Page 1

LE JOURNAL DE LA RECHERCHE ET DU TRANSFERT DE L’ARC JURASSIEN

Le dossier //////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Thérapies innovantes : à la croisée des sciences ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Lutter contre la cybercriminalité économique Pièges à gaz titanesques Maladies tropicales : la solution au cœur du problème Cinéma : le droit à l’image ?

5mé0ro ! 2 nu e

numéro 250 - novembre-décembre 2013 ////////////////


Le sommaire ///////////////////////////////////////////////////////////////////////// Les Actualités ///////////////////////////////////////////////////////////////////// 3 La logistique humanitaire a besoin de la recherche Olympisme. L’or pour Éric Monnin Cloud computing : des informations triées sur le volet SOLARC, la mobilité urbaine et solidaire L’Europe disséquée par le verbe Ciel intemporel École d’automne du LMB Environnement des maladies allergiques en direct, 250e numéro L’écriture pour le théâtre à l’époque du symbolisme La forme et le vivant « Deuxièmes journées archéologiques frontalières de l’Arc jurassien » « Robotique flexible » Mathématiques, mathématiciens et guerres Les professionnels de santé face à l’erreur L’analyse //////////////////////////////////////////////////////////////////////////// 10 Stop à la cybercriminalité économique ! Rêvons un peu /////////////////////////////////////////////////////////////////// 11 Pièges à gaz titanesques Le Dossier ///////////////////////////////////////////////////////////////////////// 12  Thérapies innovantes : à la croisée des sciences La formation //////////////////////////////////////////////////////////////////// 20 Entreprise multilingue le projet /////////////////////////////////////////////////////////////////////////// 22 Maladies tropicales : la solution au cœur du problème Terre d’inventeurs //////////////////////////////////////////////////////////// 23 Cinéma : le droit à l’image ? ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


les actualités /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

La logistique humanitaire a besoin de la recherche

Une thèse menée à l’université de Neuchâtel sur la logistique humanitaire montre qu’en ce domaine, la recherche scientifique a encore beaucoup à explorer.

C’est muni d’une solide expérience de terrain que Nathan Kunz décide de consacrer sa thèse de doctorat à la logistique humanitaire. Six ans d’activités comme responsable des opérations d’une ONG lui donnent envie de confronter ses observations à celles de la recherche académique. L’analyse de 174 articles scientifiques lui révèle que les sujets étudiés ne s’attachent qu’à une partie de la réalité, voire ignorent des aspects pourtant essentiels de la logistique humanitaire. Ainsi, la littérature ne consacre que 5 % de son analyse à la dynamique créée autour des tragédies dites « à cause humaine » comme les guerres civiles, alors que ces dernières représentent 97 % des interventions assurées par une ONG telle que Médecins Sans Frontières. De la même façon, les recherches se concentrent sur la réponse donnée à une situation d’urgence et s’intéressent moins à la phase de reconstruction débutant trois à six mois après la survenue d’une catastrophe. « Pourtant cette étape mérite d’être étudiée, car des erreurs sont parfois commises qui peuvent anéantir les efforts fournis dans l’urgence », explique Nathan Kunz. Le jeune docteur raconte comment une économie locale peut être mise en péril par la présence sur le marché d’excédents alimentaires ou d’objets du quotidien, lorsqu’ils continuent à être fournis gratuitement sur le long terme. L’aide humanitaire doit donc s’adapter dans la durée et tenir compte des spécificités économiques du pays comme de son contexte politique, un aspect là encore largement passé sous silence. Pourtant les décisions gouvernementales ont une influence décisive sur le terrain dès qu’il s’agit d’imposer des barrières douanières, de refuser d’accorder des visas aux travailleurs humanitaires ou de bloquer l’entrée de médicaments non reconnus dans le pays. Fragiles en termes de légitimité, certains États refusent toute intrusion extérieure de crainte de voir leur régime menacé. L’étude et les conclusions de Nathan Kunz connaissent déjà un large écho dans la sphère de l’aide humanitaire et valent par ailleurs au jeune chercheur le prix Outstanding Paper Awards 2013 pour son article publié en 2012 dans Journal of Humanitarian Logistics and Supply Chain Management. ÆContact : Nathan Kunz - Institut de l’entreprise - Université de Neuchâtel - Tél. (0041/0) 32 718 13 60 - nathan.kunz@unine.ch

En Direct n°250 - novembre - décembre 2013 //////////////////////////////////////////////////////////////////////////   3 


les actualités /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Il a rencontré Carl Lewis, Katarina Witt et connaît bien Jean-Claude Killy. Comme eux, il est médaillé olympique mais n’a pas eu à monter les marches du podium. Éric Monnin, enseignant-chercheur à l’UPFR Sports, a reçu cet été des mains du président du CIO la médaille d’or Pierre de Coubertin « en remerciement des services rendus au mouvement olympique. » Une reconnaissance internationale et prestigieuse, décernée avant lui à, excusez du peu, Juan Antonio Samaranch, Giovanni Agnelli, Rainier de Monaco ou encore Henry Kissinger. Une médaille dont il est fier de faire briller l’éclat sur l’université de Franche-Comté. Cette distinction récompense l’investissement dont fait preuve le sociologue et sportif comtois dans la transmission des valeurs de l’olympisme, des recherches académiques qu’il mène aux événements pédagogiques qu’il crée, en passant par les ouvrages scientifiques ou grand public qu’il nourrit avec rigueur et émotion tout à la fois. Les coulisses des Jeux n’ont guère de secret pour lui : Éric Monnin anime les semaines olympiques préparant les athlètes avant le grand show, donne des conférences à l’université d’été réunissant des sportifs de deux cents nationalités différentes sur le site mythique d’Olympie, et travaille sur l’héritage laissé par les Jeux de par le monde, dans les villes olympiques qui les ont accueillis.

© CIO/Christophe Moratal

Olympisme. L’or pour Éric Monnin

Une médaille d’or remise à Éric Monnin par le Président du CIO, Jacques Rogge, à Lausanne en août 2013

Le chercheur cultive la différence au sein du monde académique dans le choix de ses travaux. L’environnement géopolitique des JO est sa discipline favorite, notamment les phénomènes de boycott qui, de Melbourne en 1956 à Los Angeles en 1984, marquent l’histoire des Jeux. Éric Monnin exprime encore sa singularité en s’intéressant aux Jeux olympiques d’hiver plutôt qu’à ceux d’été. Les prochains lui donnent l’occasion de signer un nouvel ouvrage. De Chamonix à Sotchi, un siècle d’olympisme en hiver vient en préambule aux Jeux organisés dans le Caucase en février 2014. La sortie du livre est programmée pour le 20 novembre aux éditions Desiris et fera d’emblée l’objet d’une traduction russe.

ÆContact : Éric Monnin - Laboratoire C3S - Université de Franche-Comté - Tél. (0033/0) 6 02 50 12 43 - eric.monnin@univ-fcomte.fr

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Cloud computing : des informations triées sur le volet Les institutions gouvernementales comme les géants de l’industrie produisent des masses de données telles qu’il leur faut recourir à la puissance du cloud computing : ces services informatiques dématérialisés permettent de gérer à distance le traitement et l’échange des informations générées par leurs activités, dans des délais réduits à l’extrême. Dans ce contexte, rationaliser la gestion des flux de données et assurer des connexions judicieuses entre elles sont essentiels. Délivrer des informations à la carte est idéal pour répondre le mieux possible aux attentes de chacun des acteurs de la grande saga de la communication, pour qui le maintien de liens directs est impossible, en raison du grand nombre et de la complexité des échanges. L’acheminement

de l’information peut être orchestré par une couche logicielle dédiée, selon des interactions dynamiques fondées sur les contenus mêmes des données. Des critères de sélection forment alors un abonnement opérant une sélection pertinente, et ce sans que les consommateurs et les producteurs d’information n’aient à communiquer directement. Un des défis importants qui reste associé à ces systèmes est celui de la protection des données et de la sécurité des échanges. C’est sur ces deux tableaux que l’Institut d’informatique de l’université de Neuchâtel a fait intervenir ses compétences, au sein du projet européen SRT-15 qui, au terme de ses trente mois d’existence, s’est avéré un véritable succès. « Nos travaux

4 //////////////////////////////////////////////////////////////////////////  En Direct n°250 - novembre - décembre 2013


les actualités /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

ont propulsé ces idées-là en termes de délais, désormais de l’ordre de quelques centaines de millisecondes, et de débits, avec une vitesse aujourd’hui multipliée par cent », raconte Étienne Rivière qui mène le projet à l’Institut aux côtés de Pascal Felber. Le tout avec un cryptage non seulement des données, mais aussi des abonnements. Le contenu du message est protégé, de même que les filtres de sélection qui, à eux seuls, constituent des renseignements à

part entière : un véritable rempart contre l’espionnage industriel… ou autre. Jugé « excellent » par le Comité international d’experts chargé de son évaluation, le programme SRT-15 vaut à l’Institut d’informatique de l’université de Neuchâtel une grande reconnaissance pour ses recherches, symbolisée par l’obtention du prix du meilleur article scientifique lors d’une conférence internationale donnée au Texas en juillet dernier.

ÆContact : Étienne Rivière - Institut d’informatique - Université de Neuchâtel - Tél. (0041/0) 32 718 27 29 etienne.riviere@unine.ch - http://www.srt-15.eu

SOLARC, la mobilité urbaine et solidaire Entre les médicaments à remettre chez elles aux personnes à mobilité réduite, les emplettes qu’il n’est plus possible de ramener des centres-villes d’où les voitures sont bannies, les déchets dont il convient de se débarrasser aux endroits prévus à cet effet, et la livraison de colis en express, le transport urbain a de beaux jours devant lui. Les nouvelles attentes sociales sont à l’origine du projet Interreg franco-suisse SOLARC, signé entre la Haute école de gestion Arc à Neuchâtel et l’ESTA de Belfort, prévoyant l’organisation logistique de transports de marchandises, et peut-être à terme de personnes, dans trois zones géographiques de l’Arc jurassien : la région de Belfort, la zone frontalière Delle - Boncourt et les villes suisses du Locle et de La Chaux-de-Fonds. Le choix de travailler sur cette partie transfrontalière dans un premier temps s’explique par l’absence de concurrence et l’identification de besoins, qu’ont révélés les premières études de marché. Il est ici question de mobilité douce et de transport durable, d’emblée tournés vers l’emploi de véhicules d’avenir. « Nous prévoyons des collaborations avec des sociétés comme VÉLOCITÉ à Lausanne, pour le développement de véhicules électriques solaires adaptés à des petits trajets de 15 à 20 km maximum », raconte Nicolas Babey, enseignant-chercheur à la HEG Arc. Et dans SOLARC il y a non seulement ARC comme Arc jurassien, mais aussi SOL comme soleil et solidarité. « Notre souhait est d’embaucher des personnes en difficulté que ce type de travail pourrait accompagner vers la réinsertion sociale ». Le projet a reçu l’adhésion du programme Interreg IV en juin dernier et sera financé par l’Europe via le FEDER, par la Confédération helvétique, le canton de Neuchâtel, les Villes de La Chaux de Fonds et du Locle. ÆContact : Nicolas Babey - Haute école de Gestion Arc - Tél. (0041/0) 78 613 56 07 - nicolas.babey@he-arc.ch

L’Europe disséquée par le verbe Depuis la pose des premières pièces fondatrices de l’Europe, personne n’avait encore songé à créer de réseau de recherche pour étudier les divers discours entendus autour de la construction de l’Union. L’Europe fait parler d’elle de plus en plus au fil des années, et les relais d’information se sont multipliés depuis les balbutiements de son histoire. Aujourd’hui, la matière à étudier est incroyablement dense. Et « l’Europe est tellement complexe qu’un seul regard ne suffira pas à la cerner ». Cet avis est celui de Julien Auboussier, enseignant-chercheur en sciences de la commu-

nication à l’université de Franche-Comté et cofondateur, voilà tout juste un an, d’un observatoire des discours et contre-discours relatifs à la construction européenne. Discours institutionnels et politiques ultramédiatisés ou contre-discours à la marge, qu’ils soient jugés progressistes ou réactionnaires, toutes les formes en sont étudiées, les communiqués radio aussi bien que les tracts syndicaux, les images publiées dans la presse comme les bons mots échangés dans les coulisses du Parlement. Toutes ces paroles ont quelque chose à dire sur

En Direct n°250 - novembre - décembre 2013 //////////////////////////////////////////////////////////////////////////   5 


les actualités /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

l’Europe et donnent corps à son existence. L’emploi de certaines expressions comme « nécessaire souveraineté nationale », « eurosceptique » ou encore « Europe technocratique » mérite d’être examiné. L’Europe, matière à critiques, fait naître des slogans politiques mobilisateurs, tels aux dernières élections communautaires « une autre Europe ». Mais revendiqué à droite comme à gauche, que recouvre finalement ce vocable ?

Les mots font débat et doivent être replacés dans leur contexte pour endosser leur véritable signification. De la même façon, l’analyse linguistique s’enrichit de l’apport d’autres disciplines pour prendre toute sa mesure. Les spécialistes en communication, en sciences politiques ou en sociologie participent donc pleinement à animer ce tout jeune réseau de connaissances et d’informations, dont la première journée d’études a eu lieu en septembre.

ÆContact : Julien Auboussier - ELLIADD - Équipe ADCOST (Analyse de discours, corpus et science des textes) Université de Franche-Comté - julien.auboussier@univ-fcomte.fr

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

École d’automne du LMB

À la fin du XIXe siècle, la lunette astronomique de l’Observatoire de Besançon étudie le passage des étoiles dans le ciel pour « fabriquer le temps » et établir l’heure exacte. Elle est orientée dans l’axe vertical nord - sud, celui du plan méridien, ce qui lui vaut le nom de Méridienne. Aujourd’hui, la lunette en bronze connaît une nouvelle vie grâce au plan de rénovation dont viennent de faire l’objet les locaux qui l’abritent. Restauration du toit mobile s’ouvrant sur le ciel, rénovation à l’identique des façades, fenêtres, parquets et peintures, l’ensemble dévoile son charme originel depuis la fin du mois d’octobre. Un lieu à redécouvrir lors des visites et événements qui ne manqueront pas de s’y organiser.

Du 12 au 15 novembre 2013 à Frasne

Photo Ludovic Godard - UFC

Ciel intemporel

ÆContact : Céline Reylé

Fort d’une reconnaissance scientifique internationale au plus haut niveau et bien ancré dans son identité régionale, le laboratoire de mathématiques de Besançon (LMB) poursuit son œuvre de valorisation de la recherche et de l’enseignement en mathématiques sur la scène franc-comtoise. Devant le succès d’une première édition organisée en janvier, il propose un approfondissement de leur savoir aux étudiants et doctorants en mathématiques : à l’école d’automne du LMB, dans un esprit à la fois studieux et convivial, les férus de maths pourront suivre des cours de niveau master, des enseignements pas forcément inscrits au programme mais importants pour leur culture générale, et des exposés d’étudiants en thèse soulignant des points particuliers. L’école s’adresse aussi aux étudiants du tout nouveau magistère en mathématiques ouvert à la rentrée dernière à l’Université de Franche-Comté, qui accueille les très bons éléments dans une formation plus exigeante encore que le master. « L’ouverture de ce diplôme assoit encore notre légitimité, c’est une véritable satisfaction qui se double de celle d’avoir obtenu des résultats exceptionnels à l’agrégation cette année », souligne Christian Maire, directeur du LMB. Il sera donc question pendant ces quatre jours de loi de réciprocité quadratique, d’approximation diophantienne, d’inégalité de Kintchine ainsi que de sujets plus prosaïques comme la rédaction d’un texte mathématique et la préparation à l’agrégation.

Observatoire des sciences de l’Univers THETA de Franche-Comté - Bourgogne

ÆContact : Christian Maire - Laboratoire de mathématiques

Université de Franche-Comté / Université de Bourgogne / CNRS

de Besançon - Université de Franche-Comté / CNRS

Tél. (0033/0) 3 81 66 69 35 - celine.reyle@obs-besancon.fr

Tél. (0033/0)3 81 66 66 05 - christian.maire@univ-fcomte.fr

6 //////////////////////////////////////////////////////////////////////////  En Direct n°250 - novembre - décembre 2013


les actualités /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Environnement des maladies allergiques Les 14 et 15 novembre 2013 à Besançon

Le nombre de pathologies respiratoires allergiques augmente partout dans le monde et de nombreux facteurs semblent avoir un impact direct sur l’évolution de ces maladies, des expositions aux microorganismes des domiciles à ceux de l’atmosphère extérieure, de la prise de traitements antibiotiques au choix de la nourriture que nous absorbons. Le colloque EDMA réunira des experts en immunologie, allergologie, parasitologie, ainsi que des spécialistes de santé au travail pour mettre en lien l’environnement et l’allergie autour des dernières recherches. À destination des scientifiques et des étudiants, le colloque intéressera aussi les professionnels et les décideurs concernés par les problèmes de santé publique, la gestion des logements insalubres, la construction de bâtiments ou encore la prévention des maladies professionnelles respiratoires dans l’industrie et l’agriculture. ÆContact : Gabriel Reboux - Laboratoire Chrono-environnement - Université de Franche-Comté / CNRS Tél. (0033/0) 3 81 66 91 65 - gabriel.reboux@univ-fcomte.fr

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

2nu5mé0ro ! e

250 numéros et quelques milliers de pages établissent le contact depuis plus de 26 ans entre les laboratoires de recherche des établissements d’enseignement supérieur et le monde socio-économique de nos régions. Que tous les lecteurs de Franche-Comté, de Suisse romande et au-delà de l’Arc jurassien en soient remerciés, ainsi que les chercheurs, ingénieurs, techniciens et enseignants dont les travaux sont une source d’inspiration inépuisable pour alimenter les colonnes du journal. en direct s’honore d’être un relais d’information de l’université de Franche-Comté, son éditeur, et de ses partenaires historiques (l’ENSMM, l’UTBM, l’université de Neuchâtel), comme nouvellement accueillis dans ses pages (l’Établissement français du sang Bourgogne - Franche-Comté et la Haute Ecole Arc). 250 numéros, l’occasion d’un bilan dressé avec le concours d’un échantillon de notre lectorat. Réalisée en septembre 2013, une enquête confirme son intérêt pour le double trait d’union qui est la vocation de en direct : une passerelle d’informations entre les laboratoires et les entreprises, un lien entre les acteurs de l’Arc jurassien.

Plus des trois quarts des lecteurs jugent importante la synergie entre recherche et sphère socio-économique (2,6 % ont répondu non et 21,2 % ne se sont pas prononcés). 64,6 % trouvent que en direct répond à cette attente (7,1 % ont répondu non et 28,3 % ne se sont pas prononcés). Les lecteurs de l’Arc jurassien estiment à près de 76 % qu’un lien d’information franco-suisse est déterminant, et 83 % apprécient à ce titre en direct comme vecteur de communication. Le journal est jugé intéressant, fiable, donnant des informations inédites et utiles à la culture générale des lecteurs. Les répondants préfèrent les articles traitant de recherche appliquée (58 %) et de transfert (39 %), avant la recherche fondamentale (27 %) et la formation (11,5 %), quels que soient leur domaine d’activité et la taille de la structure à laquelle ils appartiennent. La technologie (59 %), les sciences (43 %) et l’environnement (42 %) arrivent en tête du classement par grands domaines devant les informations régionales (30 %), la santé (27 %), les sciences humaines (25 %) et économiques (18 %). L’enquête a été réalisée avec le concours de BeComPro, la junior entreprise du département Info-com de l’IUT Besançon - Vesoul.

Les résultats complets de cette enquête peuvent être envoyés sur demande au journal : Tél. (0033/0) 3 81 66 20 88 / 20 95 - endirect@univ-fcomte.fr

En Direct n°250 - novembre - décembre 2013 //////////////////////////////////////////////////////////////////////////   7 


les actualités /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

L’écriture pour le théâtre à l’époque du symbolisme

La forme et le vivant

Le 15 novembre 2013 à Besançon

Mouvement majeur de la seconde moitié du XIXe siècle, le symbolisme apporte une nouvelle conception de l’art et, entre autres bouleversements, modifie les règles du jeu du théâtre. L’écriture pour la scène participe pleinement de ce renouveau en favorisant le vers libre, sans métrique définie, bousculant la traditionnelle alternative entre prose et vers régulier prévalant jusqu’alors. Un nouveau régime d’écriture, le verset, scande d’une façon inédite les répliques des acteurs, qui doivent adapter leur jeu et leur souffle au rythme de paragraphes comptant un seul mot comme plusieurs lignes, recomposant l’articulation des textes en dehors de la ponctuation traditionnelle. Les avant-gardes du XXe siècle poursuivent l’expérience de nouvelles formes de disposition du texte sur la page, et ouvrent encore le champ à d’autres formes d’expressions théâtrales. La journée d’études « Formes et dispositions d’écriture pour le théâtre à l’époque du symbolisme : enjeux poétiques, dramatiques et scéniques » propose de rencontrer ces élans artistiques révolutionnaires.

Goethe est l’un des premiers à avoir mis en lien l’art et les sciences du vivant autour de la notion de forme. La nature se prête à la création d’une infinie diversité de formes, que l’écrivain et scientifique cherche à considérer en un tout cohérent qu’il appelle « morphologie ». Une conception qu’il applique à la forme artistique, perçue comme un dérivé de la forme vivante, aux caractéristiques comparables. La forme devient par elle-même le moyen d’accéder à la connaissance et à la compréhension, ouvrant ainsi la voie à la créativité. Les idées de Goethe se déclineront chez d’autres écrivains, artistes et philosophes, de Paul Valéry à Merleau-Ponty, comme lui fascinés par l’apport des sciences du vivant à la création humaine. Aujourd’hui prévalent l’approche embryologique qui décrit l’invention des formes comme une conséquence de la sélection naturelle opérant un tri dans les organismes, et divers postulats mathématiques donnant leur explication à l’émergence des formes naturelles. Les journées d’étude proposent de confronter ces théories, en s’intéressant de près à toutes les expressions artistiques. Elles sont organisées par le CRIT dans le cadre d’un programme piloté par la fédération des Maisons des sciences de l’homme.

ÆContact : Pascal Lécroart

ÆContact : Laurence Dahan-Gaida

ELLIADD - Équipe CIMArtS (Création, intermodalité,

CRIT — Centre de recherches interdisciplinaires et transculturelles

mémoire dans les arts du spectacle)

Université de Franche-Comté

Université de Franche-Comté - pascal.lecroart@univ-fcomte.fr

Tél. (0033/0) 3 81 66 53 95 - laurence.gaida@univ-fcomte.fr

Les 5 et 6 décembre 2013 à Besançon

« Deuxièmes journées archéologiques frontalières de l’Arc jurassien » L’Arc jurassien n’a pas toujours prêté ses flancs à l’établissement d’une frontière. C’est donc avec un certain naturel que les archéologues francs-comtois et suisses romands mettent en commun le fruit de leurs recherches et reviennent ensemble aux origines du peuplement du massif montagneux. Une collaboration formalisée dans les Journées archéologiques frontalières de l’Arc jurassien, dont l’édition 2007 vient de se traduire dans des Actes du même nom. En 586 pages, l’ouvrage retrace la progression de l’homme dans le massif jurassien au fil des millénaires, des premiers chasseurs cueilleurs du Paléolithique aux bâtisseurs de châteaux du Moyen Âge. Occupation des sols, structuration des habitats, rites funéraires, développement d’activités économiques…, il synthétise l’ensemble des connaissances et découvertes accumulées en archéologie, de Genève jusqu’à la région rhénane depuis les débuts de l’humanité. Il les enrichit de données paléoenvironnementales, associant ainsi le point de vue de diverses disciplines et méthodes d’investigation pour une meilleure perception du passé. Bélet-Gonda C., Mazimann J.P., Richard A., Schifferdecker F., Deuxièmes journées archéologiques frontalières de l’Arc jurassien, Presses universitaires de Franche-Comté, collection « Annales littéraires », 2013.

8 //////////////////////////////////////////////////////////////////////////  En Direct n°250 - novembre - décembre 2013


les actualités /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

« Robotique flexible » Dès lors qu’elle concerne le micromonde ou des interventions délicates même à des échelles supérieures, toute manipulation robotique nécessite l’utilisation de systèmes mécatroniques performants et précis, et en général caractérisés par des propriétés de flexibilité. Robotique flexible s’intéresse particulièrement à ce phénomène mécanique généré par l’emploi dans les systèmes de certains composants technologiques ou par la géométrie de structures élancées. Micromanipulateurs à base de matériaux actifs, capteurs déformables tactiles, guidage flexible pour les robots de très haute précision, manipulateurs d’inspiration anthropomorphe…, les dernières avancées scientifiques et technologiques sont consignées dans les pages de cet ouvrage rédigé à l’intention des chercheurs, ingénieurs et techniciens concernés par le domaine. Grossard M., Chaillet N., Régnier S. (sous la direction de), Robotique flexible - manipulation multi-échelle, Éditions Lavoisier, 2013.

Mathématiques, mathématiciens et guerres Les 11 décembre 2013, 23 et 24 janvier 2014 à Besançon

On sait que les conflits déciment les talents en même temps que les populations. La guerre de 1914 - 1918, en sacrifiant une génération complète de jeunes scientifiques, serait responsable d’une grande dégradation des mathématiques françaises. Elle a aussi porté certains d’entre eux au plus haut niveau de l’État, ce qu’on sait peut-être moins. Cette situation paradoxale et les phénomènes complexes qui l’accompagnent ont en tout cas présidé au destin de la discipline. Un contexte sur lequel proposent de s’interroger les

journées « Histoire des mathématiques » organisées par l’Institut de recherche sur l’enseignement des mathématiques (IREM) de Franche-Comté. Consacrées au thème de la guerre et des sciences sur trois sessions, elles en développeront d’autres aspects comme la géométrie adaptée au terrain militaire proposée par Servois, les notions de stratégie issues de la théorie des jeux de Von Neumann, ou encore les grands principes de l’édification de fortifications de défense.

ÆContact : Jean-Robert Belliard - IREM - Université de Franche-Comté - Tél. (0033/0) 3 81 66 62 27 - jrbellia@univ-fcomte.fr

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Les professionnels de santé face à l’erreur Les 12 et 13 décembre 2013 à Besançon

L’erreur est humaine, pourtant quand elle concerne l’humain, l’adage ne semble plus acceptable. Dans une société tendue vers le risque zéro, le domaine de la santé pose des enjeux de façon sans doute plus aiguë que n’importe où ailleurs. En premier lieu pour les patients dont les attentes en termes de sécurité sont bien légitimes, et pour les professionnels aussi, évoluant sans cesse entre désir d’infaillibilité et incertitude. Le défi est extrême dans les services de réanimation, où la prise en charge concerne des patients présentant des pathologies graves et suppose une mobilisation humaine et technique sans égale. Autour de ce secteur à haut risque de survenue d’erreur, le colloque réunira les expériences, les témoignages et les points de vue de spécialistes en sciences humaines et sociales, médicales et juridiques. Les participants évoqueront tant les enjeux des politiques de qualité et de sécurité des soins que les pratiques en usage, et s’attacheront à la souffrance au travail du professionnel de santé dont le Pr Albert W. Wu disait, dans un article paru en 2000 dans British medical journal, qu’il est « la deuxième victime de l’erreur ». Les journées sont organisées par le laboratoire de psychologie de l’université de FrancheComté, le CHRU, la MSHE Claude Nicolas Ledoux, sous l’égide de la Société de réanimation de langue française. ÆContact : Alexandra Laurent - Laboratoire de psychologie - Université de Franche-Comté Tél. (0033/0) 3 81 66 54 41 - alexandra.laurent@univ-fcomte.fr - http://erreurensante.univ-fcomte.fr

En Direct n°250 - novembre - décembre 2013 //////////////////////////////////////////////////////////////////////////   9 


L’analyse //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Stop à la cybercriminalité économique ! Vols d’informations, création de faux antivirus, falsifications comptables..., la cybercriminalité économique explose ces dernières années avec l’essor des nouvelles technologies de l’information, et son coût se chiffre en millions de francs suisses. Lutter contre ce phénomène signifie s’attaquer à des infractions de plus en plus complexes à détecter, exigeant des recherches et des formations spécialisées, dont le Centre d’investigation numérique et de cryptographie de la Haute école de gestion Arc fait son cheval de bataille.

Né voilà trois ans au sein de l’Institut de lutte contre la criminalité économique (ILCE) de l’école romande, le Centre d’investigation numérique et de cryptographie répond aux problèmes techniques qui se posent en ce domaine à la police, à l’armée, aux douanes ou encore aux entreprises. « On trouve aujourd’hui une dimension numérique dans toutes les grandes enquêtes de criminalité économique, explique Isabelle Augsburger-Bucheli, doyenne de l’ILCE. Ces enquêtes incroyables remplissent des pièces entières de milliers de documents ! Il est capital de comprendre les informations... et de cibler les bonnes. » D’où la nécessité de mettre en place de solides formations, un besoin auquel répond l’ILCE en 2001 en créant le MAS (Master of Advanced Studies) en Lutte contre la criminalité économique. Le diplôme se complète alors de CAS (Certificates of Advanced Studies), comme leur aîné à destination de professionnels en activité, et dont l’investigation numérique compte à elle seule six spécialités. Attaques logicielles, analyse de machine de hacker, architecture des services nomades, préservation d’une preuve numérique, dessoudage de composants, réparation de disques durs endommagés… les contenus sont complémentaires et très pointus.

Prévenir et guérir

Romain Roubaty, mathématicien et responsable du centre d’investigation suisse. Il s’agit ici de collecter et d’analyser des données circulant sur le net à propos d’une entreprise, un exercice essentiel pour déterminer si une menace pèse sur elle. » Dans le registre de l’analyse criminelle, la collecte et le dépouillement de milliers de spams frauduleux permettent de remonter jusqu’à la source des envois et de démolir une arnaque informatique. L’investigation numérique est un domaine en pleine ébullition. En septembre, Neuchâtel a accueilli la 7e édition des journées francophones qui lui sont désormais consacrées. Trois journées de conférences adressées au cercle restreint des acteurs de ce milieu très confidentiel. Les magistrats, enquêteurs et experts judiciaires venus de Suisse, de France, de Belgique et du Canada ont, à cette occasion, découvert le prototype du premier laboratoire d’investigation mobile du monde, un « bijou de technologie » mis au point par l’entreprise française TRACIP et rendu opérationnel grâce au savoir-faire des formateurs suisses. Équipé des systèmes informatiques les plus pointus, le camion accueille matériel high tech et personnel spécialisé pour des interventions sur site rapides et efficaces. « Il s’agit de faire parler les supports numériques, de récupérer des fichiers effacés sans avoir à déplacer le matériel à analyser, un gain de temps et de sécurité de traitement », souligne Romain Roubaty.

Ces formations s’adressent aussi bien au secteur public qu’à la sphère privée, ce qui leur donne une place unique dans l’éventail proposé dans toute la francophonie. Proposées à la carte, elles prennent en compte le profil des magistrats, policiers et autres informaticiens à qui elles s’adressent, et adaptent leur enseignement selon les lois et règlements en vigueur dans le pays d’appartenance de leur public. « Notre mission de formation est bien sûr étroitement liée à la recherche appliquée que nous menons par ailleurs. Nous travaillons par exemple sur des dispositifs de prévention du risque, explique

Le premier laboratoire d’investigation mobile du monde, présenté par le Centre d’investigation numérique et de cryptologie de la Haute école de gestion Arc

ÆContact : Isabelle Augsburger-Bucheli - Romain Roubaty - Institut de lutte contre la criminalité économique - www.ilce.ch HEG - Haute école de gestion Arc - Tél. (0041/0) 32 930 20 10 / 20 13 - isabelle.augsburger@he-arc.ch / romain.roubaty@he-arc.ch

10 //////////////////////////////////////////////////////////////////////////  En Direct n°250 - novembre - décembre 2013


Rêvons un peu /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Pièges à gaz titanesques Si les clathrates hydrates, ces molécules glacées renfermant du gaz suscitent bien des interrogations quant à leur devenir sur la planète bleue, c’est à l’échelle du système solaire qu’ils intéressent les scientifiques de l’Institut UTINAM. Dans une collaboration très spécifique à Besançon, physiciens et planétologues tiennent compte de leur présence potentielle pour valider les scénarios de formation des planètes.

Une glace explosive Obtenu sous certaines conditions de pression et de température, un clathrate hydrate est une forme solide de l’eau, additionnée d’un autre composant qui assure la stabilité de son état : formant une sorte de cage, les molécules d’eau emprisonnent une molécule de gaz par exemple. Sur Terre, les clathrates sont des pièges à méthane et à dioxyde de carbone ; ils constituent des réserves incroyables de ces gaz, à tel point qu’ils représentent un enjeu écologique et économique de premier plan. On estime à plus de mille téramètres cubes les volumes d’hydrate de méthane en place, quand les gaz conventionnels représentent cent quatre-vingts et la consommation mondiale annuelle trois téramètres cubes. Les clathrates n’existent que dans des endroits soumis à de fortes pressions et où le froid règne en permanence, sur les terres gelées du Pôle Nord et dans les talus océaniques. C’est dire si leur exploitation est peu aisée et coûteuse, pourtant leurs réserves colossales intéressent fortement les compagnies pétrolières et les gouvernements comme alternative au pétrole. C’est dire aussi s’ils représentent une source d’inquiétude supplémentaire quant au réchauffement climatique. Une augmentation de 1° à 2° de la température des océans pourrait suffire à faire fondre la cage de glace et libérer des millions de mètres cubes de méthane dans l’atmosphère. L’idée de l’exploitation des clathrates mise sur un équilibre fragile et attise le débat énergétique, que l’on peut caricaturer à grands traits. Remplacer une énergie fossile déclinante par une autre ? Capter et stocker le méthane avant qu’il se libère dans l’atmosphère sous le coup du réchauffement climatique ? Prendre le risque de déstabiliser les fonds sous-marins dont les clathrates constituent une sorte de socle ? Sur ce dernier point, les scientifiques envisagent la possibilité de substituer du dioxyde de carbone au méthane prélevé, de manière à conserver intacte la structure des cages de glace tout en piégeant du CO2. Alors, solution d’espoir ou bombe en puissance ?

Lorsque la cage de glace fond, le méthane se libère et s’enflamme au contact de l’oxygène

Un enjeu interplanétaire Ailleurs que sur Terre, la particularité des clathrates pose ses enjeux en des termes plus tranquilles mais scientifiquement tout aussi essentiels. Compte tenu de l’histoire supposée de Titan, son atmosphère devrait comporter certains éléments chimiques, notamment des gaz rares qui se révèlent en réalité absents. En majorité constitué d’eau glacée, ce satellite de Saturne recèle-t‑il des clathrates susceptibles de retenir ces gaz au sol, les soustrayant ainsi à son atmosphère ? L’hypothèse est plausible ; elle demande à être vérifiée pour valider le scénario de formation des planètes actuellement défendu. C’est là que se rejoignent les travaux menés par les planétologues et les physiciens de l’Institut UTINAM à Besançon. Les premiers apportent leur connaissance du système solaire aux seconds, dont le travail de modélisation doit se substituer à une preuve impossible à faire sur le terrain. « La modélisation demande à être extrêmement précise, et nous jouons sur les paramètres de la manière la plus fine possible », explique Sylvain Picaud, directeur d’UTINAM. Engagée depuis cinq ans entre les membres du laboratoire, la recherche s’enrichit des apports scientifiques et technologiques d’une équipe de Budapest (MTA-BME Research Group of Technical Analytical Chemistry), partenaire de longue date de l’Institut comtois. Une collaboration fructueuse, désormais soutenue par le CNRS dans le cadre d’un programme international de coopération scientifique (PICS) de trois ans, gage du sérieux et de la pertinence des recherches entreprises. ÆContact : Sylvain Picaud Institut UTINAM - Université de Franche-Comté / CNRS Tél. (0033/0) 3 81 66 64 78 - sylvain.picaud@univ-fcomte.fr

En Direct n°250 - novembre - décembre 2013 //////////////////////////////////////////////////////////////////////////   11 


Thérapies innovantes : à la croisée des sciences


LE dossier ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Nous sommes à Besançon en 2005. D’un côté, des scientifiques de FEMTO-ST sont passés maîtres dans l’art de greffer des substances biologiques sur des substrats en or. De l’autre, des médecins du CHRU et de l’Établissement français du sang (EFS) souhaitent faire évoluer le système de détection de compatibilité des groupes sanguins vers un dispositif innovant, pour une sécurité optimale de la transfusion d’urgence. Leur rencontre propulse la recherche vers de nouveaux horizons : la technologie apprend à fixer des anticorps sur la biopuce, puis des globules rouges. C’est ainsi que le SmarTTransfuser naît à Besançon en 2006,

proposant de remplacer le « buvard », sur lequel sont effectués les traditionnels tests manuels, par une biopuce sur or ultrasécurisée. La preuve de concept apportée, la recherche peut passer à une nouvelle étape pour rendre la puce capable de déterminer les rhésus et anticorps irréguliers, et offrir à terme un dispositif complet au lit du patient. Le SmarTTransfuser répondrait non plus seulement à l’objectif visé à l’origine, mais aussi aux immenses besoins des pays en voie de développement en ce domaine, une perspective apte à susciter l’intérêt du monde industriel pour une production de masse. Affaire à suivre...

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Aujourd’hui, les relations entre sphère médicale et mondes scientifique et technique se formalisent et donnent lieu à de véritables connexions, reléguant à une époque révolue l’image de l’ingénieur empilant sur ses étagères des inventions restées sans objet. En témoignent le dynamisme des échanges et la structuration d’une recherche autour de la notion d’interactivité, qui permettent à la médecine de trouver des solutions et à la technologie des applications. ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Connexions interdisciplinaires pour médecine high tech Les centres d’investigation clinique (CIC) comme celui de Besançon, alliant une branche « Biothérapies » (BT) et une autre « Innovation technologique » (IT) sont des points d’intersection où s’agrègent les moyens et les compétences. Au cœur de l’hôpital, ils impliquent aux côtés des sciences médicales, non seulement la technologie, mais aussi les mathématiques, le droit, le sport, la philosophie… Qu’elle vise des thérapies préventives, de diagnostic, curatives ou palliatives, l’innovation se conçoit de façon multidisciplinaire dans un seul but, améliorer les techniques et les traitements médicaux, et par là même la santé et la qualité de vie de l’être humain. Les conditions les meilleures sont réunies dans la région comtoise et dans sa capitale pour tendre vers cet objectif, ralliant la recherche, la formation, le médical et l’entreprise autour de forces vives qui puisent leurs racines dans le terreau local. « L’ensemble forme une continuité extrêmement profitable. Un exemple symbolique est cet étudiant dont le projet

de réalisation d’un dispositif médical initié à l’ISIFC, l’Institut supérieur d’ingénieurs de Franche-Comté, devient mature lors d’un stage au CHRU, puis se finalise dans une entreprise locale où l’objet est produit et le jeune embauché ! », raconte Lionel Pazart, médecin et responsable du CIC-IT de Besançon. Directeur de Recherche CNRS en optique à l’Institut FEMTO-ST, Bruno Wacogne souligne lui aussi « l’environnement très favorable dont bénéficie Besançon, avec une recherche à la pointe, un CHRU très volontaire et un véritable tissu de PME tournées vers les activités de santé. » De cette vitalité naissent d’autres collaborations encore, tel le Collegium SMYLE, dont deux des trois axes de recherche lient l’Institut FEMTO-ST et l’École polytechnique fédérale de Lausanne autour de la santé ; des équipements techniques comme, dans le domaine de l’imagerie, l’Équipement d’Excellence IMAPPI prévoyant la combinaison des technologies IRM et TEP, une remarquable

En Direct n°250 - novembre - décembre 2013 //////////////////////////////////////////////////////////////////////////   13 


LE dossier ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

avancée pour les études précliniques portant sur le petit animal, et auquel l’Institut UTINAM est associé. Ou encore la plateforme protéomique CLIPP regroupant tous les acteurs de Bourgogne et Franche-Comté impliqués dans les travaux sur la protéine, des nanosciences aux biostatistiques. Enfin les deux fédérations hospitalo-universitaires (FHU) labellisées en septembre dernier sous l’égide de l’INSERM, procèdent là encore d’une philosophie de rassemblement et concernent aussi les deux régions. Dédiée à la prise en charge des pathologies inflammatoires, la FHU INCREASE implique largement l’EFS domicilié dans la capitale comtoise.

SmarTTransfuser : dispositif miniaturisé pour améliorer la sécurité des transfusions sanguines

Vers une médecine personnalisée À Besançon, l’une des pierres angulaires de ces différents dispositifs est le programme Biom’@x, qui tire parti de la multidisciplinarité de l’Institut FEMTO-ST en lien avec le CHRU, l’unité de recherche INSERM et les unités d’enseignement telles que l’ISIFC. De sa plus petite composante, la cellule, à l’organisme humain tout entier, Biom’@x veut comprendre le fonctionnement d’un système biologique. « La recherche fondamentale en sciences pour l’ingénieur est confrontée au fait que l’on travaille sur la variabilité du vivant, explique Bruno Wacogne. D’abord les êtres humains sont tous différents, ensuite un individu est lui-même en constante évolution. » L’idée est de mettre au point des dispositifs médicaux dits intelligents, c’est-à-dire capables de s’adapter en permanence à cette variabilité, ouvrant la voie à une médecine personnalisée.

Microchirurgie des cordes vocales : la source laser est placée à l’intérieur de la gorge du patient

Ainsi, en microrobotique chirurgicale, un système de visualisation 3D et le recours à la fluorescence guident un laser en fonction de la déformation des tissus au fur et à mesure d’une intervention, pour que le faisceau soit toujours bien dirigé vers la lésion, par exemple dans le cas d’une opération des cordes vocales. Dans le domaine de la procréation médicalement assistée, le suivi de la maturation d’un ovocyte aide à déterminer à quel moment une fécondation in vitro a les meilleures chances de réussite. Mesure de propriétés mécaniques par capteurs de nanoforce, intégration des systèmes, traitement d’image, modélisation de la structure, définition d’un espace dual informatique…, le projet capitalise de nombreuses ressources de l’Institut FEMTO-ST, dont c’est là une recherche très spécifique. La dialyse péritonéale est aussi dans le collimateur des chercheurs. Dans ce procédé qui représente 10 % des dialyses en France, le péritoine sert de zone d’échange entre le sang du patient et un liquide artificiel qui est injecté pour le débarrasser de ses déchets. Les scientifiques cherchent à améliorer le processus en qualifiant à la fois le sang et le liquide pour rendre les échanges plus efficaces. Ainsi, un capteur donnera les informations sur l’urée, la créatinine ou encore le sodium à éliminer, de manière à adapter en continu la composition du liquide de dialyse et donner la meilleure réponse possible aux besoins de l’organisme. Ces exemples, comme d’autres, amènent Bruno Wacogne à souligner que « les métiers des sciences pour l’ingénieur, s’ils conservent des briques de base disciplinaires essentielles, doivent désormais lever des verrous non seulement scientifiques, mais aussi conceptuels pour répondre aux exigences de la recherche médicale ». Le chercheur relève en outre

14 //////////////////////////////////////////////////////////////////////////  En Direct n°250 - novembre - décembre 2013


LE dossier ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

« une accélération sans précédent de la structuration multidisciplinaire, notamment dans le cadre de la recherche translationnelle ». Un avis que partage Lionel Pazart qui voit les activités du CIC passer à la vitesse supérieure au terme de huit ans d’existence de la structure au sein du CHRU. Chacun des axes de recherche développés au CIC dans l’optique de réaliser des études cliniques implique

désormais, aux côtés des médecins, de nouvelles chevilles ouvrières spécialistes des sciences pour l’ingénieur ou d’autres domaines encore. « Nous bénéficions aujourd’hui d’une véritable expérience et de réseaux bien constitués. Nous entrons pleinement dans un processus structuré de gestion de l’innovation dans lequel s’inscrivent également nos partenaires. »

Le génie biomédical répond à trois vœux À la fois médicale, technique et réglementaire, la culture prévalant à l’ISIFC se veut triple. L’école d’ingénieurs de l’université de Franche-Comté positionne ses diplômés à l’interface entre professionnels de santé et sphère industrielle. Ses élèves sont régulièrement en contact avec le monde hospitalier et les projets menés en binôme avec des chercheurs apportent à l’enseignement sa dimension recherche. Enfin, différents stages immergent les élèves dans le monde industriel qui, à terme, deviendra leur principal employeur. Ainsi, les ingénieurs ISIFC sont à même de maîtriser ce cycle de vie partant de l’identification d’un besoin médical à la fabrication et la distribution du dispositif correspondant, en passant par les aspects réglementaires et les implications sanitaires et financières que suppose sa mise sur le marché. L’un des exemples les plus parlants de partenariat multidisciplinaire a été baptisé S-Alive par les élèves-ingénieurs. Après le traitement d’un cancer de la mâchoire par radiothérapie, la glande salivaire est inopérante pour une très longue durée, parfois même de façon irréversible. S-Alive est un nouveau dispositif de salive artificielle dont la diffusion est programmée en continu dans la bouche du patient par un actionneur implanté par acte chirurgical avant le début du traitement. Depuis son lancement en 2006, ce projet fait intervenir de multiples compétences : le service de chirurgie maxillo-faciale et le CIC-IT du CHRU de Besançon, le laboratoire de recherche en sciences séparatives biologiques et pharmaceutiques de l’université de Franche-Comté, Biotika®, l’entreprise universitaire de l’ISIFC, l’école vétérinaire de Lyon et l’entreprise CISTEO MEDICAL. « Nous en sommes aujourd’hui à une phase d’études précliniques pour tester l’absence de risques infectieux du dispositif chez le cochon, explique Nadia Butterlin, directrice de l’ISIFC. Au fil des échanges et des avancées, le projet a maintes fois évolué et demandera encore plusieurs années avant d’arriver à sa conclusion, mais il est très prometteur. » Quelque 350 ingénieurs sont sortis des rangs de l’ISIFC depuis la création de l’école en 2001. Neuf sur dix travaillent dans l’industrie du dispositif médical, dont 30 % en Franche-Comté et autant en Suisse. ÆContact : Nadia Butterlin - ISIFC - Université de Franche-Comté - Tél. (0033/0) 3 81 66 61 09 - nadia.butterlin@univ-fcomte.fr

Thérapies sur mesure Les termes de transfert et de translation font aussi partie du vocabulaire de l’Établissement français du sang (EFS) Bourgogne - Franche-Comté, où la recherche se décline depuis ses aspects les plus fondamentaux jusqu’à la mise au point de thérapies. L’EFS assure en effet la production de médicaments de thérapie innovante (MTI) dont le qualificatif « préparés ponctuellement » (MTI PP) signifie qu’ils sont fabriqués pour les besoins d’un patient et de lui seul. Principalement issus de l’ingénierie cellulaire et tissulaire, les MTI PP sont produits à l’EFS depuis le début des années 1990.

La fabrication de ces produits tombe aujourd’hui sous le coup de nouvelles normes européennes obligeant l’établissement à équiper ses locaux de salles blanches, à l’environnement stérile et ultracontrôlé. Des travaux en cours de programmation, un investissement important que la participation à un réseau en biologie et santé et la levée de fonds qui l’accompagne vont soutenir : associant des plateformes de thérapie cellulaire dans le cadre des programmes d’Investissements d’Avenir, ECellFrance met en réseau les compétences autour d’un projet scientifique d’envergure en médecine régénérative.

En Direct n°250 - novembre - décembre 2013 //////////////////////////////////////////////////////////////////////////   15 


LE dossier ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

« Les cellules souches mésenchymateuses sont à la base du projet, explique Philippe Saas, directeur du laboratoire Interaction hôte-greffon / tumeur et ingénierie cellulaire et génique. Présentes dans la moelle osseuse et les tissus gras de l’organisme, ces cellules ont la capacité de se différencier en divers types cellulaires et ainsi de régénérer aussi bien de l’os que du cartilage ou de la peau, et de limiter les lésions des tissus greffés. » Bien d’autres projets animent les bureaux et les paillasses de l’EFS. Et bien du chemin demande à être parcouru avant qu’ils se concrétisent auprès des patients. L’innovation est également dépendante de contraintes administratives, aussi Marina Deschamps, chercheur EFS en thérapie cellulaire et génique, considère d’un bon œil l’année à venir. Car 2014 apportera enfin la satisfaction de voir s’ouvrir le protocole CASPASE 9, successeur du protocole TK connu dans le monde entier depuis sa première mise en œuvre en 1996 à Besançon. À la base, ce travail porte sur les lymphocytes T. D’une valeur inestimable pour leur effet antitumoral, ces leucocytes doivent cependant être contrôlés car ils sont

aussi susceptibles de s’attaquer aux cellules saines de l’organisme. C’est cet effet délétère qui provoque la maladie du greffon contre l’hôte, qui, mortelle dans 30 % des cas, peut survenir à la suite d’une greffe allogénique de moelle osseuse. Pour apporter une solution à ce dilemme, les lymphocytes T sont prélevés du sang du donneur pour subir une modification génique : on ajoute à chacun un gène suicide, programmé pour détruire la cellule dans le cas où son action prendrait un tour défavorable. Ce gène agit à la manière d’un interrupteur que l’on active uniquement en cas de besoin, grâce à une substance à laquelle il est sensible, injectée au moment opportun. Ce processus est celui du protocole TK. S’il est bâti exactement sur le même principe, le protocole CASPASE 9 voit modifier de façon capitale la nature du gène suicide. D’origine virale avec TK, il est d’origine humaine avec CASPASE 9, garantissant par le fait l’innocuité du processus nouvelle génération. Les essais cliniques de phase I qui seront menés sur une dizaine de patients l’an prochain permettront de confirmer l’absence de toxicité du protocole et de déterminer l’efficacité des dosages.

Utiliser le potentiel des cellules apoptotiques… Phase I également pour un nouveau traitement de la polyarthrite rhumatoïde, mis au point à Besançon par des chercheurs en immunologie de l’INSERM, en collaboration avec des médecins du CHRU. Son principe est fondé sur le processus de mort apop-

totique des cellules. Lorsqu’elles meurent ainsi, par dizaines de milliards chaque jour, ces cellules créent un microenvironnement capable de stopper la réponse immunitaire de l’organisme devant ce qu’il pourrait considérer comme une anomalie. L’idée est

100 µm

100 µm

100 µm

100 µm

50 µm

50 µm

50 µm

50 µm

50 µm

50 µm

50 µm

50 µm

De gauche à droite : culture de macrophages (rouges) et de cellules apoptotiques (blanches) à T. 0, 6, 12 et 24 h. De haut en bas : microscopie à fluorescence 100 µm, puis 50 µm, puis en lumière blanche 50 µm. On peut observer au cours du temps la disparition des cellules apoptotiques qui sont éliminées de façon efficace par les macrophages.

16 //////////////////////////////////////////////////////////////////////////  En Direct n°250 - novembre - décembre 2013


LE dossier ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

de recréer et d’utiliser le microenvironnement produit lors de l’apoptose pour « endormir » le système immunitaire et l’empêcher d’agir contre ses propres cellules, un mécanisme responsable de l’inflammation lors de maladies inflammatoires chroniques. « Les cellules sont prélevées sur le patient, puis sont rendues apoptotiques en laboratoire où elles subissent divers traitements. Elles sont ensuite réinjectées, procurant à l’organisme un environnement anti-inflammatoire apte à combattre la maladie », explique Sylvain Perruche, chercheur

INSERM au laboratoire bisontin Interaction hôte-

greffon / tumeur et ingénierie cellulaire et génique. « Nous espérons un résultat durable avec une injection unique du médicament, ce qui limiterait le coût de la thérapie avec une efficacité équivalente à celle des biothérapies actuelles, voire supérieure sur certains sujets », explique Éric Toussirot, rhumatologue au CHRU et étroitement associé au projet. Ce traitement est une première en France, pour lequel treize à vingt patients seront inclus dès le printemps prochain dans le protocole de phase I.

... et des fibroblastes Mécaskin

Autre domaine, autre cellule de prédilection. En dermatologie, le fibroblaste mobilise toute l’attention des chercheurs car cette cellule présente dans le derme joue un rôle fondamental dans la construction de l’architecture de la peau. Philippe Humbert est responsable du laboratoire d’ingénierie et de biologie cutanées à Besançon, associé à Interaction hôtegreffon / tumeur et ingénierie cellulaire et génique. Sous sa direction, les chercheurs ont réussi à fabriquer une peau artificielle dont la tension est comparable à celle de la peau naturelle. Une propriété hautement intéressante pour améliorer la performance d’une greffe. En effet, la peau se rétracte dès lors qu’elle fait l’objet d’un prélèvement, et la surface à transplanter se réduit telle… une peau de chagrin. « Les myofibroblastes sont des fibroblastes spécialisés dans la cicatrisation d’une plaie. Ce sont eux qui, en accrochant les fibres de collagène, donnent de la tension à la peau en même temps qu’ils la reconstituent », explique Philippe Humbert. Le processus biologique est reproduit en laboratoire : à partir d’un prélèvement de peau, les fibroblastes sont mis en culture pour les faire évoluer en myofibroblastes, qui, placés dans du collagène, se chargent de produire du tissu sain à déposer sur une plaie ou une brûlure pour assurer leur reconstruction. Cette recherche a donné lieu à une collaboration active avec les mécaniciens de l’Institut FEMTO-ST, et sollicité les équipements des salles blanches de la plateforme MIMENTO pour l’étude et la mesure des forces de la peau et de ses propriétés élastiques. Elle a fait l’objet d’un dépôt de brevet sous le nom de Mecaskin. La peau artificielle est actuellement testée sur l’animal avec le concours de l’école vétérinaire de Lyon. Elle sert par ailleurs de support à la réalisation de tests toxicologiques in vitro. « En dermatologie, d’autres équipes de recherche travaillent sur des aspects très voisins, qui tous tendent

Peau humaine

Mécaskin comparé à la peau humaine en histologie

à comprendre et à utiliser les propriétés biologiques des cellules et les processus à l’œuvre dans la reconstruction de la peau, raconte Philippe Humbert. Afin de faire fructifier nos connaissances et nos savoir-faire, nous avons décidé de nous réunir dans un groupement de recherche public. » Labellisé par le CNRS, le tout nouveau Consortium Cicatrisation a vu le jour en septembre dernier à Besançon. Construite sur les avancées scientifiques et technologiques de différentes disciplines qu’elle questionne en retour, l’innovation thérapeutique prend la forme d’une chaîne que les maillons rendent plus performante à mesure qu’ils s’accrochent solidement entre eux. Aussi notables que leurs compétences, la volonté et le dynamisme que montrent les acteurs à travailler ensemble se concrétisent en engagements productifs, résolument tournés vers une façon nouvelle d’envisager la médecine.

En Direct n°250 - novembre - décembre 2013 //////////////////////////////////////////////////////////////////////////   17 


LE dossier ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Thérapie lumineuse Exposer une substance à une onde électromagnétique pour la rendre active contre des cellules cancéreuses est l’idée de base de la thérapie photodynamique (PDT). Réputée novatrice dans le traitement curatif de cancers solides en gastro-entérologie, dermatologie, ORL, gynécologie et urologie, cette technique millénaire puise ses racines en Inde et Égypte antiques, où l’on soignait les maladies de peau grâce à la lumière. Des photosensibilisants, injectés dans l’organisme où ils sont réputés séjourner plus longtemps dans un tissu tumoral que dans les tissus sains, sont activés par rayon laser pour détruire les cellules cancéreuses. Là encore, il convient de déterminer le moment le plus opportun pour activer la substance afin qu’elle remplisse son rôle en touchant le moins possible de cellules saines. Au laboratoire de chimie organo-métallique et de catalyse moléculaire de l’université de Neuchâtel, Bruno Therrien souligne la complexité en même temps que l’intérêt de la PDT. « De nombreux paramètres sont à agencer et à combiner pour espérer trouver une fenêtre thérapeutique, comme la dose de médicament, la durée et le moment de l’exposition, la longueur d’onde... » Les expériences menées sur des souris avec des photosensibilisants standard ont démontré la possibilité de pénétrer les tissus jusqu’à 15 mm. Pour gagner en profondeur, il faut utiliser des ondes plus longues, et trouver les photosensibilisants correspondants. Autre paramètre de cette équation complexe, le taux d’oxygène présent dans les cellules est déterminant : c’est de lui que dépendent les processus amenant à la nécrose des cellules cancéreuses. Or il n’est pour l’instant pas possible de le contrôler ni même de le mesurer lorsque se produit l’irradiation. C’est pourquoi de nouveaux photosensibilisants sont actuellement développés : munis de leur propre agent d’activation, ils n’auront pas besoin d’oxygène. Enfin, le manque de solubilité des substances photosensibles représente une véritable difficulté. Pour contourner l’obstacle, les chercheurs ont réussi à emprisonner des photosensibilisants dans une cage à base d’arène ruthénium, un composé organométallique parfaitement soluble, lui. Excellent vecteur de communication, le complexe arène ruthénium, lorsqu’il atteint le cœur de la cellule, libère l’agent photosensibilisant qui entre en action sous l’effet d’un laser approprié. Une piste prometteuse, d’autant que le ruthénium a une autre corde à son arc (cf. en direct n° 247, mars -avril 2013) : il possède aussi des propriétés anticancéreuses et présente une toxicité moindre que les dérivés de platine actuellement utilisés en chimiothérapie, dont il pourrait représenter une alternative. ÆContact : Bruno Therrien - Laboratoire de chimie organo-métallique et de catalyse moléculaire - Université de Neuchâtel Tél. (0041/0) 32 718 24 00 - bruno.therrien@unine.ch

Une cage arène ruthénium avec un photosensibilisant en son cœur (dessin Bruno Therrien)

18 //////////////////////////////////////////////////////////////////////////  En Direct n°250 - novembre - décembre 2013


LE dossier ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Particules à double emploi On parle ici en nanomètres et pourtant même à l’échelle du millionième de millimètre, une infime variation de taille peut encore changer tout l’intérêt d’une particule. Celles que synthétisent Stéphane Roux et son équipe de chimistes à l’Institut UTINAM sont en or, un cœur entouré d’une couche de molécules organiques, l’ensemble ne dépassant pas 10, voire 5 nm de diamètre. L’or est un radiosensibilisant, capable d’absorber les rayons X utilisés en radiothérapie. La couche organique assure différentes fonctions selon sa composition. Elle peut par exemple piéger du gadolinium, utilisé pour mettre au point les agents de contraste en imagerie. Si l’or et le gadolinium présentent tous deux des propriétés intéressantes pour améliorer la qualité des images médicales, pour les chercheurs la valeur ajoutée de la particule hybride réside dans ses possibilités de thérapie du cancer ou encore du diabète. Voilà le scénario attendu de l’action de ces nanoparticules dans le cas du traitement d’une tumeur Visualisation d’une tumeur chez le rat, 4 minutes après injection de nanoparticules radiosensibilisantes à base d’or cancéreuse. Inerte en l’état, l’or, quand il est irradié, est à l’origine d’une production formidable de radicaux libres qui vont attaquer la matière biologique autour d’eux. Pour agir sur les cellules cancéreuses et les éliminer sans altérer les tissus sains, l’or ne doit donc être déposé que dans la tumeur. Pour que la particule soit dirigée au bon endroit, les chercheurs veulent exploiter une différence physiologique fondamentale entre les tissus : très vascularisée, la tumeur est irriguée par des vaisseaux construits très rapidement, ce qui les rend plus poreux que les autres : les nanoparticules peuvent passer à travers leurs parois, alors qu’elles sont trop grosses pour pénétrer dans les vaisseaux sanguins moins perméables des tissus sains. Le suivi de la particule d’or est assuré par IRM grâce au gadolinium fixé dans la couche organique. « On peut regarder dans quels délais après l’injection le taux de particules présent dans la tumeur est le plus propice pour une irradiation la plus efficace et la plus sûre possible », explique Stéphane Roux. Le concept désormais validé, l’étape suivante consistera à améliorer la durée de séjour de la particule dans la tumeur pour une plus grande efficacité, l’objectif à terme consistant à combiner simultanément le suivi par imagerie IRM et la radiothérapie.

·

ÆContact : Stéphane Roux - Équipe nanoparticules, contaminants et membranes Institut UTINAM - Université de Franche-Comté / CNRS - Tél. (0033/0) 3 81 66 62 99 - stephane.roux@univ-fcomte.fr

ÆContacts : Lionel Pazart - CIC-IT — Centre d’investigation clinique de Besançon - Innovation technologique - CHU de Besançon Tél. (0033/0) 3 81 21 86 22 - lpazart@chu-besancon.fr Bruno Wacogne - Département d’optique - Institut FEMTO-ST - Université de Franche-Comté / ENSMM / UTBM / CNRS Tél. (0033/0) 3 81 66 63 88 - bruno.wacogne@univ-fcomte.fr Philippe Saas - Laboratoire Interaction hôte-greffon / tumeur et ingénierie cellulaire et génique Établissement français du sang Bourgogne - Franche-Comté / Université de Franche-Comté / INSERM Tél. (0033/0) 3 81 61 56 15 - philippe.saas@efs.sante.fr Marina Deschamps - Laboratoire Interaction hôte-greffon / tumeur et ingénierie cellulaire et génique Établissement français du sang Bourgogne - Franche-Comté / Université de Franche-Comté / INSERM Tél. (0033/0) 3 81 61 56 15 - marina.deschamps@efs.sante.fr Sylvain Perruche - Laboratoire Interaction hôte-greffon / tumeur et ingénierie cellulaire et génique Établissement français du sang Bourgogne - Franche-Comté / Université de Franche-Comté / INSERM Tél. (0033/0) 3 81 61 56 15 - sylvain.perruche@inserm.fr Éric Toussirot - CIC-BT — Centre d’investigation clinique de Besançon - Biothérapie - CHRU de Besançon Tél. (0033/0) 3 81 21 83 96 - etoussirot@chu-besancon.fr Philippe Humbert - Laboratoire d’ingénierie et de biologie cutanées - Établissement français du sang Bourgogne - Franche-Comté Université de Franche-Comté / INSERM - Tél. (0033/0) 3 81 21 90 72 - agnes.fontaine@chu-besancon.fr

En Direct n°250 - novembre - décembre 2013 //////////////////////////////////////////////////////////////////////////   19 


La formation ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Entreprise multilingue Les formations en langues à destination des entreprises sont depuis longtemps dispensées au CLA, le Centre de linguistique appliquée de Besançon. En proposant une carte variée et adaptée à ses publics en termes de contenu, d’organisation ou encore d’aménagement horaire, l’établissement répond particulièrement bien aux besoins et aux attentes des petites et moyennes entreprises.

C’est dire si l’adaptabilité n’est pas un vain mot au CLA, qui propose une série de formules pour répondre aux attentes de chaque structure avec cependant un fondement inamovible : la qualité des cours, dispensés par des formateurs expérimentés qui, de surcroît, enseignent tous leur langue maternelle. Ensuite, c’est la forme qui s’adapte. Des solutions individuelles sont proposées sur mesure comme les bains linguistiques, très intensifs, de une à deux semaines comptant chacune 30 à 46 heures, et dont le programme est déterminé en fonction du domaine de spécialité, des objectifs et du niveau de la personne concernée. Les formations à la carte s’adaptent aux disponibilités des apprenants en termes d’horaires, et intègrent une part de travail en autonomie par le biais des moyens techniques dont dispose le CLA, centre de ressources intra muros et plateforme de formation en ligne.

Photo Ludovic Godard - UFC

Comment dit-on souplesse en portugais ou en allemand ? Et compétence en russe ou en chinois ? Et expérience ?… Bien d’autres mots de vocabulaire viennent qualifier les formations dispensées par le CLA à destination des entreprises. Et dans d’autres langues encore, anglais en tête, arabe, espagnol, italien et japonais. Une entreprise a des besoins spécifiques à son fonctionnement. C’est en se plaçant de son point de vue que le CLA réussit à lui apporter des réponses appropriées. Dans le contenu d’abord. Pouvoir échanger des mails facilement et par là même améliorer les relations sociales avec un partenaire allemand, conduire une réunion de travail en anglais ou préparer un voyage d’affaires en Chine, la vie d’une entreprise est truffée d’occasions d’apprendre une langue étrangère. Avec en option un vocabulaire particulier à un secteur d’activité, et parfois même un jargon propre à un établissement !

Stagiaires en cours d’anglais

20 //////////////////////////////////////////////////////////////////////////  En Direct n°250 - novembre - décembre 2013


La formation ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Franche-Comté et au-delà, le CLA comptant de grandes firmes nationales pour clients réguliers. « Les PME sont aussi de fidèles publics. La loi sur la formation professionnelle continue de 1971, puis des dispositifs comme le droit individuel à la formation ont renforcé cette volonté. » Professionnalisme et adaptabilité, en français dans le texte, sont des maîtres mots au CLA. Chacun trouvera ensuite matière à les décliner dans la formule de son choix.

Photo CLA

« Ces outils très performants sont complémentaires au travail mené en présentiel, qui reste le cœur de notre enseignement », précise John Olsen, responsable de la section Langues vivantes étrangères. Les préparations aux certifications, comme les incontournables TOIEC pour l’anglais et BULATS multilingues, ou encore le DCL en anglais, sont assurées du cours du soir au stage intensif. Le CLA sait aussi jouer collectif. Le dernier-né de ses cours en commun est consacré à l’anglais professionnel. Des groupes de six personnes sont constitués à l’issue d’un « test de placement » déterminant un intérêt à travailler ensemble plutôt qu’un niveau au sens strict. Cette formation, aux trois quarts dispensée en présentiel, est soutenue par l’accès sur le net à English Online, l’un des outils numériques mis au point par le CLA. À noter que les interventions sur site sont largement répandues et apportent un confort certain, dont ont déjà bénéficié de nombreuses entreprises en

Le Centre de linguistique appliquée de Besançon (CLA)

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Pôle d’anglais médical Le diplôme universitaire L’anglais pour la médecine est spécifiquement destiné aux médecins et internes désireux d’acquérir une bonne formation ou de peaufiner leur connaissance d’un anglais tourné vers leur spécialité. Cent dix heures de formation pour gagner en aisance dans les congrès internationaux ou les réunions de travail. La création de ce diplôme est le point de départ d’un pôle d’anglais que le CLA souhaite développer à l’intention des professionnels de la santé, encouragé en ce sens par l’importance croissante des activités liées à la médecine sur Besançon ; une nouvelle formation Pratique de la langue en contexte médical a ainsi déjà vu le jour. John Olsen souligne les atouts de l’établissement régional dans cette démarche. « Il existe une véritable valeur ajoutée du CLA dans l’anglais médical. Nos enseignants sont expérimentés, travaillent dans de bonnes conditions et disposent du temps nécessaire pour préparer des cours très techniques et réellement adaptés à leur auditoire. » ÆContact : John Olsen - Section Langues vivantes étrangères - Centre de linguistique appliquée de Besançon Université de Franche-Comté - Tél. (0033/0) 3 81 66 52 29 - john.olsen@univ-fcomte.fr

En Direct n°250 - novembre - décembre 2013 //////////////////////////////////////////////////////////////////////////   21 


le projet //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Maladies tropicales : la solution au cœur du problème Considérer les relations entre environnement et santé pour mieux appréhender la gestion d’une maladie est une approche largement défendue au laboratoire Chrono-environnement de l’université de Franche-Comté. Elle s’exporte sur le terrain avec la future création d’un master Écologie et contrôle des maladies à l’université de Kinshasa.

Preuves à l’appui

Au cœur des Tropiques, la République démocratique du Congo est l’une des zones les plus favorables à l’émergence ou à la propagation de maladies infectieuses comme le choléra, la peste, le monkeypox (une variante de la variole) ou encore la trypanosomiase, transmise par la piqûre de la tristement célèbre mouche tsé-tsé. La progression de la démographie en Afrique allant de pair avec l’occupation de nouveaux espaces géographiques, la proximité et les contacts récurrents entre les hommes et les animaux sont, parmi d’autres, des facteurs favorisant le développement de ces maladies. On voit donc bien que l’être humain fait partie intégrante d’un écosystème, un véritable puzzle qui doit être considéré dans sa globalité pour donner du sens à chacune de ses pièces. C’est sur cette logique que s’est construite l’approche éco-épidémiologique reliant environnement et dynamique des systèmes au laboratoire Chronoenvironnement de Besançon. Focalisée sur le traitement de la maladie, la formule est prête à s’exporter en République démocratique du Congo, où là comme ailleurs en Afrique, anticiper est le mot d’ordre pour ne pas avoir à subir des problèmes sanitaires dont on sait qu’ils seront très difficiles à gérer. « Essentiellement centrés sur des approches curatives, nos programmes de lutte arrivent aujourd’hui dans une impasse ; il est nécessaire de leur réinjecter du savoir. » Didier Bompangue Nkoko est chercheur associé au laboratoire Chrono-environnement et enseignant en médecine dans son pays. Il est le relais de ce savoir et l’instigateur de la mise en place à la faculté de médecine de l’université de Kinshasa d’un master Écologie et contrôle des maladies, directement inspiré du modèle bisontin.

Des travaux de recherche doublés d’un investissement personnel remarquable l’ont conduit en quelques années de la rédaction de sa thèse à la vocation d’ambassadeur de la méthode développée à Chrono-environnement. Abondamment cités dans la sphère académique, les nouveaux concepts amenant à considérer autrement les questions de santé remportent aussi l’adhésion sur le terrain, avec des actions menées en Guinée, au Niger ou encore en Haïti aux côtés de l’UNICEF ou de Médecins Sans Frontières. En République démocratique du Congo, l’identification de foyers de résurgence du choléra et des moyens de les gérer a permis la mise en place d’actions soutenues qui font leurs preuves. Ici, c’est la Fondation Veolia qui investit dans la gestion de l’eau en suivant les recommandations scientifiques. « Sur le foyer pilote de Kalemie, dix cas de choléra sont actuellement déclarés sur une semaine, quand, à période comparable, on en déplorait cinquante avant la mise en place de ces mesures. » Didier Bompangue Nkoko espère la mise en place du master sur le territoire congolais à la rentrée prochaine, pour assurer le transfert de compétences et la formation de professionnels impliqués dans le domaine de la santé publique à l’endroit même où surgissent les problèmes. Le 10 janvier 2014 se réuniront à Besançon tous les acteurs de ce projet, s’appuyant sur la convention cadre signée en 2010 entre les universités de Franche-Comté et de Kinshasa. « C’est un véritable défi organisationnel et technique. Le master, tel qu’il est imaginé aujourd’hui, comporte un gros volet d’enseignement à distance. » Une transition indispensable avant l’accès de la formation à l’autonomie. La mise en place de tout ce dispositif va nécessiter un minimum de financement régulier, ce qui est loin d’être acquis.

Le bâtiment du rectorat de l’université de Kinshasa

ÆContact : Didier Bompangue Nkoko - Laboratoire Chrono-environnement - Université de Franche-Comté / CNRS Tél. (0033/0) 3 81 66 57 10 - didier.bompangue@gmail.com

22 //////////////////////////////////////////////////////////////////////////  En Direct n°250 - novembre - décembre 2013


Terre d’inventeurs //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Cinéma : le droit à l’image ? Image et cinéma, y a-t-il liaison plus légitime ? Pourtant, dès lors que l’on aborde le domaine de l’indicible, de l’inimaginable, se pose la question du bien-fondé de l’image. Dans le registre de la guerre et horreurs en tout genre, quel statut et quelle valeur accorder aux documents iconographiques issus d’archives, aux témoignages filmés, aux mises en scène fixées sur pellicule ?

Images manquantes est le thème des 10e rencontres Cinéma et histoire organisées par le laboratoire IRTES -  RECITS de l’UTBM les 3 et 4 décembre prochains, dans le cadre du festival Entrevues de Belfort. Réalisateurs et scientifiques porteront leur double regard sur un débat très polémique, qu’animent principalement deux courants de pensée. Le premier attend de l’image qu’elle dise tout, au risque, selon le second, de se voir interdire toute distance critique et imposer une mémoire préfabriquée, et qui, lui, préfère ne rien montrer. Entre ces deux positions radicales, un curseur plus modéré suggère un droit à utiliser et analyser l’image malgré ses limites. « Pour un réalisateur, le choix de passer ou non par l’image procède non seulement d’une dimension éthique, mais aussi d’approches historiques et de considérations esthétiques », estime Laurent Heyberger, enseignant-chercheur en histoire contemporaine à l’UTBM et maître de cérémonie des Rencontres.

Une programmation choisie Pour illustrer le sujet et surtout prêter matière à la réflexion, les œuvres proposées ont été sélectionnées avec soin. D’abord Le dernier des injustes de Claude Lanzmann, réalisé d’après une interview vieille de plus de trente ans de Benjamin Murmelstein, ce rabbin chargé de faire le lien entre les prisonniers juifs et leurs tortionnaires dans le camp de concentration de Theresienstadt pendant la seconde guerre mondiale. Projeté hors compétition, le film a reçu une véritable ovation à Cannes en 2013. Lauréat de la sélection « Un certain regard » lors du même festival, L’image manquante du Cambodgien Rithy Panh, à qui les rencontres Cinéma et histoire doivent cette année leur nom, met en scène des figurines en argile palliant l’absence d’images que le réalisateur recherche en vain pour raconter ses souvenirs de l’horreur du régime Khmer rouge. Un court et un moyen métrages se partagent l’affiche pour évoquer le génocide rwandais. Sonatubes - Nyanza, réalisé en 2012 par Arnaud Sauli, recueille le témoignage d’une jeune fille rescapée du génocide et laissée pour morte sur la colline Nyanza où elle n’est jamais retournée. Signé Marie-Violaine Brincard en 2010, Au nom du père, de tous, du ciel raconte le refus de paysans hutus de voir leur peuple divisé en clans, et l’engagement de ces Augustin et Marguerite, un couple de justes hutus filmés par justes qui sauvèrent la vie de Tutsis au Marie-Violaine Brincard dans Au nom du père, de tous, du ciel. Photo Olivier Dury péril de la leur. En marge de ces œuvres contemporaines, la projection de Loin du Vietnam de Chris Marker nous ramène en 1967 et au cinéma militant des Lelouch, Varda, Godard et autres Resnais qui ont tous coréalisé ce film. « Toutes ces projections sont précédées de présentations scientifiques assurées par des spécialistes de l’histoire du cinéma, et font ensuite l’objet d’un échange avec le public », précise Laurent Heyberger. ÆContact : Laurent Heyberger - IRTES - RECITS / UTBM - Tél. (0033/0) 3 84 58 38 19 / laurent.heyberger@utbm.fr

En Direct n°250 - novembre - décembre 2013 //////////////////////////////////////////////////////////////////////////   23 


///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Direction de la valorisation, Université de Franche-Comté Tél. (0033/0) 3 81 66 20 95 / 20 88 - endirect@univ-fcomte.fr http://endirect.univ-fcomte.fr

Directeur de la publication : Jacques Bahi. Rédaction : Catherine Tondu. Composition : Marie-Pierre Terreaux et Rudolf van Keulen. Conception graphique : Gwladys Darlot. Crédit photo couverture : theGlint. Impression : Simon graphic, Ornans / Imprim’vert. en direct est édité par : Université de Franche-Comté

1, rue Claude Goudimel - 25030 Besançon cedex Président : Jacques Bahi - Tél. (0033/0) 3 81 66 50 03 en association avec : Université de technologie de Belfort-Montbéliard

90010 Belfort cedex - Directeur : Pascal Brochet - Tél. (0033/0) 3 84 58 30 00 École nationale supérieure de mécanique et des microtechniques

Chemin de l’Épitaphe - 25030 Besançon cedex Directeur : Bernard Cretin - Tél. (0033/0) 3 81 40 27 00 Université de Neuchâtel

Avenue du 1er mars 26 - CH - 2000 Neuchâtel Rectrice : Martine Rahier - Tél. (0041/0) 32 718 10 00 Haute Ecole Arc

Place de la gare, 4 - CH - 2002 Neuchâtel Directrice : Brigitte Bachelard - Tél. (0041/0) 32 930 11 11 Établissement français du sang Bourgogne - Franche-Comté

1, boulevard A. Fleming - 25020 Besançon cedex Directeur : Pascal Morel - Tél. (0033/0)3 81 61 56 15 Avec le soutien du Conseil régional de Franche-Comté et du Conseil général du Territoire de Belfort. ISSN :   0987-254   X. Dépôt légal : à parution. Commission paritaire de presse : 2262 ADEP - 6 numéros par an. Pour s’abonner gratuitement, formulaire en ligne sur http://endirect.univ-fcomte.fr

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


En direct n°250  
Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you