Issuu on Google+

Union pour un Mouvement Populaire Fédération du Bas-Rhin

La lettre de la 7ème Cantons de Bouxwiller, Drulingen, Hochfelden, La Petite Pierre, Marmoutier, Sarre-Union et Saverne

Numéro 31

1er trimestre 2013

2013 : entre inquiétude et espoir A G E N D A COLLECTIVITÉ TERRITORIALE D’ALSACE Réunions programmées dans le cadre de la campagne pour le Référendum du 7 avril 2013:

Mercredi 20 mars à

Monswiller, Salle du Zornhoff à 20h, avec Philippe Richert.

Jeudi 28 mars 2013 à

Drulingen, salle polyvalente à 18h30, avec Philippe Richert.

Pour en savoir plus :

 www.alsace2013.fr Des réunions seront organisées dans chaque canton, pour connaitre les lieux et les dates rendezvous sur le site www.alsace2013.fr ou contactez la permanence du député Hetzel au 03 88 91 25 88.

e  vendredi  25  janvier  2013,  en  soirée,  le  maire  de  Reinhardsmunster,  Mon‐ sieur  Marcel  STENGEL,  nous  a  accueillis  chaleureusement  dans  la  salle  des  fêtes de sa commune pour partager, comme chaque année, la tradi onnelle  gale e des rois et pour se retrouver tous ensemble, afin de bien démarrer l’année.  Devant  une  cinquantaine  de  militants  de  la  7ème  circonscrip on,  notre  député,  Patrick HETZEL, nous a longuement exposé son travail parlementaire et les contra‐ dic ons du gouvernement socialiste. Ensuite, la parole a été donnée aux militants,  ce qui a permis d’aborder divers sujets d’actualité (voir page2 : ques ons d’adhérents).  Vous  connaissez  les  prévisions  économiques  catastrophiques  pour  notre  pays.  En  fin d’année 2013, plus de 3,3 millions de personnes seront sans emploi et en totali‐ sant aussi celles qui exercent une ac vité réduite, le nombre de chômeurs a ein‐ dra 4,9 millions. L’assurance chômage est en déficit, comme le sont nos régimes de  retraites et notre protec on maladie. Notre croissance est faible, la France se dé‐ sindustrialise et notre commerce extérieur se dégrade depuis de longues années.  Incapable de faire face à ces difficultés, le gouvernement masque ces dernières par  des  opéra ons  de  communica on.  Il  lance  par  exemple,  le  débat  autour  du  ma‐ riage homosexuel ou encore, fla e son électorat en annonçant une augmenta on  du RSA afin que celui‐ci a eigne la moi é du SMIC alors que ce dernier n’est pas  correctement  revalorisé.  Par  idéologie,  les  socialistes  ont  fiscalisé  les  heures  sup‐ plémentaires,  faisant  perdre  des  compléments  de  salaire  aux  travailleurs.  Le  gou‐ vernement gère la pauvreté en distribuant des aides plutôt que de créer les condi‐ ons pour développer les emplois. Pire, on entend des voix à gauche qui préconi‐ sent une nouvelle baisse de la durée du travail, avec main en des salaires, ce qui  fatalement  augmentera  le  coût  horaire  et  réduira  encore  plus  la  compé vité  de  nos entreprises et rapidement, provoquera faillites et licenciements.  Notre mouvement a réaffirmé son unité. La nouvelle équipe dirigeante est affichée  sur le site de l’UMP. Il y aura de nouvelles élec ons en septembre, avant la rentrée  parlementaire. Le vote se fera sous forme électronique et pourront voter les adhé‐ rents  à  jour  de  co sa on  au  30  juin.  Les  rencontres  militantes  se  poursuivent  au 

Première rencontre 2013 des adhérents de la 7ème circonscription le25 janvier à Reinhardsmunster


PAGE 2

LA LE TTR E DE LA 7 È M E

niveau  de  notre  fédéra on  du  Bas‐Rhin.  Le  10  janvier  dernier,  nous  avons  eu  la  visite  de  Nathalie  KOSCIUS‐ KO‐MORIZET et le 21 janvier, celle de Jean‐Pierre RAF‐ FARIN.  Après  une  rencontre  avec  Valérie  PECRESSE  le  22 février au siège de la Fédéra on, Xavier BERTRAND  et Eric WOERTH le 25 février à Haguenau, nous rencon‐ trerons également François FILLON le 1er mars  à Dru‐ lingen et Bruno LEMAIRE, le 11 mars à Lingolsheim. On  peut parier que les nouvelles élec ons internes seront  l’occasion d’un renouveau pour notre mouvement. En‐ suite,  nous  pourrons  préparer  sereinement  les  élec‐ ons  municipales  de  mars  2014  et  l’alternance  de  2017. 

NUMÉR O 3 1

économies  d’échelle  doivent  nous  déterminer  à  adhé‐ rer à ce projet essen el  pour l’avenir de notre région.  Seul  le  maire  socialiste  de  Strasbourg,  Roland  Ries  et  son adjoint, Eric Elkouby, appellent à voter contre ce e  fusion  pour  des  raisons  de  tac ques  poli ciennes  lo‐ cales.  

D’autre  part,  le  Comité  départemental  de  l’UMP  67  s’est déroulé le 7 février dernier avec pour sujet princi‐ pal le Conseil Unique d’Alsace (Cf ar cle page 4). Vous  pouvez être acteur de votre avenir en vous engageant  ac vement  dans  la  campagne  du  référendum  du  di‐ manche 7 avril prochain. Nous aurons besoin de toutes  les bonnes volontés car, pour que le scru n soit validé,  Auparavant, le dimanche 7 avril, nous allons voter dans  le « oui » doit recueillir plus de 25% des inscrits (et non  le cadre d’un référendum, pour ou contre la fusion en  des votants) dans chaque département.  une seule en té de la Région et des départements  du    Jean‐Marie LANSAC,  Haut‐Rhin  et  du  Bas‐Rhin  :  la  collec vité  unique  d’Al‐ Délégué UMP de la 7èmecirconscrip on du Bas‐Rhin.  sace.  La  simplifica on,  l’efficacité,  la  cohérence  et  les 

Questions d’adhérents : de l’école à l’Europe

’un  des  premiers  sujets  abordé  concernait  la  réforme  des  rythmes  scolaires  et  l’absence  de  concerta on au niveau na onal. Les  élec ons  et  le  fonc onnement  in‐ terne  de  l’UMP  ont  également  été  évoqués,  le  devenir  des  différentes  mo ons votées en novembre 2012,  la situa on économique, l’industrie,  le  chômage  et  le  poids  des  charges  qui  pèsent  toujours  davantage  sur  les  travailleurs,  la  situa on  des  tra‐ vailleurs  frontaliers,  l’Europe  et  l’absence d’un leadership européen  et le référendum du 7 avril 2013 au  sujet de la collec vité unique.  Enfin,  le  sujet  qui  a  principalement  fait  débat  portait  sur    le  projet  de  loi sur le mariage pour tous.  Pour  répondre  à  l’ensemble  de  ces  ques ons,  le  député  a  apporté  un  certain  nombre  d’éclairages.  S’agis‐ sant  du  «  Mariage  pour  tous  »  il  a  vivement  rappelé  qu’un  texte  comme  celui‐ci  aurait  mérité  une  discussion préalable et sereine et la  mise  en  place  d’un  référendum.  Mais le Gouvernement met la pres‐ sion  sur  ce  texte  masquant  ainsi  une  situa on  économique  inquié‐ tante dont on ne parle pas ! 

Patrick  Hetzel  a  évoqué  sa  par ci‐ pa on  à  la  cérémonie  organisée  à  Berlin  dans  le  cadre  du  cinquante‐ naire  du  Traité  de  l’Elysée,  texte  qu’il  juge  toujours  d’actualité.  Il  a  noté  un  réel  décalage  entre  le  dis‐ cours d’un chef d’Etat, celui d’Ange‐ la Merkel  et  un discours équivalant  à celui d’un élu local, celui de Fran‐ çois  Hollande.  Pourtant  le  moteur  franco‐allemand  ne  doit  pas  être  négligé,  il  est  la  clé  de  la  relance  européenne.  Elle  passera  par  la  mise en place des condi ons néces‐ saires  à  la  créa on  de  la  richesse  mais  2013  restera  une  année  diffi‐ cile  par  manque  de  courage  poli‐ que pour prendre les mesures né‐ cessaires.  Patrick  Hetzel  illustre  d’ailleurs  son  propos  en  révélant  qu’un  séminaire  avait  été  organisé  au sein du Gouvernement pour que  nos  ministres  prennent  réellement  conscience de la gravité de la situa‐ on.  Nicolas  Sarkozy  n’a  peut‐être  pas  fait  rêver  en  parlant  «  vrai  »  d’un  pays  en  crise,  mais  François  Hol‐ lande a été élu sur un mensonge et  un programme utopique !  Le député es me qu’il est urgent de 

revaloriser le travail et rendre le fait  de  travailler  plus  a rac f.  On  rai‐ sonne  surtout  en  termes  d’assista‐ nat plutôt qu’en termes de retour à  l’emploi.  Pourtant,  pour  assainir  la  situa on  économique,  il  faudrait  con nuer  de  s’a aquer  aux  dé‐ penses publiques mais pour l’heure  les  dépenses  d’inves ssement  con‐ nuent  de  chuter  et  les  dépenses  de fonc onnement d’augmenter.  Concernant la collec vité unique, le  député  en  est  convaincu,  c’est  une  étape  historique  pour  notre  région  et    notre  iden té  !  Il  ne  faut  pas  rater  ce  rendez‐vous  excep onnel.  Il es me également que l’abou sse‐ ment de ce e fusion grâce à l’adhé‐ sion  des  citoyens  le  7  avril,  per‐ me ra  à  l’exécu f  de  peser  davan‐ tage face au Gouvernement. Le dé‐ saccord de la popula on nous affai‐ blirait  d’autant  plus  et  nous  ferme‐ rait des portes pour de longues an‐ nées.  Toutefois,  nous  avons  besoin  de  recueillir  le  vote  favorable  de  25% des inscrits par liste d’électeurs  pour  pouvoir  abou r  !  Il  faut  donc  nous  mobiliser  et  mobiliser  notre  entourage ! 


NUMÉR O 3 1

LA LE TTR E DE LA 7 È M E

PAGE 3

Cinquantenaire du Traité de l’Elysée : retour en 1963 Qu'est Qu'est--ce que le "traité de l'Elysée"? C'est  un  traité  bilatéral  entre  la  République  fédérale  d'Allemagne  et  la  République  française.  Il  a  été  signé  au palais de l'Élysée, le 22 janvier 1963, par le chance‐ lier allemand Konrad Adenauer et le président français  Charles de Gaulle. Ce traité marque le début de la ré‐ concilia on  des  "ennemis  héréditaires".  C'est  la  fin  d'une période qui a coûté la vie à beaucoup de soldats  français et allemands : la guerre de 1870, la Première  Guerre mondiale de 1914 à 1918 et la Seconde Guerre  mondiale de 1939 à 1945. 

coordina on  bilatérale  entre  la  France  et  l'Allemagne  ont  été  créées.  Le  Conseil  des  ministres  franco‐ allemands  a  remplacé  les  sommets  franco‐allemands.  Il se réunit deux fois par an. 

Quels sont les objectifs de ce traité ? Le traité de l'Élysée fixe les objec fs d'une coopéra on  accrue  entre  l'Allemagne  et  la  France  dans  les  do‐ maines des rela ons interna onales, de la défense  et  de  l'éduca on.  Sur  le  plan  poli que,  il  établit  un  pro‐ gramme pour l'organisa on de sommets militaires ou  intergouvernementaux.  Il  vise  à  obtenir  une  coopéra‐ on  dans  de  nombreux  domaines  y  compris  les  Affaires étrangères et la Défense. 

Quel est le contexte de la signature de ce traité? Le lien personnel entre Konrad Adenauer et Charles de  Gaulle  a  joué  un  rôle  décisif  dans  la  construc on  de  l'ami é franco‐allemande. Les deux hommes d'État se  sont rencontrés une première fois au domicile privé de  Charles de Gaulle à Colombey‐les‐Deux‐Églises (Haute‐ Marne), en septembre 1958. Leur rela on a été le mo‐ teur  de  ce e  coopéra on  bilatérale.  Le  rapproche‐ ment  des  deux  pays  est  devenu,  par  la  suite,  un  exemple pour la créa on d'une Europe unie. 

Quels sont les conséquences concrètes de ce traité? Ce  traité  marque  le  rapprochement  des  peuples  des  deux pays. Il était important pour les deux signataires  que  ce  ne  soit  pas  un  traité  décidé  par  les  chefs  d'États,  mais  que  les  citoyens  se  rapprochent  les  uns  des autres. Charles De Gaulle et Konrad Adenauer ont  visé  les  jeunesses  allemandes  et  françaises.  Le  traité  développe l'appren ssage des langues et l'équivalence  des diplômes. Les conséquences du traité sont ainsi les  échanges interna onaux entre les deux pays, la fonda‐ on  de  l'Office  franco‐allemand  pour  la  jeunesse  (Deutsch‐Französisches  Jugendwerk),  et  les  lycées  franco‐allemands. Beaucoup  de villes,  d'écoles, de  ré‐ gions françaises et allemandes se sont jumelées. 

Quelles sont les nouveautés depuis? En janvier 2003, lors des célébra ons des quarante ans  de  la  signature  du  traité,  des  formes  nouvelles  de 

Patrick HETZEL était au Bundestag à BERLIN pour fêter les  noces d’or du Traité de l’Elysée le 22 janvier 2013  Ces  cinquante  ans  d’ami é  commune  et  ces  commémora‐ ons sont l’occasion à la fois de mesurer le chemin parcouru  mais  aussi  de  formuler  des  vœux  pour  l’avenir  entre  nos  deux pays en par culier et de l’Europe en général.  Il fallait du courage et une grande foi en l’avenir pour signer  le traité de l’Elysée entre l’Allemagne et la France moins de  vingt ans après la deuxième guerre mondiale. En Alsace, ce  geste prenait une significa on encore plus forte puisque les  deux Na ons de part et d’autre du Rhin prenaient ainsi en‐ fin  le  chemin  d’une  paix  irréversible.  La  France  et  l’Alle‐ magne inscrivaient leur propre des née dans une construc‐ on  européenne  que  nos  aînés  appelaient  largement  de  leurs vœux.  La rela on franco‐allemande s’est solidifiée au fil du temps,  pa emment  mise  en  œuvre  à  tous  les  niveaux  :  poli que,  économique  et  culturel.  Les  ac ons  de  coopéra on  trans‐ frontalières entre les acteurs du Rhin supérieur en sont une  parfaite et très concrète illustra on.  Nous, les citoyens d’Alsace, devons poursuivre l’élan franco‐ allemand  :  signe  d’espérance  et  de  paix  retrouvée,  l’ami é  franco‐allemande mérite plus que jamais d’être valorisée et  développée.  Nous  avons  une  responsabilité  forte  pour  que  la  maison  commune  européenne  puisse  conforter  sa  place  et faire entendre sa voix dans le monde.  L’Alsace  a  hérité  de  son  histoire  une  place  singulière  dans  l’espace européen, elle en est un symbole fort.  la paix et la  prospérité  en  Europe,  l’espérance  originelle  d’il  y  a  cin‐ quante ans reste pleinement intacte : plus que jamais nous  pouvons  et  devons  construire  une  Europe  des  citoyens,  forte et solidaire. A nous de la faire vivre encore et encore.  Nous  le  devons  à  la  fois  à  nos  aînés  et  aux  généra ons fu‐ tures. Vive l’ami é franco‐allemande ! 


PAGE 4

LA LE TTR E DE LA 7 È M E

NUMÉR O 3 1

Conseil d’Alsace : une mesure de bon sens Comité départemental du 7 février

e  premier  Comité  départemental  UMP  du  Bas‐ Rhin  de  l’année  2013  s’est  déroulé  le  7  février  dernier, à Illkirch. Ce comité réuni l’ensemble des  membres  des  comités  des  9  circonscrip ons  de  notre  département. 

Ce e  réunion  organisée  par  Bernade e  Thiebaut,  Se‐ crétaire départementale, présidée par André Reichardt,  Président  départemental  de  notre  fédéra on  du  Bas‐ Rhin,  avait  comme principal orateur,  Philippe Richert,  Président de la Région Alsace.  Des poli ques plus ra onnelles, plus efficaces  et des économies d’échelle La  crise  de  l’UMP  est  bien  terminée,  les  membres  du  comité en conviennent. Le prochain objec f est le réfé‐ rendum  du  7  avril  où  les  Alsaciens  s’exprimeront  sur  l’avenir de leurs ins tu ons et leur région. 

geois des ruraux, en soulignant ainsi les clivages socio‐ logiques, est choquant. On divine le caractère électora‐ liste de ce e manœuvre.   On  peut  raisonnablement  prédire  que  le  «  oui  »  sera  majoritaire  lors  de  ce  référendum.  Cependant,  les  so‐ cialistes strasbourgeois peuvent encore « plomber » ce  référendum  en  tentant  d’influencer  les  482  000  habi‐ tants  de  la  Communauté  urbaine  de  Strasbourg.  En  effet, pour que le « oui » puisse être validé, même ma‐ joritaire, il est nécessaire qu’il recueille 25% des inscrits  et  non,  des  votants.  En  cherchant  à  démobiliser  les  électeurs,  les  socialistes  strasbourgeois  espèrent  me re  en  difficulté  la  droite  dans  la  perspec ve  des  prochaines  élec ons  municipales  de  mars  2014  et  par  la  même  occasion,  affaiblir  Philippe  Richert,  le  Prési‐ dent de la seule région de droite. L’avenir de notre ré‐ gion est bien le dernier de leurs soucis. 

Philippe Richert a développé longuement ce e théma‐ que. L’Alsace correspond à une réalité géographique,  culturelle, historique et linguis que. La fusion de la ré‐ gion  Alsace  et  des  deux  départements  alsaciens  per‐ me ra  d’engager  des  poli ques  plus  ra onnelles,  plus  efficaces  et  en  conséquence,  de  faire  des  économies  Par  conséquent,  nous  devons  être  enthousiastes  pour  aller  voter,  comme  l’a  déclaré  Philippe  Richert  lors  du  d’échelle.  comité : la créa on du Conseil d’Alsace est une mesure  L’immense  majorité  de  nos  élus  régionaux  est  favo‐ de bon sens.  rable à la créa on de ce e collec vité unique, le Con‐ Jean‐Marie Lansac  seil  d’Alsace,  y  compris  les  écologistes  alsaciens  et  les  socialistes  du  Haut‐Rhin.  La  seule  opposi on  notable  vient  du  maire  de  Strasbourg,  Roland  Ries  et  de  son  pour en savoir plus rendez‐vous sur  www.patrick‐hetzel.fr  rubrique Vie du Territoire / Actualité locale :  adjoint, Eric Elkouby. Les élus PS strasbourgeois rêvent  Collec vité Unique d'Alsace: Ques ons‐Réponses  de  transformer  la  capitale  alsacienne  en  ou sur www.alsace2013.fr  « eurométropole » comme cela est déjà en cours pour  le  «  Grand  Lyon  ».  La  communauté  urbaine  lyonnaise  Vous  aussi,  soutenez  la  campagne  pour  prendra,  concernant  son  territoire,  toutes  les  compé‐ tences  départementales  notamment;  le  versement  de  le  Oui  en  par cipant  aux  opéra ons  l’APA  (Aide  Personnalisée  à  l’Autonomie),  le  RSA  d’affichage  et  de  tractage  organisées  (Revenu  de  Solidarité  Ac ve)  et  l’aide  à  la  pe te  en‐ dans chaque circonscrip on.  fance, le Conseil Général du Rhône ne s’occupant plus  que du reste du département.   

Contacts : 

On  comprendra  aisément,  dans  ce  cas  de  figure,  que  les  socialistes  strasbourgeois  cherchent  à  créer  une  «  baronnie  »  où  leurs  électeurs  seraient  avant  tout,  leurs  «  clients  »  à  travers  l’aide  sociale  versée  par  le  «  prince  ».  Par  ailleurs,  séparer  les  urbains  strasbour‐

Jean‐Marie Lansac : 06 82 94 95 32  Permanence P. Hetzel : 03 88 91 25 88 

Vos suggestions, vos remarques : contact@patrick-hetzel.fr ou jml0951@yahoo.fr (JM Lansac) Permanence parlementaire de Patrick Hetzel 9 rue de la Gare – 67700 SAVERNE Tél. 03 88 91 25 88 – Fax 03 88 91 34 05 14 rue de Phalsbourg – 67260 SARRE-UNION Tél. 03 88 00 60 08 www.patrick-hetzel.fr


La Lettre de la 7ème, N°31