Issuu on Google+


dépôt légal 2ème trimestre 2009 ISBN 978-2-84414-307-5 © Copyright 2009 L’Association 16, rue de la Pierre-Levée 75011 Paris tél. 01 43 55 85 89 fax 01 43 55 86 21

Le Président de l’Office Central des Inégalités et l’éditeur accordent l’autorisation de reproduire la totalité ou une partie de ce document à des fins éducatives et à des fins d’étude privée, de recherche, de critique, de compte rendu ou en vue d’en préparer un résumé de journal. Toute reproduction de ce document à des fins commerciales ou autres nécessite l’obtention au préalable d’une autorisation écrite du Président.


Un rapport d’enquête, à la suite d’actes de vandalisme dans un centre culturel, daté de 1984, est la première trace de l’existence de la Fraternité des précaires dans les archives. Jusqu’au milieu des années 90, l’activité de la Fraternité des précaires est très discrète, les archives ne possèdent aucune donnée sur la genèse du groupe. Tout porte à croire aujourd’hui que la Fraternité des précaires conduisait alors une politique de recrutement intensive. Les membres de la Fraternité des précaires se nomment entre eux des Volontaires. Contrairement aux autres organisations, la Fraternité n’a pas de dirigeant, ses Volontaires mènent des actions aléatoires difficilement prévisibles. Les Volontaires agissent souvent en groupe, mais ils peuvent aussi entrer seuls en action. La Fraternité des précaires ne revendique aucun acte illicite, aucun fait divers sanglant, pourtant la plupart des actes de malveillance ou d’incivilité attribués à des groupes anonymes ou des individus isolés serait l’œuvre de ses Volontaires. La recrudescence des dégradations de biens publics et privés, les profanations de sépultures, les menaces de mort, les fusillades dans les collèges et les universités, les bombes déposées dans les grands magasins, les empoisonnements de stocks alimentaires et les enlèvements de policiers sont des signes visibles. Des signes qui font maintenant partie de notre quotidien. Des signes qui annoncent les nouvelles ambitions d’une Fraternité des précaires puissante et dangereuse. Les dirigeants européens, sans doute plus pressés de résoudre leurs problèmes immédiats que de prendre conscience de la gravité de la situation, commencent à peine à s’inquiéter. Malheureusement, n’est-il pas trop tard et surtout, ont-ils la capacité de mettre en œuvre une stratégie assez efficace pour désamorcer le phénomène ?


Plan d’urgence est la publication phare de la Fraternité des précaires. La revue, uniquement financée par des donations privées, tout en étant un outil de communication crypté entre les Volontaires, présente un bilan des activités de la Fraternité dans le monde. Traduite en plusieurs langues, la revue s’adresse aux factieux, aux mutins, aux indisciplinables, à tous ceux qui s’intéressent aux questions d’insurrection de portée internationale. Principalement conçu pour fournir des informations précises sur les techniques d’attaque et de destruction de l’ordre établi, Plan d’urgence est un magazine de combat qui n’est guidé ou subordonné à aucune considération de nature juridique, artistique, politique ou religieuse. Les documents qui suivent, extraits d’un numéro paru en 2009, sont les seuls fac-similés de Plan d’urgence autorisés à la reproduction dans cette étude.


La série LES ANIMAUX MALADES dessinée par Kiki et Loulou Picasso en 1977, est étroitement liée aux grands problèmes qui se posent aux sociétés actuelles, qu’il s’agisse du déclin des arts traditionnels et numériques, de la mutation des structures familiales ou de la remise en cause des valeurs morales. Elle en est le reflet. LES ANIMAUX MALADES, inventoriés “incunables” par la Commission supérieure des Archives, sont considérés par de nombreux chercheurs comme la base d’anticipation du processus de reconstruction à venir. La version non abrégée de Engin Explosif Improvisé voulait rendre accessible à tous, l’intégralité des ANIMAUX MALADES, détenue par les services de la Commission supérieure des Archives, par une politique d’inventaire systématique de ses fonds et une campagne de numérisation. Le comité d’écriture regrette de ne pouvoir présenter, par manque de place, qu’une infime partie de ce travail.


Le fonds d’archives du quotidien Libération, peu connu, pourvu d’un inventaire provisoire et uniquement consultable en salle de lecture, ne présente aucun intérêt historique, artistique ou social pour cette étude, mis à part la présence, entre 1977 et 1978, d’un ensemble de travaux dessinés par les artistes du groupe Bazooka.


Selon Kiki et Loulou Picasso, les images de la Fraternité des précaires vont définitivement éradiquer l’écriture. Les auteurs démontrent, preuves à l’appui, dans la première partie non reproduite de l’étude d’impact originale, que la littérature européenne devrait être la première à disparaître1. Le respect de l’écrit étant le principal vecteur du brouillage de l’imagination, Kiki et Loulou Picasso privilégient, pour Engin Explosif Improvisé, une approche essentiellement graphique et picturale. L’écriture est totalement absente dans la première version de leur étude et la primauté de l’image y est revendiquée comme seul mode de transmission possible 2. Ils considèrent également que la suppression des données écrites antérieures à la publication de leur étude est obligatoire. Pour sortir de l’impasse, affirment-ils, les anciennes données doivent impérativement être supprimées des archives. Ils vont jusqu’à remettre en question l’existence des archives dans leur ensemble et évoquent même dans une page, également non reproduite dans cet ouvrage, qu’il existe de nombreux moyens de dégradation pour y parvenir, comme l’incendie, le déclassement progressif et la mise à l’index en prenant pour postulat que la plupart des archives ont une durée de vie limitée quels que soient leurs moyens de conservation. 1 Avant de faire l’objet de la présente édition et afin d’être mieux appréhendé par le grand public, Engin Explosif Improvisé fut l’objet d’un remaniement critique, suivi d’une réécriture respectueuse des grandes lignes esquissées par ses auteurs. 2 L’intégralité des textes de cette nouvelle étude d’impact est rajoutée à la version originale par le comité d’écriture avec l’accord des auteurs.


ÉTUDE D’IMPACT SUR LE DÉVELOPPEMENT DES ACTIVITÉS DE LA FRATERNITÉ DES PRÉCAIRES Durée des travaux du 19 décembre 2008 au 18 mai 2009 (5 mois). Remis le 19 mai 2008 au Directeur général de la sécurité des Archives et au Président de l’Office Central des Inégalités. Mise en images de la version originale Kiki et Loulou PICASSO Calibration sélective et aménagement d’archives de la version abrégée Étienne ROBIAL (On/Off product.) Renfort artistique Olivia no sport CLAVEL Supervisation de l’édition internationale Jean-Christophe MENU Le comité d’écriture s’est réuni du mercredi 19 février 2009 (ouverture par le Directeur général de l’Office Central des Inégalités) au mercredi 7 mai 2009. Sa composition, comprenant les membres ayant eu une participation active aux travaux du comité, a été la suivante : - Véronique GRAUSSEAU, professeur à l’Université Joseph Fourier à Grenoble - Alexandre DEVAUX, directeur du centre INRIA Saclay - Camille MOULIN-DUPRÉ, professeur d’informatique à l’École polytechnique - Arcadie DUPRÉ, membre de l’Académie suédoise de prospectique - Minh TRUONG, professeur à l’Université libre de Hanoï - Didier DURIEZ, directeur de la Maison des sciences de l’homme MSH-Paris Nord - Laurent ZORZIN, centralisateur du Plan Piratome - Effi MILD, Max Planck Institut (Allemagne) - André CAMPANA, ancien directeur de la recherche du groupe Arcelor, membre de l’Académie des technologies Ont participé aux séances plénières ou d’auditions du Comité d’écriture en tant qu’observateurs les représentants de l’Office Central des Inégalités : - Frédéric FRITZ (DGES) - Ly lan CHAPIRON (DGRI) - Zab CHIPOT (DGRI) - Jessica DEMAUX (DGRI) - Mai thu ANCIPHOR (DGRI) Ont assisté le comité d’écriture dans ses travaux, par contrat rémunéré avec l’Office Central des Inégalités : - Nicolas LEROY (Bureau van Dijk Information Management) - Fanny DALLE-RIVE (Bureau van Dijk Information Management) - Éric BRICKA (Association for Media and Technology in Education) - Stéphanie DUPONT (Bureau Alexandrine, No.2) - Maxime BARBIER (Bureau Léon FROT, Paris XI) Liste des personnes reçues en audition par le Comité d’écriture - Alexandre BALCAEN, Directeur adjoint de l’INIST-CNRS

- Philippe REVEAU, Conservateur général, Coordonnateur du Consortium des dangers numériques - Bénédicte CHARDIN, Directrice du Service Commun de la Documentation de l’Université Paul Sabatier Toulouse 3 (Politique) - Lisa BERARD, Conservatrice générale des bibliothèques, Directeur de l’ABA (Agence bibliographique de l’armée) - Jean-Michel ARNOLD, Directeur de la communication des prisons - Jean-François DUVAL, Président de l’Université Henri Poincaré Nancy I, membre du bureau de la Conférence des présidents d’université - Carmela CHERGUI, Responsable du SILS (Scientific Information and Library Services), Sanofi-Aventis Le comité d’écriture disposait, dans la première version de cet ouvrage, pour se diriger d’instruments de recherche sélectifs, au premier rang desquels l’inventaire des publications clandestines, le guide des publications de groupes de gauche et de groupes populaires ou les états des fonds privés de la Commission supérieure des Archives. L’Office Central des Inégalités est profondément reconnaissante aux organisations suivantes pour le soutien qu’elles ont apporté à l’élaboration de cette publication : Électricité de France centre national d’ingénierie réseaux (EDF CNIR) service connexion et coupure Groupe Inter-armée division ingénierie service service sites stratégiques et procédures Centre d’Études Supérieures d’Aménagement (CESA) des prisons Centre d’Études Techniques du Renseignement (CETR) division des enquêtes rapprochées Service d’Études Techniques des Routes et Autoroutes (Setra) Société Nationale des Chemins de Fer français (SNCF) direction de la prévention des attentats Informations en attente Les services de transports publics (trains, avions, autobus), d’urgence (hôpitaux, pompiers), et de sécurité (police, armée) et l’approvisionnement en énergie vont fortement perdre en efficacité dans les années qui viennent. Nous ne reviendrons pas sur le sabotage systématique des moyens de production qui font déjà l’objet d’ouvrages méthodiques distribués, sous le manteau, dans de nombreuses entreprises. La grande distribution va, elle aussi, devenir une cible. Plusieurs méthodes expérimentées avec succès par la Fraternité des précaires feraient l’objet d’ouvrages techniques en cours de réalisation. L’empoisonnement des produits de grande consommation (produits laitiers, fruits et légumes, puériculture) y serait abordé en détail.


Engin Explosif Improvisé, de Kiki et Loulou Picasso, a été achevé d’imprimer en mai 2009 sur les presses de l’imprimerie Grafiche Milani, Italie.

La présente version abrégée est établie à partir des sources documentaires disponibles les plus récentes. Les analyses et commentaires développés constituent une position officielle et n’engagent pas leurs auteurs.



ENGIN EXPLOSIF IMPROVISE - final