Issuu on Google+

Filière du riz au Bénin

© Layla Aerts

Analyse des moyens d’existence et analyse de la filière

Rizculteurs dans le département des Collines

VECO West Africa

Décembre 2008


1. Analyse des moyens d’existence durable dans la filière banane chez les rizculteurs/trices dans le département des Collines, Bénin Elément de SLA

Informations spécifiques

Méthodes/Outils

CONTEXTE DE VULNERABILITE Tendances

Tendances de la population: le Département des Collines a une population qui s'élève à 535 923 habitants en 2002 (RPGH, Données secondaires 2002) et couvre une superficie de 13 931 km² (DED, 2001) soit une densité moyenne de 38 habitants au km². on enregistre Informations clés Groupe de discussions 51,2% pour le sexe féminin contre 48,8% pour la population masculine Tendances des ressources y compris les situations de conflits Ressources naturelles: La zone abrite quelques forêts classées, fortement menacées par les actions anthropiques. Les forêts domaniales couvrent 129690 ha mais sont dans un état de dégradation avancée. Ressources en eaux: L'alimentation en eau potable des ménages est assurée par : - le réseau d’adduction d'eau de la SBEE pour 20,5 %, - les pompes villageoises pour 47,6 %, - les puits et citernes pour 18,8 % et les rivières, marigots, mares et autres pour 13,2%.L'approvisionnement en eau de boisson pose encore beaucoup de problèmes. Ressources physiques: Infrastructures sanitaires, de 38 maternités, 4 Centres de Santé de la Commune, 33 Centres de Santé d'Arrondissement et 82 dispensaires pour les 297 villages (MSP, 2005). On dénombre sur le plan de l'éducation, 145 écoles primaires publiques, 21 collèges à 1er cycle et 5 à 2ème cycle (MEPS, 2004). L'industrie encore, très modeste repose essentiellement sur l’égrenage du coton, principal produit d'exportation. Les services sociaux de base que sont : la santé, l'éducation, l'alphabétisation, l'eau potable, les réseaux électrique et téléphonique, les infrastructures de transport et de télécommunication demeurent caractérisés par de faibles niveaux de couverture des besoins des populations du département Ressources économiques: L'économie du département des Collines repose essentiellement sur l'agriculture avec environ 46 % d'actifs agricoles. Actuellement 449 827 ha de terres sont cultivés annuellement, soit 32,45 % de la superficie du département. Les différentes activités des populations du département des Collines se résument essentiellement à l'agriculture (68%) suivi du commerce (15%). Le niveau d'industrialisation est encore très modeste. Le secteur économique regroupe l'agriculture, l'élevage, la pêche, la pisciculture, le commerce, les mines, l'industrie, l'artisanat, les ressources naturelles et le tourisme. Les principales cultures pratiquées sont: maïs, riz, arachide, manioc, niébé, sorgho, anacardier

2


Impacts/ Chocs

Tendances économiques nationale/internationale : Les prix à la consommation ont doublé par rapport à l’année dernière. La demande nationale d’importation reste ferme. En 2009, les importations pourraient atteindre 550 000 tonnes dont 110 000 destinées à la consommation nationale. Le programme d’urgence d’appui à la sécurité alimentaire est l’une des nombreuses initiatives du gouvernement pour faire face à la hausse des prix des produits alimentaires d’origine agricole. Ceci vise à accroître de façon considérable et ceci à brève échéance la production des denrées de premières nécessité que sont le riz et le maïs. Au Bénin, les missions chinoise et japonaise veulent renforcer la culture du riz sur l’étendue du territoire national Au niveau mondial, les stocks de riz sont à leur niveau les plus bas depuis 1970. Selon de récentes estimations de la FAO, la production mondiale 2007/2008 devrait progresser de 1% à 648MT (soit 426 MT en équivalent blanchi) Un plan d’action riz 2008-2010 a été élaboré pour relancer la filière selon l’approche value link. Politique et Gouvernance : On assiste au Bénin, à un renforcement de la démocratie marqué par des élections présidentes libres et transparentes ayant débouché sur une alternance au sommet de l’Etat et par des élections législatives apaisées. Au Togo, les résultats des élections présidentielles ont été contestés. Le Niger a connu une épreuve politique sans conséquence pour le fonctionnement des institutions. Le Burkina reste la plaque tournante de la diplomatie au niveau de la sous-région. Tendance en technologie: Plus de 76% des pratiques culturales reposent sur les outils rudimentaires. Pour renverser cette tendance, un nouveau processus de mécanisation est enclenché depuis bientôt un an. Elle consiste à la réalisation d’un état des lieux de l’usage matériels agricoles. Dans ce second temps, l’acquisition des matériels agricoles. Cette démarche d’acquisition met un accent particulier sur la promotion des équipements made in Bénin. Pour le cas spécifique du riz, on peut dénoncer une faible mécanisation des maillons production et transformation. Des efforts de transformation du riz paddy en riz blanc et en riz étuvé au niveau local, sont en cours. La qualité du riz décortiqué n'est pas assez bonne en raison de la faible mécanisation. a vu le jour : le riz NERICA sigle anglais qui veut dire New Rice For Africa Données secondaires Sur la santé humaine: la proximité des champs de coton caractérisés par l'utilisation d'intrants chimiques et les pratiques Informations clés culturales favorisant le déboisement constituent une menace. Groupe de discussions Catastrophes naturelles: L'inondation des champs de riz par les eaux de pluies entraîne la baisse de la production du riz dans les collines. Crises économiques: En 2008, il y a eu une flambée des prix des denrées de première nécessité avec un taux d'inflation de 15,2%. Conflits: la transhumance des bœufs crée des conflits entre éleveurs et agriculteurs Dégâts sur Production / Santé animale: les dégâts causés par les oiseaux granivores sont fréquentes

3


Sur la production: la production du riz se fait une fois par an. Sur la disponibilité alimentaire: De Fin octobre à décembre, la récolte du riz se fait dans les Collines. La disponibilité du riz varie entre 4 et 6 mois après la récolte Sur les prix : A la récolte le prix du riz paddy est à son niveau le plus bas soit 100F entre Décembre et janvier puis progressivement monte pour atteindre le pic entre juillet et septembre (250F) Saisonnalité

Données secondaires Informations clés Groupe de discussions Tableau chronologique Diagrammes saisonniers

Sur la santé: le paludisme affecte surtout les populations pendant la saison pluvieuse qui va d'avril à juillet. Sur l'emploi (opportunités) : les ouvriers agricoles sont utilisés pour les travaux de labour (essouchage, sarclage). L'étuvage du riz par les femmes, les prestations offertes par les promoteurs de décortiqueuses. Entre Mai et juillet, la main d’œuvre agricole est rare et plus chère car la période coïncide avec le calendrier agricole du coton, qui fait l’objet de plus d’attention que le riz, étant une culture de rente. L’étuvage est intense entre Décembre (à la récolte) et juin (début d la nouvelle campagne). Mais cette activité qui peut se faire toute l’activité pour peu qu’il y est du riz paddy.

4


MOYENS D'EXISTENCE Données secondaires Situation de la sécurité alimentaire: D'octobre à mars, très peu de ménages disposent de réserves alimentaires suffisantes Informations clés dans toutes les communes. Cette période est un moment critique en matière de sécurité alimentaire et correspond au temps Méthodes participatives Echantillon d'enquête de soudure. L'insécurité alimentaire pendant cette période est plus poussée à Savè où pas un seul ménage ne dispose de plus 50% de réserves alimentaires nécessaires pour la survie. En général, le maïs, l'igname et le manioc sont les vivres les plus consommés sous toutes leurs formes et presque sur toute l'année surtout en concerne le maïs. Le riz n'est pas encore suffisamment intégré aux habitudes alimentaires. Taux net de scolarisation primaire (taux d'inscription et taux d'achèvement du cycle primaire): la situation de scolarisation/déscolarisation des enfants n'est pas reluisante malgré les efforts entrepris par le gouvernement pour la gratuité de l'enseignement primaires. Le taux net de scolarisation primaire avoisine 50%. 50% des enfants inscrits au primaire n'achèvent le cycle d'enseignement. Il ressort de l'analyse des données portant sur la scolarisation dans le département des collines que, le taux de scolarisation est nettement plus élevé chez les garçons que chez les filles avec un écart de près de 24% entre les moyennes. Cette tendance se vérifie dans toutes les communes. Cependant, il faut noter que Savè qui a un taux net de scolarisation masculine nettement inférieur à ceux des communes de Savalou et de Glazoué a, paradoxalement, un taux féminin de scolarisation nettement supérieur à celui de Savalou (taux masculin le plus élevé) et légèrement supérieur a celui de Glazoué. Taux d'alphabétisation: Il est de 29,9 % dans le département des Collines Taux de malnutrition infanto juvénile: il est de 29% au Bénin

Capital humain

Disponibilité de la force de travail/actifs agricoles (familiale, main d'œuvre): la main d'œuvre agricole est insuffisante en raison des migrations des actifs agricoles vers les grands centres urbains (Parakou, Bohicon Cotonou). Accès aux services de santé et leur qualité: infrastructures sanitaires, de 38 maternités, 4 Centres de Santé de la Commune, 33 Centres de Santé d'Arrondissement et 82 dispensaires pour les 297 villages (MSP, 2005). Le principal problème est la non disponibilité de personnel qualifié et de matériels de travail dans ces hôpitaux Accès aux écoles et leur qualité: On dénombre sur le plan de l'éducation, 145 écoles primaires publiques, 21 collèges à 1er cycle et 5 à 2ème cycle (MEPS, 2004). la politique de gratuité de l'enseignement primaire et le projet de construction de 6000 classes initiée par le gouvernement les populations ont plus accès aux écoles primaires. la qualité de l'enseignement est entrain d'être améliorée à travers des formations des enseignants

5


Propriétés privées/biens dont sont propriétaires les privés

Capital social

Capital/Ressource s naturelles

Accès/contrôle à la terre (privé, rente): Dans toutes les communes du Département des Collines, la majorité des terres sont issues d'héritage partagé. Ensuite viennent les modes d'accès au foncier par «achat» et par «héritage non partagé». Quant à la location, elle est pratiquée par peu de ménages dans les communes de Savè, de Ouèssè et de Savalou. Concernant l'emprunt gratuit, il est encore plus faiblement pratiqué et limité aux communes de Savè et de Savalou. Au niveau département seulement 12 à 38 % des terres sont occupées par les femmes. Superficie occupée par les arbres en ha (vergers, plantations de bois): 130 000 ha dans le département des Collines

Taille cheptel (bovins, ovins/caprins, volaille, ………..): Bovin: 71 en moyenne, Ovins:50 têtes, Volaille: 447, Caprin: 102 (dans les Collines) Qualité et gestion Fertilité du sol: les terres sont relativement encore fertiles. Dans le département, on note encore une disponibilité des terres avec cependant une forte tendance à la réduction dans les localités de Dassa, Savalou et Savè à cause des collines. L'agriculture itinérante sur brûlis est la pratique originelle dans les localités de Ouèssè et Savè et fait aujourd'hui place à un système de culture basé sur l'alternance jachère-cultures. Dans les localités de Dassa et de Glazoué, la nature et l'importance des collines et la pression démographique limitent quelque peu cette pratique. Le système d'enfouissement des herbes lors du billonnage est très répandu dans certaines localités (Savè, Dassa, Glazoué et Ouèssè) et constitue un apport en matière organique non négligeable. Biodiversité

Informations clés Groupes de discussions Méthodes participatives Echantillon d'enquête Cartes de ressources

Diversification de la production: la production agricole est très diversifiée dans le département des Collines. L'agriculture est pratiquée avec les spéculations suivantes : maïs, arachide, manioc, riz, niébé, sorgho, anacardier, voandzou, coton, soja. Certaines communes sont spécialisées dans l'élevage (caprins, bovins) et la pêche. La sylviculture est pratiquée par des exploitants agricoles. Variétés (pour la stratégie chaîne de production): La culture du riz a pris ces dernière années, un essor important. Les variétés surtout cultivées sont: Beris 21; SIC 131; DJ 11 307; IR 841; Nerica et Tox long

Facteurs qui améliorent le revenu (équipements agricoles) : La production et la transformation du riz ne sont pas encore mécanisée. Les techniques utilisées sont rudimentaires.

6


Moyens de transports propres (bicyclettes, motos): 30 % des producteurs hommes disposent de moto contre 5% de femmes. 57% de ces producteurs (hommes et femmes) ont chacun une bicyclette. Qualité de l'habitation/maison (mur, plafond, plancher, taille): Peu de ménages vivent dans des bâtiments construit en dur. Sur l'ensemble des 6 communes du Département, une forte proportion de ménages vit en banco simple. Le record en la matière est détenu par Dassa Zoumè (96%), suivi de Savè, Savalou et Ouèssè. La proportion de ceux qui vivent en banco amélioré ou en matière végétale est faible dans toutes les communes. Accès aux services tels que l'électricité, l'eau, irrigation,… Faible accès à l'électricité (taux d’électrification de l'ordre de 5%. Les sources d'approvisionnement en eau sont les suivantes:Forage ou Adduction d'eau villageoise (82%); puits communautaire (35%); Puits et citerne personnels (9%); Eau de mare/rivière (32%); Eau de sources aménagées (9%)

Capital physique

Groupe de discussions Echantillon d'enquête Données secondaires 4.10

Accès aux infrastructures de transport (routes, piste): En dehors des principales voies d'accès aux chefs lieux des différentes communes du département des Collines, le réseau routier est défaillant et ne favorise pas l'évacuation des produits agricoles et les transactions commerciales. Accès à l'information, communication, radio, téléphone, Internet: environ 50% des populations ont accès aux informations notamment à travers les radio locales. les taux d’accessibilité des populations aux types d'information sont les suivantes: offre (25%); Demande (28%); techniques de production (48%); prix des produits (48%) et les autres acteurs (17%). Seulement 20% des populations ont accès à la télévision. On note par ailleurs une faible couverture par les réseaux GSM. : Accès et utilisation de:

Capital financier

Epargne (en espèces ou valeur monétaire des épargnes en nature): Les femmes et les hommes épargnent de 0 à 20 % de leurs revenus, le plus souvent par le biais des tontines informelles. Les hommes épargnent bien davantage que les femmes et dominent les montants moyens de dépôts. L'accès relatif des femmes aux services formels d'épargne et de crédit est plus limité Crédits (% de bénéficiaires, partenaires financiers, produits, conditions): Environ 15% des actifs agricoles sollicitent des crédits auprès des Institutions de microfinance. L'accès relatif des femmes aux services formels d'épargne et de crédit est plus limité. Les partenaires financiers sont: CLCAM, PADME, PAPME, CREP, BRS. Les produits des partenaires financiers sont orientés pour les femmes vers les crédits de fonds de roulement à court et moyen terme et pour les hommes sur les ressources productives nécessaires au développement de leurs activités. les taux d'intérêt pratiqués sont assez élevés et varient entre 15 et 18% selon les partenaires financiers. Cette situation n'est très attrayante et avantageuse pour les bénéficiaires. Les conditions d'accès au crédit varient selon les partenaires financiers (garantie physique, caution d'un avaliseur, domiciliation de l'épargne) Assurance et autres mesures de protection sociale. En dehors des groupes d'entraide et de tontines, il n'existe pas de systèmes formels pour l'assurance et la protection sociale

Informations clés Groupe de discussions Echantillon d'enquête

7


Flux financiers:

Revenus /argents (saisonniers?) général et pour la chaîne (filière): Le revenu annuel moyen est de 123.586 F.CFA Fonds/argent alloués aux activités économiques et aux activités non économiques (alimentation, école, santé, autres): Moyenne fonds alloués aux activités non économiques par an (hommes :103227 F.CFA ; femmes:67354 F.CFA) Est-ce le revenu issu de la filière X est utilisé pour un but particulier? Le revenu est utilisé pour plusieurs besoins: Achat d'équipements de production, équipements ménagers, santé, scolarisation, habillement, dépenses socioculturelles, etc. Quel accès/contrôle les femmes ont elle du revenu issu de la filière? les femmes chefs de ménages ont plus l'accès/contrôle de leurs revenus que les femmes sous tutelle. Relations sociales et processus: Comment relater les groupes de chaîne/maillon de producteurs à autres groupes sociaux? A travers des visites d'échanges, cadre de concertation impliquant plusieurs acteurs. Quel est le statut des organisations de producteurs dans la société traditionnelle? OP sont des associations de type coopératif

Politiques, institutions et procédures

Les

Quels sont les producteurs qui sont exclus des organisations paysannes? Ceux qu Données secondaires Informations clés ne respectent les règles liées au fonctionnement des organisations, ceux qu ne payent pas régulièrement les cotisations Groupes de discussions annuelles, ceux qui commettent des malversations financières. Comment les femmes sont elle représentées dans les OP et comment participent elles au processus de prise de décision? Les femmes sont très peu représentées dans les organes de décision. Elles occupent environ 1/3 des postes (trésorière, organisatrice). Bien qu'occupant ces postes, elles n'arrivent pas à véritablement influencer les prises de décisions. Elles sont souvent analphabètes et influencer par les pesanteurs socioculturelles. Est-ce que les rôles/ tâches sont différenciés selon femmes/homme dans la chaîne de production ? Les hommes et les femmes sont actifs dans la production du riz; les femmes sont plus présentes dans la transformation et la commercialisation Quelle est la situation de pauvreté des femmes/hommes dans la filière? Les niveaux de revenus nets placent les communes de Savè, Ouèssè et Savalou en tête, suivies de Dassa Zoumè Glazoué et Bantè. Ces revenus se situent entre 67 896 FCFA et 210 237 FCFA.

8


Analyse politique et les processus politiques:

Est-ce que les producteurs locaux, acteurs de la filière sont représentés dans la formulation des politiques? En raison de leur faible organisation, les producteurs ne participent pas à la formulation des politiques. Les leaders qui les représentent souvent ne sont pas légitimes à la base. Quels sont les acteurs ayant la plus grande influence sur les orientations politiques dans la filière? UNIRIZ-C (Union des Riziculteurs du Centre), CCRB (Conseil de Concertation des Riziculteurs du Bénin), FUPRO (Fédération des Unions de Producteurs) Institutions (règles, normes et valeurs qui définissent notre comportement, les règles du jeu) Sur le plan formel: lois qui gouvernent le foncier, les transactions commerciales ou les droits civiques (droits de propriété, droit de travail, dispositifs fiscaux tels que les taxes et les impôts, les règles du commerce internationales,…): Le Code sur le foncier rural adoptée en 2007 par le parlement, le régime portant sur le transactions commerciales (importation et exportation), le code des investissements, le code du travail, le code portant sur les taxes et les impôts

Sur le plan informel: Coutumes et conventions sociales en lien avec les transactions commerciales, relations entre fournisseur - client,…. Il existe un système de gage lié à l'accès à la terre selon lequel le propriétaire terrien est rémunéré en nature par des produits de récolte. Les conflits sont gérés grâce à l'implication des chefferies traditionnelles. Les contrats commerciaux sont le plus souvent basés sur la confiance. Revenu du portefeuille (évolution) (selon le genre) Le revenu net monétaire moyen dans le département des Collines est de 137.146 FCFA (Rapport étude de base riz dans les Collines en 2006). La différence sexo- spécifique en fonction des revenus nets moyens est en faveur des hommes avec un écart allant du double au triple. Le montant moyen des recettes obtenu chez les hommes est de 205.952 F.CFA contre 68.340 F.CFA pour les femmes. Paiement/règlement (mode): les modes de paiement/règlement pratiqués sont en espèce et en nature (entraide, produits agricoles)

9


Salaires non agricoles: Pendant la saison sèche, plusieurs activités non agricoles occupent les populations Pour les hommes : conduite de taxi moto, intermédiaires pour la vente de parcelles et de motos, construction de maisons. Pour les femmes : petit commerce et concassage de pierres. Les revenus issus de ces activités sont substantiels. Salaires agricoles: Le salaire mensuel pour un hectare de riz est de 19.000 FCFA (enquêtes terrain) le salaire mensuel pour un hectare de manioc : 5375 le salaire mensuel pour un hectare de maïs : 22000 le salaire mensuel pour un hectare d’arachide : 17500 le salaire mensuel pour un hectare d’igname : 15800 (source : enquête terrain) Activités relatives à la production agricole (végétale) : préparation du sol, semis et fumure, entretien (sarclage), chasse aux oiseaux, récolte, stockage, transformation

Stratégies de gestion des moyens d'existence

Groupe de discussion de préférence par catégories socioprofessionnelles Echantillon d'enquête

Activités liées à la Filière sélectionnées (% du total) Le riz occupe la 3ième place des cultures et occupe 28% de la main d’œuvre agricole (rapport campagne 2007-2008 du CeRPA). 3018 ha pour le riz et 15253 soit 20% de la superficie totale (enquête UNIRIZ 2007) Activités d'élevage : Construction d'enclos, préparation de provende, soins vétérinaires, alimentation, vente des produits de l'élevage, entretien du cheptel Activités de transaction/commerciales: petit commerce (produits divers), commercialisation de produits agricoles, intermédiaires pour des transactions commerciales Activités d'affaires: démarcheur pour achat et vente de terre, achat de motos et autres Durabilités des stratégies de gestion des moyens d'existence Quelle la proportion de la production propre qui satisfait aux besoins alimentaires du ménage (% de l'autoconsommation) et quelle est la proportion visée? Environ 48% (enquête de terrain); la proportion visée est de 15% (Augmentation de la production, l’auto consommation est sécurisée, surplus important pour la commercialisation) Quels sont les effets des activités de la filière riz sur l'environnement/énergie et la gestion de l'eau? Destruction des arbres, utilisation de bois de feu pour l'étuvage (transformation) Monoculture avec une diminution des jachères Mauvaise gestion des résidus de récoltes (on exporte du sol tout, même ce qui n’est pas utile pour l’homme) Pratique du système de brûlis (on tue la vie au niveau du sol en brisant le cycle des micros organismes)

10


Informations clés Groupes de discussions

Quels sont les groupes qui sont par structuration exclus de la filière riz? Les transporteurs, les commerçants et les consommateurs Les producteurs de la filière riz sont ils exclus de certaines stratégies? Formulation des politiques, négociations commerciales, fixation du prix L'état actuel peut il être considéré comme situation de référence intéressante pour l'évaluation dans 3 et 6 ans: Oui Etat d'autonomie et de bien - être psychologique : niveau d'organisation des producteurs est très faible et limite leurs capacités à se prendre en charge. Le bien-être psychologique est affecté par la pauvreté

Le

Degré d'accessibilité aux services, marchés,gouvernance des institutions et information: Accès aux services (pistes rurales, eau, électricité, santé): faible Marchés: Existence de marchés locaux dans les toutes les communes Gouvernance des institutions: décentralisation du pouvoir au niveau local - gestion des territoires par les élus locaux (conseillers communaux, conseillers de village) Information: existence de radio locales très écoutées par les populations (radio Tchetti, radio Lèma, radio les collines) Etre capable et disposer de pouvoir pour influencer les décisions et réduire l'exploitation: Faible capacité technique des membres des OP en leadership- Faible participation des OP aux prises de décision

Impacts sur les moyens d'existence

Groupe de discussion par classes socioprofessionnelles Impact de la participation Gestion Accroître et / ou la sécurité des revenus: les revenus monétaires nets sont en général et varient de 67 000 F à 210 000F Histoire de vie lors des enquêtes

Améliorer la sécurité alimentaire: D’octobre à mars, très peu de ménages disposent de réserves alimentaires suffisantes dans toutes les communes. Accessibilité: prix de vente du riz local élevé par rapport au riz importé Disponibilité: le riz n'est disponible que sur 3 mois dans l'année Stabilité: variabilité du prix du riz selon la période

Alphabétisation et accès à l'éducation: Alphabétisation: le taux d'alphabétisation des adultes (15 ans et +) est de 22,9%) Accès à l'éducation: le taux de scolarisation varie entre 74 et 98% chez les garçons. Il varie entre 60 et 80% chez les filles, soit un écart de 24%

11


Vulnérabilité réduite: La proportion de ménages pauvres et plus pauvres est de 45,8%. L'indice de pauvreté humaine est de 55,1%

Etat nutritionnel, santé, accès aux soins de santé efficaces et abordables: Le taux de malnutrition dans le département des collines avoisine 18% Les infrastructures sanitaires sont composées de 38 maternités, 4 Centres de Santé de la Commune et 33 Centres de Santé d'Arrondissement et 82 dispensaires pour les 297 villages (MSP, 2005). Le principal problème est la non disponibilité de personnel qualifié et de matériels de travail dans ces hôpitaux. Intégration sociale, diversité culturelle Plusieurs ethnies vivent sur le territoire des collines : mahi, idatcha, tchabè, ifè. Ces groupes ethniques s’adonnent à l’agriculture, au petit commerce. Chaque groupe possède us et coutumes qui pour la plupart du temps n’influence pas négativement sur ceux des autres. Aucune religion n’est liée à aucun groupe ethnique. Les religion rencontrées sont : la religion traditionnelle, l’islam et le christianisme. La fête de l’igname, est un moment d’intégration culturel qui réunit presque tous les groupes socio culturels et tend à avoir un caractère national Réduction de la pauvreté (femmes) Indice de pauvreté 35,3% (INSAE, 2003: Ménages, conditions d’habitations et pauvreté au Bénin)

12


2. Analyse de la filière du riz dans le département des Collines Diagramme de la filière Logique filière & degré de relations

Dessin d’une filière. Schéma indiquant les liens entre les acteurs de la filière, BDS, environnement, indiquant la valeur du produits après chaque maillon de la filière Voir schémas en annexe (1 et 2)

Schéma de la filière Informations clé Données secondaires Groupe de discussions

Valeur du produit après chaque maillon, répartition des bénéfices au niveau de chaque acteur (%, basé sur la rentabilité de chaque maillon)

13


Potentialités environnemental es

Affaire Services de Développement

Evaluation du risque relatif à chaque maillon Production : aléas climatiques, ravageurs, dons et importations du riz Transformation : produits de mauvaise qualité, problèmes d’énergie Commercialisation : produits de mauvaise qualité, dons et importations du riz Consommateur : Qualité du produit - Santé Informations clés Décrire l'environnement dans lequel se situe la filière (règles, réglementations, lois, normes, institutions…..) Données secondaires L’environnement est peu règlementé caractérisé par des dons et importations massifs de riz. Au plan national, quelques faits marquants concourent à la création d’un environnement favorable au développement de la culture du riz au Bénin. En effet, depuis ces dix dernières années, le Bénin a définit des orientations et des stratégies de son développement en général, et du développement du secteur agricole en particulier (LPDR, DPDR, SDDAR, PSO, DSRP). Au nombre des multiples dispositions prises où à prendre, figurent : • La diversification des productions agricoles comme une priorité ; • La promotion de la production céréalière pour assurer d’une part la sécurité alimentaire, et pour participer activement aux échanges sous-régionaux (espace UEMOA, CEDEAO, UA, etc.) ; • L’attention soutenue accordée au secteur privé, et aux opérateurs économiques ; • Le désengagement de l’Etat de certaines fonctions ; • La professionnalisation des organisations paysannes ; • Le développement des filières agricoles en général, et de la filière du riz en particulier, s’inscrit bien dans ce contexte de développement. Ainsi, l’Etat a élaboré une politique de diversification agricole avec le riz comme une filière porteuse. On observe l’émergence d’organisation de producteurs de riz et des faîtières au niveau national (CCRB, UNIRIZ, URIZOP, CRR). En ce qui concerne le foncier, l’objectif reste d’adapter le droit traditionnel aux contraintes moderne en utilisant son dynamisme et son adaptabilité. Cette adaptation devrait garantir la sécurisation des terres agricoles par son exploitant L’accès plus juste des femmes à la terre, l’arrêt de la spéculation sur la terre lorsque celle-ci se traduit par son inutilisation, et de façon générale une utilisation plus intensive et plus respectueuse de l’environnement. Quelle est la qualité des services? La qualité des services est en général faible Groupe de discussions Quels éléments sont les goulots d'étranglement et handicapent le développement futur de la filière? Informations clés Approvisionnement en intrants - Difficulté d’accès aux intrants spécifiques - Faibles disponibilité de semences améliorées de bonne qualité - Achat de semences tout venant par les producteurs - Coût élevé des semences améliorées produit par la recherche

14


Production - non maîtrise de l’eau - manque d’équipements appropriés - manque d’encadrements techniques - non maîtrise des opérations post-récoltes - manque de financement pour la production - Problèmes fonciers - Problème d’accès aux semences commerciales de bonne qualité Transformation - Insuffisance d’équipements performants pour le décorticage - Faible maîtrise du processus technologique du riz blanc et étuvé par les transformateurs et machinistes - Insuffisance de financement pour les formations en transformation et en marketing - Insuffisance de formations sur les préalables en HACCP, la qualité et la traçabilité des produits - Manque de complexes de transformation du riz ; - Insuffisance d’unités de fabrication d’emballage. Commercialisation - Inexistence de systèmes d’information sur la fluctuation des prix du riz sur les marchés ; - Insuffisance d’organisation de la commercialisation collective du riz ; - Absence de professionnalisme en partenariat d’affaires ; - Influence du riz importé sur le riz local ; - Qualité du riz local non compétitive ; - Perturbations des marchés par les dons du riz ; - Le riz local n’est pas disponible en permanence et en quantité suffisante sur les marchés ; Niveau organisationnel Faible niveau d’organisation des OP Faible niveau intellectuel ou d’alphabétisation des membres des OP Faible maîtrise des textes fondamentaux et de gestion collective par les membres des OP Manque d’un système d’auto financement des OP Insuffisance d’encadrement technique Quelles sont les obstacles actuels pour la participation/ l'implication des agriculteurs familiaux organisés dans la filière? - l’analphabétisme Goulots - difficultés d’accès aux NTIC d'étranglement/F - faible représentativité des producteurs dans les sphères décisionnelles - mauvaise gouvernance au sein des organisations de producteurs aiblesses &

15


Quels sont les éléments nécessaires pour la mise à niveau de la filière? - Le dialogue structuré entre les acteurs de la filière - La coopération entre secteur privé et le secteur public - Renforcement des liens d’affaires - Assainir le climat d’affaires - Environnement politique favorable Quels éléments/facteurs ou opportunités peut-on utiliser pour inclure les plus pauvres dans le développement de filières agricoles durable - Accès à la terre - Accès au crédit - Renforcement des capacités des petits producteurs - Mise en relation des petits producteurs avec les OP existant Nombre d'hectares de cultures de la filière (et % d'occupation de la culture principale en système de diversification) Le riz occupe 20% de la superficie totale des cultures

Production relative aux problèmes

Système de production: Chimique, faible intrants externes, organique, standards, normes/doses appliquées, certification…. Faible utilisation d’engrais chimiques (100Kg/ha) Faible utilisation de pesticides Utilisation de résidus de récolte pour fertiliser les terres

Groupe de discussions Echantillon d'enquête

16


Coûts de production: - Main d'œuvre salariée - Investissements - Coûts de transaction Coûts de production 260 000 F.CFA/ha Rendement à l'hectare (kg): 2500

Rentabilité (marge bénéficiaire brute - marge bénéficiaire net): Niveau Producteur Revenu brut d’exploitation : 38F/kg Revenu Net d’exploitation : 35 F/kg Marge bénéficiaire brut : 21 F/kg Marge bénéficiaire net : 16, 9 F/kg Niveau Transformateur Revenu brut d’exploitation : 88,4F/kg Revenu Net d’exploitation : 70 F/kg Marge bénéficiaire brut : 84,26F F/kg Marge bénéficiaire net : 67,41/kg

Volume vendu = 4257,5 (Riz paddy prévisions de 2008) Superficie emblavée : 3275 ha (2008) Autoconsommation : 48%

Valeur vendue : 532 187 500 F CFA Prix du riz paddy local (2008) : 125 F CFA

17


Annexe 1

18


Annexe 2

19


Rice chain in Collines, Benin: sustainable livelihood analysis and chain analysis