Page 1


Fall / Winter 2009 New York City / Harlem

www.franklinandmarshall.com


ITALIAN ISSUE

39 Magazine bimestriel gratuit édité par la SARL FOCUS

16.CHRISTIAN LIAIGRE

70.36RECYCLAB

22.RENZO PIANO

74.STUDIO FM MILANO

28.ACHILLE CASTIGLIONI

78.MASSIMO BOTTURA

32.ROME 38.DUOMO HOTEL 42.LEON’S PLACE

84.LAMBORGHINI 88.SIMIAN MOBILE DISCO 90.ARCTIC MONKEYS

46.PUNTA DELLA DOGANA

92.C PLUS NET

50.GIORGIO ARMANI

94.BOOKS/CD

56.FRED PERRY 60.MODERN AMUSEMENT 66.OLIVIERO TOSCANI

98.AGENDA 102.URBAN GUIDE 114.PORTFOLIO 118.HOROSCOPE

Directeur de la publication : Christophe Malsert pao@focus-magazine.com Rédaction : Malkovitch One redaction@focus-magazine.com Journaliste musique : Céline Floret music@focus-magazine.com Responsable publicité : Cédric Vigroux / 06.88.24.83.62 pub@focus-magazine.com Couverture : Rémi Ferrante - Le Studyo Nous remercions particulièrement : Rosine Bramly, Rémi Ferrante, Céline Floret, Dr Greenberg, Christian Liaigre & Astrid, RPBW, Studio Castiglioni, 36 recyclab, Massimo Bottura, Studio FM, La Sterpaia, ASAP... Siège social : 269, rue François Daumas 34090 Montpellier - tél. 0952.598.600 Dépot légal Janvier 2009 RCS 448 676 320 Imprimerie PURE IMPRESSION Impression sur papier PEFC


designer

©rédits photos : Peter Lindbergh - Jean-Philippe Piter - Eric Morin - Luc Boegly

Christian Liaigre Sur mesure

Entre restaurants, hôtels, appartements-résidences privés et yachts, l’architecte d’intérieur et designer Christian Liaigre s’active sur tous les fronts, aux quatre coins de la planète. Son univers et son style font de lui un des créateurs les plus prisés du moment.

O

riginaire de l’ouest de la France, Christian Liaigre suit des études aux Beaux-Arts de Paris avant de s’orienter vers l’enseignement des techniques de dessin à l’Académie Charpentier. A la fin des années 60, il décide de se couper de la vie parisienne et part se ressourcer dans la nature pour s’adonner à une de ses plus grandes passions, l’élevage de chevaux. Cette coupure durera 10 ans. Il fait son retour à Paris avec une envie décuplée de transmettre son expérience et sa créativité artistique. A cette période justement, Nobilis, éditeur de tissus, papiers peints et meubles, lui propose de devenir directeur artistique. Une opportunité qui va lui permettre de mettre au point sa première ligne de meubles. Christian Liaigre dévoile petit à petit son style inimitable où il privilégie l’utilisation de matériaux nobles, particulièrement le bois. Il ap-

porte sa touche de modernité de manière incomparable dans le monde du luxe avec chaleur, rigueur et raffinement. Suite à ces premières expériences, il crée son bureau d’études en 1985 et deux ans plus tard, il fonde sa propre marque et installe son showroom dans la capitale, rue de Varenne. Suivront un second rue du Bac, puis Londres, Bangkok et Saint-Barthélemy. Christian Liaigre souhaite à ce moment-là se concentrer principalement sur l’architecture d’intérieur et la création de meubles, entouré d’une équipe de 13 personnes. Exclusivement distribué à l’étranger, son mobilier remporte un franc succès, au même titre que son travail de décoration auprès de prestigieux clients, institutions et établissements, français et étrangers.


designer

Il s’est occupé de la décoration des résidences et appartements privés de Mr Lacoste, Kenzo, le couple Séguéla, Calvin Klein, Karl Lagerfield… ou l’hôtel particulier de Carole Bouquet et même une île privée à Bora-Bora, pour ne citer qu’eux. Christian Liaigre s’attaque aussi aux hôtels et restaurants : salle à manger Jean Puy pour Troisgros à Roanne, hôtel Puerta America à Madrid où il a créé et décoré le restaurant, Busaba à Londres, Le Market pour lequel il a reçu le prix de la meilleure décoration en 2001, La Société à Paris en 2009 (établissement Costes)… Les institutions font elles aussi appel à ses talents : Le Sénat, le Ministère de l’Equipement, la Villa Médici à Rome… sans oublier les bureaux de Kenzo et de Lloyd’s Off.

Coté Yacht, on retiendra le « Rosehearty » dont le propriétaire n’est autre que le célèbre Rupert Murdoch. Son travail a fait l’objet de deux ouvrages, le premier publié en 2004 présente une sélection de huit projets et le second, sorti en 2007, s’intitule « LIAIGRE » et regroupe six de ses plus beaux projets. Cette année là, il entre au Comité Colbert, une association rassemblant 70 maisons de luxe chargée de promouvoir, en France et dans le monde, un certain nombre de valeurs : l’alliance de la tradition et de la modernité, du savoir-faire et de la création, de l’histoire et de l’innovation. www.christian-liaigre.fr


archidesign

© RPBW - Nic Lehoux - Stefano Glodberg - John Gollings - Hickey & Robertson - Moreno Maggi - Michel Denancé - Fregoso & Basalto - Shiunji Ishida - Christian Richters.

RENZO PIANO Building Workshop

Ses origines familiales le prédestinaient à devenir un acteur de la construction. Architecte italien de renom, il s’est fait connaître pour avoir imaginé le Centre Pompidou de Paris avec son confrère Richard Rogers.

I

ssu d’une grande famille de constructeurs génois, Renzo n’a pas échappé à la tradition architecturale du « clan » Piano. Fort de ses racines culturelles, il se forme à l’architecture à Florence et à Milan, à l’Ecole Polytechnique. Pendant ses études, Franco Albini, architecte et designer italien, le prend sous son aile et lui apprend les bases du métier. En même temps, le jeune Renzo suit avec attention les chantiers de son père et complète sa formation pratique. En 1964, il obtient son diplôme et débute ses recherches sur des structures lumineuses. Un an plus tard, nous sommes en 1965, Renzo Piano décide de partir à l’étranger pour parfaire son expérience, aux Etats-Unis puis en Grande-Bretagne. Il travaille alors aux côtés de Louis Kahn à Philadelphie et chez Z. S. Makowsky, à Londres. Cette époque est aussi celle de sa rencontre avec Jean Prouvé, qui influencera considérablement la suite de sa carrière.


archidesign

Le premier projet sur lequel il se penche, en 1969, est le design du Pavillon Italien de l’Industrie pour l’Exposition de 1970 à Osaka. C’est son frère Ermanno qui s’est chargé de sa construction et de son installation. Mais ce qui a lancé la carrière Renzo Piano, c’est le pharaonique projet du Centre national d’art et de culture Georges Pompidou. En effet, en 1971, Renzo s’associe avec Richard Rogers. Ils fondent leur studio Piano & Rogers à Londres et remportent la compétition pour la construction de ce qui compose désormais le troisième point du triangle culturel de Paris, formé avec le Musée du Louvre et le Musée d’Orsay. (cf. Focus n°30). De retour à Gênes, dans sa ville natale, après l’achèvement du Centre Pompidou, Renzo Piano entame une nouvelle collaboration avec l’ingénieur Peter Rice au sein de l’atelier Piano & Rice. A leur actif, ils comptent la réalisation de l’aéroport international Kansai à Osaka, construit sur

une île artificielle et conçu pour résister aux phénomènes climatiques virulents, fréquents au Japon. Ces deux projets d’envergure marquent l’intégration du style de Renzo Piano dans le « mouvement high tech » avec l’utilisation par exemple d’éléments en métal associés à de nombreux détails modernes. L’œuvre de Renzo Piano est également marquée par le souci d’intégrer chaque construction dans son environnement naturel. En témoignent notamment la Menil collection, un musée situé à Houston fidèle au style des pavillons américains et équipé de planches de cyprès fixées à une ossature métallique ; le Centre Jean-Marie Tjibaou à Nouméa reprenant la forme d’un village canaque, symbole de l’architecture verte ou encore la Fondation Beyeler dont la pierre de parement reprend les teintes rouges de nombreux édifices historiques de la ville de Bâle.


archidesign

Au fil du temps, l’architecte se spécialise dans la conception et la rénovation de grands équipements publics : théâtres, ponts, stades (Bari), centres commerciaux et surtout des musées aux quatre coins de la planète…mais également des usines (Fiat), bureaux (B&B Italia), workshops, lieux d’exposition… Esthétiquement et techniquement, Renzo Piano est un as et il l’a régulièrement démontré depuis ses débuts : choix des matériaux high tech et naturels, et savoirfaire exceptionnel lorsqu’il est question de lumière, Renzo Piano sait mettre en valeur à merveille ses réalisations. Désormais, Renzo Piano exerce son activité au sein de Renzo Piano Building Workshop, créé en 1981. Basé à Paris, Gênes et New-York, le studio est actuellment constituée d’une équipe de 150 personnes : architectes, ingénieurs et spécialistes. Cette année, Renzo Piano et ses collaborateurs ont achevé l’extension de l’Art Institute de Chicago. Précisons que l’architecte italien a reçu en 1998 le prix Pritzker et a créé sa fondation qui participe depuis plusieurs années à des activités éducatives.

Quelques projets majeurs : Bureaux B&B Italia (1971-1973) Centre Georges Pompidou – Paris (1971-1977) Aéroport international du Kansai – Osaka (1988-1994) NEMO – Amsterdam (1992-1997) Centre Culturel Jean-Marie Tjibaou – Nouméa (1991-1998) Tunnel Aérodynamique Ferrari – Maranello (1996-1998) Building New-York Times – New-York (2000-2007)

rpbw.r.ui-pro.com


archidesign

© Studio Achille Castiglioni

Achille Castiglioni Il professore

La grande famille du design italien a perdu, en 2002, un de ses plus grands maîtres, en la personne d’Achille Castiglioni. Ce pionnier du design industriel et de l’architecture d’aprèsguerre laissera un souvenir impérissable dans les esprits.

N

é en 1918 dans la capitale de la Lombardie, Achille Castiglioni se lance dès le début des années 40 dans la conception de produits industriels avec ses frères Livio et Pier Giacomo. Il obtient d’ailleurs son diplôme d’architecture de l’école Polytechnique de Milan en 1944. Les trois acolytes, installés dans un studio milanais, s’intéressent de près à l’aménagement urbain, à l’architecture et au design. Leurs recherches se portent sur de nouvelles formes, techniques et matériaux dans le but de développer des concepts de « design intégral » avec une facilité de production, en collaborant notamment avec des fabricants italiens désireux de relancer leur activité après la guerre. Quelques années plus tard, Livio quitte le studio, nous sommes en 1952. Malgré ce départ, la collaboration entre Achille et Pier Giacomo continue pendant les années 50 et 60 jusqu’à la disparition de ce dernier en

1968. Avant ce tragique évènement, les deux frères se concentrent sur le design de produits et créent différents objets pour de grands éditeurs à l’image de Flos ou Zanotta : les lampadaires Luminator (1955), Toio et Arco (1962), les tabourets Sella (en forme de selle de vélo) et Mezzadro (1957) ou encore des appareils ménagers comme le stéréo combiné RR126 (1965) chez Brionvega. Les années 50 marquent également la participation d’Achille Castiglioni dans la création de l’ADI (Association for Design Industry). Le style Castiglioni peut être défini comme minimaliste et intemporel, parfois teinté d’humour. L’objet est ramené à sa plus simple expression et doit remplir avant tout les fonctions pour lesquelles il a été imaginé. « Pour concevoir un objet, il faut d’abord penser à ce que vous ne pouvez pas faire pour ensuite savoir ce que vous pouvez faire ». Il faut atteindre le point où il n’est plus possible de faire moins : « Where you could not do less ».


archidesign

Pendant plusieurs dizaines d’années, Achille Castiglioni participe activement aux Triennales de Milan, en tant que membre du comité d’organisation et d’installation mais également en exposant ses propres créations. Ces dernières voyagent d’ailleurs à travers le monde et font désormais partie des collections permanentes du MOMA de NYC, Musée Victoria and Albert de Londres, Musée du Design à Prato, Musée Vitra Design à Weil-am-Rhein… En parallèle de son travail de designer et d’architecte, Achille Castiglioni est nommé professeur de design industriel artistique par le Ministre de l’éducation, il dirige la faculté d’architecture de Turin jusqu’en 1980 et enseigne jusqu’en 1993 en tant que professeur de design industriel à l’école Polytechnique de Milan. Il ne délaisse pas pour autant sa carrière de créateur puisqu’il expose régulièrement à l’occasion d’évènements internationaux ou plus personnels comme ses expositions « Achille Castiglioni » (Berlin, Zürich, Madrid, Centre Pompidou à Paris…) et « A la Castiglioni

» passée par Barcelone, Milan, Bergame, New-York, Tokyo… Parfois, il devient aussi membre du jury pour différents concours. Ses collaborations avec des clients privés se poursuivent : design d’objets, réaménagement d’intérieur pour des boutiques et conception d’espaces d’exposition. Décédé à Milan le 2 décembre 2002, ce grand artisan a largement contribué à l’évolution du design italien et son travail fut naturellement et régulièrement récompensé, notamment par le très célèbre Compaso d’Oro qu’il a remporté à neuf reprises: 1955, 1960, 1962, 1964, 1967, deux fois en 1979, 1984 et 1989. Collaborations : Alessi / Aura / Bonacina / B&B Italia / Danese / Driade / De Padova / Feg / Flos / Fusital / Ideal Standard / Kartell / La Triennale di Milano / Moroso / Nagano / Poltrona Frau / VLM / Zanotta… www.achillecastiglioni.it


escapade à Rome

ROME © D.R

La ville éternelle C’est une des villes les plus anciennes et les plus belles du monde. Centre historique, culturel et artistique, Rome dévoile ses trésors à chaque coin de rue et vous transporte à travers les siècles. Allez en route ! histoire romaine : Av. J.-C. - 753 : création légendaire de Rome par les jumeaux Rémus et Romulus. - VI° s. : domination et civilisation étrusques, puis celtes. - 509 : institution de la République. - III° et II° s. : Rome domine l’Italie et la Méditerranée. - 27 : Auguste, neveu de César, 1er Empereur romain. Ap. J.-C. : - jusqu’en 342 l’Empire romain connaît des souverains exceptionnels (le Siècle d’Or), des médiocres et des monstres. - 342 : Constantin crée l’Empire d’Orient, Rome perd son rôle de capitale, déclin. - 546 : 4ème prise et sac de la ville par les Barbares (Totila) : Rome anéantie et pratiquement désertée lorsque Byzance la reprend (553). - Jusqu’en 800 : la papauté sauve Rome : suprématie de Byzance disparue, Charlemagne restaure l’Empire et se fait couronner à Rome ; création des États Pontificaux. - XV° s. : Nicolas V amorce le redressement de la Renaissance, suivi des grands papes (Alexandre VI, Jules II) à l’époque baroque. - XVII/XVIII° s. : Rome capitale de la Chrétienté affirmée après la Contre Réforme. - XIX° s. : lutte avec le pouvoir pontifical désormais obsolète. - 1929 : redressement de Rome par Mussolini : création de l’État du Vatican (libérant Rome de toute emprise papale), nomination d’un Gouverneur, grands travaux. - 1943 : Rome est bombardée bien qu’elle soit Ville Ouverte. - 1947 : création de la République italienne, Rome devient la capitale de l’Italie.


escapade à Rome

R

ome était à l’époque de l’Antiquité, la capitale du très puissant Empire Romain. Elle est devenue capitale de l’Italie en 1947 et s’étend sur 1285 km² (8x Paris) pour une population de 2,7 millions d’habitants. Située dans la région du Latium et traversée par le Tibre, Rome est parfois appelée la ville aux sept collines, qui dominent le centre historique : Aventin, Cælius, Capitole, Esquilin, Palatin, Quirinal et Viminal. Monuments historiques, palais Renaissance, églises, places baroques, fontaines…à Rome l’Histoire est omniprésente et fait partie intégrante du paysage urbain. Mais la ville tente depuis plusieurs années de se moderniser, de se tourner vers l’avenir à l’aide d’investissements publics colossaux destinés à offrir un autre visage à la cité. Comme je vous le disais, Rome a une histoire vieille de 28 siècles. Son « grand » centre historique en est le symbole par excellence. Il abrite notamment le Panthéon, édifice le mieux conservé de la période antique ; le Colisée (centre antique) : amphithéâtre elliptique le plus grand jamais construit dans l’Empire et attraction touristique majeure, entre lesquels se situe l’ancienne place principale

de la ville, le Forum Romanum, autour duquel s’articulait à l’époque la vie politique. Autres lieux à voir : le palais Farnese ; la Domus Aurea, un palais impérial ainsi que les magnifiques et légendaires places dont la monumentale Piazza Navonna, et la Piazza Di Spagna, située à proximité de la fabuleuse et baroque Fontaine de Trévi. Autour de cette place d’Espagne et jusqu’à la Piazza Del Popolo, vous y trouverez boutiques de luxe, petits artisans et hôtels distingués. Prenez le temps de vous asseoir aux terrasses ombragées et de boire un coup ! Les romains adorent çà ! Continuez par la Villa Borghèse et son parc de 80 hectares accueillant notamment la Villa Médici. A Rome comme tout le monde le sait, se dresse la célèbre cité du Vatican, enclavée dans la ville et siège de la papauté. C’est le plus petit Etat souverain du monde qui abrite de nombreux trésors architecturaux : Place et Basilique Saint-Pierre, chapelle Sixtine, Musées du Vatican…et le passetto, fameux passage souterrain emprunté anciennement par les papes pour rejoindre le Castel San Angelo en cas de danger, et désormais ouvert au public. Même un non croyant se laisserait tenter par la visite du Vatican tant elle vaut le détour.


escapade à Rome

Sur la rive droite du Tibre, promenez-vous dans le quartier de Trastevere et ses étroites rues pavées et colorées où vous trouverez de nombreux bars et restaurants typiques (trattorias) et étrangers autour de la Piazza Santa Maria in Trastevere. Ce rione (quartier) est un point de rendez-vous quotidien pour les jeunes romains qui se réunissent près de la Piazza Trilussa devant le pont Sisto. Au sud de la ville, se trouve le Testaccio, rione pittoresque et populaire qui doit son nom au Monte Testaccio, une colline artificielle formée par des tessons de jarres. Il est également recommandé pour ses restaurants traditionnels et ses nuits enflammées. Les anciens abattoirs ont été réhabilités pour accueillir des espaces culturels dont l’annexe du Musée d’art contemporain de Rome appelée MACRo Future. Plus au sud encore, vous pouvez faire un tour dans le quartier EUR, construit pendant le règne de Mussolini et qui devait accueillir l’Exposition Universelle de Rome prévue en 1942, mais le projet n’a pas abouti à cause

de la guerre. L’architecture y est plus moderne avec des bâtiments imposants dont le « Colisée carré », des espaces verts et de grandes avenues. Le quartier de la gare Termini est un des plus populaires et des moins riches de Rome. Beaucoup d’hötels «bon marché» s’y sont implantés. En descendant vers le sud, la colline de l’Esquilin s’étend entre la basilique Sainte-Marie Majeure et les marchés de Trajan. Plus à l’est de la gare, il y a San Lorenzo, un autre quartier qui continue au-delà des murs d’Aurélien (enceinte fortifiée antique protégeant la ville de Rome). C’est ici que sont réunis les étudiants. Pour sortir, ce coin là est pas mal du tout avec de nombreux bars de nuit. Voilà un aperçu non exhaustif des principaux quartiers et monuments à ne pas rater. Il est évidemment quasiment impossible de vous raconter Rome en quelques pages. Le mieux est de s’y rendre… allez bon voyage !


escapade à Rome

CARNET D’ADRESSES : ROME A voir

Panthéon Piazza della Rotonda Forum Romanum Colisée Piazza del Colosseo Fontaine de Trévi Basilique Saint Pierre Piazza San Pietro Cité du Vatican Palazzo della Civilità del Lavoro (Colisée carré) EUR MACRo (Musée d’Art Contemporain) Via Reggio Emilia 54 Stadio Olimpico Via Foro Italico Auditorium Parco della Musica (Renzo Piano) Viale Pietro de Coubertin, 15

Hôtels

Aleph Via di San Basilio, 15

Hôtel Art Via Margutta, 36 Ripa Via degli Orti d Trastevere, 3 Arbitart Via Pellegrino Matteucci Radisson SAS es. Via Filippo Turati, 171 Il Palazetto Vicolo del Bottino, 8

Fluid Via del Governo Vecchio, 46-47

Shopping

Fornari & Fornari Via Frattina, 133 Palazzo Fendi Largo Goldoni, 419-421 Tad Via del Babuino, 155a

Restaurants – Bars - Sorties Cafés Supperclub Glass Hostaria Vicolo del Cinque, 58 Recafé Piazza Augusto Imperatore, 36 La Casa del caffè Tazza d’Oro Via dei Orfani, 84 Gusto Piazza Augusto Imperatore, 9 Trattoria Via del Pozzo delle Cornacchie, 25

Via de’ Negri, 14 La Maison Vicolo dei Granari, 3 Goa Via Giuseppe Libetta, 13 La Saponeria Via degli Argonauti, 20 Toutes les meilleures adresses romaines sont dans le City Guide Wallpaper édité par Phaidon.


escapade à Rimini

© Design Hotels

DUOMO HOTEL par Ron Arad

Rimini, petite ville italienne dotée d’un riche patrimoine historique et culturel abrite des dizaines d’établissements touristiques dont un sort vraiment du lot : l’hôtel Duomo, entièrement réaménagé par Monsieur Ron Arad. Petite visite.

P

endant très longtemps, le Duomo est resté un hôtel traditionnel du centre historique de Rimini, jusqu’au jour où les propriétaires ont décidé d’en faire un établissement pas comme les autres, en faisant appel aux services du talentueux architecte et designer de Ron Arad et de son équipe. Le résultat : une transformation unique et futuriste. Le concept tournait autour du besoin de mettre en valeur le passé en créant simultanément un espace tourné vers l’avenir. Cette volonté d’apporter du dynamisme et de la créativité a permis de forger une identité unique à l’hôtel où les subtils contrastes, la lumière et autres éléments se marient ingénieusement avec le bâtiment déjà existant. Un nouvel hôtel est né ! Le Duomo est situé dans une étroite rue, typique de la région Emilie-Romagne, où

l’on remarque tout de suite la structure extérieure enveloppée d’une « peau » de Corian. L’entrée se fait par deux immenses portes donnant l’impression de jouer dans un flipper géant. Elles encadrent parfaitement la vue de la réception, qui est une structure surdimensionnée en acier inoxydable, penchée d’un côté et ressemblant étrangement à une alliance, inévitable point central de l’hôtel. Derrière la réception, un mur composé d’une série de formes en aluminium laisse entrer la lumière naturelle pour inonder l’espace. Malgré son design ultra-futuriste, l’entrée du Duomo laisse transparaître une certaine légèreté. L’originalité, les couleurs audacieuses ainsi que les formes rondes et aventureuses ont également un impact majeur.


escapade à Rimini

La touche Ron Arad se retrouve dans les 34 chambres et 9 suites de l’hôtel. Pour choisir, vous avez trois possibilités : Loop, Urban et Dreaming, des espaces où le confort règne en maître avec mobilier signé par le designer, équipement Alessi dans les salles de bain en open space avec un plancher recouvert de teck et une large vitre ronde qui donne directement sur la tête de lit. Ron Arad provoque l’hôte visuellement et expérimente une nouvelle conception de la chambre à l’aide de perceptions spatiales et de jeux de lumière parfaitement étudiés. L’espace paraît infini. Si vous voulez du grand standing, optez pour les suites « Dreaming », plus spacieuses et mieux équipées. Trois d’entre elles bénéficient d’un jacuzzi extérieur aménagé dans un petit jardin privé. Le Nomi club et bar vous accueillent pour le petitdéjeuner, le déjeuner et le dîner et vous proposent des apéritifs exclusifs, des cocktails avec en prime une superbe carte de vins italiens. Ici, vous avez le choix :

rester debout au bar, en acier brossé et poli, s’asseoir à une table ou se mettre dehors l’été pour boire un verre grâce à des murs en verre intelligemment rétractables donnant accès à la rue. Côté musique, le Nomi accueille régulièrement des djs internationaux et locaux et le dimanche des fêtes sont organisées sur la plage. Pour les amateurs de bulles, dégustez une coupe après une longue journée dans la très privée « Champagne Room ». Même les travailleurs seront bien lotis avec les différents espaces destinés aux conférences, séminaires ou réunions et dotés de tous les gadgets nécessaires. « Ce qui me plaît le plus dans un hôtel n’est pas cette idée de « chic », d’élégance du style mais plutôt le confort, la clarté et la facilité d’accès à l’information et au divertissement ». Ron Arad www.duomohotel.com


hôtel à Rome

LEON’S PLACE © D.R

Oasis urbaine

Au cœur de Rome, non loin des principaux monuments historiques, le Leon’s Place quatre étoiles fait partie des nouveaux hôtels de la capitale italienne. Mélange des styles, ambiance relax, cuisine italienne et bar à cocktails… la Dolce Vita !

C

onçu par Hotelphilosphy Creative, le Leon’s Place jouit d’une situation idéale pour visiter Rome et son centre antique. Dans la via XX Settembre, vous êtes à deux pas de la Via Veneto ou de la Fontaine de Trévi. A l’image de la ville, le Leon’s Place est une fusion des styles, un mélange des tendances et des influences très harmonieux parfaitement intégré dans le centre ville de Rome.


hôtel à Rome

Installé dans un charmant palais construit au 19ème siècle, l’hôtel évoque aussi bien le sens de la tradition que celui de l’innovation en incorporant les dernières nouveautés du design dans un cadre architectural historique. Au moment où les travaux ont commencé, le grand palais avait perdu une bonne partie de son intérieur et de son charme d’antan suite à de nombreuses restructurations, intervenues durant le siècle. L’hôtel a été reconfiguré pour lui donner une atmosphère plus chaleureuse et raffinée. La sensualité rencontre la splendeur et l’élégance rencontre la frivolité. L’harmonieuse confluence des matériaux, des formes et des couleurs stimule les sens et apaise l’esprit. Une agréable couleur grise domine dans les différentes pièces avec des tons noir et blanc, attirant l’attention sur les objets et les nombreux et subtils détails

Le Leon’s Place dispose de 56 chambres résolument contemporaines : 14 ch. classiques pour une personne, 23 classiques pour deux, 15 doubles deluxe et quatre suites junior disposant de lits français et un d’éclairage naturel très agréable. Le mobilier design, les superbes salles de bain en marbre, l’espace et les vues imprenables sur le centre historique dont disposent les chambres vous donneront envie de prolonger votre séjour le plus longtemps possible. Les autres parties du Leon’s Place sont elles aussi très bien décorées et propices à la détente, notamment l’entrée, le bar à cocktails astucieusement éclairé, le salon lounge ainsi que l’espace réservé au bien-être : sauna, jacuzzi, bain à vapeur et le centre de remise en forme, nécessaire pour être préparé aux longues marches dans Rome. www.leonsplacerome.com


art/exposition

© Punta Della Dogana - Felix Gonzalez-Torres - Rachel Whiteread - Maurizio Cattelan - Luc Tuymans - Richard Prince Maurizio Cattelan - Mark Handforth - Luc Tuymans - Palazzo Grassi, ORCH orsenigo_chemollo.

Punta della Dogana L’art contemporain emménage à Venise

L’exposition « Mapping the Studio : Artists from the François Pinault Collection », démarrée en juin dernier, a inauguré le nouveau Centre d’Art Contemporain vénitien, la Punta della Dogana, désormais siège des collections de l’entrepreneur français.

L

e renouveau de la Punta della Dogana ne peut être dissocié du Palazzo Grassi. Racheté en 2005 par l’homme d’affaires François Pinault à la famille Agnelli (Fiat), le palais vénitien, situé sur le Campo San Samuele et surplombant le Grand Canala, a été réaménagé par l’architecte japonais Tadao Ando (cf. Focus 37) puis réouvert en avril 2006 avec « Where Are We Going ?”. Cette exposition inaugurale présentait un choix d’œuvres d’une des plus importantes collections d’art contemporain au monde, celle de Mr Pinault justement. Depuis ce premier évènement, les expositions se sont enchaînées au Palazzo Grassi et la dernière en date fut consacrée à l’art contemporain italien, Italics - Art italien entre tradition et révolution, 1968-2008.

L’évènement majeur de cette année est donc l’exposition « Mapping the Studio : Artists from the François Pinault Collection », présentée conjointement au Palazzo Grassi et à la Punta della Dogana, annonçant du même coup l’ouverture de cette dernière au public. La Pointe de la Douane, de forme parfaitement triangulaire avec deux façades de 105 m et une base de 75 m, abritait au XVème siècle les bureaux de la Douane de Mer avant de subir de nombreux travaux de reconstruction et de rénovation, notamment durant les XVIIème, XVIIIème et XIXème siècles. Séparant le Grand Canal du Canal de la Giudecca, elle est aujourd’hui devenue le Centre d’Art Contemporain de la Cité des Doges et de François Pinault, celui-ci ayant signé une convention de partenariat d’une durée de 33 ans entre la ville de Venise et le Palazzo Grassi.


art/exposition

C’est à nouveau Tadao Ando qui s’est occupé de la rénovation de ce bâtiment de 5000m². L’architecte a choisi dès le départ de conserver l’agencement caractéristique des entrepôts disposés linéairement le long des rives du Grand Canal et du Canal de la Giudecca. Lui et son équipe ont entrepris une longue liste de travaux : refondation pour éviter les problèmes d’eau et de potentielles inondations liées à la marée haute, réaménagement des combles, construction d’un espace en béton au barycentre du triangle qui dessert les différentes salles d’exposition, aménagement de nouvelles cloisons, d’escaliers, de parcours et d’espaces de services avec une continuité d’assemblage des éléments. Pour terminer, Tadao Ando a choisi d’apposer des grilles faites d’acier et de verre sur les hautes portes d’eau le long des rives, modelées sur la base de celles réalisées par Carlo Scarpa, architecte et designer italien. « Il est ainsi parvenu à établir à Punta della Dogana un dialogue entre des anciens et des nouveaux éléments, créant un lien entre l’histoire ancienne du bâtiment, son présent et son futur ». Le chantier aura duré 14 mois (janvier 2008 – mars 2009) et aura nécessité plus de 300.000 heures de travail pour

un résultat de toute beauté. La superficie totale du musée est de 4290 m2 dont 3040 m² pour l’exposition, avec un café et une boutique. Conçue comme un parcours artistique global, l’exposition inaugurale se déploie sur les deux lieux avec une sélection de 300 œuvres de la Fondation Pinault épousant l’ambiance particulière de chaque espace : d’un côté le monde intime, de l’autre le monde extérieur. Les deux parties de l’exposition tentent ainsi de présenter un dialogue entre les artistes de différentes générations couvrant une vaste palette d’expressions et de sensibilités artistiques. Jeff Koons, Sigmar Polke, Rudolf Stingel, Cindy Sherman, Richard Prince, Cy Twombly, Cady Noland, Robert Gober, Takashi Murakami, Jake et Dinos Chapman, Matthew Day Jackson, Adel Abdessemed, Wilhelm Sasnal, Rachel Harrison, Mark Grotjahn, Richard Hughes, Nate Lowman, Mark Bradford, Gelitin, Kai Althoff, Lee Lozano … www.palazzograssi.it


histoire de mode

GIORGIO ARMANI © D.R

Pape de la mode italienne

Figure emblématique de la mode italienne et internationale, Giorgio Armani est un homme d’affaires à qui tout paraît réussir. Il a grimpé au fur et à mesure les échelons et est aujourd’hui à la tête d’un petit empire, le groupe Armani.

G

iorgio Armani a grandi dans une famille de trois enfants, installée dans le nord de l’Italie, à Piacenza. En 1957, après deux années passées à étudier la Médecine à l’Université, il décide de poursuivre dans sa voie de prédilection, la mode. Pour cela, il débarque à Milan où il est engagé chez La Rinascente, qui détient des grands magasins de prêtà-porter de luxe. Il travaille ensuite comme créateur chez Nino Cerruti avant de continuer en freelance pour plusieurs marques, une expérience qui lui a permis de faire considérablement évoluer son style. Après plusieurs années en free, Giorgio Armani s’est senti prêt à investir toute son énergie dans sa propre marque en suivant l’idée de son ami Sergio Galeotti. Le 24 juillet 1975, les deux partenaires fondent Giorgio Armani S.p.A et lancent une ligne de prêt-à-porter masculin et féminin.

Sa philosophie de la mode et du style, combinée avec son habileté d’entrepreneur constituent indubitablement la grande force de son groupe. Il s’occupe aussi bien de la direction au quotidien que des tous les aspects du design et de la création. Il a révolutionné la mode dans les années 80 avec sa veste déstructurée et plus de 30 ans après la création de son groupe, il chapote de nombreuses collections : Giorgio Armani, Giorgio Armani Privé, Armani Collezioni, Emporio Armani, Armani Jeans, Armani Exchange, Armani Teen, Armani Junior, Armani Baby et Armani Casa. L’offre de produits présente sur le marché est impressionnante : vêtements pour hommes et femmes, chaussures, sacs, montres, lunettes, bijoux, parfums et cosmétiques, et du mobilier.


histoire de mode

En mai 2005, son groupe a signé un accord avec Emaar Properties pour bâtir une série d’hôtels & resorts. Avec ce nouveau deal, Giorgio Armani souhaite proposer une nouvelle chaîne d’établissements où les mots d’ordre sont le luxe, l’élégance et l’harmonie afin de vivre une expérience totale façon Armani. Le premier hôtel a récemment ouvert à Dubaï et l’inauguration du second est prévue pour 2010, à Milan. Au cours de sa carrière, Giorgio Armani a été récompensé par une multitude de prix dont celui de meilleur créateur de mode et il a surtout reçu la Légion d’Honneur de la part du président Sarkozy en 2008. Un de ses plus beaux « cadeaux » est probablement l’exposition qui lui fut consacrée par le Musée Guggenheim de New-York en 2000.

Destinée à célébrer l’influence sociale et culturelle de sa carrière en mettant l’accent sur son travail novateur pour la mode et le cinéma, elle a voyagé dans les plus grands musées. Ce digne représentant de la « qualité italienne » est aussi un homme engagé auprès des réfugiés et des malades du Sida en Afrique. Aujourd’hui, le groupe Armani emploie plus de 5000 personnes, possède 13 usines et près de 500 boutiques exclusives à travers 46 pays. A noter que Mr Armani dirige actuellement une des rares sociétés indépendantes et privées de son secteur. Armani en vente chez CARPE DIEM à Montpellier www.giorgioarmani.com


histoire de mode

FRED PERRY

© D.R

L’indétrônable polo.

Symbole de la sobriété et de la classe anglaise, la marque à la couronne de lauriers Fred Perry célèbre cette année le centenaire de son créateur. A cette occasion, nous revenons sur son histoire et sur le phénomène de mode qu’elle a engendré.

A

l’origine, il y a un joueur de tennis, Fred Perry. Né au début du siècle, en 1909, dans une famille ouvrière, il se fait d’abord remarquer en tant que pongiste avec un titre de champion du monde à 20 ans. Mais très vite, il se « reconvertit « dans le tennis et son ambition l’amène à imaginer qu’il deviendra un jour un grand joueur. Talentueux et déterminé, sa carrière décolle. Il devient membre de l’équipe anglaise de Coupe Davis et décroche un premier titre au championnat d’Argentine et enchaîne avec des tournées aux Etats-Unis. Fred Perry était plus qu’un simple tennisman, il entrait sur le cours pour s’amuser et faire le spectacle. A partir de 1933, il devient la tête d’affiche du tennis anglais en remportant la Coupe Davis avec son pays, puis un Open d’Australie et Wimbledon en 1934. L’année suivante, il remet ça au prestigieux tournoi anglais puis à Paris pour RolandGarros. Une blessure survenue en 1935 lui fait perdre tous ses titres ce qui « réjouit » la Lawn Tennis Association qui n’a jamais vraiment apprécié le personnage. Après une dernière victoire en finale de Wimbledon, il passe professionnel, à 27 ans. Sa nouvelle carrière se déroule

désormais aux Etats-Unis où il prend goût à la vie locale et rachète le Beverly Hills Tennis Club et dispense des cours aux célébrités. Malheureusement une fracture du coude l’oblige à mettre un terme à sa carrière de joueur alors que commence celle de commentateur pour la BBC. Fred Perry n’a pas dit son dernier mot ! Sa rencontre avec le footballeur autrichien Tibby Wegner est un déclic. En effet, ce dernier propose à Fred Perry de devenir l’ambassadeur de son nouvel accessoire : des poignets anti-transpiration siglés à son nom. Wegner confectionne ensuite une chemise de tennis à manches courtes avec une ouverture boutonnée en piqué de coton. Fred Perry accepte après réflexion et les produits sont gracieusement offerts aux joueurs de Wimbledon et la société Fred Perry Sportswear est fondée. Les caméramans, à leur tour, arborent les polos et la médiatisation prend de l’ampleur avec la retransmission des matchs. Ce nouveau type de vêtement devient alors très prisé des joueurs qui apprécient la coupe ajustée et le confort, parfaits pour la pratique du sport.


histoire de mode

La renommée du polo est aussi due à sa signature unique, la couronne de lauriers qui était au départ brodée sur la tenue de l’équipe anglaise de Coupe Davis avant d’être utilisée par Fred Perry qui obtint l’autorisation de l’utiliser par la All England Tennis Club. Le succès du polo Fred Perry dépasse rapidement les frontières du tennis. Les jeunes anglais ont envie de se démarquer avec un nouveau style de vêtement, notamment le mouvement ultra chic des Mods, qui adopte en premier le polo blanc. Perry et Wegner, à qui on demande de la couleur, ornent le col et les manches de fines rayures tricotées. Le streetwear devient alors leur nouveau marché, sur lequel ils séduisent de plus en plus de monde. Trois personnalités dont JFK auront le droit d’avoir leurs initiales brodées sur le polo, comme cela se faisait pour les joueurs de tennis. En 1958, Fred Perry propose une ligne féminine et des chaussures de tennis. Malgré cette réussite insolente, Fred Perry et Tibby Wegner décident de revendre leur entreprise, en 1961, à Charles Macintosh. Le phénomène ne va pas s’arrêter pour autant. La victoire de l’Angleterre en 1966 à la Coupe du Monde de football voit l’arrivée d’une nouvelle génération qui porte le polo de manière différente, un petit retour au sportswear avec un style similaire aux maillots des clubs de foot. Les tribus urbaines

vont continuer, au fil des décennies, à s’approprier le polo Fred Perry : les Rude Boys, d’origine jamaïcaine, influencés par les artistes de la Motown (Bob Marley & The Wailers aussi); les Suedeheads adeptes des cheveux longs ; les Perry Boys de Manchester fans de sneakers et de jeans de marque ainsi que des mouvements issus du punk et des groupes de musique des eighties. Au milieu des années 90, l’arrivée de la BritPop permet au polo de rester sur le devant de la scène avec Oasis et Blur. Finalement, pour tous, ce vêtement venu du passé sera aussi toujours celui du présent. Aujourd’hui encore, le polo Fred Perry est un signe de reconnaissance, un polo slim fit toujours aussi sobre, élégant, confortable, et fabriqué en Angleterre, comme en 1952. 2009 rend hommage au créateur de la marque qui aurait fêté son centenaire cette année. Fred Perry s’est éteint à Melbourne en 1985, à l’âge de 86 ans. « Au delà des genres et des époques, un signe de reconnaissance fort. Un incontournable des modes urbaines, précurseur du streetwear. Les modes passent, le polo Fred Perry reste ». www.fredperry.com


histoire de mode

MODERN AMUSEMENT © Modern Amusement

Made in Costa Mesa

Voilà une petite marque qui a tout pour devenir grande. Aux Etats-Unis et au Japon, elle a déjà été adoptée et elle a débarqué en Europe il y a peu. C’est certain, Modern Amusement va vous surprendre !

M

odern Amusement est né d’une idée, en Californie, sur la Costa Mesa. A ses débuts, la marque était exclusivement vendue au Japon et dans quelques boutiques sélectionnées à travers le monde. En 2004, Mossimo Giannulli la rachète et la relocalise dans un studio à Los Angeles, réunissant ainsi un collectif de créatifs : designers, artistes, négociants et « savants ». Le style de Modern Amusement est inspiré de différents univers : l’art, la musique, la technologie et le design. L’équipe a su créer une collection éclectique faisant référence à un mode de vie « privilégié » qui a vu le jour sur les plages ensoleillées de Laguna jusqu’à Malibu. Pour exprimer son identité, il fallait trouver un symbole fort et ce fut le cas avec le corbeau, choisi comme logo. Oiseau sombre et mystérieux par nature, il est devenu, une fois associé aux couleurs, aux détails et à l’énergie de la marque, une icône dynamique et ironique. Défini par des couleurs fraîches, une énergie graphique, un souci du détail et un sens irrévérencieux de l’humour, le style MA peut se résumer en trois mots : clean, relax et confortable ! Chaque pièce renferme sa petite surprise,

chaque couture a un but et dans chaque détail il y a une histoire à raconter. Le développement de Modern Amusement ne repose pas uniquement sur un agenda commercial mais cherche plutôt à trouver le bon équilibre entre l’art et les exigences du marché. Cette philosophie permet de proposer des produits originaux et de qualité pour des hommes et des femmes qui apprécient les belles choses, qui sont éternellement élégants mais qui ne se prennent pas au sérieux. Modern Amusement aime les surprendre et leur faire plaisir avec une gamme de produits vraiment bien travaillée : vêtements, maillots de bain, accessoires et lunettes pour associer le chic à l’espièglerie, le sexy et le fun. Modern Amusement a déjà séduit les stars :Ashton Kutcher, Owen Wilson, Ting Tings, Justin Timberlake, Kanye West, Jessica Biel, Will.I.Am. En vente chez Catwalk shop à Montpellier www.modernamusement.com


mode

SupaKitch : T-Shirt METROPLASTIQUE «Wild Face» Koralie : Sweat METROPLASTIQUE «Geishka» Lieu : «La Cité Radieuse» à Marseille Photographe : SupaKitch & Koralie


Metroplastique VOYAGE EN FRANCE

Koralie : T-Shirt METROPLASTIQUE «TokaKora» SupaKitch : Polo METROPLASTIQUE «Chocopolo» Lieu : Sander’s appartment - Paris Photographe : Raphaël Hache


SupaKitch : Polo METROPLASTIQUE «Pop Me» Koralie : T-Shirt METROPLASTIQUE «Toka» Lieu : Sander’s appartment - Paris Photographe : Raphaël Hache


mode

SupaKitch : Polo METROPLASTIQUE «Pop Me» Koralie : T-Shirt METROPLASTIQUE «Toka» Lieu : Sander’s appartment - Paris Photographe : Raphaël Hache Metroplastique en vente chez : Catwalk shop à Montpellier & chez Parralel à Avignon


photographie

Oliviero Toscani

© Oliviero Toscani - La Sterpaia

L’art de la provocation

Pour ceux qui ne connaissent pas Oliviero Toscani, sachez que cet as de la communication et de la photographie fut à l’origine de nombreuses et sulfureuses campagnes de publicité pour la marque italienne Benetton dans les années 90. Un personnage atypique qui a toujours eu plus d’un tour dans son sac.

O

liviero Toscani, fils d’un photojournaliste du Corriere Della Serra, né à Milan, étudie la photographie et le design à Zürich de 1961 à 1965. Il commence à se faire un nom dans le monde de la presse et de la communication lorsqu’il devient la force créative des plus grands magazines et marques. Il est le créateur d’images de marques et campagnes publicitaires : Esprit, Valentino, Chanel, Fiorucci, Prenatal et bien d’autres. Tour à tour fin stratège en com et photographe, ses clichés de mode sont régulièrement publiés dans les pages de Elle, Vogue, Uomo Vogue, GQ, Harper’s Bazaar, Esquire, Stern… Pendant 18 ans, de 1982 à 2000, il a permis à la marque italienne Benetton de se hisser parmi les plus visibles dans le monde. Il s’est chargé de créer une identité et une image fortes tout en mettant en place une stratégie de communication très efficace. Engagé par

Luciano Benetton, Toscani choisit d’utiliser les thèmes de la couleur, de la multiracialité et de l’ethnique pour les campagnes de pub avec le slogan United Colors of Benetton. Petit à petit, les vêtements de la marque disparaissent au profit de visages et mises en scène sur des photographies qui vont devenir de plus en plus osées et controversées au cours des années 90 : images de reporters, actualités, faits sociaux… (Newborn baby en 1991, Kissing Nun en 1992, HIV Positive en 1993 ou Bosnian Soldier en 1994). La publicité Benetton déclenche, à cette époque, beaucoup de polémiques et donne naissance à un style appelé « reality pub » ou « shockvertising ». « Je ne suis pas ici pour vendre des pullovers, mais pour promouvoir une image… La publicité de Benetton attire l’attention du public sur des thèmes universels comme l’intégration raciale, la protection de l’environnement, le sida… ».


photographie

Durant ces années, Toscani subit à la fois des critiques virulentes mais continue son travail : il intensifie la présence en ligne de Benetton et crée Playlife, la ligne sportswear de la marque. En 1990, il conçoit et dirige Colors qui devient rapidement une référence pour tous les projets éditoriaux et de communication internationaux. Trois ans plus tard, il fonde Fabrica, le centre de recherche en communication de Benetton, imaginé d’ailleurs par l’architecte Tadao Ando. Fabrica s’occupe de la production de programmes télévisés, d’édition de livres et d’expositions pour les Nations Unies, UNHCR, La Repubblica, Arte, Mtv, Rai et pour le cinéma. Photographe, communicant, mais aussi enseignant et écrivain pour la com, toujours ! De 1999 à 2000, il prend ses fonctions de directeur créatif chez Talk Miramax à New-York et travaille sur des productions pour la télévision et le cinéma. Il ne s’arrête pas là puisqu’il dirige des

courts-métrages sur des problèmes sociaux à l’image de l’anorexie, de l’ostéoporose ou de la violence juvénile. L’année 2003 marque la publication de son ouvrage de 500 pages dédié aux trente dernières années d’histoire pour le journal Libération. Ces dernières années, Oliviero Toscani continue à développer des nouveaux langages de communication pour les médias et participe au projet La Sterpaia, un workshop sur l’art de la communication, en collaboration avec la région Toscane. Prix et récompenses : 4 Lions d’Or au festival de Cannes, Grand Prix Unesco, Grand Prix de l’Affichage remporté deux fois... www.olivierotoscani.com


art/graphisme

36RECYCLAB © D.R

Alexis Cladière

Derrière 36Recyclab se cache un artiste français originaire de la banlieue parisienne, en la personne d’Alexis Cladière. A la croisée de différentes disciplines, son travail paraît sorti tout droit d’un bureau d’ingénieur surdiplômé. n voyant pour la première fois ses collages et installations, on pourrait croire qu’Alexis est un ingénieur en blouse blanche de la Nasa. Mais ce n’est évidemment pas le cas ! Directeur artistique et designer dans une agence d’architecture, Alexis est un grand passionné de cultures urbaines et de skateboard. Formé aux mathématiques supérieures et doué pour le dessin industriel, il propose un travail en constante évolution où se rencontrent ses domaines de prédilection. Il a débuté, comme tout artiste urbain qui se respecte, dans la rue en y collant sur les murs de la capitale ses structures tridimensionnelles à la vue de tous les passants, sous le pseudo de 36, choisi en référence au nombre de rotations de 10 degrés nécessaires pour symboliser la globalité autour d’un point fixe afin d’obtenir une vision panoramique.

E


art/graphisme

Ses collages en noir & blanc appelés « Parasit » sont le résultat d’un long travail de réflexion et de conception. Après des heures passées devant l’écran de son ordinateur pour mettre en images ses idées et les modéliser, il passe ensuite à l’impression sur papier avant l’assemblage pour donner naissance à des structures hybrides inspirées de l’esthétique industrielle, mêlant graphisme, technologie et ingénierie. Il a d’ailleurs « redécoré » murs parisiens et étrangers avec ses formes à la fois mystérieuses et étrangement familières. Très vite, la transdisciplinarité de son œuvre attise la curiosité et suscite l’admiration des galeristes. Quand il n’est pas dans la rue, Alexis expose donc dans les galeries où il présente des installations faites de baguettes de métal intitulées « Polymorph ». Accrochées ou posées sur leurs pieds, elles prennent toute leur dimension aux côtés d’autres objets revisités (ska-

teboards…) ou fabriqués à l’image de Recyclab où la récupération de pièces provenant de vieux ordinateurs ou de matériel hi-fi constitue la matière première de ce projet parallèle. En témoignent ses créations présentées à la Galerie du Jour Agnès B, comme en ce moment pour l’exposition Graffiti : Etats des lieux, jusqu’au 10 octobre, ou encore celles de Draw en 2005. L’art de 36Recyclab investit aussi le monde de la mode. Il a collaboré à plusieurs reprises avec Agnès B et Addict pour la création de t-shirts, l’année dernière et cette année pour la collection 2009/2010 de la marque de streetwear.

www.36recyclab.com


graphisme

STUDIO FM MILANO © Studio FM Milano

B. Forni, S. Menichelli & C. Bottino

A l’image du design, les italiens ne sont pas en reste côté graphisme. C’est pourquoi nous avons choisi de vous parler un peu du studio FM basé à Milan et organisé autour de trois talents de la discipline.

L

’histoire du Studio Fm Milano débute il y a 13 ans lorsque Barbara Forni et Sergio Menichelli fondent cette structure. Ils sont rejoints par Cristiano Bottino trois ans plus tard. Le studio s’est spécialisé dans le design graphique et notamment la direction artistique, l’identité corporate, l’édition de livres, le design d’espaces d’exposition et le web design. Ces trois personnages viennent tous de l’univers artistique mais ont connu des parcours plus ou moins différents avant de se retrouver. Après l’obtention d’un diplôme à la High School of Art, Barbara Forni suit des cours de peinture à l’Académie Brera puis s’oriente vers le design graphique à l’Ecole Polytechnique de Design à Milan. Durant plusieurs années, elle travaille au sein du Studio d’Ettore Sottsass

avant de se décider à monter le Studio Fm. Notons qu’elle a dirigé un Laboratoire de communication visuelle à la Faculté Polytechnique de Milan en 20032004. Sergio Menichelli a lui aussi étudié le design graphique, à Monza, avant d’intégrer l’école de photographie de Ricardo Bauer, à Milan. Sergio a ensuite exercé dans plusieurs organisations avant de rejoindre Barbara : chez Piero Lissoni, Ettore Sottsass, au centre de recherches de l’Académie Domus et au studio De Lucchi. Depuis 2001, il enseigne la communication visuelle dans plusieurs établissements : à Milan de 2001 à 2006, à San Marin depuis deux ans et à Monza depuis l’an dernier.


graphisme

Le troisième acolyte du studio, Cristiano Bottino, est sorti diplômé d’une grande école d’Art de Rome avant de partir à New-York pour l’Ecole de design Parson afin d’apprendre l’architecture et le design environnemental, puis il passe à la photographie. Il travaille comme architecte à NYC puis revient en Italie où il collabore avec Franco Zeffirelli et Edoardo Sanchi sur deux projets : les arènes de Vérone et l’Opéra de Rome. En 1999, il intègre le Studio Fm et devient associé l’année suivante. A noter qu’il enseigne également et qu’il est le directeur artistique du magazine Riders depuis son lancement en 2007. Les clients sont principalement italiens : des institutionnels comme la région Lombardie, les communes de Milan et Rome, office du tourisme suisse

; des créateurs de mode comme Gianfranco Ferré ou Sergio Rossi ; le monde du design, notamment la Triennale de Milan et B&B Italia ; le Musée de la photographie contemporaine, Hachette Rusconi… Leur studio fait partie des plus réputés de Milan et d’Italie. L’addition des compétences n’est pas forcément un gage de réussite mais ici chez Studio FM Milano, elle fonctionne parfaitement grâce également à leurs expériences chez les plus grands noms du design italien. Le style est épuré, coloré et très classe comme savent si bien le faire les transalpins. Les images parlent d’elles-mêmes ! www.studiofmilano.it


Concentrazone di una Crescentina per Celiaci


gastronomie

Massimo Bottura © Paolo Terzi - Per-Anders Jorgensen

La technique est une arme.

Il incarne le renouveau de la gastronomie italienne depuis déjà plusieurs années et dirige les cuisines de son restaurant de Modène, L’Osteria Francescana. Ce jeune chef, surprenant et innovant, affiche fièrement ses deux étoiles Michelin, bien méritées.

P

ersonnage clé d’une nouvelle génération de chefs italiens, Massimo Bottura s’inspire de la tradition pour créer le futur de la cuisine, fait d’innovations et tourné vers l’essentiel. Admirateur d’Alain Ducasse et Ferran Adrià, il décrit sa cuisine comme “une cuisine territoriale vue d’un distance de dix kilomètres”. Comme la plupart des chefs italiens, Massimo a appris les bases avec sa mère et sa grand-mère, les préparations traditionnelles comme la ragout, les tortellinis fourrées de parmesan et de prosciutto ou les savoureuses tartes. Chez lui, la surprise est de mise, il transgresse les règles avec des combinaisons inattendues d’ingrédients. Sa mortadelle arrive déconstruite, servie comme un pudding avec de la pistache, à côté de ça, cinq parmesans de différents âges sont

cuisinés de cinq manières : sous forme de gaufrette, en soufflé, en mousse, comme une crème et à la vapeur. La technologie permet à Massimo de transformer des produits traditionnels et servir des plats d’une exceptionnelle finesse. Gustativement et visuellement, le chef se surpasse et nous surprend. Son restaurant, l’Osteria Francescana, situé en plein coeur de Modène dans un petite rue étroite, a fait cette année la meilleure progression dans le classement des 50 meilleurs établissments de la planète, passant de la 53ème à la 13ème position. Une récompense pour Massimo tout comme ses deux étoiles Michelin et une note de 19,5 sur 20 décernée par le Guide de l’espresso.


gastronomie

Piccola Pasticceria Marsh Mellow

“Je veux justre être capable d’exprimer mes émotions à travers ma cuisine. Je ressemble à un artiste à cet égard”.

L’Osteria Francescana, décorée avec des oeuvres d’art contemporain choisies par sa femme, invite à la découverte des petits artisans-producteurs et de leurs produits. Du prosciutto au vinaigre balsamique en passant par le parmigiano reggiano ou les tortellinis, le chef dispose de produits italiens d’une qualité inégalable et il sait les mettre en valeur à travers ses recettes. Tous les meilleurs ingrédients qui passent dans les cuisines sont étudiés, sentis, touchés, appréciés et respectés avant qu’ils soient travaillés et sublimés. Massimo est un maître de la texture, de la couleur et de la géométrie. Chaque plat est le fruit d’une idée, un sourire désabusé, un jeu de mots interprêté par de sublimes gestes avec des techniques comme le sous-vide, la déshydratation ou la distillation. “La technique est aujourd’hui indéfectible et il n’y a pas d’improvisation possible si on ne la maîtrise pas. Mais l’avant-garde, ce n’est pas la révolution, c’est faire trois pas en avant”.

Manger italien est une chose. Pour accompagner les plats, il est indispensable de boire un bon vin italien. Chez Massimo, pas de problème, c’est le très réputé sommelier Giuseppe Palmieri, arrivé en 2000, qui s’en charge. Du Lambrusco au Romane Conti,...la sélection de grands crus est à l’image de la cuisine. Giuseppe fait partie d’une petite brigade 12 personnes. Une équipe qui, d’après Massimo, fait sa force. Sans cesse en mouvement, à la recherche de nouvelles techniques et expérimentations, l’Osteria Francescana doit sa renommée à son chef mais aussi à son staff. Une fois en cuisine, les membres ne font plus qu’un. Paul Bocuse disait au début des années 80 que le règne de la cuisine française durerait jusqu’au moment où les chefs italiens réaliseraient qu’ils possèdent un énorme patrimoine culinaire au bout de leurs doigts. Cette phrase n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. www.osteriafrancescana.it


Magnum di Foie Gras


Lamborghini Miura


automobile

© Automobili Lamborghini Holding Spa

La storia de Lamborghini

Si nous devions établir un classement des constructeurs automobiles italiens de prestige, Ferrari arriverait sûrement en première position suivi de très près par la marque au taureau,

L

a firme Lamborghini est née à Sant’Agata, non loin de Modène et Maranello, berceau de Ferrari. Trois villages qui forment le triangle d’or de la vallée du Pô, au nord de l’Italie. C’est de cette région qu’est originaire le fondateur de la marque, Ferruccio Lamborghini. Très rapidement intéressé par la mécanique, il obtient son diplôme d’ingénieur à Bologne. Après la guerre, âgé de 30 ans, il fonde son atelier dans lequel il construit des machines similaires à des tracteurs, assemblées avec des pièces de véhicules militaires et destinées à l’agriculture qui souffrait à l’époque d’un manque cruel d’engins mécaniques. Du petit atelier il passe à l’entreprise qui commercialise des tracteurs équipés de moteurs à 2, 3 et 4 cylindres et de nombreux éléments interchangeables. Ferruccio produit alors plus de 400 véhicules par mois, faisant de sa société une des plus grosses d’Italie dans le secteur agricole. En 1960, il veut s’attaquer à un autre marché, celui du chauffage et de l’air conditionné. Une initiative payante pour lui qui souhaite désormais se lancer dans la fabrication d’hélicoptères. Malheureusement pour Ferruccio, le gouvernement italien refuse. Malgré cet échec, il décide de s’attaquer au marché des sportives de luxe.


automobile

Lamborghini Countach

En 1948, il avait déjà construit une voiture « ouverte » sur la base d’une Fiat Topolino avec laquelle il participa à la course Mille Miglia, très populaire en Italie. Les raisons pour lesquelles Ferruccio s’est lancé dans la fabrication de voitures de sport sont nombreuses mais la principale évoquée est la suivante : il possédait une impressionnante collection de Jaguar, Mercedes, Ferrari et Maserati mais aucune d’entre elles ne le satisfaisaient pleinement. Il estimait parfois que le luxe ne suffisait pas, que la ventilation était trop faible ou le bruit trop fort. Même sa Ferrari 250 GT ne le faisait pas rêver ! En mai 1963, il crée donc Automobili Ferruccio Lamborghini S.p.A à Sant’Agata. Il fait construire une usine sur une parcelle de 50.000m² et adopte le taureau comme emblème de sa marque (il est né sous le signe du taureau). Selon lui, il symbolise parfaitement son envie d’aller de l’avant et son caractère impétueux. Il s’entoure d’une équipe de jeunes ingénieurs prometteurs et le premier modèle sorti des chaînes de montage est la 350 GT qui sera déclinée en 4 versions, puis la 400 GT avant la sortie de la fameuse Miura. A cette époque, Lamborghini redéfinit le concept de super car avec ce modèle phare designé par Marcello Gandini. Sortira tout d’abord la Miura (1966-1969) produite à 275 exemplaires avant l’arrivée de la version S, plus évoluée. De 1969 à 1971, 338 Miura S sont fabriquées. Elles disposent d’un V12 de 4 litres, de 370 chevaux pour une vitesse de pointe de 285 km/h. Ayant rencontré un franc succès avec ses deux premières versions, Lamborghini présente la seconde évolution de la Miura, le modèle SV de 385 chevaux

Lamborghini Reventon

atteignant 300 km/h dont la production fut limitée à 150 exemplaires. Les années 70 sont synonymes de crise et c’est pourquoi Ferruccio est obligé de vendre 51% de son capital à un investisseur suisse, en 1972. Un an plus tard, il cède le reste de ses parts à René Leimer et se retire dans sa propriété. Il retourne à ses racines et décide de vivre une autre passion, le vin, dont la production est d’une exceptionnelle qualité paraît-il. La production continue malgré le départ du grand patron surnommé le « Cavaliere Del lavoro ». La fin des années 70 et le début des années 80 sont marqués par la sortie de la très célèbre Countach et par la reprise de la société par deux français. En 1987 c’est l’américain Chrysler qui reprend les reines et fait entrer Lamborghini dans le monde de la Formule 1 avec l’écurie Larrousse et Lotus. En 1991, Lamborghini engage sa propre écurie dans la compétition, la Modena Team et continue à fournir des moteurs pour Ligier. L’année suivante, le groupe indonésien Megatech devient à son tour propriétaire avant la mort de Ferruccio Lamborghini en 1993. Depuis 1998, la marque italienne appartient au groupe Volkswagen. Lamborghini revient vraiment sur le devant de la scène dans les années 90 avec la Diablo jusqu’à l’arrivée de la Gallardo, de la Murciélago et de la Reventon. www.lamborghini.com


musique

SIMIAN MOBILE DISCO © D.R

James Ellis Ford et James Anthony Shaw forment le duo Simian Mobile Disco depuis 2002. Après deux premiers albums, le Fabriclive 41 et plus d’une vingtaine de remixes à leur actif, les deux anglais prolongent le plaisir avec leur dernier opus, Temporary Pleasure.

A

la fin des années 90, encore méconnus du grand public, James Ford et Jas Show étudiaient encore la biologie et la philosophie à l’Université de Manchester mais composaient déjà de la musique électronique. Leur camarade Simon Lord, auteur et chanteur influencé par la folk et conquis par leur style décide de les rejoindre pour former la groupe Simian avec le bassiste Alex MacNaughten. A cette époque, de nombreux groupes combinaient l’écriture traditionnelle et les sons électroniques, ce que Simian réussissaient d’ailleurs très bien. Mais James et Jas n’avaient pas vraiment envisagé de jouer dans un tel groupe et faire une longue tournée américaine. Pour cette raison, ils ont décidé de se faire booker pour des dj sets pendant la tournée de Simian. Après les concerts, ils couraient jouer dans de petites salles remplies où les gens semblaient plus happy que pendant les concerts du groupe. C’est là que Simian Mobile Disco est né. Au sein de leur nouveau duo, les deux producteurs réalisent dès 2003 des remixes pour des titres de Simian, Air, The Go! Team, Tahiti 80… Le duo produit ses propres maxis dès 2004 sur plusieurs labels et notamment les titres « The Count » en 2005, puis « Hustler » en 2006 sur le réputé label français Kitsuné Music. Ce dernier titre, chanté par Char Johnson,

a été un hit underground. Rapidement leur carrière de djs, remixeurs et producteurs prend de l’envergure et ils enchaînent les remixes et autres productions pour les Klaxons, Mystery Jets, Peaches, The Presets, Armand Van Helden, Björk, CSS, Ladytron, Muse, The Rapture avant de sortir leur premier album en juin 2007 sur le label Wichita Recordings, Attack Decay Sustain Release. Cet opus est un succès pour James Shaw et James Ford grâce au punch de leur musique électronique, accrocheuse et parfois bien acide. L’année suivante, en juillet 2008, ils présentent un album de remixes, Sample and Hold avant le fameux Fabriclive 41 paru le mois suivant. Depuis l’année dernière, ils font partie de l’aventure du groupe The Last Shadow Puppets, qui compte dans ses rangs un des membres d’Arctic Monkeys, Alex Turner et dont le premier album a été produit par James Ford. Cet été, Simian Mobile Disco est revenu avec Temporary Pleasure qui n’a pour l’instant pas franchement convaincu les spécialistes et les fans du duo. Quelques titres sortent tout de même du lot mais le scepticisme garde l’avantage malgré des précédents albums très prometteurs ! www.simianmobiledisco.co.uk


musique

ARCTIC MONKEYS © D.R

Les adolescents fluorescents et turbulents ont bien grandi. Ils ont sorti en cette fin d’été leur troisième album appelé Humbug. Enregistré et produit essentiellement aux USA, en compagnie de Josh Homme au sein de désert de Mojave et à l’autre bout du pays, au cœur de Brooklyn avec James Ford de Simian Mobile Disco, il se teinte d’une maturité astucieuse sans rien perdre de la fougue turbulente qui nous avait collé des fourmis dans les jambes à l’écoute de leurs 2 précédents disques.

Q

uatre ans déjà que le quatuor de Sheffield écume les ondes. Après le temps de la fraicheur instinctive qui les a vu naître et croitre, vient le temps de ne pas être des Humbuggers, à savoir autres chose que des charlatans du système, un mot de vieil argot universel, cher au Mister Scrooge du conte de Noêl de Dickens. En effet, leur ascension a été fulgurante. D’ordinaire groupe d’étudiants à qui on a offert des guitares à Noêl, ils deviennent la coqueluche d’une génération britannique en très peu de temps. Nombreux se sont cassés les dents à comprendre la raison d’un tel succès, pour des moutards dont le demi pression à la limonade coule encore du nez quand on le presse. Les Arctic Monkeys ont d’abord été un groupe de scène, un groupe d’internet aussi dont les chansons s’échangeaient entre fans enthousiastes en Peer to Peer… n’en déplaise à Miss Hadopi. Ils ont été décrits aussi comme ce fut le cas pour Lily Allen, comme une découverte du réseau social musical Myspace. Même si dans leur cas, cette page a été créée uniquement par des fans. Car si les bambins s’hystérisaient lors des prestations live au festival de Reading (UK) sur la scène découverte ou derrière les écrans de leur I-Pod, les maisons de disques que les contrées arctiques inexplorées rendent frileuses, sont un

moment restées dans l’expectative. Domino, le label de Franz Ferdinand, a cependant senti tourner le vent et les a signé en 2005. Leurs 2 premiers albums Whatever People Say I Am, That’s What I’m Not et Favourite Worst Nightmare ont été de francs succès. Ils se sont hissés dès les sorties matérielles des disques aux premières places des hit parade anglais, volant la vedette à des artistes installés au sommet comme Robby Williams. L’écriture d’Alex Turner, précise et sociale, y est sûrement pour quelque chose. Et c’est justement ce qu’il a voulu développer pour ce troisième album, fruit entre autres, de l’expatriation : “ voir autre chose que l’horizon bas de plafond de Sheffield”. Mais c’est sur scène, que l’énergie des Arctic Monkeys est à son comble et, une fois de plus, ils ne s’en montrent pas avares. Ils viennent de prendre la route pour une tournée mondiale. Actuellement aux USA, ils passeront une première fois en Novembre en France pour 2 dates déjà complètes à Paris mais on les retrouvera en Janvier 2010 pour 4 dates en France, dont une au Zénith de Montpellier le 31 Janvier. www.arcticmonkeys.com


MONTPELLIER FOCUS

14ème édition des Internationales de la Guitare Jusqu’au au 24/10 – Montpellier & Lattes Arts graphiques ZEST Jusqu’au 20/03/2010 – Montana shop & gallery

Autres

Résonance Jusqu’au 10/10 – La Scierie Cuisines et saveurs du monde Jusqu’au 02/12 – Agropolis Museum La Terre Vue du Ciel de Yann Arthus Bertrand Jusqu’au 11/10 - Au Pavillon Populaire et Esplanade Charles De Gaulle CINEMED Festival international cinéma méditerranéen de Montpellier Du 23/10 au 01/11 – Montpellier Jean Raoux (1677-1734) Du 28/11 au 14/03/2010 - Musée Fabre

Art Contemporain

Voyage sentimental 2 (des valises) Jusqu’au 12/12 – FRAC LR Week-end portes ouvertes des FRAC Les 17 et 18/10 – FRAC LR

NIMES

Art Contemporain

Projections Du 13/10 au 03/01/2010 - Carré d’Art Nouvel Accrochage de la collection permanente Jusqu’au 31/12 – Carré d’Art

Autres

La Vannerie dans l’Antiquité Jusqu’au 04/10 – Musée Archéologique

AVIGNON

Photographie

Roni Horn aka Roni Horn Jusqu’au 04/10 - Hôtel de Caumont - Collection Lambert Portraits d’artistes Jusqu’ au 11/11 – Musée Angladon

CANNES

Art Contemporain

Dis-moi, Blaise - Léger, Chagall, Picasso et Blaise Cendrars Jusqu’ au 12/10 - Musée National Pablo Picasso, La Guerre et La Paix

AIX-EN-PROVENCE

Art Contemporain Désir Émoi ou l'érotisme par… Jusqu’au 17/10 - Galerie Numéro six Photographie

Picasso Aix 2009 Jusqu’au 31/12 – En ville L’enchantement de la nature, hommage à Van Gogh Jusqu’au 29/11 – Musée Estrine Phot'Aix 2009 - Photographies de Grenade Du 07/11 au 31/12 - La fontaine obscure

MARSEILLE

Art Contemporain

Luke Painter Jusqu’au 10/10 - Galerie Bonneau-Samames Samir Mougas, Strategy & Tactics Jusqu’au 31/10 - Buy-Sellf Art Club Time To Become Poets Jusqu’au 24/10 - Galerie de la Friche la Belle De Mai Echap#2 Jusqu’au 24/10 - Galerie de la Friche la Belle De Mai Sleeping Beauty Goes Wild, Norma Jeane Jusqu’au 24/10 - Galerie de la Friche la Belle De Mai Machination Jusqu’au 07/11 – Vidéochroniques Voyage Sentimental 3 Jusqu’au 12/12 – FRAC PACA Hervé Paraponaris : Post-production Jusqu’au 31/10 - galerieofmarseille Festival actOral Jusqu’au 18/10 - Théâtre de La Criée

NICE

Art Contemporain

The Die is cast Jusqu’au 18/10 - Villa Arson Expanded crash Jusqu’au 18/10 - Villa Arson Robert Longo Jusqu’au 20/12 – MAMAC : Philippe Favier – Papeteries Du 17/10 au 31/01/2010 – Galerie du musée MAMAC Djamel Tatah Jusqu’au 11/10 - atelier d'art contemporain MAMAC Olivier Nottelet Du 16/10 au 17/01/10 - 'atelier d'art contemporain MAMAC


RESTAURANT - BAR À TAPAS


MONTPELLIER

MARSEILLE

Jeu 01/10 : Circus Ven 02/10 : The Hacker + Soirée Paradise Sam 03/10 : Sex & Vip Jeu 08/10 : Circus Ven 09/10 : Sebastien Thibaut (Cebb du Bar Live) + Soirée Paradise Sam 10/10 : Sex & Vip Jeu 15/10: Circus Ven16/10 : Dolly Party + Soirée Paradise Sam 17/10 : White Party Jeu 22/10 : Circus Ven 23/10 : Paul Nazca + Soirée Paradise Sam 24/10 : Sex & Vip Jeu 29/10 : Circus Ven 30/10 : Gui Boratto + Soirée Paradise Sam 31/10 : Sex & Vip spéciale Halloween

Ven 02/10 : Pony Pony Run Run Jeu 08/10 : The Black Seeds Ven 09/10 : Krystle Warren Jeu 15/10 : Soul Jazz Orchestra Lun 19/10 : Rootz Underground Sam 24/10 : Jack de Marseille Jeu 29/10 : Just Jack Sam 07/11 : Naive New Beater Mardi 10/11 : Ebony Bones Sam 21/11 : Le Klub des 7 Jeu 26/11 : Marva Whitney Ven 27/11 : Yodelice

Villa Rouge

Rockstore

Mer 07/10 : The Black Seeds Sam 10/10 : Sporto Kantes Mar 13/10 : Phoenix Jeu 15/10 : Calvin Russell Mer 21/10 : Danakil + rootz underground Ven 23/10 : Interlope Ven 06/11 : Hugh Coltman Sam 07/11 : Last Music Live avec Dj Aphrodite feat Guest Sam 14/11 : Antipop Consortium Jeu 19/11 : Pony Pony Run Run Sam 21/11 : Sandra Nkake & Dj Sundae Jeu 26/11 : Les Wriggles

Victoire2

Jeu 15/10 : Is What & Jazz Liberatorz Sam 17/10 : Le Klub Des 7 + Koumekiam Sam 24/10 : The Dyanamites + Charles Walker

TAF

Sam 07/11 : The Humungus show avec Mat Weasel Busters (live, Osmik (live), Le Bask (live) et Azazel (dj set). Mar 10/11 : Festival Montpellier 100% / Disco Punk Party avec Kantès (Sporto Kantès), Carla Blondie et Alex Terror.

Autres

Sam 31/10 : Dj Lolita @ Bar le Huit Sam 24/10 : Dj Key & Mc Loop et Plazolman @ Antirouille Sam 14/11 : Pinguins Session 9 @ Mix Koffee Club

AVIGNON Le Privé

Ven 09/10 : Soirée Sixpack France avec Tekilatex + Orgasmic + Anticlimax

Akwaba

Ven 16/10 : Hocus Pocus + Dizzylez Sam 07/11 : Dj Vadim + David X + Pieces of Soul

Cabaret Aléatoire

Dock des Suds

Ven 23/10 : Fiesta des Suds avec Rinôçérôse + Chaka Demus + Loo & Placido + Derdiyoklar + Boris K + Phred + Relatif Yann + Storm

Espace Julien

Ven 09/10 : Les Tambours du Bronx Ven 23/10 : Mulatu Astatke & The Heliocentrics Dim 08/11 : Sizzla Mar 24/11 : Wax Tailor

Spartacus (CABRIES)

Sam 03/10 : La Dame Noir & Non E Possible présentent Ivan Smagghe et Tim Paris Sam 10/10 : Moonbeam (Moonbeam Digital – Russie) Ven 16/10 : Luciano (Cadenza – Lausanne) Sam 24/10 : Housemeister (Boys Noise – Berlin) Ven 30/10 : Gaiser (Minus – Berlin)

FOCUS « POWER » Album Release Party

17/10 : Zénith/Montpellier BOYS NOIZE (BOYSNOIZE REC. / GER) EROL ALKAN (PHANTASY / UK) BRODINSKI (MENTAL GROOVE / TURBO REC./FR) BODY CODE LIVE (SPECTRAL SOUND / DE) STRIP STEVE (FR) SIMON BAXTER (FR) 25 euros (en prévente) – 30 euros (sur place) Ouverture des portes : 21h

AGENDA SOIRéES


urban guide

Shopping Montpellier CHIC Paia : 27 zac des Commandeurs Lattes - 04 67 99 00 00 Carpe Diem : Centre cial Polygone - 04 67 22 01 98 Groc : 19 rue de l’Ancien Courrier - 04 67 60 54 11 Bolso : 19 rue Foch - 04 67 02 87 46 Casilda : 7 place St- Côme 04 67 84 07 25 Patricia Orssaud : 16 rue Argenterie - 04 67 66 04 47 Ma Première Boutique : 4 r petit St Jean - 04 67 60 62 89 Soon : 7 place St Come - 04 67 66 18 06 Klub : 7 rue Jacques Coeur - 04 67 29 56 89 SISLEY : 45 grand rue Jean Moulin Poisson rouge : 37 rue de l’argenterie - 04 67 54 73 55 Casamance : 11 rue Jacques Coeur - 04 67 60 69 73 Cachou : 4 rue des sœurs noires - 04 67 60 70 33 Coqueline : 6 rue de la croix d’or - 04 67 60 53 54 Agnès B : 14 rue Foch - 04 67 57 80 94 Mata-Hari : rue de l’ancien courrier - 04 67 60 71 59 Hugo Boss : 7 rue Foch - 04 67 02 16 16 TARA JARMON : 12 rue de l’argenterie - 04 67 56 03 29 ALPH : 35, rue de l’argenterie - 04 99 61 62 01 Vilebrequin : 17 rue Foch - 04 67 66 13 85 M + F Girbaud : 3 bld du jeu de paume - 04.67.54.01.06 L’M by lise Marie : place Saint - Roch - 04 67 63 46 17 HELENE G : 30 rue Foch 04 99 06 91 44 F : 5 rue de la Charrue - 04 67 56 52 44

STREETCHIC Catwalk : 8 rue de la croix d’or - 04 67 60 38 08 People’s rag : 13 rue de l’Argenterie - 04 67 60 81 91 Backroom : 55 rue de l’aiguillerie - 04 67 58 94 01 Five-o : 2 pl Castellane - 04 67 66 08 16 L’étage : 1 rue Draperie Rouge - 04 67 54 74 91 Vibes : 2 rue Jacques d’Aragon - 04 67 56 29 97

BRANCHÉ Guess : 12 rue Jacques Coeur - 04 67 54 05 09 Nude : 12 rue de l’ancien courrier 04 99 06 89 43 Le Shop : 29 rue de l’Aiguillerie - 04 67 66 18 38 Gstar : 22 rue de l’Aiguillerie - 04 67 60 93 26 Denim Store : 5 rue Boussairolles - 04 99 61 15 87 Paia Since 91 : place du forum La Grande Motte - 04 67 92 46 39 Paia Girl : 25 quai d’honneur - 04 67 56 90 86 Paia Outlet : 120 rue des moussaillons Grau du Roi - 04 66 531 915 Lacoste : pl martyrs de la résistance - 04 67 63 81 75 Folio : 23 r Aiguillerie - 04 67 60 52 74 Sapsak : 16 rue de l’ancien courrier - 04 67 60 23 70 Maje : rue de l’ancien courrier - 04 67 60 22 99 SANDRO : 4 rue de l Argenterie - 04 67 63 36 92

CHAUSSEURS Les 2 Zébres : 17 rue de l’argenterie - 04 67 02 43 22 Kromatik : rue Jean Moulin - 04 67 60 58 19 Robert Clergerie : 6 place Chabaneau - 04 67 60 87 26 Paia : 27 zac des commandeurs Lattes - 04 67 99 00 00 Free lance : 17 rue de l’ancien courrier - 04 67 60 43 56 DE PAS A PAS : 5 rue en gondeau - 04 67 66 75 84

MOBILIER DESIGN RBC : 13 rue Foch - 04 67 60 75 06 2 plan D’Aviler - 04 99 58 10 11

Lluck : 16 bd du jeu de paume - 04 67 60 52 04 Ligne Roset : 4 zac Soriech Lattes - 04 67 65 24 96 Scènes d’interieur : 15 rue des soeurs noires - 04 67 84 23 32 Steiner : c. cial Le Solis av Mer Lattes - 04 67 64 55 36 Béatrice Collin home : 6 rue du plan du palais - 04 67 59 15 43


urban guide

CHIC JP Prohin : 1 rue auguste - 04 66 67 60 14 Newport : 1 rue des Halles - 04 66 67 69 59 Oxford Street : 2 rue des Halles - 04 66 21 48 87 D’or & déjà : 5 rue de chapitre Intimo : 6 rue chapitre - 04 66 36 84 84 Transition : 11 rue chapitre - 04 66 21 27 13 Andrew’s : 18 rue horloge - 04 66 76 25 13 Gigi : 17 rue général perrier - 04 66 67 34 06 Boutique Regarde : 14 rue fresque - 04 66 76 11 64 Boutique Champagne : 3 rue chapitre - 04 66 36 28 06 Démonia : 6 rue chapitre - 04 66 21 36 78 Chapitre 7 : 7 rue du chapitre - 04 66 29 88 50 Lacoste : 11 place maison carré - 04 66 21 79 80 Lo : 8 rue eugénie - 04 66 36 72 95 Lôu : 5 rue guizot - 04 66 64 78 38 Marie-Charlotte : 10 rue du chapitre - 04 66 21 09 08 Guy Mauve : 15 rue général perrier - 04 66 67 33 71

STREETCHIC Chocolate : 1 rue de l’horloge - 04 66 84 62 39 Loft : 19 rue de la Madeleine - 04 66 21 25 89 Sud Express : 9 r Marchands - 04 66 36 12 93 Unlimited : 5 rue fresque - 04 66 36 27 46

CHAUSSEURS Storm Boots : 4 rue des Lombards - 04 66 76 07 67 Marie M : 11 rue général perrier - 04 66 36 83 12 Shoes : Centre Cial Carré Sud - 04 66 84 17 50 Kolector : 6 rue des Lombards - 04 66 64 52 74

MOBILIER DESIGN RBC Kartell : 1 pl Salamandre - 04 66 67 62 22 Domus : 11 rue de l’Horloge - 04 66 76 13 56 Dinie Design : 18 rue de l’Horloge - 04 66 64 42 91 ONE DESIGN : 10 rue Emile Jamais - 04 66 64 62 13

BRANCHÉ NÜTS & BOLTS : 5 rue du chapitre - 04 66 40 75 63 Giselle : 20,avenue jean jaures - 04 66 29 16 90 Warning : 2 rue lombard - 04 66 21 43 23 Be fore : 7 rue lombard - 04 66 26 34 38 Le marais : 2 rue de l’hôtel de ville - 04 66 21 51 00 Indigoblue : 5 rue de l’horloge - 04 66 21 13 63 Paloma : 3 rue régal - 04 66 36 73 54 Take Off : avenue Claude Baillet - 04 66 26 03 50 Le Shop : 3 rue St Castor - 04 66 23 89 27 L’une & l’autre : 4 r Grand Couvent - 04 66 38 90 79 By la garconne : 39 rue Fresques - 04 66 21 98 48 IKKS Women : 9 rue du Chapitre - 04 66 84 53 85

OPTICIEN Montpellier Carla’s Eyeworks : 7 r petit St Jean - 04 67 54 71 97 O Mil’Yeux : 1 rue En Rouan - 04 67 63 51 67 Optique Tranier : 9 rue St Guilhem - 04 67 60 78 61 Lambou : 26 rue St Guilhem - 04 67 52 77 52 Loft optique : 8 place des beaux arts - 04 67 86 94 97

Shopping N Î M E S


urban guide

RESTAURANTs NOS ADRESSES CHIC MONTPELLIER La Cie des Comptoirs : 51 rue François Delmas 04 99 58 39 29 Les Bains : 6 rue Richelieu 04 67 60 70 87 La Reserve Rimbaud : 820 av St Maur 04 67 72 52 53 Le Grand Bazar : 4 passage Bruyas 04 67 55 67 66 La Chichoumeille : 390 chem Cauquilloux 04 67 71 92 86 Kinoa : 6 rue des Soeurs Noires 04 67 15 34 38 Welcomedia : parvis de l’Opéra Comedie 04 67 02 82 65 Prouhèze saveurs : 728 av Pompignane 04 67 79 43 34 Brasserie du théatre : 22 bd Victor Hugo 04 67 58 88 80 Volodia : 29 rue JJ Rousseau 04 99 61 09 17 Duo : Place de la chapelle 04 67 66 39 44 Le Moom : 3, rue collot 04 99 06 91 02

BRANCHE

CASTELNAU LE LEZ La Bougnette : 8 av Jean Jaurès 04 67 79 03 85

SAINT JEAN DE VEDAS Le Duplex² : 92 , route de lattes ZA les coteaux 04 67 22 38 46

MONTFERRIER LE LEZ Cygory : 134 montée des Picadous 04 67 59 94 15

CASTRIES Le Disini : 1 rue des carrières 04 67 41 97 86

MONTPELLIER

PALAVAS

Le Cinq : 5 bd des arceaux 04 67 58 31 30 Georges Café : 11 bis rue de la loge 04 67 66 01 63 L’ artichaut : 15 bis rue St Firmin 04 67 67 91 86 Le Bocal : 136 avenue de Toulouse 04 67 65 71 73 Le Site : Port Marianne 04 67 99 04 21 Le 6 : 55 rue de la cavalerie 04 99 58 18 91 La Place : Place Saint Ravy 04 67 66 22 86 Le Deep : 180 rue de Galata 04 67 99 93 06 L’Autrement : 16 rue des Balances 04 67 60 38 97 Le Baloard : Bd Louis Blanc 04 67 79 36 68 Le Comptoirs de l’arc : pl de la Canourgue 04 67 60 30 79 La Comtesse : 7 pl Albert 1er 04 67 45 61 09 La Cantine : Place du nombre d’or 04 67 69 59 52 L’épisode 25, rue Hippolyte 04 67 29 94 73 IMOE : 91 rue fbg boutonnet 04 67 54 73 49 Le St Côme : place St Côme 04 67 60 75 24 Le Carré : Place Saint Ravy 04 67 86 46 50

Impala : lieu-dit Quatre Canaux 04 67 47 53 82 Le petit lezard : 63 av de l’étang du Grec 04 67 50 55 55 La Banane : 37 bd Sarrail 04 67 50 73 93

AIGUES MORTES Le Dit Vin : 6 rue 4 Septembre 04 66 53 52 76 Le Bateau Ivre : Bassin d’Aigues-Mortes 04 66 71 63 31 Café de Bouzigues : 7 rue Pasteur 04 66 53 93 95 La Dolce Vita : 12 rue Marceau 04 66 53 69 11 Papi Moïse : 10 rue Alsace Lorraine 06 21 23 50 88 La Bodega : 20 rue Pasteur 04 66 71 56 35 L’Eden : 2Ter r Denfert Rochereau 04 66 53 69 45 Les Templiers : 21,23 rue République 04 66 53 66 56 Le Victoria : 10 pl Anatole France 04 66 51 14 20 Marie-Rosé : 13 rue Pasteur 04 66 53 79 84 Los Caracole’s : mas Marais rte Bosquet 04 66 53 71 98 Coco : 19 rue Jean Jaurés 04 66 53 91 83

LA GRANDE MOTTE Le Yacht Club : La Capitainerie 04 67 56 99 45 Le Prose : 247 all Vacarés 04 67 56 53 38 Le San Cyr : 49 quai d’honneur 04 67 56 75 95

LE GRAU DU ROI L’Envie : 2 rue Frederique Mistral 04 66 51 00 55 Le Carré des gourmets : Pointe de la Presqu’ile Port 04 66 53 36 37

LATTES

Sensation : 2 rue des consuls - 04 67 50 39 31

NÎMES Le Racine : 2 rue Grétry 04 66 67 95 75 La Suite : 8 rue Fresque 04 66 67 83 96 La Bodeguita : 3 bd Alphonse Daudet 04 66 58 28 29 Le Resto : 6 rue St Thomas 04 66 21 80 12 Le Carré d’art : 2 r Gaston Boissier 04 66 67 52 40 Le Temps d’une pause : 29, Place du grand couvent 04 66 29 99 81 L’ardoise : 5 rue des petits souliers 04 66 21 06 02 L’épicurien : 16 pl André Malraux 04 66 67 53 50 Ciel de Nîmes : 3e et. du carré d’art 04 66 36 71 70 L’Imprimerie : 3 rue Balore 04 66 29 57 16 Basilik : 3 rue de l’horloge 04 66 23 20 97

PASTA Michelangelo : 25 rue Hippolyte 04 67 29 94 73 Mezzo di pasta : 61 grand rue jean moulin 04 67 02 24 08


TRADITIONNEL

MONTPELLIER

Pain & Cie : 4 place Jean Jaurès 04 67 60 24 35 Anis et Canisses : 47 avenue Toulouse 04 67 42 54 48 Le Panier du Pêcheur : 250 av de la pompignane 04 67 81 01 01 Le Galapia : 694 chemin des cauquilloux-Castelnau 04 67 85 73 13 Pizz’agri : 60 av de l’ecole de l’agriculture 04 67 04 15 98 L’Atelier : 4 rue rebuffy 04 67 57 47 03 Le Pastis : 3 rue Terral 04 67 66 37 26 Les Cuisiniers Vignerons : Domaine Saporta 04 67 06 88 66 Le Mas du Ministre : rte de Maugio 04 67 12 19 09 Morceau de Lune :14 rue du Pila St Gely 04 67 52 80 59 Le café Léon : 12 rue du plan d’Agde 04 67 60 56 83

LATTES La Prose Déjeuner : Espace Humbert (Park. Auchan) 04 67 22 47 74 Le Zèbre bleu : ld la Calade rte Palavas 04 67 99 69 66 Le Clos de Rignac : av de Pérols 04 67 50 25 44 Le Mas Campo : chemin Soriech 04 67 65 88 50 Coté 20 : 404 av de Montpellier 06 10 68 39 11

NÎMES Le Vintage : 7 rue Bernis 04 66 21 04 45 Le Wine bar : 1 pl Arènes 04 66 76 19 59 Au chapon fin : 3 rue Château Fadaise 04 66 67 34 73 La Table du Marché : 10 rue littré 04 66 67 22 50 Chaverdille : 2 pl du Chateau/Caveirac 04 66 81 43 24 Le Poête : 24 bd Victor Hugo 04 66 64 28 77 La Cuisine de Pascaline : 191 chem du mas Cheylon 04 66 27 41 40 Le Bel Ami : 8 rue de la maison carrée 04 66 67 48 49 L’Esclafidou : 7 rue xavier sigalon 04 66 21 28 49 Pain & Cie : 120 rue Paul Laurent 04 66 59 55 08 Au flan Coco : 21 rue du Grand couvent 04 66 21 84 81 Le Bistrot Nîmois : 22 rue de la Curaterie 04 66 36 15 75

CARNON Le Petit Mas : 81 avenue Grassion Cibrand 04 67 50 50 80

LA GRANDE MOTTE La Bourrique : res Acapulco 04 67 06 52 39 Pourkoi pas : 477 quai charles de Gaulle 04 67 58 81 03

RESTAURANTs NOS ADRESSES GASTRONOMIQUE

MONTPELLIER

Le Jardin Des Sens : 11 avenue St Lazare 04 99 58 38 38 Cellier & Morel : 27 rue Aiguilerie 04 67 66 46 36 Tamarillos : 2 place Marché aux Fleurs 04 67 600 600 Mas des Brousses : 540, Rue du Mas des Brousses 04 67 64 18 91 La Diligence : 2 place Pétarque 04 67 66 12 21 Le Sequoia : 148 rue de Galata 04 67 65 07 07 De Lauzun : 3, bd de l’Esplanade Gignac 04 67 57 50 83

NÎMES Alexandre : rue Xavier Tronc 04 66 70 08 75 L’exaequo : 11 rue Bigot 04 66 21 71 96 Le Lisita : 2 Bd Arènes 04 66 67 29 15 Les Palmiers : 140 r Vatel 04 66 62 57 57 Le magister : 5 rue Nationale 04 66 76 11 00 Aux plaisirs des Halles : 4 rue Littré 04 66 36 01 02 Le Darling : 40 r Madeleine 04 66 67 04 99

ASIATIQUE MONTPELLIER Sushi bar : 20 rue Bernard Délicieux 04 99 77 06 06 Nuni Ki : 26 rue Terral – 04 67 63 12 25 Sushi Shop : 2 place Molière 34000 Montpellier Mai Linh : 15 rue Aristide Olivier – 04 67 58 33 92

NÎMES Shogun : 38 Bd Victor Hugo 04 66 27 59 88 Wasabi : 28 rue du Grand Couvent 04 66 64 65 03

NOCTURNE LATTES La Côte à l’Os : chemin Mas de Gau 04 67 15 05 63 La Cuisine : 89 rue Casino 04 67 06 50 54

TABLE D’HÔTE Villa di condra : 67,av d’assas Mtp 06 81 42 80 21


BARS -BEFORE MONTPELLIER Le Café Joseph

3, place Jean Jaures 04 67 66 31 95

Deep Café

180 rue Galata 04 67 99 93 06

Bar de la Cie des Comptoirs

Avenue François Delmas 04 99 58 39 29

Le 8

Le Barberousse 6, rue Boussairolles 04 67 58 03 66

Café des Arts 3, rue St Guilhem 04 67 60 81 87

Los Parigos

3, rue de la petite Loge 06 84 77 51 42

Mesdames Messieurs

8 rue de l’aiguillerie 04 67 66 14 18

5, rue de girone 04 67 63 49 53

Café de la Mer

Le Café Riche

5, place marché aux fleurs 04 67 60 79 65

place de la comédie 04 67 54 71 44

Le Comptoir de l’Arc

Le Martin’s club

Place de La Canourgue 04 67 60 30 79

8 rue de la monnaie 04 67 55 04 87

L’étage

L’Atelier

3, place Jean Jaures 04 67 66 31 95

4 rue rebuffy 04 67 57 47 23

La Suite

L’historique café

Le Petit Négresco

L’ENVERS BODEGA

Baretto

Times café

6 rue Richelieu 04 67 60 70 87 Place Jean Jaurès 04 67 60 24 93

25, rue du palais des Guilhems 04 99 61 04 31

4 b pl marché aux fleurs 04 67 29 65 22 5, pl Jean Jaurès 04 67 54 21 07

7, rue des teissiers 06 12 58 16 94

Latitude café

Place de la Canourgue

PAPADOBLE

6, rue du petit scel 04 67 55 66 66

La Comtesse

7 pl Albert 1er 04 67 45 61 09

Bar du Musée

1 rue Montpellieret 04 67 60 45 65

Del Mon Café 1 rue Vanneau 04 67 92 43 90

Le Circus

3, rue Collot 04 67 60 42 05

Café Moderne 7 place de la chapelle neuve 04 67 68 66 09

Le St Roch

22 r Petit St Jean 04 67 66 09 55

Le wine note bar 12 rue des trésoriers de la bourse

L’Epicerie

Place Jean Jaurès

NîMES ÔClub

Centre Cial Les 7 collines 04 66 64 21 26

La Suite

8 rue fresque 04 66 67 83 96

Le Jean Jaurès 30 av Jean Jaurès 04 66 23 19 90

Le Victor Hugo 36 bd victor hugo 04 66 21 20 90

Le Racine

2 rue gréty 04 66 67 95 75

Le Café Carré

Place de la mais. carré 04 66 67 50 05

Le Café de Paris 48 bd victor hugo 0466 64 96 30

Calle Salud

5 rue Jean Reboul 04 66 28 92 32

AIGUES-MORTES Chez Papy Moïse

10 rue Alsace Lorraine 06 21 23 50 88

La Bodega

20 rue Pasteur 04 66 71 56 35

LA GRANDE MOTTE Le WAT

lieu dit Ancien Quai d Honneur 04 99 06 09 22

Indian Café

117 quai Charles de Gaulle 04 67 29 19 97

Le Rhumboat

477 quai Charles de gaulle 04 67 63 36 29

Le Napoléon

Le Crazy Cow

Le Rhum Bar

LE GRAU DU ROI L’Envie

46 bd victor hugo 04 66 67 20 23 10 rue Condé 06 32 50 42 83

La Grande bourse 2 bd Arènes 04 66 67 68 69

LE REZO

2 rue notre dame 04 66 64 79 40

quai d’honneur

2 rue Frédéric Mistral 04 66 51 00 55 04 66 23 19 90


CLUBBING GUIDE MONTPELLIER LE MIX KOFFEE 13 rue du grand St Jean 34000 Montpellier 04 67 58 53 35 Le Pearl Quartier du Millénaire 04 67 64 54 56

Le May Back 1348, Av de la mer complexe le Palladium LE MILK 1348, avenue de la Mer 04 67 22 41 22 L’Opéra 2 rue d’Alger 04 67 58 37 32

l LATTES

La Villa Rouge DJ : T.Raise,Lorent-Air Rte de Palavas 04 67 68 54 33

Le ShowRoom Espace commercial fréjorgues EST Le Ô’Bar Route de Car non 04 99 52 29 07 Havana Night Plaine Mas de Gau Rte de Car non 04 99 52 23 75 La Côte à l’os Plaine Mas de Gau 04 67 15 05 63 L’Ice Sortie les Marestelles 0467658423 Le Petit Club Rte de Palavas 04 67 06 50 54

l PALAVAS

Maxximum Les Arênes 04 67 68 55 60

l PORT CAMARGUE

La Scatola Route des Marines Plage Sud 04 66 73 70 60

l LA GRANDE MOTTE La Dune Route des Plages le gd Travers 06 67 90 46 59

l NîMES

Le Joy 150 rte de sauve 04 66 23 45 50 Le Lulu Club 10 rue Curaterie 04 66 36 28 20 La Strada 3 rue colbert 06 23 42 66 78 Le Ckf rue de l’étoile Nîmes 04 66 21 59 22 La Suite 8 rue fresque Nîmes 04 66 67 83 96 Le Mixxx 145 rue Michel Debré 04 66 818 004

l AIGUES MORTES

La churascaia rte des Stes Maries de la Mer 04 66 73 51 99

CHARTS OCTOBRE 2009

EROL ALKAN

(PHANTASY REC./ UK)

1. Waves / Death Suite - Erol Alkan & Boys Noize 2. Who’s There? Riton & Primary 1 (Phantasy) 3. Power (LP) - Boys Noize (BNR) 4. Gummiband - Siriusmo (Grand Petrol Recordings) 5. My Cat (A Mochi Remix) - Julien Jewel (Figure) 6. Got Your Thing Drums Of Death (Greco Roman) 7. Retro/Grade - Moda (CDR) 8. Flash Back 2 - Unknown (CDR) 9. Peanut Club - Brodinski & Noob (Turbo) 10. Hold The Line (Skream! Mix) - Major Lazer


urban guide

CARNET D’ADRESSEs AIX EN PROVENCE SHOPPING

RESTAURANTS

The Dressing Room Kulte 20 Rue Granet Core Zone Aix Rue Granet - 04 42 09 52 60 Sessun Shop 10 Rue Courteissade- 04 42 38 40 66 AGNES B Femme 2, Rue Fernand Dol -04 42 38 44 87 Homme 2, Rue Laroque 04 42 38 44 91 Pull-in Underwear Shop 2 Rue Jaubert - 04 42 67 15 68 Novoid Plus 1 8/20 Rue Fauchier - 04.42.38.55.82 Lgb 7 Rue De La Glaciere - 04 42 26 30 72 Select Skateshop 26 rue Mignet- 04 42 96 90 12 LOUISETTE 17 rue Granet SCRATCH 32 cours Mirabeau - 04 42 38 00 13 DI MICHELI STUDIO19 rue Fabrot 04 42 38 19 27 BAZAAR 12 Place des Chappeliers 04 42 26 12 30 LEVI’S av Napoleon Bonaparte TAXIPHONE 25 rue Papassaudi - 04 42 27 83 17 L’AUTRE TAXIPHONE 5, rue papassaudi - 04 42 26 03 33 PAUL SMITH 3, rue Fernand Dol - 04 42 27 11 43 Castor et Pollux 10, Rue Paul Bert - 04 42 96 21 14 FRIENDS 5, rue Méjanes- 04 42 96 34 23 Cosmoparis : 15 place St Honoré - 04 42 27 59 80

Le Poivre d’Ane 40, Place des Cardeurs 04 42 21 32 66 Mitch 26, Rue des Tanneurs 08 26 10 12 85 Les 2 Frères 4, Avenue Reine Astrid 04 42 27 90 32 Le Clos de la Violette 10, Avenue de la Violette Villa Galici : avenue de la Violette 04 42 23 29 23 Le Formal : 32, Rue Espariat 04 42 27 08 31 Chez Maxime : 12 place Ramus 04 42 26 28 51 Le Saïgon : 2 Bis, Rue Aumône Vieille 04 42 26 05 48 Sushika : 23, Rue Couronne 04 42 27 59 91 Yoji : 7, Avenue Victor Hugo 04 42 38 48 76 Cay Tam : 29 rue de la Verrerie 04 42 27 28 11 Le Passage 10, Rue Villars 04 42 37 09 00 Bastide du Cours 41-47, Cours Mirabeau Icône : 3, rue Frédéric Mistral 04 42 27 59 82 La Chimere Café 15 rue Bruyes 04 42 38 30 30 La rotonde : 2A, place Jeanne d’Arc 04 42 91 61 70 L’opéra 18 rue fermée 04 42 12 44 67 L’imprévu 2 2, Rue des Tanneurs 04 42 39 46 57 Le Why Not Chemin des Pennes au Pin Le Patio 16, Rue Victor Leydet 04 42 93 02 03

Hylton 41 rue Esperiat - 04 42 91 26 57

CLUBS

BEFORE

Tapas Café : 6 Place des Augustins - 04 42 26 77 72 Le cuba libre : 4 Bd Carnot - 04 42 63 05 21 L’Etage : 53, Cours Mirabeau - 04 42 26 00 51 La Belle Epoque : 29 cours Mirabeau - 04 42 27 65 66 Le Duplex : 30 rue Vauvenargues - 04 42 21 47 07 Le Café Bastide du Cours : 45, Cours Mirabeau - 04 42 26 10 06 Les Deux Garçons : 53, Cours Mirabeau - 04 42 26 00 51 Le Café des Cardeurs : 18, Pl Forum des Cardeurs - 04 42 21 46 86 Le Cha Do Café : 46-48 cours Sextius - 04 42 27 70 63 The old bulldogge : 32 rue Emeric David - 04 42 91 39 93

Le Divino Mas des auberes 04 42 21 28 28 La Joia chemin de l’enfant (Aix les milles) 04 42 39 92 98 Le Mistral 3 rue Frédéric Mistral – 04 42 27 40 90 Le Studio 88 la calade RN7 puyricard) – 04 42 23 26 88 Le Top 60 5265, route d’Avignon 04 42 63 14 28 SPARTACUS CLUB 13480 Cabries 06 82 84 41 54


urban guide

CARNET D’ADRESSEs MARSEILLE shopping

RESTAURANTS

Be Weep 60 rue St Férréol – 1er – 04 91 33 25 39

La Comedia : 21 rue Sainte – 1er – 04 91 54 99 78 Jo’s : 20 rue Haxo – 1er – 04 91 54 30 95 Le patio des docks : 114 r de la République – 2ème – 04 91 91 94 77 Le Trendy : 75 rue Sainte – 7ème – 04 91 33 11 63 Carbone : 22 rue Sainte – 1er – 04 91 55 52 73 César Place : 21 place aux huiles – 1er – 04 91 33 25 22 Les Danaïdes : 6 square Stalingrad – 1er – 04 96 12 43 42 La Fabrique : 3 place Jules Verne - 2ème – 04 91 91 40 48 Le Wagon : 45-46 quai de Rive Neuve – 7ème – 04 91 54 10 40 Lemon Grass : 8 rue Fort Notre Dame – 7ème – 04 91 33 97 65 L’épicerie : 12 av des Goumiers – 8ème - 04 91 72 35 75 8ème sud : 51 avenue Georges Pompidou – 8ème – 04 91 71 57 42 Le Manureva : 1 av de la Pointe Rouge – 8ème – 04 91 72 33 22 Le Murano : 229 avenue du Prado – 8ème – 04 91 80 42 01 L’Hippodrome : 16 ac Pierre Mendes France -8ème- 04 91 72 79 36 Miramar : 12 quai du Port - 2ème - 04 91 91 10 40 L’aromat : 4 rue d’Italie - 6ème - 04 91 47 57 50 Le Charles Livon : 89 Bd Charles Livon - 7ème - 04 91 52 22 41 Chez Fonfon : 140 Vallon des Auffes - 7ème - 04 91 52 14 38 L’épuisette : Vallon des Auffes – 7ème - 04 91 52 17 82 Le Rhul : 269 Corniche Kennedy - 7ème - 04 91 52 01 77 Les trois forts : 36 Bd Charles Livon - 7ème - 04 91 15 59 56 Des mets de Provence : 18 quai de Rive Neuve - 7ème 04 91 33 35 38 La Garbure : 9 cours Julien – 6ème – 04 91 47 18 01 Cyprien : 56 avenue de Toulon – 6ème – 04 91 25 50 00 Une table au sud : 2 quai du Port – 2ème – 04 91 90 63 53 Le nouveau Beijing : 61 r de la République - 2ème 04 91 56 71 91 Le Yen : 60 avenue du Prado - 6ème - 04 91 53 00 09 Chez Quan : 148 Pierre Mendès France - 8ème 04 91 71 51 51 Le Petit Nice : Anse de Maldormé 04 91 59 25 92 Le Ventre de l’Architecte 280, Boulevard Michelet 04 91 16 78 23 Le Peron 56, Corniche Kennedy 04 91 52 15 22 César Place 21, Place aux Huiles 04 91 33 25 22

Alan Joseph Centre La Valentine Core Zone Marseille 8, Rue Montgrand 04 91 33 93 56 Kulte Store 9 Rue Du Jeune Anacharsis Le Shop In 55 Rue Sainte 04 91 54 22 92 Massilia Surf Shop 2 Rue Dieude 04 91 54 30 60 Sessun Shop 6 Rue Sainte 04 91 52 33 61 Premium Pull-in Dealer 3 Rue Haxo 04 91 55 61 17 Kartell 119 Rue Paradis 04 91 33 19 10 Zadig Et Voltaire 4 Rue Sainte 04 91 33 64 88 Masahiro : 31 rue St Pierre 04 91 48 32 57 Circoloco show room : 42 rue Liandier 04 91 83 01 53 Diesel Store : 39 rue Grignan 04 91 33 11 84 Le Découvreur : 137A rue Paradis 04 91 37 40 40 Alibi : 9 cours Jean Ballard 04 91 54 09 62 PLAY BACK 34/A rue St Ferreol LA SUITE BY COAST Centre Cial Grand Littoral KULTURE 105, av Clot Bey

BEFORE

Le Marlin : 7 place aux Huiles 1er 04 91 54 83 99 Le pêle-mêle : 8 place aux Huiles 1er 04 91 54 85 26 L’interdit : 9 rue Molière 1er Le Bar de la Marine : 15 quai de Rive Neuve 1er Le Tangara : 14 rue de la Paix 1er 04 91 33 86 07 Le lounge : 42 rue des trois rois 1er 04 91 42 57 93 Le Crystal : 148 quai du Port 2ème 04 91 91 57 96

CLUBS

Le London club 73 promenade de la Corniche Kennedy Le Trolleybus 24 quai de rive neuve –7ème Le Bazar 90 Bd Rabateau – 8ème La Maronaise Route de la Maronaise – 8ème CLUB 145 145 Bd Rabatau – 10ème


urban guide

AVIGNON RESTAURANTS

Extramuros 44, Boulevard Saint Michel, Tel : 04 32 74 22 22 Opéra Café 24, Place de l’Horloge Tel : 04 90 86 17 43 La Salicorne 30, Rue du Vieux Sextier, Tel : 04 90 85 02 95 La Vieille Fontaine 12, Place Crillon New Ground 29, Rue Saraillerie, Tel : 04 90 85 21 83 Art et Gourmets 4, Place de la Principale , Tel : 04 90 86 81 87 Art et Buffets 19, Rue des Trois Faucons, Tel : 04 90 82 23 69 La Compagnie : 83, Rue Joseph Vernet, Tel : 04 90 85 99 04 Restaurant La Mirande 4, Place Amirande, Tel : 04 90 85 93 93 Basilic Citron 4, Place Principale, Tel : 04 90 85 98 85

ShopS

Coppelia 42, Rue Joseph Vernet, Tel : 04 90 82 10 40 Abaca 7 rue rouge tel 04 90 82 41 14 Vogue 18 Rue Saint Agricol 04 32 76 82 51 Donna 35 Bis Rue Saint Agricol 04 90 85 62 69 Contact 9 rue de la bonneterie 04 90 82 24 75 La reserve 5 rue rouge 04 90 85 08 22 PARALEL 15 Rue Bonneterie 04 90 85 09 88 Actuel B 11, Rue Joseph Vernet 04 90 82 91 61 11 Rue De Baroncelli 04 90 14 06 65 The Next Door 7, Rue Folco De Baroncelli 04 90 82 36 97 Circle 1 Rue Joseph Vernet 04 90 82 79 92 Circle Skateshop 3 Rue Folco De Baroncelli 04 90 82 79 92 People Paradise 7 Rue Des 3 Faucons 04 90 86 43 74 America 22 Rue Bonneterie 04 90 16 95 85 Rbc Avignon 38 bd Saint Roch 04 90 82 52 56

BEFORE

Le cid café 11, Place de l’Horloge 04 90 82 30 38 Utopia 4, Rue Escaliers Ste-Anne 04 90 27 04 96 LE Red zone 25, Rue Carnot 04 90 27 02 44 F cafe 74, Place des Corps saints 04 90 85 30 63

CLUBS

le privé les Angles Route Bosquets 04 90 25 90 99 la station Quartier San Rémo 13160 Chateaurenard 09 58 39 01 93

NICE RESTAURANTS

Kitchen 10, rue Chauvain 04 93 62 88 24 Millésime 82 6, rue Chauvain 04 93 01 84 83 Le Chantecler : 37, Promenade des Anglais 04 93 16 64 00 Keisuke Matsushima : Place Croix de Marbre 04 93 82 26 06 L’ane rouge : 7, quai des Deux Emmanuel 04 93 89 49 63 Flaveur : 25, rue Gubernatis 04 93 62 53 95 La Réserve : 60, boulevard Franck Pilatte 04 97 08 14 80 Le Padouk : 13, Promenade des Anglais 04 92 14 76 00 Le Rubis : 36, boulevard Risso 06 64 51 65 24 Aphrodite 10, boulevard Dubouchage 04 93 85 63 53 People 12, rue Pastorelli 04 93 85 08 43 Le Feeling Food : 7, rue Fodéré 06 20 37 08 87

ShopS

Impact 15 Rue Lepante Agnes B Femme 17, Rue Des Ponchettes 04 93 62 32 39 Homme 5, Impasse Longchamp 04 93 87 85 85 Travelling 14 Avenue Notre Dame 04 93 62 23 91 Antic Boutik 19 Rue De La Prefecture04 93 62 66 10

CANNES RESTAURANTS

Villa des Lys : 10, boulevard de la Croisette 04 92 98 77 41 Mantel : 22, rue Saint Antoine 04 93 39 13 10 Cosy Box : 61, boulevard de la Croisette 06 27 70 32 61 Ecrin Plage : Port Canto - Boulevard la Croisette Le Cink : 5, rue Einesy 04 92 99 72 00 Z Plage : 73, boulevard de la Croisette 04 92 98 73 00 Modo Mio : 43 bis, rue Félix Faure 04 93 99 08 55 Heater : 12, rue Jean Daumas 04 93 68 12 10

ShopS

Mamatoro -kulte Store 35 Rue Hoche Who S 89 Rue D Antibes Agnes B 3, Rue Des Freres Casanova 04 92 99 10 00 Tribeca / Clara 17 Rue Des Etats Unis 04 93 39 62 12


2009© design - www.jeromecosh.com  


BIENNALE DES JEUNES ARTISTES D’EUROPE à SKOPJE (Macedonia) photo-report by Lolita


astrologie

HOROSCOPE PAR ROSINE BRAMLY

Bélier 21 mars-21 avril

Gémeaux :22 mai-21 juin

Taureau : 22 avril-21 mai

Cancer :22 juin-22 juillet

Vie professionnelle : Trop calme en début de mois puis dès le 17 octobre Mars entre en Lion et c’est tout bon pour vous. De beaux projets motivants vous sont proposés, dites oui tout de suite. Il y a de la promo dans l’air ! Vie sentimentale : intense et amoureuse, en octobre, votre vie privée vous permet de rayonner, vous vous aimez et ça se voit. A partir du 9 novembre, c’est juste un peu tendu, sans gravité. Santé : vous êtes en pleine forme jusqu’à mi-novembre, après il faut mettre la pédale douce, car vous abusez, comme toujours.

Vie professionnelle : Dès le 30 octobre, vous décidez de prendre du temps pour vous, et de vous investir moins dans le professionnel. Un moment de pause intérieure pour faire plus de place à votre vie privée. Une profonde envie de rééquilibrer les choses de votre vie. Vie sentimentale : Vous êtes proche de votre partenaire et prêt (e ) à faire des concessions sur des domaines importants. Vous osez dire ce que vous ressentez de positif et vous rangez les critiques au fond du placard. Santé : Vous avez besoin de beaucoup de sommeil, les jours sont plus courts, ça vous donne envie de dormir.

Vie professionnelle : Vous entamez une belle période constructive de 2 ans et demi et il faut en profiter pour mettre en place tout ce qu’il faut pour réussir, de beaux passages planétaires comme ceux-là doivent être utilisés pour accomplir ses ambitions les plus hautes. Vie sentimentale : Vous essayez de donner du temps à la personne que vous aimez, tout en gardant une vie amicale ouverte. Vous essayez de faire les ouvertures dans les deux sens. Et ça marche assez bien. Santé : Une jolie forme, mais vous vous ménagez suffisamment pour ne pas décharger vos batteries.

Vie professionnelle : jusqu’au 17 octobre, vous avez une pêche d’enfer, et vous donnez le maximum. Après vous allez ajuster vos efforts à ce que cela vous rapporte. Beaucoup plus ralenti qu’à la rentrée. Vous tiendrez bon jusqu’à ce que vous obteniez ce que vous voulez. Vie sentimentale : Des histoires de famille qui vous inquiètent puis tout se calme fin octobre, la paix revient et vous retrouvez le sourire. En couple, vous êtes proches mais vous vous disputez pour des bêtises. Santé : Des maux de ventre liés à des contrariétés. Ne mangez pas trop vite quand vous êtes sur les nerfs.


astrologie

Lion : 23 juillet-22 août

Balance :23 septembre-23 octobre

Vie professionnelle : Le 17 octobre Mars entre en Lion jusqu’en juin 2010 et c’est bon pour vous. Vous allez obtenir une promotion, du changement, un nouveau poste, une augmentation, du progrès et le tout sur fond de reconnaissance. On va chanter vos louanges, vous allez adorer bien sûr. Vie sentimentale : Les solos devraient trouver l’âme-sœur de façon inattendue, et ça sera une passion. Les couples vivent une relance formidable, même les petites disputes sont suivies de réconciliations intenses. Santé : Trop d’énergie, vous devez aller faire du sport pour évacuer et vous équilibrer la pression.

Vie professionnelle : Saturne entre dans votre signe pour deux ans, il est temps de construire, de faire des projets à long terme et d’accepter que le temps fasse son œuvre en tout. Réfléchissez à des associations. Vie sentimentale : La vie de couple va prendre une importance incroyable en novembre, certaines Balances vont s’engager vraiment, oser prendre des risques amoureux. Et ça a des chances de durer grâce à Saturne. Santé : Buvez, buvez de l’eau surtout, des tisanes, vos reins en ont besoin

Vierge :23 août-22 septembre

Scorpion : 23 octobre-22 novembre

Vie professionnelle : : Le 30 octobre Saturne quitte la Vierge, enfin, vous allez changer d’ambiance de vie, vous sentir libéré, allégé. Ce n’est pas une raison pour faire des folies et détruire tout ce que vous avez construit si lentement ! Vie sentimentale : Vous n’aimez plus autant être seul (e) vous aimeriez bien avoir le partenaire de rêve, qui est là quand vous voulez et pas là quand vous souhaitez votre tranquillité. Les couples s’entendent calmement. Santé : Une petite forme qui vous permet de faire ce que vous avez à faire, gentiment. Ca ira bien mieux en novembre.

Vie professionnelle : un mois d’octobre moyen, et un mois de novembre super. Ca vaut le coup de se mobiliser en fin d’année après avoir été sur les starting-blocks cet automne. On vous fait confiance jetez vous à l’eau. Vie sentimentale : Moyenne aussi en octobre, et intense à partir du 9 novembre, Vénus sera dans votre signe et vous retrouvez votre charme et votre pouvoir de séduction, reste à l’exercer sur la bonne personne. Santé : Des insomnies que vous devez juguler en cessant les cafés vers 15h sinon vous ne dormirez pas.


astrologie

HOROSCOPE PAR ROSINE BRAMLY

Sagittaire : 23 novembre- 21 décembre

Verseau : 21 janvier-19 février

Vie professionnelle : Vous prenez des décisions administratives, vous changez de statut, vous faites des démarches, vous montez votre boite, vous vous associez, vous ne restez pas les pieds dans le même sabot. Ca vaut le coup de bouger à fond dès la mi-octobre. Vie sentimentale : Vous êtes dans la tension et l’anxiété pour des raisons vagues, calmez-vous et faites confiance, vous-même n’êtes pas toujours facile à comprendre. Santé : Une extrême nervosité qui peut vous faire prendre du poids ou en perdre...

Vie professionnelle : Tout ce que vous entreprenez en cette fin d’année est solide et va durer longtemps, un nouveau boulot ? Vous allez réussir et aimer ce que vous faites. Une grosse promo, vous tenez le coup et vous êtes à la hauteur. Aucune inquiétude à avoir pour votre avenir. Vie sentimentale : Vous parlez de tout à cœur ouvert comme de bons amis qui se respectent et s’apprécient. Pas glamour mais confortable, vous êtes loin des drames et des prises de tête, ça fait du bien, et c’est jusqu’en minovembre. Santé : Vous prenez des vitamines et mangez comme il faut, tout va bien.

Capricorne : 22 décembre-20 janvier

Vie professionnelle : Une vraie remise en question, vous souhaitez reprendre le contrôle de certains aspects de votre vie professionnelle, vous trouvez que vous êtes la seule personne à savoir faire tout bien. Vie sentimentale : Il faudrait savoir ce que vous voulez, si vous êtes solo, vous ne trouverez pas tant que vous ne saurez pas ce que vous voulez. En couple vous êtes un peu capricieux. Santé : Vous faites attention à votre santé, et votre corps vous en remercie

Poissons 20 février-20 mars

Vie professionnelle : Fin octobre, vous prenez enfin des décisions définitives, le côté girouette s’achève enfin, et c’était pénible depuis septembre. Orientez-vous vers les projets les plus novateurs, c’est ce qui marchera le mieux. 2010 sera une année forte, plongez maintenant. Vie sentimentale : Vous faites aussi des choix définitifs, partir ou rester, vous savez ce que vous voulez maintenant, et ça fera du bien à tous les deux. Les planètes vous aident à y voir clair totalement. Et ce sera sans retour arrière. Santé : Un problème à une cheville ou un pied vous ennuie en octobre, traitez le pour que ça ne dégénère pas.


FOCUS MAGAZINE 39  

Au sommaire de ce 39ème numéro de Focus amis lecteurs, une expédition chez nos voisins italiens. Notre tour commence à Gênes au workshop de...

Advertisement