Page 1

Le Réveil Pénitentiaire Trimestriel d’Informations Syndicales - Décembre 2012

Justice

ADMINISTRATION PENITENTIAIRE Un Volcan en Sommeil ...

N° 96


COMMUNIQUÉ

HABITATION ET ASSURANCE

Petit prix, couverture maxi 3 questions à Philippe Perrotin, agent hospitalier, 2 enfants, propriétaire d’une maison avec jardin à Rennes

DOMO PASS Etre bien protégé sans se ruiner, c’est possible ! Assurez votre maison malin grâce à la GMF, et profitez de services et de garanties qui vont vous simplifier la vie.

Pourquoi avoir souscrit à l’assurance DOMO PASS ?

Après avoir trouvé la maison de mes rêves, j’ai aussi déniché le contrat multirisques habitation idéal ! J’ai choisi DOMO PASS formule Confort +, car toutes les garanties sont incluses à un prix vraiment avantageux. Pour à peine 250 euros par an (1), je suis indemnisé en valeur à neuf pour tous les biens sans limite d’âge suite à un

Le contrat DOMO PASS, c’est : - trois formules pour répondre aux besoins et budget de chacun : Eco pour des garanties essentielles, Confort pour une protection étendue, Confort + pour une protection optimale tout inclus - une assurance sur mesure : la couverture ou non des objets de valeur, le choix du niveau de franchise, de nombreuses options en formule Confort pour les propriétaires de maison, la prise en compte de tous les modes d’habitation (résidence principale, secondaire, colocation, échange de domicile, maison de retraite, location saisonnière…) - des garanties à prix malin : l’assurance des appareils nomades pour 7 euros par mois quel que soit le nombre d’appareils, et la garantie « panne électroménager » pour 5 euros par mois (2) (garanties en inclusion en Confort +) - «Avant’âge 30» pour les jeunes : les locataires de moins de 30 ans bénéficient d’une réduction de 20% sur la formule Confort (pour un logement jusqu’à 3 pièces).

sinistre garanti ; le contenu des dépendances et mon jardin sont couverts : mobilier, outillage, arbres… Même les canalisations extérieures sont prises en charge : on m’envoie un prestataire agréé en cas de fuite, de rupture ou d’engorgement.

D’autres services vous ont-ils séduit ? La GMF a inventé des « plus » qui simplifient vraiment la vie. Avec la garantie

250 € par an Cotisation DOMO PASS Confort + (1) « panne électroménager », mes appareils (2) de moins de 5 ans sont réparés par un prestataire envoyé à domicile, ou remplacés si la réparation est impossible, livraison et installation comprises. Nul besoin de m’en occuper !

Pour en savoir plus sur ce contrat de la GMF : Appelez le 0 970 809 809 (numéro non surtaxé) ou connectez-vous sur www.gmf.fr

Et la GMF a intégré les nouveaux modes de vie de toute la famille

Oui, c’est important, surtout lorsqu’on a des ados ! A la maison, nous avons deux ordinateurs portables, quatre téléphones mobiles, trois lecteurs MP3, une tablette multimédia, plusieurs appareils photo… La formule Confort + du contrat DOMO PASS couvre tous ces appareils nomades de moins de 5 ans (vol, dommage accidentel…) quel que soit leur nombre ou le lieu du sinistre. Je suis plus serein ! (1)

(2)

pour une maison de 4 pièces avec jardin située à Rennes appareils blancs ou bruns

SEREC Communication / Juin 2012 - Photo Getty Images - GMF Assurances : 76 rue de Prony, 75857 Paris cedex 17

Un prix avantageux, la souplesse en plus


EDITO .

03

Le contexte pénitentiaire est actuellement tendu pour ne pas dire explosif... Qu’il s’agisse de la colère des Personnels, de la vindicte de la population pénale de plus en plus nombreuse dans nos geôles, sans oublier les attaques frontales d’associations anti-prison! L’heure est grave !... cette institution est à la croisée des chemins. Si certaines réflexions portent actuellement sur l’échelle des peines et l’utilité des peines d’emprisonnement au regard d’un certain nombre de délits mineurs, il y a urgence pour l’UFAP-UNSa Justice de redéfinir les contours et le contenu de la gestion de nos détentions, du profil de nos établissements et des détenus qui sont à même d’y être affectés. Oui, pour l’UFAP-UNSa Justice, il est question d’établissements adaptés, spécialisés et à taille humaine ! Oui, pour l’UFAP-UNSa Justice, il est question de Centres Régionaux d’Orientation et par conséquent de profilage des détenus ! Oui, pour l’UFAP-UNSa Justice, il est question de remettre de l’autorité dans nos établissements pénitentiaires, avec les Personnels pénitentiaires au cœur du dispositif ! Oui, pour l’UFAP-UNSa Justice, il est question de Reconnaissance des métiers pénitentiaires et du combat contre la souffrance au travail ! Voilà en quelques lignes l’orientation du combat syndical que mène actuellement l’UFAP-UNSa Justice. Refuser cette fatalité imposée par nos dirigeants débordés, largués, voire même désintéressés, c’est une exigence qui s’impose à nous! Alors, certes sans rien lâcher, quelle que soit l’alternance gouvernementale, après avoir au printemps rédiger en concertation un premier cahier des charges de négociations, l’UFAP-UNSa Justice soutenue par une très large majorité de Personnels, a décroché les phases 3 et 4 (enveloppe budgétaire et négociations finales) du processus de discussions et de mise en œuvre d’une réforme statutaire et indemnitaire pour les Personnels de surveillance.


04

. edito

Suite...

Pour autant, cela ne suffit pas, cette réforme doit comme nous l’avons discuté au printemps, être accompagnée d’une redéfinition des missions, d’une nouvelle organisation du travail afin de prendre en compte les paramètres édictés ci-dessus. C’est la raison pour laquelle, nous ne devons pas accepter ce mépris, cette violence et ensemble imposer par la voie d’un engagement formel, la mise en œuvre du changement !... En route vers la réforme!!! Je ne peux finir cet éditorial, sans avoir une pensée et un clin d’œil à l’égard de mon prédécesseur et Ami, Frédéric GRANDCOLAS ; Un homme qui aura donné une partie de sa vie pour défendre et faire avancer la Reconnaissance des Personnels pénitentiaires. Un syndicaliste investi, dont les valeurs humaines ont toujours jonché son parcours. Frédo, au nom des Personnels et des UFAPIENS, MERCI !!... Nous te souhaitons autant de réussite dans ta nouvelle carrière de jeune retraité.... Je vous souhaite à toutes et à tous de bonnes fêtes et vous adresse mes vœux de bonheur et de prospérité pour la nouvelle année...

ent m e l l e ET n Frater nçois FORG ra Jean-F

DEC 12 - RPJ


le reveil pénitentiaire décembre 2012

sommaire .

05

Mercredi 14 Novembre 2012, Paris: L’ufap Unsa Justice, lors de la manifestation européenne contre l’austérité.

SOMMAIRE 06

frederic grandcolas

13

la grogne monte

07

personnels techniques

14

rue du renard

08

la pénitentiaire d’aujourd’hui

16

fier d’etre surveillant

10

lettre ouverte au président

18

corps de commandement

12

prime de 100 euros

20

revue de presse

Le Réveil

Pénitentiaire

www.Ufap.fr

Justice

N° 96 Décembre 2012 Trimestriel d’informations Syndicales 0,30 Euro CPPP N° 0611 S 077926 Directeur de Publication : Jean-François FORGET Rédaction et Administration : 12 Villa Lourcine 75014 Paris Tél : 01 800 588 20 - Fax : 01 800 588 21 Email : secretariat.federation@ufap.fr

Travail exécuté par des ouvriers syndiqués Flashage et Impression : Color 36 Imprimerie ZA, Route de Chateauroux 36320 VILLEDIEU/INDRE


06

. bonne retraite

Fredo .... « A l’aube des années 90, un coup de téléphone d’un Surveillant de la maison d’arrêt de Dijon faisait état de son désir de voir se déplacer sur cette structure, une délégation de la Fédération de l’époque (Gilles SICARD, Yves PERSET et Claude TOURNEL) » De cette rencontre a découlé un engagement syndical qui a perduré jusqu’en octobre 2012, date à laquelle, une retraite bien méritée est venue frapper de son sceau le dossier administratif. La publication du présent réveil est l’occasion pour l’UFAP-UNSa Justice de rendre hommage à Frédéric GRANDCOLAS qui de 2000 à 2006 fût le Secrétaire Général de notre organisation. Tout au long de ces années passées, il a connu bien des changements, qu’il s’agisse de dirigeants, de politiques, de méthodes de travail et chaque pierre qu’il a déposée à l’édifice, a participé à la reconnaissance de force incontournable qu’est devenue l’UFAP-UNSa Justice ! En effet, il n’est pas toujours facile de concilier la réussite d’une organisation avec les intérêts communs d’une profession en constante mutation où la logique comptable de certains « costards cravates » prime sur les conditions de vie et de travail des ouvriers du terrain, tous corps et grades confondus. Certaines avancées que Frédo a négociées au nom de l’UFAP-UNSa Justice prouvent qu’abnégation et mobilisation sont possibles pour faire entendre « là haut » l’appel du terrain. Le temps est venu pour toi de profiter des plaisirs de la vie, même si ton engagement professionnel en faisait partie intégrante. Dans cette seconde vie, nous ne doutons pas que tu n’auras aucune peine à faire profiter les autres de tes qualités. Que ta retraite t’offre bien des joies et des plaisirs ! Salut CAMARADE, Salut l’AMI.

DEC 12 - RPJ


PERSONNEL TECHNIQUE .

07

Ecrit par Daniel Carré, Secrétaire National Représentant des Personnels Techniques

P

our les PERSONNELS TECHNIQUES, l’année 2012 se termine comme elle a commencé. L’Administration Pénitentiaire devait organiser des réunions avec les Organisations Syndicales au premier semestre, en vue d’une réforme de notre corps. A ce jour, RIEN !

C’est donc lors de CAP que l’on peut exposer nos interrogations, en espérant que celles-ci remontent et aboutissent. La seule modification positive de l’année est le 1% de PSS en plus pour les Directeurs Techniques. Par rapport à la CAP des Adjoints Techniques, l’UFAPUNSa justice s’insurge contre

le nombre de collègues promus d’année en année qui va en décroissant : 18 en 2009, 16 en 2010, 8 en 2011, 6 en 2012 et…7 en 2013 !

et nombreux sont ceux qui restent sur le « carreau » et ne comprennent pas ! Quant à la CAP des Techniciens, c’est très clair : 1 promu par an !

Les critères sont complètement faussés. Il faut maintenant être au 10 ème échelon et avoir 20 ans d’ancienneté ou plus pour pouvoir espérer devenir 1ère classe.

L’actualité brûlante de ces derniers jours ne présage aucune amélioration, bien au contraire. Par rapport aux logements de fonction, l’UFAPUNSa justice tente de faire infléchir la tendance mais le En toute objectivité et coup de rabot est toujours impartialité, en temps que d’actualité. Restons mobilisés ! représentant en CAP, il devient très difficile de faire un choix

Rennes. Les fouilles à nu suspendues à la prison des Hommes de Vézin Le tribunal administratif a suspendu ce jeudi matin les fouilles à nu systématiques à la prison de Vezin-le-Coquet (690 places, 750 détenus environ), près de Rennes. Le 8 novembre dernier, les avocats avaient dénoncé « le caractère dégradant et illégal des fouilles à nu systématiques. Ces fouilles sont également mal vécues par le personnel pénitentiaire. Si nous sommes ici, c’est parce que toute tentative de négociation avec la Pénitentiaire s’est soldée par un échec. » Le 17 octobre, le Tribunal administratif de Rennes avait annulé ces fouilles à nu à la prison des femmes de Rennes. Pour les magistrats, elles ne doivent pas être systématiques, mais seulement décidées au cas par cas, en fonction de la dangerosité des prisonniers.

Source : Ouest-France


08

. LA Pénitentiaire d’aujourd’hui

« UN VOLCAN EN SOMMEIL » Ecrit par Claude Tournel, Secrétaire Général Adjoint La pénitentiaire des années 80 c’est fini !!! à l’époque, l’administration marchait sur les personnels. Ces derniers n’avaient même pas de quoi faire chauffer leur repas en service de nuit et ne disposaient pas de frigo, de télé etc…. Il aura fallu des mois et des mois de lutte acharnée devant les établissements pénitentiaires pour qu’enfin les personnels en tenue obtiennent de considérables avancées sur leurs conditions de vie et de travail. Aujourd’hui, près de 30 années se sont écoulées et malheureusement on se croirait dans une machine à remonter le temps. La pénitentiaire est atteinte d’un profond malaise, les Personnels Pénitentiaires tous corps et grades confondus, hormis les Personnels de Direction, n’ont jamais autant souffert. Les Surveillants des coursives sont devenus de « la chair à détenus » sans que cela n’émeuve ceux qui sont payés à coup de primes pouvant atteindre les 88000 euros. Cette Pénitentiaire d’aujourd’hui détruit le moral des troupes. Ici ou là on peut entendre que tout est fait pour le détenu. Et bien ce n’est pas fini. Demain l’administration va mettre en place un régime différencié dans les Centres de Détention, dans certaines Maisons Centrales et dans les Maisons d’Arrêt. Et oui, vous avez bien lu, les établissements pénitentiaires vont devenir de véritables colonies de vacances avec les portes ouvertes toute la journée. DEC 12 - RPJ

ET LES PERSONNELS DANS TOUT CA ?... ONT-IlS LEUR MOT A DIRE ? « NADA » !!! Même les inquiétudes, les remarques et les propositions de l’UFAP-UNSa Justice sur ce sujet ont été balayées d’un revers de la main. Pour avoir été consultés, nous l’avons été, mais pas du tout entendus. C’est cela le dialogue social de la rue du Renard. On vous écoute, on vous réunit et on tient des statistiques. Cette politique pénitentiaire intrigante et déroutante, défie le sens du commun. C’est vouloir entretenir un feu à coups de seau d’eau !!!... Par contre, jamais au grand jamais nos technocrates ne se sont penchés sur le véritable problème des prisons. Mais veut-on réellement des Personnels et des Organisations Syndicales pour en discuter ? A cela je réponds NON ! Et que dire de tous ces passages en force tels que la boule dynamique, véritable outil destructeur de la vie familiale, la profusion de multiples services à des fins d’économie de


Personnels qui, in fine dégraisseront les organigrammes, la charte des temps imposée aux PREJ ? etc… Nous avons même certains directeurs qui se prennent pour des « bouygues men » en découvrant des postes dans un seul souci de faire baisser les heures supplémentaires au détriment de la sécurité des Agents et des établissements. Sur ce sujet, j’invite nos syndicats locaux à dénoncer systématiquement par écrit ces déviances. Les Personnels en tenue n’ont jamais autant subi d’agressions, qu’elles soient physiques ou verbales et qui sont, de plus en plus banalisées. Leurs tâches se sont multipliées, la surpopulation pénale connait des sommets, les matelas à terre se multiplient, la promiscuité, le racket polluent nos détentions. L’UFAP-UNSa Justice ne laissera pas les prisons devenir des zones de non droit. Le Personnel est enfermé dans ce carcan de violence ; l’autorité n’est pas une prérogative contraire à la nature même des fonctions d’un Surveillant Pénitentiaire et elle doit être rétablie au plus vite. Aujourd’hui nous n’avons que des devoirs… et aucune autorité. Alors comme le disait si bien Victor HUGO ; il devient une heure où protester ne suffit plus : après la philosophie il faut l’action…


10

. POLITIQUE

Lettre Ouverte Au Président de la République.

Monsieur le Président de la République, L’UFAP-UNSa Justice, 1ère Organisation Syndicale de l’administration pénitentiaire souhaite fortement attirer votre attention sur la situation des Personnels pénitentiaires, au regard de l’application de l’article 57 de la loi pénitentiaire n° 2009-1436 du 24 novembre 2009. En effet, cet article de la loi interdit la systématisation des fouilles intégrales et exige la justification de celles-ci. Depuis, l’administration pénitentiaire ne cesse d’être attaquée et condamnée par différentes juridictions. Le contexte créé par cette situation devient pernicieux pour ne pas dire dangereux, tant pour les Personnels, l’institution pénitentiaire, que pour les détenus eux-mêmes! Aussi, l’UFAP-UNSa Justice n’ayant aucune réponse fournie aux nombreuses sollicitations qu’elle exerce, s’en remet au Premier Représentant de notre pays. Oui, Monsieur le Président et si la loi du 24 novembre 2009 accentuait la perversité ?! C’est la légitime question que se posent actuellement les Personnels de surveillance de l’administration pénitentiaire qui ne passent plus une journée sans être honteusement accusés des pires déviances dans l’exercice de leurs fonctions, lorsqu’ils sont amenés à effectuer les fouilles intégrales dites « à corps » sur les détenus dont ils ont la charge.

DEC 12 - RPJ


Cibles privilégiées des anti-prisons, repris de justice et autres associations de défense des détenus et des droits de l’homme, nos Collègues en ont marre d’être stigmatisés comme étant les pires pervers que connaisse la Nation… Il est temps que ces attaques savamment orchestrées cessent une bonne fois pour toutes, car ils vivent celles-ci comme un véritable viol de leur profession… La perversité n’est à l’évidence pas du côté de ceux à qui elle est attribuée par une sur-médiatisation de propos abjects et diffamatoires !

de l’administration pénitentiaire, il est urgentissime de trouver une solution qui mette fin aux problèmes générés par cet article de la loi, combattu en son temps par l’UFAP-UNSa Justice mais malheureusement adopté par des idéologues et des technocrates totalement éloignés de la réalité de terrain. L’UFAP-UNSa Justice suggère que l’article 57 de la loi n° 2009-1436 du 24 novembre 2009 soit rapidement réécrit afin de mettre fin à une faille majeure dans la sécurité des prisons françaises.

Au risque de nous répéter, Notre alerte est préventive les mesures de fouilles de maux plus graves et si à corps sont essentielles par mégarde le pouvoir L’UFAP-UNSa Justice suggère pour la sécurité politique était tenté des établissements de l’occulter, il devra que l’article 57 de la loi n° pénitentiaires et des répondre des tensions, hommes et femmes qui dérapages et drames qui 2009-1436 du 24 novembre s’y côtoient : personnels, ne manqueront pas de intervenants, visiteurs, survenir. 2009 soit rapidement réécrit détenus eux-mêmes… L’article 57 de la loi En tout cas, l’UFAP-UNSa afin de mettre fin à une faille pénitentiaire en instituant Justice est déterminée des fouilles intégrales à soutenir et défendre majeure dans la sécurité des non systématiques et les Personnels mis en dépendantes de la mise difficulté dans le cadre prisons françaises. en œuvre de moyens des fouilles intégrales. techniques crée ce vide juridique extrêmement Dans l’attente de dangereux pour tout le monde, car les fouilles votre réponse, l’UFAP-UNSa Justice vous corporelles sont de plus en plus difficiles à prie d’agréer, Monsieur le Président de la effectuer faute de moyens techniques de République, l’expression de sa très haute substitution. En l’état, le seul moyen technique considération. pouvant actuellement remplir ce rôle, est le scanner corporel. Son prix ainsi que la surface Pour l’UFAP-UNSa Justice nécessaire à son installation ne lui permettront Jean-François FORGET à l’évidence jamais de voir le jour dans nos Secretaire Général 191 prisons françaises… ALORS QUE FAIT-ON ? Au vu des tensions de plus en plus fréquentes entre professionnels pénitentiaires et les populations sous main de justice dont ils ont la charge, des attaques inadmissibles dont l’institution et eux-mêmes font l’objet et d’une inertie scandaleuse des dirigeants


12

. indemnitaire

Prime de

100 Euros Condamnés à ne plus la toucher

L’UFAP-UNSa Justice vient d’apprendre insidieusement qu’une décision récente du Conseil d’Etat annule la circulaire du Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et des Libertés du 6 mai 2011. En effet cette circulaire prévoyait une prime de 100 euros pour les Agents exerçant leurs missions en service posté. Cette revendication UFAP-UNSa Justice, obtenue dans le cadre de la précédente réforme statutaire, est versée sous forme de prime sur la paie du mois de juin de chaque année, au regard de la compensation de deux jours de congés annuels sur les six jours que compose la huitième semaine de CA pour TOUS. Alors que depuis 2006, suite à ce combat gagné, l’UFAP-UNSa Justice continue à se battre seule pour obtenir la compensation des quatre autres jours ; certains jouent avec le feu et ont attaqué cet acquis légitime ! Par décision du 16 juillet 2012, suite à la requête enregistrée le 9 juin 2011 au secrétariat du contentieux du Conseil d’Etat, présentée par le SNP FO, la circulaire du Garde des Sceaux, Ministre de la justice et des libertés du 6 mai 2011 est annulée ! C’est une nouvelle attaque en règle sur cet acquis légitime qu’ont obtenu les Personnels de surveillance !!! Il est vrai que pour le syndicat patronal, une petite prime de 100 euros ne représente que «3 francs, six sous», préférant celle de leurs chers directeurs allant jusqu’à 88 000 euros par an ! La première Organisation Syndicale n’entend pas en rester là !!!... et exige de la DAP que les 100 € versés au mois de juin soient maintenus, charge à elle (qui s’est bien gardée par ailleurs d’en faire état) de corriger son erreur ! C’est comme les logements de fonction, les seuls épargnés sont ces énarques, les sacrifiés sont les Personnels de Surveillance, Administratifs et Techniques. Non contents d’essuyer la fronde des politiques et de nos dirigeants qui se succèdent à l’égard de nos acquis légitimes, certains syndicats leur donnent la main...

DEC 12 - RPJ


La Grogne Monte .....

1

4 2

5 3 1) Fleury-MĂŠrogis le 30 novembre 2012. 2 et 7) Dijon le 22 novembre 2012. 3) Bapaume le 22 novembre 2012. 4) Arras le 20 novembre 2012

actualitĂŠ .

13


14

. politique

e Ru

u d

a n Re

Une Vache n’y Retrouverait pas son Veau !!!!

L’Administration Pénitentiaire est devenue une véritable pétaudière, un véritable poulailler où chacun veut tirer son épingle du jeu et diriger à sa guise cette direction. RH, SD, EMS, PMJ... n’en font qu’à leur tête et se contrefoutent des directives du Directeur de l’Administration Pénitentiaire !..., pis c’est devenu un véritable champ de labour où chacun tire à hue et à dia. Calife à la place du calife, telle est la devise de la rue du renard !!!... Même dans les Directions Interrégionales c’est devenu « la fête du slip ». A Bordeaux, la Directrice balaye d’un revers de la main les consignes écrites du DAP concernant le compte épargne temps des agents en service posté. A Lyon, une note administrative a été« pondue » visant à exploiter les Personnels des extractions judiciaires. Même le DAP nous a déclaré ne pas être au courant de cette note. A Paris, les instructions de RH2 datant de plusieurs mois ne sont toujours pas appliquées et cette liste est loin d’être exhaustive !!!! Et les Personnels dans tout ça ?... Les pontes de la rue du Renard, attachés de fidèles principes politico-technocratiques″sournois″ pour ne pas dire ″hypocrites″ sont à nouveau en proie DEC 12 - RPJ


d r a

x érau n é sG taire Justice. é r c e les S FAP-UNSa r a p Ecrit nts, de l ’U i Adjo

à prendre les Représentants des 0rganisations Syndicales et du même coup l’ensemble des Personnels pour des C.... ! Au-delà des belles déclarations d’intention pour mieux enfumer les Personnels Pénitentiaires soumis, quotidiennement à de plus en plus de contraintes, à de plus en plus d’agressions et à toujours aussi peu de considération, de reconnaissance et de soutien, nos dirigeants doivent arrêter leur politique du chiffre et leur logique comptable. Comment accepter que l’Administration Pénitentiaire fasse ses économies avec l’ENAP sur le dos des élèves surveillants entre autres (379 000 euros pour l’année 2012 et ce n’est pas fini ) !... Elle entrevoit même de leur faire payer la restauration et l’hébergement lors de leur scolarité. C’est minable et pitoyable... Le contexte pénitentiaire est tendu et difficile, du fait de la surpopulation pénale, de décisions politiques prises sans moyen, tels les fouilles intégrales, les PREJ...etc. En élaborant des services qui n’arrangent que l’Administration, la Directrice des Ressources « In humaine » de la DAP sabote la vie familiale des agents !!! Et que dire de la boule dynamique, véritable trique pour les Personnels, on se croirait revenu à l’époque du marche ou crève ! C’est l’esclavagisme des temps modernes ! Ceux-là mêmes qui sanctionnent à la pelle les Personnels à coups de procédure disciplinaire ou de retenues pécuniaires, tutoient l’illégalité... Les directeurs manifestent pour leur confort financier personnel et ce en toute quiétude...

Face à ce bordel couvré, Si le commandant du navire DAP ne veut pas faire de notre Institution un remake du Titanic, qu’il prenne ses responsabilités ! S’il ne change pas de cap , S’il ne recadre pas ses subalternes , S’il persiste à piétiner les Organisations Syndicales et donc par là-même les Personnels, S’il ne restaure pas un véritable dialogue social, pourtant prôné par le Président de la République, DES LORS, LA PREMIERE ORGANISATION SYNDICALE QUANT A ELLE SAURA PRENDRE SES RESPONSABILITES ...


16

. metier

Fier d’être Surveillant Ecrit par David Besson Secrétaire Général Adjoint Lorsqu’on se renseigne sur notre profession, certains reconnaissent du bout des lèvres qu’ils hésitent à dire « Surveillant d’établissement pénitentiaire » de crainte que l’on ajoute avec un air dédaigneux : « Ah oui ! Gardien de prison ! » Pourquoi, lorsque l’on interroge nos conjoints sur notre situation, certaines d’entre elles répondent « Fonctionnaire du Ministère de la Justice »… Parce que « ça fait mieux » ! Pourquoi, lorsque certaines personnes affirment à nos enfants que nous sommes de «  des méchants » et qu’ils viennent tout penauds contre nous en nous disant : je t’aime bien ... Parce que l’opinion, une certaine opinion publique, sournoisement manipulée par une presse avide de scandales a fait de nous des « matons » armés de mitraillettes, de matraques, etc… Mais ce public et cette presse irresponsables ne peuvent ignorer le véritable rôle du Surveillant d’établissement pénitentiaire, car les prisons françaises sont des enclaves aux murs épais, elles ne livrent leurs secrets qu’avec parcimonie et souvent avec le concours bienveillant de certains observateurs… pas toujours qualifiés pour expliquer la véritable réalité ! Ce qui est en totale contradiction, c’est de voir l’état verser des subventions à des groupuscules qui trainent dans la boue quotidiennement l’institution républicaine pénitentiaire et de fait les dignes représentants de l’état que sont les Personnels Pénitentiaires ! Le Surveillant d’établissement pénitentiaire est avant tout, n’en déplaise à certains une femme ou un homme, avec ses qualités et ses défauts, avec un cœur, son corps, son esprit, avec ses problèmes, avec sa famille et sa solitude, avec ses joies et ses peines ; Et cet homme, cette femme, venu d’un horizon socio-professionnel disparate se retrouvent dans la sécurité publique pénitentiaire confronté à la dure réalité du système carcéral français. Il nous faut prendre en charge des détenu(e)s, qu’ils soient dangereux, violents, simulateurs, malades, contagieux, etc… Avec une réglementation tatillonne nous dépouillant du peu d’autorité que nous pouvons encore avoir !

DEC 12 - RPJ


Avec une vie familiale complètement déréglée, quand les dimanches, les jours fériés ressemblent aux autres jours de la semaine ou quand les vacances « tombent en avril ou en octobre  » et sans compter pour bon nombre d’entre nous, qu’il nous faudra attendre plusieurs années avant de rejoindre notre famille ! Avec des contrôles abusifs d’organismes extérieurs tels «  medica-Europ  » quand nous avons la « mauvaise idée » d’être malade ! Avec parfois « une peur » qui s’installe en nous quand l’atmosphère se fait extrêmement pesante aux seins de nos détentions ! Avec ce constat flagrant et méprisable lorsque l’administration ne nous soutient pas et pis ne nous protège pas face d’une part aux menaces de mort et agressions physiques et d’autre part aux pratiques et écrits diffamatoires. Il ne suffit pas de se donner bonne conscience en créant des lois dont la plupart sont discutables ni modifier le code de procédure pénale si les tâches et les missions qui incombent aux personnels de l’administration pénitentiaire ne s’améliorent pas pour autant !

Dans la situation actuelle, le syndicalisme pénitentiaire apparait plus que jamais indispensable ! C’est pour cela que l’UFAP-UNSa Justice œuvre quotidiennement avec toutes ses structures sur l’ensemble du territoire métropolitain ainsi que les départements d’Outre-Mer pour améliorer notre institution mais également essayer de faire le contre-pouvoir de « certains dictateurs » ! Pour l’UFAP-UNSa Justice une véritable réforme de la politique pénitentiaire ne peut s’inscrire qu’avec une volonté politique qui s’assumerait pour une fois : - Effectuer un changement de politique judiciaire; - transformer la politique économique et sociale. C’est à nous qu’il appartient d’y veiller… Il arrivera un jour où les Surveillants d’établissements pénitentiaires oublieront qu’ils sont soumis à un statut spécial archaique. Ce jour-là, quand de toutes leurs forces, par-delà les différentes considérations doctrinales de certains et les profits personnels, ils feront monter une voix unanime. Ce jour-là ,nous serons enfin considérés comme de dignes représentants de l’Etat  !


18

. corps de commandement Ecrit par Lucciano Ducceschi Représentant du Corps de Commandement Chers Collègues,

La politique pénitentiaire menée ces dernières années accentue la détresse chez les nôtres quel que soit le corps d’appartenance.

Pour toutes ces causes, l’UFAP-UNSa Justice ne peut rester sans réagir et mettra tout en œuvre pour faire entendre le désarroi des professionnels de notre administration de tutelle. Elle organisera autant qu’elle le peut des rassemblements pour se faire l’écho des différentes doléances récurrentes que l’administration se refuse d’admettre et d’entendre !

Les Personnels ne cessent d’encaisser les coups donnés par nos dirigeants, protecteurs d’une population pénale exacerbée, agressive et irrespectueuse...

L’UFAP-UNSa Justice soutiendra toutes formes d’actions visant à combattre les inégalités, revendiquer des évolutions de carrière et maintenir nos acquis !

L’agression récente d’un de nos Collègues surveillants à Fleury-Mérogis en est malheureusement la preuve et le triste quotidien des Personnels en tenue.

Personnels du Corps de Commandement, n’hésitez plus à revendiquer, à vous révolter face à une administration autiste. L’UFAP-UNSa Justice se fera votre porte-voix.

Combien de temps encore devrons-nous être les délaissés et les cibles de toutes les invectives, les souffre-douleur de la Société ?

ALORS, SOYONS PLUS QUE JAMAIS MOBILISÉS ET SOLIDAIRES !

Le temps passe et nos conditions de travail déclinent. La souffrance des Personnels pénitentiaires est à son comble!

Nos responsables de la Rue du Renard et de la place Vendôme, obnubilés par leur côte de popularité se montrent indifférents et pourtant au combien premiers acteurs et garants du bon fonctionnement des établissements pénitentiaires de France. Quand aurons-nous une véritable écoute, un dialogue social constructif, qui ne donneront pas la triste impression d’être les laissés pour compte du ministère de la justice ?

DEC 12 - RPJ


DES SOLUTIONS ADAPTÉES À CHAQUE ÉTAPE DE VOTRE VIE Banque Fédérale Mutualiste, la banque des agents du secteur public

Créée par les mutuelles de la Fonction publique, la BFM est une banque mutualiste qui a pour vocation de vous proposer, en partenariat avec le groupe Société Générale, des produits et services bancaires performants à un coût attractif pour : vous faciliter la banque au quotidien financer votre installation concrétiser vos projets préparer l’avenir de votre famille

En savoir plus… Rencontrons-nous : un conseiller BFM vous accueille dans chaque agence Société Générale. Contactez-nous du lundi au samedi de 9h à 18h :

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Banque Fédérale Mutualiste - Société anonyme coopérative de banque au capital de 88 849 855 €. RCS Créteil 326 127 784. 1, place des Marseillais - 94227 Charenton-le-Pont Cedex Société Générale - S.A. au capital de 970 099 988,75 €. RCS Paris 552 120 222. Siège social : 29, boulevard Haussmann - 75009 Paris


20

. ACTUALITé

Manifestation de personnels pénitentiaires

de Fleury après une agression.

FLEURY-MEROGIS (France / Essonne), 30 nov Le maire (PS) de Fleury-Mérogis David Derrouet 2012 (AFP) a demandé la démission de la ministre de la Justice Christiane Taubira : «La situation Près de 300 personnels pénitentiaires se sont s’aggrave. Je suis plus qu’exaspéré qu’elle soit rassemblés devant la maison d’arrêt de Fleury- incapable de répondre aux courriers des élus et Mérogis, en bloquant les entrées et sorties, des syndicats». pendant deux heures vendredi midi, après la violente agression d’un surveillant, a constaté Selon lui, «la priorité c’est d’augmenter une journaliste de l’AFP. les salaires, pour stopper les heures supplémentaires. Il y a un rôle éducatif que les Carole Baldi, secrétaire locale du syndicat surveillants ne peuvent plus assurer, de même UFAP-UNSA Justice à Fleury-Mérogis, a dénoncé que leur sécurité et celle des détenus. Je crois «une agression gratuite. Un détenu a attenté à que Mme Taubira a une image complètement la vie (du surveillant) sans aucune raison. On déformée des agents». est passé à deux doigts du drame». «On en a Jeudi midi, lors de la distribution des repas, marre de nos conditions de travail, marre d’être un surveillant de la maison d’arrêt de Fleurypris pour des punching-balls, marre de cette Mérogis avait été agressé par un détenu de 26 violence. On gère des personnes qui ont un ans, placé dans le quartier d’isolement, et armé profil psychologique pas adapté à la prison», d’une fourchette affûtée. a-t-elle ajouté...... La blessure a nécessité plusieurs points de .....La manifestation rassemble, outre les suture. La victime a pu regagner son domicile, surveillants, des personnels administratifs, ont précisé les syndicats. techniques, des officiers, infirmières, et conseillers d’insertion et de probation.

DEC 12 - RPJ

Le Réveil Pénitentiaire Justice N°96  

Le Trimestriel d'Information Syndicale de l'UFAP-UNSa Justice.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you