabine 1 godet rétro 400mm 1 benne sur chargeur

CATERPILLAR TH 330 B

LAVERDA 520 MCS 2000 - 2680 H - 4,80m

MAESTRIA 17 2004 - 2450 H - 42m - 3900L

2005

6900 H Hauteur de levée 7m Capacité 3300 kg Equipé de fourches et 3 godets - (en l’état)

€ HT 23 000

HT 5 500 €

Tractopelle CASE

Rue du Bois Prévost 60130 ST JUST EN CHAUSSEE

- Tél :

R

etrouvez tous nos matériels d’occasion sur

www.vimo.gueudetagricole.fr

2002 MANITOU MT 835-120 LS 5000 H - Hauteur de levée 7,60m - Capacité 3500 kg - Equipé de fourches

Un large choix de matériels d’occasion s’offre à vous, n’hésitez pas à nous contacter pour plus de renseignements

NH TM 140 2005 - 4350 H - SuperSteer

VALTRA 8050 2000 - 3350 H - Rel. AV

OLYMPIA 400S 2007 - 36m/38m - Coupure GPS

ZI OUEST - 80700 ROYE Alexis DEQUIDT Tél. : 03.22.87.67.67 - Port : 06.28.94.58.71 Fax : 03.22.87.35.34 - adequidt@agrisanterre.fr

CARUELLE Master 3000L - 24m 1999

CASE IH 2388 2001 - Cpe 6,10m 2080 HB - 2550 HM

DTZ FAHR Topliner 6060 HTS 2011 - Cpe 5,40m 370 HB - 470 HM

CIH MX 230 - 2004 5000 H - 40 000 € HT

CIH CVX 1190 - 2005 6050 H - 40 000 € HT

CIH MXM 190 - 2004 5500 H - 27 000 € HT

JD T660 2008 - Cpe 6,60m 730 HB - 1100HM

MF 7254 2000 - Cpe 4,95m 2060 HB - 2950 HM

MF 7256 2004 - Cpe 4,95m 2100 HB - 2650 HM

CIH MX 100 C - 2000 5400 H - 25 000 € HT

NH T7210 - 2012 550 H - 70 000 € HT

NH TM 190 - 2003 5100 H - 25 000€ HT

NH CSX 7080 2007 - Cpe 6,10m 490 HB - 680 HM

NH FX 40 - 2004 - 1878 HR 2600 HM - Kemper 6 rgs PU IDASS 4,20m

NH T 8030 - 2008 2570 H - Rel. AV Pont Supersteer

MF 6460 - 2012 750 H - Chargeur

MF 6290 - 2001 6800 H - 26 000 € HT

JD 6920 - 2005 5200 H - 38 000 € HT

Terre-net Média : Terre-net.fr - Web-agri.fr - Terre-net-Occasions.fr I Mars 2013

45


ATTR AC T F S I www.payen.fr

www.payen.fr

Tracteur JD 6800 7000 H 17 000 € HT

Tracteur MF 6480 2008 - 4500 H Pt susp. avec chargeur

Tracteurs MF 8110 MF 8120 et MF 8130

MB MF 7276 1200 HB - Coupe 6,70m à tapis - 60 000 € HT

Round Baller NH 5930 11300 balles - d’origine 5 400 € HT

3 EVRARD Météor (24m - 28m et 36m)

Automot . EVRARD Alpha 30m - 4450 H - TBE 25 500 € HT

Automot . MATROT M24D 28m - 3 000 H 35 000 € HT

VADERSTAD Cultus 5m - 2009 33 000 € HT

Combiné KUHN 4003 HERRIAU Turbosem 4m 15 500 € HT

Combiné KVERNELAND ACCORD - 4m - 29 socs 14 000 € HT

EVRARD Alpha+ 4100L - 36m - 2900 H 69 000 € HT

Semoir VADERSTAD 6m - 2004 40 000 € HT

Tracteur MF 8150 2500 H 23 000 € HT

Pulvé TECNOMA GTS 28m - Pont suspendu 10 000 € HT

Combiné 3m (Vibro + Rouleau barre + semoir) 2009 - 10 000 € HT

TRACTEURS A RENTRER MASSEY FERGUSON 6495 - 3400 H - Pont suspendu MASSEY FERGUSON 7495- 4760 H - Pont suspendu MASSEY FERGUSON 8260 (en pneus 900/50x42) Tracteur CASE MX 150 2000 - 5800 H 24 500 € HT

Prix 46

et

KIA 4x4 SORENTO - 2010 155 000km - Attelage AR TBE - 8 000 € HT

photos

Terre-net Magazine I Mars 2013

de tous nos

FENDT 818 - 2006 - 3000 H DEUTZ AGROTRON 200 - 5000 H - Pont suspendu

matériels

sur

www.payen.fr


Vous souhaitez annoncer ici, appelez le 03 52 69 03 00

BERNARD

9, rue Jean Mermoz 68127 STE CROIX EN PLAINE

Matériels Agricoles Les Prés Seigneurs 01120 DAGNEUX 38550 ST MAURICE L’EXIL

Route départementale 419

Tél : 68130 JETTINGEN 03 89 68 04

00 ou 06 38 82 17 83

www.bernard-agri.com

contact@bernard-agri.com

FENDT 724 2012 - 240CV

FENDT 716 2012 - 450 H 160CV

FENDT 716 2006 - 2187 H 160CV

29 800 € HT NH TS115A 2004 - 4500 H 115CV - Clim.

FENDT 718 2012 - 300 H 180CV

New Holland M100 1996 - 5550 H 100CV

JOHN-DEERE 6820 2003 - 3700 H 140CV

VALTRA N141 2009 - 4000 H 150CV

New Holland TM190 1994 - 2600 H 190CV

Massey-Ferguson 3645 2012 - 300 H 90CV

D’autres tracteurs récents en stock, Fendt, John Deere, Case-IH… n’hésitez pas à nous contacter !

145 000 € HT MF 7270 AL 2009 - 4RM - 1400 H 335CV - 6 sec. - Cpe 6m

36 000 € HT MF 8210 Elite 2003 - 4900 H Clim - Relevage AV

23 000 € HT DEUTZ Agrotron 100 1998 - 5700 H - Clim. Adaptat. MAILLEUX MX100

44 000 € HT MF 8240 XTRA 2002 - 3900 H 170 CV - Clim.

64 000 € HT MF 6495 2009 - 2500 H Clim. - LS

39 000 € HT MF 8220 2002 - 4000 H 155CV - Clim.

41 000 € HT Presse MF 186 2005 36707 bottes

36 000 € HT MF 6290 - 2001 - 3900 H 135CV - Clim. - Rel. AV Pont susp. - Datatronic

CASA AGRIPRO Siège : 80200 PERONNE Pascal DELOT Tél : 03 22 73 33 53 Port : 06 89 91 78 07 pascal.delot@casa-csm.fr www.casa-agripro.fr

AGRI PARTENAIRE

10320 SAINT JEAN DE BONNEVAL

Tél : 03.25.40.37.11 - Port : 06.07.06.26.95 E-mail : cdv-agripartenaire@wanadoo.fr

FENDT 924 - P. inv. - 2011 924 - 2011 - 1850 H

JOHN DEERE 6920 S - 2002 - 6400 H 6600 - 1994 - 7400 H

KOCKERLING Allrounder 5m et 6m

FENDT 714 - 2011 - 600 H 714 - 2006 - 3400 H

NH M135 - 1997 DEUTZ 6.30S - 1996

AMAZONE 1800L - 27m - 2012

FENDT 712 VARIO TMS 2004 - 7852 H Pont suspendu Rel. AV 39 000 € HT

FENDT XYLON 524 K 1997 - 8200 H Pt susp. - Circuit air Relevage AV 28 000 € HT

CASE MAXXUM 100X SEMI-POWER 2008 - 2800 H Pt susp. - Rel. AV 39 000 € HT

CLAAS ARES 656 RC TWINSHIFT 2007 - 3800 H Masses AV 34 000 € HT

STEYR CVT 120 VARIO 2003 - 4200 H Pont suspendu Relevage AV 39 000 € HT

NH T8-330 POWER 2011 - 452 H Cab. susp. + Pt susp. Rel. AV - Garantie 112 000 € HT

DOPPSTADT TRAC 1600 SEMI POWER - 3537 H Cab. + Pt susp. Rel. AV + PDF 36 000 € HT

CAT TH 336 2009 - 2530 H 6m - 3,5T Vérin hydraulique 38 000 € HT

JCB 536-60 AGRI 3400 H - 6,20m 3,6T - Vérin hyd. Godet vrac 37 000 € HT

FENDT 415 - 2010 - 2280 H 415 - 2011 - 1340 H

Presse JD 592 2004 - Liage - Ficelle

LEMKEN Heliodor 5m et 6m

Terre-net Média : Terre-net.fr - Web-agri.fr - Terre-net-Occasions.fr I Mars 2013

47


CLAAS RESEAU AGRICOLE AUVERGNE RN 9 - Saulzet 03800 GANNAT tél : 04 70 90 30 11 Mobile : 06 87 84 88 24 Fax : 04 70 90 26 57 e-mail: claude.ressaut@claas.com

TUCANO 340 - 2010 550 HB - Vario 5,40m 3D - Clim. - Réducteur Vitesse batteur - Chariot

CLAAS TUCANO 470 2012 - 178 HB - Vario 6m - 3D - Broyeur Éparpilleur

TUCANO 430 2008 - 470 HB coupe 5,40m Vario - 3D Quant. Humid.

LEXION 410 - 1997 2700 HB - 3D - 4,50m Chariot

LEXION 540 - 2006 695 HB - 6,60m - 3D Quant. humid.

LEXION 540 - 2009 968 HB - Vario - 7,50m 2 Lasers PILOT - 3D

NH CR 9080 - 2009 960 H rotor - 7,32m Varifeed - Clim. - Quant. humid. - Compres. air

NH CS 640 - 2004 1800 H bat. - 5,18m Clim. - Broyeur Éparpilleur

JD 1450 CWS - 2005 Magnifique 1170 HM - 4,17m Chariot

claas.fr

48

Terre-net Magazine I Mars 2013


Vous souhaitez annoncer ici, appelez le 03 52 69 03 00

Rendez-vous sur www.terre-net-occasions.fr et saisissez le numéro de l’annonce dans le champ de recherche pour obtenir les coordonnées du vendeur Rendez-vous sur www.terre-net-occasions.fr et saisissez le numéro de l’annonce dans le champ de recherche pour obtenir les coordonnées du vendeur New Holland 8070 Prix HT : 24 000 € N° 277371

Fendt 412 vario Prix HT : 58 000 € N° 276590

Case IH CVX 1170 Prix HT : 50 000 € N° 275377

ssi, Agriculteurs vous au T passez GRATUITEMEN to

dri pho votre annonce Qua sur cette page !!!

nce avec photo sur Inscrivez votre anno sions.fr www.terre-net-occa JD 548 D turbo Prix HT : 50 000€ N° 277110

MF 5445 Prix HT : 49 000 € N° 276485

Valmet 862 Prix HT : 45 000 € N° 276478

Valtra T 150 Prix HT : 40 000€ N° 276488

MF 8220 Prix HT : 35 000€ N° 276633

John Deere 6506 Prix HT : 20 000 € N° 276616

MASCHIO VITO 3m Prix HT : 8 000 € N° 276442

Neuson 50 Prix HT : 25 000 € N° 276289

Renault Kerax 370 DCI

Renault 133.54 Tractfor

Prix HT : 10 000 € N° 277495

Case IH 845XL Prix HT : 8 500 € N° 277108

Renault 9514 Prix HT : 10 000 € N° 276623

Hesston 4800 Prix HT : 10 000 € N° 276634

Hesston 4900 Prix HT : 18 000 € N° 276719

John Deere 864 Prix HT : 26 500 € N° 276312

Case IH 856 XL Prix HT : 9 500 € N° 277491

Fiatagri 70/90 DT Prix HT : 7 000 € N° 277410

Maupu qualimax Prix HT : 20 000€ N° 277114

Väderstad rapid 300 s

Merlo MF27.8 Prix HT : 37 000 € N° 275376

NH LM 5060 PLUS

Rolland TURBO 8 Prix HT : 5 000 € N° 277470

Komatsu 2.5T Prix HT : 20 000 € N° 276247

Lemken EUROPAL 8X

Serre traditionelle Prix HT : 5 400 € N° 277496

Pellenc kit taille rase TL

Goodyear 28.1.26

Prix HT : 11 500 € N° 277102

Prix HT : 28 000 € N° 276332

Prix HT : 1 200 € N° 276296

Prix HT : 43 000 € N° 276249

Prix HT : 29 000 € N° 275392

Prix HT : 1 050 € N° 276447

Mc Cormick MC 115 2003 - 115h - 32 000 € HT N ° 241688 GAUTIER

Terre-net Média : Terre-net.fr - Web-agri.fr - Terre-net-Occasions.fr I Mars 2013

49


ARGUS

La Votre cotehorizon tracteur

Fiche occasion, John Deere 6930 Premium Marque : John Deere Modèle : 6930 Premium Puissance annoncée (ch) : 155 - 97/68 EC Moteur : 6 cylindres PowerTech - Stage IIIa (Tier 3) Cylindrée (l) : 6,79 Boîte de vitesses : semi-Powershift PowerQuad Plus (20 AV/AR, rampantes en option) ou AutoQuad Plus (option) ou AutoPowr (option) Couple maxi (N.m) : 700 à 1.500 tr/min Effort de relevage annoncé (t) : 8,4 PV 4RM (t) : 5,88 © John Deere

Un best-seller de la fin des années 2000

Avis utilisateurs et réseau de distribution

e 6930 Premium (P), modèle le plus puissant de la série 6030 P, est arrivé sur le marché en 2006 succédant au 6920, dont il est très proche esthétiquement. Beaucoup de points ont été améliorés, en particulier la finition en cabine. Une innovation à noter : l’arrivée du CommandCenter sur l’accoudoir CommandArm. Le moteur 6 cylindres maison, avec turbo à géométrie variable Le John Deere 6930 "standard". et quatre soupapes par cylindre, peut être associé à la transmission semi-Powershift PowerQuad Plus ou, en option, à l’AutoQuad Plus (passage automatique des rapports sous charge) ou à l’AutoPowr (variation continue).

© John Deere

L

Si la version "Premium" représente la très large majorité des ventes de 6030 en France, ce tracteur est également disponible en version "standard", aux tarifs plus attractifs, mais dépourvue de transmission à variation continue et de cabine suspendue. Depuis 2011, le 6930 P est remplacé par le 6150R, aux courbes plus racées et proposant la nouvelle transmission Direct Drive. Unités commercialisées en France entre 2007 et 2012 : 3.100. Options les plus vendues : climatisation, cabine suspendue, siège pneumatique, vitesses rampantes. Rappels recensés : reconditionnement sur joint de culasse de certains 6930 Premium. Matthieu Freulon

+ -

Moteur nerveux et relativement sobre. Tracteur confortable avec cabine silencieuse. Facilité de prise en main et d’utilisation. Modèle polyvalent et maniable. Beaucoup d’options (veiller au niveau d’équipement dans les annonces). Cabine peu spacieuse. Joint de culasse et turbo à surveiller. Tracteur plutôt léger (sans lestage).

Notation Fiabilité : Finition : Budget : Cote à la revente :

Cote moyenne des John Deere 6930 Premium 54.000 €

52.000 €

50.000 €

48.000 €

46.000 €

2008

2007

2006

(années)

Cote établie pour un tracteur en équipement standard et sur une utilisation moyenne annuelle de 500 h.

Sélection d’annonces : retrouvez les annonces de ce modèle sur Terre-net-Occasions.fr

Pour accéder aux détails de ces annonces, utilisez le numéro de référence (ex : N°200198)

N° 248545

John Deere 6930 Premium 2009 - 155 ch - 4.620 h Prix HT : 50.000 €.

50

N° 260634

John Deere 6930 Premium 2006 - 155 ch - 5.500 h Prix HT : 43.000 €.

Terre-net Magazine I Mars 2013

N° 255917

John Deere 6930 Premium 2012 - 155 ch - 325 h Prix HT : 70.000 €.

N° 263411

John Deere 6930 Premium 2008 - 155 ch - 6.348 h Prix HT : 60.523 €.


Indication au sujet de la couleur du logo. Paramétres couleurs : Europe Prépress Défaults. Font logo = HELVETICA BLACK Vert Agrilead = Pantone 348 C. RVB = 1 / 106 / 58 Hexa = #016A3A

TRÉMIE AVANT

Double Distribution (semences + engrais)


Crédit photo : Christian Watier - Studio Collet -

CE EFFICAUTES O SUR T UCHES LES SO

AVEC ChErokEE, SUPPrIMEZ LE rISQUE SEPTorIoSE D’UN SIMPLE GESTE. Cherokee® est la solution prête à l’emploi qui associe deux triazoles au chlorothalonil pour une lutte efficace contre toutes les souches de septoriose.

Syngenta Agro S.A.S. 1 avenue des Prés - CS 10537 - 78286 Guyancourt Cedex. Tél. : 01 39 42 20 00 - Fax : 01 39 42 20 10. Capital social : 22 543 902,80 euros - SIREN 433 886 934 RCS Versailles - 433 886 934 RSAC Versailles - Identification TVA FR 63 433 886 934. Agrément IF01749 : distribution de produits phytopharmaceutiques à des utilisateurs professionnels.

CHEROKEE ® - AMM 2110177 - Composition : 375 g/l chlorothalonil* + 50 g/l cyproconazole* + 62,5 g/l propiconazole* - Xn Nocif, N Dangereux pour l’environnement - R20 Nocif par inhalation. R36 Irritant pour les yeux. R37 Irritant pour les voies respiratoires. R40 Effet cancérogène suspecté - preuves insuffisantes. R43 Peut entraîner une sensibilisation par contact avec la peau. R50/53 Très toxique pour les organismes aquatiques, peut entraîner des effets néfastes à long terme pour l’environnement aquatique. Porter des gants, un vêtement de protection et un appareil de protection des yeux et du visage pendant toutes les phases de mélange/chargement et de traitement. S2/13 Conserver hors de la portée des enfants, à l’écart des aliments et boissons y compris ceux pour animaux. S20/21 Ne pas manger, ne pas boire et ne pas fumer pendant l’utilisation. S61 Éviter le rejet dans l’environnement. Consulter les instructions spéciales/la fiche de données de sécurité. Sp1 Ne pas polluer l’eau avec le produit ou son emballage. SPe1 Pour protéger les eaux souterraines, ne pas appliquer la préparation CHEROKEE ou toute autre préparation contenant du chlorothalonil à une dose annuelle supérieure à 750 g/ha dans le cas d’une application unique. SPe1 Pour protéger les eaux souterraines, dans le cas d’applications multiples, ne pas appliquer à une dose annuelle totale supérieure à 1 250 g/ha, sans dépasser 500 g/ha pour une application aux stades BBCH 31-39 et 750 g/ha pour une application à partir du stade BBCH 39. SPe3 Pour protéger les arthropodes non-cibles, respecter une zone non traitée de 5 mètres par rapport à la zone non cultivée adjacente. Spe3 Pour protéger les organismes aquatiques, respecter une zone non traitée de 5 mètres par rapport aux points d’eau. ® Marque enregistrée et * substance active d’une société du groupe Syngenta. Pour les usages autorisés, doses, conditions et restrictions d’emploi : se référer à l’étiquette du produit ou www.syngenta.fr

Terre-net Magazine n°24  

Conditions de pulvérisation, produits laitiers, Essai du Kangoo ZE, Groenland ; le nouvel eldorado agricole

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you