Page 1

JOURNAL DE BORD

LES ENJEUX D’UNE PRATIQUE ALTERNATIVE DE L’ARCHITECTURE

Vanille Tabouillot, ENSAPLV, HMONP 2017-2018


2


SOMMAIRE

L’agence Les principaux projets abordÊs Chronologie Les semaines Conclusion Lexique

page 4

page 6

page 14

page 16

page 68

page 70

3


STéPHANE COCHET ARCHITECTE Parcours Après son diplôme et quatre années d’enseignement auprès de Gus Massiah à l’ENSAPLV, Stéphane Cochet travaille dans des agences d’urbanisme et de paysage, puis consacre toute sa pratique à la réhabilitation. En 2013, il forme un groupement avec Patrice Lutier, gérant de la SARL A003, en poursuivant son activité libérale en parallèle. C’est en 2015 que son premier projet neuf est livré à Montreuil pour Grand Paris Habitat. Il s’agit d’un immeuble de logements R+5 structure et façades en bois certifié passif, qui fait suite à son parcours de spécialisation et de formation vers la construction en bois et à faible emprunte carbone. Le projet est lauréat des Trophées Bois Île de France. Stéphane Cochet manifeste un vif intérêt pour les projets en marchés publics. Aujourd’hui, son exercice oscille entre appels d’offres publics et commandes privées. La livraison de son prochain bâtiment neuf est prévue pour 2019. Stéphane Cochet est basé à Paris, au sein de bureaux partagés en Société Civile Immobilière. Lors de ma MSP au sein de sa structure libérale, je suis son unique salariée. L’agence est très petite mais de nombreuses collaborations sont développées dans le cadre des différents projets.

1997 2002 2007 2009 2010 2016

Diplôme d’architecte DPLG UP6 / ENSAPLV Exercice en profession libérale Projets urbains et réhabilitations de logements Formation Construction Bois et Développement Durable Centre National de Développement du Bois Formation réhabilitation BBC, O. Sidler (BE Enertech) Institut Négawatt CEPH Certification Européenne Passive House Designer Programme Europe Intelligent Energy Trophées Bois Île de France Projet « Bois Debout », Résidence Girard à Montreuil (93)

Pratique Les grands axes de la pratique de Stéphane Cochet peuvent être résumés en quatre points : - L’engagement : Stéphane Cochet se focalise sur la construction bois et passive, il développe ainsi une grille de lecture et de conception singulière. On retrouve des principes communs dans tous ses projets, comme la haute performance thermique, l’utilisation du bois massif, ou des éléments plus

4


formels comme l’absence de parkings enterrés et la compacité. Cet engagement sur un marché encore peu développé en fait un point d’accroche particulier pour les MOA. - La recherche et développement : l’architecture est ancrée dans le contexte plus large de la recherche d’outils de développement (Appel à Manifestation d’Intérêt de l’ADEME, communauté ACV d’évaluation du futur référentiel E+C-, instrumentation des constructions livrées, etc). - Les collaborations : la co-traitance avec d’autres agences d’architecture (Bruno Garnier, Corentin Desmichelle, Ajeance, M’CUB) est fréquente : cela permet d’augmenter la capacité de l’agence. Ponctuellement, c’est par le biais du salariat qu’il s’agit d’assurer une charge de travail importante. - Une équipe de MOE soudée : un réseau de partenaires spécialisés forme un groupement solide pour répondre aux différents projets (BE fluides AMOES et MAYA, BE structure OREGON, BE acoustique AIDA, économistes VPEAS et Lot, paysagistes AC&T).

AMOES / MAYA / OREGON / MEHA / AIDA / VPEAS / AC&T

Equipe de MOE / BE Expertise technique

Stéphane Cochet Spécialisation bois thermique énergie Agences d’architecture associées Capacité de production Bruno Garnier / Ajeance / M’CUB / Corentin Desmichelle

Vanille Tabouillot Collaboratrice salariée

5


o nt Wils

Préside n

rue de la Fédération

du avenue

17 logements en réhabilitation et surélévation à Montreuil / Stéphane Cochet architecte

6


17 logements à Montreuil Réhabilitation et surélévation Programme : 17 logements locatifs privés sur bâtiment existant en surélévation, bureaux et commerces 134 Avenue du Président Wilson, Montreuil (93) Maître d’ouvrage : SCI Wilson Montreuil (privé) Surface : 3 238,5 m² SDP Coût des travaux : 2 190 000 € H.T.

MaîtrIse d’oeuvre : Stéphane Cochet architecte, mandataire MAYA, BE Fluides et thermique VPEAS, économiste Mission assurée : Mission complète (en cours)

Label : Passif*

Ce projet consiste en la réhabilitation et surélévation d’un bâtiment industriel des années 30 en structure poteau poutre béton, situé dans un périmètre de site inscrit ABF. La particularité de l’opération réside en l’emprise parcellaire importante et traversante : la façade principale est orientée sur l’avenue du Président Wilson, la façade secondaire sur la rue de la Fédération. L’îlot dans lequel prend place le bâtiment est composé d’ateliers et de maisons de ville de R+1 à R+2 combles. Le parti architectural s’appuie sur la création cœur d’îlot qui permet de découper les pignons du bâtiment et de créer deux fronts bâtis inscrit dans la trame existante. La cour offre la possibilité d’avoir des logements traversants et de végétaliser le bâtiment actuellement dépourvu d’espace en pleine terre. Des passerelles relient les deux corps de bâtiment en vis-à-vis. Le bâtiment de logements accueille également une surface commerciale au rezde-chaussée et des bureaux au premier étage. L’enjeu de la surélévation est de limiter l’impact de la construction sur le tissu parcellaire environnant : elle est donc conçue tout en bois. La structure existante est conservée et les bâtiments sont mis aux normes thermiques conformément à la démarche passive, en vue de la labélisation : triple vitrage, enveloppe performante, sobriété énergétique, toiture à haut pouvoir de réflectance solaire (cool roof), terrasses et balcons, etc.

* Label passif : cf Lexique page 70 7


58 logements Zéro Carbone, Chanteloup-en-Brie / Stéphane Cochet + Méandre CUB architectes

8


58 logements Zéro Carbone Chanteloup-en-Brie Programme : 48 logements collectifs et 10 maisons individuelles en accession PSLA, tout bois Chanteloup-en-Brie (77), ZAC du Chêne Saint-Fiacre Maître d’ouvrage : Expansiel Promotion Aménageur EPA Marne Surface : 3 804 m² SDP Coût des travaux : 7 481 000 € H.T.

Maîtrise d’oeuvre : MEHA Charpente, mandataire Méandre Cub et Stéphane Cochet, architectes AC&T Paysages et Territoires, paysagistes MAYA, BE Fluides et thermique Oregon, BE Structure VPEAS, économiste Z Studio, BIM Manager Aïda, BE Acoustique

Missions assurées : Labels : Niveau E3C2 du référentiel E+C-* Concours en conception-réalisation Mission complète (en cours) Bâtiment Biosourcé* Communauté d’expérimentation de l’ACV*, Ademe IdF 2017/2018 Implantée sur la future entrée de Ville de Chanteloup-en-Brie, l’Ilot Zéro Carbone vient compléter l’opération B3 de l’EPA Marne. Le projet comprend quatre bâtiments collectifs en R+2 et dix pavillons mitoyens en R+1. Les bâtiments s’organisent autour d’un coeur d’îlot planté, sur un socle de terrasses légèrement surélevé qui forme un déambulatoire traité en amphithéâtre autour du jardin. Les stationnements sont semi-enterrés et intégrés au paysagisme de l’îlot. La conception est optimisée selon la démarche passive afin de réduire les équipements techniques au profit de la performance de l’enveloppe. Le système constructif en bois, la gestion des déblais-remblais, la gestion alternative des EP, les jardins partagés et les matériaux biosourcés favorisent les démarches de recyclage et d’économie circulaire, comme de démontabilité et de déconstruction du bâtiment en fin de vie. Enfin, le projet intègre une démarche Bas Carbone à partir d’une analyse du cycle de vie (ACV*) des matériaux (fiches FDES*). Méandre Cub : M’Cub est architecte co-traitant sur ce projet. M’Cub est coordinateur et référent des phases APS, APD et PRO tandis que Stéphane Cochet l’est pour les phases VISA, DET et AOR. M’cub Architectes est une SARL fondée en 2013 par Christian Hackel et Maud Saimpert, qui compte environ six collaborateurs. Ils conçoivent essentiellement des équipements publics et de l’habitat social, et valorisent une approche contextuelle avec la réalisation de bâtiments autonomes en énergie. * E+C-, bâtiment Biosourcé, ACV, fiches FDES : cf Lexique page 70 9


S.C. + Ajeance KOZ PetitdidierPrioux

HessamfarVérons

écoquartier du Sycomore, Bussy-Saint-Georges / Stéphane Cochet + Ajeance architectes

10


écoquartier du Sycomore Bussy-Saint-Georges Programme : Lot de 110 logements tout bois en locatif social, dans le cadre d’un concours de 460 logements + 3500 m² de commerces, services et équipements Bussy-Saint-Georges (77), ZAC du Sycomore Maître d’ouvrage : SNI Efidis (Grand Paris Habitat) Crédit Agricole Immobilier Altarea Cogedim Aménageurs : EPAMARNE Ville de Bussy-Saint-Georges Surface : 8 000 m² sur 36 000 m² SDP Budget : 13 000 000 € H.T. Date : Concours 2017

Maîtrise d’oeuvre : AAUPC, urbaniste en chef et mandataire Stéphane Cochet et Ajeance architectes Hessamfar & Vérons architectes Petitdidierprioux architectes Koz architectes D’Ici Là paysagistes Missions assurées : Dialogue compétitif pour l’Appel à Programmation Innovant «Habiter Autrement» Labels : BiodiverCity* Bâtiment Biosourcé* Habitat NF HQE* niveau Entrée Niveau E3C2 du référentiel E+C-*

Ce projet consiste en l’expression d’une nouvelle centralité à l’Est de BussySaint-Georges. Cinq agences proposent des projets imbriqués et coordonnés. La trame parcellaire caractéristique du centre bourg et des anciens vignerons de la vallée de la Brosse est retranscrite à l’échelle urbaine et architecturale. Point haut du projet, ce lot propose un front bâti sur rue en R+6 qui réserve un généreux espace vert sur le reste de la parcelle, où sont situés des plots en R+1 ou R+2. Il s’agit d’une réinterprétation de la ville à la campagne : de larges espaces extérieurs sont disponibles pour tous les logements, sous forme de balcons, loggias et jardins. La végétalisation importante favorise l’agriculture urbaine et la lutte contre les îlots de chaleur. Le projet suit une stratégie constructive bas carbone car il est tout en bois avec des matériaux biosourcés : terres excavées réutilisées pour les refends, isolant Métisse issu du recyclage du coton, etc. Ajeance : Ajeance et Stéphane Cochet sont associés sur ce lot, il s’agit de leur troisième collaboration sur des concours. Ajeance est fondé en 2008 et compte aujourd’hui quatre associés : Jean-Charles Riber, Jean-Baptise Le Duc, Jean-François Laurent et Julien Jeanroy. Lauréats du palmarès « 40 under 40 » en 2015, leurs projets de logements et d’équipements manifestent une sensibilité pour les approches durables et pluridisciplinaires.

* BiodiverCity, bâtiment Biosourcé, HQE, E+C- : cf Lexique page 70 11


Réhabilitation et extension au Vésinet / Stéphane Cochet architecte

12


Réhabilitation et extension LE Vésinet Programme : Surélévation, extension et restructuration de 7 logements existants en 12 logements sociaux locatifs 63 Boulevard Carnot, Le Vésinet (78) Maître d’ouvrage : SNI Efidis (Grand Paris Habitat) Surface : 696,48 m² SDP

MaîtrIse d’oeuvre : Stéphane Cochet architecte mandataire MAYA, BE Fluides et thermique Oregon, BE Structure Joël Lot, économiste

Coût des travaux : 750 000 € H.T. Labels : PH&E* (Patrimoine, Habitat & Environnement)

Missions assurées : Appel d’offres Mission complète (en cours)

Cette opération consiste en la restructuration et l’extension d’un bâtiment en R+2 + combles du début du XXe siècle. Les combles sont démolis et reconstruits de manière à former un bâtiment en R+3. Situé en centre ville du Vésinet, juste en face de la Mairie, le site est classé en secteur ABF. L’extension est située sur la cour existante et réserve un petit espace végétalisé en coeur d’îlot. L’architecture proposée cherche à transcrire de manière contemporaine l’architecture patrimoniale à la mansart. L’extension ainsi que le R+3 sont conçus en ossature bois. La réhabilitation du bâtiment existant consiste en une façade rapportée bois entièrement préfabriquée, avec panneaux de revêtement en fibrociment. La structure légère permet d’optimiser les fondations et les impacts sur les mitoyens. Ce type de construction permet de limiter les installations (type échafaudage) et les nuisances de chantier pour ce site en milieu occupé. Les travaux sont prévus par phase avec relogement des locataires en titre, du premier étage au deuxième étage. Les hauteurs existantes sous plafond et le classement acoustique des voies permettent de privilégier une installation de VMC double flux. L’isolation thermique par l’extérieur permet de tendre vers une rénovation visant les 50kWh/m²/an, objectif du label Passif.

* PH&E (Patrimoine, Habitat & Environnement) : cf Lexique page 70 13


Appel d’offres Hyères

DIVERS

14

CHANTELOUP

Le VéSINET

X X

S6

X

S7 S8 S9

• •

Cours HMONP

S5

• •

Cours HMONP

S4

Diag fluides

DéCEMBRE

Cours HMONP

Diag structure

S3

Bulle de vente

BUSSY S2

Rendu Perdu !

NOVEMBRE

PHPP

Rendu AVP + PC

MONTREUIL

Workshop n°3

S1

Workshop n°2

PC modificatif

CHRONOLOGIE DES PROJETS ABORDéS

JANVIER S10 S11

X

X

BELLEVILLE

MONTREUIL


Rendu faisabilité

Présentation projet syndicat

X

X

• • •

• Explosion coûts consultation

PC modificatif

AVRIL

Déménagement AC&T de la SCM

Retour Mairie défavorable

Rendu DCE

Visite n°2 Torcy

Retour cinglant de la MOA

Rendu PRO

Retard d’1 sem

Cours HMONP

MARS

Visite n°1 Torcy

Rendu APS + PC

APS repoussé

Cours HMONP

X

Conférence S.C. au Forum Bois Construction*

Cours HMONP

Février MAI

S12 S13 S14 S15 S16 S17 S18 S19 S20 S21 S22 S23 S24 S25 S26

X

* Conférence : « Pièces humides et construction bois dans les logements sociaux »

15


SCM 5 Passage Piver, 75011 Paris

Montreuil / Lettre Ă la Mairie au sujet du PC

16


30 OCTOBRE 2017 Première semaine

BONJOUR

Arrivée Le début de la MSP coïncide avec mon arrivée à l’agence. Au sein d’un espace de travail partagé, Stéphane Cochet est installé sur un long bureau sur le palier intermédiaire du volume divisé en trois demi-niveaux. Son ordinateur portable personnel sera mon outil de travail en attendant l’achat d’un poste fixe. Quatre agences d’architecture, une agence de paysage et un ingénieur – soit une quinzaine de personnes – se partagent ces locaux en Société Civile de Moyens (SCM). L’ordinateur portable de S.C., que j’utiliserai finalement jusqu’à la fin de ma MSP, n’est pas un outil assez performant sur le long terme. Cela relève de la difficulté pour une petite structure libérale d’investir dans des moyens pérennes adaptés à la collaboration, aux coûts élevés. Les bureaux partagés posent la question d’éventuelles collaborations. C’est le cas notamment entre S. C. et l’agence de paysage AC&T. Discussions et échanges d’expériences rythment la cohabitation entre tous les membres.

Montreuil, réhabilitation et surélévation de 17 logements Ce projet privé s’étire dans le temps : les premières études ont été lancées en 2014, l’esquisse dessinée courant 2015 et le permis finalement déposé fin 2015. La particularité du projet réside en sa parcelle traversante qui accueille deux bâtiments en vis-à-vis. A la phase PC, le cœur d’îlot est redessiné avec des passerelles reliant les deux corps de bâtiment. La structure existante est conservée et les bâtiments sont mis aux normes thermiques conformément à la démarche passive. La surélévation est dessinée tout en bois. Cette semaine, le service instructeur demande pour la deuxième fois des pièces complémentaires et des corrections sur certains points non conformes au PLU. Stéphane Cochet répond point par point à la Mairie pour obtenir des précisions, et je m’occupe de la correction des éléments graphiques : ajout d’images sur l’environnement, précision des plan de démolition, des édicules techniques en plan, des pares-vue et des matériaux en façade ainsi que de la notice de réglementation thermique. Nous commandons au perspectiviste l’image 3D supplémentaire demandée sur la façade arrière. C’est la première fois que je vois un PC différé sur plusieurs années. Ici, deux facteurs expliquent l’allongement des délais : d’une part la complexité du projet (démolition partielles, programme mixte, changements de destination) qui alourdit les démarches, et d’autre part la communication entre les services instructeurs et l’agence. Bien que S.C. connaisse les services instructeurs, la réception puis le traitement des requêtes s’inscrit dans un calendrier déjà occupé par d’autres projets, augmentant l’intervalle de temps pour répondre.

17


Bussy / Maquette de site commune présentée lors du deuxième Workshop

Bussy / Schémas des processus appliqués à l’îlot

18


6 NOVEMBRE 2017 Deuxième semaine

COMPéTITION

Bussy-Saint-Georges, concours Ecoquartier du Sycomore Cette semaine s’amorce le deuxième workshop (sur trois) de l’Appel à Programme Innovant « Habiter Autrement » dans la ZAC du Sycomore. La consultation a été initiée par l’EPA Marne en dialogue compétitif entre deux équipes sélectionnées. Le premier workshop a eu lieu un mois plus tôt. A cette phase, les plans intérieurs, coupes et façades sont dessinés au 1/200, les matériaux et structures esquissés. Le plan masse général est fixé. Dans le cadre du workshop, devant les représentant de l’EPA Marne et de la ville de Bussy-Saint-Georges, les architectes* présentent leur projet un par un avant de discuter à l’unisson des éléments communs : le socle en rez-de-chaussée, les équipements, le paysage, les espaces piétons, etc. Stéphane Cochet intervient en premier et oriente sa présentation vers la transition écologique : il insiste sur la filière sèche en bois, sur la réutilisation de la terre excavée pour éviter d’artificialiser les terres agricoles, sur le lien avec les agriculteurs et l’éventuel réemploi de la paille vouée à être brûlée, sur la diversification des modes constructifs dans un soucis de durabilité. La présentation de KOZ et de leur système constructif en bois inspiré d’une technique japonaise va dans le même sens. Petitdidier-Prioux ont quant à eux développé des refends non porteurs en façade, garants d’une meilleure mutabilité. Notre groupement est ainsi identifié comme engagé pour la mutabilité et la durabilité. La commune et l’EPA Marne insistent sur le montage juridique et financier de l’opération. Les promoteurs de notre groupement doivent préciser les protocoles de concertation avec les commerçants et les étapes menant à leur implantation dans les coques commerciales en parallèle avec la livraison des logements. Il s’agit également d’asseoir les garanties « innovation » du projet, comme la conciergerie, et d’établir une méthodologie pour solliciter le tissu associatif local. Les suites des éléments abordés lors de la réunion se diffusent sur toute la semaine. Avec Stéphane Cochet et en parallèle avec Ajeance auxquels nous sommes associés, je m’occupe de la conception de logements en simplex et en duplex du T1 au T5. Sur son lot, S. C. collabore avec une autre agence, Ajeance : la conception est partagée mais c’est Ajeance qui, en plus, assure la production des 3D. J’ai noté la manière dont S. C. réinterprète et pousse les programmes vers les domaines qui l’intéressent  : la construction bois, les filières écologiques, la performance thermique, etc. Lors de ce workshop, il s’est basé sur l’émergence d’autres projets expérimentaux initiés par l’EPA Marne en évoquant leurs logements en terre crue, et a cité l’ancien Directeur Général de l’Établissement connu pour son engagement vers ces domaines, Nicolas Ferrand, pour appuyer son argumentation.

* cf composition de l’équipe page 11 19


Chanteloup / DĂŠtails toiture et plancher sur circulation

20


13 NOVEMBRE 2017 Troisième semaine

CHANTELOUP

Chanteloup-en-Brie, 58 logements Zéro Carbone Je commence à travailler sur le projet de Chanteloup-en-Brie, concours remporté en mars 2017 en co-traitance avec Méandre Cub architectes. Il s’agit d’un projet en conception-réalisation : Meha, entreprise de charpente, est mandataire. Stéphane Cochet m’introduit au projet en insistant sur ses spécificités : dans le cadre de la convention « Territoire à Énergie Positive pour la Croissance Verte » entre le Ministère de l’Environnement et l’EPA Marne, l’EPA Marne souhaite développer un programme résidentiel exemplaire en terme d’écoconstruction et d’économie d’énergie. Il s’agit d’une vitrine, qui ambitionne ainsi l’obtention de plusieurs labels (NF démarche HQE, BBCA, bâtiment Biosourcé niveau 3, Bepos*). Nous préparons l’AVP à rendre début décembre. A partir des plans et de quelques détails esquissés par Stéphane Cochet, je suis chargée de dessiner les coupes détaillées des bâtiments collectifs et des maisons individuelles : on doit pouvoir y lire tous les différents complexes structurels. Une grande attention est portée aux détails de l’enveloppe : étanchéité à l’air, raccords, bardage et enduit, gouttières, chéneaux, toitures… Les espaces extérieurs et paysagers sont aussi traités avec précision : différents types de terrasses, jardins, bandes plantées et talus sont à fixer. Pour cela nous travaillons de pair avec les paysagistes AC&T, membres de la Maîtrise d’Oeuvre et voisins de bureau, en superposant et intégrant leurs plans et données aux nôtres. Avec ces coupes, il s’agit de préciser tous les matériaux (pour que l’économiste puisse faire une estimation détaillée), de traiter les points singuliers avec les BET en vérifiant l’aspect thermique important pour la MOA, et de vérifier d’éventuelles anomalies de hauteur, décalages, etc. Avec ce projet, je rentre dans les spécificités de la pratique de Stéphane Cochet : le « tout bois », soutenu ici par le programme, et surtout une grande attention et rigueur portée au dessin des détails. Certains petits détails vont ainsi me demander beaucoup de temps, comme le dessin du chéneau entre les toitures des pavillons mitoyens. Cela interroge les ressources à disposition pour le dessin de ces détails : je me base essentiellement sur ceux précédemment dessinés par Stéphane Cochet pour d’autres projets, et sur la documentation mise à disposition sur internet par les fabricants. Une base de données se forme peu à peu. Les rapports avec les BE sont importants : il s’agit essentiellement de bureaux d’études spécialistes de la construction bois à faible impact environnemental, avec qui Stéphane Cochet a l’habitude de travailler (Maya fluides, Oregon structure bois, etc)

* HQE, BBCA, bâtiment Biosourcé, Bepos : cf Lexique page 70 21


Surface totale parcelle : 4513m² Surface d'implantation max : 35% soit 1580m²

Avenue Léopold

Ritondale

res nuisances sono

51 logements 62 places de stationnement 1434m² d'emprise au sol, soit 31% 2665m² de SHAB

Accès piéton

RDC

810.0m² d'emprise au sol 25 logements 43 stationnements

Accès parking

11.00

R+3

R+2

R+3

R+2

15.00

RDC

4.00

RDC

R+2

Impasse Pierre

12.01

8.14

132.0m² d'emprise au sol 6 logements

360.0m² d'emprise au sol 12 logements 19 stationnements

12.00

Limite

de la

parc

R+3

132.0m² d'emprise au sol 8 logements

elle

R+3

4.00

14.00

Hyères / Plan masse

Bussy / Plans logements simplex et duplex

22

Limite de la parcelle

Foss é

Foss é

Barbesant

2.00

7.00

Locaux vélos/OM

110m²


20 NOVEMBRE 2017 Quatrième semaine

LE SUD

Hyères, appel d’offres pour 51 logements Cette semaine, nous répondons à un appel d’offres pour des logements collectifs à Hyères. C’est un partenaire ponctuel de Stéphane Cochet, Vincent Coste, ingénieur dans le BE AMOES, qui nous oriente vers ce projet car il sait que le Maire de la commune est sensible à l’écologie. Pour ce concours restreint de maîtrise d’oeuvre une esquisse est à produire. Je m’occupe de l’élaborer. Du terrain de 4500m², aujourd’hui planté d’arbres, j’étudie rapidement le tissu environnant, les densités, hauteurs et typologies autorisées. En me basant sur les surfaces minimum et maximum, j’esquisse un plan masse dégageant un jardin central favorisant l’écoulement des eaux. En plus, nous élaborons un petit schéma rendant visible les différents éléments remarquables ou nuisances : végétation, parcours de l’eau, pavillons avoisinants, bruits des routes. Nous n’aurons finalement pas de suite. Cette petite faisabilité me permet d’appréhender un aspect de l’économie du projet : je réalise vite que limiter les coûts revient à limiter le linéaire de façade et donc, entre autre, privilégier les longs bâtiments aux plots.

Bussy-Saint-Georges, concours Ecoquartier du Sycomore En parallèle, nous travaillons sur le dernier workshop de Sycomore qui se rapproche. Suite à chaque workshop, un compte-rendu est envoyé par le jury aux équipes. Nous avons ainsi un résumé clair de leurs remarques et attentes. Il s’agit d’abord d’optimiser les plans en recalculant et revalorisant toutes les emprises des locaux associatifs et des locaux vélos, dont l’importance à été soulignée. Stéphane Cochet et Ajeance avancent ensemble sur le recalage du parking avec les emplacements vélo. Je continue de travailler sur les plans des appartements en simplex et duplex, à partir d’emprises déjà déterminées. J’intègre les éléments inévitables de la haute performance énergétique : une compacité maximale avec des parties circulations et des parties chambres clairement définies et séparées pour limiter les réseaux de ventilation à une gaine par logement. La collaboration avec Ajeance, associée à Stéphane Cochet sur son lot, s’effectue à distance. Selon Stéphane Cochet ce type de collaboration est nécessaire  : l’augmentation de la capacité de production de l’équipe ainsi formée permet de répondre à des projets de plus grande envergure. Ajeance et Stéphane Cochet ont déjà collaboré ensemble et maîtrisent ce processus. Les allers-retours sont nombreux  : échange de croquis et de schémas par mail, nombreuses conversations téléphoniques et rendez-vous hebdomadaires pour coordonner le travail et s’assurer de la bonne entente.

23


S.C. + Ajeance

KOZ

PetitdidierPrioux

HessamfarVérons

Bussy / Plan RDC, plan étage courant

Bussy / Vue coeur d’îlot SY29a, Stéphane Cochet + Ajeance

24


27 NOVEMBRE 2017 Cinquième semaine

SYCOMORE

Bussy-Saint-Georges, concours écoquartier du Sycomore C’est la semaine du troisième et dernier workshop du dialogue compétitif. Les documents produits s’apparentent à une phase APS+ : plan de situation, plan masse, plans des logements au 1/100, façades, perspectives sur l’îlot et détails structurels. Les workshops s’échelonnent toutes les trois ou quatre semaines. Pour le premier workshop, il s’agissait de présenter les intentions générales de projet avec des plans au 1/500. Pour le deuxième workshop, les plans intérieurs des étages courant devaient être dessinés, les principes structurels évoqués. J’achève l’assemblage et les plans des appartements du T3 au T5 au 1/100 (T5 et T5bis en duplex, T4 en duplex, T3 en duplex et en simplex). Cette fois-ci pour la présentation, chaque architecte doit s’occuper de ramener la maquette de son lot. Trop tard pour utiliser une découpe laser : je n’échappe pas à la charrette maquette volumétrique la veille du rendu. Pour S.C., le travail est collaboratif avec Ajeance mais également avec les trois architectes travaillant sur les autres lots de la parcelle. AAUPC, coordinateur, fait un travail d’interface et de synthèse. Pour cela il est important de respecter les délais : en charge de la présentation globale, AAUPC assemble nos documents pour aboutir au plan masse et aux façades générales de l’îlot. Des tensions peuvent vite apparaître : c’est le cas après que Stéphane Cochet aie envoyé à toute l’équipe quatre pages de synthèse de l’ensemble du projet qu’il avait lui même rédigées. Patrick Chavannes (AAUPC) interprète très mal cet envoi, qu’il considère comme une atteinte à son rôle de coordinateur, dommageable pour le bon fonctionnement du groupement. Le dialogue se retrouve toutefois très vite apaisé. Le troisième workshop est orienté vers le positionnement et l’identité générale du groupement : pour Stéphane Cochet, il s’agit des démarches « zéro carbone », « zéro déchets », agriculture urbaine, diminution des coûts énergétiques. Les labels visés sont détaillés par la MOE, car il s’agit de marqueurs importants pour la commune et l’aménageur : bâtiment Biosourcé niveau 3, BiodiverCity, E3C2 (du futur référentiel E+C-), Bepos*… La MOA de notre groupement, Efidis, insiste ensuite sur la viabilité des équipements de conciergerie, compost, vélos et autres espaces solidaires chers au jury et inscrits dans le programme. De l’importance de la cohésion d’une équipe tentaculaire : lors de ces workshops, il s’agit autant de présenter un projet et défendre un parti-pris que de témoigner de l’unité et de l’enthousiasme du groupement. C’est un gage de confiance pour le jury. Mettre en place une communication fluide entre tous les membres de l’équipe dès les premières esquisses semble primordial. Selon moi, la note synthétique rédigée par S.C. est un support très utile et appréciable pour l’ensemble du groupement qui aurait seulement dû être amené avec d’avantage de précaution (d’abord envoyé au coordinateur par exemple).

* bâtiment Biosourcé, BiodiverCity, E+C-, Bepos : cf Lexique page 70 25


Chanteloup / Plan hall bâtiment A

26


4 DéCEMBRE 2017 Sixième semaine

VERS L’AVP

Chanteloup-en-Brie, 58 logements Zéro Carbone Nous finalisons l’AVP de Chanteloup, le PC sera déposé en même temps. Il s’agira de tout remettre cette semaine, puis de facturer avant le 20 du mois. M’Cub est coordinateur et référent des phases APS, APD et PRO tandis que Stéphane Cochet l’est pour les phases VISA, DET et AOR. Les études de sol préliminaires indiquaient des nappes phréatiques affleurant sous le site, la MOE avait donc envisagé avec enthousiasme l’usage d’une pompe à chaleur aquathermie. Malheureusement les études complémentaires ont indiqué que les nappes se situent en fait à 140 mètres de profondeur : même avec une sonde géothermique, la PAC s’est avérée inenvisageable. On a donc basculé sur du gaz pour l’appoint de chauffage dans les logements, avec un impact carbone défavorable : en effet, lors de sa combustion, le gaz naturel émet des gaz polluants et beaucoup de CO2. Je dessine les halls d’entrée des bâtiments collectifs : après vérification auprès du fabricant, nous réalisons que la hauteur sous toiture n’est pas suffisante pour accueillir le haut de gaine de l’ascenseur ! Il faut le décaler, ce qui impacte l’emplacement de l’escalier, des gaines, et la réorganisation de tous les sas des parkings… Nous indiquons tous les matériaux. Je m’étais rendue au salon Batimat le mois précédent pour me renseigner sur les panneaux intérieurs en fibrociment (Duripanel, Swisspearl). Dans les locaux techniques des halls sont intégrés les mini-chaufferies avec la chaudière gaz à condensation et les CTA. Nous échangeons avec le BE fluides, MAYA, pour dimensionner correctement le local. Le CSPS nous fait un retour : il est nécessaire d’élargir nos talus afin de permettre à un échafaudage d’accéder aux toitures pour l’entretien des panneaux photovoltaïques. Je corrige donc plans et coupes. Enfin, je modifie les cartouches avec la mention AVP, et nous entamons l’export des PDF. La MOA, Expansiel, a mis à disposition de l’équipe une plate-forme en ligne où nous devons déposer tous nos documents. Nous récupérons par ce biais les documents des autres membres de la MOE et, après impression et reliure en cinq exemplaires, Stéphane Cochet se charge d’aller tout poster. Avec Méandre Cub, architectes co-traitants, nous avons fait un tableau de répartition des tâches  : M’cub se charge des plans, façades et 3D, nous nous chargeons des coupes et détails. Il s’agit seulement des éléments de rendu : en conception, Stéphane Cochet a participé au dessin du plan masse et des plans intérieurs. M’cub travaille en 3D sur Archicad tandis que nous travaillons en 2D sur Autocad. Cela questionne nos outils : pourrions-nous dessiner les détails si précis sur un logiciel 3D ? Autrement, si nous maîtrisions Archicad en complément d’Autocad, ne pourrions-nous pas éviter les problèmes de compatibilité ?

27


Chanteloup / Planche menuiserie

Chanteloup / Tableur de calcul thermique PHPP

28


11 DéCEMBRE 2017 Septième semaine

UN DE PERDU

Bussy-Saint-Georges, concours Ecoquartier du Sycomore Cette semaine a lieu le rendu du concours. Il faut remettre au jury un dossier ainsi que quatre A0 synthétiques du projet global. Le perspectiviste nous produit une vidéo ultra réaliste. Je n’assiste pas à l’oral qui se déroule sur une heure. Cette fois-ci, il ne s’agit pas de dialoguer, seulement d’exposer la démarche. Quelques jours plus tard, nous apprenons que l’équipe adverse est lauréate. Il s’agit de l’agence Lambert Lénack, coordinateur, entourée des architectes Samuel Delmas, Archi5, Chartier Dalix, MDNH et de OLM Paysage. Dans le cadre de ces marchés publics assez complexes, le projet doit être porté par un montage juridique et financier solide. En intégrant très en amont les équipements « innovants  » (associatifs, solidaires), l’équipe adverse a eu l’avantage de répondre concrètement aux attentes du programme. Le dédommagement est de 18 000 € par architecte, pour près de quatre mois de travail. AAUPC, considérant que ses grands projets en cours lui permettent de s’en passer et que la somme sera plus bénéfique au reste de l’équipe, renonce à sa contrepartie qui est donc redistribuée.

Chanteloup-en-Brie, 58 logements Zéro Carbone Suite au dépôt de l’AVP, je continue de travailler sur les planches menuiseries : dessin précis des volets battants et coulissants, des balcons et garde-corps. Pour compléter les premières simulations thermiques des BE, je remplis le logiciel PHPP qui indique si les exigences liées au passif sont atteintes. Il faut y renseigner les métrés, les dimensions et positions des surfaces vitrées, balcons et brise-soleil sur chaque façade, les compositions des parois avec la valeur U* de chaque matériau, etc. Ce sont habituellement les BE qui s’en chargent, cependant, S.C. en ayant suivi la formation, il a pris l’habitude de tester ainsi la performance de l’enveloppe. Les résultats insatisfaisants donnent lieu à des modifications des plans: l’optimisation des parois passe par l’ajout de 5cm d’isolant à l’intérieur des logements. Cela réduit la SHAB mais permet d’intégrer les dispositifs de l’architecture passive : bien isolé, le bâtiment peut alors être simplement chauffé sur l’air par le biais de la VMC (suppression des radiateurs traditionnels, économies d’énergie)*. Quels sont les bénéfices d’une implication si poussée dans les détails techniques ? La construction bois donne lieu à des complexes de parois (le bois n’étant pas naturellement isolant), et le passif implique la maîtrise de certains paramètres techniques. Toutefois le temps passé y est considérable et le PHPP ne fait pas l’objet d’une mission complémentaire par exemple. C’est un processus de conception qui diverge vers l’ingénierie et qui traduit l’intérêt qu’y porte S.C. Quelles hybridations envisager avec les BE ? * valeur U, architecture passive : cf Lexique page 70 29


755

501

190 9 130

210

400 261

700 210

110

200 755 100

MAITRISE D'OUVRAGE EPA Marne

F:\PROJETS\CHANTELOUP\4_PRO\AVP\CHANT_171030_Cartouche A3- Standard\Image coll+®e #14.jpg

GROUPE VALOPHIS EXPANSIEL PROMOTION

ARCHITECTES A003 ARCHITECTES

F:\PROJETS\CHANTELOUP\4_PRO\AVP\CHANT_171030_Cartouche A3- Standard\Image coll+®e #23.jpg

DOCUMENT

ATELIER MEANDRE CUB

F:\PROJETS\CHANTELOUP\4_PRO\AVP\CHANT_171030_Cartouche A3- Standard\Image coll+®e #12.jpg F:\PROJETS\CHANTELOUP\4_PRO\AVP\CHANT_171030_Cartouche A3- Standard\Image coll+®e #31.jpg

21, av. Saint-Maurice du Valais 94412 Saint-Maurice 01 43 97 72 46 / 01 43 97 79 55 karine.augustin@groupevalophis.fr

5, Bd Pierre Carle 77448 Marne-la-Vallée Cedex 2 01 64 62 45 28 s.nerva@epa-marnelavallee.fr

ECHELLE

PHASE

BULLE DE VENTE - PLAN VERSION 1

84, rue Edouard Vaillant 93100 Montreuil 01 48 18 06 33 chant@mcub.eu

5, passage Piver 75011 Paris 09 54 18 23 57 s.cochet@A003architectes.com

58 logements dont 10 maisons individuelles, Chanteloup-en-Brie ZAC du Chêne Saint Fiacre - YA 493

AVP

DATE

1/25

21/11/2017

INDICE

ECHELLE

DATE

200

MAITRISE D'OUVRAGE EPA Marne

F:\PROJETS\CHANTELOUP\4_PRO\AVP\CHANT_171030_Cartouche A3- Standard\Image coll+®e #14.jpg

GROUPE VALOPHIS EXPANSIEL PROMOTION

ARCHITECTES A003 ARCHITECTES

F:\PROJETS\CHANTELOUP\4_PRO\AVP\CHANT_171030_Cartouche A3- Standard\Image coll+®e #23.jpg

DOCUMENT

ATELIER MEANDRE CUB

F:\PROJETS\CHANTELOUP\4_PRO\AVP\CHANT_171030_Cartouche A3- Standard\Image coll+®e #12.jpg F:\PROJETS\CHANTELOUP\4_PRO\AVP\CHANT_171030_Cartouche A3- Standard\Image coll+®e #31.jpg

5, Bd Pierre Carle 77448 Marne-la-Vallée Cedex 2 01 64 62 45 28 s.nerva@epa-marnelavallee.fr

21, av. Saint-Maurice du Valais 94412 Saint-Maurice 01 43 97 72 46 / 01 43 97 79 55 karine.augustin@groupevalophis.fr

5, passage Piver 75011 Paris 09 54 18 23 57 s.cochet@A003architectes.com

PHASE

BULLE DE VENTE - COUPE LONGITUDINALE

84, rue Edouard Vaillant 93100 Montreuil 01 48 18 06 33 chant@mcub.eu

58 logements dont 10 maisons individuelles, Chanteloup-en-Brie ZAC du Chêne Saint Fiacre - YA 493

AVP

1/25

21/11/2017

INDICE

Chanteloup / Plan, coupe et façade de la bulle de vente 30

MAITRISE D'OUVRAGE EPA Marne

F:\PROJETS\CHANTELOUP\4_PRO\AVP\CHANT_171030_Cartouche A3- Standard\Image coll+®e #14.jpg

GROUPE VALOPHIS EXPANSIEL PROMOTION

ARCHITECTES A003 ARCHITECTES

F:\PROJETS\CHANTELOUP\4_PRO\AVP\CHANT_171030_Cartouche A3- Standard\Image coll+®e #23.jpg

DOCUMENT

ATELIER MEANDRE CUB

F:\PROJETS\CHANTELOUP\4_PRO\AVP\CHANT_171030_Cartouche A3- Standard\Image coll+®e #12.jpg F:\PROJETS\CHANTELOUP\4_PRO\AVP\CHANT_171030_Cartouche A3- Standard\Image coll+®e #31.jpg

5, Bd Pierre Carle 77448 Marne-la-Vallée Cedex 2 01 64 62 45 28 s.nerva@epa-marnelavallee.fr

21, av. Saint-Maurice du Valais 94412 Saint-Maurice 01 43 97 72 46 / 01 43 97 79 55 karine.augustin@groupevalophis.fr

5, passage Piver 75011 Paris 09 54 18 23 57 s.cochet@A003architectes.com

84, rue Edouard Vaillant 93100 Montreuil 01 48 18 06 33 chant@mcub.eu

PHASE

BULLE DE VENTE - FACADE PRINCIPALE 58 logements dont 10 maisons individuelles, Chanteloup-en-Brie ZAC du Chêne Saint Fiacre - YA 493

AVP

ECHELLE

DATE

1/25

21/11/2017

INDICE


18 Décembre 2017 Réunions PRO Huitième semaine

Chanteloup-en-Brie, 58 logements Zéro Carbone Nous amorçons le dessin de la bulle de vente. Ce doit être un échantillon du projet, une synthèse qui en expose les matériaux, techniques et idées générales dans le cadre de la pré-commercialisation des logements. J’en dessine les plans, coupes et façades en respectant la surface prescrite de 30m² : la consultation sera lancée pour le chiffrage en vue de sa construction prochaine. Nous en sommes déjà à 15 % de dépassement du budget initial de l’opération : ça représente un surcoût très important. Une réunion est organisée avec la MOA Expansiel : il faut absolument que nous réussissions à optimiser les coûts pour réduire le dépassement. Suite à la réception d’un ordre de service, nous organisons une réunion de préparation au PRO avec toute l’équipe de MOE. Il s’agit d’organiser la répartition des tâches et surtout d’optimiser les coûts, ce qui donnera lieu à des modifications sur les documents que je dessine  : suppression des brise-soleil horizontaux et de certains volets, augmentation du pas des carrelets des gardecorps, passage des jardinières béton en bois, décalage intérieur des murs avec ajout de 5cm d’isolant, réduction de la profondeur des balcons, suppression de trois toitures photovoltaïques sur six (trois sont suffisantes pour le bilan E du E+C-), etc. Le dossier PRO est à rendre en février. Est ensuite organisée une réunion avec le BE fluides MAYA : une fois le projet rentré dans le processus de labellisation, ils calculent le niveau carbone avec le logiciel d’analyse du cycle de vie ELODIE du CSTB. Notre bilan C2 est défavorable à cause du gaz. Nous contactons GRDF pour tenter de l’optimiser. Lors des réunions avec Méandre Cub, il y a un balancement à faire entre les intérêts défendus par chacun des deux architectes. Des divergences peuvent apparaître du fait que Stéphane Cochet est plus porté à discuter et s’attarder sur les détails techniques, tandis que Christian Hackel (M’Cub) aborde davantage les principes et dispositions architecturales moins orientées ingénierie. Les labels et leurs représentants forment un véritable lobbying. Dans le cadre de l’E+C-, qui va servir de support à la future réglementation thermique RT2020, GRDF a réussi à requalifier le coefficient appliqué au gaz. Pour ce faire, la société a insisté sur son implication dans le développement de l’énergie verte via des expérimentations sur le biométhane. Par ailleurs, des tensions affleurent au sein de la MOE à cause des dépassements budgétaires. Meha, entreprise de charpente, est déstabilisée car c’est la première fois qu’elle tient le rôle de mandataire dans une conception-réalisation.

31


Chanteloup / DÊtails de l’enveloppe et du plancher

32


8 JANVIER 2017 Neuvième semaine

BEAUX LABELS

Chanteloup-en-Brie, 58 logements Zéro Carbone Une réunion est organisée chez M’Cub pour coordonner la production dans l’optique du rendu PRO. Suite au retour défavorable de l’acousticien, nous devons retravailler le complexe de plancher des parties communes au rez-de-chaussée sur parking. Les normes acoustiques de la certification NF Habitat sont plus exigeantes que la nouvelle réglementation thermique (NRA). Il s’agit également de répondre aux normes de sécurité incendie. Stéphane Cochet conteste la préconisation de l’acousticien, considérant sa proposition plus appropriée. La question des siphons de sol est abordée : il n’est pas possible d’en installer sur l’isolant du plancher bois, il faut donc envisager des plots en béton ponctuels. Les essences de bois sont également précisées : façades en douglas, plus noueux mais moins cher que le mélèze ; ventelles, brise-soleil et tapées en lamellé-collé, moins cher que le bois massif. De nouveaux détails sur les angles et les façades des collectifs sont à fournir au niveau de la jonction entre le bardage et l’enduit. L’emploi du Métisse, un isolant issu du recyclage de fibres de coton, est diminué. Assez cher, il est partiellement remplacé par de la laine de bois plus économique : on ne garde que les quantités minimales nécessaires à l’obtention du label bâtiment biosourcé. Stéphane Cochet est investi sur la question des siphons de sol pour l’instant inexistants sur ossature bois. C’est ainsi qu’il souhaite participer avec un industriel à un concours d’innovation organisé par l’ADEME et financé par le Programme d’Investissements d’Avenir (PIA), qui vise à développer et mettre sur le marché des solutions et technologies innovantes. Il a déjà participé à un AMI similaire cinq ans auparavant, pour une technique de rénovation passive tout en bois, avec les flux de la VMC intégrés aux façades préfabriquées. Par ailleurs, ce projet de 58 logements montre l’importance et le poids des labels dans les choix de conception et de mise en œuvre. On peut considérer qu’ils poussent vers des choix plus vertueux, mais l’essentiel est que ces choix s’inscrivent dans une démarche de projet cohérente.

Le Vésinet, réhabilitation et extension En parallèle, nous repartons sur le projet du Vésinet dont la phase APS est à rendre dans quatre semaines. Je reprends les plans et façades existants et projetés déjà esquissés par S.C., et monte les coupes. La réhabilitation passive et le fait que le dernier niveau soit démoli et reconstruit donnent lieu à des détails techniques de raccord spécifiques, que je serai amenée à dessiner.

33


Le VĂŠsinet / Composition des cloisons et du plancher sous les tomettes

Le VĂŠsinet / Solives sous le parquet

34


15 JANVIER 2018 Dixième semaine

DIAGNOSTIC

Le Vésinet, réhabilitation et extension Une réunion est organisée à l’agence pour le lancement officiel de l’APS. Le contrat est contresigné par l’ensemble de l’équipe : Maya le BE fluides, Joël Lot l’économiste et Oregon le BE structure. Les honoraires de la MOE s’élèvent à 12 % du montant des travaux. Selon le contrat, le PC sera déposé en fin d’APS et non en phase APD, n’est-ce pas trop tôt ? Nous validons ensemble les principes énergétiques et constructifs, abordons la question des logements non visités (emplacement des chutes ?) et les stratégies de réhabilitation en milieu occupé (opération tiroir : la MOA mettra à disposition des occupants des logements provisoires pendant les travaux). Aussi, nous prévoyons l’emplacement des études de sol G1/G2 très importantes pour l’extension dans la cour. Certains choix posent question à l’économiste : par exemple, les caissons de façade préhabillés qui coûtent très cher. Stéphane Cochet explique qu’un chantier préfabriqué monté à la grue, propre, rapide et peu bruyant, sera favorable à notre projet se situant sur l’axe principal du Vésinet, juste en face de la Mairie. C’est ainsi qu’est également programmé un pré-rendez-vous avec la Ville pour le pré-dépôt du PC. L’engagement vers des modes constructifs en bois, préfabriqués et passifs a un coût. Il est essentiel de faire preuve de pédagogie avec la MOA mais également avec les membres de la MOE. L’architecte doit aussi prendre des précautions de communication et relationnelles avec les services d’urbanisme, et pouvoir se présenter comme garant de dispositifs parfois nouveaux pour la MOA. Avec un des ingénieurs BE de l’équipe, nous nous rendons au Vésinet afin de procéder au diagnostic structurel nécessaire pour cette réhabilitation de bâtiment du début XXe siècle. Équipé d’un burineur électrique, l’ingénieur technicien procède par piochage en creusant des carrés de 10 à 20cm de côté dans les cloisons et planchers (sondages destructifs ponctuels). On distingue deux types de planchers  : sous les tomettes, un plancher maçonné constitué de poutrelles métalliques avec hourdis de plâtre et gravats ; sous le parquet, un lattis fixé sur des solives bois à entraxe irrégulier. Les cloisons séparatives sont en plâtre mélangé à du mâchefer. La faiblesse acoustique et thermique des complexes en place sera palliée par le renforcement de l’isolation. En terme de structure, les tomettes, lourdes, devront être déposées pour alléger le bâtiment. Aucun géomètre n’a pour l’instant été mobilisé. Tous nos plans sont basés sur les relevés effectués par S.C. en amont, et nous profitons de cette visite pour compléter les mesures des locaux commerciaux en rez-de-chaussée. Dans ces conditions, les risques de délais liés aux recalages sont malheureusement importants.

35


Chanteloup / Détails et coupes du rendu PRO

Le Vésinet / Chutes sur la façade principale et arrière

36


22 JANVIER 2018 Onzième semaine

Détails

Chanteloup-en-Brie, 58 logements Zéro Carbone En vue du rendu du dossier PRO, je travaille sur la définition et la mise au propre de tous nos détails. Il s’agit entre autre de préciser les caractéristiques des jardinières en bois posées sur les acrotères du parking, avec dessin du relevé d’étanchéité, des lambourdes et du platelage ; de représenter les gouttières nantaises avec profilés en zinc et descentes d’eau semi ouverte, d’indiquer les loggias sur de nouvelles coupes, d’affiner les menuiseries, etc. Il est également nécessaire d’organiser les planches des détails et leur mise en page sur Autocad, ce qui demande du temps. Je me charge de l’aspect graphique tandis que Stéphane Cochet alterne avec la rédaction des différentes notices du CCTP. Nous sommes pressés par l’échéance de dépôt, et il nous faut également anticiper mon absence à partir de la semaine prochaine dans le cadre de la formation HMONP à l’ENSAPLV. Plus on avance dans la définition du projet, plus les détails à dessiner sont précis et ciblés : les menuiseries sont ainsi déclinées en fonction de leurs volets et garde-corps, ce qui multiplie les planches. Leur lecture en est plus claire et efficace mais le temps passé y est considérable. Il serait intéressant de pouvoir estimer précisément le temps nécessaire à l’élaboration des détails en fonction de leur niveau de définition.

Le Vésinet, réhabilitation et extension Cette semaine, nous effectuons également le diagnostic fluides du bâtiment au Vésinet avec le BE Maya et en présence de la MOA représentée le chargé d’opération du groupe SNI. Il s’agit de repérer le réseau et d’estimer l’importance des travaux intérieurs : quels éléments peuvent être conservés, quels autres doivent être démolis ou remplacés ? L’intervention à prévoir se révèle plutôt lourde  : actuellement les chutes (réseaux, gaines et EU) passent dans les cheminées du bâtiment, il faudra les redessiner. Au rez-de-chaussée, un local commercial vide est équipé d’une cuve à fioul : nous envisageons de la détruire pour faciliter la pose de l’ITE. Aussi, pour la sécurité incendie, il sera nécessaire d’appliquer un flocage sur les planchers existants, les fermes de l’entrée devront être passivées, etc. Les opérations de réhabilitation sont complètes et très formatrices : en effet, des compétences en ingénierie sont convoquées; les collaborations et échanges avec les BE s’en trouvent renforcées. En plus, le fait d’associer à de la réhabilitation une extension neuve rend le projet plus complexe et intéressant. Il faut jongler et harmoniser les différentes normes en vigueur.

37


Chanteloup / DĂŠtails menuiseries, halls et points particuliers du rendu PRO

38


12 Février 2018 50H DE CHARRETTE Douzième semaine

Chanteloup-en-Brie, 58 logements Zéro Carbone A mon retour à l’agence après les cours de la HMONP, nous rendons le dossier PRO avec sept jours de retard. C’est une semaine de travail très dense et chargée. Stéphane Cochet et moi sommes tous les deux totalement et uniquement investis dans ce rendu. La MOA a été informée du délai de retard. Nos détails sont divisés en quatre parties : les menuiseries (incluant le dessin des volets battants ou coulissants et les différents garde-corps), l’enveloppe (qui comprend huit coupes dont les parois sont détaillées au 1/20e), les halls d’entrée (présentant également les paliers en étage et les sas parkings des collectifs, avec toutes les gaines et réseaux) et les points singuliers (il s’agit essentiellement des différents types de clôtures et mains-courantes, et des détails d’emmarchements et de jardinières de l’espace commun au rez-dechaussée). Au total, nous exportons 131 pages de détails. Les détails que nous dessinons sont aussi des supports pour l’équipe. La quantité de détails produits est à lier au projet qui présente des contraintes techniques et thermiques. Par ailleurs, Stéphane Cochet est uniquement en charge des coupes et des détails tandis que M’Cub, architecte co-traitant, s’occupe des plans, des façades et du support 3D. Cette production importante est également le fait de l’intérêt poussé qu’entretient Stéphane Cochet pour des dessins techniques. Aussi, c’est dans ces moments de très forte pression que se fait ressentir le manque d’organisation dans la division du travail commun. La question est  : comment travailler à deux sur le même fichier lorsque aucun processus de collaboration n’a été pensé en amont ? En l’état actuel, Stéphane Cochet dessine certains détails sur un fichier à part sur son ordinateur, qu’il me transfère via le réseau pour que je les intègre à mon propre fichier. Je les corrige, ajoute les légendes et les met en page afin de les harmoniser avec les détails que je dessine. Lors d’un point le mois précédent, j’avais abordé le sujet en proposant de réorganiser les fichiers pour mettre notamment en place des xrefs. Stéphane Cochet n’ayant pas appuyé immédiatement la proposition et le temps pressant pour la production, c’est suite à ce rendu que je mettrais finalement en place les xrefs sur Autocad.

39


Chanteloup / Points à modifier, envoyés par la MOA

40


19 Février 2018 CREUX DE LA VAGUE Treizième semaine

Chanteloup-en-Brie, 58 logements Zéro Carbone Cette semaine, on exporte, compile et imprime les exemplaires du dossier PRO à l’agence. Les pièces sont déposées sur la plateforme en ligne et Stéphane Cochet poste les impressions. Le retour de Expansiel, la MOA, est immédiat et cinglant : dès le lendemain, par mail, ils nous rappellent en quinze points que nous n’avons pas pris en compte leurs remarques envoyées dès réception des premières pièces (concernant notamment les titres et l’harmonisation des documents), et listent tous les éléments à corriger. Tous les membres de la MOE sont alors mobilisés pour effectuer les modifications et apporter les pièces manquantes, sous un délai d’une semaine. Un gros travail de dialogue est à entamer avec la MOA dont le responsable technique manifeste ouvertement son insatisfaction. A partir de mercredi, Stéphane Cochet est absent : je poursuis les ajustements en communiquant avec l’agence co-traitante Méandre Cub. Pour nous architectes, il s’agit essentiellement de corriger les incohérences entre les titres, les cartouches et les éléments graphiques associés. J’en profite pour corriger quelques coquilles glissées dans nos détails, et commence à esquisser de nouveaux éléments – nouvelle coupe sur la cage d’ascenseur, etc – qui ne sont pas nécessaires pour le PRO mais serviront dans le cadre du DCE. Les premières remarques de la MOA n’ont pas été appliquées car les dossiers étaient déjà en cours d’impression, et que cela concernait d’abord uniquement l’aspect formel du rendu. Surtout, ce projet est exécuté dans des délais très courts alors qu’il est assez complexe : l’exigence portée sur des mises en page a donc d’abord semblé incongrue. C’était une erreur. L’impact négatif de cet évitement n’a pas été mesuré en amont. Du point de vue de la MOA, il faut cependant rappeler que le budget a été dépassé d’environ 15 %, et que le remplacement des pompes à chaleur par des appoints en gaz a un peu noirci l’affichage politique. Cet événement a heureusement été suivi d’une réaction positive de la part de l’équipe de MOE  : face à l’insatisfaction de la MOA, il s’agissait de renforcer une dynamique de collaboration et des échanges. C’est ainsi que l’union du groupement n’a pas vraiment été ébranlée. C’est notamment le mandataire, Meha, qui s’est chargé d’apaiser le dialogue avec Expansiel.

41


Chanteloup / Coupes sur les pavillons et les collectifs du rendu PRO

42


26 Février 2018 Quatorzième semaine

LA FIN

Chanteloup-en-Brie, 58 logements Zéro Carbone Le bouclage de la phase PRO de Chanteloup-en-Brie est enfin acté. On a ajusté et apaisé le dialogue avec la MOA. Les dossiers corrigés comprenant les pièces complémentaires sont déposés au siège d’Expansiel. J’ai terminé les coupes détaillées des bâtiment collectifs et des pavillons. Leur précision est importante : nos détails servent de support aux ingénieurs et aux artisans. Pendant la conception, avec Méandre Cub, nous accordons d’ailleurs une grande place à la réflexion sur le travail des ouvriers. Nos complexes doivent pouvoir être mis en œuvre facilement sur le chantier. J’achève également la mise en place des xrefs : il s’agit de diviser en différents fichiers les dessins en fonction de leur type (menuiseries, enveloppe, halls d’entrée, points singuliers), et de dédier un seul fichier aux mises en page. Ce travail de décomposition est chronophage mais facilitera le travail collaboratif entre Stéphane Cochet et moi par la suite. De plus, l’ordinateur portable sur lequel je travaille ne supporte pas des fichiers lourds qui provoquent de nombreux ralentissements. Cela fluidifiera donc la production au quotidien. Plusieurs réunions sont organisées. L’équipe de MOE se retrouve pour un point post-PRO  : sont discutées les stratégies d’affichage politique et le partage du travail pour le DCE. C’est Meha, entreprise mandataire, qui devra lancer la consultation. Une réunion «  communication  » avec le service commercial d’Expansiel est lancée : comment vendre les 30 % de logements dans le cadre de la VEFA  ? Un travail pédagogique est à mettre en place  : il faut valoriser et communiquer sur la qualité de l’air (la ventilation), les étiquettes COV, l’acoustique, le feu, etc. Suite à la clôture de la phase PRO et pour éviter de nouveaux retards et tensions, un plus grand délai est négocié avec la MOA pour la remise du DCE. C’est une initiative qui soulage la MOE et qui souligne l’importance d’un contrat basé sur un temps de travail réaliste. Par ailleurs, les premières réflexions sur la communication autour du projet révèlent le manque de documents fournis par des organismes comme la FCBA*. Des supports pédagogiques et simplifiés seraient utiles à la diffusion de techniques peu connues par le public.

Réhabilitation et surélévation de 18 logements à Montreuil Nous avons un retour du juriste concernant la qualification des éléments existants : s’agit-il de bureaux ou de commerces  ? Les avantages fiscaux sont différents. Aussi, il nous faut recalculer les SHAB créées car les PC modificatifs indiquent des incohérences. Une réunion est organisée avec le notaire et le géomètre : nous décidons de nous baser sur les surfaces du géomètre et non celles du dernier PC pour ne pas risquer une non concordance. * FCBA : cf Lexique page 70 43


Le VĂŠsinet / Plans de dĂŠmolition

44


5 MARS 2018

Quinzième semaine

CHARO

Chanteloup-en-Brie, 58 logements Zéro Carbone Lundi, nous avons rendez-vous chez l’aménageur EPA Marne pour aborder l’aspect « Zéro Carbone  » du projet. En terme de performance, nous en sommes à RT2012 - 60 %, et une performance de l’enveloppe BBio* - 80 %. Le projet possède des appoints de gaz (suite à l’annulation des pompes à chaleur initialement envisagées), or le gaz a un bilan carbone très négatif (lors de sa combustion, il émet du CO2). Toutefois ici le gaz est assez peu utilisé et combiné à des CTA électriques. On remarque l’influence des indicateurs et des normes, qui sont les garants de la qualité et de la vertu des bâtiments. Ils sont valorisants pour les MOA engagées dans des dynamiques durables. Ces indices sont de véritables supports de conception et de communication. On peut donc s’interroger sur la manière dont ils sont établis et sur leurs biais éventuels. Souvenons-nous, dans le cadre de l’E+C-*  : GRDF, en insistant sur son implication dans le développement de l’énergie verte via des expérimentations sur le biométhane, a réussi à requalifier le coefficient appliqué au gaz dans ce référentiel.

Le Vésinet, réhabilitation et extension En prévision du dépôt de l’APS, je reprends les plans en fonction des relevés effectués il y a quelques semaines. Nous n’avons toujours pas de plan géomètre. Il faut aussi préciser l’existant : volets, garde-corps, toiture, vélux. Les descentes doivent être repérées et positionnées. J’affine enfin les plans, façades et coupes de démolition. L’emplacement des réseaux et l’indication des matériaux à déposer est important pour le calcul des coûts de démolition. Ces plans de démolition sont à fournir à l’économiste. Jeudi, une réunion est ainsi organisée avec l’économiste Joël Lot. Nous abordons la question du relevé géomètre dont l’absence rend potentiellement moins précises les estimations. Nous étudions ensemble les plans pour esquisser un premier bilan  : Joël Lot semble toujours surpris par le choix du bardage bois rapporté sur la façade existante, «  c’est très cher  !  ». Une variante avec un enduit coûterait plus de deux fois moins. S.C. explique que le budget semble le permettre, qu’il s’agit de faire du logement social à l’esthétique sobre et de qualité. Il faudra donc fournir des détails techniques afin de chiffrer au mieux le complexe. Travailler étroitement avec un économiste permet d’avoir rapidement une idée de la faisabilité d’un projet. Cela pose des questions pragmatiques sur les dimensions, matériaux, dispositifs, qu’il faut pouvoir nommer et préciser. L’économiste va chiffrer les cloisons (demi-still, BA18) et c’est le BE structure, Oregon, qui va chiffrer le MOB et l’isolation. * BBio, E+C- : cf Lexique page 70 45


EFIDIS REHABILITATION DE 12 LOGTS LE VESINET réf. Désignation des ouvrages.

46

ESTIMATION PREVISIONNELLE TOUS CORPS D'ETAT Unités

TOTAL

P.U H.T

P.T H.T

155 156 Assainissement: Exécution de toutes tranchées et de remblais compris démolitions et 157 réfection ultérieure pour réseaux d'assainissement. m3 6,00 65,00 € 390,00 € F/P de canalisations en tubes P.V.C de diamètre approprié sous T.V compris enrobage et grillage avertisseur pour tous les réseaux d'assainissement créés. ml 24,00 100,00 € 2 400,00 € 158 F/P de regards en béton préfas de 40 x 40 et 50 x 50 cm compris grilles fonte U 6,00 650,00 € 3 900,00 € 159 pour tous les réseaux d'assainissement créés. 160 TRAVAUX HORTICOLES: 161EFIDIS ESTIMATION PREVISIONNELLE TOUS CORPS D'ETAT 162REHABILITATION DE 12 LOGTS LE VESINET 163 Terre végétale: en place pour le jardin du logement de T.V sur 40 cm minimum compris Unités réf. Mise Désignation des ouvrages. TOTAL P.U H.T P.T H.T 164 fraisage et piochage mécanique sur 20 cm. m3 22,00 45,00 € 990,00 € 165 155 Semis de gazons: 166 156 Assainissement: en place semis de gazon sur les surfaces d'espaces verts. et m2 42,32 5,00 € 211,60 € 167 Mise Exécution de d'un toutes tranchées et toutes de remblais compris démolitions 168 157 réfection ultérieure pour réseaux d'assainissement. m3 6,00 65,00 € 390,00 € 169 Plantations: F/P de canalisations en tubes P.V.C de diamètre approprié sous T.V compris Plantations diverses suivants plans d'espaces vert dans les jardins privatifs, enrobage et grillage avertisseur pour tous les réseaux d'assainissement créés. 170 terrasses et jardinières. for. 1,00 2 500,00 € 2 500,00 € ml 24,00 100,00 € 2 400,00 € 158 171 F/P de regards en béton préfas de 40 x 40 et 50 x 50 cm compris grilles fonte Pergola bois: Ens. 1,00 1 500,00 € 1 500,00 € 172 U 6,00 650,00 € 3 900,00 € 159 pour tous les réseaux d'assainissement créés. 173 160 174 TOTAL LOT 01 DEMOLITIONS / FONDATIONS / GROS-ŒUVRE 250 640,00 € 632,98 395,97 161 TRAVAUX HORTICOLES: 175 162 176 LOT 02 CHARPENTE BOIS / ETANCHEITE: 163 Terre végétale: 177 Mise en place pour le jardin du logement de T.V sur 40 cm minimum compris 178 Murs structure bois: Suivant étude OREGON 121 550,00 € 164 fraisage et piochage mécanique sur 20 cm. m3 22,00 45,00 € 990,00 € 179 Structure bois MOB porteuse suivant étude OREGON 165 for 1,00 31 300,00 € 31 300,00 € 180 Moyen de levage + échafaudages 166 Semis de gazons: m2 250,00 120,00 € 30 000,00 € 181 Façades en caisson préfabriqués existant 167 Mise en place d'un semis de gazon sur toutes les surfaces d'espaces verts. m2 42,32 5,00 € 211,60 € 182 m2 260,00 100,00 € 26 000,00 € 168 Façades en caisson préfabriqués extension Le169 Vésinet / Détails paroi existante avec ITE, coupe sur existant, coupe sur extension Charpente en caisson préfabriqués m2 200,00 100,00 € 20 000,00 € 183 Plantations: Murs en ossature boissuivants plans d'espaces vert dans les jardins privatifs, m2 184 Plantations 150,00 95,00 € 14 250,00 € diverses 185 m2 200,00 100,00 € 20 000,00 € 170 Solivage for. 1,00 2 500,00 2 500,00 terrassesbois et jardinières. EFIDIS ESTIMATION PREVISIONNELLE 171 186 DE 12 LOGTS LE VESINET TOUS CORPS D'ETAT Pergola bois: Ens. 1,00 1 960,00 500,00 € 1 500,00 € 172REHABILITATION Etanchéité: 187 54 € 173 m2 Prévu au lot 02 188 Panneaux supports de couverture réf. Désignation des ouvrages. Unités TOTAL P.U250,00 H.T € P.T640,00 H.T €€ LOTmembrane 01 DEMOLITIONS / FONDATIONS 174 250 632,98 395,97 Etanchéité sur iso PUR 200 mm / GROS-ŒUVRE m2 185,10 46 275,00 189 TOTAL 175 Couverture zinc + iso pour lucarnes m2 4,50 450,00 € 2 025,00 € 190 155 Descentes LOT 02 CHARPENTE 176 EP zinc BOIS / ETANCHEITE: ml 36,00 185,00 € 6 660,00 € 191 156 177 192 Assainissement: Exécution toutes tranchées etOREGON de remblais compris démolitions et bois: Suivant étude 178 Murs 121 550,00 € TOTALstructure LOT de 02 CHARPENTE BOIS / ETANCHEITE 193 196 510,00 € 157 m3 6,00 65,00 € 390,00 € réfection ultérieure réseaux d'assainissement. bois MOB pour porteuse suivant étude OREGON 179 194 Structure F/P de en tubes P.V.C de diamètre approprié sous T.V compris for Moyen de levage + échafaudages 180 1,00 31 300,00 € 31 300,00 € 03 canalisations MENUISERIES EXTERIEURES/SERRURERIE/ 195 LOT enrobage et grillage avertisseur pour tous les réseaux d'assainissement créés. m2 250,00 120,00 € 30 000,00 € 181 196 Façades en caisson préfabriqués existant ml 24,00 100,00 € € 2 000,00 400,00 € € 158 Façades en caisson préfabriqués extension m2 260,00 100,00 26 182 CHÂSSIS, FENETRES ET PORTES FENETRES: 197 67 730,00 € F/P de regards en béton préfas de 40 x 40 et 50 x 50 cm compris grilles fonte m2 en caisson préfabriqués 183 Charpente 200,00 100,00 € 20 000,00 € 198 U 6,00 650,00 € 3 900,00 € 159 pour tous les réseaux d'assainissement créés. en fenêtres ossature et bois 184 m2 150,00 95,00 € 14 250,00 € Châssis, portes fenêtres: 199 Murs 160 Solivage bois fenêtres, portes fenêtres et ensembles divers en profilés bois m2 200,00 100,00 € 20 000,00 € 185 F/P de châssis, 161 TRAVAUX HORTICOLES: 186 de type KleinHans ou équivalent compris triple vitrage . 200 m2 650,00 162 Etanchéité: 187 54 960,00 € 100*200 mm 201 Châssis 2,00 36,00 1 300,00 46 800,00 € 163 Terre végétale: supports mm de couverture 188 Panneaux m2 Prévu au lot 02 Châssis 3*100*200 202 6,00 3,00 3 900,00 € 11 700,00 € Mise en place pour le jardin du logement de T.V sur 40 cm minimum compris membrane 189 m2 185,10 250,00 46 Châssis 100*150 mm sur iso PUR 200 mm 1,50 2,00 975,00 € 1 275,00 950,00 € 203 Etanchéité 164 fraisage et piochage mécanique sur 20 cm. m3 22,00 45,00 € 990,00 € Couverture zinc +mm iso pour lucarnes 190 m2 4,50 2 680,00 025,00 € 120*200 2,40 3,00 1 450,00 560,00 € 4 204 Châssis 165 Descentes EP zinc 191 ml 36,00 185,00 € 6 660,00 € 4,00 1,00 2 600,00 2 600,00 205 PF 200*200 mm 166 Semis de gazons: 192 206 104,20 m2 42,32 5,00 € 211,60 € 167 Mise en place d'un semis de gazon sur toutes les surfaces d'espaces verts. 193 196 510,00 € 207 168 TOTAL LOT 02 CHARPENTE BOIS / ETANCHEITE 194 / J.L-Eco / EFI180201 / MARS 2018 / Page 4. Plantations: 169APS LOT 03 MENUISERIES EXTERIEURES/SERRURERIE/ 195 Plantations diverses suivants plans d'espaces vert dans les jardins privatifs, Le170 Vésinet Tous Corps d’Etats, lot à corriger parfor.BE Oregon, Joël Lot économiste 196 terrasses/etEstimations 1,00 2 500,00 € 2 500,00 € jardinières. 171 CHÂSSIS, FENETRES ET PORTES FENETRES: 197 67 730,00 € Ens. 1,00 1 500,00 € 1 500,00 € 172 198 Pergola bois: 173 Châssis, fenêtres et portes fenêtres: 199 TOTAL 01 DEMOLITIONS / FONDATIONS / GROS-ŒUVRE 174 F/P 250 640,00 € 395,97 de LOT châssis, fenêtres, portes fenêtres et ensembles divers en profilés bois 632,98 175 de type KleinHans ou équivalent compris triple vitrage . 200 m2 650,00 02 CHARPENTE Châssis 100*200 mmBOIS / ETANCHEITE: 176 201 LOT 2,00 36,00 1 300,00 € 46 800,00 € 177 Châssis 3*100*200 mm 6,00 3,00 3 900,00 € 11 700,00 € 202


12 MARS 2018 Seizième semaine

VIRAGE ?

Le Vésinet, réhabilitation et extension Je dessine le plan masse du projet à partir du cadastre de la ville, et de nouvelles coupes sur le projet et l’extension sont commencées. Avec Stéphane Cochet, nous nous interrogeons sur la structure de la nouvelle charpente. Plus généralement, Stéphane Cochet élabore les pièces écrites et je m’occupe des pièces graphiques. Je me charge également de l’élaboration et l’harmonisation des mises en pages et intègre les éléments de S.C. dans mon fichier. Nous échangeons nos documents à l’aide d’une clé après que mon ordinateur aie été déconnecté du réseau par erreur et en attendant l’intervention du technicien. Le rendu de l’APS prévu pour ce jeudi est repoussé à la semaine prochaine suite au retour négatif de l’économiste sur les données du BE structure, Oregon. La FCBA*, en tant qu’AMO d’Expansiel, fait également un retour très négatif au sujet du CCTP rédigé par Oregon. Le BE, pourtant spécialiste du bois, corrige donc ses données. Après réajustement, le devis de l’économiste tombe : nous dépassons le budget de 20  %. Joël Lot avait prévenu  : le type de structure choisi, et surtout les panneaux de revêtement extérieur en fibrociment – de l’équitone – appliqués sur l’ossature bois, sont très coûteux. Je calcule toutes les surfaces : surface de plancher, surface habitable, emprise du jardin, changement de destination. Des interrogations naissent de ces calculs : nous en sommes à 51 % de surface de plancher nouvellement créée. D’après le PLU, au dessus de 50 %, la MOA doit obligatoirement acquérir une place de parking. Si nous voulons rester en dessous de 50 %, il faut envisager la réduction de l’extension. Nous réfléchissons aussi à des dispositifs architecturaux sous les combles nous permettant de diminuer légèrement la SHAB : les châssis verticaux des « chiens-assis inversés » impactent la surface des logements et nous sont donc favorables. Les idées de Stéphane Cochet autour de cette réhabilitation se trouvent ébranlées, car malgré une MOA convaincue, le budget même confortable est dépassé. Nous commençons à nous interroger sur les variantes et les coupures possibles. Il est vrai que dans le cadre de ces projets à haute performance thermique, l’impact financier est surtout atténué par les économies réalisées sur le long terme, au niveau de l’entretien maintenance (l’enveloppe performante limitant fortement les consommations). La possibilité d’une réorientation totale du projet, avec abandon de la façade rapportée bois au profit d’un enduit et d’une couverture en zinc traditionnelle, est évoquée à voix basse…

* FCBA : cf Lexique page 70 47


48

bâtiment d'angle de R+2+ comble. Il comprend des commerces à rdc sur rue et 11 logements en étage. bâtiment d'angle de R+2+ Il comprend des commerces rue et 11type logements en étage. Les logements situés sous comble. comble s'apparentant à des chambresà «rdc desur bonne » de studettes. Des Les logements situés sous comble s'apparentant à des chambres « de bonne » de type studettes. Des Les logements sous comble à des chambres « de bonne » de type studettes. Des caves occupentsitués l'intégralité du souss'apparentant sol du bâtiment. caves occupent l'intégralité du sous sol du bâtiment. caves occupent l'intégralité du sous sol du bâtiment. Suivant diagnostic technique le bâtiment a été construit en 1920. Suivant diagnostic technique le bâtiment a été construit en 1920. Suivant diagnostic technique le bâtiment a été construit en 1920. Il est situé en Centre Ville de la ET commune à proximité de l'Hôtel de Ville et s'inscrit dans le périmètre 5. NOTICE ARCHITECTURALE FONCTIONNELLE Il est situé en Centre Ville de la commune à proximité de l'Hôtel de Ville et s'inscrit dans le périmètre 5.est NOTICE ARCHITECTURALE ET FONCTIONNELLE Ilde situé en Centre Ville de lahistorique commune à proximité de l'Hôtel de VilleLe et63 s'inscrit dansest le périmètre protection des monuments de l'Eglise Sainte Marguerite. bd Carnot à moins de de protection des monuments historique de l'Eglise Sainte Marguerite. Le 63 bd Carnot est à moins de 5. NOTICE ARCHITECTURALE ET FONCTIONNELLE de protection des monuments historique de l'Eglise Sainte Marguerite. Le 63 bd Carnot est à moins de 650m de la station RER du Vésinet Centre (ligne RER A). 5.1 Situation 650m de la station RER du Vésinet Centre (ligne RER A). 5.1 Situation 650m de la station RER du Vésinet Centre (ligne RER A). Le 63 boulevard Carnot à l'angle avec la rue Jean Laurent (31 rue Jean laurent) est un 5.1bâtiment Situationsis sis 63de boulevard Carnot à l'angle avec lacommerces rue Laurent (31 ruesurface laurent) estenun Le bâtiment occupe la parcelle inscrite en section planJean n° 0120 pour une de 298m². Leétage. bâtiment d'angle R+2+ comble. Il comprend desAN à rdc sur rue etJean 11 logements Le bâtiment occupe la parcelle inscrite en section AN planJean n° 0120 pour une de 298m². Le sis 63de boulevard Carnot à l'angle avec lacommerces rue Laurent (31 ruesurface Jean laurent) estenun d'angle R+2+ comble. Il comprend des à rdc sur rue et 11 logements Le bâtiment occupe la parcelle inscrite en section AN plan n° 0120 pour une surface de 298m². Leétage. bâtiment est en forme de L, aligné sur le boulevard Carnot et la rue Jean Laurent avec un pan coupé Les logements sous comble à des chambres «rdc de bonne » de type studettes. Dessur bâtiment est ensitués forme de L, alignés'apparentant sur le boulevard Carnot et la àrue Jean Laurent avec un pan en coupé sur d'angle de R+2+ comble. Il comprend des commerces sur rue et 11 logements étage. Les logements sous comble s'apparentant à des chambres « de bonne » deLaurent. typeun studettes. Des bâtiment ensitués forme de L, aligné sur leduboulevard Carnot et ladepuis rue Jean Laurent avec pan coupé l'angle. Leest bâtiment s'ouvre sur une cour intérieure accessible la rue Jean La cour estsur caves occupent l'intégralité du sous sol bâtiment. l'angle. Le bâtiment s'ouvre sur une cour intérieure accessible depuis la rue Jean Laurent. La cour Des est Les logements situés sous comble s'apparentant à des chambres « de bonne » de type studettes. caves occupent l'intégralité sous duintérieure bâtiment. l'angle. Lepour bâtiment s'ouvre sur une sol cour accessible depuis en la rue Jean Laurent.contre La courles est occupée partie par unedu remise et une arrière boutique appuyés fond de parcelle occupée pour partie par uneduremise et une arrière boutique appuyés en fond de parcelle contre les caves occupent l'intégralité sous sol du bâtiment. occupée pour partie par une remise et une arrière boutique appuyés en fond de parcelle contre les murs mitoyens. L'emprise bâtie occupe 65% de la parcelle. La façade principale boulevard Carnot est Suivant diagnostic technique le bâtiment a été en La 1920. murs mitoyens. L'emprise bâtie occupe 65% deconstruit la parcelle. façade principale boulevard Carnot est Suivant diagnostic technique le a été construit en La 1920. murs mitoyens. L'emprise bâtie occupe 65% deest la parcelle. façade principale Carnotdeest orientée Nord/Sud, la façade ruebâtiment Jean Laurent elle orientée Est/Ouest, pour boulevard une orientation la orientée Nord/Sud, la façade rue Jean Laurent est elle orientée Est/Ouest, pour une orientation de la Suivant diagnostic technique le bâtiment a été construit en 1920. orientée Nord/Sud, la façade rue Jean Laurent est elle orientée Est/Ouest, pour une orientation de la cour au Sud. L'accès principal est au 63 bd Carnot. L'accès secondaire sur cour est situé au 31 rue Jean Ilcour est au situé enL'accès Centreprincipal Ville de laest commune proximité de l'Hôtel de Ville s'inscrit dansau le 31 périmètre Sud. au 63 bdàCarnot. L'accès secondaire suretcour est situé rue Jean cour au Sud. L'accès principal est au 63 bd Carnot. L'accès secondaire sur cour est situé au 31 rue Jean Ilde est situé en Centre Ville de la commune à proximité de l'Hôtel de Ville et s'inscrit dans le périmètre Laurent. Le bâtiment n'est pas équipé d'aire de stationnement véhicule. protection des monuments historique de l'Eglise Sainte Marguerite. bd Carnot à moins de Laurent. Leen bâtiment n'estde paslaéquipé d'aire de stationnement véhicule. IlLaurent. situé Centre Ville commune à proximité de l'Hôtel de VilleLe et63 s'inscrit dansest le périmètre deest protection des monuments historique de l'Eglise Le 63 bd Carnot est à moins de n'est pas équipé d'aire de stationnement véhicule. 650m deLe la bâtiment station RER du Vésinet Centre (ligne RER Sainte A). Marguerite. de protection des monuments historique de l'Eglise Sainte Marguerite. Le 63 bd Carnot est à moins de 650m de la station du Vésineten Centre (ligne RER A). Le bâtiment est uneRER construction brique porteuse avec façades enduites côtés rues. Les façades sur Le bâtiment est uneRER construction en brique porteuse avec façades enduites côtés rues. Les façades sur 650m de la station du Vésinet Centre (ligne RER A). Le est unemodénatures construction en brique porteuse façades rues. façades ruebâtiment présentent des simples linteaux métalliques au droit des menuiseries et Le des sur Le occupe la parcelle inscrite enavec section AN avec plan n° 0120 enduites pour unecôtés surface de Les 298m². ruebâtiment présentent des modénatures simples avec linteaux métalliques au droit des menuiseries et des rue présentent des modénatures simples avec linteaux métalliques au droit des menuiseries et des Le bâtiment occupe la parcelle inscrite en section AN plan n° 0120 pour une surface de 298m². Le céramiques de façade. Les menuiseries sont équipées de volets battants persiennés en bois. La toiture bâtiment estde enfaçade. forme de aligné sur le boulevard Carnot et 0120 la rue Jeanune Laurent avec panLacoupé sur céramiques LesL,menuiseries sont équipées de volets battants persiennés en bois. toiture Le bâtiment occupe la parcelle inscrite en section AN plan n° pour surface deun 298m². Le céramiques de façade. Les menuiseries sont équipées de volets battants persiennés en bois. La toiture bâtiment est en forme de L, aligné sur le boulevard Carnot et la rue Jean Laurent avec un pan coupé est traitées à deux pans de 35° avec présence de lucarnes saillantes de type chien assis en combles àsur l'angle. Le bâtiment s'ouvre sur une cour intérieure accessible depuis la rue Jean Laurent. La cour est est traitées à deux pans de 35° avec présence de lucarnes saillantes de type chien assis en combles à bâtiment est forme de L,35° aligné le boulevard Carnot et ladepuis rue Jean Laurent avec pan coupé est traitées à en deux pans avec présence de lucarnes saillantes deen chien assisun encontre combles àsur l'angle. bâtiment s'ouvre sur unesur cour intérieure accessible latype rue Jean Laurent. La cour est R+3. La Le couverture est ende tuile mécanique. occupée pour partie par remise et une arrière boutique appuyés fond de parcelle les R+3. La Le couverture est enune tuile mécanique. l'angle. bâtiment s'ouvre sur une cour intérieure accessible depuis la rue Jean Laurent. La cour est R+3. La couverture est enune tuile mécanique. occupée pour partie par remise et une boutiqueLaappuyés en fond deboulevard parcelle contre murs mitoyens. L'emprise bâtie occupe 65%arrière de la parcelle. façade principale Carnotles est occupée pour partie par une remise et une boutiqueLaappuyés en fond deboulevard parcelle contre murs mitoyens. bâtie occupe 65%arrière deest la parcelle. façade principale Carnotles est Le bâtiment est L'emprise alimenté en gaz de ville. orientée Nord/Sud, la façade rue Jean Laurent elle orientée Est/Ouest, pour une orientation la Le bâtiment est L'emprise alimenté en gaz occupe de ville.65% de la parcelle. La façade principale boulevard Carnotdeest murs mitoyens. bâtie Le bâtiment est alimenté en gaz de ville. orientée Nord/Sud, la façade rue Jean Laurent est elle orientée Est/Ouest, pour une orientation de la cour au Sud. L'accès principal est au 63 bd Carnot. L'accès secondaire sur cour est situé au 31 rue Jean orientée Nord/Sud, façade rue Jean Laurent est elle orientée Est/Ouest, pourest une orientation la courProjet au Sud. L'accèslaprincipal au 63d'aire bd Carnot. L'accès secondaire sur cour situé au 31 ruedeJean 5.2 Laurent. Le bâtiment n'est pasest équipé de stationnement véhicule. 5.2 Projet cour au Sud. L'accès principal est au 63 bd Carnot. L'accès secondaire sur cour est situé au 31 rue Jean 5.2 ProjetLe Laurent. bâtiment pas équipé Le projet porte sur la n'est réhabilitation, la d'aire reprisededestationnement la couverture véhicule. à R+3 et sur l'extension du bâtiment. Il Le projetLe porte sur la n'est réhabilitation, la d'aire reprisededestationnement la couverture véhicule. à R+3 et sur l'extension du bâtiment. Il Laurent. bâtiment pas équipé Le projet porte sur la réhabilitation, la reprise de la couverture à R+3 et sur l'extension du Il permet de transformer les 11 logements existants qui sont de petites tailles - 27,85m² moyen - en 12 Le bâtiment est une construction en brique porteuse enduites rues.moyen Lesbâtiment. façades sur permet de transformer les 11 logements existants quiavec sontfaçades de petites tailles côtés - 27,85m² - en 12 permet de transformer les 11 logements existants qui sont de petites tailles 27,85m² moyen en 12 Le bâtiment est une construction en brique porteuse avec façades enduites côtés rues. Les façades sur logements répondant aux surfaces normalisées d'habitation pour une surface moyenne de 45m². Les rue présentent avec linteaux métalliques au surface droit côtés des menuiseries et desLes logements répondant aux surfacessimples d'habitation pour une moyenne de façades 45m². Le bâtiment estdes unemodénatures construction ennormalisées brique porteuse avec façades enduites rues. Les sur logements aux surfaces normalisées d'habitation pour une surface moyenne deproche 45m². Les rue présentent des modénatures simples avec linteaux métalliques au droit des menuiseries et des travaux de répondant réhabilitation permettent de passer les logements d'une étiquette énergétique d'un céramiques de façade. Lespermettent menuiseries équipées de volets battants persiennés en bois. La toiture travaux de réhabilitation desont passer les logements d'une étiquette énergétique proche d'un rue présentent des modénatures simples avec linteaux métalliques au droit des menuiseries et des travaux de réhabilitation permettent declassement passer logements d'une étiquette énergétique proche d'un céramiques façade. menuiseries sont équipées de volets battants persiennés en bois. La toiture classement (>331kWh .ep/m².a) à un A (<50kWh.ep/m².a). est traitées àFFde pansLes de 35° avec présence deleslucarnes saillantes de type chien assis en combles à classement (>331kWh .ep/m².a) à un classement A (<50kWh.ep/m².a). céramiques dedeux façade. Les menuiseries sont équipées de volets battants persiennés en bois. La toiture classement F (>331kWh .ep/m².a) à un classement A (<50kWh.ep/m².a). est traitées à deux pans de 35° avec présence de lucarnes saillantes de type chien assis en combles à R+3. La couverture est en tuile mécanique. est traitées à deuxsur pans 35° mécanique. avec complète présence de de type assis en combles R+3. La couverture estune endetuile Le projet s'appuie réfection deslucarnes façades saillantes et de la toiture parchien la réalisation d'une à Le projet s'appuie sur réfection complète des façades et de la toiture par la réalisation d'une R+3. La couverture estune en L'architecture tuile mécanique. Le projet s'appuie sur une réfection complète des façades et de dans la toiture par la réalisation d'une isolation par l'extérieure. de l'enveloppe s'inscrit une réinterprétation Le bâtiment alimenté en gaz de ville. isolation par est l'extérieure. L'architecture de l'enveloppe s'inscrit dans une réinterprétation isolation par est l'extérieure. L'architecture l'enveloppe »s'inscrit dans une Le bâtiment alimenté en gaz de contemporaine de l'architecture de ville. typede « francilienne en reprenant enréinterprétation toiture, l'écriture à pan contemporaine l'architecture de ville. type « francilienne » en reprenant en toiture, l'écriture à pan Le bâtiment est de alimenté gaz de contemporaine de l'architecture de type francilienne » en (négatif) reprenant toiture, l'écriture à pan les coupé des toiture de typeen « Mansart », en« traitant en creux lesenmansardes caractérisant 5.2 Projet coupé des toiture de type « Mansart », en traitant en creux (négatif) les mansardes caractérisant les coupé desporte toiture de type « Mansart »,reprise en traitant en creux (négatif) les mansardes caractérisant 5.2projet Projet architectures environnantes. La façade est traitée en bardage rapporté intégrant le pan coupé de les Le sur la réhabilitation, la de la couverture à R+3 et sur l'extension du bâtiment. architectures environnantes. La façade est traitée en bardage rapporté intégrant le pan coupé de Il 5.2 Projet architectures environnantes. La façade est traitée en bardage rapporté intégrant le pan coupé Le projet porte sur la réhabilitation, la reprise de la couverture à R+3 et sur l'extension du bâtiment. toiture. Les baies de façades sont équipées de volets battants et les gardes corps sont traités en verre permet de transformer les 11sont logements existants sont de et petites tailles - 27,85m² moyen -de en 12IlIl toiture. Les baies façades équipées dede volets battants les corps sont verre La démolition des élévations maçonnées à R+3, delaqui lacouverture charpente degardes la sur couverture entraités tuile, laen dépose Le projetsérigraphiés porte surde lareprenant réhabilitation, la reprise àet R+3 et l'extension du bâtiment. La démolition des élévations maçonnées à R+3, de la charpente et de la couverture en tuile, la dépose toiture. Les baies de façades sont équipées de volets battants et les gardes corps sont traités en verre permet de transformer les 11 logements existants qui sont de petites tailles 27,85m² moyen en 12 dépolis le motif des céramiques de façade d'origine. Seule la façade d'angle du logements aux normalisées d'habitation surface moyenne de 45m². Les La démolition des élévations maçonnées à R+3, degénérale la charpente etune de tailles la couverture tuile, la-dépose dépolis sérigraphiés reprenant le motif céramiques de façade d'origine. laen façade d'angle dula des tommettes, permettent la des structure du bâtiment. Les Seule surcharges amenées permet de répondant transformer lessurfaces 11d'alléger logements existants qui sont depour petites - 27,85m² moyen enpar 12 des tommettes, permettent d'alléger la structure générale du bâtiment. Les surcharges amenées par la dépolis sérigraphiés reprenant le motif des céramiques de façade d'origine. Seule la façade d'angle du logements répondant aux surfaces normalisées d'habitation pour une surface moyenne de 45m². Les pan coupé sur rue est traitée à la verticale afin d'affirmer l'angle du bâtiment sur la rue. La distinction travaux debois réhabilitation permettent de passer les logements d'une étiquette énergétique d'un des permettent lalastructure générale dupour bâtiment. Les surcharges par la pan tommettes, coupé sur rue est aux traitée àtoiture, la verticale l'angle du bâtiment sur la rapportées rue.amenées La proche distinction structure en réfection ded'alléger couverture en membrane, les façades bois sont afin d'affirmer logements répondant surfaces normalisées d'habitation une surface moyenne de 45m². Les structure bois en réfection de toiture, la couverture en membrane, les façades bois rapportées sont pan coupé sur rue est traitée à la verticale afin d'affirmer l'angle du bâtiment sur la rue. La distinction travaux de réhabilitation permettent de passer les logements d'une étiquette énergétique proche d'un entre rdc commercial et étages est surlignée par une bande linéaire – casquette reprenant le débord classement F (>331kWh àsurlignée un Aen (<50kWh.ep/m².a). structure bois en réfection de laclassement couverture membrane, les façadesénergétique bois rapportées entre rdcdeêtre commercial et .ep/m².a) étages esttravaux une bande linéaire – casquette - (voir reprenant le sont débord réputées compensées partoiture, les de par démolition et de dépose préalables diagnostic travaux réhabilitation permettent de passer les logements d'une étiquette proche d'un réputées compensées par les travaux de démolition et de dépose préalables diagnostic entre rdc être commercial et étages est par une bande linéaire – casquette reprenant débord classement Fbâtiment (>331kWh àsurlignée unrue. classement A (<50kWh.ep/m².a). d'origine du sur.ep/m².a) l'angle de la Toutes les menuiseries sont en bois et- (voir équipées deletriple réputées compensées par lesde travaux de démolition et de dépose diagnostic d'origine être duFbâtiment sur.ep/m².a) l'angle Toutes les menuiseries sontpréalables en bois et (voir équipées de triple structure). classement (>331kWh à la unrue. classement A (<50kWh.ep/m².a). structure). d'origine du bâtiment sur l'angle de la rue. Toutes les menuiseries sont en bois et équipées de triple vitrage. La démolition des élévations maçonnées à R+3, de la charpente et de la couverture en tuile, la dépose Le projet s'appuie sur une réfection complète des façades et de la toiture par la réalisation d'une structure). vitrage. vitrage. Le projet s'appuie sur uneL'architecture réfection desgénérale façades et la toiture parsurcharges la réalisation d'une par la des tommettes, permettent d'allégercomplète la structure dude bâtiment. Les amenées isolation l'extérieure. de l'enveloppe s'inscrit réinterprétation Le projet par s'appuie sur uneL'architecture réfection complète des et de dans la par la réalisation La démolition des élévations maçonnées à R+3, defaçades la charpente et toiture deune la couverture en tuile,d'une la dépose isolation par l'extérieure. de l'enveloppe s'inscrit dans une réinterprétation structure bois ende réfection de toiture, ladecouverture en membrane, les façades boisl'écriture rapportées sont contemporaine l'architecture deest type «217,51m² francilienne »s'inscrit en reprenant enLes toiture, à en pan L'emprise au sol bâtiment obtenue (75% du terrain pour 288m²). La surface pleine isolation par l'extérieure. L'architecture de l'enveloppe dans une réinterprétation des tommettes, permettent d'alléger la structure générale du bâtiment. surcharges amenées par la EFIDIS_63 bd Carnot 78 110 Leobtenue Vésinet_APS_Notice architecturale_A003architectes –288m²). ind0 15/03/18 11/22 L'emprise au sol bâtiment est de (75% dude terrain pour Lacaractérisant surface contemporaine de l'architecture type «217,51m² francilienne » et en reprenant enmansardes toiture, l'écriture à en panpleine réputées être compensées par lesdetravaux de démolition dépose préalables (voir diagnostic EFIDIS_63 bd Carnot 78 110 Le Vésinet_APS_Notice architecturale_A003architectes – ind0 15/03/18 11/22 coupé des toiture de type « Mansart », en traitant en creux (négatif) les les L'emprise au sol bâtiment obtenue est de 217,51m² (75% du terrain pour 288m²). La surface en pleine terre est de 15% soit 43,20m² comprenant un jardin privatif (T4) de 31,40m² et un jardin collectif de contemporaine de l'architecture de type « francilienne » en reprenant en toiture, l'écriture à pan structure bois en réfection de toiture, la couverture en membrane, les façades bois rapportées sont EFIDIS_63 bd Carnot 78 110 Le Vésinet_APS_Notice architecturale_A003architectes – ind0 15/03/18 11/22 terre 15% soit comprenant un jardin (T4) de 31,40m² et unlejardin collectif coupéest desdetoiture de 43,20m² type « Mansart », est en traitant enprivatif creux (négatif) lesintégrant mansardes caractérisant les structure). architectures environnantes. La façade traitée en bardage rapporté pan coupé de de terre est 15% soit comprenant unsous jardin (T4) de 31,40m² et un(voir jardin collectif de 11,90m². Letoiture local OM aménagé en extérieur pergolas occupe une surface de 6,57m² coupé desde de 43,20m² type «par Mansart », est en de traitant enprivatif creux (négatif) lespréalables mansardes caractérisant les réputées être compensées les travaux démolition etbois de dépose diagnostic 11,90m². Le local OM aménagé en extérieur sous pergolas bois occupe une surface de 6,57m² architectures environnantes. La façade traitée en bardage rapporté intégrant le pan coupé de toiture. Les debac façades sont équipées de volets battants etoccupe les gardes corps sont 11,90m². Lebaies local OM aménagé extérieur sous pergolas boisrapporté une surface de traités 6,57m² (implantation de 2x de 500l, 1x360l et 1x240l). architectures environnantes. La en façade est traitée en bardage intégrant le pan coupéen deverre structure). (implantation de 2x bac de 500l, 1x360l et 1x240l). toiture. Les baies de façades sont équipées de volets battants et les gardes corps sont traités en verre dépolis sérigraphiés reprenant le1x360l motif des céramiques de façade d'origine. Seulesont la façade du (implantation de 2x de 500l, et 1x240l). toiture. Les baies debac façades sont équipées de volets battants et les gardes corps traitésd'angle en verre dépolis sérigraphiés reprenant le motif des217,51m² céramiques del'angle façade d'origine. Seule la façade d'angle du L'emprise au sol bâtiment obtenue est de (75% du terrain pour 288m²). La surface en pleine pan coupé sur rue est traitée à la verticale afin d'affirmer du bâtiment sur la rue. La distinction Les accès sont prévusreprenant au 63 bd le Carnot etdes aucéramiques 31 rue Jeande Laurent passage cocher. L'accès PMR est dépolis sérigraphiés motif façadesous d'origine. Seule larue. façade d'angle du Les accès sont prévus au 63 bd Carnot et au 31 rue Jean Laurent sous passage cocher. L'accès PMR est pan coupé sur rue est traitée à la verticale afin d'affirmer l'angle du bâtiment sur la La distinction terre est de 15% soit 43,20m² un jardin privatif (T4) de 31,40m² etcocher. un jardin collectif deest entre rdcrue commercial et étages estverticale surlignée par une bande linéaire –pour casquette - laLa reprenant lePMR débord Les accès sont prévus au 63obtenue bdàcomprenant Carnot et au 31 rue Jean Laurent sous passage L'accès situé 31 Jean Laurent. pan coupé sur rue est traitée la afin d'affirmer l'angle du bâtiment sur rue. La distinction L'emprise au sol bâtiment est de 217,51m² (75% du terrain 288m²). surface en pleine situé Jean Laurent. entre31 rdcrue commercial et est surlignée par une bande linéaire – casquette - équipées reprenant débord 11,90m². Le local OM aménagé endeextérieur sous pergolas bois occupe une surface de 6,57m² d'origine du bâtiment surétages l'angle la rue. un Toutes lesprivatif menuiseries en bois dele situé 31 Jean Laurent. entre rdcrue commercial et étages est surlignée par une bande linéaire – casquette - équipées reprenant letriple débord terre est de 15% soit 43,20m² comprenant jardin (T4) desont 31,40m² et et un jardin collectif de d'origine du bâtiment sur l'angle de la rue. Toutes les menuiseries sont en bois et de triple (implantation de 2x bac de 500l, 1x360l et 1x240l). vitrage. L'approvisionnement énergétique (chauffage et ECS) est conservé en gaz alimentant une chaudière à d'origine du bâtiment sur l'angle de la rue. Toutes les menuiseries sont en bois et équipées de triple 11,90m². Le local OM aménagé en extérieur sous pergolas bois occupe une surface de 6,57m² L'approvisionnement énergétique (chauffage et ECS) est conservé en gaz alimentant une chaudière à vitrage. L'approvisionnement énergétique (chauffage et ECS) est conservé en gaz alimentant une chaudière condensation située en mini chaufferie au dernier niveau. Les logements sont tous desservis par une vitrage. (implantation située de 2x bac de 500l, 1x360l au et 1x240l).niveau. Les logements sont tous desservis par uneà condensation en mini chaufferie Les accès sont prévus au 63 bd Carnot etauaudernier 31 Jean Laurent sous passage cocher. L'accèspar PMR est condensation située en mini chaufferie dernier niveau. Les sont desservis une ventilation double flux centralisée qui assure la rue distribution dulogements chauffage ainsi tous que le renouvellement ventilation double flux centralisée qui assure la distribution du chauffage –ainsi que le renouvellement situé 31 rue Jean Laurent. EFIDIS_63 bd Carnot 78 110 Le Vésinet_APS_Notice architecturale_A003architectes ind0 15/03/18 11/22 ventilation double fluxau centralisée qui assure la distribution du chauffage ainsi que le renouvellement de l'air. Les logements ne sont desservis par le gaz. Les accès sont prévus 63 bdpas Carnot et au 31 rue Jean Laurent sous passage L'accès PMR 11/22 est EFIDIS_63 bd Carnot 78 110 Vésinet_APS_Notice architecturale_A003architectes – ind0cocher. 15/03/18 de l'air. Les logements neLe sont pas desservis par le gaz. de l'air. neLesont pas desservis par le gaz. EFIDIS_63 bdlogements Carnot 78 110 Vésinet_APS_Notice architecturale_A003architectes – ind0 15/03/18 11/22 situé 31Les rue Jean Laurent. L'approvisionnement énergétique (chauffage et de ECS) est conservé en gaz alimentant une chaudière à Ce dispositif permet de répondre aux exigences classement acoustique des bâtiments neufs sur le Ce dispositif permet de répondre aux exigences deniveau. classement acoustiquesont des tous bâtiments neufs sur le condensation située en mini chaufferie au dernier Les logements desservis par une Ce dispositif permet de répondre aux exigences classement acoustique des bâtiments neufs sur le boulevard Carnot avec un isolement acoustique > 38dB. L'approvisionnement énergétique (chauffage et de ECS) est conservé en gaz alimentant une chaudière à boulevard isolement > 38dB. ventilationCarnot doubleavec flux un centralisée quiacoustique assure la distribution du chauffage ainsi que le renouvellement boulevard Carnot avec un isolement acoustique > 38dB. condensation située en mini chaufferie au dernier niveau. Les logements sont tous desservis par une de l'air. Les logements ne sont sontrepris pas desservis par le gaz. Les réseaux verticaux complètement et raccordés sur les collecteurs enrenouvellement cave conservés. ventilation fluxEU centralisée qui assure la distribution du chauffage ainsi que le Les réseauxdouble verticaux EU sont repris complètement et raccordés sur les collecteurs en cave conservés. Les réseaux verticaux EU sont repris complètement et raccordés sursur leslacollecteurs cave conservés. EP sont déconnectés des collecteurs existants et repris cour avec en création d'un de l'air. Les logements ne sont pas desservis par le gaz. Les réseaux EP sont déconnectés des collecteurs existants et repris sur la cour avec création d'unsur le Ce dispositif permet dede répondre auxDépose exigences de classement acoustique des bâtiments neufs Les réseaux déconnectés des collecteurs existants et repris la cour création d'un des regard dédiéEP ensont limite propriété. et reprise complète du sur réseau EFS.avec Dépose complète regard dédié en limite de propriété. Dépose et reprise complète du réseau EFS. Dépose complète des boulevard Carnot avec un isolement acoustique > 38dB. regard dédié en limite de propriété. Dépose et reprise complète du réseau EFS. Dépose complète canalisations et équipements gaz existants. Dépose et reprise complète desdes installations Ce dispositif permet de répondre aux exigences de classement acoustique bâtimentset neufs surdes le canalisations et équipements gaz existants. Dépose et reprise complète des installations et canalisations et équipements existants. et reprise complète des installations et équipements CFO et CFA etisolement degaz l'éclairage enDépose parties communes et en logements. boulevard Carnot avec un acoustique > 38dB. équipements CFO et CFA et derepris l'éclairage en parties et communes enles logements. Les réseaux verticaux EU sont complètement raccordéset collecteurs en cave conservés. équipements CFO et CFA de l'éclairage en parties communes etsur en logements. Le Vésinet /EPExtrait de laetnotice architecturale de l’APS et repris Les réseaux sont déconnectés des collecteurs existants sur la cour création d'un >Les Lesréseaux locaux verticaux commerciaux ne font pas l'objet de travaux hormis lasur pose fauxavec plafonds deconservés. EU sont repris complètement et raccordés les de collecteurs en cave >regard Les locaux commerciaux ne font pas l'objetetdereprise travaux hormis ladupose de faux plafonds de dédié en limite de propriété. Dépose complète réseau EFS. Dépose complète >recoupement Lesréseaux locaux EP commerciaux ne fontdes pascollecteurs l'objet de travaux hormis la pose fauxavec plafonds de d'un des Ei60. Les sont déconnectés existants et repris sur ladecour création recoupement Ei60. canalisations et équipements gaz existants. Dépose et reprise complète des installations et recoupement Ei60. regard dédié en limite de propriété. Dépose et reprise complète du réseau EFS. Dépose complète des équipements CFO et CFA et de l'éclairage en parties communes et en logements. – Démolition : canalisations et équipements gaz existants. Dépose et reprise complète des installations et – Démolition : – Démolition : CFA etportent Les travaux deCFO démolition sur le mur de façade de la cour rue, la remise extérieure, une équipements et de l'éclairage en parties communes et côté en logements. Les démolition portent sur le mur de façade la cour la remise extérieure, une > Lestravaux locauxde commerciaux ne font pas l'objet travauxde hormis la côté poserue, de faux plafonds de Les travaux de démolition le murdu delocal façade de laetcour rue, la remise extérieure, unedu partie de l'arrière boutiqueportent située àsur l'arrière Foncia sur côté l'intégralité de la toiture et murs partie de l'arrière recoupement Ei60.boutique située à l'arrière du local Foncia et sur l'intégralité de la toiture et murs du


19 MARS 2018

Dix-septième semaine

À petits pas

Le Vésinet, réhabilitation et extension Suite aux corrections du CCTP et des estimations par le BE Oregon, l’économiste Joël Lot a envoyé ses descriptifs. Malgré l’absence de diagnostic bois qui implique une incertitude sur certains éléments comme les faux-plafonds, nous remettons le dossier APS mercredi. Selon le contrat, le PC est déposé en fin d’APS et non en phase APD. Un dialogue est entamé avec la MOA sur la marge d’absorption possible du dépassement budgétaire. A ce stade nous manquons encore de plusieurs diagnostics assez importants : le relevé géomètre et le diagnostic bois. Cette réhabilitation est assez exigeante et est soumise à des petits retards de traitement de la part de la MOA (relevé géomètre) et la MOE (diagnostic bois).

Montreuil, réhabilitation et surélévation de 18 logements Suite à un nouveau retour de la Mairie de Montreuil au sujet du PC, nous devons reprendre quelques pièces : le plan masse est complété avec certaines informations telles que les noms des rues, les limites de voirie, les bateaux sur les trottoirs, etc. Stéphane Cochet se charge à nouveau de compléter les notices. Le permis de construire de ce projet est surprenant de longueur. Nous avons déjà effectué deux modifications depuis mon arrivée en octobre, alors que le premier PC a été déposé fin 2015.

Chanteloup-en-Brie, 58 logements Zéro Carbone Une réunion est organisée avec le BE Oregon pour aborder différents aspects du projet. Elle se révèle rassurante, nous confirmons la position de l’isolant et du pare-vapeur à certains endroits spécifiques des bâtiments, cela nous permet de fixer nos détails. Aussi pour réduire les coûts, nous remplaçons des poutres bois massif par du bois lamellé croisé (CLT). Je réajuste ensuite les détails : les gouttières, le traitements des portes d’entrée, les loggias du rez-de-chaussée, puis incorpore et mets au propre dans mon fichier base des éléments dessinés par Stéphane Cochet. Je modifie enfin les cartouches en vue du DCE. Les éléments à rendre pour le DCE sont précis, mais notre base de détails étant déjà conséquente nous travaillons avec moins de pression que lors du rendu PRO. Ce sera à Meha, entreprise mandataire, de se mobiliser pour lancer les premières consultations.

49


Chanteloup / Coupes sur entrĂŠe piĂŠtonne avec parement et garde-corps en carrelets bois

50


26 MARS 2018

Dix-huitième semaine

E+c-

Chanteloup-en-Brie, 58 logements Zéro Carbone Un gros travail est entamé avec l’ingénieur du BE fluides Maya autour du référentiel E+C-. Maya travaille sur le logiciel Elodie du CSTB dans lequel il faut indiquer tous les métrés, en se basant sur les fiches FDES* des matériaux (Fiches de Déclaration Environnementale et Sanitaire) de la base Inies*. Le passage au gaz, à l’impact carbone négatif par rapport aux dispositifs électriques (le gaz émet du C02 lors de sa combustion), complique la validation de nos objectifs E+C-. Le solaire thermique aurait pu améliorer notre bilan, mais nous l’évitons à cause de l’entretien maintenance important qu’il nécessite. Il s’agit donc d’exploiter les petites failles du logiciel : par exemple, en sélectionnant seulement la fiche de revêtement de la voirie – et non la fiche incluant la fondation en plus du revêtement de la voirie –, on gagne sur le bilan carbone. Aussi certains éléments n’ont pas encore de fiche FDES, comme les technopieux que l’on doit donc désigner par des tubes acier. Nous poursuivons sur les dessins des halls d’entrée. Un nouveau DTU est passé en avril 2017 : les prises et rejets d’air doivent maintenant être placés à 4 m de distance de toute ouverture (alors que les ventouses gaz ne doivent être qu’à 60 cm des ouvertures). Nous décidons de nous baser tout de même sur l’ancien DTU, autrement nos halls d’entrées sont complètement invalides. Par ailleurs, Meha, entreprise mandataire, a lancé les premières consultations qui s’avèrent être bien au dessus des estimations avancées par la MOE. Les dépassements budgétaires s’accumulent. Un travail de négociation avec les entreprises s’amorce. Une réunion avec un commercial de l’entreprise de bardage bois Sivalbp est organisée à l’agence : ils proposent des carrelets bois de 50mm. Tous nos détails sont dessinés en carrelets 60 mm, j’ajuste en conséquence. Le référentiel E+C-, qui servira de base à la nouvelle réglementation thermique RT2020, est encore en phase d’expérimentation, les outils dédiés sont toujours en cours de développement. Le projet de Chanteloup-en-Brie est engagé dans la démarche d’expérimentation*. Pour cela, lors de nos contacts, le CSTB s’est toujours montré très à l’écoute pour toutes les questions et remarques relatives au logiciel Elodie. Aussi, les DTU peuvent parfois être contournés  : l’essentiel est que le bureau de contrôle approuve les dispositifs proposés. Dans le cas de nos halls, aucune remarque n’a été soulevée par la position de nos prises d’air. De même, en terme de préconisations, la FCBA* conseille par exemple un pare-vapeur par logement ainsi que des joints intumescents dans son guide sorti récemment sur les façades de troisième famille : c’est très cher, mais ce ne sont que des recommandations non obligatoires.

* FDES, base Inies : cf Lexique page 70 51


Le Vésinet / Façades du projet

Le Vésinet / Bâtiment existant et projet

52


2 AVRIL 2018

Dix-neuvième semaine

LE Vésinet

Le Vésinet, réhabilitation et extension Une réunion est organisée à la Mairie pour faire un point sur le projet, en présence de la directrice de l’urbanisme, de la première adjointe chargée de l’urbanisme et du chargé d’opération d’Efidis (la MOA). Un total renouvellement du service urbanisme a eu lieu récemment et les principaux interlocuteurs à la mairie ont été remplacés, ce qui redouble les dialogues et allonge un peu les temps du projet. C’est également le cas de l’ABF, partie depuis le mois de septembre et remplacée par un autre architecte de réputation plus sévère. Le projet porte uniquement sur des logements sociaux : Le Vésinet veut rentrer dans les objectifs de la triennale et atteindre les 25 % de logements sociaux (loi SRU). Parmi les logements existants, certains situés sous les combles peuvent être considérés comme non habitables : pièces uniques très petites, sans point d’eau. Les soustraire amplifierait le nombre de logements créés et serait donc favorable à la commune. Nous confirmons également la réduction de la surface créée sous le seuil des 50  % pour échapper à l’obligation de stationnement inscrite dans le PLU. Aujourd’hui, le bâtiment est de classe thermique F (catastrophique). C’est un projet de réhabilitation lourd économiquement. Sont ensuite abordés les éléments architecturaux : le parti pris en façade inquiète la Mairie. Pour Stéphane Cochet, il s’agit d’une réécriture contemporaine de l’architecture patrimoniale  : un volume mansardé avec une continuité de traitement entre la façade et la toiture. Les mots choisis sont soulignés par la Mairie : ce discours est important, il faudra tenter de transmettre cette sensibilité au maire (très conservateur). Nous discutons du traitement de l’équitone : panneaux au bord à bord ou rivets ? Quadrillage qui rythme la façade ? Mat, pas brillant. Nous devrons transmettre des références de bâtiments avec ce matériau, ainsi que des vues 3D montrant le traitement en enduit des héberges et le traitement des volets. Toute la semaine nous travaillons ainsi à rectifier et approfondir le projet. Le dialogue avec la Mairie du Vésinet doit être abordé avec précaution : les PC sont très difficiles à obtenir sans modification intégrale des façades, la plupart des nouveaux projets s’inscrivant dans un style « néo-traditionnel ». Il s’agit aussi de préparer le terrain avec le nouvel ABF. La première ABF avait d’abord émis un avis défavorable vis-à-vis de la réhabilitation avec ITE, pour préserver les modénatures sous les fenêtres. En argumentant que l’ITE garantissait plus de performance et moins de risques de ponts thermiques, Stéphane Cochet avait finalement emportée son adhésion. Les modénatures en question seront reprises sur un panneau en verre sérigraphiée sous chaque fenêtre. Nous prévoyons d’envoyer des images de références et de 3D au nouvel ABF en vue d’un prochain rendez-vous.

53


Chanteloup / Coupe sur noue et pergola des stationnements

S.15 S.15 S.15

S.C.

S.15

S.C.

Chanteloup / Extrait CR rÊpartition des tâches MOE

54


9 AVRIL 2018

Vingtième semaine

DCE DCE DCE

Chanteloup-en-Brie, 58 logements Zéro Carbone En vue du DCE à rendre la semaine prochaine, le tableau de répartition des tâches est complété et transmis à toute l’équipe. Meha, mandataire, lance les études complémentaires sur les fondations, la pollution des terres et l’installation du chantier. Les CCTP sont relus et corrigés si nécessaire, les descriptifs du BE structure Oregon doivent notamment être rectifiés. Suite à un point avec les paysagistes AC&T et en me basant sur les relevés du VRD Ivoire, je vérifie le nivellement : les côtes doivent être réalignées, la hauteur des terrasses ajustée. Je dessine également les pergolas des stationnements, en représentant l’emplacement de leurs fondations par rapport aux noues qui entourent la parcelle. Après vérification, nous réalisons qu’il est possible de réduire la hauteur des parkings. Considérant les économies réalisables, nous décidons de prendre en charge la modification des coupes ; je me charge des corrections. Le décalage des parkings était de 10 cm et a représenté une charge de travail importante. Était-il pertinent d’y investir tant de temps ? Nos dessins sont proches de l’EXE, mais les BE repassent inévitablement derrière. Ce projet est entouré par plusieurs AMO : la FCBA* pour les aspects environnement et bois et l’AMO de l’EPA Marne. Il y a aussi une notice Cerqual à rédiger pour la certification HQE*Ce sont autant de rapports à fournir, la production écrite est conséquente.

Torcy, réhabilitation BBC de 47 logements Ce projet a été livré en octobre 2015, il s’agit d’une réhabilitation en milieu occupé avec requalification des façades. Trois Moulins Habitat (TMH), le bailleur, organise en présence de l’architecte des visites des logements dont les locataires ont signalé des désordres. Nous visitons dix logements, les problèmes récurrents concernent des infiltrations d’eau, des extractions d’air défaillantes, des moisissures dans les salles de bain. Il y a aussi quelques défaillances sur des menuiseries et des volets. Les remarques sont consignées et notées sur un plan, et nous envoyons ce rapport à TMH. Les cas les plus urgents (volet sur le point de tomber, insalubrité) sont soulignés par mail pour une intervention rapide. Cette visite a permis d’avoir des retours d’habitants avec constatation directe des dommages. Les dégradations récurrentes concernent le renouvellement de l’air : pannes des VMC conduisant à de l’humidité et de la moisissure. Cela interroge le vieillissement et l’entretien des dispositifs choisis, dans le contexte du logement social où les budgets sont généralement limités. D’autres problèmes résultent de problèmes d’enchaînement lors du chantier  : les volets des baies fixés en premier dans certains logements ont empêché la finition du revêtement de sol de la terrasse. * FCBA, HQE : cf Lexique page 70 55


Chanteloup / Détails serrurerie, clôture des pavillons

Le Vésinet / Références bâtiments avec équitone envoyés à la Mairie

56


16 AVRIL 2018

Vingt-et-unième semaine

SOLITUDE

Chanteloup-en-Brie, 58 logements Zéro Carbone Cette semaine, Stéphane Cochet est en congé et je m’occupe de boucler le DCE seule. A ce stade, il s’agit essentiellement de rectifier de petits éléments : les coffrets EDF et les boîtes aux lettres des pavillons doivent par exemple apparaître en plan et coupe. Suite à un retour du bureau de contrôle, je dois également revoir les dimensions des marches, les pentes des rampes PMR ainsi que les hauteurs des mains-courantes suite au décalage du niveau des terrasses. Les documents du VRD Ivoire sont un support important. La structure de la charpente bois est aussi corrigée en se basant sur les plans du BE structure Oregon. Une nouvelle catégorie de détail apparaît : la serrurerie, en plus des menuiseries, de l’enveloppe, des halls et des points singuliers. La serrurerie concerne les clôtures et mains courantes. Je mets en page et exporte les 150 pages de coupes et détails, puis les dépose sur la plateforme en ligne dédiée. C’est la première fois que je suis seule à l’agence. En cas de doute et pour s’assurer de la concordance de nos documents, je suis en contact avec M’Cub, agence co-traitante. Les allers-retours avec les bureaux de contrôle s’effectuent à toutes les phases du projet. Leurs retours sont essentiels mais peuvent donner lieu à des rectifications très minutieuses à quelques jours d’un rendu. Il s’agit de considérer attentivement chaque prérogative, quelques (rares) fois fondées sur une interprétation erronée ou un manque de clarté des plans (côtes manquantes). Par ailleurs, c’est parfois en cours d’études (et selon les spécificités du projet) qu’il apparaît que l’équipe de MOE aurait pu être optimisée. C’est le cas ici avec le VRD Ivoire : nous n’avons pas de VRD dans l’équipe de MOE. Ivoire travaille donc en tant que sous-traitant de Meha, mandataire. En phase PRO et DCE ses données paraissent toutefois essentielles, en terme de paysage, réseaux, normes PMR, etc. L’inclure directement dans la MOE aurait été judicieux et moins coûteux pour le mandataire, mais n’a simplement pas été anticipé.

Le Vésinet, réhabilitation et extension Des références de bâtiments aux façades en équitone ont été envoyées au service urbanisme du Vésinet la semaine précédente, afin qu’ils appréhendent au mieux le matériau proposé dans le projet. J’ai terminé les finitions techniques des plans et coupes en prenant en compte les remarques évoquées lors de la réunion avec la Maire : surfaces habitables à réduire, gabarit de la toiture à reprendre pour correspondre aux prescriptions de l’Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine (AVAP) de la commune. Il s’agit maintenant de poursuivre sur la 3D. Je commence par monter les volumes voisins à la parcelle, puis le gabarit existant et enfin le projet, en prenant soin de faire apparaître le calepinage en façade, l’épaisseur des menuiseries, etc.

57


Objet : Opération 63 bld Carnot/31 rue Jean Laurent Monsieur, Je fais suite à la réunion qui s’est tenue en mairie le 3 avril 2018 relative à au projet visé en objet. Les élus sont tout à fait sensibles à cette opération et souhaitent voir rapidement son aboutissement. Mais l’aspect architectural actuel du projet ne leur convient pas. Pour cette réhabilitation-extension, ils recherchent une enveloppe plus classique et plus facilement intégrée dans le paysage urbain même si ce dernier ne présente pas d’éléments remarquables. Ils ne souhaitent pas un point en rupture avec le front bâti existant. Pourriez vous rapidement proposer un nouveau projet de traitement architectural de ce bâtiment afin de ne pas retarder sa concrétisation ? Je suis à votre disposition pour tout renseignement complémentaire. Aurez vous l’obligeance de transmettre ce message à M. Drieu la Rochelle dont je ne retrouve pas l’adresse courriel ? En vous remerciant par avance, Sincères salutations, Edith FOUCHER, Directrice Urbanisme et Grands Projets 01.30.15.47.56 Mairie du Vésinet – 60 boulevard Carnot – 78 116 LE VESINET Cedex

Le Vésinet / Mail de la directrice du service urbanisme

Montreuil / Plan géomètre de la parcelle 1-CONTEXTE DE LA MISSION Trois Moulins Habitat a souhaité missionner Stéphane Cochet, mâitre d’oeuvre de l’opération de réhabilitation de la résidence Mendès France qui a été livrée en décembre 2015 afin de faire le point sur les dysfonctionnements rencontrés par les occupants dans l’usage du bâtiment. 2-VISITES 3 demi-journées de visite de logements organisées par Trois Moulins sur la base de rendez-vous avec les occupants ont permis de visiter 25 logements. Ces visites réalisées sur la base des doléances occupants ont permis d’analyser et de dresser la liste des dysfonctionnements repérés lors de ces visites. 3-RAPPORT 3.1 LOGEMENTS Les principaux problèmes logement rencontrés sont : - Logement 1026 : de nombreuses réserves n’ont pas été levées en fin de travaux. - Logement 1021 : travaux de finition sol sur loggias et fermetures balcon chambres non réalisés - Logement 1042 : logement en très mauvais état suite à DE terrasse (hors travaux) et mauvaise ventilation : logement à reprendre en peinture, sols, portes intérieures, meuble évier, sdb. - Logement 1057 : entrée d’eau par prise TV à identifier. Ancien DE en chambres 1 et 2 sur terrasse a priori réparé.

Torcy / Compte-rendu de la visite

58


23 AVRIL 2018

Vingt-deuxième semaine

OSICA

Le Vésinet, réhabilitation et extension Nous avons un retour mitigé du Vésinet. La Mairie pointe un aspect architectural problématique et une rupture avec le front bâti existant trop marquée. Nous téléphonons au service urbanisme pour avoir des précisions et proposer l’envoi rapide de plusieurs variantes. L’aspect épuré bloque pour l’instant le Maire. Quelle représentation adopter pour convaincre un Maire peu enclin ? Nous choisissons d’axer le travail sur la 3D. Nous déclinons ainsi le projet en enduit, alternative au calepinage d’équitone. Il s’agit davantage de valoriser notre projet initial en lui opposant une version moins cohérente, que de dégrader complètement le parti-pris d’origine... Car plus largement, le choix de la façade traduit la démarche de projet défendue : les panneaux préfabriqués impactent la vitesse et le type de chantier (sec) ainsi que le travail des ouvriers.

Montreuil, étude de faisabilité pour 26 logements Cette étude de faisabilité a été commandée par Osica, bailleur avec qui Stéphane Cochet a déjà livré un bâtiment. Une première étude a été menée en 2015. Aujourd’hui le PLU et le programme ont changé : le projet concerne 26 logements sociaux avec local vélos et parking en sous-sol. Notre prescription architecturale consiste en un bâtiment aligné sur rue et se retournant sur l’angle de la parcelle, en construction bois, passive, Bepos* et HQE*. L’étude est à rendre mi mai. Je commence à travailler sur ce projet pour élaborer des variantes 3D du volume. Le nouveau PLU de Montreuil est dense, un point nous questionne en particulier : il s’agit de la hauteur maximum sur le retour d’angle. La hauteur sur la rue principale peut-elle se retourner sur la rue secondaire  ? Sur quelle distance  ? La proposition de 2015 a été intégralement esquissée en R+5. En attendant le retour de la Mairie à ce sujet, j’amorce plusieurs versions avec des balcons filants en R+5 qui descendent graduellement jusqu’en R+3 sur l’angle.

Torcy, réhabilitation BBC de 47 logements Cette semaine a lieu la deuxième visite de contrôle. Les appartements présentent en majorité des soucis d’humidité et de dégâts des eaux. Dans un logement, une fuite est la conséquence d’un joint de dilatation défectueux situé sur la coursive au dessus, provoquant une infiltration sur la poutre. En se basant sur les dires des habitants, nous envisageons de faire contrôler les équilibrages de ventilation : certains signalent le froid généré par les entrées d’air, dans d’autres logements les débits sont faibles et peut-être insuffisants. * Bepos, HQE : cf Lexique page 70 59


Le VÊsinet / Variantes façade en Êquitone avec corniches et volets

60


30 AVRIL 2018

Vingt-troisième semaine

VARIANTES

Le Vésinet, réhabilitation et extension Cette semaine, j’achève l’export des variantes 3D de notre projet, que l’on envoie à la directrice du service urbanisme. En plus d’avoir décliné les façades en enduit, alternative au calepinage d’équitone plébiscitée par la Mairie, nous nuançons les lignes claires et l’aspect contemporain du bâtiment. D’abord, en ajoutant une corniche, une moulure dans l’alignement du bâtiment voisin afin de créer un lien avec les façades existantes et le contexte. Une autre possibilité présente deux corniches, une à chaque niveau. Les corniches sont tantôt filantes, tantôt interrompues dans l’angle. Nous modifions aussi nos « chiens-assis inversés  » pour leur donner l’aspect de lucarnes traditionnelles, en proue vers l’extérieur. Les volets sont également proposés en version persiennes, plus classiques. Une réunion est organisée avec la MOA Efidis. Notre chargé d’opération est remplacé, nous synthétisons le projet à la nouvelle responsable. Il s’agit en effet d’une réhabilitation assez complexe et lourde  : curage, traitement du plomb, dépose des canalisations, etc. Nous validons avec elle le choix des façades rapportées bois. Un point est ensuite planifié avec l’équipe de MOE pour passer en revue les économies possibles. Nous envisageons la simplification de la démolition du dernier niveau : quels gains réaliserions-nous si nous conservions les têtes de mur en combles  ? L’impact économique de la double-flux choisie est-il trop lourd ? Et si nous remplacions l’isolant de l’ITE, de la laine de verre et de roche, par du polystyrène expansé  ? Maya, BE fluides et thermique, va revoir son chiffrage pour évaluer ces options. Par ailleurs, les plans de géomètre sont enfin disponibles : nos plans en étaient heureusement assez proches, les décalages sont minimes. Les corniches, lucarnes et volets sont des adaptations qui dégradent l’aspect épuré du bâtiment, même si le projet se base initialement sur une réinterprétation de l’architecture patrimoniale. La mansarde du dernier niveau a par exemple d’emblée été maintenue, et traitée de manière plus contemporaine. Par ailleurs, au sujet des façades, dans le cas de la préfabrication il n’y aurait qu’un macro-lot. Une seule entreprise piloterait le chantier. Si la Mairie favorise des façades en enduit, la toiture serait distincte de la façade et le chantier serait probablement organisé en lots séparés. Il faudrait faire appel à des couvreurs pour une toiture en zinc. Ce point est un nouvel argument en faveur de la proposition initiale. Le dialogue avec une Mairie dure de réputation est délicat, puisqu’un style architectural est imposé sans que les élus ne puissent le justifier par des compétences architecturales ou patrimoniales.

61


Belleville / 3D

Montreuil / Plans et variantes 3D de la faisabilitĂŠ

62


7 MAI 2018

Vingt-quatrième semaine

BELLEVILLE

Belleville, extension d’un appartement Ce projet concerne l’extension d’un appartement en duplex, situé en rez-dechaussée et R+1 d’un immeuble en R+6 à Paris. L’une des chambres est déjà placée en extension dans la cour arrière. Il s’agit de dessiner une nouvelle pièce au dessus de cette chambre, dont l’accès se ferait par une fenêtre de l’étage. C’est un petit projet privé de 13 m². Je dois produire des perspectives à présenter lors de la prochaine assemblée générale des copropriétaires. L’existant a déjà été relevé et dessiné en plan. La courette du site accueille un alignement d’anciens petits ateliers en R+1. La surélévation est mansardée de la même manière, la baie formant également un chien-assis. En 3D, tous les bâtiments avoisinants doivent être dessinés afin d’avoir un aperçu réaliste du projet situé dans un tissu très dense. Deux versions sont proposées en plan, coupe et 3D : dans un premier cas, il s’agit d’homonégéiser les deux étages de l’extension avec un même bardage. Dans un second cas, on joue sur la distinction entre la façade et la surélévation mansardée bardée de zinc à joint debout. C’est cette option qui sera retenue. Ce projet donne l’occasion de travailler une toute petite façade avec précision : hauteur de l’allège, position de la baie, trame de la menuiserie basée sur celles des ateliers à proximité, dessin des volets. La structure bois est également dessinée, un poteau, une poutre reprise par une console au niveau de l’ébrasement de la fenêtre de la façade existante. La pente de la toiture mansardée est disposée de manière à échapper à la fenêtre de la voisine. On peut dire qu’il s’agit également d’un travail de communication.

Montreuil, étude de faisabilité, 26 logements collectifs sociaux Nous sommes enfin fixés sur le PLU au sujet des conditions de hauteur appliquées à cette parcelle d’angle. Le projet va intégrer un retournement de la hauteur R+5 sur 15 m sur la rue Saint Denis. Le bâtiment est donc en R+5 sur la rue de Rosny – artère principale – et partiellement en R+3 sur la rue Saint-Denis. Cette option nous fait revoir à la baisse le nombre de logements prévus. Le travail en 3D s’achève avec quelques variantes : les étages sont décalés en escalier et forment des balcons orientés Sud qui suivent des lignes plus ou moins courbes. Pour cette étude, l’intérieur des logements a été esquissé afin d’avoir une proposition réaliste, avec les appartements déclinés par type. Cette précision a coûté un temps de travail supplémentaire lorsque les nouvelles règles de hauteur ont été clarifiées  : en plan, le bâtiment était entièrement dessiné en R+5. Des corrections ont été appliquées, notamment au niveau des circulations. Pour boucler ce dossier, il aura fallu connaître et synthétiser les règles Cerqual, les règles des bailleurs et les règles PMR.

63


Le VĂŠsinet / Tableau des surfaces

64


14 MAI 2018

LES CONSERVATEURS

Vingt-cinquième semaine

Le Vésinet, réhabilitation et extension Une réunion est organisée à la Mairie avec la nouvelle chargée d’opération d’Efidis, et la responsable du service urbanisme. Nous présentons les adaptations du projet en 3D : les volets persiennés, les corniches, les appuis de fenêtre reprenant le motif existant. Le pignon est souligné par l’interruption des corniches comme sur les bâtiments des années 20. S’en suit un nouvel argumentaire en faveur d’une façade unifiée  : ne pas souligner la toiture est synonyme de discrétion et de sobriété, on veut éviter toute stigmatisation bariolée du logement social. « Évanescence ». « Pépite ». Une toiture zinc alourdirait le bâtiment. La chargée d’urbanisme acquiesce. Comme nous sommes à la limite des 50 % de surface nouvellement construite, nous allons échapper à l’obligation de stationnement. En terme de logement locatif social, nous envisageons donc de basculer des logements PLAI (Prêt Locatif Aidé d’Intégration) en PLS (Prêt Locatif Social) pour soulager la MOA. Les PLAI sont réservés aux personnes en situation de grande précarité quand les PLS concernent des logements situés en zone immobilière tendue. En moyenne, le loyer des PLS est le double que celui des PLAI. Le projet comporte sept logements existants et cinq logements créés, soit douze au total. Je retouche quelques éléments de représentation en plan, coupe et 3D. Tout est pour l’instant validé par le service urbanisme et l’ABF. Le Vésinet redoute la carence à venir en logement social, ce qui est favorable pour l’émergence de notre projet, mais d’autres facteurs entrent en jeu. Le Maire est très conservateur, redoute et refuse l’architecture contemporaine, ce qui provoque des tensions internes (d’où le renouvellement récent du service urbanisme). En effet, les adjoints au Maire valident les permis mais le Maire y oppose souvent son véto, ce qui entraîne la révision des projets même à un stade très avancé. Que l’ABF prononce un avis favorable n’a que peu d’impact à ce niveau. Aux dires de la directrice de l’urbanisme, le Vésinet a pourtant longtemps été un laboratoire architectural. La responsable du service urbanisme se montre donc très prudente, son aval n’assure en rien une validation du projet. Dans les prochains jours, le projet sera présenté à la première adjointe au Maire chargée de l’urbanisme et nous en saurons davantage. C’est ainsi que la politique interne des communes impacte profondément la production architecturale, au-delà des plans et lois déployés à échelle nationale.

65


Façade rue de la Fontaine aux Rois 1/200

Façade rue de la Fontaine aux Rois 1/200

Façade Façade ruerue de de la Fontaine la Fontaine auxaux Rois Rois 1/200 1/200

E'

D

B' D

4

6,29

4,38

6,95

E'

Rue Morand

B

A' B' D D

3,28

E' E' 4,93 4,38

4

Coupe EE'

6,29

Coupe DD'A'

A B B

6,29

4 3,28

STANT

Plan existant 1/100

2,75 6,79

5,97 2,9

1,86

2,75 6,79

5,97 2,44 5,97 2,9

2,9

2 1,86

2,44

0,3

2

0,3

2,92

1,86 2,75

2,9 6,79

2,9

2,75 6,79

2,9

2,9

0,3

0,3

2,44

6,79

6,79

Plan projet

4,92

Surfaces

4,92

3,43

4,15 2,71

Extension Chambre Salle d'eau

13.0 m² 9.7 m² 3.0 m²

5,76

C.E

5,84 9,58

6,9

EF EV

EF EV

Coupe AA'

2,44

1,86

0,3 6,79

2,77

6,79

2,77 0,3 2,9

2,77 0,3 2,9

-34

2

2,9

2,9

2,9 2,44 5,97

2,9 2,44

2,44

5,97

5,97

2,9

-34

4,68

2,9

5,97

5,97 4,68

10,8

0,3

5,97

5,97 5,97

-34

4,68

10,8

D' D'

Coupe Coupe DD'DD'

-34

4,68

4,93

Belleville / Plans et coupes Coupe EE' de la proposition

Coupe DD'

2,44

2,75

1,86

2,77

2,44

66

5,97

Coupe Coupe EE'EE'

E E

2,77

Coupe Coupe BB'BB'

2,44

Coupe Coupe AA'AA'

10,8

D' A' A' Coupe DD'

4,93

RueRue de de la Fontaine la Fontaine auxaux Rois Rois

4,93

E

A A

3,28

4

Coupe EE'

Coupe BB'

6,95

Coupe AA'

4,38 6,95

Rue de la Fontaine aux Rois

Rue Morand Rue Morand

B' B' 4,38

6,29

Coupe BB'

3,28

Coupe AA'

10,8

D'

6,95

E

Rue de la Fontaine aux Rois

Rue Morand

A B


21 MAI 2018

Vingt-sixième semaine

Dernières fois

Belleville, extension d’un appartement Je termine les planches du projet, incluant le cadastre complet en volumétrie. Les images de la surélévation ont été présentées à la voisine pour tâter le terrain avant l’assemblée générale des copropriétaires. Elle se montre réticente, considérant ce R+1 facilement escaladable pour d’éventuels cambriolages. Nous envisageons donc de lui proposer une terrasse privée sur le toit de la surélévation, accessible par sa fenêtre actuelle. Nous révisons le projet en conséquence.

Chanteloup-en-Brie, 58 logements Zéro Carbone Premiers retours de la consultation : les coûts de la plupart des lots et notamment des menuiseries explosent les prévisions. Stéphane Cochet prend l’initiative de contacter une entreprise de menuiseries pour négocier : il explique que Meha (charpentier mandataire) est membre d’un réseau de constructeurs bois, Maître Cube – clientèle potentielle –, qu’il s’agit d’un projet pilote – vitrine idéale – et qu’en cas de non révision des tarifs, nous irions voir la concurrence. Ces premiers retours créent des tensions au sein de la MOE et plus particulièrement avec Meha, S. C. estimant que la négociation devrait être de.leur fait. Chanteloup est un projet pilote Zéro Carbone engagé dans la démarche ACV*. C’est cette spécificité qui a apporté son lot d’aléas et de surcoûts. C’est également la première fois que Meha est mandataire : certains réflexes ne sont pas encore immédiats. Cette expérience sera donc formatrice pour tous les membres de la MOE. S. C. a peut-être davantage l’habitude de travailler avec ces techniques. Selon moi, il s’agit donc pour chacun de mettre à profit ses compétences et son expérience pour porter le projet, qui pourra entraîner dans son sillon d’autres projets similaires. Plus un mode constructif se diffuse, plus sa maîtrise a des chances de se répandre au sein des architectes et BE.

Agence Les paysagistes AC&T ont déménagé. Les bureaux partagés étant organisés en SCM (Société Civile de Moyens), les membres sont solidaires et se partagent le loyer en fonction de leur lot (au m²). AC&T n’a pas pris de disposition particulière à son départ et pour l’instant aucun remplaçant n’a été trouvé. Le loyer trimestriel approche et les locataires restant (quatre agences d’architecture et un ingénieur) hésitent entre se répartir cette nouvelle charge ou demander à AC&T de la régler. La SCM est-elle l’option à privilégier pour des bureaux partagés entre architectes, surtout en cas de mobilité présumée des occupants ? * ACV : cf Lexique page 70 67


68


CONCLUSION La très petite structure de l’agence amplifie l’importance du travail collaboratif et de son organisation, à la fois vis-à-vis des structures extérieures telles que les BE et les autres agences d’architecture, et dans les interactions internes, salariales. A ce niveau, la mise en place de dispositifs favorisant la fluidité des travaux, comme le travail en réseau, les xrefs, les plateformes, est essentielle. L’engagement spécifique de l’agence vers l’architecture en bois, passive et performante énergétiquement implique la mobilisation de connaissances techniques. C’est un point d’approche particulier pour les maîtrises d‘ouvrage. Au sein des partenariats sur des projets, l’agence est d’ailleurs souvent sollicitée pour cette compétence particulière, au risque de se retrouver à gérer essentiellement les détails techniques. Il s’agit également de maîtriser les moyens de reconnaissance de la qualité énergétique et environnementale des bâtiments ; les labels, qui permettent le dialogue avec les non spécialistes, c’est à dire à la fois le public et les maîtres d’ouvrage. Le chantier est également au cœur du processus de conception. Le travail des ouvriers notamment est anticipé le plus possible lors du dessin des détails. Les artisans et entreprises sont contactés et leurs produits ou méthodes directement inclus dans le développement du projet. Dans la démarche de l’agence, un type de chantier est favorisé : le chantier sec avec façades préfabriquées assemblées à la grue. Ce sont des chantiers rapides, peu bruyants, dans lesquels le clos couvert est rapidement monté et peut abriter les ouvriers pour le travail du second œuvre. Le chantier est le moment où se concrétise tout le travail des détails techniques, si central dans nos réflexions à l’agence.

69


LEXIQUE ACV (Analyse du Cycle de Vie) L’analyse de Cycle de Vie mesure l’impact environnemental global d’un produit, d’un procédé ou plus largement d’un bâtiment : toutes les étapes de sa vie sont analysées, de sa production à sa fin de vie, en passant par son transport. En plus de l’énergie, les impacts environnementaux étudiés sont multiples : la consommation d’eau, la pollution de l’air et de l’eau, les déchets non valorisés, la destruction de la biodiversité… Les critères sont nombreux, les bases de données sont ainsi encore incomplètes et les méthodes en cours d’évolution. Les résultats de l’ACV d’un produit se retrouvent sur sa fiche FDES. Architecture passive L’architecture passive est en France un mode de construction doublé d’un label, basé sur une logique de sobriété énergétique. Le principe du bâtiment passif est que la chaleur dégagée à l’intérieur (êtres vivants, appareils électriques) et celle apportée par l’extérieur (ensoleillement) est récupérée pour répondre aux besoins de chauffage. Pour éviter les pertes, l’enveloppe est très performante, isolée et étanche. La faible consommation énergétique (90 % d’économies de chauffage chaque année) permet de supprimer les radiateurs traditionnels et de favoriser un chauffage par l’air assuré par la ventilation mécanique à double flux. La ventilation est optimisée et la qualité de l’air intérieur s’en trouve améliorée. Il s’agit d’une démarche avec obligation de résultat et non de moyens, la technique de construction d’un bâtiment passif est libre. Base INIES Créée en 2004, la base Inies centralise les données techniques des produits de construction. Avec plus de 700 FDES couvrant environ 5 000 produits de construction, la base de données INIES est devenue une référence essentielle pour l’évaluation de la performance environnementale des bâtiments. www.inies.fr/ BBio Le Bbio correspond au Besoin Bioclimatique d’un bâtiment. Evalué à l’aide d’un bilan exprimé en points, il permet de déterminer le niveau de conception bioclimatique du bâtiment et les besoins de chauffage, climatisation et éclairage. Le BBio appuie les choix de la maîtrise d’œuvre intégrant notamment l’isolation thermique et l’étanchéité de l’enveloppe. Le BBio obtenu doit être inférieur à un niveau BBio Max, calculé en fonction de différents paramètres dont la zone climatique, l’altitude, le bâtiment et si celui-ci recourt ou non au rafraîchissement. Bepos Les bâtiments Bepos produisent plus d’énergie qu’ils n’en consomment pour leur fonctionnement. Un label a été mis en place, en lien avec l’indicateur E+C- : pour obtenir le label Bepos effienergie 2017, le projet doit avoir a minima un niveau E3C1.

70


E+CE+C- est le nom du nouveau label d’état « Bâtiments à énergie positive et réduction Carbone » qui préfigure la future réglementation énergétique et environnementale du bâtiment RT2020. Le référentiel prévoit quatre niveaux de performance pour l’indicateur énergie et deux pour le Carbone. Pour le niveau Énergie, on dresse le bilan énergétique sur l’ensemble des usages (bilan Bepos). Pour le niveau Carbone, on évalue les émissions de gaz à effet de serre sur l’ensemble du cycle de vie (Eges) et les émissions de gaz à effet de serre des produits de construction et des équipements utilisés (Eges PCE). FCBA La FCBA est un institut technologique chargé des secteurs de la Forêt, de la Cellulose, du Bois-construction et de l’Ameublement. La FCBA propose des missions d’appui technique, d’essais, de formation et des diagnostics environnementaux . http://www.fcba.fr/ FDES Une Fiche de Déclaration Environnementale et Sanitaire est un document normalisé qui présente les résultats de l’Analyse de Cycle de Vie d’un produit de construction. Les FDES mesurent dix indicateurs environnementaux pour chaque produit sur toute la durée de son cycle de vie, de sa création à son recyclage. Elles informent l’utilisateur des impacts environnementaux et sanitaires des produits concernés. http://www.inies.fr/produits-de-construction/ Label Bâtiment Biosourcé Le label d’état Bâtiment Biosourcé permet de valoriser les bâtiments neufs (ou partie neuve) intégrant une part significative de matériaux biosourcés dans leur construction : bois issu de forêts gérées durablement, chanvre, paille, lin, fibres de coton recyclées, roseaux, etc. Il existe trois niveaux que l’on atteint en fonction d’un taux minimal d’incorporation de matériaux biosourcés (de 18 kg/ m² pour le niveau 1 à 36 kg/m² pour le niveau 3). Label BBCA Le label Bâtiment Bas Carbone de l’association BBCA mesure l’empreinte carbone des bâtiments au long de leur cycle de vie. Il est basé sur un score calculé à partir de quatre indicateurs : « construction raisonnée » et « exploitation maîtrisée » pour réduire les émissions de gaz à effet de serre sur le cycle de vie des bâtiments, « stockage carbone » et « économie circulaire » pour favoriser les matières biosourcées et le recyclage. Label BiodiverCity BiodiverCity est un label international pour la prise en compte de la biodiversité dans les projets immobiliers. Le label évalue et affiche la performance écologique des bâtiments autour de la diversité des milieux et écosystèmes (mares, toitures végétales, atrium), la diversité des espèces, et la relation avec l’humain (espaces verts où travailler, se reposer). Ce référentiel est pertinent pour les projets

71


comprenant beaucoup de verdure ou de jardins. Label Passif Basée sur le Passivhaus allemand, la labellisation Bâtiment Passif valide des objectifs de performance, sans aucune obligation de moyens. Elle s’intéresse aux éléments sensibles du bâtiment (isolation, fenêtres, ventilation, ponts thermique et étanchéité à l’air). Quatre critères sont évalués : un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh/m² et par an, une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh/m² par an, une étanchéité performante, une fréquence de surchauffe inférieure à 10 % des heures de l’année.

NF démarche HQE Ce label est une initiative associative d’origine privée et fait l’objet d’une certification « NF Ouvrage Démarche HQE » par l’Association Française de Normalisation (AFNOR). La Haute Qualité Environnementale est une démarche de qualité basée sur une approche du « coût global » (financier et environnemental) d’un projet ; de sa conception à sa fin de vie, en comprenant idéalement au moins un bilan énergétique, bilan carbone, et une analyse du cycle de vie et d’entretien et de renouvellement des éléments bâtis en jeu. PH&E La certification PH&E (Patrimoine, Habitat et Environnement) est française. Elle valorise les programmes de réhabilitation en fixant des niveaux de performance à atteindre. Les propriétaires peuvent ainsi mettre en valeur les efforts environnementaux apportés au patrimoine immobilier. Il faut satisfaire au moins deux thèmes sur six (management de l’opération, chantier propre, gestes verts, etc.). Valeur U La valeur U (appelée aussi « facteur U » ou « coefficient U ») indique la capacité des éléments de construction (mur, plancher, toit, fenêtre) et des matériaux isolants à résister à un transfert de chaleur. Son unité est le W/m2.K. Plus la valeur U est faible, plus le matériau est isolant.

72


73


Merci


Vanille Tabouillot, ENSAPLV, HMONP 2017-2018

Profile for Vanille Tabouillot

HMONP : Journal de bord  

HMONP : Journal de bord  

Advertisement