Issuu on Google+

P4

P5

 P 13 - 15

Le nouveau centre social fonctionne

Les vingt ans d’Arras-Oudenaarde

Di Dou Da fête ses quinze ans

ARRAS actualités P.

www.arras.fr

Le magazine des Arrageois

N° 246 - Juin 2010

Jardin des Rosati : un nouveau parc public


Lors des journées portes ouvertes des 24 et 25 avril, cinq mille cinq cents personnes (34% d’Arrageois et 23% d’habitants de la Communauté Urbaine), sur les neuf mille visiteurs, ont répondu à différents questionnaires concernant l’aménagement des soixante-douze hectares de la Citadelle et des sites militaires annexes. Le dépouillement de cette consultation est révélateur de l’attachement des Arrageois à ce patrimoine classé par l’Unesco et de leur volonté de le voir au maximum préservé dans son intégrité, en ne l’ouvrant notamment que très peu à la circulation automobile. C’est évidemment cette orientation qui sera suivie dès les premières interventions à court terme avec la finalisation du cheminement piétonnier de la trame verte et bleue.


Sommaire - Edito I Actualité

Éditorial Éditorial

Page8 8 Page Une visite sénatoriale

Jean-Marie Vanlerenberghe Maire d’Arras Sénateur du Pas-de-Calais Président de la Communauté Urbaine d’Arras

Pages1010etet2020 Pages

Une richesse d’expression

Les enfants artistes

Page1818 Page Le retour de Paris-Arras

ARRAS ACTUALITÉS n° 246 Juin 2010 Directeur de la publication : Jean-Marie Vanlerenberghe Directeur de la Communication de la Ville d’Arras : Christophe Serieys Directeur de la rédaction - Rédacteur en chef : Claude Marneffe Reporter photographe : Julien Mellin Concepteurs graphiques : Béatrice Couadier - Mathieu Lucas Claudine Stiévenard - Christine Roussel Sortir à Arras : Brigitte Joud Photogravure et impression : Imprimerie Chartrez - Saint-Nicolas-les-Arras Distribution : Adrexo Fax : 03 21 50 51 79 http://www.arras.fr E-mail : com@ville-arras.fr Attachée de Presse : Anne-Charlotte Derville 03 21 50 50 87 Assistante de direction : Caroline Deleval 03 21 50 51 44

Sur les neuf mille visiteurs qui ont investi la citadelle les 24 et 25 avril pour s’interroger avec nous sur son devenir, cinq mille cinq cents ont aussi répondu aux questionnaires sur l’avenir des sites militaires. C’est un plaisir de constater à quel point l’aménagement du patrimoine de Vauban intéresse les Arrageois. Votre avis, détaillé dans la présentation ci-contre, sera bien évidemment pris en compte dans le projet que doit prochainement nous soumettre l’architecte. Une fois de plus, cette démocratie participative, que nous appliquons depuis toujours du plus petit au plus important dossier, a fait la preuve de son efficacité. Il y a toujours grand intérêt à écouter les habitants. La vision qu’ils ont de leur ville, et de leur vie, leur perspicacité enrichissent la collectivité. Ce souci d’écoute doit aussi s’appliquer au progrès social. Et c’est pourquoi nous avons lancé sur internet, avec le conseil de développement du Pays d’Artois, une grande enquête de santé pour connaître vos attentes en cette matière. Nous vous encourageons vivement, quel que soit votre âge, à répondre également à cette consultation. Ses résultats permettront d’améliorer l’offre médicale et l’organisation de la santé publique, pour mieux répondre aux besoins et aux attentes de chacun. Enfin, pour terminer sur une note plus légère, l’association Di Dou Da, pour l’été de ses quinze ans, vous invite à aller chanter dans le cadre de son festival « Faites de la chanson ». Comme dit le bon sens populaire, il est parfois plus facile de le dire en chansons ! Mais, d’une manière ou d’une autre, c’est toujours à vous de vous exprimer avec toujours le même refrain : en vous écoutant nous changeons la ville. Et c’est votre vie que nous changeons. Arras Actualités Juin 2010

3


2

La fête des Voisins : une soirée pour créer du lien Avec cette année, pour son dixième anniversaire, une dizaine de nouveaux sites encore, la fête des Voisins est devenue à Arras la grande soirée de la convivialité dans les quartiers. Le 28 mai, dans une quarantaine de lieux, on s’est retrouvé, on a fait connaissance, et ce soir de fête débouchera souvent sur des relations durables de voisinage basées sur l’entraide et la solidarité. 1 1) A Saint-Michel, cette année, comme le temps le permettait, on avait sorti les tables de dehors et l’on se réjouissait que la soirée soit familiale avec les enfants et les aînés. 2) A la maison de retraite des Blancs-Monts, un goûter à l’extérieur l’après-midi a aussi été l’occasion d’une petite brocante au profit de l’association « Vivre ensemble » qui organise des animations pour les pensionnaires. 3) Du côté de l’immeuble Balzac, quelques locataires avaient improvisé un barbecue. 4) La résidence du parc Saint-Sauveur, rue de Cambrai, existe depuis trois ans, mais c’est la première année que l’on participait à la fête des Voisins, à l’instigation d’Evelyne Deloffre et d’Odile Chuffart. Les locataires ou co-propriétaires sont aussi des éco-citoyens : deux composteurs recyclent les déchets ménagers pour le jardin et, autour du buffet, on discutait beaucoup de cette démarche qui permet une économie de charges. 3 5) L’association des résidents de la place de Marseille n’a que deux mois, mais rayonne déjà sur le quartier. Pour la fête des Voisins, sa présidente, Aurélie Bertout, et sa voisine, Géraldine Maerten, avaient distribué trois cents invitations. « Nous voulons, disaient-elles, créer du lien dans le quartier ». Le dimanche 20 juin est organisé un véritable vide-grenier : « certaines petites mamies ont retrouvé des merveilles d’un autre temps »…

4

5


Anniversaire I Actualité

Arras-Oudenaarde : vingt ans et un nouveau cap

géants se sont pliés en quatre pour prendre la route des Flandres et défiler dans les rues de la ville jumelle escortés par une délégation d’une soixantaine de jouteurs en tenue d’apparat qui se sont affrontés sur les eaux imperturbables de l’Escaut. La chorale Crescendo s’en est donnée à cœur joie Au musée de la tapisserie, les visiteurs avec son homologue Jedidja sous les arrageois ont aussi découvert l’atelier voûtes de l’église Saint-Laurent d’Ende restauration. ame. Et, pour faire entendre à nos amis belges l’Ami Bidasse et le Plat des célébrations officielles et discours Pays de Brel, notre carillonneur local, attendus, a découvert une ville elle aussi Jean-Claude Blanchard, a monté alleriche de patrimoine. gro presto les deux cent vingt marches « Nous souhaiterions pour la suite de nos d’un beffroi sosie de celui d’Arras, et relations, confiait Anne-Marie Vanmercomme lui classé au patrimoine mondial haeghe, présidente du comité de jumede l’Unesco, mais sans ascenseur ! lage à Oudenaarde, que les échanges entre Des choix touristiques les deux cités prennent une nouvelle dimension, plus basée désormais sur les rapports Pour le vingtième anniversaire de son entre les habitants eux-mêmes par la prajumelage avec Arras, Oudenaarde avait tique d’un tourisme réciproque ». Les Flaainsi souhaité faire transparaître la fête mands savent ce qu’ils pourraient venir dans la ville et auprès de la population. admirer chez nous, et nous proposePar une banderole également, traversant raient une enrichissante visite chez eux la rue Haute, les habitants d’Oudenaarde avec un programme comprenant, notamétaient appelés à se souvenir qu’ils ment, la découverte de leur musée de la étaient liés aux Arrageois, et la délégatapisserie, une référence artistique qui tion arrageoise, les 22 et 23 mai, au delà

N

OS

Jean-Marie Vanlerenberghe a reçu des mains du bourgmestre d’Oudenaarde, Marnie De Meulemeester, une statue spécialement conçue pour fêter les vingt ans du jumelage.

est un autre point commun avec la capitale de l’Artois. « Vingt ans, c’est un âge où l’avenir s’offre à vous. Nos échanges ont été nombreux et fructueux au niveau associatif. Il faut que notre fraternisation prenne de l’ampleur et persiste », affirmait Jean-Marie Vanlerenberghe, exprimant implicitement son accord pour cette nouvelle orientation à laquelle les deux offices de tourisme auront à travailler. Promettant d’encourager les Arrageois à découvrir Oudenaarde, le Maire, répondant au souhait de son homologue bourgmestre Marnie De Meulemeester d’un nouvel avenir pour le jumelage, se montrait favorable au « développement de relations populaires sur le plan touristique ».

Arras Actualités Juin 2010

5


Actualité I Inauguration

Un nouveau centre social : pour un NEC… plus ultra ! En gestation depuis les premières consultations avec la population en avril 2008, le nouveau centre social Nord-Est-Centre a été officiellement inauguré le 27 avril dans les murs de l’ancien foyer Amoureux, du nom, rue du Crinchon, de l’adjoint aux Affaires Sociales qui avait en 1960 voulu cette maison pour héberger quatre-vingt-sept ménages retraités. OUR ces nouvelles attributions, le fronton du bâtiment, qui fut par la suite salle d’événements familiaux, affiche désormais centre Jean-Amoureux. Les locaux ont été réaménagés pour accueillir les services de ce troisième centre social arrageois, après Blum à l’ouest et Torchy au sud, qui, selon les statuts édités par les pouvoirs publics en 1995 à la création de ces équipements de quartier, devra, à son tour, mener pour les habitants du secteur nord-est-centre des actions « concertées et novatrices ». Comme l’ont souligné Jean-François Guyo, président du nouvel outil, et Claude Féret, président du centre social Arras-Ouest, c’est grâce à ce dernier, dont professionnels, administrateurs et bénévoles ont accepté une mutualisation des ressources humaines et matérielles, que ce nouveau centre peut démarrer efficacement dès aujourd’hui. C’est ce qui a fait l’originalité du projet et lui a donné un supplément d’âme.

P

Une importante délégation du centre social Arras-Ouest s’était déplacée pour la naissance du petit frère porté sur les fonts baptismaux. « C’est, disait Claude Féret, la preuve de la réussite du challenge : les gens des quartiers ouest viennent dans le centre ! ».

Devant Alain Boisson, président de la fédération des centres sociaux du Pasde-Calais, et Jacques Boulnois, directeur de la CAF d’Arras, qui a donné son agrément pour deux ans et promis la pérennité de son soutien, l’accent a été mis sur une volonté d’accompagner les seize-vingt-cinq ans « afin de leur faire développer des motivations ». « Mais, disait Claude Féret, l’enrichissement doit être collectif et perceptible. Notre travail en commun doit rendre service à tous ».

Frédéric Leturque, adjoint à la Cohésion Sociale, a d’ailleurs ensuite souligné cet exercice de citoyenneté et affirmé avoir été marqué « par la simplicité du dialogue qui développe un certain art de vivre d’écoute et de solidarité ». C’est ainsi que ce centre social NordEst-Centre, qu’à coup sûr on abrégera vite en NEC, devrait être appelé à devenir un …nec plus ultra du genre. Claude Marneffe

Une digne commémoration du 8 mai UELQUES cars ont transporté représentants des associations patriotiques, anciens combattants, porte-drapeaux et personnalités vers les différents points de commémoration à l’occasion de la célébration locale du soixante-cinquième anniversaire de la Victoire de 1945, le 8 mai. Place Foch, autour du monument aux Morts, des écoliers ont participé à la cérémonie en lisant des textes préparés en classe, puis en chantant en chœur la Marseillaise après que l’Harmonie ait interprété les différents hymnes des Alliés. La matinée commémorative s’est terminée devant la stèle de la place des Héros, puis par une réception à l’Hôtel de Ville. Une délégation du 6e RCS de Douai a apporté une présence militaire à la cérémonie.

Q

Les enfants des écoles et le Conseil des Jeunes ont eux aussi déposés des gerbes.

Arras Actualités

6

Juin 2010


Recommandation - Médaillés I Actualité

A partir de 65 ans, inscrivez-vous au plan canicule C’est la version estivale du plan grand froid de protection des personnes âgées solitaires : le plan canicule sera mis en place entre le 1er juin et le 31 août. personnes âgées sont particulièrement exposées aux risques des grandes chaleurs parce qu’elles ne prennent conscience de l’élévation de leur température cutanée qu’après une augmentation de trois à cinq degrés alors qu’un sujet plus jeune se rend compte immédiatement qu’il a chaud et peut se protéger. La première phase est donc d’informer les aînés sur des attitudes préventives à adopter. Ne pas sortir quand il fait trop chaud, s’installer dans une pièce fraîche, boire un litre et demi d’eau par jour, et… rester en contact avec son entourage pour l’informer du moindre malaise. Pour faciliter ce lien avec l’extérieur, le Centre Communal d’Action Sociale a ouvert un registre où, en 2009, huit cent

L

ES

soixante-quinze Arrageois se sont inscrits pour demander à être contactés quotidiennement en cas de montée de la chaleur.

Trois niveaux Le CCAS souhaite compléter pour cet été sa liste et demande donc à toutes les personnes âgées isolées et ayant des préoccupations de santé de se signaler, sachant que celles qui ont fait la démarche les années précé-

dentes restent inscrites. Le plan canicule s’articule sur trois niveaux : l’état de veille, qui consiste en l’information pour la prévention et à la mise à jour des listes des personnes sensibles ; la phase deux, en cas de vague de chaleur de plus de 20° la nuit et 34° le jour, où les personnes répertoriées sont contactées ou visitées à domicile, et la phase trois d’alerte et de mobilisation maximum avec, le cas échéant, ouverture de

centres de fraîcheur où mettre à l’abri les personnes concernées. ■ A noter Pour vous inscrire au plan de protection contre la canicule, il faut contacter le CCAS au 03 21 50 50 12 (par courrier, Mairie, 6 place Guy-Mollet, BP 70913, 62022 Arras Cedex). Un questionnaire à retourner vous sera envoyé pour que vous puissiez figurer dans le fichier.

Dès qu’apparaît la chaleur, les personnes âgées doivent penser à boire beaucoup d’eau, 1,5 litre par jour.

Cent cinquante-trois médaillés du travail Fête majuscule du Travail, le 1er Mai est traditionnellement le jour où la Municipalité honore les Arrageois distingués dans leur entreprise pour y avoir apporté pendant vingt, trente, trente-cinq, voire quarante ans, leurs bons et loyaux services, selon la formule consacrée. ENISE Bocquillet, première adjointe, et Frédéric Leturque, adjoint à la cohésion sociale, ont appelé sur le podium cent cinquantetrois médaillés et les présents sont répartis avec diplômes, cadeaux et récompenses, et fleurs pour les dames ! Quarante-quatre récipiendaires ont ainsi reçu la médaille d’argent pour vingt années de services ; quaranteneuf personnes se sont vus remettre la médaille de vermeil pour trente ans de tra-

D

vail ; la médaille d’or est revenue à une autre quarantaine de récipiendaires pour trente-cinq années de travail ; et enfin vingt-deux Arrageois ont eu l’honneur de l’échelon grand or qui salue quarante années de dévouement. De nombreux élus étaient présents pour féliciter ces femmes et ces hommes pour qui le travail reste une motivation familiale, parfois un plaisir, dans un monde où les valeurs sont souvent remises en question.

La traditionnelle photo annuelle de la grande famille des médaillés du travail.

Arras Actualités Juin 2010

7


Actualité I Séminaire - Santé

Des sénateurs étonnés par Arras Depuis 2003, la Commission des Finances du Sénat tient une fois par an un séminaire en province afin de juger sur le terrain de l’application des réformes de l’Etat. l’initiative du sénateur Michel Sergent, ancien maire de Desvres, c’est cette fois le Pas-de-Calais qui avait été choisi et c’est tout naturellement dans la capitale de l’Artois qu’a séjourné pendant deux jours, les 10 et 11 mai, la commission présidée par Jean Arthuis et au sein de laquelle on remarquait un autre ancien ministre des Finances, Jean-Pierre Fourcade. Jean-Marie Vanlerenberghe a bien sûr fait apprécier à ses collègues du palais du Luxembourg les richesses patrimoniales de sa ville « aux deux cent vingt-cinq monuments classés », entre le palais SaintVaast, l’Hôtel de Guînes, le Théâtre et l’Hôtel de Ville où s’est déroulée une réception officielle. Le sénateur-maire de Compiègne, Philippe Marini, rapporteur du budget, a par exemple été « impressionné par la densité

A

Le président de la Commission des Finances du Sénat, Jean Arthuis, a signé le livre d’or de la Ville en se disant admiratif de la manière dont elle était magnifiquement rénovée.

d’arbres dans la ville ». Pour le reste, la vingtaine de membres de la commission a été reçue par le Préfet, le Conseil Général et la Direction Départementale de l’Equipement. Les sénateurs ont éga-

lement tenu des séances de travail à l’Atria. « En observant la réalité quotidienne de la province, nous pouvons conduire une réflexion sur notre stratégie parlementaire, confiait le président Arthuis. Nous procé-

dons à des contrôles sur pièces et sur place. Nous pouvons ainsi mieux conseiller l’Etat à ne pas se laisser aller à de nouvelles lois qui ne répondraient qu’à des préoccupations de communication »…

Participez à la grande enquête de s@nté ’EST une expérience unique et dont les résultats seront certainement regardés jusqu’en très haut lieu qui a été lancée le 20 mai à l’Atria par le conseil de développement d’Arras Pays d’Artois. Jean-Marie Prestaux, son président, explique : « Chez nous, en matière de santé, les indicateurs sont catastrophiques. Nous avons voulu savoir comment les habitants le ressentait. Quelles étaient leurs attentes en matière de soins, les carences constatées, comment aussi ils avaient l’impression de se porter ». L’enquête aura lieu jusqu’au 31 juillet par le biais du net auquel tout le monde aujourd’hui peut accéder, ne

C

Arras Actualités

8

Juin 2010

serait-ce qu’avec l’aide d’un cybercentre. Pour JeanMarie Vanlerenberghe, président du Pays d’Artois, « on a toujours intérêt à interroger la

population, et la santé est un sujet qui doit intéresser au premier chef ». Cette enquête devrait aussi déboucher sur la mise en

Lors du lancement de cette grande enquête de santé à l’Atria.

place de différentes formes de prévention. Pour Didier Michel, délégué territorial Artois de l’Agence Régionale de Santé, très intéressée par l’initiative, « elle devrait déterminer des besoins, notamment, pour la création de maisons médicales ». Intervenant dans la salle, le docteur Claude Caron disait : « Nous devons répondre à la question « comment puis-je faire pour ne pas tomber malade ». Et, rédactrice en chef de la Gazette Santé Social, Hélène Delmotte voyait dans cette démarche un message fort : « Pour la première fois, la santé sort de la sphère individuelle pour devenir une préoccupation collective ». www.enquetesante.fr


Fleurissement I Actualité

Des fleurs pour tout l’été EUT- ÊTRE

Le géranium reste toujours le roi de la fête !

fleurissement, puisque le jardin aussi est tributaire de la mode, ils pourront proposer au jury des maisons fleuries, ou tout simplement à leurs amis, un plaisir

Floralpina, le jardin du monde y flâne, d’une allée où se découvrent de rares et magnifiques pivoines qui séduisent instantanément le connaisseur à un massif rocailleux surchargé d’espèces alpines. On se penche pour lire sur de petites étiquettes le nom latin de classification botanique de la plante. Les appareils photo sont de la fête et certains visiteurs s’essayent même à la macrophotographie. La journée portes ouvertes annuelle du jardin Floralpina est toujours un succès et le public, sous un léger soleil, était une fois de plus au rendez-vous le 16 mai au pied de la citadelle. Jean-Michel Spas, le maître jardinier, quatre vingt-six ans, toujours ingambe et l’esprit fringant, est prolixe pour le commentaire et prodigue quelques conseils à des débutants à qui il prendrait fantaisie de vouloir devenir ses émules ! C’est qu’il faudra bien un jour que quelqu’un prenne le relais pour bichonner les quatre mille trois cents espèces que l’on vient admirer sur les neuf mille mètres carrés de Floralpina où trône également le plus vieil arbre d’Arras, un saule qui aurait trois cent cinquante ans.

O

visuel et coloré où, cette année donc, le panachage des espèces est de mise pour obtenir un ensemble qui doit avoir un petit arrière-goût orientaliste.

pour participer au concours des maisons fleuries, ou tout simplement pour le plaisir d’avoir un beau jardin, de nombreux Arrageois sont allés le 1er mai place Victor-Hugo flâner entre les étals d’un traditionnel marché aux fleurs … où il n’y avait pas que du muguet ! Cette place des plus originales par sa forme et où l’histoire semble avoir opéré un arrêt sur image s’est aussi prêtée à merveille à différentes animations folkloriques. Une fée, en robe à crinoline parsemée de fleurs, aurait pu être surnommée clochette quand elle offrait aux promeneurs le petit brin porte-bonheur. La chorale « Crescendo », très appréciée dans la région pour son répertoire de grands moments de la chanson française, est intervenue à différentes reprises au cours de la journée près de l’obélisque. Une grande part du public vient d’ailleurs pour l’ambiance de ce marché aux fleurs devenu un but de promenade en ce jour férié. Mais certains, néanmoins, repartent chargés de cageots de plantations et la mémoire pleine des précieux conseils des horticulteurs. En ayant découvert les tendances de l’année en matière de

P

Maisons fleuries 2010

N

Les inscriptions au concours sont ouvertes à tout Arrageois résidant en maison ou en appartement. Elles seront closes fin juin. NOM …………………………………… Prénom ……………………………….… Adresse …………………………………. …………………………………………... …………………………………………... Tél ………………………..……………... Désire participer au concours des Maisons fleuries 2010 dans la catégorie : ❐ décoration verticale (balcons, fenêtres, terrasses, murs) ❐ décoration horizontale (maison avec jardin donnant sur la rue) ❐ décoration mixte (à la fois horizontale et verticale)

Floralpina fait partie de l’association botanique des Jardins de France et demande à son propriétaire de huit à dix heures d’entretien quotidien, aidé par un jardinier.

Bon à retourner en Mairie d’Arras - Service Espaces Verts BP 70 913 - 62022 ARRAS CEDEX

Arras Actualités Juin 2010

9


Actualité I Exposition

Les arts de l’école sont sortis en ville L’inspectrice d’académie d’Arras 1 les appelle ses petits trésors des écoles. Elle veut parler de ces dessins d’enfants et travaux d’élèves qu’il était de coutume d’exposer pour les parents à l’approche des grandes vacances. ’EST Jeannine Richardson qui a eu l’idée, soutenue par la Municipalité, de faire sortir ces « arts de l’école » dans la ville. La première année, ce fut à l’Hôtel de Ville et dans les vitrines des commerçants. Depuis deux ans, c’est le Centre Hospitalier qui accueille dans son grand hall ses créations enfantines souvent riches d’observation, d’imagination, et aussi de sens pratique. Du 6 au 21 mai, le grand nombre d’Arrageois qui chaque jour est amené dans ces lieux a ainsi pu découvrir ces dessins qui apportent de la couleur, de la lumière et de la fraîcheur à l’esprit en ces moments qui ne sont évidemment pas les meilleurs de la vie… Lors du vernissage, le 6 mai, les classes à horaires aménagés musique de l’école Voltaire ont interprété en chœur quelques chansons, autre expression du talent artistique des écoles.

C

Le talent des enfants Et ce fut l’occasion, comme devait le premier s’en surprendre Jean-Marie Vanlerenberghe, de découvrir que le Centre Hospitalier possédait une chorale, de belle qualité. Le Maire devait aussi remercier Jeannine Richardson

Les élèves de la classe CHAM de l’école Voltaire ont accueilli les invités du vernissage qui ont ensuite admiré les travaux de toutes les écoles arrageoises.

« sans qui il n’y aurait pas cette mobilisation autour de l’événement. Je crois, disaitil, que la créativité peut se développer en chacun si l’on commence tôt à l’exercer ». En présence d’Evelyne Beaumont, adjointe à l’Education, Yannick Tenne, inspecteur d’Académie du Pas-deCalais, a souligné combien il appréciait ce projet permettant « une mixité des cultures, des lieux et des partenariats ». Jean-François Cros, son directeur par

intérim, rappelait la volonté de l’Hôpital « de s’ouvrir sur la vie ». « Le talent et l’énergie des enfants », à travers peintures, collages, photomontages, exprimaient pleinement cette démarche. Et l’on se disait que certaines fresques accrochées au balcon de la mezzanine mériteraient d’être définitivement intégrées à la décoration du hall.

L’autre bataille d’Arras ORSQUE que l’on dit bataille d’Arras, on pense spontanément à celle que remportèrent les Alliés en avril 1917 en surgissant du sous-sol. Mais il y en eut une deuxième entre le 19 et le 24 mai 1940, et c’est celle-ci qui est évoquée par une exposition en huit panneaux sur le site Wellington, « choisi en la circonstance parce que ces carrières ont été aussi utilisées pendant la Seconde Guerre pour servir d’abri souterrain à la population », faisait remarquer Jean-Marie Prestaux, directeur de l’Office de Tourisme, lors du vernissage, le 21 mai. Cette exposition, « très pédagogique », selon l’adjoint à la Culture, FrançoisXavier Muylaert, a été réalisée par Alain Jacques, archéologue municipal, et ses services, qui ont sélectionné des documents photographiques rares, et

L

Alain Jacques, archéologue municipal, a guidé les invités du vernissage devant les différents panneaux réalisés par ses services.

Arras Actualités

10

Juin 2010

jamais vus, pour montrer, notamment, la bataille de chars anglais contre les Panzer allemands. Une délégation de cent cinquante anciens combattants du Royal Tank Regiment, qui combattit à Arras, s’était d’ailleurs déplacée et a assuré une prise d’armes commémorative au mémorial britannique des jardins du palais SaintVaast le 23 mai.

■ Exposition Exposition visible salle Thompson, carrière Wellington, jusqu’au 19 septembre. Entrée gratuite.


Associations I Actualité

Pour que toutes les Eléonore aient droit de cité Plus qu’un combat qui aura donné un sens à leur vie, c’est une philosophie sociale qui guide Maryse et Emmanuel Laloux depuis qu’est née il y a vingt-quatre ans Eléonore, leur fille trisomique. Ils ont tout fait pour qu’elle puisse le plus possible vivre « comme si de rien n’était » et la jeune fille, rayonnante et attachante, prendra bientôt son indépendance dans un appartement adapté, imaginé par Pas-de-Calais habitat sur le site de l’ancienne clinique Bon Secours. Mais voici qu’en même temps une loi se profile où la trisomie 21 serait la seule maladie citée au diagnostic prénatal. Un autre combat a commencé. LORS que son annonce donne lieu, à 92%, « à une élimination systématique du fœtus », une révision des lois de bioéthique propose nommément la détection de la trisomie. Elle deviendrait alors la seule maladie génétique « dénoncée ». Connu pour avoir pris en son temps le relais de l’association Down up, créée bien avant la naissance d’Eléonore pour l’intégration scolaire des déficients mentaux, Emmanuel Laloux a constitué le collectif des Amis d’Eléonore et lancé, le 25 mars, un appel national pour refuser cette stigmatisation de la trisomie 21 en réclamant, au contraire, un financement de la recherche médicale. « On va de plus en plus vers une société aseptisée qui a

A

peur de la différence, constate Emmanuel Laloux. On commence par recommander le dépistage de la maladie. Demain, ce sera l’eugénisme ». La loi va encourager les parents à choisir l’avortement « guidés par une image négative et préconçue de la maladie ». Or, « ces enfants-là » peuvent être heureux et apporter du bonheur à leur entourage.

Fière d’être indépendante Dans la mesure de leurs possibilités, Elise travaille à la crèche Maurice-Leroy, Amandine à la résidence Soleil, Eléonore à la clinique, et toutes sont intégrées et amènent une sorte d’apaisement autour d’elles. « Les personnes âgées, notamment, les adorent », dit le papa d’Eléonore. La société ne sait pas ce qu’elle perdrait s’il n’y avait plus ces enfants « autrement ». Alors faut-il invoquer des raisons économiques ? « Depuis qu’Eléonore travaille, elle coûte moins à la société. On lui a réduit son allocation adulte handicapé. La rentabilité prend le pas sur la compassion ». Neuf cents personnes ont déjà rejoint le collectif et, depuis mars, le site a reçu deux mille visites. « Nous montons en pression pour faire réfléchir, et fléchir, les pouvoirs publics », dit Emmanuel Laloux. Eléonore se prépare, tout énervée, à emménager dans son appartement. « Je suis fière, dit-elle, d’être arrivée à gagner mon indépendance ». Claude Marneffe collectif@lesamisdeleonore.com

Eléonore et ses parents avant leur embarquement en TGV pour Paris le 27 mai pour participer à une rencontre à France Télévision sur l’insertion des handicapés dans le monde du travail.

Arras Accueil : la clé de contact 2009 aura été la grande année pour l’association Arras Accueil, celle de son quarantième anniversaire, doublement fêté lors d’une exposition retraçant à l’Hôtel de Ville son histoire et la diversité de ses activités, puis lors d’une soirée de gala. N grand nombre de représentants des sept cents familles adhérentes, suffisamment pour remplir la salle des Fêtes, était présent lors de l’assemblée générale annuelle, le 4 mai, pour déjà se souvenir et échanger d’inoubliables impressions, renforcées encore par un diaporama lors du cocktail.

L’une des deux-co-présidentes, Thérèse Vermeersch, a d’abord appelé à la tribune

pour les faire applaudir les responsables de la trentaine de sections, occasion de se

U

Les sept cents familles d’Arras Accueil étaient bien représentées dans la salle des Fêtes de l’Hôtel de Ville.

rendre compte des activités physiques à l’art floral, du bridge à la conversation anglaise, de l’œnologie au scrabble, de la pétanque aux clubs d’investissement boursier, que l’on peut tout faire – ou presque ! – à Arras Accueil. La seconde co-présidente, Marie-Lucie Muylaert, a d’ailleurs ensuite insisté sur cet aspect humain de l’association qui cherche à réunir ses adhérents autour de passions communes qui peuvent se communiquer. « Bien que nous disposions désormais d’un site internet, disait-elle, nous continuons à privilégier le contact direct entre nous. C’est ce qui fait notre richesse ».

Arras Actualités Juin 2010

11


Actualité I Lire

Un salon du livre toujours virulent ! Avec une centaine d’exposants, et peut-être plus de dix mille visiteurs au fil de la journée, le salon du livre d’expression populaire et de critique sociale a obtenu, pour sa neuvième édition, un succès devenu presque routinier en cette journée de 1er mai contestataire. E parcours proposait entre la place du Théâtre et le palais Saint-Vaast des amoncellements de livres d’occasion et des nouveautés à vous secouer les idées ! Sur fond d’emblématique drapeau noir quand parfois ne peut même plus bouillir la marmite où le faire flotter, cette manifestation est là pour encourager à une saine et efficace colère ceux que le sociologue Pierre Bourdieu appelait les « gens de peu ». Le visage immuable du Che, qui se commercialise en de multiples versions, veille à entretenir la révolution telle une image d’Epinal. Dans la section dessin humoristique et bande dessinée, de loin la plus fréquentée, c’est le dessinateur Cabu qui a suscité la plus longue file d’attente. Ce salon du livre a l’avantage de mêler les genres, offrant aussi bien concerts, films, conférences que moments d’expression scénique. Les

L

Les séances de dédicaces sont toujours un moment privilégié de contact avec son auteur préféré. En médaillon, le dessinateur de Charlie Hebdo, Cabu.

rappeurs locaux de F2M ont ainsi eu l’occasion de jouer en « Zone libre » avec les guitaristes de Yann Tiersen et de Noir Désir.

Florence Aubenas primée Mais la manifestation ne perd pas son âme. Les parents de Florence Cassez, détenue au Mexique, tenaient un stand pétitionnaire et le prix littéraire Amila-Meckert a été décerné à Florence

Aubenas, absente pour cause de reportage au Mexique, pour son livre « Le quai de Ouistreham » où la journaliste, elle aussi ancienne otage, raconte la précarité des classes laborieuses après s’être fait passer pour une femme de ménage ! La lauréate, qui s’est déplacée le 17 mai pour recevoir sa distinction et le chèque de 4 000 euros y afférent, n’avait pas attendu ce prix pour le

succès. Son livre est en tête des ventes. Peut-être alors, si l’éditeur cède à la tradition du bandeau rouge qui orne les livres remarqués par un jury, fera-t-il connaître l’existence du salon arrageois à la vitrine des libraires.

Bien des bonheurs de lecture ! H, ils en ont trouvé les chineurs de bouquins dans les bacs de la Foire aux Livres organisée salle Robespierre, à l’Hôtel de Ville, du 10 au 16 mai, par l’association « Pour une terre plus humaine » pour construire, entretenir et faire fonctionner des dispensaires en Inde. Il y en avait des livres à feuilleter par caisses entières et du bonheur à débusquer entre ces pages parfois jaunies qui fleurent bon l’odeur du temps, dans cet autre Salon du Livre ! On se bouscule poliment entre les étroits étals, empilant au fur et à mesure les livres choisis jusqu’à parfois devoir coincer la pile sous son menton ! Cer-

A

Arras Actualités

12

Juin 2010

taines dames viennent même avec le caddie des courses ! Et puis il y a ce plaisir du passage à la caisse où les dames bénévoles de l’association évaluent le prix des livres à leur genre, à leur aspect et à leur ancienneté. Un euro symbolique ou un peu plus ! Et l’on repart, chargé pour quelques mois de lecture, avec ce viatique de la petite dame qui depuis des années se dévoue, trotte menue, pour l’organisation de cette brocante : « Je vous souhaite bien des bonheurs de lecture, et à l’année prochaine »…A l’année prochaine, Anne-Marie Delienne ! Claude Marneffe


DOSSIER

Après son concert au Casino le 26 novembre 2009, Jane Birkin a rencontré, lors d’une soirée informelle au Théâtre, Jean-Jacques d’Amore, le président de Di Dou Da, et quelques adhérents de l’association qui lui ont expliqué dans quelle aventure les avait emportée sa chanson ! Amusée et ravie, elle a accepté d’être la marraine de Di Dou Da. Et peutêtre en 2011, pour un « Faites de la chanson » spécial à l’occasion du vingtième anniversaire de la mort de Serge Gainsbourg, sera-t-elle de nouveau Arrageoise d’honneur !

Di Dou Da, quinze ans de chanson plaisir Sur trois petites notes de Jane Birkin est née en mars 1995 cette association de passionnés de la chanson qui a pris sa place au premier rang de la vie culturelle arrageoise. Elle rassemble aujourd’hui plus de deux cent cinquante membres qui vous invitent une fois par mois à venir les écouter chanter ou découvrir, lors d’une soirée cabaret à l’Hôtel de Guînes, un nouvel auteur-compositeur que sou-

vent les médias négligent. Di Dou Da, c’est aussi, depuis cinq ans, « Faites de la chanson », un festival qui mêle si bien la pratique amateur et les concerts de ces artistes dont le « grand public », comme ils disent, a bien tort de ne pas savoir se régaler ! Rendez-vous, pour la sixième édition, dans le quartier des Arts, entre le Théâtre et l’Hôtel de Guînes, du 19 au 27 juin.


DOSSIER

1 1) Une photo historique : un groupe de passionnés s’est réuni salle des Orphéonistes le 4 février 1995. On reconnaît au milieu d’eux Jean-Jacques d’Amore et, derrière son épaule, José Ambre. Un mois plus tard allait naître Di Dou Da. 2) Un tournant dans l’histoire de l’association : l’arrivée en 1998 de Christian Camerlynck (ici au piano) a voulu que tout le monde se mette à chanter…

3) Un « after » au Noroit dont quelques privilégiés se souviendront toute leur vie. Jacques Higelin est resté jusque très tard dans la nuit. 4) Flavien Rietz (ici en 2002) est devenu professionnel. Il a commencé à chanter en amateur avec Di Dou Da. Il est actuellement en tournée au Canada. 5) L’association anime toujours un podium lors de la Fête de la Musique.

3

Di Dou Da donne le la et «Faites de ’ÉTAIT en 1988. Ils s’appelaient Jean-Jacques d’Amore, Christian Lejosne, Laurent Cordonnier, Olivier Cassar. Quatre copains d’abord et une passion : l’attachement à une certaine forme de chanson française qui les faisait se déplacer pour aller voir des spectacles de cabaret. Ils en ont transmis le goût autour d’eux et il fallait bien qu’un jour vienne la proposition : pourquoi ne créerait-on pas une association ? « On se rencontrait pour écouter des disques, se conseiller des découvertes, et l’on s’est demandé si cela serait vraiment utile d’officialiser ce qui n’était qu’un loisir », dit aujourd’hui JeanJacques d’Amore. Il ne savait pas alors qu’il allait devenir le président de Di Dou Da, une association d’amoureux de la chanson, irremplaçable sur Arras avec son festival annuel.

C

4 février 1995 Une cinquantaine de personnes sont venues salle des Orphéonistes à une réunion annoncée dans la presse. Parmi eux des artistes, José Ambre, Goun, Jean-Louis Blaize. Ce sera l’acte fondateur d’une association à naître. Elle sera constituée le 11 mars suivant à l’hospice Saint-Eloi alors qu’existe déjà

Arras Actualités

14

Juin 2010

la maquette d’un fanzine de ces fous tième anniversaire de la déclaration des chantants, « Chanson plaisir ». A l’assoDroits de l’Homme. L’association veut ciation, il fallait trouver un nom. Chacun monter un spectacle choral au Casino lançait des idées. Est venu Di Dou Da, avec les enfants d’une dizaine d’écoles sur un air de Jane Birkin, « mais je ne me arrageoises et fait appel à un artiste voyais pas aller demander des subventions professionnel pour mener l’affaire, avec ce nom-là », avoue Jean-Jacques Christian Camerlynck, qui répondra d’Amore qui s’est pourtant laissé positivement à condition de pouvoir convaincre par la musicalité de la foraussi faire chanter des adultes. mule facilement C’est ainsi que naîtra mémorisable. cette singularité de Au début, Di Dou Di Dou Da qui fera Da reste confiden- Tout le monde peut chanter, son succès : tout le tielle. On se réunit il suffit d’oser. Et des stages monde peut chanter. les uns chez les Il suffit d’oser ! Pour sont là pour ça ! autres, dans les la Fête de la Musique arrières-salles ou les 2000, salle des caves de cafés. On Concerts, s’ouvre la organise des soirées « Boîte à chansons », thématiques – Venez nous parler de la une scène ouverte où, spontanément, les chanson qui vous a fait aimer la chanspectateurs peuvent monter chanter, son ! –, de petits événements, comme accompagnés par un pianiste qui, instanun after de belle mémoire au Noroit tanément, est capable de se mettre dans après un concert d’Higelin, ou un leur tonalité. La pratique amateur fait podium pour la Fête de la Musique. Les son entrée dans les mœurs de l’associaDidoudiens deviennent aussi force de tion. « Dès qu’on y a goûté, on y prend proposition auprès du théâtre qui intègoût », résume Jean-Jacques d’Amore. gre dans sa programmation, déjà, Allain Ce nouveau concept, « Faites de la chanLeprest ou Romain Didier. son », donnera son nom à une fête Mais le déclic avec le grand public se qu’organisera Di Dou Da en 2005 pour fera en 1998 à l’occasion du cinquanses dix ans. « On voulait faire une fête qui


4

2010os n i u j 7 2 du 19 au ier des Arts & Phar Quart

2

Demandez le programme ! 4

5 5

e la chanson» soit le reflet de ce que l’on porte, note le président. La mayonnaise a pris, mais, financièrement, on a pris le bouillon ! ». Cinq ans plus tard, ce rendez-vous est devenu l’un des plus prisés des festivals arrageois. Di Dou Da a obtenu la reconnaissance du public et l’oreille des financeurs. L’association est l’invitée d’émissions spécialisées sur France-Inter. Elle propose, six fois par an, désormais à l’Hôtel de Guînes, des « cabarets découverte » qui montrent qu’elle n’a rien oublié de ses débuts. Dans la Communauté Urbaine, par exemple, Beaumetz-les-Loges a fait appel à son expertise pour mettre en place un petit festival, « Plaisirs d’Artois ». Et puis, summum de la reconnaissance, Jane Birkin, séduite par cette volonté de mêler l’amateurisme à la promotion de talents que n’expriment pas les médias, et émue que trois de ses petites notes soient allées si loin, a accepté, lors de son concert arrageois, de devenir la marraine de Di Dou Da. Et c’est officiel, s’amuse un Jean-Jacques d’Amore pas peu fier. Il a signé avec la complice de Gainsbourg son nom au bas d’un parchemin !...

Samedi 19 : Clarika. En scène depuis près de quinze ans, une jeune femme d’une insolente légèreté, pétillante et d’un regard très cru sur la société. Théâtre, 20 h. Dimanche 20 : Romain Didier. « Les petits bijoux qu’il vous distille ne s’écoutent pas d’une oreille distraite, mais avec l’attention qui engendre le plaisir et débouche sur le bonheur », dit de lui Pierre Perret. Un chanteur qui appartient à l’histoire de Di Dou Da et sera cette fois accompagné du jeune orchestre à cordes du conservatoire d’Arras. Théâtre, 18 h. Mardi 22 : Véronique Pestel. Un tour de chant à dominante jazz avec deux pianos. Une émotion dans la tradition de la grande chanson française. Ce festival valorise aussi la formation artistique arrageoise. Romain Didier sera Théâtre, 20 h. Mercredi 23 : Mémo. Une incursion accompagné par l’orchestre à cordes du du festival dans les quartiers avec un conservatoire. quatuor venu d’ici. La gouaille décalée et le regard critique de la création populaire. En swing, en reggae, en jazz, en java, de la chanson en histoires vraies. Pharos, 20 h. Jeudi 24 : Chanson Plus Bifluorée. On les a appelé les petits frères des Frères Jacques. Tout est dit. Ils passent à la moulinette les standards des générations. Loufoque, parodique, hilarant. Casino, 20 h. Vendredi 25 : Hervé Akrich. « Cabaret découver te » en 2008. Entre humour et colère, son nouveau spectacle, « J’vais m’y faire ». Théâtre, 20 h. Samedi 26 : Alexis HK et Liz Les trois complices délurés de Chanson Plus Cherhal. On se souvient de sa Bifluorée. reprise d’Emmenez-moi aux dernières Victoires de la Musique. L’un des artistes les plus prometteurs du moment avec son répertoire « rétro chic ». Elle, c’est « La maison Ronchonchon », des comptines de dérision. Casino, 20 h. Dimanche 27 : Hommage à Jean Ferrat, avec des voix amateurs de Di Dou Da et des artistes de la région, présenté par Jofroi, directeur artistique du festival de la chanson de Barjac, qui racontera des anecdotes sur l’ami Jean. Théâtre, 16 h. Tous les jours, midi et soir à l’Hôtel de Guînes, scène ouverte aux amateurs et à quiconque à envie de venir chanter sur scène. Et en première partie de la plupart des spectacles, la valse des amateurs. ■ A noter Tarifs spectacles - Théâtre/Casino/Pharos : Normal : 16 e ; Reduit : 12 e. Réservations - Théâtre d’Arras 03 21 71 66 16 du mardi du vendredi de 12h30 à 13 h 30 et de 17 h à 19 h 30, le samedi de 11 h à 13 h et de 14 h à 18 h. Pass’festival à 15 e 50% de réduction sur tous les tarifs.

Claude Marneffe

Arras Actualités Juin 2010

15


Culture I Découverte - Représentation

La nuit des musées : l’art comme une promenade Plus de six cents visiteurs ont profité le 15 mai de la sixième Nuit européenne des Musées pour venir découvrir les salles et les collections du palais Saint-Vaast d’un autre œil, peut-être plus aiguisé par le plaisir de pouvoir prendre son temps, plus curieux de savoir que des siècles de l’art lui étaient accessibles. ETTE déambulation en soirée, à l’heure où habituellement les portes sont fermées, a effectivement un effet mirifique sur le public, qui se sentirait presque excité par un petit goût d’interdit ! La Nuit des Musées, c’est un moment béni où se décident à franchir le pas des gens qui, ordinairement, ne seraient pas venus. Le bonheur, ce sera de les voir revenir, pour une exposition ponctuelle, en famille, avec les enfants, ou pour montrer à des amis de passage ce palais Saint-Vaast qu’ils auront aussi découvert comme un bel atout de notre patrimoine. Pour cette soirée arrageoise au musée, Stéphanie Deschamps, la conservatrice, proposait aussi une « performance » de danse et vidéo, avec Franck

Les visiteurs ont pu se promener à leur guise à travers les collections apparaissant d’une autre manière grâce à l’éclairage.

C

Beaubois et Patricia Kuypers, deux artistes en résidence qui avaient imaginé une chorégraphie originale où se mêlait à l’expression corporelle la retransmission sur écran de ces bribes gestuelles tout juste improvisées, et filmées au fur et à mesure par les danseurs euxmêmes. « La danse et la vidéo, confiait la conservatrice, c’est une manière de faire entrer

l’art contemporain dans le musée par le biais des arts vivants. C’est une première approche ». Mais l’essentiel restera que jusqu’à minuit ce soir-là des centaines de visiteurs aient pris plaisir à déambuler à leur gré à travers les couloirs de l’ancienne abbaye et qu’ils aient pu même accéder au « Trésor de la cathédrale » dont les salles avaient été ouvertes pour l’occasion.

Un « Avare » à l’économie C’est un « Avare » quelque peu déconcertant qu’a proposé les 8 et 9 mai dans le cadre de la programmation du théâtre conventionné d’Arras le metteur en scène Nicolas Liautard, animateur de « La Nouvelle Compagnie » à Nogent-surMarne. ERTES, il a bien fallu s’habituer à ce qu’une nouvelle génération de dramaturges joue les classiques entre les rideaux, en costumes de ville contemporains, et que se passer de décors soit une démarche artistique. Ici, une chaise de mains en mains est l’unique accessoire, une guirlande de lumières donne du fond à la scène, et un lâcher de ballons surgit comme un final de music-hall là où l’auteur a écrit le mot fin. Cette pièce la plus interprétée de Molière après Tartuffe est jouée à l’épure et le passé

C

Arras Actualités

16

Juin 2010

On a reconnu Jean-Pol Dubois (à droite) dans cet « Avare » particulier.

du metteur en scène chez Gogol et Kafka ne doit pas être pour rien dans cette volonté d’introspection analytique de la pièce.

Jean-Pol Dubois à feu doux Mais, pour donner de la force et de la lisibilité à une telle démarche, il faut des comédiens d’une rare subtilité.

L’écriture en prose rimée et rythmée de « L’Avare » incite le comédien, malgré lui, à la déclamation récitative. La troupe de « La Nouvelle Compagnie » n’y échappe pas. On en serait presque à se demander si le metteur en scène n’a pas cherché à ridiculiser Molière et le théâtre classique ! Déconcertant disions-nous !

Une scène est même jouée sur le ton du polar avec un inspecteur, blouson et bracelet, enquêtant sur la disparition de la cassette de notre Harpagon. Un Harpagon naïf, cynique et effarouché joué par Jean-Pol Dubois dont certains cinéphiles se sont souvenus d’un début de carrière prometteuse au cinéma dans les années quatre-vingtdix, notamment dans le rôle titre du film « Anthracite ». Son jeu couve à feu doux sous la braise, faisant parfois jaillir en relief ce personnage conscient de sa nature et angoissé par elle. D’autres fois donnant l’impression de se brûler dans la complexité de son âme. C’est en fait un « Avare » multidirectionnel, ouvert à toutes les lectures, et refusant d’en imposer une au public, qu’il nous a été donné de voir dans cette version qui avait aussi la sobriété et la luminosité du noir et blanc. Claude Marneffe


Chronique I Sport

Les vacances pour les sportifs arrageois et l’heure des bilans En basket-ball, Arras pays d’Artois a été éliminé en demi-finale du championnat de BASKETFrance de Ligue BALL féminine par Bourges. Battues dans leur salle à l’aller, les équipières de Leilani Mitchell ont tout donné lors du match retour, faisant la course en tête pendant trente-cinq minutes pour finalement s’incliner en fin de match. Troisième de la phase régulière, les filles du président Monneret ont réalisé une saison exceptionnelle. Mitchell, Amant, Akonga, Malaschenko, Michel et Gomis ont décidé de prolonger leur bail arrageois. Dans les prochaines jours, le président Monneret devraient annoncer les noms de celles qui viendront gonfler l’effectif arrageois avec la mission de faire aussi bien, ou pourquoi pas même mieux, en championnat. Avec en prime une participation à l’Eurocoupe où Arras rayonnera sur les parquets européens. Vivement septembre pour la reprise du championnat. En water-polo, le Racing a tiré les leçons d’une saison globalement décevante. Des points WATERperdus sur tapis POLO verts, certains étrangers décevant, il n’en fallait pas plus pour que le président, Jean-Christophe Demey, clarifie les choses pour repartir sur de bonnes bases. Le recrutement est bouclé et Arras devrait avoir l’année prochaine une équipe pour atteindre l’objectif fixé cette saison, à savoir une place dans le top 5.

En football, ArrasFootball a terminé sa saison par un dernier match à Sedan. Les hommes de Stéphane TouFOOTBALL sart devraient donc boucler leur année par une troisième ou une quatrième place au classement. Un rang honorable, même s’il restera des regrets. Ceux d’avoir perdu Rosario et Massamba, les deux attaquants, à la trêve, ce qui aurait certainement permis de voir plus loin et de titiller au final la deuxième place dévolue à Avion. Cette saison 2009/2010 sera marquée aussi par l’arrêt du capitaine emblématique d’Arras, Mickaël Bellatrêche. A 34 ans, le milieu de terrain arrageois, a décidé de tirer sa révérence lors de la venue de Saint-Dizier, le samedi 22 mai. Il restera probablement dans les coulisses eu club, à un poste d’éducateur. Il pourra aussi désormais se consacrer pleinement à sa vie de famille et à son travail d’animation au sein de la ville, son employeur. Pour tout ce que il a apporté au club, à l’équipe de CFA2, mais aussi aux jeunes débutants de par son investissement dans les rangs des éducateurs du club, « Boulon », son surnom, manquera à Arras-Football. Terminons enfin en rappelant que les féminines d’Arras-Football joueront l’an prochain en division 2, l’antichambre de l’élite du football français.

En rugby, le RCA a fini la saison en trombe. Avec trois victoires de rang et une qualification arrachée, malgré la RUGBY défaite, à Compiègne. Les hommes d’Alexis Konieczny et Mickaël Nogent ont ensuite battu Vierzon en trente-deuxième de finale du championnat de France (36-27), avant de s’incliner, après prolongation, à Chalonen-Champagne, contre le Strasbourg d’un certain Philippe Braem, ancien entraîneur arrageois (20-13). De ce sursaut d’orgueil, les deux entraîneurs arrageois devraient tracer les grandes lignes de la saison prochaine. Retrouvant leurs valeurs et leur combativité, autour d’un Vincent Berthelet, capitaine et meneur d’hommes sur le terrain, le RCA voit son avenir se dégager. Le rugby à Arras a encore de belles heures à vivre, et il devra juste trouver de la continuité dans ses efforts. Pour s’ancrer durablement en Fédérale 2 et pourquoi pas, dans plusieurs années, retrouver les lumières de la Fédérale 1. Le sport arrageois se porte bien, avec pas moins de cinq équipes de sports collectifs évoluant au niveau national. Sans oublier l’athlétisme au Racing, ou le triathlon qui évolue cette année en division 2 nationale ou encore le RCA tennis en passe de franchir un palier et d’accéder en division 2.

Arras Actualités Juin 2010

17


Sport I Courses et randonnée

Paris-Arras veut se refaire une place au soleil ! Cinquante et un ans plus tard, la course ParisArras a revécu, le 23 mai, et c’est Rudy Lesschaeve qui a franchi le premier la ligne d’arrivée, boulevard Besnier. avait accompli les cent soixante-quinze kilomètres du parcours en quatre heures sept minutes et vingt-sept secondes. Il est vrai que le club cycliste de Nogent, auquel appartient le vainqueur, est considéré en France comme une petite pépinière de champions. La course, considérée dans le calendrier d’après-guerre comme une « classique », n’avait rassemblé qu’une centaine de coureurs qui s’imaginaient au départ l’itinéraire plus facile qu’ils l’ont finalement vécu ! L’Arrageois Adrien Petit, qui court lui aussi sous les couleurs de Nogent, bien qu’il se soit dégagé dans les premiers kilomètres, avec Lesschaeve, n’a pourtant réussi à se clas-

I

L

Le vainqueur, Rudy Lesschaeve, franchit la ligne d’arrivée boulevard Besnier.

ser que douzième. Lesschaeve s’est véritablement détaché à dix kilomètres de l’arrivée. Dans la chaleur de la ville, les Arrageois n’étaient pas aussi nombreux qu’aurait pu le laisser présager le retour d’une épreuve historique pour applaudir les coureurs. Les absents ont eu tort aussi de n’être pas venus apprécier les

Des marcheurs dans les pas de l’Histoire

charmes de Miss Arras, Adeline Gavazzi, qui faisait ainsi sa première sortie officielle dans la ville dont elle portera le titre pendant un an. Sur la ligne d’arrivée, on reconnaissait aussi Pierre Devise, le dernier vainqueur de la « classique », en 1959, un Arrageois qui confiait regretter de ne pas avoir pu,

Une nouvelle tribune à l’hippodrome L

’Hippodrome proposera quatre réunions pour la saison hippique et les deux premières, soutenues par un premier soleil d’été, ont déjà été un succès avec un millier d’entrées le 16 mai et trois mille spectateurs le lundi de Pentecôte pour le Grand Prix de la Ville d’Arras. Le 24 mai a été aussi l’occasion de l’inauguration de la nouvelle tribune, « un bâtiment très réussi », a commenté Jean-Marie Vanlerenberghe après avoir coupé le ruban. La Ville a accompaLa « Route du Louvre », course et randonnée pédestre, ayant pour son édition 2010 changé le sens de son itinéraire, Lens devenant le départ, et Lille l’arrivée, le parcours Arras-Lens, effectué en 2008 et 2009 par les Randonneurs du pays d’Artois, perdait son sens. Qu’a cela ne tienne ! Notre association de marcheurs a organisé le 16 mai, la randonnée « Arras Insolite » à travers les rues de la ville. Sur un parcours d’environ huit kilomètres, plusieurs groupes ont marché sur les traces du patrimoine.

Arras Actualités

18

Juin 2010

pour cette course du renouveau, passer le flambeau à un autre Arrageois, Adrien Petit par exemple ! Mais il semble que ce ne soit que partie remise puisque la municipalité est d’accord pour renouer avec la tradition et Annie Lobbedez, adjointe aux Sports, et ses services, préparent déjà l’édition 2011…

gné l’investissement de la Société des Courses puisqu’elle utilise aussi la pelouse pour des entraînements sportifs. L’hippodrome se modernise et des vestaires avec douches ont également été aménagés au rez-de-chaussée. Le président de la Société des Courses, Hervé Lamoril, peut ainsi prétendre à l’organisation de réunions au retentissement national et de courses PMU comme le Trophée Vert qui se déroulera le dimanche 22 août.


Inauguration - Challenge I Sport

La pelouse synthétique du stade Degouve, modèle du genre Le terrain synthétique du stade Degouve, « tant attendu », et qui a fait ses preuves depuis sa mise en service en décembre 2009, a été officiellement inauguré le 8 mai par un Jean-Marie Vanlerenberghe et une équipe municipale en pleine forme qui n’ont pas hésité, après la traditionnelle coupure de ruban, à tirer des buts face à quelques gamins de l’Arras Football placés en barrage pour rejeter le ballon ! E maire a ensuite demandé une minute de silence en hommage au jeune Yannick Dago soudainement décédé sur cette pelouse lors d’un match amical et dont le nom pourrait être associé, sur ce nouvel équipement, à celui de Pierre Belmer, ancien président fondateur du RCA hockey, dont il fut jadis baptisé. Le président de la Ligue Nord-Pas-de-Calais de football, Daniel Pecqueur, était venu féliciter Arras pour « ce bel équipement qui permet de pratiquer le sport par tous les temps ». Jean-Marie Vanlerenberghe a rappelé à Philippe Thelliez, président de l’AFA, que la Ville avait toujours investi pour le foot et qu’elle continuerait. Après ce terrain synthétique, que ses installateurs présentent comme actuellement le plus

L

Entourant Annie Lobbedez, adjointe aux Sports, Daniel Pecqueur, président de la Ligue Régionale, et Jean-Marie Vanlerenberghe ont donné le traditionnel coup de ciseaux.

novateur, « pelouse témoin » pour d’autres municipalités soucieuses de modernité, il faudra construire des vestiaires pour les équipes invitées de CFA 2, comme l’a reconnu Marc Desramaut, conseiller municipal délégué aux équipements sportifs. Et poursuivre des travaux

de drainage sur le terrain principal afin d’éviter l’intrusion des vers. Mais, disait encore Jean-Marie Vanlerenberghe, « reste aux joueurs à démontrer que l’équipement ne fait pas tout ». Que le football, c’est aussi de la passion, de l’énergie, du talent…

Trois chèques pour les enfants malades avec le challenge Thibaut Cauwet C tous les jeudis de l’Ascension depuis sept ans, le challenge ThibautCauwet, en hommage à ce petit garçon emporté par la maladie, s’est déroulé le 13 mai au stade Degouve. Neuf équipes d’U15, venues de toute la région, ont disputé le tournoi, en présence de Jean-Marc Furlan, exentraîneur de Troyes, Strasbourg et Nantes, qui avait accepté d’être le parrain de cette édition. C’est Ludovic Butelle, second gardien du LOSC, qui a donné le coup d’envoi de ce challenge, remporté par une équipe du RC Lens face à Saint-Amand. Grâce au OMME

Neuf équipes en lice : ici des jeunes arrageois contre les Allemands de Herten.

soutien du public sur cette manifestation, mais aussi lors de repas dansants, de tombolas, de vente de peluches et de maillots et d’un spectacle au Casino, Maryse Cauwet, la maman du petit Thibaut, créatrice et présidente de cette association qui mobilise une centaine de bénévoles, a pu remettre trois chèques de deux mille euros aux associations Choisir l’espoir, les Clowns de l’espoir et les Blouses roses qui s’occupent de divertir les enfants malades. Deux familles dans l’épreuve ont également reçu une aide financière pour offrir des vacances à leurs enfants.

Arras Actualités Juin 2010

19


Jeunesse I Connaissances

Deux cents enfants au concours de la Maison de l’Europe Deux cents élèves environ, représentant huit classes des écoles Oscar-Cléret, La Fontaine,Voltaire, Louez-Dieu et Paul-Bert, ont participé le 7 mai au concours organisé chaque année par la Maison de l’Europe d’Arras à l’occasion de la Journée de l’Europe. la salle des Fêtes de l’Hôtel de Ville, chaque classe a été tour à tour appelée sur scène pour répondre à des questions, de différents niveaux de difficulté, préparées par la présidente de l’association, Gisèle Bassette. De quel pays la paëlla est-elle le plat typique ? Quel bras de mer faut-il traverser pour aller en Angleterre ? En amont, les classes candidates avaient du préparer un travail d’illustration sur un monument d’un pays européen en imaginant en commentaire un quatrain poétique. La Tour Eiffel, la tour de Pise et l’Atomium de Bruxelles étaient par exemple au rendez-vous. Les points réunis par ces réalisations et les réponses

D

ANS

Des enfants créatifs entre midi et deux

Les jeunes ont repris en chœur l’Hymne à la Joie, devenu hymne européen.

au questionnaire ont permis au jury d’accorder le premier prix de ce concours de la Maison de l’Europe aux élèves d’un CM1 de l’école Voltaire et le deuxième prix à un CE2-CM1 de l’école Oscar-Cléret. Tous ces élèves seront invités à un voyage à Oudenaarde, ville belge jumelée à Arras, et à Bruxelles. Les élèves des classes ayant obtenu les troisième et quatrième prix ont reçu chacun un sac et les autres classes différents offerts

par la Maison de l’Europe et le Parlement européen. Pour terminer la matinée, les deux cents enfants ont chanté d’un bel ensemble, accompagnés par un accordéoniste et des élèves des classes musicales, les paroles de l’hymne européen écrites sur la musique de l’Hymne à la Joie. Hélène Lefebvre, adjointe aux Relations Internationales, a souligné cet « enthousiasme des enfants qui ont bien travaillé sur l’Europe ».

Les vertus de l’apprentissage D

Le service jeunesse de la Ville organise différentes activités créatives ou sportives chaque jour entre midi et deux heures dans les dix écoles primaires arrageoises. Ce sont les « midis loisirs » et dessins, sculptures en bois, mosaïques ou petits objets de décoration ont été exposés salle Robespierre à l’Hôtel de Ville, le week-end de Pentecôte, « afin que tous les Arrageois puissent découvrir l’ensemble de ces travaux », disait, lors du vernissage, Alexandre Malfait, adjoint à la Jeunesse. Il trouvait pour sa part ces réalisations « d’une qualité de plus en plus intéressante ». Quatre-vingts encadrants au total, dans différentes disciplines, animent ce temps de loisirs créatifs voulu pour développer chez les enfants le sens artistique et l’habileté manuelle.

Arras Actualités

20

Juin 2010

ES jeunes de seize à vingt-six ans ont pu avoir un premier contact avec un employeur potentiel, lors des quatrièmes Rencontres de l’Apprentissage et de l’Alternance organisées le 19 mai à Artois Expo par Pôle Emploi. Des entreprises comme Véolia, Kiabi, ERDF ou Pasquier, mais aussi des fédérations professionnelles, de la mécanique ou du bâtiment, et des organismes de formation étaient venus expliquer ce qu’est un contrat d’apprentissage en alter-

nance où le signataire est rémunéré – 650 euros mensuels au départ – pour apprendre un métier. L’apprenti se partage entre formation pratique chez l’employeur, et quatre cents heures par an de formation générale afin d’obtenir son diplôme professionnel. L’apprentissage permet aux entreprises de former un personnel adapté et aux jeunes de se voir ouvrir une porte d’entrée dans le monde du travail.


Nos Quartiers

Jean-Marie Vanlerenberghe vient de dévoiler la plaque en présence de Thérèse Willot, Denise Bocquillet, Alexandre Malfait, Frédéric Leturque et Philippe Rapeneau.

• Résidence Baudimont • Résidence Pierre Bolle • Centre Ville Boulevards • Centre Ville Places • Résidence de l’Europe • Goudemand -

Saint-Michel • Hippodrome • Jardins - Acacias • Jean-Jaurès - Cheminots • Les Blancs Monts • Les Hautes Fontaines

Résidence Saint Fiacre • Les Hochettes • Méaulens

bd de la Liberté • Mont Saint Vaast • Résidence Saint-Pol • Rietz Saint-Sauveur • Ronville/Réaumur

Griffiths/Devillers • Saint-Gery

Le jardin des Rosati change le regard sur le quartier Saint-Michel E

N répondant à un souhait souvent exprimé par les habitants lors des réunions de quartier, c’est un équipement qui change toute la physionomie de Saint-Michel et, avant même qu’il ne soit complètement terminé, il avait commencé, l’été dernier, à être fréquenté par les enfants, comme le remarquait avec plaisir Jean-Marie Vanlerenberghe, lors de son inauguration officielle, le 29 mai. C’est à eux que le jardin des Rosati, sur l’ancienne friche Citroën, est en premier lieu destiné, avec un large espace de jeux sécurisés, et c’est pourquoi, rappelait pour sa part Thérèse Willot, adjointe aux Espaces Verts et à la Propreté, les chiens y sont interdits, même tenus en laisse. « C’est un parc, disaitelle, pour les enfants, pas pour les crottes ! ». Autour des jeux, dans une déambulation originale, cent quinze arbres, cèdres, boulots, chênes, tilleuls de Hongrie, mais aussi des espèces originales comme le févier d’Amérique ou le gingko, l’essence qui a résisté à Hiroshima, vont y grandir, et mille trois cents arbustes ainsi que deux cent trente rosiers anglais ont été plantés. Actuellement les rhododendrons transférés de la place de la gare s’y épanouissent en de grands bouquets roses.

paru il y a deux ans, et dont le souvenir imprègnera longtemps toute la population de Saint-Michel. Le terrain multisport, clôturé au milieu du jardin, porte désormais son nom et un premier challenge de football Maxime-Bouvet a été disputé par sept équipes de jeunes venus de tous les quartiers de la ville cet après-midi là. D’autres animations ont émaillé cette inauguration : l’UNICEF a procédé à un lâcher de ballons rappelant, dans ce lieu qui leur est dévolu, qu’Arras a signé la charte de « ville amie des enfants » et tient ses engagements, le percussionniste Rheda, bien connu du côté du Pharos, et trois musiciens d’Eclectic Jazz se sont exprimés, tandis que cette cérémonie officielle était arrosée au jus de fruit !

Les élus et quelque deux cents personnes attirées par l’événement se sont promenés à travers les quinze mille mètres carrés de ce jardin « qui est une réussite et change la vision du quartier », disait le Maire, en s’arrêtant aussi devant l’effigie découpée dans une plaque de métal d’une ancienne traction Citroën, rappelant le passé de ce terrain dont la Municipalité peut être fière d’avoir évité qu’il ne soit laissé en pâture à des promoteurs immobiliers ! « Cela, précisait Jean-Marie Vanlerenberghe, dénote notre volonté de développer les espaces verts en ville comme nous le faisons avec la trame verte et bleue. Le prochain grand parc public arrageois sera celui du Val de Scarpe ». Claude Marneffe

En mémoire de Maxime Bouvet Avant de dévoiler la plaque inaugurale, le Maire a sobrement rendu hommage, en offrant à la veille de la fête des Mères quelques fleurs à sa maman, à Maxime Bouvet, un jeune de vingt-deux ans qui s’investissait complètement dans l’animation du quartier, tragiquement dis-

C’est le jardin de l’enfant roi : pour le cocktail d’inauguration, on servait des jus de fruits.

Arras Actualités Juin 2010

21


Quartiers I Théâtre - Brocante -

Brocante et variétés pour la fête à Ronville foule habituelle a envahi tout le quartier Ronville devenu toute une journée, le 9 mai, le centre d’animation de la ville avec sa fête annuelle et sa braderie-brocante. Tout avait commencé la veille à l’intention des enfants qui après avoir participé à une course pour le plaisir à travers la cité des Jardins ont pu effectuer quelques tours de poney place Jean-Jaurès, s’amuser à la pêche au canard ou se faire offrir quelques tours de manèges à la ducasse. Une brocante aux jouets leur était aussi tout spécialement destinée. Le lendemain, les jouteurs, et leur musique en plein renouveau, ont donné le la de la

L

A

fête à l’heure de l’apéritif où déjà les chineurs se pressaient le long des étals de la braderie avenue Lobbedez. De nombreux « professionnels » avaient réservé leur place dénaturant un peu la définition même de la braderie. L’après-midi, le podium de la place JeanJaurès, dans la totale sobriété de sa sono et sans fioritures de décoration, réserve toujours un agréable moment. Quelques chanteurs, comme cette fois Alexandre Debove, le show créole de Rosa et un hommage à Dalida, ont reçu les applaudissements d’un public toujours de bonne composition leur laissant entendre qu’ils pourraient un jour devenir grands !

Le centre social Torchy Des curiosités

mobilisé pour Haïti Le centre social Torchy a organisé le 8 mai un grand après-midi festif sous le chapiteau de Ben An Cirq’, terrain Grimaldi, pour venir en aide aux enfants désemparés d’Haïti. troupe circassienne a non seulement prêté son chapiteau, mais offert un spectacle issu des stages familiaux mis en place pendant les vacances de Pâques. Une troupe de danse country, Achicourt Autrement, une autre de modern danse, Art of Dance, de Beaurains, la troupe AK 47, avec une lecture spectacle, et deux groupes musicaux, Minor String, du jazz manouche, et les Arrageois d’Atlantis ont également offert leur prestation. Avec également les inscriptions au repas, le produit de la buvette, et différents dons, c’est ce qui a permis aux organisateurs d’offrir la recette de l’opération à l’UNICEF. Nicole Can-

L

A

lers, présidente de l’Association des Quartiers Sud, centre social Torchy, a ainsi remis le 19 mai une somme de mille euros aux représentants de l’association en insistant sur le fait que « l’idée était venue des professionnels du centre qui ont d’ailleurs offert le 8 mai leur journée de travail en bénévolat ».

Construire pour les enfants Guillemette Tison, la déléguée régionale de l’UNICEF, a remercié le centre social pour cette initiative prouvant que quatre mois après le drame, dans un monde où les médias nous font très vite changer de sujet, Haïti n’était pas oublié. « L’UNICEF, annonçait-elle, utilisera tous les fonds qui lui seront accordés pour les enfants haïtiens pour construire des écoles. Car, même avant le séisme, le pays n’en disposait pas suffisamment. Finalement, c’est construire qu’il faut faire, et non pas reconstruire. Et le travail est énorme »…

Nicole Canlers, présidente de l’AQS, remet différents chèques aux représentantes de l’UNICEF, entourée des protagonistes de cette généreuse initiative.

22

à la brocante Pierre-Bolle

’ASSOCIATION Escap’ad a apporté un nouveau souffle à la brocante du quartier Pierre-Bolle, interrompue quelques années, et dont la huitième édition, le 8 mai, a rassemblé entre les rues de Flandres, de Provence, du Roussillon et les places de Bourgogne et du Dauphiné, quelque cent vingt exposants sur près d’un kilomètre et demi de promenade. Les visiteurs ont retrouvé la véritable tradition de la brocante avec toutes sortes d’objets souvent sortis par les habitants devant leur domicile, et il y avait, chose devenue rare dans des braderies de plus en plus envahies par les professionnels, de l’insolite et de l’originalité comme cette couturière à domicile proposant des bocaux de boutons ou ce bricoleur vendant les maquettes d’avions qu’il avait lui-même confectionnées.

L


le festival des cultures urbaines Il n’aura fallu qu’une année à « Street Impact », créé par le collectif arrageois « Copirate », pour devenir le plus important festival des cultures urbaines dans la région. C’était en juillet 2009 quartier Saint-Pol. L’aventure se poursuit sur le site du skate-park de la gare et au complexe sportif Gambetta-Carnot. Toutes les disciplines des cultures urbaines seront représentées avec l’accent sur celles qui bougent. • 10 h - 13 h : « Battle street impact » avec les huit meilleurs danseurs de hip hop de la région. • 10 h - 17 h : basket streetball avec l’USAO. • 14 h - 15 h : show de foot freestyle avec le champion de France et le champion d’Europe ; démonstrations de double dutch (double corde à sauter). • 14 h - 17 h : libre expression de graff’ ouverte à tous. Démonstration de skate avec l’association Zeus. Toute la journée : exposition de « low bike », voitures et vélos américains customisés.

Les juin

• 17 h - 20 h : concerts avec « Les clandos » (17 h) ; FDH (17 h 15) ; F2M (17 h 30) ; « Kommando Toxique featuring Slone » (17 h 45) ; « Johnny Madness » (19 h) et « Seth Gueko » (20 h). Les jeunes qui s’investissent dans ce festival veulent aussi montrer, par sa réussite, que les cultures urbaines demandent travail, rigueur et motivation.

9-18

Juin en musique à Cité Nature Juin, c’est le mois de la musique pour fêter l’arrivée de l’été et Cité Nature ne veut pas être en reste ! Le mercredi 9, à 20 h, la classe de clarinette du Conservatoire proposera un concert autour de quelques compositeurs italiens classiques (entrée 3 euros ; gratuit pour les enfants). Le vendredi 18 juin se déroulera une grande soirée en hommage à Chopin avec le jeune pianiste Frédéric Volanti. Si la météo est d’accord, le concert devrait se dérouler dans les jardins de Cité Nature, ce qui donnera à cette prestation un cachet particulier dans la douceur du soir (à 20 h ; entrée 5 et 7 euros).

à Arras

« Street Impact 2 »,

www.arras.fr/culture

Juin 2010

13

Sortir

Dimanche juin

Pilotes de guerre sur l’Artois Exposition. Avec la participation de l’association Artois Saint-Exupéry. Médiathèque du Palais Saint-Vaast. Entrée libre.

Tout le mois

Spartacus Spectacle de plein air, adaptation libre du fameux peplum pour des marionnettes géantes. Cours de l’Abbaye Saint-Vaast. Jeudi 10 : 20 h. Vendredi 11, samedi 12 : 20 h 30. Entrée : 15 et 9 euros.

Du jeudi 10 au samedi 12 juin

Gala de danse Proposé par l’association Ballet Studio, avec la participation des élèves de l’école de danse Roselyne Ogez au profit de l’association Handichien. Chorégraphie d’Elodie Obert d’après un conte d’Andersen. Casino, samedi à 20 h et dimanche à 15 h 30. Tarif : 12 euros pour un spectacle ou 20 euros les deux jours.

Samedi 12 et dimanche 13 juin

Arras Actualités Juin 2010

23


Retrouvez l’agenda complet sur

www.ville-arras.fr/culture

Fête de la Musique L’Echappée belle Par l’atelier « Paroles de Femmes », mise en scène de Michèle Fritel. Au Pôle Culturel, le Pharos, samedi à 20 h, dimanche à 16 h. Accès libre et gratuit.

Samedi 12 et dimanche 13 juin

Les Orphéonistes d’Arras La chorale, dirigée par Roselyne Tirtaine, est accompagnée des Flûtes de l’Artois, un quatuor composé de Christine Couture, Catherine Kowandy, Catherine Solecki et Sylvie Willerval. Salle des fêtes de l’Hôtel de Ville, 16h. Entrée libre.

Dimanche 13 juin

36e randonnée de l’Ami Bidasse Circuits route et 3 circuits VTT pour les cyclistes et circuits pour les marcheurs. Organisée par Arras Cyclotourisme. Stade Émile Zola, départs dès 7 h.

Dimanche 13 juin

Fête du quartier Saint-Sauveur La braderie-brocante s’étendra sur le Rietz, de la rue Alexandre-Georges à la rue Clusius. A midi, les Félines de Cojeul seront au rendez-vous pour défiler en musique dans le quartier et, nouveauté, de 16 h 30 à 19 h 30, le groupe folklorique Tradidanses animera la fête. A 17 h, c’est la compagnie de la Marelle qui déambulera à travers le Rietz avec ses chansons anciennes accompagnées à l’orgue de Barbarie.

Dimanche 13 juin

Gala de danse Proposé par l’association Art of Dance. Casino, 20 h 30. Tarif : 7 euros, gratuit pour les moins de 10 ans.

Vendredi 18 juin

Fête de la musique au musée Le musée ouvre ses portes aux élèves et professeurs du conservatoire à rayonnement départemental de musique, danse et art dramatique pour des moments musicaux qui font vibrer et résonner les espaces de l’abbaye. Musée des beaux-Arts, de 14 h à 17 h 30.

Dimanche 20 juin

Vide-grenier Place de Marseille, de 8 h à 17 h.

Dimanche 20 juin

Arras Actualités

24

Juin 2010

Lundi juin

21

Tous les genres musicaux investissent toute la ville. Pour toutes les générations. Programme en poche, c’est l’heure de flâner toute une soirée au gré des découvertes. Grand’Place • 19 h - 20 h : Our Circle Before Destruction • 20 h - 21 h : Arokana • 21 h - 22 h : Atlantys • 22 h - 23 h : Steel'n Copper • 23 h - minuit : Sirivss Place Foch, côté Bd Carnot • 19 h - 19 h 55 : 59 Flow • 20 h 10 - 21 h 05 : Rasyn Papa • 21 h 15 - 22 h 05 : Mamaskunk • 22 h 15 - 23 h : Slone • 23 h - 23 h 30 : Fugy • 23 h 45 - 0 h 45 : Liste Rouge Place Foch, côté rue Chanzy • 20 h 15 - 21 h 30 : Coq Hard • 21 h 45 - 23 h : Lost Patriot • 23 h 15 - 0 h 45 : The Spirit of 84 Place de la Vacquerie • 19 h - 21 h : Club généraliste • 21 h - 23 h : Edward Maya • 23 h - 0 h 45 : Club généraliste Théâtre d’Arras • 19 h -19 h 45 : Ballet Studio • 20 h-20h45 : Silbury Hill (Pink and Blow) • 21 h - 21 h 30 : A Tous Temps Danses • 21 h 45 - 22 h 45 :Véronique Salle des Concerts • 19 h -19 h 45 : Chœur d'Artois • 19 h 50 - 20 h 15 : Chorale d'Acq • 20 h 25 - 21 h 25 : Crescendo • 21 h 40 - 22 h 45 : Association Am Stram Gram Place du Théâtre d’Arras • 19 h - 20 h 15: Twisted Need Therapy • 20 h 30 - 21h 45 : Fallen Chords • 22 h - 23 h 15 : Anatomy Place d’Ipswich • 19 h -19 h 45 : Waïla • 20 h - 21 h 45 : The incredible marvelous and galactic men (on the flying stone) • 22 h - 23 h 10 : Picaciel • 23 h 25 - 0 h 45 : Mon Rock'n'Roll s'appelle Reviens Rue Gambetta, côté « Jennyfer » • 19 h - 23 h 30 : Les Disjoncteurs Devant la Poste • 19 h - 19 h 45 : Eglise protestante • 21 h 15 - 23 h : Chorale Missionnaire Evangélique Café Le Lieu, rue des Trois Visages • Dès 19 h, Plateau DJ

Place Lenglet : Indie Rock Fest III • 19 h - 19 h 45 : Rataxès • 20 h - 20 h 45 : Neko • 21 h - 21 h 45 : Eepocampe • 22 h - 22 h 45 : Hamilton Office Culturel • 19 h : Couleur Jazz • Minuit : CEMM (Centre d'Enseignement des Musiques Modernes) Hôtel de Guines • 19 h - 0 h 45 : Di Dou Da Cour de la Préfecture • 20 h - 21 h : Orchestre d'Harmonie d'Arras • 21 h 15 - 22 h 15 : Union Musicale des Cheminots Place du Rivage • 19 h - 0 h 45 : Comité des Fêtes Méaulens St Géry Place du Wetz d’Amien • 19 h - 20 h 10 : Trandidanses • 20 h 25 - 21 h 35 : Le Jardin des Almées • 21 h 50 - 23 h : Sing a Song Jardin Saint Vaast • 19 h -19 h 55 : Darezzoh • 20 h 10 - 21 h 05 : Skinny fly • 21 h 20 - 22 h 15 : Sappy • 22 h 30 - 23 h 30 : Trollpeed Jardin Saint Vaast bis • 19 h - 21 h : BlackCube • 21 h - 23 h : Arkham Devant la librairie Brunet • 20 h 30 - 0 h 45 : Le duo Brassens Subway, rue de la taillerie • 19 h : Association Noise Upstairs Noise Upstairs • Minuit : Stylzero Café Le Cercle, rue de la taillerie • 19 h : Superstation Orange Buzz • 0 h 45 Liberty Band Café L’Elysée, rue Gambetta • 20 h 30 - 23 h 30 : Kyl's Café Le Club • 19 h - 1 h :Vertigo Café Le Jean Bart, rue Wasquez Glasson • 19 h - minuit : Dead end Street


Retrouvez l’agenda complet sur

www.ville-arras.fr/culture

Brocante Dimanche juin

27

Proposée par le Comité d’Habitants de l’Hippodrome. Rue Faraday, quartier de l’Hippodrome, de 9h à 17h.

Dimanche 20 juin

Orchestre National de Lille

Deux cents exposants et des vedettes

à la braderie des commerçants « Ce jour-là, le soleil en général est toujours avec nous. Alors, on garde la date ! », explique Jean Kurcharsky, vice-président de l’association Arras Commerce Cœur de Ville. La traditionnelle braderie des commerçants aura donc lieu, comme toujours, le dimanche 27 juin, entre 8 h et 18 h. Cette année, les organisateurs ont dû tenir compte des travaux de la place des Héros et adapter le parcours qui, de la Poste à Pont-deCité, suivra l’axe principal, avec des incursions dans les rues piétonnes, rues Désiré-Delansorne et Paul-Doumer, ainsi que sur la place du Théâtre. Deux cents commerçants environ participeront à la fête : cent vingt Arrageois qui présentent leurs bonnes affaires devant

leur boutique, et quelque quatre-vingt non sédentaires. Un podium d’animation place du Wetz d’Amain, présentera « Pauline, la chanteuse d’Allo le monde, révélée aux Victoires de la Musique, ainsi que William Baldé », précise Corinne Leclere, secrétaire de l’association, qui connaît sur le bout des ongles son Top 50 ! Pierrot sera aussi de la partie avec ses animations et conseils culinaires et l’on attend Fabien Lecœuvre, le partenaire de Patrick Sébastien sur les plateaux de télé, le biographe des stars qui connaît sur elles mille et une anecdotes à raconter. Avec un tel plateau, la braderie des commerçants met dans son panier tous les atouts d’une nouvelle réussite.

Le concert événement dirigé par Jean-Claude Casadesus lui-même, en plein air, dans le décor singulier et somptueux de la cour de l’abbaye Saint-Vaast pour faire résonner les fastes de Berlioz (Marche hongroise, extrait de La Damnation de Faust), la réflexion de Ravel (concerto pour piano et orchestre) et la gravité de Beethoven (Symphonie Pastorale). Cour d’Honneur de l’Abbaye Saint-Vaast ou cathédrale (en cas d’intempéries), 20 h 30. Tarif : 24 euros.

Samedi 26 juin

Mon histoire, mon quartier Exposition sur la cité Jean Jaurès et son école et sur la cité des Cheminots. Organisée par l’association Culture et Liberté. Maison de services Jean Jaurès de 14 h 30 à 17 h.

Dimanche 27 juin

Nemetacum Visites guidées du site archéologique. Se rapprocher de l’Office de Tourisme. 77 rue Baudimont.

Du mardi 6 juillet au 29 août

C’est 14 juillet pendant quatre jours ! Le comité des Fêtes de Méaulens orchestre comme toujours les festivités du 14 juillet, quatre jours d’animation gratuite en plein air qui attirent dans le quartier du Rivage les Arrageois de toute la ville ! • Samedi 10 juillet, à partir de 18 h, brocante en nocturne ; soirée dansante avec l’accordéoniste Cédric Dépret. • Dimanche 11 juillet, à 15 h, course au plateau des garçons de café ; à 16 h, concours de vélos fleuris pour les enfants ; démonstration de danse country ; en soirée, spectacle du transformiste Audrey Lila Marielle avec le groupe Les Dinosaures. • Mardi 13 juillet, à 21 h, spectacle de variétés avec Lanny (sosie de Claude François) et Johnny Franck (sosie de Johnny Hallyday). • Mercredi 14 juillet : concours de pêche avec les Francs Pêcheurs (dès l’aube !) ; l’après-midi, guinguette au bord de l’eau animée par les Shadocks ; joutes nautiques. Le soir, grand bal populaire avec le groupe Soledad et, en final, le feu d’artifice du 14 juillet pour tous les Arrageois !

Musique en plein-air Harmonie de Croisilles Kiosque à musique du Jardin du Gouverneur, 15 heures.

Dimanche 13 juin La Lyre Dainvilloise Kiosque à musique du Jardin du Gouverneur, 15 heures.

Dimanche 20 juin Crescendo Kiosque à musique du Jardin du Gouverneur, 15 heures.

Dimanche 27 juin

Arras Actualités Juin 2010

25


Tribune I Juin 2010

La Majorité Municipale

Le groupe « ARRAS en Mieux »

Le choix de la convivialité dans les quartiers

Il n'est pas habituel que la liste Arras en mieux parle d'actualités nationales. Néanmoins, nous avons décidé d'évoquer la question des retraites.

La Fête des Voisins rencontre chaque année dans notre ville un succès grandissant. Dans chaque quartier, de nouveaux sites viennent toujours s’ajouter aux points de rencontres créés à l’origine. Le 28 mai, pas moins d’une quarantaine de lieux attendaient les habitants des quartiers pour quelques heures de fête, occasion d’un soir de se découvrir ou de resserrer les liens. La municipalité favorise matériellement ces événements, car le développement de ces initiatives est significatif d’un heureux état d’esprit arrageois d’attention aux autres et de volonté de vivre ensemble. Mais nous voulons aller plus loin que la Fête des Voisins. Avec « Voisins solidaires » nous invitons les Arrageois à se tendre la main. Pour faire les courses d’une personne âgée, aider au bricolage ou au jardinage, aller chercher un enfant à l’école ou le suivre dans ses devoirs. Notre but, dans un souci de cohésion sociale, est que les habitants se rencontrent et se soutiennent. En un mot vivent ensemble. Nous venons ainsi d’inaugurer, dans le quartier Saint-Michel qui manquait notoirement d’espaces verts, le jardin des Rosati, un nouveau parc dans la ville avec de nombreux jeux pour les enfants. Il nous aurait été facile de vendre la friche Citroën à un promoteur pour un programme immobilier ! Nous avons fait un autre choix ! Celui d’offrir à la population du quartier, et d’ailleurs à tous les Arrageois, un nouvel espace de promenade et de respiration en centre ville. Sa constante fréquentation nous a donné raison. Notre préoccupation permanente du bien vivre ensemble en est confirmée. Mais qui en doutez ?

La vie politique arrageoise n'est pas déconnectée de la vie politique nationale, et il serait intéressant de savoir qu'elle est la position de la majorité municipale sur ce sujet (comme sur d'autres). C'est d'autant plus important que la réforme des retraites aura des conséquences sur la politique municipale en direction de nos aîné-e-s. En effet, plus de précarité pour les futurs retraité-e-s, c'est plus de besoins sociaux qu'une commune comme Arras devra prendre en charge. Malgré les discours catastrophistes, les socialistes font la démonstration qu'une réforme des retraites synonyme de progrès est possible. Maintien de la retraite à 60 ans, taxation du capital et des banques, prise en compte de la pénibilité du travail, niveau des pensions permettant de vivre dignement : ces propositions crédibles et concrètes sont autant de mesures de justices sociales. Certes le système de retraite est menacé, mais cela ne doit pas justifier tous les reculs que prépare le gouvernement de droite. Il serait intéressant de savoir ce qu'en pense la majorité municipale. Affaiblie et divisée depuis le résultat des élections régionales, il est peu probable qu'elle apporte une réponse cohérente. Les socialistes, eux, ont fait leurs choix, et l'assument devant les Arrageoises et les Arrageois. Vous pouvez nous retrouver sur notre site : www.ps-arras.org Le groupe ARRAS EN MIEUX Alain Fauquet, Karine Boissou, Bertrand Alexandre, Colette Vilette, Jean-Pierre Ferri, Françoise Duforets, Bertrand Louchart

Les Verts / L’Echappée Belle

Le Front National

Le Main Square... oui mais à quel prix ?

Main Square Festival de subventions

Les esprits s'échauffent sur les subventions au Main Square Festival mais nous étions bien seuls lorsque l'an dernier, nous soulevions la question du coût réel pour la Ville de cet événement. Les manifestations qui animent et mettent en valeur nos villes ne se font jamais sans intervention des collectivités publiques. C’est un fait. Seulement puisqu'il est question d'argent public, il faut que les critères d'attribution et les circuits de financement soient transparents et discutables. De ce côté, on reste sur sa faim, car, nous n’avons jamais disposé d’un budget clair et exhaustif de ce que représente cet événement pour nos collectivités. Pas une ligne dans le Compte Administratif de la Ville sur les dépenses de toutes natures supportées pour le Main Square : subvention, achat de places, mobilisation du personnel municipal et des outils de communication de la ville… Edifiant ! Il est probable que le Main Square soit un événement d'importance pour notre ville mais les éléments du débat ne sont pas connus. Comment dès lors évaluer l'aubaine, si elle existe, que représente pour notre Ville, ce festival managé, rappelons le, par un grand groupe privé ? D'autres événements portés par des structures locales sans but lucratif, et nous pensons au Salon du Livre, au festival international du Cinéma, à « Faîtes de la chanson » ou au projet européen de notre club de basket féminin sont-ils assurés de leur pérennité, à un moment où les budgets de nos collectivités sont de plus en plus tendus ? Les éléments du débat, les critères de choix sont-ils sur la place publique ? Nous ne le pensons pas. Dans l'offre globale d'événements culturels, sportifs, musicaux ou autres, le Main Square a aujourd'hui sa place. Oui …. mais à quel prix ?

Le moins que l’on puisse dire c’est que depuis sa création le Main Square Festival est décrié et suscite les polémiques pour plusieurs raisons. Alors qu'il est produit et organisé par une société privée, Live Nation, multinationale américaine, il touche quand même des subventions publiques, au grand dam des associations locales. Les cachets astronomiques proposés aux artistes majeurs engendrent une inflation que les autres manifestations ne peuvent suivre. De plus, le prix des places n’est pas à la portée des toutes les bourses. Enfin la délocalisation des concerts de la Grand’Place vers la Citadelle, va encore une fois se faire au détriment du petit commerce arrageois. Mais revenons sur le sujet des subsides publics. Il convient de rappeler que la ville d'Arras a versé l’année dernière 50 000 euros (30 000 euros de subvention et 20 000 euros d’achat de places), et que la Région a donné 100 000 euros qui ont transité par la ville, pour être reversés à l'organisation du Main Square Cette année encore l’organisateur sollicite le Conseil régional et espère recevoir une somme. Je me réjouis de voir que le festival d’Arras est devenu le plus grand festival rock de France, attirant les plus importants artistes du monde. Cependant j’estime qu’un festival commercial n’a pas besoin de l’argent des collectivités territoriales et c’est pour cette raison que le groupe Front National au Conseil régional votera contre toute attribution de subvention au Main Square Festival.

Laure OLIVIER / Alain SELLIER elus-verts-arras@laposte.net

Arras Actualités

26

Juin 2010

Jean-Marc Maurice conseiller municipal – conseiller régional Front National mail : fnarras@laposte.net – Tel : 06 77 20 11 81


Juin 2010 I Permanences d’élus Jean-Marie VANLERENBERGHE m-le-maire@ville-arras.fr Maire d’Arras, Sénateur du Pas-de-Calais, Président de la Communauté Urbaine

Permanences de 9 h à 11 h, les 17 juin, à la Maison de Services et de Proximité ; 8 juillet, en mairie. Contact : 03 21 50 51 82.

CONSEILLERS DE LA MAJORITÉ Zohra OUAGUEF - OUAKID z-ouaguef@ville-arras.fr Service à La Personne et Insertion

Sur RDV en mairie ✆ 03 21 50 51 86.

ADJOINTS Denise BOCQUILLET

Thérèse WILLOT

d-bocquillet@ville-arras.fr Ressources Humaines Conseillère déléguée de la CUA

t-willot@ville-arras.fr Espaces Verts et à la Propreté

Permanences de 10 h à 12 h, les 9 juin au centre social Torchy ; 23 juin à la Maison de Services et de Proximité ; 30 juin, à la Maison des Sociétés et 7 juillet au Foyer des Platanes. ✆ 03 21 50 51 83. Frédéric LETURQUE fleturque@ville-arras.fr Cohésion Sociale et Renouvellement Urbain, Vice-Président de la CUA

Permanence le jeudi 1er juillet de 9 h à 11 h 30 en mairie ✆ 03 21 50 51 86 ou 06 08 74 89 75. Annie LOBBEDEZ

Marylène FATIEN m-fatien@ville-arras.fr Urbanisme

Sur RDV en mairie ✆ 03 21 50 51 87. Danièle LAMOTTE d-lamotte@ville-arras.fr Logement - Conseillère déléguée de la CUA

Sur RDV en mairie le jeudi matin. ✆ 03 21 50 50 81 (service logement) ou 03 21 50 51 86 (pour tout autre problème). Matthieu LAMORIL m-lamoril@ville-arras.fr Patrimoine Culturel

Sur RDV le lundi de 9 h à 12 h, en mairie. ✆ 03 21 50 51 82. Jeannine JANDOT j-jandot@ville-arras.fr Domaine Public, Cadre de Vie et Exécution Budgétaire

Sur RDV le mardi matin et le jeudi toute la journée en mairie. ✆ 03 21 50 51 82. Nathalie GHEERBRANT n-gheerbrant@ville-arras.fr Vie Etudiante et Université

Sur RDV le mercredi de 10 h 30 à 12 h en mairie. ✆ 03 21 50 51 85. Dominique MORTREUX d-mortreux@ville-arras.fr Équipements Culturels

Sur RDV en mairie ✆ 03 21 50 51 85. Yves DELRUE y-delrue@ville-arras.fr Affaires Militaires et Patriotiques, Vice-Président de la CUA

Sans RDV le mardi de 10 h à 11 h en mairie. ✆ 03 21 50 51 85. Claire HODENT c-hodent@ville-arras.fr Petite Enfance

Sur RDV en mairie ✆ 03 21 50 51 86. Marc DESRAMAUT m-desramaut@ville-arras.fr Equipements Sportifs

Sur RDV en mairie. ✆ 03 21 50 51 82. Véronique LOIR

a-lobbedez@ville-arras.fr Sports

Sur RDV le jeudi de 14 h 30 à 18 h en mairie ✆ 03 21 50 51 82. Philippe RAPENEAU p-rapeneau@ville-arras.fr Urbanisme, Patrimoine et Constructions Durables, Conseiller Régional, Vice-Président de la CUA

Permanence le mercredi 23 juin de 10 h 30 à 12 h en mairie ✆ 03 21 50 51 87. Hélène LEFEBVRE he-lefebvre@ville-arras.fr Etat Civil, Elections et Relations Internationales

Sur RDV en mairie ✆ 03 21 50 50 15. Thierry SPAS t-spas@ville-arras.fr Domaine Public

Sur RDV en mairie le mercredi de 10 h 30 à 12 h ✆ 03 21 50 51 82.

n-canlers@ville-arras.fr Personnes Agées et Personnes Handicapées

Sur RDV en Mairie ✆ 03 21 50 51 86.

Sur RDV en mairie ✆ 03 21 50 51 85. Alexandre MALFAIT a-malfait@ville-arras.fr Jeunesse et Vie Etudiante

Sur RDV en mairie ✆ 03 21 50 51 85. François-Xavier MUYLAERT fx-muylaert@ville-arras.fr Culture et Tourisme Conseiller délégué de la CUA

Sur RDV en mairie ✆ 03 21 50 51 85. Nadine GIRAUDON n-giraudon@ville-arras.fr Fêtes et Commerces

Sur RDV en mairie ✆ 03 21 50 51 85. Philippe ARVEL p-arvel@ville-arras.fr En charge des quartiers et des conseils de quartier

Sur RDV le premier jeudi de chaque mois de 9 h à 10 h en mairie ✆ 03 21 50 51 82.

Permanences et coordonnées sur

www.arras.fr Permanences à l’Hôtel de Ville le samedi de 10 h à 12 h, bureau 23 ou sur rendez-vous. Contact : 03 21 21 60 15.

Sur RDV le mardi en mairie. ✆ 03 21 50 51 87. Martine SAUVAGE m-sauvage@ville-arras.fr Vie des quartiers (FTU, CH…)

Sur RDV en mairie ✆ 03 21 50 51 86. Mickaël SULIGERE m-suligere@ville-arras.fr Conseiller municipal Vice-président de la CUA, délégué à la Promotion de la Santé

Sur RDV le vendredi 25 juin de 14 h à 16 h, au Centre Social Jean Jaurès. ✆ 03 21 50 51 82. Claude FERET c-feret@ville-arras.fr Conseiller municipal, Vice-Président de la CUA chargé de la Cohésion Sociale et de la Sécurité

Permanence le mercredi 23 juin de 9 h 30 à 11 h 30 au CSAO, 39 avenue de l’Hippodrome. ✆ 03 21 50 51 82. Jean-François MALBRANCQ jf-malbrancq@ville-arras.fr Conseiller municipal, Vice-Président de la CUA chargé des transports

Jacques PATRIS

Nicole CANLERS

e-beaumont@ville-arras.fr Education

Karine BOISSOU

Permanences les mardi 22 juin et 13 juillet de 10 h à 11 h en mairie. ✆ 03 21 50 51 87.

Sur RDV en mairie ✆ 03 21 50 51 87.

Sur RDV en mairie les samedi 26 juin et 3 et 10 juillet de 9 h 30 à 11 h ✆ 03 21 50 51 87. Evelyne BEAUMONT

h-mortier@ville-arras.fr Affaires Juridiques, Commission d’Appel d’Offres et Assurance, Commission de Sécurité et d’Accessibilité - Conseiller délégué de la CUA

Sur RDV en mairie. ✆ 03 21 50 51 82.

d-gruson@ville-arras.fr Contrôle de gestion, nouvelles technologies, commission des impôts directs

f-desmaziere@ville-arras.fr www.desmaziere.com Finances et Administration Electronique

Hugues MORTIER

v-loir@ville-arras.fr Suivi marchés publics et excécution budgétaire

David GRUSON

Sur RDV en mairie le mercredi de 14 h à 17 h ✆ 03 21 50 51 82. François DESMAZIÈRE

Arras en Mieux

Bertrand ALEXANDRE Arras en Mieux

Permanences à l’Hôtel de Ville le samedi de 10 h à 12 h, bureau 23 ou sur rendez-vous. Contact : 03 21 21 60 15. Bertrand LOUCHART Arras en Mieux

Permanences à l’Hôtel de Ville le samedi de 10 h à 12 h, bureau 23 ou sur rendez-vous. Contact : 03 21 21 60 15. Colette VILETTE Arras en Mieux

Permanences à l’Hôtel de Ville le samedi de 10 h à 12 h, bureau 23 ou sur rendez-vous. Contact : 03 21 21 60 15. Jean-Pierre FERRI Arras en Mieux

Permanences à l’Hôtel de Ville le samedi de 10 h à 12 h, bureau 23 ou sur rendez-vous. Contact : 03 21 21 60 15. Françoise DUFORETS Arras en Mieux

Permanences à l’Hôtel de Ville le samedi de 10 h à 12 h, bureau 23 ou sur rendez-vous. Contact : 03 21 21 60 15. Alain SELLIER élus-verts-arras@laposte.net

j-patris@ville-arras.fr Conseiller municipal, Vice-Président de la CUA chargé de l’emploi et de l’insertion.

Sur RDV en mairie. ✆ 03 21 50 51 82.

CONSEILLERS DE L’OPPOSITION

Permanence à l’Hôtel de Ville, bureau 22, le jeudi de 9 h 30 à 11 h 30 et sur rendez-vous. Contact : 06 82 11 21 62. Laure OLIVIER élus-verts-arras@laposte.net

Sur rendez-vous à l’Hôtel de Ville, bureau 22. Contact : 06 85 92 66 30.

Alain FAUQUET

Jean-Marc MAURICE

Arras en Mieux

Front National

Permanences à l’Hôtel de Ville le samedi de 10 h à 12 h, bureau 23 ou sur rendez-vous. Contact : 03 21 21 60 15.

Permanence les lundis de 15 h à 18 h à l’Hôtel de Ville, bureau 21 ou sur rendez-vous. Contact : 06 77 20 11 81. Arras Actualités Juin 2010

27



AA_246