Issuu on Google+

Plan d’Action Stratégique Contrat quadriennal 2010-2013 Volet Formation


Sommaire Introduction Politique générale de formation : licence et master Axe 1 : Orienter et professionnaliser • Une orientation réfléchie, gage d’une intégration réussie • Une offre de formation constituée autour d’un socle large et solide en licence et profilé pour l’insertion. Axe 2 : Optimiser l’insertion professionnelle des étudiants et susciter la reprise d’études par une politique de formation continue cohérente et ambitieuse Axe 3 : Renforcer la cohérence entre l’offre de formation et le projet scientifique de l’établissement Axe 4 : Veiller à la qualité de vie et de l’environnement des études et du travail Glossaire


Politique générale de formation

licence master &

La priorité affichée est de renforcer l’attractivité de l’Université des Antilles et de la Guyane, tant auprès des étudiants que des personnels, par une politique de formation ambitieuse qui s’appuie sur la modernisation des outils de formation et qui affirme sa cohérence avec les réalités locales et régionales. Pour ce faire, 4 axes stratégiques ont été définis. Dans le contexte de l’offre de formation 2010-2013, un des enjeux majeurs pour l’U.A.G. est de faire de l’intégration des trois I.U.F.M. un atout qui lui permette de répondre plus efficacement aux besoins renouvelés en matière de formation des maîtres et au souci accru d’insertion professionnelle –via les concours de l’enseignement-. En ce sens, la pluridisciplinarité des formations organisées au sein de cinq domaines de formation (S.T.S./A.L.L./S.H.S./S.E.G./D.S.P.) -avec en Licence un sixième domaine constitué par les S.T.A.P.S. -est de nature à promouvoir une offre élargie et adaptée à la dynamique d’un développement régional harmonieux et compétitif. Ainsi, l’articulation du domaine D.E.G. en deux domaines S.E.G. (Sciences Économiques et de Gestion) et D.S.P. (Droit et Science Politique) s’inscrit dans cette logique d’affirmation et de lisibilité des compétences locales dans le champ des Sciences Politiques. De même les aménagements de dénominations nationales revendiqués par certaines mentions de licences et de masters répondent à cette exigence accrue de lisibilité, inscrite dans une démarche de recherche-qualité.


axes stratégiques axe 1

Orienter et professionnaliser Il convient que l’Université des Antilles et de la Guyane affronte de façon volontariste le problème de l’inser tion professionnelle, en prenant en compte de façon per tinente le profil de sa population étudiante et en adaptant son système d’enseignement à la socio-culture de la majorité de ses étudiants. Il s’agit en effet de prendre la mesure des enjeux : dans un

atouts non encore suffisamment valorisés des divers territoires. En ce sens, l’intégration réussie des I.U.F.M., la professionnalisation accrue des cursus de licences générales, l’ouver ture progressive de 29 licences professionnelles (compte tenu des propositions de l’I.U.T.) sur les quatre ans, ainsi qu’une bonne ar ticulation du projet scientifique et de l’offre de formation devraient permettre d’optimiser cette mise en cohérence des moyens et des besoins du bassin économique régional, afin d’assurer à tous les niveaux à nos étudiants une inser tion professionnelle réussie. Pour ce faire, l’U.A.G. privilégiera :

Une orientation réfléchie, gage d’une intégration réussie bassin économique étroit, il ne saurait être question d’appor ter des réponses toutes faites, mais bien de constr uir e ces réponses par une analyse approfondie des contraintes et des potentialités du marché de l’emploi. Cette analyse doit s’appuyer sur vraie démarche prospective et sur politique innovante de « re-profilage » métier s existants et de création nouveaux métiers, en relation avec

une une des de les

Une des causes essentielles de l’échec en première année du cursus Licence tient à des problèmes d’orientation, et sur tout à une projection inexistante ou lacunaire dans le domaine professionnel. Les diverses analyses menées montrent que les meilleur s bachelier s de nos régions ont tendance à privilégier une intégration dans des universités de la France hexagonale, encore que cette propension soit en baisse en raison des


axe 1

effor ts entrepris en vue d’améliorer la connaissance chez les publics concernés de l’offre de formation de l’U.A.G. L’intérêt d’une politique plus offensive se fait donc évident : d’une par t, elle doit permettre d’attirer ces bacheliers d’un bon niveau, et d’autre par t, d’encadrer de façon plus étroite l’ensemble des bacheliers. D’où la nécessité de mettre en place un ambitieux dispositif d’accueil, d’orientation, de suivi et d’inser tion de cette population étudiante, en amont et en aval. Les actions en amont prendront la forme de campagnes d’information à l’attention des lycéens des trois régions (rencontres dans les lycées, jour nées por tes ouver tes, témoignages d’étudiants…), de tests de préorientation, de rencontres avec les enseignants des filières pressenties par l’étudiant. Elles s’effectueront aussi au moyen de la réalisation d’un atlas des métiers, en termes de débouchés offer ts par les diverses filières de l’U.A.G. En aval, ce dispositif se déclinera sous forme d’actions pédagogiques diverses, déjà expérimentées pour la plupar t mais non encore évaluées : tutorat individualisé (enseignantsréfér ents, dir ecteur s d’étude…), système de monitorat assuré par des étudiants de master, développement des associations d’étudiants dont l’un des rôles-clés sera de promouvoir et valoriser une culture d’établissement, autant d’actions qu’il s’agira d’affiner au fur et à mesure du déroulement du contrat.

Une offre de formation constituée autour d’un socle large et solide en licence et profilé pour l’insertion Le périmètre historiquement pluridisciplinair e de l’U.A.G. doit êtr e consolidé et élargi par des procédures d’innovation, dont les lignes de force sont le décloisonnement disciplinaire et la modernisation des outils pédagogiques. En corrélation avec la politique d’orientation active, l’ambition est de diminuer au moins de moitié le taux d’échec en licence en 3 ans. Les moyens contractualisés d’aide à la réussite et du plan Licence seront mis à profit pour renforcer l’encadrement pédagogique des étudiants (dédoublement des groupes de TD, soutien aux étudiants les plus en difficulté, mise en ligne de ressources didactiques interactives, dans le cadre notamment des par tenariats de l’U.A.G. avec les Universités Numériques Thématiques…).


axes stratégiques

Une attention toute par ticulière, sous forme d’appel à projets, sera por tée à l’accompagnement des étudiants salariés, des étudiants handicapés, des étudiants en provenance des B.T.S. A cet égard, nous prévoyons à titre expérimental, de tester sur plusieurs lycées un dispositif d’ a cco mp a gn e m e n t d e l ’ i n t é g r a t i o n à l’université des B.T.S. L’objectif est non seulement de susciter un nouvel engouement pour les sciences, de manière à ce que les premiers cycles de ce secteur ir riguent nos master s et nos doctorats, mais aussi de s’appuyer sur le profil plus « professionnalisant » de ces étudiants de B.T.S pour promouvoir au sein de notre université une culture de la « professionnalisation » et du projet. Le recadrage qui est proposé des D. A . E . U. A e t B e t q u i v i s e u n e professionnalisation à cour t ter me (concours de la fonction publique, emplois du privé niveau IV reconnu par les conventions collectives), à moyen terme (intégration dans un I.U.T. ou un B.T.S.) et à long terme (poursuite d’études

universitaires longues) est de nature, par la diversification des parcours qu’elle met en œuvre, à favoriser un recrutement étudiant élargi et la mise en œuvre d’un projet professionnel bien ciblé. Dans l’objectif de confor ter les licences, notr e établissement a développé des formations de niveau L généralistes dans les cinq domaines indiqués, avec un souci de cadrage des formations et de p r o f e s s i o n n a l i s a t i o n é v i d e n t : s t a ge s obligatoires en école ou en entreprise dans tous les cursus, intégration de professionnels dans les équipes pédagogiques, modules de construction du projet professionnel étudiant et de connaissances de l’entreprise, reconnaissance sous forme de validations de crédits de l’investissement dans les associations étudiantes et/ou dans le tutorat ou monitorat. Notre université entend également au cour s des quatr e pr oc haines années augmenter les filières L3 professionnalisantes et développer des licences professionnelles (outre les 10 ouver tures proposées, 19 autres sont prévues en cour s de contrat) pour voyeuses d’emplois. Ainsi par exemple, la L.P. « espaces naturels : pêche et valorisation des produits de la mer » vise à exploiter les débouchés professionnels liés à notre environnement maritime immédiat.


axes stratégiques axe 2

Optimiser l’insertion professionnelle des étudiants et susciter la reprise d’études par une politique de formation continue cohérente et ambitieuse Les mesures déployées autour de la professionnalisation ont un objectif évident : favoriser l’inser tion des étudiants dans le monde du travail, ce qui suppose que les formations se développent moins pour elles-mêmes qu’en fonction des débouchés professionnels qu’elles offrent. Toutefois, si notre offre s’est structurée autour de cette priorité, elle ne s’est pas montrée moins soucieuse de promouvoir l’épanouissement personnel et culturel de l’étudiant, par l’attention por tée au développement d’un socle élargi de connaissances générales et d’une culture de la transdisciplinarité, dans la perspective de l’acquisition d’un por tefeuille de compétences transversales. Un effor t par ticulier et soutenu devra être fait en direction des Lettres, Sciences Humaines et Juridiques pour penser une professionnalisation qui soit adaptée à leur profil et soit attentive à leurs cultures disciplinaires. Dans cette perspective, l’université consolidera sa politique en matière d’enseignements transversaux tels les O.I.M., les langues vivantes, en mettant l’accent également sur les modules de méthodologie et de connaissance de l’entreprise, et plus largement, du monde du travail. Or, ces objectifs ne pourront être atteints que si se poursuit dans le même temps la modernisation des outils pédagogiques. Concrètement, cette modernisation se traduira par la constitution, au sein du Service des Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement (S.T.I.C.E.) récemment créé, d’un centre de cer tification destiné à piloter la préparation et la validation du C2i et du C.L.E.S. Il s’agira, en s’appuyant sur les compétences de ce service de produire des ressources numériques, de développer l’enseignement à distance, de renforcer la maîtrise des langues étrangères, ce qui suppose en retour que chaque composante soit dotée au moins d’un laboratoire multimédia.


axe 2

En concer tation et en dialogue permanents avec le S.C.U.I.O.-I.P. qui pourrait intégrer un Bureau de l’Inser tion Professionnelle de l’Étudiant, la politique de l’université en matière d’inser tion professionnelle se traduira également par : -la mise en œuvre d’une réelle politique de traçabilité : développement des réseaux des « anciens », suivi de carrière des diplômés, production de données quantitatives et qualitatives sur l’inser tion professionnelle des étudiants -l’instauration d’un accompagnement des stages : constitution d’un vivier aussi large que possible d’offres de stages et d’emplois en adéquation avec l’offre de formation de l’U.A.G., mise en place d’un annuaire électronique des entreprises, création d’un réseau intergénérationnel en par tenariat avec l’Université du Temps Libre, etc. -l’aide à la construction du projet professionnel : organisation de conférences animées par des professionnels, systématisation progressive du module de méthodologie « Formation aux techniques de recherche d’emploi », élaboration évolutive du Projet Professionnel de l’Étudiant (P.P.E.) par la prise en compte de la dynamique de son parcours (réorientation, infléchissements, ajustements…). -le renforcement de la politique de l’Institut Universitaire de Formation Continue (I.U.F.C.) et l’aménagement de passerelles permanentes avec le monde de l’entreprise pour susciter la reprise d’études chez les salariés et mettre en synergie les politiques de la formation initiale avec celles de la formation continue. En ce sens, la formation continue devra poursuivre et renforcer sa politique de formation pour accueillir un nombre croissant d’inscrits, en privilégiant la construction de parcours individualisés et bien ciblés, en s’appuyant sur les différentes m o d a l i t é s p é d a g o g i q u e s e x i s t a n t e s, e t notamment, sur la formation ouver te à distance, en consolidant l’offre en matière de formations cour tes ou qualifiantes, en renouvelant les modalités d’approches des r elations de l’université avec les entreprises, les institutions, les associations, pour mieux tenir compte d’un environnement mouvant et dynamique.


axes stratégiques axe 3

Renforcer la cohérence entre l’offre de formation et le projet scientifique de l’établissement Pour nombre d’étudiants, le master constitue la dernière étape de leur cursus de formation et doit, de ce faire, être un vrai tremplin vers une inser tion professionnelle réussie. Pour d’autres, le master représente une por te ouver te sur la recherche. Quoi qu’il en soit, l’adossement à la recherche valorise les compétences acquises par l’étudiant durant le cursus licence, soit en garantissant une capacité

d’innovation en prise avec l’environnement naturel, culturel et socio-économique, soit en assurant la for mation intellectuelle nécessaire aux futurs doctorants.

Dans les deux cas, pour optimiser ces objectifs, l’U.A.G. promouvra l’ouver ture à l’internationale par le biais de la mobilité des étudiants et enseignants-chercheurs, mais cherchera aussi en parallèle à faire de son offre de formation au niveau master une vitrine de sa compétitivité et de sa recherche qualité, afin d’attirer les étudiants étrangers et augmenter ainsi le nombre de doctorants inscrits dans ses laboratoires. C’est pourquoi semble incontournable la constitution d’un outil de mutualisation d’activités, de moyens d’établissements et d’organismes de recherche permettrait à l’U.A.G. d’asseoir son implantation dans l’environnement caribéen et américain, tout en favorisant une formidable mise en réseau de potentialités. Si ce chantier est encore balbutiant, les perspectives n’en demeurent pas moins alléchantes : les universités canadiennes (en par ticulier l’univer sité d’Ottaw a), caribéennes, haïtiennes et brésiliennes pourraient ainsi se présenter comme des par tenaires privilégiés, au même titr e que les gr ands or g anismes de recherche (C.N.R.S., I.R.D, I.N.R.A.) avec lesquels il s’agira d’établir une réelle contractualisation.


axe 3


axes stratégiques

Cette volonté d’implantation dans l’environnement caribéen et américain va de pair avec le désir de l’U.A.G. de s’inscrire dans une dynamique de mise en cohérence de l’offre de formation master avec l’environnement naturel et culturel immédiat: on peut citer, à titre d’exemples, le master professionnel d’Économie dans sa spécialité « Gestion et Évaluation des entreprises et des Collectivités locales » au travers de son parcours « Gestion et exper tise des milieux littoraux », le master professionnel de droit privé, dans sa spécialité « Droit et activités maritimes et por tuaires », ainsi que la spécialité « Langues, Littératures interculturelles et Ethique du Divers » du master A.L.L. Dans la plupar t des cas, ces spécialités ou parcours sont préparés en amont dès le niveau licence. L’U.A.G. entend aussi asseoir son implantation territoriale et accroître son attractivité en matière de for mations professionnalisées dans les domaines de la santé, des sciences politiques et des métiers de l’ingénieur. Les projets liés à cet axe de développement se déclinent comme suit : - la mise en place d’un campus Santé en Guadeloupe et en Mar tinique. Ce campus réunira  : la faculté de médecine, les écoles paramédicales et peut-être le STAPS. Ce campus répond aux recommandations du Ministère, eu égard à l’unversitarisation des formations paramédicales et à la mutualisation des moyens et des enseignements. En Guadeloupe, ce campus pourrait être adossé au nouveau CHU à Perrin Abymes, non loin de l’UAG. -un projet d’école d’or thophonie conforme à l’intégration L.M.D. -le pilotage d’un projet de création d’Institut d’Études Politiques (I.E.P.) dont l’implantation devrait se faire sur le pôle Guadeloupe (Basse-Terre) -un projet d’École d’Ingénieur qui répond à une demande de professionnalisation des étudiants, à un besoin urgent d’accroître la formation de cadres, ainsi qu’à renforcer les entreprises existantes tout en satisfaisant aux nouveaux enjeux liés au développement durable. Ce projet qui a reçu un accueil très favorable des différents réseaux d’écoles d’ingénieur s’inscrit aussi dans la dynamique qui accompagne le lancement du pôle industriel de compétitivité « Synergîle » adossée au pôle « Cap énergies ».


axes stratégiques axe 4

Veiller à la qualité de vie et de l’environnement des études et du travail La réussite d’un parcours universitaire est étroitement liée aux conditions de vie et de travail qui sont offer tes aux étudiants. Nous comptons faire des analyses des résultats de l’évaluation un outil d’amélioration permanente des « conditions

travers de projets spor tifs, associatifs et culturels, de promouvoir leur implication dans la vie de nos campus, en veillant à assurer et développer  : l’aménagement des forums, véritables lieux de vie des étudiants, l’accès à des infrastructures spor tives intramuros, un hébergement de qualité, des ser vices de pr oximité, une of fr e d e restauration évolutive et l’accès facilité à des professionnels de la santé (médecin, psychologue…) et de l’accompagnement social. Les autres priorités rejoignent celles déjà énoncés dans le développement des axes antérieurs et peuvent se résumer comme suit : -Améliorer l’accueil des étudiants primoentrants sur chacun des pôles, ainsi que leur suivi -Enrichir les environnements de travail numérique -Développer et accompagner la modernisation des outils pédagogiques

de la formation » et des conditions de vie au sein de nos divers campus.

-Accompagner de façon individualisée le projet professionnel de l’étudiant

En relation étroite avec les associations étudiantes, le vice-président de la vie étudiante, les ser vices communs, il nous apparaît oppor tun de favoriser l’expression du plus grand nombre d’étudiants, au

-Décliner la dimension environnementale du développement durable au niveau du fonctionnement quotidien et de l’amélioration des infrastructures.


Glossaire A.L.L. : Ar t Lettres et Langues B.T.S. : Brevet de Technicien Supérieur C.L.E.S. : Cer tificat de Compétences en Langues de l’Enseignement Supérieur C.N.R.S. : Centre National de la Recherche Scientifique C2i : Cer tificat Informatique Internet C.H.U. : Centre Hospitalier Universitaire D.A.E.U. A : Diplôme d’Accès aux Etudes Universitaires D.A.E.U. B : Diplôme d’Accès aux Etudes Universitaires D.E.G : Droit Economie Gestion D.S.P. : Droit et Science Politique I.E.P : Institut d’Etudes Politiques I.N.R.A. : Institut National de la Recherche Agronomique I.R.D : Institut de Recherche et Développement I.U.F.C : Institut Universitaire de Formation Continue

I.U.F.M : Institut Universitaire de Formation des Maîtres I.U.T. :Institut Universitaire de Technologie L.M.D. : Licence Master Doctorat O.I.M. : Outils Informatique et Multimédia P.P.E. : Projet Professionnel de l’Étudiant S . C . U . I . O. - I . P. : S e r v i c e C o m m u n Universitaire d’Information et d’Orientation Inser tion Professionnelle S.E.G. : Sciences Économiques et de Gestion S.H.S. : Sciences Humaines et Sociales S.T.A.P.S. : Sciences et Techniques des Activités Physiques et Spor tives S.T.I.C.E. : Service des Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement S.T.S. : Sciences – Technologies – Santé T.D. : Travaux Dirigés U.A.G. : Université des Antilles et de la Guyane


Bâtir le futur pour

choisir son avenir Conception et réalisation : service communication UAG 2009 Crédits photos : Philippe VIRAPIN


Plans d'Action Stratégique de l'UAG - volet formation