Page 1

ej

en jeu une autre idée du sport la revue de l’UFOLEP

Avril 2016 - N° 21 - Prix 3,50 €

INVITÉ Gilles Vieille Marchiset INITIATIVE Sports de nature

ASSOCIATIONS D’AUJOURD’HUI


édito

De l’association locale à l’AG nationale

Mélanie Gallard / Ufolep

Par Philippe Machu, président de l’Ufolep

A

ssociation : c’est un joli mot, qu’à l’Ufolep nous préférons à celui de club, même si dans le monde du sport l’un et l’autre sont considérés comme synonymes. S’associer, c’est aller vers les autres, construire quelque chose avec eux, tandis qu’un club peut être fermé, sélect, voire privé. Tout le contraire de notre conception d’un sport pour tous, vraiment pour tous, et en particulier ceux qui sont les plus éloignés de la pratique physique. Dans ce numéro de En jeu figurent justement plusieurs portraits d’associations, dédiées à la marche nordique, au multisport, au VTT et à la course à pied ou bien encore au football à 7. Elles incarnent une diversité de profils, d’activités et de modes de pratique que notre dossier du mois met en évidence, pour mieux s’interroger sur ce qui les relie. Au bout de ce lien et d’un réseau associatif que structurent nos comités départementaux et régionaux se trouve l’assemblée générale nationale. Celle qui se déroule à la fin du mois à Port-Leucate sera élective et déterminera les orientations fédérales pour les quatre années à venir. Or le renforcement du lien avec nos associations – qui incarnent l’Ufolep au plus près des territoires – doit figurer parmi ces priorités, parallèlement au développement des projets à vocation sociale conduits par nos comités, en partenariat avec les services de l’État, les acteurs sociaux et les collectivités locales. La réussite du projet de l’Ufolep passe en effet par la cohérence et la complémentarité entre ses deux secteurs, identifiés par les vocables de « sport éducation » et « sport et société ». Et par un sentiment d’appartenance qu’il nous faut soigneusement susciter, entretenir et cultiver. ●

coup de crayon par Jean-Paul Thebault

2

Avril 2016

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21


6

Gilles Vieille Marchiset, quel futur pour les associations sportives ?

Les sports de nature, un terrain éducatif

AL de Basse-Goulaine

INITIATIVE

20

L’Ufolep accompagne aujourd’hui l’ensemble des activités de pleine nature avec un plan de développement qui met l’accent sur leur dimension éducative et sur l’accès de tous les publics à une pratique loisir.

L’histoire de la Ligue de l’enseignement en livre et en film VuLuEntendu : Un printemps 76, Vincent Duluc (Stock) ; L’alpinisme, Cédric SapinDefour, (JMEditions) ; Comment regarder un match de foot ? (Solar)

6 invité 9 dossier 16 fédéral

L’Aude accueille l’assemblée générale de l’Ufolep ; Rapport d’activité

19 pratique Service civique : huit missions

20 initiative 24 reportage DR

DOSSIER

Associations Ufolep d’aujourd’hui 9

Sports et Loisirs de la Vie

4 actualité

Philippe Brenot

Prise en compte de nouveaux publics, évolution des pratiques, concurrence du secteur marchand et du sport connecté, réforme territoriale... Gilles Vieille Marchiset passe en revue les défis auxquels sont confrontées les associations sportives.

sommaire

DR

INVITÉ

Le foot à 7 dans l’Yonne, une tactique gagnante

26 réseau Ufolep Ariège : fédérer le sport en entreprise ; 150 ans de la Ligue : Paulette Ronsin, honneur aux bénévoles Instantanés : palmarès du concours photo 2015 

28 histoires Sports et Loisirs de la Vie : comment ne pas adhérer au nom en forme de programme de cette jeune association vendéenne ?

La diversité de l’Ufolep ne réside pas seulement dans la centaine d’activités pratiquées en son sein, mais aussi et surtout dans les profils très variés des associations qu’elle fédère. Une évolution qui s’est accentuée ces dernières années, et pose parfois la question du sentiment d’appartenance.

Morceaux choisis : « Conversation avec John Isner », François Cusset (POL) Je me souviens : Franck Ramella L’image : « L’homme sans gravité », par David Burnett (Marabout)

30 événement Toutes Sportives : le sport féminin en débat

en jeu “une autre idée du sport” est la revue de l’Union française des œuvres laïques d’éducation physique (Ufolep), secteur sportif de la Ligue de l’enseignement Ufolep-Usep 3, rue Récamier, 75341 Paris Cedex 07 Téléphone 01 43 58 97 71 Fax 01 43 58 97 74 Site internet www.ufolep.org Directeur de la publication Nelly Aradan Président du comité de rédaction Philippe Machu Rédacteur en chef Philippe Brenot Ont participé à ce numéro Soreya Belkhir ; Jean-Marc Lafon ; Philippe Machu ; Pierre Chevalier ; Noémie Vincent ; Benoît Gallet ; Vincent Bouchet Photo de couverture Toulon Marche Nordique Maquette Agnès Rousseaux Impression et routage Centr’Imprim, rue Denis Papin 36 100 Issoudun Abonnement annuel 13,50 € Numéro de Commission paritaire 1015 K 79982 Numéro ISSN 1620-6282 Dépôt légal Avril 2016 Tirage de ce numéro 8525 exemplaires

Avril 2016

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21

3


En Jeu

le grand rassemblement de marche nordique, dont la 4e édition se déroulera les 17, 18 et 19 juin dans le Parc naturel régional du Vercors.

Université du sport Philippe Brenot

actualité

L’Ufolep fait salon

11 Tricolores à l’Insep

Repoussé en raison des attentats de novembre, le Salon de l’éducation s’est déroulé du 8 au 14 mars à Paris, porte de Versailles. Sur son stand, où une association des Yvelines proposait une animation danse, l’Ufolep a notamment fait la promotion du service civique et de l’application Tout Terrain pour smartphone. Également reporté, le Salon des maires se déroulera pour sa part du 31 mai au 2 juin. Auparavant, l’Ufolep participera du 7 au 10 avril au Salon des seniors. Elle y fera la promotion de séjours à thèmes (avec son partenaire Vacances pour tous) et y animera une conférence sur l’effet « antalgique » de l’activité physique. Enfin, la fédération aura un stand parmi le village des partenaires de l’Euro Nordic Walk (photo),

La présidence de la République organisait mardi 29 mars sur les installations de l’Insep, dans le bois de Vincennes, une grande journée du comité « 11 Tricolores », chargé de mobiliser les Français à l’occasion de l’Euro 2016 en mettant l’accent sur 11 thématiques suivies par autant de personnalités (1). François Hollande et plusieurs ministres y étaient annoncés. L’Ufolep était invitée à participer à cet événement grand public à travers l’animation d’ateliers de foot à 7 et sur l’auto-arbitrage et par l’organisation de jeux collectifs sur le thème de l’engagement, avec la participation d’une cinquantaine de jeunes. Des volontaires en service civique intervenant sur des missions « sport citoyen » auprès de comités Ufolep étaient également conviés à apporter leur témoignage. (1) Dont « la jeunesse», incarnée par Nadia Bellaoui, présidente du Mouvement associatif.

Les actes de l’Université européenne du sport, co-organisée du 8 au 10 juillet 2015 par l’Ufolep, l’Usep et la Ligue de l’enseignement, en partenariat avec l’université de Strasbourg, sont en ligne. Un menu interactif permet d’accéder au texte des trois conférences introductives – « Grandir avec le sport » (Pierre Parlebas), « Sport et santé » (Dr Martine Duclos), « Les enjeux d’un projet sportif territorial » (William Gasparini) –, d’écouter les fichiers audio des neuf ateliers thématiques et de télécharger photos et vidéos. www.event.ufolep/UES

Développement durable Réuni mi-janvier, le jury de l’édition 2015 des Trophées génération développement durable UfolepEcoCup a récompensé deux comités

L’Utopie citoyenne : c’est le titre donné par le

DR

L’HISTOIRE DE LA LIGUE DE L’ENSEIGNEMENT RACONTÉE PAR UN LIVRE ET UN FILM 12 mars sur Public Sénat. Nourri d’images d’ar-

journaliste Jean-Michel Djian à son « histoire

chives, il rappelle les moments fondateurs et

républicaine de la Ligue de l’enseignement »,

les tournants de l’histoire de la Ligue de l’en-

qui vient de paraître à l’occasion des 150 ans

seignement, au prisme du combat pour la laïci-

de celle-ci – officiellement célébrés en juin

té et l’école publique. Dans un deuxième temps,

lors du congrès de Strasbourg. L’ouvrage rap-

il insiste sur sa contribution à l’éducation

pelle sa création en 1866 par Jean Macé, son

populaire et au débat d’idées à travers plusieurs

engagement pour une école obligatoire, gra-

témoignages, dont ceux de Philippe Meirieu,

tuite et laïque, et sa contribution aux lois de

Vincent Peillon, Cynthia Fleury ou Alexandre

1881 et 1882 sur l’école, de 1901 sur la liberté

Jardin (1).

d’association, et de 1905 sur la séparation des

Signalons aussi la parution d’un double DVD

églises et de l’État. L’auteur évoque également

consacré à Jean Zay. Le ministre de l’Éducation

les figures historiques que furent Ferdinand Buisson, Léon

nationale du Front populaire, entré au Panthéon le 27 mai der-

Bourgeois, Camille Flammarion, Raymond Poincaré ou, en

nier, y est présenté successivement à travers son action en

matière d’activités physiques et sportives, Léo Lagrange. Il

faveur du cinéma – il fut le promoteur du Festival de Cannes

n’élude pas pour autant les interrogations actuelles du mouve-

– et son engagement militant à la Ligue de l’enseignement. ●

ment. Particulièrement riche, l’iconographie réunit des docu-

L’Utopie citoyenne, une histoire républicaine de la Ligue de l’enseignement, La Découverte, 192 pages, 30 € ; La Fabrique du citoyen, un film de 52 mn, rediffusions sur TV5 Monde ; Jean Zay, double DVD. Tous ces articles sont en vente sur la « boutique » du site des 150 ans de la Ligue (http://150ans-laligue.org/150ans-portail/la-boutique/).

ments inconnus ou rares, retrouvés dans les greniers des fédérations des œuvres laïques et aux Archives de France. Jean-Michel Djian est aussi l’auteur de La Fabrique du citoyen, documentaire de 52 minutes diffusé une première fois le

4

Avril 2016

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21

(1) Plusieurs de ces témoignages sont reproduits en partie dans l’ouvrage de Jean-Michel Djian.


régionaux : l’Île-de-France pour le Raidy To Go, un raid itinérant par équipe réunissant des adolescents, et le Centre pour l’orientation écocitoyenne de son projet quadriennal. Les départements des Hautes-Alpes, du Lot-et-Garonne, de la Meuse et des Yvelines ont été également récompensés.

De l’Euro à l’Europe « Ce que l’Euro 2016 nous dit de l’Europe » : c’est l’objet du colloque organisé vendredi 10 juin – jour du match d’ouverture France-Roumanie – par le laboratoire de recherche « sport et sciences sociales » de l’université de Strasbourg. Plusieurs chercheurs proposeront des approches historiques (Paul Dietschy, Alfred Wahl), économiques (Wladimir Andreff) et s’intéresseront aux questions de médiatisation (Dominique Marchetti et Karim Souanef), d’immigration (Stéphane Beaud) ou aux allégeances nationales et représentations sociales liées à l’événement (Andy Smith). Football et sociétés dans l’espace européen, le 10 juin de 9 h à 17h, Maison interuniversitaire des sciences de l’homme, Strasbourg.

Paris 2024 a son logo

VuLuEntendu UN PRINTEMPS 76 Journaliste fanion de la rubrique ballon de l’Équipe, Vincent Duluc avait 13 ans en mai 1976, quand l’AS Saint-Étienne s’inclina (1-0) en finale de coupe d’Europe face à l’implacable Bayern de Munich. Les poteaux carrés de Hampden Park, Rocheteau l’ange blessé qui entre pour les sept dernières minutes, la descente triomphale des ChampsÉlysées en R5 à toit ouvrant le lendemain : autant de souvenirs de cette défaite fondatrice du foot français, restée vivace dans les mémoires. C’est cependant autre chose que raconte Vincent Duluc : comment l’épopée des Verts illumina, l’espace d’un printemps, l’adolescence d’un fils de profs dans la langueur épaisse de Bourg-en-Bresse. Sa chronique est moins celle des matchs menant au stade de Glasgow que celle d’une adolescence en cette période cruciale de la fin de troisième : les premiers flirts, le brevet… Celle aussi d’une époque où les footballeurs-vedettes, encore simples mortels, gagnaient à peine vingt fois le Smic. Quant au chaudron de Geoffroy-Guichard, dans cette Giscardie de l’entredeux chocs pétroliers, il demeurait le cœur vibrant d’une grande cité ouvrière. L’auteur creuse avec talent la veine autobiographique déjà présente dans les premières pages de son précédent récit sur le golden boy George Best. Pourtant, même en ayant partagé avec Vincent Duluc les mêmes frissons – de l’Hotel California des Eagles aux envolées d’Ivan Curkovic –, il demeure comme un goût d’inachevé. Probablement celui de ce 12 mai 1976 où, en fin de soirée, l’espoir céda la place à un éternel vague à l’âme. ● Ph.B. Un printemps 76, Vincent Duluc, Stock, 214 pages, 18 €. 

QU’IGNORE-JE ? L’ALPINISME « L’alpinisme est une pratique sportive et sociale consistant à partir d’un point bas, souvent confortable, pour gagner un autre point idéalement plus haut, plutôt blanc, habituellement plus froid tendance hostile mais jugé plus beau pour revenir au point bas un jour si possible. Le tout via un itinéraire esthétique et si possible un poil merdique. » Cet extrait de la première des cinquante-trois questions-réponses qui le composent donne le ton d’un ouvrage qui parodie jusque dans son surtitre – Qu’ignore-je ? – et sa jaquette de couverture la fameuse collection « Que-sais-je ? ». On privilégiera toutefois une lecture d’altitude, tant son humour, parfois poussif au niveau de la mer, ne prend sa plénitude que dans la convivialité du refuge. À part ça, savez-vous la différence entre alpinisme et escalade ? « L’heure du réveil, les gants, les marques de bronzage. Et l’espérance de vie. » ● Qu’ignore-je ? L’Alpinisme (des questions à toutes vos réponses !), Cédric Sapin-Defour, préface de Jean-Christophe Rufin, JMEditions, 2015, 144 pages, 11,90 €.

Le comité Paris 2024 a dévoilé le 9 février le logo de sa candidature aux Jeux olympiques en le projetant à 20 h 24 précises sur les arches de l’Arc de Triomphe. Pour Dragon Rouge, l’agence de design qui l’a imaginé, l’idée était de créer « un signe de ralliement, un mouvement collectif qui fédère et mobilise l’ensemble des Français ». Un mouvement qui « évoque la silhouette de la Tour Eiffel, symbole du savoir-faire français, devenu le signe de ralliement d’une ville et d’une nation toute entière, un monument emblématique et fédérateur qui concentre toutes les aspirations pour 2024. »

COMMENT REGARDER UN MATCH DE FOOT ? « La tactique, c’est l’art de coordonner l’action de chaque joueur afin d’atteindre un objectif, objectif de jeu avant celui de résultat » explique Christian Gourcuff, ex-stratège du FC Lorient, en préface de ce livre qui passe en revue les systèmes, les postes, le jeu avec et sans ballon et les coups de pied arrêtés. Officiant au sein du site web des Cahiers du football, les auteurs détaillent les différents schémas tactiques apparus depuis la mise en pièces du fondateur WM par la grande équipe de Hongrie. Venus en 1953 donner la leçon aux Anglais en leur temple de Wembley, Puskas et ses coéquipiers libérèrent du même coup l’imagination de tous les professeurs Nimbus du ballon rond. Le lexique permettra par ailleurs aux néophytes de se familiariser avec le jargon propre au commentaire télévisé. Même si la façon actuelle de filmer le football, souvent trop focalisée sur l’exploit individuel, limite la compréhension du jeu, à la différence de la vision panoramique du spectateur assis en tribune. ● Comment regarder un match de foot ? Les clés du jeu décryptées, par Raphaël Cosmidis, Gilles Juan, Christophe Kuchly, Julien Momont, Solar, 2016, 504 pages, 17,90 €.

Avril 2016

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21

5


invité

Sociologue, professeur des universités à Strasbourg

Gilles Vieille Marchiset, quel futur pour les associations sportives ? Prise en compte de nouveaux publics, évolution des pratiques, concurrence du secteur marchand et du sport connecté, réforme territoriale... Gilles Vieille Marchiset passe en revue les défis auxquels sont confrontées les associations sportives.

G

illes Vieille Marchiset, le modèle de l’association sportive dédiée à la pratique d’un seul sport sous une forme compétitive demeure-t-il très majoritaire ? Oui, incontestablement. Ce modèle du club unisport dédié à l’initiation, l’entraînement et la compétition, qui s’est mis en place dès les années 1930 et a été renforcé par la politique gaulliste des années 1960, demeure prédominant.

Clubs sportifs en banlieue, Presses universitaires de Strasbourg, 2015, 176 pages, 19 €.

Les associations sportives ont-elles néanmoins changé ces vingt ou trente dernières années ? Les nouvelles problématiques sociétales les ont fait un peu évoluer. Sous l’influence conjuguée des pouvoirs publics et de la demande sociale, elles ont dû prendre en compte de nouveaux publics : les milieux populaires, les femmes… Ce qui a changé également, c’est la concurrence du secteur marchand et des collectivités locales, qui proposent elles-mêmes des activités sportives. Les clubs ont donc modulé leur offre, en s’ouvrant davantage aux femmes et aux seniors, ou en proposant de l’événementiel pour exister sur leur territoire et dans les

UN SOCIOLOGUE PRÉSENT DANS LES QUARTIERS Né en 1967, Gilles Vieille Marchiset est professeur des universités à Strasbourg, où il dirige le laboratoire « sports et sciences sociales ». Ce sociologue et anthropologue coordonne également la filière « activités physiques adaptées et santé » à la faculté des sciences du sport de Strasbourg. Issu de la filière Staps et agrégé d’EPS, docteur en sociologie, il a aussi enseigné à l’université de Franche-Comté. Ses recherches portent sur les marginalités sportives en ville, sur le loisir et le sport dans les milieux populaires et sur les politiques de prévention et d’intégration par le sport. Gilles Vieille Marchiset préside parallèlement le conseil scientifique de l’Agence pour l’éducation par le sport (Apels). Il apporte son expertise à des expériences de terrain dans les villes de banlieue et a récemment codirigé avec Benjamin Coignet l’ouvrage Clubs sportifs en banlieue. ●

6

Avril 2016

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21

médias. Cette diversification a entraîné une professionnalisation, tant au niveau des salariés recrutés – avec un effet indéniable des emplois-jeunes et des emplois aidés – que parmi les bénévoles, à travers leur montée en compétence, notamment sur le plan du management. Le sport connecté a-t-il donné un « coup de vieux » à l’association sportive ? En effet, on peut désormais pratiquer seul avec un coach numérique ou trouver des partenaires via son téléphone portable… Je ferais remonter ce phénomène à la lame de fond que fut, à partir des années 1990, le développement du sport auto-organisé : un phénomène rendu possible par la socialisation sportive préalable des individus – notamment les plus favorisés – à l’école ou en club. À cela se surajoute à présent la possibilité d’accéder à des connaissances et des modes d’apprentissage via Internet. Mais les réseaux sociaux ne font donc qu’accélérer un processus déjà présent. En revanche, ils donnent davantage d’acuité à la question posée à l’association sportive par les pratiques auto-organisées : quelle est la valeur ajoutée de l’adhésion ? À mon sens, elle réside dans le vivre ensemble et la compétence de l’encadrant, sans oublier l’aspect financier : s’associer permet de regrouper les modes de financement et de réaliser des économies d’échelle. On s’inquiétait il y a quinze ans de la concurrence des salles de sport : ont-elles mordu sur le public des associations ou en ont-elles créé un autre ? Le secteur marchand a pris une place importante, et son émergence a créé un appel d’air auprès d’une population plus consumériste, recherchant avant tout un service : une nouvelle « clientèle », pour utiliser le vocabulaire commercial. Une frange du public associatif s’est peutêtre tournée vers ce secteur, mais probablement dans une faible proportion. Car l’association sportive ne se résume pas à une offre de pratique : des liens forts s’y tissent, avec une communauté de référence et d’appartenance. Les associations sont porteuses de valeurs, et elles ont tout intérêt à insister sur ce point afin de se différencier du secteur marchand ou des pratiques auto-organisées. Ces valeurs rapprochent les gens : aujourd’hui, cela me semble fondamental.


Croyez-vous également au concept de l’association multisport ? Je suis persuadé que la multi-pratique est un élément de développement du système sportif. Ce peut être au sein d’une même association ou d’une même fédération multisports, comme l’Ufolep ou la FSGT. Les structures impliquées dans l’éducation par le sport auprès de publics en difficulté utilisent également la multi-pratique. Et pourquoi ne pas l’envisager aussi sous la forme d’une « multilicence », commune à des clubs unisports appartenant à des fédérations différentes, mais qui s’associeraient sur un territoire ? Ceci pour offrir au cours de l’année, ou chaque semaine, la possibilité de pratiquer à la fois un sport collectif, un sport de raquette, un sport de plein air… Bien sûr, c’est plus facile à organiser au sein d’une fédération multisport. Mais j’y vois une solution d’avenir, et un élément de développement crucial de la pratique sportive. Les critères de financement des collectivités ont-ils également évolué  ? Plus précisément, les critères d’utilité sociale contrebalancent-ils désormais la prise en compte des résultats sportifs ? Il faut avoir à l’esprit que les services des sports se sont historiquement constitués avec l’aide du mouvement sportif fédéral. Ce lien fort entre le sport de compétition et les pouvoirs publics locaux s’est naturellement retrouvé dans le mode de répartition des subventions. Celui-ci est toutefois un peu mis à mal dans les contrats d’objectifs que passent aujourd’hui les communes avec les clubs : celles-ci infléchissent ce système en intégrant par exemple la prise en compte de publics spécifiques : femmes, seniors, personnes en difficulté sociale ou en situation de handicap. Le processus est en marche, même s’il est lent et compliqué, car les clubs peinent à adapter leur offre. Vous avez codirigé un ouvrage sur les clubs de banlieue qui reposait sur le postulat de l’exigence d’une « innovation sociale » pour répondre aux enjeux éducatifs. Mais le modèle associatif est-il adapté aux territoires carencés sur le plan de la pratique sportive ? Le modèle associatif est très plastique, modulable, là est sa force. Donc oui, il est en mesure de répondre à ces enjeux, à condition de se poser la question du sens : quel est le but de notre association ? quelles valeurs souhaitons-nous défendre ? À partir de valeurs communes, on peut ensuite mettre en place ce que nous appelons des « innovations sociales » : des services nouveaux, ré-agencés, au sein de l’association ou sur son territoire. Je le répète, la plasticité du modèle associatif lui permet d’agir sur le terrain avec une grande souplesse. Contrairement aux institutions, technocratiques et plus rigides.

DR

Mais l’association sportive traditionnelle est-elle en mesure de répondre aux nouvelles aspirations pour un sport santé ou une pratique non compétitive ? Bien que le modèle compétitif demeure ultra-dominant, beaucoup d’associations ont adapté leur logiciel. Sans renoncer à la compétition, elles offrent d’autres types de pratique, axés sur le loisir ou la santé, et s’ouvrent à d’autres publics que les « jeunes performants ». À l’écoute de leurs adhérents et en prise avec leur territoire, ces associations sont entrées dans une démarche d’innovation sociale.

Mais les associations ne sont pas toujours présentes là où elles seraient le plus utiles, comme dans les quartiers… C’est un fait statistique : dans les zones les plus précaires, on manque d’associations. Mais on y trouve une énergie positive qui mérite d’être accompagnée. Même des initiatives individuelles ou inter-individuelles peuvent mener à la création d’associations, et ce sont ces associations-là qui pourront remettre la citoyenneté, la laïcité et l’engagement personnel au cœur de ces territoires. Les habitants sont prêts à se prendre en charge, encore faut-il leur donner le coup de pouce nécessaire.

Gilles Vieille Marchiset : « Les associations sont porteuses de valeurs, et elles ont tout intérêt à insister sur ce point afin de se différencier du secteur marchand ou des pratiques autoorganisées. »

Afin de prendre en compte cette réalité, l’Ufolep développe une double approche de l’éducation par le sport : un secteur « sport éducation » qui repose sur les associations, et un secteur « sport et société » principalement piloté par les comités départementaux auprès de publics cibles. Notamment dans les quartiers, où les associations Ufolep sont moins présentes qu’en milieu rural ou périurbain. Que pensezvous de cette structuration ? Tout d’abord, travailler sur les territoires périurbains et ruraux est essentiel, car la pauvreté y est souvent invisible et peu repérée par les services publics. Ensuite, dans les territoires urbains, la démarche exige en effet davantage de professionnalisme, mais aussi des compétences en ingénierie sociale, en lien avec un relais local, à savoir un militant présent sur le quartier. C’est l’un des enseignements majeurs de notre étude sur les clubs sportifs de banlieue : il faut des tandems, avec un acteur qui connaisse très bien les pratiques physiques, et un autre qui travaille de concert avec lui pour que cette offre sportive soit adaptée à la demande des quartiers populaires. ● Propos recueillis par Philippe Brenot Avril 2016

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21

7


Trois scénarios pour 2025

L

a réflexion menée par le comité scientifique de l’Apels, sous l’égide de son secrétaire général Philippe Mathé, visait à esquisser le visage de l’association sportive de l’avenir. Ceci en prenant en compte des indicateurs sportifs, sociétaux, territoriaux, et au prisme de finalités éducatives. Nous avons également fait le choix de ne pas partir des structures, mais des personnes, pour proposer au final trois scénarios où l’individu est “émancipé”, “consumériste” ou “pragmatique”.  1. VERS UN INDIVIDU ÉMANCIPÉ Dans un contexte social apaisé, où l’empathie et la convivialité sont davantage à l’honneur que les conceptions strictement économiques, les associations sportives travaillent en commun et non plus sur un schéma de concurrence entre disciplines. L’idée de « jouer collectif » est au cœur de cette vision, avec une innovation sociale qui tranche avec la routine ou l’inertie que l’on rencontre le plus souvent dans le milieu sportif. Dans ce scénario idéal et idyllique, l’offre est différenciée et s’adresse à tous les publics, alors qu’aujourd’hui l’association sportive reste malgré tout centrée sur un public normé, plutôt issu de la classe moyenne, et plutôt urbain. 2. VERS UN INDIVIDU CONSUMÉRISTE Cet individu consumériste évolue dans une société libérale, au sens économique du terme : une société marquée par les inégalités et une dégradation sociale, et qui produit des exclus, des surnuméraires… On observe une réduction des dépenses publiques et un désinvestissement des collectivités, au bénéfice d’un système basé sur la consommation, caractérisé par une concurrence effrénée entre les acteurs sportifs et la place prise par le « charity business ». La pratique est là, mais sans référence à des valeurs, sinon individualistes et libérales. Ce scénario est réaliste, s’il n’y a pas de prise de conscience.

DR

En clôture du forum Éducasport organisé par l’Agence pour l’éducation par le sport, fin septembre à Lyon, Gilles Vieille Marchiset avait présenté une étude prospective sur les associations sportives à l’horizon 2025. Le sportif de l’avenir sera-t-il émancipé, consumériste ou pragmatique ?

3. VERS UN INDIVIDU PRAGMATIQUE Dans une société qui se cherche, incertaine, marquée par l’instabilité et des disparités territoriales, l’individu, opportuniste et pragmatique, s’adapte en fonction du contexte et des circonstances. Dans cette société qui ressemble beaucoup à la nôtre, la formation sportive reste sur le court terme et chacun se débrouille pour trouver basket à son pied. Le système sportif demeure très éclaté, avec des formes de pratiques très différentes. Vers quel scénario va-t-on se diriger ? Nous appelons de nos vœux le premier, mais dans un souci d’objectivité nous avons introduit deux autres modèles. Bien évidemment, tout cela reste très théorique. Néanmoins, nous pensons que ce premier scénario peut se réaliser sur un territoire donné si l’engagement des associations rejoint les aspirations de la société civile et les orientations des politiques publiques. S’il y a consensus autour d’un choix de société… ● GVM

LES INCERTITUDES DE L’INTERCOMMUNALITÉ

8

Quel impact le développement de l’intercommunalité, lié à

valorisation des grands équipements et des gros clubs, au

la réforme territoriale, pourrait-il avoir sur les associations

détriment d’associations plus petites, qui pourraient avoir

sportives ?

plus de mal à obtenir des aides à l’échelon intercommunal.

C’est difficile à dire car on manque de recul. On peut tou-

Les associations ont-elles intérêt à se rapprocher les unes

tefois observer qu’en milieu rural, la loi Chevènement de

des autres ?

1999, caractérisée par le renvoi des équipements sportifs à

L’intercommunalité va probablement exiger que des clubs

caractère communal sur les EPCI (établissements publics de

d’une même discipline s’associent. On peut aussi imagi-

coopération intercommunale), avait permis la construction

ner qu’émergent des clubs multisports en mesure de peser

de piscines ou de gymnases qui avaient profité à la pratique

sur les élus au niveau intercommunal… Cela modifierait

sportive. Dans cet esprit, des collaborations intéressantes

un peu la donne pour un système sportif aujourd’hui très

peuvent être envisagées.

« disciplinaire », et où la concurrence est la règle. Et pour-

Et en milieu urbain ?

quoi pas des « blocs associatifs », des fédérations d’asso-

J’aurais davantage d’inquiétudes, en raison du risque de

ciations ? Mais tout cela reste très prospectif. ● Ph.B.

Avril 2016

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21


Bonnieux run and bike

dossier

Un village, un club Ufolep ? Le Bonnieux run and bike en Vaucluse.

Associations Ufolep d’aujourd’hui La diversité de l’Ufolep ne réside pas seulement dans la centaine d’activités pratiquées en son sein, mais aussi et surtout dans les profils très variés des associations qu’elle fédère. Une évolution qui s’est accentuée ces dernières années, et pose parfois la question du sentiment d’appartenance.

Avril 2016

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21

9


au-delà de la variété des activités sportives pratiquées

La diversité associative est-elle une plus-value ?

Petites ou grandes, unisports ou multisports, loisir ou compétition, simple ou double affiliation, employeurs ou pas… Les associations Ufolep sont toutes différentes : pour mieux se retrouver autour de valeurs communes ?

L

a diversité est le propre d’une fédération multisport : or l’Ufolep réunit sous son égide plus d’une centaine d’activités, les unes très populaires, les autres plus confidentielles. Le répertoire de ces disciplines tient de l’inventaire à la Prévert : une poétique de l’énumération où les échasses urbaines, le croquet, les randonnées équestres, le football de table et le squash – qui ne comptent qu’une poignée de licenciés – côtoient les poids lourds d’un « top 5 » où la gymnastique d’entretien devance la gymnastique artistique, le cyclotourisme, la randonnée pédestre et le cyclosport (1). Ces activités

possèdent souvent leur culture propre, y compris dans une même famille d’activités. À titre d’exemple, parmi les activités cyclistes, les cyclosportifs sont une tribu et les vététistes une autre, parfois plus proche des adeptes des sports de nature. Mais à la diversité des activités et des pratiquants s’ajoute aussi celle d’associations aux profils eux-mêmes très différents. Quoi de commun par exemple entre un club de motocross, une association de badminton, un club de foot et une section d’amicale laïque dédiée à la gymnastique d’entretien ou à la pratique multisport? En outre, pour les associations unisport à

vocation compétitive, l’année est généralement rythmée par un calendrier de rencontres et de qualifications tandis que les autres n’ont pas de contacts extérieurs aussi réguliers. Par ailleurs, leurs membres possèdent volontiers deux licences : celle de la fédération délégataire et celle de l’Ufolep ce qui leur permet de jouer sur les deux tableaux. Enfin, si la majorité des associations Ufolep reposent exclusivement sur le bénévolat, 15% sont employeurs, dont bon nombre parmi les activités gymniques et d’expression. À l’origine, tout était beaucoup plus simple. Née en 1928 au sein de la Ligue de l’ensei-

DES ASSOCIATIONS PLUS RURALES ET PLUS PETITES QUE LA MOYENNE En 2015, l’Ufolep comptait 8027 associations (1) regrou-

par le Centre de droit et d’économie du sport de Limoges sur

pant 341 023 licenciés. Par comparaison, il y a trente ans,

le réseau Ufolep a fait également apparaître que les asso-

en 1985, elle en fédérait 11 020, pour 458 113 licenciés.

ciations avaient un budget modeste comparé à la moyenne

Cette baisse masque toutefois de grandes disparités entre

nationale et que 73% ne développaient aucun partenariat

activités et n’est pas uniforme d’un département à l’autre :

avec le secteur marchand. Pour les autres, les commerces

en 2015, 34 comités départementaux ont ainsi accru

(19%), vraisemblablement de proximité, sont les princi-

leurs effectifs. Ceux-ci utilisent généralement l’outil web

paux soutiens privés.

Affiligue et sont les plus attentifs à entretenir le lien avec

En revanche, si 10% des associations Ufolep interrogées

leurs associations : réunions de rentrée et par activité,

affirmaient ne profiter d’aucune aide publique, 57% béné-

accompagnement individualisé, etc.

ficiaient d’une mise à disposition d’équipements sportifs ou

Les associations Ufolep comptent en moyenne 43 licenciés

intercommunaux, 80% d’une aide des communes, 33% du

contre 96 pour l’ensemble des clubs sportifs, toutes fédé-

CNDS, 32% du département, 9% de l’intercommunalité et

rations confondues. Ceci s’explique par une présence plus

1% de la région. ●

affirmée dans les territoires ruraux et par l’accueil de disci-

(1) Sur les 165 000 officiellement recensées en France (chiffres 2012, minis-

plines réunissant peu d’adeptes. L’enquête menée en 2010

tère des Sports).

10

Avril 2016

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21


Ufolep Puy-de-Dôme

Associations Ufolep d’aujourd’hui

Dans le Puy-de-Dôme, le lien avec les associations d’activités physiques d’entretien passe par l’organisation de stages de formation des animatrices.

gnement pour contrer les patronages catholiques sur le terrain des activités sportives pour la jeunesse, l’Union française des œuvres laïques de l’éducation physique inscrivait principalement ses actions dans le cadre d’amicales défendant l’idéal républicain et l’école publique. DE L’AFFINITÉ À L’ACTIVITÉ Ayant fait vocation de favoriser l’accès à la pratique du plus grand nombre, l’Ufolep fut ensuite sous le Front populaire un acteur majeur d’une première démocratisation des pratiques, dans un paysage sportif où les fédérations dites «  délégataires  » accueillaient l’élite, aux deux sens du terme : les pratiquants les plus performants et les catégories sociales supérieures. Après-guerre, la fédération est restée dans les faits, et plus longtemps encore dans un certain imaginaire, celle des « instits » : l’Ufolep et l’Usep, alors simple « commission scolaire » de la fédération mère, ne faisaient qu’une dans leur projet de construire des citoyens sportifs. Mais, au fil des années, cette identité laïque, réaffirmée dans ses instances nationales ou départementales,

s’est faite moins prégnante au fur et à mesure que de nombreuses associations – accompagnant l’avènement d’une société des loisirs, en particulier sportifs – l’ont progressivement rejointe au cours des années 1950, 60, 70… Cette dynamique a permis à l’Ufolep de réunir au milieu des années 1980 plus de 11 000 associations et 450 000 licenciés. En revanche, il a modifié son tissu associatif, devenu protéiforme. L’idéal du sport pour tous a fait alors office de dénominateur commun. L’Ufolep a alors pu apparaître comme une « fédération bis » où ceux qui ne pouvaient briller parmi les meilleurs trouvaient leur place dans des joutes moins relevées et à la convivialité inversement proportionnelle à l’enjeu sportif (2). FRAGILITÉS Cela correspondait pleinement à la vocation de l’Ufolep de rendre les pratiques sportives accessibles au plus grand nombre, y compris dans le cadre d’une compétition « loyale et désintéressée », compatible avec son souci éducatif. Mais cela a pu se révéler comme Avril 2016

une fragilité. On l’a vu récemment avec la déperdition importante et brutale de clubs et de licenciés enregistrée parmi les activités cyclistes et les sports mécaniques, deux familles qui jusqu’alors n’avaient cessé de voir leurs effectifs croître. Pour les associations qui ont fait défaut, le sentiment d’appartenance a pesé moins lourd que les réalités économiques d’un brutal réajustement des tarifs d’assurance... On a également pu mesurer la force d’attraction exercée par les fédérations délégataires lorsque celles-ci se sont donné les moyens, en élargissant leur palette d’activités et leurs modes de pratique, de réintégrer dans leur giron tous les pratiquants de leur discipline. Les sports collectifs, autrefois constitutifs de l’identité de l’Ufolep mais désormais sous-représentés par rapport aux sports individuels, en ont pâti : football, handball, basket, rugby ou volley (3). Car en-deçà d’un seuil critique, un championnat départemental n’a plus guère de sens. Et c’est alors par pans entiers que, d’un coup, les associations disparaissent. Le recul du nombre d’associations Ufolep lors des trente dernières années tient aussi

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21

11


Philippe Brenot / En Jeu

à l’affaiblissement du réseau des amicales laïques et aux difficultés rencontrées par nombre de délégations départementales de la Ligue de l’enseignement. Car l’association Ufolep a ceci de particulier qu’en s’affiliant elle rejoint automatiquement le réseau de la Ligue de l’enseignement… Or, dans un environnement plus libéral, avec le développement d’un secteur marchand performant et, plus récemment, de réseaux sociaux permettant de faire l’économie de l’échelon associatif, les mouvements d’éducation populaire, en particulier les amicales, ont souvent perdu de leur vitalité. Et ce même si certains territoires, comme la Loire-Atlantique, font office de contre-exemple.

L’Ufolep fédère des disciplines très variées, comme par exemple la canne de combat, pratiquée à Paris par l’Asca.

MISE EN RÉSEAU Il est également révélateur que, selon une enquête menée en région Centre (lire page 14), les associations Ufolep s’inquiètent avant tout du renouvellement de leurs instances dirigeantes : les vieux bénévoles prennent de l’âge et les plus jeunes ne se bousculent pas pour les remplacer… Autre défi, celui des subventions publiques : en favorisant l’intercommunalité au détriment de la commune, la réforme territoriale ne risque-t-elle pas de fragiliser des associations Ufolep qui, pour 80% d’entre elles, bénéficient du soutien financier de leur municipalité ? Les comités Ufolep doivent sans doute se montrer davantage à l’écoute des besoins de

leurs associations et, mieux encore, d’aller au-devant d’elles. Ceci afin de répondre à leurs demandes immédiates mais aussi de fortifier leur projet associatif. L’enquête publiée il y a cinq ans par le Centre de droit et d’économie du sport (Cdes) de Limoges sur notre fédération pointait cette faiblesse. Elle mettait aussi en évidence la faible coopération entre associations : 37% seulement avaient des relations de collaboration avec leurs homologues. Alors que l’Ufolep réorganise son action entre un secteur « sport éducation » reposant sur ses 8027 associations et un secteur « sport et société » davantage porté par ses comités départementaux, l’enjeu est aussi

que l’un et l’autre contribuent de manière équilibrée à son identité sport pour tous. Et que le sentiment d’appartenance et les collaborations en réseau fassent de la diversité de ses associations une richesse, et non une faiblesse. ● Philippe Brenot (1) Ce classement intègre la possibilité de pratiquer plusieurs activités. Il est sensiblement différent lorsque l’on considère seulement l’activité principale. (2) Ceci même si les rassemblements ou les championnats organisés sous l’égide de l’Ufolep ont leur propre spécificité, qu’il s’agisse des « nationaux » de gymnastique – une aventure collective plus qu’individuelle – ou des épreuves « cyclosportives ». (3) Certains font toutefois plus que résister dans plusieurs départements. Un exemple : le foot à 7 dans l’Yonne (lire page 24).

PARTAGER ET PORTER NOTRE PROJET ÉDUCATIF Le constat est brutal : en trente ans, l’Ufolep a perdu près

notre projet d’un sport pour tous, social et citoyen. Et s’y

d’un tiers de ses associations et un quart de ses licenciés.

impliquer davantage si elles le souhaitent.

Notre fédération n’est toutefois pas la seule à avoir vu fondre

S’impliquer dans ce projet, cela signifie être attentif à son

ses effectifs : depuis la fin des Trente Glorieuses, tous les

environnement social. Puis, le cas échéant, se faire le porte-

indicateurs d’un engagement collectif citoyen sont en berne,

parole d’une vision éducative du sport auprès des collectivi-

qu’il s’agisse des effectifs des partis politiques et des syndi-

tés locales. C’est aussi collaborer avec d’autres associations,

cats ou bien encore du taux de participation aux élections.

d’autres structures. C’est enfin avoir conscience de son

Les modes de vie ont évolué et le monde associatif n’a pas

appartenance à un réseau et participer à son rayonnement,

toujours su s’adapter. Or, pour mener à bien les ambitions

puis peut-être prendre des responsabilités au sein d’une

éducatives qui sont les siennes, à côté de son maillage

commission technique ou du comité départemental.

départemental et régional l’Ufolep a besoin d’un réseau

La spécificité, l’identité propre de chaque association devient

d’acteurs en prise avec le territoire local.

alors un atout, et cette diversité une réelle plus-value. Mais

C’est pourquoi, au-delà du cercle amical qui souvent leur

ces initiatives locales doivent être épaulées, fédérées par des

donne naissance, puis des relations qui s’établissent

équipes départementales à l’écoute et soucieuses d’entretenir

ensuite au sein d’une communauté élargie, nous souhaitons

le lien avec des associations qui sont le cœur battant de notre

que les associations Ufolep puissent pleinement partager

fédération. ● Philippe Machu

12

Avril 2016

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21


Associations Ufolep d’aujourd’hui

Animation de réseau en Seine-et-Marne Comment soutenir le développement associatif ? L’Ufolep de Seine-et-Marne s’appuie pour cela sur un récent audit, explique le délégué, Anthony Robert. FIDÉLISER. « Ces dernières années, AG départementale : à l’animation, le délégué. l’accent a été mis sur le secteur “sport et société”  : il y avait là un enjeu d’image auprès des collectivités. À présent nous portons nos efforts sur le secteur “sport éducation”. Un emploi d’avenir a été recruté et suit les commissions techniques qui gèrent les différentes activités, l’objectif étant de fidéliser les associations adhérentes, en répondant à leurs besoins, avant de chercher à en attirer d’autres. » DLA. « Nous nous sommes lancés à la ren- sommes six salariés et 24 élus, l’idée est de trée 2015 dans un dispositif local d’accom- constituer des binômes élu-salarié selon la pagnement (DLA) : une sorte d’audit du proximité géographique ou le type d’activiprojet associatif et du mode de fonctionne- tés. C’est particulièrement important pour ment du comité réalisé par un cabinet d’ex- les activités de loisir qui, n’ayant pas d’actiperts, diagnostic à la clé. Nous nous sommes vités compétitives, n’entretiennent pas de notamment appuyés sur un questionnaire contacts réguliers avec nous pour des quesque 90 associations nous ont retourné  : tions de règlement ou de calendrier. » leurs problèmes, leurs attentes, leurs satis- CONVIVIALITÉ. « L’une des attentes qui factions… Il est apparu par exemple que ressort du questionnaire est le souhait de la mise à disposition de matériel était un convivialité et de rencontrer d’autres assovrai plus, et parfois la principale raison de ciations, de partager avec elles des manifestations sportives. Cela m’a un peu étonné, conserver l’affiliation. » SUIVI INDIVIDUALISÉ. « Les associations car nos tentatives en ce sens n’avaient attendent un accompagnement au dévelop- guère eu d’écho. Mais ce serait une bonne pement et au fonctionnement. Nous avons occasion de fédérer, de créer un sentiment acquis la conviction que cela passe par un de réseau, et de fortifier le sentiment idensuivi individualisé, avec un ou deux inter- titaire Ufolep. » ● locuteurs identifiés. Considérant que nous Propos recueillis par Ph.B. Ufolep Seine-et-Marne

1

35 ASSOCIATIONS. «  L’Ufolep de Seine-et-Marne fédère 135 associations (et près de 8 500 licenciés), un chiffre relativement stable depuis quelques années. Ainsi, si nous avons gagné cette saison 6 nouvelles associations (athlétisme, badminton, école de sport, GRS, natation, volley-ball), nous en avons perdu autant : 3 pour arrêt complet de leur activité, 3 autres parce qu’elles n’ont pas renouvelé leur affiliation à l’Ufolep. Dans les activités compétitives comme le cyclosport, la gymnastique ou le tennis de table, nombre de clubs sont en effet à double affiliation. Parmi ces associations, 98 ont engagé des concurrents dans les compétitions Ufolep départementales, régionales ou nationales, 15 se positionnent sur le créneau santé-bienêtre, 15 sont des clubs omnisports comptant plusieurs sections adhérentes, 5 proposent des activités multisports adultes, 3 sont des écoles de sports et 4 développent à la fois des activités culturelles (sous l’égide de la Ligue de l’enseignement) et sportives. » TERRITOIRE. « Nous sommes présents en milieu urbain mais quasiment absents sur l’est du département, très rural. Notre territoire est vaste, il faut deux heures de voiture pour aller d’une extrémité à l’autre ; en outre, Melun, la préfecture, est très décentrée. C’est un problème pour l’animation de réseau et aller à la rencontre d’associations susceptibles de nous rejoindre. »

EN SOMME, LA PÉPINIÈRE D’ASSOCIATIONS PROFITE AUSSI AU COMITÉ En 2009, le comité de la Somme avait profité de son déménage-

les arbres – ou Profession Sport 80 » explique le délégué dépar-

ment dans de plus vastes locaux pour y regrouper avec lui, sur le

temental Stéphane Lecossois.

modèle des pépinières d’entreprises, des associations tournées

Au-delà de la mutualisation des charges – loyer, secrétariat,

vers l’offre de services. Des associations comme Feeling & Move,

matériel de bureau, etc. –, la plus-value réside dans la mise en

qui propose des activités physiques d’entretien sur Amiens et ses

réseau : échange d’informations et de savoir-faire techniques,

environs : forte de 450 licenciés et ayant créé deux emplois, elle

collaboration sur des appels à projet, contacts avec les collecti-

possède ses propres locaux depuis l’an passé. Cela a permis l’ac-

vités locales... « Désormais la place manque, mais un nouveau

cueil d’Organisation Sport Loisir, dédiée à l’événementiel sportif.

déménagement, envisagé à court terme, pourrait permettre à

« Il n’y a toutefois pas eu un grand renouvellement : plutôt un

d’autres associations de nous rejoindre » explique Stéphane

renforcement de ces associations, qui ont pris de l’ampleur et

Lecossois. Ce rôle de « tête de réseau » d’un comité permet

emploient à présent deux ou trois personnes, comme le skate-

d’accompagner des associations, tout en leur laissant la pleine

parc d’Abbeville, Arboresens – spécialisée dans l’escalade dans

initiative de leur projet et de leurs actions. ● Ph.B. Avril 2016

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21

13


Au Centre des interrogations associatives Une enquête de la région Centre aide à cerner le profil des associations Ufolep et leur sentiment d’appartenir à un mouvement d’éducation populaire.

14

Avril 2016

« l’état d’esprit n’est pas le même que dans les fédérations délégataires  », tandis que 22% citent d’abord « la participation à des activités organisées par l’Ufolep » et 17% « le calendrier des rencontres Ufolep ». Par ailleurs, 55% considèrent les coûts d’affiliation « corrects », 37% « un peu trop élevés », 4% « beaucoup trop élevés » et 1% « peu élevés ». Les gymnastes de l’US Vendômoise, club Ufolep VALEURS. En quoi les du Loir-et-Cher. « valeurs » portées par l’Ufolep trouvent-elles un écho dans le projet associatif de l’association ? Près de 60% se sentent peu ou pas concernées par « la LA COHÉRENCE D’UN RÉSEAU découverte de plusieurs sports, la multiactivité » ou n’en font pas un objectif. À Considérant ces résultats en prenant l’inverse, un tiers accorde une place imporen compte l’ensemble des associations tante aux activités de compétition. Mais membres de la Ligue de l’enseignecomme un tiers de ce même échantillon est ment, tous secteurs réunis, l’enquête aussi affilié à une fédération délégataire, confirme la vitalité des associations il est possible qu’il soit aussi fait référence sportives Ufolep et les liens qu’entreaux compétitions organisées hors Ufolep… tiennent avec elles les comités déparEn outre, 38% des associations n’ont guère tementaux. «  recours aux méthodes de l’éducation En retour, celles-ci reconnaissent la populaire » et 20% n’en font pas un objectif spécificité de fédération affinitaire de ou ne savent quoi répondre. Difficile égal’Ufolep. Le plaisir de la pratique des lement d’apprécier la « mixité sociale » ou activités sportives dans un cadre convi« l’ouverture des activités au plus grand vial reste le cœur de leur motivation à nombre » de sa propre association, même si l’adhésion. 71% l’estiment malgré tout « importante » Cependant, alors même que le secteur ou « suffisante ». des loisirs sportifs apparaît de plus en APPARTENANCE. Quel sentiment d’apparplus concurrentiel, la diversification des tenance à l’Ufolep et quelle connaissance actions de la Ligue de l’enseignement de la Ligue de l’enseignement ? La moitié s’est traduite par un éloignement entre des associations ont « souvent ou toujours » ses différents pôles d’activité. parlé de l’une et l’autre en assemblée généC’est donc la cohérence générale du prorale, 39% ont transmis des documents fédéjet d’éducation populaire de la Ligue de raux, 36% conseillé l’affiliation à une autre l’enseignement qui doit être aujourd’hui association, 58% affiché l’appartenance à recherchée. Sans cela, l’identité des l’Ufolep sur leurs documents de commuassociations de l’Ufolep risque de se nication, et 23% représenté l’Ufolep ou diluer, emportée par une tendance à la la Ligue sur une action ou un territoire. banalisation déjà repérable. ● Enfin, si 30% disent posséder une « bonne Carlotta Gracci* ou assez bonne » connaissance des actions *Carlotta Gracci est doctorante, chargée d’étude et engagements de la fédération départesur la vie fédérative auprès de l’Union régionale mentale de la Ligue, elles sont parfois en Centre de la Ligue de l’enseignement. peine de citer des exemples précis. ● C.G.

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21

US Vendômoise gymnastique

F

orte de six comités départementaux – Cher, Eure-et-Loir, Indre, Indre-etLoire, Loir-et-Cher, Loiret –, l’Ufolep Centre réunit 707 associations : 126 d’entre elles (18%) ont répondu l’an passé à un questionnaire détaillé. S’il n’autorise aucun jugement définitif, cet échantillon est suffisamment représentatif pour que l’on puisse en tirer des enseignements, sachant que l’on compte parmi les associations ayant répondu 51% de clubs unisport, 29% de clubs proposant plusieurs activités sportives et 10% d’associations polyvalentes, type amicale (plus 10% « autre » ou « sans réponse »). SOUTIEN. Ces associations considèrent le comité départemental comme un partenaire (51%) plutôt qu’un prestataire (23%), un réseau (18%), un centre de ressources (6%) ou un porte-parole (2%). Seulement 20 à 30% de l’échantillon déclare avoir reçu une contribution forte ou décisive de son comité au regard d’une dizaine d’items : structuration de l’association, transmission des compétences, formation des bénévoles, etc. Plus d’un tiers des associations regrettent également de n’avoir pas été assez soutenues dans « le développement des activités sportives et la mise à disposition de matériel et d’encadrants ». Elles sont plus nombreuses encore (47%) à indiquer une faible contribution de l’Ufolep dans « la promotion de valeurs, représentation de vos intérêts », et 54% dans « la mise en lien avec des partenaires, pouvoirs publics ». Il existe donc une marge de progression, variable d’un comité à l’autre, pour renforcer le lien avec les associations… DIFFICULTÉS. Interrogées sur les « difficultés fortes ou majeures » auxquelles elles sont confrontées, les associations citent le renouvellement de leurs instances dirigeantes (60%) et la baisse ou la difficulté d’accès aux financements publics (46%), loin devant le manque de matériel ou d’encadrants (27%), la difficulté à se faire connaître (23%) ou le manque de clarté de leur projet associatif (5%). MOTIVATION. Pour près du tiers des associations répondantes (28%), la principale motivation pour s’affilier à l’Ufolep est que


Associations Ufolep d’aujourd’hui

Le multisport, quelle vitalité !

S

ports et Loisirs de la Vie – du nom du fleuve côtier qui confère son identité à la station balnéaire de Saint-Gilles et à ce coin de la côte vendéenne – est la preuve qu’une association peut se structurer autour d’une pratique multisport non compétitive. À l’origine de celle-ci, trois quadragénaires, anciens footeux n’ayant plus l’âge de jouer avec les jeunots ni le goût des matchs du dimanche : un instit, un kiné, un conseiller en insertion professionnelle. « Nous parlions de créer une association et un jour, début août, nous nous sommes décidés. Nous avons cherché les statuts loi 1901 sur Internet, et en trois quarts d’heure, le temps de remplir le formulaire, c’était fait ! », résume Stéphane Évin, enseignant et trésorier. En septembre, les trois cofondateurs participent à un forum des associations. Le bouche à oreille aidant, ils seront 29 dès la première année, puis 37 la seconde : « Nous avons même dû refuser du monde, car nous ne souhaitons pas dépasser cet effectif : cela deviendrait trop lourd et nous perdrions en convivialité. » ACTIVITÉS INNOVANTES L’association recrute dans un rayon d’une quinzaine de kilomètres, sur Saint-Gilles, Saint-Hilaire-de-Riez et les villages environnants. L’office municipal des sports (OMS) met à disposition une salle, le jeudi de 20 h 30 à 22 heures, avec la possibilité de déborder, et laisse un libre accès au matériel permettant la pratique du volley, du handball, du basket ou du tennis de table. « Au début, explique Stéphane Évin, nous alternions sports collectifs et VTT ou course à pied. Puis nous avons étoffé et varié les activités. Léopoldine Bigot, la déléguée Ufolep, est venue nous faire découvrir le kinball, le tchoukball, l’ultimate, et cette année le bum-ball, le korfbal et le disc-golf. Elle a également organisé une rencontre sportive avec deux autres associations multisports du département. » Dans l’association, les hommes sont majoritaires : une trentaine, pour six ou sept femmes. Le benjamin a 28 ans, l’aîné 68. Entre les deux, beaucoup de quadras, dont

Association SLV

Née en 2012 à Saint-Gilles-Croix-de-Vie (Vendée), l’association Sports et Loisirs de la Vie conjugue pratique multisport et dynamisme associatif.

Du foot au kinball, qu’importe la taille du ballon…

un noyau d’anciens pratiquants de sports collectifs. « Pour animer les séances, nous mettons à profit les compétences de chacun. Plusieurs viennent du basket et ont coaché des équipes de jeunes : ils nous proposent de vraies séances, avec de petites mises en place tactiques. Idem pour le handball et le volley. Un de nos adhérents, Jérémy, est éducateur sportif et nous aide aussi à organiser certaines séances, comme pour le flagrugby » précise Stéphane Évin. L’association dispute ponctuellement des matchs contre des équipes loisir de football ou de hand et, cette année, de basket. Elle a même négocié une initiation gratuite auprès de la salle de squash qui vient d’ouvrir. « Un soir, le club de badminton nous a aussi ouvert ses portes, et nous avons organisé une sortie orientation sur le site forestier balisé par la ville de Saint-Hilaire » complète le trésorier. C’est ce qu’on appelle de la multiactivité… UNE MOTIVATION Selon leurs envies et pour satisfaire leur esprit de compétiteur, les membres de SLV s’inscrivent de temps à autre à diverses épreuves. « L’an passé, c’était course à pied, avec un rendez-vous supplémentaire le samedi matin pour les volontaires, en prévision du Trail de l’île d’Yeu. Et cette année, nous nous Avril 2016

préparons pour une rando VTT » explique Stéphane Évin. L’association a également organisé un déplacement à La Rochelle pour la venue des rugbymen de Toulon. Et, ce printemps, un match à Brive sera le prétexte d’un week-end prolongé pour découvrir la région, randonnées à la clé. C’est pourquoi le cofondateur de l’association s’étonne quand on lui demande s’il n’est pas plus difficile de faire vivre sur la durée un club loisir multisport qu’un club structuré par une pratique compétitive hebdomadaire. « Pourquoi donc ? La pratique multisport répond à une vraie demande et il y aurait probablement la place pour une seconde association. » Le tout, souligne Stéphane Évin, c’est d’être organisé. « Nous sommes à présent bien rôdés, et nous nous partageons l’animation des séances afin de ne pas nous user. Le fait de se retrouver chaque jeudi soir est une vraie motivation alors que, seuls, nombre d’entre nous ne se bougeraient pas. Nous établissons des plannings, et le secrétaire rappelle par courriel l’activité de la semaine. Il demande à chacun de confirmer ou non sa présence, afin de savoir à peu près combien nous serons. C’est un engagement minimum, et l’association fonctionne très bien comme ça ! » ● Philippe Brenot

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21

15


fédéral

À Port-Leucate, les 29 et 30 avril

L’Aude accueille l’assemblée générale de l’Ufolep

L’

Ufolep de l’Aude réunit 52 associations et 3569 licenciés, lesquels pratiquent tout particulièrement les activités physiques d’entretien, la randonnée pédestre, la gymnastique sportive, la GRS et le tir à l’arc. Les activités cyclistes et les sports mécaniques ont en effet cruellement pâti du réajustement des tarifs d’assurance opéré il y a trois ans. VIEILLISSEMENT. La majorité de nos associations sont exclusivement Ufolep, et bon nombre réunissent plusieurs activités sportives en leur sein. Nous conservons en effet une vingtaine de foyers d’éducation populaire (en milieu rural) et d’amicales laïques. Mais ces structures peinent à renouveler leurs cadres bénévoles et leur public est vieillissant. Les plus jeunes ont du mal à prendre le relais, surtout dans les zones rurales. Objectivement, il nous sera très difficile d’inverser la tendance. Nous souffrons également de l’attrait exercé par le secteur marchand (salles de foot payantes, fitness), tandis que la pratique auto-organisée (cyclistes, randonneurs) s’est considérablement développée. GÉOGRAPHIE. L’Ufolep est principalement implantée sur une zone de 50 km autour de Carcassonne. Elle l’est peu sur le littoral, et moins encore dans les zones reculées de

L’assemblée générale se déroulera à Port-Leucate au village « Rives des Corbières » de Vacances pour tous, du ven-

Vacances pour tous

DES ÉLECTIONS LES PIEDS DANS L’EAU dredi 29 avril en début d’après-midi au samedi 30 en début de soirée. Elle sera précédée le jeudi après-midi et le vendredi matin d’un rassemblement des élus et délégués des Dom-Com. Pour cette AG élective, 30 postes sont à pourvoir au comité directeur, dont 14 réservés à des femmes et 16 à des hommes, en application de la loi sur la parité et proportionnellement au nombre de licenciés femmes et hommes au sein de l’Ufolep. On compte 15 candidates femmes (dont 6 sortantes) pour 14 postes, et 22 candidats hommes (dont 14 sortants) pour 16 postes. Parmi eux, Philippe Machu, président de l’Ufolep depuis 2000, postule à une cinquième mandature. ●

16

Avril 2016

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21

Ufolep Aude

Pour contrebalancer le vieillissement de son réseau associatif, le comité de l’Aude mise sur la multiactivité et développe ses actions dans les quartiers de Carcassonne. Activités d’entretien dans les quartiers de Carcassonne.

la Montagne noire ou de la Haute Vallée de l’Aude, qui restent des territoires à conquérir. PLURIACTIVITÉ. Nous développons depuis quatre ans la pluriactivité auprès des associations existantes et des services Enfance-Jeunesse des communautés de communes. Ces activités sont volontiers intergénérationelles, car en zone rurale regrouper parents et enfants permet de réunir suffisamment de monde. QUARTIERS. Depuis huit ans, l’Ufolep propose des activités d’entretien aux femmes et jeunes filles de trois quartiers sensibles de la communauté d’agglomération de Carcassonne : Viguier, La Conte et Ozanam. Ces séances bénéficient parfois de l’intervention de diététiciennes, infirmières et diabétologues, en collaboration avec la Mutualité française et le Comité d’éducation à la santé (Codes). Depuis cette année, une école de sport accueille également une douzaine d’enfants dans le quartier d’Ozanam, le mercredi de 14 h 15 à 15 h 30, en collaboration avec le centre intercommunal d’action sociale et les éducateurs de rue. PLAYA TOUR ET RAIDS SPORTIFS. Depuis 2007, l’Ufolep Playa Tour fait étape début juillet à Port-Leucate. Sur quatre jours et trois soirées, nous accueillons 500 jeunes de structures partenaires  : foyers d’éducation populaire, services Enfance-Jeunesse des communautés de communes, Protection judiciaire de la jeunesse, etc. C’est aussi l’occasion de collaborer avec différents comités départementaux et régionaux : rugby, tambourin, fédération Sports pour tous, Usep… À une échelle plus modeste, nous organisons aussi sur deux raids sportifs (acrobranche ou grimpe d’arbre, kayak ou canoë, course d’orientation ou VTT, etc.) pour une collectivité locale, le


interviennent principalement auprès de nos associations mais également sur les stages Bafa (brevet d’aptitude à la fonction d’animateur) ou auprès des collectivités qui en font la demande. AVENIR. La consolidation du plurisport, les formations au CQP ALS AGEE et l’ouverture d’une option jeux sportifs et jeux d’opposition (JSJO) sont des éléments porteurs d’avenir. Citons aussi les nouveaux contrats ville (à Carcassonne et Limoux), les partenariats noués avec de nouvelles structures (écoles de la deuxième chance, foyers de jeunes travailleurs), ou le projet de développer les activités d’entretien auprès des jeunes filles et des seniors des secteurs isolés (en collaboration avec le Codes et la Mutualité française). L’ouverture d’écoles de sport dans d’autres quartiers de Carcassonne et d’autres secteurs du département figure aussi parmi nos objectifs. ÉQUIPE. Nous pouvons nous appuyer sur les collaborations naturellement développées avec la Ligue de l’enseignement et l’Usep et sur les bonnes relations entretenues avec les collectivités locales. Au quotidien, le comité Ufolep de l’Aude repose sur une équipe composée de la déléguée Ufolep, d’une éducatrice sportive et d’une assistante de service à 30 %, et sur un comité directeur de 12 membres, dont 8 femmes. ● Soreya Belkhir, déléguée, et Jean-Marc Lafon, président de l’Ufolep de l’Aude.

Ufolep Aude

Syndicat Lauragais-Audois, et pour les résidences Habitat Jeunes. SENIORS. Avec l’aide d’associations locales, nous proposons pour les seniors des randonnées pédestres à la journée et nous mettons en avant, en lien avec le Codes, les bienfaits d’une pratique régulière à travers les activités physiques d’entretien. Ce public apprécie aussi les journées thalasso que nous organisons deux fois par an au centre balnéo de Gruissan pour une cinquantaine de personnes. FORMATION. Nous misons tout particulièrement sur la formation et sommes en mesure, avec l’appui du comité régional – Languedoc-Roussillon, à présent fusionné avec Midi-Pyrénées – de faire passer tous les brevets fédéraux Ufolep, quelle que soit la discipline. Nous proposons aussi le certificat de qualification professionnelle d’animateur de loisirs sportifs, option activités gymniques d’entretien et d’expression (CQP ALS AGEE) : les quatre sessions organisées depuis 2012 ont concerné environ 25 stagiaires et nous sommes de plus en plus sollicités pour ce type de formation. Même si le public vient davantage du secteur marchand que de l’associatif, c’est une façon de se faire connaître et reconnaître. Ces diplômés peuvent également postuler au sein d’associations Ufolep en manque d’animateurs. Enfin, nous possédons désormais nos propres formateurs PSC1 (premiers secours civiques) : ils

L’Aude est propice aux activités de plein air.

Le président de l’Ufolep fait le bilan des quatre ans écoulés et pointe les enjeux de l’AG de Port-Leucate. Philippe Machu, quel regard portez-vous sur la mandature qui s’achève ? Durant ces quatre ans, l’Ufolep a diversifié ses activités traditionnelles avec ses associations et favorisé l’accès de nouveaux publics à la pratique sportive avec ses comités. Cette structuration en deux secteurs, « sport éducation » et « sport et société », est désormais installée à l’échelon national et a commencé d’interroger l’organisation de nos comités départementaux et régionaux. Quels dossiers mentionneriez-vous en particulier ? Pour le secteur « sport éducation », je citerai le développement des écoles de sport et du plurisport adulte ; et pour le secteur « sport et société », les multiples projets touchant à la santé, ciblant des publics prioritaires tels que les seniors et les femmes éloignées de la pratique, ou s’inscrivant dans le cadre de la politique de la Ville. J’insisterai aussi sur l’évolution de nos statuts, qui permettent désormais d’affilier des structures non sportives telles que les maisons de retraite ou les centres sociaux. Cela est-il de nature à modifier le visage de l’Ufolep ? Disons que nous nous adaptons aux réalités actuelles pour rester fidèles à notre vocation de fédération de sport pour tous. Le sport associatif continue de jouer son rôle et le sport autogéré est une réalité. Pourtant, la moitié de la population, celle qui en a le plus besoin,

reste éloignée de la pratique physique et sportive. D’où le souhait que nos comités s’investissent dans des projets santé, interviennent dans les quartiers populaires ou les zones rurales « carencées », s’ouvrent au sport en entreprise... Surtout, le temps est passé où l’Ufolep imaginait seule un projet et sollicitait ensuite des subventions pour le mener à bien. Désormais, un projet se construit à plusieurs et prend en compte tout l’environnement social. Mieux, il convient d’associer le plus possible les participants eux-mêmes. Sur ce plan, l’Ufolep a grandi : elle est devenue plus citoyenne…

Philippe Brenot

« L’Ufolep a diversifié ses actions »

Philippe Machu, AG 2015.

Projetons-nous à présent vers l’avenir : que faut-il attendre de l’assemblée générale de Port-Leucate ? C’est d’abord une AG élective, qui renouvellera le comité directeur national. Ensuite, elle validera les statuts adaptant nos instances aux 13 nouvelles grandes régions. Enfin, les débats contribueront aux orientations du prochain plan national de développement. Parmi ces orientations, j’insisterai sur le lien entre les comités départementaux et leurs associations : comment mieux les accompagner sur leur territoire, afin qu’elles puissent enrichir leur projet et développer des coopérations, avec d’autres associations et avec les collectivités territoriales. Ou bien encore qu’elles se rapprochent de l’école, dans le cadre des nouvelles activités périscolaires. En un mot : faire qu’elles se considèrent comme des acteurs responsables, partie prenante d’un territoire, au-delà du plaisir de la pratique partagée. ● Propos recueillis par Philippe Brenot Avril 2016

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21

17


Rapport d’activité : quatre ans après Forte de finances saines, l’Ufolep a développé ses partenariats et son action auprès de nouveaux publics, en dépit d’une baisse de ses effectifs.

N

otre plan de développement 2012-2016, quatrième en date, s’était fixé pour objectif principal de formaliser notre double identité – notre double ambition – de fédération sportive et de mouvement d’éducation populaire. Cela a été réalisé avec la structuration de deux secteurs complémentaires. Le premier, « sport éducation », repose sur notre tissu d’associations ; le second, « sport et société », s’appuie principalement sur des projets à destination de publics ciblés, impulsés par nos comités. CONTEXTE SOCIAL. Le contexte des quatre années écoulées n’a pas contredit le bien-fondé de ce choix. La pratique fédérale classique ne répond en effet qu’à une partie de la demande sociale, et certains publics demeurent éloignés de la pratique : les plus démunis, les seniors, les jeunes des quartiers et des zones rurales ou bien encore les personnes souffrant de maladies chroniques. Les tragiques attentats qui ont ébranlé notre pays en 2015 n’ont fait que nous conforter dans ce projet politique, et l’État lui-même a demandé aux fédérations sportives d’élaborer des plans fédéraux «  citoyen du sport ». Relevons à ce propos que l’Ufolep fut dès 2014 la première fédération à signer une convention avec le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) pour intervenir dans les quartiers relevant de la politique de la Ville et les zones dites de revitalisation rurale. EFFECTIFS. Le point faible de cette mandature est l’érosion de notre base associative et le repli de nos effectifs. En baisse de plus de 10% sur trois ans, ceux-ci étaient de 341 023 licenciés en 2014-2015 : un niveau que l’on

LA FORMATION FAIT COUP DOUBLE Tous types de formations confondus, l’Ufolep est passée de 16 495 journées-stagiaires en 2012 à 34 852 l’an passé, soit plus du double. CONTINUE. 277 cadres départementaux ont participé l’an passé à des sessions de formation continue. CQP. Le certificat de qualification professionnel (CQP), diplôme qui permet d’animer des loisirs sportifs contre rétribution, a vu le nombre de stagiaires bondir de 200 en 2012 à 874 l’an passé. FÉDÉRALE. 11440 journées de formation fédérale ont été comptabilisées l’an passé. Durant la mandature, trois nouvelles formations ont été mises en place : marche nordique, aïkido et Kid bike. SECOURISME. Grâce à l’obtention de notre agrément pour la formation de formateurs, nous pouvons désormais former nos propres instructeurs, et par conséquent développer le nombre de moniteurs. 4277 personnes ont ainsi été formées aux premiers secours (PSC1) en 2015, près de quatre fois plus qu’il y a trois ans. ●

18

Avril 2016

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21

devrait retrouver à l’issue de la saison en cours. Outre le fait que la saison 2011-2012 avait marqué un pic, cette forte baisse s’explique principalement par l’hémorragie enregistrée dans deux catégories qui concentraient alors plus du quart de nos licenciés : les activités cyclistes et les sports mécaniques. En raison de la sinistralité (accidents corporels), les primes d’assurances y ont en effet été brutalement relevées (1). Ce chiffre doit toutefois être relativisé au regard de la pratique effectuée à titre occasionnel ou au sein de structures ayant un objet principal autre que sportif. Ces nouvelles modalités d’affiliation et d’adhésion se sont traduites l’an passé par la délivrance de 25 000 titres de participation occasionnelle et par 7 000 nouveaux adhérents. À nos 7 840 associations, il convient désormais d’ajouter 190 structures partenaires. Elles pourraient être bien plus nombreuses demain, tout comme il reste beaucoup à faire pour prendre réellement en compte tous les « occasionnels », estimés à plus de 400 000 sur nos manifestations grand public. FÉMINISATION ET EMPLOI. D’autres indicateurs sont plus encourageants. Tout d’abord, plus de 70% de nos comités régionaux et départementaux mènent des projets contribuant à la réduction des inégalités d’accès à la pratique sportive et relaient notre plan de féminisation. Les femmes représentent aujourd’hui la moitié de nos licenciés et le comité directeur élu à Port-Leucate sera quasiment paritaire, à l’image de la direction nationale. Concernant la professionnalisation, 1281 associations (environ 15%) sont employeurs (3685 équivalents temps plein). Plus de cent emplois ont également été créés au sein de nos comités, souvent avec un accompagnement national. Or ceci est déterminant pour le développement des actions « sport et société ». FINANCES. Les finances de la fédération sont saines et notre budget a augmenté de 15% en quatre ans, pour s’établir à près de 4,3 millions d’euros. Ceci grâce notamment à une diversification des ressources (partenariats avec l’Agence nationale des chèques-vacances, la MGEN, etc.) et à une aide plus importante de la Ligue de l’enseignement sur l’emploi. En conséquence, affiliations et adhésions représentent désormais 44% de notre budget (contre 51% en 2012). Rappelons que l’accompagnement des comités (hors dotation de matériel et déplacements des cadres nationaux en région) représente un tiers de ce budget. COMMUNICATION. Plusieurs innovations ont marqué la mandature écoulée : accompagnement des comités et des commissions nationales pour la création et la gestion de sites Internet ; présence fédérale sur Facebook et Twitter ; application smartphone Tout Terrain ; première édition de l’Université européenne du sport en juillet 2015. ● Pierre Chevalier, DTN de l’Ufolep (1) Passant d’une année sur l’autre de 11 € à 65 € en cyclosport et de 11 € à plus de 120 € en motocross.


Accueillir un volontaire en service civique, mais sur quelles missions ? Choisissez-en une ou plusieurs parmi les huit que nous avons identifiées.

G

râce à l’agrément national de la Ligue de l’enseignement, les associations affiliées à l’Ufolep ont la possibilité d’accueillir des volontaires en service civique (1). Cet agrément est attribué pour un catalogue de trente missions couvrant les secteurs de l’éducation, du sport, des loisirs, de la solidarité, de l’éducation à l’environnement et de la culture. Parmi ces missions, huit sont plus susceptibles de répondre à la fois aux besoins de votre association sportive et aux priorités des politiques publiques et de l’Ufolep. Dans cette liste, les trois premières ont un caractère transversal ; les deux suivantes ciblent les nouveaux publics et les nouvelles activités ; enfin, trois missions récemment ajoutées à ce répertoire s’articulent autour de la santé, de la citoyenneté et de l’apprentissage des gestes qui sauvent.

• Valoriser

la contribution des associations à la vie du territoire. Le volontaire valorise l’action des associations dans la dynamique du territoire en faisant du lien entre les différents acteurs, en réalisant des reportages sur les activités du club, en animant un site Internet, en rédigeant des articles… • Soutenir le bénévolat. Le volontaire soutient une ou plusieurs associations composées uniquement de bénévoles dans la construction de leur projet associatif, par la conception d’outils et le recensement des ressources existantes. • Soutenir la production et la diffusion culturelle ou la citoyenneté par le sport. Le volontaire apporte un soutien logistique à la conception et au déroulement d’évènements sportifs : Move Week, organisation d’un évènement local, etc. • Encourager la pratique sportive auprès de nouveaux publics. Effectuée par 250 volontaires en 2015, c’est la mission sport la plus proposée dans le réseau Ufolep. Le volontaire accompagne des projets d’animation dont l’objectif est de faire découvrir des activités sportives à des publics qui en sont éloignés : public féminin, jeunes, seniors, personnes en situation de handicap. • Favoriser les pratiques multi-activités physiques et sportives. Interface entre les différents utilisateurs des espaces sportifs et l’association, le volontaire recense les attentes et les besoins afin de proposer des évènements mêlant différentes activités : plurisport adulte, écoles de sport, etc. • Sensibiliser aux bienfaits du sport sur la santé et le bien-être. En soutien de projets en lien avec la préservation de la santé par le sport, le volontaire accompagne les clubs dans l’obtention du label sport santé. Il rencontre les structures partenaires (maisons de quartier, associations, collectivités territoriales, etc.) pour les sensibiliser à la démarche. En s’appuyant sur des ressources existantes il propose des animations, des ateliers des outils de sensibilisation, et diffuse les bonnes pratiques. Avril 2016

Ufolep Pyrénées-Orientales

pratique

Service civique : huit missions Co-animation à l’école de sport de Tresserre (66).

• Favoriser la citoyenneté par le sport. En soutien de

projets d’animation des city-stades et des équipements sportifs en libre accès, le volontaire repère les lieux de pratique, va à la rencontre des habitants du quartier afin de recenser leurs besoins et leurs attentes. Il les accompagne afin de les aider à faire émerger de nouveaux projets. • Favoriser l’accès pour tous aux gestes et aux savoirêtre qui sauvent. Les volontaires accompagnent les animateurs sportifs afin de favoriser l’émergence de projets éducatifs ayant pour objectif l’apprentissage de compétences telles que le savoir-nager, le savoir-rouler, le savoir-s’orienter, le savoir-secourir. Ils proposent des ateliers ou des animations permettant de sensibiliser le public et vont à la rencontre de structures partenaires. Un volontaire peut être investi de plusieurs missions. En général, l’association lui confie une mission principale et une ou deux autres en complément. Il s’agit avant tout de définir des tâches correspondant à la fois aux objectifs et aux spécificités de l’association et aux aptitudes du volontaire. Par exemple, la mission « encourager la pratique sportive auprès des nouveaux publics » est souvent associée avec le « soutien à la production et à la diffusion culturelle ou à la citoyenneté par le sport ». Un volontaire peut également être mis à disposition de plusieurs associations – pas plus de deux généralement – afin de remplir le volume horaire minimum de 24 heures hebdomadaires. Cette mutualisation peut également s’opérer entre un club et un comité départemental. Une restriction toutefois : que les structures soient suffisamment proches l’une de l’autre. Pour plus d’informations, contactez votre comité départemental Ufolep. ● Amandine Singla, CTN de l’Ufolep asingla.laligue@ufolep-usep.fr (1) Pour rappel, ces missions concernant les 16-25 ans portent sur une période de 6 à 12 mois, l’association versant une somme de 106 € par mois en complément de l’indemnité accordée par l’État. Lire les articles parus dans En Jeu Ufolep n°18 d’octobre 2015 (page 30) et n°19 de décembre 2015 (page 10).

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21

19


initiative

L’Ufolep met en place un plan de développement

Les sports de nature, un terrain éducatif L’Ufolep accompagne aujourd’hui l’ensemble des activités de pleine nature avec un plan de développement qui met l’accent sur leur dimension éducative et sur l’accès de tous à une pratique loisir.

L

oisirs de plein air, activités physiques de pleine nature, sports de nature : quelle que soit l’expression utilisée, ces activités sont pour leurs adeptes synonymes de découverte, de dépassement de soi, d’évasion et de liberté. Ces activités de plein air et de nature (et notamment la marche, le vélo et le jogging) sont plébiscitées par l’ensemble des européens. Elles représentent aujourd’hui les principales pratiques de loisirs sportifs, qu’elles soient pratiquées de manière régulière ou occasionnelle, dans un cadre du loisir familial ou de vacances. PRATIQUE POUR TOUS Cet engouement se retrouve aussi dans la pratique licenciée. C’est particulièrement vrai pour l’Ufolep : profitant que leur licence permette la pratique conjointe de plusieurs disciplines, près d’un tiers de nos adhérents s’adonnent régulièrement une activité de plein air. Par exemple, des sections d’activités physiques d’entretien s’ouvrent régulièrement à la marche nordique ou à d’autres activités et de plein air, en complément de la gymnastique et de pratiques de bien-être. L’Ufolep accompagne également les activités de nature à travers l’organisation de multiples manifestations.

Rappelons à cet égard que nos associations et comités départementaux ont souvent été pionniers dans l’organisation de raids nature. Mais l’Ufolep conçoit surtout les activités de plein air comme une pratique pour tous, des jeunes enfants aux seniors, en passant par les adolescents et les adultes. Les activités de nature sont en outre propices à l’innovation. On l’a vu avec l’apparition de la marche nordique, des trails, de la course d’orientation, ou à travers l’infinie variété des raids et des courses hors stade. On peut y ajouter le vélo à assistance électrique, qui autorise la pratique cycliste à un public moins sportif. Ces activités se caractérisent par ailleurs par leur capacité à s’adapter à tous les lieux et territoires. Chaque ville ou chaque village dispose d’espaces de proximité susceptibles de devenir des terrains de jeu. Au regard de sa vocation d’éducation populaire, l’Ufolep s’efforce également de mettre à profit l’intérêt éducatif propre au milieu naturel, et aux mises en situation qu’il permet. Autant d’occasions de se dépasser (seul ou en groupe), d’acquérir des compétences et des savoirs essentiels à sa sécurité et à celle de ses partenaires, de découvrir tous les types de mobilité douce et de s’éduquer à

VTT, RANDONNÉE, MARCHE NORDIQUE, RAIDS... Si l’on additionne les différentes activités cyclistes, la randon-

à l’arc et la sarbacane deviennent des sports de plein air.

née pédestre, la marche nordique, le trail, la course à pied,

Sur ce versant « nature » où le pur loisir coexiste avec des

l’escalade, les activités d’éducation à la nature, le ski, les raids

pratiques compétitives, l’Ufolep accompagne la pratique

multisports, les activités nautiques ou bien encore les sports

avec des dispositifs fédéraux. Citons les écoles de sport

mécaniques, les sports de plein air réunissent environ 85 000

et des raids comme « Du bitume à la verdure » en région

licenciés, soit un quart des effectifs de l’Ufolep. Les adultes

Champagne-Ardenne (à dimension sociale) ou le Raid’Spect

(jusqu’à 55 ans) en représentent la moitié, les seniors un bon

Nature en Rhône-Alpes (orienté vers l’éducation à l’environ-

quart et les enfants et les jeunes un petit quart.

nement). Des outils sont également à disposition du réseau :

Ces activités peuvent être considérées comme des sports

cahiers pédagogiques slackline et marche nordique, fiche

de nature, avec des nuances : parmi les sports mécaniques,

plurisport sur l’orientation, livret Kid bike… L’Ufolep encou-

on accordera plus facilement ce label à l’enduro ou au trial

rage également la création de spots de marche nordique.

qu’au motocross, pratiqué sur circuit.

Par ailleurs, associations et comités organisent de nom-

De même, le VTT est plus « nature » que le cyclosport, adepte

breux événementiels : raids, trails, courses hors stade, etc.

des routes goudronnées. Observons aussi que, pratiqués en

On en recense entre 3000 et 4000 par an selon les services

extérieur, éventuellement lors d’un raid multisport, le tir

préfectoraux, en incluant les manifestations cyclistes. ●

20

Avril 2016

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21


Audrey Chesnay / Ufolep Limousin

l’environnement et au développement durable (1). Ces pratiques permettent également de découvrir et de s’approprier les lieux de vie, qu’ils soient ruraux ou urbains. PLAN DE DÉVELOPPEMENT Toutefois, jusqu’à présent le développement de ces différentes pratiques n’avait pas été pris en compte de manière globale. L’Ufolep souhaite donc les réunir aujourd’hui dans une dynamique favorisant l’engagement associatif et une pratique régulière et responsable. Parmi les objectifs prioritaires que s’est fixée l’Ufolep dans le cadre de ce plan de développement, on peut citer : – construire, pour les enfants des écoles de sport, un projet éducatif tourné vers l’acquisition de techniques et de savoirs ; – s’adresser au public adulte, actif ou retraité, en favorisant les aspects loisir, bien-être et convivialité, dans l’esprit des activités physiques d’entretien ; – développer la pratique de proximité en milieu urbain,

notamment à travers des rassemblements (marche, course à pied, roller, vélo…) ; – soutenir les événementiels les plus innovants (nouvelles activités, nouvelles formes compétitives, élargissement à de nouveaux publics, sensibilisation à l’environnement, etc.) ; – fidéliser les pratiquants à travers des services spécifiques offerts aux licenciés . Par ailleurs, des référents « sports de nature » seront identifiés auprès des comités départementaux et régionaux afin de créer un vrai réseau et de partager les expériences. Une action confortée par l’élaboration d’outils pédagogiques et un plan de formation. ●

École de sport Ufolep de SaintPardoux (Haute-Vienne).

Vincent Bouchet, conseiller technique et sportif, et Benoît Gallet, DTN adjoint de l’Ufolep (1) Des collaborations peuvent être envisagées avec la quarantaine de centres de séjour de la Ligue de l’enseignement labellisés CED (Citoyenneté, environnement, développement durable).

DES ÉCOLES DE PLEIN AIR UFOLEP POUR ENFANTS ET ADOLESCENTS L’Ufolep souhaite tout particulièrement développer des écoles

cements quotidiens, y compris en sensibilisant aux règles et

de plein air pour enfants et adolescents inspirées des écoles

aux dangers de la mobilité urbaine ;

de sport. Tout comme ces dernières sont dédiées à l’initiation

• « Savoir s’orienter » : apprendre à construire et à anticiper un

et à la découverte, ces écoles de plein air seront tournées vers

déplacement, un itinéraire, apport éducatif essentiel pour un

l’acquisition de techniques et de savoirs essentiels à la pra-

accès à l’autonomie et à la sécurité active dans la pratique des

tique des activités sportives de nature.

sports de nature ;

• « Savoir se déplacer en terrain varié » : adapter son compor- • « Savoir nager » : un apprentissage sécuritaire, indispensable tement et son déplacement à un environnement naturel varié

pour la prévention des noyades et la pratique des activités

et incertain ;

nautiques ;

• « Savoir

rouler et glisser » : favoriser une utilisation régu-

• « Savoir porter secours » : s’engager dans une démarche d’édu-

lière du vélo et des autres « mobilités douces » dans les dépla-

cation citoyenne, à travers la formation de premiers secours. ● Avril 2016

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21

21


Initiative locale et dynamique départementale

Toulon marche nordique La marche nordique illustre l’attrait du sport nature. Denis Fabre, élu national, la promeut dans son club de Toulon et dans le Var.

DR

1

Denis Fabre

Toulon Marche Nordique

50 LICENCIÉS. « Ex-marathonien, adepte des efforts de longue durée, je cherchais une activité moins traumatisante. En pleine vogue de la marche nordique, j’ai créé une section au sein de l’amicale laïque de quartier que je présidais, avant de la transformer en association à part entière, pour une question de visibilité auprès des pratiquants susceptibles de nous rejoindre et des collectivités locales. Nous avons débuté en 2010 avec une dizaine de personnes. Cinq ans après, nous sommes 150. » FORMATION. «  Dès le début, nous avons misé sur la formation. En 2012, j’ai fait partie de la première promotion du brevet fédéral Ufolep, et chaque année nous envoyons deux stagiaires. Nous disposons à présent de 12 animateurs, ce qui permet de proposer trois niveaux de pratique (“bien-être”, “confirmé” et “sportif”) et de palier toute absence d’un animateur. » TOUS PUBLICS. « Nous accueillons des quadragénaires n’ayant jamais pratiqué, des triathlètes, marathoniens et cyclistes qui recherchent des séances de foncier, et de nombreux seniors dont le plus âgé a 83 ans. Ces derniers offrent eux-mêmes des profils allant de l’ex-sportif à la personne atteinte d’une pathologie : arthrose, problèmes cardiaques, diabète, obésité… Nous organisons

Le « spot » Ufolep de marche nordique inau-

DR

BIENTÔT CINQ PARCOURS BALISÉS PAR L’UFOLEP guré en octobre 2015 à Bonnac-la-Côte connaît un vrai succès. Il est utilisé par l’association Bonnac-Rando ou des usagers individuels et le comité de Haute-Vienne en a fait un lieu de formation ou d’animation, comme lors des dernières vacances d’hiver. Ce parcours ne sera bientôt plus le seul : quatre autres sont en cours d’installation et de balisage à Hardricourt (Yvelines), à Hanches et Saint-Denis-d’Authou (Eure-et-Loir), ainsi qu’en forêt d’Othe (Yonne). Le projet est également bien avancé à Toulon, où une concertation est menée avec des associations écologistes. Plusieurs autres comités se sont par ailleurs porté candidats pour accueillir ces parcours équipés de panneaux d’information. ● Ph.B.

22

Avril 2016

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21

« Nous accueillons tous les profils de pratiquants. »

en septembre, novembre et janvier des sessions pour débutants, lesquels rejoignent ensuite le groupe qui leur convient. Pour chaque niveau, nous programmons deux soirs par semaine des séances techniques dans deux parcs urbains, plus des sorties le week-end. » VIE ASSOCIATIVE. « Pour entretenir la convivialité, nous organisons durant l’année des rassemblements à caractère festif. Nous possédons le label associatif Ufolep et sommes attentifs à l’évolution de notre association : nous souhaitons faire baisser la moyenne d’âge des licenciés et donner une image dynamique de l’activité, tout en développant parallèlement l’approche sport santé. » DYNAMIQUE DÉPARTEMENTALE. « Nous avons contribué à la création d’une commission technique départementale et d’une association Ufolep dans le Centre-Var, à Gonfaron. Cette commission a lancé un challenge départemental du “nombre” dont deux des cinq étapes sont organisées par des clubs de la Fédération française de randonnée. La première, dont notre association avait la responsabilité, a réuni 220 personnes en octobre. La commission technique organise pour sa part l’étape finale. Cetta année, ce sera le 21 mai à Tourves, une commune qui ne possède aucune association Ufolep ni club de marche nordique : même si ce n’est pas le but premier, cela suscitera peut-être des vocations… » COLLECTIVITÉS LOCALES. « Les collectivités locales sont réceptives à la marche nordique et à son caractère non compétitif. La ville de Toulon nous apporte son soutien à notre projet de spot de marche nordique au sommet du mont Faron, qui domine la ville. Et l’agglomération Toulon-Provence-Méditerranée subventionne nos formations à 50%. » ● Propos recueillis par Philippe Brenot


Ouverte à diverses activités de pleine nature et intergénérationnelle, cette association du Vaucluse favorise l’initiation et la pratique loisir. Bonnieux run and bike est une association Ufolep que son nom résume parfaitement. Bonnieux, tout d’abord : un village de 1500 âmes accroché à son rocher, au cœur du parc naturel régional du Luberon. Run and bike ensuite, car quand on possède un tel terrain de jeu on prend autant plaisir à l’arpenter en courant qu’en pédalant ou en y cherchant son chemin, façon course d’orientation. Ce qui n’empêche pas de proposer à l’occasion du roller, de la marche nordique ou rapide, ou de participer à des raids multisports. HORS COMPÉTITION L’association a été créée en 2008 par un pompier qui, en son jeune temps, avait pratiqué le BMX et le VTT. « Nous étions plusieurs à nous retrouver pour courir ou pédaler, et nous avons pensé qu’il serait sympa de le faire dans le cadre d’une association, mais sans les contraintes de la compétition. Or l’Ufolep correspondait à notre approche, à la fois multisport, loisir et éducative » explique Pierre Christol, 40 ans et père de trois enfants dont Tim, 9 ans, et sa sœur aînée Emy, 12 ans, également membres d’une association devenue intergénérationnelle l’an passé. « Nous avons débuté avec une pratique adulte qui fédère aujourd’hui une vingtaine d’adhérents (1). Puis, en voyant grandir nos enfants, nous avons eu envie de faire aussi quelque chose pour eux. Nous avons commencé début 2015 par des rendez-vous informels, le mercredi après-midi… » Ceux-ci ont leur petit succès, en dépit de l’embouteillage d’activités provoqué par la réforme des rythmes scolaires. Aussi, depuis la rentrée, rendez-vous est fixé pour la vingtaine de jeunes licenciés au samedi matin, de 10 h 30 à 12 h 30. « Ni trop tôt pour qu’ils puissent dormir, ni trop tard pour ne pas souffrir de la chaleur en été » précise Pierre Christol en bon père de famille. Comme pour les adultes, le lieu de rendez-vous, la nature de l’activité et les coordonnées du référent de la sortie

Bonnieux run and bike

Bonnieux run and bike, pour petits et grands

Les plus jeunes ont rendez-vous tous les samedis matins.

sont précisés via le blog de l’association ou par Facebook. « Par exemple, samedi dernier nous avons concocté aux enfants un petit triathlon : du VTT couplé à un parcours de trail, avec un détour par un pas de tir à l’arc où ils tiraient trois billes de paintball sur des cibles, boucle de pénalité à la clé en cas d’échec. » Pierre Christol souhaite également s’inspirer de la formule du Kid bike Ufolep, qui allie un parcours de cross à des ateliers de maniabilité et de connaissance du matériel. « Dernièrement, nous avons aussi emmené les enfants au Canet, dans les Alpes-Maritimes, pour le régional Ufolep de VTT. Et sans être tournés vers la compétition, ils ont ramené deux troisièmes places en catégories benjamins et minimes ! » relève Pierre Christol. Celui-ci n’oublie pas non plus la formation. Titulaire d’un « vieux » brevet fédéral de la FFC, il a récemment passé avec un autre adulte du club son CQP ALS, option activités de randonnée, de proximité et d’orientation (2). Afin que les gars et les filles du Bonnieux run and bike continuent longtemps d’emprunter, à pied ou à vélo ou les chemins du Luberon. ● Ph.B. (1) L’association organisait également un trail nocturne dont la dernière édition, en novembre 2015, a réuni plus de 300 concurrents. (2) CQP ALS : certificat de qualification professionnel d’animateur de loisir sportif. Le CQP est un diplôme délivré par l’Ufolep.

VTT, RAID, TRAIL, COURSE À PIED : DES ÉPREUVES INNOVANTES Boostrider, dédiée au VTT électrique, organise la seconde édition de son Électr’Enduro, avec l’appui de l’Ufolep Rhône-Alpes qui croit beaucoup à cette nouvelle pratique et à ce concept d’épreuve.

formes parfois inédites, comme le 2e « Tra-

Raid’n’Trail / Ufolep Gironde

Les 28 et 29 mai, l’association Ufolep

king » semi-nocturne organisé fin août à Chaptelat, près de Limoges, par l’association Traking Expérience et l’Ufolep HauteX-Cross en Gironde.

Vienne : deux parcours de 12 ou 24 km où, comme dans un rallye auto, alternent

Ce même comité Rhône-Alpes propose depuis huit ans le

« liaisons » et « spéciales » chronométrées.

Raid’Spect Nature, qui met en avant les principes du déve-

Dans le même esprit, l’association Raid’n’Trail et le comité

loppement durable, y compris à travers débats et forums.

de Gironde ont proposé l’an passé à Sallebœuf leur premier

Des principes repris et diffusés à travers l’Éco-Tour, label qui

X-Cross eliminator, inspiré du ski-cross : un circuit très

fédère désormais dans la région une vingtaine de manifes-

court avec bosses et obstacles, et des manches élimina-

tations s’appliquant à réduire leur impact environnemental.

toires. Une formule qui sera reconduite l’automne prochain

Côté courses hors stade, les trails se multiplient, sous des

en plusieurs lieux, avec trois courses plus une finale. ● Avril 2016

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21

23


reportage

Il réunit 70 équipes et plus de 1100 licenciés

Le foot à 7 dans l’Yonne, une tactique gagnante En trente ans, le football à 7 Ufolep s’est installé dans le paysage du département. Comme dans le village d’Augy, près d’Auxerre.

A

ugy, Yonne, ses 1000 habitants, son clocher, son passé viticole et, depuis trois ans, son club de football, exclusivement dédié à la pratique à sept en Ufolep. Une histoire à la fois unique et banale dans le département : celle de trois amis de maternelle qui, après avoir évolué dans différents clubs, créent une équipe dans leur village. « C’était un peu osé, nous avions à peine 24-25 ans, raconte Mickaël Dos Santos, jeune président encore étonné de cette audace. Nous avons sollicité auprès du maire l’autorisation d’utiliser le demi-terrain de la commune, puis lancé un appel aux dons auprès des commerçants pour acheter des ballons et un jeu de maillots. Et nous organisons une fête de fin d’année pour faire connaître l’équipe et récupérer quelques sous. » L’ESPRIT VILLAGE Faute de projecteurs autour de leur modeste gazon, Mickaël et ses copains ont obtenu de s’entraîner un soir par semaine chez les voisins de Saint-Bris-le-Vineux, moyennant une rallonge de leur commune pour l’électricité. Une commune d’Augy plutôt fière de posséder désormais une équipe à ses couleurs et qui a aussi financé l’achat des filets que les joueurs accrochent et décrochent des buts à chaque match, pour ne pas qu’ils s’abiment. Le genre de détail qui en dit long de l’esprit du foot à 7 Ufolep…

UNE FORMULE À DUPLIQUER ? En 2014-2015, le football Ufolep réunissait 978 associations et 16 028 licenciés en première activité. S’il s’agit principalement d’une pratique à onze, l’Eure-et-Loir et l’Yonne, les deux comités les plus représentatifs de la pratique à sept, pèsent à eux deux 150 associations et 2 700 licenciés. D’où cette question : pourquoi le foot à 7 – sensiblement différent en l’Eure-et-Loir, où il se dispute en auto-arbitrage, sans montéesdescentes – ne fait-il pas florès ailleurs ? « Notre souhait au sein du groupe de travail national foot à 7 est évidemment d’étendre la pratique, mais il n’y a pas de recette-miracle, confie José Vié. Le plus dur est de démarrer : il faut au moins six équipes prêtes à s’engager sur une année. Si ce championnat est mené à son terme, le bouche à oreille aidant, la dynamique sera lancée. » À bon entendeur…●

24

Avril 2016

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21

Porté disparu à la fin des années 1970 au sein du comité, le ballon rond y est réapparu en 1983 dans sa version à effectif réduit, plus commune alors dans les petites catégories que chez les adultes. « Des groupes de copains se retrouvaient le soir, sur les terrains, près d’Auxerre. Nul ne sait plus de qui vint l’initiative, mais six équipes participèrent à un premier championnat. L’année suivante, elles étaient le double. Puis les effectifs se sont stabilisés autour d’une trentaine d’équipes » rapporte José Vié, arrivé dans le jeu au milieu des années 1990 et aujourd’hui président de la commission technique départementale. De 2000 à 2010, tout s’accélère. Chaque début de saison, une dizaine de nouvelles formations frappent à la porte, pour une ou deux défections seulement. « Nous tournons depuis avec 70 équipes, réparties en poules de dix où le brassage est important puisque trois montent et trois descendent en fin de saison, précise José Vié. Pour nos 1200 licenciés, cela représente 18 matchs, plus la possibilité de jouer une coupe conçue sur le modèle de poules débouchant sur des matchs à élimination directe. » Comme la Ligue des champions, l’exposition médiatique et les enjeux commerciaux en moins… PROFILS VARIÉS Parmi ces nouveaux arrivants figurent toujours des bandes de copains, comme Mickaël et les siens, mais aussi des clubs n’ayant plus les moyens d’acquitter les frais d’engagement d’une Fédération française de football jugée aussi parfois trop à cheval sur le règlement, ou des équipes à bout de souffle, sans l’effectif suffisant pour faire une saison entière à 11. « Certains sont parfois repartis à la FFF mais beaucoup sont restés. Le foot à 7 est plus décontracté, moins contraignant. Jouer le dimanche matin permet aussi de passer l’après-midi en famille : en cela, c’est un créneau porteur » souligne José Vié. La majorité des équipes se concentre dans l’Auxerrois et autour de Sens. À titre dérogatoire, le championnat accueille également deux équipes de l’Aube et du Loiret, le foot à 7 Ufolep n’étant pas présent sur leur territoire. À part cela, tout se fait dans les règles les plus classiques, que font appliquer sur le terrain des arbitres officiels formés durant les deux sessions annuelles. Il y a trois ans, l’auto-arbitrage a toutefois été introduit dans le cadre d’un championnat vétéran qui réunit aujourd’hui 9 équipes. « Nous l’avons créé pour les anciens qui, passé la quarantaine, peinent à courir


Augy FC

derrière les 18-30 ans. Certains lâchaient prise, c’était dommage » explique José Vié. D’autant plus dommage en effet qu’à en croire ce qui se murmure en bord de touche, ce championnat vétéran pourrait bien décoller l’an prochain… Encore dans l’insouciance de la jeunesse, Mickaël et ses coéquipiers, parmi lesquels le cadet confesse 17 ans et l’aîné 32 à peine, n’ont pas ces problèmes de condition physique. Ayant débuté au plus bas niveau comme tout nouvel entrant, leur équipe a même déjà grimpé de deux divisions. Il est vrai que, tout amateurs qu’ils sont, les jaune et bleu de l’Augy Football Club possèdent deux coaches : le père de deux joueurs, intronisé entraîneur

des gardiens, et un ami plus âgé possédant quelques connaissances tactiques... Mais là n’est pas le plus important. « En général, les équipes visiteuses apprécient notre accueil et parmi nous l’ambiance est vraiment bonne, insiste Mickaël Dos Santos. Un seul joueur est parti pour un autre club et ceux qui hésitaient à nous rejoindre, craignant que le niveau soit trop faible, se sont rendu compte que finalement ça jouait bien. Sinon, nous nous sommes répartis les responsabilités dans l’association et notre page Facebook marche bien. Et puis, monter un club dans sa commune, c’est quand même cool. » Cool comme peut l’être le football lorsqu’il est joué à 7, dans l’Yonne. ● Philippe Brenot

Le village d’Augy possède désormais son équipe de foot à 7 Ufolep, comme près de 70 autres communes ou quartiers dans l’Yonne.

APPOIGNY, SYMBOLE DE L’ENTENTE CORDIALE AVEC LA FFF Appoigny est fameux pour avoir vu les premiers dribbles du plus

vétérans. « Les anciens ne se retrouvaient plus trop avec les

illustre footballeur qu’ait jamais connu la Bourgogne : Guy Roux,

jeunes de vingt ans et, l’an prochain, d’autres basculeront eux-

ex-entraineur de l’AJ Auxerre, qui il y a cinq ans se réjouissait

aussi. Comme moi peut-être, qui pour faire le nombre joue ces

dans L’Yonne républicaine de la création d’une équipe Ufolep

temps-ci dans les deux équipes » explique Jérôme Thiébaut du

dans le hameau natal de son grand-père, les Bries.

haut de ses 49 ans. Ou comme le délégué Ufolep en personne,

Appoigny et son Entente sportive apportent aussi la preuve

licencié à Appoigny, et aux 35 ans révolus. « J’aime bien l’état

que le foot à 7 Ufolep peut vivre au sein d’un club affilié à

d’esprit, explique Charly Gonzalez. À la fin du match, on élit

la Fédération française de football. « L’équipe a été créé en

le joueur responsable de la plus belle boulette, et en fin de la

2001 par des trentenaires. Au début, c’était assez mal vu des

saison on décerne un Sabot d’or au vainqueur du classement.

dirigeants et les joueurs devaient s’occuper seuls de trouver

Ce n’est pas trop compétition, même si on joue pour gagner. »

des maillots ou de tracer le terrain. Puis le président a changé

Malgré tout, n’y a-t-il pas un risque que la puissante FFF décide

et c’est devenu tout à fait accepté » raconte Jérôme Thiébaut,

un jour de mener une OPA hostile sur le foot à 7 Ufolep. « Il y

commerçant spécialisé dans la machine à bois.

a quelques années, nous avons senti planer ce risque, reconnaît

Les licenciés Ufolep sont une vingtaine sur 270 et, en début de

José Vié. Moins aujourd’hui : nous sommes bien implantés, et

saison, une seconde équipe a été engagée dans le championnat

nous avons acquis une vraie légitimité. » ● Ph.B. Avril 2016

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21

25


réseau

09

six équipes représentant quatre comités d’entreprise : Aubert et Duval, Subra, Mapaero et Maz’air. Ce challenge futsal n’est toutefois qu’une facette de la démarche engagée par l’Ufolep auprès des CE, qui leur propose d’élargir la palette de leurs activités en les mutualisant et en en proposant de nouvelles, ou en organisant des rencontres sous son égide. Tout en laissant à chaque CE sa pleine autonomie. L’un d’eux propose ainsi à tout membre des CE partenaires possédant la licence Ufolep de participer à ses sorties VTT du vendredi. De son côté, le comité Ufolep propose des formations à la sécurité et à l’encadrement du ski, très pratiqué l’hiver dans le département. La première a concerné sept brevets fédéraux d’animateur 1er degré, qui peuvent à

Ufolep Ariège

Ufolep Ariège

FÉDÉRER LE SPORT EN ENTREPRISE

Début février s’est déroulée à Saint-Jean-du-Falgas, près de Pamiers, la seconde manche du challenge amical futsal intercomités d’entreprise organisé par le comité Ufolep de l’Ariège. Elle réunissait sur les terrains de la salle Body Soccer

présent encadrer sur les pistes les enfants du CE de l’entreprise Aubert et Duval – un sous-traitant d’Airbus. « Nous fédérons à ce jour 60 licenciés plurisport et espérons atteindre la centaine à la fin de la saison. L’idée est d’étendre ensuite les activités proposées : pétanque, marche… Une dizaine d’autres comités d’entreprise sont susceptibles d’être intéressés, ce qui pourrait nous permettre à terme de faire intervenir un animateur Ufolep auprès d’eux » explique le délégué Ufolep, Camille Brunel. L’initiative bénéficie en outre du soutien de la direction départementale de la cohésion sociale (DDCSPP), désireuse de donner un coup de pouce au sport en entreprise en Ariège.  Ph.B.

Membre de la commission protocole et récompenses

Paulette Ronsin, honneur aux bénévoles Grâce à elle, la remise de médailles ponctuant l’AG Ufolep est désormais un rendez-vous très attendu : Paulette Ronsin tire sa révérence fin avril, à Port-Leucate.

À l’occasion des 150 ans de la Ligue de l’enseignement, En Jeu met l’accent sur des engagements sportifs qui ont contribué à son rayonnement et à celui de l’Ufolep.

26

Avril 2016

Philippe Brenot

Contact : pbrenot.laligue @ufolep-usep.fr Tél. 01 43 58 97 61

De ce moment protocolaire elle a fait l’équivalent, en moins clinquant, moins longuet et plus mordant, des Oscars ou des Césars. Présidente de la commission nationale protocole et récompenses, Paulette Ronsin, 82 ans, est l’irremplaçable maîtresse de cérémonie de ce qui, par son charisme et son sens de la répartie, est devenu sinon l’apogée, du moins un temps fort des week-ends d’assemblée générale. « Même s’il n’est pas possible d’évoquer le parcours de chacun des bénévoles ainsi honorés » regrette l’ex-prof d’EPS (1961-1989) du collège de Tergnier, dans l’Aisne. L’assemblée aime plus que tout quand celle qui débuta sa carrière comme institutrice ronchonne contre « les délégués départementaux qui négligent de solliciter des récompenses pour leurs militants ». C’est qu’il y a des règles, et un minimum de trois ans d’ancienneté pour prétendre à un diplôme de reconnaissance, puis cinq pour la médaille de bronze, sept encore pour l’argent, et sept de plus pour toucher l’or. « Alors, pour que nul ne soit oublié, nous avons créé les plaquettes de reconnaissance. Mais ce n’est pas pareil. » Elle-même a gravi un à un tous les échelons du mérite militant, jusqu’à une médaille d’honneur, n° 141, remise en 2006 à Istres. « Il n’y a pas à dire, c’est émouvant : on voit défiler toute sa vie en quelques secondes. »

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21

Un flash-back où figuraient probablement des images des stages Usep à Boulouris, dans le Var, « où j’ai connu Raymond Boisset, et tant d’autres ». Ou celles d’une journée nationale des lendits, à Vichy, où elle jugea plus utile de conduire la délégation de l’Aisne que d’assister au mariage d’un cousin, quitte à essuyer les foudres de sa belle-famille ! Entraîneure de basket et d’athlétisme, en Ufolep-Usep et au club des cheminots de Tergnier, elle fut aussi présidente des comités de l’Aisne et de Picardie, élue nationale, et vice-présidente de la délégation départementale de la Ligue de l’enseignement. Et titulaire des palmes académiques, et médaillée d’or de la Jeunesse et des Sports… C’est simple : à arborer toutes ses décorations, elle ferait pâlir de jalousie plus d’un général. À l’heure de passer le témoin, Paulette Ronsin insiste sur l’importance de ce moment convivial qu’est la remise des récompenses. « Après les débats et les tensions qui accompagnent une AG, tout le monde se retrouve pour applaudir ceux qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes au mouvement. » Mais sera-t-elle présente pour terminer en beauté sa dernière mandature ? « À mon âge, Port-Leucate c’est trop loin. Si l’an passé à Orléans j’ai versé une larme, c’est parce que je savais que c’était ma dernière » affirme-telle. À moins que ce ne soit là une façon un peu cabotine d’entretenir le suspense, elle qui sait si bien tenir une assistance en haleine en égrenant la liste des bénévoles les plus méritants. ● Ph.B.

AG de Paris, avril 2014.


DR

Instantanés SPORT ET NATURE : LE PALMARÈS DU CONCOURS PHOTO « Le sport à travers les éléments naturels » tel était le thème

Le deuxième prix est décroché par Pascal Giry, de Fleury-

du concours photos 2015 de l’Ufolep, ouvert à tous via

les-Aubrais (Loiret) avec un cliché du triathlon de Vendôme

Facebook, et auquel 39 personnes ont participé.

où deux canards volent la vedette aux concurrents. Enfin,

Le premier prix (un séjour offert par notre partenaire Vacances

le troisième prix récompense Marcel Dumas Maillon, béné-

pour tous) a été remporté par Joël Hardy, responsable de la

vole Ufolep du Puy-de-Dôme, pour sa renversante image

commission nationale tir à l’arc. Sa photo représente une pra-

de planche à voile. Tous deux gagnent des bons d’achats

tique traditionnelle, le beursault, s’épanouissant dans le très

offerts par Decathlon Pro. Quant aux autres, ils sont invités

fleuri « jardin d’arc » de son club de la Compagnie des Archers

à reprendre leur appareil photo et à retenter leur chance

du sanglier, à Salies-de-Béarn (Pyrénées-Atlantiques).

cette année. ●

Avril 2016

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21

27


)

histoires

Morceaux choisis F rançois C usset

4

Les jours et les jours, POL, 2015, 348 pages, 17,90 €.

juillet. John Isner, de passage à Paris, m’a appelé pour un verre, comme promis. Passe pas inaperçu, avec ses deux mètres zéro six, sa casquette de base-ball à l’envers, son sourire sanitaire d’athlète floridien. Surtout au Lieu-Dit, rue Sorbier, où on croise plus souvent des postmarxistes et des néospinozistes que des géants du tennis. Hossein l’exquis, gracieux maître des lieux, est venu me claquer la bise et serrer la paluche poilue de l’Américain. Lequel, évidemment, en a déjà marre, à vingt-huit ans, de n’exister aux yeux du monde entier que pour une seule excentricité, que son corps a oubliée, mais pas la planète sport : son match de onze heures et cinq minutes contre le Frenchie à Wimbledon, le plus long match de l’Histoire, soixante-dix à soixante-huit au cinquième set, un calvaire musculaire qui se prolonge au fil des ans en golgotha médiatique. Pendant qu’il sirotait son panaché à la paille, je lui ai rappelé, pour faire bonne figure, qu’il avait déjà deux rencontres de plus au palmarès des matches record, de six et sept heures, pas une sinécure, et que ce n’était donc peut-être pas un hasard, qui le crucifierait cruellement, mais quelque chose qu’il y aurait dans son jeu, son service canon, et sa résistance physique. Simili-discours d’expert, déjà entendu, qu’il a congédié poliment, l’air sombre, pour passer à confesse, sans transition : il a évoqué une amie disparue, une copine d’enfance un peu foldingue qui s’est foutue en l’air il y a deux ans déjà, et il s’est plaint tout de suite, pourquoi à moi, de n’arriver désormais à en garder que le souvenir de ses frasques et de son dénouement tragique, que les récits des amis et les bons coups mémorables, mais pas elle, pas l’ordinaire, pas sa chair ni ses petits riens, il sanglotait maintenant, légèrement, sobrement, son corps interminable parcouru de petits soubresauts. Puis il s’est ébroué, d’un seul spasme des épaules, et a enchaîné sur deux pistes étonnantes, plus ouvertes en tout cas que des couloirs de double, et pas sans lien avec sa confession : la pauvreté du commentaire, et l’impossible du souvenir. Il m’a raconté d’abord la célèbre réaction de McEnroe à la question alambiquée d’un commentateur, en sortie de match : t’en

LES JOURS ET LES JOURS, JOURNAL IMAGINAIRE Né en 1969, François Cusset est professeur de civilisation américaine à l’université de Nanterre et l’auteur d’ouvrages portant sur l’influence des penseurs français sur la vie intellectuelle aux ÉtatsUnis ou sur les mutations de la France des années 1980. Il a aussi publié l’an passé un journal dans lequel il convoque des hommes et des femmes remarquables pour des conversations érudites et imaginaires, parfois très inattendues. Comme le tennisman John Isner, qui révèle une riche personnalité derrière son apparence de bon géant et son étiquette de vainqueur du plus long match du monde. ● Ph.B.

28

Avril 2016

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21

DR

Conversation avec John Isner

Souvenir de Wimbledon 2010.

as pas marre, toi, de commenter des matches depuis toujours, le cul collé à ton siège ? aurait claqué le petit John. Et il en a fait la quintessence du grand décalage : le sport, même pro, m’a-t-il dit, devrait se passer de commentaire. Là il est sur mon terrain, et en plus, vieux fan de McEnroe, je connais bien l’anecdote : je lui ai donc claqué la paume au-dessus de la table, comme si j’avais toujours habité un barrio de Miami. L’autre piste était vertigineuse, et il ne l’a pas reliée directement à son amie suicidée. Isner fait de son petit problème – jouer deux cents matches par an mais n’être associé qu’à un seul, pour toujours – la version anecdotique d’une question qui le dépasse, et pour cause : on ne garde d’une vie, des efforts d’une vie, des vérités ordinaires d’une vie, dont la vérité n’est toujours qu’ordinaire, on n’en garde pourtant que la brève anomalie, l’extraordinaire, et qu’on le veuille ou non, tout le reste sera relu à cette aune-là, sous ce faux jour-là. « On » n’étant pas seulement ces saloperies de médias, me précisait Isner comme pour rappeler qu’il avait quand même suivi deux ou trois cours de sciences humaines, à l’université de Géorgie, mais ça peut être aussi bien l’historien, l’archéologue, le biographe. Le champion, cette fois, me faisait un cours, comme ça, à l’arrache, en plein café. On a gardé les déchets, il a poursuivi, mais pas ce qui fut consommé. On a ce qui est tombé du camion, ou du char à bœufs, mais pas ce qui est arrivé à bon port. On a Pompéi, merci le Vésuve, qui l’a pétrifiée, mais pas les centaines de cités anéanties par le temps ou la guerre. Et on a de Kafka – pourquoi le citait-il lui, et pas Sampras, ou Lendl, ou Federer ? – les amours, les phobies et la tuberculose, mais rien des blagues de comptoir ni des manies domestiques. La vie qui va passe sans traces, murmurait-il en baissant les yeux, on aurait dit qu’il pleurnichait cette fois, et ne laisse de traces, au contraire, que ce qui ne va pas de soi. La trace est anormale, il s’emportait maintenant : l’archive est une anomalie, l’excavation une bizarrerie, et l’infini travail de la reconstitution n’accouche que de l’exorbitant, jamais du trivial, du commun – du vrai. (…) ● © François Cusset / POL


je me souviens... Franck Ramella

) DR

J

Franck Ramella, 50 ans, grand reporter à l’Équipe-Magazine, remonte ici aux origines d’une vocation. Amateur de football et de rugby, il a aussi été attaché à la rubrique tennis du quotidien sportif et a obtenu en 2015 à RolandGarros le prix Denis-Lalanne récompensant le meilleur article de l’édition précédente pour son compterendu d’un match de Gaël Monfils.

e me souviens de cette nuit du 30 juin 1977. J’étais dans mon lit, à 20 h 30, parce qu’un petit gars de onze ans ne pouvait rien dire alors aux parents qui vous envoyaient vous coucher dans la tranche horaire dogmatique 20 h 25-20 h 35. Il fallait tenir jusqu’à minuit lumières éteintes, sans tablette ni portable, sans Minions ni SMS. On pouvait compter jusqu’à soixante pour faire une minute à déduire des deux-cent-dix qui s’égrenaient au ralenti. Ou penser au dernier match entre Borg et Jauffret qu’on avait joué dans l’après-midi contre la porte du garage en étant Borg et Jauffret, en se demandant pourquoi on avait fait rater à Borg le passing de coup droit croisé sur une balle qui avait brisé la vitre du bureau de l’avocat au rez-de-chaussée. Minuit avait enfin fini par débarquer avec une victoire à l’arraché sur l’état végétatif. Il était temps de ramper en position commando, le souffle coupé au moment de passer devant la porte de la chambre parentale, qui fermait mal. Puis ramper encore sur le carrelage glacé du vestibule avant de pénétrer à pas de velours dans le saint des saints sur une moquette heureusement antibruit : le salon où trônait la télévision.

Le moment critique approchait, tant le « clic » du bouton d’allumage – il n’y avait pas non plus de télécommande – pouvait tout faire capoter dans le silence absolu de la nuit (mon père ne ronflait pas). Après toutes ces péripéties, l’écran finit par s’allumer, sans le son évidemment. J’avais bravé tous les risques de terribles punitions, failli faire perdre toutes leurs illusions à mes parents qui me croyaient seulement excellent à l’école, pour la simple et unique raison qu’il était impossible de rater ça : Brésil-France au Maracana. À des heures indues et tandis que je vibrais d’une force intérieure et silencieuse, Didier Six avait marqué d’une reprise phénoménale sous la barre. Puis Marius Trésor avait égalisé d’un coup de tête qui aurait pu m’arracher le cri qui aurait tout gâché. Je me souviens que c’est ce soir-là qu’il m’est apparu impossible de ne pas raconter ces émotions. Par écrit, puisque l’oral était bridé en ce soir d’intériorisations magnifiques. Quand mon fils est né, je me suis promis de lui laisser l’air de rien la télé toutes les nuits où s’ébroueraient ses champions. Et quand j’entends craquer le parquet, je me dis qu’il crapahute à la rencontre de ses héros. ●

l’image

© David Burnett/Contact Press Images

L’HOMME SANS GRAVITÉ, par David Burnett (Marabout)

Plongeon de haut vol femmes, Pékin, Chine, août 2008. L’homme sans gravité, par David Burnett, préfaces de Robert Pledge et Paul Fournel, postface de Raymond Depardon, Marabout, 2015, 192 pages, 35 €.

Avril 2016

Grand reporter de renom, David Burnett est aussi, tous les quatre ans, un témoin fidèle des Jeux olympiques d’été. On lui doit notamment la photo de la coureuse américaine Mary Decker, en larmes après avoir chuté dans le 3000 m de Los Angeles 1984. Ce cliché fameux est toutefois réduit ici à une simple vignette venant éclairer la biographie de l’auteur, lequel ne s’intéresse dans L’homme sans gravité qu’à cet instant où l’athlète, sprinteur, sauteur, gymnaste ou plongeur, s’arrache à la pesanteur ou joue avec. Homme ou femme, ils sont dans leur bulle, concentrés sur la perfection de leur geste, seuls avec eux-mêmes au milieu du décorum olympique, de la foule, des caméras de télévision et de la meute de photographes. Parmi lesquels David Burnett et son œil à nul autre pareil. ●

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21

29


événement

Organisé pour la journée du 8 mars

Un débat sur le sport féminin L’Ufolep et la MGEN ont placé la Journée du droit des femmes sous le signe de la promotion des activités physiques et lancé officiellement le dispositif « Toutes Sportives ».

À

Noémie Vincent / En Jeu

l’occasion de la Journée internationale du droit des femmes, l’Ufolep et le groupe MGEN ont organisé mardi 8 mars, en fin d’après-midi, une conférence-débat portant sur les « représentations et réalités » du sport féminin en France. Celle-ci réunissait quatre intervenantes : Béatrice Barbusse (maître de conférence en sociologie à l’université de Créteil, ex-dirigeante du club de handball de l’US Ivry et présidente du En tribune : Haïfa Tlili, Marie-Françoise Potereau, Béatrice Barbusse, Martine Duclos. Centre national de développement du sport), Martine Duclos (chef du service de médecine du sport au CHU de Clermont-Ferrand), Marie- Femix et Eurosport. À ce titre, plusieurs figurantes du clip Françoise Potereau (conseillère interfédérale chargée de servant de support à la campagne de communication ont la féminisation des fédérations sportives et présidente de évoqué le tournage de celui-ci. La soirée s’est terminée l’association Femix’Sport) et Haïfa Tliti (chercheuse post par un cocktail convivial où les intervenantes et le public doctorale à l’université Paris-Descartes). ont pu prolonger individuellement les échanges. Les échanges animés par Géraldine Pons, journaliste sur L’intégralité de la table-ronde et des échanges est disla chaîne Eurosport, ont permis de pointer les constats, ponible sur la chaîne Youtube de l’Ufolep et les temps les leviers d’actions mais aussi les préconisations pour forts de la conférence sont consultables sur les réseaux œuvrer à une meilleure représentation des femmes dans sociaux avec le hashtag #ToutesSportives ainsi que sur le milieu sportif. le site internet officiel du dispositif Toutes Sportives : Composé d’une soixante de personnes – représen- http://toutessportives.ufolep.org ● tant diverses fédérations, associations ou institutions Noémie Vincent publiques et privées –, l’auditoire s’est prêté au jeu des questions en interrogeant la place des femmes dans les pratiques, l’importance de l’éducation dans la lutte contre • Partenariat Ufolep-MGEN. En préambule à cet événeles stéréotypes de genre, ou bien encore la nécessité de ment grand public, l’Ufolep et la MGEN ont réuni en début légiférer ou de réglementer pour faire avancer la repré- d’après-midi les correspondants régionaux Ufolep-MGEN sentation des femmes dans les instances dirigeantes. et les référents départementaux de l’Ufolep investis dans La conférence a également permis de lancer officiellement des collaborations avec les antennes départementales le dispositif « Toutes Sportives » de promotion de la pra- MGEN, comme l’expérimentation de programmes « bientique féminine, initié par l’Ufolep avec le soutien de la être actif » en 2015 (voir EJ Ufolep n°19, décembre 2015). MGEN et de nos autres partenaires : Decathon Pro, Wetalk, Les objectifs de ce temps de travail étaient la mise en réseau des acteurs territoriaux et l’élargissement des domaines de coopération : « événementiels »,  « santé », public « seniors » et « bien-être actif et lutte contre la sédentarité sportive ». Ce fut également l’occasion de EN JEU, UNE AUTRE IDÉE DU SPORT LA REVUE DE L’UFOLEP faire le point sur l’expérimentation des ateliers « bienêtre » et « plurisport » dans les trois régions concernées • 5 numéros par an ❒ 13,50 € (octobre, décembre, février, avril, juin) (Aquitaine, Rhône Alpes et Pays-de-la-Loire). Puis, dans Mon adresse postale :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . un second temps, les participants se sont réunis en quatre ..................................................................................................................... groupes « territoriaux » (est, ouest, nord, sud) pour idenMon adresse e-mail (pour recevoir également gratuitement la version numérique de En Jeu) : tifier des axes de coopération et organiser la collabora................................................................................................. tion entre les équipes Ufolep et les agents MGEN chargés Je joins un chèque postal bancaire de la somme de. . . . . . . . . . . à l’ordre de EJ GIE À. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , le. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Signature : de la prévention – et à ce titre de l’encouragement à la pratique physique et sportive de leurs adhérents.

abonnez-vous !

30

Avril 2016

en jeu une autre idée du sport ufolep n°21


v

v

pour un sport citoyen

Consultez les aCtes de la 1ère université européenne du sport

Actes écrits

Bandes sons Vidéos

Albums photos

Diaporamas

RENDEZ-VOUS SUR event.ufolep.org/UES/actes Strasbourg, 8 au 10 juillet 2015


Conception : 4août

L LIGUE DE L’ENSEIGNEMENT CCOMP GNE LE SERVICE CIVIQUE

FÉDÉRATIONS SPORTIVES DE LA LIGUE DE L’ENSEIGNEMENT

ENGAGÉS DEPUIS 1866, MOBILISÉS AUJOURD’HUI POUR LE SERVICE CIVIQUE

Avec la Ligue de l’enseignement, Paul, 20 ans, partage sa passion du sport avec les enfants, au sein de l’association La Fontaine (Paris). REJOIGNEZ NOUS : WWW.LALIGUE.ORG

Ufolep 21 en jeu avril 2016  

Revue fédérale de l'Union française des oeuvres de l'éducation physique (Ufolep), qui réunit 800 associations et 350 000 licenciés. Au somm...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you