{' '} {' '}
Limited time offer
SAVE % on your upgrade.

Page 1

OBSERVATOIRE DÉPARTEMENTAL DES FAMILLES DE L’ARIÈGE FAMILLE AVEC TROIS ENFANTS ET PLUS La famille est en perpétuelles mutations, ainsi les structures familiales changent et évoluent au fil de cellesci. Si les familles nombreuses ne sont pas le modèle familial le plus représenté au sein de la société française, une famille sur cinq est une famille nombreuse dans la France de 2011. La recomposition des familles est d’ailleurs un facteur d’accroissement de ces familles de 3 enfants et plus. Sur le long terme, les familles ayant 3 enfants sont plutôt stables en proportion. Aussi, cette enquête s’intéresse aux préoccupations et aux attentes des parents ayant 3 enfants ou plus pour dépasser les clichés et recueillir leur opinion sur leurs vécus, ce qui fait leur bonheur et ce qui crée des difficultés au quotidien. Mais il s’agissait également d’interroger de possibles différences entre ces familles nombreuses et les familles ayant 2 enfants. MÉTHODOLOGIE L’étude porte sur un échantillon de 216 familles ariégeoises. OBJECTIFS  Quelles opinions les familles nombreuses ont-elles d’elles-mêmes ?  Quelles sont leurs préoccupations ?  Les familles nombreuses rencontrentelles des difficultés différentes de celles des autres familles ?  Où se situent leurs besoins pour faire face à ces difficultés quotidiennes ?

Le questionnaire, élaboré par le Comité de pilotage du réseau national des Observatoires des familles, a été adressé à 1 500 familles du département, pour deux tiers à destination des familles allocataires ayant 3 enfants au 31/12/2016 et pour un tiers à destination des familles allocataires ayant 2 enfants au 31/12/2016, dans le cadre d’un partenariat avec la CNAF1. 83 % des répondants sont des femmes, 75 % vivent en couple, et les professions intermédiaires représentent la part la plus importante de l’échantillon avec 37 % des répondants.

Cette note de synthèse présente les principales tendances observées. Le rapport d’enquête complet peut être consulté auprès de l’UDAF 09.

VECU ET REPRÉSENTATIONS Il s’agissait de s’interroger sur les aspirations à avoir une famille nombreuse : pourquoi avoir fait le choix d’avoir plusieurs enfants ? Mais aussi, de travailler sur le sentiment d’identité de ces familles : est-ce un sentiment positif ? Comment se sentent-elles considérées dans la société française ? A. FAMILLE NOMBREUSE : BONHEUR OU CONTRAINTES ? Qu’ils soient parents de 2 enfants ou de de 3 enfants et plus, développer une solidarité entre ses enfants et s’épanouir personnellement sont les deux sens les plus évoqués par les parents au fait d’avoir plusieurs enfants. Avoir plusieurs enfants revêt donc avant tout un aspect positif pour les parents, qui l’envisagent 1

Mise à disposition d’un fichier par la Caisse Nationale d’Allocations Familiales, sur le mode aléatoire, par département.

Observatoire départemental des familles de l’Ariège – UDAF 09


comme un épanouissement tant personnel que familial. Les contraintes viennent dans un second temps : pour 38 % des familles nombreuses avoir plusieurs enfants, c’est accepter d’avoir moins de temps pour soi. 31 % des parents ayant 3 enfants affirment que c’est aussi accepter d’avoir plus de difficultés à concilier vie familiale et vie professionnelle. Enfin, « avoir plusieurs enfants c’est accepter d’avoir plus de contraintes financières » n’est vrai que pour 18 % des familles nombreuses. B. LA FAMILLE NOMBREUSE DANS LA SOCIETÉ FRANCAISE D’HIER À AUJOURD’HUI 61 % des parents de 2 enfants estiment que les familles nombreuses bénéficient d’une mauvaise image, le chiffre s’abaisse à 52 % pour les parents de 3 enfants et plus. Globalement les parents pensent que les familles nombreuses sont mal considérées par la société car on associe le désir d’enfant aux aides sociales. Ce modèle familial est également assimilé à une conception rétrograde de la famille, voire à un choix religieux. On y voit aussi des difficultés accrues liées à l’organisation, à l’éducation et à l’attention portée aux enfants. Enfin, l’idée que l’avenir est aujourd’hui incertain pour les enfants au vu de la situation économique du pays amène certains à penser qu’élever une famille nombreuse est préjudiciable pour les enfants et pour la société. Lorsque les représentations sont positives, la famille nombreuse est associée une vie familiale emplie de joie, de partage où l’on inculque aux enfants le respect, la solidarité et l’entraide.

DIFFICULTÉS RENCONTRÉES PAR LES FAMILLES NOMBREUSES A. DIFFICULTES PARTAGÉES PAR TOUS MAIS PLUS PRONONCÉES CHEZ LES FAMILLES NOMBREUSES Les deux principales difficultés rencontrées par les familles nombreuses sont la tenue du budget et la conciliation vie familiale/vie professionnelle. Pour ces familles, ces difficultés sont notamment devenues subitement problématiques avec l’arrivée du troisième enfant. Pour autant, ces deux difficultés s’avèrent être également les deux principales difficultés vécues par les autres familles. Globalement les difficultés quotidiennes sont partagées par toutes les familles et sont inhérentes au rôle de parent, cependant elles sont plus prononcées chez les familles nombreuses. La régulation des conflits entre enfants, la gestion du budget, la gestion des transports et l’organisation des vacances sont notamment des points posant davantage de difficultés à ces familles, comparées à celles où nous retrouvons deux enfants.

Top 4 des difficultés rencontrées au quotidien par les familles nombreuses

62%

Respecter et tenir le budget familial Concilier vie de famille et vie professionnelle Régler les conflits et les disputes entre les enfants Suivre la scolarité et les devoirs

51% 31% 25%

B. LE BUDGET : PREMIERE DIFFICULTÉ Si le budget est la principale source de difficulté, ce sont les vacances, les loisirs, les activités et l’habillement qui en pâtissent le plus. Ce sont les postes de dépenses pour lesquels la majorité des parents n’a plus de marge de manœuvre financière. Ainsi, la difficulté à maintenir une gestion budgétaire saine se fait ressentir pour beaucoup de familles tout au long de l’année et c’est encore plus vrai chez les familles nombreuses : 67 % ont du mal à boucler les fins de mois (contre 63 % des autres familles) et pour la majorité c’est le cas tous les mois.

Observatoire départemental des familles de l’Ariège – UDAF 09


C. CONCILIER VIE FAMILIALE ET VIE PROFESSIONNELLE : DEUXIÈME DIFFICULTÉ La conciliation de la vie familiale avec la vie professionnelle se trouve être la deuxième principale difficulté rencontrée par les parents quel que soit le nombre d’enfants. Pour environ un tiers des familles, le travail à un impact négatif sur leur vie familiale et inversement pour un tiers des familles, la vie familiale impacte directement la vie professionnelle de façon négative.

SOLUTIONS ADOPTÉES PAR LES FAMILLES NOMBREUSES Si la vie d’une famille nombreuse est souvent plus complexe, ces familles ont aussi des capacités à résoudre ces difficultés : par quels moyens ? Quelles stratégies adoptent-elles pour être en capacité d’y faire face ? A. CONCILIER FAMILLE ET TRAVAIL Ce sont les familles nombreuses et notamment les femmes qui modifient le plus leurs pratiques professionnelles. Plus nous avons d’enfants plus l’activité professionnelle a tendance à se réduire voire à s’interrompre, temporairement ou définitivement. Les hommes ont tendance à augmenter leurs heures pour accroitre leurs revenus et mieux subvenir aux besoins des enfants. Les femmes ont tendance à réduire leur activité afin d’avoir plus de temps pour s’occuper des enfants.

A mesure que votre famille s'est agrandie, avez-vous :

61%

Réduit votre activité professionnelle afin d'avoir plus de temps pour vous occuper de vos enfants

53% 25%

Augmenté vos heures d'activité professionnelle pour augmenter vos revenus et mieux subvenir aux besoins des enfants

21% 14%

Aucun changement

Trois enfants et plus

26%

Deux enfants

B. SOLIDARITE FAMILIALES Concernant les aides financières intra familiales, les solidarités sont les mêmes dans toutes les familles, qu’elles soient nombreuses ou non. Elles sont surtout données pour faire face à une difficulté passagère. En revanche, il y a une différence notable dans les solidarités familiales lorsqu’il s’agit de rendre un service, les familles nombreuses reçoivent moins de soutien. Lorsqu’elles existent, ces aides se portent surtout sur la prise en charge des enfants et l’accueil de ces derniers durant les vacances. Cela peut notamment s’expliquer du fait que les parents de famille nombreuse sont davantage à avoir cessé leurs activités professionnelles, les besoins de soutien s’en trouveraient donc diminués. Enfin, au sein des familles, l’implication demandée à l’aîné est la même dans tous les foyers.

LES AMELIORATIONS SOUHAITÉES Après avoir interrogé les représentations des familles nombreuses, leurs difficultés et les solutions qu’elles mettent en place, interrogeons leurs attentes et leurs besoins. La politique familiale française est historiquement fortement orientée vers les familles nombreuses. Plusieurs questions se posaient donc : cette politique familiale est-elle connue de ces familles ? Est-elle adaptée à leurs besoins ? Les familles nombreuses ont-elles des idées sur les dispositifs à renforcer, à modifier ? Observatoire départemental des familles de l’Ariège – UDAF 09


A. LES AIDES LES PLUS PLEBISCITÉES Nous avons demandé aux familles de choisir trois aides spécifiques qui les aideraient au mieux parmi douze propositions. Globalement ce sont les aides financières qui arrivent en tête des souhaits des familles nombreuses : 55 % de ces dernières privilégient les aides financières directes. 34 % aimeraient des tarifs préférentiels pour les biens de consommations courantes et 31 % des bons d’achats. Les tarifs préférentiels pour l’accès à des services (loisirs, garde d’enfants) sont plébiscités par 30 % des familles nombreuses. Les aides plus matérielles ou psychologiques arrivent bien après (entraide entre parents, accompagnement social, lieu de troc…). B. LES POLITIQUES FAMILIALES : QU’EN PENSEZ-VOUS ? Concernant la connaissance des dispositifs déjà existants, l’allocation de soutien familial et les allocations de logement sont les deux prestations les plus connues de toutes les familles. Les familles nombreuses connaissent davantage que les autres foyers les dispositifs les concernant. Les parents ayant deux enfants connaissent donc moins bien les aides qui leurs seraient accordées s’ils avaient un troisième enfant. Les familles nombreuses sont très largement majoritaires à trouver les différents dispositifs et les diverses prestations bénéfiques en comparaison des autres foyers. Sur les 14 dispositifs présents dans le questionnaire, seuls trois recueillent moins d’adhésion : la carte Sncf famille nombreuse (46 %), l’allocation d’aide à domicile liée à la grossesse (46 %) et la majoration retraite pour les salariés ayant eu au moins trois enfants (0 %). La majorité des parents de deux enfants estime que l’aide versée devrait être identique pour chaque enfant. Si la majorité des familles nombreuses partagent ce sentiment, elles sont 41 % à estimer que l’aide doit être plus importante par enfant à partir du troisième. La prestation à revaloriser en priorité, selon toutes les familles mais encore plus majoritairement selon les familles nombreuses, est l’allocation familiale.

Concernant les allocations et prestations à destination des familles, pensez-vous que : 92% 59% 8%

41%

L'aide versée devrait L'aide versée doit être être identique pour plus importante par chaque enfant enfant à partir du troisième Deux enfants

Trois enfants et plus

CONCLUSION Si, on l’a vu, les difficultés sont partagées par toutes les familles, elles sont plus nombreuses et plus prononcées chez les familles de trois enfants et plus. Ces dernières nous affirment d’ailleurs que la plupart de leurs difficultés sont subitement devenues problématiques à l’arrivée du troisième enfant. Leurs préoccupations se concentrent sur leur budget et la conciliation de leur vie familiale avec leur vie professionnelle. Pour y faire face, elles adoptent diverses solutions (notamment la réduction ou l’interruption de l’activité professionnelle, c’est d’autant plus vrai chez les femmes) et peuvent plus ou moins compter sur les solidarités familiales (notamment une aide financière en cas de difficulté passagère). La dernière spécificité des familles nombreuses c’est leur connaissance des dispositifs de politique familiale : elle est bien meilleure que celle des autres familles. Les familles nombreuses ont conscience du bénéfice des aides leur étant allouées par l’Etat. Afin d’améliorer leur vie au quotidien, ces familles sollicitent davantage des aides financières directes et souhaitent la revalorisation des allocations familiales, dispositif de politique familiale qu’elles jugent particulièrement bénéfique. Observatoire départemental des familles de l’Ariège – UDAF 09

Profile for UDAF Ariège

"Familles ariégeoises avec trois enfants et plus", résultats de l'enquête 2017  

Depuis 2010, l’UDAF s’est doté d’un Observatoire des Familles et organise une grande enquête annuelle auprès des familles de l’Ariège. L’obj...

"Familles ariégeoises avec trois enfants et plus", résultats de l'enquête 2017  

Depuis 2010, l’UDAF s’est doté d’un Observatoire des Familles et organise une grande enquête annuelle auprès des familles de l’Ariège. L’obj...

Advertisement