Page 1

> LA PREMIÈRE RUE 2018 PROGRAMME / GUIDE

Cité Radieuse Le Corbusier VAL DE Briey


CrÊdits photos : ŠVitale Design - couverture, pages 2 - 13, 22 - 23, 32 - 34, 44 - 45

2


> SOMMAIRE :

> INFORMATIONS PRATIQUES :

VISITES GUIDÉES ET ACCUEIL

pages : 4-5

> TOURISME : UNE CITÉ RADIEUSE LE CORBUSIER VAL DE BRIEY_GRANDE RÉGION

pages : 6-11

> LES EXPOSITIONS : À LA GALERIE BLANCHE

pages : 12-21

> SPECTACLES : À LA PREMIÈRE RUE

pages : 22-31

> OUVERTURES : VERS DE NOUVELLES RELATIONS COLLABORATIVES

pages : 32-43

© FONDATION LE CORBUSIER

3


> INFORMATIONS PRATIQUES : ACCUEIL ET VISITES GUIDÉES La Première Rue peut vous accueillir en accès libre ou bien vous accompagner lors d’une visite guidée.

le Corbusier à travers son histoire, sa façade, le couloir polychrome, appelé "rue" et l’appartement témoin conservé dans son état d’origine. Une immersion étonnante entre utopie et réalisme donnera à voir et à comprendre les clés essentielles à l'interprétation de cette architecture moderniste.

Accès libre : Du lundi au jeudi de 9h à 12h30 et de 14h à 17h30.

......................................................................................

Pour les week-ends, jours fériés et vacances scolaires, merci de bien vouloir nous contacter quinze jours à l'avance, ou consulter le calendrier 2018 des ouvertures du dimanche sur notre site. Visite guidée : Pour les groupes à partir de 10 personnes, possibilité de visites guidées également les week-ends et jours fériés, sur réservation préalable. Merci de bien vouloir nous contacter au moins 15 jours avant la date souhaitée. Durée de la visite guidée : prévoir entre 1h30 et 2h00. Tarif des visites guidées : - 5 euros par personne en visite individuelle. - tarifs préférentiels pour les groupes, se renseigner auprès de l’association.

Tél. : 03 82 20 28 55 lapremiererue@gmail.com

La visite, à dominante didactique est proposée sur réservation et s’adapte à tous les publics (groupes touristiques et scolaires, étudiants, particuliers...).

www.lapremiererue.fr

Lors du parcours l’Association vous propose une découverte de l’Unité d’Habitation conçue par l’architecte

4

Association La Première Rue 131, Cité Radieuse Le Corbusier 1, Av. Dr Pierre Giry 54150 Val de Briey, France


> INFORMATIONS PRATIQUES : ACCUEIL ET VISITES GUIDÉES

5


6


> TOURISME : UNE CITÉ RADIEUSE LE CORBUSIER VAL DE BRIEY_GRANDE RÉGION

7


> PATRIMOINE CORBUSÉEN : LES UNITÉS D’HABITATION

Le Corbusier (1887-1965) est, parmi les architectes du XXe siècle, le plus connu. Sa notoriété dépasse le cercle des spécialistes pour atteindre le grand public. Cette situation, rare pour un architecte, n’est pas uniquement française. Elle se vérifie au plan international. De la maison particulière (villa Savoye) à la grande cité moderne (Chandigarh), Le Corbusier a élaboré de très nombreux projets. Ses œuvres sont unanimement respectées comme des contributions décisives à l’architecture du XXe siècle. Les historiens de l’architecture ont vu dans "l’Unité d’Habitation" l’une des "hypothèses les plus intéressantes" de la période moderne. Elle est l’aboutissement d’un long travail théorique. Ses prémices remontent à 1922. Le Corbusier voulait créer alors des "cités jardins verticales", capables de répondre simultanément à l’aspiration à la maison individuelle (au contact de la nature) et aux avantages de l’immeuble collectif (au contact des équipements). Cette idée, perfectionnée durant les années trente, déboucha, en 1939, sur un projet de grand immeuble, avec "rues intérieures", appartements en "duplex", toit terrasse équipé et commerces intégrés. Cette proposition ne trouva sa concrétisation qu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, à Marseille, grâce à une commande exceptionnelle du Ministère de la Reconstruction. Mené durant cinq années, le chantier de Marseille s’acheva en 1952, sur une architecture à la plastique superbe. Après Marseille, quatre unités nouvelles seront construites : à Rezé (Nantes), à Berlin, à Briey et à Firminy. À travers ces

8

cinq réalisations (toutes différentes les unes des autres) Le Corbusier a donné forme à l’une des recherches les plus originales de l’architecture et de l’urbanisme du XXe siècle. Issues d’une approche complexe de la question du logement, ces cinq unités cristallisent les données économiques, sociales et culturelles de l’Europe d’après guerre. Le Corbusier y a mis en œuvre tous les moyens expérimentaux - théoriques, plastiques et techniques - dont on pouvait disposer dans les années 50. Réponses abstraites aux problèmes de l’habitat collectif de la ville moderne, elles offrent aussi, par la diversité des rapports qu’elles ont noués avec leur site particulier, une richesse expérimentale remarquable. Elles constituent, de ce fait, un authentique patrimoine. Nous possédons, en Meurtheet-Moselle, un immeuble important : l’un des cinq exemplaires construits par Le Corbusier sur ce thème de "l’Unité d’Habitation".


> PATRIMOINE CORBUSÉEN : LES UNITÉS D’HABITATION

9


> LA CITÉ RADIEUSE DE BRIEY :

Cette reconnaissance est également marquée par l’inscription à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques de certains éléments du bâtiment : les façades, la toiture, le hall, la Première Rue et l’appartement témoin.

BRIEY-EN-FORÊT

L’importance et la spécificité de l’Unité d’Habitation de Briey par rapport aux quatre autres existantes, viennent du fait qu’elle est la seule réalisée entièrement dans les crédits réglementés OPHLM des années 60.

......................................................................

Cependant, André Wogenscki, l’architecte et ingénieur qui a dirigé le chantier de construction, a mis un point d’honneur à ce que les principes pratiques et esthétiques du concept de "Cité Radieuse" de Le Corbusier ne soient pas altérés par les moyens modérés mis en œuvre.

Briey se trouve à une trentaine de kilomètres de Metz, une centaine de kilomètres de Nancy et à une cinquantaine de kilomètres de Luxembourg.

Cité Radieuse Le Corbusier

Longwy N43

D146

Hayange Thionville Longwy Luxembourg

Mance

La Malmaison Le Cube

D906

D346

Centre Hospitalier

Val de Briey 1 er

Plan d'Eau de la Sangsue Av. A

lbe rt

Construite entre 1959 et 1961, l’Unité d’Habitation de Briey-en-Forêt a traversé de graves difficultés. Dès 1966, la Cité Radieuse va être confrontée au départ des familles américaines (basées à Etain dans le cadre du traité de l’O.T.A.N), puis à la crise de la sidérurgie. A ceci s’ajouteront les problèmes financiers de gestion de l’immeuble, ce qui entraînera sa désaffection progressive, sa fermeture en 1983 et, pour finir, un projet de démolition.

Situation géographique :

N43

Sauvée à la fin des années 1980 grâce aux efforts de la municipalité de Briey et de l’État, elle est aujourd’hui entièrement habitée sous la forme d’une copropriété et a retrouvé tout son sens et son éclat. Le réaménagement des abords de la Cité Radieuse en 1999 conçu par l’architecte suisse Bruno Reichlin et l’agence VW Architectes à la demande de la ville de Briey, de même que la récente réfection de la façade (2007-2009) par le cabinet d’architectes Medrea, Ferauge & Iung Architectes, témoignent de ce souci de protection et de valorisation de cet élément phare du patrimoine architectural régional.

10

Longuyon

D346

D906

D137

N103 N43 D952a

Moutiers Homécourt Sainte-Marie-aux-Chênes Autoroute A4

N103

Conflans -Jarny Autoroute A4

Moutiers Auboué Sainte-Marie-aux-Chênes Autoroute A4


> LA CITÉ RADIEUSE DE BRIEY : BRIEY-EN-FORÊT

11


> Yona FRIEDMAN : Prototype improvisé de type "nuage"_17 octobre 2014 – 08 février 2015_ proposé par le Frac Lorraine

12


> LES EXPOSITIONS : À LA GALERIE BLANCHE

> LE CORBUSIER ET LÉGER : Visions polychromes / Le Centre Pompidou-Metz _20 mai – 24 septembre 2017

13


> PASCAL VOLPEZ : CONVERGENCE DE VUE(S)

Œuvres d’un artiste plasticien au voisinage des saules, Pâtures baignées par un cours au débord, Engins de chantiers affairés près d’une digue, leur empreinte fugitive sur le sol détrempé, Eau, et ses états physiques : liquide, cristallisée, ou emplissant l’air jusqu’à rendre le spectateur sensible à l’humidité… Ce qui lie ces images entre elles, outre qu’elles gardent trace de paysages de notre territoire, nous pouvons le chercher à la fois dans l’hydrographie, la vie des hommes, et la singularité du regard de Pascal Volpez.

Sur n’importe quel écran de "téléphone intelligent" doté des applications adéquates, vous ferez apparaître - en quelques touchers - des milliers d’images de paysages de la planète, à "filtrer" selon vos critères et votre humeur du moment. Sauvage banalité de l’époque, monde de filtres pré-établis. Quelle porte ouvrir sur ces travaux paysagers récents de Pascal Volpez, pour partager sa sensibilité, et regarder avec un oeil neuf une nature tellement proche et familière ? Adoptons un angle différent, accessible, un peu audacieux, et regardons ces images comme une carte hydrographique : tout paysage peut se résumer aux lignes sur lesquelles les eaux tombées du ciel se partagent et ruissellent, et à celles vers lesquelles elles dévalent et se rassemblent. Là où elles se rejoignent, selon les saisons, les eaux courent, stagnent, s’étalent, se vautrent, érodent, nourrissent. C’est là même, au fond des vallées, que l’eau et ses changements d’état empreignent la terre de la façon la plus remarquable. Le long de ces thalwegs, lignes de convergence des eaux, l’humanité a trouvé des voies et des terres

14

limoneuses, la force qui agit les moulins et les forges, établit les villes, transporte les récoltes et les étoffes. Le lieu où l’humanité s’est épanouie, où les volontés se sont agglomérées, est la ligne où les eaux convergent. Pour qui connait un peu Pascal Volpez, photographe professionnel souvent amené à témoigner d’architecture ou d’urbanisme, cette attention singulière au paysage est logique. Lui qui se décrit comme natif du PaysHaut Lorrain (dépositaire comme beaucoup d’entre nous d’une part de son histoire sociale, humaine, et de son patrimoine) ne conçoit pas d’entreprise ou de projet (photographique ou musical) sans associer, sans rassembler autour de lui. Il nous entraîne sur les rives de notre territoire, plus particulièrement "là où ça s’unit" et nous désigne les effets, variés, de la communion : documenter des manières d’empreinte de l’homme sur le paysage (le travail réalisé par l'association "les Rives du Paysage" à Jeandelize, les œuvres de Julien King-Georges et la signalétique élaborée par Vitale Design pour "les lignes du paysage" du Val de Briey, ou ce regard très singulier sur les travaux de requalification du plan d’eau de la Sangsue), comme s’attarder sur l’infime, celui du vert abstrait des algues, celui de la pierre et de la graminée étreintes par la glace annonçant déjà la débâcle, et la reprise d’un cycle éternel. Jean-Jacques Valès


> PASCAL VOLPEZ : CONVERGENCE DE VUE(S)

16 février - 04 mai 2018 vernissage le vendredi 16 février à 18:30

15


> 49 NORD 6 EST – FRAC LORRAINE : Hors les murs

En 1920, Le Corbusier imaginait le Mundaneum aux côtés de Paul Otlet et Henri La Fontaine. Edifié à Mons, en Belgique, le Mundaneum était un palais regroupant des associations du monde entier. Cette cité mondiale, utopiste et universaliste, visait à mieux faire connaître les peuples les uns aux autres et faire tomber les barrières culturelles. Comment les artistes contemporains s’emparent-ils de la question de l’ouverture à la diversité des cultures et de la circulation des populations ? Regroupant installations immersives, vidéos et estampes issues de la collection du 49 Nord 6 Est – Frac Lorraine et d’artistes de la région invités, l’exposition Hors les murs, présentée à la Cité radieuse de Briey, interroge le cosmopolitisme et la symbolique du mur. Des barrières pour séparer le Mexique des États-Unis, l’Inde du Bangladesh ou le Maroc de l’Espagne : que signifie ce besoin actuel de construire des murs ? Objets rassurants et menaçants à la fois, ils évoquent l’espace intime de la maison, tout comme la perception d’une menace. Dans l’imaginaire collectif, ils semblent érigés pour se protéger de l’extérieur, des étrangers, de la main d’œuvre illégale, des terroristes, des trafics, etc. Il est pourtant difficile de considérer les murs comme des remparts de sécurité, dans notre monde actuel, digitalisé et globalisé. Les capitaux, les moyens d’information, les transports et les évolutions migratoires tendent aujourd’hui à remettre en question les oppositions dedans / dehors et national / international.

16

S’écartant de tout discours catastrophiste, les œuvres de l’exposition Hors les murs donnent à voir des territoires sens dessus dessous et nous invitent à poser les pieds dans un ailleurs fantasmé. Ici, les artistes déplacent des montagnes de parpaings, font voler les briques en éclat et réduisent les barbelés à de discrètes empreintes effaçables d’un revers de main. Le monde est déconstruit, décentré, réagencé, renommé, parfois mutilé mais toujours réinventé. Commissariat 49 Nord 6 Est – Frac Lorraine

Nipan Oranniwesna, City of Ghost, 2012 Collection 49 Nord 6 Est – Frac Lorraine, Metz (FR) Vue de l’exposition "Zones sensibles", Frac Lorraine, 2016. Photo: Benjamin Mathia ©N. Oranniwesna


> 49 Nord 6 Est – Frac Lorraine : Hors les murs

25 mai – 16 septembre 2018 vernissage le vendredi 25 mai à 18:30

17


> GIOVANNI PACE : E18 Né le 31 mars 1966, il étudie à Reims puis à Nancy et devient architecte le 31 mai 1991. Il crée son agence en 1996. Depuis 20 ans il construit principalement en Champagne Ardenne et en Lorraine. Cette exposition retrace au travers d’une vingtaine de projets sont attachement à une architecture épurée, évidente, simplement belle qui a su garder une identité singulière, au delà des confusions stylistiques, normatives, économiques et politiques qui ont jalonnés son parcours d’architecte depuis 20 ans. Pour Giovanni Pace, "L’acte de construire est un don que nous devons faire pour les autres, il faut par conséquent donner le meilleur de soi". INTRO "[…] L’architecte, par ordonnance des formes, réalise un ordre qui est une pure création de son esprit ; par les formes, il affecte intensivement nos sens, provocant des émotions plastiques ; par les rapports qu’il crée, il éveille en nous des résonances profondes, il nous donne la mesure d’un ordre qu’on sent en accord avec celui du monde, il détermine des mouvements divers de notre esprit et de notre cœur ; c’est alors que nous ressentons la beauté." Le Corbusier, Vers une Architecture, 1923. Cette citation est inscrite à l’Agence, et elle est pour Giovanni Pace le premier fondement de son travail : Voici comment il parle de son Agence et de son travail. L’agence — La qualité des réalisations de l’agence est le résultat d’un travail passionné entre chaque membre d’une équipe convaincue que, le projet et le

18

rapport entre les hommes doivent toujours être tirés vers le haut. Le plus important c’est l’autre. Nous sommes à l’écoute. On ne doit jamais baisser les bras car notre responsabilité et nos actes seront jugés par les générations futures. Bien que nous ayons eu parfois de la chance, le travail est la base de notre réussite. Notre volonté de s’améliorer à chaque projet est notre moteur perpétuel. De l’imagination au dessin — Sur un plan "théorique", l’œuvre de Mies Van Der Rohe et son adage "Less is More" guide notre travail. Nous pensons que l’architecture doit être pure, simple, belle. Notre réponse architecturale doit être une évidence. Le bâtiment doit être cohérent avec son site, sa fonctionnalité et son esthétique : il peut s’expliquer en 1 phrase, 1 croquis. L’ordre, la structure, la composition sont des mots courants du vocabulaire de l’agence. L’architecture obéit chez nous à des règles de composition classiques. Notre travail de conception nous semble abouti quand nous estimons que le dessin est beau et qu’il va faire battre le cœur des gens. Du dessin à la réalité — Mettre en tension deux plans horizontaux pour qu’ils deviennent un bel espace c’est une démarche simple et difficile à la fois. La construction relève de la connaissance des matières. Nous travaillons avec précisions tous les détails de construction afin qu’ils disparaissent pour ne laisser que l’essentiel : La matière et la lumière. Les matériaux, le béton, l’acier, le bois, sont pour nous, des choix esthétiques et contextuels plus que des choix techniques.


> GIOVANNI PACE : E18

28 septembre - 09 novembre 2018 vernissage le vendredi 28 septembre Ă 18:30

19


> Jean-Christophe Quinton : HAUTE-AGORA prospective

En écho avec la Cité Radieuse de Valde-Briey, l’exposition de l’agence JeanChristophe Quinton architecte propose de visiter un projet innovant et prospectif. Ce projet cherche à définir une nouvelle façon d’habiter le monde en interrogeant les enjeux et les problématiques contemporaines de l’architecture : la densité, l’écologie, l’économie et les immeubles de grande hauteur. JeanChristophe Quinton se saisit du projet architectural comme d’un terrain ouvert pour la recherche et l’expérimentation. La forme architecturale offre alors une réponse forte, généreuse et engageante. Le projet présenté est une hybridation de ces questions. Sa structure organique favorise la création d’un tissu permettant l’entrelacs et l’interaction de différents systèmes : spatial, climatique, social, urbain… pour que se développe un véritable milieu. Ce nouveau milieu offrira les conditions de vie pour que les activités humaines puissent pleinement s’y épanouir. Ce projet aura ses formes propres et construira des paysages inattendus, apportant à sa communauté une identité spécifique. Cette exposition est aussi l’occasion de partager la culture de projet de l’agence en proposant une immersion au cœur du travail de l’architecte. Elle est conçue de manière à expliciter la démarche de conception et de recherche, à montrer comment se fait un projet, à en dévoiler sa morphogénèse : l’émergence de sa forme, ses développements, les pistes explorées, celles qui sont abandonnées. L’exposition montre aussi la dimension collaborative et stratégique des développements du concept architectural entre ingénieurs et

20

architectes. Poursuivant son exploration sur les modalités de représentation de l’architecture, l’agence présente des documents techniques, narratifs, sensibles et exhaustifs, produits tout au long de l’élaboration du projet : dessins, perspectives, plans et maquettes à différentes échelles, textes etc. ...................................................................... Jean-Christophe Quinton, né en 1972, est architecte diplômé de l’école Paris-Belleville. Lauréat des Nouveaux Albums des Jeunes Architectes en 2003/2004, mentionné au Chernikov Prize en 2010, Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres et de l’Ordre des Palmes académiques, il est le directeur de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles depuis 2015. La singularité de son architecture repose des figures simples et expressives liant la matière et l’écriture, l’usage et la forme, l’architecture et son environnement. Son travail se porte sur des sujets de différentes échelles et complexités : logements collectifs et maisons individuelles, équipements publics et culturels, scénographies, microarchitectures, au travers de commandes publiques, privées ou de concours internationaux. La monographie de son travail Vers l’immédiate étrangeté des formes a reçu le Grand Prix du livre d’architecture de Briey en 2017. Exposition réalisée en collaboration avec La Maison de l'Architecture Lorraine.

Vers l’immédiate étrangeté des formes_Détail Galerie d’architecture, Paris 2017 ©Jean-Christophe Quinton


> Jean-Christophe Quinton : HAUTE-AGORA prospective

23 novembre 2018 - 04 fĂŠvrier 2019 vernissage le vendredi 23 novembre Ă 18:30

21


> ROMÉO UND JULIETTE_Cie Des Bestioles : le vendredi 6 octobre 2017

22


> SPECTACLES : À LA PREMIÈRE RUE

entrée libre sur réservation

23


> Thierry Cordier : "Demain ce sera mieux !"

"Un univers personnel entre nouvelles technologies et tradition française, çà sent bon la noirceur des Bashung & Co, Thierry Cordier, un artiste maudit à découvrir." Radio PARIS OSLO/OSLO (Norvège)

> Date : le vendredi 16 mars 2018 Lieu : Appt 112 à la première rue Horaire : 18h30 – 19h30 Genre : chanson française Thierry CORDIER : chant et guitare JIB : percussions et ambiances sonores JoL : choeurs

Il y a Bashung, Gainsbourg, Miossec,

Biolay, Mickey 3D dans des univers chansons proches de celui de Cordier, mais depuis des années et trois albums, Cordier fait du Cordier. Un monde à part et en marge à découvrir, une grande qualité d'écriture, une finesse dans les arrangements en studio et depuis peu l'émotion live avec ses moments acoustiques.

Artiste très créatif, qui fignole les ambiances. Potentiel vraiment remarquable. Carrière à suivre." Radio Canada MONTREAL (Québec) Liens : www.thierrycordier.com www.facebook.com/thierrycordierfan Clip vidéo : Blouze Politique https://youtu. be/ye2Dul1LP0I Quand le plaisir devient violence : https://youtu.be/L232y3TWl-Y Ecoute "Demain ce sera mieux !" (nouvel album) : https: //soundcloud.com/updd/sets/ demain-ce-sera-mieux

Artiste incontournable de la scène lorraine, Thierry Cordier se produit rarement sur scène malgré un parcours riche d’expériences multiples que ce soit avec son concept groupe Tableau Noir dédié aux Fleurs du Mal de Charles Baudelaire ou des installations sonores aux côtés d’artistes contemporains.

THIERR

Avec la sortie de "Demain ce sera mieux", son dernier opus incluant le trés décalé Blouze Politique, Cordier redécouvre le plaisir de partager ses titres en concerts intimistes, accompagné d'un percussionniste et d'un choeur féminin. Dans le cadre du Printemps des Poètes, le répertoire sera consacré en partie à une relecture de l'oeuvre de Charles Baudelaire avec des extraits chantés des célèbres Fleurs du Mal.

24


> Thierry Cordier : "DEMAIN CE SERA MIEUX !"

le vendredi 16 mars 2018 concert de 18:30 Ã 19:30

RY 25


> Moods

s'entourent de calebasse, senza, udu, guimbardes,...alors que le chaturangui flirte avec le blues, sur une vague créole...

> Date : le jeudi 5 avril 2018 Lieu : Appt 112 à la première rue Horaire : 18h30 – 19h30

Moods s'appuie et s'inspire du paysage musical indien en y empruntant les codes et astuces...et y glisse une saveur particulière faite des musiques du monde, du monde des musiques.

Site : www.inthemoods.fr Genre : musique du monde, déclinaisons indiennes Reno DANIAUD : chaturangui et chant Dhamien SCHMUTZ : tablas et chant

Moods est né de la rencontre de deux musiciens français, à Calcutta...

Reno Daniaud au chaturangui, la guitare slide indienne, et Damien Schmutz aux tablas et percussions, décident de créer un duo à l'image de cette tradition musicale indienne, riche de son passé et de son expression toujours vivante. La musique indienne explore les modes musicaux à travers les ragas, ces formes musicales où l'improvisation est omniprésente et décline à l'infini les thèmes mélodiques et rythmiques qui définissent l'identité du morceau. Humeurs, états d'âme, saveurs, couleurs...c'est toute une palette de sentiments que l'on découvre à l'écoute d’une musique subtile et savante, avant d'être emporté par la virtuosité technique...et la beauté des instruments.

Liberté de jouer avec les notes, avec le temps. Dialoguer, échanger. S'arrêter... Trouver la résonance, la grâce peut-être... Puis repartir. En 2016, un premier album voit le jour, fruit des quatre années passées à créer un répertoire. La création au service de la tradition. Le nouveau projet musical de Moods, Moonlights, s'inspire des Lumières de la Lune. Transformation et Renaissance, pour approcher la quête toujours éternelle de l'Homme à la recherche de sa nature intérieure. Peut-être aurez-vous la chance de partager avec nous cette nouvelle aventure musicale... Reno Daniaud est élève de Pandit Debashish Bhattacharya au chaturangui et de feu Ustad Sayeeduddin Dagar en chant dhrupad. Damien Schmutz est élève de feu Pandit Shankar Ghosh aux tablas. www.inthemoods.fr

MOODS

Moods vous emporte également... à travers l'héritage des siècles passés mais également vers de nouveaux horizons musicaux.

Grâce à leurs parcours respectifs, Reno et Damien ont choisi d'incorporer d'autres influences musicales dans le répertoire de Moods. In the Moods !... Les tablas

26

photographie : © Stéphanie Barbier


> MOODS le jeudi 5 avril 2018 concert de 18:30 à 19:30

photographie : © Paul Gourmez

27


> MISSINE+TRIPSTOIC

"M+T" explore les voix, les guitares, les percussions comme autant de samples, de briques élémentaires à assembler dans son jeu de construction sonore, qu'il soit porté par une ligne électro ou accompagnant à l'occasion l'improvisation d'un guest.

> Date : le vendredi 25 mai 2018 Lieu : Appt 112 à la première rue Horaire : 19h30 – 20h30 Genre : tripoprock

Le collectif se prête donc au jeu des concerts en tous lieux, petits ou grands: cafés concerts, scènes ouvertes, festivals et salle de concert, comme il peut tout aussi bien s'offrir le luxe d'un concert privé chez l'habitant.

Missine : lead vocal Tripstoic : guitare / vocal / electro Leo GUËN : aux percussions

En quelques années seulement et

avec près de 200 concerts, le collectif "Missine+Tripstoic" a pris le temps d'affiner son univers TRIPOPROCK à géométrie variable.

Gestion : Association La Compagnie Sans Nom (Metz)  lacompagniesansnom@yahoo.fr

Puisant dans le vécu de ses membres pour se ré-inventer sans cesse, "Missine+Tripstoic" embarque l'auditeur dans son trip sonore aux multiples facette. Car il s'agit bien ici d'un voyage, au gré des émotions, des influences et des humeurs, que la formation accomplit comme autant d'étapes dans un monde sonique apparemment sans limites. "Missine+Tripstoic" n'hésite pas à faire évoluer ses partitions et ses invités, pour mieux saisir son public et le moment présent.

Contact Communication et Booking : +33 (0)7 54 81 96 91  Contact Technique : +33 (0)6 86 68 36 78   Portail Web et réseaux sociaux : missinetripstoic.com     www.facebook.com/MissineTripstoicOfficial  www. soundcloud.com/missinetripstoic twitter.com/MissineTrip

MISSIN

Définitivement détaché du concept classique de "groupe", il se joue aussi des repères habituels. Les configurations scéniques comme les sets ou les line-ups se déclinent en plusieurs versions, au fil du temps, des lieux de concerts ou des rencontres artistiques. Tantôt intimiste, tantôt tribal, adepte des envolées psychédéliques comme des beats minimalistes, "Missine+Tripstoic" traverse les strates des influences de chacun et ne se refuse rien. 28


> Missine+Tripstoic   le vendredi 25 mai 2018 concert de 19:30 à 20:30

29


> Satellite 19

Prologue Je dépose une page blanche comme site quadrillé d'archéologue y range les fragments épars de nos origines les rassemble en un rêve que je veux poème.

> Date : le vendredi 18 octobre 2018 Lieu : Appt 112 à la première rue Horaire : 18h30 – 19h30 Genre : poesie sonore Denis Jarosinski : chant Emilie Skrijelj : accordeon

UN

La rencontre de l’accordéon inspiré

d’Émilie Skrijelj avec la Guitare rugueuse et la voix grave de Denis Jaro Sinski. Les "Poèmes archéologiques" de Guy Jean, poète Outaouais (province de Québec), incrustés de notules d’Henri Michaux extraites de "Poteaux d’angle"donneront matière à un espace sonore toujours au bord de l’improvisation. Le Québécois utilise sa poésie fiévreuse comme un archéologue pour amener à la lumière ce que les étoiles anciennes ont semées au dedans de nous : des fragments de l’univers. Michaux lui nous ramène à une réalité froide, aiguisée comme un sabre, comme pour nous soigner des brûlures de la création. Un moment de vibration de l’espace-temps. Les arbres frissonnent plus finement, plus amplement, plus souplement plus gracieusement, plus infiniment qu’homme ou femme sur cette terre et soulagent davantage les peurs, les appréhensions, les soucis, la mélancolie, les tendresses, les émotions inexprimables, les arbres, pourvu qu’il y ait un souffle de vent, savent les accompagner.

Ni lumière ni ténèbres dans le secret qui fomente la création nous sommes acte premier d'être écho muet les fractales delta distillent le sang à jamais invisible. Les dieux solitaires revendiquent ce qui, sans eux, s'ourdit en silence brulure dans la gueule du vide la matière souffle sur les abimes. Guy Jean "Poteaux d’angles" (Henri Michaux) "Fossiles qui Gisent en mes rêves" (Guy Jean) Poèmes Archéologiques

satell

Le précieux, le véritablement précieux est distribué sans le savoir et reçu sans contrepartie. Henri Michaux

30

photographies : © Kamal Bahloul


> Satellite 19 le vendredi 18 octobre 2018 concert de 18:30 Ă 19:30

lite 31


32


> OUVERTURES : Vers de nouvelles relations collaboratives

> OSMOSIS CIE - ALI SALMI Forbach / Nancy, France

> SPECTACLES PROPOSÉS EN PARTENARIAT Par le TIL - Cie du Jarnisy - Pablo Picasso

> LE FONDS BELVAL Esch-sur-Alzette, Luxembourg

33


> CITÉ RADIEUSE / DANSE RADIEUSE :

................................................................................

OSMOSIS Cie - ALI SALMI - Studio 122

Quatre rendez-vous à retenir :

SAISON CHORéGRAPHIQUE RADIEUSE 2018

GOLD SPRING / PRINTEMPS MAI 2018 week-end du 05 Mai

“...Et si Le Corbusier avait dévolu à une compagnie chorégraphique, un de ces fameux modules d’habitation de la Cité Radieuse? Chose faite !”

GOLD SUMMER / ÉTÉ JUIN 2018 week-end du 23 Juin

Cette 4éme saison à partager ensemble se poursuit avec nos Rendez-vous chorégraphiques GOLD SPRING, SUMMER, AUTUMN, WINTER 2018 autour du DESIGN, de la MODE, de la DANSE en s’appuyant sur deux créations majeures à venir de la Cie :

GOLD AUTUMN / AUTOMNE NOV 2018 week-end du 27 Octobre GOLD WINTER / HIVER DEC 2018 week-end du 29 Décembre .............................................................................. http://www.osmosiscie.com http://www.corps-documentaire.com FACEBOOK : Cie Osmosis

© QUATRE ‘STREET DANCE PERFORMANCES’ DE TRISHA BROWN 1970 RE-INTERPRETEÉ PAR OSMOSIS Cie 2018

OSMOSIS Cie-ALI SALMI

Pièce Chorégraphique en espace public pour 6 danseuses/rs

le Conseil Régional ACAL 2015-16-17

Compagnie conventionnée par : Compagnie soutenue au Projet par :

© BODIES LANDSCAPES CITIES

en collaboration avec le Fashion Designer sarrois Fabian SCHMIDT Pièce chorégraphique en espace public pour 20 danseuses/rs, 50 audio-casques, une ville, un band-live, 1 DJ à travers une vitrine.

Des Pièces Chorégraphiques, Des Bals, Des Tables d’Hôtes, Des Apéros dinatoires, Des Conférences Dansées, Des Projections Dansées… Un spectacle chorégraphique permanent lors d’un week-end marquant le changement de saison, entre habitants, scolaires, visiteurs, voisins, invités…

Programme détaillé dès Printemps 2018 lors de notre GOLD SPRING 2018

34

La DRAC Grand EST - Ministère de la Culture et de la Communication Compagnie subventionnée par : le Conseil Régional Grand Est, La Direction Générale du Conseil Artistique - Arts de la RueMinistère de la Culture et de la Communication, L’institut français, le Conseil Régional Grand Est, le Conseil Départemental de Moselle. Opération "Pierres Numériques" soutenue par l’Union européenne dans le cadre du programme INTERREG V A Grande Région


> CITÉ RADIEUSE / DANSE RADIEUSE : OSMOSIS Cie - ALI SALMI - Studio 122 SAISON CHORéGRAPHIQUE RADIEUSE 2018

> CITÉ RADIEUSE > CITÉ / DANSE RADIEUSE RADIEUSE / FASHION : OSMOSIS DANSECie RADIEUSE - ALI SALMI : OSMOSIS - Studio Cie 122_24 - ALI SALMI septembre - Studio 2016122_11, novembre 2017

photographie : © Varvara Kandaurova

35


> BARBE BLEUE > Date : le vendredi 19 janvier 2018 Lieu : Appt 112 à la première rue Horaire : 18h30 – 19h30 SPECTACLE DÉCENTRALISÉ. CORÉALISATION DU TIL-THÉÂTRE ICI&LÀ, DU CENTRE CULTUREL PABLO PICASSO ET DE LA CIE DU JARNISY CONTACT RÉSERVATIONS : theatreicietla.com  ou 03 82 21 38 19

THÉÂTRE MUSICAL à partir de 15 ans — 1h00 Un homme riche à la barbe bleue terrifie toutes les femmes. On ne sait ce que sont devenues ses conjointes successives. Il souhaite épouser l’une des deux filles d’une voisine. Aucune ne veut le prendre pour mari, mais la cadette finit par accepter. Un jour, Barbe bleue informe sa femme qu’il part en voyage pour affaires. Il lui laisse les clefs de la grande demeure, mais lui défend formellement l’entrée d’un petit cabinet. Rongée par la curiosité, elle ouvre la pièce interdite bravant l’autorité patriarcale...

Une comédienne et deux accordéonistes racontent cette histoire cruelle et sanglante à trois voix. Paroles et musiques circulent, s’appellent et se répondent. Entre séduction, répétition, perversion, crimes et mariage arrangé, cette fable prouve que la curiosité n’est pas qu’un vilain défaut. Elle peut parfois être la voie vers la connaissance et l’émancipation autant qu’une barrière à la soumission. Texte : Sylvie Nève

Conception : Anne-Margrit Leclerc UN SPECTACLE DE LA COMPAGNIE DU JARNISY

Avec : Anne-Margrit Leclerc (Jeu), Loris Binot et Émilie Škrijelj (Accordéon) Regard artistique : Jean-Marc Bourg Vidéo, lumières et scénographie : Olivier Irthum Composition : Loris Binot

Suivant le principe qu’elle a imaginé, celui du "poème expansé", Sylvie Nève plonge dans les entrailles du conte de Perrault et en livre, pas à pas, ligne après ligne, une réécriture libre. Sans chercher à embellir le récit, elle l’enchante, le commente sans jamais tomber dans le didactisme et en dévoile la musicalité grâce à l’utilisation du vers. Fidèle à son goût pour la poésie d’aujourd’hui, la compagnie du Jarnisy signe un spectacle léger et intimiste.

36

photographies : © Arnaud Hussenot


> BARBE BLEUE le vendredi 19 janvier 2018

37


> TENTATIVE DE DISPARITION > Date : le jeudi 1er février 2018 Lieu : Appt 112 à la première rue Horaire : 18h30 – 19h45 SPECTACLE DÉCENTRALISÉ. CORÉALISATION DU TIL-THÉÂTRE ICI&LÀ, DU CENTRE CULTUREL PABLO PICASSO ET DE LA CIE DU JARNISY CONTACT RÉSERVATIONS : theatreicietla.com  ou 03 82 21 38 19

THÉÂTRE — CRÉATION à partir de 14 ans — 1h15 Une femme s’adresse au public. Elle le regarde, lui parle. Il la regarde. Elle n’est pas à côté de lui, mais face à lui, et pourtant, il détourne le regard. Il regarde de côté pour ne plus soutenir son regard provocant, insistant, en demande. Cette femme demande de l’amour, elle demande de l’attention et cela est insupportable. Elle parle, parle, parle. Elle s’adresse à des êtres absents, évaporés. Elle dialogue avec des voix intérieures et construit peu à peu une histoire. Une histoire d’amour ou d’impossible rencontre. Une histoire d’abandon de soi, de lâcher-prise, de disparition... Scrutant la manière dont l’idéologie contemporaine s’infiltre jusque dans l’intime, Charlotte Lagrange bâtit une exploration sensible et poétique du jeu social. Partant du regard que le public porte sur la comédienne, elle ausculte notre besoin inéluctable de l’autre pour exister et, dans le même temps, notre intense désir de disparition pour échapper aux conventions. Quitter et abandonner ce que nous sommes, ne serait-ce qu’un instant. S’oublier.

38

Laisser tomber les masques, ne plus être jugé, visible, pour construire sa propre identité et non celle voulue par la société. Brouillant la frontière entre réalité et fiction, deux interprètes et un musicien tissent un univers étrange et onirique, où les absents sont incarnés et l’invisible dévoilé. Tentative de disparition ou besoin d’apparaître les uns aux autres ? Texte et mise en scène : Charlotte Lagrange

UN SPECTACLE DE LA COMPAGNIE LA CHAIR DU MONDE

Avec : Jonas Marmy et Julie Palmier Collaboration à la mise en scène : Hugues De La Salle Lumières : Claire Gondrexon Son et Musique : Samuel Favart-Mikcha Scénographie et Costumes : Camille Riquier

photographie : © Christophe Raynaud de Lage


> TENTATIVE DE DISPARITION le jeudi 1er février 2018

photographie : © Camille Riquier

39


> RENDEZ-VOUS CONTES ! > Dates : les vendredis 1er et 15 juin 2018 Lieu : Appt 112 à la première rue Horaire : 18h30 – 19h15 SPECTACLE DÉCENTRALISÉ. CORÉALISATION DU TIL-THÉÂTRE ICI&LÀ, DU CENTRE CULTUREL PABLO PICASSO ET DE LA CIE DU JARNISY CONTACT RÉSERVATIONS : theatreicietla.com  ou 03 82 21 38 19

dénoncent les défauts de l’être humain, comme un reflet de nos grandeurs et de nos bassesses. Alternant compositions originales inspirées des vers d’Omar Khayyâm et contes musicalisés des périples de Nasr Eddin Hodja et de Mna Maadi, la compagnie Les Orties invite, petits et grands, à un voyage intemporel et impertinent dans des contrées lointaines. Une excursion humaniste, au-delà des siècles, pour dire des vérités simples et lumineuses et libérer nos existences de tous les faux-semblants.

CONTE MUSICAL — CRÉATION à partir de 7 ans — 45 min ENFANTS, SORTEZ VOS PARENTS !  Un ami m’a raconté une histoire qu’il tenait lui-même d’une autre personne. À mon tour, je vais vous la conter...  Un soir que Nasr Eddin revient d’une journée de travail aux champs, il entend chanter, signe d’une fête. La tradition veut que tout le monde puisse y participer. Il pousse donc la porte de la maison. Mais ses vêtements sont tellement sales qu’on le chasse sans ménagement. Furieux, il court mettre son plus beau manteau avant de retourner à la fête. Cette fois, il est accueilli chaleureusement. Nasr Eddin se dirige vers le buffet, prend du couscous, de la sauce, du vin et les étale sur son manteau en disant "Mange, bois mon manteau !". Son voisin tout surpris lui demande s’il devient fou. Nasr Eddin répond : "Pas du tout. Moi je ne suis pas invité. C’est mon manteau qui l’est !" D’une grande modernité, les contes arabes issus de la tradition orale cachent, derrière l’humour et l’espièglerie, une sagesse aussi populaire que profonde. Tantôt cruels, lucides ou cyniques, ils

40

UN SPECTACLE DE LA COMPAGNIE LES ORTIES

Avec : Denis Jarosinski (Oud, Ukulélé, Percussions, Machines, Chant) et Bernadette Laderner (Violoncelle, Clarinette, Percussions, Machines, Chant) Conception Marionnettes : Delphine Bardot et Denis Jarosinski Écoute et regard bienveillant :  Olivier Piechazcick

photographies : © Pascal Volpez


> RENDEZ-VOUS CONTESÂ ! les vendredis 1er et 15 juin 2018

41


> LE FONDS BELVAL : VISITES GUIDÉES ET EXPOSITIONS

Ouvert à partir du 1er avril du mercredi au vendredi de 10h00 à 19h00, le samedi de 10h00 à 18h00 et le dimanche de 14h00 à 18h00. Tarif : 5 euros (réduit : 3 euros)

La Première rue vous invite à découvrir le site de Belval, ancienne friche industrielle au Sud du Luxembourg, à travers des expositions et visites guidées.

Visites guidées :

Le Fonds Belval, maître d’ouvrage de la Cité des Sciences, implantée sur la Terrasse des Hauts Fourneaux, organise régulièrement des conférences, des débats et des expositions temporaires liés aux projets architecturaux et urbains qu'il pilote, à l’histoire du bassin minier et au développement de la région.

Le Fonds Belval propose des visites guidées du quartier de la Cité des Sciences et du haut fourneau A. La visite du quartier comprend une présentation du développement de Belval et des projets de la Cité des Sciences suivie d’un tour à pied. Le haut fourneau est accessible en visite libre jusqu’à une hauteur de 40 m (180 marches) ou en visite accompagnée.

Expositions : Belval & More

Pour les horaires et tarifs des visites guidées veuillez consulter le site : www.fonds-belval.lu.

Installée dans l’ancien hall industriel massenoire, l’exposition "Belval & More" présente la Cité des Sciences sur la Terrasse des Hauts Fourneaux à Belval et évoque le développement urbain de l’agglomération d’Esch-Belvaux par une grande maquette, des bornes interactives et des projections de films.

Cité des Sciences et haut fourneau

Réservations pour groupes sur rendez-vous.

Visites nocturnes du haut fourneau : les 5 mai, 4 août et 27 octobre. Fête des hauts fourneaux : les 7 et 8 juillet 2018

Entrée libre

Consultez notre site web www.fonds-belval.lu pour toute actualisation de l’agenda.

Massenoire, avenue du Rock’n’Roll (face à la Rockhal) L-4361 Esch-sur-Alzette

Informations :

Ouvert du mercredi au vendredi de 12h00 à 18h00 (10h00 à 19h00 à partir du 1er avril), le samedi de 10h00 à 18h00 et le dimanche de 14h00 à 18h00.

Le Fonds Belval : Tél : +352 26 840-1 fb@fonds-belval.lu, visite@fonds-belval.lu www.fonds-belval.lu

Visite du haut fourneau Le haut fourneau A est accessible en visite individuelle sur un parcours balisé jusqu’à une hauteur de 40 m (180 marches). L’exposition "Paysages recomposés", installée dans la halle des coulées, retrace la transformation du paysage suite à l’industrialisation et à la reconversion des friches.

42

© Le Fonds Belval


> Le fonds belval : VISITES GUIDÉES ET EXPOSITIONS

© Le Fonds Belval / F. Jourdain

43


www.lapremiererue.fr

> CITÉ RADIEUSE / DANSE RADIEUSE : OSMOSIS Cie - ALI SALMI - Studio 122_27 juin 2015

44


> CITÉ RADIEUSE / DANSE RADIEUSE : OSMOSIS Cie - ALI SALMI - ASCENSION_31 mai 2017

45


> RESTAURATION DE LA PREMIÈRE RUE : CITÉ RADIEUSE LE CORBUSIER

Dans le cadre de la restauration de la première rue de la résidence Le Corbusier, la commission des travaux était chargée de rechercher des fonds auprès des différents intervenants dans l'immeuble.

Le syndicat des copropriétaires de la Résidence et l'association La Premiere Rue remercient : la Copropriété le Val de Briey la DRAC le Groupe Dumur Immobilier la Société Polymag l'Entreprise Napoli l'Entreprise JBN la Société Damgé la Société Dalkia le Cabinet d'Assurance AREAS le Cabinet d'Expertise Comptable Roussey OTIS Groupelor pour leur généreuse contribution à la restauration de la première rue.

46


ÉTUDES : Étude préalable à la rénovation : Caroline Bauer, chercheuse et historienne de l'architecture LHAC- ENSArchitecture de Nancy Étude de rénovation : Beate Heigel, architecte et urbaniste Vincent Dietsch et Steven Vitale, designers et plasticiens Studio Vitale Design

47


131, Cité Radieuse Le Corbusier 1, Av. Dr Pierre Giry, 54150 Val de Briey, France Tél. : 03 82 20 28 55 lapremiererue@gmail.com www.lapremiererue.fr

Imprimerie Heintz - (LU) www.vitale-design.com

Association La Première Rue

La Première Rue 2018 - Program / Guide  

Annual program of the exhibitions and events of the Association La Première Rue, Cité Radieuse Le Corbusier_Briey, France

La Première Rue 2018 - Program / Guide  

Annual program of the exhibitions and events of the Association La Première Rue, Cité Radieuse Le Corbusier_Briey, France

Advertisement