Issuu on Google+

JUIN 2010

82

CINÉMA CULTURE TECHNO

by

REPORTAGES : VISITE DES STUDIOS PIXAR À SAN FRANCISCO - EN DIRECT DU FESTIVAL D’ANNECY


by

ÉDITEUR MK2 MULTIMÉDIA 55 RUE TRAVERSIĂˆRE_75012 PARIS 01 44 67 30 00

SOMMAIRE # 82

RĂŠdacteur en chef AurĂŠliano Tonet (aureliano.tonet@mk2.com)

7 ÉDITO 8 SCĂˆNE CULTE > Toy Story 10 L’ŒIL DE‌ > Bartabas 12 PREVIEW > Submarino

Chef de rubrique  technologies  Étienne Rouillon (etienne.rouillon@mk2.com)

15 LES NEWS

Directeur de la publication & directeur de la rĂŠdaction Elisha Karmitz (elisha.karmitz@mk2.com)

RĂŠdactrice Juliette Reitzer (juliette.reitzer@mk2.com) Direction artistique Marion Dorel (marion.dorel@mk2.com) Sarah Kahn (sarah.kahn@mk2.com) Design Sarah Kahn SecrĂŠtaire de rĂŠdaction Laureen Guhur Stagiaires AmĂŠlie Leenhardt, Cassandre Dessarts Ont collaborĂŠ Ă  ce numĂŠro Ăˆve Beauvallet, François BĂŠgaudeau, Isabelle Danel, Julien Dupuy, ClĂŠmentine Gallot, Joseph Ghosn, Donald James, Olivier Joyard, Laura Mattei, Wilfried Paris, Bernard Quiriny, Pablo RenĂŠ-Worms, LĂŠo Soesanto, Violaine SchĂźtz, RaphaĂŤlle Simon, Bruno Verjus, Éric Vernay, Anne-Lou Vicente Illustrations Dupuy & Berberian, Sarah Kahn, Étienne Rouillon PublicitĂŠ Responsable clientèle cinĂŠma Laure-Aphiba Kangha 01 44 67 30 13 (laure-aphiba.kangha@mk2.com) Directrice de clientèle hors captifs Laurie Pezeron 01 44 67 68 01 (laurie.pezeron@mk2.com)

Š 2009 TROIS COULEURS issn 1633-2083 / dÊpôt lÊgal quatrième trimestre 2006. Toute reproduction, même partielle, de textes, photos et illustrations publiÊs par MK2 est interdite sans l’accord de l’auteur et de l’Êditeur. Magazine gratuit // Ne pas jeter sur la voie publique

15 16 18 20 22 24 26 28 30 32

CLOSE-UP > Adam Butcher LE K > Dirty Diaries KLAP ! > Ivory Tower TÉLÉCOMMANDO > Glee EVENT > La maison Cocteau CARTE BLANCHE > Push Up UNDERGROUND > 1973 BUZZ’ART > Sinna Mann LE NET EN MOINS FLOU > Facebook perd la face AVATAR > UFC : Ultimate 2010 Undisputed

35 LE GUIDE 36 SORTIES CINÉ 48 SORTIES EN VILLE 58 LA CHRONIQUE DE DUPUY & BERBERIAN

60 DOSSIERS 62 REPORTAGE CHEZ PIXAR > TOY STORY 3 68 EN DIRECT DU FESTIVAL D’ANNECY > SHREK 4, L’ILLUSIONNISTE‌ 72 ENTRETIEN AVEC OLIVIER ASSAYAS > CARLOS

77 LE BOUDOIR 78 80 82 84 86 89 90

DVD-THĂˆQUE > Albert Serra CD-THĂˆQUE > Sean Lennon & Harper Simon BIBLIOTHĂˆQUE > Ollivier Pourriol BD-THĂˆQUE > Suehiro Maruo LUDOTHĂˆQUE > Machinarium HOLLYWOOD STORIES > Michael Cimino SEX TAPE > Air Doll

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER DANS APPELEZ-NOUS !0144676801

?


ÉDITO - DESTINS ANIMÉS

Il est minuit passé. Très en retard, nous bataillons sur nos derniers textes. En proie au découragement, je propose à mon journaliste le plus polyvalent, Étienne, d’écrire l’édito. Lequel, pour le plaisir et en hommage à ce numéro special anim’, accepte, mais à une condition : l’édito sera dessiné, ou ne sera pas. Quelques heures plus tard, ses bulles sont dans la boîte… Pas encore du niveau de Pixar, certes, mais, comme le dit la licorne de Toy Story 3 : « On fait beaucoup d’impro, ici ». _A.T.


Š Disney / Pixar

8 SCèNE CULTE /// TOY STORY

LOvE STORY LE PITCH Sitôt que leurs propriÊtaires ont le dos tournÊ, les jouets prennent vie. Une existence pas forcÊment aisÊe tant la peur d’être perdus, cassÊs ou remplacÊs est prÊgnante chez ces petits objets. Alors, comme pour se rassurer, ils se rÊunissent et discutent du meilleur moyen de faire face à un futur incertain.

“

REX : Aujourd’hui?C’estlasemaineprochaine ! BAYONNE : SamèrealatirelirefêlÊe ? WOODY : Elleavoulufêterçaavantle dÊmÊnagement.Çanem’inquiètepas ! M. PATATE : Tuparles!Woodyestlechouchou d’Andydepuislamaternelle.

WOODY : Toutlemondem’entend ?vous m’entendez,là-haut ?Premierpointàl’ordredujour. Toutlemondeauncompagnonderoute ?

ZIGZAG : Arrête,Patate!SiWoodyditqueçava, çameva.Iln’ajamaisfaitfausseroute.

BAYONNE : Uncompagnonderoute ?Tuplaisantes ?

WOODY : ÀchaqueNoÍl,àchaqueanniversaire, vousrecommencez!

REX : OndoitdÊjàenavoirun ? M. PATATE : Fautsedonnerlamain ? [Il arrache la sienne de son corps et la brandit] WOODY : voustrouvezçadrôle?OndÊmÊnage dansunesemaine.Personnenedoitmanquerà l’appel.Uncompagnonderoute!Trouvez-enun! Bon,ensuite‌LarÊuniondemardisurlacorrosion duplastiquefut,àmonavis,ungrandsuccès. M.Alphabetamislespointssurlesi.Ilresteun pointdedÊtail.[Il chuchote] C’estaujourd’hui l’anniversaired’Andy.[Panique dans l’assemblÊe]

REX : S’ilsluioffrentunnouveaudinosaure ? UnmÊchant?Jenesupporteraispasl’exil! WOODY : PersonneneseraremplacÊ.vous connaissezAndy !Peuimportequiestsonjouet prÊfÊrÊ.L’important,c’estd’êtreàsadisposition. Onestfaitspourça,non? BAYONNE : DÊsolÊdet’interrompre,maisilssontlà! InvitÊsà3heures! WOODY : Restezcalme![Les jouets se prÊcipitent vers la fenêtre] LasÊanceestlevÊe.

�

Un film de John Lasseter // ScÊnario de John Lasseter, Andrew Stanton, Peter Docter et Joe Ranft // États-Unis, 1995, 1h22 DVD disponible aux Éditions Disney DVD

JUIN 2010

WWW.MK2.COM


10 L’œIL DE‌ BARTABAS

CA M É R A ÉQUINE BARTABAS, c’est ĂŠvidemment l’Êcuyer du mythique cirque Zingaro. C’est aussi un rĂŠalisateur passionnĂŠ qui, dans le film Galop arrière, livre sa relecture d’une aventure de vingt-cinq ans. Un autoportrait pudique dissimulĂŠ sous des images d’archives et des poèmes. Rencontre. _Propos recueillis pas Ăˆve Beauvallet

Q

u’est-ce qui a motivÊ le projet Galop arrière ? Ilyaquelquetemps,j’aivisionnÊundemesanciens films,etjemesuissurprisàpouvoirleregardercomme n’importequelspectateurl’auraitfait.LepariÊtaitde rÊaliserunobjetpoÊtiqueàpartentière,aussisurprenant qu’unspectacledeZingaro.Surtoutpasundocumentaire. L’histoiredecefilm,c’estlafaçondontjeregarde,àdistance,cesimages filmÊestoutaulongduparcoursdeZingaro.C’estcommeunspectacle idÊal,unvoyageintÊrieuroÚl’onobservel’Êvolutiond’unerelationentre hommeetcheval.

Galop arrière Un film de Bartabas France, 2010, 1h27 Projection (et concert de Le RÊtif) au ThÊâtre Êquestre Zingaro, du 29 juillet au 7 aoÝt, dans le cadre du festival Paris Quartier d'EtÊ. RÊservations : www.quartierdete.com et www.zingaro.fr

Que diriez-vous de l’Êvolution de votre travail de metteur en scène ? À20ans,onestsouventplusdÊmonstratif.Jevaisdavantageversl’Êpure aujourd’hui.Cen’estpasgratuitquelepublicdisparaisseprogressivement deGalop arrière. C’estsommetoutecohÊrentavecl’Êvolutiondelafaçon dontj’aifilmÊmespropresspectacles.J’aifiniparvirerlesspectateursdes filmsetrÊÊcrirelespectaclepourlacamÊra. Eclipse (1997)enestl’exemple. Pourquoi avoir tenu à filmer vous-même vos spectacles ? Lefaitd’êtreauteuretduspectacleetdufilmpermet,jecrois,detrouver lameilleuretraductiond’uneidÊe.C’estdevenufondamentalpourmoi d’êtrel’auteurdecesfilms.Etça,c’estleproducteurMarinKarmitzquim’en aconvaincu.Travaillerlespectaclevivant,pourmoi,c’Êtaittravaillerdans l’instantetpaspourlapostÊritÊ‌Marinvoulaitqu’ilyaitdestraces.Jem’y suisfinalementattelÊ,carledestinÊphÊmèredetoutspectaclevautencore pluspourZingaro,danslamesureoÚnousn’avonspasderÊpertoire. Faut-il connaÎtre les chevaux pour savoir les filmer ? C’est en tout cas ce que j’ai compris sur Mazeppa (1993). Comment adapterlagrammairecinÊmatographiqueauxchevaux?Quesignifiele planrapprochÊavecuncheval ?Pourunhumain,tuchoisislazonela plusexpressive,tucadreslevisage.Lecheval,lui,s’exprimeaveclesyeux etlesoreilles‌

JUIN 2010

WWW.MK2.COM


Š C. Weiner

L’œIL DE‌ BARTABAS 11

Une Êcuyère de l’AcadÊmie du spectacle Êquestre de Bartabas

De quelle façon votre expÊrience de rÊalisateur a-t-elle nourri vos spectacles ? MonlongmÊtrage Chamane (1996)aÊnormÊment influencÊmonspectacleEclipse, parexemple.Chamane Êtaituneaventureincroyable.Jeneconnaissais que peu de choses techniques en cinÊma. Marinm’aaccompagnÊenmedisant:Tant que tu sais ce que tu veux dire‌ Riennesepassaitcomme prÊvu,etonÊtaitdanslatoundra,avecdesmilliers dekilomètresdevide.Lesmeilleuresscènesdufilm

aussiàunplanmagnifiqueoÚunchevalseroule souslapluiedansAndreï Roublev deTarkovski,un rÊalisateurtrèsimportantpourmoi.Dansunautre genre,ilyacettescènecÊlèbrede Lawrence d’Arabie qui,danssaversionintÊgrale,doitdurerplusde deuxminutes,oÚunchevalarriveaugalopdetrès loindansleplan.EtpuisilyaKurosawa,cecheval blancquireprÊsentelamortetdÊbarqueaumilieu dessamouraïs‌J’avaisenviedefaireunfilmtissÊ partouteslessÊquencesdel’histoireducinÊmaqui

LEPARIÉTAITDEFAIREUNOBJETPOÉTIQUEAUSSI SURPRENANTQU’UNSPECTACLEDEZINgARO.  viennentdescontraintesÊnormesquel’onarencontrÊes,commecedÊcor,trouvÊseulementdeuxjours avant:unpaquebot,prisdanslesglaces,quin’avait jamaisÊtÊterminÊ‌ Dans l’histoire du cinÊma, quels plans sur les chevaux ont pu irriguer votre travail ? J’aime les westerns, et Budd Boetticher est un de ceux qui a su incorporer les chevaux au rÊcit‌ Parce que, sinon, ça fait toujours rigoler quand tu connaisunpeuleschevauxetquetuvoislemec quimontesursoncheval,quicrie Ya !  etquipart augrandgalop !C’estcommesit’Êtaisdansune voitureetquetudÊmarraistoutdesuiteencinquième‌D’ailleurs,c’estdrôle,quelqu’unquiestallÊ chezBoetticherm’aditqu’ilavaituneaffichede Cabaret Êquestre (1984)accrochÊeaumur.Jepense

JUIN 2010

ontpumemarquer.Auniveaudesdroits,malheureusement,c’ÊtaittropcompliquÊ. Et, de manière plus gÊnÊrale, quels films soustendent votre travail ? LecinÊmaestunetrèsgrandesourced’inspiration. J’ai pris conscience de ramifications qui Êtaient jusqu’alorsrestÊesinconscientes.J’aivuMÊdÊe de Pasolinià17ans,et,lorsquejel’airevuilyapeu, j’airÊalisÊàquelpointl’utilisationextraordinaire qu’il fait des musiques m’avait construit, par exemple.CesontcestypesderedÊcouvertesqueracontentaussiGalop arrière.

WWW.MK2.COM


12 PREVIEW


13

SUBMARINO Douzeansaprès Festen,Thomasvinterbergs’attaquede nouveauàundramefamilial,maisdÊlaisselabourgeoisieet l’implicite.DeuxfrèresabandonnÊsparunemèrealcoolique tombentàleurtourdansl’alcooletladrogue.Lesbas-fonds, ledÊterminismesocial,unefiliationpesante:onsecroirait dansunromandeZola,transposÊdansleDanemark d’aujourd’hui.Mais,chezvinterberg,l’hÊrÊditÊexcuseen mêmetempsqu’elleexplique,dÊvoilantlesfaiblessesde personnagesprofondÊmenthumains:leshommesviolents sontdeshommessouffrantsetaimants.Etleuramourse concentreautourdupersonnagedel’enfant,êtrepuret fragile,bouÊed’espoirdecebeaufilmàlatristesseabyssale. _A.L. Un film de Thomas Vinterberg // Avec Jakob Cedergren, Peter Plaugborg‌ // Distribution : MK2 Diffusion // Danemark-Suède, 2010, 1h45 // Sortie le 1er septembre


LES

NEWS

SECOUEZ, AGITEZ, SAVOUREZ : L’ACTU CINÉ, CULTURE, TECHNO FRAÎCHEMENT PRESSÉE

CLOSE-UP Impressionnant en ado enragÊ dans Dog Pound de Kim Chapiron, le Canadien ADAM BUTCHER fait ses classes au rang des mauvais garçons. MissurlesrailsparunetanteagentdecomÊdiens,Adamsefaitremarqueren2004poursaprestation degaminchÊtifdanslacomÊdiedramatiqueRalph :ilatoutjuste14ansetdÊjàcedrôledevisage creusÊ,mentonbelliqueuxetregardcernÊ.KimChapiron,rÊalisateurde Dog Pound, confied’ailleurs avoirchoisisonacteurprincipalpour  cette folie dans ses yeux . Danslefilm,lecorpsdujeuneacteur de21ansabritetouslesdÊmonsdel’AmÊriquewhite trash :poingsserrÊs,yeuxinjectÊsdesang,Butch estunetêtebrÝlÊeconsumÊepardesaccèsderage,unsalegosseenfermÊdansunsinistrecentrede dÊtentionpourmineurs‌Unebombeàretardement.Danslavraievie,quandAdampètelesplombs, celadonneuntournagesuspenduàdeuxreprisespourcausedesÊjourenprison.Remarquabletalent pourseglisserdanslapeaudesonpersonnageouvraicaractèredechien?Peuimporte,lamorsure desontalentestbienrÊelle. _J.R.


16 NEWS /// POLÉMIQUE

K

LE

IL Y A CEUX QU’IL ÉNERVE ET CEUX QUI LE VÉNèRENT

ChAIR&CANON BalisÊ, presque normalisÊ, le cinÊma pornographique se voit dÊfiÊ sur son propre terrain par la collection des douze courts mÊtrages suÊdois de Dirty Diaries. Ces derniers parviennent-ils à faire de l’art ET du cochon ? _Par LÊo Soesanto

LA QUESTION

LA RÉPONSE

Repenser la pornographie, telestl’ambitieuxslogan deDirty Diaries. Aveccettecollection,unedizainede cinÊastessuÊdoisess’imposentlatâchedraconienne dechangernotreregardsurleXàuneÊpoqueoÚ ils’estpratiquementnormalisÊ–nonobstantlatraditionnelleinterdictionauxmoinsde18ans.Pornochic ouchirurgical,l’imageries’estpropagÊedanslapublicitÊ,lamode(lesmannequinsdeDolce&gabbana, lastarletteXCharlotteStokelyposantpourAmerican Apparel)etlesfilmsd’auteur(LarryClark,vincent gallo,l’actriceXSashagrey,hÊroïnedu Girlfriend Experience deStevenSoderbergh).Depuisquelques annÊes,leXseheurted’ailleursauxmêmesproblèmes quelecinÊmadittraditionnel:lagratuitÊdescontenussurInternet,lahautedÊfinitionoumêmela3D, annoncÊeengrandepompeparMarcDorcelà Cannes.Danscecadre,y a-t-il encore une place alors pour un porno alternatif ?

Oui. LesdouzesketchesdeDirty Diaries (enpartie financÊsparletrèssÊrieuxInstitutdufilmsuÊdois !) amènentdanslessallescet altporn revendiquÊ parl’underground.FÊministeouqueer,ilmodifieet subvertitlescanonsenvigueur.Lesexe habillÊ de Skin oulesgrosplansdeRed Like Cherry confinent àl’abstractionvisuelle.L’animÊDildoman etlenarquoisBody Contact jouentaveclespeursmasculines.MaisonestavanttoutmarquÊparlalibertÊ quisedÊploieaulongdecesfilms,rÊsumÊepar l’audacieuxFlasher Girl on Tour, quisuituneexhibitionnisteenexpÊditionàParis.FilmÊsavecuntÊlÊphoneportable,ces Dirty Diaries fontdupornolo-fi àl’instardelamusiquedecertainsrockers:certes crue,avecdesaspÊritÊsmaissurtoutdel’Ênergie. Ilsmontrentquelapornographieestaffairede regard.DÊcalÊ comme ici, il voit vÊritablement les corps jouir sans entraves.

Un film collectif de Mia Engberg, Elin Magnusson, Sara Kaaman‌ // Distribution : KMBO // Suède, 2009, 1h38 // Sortie le 30 juin

LA RÉPLIQUE

 TOUT EST SUSPECT SAUF TON CORPS, TON ÉLÉGANCE ET TON STYLE.  (TOURNÉE, EN SALLES LE 30 JUIN)

JUIN 2010

WWW.MK2.COM


18 NEWS /// KLAP ! /// ZOOM SUR UN TOURNAGE

Des tournÊes aux tournages, du piano aux Êchecs, il ne manquait que quelques cases sur le parcours de GONZALES pour ajouter l’atout  acteur  à son parfait jeu de scène. Preview. _Par Wilfried Paris

vec Ivory Tower, le compositeur (sept albums), producteur (pourKaterine,Feist,Jane Birkin‌)etrecordman duplus longconcertjamaisdonnÊ(plus devingt-septheures)devient scÊnaristeetacteur.CoÊcrite avecCÊlineSciamma,rÊalisatriceduremarquÊNaissance des pieuvres,etmiseenscènepar AdamTraynor(Puppetmastaz), cette comÊdie existentialiste à propos du succès et des Êchecs  filelamÊtaphore ludiqueetcompÊtitived’une partieduditjeu.Lesjoueurs ? L’esthètehershall(gonzales), inventeurdu jazz chess  –littÊ-

A

ralement, jazzd’Êchecs ,qui mêleimprovisationetbeautÊ dugeste–,contresonfrère l’arrogantThaddeus,champion duCanada,jouÊparleDJet producteurTiga.L’enjeuest Êvidemmentunereine,Marsha (lachanteuseperformeuse Peaches). Je joue le rôle de mon pire ennemi d’aujourd’hui, un artiste dans sa tour d’ivoire, naïf, puriste, dont le film dÊtruit les arguments. C’est un film sur les Êchecs qui parle aussi de la musique, de l’entertainment contre l’art, du respect pour la maÎtrise des techniques et pour le public. Finalement, c’est toujours le public qui est le roi , rÊsumegonzales.CesÊchecs filmÊscommeunsportdecombat(scènesd’entraÎnementsà laRocky)dansunesagafamilialebergmanienne(ouallenienne,faitesvosjeux)seront biensÝrmisenmusiquepar‌ gonzales.BienjouÊ. Sortie du film prÊvue à l’automne, B.O. disponible fin aoÝt.

Š D.R.

AIR DE JEU _Par P.R.-W.

INDISCRETS DE TOURNAGE 1.Tahar Rahim retrouvera Émilie Dequenne et GÊrard Depardieu dans le nouveau projet de Joachim Lafosse. Il contera l’histoire de Geneviève Lhermitte, qui avait tuÊ ses cinq enfants avant de tenter de se donner la mort en fÊvrier 2007. Tournage prÊvu en janvier 2011. 2. Après s’être intÊressÊ à Idi Amin Dada en 1974, Barbet Schroeder continue son tour d’horizon des dictateurs africains. Ici, il se concentrera sur le dictateur centrafricain Jean Edel Bokassa. Le long mÊtrage sera aussi diffusÊ en tant que sÊrie sur Canal +. 3. Guillaume Canet va s’associer à James Gray pour Êcrire Rivals, adaptation du polar Les Liens du sang, dans lequel l’acteur français jouait dÊjà en 2008 sous la direction de Jacques Maillot. Il narrera la rivalitÊ entre deux frères, l’un policier, l’autre gangster.

LA TECHNIQUE

Š Gaumont

LE REGARD DU MONSTRE Enfilmdemonstresquiserespecte,Splice doitbeaucoupàseseffetsspÊciaux.Mercile numÊrique.Cettetechnologieanotammentpermisd’obteniruneffetdesplussubtils, quoiquetrèsefficace:afindeprÊserverl’intÊgritÊdupersonnagedeDren(crÊaturejouÊe adulteparDelphineChanÊacetenfantparAbigailChu),lecinÊastearemplacÊlamoitiÊ supÊrieureducrânedecettedernièreparuneimagedesynthèse,dontl’animationÊtait assurÊeparl’actricefrançaisevialatechniquedelacapturedemouvements.grâceàce savantjeudecollage,lejeudeDrenesttotalementraccord,quelepersonnagesoitincarnÊ parunefilletteouunejeunefemme. _Julien Dupuy // Splice de Vincenzo Natali, sortie le 30 juin

JUIN 2010

WWW.MK2.COM


Š Orange CinÊma SÊries

20 NEWS /// TÉLÉCOMMANDO

CONTRE-VOIX Glee, le phÊnomène tÊlÊ de l’annÊe, dÊbarque en France. Pour les adorateurs de Madonna et de comÊdie sociale grinçante‌ _Par Olivier Joyard

omment la sÊrie la plus folle du moment, odeauxloserset minoritÊsentoutgenre,est-elledevenuel’unedesplus populairesauxÉtats-Unis?LemiracleGlee n’enfinitpasdefaire tournerlestêtesdepuissonapparitionenseptembre2009surFox, diffuseurd’American Idol, la Nouvelle Star locale.LaprÊcisionn’est pasinnocentecarlasÊriecontelesaventuresd’unechoralede lycÊeenpassedefairelaniqueauxpom-pomgirlsetautressportifsbodybuildÊs,contrelalogiquesocialedominante.L’aboutissementd’unlongparcoursdanslafictionU.S.La Revanche des nerds Êtaitletitred’unfilmadodesannÊes1980.DurantlesannÊes 2000,lescomÊdiesdÊlicatesdeJuddApatowàlagloiredes inadaptÊsontforcÊlavoie.CrÊÊeparRyanMurphy(Nip/Tuck), Glee rÊcoltelamise.LasÊriemÊlangeunespritdecomÊdiesatiriquefÊroceavecdesnumÊrosmusicauxrÊconciliateurs.LamajoritÊdestubesdestrentedernièresannÊesypasse,cequirend l’ensembleimmÊdiatementaddictifpourlesex-fansduTop50– onconseillenotammentl’Êpisode15,The Power of Madonna. Et,pourceuxquelekaraokÊgÊantn’intÊressepas,ilresteune excellenteraisonderegarderGlee :l’actriceJaneLynchytrouve unrôleàlahauteurdesonimmensetalentcomique,enprofde gymlanguedevipère.Aperçuedans L Word ou40 ans toujours puceau, elleÊtaitlesecretlemieuxgardÊd’hollywood.

C

BUZZ TV

_Par P.R.-W.

1. I’ll be back. Non, ce n’est pas Arnold Schwarzenegger, mais sa cible favorite Sarah Connor (Linda Hamilton dans le monde rÊel) qui donnera la rÊplique à Nancy Botwin dans la sixième saison de Weeds, qui dÊbutera le 16 aoÝt aux États-Unis sur Showtime. 2. Oprah Winfrey, la reine du talk-show U.S., se met à la production de sÊries. La prÊsentatrice a lancÊ un projet de biopic en sept Êpisodes sur HBO. Il tournera autour de la vie et du combat pour l’abolition de la sÊgrÊgation du rÊvÊrend Martin Luther King. 3. Il Êtait temps‌ Heroes, la crÊation de Tim Kring, n’a pas ÊtÊ renouvelÊe par NBC. Le showrunner espère malgrÊ tout que la chaÎne lui offrira l’opportunitÊ de boucler la boucle, puisqu’il souhaiterait prÊparer un tÊlÊfilm ou une mini-sÊrie pour clore le show.

Glee, diffusĂŠ Ă  partir de juin sur Orange CinĂŠma SĂŠries.

LE CAMÉO

Š Orange CinÊma SÊries

ART GARFUNKEL DANS FLIGHT OF THE CONCHORDS Quand,àl’Êpisode7delasaison2,leshÊrosde Flight of the Conchords (sÊriemusicale etpotacheduduonÊo-zÊlandaisJemaineClementetBretMcKenzie,dansleurspropres rôles)acceptentd’apparaÎtreentantquesosiesdeSimon&garfunkeldansunbar,une jeunefemmes’ÊprenddeJemaine.Bientôt,ellel’obligeàgardersaperruqueArt garfunkelpourfairel’amour.Mais,unmatin,levraiArtgarfunkeldÊbarquechezelleet lareprendaunezetàlacrinièrefrisÊedeJemaine:ilsÊtaientamants.Dansunmonde squattÊparlesimitations,l’apparitionimprÊvued’unoriginalÊmeutautomatiquement. _O.J. Flight of the Conchords saison 2, diffusÊ en juin sur Orange CinÊma SÊries.

JUIN 2010

WWW.MK2.COM


Š Keystone France / Keystone/ Eyedea / France

22 NEWS /// EVENT

ORPhÉE HOME La demeure de JEAN COCTEAU à Milly-la-Forêt s’ouvre au public le 24 juin et rÊvèle, par murs interposÊs, un cinÊaste qui a fait de sa vie un chef-d’œuvre. _Par ClÊmentine Gallot

es maisons d’artistes ont cela de commun avecleurs habitantsqu’ellesenabsorbentcertainesqualitÊseten retiennent,parfois,l’esprit.LepèlerinagefÊtichistesurceslieux donneàvoircequi,parimprÊgnation,subsistedel’âmeavec lepassagedutemps.Acquiseen1947avecsonamantfidèle, JeanMarais,lamaisondeJeanCocteauestdecesespaces habitÊs:àl’ÊcartdeParis,ellesetientdansunepetitevillede l’Essonne,entourÊedejardins,àl’orÊed’unchâteauetdeses douves.Cocteauyvivrajusqu’àsamorten1963aveclejeune Edouard Doudou Dermit,quiconserveralademeureavantsa restaurationparlafondationPierreBergÊ.ObsÊdÊparlerapport entrerÊeletimaginaire,Cocteauavaitfaitposerdupapierpeint enimprimÊlÊopardetdisposÊsonlitroseàbaldaquinendiagonale: La maison est un collage, elle est organisÊe comme une œuvre d’art , expliquelemusÊographeDominiquePaïni. SecroisententrecesmursProust,Picasso,Duchampouencore Warhol.DeschambresrestaurÊes,unegaleried’expositionet unesalledeprojectionrÊvèlentl’associationvirtuosedesdisciplinespratiquÊesparCocteau,Êcrivain,critique,dessinateur, cinÊaste.Unmiracledeconservationquandonsaitquel’auteur d’OrphÊe jetaitsansscrupulestoussesdessins‌

L

Maison Jean Cocteau, 15 rue du Lau, 91490 Milly-la-ForĂŞt. Du mercredi au dimanche, 10h-19h. www.jeancocteau.net

RENDEZ-VOUS

_Par J.R.

1. Documentaires, voyages oniriques ou expÊrimentations techniques, zoom sur un mode d’expression libÊrÊ des contraintes et de la censure : ce festival rassemble plus de soixante vidÊos entièrement rÊalisÊes sur tÊlÊphone mobile. Festival Pocket Films, du 18 au 20 juin au Forum des images

2. Un festival convivial et cinÊphile, sans compÊtition ni tapis rouge mais avec, pêle-mêle, des rÊtrospectives Greta Garbo, Elia Kazan et Éric Rohmer, un focus sur le nouveau cinÊma indien, des rencontres et des hommages‌ Festival international du film de La Rochelle, du 2 au 11 juillet à La Rochelle

3. Contemporain du nÊorÊalisme italien, le cinÊma de Riccardo Freda rÊunit lÊgendes mythologiques, dÊcors grandioses et envolÊes lyriques, du pÊplum (Spartacus) au film fantastique (Les Vampires)... Rare et savoureux. RÊtrospective Riccardo Freda, du 30 juin au 1er aoÝt à la CinÊmathèque française

L’EXPO CINÉ FIL

Š D.R.

MarleneDietrich,LanaTurner,KimNovak‌LesplusgrandesvedettesdesannÊes 1940et1950sontpassÊesentrelesdoigtsagilesdelacouturièreitalienne Fernandagattinoni.Letempsd’uneexposition,entrephotographiesetextraits defilms,onadmirelesrobesportÊesparAudreyhepburndansGuerre et paix oupar IngridBergmandansEurope 51 –entout,vingtcostumessontexposÊs. OucommenttisserdegracieusescorrespondancesentremodeetcinÊma‌ _J.R. Mode et Êtoiles au temps d’Hollywood sur le Tibre, du 15 juin au 30 juillet à l’Institut culturel italien de Paris

JUIN 2010

WWW.MK2.COM


24 NEWS /// CARTE BLANCHE

BIGBAND Cocktail explosif de soul, de funk et de rock, le premier album de PUSH UP, The Grand Day of Quincy Brown, fait rimer ambiances urbaines et rÊfÊrences cinÊphiles. En juillet, les huit membres du groupe investissent le MK2 Quai de Seine pour une carte blanche autour des films de la blaxploitation‌ Rencontre avec trois d’entre eux : le flÝtiste JÎ DrÝ, la chanteuse Sandra NkakÊ et le vocaliste Karl the Voice. _Propos recueillis par Juliette Reitzer

C Carte blanche au MK2 Quai de Seine les lundis 19 et 26 juillet en soirĂŠe et les 17, 18, 23 et 24 juillet en matinĂŠe. Toute la programmation sur www.mk2.com

omment le groupe Push Up est-il nÊ ? JÎ DrÝ : OnseconnaÎttousdepuislongtemps,chacuntravaillesurlesprojetsdesautres‌L’impulsiondefairede lamusiqueensembleatoujoursÊtÊlà.PushUpnousa permisdeconcrÊtisertoutescespetiteshistoiresd’amitiÊ. OnacommencÊpartravaillerenstudiopuis,trèsvite,on aeuenviedel’Ênergiedelascène.

Qui est Quincy Brown, le hÊros de votre premier album ? Sandra NkakÊ : C’estunvoisin,onhabitelemêmequartier.Ilcristallisebien lesproblÊmatiquesquotidiennesdesgensdenotreâge,entre30et40ans. OnraconteunejournÊedeQuincy,unmomentclÊdesavieoÚilsepose pleindequestions:commentÊleversesenfants,lechoixdesontravail, desesamis‌C’estunpeul’histoiredechacundesmembresdugroupe. JÎ DrÝ : C’est quelqu’un de simple, qui Êvolue en vase clos, dans son quartier,etquicroiseuncertainnombredepersonnageshautsencouleur.Untypedeceuxqu’oncroisedanslarue,enbasd’unimmeuble,qui connaissenttoutlemondeetpeuventvousaiguillersurlesbonsetles mauvaisplansduquartier‌ La dimension narrative est au cœur de l’album‌ Sandra NkakÊ : Ons’esttousintÊressÊsàcetaspectnarratifdansnos carrières solo. Ce qui nous plaÎt dans le cheminement artistique, c’est vraimentderaconterquelquechose. JÎ DrÝ : PlutôtquedecollerdeschansonslesunesàcôtÊdesautres, onachoisidebâtirunensemblecohÊrentquiraconteraitunehistoire, en plusieurs parties, avec un dÊbut et une fin. Dans la construction mêmedudisqueetduspectacle,onesttrèsprochesducinÊmadans lesensoÚonarepriscertainsdispositifsquiluisontpropres:unnarrateur, une voix off, des sons de rue‌ L’album pourrait être la B.O. d’un film,particulièrementd’unfilmmusicalpuisquel’onopèredesÊchappÊesverslerock,lehip-hop...

JUIN 2010

WWW.MK2.COM


Š Gil

CARTE BLANCHE /// NEWS 25

Comment exprimez-vous cet univers en concert ? JÎ DrÝ : Surscène,onessaied’incarnerlespersonnagesdemanièreexpressive,maisonn’estpasdu tout dans quelque chose qui ressemblerait à une comÊdiemusicale.NotrecôtÊcinÊmatographique tiredavantageverslefilmnoiroulecinÊmasocial, ancrÊdanslarÊalitÊ. Sandra NkakÊ : IlyadesmomentsoÚl’onincarne chacunQuincyBrown,d’autresoÚl’onposeun regardsurlui.CommeaudÊbutd’unfilm,ledÊbut

consacrÊ à la blaxploitation. Qu’est-ce que votre musique a en commun avec l’univers de ces films ? Karl The Voice : SandraetmoiavonstravaillÊsurun spectacleaveclepapedelablaxploitation,Melvin vanPeebles.OnmÊlangeaitdesÊlÊmentsdeson cinÊma,desonfilmSweet Sweetback’s Baadasssss Song, avecdesatmosphèresplusparisiennes,commeparexemplelachansonNini peau d’chien d’AristideBruant‌NotreuniversestleplusdiversifiÊ etouvertpossible.

DANSLACONSTRUCTIONDUDISQUEETDU SPECTACLE,ONAREPRISCERTAINSDISPOSITIFS PROPRESAUCINÉMA:vOIXOFF,SONSDERUE‌ duspectaclenouspermetd’installerl’ambiance,le dÊcor,lasituation.Iln’yapasd’artificescÊnographique.Lascène,c’estnotrevie:onlefaittrèssÊrieusement,maissansseprendreausÊrieux. Votre musique est très mÊtissÊe et mêle tous types de couleurs, de sonoritÊs‌ Quelles sont les influences de chacun d’entre vous? JÎ DrÝ : TheSpecials,JohnColtrane,NinaSimone... Sandra NkakÊ : Parliament,Funkadelic,BobDylan... Karl The Voice : SexPistols,BÊlaBartók‌

JÎ DrÝ : CesfilmssonttrèsancrÊsdanslepaysage urbainetc’estvraimentlecasdeThe Grand Day of Quincy Brown. Notremessageestprochedeceluide lablaxploitation:unmessaged’espoir,depaixet defoidanslecollectif.Lecycleirade Shaft, les nuits rouges de Harlem degordonParksàDo the Right Thing deSpikeLee‌Ilyaurasixfilmsautotal,etles projectionsdulundisoirseterminerontparunpetit concertetÊventuellementundÊbatsurlefilm.On esttouspassionnÊsdecinÊma‌LadiffÊrence,c’est quemoij’aimelesbonsfilms,euxlesmauvais !

Le MK2 Quai de Seine vous offre une carte blanche. Vous avez choisi de programmer un cycle

JUIN 2010

WWW.MK2.COM


Š Damien Cuillery

26 NEWS /// UNDERGROUND

LARgUÉS Voix doucereuses, claviers vintage, banjos millÊsimÊs: sur son excellent premier album, Bye Bye Cellphone, le trio parisien 1973 fait l’Êloge des anachronismes, et capte l’air du temps comme personne. _Par AurÊliano Tonet

1973

est un trio, mais, ce jour-lĂ , seulsNicolas(chant, paroles)etThibaut(guitares,etc.)sontprĂŠsents. Letroisièmelarron,JĂŠrĂ´me(claviers,etc.),estonnesaitoĂš,et cetteabsence,minederien,ditbeaucoupdugroupeparisien: jamaistoutĂ faitlĂ ,unpeuailleurs,Ă cĂ´tĂŠ.ÂŤ Au lycĂŠe, on ĂŠtait très geeks. On a formĂŠ un groupe pour devenir “inâ€?, mais ça nous a encore plus ĂŠloignĂŠs des autres ados, en fait. Âť DemĂŞme, lenomdutrioselitmoinscommeunhommageauxseventies quecommeunedĂŠclarationdeperte(etprofits):ÂŤ On ĂŠtait très attachĂŠs Ă  1973, une chanson que l’on n’arrivait pas Ă  finir. Pour se consoler de la jeter aux orties, on a gardĂŠ son titre comme nom de groupe. Âť AprèsunEPremarquĂŠ,etquelquessaisons degamberge,1973sortenfinsonpremieralbum,Bye Bye Cellphone : ÂŤ Un jour, j’ai perdu mon portable, et tout ce qu’il contenait, sesouvientNicolas. Cet acte rĂŠsume bien le propos de l’album : un au revoir Ă  des filles, des musiques et des moments qui ont comptĂŠ pour nous. ÂťFaussementpassĂŠistes (ilscitentMingus,Prince,JoniMitchell),rĂŠsolumentpopetanglophones(ilssontprochesdeSydMatters,Camille,Phoenixou Nouvellevague),les1973troussentlabande-sonparfaitede l’Êpoque:larguĂŠe,commeeux. Bye Bye Cellphone de 1973 (Blonde Music / Sony Music)

COPIER COLLER

_Par P.R.-W.

>>Avec The ArchAndroid, Janelle MonaÊ, protÊgÊedeP.Diddyet nouvellefiguredeprouedela scèneR’n’B,signeunexcellent conceptalbum,aussifunkyque cÊrÊbral.

>>AutrefortetêterÊtrofuturiste, Erykah Badu publie New Amerykah Part Two. Ici,c’estl’arbredela crÊationquis’extraietoutdroit ducerveaudel’ÊgÊrienu-soul.

LE MYSPACE CHARTS DE LA RÉDACTION _Par A.T. BERTRAND BELIN – Hypernuit www.myspace.com/bertrandbelin Hypernuit, ditlepremierextraitdutrèsattendunouvelalbumdumĂŠnestrelparisien: sesinfrasons(chantrentrĂŠ,assonancesdiscrètes)sonthyperclasses. FOLKS –1,2,3 www.myspace.com/folksrock 1,2,3, soleilnoir:c’estbienl’astred’unedoucemĂŠlancoliequiĂŠclaireles folksongs duditFolks,cousinfrançaislepluscrĂŠdibled’ElliottSmith.Singulier. JOHN GRANT – Marz www.myspace.com/johnwilliamgrant Ex-leaderdesregrettĂŠsCzars,aujourd’huiaccompagnĂŠdestoutaussidĂŠlicats Midlake,cebeaucroonerblessĂŠajoutedes“zâ€?Ă touslesmots.MerziĂ lui.

JUIN 2010

WWW.MK2.COM


Š Trollfilm.A.S.

28 NEWS /// BUZZ’ART

TEL PĂˆRE Sur le manège ronronnant des courts mĂŠtrages du Festival d’Annecy, Sinna Mann nous a dĂŠsarçonnĂŠs. Une remuante mise en image de la violence domestique dans ce qu’elle a de plus indicible. Des impairs du père‌

ARTY TECH

_Par Étienne .Rouillon

ans la litanie annÊcienne des  Il Êtait une fois , leitmotiv tenudeShrek 4 àKÊrity, la maison des contes, larÊalisatrice norvÊgienneAnitaKillihurleun Il est de trop nombreuses fois  pourdÊchirerlesilencedesenfantsbattus.C’estl’histoired’un pèrefouettard,maispourdevrai,deceuxquicognent.L’artiste, rÊcompensÊeduprixspÊcialdujury,prixdupublicetprixde l’Unicef,adeuxmarottes: C’est l’histoire d’un père raconterdeshistoires fouettard, mais pour de vrai. pourenfantsetprofiter despropriÊtÊsÊvocatricesdel’animationpourfairepasserdes messages.ReçucinqsurcinqpardesyeuxmouillÊsetrÊpÊtÊ pardesgorgesnouÊesàlasortiedelaprojection.Lestechniques ducollageetdelacamÊramulti-planssontmagistralement employÊespourfigurerlesangoisseshallucinÊesàhauteurdeBoj, gaminauxyeuxnoirsdepeur,dÊpassÊparunefigurepaternelle àlafoisrÊvÊrÊeetredoutÊe.PerspectivescassÊes,membres dÊsarticulÊs,larÊalisationdÊfendunproposdontonpourrait direqu’ilfriseparfoislanaïvetÊ.Ceseraitoublierl’indÊniable vertupÊdagogiquedeSinna Mann. www.trollfilm.no

Š D.R.

D

>> FAIRE LA PLANCHE DÊtour vers le futur pour l’artiste français Nils Guadagnin avec sa rÊplique du mythique Hoverboard, la planche à roulettes sans roulettes qui faisait lÊviter Marty McFly dans Retour vers le futur 2. L’installation, rÊalisÊe pour une exposition hommage au film, gravite l’air de rien grâce à deux Êlectro-aimants stabilisÊs par guidage laser.  Nom de Zeus ! , souffle Doc d’admiration. _E.R. http://nilsguadagnin.blogspot.com

VIDÉOS _Par P.R.-W.

Konstantin Bronzit – Lavatory Lovestory www.youtube.com/watch?v=ajLrFugsdMw Unbouquetdefleurs,dÊposÊparun mystÊrieuxinconnu,etlecœurd’une damepipiestchamboulÊ‌SuperbementdessinÊ,cecourtmÊtrageaÊtÊ nommÊl’andernierauxOscars.Ou quandhergÊrencontrePixardans destoilettesrusses.

SÊbastien Tellier – Look www.youtube.com/watch?v=0r0eqCzg6UU OnconnaissaitleMs. Fat Booty deMos Defetlesbig butts chersàSnoopDogg. SÊbastienTellierestfierdevousprÊsenter leclipdeLook, rÊalisÊparleduodedessinateursMrzyk&Moriceau,oÚl’onse perddanslacambrured’unejeune femme.CulottÊ.

Breakbot –Baby I’m Yours www.dailymotion.com/video/xdm2lv_br eakbot-baby-i-m-yours-feat-irfane_music Plusde2 000aquarelleschatoyantes etbigarrÊes,exposÊeschezColetteà partirdu3juillet,ontÊtÊutilisÊespour illustrerBaby I’m Yours, l’entêtanttube funk-popdeBreakbot,dernierpoulain del’ÊcurieEdBanger.Break through.


30 NEWS /// LE NET EN MOINS FLOU

LIvRE OUVERT Une nouvelle polÊmique agite Facebook. En cause, les clauses de confidentialitÊ, visant à simplifier les conditions d’utilisation du site, jusqu’alors plus illisibles, disait-on, que la Constitution amÊricaine‌ _Par Pablo RenÊ-Worms

e 31 mai dernier, le groupe Quit Facebook Day invitaitles quelque540millionsd’utilisateursdurÊseausocialàle quitter.Sil’initiativearelativementpeurassemblÊ–35000personnes,soit0,0086%desutilisateurs–,elleestsymptomatique duventdefrondecontreFacebook.RÊseaufermÊàsanaissance,lesites’estpeuàpeutransformÊenpieuvre,recueillant quantitÊd’informationssursesutilisateurs.Dèslors,laquestion laplusbrÝlantefutcelledupartagedecesdernières.Jusqu’à prÊsent,ilfallaitexplorerles Depuis fin mai, une nouvelle entraillesdelabêtepour page a fait son apparition. lesrendreaccessiblesàses seuls amis , mais,depuisfinmai,unenouvellepageafait sonapparition.Surcelle-ci,troisgrosboutons: Tout le monde ,  Les amis de vos amis , Vos amis . UnseulclicsuffitpourconfigurerpresquetouslesparamètresdeconfidentialitÊdevotre compteetlimiterl’accèsàvosdonnÊespersonnelles.Cette simplicitÊderestrictiond’accèspourraittransformerFacebook ensimpleboÎtemail,loindesvertus(ouvices,c’estselon) omniscientesetvoyeuristesdudernierLÊviathan2.0.

L

DUCKFACE

STATUTS QUOTES SÉLECTION DES MEILLEURS STATUTS DU MOIS

Gwendoline : Il faut vraiment arrêter de prendre les cons pour des gens. Nassim : On nous dit que Johnny est alcoolique. En même temps, allumer le feu sans carburant, c’est super relou. Max : Vuvuzela + gueule de bois = pas bon. Christophe : Pire que les vuvuzelas : les commentaires de Lebœuf ! Gregory a soufflÊ dans la vulvazahia. Thomas a tentÊ le coiffeur en Afrique du Sud et a essuyÊ l’humiliation de toute une vie :  Je vous coupe le mulet ou vous voulez le garder ? 

[dœkfes]n.f. MOT @ MOT _Par E.R.

[LittÊralement,facedecanard;dÊsigneunemoueboudeuserÊsultantd’unecontraction musculairelabialerappelantlebecaplatidecertainspalmipèdes] 1.GrimacevieillecommelesprofilsderÊseauxsociaux,prisÊedesjeunesfillesvoulant soulignerunecertaineidÊedelasensualitÊparcetteproÊminencecrispÊedeslèvres. Lesiteantiduckface.comvoledanslesplumesdespoulesquiarborentdesduckfaces. 2.Overdosedecollagène. QuandDaisyrencontreSally:àforcedepassagessurlebillard,MegRyanafigÊson rictusenduckface.

JUIN 2010

WWW.MK2.COM


32 NEWS /// AVATARS

CASSE-TÊTE Au ballon rond, prÊfÊrons la tête au carrÊ, dÊmoulÊe par les chauds battoirs des gladiateurs du catch sans chiquÊ. Dans l’arène reine d’UFC 2010 Undisputed, des pains (dans le pif) et du jeu. _Par Étienne Rouillon

FC, pourUltimateFightingChampionship,sportdecombat sanctionnÊpardesK.O.sanscoupsinterdits,oÚlesappelÊs oublientque,danslemot contact ,ilya...tact.Dumotàmaux, iln’yaqu’unringoÚl’ondialogued’unpoingc’esttout,vibrant souslesassautsdephalangesmarteaux-piqueursetdetalons d’agiles.

U

Que tusoisuncrackdelasoumissionausolouunedivade l’uppercut,c’estbleuschtroumpfquetusorsdescordes,l’arcaderouged’unefuitesanguineàfairehonteauxingÊnieurs deBP.SibienanimÊetmodÊlisÊqu’onadesscrupulesàtumÊfierlestempesdel’avatardujoueurvoisinsurlecanapÊ. Pardon,vieux:lève-toietcrachetesdents.

APPLIS MOBILES

_Par C.D.

COUPE DU MONDE 2010 Pourlesaccrosduballon rondquiauraientpeurde nepouvoirsuivrelaCoupe dumondeauboulot,pas depanique!RÊsultatsen directettableauxrÊcapitulatifssont proposÊsparcetteapplitrèscomplète. Plate-forme : iPhone et Windows Mobile // Prix : gratuit

RESIDENT EVIL 4 Lesurvival horror dÊbarquesurlenouveaujoujou d’Apple.graphismehaute rÊsolution,cinqniveauxde difficultÊetdeuxmodes dejeusontdisponiblesdanscetteversion tactiletrèsintuitive. Plate-forme : iPad // Prix : 7,99 ₏

Choisir labastonensueurbiocontrelesOgM,OpusgavÊsde Manga.Lenezenpatatemaiscreux,lesdÊveloppeursdeThQ ontatteintlesummumdelacastagnesansleschichisd’Êcolière aubustelactÊÊructantdesboulesdefeu.Faceàl’invasiondes voltigeursduSoleillevant,l’adepted’UFCdevientl’hommequia ditgnons.

FAT BOOTH Cettedrôled’applipas trèsutilevousproposede retouchervotreportrait ouceuxdevosamiset d’yajouterunpeu(voire beaucoup)degras.Attention,c’estdu lourd!

UFC 2010 Undisputed (THQ, sur PS3, X360, PSP )

Plate-forme : iPhone // Prix : 0,79 â‚Ź

NEXT LEVEL

_Par C.D.

BLAZBLUE : CALAMITY TRIGGER Lefameuxjeudecombatsortisurlesconsoles françaisesenavril2010 s’introduirasurvotrePC àpartirdu30juin.RetrouvezNoÍl, Jin,Ragnaetlesautresdansunstyle jeud’arcadequirevientenforce.

JUIN 2010

TOY STORY 3 AdaptationrÊussie pourcettepetitemerveillede jouetvidÊo  d’aventure,quiravira lesjeunesetlesmoins jeunesavecsonscÊnariobien ficelÊ.Etpassisimplequeça! Survosconsolesle1er juillet.

DANCING STAGE HOTTEST PARTY 3 Konamirelancela machineDance Dance Revolution enEuropeavec cetteversiongrandpublic surWiiducÊlèbrejeujaponais.Dès le30juin,sautez,dansezetvalidez lesflèchessurlerythmeentraÎnant desmorceauxdumoment.

WWW.MK2.COM


LE

GUIDE CALENDRIER MALIN POUR AVENTURIER URBAIN

DU MERCREDI 16 JUIN AU MARDI 20 JUILLET

 J’AVAIS ENVIE DE RÉALISME : DE LA SUEUR, DE LA SALIVE ET DES POILS.  P. 36 MIChAELROWE

SORTIES EN SALLES SORTIE LE 16 JUIN 36 AnnÊe bissextile deMichaelRowe SORTIES LE 23 JUIN 38 Les Petits Ruisseaux dePascalRabatÊ 39 La Bocca del lupo dePietroMarcello SORTIE LE 30 JUIN 40 TournÊe deMathieuAmalric SORTIE LE 14 JUILLET 41 Tamara Drewe deStephenFrears LES AUTRES SORTIES 42 Baaria ; BÊbÊs ; Eyes of War ; L’Agence tous risques ; Dog Pound ; Kiss & Kill ; Puzzle ; À 5 heures de Paris ; Splice ; Un Ange à la mer ; La Disparition d’Alice Creed ; MillÊnium 2 ; Copacabana ; Twilight 3 ; Question de cœur ; Petits Meurtres à l’anglaise ; L’Autre Monde ; Contes de l’âge d’or (partie 2) ; Predators ; Taking Off

P.36

46 LES ÉVÉNEMENTS MK2 FestivalParisCinÊma

SORTIES EN VILLE 48 CONCERTS Le Festival Days Off L’oreillede‌JamieLidell

50 CLUBBING La terrasse de Petit Bain et le Projet 1051 Lesnuitsde‌Yuksek

52 EXPOS Paris & CrÊation aux Galeries Lafayette LecabinetdecuriositÊs:Chemin faisant‌ A Walk Around the Block

54 SPECTACLES Jours ĂŠtranges et So Schnell de D. Bagouet LespectaclevivantnonidentifiĂŠ:Evelyne House of Shame

P.50 JUIN 2010

Š A. Varlet

56 RESTOS Christophe Vasseur à Du Pain et des IdÊes Lepalaisde‌ArnaudFleurent-Didier

58 LA CHRONIQUE DE DUPUY & BERBERIAN

WWW.MK2.COM


36 CINÉMA

SORTIE LE

16/06

AnnÊe bissextile 3 RAISONS D’AlleR vOIR le fIlm 1‌ Pour monica del Carmen, dÊsarmante de sensualitÊ et de tristesse. 2‌ Pour la mise en scène, qui sait trouver la bonne distance sans jamais être racoleuse. 3‌ Pour la vitalitÊ d’un cinÊma mexicain entretenu par un rÊalisateur‌ d’origine australienne.

LES SENS DE LA SOLITUDE Un film de Michael Rowe // Avec Monica del Carmen, Gustavo Sanchez Parra‌ Distribution : Pyramide // Mexique, 2010, 1h34

Nouveau venu dans le cinÊma mexicain, MICHAEL ROWE dÊcroche pour son premier film la CamÊra d’or, qui aurait pu être aussi un Hot d’or, catÊgorie huis clos charnel et cÊrÊbral. _Par LÊo Soesanto

AnnÊe bissextile s’ouvre parmi les rayonnages d’un supermarchÊ oÚLaura,pigistepourunjournalÊconomique,faitsescourses. Lacourbepriseparlefilmprolongecettescèneinaugurale:celle del’Êtalage,deladÊshumanisationetdelamarchandisation descorps.EnparticulierceluideLaura,quis’abandonnechez elleàdesrelationssanslendemainetdeplusenplusmasochistes. AustralieninstallÊauMexiquedepuisseizeans,MichaelRowe signepoursonpremierlongmÊtrageunportraitàlafoiscruet tendred’unecÊlibattanteperduedanssonproprestudio.Les scènesdesexeysontfrontales,maisRowecasselaroutinedu coïtfilmÊparsonattachementauxpetitsdÊtails(quefait-on, quedit-onaprèsl’amour ?)etlephysiquetrèsnatureldeson interprèteMonicadelCarmen.Surtout,AnnÊe bissextile n’est jamaisgratuitdanssesÊbatsetgrattesansmoralismelàoÚil faut:lasolitudedeLaura,qu’unesociÊtÊmexicaineobsÊdÊe parlesapparencesluirenvoieausextupleauvisage.

JUIN 2010

MICHAEL ROWE Comment avez-vous castÊ Monica del Carmen ? Je voulais une actrice qui casse les clichÊs de beautÊ mexicains actuels – paradoxalement, une femme  à la russe , grande, blonde, pâle. Monica est principalement une actrice de thÊâtre ; elle apparaÎt aussi dans Babel d’Iùårritu. Surtout, elle m’a fait pleurer lors de son audition. Comment avez-vous abordÊ les scènes de sexe ? J’avais envie de rÊalisme, de choses qu’on ne voit pas souvent au cinÊma : de la sueur, de la salive et des poils. Dans le film, le sexe n’est pas une fin en soi ; c’est une forme de pouvoir et un moyen pour les personnages d’Êviter la solitude. Comment expliquez-vous la bonne santÊ à l’Êtranger du cinÊma mexicain, avec des cinÊastes aussi divers qu’Iùårritu, Eimbcke ou Reygadas ? Ces cinÊastes – et moi-même, je crois – ont en commun de faire des films en rÊaction aux clichÊs consumÊristes que les mÊdias mexicains vÊhiculent. Nous montrons qu’il y a une autre manière de vivre. Le public à l’Êtranger doit s’y reconnaÎtre. WWW.MK2.COM


38 CINÉMA

SORTIE LE

23/06

Les Petits Ruisseaux 3 RAISONS D’AlleR vOIR le fIlm 1‌ C’est un film qui requinque (et qui remet). 2‌ Vous n’avez jamais vu Daniel PrÊvost aussi bien. 3‌ Ça se voit avant ou après avoir lu la BD, comme on veut.

MÛR D’AMOUR Un film de Pascal RabatÊ // Avec Daniel PrÊvost, Bulle Ogier‌ Distribution : Ad Vitam // France, 2010, 1h34

Deux retraitÊs sont dans un bateau;l’un casse sa pipe, que fait celui qui reste ? La rÊponse se trouve dans Les Petits Ruisseaux, premier film de PASCAL RABATÉ, adaptÊ de sa propre bande dessinÊe. _Par Isabelle Danel

Il y a le ciel, le soleil et la rivière. Etpuisilyal’Émileetl’Edmond quipêchentrÊgulièrementl’abletteetlegardonenbordde Loire.MaisvoilàquelesecondserÊvèlehÊdonisteetpeintre (defemmesnues)àsesheures.Etqu’ilcassesapipe,nonsans laisseraupremier,enguisedeviatique,unedernièrepensÊeà mÊditer: C’est pas parce qu’on a passÊ l’âge de la gaudriole ÊpicÊe qu’il faut faire maigre jusqu’au trou.  Loindujeunisme ambiant,PascalRabatÊavaitfaitd’Émile,retraitÊsoudainfrappÊ pardes retours d’envie , lehÊrosdesaBDLes Petits Ruisseaux, en2006.Illuidonneaujourd’huilestraitsdeDanielPrÊvost.Des casesauxcadres,RabatÊs’ensortmieuxquebienetmultiplie lesplans-sÊquenceslàoÚonauraitpucraindreunmontage hachÊ,calquÊsurceluiduneuvièmeart.Iljoueaussidela couleur,duson,duoff.Bref,ils’Êclateàl’Êcran,toutenrestant fidèleàl’histoired’origine.Qu’unpremierfilmnousrappelleavec finessequ’ilfautbienquevieillessesepasseestrevigorant.

JUIN 2010

PASCAL RABATÉ Pourquoi adapter votre propre BD ? Avant, je gagnais ma vie en faisant de la BD et je la dÊpensais en tournant des documentaires et des courts mÊtrages ! Quand les producteurs m’ont approchÊ, j’ai sautÊ dans le train sans savoir oÚ il allait. J’ai vu l’occasion de rÊinventer, à l’image, une fragilitÊ que j’avais essayÊ de raconter en dessins. Et le rÊsultat ? Au risque de passer pour un vantard, ce n’est pas le film dont j’ai rêvÊ, c’est mieux ! Dans le sens oÚ il y a, dans la rÊalitÊ et dans les acteurs, bien plus d’imagination, d’incongruitÊs et de poÊsie que je ne peux en inventer tout seul. Comment avez-vous dirigÊ vos acteurs ? DirigÊs, je ne sais pas. Nous Êtions d’accord sur tout avec Daniel PrÊvost, Bulle Ogier et HÊlène Vincent. Sur l’Êmotion contenue, le non-dit, le fait que ce devait être un film plus murmurÊ que parlÊ‌ En même temps, il fallait que ce soit une fête : n’oublions pas que les gens qui ont 70 ans aujourd’hui on fait la rÊvolution sexuelle dans les annÊes 1960.

WWW.MK2.COM


39 CINÉMA

SORTIE LE

23/06

La Bocca del lupo 3 RAISONS D’AlleR vOIR le fIlm 1‌ Poignante, l’histoire d’Enzo et Mary tire sans cesse ce documentaire très stylisÊ vers la fiction. 2‌ Jamais voyeur ou misÊrabiliste, le film dÊgage une grande cohÊrence, tout en gardant sa capacitÊ à surprendre. 3‌ Le cinÊma italien, via le documentaire, montre des signes de renouveau, et Pietro Marcello est un cinÊaste à suivre.

BOUCHE À BOUCHE Un film de Pietro Marcello // Avec Mary Monaco, Vincenzo Motta‌ Distribution : Bellissima Films // Italie, 2009, 1h15

Documentaire ÊlÊgiaque sur Gênes, La Bocca del lupo de PIETRO MARCELLO conte l’histoire d’amour entre un ex-taulard et une transsexuelle. Splendide. _Par Laura Mattei

Des grottes qui bordent le port de Gênes s’Êlèveunevoixrocailleuseracontant,enquelquestraitsimpressionnistes,lequotidien desclochardsquis’ylogent.Puis,unesecondevoix,toutaussi rauquemaisplusfragile,insituable,prendlerelai. Je t’attends, mon amour , dit-elleensubstance,par-dessuslesimagesd’un hommeaucorpsfatiguÊ,auvisageburinÊ–c’estcommesi toutelavilleetseshabitantsÊtaienttaillÊsdansleroc.Deuxfils narratifss’entremêlentenpermanencedansLa Bocca del lupo : l’histoire,majuscule,degênes,jadis l’orgueilleuse ,aujourd'hui  la belle endormie  (ainsiquel’ÊcriventaveceuphÊmismeles brochurestouristiques);etl’histoired’amour,improbable,entre EnzoetMary,lui,l’ex-mafiosoquiapassÊlamoitiÊdesavieen prison,elle,latranssexuellequiluienvoiedeslettresd’amourenregistrÊessurcassetteaudio.Avecunimpressionnantsensdu cadreetdumontage,PietroMarcello,jeunerÊalisateuritalien, composeainsi,enuneheurequinzeàpeine,unesomptueuse ÊlÊgie,auxconfinsdudocumentaireetdelafiction.LesprolÊtairesaussiontdroitausublime. JUIN 2010

PIETRO MARCELLO Comment avez-vous rencontrÊ Enzo, le personnage principal de votre film ? Je suis originaire de Naples mais une fondation jÊsuite m’a commandÊ un film sur les quartiers pauvres de Gênes. C’est là, dans une boulangerie, près de l’appartement qu’on m'avait prêtÊ, que j’ai rencontrÊ Enzo. J’ai ÊtÊ frappÊ par son visage, un visage qui Êvoque d’emblÊe le cinÊma, qui raconte une histoire. De Mary, on n’entend d’abord que la voix, avant de la voir apparaÎtre tardivement dans le film. Pourquoi ce choix ? Mary a attendu onze ans qu’Enzo sorte de prison, en lui envoyant rÊgulièrement des cassettes (celles qu’on entend). Mon montage se devait d’être fidèle à ce rythme, à cette attente, pour Êviter tout voyeurisme. Pourquoi ce titre ? La Bocca del lupo est tout d’abord le titre d’un roman naturaliste du XIXe siècle, de Remigio Zena, qui dÊcrit la vie des prolÊtaires de Gênes. C’est aussi la forme du port, qui ressemble à la gueule d’un loup. C’est enfin le surnom donnÊ aux barreaux de prison, derrière lesquels Enzo a passÊ la moitiÊ de sa vie.

WWW.MK2.COM


40 CINÉMA

SORTIE LE

30/06

TournÊe 3 RAISONS D’AlleR vOIR le fIlm 1‌ Pour suivre mathieu Amalric cinÊaste après La Chose publique et Le Stade de Wimbledon. 2‌ Pour dÊcouvrir la mouvance du burlesque amÊricain, de l’effeuillage sur fond de satire sociale. 3‌ Pour la mise en scène entre documentaire et fiction, rÊcompensÊe d’un prix à Cannes.

CORPS DE TROUPE Un film de Mathieu Amalric // Avec Mathieu Amalric, Miranda Colclasure‌ Distribution : Le Pacte // France, 2010, 1h51

Reconverti en cinĂŠaste fĂŠministe, MATHIEU AMALRIC entraĂŽne le spectateur dans une TournĂŠe des salles de province, pour un show festif et humaniste. _Par ClĂŠmentine Gallot

On connaissait Dita Von Teese, poupÊe tout en jambes, mais difficiled’imaginerMathieuAmalricenavocatdumouvement burlesqueamÊricain.Etpourtant,sÊduitlorsd’unereprÊsentation àNantesilyaquelquesannÊes,ilarÊunipourlesbesoinsdufilm sapropretrouped’artistesetsillonnÊlaFrance.LecinÊaste,grimÊ enmanagermoustachuàl’Êcran,s’estentourÊdeperformeuses auxnomsÊvocateurs,DirtyMartiniouRokyRoulette.Soiraprèssoir, lefilmdÊrouleunshowd’avant-gardevintagequiallielestorytellingàl’Êrotisme: Ce sont des spectacles par des femmes, pour les femmes , prÊcisel’uned’elles.CesportraitsdematronesexubÊrantes,àl’humourprovocateuretoutrancier,affleurentsurscène pendantleursnumÊrosetencoulisses,àtraversleregardenveloppantducinÊaste.Derrièrel’entertainmentparfaitementchorÊgraphiÊetlesvisagesfardÊs,Amalricfilmedescorps,Êpanouis etvieillissants.Lechocculturelde TournÊe estinattendu,etl’objet,hybride,habiteautantlepaysageducinÊmafrançaisque celuiduroad-movieàl’amÊricaine.

JUIN 2010

MATHIEU AMALRIC Le burlesque est bien plus que du striptease, mais c’est une tradition inconnue en France‌ Il y a quelque chose de la folie amÊricaine dans cette utilisation du corps pour faire de la politique : les filles y expriment une colère contre les corps formatÊs, mais de manière gÊnÊreuse et contagieuse. C’est un drôle de rapport à l’Êrotisme, qui mêle le sexe et le rire. La mise en scène a-t-elle demandÊ une logistique complexe ? Le tournage a ÊtÊ gracieux et joyeux. On a dÊcidÊ de mettre en place une vraie tournÊe pour conserver l’Ênergie des filles et le sens du danger. C’est un dispositif qui semble proche du documentaire, mais en fait rien n’a ÊtÊ improvisÊ. Ce film a des identitÊs multiples : est-ce un film français, amÊricain ? Je trouvais cela intÊressant de faire un film sur un Français qui fantasme l’AmÊrique et qui utilise le fantasme de ces filles sur la France pour y retourner. Cet Êchange de fantasmes est ironique, d’autant que, quand on part en tournÊe, on ne voit rien du pays.

WWW.MK2.COM


14/07

41 CINÉMA

SORTIE LE

Tamara Drewe 3 RAISONS D’AlleR vOIR le fIlm 1‌ Pour dÊcouvrir la plus dÊlicieuse comÊdie de l’ÊtÊ. 2‌ Pour Gemma Arterton dans ses hot pants moulants et Dominic Cooper, star du rock ultra-glam. 3‌ Pour dÊcouvrir à l’Êcran l’excellent roman graphique de Posy Simmonds.

BOMBE ANACOMIQUE Un film de Stephen Frears // Avec Gemma Arterton, Tamsin Greig‌ // Distribution : Diaphana // Grande-Bretagne, 2010, 1h49

De retour dans sa campagne anglaise natale, la belle hÊroïne de Tamara Drewe sème le trouble chez ses habitants. Et rÊcolte les suffrages du public. Un vaudeville pastoral signÊ STEPHEN FREARS. _Par Donald James

PrÊsentÊ hors compÊtition au Festival de Cannes, Tamara Drewe adÊclenchÊfousriresetovations,dÊcrochantlapalmede la petitecomÊdied’unfestivalrattrapÊparlerÊeletsesfantômes.Oui,toutau longdel’annÊe,lesÊcranssontinondÊsparcegenre decrisesconjugalesavecpourdÊnominateurexplosif communlajeunefillesexyconvoitÊecommepotion d’Êternellejeunesse.Onnecroyaitpassefaireencore avoir.Maisforceestdeconstaterl’ÊnormediffÊrence entreleshabituellescomÊdiescompassÊesetcenouveaumarivaudage so british.UnvÊritableprÊcisd’infidÊlitÊquimetenbranletouslesrouagesdelarhÊtoriqueamoureuse.DÊfilentalorslesfiguresdugenre, dumâleàl’affÝtàlafemmeauxfourneaux;même les animaux sont de la partie, tÊmoins sans doute hilaresdecescombatsdecoqs. DifficiledereleverlapattedeStephenFrearstantil

JUIN 2010

s’effacederrièresonsujetetadapteavecunefidÊlitÊ minutieuseleromangraphiquedePosySimmonds. Toutici–dÊcors,acteurs,rÊcit–dÊcalqueaumillimètrel’œuvreficelÊecommeunstory-boarddeladessinatriceetsonarchitectureàpointsdevuemultiples, qui,renvoyÊsdosàdos,suscitentuncomiquegrinçant.AprèsuneopÊrationdechirurgieesthÊtiqueet unelongueabsence,Tamararevientdanssonvillage afindefaireretapersamaisondefamille.Stonefield: unpub,unerÊsidenced’Êcrivains,unmariinfidèle,le jardiniersÊduisantetdeuxadolescentesdÊbridÊes. Tamaraestdevenueunebombesexuelleprêteàfaire explosercecalmeetminusculevillageanglais.Mais elleestloind’êtrelafillebêteetstupideattendueau tournant.ÀtraverscettecomÊdiebluffante,FrearsproposeunjeusurlesapparencesdominÊparuncynismeravageur,traversÊparuneÊtonnantecruautÊ.

WWW.MK2.COM


42 CINÉMA

AGENDA SORTIES CINÉ 16/06 _ Par C.D., I.D., D.J, J.R. et P.R.-W.

SORTIES DU

BAARĂŒA de Giuseppe Tornatore Avec Francesco Scianna, Margareth Madè‌ Quinta, Italie, 2h30

Danscettesagaitalienne,onsuit l’itinÊraired’unefamillesicilienne surtroisgÊnÊrations.Entoilede fond,lefascisme,laSeconde guerremondialeetlamafiasont ÊvoquÊsdanscefilmtrèspersonnel durÊalisateurdeCinema Paradiso.

BÉBÉS de Thomas Balmès StudioCanal, France, 1h18

QuatreuniverstotalementdiffĂŠrents, pourquatreboutsdechouqui dĂŠcouvrentlesjoies,maisaussila violencedelavie.Undocumentaire animalieroĂšlesstarsnesontpas dessuricatesmaisdesbĂŠbĂŠs.

L’AGENCE TOUS RISQUES de Joe Carnahan Avec Liam Neeson, Bradley Cooper‌ 20th Century Fox, États-Unis, 1h54

Onretrouvehannibaletsabande demercenaireslancÊsdansdes aventuressurvitaminÊesafindelaver leurhonneurbafouÊ.Explosions, courses-poursuitesetchutelibreà bordd’untanksontauprogramme decefilmd’actionpotache.

EYES OF WAR de Danis Tanovic Avec Colin Farrell, Paz Vega‌ Bac, Irlande-Espagne, 1h35

Deuxphotographesdeguerrese sÊparentauKurdistan.Mais,lorsque Markrentreaupays,sonami,David, quidevraitl’avoirprÊcÊdÊ,n’estpas là.Ques’est-ilpassÊ?UnerÊflexion surlamoraleduregardetl’impossibleneutralitÊfaceàl’horreur.

ET AUSSI CETTE SEMAINE : ANNÉE BISSEXTILE deMichaelRowe(lirelacritiquep.36) AIR DOLL deKore-Edahirokazu(lirelacritiquep.90) L’ILLUSIONNISTE deSylvainChomet(lireledossierp.68)

JUIN 2010

SORTIES DU

23/06 DOG POUND de Kim Chapiron Avec Adam Butcher, Shane Kippel‌ Mars, États-Unis, 1h31

ChapirondÊlaissel’ambiance dÊjantÊedeSheitan, sonprÊcÊdent longmÊtrage,pourl’hyperrÊalisme violentd’uneprisonpourmineurs duMidwestamÊricain.viragerÊussi grâceàuncastingsansbavureet unemiseenscèneclassiquetrès maÎtrisÊe.

KISS AND KILL de Robert Luketic Avec Katherine Heigl, Ashton Kutcher‌ Metropolitan, États-Unis, 1h40

LaCôted’Azur.Jen,fraÎchementcÊlibataire,rencontrel’hommeparfait.Ils sesÊduisent,semarientetmènent unepaisibleviedecouple.Jusqu’au jouroÚelledÊcouvrequesonmari estenrÊalitÊunagentsecret,et quesatêteestmiseàprix.

PUZZLE de Natalia Smirnoff Avec Maria Onetto, Gabriel Goity ‌ Sophie Dulac, Argentine, 1h28

Épouse,mèreetfemmeaufoyer, MariadelCarmenreçoitlejourde ses50ansunpuzzle,cadeaubanal quichangepourtantsavie.Cepremierfilmpeintunbeauportraitde femme,portÊparMariaOnetto (repÊrÊechezLucreciaMartel), aussisubtilequ’intense.

À 5 HEURES DE PARIS de Leonid Prudovsky Avec Vladimir Friedman, Dror Keren‌ Memento, IsraÍl, 1h 30

Unchauffeurdetaxiphobiquede l’avionrencontreuneprofesseurede musiquequidoitjustementenprendreunpourrejoindresonmariau Canada.UnjolicontedÊsenchantÊ, avec,enguisedeB.O.,deschansons deJoeDassinetAdamo!

ET AUSSI CETTE SEMAINE : LES PETITS RUISSEAUX dePascalRabatĂŠ(lirelacritiquep.38) LA BOCCA DEL LUPO dePietroMarcello(lirelacritiquep.39)

WWW.MK2.COM


SORTIES DU

30/06 SPLICE

de Vincenzo Natali Avec Sarah Polley, Adrien Brody‌ Gaumont, Canada, 1h47

Deuxsavantsdonnentnaissance àunorganismemutant,intelligent, sÊduisantet‌gênant.UnesÊrieB luxueuseoÚvincenzoNatali (Cube) remixelesclassiquesdu genreenmodeSF.LerÊsultat estbizarroïde,rÊgressifetun brinscatologique.

UN ANGE À LA MER de FrÊdÊric Dumont Avec Olivier Gourmet, Anne Consigny‌ Colifilms, Belgique-Canada-France, 1h26

Louisa11ans.Ilaimelesvagues etlamerquibordentsonpetitvillagedeSidiIfni,auMaroc.Lejour oÚsonpèremaniaco-dÊpressiflui confieunterriblesecret,ilperdson innocenceetsedonneunemission:devenirsonangegardien.

LA DISPARITION D’ALICE CREED de J. Blakeson Avec Gemma Arterton, Martin Compston‌ Haut et Court, Royaume-Uni, 1h37

Lafilled’unmillionnaireestkidnappÊepardeuxmalfrats,puis retenueenotagedans10mètres carrÊs‌TournÊavecuntoutpetit budget,cehuisclossertd’Êcrin auxcomÊdiens,etsurtoutàla bellegemmaArterton,quidevrait ravirtouslessuffrages.

MILLÉNIUM 2 de Daniel Alfredson Avec Michael Nyqvist, Noomi Rapace‌ UGC, Suède, 2h09

LisbethSalander,l’hÊroïnegeek etrebelledelatrilogieimaginÊe parStiegLarsson,sevoitaccusÊe d’untriplemeurtreetconfrontÊe auxfantômesdesonpassÊ. DanielAlfredsonfilmeavec sobriÊtÊlesinjusticesetlaviolencesèchedupouvoirsuÊdois. ET AUSSI CETTE SEMAINE : DIRTY DIARIES deMiaEngberg‌(lirelacritiquep.16) TOURNÉE deMathieuAmalric(lirelacritiquep.40) SHREK 4 deMikeMitchell(lireledossierp.68)

JUIN 2010


44 CINÉMA

AGENDA SORTIES CINÉ 07/07 _ Par C.D., I.D., D.J, J.R. et P.R.-W.

SORTIES DU

COPACABANA de Marc Fitoussi Avec Isabelle Huppert, Lolita Chammah‌ Mars, France, 2010, 1h47

Mèreindignemaismarrante,sommÊedenepasassisteraumariage desaproprefille,Baboutrouveun travailets’assagit‌àsafaçon. huppertetfille(LolitaChammah) nousmènenttambourbattant entreLilleetOstendedanscette comÊdiemalpolie.

TWILIGHT 3 de David Slade Avec Kristen Stewart, Robert Pattinson‌ SND, États-Unis, 2h04

BellaaretrouvÊsonpetitamide vampire.Mais,entresonamourpour EdwardetsonamitiÊpourJacob leloup-garou,labellebalance. HÊsitation,sous-titreprÊmonitoire, sauveradelaplagelesâmes romantiquesetlesallergiques ausoleil.

QUESTION DE CŒUR de Francesca Archibugi Avec Kim Rossi Stuart, Antonio Albanese‌ Bellissima, Italie, 1h44

DeuxinfarctusrÊunissentensallede rÊanimationAlbertolescÊnaristeet Angelolecarrossier.ToutlessÊpare; ilsselientd’amitiÊ.Depetitespeines engrandsbonheurs,ilspartageront plusqu’unehistoiredecœur.

PETITS MEURTRES À L’ANGLAISE de Jonathan Lynn Avec Bill Nighy, Rupert Grint‌ Rezo, Royaume-Uni-France, 1h38

Qu’obtient-onlorsquel’onrÊunitun tueuràgagessobritish,unekleptomanequiaeulesyeuxplusgros queleventreetunjeuneloser fumeurdespliffs ?Unthrillerburlesquequinousenseigneavec classelesarcanesdumeurtre.

ET AUSSI CETTE SEMAINE : CARLOS d’OlivierAssayas(lirel’interviewp.72)

JUIN 2010

14/07

SORTIES DU

L’AUTRE MONDE de Gilles Marchand Avec GrÊgoire Leprince-Ringuet, Louise Bourgoin‌ Haut et Court, France-Belgique, 1h44

gaspardpasselesvacancesd’ÊtÊ avecsespotesetsapetiteamie. Toutvapourlemieuxjusqu’àce qu’ilrencontreAudrey,unejeune femmefascinÊeparlamortqui l’entraÎnedanslemondedesjeux enrÊseau.ParlescÊnaristed’Harry, un ami qui vous veut du bien.

PREDATORS de Nimrod Antal Avec Adrien Brody, Topher Grace‌ Fox, Etats-Unis, 1h40

UngroupedeguerrierscomposÊ desmeilleurstueursdelaplanète setrouvecatapultÊdansleterrain dejeugrandeurnatured’unenouvelleracedeprÊdateursextraterrestres.MenÊeparlemercenaire Royce(AdrienBrody),lachasse peutenfincommencer.

TAKING OFF de Milos Forman Avec Lynn Carlin, Buck Henry‌ Carlotta, États-Unis, 1h33

Jeannie,15ans,vitàNewYorkavec unhippie.Sesparentstententde lacomprendre‌LeMilosForman d’avantHair etVol au-dessus d’un nid de coucou dÊcouvraitluiaussi cetteAmÊriquecontestatairedes annÊes1970,àpeinedÊbarquÊ duprintempsdePrague.

CONTES DE L’ÂGE D’OR de Cristian Mungiu, Ioana Irucaru‌ Avec Alexandru Potocean, Teo Corban‌ Le Pacte, Roumanie, 1h28

Secondepartiedecefilmcollectif initiÊparlepalmÊCristianMungiu. LestroislÊgendesurbainesracontÊescettefoissontdeshistoires d’amour.LafinefleurdesrÊalisateursroumainss’estrÊuniepour donnersaversiondel’ âged’or  deCeausescu.

ET AUSSI CETTE SEMAINE : TAMARA DREWE deStephenFrears(lirelacritiquep.41) TOY STORY 3 deLeeUnkrich(lireledossierp.60)

WWW.MK2.COM


46 CINÉMA

LES ÉVÉNEMENTS BASTILLE

BIBLIOTHĂˆQUE

HAUTEFEUILLE

ODÉON

QUAI DE LOIRE

BEAUBOURG

GAMBETTA

NATION

PARNASSE

QUAI DE SEINE

CINÉMA

PASSERELLES

FLASH-BACKS & PREVIEWS

LE DIALOGUE DES DISCIPLINES

JEUDI 24 JUIN – 20h / AVANT-PREMIĂˆRE / La Disparition d’Alice Creed de J Blakeson Unthrilleranglaishaletantsurfonddekidnapping, avecladivinegemmaArterton.

JUSQU’AU 22 JUIN / EXPO PHOTOS / StÊphane Fedorowsky

SAMEDI 26 JUIN - 10h30 / CYCLE FRANÇOIS TRUFFAUT / Baisers volÊs SAMEDI 26 JUIN - 10h30 / CYCLE FRANÇOIS TRUFFAUT / L’Amour en fuite DIMANCHE 27 JUIN – 10h30 / CYCLE FRANÇOIS TRUFFAUT / L’Homme qui aimait les femmes DIMANCHE 27 JUIN – 10h30 / CYCLE FRANÇOIS TRUFFAUT / Les Deux Anglaises et le Continent SAMEDI 3 JUILLET / CYCLE FRANÇOIS TRUFFAUT Tirez sur le pianiste SAMEDI 3 JUILLET / CYCLE FRANÇOIS TRUFFAUT Domicile conjugal DIMANCHE 4 JUILLET – 10h30 / CYCLE FRANÇOIS TRUFFAUT / Baisers volÊs DIMANCHE 4 JUILLET – 10h30 / CYCLE FRANÇOIS TRUFFAUT / Les Deux Anglaises et le Continent LUNDI 5 JUILLET - 20h30 / RDV DES DOCS / Journal de campagne d’Amos Gitaï En1982,AmosgitaïsillonnelaCisjordanieet labandedegaza.Ilfilmedejeunessoldatsqui occupentlesterritoiresetrecueillelestÊmoignages dePalestiniensopprimÊs,faisantÊtatdelasituation tenduedesonpays.EnprÊsenced’ArielSchweitzer, historienetcritique,spÊcialisteducinÊmaisraÊlien. DU 10 JUILLET AU 1er AOÛT – SPÉCIAL ANIMATION ReprisedesfilmsanimÊsquiontÊgayÊ l’annÊescolaireÊcoulÊe:Max et les maximonstres deSpikeJonze, Fantastic Mr. Fox deWesAnderson (CristaldulongmÊtrageetprixdupublicaudernier Festivald’Annecy),KÊrity, la maison des contes de DominiqueMonfery(mentionspÊcialeàAnnecy) etLa Princesse et la Grenouille deJohnMusker‌ Toute la programmation sur www.mk2.com

JUIN 2010

SAMEDI 19 JUIN – 11h / CINÉ BD / Les raisins de la colère de John Ford. AveclesÊditions Dargaud,MarvanoviendraprÊsenterlefilmqu’il achoisipuisdÊdicaceralepremieropusdeson ouvrageGrand Prix. Renaissance. JEUDI 24 JUIN – 19h30 / SOIRÉE ZÉRO DE CONDUITE /  Piscine . AveclesÊditionsAttila, autourdeChlore deJohannesgelich,Le Roi et la Reine deRamonSender,et La Piscine deYoko Ogawa.Inscriptionau0144525070. SAMEDI 26 ET DIMANCHE 27 JUIN – À PARTIR DE 14h / FESTIVAL BD. AvecIvangomez-Montero,Boris guilloteau,AurÊlienMorinière,MicealO'griafa,Nicolas OtÊro,JulienParra,RenaudPennelleetAlainRobet. VENDREDI 2 JUILLET – 19h30 / RENCONTRE / Jac Barron. AvecTransitÊditeur,autourdela parutionduthriller Les Cicatrices. DU 9 AU 11 JUILLET - DE 12h À 20h / Librairie ÊphÊmère. UnelibrairieÊphÊmèresurlesquais, organisÊeparlesÊditionsL’Œild’oretPassage piÊtons,rÊunissantdesÊditeursindÊpendants, alternatifs,dÊcalÊsoufracassants. LUNDI 19 JUILLET – 20h / CARTE BLANCHE / Push Up et la blaxploitation ProjectionetminiconcertducollectifPushUp. LUNDI 26 JUILLET – 20h / CARTE BLANCHE / Push Up et la blaxploitation ProjectionetminiconcertducollectifPushUp.

PETITES LECTURES MERCREDI 7 JUILLET 10h30 / LECTURE POUR LES 3-5 ANS. Enjuillet,nous partonsenVOYAGE,versdes mondesfantastiques,colorÊs etimaginaires‌ Tous les premiers mercredis matins du mois. Inscription au 01 44 52 50 70.

WWW.MK2.COM


47

UVREZ DÉCO ÉMA IN C LE DANS N E M T AUTRE K2 ! M LLES LES SA

FOCUS

_Par P.R.-W.

PARIS CINÉMA

LES CYCLES SOCIÉTÉS IMAGINAIRES ET IMAGINÉES Jusqu’àmi-juillet,programmationenmatinÊe defilmsquiquestionnent mondesparallèles,univers oniriquesetdÊlirespsychotiquesavecFight Club deDavidFincher, Les Temps modernes deCharlesChaplin, Bienvenue à Gattaca d’AndrewNiccol,Pink Floyd, The Wall d’AlanParker, Brazil deTerrygilliamouEternal Sunshine of the Spotless Mind deMichelgondry.

Cette annÊe, au programme du festival Paris CinÊma, que de l’affriolant : outre les huit longs mÊtrages en compÊtition et les avant-premières, hommage sera rendu au cinÊma japonais à travers une centaine de films ainsi qu’au pape de la sexploitation, Joe Sarno. Chaud devant. LesnippophilesserÊjouiront:lacinÊmatographie àl’honneurcetteannÊenousvientduSoleillevant. OnpourraainsiassisteràunerÊtrospectivedu maÎtreAkiraKurosawaàlaCinÊmathèquefrançaise,àl’occasionducentièmeanniversairede sanaissance.FilmsÊrotiques(hommageàKoji Waka-matsu,maÎtredu pinkueiga ),actrices phares(RinkoKikuchi,ShinobuTerajima),rÊalisateursmÊconnus(SadaoYamanaka,leJeanvigo nippon)serontaussidelapartie.Danslemême temps,unlargepanoramaducinÊmajaponais contemporainseraproposÊ,avecplusd’une quarantainededocumentaires,decourtsetde longsmÊtrages. Autretempsfort:leMK2Bibliothèqueprojettera, le4juillet,leculteKlute d’AlanPakula,avecJane Fonda,invitÊed’honneurdufestival,quel’onpourra rencontrerle3juilletàlaFilmothèqueduQuartier latin.Lemêmesoir,unenuitJoeSarnoauralieuau Forumdesimages.Caresses interdites, Swedish Wildcats, All the Sins of Sodom : desfilmsauxtitres Êvocateurs,fleuronsducinÊmaÊrotico-fÊministe dessixties,quidressentdesportraitsdefemmes esseulÊesdansleurspavillonstrouvantl’Êmancipationdanslesplaisirsdelachair.Lanuitpromet d’êtrehot encouleurs,àl’imagedelaprogrammationdecettehuitièmeÊditiondeParisCinÊma.

FRANÇOIS TRUFFAUT Jusqu’au13juillet, programmationen matinÊed’uncycle dÊdiÊaucinÊaste, aveclesreprisesde L'Amour en fuite, Baisers volÊs, Domicile conjugal, L'Homme qui aimait les femmes, Les Deux Anglaises et le Continent etTirez sur le pianiste.

LITTÉRATURE ET CINÉMA Jusqu’au11juillet,les samedisetdimanches matins,lecinÊmaet lalibrairieduMK2 QuaideLoiredonnent carteblancheàAnne Wiazemsky,actricede RobertBresson,PierPaolo PasoliniouAndrÊTÊchinÊ. ProjectionsdeL’ArmÊe des ombres deJean-PierreMelville,Le Fleuve de JeanRenoir, Le MÊpris deJean-Lucgodardet Les Yeux sans visage degeorgesFranju.

Du 3 au 13 juillet. Plus d’infos sur www.pariscinema.org.

Toute la programmation sur mk2.com

JUIN 2010

WWW.MK2.COM


Š D.R.

CONCERTS

48 SORTIES EN VILLE

Émilie Simon

LESS IS MORE Festival Days Off Pas de vacances ni de vacance cet ÊtÊ pour la CitÊ de la musique et la salle Pleyel, qui poursuivent leur collaboration en un festival d’ÊvÊnements plutôt qu’en un ÊvÊnement estival. C’est le moment de faire une pause. _Par Wilfried Paris

Si Paris est un festival musical à l’annÊe, lesÊvÊnementsmarquantssontfinalementassezrares,etlaprofusiondepropositionsentraÎneparfoisunecertainelassitudedupublicenmêmetempsqu’unenouvelleexigencedesapart.PoursapremièreÊdition,lefestival DaysOffprendacteetchoisituncrÊneauoriginal,tentantderÊveillerlacuriositÊdupublicetlacapacitÊ desartistesàcrÊerdesmomentsprivilÊgiÊs.Selon vincentAnglade,conseilleràlaprogrammation,l’idÊe du festival Êtait de crÊer une succession de temps forts, en se positionnant sur de vraies crÊations, qui prolongent ce que l’on fait à l’annÊe et qui n’empiètent pas sur les autres manifestations estivales en rÊgion parisienne, comme Rock en Seine ou Solidays. Cela permet aux groupes de prendre le temps, de s’arrêter un peu, de jouer plus . Du2au10juillet,DaysOffoffredoncchaquesoirune scèneàunartiste,quiprÊsenteunprojetinÊdit,circonstanciÊauxlieuxetàlasaison.AinsiNeilhannon

JUIN 2010

(TheDivineComedy)prÊsenteraensolosonnouvel album, Bang Goes the Knighthood, dansl’Êcrindela sallePleyel,tandisquePeteDoherty,EmilieSimonou AlelaDianeinviterontleursprochespourdessoirÊes oÚlesingulierseconjugueraaucollectif.DaysOffmultiplielesrencontres:l’ex-PoguesDavidCoultercommÊmoreraleLet It Be desBeatlesavecYaelNaim,Mathias Malzieu(Dionysos)ouCocoon,tandisquelesmêmes CocoonrÊunirontChrisgarneau,IbrahimMaalouf, MÊlaniePainethughColtmanpourunesoirÊeen hommageàNickDrake.TheFitzcarraldoSessionsinviterontnotammentsurleurpontDominiqueA,Rosemary MoriartyouCraigWalker.Cerisesurlebateau,les concertsspÊciauxd’ArnaudFleurent-Didier,deJulian CasablancasoudeSt.vincent.CetÊtÊ,prenezdonc quelquesjoursOff. Du 2 au 10 juillet à la CitÊ de la musique et à la salle Pleyel, www.citedelamusique.fr

WWW.MK2.COM


Š Lindsey Rome

L’OREILLE DE‌ JAMIE LIDELL

GRIZZLY BEAR À L’OLYMPIA  Pendantl’enregistrementdemonnouvelalbum, Compass, j’aiÊnormÊmentÊcoutÊVeckatimest degrizzlyBear.Ils’endÊgagequelquechosede fort,decolorÊ,detrèsricheetd’effrayant.C’est commeunpetitmondeversoÚs’Êvader.Chris Taylorm’avraimentaidÊpourlaproductionde mondisque.J’avaiscommeunimmensepuzzlequejen’arrivaispasàassembler,etc’estlui quim’apermisdetoutmettreenordre,enme calmantetmerecadrantenpermanence.Son groupeestabsolumentfascinantsurscène,ce quinegâcherien. _Propos recueillis par A.T.

Grizzly Bear à l’Olympia le 29 juin, dès 20h, 35 ₏ Compass de Jamie Lidell (Warp / Discograph, dÊjà disponible)

AGENDA CONCERTS

_Par W.P.

1 CAETANO VELOSO voixdeveloursdutropicalismebrÊsilien,veloso poursuitsonwork in progress depuis1967(hybridation,multiculturalisme,engagement)etfait escalepourunconcertgracieuxàlaDÊfense. Obra em progresso. le 27 juin à la DÊfense, dès 18h, gratuit.

2 GRIZZLY BEAR & DIRTY PROJECTORS Lesdeuxgroupesnew-yorkaislesplusinfluents de2010(grizzlyBearrÊnovantlepsychÊdÊlisme pop,lesDirtyProjectorsinventantunesortedeR’n’B cÊlesteetvirtuose)seretrouventpouruneaffiche Olympienne. le 29 juin à l’Olympia, dès 20h, 35 ₏

3 OS MUTANTES Autrecollisiontropicaliste(1966)entrebossa-nova, poppsychÊdÊliqueetrock’n’roll,lesOsMutantes ontfaitmuterlamusiquebrÊsilienneenprofondeur, infusantleurinventivitÊpar-delàlesfrontières (BecketByrnesontfans). le 30 juin au Cabaret sauvage, dès 20h30, 24 ₏

4 DOMINIQUE A Lacrèmemusicalepasseral’ÊtÊsurlanouvelle Plageduglaz’art(cinqtonnesdesablefin,piqueniqueetpÊtanque),avecnotammentDominiqueA, toujoursbelhorizondelachansonfrançaise.Sur lespavÊs,La Musique,donc. le 10 juillet à la Plage du Glaz’art, dès 19h, 29 ₏

JUIN 2010


Š A.Varlet

CLUBBING

50 SORTIES EN VILLE

La terrasse de Petit Bain

NOUVELLES VAGUES Un duo qui terrasse‌ Si les rives du quai François-Mauriac semblaient se noyer dans la masse clubbing ces derniers temps, deux projets aventureux lui font sortir la tête de l’eau. La terrasse de PETIT BAIN et le PROJET 1051 devraient Êmoustiller les Parisiens amarrÊs à leurs habitudes. _Par Violaine Schßtz

Mettez dans un bateau des vidÊastes berlinois – Transforma–etuncrewcultedehip-hopfrançais–La Caution–pendantunesemaine:secouez,vousobtiendrezleProjet1051.InitiÊeparleBatofar,cettecollaborationeuropÊennedonneralieuàunecrÊationaudiovidÊoquiseraprÊsentÊesoussaformedÊfinitiveen octobre. Notre dÊmarche est de soutenir la crÊation contemporaine. Ici, il s’agit d’une rencontre artistique entre deux cultures et deux disciplines autour de la ville et de l’identitÊ. On a voulu confronter aux arts visuels un genre rarement convoquÊ, le hip-hop, qui tÊmoigne pourtant d’une qualitÊ d’Êcriture et d’une histoire liÊe à la citÊ qui en font un courant musical au fort potentiel narratif, prÊciseCamilleDuthuit,chargÊeduprojet.Pourunaperçuduwork in progress en avant-première,rendez-vousle9juillet‌ Urbainencore,lespiedscarrÊmentdansl’eaucette fois,PetitBain(dontlabargeflottanteneseraprête

JUIN 2010

qu’en2011)seprÊsentecommeuneterrasseÊphÊmère,  une Île dans la ville ,adjacenteàlapiscine JosÊphine-Baker.PetitBainseveut un vrai lieu de vie, et non une simple terrasse d’apÊro , explique-t-ondu côtÊdel’organisation.Ateliersdedanse,degastronomie,dÊbats,activitÊs vertes constituentautantde variationsautourd’unespacequigardenÊanmoins savocationderestaurant,avecconcertsetsetsdeDJ enbande-son.Nous n’avons pas un programme mais un mode d’emploi. Nous sommes entre le restaurant et le jardin familial, la salle de concert et le bar de quartier , reprendunmembredel’Êquipe.PetitBain, oui,maisgrand Oh !  Projet 1051, le 9 juillet au Batofar, de 19h à minuit. Avec les DJ de la Fine Equipe, entrÊe libre. Petit Bain, devant la piscine JosÊphine-Baker, à partir du 5 juin, du lundi au jeudi de 12h à minuit, les vendredis et samedis de 12h à 1h, entrÊe libre.

WWW.MK2.COM


LES NUITS DE‌ YUKSEK

LES BAINS NUMÉRIQUES  Monrêveclubbing,ceseraitd’ÊcouterLarry LevandansunclubdeBrooklyn;malheureusement,ilestmortdepuisdix-huitans,alors jemecontentedeconcertsoudefestivals.Le 19juin,c’estlapremièrefoisquejejoueraiau milieud’unlac:mercilesBainsnumÊriques ! J’inter-prÊterailivelesmorceauxdemonalbum prÊcÊdentetquelquesnouveauxtitresdu second,quejeproduisencemomentmême. Jesuistoujoursseulsurscène,avecunmicro danslequeljecrieetchante,pleindesynthÊs, despÊdalesd’effets,unvocoder,unordinateur etgÊnÊralementunechemise.  _Propos recueillis par V.S.

les Bains numÊriques à enghien, clôture du festival le 19 juin avec Yuksek et Moderat, dès 21h, entrÊe libre.

AGENDA CLUBBING

_Par V.S.

1 LES SOIREES DU CAFÉ CACHÉ Quelquepartau104(facile !)setrouveleCafÊ cachÊ,  entre cafÊ du coin et rendez-vous des artistes . DansundÊcorfiftiesofficientdesDJpointus(guido,l’ÊquipedublogLa dame Noir):une adressecachÊe,peut-être,maisuntrÊsortouttrouvÊ. Tous les vendredis de juin et juillet au 104, dès 19h, entrÊe libre.

2 NOCTURNES DES ARTS ET MÉTIERS CemusÊe,adulÊdestouristes,estrelativementmÊconnudesParisiens.Petitesessionderattrapage aveccesNocturnes,visites+DJsetsÊclairÊs(ChâteauMarmont,Mondkopf).histoiredebrillerpar saculture,surtoutsic’estunevraiepartydeplaisir. Tous les jeudis de juin et juillet aux Arts et mÊtiers, dès 18h30, entrÊe libre.

3 LA GUINGUETTE DES TUILERIES Unparcchic,uncabaretchocetunhôteadhoc: lejournalisteetfêtardEdouardRostandnousinvite danssaguinguetteÊphÊmèreennouspromettant rosÊ, mojitos, tapas et musique joyeuse. Ouhlala! Quedebellesgiguesenperspective‌ Du jeudi au samedi aux Tuileries, dès 21h, entrÊe libre.

4 MR OIZO  Vous êtes des animaux !  rugissaitundeses rÊcentstubes.PoursonuniquedateàParis,le drôled’OizoÊlectroauravujuste:oiseauxde nuits,party animals etguestsbêtesdescène (Breakbot)devraientaffluerenmeute.Rrrrr! le 9 juillet à la villette, dès 23h, 25 ₏

JUIN 2010


Š D.R.

EXPOS

52 SORTIES EN VILLE

Extrait de l’affiche de Paris & CrÊation

EXHIBITION Paris tenu aux Galeries Deuxième Êdition pour Paris & CrÊation,la vitrine culturelle estivale des Galeries Lafayette. Cette annÊe : une carte blanche à Vanessa Bruno et un pignon sur rue pour huit institutions parisiennes. Au menu : le Gentil garçon pour Pompidou, Ernest T. en agent du MAM ou encore Giulana Zefferi hors les murs du Palais de Tokyo. _Par Anne-Lou Vicente

Avec l’ouverture en 2005 de la galerie des Galeries – oÚontrÊgulièrementlieudesexpositions,notamment lecycleAntidote et,cetÊtÊ,unecarteblancheàla crÊatricevanessaBruno–,lesgaleriesLafayetteont enfoncÊlecloudelaliaisonqui,depuisplusieurs annÊes,unitlamodeetl’artcontemporain.Danscette lignÊe,Paris & CrÊation entendpromouvoirlacrÊation contemporaine en mettant les vitrines du grand magasinàladispositiondehuitinstitutionsculturelles parisiennes,du12juilletau5aoÝt.Uneexhibition,en somme‌ SilePalaisdeTokyoproposeunModulehorslesmurs del’artistegiulianaZefferi,lesautreslieuxprofitentde l’occasionpourcommuniquersurleuractualitÊestivale.Enmargedel’exposition Voyage dans ma tête, laMaisonrougeexposeainsiunesÊlectiondecoiffes ethniquesdialoguantavecuneenseignelumineuse

JUIN 2010

d’OlivierBabin(Coiff’Hair, 2008).Retransmisesurdes Êcrans,unevidÊorestitueletracÊeffectuÊsurune palettegraphiqueparl’artistelegentilgarçonàpartird’œuvresissuesdel’expositionDreamlands auCentre Pompidou,revisitantainsidiversthèmesarchitecturaux.ErnestT.faitquantàluiÊchoàSeconde Main, l’expositionprÊsentÊeaumusÊed’Artmodernedela villedeParisregroupantunesÊlectiond’œuvressosies rÊalisÊesentre1960etaujourd’hui.LaCitÊdel’architectureetdupatrimoine,lesArtsdÊcoratifs,leLieudu design,maisaussileparcdelavillettesontÊgalement delapartie.OucommentrÊconcilierlèche-vitrineset amourdel’artcontemporain‌

Paris & CrĂŠation : sĂŠquence vitrines du 12 juillet au 5 aoĂťt et carte blanche Ă  Vanessa Bruno du 25 juin au 14 aoĂťt, galerie des Galeries, Galeries Lafayette, 40, boulevard Haussmann, 75009 Paris.

WWW.MK2.COM


Š Dector & Dupuy

LE CABINET DE CURIOSITÉS

CHEMIN FAISANT‌ A WALK AROUND THE BLOCK vousrêvezdevousfaireenvoyerbaladerpardes artistes?Lecentred’artcontemporaindela FermeduBuissonprÊsenteuneexpositionqui, sielledonneàvoirdel’intÊrieurdesœuvres tangibles,proposeenparallèledespromenades, visitesguidÊesetautresdÊambulationsdans Marne-la-vallÊe,imaginÊespardesartistes (CÊlineAhond,Dector&Dupuy,JochenDehn, ChloÊMaillet&LouisehervÊ,SofiahultÊn, LeopoldKessler‌)quirÊinvestissentlafigure duflâneur.L’espaceurbainsemuealorsenun territoireoÚnaissenttoutessortesdefictions. _A.-L.V.

Jusqu’au 25 juillet à la ferme du Buisson, allÊe de la Ferme-Noisiel, 77448 Marne-la-VallÊe.

AGENDA EXPOS

_Par A.-L.V.

LIVING ROOMS Quatorzeartistesinvestissent lechâteauduDomainede Chamarande,construiten1654. Denouveau habitÊ ,lelieu accueilledesœuvresfonctionnantcommelestracespossibles, visibleset/ouaudibles,desesviesmultiples,rÊelles oufictives. Jusqu’au 3 octobre au Domaine dÊpartemental de Chamarande, 38 rue du Commandant-Arnoux, 91730 Chamarande.

DYNASTY Envoisins,lePalaisdeTokyoetle musÊed’Artmodernedelaville dePariss’allientpourÊcrireun nouvelÊpisodedufeuilletonde lascènefrançaiseÊmergente. Quaranteartistes,plusoumoins repÊrÊs,prÊsententunepiècedanschacundes deuxlieux. Jusqu’au 5 septembre au Palais de Tokyo et au musÊe d’Art moderne de la ville de Paris, 13 avenue du PrÊsident-Wilson, 75116 Paris.

PREVIOUSLY ON OPTICAL SOUND LelabelOpticalSoundaproposÊàunesoixantainedepersonnes–artistes,critiquesd’art etmusiciens–derÊaliserune œuvreauformatA4àpartir despochettes,titres,contenussonoresouartistes ÊditÊsparmisoncatalogueinitiÊen1997. Du 6 au 24 juillet à la galerie frÊdÊric Giroux, 8 rue Charlot, 75003 Paris. JUIN 2010


Š GTG / GrÊgory Batardon

SPECTACLES

54 SORTIES EN VILLE

REQUIEM POURBallets UN BOND rocks et baroques Dans le cadre du festival Paris Quartier d’ÊtĂŠ, le ballet du Grand ThÊâtre de Genève offre un flash-back rare dans l’histoire de la danse contemporaine en prĂŠsentant Jours ĂŠtranges et So Schnell, deux chefs-d’œuvre du regrettĂŠ DOMINIQUE BAGOUET. Immanquable. _Par Ăˆve Beauvallet

 La joie presque subversive de danser sans donner prise, le moins du monde, au fatal.  AinsiDominique BagouetprÊsentait-ilsapièce So Schnell :undernier pieddenezàlafatalitÊdelamort.Cechef-d’œuvre ultime,quigalopaitavecuneapparenteinsouciance entrelacantateBWv26deJean-SÊbastienBachet desarrangementssonoresindustriels,allaitclorele parcoursduchorÊgrapheetrefermer,aveclui,unpan entierdel’histoiredeladanse.Lanouvelledansefrançaise,cesursautvitaminÊdesannÊes1980àl’origine del’institutionnalisationdeladansecontemporaine, asansdouteexpirÊunsoirdedÊcembre1992oÚle sidaemportaprÊmaturÊmentDominiqueBagouet,à l’âgede41ans.AngelinPreljocaj,MichelKelemenis, Catherine Diverrès, Christian Bourigault‌ difficile de trouverunseuldesesanciensdanseurs–aujourd’hui chorÊgraphesmajeurs–quinesoitredevableàl’ÊcrituretoutàlafoisraffinÊeetÊlusive,rigoureuseetdÊcadente,decebaroquecontemporain,foudecinÊma JUIN 2010

etdemignardisesexpressionnistes. Difficile,aussi,demanquerl’occasionde(re)dÊcouvrir sesœuvres–rÊpertoriÊesdanslesgrandsballetsinternationaux–quandoccasionilya.Pourl’heure,leballetdugrandThÊâtredegenèvenousdonnel’opportunitÊd’apprÊciercommunÊmentJours Êtranges, dÊlirebeatnikenhommageauxDoors,etSo Schnell, sÊrÊnadepopartàl’Ênergieaigre-douce.Soitdeux chefs-d’œuvre complÊmentaires pour prendre la mesuredecestyleBagouet,empreintàlafoisd’abstractionamÊricaineetd’explorationthÊâtrale:chorÊgraphies posturales hantÊes par les figures cinÊmatographiques,lÊgèretÊobliquedesdÊsÊquilibres,inventivitÊgraphiquepourlesextrÊmitÊsducorps‌Bref,la fatalitÊetl’acadÊmismeprispar-dessuslajambe. SoirÊes Bagouet Jours Êtranges et So Schnell, par le ballet du Grand ThÊâtre de Genève, les 14, 15 et 16 juillet au PalaisRoyal, www.quartierdete.com WWW.MK2.COM


Š Cyril Weiner

LE SPECTACLE VIVANT NON IDENTIFIÉ

EVELYNE HOUSE OF SHAME IlsavaientmissurscèneunsacrÊboxonavec leurremixgayetdrôlissimedesQuatres Filles du docteur March dansDomestic Flight. Alors, lorsquel’onnousapprendqueChristophe halebetsacompagnielaZouzes’apprêtent àtransformerlaMachineduMoulinrouge encabaretberlinoisdesannÊes1930,onne s’attendpasvraimentàunexercicepolicÊ. Evelyne House of Shame s’annoncecomme unsalonitinÊrantoÚressurgissentlesfigures lesplussurannÊesetsexydel’histoiredustyle. Letout,pouruneperformancetransgenreet transhistorique. _E.B.

les 23 et 24 juin Ă  la machine du moulin rouge, dans le cadre du festival Jerk Off, www.myspace.com/jerkoffestival

AGENDA SPECTACLES

_Par E.B.

1 FESTIVAL IMPATIENCE Tremplinpourlesjeunescompagnies,plate-forme pourlesprogrammateurs,Impatiencepropose depuistroisansdemettreenlumièredesartistes ÊmergentssurlesdeuxplateauxduThÊâtrede l’OdÊon.Avec,àl’issue,prixdujuryetprixdupublic. Du 9 au 18 juin au ThÊâtre de l’OdÊon et aux Ateliers Berthier, www.theatre-odeon.fr

2 FOI DieusaitàquelpointlaspiritualitÊguidel’œuvre duchorÊgrapheflamandSidiLarbiCherkaoui. Onentrouvelapreuvelaplusbrillammentmise endansedansFoi, unopÊra mÊdiÊvo-contemporain danslequellesenjeuxdedÊtermination etdetranscendancesontdoublementposÊs parlachorÊgraphieetparunensemblede musiquesavanteduXIve siècle,littÊralement encastrÊdanslemur,ensurplombdesdanseurs. Du 17 au 19 juin au Parc de la villette, www.villette.com

3 LES GARÇONS ET GUILLAUME, Ă€ TABLE ! ÂŤ Ma mère me dit rĂŠgulièrement “Au revoir, ma chĂŠrieâ€? au tĂŠlĂŠphoneÂť, raconteguillaumegallienne, compagnonduGrand Journal etsociĂŠtairede laComĂŠdie-Française.Commentassumerd’être hĂŠtĂŠrosexueldansunefamillequiadĂŠcrĂŠtĂŠque l’onĂŠtaithomo?C’estcetteaventure,ĂŠpique,qu’il adĂŠcidĂŠdemettreenscènedansunepièce quirenoueaveclesplusnoblesheuresdu one-man-show. Du 24 juin au 17 juillet Ă  l’AthĂŠnĂŠe ThÊâtre louisJouvet, www.athenee-theatre.com

JUIN 2010


Š Bruno Verjus

RESTOS

56 SORTIES EN VILLE

PÉCHÉ MITRON La flamme du boulanger Rencontre avec la passion selon CHRISTOPHE VASSEUR, boulanger sans artifice ni compromis. Voyage au temps du pain bÊnit, celui qui se dÊvore‌ comme de la brioche. _Par Bruno Verjus (www.foodintelligence.blogspot.com)

 J’ai choisi ce mÊtier pour poursuivre un rêve de gosse, par passion, pour sa tradition. Le boulanger est un magicien, il tutoie les anges ! Avec de la farine, de l’eau et du sel, il nourrit et offre un voyage aux sens.  Natifdehaute-Savoie,ChristophevasseurrÊsideàParis depuis1996.Aprèsuneformationcommercialeetun parcoursprofessionneldanslamode,dontplusde troisansàhongkong,ilremisedÊfinitivementsoncostume-cravateen1999pourapprendrelemÊtierde boulangerchezMathon,placed’Italie–l’undesdernierspassionnÊsdepain.Je vous ferai un pain comme vous n’en avez jamais vu‌ et, dans ce pain, il y aura de l’amour et aussi beaucoup d’amitiÊ ,ainsis’exprimaitRaimuchezMarcelPagnol.PourChristophevasseur, celavautprofessiondefoi:  Il n’est pas de plus beau mÊtier que de donner du bonheur aux gens, un artisan travaillant avec sa tête et ses mains à la crÊation de l’unique. 

JUIN 2010

Lepaindesamis,façonnÊàlamain,cuitsurpierre commeautrefois,offreunecroÝteÊpaissequifleureles arômesdechâtaigneetdenoisette.Unproduitderacines,œuvred’excellencedel’artisanvasseur.IlconfectionnelespainsuniquementàpartirdefarinesbiologiquesdeblÊ,deseigleoudechâtaigne,delevain natureletd’unpeudesel.Auxviennoiseries,iloffrele meilleur,dubeurrefraisextrafin,despralines,dusafran, desraisins,desvariÊtÊsdepommesrares,etc’esttout! Sublimeschaussonsàlasaveurd’enfance–unedemipommefraÎchecuitedansunepâtefeuilletÊe ;escargotschocolat-pistache,pralineoucitron-nougat,gourmandsàl’addiction ; briochemouna,petitemerveille augoÝtd’amande,originaired’AfriqueduNord,infusÊedefleurd’orangeretpavÊedesucrecristal:au royaumedeChristophevasseur,lagourmandisevaut biensonpÊchÊ.

Du Pain et des IdĂŠes, 34 rue Yves-Toudic, 75010 Paris. TĂŠl. : 01 42 40 44 52

WWW.MK2.COM


Š DorothÊe De Koon

LE PALAIS DE‌ ARNAUD FLEURENT-DIDIER

CHARLOT, ROI DES COQUILLAGES  ProjetdedÎneravecleTexanWesAnderson, jemevoisfairedupoisson,maiscourses+cuisine,jesuisviteprisdecourt.Charlot, roi des coquillages s’impose.Lesproduitsdelamer ysontfameux,maisc’estsurtoutladÊcoqui vautledÊtour,lamoquette,lesglacesetles banquettes,etlestêtesanachroniquesdupersonnel.LavueimprenablesurlaplaceClichydu travellingdeL’Amour à 20 ans (Doinelquicourt aprèssonbus)n’yestpourrien.Oujustepour sedirequeParischange,etquec’estbien. _Propos recueillis par A.T.

Charlot, roi des coquillages, 81 boulevard de Clichy, 75009 Paris. TĂŠl. : 01 44 91 90 18 // Arnaud FleurentDidier en concert Ă  la salle Pleyel le 3 juillet

OĂ™ MANGER APRĂˆS‌ _Par B.V.

TOURNÉE ÀlaRÊgalade Saint-HonorÊ pour lajoyeusefaconde,àl’instar delaterrinedevolailleofferte àl’apÊrooudecettecanaille poitrinedecochondechez Ospital.Plussage,lecabillaud accompagnÊd’unesalade d’herbes.Pourlesvins,lacarte offrelemeilleuraussi:allez,tournÊegÊnÊrale ! la RÊgalade Saint-HonorÊ, 123 rue Saint-HonorÊ, 75001 Paris. TÊl. : 01 42 21 92 40

L’ITALIEN ChezOlio Pane Vino pourl’ambianceitalochicdecetteÊpiceriecaveàmanger.Courseautour delaBottepourdesproduits impeccables.MozzarellafumÊe, burrata,anchois,câpres,speck‌ etquelquespâtes.Unecuisine simplissimeetÊclatanteenhommageauxproduitstransalpins. Olio Pane vino, 44 rue Coquillière, 75001 Paris. TÊl. : 01 42 33 21 15

LA TERRASSE Àl’AgapÊ Bistrot, pourpartager enterrasseunecuisinefraÎche commel’instant,troussÊeautour d’unecartecourte.veloutÊmaraÎcher(10 ₏),tourteautomateset pommesgrannysmith(18₏),belle piècedebœufetpommede terredeNoirmoutier(30₏),crème brÝlÊeauxsaveursdesaison(9₏). l’AgapÊ Bistrot, 75 avenue Niel, 75017 Paris. TÊl. : 01 42 27 88 44 JUIN 2010


58 LA ChRONIQUE DE


© Disney / Pixar


Torses bombés, chapeaux vissés, ailes déployées, Woody, Buzz L’Éclair et leurs amis reviennent squatter les salles obscures, près de quinze ans après leur dernière visite. Formellement virtuose, chantre d’une mélancolie ludique et bigarrée, Toy Story 3 permet d’apprécier le chemin parcouru depuis les débuts du cinéma d’animation en images de synthèse. Visite à San Francisco, dans les mythiques studios PIXAR, pour qui le jouet est moins une industrie qu’un art méticuleusement rétrofuturiste. _Par Auréliano Tonet


Š Deborah Coleman / Pixar

Jason Katz, scĂŠnariste en chef de Toy Story 3

C

e matin-là, le bus municipal qui escalade les collines de San Francisco a fière allure : toutentierauxcouleursde Toy Story 3, ilarboresursonflanc gaucheunportraitXXLdeBuzz L’Éclair,dontl’aplombsemble sortirlavilledesatorpeurembrumÊe.Ilyaquarantecinqans,unautrebus,celuidesMerryPranksters, menÊsparl’hurluberluKenKesey,chamarraitlacitÊ d’impudentesvolutespsychÊdÊliques;puisilyeut lescaravanesarc-en-cield’harveyMilketsescombatspourlacausehomosexuelle;avant,donc,que Frisconesereconvertisseencapitaledesnouvelles technologies,etcustomisesesnavettesàlagloire deToy Story.

deshÊrosdelanouvelleproductionmaison,quand cenesontpasdegigantesquespeluchesousculpturesenLego.Aucœurdel’allÊeprincipale,lamaisonducoupleleplusglamourdeToy Story 3, Barbie etKen,amêmeÊtÊreconstituÊesurplusieursmètres dehaut.Manièrededireàquelpointlestudioest solidaire,jusquedanssespropresmurs,dufilmqu’il aconçu–commesil’unetl’autreracontaientla même histoire, celle d’une bande d’amis tiraillÊe entreruptureetcontinuitÊ. LE PLASTIQUE, C’EST FANTASTIQUE RÊalisÊplusd’unedÊcennieaprèslesdeuxpremiers volets,Toy Story 3 estunfilmobsÊdÊparlaquestion dutempsquipasse,del’obsolescence:àl’heure d’entreràlafac,AndyhÊsiteàsesÊparerdeses

LESIègEDEPIXARSETROUvEÀMI-DISTANCEDE L’UNIvERSITÉDEBERKELEYETDELASILICONvALLEY. TOY BOYS Àunetrentainedeminutesducentre-villesedresse lesiègedePixar,quecertainsemployÊsappellent le campus  :situÊàEmeryville,ilsetrouveàmi-distancedel’universitÊdeBerkeleyetdelaSilicon valleychèreàApple,googleetautreIntel.Lelieu respirelagreentech:recouvertdenombreuxpanneaux solaires, laissant passer une lumière idÊale pourtoutgraphistedignedecenom(nitropforte, nitropfaible),ils’organiseautourd’unvasteatrium, oÚ se retrouvent, pour un cafÊ ou un burger, les salariÊsdelafirme.ParticularitÊdesaison:surles murstrônent,iciaussi,delargestableauxàl’effigie

JUIN 2010

anciens jouets – Woody le cow-boy, Buzz L’Éclair l’astronaute, et tous les autres. Lui veut les remiser augrenier;samèresongeàlesoffriràunjardin d’enfant;quantauxjouets,ilssontterrifiÊsparces sinistresperspectives‌ Nous avons mis beaucoup de nous-mêmes dans ce film, confielerÊalisateur, LeeUnkrich.Il s’inspire de notre propre vÊcu – le dÊpart de mon fils à la fac, ou la perte de la collection de poupÊes de ma femme –, mais aussi, en un sens, des diffÊrentes problÊmatiques qu’a dÝ affronter le studio ces dernières annÊes.  Toy Story, en1995,futle premierlongmÊtragedePixar(etaccessoirement lepremierlongmÊtraged’animation100 %rÊalisÊ

WWW.MK2.COM


63 REPORTAGE PIXAR

TOY STORY 3 ESTUNFILM OBSÉDÉPARLAQUESTION DUTEMPSQUIPASSE, DEL’OBSOLESCENCE. en images de synthèse); quinze ans plus tard, le troisième volet bouclelatrilogie,etpermetdemesurerlecheminparcouru.D’un pointdevuetechnique,toutd’abord: Nos logiciels avaient subi tant de mises à jour que lorsque, au dÊbut de la confection de Toy Story3, nous avons cliquÊ sur les vieux fichiers Buzz ou Woody datant de 1997, l’ordinateur n’arrivait pas à les ouvrir ! , sourit Unkrich. Plus fluides, plus rÊalistes, mieux articulÊs, mis en relief àl’aided’une3Daussidiscrètequ’intelligente,lespersonnages bÊnÊficientdesavancÊesgraphiquesdeladernièredÊcennie:  À l’Êpoque des premiers ToyStory,il Êtait très compliquÊ de reprÊsenter en images de synthèse les humains, mais aussi les poils d’animaux, qu’ils soient vivants ou en peluche‌, admetlecinÊaste. C’est pour cela que nous avions jetÊ notre dÊvolu sur des jouets en plastique, une matière bien plus facile à dessiner. Avec le temps, tous ces obstacles ont ÊtÊ levÊs. Le film s’en ressent.  TRIPLE BUZZ D’unpointdevuenarratif,lasagaaÊgalementgagnÊenÊpaisseur.AlternantplagesdepurdivertissementetsÊquencesplus mÊlancoliques,lescÊnariooffre,commeauxgrandesheuresde Disney,plusieursniveauxdelecture.Beaucontesurl’abandon, l’usure et la transmission, Toy Story 3 est comme nimbÊ du spleen desdeuxprÊcÊdentesproductionsPixar,WALL-E etLà-haut, autour decettequestion-clÊ:quellegsoffrirauxgÊnÊrationsfutures ? Moinsfleurbleue,etdÊgainantplusvitequ’ElBuzzoenpersonne, mescollèguessud-amÊricainsnemelaissentguèrel’opportunitÊ detitillerUnkrich&cosurceslarmoyantssujets,prÊfÊrantquestionnerl’Êquipesurlesaspectslesplusfundufilm:Michael Keaton a-t-il injectÊ son passÊ d’homme-chauve-souris dans l’interprÊtation vocale de Ken ? Comment est nÊe l’idÊe du mode  dÊmo  de Buzz, et de son hilarante transformation en latin lover patentÊ ? Quels Êtaient vos jouets prÊfÊrÊs, enfants? RÊponses,dansl’ordre: A)Non ;B)En discutant autour d’une table;C)No comment  (regardsgênÊsversleplafond). •••

JUIN 2010

DANS LES CARTONS‌ ‌ DE PIXAR Depuis que Pixar a rÊcupÊrÊ la libertÊ de gÊrer son catalogue à sa guise vis-à-vis de Disney, la sociÊtÊ n’hÊsite plus à capitaliser sur son fabuleux vivier de personnages en dÊveloppant plusieurs suites. Flash McQueen Êtant devenu l’un des hÊros les plus rentables de la firme, un Cars 2 sortira logiquement en juillet 2011, avec une intrigue qui nous emmènera tout autour du globe, tandis qu’à NoÍl 2012 nous retrouverons le duo Mike Wazowski et Sully dans Monstres et compagnie 2. Du côtÊ des projets originaux, si l’on peut regretter l’abandon du prometteur Newt, qui marquait les premiers pas dans le long mÊtrage de Gary Rydstrom (rÊalisateur du court ExtraTerrien), nous nous consolerons avec le conte mÊdiÊval Brave au mois de juin 2012, mais aussi avec la sÊrie documentaire Reign of the Dinosaurs, diffusÊe à la tÊlÊ à partir du printemps 2011. Enfin, il est à noter que le rÊalisateur de L’Étrange NoÍl de Mr. Jack, Henry Selick, travaille à son premier film au sein de Pixar. _J.D.

WWW.MK2.COM


64 REPORTAGE PIXAR

COURTS TOUJOURS Juste avant Toy Story 3, vous aurez le bonheur de dÊcouvrir le court mÊtrage Day & Night (Jour Nuit en VF). Pixar et les courts, c’est une longue histoire d’amour : avant que leur talent n’Êclate à la face du monde avec Toy Story, c’est grâce à ce format que Pixar a remportÊ ses premières victoires, dont un oscar avec Tin Toy. Quand la compagnie commence à prospÊrer, ses dirigeants, Ed Catmull et John Lasseter, continuent à produire des courts, manière de rÊvÊler de futurs talents ou de tester de nouvelles technologies. Contrat rempli sur les deux tableaux avec Day & Night : non seulement le rÊalisateur du film, Teddy Newton, a soufflÊ Lasseter, qui a approuvÊ son scÊnario en seulement trois rÊunions contre les six habituellement nÊcessaires, mais le film emploie le relief de façon inÊdite, en juxtaposant plusieurs couches d’images en 2D dont la profondeur varie selon l’humeur des personnages. _J.D.

JUIN 2010

SPLEEN ET IDÉAL ZappÊe,parconsÊquent,maquestionsurlevÊritablegÊniedePixar selonmoi:sonmaniementvirtuosedumÊtalangage,c’est-à-dire sapropensionàcommenter,àtraverschacundesesfilms,lesambitionstechniques,industriellesouartistiquesdustudio.Prenonsles troisderniersbijouxendate.Ratatouille (2007):derrièrel’histoire du rongeur gourmet, tombÊ par hasard dans la marmite de la grandecuisine,selitl’histoiredePixar,sociÊtÊdematÊrielinformatiquehautdegammequi,pourrenflouersesdÊficitsabyssaux,se lance,dèssonrachaten1986parlepatrond’Apple,SteveJobs, danslarÊalisationdefilmsanimÊsparordinateur(courtsmÊtrages, publicitÊs),etyprendtellementgoÝtqu’ellesespÊcialiseillico danscettevoiedetraverse.WALL-E (2008):rÊactivantleleitmotiv desdeuxpremiersToy Story, lefilmfaitl’apologied’untechnicisme sentimental,oÚlesmachineslesplusperformantes(robots,jouets, blockbusters)sontdotÊesd’uneâme,d’uncœur,d’Êmotions– allÊgoriedupositionnementdePixarauseindelaculturedemasse, firmed’auteurdontl’humanitÊladistinguedel’entertainmentstandard.Là-haut (2009),enfin:l’histoired’amitiÊentreungaminreplet etunpÊpÊasocialsedoubled’unefablesurl’alliancedescontraires, techniquesd’animationvintageetimageriederniercri,jeuneet moinsjeunepublic,spleenetidÊal. QUAND LARRY RENCONTRE WOODY UnartduconsensusvalidÊtantparlebox-officequeparlesfestivals.Enquinzeans,PixarasortiunedizainedelongsmÊtrages: tousontdÊpassÊ,parfoisallÊgrement,les200millionsdedollars derecetteauxÉtats-Unis.RÊcompensÊepourl’ensembledeson œuvreàveniseen2009,invitÊeenouverturedeCanneslamême annÊe pour Là-haut, la compagnie a raflÊ cinq Oscars du meilleurfilmd’animationdepuislacrÊationduprix,en2001. Si tous les films Pixar sont des rÊussites tant commerciales que critiques, c’est parce qu’ils ne nÊgligent aucun stade du processus de crÊation, jugelecomÊdienJeffgarlin,quiassuraitlavoixducapitaine dans WALL-E, etjouecelledelalicornedans Toy Story 3. Contrairement à d’autres studios, Pixar ne se risquerait jamais à produire un

WWW.MK2.COM


Š Deborah Coleman / Pixar

L’Êquipe de Toy Story 3 durant une rÊunion de travail

film dont il estime que l’histoire n’est pas assez forte.  garlinest cÊlèbre,auxÉtats-Unis,poursonrôledemanagerdans Curb Your Enthusiasm, lanouvellesÊriecomiquedeLarryDavid,co-crÊateur deSeinfeld : La trilogie ToyStory a fait appel à plusieurs ex-collaborateurs de Larry pour des doublages, comme Estelle Harris ou Wayne Knight, poursuitgarlin. De même que Seinfeld,Pixar est aux mains de gens brillants, crÊatifs, humains. C’est, je crois, la clÊ de leurs succès respectifs.  POMME D’APPUI FigurantelleaussiaucastingvocaldeToy Story 3, KristenSchaal (inoubliableMeldanslasÊrieFlight of the Conchords) renchÊrit: J’ai Êgalement travaillÊ pour DreamWorks, sur Shrek4 par exemple, mais je n’y ai jamais senti l’esprit de famille qui règne à Pixar. Ce studio est unique. Depuissafondationen1994parletriumvirat StevenSpielberg-Davidgeffen-JeffreyKatzenberg,DreamWorksa sortiunevingtainedelongsmÊtrages(ledoubledePixar),dont unemoitiÊdeflops.Lestudioangelinocompteenviron2 000sala-

PIXARARAFLÉCINQ OSCARSDUMEILLEURFILM D’ANIMATIONDEPUISLA CRÉATIONDUPRIX,EN2001. riÊs,quandPixarn’endÊnombreque850.Lemodèledecroissance dÊfenduparJohnLasseter,lepatrondePixar,sedÊmarquedonc delaprofusionspielbergienne,etserattachedavantagedela minutielaborieuseetraisonnÊedegeorgeLucasouSteveJobs, lesdeuxpremierspropriÊtairesdelasociÊtÊ,auprèsdesquelss’est forgÊel’approcheartistiqueetentrepreneurialedeLasseter. Nous consacrons quatre ans minimum à la fabrication de chaque long mÊtrage ,prÊciseDarlaK.Anderson,laproductricedeToy Story 3. ÉcritureduscÊnario,modÊlisationdespersonnages,enregistre-

JUIN 2010

RENDERMAN‌ ‌ LE LOGICIEL MAISON John Lasseter :  L’art met au dÊfi la technologie. Et la technologie inspire l’art. Tel est notre credo à Pixar.  À l’origine, Pixar Êtait une compagnie chargÊe de dÊvelopper du matÊriel informatique destinÊ, notamment, à l’industrie mÊdicale. La prÊsence de John Lasseter au sein de ce groupe d’ingÊnieurs va pousser ces derniers à inventer des outils qui permettront la crÊation d’images de synthèse non par des informaticiens chevronnÊs, mais par des artistes, qui n’ont pas forcÊment l’esprit ultracartÊsien nÊcessaire. Parmi ces nombreux outils, le moteur de rendu RenderMan, inaugurÊ sur le court mÊtrage Tin Toy en 1988 et continuellement perfectionnÊ depuis, demeure certainement le produit phare de Pixar, puisqu’il a ÊtÊ rÊcompensÊ par un oscar et qu’il est aujourd’hui utilisÊ par la plupart des grands studios d’effets spÊciaux du monde. _J.D.

WWW.MK2.COM


66 REPORTAGE PIXAR

 NOUS CONSACRONS QUATRE ANS MINIMUM À LA FABRICATION DE CHAQUE LONG MÉTRAGE.  DARLAK.ANDERSON DREAMWORKS, LE RIVAL Concurrents acharnÊs, Pixar et DreamWorks sont opposÊs sur bien des plans. Tandis que Pixar est dirigÊ par des cinÊastes (Lasseter) et des ingÊnieurs (Catmull), DreamWorks est nÊ de l’achat d’une sociÊtÊ d’effets visuels par l’un des businessmans les plus offensifs d’Hollywood : Jeffrey Katzenberg, dont les dÊbuts dans l’animation furent marquÊs par sa gestion d’un plan social historique chez Disney, dans les annÊes 1980. Si Pixar possède des locaux aux environs de San Francisco, DreamWorks a Êlu domicile près d’Hollywood, à Glendale. Et, lorsque DreamWorks dÊlocalise en Inde pour produire à moindre coÝt des sÊries d’animations dÊrivÊes de ses plus grands succès (Madagascar, Kung-Fu Panda), c’est au Canada, l’un des territoires les plus prometteurs en termes de crÊation d’images numÊriques, que Pixar ouvre une succursale. _J.D.

Toy Story 3 Un film de Lee Unkrich Avec les voix de Tom Hanks, Tim Allen‌ États-Unis, 2010, 1h40 Sortie le 14 juillet

JUIN 2010

mentdesvoix,animation,postproduction:chaqueÊtapeobÊità unemÊthodologiestricteetminutÊe,empruntantautantàl’animationtraditionnelle(croquis,story-boards,sculptures)qu’auxdernièresprouessesnumÊriques–c’estainsiquej’assistaipourla premièrefoisdemavieàl’impressionen3Dd’unfichierinformatique(enl’occurrence,unereprÊsentationenvolumedupersonnagedeWoody).ÉquilibreentreclassicismeetmodernitÊ,donc; Êquilibre,aussi,entreimaginairedÊbridÊetrÊalitÊ: Il nous arrive de nous inspirer de certains de nos prÊcÊdents projets, affirme LeeUnkrich.Les scènes de dÊcharge de ToyStory3 n’auraient pas ÊtÊ possibles sans les accomplissements graphiques rÊalisÊs sur WALL-E, par exemple. Mais nous voulons Êviter de tourner en vase clos. C’est pourquoi nous sommes allÊs visiter des prisons, des jardins d’enfants et des dÊchèteries authentiques, en amont du tournage de ToyStory3. HAPPY TOGETHER Toy Story 3 estlepremierlongmÊtrageentièrementrÊalisÊparLee Unkrich,42ans.Jusquelà,ilavaitÊtÊmonteursurseptlongsmÊtrages Pixar,etenavaitco-rÊalisÊdeux(Monstres & Cie etLe Monde de Nemo). Une Êvolution de carrière assez reprÊsentative de la mÊritocratieetdelapolyvalenceprônÊesparLasseterauseinde l’entreprise. Dans la cafÊtÊria qui jouxte l’atrium, un ingÊnieur grisonnantdÊjeuneavecundessinateurtoutjustesortid’Êcole :  Contrairement à d’autres studios, oÚ les postes sont plus prÊcaires, la longÊvitÊ est valorisÊe, ici, de même que les doubles casquettes, estimelesÊnior.Pour ma part, j’organise des visites guidÊes du studio le week-end.  AutrevÊnÊrablevÊtÊran(dÊcouvrez sapopcaustiquesurlejoyauNilsson Sings Newman, 1970),legÊnie mÊconnuRandyNewmansignesatroisièmepartitionpourlasaga Toy Story. Laplusbellechansonducru2010s’intituleWe Belong Together, etellerÊpondàelleseuleàl’enjeuposÊparlefilm:rompre,oui,maisdanslacontinuitÊ,c’est-à-diresansdÊfairelesliens prÊcieuxquisesontnouÊsavecletemps.LanuittombesurSan Francisco.Àlasortiedustudio,lalampegÊantedeLuxo Jr., l’emblèmedePixar,saluelesderniersvisiteursdesonhaloamical,et dirigesesfeuxversunbusbleutÊ,auxcouleursdeBuzzL’Éclair.Le slogan du cosmonaute plastifiÊ n’a jamais sonnÊ aussi juste :  Vers l’infini, et au-delà. 

WWW.MK2.COM


© Cube créative productions

Extrait du court métrage Jean-François de T. Haugomat et B. Mangyoku


FESTIVAL D’ANNECY 69

LE LAC DÉSSINE  Lapin ! , la mascotte du terrier annÊcien, est de nouveau sorti toutes oreilles dressÊes et yeux rivÊs sur les images qui bougent aux quatre coins de la planète, dans les studios vÊtÊrans comme dans les clÊs USB d’Êtudiants aussi vrombissants qu’un essaim de vuvuzelas. Cinquante carottes cette annÊe sur le gâteau du Festival du film d’animation. Deux de nos journalistes s’en sont payÊ une très belle tranche. Un vrai conte de Festival. _Par Juliette Reitzer et Étienne Rouillon

C

inq cent paires de fesses mouillÊes s’impatientent dans la nuit, toutjustetombÊesurla dernièreprojectionenpleinair.Leursproprios ontrelevÊlescagoulesetvissÊlescasquettes, nonpourêtreraccordaveclefilmbanlieusard dusoir,Lascars, maisparcequeçapleuvasse sec.OnestrincÊsdelatêteauxpieds,embourbÊsdanslapelousedel’esplanadeduPâquier,labourÊelaveille parleDJjardinierMartinSolveig.Ilfaisaitbeaucesoir-là,manque depotnousonsefaisaitmenerenbateausurlelac,avecPatrice Leconte,nouveauvenudansl’animation,embarquÊpourprÊsenterlespremièresimagesdesonfilmattendupour2012, Le Magasin des suicides. Deuxgrenouilles,sansprincesse,barbotentdoncdans cebÊnitierdudessinbienremuÊparunesemainedefestival. CoincÊssurlemêmenÊnuphar,onenaprofitÊpourselaraconter.

“ – Ça a pourtant commencĂŠ bien au chaud pour moi avecla première projection. J’atteins la place idĂŠale : pas trop loin de l’Êcran, au centre de la rangĂŠe. Pile dans la zone d’atterrissage d’unearmĂŠed’avionsenpapiervenusdessiègesdufond–repère descancresd’unamphicinĂŠphile.SergeBromberg,lesĂŠmillant dĂŠlĂŠguĂŠ artistique du Festival, monte sur scène pour prĂŠsenter ÂŤ la course de voiture la plus mortelle de l’univers Âť, j’ainommĂŠle mangapopetfoutraqueRedline. Bromberg,telunproviseurhilare, nargueungamindontl’avionenpapiers’estminablementabĂŽmĂŠ. Unecoutumemaison,commelesbruitsdemarĂŠcagequandla lumières’ÊteintouleshurlementsÂŤ LAPIN ! àchaquefoisqu’onen voitunĂ l’Êcran‌

JUIN 2010

GÉANT VERT PrÊsentation en grande pompe par une huile de DreamWorks qui a passÊ de la pommade aux concurrents Pixar et Disney :  Ensemble, nous avons popularisÊ un art qui n’a plus à rougir de la comparaison avec le cinÊma traditionnel , oubliant presque que c’est le vert de lance du studio qui est ici à l’honneur pour un dernier tour de piste : Shrek 4, il Êtait une fin. La fin justifiÊe par des moyens dantesques et une rÊalisation homÊrique servant une histoire dÊsormais familière mais habilement dÊconstruite par un scÊnario jouissif : lassÊ par la paternitÊ, l’ogre souhaite redevenir la brute d’hier. Un sorcier fallacieux va l’aider à tourner la page. Et le spectateur de refermer cet ultime tome d’un revers nostalgique. _E.R. Shrek 4 // Un film de Mike Mitchell // Distribution : Paramount // États-Unis, 2010, 1h33 Sortie le 30 juin

WWW.MK2.COM


70 FESTIVAL D’ANNECY

 ON A COMMENCÉ LES SIMPSON SANS LE MOINDRE STORY-BOARD. NE FAITES SURTOUT PAS COMME MOI !  Š 2009 Universal Pictures and Illumination Entertainment

MATTgROENINg

BELLE ÉTOILE Film amÊricain en 3D relief entièrement rÊalisÊ dans un studio français, Moi, moche et mÊchant, projetÊ en avant-première mondiale à Annecy, nous embarque dans le projet fou de l’affreux Mr. Dru : dÊcrocher la Lune – au sens propre. Largement à la hauteur des meilleures productions Pixar pour un budget deux à trois fois moindre (compensÊ par une imagination dÊbridÊe, un souffle d’audace et beaucoup de talent), le film lÊvite bien au-dessus des habituels blockbusters pour bambins :  Pas besoin d’en faire des caisses pour transmettre l’Êmotion , tempère son corÊalisateur français Pierre Coffin. Robots jaunes et stupides, gamines dÊlicieusement turbulentes, mÊchants ridicules mais motivÊs, comme chez Tex Avery, les personnages s’en prennent plein la tronche mais n’ont jamais mal : c’est le paradis. _J.R. Un film de Chris Renaud et Pierre Coffin Sortie le 13 octobre 2010

JUIN 2010

– Le coup du lapin, c’est Pierre Coffin, l’undesrÊalisateursdu jouissifetrÊgressif Moi, moche et mÊchant, quim’avendulabête :  À une Êpoque, le gÊnÊrique du Festival n’Êtait pas animÊ. C’Êtait un peu comme les publicitÊs pourries pour la charcuterie du coin dans les vieux cinÊmas des Champs-ÉlysÊes. À un moment, il y avait un plan sur un lapin. Au bout de quelques jours, tout le public criait  lapin !  avant même que le fameux plan n’apparaisse‌ C’est restÊ.  Pourlesavions,c’estplusnuageux:onm’aexpliquÊqu’une annÊe,leprogrammeduFestivalcontenaitdesavionsàdÊcouper... Quoiqu’ilensoit,lebutconsisteàatteindrel’Êcran,promesse d’ovationdignedecellequiaaccueilliMattgroening,venudonneruneconfÊrenceàunparterred’animateurspendusàses conseilsmessianiques: Ne faites surtout pas comme moi, on a commencÊ sans le moindre story-board, ni la moindre charte graphique. Le seul qui bossait avec moins de moyens que nous c’Êtait Bill Plympton‌  – Plympton ? Lui m’a expliquÊ d’oÚ vient ce mÊlange de gags et de violence quiparcourtsesfilms: Un jour, à New York, je me suis pris un poteau en pleine poire. J’avais très mal puis je me suis repassÊ la scène mentalement, j’ai commencÊ à rire et j’ai oubliÊ la douleur. C’est exactement pour ça que c’est important de faire rire les gens.  L’autremariagequilebotte,c’estlatrinitÊgore-Êrotisme-humourqu’ilpartageavecuncinÊastequ’iladoreetqui l’adore,QuentinTarantino.LesdeuxlascarssesontrencontrÊsau FestivaldeSundancel’annÊedeReservoir Dogs. Plustard,c’est dansKill Bill queTarantinoconvoqueraPlymptonendonnantson nomaufiancÊassassinÊ. – Un pont entre le film en prise de vue rÊelle et animation, j’en aivuunautresedresseravecSummer Wars deMamoruhosoda, quiaprophÊtisÊ: Il y a encore beaucoup de champs cinÊmatographiques qui doivent être explorÊs par l’animation. Je considère l’animation comme une technique filmique, pas comme un genre à part entière.  Dans son long mÊtrage, plÊbiscitÊ par les salles annÊciennes,ilopposeunJaponhyperconnectÊ,enimagesde synthèse,àunfÊodalismeàl’ancienne,issudupassÊsamouraï, dÊpeinten2Dtraditionnelle. – Le dessin fait main, ça a longtemps ÊtÊ le prÊ carrÊ de l’empire Disney. J’aivuleurdocumentaireWaking Sleeping Beauty. Un vraiÊpisodedeDallas, uneplongÊedansl’universimpitoyablede l’Êquipe d’animation du studio, entre 1984 et 1994 – on y croise entre autres un gamin hagard et ÊchevelÊ, recroquevillÊ sur sa tableàdessinetnommÊTimBurton.PÊriodedetensionsfertilesoÚ

WWW.MK2.COM


FESTIVAL D’ANNECY 71

ÂŤ JE CONSIDĂˆRE L’ANIMATION COMME UNE TECHNIQUE FILMIQUE, PAS COMME UN GENRE Ă€ PART ENTIĂˆRE. Âť MAMORUhOSODA

– Travailler dans la contrainte, c’est gage de concision et d’efficacitÊ d’aprèslepapadeWallace & Gromit, NickPark.Bienquemembredujurydesfilmsdefind’Êtudes,ilestarrivÊtimidecommeun bachelieràl’oral.Avantdepestercontrelatendanceauxfilms  un peu tous dans la même veine, tristes et dÊsenchantÊs. Ce ton peut masquer l’incapacitÊ à tenir un rythme, une histoire. C’est comme la dÊbauche d’effets visuels de certaines grosses productions, qui se rÊpètent au fil des ans.  – Une tendance au pessimisme et au macabre qu’onaretrouvÊe danslescourtsmÊtragesencompÊtition.Dequoifaireremonter ceuxquiprennentdescheminsdetraversecomme Love Mouse, japanime complètement trippÊ sur les amours d’une souris et d’un fromage. En parlant d’animaux barrÊs, t’as toujours pas vu Fantastic Mr. Fox deWesAnderson,quiagagnÊleCristaldulong mÊtrage‌ – Mais j’ai tout tentÊ ! J’aifaitlepieddegruedanslepurgatoire duFestival:laboursed’Êchangedebillets.C’estcommeaumarchÊ,onplantelesticketsesseulÊssuruntableauetc’estensuite aupremierquidÊgaineuneplaceàtroquer.J’aibeauavoiressayÊ deruser,pasmoyend’obtenirunsÊsamepourlerenard.Ducoup, jemesuisrabattusurunautremarchÊenivrant,vingt-cinqans d’âge,leMIFA–marchÊinternationaldufilmd’animation.vÊritable orchestre de producteurs, animateurs, diffuseurs, dirigÊs à l’unissonparsonresponsable,MickaÍlMarin:On a toujours eu à cœur d’associer le business à l’artistique. Et ça marche : Aton Soumache, producteur de films comme Renaissance, me confiait être venu la première fois comme simple Êtudiant. ’’ L’averse s’Êpuise etl’ÊcrangÊantgonflableaccueilleenfin Lascars, exempledelavitalitÊdel’animationfrançaise.PluiederÊcompenses surleshexagonauxàlafind’unFestivalouvertparL’Illusionniste deSylvainChomet,ÊmouvanthommageàJacquesTati,dontle rÊalisateurdes Triplettes de Belleville atransposÊunscÊnarioinÊdit.TomhaugomatetBrunoMangyoku,diplômÊsdel’Écoledes gobelins,remportentleprixdelapremièreœuvrepourJeanFrançois. DominiqueMonfÊrydÊcrocheunementionspÊcialeavec Kerity, la maison des contes. Signesd’unlacoÚl’animationne nousaurapasposÊdelapin.

JUIN 2010

Š Plymptoons

troisÊgosgÊniaux–MichaelEisner,JeffreyKatzenbergetRoyDisney –donnentnaissanceàcertainsdesplusgrandssuccèsdelacompagnie:La Petite Sirène, La Belle et la bête ouLe Roi lion‌ Une ÊcoleàladureoÚlesplusgrandsontfrottÊleurfonddeculotte.

BILL PLYMPTON‌ ‌ DOUBLE CHEESE  Bill Plympton is God  : c’est Matt Groening, le crÊateur des Simpson, qui le dit. Grand habituÊ d’Annecy oÚ il a dÊjà raflÊ cinq prix, l’animateur culte, chantre de l’humour noir, y prÊsentait cette annÊe son nouveau court mÊtrage, The Cow Who Wanted to Be a Hamburger.  Un jour, je passe près d’un prÊ et je vois une vache qui broute, hyperconcentrÊe sur son brin d’herbe comme si son but Êtait de manger jusqu’à devenir un parfait hamburger , nous confie le sexagÊnaire en mimant l’animal. PrÊdominance du noir, aplats de couleurs primaires inspirÊs par l’art de Kandinsky, le film est aussi tragique (c’est moche de finir à l’abattoir) qu’hilarant (la vache, jugÊe trop maigrelette par le boucher, se met à la muscu). Un vrai rÊgal oÚ rien n’est à prendre au sÊrieux, sauf le talent : Bill tient à nous prÊciser qu’il adore les hamburgers‌ _J.R.

WWW.MK2.COM


72 OLIVIER ASSAYAS /// CARLOS

La sÊrie d’OLIVIER ASSAYAS pour Canal+ s’est muÊe en film fleuve, qui explore, à travers le parcours de Carlos, l’histoire du terrorisme mondial. EncensÊ à Cannes, incarnÊ par l’impressionnant Edgar Ramirez, ce triptyque de cinq heures et demie sort ce mois-ci sur grand Êcran dans une version rÊduite à 2h45. Entretien avec un metteur en scène plus alerte et dÊsenclavÊ que jamais. _Propos recueillis par ClÊmentine Gallot (avec AurÊliano Tonet)

Un film d’Olivier Assayas Avec Edgar Ramirez, Alexander Scheer‌ Distribution : MK2 Diffusion France, 2010, 2h45 Sortie le 7 juillet

L

e film attaque dans le vif du sujet, en pleine action, et Êpargne au spectateur tout ÊlÊment biographique sur la jeunesse ou la formation de Carlos‌ AvecunfilmdecettedurÊeetdecettecomplexitÊ,onest obligÊd’adopterrapidementunpartipris.Ildevaitcommencer lorsqu’il devient membre officiel et actif du FPLP et se terminer parsonarrestation.vingtans,c’estdÊjàbeaucoup.Mêmesi,detempsen temps,lefilmÊvoquedefaçontransversalesaformation,j’avaisenvied’être toutdesuiteaucœurdecequifaitl’identitÊdeCarlos,c’est-à-direlepassageàl’acteterroriste.

Dans la version courte, vous avez conservÊ la longue scène de prise d’otages de l’Opep, qui semble constituer l’Êpine dorsale du film, le moment oÚ tout bascule pour Carlos. LaversionpourlecinÊmaestàlafoisuneversionrÊduiteetuneautreversion.LeproblèmeÊtaitd’arriveràraconterlamêmehistoire,avecunecohÊrence,etenconservantlemêmearc:ilfautadaptertouslesparamètres, ôterdeschapitresentierset,àl’intÊrieurdeceuxquel’onconserve,utiliser touteslesficellesdumontage.J’aiconservÊl’essentiel,toutenlecondensant,mais,aufond,lesdeuxfilmsontlesmêmesÊquilibres. Au moment de l’Êcriture du scÊnario, pensiez-vous dÊjà à une version cinÊma ? Jen’aijamaispensÊquecinÊma,maisjesavaisquecelaseraitunfilm decinqheurestrente,etjesuislucidequantàladifficultÊquepose,commercialement,cettedurÊesurgrandÊcran.LetriptyquepourCanal+Êtait destinÊàlaFrance,etuneversioncinÊmadevaitêtrediffusÊedanslereste dumonde.Celafaisaitpartiedelaconceptiond’ensembledufilm,dèsle

JUIN 2010

WWW.MK2.COM


Š Jean-Claude Moireau / Film en stock / Canal +


Š Jean-Claude Moireau / Film en stock / Canal +

74 OLIVIER ASSAYAS /// CARLOS

dÊpart.Ensuite,jemesuisrenducomptequelaversiontriptyque fonctionnaitbienauprèsdupublicdessalles.Etjemesuisrenduà l’idÊequ’aufondcefilmavaitdeuxversions.

LE MIRACLE RAMIREZ Comme le hasard fait bien les choses, Edgar Ramirez partage sa nationalitÊ (vÊnÊzuÊlienne) et son patronyme avec Carlos (Ilich Ramirez Sanchez). Il est aussi polyglotte, d’avoir suivi autour du monde un père militaire. RepÊrÊ à la fac par le cinÊaste Alejandro Gonzalez Iùårritu, qui lui offre un rôle dans Amours chiennes, Ramirez refuse, prÊfÊrant ses Êtudes diplomatiques. L’acteur de 33 ans est finalement lancÊ par le soap Cosita rica et enchaÎne avec des rôles dans The Bourne Ultimatum et la jungle cubaine du Che de Steven Soderbergh.  Je ne l’ai pas trouvÊ parce que je l’avais vu au cinÊma, mais à cause de la contrainte basique du film : il fallait un acteur latino-amÊricain qui ait la corpulence de Carlos, plutôt 30 ans, la capacitÊ de tenir un premier rôle oÚ l’on porte tout sur ses Êpaules et qui parle couramment espagnol, français et anglais , explique Olivier Assayas. Les critères Êtaient tellement restrictifs qu’il Êtait le seul. C’est miraculeux qu’il ait existÊ ! Un paramètre manquait, et le film Êtait bancal.  Le suave Ramirez devrait bientôt incarner Pablo Escobar, king de la drogue colombien, dans le biopic de Joe Carnahan. _C.G.

JUIN 2010

Comment avez-vous vÊcu la sÊlection du film hors compÊtition à Cannes ? C’ÊtaitcompliquÊetinutilementpolÊmique.Disonsqueplusj’avançaisdanslefilm,plusjemedisaisqu’ilÊtaitpurementcinÊmatographiqueetpasdutouttÊlÊvisuel.Jepensaisqu’ilauraitunevie dansdesfestivals,maisilnepouvaitêtreprÊsentÊàCannes,pour desraisonsdecalendrier.ThierryFrÊmauxl’avutrèstôt,yarÊflÊchi etaconsultÊCanal+,quiaacceptÊd’enretarderladiffusion.La possibilitÊdevoirCarlos àCannesdÊpassaitdÊjàmesscÊnarios lesplusoptimistes.EtpuisilyaeuunelevÊedeboucliersdelaprofession,parcequelefilmestproduitparlatÊlÊvision.J’aisuivicela avecunecertaineconsternation,puisque,dèsqu’ilpasseradans lesfestivalsdumondeentier,ilredeviendraunfilmdecinÊma.C’est unesorted’hypocrisieimpossible,ensomme. En Grande-Bretagne avec la BBC ou aux États-Unis avec HBO, la tÊlÊvision produit des programmes ambitieux. Selon vous, estce de plus en plus le cas en France avec des fictions comme Carlos ? Encequimeconcerne,jenemedispasquejefaisunfilmpourla tÊlÊvision,celameparalysecomplètement.Çaseraitl’inversedes raisonspourlesquellesjefaisducinÊma.Jen’aijamaistournÊune imagesansmedirequ’elleÊtaitdestinÊeaugrandÊcran.Jeme fichedesavoirsic’estlatÊlÊvisionquipaieouquelqu’und’autre. JenepensepasquelesfilmssoientdÊterminÊsparlatraçabilitÊde l’argent:leurgenèseestÊvidemmentartistiqueetpasfinancière. Disonsqu’apriorilatÊlÊvisionestlemÊdiumdelacontrainteetdu formatage;mais,sielleoffreunelibertÊabsolue,cetespace-là, pourmoi,c’estducinÊma. Parlons de la bande originale : vous avez insÊrÊ plusieurs morceaux new wave, au diapason de la mise en scène, nerveuse, en mouvement‌ DemanièregÊnÊrale,jen’utilisepasdemusiquedefilmàproprementparler,jemesersuniquementdecollagesunpeuhasardeux;jenesaisjamaiscequejevaischoisircommebande-son. JepensaisquelefilmimposeraituneB.O.plutôtclassiquedufait

WWW.MK2.COM


CARLOS /// OLIVIER ASSAYAS 75

LEFILMN’ABSORBAITQUELESMORCEAUX QUIPRODUISAIENTDEL’ÉNERgIE ETLEPROPULSAIENTENAvANT.

desamatièredocumentaireetrÊaliste.Mais,finalement, rien ne marchait. J’ai fini par prendre au hasarddesmorceauxdansmadiscothèqueiTunes, etlefilmn’absorbaitqueceuxquiproduisaientde l’Ênergieetlepropulsaientenavant.Cesmorceaux, mêmeplacÊsàdesmomentsimprobables,ontune Ênergierockdirecte. La mise en scène semble accompagner le personnage : au dÊbut, la camÊra est rapide, puis, à mesure que le personnage s’enlise et s’avachit, elle ralentit. Lefilmposaitplusdeproblèmesqu’unfilmnormal enraisondesadurÊe.CelanÊcessitaitdeconstammentrenouvelerl’Êcritureetdechangerdetempo. NÊanmoins,laformes’estimposÊesurletournage: desscènesd’actioncommelaprised’otagesde l’Opepdemandaientd’êtrerapidesettrèsdÊcoupÊes,maislesmomentsd’attentedevaientêtredes

lorsqu’ils sont contradictoires, pour que, progressivement,quelquechosesedessine:unindividucomplexe,multiple,quiseperddanssesmasques.Finalement,ilyatrèspeudematièreromanesquedans laversioncourte. La masculinitÊ, à travers le corps de Carlos, constitue un autre motif du film. Vous avez conservÊ un plan oÚ il se contemple nu dans le miroir ; puis il est arrêtÊ en pleine crise de virilitÊ, affaibli par une opÊration des testicules. L’histoiredeCarlosracontequelquechosesurlaproblÊmatiquedumachisme,quiestunequestionqui envahit la sociÊtÊ contemporaine, obsÊdÊe par la virilitÊdefaçonmalsaine.Carlosracontecettehistoiredefaçoncruelle,c’estuneproblÊmatiquequiest miseenjeudansunfilmd’action.CelafaisaitpartiedepuisledÊpartduchampdurÊcit.

CARLOSESTUNINDIvIDUCOMPLEXE,MULTIPLE, QUISEPERDDANSSESMASQUES. longsplans-sÊquences.Ilenyaplusquedansn’importelequeldemesfilms.Ducoup,lescomÊdiens disposaientdeplusdelibertÊ:ontournaitsansrÊpÊtition,cequimarchaitfinalementmieuxquesiles scènesavaientÊtÊmisesenplacedemanièrerigide. Comment avez-vous abordÊ la question de l’hÊroïsation, l’Êquilibre entre l’idÊal rÊvolutionnaire et le cynisme mercenaire de Carlos ? Carlosesttoutcelaàlafois:ilestparfoisunhÊroset parfoisl’inverse,selonlesmomentsdurÊcit.L’histoire deCarlosneposepasdedÊbatmoralparticulièrementcomplexe,n’importequelspectateurpeutavoir unpointdevuesursesactions,jenesuispasobligÊ deleluifournir.MamÊthodeestdefaireconfiance auxfaits,enenaccumulantlepluspossible,même

JUIN 2010

Vous êtes-vous senti obligÊ de vous situer par rapport à d’autres films de genre – comme Mesrine et Che, par exemple ? Cesontdesprototypesquiontouvertunespaceet renduconcevablesdeschosesquiÊtaientimpossiblesauparavant,ycomprisCarlos. J’enbÊnÊficiepar contrecoup.Mesrine prouveque,danslecadredu cinÊmafrançais,onpeuttenircettedistance-làavec unpersonnagequin’estpas positif ;etChe,que j’aimebeaucoup,prendunpersonnageiconique sansracontersonhistoire.C’esttrèsfortdelapartde Soderberghdefairecefilmenespagnoletdese servirduChecommevecteurdel’histoirepolitique pouraborderdesquestionstrèstechniques,jamais racontÊesaucinÊma.

WWW.MK2.COM


LE

77

BOUDOIR ÉBATS, DÉBATS, CABAS : LA CULTURE DE CHAMBRE A TROUVÉ SON ANTRE

 AUCUNE ADAPTATION DE QUICHOTTE N’EST VRAIMENT BONNE, À PART LA MIENNE !  ALBERTSERRA

Š Romàn Yùàn

P.78

DVD-THĂˆQUE

78/79

CD-THĂˆQUE

80/81

ALBERT SERRA, le prochain Quichotte ?

HARPER SIMON et SEAN LENNON tuent le père

BIBLIOTHĂˆQUE

82/83

BD-THĂˆQUE

84/85

Football et morale selon OLLIVIER POURRIOL

SUEHIRO MARUO, ou la plasticitÊ d’une Île

LUDOTHĂˆQUE Les turbines bien huilĂŠes de MACHINARIUM

JUIN 2010

86/87 WWW.MK2.COM


Š Éditions Capricci

78 LE BOUDOIR /// DVD-THĂˆQUE

DON QUI CHARME ALBERT SERRA, LE PROChAIN QUIChOTTE ? Pas de moulin à vent ni de scènes de bataille dans Honor de cavalleria d’ALBERT SERRA. Dans son adaptation du roman de Cervantès, le rÊalisateur catalan filme les gestes du quotidien. Conversation avec un artiste à l’esprit chevaleresque. _Par RaphaÍlle Simon

Deux hommes dans la campagne. L’un,vieuxetosseux, lesjambes,nagelecrawl,faitbronzette.Cequicompte, regardeleciel.L’autre,replet,alesyeuxrivÊsausol.voici c’estleprÊsentdupassÊ.Honor de cavalleria estun DonQuichotteetSanchoPança.Dugrandclassique filmcharnel,sensuel,sensoriel.Sousleurscarcasses, espagnol,AlbertSerraaextraitl’essence :  Adapter fatiguÊeoudodue,lespersonnagessontbeaux,ilsse formellement le roman aurait ÊtÊ ennuyeux touchent,s’aimentcommeunvieuxcouet difficile, vu nos moyens. J’ai donc choisi ple.L’idÊedufilmestd’ailleursnÊed’une de raconter ce qu’il n’y a pas dans le livre, pulsionphysique:l’acteurprincipalressemce qu’il se passe entre les chapitres.  Entre blaitauQuichotte !Demême,lecaractère leschapitres,c’estl’aventureduquotidien. mutiquedeSanchos’estimposÊdeluiQuichotteetSanchocoupentdufenouil, même:D’habitude, Sancho est un personmangentdesnoixauborddel’eau,arpennage vulgaire, un peu sot. Mais l’acteur Êtait tentlacampagnedÊsertedel’aubeaucrÊcalme, silencieux, c’est d’ailleurs la clef de puscule,contemplentlanature.Lestirades son ÊlÊgance.  Serrafilmel’errance,lafolie deSanchoetlecliquetisdesÊpÊesfont deQuichottequiavancesanstrajet,comme placeàdesdialoguesrares, auxgrinceaupurgatoire,àl’instardufilm,ninarratifni mentsd’unearmure,auxcaressesduvent. Honor de cavalleria gÊographique. Est-on dans la rÊalitÊ ou d’Albert Serra (Capricci) PourSerra,lareconstitutionlittÊraleestun danssafiguration ?C’estcetteambiguïtÊ leurre:Aucune adaptation de Quichotte n’est vraiment quifaitlecharmedecefilmidÊaliste.Onseretrouve bonne, à part la mienne! Les rÊalisateurs ont tellement bercÊsurunfil,entrepoÊsieetburlesque,trivialitÊet de respect pour l’œuvre qu’ils tombent dans le clichÊ et transcendance,cieletterre.Quichottes’Ênerveque manquent de fantaisie. Les seuls moments fascinants Sanchoneremarquepasqu’ilaplu,qu’ilyadesescarsont ceux qui prennent de la distance avec le livre, gots.ParcequeSanchodort,parcequ’ilnevoitpas comme dans le film de Welles oÚ Quichotte avance lechemindesaquête.CelledeSerraconsistaitàredans le vent tel un hallucinÊ en regardant le ciel.  trouverl’espritsubversifdesavant-gardessurrÊalistes ou rock, aujourd’hui disparues.Aussi fanatique que Serras’amused’ailleursavecdesanachronismes,des sonQuichotte,ilyestparvenu. imagesfigÊesquel’onadupassÊ:DonQuichottecroise

JUIN 2010

WWW.MK2.COM


79

LES AUTRES SORTIES AMOURS à MORT MAUVAIS SANG de Leos Carax (France TÊlÊvisions) LA REINE DES POMMES de ValÊrie Donzelli (MK2 Éditions) DansunParissombreetoniriqueaucielchamboulÊparlepassagedelacomète dehalley,desgangstersrivalisentpourmettrelamainsurlegermed’unvirus morteltouchantlesamantsquifontl’amoursanss’aimer‌visagediaphaneet cheveuxcourts,JulietteBinochehypnotiselacamÊradeLeosCarax.Faceàelle, DenisLavantfascineenclowntragiqueetreptilien.Sortien1985,cegrandfilm lunairetrouveicisapremièreÊditionDvD.DansLa Reine des pommes, Adèlecroit mourirlorsquesonhommelaquitte.Surlesbonsconseilsdesatante,elledÊcide deseconsolerdanslesbrasd’autreshommes.UnecomÊdiemusicaleburlesque etinattendue,aubongoÝtdefruitdÊfendu. _J.R.

MONSTRES ET COMPAGNIE LES VOYAGES DE GULLIVER de Dave Fleischer (Wild Side) THE DEVIL AND DANIEL WEBSTER de William Dieterle (Carlotta) Sortien1939,lefilmd’animation Les Voyages de Gulliver impressionneparsoninventivitÊet laqualitÊdesondessin:ilest l’œuvredel’undesdeuxfrèresFleischer,pionniers del’imageparimageetÊternelsconcurrentsde leurcontemporainWaltDisney.L’histoiretouchante etmusicaledegulliver,naufragÊcapturÊparles minusculesLilliputiens,àmettreentretoutesles mains.PetitjoyaudustudioRKOdistribuÊen1941, The Devil and Daniel Webster revisitelemythede Faustenl’ancrantdanslalÊgendedelanaissance desÉtats-Unis:auXIXe siècle,unpaysantroque sonâmecontrelapromessedel’opulence‌

SI VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUEZ DANS NOTRE PROCHAIN NUMERO, CONTACTEZ-NOUS : 0144676801 outroiscouleurs@mk2.com

_J.R.

LE COUP DE CŒUR DU VENDEUR HADEWIJCH de Bruno Dumont (TF1 VidÊo) CinquièmelongmÊtragede BrunoDumont,auteurentre autresde L’HumanitÊ, La Vie de JÊsus etFlandres, Hadewijch marqueuntournantdansla carrièredececinÊaste.Laviolencepropreàsonuniversnes’exprimeplus iciparl’intermÊdiairedescèneschocsprenant lespectateuràlagorge–commecellequi clôturaitTwentynine Palms (2003),parexemple. LadÊtressedecettejeunefille,àlarecherche deDieuetd’elle-même,l’obstinationvertigineusequiestlasiennesontavanttoutpalpablesàtraverslemagnÊtismedesonvisage. MoinsdÊmonstratif,Hadewijch n’enestque plusmystÊrieuxettroublant. _Florian Guignandon, vendeur à la boutique du MK2 Quai de Loire

LE 1ER MENSUEL CULTUREL GRATUIT www.mk2.com/troiscouleurs JUIN 2010


Š D.R.

80 LE BOUDOIR /// CD-THĂˆQUE

Harper Simon

FILSUNIQUES hARPER SIMON ET SEAN LENNON TUENT LE PèRE À l’heure oÚ les hÊritiers prennent d’assaut le rock, deux d’entre eux sortent du lot : loin de la pop à papa de leurs confrères, SEAN LENNON (fils de John et Yoko) et HARPER SIMON (fils de Paul) s’affranchissent en majestÊ. _Par AurÊliano Tonet

Gainsbourg, Buckley, Higelin, Chedid, Souchon, enregistrantpeu(deuxalbumssolopourSean)ou Veloso, Dutronc‌ Depuis quelques saisons, la RÊpudans l’ombre d’un groupe (les mÊconnus Menlo bliquepopsetransformeenundrôlederoyaume Parkpourharper).L’envied’ailleurs,enfin:quoique dynastique,oÚlepouvoirsetransmetdepèreenfils– restÊprochedepapaPaul,quiintervientdansl’ÊcriÊvolutiond’autantplusÊtonnantequel’attraitdurock tureoul’instrumentationdeplusieursmorceauxde alongtempsrÊsidÊdanssoncaractèreontologiqueson album, harper dÊlaisse en grande partie le folk mentdÊmocratiqueetaccessible‌Difficile,àvraidire, paternel pour s’aventurer dans des terrains country d’expliquercettesoudaineeffusiondesangbleu:faciplusinattendus.QuantàSean,sisonnouveauprojet, litÊartistiqueetjournalistique?PrimatcroisTheghostofaSaberToothedTiger(unduo santdumarketing?Besoinderepèresdans avecsafiancÊe,lemannequinCharlotte unenvironnementmusicalbranlant? KempMuhl),ÊvoquelesalbumscosignÊs SouslesfeuxcroisÊsdel’actualitÊestivale, parJohnetYoko,ilpoursuitladÊmarcaharperSimonetSeanLennonincarnenttous tionentamÊedèssonpremierdisque, Into deuxàmerveillelesproblÊmatiquesque the Sun, en1998:hip-hop,bossanovaou posecettearistocratisationdelachose popcalifornienne,leshumeursmusicales rock.L’endogamie,toutd’abord:Ma mère ysonttoujoursaussiÊloignÊesdel’ADN et celle d’Harper Êtaient très amies lorsque Harper Simon d’Harper Simon beatlesien. j’Êtais enfant, confieSeanLennon,quijoue (Tulsi Records / PIAS) LenouveaudadadeSean ?SergegainsLes Jardins du Luxembourg de plusieursinstrumentssurlepremieralbum The Ghost of a Saber Toothed bourg,dontillivreunejolierepriseenfaceB Tiger (Chimera Music) solo d’harper. Nous vivions tous les deux dupremiersingledeTheghost‌,letout dans l’Upper West Side, à New York, puis Harper est aussifrancophileetrÊussi Les Jardins du Luxembourg : parti Êtudier la guitare à Boston, ce qui a eu un fort  J’ai toujours adorÊ la subtilitÊ et la sophistication de impact sur moi. Nous sommes restÊs amis. Son album la culture française. LaPlanèteInterditeest un de mes est formidable.  Lepoidsdupère,ensuite:trentenaires films prÊfÊrÊs.  Surlapochettedel’excellentdisque avancÊs,dotÊschacund’untimbreÊtrangement d’harperfigureunavion:voyageurs,nullementenchaÎsemblableàceluideleurgÊniteur,Seanetharperse nÊsàleurtrône,LennonetSimonjuniorssontdeux sont lancÊs dans la musique presque à reculons, princesonnepeutpluslÊgitimes.

JUIN 2010

WWW.MK2.COM


81

LES AUTRES SORTIES LE CONCUBINAGE INVINCIBLE FRIENDS de Lilly Wood and The Prick (Wagram / Cinq7) UnepincÊedecountry-popàlaSheandhim,quelquesballadesnewwave façonTheXXouplusÊlectriquesdanslaveinedeTheKills:tournezmanège, voiciLillyWoodandthePrick,unnouveauconcubinagerock.AprèsundÊtour parlaCalifornie, LillyWood (Nilihadida)posesesbagagesàParis,oÚ laFranco-IsraÊliennerencontreson Prick (petitcon),BenjaminCotto. Naissanced’unpremieralbum.Surlestracespartyfriendlydel’Anglaise LaRoux,leduoinjecteungrooveÊlectroàsapopsucrÊe,toutendistillant, souslefluo,unspleenpost-ado: Nous voilà avec nos cheveux longs / Nous voilà avec nos tee-shirts en haillons / Nous voilà avec nos soirÊes d’ivresse / C’est nous, les gosses sans espoirs.  Prometteur. _E.V.

L’INSOMNIAQUE BEFORE TODAY d’Ariel Pink & Haunted Graffiti (4AD / Beggars) ArielPink,angelotfreakfolkde L.A.,enregistredepuislemilieu des nineties etpendantses insomnies,desmÊlodiesrêveusessurdesmagnÊtophones 8pistesàboutdesouffle.Cesmille-feuillessonores, ÊvoquantdansunflouderÊminiscences,l’inconscientd’unebandeFMbloquÊesurlesannÊes 1980,entreglam-rockfausset,synth-popenfalsetto, funkdroguÊetvarièteaumètre,ontsÊduitAnimal CollectiveetleurlabelPawTracks,avantque4AD nemetteledormeurdeboutdanslestudiodu petit-filsdeQuincyJones,pourlefaireaccoucher desonplusbelalbumàcejour,ceBefore Today dontlaproductionsoigneusen’Êvacuejamais labrumenostalgique,hypnagogiqueau-delà delahype. _W.P.

LA BELLE INDÉCISE LOVE AND ITS OPPOSITE de Tracey Thorn (Strange Feeling / PIAS) MoitiÊduduoÊlectro-pop EverythingButThegirl,qu’elle formeavecsonÊpouxBen WattdepuisledÊbutdes annÊes1980,TraceyThorn goÝtedetempsàautreauxjoiesetauxpeines ducÊlibat,commeilyavingtanssurProtection deMassiveAttack,oucommeicisurLove and Its Opposite, troisièmealbumsoloentroisdÊcennies. D’unevoixchaude,fragileetcaressante,que soutiennentd’ÊlÊgantsarrangementsfolk-pop, l’AnglaisedÊplieunsomptueuxtraitÊdedialectiqueamoureuse:demariageendivorce,d’amour fouentromperies,ThornlabiennommÊechante, indÊcise,laroseetl’Êpine.Cueillez-la. _A.T.

JUIN 2010


Š Nil Éditions / illustration StÊphane Manel

82 LE BOUDOIR /// BIBLIOTHĂˆQUE

COUPDE TÊTE FOOTBALL ET MORALE Du coup de sang au coup de folie en passant par la triche caractÊrisÊe, le philosophe et cinÊphile OLLIVIER POURRIOL s’attaque au monde du ballon rond, dont il dÊcrypte la belle truanderie dans un essai en forme d’Éloge du mauvais geste. _Par Pablo RenÊ-Worms

Š Isabelle Negre

Le football, ce n’est pas une question de vie ou de quifileseulaubut,estdÊcoupÊparleportierallemort. C’est bien plus important que cela , avaitcoutume mandharaldSchumacher. Au fond, le sale geste pardedireBillShankly,lÊgendairemanagerduLiverpool fait. Commis par le parfait salaud.  SiSchumacherne FC.LaFaucheuse,justement,frappera39foisle29mai regretterien,legrandhommeiciestl’arbitre.C’estlui 1985 au heysel, juste avant la finale de la Coupe quioffreleurdimensionhistoriqueauxÊpisodesmard’Europe des clubs champions, qui opposait alors quants du football. Ne pas sanctionner cette agresLiverpoolàlaJuventusdeMichelPlatini, sion,commeplustardlamaindeDieuou uniquebuteurdumatch,surpÊnalty.Ollivier celledeThierryhenry,c’estleurdonnertoute PourriolrevientsurcetÊpisodeetl’exploleur splendeur, les inscrire dans l’inconssiondejoieinappropriÊedunumÊro10. cientcollectif.Maisl’exempledecesdeux Pourlui,larÊponseàapporteràcegeste mainsmontreuneapprÊciationdupublic setrouvedansladÊfinitiondudivertissediamÊtralement opposÊe. D’un côtÊ, la menttellequel’envisageaitPascal:Jouer mano de Dios,del’autre,celledelahonte. pour ne pas voir la mort.  L’aspect choAufond,cequilesdiffÊrencie,c’estlafaçon quantseraitdoncàchercherailleurs:  Ce dontleursauteurslesassument.Maradona n’est pas Platini le salaud. C’est ceux qui lui vaostensiblementchercherleballoneten ont fait ça. Filmer sa joie et la monter, puis la Éloge du mauvais geste ritcommeunenfantquiauraitmislesdoigts montrer. C’est le montage parallèle entre d’Ollivier Pourriol danslepotdeconfiture.henry,lui,necoml’image de sa joie et l’image des cadavres (Nil Éditions) metpasvraimentlegeste.Leballonrebonqui est une saloperie. ditsursamain,commesiellel’avaitaimantÊ: Il a fait don de sa main à la France. Mais la France hÊsite L’injustice,Platochel’avÊcuequelquesannÊesaupa- à la serrer, car son geste Êtait condamnable, certes, ravant,quand,le8juillet1982,ilparticipeàl’ÊvÊne- mais insuffisamment. Finalement,lefootballn’estpas mentquivaforgerl’imagedelosermagnifiquedu unjeumoral,maisunsportquisejoueà11contre11 footballfrançais:lademi-finaledeCoupedumonde etoÚ,àlafin,c’estleplus mauvais quigagne. France-RFA.Lascène,onlaconnaÎt:PatrickBattiston,

JUIN 2010

WWW.MK2.COM


83

LES AUTRES SORTIES LE MANIFESTE POLYGAME

LES TENTATIONS DU MÂLE de Francesco Piccolo (Grasset, roman traduit de l’italien)  Le jour oÚ Teresa est partie, j’avais une relation stable avec Valeria depuis neuf ans, avec Francesca depuis presque trois ans, et avec Silvia depuis un an et demi.  Bonpèredefamille,mariattentionnÊetmonteurdecinÊmapassionnÊ, lenarrateurdeceromanàlacouvertureÊvocatrice(unsomptueuxcorpsde femmecabrÊphotographiÊparCarlaCerati)n’aqu’unproblème:sonbesoin compulsifdesexeetdepartenairesmultiples,quiluirendlafidÊlitÊimpossible etneluidonnemêmepasmauvaiseconscience.Destribulationsdecepolygame impÊnitent,FrancescoPiccolotireunromanàlafoistorride,drôleetÊmouvant, oÚperceunerÊflexionsubtilesurleplaisir,laconfianceetlatentation. _B.Q.

LA CURIOSITÉ LES NOUVELLES ARCHIVES DE L’ÉTRANGE d’Éric Yung (Le Cherche-Midi, chroniques)

DepuislesirrÊsistiblesNouvelles en trois lignes deFÊlixFÊnÊonetles savantesrÊflexionsdeRolandBarthes danslesannÊes1960,pluspersonne nedouteduprodigieuxmatÊriauquesontlesfaits diverspouranalyserlemonde,sourceinÊpuisable pourleslittÊrateurs.Chaquesemaine,lejournaliste ÉricYungracontesurlesantennesdeFranceBleu l’unoul’autredecesfaitsdiversbizarroïdespuisÊs danslesjournauxfrançaisdetouteslesÊpoques, histoiresdemalchanceaccablante,decoïncidences stupÊfiantesetd’anomaliesstatistiques.IlenarassemblÊunesoixantainedanscegrosvolumequi raviralesamateursd’insolite,lesquelssaventbien quelarÊalitÊdÊpassesouventlafiction. _B.Q.

LE COUP DE CĹ’UR DE LA LIBRAIRE ARARAT de Frank Westerman (Christian Bourgois, rĂŠcit traduit du nĂŠerlandais)

Aveccetroisièmeopustraduit enfrançais,leNÊerlandaisFrank Westermannousconvieàune aventuretantintÊrieurequ’itinÊrante,celledel’ascensiondu montArarat.Àlafoishautlieu spiritueletplaquestratÊgique,àlafrontièrede laRussie,delaTurquieetdel’ArmÊnie,cette montagnesedressecommeundÊfipourl’auteurqui,sepenchantsursonpassÊ,dÊcide d’Êprouversesacquisreligieux,scientifiqueset culturelsàl’aunedecepÊriple.DesprÊparatifs duvoyageàsonaccomplissement,Westerman faitdulecteursoncompliceetluidÊvoiletoutes lesfacettesdecettequête,n’omettantriendu rÊel,dulocaletdel’universel,despaysages, deshommes.Intelligentetpassionnant ! _Pascale Dulon, libraire au MK2 Bibliothèque

JUIN 2010


Š Sueshiro Maruo/Casterman/Sakka

84 LE BOUDOIR /// BD-THĂˆQUE

ZONELIBRE LA PLASTICITÉ D’UNE ÎLE Dernier-nÊ du culte SUEHIRO MARUO, L’Île Panorama tranche dans l’œuvre du mangaka japonais : le classicisme prend le pas sur l’EroGuro – mÊlange d’Êrotisme et de grotesque – et promet à son auteur de sortir des frontières de l’underground. _Par Joseph Ghosn (www.gqmagazine.fr)

On a dÊcouvert l’œuvre de Suehiro Maruo en France Ortoutl’enjeudeMaruoestdefairecroireàlaplaugrâce au travail acharnÊ d’un petit Êditeur, LeLÊzard sibilitÊdecequ’ilreprÊsenteici:àsavoirlaconstrucnoir,quiapubliÊunebellepoignÊedelivrestÊmoi- tiond’uneÎlefantasmagorique,empliedecharmeset gnantdelavisionradicaledecedessinateurjaponais. desecrets.LapossibilitÊd’uneÎle ?C’estexactement UnevisionfaitedesexualitÊetdetension,dedÊviances cela:L’Île Panorama metenscènelaconstruction d’unechimèreàgrandeÊchelle,d’ununietd’anomie,mettantenexergueuneforme versjolimentdÊcadent.Cefaisant,Maruo trèsbaroquedecruautÊ,leplussouvent citedesrÊfÊrencesdelafinduXIXe siècle dansdeshistoriettesquen’auraientpas reniÊeslessurrÊalisteslesplusfreudiens.Un commeledessinateurAubreyBeardsley, universdebrassagesdonc,quisituenÊandontl’esthÊtiqueamarquÊl’Angleterrevicmoins Maruo dans une zone oÚ la bande toriennefinissante.EntredÊmesureethomdessinÊes’aventureassezpeu.L’Île PanomageàcesmaÎtresoubliÊsdudessin, L’Île rama lesurprenddansunexercicemoins Panorama sÊduitaussiparlabeautÊfolle tranchÊ:l’adaptationd’unromandefacduprojetdesonpersonnageprincipal :ce tureclassique,danslequelsexeetstuprene dernierusurpeeneffetl’identitÊd’unmort sontquedesappendicesdel’intrigue.Autre dÊjàenterrÊpouraccomplirsonrêve.Prorupture:lerÊcit,qui,contrairementàses L’Île Panorama de Ranpo blÊmatiqueidentitaire–commentdevenir ouvragesprÊcÊdents,adopteletempslong, Edogawa & Suehiro Maruo unautrepourserÊalisersoi-même?–,cette (Casterman/Sakka) pourprendrelamesureduromaninitial quêteconstitueaussiunemiseenabyme. sanschercheràleraccourcirouàl’amoindrir.Cequi CarontouchelààlaquestiondelasingularitÊde nechangepas,enrevanche,c’estletrait:toujoursaussi l’auteur:c’estbienens’inspirantdesautres(Beardsley, clair,aussitranchant,illuminantdel’intÊrieurdesconsSade,laligneclaireeuropÊenne,etc.)queMaruopartructionsgraphiquesauxairsfaussementsages.En vientàs’accomplir.C’est-à-direàdevenirungrand optantpouruneBD traditionnelle ,Maruopoussesa auteur,toutsimplement,etprobablementunerÊfÊpropredextÊritÊgraphiqueversunclassicismeÊvorencepourtouslesamoureuxdudessin. quantlesuniversparallèlesalambiquÊs,maistoujours fermementancrÊsdanslerÊel,d’auteurseuropÊens commeMoebius. JUIN 2010

WWW.MK2.COM


85

LES AUTRES SORTIES LE COMIC FUTURISTE

THE LAST DAYS OF AMERICAN CRIME de Rick Remender et Greg Tocchini (Emmanuel Proust)

violemmentprovocateur,cethrillerfuturistedresseleportraitd’unesociÊtÊ danslaquellel’ÉtatsÊcuritaireatentÊl’impardonnable:exterminertoute volontÊcriminelledanslapopulationgrâceàuneinventionquiagiraitdirectementsurlecerveau.LetruandgrahamBrickyvoitl’occasiondeprÊparer cequipourraitrestercommele dernier crime amÊricain . LedessinaquarellÊmaissanguinolentdegregTocchini(dessinateurdescomics X-Men, Star Wars‌) sertuneintriguecaptivantesignÊeRickRemender,dansune miseenscènecinÊmatographiqueimpeccable.UnbrillantrÊcitd’anticipationentroisÊpisodes. _C.D.

LA FICTION SÉRIELLE CHRONOGRAPHIE de Dominique Goblet et Nikita Fossoul (L’Association) LabandedessinÊecommence-telledèslorsqu’onconfrontedeux dessins ?C’estlaquestionposÊe parcetatypique Chronophagie dontl’histoirerÊsideprÊcisÊment danssarÊalisation:pendantdix ans,entre1998et2008,unemère–Dominique goblet–etunefille–NikitaFossoul–vontsedessinermutuellementetdoncreproduiredescentaines defoislesdeuxmêmesdessins.Lesmêmes? Pas vraiment,puisquedeleurmiseenregardÊmerge peuàpeuunrÊcit.Celuidulienentrelamèreetla filleetdel’Êvolutiondechacune.Danscevolume dÊvorant,àlaplastiquehypnotique,setrouvel’un desplusbeauxlivresdecesdernièresannÊes. _J.G.

LE COMIC GRIVOIS COMTESSE d’Aude Picault (Les Requins Marteaux/BD Cul)

D’abordparusurunblog,ce contelicencieuxestprÊsentÊ àlamanièredespetitsformats depochedesannÊes1970,un peucheapettrèssexy.Aude Picaultymetenscènelarêveriesalaced’unebourgeoiseen manquedesensations.Formellementminimaliste, sonlivren’enestpasmoinsexcitant.Drôle,ilne sombrejamaisdanslemauvaisgoÝt,faisantune synthèseidÊaleentreunereprÊsentationcruedu sexe(lesvergessontdroites,lesfilles,poilues)et lesmomentslesplustroublesdelajouissance. D’autresauteursdevraientbientôts’illustrerdans cettecollection:aprèsAudePicault,onparle dÊjàdeRiadSattouf,BlutchouJulienCarreyn‌ Àsuivre. _J.G.

JUIN 2010


Š D.R.

86 LE BOUDOIR /// LUDOTHĂˆQUE

MOTEUR ! LES TURBINES BIEN hUILÉES DE MACHINARIUM Une belle mÊcanique qui fait la nique aux studios mastodontes du loisir en pixels : voici Machinarium, humble production indÊpendante, qui ne pète pas plus haut que sa culasse. Dans ses rouages, le jeu vit des hauts. _Par Étienne Rouillon

Un jeu qui tue, sans faire de vous un assassin. Un impossible.Lesarrière-plansdelaville,salesdecoups rÊgalpursucre,sanscoÝterbonbon.Unvraibonbec, deBicoudecrayonsàlamineargile,sontbaignÊs sansdec’:Machinarium dÊchiresamèreetplairaàla dansuneambiancesonoresignÊeTomåťDvořåk,comtienne.AprèsavoirgribouillÊseslettresdenoblessesur positeuràlacroisÊedespartitionsoniriquesd’unBonobo lesplate-formesdetÊlÊchargementlÊgal, etd’unAphexTwin.Unebandeoriginaleà l’aventurecrayonnÊeprofited’uneÊdition savourerlesdoigtsloinduclaviergrâceau physiquepourfairechavirerd’ÊmoilesgonCDaudioinclusdanslecoffret.DÊpourvu doles,plushabituÊesauxtêtesdepontd’une dedialogues,lerÊcitnousestlivrÊpardes industriequimisesurlaprouessetechnique. flash-backsenanimationtraditionnelledont Plusmodeste,Machinarium peuttournersur lessilencessontaussiparlantsqueceuxdu unordinateurasthmatique,qu’iltransforme mutique WALL-E. enmachineàsouffleemplissantlespouAuboutdelasouris,onretrouveunejouamonsdujoueuravidedepoÊsie:jackpot. bilitÊdesplusclassiques–dugenrepointe L’ÊpopÊeorigami–dÊpliÊeencinqheures etclique–,basÊesurlatechnologieFlash. –d’unpetitrobotentôle,Joseph,quis’est Fortdel’expÊriencedespetitsjeuxenligne, prisunetaulÊepartroisbandits.Noncon- Genre : Pointe et clique ledÊveloppeurAmanitaDesignfaitdeses Éditeur : Amanita Design tentsdeluiavoirpiquÊsadamedefer,ils Plate-forme : PC/Mac moyensrestreintsungagedesimplicitÊet projettentdefaireexplosersaville.Joseph, d’efficacitÊ.L’amanitefaitmoucheavecdes loin d’être prophète en son pays, devra dÊjouer les tableauxqu’ilfaudrafouillerduregardpourpasserà casse-mÊningesjetÊsentreluietsabelledemÊtal‌ l’environnementsuivant,toujoursexquis,commeautant ParfoisbienpensantemaistoujoursbienpensÊe,l’in- de rÊcompenses pour votre ingÊniositÊ mise à rude triguepourraitsortirdestroussesdesÊtudiantsenani- Êpreuve.NonquelesÊnigmessoientparticulièrement mationdel’Êcoledesgobelins.DemaindemaÎtredes- retorses, mais il faut faire sienne la mÊcanique d’un sinÊ,lecanevasdonnetoutsonselàunetrameuni- monde dÊpourvu d’affect organique, ne rÊpondant verselle,quiemprunteautantauRoi et l’Oiseau, pour qu’àl’implacablelogiquedecoupe-circuitsÊlectriques, sesrelecturesboulonnÊesdelabergèreetduramo- rÊbusinformatiquesouengrenagesgrippÊs.Maistelneur,qu’àM.C.Escheretsesescaliersàl’architecture lementhumains,aprèstout.

JUIN 2010

WWW.MK2.COM


87

LES AUTRES SORTIES MILLE ET UNE NUITS PRINCE OF PERSIA : LES SABLES OUBLIÉS (Ubisoft, sur PC, PS3, X360‌) AprèsuneescapadeartyducôtÊdesestampescontemplatives,lesangbleu d’Orientretrouveuneveineplusclassique.CetÊpisodes’inscritdanslatramedite des Sablesdutemps etenreprendlastructure:onfaitlefoufouàmarchersur lesmursetenchaÎnerlestractionsensupinationlelongdedonjonsvertigineux, avantd’allerjouerlesmarchandsdesableencouchantdeschiÊesd’ennemis surletapis.EnsusdesretoursdansletempsetautrescapacitÊsoffensives,on goÝtel’apparitiondedeuxpouvoirs:legeldel’eauetlareconstitutiond’ÊlÊments dÊtruits.UntitreÊquilibrÊàl’imagedesonroyalfunambule,unpeuconvenumais trèsconvenable. _E.R.

MILLE BORNES SBK X : SUPERBIKE WORLD ChAMPIONShIP (Milestone, sur PC, PS3, X360)

Las,raressontlestitresquinous fonttirerlapoignÊedansl’angle. guidonexigeantetboÎtede vitessefarouche,lasÊrieSBK continuedebrÝlerdelagommesurdescircuits difficilesàdompterpourpeuquel’onsupprime lesaidesàlaconduited’unmodearcade neurasthÊnique.BranchÊsurlepignonsimulation, lejoueurirasouventplongerducasquedansles plates-bandesdegravieravantderÊussiràtenir ladragÊehauteàuneI.A.virtuose.EncorelimitÊ surleplangraphique(misàpartlesbolides), SBK restelarÊfÊrencepourlesabonnÊsauSolex quiveulentsentirunpeud’airentrelesoreilles. _E.R.

DANS LE MILLE BLUR (Activision, sur PC, PS3, X360) Pourunefoisc’estsapubquien parlelemieux.LespotTvmontre despersonnagescartoonstout droitsortisd’unMario Kart,fichÊs surderidiculestacotsorange fluo.Surlecircuitvoisin,ilsavisent destiresphotorÊalistespourtant douÊesdesmêmesgadgets foutraques:bombesÊlectroniques,missilesàtête chercheusedenoises,rÊpulsifssismiques.En transposantleprincipedescoursesbelliqueuses cheràNintendodanslemondedesgrands,Blur proposedespartiesenÊcransplittÊquitaquinent larÊtineetfontvibrerlepalpitant.Blur, c’estnet, c’estfou. _E.R.

JUIN 2010


89 hOLLYWOOD STORIES /// GRANDES ET PETITES hISTOIRES DU CINÉMATOGRAPhE

LENOIRDESTIN DU SURHOMME La filmographie de MICHAEL CIMINO met à l’Êpreuve notre scrupule de ne pas confondre l’artiste et l’œuvre. Chacun des sept films tournÊs à ce jour raconte, avant l’heure ou après coup, son histoire : celle d’un maÎtre que sa passion de la maÎtrise a condamnÊ à la marge. Deuxième Êpisode de notre feuilleton : L’AnnÊe du dragon, 1985.

ÉPISODE 2, SAISON 4 _Par François BÊgaudeau LA CHUTE

Š D.R.

The Deer Hunter (1978)racontaitl’amèredÊcouverteduhasard parunhÊrosquientendaitprÊsiderausortdelaguerreetde sonpays.Sourdàsespropresmisesengarde,Cimino exigelamaÎtrisetotalesursonfilmsuivant,La Porte du paradis. RÊsultat:cinqheuresvingt-cinqquedesproducteursÊhontÊscharcuteront;unfiascocritiqueet commercial;laruinedeUnitedArtists,structure crÊÊe,çanes’inventepas,pourassurerl’indÊpendancedesrÊalisateursàhollywood.Laparabole estpresquetroplimpide:enpoussantaumaximumlasouverainetÊdudirector, Ciminoledestitue,entraÎnantdanssachutelesfrancs-tireursdes annÊes1970.Coppolanes’enremettrajamais; ScorsesetraverseralesannÊes1980enfantôme; Ciminometsixansàtrouverunfinancierquilui fasseconfiance.

PAS CALMÉ Ilrevientdoncen1985avecL’AnnÊe du dragon. Assagi ? Tuparles.LeflicjouÊparMickeyRourkeestunerÊincarnation inaltÊrÊeduMikedeDeer Hunter. vÊtÊranduvietnamquiprend laluttecontrelestriadespourunerevanchedelaguerre( Envahis Chinatown comme si tu Êtais Gengis Khan ) etfiniralefilmenvestedetreillis.Mêmessentiments,mêmetarif, enpire:nonplusseulementl’impuissancemaisunparfaitcarnage,desinitiativesaussihÊroïquesquecontreproductives,unedoucemÊlancoliequedÊclineralaB.O.,ÊtrangementmimÊtiquedecelledeDeer Hunter. Toujourslamêmechanson:lafolleambitionretournÊeendÊgoÝt,enrêveriesurlavanitÊdetout.Lecombat devientunbaroudd’honneur,lecombattant,unÊlÊgiaque.L’hommequivoulaitsouleverunearmÊecontre lacorruptionfinitseuletsansami,marginalisÊparsessupÊrieurs.

ANAR TENDANCE GRINCHEUX Soudainl’onsesouvientqueCiminoafaitjouerEastwooddanssonpremierfilm,Le Canardeur (1974).Carc’est uneleçonparfaitementeastwoodiennequerÊciteL’AnnÊe du dragon :lorsquelesflicssontripoux,dÊfendre laloiimpliquedesemettrehorslaloi.Lepetitfachodevientunanarchiste.Dedroite ?Peut-être.Ilyadans l’ÊnergieensurchauffedeStanWhitequelquechosedel’ultimedÊfensedel’hommeblanccontrelesassauts migratoiresetlepolitiquementcorrect(Fuck the civil rights) ;dÊfenseduderniermâle,contrelessans-couilles quiseliquÊfientdevantl’invasionjaune.Son Be a cop again  sonnecommeun Redeviens un mec  –et sonneunpeucreux,dansunmondeoÚlesgrandsaffrontementss’effilochentenpetitsarrangements.Dèslors, àl’humeuranar,Stanempruntesurtoutlesruminationsmisanthropes: Je voudrais être un mec sympa, mais je ne sais pas comment faire.  Stans’esttrompÊd’Êpoque,ilvientd’untempshÊroïquequeCiminos’acharne àperpÊtuersouslaperfusiondesongÊnie.Maiscetteviepost-mortemenCinÊmascopeauraaussiunefin. Retrouvez le prochain Êpisode le mois prochain dans Trois Couleurs‌

JUIN 2010

WWW.MK2.COM


90 SEX TAPE /// L’INSTANT ÉROTIQUE

Š OcÊan Films

LEJOUJOU INDISCRET

PoupÊenipponnebienhuilÊepeutsubirun usagerÊgulier.Aprèscelui-ci,penseràretirer l’orificeetàlenettoyer.Avecunpeudechance, lephysiquedecetteconfidentemuetteetÊconomiquecorrespondàl’imagedelafemme idÊale.Mais,dysfonctionnementd’usine,ce sex toy àtaillehumainenemanquepasd’air: Nozomi,poupÊegonflable,auneâme,uncœur, etc’estbiendouloureux.Lejour,ellesort,dÊcouvre lasociÊtÊetcommencemêmeàtravailler dansunmagasindelocationdeDvD.Lesoir, elleretrouvelamÊcaniquehumaine,Êcarteles jambesetredevientunobjetsexuel.Peintreminimaliste,Kore-EdaadapteunmangadeYoshiie godaetquestionneavecforcenotrerapport àlamort. _D.J. Air Doll d’Hirokazu Kore-Eda // Sortie le 16 juin



Trois Couleurs #82 – Juin 2010