Page 1

a saisson 20092 -2010 0 La

So ous le e sign ne du u ki Vous avez Vo a di ken dit ndo? ? L’aïkid L’ ido ett le virus/ vi /h1n1 1

El Eloges s de la a chu ute …

M Magazine e réalisée et pub bliée parr le club d’aïkido o Gazele ec Sport rt – Tunissie


TunisAikido magazine

Page 2

EDITO

LA SAISON 2009-10 SOUS LE SIGNE DU KI A l’orée de cette saison 2009-10 tous les adhérents du Dojo de la Steg unissent leur KI pour faire en sorte que cette saison soit intense et profitable. Nous ne doutons pas que le dynamisme, la volonté de bien faire et l’esprit synthétique de notre maître Kaïs Mejri sauront nous guider sur la voie, la bonne, la vraie, l’unique, celle qui doit aboutir à l’unicité de notre énergie (propre, et non celle de la Steg) avec celle de la terre et du ciel. Le travail entamé par ce jeune Senseï (1er Dan de Karaté de son état), aïkidoka convaicu (2ème Dan), est fait avec intelligence, finesse et surtout une grosse dose de passion. Puisse ce témoignage sans complaisance, émanant de ses élèves, lui souligner leur attachement à ses enseignements et une reconnaissance pour les sacrifices qu’il consent, surtout qu’il a décidé d’animer cinq cours par semaine pour cette nouvelle saison. Il pourra même à l’occasion utiliser ce témoignage pour conforter sa position dans le round qu’il mène face aux revendications, du reste légitime, de sa famille, qui pourrait se sentir lésée face aux engagements vis-à-vis du Dojo. Evoquer le Dojo et la nouvelle saison sans évoquer la tonitruante Afef Chellouf, la présidente de la section Aïkido, serait passer à côté du pittoresque. Cette sportive accomplie, aïkidophage insatiable, prendrait bien de l’aïkido à tous les repas. Rien ne l’arrête : heure tardive, déplacements, entorses, rythme intense… Elle est à toutes les séances et ne fait pas dans la mollesse ; bien au contraire c’est notre « ironwoman ». Mais il ne faut pas croire qu’elle n’est que cela :

sa passion pour l’aïkido est doublée par un esprit de manager qui gère les activités du Dojo cherchant à lui assurer notoriété et qualité. Ce duo de choc nous a concocté un programme alléchant et varié pour cette nouvelle saison où nous trouvons pêlemêle du secourisme, du Iaido, du Taï-Chi, des stages, de la calligraphie japonaise, des voyages, des jumelages… pour ne citer que cela. Ce duo de charme à la tête du Dojo est complété par un troisième personnage, troisième Dan de son état, et qui anime deux cours par semaine : il s’agit de notre Riadh Hellal national. L’homme qui arbore un éternel sourire au coin de la bouche (ce qui entre nous devient agaçant quand en même temps il vous fait une « petite torsion » au niveau du poignet ou du coude). Apparemment là je suis entrain de m’égarer ! tant pis je continue, mais juste pour dire aux profanes et aux curieux que notre maître vénéré Kaïs Mejri a banni du jargon du Dojo les termes Torsions ou Contre-articulations, et il nous oblige à la place à parler « d’étirement » : en somme c’est comme le massage au Hammam, plus ça vous fait mal et plus vous remerciez le masseur. Allez arrêtons le délire et revenons à nos moutons, ou si vous préférez à nos adhérents. En effet la deuxième composante de ce Dojo tarde à reprendre le chemin de l’école. La reprise des cours a pourtant eu lieu le 02 Septembre, mais il y a des adhérents qui n’ont toujours pas regagné les Tatamis. Le réveil en panne ne peut pas être invoqué continuellement. Je parie que la chaleur et les journées d’Eté qui n’en finis-

sent pas de s’étirer y sont pour beaucoup. S’ils pensent ainsi « sauter » la préparation physique du début de saison, qu’ils se trompent ! Notre maître vénéré ne l’a pas encore entamé. La facture sera bien salée pour ceux qui traînent encore, qui ont trop fait la fête cet Eté, et dont le siège du KI a démesurément enflé. Je sens qu’on va bien mouiller les kimonos ! Les Saïd, Abdelhamid, Nabil, Jouneidi et les autres Samuraïs vont avaler du Tatamis jusqu’à ce qu’il leur sort par les trous du nez. Vous pensez bien ! pas moins de sept cours sont programmés par semaine. Autant dire qu’il vaut mieux inscrire son conjoint aux cours d’aïkido pour pouvoir passer un peu de temps ensemble. Pour les conjoints qui n’aiment pas trop les étirements articulaires aigus, je propose le club de tricot où ils peuvent tricoter en attendant que leurs samuraïs adorés finissent de jouer à se faire mal. Pour les samuraïs que nous sommes, nous payons très chers notre engagement sur la voie de l’harmonie de l’énergie : nous le payons au prix spot et au prix du marché à terme. Notre engagement physique et notre équilibre familial sont hypothéqués dans cette quête du KI dont tout le monde parle et que très peu connaissent. Notre mot d’ordre pour cette saison est d’être « économe en énergie au logis et la dépenser sans compter sur le Tatamis ». Aîkidokalement votre Faouzi Mejdoub


TunisAikido magazine

VOUS AVEZ DIT KENDO? Le 20 octobre dernier, nous avons invité au dojo de la STEG monsieur Seiichi Negishi,un japonais résident en Tunisie depuis quelques années déjà, pour nous faire découvrir l'une des plus anciennes, des plus respectées et des plus populaires disciplines modernes du budo à savoir le "kendo". Le kendo ou littéralement "la voie du sabre", nous expliquait notre jeune maitre nanti du grade 2ème Dan dans la discipline, est une version moderne du kenjutsu (art martial pratiquée autrefois au Japon par les samouraïs) et il est aussi un sport de compétition largement pratiqué dans le monde d'aujourd'hui. Inutile de chercher midi à quatorze heure et si crue et dure soit elle la vérité, l'objectif premier du kendo, nous expliquait notre invité, est d'apprendre à Tuer ou plus exactement encore à être un bon et efficace Serial-killer. Heureusement, le kendo ne se résume pas à un simple ensemble de techniques et de tactiques du combat au sabre mais il comprend également-comme tous les arts martiaux d'ailleurs- un volet spirituel en ce sens qu'il permet à ses pratiquants de développer leur force de caractère et leur détermination.

Page 3


TunisAikido magazine

Page 4

ELOGES DE LA CHUTE … OU COMMENT ACCEPTER L’ÉCHEC POUR MIEUX RÉUSSIR De dualités la vie est faite. Jour et nuit, travail et repos, mâle et femelle, ying et yang … La vie n’est entière, ni complète que grâce à la coexistence de ces dualités. Dans cette juxtaposition instantanée de contradictions, la vie se renouvelle sans monotonie, où destructions et créations jalonnent tout instant, différemment, mais sans arrêt. Harmonieuse est la vie aussi par ces dualités dans le bon dosage. Ainsi, la vie est faite aussi de réussites et d’échecs. Réussite et échec sont même un couple très intime, inséparables dans le temps et dans l’espace. A vrai dire, je n’ai pas encore connu quelqu’un qui a réussi, sans être passé par des échecs et/ou sans avoir mis en échec quelqu’un d’autre ou une partie de soi même. Je n’ai pas non plus entendu parler de quelqu’un qui s’est mis, volontairement ou pas d’ailleurs, dans une situation d’échec sans avoir réussi à réunir, à travers le temps et dans l’espace, tous les ingrédients de son échec. En Aikido, les non initiés rapportent toujours,

pour partager une leçon de vie qui découle de ces chutes.

qu’ils sont impressionnés par les chutes que font les UKE une fois qu’ils ont subi une technique. Ils semblent même se demander si ce n’est pas de la comédie tellement les chutes semblent être naturelles et décontractées. Certains pensent même qu’il s’agit d’exagérations acrobatiques. J’ai envie de dire à ces gens là que c’est le fruit de beaucoup de travail, le résultat d’une grande écoute de son corps et de celui de son partenaire (TORI), et surtout une solution harmonieuse pour rebondir et re-faire face. Je ne m’étalerais pas la dessus. Mon seul conseil à ces gens : faite l’aikido, vous allez comprendre. Par contre, j’ai envie de réserver quelques lignes

En effet, subir une technique d’aikido, comme faire face à un problème, un obstacle ou une difficulté dans la vie, nous met dans une situation de vulnérabilité. Il s’agit souvent dans de telles situations d’essayer de répondre à cette technique (résoudre son problème) et de sortir de cette situation épineuse en dépensant de l’énergie physique, intellectuelle ou psychique, voir toutes ces énergies simultanément, dans le but de réagir et de contrer l’attaque (problème) subie. Toutefois, dans certaines situations, on risque d’épuiser nos réserves d’énergies sans pour autant réussir à contrer cette attaque (résoudre notre problème). Il y a même des situations où ça s’avère impossible tellement le partenaire dans la situation est trop fort (le problème est insolvable : maladie chronique, perte d’un être cher…). A ce moment précis, une question vitale surgit : Doit-on continuer à


TunisAikido magazine

fournir de l’énergie face à un partenaire plus fort, voir qui a eu le dessus, au risque de rester bloqué dans la situation de vulnérabilité ? Ou doit-on chercher à faire face à cette situation autrement, d’un angle différent et dans une perspective distincte ? Je suis certain que vous allez partager mon penchant pour la deuxième alternative. Toutefois, pour pouvoir le faire, pour pouvoir refaire face au partenaire dans une position plus stable, où nous avons réintégrés toutes nos chances et nos points forts, il faut accepter momentanément de lâcher prise, de ne plus fournir d’efforts et de suivre l’énergie de l’autre. Cette situation se résout souvent en aïkido par une chute, laquelle permettra de se remettre à nouveau sur pieds et de refaire face à la situation avec tous ses atouts retrouvés. Dans la vie courante, le même concept pourrait se traduire par la résignation : accepter son problème tout en lui faisant face, lâcher prise, puis chercher à se remettre tout de suite sur pied pour l’appréhender autrement. Il va de soi qu’appréhen-

Page 5

der le problème autrement, ne veut pas pour autant dire forcément le résoudre tout de suite. Il s’agit, cependant, dans plusieurs cas, de l’apprivoiser, trouver des compromis, apprendre à le gérer, jusqu’à le neutraliser.

gies plus étudiées, loin des obsessions destructives et des attachements malheureux… N’est ce pas là un moyen efficace de retrouver une forme d’harmonie avec sa vie.

Dans une vision plus glo-

Ecrit par

bale de la vie, accepter de chuter pour un aikidoka serait comme accepter pour tout un chacun d’échouer pour réussir. C’est comme rendre l’échec une partie prenante du processus de la réussite et ne pas rester coincé dans les impasses des situations pénibles… c’est aussi savoir négocier avec son ego un repli intelligent pour aller explorer l’espace offert par la vie, où l’on est plus stable, plus fort et plus avantagé, et revenir à la table de la résolution des problème fort d’une nouvelles énergie, d’une expérience renforcée et de straté-

Mohamed Jouneidi ABDERRAZAK Email: amedjoon@yahoo.fr Pour approfondir vos connaissances sur les chutes, référez vous à l’article enrichi de vidéos pédagogiques: « Aucune excuse pour ne pas chuter correctement » sur : tunisaikido.blogspot.com./ lien :http:// tunisaikido.blogspot.com/2008/07/ corriger-vos-chutes.html


TunisAikido magazine

Page 6

LE VIRUS A/H1N1 : LA CONSPIRATION INTERNATIONALE ANIMALIÈRE C’est drôle comme les animaux se liguent contre nous pour nous mener la vie dure. Entre les oiseaux qui nous empêchent de respirer et les porcs qui nous font éternuer, sans oublier les vaches qui sont vraiment vaches, on ne sait plus où donner de la tête. Pauvres hommes que nous sommes ! martyrisés par ces bêtes d’apparence inoffensive qui cachent bien leur jeu. Cette conspiration animale planétaire, si bien orchestrée, avec son timing et ses relais, n’a d’autre but que le sevrage de l’homme de la consommation de viande. Ces pauvres animaux en ont marre de passer dans nos assiettes, alors ils se révoltent. Nous sommes très peu à avoir compris cela ! Mais jugez-en par vous-mêmes. L’acte Un de ce plan machiavélique a débuté avec les vaches qui ont commencé à jouer les fofolles, histoire de vous passer l’envie de manger des steacks. Et leur calcul s’est révélé correct car l’homme préfère perdre

les habitudes culinaires que la tête. Conséquence, la consommation de viande bovine a baissé au niveau mondial. Fort de ce succès les représentants de la grande coalition animalière ont décidé de passer à l’acte Deux « la malédiction IL N’Y A PAS QUE L’ AÏKIDO (HEUREUSEMENT) Les aïkidokas qui, comme chacun sait, sont des athlètes avec des QI supérieurs à la moyenne des sportifs s’intéressent à d’autres domaines que l’aïkido, et il leur arrive même d’avoir leur avis sur des sujets éminemment sérieux. Jugez-en par vous-mêmes. vient du ciel ». Suite à cela les espèces aviaires ont commencé à voir leur intervention dans la chaîne alimentaire humaine baisser considérablement. Apparemment l’acte Trois a débuté puisqu’on assiste aujourd’hui à un changement de décor où c’est l’espèce porcine qui prend le relais des oiseaux et autres gallinacées. Du coup la consommation de cette viande a sensible-

ment baissé à travers le monde. Jusqu’ici notre théorie tient le pavé (pas celui du bœuf !). Il y a gros à parier qu’il y a une quatrième étape mijotée par l’axe animalier et qui va faire intervenir les espèces halieutiques (tous les aïkidokas à partir de la ceinture Orange savent qu’il s’agit des espèces qui vivent dans les mers et les océans) ! Et ainsi la boucle sera bouclée et on aboutira à l’homme herbivore et à la prolifération des espèces animales. Au bout du compte il y aura l’avènement de la planète des singes. Avouez quand même que c’est une théorie qui tient la route. Vous pouvez à l’occasion consulter avec plus de détails ces élucubrations sur le site web de la CIA ( Conspiration Internationale Animalière). Ces thèses sont le fruit d’une réflexion collective profonde au sein de notre Dojo, dans les vestiaires, au moment de la douche. Pour ma part ne pas (Suite page 7)


TunisAikido magazine

consommer de viande ne me dérangerait pas ; par contre je refuse de ne pas prendre mon petit aïkido quotidien de 18H00. Tous les aïkidokas à partir de la ceinture verte vont se demander pourquoi je saute du coq à l’âne (ce qui est, soit dit en passant, un exercice physique qui demande beaucoup de pratique et de concentration) : pourquoi je lie la consommation de viande à la pratique de l’aïkido ? En fait l’aïkido subit les effets des dommages collatéraux dans cette grande confrontation : il s’agit du bannissement de la promiscuité. Le SRAS ainsi que le A/H1N1 se propagent plus facilement dans le cadre de la promiscuité ! Je vous laisse donc imaginer un cour d’aïkido où chaque participant doit faire attention pour ne pas se faire toucher. Les solutions existent : on peut imaginer une séance de 1H30 où tous les participants s’assoient en Seiza et imaginent dans leurs têtes les différents mouvements, les enchainements et les situations de combat. Ce qui ne comblerait pas de joie les Nabil, Abdelhamid et Raouf. Une autre solution serait de se couvrir entièrement de la tête aux pieds y compris le nez, la bouche, les mains et les pieds, et ne laisser à l’air que les

Page 7

yeux : en somme un Ninja avec un Hakama ; cela plairait certainement à Saïd, lui qui rechigne à porter le Hakama et comme ça on ne le reconnaitrait pas. La troisième solution serait le cour en visioconférence, chacun chez soi, sur le tapis du salon, devant son PC au milieu de sa femme et de ses enfants. Voilà donc à quoi nous sommes réduits du fait de ces pandémies : c’est la raison pour laquelle je m’insurge et j’affirme que je pourrais me passer de viande mais pas d’aïkido. De toutes les manières c’est l’avis de tous les samuraïs de la rue Bartou : ils répondent tous à l’appel et se mobilisent pour affirmer que le A/H1N1 ne passera pas par le Dojo de la Steg. Et voilà l’ensemble des règles qu’ils ont décidé de suivre pour continuer à pratiquer sainement leur Art. ( Il s’agit de règles émanant des recommandations des autorités sanitaires) : - Se couvrir la bouche chaque fois que l’on tousse ; - Se couvrir le nez et la bouche chaque fois que l’on éternue ; - Se moucher avec des mouchoirs en papier à

usage unique que l’on jette ensuite dans une poubelle fermée par un couvercle ; - Après tous ces gestes, se laver les mains dés que possible ; - Le lavage des mains doit être répétitif à longueur de journée et fait avec du savon ou un produit hydro-alcoolique ; - Faire en sorte que le renouvellement d’air (aération) dans le Dojo soit permanent, ou du moins fait plusieurs fois par heure ; - Assurer un nettoyage et une désinfection stricte des poubelles, des portes et poignées, des douches, des vestiaires et des Tatamis ; - Recommander aux Samuraïs présentant des symptômes évocateurs de la grippe de s’abstenir de fréquenter le Dojo et de consulter un médecin. Aïkidocalement vôtre Faouzi Mejdoub


TunisAikido magazine

SOIRÉE D'AIKIDO ... EN PLEIN AIR Le mercredi 28 octobre dernier, les aikidokas de la STEG se projetaient ça et là sous la belle étoile comme le feu d'artifice d'une fête nationale. Une gracieuse fête de quoi débuter une saison sportive qui s'annonce porteuse de beaucoup de projets. Après tout...l'appétit vient en mangeant! Les invités ? de toutes les couleurs : des hommes, des femmes et des enfants de tous les âges et de toutes les professions : fonctionnaires, professeurs, étudiants, sportifs, etc... de quoi garnir une belle mosaïque du musée de Bardo. Tous réunis pour un seul objectif : connaître cet art martial magique dans lequel une femme pouvait projeter les hommes les plus coriaces. L'ambiance ? Un air traditionnel chinois, finement choisi par notre jokey, faisait danser les futurs ceintures noires du club de la ceinture jaune jusqu'aux grades les plus avancées.

Page 8


TunisAikido magazine

REGROUPEMENT DU MOIS D’OCTOBRE Le vendredi 30 octobre 2009, notre club d'aikido a été invité par maitre Abdelaziz mokhtari pour participer à un regroupement. Le but était de rapprocher les élèves aikidoka(te)s d’établir de la communication entre les différents dojo et de découvrir les lieux de pratiques de cet art, ce qui permet la diffusion et la vulgirusation de se savoir parmi les familles des pratiquant(e)s et les visiteurs du centre. L’aikidoka(te) capitalise son travail régulier dans les différents dojo en se hissant vers un niveau supérieur, en toute sécurité et dans un cadre conviviale et joyeux. Les dojos présents étaient : - le Dojo du centre culturel d'Elmenzah 6, - le Dojo de la STEG, - le Dojo du Samourai Club à mourouj 3 - le Dojo du foyer universitaire de omrane supérieur 1.

Page 9


TunisAikido magazine

BANDE DESSINÉE

L’AIKIDO RACONTÉ PAR FATEN

Page 10


TunisAikido magazine

Page 11

DIVERTISSEMENT

Savez Vous qu’il existe trois façons de faire le salut aux arts martiaux :

Rei : Salut Ritsu rei : Salut debout Za rei : Salut à genoux

Solutions à la page n°10


Lundi-Merc credi--Vend dredi : Cours s Adulttes : 18 8h00 à 19h30 E Entraine eurs Ka ais MEJ JRI (2èm me Dan n)

Mardi-Jeu udi : Cours s Adulttes : 12 2h15 à 13h15 En ntraineu urs : Riadh HL LAL (3è ème Da an) Cours s Adulttes : 13 3h15 à 14h15 E Entraine eurs Ka ais MEJ JRI (2èm me Dan n)

80 Dt/an 8 (4 40 DT pour p Ettudiantts)    


TunisAikido Magazine n°1  

Online Magazine

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you