Page 1

LE MAGAZINE DE L’UNION DES MUNICIPALITÉS DU QUÉBEC

> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > >> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > >> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > >> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > >> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > >> >> >>> > > > > > > > > >> > >> > >> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > >> > >> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > >>>>> >> >>> >>> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > >> > >> > >> > >> > > > > > > > > > > > > > > > >> >> > >> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > >> >> >>> >>> > > >> > >> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > >> > >> > >> > > > > > > > > > > > > > > > >> >> >>> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > >> > >> > >> > >> > > > > > > > > > > > > > > >>>>> >> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > >> >> >>> > > > > > >> > > >> > >> > >> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > >> > >> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > >>>>> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > >> > >> > >> > >> > > > > > > > > > > > > > > > > >> >> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > >> >> >>> >>> > > >> > >> > > > > > > > > > >

2018

DE LA

PAR LE

ÉCONOMIE NUMÉRIQUE ET IMPÔT FONCIER

vers l’impasse fiscale ?

ACTES PLEINE AUTONOMIE JUSTICE FISCALE MOBILITÉ DURABLE OCCUPATION DU TERRITOIRE

Mérite Ovation municipale

Des initiatives porteuses

PLEINS FEUX SUR L’INNOVATION

POUR LE VIVRE-ENSEMBLE

39/02 Volume

Numéro

MAI 2018

> > > > > > > > > > > >


chat a ’ d s t pemen

205 /6 5R

à s e é t p a d a s n i o s e b s uRs vo n en co hésio d a ’ d s ne campag nt um

appro q.qc.ca/

visionne

me

Pneus

s

u l so s n o i t

RegRou

des

Bacs pour matières résiduelles

15

Produits chimiques traitement des eaux

adhérez dès ant ! n e t n i a m


39/02 Volume

Numéro

SOMMAIRE MAI 2018

05

MOT DU PRÉSIDENT

DE LA PAROLE AUX ACTES

07

MOT DU MINISTRE

ENSEMBLE, POURSUIVONS LA RÉVOLUTION MUNICIPALE

08 ACTUALITÉS

L’UMQ RENCONTRE UNE DÉLÉGATION D’ÉLUES ET ÉLUS LOCAUX HAÏTIENS

09

GRAND DÉFI PIERRE LAVOIE

10

LÉVIS REÇOIT LA QUATRIÈME ÉDITION DU DÉFI TÊTE LA PREMIÈRE

11

CONGRÈS MONDIAL ICLEI À MONTRÉAL

60

14 FORMATION

BILAN DE LA TOURNÉE DE FORMATION DES NOUVELLES ÉLUES ET NOUVEAUX ÉLUS

18

FEMMES ET POLITIQUE

COUP D’ŒIL SUR L’ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES AU MUNICIPAL

20

DOSSIER DU MOIS

2018 – DE LA PAROLE AUX ACTES / PLATEFORME MUNICIPALE

33

MÉRITE OVATION MUNICIPALE

58 CULTURE

PLEINS FEUX SUR L’INNOVATION!

LA VALISE CULTURELLE DE L’ÉLU MUNICIPAL

60 VIVRE-ENSEMBLE  DES MUNICIPALITÉS PRENNENT LES DEVANTS POUR FAVORISER LES DIALOGUES ET LES ÉCHANGES 64 RELÈVE

TOUS UNIS POUR MISER SUR LA JEUNESSE EN MILIEU MUNICIPAL

CHRONIQUES 68 APPROVISIONNEMENT

TROIS SOLUTIONS SIMPLES POUR VOTRE ORGANISATION

69

LE QUESTIONNAIRE MÉDICAL PRÉEMBAUCHE

CARREFOUR DU CAPITAL HUMAIN

70 JURIDIQUE PRINCIPE DE PRÉCAUTION : LA PRUDENCE EST DE MISE

URBA EST UNE PUBLICATION DE L’UNION DES MUNICIPALITÉS DU QUÉBEC PUBLIÉE QUATRE FOIS PAR ANNÉE (+ DEUX VERSIONS EXCLUSIVEMENT NUMÉRIQUES) ET RÉALISÉE PAR SA DIRECTION DES COMMUNICATIONS LES AVIS DE CHANGEMENT D’ADRESSE DOIVENT ÊTRE ENVOYÉS À : UNION DES MUNICIPALITÉS DU QUÉBEC, 680, RUE SHERBROOKE OUEST, BUREAU 680, MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 2M7 TÉLÉPHONE 514 282-7700 TÉLÉCOPIEUR 514 282-8893 DÉPÔT LÉGAL BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DU QUÉBEC, BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DU CANADA ISSN 1490-2427 LA REPRODUCTION DES TEXTES ET PHOTOS EST AUTORISÉE AVEC MENTION DE LA SOURCE DES FRAIS DE PHOTOCOPIE ET DE MANUTENTION SONT FACTURÉS AUX NON MEMBRES ABONNEMENT 58 $ + TAXES = 66,69 $ URBA N’EST PAS RESPONSABLE DES ERREURS DE CONTENU DE LA CHRONIQUE JURIDIQUE. LES PRODUITS, MÉTHODES ET SERVICES ANNONCÉS SOUS FORME PUBLICITAIRE DANS URBA NE SONT EN AUCUNE FAÇON APPROUVÉS, RECOMMANDÉS, NI GARANTIS PAR L’UMQ. DE PLUS, URBA SE RÉSERVE LE DROIT DE REFUSER TOUTE PUBLICITÉ, SANS EXPLICATION LES DÉNOMINATIONS D’INDIVIDUS ENGLOBENT LE FÉMININ ET LE MASCULIN DANS LE SEUL BUT D’ALLÉGER LA PRÉSENTATION DE CETTE PUBLICATION PRÉSIDENT DE L’UMQ ALEXANDRE CUSSON DIRECTEUR GÉNÉRAL JASMIN SAVARD RÉDACTRICE EN CHEF MÉLANIE DESTREMPES RÉDACTION ISABELLE LANGLOIS, PATRICK LEMIEUX, JOSÉE MARYSE SAUVAGEAU, FRANÇOIS SORMANY IMAGE DE LA COUVERTURE TC MEDIA – ARCHIVES DESIGN GRAPHIQUE BERTUCH.CA TIRAGE 9 410 IMPRESSION SOLISCO DISTRIBUTION SOLISCO PUBLICITÉ LYNE DUBOIS, MERLICOM, 514-919-3830, LDUBOIS@MERLICOM.COM

SUIVEZ-NOUS

umq.qc.ca

MAI 2018

33

3 URBA

20


MOTDU PRÉSIDENT De la parole aux actes ! Les assises annuelles de l’UMQ sont toujours un moment fort de l’année. Les élues et élus municipaux de toutes les régions du Québec se réunissent pour échanger sur les enjeux de l’heure, les défis et les actions à entreprendre pour assurer le bien-être et le développement durable de leur communauté.

MAI 2018

Cette année, les assises revêtent un aspect particulier puisqu’il s’agit du premier grand rassemblement municipal depuis les élections municipales de novembre dernier. De plus, elles s’inscrivent dans le contexte préélectoral au Québec.

URBA

4

C’est pourquoi nous avons choisi le thème des assises « 2018 : De la parole aux actes ». Il s’agit d’un appel à l’action tant pour nous, élues et élus municipaux qui entamons notre premier mandat comme gouvernements de proximité, que pour les candidates et candidats des prochaines élections générales qui souhaitent se faire élire le 1er octobre prochain. LES MOMENTS FORTS DES ASSISES D’emblée, je remercie le maire de la ville hôtesse des Assises 2018, le maire de Gatineau, monsieur Maxime PedneaudJobin, pour son accueil chaleureux et salue les gens de la belle région de l’Outaouais. J’invite d’ailleurs les congressistes à découvrir et redécouvrir les nombreuses facettes de la ville et de la région. Je remercie également le président de la Commission des Assises 2018, monsieur Michel Angers, maire de Shawinigan, pour avoir vu à la planification de cet événement phare pour le monde municipal. L’horaire est très chargé, mais il répond aux attentes de nos membres d’être toujours à l’affût des nouvelles tendances et des solutions innovantes. L’innovation municipale est encore une fois mise en valeur avec le Pavillon de l’innovation municipale qui présentera cette année 21 projets finalistes. C’est un incontournable ! D’ailleurs, vous trouverez dans ces pages les descriptifs de tous les projets finalistes du mérite Ovation municipale. Des textes qui inspirent.

Comme le veut la tradition, le premier ministre du Québec, monsieur Philippe Couillard, est notre conférencier à la cérémonie d’ouverture. Nous avons également l’honneur d’accueillir le chef du Parti Québécois, monsieur JeanFrançois Lisée, le chef de la Coalition Avenir Québec, monsieur François Legault et le coporte-parole de Québec Solidaire, monsieur Gabriel Nadeau-Dubois. Les femmes et les jeunes seront également à l’honneur, entre autres par la remise du prix Femmes et gouvernance et le prix de la Relève municipale. En plus des nombreux ateliers politiques sur les enjeux municipaux, nous allons également accueillir le ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de Montréal, monsieur Martin Coiteux, lors d’un déjeuner en son honneur. Compte tenu de l’annonce récente de son départ de la vie politique, l’UMQ profitera de l’occasion pour saluer sa grande contribution à l’avancement de l’autonomie municipale.


LANCEMENT DE NOTRE PLATEFORME MUNICIPALE Comme gouvernement de proximité, nous avons le devoir d’anticiper les événements et de planifier l’avenir de nos communautés. Manifestement, la transformation de l’économie et les changements démographiques ont des impacts importants sur l’assiette fiscale des municipalités et l’aménagement du territoire. Il faut s’y préparer dès maintenant. L’UMQ a entrepris une réflexion sur l’impôt foncier dans le contexte de ces grandes transformations. Le forum de nos assises sera l’occasion de dévoiler et de discuter des résultats d’une étude importante sur le sujet commandée par l’UMQ.

D’ailleurs, l’UMQ est de plus en plus présente en région. La tournée de formation des nouvelles et nouveaux élus qui vient de prendre fin est un bel exemple. Plus de 900 personnes ont été formées dans le cadre de 56 sessions offertes minimalement deux fois dans chacune des régions du Québec. Plusieurs d’entre elles en seront à leur première participation à nos assises. À toutes et à tous, je vous souhaite de belles assises ! Le président de l’UMQ et maire de Drummondville,

Alexandre Cusson

5 URBA

Vous trouverez dans les prochaines pages tous les détails de notre plateforme municipale ainsi que des entrevues avec des personnalités qui ont réfléchi à ses enjeux et qui partagent avec nous leur réflexion. Nous aurons plusieurs occasions d’en parler, car j’entreprends, dès le 23 mai prochain, une tournée du Québec avec sous le bras, la plateforme municipale !

MAI 2018

Nous allons également dévoiler notre plateforme municipale qui est le fruit d’une vaste consultation que j’ai menée de janvier à mars derniers. J’ai consulté les élues et élus des cinq caucus d’affinité de l’UMQ : municipalités locales, de centralité, de la métropole, les cités régionales et les grandes villes. Nous avons échangé sur les défis que les gouvernements de proximité ont à relever. Suite aux consultations, nous avons identifié quatre enjeux prioritaires : l’autonomie, la justice fiscale, la mobilité et l’occupation du territoire.


Le CN est fier d’exploiter un chemin de fer durable et sécuritaire afin de bâtir un avenir prometteur pour ses clients, son personnel et les collectivités de partout au pays.


MOTDU MINISTRE Ensemble, nous poursuivons la révolution municipale !

Cette vision renouvelée s’inscrit d’ailleurs dans la nouvelle Stratégie gouvernementale pour assurer l’occupation et la vitalité des territoires 2018-2022. Ainsi, les élus et les acteurs régionaux, et non le gouvernement, déterminent désormais les priorités propres à leurs régions. Par ailleurs, cette stratégie prévoit également que les ministères et organismes gouvernementaux devront dorénavant adapter leurs interventions et leurs programmes de manière à répondre aux priorités régionales. Tous devront développer le « réflexe municipal et régional » !

Le Fonds d’appui au rayonnement des régions, créé en complément du Fonds de développement des territoires, est un des outils qui permettent aux élus municipaux et régionaux de concrétiser des projets porteurs. Le gouvernement du Québec reconnaît ainsi le rôle clé de tels projets dans le développement économique et social de nos territoires. Ensemble, nous sommes en train de mener une véritable révolution dans le monde municipal au bénéfice de nos citoyennes et nos citoyens. Nous avons ouvert de nouvelles voies et insufflé une nouvelle dynamique, celle d’une gouvernance à l’image du 21e siècle. Décentralisation, délégation et régionalisation sont nos nouveaux mots d’ordre. C’était notre engagement, nous avons tenu parole et nous continuerons résolument dans cette voie. Bonnes Assises 2018 ! MARTIN COITEUX Ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire Ministre de la Sécurité publique

7 URBA

Considérés comme des partenaires de premier plan dans le développement économique et social de nos communautés, les municipalités et leurs élus ont désormais plus de pouvoirs que jamais auparavant. En effet, les actions novatrices du gouvernement ont donné lieu à la plus grande décentralisation des pouvoirs de l’histoire municipale du Québec.

MAI 2018

Depuis 2014, le gouvernement du Québec est passé de la parole aux actes dans la transformation de son approche avec les municipalités et les régions. La pierre angulaire de cette modernisation est sans aucun doute la reconnaissance des municipalités comme de véritables gouvernements de proximité.


ACTUALITÉS L’UMQ rencontre une délégation d’élues et élus locaux haïtiens

MAI 2018

L’UMQ a accueilli le 7 mars dernier à ses bureaux à Montréal une délégation composée d’une demi-douzaine d’élues et élus locaux haïtiens. Ceux-ci participaient à une mission sur le leadership municipal organisée dans le cadre du Programme de coopération municipale Haïti-Canada. Cette mission s’est arrêtée à Magog, Montréal, Laval et Ottawa.

URBA

8

Cette journée de conférences et d’échanges a permis aux élues et élus d’en apprendre davantage sur l’approche québécoise et canadienne en matière de leadership et de bonne gouvernance municipale. Plus spécifiquement, de mieux comprendre le fonctionnement et le rôle d’une association municipale comme l’UMQ et ses relations avec les différents paliers de gouvernement.

Commission Femmes et gouvernance de l’UMQ et mairesse de Sainte-Martine ainsi qu’avec M. Michel Adrien, ex-maire de MontLaurier, lui-même originaire d’Haïti.

L’UMQ a présenté à la délégation haïtienne les différents aspects organisationnels liés à la mission de l’Union, tels que la représentation politique – notamment sur les enjeux liés à la présence des femmes dans la gouvernance locale – ainsi que les services aux membres, la formation et les communications et le marketing. Les membres de la délégation ont eu l’occasion de discuter de leur réalité respective avec des élues et élus locaux du Québec et d’Haïti dont Mme Suzanne Roy, présidente ex-officio de l’UMQ et mairesse de SainteJulie, Mme Maude Laberge, présidente de la

LE PROGRAMME DE COOPÉRATION MUNICIPALE HAÏTI-CANADA Initié en 2011, le Programme de coopération municipale Haïti-Canada (PCM), financé par Affaires mondiales du Canada, permet à l’UMQ, à la Fédération canadienne des municipalités (FCM) et à la Ville de Montréal de travailler au renforcement des capacités et des institutions de la Ville de Port-au-Prince, des communes de Gressier, Léogane, Petit-Goâve et de Grand-Goâve ainsi que des trois fédérations nationales d’élues et élus locaux. L’objectif de ce programme est d’encourager la transparence et l’efficacité des gouvernements municipaux ainsi que la collaboration au niveau des associations nationales d’élus locaux et du gouvernement central.


GRAND DÉFI PIERRE LAVOIE 2018

L’UMQ relèvera à nouveau l’épreuve du 1 000 km L’UMQ dépêchera une équipe mixte pour participer à l’édition 2018 du Grand défi Pierre Lavoie. Grâce au soutien de leur partenaire Énergir, le nouveau Gaz Métro, les élues et élus de l’UMQ enfourcheront leur vélo du 14 au 17 juin prochain et traverseront des dizaines de municipalités sur 1 000 kilomètres. « L’UMQ est fière de participer, pour une quatrième année consécutive, au Grand défi Pierre Lavoie. Notre équipe d’élues et d’élus municipaux dynamiques et impliqués au sein de leur communauté donnera l’exemple et fera la promotion des saines habitudes de vie et de la pratique d’activités physiques. Je suis convaincu que les municipalités accueilleront chaleureusement notre équipe de cyclistes et les quelque 200 autres qui défileront sur leur territoire en juin prochain », a déclaré monsieur Michel Angers, maire de Shawinigan et capitaine de l’équipe.

Pour une deuxième année consécutive, une équipe de cyclistes formée de membres de la permanence de l’UMQ, d’employés d’Énergir et de deux jeunes de l’École La Lancée à Montréal, Janyka et Jean-Louis, parcourra également plus de 135 kilomètres le 16 juin prochain, à l’occasion de La Boucle 2018, qui se tiendra dans la ré gion de Lévis. L’Union profitera de cette épreuve pour réitérer son engagement à soutenir les jeunes du Québec grâce à son Plan municipal d’emplois.

3e ÉDITION DE LA GRANDE MARCHE Les municipalités sont invitées à rassembler leurs citoyens les 20 et 21 octobre La troisième édition de La Grande marche 2018 aura lieu les 20 et 21 octobre dans les municipalités du Québec. L’an dernier, plusieurs dizaines de milliers de marcheurs se sont donné rendez-vous sous un soleil radieux dans 24 municipalités. En 2018, Le Grand défi Pierre Lavoie, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec et l’Union des municipalités du Québec lancent un défi aux municipalités du Québec afin qu’elles soient encore plus nombreuses à organiser une grande marche au sein de leur communauté. Pour avoir toute l’information concernant la tenue d’une Grande marche dans votre région en 2018, contactez le Grand défi Pierre Lavoie au gdplmd@legdpl.com.

LES MEMBRES DE L’ÉQUIPE 2018 DU 1000 KM DU GRAND DÉFI PIERRE LAVOIE SONT : • M. Michel Angers, maire de Shawinigan et capitaine de l’équipe ; • Mme Josée Néron, mairesse de Saguenay ; • M me Josette Allard-Gignac, conseillère municipale de Shawinigan ; • Mme Marie-Ève Tanguay, conseillère municipale de Saint-Amable ; • M. Jasmin Savard, directeur général de l’UMQ. L’Union souhaite bonne chance aux cyclistes qui participeront au Grand défi Pierre Lavoie et invite les municipalités à mobiliser leur communauté pour la promotion et l’adoption de saines habitudes de vie. Visitez la page de l’équipe UMQ et n’hésitez pas à les encourager généreusement !

MAI 2018

DES JEUNES DE L’ÉCOLE LA LANCÉE AVEC L’UMQ À LA BOUCLE

9 URBA

« Énergir est très heureuse de s’associer à l’équipe des élues et élus municipaux de l’UMQ pour une troisième année consécutive », affirme pour sa part monsieur Frédéric Krikorian, directeur, développement durable, affaires publiques et gouvernementales chez Énergir. « Notre organisation croit en l’importance de la promotion et l’adoption de saines habitudes de vie afin d’améliorer la santé collective. Il est donc tout naturel pour nous de soutenir l’équipe de l’UMQ pour sa participation à l’épreuve du 1 000 km du Grand défi Pierre Lavoie. »


ACTUALITÉS DÉFI CYCLISTE POUR SENSIBILISER AU PORT DU CASQUE À VÉLO

Lévis reçoit la quatrième édition du Défi Tête la Première

MAI 2018

L’organisme Le Bouclier Prévention et plusieurs organisations des milieux médicaux et sportifs présentent le 9 juin prochain à Lévis, la quatrième édition du Défi Tête la Première, un défi cycliste ayant pour objectif de sensibiliser les citoyens au port du casque à vélo et aux conséquences des traumatismes crâniens. Le Défi est également une collecte de fonds qui vise à recueillir 75 000 $. La totalité de cette somme servira à offrir gratuitement 750 casques à des familles défavorisées et à organiser des activités de prévention dans les écoles et les communautés québécoises.

pour réduire le nombre de commotions cérébrales qui surviennent dans le cadre d’activités récréatives et sportives », a déclaré monsieur Simon Poulin, président fondateur du Bouclier prévention et organisateur du Défi Tête la Première.

« On souhaite s’impliquer aussi concrètement que possible pour conscientiser les jeunes et les moins jeunes aux dangers des blessures au cerveau. Nous devons miser sur la prévention et la sensibilisation

Le 9 juin, plus de 200 cyclistes se dépasseront en roulant une des deux boucles de 80 km ou 125 km. Une équipe d’intervenants en prévention des traumatismes crâniens, accompagnée de divers partenaires, animera

URBA

10

Vous, nous, eux.

Mettre nos énergies en commun,

c’est miser sur une approche collaborative entre les municipalités et nos équipes d’experts pour trouver des solutions adaptées aux communautés.

des ateliers et cliniques à Lévis afin de faire de la prévention en matière de sécurité routière et de l’importance du port du casque de vélo. Une tournée de sensibilisation est d’ailleurs en cours depuis le mois de mars dans 123 écoles de la grande région de Chaudière-Appalaches et se poursuivra jusqu’au défi du mois de juin. « En tant que président d’honneur de l’édition 2018 et étant adepte de vélo, je suis convaincu que ce défi permettra de sensibiliser les cyclistes et les incitera à adopter des comportements responsables », a souligné le maire de Lévis, monsieur Gilles Lehouillier. Pour plus d’information : defitetelapremiere.com


CONGRÈS MONDIAL ICLEI À MONTRÉAL

Ensemble vers des villes durables Plus de 1 200 leaders locaux et experts urbains se réuniront à Montréal du 19 au 22 juin prochain à l’occasion du Congrès mondial ICLEI 2018 – Ensemble vers des villes durables : Intégrons • Collaborons • Innovons pour repenser les façons de faire en développement durable, développer des idées audacieuses et novatrices, découvrir les plus récentes avancées et apprendre d’experts de renommée mondiale.

Le Congrès mondial ICLEI 2018 est organisé par la Ville de Montréal et par ICLEI — Les Gouvernements locaux pour le développement durable, une association internationale regroupant plus de 1 500 villes, villages et régions engagés en faveur du développement durable.

Cet événement, qui a lieu tous les trois ans (Congrès 2015 à Séoul), rassemble des maires, des représentants de gouvernements locaux, régionaux et nationaux, d’organisations internationales et locales, d’entreprises, de membres de la société civile et de chercheurs ainsi que d’autres parties prenantes issues de la communauté internationale qui partagent leurs idées, succès et défis concernant la promotion du développement urbain durable. Pour plus d’information et s’inscrire : worldcongress2018.iclei.org MAI 2018

Près de 50 conférences, ateliers dynamiques et participatifs, ainsi qu’une demi-journée de visites sur le terrain abordant les thématiques

de la lutte et de l’adaptation aux changements climatiques, de la résilience, des solutions fondées sur la nature, de la mobilité durable, de l’approvisionnement responsable, de l’économie circulaire, de l’inclusion sociale et de la réconciliation, de l’investissement et du financement responsables sont au programme.

11 URBA

Les villes et régions sont de plus en plus reconnues comme des acteurs clés d’un futur plus durable. Le Congrès mondial ICLEI 2018 s’appuiera sur l’élan insufflé par les objectifs de développement durable ainsi que le Nouvel agenda urbain afin de faire progresser des politiques urbaines innovantes et ambitieuses permettant aux villes et régions de devenir plus inclusives, sécuritaires, résilientes et durables dans un monde affecté par les changements climatiques.


ACTUALITÉS Nominations à l’UMQ

1

MAI 2018

5

2

6

3

7

8

Afin de renforcer le rôle qu’elle joue auprès de ses membres, l’UMQ a procédé au cours des dernières semaines à différentes nominations et à certains changements au sein de son équipe.

Carrefour du Capital humain, est responsable depuis septembre de l’ensemble des volets juridiques de l’UMQ, tant en droit du travail qu’en droit corporatif et municipal.

DIRECTION DES SERVICES ADMINISTRATIFS Après avoir exercé pendant plus de 10 ans les fonctions d’adjointe exécutive à la direction générale, M me  Esther Berryman 4a été nommée coordonnatrice aux services administratifs. Elle aura notamment pour responsabilité de coordonner la réalisation des nombreux projets administratifs en cours. Depuis quelques années, les services offerts aux membres ont connu une croissance significative et la nomination de Mme Berryman viendra y contribuer.

Les fonctions de Me Deslauriers-Goulet sont consacrées à conseiller et à accompagner les membres de l’UMQ en matière de gestion contractuelle et d’accès à l’information en leur fournissant des conseils juridiques eu égard aux lois, règlements et politiques régissant ces domaines juridiques. Soulignons que Mme Darling Josaphat 7 agira en soutien aux activités de ce nouveau service, à titre d’adjointe administrative à la direction générale et aux affaires juridiques.

12 URBA

4

DIRECTION GÉNÉRALE ET FORMATION Mme Mélissa Thiffault 1 occupe depuis janvier le poste d’adjointe exécutive à la direction générale. À l’emploi de l’UMQ depuis 2013, elle était auparavant adjointe administrative à la direction des politiques. Par ailleurs, le lancement l’an dernier du Programme municipal de formation continue UMQ-UQTR a marqué une nouvelle étape pour l’équipe de la formation. Ainsi, Mme Claude Beauregard 2, à titre de coordonnatrice, assumera la responsabilité de planifier et de coordonner le développement de l’ensemble des activités de formation de l’UMQ et du nouveau Programme de formation continue. Pour la seconder dans l’organisation de ces activités, l’UMQ a nommé Mme Mélanie Guyot 3 au poste de technicienne à la formation.

DIRECTION DES AFFAIRES JURIDIQUES Depuis mars dernier, M e Charlotte Deslauriers-Goulet 5 agit à titre de conseillère juridique en gestion contractuelle et en accès à l’information à la direction des Affaires juridiques et du Carrefour du capital humain de l’UMQ. Elle joint ainsi l’équipe de M.  Claude Bernier 6 qui, en tant que directeur des Affaires juridiques et du

DIRECTION DES POLITIQUES ET DIRECTION DES COMMUNICATIONS ET DU MARKETING L’UMQ souligne enfin la venue de trois nouvelles adjointes administratives au sein de son équipe, notamment auprès de la direction des politiques et de la direction des communications et du marketing : mesdames Anabelle Martini, Fanny Nadeau et Anaïs Legrand 8.


PUBLIREPORTAGE

Le programme Produits économiseurs d’eau et d’énergie homologués Watersense® d’Hydro-Québec est de retour ! Obtenez jusqu’à 69 % de réduction sur le coût des trousses ! Hydro-Québec a créé ce programme afin d’inciter ses clients à utiliser l’électricité plus efficacement. En y participant, votre municipalité se donnera un moyen d’atteindre ses objectifs d’économie d’eau. Réduisez le volume d’eau distribué par votre réseau d’aqueduc en aidant vos résidents à utiliser l’eau et l’électricité de façon écoresponsable.

Des produits performants, un achat rentable Les produits proposés permettent une réduction de la consommation d’eau pouvant atteindre 40 %, et ce, sans compromettre le confort et les habitudes des utilisateurs. Par ailleurs, ces produits peuvent aider un ménage de quatre personnes à économiser plus de 100 $ par année en électricité. Les produits sont vendus en trousse et chaque trousse se compose ainsi : • une pomme de douche fixe ou téléphone homologuée WaterSense® ; • un aérateur de robinet de lavabo de salle de bains homologué WaterSense® ; • un aérateur de robinet de cuisine orientable ; • un sablier de douche d’une durée de 5 minutes ; • un ruban de téflon.

Tous y gagnent : la municipalité comme l’ensemble de ses résidents ! Le programme permet aux municipalités à tout moment : • d’encourager l’achat de trousses grâce au soutien promotionnel d’Hydro-Québec ;

• d’offrir des trousses à des prix concurrentiels à vos résidents en vous procurant un lot de trousses ou en finançant un rabais applicable à l’achat de trousses.

Pour participer et vous renseigner ! Pour en savoir davantage sur le programme et y participer, rendezvous au www.hydroquebec.com/ eau-municipal.

GARANTIE DE 10 ANS Photos fournies à titre indicatif.

Pour de plus amples renseignements sur les produits, veuillez communiquer avec Solutions Ecofitt, le prestataire responsable des produits désignés par Hydro-Québec, au 514 677-0099 ou, sans frais, au 1 855 882-0099.


FORMATION TOURNÉE DE FORMATION DES NOUVELLES ÉLUES ET NOUVEAUX ÉLUS

56 sessions et plus de 900 participants ! Le dernier arrêt de la tournée de formation 2017-2018 destinée aux nouvelles élues et aux nouveaux élus a eu lieu à Saguenay les 19 et 20 avril 2018. Avec plus de 900 participants répartis dans 56 sessions, la formation a été offerte deux fois dans chacune des régions du Québec, voire quatre et même jusqu’à six fois dans certaines ! La formation a été saluée pour sa formule et son contenu totalement revisités, son approche pédagogique et le souci accordé à l’apprentissage. La compétence et le professionnalisme des formatrices et formateurs font aussi partie des ingrédients qui ont largement contribué à faire de cette tournée un succès ! Vaudreuil-Dorion

MAI 2018

Par Claude Beauregard, coordonnatrice de la formation continue à l’UMQ

URBA

14

Longueuil

UN REGARD 360° SUR LES RÔLES ET RESPONSABILITÉS DES ÉLUES ET ÉLUS Rappelons que la formation se voulait un tour d’horizon 360° sur les rôles et responsabilités des élues et élus, de l’environnement municipal et des enjeux à l’intérieur desquels ils s’exercent, des grandes décisions à prendre, de l’essentielle relation avec l’administration municipale, de la saine gouvernance et des fondements légaux de l’action municipale. La formation proposait une véritable introduction au monde municipal dans toute sa diversité avec, en trame de fond, l’éthique et la déontologie. L’UMQ a choisi d’inclure la réflexion éthique non pas seulement dans le volet légal mais de façon transversale dans toutes les sections de la formation. Il a en outre été question de comportements éthiques, de valeurs communes à partager au sein d’un conseil et de l’éthique dans les relations de travail.

Drummondville


À mon avis, cette formation représente un incontournable pour tous les élus de par son contenu qui nous permet de bien comprendre les différents aspects administratifs et juridiques des municipalités. L’UMQ a su adapter son programme de formation en fonction des besoins des nouveaux élus, c’est ce qui le rend si pertinent. – Marc-André Plante, maire de Terrebonne

D’une durée de 10 heures, réparties sur deux journées consécutives, la formation était composée de présentations magistrales alimentées par des exemples pratiques et des échanges avec les participants. Les formateurs utilisaient de nombreux mécanismes permettant de transmettre efficacement des informations stratégiques et centrées sur les préoccupations des participants (exercices, études de cas, capsules vidéos, outils pratiques).

LA TOURNÉE 2017-2018 EN CHIFFRES

5 mois de formation (du 17 novembre 2017 au 20 avril 2018) 56 sessions (112 jours) Plus de 900 participants Une équipe de 34 formateurs (8 consultants, 8 DG, 18 avocats) 28 représentants de l’UMQ présents

Bien en amont du projet, l’UMQ a mis sur pied un Comité technique qui a travaillé à la révision complète du programme de la formation. Par son accompagnement pédagogique, l’Université du Québec à Trois-Rivières a contribué à accroître la robustesse du contenu et l’efficacité des stratégies d’apprentissage, permettant d’atteindre des standards universitaires. La Commission municipale du Québec a collaboré à la validation du contenu éthique et déontologique de la formation.

MAI 2018

DES PARTENAIRES DE HAUT CALIBRE Orienté e par les membres de la Commission de la formation et sa présidente, Mme Chantal Deschamps, mairesse de Repentigny, l’UMQ a rassemblé des partenaires de grande qualité pour repenser, développer et dispenser cette importante formation.

URBA

15

Rawdon

Le cabinet d’avocats Dufresne Hébert Comeau et la firme Raymond Chabot Grant Thornton ont tous deux collaboré avec l’UMQ au développement du contenu de la formation.

La formation des élues et élus a été grandement appréciée par l’ensemble de l’équipe, autant des élus que des cadres présents. Cette formation est très utile, inspirante, rassurante et pertinente à la fois. Considérant que notre conseil municipal est à 100 % nouveau, cette formation était plus que nécessaire. Merci aux formateurs chevronnés et dynamiques pour les nombreux outils qui nous serviront tout au long de notre mandat ! – Mme Julie Morin, mairesse de Lac-Mégantic


FORMATION L’Association des directeurs généraux des municipalités du Québec s’est également impliquée dans l’élaboration du contenu touchant la relation entre les élus et l’administration. De plus, l’ADGMQ a été au cœur du recrutement des directrices générales et directeurs généraux qui ont composé l’équipe de formateurs. Le trio de

formatrices et formateurs était composé d’une personne détenant une expertise en gestion et planification stratégique municipale, d’une directrice générale ou d’un directeur général ainsi que d’une avocate ou d’un avocat en droit municipal. Les groupes étaient systématiquement accompagnés d’une représentante ou d’un représentant du secrétariat de l’UMQ.

Chacun y a apporté son expertise unique en s’impliquant dans un processus rigoureux. Ce travail d’équipe a permis la réalisation de cette vaste tournée de formation. En terminant, l’UMQ tient à mentionner la contribution financière du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire.

MAI 2018

J’avais déjà suivi la formation en tant que conseillère en 2013. Cette nouvelle expérience de deux jours a été pour moi probante puisqu’elle m’a permis de redécouvrir de nombreux aspects de la gestion municipale, particulièrement depuis l’adoption de la loi 122. J’ai apprécié de pouvoir revisiter le rôle de l’élu, et cela, en compagnie de mon conseil et des administrateurs de la Ville. Ce que j’en retiens, c’est l’importance de se donner la chance de travailler ensemble, communiquer, se faire confiance. On se lance tous en politique avec le même but d’aider sa ville et ses citoyens alors il s’agit de définir ensemble ce que cela veut dire pour chacun d’entre nous. – Josée Néron, mairesse de Saguenay

MBLP18-098 • BELL • ANNONCE • CONGRÈS 2018 MUNICIPALITÉS DU QUÉBEC • INFO: MR/MF/JR PUBLICATION: MAGAZINE URBA • VERSION: FRANÇAISE • FORMAT: 7’’ X 5’’ • COULEUR: CMYK • LIVRAISON: 26 MARS • PARUTION: NA

URBA

16

Le numérique au service des villes intelligentes. Grâce à sa gamme complète de solutions Internet des objets de classe mondiale, Bell contribue activement au développement économique et à la croissance numérique des municipalités du Québec. bell.ca/ido

MBLP18-098 Congres2018_ann_UMQ.indd 1

2018-03-29 1:54 PM


Une solide équipe dans le secteur municipal à une seule adresse. Nos experts savent allier vision et résultat. C’est ce qu’ils font au quotidien! Communiquez avec eux, ils sauront vous aider à prendre les meilleures décisions pour votre municipalité!

1 844 390-4310

Certification | Fiscalité | Conseil Pierre Fortin, Associé, CPA, CA • Jean-Yves Trottier, Associé, CPA, CA Denis Brisebois, Directeur principal • Guylaine Dallaire, Associée, CPA, CA, M. Fisc. Nicolas Plante, Associé, MGP, PMP

rcgt.com


FEMMES ET POLITIQUE COUP D’ŒIL SUR L’ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES AU MUNICIPAL

Les membres de l’UMQ se sont prononcés !

MAI 2018

Pour connaître les perceptions des élues et élus membres de l’UMQ sur les questions d’égalité entre les femmes et les hommes, la Commission femmes et gouvernance a mandaté la firme de sondages Léger pour mener une étude en ligne auprès de ces derniers. Les résultats sont pondérés afin d’être représentatifs de l’ensemble des élus au Québec. Le magazine URBA vous dévoile en primeur les faits saillants de cette grande enquête unique en son genre !

URBA

18

LA CONCILIATION FAMILLE-TRAVAILVIE POLITIQUE EN TÊTE Les répondantes et répondants ont été questionnés sur les mesures favorisant l’égalité qu’ils souhaiteraient mettre en place dans leur municipalité. Celles touchant la famille ont reçu les pourcentages les plus élevés. Les femmes souhaitent à 46 % des mesures de conciliation famille-travail-vie politique tandis que pour les hommes, c’est 34 %.. « Si on parle des moyens pour favoriser ces sphèreslà, les élues et élus en poste évoquent des politiques familiales (47 %) ou des halte-garderie (17 %) », mentionne la vice-présidente du bureau de Léger à Québec, madame Caroline Roy. Parmi les autres mesures, 39 % désirent instaurer des politiques d’égalité. DES DIFFICULTÉS PARTAGÉES CHEZ LES FEMMES COMME CHEZ LES HOMMES En termes de difficultés vécues, la conciliation famille-travail-vie politique arrive encore une fois au premier rang (36 %), suivie du manque de ressources financières (29 %) plus largement identifié par les maires et les mairesses (51 %). Ces perceptions sont sensiblement similaires entre les femmes et les hommes, mais on note un écart plus important entre les générations. La conciliation famille-travail-vie politique semble critique chez les personnes âgées de moins de 45 ans où 69 % se rallient

Les femmes et les hommes souhaitent à et des mesures de conciliation familletravail-vie politique.

46 % 34 %

trouvent que le manque de formation est une des principales difficultés à titre d’élue.

autour de cette problématique. Tellement, que 52 % des 18-44 ans ont indiqué avoir déjà remis en question leur décision de se présenter aux élections municipales en raison des difficultés liées à cette conciliation. LA DIFFÉRENCE SE CREUSE Après la conciliation famille-travail-vie politique, 32 % de femmes trouvent que le manque de formation est une des principales difficultés à titre d’élue alors que les hommes ont répondu 20 %. Pourtant, selon le portrait sociodémographique recueilli, les élues sont statistiquement plus éduquées que leurs collègues masculins. « Les femmes sont audacieuses, mais elles souhaitent réunir les conditions gagnantes pour réussir. Elles veulent performer vite et mieux. » En termes de situations problématiques vues ou vécues par les élues et élus au sein de

32 % de femmes

88 %

des répondants jugent intéressant ou prioritaire que l’UMQ contribue à sensibiliser et engager les jeunes à la politique municipale.

leur conseil municipal, on y apprend que les femmes sont un peu plus nombreuses que les hommes à avoir été témoins de comportements sexistes (20 % des femmes, contre 6 % des hommes), à avoir vécu du harcèlement psychologique (14 %, contre 9 % des hommes), à avoir été victimes de comportements sexistes (12 %, contre 2 %

DÉTAILS SUR L’ÉCHANTILLON La population ciblée par Léger était formée des 2 758 élus membres de l’UMQ (36 % de femmes et 64 % d’hommes). De ce nombre, 436 élus ont rempli le questionnaire, dont 76 maires et 360 conseillers. Afin de redresser les possibles déséquilibres au terme de la collecte de données, l’échantillon a été pondéré selon la région administrative, la fonction (maire ou conseiller) et le sexe, à partir des données réelles de la population. À titre indicatif, un échantillon probabiliste de même taille aurait une marge d’erreur maximale de +/- 4,3 %, 19 fois sur 20.


DES PISTES DE RÉFLEXION POUR L’UMQ Du point de vue des participants au sondage, l’UMQ devrait prioriser la sensibilisation à la politique municipale. 88 % jugent intéressant ou prioritaire que l’UMQ contribue à sensibiliser et engager les jeunes à la politique

65 % des répondants avaient remarqué la campagne de l’UMQ « Élections 2017, ça prend des femmes comme vous ! » afin d’inciter les femmes à s’engager en politique municipale. ÇA PREND DES FEMMES Les femmes (72 %) ont été un peu plus COMME VOUS! nombreuses à y avoir été exposées que les hommes (61 %). La campagne a incité, de près ou de loin, 21 % d’entre elles à se présenter aux élections de 2017, dont 16 % de femmes qui commencent leur premier mandat !

municipale et 85 %, à démystifier le métier d’élu afin de favoriser l’engagement en politique municipale. « Ce qui s’avère particulièrement pertinent dans les résultats de cette enquête est que 53 % des élus, tous postes confondus, en sont à leur premier mandat. Leurs réponses proposent des pistes intéressantes pour réunir les conditions gagnantes à une meilleure attraction de nouvelles candidatures », conclut Caroline Roy.

Grâce à ces faits saillants et plusieurs autres statistiques recueillies par l’étude UMQLéger, la Commission femmes et gouvernance pourra appuyer les orientations de son prochain plan d’action sur des données actuelles. Restez à l’affût des travaux de la Commission sur sa page Facebook ou le site web de l’Union. MAI 2018

Par ailleurs, parmi les difficultés faisant obstacle à la décision de se présenter en politique, l’environnement conflictuel a été la plus nommée chez les femmes (28 % versus 16 % chez les hommes) ex aequo avec la conciliation famille-travail-vie politique (28 % versus 26 % chez les hommes). « Si on sent qu’au sein du conseil il y a peu d’ouverture et toujours du conflit, cet aspect va freiner davantage les femmes que les hommes. En moyenne, on parle tout de même d’un répondant sur cinq qui mentionne l’environnement hostile, ce qui est significatif. »

DES INDICATEURS POSITIFS POUR LA CAMPAGNE ÉLECTIONS 2017 ÇA PREND DES FEMMES COMME VOUS !

19 URBA

des hommes). Les élues et élus des petites municipalités et des plus grandes villes obtiennent des résultats similaires. « Même si ces statistiques ne sont pas alarmantes, il faut porter une attention particulière à ces dimensions », observe Caroline Roy.


MAI 2018

DOSSIER DU MOIS

URBA

20


MAI 2018 URBA

21

Dans le cadre de ses assises annuelles, l’UMQ a présenté le 17 mai son forum Élections  2018 : plateforme municipale. Maintenant que les municipalités ont été reconnues gouvernements de proximité, il est temps de passer de la parole aux actes ! Pleine autonomie, justice fiscale, mobilité durable et occupation du territoire sont au cœur des propositions de la plateforme municipale de l’UMQ. En prévision des élections provinciales, les municipalités sont déterminées à obtenir des engagements fermes de la part des partis politiques. Par Mélanie Destrempes, conseillère aux communications à l’UMQ


ÉCONOMIE NUMÉRIQUE ET IMPÔT FONCIER

Vers l’impasse fiscale ?

DOSSIER DU MOIS

MAI 2018

Le 17 mai, l’UMQ a dévoilé en primeur les résultats d’une vaste étude menée par la firme Aviseo Conseil sur les perspectives de l’impôt foncier au Québec. Le constat est clair : la croissance de l’économie numérique et les changements démographiques ébranlent la fiscalité municipale. Avant que leur dépendance à l’impôt foncier ne les conduise vers une impasse, plus que jamais, le cadre fiscal et financier des municipalités est à redéfinir.

URBA

22

L’IMPÔT FONCIER EN RUPTURE AVEC LA NOUVELLE ÉCONOMIE Les municipalités québécoises tirent plus des deux tiers de leurs revenus de l’impôt foncier, ce qui les place au sommet des pays de l’OCDE en cette matière. « On explore les avenues pour diversifier les revenus mais paradoxalement, chaque année, les municipalités sont toujours plus dépendantes des taxes foncières », explique Jean-Pierre Lessard, associé chez Aviseo Conseil et auteur de l’étude Économie numérique et changements démographiques : quel avenir pour l’impôt foncier ?. Cette étude commandée par l’UMQ vise notamment à évaluer les impacts de l’économie numérique sur la principale source de revenus des municipalités. « L’impôt foncier de 1980 et l’impôt foncier de 2018, ce sont deux réalités différentes. Dans une économie de plus en plus automatisée et robotisée, quelles sont les projections pour l’impôt foncier et quelles orientations prendre ? », poursuit Jean-Pierre Lessard.

À cet égard, l’avenir a de quoi susciter certaines inquiétudes, car la conclusion principale de l’étude est sans équivoque. « C’est simple, il y a une rupture entre l’impôt foncier et la création de richesse. » La transformation de l’économie, c’est plus de virtuel et moins de bâti ; c’est plus de services et moins de manufacturier ; c’est plus de machines et moins d’employés. L’impact peut être énorme pour les municipalités qui dépendent justement du « brique et mortier ». L’EXPLOSION DU COMMERCE EN LIGNE ET UNE ÉCONOMIE QUI SE DÉMATÉRIALISE L’exemple le plus probant pour illustrer cette nouvelle dynamique réside dans le commerce de détail. Au Québec, ce secteur représente le deuxième plus grand employeur privé, générant plus de 500 000 emplois et totalisant des ventes de près de 125 milliards de dollars. Il regroupe plus de 40 000 établissements commerciaux répartis dans toutes les régions du Québec. Sa richesse foncière commerciale équivaut à près de 59 milliards de dollars ou 5 % de toute la richesse foncière uniformisée. Depuis une dizaine d’années, le commerce de détail se transforme au profit du commerce électronique. Entre 2009 et 2016, les

Il y a une rupture entre l’impôt foncier et la création de richesse – Jean-Pierre Lessard, associé chez Aviseo Conseil


ventes en ligne ont cru de 14 % comparativement à 3 % en magasin où le trafic a diminué de 10 % depuis les quatre dernières années. Les dépenses totales en achats en ligne ont augmenté de 150 % en huit ans pour atteindre 8,5 milliards de dollars en 2016. Cette tendance n’est pas près de diminuer alors que les prévisions indiquent que l’achat en ligne doublera d’ici 2022. Qui dit achats en ligne, dit baisse des achats en magasin et moins de commerces ayant pignon sur rue. Déjà, les finances des municipalités du Québec en sont affectées. En 2016 seulement, la perte de 2000 commerces a privé les municipalités de 3 milliards de dollars en valeur foncière. « Ça représente des pertes fiscales de l’ordre de 65 millions de dollars, soit l’équivalent de 350 Walmart ! », illustre Jean-Pierre Lessard. « En 2022, ces pertes pourraient atteindre 150 millions de dollars, et ça augmentera année après année. »

DIMINUTION ESTIMÉE du nombre d’unités et de la richesse foncière uniformisée (RFU) commerciale équivalant aux ventes en ligne sur des sites étrangers Québec, 2009 (e) à 2022 (p) ; unités en milliers, RFU en milliards de dollars 0,0 0,5 1,0

2009 1,0

2011

2013

2015

2017

2019

2021

0 1

1,4

1,8

1,5 2,0

2 2,3 2,5 2,3

2,9 3,0

3 3,4

2,5 3,0

3,9

4 4,5

5

5,1 5,9

6

6,6 7 En milliards de dollars

3,5

En milliers Unités commerciales (droite)

Richesse foncière uniformisée commerciale (gauche)

Dans le même ordre d’idées, on assiste à une économie qui se dématérialise. L’informatisation et la numérisation des produits, services et moyens de production feront en sorte que les espaces nécessaires aux opérations d’une entreprise seront optimisés, réduisant ainsi les besoins en immeubles et en personnel. « On enlève du solide, le physique, pour le remplacer par du non-matériel. » Ayant déjà subi des pertes importantes, l’industrie manufacturière

québécoise n’aura pas le choix de s’adapter et d’investir dans la robotisation de ses activités si elle veut demeurer compétitive. De plus, considérant que l’impôt foncier occupe une place importante dans leurs coûts d’exploitation, les entreprises manufacturières demeurent très sensibles à leur facture fiscale, ce qui impose encore une fois des limites aux revenus que peuvent tirer les municipalités des activités industrielles ayant cours sur leur territoire.

TIRER SON ÉPINGLE DU JEU QUAND ON NE JOUE PAS SELON LES MÊMES RÈGLES Dans cette nouvelle dynamique économique, il faut aussi compter la concurrence féroce entre les entreprises de commerce traditionnelles et les entreprises en ligne que sont les Amazon, Google, Netflix, eBay, etc. Pour l’instant, l’offre québécoise en ligne demeure faible, soit 12 % des entreprises de commerce de détail, de services et de fabrication en 2015. Les véritables impacts du commerce en ligne sont générés par les géants américains qui, par leur volume, proposent des prix concurrentiels… souvent sans taxes. « Quand tu n’as pas à collecter les

À l’ère du numérique, il faut repenser nos façons de faire en fonction de ce qu’on souhaite offrir aux citoyens et d’un mix commercial qui répondra à leurs besoins. – Léopold Turgeon, président-directeur général du CQCD.

23 URBA

Le commerce en ligne a généré des pertes fiscales de l’ordre de 65 millions de dollars, soit l’équivalent de 350 Walmart !

MAI 2018

Sources : MAMOT, CEFRIO, IdQ, CBOC, eMarketer (2016), Le Reflet du Lac, Analyse Aviseo


DOSSIER DU MOIS

MAI 2018

taxes à la consommation, c’est déjà 15 % de moins sur la facture du client par rapport à un joueur traditionnel. Quand, en plus, tu n’as pas à payer d’impôts au gouvernement, de droit de douanes, ni de taxes foncières, tu es nettement en avantage concurrentiel », dénonce Jean-Pierre Lessard. Une position que partage Léopold Turgeon, présidentdirecteur général du Conseil québécois du commerce de détail (CQCD). « La libreconcurrence oui, en autant que ce soit les mêmes règles du jeu pour tout le monde. Les lois et la capacité décisionnelle des politiciens et politiciennes ne suivent pas le rythme de l’économie numérique et en bout de ligne, les plus touchées seront les municipalités. Moins de commerces équivaut à moins de loyers, à moins d’employés, à des centres-villes dévitalisés et donc, à moins de revenus pour des besoins en services toujours à la hausse. »

URBA

24

Jean-Pierre Lessard et Léopold Turgeon abondent dans le même sens quant à la lenteur des gouvernements provincial et fédéral à réagir. « Il y a beaucoup de pays qui se sont retroussés les manches et qui ont commencé à introduire des mesures pour mieux légiférer le commerce en ligne. Mais la pression s’accentue pour qu’il y ait des ajustements et davantage d’équité, particulièrement au Québec. » D’ici-là, les municipalités et les entreprises de leur territoire peuvent travailler ensemble pour tirer leur épingle du jeu. Le commerce de détail doit miser sur une expérience d’achat renouvelée et une stratégie multicanale qui allie les bénéfices de l’expérience en magasin et de l’expérience en ligne. « De

plus en plus, les gens s’informent sur Internet avant d’acheter en magasin. Il faut que tous ces canaux de contacts et de ventes possibles entre les clients soient utilisés et mobilisés. La porte d’entrée d’un commerce aujourd’hui, c’est son site Internet », explique Léopold Turgeon. Une expérience d’achat renouvelée n’est pas désincarnée de la capacité des municipalités à créer des environnements et des aménagements attrayants pour les citoyens. « Il faut regarder tout l’écosystème. De quoi va-t-il être composé : de commerces de détail, d’entreprises de services, de divertissements, d’hôtels, de restaurants ? À l’ère du numérique, il faut repenser nos façons de faire en fonction de ce qu’on souhaite offrir aux citoyens et d’un mix commercial qui répondra à leurs besoins. » « PAR LEUR DÉPENDANCE À L’IMPÔT FONCIER, LES MUNICIPALITÉS POURRAIENT ÊTRE LES PREMIÈRES PERDANTES DE LA NOUVELLE ÉCONOMIE. » Marwah Rizqy, professeure adjointe et codirectrice du programme de maîtrise en fiscalité à l’Université de Sherbrooke, est souvent appelée à commenter les enjeux de la nouvelle économie et l’iniquité fiscale qu’elle génère. Selon elle, dans ce nouveau jeu économique, les municipalités pourraient se retrouver face à un mur. « C’est un peu comme l’œuf ou la poule. À partir du moment où tes artères commerciales se vident, personne n’a envie de venir s’y installer. Et si la municipalité veut réinvestir pour revitaliser la rue, elle n’a plus les revenus pour le faire. Trouver de nouveaux leviers financiers est incontournable, et cela, ça passe par la révision de la fiscalité dans son ensemble. Une tâche qui incombe à tous les paliers de

gouvernement. » Tant les municipalités que les gouvernements provincial et fédéral devront réfléchir aux moyens à mettre en place pour s’assurer que les municipalités aient tous les outils pour offrir à leurs citoyens les services sans cesse grandissants qui leurs sont imputables. « On se permet d’annoncer des baisses d’impôt au niveau fédéral et provincial alors que les municipalités doivent envoyer des avis de hausse de taxes qui résultent en blâme et critiques très sévères de la part des citoyens. C’est comme si les gouvernements laissaient l’odieux de l’imposition foncière aux municipalités sans leur offrir d’autres alternatives ni respecter la capacité de payer du contribuable. » DES CHANGEMENTS DÉMOGRAPHIQUES QUI MODIFIENT L’HORIZON FONCIER Avec les pertes de revenus fonciers de dizaines de millions de dollars engendrés par la transformation de l’économie et les responsabilités qu’elles doivent assumer, les municipalités se retrouvent devant un dilemme : hausser davantage les taxes foncières ? Poursuivre le développement immobilier ? Réduire les services ? « Inutile de retourner la question dans tous les sens, c’est l’impasse », répond Jean-Pierre Lessard. « Nous avons assez pressé le citron de la taxe foncière. En ce moment, les revenus des ménages ne suivent pas la hausse des valeurs des maisons et l’endettement des ménages forceront ces derniers à chercher des solutions moins coûteuses pour l’habitation. » Par ailleurs, les tendances démographiques démontrent que la réduction du nombre de ménages et de leur taille de même que le vieillissement de la population auront pour effet de limiter les mises en chantier. En fait, entre 2018 et 2034, le nombre de mises en

C’est comme si les gouvernements fédéral et provincial laissaient l’odieux de l’imposition foncière aux municipalités sans leur offrir d’autres alternatives ni respecter la capacité de payer du contribuable. – Marwah Rizqy, professeure adjointe et codirectrice du programme de maîtrise en fiscalité à l’UDS


ÉVOLUTION DE LA FORMATION NETTE DE MÉNAGES PRIVÉS ET DES MISES EN CHANTIER, selon leur type (unifamilial ou multiple) Québec, 2011 à 2034 ; en nombre de ménages et de mises en chantiers Ménages

Mises en chantier Prévisions

50 000

50 000

40 000

40 000

30 000

30 000

20 000

20 000

10 000

10 000

2012

2014

2016

2018

Mises en chantier (unifamilial)

2020

TCAC

2022

2024

2026

Mises en chantier (multiple)

2028

2030

Mises en chantier totales

2032

-4,2 %

-3,1 % -2,7 % -3,8 %

2034 Formation nette de ménages

L’IMPASSE FISCALE OU LA JUSTICE FISCALE ? Dans sa plateforme municipale, l’UMQ est catégorique : « Le modèle fiscal municipal est d’un autre siècle. Il faut l’adapter à la transformation de l’économie et aux responsabilités des gouvernements de proximité. » Car si l’économie se transforme, les responsabilités des municipalités aussi. À l’image de l’économie numérique, leurs obligations perdent tout autant le lien avec l’impôt foncier et les services à la propriété. Développement économique, villes intelligentes, culture et loisirs, intégration de l’immigration, itinérance, etc., les nouvelles responsabilités des municipalités à forte teneur sociale et technologique n’ont plus aucune incidence avec la valeur des propriétés. « Le principe de justice fiscale, c’est faire en sorte que tous les paliers de gouvernement puissent bénéficier des fruits de la croissance et de la nouvelle économie », soutient Alexandre Cusson, président de l’UMQ et maire de Drummondville. « C’est aussi le plein remboursement de la taxe de vente payée par les municipalités et le paiement complet des taxes foncières des immeubles gouvernementaux. L’Accord de partenariat 2020-2023 doit représenter une occasion de réfléchir en profondeur à l’autonomie fiscale des municipalités et de faire preuve de courage politique pour explorer de nouvelles avenues pour diversifier leurs sources de revenus », conclu-t-il.

Le principe de justice fiscale, c’est faire en sorte que tous les paliers de gouvernement puissent bénéficier des fruits de la croissance et de la nouvelle économie. – Alexandre Cusson, président de l’UMQ et maire de Drummondville

25 URBA

chantier devrait décroître de plus de 3 % par année en moyenne, principalement les résidences unifamiliales. À l’inverse, la construction de résidences pour personnes âgées pourrait pratiquement doubler d’ici 20 ans. « Au cours des dernières années, les municipalités ont pu profiter d’une certaine abondance des mises en chantier et de la hausse des valeurs foncières pour boucler leur budget, mais ce ne sera pas le cas dans la prochaine décennie. Nous sommes à l’aube d’un cycle très stable quant à l’augmentation des valeurs des maisons, justement pour laisser le temps aux ménages de faire du rattrapage par rapport à leurs revenus. Il faut donc que les municipalités se préparent à établir un budget sans grande hausse de leur base fiscale et des rôles d’évaluation. »

MAI 2018

TCAC : Taux de croissance annuel composé / Sources : ISQ, CBOC, analyse Aviseo Conseil


DOSSIER DU MOIS Mobilité : l’inertie coûte cher « Il faut faire plus et mieux en matière de mobilité. C’est une question cruciale pour les familles, les jeunes, les aînés, les travailleurs, les employeurs et la planète. Il faut investir plus et partager les coûts équitablement. » – Alexandre Cusson, président de l’UMQ et maire de Drummondville

MAI 2018

À lui seul, le secteur des transports et de la mobilité représente le principal poste de dépenses des municipalités et ces dernières consacrent annuellement 2, 5 milliards de dollars au transport collectif. Une dépense qui doit être revue à la hausse année après année alors que la pression est forte pour mettre en place une offre de transport collectif arrimée aux véritables besoins des citoyens. La demande et les coûts explosent, mais le financement stagne. Si le gouvernement contribue entre 50 et 100 % des immobilisations en transport en commun, les charges relatives aux opérations de ce service sont assumées à 85 % par les municipalités. Les entrées dans les coffres municipaux ne pouvant suivre le rythme, les municipalités doivent faire face annuellement à un manque à gagner de 400 millions de dollars. Au niveau des infrastructures, le portrait n’est pas plus reluisant avec des besoins estimés à huit milliards de dollars d’ici les cinq prochaines années.

URBA

26

Le manque de financement et le développement d’une offre de transport collectif adaptée à la réalité québécoise du 21e siècle ne sont pas indissociables. À ce jour, l’offre proposée n’a pas réussi à gagner l’adhésion de la population qui a toujours recours – et de plus en plus – à l’auto-solo. En dehors de la métropole et dans les régions du Québec, l’accès au transport collectif est encore limité, laissant davantage la place à l’automobile. Pour relever le pari d’une mobilité qui favorisera la qualité de vie, le développement économique, la protection de l’environnement et l’occupation du territoire, il faut la penser autrement. Quels sont les enjeux et les perspectives ? URBA s’est entretenu avec deux expertes en la matière, mesdames Florence Paulhiac-Scherrer, professeure au département d’études urbaines et touristiques à l’UQAM, et Florence Ferraris, journaliste au Devoir.

Les politiciens ont bien compris qu’ils ne peuvent plus passer à côté de la mobilité pour gagner des élections. – Florence Ferraris, journaliste au Devoir

Q R

Quelle est votre perception du rôle des municipalités en matière de transport et de mobilité ?

Florence Ferraris (F.F.) : Les municipalités sont les premières responsables de leur territoire et sont évidemment les plus à même d’identifier les besoins de leur communauté. La planification du transport doit leur revenir.

Florence Paulhiac-Scherrer (F. P-S) : Tout à fait. Leur responsabilité est grande car la mobilité, ce n’est pas juste déplacer des gens le mieux possible pour que le territoire soit plus vivable, moins congestionné et moins pollué, c’est aussi de s’assurer que dans ce territoire, les populations aient les capacités de se déplacer, des moyens de transport accessibles. La mobilité va également de pair avec l’aménagement du territoire. Pour aller au travail, à l’école, à la garderie, etc., vous vous déplacez dans un territoire bâti, façonné par des politiques d’aménagement. Le temps consacré aux déplacements et la

Florence Ferraris

facilité de passer du point A au point B ne sont pas seulement liés à la vitesse du transport, ils sont complètement dépendants de l’environnement urbain. Depuis plusieurs années, des sommes importantes ont été investies dans le transport collectif. Pourtant, l’utilisation de l’auto-solo est constamment à la hausse. Comment expliquez-vous ce phénomène ? F.P-S : La dépendance à l’automobile s’est construite et consolidée depuis plus de 60 ans sous l’influence de plusieurs facteurs : la démocratisation de l’accès à l’auto, les investissements publics dans les réseaux routiers, l’urbanisation des périphéries répondant à une demande d’accès à la propriété, des choix individuels ne prenant pas en compte les coûts de la mobilité, la délocalisation des emplois, etc. C’est sur cette dépendance qu’a été constituée l’organisation du déplacement dans les territoires et qui fait qu’aujourd’hui, l’automobile reste la plus efficace pour accéder aux différentes activités. F.F. : Parallèlement, la croissance de la population et des emplois s’est poursuivie. On n’a jamais pris autant le transport collectif que maintenant, mais les distances parcourues sont toujours plus longues, les chaînes de déplacements plus compliquées et à cet égard, le transport collectif ne permet pas de satisfaire les besoins de mobilité. Les investissements effectués en transport collectif ne


On parle de pôles d’emplois qui se déplacent, d’enjeux démographiques, de transport en région. Pourrait-on affirmer aujourd’hui que le transport collectif est un vecteur de développement économique ? F.F. : Absolument. Le transport collectif est un moteur de développement économique. Il implique la mobilité de la main-d’œuvre, l’accessibilité aux emplois, aux établissements d’enseignement et de recherche, etc. La mobilité est à la base de la vitalité sociale car elle rend à portée les services essentiels, les activités communautaires, notamment en région où elle contribue à briser l’isolement.

Le développement économique est extrêmement tributaire des conditions de mobilité des personnes et des marchandises. – Florence Paulhiac-Scherrer de faire des choix de vie comme acheter une maison, changer d’emploi, etc. Les frais associés au transport peuvent représenter des sommes très importantes que beaucoup de gens sont prêts à assumer d’emblée parce qu’il faut « nécessairement » se déplacer. Par exemple, les coûts relatifs à l’utilisation de l’automobile sont souvent écartés des dépenses courantes. On choisit ce mode parce qu’il est simple, flexible et répond facilement à nos besoins de transport. Pourrait-on dire qu’au fil des ans, le modèle de développement de transport collectif a contribué à faciliter les déplacements vers le centre de la métropole mais qu’aujourd’hui, ce modèle n’est plus adapté aux réalités démographiques et économiques des municipalités ? F.P-S : En effet, on amène les gens de la périphérie vers le centre mais ce que l’on voit depuis plusieurs années, c’est que les pôles d’emplois ont tendance à se décentraliser et le transport collectif offre peu d’options pour les gens qui souhaitent se déplacer en banlieue. Ce problème ne s’applique pas seulement à la région métropolitaine, on le constate aussi dans des secteurs excentrés où l’occupation du territoire devient un enjeu important. La façon dont on planifie le transport collectif doit être revue afin

F.P-S : Le développement économique est extrêmement tributaire des conditions de mobilité des personnes et des marchandises. Un des facteurs de localisation des entreprises, c’est l’accès aux marchés, mais aussi l’accès à leur main-d’œuvre et à leurs fournisseurs. C’est valable pour toutes les activités économiques des municipalités. Si le transport collectif est un réel vecteur de développement économique pour les milieux urbains, qu’en est-il des régions où le transport collectif génère plusieurs autres défis liés aux populations dispersées et à l’étendue des territoires ? F.P-S : Il est certain que ce sont des contextes très différents. Au Québec, les distances à parcourir entre les différents pôles peuvent être imposantes. C’est pourquoi les réflexions qui sont appliquées dans des régions métropolitaines ne sont pas du tout adaptées aux régions. Par exemple, nous allons souvent parler de densité pour justifier le transport collectif, ce qui ne peut être évoqué dans les régions. En même temps, il y a de grands besoins d’inter-cité, c’est-à-dire que les régions puissent être dans une forme de continuité territoriale par des liaisons de transport collectif.

F.F. En effet, tenir compte des particularités régionales implique de penser autrement pour répondre aux besoins. À l’intérieur même des régions, il y a les populations à considérer. Des jeunes qui n’ont pas de permis de conduire, des personnes âgées qui ont moins accès à des services de transport individualisés. Il faut penser à des services à la personne qui prendront d’autres formes que les lignes traditionnelles d’autobus. Je pense entre autres au transport à la demande, au transport de plus petit gabarit comme des navettes, des taxis collectifs, l’auto-partage, l’utilisation du transport scolaire en dehors des heures de desserte, etc. F.P-S : À ne pas négliger non plus, la venue des transports autonomes qui pourraient avoir du sens sur de vastes territoires. F.F. Et par-dessus tout, il faut desservir de manière plus efficace les régions éloignées et isolées, d’où l’importance d’améliorer et de rendre plus accessible le transport aérien. Le gouvernement du Québec a déposé il y a un mois une politique de mobilité durable qui touche tous les modes de transport. Qu’en pensez-vous ? F.P-S : C’est une politique sans précédent qui intègre des éléments innovants, des dimensions sociales, la coordination urbanisme-transport et je vous dirais qu’il était temps. Les cibles sont très ambitieuses et il faudra voir comment elles peuvent s’adapter aux enjeux spécifiques des municipalités. À plusieurs égards, je pourrais dire aussi que l’autonomie des municipalités y est reconnue mais les enjeux de transport et d’urbanisme doivent se comprendre et se gérer à l’échelle d’un territoire de vie dans lequel il y a des gens qui habitent, travaillent et se déplacent. Ça ne se fait pas municipalité par municipalité et la concertation de tous les acteurs est indispensable. F.F. Si la politique de mobilité durable a été bien accueillie par les experts, ces derniers reconnaissent toutefois que pour atteindre les cibles, ce sont les municipalités qui devront en partie faire tous les efforts. Elles auront besoin d’un soutien financier important, déjà qu’elles investissent 2,5 milliards de dollars par année dans le transport collectif. Le nerf de la guerre, c’est le financement. Mais la révision du cadre financier n’est pas à l’ordre du jour de la politique. En assumant la majeure partie des coûts

MAI 2018

Florence Paulhiac-Scherrer

d’offrir des corridors de transport collectif qui répondront aux besoins quotidiens des gens qui doivent se rendre à leur lieu de travail, mais aussi à l’épicerie, l’école, la garderie, etc.

27 URBA

sont pas suffisants pour offrir de véritables alternatives à l’auto-solo, notamment en périphérie des métropoles ou en région. Et d’ailleurs, ce qu’on constate au quotidien, c’est le peu de questions qu’on se pose au sujet du transport lorsque vient le temps


DOSSIER DU MOIS d’opération en transport collectif, est-ce que les municipalités ont les coudées franches pour atteindre les cibles ambitieuses de la politique ? F.P-S : Il y a un paradoxe : plus on développe le transport collectif, plus on creuse les déficits d’exploitation puisque les ventes de titres ne couvrent qu’environ 30 % des coûts d’opération. Quelle est la marge de manœuvre ? Augmenter les prix des billets ? Augmenter l’impôt foncier déjà saturé pour

financer les déficits d’exploitation ? Solliciter les bénéficiaires indirects des réseaux de transport collectif tels que les camionneurs, automobilistes ou entreprises ? Les options sont multiples et dépendront des choix collectifs que nous sommes prêts à faire.

Chose certaine, il faudra trouver une manière de financer les infrastructures à développer mais aussi une manière de refinancer les déficits d’exploitation. À mon avis, c’est l’équilibre entre les contributions privées et publiques qui est en jeu.

Pour atteindre les cibles ambitieuses de la politique de mobilité durable, ce sont les municipalités qui devront en partie faire tous les efforts. Elles auront besoin d’un soutien financier important. – Florence Ferraris

MAI 2018

Dans un contexte pré-électoral, certains sondages ont démontré récemment que la mobilité n’était pas dans les premières priorités des Québécoises et Québécois. La baisse des taxes et des impôts, les soins pour les aînés et la création d’emplois arrivent en tête. Comment expliquer ce manque d’intérêt ?

URBA

28 UNE POLITIQUE DE MOBILITÉ DURABLE AMBITIEUSE ET SALUÉE Le 17 avril dernier, le gouvernement du Québec dévoilait sa Politique de mobilité durable 2030 que le premier ministre Philippe Couillard n’hésite pas à qualifier de « Baie-James du 21e siècle ». Assortie d’investissements de plus de 9,7 milliards de dollars, dont 2,9 milliards de nouveaux investissements, elle comporte des objectifs ambitieux. En premier lieu, faire en sorte que 70 % de la population ait accès à au moins quatre services de mobilité durable qui permettront une meilleure fluidité dans les déplacements et moins de perte de temps. À cet égard, le gouvernement vise à réduire le temps de déplacement moyen domicile-travail de 20 % et tout autant en ce qui a trait à l’utilisation de l’auto-solo. Cette politique instaure également un principe d’éco-conditionnalité, obligeant les municipalités à élaborer des plans de mobilité durable intégrés d’ici 2023 afin d’avoir accès à des sources de financement. Saluée par la majorité des acteurs du milieu, l’UMQ a souligné que les gouvernements de proximité sont les partenaires déterminants pour relever les défis de la mobilité durable. « Il s’agit d’un document phare pour la mobilité durable des prochaines années. Les municipalités sont naturellement au centre de cette politique, puisqu’elles investissent près de 2,5 milliards de dollars annuellement en transport collectif. Pour atteindre les cibles, assurons-nous maintenant de la pérennité du financement et de l’autonomie des gouvernements de proximité dans le choix des moyens », a soutenu le président de l’UMQ et maire de Drummondville, Alexandre Cusson.

F.P-S : Ce n’est pas un réel manque d’intérêt. Pour s’en convaincre, il suffit de se rappeler les résultats des élections et les campagnes électorales qui les ont précédées. Plusieurs maires et mairesses se sont fait élire ou réélire grâce à l’enjeu de la mobilité. Par ailleurs, du côté des élus locaux, tant au niveau de la métropole que des couronnes et des régions, on assiste à une véritable mobilisation pour tout ce qui touche les enjeux de mobilité. Nul doute qu’ils font écho aux demandes de leurs concitoyens. F.F. Il ne faut pas penser que la mobilité, durable ou non, ne sera pas à l’avant-scène lors de la prochaine campagne électorale. Elle est d’ailleurs déjà bien présente dans les différentes annonces des partis politiques. Si les Québécois n’ont pas pointé la mobilité comme prioritaire, les municipalités qui les représentent ont clairement fait part de leurs exigences. L’enjeu est majeur et les politiciens ont bien compris qu’ils ne peuvent plus passer à côté de la mobilité pour gagner des élections.


ÉLECTIONS 2018 : DES COALITIONS SE FORMENT POUR PROPOSER DES SOLUTIONS AUX ENJEUX DE MOBILITÉ Qu’ils soient au centre, au sud, au nord, à l’est ou à l’ouest de la métropole, les acteurs du milieu sont bien au fait des défis à surmonter en matière de transport et de mobilité. Loin d’être passifs, ils ont des solutions à proposer. Et si chaque secteur a ses priorités à défendre, les élues et élus sont unanimes quant à la nécessiter de se concerter et de parler d’une même voix. Suzanne Roy, mairesse de Sainte-Julie

Chantal Deschamps, mairesse de Repentigny

Jean Bouchard, maire de Mirabel

La couronne sud de Montréal fait front commun pour une fluidité durable sur l’autoroute 30. Plus d’une cinquantaine de municipalités et une vingtaine d’organismes ont formé une coalition pour réclamer des actions qui soulageront la congestion routière et qui favoriseront le transport collectif, le transport des marchandises, le covoiturage et la circulation de transit. La coalition a deux demandes : une solution immédiate visant la mise en place d’une voie réservée temporaire sur l’accotement pour les autobus, les véhicules électriques et le covoiturage ainsi que la création d’un comité pour trouver des solutions permanentes et durables reliées au transport des personnes et des marchandises.

Pour la mairesse de Repentigny et présidente de la Table des préfets et des élus de la couronne nord, les astres sont alignés au niveau provincial et fédéral en matière de mobilité durable. La couronne nord, c’est cinq MRC et près de 700 000 habitants. Après un vaste exercice de réflexion, d’une seule voix, les élus ont déposé à la Communauté métropolitaine de Montréal leurs propositions.

Les municipalités des BassesLaurentides se sont développées rapidement et attirent de jeunes familles, exerçant ainsi une pression sur le réseau routier. La congestion déborde des autoroutes pour s’étendre aux routes locales. « Les municipalités du territoire s’entendent sur des priorités bien précises : des voies réservées, le transport collectif sur les autoroutes 15 et 13, le parachèvement de la 19 et un axe de transport est-ouest pour répondre aux besoins de mobilité générés par l’essor économique et la création d’emplois. »

« La grande originalité de notre coalition, c’est que nous avons ensemble décidé de ce que serait notre grande priorité commune plutôt que d’arriver un par un avec nos petites demandes. L’autoroute 30, c’est la colonne vertébrale de la Montérégie, notre trait d’union alors elle est au cœur de tout notre développement. Si notre région veut demeurer attractive, elle doit faciliter les déplacements et permettre une complémentarité dans l’offre de transport. Il y a le REM qui s’en vient, encore faut-il être capable de s’y rendre ! J’irais même plus loin en disant que notre demande concernant l’autoroute 30 est une prémisse essentielle au succès et à la rentabilité du REM. »

Avec des pôles d’emplois qui se développent sur le territoire, les acteurs se sont concertés quant à l’importance de créer des trames économiques qui faciliteront entre autres les déplacements est-ouest pour les travailleurs. « La notion de polycentrisme, c’est dire qu’on ne fait pas qu’amener un usager vers un grand centre. À l’intérieur de la couronne, on doit être en mesure de déplacer nos gens dans les deux sens. La décongestion, la bonification des services, le bouclage du réseau routier de façon réfléchie et durable font partie de nos priorités. Quand il y a des aménagements et des infrastructures intelligentes en transport collectif, on permet à des corridors de transport collectif de devenir aussi des corridors économiques. »

La mise en place d’un réseau de transport

Par ailleurs, le maire de Mirabel fait partie des 19 maires des Basses-Laurentides et de Laval qui se sont réunis le 23 avril dernier à l’occasion d’un forum sur la mobilité pour mettre en place d’ici 15 ans un réseau de transport sur la Rive-Nord. Parmi les demandes des élus : le prolongement du Réseau express métropolitain ou de la ligne orange du métro après Côte-Vertu, l’ajout de voies réservées pour les autobus sur six autoroutes ; le prolongement de l’autoroute 13 jusqu’à l’autoroute 50 ; la création d’ici septembre d’un bureau de projet voué à la réalisation du réseau de transport. Selon une étude commandée par la Société de transport de Laval, la congestion sur la Rive-Nord coûterait annuellement 1,25 milliard. Les élus sont unanimes : l’inaction coûte cher.

MAI 2018

Développer le polycentrisme

29 URBA

Fluidité pour l’autoroute 30


DOSSIER DU MOIS Élections 2018 : la plateforme municipale À l’issu du forum des assises, les membres de l’UMQ ont adopté la plateforme municipale qui guidera les partis politiques dans leurs engagements envers les gouvernements de proximité et les régions. Dotée de propositions claires, cette plateforme permettra au président de l’UMQ d’entamer dès le 23 mai prochain sa tournée des régions afin que les priorités des gouvernements de proximité résonnent aux quatre coins du Québec et trouvent écho lors de la prochaine campagne électorale. L’UMQ ET SES MEMBRES ONT BÂTI UNE PLATEFORME MUNICIPALE IDENTIFIANT QUATRE ENJEUX PRIORITAIRES : L’autonomie  

La fiscalité  

La mobilité  

MAI 2018 URBA

DE LA

> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > >

PAR LE ACTES

L’occupation du territoire

LES ASSISES DE L'UMQ

DE LA PAROLE AUX ACTES : POUR UNE MOBILITÉ DURABLE Les gouvernements de proximité réclament :

DE LA PAROLE AUX ACTES : POUR UNE PLEINE AUTONOMIE Les gouvernements de proximité réclament :

30

2018

Une loi sur l’aménagement et l’urbanisme qui reconnaît leur pleine autonomie et compétence

Un modèle équitable de partage des coûts d’exploitation du transport collectif

L’autorisation de conclure des ententes de financement avec le gouvernement fédéral

Des investissements massifs en transport dans toutes les régions du Québec

Le pouvoir de décider de l’utilisation des fonds mis à leur disposition

VOTRE MOBILIER URBAIN CARTE DE LA VILLE

APPELEZ-NOUS… C’EST GRATUIT ! *

514 561-5631 info@editionsmpc.ca * Gratuité soumise aux conditions d’éligibilité d’Éditions Média Plus Communication.

106” x 87” • Impression recto-verso • Support rigide anti-vandalisme


TOURNÉE DES RÉGIONS DU PRÉSIDENT DE L’UMQ 23 mai : Québec

19 juin : Gaspé

29 août : Saint-Jérôme

29 mai : Drummondville

21 juin : Rivière-du-Loup

30 août : Laval

5 juin : Vaudreuil-Dorion

21 août : Val-d’Or

5 septembre : Joliette

6 juin : Longueuil

22 août : Chibougamau

6 septembre : Trois-Rivières

7 juin : Cowansville

23 août : Saguenay

11 septembre : Sherbrooke

12 juin : Sept-Îles

28 août : Thurso

12 septembre : Saint-Georgesde-Beauce

14 septembre : Sommet municipal, un rendez-vous à ne pas manquer !

L’accès à des infrastructures numériques (internet et cellulaire) partout d’ici 2021

Le paiement complet des taxes foncières des immeubles gouvernementaux

La consolidation et l’augmentation des emplois gouvernementaux en région

Le plein remboursement de la taxe de vente du Québec payée par les municipalités

Des mesures régionales pour soutenir les besoins en main-d’œuvre

Des revenus liés à la nouvelle économie Un véritable partage des redevances sur les ressources naturelles Un Accord de partenariat 2020-2023 qui contribue à l’autonomie fiscale des gouvernements de proximité

La plus grande équipe de professionnels en droit public, travail et emploi au service des municipalités du Québec Dunton Rainville, c’est plus de 100 avocats, notaires et conseillers en relations de travail qui vous permettent d’atteindre vos objectifs efficacement, dans le respect d’une tradition de qualité, de dévouement et de compétence. Membre de

Un réseau mondial de cabinets d’avocats de premier plan

MONTRÉAL 514 866-6743

LAVAL 450 686-8683

LONGUEUIL 450 672-4681

JOLIETTE 450 759-8800

duntonrainville.com

SAINT-JÉRÔME 450 431-0705

31 URBA

DE LA PAROLE AUX ACTES : POUR UNE JUSTICE FISCALE AU BÉNÉFICE DES CITOYENNES ET CITOYENS Les gouvernements de proximité réclament un modèle fiscal du 21e siècle :

DE LA PAROLE AUX ACTES : POUR UNE VÉRITABLE OCCUPATION DU TERRITOIRE Les gouvernements de proximité réclament :

MAI 2018

Pour suivre la démarche : plateformemunicipale.qc.ca


U N PAV É URBAIN ÉCOVAL / ÉCOVAL AQUA Écoval possède une surface lisse et linéaire qui assure un look contemporain. Grâce à son installation mécanique, ce pavé est une solution rapide pour les environnements urbains à grande surface. La version perméable, Écoval Aqua, permet en plus une gestion responsable des eaux de ruissellement. Pour en apprendre davantage, visitez PERMACON.CA

NOUVE AUTÉ


Pour la quatorzième année d’existence de cette reconnaissance prestigieuse, 88 projets innovants ont été soumis par 52 municipalités, MRC et organisations municipales de 12 régions. Au final, 22 projets de partout au Québec sont en lice pour recevoir les grands honneurs ! Les prix seront remis encore cette année dans sept catégories : 1) sécurité publique ; 2) transport, mobilité et voirie ; 3) culture, patrimoine et interculturalité ; 4) aménagement, urbanisme et développement durable ; 5) économie, tourisme et loisir ; 6) développement social (logement, éducation et santé) ; 7) ressources humaines, gestion des opérations et des contrats. Quatre critères d’évaluation seront retenus par un jury indépendant : 1) caractère innovateur du projet dans sa démarche et ses résultats ; 2) potentiel de transfert et exemplarité du projet ; 3) retombées du projet dans le milieu ; 4) niveau d’optimisation des ressources internes ou externes ou des deux.

Enfin, le jury récompensera le projet qui se distingue le plus parmi les initiatives lauréates en remettant le Prix Joseph-Beaubien, nommé ainsi en l’honneur du fondateur de l’UMQ. Le jury décernera également le Prix Coup de cœur pour un projet cloisonné en raison de sa catégorie, mais qui possède un caractère exceptionnel par rapport à un projet lauréat d’une autre catégorie. Les déléguées et délégués participant aux Assises 2018 qui visiteront le Pavillon de l’innovation municipale québécoise pourront aussi choisir sur place leur projet favori, et celui ayant recueilli le plus de votes recevra le Prix Votre Coup de cœur. Les prochaines pages du magazine Urba vous font découvrir les finalistes en primeur. Place à l’innovation !

MAI 2016 2018

L’UMQ rend hommage à la crème de l’innovation municipale québécoise. Le mérite Ovation municipale souligne le fruit du travail de municipalités qui, peu importe leur taille, leur population ou leur situation géographique, se sont distinguées par des solutions originales pour répondre de façon optimale aux besoins de leur communauté.

33 URBA

Pleins feux sur l’innovation !


Aménagement, urbanisme et développement durable

MAI 2018

Parc éolien Pierre-De Saurel MRC DE PIERRE-DE SAUREL Montérégie

URBA

34

Le Parc éolien Pierre-De Saurel est le seul parc éolien au Québec 100 % communautaire. Il s’agit d’un modèle unique où la totalité du parc appartient à la MRC sous la forme d’une société en commandite. En ce moment, 12 éoliennes sont réparties entre Yamaska, Saint-Aimé et Saint-Robert. À lui seul, le parc possède un potentiel de production estimé de 61,3 GW/h par année, une énergie verte et renouvelable. Résolument tourné vers le développement durable, le projet permet de diversifier les

sources de revenus et de vitaliser l’ensemble du territoire. La communauté profitera de l’entièreté des retombées directes de plus de 50 millions de dollars sur 20 ans. Le parc a contribué à l’économie locale par la création d’une centaine d’emplois lors de sa construction et de cinq autres pour la durée de l’exploitation des éoliennes. Les citoyens se sont approprié le projet qui a été reçu positivement par une large majorité de la population. Tout au long de son développement, ils ont été conviés à

participer à des portes ouvertes, des séances d’information ou les consultations du BAPE par exemple. Le coût de développement et de construction du projet s’est finalisé à un total de 71,6 millions de dollars, autofinancé par des revenus garantis par Hydro-Québec. Ce projet s’avère un exemple concret de la capacité des gens de la région à développer de nouveaux marchés et de nouveaux mandats. Le Parc éolien Pierre-De Saurel est une source de motivation et de fierté envers le potentiel de développement régional.


Manuel d’urbanisme durable de la Ville de Terrebonne : une approche intégrée pour des projets porteurs TERREBONNE Lanaudière

Le MUD aborde donc la science de l’urbanisme au-delà d’un certain cadre réglementaire perçu comme étant souvent trop rigide ou pouvant brimer une part essentielle de créativité et de réflexion en matière de planification de projets. Il expose une approche plus souple et humaine tout en préservant une juste part d’objectivité appuyée par des critères et enjeux de performance, des indicateurs de pondération et d’évaluation ainsi que des mesures de résultats et de rétroaction.

MAI 2018

C’est dans cette optique qu’a été rédigé le Manuel d’urbanisme durable (MUD), un précieux cadre de référence exposant une approche intégrée de la réglementation. Le principal aspect novateur de cette approche consiste au regroupement de l’ensemble de l’information pertinente aux différents acteurs impliqués dans le développement durable au sein d’un même document cohérent.

Le MUD reprend ou remplace donc certains règlements. Par exemple, dans sa forme intégrée, il recoupe et remanie les pouvoirs habilitants prévus à la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme (LAU). Les dispositions issues du zonage ainsi que les objectifs et critères du Plan d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA) ont été fusionnés. À cet égard, le zonage a été remplacé par des transects (lieux de transition) et les Plans d’aménagement d’ensemble (PAE) par des Plans d’aménagement de transects (PAT).

35 URBA

La Direction de l’urbanisme durable de la Ville de Terrebonne s’est donné pour défi de proposer un cadre réglementaire à la fois durable et adaptable au fil du temps, de sorte qu’il permette d’accompagner efficacement un projet de développement sur une période de 20 à 30 ans.


Plan directeur de l’eau 2017-2021 Pour des lacs et des cours d’eau en santé en Haute-Yamaska MRC DE LA HAUTE-YAMASKA Montérégie

MAI 2018

Considérant la mauvaise qualité de l’eau de la rivière Yamaska et son positionnement géographique à la tête du bassin versant de cette rivière, la MRC de La Haute-Yamaska a décidé en 2012 de s’engager concrètement pour l’amélioration de la santé des lacs et des cours d’eau de son territoire en élaborant un premier Plan directeur de l’eau (PDE) Pour des lacs et des cours d’eau en santé. Au terme du déploiement de ce premier plan d’action quinquennal, elle adopte une version 2017-2021.

URBA

36

Cette nouvelle mouture prévoit 61 actions pour les cinq prochaines années, dont 45 à mettre en œuvre par la MRC et 16 par les municipalités locales. Cet outil de planification permet à l’ensemble des acteurs de coordonner leurs interventions en gestion durable des ressources en eau. La HauteYamaska demeure à ce jour la seule MRC au Québec à avoir élaboré et mis en œuvre un tel outil de planification stratégique des interventions du milieu municipal applicable à l’ensemble de son territoire.

bandes riveraines et la mise aux normes des installations septiques. Le PDE 2017-2021 est aussi innovant en prenant en considération les conséquences projetées des changements climatiques, tels les événements pluvieux plus fréquents. Pour réaliser les diverses actions prévues par le PDE, la MRC investit un montant annuel de plus de 170 000 $ provenant de son Fonds vert. Ce financement souligne la réelle volonté politique d’agir afin d’assurer la pérennité des ressources en eau pour la communauté yamaskoise et pour l’ensemble des utilisateurs du bassin versant de la rivière Yamaska.

La majorité des mesures prévues vont bien au-delà des responsabilités qui incombent normalement aux MRC. Ces efforts visent entre autres à réduire les apports en phosphore notamment par la protection des

NOTRE CABINET UNE FORCE COLLECTIVE

dhcavocats.ca

514 331-5010


Parcours balisés de course à pied Boomerang BELŒIL Montérégie

Les trajets ont donc été longuement étudiés et testés par des coureurs aguerris afin de maximiser le confort, la sécurité et la santé des coureurs. Ainsi, tous les parcours

Boomerang sont articulés autour d’infrastructures préexistantes (pistes cyclables, corridors scolaires, etc.), sont déneigés en hiver et croisent régulièrement des points d’eau et des toilettes. Le parcours de 21,1 km est officiellement homologué par Athlétisme Canada. Il s’agit du seul parcours libre certifié au Québec à ce jour. Quant à eux, les parcours de 5 km recevront leur homologation au cours de l’année.

Dans un avenir rapproché, de nombreux projets optimiseront l’utilisation de l’un ou l’autre des parcours de course Boomerang. La Ville prévoit l’organisation d’une course officielle et la création de partenariats avec les écoles primaires et secondaires du secteur afin d’intégrer les parcours à leur programme d’activité physique.

37 URBA

Le projet vise à démocratiser, concrétiser et faciliter l’accès à la pratique d’une activité physique tout en mettant en valeur les plus beaux attraits de la ville de Belœil. La course à pied s’est présentée comme le sport tout désigné par son accessibilité et son faible coût.

MAI 2018

La Ville de Belœil a inauguré en 2017 les parcours balisés de course à pied Boomerang, un projet visant à encourager l’activité physique autonome de sa population. Trois parcours de course balisés, réfléchis et sécuritaires, comprenant tous les accommodements nécessaires, sont maintenant disponibles été comme hiver.


Plan stratégique de gestion du développement du périmètre urbain SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU Montérégie

MAI 2018

Historiquement, la priorisation des projets de développement sur le territoire de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu reposait entre les mains du conseil municipal et les décisions étaient souvent basées sur le principe de « premier arrivé, premier servi ». Les critères de sélection des choix demeuraient très subjectifs et un développement pas toujours cohérent et souhaitable pouvait en résulter.

URBA

38

Ainsi en 2015, la Ville s’est dotée d’un plan stratégique de gestion du développement du périmètre urbain, un outil développé à l’interne et en collégialité. Les objectifs principaux du plan visent à assurer la cohérence du développement, limiter l’étalement urbain, respecter la capacité de livrer de l’organisation, baser les choix municipaux sur des critères plus objectifs, donner l’heure juste aux investisseurs et limiter la pression que pouvait subir le conseil municipal pour autoriser les projets. Le plan ne vise pas à retirer des pouvoirs aux élus, mais plutôt à les outiller dans le processus de prise de décision. Il permet de veiller à

une parfaite cohérence des investissements privés et publics dans la Ville.

en transport en commun ou la rentabilité fiscale.

Depuis, l’administration évalue annuellement l’ensemble de ces projets en fonction de 15 critères objectifs comme la notion d’étalement urbain, la présence d’infrastructures ou d’équipements publics, la desserte

Une fois cette évaluation complétée, les projets sont classés par pointage et soumis au conseil. Ceux retenus sont alors liés au plan triennal d’immobilisations (PTI) et les investissements publics requis s’y arriment.


Culture, patrimoine et interculturalité

Exposition à caractère d’accessibilité universelle : Claude Millette – À contre sens VARENNES Montérégie

Pour optimiser l’expérience des personnes malvoyantes et non-voyantes, de nombreux dispositifs ont été imaginés. Par exemple, des socles ont été créés sur mesure pour mettre en valeur les sculptures en offrant à la fois une atteinte facile. Une signalisation en caractères agrandis 3D et en braille se trouvait à chaque station et un lecteur d’étiquettes parlant PENFriend servait d’audio-guide entre autres. D’autre part, afin de simuler chez le visiteur voyant l’expérience d’une personne vivant avec une limitation visuelle, la Ville a produit une trousse autour du concept « Vivez l’expérience ». Elle comprenait des simulateurs de pathologies, un masque pour les yeux et des pistes de visite originales. Une section se consacrait aussi à l’apprentissage du système d’écriture braille ainsi qu’aux outils et techniques utilisés par le sculpteur lors de la création de ses œuvres. La combinaison de tous ces outils et moyens en un seul et même projet en font un événement singulier et d’exception.

39 URBA

Le projet est né d’une proposition du Service arts, culture et bibliothèque dans une vision et une volonté d’inclusion universelle de la Ville. De par son propos et sa forme, l’exposition permet aux personnes souffrant d’une déficience visuelle de découvrir les sculptures de l’artiste de manière autonome avec un minimum d’obstacles. Les Varennois explorent par le toucher les œuvres du sculpteur de renom international Claude Millette.

MAI 2018

La Ville de Varennes a initié l’exposition Claude Millette – À contre sens, conçue pour répondre aux besoins spécifiques des personnes malvoyantes et non-voyantes. L’exposition accessible à tous se révèle en tant qu’outil de sensibilisation et de démocratisation des arts visuels.


MAI 2018

Le Domaine Trinity SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU Montérégie

URBA

40

Après plus de 170 ans, l’église Trinity et la maison Epiphany connaissent une nouvelle vie à SaintJean-sur-Richelieu ! Ces deux bâtisses patrimoniales uniques ont été restaurées et renommées le Domaine Trinity en 2017. Le site historique est dorénavant dédié à l’accueil d’expositions, d’activités culturelles et d’événements de prestige. La réalisation de ce projet de restauration a longtemps été espérée par les Amis de Trinity d’Iberville. Depuis 2003, ces derniers se sont engagés à assurer la reconnaissance, la réhabilitation et la mise en valeur de ce patrimoine unique au Québec.

La réflexion qui a guidé la Ville dans la conversion de l’ensemble patrimonial fut de lui offrir une nouvelle vocation culturelle, tournée vers l’avenir. L’aménagement des espaces a donc été pensé en fonction de leur utilisation en salles multifonctionnelles, mais le cachet de l’architecture d’origine, d’influence néogothique, a été conservé

pour les deux bâtiments. Les différents outils de communication entourant ce projet, comme la ligne du temps, permettent de pérenniser la valeur historique du lieu de manière ludique et éducative auprès de la collectivité. Le projet a permis de revitaliser un site laissé à l’abandon depuis plusieurs années, en plus de créer un lieu privilégié de diffusion culturelle dans un secteur peu desservi. Il a également suscité une réappropriation des lieux par la population environnante. Le Domaine Trinity offre un espace de choix pour les activités de la municipalité et des différents organismes impliqués dans les services aux citoyens.


Ruche d’art ARRONDISSEMENT PLATEAU-MONT-ROYAL Montréal Depuis mars 2017, la bibliothèque MordecaiRichler accueille « La Ruche d’art », un espace en accès libre, ouvert à tous, dédié à la rencontre, à la créativité et au partage. Du matériel d’arts plastiques, de tissage, de couture, de tricot, d’artisanat et de création en tout genre s’y trouve par le biais de dons citoyens. Tantôt ouverte en accès libre, tantôt animée par des citoyens qui partagent leur savoirfaire ou par des artistes professionnels du quartier, la Ruche d’art se veut un point de repère social et inventif du quartier Mile-End.

La Ruche d’art constitue en soi une stratégie économique permettant de réaliser la mission de la bibliothèque publique : être un lieu d’apprentissage, de partage de savoir, d’expérimentation et un milieu de vie.

Ne manquez rien des Assises 2018 de l’UMQ en téléchargeant notre application mobile !

En collaboration avec

41 URBA

Tous les citoyens et organismes du quartier ont été invités à s’impliquer, que ce soit pour accueillir les gens, partager leur savoir-faire individuellement ou en atelier, ou tout simplement pour venir y créer. Le concept valorise l’économie du don, donc le matériel provient de la générosité de tous.

MAI 2018

À la base, l’arrondissement cherchait à ancrer la bibliothèque en tant que milieu de vie et à créer des ponts avec les citoyens. La visite de quelques espaces affiliés au réseau existant des Ruches d’art (Art Hives) a inspiré le projet. Celle de la bibliothèque Mordecai-Richler devient la première ruche d’art permanente à être implantée dans une bibliothèque au Canada.


Développement social (logement, éducation et santé)

Programme de soutien en gestion des bénévoles ARRONDISSEMENT DE SAINT-LÉONARD Montréal

MAI 2018

Alors qu’en premier lieu les organismes sont encouragés à développer des pratiques innovantes en matière de gestion de leurs bénévoles, les deux autres étapes au programme favorisent le réseautage et la collaboration.

URBA

42

Le recrutement et la rétention des bénévoles se sont révélés comme étant des enjeux majeurs partagés par une majorité d’organismes locaux dans l’arrondissement de Saint-Léonard. Sensible à cette problématique, l’arrondissement a implanté, en partenariat avec l’organisme Sport et Loisir de l’île de Montréal, un Programme de soutien en gestion des bénévoles. Ce programme vise à valoriser le bénévolat dans la communauté et à soutenir le renouvellement des pratiques de gestion

Outre les avantages directs pour l’arrondissement, ce programme représente une opportunité pour les organismes participants d’améliorer leurs pratiques de gestion en matière de bénévolat. En bénéficiant gratuitement d’un service d’accompagnement personnalisé, flexible et adapté, ils peuvent ainsi se doter d’un plan d’action réaliste pour optimiser leurs ressources humaines et financières, dans le cadre de la gestion de leurs bénévoles.

des bénévoles au sein des organismes léonardois. Le projet est composé de trois volets dont le premier consiste à la mise en place d’un service d’accompagnement personnalisé aux organismes. Le deuxième volet touche le développement de stratégies de mobilisation des acteurs et le troisième l’adhésion de l’arrondissement à la Charte du bénévolat et des organisations de bénévoles, une première dans le milieu municipal au Québec.

APPEL À PROJETS Grâce au FONDS FRANCO-QUÉBÉCOIS POUR LA COOPÉRATION DÉCENTRALISÉE, vous pouvez :

Le succès de cette formule est attribué au fait qu’elle place l’engagement des organismes participants au cœur de la démarche d’accompagnement.

SOUMETTEZ UN PROJET D’ICI LE 14 OCTOBRE 2018 C100 M80 J0 N0

CMYK

C0 M100 J100 N0 C0 M0 J0 N50

C0 M0 J0 N100

C100 M55 J0 N0

mrif.gouv.qc.ca/FFQCD consulfrance-quebec.org/CFQ

• Développer des liens avec un partenaire français • Vous inspirer des meilleures pratiques françaises dans votre domaine • Faire valoir l’expertise de votre milieu

MINISTÈRE DE L’EUROPE ET DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES


Centre multifonctionnel des roses, une première au Québec ! ARRONDISSEMENT DE CHARLESBOURG, QUÉBEC Capitale-Nationale

En plus de cette économie d’échelle importante, le centre permet la revitalisation du quartier Saint-Pierre-aux-Liens. L’idée de cet édifice multifonctionnel est née du besoin de remplacer l’école Le Jardin qui était également le lieu principal d’activités de loisirs du secteur et du besoin de trouver un terrain pour développer du logement social dans ce coin défavorisé de la Ville.

Le centre communautaire comporte une salle polyvalente, six locaux d’ateliers, une salle de conférence, un bloc sanitaire, des rangements, des locaux administratifs et une aire d’accueil. En tout, 54 logements d’une à quatre chambres à coucher se situent sur quatre étages au-dessus du centre.

Par conséquent, le projet apparaît comme un élément structurant où les familles avec enfants des logements communautaires peuvent jouir d’une école à quelques mètres et des installations de loisir au rez-de-chaussée de leur résidence.

43 URBA

Dans un contexte d’urbanisation où les terrains disponibles sont rares et onéreux, un projet mixte d’habitation et de centre communautaire permet de partager les coûts. Le Centre multifonctionnel est issu d’un partenariat entre l’O.M.H.Q., soutenue via le programme Accès Logis de la S.H.Q., le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, la C.S. des Premières-Seigneuries, Loisirs du Jardin, Desjardins et la Ville de Québec. Avec cette formule innovatrice et des tels partenariats, le coût réel pour la Ville de Québec a été d’environ 2,5 millions de dollars pour un centre communautaire d’une superficie de plus de 1 400 mètres carrés.

MAI 2018

Le Centre multifonctionnel des roses est un édifice multifonctionnel logeant à la fois un centre communautaire et 54 logements communautaires, une première au Québec !


Économie, tourisme et loisir

Le centre-ville de Trois-Rivières, pôle d’affaires innovant TROIS-RIVIÈRES Mauricie

MAI 2018

Avant 2015, le centre-ville de Trois-Rivières faisait face à un défi de taille : l’exode de bureaux de professionnels vers la périphérie. Cette baisse du nombre de travailleurs fait mal aux commerçants locaux, en plus de laisser d’immenses superficies vacantes. Alors que la vitalité du pôle d’affaires est directement menacée, la Ville prend la situation en main pour renverser la tendance.

URBA

44

Elle s’adjoint les services d’Innovation et Développement économique Trois-Rivières, son bras économique, pour la mise en place d’un plan d’action. Une trousse de bienvenue destinée aux nouvelles entreprises s’installant au centre-ville est créée, incluant une aide financière basée sur la superficie d’occupation pouvant atteindre 30 000 $, une contribution non remboursable pour chaque emploi créé pouvant atteindre 20 000 $ ainsi qu’un congé de cotisation à la Société de développement commercial du centre-ville. De plus, une quinzaine d’entreprises locales s’unissent pour offrir des rabais et des gratuités, pour une valeur totale de plus de 7000 $.

Parallèlement, de nouvelles initiatives sont prises pour dynamiser le centre-ville, comme l’organisation d’événements sociaux pour les travailleurs, l’ajout de mobilier urbain ludique, l’arrimage de l’animation avec les besoins des commerçants et la mise en valeur des espaces à louer grâce aux œuvres d’artistes locaux.

Depuis, le centre-ville de Trois-Rivières connaît un nouvel élan économique. Dès la première année d’application des programmes, en 2016-2017, 19 nouvelles entreprises se sont installées dans le périmètre. En un an, le taux d’inoccupation des locaux est passé de 20 % à 18 %, une baisse significative.


Sports et loisirs Beau-Château, une réponse supralocale aux défis en matière d’infrastructures sportives et récréatives BEAUHARNOIS-CHÂTEAUGUAY Montérégie Pour répondre au déficit en infrastructures sportives et récréatives auquel elles étaient confrontées, Beauharnois et Châteauguay ont allié leurs forces ! Les Villes ont constitué une régie intermunicipale et ont innové dans les modes de construction et de gestion des infrastructures. Constituer une régie intermunicipale n’est pas en soi une nouveauté : il en existe plusieurs au Québec, dans de multiples champs d’application. Toutefois, le libellé de l’entente la constituant est notamment novateur dans son ouverture à l’adhésion de nouveaux membres en fonction d’un mécanisme de compensation pour les dépenses d’investissement alors encourues, en application du principe de l’utilisateur/payeur.

En 24 mois, la région s’est dotée d’une infrastructure qui lui manquait et a remplacé la piscine extérieure de Beauharnois en l’agrandissant pour répondre aux besoins des deux communautés, ce qui n’aurait pu être réalisé selon une approche conventionnelle. L’aspect original du projet Sports et loisirs Beau-Château réside dans sa simplicité, la vision ouverte qu’il requiert et le recours à toutes les avenues utilisables pour optimiser l’offre de services aux communautés concernées, au meilleur coût.

45 URBA

Le projet nécessite des investissements totaux de 51 millions de dollars pour une réalisation en plusieurs phases, tel qu’il apparaît au plan d’affaires 2017-2021 soumis aux administrateurs de la Régie en septembre 2018. Elle prévoit aussi que les municipalités membres pourraient ajouter au fil du temps toute autre infrastructure sportive et récréative, à leur convenance.

MAI 2018

De plus, la Régie rend disponible à l’ensemble des citoyens des deux villes trois infrastructures pour la pratique d’activités récréatives variées.


Développement de la Forêt récréative de Val-d’Or VAL-D’OR Abitibi-Témiscamingue La Ville de Val-d’Or s’est dotée d’un plan concerté de développement pour sa Forêt récréative, projet dont les retombées ont dépassé les prévisions. Le secteur choisi, qui n’était à la base qu’un petit paradis tranquille, génère désormais près de 100 000 entrées par an et fait la fierté des gens de Val-d’Or.

MAI 2018

Des investissements majeurs ont permis la réalisation d’un sentier glacé éclairé et asphalté, d’un pavillon des patineurs, du prolongement de la piste cyclable et d’une station d’exercice. Un chalet d’accueil assure un service aux usagers, peu importe la saison.

URBA

46

Ces initiatives ont eu des retombées sur de nombreux services municipaux. Le Service culturel y programme des spectacles, des installations artistiques « Land Art » ou des expositions photo aux abords de la piste cyclable. Le Service des communications pour sa part y tient entre autres des activités de la Semaine des familles et d’accueil des nouveaux arrivants. Puisque la Ville désirait attirer davantage d’utilisateurs dans le secteur, elle leur a accordé une place importante dans le processus d’idéation et le déploiement du plan de développement. Cette action directe a favorisé l’occupation des lieux par les citoyens et les organismes du milieu. D’ailleurs, plusieurs groupes tiennent des activités à la Forêt récréative, par exemple une association de cueilleurs de petits fruits et champignons, le service de périnatalité ou des groupes de traumatisés crâniens et d’autistes. L’implication de partenaires non prévus comme le CISSS, des organismes communautaires et des clubs sociaux démontre cette appropriation des lieux par la population. La Forêt récréative permet l’augmentation de la pratique de l’activité physique chez les Valdoriens ainsi qu’une appropriation du territoire significative par ses usagers.


Ressources humaines, gestion des opérations et des contrats

Conception d’une réserve d’eau potable sécuritaire REPENTIGNY Lanaudière

S’inspirant d’une expérience réussie à l’un de ses postes de pompage, le nouveau concept de la Ville a prévu l’installation à l’intérieur du réservoir de deux escaliers d’accès et de trois puits de ventilation, l’aménagement d’un réseau électrique souterrain, l’installation de plusieurs trappes servant exclusivement à la manutention d’équipement ainsi que l’implantation d’ouvertures munies de portes permettant de circuler aisément entre les différentes sections du bassin.

MAI 2018

Préoccupée avant tout par la sécurité des travailleurs qui allaient construire puis entretenir son nouveau réservoir d’eau potable, la Ville de Repentigny a conçu, en concertation avec les intervenants impliqués, une infrastructure qui ferait en sorte que ce gigantesque réservoir souterrain, équivalent au volume de quatre piscines olympiques, ne soit pas un espace clos, avec les dangers de chutes et les difficultés d’y manipuler les équipements requis pour son entretien.

URBA

47

L’entretien du réservoir se fait maintenant en toute sécurité et avec une importante économie de temps pour les travailleurs. La conception originale de cette nouvelle réserve d’eau potable a de plus contribué à ce que les coûts de construction soient inférieurs du tiers par rapport à des ouvrages comparables. En effet, l’entrepreneur a réalisé de façon plus sécuritaire et efficace l’installation des différentes composantes internes.

La Ville de Repentigny a innové dans sa démarche en associant à sa réflexion tous les intervenants concernés dans une plateforme d’ingénierie simultanée. Ainsi, les discussions se sont étalées sur une période de plus d’un an et ont mis à contribution l’expertise et l’expérience des ingénieurs, du personnel technique de la Division des eaux et assainissement de la municipalité ainsi que de l’Association paritaire pour la santé et la sécurité au travail, secteur municipal (APSAM).


Réalisation de chariots élévateurs et inclinables pour mosaïcultures TERREBONNE Lanaudière L’équipe du Service des parcs et espaces verts de Terrebonne a développé et réalisé un concept unique de chariots inclinables et ajustables dans le but de limiter les postures contraignantes lors de la réalisation de mosaïcultures végétales verticales.

MAI 2018

Chaque année, l’équipe du Service des parcs et espaces verts de la Ville de Terrebonne réalise une imposante mosaïculture estivale (24 pieds de large par 8 pieds de haut) selon différentes thématiques. Les jardiniers doivent procéder à la plantation de végétaux au sein de la mosaïque, ce qui s’effectue

URBA

48

habituellement dans une position accroupie, et ce, durant plusieurs jours consécutifs. Au cours de l’hiver 2016, une équipe du Service des parcs et espaces verts de la Direction de l’entretien du territoire a pris l’initiative de travailler à la conceptualisation d’un chariot inclinable et ajustable qui permet de prévenir les risques de blessures en assurant une plus grande sécurité et une meilleure adaptabilité pour les travailleurs et travailleuses lors de la plantation des végétaux. La construction de six chariots inclinables (en angle et en hauteur) à manivelle s’est effectuée à l’internet. En plus de révolutionner le montage des mosaïques, ces chariots servent à la réalisation d’autres tâches comme l’entretien des bandes de patinoires et de buts de hockey.

Ce projet constitue une mise en valeur de la compétence des municipalités par le fait qu’il a été réalisé en totalité dans le cadre de travail de la ville : de sa conceptualisation jusqu’à son utilisation. Pensés et conçus par des employés municipaux, ces chariots approuvés par un ingénieur contribuent significativement à augmenter leur sentiment d’appartenance envers la Ville de Terrebonne.


Optimisation des processus liés à la gestion du plan triennal d’immobilisations et à la gestion contractuelle TROIS-RIVIÈRES Mauricie Les processus et les systèmes d’information liés à la gestion du plan triennal d’immobilisations (PTI) et à la gestion contractuelle sont au cœur des principales opérations municipales. En 2011, Trois-Rivières s’est dotée d’une politique de gestion contractuelle, comme le prévoit la Loi sur les cités et villes. Dans cet élan, les dirigeants municipaux trifluviens ont initié une réflexion sur les procédés et systèmes d’information en place, dans le souci d’avoir un meilleur contrôle des différents aspects de la gestion contractuelle.

À la lumière de ce constat, la Ville a alors développé à l’interne un logiciel qui lui garantit un meilleur contrôle sur la gestion des contrats publics, l’amélioration des processus administratifs et le respect des dispositions législatives en vigueur. C’est ainsi qu’est né le « système de gestion contractuelle », composé de quatre modules sur mesure.

Le logiciel a permis l’amélioration de la gestion des appels d’offres et des suivis administratifs et financiers, une meilleure gestion budgétaire, un meilleur contrôle des dépenses et des dépassements de coûts et la diminution des risques d’erreur dans les paiements de contrat.

Le système aura aussi permis d’améliorer l’accès à l’information et d’optimiser les méthodes de travail. Par la transparence de ses processus, la Ville a gagné en confiance et crédibilité auprès de la population, de la communauté d’affaires et de ses gestionnaires.

MAI 2018

Le Comité d’experts sur le sujet a observé qu’aucun logiciel sur le marché ne correspondait aux exigences légales, comptables et opérationnelles très particulières du monde municipal.

URBA

49

POUR QUE VOUS N’AYEZ PAS À CHOISIR ENTRE PROXIMITÉ & EXPERTISE. Véritable référence en droit municipal et droit du travail, Cain Lamarre a la capacité d’offrir aux villes et municipalités québécoises ce qu’aucun autre cabinet ne peut proposer ; l’expertise d’un grand cabinet combinée à une fine connaissance du milieu et des enjeux locaux.

FRANÇOIS BOUCHARD, M.A., M.Env. Avocat, associé propriétaire & spécialiste en droit municipal RICHARD GAUDREAULT Avocat, associé propriétaire & spécialiste en droit du travail SYLVAIN CHABOT, CRIA Avocat, associé propriétaire & spécialiste en droit du travail

PRÈS POUR ALLER LOIN | CAINLAMARRE.CA


Sécurité publique

Bornes sèches amovibles, ajustables et pivotantes VAL-DES-MONTS Outaouais

MAI 2018

Le service de Sécurité incendie (SSI) de la Municipalité de Val-des-Monts a constaté avec le développement résidentiel des dernières années, que ses moyens d’approvisionnement en eau n’étaient pas suffisants. Pour répondre à cette problématique de manière abordable, efficace, durable et sécuritaire, le SSI a trouvé une solution innovante : créer une borne sèche amovible, ajustable et pivotante.

URBA

50

La Municipalité de Val-des-Monts est pourvue de 125 lacs permettant des installations de bornes sèches. Leur version permanente traditionnelle n’était pas envisageable en raison de la topographie des terrains, la profondeur des cours d’eau ou la complexité de l’excavation.

Un officier du SSI a proposé le design d’une installation permanente sur un ponceau de métal ou même sur un bloc de ciment selon le cas, et pouvant être également mise en service en la basculant à l’eau. L’installation fut fabriquée par une entreprise locale et mise à l’essai à l’automne 2015.

Après réflexion et maintes discussions, il fut noté qu’avec l’installation d’un tuyau amovible, submergé et ajusté au besoin, tout comme avec une crépine flottante, le SSI serait bien desservi au niveau de l’alimentation en eau. De là est venue l’idée de bornes sèches amovibles, ajustables et pivotantes.

En plus de permettre un approvisionnement rapide et efficace en eau, ces installations permanentes évitent le déchargement et le transport de matériaux lourds servant à l’alimentation en eau. C’est une solution économique, efficace et qui augmente le niveau de santé et sécurité pour les pompiers lors de leurs opérations en situation d’urgence. L’utilisation de la pompe portative étant de moins en moins sollicitée, il y a réduction des risques de blessures lors de son transport et de son installation dans des milieux instables.


Elle s’est procuré les équipements nécessaires afin de répondre aux différentes situations nécessitant un sauvetage et les a mis à la disposition des services incendie afin qu’ils puissent répondre aux appels

d’urgence. C’est donc un total de trois motoneiges, deux véhicules tout-terrain, quatre remorques de transport et tous les EPIs nécessaires qui ont été achetés. Le projet a nécessité des investissements de près de 150 000 $.

En redéfinissant les procédures d’intervention, la MRC s’est assurée que les trois corps de métiers d’urgence travaillaient de la même façon et qu’ils pouvaient être en mesure de communiquer et de se géolocaliser tout au long d’une intervention.

En plus des achats effectués, un protocole de déploiement a été mis en place en collaboration avec l’ensemble des acteurs du milieu. Jamais dans l’histoire des services incendie de la MRC de la Vallée-de-l’Or un tel protocole d’entraide automatique n’avait été établi pour quelque type d’intervention que ce soit.

Maintenant, tous les citoyens de la MRC peuvent être assurés que le personnel de leurs services incendie est apte et préparé à intervenir adéquatement à une situation d’urgence, et ce, même à plus de 100 kilomètres en forêt.

51 URBA

Le territoire de plus de 27 000 km² de la MRC de La Vallée-de-l’Or est accessible et disponible pour une panoplie d’activités. Les utilisateurs de ce territoire forestier s’y répartissent et se retrouvent souvent à l’extérieur du réseau routier traditionnel. Advenant une situation d’urgence, les usagers s’exposent à plus de risques. Par conséquent, la MRC a mis en place une équipe de sauvetage d’urgence en milieu isolé sur l’ensemble de son territoire.

MAI 2018

Création d’une équipe régionale de sauvetage d’urgence en milieu isolé MRC DE LA VALLÉE-DE-L’OR Abitibi-Témiscamingue


Rues conviviales : l’art de mobiliser les citoyens pour améliorer la sécurité SAINTE-JULIE Montérégie En 2016, Sainte-Julie a sondé sa population sur la qualité des services municipaux. Les répondants ont alors indiqué que leur principale préoccupation en matière de sécurité publique est la vitesse dans les rues résidentielles. La Ville ne s’en est pas étonnée puisqu’elle reçoit de nombreuses plaintes à cet effet, et ce, même si la limite a été réduite à 40 km/h et que différentes mesures ont été instaurées comme de la surveillance policière accrue ou des électro-radars.

MAI 2018

En analysant ces requêtes, la Ville a constaté que ce sont souvent des résidents des rues concernées qui roulent vite ou qui n’adaptent pas leur conduite à la présence d’enfants. Le Comité de sécurité publique a donc eu l’idée de mobiliser les résidents pour qu’ils améliorent eux-mêmes la sécurité sur leur rue en s’engageant à changer leurs comportements et en agissant comme ambassadeurs auprès de leurs voisins. C’est ainsi qu’est né le projet « Rues conviviales » en 2017.

URBA

52

Ce projet se réalise quand un citoyen recueille l’engagement officiel de 51 % de ses voisins à ralentir sur la rue. Pour ce faire, il utilise des outils de communication fournis par la Ville. Une fois que le seuil requis est atteint, la Ville installe une signalisation thématique au centre de la rue pour sensibiliser les gens et forcer un ralentissement. À l’heure actuelle, 12 rues ont été accréditées ou sont en voie de l’être. Le projet « Rues conviviales » se démarque par son aspect participatif. En effet, il existe des rues conviviales ailleurs au Québec et dans le monde, mais ces concepts reposent principalement sur l’aménagement et la signalisation. Pour sa part, le modèle de la Ville de Sainte-Julie intègre un volet exigeant que les citoyens initient la démarche eux-mêmes et qu’ils se responsabilisent. De cette façon, la sécurité publique ne devient plus seulement la responsabilité de la Ville ; c’est maintenant à chacun de faire sa part pour rendre les rues plus sécuritaires.


Un langage distinctif a été choisi pour parler aux jeunes filles et aux garçons, car ils ne perçoivent pas le sextage de la même façon. Par exemple, la rencontre à l’école a pris un angle spécifique pour les filles. De là a été pensé l’événement : Prendre un thé avec une policière. Les étudiantes étaient assises aux tables avec une policière et une procureure, ce qui favorisait la confiance.

53 URBA

L’autoexploitation juvénile consiste, pour une jeune personne, à créer et transmettre à d’autres jeunes par l’entremise d’internet des photographies ou des vidéos à caractère sexuel. L’augmentation du nombre de ces cas d’autoexploitation est notable et préoccupe de plus en plus les parents, les écoles et les Services de police. La Ville s’est donné la mission de mieux s’outiller face à ce phénomène croissant. Pour ce faire, une campagne majeure a été déployée en 2017 pour prévenir et sensibiliser les jeunes au sextage. Un plan de formation et une trousse d’intervention ont été remis aux intervenants scolaires. Ce matériel a été élaboré en partenariat avec les intervenants stratégiques afin d’avoir des actions légales, concertées, mais surtout rapides, et ainsi limiter les situations de sextage. Parallèlement, des intervenants des divers milieux ont rencontré des jeunes et leur ont remis des outils promotionnels pour les informer sur leurs droits et responsabilités, les dangers des médias sociaux, les impacts de l’autoexploitation et la diffusion de sextos.

MAI 2018

Fais les bons choix, reflète la bonne image de toi ! (projet pilote Sexto) SAINT-JÉRÔME Laurentides

La campagne Sexto du Service de police de la Ville de Saint-Jérôme est une première au Canada, appuyée autant par la Sûreté du Québec, le Centre canadien de protection pour l’enfance et le DPCP de Terrebonne que le CAVAC, l’Académie Lafontaine et la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord.


Transport, mobilité et voirie

MAI 2018

Transcollines, un modèle de mobilité durable des personnes en milieu périurbain – Régie intermunicipale de transport des Collines MRC DES COLLINES-DE-L’OUTAOUAIS Outaouais

URBA

54

Bonifier l’offre en transport est depuis plusieurs années une priorité pour les élus des municipalités de la MRC des Collinesde-l’Outaouais. Ainsi, ils n’ont pas hésité à octroyer des mandats à des firmes externes afin d’avoir les données de mobilité les plus à jour. Après trois mandats et autant d’études, le territoire s’est approprié une structure mixte de transport de personnes, soit le transport adapté, collectif, interrégional et le transport en commun réunis sous un même toit, celui de Transcollines. Ce modèle de mobilité durable est un guichet unique en transport pour le territoire des sept municipalités de la MRC. Transcollines opère aujourd’hui son réseau avec plus de 10 véhicules équipés de supports à vélo et de WiFi. Avec des taux de croissance moyens se situant entre 10 et 14 % par année, le réseau déplace plus de 250 000 personnes annuellement.

La multitude d’offres de service regroupées sous un même toit facilite l’utilisation par les résidents et augmente la visibilité de l’organisation. Ce travail a été réalisé avec l’objectif de pouvoir offrir aux usagers un seul et unique laissez-passer mensuel qui leur permet aujourd’hui de voyager sur l’ensemble du territoire de la MRC des Collines, mais aussi de Gatineau et Ottawa. De plus, les élus voient le transport comme un levier important du développement du territoire et comme un frein à l’exode des municipalités rurales au profit des grandes villes. Le projet de Transcollines permet l’accès au marché du travail, ce qui pérennise le développement économique de la région.


En avril 2017, conformément à sa stratégie, la Ville et des partenaires privés et institutionnels ont mis sur pied un Institut de l’électrification et des transports intelligents, Jalon Montréal, qui a pour mission d’accélérer l’émergence de solutions nouvelles en transport électrique. Montréal travaille entre autres en collaboration avec la Société de transport de Montréal (STM), responsable de l’électrification progressive de son réseau et CDPQinfra, un promoteur du projet du Réseau électrique métropolitain (REM). L’aspect innovateur de la Stratégie réside dans le fait qu’elle définit un cadre d’intervention unifié pour une série d’actions diverses, mais toutes orientées vers la transition énergétique. En effet, les initiatives d’électrification des modes de transport déployées isolément ne donnent souvent pas des résultats à la hauteur des efforts et des ressources. La stratégie coordonnée de la Ville permet une direction commune et une réelle émulation entre les projets d’électrification. À titre d’exemple, l’implantation d’un système de bornes de recharge publiques se destine à la fois aux propriétaires individuels d’autos électriques, mais aussi aux véhicules libre-service. Son plan d’action concerne le matériel roulant et les bâtiments municipaux, l’installation de bornes de recharge publiques, des mesures incitatives pour l’électrification des véhicules libreservice, l’électrification du transport en commun ainsi que la recherche et le développement économique.

55 URBA

Montréal s’est engagée dans une stratégie d’électrification des transports afin d’encourager l’adoption par les citoyens de moyens de déplacement durable. En juin 2016, la Ville a adopté une stratégie qui se décline en 10 orientations, chacune d’elles se rapportant à une responsabilité spécifique de la municipalité ou d’un de ses partenaires.

MAI 2018

Stratégie d’électrification des transports 2016-2020 MONTRÉAL Montréal


AVEZ-VOUS PENSÉ À VOS PLUS PETITS

CITOYENS ?

Les municipalités ont les compétences et les pouvoirs pour influencer directement la qualité de vie des familles et, du même coup, permettre aux tout-petits de développer leur plein potentiel. Partout au Québec, une multitude d’initiatives voient d’ailleurs le jour afin de favoriser le développement et le bien-être de nos enfants.

tout-petits.org facebook.com/observatoiredestoutpetits twitter.com/Tout_petits


8%

Publireportage

OFFRONS À NOS TOUT-PETITS UNE ALIMENTATION SAINE ET ACCESSIBLE DANS LES LIEUX PUBLICS ! LE SAVIEZ-VOUS ? En 2013-2014, environ 8 % des familles ayant des enfants âgés de moins de 6 ans étaient en situation d’insécurité alimentaire. Cela signifie qu’elles n’avaient pas accès à des aliments sains et nutritifs, en quantité suffisante.

LES MUNICIPALITÉS PEUVENT AGIR ! • À Montréal-Nord, un projet de logements sociaux, l’Îlot Pelletier, incluait la transformation d’espaces de stationnement en potagers et en îlots de fraîcheur, de même qu’un marché public saisonnier, mis sur pied par les citoyens. Ce marché a d’ailleurs été le point de départ de la recherche d’une solution durable : une Coopérative de solidarité de distribution alimentaire. • La Ville de Saint-Bruno-de-Montarville s’est dotée de la Politique « Saint-Bruno : ville nourricière », qui prévoit entre autres de revoir le zonage de son territoire, pour aussi bien encourager l’agriculture urbaine qu’interdire l’implantation des restaurants avec service à l’auto au coeur du centre-ville. • La Ville de Montréal a éliminé la vente de boissons sucrées de ses bâtiments.

Des services pensés pour répondre aux besoins des enfants et des familles représentent de puissants outils d’attraction et de rétention.

OFFRONS À NOS TOUT-PETITS DES LOGEMENTS ABORDABLES ET DE QUALITÉ ! LE SAVIEZ-VOUS ? Au Québec, environ une famille avec un enfant âgé de 0 à 5 ans sur cinq occupe un logement jugé non abordable, c’est-à-dire représentant une charge financière excessive par rapport à ses revenus. LES MUNICIPALITÉS PEUVENT AGIR ! • La Ville de Lévis fait partie de Concertation logement Lévis, qui réunit une vingtaine d’organismes ayant à coeur le développement de logements sociaux et communautaires qui travaillent ensemble afin de trouver des solutions aux problématiques de logement. • Le groupe a mis en place le portail logislevis.com qui recense l’ensemble de l’offre de logements sociaux et communautaires à Lévis, une première au Québec. • La Ville de Laval et son office municipal d’habitation réalisent actuellement la première phase de la revitalisation des Immeubles Val-Martin, un complexe de logements sociaux construit dans les années 50 et dont les bâtiments arrivent à leur fin de vie utile. Ce projet, qui vise notamment à augmenter l’offre en logements sociaux et communautaires pour les familles, en comprendra 221 de 2 chambres et plus, soit plus de 60 % du total prévu. Le projet intégrera également un centre communautaire et comprend le réaménagement des voies et espaces publics du secteur.


CULTURE La valise culturelle de l’élu municipal UN OUTIL POUR SOUTENIR LA VITALITÉ DE NOS COLLECTIVITÉS La valise culturelle de l’élu municipal est un document de référence élaboré par le réseau Les Arts et la Ville. Elle vise à fournir des outils permettant aux municipalités de saisir la dynamique du secteur culturel au Québec et de se positionner par rapport à ses principaux enjeux.

URBA

58

De même, il s’agit de faciliter le soutien, par les municipalités, de la culture sur leur territoire, dans les limites de leurs champs de compétences et selon leurs particularités locales. Élaborée pour être facilement consultée, elle veut soutenir la réflexion, la planification et l’action locale pour le développement culturel des communautés du Québec. Elle propose une lecture contemporaine de la place importante et fondamentale qu’occupent les arts et la culture pour ce développement. Elle donne des clés pour faire de la culture un levier pour l’économie, le progrès social et communautaire, la santé et l’environnement de toute une collectivité. La culture s’exprime d’abord dans les municipalités et les quartiers urbains. Ce sont ces milieux qui offrent aux citoyens les principales occasions de participation culturelle. D’ailleurs, les municipalités comprennent de mieux en mieux le caractère fondamental de la culture, notamment pour la qualité de vie de leurs citoyens. En effet, la culture est le liant de toute société. Cette conscience de plus en plus aiguë du caractère transversal de la culture teinte tout le contenu de la Valise. Ainsi, en plus de la participation citoyenne, le document aborde des questions comme l’inclusion et la cohésion sociales ; les liens entre la culture et le territoire ; la protection et la mise en valeur des paysages ; l’expression des identités locales et régionales ; le sentiment d’appartenance des citoyens à leur milieu ; la diversité des expressions culturelles ; les municipalités et l’action internationale en matière de culture.

Photo : Jean Beaulieu

MAI 2018

Par David Pépin, chargé de projet, réseau Les Arts et la Ville

La bibliothèque est un des équipements culturels les plus importants des municipalités. Sur notre photo, celle de Montmagny a valu à la Ville de remporter le prix Culture et développement du réseau Les Arts et la Ville en 2015.

Par ailleurs, la Valise situe l’intervention municipale en culture et présente les outils dont disposent les municipalités pour s’engager dans le secteur culturel et favoriser un plus grand accès à la culture pour leur population. De nombreuses mesures permettent désormais aux municipalités d’avoir un plus grand pouvoir d’action en ce domaine. Il y a bien sûr la politique culturelle et tout ce qui en découle, mais il y a aussi les dispositions énoncées dans la Loi sur le patrimoine culturel, par exemple, qui permettent aux municipalités de mettre en valeur leur patrimoine sous toutes ses formes. À cet égard, l’adoption de l’Agenda 21 de la culture du Québec, en 2011, est venue affirmer le rôle essentiel de la culture pour le bien-être individuel et collectif, mais aussi celui de la créativité pour le développement global de la société québécoise. Partant d’un mouvement mondial, la notion d’Agenda 21 de la culture concerne maintenant les municipalités elles-mêmes, qui sont appelées, pourquoi pas, à se doter de leur propre agenda de la culture local. La valise culturelle de l’élu municipal s’adresse donc directement aux élus et aux fonctionnaires pour les aider à réaliser la mission qui est confiée aux gouvernements municipaux. Au fil des chapitres, de nombreux exemples de projets mis en œuvre par des municipalités permettent de rendre concrètes les nouvelles réalités du secteur culturel au Québec. En publiant ce document de référence unique et incontournable, le réseau

Les Arts et la Ville a voulu contribuer à ce que la culture occupe, dans notre société, tout l’espace qui lui revient et surtout, que les collectivités du Québec bénéficient pleinement de ses potentialités. Pour commander La valise culturelle de l’élu municipal, nous vous invitons à visiter le site Internet du réseau Les Arts et la Ville : www.arts-ville.org/publications


SOCIÉTÉ Vivre-ensemble : des municipalités prennent les devants pour favoriser les dialogues et les échanges Par Isabelle Langlois, chargée de projet aux communications à l’UMQ

D’entrée de jeu, le maire de Gatineau, monsieur Maxime Pedneaud-Jobin, a souligné la nécessité d’un tel événement pour la Ville

MAI 2018

PREMIER SOMMET DU VIVRE-ENSEMBLE DE GATINEAU PLACE AUX SOLUTIONS CONCERTÉES ! Près de 200 personnes se sont déplacées lors du premier Sommet du vivre-ensemble de Gatineau pour échanger, se concerter, mais surtout, tisser les liens entre citoyens. La journée du 20 avril a été composée de panels de discussion, de tables rondes sous forme de « World Café » et de plénières pour faire le point sur les grandes idées soulevées.

URBA

60

Maxime Pedneaud-Jobin

SAVIEZ-VOUS QUE…  Gatineau est le deuxième pôle d’immigration au Québec après Montréal et l’une de trois principales portes d’entrée de l’immigration.  Qu’on y retrouve 88 communautés culturelles.  Qu’elle compte sur le plus haut pourcentage d’anglophones au Québec.  Gatineau est au premier rang des grandes agglomérations urbaines du Québec en ce qui a trait aux personnes autochtones venues s’établir en ville.  Gatineau a adhéré à l’Observatoire international des maires sur le vivre-ensemble. Un protocole d’entente a été signé à ce sujet en présence de Magda Popeanu, vice-présidente du comité exécutif de la Ville de Montréal et responsable de la diversité montréalaise.

dont le paysage démographique change très rapidement. Là où des populations francophones, anglophones et autochtones se côtoient depuis des siècles viennent maintenant vivre des gens de partout sur la planète. « Ces changements-là touchent à la fois ce que nous sommes individuellement et collectivement. C’est pour cela que le vivre-ensemble est un défi aussi difficile à relever. » La société change et il faut avoir le courage de se parler franchement, approfondit-il en entrevue. « Ce n’est pas vrai que tout est beau et facile. Il y a toutes sortes de tensions dans nos communautés et même des drames comme ce qui s’est produit à Québec. J’ai vu des pères et des mères de famille inquiets avant d’entrer à la mosquée, ce qui ne fait aucun sens dans nos sociétés. »


LES CITOYENNES ET CITOYENS AU RENDEZ-VOUS !

Cette politique, tout comme ce rassemblement, démontre en quoi les municipalités possèdent le pouvoir d’agir sur le dossier. « La contribution municipale permet de ne pas rester dans les débats de normes, mais d’amorcer une discussion et d’agir concrètement, conçoit le maire. Les villes ont la capacité précieuse de rassembler les gens. » C’est ce qui s’est produit à la Maison du citoyen qui a atteint sa pleine capacité d’accueil lors du Sommet. La diffusion des activités en direct sur Facebook permettait à celles et à ceux qui n’ont pas obtenu leur place de suivre quand même les échanges. L’accent a surtout été mis sur ces moments de partage entre citoyens puisque l’objectif de cette journée de discussion était d’engager un dialogue pour trouver des solutions concertées entre les différents acteurs du milieu. « Un plan d’action sur

Tina Vincent

plusieurs années se nourrira des idées qui ont jailli des discussions entre les citoyens, les organismes, le réseau entrepreneurial et l’administration municipale », explique la conseillère Maude Marquis-Bissonnette qui porte également le dossier. La nouvelle élue qui complète son doctorat dans le rôle des villes en matière d’immigration est convaincue que la concertation est essentielle pour réfléchir à des enjeux aussi complexes.

Les panels ont justement abordé de nombreux sujets, des questions d’employabilité, du traitement judiciaire des jeunes racialisés à « la réconciliation » entre les Canadiens et les peuples autochtones. La travailleuse sociale Tina Vincent, une des panélistes issue des communautés anishinabeg de Kitigan Zibi et de Lac Barrière, s’est rapportée aux savoirs ancestraux des Premières nations pour commenter l’importance d’un tel espace de rencontre. « Dans le symbole de la vie autochtone qu’est la roue de médecine, les Anishinabegs considéraient que tout le monde avait quelque chose à nous enseigner. La réponse est là pour moi. » Ponctuée de musique, de vidéos et de moments d’échanges, la journée s’est déroulée dans la bonne humeur. Les personnes présentes ont semblé justement comprendre qu’une partie de la solution au vivre-ensemble se trouve lorsqu’on met la lumière sur ce qui nous rassemble.

Propane

MAI 2018

Pour un maire qui définit le vivre-ensemble comme une source de bonheur et de richesse, le Sommet s’inscrivait parfaitement dans la longue tradition d’accueil et de rapprochements entre les différentes communautés culturelles de Gatineau. D’ailleurs, sa politique en matière de diversité célèbre son dixième anniversaire cette année, une première pour une ville canadienne à l’époque.

61 URBA

Maude Marquis-Bissonnette

Le Sommet du vivre-ensemble a comblé toutes ses places disponibles. Parmi les participants, plusieurs citoyens se sont présentés par leur propre initiative comme ce fût le cas de Jean-Marie Vianney. « Je vis le vivre-ensemble au quotidien. Ma femme est Québécoise, je viens d’Afrique et mes enfants sont à la croisée des deux. Depuis que je suis au Canada, cette complexité-là m’habite, explique le résident de Gatineau depuis 20 ans. Un Sommet comme aujourd’hui permet de rencontrer beaucoup de gens, partager nos idées, apprendre des autres et surtout trouver un point d’entente dans le respect et le partage de nos diversités. J’espère que chacun poursuivra la démarche au sein de leur famille et de leur communauté. Je souhaite que nous devenions la ville la plus accueillante du Québec ! »


SOCIÉTÉ LE VIVRE-ENSEMBLE DANS LA MIRE DE LA MRC LES MOULINS La MRC Les Moulins, en collaboration avec les villes de Mascouche, de Terrebonne et l’organisme AMINATE, est proactive dans le dossier du vivre-ensemble depuis 2016. Par un deuxième Plan d’action 2017-2019 et sa Déclaration de principes MRC Les Moulins interculturelle, elle vise à l’atteinte d’une collectivité toujours plus accueillante et inclusive.

MAI 2018

De 2003 à 2012, la MRC a reçu plus de 44 % de la population immigrante de Lanaudière. Face aux défis liés à cette croissance soutenue, les élues et élus se sont questionnés sur les manières d’accueillir les nouveaux arrivants et de veiller à leur intégration. « Nous avons gardé cette sensibilité à l’intérieur de tous nos plans d’action et c’est pourquoi nos activités touchent plusieurs fronts », souligne Guillaume Tremblay, préfet de la MRC Les Moulins et maire de Mascouche.

URBA

62

Dans cet esprit, une formation de sensibilisation a été donnée à l’ensemble des cadres de la municipalité au niveau des deux villes et une réflexion s’est amorcée afin de faire de même avec les employés. Des activités de sensibilisation ont permis de briser des préjugés. Par exemple, les propriétaires d’appartements ont reçu de l’information dans le but d’éliminer les idées préconçues qu’ils pourraient entretenir envers les locataires issus de l’immigration. Les organismes en emploi et le milieu des affaires ont aussi été interpellés pour les préparer à intégrer les nouveaux Moulinois.

En plus de fêtes et d’ateliers de cuisine interculturels, des activités de mise en valeur de la diversité comme une exposition québécoise/musulmane, le projet Les enfants de la diversité et une soirée spéciale pour le Mois de l’histoire des noirs se sont tenus. Monsieur Tremblay remarque que toutes ces initiatives portent leurs fruits. « Dernièrement à la Journée internationale des femmes, nous avons souligné l’apport de six femmes d’exception issues de la diversité. Une de ces dames a mentionné que grâce aux activités d’intégration auxquelles elle a participé, elle parle maintenant le français et se sent chez elle. C’est un bon exemple qui démontre qu’on se dirige dans la bonne direction. » Le préfet attribue cette réussite à l’engagement du milieu. « Ce n’est pas un projet qui a été imposé à la population, au contraire, elle se l’est approprié dès le départ. Quand on parle d’intégration et d’immigration, je crois qu’il faut vraiment que ça vienne du milieu. Je suis très fier de ce qui a été fait au sein de nos communautés. »


proposer des solutions et des actions à la fois concrètes pour l’atteinte de résultats tangibles et mesurables », mentionne sa présidente, la sociologue Myrlande Pierre. « Nous voulons saisir ce momentum pour concrétiser la vision voulant que tous les citoyens et citoyennes de Montréal puissent participer pleinement au développement économique, social et culturel de la ville tout en jetant un regard critique et constructif sur les pratiques en cours, poursuit-elle.

La Table pourra se baser sur des études réalisées sur le sujet par les instances et services de la Ville de Montréal. Ainsi, Myrlande Pierre veut favoriser les échanges de connaissances et le travail en concertation. Elle est par ailleurs convaincue que le modèle proposé par Montréal peut s’adapter aux réalités d’autres municipalités.

TROP DE PAIN SUR LA PLANCHE ? PAS DE PANIQUE. Gardez votre paix d’esprit et faites comme plus de 200 municipalités en confiant vos besoins administratifs aux véritables experts. NOUS OFFRONS DE NOMBREUX SERVICES TELS QUE : ` Achats regroupés ` Câblage informatique ` Disposition des biens excédentaires ` Entretien d’équipement bureautique CSPQ.GOUV.QC.CA ` Mobilité cellulaire ` Solutions infonuagiques CSPQ@CSPQ.GOUV.QC.CA

|

1 855 644-CSPQ (2777 )

MAI 2018

Compte tenu de la situation démographique de la métropole, la mission de la Table a été insufflée d’une volonté globale de prendre en compte tous les enjeux qui touchent la diversité au sens large et les discriminations d’ordre structurel. Les réflexions ne seront pas centrées uniquement sur les questions liées à l’ethnicité ou à l’immigration, elles embrasseront celles sur l’accessibilité, les diversités religieuses et autochtones. « Nous préconisons une approche transversale et horizontale de la diversité en vue de

L’expertise communautaire, universitaire ou juridique de ses 15 membres permettra de remplir le mandat ambitieux qui a été confié. « Nous souhaitons une meilleure représentation des diversités en terme quantitatif, mais qualitatif aussi. Cette représentation doit se traduire dans les lieux décisionnels et stratégiques, mais également dans l’appareil administratif de la Ville et au sein des organismes paramunicipaux par exemple. »

63 URBA

LE MODÈLE DE MONTRÉAL, UNE TABLE SUR LA DIVERSITÉ, L’INCLUSION ET LA LUTTE CONTRE LES DISCRIMINATIONS Afin de rendre Montréal plus inclusive et représentative de sa population, la Ville a mis sur pied la Table sur la diversité, l’inclusion et la lutte contre les discriminations. Le jour de son annonce ne pouvait pas être mieux choisi, la mairesse en a fait le lancement le 19 mars dernier dans le cadre de la Semaine d’action contre le racisme et de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale.

C’est ce qui nous inspire et qui sous-tend les travaux qui vont se développer au cours des prochains mois. » La Table travaille justement sur son plan d’action stratégique où la définition d’indicateurs de résultats fiables y sera particulièrement importante pour mesurer la portée des actions et en assurer les suivis. « Ultimement ce que mes collègues et moi voulons, c’est que l’administration municipale reflète tous les aspects de la diversité montréalaise en termes d’accessibilité accrue aux services, d’inclusion des personnes, d’équité et d’harmonisation sociale ». Pour concrétiser cette vision, la Table mise sur des actions concrètes qui se réaliseront à court, moyen et long terme.


RELÈVE Tous unis pour miser sur la jeunesse en milieu municipal Les municipalités sont sensibles aux défis que doivent relever les jeunes. De ce fait, l’UMQ s’est alliée au Secrétariat à la jeunesse et au ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire pour renforcer leur action et leur autonomie en matière de soutien à la jeunesse. Dans le cadre des projets Stratégies jeunesse en milieu municipal, URBA a rencontré madame Karine Vallières, députée de Richmond et adjointe parlementaire du premier ministre pour le volet jeunesse.

MAI 2018

Q R

URBA

64

En quoi trouvez-vous que les municipalités et les MRC sont bien positionnées pour répondre aux besoins de la jeunesse ?

Compte tenu du manque de main-d’œuvre dans plusieurs de nos régions, on a besoin de convaincre nos jeunes de rester dans leur municipalité d’origine. Ce sont vraiment les municipalités qui possèdent les outils nécessaires et les partenaires pour combler les attentes exprimées par la jeunesse afin de les retenir. La rétention des jeunes représente le plus important défi à votre avis ? Chaque localité compose avec ses propres spécificités, mais ce qui ressort grandement c’est effectivement l’enjeu de la rétention de la jeunesse active au sein des municipalités. La Stratégie a été conçue pour être flexible, afin qu’elle soit la plus porteuse possible selon le milieu. Les villes ou MRC détiennent la latitude nécessaire pour déterminer quelles sont leurs priorités en matière de jeunesse sur leur territoire.

Lorsque vous avez commencé la politique, vous aviez justement 34 ans. Y a-til des éléments de votre milieu qui vous ont poussée à vous engager à l’époque ? J’ai eu la chance de grandir dans une région qui a voulu miser sur le potentiel des jeunes. Lorsque les municipalités donnent une place à la jeunesse et lui fournissent tous les outils nécessaires pour qu’elle s’implique, la participation citoyenne va de soi. Les projets doivent également émaner des jeunes. En étant dans l’action, ils seront plus portés à

11 PROJETS JEUNESSE SONT EN MARCHE UN PEU PARTOUT AU QUÉBEC ! L’Union des municipalités du Québec a été mandatée pour épauler 11 projets sélectionnés à travers la province. Dans le cadre de la mesure Stratégies jeunesse en milieu municipal, ces organismes municipaux s’activent afin de placer les jeunes au centre de leurs préoccupations. Certains développent une stratégie jeunesse, d’autres réalisent une vaste consultation auprès de leurs jeunes, forment des comités consultatifs jeunesse ou soutiennent des initiatives ponctuelles, comme des projets proposés par les jeunes dans leurs localités. Découvrez tous les projets sur le site web de l’UMQ dans la section jeunesse ou sur la page Facebook Prends ta place dans ta ville !

Karine Vallières

consolider les initiatives que si ce sont toujours les organismes du milieu qui travaillent à les mobiliser. Beaucoup de personnes disent que la jeunesse d’aujourd’hui ne ressemble pas à celle d’il y a 20 ans. Alors, qu’estce qui fera que cette stratégie aura une pérennité dans le temps ? Même si le milieu dans lequel on vit se transforme et que les technologies évoluent, je ne perçois pas mes enfants comme étant différents de l’enfant que j’ai été. Que ce soit aujourd’hui ou demain, les jeunes seront toujours dédiés, intéressés, et engagés s’ils en ont la chance. On entend beaucoup dire que « la jeunesse, c’est l’avenir du Québec ». Je réponds automatiquement que la jeunesse c’est aussi le Québec maintenant. C’est pour ça qu’il est important que la jeunesse prenne sa place, de la considérer et de nous assurer comme société qu’on donne aux 15-29 ans toutes les opportunités dont ils ont besoin pour créer, développer et être des citoyens actifs.


La page Facebook sera alimentée quotidiennement tout au long de l’année par les différentes initiatives jeunesse en milieu municipal. N’hésitez pas à vous y abonner, à interagir sur celle-ci et à en partager les publications dans votre réseau.

D’ÊTRE BIEN CONSEILLÉS

DROIT MUNICIPAL DROIT DU TRAVAIL DROIT DES AFFAIRES DROIT DE L’ENVIRONNEMENT ET PLUS

SECTION JEUNESSE DU SITE WEB DE L’UMQ Une section spécifique sur le site web de l’Union réunit toute l’information sur le travail effectué par l’UMQ pour encourager la relève municipale, pour soutenir les jeunes des centres jeunesse grâce au Plan municipal d’emplois et sur le partenariat entre l’UMQ et le Secrétariat à la jeunesse du Québec dans le cadre de la Stratégie d’action jeunesse 2016-2021. Visitez cette section régulièrement, elle continuera d’être bonifiée au cours des prochains mois ! 

SOCIÉTÉ MULTIDISCIPLINAIRE D’AVOCATS

LAVAL • OUTAOUAIS • ROSEMÈRE ST-JÉRÔME • RIVE-SUD

ÎLES-DE-LA-MADELEINE • MANIWAKI

deveau.qc.ca 1 866 686.1122

MAI 2018

L’UMQ a lancé la page Facebook Prends ta place dans ta ville ! afin d’intéresser les citoyennes et les citoyens âgés de 15 à 35 ans à la politique municipale et à les inciter à s’impliquer dans leur milieu.

VOUS AVEZ LE DROIT

65 URBA

PRENDS TA PLACE DANS TA VILLE !


RELÈVE L’ADGMQ, la COMAQ et l’UMQ remettent 18 bourses de stage totalisant 54 000 $ à 18 municipalités Le comité de la relève municipale formé de l’ADGMQ, de la COMAQ et de l’UMQ, en collaboration avec l’AIMQ, l’AQLM et le GRHMQ, a remis le 11 avril dernier 18 bourses pour l’embauche d’un stagiaire dans 18 municipalités et MRC à la grandeur du Québec dans le cadre de l’initiative « Je travaille pour ma ville ».

MAI 2018

Les présidents de l’ADGMQ, de la COMAQ et de l’UMQ, MM . Claude Périnet, Mario Juaire et Alexandre Cusson, félicitent les récipiendaires et remercient sincèrement les 50 municipalités et MRC qui ont soumis au total 66 projets de stage.

URBA

66

L’ADGMQ, la COMAQ et l’UMQ ont remis 15 bourses, d’une valeur de 3 000 $ chacune. Les partenaires du comité, l’AIMQ, l’AQLM et le GRHMQ, ont offert trois bourses (une pour l’AIMQ, une pour l’AQLM et une pour le GRHMQ) d’une valeur de 3 000 $. C’est donc un total de 54 000 $ qui a été remis à 18 municipalités cette année. Depuis 2012, 88 municipalités et MRC ont ainsi financé 111 projets de stage par le biais du programme « Je travaille pour ma ville » grâce à des bourses totalisant pas moins de 333 000 $.

L’attribution de ces bourses a été déterminée par un comité qui avait pour responsabilité de sélectionner les municipalités, d’une part, selon certaines conditions d’admissibilité, et d’autre part, en assurant la diversité des secteurs d’emplois visés et en favorisant la création de nouveaux stages. Les municipalités récipiendaires accueilleront des stagiaires dont les compétences pourront répondre à leurs besoins au sein de leurs différents services : communications, culture et loisirs, direction générale, environnement, ingénierie, ressources humaines et relations du travail, service juridique et greffe, technologies de l’information et urbanisme.

LES MUNICIPALITÉS RÉCIPIENDAIRES D’UNE BOURSE SONT : Amqui Bromont Chambly Deux-Montagnes Drummondville Gatineau Hudson Joliette Kirkland MRC de Maria-Chapdelaine Otterburn Park Pointe-Claire Rouyn-Noranda Sacré-Cœur Sainte-Catherine Sainte-Julie Thetford Mines Vaudreuil-Dorion Pour en savoir plus sur le programme « Je travaille pour ma ville », visitez le site Web de l’UMQ.

Services corporatifs de l’UMQ VOUS N’AVEZ PU JOINDRE NOS REGROUPEMENTS ? IL EST POSSIBLE D’Y ADHÉRER EN COURS DE CONTRAT ! Si vous n’avez pas eu la chance de joindre nos précédents regroupements dans le cadre des campagnes d’adhésion, sachez qu’il est possible d’y adhérer, en cours de contrat, pour les produits suivants : Les regroupements d’achats des carburants en vrac, du sel de déglaçage, des produits abat-poussière, des produits chimiques et de traitement des eaux et de l’équipement en sécurité incendie ; Les mutuelles de prévention en santé et sécurité au travail ; Les solutions d’assurances dommages, assurances collectives pour les élus et employés municipaux, assurance protection vie privée des élus et hauts fonctionnaires et assurances frais juridiques, assurance de dommages pour les OSBL, assurance de dommages pour les parcs de rouli-roulants et pistes de BMX et assurance frais juridiques en C-21.

Ainsi, si vous souhaitez joindre un regroupement d’achats, les Mutuelles ou les solutions d’assurances après la campagne d’adhésion, vous devez simplement soumettre à l’UMQ une demande d’adhésion en cours de contrat. Au terme d’une analyse d’admissibilité de votre dossier, nous vous confirmerons votre adhésion au regroupement demandé. Pour en savoir plus, nous vous invitons à communiquer avec les services corporatifs de l’UMQ.


X Y

Nous donnons vie à vos projets multimédias

AFFICHAGE NUMÉRIQUE GRAND FORMAT ÉCLAIRAGE ARCHITECTURAL MÉGA PROJECTION VIDÉO EXTÉRIEURE PRODUITS TOURISTIQUES SUR MESURE 1 855 573-0310 VENTES@XYZ-TC.COM XYZ-TC.COM

MONTRÉAL QUÉBEC DUBAÏ MÉRIDA

Z


CHRONIQUE APPROVISIONNEMENT Trois solutions simples pour votre organisation… D’avril à juillet 2018, l’UMQ mène trois campagnes d’adhésion à ses regroupements d’achats. Nos regroupements sont une solution simple et efficace de conclure vos processus d’approvisionnement et vous assurent des économies importantes.

GILBERT OUELLET Conseiller, Services aux membres, Approvisionnement – Regroupements d’achats, UMQ

MAI 2018

En plus des économies d’échelle sur les prix, résultant des volumes cumulés de tous les participants, votre organisation est exempte de procéder à son propre appel d’offres public. L’UMQ prend en charge tout le processus : de la conception du projet à l’adjudication des contrats. Vous profitez ainsi d’économies administratives importantes. Nos regroupements sont accessibles à toutes les organisations municipales québécoises (municipalités, MRC, Régie) membres et non membres de l’UMQ.

URBA

68

  BACS ROULANTS POUR LA COLLECTE DES MATIÈRES RÉSIDUELLES Cet appel d’offres permet l’achat de bacs roulants, de toutes couleurs, pour la collecte des déchets, des matières recyclables et organiques. Les mini-bacs de cuisine pour les résidus alimentaires sont aussi offerts. Notre devis et nos spécifications standardisés ont été éprouvés en 2017 lors du premier appel d’offres public regroupé dans ce champ de compétence. Produits :

Couleurs :

Bacs roulants de 360, 240, 120, 80 et 45 litres Mini-bac de cuisine brun, vert, bleu gris foncé ou autres sur demande

Couvercles : Standard, sécurisé gravitaire pour collecte automatisée et sécurisé pour collecte manuelle Inscrivez-vous et assurez, dès maintenant, votre approvisionnement pour l’année 2019.

  PRODUITS CHIMIQUES UTILISÉS POUR LE TRAITEMENT DES EAUX Au courant des derniers mois, l’UMQ a tenu des consultations et révisé la structure de ce regroupement. La gamme des produits offerts a été réduite afin de maximiser les impacts sur les produits à haute utilisation. Les produits sont maintenant regroupés en deux appels d’offres distincts, sous des structures de prix et des stratégies d’adjudication spécifiques. Appel d’offres CHI-20192020 : Hypochlorite de sodium, Pass 10, PAX-XL6, PAX-XL8, chaux hydratée, Charbon activé et silicate de sodium N Appel d’offres CHI-20192021 : Sulfate d’aluminium, sulfate ferrique, chlore gazeux et hydroxyde de sodium Il faut faire vite. Le prochain appel d’offres, publié au courant de l’été, vous assurera un approvisionnement et des prix garantis pour les deux ou trois prochaines années.   PNEUS NEUFS, RECHAPÉS ET REMOULÉS Résultant d’un partenariat unique entre l’UMQ et le Centre de services partagés du Québec (CSPQ), ce regroupement permet aux organisations municipales de bénéficier d’un pouvoir d’achat inégalé, par l’addition des volumes municipaux et gouvernementaux, et des fonctionnalités d’un contrat à commandes avec fournisseurs multiples. Types de pneus : neuf, rechapé, remoulé et spécialisé pour véhicules de police Fournisseurs :

sept manufacturiers et plus de 100 détaillants autorisés

Les prochains contrats, effectifs du 1er avril 2019 au 31 mars 2022, vous garantissent des rabais nationaux, tout en procédant à vos achats auprès des détaillants régionaux autorisés. umq.qc.ca/services/approvisionnement


CHRONIQUE CARREFOUR DU CAPITAL HUMAIN LE QUESTIONNAIRE MÉDICAL PRÉEMBAUCHE

Jusqu’où l’employeur peut-il aller ?

Me MARIE-HÉLÈNE PROVENCHER, LL.B., médiatrice accréditée (IMAQ et Barreau) Conseillère juridique en droit du travail et de l’emploi

LÉGALITÉ DES QUESTIONS DE NATURE MÉDICALE Tout d’abord, l’article 18.1 de la Charte des droits et libertés de la personne1, ci-après « Charte », prévoit explicitement que le seul fait pour l’employeur de poser une question liée à l’état de santé d’une personne en recherche d’emploi constitue une conduite discriminatoire, puisque rejoignant un motif de discrimination énuméré à l’article 10 de la Charte, soit le handicap. Selon l’article 20 de la Charte, la question sera toutefois légale si l’employeur démontre que les renseignements sont : 1- Requis dans un but rationnellement lié à l’exécution du travail en cause ; et 2- Raisonnablement nécessaires pour réaliser ce but légitime lié au travail.2 En d’autres mots, le questionnaire médical préembauche ne doit pas servir d’outil de sélection pour tenter de choisir l’employé en parfaite santé qui présente le moins de risque de s’absenter dans le futur. Il est essentiel que les questions posées, qu’elles visent à vérifier la condition physique ou psychologique d’un candidat, soient orientées vers les aptitudes et qualités requises pour le poste. Ceci demande un travail d’analyse, s’appliquant au cas par cas à chacun des postes à combler au sein de l’organisation. En effet, il peut être inutile de connaître la condition lombaire d’un employé de bureau alors que cette information peut être pertinente et justifiée dans le cas d’un col bleu devant soulever de lourdes charges par exemple.

REFUS D’UNE CANDIDATURE SUR LA BASE DE RENSEIGNEMENTS MÉDICAUX À partir des renseignements médicaux recueillis, l’employeur peut rejeter une candidature à la condition qu’il puisse démontrer les éléments suivants3 : 1- La limitation fonctionnelle ou le problème médical décelé n’est pas compatible avec l’exécution essentielle de la description d’emploi et cela risque de faire en sorte que le futur employé ne sera pas en mesure de fournir une prestation de travail normale et sécuritaire ; 2- Le critère de sélection auquel réfère l’employeur est inclusif, c’est-à-dire qu’il tient compte des caractéristiques personnelles de la personne touchée par la discrimination et incorpore des mesures d’accommodement ; 3- L’employeur ne peut, sans subir de contrainte excessive, composer avec un candidat n’ayant pas l’aptitude ou la qualification exigée pour l’emploi.

En somme, bien que l’employeur soit justifié d’imposer des exigences et de recueillir des informations au niveau médical afin de s’assurer que le futur employé soit en mesure d’exercer ses fonctions de manière sécuritaire, il ne peut rejeter automatiquement la candidature sur la base des renseignements médicaux obtenus, sans d’abord procéder à une évaluation individuelle du candidat afin d’évaluer les aptitudes de ce dernier ainsi que les mesures d’accommodement possibles. CONSÉQUENCES D’UN QUESTIONNAIRE MÉDICAL TROP INTRUSIF En terminant, l’employeur qui utilise un questionnaire médical préembauche non conforme aux dispositions de la Charte s’expose à des conséquences. En effet, un questionnaire trop vague ou trop intrusif, où les questions n’ont aucun lien avec le poste concerné, pourrait fort probablement être déclaré illégal et l’employeur pourrait être condamné à payer des dommages compensatoires, comme ce fut le cas dans deux décisions récentes où le tribunal a ordonné aux employeurs le paiement de dommages moraux de l’ordre de 4 000 $4 et de 7 500 $5. 1- Charte des droits et libertés de la personne, RLRQ c. C-12. 2- SIIIACQ c. Centre hospitalier régional de Trois-Rivières, 2012 QCCA 1867. 3- COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE ET DES DROITS DE LA JEUNESSE, L’application et l’interprétation de l’article 18.1 de la Charte des droits et libertés de la personne, en ligne. 4- Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (A.A.) c. Centre intégré de santé et de services sociaux des Laurentides (CSSS de Thérèse-de-Blainville), 2017 QCTDP 2. 5- Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (Paquette) c. 9208-8467 Québec inc. (Résidence Sainte-Anne), 2016 QCTDP 20.

69 URBA

Il vous semble évident que ces questions sont de nature discriminatoire ? Celles-ci faisaient pourtant partie d’un questionnaire médical préembauche de 40 questions utilisé par l’Université Laval depuis 2009. À la suite de la récente controverse médiatique qu’a suscitée ce questionnaire médical, plusieurs municipalités s’interrogent sur leurs propres pratiques et obligations en la matière. Le présent article vise à répondre à ces questionnements.

MAI 2018

Avez-vous déjà été soigné pour un cancer ? Avez-vous déjà eu un test de VIH ? Quelle était la date de vos dernières menstruations ? Avez-vous déjà subi un avortement ?


CHRONIQUE JURIDIQUE PRINCIPE DE PRÉCAUTION EN MATIÈRE DE RÈGLEMENTS MUNICIPAUX

La prudence est de mise !

Me SIMON FRÉNETTE, AVOCAT

MAI 2018

Alors que les municipalités sont de plus en plus appelées à intervenir dans divers domaines techniques ou scientifiques, la question de la « raisonnabilité » ou du caractère « rationnel » ou « fondé » de ces normes techniques fait l’objet de nombreux débats, notamment en matière de protection de l’environnement.

URBA

70

Le plus récent concerne l’application du principe de précaution, c’est-à-dire celui selon lequel le législateur peut adopter des normes malgré « l’absence de certitude scientifique complète » sur un sujet1. Dans l’affaire Municipalité de Lac-Beauport c. Communauté métropolitaine de Québec2 , la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) a invoqué ce principe afin de justifier l’adoption d’un règlement de contrôle intérimaire (RCI) imposant des restrictions jugées sévères visant à protéger les prises d’eau. Essentiellement, ce RCI imposait des restrictions pour l’installation de systèmes de traitement des eaux usées et d’installations septiques, pour les degrés de pente maximaux permettant la construction d’un bâtiment et le pourcentage minimal de couvert végétal à maintenir sur le lot à construire. Le degré de sévérité de ces restrictions variait selon la « zone de vulnérabilité » où se trouvait le lot à construire selon le RCI. LE CARACTÈRE NUL ET INOPÉRANT DU RCI Mentionnons que le RCI a été déclaré inopérant par la Cour supérieure au motif qu’il portait sur le même objet que le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection3 et partiellement sur celui du Règlement sur l’évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées4, tous deux adoptés par le gouvernement du Québec. Ainsi, l’application de l’article 124 de la Loi sur la qualité de l’environnement, qui prévoit la primauté des règlements provinciaux sur les règlements municipaux, rendait inopérant ce RCI.

Quant à la demande en nullité du RCI, la Cour retient de la preuve que « ces prohibitions et restrictions à la construction ne sont pas fondées sur des principes scientifiques ou techniques valables compte tenu de l’objet protégé »5. En ce sens, la Cour conclut en l’absence de raisonnabilité et surtout de légalité du RCI et rappelle qu’un règlement municipal portant sur des domaines techniques ou scientifiques doit reposer sur des données d’ordre scientifiques probantes6. LE PRINCIPE DE PRÉCAUTION Quant au principe de précaution, la Cour supérieure rappelle que ce principe de droit international avait été abordé dans l’arrêt Spraytech7 avant d’être incorporé officiellement en droit québécois en 2006 par l’adoption de la Loi sur le développement durable8 . Plus particulièrement, l’article 6 j) de cette loi lie l’adoption de mesures effectives visant à protéger l’environnement aux risques de dommages graves ou irréversibles : « 6. Afin de mieux intégrer la recherche d’un développement durable dans ses sphères d’intervention, l’Administration prend en compte dans le cadre de ses différentes actions l’ensemble des principes suivants : (…) j) « précaution » : lorsqu’il y a un risque de dommage grave ou irréversible, l’absence de certitude scientifique complète ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l’adoption de mesures effectives visant à prévenir une dégradation de l’environnement ; » Selon la Cour, la CMQ a fait défaut de démontrer l’application de ce principe lors de l’adoption du RCI car aucune preuve scientifique probante n’avait été fournie afin de démontrer le caractère raisonnable du RCI. Ainsi, même en tenant pour acquise la présence d’un risque de dommages graves ou irréversibles, la CMQ n’a pas su démontrer que les mesures contenues dans le RCI étaient « effectives »9.

Ainsi, le principe de précaution ne constitue pas, selon la Cour, une « panacée » et ne donne pas « carte blanche » aux municipalités pour adopter toute prohibition qui n’est pas basée sur la science. Étant donné que la déférence habituelle des tribunaux à l’encontre des règlements municipaux concerne davantage les questions sociales, économiques ou politiques que les questions scientifiques ou techniques, la Cour déclare nul le RCI adopté par la CMQ10. Il faut donc retenir de ce jugement récent que les municipalités n’ont pas à attendre la présence de certitudes scientifiques avant d’adopter des règlements dans leur champ de compétence pour protéger l’environnement. Cependant, elles doivent détenir des preuves à l’appui du caractère « effectif » des mesures qu’elles adoptent visant à pallier à des risques de dommages graves ou irréversibles. Bref, pour reprendre les termes de la Cour, « le principe de précaution n’est pas un dogme et les conjectures sont à proscrire »11 !

1- 2- 3- 4- 5- 6- 7-

Art. 6 j) de la Loi sur le développement durable 2018 QCCS 929. Q-2, r. 35.2 Q-2, r. 22 Para. 279 du jugement. Para. 284 du jugement 114957 Canada Ltée (Spraytech, Société d’arrosage) c. Hudson (Ville), [2001] 2 R.C.S. 241 8- RLRQ, c. D-8.1.1 9- Para. 310 du jugement 10- Para 283 du jugement 11- Para. 312 du jugement


Le pointeur est un assistant virtuel qui répond aux besoins exprimés par les acteurs municipaux. Il permet de trouver des idées concrètes pour intégrer la qualité de vie des citoyens aux dossiers courants des municipalités.

en un coup d’œil

170 arguments démontrant des bienfaits d’agir pour la qualité de vie des citoyens à même vos dossiers municipaux.

500 ressources et leviers pour vous accompagner qui témoignent du mouvement en cours au Québec.

lepointeur.ca Une initiative du Ministère de la Santé et des Services sociaux et du Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur

900 actions concrètes desquelles vous pourrez vous inspirer, partout au Québec, pour faire de la qualité de vie du citoyen une priorité de votre municipalité.


ÉLECTIONS GÉNÉRALES OCTOBRE 2018

> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > >

BÂTIR ENSEMBLE

> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > >

> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > >

UNE PLATEFORME MUNICIPALE

L’UMQ et ses membres ont bâti une plateforme municipale identifiant quatre enjeux prioritaires : L’autonomie La fiscalité La mobilité L’occupation du territoire Cette plateforme guidera les partis politiques québécois dans leurs engagements à l’égard des gouvernements de proximité et en faveur des régions.

SUIVEZ LA DÉMARCHE

plateformemunicipale.umq.qc.ca

Dès le 23 mai, suivez la tournée du président dans toutes les régions du Québec. Elle culminera le 14 septembre prochain avec la tenue du Sommet municipal. C’est un rendez-vous !

> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > >

Urba mai 2018  
Urba mai 2018