Page 1

Edito page 2 Molsheim 3-4 Soultz-s-F. 5-6 Bellignat 7-8 Témoignage/ Poème 9-10 Prière/ infos 11-12 Journée des Eglises 13 Sélestat 14-15 La dernière 16

N° 20 février 2014


Edito

POURQUOI DIEU AGIT-IL ? Qui ou quoi fait que Dieu intervient ? Qu’est-ce qui fait changer son opinion ? Qu’est-ce qui suscite son intervention à notre égard ? Quel est le mobile principal de l’action de Dieu ? Il y a deux réponses dans la parole de Dieu, par exemple en Ezéchiel 36.

1) L’attitude de l’homme

Nous espérons d’abord l’intervention de Jésus à cause de notre foi. Nous affirmons que Dieu répond à nos prières. Nous luttons afin que le Saint-Esprit transforme des personnes et des situations. Nous savons aussi que notre péché arrête l’action divine et que nos tiédeurs attristent l’Esprit de Dieu. Bref, Dieu agit en fonction de notre attitude qui peut être bonne ou mauvaise. Nombreuses sont les affirmations bibliques qui vont en ce sens. Ezéchiel rappelle dans notre texte (V 1620) que Dieu avait jugé son peuple en fonction de son péché, donc son attitude négative.

2) Ce que Dieu est

Mais qu’est-ce qui compte en dernier lieu ? Est-ce vraiment notre attitude ? Dieu agit en dernier ressort à cause de ce qu’il est. Il protège son nom (V22), son honneur (V21). Dieu est un Dieu jaloux (V6). Cette deuxième réponse paraît être une mau-

vaise nouvelle. Nous croyons tant à nos actions, nos prières et notre foi en Dieu. Nous avons tant d’affirmations bibliques qui nous motivent en ce sens. Tout d’un coup ce n’est plus moi qui décide. C’est la démobilisation totale. Je ne suis plus important. Dieu agit uniquement à cause de sa sainteté (V 23). Avant de considérer cette réponse comme une mauvaise nouvelle, regardons de près la parole de Dieu. Si Dieu liait son action uniquement à l’homme nous serions tous perdus. Dieu a changé son opinion du temps de l’exil de son peuple à cause de sa sainteté. Puisqu’il a voulu sauvegarder son honneur, il a donné une dernière chance à son peuple et finalement à toute l’humanité. Sans cela, Dieu n’aurait pas pu proposer le pardon du péché (V 25) et l’effusion de son Esprit (V 26-27). Le message prétendu négatif se transforme maintenant en une bonne nouvelle. Oui, Dieu intervient à

Page 2

notre égard à cause de ce qu’il est et non pas à cause de notre attitude. C’est effectivement une bonne nouvelle, non seulement à cause de l’enjeu fondamental de notre salut mais aussi pour toutes les autres questions de notre relation avec Jésus. Jésus n’est pas là (en premier lieu !) pour enlever mes problèmes, pour répondre à mes prières, pour agir selon ma foi et pour me faire avancer dans la sanctification. Jésus agit avant toute autre considération selon son honneur et sa sainteté. Cette priorité de ce qu’est Dieu sur nos attitudes humaines nous sauve littéralement de la perdition éternelle et pour une relation épanouie et stable avec Jésus.

JeanGeorges GANTENBEIN, Président de Vision-France


Vie d’Eglise : Molsheim

30 ANS APRÈS,

TOUJOURS CONFIANTS EN DIEU C’est en 1980 qu’Ernest Strupler, après un stage dans l’assemblée de Saverne, vint à Mutzig, avec le projet de créer une communauté à Molsheim. Un petit noyau de fidèles commença à se réunir dans son salon, puis, grandissant au fil du temps, en 1983, fut créée l’association cultuelle évangélique de Molsheim. Un beau bâtiment fut acquis dans les remparts, en réponse à un acte de foi qui confinait à la témérité, et grâce à une intervention souveraine du Seigneur en matière de finances. L’église a donc maintenant trente ans : un âge symbolique. Elle a grandi et a pris sa place dans la ville de Molsheim. Environ quarante personnes fréquentent le culte. La vie de l’église est rythmée par la réunion de prière hebdomadaire, des études bibliques (bimensuelles dans des groupes de maison, et mensuelles dans la salle de culte). Diverses équipes prennent en charge la présidence du culte, la prédication (le pasteur prêchant une fois sur deux), l’école du dimanche, l’accompagnement musical pour la louange, les cultes mission, et - toutes les tâches pratiques. Il y a, aussi, un groupe de dames et une équipe d’évangélisation pour le porte à porte. Notre bulletin d’information paraît tous les deux mois. Nous faisons plusieurs fois par an des agapes, et, une fois l’an, un week-end d’église (le plus souvent au Hohrodberg). Après qu’Ernest nous ait quitté pour implanter des églises ailleurs, nous avons eu successivement comme pasteur, Jean-Georges Gantenbein, Jakob Holland, et, depuis la dernière A.G. du

Page 3

12 avril 2013, Dominique Sieffert. Celuici, accompagné de son épouse Lydie, est devenu notre pasteur à plein temps après avoir été à mi-temps à Molsheim et à Saverne, durant l’année scolaire 2012-2013. Nous sommes reconnaissants à l’assemblée de Saverne d’avoir accepté de partager avec nous son pasteur durant

cette période ! Nous sommes très heureux d’avoir un pasteur à plein temps maintenant et prions pour Saverne, pour qu’un nouveau conducteur puisse être trouvé dans les meilleurs délais.


Vie d’Eglise : Molsheim

Nous sommes parvenus par la grâce de Dieu jusqu’à aujourd’hui, malgré des allées et venues de membres et de personnes assistant au culte. Cela a parfois ébranlé notre communion fraternelle et notre vie d’église. En ce moment, l’effectif de l’école du dimanche est très réduit, et il n’y a plus ni groupe flambeaux, ni groupe de jeunes. Quant à l’équipe d’évangélisation, elle réunit souvent moins de quatre personnes. Nous sommes également confrontés à la nécessité de redéfinir nos orientations d’église pour le futur. Notre église semble être arrivée à un tournant important de son histoire. Parmi les points forts de notre église, on peut relever que sa relative ancienneté lui confère un enracinement humain solide, lié à des liens profonds construits au fil des ans. Chacun étant animé de la volonté de construire, malgré les épreuves diverses, les cultes sont suivis de longs échanges, et les weekends d’église sont des moments très conviviaux. Toutes les équipes impliquées dans les différents aspects de la vie de l’église le font avec fidélité. Nous sommes reconnaissants de ce que la plus grande partie des membres s’engagent

et recherchent l’intérêt de la communauté. Même s’il y a peu de jeunes actuellement, plusieurs jeunes couples dans la trentaine avec de petits enfants apportent au milieu de nous leur dynamisme joyeux. Enfin, la ville Molsheim présente de nombreux avantages, que ce soit au niveau de l’emploi ou de sa proximité avec Strasbourg. Cela contribue au fait que de nouveaux frères et sœurs s’y installent (ou à proximité) pour des raisons professionnelles ou de logement, et se joignent à notre église. Nous sommes donc confiants pour l’avenir, nous fondant sur la certitude que si Dieu à été fidèle à notre égard depuis trente ans, il saura encore prendre soin de notre église et la guider. Notre souhait est qu’elle devienne toujours plus un instrument de bénédiction pour Molsheim et sa région.

Page 4


Vie d’Eglise : Soultz-sous-Forêts

UNE COMMUNAUTÉ SOUS LE

SIGNE DE LA PRÉSENCE

Dans la vie quotidienne, nous sommes tous plus ou moins attentifs et sensibles à la qualité de présence que nous offrent les personnes qui croisent notre route : écoute, sympathie, respect, volonté de trouver les mots justes sans blesser, ni flatter, franchise bienveillante… Quoi de plus précieux que d’être considéré et rejoint là où nous nous en sommes avec nos défis, nos joies et encouragements, nos succès et nos faillites ?

Quelle qualité relationnelle offrons-nous à nos familles, nos voisins, nos collègues de travail, nos enfants? Quelle qualité relationnelle offrons-nous aux membres de nos communautés ? Et quelle présence proposons-nous à la ville où est implantée notre église ? Nourrissons-nous le désir d’impacter la vie de nos contemporains en affichant une réelle qualité relationnelle qui soit en cohérence avec l’Evangile ? Fascinés par l’efficacité, les résultats visibles et quantifiables, notre société encourage et vante le rendement laissant de moins en moins d’espace à la qualité relationnelle. La réelle présence à autrui se réduit en peau de chagrin. Pourtant les apparences et les exploits humains dissimulent bien souvent un profond besoin de reconnaissance, des appels en

entrer dans une relation authentique. Mais ces appels résonnent dans le désert de l’indifférence et de l’individualisme et demeurent sans réponse. Il y a bien des années, Henri Nouwen a dit que « Derrière les grands accomplissements de notre temps se cache un profond courant de désespoir. Alors que l’efficacité et le contrôle représentent de grandes aspirations pour notre société, la solitude, l’isolement, le manque d’amitié et d’intimité, les relations rompues, l’ennui, les sentiments de vide et de dépression et un profond sentiment d’inutilité pèsent lourd sur le cœur de millions de personnes vivant dans cette société orientée vers le succès ».1 1 Nouwen, Henri J.M Au nom de Jésus, réflexion sur le leadership chrétien, Canada, Novalis, Nouvelle édition 2005, p.30


Vie d’Eglise : Soultz-sous-Forêts

Les évangiles nous présentent le Christ comme celui qui « est venu chercher et sauver ce qui était perdu » (Luc 19.10). Incarnation parfaite de la présence divine,il a offert à ceux qu’il a rencontrés l’occasion d’expérimenter une qualité relationnelle rédemptrice ! Sa présence même a transformé des vies et des situations. Zachée fait partie de ceux qui ont expérimenté cette présence rédemptrice, parce Jésus voyait au-delà des apparences et de la réputation. Considéré comme un traître empli de richesses à qui il consacrait obséquieusement sa vie, Jésus voit la pauvreté de cœur de Zachée et sa faillite spirituelle. Les rencontres sont nombreuses où Jésus, par sa présence, rejoint des femmes et des hommes qui retrouvent dignité et pardon, salut et espérance. L’Evangile possède aujourd’hui encore ce merveilleux et puissant pouvoir intrinsèque de transformer la faillite spirituelle de nos contemporains en richesses surabondantes.

Au cœur de Soultz-sous-Forêts, notre petite communauté nourrit le désir d’être un lieu de qualité relationnelle, un lieu d’espérance et de vie centré sur Christ. Nous essayons de développer une présence de qualité et d’offrir de belles occasions aux Soultzois de se laisser interpeller par l’Evangile : • L’activité bougie proposée chaque année à la Saline, draine de nombreuses personnes à qui nous nous faisons connaître.

• Une activité exotique a rassemblé de nombreux enfants en plein air qui ont écouté avec intérêt un missionnaire, Kurt Schaëfli, qui travaille parmi les Indiens. • Notre présence « lumineuse » ne passe pas inaperçue au marché de Noël de Soultz. • Le 14 février prochain la Saint Valentin marquera le top départ d’une affaire de cœur et de couple : nous proposerons sept soirées Alpha au restaurant « Le Vivaldi » à Soultz ! Joël HERRMANN

Page 6


Implantation d’Eglises : Bellignat-Oyonnax

NE NOUS CHERCHEZ PAS À OYONNAX...

NOUS SOMMES À BELLIGNAT ! Un peu d’histoire et de géographie !

Bellignat : commune située au nord

du département de l’Ain, dans le Haut Bugey, au sud d’Oyonnax, encadrée de massifs forestiers, appartenant au canton d’Oyonnax sud dans l’arrondissement de Nantua, s’étendant sur 784 hectares. Son altitude varie entre 516 et 913 mètres. Ses reliefs en représentent 400 hectares. Elle est traversée par le Lange, une petite rivière. Les hivers y sont assez rudes avec des chutes de neige prolongées ... et de fortes gelées. Les étés sont relativement chauds avec de fréquents orages. La commune acquiert le nom de Bellignat le 22 août 1957. A l’origine, le territoire étant marécageux, ses habitants sont encore appelés aujourd’hui «les Renouillus», dérivé de «grenouillus».

Quand il fait bon vivre au pays des Renouillus !

Notre assemblée s’est retrouvée au Château Saint Albain (2) les 7 et 8 septembre pour son WE de rentrée avec le thème : la prière communautaire. Un temps privilégié pour davantage se connaître. Des temps de méditations, de partages, de culte, de prières, des temps de pause autour de tables garnies, des temps d’échanges pendant la corvée vaisselle, un temps d’éclate totale lors de la soirée jeux du samedi !

Un verset pour la rentrée

«Tous s’appliquaient fidèlement à écouter l’enseignement que donnaient les apôtres, à vivre dans la communion fraternelle, à prendre part aux repas communs, à participer aux prières.» Actes 2v.42 Il y a une suite ... Au v.47, «... Et le Seigneur ajoutait chaque jour à leur groupe ceux qu’Il amenait au salut.» Le Seigneur Lui-même amène au salut et ajoute au groupe. Nous tous sommes appelés à écouter fidèlement, à vivre la communion fraternelle avec joie et simplicité de cœur, à louer Dieu. Et Lui fait Son œuvre!

Voilà ce que nous vivons ici à Bellignat

Des personnes nouvelles ont pris place dans nos rangs.Il y a eu Samuel, Grégory, Virginie avec Daneel et Rafael né le 23 septembre. Puis, Sandra et Jérôme avec Evan, 7 ans ; Selvarajah et Valarmathy avec Shanthushan, Saththiya et Ambika, originaires du Sri Lanka; Jeanne Lise ; Jade et Gilles et leur bébé à naître ; un autre bébé fera aussi entendre sa voix début 2014 ; Peut-être Marian et Carlos d’Espagne. Carlos attend une réponse pour un emploi de grutier dans la région. Petite assemblée aux doux accents mêlés !

Que Dieu nous garde fidèles dans l’accueil de toutes ces personnes, dans l’attention à l’autre, dans l’amour. Les 5 et 6 octobre, Emmanuel MAENNLEIN a proposé une conférence sur le thème «Médiums, astrologues, guérisseurs, ce qu’ils ne nous disent pas.» Les finances ne nous permettant pas un repas au restaurant, 7 femmes se sont unies pour préparer la salle et organiser un apéritif dinatoire. Les hommes ... en coulisses ... ont apporté conseils et critiques constructives ! Belle occasion de travailler ensemble. Belle récompense de voir la salle remplie (une 50aine de personnes présentes, dont une 10aine invitées.) (3) Le dimanche matin, le combat spirituel était le thème du message. «Puisez votre force dans le Seigneur et dans Sa grande puissance...... endossez l’armure que Dieu donne afin de pouvoir résister au mauvais jour et de tenir jusqu’au bout après avoir fait tout ce qui était possible.»


Implantation d’Eglises : Bellignat-Oyonnax

Un groupe de jeunes adultes a débuté en septembre, sous l’impulsion de Samuel et la motivation de tous. Ils se retrouvent à 10 ou plus, 1 samedi sur 2, désireux de grandir en Christ, pour certains de Le découvrir comme Sauveur et Seigneur, de participer à la vie de l’Eglise de par leurs différents dons. Notre groupe d’école du dimanche : 4 enfants dont 3 d’une même famille. Evan 7 ans et Thomas 7 ans, Emma 10 ans, Léa 11 ans ½. Que Dieu nous donne sagesse et discernement dans l’enseignement que nous leur apportons, qu’ils puissent découvrir en Jésus, ce merveilleux Sauveur et ami. Olivia, Arthur, Laurine, Daneel et Maëlya sont à la garderie.

• La Mission Évangélique d’Arbent nous rejoint 1 dimanche par mois. • Un culte commun avec l’Assemblée de Dieu de Geilles le 24 novembre. • Une rencontre avec les paroisses catholique et protestante en janvier. • Une «semaine bougies» du 25 au 30 novembre, occasion renouvelée de contacts avec des personnes de l’extérieur. Notre région compte beaucoup de nationalités, cultures , religions différentes. Beaucoup de pauvreté, tant physique que spirituelle. Soyons lumière là où Dieu nous as placés. «Par nature, nous avons tendance à vouloir faire des choses sensationnelles pour Dieu. C’est une erreur ! Il nous faut être sensationnels dans les choses ordinaires, saints dans les rues misérables, parmi les gens médiocres» Oswald CHAMBERS. Pour l’Eglise de Bellignat, Christelle MUNCH

Page 8


Témoignage

AU FIL DU BOIS...

La vie de chrétien peut quelquefois ressembler à un parcours aventure dans les arbres. On doit franchir, étape après étape, toutes sortes de difficultés (ponts, tunnels, tyroliennes,…). Les plus difficiles nous rappellent vite notre fébrilité.

Dans la marche chrétienne, l’épreuve nous permet d’être toujours plus dépendants de Celui qui nous assurera la meilleure sécurité, à savoir Jésus-Christ ! A la différence d’un parcours dans les arbres où le chemin est tout tracé, nous avons des choix à faire pour la direction à prendre parmi différentes possibilités. V’là une nouvelle difficulté ! Jeune alsacien et amoureux du bois surtout de par mes formations en menuiserie et charpente, je me retrouve maintenant moi-même formateur dans ces deux domaines non loin d’Oyonnax ! Pour en arriver là croyez-moi, ce fut une incroyable aventure !!! Lorsque j’ai dû m’éloigner de l’Alsace pour poursuivre mes études, le Seigneur m’a donné l’occasion de voir la dynamique des Eglises ailleurs en France. Une chose était sûre, si j’avais l’occasion de m’investir plus tard dans une de ces petites Eglises, je le ferais !!! Finalement, après mes études, les portes se sont grandes ouvertes en Suisse où j’ai vécu 3 années. Durant ce temps j’ai beaucoup évolué (surtout professionnellement) mais je ne me sentais pas véritable-

ment chez moi et je m’attendais à Dieu pour qu’il me montre la nouvelle tyrolienne direction « la France » à prendre, si toutefois c’était Sa volonté. De fil en aiguille, un choix important se profilait à l’horizon… J’avais l’opportunité de devenir responsable d’une nouvelle succursale de l’entreprise qui m’employait. Je savais que si je m’engageais dans un tel projet, j’allais m’enraciner en Suisse pour 10 années minimum. A cette idée, je n’étais pas du tout serein… Mais Dieu, connaissant parfaitement ma situation, me présenta une nouvelle direction possible par l’intermédiaire d’un de mes excollègues (celle du poste de formateur). Mais, sur quel câble accrocher ma poulie? C’est la question que j’ai formulée à Dieu (en d’autres termes bien sûr…) tout bouleversé d’un éventuel chamboulement à prévoir. Mais quand j’ai vu la région, l’école, et l’excellent accueil de l’Eglise de Bellignat j’ai cru entendre Dieu me dire : « Fonce »! Alors j’ai pris ma poulie à deux mains, et dans une pleine confiance au Seigneur, j’ai démissionné, et hopla, c’était parti pour l’inconnu.

Aujourd’hui, avec une année de recul, je peux dire avec assurance que j’ai fait le bon choix car je m’épanouis dans mon nouveau métier (qui m’était totalement inconnu), dans un beau cadre montagneux (qui m’était aussi totalement inconnu), et surtout dans l’Eglise très familiale de Bellignat où je trouve bien ma place parmi mes frères et sœurs (que je ne connaissais pas non plus). En tout cas, tout cela est avant tout l’œuvre de Dieu et je peux vous dire que ça m’a scié !!! Il me semble qu’il y a pas mal de câbles tendus depuis l’Alsace vers le reste de la France. Si ça vous branche de vivre cette aventure et que Dieu a prévu ça pour vous, alors il vous accordera la bonne poulie dans le bon timing ! Samuel EDIGHOFFER « Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, et mes pensées au-dessus de vos pensées. » Esaie 55 v.9

Page 9


Poème

À SON IMAGE... A Son image, homme et femme, de Sa main, façonnés. Pour eux, joie, félicité. Une vie avec Lui, calme, paisible. Pour eux, la liberté. Sa création entière... divinement belle ! L’homme ...un chef-d’oeuvre ! La femme ... une pure merveille ! En cet instant, ne fut-Il pas Lui-même profondément ému devant tant de beauté ?

Sans crainte, du Sage nous les avons détournés. A nos oreilles nous avons donné d’entendre ce que jamais elles n’auraient dû entendre. Sans crainte, de la tendre voix du Père nous les avons détournées. Nos coeurs, nous les avons laissés se souiller. Sans crainte, des conseils du Maître nous les avons détournés. A nos lèvres, le fruit défendu nous avons porté

*** Il vit que tout cela était bon.

***

***

***

De Ses yeux emplis de cet émerveillement des larmes n’ont elles pas coulé ? Parce qu’Il savait ... Son coeur empli d’amour n’a-t-il pas saigné ? Parce qu’Il savait ...

Il savait ...

Du Créateur, le cœur est attristé...

*** De Lui, le Créateur, de Lui, le Magnifique, de Lui, le Divin Potier, nous, hommes et femmes, merveilleuses créatures, nous sommes détournés. *** A nos yeux nous avons donné droit de se poser là où ils ne devaient pas.

Alors Son regard sur nous se pose. Son regard ... Son regard est amour. Son regard est compassion. Son regard est pardon. Sa créature, Il l’aime ! Elle est à Lui, ô ! combien précieuse ! Toujours, oui, toujours Il en prendra soin. Son Amour ... rien ne le lasse ! C’est Lui, c’est Dieu, c’est le miracle de Sa grâce. CM

Vous voulez contribuer au soutien d’un de nos missionnaires, collaborateurs ou stagiaires, faites parvenir vos dons : Association Vision-France Siège administratif: 13, Xavier Marmier 25000 BESANCON - France

Tél. +33 3 81 50 91 70; vision.france@gmx.net

Siège social : 6 petite rue des Blés 68000 COLMAR SIRET: 434 186 862 00034 APE: 9491Z Membre de :

Par chèque :

adresse d’envoi : Association Vision-France, 13 rue Xavier Marmier, 25000 Besançon libéllé chèque : Vision-France

Par virement : En France :

CCM BESANCON-MONTRAPON RIB : 10278 08004 00020143201 33 IBAN : FR76 1027 8080 0400 0201 4320 133 BIC : CMCIFR2A

En Suisse :

Vision-France FR-68000 COLMAR, C.C.P. Suisse : 91-456339-4

En Allemagne :

Chrischona-Gemeinschaftswerk Deutschland Volksbank Giessen BLZ 513 900 00 KtoNr. 50 237 800 EKK Kassel BLZ 520 604 10 KtoNr. 5851 Vermerk: Vision-France und Zweck der Spende

IMPORTANT : Pour une bonne affectation de votre don et pour l’édition du reçu fiscal, veuillez obligatoirement préciser votre nom et la personne que vous voulez soutenir.


Informations / Prière NOTRE ENGAGEMENT POUR UNE

CULTURE DE FORMATION

La formation professionnelle en France pèse 30 milliards d’€. Les employés se voient proposer toutes sortes de stages et de formations. Il faut apprendre et ne pas se reposer sur ses lauriers, ou alors on court le risque de se retrouver dépassé par les défis du monde de demain. Combien investissons-nous dans nos Eglises pour la formation des disciples, des responsables d’activités, des diacres et des anciens ? Quel est notre engagement pour la formation (continue !) des pasteurs et missionnaires ? A la question « combien » je n’attends pas un chiffre indiquant des €uros dépensés, mais une réponse démontrant l’importance accordée à la transmission du « savoir », à l’accompagnement du « savoir être » et à l’apprentissage du « savoir faire ». La concurrence est rude. Nombreux sont les chants des sirènes qui cherchent à capter notre attention ou qui s’imposent dans notre agenda. Nous sommes submergés par quantité d’informations venant du monde entier, paraissant plus intéressantes les unes que les autres. Puis, au travail il y a des objectifs à tenir et des formations à suivre, sans relâche, au point que notre esprit arrive à saturation, tout en ayant l’impression que moi, ma personne, n’est plus vraiment prise en considération. Comme si j’étais un parmi d’autres, tantôt un objet, tantôt un acteur, tantôt un prestataire de services ou un consommateur. Qui s’étonne encore qu’il est de plus en plus difficile de trouver du temps pour se former et se laisser former afin servir le Seigneur et le prochain dans l’Eglise. Devant ce constat nous ne voulons baisser les bras ni abdiquer. Nous avons une mission et une vision : « faire des disciples ». Une culture de formation, c’est adopter une attitude : « Nous voulons apprendre à aimer … apprendre ! ». La réflexion est déjà engagée avec les pasteurs, puis elle le sera avec les responsables de nos Eglises.

… voici quelques citations de Philippe Carré • On apprend toujours seul mais jamais sans les autres. • La formation n’a pas de prix, mais elle a un coût. • La formation, c’est rendre la personne responsable (de sa vie). • Un adulte qui choisit est un adulte qui s’engage.

fév. 2014

Info Bellignat-Oyonnax • Nous sommes reconnaissants à Dieu pour cette assemblée qui grandit, que Dieu nous donne de rester accueillants, remplis d’amour et d’attention à l’autre. • Reconnaissants pour ce groupe de jeunes adultes motivés pour servir le Seigneur dans l’église. • Prions pour nos enfants, pour les enseignements qui leur sont apportés. • Qu’ils se sentent à leur tour aimés du Père et désireux de Lui appartenir. • Que les animateurs soient renouvelés, inspirés pour leur apporter l’évangile.

• Que les visiteurs occasionnels soient interpellés par le message de la grâce, lors de culte ou d’activités ponctuelles (bougies, conférences ou soirée oecuménique) • Des études bibliques spécifiques ont débuté en septembre avec 3 jeunes chrétiens pour qui la langue française reste difficile. • Que les enseignements apportés par Marcel soient compréhensibles et utiles pour leur croissance spirituelle.


Sujets de prière / impressum

CHRISCHONA

-NEWS

Molsheim • Reconnaissance pour la fidélité du Seigneur durant ces 30 ans • Que l’église devienne toujours plus un instrument de bénédiction pour Molsheim et sa région.

Réunion de l’équipe de direction de Chrischona International le 10 et 11 juin dernier en France, à Muhouse. L’adjoint au Maire de la ville de Mulhouse accueille l’équipe devant la Chapelle évangélique de Mulhouse.

Soultz sous Forêts Merci de prier : • pour la persévérance dans l’annonce de l’Evangile • pour la croissance numérique et spirituelle de notre petite communauté • pour le lancement d’Alpha couple le 14 février 2014 • pour un discernement dans le cadre d’une réflexion autour de la question d’un local.

1ère rangée : René Winkler (directeur international), Wieland Müller (responsable des Eglises allemandes), Paul Quint (adjoint au Maire de Mulhouse), Jean-Georges Gantenbein (président Vision-France) 2ème rangée : Peter Gloor (responsable des Eglises suisses), Walter Stauffacher (directeur administratif), Horst Schaffenberger (directeur du séminaire théologique)

impressum :

Journal de liaison bimestriel de "Vision-France", une Union d’Églises Protestantes Évangéliques, membre du Réseau FEF, du CNEF et de la Fédération Internationale Pilgermission St. Chrischona (Suisse). Adresse administrative Vision-France 13 rue Xavier Marmier 25000 Besançon Tél +33 (0)3 81 80 87 19 Directeur de publication: Jean-Georges Gantenbein vision.france@gmx.fr Rédaction: Roland Wagner, Thomas Wagner, Roland Brobeck, Jean-Georges Gantenbein Graphisme: Barbara Saegesser mise en page : Christoph Hauser

Imprimé par Saxoprint, Paris ISSN : 2107-4259 Dépôt Légal : février 2014

Compte Pour soutenir le journal, l'administratrice ou le coordinateur de Vision-France

Administration Par virement : Roland Wagner, rolandwagner@gmx.fr Compte postal : Strasbourg 3 349 82 W036 IBAN: FR67 2004 1010 1503 3498 Photos, illustrations : 2W03 679 page 10 : pixelio.de; p. 11: Lupo, pixelio.de Autres photos : privées et archives des Eglises BIC: PSSTFRPPSTR

Page 12

Par chèque : Vision-France, 13 rue Xavier Marmier, 25000 Besançon Libellé du chèque : Vision-France avec sur le verso la mention « don pour ... » IMPORTANT : Pour une bonne affectation de votre don et pour l’édition du reçu fiscal, veuillez obligatoirement préciser votre nom et le projet que vous voulez soutenir.


Journée des Eglises d’Alsace-Moselle

FORT PAR SA PAROLE PAROLE QUI FORME, PAROLE QUI TRANSFORME

En recevant la Parole que nous vous avons annoncée, vous ne l’avez pas accueillie comme une parole purement humaine, mais comme ce qu’elle est réellement, c’est-à-dire la Parole de Dieu, qui agit avec efficacité en vous qui croyez. 1 Thessaloniciens 2/13 Les moments forts de la Journée des Eglises du 27 octobre à Seebach ! La louange, dirigée par Arnaud Schrodi et ses musiciens, avec des chants choisis dans les répertoires classiques et plus récents, a donné l’occasion à toute l’assemblée d’offrir un culte d’adoration à Dieu.

ternet (sites de l’IBG, IBN…). Dieu nous a donné par son Esprit tout ce dont nous avons besoin. En réponse, Jean-Georges Gantenbein a exposé les différentes possibilités de formation au sein de Vision France. Un enseignement pour les enfants sous forme de sketch : les outils du charpentier. Chacun est utile aux yeux de Dieu. « Dieu dit : « Tu as du prix à mes yeux, tu comptes beaucoup pour moi et je t’aime. »

L’orateur, Reynald KOZICKY, président du Réseau FEF, nous a encouragés à nous mettre à l’écoute de la Parole, à la recevoir avec un cœur attentif. Cette Parole FORME, nous éduque pour être amenés à une certaine maturité pour faire la volonté de Dieu. Cette Parole TRANSFORME, le processus de délivrance s’opère par elle. Concrètement, qu’est-ce que cela signifie ? Que nous devons nous donner les moyens de l’étudier, seul avec Dieu, au sein de l’Eglise, en direct ou par correspondance et pourquoi pas par in-

MAIS la Journée des Eglises, c’est aussi l’occasion de mieux connaître notre Union : ses activités avec Liberty Planet, Le Tremplin, la maison de retraite du Petit Château… exposées dans les stands. L’évolution des projets d’implantation en Vendée, dans le Jura. Arnaud Schrodi a présenté son projet « Un cœur pour Strasbourg » qui devrait voir le jour en 2014.

C’est aussi la communion fraternelle : un temps privilégié (trop court, diront certains) pour revoir ceux que l’on a croisés dans un camp, dans une Eglise…

BREF : la Journée des Eglises, c’est un temps FORT dans la vie de notre Union.

un décor automnal très réussi !


Vie d’Eglise : Sélestat

Retour sur un week-end bien particulier, organisé par le Centre Evangélique de Sélestat, qui s’est déroulé le samedi 28 et le dimanche 29 avril 2013 dans une des salles du centre ville de Sélestat. Durant ces deux jours a eu lieu un évènement appelé « Jouets en bois, jouer avec joie ». Mais au fait, qu’est-ce qui se cache derrière ce slogan ?

Une mission

« Vous brillez comme des flambeaux dans le monde, portant la parole de vie.» (Phil. 2 v 15-16) C’est une grande miss-ion ! Un appel à être des témoins de Jésus au milieu de ceux qui nous entourent au milieu de la ville.

Un loisir

Des jouets et jeux en bois ??? Ils sont petits et grands, d’aujourd’hui et d’autrefois : connus ou à découvrir, des jeux qui demandent de la réflexion, de la rapidité, des réflexes, de la patience, et parfois un peu de réussite ! Ce sont des jeux pour tous les âges et pour tous les tempéraments. Un loisir qui s’ouvre à tous.

Un projet

Concilier le loisir des jouets en bois avec la mission : être des témoins dans la ville. Ainsi, pourquoi ne pas faire découvrir ces jeux au public le temps d’un weekend ? Pourquoi ne pas

vivre ces moments de rires, de détentes et de découvertes tout en affichant notre identité : enfants de Dieu ? C’est en réfléchissant comment concilier ces deux données, qu’est né le projet d’un week-end de jeux en bois. Un week-end avec pour but d’offrir à tous un temps de détente entre amis ou en famille : un temps de joie. Deux jours qui nous offriraient à nous, Eglise, une occasion de partager cette joie avec eux en les accueillant, en les accompagnant autour des différents jeux, en les encou-

rageant, … C’est un beau témoignage du Seigneur à offrir par notre attitude et notre intérêt pour chacun des visiteurs et une belle occasion pour se présenter et présenter l’Eglise.

Un travail d’équipe, un travail d’Eglise

Une fois le projet défini, plusieurs bénévoles de l’Eglise et même de l’extérieur, accompagnés du groupe des flambeaux se sont mis au travail pour fabriquer les différents jeux. Certains se sont chargés de la mise en place de la salle avec la décoration tandis que d’autres ont préparé de belles tables pour offrir de quoi boire et manger. La librairie Certitude de Sélestat était également de la partie avec un stand présentant différents ouvrages. Tout un panel de personnes s’y est mis pour porter ensemble ce projet.

Page 14


Vie d’Eglise : Sélestat Un « bruit vivant »

Un homme âgé est rentré dans la salle et a dit à l’un des membres de l’Eglise : « C’est bruyant là-dedans ! Mais c’est un beau bruit, un bruit vivant ! Je connais ces jeux de mon enfance et de les revoir aujourd’hui ça me touche beaucoup ! C’est beau ce que vous faites ! Continuez seulement ! » Ce témoignage, pris parmi d’autres, fait partie des beaux souvenirs que nous gardons ! Ces deux jours étaient dynamiques et sportifs, mais remplis de richesses ! Plusieurs visiteurs sont repartis avec un

Plus de 800 visiteurs

Lors d’événement comme celui-ci, on se pose toujours des questions comme : « Y aura-t-il du monde ? », « Est-ce que ça va plaire ? », « Est-ce que les deux jours ne seront pas de trop (les portes de la salle étaient ouvertes de 10h à 18h le samedi et de 14h à 18h le dimanche) ? ». A notre grande surprise, au fil des heures, nous avons vu arriver de plus en plus de visiteurs qui sont venus s’essayer aux différents jeux. Que c’ était beau de voir ainsi des gens de tout âge et de tout milieu, venir passer une après-midi de détente en notre compagnie et y prendre plaisir, à tel point qu’à 18h il était difficile de leur faire comprendre nous allions fermer la salle !

dépliant de l’Eglise, d’autres avec un ouvrage chrétien et d’autres avec ni l’un ni l’autre mais tous ont été reconnaissants d’avoir pu passer un bon moment ! Un de nos souhaits est également de mettre nos jeux à la disposition d’autres églises pour qu’elles puissent, elles aussi ,organiser des événements dans leur localité. N’hésitez pas à contacter le Centre Evangélique de Sélestat si vous êtes intéressé.

A Notre Dieu, revienne toute la GLOIRE !


La dernière

BLAISE ET MANUELA EN QUELQUES LIGNES...

Un jour d’avril 2007, nous nous rencontrons pas tout à fait fortuitement dans le TER entre Montbéliard et Besançon. Blaise terminait alors ses études en urbanisme et Manuela effectuait un stage à Belfort pour devenir éducatrice/assistante sociale. Pourquoi as-tu choisi le TSC (Séminaire théologique Chrischona) et non un institut biblique ou une faculté de théologie de langue française ? Pendant assez longtemps, j’ai essayé de comprendre pourquoi Dieu a permis que j’apprenne l’allemand. Lorsque plusieurs personnes m’ont invité à me former pour un ministère, cette capacité linguistique m’a semblé prendre du sens. Je suis allé aux journées portes ouvertes du TSC, j’ai compris deux choses essentielles : le Seigneur m’appelle et il veut que je passe par le TSC !

Quelles sont tes attentes par rapport à cette année de stage ? Ce stage à Colmar me permettra de préciser mes domaines de prédilection et aussi d’acquérir certaines expériences que des études théologiques ne fournissent pas forcément. Avez-vous déjà une idée de ce que vous ferez après cette année à Colmar ? Nous aimerions continuer de travailler avec Vision France! Et pour terminer : as-tu à cœur de partager une parole d’encouragement aux lecteurs de ce journal ? Dans ma première prédication à Colmar, j’ai évoqué la parabole du grain de moutarde. Le Seigneur nous dit que le Royaume de Dieu est marqué par des commencements modestes et sans gloire. Le TSC n’a-t-il pas commencé avec un seul et unique étudiant ? Ce qui me donne espoir, c’est que cette histoire peut se répéter, par exemple aujourd’hui en Vendée...

Qu’est-ce qui t’a amené à effectuer un stage à Colmar ? J’ai effectué un stage de prédication en 2011 à Colmar. Lorsqu’on m’a indiqué pouvoir y faire un stage de un an, j’étais partant.

Page 16

Blaise & Manuela GOUGET

REFLETS antan n°20 / Février 2014  
REFLETS antan n°20 / Février 2014  
Advertisement