Page 38

PROFESSION

D’un score SQAS à un tarif différencié ECTA Annual Meeting Devant un panel d’un très haut niveau (mais un peu moins nombreux que d’habitude), le vice-président Logistics Procurement Europe de BASF a expliqué comment sa société utilise les scores SQAS dans sa politique d’achat transport.

Au milieu d’autres présentations et débats intéressants mais portant sur des thèmes déjà traités dans ces pages (circulation en peloton, véhicules autonomes, véhicule connecté et impact du Big Data dans le transport), la présentation de Stefan Bartens avait le mérite d’éclairer une pratique quotidienne qui établit une passerelle entre la théorie et la pratique du transport de produits chimiques. L E S Y S T È M E L E P L U S AVA N C É

Le système SQAS pratiqué en Europe n’est qu’un des systèmes d’évaluation des prestataires logistiques en chimie. Son principe est bien connu : un prestataire logistique contacte un examinateur choisi dans une liste de personnes agréées, il prépare sn dossier et les différentes pièces justificatives, et l’examinateur vient réaliser son audit dans les installations du prestataire logistique, sur base des questionnaires complétés. Le rapport complet (y compris les 12 scores thématiques et le score global) est stocké dans une base de données hébergée par CEFIC (le conseil européen de l’industrie chimique), qui préside également aux évolutions 38

régulières du questionnaire (la dernière date de 2015). Seuls les utilisateurs autorisés ont accès à ces rapports. On constate une progression régulière du nombre d’audit SQAS demandés (948 sur les 12 derniers mois), une progression due aux opérateurs ferroviaires et aux stations de nettoyage davantage qu’aux transporteurs routiers, où la tendance est stable. Par contre, le nombre de consultations des rapports SQAS est en forte progression depuis 2012 (de 2982 à 5389), ce qui montre tout l’intérêt que l’industrie chimique leur porte (enfin).

Stefan Bartens (BASF) a illustré comment sa société utilise les audits SQAS dans sa politique de tendering.

UNE QUESTION DE CONFIANCE

« Un audit SQAS ne débouchant pas sur une certification formelle, c’est à chaque entreprise chimique d’analyser le rapport factuel qu’il fournit en fonction de ses besoins particuliers. C’est une question d’interprétation. Il n’est pas toujours facile de rendre ces évaluations concrètes, mais c’est

Parmi les participants, on notait la présence de Joris Nauwelaerts (Business Development chez Transport Mervielde) et Dirk Gheys (Transport Gheys).

Profile for transport media

Tb261fr  

Truck & Business 261 FR

Tb261fr  

Truck & Business 261 FR