Page 1

Monnaies

médailles

de l’antiquité classique à l’ère contemporaine. collections baron, hofer, sternberg et autres médailliers. avant-propos de la section judaïca de Zahava Seewald, conservatrice au musée juif de belgique

Vente aux enchères publiques - Bruxelles, le 18 décembre 2014


Fondée en 1977 à Bruxelles par Michel-Max Bendenoun, numismate depuis 1972, Tradart rayonne au cœur de l’Europe, depuis plus de trente-cinq ans. Comptant parmi les spécialistes les plus actifs de la numismatique, Tradart accompagne et conseille sa clientèle internationale, lui offrant un choix de monnaies, médailles, et services, conformes aux standards les plus élevés. Documentation scientifique, expérience, discrétion et disponibilité contribuent à bâtir les plus grandes collections. Par l’achat, la vente, l’expertise, l’organisation de ventes publiques de retentissement mondial, la publication d’ouvrages d’art spécialisés, Tradart ouvre des perspectives particulièrement stimulantes à tout collectionneur désireux d’acquérir ou de céder sa collection.

Tétradrachme d’argent, frappé à Cyrène, en Afrique du Nord, vers 390-380 av. l’é. c. Le sylphium et Zeus Ammon. Le sylphium, une plante rare, servait dans des domaines divers et variés, comme la médecine, la cuisine ou encore l’agriculture. Elle faisait la fierté des habitants de Cyrène qui la cultivaient et la choisirent comme emblème monétaire. On trouve d’ailleurs sa trace dans les célèbres recettes culinaires d’Apicius.

294 Avenue Molière - B-1180 Brussels - Belgium Tel: (00 32) 2 346 60 23 - Fax: (00 32) 2 345 12 09 Email: numismatique@tradart.be - www.tradart.be


© Tradart Bruxelles, Belgique - 2014 Tous droits réservés ISBN 978-2-9601592-0-2


Monnaies médailles « La matière première n’acquiert sa valeur que lorsque l’art lui a donné forme. » Heinrich Heine, Nouveaux poèmes


Monnaies médailles de l’antiquité classique à l’ère contemporaine. Collections Baron, Hofer et autres médailliers. Une importante sélection de médailles Judaïca du médaillier Frank Sternberg. Archéologie de l’antiquité classique. Vente aux enchères publiques Bruxelles, le 18 décembre 2014


GUIDE POUR VOS ENCHÈRES

AUCTION GUIDE

LEIDRAAD VOOR HET BIEDEN

Enchères via un ordre d’achat La façon la plus simple de participer à notre vente aux enchères est de nous confier vos ordres d’achat à l’aide du formulaire joint à ce catalogue,

Auction via a purchase order The simplest way to take part in our auction is to entrust us with your purchase orders using the form enclosed with this catalogue,

Een bod doen via een kooporder De eenvoudigste manier om aan onze veiling deel te nemen, is uw kooporders doorgeven met behulp van het formulier dat bij deze catalogus is gevoegd.

Adressez-nous vos ordres, sur ce formulaire, par fax +32 (0)2 3461209 ou par courriel : vente.internationale@tradart.be

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

6

Nous essayerons d’obtenir pour vous les lots qui vous intéressent au meilleur prix possible. Ce service est gratuit. Enchères dans la salle de vente Enregistrement dès 9h00 à l’entrée de la salle de vente. Nous vous conseillons toutefois d’annoncer votre venue et de vous enregistrer dès à présent par courriel : vente.internationale@tradart.be ou par téléphone +32 (0)2 346 60 23 Un numéro d’acheteur vous sera attribué, et vous sera remis à l’entrée de la salle de vente. Enchères par téléphone Vous pouvez intervenir par téléphone exclusivement pour des lots dont l’estimation minimum, c’est-à-dire le prix de départ, est égale ou supérieure à 300 Euros. Il est conseillé de s’enregistrer dès à présent par courriel en communiquant vos coordonnées complètes, adresse courriel, et numéro de téléphone d’appel pour la vente, en précisant les numéros sur lesquels vous souhaitez enchérir. Les personnes inconnues de Tradart, doivent donner des références bancaires et/ou des noms de personnes parmi nos confrères numismates. Prenez soin de nous communiquer deux numéros de téléphone, un fixe et un portable. Prenez note également que nous ne pouvons vous garantir de pouvoir vous joindre par téléphone. Nous vous conseillons donc plutôt d’être présent en personne dans la salle de vente ou de nous confier vos ordres écrits. Vous devez vous enregistrer 48 heures à l’avance pour obtenir une ligne téléphonique. Enchères sur Internet Pour placer des ordres d’achat en ligne, ou intervenir en direct durant la vente, nous vous remercions de consulter les informations et consignes à la fin du catalogue, pages 337 à 339. Pour une assistance ou tout renseignement complémentaire : Télephonez au : +32 (0)2 346 60 23 vente.internationale@tradart.be

Send us your orders, on this form, by fax +32 (0)2 3461209 or by e-mail: vente.internationale@tradart.be We will try to obtain for you the lots that interest you at the best possible price. This service is free. Auction in the saleroom Registration starting at 9.00 at the saleroom entrance. However, we recommend that you inform us of your attendance and register now by e-mail: vente.internationale@tradart.be or by phone +32 (0)2 346 60 23 A buyer number will be assigned to you and will be given to you at the saleroom entrance. Auction by phone Phone bids can be made exclusively for lots for which the minimum estimate, i.e. the starting price, is equal to or greater than EUR 300. You are advised to register now by e-mail giving your full contact information, e-mail address, and phone number to call for the sale, specifying the numbers on which you wish to bid. Persons unknown to Tradart, must give bank references and/or the names of persons among our fellow numismatists. Ensure you give us two phone numbers, one land line and one mobile number. Also note that we cannot guarantee to be able to reach you by phone. We therefore recommend that you are present in person in the saleroom or entrust us with your written orders. You must register 48 hours in advance to obtain a telephone line. Auction over the Internet To place on-line purchase orders, or bid directly during the sale, please consult the information and instructions given at the end of the catalogue on pages 337 to 339. For assistance or additional information: Call us on: +32 (0)2 346 60 23 vente.internationale@tradart.be

Stuur ons uw orders, op dit formulier, per fax +32 (0)2 3461209 of via e-mail: vente.internationale@tradart.be Wij proberen dan de loten die u interesseren, tegen de best mogelijke prijs voor u te bekomen. Deze dienst is gratis. Een bod doen in de veilingzaal Registratie vanaf 9u00 aan de ingang van de veilingzaal. Wij raden u echter aan om uw komst aan te kondigen en u meteen te registreren via e-mail: vente.internationale@tradart.be of telefonisch: +32 (0)2 346 60 23 U krijgt dan een kopersnummer, dat aan de ingang van de veilingzaal zal worden overhandigd. Telefonisch een bod doen U kunt uitsluitend telefonisch bieden op loten waarvan de beginprijs op minimaal 300 euro wordt geschat. Het is aanbevolen om u meteen via e-mail te registreren, door uw volledige gegevens, uw e-mailadres en telefoonnummer voor de veiling mee te delen en tegelijk de nummers te vermelden waarop u wilt bieden. Personen die voor Tradart onbekenden zijn, moeten bankreferenties en/of namen geven van personen onder onze collega’s-numismaten. Zorg dat u ons twee telefoonnummers geeft, een vast en een mobiel nummer. Let er ook op dat wij u niet kunnen garanderen dat wij u telefonisch kunnen bereiken. Daarom raden wij u aan om persoonlijk in de veilingzaal aanwezig te zijn of uw schriftelijke orders aan ons door te geven. U moet zich 48 uur vooraf registreren om een telefoonlijn te krijgen. Een bod doen op internet Om online kooporders te doen of rechtstreeks te bieden tijdens de veiling, verwijzen wij naar de informatie en richtlijnen aan het einde van de catalogus, pagina’s 337 tot 339. Voor bijstand of aanvullende inlichtingen: Bel naar: +32 (0)2 346 60 23 vente.internationale@tradart.be


Expositions Sur rendez-vous, Tradart – Avenue Molière 294, 1180 Bruxelles Email : info@tradart.be - www.tradart.be - +32 2 346 60 23 Tradart Genève - Rue du Perron 1, 1204 Genève Sur rendez-vous, du lundi 24 au mercredi 26 novembre, de 9h00 à 18h00 Email : numismatique@tradart.ch - www.tradart.ch - +41 22 817 37 47

B19 Business Club - Avenue Van Bever 19, 1180 Bruxelles Jeudi, le 18 décembre 2014, de 9h00 à 11h00

Vente aux enchères publiques Bruxelles, le jeudi, 18 décembre 2014 au B19 Business Club, Avenue Van Bever 19, 1180 Bruxelles Lots 1 à 233 de 11h00 à 13h00 Monnaies de l’antiquité grecque et proche orientale Archéologie de l’antiquité classique Monnaies de l’antiquité romaine, la république Lots 234 à 413 de 14h00 à 15h30 Monnaies de l’antiquité romaine et byzantine, l’empire Lots 414 à 577 de 15h30 à 17h00 Monnaies médiévales, modernes, contemporaines Médailles « Judaïca » de la collection Frank Sternberg Par le ministère de Maître Quentin Debray Huissier de justice Val des Seigneurs 15, 1150 Woluwe-Saint-Pierre, Bruxelles Tél.: 027728192 Fax: 027729272 Nous vous remercions de bien vouloir consulter les conditions de vente, page 334. Please refer to the terms and conditions of sale, on page 335. Gelieve de verkoopvoorwaarden op pagina 336 te raadplegen. Consultez également le « guide pour vos enchères », sur la page ci-contre Refer also to the “auction guide”, on the opposite page Raadpleeg ook de « leidraad voor het bieden », op de pagina hiernaast

7

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

Tradart - Avenue Molière 294, 1180 Bruxelles Exposition publique, du dimanche 14 au mercredi 17 décembre, de 11h00 à 20h00


Avant-propos Chers collectionneurs, chers amis, « Le poète a toujours raison, qui voit plus haut que l’horizon », Poétise Jean Ferrat, chantant Aragon.

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

8

Antoine Houdar de la Motte, poète du Grand Siècle, nous assure, quant à lui, la promesse de bonheur qu’induit la différence : « C’est un grand agrément que la diversité Nous sommes bien comme nous sommes Donnez le même esprit aux hommes, Vous ôtez tout le sel de la société L’ennui naquit un jour de l’uniformité. » L’ensemble de monnaies, médailles, et objets de l’Antiquité, proposé à vos choix échappera, j’en suis sûr, à l’ennui tant il offre de contrastes, de variétés, et révèle de la personnalité des collectionneurs, compositeurs de ces médailliers dans lesquels l’Art et l’Histoire s’unissent par la poésie. Ainsi de la collection René Baron, forte de près de deux cent cinquante monnaies ou médailles. Ce dirigeant d’un établissement de santé a probablement su trouver dans le loisir de la collection un dérivatif puissant au stress du quotidien mais surtout l’opportunité d’inscrire, à sa manière, quelque chose qui reflète autant un vécu que de réelles aspirations à la découverte, à la recherche, à l’étude. Ses choix ont sans nul doute été guidés par des considérations autant esthétiques, que culturelles ou historiques. Parmi les monnaies romaines - un thème qui marqua les débuts du collectionneur -, signalons parmi la dynastie des Julio-Claudiens : un très rare cistophore d’argent à l’effigie de l’empereur Auguste, lot 237, qui, grâce à la superbe représentation de la fille de Typhon au revers, nous renvoie à la fameuse énigme du Sphinx qu’Œdipe réussit à interpréter ; de très beaux sesterces comme ceux à l’effigie d’Agrippine l’ancienne, lot 248, à celle de Claude, lot 253, ou encore à celle de Néron, lot 259. Au revers de ce sesterce, figure une belle représentation du temple de Janus, les portes fermées, signalant par là que l’Empire était désormais en paix. Parmi les monnaies et médailles de France : un écu d’or à la couronne de Charles VII, de toute beauté, lot 425 ; un superbe écu au bandeau de Louis XV, lot 436 ; un rare essai d’argent de 5 francs de Henri V, lot 451, de toute belle conservation ; une grande médaille d’argent de Louis XIV, commémorant le renouvellement de l’alliance avec les cantons Suisses, lot 464 ; une très grande médaille de bronze à l’effigie du Pape Jean-Paul II, en commémoration de sa visite dans le département de l’Isère, en France, lot 483, une superbe œuvre du sculpteur suédois, Olovson Gudmar, dont le Musée en Suède a ouvert ses portes en 2008. Pour les monnaies grecques signalons notamment le nomos de Caulonia, lot 23, une splendide composition de l’époque archaïque figurant le dieu Apollon brandissant un rameau de laurier, avec à ses côtés un cerf ; la très belle drachme des Brettiens acquise en 1989 à Paris dans la vente de la maison Jean Vinchon, lot 27, et dont la jolie patine de médaillier valorise le délicat profil de la déesse Héra portant le diadème et le voile ; le didrachme archaïque de Géla, lot 34, d’une conservation tout à fait exceptionnelle, nous permet d’admirer l’excellence du style ainsi que tous les détails de la gravure du cavalier et du dieu fleuve ; le tétradrachme d’Antigone Doson, lot 102, nous offre une imposante et majestueuse tête de Poséidon, couronnée d’algues et portant la longue barbe, avec au dos, une proue de navire, qui n’est pas surmontée de la Victoire - comme la célèbre Victoire de Samothrace du Louvre à Paris, datant d’ailleurs de la même période -, mais d’Apollon, nonchalamment assis à l’avant du bateau en visant son arc. Quel contraste entre cette paisible composition du revers et la puissante tête du dieu de la mer qui semble surgir, gigantesque, à la surface de l’Océan, la longue barbe mouvementée, telle des vagues marines, rajoutant encore de la puissance à cette formidable impression ! Le médaillier Albert Hofer, riche de quelque quatre-vingts monnaies grecques, nous apparaît comme un projet d’esthète. Industriel rigoureux et reconnu, le collectionneur s’est également réalisé dans une collection de livres. Les monnaies que le collectionneur aura retenues, s’inscrivent dans la même logique du beau que celle développée dans l’acquisition de livres rares. Reliures, enluminures, qualité du papier et de l’impression, valeur culturelle ou intérêt du texte, trouvent aisément leurs équivalents dans la numismatique et l’on comprend alors mieux des choix comme la drachme de Naxos, œuvre du Maître de Bruxelles, le tétradrachme d’Acanthe, une composition animalière puissante, ou encore le statère de Cnossos, une variante unique auréolée du mythe du Minotaure, de Thésée et d’Ariane. Je ne peux les évoquer toutes, mais toutes le mériteraient pour des raisons diverses. Par exemple, pour reprendre le style de formulation du collectionneur lui-même, je citerai : «  le lion de Marseille », lot 3, la très rare drachme lourde, provenant de la prestigieuse collection Changarnier, dont le style magnifique nous rappelle l’art des talentueux graveurs syracusains ; « le casque d’Entella », lot 33, un bronze rarissime dans un pareil état de conservation ; « le lièvre de Messine », lot 39, une variante très rare dont la dernière apparition en vente publique remonte à 1975, une des premières acquisitions du collectionneur ; « la gorgone de Néapolis », provenant des doubles du Boston Museum, dispersés par la maison de vente, Numismatic Fine Arts ltd, en 1980


La collection de « Judaïca », provenant du médaillier de l’illustre numismate Frank Sternberg dont nous vendons ici prés d’une centaine de médailles, séduit d’emblée par la densité d’informations qu’elle nous livre. Un véritable condensé de culture et d’histoire juive, depuis la Révélation sur le mont Sinaï, jusqu’à la création de l’Etat d’Israël, avec un focus tout particulier sur le judaïsme en terre germanique, et sur des personnalités juives issues du Siècle des Lumières, et de la Haskala. Des témoignages riches de figures, de symboles, de références bibliques dont le savant numismate zurichois savait mieux que quiconque interpréter le sens, ou en apprécier la valeur historique et esthétique. A ce propos, je pense tout naturellement, et ce n’est qu’un exemple, à cette superbe plaquette de bronze à l’effigie d’Heinrich Heine, probablement réalisée à partir d’une peinture de Moritz-Daniel Oppenheim. La seconde face de la plaquette nous donne à lire un vers du poète, mis en valeur et sublimé par une splendide composition jugendstil. Beaucoup de ces médailles furent exécutées par des dessinateurs, graveurs, sculpteurs comptant parmi les plus talentueux artistes de leur temps. Abraham Abrahamson est l’un d’entre eux. Son art et son talent furent tels qu’il exécuta des médailles aussi bien pour les têtes couronnées d’Europe, que pour de nombreux gentilshommes et hommes d’Eglise. En 1927, Taffilo Hoffmann, à Francfort, réalisa une monographie monumentale de son œuvre, complétée de celle de son père, qui fut également son maître. Un ouvrage dans lequel sont reproduites et décrites quelques trois cents médailles dont parmi les plus fameuses, celle figurant le buste du « Socrate allemand », Moïse Mendelssohn, et celle de son ami, Gotthold Ephraïm Lessing, auteur de Nathan le Sage, toutes deux présentes dans la collection Frank Sternberg. Chacune de ces collections ouvre donc ainsi sur une certaine intimité du collectionneur. Ces médailliers nous parlent et nous dévoilent un univers singulier, mais chacun des spécimens peut être choisi par d’autres collectionneurs pour compléter de semblables collections, ou utilisé dans d’autres contextes pour raconter et agrémenter de nouvelles histoires. C’est du reste tout le destin de ces valeurs séculaires, voire millénaires, que d’être ainsi indéfiniment échangées, partagées, convoitées, choyées, voire même dissimulées pour mieux réapparaître, plus tard, nimbées de la gloire des médailliers qui les abritèrent. J’ai eu grand plaisir à côtoyer chacun de ces collectionneurs et/ou membres éminents de la confrérie des numismates professionnels, trois personnalités très différentes avec lesquelles la chance m’a été donnée d’entretenir, à des degrés divers, des relations suivies dans le temps. La même intensité de sentiments se justifie pour les autres collectionneurs, également partenaires de cette vente publique, qui, pour des raisons diverses, nous ont confiés tout ou partie de leurs monnaies. J’ai notamment une pensée toute particulière pour ce fidèle collectionneur, américano-néerlandais, banquier, qui, dès les années 1977-1978, se prit d’affection pour les belles monnaies au point d’en faire une collection dont une partie honore aujourd’hui notre catalogue. Il en va de même de notre gratitude pour cet amoureux d’archéologie classique, qui nous offre l’opportunité d’apprécier l’Art des Anciens dans la transformation d’autres matières. Comment rêver d’un meilleur intermède au cœur d’une collection de monnaies et médailles. Chers collectionneurs, chers amis, l’heure est à vos décisions, fruits de principes rigoureux, d’une méthodologie pragmatique ou de coups de cœur tout aussi vertueux. A vous d’assurer, aujourd’hui, la part d’éternité qui revient à ces valeurs de collection en choisissant celles qui vous correspondent, que vous aimez, qui s’approchent au plus près de votre définition du bonheur, de votre poésie. « Si pour les petits enfants celui qui donne des leçons, c’est le maître d’école, pour les grands, ce sont les poètes » (Aristophane, Les grenouilles) Michel-Max Bendenoun Uccle, Avenue Molière, le 4 octobre 2014.

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

9 à Los Angeles, une monnaie également absente des ventes publiques internationales depuis cette date ; plus brièvement, j’aimerais citer encore « l’Apollon d’Olynthos en Macédoine », lot 81, un chef-d’œuvre du monnayage classique ; les deux « petites chouettes d’Athènes », l’archaïque, lot 113, et la « nouveau style », lot 118, toutes deux publiées dans Splendeurs et Témoignages, et surtout très rares, charmantes et si désirables ; et pour conclure cette présentation du médaillier Hofer, je dois bien sûr mentionner, la délicieuse et rarissime hectée de Cyzique, riche de symboles, « l’omphalos en électrum », lot 136, la fameuse pierre sacrée de Delphes désignant le centre du monde.


Foreword Dear Collectors, Dear Friends “The poet always knows, He sees beyond the horizon”, Poetised by Jean Ferrat, singing Aragon.

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

10

Antoine Houdar de la Motte, a poet of the Grand Siècle, assures us of the promise of happiness through diversity: “Diversity provides great pleasure We are happy the way we are Make every man think the same way And you remove all spice from society Boredom is born of uniformity.” I’m sure that the selection of coins, medals and objects of Antiquity available for you to choose from will not bore you. There are too many different ones providing so many contrasts and reflecting the personalities of the collectors, the composers of these medal cabinets in which Art and History fuse in poetry. This is true of René Baron’s collection, with two hundred and fifty coins and medals. As head of a medical establishment, he probably found a powerful antidote to daily stress in collecting, but it was, above all, an opportunity to create in a very personal way something that reflected both life experience and a true love of discovery, research and study. There is no doubt that his choices were guided by aesthetic, cultural and historical considerations. Among the Roman coins - a theme of particular interest to the collector in the early days - we should point out in the Julio-Claudian dynasty: a very rare silver cistophorus with the effigy of Emperor Augustus, lot 237, which, thanks to the superb representation of Typhon’s daughter on the reverse, reminds us of the Sphinx’s famous riddle solved by Oedipus; very beautiful sesterces like those with the effigy of Agrippina the Elder, lot 248, that of Claudius, lot 253, and that of Nero, lot 259. On the reverse of the latter is a very beautiful representation of the Temple of Janus with its doors closed, signalling that the Empire was at peace. The coins and medals of France include a very fine gold ecu with the crown of Charles VII, lot 425; a superb Louis XV ecu with bandeau, lot 436; a rare, very well preserved five-franc silver Henri V proof coin, lot 451; a large Louis XIV silver medal commemorating the renewal of the alliance with the Swiss cantons, lot 464; and a very large bronze medal with the effigy of Pope Jean-Paul II commemorating his visit to the Isère department in France, lot 483, a superb work by the Swedish sculptor Olovson Gudmar whose Museum in Sweden opened its doors in 2008. The Greek coins include the nomos of Caulonia, lot 23, a splendid composition of the Archaic period with the god Apollo brandishing a laurel branch with a stag at his side; the very beautiful Brettiens’ drachma acquired in 1989 in Paris at the Jean Vinchon house sale, lot 27, whose lovely medal cabinet patina enhances the delicate profile of the goddess Hera who is wearing a diadem and a veil; the Archaic didrachm of Gela, lot 34, which is exceptionally well preserved enabling us to admire its excellent style and the details of the engraved rider and river god; the Antigonus Doson tretradrachm, lot 102, with an impressive and majestic head of Poseidon crowned with algae and wearing a long beard and with, on the back, the bow of a ship, not topped by victory – like the famous Victory of Samothrace in the Louvre in Paris, more or less from the same period - but with Apollo , nonchalantly sitting at the front of the boat aiming his bow and arrow. What a contrast between the peaceful composition on the reverse and the powerful head of the sea god which seems to emerge, immense, from the Ocean, his long beard moving like waves, adding even more power to the formidable presence! The Albert Hofer cabinet, which contains eighty Greek coins, was the project of an aesthete. The collector was a meticulous, well-known industrialist who also collected books. The coins he selected share the same love of beauty he showed in acquiring rare books. Bindings, illuminations, paper and printing quality, cultural value or the value of the text itself are all paralleled by his coin collection. Knowing this, it’s easier to understand the choices he made, such as the Naxos drachm by the Brussels Master, the Acanthus tetradrachm, a powerful animal composition, or the Knossos stater, a unique variant brimming with the myth of the Minotaur, of Theseus and Ariadne. I can’t describe them all here, although each one would deserve to be for different reasons. For example, using the collector’s own expressions, I’ll mention “the lion of Marseille”, lot 3, a very rare heavy drachm from the prestigious Changarnier collection whose magnificent style brings to mind the art of the talented engravers of Syracuse; “the Entella helmet”, lot 33, a bronze which is extremely rare in this state of preservation; “the hare of Messina”, lot 39, a very rare variant which last appeared at public auction in 1975 and one of the collector’s first purchases; “the gorgon of Neapolis”, from the Boston Museum’s doubles which were dispersed by the Numismatic Fine Arts Ltd auction house in 1980 in Los Angeles, also not seen at international public auction since then. I should also briefly note “the Apollo of Olynthos in Macedonia”, lot 81, a masterpiece of classical coinage and “the little owls of Athens”, in Archaic, lot 113, and “new style”, lot 118, both published in Splendeurs et Témoignages


and both very rare, charming and desirable. To conclude this presentation of the Hofer cabinet I must, of course, mention the wonderful and extremely rare hecte of Cyzicus, rich in symbols, and “the omphalos in electrum”, lot 136, the famous sacred stone of Delphi indicating the centre of the world. The Judaica collection from the medal cabinet of the famous collector Frank Sternberg, from which we are selling a hundred medals, is immediately appealing by the amount of information it provides. It is a condensed version of Jewish culture and history from the Revelation on Mount Sinai to the creation of the State of Israel, with a special focus on Judaism in Germany and on Jewish figures from the Enlightenment and the Haskala. They are testimonials rich in figures, symbols and biblical references whose meaning, historical and aesthetic value the very knowledgeable collector from Zurich was better able to appreciate than anyone. For example, I immediately think of the superb bronze plaque with the effigy of Heinrich Heine, probably inspired from a painting by MoritzDaniel Oppenheim. The back of the plaque bears a verse by the poet enhanced and ennobled by a splendid jugendstil composition. Many of the medals were created by designers, engravers and sculptors who were among the most talented artists of their time. Abraham Abrahamson was one of them. His art and talent were such that he made medals for European aristocrats, as well as for many gentlemen and for many members of the Church. In 1927, in Frankfurt, Taffilo Hoffmann created a monumental monograph of his work together with that of his father who was also his teacher. Some three hundred medals are reproduced and described in the work. Among the most famous are the bust of the “German Socrates”, Moses Mendelssohn, and that of his friend, Gotthold Ephraïm Lessing, the author of Nathan the Wise, both part of the Frank Sternberg collection. Each of these collections provides an intimate look at the collector. The cabinets speak to us and reveal a unique world. However, each of the specimens can be chosen by other collectors to complete similar collections or be used in another context to tell and enhance new stories. In fact, it’s the destiny of these secular, sometimes ancient values, to forever change hands, to be shared, desired, cherished and sometimes hidden only to reappear later, covered in the glory of the cabinets that shelter them. It has been my great pleasure to personally know each of these collectors and/or eminent members of the brotherhood of professional coin collectors, three very different personalities. It has been my good fortune to be able to maintain a friendship, to varying degrees, with each of them over the years. The same intensity of emotion is also shared with other collectors, partners in this public auction, who, for various reasons have entrusted us with all or some of their coins. I’m thinking, in particular, of a loyal collector, a Dutch-American banker who in 1977-1978 took such an interest in beautiful coins that he built a collection, part of which now honours our catalogue. We are also grateful to a lover of classical archaeology who has enabled us to appreciate the Art of the Ancients in transforming other materials, providing an unmatched intermission at the heart of a coin and medal collection. Dear collectors, dear friends, the time has come for decisions, whether the result of rigorous principles, a practical methodology or of an equally virtuous impulse purchase. It is now up to you, today, to provide these collection pieces with the place in eternity they deserve by choosing the ones that feel right, that you most like and that come closest to your definition of happiness, to your own poetry. “The schoolmaster teaches little children and the poet men of riper age.” (Aristophanes, The Frogs) Michel-Max Bendenoun Uccle, Avenue Molière, 4 October 2014.

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

11


René Baron

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

12 Né en Algérie en 1926, notre père découvrit ses premières pièces à l’adolescence en se promenant sur les plages de Tipaza où se trouvent d’antiques ruines romaines. Ces sesterces, usés par le temps, étaient bien sûr sans valeur mais ils servirent de support à son imagination et furent à l’origine de cette collection qu’il constitua au fil des ans. Il a choisi toutes les pièces avec soin car chacune d’elles ouvrait toujours pour lui un nouveau chapitre de l’histoire, notamment de la Rome antique, dont il était passionné. Plus tard dans sa vie, il prit du temps pour renouer avec cette heureuse découverte. S’orientant d’abord tout naturellement vers les sesterces romains et les monnaies de bronze en général, il compléta peu à peu sa collection avec des exemplaires d’or et d’argent, puis l’élargit aux monnaies grecques et françaises. Pour l’avoir occasionnellement accompagné chez quelques marchands et plusieurs fois entendu au cours de discussions, je me souviens que parmi les pièces romaines, il affectionnait tout particulièrement la monnaie d’or portant d’un côté l’effigie de l’impératrice Faustine, et de l’autre, Fecundita entourée de nombreux enfants, ou encore la grande monnaie d’argent représentant l’empereur Auguste et un sphinx. Lorsque l’occasion nous était donnée de nous réunir autour de son médaillier, nous avions plaisir à l’écouter nous parler de sa collection. Il s’enthousiasmait pour chacune des monnaies et avait toujours en réserve une histoire à nous raconter. Parmi les monnaies grecques, nous nous souvenons plus particulièrement de la très belle monnaie figurant d’un coté Athéna, coiffée d’un splendide casque à panache, et de l’autre, la fameuse chouette emblématique de la cité. Je revois également cette belle suite de monnaies du Grand Conquérant, Alexandre, et de ses successeurs, ou encore cette imposante monnaie de Syracuse, datant de la période classique et figurant un magnifique attelage ainsi que « la belle Aréthuse », comme il la nommait. Enfin, notre père s’intéressa aussi, tout naturellement, à des monnaies de l’histoire de France, ainsi qu’à des médailles de l’Algérie française qui ne manquaient pas d’éveiller chez lui une certaine nostalgie. Comme toute collection, celle de notre père est unique. Elle est le fruit de ses goûts et de ses intérêts. Nous aimons à penser qu’en tant que collectionneur, il fut lui-même un artiste. Il créa une composition toute personnelle qui témoigne de l’évolution de ses aspirations : cette collection est son ouvrage. Aidé d’une stimulante curiosité, il l’a bâtie avec passion, car chacune de ses nouvelles acquisitions lui donnait prétexte à effectuer de nouvelles recherches historiques. Les monnaies constituaient pour lui un réel support dans son étude à laquelle il consacrait beaucoup de temps. Il aimait consulter les catalogues de vente, les préparer, les annoter avant d’enchérir sur l’une ou l’autre des monnaies qu’il convoitait. Puisse ce catalogue susciter un pareil intérêt parmi les collectionneurs, pour que d’autres accueillants médailliers, ainsi enrichis, nous racontent de nouvelles et belles histoires. Maryline et Gérard Baron Grenoble, 25 septembre 2014.


albert hofer

Lorsque, il y a plus de quarante ans, l’existence d’un marché de monnaies anciennes de collection m’a été révélée et que j’ai pu acquérir une monnaie d’Athènes de la période classique avec sa chouette, la magie a opéré. Le fait d’avoir en main une pièce de monnaie qui a servi dans la vie de tous les jours aux échanges entre les Grecs il y a près de 2500 ans, avec tout ce que cela suggère comme rêves, a déclenché chez moi le début d’une véritable passion. Celle-ci, nourrie par la beauté de ces objets, n’a fait que croître au fil des années. J’ai donc entamé une collection de monnaies anciennes en restant attentif aux critères objectifs qui fondent la valeur marchande d’une monnaie, tels que la qualité de la frappe ou encore son état de conservation. C’est ainsi que, en faisant de temps en temps une petite folie, mais en essayant de respecter des critères de sélection plutôt exigeants, j’ai pu constituer, petit à petit, la collection qui va aujourd’hui être dispersée. Dire que cela me laisse indifférent serait occulter la vérité. Bien au contraire, ces monnaies me sont devenues si familières pour les avoir tant regardées et chouchoutées que je me surprends parfois à les nommer pour m’en rappeler le souvenir, dans tous les détails : « le silène de Naxos », « le labyrinthe de Cnossos », « l’épi en creux de Métaponte » ou encore « Philippe de Macédoine ». Comme j’ai choisi chacune des monnaies, ma collection reflète bien sûr des goûts très personnels. Alors quelle ne fut pas ma joie lorsque j’appris bien plus tard que cette drachme au « Silène de Naxos » était en fait issue de la main d’un grand maître, que l’on a surnommé le Maître de Bruxelles, car son chef-d’œuvre, un tétradrachme unique, est conservé au Cabinet des médailles de la Bibliothèque Royale de Belgique. Mon coup de cœur initial étant ainsi confirmé, je me trouvais conforté dans ma démarche. Bien sûr, à l’heure où je dois les quitter, j’aurais aimé m’attarder sur chacune de ces monnaies. Mais, je me contenterai d’évoquer l’un de leurs aspects les plus attachants : leur richesse iconographique qui évoquera peut-être à certains le souvenir de leur études classiques, et à tous, sans doute, cette mythologie grecque encore si présente dans notre culture. J’en veux pour preuve cette petite monnaie d’électrum frappée à Cyzique représentant l’omphalos, le « nombril » du monde, sur lequel sont perchés les deux aigles que Zeus envoya de chacune des extrémités de l’univers afin d’en désigner le centre. Autre exemple, ce trétradrachme frappé à Cnossos en Crête dont le revers représente le fameux labyrinthe dans lequel on avait enfermé le terrible Minotaure. La vue, ou la simple pensée de ce tétradrachme figurant le « Labyrinthe de Cnossos » me ramène immanquablement sur les bancs de l’école quand j’écoutais avec bonheur le professeur nous raconter l’histoire du Minotaure, de Thésée et du fil d’Ariane. Malheureusement, il arrive un moment dans la vie où il faut prendre des décisions difficiles puisqu’elles touchent à la sensibilité, à l’irrationnel. Aujourd’hui je ne souhaite qu’une chose, c’est que les futurs acquéreurs retirent le même plaisir à posséder de belles monnaies. L’art et la collection sont encore une des rares formes de placement qui nous apporte le loisir de l’étude, de l’apprentissage et de la découverte, et qui nous offre, en fin de compte, un enrichissement inestimable. Albert Hofer, Cannes, le 15 septembre 2014.

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

13


M o nn a i e s & m ĂŠ d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

14


15

I. monnaies de l’Antiquité grecque et proche-orientale. ......................... 16 II. Archéologie de l’Antiquité classique............................................................................. 1 0 2 III. monnaie de l’Antiquité romaine et byzantine. ................................................. 1 0 6 IV. monnaies médiévales, modernes, contemporaines. ................... 192 V. médailles « Judaïca » de la collection frank sternberg.............. 2 3 4

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

table des matières


1

monnaies de l’Antiquité grecque et proche-orientale

« In the engraving of dies … the Greeks stand alone and above all comparison. » G. F. Hill, membre de l’Académie Britannique


M o nn a i e s & m ĂŠ d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

3.

18

6.

27.


7. 10.

11. 12.

13. 22.

25.

30.

M o nn a i e s & m ĂŠ d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

1. 5.

19


GAULE

ESPAGNE

CELTES M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

20

1. CASTULO, 179-150. Quadrans, bronze, 4,65 g.

2. CASTULO, 179-150. Quadrans, bronze, 2,67g.

Av. Tête diadémée de jeune homme à droite dans un cercle perlé. Rv. Sanglier debout à droite sur une ligne de terre ; à l’exergue, inscription ibérique ; le tout dans un cercle linéaire.

Av. Tête diadémée de jeune homme à droite dans un cercle perlé. Rv. Sanglier debout à droite sur une ligne de terre ; au-dessus, étoile ; à l’exergue, inscription ibérique ; le tout dans un cercle linéaire.

M. Praz Garcia-Bellido, Las monedas de Castulo con escritura indigena, Barcelone 1982, 1025 ; A.Vives, La Moneda Hispanica, Madrid 1926, 68, 10.

F. Alvarez-Burgos, Las monedas hispanicas desde sus origenes hasta el siglo V, vol. 1, Madrid, 1987, 566 ; F. Calico, Catalogo de Monedas Antiguas de Hispania, 1979, 369 ; M. Praz Garcia-Bellido, Las monedas de Castulo con escritura indigena, Barcelone 1982, 1031 ; A.Vives, La Moneda Hispanica, Madrid 1926, 69.

Jolie patine marron-vert foncé ; bien centré ; superbe exemplaire. Exemplaire provenant de Tradart 6, Genève 18 novembre 1993, 1.

Jolie patine vert foncé ; flan large ; superbe exemplaire. Exemplaire provenant de Tradart 6, Genève, 18 novembre 1993, 2.

3. MARSEILLE, 400-350. Drachme, argent, 3,79 g. Av. Tête diadémée d’Artémis à droite, parée d’un collier de perles et de triples pendants d’oreilles, la chevelure relevée et parée d’un épi de blé, dans un cercle perlé. Rv. ΜΑΣΣΑ Lion avançant à droite sur une double ligne de terre ; le tout dans un cercle linéaire. SNG Copenhagen 729; La Tour 785; Brenot – Scheers pl. II, 41-43; C. Brenot, Nouvelles recherches sur le monnayage d’argent de Marseille du IVème au Ier siècle av. JC., Actes du 9ème Congrès International de Numismatique, Berne, 1979, p. 188, pl. 25, 1 ;; Kraay–Hirmer pl. 112, 331 (même coin d’avers) ; Pautasso, Le Monete preromane dell’Italia Settentrionale, 1966, pl. 3, b (mêmes coins) Très rare ; de très beau style, joliment patiné ; bien centré ; superbe exemplaire. Une monnaie de toute beauté. Médaillier Albert Hofer. Exemplaire provenant de la collection A. Changarnier-Moissonet de Beaune, et de Monnaies et Médailles 47, 30 novembre – 1er décembre 1972, 167. Publié dans Splendeurs et témoignages, p. 66, 1.

eur: 800 – 1.200

eur: 800 – 1.200

eur: 4.000 – 6.000


CALABRE

CAMPANIE

ITALIE 4. MARSEILLE, 400-350. Obole, argent, 0,68 g. Av. Tête de jeune homme à gauche dans un cercle perlé. Rv. Roue à quatre rayons ; M-A dans les deux quartiers inférieurs. SNG Copenhagen 723-727 ; SNG Delepierre 51-64 ; SNG Stockholm 3 ; La Tour 580 ; C. Brenot, op. cit., 1979, p. 191 ; Weber 37. De beau style ; finement patiné ; superbe. Médaillier Albert Hofer. Exemplaire provenant de Tradart 8, Genève, 16 novembre 1995, 1 et The Numismatic Auction Ltd 3, New York, 1er décembre 1985, 1.

eur: 500 – 750

5. NAPLES, 275-250. Drachme, argent, 3,60 g.

6. TARENTE, 355-340. Nomos, argent, 8,10 g.

Av. Tête diadémée de la naïade Parthénope à gauche, parée d’un collier de perles et de pendants d’oreilles ; derrière sa nuque, une fleur de lotus ; le tout dans un cercle perlé. Rv. ΝΕΑΠΟΛΙΣ Dieu-fleuve sous l’apparence d’un taureau androcéphale marchant à droite sur une ligne de terre, la tête de face, couronné par Niké volant à droite ; entre ses pattes, A.

Av. Cavalier nu au galop à gauche, tenant les rênes dans la main droite, un bouclier et une lance dans la main gauche, s’apprêtant à sauter de son cheval au galop ; sous le ventre du cheval, Δ. Rv. ΤΑΡΑ[Σ] Taras chevauchant un dauphin à gauche, tenant un trident reposant sur son épaule dans la main droite et s’appuyant sur le dos du dauphin de la main gauche ; sous la queue du dauphin, I K ; au-dessous, ligne de vagues.

BMC Italy - ; SNG ANS - cf. 421 (autre symbole, cratère, à l’avers) ; SNG Copenhagen cf. 468 (hermès à l’avers) ; HN – cf. 588 (autre symbole, cratère, à l’avers) ; Sambon 550. Très rare ; beau style ; joliment patiné ; très bel exemplaire. Exemplaire provenant des collections « d’un grand industriel, du baron Alexandre de Petrowicz, de M. le Rev. Edgar Rogers, M.A. et de plusieurs autres amateurs », Naville X, 1925, 30.

eur: 2. 000 – 3.000

BMC Italy 186, 193 ; SNG ANS 931 (mêmes coins) ; SNG München - cf. 626 (avers) ;Vlasto 441 (même coin d’avers) ; W. Fischer-Bossert, Chronologie der Didrachmenprägung von Tarent 510-280, AMUGS XIV, Berlin, 1999, groupe 47, pl. 37, 666a (cet exemplaire) ; Jenkins 323 (même coin de revers). Rare ; de beau style ; superbe exemplaire. Exemplaire provenant de Tradart 5, Genève, 16 novembre 1992, 9.

eur: 5.000 – 7.500

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

21


M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

22

7. TARENTE, 325-281. Nomos, argent, 7,94 g.

8. TARENTE, vers 280-272. Nomos, argent, 6,72 g.

9. TARENTE, vers 240-228. Nomos, argent, 6,41g.

Av. Cavalier nu au galop à droite sur une ligne de terre, tenant une lance pointée vers le bas dans la main droite et deux autres lances dans la main gauche, sur le bras gauche, bouclier rond ; entre les jambes du cheval, Σ − Α. Rv. TΑΡΑΣ / Σ − Ω Taras nu chevauchant un dauphin à gauche, le bras droit tendu portant un canthare et tenant un trident de la main gauche ; au-dessous, petit dauphin nageant à gauche.

Av. ΙΩ /ΙΑΛΟ Cavalier nu au pas à droite sur une ligne de terre, tenant une couronne de la main droite au-dessus de sa tête ; sous le cheval, un chapiteau de colonne ionique. Rv. ΤΑΡΑΣ Taras nu chevauchant un dauphin à gauche, tenant l’aphlaston dans la main droite et une quenouille dans la main gauche ; dans le champ droit, ANΘ.

Av. ΞΕ − ΝΟΚΡΑ/Τ−ΗΣ Cavalier au pas à gauche, la tête de face, vêtu d’une tunique courte et d’une chlamyde, la main droite levée et tenant les rênes de la main gauche ; dans le champ droit, monogramme et pileus. Rv. ΤΑΡΑΣ Taras nu chevauchant un dauphin à gauche, la tête de face, tenant un trident appuyé sur son épaule gauche et relevant sa chlamyde de la main gauche ; au-dessous, ligne de vagues et poulpe à droite ; dans le champ droit, monogramme.

BMC Italy 191, 229 ; SNG ANS 1004 (mêmes coins) ; SNG München 649 (mêmes coins) ; HN - , cf. 937 (autre monogramme) ;Vlasto 616 ; W. Fischer-Bossert, Chronologie der Didrachmenprägung von Tarent 510-280, AMUGS XIV, Berlin, 1999, groupe 73, pl. 50, 886 (mêmes coins) ; Hirsch XXVI, 203 ; Kraay Hirmer - cf. pl. 108, 314 (avers).

BMC Italy 183, 179 ; SNG ANS 1142 ; SNG Munich 675-677 ;Vlasto 803-807 ; HN 1014. Joli style ; finement patiné ; bien centré ; presque superbe.

Joli style ; finement patiné ; superbe exemplaire. BMC Italy 185, 188 ; SNG ANS 1258 ; SNG München 697 ;Vlasto 579-80 ; HN - cf. 1058 (sans le pileus à l’avers et sans le monogramme au revers) ;Vlasto 955.

De beau style ; finement patiné ; superbe exemplaire.

Médaillier Albert Hofer.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de la collection J.M. de Costa Rica, Jean Vinchon Numismatique, Paris, 23-24 avril 1990, 4.

eur: 3.000 – 4.500

eur: 1.000 – 1.500

eur: 2.000 – 3.000


lucanie 10. HERACLEE, vers 300 av. JC. Drachme, argent, 3,90 g. Av. Tête d’Athéna de trois quarts de face à droite, coiffée d’un casque à panache orné du monstre marin Scylla, parée d’un collier, les cheveux longs dépassant sous le casque ; dans le champ gauche, monogramme (Herakleia) ; dans le champ droit, entre la mèche de cheveux et le panache, E. Rv. HPAKΛEIΩN / ΦΙΛΩ Chouette debout à droite sur une branche d’olivier, la tête de face ; dans le champ gauche, massue ; dans le champ droit, rameau d’olivier. BMC Italy - cf. 230, 40 (sans monogramme à l’avers et autre symbole au revers) ; SNG ANS cf. 81 (sans ΦΙΛΩ) ; SNG Lockett - cf. 356 (inscription au revers HPAK) ; SNG München – cf. 819 (sans ΦΙΛΩ) ; HN 1416 ; Hess-Leu 45, 1970, 13 et Sternberg 12, 1982, 37 (mêmes coins).

11. METAPONTE, 510-470. Nomos, argent, 8,06 g. Av. MET (rétrograde) Epi de blé à six grains dans un cercle perlé bordé de deux lignes. Rv. Epi de blé à six grains incus, dans une bordure striée. Traité I - cf. 2065, pl. LXVI, 5 ; BMC Italy 240, 30 ; SNG ANS - ; HN 1482 ; S.P. Noe, The coinage of Metapontum, part 1 and 2, with additions and corrections by A. Johnston, ANS NNM 32 et 47, réimpression New York, 1984, 191 (mêmes coins). Très finement patiné ; de haut relief ; superbe. Médaillier Albert Hofer.

12. METAPONTE, vers 425/400-350. Bronze, 9,71 g. Av. NIKA Tête de Niké à droite, les cheveux relevés, parée d’un collier de perles et de pendants d’oreilles ; derrière la nuque, O. Rv. M–E Epi de blé avec la feuille à droite ; dans le champ gauche, pilier hérmaïque à droite. BMC Italy 260, 167 ; SNG ANS 553 ; SNG Lloyd, - cf. 407 (pilier hermaïque ithyphallique) ; HN, - cf. 1641 (pilier hermaïque ithyphallique) ; A. Johnston, Bronze Coinage of Metapontum, Kraay-Mørkholm Essays, - cf. 5 (pilier hermaïque ithyphallique) ; Lafaille 10 = Strauss 45 (pilier hermaïque ithyphallique?) (même coin de revers). Jolie patine vert foncé ; de beau style ; superbe exemplaire. Médaillier Albert Hofer. Exemplaire provenant de Frank Sternberg XII, 18-19 novembre 1982, Zürich.

Joli style ; finement patiné ; très bel exemplaire. Médaillier Albert Hofer.

eur: 1.000 – 1.500

eur: 2.000 – 3.000

eur: 2.000 – 3.000

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

23


M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

24

13. METAPONTE, vers 330-290. Nomos, argent, 7,96 g. Av. Tête de Déméter couronnée de blé à gauche, parée d’un collier de perles et de pendants d’oreilles ; en-dessous du menton, [ΔΩΡΙ] ; le tout dans un cercle perlé. Rv. META Epi de blé avec la feuille à gauche ; au-dessus de celle-ci, fourche et dans le champ gauche, ΔA. BMC Italy 252, 111 ; SNG ANS 452 (mêmes coins) ; HN 1582 ; A. Johnston, The coinage of Metapontum, Part 3, ANS NNM, 1990, C5.1 (mêmes coins).

14. METAPONTE, 330-290. Nomos, argent, 7,93 g.

15. METAPONTE, 300-250. Bronze, 2,75 g.

Av. Tête de Démeter couronnée de blé à droite, parée d’un collier de perles et de pendants d’oreilles ; sous le menton [EY] ; le tout dans un cercle perlé. Rv. META / [ΛΙ] Epi de blé avec la feuille à droite, au-dessus de celle-ci, étoile à seize rayons.

Av. Tête imberbe d’Héraclès à droite, coiffée de la peau du lion de Némée. Rv. ΜΕΤΑ Epi de blé avec la feuille à droite.

BMC Italy 251, 102 ; SNG ANS 502 ; HN 1592 ; A. Johnston, op. cit., C8.1 (mêmes coins).

BMC Italy 260, 174 ; SNG ANS 567 ; SNG Copenhagen 1252 ; A. Johnston, The Bronze Coinage of Metapontum, Essays Kraay-Mørkholm, 60 ; Strauss 54 (cet exemplaire). Jolie patine marron-vert foncé ; superbe.

Joli style ; très finement patiné ; presque superbe/superbe.

Beau style ; très finement patiné ; superbe.

Exemplaire provenant de la collection Maurice Laffaille, Tradart 7, Genève, 17 novembre 1994, 6 et de Monnaies et Médailles 76, Bâle, 19-20 septembre 1991, 54.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Jean Vinchon Numismatique, Paris, 23 avril 1990, 9.

eur: 1.500 – 2.250

eur: 1.000 – 1.500

eur: 300 – 450


16. METAPONTE, 300/275-250. Bronze, 3,07 g. Av. Tête juvénile de Dionysos couronnée de lierre à gauche. Rv. META Epi de blé avec la feuille à droite, au-dessus de celle-ci, torche terminée par une croix. BMC Italy 264, 202 ; SNG ANS 590-594 ; HN 1683 ; A. Johnston, The bronze coinage of Metapontum, Essays Kraay-Mørkholm, 47. Jolie patine brun vert ; superbe exemplaire.

17. POSEÏDONIA, 470-445. Nomos, argent, 8,10 g.

18. SYBARIS, 550-510. Nomos, argent, 8,59 g.

Av. ΠΟΣΕ Poséidon nu, la chlamyde sur les épaules, avançant à droite sur une ligne de terre ; il brandit son trident de la main droite et tend le bras gauche. Rv. ΠΟΣΕ (rétrograde) Taureau debout à gauche sur une ligne de terre ; le tout dans un cercle incus.

Av.V M Taureau debout à gauche sur une ligne de terre, la tête retournée ; le tout dans une bordure striée. Rv. Même type en creux, sans l’inscription, dans une bordure striée.

BMC Italy - cf. 268, 25 (ΠOΣEΣ au revers) ; SNG ANS 651 (même coin d’avers) ; SNG München 1057 (même coin d’avers) ; HN, - cf. 1114 (avec lettres ou volutes à l’exergue au revers).

Traité I, 2090, pl. LXVII, 7 ; BMC Italy 283, 1-4 ; SNG ANS 836 ; SNG Copenhagen 1388 ; HN 1729 ; C. M. Kraay, The Coinage of Sybaris after 510 B.C., Numismatic Chronicle 18, 1958, pl. 3, 1. Finement patiné ; beau style ; flan large ; très bel exemplaire.

Très finement patiné ; bien centrée ; très bel exemplaire.

eur: 400 – 600

Exemplaire provenant de la collection Daniel Ferret, Jean Vinchon Numismatique, Paris, 24-25 novembre 1994, 184.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Poinsignon Numismatique, liste à prix marqués 40, Strasbourg, décembre 1995, 467.

eur: 2.000 – 3.000

eur: 1.500 – 2.250

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

25


M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

26

19. THURIUM, 400-350. Nomos, argent, 7,75 g.

20. THURIUM, 350-300. Nomos, argent, 7,56 g.

21. THURIUM, vers 300. Bronze, 3,53 g.

Av. Tête d’Athéna à droite, coiffée d’un casque à panache décoré du monstre marin Scylla, la main droite sur la hanche et la main gauche scrutant l’horizon à l’affût d’un navire, et d’une palmette sur le couvre-nuque. Rv. ΘOURIΩN Taureau prêt à charger à droite sur une ligne de terre perlée ; en-dessous, oiseau à droite, les ailes déployées ; à l’exergue, poisson à droite.

Av. Tête d’Athéna à droite, coiffée d’un casque à panache décoré du monstre marin Scylla, la main droite posée sur la hanche et la main gauche scrutant l’horizon à l’affût d’un navire ; entre le couvre-nuque et le panache, EY. Rv. ΘOURIΩN / ΕΥΦΑ Taureau prêt à charger à droite sur une ligne de terre perlée ; à l’exergue, poisson à droite.

Av. ΘOURIΑ Tête de Déméter couronnée de blé à gauche parée d’un collier de perles et de pendants d’oreilles. Rv. ΠARME Taureau prêt à charger à gauche sur une ligne de terre ; à l’exergue, poisson à gauche.

BMC Italy – cf. 288, 14 (lettre Φ à l’avers) ; SNG ANS 1051 (mêmes coins) ; SNG Ashmolean - ; SNG Lloyd 485 (mêmes coins) ; HN 1792 ; Jameson 361.

BMC Italy - 294, 74 (E à l’avers manque, le Scylla tient un trident) ; SNG ANS - ; SNG Ashmolean - ; SNG Copenhagen - cf. 1462 (ΤΙ à l’avers) ; SNG Lloyd - ; HN 1829.

BMC Italy - ; SNG ANS (part V, appendice) - cf. 1276 (ΘOURIΩΝ à l’avers et ΠAR au revers) ; SNG Copenhagen 1514 ; SNG München - ; HN 1932b ; A. Sambon, Recherches sur les anciennes monnaies de l’Italie méridionale, Naples, 1893 - cf. 53 (ΠARM et caducée) ; Antikenmuseum Basel - cf. 180 (IΣTI au revers) ; Laffaille - cf. 14 (IΣTI au revers) ; Strauss - cf. 62 (IΣTI au revers).

Joli style ; finement patiné ; superbe. Beau style ; finement patiné ; très beau. Médaillier Albert Hofer.

eur: 1.000 – 1.500

Très rare variante ; jolie patine verte ; superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Bernard Poindessault et Josiane Védrines, vente sur offres, Paris, 30 décembre 1994, 8.

Médaillier Albert Hofer. Exemplaire provenant de Tradart 8, Genève, 16 novembre 1995, 12.

eur: 1.500 – 2.250

eur: 800 – 1.200


BRUTTIUM 22. VELIA (HYELE), 365-340. Nomos, argent, 7,66 g.

23. CAULONIA, 525-500. Nomos, argent, 7,92 g.

Av. Tête d’Athéna à gauche, coiffée d’un casque à panache orné d’un griffon ; derrière la nuque, T. Rv. UEΛHTΩN Lion marchant à droite sur une ligne de terre ; au-dessus, chouette volant à droite ; au-dessous, T.

Av. ΚΑVΛ Apollon nu avançant à droite sur une ligne de terre perlée, brandissant un rameau de laurier de sa main droite levée et portant un petit personnage stylisé courant à droite sur son bras gauche tendu ; dans le champ droit, cerf debout à droite sur une ligne de terre perlée, la tête retournée ; le tout dans un cercle cordé et perlé. Rv. Même type en creux à gauche, sans l’inscription, dans une bordure striée.

BMC Italy 309, 47 ; SNG ANS 1284-1285 ; SNG Copenhagen 1339 ; HN 1280, - (inversion de la position de la légende et de la chouette) Mangieri, op. cit., Lugano 1986, 76 ; Williams, op. cit., 231-233 (même coin d’avers). Très finement patiné ; bien centré ; superbe. Médaillier Albert Hofer. Exemplaire provenant de Tradart 6, Genève, 16 novembre 1993, 20.

Traité II/1, 2177, pl. LXX, 14 ; BMC Italy 336, 10 ; SNG ANS 146 (mêmes coins) ; SNG Copenhagen 1698 ; HN 2035 ; S.P. Noe, The coinage of Caulonia, ANS NS 9, New-York, 1958, p. 23, 10c, pl. 1, 10 (mêmes coins) ; Kraay Hirmer pl 90, 259-260.

24. LOCRI EPIZEPHYRII, vers 400-350. Nomos, argent, 7,40 g. Av. Tête laurée de Zeus à droite ; derrière la tête, foudre. Rv. Λ−Ο−Κ−Ρ[ΩΝ] Aigle volant à gauche, tenant un lièvre dans ses serres. BMC Italy 365, 10 ; SNG ANS 520 ; SNG Ashmolean 1564-1565 ; SNG Delepierre 486 ; HN 2327-2328 ; Pozzi 312. Finement patiné ; très beau à superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Argenor Numismatique, Liste à prix marqués, Paris, octobre 2001, 230.

Beau style archaïque ; joliment patiné ; très bel exemplaire. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Richelieu Numismatique, Paris, liste à prix marqués, février 1998, 2.

eur: 3.000 – 4.500

eur: 4.000 – 6.000

eur: 300 – 450

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

27


M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

28

25. RHEGION, vers 351-280. Bronze, 7,87 g.

26. TERINA, 440-425. Nomos, argent, 7,74 g.

Av. Masque de lion de face dans un cercle perlé. Rv. [ΡHΓINΩN] Tête laurée d’Apollon à droite, les cheveux longs tombant sur la nuque ; derrière sa nuque, arc ; le tout dans un cercle perlé.

Av. Tête de la nymphe Térina à gauche, les cheveux ondulés, relevés et retenus par un ampyx, parée d’un collier de perles et de boucles d’oreilles ; le tout dans une couronne d’olivier. Rv. [TERI]NAION Niké assise à gauche sur une hydrie renversée, tendant une couronne de la main droite et tenant un caducée de la main gauche.

BMC Italy 378, 52 ; SNG ANS –, cf. 686 (autre symbole au revers) ; SNG Copenhagen –, cf. 1946 (autres symboles au revers) ; HN –, cf. 2537 (autres symboles au revers) ; Strauss –, cf. 101 (autre symbole au revers). Rare variante ; belle patine verte ; très bel exemplaire Médaillier Albert Hofer.

BMC Italy, 386, 5 ; SNG ANS 805 (mêmes coins) ; SNG Fitzwilliam 859 ; HN 2575 ; R.R. Holloway - G.K. Jenkins, Terina, Bellinzona 1983, p. 48, 15 (même coin d’avers) ; K. Regling, Terina, Berliner Winkelmannsprogramm 66, 1906, p. 10, 15 , pl. 1, L et pl. 2, ν (mêmes coins) ; Antikenmuseum Basel 237 (mêmes coins) ; Gulbenkian I, 149 ; Kraay-Hirmer 95, 273 (variante). Très rare ; de beau style ; joliment patiné ; presque superbe/très beau. Médaillier René Baron. Cinq exemplaires cités par Regling.

eur: 1.000 – 1.500

eur: 3.000 – 4. 500

27. LIGUE DES BRETTIENS, Crotone, 214/13-211/10 av. JC. Drachme, argent, 4,83 g. Av. Tête couronnée de Héra à droite, coiffée d’un polos, le sceptre posé sur l’épaule gauche; dans le champ gauche, amphore; sous la troncature du cou, Γ; le tout dans un cercle perlé. Rv. BRETTIΩN Zeus debout à gauche, le pied droit posé sur un chapiteau ionique, s’appuyant sur un long sceptre de la main gauche ; dans le champ gauche, crabe ; dans le champ droit, derrière la cheville droite, Γ ; le tout dans un cercle perlé. BMC Italy, 320, 9 ; SNG ANS - cf. 25 ; HN 1969 ; E. Arslan, Monetazione aurea ed argentea dei Brettii, Glaux 4, 1989, p. 128, AR 5-4 (mêmes coins) ; F. Scheu, Silver and gold coins of the Bruttians, NC 1962, p. 56, S70. Joliment patiné ; de très joli style ; superbe exemplaire. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Jean Vinchon Numismatique, Paris, 14 mars 1989, 53.

eur: 800 – 1.200


28. LIGUE DES BRETTIENS, Crotone, 211/210?-203. Drachme, argent, 4,82 g.

29. LIGUE DES BRETTIENS, Crotone, vers 211-208. Uncia, bronze, 7,34 g.

30. LIGUE DES BRETTIENS, Crotone, vers 209 av. JC. Hémidrachme, or, 2,12 g.

Av. Tête diadémée de Niké à droite, les cheveux relevés en chignon et parée de pendants d’oreilles ; derrière la tête, symbole illisible ; le tout dans un cercle perlé. Rv. BRETTIΩN Jeune homme, nu et cornu, debout de face, se couronnant de la main droite et tenant un sceptre dans la main gauche ; sur son bras gauche, manteau ; dans le champ droit, thymiatérion ; le tout dans un cercle perlé.

Av. Tête laurée et barbue de Zeus à droite ; dans le champ gauche, épi de blé. Rv. BRET-TIΩN Aigle debout à gauche sur un foudre, les ailes déployées ; au-dessus, croissant de lune ; dans le champ gauche, corne d’abondance ; le tout dans un cercle perlé.

Av. Tête barbue d’Héraclès à gauche, coiffée de la peau du lion de Némée ; sous la troncature du cou, minuscule Γ ; derrière la nuque, massue. Rv. BΡETTIΩN Bige au galop à droite sur une ligne de terre, conduit par Niké ; au-dessous des chevaux, minuscule Γ et serpent à droite ; le tout dans un cercle perlé.

BMC Italy - cf. 321, 15 ss (autre symbole à l’avers et lettre dans le champ au revers) ; SNG ANS cf. 18-20 (autre symbole à l’avers) ; HN 1960 ; E. Arslan, Monetazione aurea ed Argentea dei Bretti, Glaux 4, 1989, p. 146, AR 59-82 (mêmes coins) ; F. Scheu, Silver and gold coins of the Bruttians, NC 1962, p. 43, S13 (lettre au revers).

BMC Italy – cf. 329, 82 (autre symbole au revers) ; SNG ANS 46-48 ; HN –, cf. 1994 (autre symbole au revers) ; F. Scheu, Bronze Coins of the Bruttians, NC 1961 - cf. pl. 5, 5 (étoile au revers) ; Strauss 72. Beau style ; belle patine vert foncé ; superbe.

Très rare ; de beau style ; superbe. Médaillier Albert Hofer. Médaillier Albert Hofer. Exemplaire provenant de Tradart 8, Genève, 16 novembre 1995, 17 et Bank Leu 33, Zurich, 1983, 208, de la collection V.J.E. Ryan, Glendining & Co., London, 1950, 1463 et des collections « d’un grand industriel, du baron Alexandre de Petrowicz, de M. le Rev. Edgar Rogers, M.A. et de plusieurs autres amateurs », Naville X, 1925, 118.

Finement patiné ; joli style ; presque superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Alain Weil, Paris, 30 mars 2004, 138.

eur: 300 – 450

BMC Italy, 319, 6 ; SNG ANS 15 (mêmes coins) ; HN 1953 ; E. Arslan, Monetazione aurea et Argentea dei Bretti, Glaux 4, 1989, p. 126, AV 5-8 (mêmes coins) ; F. Scheu, Silver and gold coins of the Bruttians, NC 1962, p. 61, G8.

eur: 800 – 1.200

eur: 2.000 – 3.000

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

29


M o nn a i e s & m ĂŠ d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

33.

30

34.

40.


36.

41. 43.

45. 49.

50.

63.

M o nn a i e s & m ĂŠ d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

32. 35.

31

39.


SICILE M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

32

31. AGRIGENTE, vers 495-480/78. Didrachme, argent, 8,50 g. Av. AKRA/GAN (rétrograde) Aigle debout à gauche, les ailes closes. Rv. Crabe dans un cercle incus. Traité I, - cf. 2316, pl. LXXVIII, 1 (AKRA/CAS non rétrograde) ; BMC Sicily 7, 23 ; SNG ANS 930 ; SNG Copenhagen 28. Beau. style ; joliment patiné ; petites éraflures, sinon superbe.

32. CAMARINE, vers 410-405. Litra, argent, 0,88 g.

33. ENTELLA, 380-350 Hémilitron, bronze, 5,44 g.

Av. KAMARINA (rétrograde) Tête de la nymphe Camarine à gauche, les cheveux relevés dans un sakkos, parée de pendants d’oreilles et d’un collier, dans un cercle perlé. Rv. Cygne nageant à gauche, les ailes déployées, le cou replié au-dessus de l’eau ; à l’exergue, poisson nageant à gauche.

Av. Pégase volant à droite ; au-dessous, casque. Rv. Ε-ΝΤΕΛΛ-ΑΣ Casque corinthien à droite, le timbre couronné de laurier.

BMC Sicily 38, 24 ; SNG ANS 1210 (mêmes coins) ; SNG Lloyd 878 (cet exemplaire) ; U. Westermark, K. Jenkins, The Coinage of Kamarina, Londres, 1980, 170.8 (cet exemplaire) ; Salinas, Le monete delle antiche città di Sicilia, 1867, pl. 18, 10 ; Pozzi 405 (mêmes coins) ; Rizzo pl. 7, 15 (mêmes coins). Très rare ; charmant et du meilleur style ; joliment patiné ; superbe exemplaire. Une monnaie de toute beauté.

BMC Sicily - cf. 61, 6 (autre symbole); CNS I, 10; SNG ANS (part V, appendice) - cf. 1327 (dauphin à l’avers); SNG Morcom 582; A. Salinas, Le monete delle antiche città di Sicilia, 1867 cf. pl. 22,2 (dauphin à l’avers); Strauss - ; Antike Museum - ; Extrêmêment rare ; de très beau style ; bien centré et frappé ; belle patine vert foncé ; superbe exemplaire. Une monnaie de toute beauté. Médaillier Albert Hofer. Exemplaire provenant de Monnaies et Médailles 64, Bâle, 30 janvier 1984, 25. Publié dans Splendeurs et témoignages, p. 74, 37.

Exemplaire provenant des collections de Walter Niggeler I, Bank Leu / Monnaies et Médailles, 3 décembre 1965, 103, de Dr. A.H. et Madame M.E.H. Lloyd et de W.J.E. Massy, et de Sir Edward Herbert Bunbury, Bart, Sotheby, Wilkinson & Hodge, 15 juin 1896, 279. Seulement 8 exemplaires de cette combinaison de coins cités par U. Westermark et K. Jenkins

eur: 800 – 1.200

eur: 5.000 – 7.500

eur: 3.000 – 4. 500


34. GELA, 490/485 - 480/475. Didrachme, argent, 8,58 g.

35. GELA, 420-405. Trias, bronze, 3,25 g.

Av. Cavalier nu et barbu au galop à droite, brandissant une lance de la main droite et tenant les rênes de la main gauche. Rv. GE-Λ-Α Le dieu-fleuve Gélas sous l’aspect d’un protomé de taureau androcéphale chargeant à droite.

Av. ΓΕΛΑΣ Taureau debout à droite sur une ligne de terre, la tête baissée ; à l’exergue, trois globules. Rv. Tête juvénile diadémée et cornue du dieu-fleuve Gélas à droite, la chevelure au vent ; derrière la nuque, grain de blé ; le tout dans un cercle perlé.

Traité I, - cf. 2308, pl. LXXXVII, 15 (autre disposition de l’inscription) ; BMC Sicily, - cf. 68, 24 (au revers, cavalier avec un casque cônique) ; SNG ANS 4 ; SNG Lloyd 956 ; Jenkins, Gela, 7 ; Kraay-Hirmer pl. 55, 155. De très beau style archaïque ; finement patiné ; superbe exemplaire. Une monnaie de toute beauté.

BMC Sicily 73, 63 ; SNG Lloyd 996 ; SNG ANS, - cf. 112-114 (à l’avers, avec une feuille de laurier au-dessus de l’inscription) ; CNS III, 13, 17/st 1 ; Jenkins, Gela, 506, 1 (même coin d’avers). Excellent style ; belle patiné ; marron vert foncé ; superbe.

Médaillier René Baron.

36. LEONTINI, vers 430. Tétradrachme, argent, 17,45 g. Av. Tête laurée d’Apollon à gauche, les cheveux mi-longs retenus sous la couronne. Rv. ΛΕ-ΟΝ-ΤI-ΝΟΝ Tête de lion à gauche, la gueule ouverte ; au pourtour, trois grains de blé et une feuille de laurier. BMC Sicily 90, 39 ; SNG ANS – cf. 241 (même coin d’avers ; feuille de laurier pointant vers le bas et subdivision différente de l’inscription au revers) ; SNG Ashmolean - ; SNG Copenhagen – cf. 350 (feuille de laurier manque) ; SNG München 558 ; Rizzo pl. XXIII, 22 (même coin d’avers) ; C. Boehringer, Die Münzgeschichte von Leontini in klassischer Zeit, Studies in Greek Coinage in Memory of Martin Jessop Price, London, 1998, - cf. pl. 12, 53 (feuille de laurier pointant vers le bas et subdivision différente de l’inscription au revers) ; Pozzi 471 (feuille de laurier pointant vers le bas et subdivision différente de l’inscription au revers) ; Kraay-Hirmer pl. 8, 24 (variante). Rare variante ; de beau style du haut classique ; belle patine vert foncé ; très beau à superbe. Médaillier Albert Hofer.

eur: 5.000 – 7.500

eur: 500 – 750

eur: 5.000 – 7.500

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

33


M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

34

37. LEONTINI, vers 430 av. JC. Tétradrachme, argent, 17,38 g.

38. LEONTINI, 405-402. Tétras, bronze, 1,43 g.

39. MESSINE, 412-408. Tétradrachme, argent, 17,39 g.

Av. Tête laurée d’Apollon à gauche, les cheveux mi-longs tombant sur la nuque, dans un cercle perlé. Rv. ΛΕΟ-Ν-ΤI-ΝΟΝ Tête de lion à gauche, la gueule ouverte ; au pourtour, trois grains de blé et une feuille de laurier.

Av. ΛΕΟΝ Tête laurée d’Apollon à droite, les cheveux courts ; derrière la nuque, feuille de laurier et fruit ; le tout dans un cercle linéaire. Rv. Trépied posé sur une ligne de terre et surmonté d’une cortine munie de trois anneaux ; entre les pieds, lyre et plectre ; de part et d’autre du trépied, un grain d’orge ; à l’exergue, trois globules.

Av. Bige de mules au trot à gauche, conduit par un aurige debout, tenant les rênes de la main droite et un kentron de la main gauche, vêtu d’un long chiton ; au-dessus, Niké volant à droite pour couronner l’aurige ; le tout dans un cercle perlé. Rv. ΜΕΣΣΑΝIΟΝ Lièvre bondissant à droite ; au-dessous, monstre marin à gauche ; le tout dans un cercle perlé.

BMC Sicily 92, 56 ; SNG ANS 270 ; SNG Copenhagen 360 ; CNS III, 77, 3 ; C. Boehringer, Die Münzgeschichte von Leontini in klassischer Zeit, Studies in Greek Coinage in Memory of Martin Jessop Price, London, 1998, pl. 13, 71 ; Rizzo - cf. pl. XXIV, 10 (tête à gauche et inscription rétrograde) ; Strauss 170 (cet exemplaire).

BMC Sicily 105, 53 ; SNG ANS 380 (même coin d’avers) ; SNG Lloyd 1108 (mêmes coins) ; M. Caccamo-Caltabiano, La monetazione di Messana, AMUGS XIII, Berlin/New York, 1993, 599. Rizzo pl. 27, 1 (mêmes coins).

Rare ; jolie patine verte ; bien centré ; très bel exemplaire.

Médaillier Albert Hofer. Exemplaire provenant de Bank Leu 13, Zurich, 29 et 30 avril 1975, 55. Publié dans Splendeurs et témoignages, p. 75, 41

BMC Sicily 90, 39 ; SNG ANS 257 (mêmes coins) ; SNG Ashmolean 1797 (mêmes coins) ; SNG Copenhagen – ; SNG München 559 ; Rizzo pl. XXIV, 4 ; (mêmes coins) ; C. Boehringer, Die Münzgeschichte von Leontini in klassischer Zeit, Studies in Greek Coinage in Memory of Martin Jessop Price, London, 1998, pl. 12, 55 (mêmes coins) ; Antikenmuseum Basel 353 (mêmes coins). Finement patiné ; de beau style ; presque superbe/superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant du Crédit de la Bourse, liste à prix marqués, Paris, avril 1991, 25.

eur: 3.000 – 4.500

Exemplaire provenant de Tradart 7, Genève, 17 novembre 1994, 17 et de la collection Maurice Laffaille, Pierre Strauss, Monnaies grecques en bronze, Bâle, 1990, 170.

eur: 200 – 300

Très rare; de beau style; joliment patiné ; superbe exemplaire.

eur: 12.000 – 18.000


40. NAXOS, 461-430. Drachme, argent, 4,33 g. Œuvre du maitre d’Aetna.

41. SYRACUSE, vers 485-479. Gélon, 485-479. Tétradrachme, argent, 16,82 g.

42. SYRACUSE, vers 485-479. Gélon, 485-479. Tétradrachme, argent, 16,94 g.

Av. Tête barbue de Dionysos couronnée de lierre à droite, la barbe pointant en dehors du cercle perlé qui l’entoure. Rv. Ν-Α-XI-OΝ Silène nu et chauve, assis de face, la tête à gauche, portant une barbe courte et frangée, les jambes repliées et écartées, tenant un canthare dans la main droite levée ; le tout dans un cercle perlé.

Av. Quadrige au pas à droite sur une ligne de terre, conduit par un aurige debout, tenant un kentron dans la main droite et les rênes dans la main gauche ; Niké volant à droite et couronnant les chevaux ; le tout dans un cercle perlé. Rv. ΣUR-A- K-O-ΣI-O-N Tête de la nymphe Aréthuse à droite, coiffée d’un diadème de perles, parée d’un collier de perles ; au pourtour, quatre dauphins ; le tout dans un cercle perlé.

Av. Bige au pas à droite sur une ligne de terre, conduit par un aurige debout, tenant un kentron dans la main droite et les rênes dans la main gauche ; Niké volant à droite et couronnant les chevaux ; le tout dans un cercle perlé. Rv. ΣΥ- RΑΚΟ-ΣΙO-Ν (rétrograde) Tête de la nymphe Aréthuse à droite, coiffée d’un diadème de perles, parée d’un collier de perles et de pendants d’oreilles ; au pourtour, quatre dauphins.

Traité I - cf. 2268, pl. LXXV, 8 (subdivision différente de l’inscription) ; BMC Sicily - cf. 150, 35 (subdivision différente de l’inscription) ; SNG ANS 18 (mêmes coins) ; SNG Ashmolean – ; SNG Copenhagen – cf. 618 (subdivision différente de l’inscription) ; E. Boehringer, Die Münzen von Syrakus, Berlin/Leipzig, 1929, 72 (V35/R47) (même coins) ; Boston 339 (mêmes coins) ; Gulbenkian I, 25 ; Kraay-Hirmer, pl. 25, 76 (variante).

BMC Sicily 151, 42 (mêmes coins) ; SNG ANS 113 (même coin de revers) ; SNG Ashmolean 1934 (même coin de revers) ; E. Boerhinger, op.cit., 353 (R 246/V 175) (mêmes coins) ; McClean 2616.

Finement patiné ; de très beau style de la fin de l’époque archaïque ; bien centré ; très bel exemplaire.

Seulement 5 exemplaires de cette combinaison de coins cités par Boehringer.

BMC Sicily 118, 9 ; SNG ANS 519 (même coin de revers) ; SNG Ashmolean 1867 (mêmes coins) ; Boston 305 ; Rizzo pl. 28, 14 ; H. Cahn, Die Münzen der sizilischen Stadt Naxos, Basel, 1944, 56 (mêmes coins) ; Jameson 676 (mêmes coins) ; Pozzi 507 (même coin de revers). Très rare ; très beau style encore archaïsant ; finement patiné ; très beau à superbe. Médaillier Albert Hofer. Exemplaire provenant de Tradart 8, Genève, 16 novembre 1995, 22. Publié dans Splendeurs et témoignages, p. 76, 43.

Finement patiné ; joli style de la fin de la période archaïque ; très beau/TB. Médaillier Albert Hofer.

Médaillier René Baron. Acquis auprès du Crédit de la Bourse, Paris, avril 1991. Seulement 9 exemplaires de cette combinaison de coins cités par C. Boehringer.

eur: 20.000 – 30.000

eur: 2.500 – 3.750

eur: 1.200 – 1.800

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

35


M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

36

43. SYRACUSE, 474-450. Tétradrachme, argent, 17,01 g.

44. SYRACUSE, 474-450. Tétradrachme, argent, 17,50 g.

45. SYRACUSE, 474-450. Tétradrachme, argent, 17,12 g.

Av. Bige au pas à droite sur une ligne de terre, conduit par un aurige debout, tenant un kentron dans la main droite et les rênes dans la main gauche ; Niké volant à droite et couronnant les chevaux ; à l’exergue, pistrix ; le tout dans un cercle perlé. Rv. Σ-Υ-ΡΑΚΟΣΙ-ΟΝ Tête de la nymphe Aréthuse à droite, coiffée d’un diadème de perles, parée d’un collier de perles et de pendants d’oreilles ; au pourtour, quatre dauphins.

Av. Bige au pas à droite sur une ligne de terre, conduit par un aurige debout tenant les rênes dans les mains ; Niké volant à droite et couronnant les chevaux ; à l’exergue, pistrix. Rv. ΣURAKOΣI-O-N Tête de la nymphe Aréthuse à droite, coiffée d’un diadème de perles, parée d’un collier de perles et de pendants d’oreilles ; au pourtour, quatre dauphins.

Av. ΣΥΡΑΚΟΣΙΟΝ Bige au galop à gauche sur une ligne de terre, conduit par un aurige debout tenant les rênes dans les mains, Nikè volant à droite et couronnant les chevaux. Rv. Tête de la nymphe Aréthuse à droite, les cheveux noués au-dessus de la tête en korynbos, parée d’un collier et de pendants d’oreilles ; au pourtour, trois dauphins.

BMC Sicily - cf.91 et 93 (même coin d’avers, revers : subdivision différente de l’inscription) ; SNG ANS 171 (même coin d’avers) et 176 (même coin de revers) ; E. Boehringer, op.cit., 9, 532 (V273/R 373) (mêmes coins) ; Pozzi 577 (mêmes coins).

BMC Sicily 159, 105 ; SNG ANS 199 (même coin d’avers) ; E. Boehringer, op.cit., 602, 1 (cet exemplaire).

Joli style ; finement patiné ;TB.

Exemplaire provenant de Bank Leu 13, Zurich, 20 et 30 avril 1975, 63, d’Adolph Hess–Leu & Co 36, Zurich, 17 avril 1968, 86, et de la collection H. de Nanteuil, Paris, 1925, 342.

BMC Sicily 155, 73 (même coin d’avers) ; SNG ANS 145 (mêmes coins) ; E. Boerhinger, op.cit., 470 (R338/V253) (même coin de revers). Très beau style du haut classique ; finement patiné ; très bel exemplaire.

Médaillier Albert Hofer. Exemplaire provenant de Tradart 16, Genève 13 décembre 2006, 17.

Seulement 6 exemplaires de cette combinaison de coins cités par C. Boehringer.

Très rare ; excellent style ; très finement patiné ; presque superbe.

Seulement 2 exemplaires de cette combinaison de coins cités par Boehringer.

eur: 12.000 – 18.000

eur: 1.200 –1.800

eur: 8.000 – 12.000


46. SYRACUSE, vers 400 av. JC. Denys Ier, 406-367. Décadrachme, argent, 43,35 g. Œuvre du maître-graveur Euainetos. Av. Quadrige au galop à gauche, conduit par un aurige tenant un kentron dans la main droite et les rênes dans la main gauche, couronné par Niké volant à droite ; à l’exergue, panoplie composée d’un bouclier, d’une cuirasse entre deux cnémides et d’un casque. Rv. [ΣURΑΚΟΣIΩΝ] Tête de la nymphe Aréthuse couronnée de roseaux à gauche, parée d’un collier de perles et de triples pendants d’oreilles ; derrière sa nuque, coquillage ; au pourtour, quatre dauphins ; le tout dans un cercle perlé. BMC Sicily 172, 186 ; SNG ANS 373 ; SNG Ashmolean 2026 (mêmes coins) ; SNG Copenhagen 692-3 ; A. Gallatin, Syracusan Dekadrachms of the Euainetos Type, Cambridge Mass, 1930, F II /R XII (mêmes coins) ; JIAN IX, 1906, pl. XII, 2 ; Boston 427 (mêmes coins) ; Pozzi 617 ; Jenkins – cf. 440-441 (sans coquillage au revers).

47. SYRACUSE. Dion, 367-344. Hémilitron, bronze, 18,91 g.

48. SYRACUSE, 336-317. Troisième république. Bronze, 5,36 g.

Av. IΕΥΣ ΕΛ-ΕΥ-ΘΕΡIΟΣ Tête laurée et barbue de Zeus à droite, les cheveux courts, dans un cercle linéaire. Rv. ΣΥΡΑΚΟ-ΣIΩΝ Foudre debout ; dans le champ droit, aigle debout à droite, les ailes fermées ; le tout dans un cercle linéaire.

Av. ΣΥΡΑΚΟΣΙΩΝ Tête laurée d’Apollon à gauche, les cheveux longs tombant sur la nuque, dans un cercle perlé. Rv. Pégase volant à gauche ; en-dessous, A ou Δ ; le tout dans un cercle linéaire.

BMC Sicily 189, 313 ; SNG ANS 477 ; SNG Copenhagen 727 ; SNG München 1151-1152 ; CNS II, 167, 72 ; Gabrici 173, 94, pl. 4, 21 ; Giesecke pl. 15, 15 ; Laffaille 79 ; Strauss 220.

BMC Sicily 191, 334 ; SNG ANS 646 (Δ au revers) et 651 (A au revers) ; SNG Copenhagen 736 ; SNG München - ; CNS II, 199, 85 ; Strauss - .

Beau style ; patine vert foncé ; très beau à superbe.

De très joli style ; belle patine vert olive ; superbe/très beau.

Médaillier Albert Hofer.

Médaillier Albert Hofer.

eur: 1.500 – 2.250

eur: 500 - 750

Très beau style ; finement patiné ; éraflure sur le bord de la tranche, sinon très bel exemplaire. Médaillier René Baron. Acquis auprès du Crédit de la Bourse, Paris, septembre 1990. Seulement 5 exemplaires de cette combinaison de coins cités par A. Gallatin.

eur: 12.000 – 18.000

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

37


M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

38

49. SYRACUSE, 317-310. Agathoclès, 317-289. Statère corinthien, argent, 8,61 g. Av. Tête d’Athéna à droite, coiffée du casque corinthien avec panache et couvre-nuque, le timbre orné d’un griffon bondissant ; dans le champ gauche, Λ et palladium. Rv. ΣΥΡ−Α[ΚΟ]ΣΙΩ−Ν Pégase volant à gauche ; au-dessus, triskèle. BMC Colonies of Corinth 99, 13 (corr) ; SNG Copenhagen – cf.750 (pas de lettre à l’avers et épi de blé sous Pégase) ; De Hirsch 669 (mêmes coins) ; Jameson I, 863. De beau style ; joliment patiné ; superbe. Exemplaire provenant de Monnaies et Médailles 66, Bâle, 22-23 octobre 1984, 47.

50. SYRACUSE, 310-305. Agathoclès, 317-289. Tétradrachme, argent, 16,88 g.

51. SYRACUSE, 310-305. Agathoclès, 317-289. Tétradrachme, argent, 17,14 g.

Av. Tête de la nymphe Aréthuse couronnée de roseaux à gauche, parée d’un collier de perles et de pendants d’oreille ; au pourtour trois dauphins ; sous le cou, NI. Rv. ΣΥΡΑΚΟΣΙΩΝ Quadrige au galop à gauche sur une ligne de terre, conduit par un aurige debout, tenant un kentron dans la main droite et les rênes dans la main gauche ; au-dessus, triskèle ; à l’exergue, AI ; le tout dans un cercle perlé.

Av. Tête de la nymphe Aréthuse couronnée de roseaux à gauche, les cheveux relevés, parée d’un collier de perles et de triples pendants d’oreilles ; au pourtour, trois dauphins ; sous la troncature du cou, NI. Rv. ΣΥΡΑΚΟΣIΩ[Ν] Quadrige au galop à gauche sur une ligne de terre, conduit par un aurige debout, tenant un kentron dans la main droite et les rênes dans la main gauche ; au-dessus, triskèle ; à l’exergue, AI ; monogramme.

BMC Sicily 192, 350 ; SNG ANS 635 ; SNG Lloyd 1479 ; Mc Lean 2818, pl. 1001, 3. De beau style classique ; joliment patiné ; flan large ; bien centré ; superbe exemplaire. Exemplaire provenant de Giessener Münzhandlung Dieter Gorny 84, Munich, 13 octobre 1997, 5144

BMC Sicily 192, 348 ; SNG ANS 633 ; SNG Copenhagen, 754 (NK à l’avers sous la troncature) ; SNG Lloyd 1479 ; SNG Lockett - cf. 1002 (NK à l’avers sous la troncature) ; M. Ierardi, The Tetradrachms of Agathocles of Syracuse: A Preliminary Study, AJN 7-8 (1995-199641, 22, 4-7 (mêmes coins) ; Boston 459 ; Grose 2818, pl. 101, 3 ; Kraay-Hirmer pl. 48, 134. De beau style classique ; très finement patiné ; presque superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Tradart 8, Genève, 16 novembre 1995, 27.

eur: 1.200 – 1.800

eur: 3.000 – 4.500

eur: 2.000 – 3.000


52. SYRACUSE, 310-305. Agathoclès, 317-289. Tétradrachme, argent, 16,96 g.

53. SYRACUSE, 304-289. Agathoclès, 317-289. Tétradrachme, argent, 17,50 g.

54. SYRACUSE. Hicétas, 288-279. Bronze, 9,39 g.

Av. Tête d’Aréthuse couronnée de roseaux à gauche, les cheveux relevés, parée d’un collier de perles et de triples pendants d’oreilles ; au pourtour, trois dauphins ; sous la troncature du cou, NI. Rv. [Σ]ΥΡΑΚΟΣΙΩΝ / monogramme Quadrige au galop à gauche sur une ligne de terre, conduit par un aurige debout, tenant un kentron dans la main droite et les rênes dans la main gauche ; au-dessus, triskèle ; à l’exergue, AI ; le tout dans un cercle perlé.

Av. ΚΟΡΑΣ Tête de Koré-Perséphone couronnée de blé à droite, les cheveux longs tombant sur la nuque, parée d’un collier et de pendants d’oreilles, dans un cercle perlé. Rv. ΑΓΑΘΟΚΛΕIΟΣ Niké à demi nue debout à droite sur une ligne de terre, fixant un casque à un trophée, tenant un marteau dans la main droite et un clou dans la main gauche ; dans le champ droit, triskèle ; le tout dans un cercle linéaire.

Av. ΔΙΟΣ ΕΛΛΑΝΙΟΥ Tête laurée et imberbe de Zeus à gauche, les cheveux longs tombant sur la nuque, dans un cercle perlé. Rv. ΣΥΡΑΚ−ΟΣΙΩΝ Aigle debout sur un foudre à gauche, les ailes déployées ; dans le champ gauche, étoile à huit rayons ; le tout dans un cercle linéaire.

BMC Sicily 192, 346 ; SNG ANS 638 ; SNG Copenhagen, 754 (NK à l’avers sous la troncature) ; SNG Lloyd 1479 ; SNG Lockett - cf. 1002 (NK à l’avers sous la troncature) ; M. Ierardi, op. cit ; 43, 33, 6-17 (même coins) ; Antikenmuseum Basel – cf. 510 (autre monogramme à l’avers) ; Boston 459 ; Grose 2818, pl. 101, 3 ; Pozzi – cf. 642 (ΦΙ à l’avers sous la troncature) ; Kraay-Hirmer pl. 48, 134.

BMC Sicily 196, 381ss ; SNG ANS 665 ; SNG Copenhagen 765 ; SNG Lloyd 1492 ; SNG Lockett 1003 ; SNG München - ; M. Ierardi, op. cit., 55, 120 ; 27-76 (mêmes coins) ; Gulbenkian I, 333 ; Pozzi 645 (même coin d’avers) ; Kraay-Hirmer, pl. 48, 137 (variante).

De beau style ; patine vert foncé ; flan large ; superbe. Exemplaire provenant de la vente Tkalec & Rauch, Zürich 25/26 avril 1989, 32..

De très beau style ; très finement patiné ; flan large et bien centré ; superbe exemplaire.

Médaillier Albert Hofer.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de la collection Manuel Canovas, Jean Vinchon Numismatique, Paris, 18 mai 1994, 8.

eur: 3.000 – 4.500

eur: 8.000 – 12.000

De beau style classique ; joliment patiné ; superbe.

BMC Sicily - cf. 204, 473 (trophée derrière la nuque à l’avers) ; SNG ANS 810 ; SNG Copenhagen 785 ; CNS II 302, 156 ; Strauss – cf. 245 (autre disposition de l’inscription).

eur: 1.000 – 1.500

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

39


M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

40

55. SYRACUSE. Hiéron II, 274-216. Bronze, 18,80 g.

56. SYRACUSE, vers 240 av. JC. Hiéron II, 274-216. Bronze, 5,84 g.

Av. Tête diadémée de Hiéron II à gauche ; le tout dans un cercle perlé. Rv. IΕΡΩΝΟΣ Cavalier casqué et cuirassé au galop à droite sur une ligne de terre, la chlamyde au vent, tenant une lance pointée vers l’avant dans la main droite ; sous le cheval, Φ.

Av. ΣΥΡΑΚΟΣIΩN Tête de Koré couronnée de blé à gauche, parée d’un collier de perles et de pendants d’oreilles ; derrière la nuque, fleur de pavot ; le tout dans un cercle perlé. Rv. IA / IE Taureau prêt à charger à gauche sur une ligne de terre ; au-dessus, massue.

BMC Sicily 217, 595 ; SNG ANS 925 ; SNG Copenhagen 842 ; CNS II, 383, 195 (R l 35) ; Antikenmuseum Basel 535 ; Strauss 252 (cet exemplaire) ; Jenkins cf. 596-597 (tête laurée et symbole derrière la nuque).

BMC Sicily 219, 624 ; SNG ANS, 572-575 et 1188 (symbole illisible) ; SNG Copenhagen 865 ; CNS II, - cf. 347-9, 191ds89 (avers) et 353, 192 RI 33 (revers) ; Strauss - cf. 250 (sans ΙΑ au revers).

Beau portrait ; patine vert foncé ; très bel exemplaire.

Très rare variante ; de joli style ; jolie patine verte ; presque superbe.

BMC Sicily - cf. 214, 558 (revers, Φ à la place du monogramme ΑΦ) ; A. Burnett, The Enna Hoard and the Silver Coinage of the Syracusan Democracy, SNR 62, – (variente) ; NFA XVIII, 65.

Exemplaire provenant de Tradart 8, Genève, 16 novembre 1995, 28

Très rare variante ; très joli style : finement patiné ;TB à très beau.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de la collection Maurice Laffaille et de Monnaies et Médailles 76, Bâle, 10 octobre 1991, 252.

57. SYRACUSE. Hiéron II, 274-216. Au nom de la reine Philistis, son épouse. 16 litrae, argent, 13,38 g. Av. Tête voilée et diadémée de Philistis à gauche. Rv. ΒΑΣIΛIΣΣΑΣ / ΦIΛIΣΤIΔΟΣ Quadrige au pas à droite sur une ligne de terre, conduit par Niké debout, tenant les rênes des deux mains ; dans le champ supérieur gauche, monogramme ΑΦ ; le tout dans un cercle linéaire.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, vente sur offres, Paris, 27 mars 1990, 20.

eur: 200 - 300

eur: 1.000 - 1.500

eur: 1.000 – 1.500


58. SYRACUSE. Hiéron II, 274-216. Au nom de son épouse, la reine Philistis. 16 litrae, argent, 13,58 g.

59. SYRACUSE, 234-233. Hiéron II, 274-216. Au nom de Gélon, son fils, † 216 av. JC. 8 litrae, argent, 6,44 g.

Av. Tête voilée de Philistis à gauche, les cheveux retenus par un bandeau. Rv. ΒΑΣΙΛΙΣΣΑΣ / ΦΙΛΙΣΤΙΔΟΣ Quadrige au galop à droite sur une ligne de terre, conduit par Nikè debout, tenant les rênes des deux mains ; sous les membres antérieurs des chevaux, E.

Av. Tête diadémée de Gélon à gauche, dans un cercle perlé. Rv. ΣΥΡΑΚΟΣΙΟΙ / ΓΕΛΩΝΟΣ Bige au galop à droite, conduit par Nikè debout, tenant les rênes des deux mains ; dans le champ droit, ΒΑ / Κ. BMC Sicily, 210, 527. SNG Copenhagen - .

BMC Sicily 214, 554 ; SNG ANS 884 (même coin d’avers) ; SNG Ashmolean 2107 ; SNG Tübingen 695.

Beau portrait ; finement patiné ;TB à très beau.

Très joli style ; joliment patiné ; presque superbe/superbe.

Av. Tête diadémée de Gélon à gauche, dans un cercle perlé. Rv. ΣΥΡΑΚΟΣIOI - ΓΕΛΩΝΟΣ Aigle debout à droite sur un foudre, les ailes closes ; dans le champ gauche, E ; dans le champ droit, BA. BMC Sicily 211, 534 ; SNG ANS 898 (même coin de revers) ; SNG Lockett 1020 ; Giesecke pl. 25, 12 (mêmes coins). Rare ; beau portrait ; finement patiné ; très bel exemplaire.

Médaillier Albert Hofer.

eur: 3.000 – 4.500

60. SYRACUSE, vers 240 av. JC. Hiéron II, 275-216. Au nom de Gélon, son fils, mort en 216 av. JC. Quatre litrae, argent, 3,32 g.

Exemplaire provenant de Tradart 7, Genève 17 novembre 1994, 31.

eur: 800 – 1.200

eur: 1.000 – 1.500

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

41


M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

42

61. SYRACUSE, 215-214. Hieronymos. 10 litrae, argent, 8,52 g.

62. TAUROMENIUM, vers 310-280. 4 litrae, argent, 3,27 g.

Av. Tête diadémée de Hiéronymos à gauche ; dans le champ droit, foudre ; le tout dans un cercle perlé. Rv. BAΣILEΩS / IERONUMOU Foudre ailé ; au-dessus, ΔΑ.

Av. Tête laurée d’Apollon à droite, les cheveux longs tombant sur la nuque ; derrière la nuque, étoile à huit branches. Rv. ΤΑΥΡΟΜΕ-ΝIΤΑΝ Trépied dont les extrémités sont en forme de pattes de lion, décoré de volutes, surmonté d’une cortine et de trois anneaux ; dans le champ gauche, monogramme ; le tout dans un cercle linéaire.

BMC Sicily – cf. 620, 337ss (autres lettres au revers) ; SNG ANS 1033 (mêmes coins) ; SNG Copenhagen – cf. 875 (autres letters au revers) ; R.R. Holloway, The thirteen-months coinage of Hieronymos of Syracuse, AMUGS III, Berlin 1969, pl. 6, 61 b (mêmes coins) ; Pozzi – cf. 661 (K derrière la tête à l’avers et autres lettres au revers) ; Kraay-Hirmer, pl. 51, 144 (variante).

BMC Sicily 230, 11 ; SNG ANS 1122-1123 (mêmes coins) ; SNG Copenhagen 930 ; SNG Lockett 1028 = Antikenmuseum Basel 545 = Jameson 903 (mêmes coins) ; Pozzi 668 (mêmes coins).

Beau portrait ; finement patiné ; superbe.

Très finement patiné ; de très joli style ; superbe.

Médaillier René Baron. Acquis auprès de Jean Vinchon Numismatique, septembre 1991.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Poinsignon Numismatique, liste à prix marqués 32, mars 1991, 262.

63. TYNDARIS, vers 254-214. Hexas, bronze, 2,87 g. Av. ΤΥΝΔΑΡΙΤΑΝ Tête laurée d’Apollon à droite dans un cercle perlé. Rv. Coq debout à droite ; derrière, étoile ; devant, criquet ; le tout dans un cercle perlé. BMC Sicily 235, 4 ; SNG Copenhagen - ; SNG München 1582 ; Gabrici 18 ; CNS I, 81, 14. Extrêmêment rare ; de très joli style ; belle patine verte ; bien centré ; superbe exemplaire. Une monnaie de toute beauté Exemplaire provenant de Numismatica Ars Classica, 48, Zurich, 21 octobre 2008, 55

Le type diffère de la série Apollon/trépied de Syracuse seulement par l’ethnique et la direction de la tête. Le poids est la moitié du poids des statères en argent d’Agathoclès de type corinthien (SNG).

eur: 1.200 – 1.800

eur: 500 - 750

eur: 3.000 – 4.500


85.

102.

M o nn a i e s & m ĂŠ d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

81.

43


M o nn a i e s & m ĂŠ d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

44 66. 73.

74. 77.

79. 80.

91. 96.

98.

103.


THRACE

GRÈCE DU NORD

64. ABDERE, 375-365. Tétradrachme, argent, 11,15 g.

65. CARDIA, 350-309. Bronze, 8,92 g.

66. DIKAIA, 490-475, Triobole, argent, 1,66 g.

Av. EΠI / ΠAUΣANIΩ Griffon couché à gauche, la patte droite levée. Rv. ΑΒΔΗΡΙ / ΤΕΩΝ Tête laurée d’Apollon à droite.

Av. Tête de Démeter couronnée de blé à gauche dans un cercle perlé. Rv. KARDIA Lion debout à gauche, la tête de trois quart de face, tenant une proie dans sa mâchoire ; à l’exergue, grain d’orge.

Av. Tête barbue d’Héraclès à droite, coiffée de la peau du lion de Némée, dans un cercle perlé. Rv. Coq debout à droite, dans un carré incus bordé de perles.

Traité IV, 1392, pl. CCCXXXVII, 6 ; BMC Thrace 72, 53 ; J.M.F. May, The coinage of Abdhera, RNS SP 3, London, 1966, 479 (A 314 – P. 381) (mêmes coins).

Traité IV, 1583, pl. CCCL, 1 ; BMC Thrace, 189, 1 ; SNG Copenhagen 862 ; Lindgren I, 39, 859. Joli style ; patine verte ; très beau/presque superbe.

Rare ; beau style ; finement patiné ; bien centré ; superbe.

Extrêmêment rare ; excellent style archaïque ; très joliment patiné ; superbe.

Médaillier Albert Hofer. Exemplaire provenant de Monnaies et Médailles AG Basel, liste 527, 1989, 18.

Médaillier Albert Hofer. Exemplaire provenant des collections Charles Gillet, 838, Robert Jameson, Monnaies Grecques Antiques, Paris, 1913, 1045, Mathey, Feuardent Frères, 1913, 142 et «A Gentlemen & A(Allatini)», Sotheby, 1904, 204.

eur: 4.000 – 6.000

Traité I, 1773 ; BMC Thrace - ; SNG Copenhagen 553 ; E. Schönert-Geiss, Die Münzprägung von Bisanthe - Dikaia - Selymbria (1977), 27, 32

eur: 500 - 750

eur: 3.000 – 4.500

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

45


CHERSONESE DE THRACE

ILES DE THRACE

67. MARONEE, 189/188-49/45. Tétradrachme d’argent, 16,14 g.

68. ATELIER INDETERMINE, 520-500. Hémidrachme, argent, 2,43 g.

69. THASOS, vers 525-463. Trihémiobole, argent, 1,22 g.

Av. Tête de Dionysos à droite, le front ceint d’un bandeau et couronné de feuilles de lierre. Rv. ΔIONUΣOU / ΣΩTHROΣ / MARΩNIT[ΩN] Dionysos debout à gauche, tenant une grappe de raisin dans sa main droite tendue et deux bâtons dans sa main gauche ; dans le champ gauche, monogramme ; dans le champ droit, monogramme.

Av. Protomé de lion à droite, la tête retournée, la patte antérieure droite levée. Rv. Carré incus quadriparti, les sections de gauche et de droite moins creuses, celle du haut contenant le monogramme et celle du bas un globule.

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

46

BMC Thrace 128, 60 ; SNG Copenhagen 637 ; E. Schönert-Geiss, Die Münzprägung von Maroneia, Berlin, 1987, 195, 1094.

Traité IV, - cf. 1562, pl. CCCXLIX, 11 (massue au revers) ; BMC Thracia – cf.184, 21 (amphore au revers) ; SNG Copenhagen 826. Beau style ; joliment patiné ; superbe.

De joli style ; joliment patiné ; bien centré ; superbe.

Av. Satyre courant à droite, les cheveux noués en une longue tresse, portant une queue. Rv. Carré incus quadriparti. Traité II, 1, pl. L, 18 ; BMC Macedonia 80, 31 (Lete) ; SNG Copenhagen 191-2 (Lete) ; G. Le Rider, Guide de Thasos, Paris, 2nd édition 2000, 304, 268 (d), groupe 1 ; Rosen 144. Très joli style archaïque ; finement patiné ; superbe. Exemplaire provenant de Tradart 14, Genève, décembre 2002, 26 et Frank Sternberg 35, 28/9 octobre 2000, 216.

Exemplaire provenant de Tradart 7, 17 novembre Genève 1994, 39.

eur: 400 – 600

eur: 1.000 – 1.500

eur: 500 - 750


70. THASOS, 480-470. Statère, argent, 8,88 g.

71. THASOS, 189/188-49/45. Tétradrachme, argent, 16,83 g.

72. THASOS, 189/188-49/45. Tétradrachme, argent, 16,83 g.

Av. Satyre ithyphallique à demi agenouillé à droite, enlevant une ménade vêtue d’un long chiton, la main droite levée. Rv. Carré creux quadriparti.

Av. Tête imberbe de Dionysos couronnée de lierre à droite, le front ceint d’un bandeau, les cheveux ramenés en arrière. Rv. HRAΚΛEOUΣ / ΣΩTHROΣ / ΘAΣIΩN Héraclès nu debout de face sur une ligne de terre, la tête à gauche, s’appuyant sur une massue de la main droite et portant la peau du lion de Némée sur son bras gauche ; dans le champ gauche, monogramme.

Av. Tête imberbe de Dionysos couronnée de lierre à droite, le front ceint d’un bandeau, les cheveux relevés en arrière. Rv. HRAΚΛEOUΣ / ΣΩTHROΣ / ΘAΣIΩN Héraclès nu debout de face sur une ligne de terre, la tête à gauche, s’appuyant sur une massue de la main droite et portant la peau du lion de Némée sur son bras gauche ; dans le champ gauche, monogramme.

BMC Islands of Thrace 223, 81 (catalogue vente indique 74) ; SNG Berry – cf. 522 (autre monogramme) ; SNG Copenhagen – cf. 1038-1049 (autres monogrammes) ; G. Le Rider, op. cit., cf. 211, 280 (autre monogramme).

BMC Islands of Thrace – cf. 222, 67 (style différent) ; SNG Copenhagen 1046-48 SNG Delepierre - ; G. Le Rider, op. cit. - cf. 211, 280 (autre monogramme) ; O. Picard, Les tétradrachmes à types thasiens et les guerres thraces , Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions & Belles-Lettres, 2008, 470, 7.

Traité IV, 1122, pl. CCCXXI, 21 ; BMC Islands of Thrace 218, 24ss ; SNG Copenhagen 1010-11 ; SNG Delepierre – cf. 822 (autres détails des personnages) ; G. Le Rider, op. cit,. 304, 269 ; Gulbenkian II, 463 ; Rosen 142 ; Kraay-Hirmer pl. 14, 436 (détails différents des personnages). Finement patiné ; bien centré ; presque très beau. Médaillier René Baron.

Superbe.

eur: 500 – 750

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Argenor Numismatique, Paris, 3 mai 2006, 44.

Très beau /presque superbe.

eur: 200 - 300

eur: 200 – 300

Médaillier René Baron. Acquis auprès d’Argenor Numismatique, Paris, octobre 2002.

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

47


ROYAUME DE thrace M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

48

73. LYSIMAQUE, 306-281. Lampsaque, 297/6 - 282/1. Tétradrachme, argent, 17,16 g. Av. Tête diadémée d’Alexandre le Grand déifié à droite, portant la corne d’Ammon, dans un cercle perlé. Rv. BAΣIΛEΩΣ / ΛUΣIMAXOU Athéna Niképhore assise à gauche, Nikè sur son bras droit tendu, s’appuyant sur un bouclier du bras gauche, une lance posée sur son épaule droite ; dans le champ gauche, monogramme et croissant de lune. SNG Copenhagen - ; L. Müller, Die Münzen des thrakischen Königs Lysimachus, Copenhagen, 1857, 392 (atelier de Sigée, en Troade) ; M. Thompson, The Mint of Lysimachus, Essays Robinson, Oxford, 1968, 58. De très beau style ; flan large ;finement patiné ; superbe. Médaillier Albert Hofer.

74. LYSIMAQUE, 306-281. Atelier indéterminé, frappe posthume. Statère, or, 8,46 g.

75. LYSIMAQUE, 306-281. Lysimacheia (?), frappe posthume. Tétradrachme, argent, 17,06 g.

Av. Tête diadémée d’Alexandre le Grand déifié à droite, portant la corne d’Ammon. Rv. BAΣIΛEΩΣ / ΛUΣIMAXOU Athéna Niképhore assise à gauche, Nikè sur son bras droit tendu, s’appuyant sur un bouclier décoré d’une tête de lion du bras gauche, une lance posée sur son épaule droite ; dans le champ gauche, monogramme.

Av. Tête diadémée d’Alexandre le Grand à droite, portant la corne d’Ammon. Rv. ΛΥΣIΜΑΧΟ[Υ] / ΒΑΣIΛΕΩΣ Athéna Niképhore assise à gauche, Nikè sur son bras droit tendu, s’appuyant sur un bouclier du bras gauche, une lance posée sur son épaule droite ; dans le champ gauche intérieur, tête de lion à gauche ; dans le champ gauche, monogramme ; à l’exergue, lettre K dans un cercle.

SNG Copenhagen - cf. 1083 (autre monogramme); L. Müller, op.cit., 507; M. Thompson, op. cit., - ; Jenkins 517 (variante) De joli style ; bien centré ; superbe. Exemplaire provenant de Tradart, Genève, november 1995, 41

SNG Copenhagen - cf. 1122- 1133 (autres monogrammes et symboles) ; L. Müller, op. cit. – cf. 47 (autre disposition des monogrammes et symbole) ; M. Thopmson, op.cit - ; Pozzi cf. 1199 (variante). Joliment patiné ; flan large ; de haut relief ; superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Jean Vinchon Numismatique, Paris, 14 mars 1989, 98.

eur: 5.000 – 7.500

eur: 6.000 – 9.000

eur: 800 – 1.200


macédoine 76. LYSIMAQUE, 306-281. Byzance, II-Ier siècle av. JC. Tétradrachme, argent, 17,00 g. Av. Tête diadémée d’Alexandre le Grand à droite, portant la corne d’Ammon. Rv. ΛΥΣIΜΑΧΟΥ / ΒΑΣIΛΕΩΣ Athéna Niképhore assise à gauche, Nikè sur son bras droit tendu, s’appuyant sur un bouclier du bras gauche ; dans le champ gauche, monogramme (HPA) ; sous le trône, BY ; à l’exergue, trident. SNG Copenhagen - cf. 1138ss (autres monogrammes) ; L. Müller, op. cit., - ; Ch. Boehringer, Hellenistischer Münzschatz aus Trapezunt, RSN 54, 1975, pl. 4, - cf. 26 (même Athéna) et 30 (mêmes monogrammes).

77. ACANTHE, vers 500 av. JC. Tétradrachme, argent, 17,22 g.

78. ACANTHE, 470-390. Tétrobole, argent, 2,53 g.

Av. Lion terrassant un taureau sur une ligne de terre perlée ; le lion à gauche est monté sur le dos du taureau à droite et lui mord la croupe en lui lacérant les flancs ; le taureau redresse la tête en s’affaissant ; à l’exergue, feuille d’acanthe ; le tout dans un cercle perlé. Rv. Carré incus quadripartite.

Av. ΠΕ Protomé de taureau agenouillé à gauche, la tête retournée, dans un cercle perlé. Rv. Carré incus quadripartite. Traité I, - cf. 1703 (note 5) ; BMC Macedonia, 36, 38 ; SNG ANS 44-46. De joli style ; finement patiné ; très bel exemplaire.

Traité I - cf. 1678 (ligne de terres) ; BMC Macedonia - ; SNG ANS 2 ; SNG Berry 2 ; Tselekas 1b (cet exemplaire) ; j. Desneux, J. «Les Tetradrachmes d’Akanthos», RBN 95, 1949, 8 (mêmes coins) ; Kraay-Hirmer, 129, 397 (même coin d’avers) ; Jenkins 89.

Très finement patiné ; flan large ; superbe exemplaire.

De très beau style vigoureux ; finement patiné ; de haut relief ; superbe.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant du Crédit de la Bourse, liste à prix marqués, Paris, avril 1991, 59.

Médaillier Albert Hofer. Publié dans Splendeurs et témoignages, p. 85, 83

eur: 600 – 900

eur: 12.000 – 18.000

eur: 1.500 – 2.250

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

49


M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

50

79. MENDÉ, 400-360. Tétradrachme, argent, 12,68 g.

80. NEAPOLIS, 500-480 Statère, argent, 9,91 g.

Av. Tête de Dionysos couronnée de lierre à gauche. Rv. Μ−Ι−Ν /ΔΑΙΟΝ Âne ithyphallique debout à gauche sur une ligne de terre ; sur son dos, corbeau à droite lui picorant la croupe.

Av. Masque de Gorgone de face tirant la langue. Rv. Carré incus quadriparti.

Traité IV, 1004-5, pl. CCCVII, 1 ; BMC Macedonia - ; SNG Copenhagen - ; SNG Berry 38 ; S. P. Noe, The Mende (Kaliandra) Hoard, ANS NNM 27 (1926), pl. X. F. Très rare ; joliment patiné ; de haut relief et bien centré ; superbe exemplaire. Exemplaire provenant de Hess-Divo 321, Zurich, 26 octobre 2012, et Numismatica Ars Classsica 5, Zurich, 25 février 1992, 91.

Traité I, 1740, pl. LV, 14 ; BMC Macedonia, 84, 2 ss ; SNG ANS 405 ; SNG Berry 39 ; Kraay-Hirmer pl. 140, 433 ; Jenkins 101. Joliment patiné ; presque superbe. Médaillier Albert Hofer. Exemplaire provenant de Numismatic Fine Arts 8, Beverly Hills, 6 juin 1980, 100, des collections du Boston Fine Arts Museum, 561, Warren, 579, Greenwell et Carfrae. Sotheby’s London, 1894, 92.

81. OLYNTHE, vers 395-392. Siège de la ligue chalcidienne, 432-348. Tétradrachme, argent, 14,47 g. Av. Tête laurée d’Apollon à gauche, les cheveux mi-longs tombant sur la nuque. Rv. Χ-Α-Λ/ΚΙΔ/ΕΩΝ Lyre à sept cordes, avec sa sangle. BMC Macedonia 67, 3 ; SNG ANS - D.M. Robinson, P.A. Clement, Excavations at Olynthos, part IX, The Chalcidic Mint, Baltimore, 1938, groupe K, adenta p. XVIII, 4, pl. 35, 4 (mêmes coins) ; NFA IV, 137 (mêmes coins d’avers). De beau style ; jolie patiné ; superbe exemplaire. Une monnaie de toute beauté. Médaillier Albert Hofer.

eur: 30.000 – 45.000

eur: 10.000 – 15.000

eur: 20.000 – 30.000


ROYAUME DE MACéDOINE 82. OLYNTHE, vers 355-352. Siège de la ligue chalcidienne, 432-348. Tétradrachme, argent, 14,40 g. Av. Tête laurée d’Apollon à droite, les cheveux longs tombant sur la nuque. Rv. X−Α−Λ/ΚΙΔ/ΕΩΝ Lyre à sept cordes ; à l’exergue, ΕΠΙ ΑΡΙΣΤΩΝΟΣ. Traité IV, 942 ; BMC Macedonia 68, 10 ; SNG ANS cf. 497 (mèches différentes) ; SNG Copenhagen - ; AMNG III/II, 85, 8, pl. 17, 12 ; D.M. Robinson, P.A. Clement, op. cit, groupe V, 130 (A80-P111), pl. XVI, 130 (mêmes coins) ; Boston 582 (mêmes coins).

83. OLYNTHE, avant 348 av. JC. Siège de la ligue chalcidienne, 432-348. Bronze, 4,29 g. Av. Tête laurée d’Apollon à droite, les cheveux mi-longs tombant sur la nuque. Rv. X−Α−Λ/ΚΙΔ/ΕΩΝ Lyre à sept cordes. Traité IV, 951, pl. CCCXIII, 18 ; BMC Macedonia 69, 29-30 ; SNG ANS 556 ; SNG Copenhagen 246. Patine vert clair ; très beau. Médaillier Albert Hofer.

Beau style ; finement patiné ; bien centré ; presque très beau /superbe.

84. ARCHELAOS Ier, 413-399. Aegae. Tétrobole, argent, 1,90 g. Av. Cheval au galop à gauche dans un cercle linéaire. Rv. ΑΡΧΕ-Λ-A-O Casque à panache à gauche dans un carré incus. Traité IV, 814, pl. CCCIV, 5 ; BMC Macedonia, 164, 7 ; SNG ANS 71 ; AMNG III, 6 ; U. Westermark, Remarks on the Regal Macedonian Coinage ca. 413-359 BC, in KraayMorkholm Essays, 1989, pl. LXIX, 3. Très rare ; de très beau style ; finement patiné ; presque superbe/ très beau. Ancienne collection Robert Weimer, Triton, New York, 10 janvier 2006, 736.

Médaillier René Baron. Acquis auprès du Crédit de la Bourse, Paris, mars 1990.

eur: 5.000 – 7.500

eur: 300 – 450

eur: 2.000 – 3.000

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

51


M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

52

85. PHILIPPE II, 359-336. Pella, vers 340/336-328. Statère, or, 8,67 g. Av. Tête laurée d’Apollon à droite, les cheveux courts bouclés. Rv. ΦIΛIΠΠOU Bige au galop à droite sur une ligne de terre, conduit par un aurige debout, tenant un kentron dans la main droite et les rênes dans la main gauche ; sous les chevaux, trident. Traité II/4, 859, pl. CCCVI, 3 ; SNG Alpha Bank - cf. 260 (autres symboles) ; SNG ANS 144-154 ; G. Le Rider, Le monnayage d’argent et d’or de Philippe II, Paris, 1977, p. 155, 263. De beau style ; flan très large et parfaitement bien centrée ; superbe exemplaire. Une monnaie très attrayante. Médaillier Albert Hofer. Publié dans Splendeurs et témoignages, p. 88, 97.

eur: 6.000 – 9.000

86. PHILIPPE II, 359-336. Pella, frappe posthume, vers 323/322- vers 315. Statère, or, 8,65 g. Av. Tête laurée d’Apollon à droite, les cheveux courts bouclés. Rv. ΦIΛIΠΠOU Bige au galop à droite sur une ligne de terre, conduit par un aurige debout, tenant un kentron dans la main droite et les rênes dans la main gauche ; sous les chevaux, abeille. Traité IV, 859, pl. CCCVI, 8 ; SNG ANS – cf. 195 (A au revers) ; SNG Ashmolean 2448 ; SNG Copenhagen - ; G. Le Rider, op.cit, 185, 539 (mêmes coins). De beau style ; bien centré ; infimes éraflures, sinon presque superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Jean Vinchon Numismatique, Paris, 23 avril 1990, 19.

eur: 2.000 – 3.000

87. PHILIPPE II, 359-336. Amphipolis, frappe posthume, 315/314-295/294. 1/5e de tétradrachme, argent, 2,41 g. Av. Tête d’Apollon à droite, coiffée du stroprium, dans un cercle perlé. Rv. ΦIΛIΠΠΟΥ Cavalier nu au galop à droite sur une ligne de terre ; sous le cheval, massue. Traité IV, 874, pl. CCCVIII, 10 ; SNG ANS 825 ; SNG Copenhagen 571 ; Müller 80 ; G. Le Rider, op. cit. p. 126, pl. 48, 10-12. Joliment patiné ; flan large ; superbe exemplaire. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Tradart 8, Genève, 16 novembre 1995, 48.

eur: 400 – 600


88. ALEXANDRE III LE GRAND, 336-323. Side ( ?), vers 325-320. Tétradrachme, argent, 17,12 g.

89. ALEXANDRE III LE GRAND, 336-323. Side ( ?), 325-320. Tétradrachme, argent, 17,25 g.

90. ALEXANDRE III LE GRAND, 336-323. Lampsaque, 323-317. Drachme, argent, 4,27 g.

Av. Tête d’Héraclès à droite, portant la peau du lion de Némée. Rv. ΛEΞANΔROU / BAΣIΛEΩΣ Zeus aétophore assis à gauche ; dans le champ gauche, couronne ; sous le trône, ΔΙ ; le tout dans un cercle perlé.

Av. Tête imberbe d’Héraclès à droite, coiffée de la peau du lion de Némée, dans un cercle perlé. Rv. ΑΛΕΞΑΝΔΡΟΥ Zeus aétophore assis à gauche, à demi nu, l’aigle sur son bras droit tendu, tenant un long sceptre de la main gauche ; dans le champ gauche, AI ; sous le trône, monogramme ΒΣ ; le tout dans un cercle perlé.

Av. Tête imberbe d’Héraclès, coiffée de la peau du lion de Némée. Rv. ΑΛΕΞΑΝΔΡΟΥ Zeus aétophore assis à gauche, à demi nu, l’aigle sur son bras droit tendu, tenant un long sceptre de la main gauche ; dans le champ gauche, boucle ; sous le trône, A, surmontée d’un croissant.

Müller - cf. 1483. ; Price – cf. 2952 (lettres ΒΣ non ligaturées).

Müller 627 ; Price 1372.

Müller 550 ; Price 2949. Très finement patiné ; très beau à superbe.

Joliment patiné ; flan large ; superbe.

Exemplaire provenant de la collection Patrick H. C. Tan et de Classical Numismatic Group 84, internet et mail bid sale, 5 mai 2010, 269.

De beau style ; joliment patiné ; superbe.

eur: 600 - 900

eur: 800 – 1.200

Médaillier Albert Hofer.

eur: 500 – 750

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

53


M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

54

91. ALEXANDRE III LE GRAND, 336-323. Babylone, 311-305. Statère, or, 8,62 g.

92. ALEXANDRE III LE GRAND, 336-323. Lampsaque, 310-301. Drachme, argent, 4,32 g.

93. ALEXANDRE III LE GRAND, 336-323. Colophon, 301-297. Drachme, argent, 4,03 g.

Av. Tête d’Athéna coiffée d’un casque corinthien à droite, le timbre du casque décoré d’un serpent. Rv. ΒΑΣ−ΙΛΕΩΣ / AΛEΞANΔRO[U] Niké debout à gauche, tenant une couronne dans la main droite et une stylis dans la main gauche ; dans le champ gauche, MI ; dans le champ droit, monogramme entouré d’une couronne.

Av. Tête imberbe d’Héraclès à droite, coiffée de la peau du lion de Némée, dans un cercle perlé. Rv. ΑΛΕΞΑΝΔΡΟΥ Zeus aétophore assis à gauche, à demi nu, l’aigle sur son bras droit tendu, tenant un long sceptre de la main gauche ; dans le champ gauche, souris.

Av. Tête imberbe d’Héraclès à droite, coiffée de la peau du lion de Némée, dans un cercle perlé. Rv. ΑΛΕΞΑΝΔΡΟΥ Zeus aétophore assis à gauche, à demi nu, l’aigle sur son bras droit tendu, tenant un long sceptre de la main gauche ; dans le champ gauche, tête de lion et B ; sous le trône, étoile.

SNG Copenhagen 981 ; Müller 654 ; Price 1427. SNG Copenhagen 639 ; Müller 731 ; Price 3748.

SNG Copenhagen 905 ; Müller 342 ; Price 1833. De beau style ; joliment patiné ; superbe.

Joli style ; superbe.

De beau style ; joliment patiné ; presque superbe.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de J. Védrines-B. Poindessault, vente sur offres, Paris, 30 décembre 1994, 18.

eur: 1.200 – 1.800

eur: 400 – 600

eur: 300 – 450


94. ALEXANDRE III LE GRAND, 336-323. Uranopolis (?), 300-290. Tétradrachme, argent, 17,19 g. Av. Tête imberbe d’Héraclès à droite, coiffée de la peau du lion de Némée, dans un cercle perlé. Rv. ΑΛΕΞΑΝΔΡΟΥ Zeus aétophore assis à gauche, à demi nu, l’aigle sur son bras droit tendu, tenant un long sceptre de la main gauche ; dans le champ gauche, étoile sur un cône ; au-dessous, Θ ; sous le trône, monogramme ; le tout dans un cercle perlé. SNG Ashmolean - ; SNG Berry – cf. 203 (autres monogrammes) ; Müller 645 ; Price 522. Joliment patiné ; superbe.

95. ALEXANDRE III LE GRAND, 336-323. Atelier indéterminé en Macédoine, 300-286. Tétradrachme, argent, 17,36 g. Av. Tête imberbe d’Héraclès à droite, coiffée de la peau du lion de Némée, dans un cercle perlé. Rv. ΑΛΕΞΑΝΔΡΟΥ Zeus aétophore assis à gauche, à demi nu, l’aigle sur son bras droit tendu, tenant un long sceptre de la main gauche ; dans le champ gauche, étoile ; le tout dans un cercle perlé. Müller 154 ; Price 644. Joli style ; finement patiné ; superbe.

Médaillier Albert Hofer.

96. ALEXANDRE III LE GRAND, 336-323. Milet, 280-270. Tétradrachme, argent, 17,16 g. Av. Tête imberbe d’Héraclès à droite, coiffé de la peau du lion de Némée ; le tout dans un cercle perlé. Rv. ΑΛΕΞΑΝΔΡΟΥ Zeus aétophore assis à gauche, à demi nu, l’aigle sur son bras droit tendu, tenant un long sceptre de la main gauche ; dans le champ gauche, monogramme ; le tout dans un cercle perlé. SNG Ashmolean 2794 ; SNG Copenhagen 750 ; Müller 1055 (Milet) ; Price 2150 ; B. Deppert-Lippitz, Die Münzprägung Milets von vierten bis ersten Jahrhundert v. Chr., Typos V, 1984, p. 66, 6, pl. 33, 1 (détails différents du portrait) ; Kraay-Hirmer 172, 569 (variante). De beau style ; très finement patiné ; de flan large ; superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Tradart 4, Genève, 12 décembre 1991, 96.

eur: 1.200 – 1.800

eur: 500 – 750

eur: 1.200 – 1.800

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

55


M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

56

97. ALEXANDRE III LE GRAND, 336-323. Odessus, vers 125 – 70. Tétradrachme, argent, 16,66 g.

98. PHILIPPE III ARRHIDEE, 323-316. Abydos, 323 – 317. Statère, or, 8,60 g.

99. PHILIPPE III ARRHIDEE, 323-317. Sardes, 323-319. Drachme, argent, 4,30 g.

Av. Tête d’Héraclès à droite, coiffée de la peau du lion de Némée, les cheveux longs tombant sur la nuque. Rv. ΒΑΣΙΛΕΩΣ / ΑΛΕΞΑΝΔΡΟΥ Zeus aétophore assis à gauche, à demi nu, l’aigle sur son bras droit tendu, tenant un long sceptre de la main gauche ; dans le champ gauche, ΔH ; sous le trône, monogramme.

Av. Tête d’Athéna coiffée d’un casque corinthien à droite, le timbre du casque décoré d’un serpent, les cheveux longs bouclés tombant sur la nuque ; devant la nuque, un serpent à droite ; derrière la nuque, Σ. Rv. ΦIΛIΠΠOU Niké debout à gauche, tenant dans la main droite une couronne et dans la main gauche une stylis ; dans le champ gauche, monoet corne d’abondance. gramme

Av. Tête d’Héraclès à droite, coiffée de la peau du lion de Némée, dans un cercle perlé. Rv. ΦΙΛΙΠΠΟΥ Zeus aétophore assis à gauche, à demi nu, l’aigle sur son bras droit tendu, tenant un long sceptre de la main gauche ; dans le champ gauche, rose ; au-dessous du trône, monogramme ; le tout dans un cercle linéaire.

SNG Ashmolean - ; SNG Berry - ; SNG Copenhagen - cf. 724 (autres lettres dans le champ gauche) ; Müller 423 ; Price 1180. Presque superbe ; très beau. Médaillier René Baron. Exemplaire acquis auprès d’Or, Gestion et Numismatique, Paris, liste été 2005, 13.

eur: 400 - 600

SNG Ashmolean - ; SNG Berry 153 (mêmes coins) ; Müller P59 ; Price P30 ; Thompson-Bellinger 16, 9.

SNG Copenhagen – cf. 1094 (autre symbole au revers) ; Müller – cf. P 14 (autre symbole au revers) ; Price P 66 ; M. Thompson, Alexander’s Drachm Mints. I : Sardes and Miletus, New York, ANS, 1983, XII, 163-165.

De beau style ; superbe exemplaire.

Joli style ; finement patiné; très beau.

Médaillier Albert Hofer.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de la Claude Burgan, vente sur offres, Paris, 25 novembre 1991, 226.

eur: 4.000 – 6.000

eur: 200 – 300


100. ANTIGONE GONATAS, 277-239. Pella, vers 260-240. Tétradrachme, argent, 17,10 g.

101. ANTIGONE GONATAS, 277-239. Pella, vers 260-240. Tétradrachme, argent, 16,86 g.

Av. Tête cornue et imberbe de Pan à gauche, le lagobolon sur l’épaule ; le tout sur un bouclier macédonien orné au pourtour de sept croissants et sept étoiles. Rv. ΒΑΣIΛΕΩΣ / ANTIΓONOU Athéna Alkidémos debout à gauche sur une ligne de terre, coiffée d’un casque à panache, la chlamyde sur les épaules, brandissant un foudre de la main droite et tenant un bouclier rond orné de l’égide dans la main gauche ; dans le champ gauche, casque macédonien ; dans le champ droit, TI.

Av. Tête cornue et imberbe de Pan à gauche, le lagobolon sur l’épaule ; le tout sur un bouclier macédonien orné au pourtour de sept croissants et sept étoiles. Rv. ΒΑΣIΛΕΩΣ / ANTIΓONOU Athéna Alkidémos debout à gauche sur une ligne de terre, coiffée d’un casque à panache, la chlamyde sur les épaules, brandissant un foudre de la main droite et tenant un bouclier rond orné de l’égide dans la main gauche ; dans le champ gauche, casque macédonien ; dans le champ droit, monogramme HP.

SNG Ashmolean – cf. 3260 (casque different dans le champ gauche, au revers) ; SNG Berry 359 ; SNG Copenhagen 1202 ; AMNG III/2, 186, cf. 3 (autre monogramme) ; C. Boehringer, Zur Chronologie mittelhellenistischer Münzserien 220-160 v. Chr., AMUGS V, Berlin 1972, cf. pl. 25, 19 (autre monogramme) ; I.L. Merker, The silver coinage of Antigonos Gonatas and Antigonos Doson, ANS MN 9, 1960, pp. 46.

SNG Ashmolean – cf. 3259 (autre monogramme) ; SNG Berry 354 ; SNG Copenhagen 1200 ; AMNG III/2, 186, 3, pl. XXXIV, 3 ; C. Boehringer, op. cit, pp 46 ; R. Mathisen, «Antigonus Gonatas and the silver coinages of Macedonia circa 280-270 B.C.», ANS MN 26, 1981, pl. 21, 36.

Finement patiné ; très beau.

Finement patiné ; bien centré ; superbe.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de la collection du Dr. Bescol-Liversac, Alain Weil, Paris, 7 février 2006, 69.

Médaillier Albert Hofer.

eur: 400 – 600

eur: 2.000 – 3.000

102. ANTIGONE DOSON, 229-221. Atelier indéterminé, vers 227-225. Tétradrachme, argent, 17,14 g. Av. Tête barbue de Poséidon couronnée d’algues marines à droite, les cheveux longs tombant sur la nuque, dans un cercle perlé. Rv. ΒΑΣIΛΕΩΣ/ΑΝΤIΓΟΝΟΥ Apollon assis à gauche sur une proue de navire, tenant un arc dans la main droite et s’appuyant sur la proue de la main gauche ; au-dessous, monogramme. SNG Ashmolean 3263 ; SNG Berry 361 ; SNG Copenhagen 1204 ; AMNG III/2, - cf. 187, 4 (trident et IΕ) ; I.L. Merker, The silver coinage of Antigonos Gonatas and Antigonos Doson, ANS MN 9, 1960, pp. 49 ; Kraay-Hirmer pl. 174, 575576 (variantes) ; Jenkins 540-541 ; Dewing 1206. Très beau style hellénistique; finement patiné; flan large; superbe exemplaire. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Leu Numismatics 45, 26 mai 1988, 140

eur: 6.000 – 9.000

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

57


M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

58

103. OCCUPATION ROMAINE. Amphipolis, après 158 av. JC. Tétradrachme, argent, 17,00g. Av. Buste d’Artémis diadémé à droite, les cheveux relevés ; derrière la nuque, arc et carquois ; le tout dans un cercle perlé, sur un bouclier macédonien orné de sept étoiles et sept croissants. Rv. ΜΑΚΕΔΟΝΩΝ/ΠΡΩΤΗΣ Massue ; au-dessus, monogramme ΗΡ ; au-dessous, Ν ; le tout dans une couronne de chêne dans laquelle est inséré un foudre dans le champ gauche. BMC Macedonia 7, 4 ; SNG Ashmolean 3300 ; SNG Copenhagen - cf. 1310-1315 (autres monogrammes) ; AMNG III/I, 39 ; C. Boehringer, op. cit., - cf. pl. 9, 8 (même coin d’avers). Joli style ; finement patiné; superbe exemplaire. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Tradart 4, Genève, 12 décembre 1991, 101 et The Numismatic Auction Ltd 1 , 12 décembre 1983, 97.

eur: 2.000 – 3.000


125.

M o nn a i e s & m ĂŠ d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

59


M o nn a i e s & m ĂŠ d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

105.

60

118.

121.


110. 113.

116. 120.

122. 123.

124.

127.

M o nn a i e s & m ĂŠ d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

104. 109.

61


THESSALIE

GRèCE CENTRALE

ROYAUME D’ILLYRIE M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

62

104. MONUNIOS, 300-275. Dyrrhachium. Statère, argent, 10,78 g. Av. Vache debout à droite, la tête retournée vers son veau à genoux à gauche tétant sous elle; au-dessus, mâchoire de sanglier. Rv. ΒΑΣΙΛΕΟΣ / Π / ΜΟΝΟΥΝΙΟΥ / Δ−Υ Double porte ornée de motifs floraux symétriques. Traité IV, p. 189; BMC Illyria 80, 2, pl. XIV, 11; SNG Copenhagen 528; Boston 940; S. Gjongecaj, Le Trésor de Kreshpan (Albanie), RN 153, 1998, p. 81ss, émission n° 3, pl. 7, 191. Joliment patiné ; très bel exemplaire. Médaillier Albert Hofer.

eur: 1.000 – 1.500

105. LARISSA, 395-344. Drachme, argent, 6,10 g.

106. LARISSA, vers 380-365. Drachme, argent, 6,17 g.

Av. Tête de la nymphe Larissa de trois quarts de face à gauche, les cheveux longs et bouclés retenus par l’ampyx. Rv. ΛΑΡΙΣ/ΑΙΩΝ Cheval paissant à droite sur une ligne de terre, la jambe antérieure gauche levée, dans un cercle linéaire.

Av. Tête de la nymphe Larissa de trois quarts de face à gauche, les cheveux longs et bouclés, retenus par l’ampyx, parée d’un collier, dans un cercle perlé. Rv. ΛΑΡΙ/ΣΑΙΩΝ Jument et son poulain au pas à droite sur une ligne de terre.

Traité IV, 703. pl. CCXCVIII, 16 ; BMC Thessaly 27, 57; SNG Copenhagen 120ss; F. Herrmann, Die Silbermünzen von Larissa in Thessalien, ZfN 35, 1925, group VII, serie A pl.V, 5-10.A. Lorber, A Hoard of Facing Head Larissa Drachms, SNR 79, pl. III, 30.

Traité IV, 721, pl. CCXCIX, 9; BMC Thessaly, 30, 63, pl.VI, 3; SNG Copenhagen 124; C. C. Lorber, A Hoard of Facing Head Larissa Drachms, RSN 79, 2000, pl. 1, 8; F. Herrmann, ‘Die Silbermünzen von Larissa in Thessalien’, ZfN XXXV, 1925, Group VII, Series F, pl. 6, 11.

De très beau style; joliment patiné; superbe exemplaire.

Rare ; joli style; finement patiné; très beau.

Exemplaire provenant de The Numismatic Auction Ltd 1, New York, 13 décembre 1983, 74

Médaillier Albert Hofer.

eur: 2.000 – 3.000

eur: 1.200 – 1.800


BEOTIE

ACARNANIE 107. LIGUE THESSALIENNE, vers 196-146. Double victoriat, argent, 6,17 g. Av. Tête laurée et barbue de Zeus couronnée de chêne à droite. Rv. ΘΕΣΣΑ-ΛΩΝ / ΔΑ−ΜΟΘΟΥ / [ΦΙΛΟΞΕΜΙ] Athéna Itonia debout à droite sur une ligne de terre, coiffée d’un casque à panache, la chlamyde sur les épaules, brandissant une lance de la main droite et portant un bouclier sur le bras gauche. BMC Thessaly 1, 7; SNG Copenhagen - cf. 269 (autres magistrats); McClean 4727, pl. 176, 21. Très beau/ superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant du Crédit de la bourse, Liste à prix marqués, Paris, avril 1991, 95.

eur: 100 - 150

108. ANACTORIUM, vers 345-300. Statère corinthien, argent, 8,44 g. Av. Pégase volant à droite; entre ses pattes, monogramme. Rv. Tête d’Athéna à droite, coiffée d’un casque corinthien, les cheveux longs et bouclés dépassant sous le casque ; dans le champ gauche, trépied entouré d’une couronne de feuilles de laurier et monogramme. Traité II, 181 pl. CCLXXVII, 13; BMC Acarnania 118, 35-37, pl. XXXII, 3; SNG Copenhagen 289; Calciati, Pegasi II, p. 491, 30. Presque superbe/superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant du Crédit de la bourse, Liste à prix marqués, Paris, avril 1994, 110.

eur: 200 – 300

109. ORCHOMÈNE, vers 475-425. Obole, argent, 0,90 g. Av. E-P Grain de blé germé. Rv. Carré incus de style éginien divisé en cinq compartiments. Traité III, 308, pl. CCIII, 4 ; BMC Beotia 53, 1617, pl.VIII, 5; SNG Copenhagen – cf. 195 (lettres renversées) ; B.V. Head, On the chronological sequence of the coins of Boeotia, London, 1881, p. 24; F. Imhoof-Blumer, Zur Münzkunde Boeotiens und des peloponnesischer Argos, NfZ IX, 1877, 23, 70, pl. I, 70 (cet exemplaire). Jolie patine de trouvaille ; bien centré; superbe. Exemplaire provenant de la collection BCD, Triton IX, 24 janvier 2006, 203, Monnaies et Médailles 54, Bâle, 26 octobre 1978, 222 , Adolf Hess-Bank Leu 31, Zürich, 6 décembre 1966 , 303, et des collection Augustin Diaz Ordoñes, J. Schulman, liste LXII, 1915, 211, Consul Weber, Hirsch XXI, 16 novembre 1908, 1539, et Walcher de Molthein, 1411.

eur: 800 – 1.200

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

63


EUBéE M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

64

110. CHALCIS, vers 338-308. Drachme, argent, 3,76 g. Av. Tête de la nymphe Chalcis à gauche, les cheveux relevés, parée de pendants d’oreilles et d’un collier de perles. Rv. Ξ − ΑΛ (rétrograde) Aigle à gauche, les ailes déployées, enlevant un serpent qu’il tient dans ses serres et dans son bec, la queue du serpent s’enroulant autour de la sienne ; dans le champ gauche, fleur. Traité III, 159, pl. CXCVI, 18 ; BMC Central Greece, 109, 38, pl. XX, 9 ; SNG Copenhagen - ; O. Picard, Chalcis et la confédération eubéenne, Paris, 1979, 1er groupe : émission 2 / 1-i, pl. I (cette combinaison de coins n’est pas mentionnée). Joli style ; finement patiné ; presque superbe. Exemplaire provenant de la collection BCD, Lanz Numismatik 111, 25 novembre 2002, 119.

eur: 800 - 1.200

111. LIGUE EUBEENNE, vers 357-338. Hémidrachme, argent, 1,85 g.

112. LIGUE EUBEENNE, 323-320. Drachme, argent, 3,90 g.

Av. Tête de la nymphe Euboia à droite, les cheveux relevés, parée de pendants d’oreilles et d’un collier de perles ; dans le champ gauche, E. Rv. EY Tête de vache de trois quarts à droite, les cornes parées de bandelettes noueuses.

Av. Tête de la nymphe Euboia à gauche, les cheveux relevés, parée de pendants d’oreilles. Rv. EY Tête de vache de trois quarts de face à droite, les cornes parées de bandelettes noueuses ; dans le champ droit, canthare.

Traité III, 183, pl. CXCVIII, 6 ; BMC Central Greece, 96, 15, pl. XVII, 8 (mêmes coins) ; SNG Copenhagen – cf. 479 (pas de lettre à l’avers) SNG Lockett 1781 (mêmes coins) ; W.P. Wallace, The Euboioan League and its coinage, ANS NNM 134, 144 (LXVI-77), pl. XIII (cet exemplaire).

Traité III, 181 ; BMC Central Greece 95, 11 ; SNG Copenhagen – cf. 483 (autre symbole au revers) ; W.P. Wallace, The Euboioan League and its coinage, ANS NNM 134, 77 (XXXIX-50), pl. IX (cet exemplaire).

Très rare ; finement patiné ; presque superbe.

Exemplaire provenant de la collection BCD, Lanz Numismatik 111, 25 novembre 2002, 22.

Exemplaire provenant de la collection BCD, Lanz Numismatik 111, 25 novembre 2002, 31 et de Naville-Ars Classica XI, Lugano 1930, 672.

eur: 600 - 900

Finement patiné ; très beau.

eur: 600 - 900


ATTIQUE 113. ATHENES, 555-546. Drachme, argent, 4,18 g.

114. ATHENES, vers 450 av. JC. Tétradrachme, argent, 17,08 g.

115. ATHENES, vers 449-420. Tétradrachme, argent, 17,25 g.

Av. Tête d’Athéna à droite, coiffée d’un casque à panache décoré de chevrons et de points. Rv. [A]ΘΕ Chouette debout à droite, la tête de face; dans le champ gauche, feuille d’olivier.

Av. Tête d’Athéna à droite, coiffée d’un casque décoré d’un fleuron et de trois feuilles d’olivier, les cheveux retenus sous le casque, parée de pendants d’oreilles ronds. Rv. ΑΘΕ Chouette debout à droite, la tête de face; dans le champ gauche, rameau d’olivier et croissant; le tout dans un carré incus.

Av. Tête d’Athéna à droite, coiffée d’un casque décoré d’un fleuron et de trois feuilles d’olivier, les cheveux retenus sous le casque, parée de pendants d’oreilles ronds. Rv. ΑΘΕ Chouette debout à droite, la tête de face; dans le champ gauche, rameau d’olivier et croissant; le tout dans un carré incus.

Traité I, 1145, pl.XXXV, 16; BMC Attica, 7, 48, pl. III, 5; J.N. Svoronos, op.cit, pl. 11, 10; Kraay-Hirmer pl. 119, 363.

Traité III, 1, pl. CLXXXVI, 9; BMC Attica, 7, 48, pl. III, 8; J.N. Svoronos, Corpus of the ancient coins of Athens, reprint Chicago, 1975, pl. 15, 32; Kraay-Hirmer pl. 119, 363.

Traité I, 1136, pl. XXV, 6; BMC Attica 4, 27, pl. II, 8; SNG Lockett - ; Seltman pl. XXII, 13; J.N. Svoronos, Corpus of the ancient coins of Athens, reprint Chicago, 1975, pl. 7, 24 ; Boutin 3438 = Pozzi 1527 (mêmes coins). Très rare; beau style archaïque, joliment patiné ; superbe exemplaire. Une très rare et charmante monnaie.

De beau style ; très bel exemplaire. De beau style; joliment patiné; flan large; superbe.

Médaillier Albert Hofer. Exemplaire provenant de The Numimatic Auction Ltd 3, New York, le 1er décembre 1985, 88, Bank Leu 22, Zurich, 8 mai 1979 100 et Adolph Hess-AG Leu & CO 36, Lucerne, 17 avril 1968, 204. Publié dans Splendeurs et témoignages, p. 96, 130.

eur: 6.000 – 9.000

Exemplaire provenant de Tradart 15, Genève, 11 décembre 2003, 51.

eur: 1.600 – 2.400

eur: 2.500 – 3.750

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

65


M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

66

116. ATHENES, vers 449-404. Tétradrachme, argent, 17,04 g.

117. ATHENES, vers 449-404 Tétradrachme, argent, 17,23 g.

118. ATHENES, 134-135. Drachme, argent, 4,21 g.

Av. Tête d’Athéna à droite, coiffée d’un casque décoré d’un fleuron et de trois feuilles d’olivier, les cheveux retenus sous le casque, parée d’un collier de perles et de pendants d’oreilles ronds. Rv. ΑΘΕ Chouette debout à droite, la tête de face; dans le champ gauche, rameau d’olivier et croissant; le tout dans un carré incus.

Av. Tête d’Athéna à droite, coiffée d’un casque décoré d’un fleuron et deux feuilles d’olivier, parée d’un collier de perles et de pendants d’oreilles ronds. Rv. ΑΘΕ Chouette debout à droite, la tête de face; dans le champ gauche, rameau d’olivier et croissant; le tout dans un carré incus.

Traité III, 1, pl. CLXXXVI, 1; BMC Attica, 7, 48, pl. III, 8; J.N. Svoronos, op. cit., pl. 13,2. Kraay-Hirmer pl. 119, 363.

Traité III, 1, pl. CLXXXVI, 3; BMC Attica 7, 48, pl. III, 8; C. G. Starr, Athenian Coinage 480-449 BC, Oxford, 1970, pl. 22, 2; Svoronos, op. cit., pl. 14, 15.

Av. Tête d’Athéna à droite, coiffée d’un casque à triple panache décoré des protomés de quatre chevaux sur la visière, d’un Pégase au-dessus des paragnatides relevés et d’un fleuron sur le couvrenuque, les cheveux longs dépassant sous le casque, dans un cercle perlé. Rv. Α−ΘΕ / ΜΕ−ΝΕ / ΕΠΙ / ΘΕΟ Chouette debout à droite, la tête de face, perchée sur une amphore couchée ; dans le champ gauche, un serpent enroulé autour d’un caducée; sur l’amphore, A; le tout dans une couronne d’olivier.

De beau style; joliment patiné; flan large; superbe. De beau style; joliment patiné; très bel exemplaire. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Tradart 4 Genève, 12 décembre 1991, 114.

Médaillier Albert Hofer.

BMC Attica, 63, 47 (autre lettre sur l’amphore et troisième nom différent); SNG Copenhagen – cf. 241(autre lettre sur l’amphore et troisième nom différent); J.N. Svoronos, op. cit., - cf. pl. 49, 4 et 14-17 (autre lettre sur l’amphore et troisième nom différent); M. Thompson, The New Style Silver Coinage of Athens, ANS NS 10, 1961, Athens, 356a. Très rare; de très joli style ; finement patiné ; superbe exemplaire. Une charmante monnaie de toute beauté. Médaillier Albert Hofer. Publié dans Splendeurs et témoignages, p. 97, 134.

eur: 2.500 – 3.750

eur: 1.500 – 2.250

eur: 5.000 – 7.500


SICYONIE

PÉLOPONNÈSE

CORINTHIE 119. ATHENES, vers 125-124. Tétradrachme, argent, 16,70 g.

120. CORINTHE, 405-345. Statère, argent, 8,55 g.

121. SICYONE, vers 330 av. JC. Statère, argent, 12,17 g.

Av. Tête d’Athéna à droite, coiffée d’un casque à triple panache décoré des protomés de quatre chevaux sur la visière, d’un Pégase au-dessus des paragnatides relevés et d’un fleuron sur le couvrenuque, les cheveux longs dépassant sous le casque, parée de pendants d’oreilles, dans un cercle perlé. Rv. Α−ΘΕ / ΚΑΛ/ΛΙΚΡΑ − ΕΠΙ / ΓΕΝΗ / ΣΩΣΑΝ/ΔΡΟΣ (nom d’un second magistrat) Chouette debout à droite, la tête de face, perchée sur une amphore couchée ; dans le champ gauche, aigle sur foudre à droite; sur l’amphore, A; au-dessous, ΣΦ; le tout dans une couronne d’olivier.

Av. Pégase volant à gauche; au-dessous, Q. Rv. Tête d’Athéna à gauche, coiffée d’un casque corinthien sans panache, les cheveux longs et bouclés dépassant sous le casque; dans le champ droit, bonnet phrygien.

Av. ΣΕ Chimère avançant à gauche sur une ligne de terre, la patte droite levée; au-dessus, couronne. Rv. Colombe volant à gauche; dans le champ gauche, N; le tout dans une couronne d’olivier.

Traité III, 494; BMC Corinth 13, 134. pl. III, 11; SNG Copenhagen - cf. 42; O. E. Ravel, Les poulains de Corinthe, London, 1948, 386; Calciati Pegasi I, 120.

Traité III, - cf. 775 (autre lettre au revers) et 776 (sans couronne à l’avers); BMC Peloponnesus 40, 57; SNG Copenhagen 48; J. Lacroix, Quelques aspects de la numismatique sicyonienne, RBN 110, 1964, pl. I, 5; Collection BCD, Coins of Peloponnesos, LHS, Zürich, 2006, 218.

De beau style ; Joliment patiné ; flan large ; superbe . Très finement patiné; superbe.

BMC Attica - cf. 51, 394 (ME sous l’amphore); J.N. Svoronos, op.cit, pl. 47, 2; M. Thompson, op. cit, 442c.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant du Crédit de la bourse, Paris, 22-23 avril 1992, 20.

Finement patiné ; très beau à superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, vente sur offres, Paris, 27 mars 1990, 41.

eur: 500 – 750

eur: 800 – 1.200

eur: 1.200 – 1.800

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

67


MESSENIE

ARGOLIDE

ELIDE

123. MESSENE, vers 35 av. JC. Triobole, argent, 2,38 g.

124. ARGOS, vers 260-250. Triobole, argent, 2,61 g.

Av. Tête laurée et barbue de Zeus à droite, les cheveux longs tombant sur la nuque. Rv. ΜΕ−Σ/ ΙΠΠΑΡX−ΟΣ Trépied surmonté d’une cortine et de trois anneaux ; le tout dans une couronne de laurier.

Av. Protomé de loup à gauche; au-dessus, Θ. Rv. A occupant tout le champ; de part et d’autre, Π − Υ; au-dessous, aigle à droite perché sur un harpon; le tout dans un carré incus.

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

68

122. ÉLIS, (Olympie). 78th-82nd Olympiade. 468-452 BC. Obole, argent, 0,89 g. Av. Aigle volant à gauche. Rv. Foudre ; dans le champ, F-A. Traité III, 1039, pl. CCXXIX, 3 ; BMC Peloponnese 58, 4, pl. X, 5. SNG Copenhagen 354. Rare ; très finement patiné ; très bel exemplaire

Traité III - ; BMC Peloponesus 110, 17; SNG Copenhagen - cf. 506-507 (autre magistrats); C. Grandjean, Les Messéniens de 370/369 au Ier siècle de notre ère. Monnayages et histoire. BCH supp 44 ; Paris 2003, 198 ; collection BCD, op. cit., 746. Beau style ; joliment patiné ; superbe.

Traité III, 647; BMC Peloponnesus 141, 79-81; SNG Copenhagen - cf. 31 (même symbole mais autres lettres au revers); Collection BCD, op. cit., 1111. Finement patiné ; très bel exemplaire. Médaillier Albert Hofer.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Richelieu Numismatique, liste à prix marqués 18, Paris, 594.

eur: 600 – 900

eur: 300 - 450

eur: 600 – 900


CYCLADES

CRÈTE 125. CNOSSOS, 330-300. Statère, argent, 10,92 g.

126. PHALASARNA, 300-280. Drachme, argent, 5,67 g.

127. NAXOS, 200-180. Drachme, argent, 3,85 g.

Av. ΚΝΩ. Tête de la nymphe Britomartis couronnée de roseaux à droite, les cheveux relevés et tombant sur la nuque, parée d’un collier de perles et de pendants d’oreilles. Rv. Tête du Minotaure au centre d’un labyrinthe carré bordé de perles.

Av. Tête d’Arthémis Diktynna à droite, les cheveux relevés sur la nuque, parée d’un collier et de pendants d’oreilles. Rv. Φ−Α Trident orné deux palmettes dans un cercle perlé.

Av. Tête barbue de Dionysos couronnée de lierre à droite, les cheveux relevés. Rv. ΝΑΞΙ / ΛΕΩΚΡ Cratère décoré d’une couronne fleurie.

BMC Crete - ; Traité II/3 - cf. 1542, pl. CCL, 9 (sans la tête du Minotaure au revers); ,G. Le Rider, Monnaies crétoises du Vème siècle au Ier siècle av. JC, Paris, 1966,, pl. 34, 16 (cet exemplaire); J.N. Svoronos Numismatique de la Crète ancienne, Macon, 1890, . - .

Traité III, 1796, pl. CCLXII, 19; BMC Crete, 65, 4, pl. XVI, 8; G. Le Rider, op. cit., pl. XXIX, 20 ; J.N. Svoronos, op.cit., 270, 5, pl. XXV, 7. Rare ; beau style ; joliment patiné ; flan large ; très bel exemplaire.

Traité - ; BMC Aegean Islands - ; Nicolet-Pierre, Naxos, 3c (cet exemplaire) ; Dewing 1958. Très rare; de joli style ; joliment patiné ; superbe exemplaire. Médaillier Albert Hofer. Publié dans Splendeurs et témoignages, p. 101, 150

Médaillier René Baron. Extrémêment rare, variante unique; de beau style; finement patiné ; flan large et bien centré ; superbe exemplaire. Une belle monnaie à l’iconographie attrayante. Médaillier Albert Hofer. Exemplaire provenant de Monnaies et Médailles, Bâle, l4 avil 1986, 258. Publié dans Splendeurs et témoignages, p. 101, 146.

eur: 12.000 – 18.000

eur: 800 – 1.200

eur: 4.000 – 6.000

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

69


M o nn a i e s & m ĂŠ d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

131.

70

136.

150.


139. 141.

144. 147.

148. 151.

156.

160.

M o nn a i e s & m ĂŠ d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

129. 134.

71


PAPHLAGONIE

ROYAUME DU PONT

ASIE M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

72

128. MITHRADATE VI EUPATOR, 120-63. Pergame, juin 89. Tétradrachme, argent, 16,93 g.

129. MITHRIDATES VI EUPATOR, 120-63. Septembre, 73 av. JC. Tétradrachme, argent, 17,65 g.

Av. Tête diadémée de Mithradate à droite, les cheveux longs tombant sur la nuque. Rv. ΒΑΣIΛΕΩΣ / ΜIΘΡΑΔΑΤΟΥ / ΕΥΠΑΤΟΡΟΣ / Θ Pégase paissant à gauche sur une ligne de terre; dans le champ gauche, étoile et croissant de lune; dans le champ droit, la date HΣ (an 208 de l’ère pontique) et monogramme; le tout dans une couronne de lierre et de baies.

Av. Tête diadémée de Mithradates VI à droite, les cheveux flottants. Rv. ΒΑΣIΛΕΩΣ / ΜIΘΡΑΔΑΤΟU / ΕUΠΑΤΟΡΟΣ Cerf paissant à gauche sur une ligne de terre; dans le champ gauche, étoile, croissant de lune et monogramme; dans le champ droit, date ΔΚΣ (= 224 de l’ère pontique); à l’exergue, IB (douzième mois); le tout dans une couronne de lierre et de baies. BMC Pontus - cf. 44, 6 (autre mois et année, monogramme dans le champ droit); SNG BM Black Sea - ; SNG Copenhagen - cf. 236 (même année et monogramme mais inversé, monogramme supplémentaire et mois différent): F. de Callataÿ, op. cit ., 22, pl. 12, D65-R1a (cet exemplaire); Kraay-Hirmer pl. 211, 775 (variante).

BMC Pontus - cf. 44, 2, pl.VIII, 4 (autres date et monogramme); SNG BM Black Sea 1033; F. De Callatay, L´Histoire des Guerres Mithridatiques (1997) pl.V, D47-R5b. (même coin d’avers) ; De Luynes – cf. 2395 (sans date et autre monogramme); Kraay-Hirmer pl. 211, 773 (variante). Pozzi -, cf. 2097 (variante). De beau style hellénistique; joliment patiné ; flan large et bien centré; superbe exemplaire Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Jean Vinchon Numismatique, Paris, 14 mars 1989, 125.

eur: 2.500 – 3.750

130. CROMNA. vers 340 av. JC. Tétrobole, argent, 3,57 g. Av. Tête barbue laurée de Zeus à gauche, les cheveux relevés sous la couronne, quelques mèches tombant sur la nuque. Rv. [Κ]ΡΩΜΝΑ Tête tourellée d ‘Héra à gauche, les cheveux relevés sous la tourelle, parée d’un collier de perles et de pendants d’oreilles; devant, monogramme; derrière la nuque, étoile. BMC Paphlagonia – cf. 6 (étoile manque); SNG von Aulock - cf. 183 (autre monogramme, étoile manque); SNG BM Black Sea – cf. 1323 (étoile manque). De joli style ; joliment patiné ; très beau à superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Alain Weil, 15 janvier 2006, 13 et Monnaies et Médailles 54, 26 octobre 1978, 253.

Excellant style hellénistique; fineement patiné ; flan très large et bien centré; superbe exemplaire Exemplaire provenant de Tradart 13, Genève, 13 décembre 2001, 76 et de Tkalec & Rauch, Vienne, 14-5 avril 1986, 113.

eur: 3.000 – 4.500

eur: 300 – 450


BITHYNIE 131. SINOPE, 400-370. Drachme lourde, argent, 6,16 g.

132. SINOPE, vers 306-290. Tétrobole, argent, 2,44 g.

Av. Tête de la nymphe Sinopé à gauche, les cheveux retenus par un sakkos, parée de pendants d’oreilles, dans un cercle perlé. Rv. ΣIΝΟ Aigle volant à gauche, tenant dans ses serres un dauphin; dans le champ droit, ΠΑΣI.

Av. Tête de la nymphe Sinopé à gauche, les cheveux retenus par un sakkos, parée de pendants d’oreilles, dans un cercle perlé. Rv. ΣIΝΟ Proue de navire à gauche, décorée d’une étoile; dans le champ gauche, aplustre, corne d’abondance et monogramme.

Traité II, - 2945 (autre magistrat); BMC Paphlagonia - cf. 95, 7 (autre magistrat); SNG von Aulock - cf. 205 (autre magistrat); SNG BM Black Sea 1415; SNG Copenhagen - cf. 275 (autre magistrat); Rec. Gén. - cf. 197* (autres magistrats); E. S. G. Robinson, Sinope, NC 1930, 5, pl. 1, 5; E. S. G. Robinson, A find of coins from Sinope, NC 1920, - ; M. J. P. Sixt, Sinope, NC 1885, - cf. 32 (ΠΟΣI).

Traité II, - cf 2952 (même symbole, autre monogramme); BMC Paphlagonia - cf. 98, 26ss (autre symboles et monogrammes); SNG von Aulock – cf. 221 (autres symboles et monogrammes; SNG BM Black Sea - ; SNG Copenhagen – cf. 294ss (autres symboles et monogrammes) ; E. S. G. Robinson, Sinope, NC 1930, - . Rare variante ; joli style ; finement patiné ; superbe.

Rare; de très beau style; joliment patiné; de beau relief; superbe exemplaire. Une monnaie charmante de toute beauté.

Médaillier Albert Hofer.

Av. TO.NKTI.CTAN Buste diadémé et barbu d’Héraclès (fondateur de la ville) à gauche, tenant la massue sur l’épaule droite et la peau du lion de Némée sur l’épaule gauche; le tout dans un cercle cordé. Rv. HRAKΛEΩTAN MATOC AΠO-IKON ΠOΛIΩN/ΠONTO AΠC Zeus (ou le Démos), à demi nu, assis à gauche, tenant une phiale dans la main droite et s’appuyant sur un long sceptre de la main gauche; à ses pieds, figures des trois Grâces; le tout dans un cercle cordé. BMC Bithynia - ; SNG von Aulock - cf. 6938 (Héraclès à droite et inscription différente au revers)); Rec.Gén. - cf. 357,72, pl. LVII, 12 (Héraclès à droite) et 77, 78, pl. LVII, 17-18 (même coin d’avers mais autres revers). Très rare variante; beau style vigoureux; patine marron-vert foncé; flan large et bien centré ; très beau à superbe.

Médaillier Albert Hofer. Exemplaire provenant de Tradart 7, Genève, 16 novembre 1994, 70 et de l’ancienne collection «The Property of A WELL-KNOWN AMATEUR», Sotheby, Wilkinson & Hodge, London, le 2 mai 1905, 256.

eur: 1.600 – 2.400

133. HERACLEE DU PONT, 200-240. Bronze, 24,35 g.

Exemplaire provenant de Tradart 5, Genève 16 novembre 1992, 95.

eur: 200 – 300

eur: 3.000 – 4.500

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

73


MYSIE M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

74

134. CYZIQUE, 500-450. Hecté, electrum, 2,70 g.

135. CYZIQUE, 480-450, Obole, argent, 0,77 g.

136. CYZIQUE, 450-400. Hecté, électrum, 2,70 g.

Av. Laie debout sur un thon à gauche. Rv. Carré creux quadriparti.

Av. Protomé de sanglier à gauche ; sur l’épaule, E (rétrograde) ; dans le champ droit, thon. Rv. Tête de lion rugissant à gauche.

Av. Deux aigles perchés face à face sur l’omphalos; au-dessous, thon. Rv. Carré incus quadripartite.

Traité II, 2800, pl. CLXXVIII, 5-6; BMC Mysia 35, 118 ; SNG Copenhagen 48; SNG von Aulock 7333.

Traité - ; BMC Mysia - cf. 32, 100, pl.VIII, 7 (Statère); SNG von Aulock - ; H.Von Fritze, Die Elektronprägung von Kyzikos, Nomisma VII, 1912, - cf. 100 (Statère);

Traité II 2778, pl. CLXXVII, 15; BMC Mysia 31, 90, pl.VII, 17; SNG von Aulock 7285; W. Greenwell, The electrum coinage of Cyzicus, London, 1887, 136; H.Von Fritze, Die Elektronprägung von Kyzikos, Nomisma VII, 1912, –

Joliment patiné ; superbe. Rare ; de très joli style ; très bel exemplaire. Exemplaire provenant de Gerhard Hirsch Nachfolger 181. München, 1994, lot n° 214.

De la plus grande rareté; unique dans cette dénomination; bien centré, superbe exemplaire. Une monnaie charmante et de toute beauté. Médaillier Albert Hofer. Exemplaire provenant Monnaies et Médailles 54, Bâle, 26 octobre 1978, 266. Magnifique représentation de la pierre sacrée qui se trouvait dans l’Adiyton du sanctuaire de Delphes. Cet omphalos consacré à Zeus Orios marquait le milieu du monde, la frontière entre les moitiés orientales et occidentale du disque terrestre. Objet sacral de première importance, il était recouvert d’un filet de laine formé de bandelettes nouées et flanqué de deux aigles en or, cf, Monnaies et Médailles, op. cit, p.39

eur: 4.000 – 6.000

eur: 300 – 450

eur: 8.000 – 12.000


137. CYZIQUE, 390-342/1. Drachme, argent, 3,25 g.

138. CYZIQUE, vers 350. Tétradrachme, argent, 15,31 g.

139. PARION, 4ème siècle av. JC. Hémidrachme, argent, 2,50 g.

Av. ΣΩTEI [PA] ΣΩΤΕΙΡΑ Tête de Koré Soteira à gauche, les cheveux retenus derrière un bandeau et deux épis de blé, parée d’un collier et de pendants d’oreilles Rv. KU-H Tête de lion rugissant à gauche; au-dessous, thon à gauche.

Av. ΣΩΤΕΙΡΑ Tête de Koré Soteira à gauche, les cheveux retenus derrière un bandeau et deux épis de blé, parée d’un collier et de pendants d’oreilles. Rv. KU-H-I Tête de lion rugissant à gauche; dans le champ droit, oinochoe; au-dessous, thon à gauche.

Av. Masque de Gorgone de face, tirant la langue ; au pourtour, serpents. Rv. ΠΑ-ΡΙ Taureau debout à gauche, regardant en arrière ; patère.

Traité II, - cf. 2813 ; BMC Mysia, 36, 131, pl. IX, 12; SNG von Aulock 1221;.SNG France 5, 410; H.Von Fritze, Nomisma IX, 23.

BMC Mysia 36, 124 (autres symboles); SNG von Aulock.7739; SNG Copenhagen 53; H.Von Fritze, op. cit, pl.V, 32.

Rare; de très beau style ; joliment patiné ; presque superbe /très beau.

De beau ; joliment patiné ; très bel exemplaire.

Traité II, 2581, pl. CLXXII, 25; BMC Mysia 96, 31 ; SNG Copenhagen 261; Dewing 2201. Joli style; joliment patiné; très bel à superbe.

Médaillier Albert Hofer.

eur: 800 – 1.200

eur: 3.000 – 4.500

eur: 400 – 600

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

75


ROYAUME DE PERGAME

TROADE

EOLIDE

140. ATTALE Ier, 241-197 Tétradrachme, argent, 17,10 g.

141. SCEPSIS, vers 380 av. JC. Bronze, 9,27 g.

142. CYME, vers 160 av. JC. Tétradrachme, argent, 16,80 g.

Av. Tête laurée de Philétaire à droite. Rv. ΦIΛΕΤΑIΡΟΥ Athéna assise à gauche, coiffée d’un casque macédonien, couronnant le nom royal de la main droite et s’appuyant sur un bouclier décoré d’une tête de Gorgone du bras gauche, une lance posée sur son épaule droite; derrière, arc; dans le champ gauche, feuille de lierre; sous le bras monogramme; dans le champ droit, arc.

Av. Rhyton en forme de protomé de Pégase à droite dans un cercle perlé. Rv. Sapin dans un cadre rectangulaire; de part et d’autre, S et K ; dans le champ gauche extérieur, foudre ailé.

Av. Tête de l’Amazone Cymé à droite, les cheveux ceints d’un bandeau et retenus sur la nuque en chignon bas. Rv. ΚΥΜΑIΩΝ / ΚΑΛΛΙΑΣ Cheval bridé debout à droite, le membre antérieur gauche levé; au-dessous du membre antérieur gauche, vase à une anse; le tout dans une couronne de laurier.

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

76

BMC Mysia 117, 35; SNG von Aulock 1356; SNG Copenhagen 335; U. Westermark, Das Bildnis des Philetairos von Pergamon. Corpus der Münzprägung, Uppsala, 1961, 58, Gruppe IV A , pl. 6; Kraay-Hirmer pl. 203, 738. Beau portrait hellénistique; joliment patiné; superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Jean Vinchon Numismatique, Paris, 14 avril 1989, 132.

eur: 1.000 – 1.500

Traité II, - cf 2358, pl. CLXV, 11 (Σ K H et autre symbole dans le champ gauche au revers) ; BMC Troas - ; SNG von Aulock - ; SNG Copenhagen 473; Laffaille, 144 (cet exemplaire). Rare; patine vert foncé; très bel exemplaire. Exemplaire provenant de la collection Maurice Laffaille, P. Strauss, Collection Maurice Laffaille. Monnaies grecques en Bâle, 1990, 458 de Monnaies et Médailles 76, Bâle 19 septembre 1991, 458, et de Frank Sternbert XI, Zurich, 20 novembre 1981, 117.

eur: 1.000 – 1.500

BMC Aolis 111, 73; SNG Copenhagen 103; SNG von Aulock – cf. 1637 (détails de la chevelure différents); SNG Copenhagen 103;J. H. Oakley, The autonomous wreathed tetradrachms of Kyme, Aeolis, ANS MN 27, 1982, 16 (même coin d’avers) et 37 (revers); Kraay-Hirmer pl. 201, 724 ;Pozzi 2302. De très joli style; finement patiné ; superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Jean Vinchon Numismatique, 14 mars 1989, 135.

eur: 800 – 1.200


LESBOS 143. MYRINA, vers 160 av. JC. Tétradrachme, argent, 16,83 g. Av. Tête laurée d’Apollon de Grymium à droite, les cheveux longs et bouclés tombant sur la nuque. Rv. ΜΥΡIΝΑIΩΝ Apollon debout à droite, à demi nu, tenant une phiale dans la main droite et un rameau de laurier dans la main gauche; dans le champ gauche, monogramme; à ses pieds, omphalos et amphore; le tout dans une couronne de laurier. BMC Aeolis - cf. 136, 6 (AE au lieu du monogramme du haut); SNG von Aulock - cf. 1660 (autre monogramme); SNG Copenhagen - cf. 221 (autre monogramme); K.S. Sacks, The wreathed coins of Aeolian Myrina, ANS MN 30, 1985, 30.58j, pl. 15 5 (mêmes coins); De Luynes 2532; Kraay-Hirmer pl. 201, 725 (variante); Jenkins 675-676 (variante). Rare variante ; de joli style ; finement patiné ; de flan large ; superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant des Jean Vinchon Numismatique, Paris, 17 novembre 1990, 31.

eur: 800 – 1.200

144. MÉTHYMNA. vers 500-450. Didrachme, argent, 8,53 g. Av. MATuVMNAIOS Sanglier avançant à droite sur une ligne de terre, la tête baissée. Rv. MATuVMNAIOS Tête d’Athéna à droite, coiffée d’un casque à panache décoré d’un protomé de Pégase à l’avant du cimier et de volutes sur la partie latérale; le tout dans un carré incus perlé. Traité I, 615, pl. XV,19 (mêmes coins); BMC Troas 177, 3, pl. XXXVI, 7(mêmes coins); H. A. Cahn, Monnaies grecques archaïques, Bale, 1947, - cf. 10 ; SNG Copenhagen 345 (mêmes coins); Boston 1661 (mêmes coins);

145. MYTILENE, 412-378. Hecté, électrum, 2,54 g. Av. Tête tourelée d’Artémis Cybèle à droite. Rv. Tête d’Hermès à droite, coiffé du pétase, dans un carré incus. Traité II, 2188, pl. clx, 25; BMC Lesbos, 163, 69, pl. XXXIII, 12-13; SNG von Aulock 1725; SNG Copenhagen 327; SNG Fitzwilliam 4358; F. Bodenstedt, Die Elektromünzen von Phokaia und Mytilene, Tübingen, 1981, My 75, pl. 26; Boston 1714; Weber 5644; De Luynes 2559. Joli style ; presque superbe ; très beau. Médaillier Albert Hofer.

Très rare ; excellent style ; joliment patiné ; très bel exemplaire. Exemplaire provenant des collections du professeur Herbert A. Cahn, Numismatica Genenvensi , Genève, le 27 novembre 2012, 80 et R Käpeli, publié dans K. Schefold, Meisterwerke griechischer Kunst, Bâle, 1960. 404.

eur: 15.000 – 22.500

eur: 1.500 – 2.250

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

77


IONIE M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

78

146. ATELIER INDÉTERMINÉ, vers 650-600. Trite, électrum, 4,76 g.

147. ATELIER INDETERMINE, vers 600-550. Hecté, électrum, 2,76 g.

148. ATELIER INDETERMINE, vers 550 av. JC. Hecté, électrum, 2,24 g.

Av. motif indéterminé sur une surface striée. Rv. Deux carrés incus juxtaposés, dvisés par plusieurs lignes.

Av. Bouquetin accroupi à gauche, la tête retournée. Rv. Carré creux irrégulier.

Av. Décor floral stylisé avec un globule central et quatre pétales rainurés. Rv. Carré creux irrégulier.

Traité I - ; BMC Ionia - ; SNG Kayhan – cf. 673 (surface différente à l’avers) ; SNG von Aulock – cf. 7761 (surface différente à l’avers) ; L. Weidauer, Probleme der frühen Elektronprägung, Typos 1, Fribourg (Suisse), 1975, - cf. 11-3, et 18-25 et 177. D’une grande rareté, seulement trois exemplaires connus ; très beau.

Traité - ; BMC Ionia - ; SNG von Aulock - ; Gemini VI, - cf. lot 158 De la plus grande rareté ; très joli style ; bien centré ; superbe. Une monnaie charmante de toute beauté. Exemplaire provenant de Tradart 4, Genève, 12 décembre 1991, 147 et de Tradart 8, Genève, 16 novembre 1995, 82.

Exemplaire provenant de Triton XIV, New York, 4 janvier 2011, 300.

eur: 1.600 – 2.400

eur: 6.000 – 9.000

Traité - ; BMC Lesbos - ; SNG von Aulock - ; L. Weidauer, Probleme der frühen Elektronprägung, Typos I, 1975, - ; Rosen - cf. 273 (hémi-hecté). Très rare ; superbe exemplaire. Une monnaie charmante et de toute beauté. Médaillier Albert Hofer. Exemplaire provenant de Tradart 6, Genève 18 novembre 1993, 99.

eur: 4.000 – 6.000


149. COLOPHON, vers 450-410. Quart d’obole, argent, 0,32 g. Av. Tête laurée d’Apollon à droite. Rv. Monogramme TE dans un carré incus. Traité II, 1911, CLIII, 14; BMC Ionia - ; SNG von Aulock - ; SNG Kayhan 358 ; J. Milne, Kolophon and its coinage, ANS NNM 96, 1941, 31, Jolie patine de trouvaille ; très beau. Médaillier Albert Hofer.

eur: 150 – 225

150. EPHESE, vers 360-350. Tétradrachme, argent, 14,82 g.

151. EPHESE, 280-250. Octobole, argent, 5,05 g..

Av. E-Φ Abeille; le tout dans un cercle perlé. Rv. ΠΥΡΩΝ Protomé de cerf à droite, la tête retournée; dans le champ gauche, palmier.

Av. Tête diadémée d’Artémis à droite, les cheveux relevés et noués en chignon, l’arc et le carquois sur l’épaule; le tout dans un cercle perlé. Rv. ΕΦ / [ΣΥ]ΡΑΚΟΣΙΟΣ. Protomé de cerf à droite, la tête retrournée; dans le champ gauche, palmier; dans le champ droit, abeille.

Traite II, 1883; BMC Ionia – cf. 58, 86ss (autres magistrats) ; SNG von Aulock – cf. 1832-1834 (autres inscriptions au revers); SNG Copenhagen - .cf. 284ss (autres magistrats) ; B.V. Head, On the chronological Sequence of the Coins of Ephesus, Londres/Paris, 1880, - . Rare variante ; finement patiné ; superbe.

BMC Ionia – cf. 57, 79, pl. X, 8 (autre magistrat); SNG von Aulock 1841; SNG Khayan 268-269. Rare; de très joli style; superbe exemplaire. Une monnaie charmante et de toute beauté.

Médaillier Albert Hofer.

Médaillier Albert Hofer. Publie dans Splendeurs et témoignages, 129, 30

eur: 4.000 – 6.000

eur: 5.000 – 7.500

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

79


M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

80

152. MAGNESIE DU MEANDRE, vers 160 av. JC. Tétradrachme, argent, 16,82 g.

153. MAGNESIE DU MEANDRE, vers 160 av. JC. Tétradrachme, argent, 17,00 g.

Av. Buste diadémé et drapé d’Artémis à droite, les cheveux noués en chignon bas, l’arc et le carquois sur l’épaule Rv. ΜΑΓΝΗΤΩΝ / ΕΥΦΗΜΟΣ / ΠΑΥΣΑΝIΟΥ Apollon nu debout à gauche sur un méandre, tenant des bandelettes dans la main droite et s’appuyant contre un trépied du bras gauche, sur le trépied, carquois; le tout dans une couronne de laurier.

Av. Buste diadémé et drapé d’Artémis à droite, les cheveux noués en chignon bas, l’arc et le carquois sur l’épaule Rv. ΜΑΓΝΗΤΩΝ / ΕΡΑΣΙΠΠΟΣ / ΑΡΙΣΤΕΟΥ Apollon nu debout à gauche sur un méandre, tenant des bandelettes dans la main droite et s’appuyant contre un trépied du bras gauche, sur le trépied, carquois; le tout dans une couronne de laurier.

BMC Ionia 162, 36, pl. XVIII, 9; SNG von Aulock – ; SNG Berry 1068; SNG Copenhagen – cf. 844 (autre magistrat, même patronyme); SNG Lewis 931 (même coin d’avers); N. F. Jones, The Autonomous Wreathed Tetradrachms of Magnesia-on-Maeander, ANS MN 24, 1979, 103, 17, pl. 24; Kraay-Hirmer pl. 181, 610.

BMC Ionia 162, 37 pl. XVIII, 10; SNG von Aulock 2042; SNG Berry 1067 (même coin d’avers); SNG Copenhagen - ; N. F. Jones, The Autonomous Wreathed Tetradrachms of Magnesia-on-Maeander, ANS MN 24, 1979, 107, 27.

Joli style; finement patiné; presque superbe

Médaillier Albert Hofer.

154. PHOCEE, 387-326, Hecté, électrum, 2,52 g. Av. Tête d’Omphale à gauche, parée de pendants d’oreilles et coiffée de la peau du lion de Némée; sur l’épaule droite, massue; au-dessous, petit phoque. Rv. Carré incus quadriparti. Traité II 2123, pl. CLVIII, 39, 40 ; BMC Ionia 211, 52-55, pl.V, 8; SNG von Aulock 2133; SNG Copenhagen 1028; F. Bodenstedt, Die Elektronmünzen von Phokaia und Mytilene, Tübingen, 1981, 107a, pl. 49. Trés joli style; bien centré; superbe. Médaillier Albert Hofer.

Très joli style; finement patiné; superbe.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Bernard Poindessault Josianne Védrines, vente sur offres, Paris, 30 mars 1989, 50.

eur: 800 – 1.200

eur: 1.000 – 1.500

eur: 1.600 – 2.400


CARIE 155. PRIENE, vers 334-160. Bronze, 1,03 g.

156. TEOS, 495/490-478. Statère, argent, 12,25 g.

157. COS, 300-190. Tétradrachme, argent, 15,02 g.

Av. Tête casquée d’Athéna à droite. Rv. ΠΡΙΗ / ΑΡΤΕΜΙΔ dans un méandre en forme de cercle.

Av. [T]-H-I-O Griffon assis à droite sur une ligne perlée, les ailes fermées, la patte antérieure gauche levée; dans le champ droit, la tête d’un africain à droite. Rv. Carré creux quadriparti.

Av. Tête imberbe d’Héraclès à droite, coiffée de la peau du lion de Némée. Rv. KΩION / ΜΙΚΩΝ Crabe ; au-dessous, arc et carquois ; le tout dans un carré incus bordé d’un carré perlé.

Traité I - cf. 506 (autre symbole à l’avers); BMC Ionia – cf. 310, 6 (autre symbole); SNG von Aulock - cf. 2254 (autre symbole et sans inscription); SNG Copenhagen - cf. 1436-1437 (autre symbole); J.M. Balcer, The early silver coinage of Teos, RSN 47, 1968 - , cf. 27 (autre symbole)

Traité II – cf. 1750 (autres magistrats); BMC Caria – cf. 197, 42 (autre magistrat); SNG von Aulock – cf. 2753 (autre magistrat); SNG Copenhagen – 628ss (autres magistrats).

BMC Ionia - ; SNG Copenhagen - cf.1087 (autre magistrat) ; SNG von Aulock - cf. 2154 (plus lourd et autre magistrat) ; SNG Tübingen - cf. 3140 (autre magistrat) ; K. Regling, Die Münzen von Priene, Berlin, 1927, - cf. 62ss (autres magistrats). Rare ; de joli style ; très belle patine verte; flan large ; superbe exemplaire Une monnaie charmante et de toute beauté. Exemplaire provenant de Hauck & Aufauser 18, Munich, 5 octobre 2004, 234.

Rare variante ; finement patiné ; de beau style ; très beau à superbe.

Rare ; joliment patiné ; superbe. Médaillier Albert Hofer.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de la liste à prix marqués n° 40, Ponsignon Numismatique, décembre 1995, 602.

eur: 500 – 750

eur: 4.000 – 6.000

eur: 1.500 – 2.250

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

81


DYNASTES DE CARIE M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

82

158. COS, 340-350. Didrachme, argent, 6,88 g. Av. Tête barbue d’Héraclès à droite, coiffée de la peau du lion de Némée. Rv. [KΩION] / ΒΙΤΩΝ Tête voilée de Démeter (?) à gauche. BMC Caria, 196, 22 ; SNG von Aulock 2752; SNG Copenhagen 621; SNG Keckman 289; Jameson 1545. Joliment patiné ; de beau style ; presque superbe Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, liste à prix marqués, Paris, 29 décembre 1990, 18.

eur: 1.600 – 2.400

159. MAUSOLE, 353-337. Halicarnasse. Tétradrachme, argent, 14,78 g.

160. PIXODAROS, 340-334. Halicarnasse. Didrachme, argent, 7,04 g.

Av. Tête laurée d’Apollon de trois quarts de face à droite, la chlamyde nouée autour du cou. Rv. ΜΑΥΣΣΩΛΛΟ Zeus Stratios (qui préside aux armées) debout à droite, tenant une bipenne dans la main droite et un sceptre dans la main gauche.

Av. Tête laurée d’Apollon de trois quart de face à droite, une chlamyde nouée autour du cou. Rv. ΠIΞΩΔAPOU Zeus Stratios (qui préside aux armées) debout à droite, tenant une bipenne dans la main droite et un sceptre dans la main gauche.

Traité II, 91-92, pl. XC, 3-4; BMC Caria 181, 1-2; SNG von Aulock - cf. 2360 (lettres dans le champ); SNG Copenhagen 590; Gulbenkian 2, 781; Kraay-Hirmer pl. 187, 638 (variante).

Traité II, 111, pl. XC, 20; BMC Caria 185, 6, pl. XXVIII, 13 ; SNG von Aulock - ; SNG Copenhagen 596-7.

Finement patiné ;TB à très beau.

Excellent style; joliment patiné; flan large; superbe exemplaire. Une monnaie charmante et de toute beauté.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant d’Argenor Numismatique, liste à prix marqués, octobre 2001, 405.

Médaillier Albert Hofer. Exemplaire provenant de la trouvaille de « Pixodaros ».

eur: 400 – 600

eur: 4.000 – 6.000


ILES DE CARIE 161. PIXODAROS, 340-334. Halicarnasse. Didrachme, argent, 6,94 g. Av. Tête laurée d’Apollon de trois quart de face à droite, une chlamyde nouée autour du cou. Rv. [Π]IΞΩΔAPOU Zeus Stratios (qui préside aux armées) debout à droite, tenant une bipenne dans la main droite et un sceptre dans la main gauche. Traité II, 111, pl. XC, 20; BMC Caria 185, 6, pl. XXVIII, 13; SNG von Aulock 2375; SNG Copenhagen 596-7. Finement patiné; très beau à superbe. Médaillier René Baron.

eur: 500 – 750

162. RHODES, vers 230-188. Tétradrachme, argent, 13,70 g.

163. RHODES, vers 250 av. JC. Didrachme, argent, 6,77 g.

Av. Tête radiée d’Helios de trois quarts de face à droite. Rv. POΔION / AMEIN-IAΣ Rose avec la feuille et le bouton à droite; dans le champ gauche, proue; le tout dans un cercle perlé.

Av. Tête radiée d’Hélios de trois quarts de face à droite. Rv. POΔION Rose avec la feuille et le bouton à droite; dans le champ gauche, faucille et EY; le tout dans un cercle perlé.

BMC Caria 241, 120, pl. XXXVIII, 1; SNG von Aulock 2799; SNG Keckman 542 (séparation différente de l’inscription au revers); Boston 2054; Kraay-Hirmer 189, 647 (variante);

Traité II, 1723. BMC Caria 235, 53-5, pl. XXXVII, 3; SNG von Aulock – cf. 2804-2808 (autres symboles et magistrats); SNG Copenhagen – cf. 728 (autre symbole); SNG Keckman 532.

Haut relief; très beau à superbe.

Joliment patiné de haut relief et bien centré ; superbe.

Médaillier Albert Hofer. Exemplaire provenant de Exemplaire provenant de Tradart 8, Genève, 16 novembre 1995, 91.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Jean Vinchon Numismatique, Paris, 23 avril 1990, 606.

eur: 2.000 – 3.000

eur: 600 – 900

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

83


M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

84

164. RHODES, 125-88. Drachme, argent, 3,00 g. Av. Tête radiée d’Hélios à droite, les cheveux longs tombant sur la nuque. Rv. P-O / ΦΙΛΩΚΡΑΤΗΣ Rose avec la feuille et le bouton à droite ; dans le champ gauche, bucranium; P et O de part et d’autre de la rose; le tout dans un carré incus. Traité II, 1726. BMC Caria 235, 48 ; SNG von Aulock – cf. 2825 (autre symbole et autre magistrat); SNG Copenhagen 822 ; SNG Keckman - ; G.K. Jenkins, Rhodian Plinthophoroi - a sketch, Essays Kraay-Mørkholm, 21 (même coin de revers) De joli style ; belle patiné de trouvaille ; superbe.

165. RHODES ou MACÉDOINE, II siècle av. JC. Hémidrachme, argent, 2,72 g. Av. Tête radiée d’Hélios de trois quarts de face à droite. Rv. Rose avec la feuille et le bouton à droite; de part et d’autre de la tige, Ζ − Ω; au-dessus, ERMIAS (nom de magistrat ); le tout dans un cercle perlé. Traité II, 1723; BMC Caria 235, 53-5, pl. XXXVII, 3; SNG von Aulock - ; SNG Copenhagen – cf. 728 (autre symbole); SNG Keckman - . Joliment patiné; superbe exemplaire. Médaillier Albert Hofer.

Médaillier Albert Hofer.

eur: 300 – 450

eur: 300 – 450


200

M o nn a i e s & m ĂŠ d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

85


M o nn a i e s & m ĂŠ d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

177.

86

191.

203.


170. 178.

181. 184.

190.

201. 195.

202.

M o nn a i e s & m ĂŠ d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

166. 168.

87


lydie

ROYAUME DE LYDIE M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

88

166. CRESUS, 561-546. Sardes, vers 550( ?)-520. Statère, or, 8,08 g.

167. CRESUS, 561-546. Sardes, vers 550( ?)-520. Sheckel, argent, 5,31 g.

168. TRALLES, 128-85. Quart de cistophore, argent, 3,29 g.

Av. Protomé de lion et de taureau face à face. Rv. Deux carrés incus juxtaposés à fond irrégulier.

Av. Protomé de lion et de taureau face à face. Rv. Deux carrés incus juxtaposés à fond irrégulier.

Traité I, 401-402, pl. X, 2-3; BMC Lydia 6, 32, pl. I, 15; SNG von Aulock 2875; I. Carradice, Coinage and Administration in the Athenian and Persian Empires, BAR Int. Series 343, 1987, pl. X, 6.

Traité I, 409, pl. X, 9; BMC Lydia 7, 41; SNG von Aulock 2877 (même coin d’avers); SNG Copenhagen 456; Rosen 663.

Av. Peau du lion de Némée posée sur une massue ; le tout dans une couronne de blé. Rv. TPAΛ/ME-NA Grappe de raisins entourée de feuilles de vigne; à droite, buste de Dionysos diadémé à droite.

Superbe. Médaillier Albert Hofer.

Médaillier Albert Hofer. Exemplaire provenant de Tradart 7, Genève, 16 novembre 1994, 95.

eur: 6.000 – 9.000

eur: 2.000 – 3.000

Variante probablement inédite. Joliment patiné; très bel exemplaire. BMC Lydie -. ;SNG Von Aulock, - cf. 32673270. Très rare variante ; joliment patiné ; très bel exemplaire. Une monnaie de toute beauté.

eur: 2.000 – 3.000


DYNASTES DE LYCIE

PHRYGIE 169. APAMEE, 133-48. Bronze, 6,74 g. Av. Buste drapé d’Athéna à droite, portant l’égide, coiffée d’un casque à panache. Rv. ΑΠΑΜΕΩΝ / ΑΝΔΡΟΝΙΚΟΥ /ΑΛΚΙΟΥ Aigle volant de trois quarts à droite, les ailes déployées; au-dessus, étoile ; au-dessous, méandre entouré de part et d’autre des pilei des Dioscures surmontés d’une étoile. BMC Phrygia, 76, 38; SNG Copenhagen 163; Laffaille 169. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de la collection Maurice Laffaille, Pierre Strauss, Monnaies grecques en Bâle, 1990, 512 et Monnaies et Médailles 76, Bâle, 19 septembre 1991, 512.

170. KHEREI, 425-410. Xanthos, après 412 av. JC. Statère, argent, 8,61 g. Av. Tête d’Athéna à gauche, coiffée d’un casque à panache décoré d’un fleuron et de trois feuilles d’olivier. Rv. Tête barbue et laurée de Kherei à gauche, coiffée d’un bonnet phrygien; dans le champ supérieur gauche, monogramme n; le tout dans un carré creux. Traité II - cf. 344, pl. XCIX, 2 (avec monogramme sur le casque d’Athéna); BMC Lycia - ; SNG von Aulock - ; O. Mørkholm - J. Zahle, The coinages of the Lycian dynasts Kheriga, Kherêi and Erbbina, Acta Archeologica 47, 1976, 57 (même coins de revers); W. Schwabacher, Lycian Coin-Portraits, Essays Robinson, pl. 11, 3 (même coin de revers); N.Vismara, - .

171. DYNASTE INDERTERMINE. Masicytes, Ier siècle av. JC. Hémidrachme, argent, 1,87 g. Av. L-U Tête laurée d’Apollon à droite, les cheveux longs noués en chignon et tombant en boucles sur la nuque. Rv. M-A Lyre; dans le champ droit, trépied; le tout dans un carré creux. BMC Lycia 64, 14, pl. XIII, 16 SNG Copenhagen – cf. 81ss (autres symbole) SNG von Aulock 4330. Finement patiné ; très beau à superbe. Médaillier Albert Hofer.

Très rare variante; beau style; joliment patiné ; très beau/superbe exemplaire. Exemplaire provenant de Exemplaire provenant de Tradart 8, Genève, 16 novembre 1995, 97.

eur: 200 – 300

eur: 4.000 – 6.000

eur: 150 – 225

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

89


CILICIE

PAMPHILIE M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

90

172. ASPENDOS, 370-330. Statère, argent, 11,02 g. Av. Deux athlètes nus debout sur une ligne de terre, luttant front contre front et se saisissant par les bras; entre eux, LΦ; le tout dans un cercle perlé. Rv. ΕIΤΕFΕΔIIU Jeune homme debout à droite, la jambe gauche avancée, vêtu d’une courte tunique, tirant à la fronde; dans le champ droit, triskèle à jambes humaines; le tout dans un carré perlé. Traité II, 1574; BMC Pamphylia, 93, 35; SNG von Aulock 4565 (même coin d’avers); SNG Berry 1225 (graffiti au revers); SNG Copenhagen 180ss; Kraay-Hirmer pl. 192, 664 (variante). Joliment patiné ; petite cassure de coins à l’avers, sinon très beau/ superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Argenor Numismatique, 29 octobre 2001, 417.

eur: 800 – 1.200

173. ASPENDOS, vers 250 av. JC. Statère, argent, 9,89 g. Av. Deux athlètes nus debout sur une ligne de terre, luttant front contre front et se saisissant par les bras; entre eux, E; le tout dans un cercle perlé. Rv. ΕΣΤFΕΔIΥ Jeune homme debout à droite, la jambe gauche avancée, vêtu d’une courte tunique, tirant à la fronde; dans le champ droit, triskèle à jambes humaines au-dessus d’une massue; le tout dans un cercle perlé.

174. CELENDERIS, 425-400. Obole argent, 0,85 g. Av. Protomé de Pégase à droite ; dans un cercle perlé. Rv. ΚΕ−Λ Bouquetin assis à droite, la tête retournée. BMC Cilicia 56, 30, pl. X, 7 ; SNG Levante 27; SNG France 81; SNG von Aulock 5635; SNG Delepierre 2835. Joliment patiné ;Très beau/superbe.

Traité II, - ; BMC Pamphilia - cf. 101, 63 (O entre les jambes du frondeur); SNG von Aulock 4574; SNG Berry 1230 (mêmes coins); SNG France 3, 124. Joliment patiné; superbe. Médaillier Albert Hofer.

eur: 1.000 – 1.500

eur: 300 – 450


175. NAGIDOS, vers 380-360. Statère, argent, 10,77 g.

176. NAGIDOS, vers 380-360. Statère, argent, 10,27 g.

177. SOLI, 350-300. Statère, argent, 10,80 g.

Av. Aphrodite drapée trônant à gauche, présentant une phiale dans la main droite au-dessus d’un autel incandescent; derrière, Niké debout à gauche la couronnant; le tout dans un cercle perlé. Rv. ΝΑΓIΔΕΩ/Ν Dionysos Pogon debout à gauche, la poitrine nue et la chlamyde rejetée sur l’épaule, tenant un cep de vigne avec une grappe de raisin dans la main droite et son thyrse dans la main gauche; dans le champ gauche, monogramme.

Av. Aphrodite drapée trônant à gauche, présentant une phiale dans la main droite, le bras gauche posé sur le trône, couronnée par Eros volant à droite; sous le trône, rat; le tout dans un cercle perlé. Rv. ΝΑΓIΔΕΩΝ Dionysos Pogon debout à gauche, la poitrine nue et la chlamyde rejetée sur l’épaule, tenant un cep de vigne avec une grappe de raisin dans la main droite et son thyrse dans la main gauche ; dans le champ gauche, ΠV et contremarque représentant un taureau marchant à droite; le tout dans un cercle perlé.

Av. Tête d’Athéna à droite, coiffée d’un casque à panache orné d’un griffon, les cheveux longs dépassant sous le casque, parée d’un collier de perles. Rv. ΣΟΛΕΩΝ / AI / PE Cep de vigne avec grappe de raisin et vrilles.

Traité II - cf. 1517, pl. CXLI, 16 (sans monogramme); BMC Cilicia - cf. 111, 12 (sans monogramme au revers); SNG von Aulock - cf. 5756 (pas d’autel et autre monogramme); SNG Berry - ; SNG Copenhagen - cf. 179 ss (pas d’autel à l’avers et autre monogramme); SNG France 2, - ; Ph. Lederer, Die Staterprägung der Stadt Nagidos, ZfN 41, 1931, 26. Très rare variante ; très finement patiné; presque superbe/superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire acquis auprès d’Argenor Numismatique, octobre 2002.

Traité II, - cf. 1523 (autres lettres au revers) BMC Cilicia cf. – 115, 26, pl. XX, 10 (autre lettre au revers, sinon même contremarque revers) SNG von Aulock - ; SNG Berry – cf. 1283-1284 (autres monogrammes et sans contremarque); SNG Copenhagen – cf. 179 (monogramme à la place des lettres au revers, même contremarque); SNG France 2, - ; SNG Levante 13 (autre contremarque) ; Ph. Lederer, op. cit, - cf. 45-46 (autres lettres).

Traité II, 1431, pl. CXXXIX, 2; BMC Cilicia - cf. 147, 18, pl. XXV, 15 (ΣΟΛIΩΝ et sans AI/PE); SNG Copenhagen – cf. 235/6 (ΣΟΛIΩΝ et sans AI/PE); SNG France 2, 174;; Boston - . Rare; de beau style; joliment patiné; flan large et bien centré ; superbe exemplaire. Une monnaie de toute beauté Médaillier René Baron. Acquis auprès de Tradart, décembre 1991.

Rare variante ; joliment patiné ; magnifique contremarque au revers; superbe exemplaire. Médaillier Albert Hofer.

eur: 500 – 750

eur: 3.000 – 4.500

eur: 4.000 – 6.000

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

91


ROYAUME DE CAPPADOCE M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

92

178. TARSE, 373-368. Datamès, 378-362. Statère, argent, 10,73 g.

179. TARSE, 361-334. Mazaïos. Statère, argent, 10,97 g.

Av. («Baaltar» en caractères araméens) Baaltar barbu à demi nu, trônant à gauche, la tête de face, tenant un sceptre et une grappe de raisin surmonté par un épi de blé dans la main droite; dans le champ gauche, aigle et caractères araméens; sous le trône, caractère araméen; le tout dans un cercle perlé. Rv. («Datames» en caractères araméens) Datamès et le dieu Ana debout face à face, entre eux, thymiaterion; le tout dans carré incus bordé de perles.

Av. («Baaltar» en caractère araméens) Baaltar barbu à demi nu, trônant à gauche, la tête de face, tenant une grappe de raisin dans la main droite et s’appuyant sur un sceptre de la main gauche; dans le champ gauche, aigle, épi de blé et caractère araméen; sous le trône, caractère araméen; le tout dans un cercle perlé. Rv. («Mazaïos» en caractères araméens) Lion attaquant un taureau à gauche, la tête de face; au-dessous, monogramme; le tout dans cercle linéaire.

Traité II, 620, pl. CIX, 14; BMC Cilicia - cf. 168, 34-35 (Baaltar à droite); SNG Copenhagen – cf. 300 (Baaltar à droite) SNG von Aulock – cf. 5948-5950 (Baaltar à droite); J. P. Six, Le Satrape Mazaïos, NC, 1884, - cf. pl. 5, 10 (Baaltar trônant à droite).

Traité II, - cf.702, pl. CXII, 21 (le monogramme du revers est plus simple, en forme de croix ansée); BMC Cilicia - cf. 171, 52 (pas de monogramme au revers).

Joliment patiné; superbe exemplaire. Médaillier Albert Hofer.

SNG von Aulock – cf. 5960 (autres monogrammes); SNG Copenhagen – cf. 312 (caractère à la place du monogramme au revers) ;. SNG Levante 106; J. P. Six, Le Satrape Mazaïos, NC, 1884, - cf. pl. 5, 13 (pas de monogramme au revers) .

180. ARIARATHES IX EUSEBE PHILOPATOR, 101-87. 88/89 av. JC. Drachme, argent, 4,08 g. Av. Tête diadémée d’Ariarathes IX à droite. Rv. ΒΑΣIΛΕΩΣ / ΑΡIAPATΟΥ/ΕΥΣΕΒΟΥΣ Athéna Niképhore debout à gauche, Niké sur le bras droit; dans le champ droit, étoile et demi lune; dans le champ gauche, bouclier, lance et monogramme AN; à l’exergue, ΙΓ (= an 13 soit 88/89 av. JC) BMC Cappadocia 38, 6; SNG Copenhagen – cf. 144-147 (autres années); SNG von Aulock 6311; B. Simonetta, The Coins of the Cappadocian Kings, Typos II, 1977, p. 39, 9b. Finement patiné; flan large et bien centré; très beau. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines et B. Poindessault, vente sur offres, Paris, 30 mars 1989, 60.

Joliment patiné ; presque superbe / superbe exemplaire. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Poinsignon Numismatique, liste à prix marqués 32, mars 1991, 283.

eur: 1.500 – 2.250

eur: 800 – 1200

eur: 200 – 300


ROYAUME DE SYRIE

SELEUCIS ET PIERIE 181. APAMÉE, vers 69/8 av. JC., Bronze 9,07 g. Av. Tête laurée et barbue de Zeus à droite, dans un cercle perlé. Rv. ΑΠΑΜΕΩΝ ΤΗΣΙΕΡΑ ΚΑΙ ΑΙΑΣΥΛΟΥ Éléphant debout à droite; dans le champ, Z [ΛΣ]. BMC Seleucis and Pieria, 233, 3. SNG Copenhagen – De joli style ; belle patine vert foncé; superbe.

182. SÉLEUCOS Ier NICATOR, 312/11 - 281. Antioche, après 300 av. JC. Tétradrachme, argent, 17,23 g.

183. ANTIOCHOS IV EPIPHANES, 168-164. Antioche, 168-164. Tétradrachme, argent, 16,86 g.

Av. Tête imberbe d’Héraclès à droite, coiffée de la peau du lion de Némée; dans un cercle perlé. Rv. ΣΕΛΕΥΚΟΣ / [ΒΑ]ΣΙΛΕΩΣ Zeus Niképhore assis à gauche, Nikè sur le bras droit, tenant un sceptre dans la main gauche; dans le champ gauche, monogramme.

Av. Tête diadémée du jeune Antiochos à droite, dans un cercle linéaire. Rv. ΒΑΣΙΛΕΩΣ / ΑΝΤΙΟΧΟΥ / ΘΕΟΥ / ΕΠΙΦΑΝΟΥΣ / ΝΙΚΗΦΟΡΟΥ Zeus Niképhore assis à gauche, Nikè sur la main droite, tenant un sceptre dans la main gauche; dans le champ gauche, monogramme.

BMC The Seleucid Kings of Syria; SNG Copenhagen - ; SNG Spaer 2; A.A. Hougthon & C.C. Lorber, Seleucid Coins. A Comprehensive Catalogue I, New York/Lancaster, 2002, 13.2; WSM, 923;A. Houghton, Coins of the Seleucid Empire from the collection of Arthur Houghton, ANS ACNAC 4, 1983, 8.

BMC Seleucid Kings of Syria, - cf. 35, 21 (M au lieu du monogramme); SNG Copenhagen - ; SNG Fitzwilliam 5627; SNG Spaer 1006; SMA 72; Houghton - Lorber, op. cit., II, 1400d ; O. Mørkholm, Studies in the Coinage of Antiochos IV of Syria, 1963, pl. 9, A44 - P181 (même coin d’avers).

Très finement patiné; de haut relief; presque superbe. Finement patiné; beau style hellénistique; superbe. Médaillier René Baron. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrine-B. Poindessault, vente sur offres, Paris, 30 mars 1989, 62.

eur: 500 – 750

eur: 300 – 450

eur: 500 – 750

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

93


M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

94

184. ALEXANDRE Ier BALAS, 150-145. Tyr, 147-146. Tétradrachme, argent, 14,40 g. Av. Tête diadémée d’Alexandre Balas à droite dans un cercle perlé. Rv. AΛEΞANΔPOU BAΣIΛEΩΣ Aigle debout à gauche sur une proue, une palme sur l’aile gauche; dans le champ gauche, massue surmontée du monogramme de la ville; dans le champ droit, date CΞP (an 166 de l’ère Séleucide) et monogramme . BMC Seleucid Kings of Syria 51, 3; E.T. Newell, The Seleucid Coinage of Tyre, a Supplement, ANS NNM 73, 1936, 65; ; Houghton - Lorber, op. cit., II, 1835, 5; A. Hougthon, op. cit., 747. Beau portrait hellénistique ; joliment patiné ; superbe exemplaire.

eur: 800 – 1.200

185. DEMETRIOS II NIKATOR, 129-125, deuxième règne. Antioche, 129-128 (Tradart 1991). Tétradrachme, argent, 16,61 g. Av. Tête diadémée et barbue de Démétrios II à droite, portant la corne de Io, dans un cercle de bandelettes. Rv. ΒΑΣIΛΕΩΣ / ΔΗΜΗΤΡIΟΥ / ΘΕΟΥ ΝIΚΑ-ΤΟΡΟΣ Zeus Niképhore assis à gauche, Nikè sur la main droite, tenant un sceptre dans la main gauche; dans le champ gauche, Ξ; sous le trône, Ο.

186. ANTIOCHOS IX CYZICENOS, 110-109. Antioche, 110-109. Tétradrachme, argent, 15,74 g. Av. Tête diadémée et barbue d’Antiochos IX Cyzicène à gauche, dans un cercle de bandelettes. Rv. ΒΑΣIΛΕΩΣ /ANTIOXOU / ΦIΛOΠA− TOPOΣ Athéna Niképhore casquée et drapée debout à gauche, Nikè sur la main droite, une lance appuyée sur le bras gauche, tenant un bouclier posé à terre dans la main gauche; dans le champ gauche, monogramme et A; le tout dans une couronne de laurier.

BMC Seleucid Kings of Syria 77, 17; SNG Copenhagen 344; SNG Spaer 2162; SMA, 320-321; SMA, 320-321; Houghton/ Lorber, op. cit., II, 2168.1b; Houghton 17, 289 (même coin d’avers); Kraay-Hirmer pl. 207, 757.

BMC The Seleucid Kings of Syria, 92, 11; SNG Copenhagen – cf. 408 (autre monogramme); SNG Spaer 2699 (séparation différente de l’inscription au revers); SMA p. 101, pl. XII, 396;Hougthon-Lorber, op. cit., II, 2366.1d; A. Houghton, op. cit., 329ss (autre monogramme)

De très beat style hellénistique ; finement patiné; flan large et bien centré ; superbe.

Rare ; beau portrait hellénistique ; très beau à superbe.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Tradart 4, Genève, 12 décembre 1991, 201.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Claude Burgan Numismatique, vente sur offres, Paris, décembre 1991, 27.

eur: 2.000 – 3.000

eur: 500 – 750


PHéNICIE 187. OCCUPATION ROMAINE. Au nom de Philippe Philadelphe, 94-83. Antioche, après 83 av. JC. Tétradrachme, argent, 15,47 g. Av. Tête diadiémée de Philippe Philadelphe à droite dans un cercle de bandelettes. Rv. BAΣIΛE[ΩΣ] / ΦIΛIΠΠOU / EΠIΦANOUΣ / ΦIΛAΔEΛΦOU Zeus Niképhore assis à gauche, Nikè sur le bras droit, s’appuyant sur un sceptre de la main gauche; sous le trône, monogramme à l’exergue, N; le tout dans une couronne de laurier. Très finement patiné ; bien centré, superbe exemplaire.

188. ARADOS, 114-113. Hémidrachme, argent, 1,88 g.

189. ARADOS, 99-98. Tétradrachme, argent, 15,27 g.

Av. Buste tourelé de Tyché à droite, sur son épaule gauche, palme; le tout dans un cercle perlé. Rv. Proue de navire à gauche; au-dessus, MC et un caractère phénicien; au-dessous, MP (an 146 de l’ère d’Arados).

Av. Buste tourellé de Tyché à droite dans un cercle perlé. Rv. APAΔΙΩΝ Tyché debout à gauche, tenant un aphlaston dans la main droite et une palme dans la main gauche; dans le champ gauche, date AΞP et marque d’atelier: caractère phénicien / ΘC; le tout dans une couronne de laurier.

BMC Phoenicia – cf. 39, 318ss (au dessus, autres lettres; au dessous, autres dates); SNG Copenhagen – cf. 61 (au dessus, autres lettres; au dessous, autre date); E. Babelon, Les Perses Achéménides, les satrapes et les dynastes tributaires de leur empire, Chypre et Phénicie, Paris, 1893, -, cf. 1066 pl. XXIV, 5 (au dessus, autres lettres; au dessous, autre date).

BMC The Seleucid King of Syria - cf. 100, 15 (ΦA à gauche); SMA pp. 123-124; E.T. Newell, The pre-imperial coinage of Roman Antioch, NC, 1919, p.69, p. 87, 1, pl.VI, 1.

Très rare, variante; jolie patine foncée ; bien centré ; superbe.

eur: 300 – 450

eur: 400 – 600

BMC Phoenicia 26, 207; SNG Copenhagen – cf. 50 (date ultérieure et autre atelier). Très beau/superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Argenor Numismatique, Paris, 3 mai 2006, 184.

Exemplaire provenant de Monnaies et Médailles SA 90, Bâle, 14 juin 2000, 262.

eur: 300 – 450

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

95


ROYAUME DE PERSE

ROYAUME PARTHE M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

96

190. MITHRADATES II, 123-88. Ecbatane, 123/88. Drachme, argent, 4,11 g. Av. Buste barbu et diadémé de Mithradates II à gauche. Rv. ΒΑΣΙΛΕΩΣ / ΒΑΣΙΛΕΩΝ / ΜΕΓΑΛΟΥ / ΑΡΣΑΚΟΥ / ΕΠΙΦΑΝΟΥΣ Arsacès Ier en costume parthe et coiffé de la tiare diadémée, assis sur l’omphalos à droite, tenant un arc et une flèche dans la main droite. BMC Parthia 30, 66s, pl.VII, 6-7; D.G. Sellwood, An introduction to the coinage of Parthia, London, 1980, p. 77, 27. Joliment patiné ; superbe.

191. DARIUS I, 521-486 ou XERXES I, 486-465. Vers 500-485. Darique, or, 8,25 g. Av. Le Grand Roi barbu à demi agenouillé à droite sur une ligne de terre, coiffé de la cidaris, vêtu de la candys, un carquois sur l’épaule, tenant une lance dans la main droite et un arc dans la main gauche. Rv. Rectangle irrégulier incus. Traité II, 7, pl. LXXXVI, 10 (attribué à Darius II); BMC Persia - cf. 157, 67, pl. XXV, 18 (sicle d’argent, attribué à Darius II); I. Carradice, Coinage and administration in the Athenian and Persian empires, Oxford, 1987, - cf. pl. XI, 15 (sicle d’argent); E. S. G. Robinson, The beginnings of Achaemenid Coinage, NC 1958, - cf. pl. 15, 8-9 (sicle d’argent).

192. ROI INDÉTERMINÉ, Ve siècle av. JC . Darique, or, 8,43 g. Av. Le Grand Roi barbu à demi agenouillé à droite sur une ligne de terre, coiffé de la cidaris, vêtu de la candys, un carquois sur l’épaule, tenant une lance dans la main droite et un arc dans la main gauche. Rv. Rectangle irrégulier incus. Traité II, 12, pl. LXXXVI, 19; BMC Persia 153, 40ss, pl. XXIV, 24-26 ; SNG Copenhagen 274ss; I. Carradice, Coinage and administration in the Athenian and Persian Empires, Bar International Series, 343, 1987, type IIIb A/B pl. XIII, 27. Très beau.

Bien frappée; superbe exemplaire. Exemplaire provenant de Leu Numismatik AG 91, Zurich, le 10 mai 2004, 189.

eur: 300 – 450

eur: 6.000 – 9.000

eur: 800 - 1.200


ROYAUME DE bactriane 193. ROI INDETERMINE. Ve siècle av. JC. Darique, or, 8,30 g.

194. DÉMÉTRIOS I ANIKETOS, vers 200-185 AV. JC. Tétradrachme d’argent, 17,09 g

Av. Le Grand Roi barbu à demi agenouillé à droite sur une ligne de terre, coiffé de la cidaris, vêtu de la candys, un carquois sur l’épaule, tenant une lance dans la main droite et un arc dans la main gauche. Rv. Rectangle creux irrégulier.

Av. Buste drapé et diadémé de Démétrios Ier à droite, coiffé de la peau d’éléphant, dans un cercle perlé. Rv. BASILEWS - DHMHTRIOU Héraklès, nu et imberbe, debout de face, se couronnant de la main droite; tenant la massue de la main gauche, ainsi que sur le bras la dépouille de lion;; dans le champ gauche., monogramme.

Traité II, 16, pl. LXXXVI, 23; BMC Persia 159, 43, pl. XXIV, 26; SNG Copenhagen 275; I.Carradice, op. cit., Type III groupe A/B, pl. XIII, 27. Très beau. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Or Gestion Numismatique, liste à prix marqués n° 50, été 2005, 45.

eur: 800 – 1.200

BMC India, 6, 3-4 ; SNG ANS 190.; O. Bopearachchi, Monnaies gréco-bactriennes et indo-grecques, Catalogue raisonné, Paris 1991. 164, série I/F; M. Mitchiner, The ancient and classical world, 600 BC - AD 650, London, 1978, 103c Beau portrait hellénistique ; très finement patiné ; très beau

eur: 1.000 – 1.500

195. EUCRATIDES, 171-135. Tétradrachme, argent, 17,03 g. Av. Buste drapé et cuirassé d’Eukratidès à droite, coiffé d’un casque à panache orné d’une corne et d’une oreille de taureau; dans un cercle de bandelettes. Rv. BΑΣIΛΕΩΣ ΜΕΓΑΛΟΥ/ ΕΥΚΡΑΤIΔΟΥ Les Dioscures chevauchant à droite, portant chacun une lance pointée en avant et une palme sur l’épaule; dans le champ inférieur droit, monogramme BMC India 14, 14; SNG ANS 465; O. Bopearachchi, Monnaies gréco-bactriennes et indo-grecques, Catalogue raisonné, Paris 1991, 204, série 6, 29; M. Mitchiner, op.cit., 177e Type 177 a. Très finement patiné ; bien centré ; superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Alain Weil, Paris, 3 février 2005, 51.

eur: 800 – 1.200

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

97


ROYAUME D’éGYPTE

AFRIQUE M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

98

196. EUCRATIDES, 171-135. Tétradrachme, argent, 17,09 g. Av. Buste drapé et cuirassé d’Eukratidès à droite, coiffé d’un casque à panache orné d’une corne et d’une oreille de taureau; dans un cercle de bandelettes. Rv. BΑΣIΛΕΩΣ ΜΕΓΑΛΟΥ/ΕΥΚΡΑΤIΔΟΥ Les Dioscures chevauchant à droite, portant chacun une lance pointée en avant et une palme sur l’épaule; dans le champ inférieur droit, monogramme. BMC India 14, 13, pl.V, 8; SNG ANS 469; O. Bopearachchi, op.cit., 205, série 6, 40; M. Mitchiner, op.cit., 177e Type 177f.

197. PTOLEMEE V EPIPHANES, 205/4-180. Alexandrie. Tétradrachme, argent, 14,43 g. Av. Tête diadémée de Ptolémée Ier à droite, portant l’égide ; dans un cercle perlé. Rv. ΒΑΣIΛΕΩΣ -ΠΤΟΛΕΜΑIΟΥ Aigle debout à gauche sur un foudre, les ailes repliées; le tout dans un cercle perlé. BMC Ptolemies, Kings of Egypt 100, 9, pl. xxiv, 7 (Ptolémée VIII); SNG Copenhagen 244 ; J. N. Svoronos, Ta nomismata tou kratous ton Ptolemaion, Athen, 1904-1908, 1231.

Très finement patiné ; bien centré ; très beau à superbe.

Beau portrait hellénistique ; joliment patiné ; flan large ; presque superbe.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant d’Argenor Numismatique, liste à prix marqués, octobre 2001, 456.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant d’Or Gestion Numismatique, liste à prix marqués n° 51, hiver 2006, 45.

198. PTOLEMEE VI PHILOMETOR, 180-145. Arados ou Pelusium, vers 173/2-170. Tétradrachme, argent, 14,32 g. Av. Tête diadémée de Ptolémée Ier à droite, portant l’égide ; dans un cercle perlé. Rv. ΒΑΣIΛΕΩΣ -ΠΤΟΛΕΜΑIΟΥ Aigle debout à gauche sur un foudre, les ailes repliées; dans le champ gauche, Rhô inversé (année 90 de l’ère d’Arados); le tout dans un cercle perlé. BMC Ptolemies, Kings of Egypt 102, 18, pl. XXV, 8 (attribuée à Ptolémée VIII); SNG Copenhagen 547 (attribué à Ptolémée V, daté 205-200/199); J. N. Svoronos, op. cit. , Athen, 1904-1908, 1112 et 1205. Beau portrait hellénistique ; joliment patiné ; très bel exemplaire. Médaillier René Baron.

eur: 500 – 750

eur: 500 – 750

eur: 300 – 450


ZEUGITANE

CYRÉNAÏQUE 199. PTOLEMEE XII NEO DIONYSOS, 80-51 av. JC. Alexandrie. Tétradrachme, argent, 13,88 g. Av. Tête diadémée de Ptolémée Ier à droite, munie de l’égide, dans un cercle perlé. Rv. ΒΑΣIΛΕΩΣ-ΠΤΟΛΕΜΑIΟΥ Aigle debout à gauche sur un foudre, les ailes repliées; dans le champ gauche, LΛ (année 30 de l’ère d’Alexandrie); dans le champ droit, ΠA; le tout dans un cercle perlé.

200. CYRENE, vers 390-380. Tétradrachme, argent, 13,47 g. Av. Κ−V/Ρ−Α/Ν−ΑΙ/Ο−Ν (rétrograde) Silphium à trois paires de feuilles et sept ombelles. Rv. ΝΙΚΙΟΣ Tête barbue et laurée de Zeus Ammon à droite, portant la corne de bélier.

BMC Ptolemies, Kings of Egypt , 117, 37; SNG Copenhagen 397; J. N. Svoronos, op. cit. , 1840.

Traité IV – 1883, pl. CCLXVI, 17 (inscription plus courte à l’avers et non rétrograde); BMC Cyrenaica 19, 79, pl. X, 3 (même coin d’avers) et X, 4 (Exemplaire provenant de Berlin : mêmes coins); SNG Spencer Churchill 170 (cet exemplaire); L. Müller, Numismatique de l’ancienne Afrique, Copenhague, 1860, I, - cf. 44, 139 (tête non laurée); Splrendeur et témoingnage, 149, 110.

Quelque traces de vert de grris ; très beau/presque superbe.

Très rare; style remarquable; joliment patiné; superbe. Une monnaie de toute beauté

Médaillier René Baron.

Exemplaire provenant des collections Charles Gillet, 1213. E. G. Spencer Churchill et du Grand duc Alexandre Michailovich, et des ventes Bank Leu 45, Zurich, 26 mai 1988, 295 et Naville, 4, Lucerne, 17 juin 1922, 988. Publié dans Splendeur et témoingnage, 149, 110.

eur: 100 – 150

eur: 25.000 – 37.500

201. CARTHAGE, vers 264-241. Trihémistatère, or, 12,52 g. Av. Tête de Tanit couronnée d’épis de blé à gauche, les cheveux relevés, parée d’un collier de perles et de triples pendants d’oreilles, dans un cercle perlé. Rv. Cheval debout à droite sur une ligne de terre, la tête retournée; le tout dans un cercle perlé. SNG Copenhagen 181 (mêmes coins); SNG Delepierre 737; G. K. Jenkins and R. B. Lewis, Carthaginian gold and electrum coins, London, 1963, pl. 18, 391 (mêmes coins);Gulbenkian 125, 384; Antikenmuseum Basel, 569. Beau style ; très bel exemplaire. Médaillier René Baron. Acquis auprès du Crédit de la Bourse, Paris, 10 octobre 1991.

eur: 8.000 – 12.000

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

99


OCCUPATION CARTHAGINOISE DE LA SICILE M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

100

202. ATELIER INDETERMINE, vers 350-320/315. Tétradrachme, argent, 17,15 g.

203. ATELIER INDETERMINE, vers 350-320/315. Tétradrachme, argent, 17,26 g.

204. ATELIER INDETERMINE, vers 320 av. JC. Tétradrachme, argent, 17,18 g.

Av. Tête de Tanit couronnée de roseau à droite, les cheveux relevés, parée d’un collier de perles et de triples pendants d’oreilles ; au pourtour, quatre dauphins. Rv. Cheval cabré à droite sur une ligne de terre; derrière lui, un palmier portant deux régimes de dattes

Av. Tête de Tanit couronnée de roseau à gauche, les cheveux relevés, parée d’un collier de perles et de triples pendants d’oreilles ; au pourtour, quatre dauphins. Rv. Cheval cabré à gauche sur une ligne de terre; derrière lui, un palmier portant deux régimes de dattes.

Av. Tête de Tanit couronnée de roseau à gauche, les cheveux relevés, parée d’un collier de perles et de triples pendants d’oreilles; au pourtour, quatre dauphins; le tout dans un cercle perlé. Rv. Tête de cheval à gauche; dans le champ droit, palmier avec deux régimes de dattes; le tout dans un cercle linéaire.

SNG Copenhagen 82 (même coin d’avers); Gulbenkian 366; Jenkins, Coins of Punic Sicily III, RSN 56, 1977, p. 45, pl. 8, 131 (mêmes coins).

SNG Copenhagen – cf. 82 (Tanit et cheval à droite); SNG Lockett 1036 (mêmes coins); De Luynes 1436 (Tanit et cheval à droite); G.K. Jenkins, op. cit., p. 46, pl. 9, 135-136.

SNG Copenhagen 84; SNG Lloyd 1630; Jenkins, op.. cit., p. 48, pl. 10, 153 y (mêmes coins).

Très finement patiné; excellent style; très bien cemtré superbe exemplaire.

Médaillier Albert Hofer.

Finement patiné ; excellent style ; très beau/ TB.

Très finement patiné ; flan large ; superbe. Médaillier René Baron. Acquis auprès de Burgan Numismatique, 25 novembre 1992, 1. 5 exemplaires de cette combinaison de coins cités par Jenkins.

Médaillier René Baron. Acquis auprès du Crédit de la Bourse, Paris, le 10 octobre 1991.

eur: 2.000 – 3.000

eur: 8.000 – 12.000

9 exemplaires de cette combinaison de coins cités par Jenkins.

eur: 1.500 – 2.250


MAURéTANIE 205. ATELIER INDETERMINE, vers 320 av. JC. Tétradrachme, argent, 17,24 g.

206. CÉPHALOÉDIUM, vers 340 av. JC. Tétradrachme, argent, 16,90 g.

Av. Tête de Tanit couronnée de roseau à gauche, parée de triples pendants d’oreilles et d’un collier de perles; au pourtour, quatre dauphins; sous le menton, coquillage; le tout dans un cercle perlé. Rv. Tête de cheval à gauche; derrière, palmier et deux régimes de dattes; le tout dans un cercle linéaire.

Av. Inscription punique (rsmlqrt) Quadrige au galop à droite sur une ligne de terre, conduit par un aurige, tenant les rênes dans la main gauche et le kentron dans la main droite, couronné par Niké volant à gauche. Rv. Tête de Tanit couronnée de roseau à droite, parée d’un collier et de triples pendants d’oreilles; au pourtour, trois dauphins; le tout dans un cercle perlé.

SNG Copenhagen 85 (mêmes coins); SNG Lockett 1051 (mêmes coins); Jenkins, op. cit., p. 50, pl. 12, 164 b (cet exemplaire); Rizzo, pl. LXVI, 4 (même coin d’avers); Kraay-Hirmer pl. 72, 206 (même coin d’avers). Excellent style; finement patiné; superbe/très beau.

Finemet patiné ; très beau /superbe. Médaillier René Baron. SNG Copenhagen - ; G.K. Jenkins, Coins of Punic Sicily I, RSN 50, 1971, p. 68, pl. 20, 66.

Exemplaire provenant de Tradart 7, Genève, 16 novembre 1994, 122 et Tradart 4 Genève, 12 décembre 1991, 223. Adolph Hess-Leu & Co 49, 27 avril 1971 et Adolph Hess-Leu & Co 19, 12 avril 1962 , 1962, 172

eur: 5.000 – 7.500

207. JUBA II, 25 av. JC. - 23 ap. JC. avec Cléopâtre Séléné. Vers 5 ap. JC. Denier, AR 3,42 g. Av. REX - IVBA Tête diadémée de Juba à droite; sous le menton, croissant de lune; le tout dans un cercle linéaire. Rv. B-AΣI-ΛI / KΛEORATPA Couronne d’Isis et sistre; le tout dans un cercle linéaire. SNG Copenhagen – cf. 552 (détails du portrait différents à l’avers et autre disposition des motifs au revers); J. Mazard, Corpus Nummorum Numidiae Mauretaniaeque, Paris, 1955, 325. Rare ; finement patiné ; flan large et bien centré ; très beau. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant deClaude Burgan Numismatique, vente sur offres, Paris, 25 novembre 1991, 324.

eur: 2.000 – 3.000

eur: 300 – 450

M o nn a i e s & m é d a i ll e s - B r u x e ll e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

101


2

archéologie de l’antiquité classique

« Les arts chez les Anciens ont pour but de tempérer et d’adoucir les passions humaines… » Saint-Marc Girardin


Monnaies & Médailles - Bruxelles, le 18 déceMBre 2014

104

208. GRANDE GRÈCE, Atelier de Canosa, Apulie, vers 300 av. l’é.c. Une paire de cavaliers en terre cuite. Hauteur des licornes : 22,1 cm et 24,1 cm. Hauteur des cavaliers : 16,5 cm et 19 cm. Deux terres cuites représentant chacune un cavalier en armes, le bras droit levé, chevauchant une licorne cabrée . Quelques restaurations et reconstitutions sinon superbe conservation. Très rare, surtout avec encore l’englobe blanc ainsi que de la polychromie très présente sur les deux cavaliers et les têtes de licorne. Une magnifique paire de cavaliers. Provenant de la vente Sotheby’s, Londres, 8 et 9 décembre 1986, 285 et 286.

EUR: 20.000 – 30.000


209. GRANDE GRÈCE, FAÏENCE, IIIe-IIe siècle av. l’è.c. Flacon. Largeur 11,3 cm. Flacon de couleur noire en forme de taureau couché, la tête tournée vers la droite et les pattes repliées ; sur le front, bandelette sacrificielle. M. Sguaitamatti and D. Leibundgut Wieland, Le sanglier et le satyre.Vases plastiques hellénistiques de Grande Grèce et de Sicile, 1e partie :Vases plastiques en forme d’un animal [à paraître],A23 = A Peacable kingdom,Animals in ancient Art from the Leo Mildenberg Collection, Part VI, Mainz am Rhein, 2004,VI, 56 (cet objet). Très rare ; superbe conservation. Collection Leo Mildenberg, vente Christie’s, Londres, 26 octobre 2004, 81.

EUR: 8.000 – 12.000

210. GRÈCE, TERRE CUITE, IVe-IIIe siècle. Statuette de vache allaitant son veau. Hauteur 10,2 cm. Vache debout sur une base incorporée, la tête tournée vers la gauche, parée de larges cornes, allaitant son veau. Animals in Ancient Art from the Leo Mildenberg Collection, Part I, Cleveland, 1981, 159 = Out of Noah’s Ark,Animals in ancient art, Jerusalem, 1997, 147 (cet objet) Reconstitué, sinon superbe conservation. Collection Leo Mildenberg, vente Christie’s, Londres, 26 octobre 2004, 337 et provenant de la vente « A fine collection of classical antiquities », Part I, Christie’s Londres , 10 juillet 1974, 75, pl. 21.

EUR: 4.000 – 6.000


3

monnaies de l’Antiquité romaine et byzantine

« Sous la République déjà, Rome est une grande puissance. À l’époque de Trajan, d’Hadrien ou de Marc-Aurèle, l’Empire s’étend de l’Angleterre à la Palestine, du Maroc à la mer Noire, de la Hongrie ou de la Roumanie à la Libye. Il est l’image même de l’union, de l’ordre, de la puissance et de la culture. » Jean d’Ormesson


M o n n a i e s & m ĂŠ d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

108

216.


220. 221.

222. 223.

224. 226.

227.

229.

M o n n a i e s & m ĂŠ d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

217. 219.

109


Monnayage de la ville de Rome, 225-211

Monnayage romano-campanien, 280-225

RÉPUBLIQUE ROMAINE M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

110

214. Rome, 234-231 av. JC. Didrachme, argent, 6,67 g. Av. Tête laurée d’Apollon à droite ; les cheveux tombant sur la nuque. Rv. Cheval se cabrant à gauche ; au-dessus, ROMA. Babelon I, p. 28, 37 ; BMC II, 130, 68 ; Sydenham 27 ; Crawford 26/1 ; Haberlin 40 ; Sutheland 37-38. Finement patiné ; beau style ; presque superbe. Exemplaire provenant de The Numismatic Auction, New York, 1er décembre 1985, 191.

215. Anonyme. Rome, 225-218. Didrachme ou quadrigatus, argent, 6,81 g.

216. Anonyme. Rome, vers 225-212. Didrachme ou quadrigatus, argent, 6,74 g.

Av. Tête laurée et imberbe de Janus ; le tout dans un cercle perlé. Rv. ROMA en creux sur une tablette ;Victoire conduisant un quadrige au galop à droite ; dans le quadrige, Jupiter debout à gauche, brandissant de la main droite un foudre et tenant dans la main gauche un sceptre ; le tout dans un cercle linéaire.

Av. Tête janiforme, imberbe et laurée, des Dioscures ; le tout dans un cercle perlé. Rv. ROMA en relief sur une tablette ;Victoire conduisant un quadrige au galop à droite ; dans le quadrige, Jupiter debout à gauche, brandissant de la main droite un foudre et tenant dans la main gauche un sceptre ; le tout dans un cercle linéaire.

Babelon (Romano-Campaniennes) 23 ; BMC RR II, 132, 78 ss ; Sydenham 64 ; Crawford 28/3 ; Kent - Hirmer pl. 6, 11 ; Sutherland 47-48.

Babelon (Romano-Campaniennes) 23 ; BMC RR II, 132, 78 ss ; Sydenham 64 ; Crawford 28/3 ; Kent - Hirmer pl. 6, 11.

Joliment patiné ; superbe.

Très finement patiné ; très bien centré ; superbe exemplaire. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 25 mars 1988, 61.

eur: 1.200 -1.800

eur: 800 - 1.200

eur: 800 - 1.200


Monnayage de la République tardive, 90-49

Monnayage d’argent de la haute République, 212-90 217. Anonyme. Rome, après 211 av. JC. Denier, argent, 4 ,38 g.

218. C. Junius C.f. Rome, 149 av. JC. Denier, argent, 4,22 g.

Av. Tête casquée de Rome à droite, le casque ailé et surmonté d’un griffon ; derrière la nuque, X (10 asses) ; le tout dans un cercle perlé. Rv. ROMA sur une tablette ; les Dioscures au galop à droite, tenant chacun une lance pointée ; le tout dans un cercle linéaire.

Av. Tête de Rome à droite, coiffée du casque ailé ; derrière la nuque, X (10 asses) ; le tout dans un cercle perlé. Rv. C. IVNI. C. F / ROMA sur une tablette ; Les Dioscures au galop à droite, tenant chacun une lance pointée ; le tout dans un cercle perlé.

Babelon , p. 55, 32 ; BMC RR I, 36, 289 ; Sydenham 229 ; Crawford 53/2 ; Haeberlin 109 ; Sutherland 50-51.

Babelon (Junia) 1 ; BMC RR I, 89, 660 ; Sydenham 392 ; Crawford 210/1. Finement patiné ; joli style ; superbe.

Rare ; finement patiné ; beau style ; flan large et bien centré ; superbe. Médaillier René Baron.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offre, 30 mars 1989, 78.

219. Q. Antonius Balbus, Praetor. Rome, 82 av. JC. Denier serratus, argent, 3,82 g. Av. Tête laurée de Jupiter à droite ; derrière la nuque, S C ; le tout dans un cercle perlé. Rv. Victoire conduisant un quadrige debout, tenant dans la main droite une couronne et dans la main gauche une palme et les rênes ; sous les chevaux, marque de contrôle C ; à l’exergue, Q ANT(ligaturé)O BAL(ligaturé)B ; le tout dans un cercle perlé. Babelon (Antonia) 1 ; BMC RR I, 346, 2753 ; Sydenham 742/b ; Crawford 364/1d. Très finement patiné ; superbe. Exemplaire provenant de Jean Vinchon Numismatique, Paris, 27 octobre 2000, 277.

eur: 300 - 450

eur: 150 - 225

eur: 500 - 750

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

111


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

112

220. C. Poblicius C.f. Rome, 80 av. JC. Denier serratus, argent, 4,18 g. Av. ROMA Tête de Rome à droite, coiffée du casque ailé ; au-dessus, la lettre de contrôle D ; le tout dans un cercle perlé. Rv. C. POBLICI. Q. F Hercule debout à gauche, terrassant le lion de Némée ; entre ses pieds, massue ; dans le champ gauche, arc et carquois ; au dessus, la lettre de contrôle D. Babelon (Poblicia) 9 ; BMC RR I, 365, 2899 ; Sydenham 768 ; Crawford 380/1. Très finement patiné ; superbe.

221. L. Rustius. Rome, 76 av. JC. Denier, argent, 4,00 g.

222. C. Postumius. Rome, 74 av. JC. Denier, argent, 4,10 g.

Av. Tête casquée de Minerve à droite ; dans le champ gauche, S.C ; dans le champ droit, étoile. Rv. Bélier debout à droite ; en exergue, L. RVSTI ; le tout dans un cercle perlé.

Av. Buste drapé de Diane à droite, les cheveux relevés et noués en chignon, l’arc et le carquois sur l’épaule ; le tout dans un cercle perlé. Rv. C. POSTVMI / monogramme (AT) Chien courant à droite, au-dessus d’un épieu de chasse couché à droite ; le tout dans un cercle perlé.

Babelon (Rustia) 1 ; BMC RR I, 398, 3271-3 ; Sydenham 782 ; Crawford 389/1. Finement patiné ; joli style ; bien centré ; superbe exemplaire.

Babelon (Postumia) 9 ; BMC RR I, 394, 3238 ; Sydenham 785 ; Crawford 394/1a. Très finement patiné ; joli style ; superbe.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Leu Numismatics 86, Zurich, 5-6 mai 2003, 675.

Médaillier René Baron.

eur: 500 - 750

eur: 300 - 450

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Poinsignon Numismatique, Strasbourg, liste 32, 19 mars 1991, 312.

eur: 200 - 300


223. Q. Fufius Calenus et Mucius Cordus. Rome, 68 av. JC. Denier serratus, argent, 4,10 g.

224. C. Calpurnius Piso L. f. Frugi. Rome, 67 av. JC. Denier, argent, 3,92 g.

Av. HO VIRT / KALENI Têtes laurée d’Honos et casquée de Virtus, accolées à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. ITA-RO / CORDI L’Italie debout à gauche tenant dans la main gauche une corne d’abondance et serrant la main de Rome debout à droite qui tient un sceptre dans la main gauche et pose son pied sur un globe ; dans le champ gauche, caducée ; le tout dans un cercle perlé.

Av. Tête laurée d’Apollon à droite, les cheveux tombant en longues boucles sur la nuque ; dans le champ gauche, D (rétrograde) ; le tout dans un cercle perlé. Rv. C PISO • L F FRVG Cavalier nu et ailé au galop à gauche, tenant dans la main droite le fouet et dans la main gauche les rênes ; dans le champ droit, insecte volant à gauche ; le tout dans un cercle perlé.

Babelon (Fufia) 1 et (Mucia) 1 ; BMC RR I, 415, 3358 ; Sydenham 797 ; Crawford 403/1.

Babelon (Calpurnia) - ; BMC RR I, 461, 3755 ; Sydenham 870 ; Crawford 408/1a (66) ; C. Hersch, A Study of the Coinage of the Moneyer C. Calpurnius Piso L. F. Frugi, NC 1976, 124 (198/3000).

Très finement patiné ; bien centré ; superbe exemplaire. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Leu Numismatics 86, Zurich, 5-6 mai 2003, 677.

225. Furius Cn. F. Brocchus. Rome, 63 av. JC. Denier, argent, 3,91 g. Av. III - VIR / BROCCHI Buste drapé de Cérès à droite, portant une couronne de grains ; dans le champ gauche, épi de blé ; dans le champ droit, épi d’orge ; le tout dans un cercle linéaire. Rv. L. FVRI / CN. F Chaise curule entre deux faisceaux ; le tout dans un cercle perlé. Babelon (Furia) 23 ; BMC RR I, 486, 3896 ; Sydenham 902 ; Crawford 414/1. Finement patiné ; très beau. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, 8 juillet 1983, 95.

Extrêmement rare ; beau style ; finement patiné ; de haut relief ; superbe exemplaire. Exemplaire provenant de Leu Numismatics 77, Zurich 11-12 mai 2000, 453.

eur: 600 - 900

eur: 1.000 - 1.500

eur: 200 - 300

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

113


PREMIèRE GUERRE CIVILE, 49-44 M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

114

226. L. Aemilius Lepidus Paullus. Rome, 62 av. JC. Denier, argent, 3,90 g. Av. PAVLLVS LEPIDVS / CONCORDIA Tête voilée et diadémée de la Concorde à droite ; dans un cercle perlé. Rv. TER / PAVLLVS Trophée entre, dans le champ gauche Persée de Macédoine et ses deux fils debout à gauche, les mains liées et, dans le champ droit, L. Aemilius Paullus en toge debout à gauche, posant la main droite sur le trophée ; le tout dans un cercle perlé. Babelon (Aemilia) 10 ; BMC RR I, 3372 ; Sydenham 926 ; Crawford 415/1. Très finement patiné ; joli style ; bien centré ; superbe exemplaire.

227. L. Scribonius Libo. Rome, 62 av. JC. Denier, argent, 4,00 g. Av. LIBO / BON. EVENT Tête diadémée de Bonus Eventus à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. PVTEAL / SCRIBON Margelle du puits Scribonien ornée d’une guirlande de laurier entre deux lyres ; au-dessous de la guirlande, le marteau de Vulcain ; le tout dans un cercle perlé. Babelon (Scribonia) 8 ; BMC RR I, 419, 3377 ; Sydenham 928 ; Crawford 416/1a. Très finement patiné ; joli style ; bien centré ; superbe.

228. C. JULES CESAR, mort en 44 av JC. avec A. Hirtius Praetor Rome, 46 av. JC. Aureus, or, 8,10 g. Av. C. CAESAR COS TER Tête féminine voilée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. A HI RTIVS PR. Vase entre le lituus et une hache ; le tout dans un cercle perlé. Babelon (Iulia) 23, et (Hirtia)1 ; BMC RR I, 526, 4054, pl. LI, 23 ; Sydenham 1018 ; Crawford 466/1 ; Calicó 37b ; Kent-Hirmer pl. 24, 89. Très beau à superbe.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, 8 juillet 1983, 97.

Exemplaire provenant de Leu Numismatics 83, 6-7 mai 2002, 628.

eur: 400 - 600

eur: 200 - 300

eur: 3.000 - 4.500


DEUXIÈME GUERRE CIVILE, 43- 31 229. C. JULES CESAR, mort en 44 av. JC. Espagne (Utica ?), 46 av JC. Denier, argent, 3,53 g. Av. DIC ITER COS TERT Tête de Cérès couronnée d’épi à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. AUGUR /PONT MAX Simpulum, aspersoir, praefericulum et lituus ; dans le champ droit, lettre D ; le tout dans un cercle perlé. Babelon (Julia) 16 ; BMC RR II (Africa), 576, 21, pl. CXXI, 13 ; Sydenham 1023 ; Crawford 467/1a.  Joliment patiné ; beau style ; superbe.

eur: 1.000 - 1.500

230. C. JULES CESAR, mort en 44 av. JC. Avec P. Sepullius Macer. Rome, février 44 av. JC. Denier, argent, 4,00 g.

231. MARC ANTOINE, mort le 1er août 30 av. JC. Avec Marcus Barbatius Pollio. Ephèse, 41 av. JC. Denier, argent, 3,83 g.

Av. CAESAR IMP Tête de Jules César coiffé de la couronne d’or étrusque ; dans le champ gauche, étoile ; le tout dans un cercle perlé. Rv. SEPVLLIVS - MACER Venus debout à gauche tenant la Victoire dans la main droite et s’appuyant du bras gauche sur un long sceptre ; le tout dans un cercle perlé.

Av. M ANT IMP AVG III VIR R P C M BARBAT Q P Tête nue de Marc Antoine à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. CAESAR IMP PONT III VIR R P C Tête nue d’Octave à droite ; le tout dans un cercle perlé.

Babelon (Julia) 46 and (Sepullia) ; BMC 4167 ; Sydenham 1070 ; Crawford 480/5 a. ; A. Alföldi, Der Denar des P. Sepullius Macer, SM 61, pl. 3, 9.

Babelon (Antonia) 51, (Barbatia) 2 et (Julia) 96 ; BMC RR II, 490, 100 ; Sydenham 1181 ; Crawford. 517/2 ; R. Newman, A Dialogue of Power in the Coinage of Antony and Octavian, AJN 2, 1990, 41.2.

Rare ; bon portrait ; joliment patiné ; TB / très beau.

Finement patiné ; bon portrait ; presque superbe.

eur: 1.000 - 1.500

eur: 2.500 - 3.000

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

115


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

116

232. MARC ANTOINE, mort le 1er août 30 av. JC. Ephèse, 39 av. JC. Cistophore, argent, 11,80 g. Av. M. ANTONIVS. IMP. COS. DESIG. ITER ET TERT Tête de Marc Antoine à droite, couronnée de lierre ; le tout dans une couronne de lierre et de fleurs. Rv. III VIR. - R. P. C. Tête d’Octavie à droite reposant sur la ciste mystique entourée de deux serpents entrelacés. Babelon (Antonia) 60 ; Cohen (Marc Antoine et Octavie) 2 ; BMC RR II, 502, 134 ; Sydenham 1197 ; RPC 2201. Finement patiné ; B à TB. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, 8 juillet 1983, 126.

eur: 400 - 600

233. OCTAVE, avant 27 av. JC. Italie, vers 38 av. JC. Sesterce, bronze, 22,13 g. Av. CAESAR / DIVI. F Tête nue d’Octave à droite ; le tout dans un cercle perlé Rv. DIVOS / IVLIVS Tête laurée de Jules César à droite ; le tout dans un cercle perlé. Babelon (Julia) 98 ; Cohen 3 ; BMC RR II, 412, 105 ; Sydenham 1335 ; Crawford 535/1 ; RPC 620 ; Kent-Hirmer pl. 33, 115. Très beaux portraits ; patine vert foncé ; très bel exemplaire. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de la collection Armand Trampitsch, Jean Vinchon Numismatique, Monte-Carlo, 15-17 novembre 1986, 596.

eur: 1.200 - 1.800


238.

245.

M o n n a i e s & m ĂŠ d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

237.

117


M o n n a i e s & m ĂŠ d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

248.

118

253.

259.


264.

M o n n a i e s & m ĂŠ d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

119


JULIO-CLAUDIENS, 27 av. n. e. – 68 d. n. e.

empire romain M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

120

237.

234. AUGUSTE, 27 av. JC- 14 ap. JC. Avec P. Petronius Turpilianus. Rome, 18 av. JC. Denier, argent, 3,82 g. Av. TVRPILIANVS – III VIR / FE-RON Buste tourellé de la déesse étrusque Féronie à droite, parée d’un collier et d’un pendant d’oreille ; le tout dans un cercle perlé. Rv. CAESAR – AVGVSTVS SIGN RECE Parthe à genoux à droite, présentant l’enseigne de la dixième légion ; le tout dans un cercle perlé. Babelon (Petronia) 9 ; Cohen 484 ; BMC RE I, 4, 14 ; RIC I2, 62, 288, pl. 5 ; BN 127ss. Finement patiné ; presque superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de la collection Dr E. P. Nicolas, Maison Platt, Paris, 9-10 mars 1982, 55.

eur: 500 - 750


235. AUGUSTE, 27 av. JC- 14 ap. JC. Avec C. Plotius Rufus Rome, 15 av. JC. Sesterce, bronze, 26,23 g. Av. OB. / CIVIS / SERVATOS le mot CIVIS dans une couronne de chêne, avec de chaque côté un rameau d’olivier. Rv. C. PLOTIVS. RVFVS. III.VIR. A. A. A. F. F. autour de S. C ; le tout dans un cercle perlé Cohen 501 ; RIC I2, 71, 389 ; BMC RE I, 31, 147 ; BN 491. Patine brun clair ; flan large et bien centré ; TB / très beau. Médaillier René Baron.

236. AUGUSTE, 27 av. JC- 14 ap. JC. Lyon, 15-13. Denier, argent, 3,78 g.

237. AUGUSTE, 27 av. JC- 14 ap. JC. Pergame, vers 27-26. Cistophore, argent, 11,66 g.

Av. AUGVSTVS DIVI. F Sa tête nue à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. IMP – X / ACT. Apollon Citharoède debout à gauche, vêtu d’un long vêtement de femme ; le tout dans un cercle linéaire.

Av. IMP. CAESAR Sa tête nue à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. AVGVSTVS Sphinx assis à droite ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 144 ; BMC RE I, 79, 461 ; RIC I2, 52, 171a ; BN 1396 ; Sutherland 255. Beau style ; joliment patiné ; très bel exemplaire. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de la collection Dr E. P. Nicolas, Maison Platt, Paris, 9-10 mars 1982, 99.

Cohen 31 ; BMC RE I, - cf. 114, 702 (inscription non rétrograde) ; RIC I2, 81, 492 ; BN 949 ; RPC 2207 ; Kent - Hirmer pl. 37, 129 ; C.H.V. Sutherland, The cistophori of Augustus, RNS Special Publication 5, 1970, 121a (même coin d’avers). Très rare ; beau style ; très finement patiné ; très bel exemplaire. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Crédit de la Bourse, Paris, liste avril 1991, 217 et de Monnaies et Médailles 68, Bâle 15 avril 1986, 352.

eur: 500 - 750

eur: 800 - 1.200

eur: 4.000 - 6.000

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

121


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

122

238. AUGUSTE, 27 av. JC- 14 ap. JC. Ephesus, 25 av. JC. Cistophore, argent, 12,07 g. Av. IMP. CAE-SAR Sa tête nue à droite ; le tout dans un cercle linéaire. Rv. AVGVSTVS Capricorne à droite, la tête retournée, portant une corne d’abondance sur son dos ; le tout dans une couronne de laurier. Cohen 16 ; BMC RE I, 113, 699 ; RIC I2, 81, 493 ; BN 955 ; C.H.V. Sutherland, The cistophori of Augustus, RNS Special Publication 5, 1970, groupe V ; RPC – cf. 2213. Joliment patiné ; beau style ; superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, vente sur offres, Paris, 22 janvier 2003, 24.

eur: 1.500 - 2.250

239. TIBERE, 19 août 14 - 16 mars 37. Rome, 22-23. Dupondius, bronze, 14, 73 g.

240. TIBERE, 19 août 14 - 16 mars 37. Lyon, 14-17. Aureus, or, 7,85 g.

Av. DRVSVS.CAESAR. TI. AVGVSTI. F TR. POT. ITER. / S. C ; le tout dans un cercle perlé. Rv. PIETAS Buste voilé, drapé et diadémé de la Piété sous les traits de Livie ; le tout dans un cercle perlé.

Av. TI CASESAR DIVI - AVG F AVGVSTVS Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. PONTIF - MAXIM Livie (ou la Paix) drapée, assise à droite sur un fauteuil, tenant un sceptre dans la main droite et une branche dans la main gauche ; sous le fauteuil, ligne de sol ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen (Livie) 1 ; BMC RE I, 133, 98 ; RIC I2, 97, 43 ; BN 74. Beau style ; patine brun-vert ; très beau. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de la collection Dr E. P. Nicolas, Maison Platt, Paris, 9-10 mars 1982, 114.

Cohen 15 ; BMC RE I, 126, 46 ; RIC I2, 95, 27 ; Giard 13 ; Calicó 305a. Beau portrait ; presque superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 8 janvier 1986, 130.

eur: 400 - 600

eur: 3.000 - 4.500


243. TIBERE, 19 août 14 - 16 mars 37. Au nom d’Auguste, mort en 14 ap. JC. Rome, vers 22/23-26. Dupondius, bronze, 14,23 g.

241. TIBERE, 19 août 14 - 16 mars 37. Lyon, 14-17. Aureus, or, 7,66 g.

242. TIBERE, 19 août 14 - 16 mars 37. Lyon, 14-37. Denier, argent, 3,65 g.

Av. TI CAESAR DIVI - AVG F AVGVSTVS Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. PONTIF - MAXIM Livie (ou la Paix) drapée, assise à droite sur un fauteuil, tenant un sceptre dans la main droite et une branche dans la main gauche ; sous le fauteuil, ligne de sol ; le tout dans un cercle perlé.

Av. TI CAESAR DIVI - AVG F AVGVSTVS Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. PONTIF - MAXIM Livie assise à droite, s’appuyant de la main droite sur un long sceptre et tenant dans la main gauche une fleur ; le tout dans un cercle perlé.

Av. DIVVS. AVGVSTVS. PATER Tête d’Auguste radiée à gauche ; le tout dans un cercle perlé. Rv. S. C dans une couronne de feuilles de chêne ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 16 ; BMC RE I, 126, 48 ; RIC I2, 95, 30 ; Giard 34 ; Sutherland 269-270.

Cohen 252 ; BMC RE I, 141, 143 ; RIC I2, 99, 79 ; BN 150.

Beau portrait ; finement patiné ; très beau.

Beau portrait ; patine marron-vert ; très beau / TB.

Exemplaire provenant de Tradart 6, Genève 1993, 193.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de la collection Dr E. P. Nicolas, Maison Platt, Paris, 9-10 mars 1982, 99.

eur: 400 - 600

eur: 400 - 600

Cohen 15 ; BMC RE I, 126, 46 ; RIC I2, 95, 27 ; Giard 13 ; Calicó 305a. Beau.

eur: 800 - 1.200

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

123


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

124

244. TIBERE, 19 août 14 - 16 mars 37. 22-37. Tessère, bronze, 4,72 g.

245. TIBERE, 19 août 14 - 16 mars 37. Alexandrie, 20-21. Tétradrachme, billon, 13,70 g.

246. CALIGULA, 18 mars 37 - 24 janvier 41. Rome, 37-38. Sesterce, bronze, 27,75 g.

Av. Tête laurée d’Auguste à droite, le tout dans un cercle linéaire et une couronne de laurier. Rv. III dans un cercle perlé et une couronne de laurier ; au dessus, globule.

Av. ΤΙΒΕΡΙΟΣ ΚΑΙΣΑΡ ΣΕΒΑΣΤΟΣ Tête laurée de Tibère à droite ; le tout dans un cercle perlé ; dans le champ droit LZ. Rv. ΤΗΕΟΣ ΣΕΒΑΣΤΟΣ Tête radiée d’Auguste à droite ; le tout dans un cercle perlé.

Av. C CAESAR AVG. GERMANICVS PON. M TR. POT Sa tête laurée à gauche ; le tout dans un cercle perlé. Rv. ADLOCVT / COH Caligula debout à gauche sur une estrade devant la sella castrensis (le siège du chef des armées), la main droite tendue, haranguant cinq légionnaires dont quatre portent des enseignes surmontées d’aigles ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen VIII, 248, 19 ; T.V. Buttrey, The Spintriae as a historical source, NC 1973, pl. IV, 2. Rare ; très beau style ; patine brun-vert ; très beau. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, 8 juillet 1983, 129.

BMC Alexandria 6,38 ; SNG Copenhagen 47 ; Dattari 78 ; Milne 41. Finement patiné ; beau portrait ; superbe. Exemplaire provenant de Bank Leu 38, Zurich, 13 mai 1986, 228.

Cohen 1 ; BMC RE I, 151, 33, pl. 28, 3 ; RIC I2, 110, 32 ; BN 45 ; Kent - Hirmer pl. 49, 168 (var). Rare ; beau portrait de beau style ; patine marron clair ; très beau. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, 2003, 263.

eur: 500 - 750

eur: 1.000 - 1.500

eur: 2.000 - 3.000


247. CALIGULA, 18 mars 37 - 24 janvier 41. Au nom d’Agrippa, son grandpère, mort en 12 av. JC. Rome, 37 ap. JC. As, bronze, 10,78 g.

248. CALIGULA, 18 mars 37 - 24 janvier 41. Au nom d’Agrippine, sa mère, morte le 18 octobre 33. Rome, 37-41. Sesterce, bronze, 28,58 g.

Av. M. AGRIPPA. L F. COS. III Tête d’Agrippa à gauche, coiffée de la couronne rostrale ; le tout dans un cercle perlé. Rv. S - C Neptune nu, debout, un manteau sur les épaules, le trident dans la main gauche, un petit dauphin sur le bras droit dans le champ ; le tout dans un cercle perlé.

Av. AGRIPPINA. M. F. MAT. C. CAESARIS. AVGVSTI. Buste drapé d’Agrippine à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. S.P.Q.R / MEMORIAE / AGRIPPINAE Carpentum tiré par deux mules à gauche, le toit du carpentum est supporté par des statuettes et le panneau latéral orné ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen (Agrippa) 3 ; BMC RE I, 142, 161 (Tibère) ; RIC I2, 112, 58 ; BN 77 ; Kent–Hirmer 173.

Cohen 1 ; BMC RE I, 159, 85, pl. 30, 6 ; RIC I2, 112, 55 ; BN 128 ; Kent - Hirmer pl. 47, 164 (avers) et 46, 164 (revers) ; Sutherland 292-293. B. Lichocka, Les monnaies d’Agrippine Major et une hybride barbare, Proceedings of the 10th international congress of numismatics : London, September 1986, Wetteren, 1989, pl. 21, 1.

Beau portrait ; patine verte ; très bien centré ; très bel exemplaire. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, 21 juillet 1994, 112.

249. CLAUDE, 25 janvier 41 - 13 octobre 54. Rome, 41-42. As, bronze, 10,92 g. Av. TI CLAVDIVS CAESAR AVG PM TR P IMP Sa tête nue à gauche dans un cercle linéaire. Rv. CONSTANTIAE - AVGVSTI/ S - C Pallas (ou la Constance) casquée debout de face, la tête à gauche, la main droite levée et tenant une haste de la main gauche ; le tout dans un cercle linéaire. Cohen 14 ; BMC RE I, 184,140 ; RIC I2, 127, 95 ; Giard 176 ; BN 176 ; Leu 18, 297 = TNA 2, 268 (cet exemplaire). Beau portrait ; patine brun-vert ; très bel exemplaire. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Tradart 6, Genève, 18 novembre 1993, 256.

Portrait d’excellent style ; patine marron vert ; flan large et très bien centré ; très bel exemplaire. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de la collection Armand Trampitsch, Jean Vinchon Numismatique, Monte-Carlo, 15-17 novembre 1986, 629.

eur: 600 - 900

eur: 3.000 - 4.500

eur: 800 - 1.200

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

125


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

126

250. CLAUDE, 25 janvier 41 - 13 octobre 54. Rome, 41-42. As, bronze, 11,24 g.

251. CLAUDE, 25 janvier 41 - 13 octobre 54. Rome, 42-43. As, bronze, 12,53 g.

Av. TI CLAVDIVS CAESAR AVG PM TR P IMP Sa tête nue à gauche. Rv. LIBERTAS - AVGVSTA/ S - C La Liberté debout à droite, tenant dans la main droite un pileus, et tendant la main gauche ; le tout dans un cercle perlé.

Av. TI CLAVDIVS CAESAR AVG PM TR P IMP P P Sa tête nue à gauche ; le tout dans un cercle perlé. Rv. LIBERTAS - AVGVSTA/ S - C La Liberté debout à droite, tenant dans la main droite un pileus ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen – cf. 47 IMP P P ; BMC RE I, 185, 145 ; RIC I2, 128, 97 ; BN 177.

Cohen 47 ; BMC RE I, 192, 204 ; RIC I2, 130, 113 ; BN 230.

Patine brun-vert ;TB / très beau.

Bon portrait ; patine brun-vert ; très beau / superbe.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 23 juin 1986, 117.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 8 décembre 1999, 134.

252. CLAUDE, 25 janvier 41 - 13 octobre 54. Au nom de Germanicus César, son frère, mort en 19 ap. JC. Rome, vers 50-54. As, bronze, 10,07 g. Av. GERMANICVS CAESAR. TI. AVG F DIVI AVG N Tête nue de Germanicus César à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. TI CLAVDIVS CAESAR. AVG GERM P M TR P IMP P P autour de S. C ; le tout dans un cercle perlé. Cohen (Germanicus) 9 ; BMC RE I, 193, 215 ; RIC I2, 129, 106 ; BN 241, pl. XXIX. Patine brun-vert ;TB / très beau. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 14 janvier 1996, 125.

eur: 300 - 450

eur: 400 - 600

eur: 200 - 300


253. CLAUDE, 25 janvier 41 - 13 octobre 54. Au nom de Nero Claudius Drusus. Rome, vers 50-64. Sesterce, bronze, 28,80 g. Av. NERO CLAVDIVS DRVSVS GERMANICVS IMP Tête nue de Néron Drusus à gauche ; le tout dans un cercle perlé. Rv. TI CLAVDIVS CAESAR AVG P M TR P IMP / S. C Neron Drusus à gauche tenant un rameau d’olivier, assis sur la chaise curule posée sur un monceau d’armes ; le tout dans un cercle perlé. Cohen (Neron Drusus) 8 ; BMC RE I, 192, 208 ; RIC I2, 129, 109 ; BN 198. Très beau portrait ; patine marron-vert ; très beau à superbe. Médaillier René Baron.

254. CLAUDE, 25 janvier 41 - 13 octobre 54. Au nom d’Agrippine, mère de Caligula, morte le 18 octobre 33. Rome, 50-54. Sesterce, bronze, 30,41 g. Av. AGRIPPINA M F GERMANICI CAESARIS Buste drapé d’Agrippine à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. TI CLAVDIVS. CAESAR. AVG. GERM. P. M. TR. P. IMP. P. P autour de S. C ; le tout dans un cercle perlé.

255. NERON, 13 octobre 54 - 9 juin 68. Rome, 55. Denier, argent, 3,68g. Av. NERO CLAVD DIVI F CAES AVG GERM IMP TR P COS Bustes à droite de Néron, nu, et d’Agrippine, drapée ; le tout dans un cercle perlé. Rv. AGRIPP AVG DIVI CLAVD NERONIS CAES MATER / EX SC Quadrige d’éléphants avec les figures à gauche de Claude, tenant dans la main droite un sceptre surmonté d’un aigle, et d’Auguste, tenant une patère dans la main droite et un sceptre dans la main gauche ; le tout dans un cercle perlé. Cohen (Agrippine et Néron) 4 ; BMC RE I, 201, 8 ; RIC I2, 150, 7 ; Giard 13.

Cohen 3 ; BMC RE I, 194, 219, pl. 37, 1 ; RIC I2, 128, 102 ; BN 236 ; B. Lichocka, Les monnaies d’Agrippine Major et une hybride barbare, Proceedings of the 10th international congress of numismatics : London, September 1986, Wetteren, 1989, pl. 21, 3.

Très rare ; finement patiné ; beaux portraits ; très beau à superbe. Une monnaie d’un grand intérêt.

Portrait d’excellent style ; patine brun-vert. Très beau à superbe.

Exemplaire provenant de Tradart 7, Genève, 17 novembre 1994, 156.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Société de Banque Suisse 28, Bâle, 17-19 septembre 1991, 417.

eur: 2.000 - 3.000

EUR: 1.500 - 2.250

eur: 5.000 - 7.500

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

127


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

128

256. NERON, 13 octobre 54 - 9 juin 68. Rome, 64. Sesterce, bronze, 31,00 g.

257. NERON, 13 octobre 54 - 9 juin 68. Rome, 64. As, bronze, 10,33 g.

258. NERON, 13 octobre 54 - 9 juin 68. Rome, 64-68. Semis, bronze, 4,30 g.

Av. NERO CLAVD CAESAR AVG GER P M TR P IMP P P Son buste lauré à droite, paré de l’égide ; le tout dans un cercle perlé. Rv. AVGV – STI / S – POR OST – C Vue aérienne du port d’Ostie, avec en haut, le phare surmonté d’une statue de Neptune avec le sceptre dans la main gauche, et en bas le dieufleuve Tibre étendu, tenant de la main droite un gouvernail et de la main gauche un dauphin ; dans le champ, sept navires ; autour, digues ; le tout dans un cercle perlé.

Av. NERO CLAVDIVS CAESAR AVG GERMANIC Sa tête radiée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. PONTIF MAX - TR POT IMP P P / S - C Néron, en Apollon, lauré et revêtu de la robe des citharoèdes, marchant à droite et jouant de la lyre ; en exergue, I ; le tout dans un cercle perlé.

Av. NERO CAE AVG IMP Sa tête laurée à droite ; dans un cercle perlé. Rv. CERT QVI/NQ ROM CON / S - C Table, vue de trois-quarts, portant une urne et une couronne ; sur la table, S ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 37 ; BMC RE I, 222, 131 ; RIC I², 162, 178 ; BN 302 ; Bauten Roms cf. 150 (disposition différentes des navires au revers ; D. W. Mac Dowall, The Western coinage of Nero, ANS NNM 161, 1979, 120 ; Kent-Hirmer pl 54, 192.

Cohen 248 ; BMC RE I, 249, 256 ; RIC I2 163, 201 ; BN 325 ; D. W. Mac Dowall, op. cit., 272.

Cohen 58 ; BMC RE I, p. 258, 271 var ; RIC I2, 165, 240 ; Giard – cf. 343 (NERO CAES AVG IMP).

Beau portrait ; patine marron ; flan large ; bien centré ; très bel exemplaire.

Joli portrait ; belle patine verte ; flan large et bien centré ; superbe.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 25 mars 1988, 83.

Exempalire provenant de Numismatica Ars Classica 54, Zürich 24 mars 2010, 1047.

eur: 500 - 750

eur: 400 - 600

Très rare ; patine verte ;TB à très beau. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Bank Leu, 20, Zurich, 25-26 avril 1978, 240.

eur: 1.000 - 1.500


259. NERON, 13 octobre 54 - 9 juin 68. Rome, 65. Sesterce, bronze, 27,52 g.

260. NERON, 13 octobre 54 - 9 juin 68. Lyon, 65. Sesterce, bronze, 24,76 g.

261. NERON, 13 octobre 54 - 9 juin 68. Lyon, 65. Sesterce, bronze, 26,38 g.

Av. NERO CLAVDIVS CAESAR AVG GER P M TR P IMP P P Son buste lauré à droite, paré de l’égide ; le tout dans un cercle perlé. Rv. PACE P R TERRA MARIQ PARTA IANVM CLVSIT / S - C Le Temple de Janus fermé, avec la porte fermée à gauche ; le tout dans un cercle perlé.

Av. NERO CLAVDIVS CAESAR AVG GER P M TR P IMP P P Son buste lauré à droite, paré de l’égide ; le tout dans un cercle perlé. Rv. ANNONA - AVGVSTI – CERES / S C Annone debout à droite, tenant une corne d’abondance devant Cérès assise à gauche, tenant une torche et des épis au-dessus d’un modius posé sur un autel ; à l’arrière, une proue de navire ; le tout dans un cercle perlé.

Av. NERO CLAVD CAESAR AVG GER P M TR P IMP P P Son buste lauré à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. DECVRSIO / S - C Neron en tenue militaire chevauchant à droite, tenant une lance, suivi par un cavalier tenant une enseigne ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 134 ; BMC RE I, 230, 164 ; RIC I2, 166, 270 ; BN 366 ; D. W. Mac Dowall, op. cit., 140. Excellent portrait ; jolie patine brun-rougeatre vert ; très bel exemplaire.

Cohen 17 ; BMC RE I,–cf 260, 307 ; RIC I2, 177, 430 ; BN 70 ; D. W. Mac Dowall, op. cit., 416.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 30 mars 1987, 118.

Bon portrait ; patine brun-vert ; très beau.

eur: 1.500 - 2.250

eur: 800 - 1.200

Cohen 83 ; BMC RE I, 262, 312 ; RIC I2, 177, 436 ; BN 72 ; D. W. Mac Dowall, op. cit., 418 ; Kent-Hirmer pl. 58, 205. Bon portrait ; patine verte ; très beau. Médaillier René Baron.

Médaillier René Baron.

eur: 800 - 1.200

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

129


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

130

262. NERON, 13 octobre 54 - 9 juin 68. Antioche, 66-67. Bronze, 7,60 g. Av. CAESAR – IM.NER.CLAV, Sa tête laurée à droite ; dans le champ droit, un lituus ; le tout dans un cercle perlé. Rv. Couronne de laurier entourant l’inscription S C ; le tout dans un cercle perlé. BMC Seleucis and Piera, 173, 178-178 ; RPC 4308 ; McAlee 298. Joli portrait ; patine marron ; bien centré ; superbe.

263. GALBA, 68-69. Rome. Denier, argent, 3,47 g. Av. IMP SER GALBA CAESAR AVG Son buste lauré et drapé à droite. Rv. VICTORIA PR La Victoire debout à gauche sur un globe, tenant dans la main droite tendue une couronne et dans la main gauche une palme ; le tout dans un cercle perlé. Cohen 328 ; BMC RE I, 316, 49 ; RIC I², 242, 217. Joliment patiné ; beau portrait ;TB à très beau.

264. GALBA, 8 (?) juin 68 - 15 janvier 69. Rome, été 68. Sesterce, bronze, 27,44 g. Av. IMP SER. SVLP. GALBA. CAES AVG TR P Son buste lauré et drapé à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. LIBERTAS - PVBLICA / S - C La Liberté debout à gauche, tenant dans la main droite un pileus et dans la main gauche un long sceptre ; le tout dans un cercle perlé. Cohen 130 ; BMC RE I, 320, 71 ; RIC I2, 247, 309 ; BN 148 ; Kent-Hirmer 212 ; C.M. Kraay, The AES coinage of Galba, NNM 133, 1956, 307 (même coin de revers). Portrait de très beau style ; patine vert foncé ; presque superbe / très beau. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de la collection Nelson Bunker Hunt, Sotheby’s, New York, 21-22 juin 1990, 692.

eur: 400 - 600

eur: 800 - 1.200

eur: 4.000 - 6.000


276.

286.

M o n n a i e s & m ĂŠ d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

272.

131


M o n n a i e s & m ĂŠ d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

268.

132

279.

280.


FLAVIENS, 68-96 265. VESPASIEN, fin août 69 - 23 juin 79. Rome, janvier-juin 70. Denier, argent, 3,40 g.

266. VESPASIEN, fin août 69 - 23 juin 79. Rome, 71. Sesterce, bronze, 23,89 g.

267. VESPASIEN, fin août 69 - 23 juin 79. Rome, 71. Sesterce, bronze, 24,77 g.

Av. IMP CAESAR VESPASIANVS AVG Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. COS - ITER - TR POT La Paix debout à gauche, tenant dans la main droite un rameau et dans la main gauche un caducée ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP CAES VESPASIAN AVG P M TR P P P COS III Sa tête laurée à droite; le tout dans un cercle perlé. Rv. CAES AVG - F DES IMP AVG F CO - S DES IT / S – C Domitien debout à gauche, s’appuyant sur une lance, faisant face à Titus à droite, tenant une lance dans la main droite et le parazonium dans la main gauche; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP CAES VESPASIAN AVG P M TR P P P COS III Sa tête laurée à droite. Rv. IVDAEA – CAPTA / S C Captif debout à droite, les mains attachées dans le dos ; dans le champ droit, la Judée éplorée assise à droite, adossée à un palmier ; devant elle, deux boucliers.

Cohen 46; BMC RE II, 528; RIC II 2, 70, 413; BN 473.

Bon portrait ; patine vert foncé ; presque très beau.

Cohen – ; BMC RE II, 4, 21 ; RIC II2, 60, 27 ; Giard 15. Finement patiné ; beau portrait ; très bel exemplaire.

Cohen 232 ; BMC RE II, cf. 592 ; RIC II², 68, 424 ; BN 490.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Tradart 9, Genève, 18 décembre 1997, 132.

Portrait inhabituel ; patine vert foncé ; très beau. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant d’Argenor Numismatique, liste à prix marqué, Paris, octobre 2001, 518.

EUR: 400 - 600

EUR: 800 - 1.200

EUR: 1.000 - 1.500

MONNAIES & MÉDAILLES - BRUXELLES, LE 18 DÉCEMBRE 2014

133


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

134

268. VESPASIEN, fin août 69 - 23 juin 79. Rome, 71. Dupondius, bronze, 13,03 g.

269. VESPASIEN, fin août 69 - 23 juin 79. Rome, 71. As, bronze, 12,25 g.

270. VESPASIEN, 1er juillet 69 - 24 juin 79. Rome, 76. Denier, argent, 3,56 g.

Av. IMP CAES VESPASIAN AVG COS III Sa tête radiée à droite. Rv. ROMA /S C Rome casquée assise à gauche sur une cuirasse et des boucliers, tenant une couronne de laurier dans la main droite et un parazonium dans la main gauche ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP CAES VESPASIAN AVG COS III Sa tête laurée à droite, le tout dans un cercle perlé. Rv. VICTORIA - NAVALIS / S – C La Victoire à droite tenant une couronne dans la main droite et une palme dans la main gauche, debout sur une proue ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP CAESAR - VESPASIANVS AVG Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. COS – VII Aigle de face sur un cippe, la tête à gauche, les ailes éployées ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 411 ; BMC RE II, 128, 592 ; RIC II2, 78, 279 ; BN 569.

Cohen 632 ; BMC RE II, 134, 616 ; RIC II2 , 81, 336 ; BN – cf 595 (le S C est placé de part et d’autre du la proue).

Très beau portrait ; magnifique patine vert olive ; superbe exemplaire.

Cohen 121 ; BMC RE II, 34, 180, pl. 5, 14 ; RIC II, 25, 99 ; Giard 103, 156. Finement patiné ; beau portrait ; très bel exmplaire.

Beau portrait ; patine verte ; très beau / presque superbe.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Tradart 4, Genève, 12 décembre 1991, 271 et Giorgio Aparutti - Frank Sternberg XVI, Zurich, 15-16 novembre 1985, 267.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de la collection Dr E. P. Nicolas, Maison Platt, Paris, 9-10 mars 1982, 264.

eur: 2.000 - 3.000

eur: 600 - 900

eur: 600 - 900


271. VESPASIEN, 1er juillet 69 - 24 juin 79. Rome, 76. Denier, argent, 3,59 g.

272. VESPASIEN, fin août 69 - 23 juin 79. Rome, 77-78. Aureus, or, 7,46 g.

273. VESPASIEN, fin août 69 – 23 juin 79. Lyon, vers 77-78. As, bronze, 11,38 g.

Av. IMP CAESAR VESPASIANVS AVG Sa tête lauré à droite. Rv. COS - VII Aigle de face perché sur un cippe, la tête à droite et les ailes déployées ; le tout dans un cercle perlé.

Av. CAESAR VESPASIANVS AVG Sa tête laurée à gauche, le tout dans un cercle perlé. Rv. ANNONA AVG L’Annone assise à gauche tenant des épis de blés dans les deux mains ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 122 ; BMC RE II, 34, 179 ; RIC II2, 120, 845 ; Giard 159.

Cohen 27 ; BMC RE II, 51, 290 ; RIC II2, 128, 193 ; Calicò 590.

Av. IMP CAES VESPASIAN AVG COS P M P P Son buste lauré à droite; le tout dans un cercle perlé. Rv. S - C La Victoire avançant à gauche, s’appuyant de la main droite sur un bouclier sur lequel est inscrit S P Q R; le tout dans un cercle perlé.

Très beau à superbe.

Beau portrait ; presque superbe / très beau.

Exemplaire provenant de Tradart 7, Genève, 17 novembre 1994, 164.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Jean Vinchon Numismatique, Quelques Fleurons de la numismatique, de Crésus à nos jours, 15 novembre 1989, 144.

Très beau portrait; belle patine vert-olive ; presque superbe.

eur: 5.000 - 7.500

eur: 2.000 - 3.000

eur: 500 - 750

Cohen 466; BMC RE II, 208, 839, pl. 40, 9; RIC II2, 147, 1225; BN 838.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de The Numismatic Auction, New York, 12 décembre 1983, 281, de la collection Dr E. P. Nicolas, Maison Platt, Paris, 9-10 mars 1982, 263 et de Bank Leu 18, 5 mai 1977, 312 (texte), pl. XVIII, 310.

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

135


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

136

274. VESPASIEN, 69-79. Pour Titus, son fils, César 69-79. Atelier indéterminé, 76. Denier, argent, 3,39 g. Av. T CAES IMP VESP CENS Tête laurée de Titus à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. COS - V Aigle de face sur un cippe, la tête à droite, les ailes éployées ; le tout dans un cercle perlé. Cohen 61 ; BMC RE II, 101, 485 ; RIC II², 60, 379. Finement patiné ; beau portrait ; superbe. Exemplaire provenant de The Numismatic Auction, New York, 13 décembre 1982, 312.

275. VESPASIEN, fin août 69 - 23 juin 79. Pour Titus, son fils, César 69-79. Lyon, 77-78. As, bronze, 10,14 g.

276. VESPASIEN, fin août 69 - 23 juin 79. Pour Domitien, son fils, César, 69-81. Rome, 77-78. Aureus, or, 7,35 g.

Av. T CAES IMP AVG F TR P COS VI CENSOR Tête laurée de Titus à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. S – C L’Espérance debout à gauche, tenant une fleur dans la main droite et soulevant le bord de sa robe avec sa main gauche ; le tout dans un cercle perlé.

Av. CAESAR AVG F - DOMITIANVS Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. COS V Captif agenouillé à droite tendant de la main droite une enseigne ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 217 ; BMC RE II, 214, 868 ; RIC II2, 149, 1275 ; BN 877. Beau portrait ; patine brun-vert ; presque superbe / superbe.

Cohen 48 ; BMC RE II, 231 ; RIC II2, 128, 959 ; BN 205 ; Calicò 819b. Beau portrait ; très beau / presque superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 29 décembre 1990, 41.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Crédit de la Bourse, 7 décembre 1990.

eur: 800 - 1.200

eur: 400 - 600

eur: 3.000 - 4.500


277. TITUS, 24 juin 79 - 13 septembre 81. Au nom de Vespasien, son père, mort en 79. Rome, 79. Denier, argent, 3,67 g.

278. TITUS, 24 juin 79 - 13 septembre 81. Pour Domitien, son frère, César, 69-81. Rome, 80-81. Denier, bronze, 3,56 g.

Av. DIVVS AVGVSTVS VESPASIANVS Tête laurée de Vespasien à droite. Rv. Bouclier soutenu par deux capricornes et portant l’inscription SC ; au-dessous, globe ; le tout dans un cercle perlé.

Av. CAESAR DIVI F DOMITIANVS COS VII. Sa tête lauée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. PRINCEPS - IVVENTVTIS Chèvre à gauche, dans une couronne de laurier ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 497 ; BMC RE II, 245, 129 ; RIC II2, 219, 357 ; Giard 101. Très beau portrait ; finement patiné ; superbe exemplaire. Exemplaire provenant de Tradart 11, Genève, 17 décembre 1998, 152.

Cohen 390 ; BMC RE II, 88 ; RIC II2, 215, 267 ; BN 73. Beau portrait ; bien centré ; superbe. Médaillier René Baron.

279. TITUS, 24 juin 79 - 13 septembre 81. Au nom de Nero Claudius Drusus, frère de Tibère et père de Claude, mort en 9 av. JC. Rome, vers 80-81. Sesterce, bronze, 26,00 g. Av. NERO · CLAVDIVS · DRVSVS · GERMANICVS · IMP Tête nue de Drusus à gauche ; le tout dans un cercle perlé. Rv. IMP T CAES DIVI VESP F AVG P M TR P P P COS VIII autour de REST / S C, le tout dans un cercle perlé. Cohen – cf 10 CAES T DIVI ; BMC RE II, 288, 292 ; RIC II², 226, 416 ; Giard - ; H. Mattingly, The “restaured” coins of Titus, Domitian and Nerva, NC 20, 1920, p. 195, Nero Drusus. Extrêmement rare ; excellent portrait ; patine d’eau ocre ; très beau / TB. Exemplaire provenant de Frank Sternberg VII, Zurich, 24-25 novembre 1977, 559.

eur: 1.200 - 1.800

eur: 200 - 300

eur: 3.000 - 4.500

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

137


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

138

280. TITUS, 24 juin 79 - 13 septembre 81. pour Julia Titi, sa fille, morte en 91. Rome, 80-81. Dupondius, bronze, 11.39 g. Av. IVLIA IMP T AVG F AVGVSTA Buste de Julia à droite, les cheveux relevés en chignon et arrangés sur le front. Rv. VESTA Vesta voilée assise à gauche tenant sur la main droite un palladium et de la main gauche un sceptre ; le tout entre les lettres S et C dans un cercle perlé. Cohen 18 (Julie) ; BMC RE II, 279, 258, pl. 53, 8 ; RIC II2, 223, 398 ; Giard 271 ; Kent – Hirmer pl. 68, 240. Très rare ; jolie patine vert foncé ; excellent portrait ; très bel exemplaire.

281. DOMITIEN, 14 septembre 81 – 18 septembre 96. Rome, 87. As, bronze, 12,27 g.

282. DOMITIEN, 14 septembre 81 – 18 septembre 96. Rome, 87. As, bronze, 10,75 g.

Av. IMP CAES DOMIT AVG GERM COS XIII CENS PER P P Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. FORTVNAE AVGVSTI / S – C La Fortune debout de face, la tête à gauche, tenant dans la main droite un gouvernail et dans la main gauche une corne d’abondance ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP CAES DOMIT AVG GERM COS XV CENS PER P P Tête laurée de Domitien à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv VIRTVTI – AVGVSTI / S - C Virtus debout à droite, le pied gauche sur un casque, s’appuyant sur une haste de la main droite et portant un parazonium de la main gauche.

Cohen 125 ; BMC RE II, 401 ; RIC II2 302, 544 ; BN 431.

Cohen 655 ; BMC RE II 417 ; RIC II2 , 311 , 650 ; BN 454. Bon portrait ; patine marron-vert ; très beau.

Bon portrait ; patine vert foncé ; très beau. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de la collection Dr E. P. Nicolas, Maison Platt, Paris, 9-10 mars 1982, 308.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Richelieu Numismatique, 6 février 1998, 71.

Exemplaire provenant de Tradart 8, Genève, 16 novembre 1995, 161.

eur: 6.000 - 9.000

eur: 300 - 450

eur: 150 - 225


283. DOMITIEN, 13 septembre 81 - 18 septembre 96. Rome, 88. Denier, argent, 3,37 g.

284. DOMITIEN, 14 septembre 81 - 18 septembre 96. Rome, 88. Denier, argent, 3,33 g.

285. DOMITIEN, 14 septembre 81 – 18 septembre 96. Rome, 88. Sesterce, bronze, 26,07 g.

Av. IMP CAES DOMIT AVG GERM P M TR P VIII Sa tête laurée à droite ; dans un cercle perlé. Rv. COS XIIII LVD SAEC FEC Héraut marchant à gauche, coiffé d’un bonnet à plume, tenant de la main droite une baguette et sur la bras gauche un bouclier orné du buste de Minerve ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP CAES DOMIT AVG GERM P M TR P VII Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. IMP XIIII COS XIII CENS P P P Minerve casquée debout à gauche , tenant dans la main droite une haste, la main gauche appuyée sur la hanche ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP CAES DOMIT AVG GEM P M TR P VIII CENS PER P P Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. COS XIIII LVD SAEC / SVF. P. D. / S - C Devant un temple tétrastyle, Domitien assis à gauche sur une chaise posée sur une plate-forme, tendant la main droite vers un citoyen debout à droite, qui lui tend la sienne ; entre eux, enfant debout, tendant la main ; aux pieds de Domitien, deux vases.

Cohen 77 ; BMC RE II, 327, 131 ; RIC II2, 168, 117 ; BN 120.

Cohen 233 ; BMC RE II, 325, 122, pl. 63, 12 ; RIC II2, 305, 584 ; BN 117 De beau style ; joliment patiné ; très beau.

Rare ; bon portrait ; finement patiné ; très bel exemplaire.

Cohen 81 ; BMC RE II, 394, 428 ; RIC II2 , 307, 609 ; BN 462 ; Kent – Hirmer pl. 72, 250. Très rare ; portrait de très beau style ; patine marron-vert ; flan large ; très bel exemplaire. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de la collection Armand Trampitsch, Jean Vinchon Numismatique, Monte-Carlo, 15-17 novembre 1986, 677.

eur: 800 - 1.200

eur: 300 - 450

eur: 1.500 - 2.250

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

139


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

140

286. DOMITIEN, 13 septembre 81 - 18 septembre 96. Rome, 88-89. Aureus, or, 7,54 g.

287. DOMITIEN, 14 septembre 81 - 18 septembre 96. Rome, 92. Denier, argent, 3,38 g.

288. DOMITIEN, 14 septembre 81 – 18 septembre 96. Rome, 95-96. Sesterce, bronze, 24,23 g.

Av. DOMITIANVS - AVGVSTVS Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. GERMANICVS COS XIIII La Germanie pleurant, à demi-nue, assise à droite sur un bouclier ; à ses pieds, lance brisée ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP CAES DOMIT AVG GERM P M Sa tête laurée et barbue à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. IMP XXI COS VI CENS P P P Minerve casquée debout à droite, tenant dans la main droite une haste et dans la main gauche un bouclier rond ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP CAES DOMIT AVG GERM - COS XIIII CENS PER P P Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. IOVI - VICTORI/ S C Jupiter à demi nu, assis à gauche, tenant une Victoire sur la main droiet et s’appuyant de la main gauche sur un long sceptre.

Cohen 148 ; BMC RE II, 329, 143 ; RIC II2, 303, 560 ; Giard 133 ; Calicó 838 ; Kent – Hirmer pl. 69, 243.

Cohen 273 ; BMC RE II, 187-8 ; RIC II2, 319, 728 ; BN 174.

Cohen 316 ; BMC RE II, 474 ; RIC II2 324, 794 ; BN 504-5.

Rare ; portrait de beau style ; superbe.

Bon portrait ; finement patiné ; très bel exemplaire.

Beau portrait ; jolie patine verte rougeatre par endroits ; flan large ; presque superbe / très beau.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 8 janvier 1986, 147.

eur: 16.000 - 24.000

eur: 200 - 300

Médaillier René Baron. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de la collection Armand Trampitsch, Jean Vinchon Numismatique, Monte-Carlo, 15-17 novembre 1986, 681.

eur: 1.500 - 2.250


317.

318.

M o n n a i e s & m ĂŠ d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

305.

141


M o n n a i e s & m ĂŠ d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

301.

142

314.

323.


EMPEREURS ADOPTIFS, 96-192 289. NERVA, 18 septembre 96 27 (?) janvier 98. Rome, 97. Dupondius, bronze, 13,59 g. Av. IMP NERVA CAES AVG P M TR P COS III P P P Son buste radié à droite, le paludamentum sur l’épaule gauche ; le tout dans un cercle perlé. Rv. LIBERTAS - PVBLICA/ S – C La Liberté debout à gauche, tenant dans la main le pileus et dans la main gauche un sceptre. Cohen 116 ; BMC RE II, 22, 126, pl. 6, 6 ; RIC III, 229, 87 ; BN 112. Beau portrait ; patine marron-ocre ; très beau.

290. TRAJAN, 25 janvier 98 - 8 août 117. Rome, 98-99. As, bronze, 13,56 g.

291. TRAJAN, 25 janvier 98 - 8 août 117. Rome, 101-102. Denier, argent, 3,25 g.

Av. IMP CAES NERVA TRAIAN AVG GERM P M. Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. TR POT - COS II P P/ S - C. La Victoire volant à gauche, les ailes éployées, de la main droite un bouclier inscrit S P / Q R et de la main gauche une palme.

Av. IMP CAES NERVA TRA-IAN AVG GERM Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. P M TR P COS IIII P P La Victoire à demi nue, debout de face, la tête à gauche, tenant une couronne dans la main droite et une palme dans la main gauche ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen - cf. 614 (la Victoire tient une palme) ; BMC RE II, 726 ; RIC II, - cf. 273, 395. (la Victoire tient une palme) ; BN 44.

Cohen 240 ; BMC RE II, 115 ; RIC II, - cf. 248, 58 (épaule gauche drapée) ; BN 122. Bon portrait ; finement patiné ; très beau.

Bon portrait ; jolie patine vert clair ; très beau.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, vente sur offres, Paris, 11 janvier 1996, 152.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Poinsignon Numismatique, liste à prix marqué 34, Strasbourg, 13 octobre 1992, 465.

eur: 200 - 300

eur: 400 - 600

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, vente sur offres, Paris, 8 janvier 1986, 150.

eur: 200 - 300

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

143


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

144

292. TRAJAN, 25 janvier 98 - 8 août 117. Rome, 104. Denier, argent, 3,50 g

293. TRAJAN, 25 janvier 98 - 8 août 117. Rome, 104. Dupondius, bronze, 12,12 g.

294. TRAJAN, 25 janvier 98 - 8 août 117. Rome, 105-107. As, bronze, 11,25 g.

Av. IMP TRAIANO AVG GER DAC P M TR P COS V P P Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. S P Q R OPTIMO PRINCIPI La Paix debout à gauche, son pied droit posé sur un ennemi, tenant dans la main droite un rameau et portant sur le bras gauche une corne d’abondance ; le tout dans un cercle perlé.

Av. MP CAES NERVAE TRAIANO AVG GER DAC P M TR P COS V P P Son buste radié à droite, paré de l’égide, le paludamentum sur l’épaule gauche ; le tout dans un cercle perlé. Rv. S P Q R OPTIMO - PRINCIPI / S – C Trophée d’armes ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP CAES NERVAE TRAIANO AVG GER DAC P M TR P COS V P P Son buste radié à droite, le paludamentum sur l’épaule gauche ; le tout dans un cercle perlé. Rv. S P Q R OPTIMO PRIN – CIPI / S C Le pont sur le Danube ; en dessous, un navire ; l’arche du pont est recouvert d’une double galerie, encadrée par deux portes surmontées chacune de trois statues ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 400 ; BMC RE III, 61, 212, pl. 13, 4 ; RIC II, 257, 190a, pl.VIII, 144 ; BN 203. Portrait de beau style ; finement patiné ; très beau. Exemplaire provenant de Tradart 10, Genève, 25 juin 1998, 139.

Cohen 573 ; BMC RE II, 908 ; RIC II, 285, 586 ; BN 229. Beau portrait ; patine marron ; presque superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Jean Vinchon Numismatique, Paris, 10 décembre 1983, 292.

Cohen 543 ; BMC RE II, 954 ; RIC II, 284, 569 ; BN 356. Rare ; bon portrait ; patine vert foncé ; très beau / superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 30 mars 1987, 131.

eur: 200 - 300

eur: 500 - 750

eur: 800 - 1.200


295. TRAJAN, 25 janvier 98 - 8 août 117. Rome, 108-111. Sesterce, bronze, 26,57 g.

296. TRAJAN, 25 janvier 98 – 8 août 117. Rome, 108-111. Sesterce, bronze, 23,77 g.

297. TRAJAN, 28 janvier 98-7 août 117. Rome, 108-111. Sesterce, bronze, 23,52 g.

Av. MP CAES NERVAE TRAIANO AVG GER DAC P M TR P COS V P P Son buste lauré à droite, le paludamentum sur l’épaule gauche ; le tout dans un cercle perlé. Rv. S P Q R OPTIMO PRINCIPI / S C L’Arabie debout de face, la tête à gauche, tendant un rameau de la main droite et portant un sceptre dans la main gauche ; à ses pieds un chameau ; en exergue, ARAB ADQVIS ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP CAES NERVAE TRAIANO AVG GER DAC P M TR P COS V P P Son buste lauré à droite, le paludamentum sur l’épaule gauche ; le tout dans un cercle perlé. Rv. S P Q R OPTIMO PRINCIPI / S C La Dacie éplorée assise à gauche sur un monceau d’armes devant un trophée ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP CAES NERVAE TRAIANO AVG GER DAC P M TR P COS V P P Son buste lauré de trois quart à droite, le paludamentum sur l’épaule ; le tout dans un cercle perlé. Rv. S P Q R OPTIMO PRINCIPI / S C.Trajan en habit militaire à cheval à droite, cabrant sa monture, pointe sa lance vers un Dace nu agenouillé sous le cheval ; le tout dans un cercle perlé

Cohen 32 ; BMC RE II, 877 ; RIC II, 278, 466 ; BN 527 ; Banti 24 ; Kent – Hirmer pl. 75, 259. Beau portrait ; patine vert foncé ; très beau. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Richelieu Numismatique, Paris, liste à prix marqué, 18 mai 1994, 84.

eur: 800 - 1.200

Cohen – cf, 534 ; BMC RE II, , 792 ; RIC II, 284, 564 ; BN 528 ; Banti 244. Beau portrait ; patine vert foncé ; très beau.

Cohen - cf. 508 (paludamentum manque) ; BMC RE III, 177, 839 ; RIC II, - cf. 282, 543 (paludamentum manque) ; BN 559 ; Banti 203 ; Kent – Hirmer pl. 74, 264.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Richelieu Numismatique, Paris, 6 février 1998 (incomplet).

Buste du meilleur style ; jolie patine vert foncé ; très bel exemplaire.

eur: 400 - 600

eur: 3.000 - 4.500

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

145


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

146

298. TRAJAN, 98 - 117. Rome, vers 111. Dupondius, bronze, 13,40 g. Av. IMP CAES NERVAE TRAIANO AVG GER DAC P M TR P COS V P P Buste radié à droite, portant une draperie sur l’épaule gauche. Rv. S P Q R OPTIMO PRINCIPI / S - C Arabia, de face, tête à droite, tenant une branche ; à ses pieds, chameau à gauche ; en exergue, ARAB ADQVIS. Cohen - cf 36 (paludamentum manque) ; BMC RE 919 ; RIC II, - cf. 467 (paludamentum manque) ; BN 578 ; Rare ; beau portrait ; jolie patine vert olive ; superbe. Exemplaire provenant de Numismatica Ars Classica 59, 4-5 avril 2011, 977.

299. TRAJAN, 28 janvier 98 - 7 août 117. Rome, 113-114. Sesterce, bronze, 26,16 g.

300. TRAJAN, 25 janvier 98 - 8 août 117. Rome, 114-116. Denier, argent, 3,11 g.

Av. IMP CAES NERVAE TRAIANO AVG GER DAC P M TR P COS VI P P Son buste lauré et drapé à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. FORTVNAE REDUCI / S C La Fortune assise à gauche, tenant dans la main droite un gouvernail et portant une corne d’abondance sur le bras gauche ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP CAES NER TRAIANO OPTIMO AVG GER DAC P P Son buste lauré, le paludamentum sur l’épaule gauche ; le tout dans un cercle perlé. Rv. P M TR P CO – VI P P S P Q R La Vertu à droite, casquée, le pied gauche posé sur un casque, s’appuyant de la main droite sur une haste renversée et tenant le parazonium dans la main gauche ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 164 ; BMC RE II, 967 ; RIC II, 627 ; BN 772 ; Banti 68. Beau portrait ; patine verte partiellement rougeâtre ; très beau.

Cohen – cf. 274 ; BMC RE II, vers 559 ; RIC II, - cf. 269, 354 ; BN – cf. 834 (lettres « P P » manquent à l’avers).

Médaillier René Baron.

Bon portrait ; bien centré ; superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Crédit de la Bourse, Paris, liste à prix marqué, avril 1991, 226.

eur: 2.000 - 3.000

eur: 500 - 750

eur: 200 - 300


301. TRAJAN, 25 janvier 98 - 8 août 117. Rome, 114-117. Aureus, or, 7,16 g.

302. TRAJAN, 25 janvier 98 - 8 août 117. Rome, 114-116. Sesterce, bronze, 26,33 g.

303. TRAJAN, 25 janvier 98 - 8 août 117. Rome, 114-116. Dupondius, bronze, 13,61 g.

Av. IMP CAES NER TRAIANO OPTIMO AVG GER DAC Son buste lauré, drapé et cuirassé à droite, vu de derrière ; le tout dans un cercle perlé. Rv. P M TR P COS VI – P P S P Q R Jupiter nu, une draperie sur le bras gauche, debout de face, la tête à gauche, un sceptre appuyé sur le bras gauche, tendant de la main droite son foudre, protégeant à ses côtés, dans le champ gauche, Trajan à gauche revêtu d’une toge et tenant un rameau ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP CAES NER TRAIANO OPTIMO AVG GER DAC P M TR P COS VI P P Son buste lauré et drapé à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. IMPERATOR VIII/ S. C Tajan assis à droite sur une estrade entouré de deux officiers, haranguant ses troupes ; au pied de l’estrade, un officier faisant face à cinq soldats, un cheval à droite, la tête retournée, et trois enseignes militaires ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP CAES NER TRAIANO OPTIMO AVG GER DAC P M TR P COS VI P P Son buste radié et drapé à droite, vu par derrière ; le tout dans un cercle perlé. Rv. SENATVS POPVLVSQVE ROMANVS / S - C La Félicité debout de face, la tête à gauche ; tenant un caducée dans la main droite et portant une corne d’abondance sur le bras gauche ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 268 ; BMC RE II, 108, 133 ; RIC II, 268, 236 ; BN 814 ; Calico 1065. Rare ; beau portrait ; très beau.

Cohen 176 ; BMC RE II, 1019 ; RIC II, 291, 655 ; BN 844 ; Banti 78.

Cohen 353 ; BMC RE II, 1027 ; RIC II, 292, 674 ; BN 850. Beau portrait ; patine brun-vert ; très beau / superbe.

Rare ; beau portrait ; légère patine brun-ocre ; TB / très beau.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Claude Burgan Numismatique, Paris, vente sur offres, 23 décembre 1991, 36.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 25 mars 1988, 98.

eur: 4.000 - 6.000

eur: 1.500 - 2.250

eur: 300 - 450

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

147


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

148

304. TRAJAN, 25 janvier 98 - 8 août 117. Rome, 116-117. Sesterce, bronze, 28,97 g. Av. IMP CAES NER TRAIANO OPTIMO AVG GER DAC PARTHICO P M TR P COS VI P P Son buste lauré et drapé à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. REX PARTHIS DA-TVS / S C Trajan assis à gauche sur une estrade avec un soldat se tenant derrière lui ; Trajan pose un diadéme sur le roi Parthamaspates debout à gauche ; devant eux la Parthie agenouillée ; le tout dans un cercle perlé. Cohen 328 ; BMC RE II, 1046 ; RIC II, 291, 667 ; BN 920 ; Banti 96. Bon portrait ; patine brun-vert ; très beau. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Jean Vinchon Numismatique, 24-25 novembre 1994, 438.

305. TRAJAN, 25 janv. 98 - 8 août 117. Pour Marciane, sa soeur, morte en 114. Rome, 114. Denier, argent, 3,40 g. Av. DIVA AVGVSTA-MARCIANA Buste diadémé, drapé et parée d’un collier de parles de Marciane à droite, la chevelure relevée et ornée de perles ; le tout dans un cercle perlé. Rv. CONSECRATIO Aigle déployé à gauche, regardant à droite et emportant un sceptre. Cohen 4 ; BMC RE III, 125, 651 ; RIC II, 299, 743 ; Kent-Hirmer pl. 272,273 (aureus) ; Sutherland, p.200, 378 (aureus) ; BN 758. Très rare ; buste d’excellent style ; très joliment patiné ; superbe exemplaire. Une monnaie de toute beauté.

306. TRAJAN, 25 janvier 98 - 8 août 117. Tripoli en Lydie. Bronze, 5,43 g, 19,8 mm. Av. ΤΡΙΠΟΛΩ Buste casquée de Minerve à droite, parée de l’égide ; le tout dans un cercle perlé. Rv. AV. KAI TRAINO C Trajan à gauche tendant la main au-dessus devant un trophée d’armes et portant une javeline dans la main gauche ; le tout dans un cercle perlé. BMC Lydia, 55, pl XL, 5. Patine vert foncé ; presque superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Claude Burgan numismatique, Paris, vente sur offres 27, 29 novembre 1991, 279.

Exemplaire provenant de Tradart 4, Genève, 12 décembre 1991, 294, de Monnaies et Médailles 66, Bâle, 22 octobre 1984, 603 et de Bank Leu 7, 9 mai 1973, 368.

eur: 2.000 - 3.000

eur: 10.000 - 15.000

eur: 200 - 300


307. TRAJAN, 28 janvier 98 - 7 août 117. Tarse en Cilicie, 100 ap. JC. Tétradrachme, argent, 14,72 g.

308. HADRIEN, 11 août 117 – 10 juillet 138. Rome, 118. Sesterce, bronze, 26,66 g.

309. HADRIEN, 11 août 117 – 10 juillet 138. Rome, 119. Sesterce, bronze, 23,53 g.

Av. ΑΥΤΟΚΡ ΚΑI. ΝΕΡ ΤΡΑIΑΝOΣ ΣΕΒ ΓΕΡΜ Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. ΔΗΜΑΡΧ ΕΞUΠA Tyché assise sur un rocher à droite, tenant dans la main droite une palme ; le dieu-fleuve Kydnos nageant à ses pieds ; dans le champ droit, monogramme de Tarse ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP CAESAR TRAIANVS HADRIANVS AVG Son buste lauré de trois quarts, la tête à droite ; l’épaule gauche drapée ; le tout dans un cercle perlé. Rv. PONT MAX TR - POT CO[S] II / FORT RED / S - C La Fortune assise à gauche ; tenant dans la main droite un gouvernail et portant une corne d’abondance sur le bras gauche ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP CAESAR TRAIANV-S HADRIANVS AVG Son buste lauré de trois quarts, la tête à droite, l’épaule gauche drapée ; le tout dans un cercle perlé. Rv. PONT MAX TR POT COS III / S - C Hadrien assis à gauche sur une estrade tendant la main droite vers une femme debout à droite, portant un enfant sur le bras et posant sa main droite sur la tête d’un autre enfant à ses côtés ; à l’exergue, LIBERTAS RESTI/TVTA ; le tout dans un cercle perlé.

BMC Cilicia - ; SNG Copenhagen 354 ; SNG BN 1395 ; SNG Levante 100.

Cohen 756 ; BMC RE II, 403, 1130 ; RIC III, 408, 551a ; Banti 415.

Bon portrait ;TB / très beau. Beau portrait ; jolie patine vert clair ; très beau.

Cohen 949 note ; BMC RE II, 408, 1161 ; RIC III, 411, 568 ; Banti 715.

Médaillier René Baron.

Beau portrait ; jolie patine vert foncé ; très beau. Médaillier René Baron.

eur: 600 - 900

eur: 600 - 900

eur: 400 - 600

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

149


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

150

310. HADRIEN, 11 août 117 – 10 juillet 138. Rome, 119-122. Denier, argent, 3,27 g.

311. HADRIEN, 11 août 117 – 10 juillet 138. Rome, 119-121. Sesterce, bronze, 27,70 g.

312. HADRIEN, 11 août 117 – 10 juillet 138. Rome, 119-121. Dupondius, bronze, 12,40 g.

Av. IMP CAESAR TRAIAN - HADRIANVS AVG Sa tête laurée et barbue à droite. Rv. P M TR P COS III / CLEM La Clémence debout à gauche, tenant dans la main droite une patère au-dessus d’un autel, et s’appuyant de la main gauche sur un long sceptre ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP CAESAR TRAIANVS HADRIA-NVS AVG P M TR P COS III Son buste lauré à droite, vu de dos, l’épaule gauche drapée ; le tout dans un cercle perlé. Rv. LIBERTAS PVBLICA / S C La Liberté assise à gauche, tenant un rameau dans la main droite et s’appuyant avec le bras gauche sur un long sceptre ; le tout dans un cercle perlé.

Av. [IMP] CAESAR TRAIANVS HADRIANVS AVG P M TR P COS. III Son buste radié à droite, l’épaule gauche drapée ; le tout dans un cercle perlé. Rv. SALVS PVBLICA / S C La Santé debout à gauche, le pied droit posé sur un globe, tenant de la main droite une patère et portant dans la main gauche un gouvernail ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen - cf. 212 (buste drapé ou cuirassé) ; BMC RE III, 270, 251 note ; RIC III, - cf. 354, 116 (revers) et 117 (avers).

Cohen 948 ; BMC RE II, 415, 1191 ; RIC III, 414, 583b ; Banti 510.

Beau portrait ; finement patiné ; superbe.

Patine verte ; très beau/TB.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 8 janvier 1986, 154.

Médaillier René Baron.

eur: 400 - 600

eur: 400 - 600

Cohen 1358 ; BMC RE II, 426, 1237, pl. 79, 13 ; RIC III, 418, 604a. Patine marron-vert ; éraflure sur la joue ; TB / presque très beau. Médaillier René Baron.

eur: 100 - 150


313. HADRIEN, 11 août 117 – 10 juillet 138. Rome, 134-138. Sesterce, bronze, 24,07 g.

314. HADRIEN, 11 août 117 – 10 juillet 138. Rome, 134-138. Aureus, or, 7,15 g.

Av. HADRIANVS - AVG COS III P P Son buste lauré et drapé à gauche ; le tout dans un cercle perlé. Rv. RESTITV-TORI BITHYNIAE/ S C Hadrien debout à droite, tenant un rouleau dans la main gauche et relevant de la main droite la Bythinie tourellée et agenouillée à gauche ; le tout dans un cercle perlé.

Av. HADRIANVS – AVG COS III P P Son buste drapé et cuirassé à droite, la tête nue ; le tout dans un cercle perlé. Rv. AEGYPTOS L’Egypte allongée à gauche, s’appuyant de son bras gauche sur un panier et tenant de la main droite un sistre ; dans le champ gauche, un ibis sur un panier à droite ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen – cf. 1243 = BMC RE II, 530, 1801 note (Bythinie non tourellée et tenant une rame) ; RIC III, - cf. 464, 947 (tête nue) ; Banti 634 (cet exemplaire).

Cohen 99 ; BMC RE III, 341, 793 ; RIC III, 374, 296 ; Calicó 1190.

Très rare variante ; bon portrait ; patine rougeâtre ; très beau.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 27 mars 1990, 132.

Rare ; portrait de beau style ; très bel exemplaire.

315. HADRIEN, 11 août 117 – 10 juillet 138. Pour Sabine. Rome, vers 134. Denier, argent, 3,15 g. Av. SABINA - AVGVSTA Son buste diadémé et drapé à droite, les cheveux noués en queue de cheval ; le tout dans un cercle perlé. Rv. IVNONI - REGINAE Junon debout à gauche tenant de la main droite une patère s’appuyant de la main gauche sur un long sceptre ; le tout dans un cercle perlé. Cohen 43 ; BMC RE III, 359, 943, pl. 65, 18 ; RIC II, 386, 395a. Joliement patiné ; beau portrait ; très beau.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 8 janvier 1986, 158.

eur: 800 - 1.200

eur: 3.000 - 4.500

eur: 150 - 225

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

151


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

152

316. HADRIEN, 11 août 117 – 10 juillet 138. Pour Sabine, son épouse. Rome, vers 129. Sesterce, bronze, 26,05 g.

317. HADRIEN, 11 août 117 10 juillet 138. Pour Aelius, César 136-138. Rome, 137. Denier, argent, 3,66 g.

Av. SABINA AVGVSTA - HADRIANI AVG P P Buste diadémé et drapé de Sabine à droite, les cheveux noués en queue de cheval ; le tout dans un cercle perlé. Rv. CONCORDIA AVG / S - C La Concorde debout à gauche, appuyée sur une colonne, tenant dans la main droite une patère et dans la main gauche une double corne d’abondance ; le tout dans un cercle perlé.

Av. L AELIVS - CAESAR Tête nue d’Aelius à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. TR POT - COS II / PIETAS La Piété debout à droite devant un autel paré et allumé, la main droite levée et la main gauche posée sur la poitrine ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 6 ; BMC RE III, 535, 1861-2, pl. 98, 13 ; RIC II, 477, 1026 ; Banti 1 (cet exemplaire) ; Kent – Hirmer pl. 84, 291 ; P.V. Hill, The dating and arrangement of the undated coins of Rome (98-148), London, 1970, 163, 428.

Rare ; excellent portrait ; très finement patiné ; superbe.

Cohen 36 ; BMC RE, III, 366, 989 note ; RIC II, 393, 438.

Exemplaire provenant de Bank Leu 30, Zurich, 28 avril 1982, 370.

Très rare ; excellent portrait ; jolie patine marron-vert ; quelque peu nettoyée sinon ; très bel exemplaire.

318. ANTONIN LE PIEUX, 10 juillet 138 - 7 mars 161. avec Marc-Aurèle, César, 139161. Rome, 140. Denier, argent, 3,30 g. Av. ANTONINVS AVG PIVS - P P TR P COS III Sa tête laurée à droite. Rv. AVRELIVS CAE-SAR AVG PII F COS Tête nue de Marc Aurèle à droite ; le tout dans un cercle perlé. Cohen 15 ; BMC RE IV, 26, 155, pl. 4, 11 ; RIC III, 78, 417a. Rare ; très beaux portraits ; très finement patiné ; superbe exemplaire. Exemplaire provenant de Gerhart Hirsch Nachfolger 206, Munich, 24-26 novembre 1999, 443.

Exemplaire provenant des collections Comte Alessandro Magnaguti, Nummis historia III, Rome, 1950, 1035, « Un amateur récemment décédé », Adolph Hess, Lucerne, 18 décembre 1933, 543 et Clarence S. Bement, Naville & Cie, Lucerne, 25-28 juin 1924, 923.

eur: 6.000 - 9.000

eur: 3.000 - 4.500

eur: 1.500 - 2.250


319. ANTONIN LE PIEUX, 10 juillet 138 - 7 mars 161. Rome, 145-161. Denier, argent, 3,20 g.

320. ANTONIN LE PIEUX, 10 juillet 138 - 7 mars 161. Rome, 145-161. Denier, argent, 3,48 g.

321. ANTONIN LE PIEUX, 10 juillet 138 - 7 mars 161. Rome, 145-161. Sesterce, bronze, 30,20 g.

Av. ANTONINVS AVG PIVS PP Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. COS - IIII Trône de face surmonté d’un foudre ; le tout dans un cercle perlé.

Av. ANTONINVS AVG PIVS P P Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. TR POT COS IIII / LIB IIII La Libéralité debout de face, la tête à gauche, tenant dans la main droite un abacus et dans la main gauche une corne d’abondance ; le tout dans un cercle perlé.

Av. ANTONINVS - AVG PIVS P P TR P Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. C - OS - II / S C La Paix debout de face, la tête à gauche, mettant le feu de la main droite à un monceau d’armes à l’aide d’une torche et portant une corne d’abondance sur le bras gauche ; dans le champ : PAX – AVG ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 345 ; BMC RE IV, 77, 536-7, pl. 11, 19 ; RIC III, 43, 137, pl. II, 26. Bon portrait ; finement patiné ; superbe. Exemplaire provenant de Dr Busso Peus Nachfolger, 366, Francfort, 25 octobre 2000, 1363.

Cohen 490 ; BMC RE IV, 82, 567, pl. 12, 10 ; RIC III, 45, 155. Beau portrait ; finement patiné ; très bel exemplaire. Exemplaire provenant de Tradart 11, Genève, 17 décembre 1998, 163.

Cohen 594 ; BMC RE IV, 274, 1698, pl. 41, 4 ; RIC III, 125, 777 ; Banti 263. Patine vert foncé ; bon portrait ; très beau / TB. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Claude Burgan Numismatique, Paris, vente sur offres, 23 décembre 1991, 73.

eur: 200 - 300

eur: 200 - 300

eur: 600 - 900

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

153


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

154

322. ANTONIN LE PIEUX, 10 juillet 138 - 7 mars 161. Rome, 145-161. Denier, argent, 3,80 g.

323. ANTONIN LE PIEUX, 10 juillet 138 - 7 mars 161. Rome, 148-149. Aureus, or, 7,36 g.

324. ANTONIN LE PIEUX, 10 juillet 138 - 7 mars 161. Rome, 155-156. Aureus, or, 7,25 g.

Av. ANTONINVS - AVG PIVS P P Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. TR POT - COS IIII / LIB IIII La Libéralité debout de face, la tête à gauche, tenant de la main droite un abacus et portant sur le bras gauche une corne d’abondance ; le tout dans un cercle perlé.

Av. ANTONINVS AVG - PIVS PP TR P XII Son buste lauré, drapé et cuirassé à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. TEMPORVM FELICITAS / COS IIII Têtes des fils jumeaux de Marc Aurèle sur une double corne d’abondance.

Av. ANTONINVS AVG - PIVS P P IMP II Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. TR POT XIX – COS IIII Antonin le Pieux, revêtu de la toge, debout à gauche, tenant dans la main droite un globe.

Cohen 490 ; BMC RE IV, 82, 567, pl. 12, 10 ; RIC III, 45, 155.

Cohen 812 ; BMC RE IV, 97, 679 ; RIC III, 48, 185 ; Calicò 1632 ; Kent – Hirmer 325.

Bon portrait ; très finement patiné ; presque superbe.

Rare ; beau portrait ; de haut relief ; très beau / TB.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 8 janvier 1986, 162.

Exemplaire provenant de la vente Tradart 13. Genève, 16 décembre 2002, 103.

eur: 200 - 300

eur: 3.000 - 4.500

Cohen 995 ; BMC RE IV, 126, 864 ; RIC III, 57, 256b ; Calicó 1673. Bon portrait ; très beau. Médaillier René Baron.

eur: 1.600 - 2.400


325. ANTONIN LE PIEUX, 10 juillet 138 - 7 mars 161. Rome, 157-158. Sesterce, bronze, 25,00 g. Av. ANTONINVS AVG PIVS PP IMP II Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. TR POT XXI - COS IIII / S - C L’Annone debout de face, la tête à gauche, tenant des épis de blés au-dessus d’un modius et s’appuyant de la main gauche sur un gouvernail ; le tout dans un cercle perlé. Cohen – ; BMC RE IV, 345, 2038 ; RIC III, 147, 981 ; Banti 492. Patine brun-vert ; très beau. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, 23 juin 1986, vente sur offres, 140.

eur: 300 - 450

326. ANTONIN LE PIEUX, 10 juillet 138 - 7 mars 161. Pour Faustine I, son épouse, morte fin octobre 140. Rome, 139-141. Sesterce, bronze, 28,16 g. Av. FAVSTINA AVG - ANTONINI AVG PII P P Buste diadémé et drapé de Faustine à droite. Rv. IVNONI REGINAE / S - C Trône de face, orné de draperie ; sous le trône, paon de face faisant la roue, la tête à droite. Cohen 224 ; BMC RE IV, 172, 1118, pl. 24, 4 ; RIC III, 159, 1079 ; Banti 81. Jolie portrait ; patine brun-vert foncé ; quelque peu retouché sinon TB à très beau. Médaillier René Baron.

eur: 200 - 300

327. ANTONIN LE PIEUX, 10 juillet 138 - 7 mars 161. Pour Faustine I, son épouse. Rome, après 141. Aureus, or, 7,16 g. Av. DIVA – FAVSTINA Buste diadémé et drapé de Faustine I ; le tout dans un cercle perlé. Rv. AVGV – STA La Fortune debout de face, la tête à gauche, tenant une patère dans la main droite et s’appuyant de la main gauche sur un gouvernail. Cohen – ; BMC RE IV, 63, 447 ; RIC III, 72, 372 ; Calicó 1761. Joli portrait ; très beau. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Jean Vinchon Numismatique, Paris, 3 et 4 février 1986, 59.

eur: 1.500 - 2.250

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

155


M o n n a i e s & m ĂŠ d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

156 328. 329.

333. 335.

336. 338.

339. 345.

346.

355.


352.

M o n n a i e s & m ĂŠ d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

157


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

158

328. ANTONIN LE PIEUX, 10 juillet 138 - 7 mars 161. Pour Faustine II, sa fille. Rome, 147- 150. Aureus, or, 7,28 g.

329. ANTONIN LE PIEUX, 10 juillet 138 – 7 mars 161. Pour Faustine II, sa fille. Rome, 147- 150. Denier, argent, 7,53 g.

Av. FAVSTINA AVG PII AVG FIL Buste drapé de Faustine à gauche ; le tout dans un cercle perlé. Rv. CONCOR-DIA La Concorde debout de face, la tête à droite, relevant un pan de sa robe avec la main droite, et portant sur le bras gauche une corne d’abondance ; le tout dans un cercle perlé.

Av. FAVSTINAE AVG – PII AVG FIL Buste drapé et diadémé de Faustine II à droite, les cheveux formant quatre crans sur la tête, le tout retenu par un chignon orné d’une bande de perles ; le tout dans un cercle perlé. Rv. VE-[NV}S Vénus drapée debout de face, la tête à gauche, portant une longue robe, tenant dans la main droite une pomme et s’appuyant de la main gauche sur un gouvernail orné d’un dauphin enlacé ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 41 ; BMC RE IV, 164, 1084, pl. 23, 8 ; RIC III, 92, 500a ; Calicó 2041. Très joli portrait ; de haut relief ; très bel exemplaire.

Cohen 267 ; BMC RE IV, 162, 1074, pl. 23, 3 ; RIC III, 95, 517c. Joli portrait de très beau style ; joliment patiné ; superbe exemplaire.

330. ANTONIN LE PIEUX, 10 juillet 138 - 7 mars 161. Pour Marc Aurèle, César, 139-161. Rome, 140-144. Sesterce, bronze, 24,63 g. Av. AVRELIVS CAE - SAR AVG PII F COS Buste juvénile de Marc Aurèle à droite, la tête nue et l’épaule gauche drapée ; le tout dans un cercle perlé. Rv. IVVEN-TAS/ S - C La Jeunesse debout de face, la tête à gauche, mettant de la main droite un grain d’encens dans la flamme d’un candélabre, et tenant dans la main gauche une patère ; le tout dans un cercle perlé. Cohen 390 ; BMC RE IV, 225, 1397 note ; RIC III, 173, 1232 ; Banti 196. Beau portrait ; patine vert foncé ;TB à très beau. Médailler René Baron. Exemplaire provenant d’ Or Gestion Numismatique, Paris, liste à prix marqué, été 2005, 135.

eur: 3.000 - 4.500

eur: 800 - 1.200

eur: 200 - 300


331. ANTONIN LE PIEUX, 10 juillet 138 - 7 mars 161. Pour Marc Aurèle, César, 139-161 Rome, 147. Sesterce, bronze, 29,12 g. Av. AVRELIVS CAE-SAR AVG P II F Buste juvénile de Marc Aurèle à droite, la tête nue et l’épaule gauche drapée ; le tout dans cercle perlé. Rv. TR POT- COS II / S – C Minerve casquée debout à gauche, s’appuyant de la main droite sur une lance et maintenant de la main gauche un bouclier posé sur le sol. Cohen 596 ; BMC RE IV, 292, 1803 ; RIC III, 175, 1248 ; Banti 299. Beau portrait ; patine brune ; concressions vertes par endroits ; très beau / TB. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 8 janvier 1986, 165.

eur: 200 - 300

332. MARC AURELE, 7 mars 161 - 17 mars 180. Rome, 161. Sesterce, bronze, 23,60 g.

333. MARC AURELE, 7 mars 161 - 17 mars 180. Rome, 161-162. Denier, argent, 3,31 g.

Av. IMP CAES M AVREL - ANTONINVS AVG P M Son buste drapé à droite, la tête nue ; le tout dans un cercle perlé. Rv. CONCORD AVGVSTOR TR P XV / COS III / S - C Marc Aurèle et Lucius Verus, revêtu de la toge, se faisant face et se serrant la main, chacun tenant un rouleau dans la main gauche ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP M AVREL ANTONINVS AVG Son buste drapé, la tête nue, à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. CONCORD AVG TR P XVI / COS III La Concorde assise à gauche, tenant dans la main droite une patère et s’appuyant du bras gauche sur une corne d’abondance posée à terre et surmontée d’une statuette de Spes ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 45 ; BMC RE III, 519, 847, pl. 71, 1 ; RIC III, 276, 795 ; Banti 23. Patine verte ; beau portrait ; flan large et bien centré ; presque superbe / très beau.

Cohen 35 ; BMC RE, IV, 408, 177, pl. 56, 16 ; RIC III, 216, 35. Très beau portrait ; joliment patiné ; superbe exemplaire.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 29 décembre 1990, 44.

eur: 1.500 - 2.250

eur: 500 - 750

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

159


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

160

334. MARC AURELE, 7 mars 161 - 17 mars 180. Rome, 165. Denier, argent, 3,55 g.

335. MARC AURELE, 7 mars 161 - 17 mars 180. Rome, 166-167. Aureus, or, 7,29 g.

336. MARC AURELE, 7 mars 161 - 17 mars 180. Rome, 168. Aureus, or, 7,20 g.

Av. M ANTONINVS AVG - ARM PARTH MAX Sa tête laurée à droite; le tout dans un cercle perlé. Rv. TR P XX IMP IIII COS III La Victoire à droite écrivant VIC / PAR sur un bouclier accroché à un trophée d’armes; le tout dans un cercle perlé.

Av. M ANTONINVS AVG – ARM PARTH MAX Son buste lauré, drapé et cuirassé à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. TR P XXI IMP IIII COS III La Victoire à gauche sur une ligne de sol, tenant dans la main droite une couronne et portant sur le bras gauche un rameau ; le tout dans un cercle perlé.

Av. M ANTONINVS - AVG ARM PARTH MAX Son buste barbu, lauré et cuirassé à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. FORT RED TR P XXII. IMP V / COS III La Fortune assise à gauche, tenant dans la main droite un gouvernail et portant une corne d’abondance sur le bras gauche ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 878; BMC RE IV, 437, 406; RIC III, 226, 163.

Cohen 883 ; BMC RE IV, 446, 444 ( note) ; RIC III, 227, 174 ; Calico 1995.

Bon portrait ; très finement patiné ; flan large ; superbe.

Bon portrait ; flan large ; très beau.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Richelieu Numismatique, Paris, 6 février 1998, 94.

Médaillier René Baron.

eur: 200 - 300

eur: 2.000 - 3.000

Cohen – cf. 207 (sans cuirasse) ; BMC RE IV, 449, 458 note ; RIC III, 228, 184 ; Calico 1858. Bon portrait ; presque superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, vente sur offre, Paris, 23 juin 1986, 142.

eur: 3.000 - 4.500


337. MARC AURELE, 7 mars 161 - 17 mars 180. Rome, 172-173. Dupondius, bronze, 12,01 g.

338. MARC AURELE, 7 mars 161 - 17 mars 180. Rome, 163-164. Denier, argent, 3,28 g.

Av. M. ANTONINVS – AVG TR P XXVII Son buste barbu, radié, cuirassé et drapé à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. RE LIG AVG - IMP VI COS III / S – C Mercure debout de face, la tête tournée à gauche, drapé et coiffé du pétase ; tenant de la main droite une patère et portant sur le bras gauche le caducée.

Av. ANTONINVS AVG - ARMENIACVS Sa tête nue à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. P M TR P XVIII IMP II COS III Mars debout à droite, casqué, s’appuyant de la main droite sur une lance et tenant un bouclier posé sur le sol ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen – cf. 531 (Mercure tient une bourse à la place de la patère) ; BMC RE IV, 631, 1463 ; RIC III, 298, 1070. Bon portrait ; patine vert foncé ; très beau / TB. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 27 mars 1990, 142.

339. MARC AURELE, 7 mars 161 - 17 mars 180. Pour Faustine, son épouse, morte au début de l’été (?) 176. Rome, 161-176. Aureus, or, 7,21 g.

Bon portrait ; finement patiné ; bien centré ; presque superbe/TB.

Av. FAVSTINA – AVGVSTA Son buste drapé à gauche, ses cheveux relevés en chignon sur l’arrière de la tête ; le tout dans un cercle perlé. Rv. FECVNDITA - TI AVGVSTAE La Fécondité assise à gauche tenant un enfant sur les genoux, à ses côtés, deux enfants, un dans le champ gauche et l’autre dans le champ droit ; le tout dans un cercle perlé.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, 23 juin 1986, 143.

Cohen – cf. 105 (buste à droite) ; BMC RE IV, - cf. 399 ; RIC III, 269, 682 (R3) ; Calico 2055 (R2).

Cohen 468 ; BMC RE IV, 420, 261, pl. 58, 1 ; RIC III, 220, 91.

Très rare ; joli portrait ; très beau. Médaillier René Baron.

eur: 300 - 450

eur: 150 - 225

eur: 2.000 - 3.000

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

161


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

162

340. MARC AURELE, 7 mars 161 - 17 mars 180. Pour Faustine II, son épouse, morte au début de l’été (?) 176. Rome, 161-176. Denier, argent, 3,26 g.

342 L’Arménie, alors protectorat romain, ayant été conquise par les Parthes en 161, est l’occasion d’une guerre triomphale pour Rome. Lucius Verus, grace au talent de ces généraux, y gagnera la gloire. L’Arménie est reconquise en 163. En 165, les Romains pénétrent en Parthie et en prenntent la capitale Ctésiphon. En 166, Lucius Verus envahit la Médie et ajoute le titre de « Médicus » à celui d’ « Arméniacus » et « Parthicus » décernés auparavant. les Parthes refoulés sur le plateau iranien, sont obligé de signé un traité de paix qui accorde à Rome, la partie occidentale de la Mésopotatie. La représentation du buste cuirassé de trois quarts par devant est très peu commune dans la numismatique de Lucius Verus, tous métaux et dénominations confondus, on la retrouve plus volontiers sur les médaillons de cet empereur.

Av. FAVSTINA AVGVSTA Buste drapé de Faustine la Jeune à droite, les cheveux relevés en chignon ; le tout dans un cercle perlé. Rv. VE-NVS Vénus debout de face, la tête à gauche, tenant dans la main droite une pomme et s’appuyant de la main gauche sur un long sceptre ; le tout dans un cercle perlé. Cohen 249 ; BMC RE IV, 406, 166 ; RIC III, 272, 729. Joli portrait ; finement patiné ; superbe.

341. MARC AURELE, 7 mars 161 - 17 mars 180. Alexandrie, 164. Drachme, bronze, 25,20 g. Av. ANTΩNINO CE AUPHΛIOΣ Son buste nu, cuirassé et drapé de trois quart, la tête à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. EIPH-NH / L - Γ Eiréné assise de face, la tête à gauche, tenant dans la main droite une patère au-dessus d’un autel et portant une corne d’abondance sur le bras gauche. BMC Alexandria - cf. 1261 (lettres « L-A » au revers). Dattari 3344. Patine vert-rougeâtre ;TB. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de la collection Dr E. P. Nicolas, Maison Platt, Paris, 9-10 mars 1982, 524.

Exemplaire provenant de Frank Sternberg XXXV, Zurich, 28-29 octobre 2000, 565.

eur: 200 - 300

eur: 100 - 150


342. LUCIUS VERUS, 7 mars 161 - janvier/février 169 Rome, 166-167. As, bronze, 11,50 g. Av. [L] VERVS AVG ARM PART[H MAX] Son buste lauré et cuirassé de trois quarts ; dans un cercle perlé. Rv. [TR P VII] IMP IIII COS III / S - C Trois trophées célébrant la victoire de Rome sur l’Armenie, la Parthie et la Medie. Cohen.- cf. 300 (buste de profil et nu) , RIC III, cf. - 329, 1464 (buste de profil et nu), BMC.RE, IV, - cf. 601, 1330note = Münhandlund Basel, 28 juin 1934, 1444 (mêmes coins). Très rare variante ; beau portrait ; patine vert foncé ; très beau /TB.

343. LUCIUS VERUS, 7 mars 161 - janvier/février 169. Rome, automne-décembre 163. Denier, argent, 3,35 g. Av. L VERVS AVG ARMENIACVS Sa tête nue à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. TR P III IMP II COS II L’Arménie éplorée assise à gauche, la tête soutenue par sa main droite accoudée sur le genou, devant elle, un vexillium et un bouclier ; derrière elle, bouclier, le tout dans un cercle perlé. Cohen 220 ; BMC RE IV, 416, 234, pl. 57, 12 ; RIC III, 254, 505. Bon portrait ; finement patiné ; très bel exmplaire. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Claude Burgan numismatique, Paris, vente sur offres, 23 décembre 1991, 68.

eur: 200 - 300

eur: 200 - 300

344. LUCIUS VERUS, 7 mars 161 - janvier/février 169. Rome, 163-164. Sesterce, bronze, 26,21 g. Av. L. AVREL VERVS - AVG ARMENIACVS Son buste lauré et cuirassé à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. TR P IIII - IMP II COS II/ S - C. Mars debout à droite, tenant de la main gauche un bouclier posé sur le sol, et s’appuyant de la main droite sur une lance renversée ; le tout dans un cercle perlé. Cohen 231 ; BMC RE IV, 564, 1115 note ; RIC III, 323, 1383 ; Banti 156. Bon portrait ; patine marron-vert foncé ; TB à très beau. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente à prix marqués ou sur offres (en 2e phase), 18 décembre 1999, 167.

eur: 800 - 1.200

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

163


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

164

345. LUCIUS VERUS, 7 mars 161 - janvier/février 169. Rome, août-décembre 165. Aureus, or, 7,32 g.

346. LUCIUS VERUS, 7 mars 161 - janvier/février 169. Rome, 166. Denier, argent, 3,23 g.

Av. L.VERVS AVG - ARM PARTH MAX Son buste lauré et cuirassé à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. TR P V - IMP III COS II Lucius Verus à cheval, pointant sa lance vers un adversaire tombé à terre ; le tout dans un cercle perlé.

Av. L VERVS AVG ARM – PARTH MAX Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. VICT AVG – TR P VI COS II La Victoire ailée en longue robe, volant à gauche, tenant un diadème des deux mains ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 275 ; BMC RE IV, - cf. 438, 391 note ; RIC III, 257, 543 ; Calicó 2183.

Cohen 339 ; BMC RE IV, 444, 425 ; RIC III, 258, 553.

Beau portrait ;TB à très beau.

Beau portrait ; finement patiné ; superbe.

Médaillier René Baron.

Exemplaire provenant de la collection Salgast, Lanz Numismatik, Munich, 25 novembre 1985, 602.

Cohen 54 ; BMC RE IV, 577, 1209 ; RIC III, 353, 1756 ; Banti 35.

eur: 400 - 600

eur: 5.000 - 7.500

eur: 3.000 - 4.500

347. LUCIUS VERUS, 7 mars 161 - janvier/février 169. Pour Lucille, son épouse, 164169. Rome, 164-169. Sesterce, bronze, 21,65 g. Av. LVCILLAE AVG-ANTONINI AVG F Lucille drapée, les cheveux tressés formant quatre crans et retenus en chignon ; le tout dans un cercle perlé. Rv. PIETAS / S C La Piété voilée debout, une boîte à parfum dans la main gauche, sacrifiant à l’aide d’une patère au-dessus d’un autel allumé ; le tout dans un cercle perlé.

Très joli portrait ; patine vert foncé ; superbe.


348. LUCIUS VERUS, 7 mars 161 - janvier/février 169. Pour Lucille, son épouse, 164169. Rome, vers 164-169. Sesterce, bronze, 26,76 g. Av. LVCILLAE - AVG ANTONINI AVG Buste drapé de Lucille à droite, les cheveux coiffés en chignon sur la nuque ; le tout dans un cercle perlé. Rv. VES-TA / S – C Vesta debout de face, la tête à gauche, tenant de la main droite un simpulum au-dessus d’un autel enflammé, et portant le palladium sur le bras gauche ; le tout dans un cercle perlé. Cohen 94 (corr) ; BMC RE IV, 573, 1178 ; RIC III, 355, 1779 ; Banti 47. Joli portrait ; jolie patine vert foncé ;TB à très beau.

349. COMMODE, milieu 177 (avant le 17 juin) 31 décembre 192. Rome, 177. Sesterce, bronze, 21,61 g.

350. COMMODE, milieu 177 (avant le 17 juin) 31 décembre 192. Rome, 186-187. Denier, argent, 3,50 g.

Av. [IM]P CAES L AVREL COM–MODVS GERM SARM Son buste juvénile, lauré, drapé et cuirassé à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. TR P II COS / LIBERALITAS / AVG /S – C Marc Aurèle et Commode, assis à gauche sur une estrade ; entre eux, un préfet debout tenant un sceptre (?) ; devant, la Liberalité à gauche portant un abacus et une corne d’abondance ; en bas l’estrade, un citoyen en toge debout à droite.

Av. M COMM ANT P-FEL AVG BRIT Sa tête laurée à droite. Rv. P M TR P XI IMP VII - COS V P P / FID EXERC Commode, debout à gauche sur une estrade, tenant un sceptre dans la main gauche et saluant de la main droite ses troupes ; devant lui, trois soldats debouts à droite, portant bouclier, épée et enseigne ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 295 ; BMC RE IV, 668, 1651, pl. 88, 8 (Marc Aurèle) ; RIC III, 338, 1559 (Marc Aurèle) ; Banti 179. Beau portrait ; jolie patine vert claire ; très beau à superbe.

Cohen 143 ; BMC RE IV, 725, 199, pl. 96, 3 ; RIC III, 380, 130. Rare ; finement patiné ; très bel exemplaire. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 27 mars 1990, 148.

Médaillier René Baron. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 27 mars 1990, 146.

eur: 600 - 750

eur: 600 - 900

eur: 200 - 300

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

165


GUERRE CIVILE, 193 M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

166

351. COMMODE, milieu 177 (avant le 17 juin) 31 décembre 192. Rome, 186-187. Sesterce, bronze, 22,43 g.

352. PERTINAX, 31 décembre 192 - 28 mars 193. Rome. Denier, argent, 3,48 g.

Av. M COMMODVS [ANT] - P FELIX AVG BRIT Sa tête laurée et barbue à droite. Rv. [FO]RT FELI P M T-R P XIIII IMP VIII COS V P P / S - C La Fortune debout de face, la tête à gauche, le pied posé sur une proue, tenant dans la main droite un abacus et portant sur le bras gauche une corne d’abondance.

Av. IMP CAES P HELV - PERTIN AVG Tête laurée de Pertinax à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv AEQVIT. AVG. TR P COS II L’Équité debout à gauche tenant une balance de la main droite et portant une corne d’abondance sur le bras gauche ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 159 ; BMC RE IV, 819, 622, pl. 108, 3 ; RIC III, 426, 524 ; Banti 78.

Cohen 2 ; BMC RE V, 3, 15, pl. 1, 14 ; RIC IV/I, 7, 1 a.

Bon portrait ; jolie patine vert clair ; très beau. Médaillier René Baron.

Rare ; excellent portrait ; joliment patiné ; bien centré ; superbe exemplaire. Un portrait de toute beauté.

eur: 500 - 750

eur: 4.000 - 6.000

353. PESCENIUS NIGER, avril 193- fin avril 194. Antioche. Denier, argent, 2,72 g. Av. IMP CAES PESC NI-GER IVST AVG Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. SALVTI – AVGVSTI La Santé debout à droite devant un autel, nourrissant un serpent ; le tout dans un cercle perlé. Cohen 66 ; BMC RE V, 80, 312 ; RIC IV/I, 35, 75b. Beau portrait ; finement patiné ; très beau / TB. Exemplaire provenant de Peter Höflich Frank Sternberg IX, Zurich, 15-16 novembre 1979, 91.

eur: 1.000 - 1.500


360.

M o n n a i e s & m ĂŠ d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

167


M o n n a i e s & m ĂŠ d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

395.

168

396.

401.


SÉVÈRES, 193-235 354. SEPTIME SEVERE, 9 avril 193 - 4 février 211. Rome, 202-210. Denier, argent, 3,13 g. Av. SEVERVS - PIVS AVG Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. LIBERALI-TAS AVG VI La Libéralité debout de face, la tête à gauche, tenant dans la main droite un abaque et portant sur le bras gauche une corne d’abondance ; le tout dans un cercle perlé. Cohen 298 ; BMC RE V 220, 349, pl. 26, 4 ; RIC IV/I, 126, 278. Beau portrait ; finement patiné ; superbe exemplaire. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 8 janvier 1986, 179.

355. SEPTIME SEVERE, 9 avril 193 - 4 février 211. Pour Albin, César 193-195. Rome, 194 - 195. Denier, argent, 3,17 g. Av. D CL SEPT [AL]-BIN CAES Sa tête nue à droite. Rv. SAEC FRVG-IF COS II Génie radié à demi-nu à gauche, tenant de la main droite un caducée et de la main gauche un trident. Cohen 65 ; BMC RE V, 37 ; RIC IV/1, - cf. 45, 8 (D.CLOD.SEPT). Rare ; excellent portrait ; joliment patiné ; superbe exemplaire. Un portrait de toute beauté. Exemplaire provenant de la collection Dr E. P. Nicolas, Maison Platt, Paris, 9-10 mars 1982, 573.

356. SEPTIME SEVERE, 9 avril 193 - 4 février 211. Pour Julia Domna, son épouse. Laododicea ad mare ( ?), 196-211. Denier, argent, 4,45 g. Av. IVLIA AVGVSTA Buste de Julia Domna les cheveux noués, à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. IVNO - REGINA Junon de face, la tête à gauche, tenant dans la main droite une patère au-dessus d’un paon à gauche, et s’appuyant de la main gauche sur un long sceptre ; dans le champ gauche, un paon ; le tout dans un cercle perlé. Cohen 97 ; BMC RE V, 277, 601 ; RIC IV/I, 178, 640. Finement patiné ; presque superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 8 janvier 1986, 182.

eur: 150 - 225

eur: 1.500 - 2.250

eur: 100 - 150

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

169


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

170

357. SEPTIME SEVERE, 9 avril 193 - 4 février 211. Pour Julia Domne, son épouse. Rome, 196-211. Denier, argent, 3,42 g.

358. SEPTIME SEVERE, 9 avril 193 - 4 février 211. Pour Géta, son fils, César 198-209. Rome, 200-202 . Denier, argent, 3,35 g.

359. SEPTIME SEVERE, 9 avril 193 - 4 février 211. Pour Géta, son fils, César 198-209. Rome, 203-208. Denier, argent, 3,72 g.

Av. IVLIA - AVGVSTA Buste drapé de Julia Domne à droite, les cheveux tressés formant cinq crans sur la tête et relevés en chignon ; le tout dans un cercle perlé. Rv. PIETAS - AVGG La Piété voilée debout à gauche, sacrifiant au-dessus d’un autel allumé, et tenant dans la main gauche une boîte à parfums ; le tout dans un cercle perlé.

Av. P SEPT GETA - CAES PONT Buste drapé et cuirassé de Géta à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. PR-INC – IVVENT Géta debout de face, la tête à gauche, en habit militaire, tenant de la main droite un rameau et s’appuyant de la main gauche sur une haste renversée ; le tout dans un cercle perlé.

Av. P SEPTIMVS GETA CAES Buste lauré et drapé de Géta à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. PONTIF - COS Minerve de face, la tête à gauche tenant de la main droite un bouclier posé sur le sol et s’appuyant de la main gauche sur une lance ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 150 ; BMC RE V, 165, 63, pl. 28, 13 ; RIC IV/1, 170, 572, pl. 9, 8 ;

Cohen – cf. 157 (sans cuirasse) ; BMC RE V, 198, 232-33, pl. 32, 14 ; RIC IV/I, - cf- 316, 17 (sans cuirasse).

Très joli portrait ; finement patiné ; flan large ; superbe exemplaire.

Finement patiné ;TB.

Exemplaire provenant de Tradart 8, Genève, 16 novembre 1995, 193.

Médaillier René Baron.

eur: 300 - 450

eur: 50 - 75

Cohen 104 ; BMC RE V, 243, 446, pl. 39, 2 ; RIC IV/I, 318, 34a. Finement patiné ; presque très beau. Médaillier René Baron.

eur: 50 - 75


360. SEPTIME SEVERE, 9 avril 193 - 4 février 211. Isaura Nova en Cilicie. Bronze, 14,71 g, 29 mm.

361. CARACALLA, automne 197 (?) - 8 avril 217. Rome, 199-200. Denier, argent, 3,13 g.

362. CARACALLA, automne 197 (?) - 8 avril 217. Rome, 211. Sesterce, bronze, 23,82 g.

Av. AY. K. Λ. CEΠ. – CEOYHPOC ΠΕPT Son buste lauré à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. MHT-PO-Π-OΛEΩC / ICAYPΩN Porte de la ville avec trois tours ; au milieu, la déesse de la cité assise à gauche, tenant dans la main gauche une corne d’abondance et s’appuyant sur un gouvernail ; le tout dans un cercle perlé.

Av. ANTONINVS – AVGVSTVS Son buste lauré, drapé et cuirassé à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. PONTIF – TR P III Caracalla sous l’apparence de Sol, nu, de face, la tête laurée à gauche, portant le paludamentum sur l’épaule, tenant dans la main droite un globe et s’appuyant de la main gauche sur un long sceptre ; le tout dans un cercle perlé.

Av. M AVREL ANTONINVS PIVS AVG GERM Son buste lauré, barbu et cuirassé à droite, avec le paludamentum ; le tout dans un cercle perlé. Rv. PM TRP XVII IMP III COS IIII P P / S C Caracalla debout sur une estrade à droite en habit militaire accompagné de deux officiers, la main droite levée haranguant deux légionnaires et un chef ; ce dernier, tourné à droite, tenant une épée ; les deux soldats casqués tenant des enseignes et portant des boucliers.

BMC Cilicia - ; SNG von Aulock 5408 (cet exemplaire) ; SNG BN 490 (mêmes coins) ; SNG Levante 259 (mêmes coins) ; Price-Trell 224, 502 (mêmes coins).

Cohen 413 ; BMC RE V ; 190, 179ss ; RIC IV/I, 217, 30a.

Rare ; beau portrait ; patine marron-vert foncé ; très bel exemplaire.

Joli portrait ; très finement patiné ; presque superbe / très beau.

Exemplaire provenant de la collection Hans von Aulock.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, vente sur offres, Paris, 8 janvier 1986, 183.

eur: 2.000 - 3.000

eur: 100 - 150

Cohen 275 ; BMC RE V, 481, 264 ; RIC IV/1, 298, 525 ; Banti 56. Rare ; beau portrait ; jolie patine vert émeraude ; très beau / TB. Exemplaire provenant de la collection Dr E. P. Nicolas, Maison Platt, Paris, 9-10 mars 1982, 596.

eur: 3.000 - 4.500

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

171


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

172

363. CARACALLA, automne 197 (?) – 8 avril 217. Rome, 215. Denier, argent, 3,57 g.

364. CARACALLA, automne 197 (?) - 8 avril 217. Antioche, 214-217. Tétradrachme, argent, 13,45 g.

365. MACRIN, 11 avril 217 - milieu 218. Antioche, décembre 217. Denier, argent, 3,15 g.

Av. ANTONINVS PIVS AVG GERM Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. LIBERAL. AVG.VIIII. La Libéralité debout de face, la tête à gauche, tenant dans la main droite un abaque et portant sur le bras gauche une corne d’abondance ; le tout dans un cercle perlé.

Av. AΥT K M A - ANTΩNEINOΣ Σ - EB Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. ΔHMAΡX. EΞ. ΥΠA. TO. Δ. Aigle de face, la tête à droite, perché sur un cuissot tenant dans son bec une couronne ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP C M OPEL SEV - MACRINVS AVG Son buste lauré et cuirassé à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. PONTIF MAX TR P II COS P P Macrin, un sceptre dans la main gauche, conduisant un quadrige à gauche et couronné par la Victoire ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 139 ; BMC RE V, 444, 70, pl. 69, 10 ; RIC IV/I, 258, 302.

BMC Seleucis and Piera 195, 362 ; Prieur 40, 217 ; Belliger 18. Très finement patiné ; superbe.

Très finement patiné ; bon portrait ; presque superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente aur offres, 25 mars 1988, 111.

eur: 150 - 225

Cohen 88 ; BMC RE V, 503 ; RIC IV/II, 8, 36. Rare ; beau portrait ; finement patiné ; flan large ; très bel exemplaire.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Poinsignon Numismatique, Strasbourg, liste 32, 19 mars 1991, 378.

eur: 150 - 225

eur: 1.000 - 1.500


366. MACRIN, 11 avril 217 - milieu 218. Antioche. Denier, argent, 3,30 g. Av. IMP C M OPEL SEV MACRINVS AVG Son buste vu de dos, lauré, drapé et cuirassé à droite, portant la barbe longue ; le tout dans un cercle perlé. Rv. IOVI CONSER-VATORI Jupiter de face, la tête à gauche, tenant dans la main droite le foudre et s’appuyant de la main gauche sur un long sceptre ; le tout dans un cercle perlé. Cohen 33 ; BMC RE V – cf. 506, 66ss (buste vu par devant) ; RIC IV/II ; 10, 72c. Très finement patiné ; très beau / TB. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Jean Vinchon Numismatique, Paris, 3-4 février 1986, 105 (photo inversée avec le 104).

367. MACRIN, 11 avril 217 - 8 juin 218. Pour Diaduménien, son fils, César 11 avril 217 - juin 218. Rome. Sesterce, bronze, 24,23 g.

368. ELAGABALE, 16 mai 218 – 11 mars 222. Pour Julia Maesa, sa grandmère. Rome. Denier, argent, 3,34 g.

Av. M OPEL ANTONINVS DIADVMENIANVS CAES Buste de Diaduménien drapé et cuirassé à droite, vu par devant ; le tout dans un cercle perlé. Rv. PRINC IVVENTVTIS / S C. Diaduménien debout, un sceptre dans la main gauche, tenant une enseigne militaire ; dans le champ droit, deux enseignes.

Av. IVLIA MAESA AVG Buste drapé de Julia Maesa à droite, les cheveux ondulés et relevés en chignon ; le tout dans un cercle perlé. Rv. PVDIC-ITIA La Pudeur (Julia Maesa ?) assise à gauche, levant de la main droite son voile et tenant dans la main gauche un sceptre ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 7 ; BMC RE V, 527, 150, pl. 84, 5 (même coin de revers) ; RIC IV/II, - cf. 22, 211, pl. 5, 13 (dans le champ droit au revers, une aigle à la place d’une des enseignes) ; Banti 4 (cet exemplaire). Très rare ; beau portrait ; patine brun-vert ;TB.

Cohen 36 ; BMC RE V, 541, 77 ; RIC IV / II, 50, 268. Beau portrait ; très finement patiné ; superbe exemplaire. Exemplaire provenant de Tkalec, Zurich, 21 février 2001, 332.

Exemplaire provenant de Frank Sternberg XI, Zurich, 20-21 novembre 1981, 704.

eur: 150 - 225

eur: 1.200 - 1.800

eur: 200 - 300

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

173


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

174

369. ELAGABALE, 16 mai 218 – 11 mars 222. Pour Julia Paula, sa première épouse. Rome, 219-220. Denier, argent, 2,65 g. Av. IVLIA PAVLA AVG Buste drapé de Julia Paula à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. VENVS GE-NETRIX Vénus assise à gauche, tenant dans la main droite une pomme et s’appuyant de la main gauche sur un long sceptre ; le tout dans un cercle perlé. Cohen 21 ; BMC RE V, 555, 177, pl. 88, 15 ; RIC IV/II, 46, 222, pl. 3, 8. Joli portrait ; joliment ; superbe.

370. ALEXANDRE SEVERE, 14 mars 222 - février/mars 235. Rome, 225. Denier, argent, 3,46 g.

371. ALEXANDRE SEVERE, 14 mars 222 - février/mars 235. Rome, 232. Denier, argent, 2,92 g.

Av. IMP C M AVR SEV - ALEXAND AVG Son buste lauré et drapé à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. P M TR P - IIII COS PP Mars (ou Romulus) marchant à droite tenant dans la main droite une lance et portant de la main gauche un trophée appuyé sur l’épaule ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP ALEXANDER PIVS AVG Son buste lauré, drapé et cuirassé à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. IOVI PRO - P-VGNATORI Jupiter nu, debout de face, la tête à droite, le manteau flottant, brandissant de son bras droit un foudre et tenant dans la main gauche un aigle ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 260 ; BMC RE VI, 138, 246-9, pl. 9 ; RIC IV/II, 74, 45.

Cohen 83 ; BMC RE VI, 197, 824, pl. 28 ; RIC IV / II, 88, 238

Bon portrait ; très finement patiné ; très beau à superbe.

Beau portrait ; finement patiné ; flan large ; superbe exemplaire.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Frank Sternberg XXXV, Zurich, 28-29 octobre 2000, 640.

eur: 600 - 900

eur: 100 - 150

eur: 300 - 450


372. ALEXANDRE SEVERE, 14 mars 222 - février/mars 235. Rome, 232. Sesterce, bronze, 21,95 g.

373. ALEXANDRE SEVERE, 14 mars 222 - février/mars 235. Rome, 232. Sesterce, bronze, 21,82 g.

Av. IMP ALEXANDER PIVS AVG Son buste lauré, drapé et cuirassé, de trois quarts, la tête à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. MARS VLTOR / S – C Mars casqué, avançant à gauche, tenant dans la main droite une lance et portant sur le bras gauche un bouclier ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP ALEXANDER PIVS AVG Son buste lauré, drapé et cuirassé, de trois quarts, la tête à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. MARS VLTOR / S – C Mars casqué, avançant à gauche, tenant dans la main droite une lance et portant sur le bras gauche un bouclier ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 169 ; BMC RE VI, 198, 847, pl. 29 ; RIC IV/II, 120, 635d.

Cohen 169 ; BMC RE VI, 198, 847, pl. 29 ; RIC IV/II, 120, 635d.

Beau portrait ; patine brune ; très beau / TB.

Beau portrait ; patine vert fonçé ; superbe / très beau.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 8 juin 1986, 174.

Médaillier René Baron.

eur: 150 - 225

eur: 200 - 300

374. ALEXANDRE SEVERE, 14 mars 222 - février / mars 235. Pour Orbiana, son épouse. Rome, 225. Denier, argent, 3,55 g. Av. SALL BARBIA - ORBIANA AVG Buste diadémé et drapé d’Orbiana à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. CONCORDI-A – AVGG La Concorde assise à gauche, tendant de la main droite une patère et portant sur le bras gauche une double corne d’abondance ; le tout dans un cercle perlé. Cohen 1 ; BMC RE VI, 142, 291, pl. 10 ; RIC IV/II, 96, 319. Joli portrait ; très finement patiné ; très beau à superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Crédit de la Bourse, Paris, liste à prix marqué, avril 1991, 250.

eur: 200 - 300

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

175


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

176

375. ALEXANDRE SEVERE. 14 mars 222 – février/mars 235. Pour Julia Mamaea, sa mère, morte en 235. Rome, 228. Sesterce, bronze, 22,27 g.

376. ALEXANDRE SEVERE, 14 mars 222 - février/mars 235. Pour Julia Mamaea, sa mère, morte en 235. Rome, 232. Sesterce, bronze, 19,55.

Av. IVLIA MAMAEA AVGVSTA Son buste diadémé et drapé à droite ; le tout dans un cercle linéaire. Rv. VENV-S FELIX / S C Venus tenant dans la main droite cupidon et s’appuyant de la main gauche sur un long sceptre ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IVLIA MAMAEA AVGVSTA Buste de Julia Mamaea diadémé et drapé, les cheveux noués, à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. FECVNDITAS AVGVSTAE / S - C La Fécondité de face, la tête à gauche, tenant sa main droite au-dessus d’un enfant à gauche et portant sur le bras gauche une corne d’abondance ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 69 ; BMC RE VI, 133, 197, pl. 7 ; RIC IV/II, 126, 701, pl. 9 ,5.

Cohen 8 ; BMC RE VI, 204, 920, pl. 30 ; RIC IV/II, 124, 668 ; Banti 3.

Bon portrait ; patine brun-vert ; très bel exemplaire. Joli portrait ; patine verte ; presque superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 29 décembre 1990, 47.

eur: 600 - 900

eur: 600 - 900


397.

408.

M o n n a i e s & m ĂŠ d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

390.

177


ANARCHIE MILITAIRE, 235-268 M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

178

378

377. MAXIMIN Ier THRACE, février /mars 235 – mi-avril ( ?) juin 238. Pour Pauline, son épouse. Rome. Denier, argent, 3,70 g. Av. DIVA PAVLINA Buste drapé et voilé de Pauline à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. CONSECRATIO Pauline assise à gauche sur un paon volant à droite, levant la main droite et tenant dans la main gauche un sceptre ; le tout dans un cercle perlé. Cohen 2 ; BMC RE VI, 233, 126-8, pl. 37 ; RIC IV/II, 153, 2, pl. 10, 10. Rare ; beau portrait ; joliment patiné ; bien centré ; presque superbe. Exemplaire provenant de Gorny & Mosch, 112, Munich, 17 octobre 2001, 4368.

eur: 600 - 900


378. MAXIMIN Ier THRACE, février /mars 235 – mi-avril ( ?) juin 238. Pour Pauline, son épouse. Rome. Sesterce, bronze, 20,21 g. Av. DIVA PAVLINA Buste de Pauline voilé et drapé à droite ; le tout dans un cercle linéaire. Rv. C-ONSECRATIO/SC Pauline assise à gauche sur un paon volant à droite, levant la main droite et tenant dans la main gauche un sceptre, le tout dans un cercle linéaire. Cohen 3 ; BMC RE VI, 233, 129 ; RIC IV/II, 153, 3 ; Banti 3. Rare ; très beau portrait ; jolie patine vert olive ; très bel exemplaire.

379. GORDIEN III, janvier/février 238 – début 244. Gadara en Syrie, 239-240. Bronze, 14,94 g, 26 mm. Av. AYTO K MAP. AN-TN ΓOPΔIANOΣ Son buste lauré, drapé et cuirassé à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. ΠOMΠ / ΓAΔAPE Galère avec des rameurs avançant à gauche ; à l’exergue, ΓT (an 303 de l’ère pompéienne) ; le tout dans un cercle perlé. BMC Syria - ; SNG ANS 1334 ; A. Spijkerman, The coins of the Decapolis and the Provincia Arabia, Studi Biblici Francesci Collectio Major, tome 25, Jerusalem, 1979, - cf. 93 ; H.C. Lindgren – F.L. Kovacs, Ancient bronze coins of Asia minor and Levant. San Mateo, 1985. 2214. Rare ; joli portrait ; patine vert foncé ; très bel exemplaire. Exemplaire provenant de Tradart 5, Genève, 8 novembre 1992, 226.

eur: 5.000 - 7.500

eur: 2.000 - 3.000

380. GORDIEN III, janvier/février 238 – début 244. Pour Tranquilline, son épouse. Colybrassus en Cilicie, 241-244. Bronze, 2,92 g. Av. CΑΒ ΤΡΑΝ−ΚΥΛΛΕΙΝ Buste de Tranquilline diadémé et drapé à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. KOΛUBP-ACCEΩN Hermès debout à gauche tenant dans la main droite une bourse et dans la main gauche un caducée ; le tout dans un cercle perlé. BMC Cilicia - ; SNG von Aulock - ; SNG BN 551 ; SNG Levante 338 ; Rec. Gén. - . Très rare ; joli portrait ; patine verte ; très bel exemplaire. Exemplaire provenant de Tradart 7, Genève, 17 novembre 1994, 234.

eur: 1.500 - 2.250

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

179


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

180

381. PHLIPPE Ier L’ARABE, début 244 – septembre/octobre 249. Rome. Sesterce, bronze, 23,65 g.

382. PHLIPPE Ier L’ARABE, début 244 – septembre/octobre 249. Antioche, 249. Tétradrachme, argent, 11,16 g.

383. PHILIPPE II, Juillet-août 247 – septembre/ octobre 249. Antioche, 246-249. Antoninien, argent, 4,33 g.

Av. IMP M IVL PHILLIPVS AVG Son buste lauré à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. FELICITAS TEMP / S - C La Félicité debout à gauche, tenant dans la main droite un caducée et portant sur le bras gauche une corne d’abondance ; le tout dans un cercle perlé.

Av. ΑVΤΟΚ Κ Μ ΙΟΥΛI ΦΙΛIΠΠΟC CEΒ Son buste lauré, drapé et cuirassé à droie ; le tout dans un cercle perlé. Rv. ΔΗΜΑΡΧ EΞΟVCΙΑC YΠΑΤΟ Δ Aigle de face, la tête à droite tenant une couronne dans le bec, les ailes éployées ; à l’exergue, ΑΝΤΙΟΧΙΑ / S C ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP M IVL PHILIPPVS AVG Son buste radié, drapé et cuirassé à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. AEQVITAS AVGG L’Equité debout à gauche tenant dans la main droite une balance et dans la main gauche une corne d’abondance ; le tout dans un cercle perlé.

BMC Seleucis and Piera 218, 557 ; SNG Copenhagen cf. 263 (autre date) ; Prieur 65, 439.

Cohen 1 ; RIC IV/III 99, 240a.

Cohen 44 ; RIC IV/III, 90, 169a ; Banti 11 (cet exemplaire). Beau portrait ; patine vert foncé ; bien centré ; superbe. Exemplaire provenant de Frank Sternberg X, Zürich, 25 novembre 1980, 518.

Joliment patiné ; flan large et bien centré ; très bel exemplaire.

Beau portrait ; très finement patiné ; superbe exemplaire.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 30 mars 1987, 165.

eur: 1.000 - 1.500

eur: 150 - 225

eur: 200 - 300


384. PHILIPPE II, Juillet-août 247 – septembre/ octobre 249. Antioche. Tétradrachme, argent, 13,66 g.

385. GALLIEN, septembre/ octobre 253 – vers septembre 268. Trèves, 257. Antoninien, argent, 4,64 g.

386. GALLIEN, septembre/ octobre 253 – vers septembre 268. Rome, 256. Antoninien, argent, 3,43 g.

Av. MAΡ IΟVΛI ΦΙΛIΠΠΟC KECAΡ Son buste lauré, drapé et cuirassé à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. ΔΗΜΑΡΧ - EXΟVCΙΑC / S - C Aigle de face, les ailes éployées, la tête à gauche tenant une couronne dans le bec, perché sur un rameau ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP GALLIENVS AVG Son buste radié et cuirassé à droite, l’épaule gauche drapée, vu de trois quarts par devant ; le tout dans un cercle perlé. Rv. IOVI V-ICTORI Jupiter nu debout à gauche sur un cippe, tenant dans la main droite une victoriola et s’appuyant de la main gauche sur un long sceptre long ; sur le cippe IMP/ C E S ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP C P LIC GALLIENVS P F AVG Son buste radié et cuirassé à droite, l’épaule droite drapée, vu de trois quarts par devant ; le tout dans un cercle perlé. Rv. P M TR P IIII COS III P P Sol nu marchant à gauche, manteau flottant sur l’épaule, la main droite levée et tenant de la main gauche un fouet ; le tout dans un cercle perlé.

BMC Syria 217, 546 ; SNG Copenhagen - ; Prieur 55, 333.

Cohen 806 ; RIC V/I, 79, 119. Cohen 397 ; RIC V/I, 70, 22.

Beau portrait ; patine fonçée ; très bel exemplaire.

Finement patiné ; très beau. Finement patiné ; très beau.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 30 mars 1987, 167.

eur: 150 - 225

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 27 mars 1990, 181.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 23 juin 1986, 185 et de la collection Lt. Colonel H. D. Gallwey, Glendining, Londres, 4 décembre 1985, 408.

eur: 50 - 75

eur: 50 - 75

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

181


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

182

387. GALLIEN, septembre/octobre 253 – vers septembre 268. Alexandrie, 261-262 Tétradrachme, argent, 11,06 g. Av. AVT K Π ΛIK ΓAΛΛIHNOC CEB Son buste radié et cuirassé à droite, vue de trois quart par devant ; le tout dans un cercle perlé. Rv. ENATOV Aigle à gauche, tenant dans son bec une couronne ; sur l’épaule droite, palme ; dans le champ droit, lettre L (an 9) ; le tout dans un cercle perlé. BMC Alexandria 291, 2235 ; Dattari 5286 ; SNG Copenhagen –cf. 775 (date LI ) ; Dattari 5286. Patine marron ; presque superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, 8 juillet 1983, 180.

eur: 150 - 225

388. GALLIEN, septembre/octobre 253 – vers septembre 268. Side en Pamphylie. 10 Assaria, bronze, 21,24 g, 30 mm. Av. AVT KAI ΠOV ΛIEΓNA ΓAΛΛIHENOC CE Son buste lauré, drapé et cuirassé à droite, vue de trois quart par devant ; dans le champ droit, lettre I ; sous le buste flêche ; le tout dans un cercle perlé. Rv. CΙΔΗΤΩΝ autour d’une couronne dans laquelle est inscrit ΝΕ/ΩΚΟ/ΡΩΝ ; le tout dans un cercle perlé. BMC Pamphilia - ; SNG Copenhagen - ; SNG France 3, 901 ; SNG Fitzwilliam 5112. Patine vert fonçé ; bien centré ; très beau.

eur: 150 - 225

389. POSTUME, juillet/août (?) 260 - mai/juin 269. Lyon. Antoninien, billon, 4,10 g. Av. IMP C POSTVMVS P F AVG Son buste barbu, radié, drapé et cuirassé à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. VIRT-VS AVG Mars debout à droite, tenant dans la main droite une haste verticale et s’appuyant de la main gauche sur un bouclier ; le tout dans un cercle perlé. Cohen 419 ; RIC V/2, 344,93. Beau portrait ; finement patiné ; très bel exemplaire. Exemplaire provenant de Tradart 4, Genève, 12 décembre 1991, 424.

eur: 200 - 300


390. POSTUME, juillet/août (?) 260 - mai/juin 269. Rome. Dupondius, bronze, 12,56 g. Av. IMP C POST-VMVS P F AVG Son buste lauré, drapé et cuirassé à droite, le tout dans un cercle perlé. Rv. LAETITIA / AVG.Vaisseau, avec quatre rameurs et un timonier le tout dans un cercle perlé. Cohen 170 ; RIC V/2, 349, 144 ; Banti 23. Beau portrait ; jolie patine vert fonçé ; flan large ; très bel exemplaire. Exemplaire provenant de la collection Armand Trampitsch, Jean Vinchon Numismatique, Monte-Carlo, 15-17 novembre 1986, 829.

eur: 1.500 - 2.250

391. QUINTILLE, septembre 270. Rome. Antoninien, bronze, 2,90 g. Av. IMP C M AVR CL QVINTILLVS AVG Son buste radié, drapé et cuirassé à droite, vu de trois quarts par devant. Rv. PAX – AVGVSTI La Paix debout à gauche, tendant de la main droite un rameau d’olivier et tenant dans la main gauche un sceptre. Cohen 52 ; RIC V/1, 241, 26. Bon portrait ; patine verte ; très beau/TB. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 20 mars 1987, 173.

eur: 100 - 150

392. AURELIEN, septembre 270 – septembre/ octobre 275. Rome, 273-274. Antoninien, bronze, 2,94 g. Av. IMP AVRELI-ANVS AVG Son buste lauré et cuirassé à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. VIC-TORIA AVG La Victoire marchant à gauche, tenant dans la main droite une couronne et portant sur le bras gauche un rameau ; dans le champ gauche, un captif, ses mains liées dans le dos ; le tout dans un cercle linéaire. Cohen 255 ; RIC V/I, 273, 73. Patine marron-vert ; très beau. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 8 janvier 1986, 231.

eur: 100 - 150

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

183


TéTRARCHIE, 284-313. M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

184

393. AURELIEN, septembre 270 – septembre/ octobre 275. Rome, 273-275. As, bronze, 6,20 g. Av. IMP AVRELIANVS AVG Son buste lauré et cuirassé à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. CONCOR-DIA AVG Sévérine debout à droite donnant la main à Aurélien debout à gauche en tenue militaire ; entre eux dans le champ, la tête du Soleil ; le tout dans un cercle perlé. Cohen 35 ; RIC V/1, 275, 80. Bon portrait ; patine brun foncé ; superbe exemplaire.

394. PROBUS, été 276 – printemps 282. Trèves. Antoninien, bronze, 4,07 g.

395. MAXIMIEN HERCULE, 1er avril 286 – juillet 310. Rome, 286. Aureus, or, 5,67 g.

Av. IMP C PROBVS P F AVG Son buste radié à gauche, revêtu du manteau impérial, tenant un sceptre surmonté d’un aigle ; le tout dans un cercle perlé. Rv. CONC-ORD – MILIT / PXXI La Concorde debout à gauche, tenant dans chaque main une enseigne ; dans le champ gauche, E ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP C M AVR VAL MAXIMIANVS P F AVG Son buste lauré, cuirassé et drapé à droite ; dans le champ gauche, deux globules ; le tout dans un cercle perlé. Rv. IOVI CONSER-VAT AVGG Jupiter nu, la chlamyde sur l’épaule gauche, debout à gauche tenant dans la main droite un foudre et s’appuyant de la main gauche sur un long sceptre ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 123 ; RIC V/2, 69, 479. Cohen 348 ; RIC V/2, 276, 492a ; Calicó 4688. Très beau buste ; patine marron-vert ; superbe. Beau portrait ; flan large et bien centré ; superbe exemplaire. Une monnaie de toute beauté. Exemplaire provenant de Tradart 5, Genève, 8 novembre 1992, 243.

eur: 200 - 300

eur: 200 - 300

eur: 12.000 - 18.000


396. MAXIMIEN HERCULE, 1er avril 286 – juillet 310. Cyzique ou Antioche, 290-293. Aureus, or, 5,48 g.

397. MAXIMIEN HERCULE, 1er avril 286 – juillet 310. Cyzique ou Antioche, 290-293. Aureus, or, 5,48 g.

Av. MAXIMIANVS - AVGVSTVS Sa Tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. CONSVL III - P P PROCOS Maximinien lauré et revêtu de la toge debout à gauche tenant dans la main droite un globe et dans la main gauche un sceptre ; le tout dans un cercle perlé.

Av. IMP MAXIMIANVS AVG Son buste casqué et cuirassé à gauche ; le tout dans un cercle perlé. Rv. GENIO POP-VLI ROMANI / PLC Le Génie du peuple romain debout à gauche, coiffé du modius, tenant dans la main droite une patère au-dessus d’un autel enflammé et dans la main gauche une corne d’abondance ; dans le champ droit, B ; le tout dans un cercle perlé.

Cohen 78 ; RIC V/2, 290, 596 et 292, 609 ; Calicò 4621 ; Depeyrot 135, 11/5.

Cohen 202 ; RIC VI, 251, 125. Beau portrait ; bien centré ; superbe. Médaillier René Baron.

Beau buste ; patine marron-vert foncé ; superbe exemplaire.

398. GALERE MAXIMIN, 1er mai 305 – début 311. Héraclée en Asie Mineure, 308-309. Follis, bronze, 7,48 g. Av. IMP C GAL VAL MAXIMIANUS P F AVG Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. GENIO IMP-E-RATORIS / HTΓ Génie debout de face à gauche, coiffé du modius, nu, le manteau sur l’épaule gauche, tenant dans la main droite une patère et portant sur le bras gauche une corne d’abondance ; le tout dans un cercele perlé. Cohen 48 ; RIC VI, 535, 37a. Patine vert foncé ; presque superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Jean Vinchon Numismatique, Paris, 9 et 10 décembre 1983, 305.

eur: 5.000 - 7.500

eur: 300 - 450

eur: 150 - 225

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

185


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

186

399. MAXIMIEN II DAZA, César, 1er mai 305 – début 309. Alexandrie, 308-309. Follis, bronze, 6,84 g.

400. MAXENCE, printemps (avril ?) 307 – 28 octobre 312. Ticinum, 307-308. Follis, bronze, 6,90 g.

401. LICINIUS Ier, 11 novembre ( ?) 308 – 19 septembre 324. Nicomédie, 317-318. Aureus, or, 5,36 g.

Av. GAL VAL MAXIMINVS NOB CAES Tête laurée de Maximin II César à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. GENIO CA-ESARIS / ALE Génie debout de face à gauche, coiffé du modius, nu, le manteau sur l’épaule gauche, tenant dans la main droite une patère et portant sur le bras gauche une corne d’abondance ; dans le champ, K – E / P ; le tout dans un cercle perlé.

Av. MAXENTIVS PF AVG Sa tête laurée à droite, le tout dans un cercle perlé. Rv. CONSERV – VRB SVAE / P T Temple hexastyle ; Rome assise de face, la tête à gauche, tenant dans la main droite un globe et s’appuyant de la main gauche sur un long sceptre ; le tout dans un cercle perlé.

Av. LICINIVS AVGVSTVS Sa tête laurée à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. IOVI CONS - LICINI AVG / SMN Jupiter tenant dans la main droite la Victoire et s’appuyant de la main gauche sur un long sceptre, debout sur un podium orné de l’inscription SIC X / SIC XX ; à ses pieds, aigle à gauche la tête retournée serrant dans son bec une couronne.

Cohen 40 ; RIC VI, 678, 99a.

Beau portrait ; patine marron-vert ; superbe.

Patine marron -vert ; très bel exemplaire.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, vente sur offres, 30 mars 1987, 183.

Rare ; beau portrait ; superbe.

eur: 100 - 150

eur: 10.000 - 15.000

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Jean Vinchon Numismatique, Paris, 10 décembre 1983, 307.

eur: 80 - 120

Cohen 27 ; RIC VI, 294, 91. Cohen - cf. 131 (autre marque d’atelier au revers) ; RIC VII, 602, 18 ; Calicò 5102.


CONSTANTINIENS, 313-364. 402. CONSTANTIN Ier LE GRAND, fin de l’été ( ?) 307 - 22 mai 337. Pour Crispe, son fils, César, 317- 326. Ticinum, 320-321. Follis, bronze, 3,64 g. Av. CRISPVS NOB CAES Son buste lauré et cuirassé à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. DOMINOR NOSTROR CAESS / S T Couronne de laurier dans laquelle est inscrit VOT / X ; le tout dans un cercle perlé. Cohen 65 ; RIC VII, 380, 156. Patine marron-vert foncé ; superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Jean Vinchon Numismatique, Paris, 10 décembre 1983, 313.

403. CONSTANTIN Ier LE GRAND, fin de l’été ( ?) 307 - 22 mai 337. Antioche, 325-326. Follis, bronze, 2,75 g. Av. CONSTAN-TINVS AVG Sa tête laurée à droite portant un diadème orné de cabochons, le tout dans un cercle perlé. Rv. PROVIDEN-TIAE AVGG / SMANTA Porte de camp surmontée de deux tours ; entre les tours, une étoile ; le tout dans un cercle perlé. Cohen 454 ; RIC VII, 688, 63. Patine marron-vert fonçé ; très beau à superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Jean Vinchon Numismatique, Paris, 10 décembre 1983, 312.

404. CONSTANTIN Ier LE GRAND, fin de l’été ( ?) 307 - 22 mai 337. Pour Constantin II, son fils, César 317-337. Arles, 327 ap. JC. Follis, bronze 3,48 g. Av. CONSTANTINVS IVN NOB C Buste lauré, drapé et cuirassé de Constantin II à gauche, vu de trois quarts par devant ; le tout dans un cercle perlé. Rv. PROVIDEN-TIAE CAESS / ARLT Porte de camp surmontée de deux tours ; entre les tours, une étoile ; de part et d’autre : S F ; le tout dans un cercle perlé. Cohen 165 ; RIC VII, 268, 311. Patine brun-vert fonçé ; superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Jean Vinchon Numismatique, Paris, 10 décembre 1983, 317.

eur: 80 - 120

eur: 80 - 120

eur: 80 - 120

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

187


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

188

405. CONSTANTIN Ier LE GRAND, fin de l’été ( ?) 307 - 22 mai 337. Pour Constantin II, son fils, César 317-337. Antioche, 340 ap. JC. Follis, bronze, 2,12 g.

406. CONSTANTIN Ier LE GRAND, fin de l’été ( ?) 307 - 22 mai 337. Pour Constance Galle, César, 351-354. Cyzique. Follis, bronze argenté, 4,33 g.

Av. CONSTANTINVS IVN NOB C Buste lauré et cuirassé de Constantin II à droite, vu de trois quarts par devant ; le tout dans un cercle perlé. Rv. GLOR–IA EXERC–ITVS / SMANE Deux soldats debouts de face, la tête tournée l’un vers l’autre, s’appuyant sur leurs lances ; entre eux, deux enseignes ; le tout dans un cercle perlé.

Av. D N FL CL CONSTANTIVS NOB CAES Buste drapé et cuirassé de Constance Galle, la tête nue, à droite, vu de trois quarts par devant ; le tout dans un cercle perlé. Rv. : FEL TEMP - REPARATIO / SMKЄ Soldat casqué, brandissant une lance de la main droite et portant sur le bras gauche un bouclier, terrassant un cavalier à droite renversé et adossé à son cheval couché à gauche ; le tout dans un cercle perlé ; dans le champ : Γ.

Cohen 122 ; RIC VII, 693, 87. Patine brun- vert fonçé ; presque superbe.

Cohen 11 ; RIC VIII, 497, 97. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Jean Vinchon Numismatique, Paris, 10 décembre 1983, 316.

407. CONSTANCE II, 9 septembre 337 – 3 novembre 361. Antioche, 355-361. Solidus, or, 4,51 g. Av. FL IVL CONSTAN-TIVS PERP AVG Son buste cuirassé de face, la tête casquée légèrement à droite, tenant sur l’épaule droite une lance et dans la main gauche un bouclier orné d’un cavalier ; le tout dans un cercle perlé. Rv. GLORIA - REI – PVBLICAE / SMANA Rome and Constantinople assises de face, tenant un bouclier sur lequel est inscrit VOT / XXX / MVLT / XXXX ; le tout dans un cercle perlé. Cohen 112 ; RIC VIII, 526, 165. Très bel exemplaire. Médaillier René Baron.

Bon portrait ; patiné argent ; très beau / TB. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Jean Vinchon Numismatique, Paris, 10 décembre 1983, 319.

eur: 80 - 120

eur: 80 - 120

eur: 500 - 750


EMPIRE D’ORIENT, 364-391

EMPIRE D’OCCIDENT, 364-480 408. JULIEN II, février (?) 360 – 26/27 juin 363. Sirmium, 361-363. Bronze, 8,74 g. Av. D N FL CL IVLI-ANVS P F AVG Son buste diadémé, drapé et cuirassé à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. SECVRITAS REIPUB / *ASIRMΩ Le taureau Apis debout à droite ; au-dessus, deux étoiles ; le tout dans un cercle perlé. Cohen 38 ; RIC VIII, 392, 106. Excellent portrait ; jolie patine marron-vert sur la surface argentée ; superbe exemplaire. Une monnaie de toute beauté. Exemplaire provenant de Leu Numismatics, 86, 5-6 mai 2003, 1011.

409. Lot de deux monnaies (a-b) a. VALENS, 28 mars 364 – 9 août 378. Trèves, fin 370. Solidus, or, 4,48 g. Av. DN VALENS - P F AVG Son buste diadémé et cuirassé à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. VICTOR–IA AVGG / TROBT Valens et Valentinien assis de face, tenant le globe ; au-dessus, entre eux, la Victoire de face, les ailes éployées ; le tout dans un cercle perlé. Cohen 52 ; RIC IX, 17, 17e ; Depeyrot 43/2. Bien centré ; superbe exemplaire.

410. HONORIUS 23 janvier 393 – 15 août 423. Ravenne, 402-408. Solidus, or, 4,41 g. Av. DN HONORI-VS PF AVG Son buste diadémé, drapé et cuirassé à droite ; le tout dans un cercle perlé. Rv. VICTORI-A AVGGG/ COMOB L’empereur debout à droite, tenant de la main droite le labarum et dans la main gauche un globe nicéphore, le pied gauche posé sur un captif ; de part et d’autre R V ; le tout dans un cercle perlé. Cohen 44 ; RIC X, 1287 ; Lacam pl. XV. TB. Médaillier René Baron.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Jean Vinchon Numismatique, Paris, 11-13 avril 1988, 627bis. b. VALENS, 28 mars 364 – 9 août 378. Siscia. Nummus, bronze, 2,39 g. Cohen - cf 47 (inscription différente à l’exergue) ; LRBC.1278 ; RIC.7 b2. Patine brune ; B à TB. Médaillier René Baron.

eur: 1.000 - 1.500

eur: 800 - 1.200

eur: 100 - 150

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

189


LASCARIDES, 1204-1261

MACÉDONIENS, 867-1056

HÉRACLIDES, 610-711

EMPIRE BYZANTIN M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

190

411. CONSTANT II, octobre 641 – 16 septembre 668. Carthage, 641-647. Solidus, or, 4.51 g. Av. D N CONS-TANTINO P Son buste de face, imberbe, portant le stemma, vêtu de la chlamyde, tenant dans la main droite un globe crucigère ; le tout dans un cercle perlé. Rv. VICTORIA – AYGY Croix potencée sur une base à trois dégrés ; à l’exergue : CONOB. DO 107.1 ; MIB 56.2 ; Sear 1029. Bien centré ; superbe exemplaire. Exemplaire provenant d’Auctiones 15, Bâle, 1985, 857.

412. CONSTANTIN IX MONOMAQUE, 12 juin 1042 – 11 janvier 1055. Constantinople. Histaménon, or, 4,40 g. Av. +IhS XIS REX - REGNANTIΩM Le Christ nimbé assis de face sur un trône, vêtu de la stola et du kolobion, bénissant de la main droite et tenant de la main gauche les Evangiles ; le tout dans un triple cercle perlé. Rv. [+CΩNST]ANT - bASILEUS R[M] Buste de Constantin IX de face, portant le stemma, vêtu du loros avec le maniakion, tenant dans la main droite le labarum et dans la main gauche un globe crucigère ; le tout dans un triple cercle perlé. DO 2 ; Ratto 1988 ; BN 632, 2-3. Bien centrée ; superbe.

eur: 600 - 900

eur: 800 - 1.200

413. ROYAUME DE NICÉE. THÉODORE Ier LASCARIS, mars 1208 – novembre 1222. Aspon Trachy, argent, 2,45 g. Av. IC - XC Le Christ trônant de face sur un siège avec dossier, vêtu du pallium et du colombium, bénissant de la main droite et tenant les Évangiles de la main gauche. Rv. Debout de face Théodore Lascaris couronné vêtu du division, du loros et du Sagion, tenant de la main droite une épée à pommeau dans son fourreau et saint Théodore nimbé, vêtu d’une tunique et du paludamentum, tenant une épée de la main droite ; portant ensemble un long sceptre vertical surmonté d’une étoile à huit rais bouletées. Do 2.3 ; Ratto 2282. Rare ; joliment patiné ; superbe.

eur: 800 - 1.200


413.

M o n n a i e s & m ĂŠ d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

191


4

monnaies médiévales, modernes, contemporaines

« Fortuna audaces iuvat » Virgile, Enéide X, 284


ROYAUME DEBELGIQUE, 1831 – époque actuelle.

BELGIQUE

SAINT EMPIRE ROMAIN GERMANIQUE, 962-1806.

AUTRICHE M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

194

414. MAXIMILIEN III DE HABSBOURG, gouverneur du Tyrol, 1602-1618. Hall, 1615. Thaler, argent, 28,50g. Av. MAXIMILIANVS : D[EI]G[RATIAE] : ARC[HIDUX] : AVS : [TRIAE] : DVX BVRG :[VNDIAE] : STIR[IAE] : CARINT[IAE] (Maximilien, par la grâce de Dieu, Archiduc d’Autriche, de Bourgogne, de Styrie, de Carinthie) En fin de légende, une rose ; le tout dans un cercle cannelé ; son buste à droite, cuirassé, portant une cape sur les épaules ainsi qu’un collier orné de la croix de l’Ordre des Chevaliers Teutoniques ; de part et d’autre du buste, la date :· 16 – · 15 ; sous la tranche du buste, un cartouche stylisé avec les initiales : CO (marque du maître de la Monnaie de Hall, Christoph Orber) ; le tout dans un cercle perlé. Rv. ET : CARN : MAG : PRVSS : ADMI : COMES : HAB : ET : TIRO Ecu couronné, écartelé aux armes de Hongrie, de Bohême, d’Autriche-Bourgogne, de Tyrol-Habsbourg, dans un cercle cordonnée ; séparant chacune des armes, la croix fleurdelisée de l’Ordre des Chevaliers Teutoniques, avec au centre, dans un ovale, l’aigle impérial ; le tout dans un cercle cannelé. Tr. Lisse.

415. Lot de 3 monnaies (a-c). a. LEOPOLD II, 1865-1909. Bruxelles, 1867. 2 Francs à fine barbe, argent, 9,71 g. Œuvre de Léopold Wiener. Av. LEOPOLD II ROI – DES BELGES Sa tête barbue à gauche ; sous la tranche du cou, la signature de l’artiste : l wiener ; le tout dans un cercle perlé. Rv. [L’UNI]ON FAIT LA FORCE Les armes du Royaume de Belgique couronnées ; de part et d’autre, la valeur faciale :  2 – F ; à l’exergue, la date : 18 – 67 ; le tout dans un cercle cannelé. Tr. Cannelée. Morin 158a ; Philippen p. 107, 28 ; De Mey & Pauwels 94c ; Krause & Mishler (2004) 30.1. Bien conservé. b. 1899, 50 centimes à fine barbe, argent, 9,37 g, Œuvre de Léopold Wiener. Morin 178 ; Philippen p. 107, 30 ; De Mey & Pauwels 99c ; Krause & Mishler (2004) 27. Bien conservé. c. Albert Ier (1909- 1934), Bruxelles, 1911, 1 franc, argent, 5,00g, Œuvre de Godefroid Devreese. Morin 279 ; Philippen p. 114, 45 ; De Mey & Pauwels 128b ; Krause & Mishler (2006) 72.1. Très bien conservé / Très beau. Médaillier René Baron.

Davenport 3321. Très Beau.

eur: 100 - 150

eur: 10 - 15


ROYAUME-UNI, 1707-époque actuelle.

ANGLETERRE

416. Lot de 8 monnaies (a-h). a. GEORGE V, 1910-1936. Londres, 1921, ½ Crown, argent, 13,88 g. Av. GEORGIUS V DEI GRA[TIA]: BRIT[ANNIA]: OMN[I]: REX Sa tête nue, à gauche, portant la moustache ; le tout dans un cercle perlé. Rv. FID [EI]·DEF[ENSOR] IND[IA]·IMP[ERATOR] Ecu du Royaume-Uni couronné, écartelé aux armes de l’Angleterre, de l’Ecosse et de l’Irlande, dans une jarretière portant la devise de l’Ordre de la Jarretière, HONI / SOIT / QUI / MAL / Y / PENSE (partiellement effacée) ; le tout dans un cercle perlé. Tr. Striée. Seaby 4021 ; Krause & Mishler (2006) 818.1a. Beau. b. 1936, 1 Florin, argent, 11,33 g. Seaby 4038 ; Krause & Mishler (2006) 834. TB / Presque superbe. c. 1929, 1 Shilling, argent 500, 5,56 g. Seaby 4039. Krause & Mishler (2006) 833. Beau / Très beau. d. 1936, 6 Pence, argent 500, 2,78 g. Seaby 4040 ; Krause & Mishler (2006) 832. Beau / TB. e. 1931, 3 Pence, argent 500, 1,40 g. Seaby 4040 ; Krause & Mishler (2006) 831. Beau / TB. f. Georges VI (1936-1952), Londres, 1944, 2 Shillings, argent, 11,34 g. Œuvre d’Humphrey Paget. Seaby 4081 ; Krause & Mishler (2006) 855. Très beau / Superbe. g. 1943, 1 Shilling, argent, 5,70 g, Œuvre d’Humphrey Paget. Seaby 4083 ; Krause & Mishler (2006) 854. Très beau / Superbe. h. 1942, 6 Pence, argent, 2,85 g, Œuvre d’Humphrey Paget. Seaby 4110 ; Krause & Mishler (2006) 852. Très beau / Superbe. Médaillier René Baron.

eur: 10 - 15

414. L’Ordre des Chevaliers Teutoniques Maximilien III (1558-1618) est le fils de l’empereur Maximilien II de Habsbourg et de Marie d’Espagne. Comme l’atteste ici la croix qu’il porte autour du cou et l’écu au revers, il appartient à l’Ordre des Chevaliers Teutoniques dont il est fait Grand Maître en 1590. Cet ordre chevaleresque prestigieux, fondé en 1198, à Saint-Jean d’Acres en Terre Sainte, est à l’origine un hôpital de campagne bâti devant les murs de la ville au début de la troisième croisade en 1190. Maximilien III, gouverneur du Tyrol dès 1602, conservera cette fonction jusqu’à sa mort, le 2 novembre 1618 à Vienne.

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

195


CONFéDéRATION helvétique, 1848 – époque actuelle.

SUISSE

ROYAUME D’ITALIE, 1870-1915.

ITALIE M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

196

417. Lot de 2 monnaies (a-b). a. VICTOR-EMMANUEL II, 1861-1878. Milan, 1873. 5 Lire, argent, 24,96 g. Œuvre de Giuseppe Ferraris. Av. VITTORIO EMANUELE II Sa tête nue à droite, portant un bouc et une moustache, ; sous la tranche du cou, la signature de l’artiste : ferraris ; à l’exergue, la date : 1873. Rv. REGNO D’ITALIA Blason de Savoie couronné et entouré du collier de l’Ordre Suprême de la Très Saint Annonciade, le tout dans une couronne d’olivier ; valeur faciale : L. 5 entre les marques d’atelier BN et M (Milan). Tr.**** · (guillochis)· FERT· (guillochis)· FERT· (guillochis) · FERT (guillochis) en creux.

421. Le gros tournois Vers 1266, Louis IX - dit Saint Louis depuis sa canonisation par l’Église en 1297 -, crée une des monnaies essentielles de l’histoire monétaire médiévale, le gros tournois d’argent valant douze deniers. Les douze fleurs de lys ornant la bordure de l’avers seraient la marque de valeur de cette monnaie. A ce propos, ce ne serait pas un hasard si chacune des inscriptions à l’avers comme au revers, respectivement ludovicus rex et turonus civis, comptent également douze lettres. Pour le type de revers, le « châtel tournois », cf. la note du lot 423.

Varesi p. 52, 49 ; Montenegro 180 ; Krause & Mishler (2004) 8.4. Beau / TB. b. Humbert Ier (1878-1900), Rome, 1881, 2 Lires, argent, 10,00 g, Œuvre de Filippo Speranza. Varesi p. 54, 25 ; Montenegro 35 ; Krause & Mishler (2004) 23. Beau / TB. Médaillier René Baron.

418. Lot de 3 monnaies (a-c). a. Berne, 1905. 2 Francs Suisse, argent, 9,94 g. Av. HELVETIA Personnification de la Suisse, Helvetia, en pied, de face, tenant une lance et un bouclier, sa tête à gauche, entourée de 22 étoiles symbolisant les cantons suisses ; à l’exergue, HELVETIA ; dans le champ inférieur droit, au pourtour, INC[IDI]T (Gravé) ; le tout dans un cercle perlé. Rv. Valeur faciale et la date : 2 Fr. / 1905, dans une couronne composée d’un rameau de chêne, à gauche, et d’un rameau de lys ; à l’exergue, la marque d’atelier : B (Berne). Tr. Striée Wartenweiler 34005 ; Krause & Mishler (2006) - . TB / Très beau. b. Berne, 1914, 1 Franc Suisse, argent, 5,00 g. Wartenweiler 35004 ; Krause & Mishler (2006) - . Très beau. c. Berne, 1914, 1/2 Franc Suisse, argent, 2,53 g, Œuvre d’Antoine Bovy. Wartenweiler 36002 ; Krause & Mishler (2006)-. TB / Très beau. Médaillier René Baron.

L’association des lettres M et BN constitue le différent d’atelier de la ville de Milan.

eur: 10 - 15

eur: 50 - 75


ROYAUME DE FRANCE, 987-1789.

FRANCE

RéPUBLIQUE BOLIVARIENNE DU VENEZUELA, 1811-époque actuelle.

éTATs-UNIS D’AMéRIQUE, 1776-époque actuelle.

AMéRIQUE

419. Philadelphie, 1927. 20 dollars, or, 33,60 g. Œuvre d’Augustus Saint-Gaudens. Av. LIBERTY La Liberté, en pied, de face, tenant dans la main droite, un flambeau, et, dans la main gauche, un rameau d’olivier, dans le champ, des rayons ascendants ; dans le champ droit, la date : 1927 ; sous la date, le monogramme de l’artiste : sg ; le tout dans un cercle de 48 étoiles. Rv. UNITED. STATES. OF. AMERICA/ TWENTY. DOLLARS Aigle volant à gauche ; au-dessous IN. GOD. WE. TRUST sur un soleil rayonnant. Tr. E. PLURIBUS UNUM séparé par 13 étoiles. Yeoman p. 194 ; Krause & Mishler (2006) 131 ; Friedberg 186. Presque superbe. Les spécimens de Philadelphie n’indiquent pas de marque d’atelier au-dessus de la date.

420. LUÍS ANTONIO HERRERA CAMPÍNS, 1979 - 1984. 1980. 75 Bolivars, argent, 17,13 g. Œuvre inspirée d’une peinture d’Arturo Michelena. Av. ANTONIO JOSE DE SUCRE Son buste de trois-quarts, à gauche, peint par Arturo Michelena ; de part et d’autre, la date : 1830-1980 ; à l’exergue, le nom du peintre : MICHELENA. Rv. REPUBLICA DE VENEZUELA / 1980 / 70 / BOLIVARES Corps allongé sur le dos à droite ; à l’arrière-plan, des montagnes, un âne à gauche ; à l’exergue, le nom du peintre : MICHELENA, au-dessous valeur faciale : 75 ; le tout dans un cercle linéaire. Tr. BANCO CENTRAL DE VENEZUELA 17 GRS. LEY 900 En creux.

421. LOUIS IX, 1226-1270. Tours, 1266 ?-1270. Gros tournois, argent, 4,07 g. Av. + LVDOVICVS· REX Au centre, une croix entourée d’un cercle perlé, le tout entouré d’un cercle perlé ; légende extérieure également entourée d’un cercle perlé : + BNDICTV : SIT : NOME : DNI : NRI : DEI : IHV. XRI. Rv. + TVRONV· S· CIVIS Au centre, châtel tournois ; le tout entouré d’un cercle perlé ; bordure extérieure de douze lys dans autant d’oves. Duplessy 190d ; Ciani - ; Lafaurie 198c. Finement patiné ; très bel exemplaire. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, vente sur offres, Paris, 23 juin 1986, 245.

Krause & Mishler (2006) 55. Presque superbe. Médaillier René Baron.

eur: 400 - 600

eur: 20 - 30

eur: 120 - 180

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

197


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

198

422. Importance de l’atelier ! A cette époque, Tours, possède un important atelier monétaire. Les monnaies qu’on y frappe sont appelées tournois, en référence à la ville de Tours. De la même manière on appelle parisis les monnaies de l’atelier de Paris. L’origine de la monnaie a son importance, notamment pour la tenue des comptes, car en précisant l’origine, on précise du même coup le poids et la finesse du métal qui souvent varient d’un atelier à l’autre.

422. PHILIPPE IV LE BEL, 1285-1314. Tours, 1285-1290. Gros tournois à l’O rond, argent, 4,07 g.

423. PHILIPPE IV LE BEL, 1285-1314. Maille tierce à l’O rond (Septembre 1306), argent, 1,32 g.

Av. + PHILIPPVS REX Au centre, une croix entourée d’un cercle perlé, le tout entouré d’un cercle perlé ; légende extérieure également entourée d’un cercle perlé : + BNDICTV: SIT: HOME: DHI: NRI: DEI: IHV. XPI. Rv. TVRONVS. CIVIS Au centre, châtel tournois ; le tout entouré d’un cercle perlé ; bordure extérieure de douze lys dans autant d’oves.

Av. + PHILIPPVS REX Au centre, une croix entourée d’un cercle perlé, le tout entouré d’un cercle perlé ; légende extérieure également entourée d’un cercle perlé : + BNDICTV: SIT: HOME: DHI: NRI: DEI: IHV. XPI. Rv. TVRONV.S· CIVIS Au centre, châtel tournois ; le tout entouré d’un cercle perlé ; bordure extérieure de dix lys dans autant d’oves.

Duplessy 213 ; Ciani 201-202 ; Lafaurie 218.

423. Le « châtel tournois » Le type d’avers du « châtel tournois », évoque la façade d’un temple. Il trouve son origine dans des types monétaires de l’antiquité romaine. Repris par les souverains carolingiens avec le type du « temple tétrastyle », il sera écarté pendant des siècles pour être finalement réintroduit sur le monnayage de Louis IX et de ses successeurs (cf. les lots 421 et 422). Toutefois, au XIIIe siècle, ce motif peut également faire référence au reliquaire de Saint Martin conservé à l’abbaye de Tours qui attire un grand nombre de pèlerins dont les dons participent à la renommée et à la richesse de l’abbaye.

Finement patiné ; très bel exemplaire.

Duplessy 219c (lys du haut accosté de deux points) Et le lys du haut n’est pas accosté de deux points sur notre monnaie ; Ciani 213 ; Lafaurie 223a.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, vente sur offres, Paris, 8 juillet 1983, 257.

Très beau à superbe.

eur: 120 - 180

eur: 100 - 150


424. CHARLES V LE SAGE, 1364-1380. Franc à pied (20 avril 1365), or, 3,80 g. Av. KAROLVSxDIxGR - FRANCORVx REX Le roi, couronné, debout sous un dais gothique accosté de lys, portant une cotte d’armes fleurdelisée par-dessus sa cotte de mailles, tenant l’épée de justice de la main droite et la main de justice de la gauche. Rv. + XPC* VINCIT* XPC* REGNAT* XPC* IMPERAT Croix tréflée avec quadrilobe anglé en cœur contenant un point, cantonnée de deux lys et de deux couronnes et inscrite dans un quadrilobe anglé accosté de lys.

425. CHARLES VII LE BIEN SERVI, 1422-1461. Romans. Ecu d’or à la couronne 3e type, ou « écu neuf », 1ère émission (28 janvier 1436), or, 3,48 g. Av. R+KAROLVS:DEI:GRACIA: FRANCORVM:REX Ecu de France couronné, accosté de deux lys couronnés. Rv. XPC:VINCIT:XPC:REGNAT:XPC: IMPERAT R (point secret sous la vingtième lettre) croix feuillue avec quadrilobe anglé en cœur contenant un point, cantonnée de quatre couronnes et inscrit dans un double quadrilobe.

Duplessy 360 ; Ciani 457 ; Lafaurie 371 ; Friedberg 283 (32).

Duplessy 511 ; Ciani 633 ; Lafaurie 510 ; Friedberg 306 (54).

Très beau à superbe.

Superbe exemplaire.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, vente sur offres, Paris, 8 janvier 1986, 301.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, vente sur offres, Paris, 23 juin 1986, 266.

eur: 500 - 750

eur: 400 - 600

425. L’écu d’or à la couronne L’écu d’or à la couronne ou écu neuf est créé par l’ordonnance du 28 janvier 1436 sous le règne de Charles VII. La pureté de l’or de ce monnayage témoigne de l’ère de renaissance que connaît le système économique du règne de Charles VII, marqué par la fin de la Guerre de Cent Ans. Sa dénomination provient du type de l’avers, l’écu des rois de France surmonté d’une couronne. Créé par Charles VI en 1385, il devait demeurer le type monétaire emblématique de la monarchie jusqu’à la création du louis par Louis XIII au 17ème siècle. Par ailleurs, le R final de la légende, combiné avec un point secret sous la 20ème lettre de la légende, correspond à la ville de Romans.

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

199


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

200

426. Le point secret Le 11 septembre 1389, le roi Charles VI rend obligatoire l’apposition d’un point secret. Ce petit point est situé de manière précise sous une des lettres de la légende circulaire au pourtour. Son emplacement permet de déterminer la ville de frappe et de distinguer ainsi les émissions d’une même espèce quand les conditions d’aloi et de poids varient selon les ateliers. Ici, un point secret apparaît sous la quatrième lettre et désigne la ville de Montpellier. Trop difficile à repérer, l’usage du point secret est officiellement abandonné à la Renaissance, le 14 janvier 1540, et on passe à un système d’apposition de lettres désignant la ville de frappe.

427. Le teston Le terme « teston » dérive de testone qui signifie « tête » en italien. Cette dénomination vient du fait que ce sont les premières monnaies sur lesquelles apparaît le portrait réaliste du roi. Les portraits de ce type de monnaies, caractéristiques de la Renaissance, sont à rattacher à ceux présents sur les premières médailles, inspirées de la Rome impériale. Le teston est une lourde monnaie d’argent créé par Louis XII (1498-1514) en France le 6 avril 1514. Le point secret qui apparaît sous la 14e lettre désigne la ville de Troyes.

424. Aux origines du franc Les premiers « francs » apparaissent en France au XIVe siècle, au cours de cette longue guerre que se livrent alors les anglais et les français, la « Guerre de Cent Ans ». Lors de la bataille de Poitiers, en 1356, le roi Jean II le Bon (1350-1364) est capturé par les Anglais et emmené en Angleterre. Ceux-ci réclament une rançon de trois millions d’écus d’or. C’est pour racheter sa liberté que Jean le Bon fait frapper une nouvelle monnaie, figurant le roi à cheval, qu’il baptise le franc à cheval - « franc » signifiant « libre » en ancien français. Son fils, Charles V, poursuivra la frappe du franc à cheval, mais surtout, il créé le franc à pied le 20 avril 1365 sur lequel figure le roi en pied, de face. Cette monnaie de bon aloi perdurera une vingtaine d’années pour être ensuite remplacée par l’écu d’or à la couronne sous le règne de son successeur, Charles VI le Fol. Bien que le franc ait été réintroduit brièvement au XVIe siècle (1575-1586), il faut attendre la Révolution française pour que, le 1er août 1793, la Convention en fasse l’unité monétaire légale en France. Au-delà de sa valeur historique - l’un des premiers francs de l’histoire monétaire -, ce franc à pied de Charles V s’apprécie pour sa finesse artistique. Le programme ornemental, fortement marqué par l’art architectural, rappelle les décors subtilement ouvragés des grandes cathédrales. Le roi en pied, associé au revers à un décor composé de couronnes et de lys, met en avant l’autorité royale. Les végétaux représentés aux extrémités de la croix du revers sont typiques de l’esthétique médiévale et évoquent l’aspiration des artistes au naturalisme en célébrant le moindre détail de la création divine. Ces monnaies du Bas Moyen-âge sont des chefs-d’œuvre de l’art gothique !


426. FRANÇOIS Ier, 1515-1547. Montpellier, 1519. Ecu d’or au soleil, 2e type, 3ème émission (21 juillet 1519), or, 3,45 g. Av. +FRANCISCVS:DEI:GRA:FRANCORVM:REX (point secret sous la 4e lettre) écu de France couronné sous un soleil. Rv. +XPS:VINCIT:XPS:REGNAT:XPS: IMPERAT (point secret sous la 4e lettre) croix fleurdelisée et cantonnée de deux F couronnées en 1 et 4. Duplessy 771a ; Ciani 1071 ; Lafaurie 636 ; Friedberg 341 (89). Très beau. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de S.I.A.N.A., Paris, liste à prix marqués, 16 septembre 1988, 98.

427. HENRI II, 1547-1559. Troyes. 1552-1553. Teston frappé au moulin de Troyes, argent, 9,59 g. Av. HENRICVS· II· D· G· FRANC· REX Son buste cuirassé à droite, la tête nue. Rv. + XPS· VINCIT· XPS· REGNAT· XPS· IMP (point secret sous la quatorzième lettre) Ecu de France couronné accosté de deux H couronnés ; sous l’écu, la marque d’atelier : S (Troyes) ; en fin de légende, la marque du maître Etienne Bergeron, suivi de la date : 1552. Tr. Lisse. Duplessy 983a ; Ciani 1287 et 1286 ; Lafaurie 821 a. Très rare ; petite entaille en bordure de flan sinon TB. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant provenant de Josiane Védrine, vente sur offres, Paris, 16 septembre 1988, lot 102.

428. LOUIS XIII LE JUSTE, 1610-1643. Paris, 1641. Demi-louis à la mèche courte (à l’époque : louis) frappé au moulin, or, 3,39 g. Œuvre de Jean Varin. Av. LVD· XIII· D· G – FR· ET· NAV· REX Sa tête lauré à droite ; sous la tranche du cou, la date : 1641 ; le tout dans un cercle cannelé. Rv. · CHRS· – · REGN· – · VINC· – · IMP· Croix formée de huit L, chaque bras étant couronné et cantonné de quatre lys divergeant du centre ; au centre, dans un cercle, la marque d’atelier : A (Paris) ; le tout dans un cercle perlé. Duplessy 1299 ; Ciani 1615 ; Droulers 14 ; Gadoury & Droulers 57c ;Victoor p. 46, 25 ; Sobin - ; Friedberg 411 (159). Très beau à superbe.

Concernant la marque du maître Etienne Bergeron, cf. G. Beneut, « Un trésor du temps de la Ligue trouvé à Villenoy (Seine-et-Marne) », RN VIII, 1966, p. 312 ; Selon L. Forrer, ce maître a travaillé à Troyes, puis à Paris et Pau.

eur: 300 - 450

eur: 500 - 750

eur: 600 - 900

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

201


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

202

429. LOUIS XIV, 1643 –1715. Bordeaux, 1693. Ecu aux huit L, 1er type (1ère réformation, 1690-1693), argent, 27,38 g. Av. LVD XIIII D G / FRETNAVREX Son buste à droite, drapé à l’antique, portant la haute perruque ; en fin de légende, au-dessus de sa tête, un soleil ; sous la tranche du cou, la date : 1693 ; le tout dans un cercle cannelé. Rv. CHRS – REGN – VINC – IMP Croix formée de huit L, chaque bras étant couronné et cantonné de quatre lys divergeant du centre ; au centre, dans un cercle, la marque d’atelier : K (Bordeaux) ; au pourtour, en fin de légende, une étoile (première réformation) et une hermine ; le tout dans un cercle cannelé. Tr. DOMINE – SALVVM – FAC – REGEM agrémenté de motifs ornementaux (lys et fleurons).

432. Le type « de Noailles » La dénomination « de Noailles » est due au duc Adrien Maurice de Noailles (1678-1766) qui fut directeur des Finances entre 1715 et 1718. Cette très belle monnaie, un des plus beaux types du règne de Louis XV, ne fut frappée qu’à Paris et à Metz et son émission fut de très courte durée (1717-1718).

Duplessy 1514a ; Ciani 1889 ; Droulers 396 ; Gadoury & Droulers 216 ;Victoor p. 178, 314 ; Sobin 9.

430. LOUIS XIV, 1643 –1715. Paris, 1694. Ecu aux palmes, argent, 27,15 g. Av. FR· ET· NAV· REX – LVD· XIIII· D· G Son buste à droite, cuirassé à l’antique, portant la haute perruque ; en fin de légende, au-dessus de sa tête, un soleil ; le tout dans un cercle cannelé. Rv. SIT· NOMEM· DOMINI – BENEDICTVM 1694 Ecu de France rond, couronné, entre deux palmes ; à l’exergue, la marque d’atelier : A (Paris) ; le tout dans un cercle perlé. Tr. DOMINE – SALVVM – FAC – REGEM agrémenté de motifs ornementaux (lys et fleurons). Duplessy 1520 ; Ciani 1894 ; Droulers 410 ; Gadoury & Droulers 217 ;Victoor p. 184, 319 ; Sobin 10. Finement patiné ;TB. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de S.I.A.N.A., Paris, liste à prix marqués, 16 septembre 1988, 128.

TB / Très beau. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, vente sur offres, Paris, 8 janvier 1986, 364.

eur: 600 - 900

eur: 300 - 450


431. LOUIS XIV, 1643-1715. Montpellier, 1701. Louis aux 8 L et aux insignes (2ème réformations, 16931700), or, 6,67 g. Av. · LVD· XIIII· D· G – FR· ET· NAV· REX· Sa tête à droite, laurée, ses cheveux courts ; en fin de légende, un soleil ; sous la tranche du cou, la date : 1701 ; le tout dans un cercle cannelé. Rv. CHRS – REGN – VINC – IMP Croix formée de huit L, chaque bras étant couronné et cantonné de deux sceptres fleurdelisés et de deux mains de justice divergeant du centre ; au centre, dans un cercle, la marque d’atelier : N (Montpellier) ; au pourtour, en fin de légende, un croissant (deuxième réformation) ; le tout dans un cercle perlé. Tr. Cordonnée. Duplessy 1443 ; Ciani 1805 ; Droulers 270 ; Gadoury & Droulers 253 ;Victoor p. 148 ; Sobin - ; Friedberg 435 (181). Légère double frappe à l’avers ; très beau.

eur: 800 - 1.200

432. LOUIS XV, 1715 –1774. Paris, 1717. Double Louis de Noailles, or, 12,23 g. Av. LVD· XV· D· G· FR· ET· NAV· REX· Son buste juvénile à gauche, couronné ; au pourtour, en fin de légende, un trèfle (marque du directeur d’atelier Jean Faubert) ; sous la tranche du buste, la date : 1717. Rv. CHRS· REGN· VINC· IMP· Deux écus de France couronnés et deux écus de Navarre couronnés, posés en croix et cantonnés de quatre lys divergeant du centre ; au centre, la marque d’atelier : A (Paris) ; au pourtour, en fin de légende, une rose (marque du maître Georges Röettiers). Tr. Cordonnée. Duplessy 1630 ; Ciani 2075 ; Lafaurie 648 ; Droulers 529 ; Gadoury & Droulers 344 ; Sobin - ; Friedberg 450 (196). Rare ; très beau à superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de S.I.A.N.A., Paris, liste à prix marqués, 16 septembre 1988, 152.

eur: 3.000 - 4.500

433. LOUIS XV, 1715-1774. Reims, 1718. Louis « à la croix de l’Ordre du Saint Esprit » (31 mai 1718), or, 9,80 g. Av. LVD· XV· D· G· FR· ET· NAV· REX· 1718 Son buste enfantin à droite, lauré, sa longue chevelure bouclée retombant sur les tempes et les épaules ; sous la tranche du buste, la marque d’atelier : S (Reims) ; en début de légende, un gland (marque du graveur général Louis Lagoille) ; le tout dans un cercle perlé. Rv. CHRISTVS REGNAT VINCIT IMPERAT Croix de l’Ordre du Saint Esprit portant au centre trois fleurs de lys dans un écu rond ; en début de légende, un losange (marque du directeur d’atelier Pierre Delahaye) ; le tout dans un cercle perlé. Tr. Cordonnée. Duplessy 1633 ; Ciani 2078 ; Lafaurie 651 ; Droulers 532 ; Gadoury & Droulers 336 ; Victoor p. 234, 518 ; Sobin - ; Friedberg 453. TB / Presque superbe.

eur: 800 - 1.200

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

203


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

204

434. LOUIS XV, 1715-1774. Bayonne, 1723. Louis dit « mirliton », variété aux palmes courtes, or, 6,53 g. Av. LVD· XV· D· G· FR· ET· NAV· REX – 1723 Son buste enfantin à droite, lauré, ses longs cheveux bouclés retombant sur ses tempes et ses épaules ; sous la tranche du cou, la date : 1723 et, à gauche de la date, un losange entre deux points (marque du graveur général Jean de Lacroix de Ravignon) ; le tout dans un cercle perlé. Rv. CHRS· REGN· VINC· IMP. Deux lettres L entrelacées en écriture cursive, sous une couronne, entre deux palmes courtes ; à l’exergue, la marque d’atelier : L (Bayonne) ; au sommet, une rose (marque du directeur d’atelier Léon Mousset) ; le tout dans un cercle perlé. Tr. Cordonnée. Duplessy 1638a ; Ciani - ; Lafaurie 674 ; Droulers 537 ; Gadoury & Droulers 338 ;Victoor p. 236, 524B ; Sobin - ; Friedberg 459 (205).

435. LOUIS XV, 1715 –1774. Paris, 1726. Louis dit « aux lunettes » (4 février 1726), or, 8,15 g. Av. LUD· XV· D· G· FR· ET NAV· REX. Son buste juvénile à gauche, cuirassé et drapé à l’antique ; à l’exergue, un renard à gauche (marque du graveur général Mathieu Renard du Tasta). Rv. CHRS· REGN· VINC· IMPER 1726 Ecus ovales inclinés de France et de Navarre, sous une couronne ; au-dessous, la marque d’atelier : A (Paris) ; au pourtour, entre «IMPER» et 1726, une rose (marque du directeur d’atelier Georges Röettiers). Tr. Cordonnée. Duplessy 1640 ; Ciani 2085 ; Lafaurie 682 ; Droulers 540 ; Gadoury & Droulers 329 ;Victoor p. 238, 526 ; Sobin - ; Friedberg 461 (208). Très beau à superbe. Médaillier René Baron.

Très beau / Superbe.

eur: 800 - 1.200

436. LOUIS XV, 1715 –1774. Paris, 1740. Ecu au bandeau, argent, 29,57 g. Œuvre de Joseph Charles Röettiers. Av. LUD· XV· D· G· FR· ET NAV·REX. Sa tête à gauche, ceint d’un bandeau ; sous la tranche du cou, un renard à gauche (marque du graveur général Mathieu Renard du Tasta) ; sur la tranche du cou, les initiales de l’artiste : cjr. Rv. SIT NOMEN DOMINI BENEDICTUM 1740 Ecu de France ovale, couronné, entre deux branches d´olivier ; à l’exergue, la marque d’atelier : A (Paris) ; au pourtour, entre BENEDICTUM et 1740, une rose (marque du directeur d’atelier Georges Röettiers). Tr. DOMINE – SALVVM – FAC – REGEM Agrémenté de motifs ornementaux (lys, fleurons et rosettes). Duplessy 1680 ; Ciani 2122 ; Lafaurie 698 ; Droulers 557 ; Gadoury & Droulers 322 ;Victoor p. 246, 562 ; Sobin 22. Finement patiné ; superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant du Crédit de la Bourse, liste à prix marqué, Paris, le 24 avril 1991, 541.

eur: 400 - 600

eur: 1.200 - 1.800


437. LOUIS XVI, 1774 –1791. Lille, 1775. Ecu aux lauriers, argent, 9,57 g. Œuvre de Benjamin Duvivier. Av. LUD· XVI· D· G· FR· - Son buste à gauche, portant une veste brodée, ornée de l’ordre du Saint-Esprit, les cheveux noués sur la nuque par un ruban ; sur la tranche du buste, la signature de l’artiste : b duviv.f ; sous la tranche du buste, un chevron (marque du graveur général François Lepage) ; le tout dans un cercle cannelé. Rv. SIT NOMEN DOMINI BENEDICTUM 1789 Ecu de France ovale, couronné, entre deux branches de laurier ; à l’exergue, la marque d’atelier : W (Lille) ; au pourtour entre BENEDICTUM et 1775, un demi-lys (marque du directeur d’atelier Joseph Gamot) ; le tout dans un cercle cannelé. Tr. DOMINE – SALVVM – FAC – REGEM Agrémenté de motifs ornementaux (lys, fleurons et rosettes). Duplessy 1708 ; Ciani 2187 ; Droulers 616 ; Gadoury & Droulers 356 ;Victoor p. 272, 607 ; Sobin 24. Très beau.

438. LOUIS XVI, 1774 –1791. Lille, 1786. Louis à la tête nue (30 octobre 1785), or, 7,65 g. Œuvre de Benjamin Duvivier. Av. LVD· XVI· D· G· FR· ET NAV· REX· Son buste nu à gauche ; sur la tranche du cou, la signature de l’artiste : duviv ; sous la tranche du buste, une étoile (marque du graveur général François Lepage) ; le tout dans un cercle perlé. Rv. CHRS· REGN· VINC· IMPER 1786 Ecus accolés de France et de Navarre, sous une couronne ; au-dessous, la marque d’atelier : W (Lille) ; le tout dans un cercle perlé. Tr. Chaînée. Duplessy 1707 ; Ciani 2183 ; Droulers 614 ; Gadoury & Droulers 361 ; Sobin - ; Friedberg 475 (220). Presque superbe / Superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, vente sur offres, Paris, 30 décembre 1994, 159.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, Paris, 08 janvier 1986, 401.

439. LOUIS XVI, 1774 –1791. Paris, 1789. Ecu aux lauriers, argent, 29,53 g. Œuvre de Benjamin Duvivier. Av. LUD· XVI· D· G· FR· - ETNAV· REX· Son buste à gauche, portant une veste brodée, ornée de l’Ordre du Saint-Esprit, les cheveux noués sur la nuque par un ruban ; sur la tranche du buste, la signature de l’artiste : b duviv.f ; sous la tranche du buste, un héron (marque du graveur général Jean Dupeyron de la Coste II) ; le tout dans un cercle cannelé. Rv. SIT NOMEN DOMINI BENEDICTUM 1789 Ecu de France ovale, couronné, entre deux branches de laurier ; à l’exergue, la marque d’atelier : A (Paris) ; au pourtour, entre BENEDICTUM et 1789, une lyre (marque du directeur d’atelier François Bernier) ; le tout dans un cercle cannelé. Tr. DOMINE – SALVVM – FAC – REGEM Agrémenté de motifs ornementaux (lys, fleurons et rosettes). Duplessy 1708 ; Ciani 2187 ; Droulers 616 ; Gadoury & Droulers 356 ;Victoor p. 272, 607 ; Sobin 24. Quelques griffes dans le champ supérieur au revers sinon très beau. Médaillier René Baron.

eur: 300 - 450

eur: 1.000 - 1.500

eur: 300 - 450

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

205


PREMIER EMPIRE, 1804-1814. M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

206

440 et 441. Effigie impériale Les ambitions impérialistes de Napoléon Bonaparte s’observent à l’avers de cette monnaie. Son profil imberbe aux cheveux courts, empreint de dignité orne les monnaies françaises depuis1803, année de la création du Napoléon. Bien qu’il devienne empereur en 1804, ce n’est qu’à partir de 1807 que son portrait apparaît ceint d’une couronne de laurier. Il se mesure ainsi au beau et puissant Auguste, le premier empereur romain. L’empereur va plus loin encore en 1809, lorsqu’il fait apposer la légende « Empire français » en remplacement de la légende  « République française » qu’il avait conservée jusque là afin de ne pas nourrir davantage le mécontentement des républicains.

440. NAPOLÉON, 1804 – 1814. Lille, 1812. 5 Francs, argent, 25,08 g. Œuvre d’Antoine Brenet.

441. NAPOLÉON, 1804 – 1814. Paris, 1813. 5 Francs, argent, 25,05 g. Œuvre d’Antoine Brenet.

Av. NAPOLEON EMPEREUR Sa tête à droite, laurée et imberbe ; sur la tranche du cou, la signature de l’artiste : brenet ; sous la tranche du cou, le monogramme du Pierre-Joseph Tiolier : Tr. ; le tout dans un cercle perlé. Rv. EMPIRE FRANÇAIS 1812 Couronne composée de branches de laurier encadrant l’inscription 5 / FRANCS ; au pourtour, à droite de la date, la marque d’atelier : W (Lille) ; à gauche de la date, un caducée (marque du directeur d’atelier Louis-Théophile-François Lepage) ; le tout dans un cercle perlé. Tr. DIEU PROTEGE LA FRANCE En creux ; en fin de légende, une étoile.

Av. NAPOLEON EMPEREUR Sa tête à droite, laurée et imberbe ; sur la tranche du cou, la signature de l’artiste : brenet ; à l’exergue : Tr. (marque du graveur général Pierre-Joseph Tiolier) ; le tout dans un cercle perlé. Rv. EMPIRE FRANÇAIS 1813 Couronne de branches de laurier encadrant l’inscription 5 / FRANCS ; au pourtour, à droite de la date, un coq (marque du directeur d’atelier Charles Pierre de l’Espine) ; à gauche de la date : A (Paris) ; le tout dans un cercle perlé. Tr. DIEU PROTEGE LA FRANCE En creux ; en fin de légende, une étoile.

Le Franc 307 (59) ; Gadoury 171 ; Sobin 58 ; Mazard - ; Krause & Mishler (2004) 694.16.

Le Franc 307 (60) ; Gadoury 171 ; Sobin 58 ; Mazard - ; Krause & Mishler (2004) 694.16. Superbe.

Très beau à superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, vente sur offres, Paris, 8 janvier 1986, 446.

eur: 100 - 150

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, vente sur offres, Paris, 30 mars 1987, 450.

eur: 100 - 150


RESTAURATION, 1814-1848. 442. LOUIS XVIII, 1814 –mars 1815 et juillet 1815 – 1824. Perpignan, 1815. 20 Francs, buste habillé, or, 6,48 g. Œuvre de Pierre Joseph Tiolier.

443. LOUIS XVIII, 1814 –mars 1815 et juillet 1815 – 1824. Rouen, 1815. 5 Francs, buste habillé, argent, 24,96 g. Œuvre de Pierre Joseph Tiolier.

Av. LOUIS XVIII – ROI DE FRANCE Son buste à droite, revêtu d’un collet, sa tête nue, ses cheveux noués par un ruban ; sous la tranche du buste, la signature de l’artiste : tiolier f ; le tout dans un cercle perlé. Rv. PIECE DE – 20 FRANCS Ecu de France couronné entre deux branches d’olivier ; au-dessous, la date : 1815 ; à gauche de la date, une grappe de raisin (marque du directeur d’atelier Jean-Marie de Sainte-Croix) ; à droite de la date, la marque d’atelier : Q (Perpignan) ; le tout dans un cercle perlé. Tr. DOMINE SALVUM FAC REGEM En creux, précédé d’un lys.

Av. LOUIS XVIII ROI – DE FRANCE Son buste à gauche, revêtu d’un collet, sa tête nue, ses cheveux noués par un ruban ; sur la tranche du buste, la signature de l’artiste : tiolier f ; le tout dans un cercle perlé. Rv. PIECE DE – 5 FRANCS Ecu de France couronné entre deux branches d’olivier ; au-dessous, la date : 1815 ; à gauche de la date, un agneau avec un étendard (marque du directeur d’atelier Joseph Lambert) ; à droite de la date : la marque d’atelier : B (Rouen) ; le tout dans un cercle perlé. Tr. DOMINE SALVUM FAC REGEM En creux, précédé d’un lys.

Le Franc 517 (11) ; Gadoury 238 ; Sobin 59 ; Mazard 656 ; Friedberg 529 (269) ; Krause & Mishler (2004) 706.5.

Le Franc 308 (15) ; Gadoury 172 ; Krause & Mishler (2004) 702.2 ; Sobin 59 ; Mazard 668.

Superbe.

Finement patiné ; très beau.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Jean Vinchon Numismatique, Paris, 17 novembre 1990, 346.

eur: 500 - 750

444. LOUIS XVIII, 1814 –mars 1815 et juillet 1815 – 1824. Paris, 1817. ½ Franc, argent, 2,53 g. Œuvre d’Auguste François Michaut. Av. LOUIS XVIII – ROI DE FRANCE Sa tête nue à gauche, ses cheveux noués par un ruban ; sous la tranche du cou, la signature de l’artiste : michaut f ; à l’exergue, une tête de cheval (marque du graveur général Nicolas Pierre Tiolier) ; le tout dans un cercle perlé. Rv. Ecu de France couronné entre deux branches d’olivier ; de part et d’autre de l’écu, ½ – F ; à l’exergue, la date : 1817 ; à gauche de la date, un coq (marque du directeur d’atelier Charles-Pierre de l’Espine) ; le tout dans un cercle perlé. Tr. Lisse. Le Franc 179 (9) ; Gadoury 106 ; Sobin 60 ; Mazard 697 ; Krause & Mishler (2004) 708.1. Presque superbe / Superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de S.I.A.N.A., Paris, liste à prix marqués, 16 septembre 1988, 198.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, vente sur offres, Paris, 8 janvier 1986, 477.

eur: 200 - 300

eur: 80 - 120

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

207


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

208

445. Lot de 2 monnaies (a-b). a. CHARLES X, 1824-1830. Paris, 1829. 5 Francs, 2e type à l’effigie modifiée, argent, 25,17 g. Œuvre d’Auguste François Michaut. Av. CHARLES X ROI – DE FRANCE Sa tête nue à gauche ; sous la tranche du cou, la signature l’artiste : michaut f. ; le tout dans un cercle perlé. Rv. Ecu de France couronné entre deux branches d’olivier ; de part et d’autre de l’écu, 5 – F ; à l’exergue, la date : 1829 ; à gauche de la date, une ancre (marque du directeur d’atelier Jean-Pierre Collot) ; à droite de la date : la maque d’atelier A (Paris) ; le tout dans un cercle perlé. Tr. DOMINE SALVUM FAC REGEM En creux. Le Franc 311/27 ; Gadoury 174a ; Sobin 61 ; Mazard 821 ; Krause & Mishler (2004) 728.1. Finement patiné ; très beau / Superbe. b. Louis-Philippe Ier (1830-1848), Rouen, 1831, 5 Francs, argent, 24,51 g, Œuvre de Nicolas Pierre Tiolier. Le Franc 315 (15) ; Gadoury 176 ; Sobin 62 ; Mazard 961 ; Krause & Mishler (2004) 735.2. Finement patiné / B. Médaillier René Baron. Exemplaire de Charles X provenant de Jean Vinchon Numismatique, Paris, 10 juin 1983, 212.

446. Franc Hercule Ce type de 5 francs Hercule sera repris sous la Troisième et Cinquième République avec quelques adaptations iconographiques. La main de justice est remplacée par un bonnet phrygien, la royauté ayant laissé place à la République, cf. les lots 453 et 454.

eur: 100 - 150


DEUXIÈME RÉPUBLIQUE, 1848-1852. 446. Paris, 1849. 5 Francs Hercule, argent, 24,70 g. Œuvre réalisée d’Augustin Dupré.

447. Lot de 2 monnaies (a-b). a. Charles Louis Napoléon Bonaparte, président, 1848-1852. Paris, 1852. 5 Francs, argent, 25,15 g. Œuvre de Jean-Jacques Barre.

Av. LIBERTE EGALITE FRATERNITE Hercule à demi-nu debout de face, revêtu de la léonté, réunit la Liberté debout à gauche, tenant une pique surmontée d’une main de justice, et l’Égalité à droite, tenant un niveau ; en début de légende, un rameau d’olivier ; à l’exergue, la signature de l’artiste entre deux étoiles : dupré ; le tout dans un cercle perlé. Rv. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE * Couronne composée de branches d’olivier et de chêne, encadrant la valeur faciale, 5 / FRANCS, et le la date : 1849 ; à l’exergue, la marque d’atelier : A (Paris), à droite, une tête de levrette (marque du graveur général Jean-Jacques Barre), à gauche, une main indicatrice (marque du directeur d’atelier Charles-Louis Dierickx) ; le tout dans un cercle perlé. Tr. DIEU PROTEGE LA FRANCE *** Le Franc 326 (5) ; Gadoury 179 ; Sobin 66 ; Krause & Mishler (2004) 756.1.

Av. LOUIS-NAPOLEON BONAPARTE Sa tête nue à gauche, portant une moustache et un bouc ; en début de légende, une tête de levrette (marque du graveur général Jean-Jacques Barre), en fin de légende, une main indicatrice (marque du directeur d’atelier Charles-Louis Dierickx) ; sous la tranche du cou, la signature de l’artiste : barre ; le tout dans un cercle perlé. Rv. REPUBLIQUE FRANÇAISE . Couronne composée de branches de chêne et de laurier, encadrant la valeur faciale, 5 / FRANCS et la date : 1852 ; à l’exergue, la marque d’atelier : A (Paris) ; le tout dans un cercle perlé. Tr. DIEU PROTEGE LA FRANCE *** En relief. Le Franc 329 (1) ; Gadoury 181 ; Mazard 1184 ; Sobin 68 ; Krause & Mishler (2004) 773.1. Presque superbe. b. 1852, 5 Francs, argent, 24,84 g, Œuvre de Jean-Jacques Barre. Le Franc 329 (1) ; Gadoury 181 ; Mazard 1184 ; Sobin 68 ; Krause & Mishler (2004) 773.1. Beau. Médaillier René Baron. Exemplaire a provenant de Josiane Védrines, vente sur offres, Paris, 8 janvier 1986, 514.

Finement patiné / TB. Médaillier René Baron.

eur: 10 - 15

eur: 200 - 300

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

209


DEUXIÈME EMPIRE, 1852-1870.

448. Paris, 1852. 1 Franc, argent, 5,05 g. Œuvre de Jean-Jacques Barre.

449. Napoléon III, 1852-1871. Paris, 1857. 100 Francs, or, 32,40 g. Œuvre de Jean-Jacques Barre.

Av. LOUIS-NAPOLEON BONAPARTE Sa tête nue à gauche, portant une moustache et un bouc ; en début de légende, tête de levrette (marque du graveur général Jean-Jacques Barre), en fin de légende, une main indicatrice (marque du directeur d’atelier Charles-Louis Dierickx) ; sous la tranche du cou, la signature de l’artiste : barre ; le tout dans un cercle perlé. Rv. REPUBLIQUE FRANÇAISE Couronne composée de branches de chêne et de laurier, encadrant la valeur faciale, 1 / FRANC et la date : 1852 ; à l’exergue, la marque d’atelier : A (Paris) ; le tout dans un cercle perlé. Tr. Cannelée.

Av. NAPOLEON III EMPEREUR Sa tête nue à droite, portant une moustache et un bouc ; sous la tranche du cou, une main indicatrice (marque du directeur d’atelier Charles-Louis Dierickx) ; au-dessous, la signature de l’artiste : barre ; le tout dans un cercle perlé. Rv. EMPIRE FRANÇAIS Armoiries de Napoléon III composées d’un blason, à l’aigle impérial empiétant un foudre, entouré du collier de la Légion d’Honneur, posé sur un manteau brochant le sceptre de Charles V et la main de justice ; le tout surmonté de la couronne impériale ; de part et d’autre des armoiries, la valeur faciale : 100 – FRS ; à l’exergue, la date : 1857 ; à droite de la date, une ancre (marque du graveur général Albert-Désiré Barre) ; à gauche de la date, la marque d’atelier : A (Paris) ; le tout dans un cercle perlé. Tr. **** DIEU * PROTEGE * LA * FRANCE.

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

210

451. Une question de couleur… En 1870, on proclame la Troisième République. Pourtant, l’ambiance politique penche plutôt en faveur d’un retour à la monarchie. Le comte de Chambord, Henri d’Artois (1820-1883), exilé au château de Frohsdorf en Autriche depuis des décennies, est l’héritier légitime de la couronne de France. Mais la tentative de restauration de la monarchie échoue pour la simple raison qu’Henri d’Artois, trop attaché au drapeau blanc de la monarchie, se refuse à adopter le drapeau tricolore de la Révolution française. La monnaie que nous avons sous les yeux ne fut donc jamais mise en circulation et constitue en réalité un essai monétaire. Ceci explique non seulement sa rareté mais aussi sa grande qualité esthétique puisque les coins servant à la fabrication d’un essai sont fraichement gravés et n’ont que très peu servi. Il s’agit probablement de l’œuvre maîtresse de l’artiste selon Forrer.

Le Franc 212 ; Gadoury 133 ; Mazard 1191 ; Sobin 68 ; Krause & Mishler (2004) 772. Très finement patiné ; superbe exemplaire. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de S.I.A.N.A., vente sur offres, Paris, 16 septembre 1988, 211.

Le Franc 550 (4) ; Gadoury 262 ; Sobin 69 ; Mazard 1407 ; Friedberg 569 (306) ; Krause & Mishler (2004) 786.1. Infime petites marques dans le champ à l’avers ; presque superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Jean Vinchon Numismatique, Paris, 4 février 1986, 289.

eur: 200 - 300

eur: 500 - 750


TROISIèME RéPUBLIQUE, 1871-1940. 450. Lot de 5 monnaies (a-e) a. Charles Louis Napoléon Bonaparte, empereur, 1852-1870. Paris, 1870. 5 Francs, argent, 24,75 g. Œuvre d’Albert Désiré Barre.

451. HENRI V (Henri d’Artois, Comte de Chambord) Bruxelles, 1871. 5 Francs (essai), argent, 25,29 g. Œuvre de Capel.

Av. NAPOLEON III EMPEREUR Sa tête laurée à gauche, portant une moustache et un bouc ; en fin de légende, la marque d’atelier : A (Paris) ; sous la tranche du cou, la signature de l’artiste : barre ; le tout dans un cercle perlé. Rv. EMPIRE FRANÇAIS Armoiries de Napoléon III composées d’un blason, à l’aigle impérial empiétant un foudre, entouré du collier de la Légion d’Honneur, posé sur un manteau brochant le sceptre de Charles V et la main de justice ; le tout surmonté de la couronne impériale ; de part et d’autre des armoiries, la valeur faciale : 5 – F. ; à l’exergue, la date : 1870 ; à droite de la date, une ancre (marque du graveur général Albert-Désiré Barre) ; à gauche de la date, une abeille (marque du directeur d’atelier Alfred Renouard de Bussière) ; le tout dans un cercle perlé. Tr. Cannelée.

Av. HENRI V ROI – DE FRANCE Sa tête à gauche, laurée et portant une barbe ; sous la tranche du cou, la signature de l’artiste : capel f. ; le tout dans un cercle perlé. Rv. Ecu de France, couronné, entre deux rameaux d’olivier ; à l’exergue, la date : 1871 ; à droite de la date : essai ; à gauche de la date, une fleur de lys ; le tout dans un cercle perlé. Tr. Striée.

Le Franc 331 (14) ; Gadoury 183 ; Sobin 70 ; Krause & Mishler (2004) 799.1. Finement patiné ; beau. b. Strasbourg, 1867, 2 Francs, argent, 9,70 g, Œuvre d’Albert Désiré Barre. Le Franc 263 (5) ; Gadoury 156 ; Sobin 70 ; Krause & Mishler (2004) 807.2. B. c. Strasbourg, 1867, 50 Centimes, argent, 2,40 g, Œuvre d’Albert Désiré Barre. Le Franc 188 (11) ; Gadoury 113 ; Sobin 70 ; Krause & Mishler (2004) 814.2. Beau. d. Paris, 1868, 50 Centimes, argent, 2,38 g, Œuvre d’Albert Désiré Barre. Le Franc 188 (13) ; Gadoury 113 ; Sobin 70 ; Krause & Mishler (2004) 814.1. B. e. Strasbourg, 1867, 20 Centimes, type grand module, argent, 1,00 g. Œuvre d’Albert Désiré Barre. Le Franc 150 (2) ; Gadoury 78 ; Sobin 70 ; Krause & Mishler (2004) 808.2. TB.

Mazard 926 ; Forrer p. 340. Rare ; finement patinée ; superbe exemplaire. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant du Crédit de la Bourse, Paris, octobre 1990.

Médaillier René Baron.

eur: 10 - 15

eur: 1.000 - 1.500

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

211


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

212

452. Lot de 5 monnaies (a-e). a. Paris, 1938. 20 Francs Turin, argent, 20,05 g. Œuvre de Pierre Turin. Av. REPUBLIQUE FRANCAISE Tête de Marianne à droite, coiffée du bonnet phrygien et laurée ; sous la tranche du cou, la signature de l’artiste : p. turin ; le tout dans un cercle perlé. Rv. LIBERTE / EGALITE / FRATERNITE / 20 / FRANCS / 1938 / De part et d’autre de l’inscription, un grand épi de blé ; le tout dans un cercle perlé. Tr. Cannelé. Le Franc 400(9) ; Gadoury 201 ; Sobin 74 ; Krause & Mishler (2006) 879. Très beau. b. 1871, 2 Francs Cérès, argent, 9,65 g, Œuvre d’Eugène André Oudiné. Le Franc 265 (3) ; Gadoury 158 ; Krause & Mishler (2004) 817.1. B. c. 1888, 1 Franc Cérès, Argent, 4,80 g, Œuvre d’Eugène André Oudiné. Le Franc 216 (1) ; Gadoury 136 ; Krause & Mishler (2004) 822.1. B. d. 1916, 2 Franc Semeuse, argent, 5,06 g, Œuvre de Louis Oscar Roty. Le Franc 266 (19) ; Gadoury 159 ; Krause & Mishler (2006) 844.1. TBA / Très beau. e. 1934, 10 Francs Turin, variété au 3 court, argent, 10,05 g, Œuvre de Pierre Turin. Le Franc 360 (7) ; Gadoury 195 ; Sobin 74 ; Krause & Mishler (2006) 878. Beau à très beau.

452. Un célèbre graveur Ce type est une création du célèbre graveur de médailles, Pierre Turin (1891-1968). Il gagna le concours lancé par la Monnaie de Paris en 1928 pour la création de nouveaux types monétaires et ses modèles furent utilisés, pour les pièces de 10 francs, de 1928 à 1945, et de 1945 à 1953. Les pièces de 20 francs Turin circulèrent, quant à elles, entre 1928 et 1945. Pour d’autres œuvres de cet artiste, cf. les médailles 471 et 477.

Médaillier René Baron.

eur: 10 - 15


CINQUIèME RÉPUBLIQUE, 1958 – époque actuelle. 453. Lot de 3 monnaies (a-c). a. Pessac, 1978. 50 Francs Hercule, argent, 30,10 g. Œuvre réalisée d’après un modèle d’Augustin Dupré. Av. LIBERTE EGALITE FRATERNITE Hercule à demi-nu, revêtu de la léonté, debout de face, réunit la Liberté debout à gauche, tenant une pique surmontée de bonnet phrygien, et l’Égalité à droite, tenant un niveau ; en début de légende, rameau d’olivier ; à l’exergue, la signature de l’artiste : dupré entre deux points ; le tout dans un cercle perlé. Rv. REPUBLIQUE FRANÇAISE * Couronne composée d’une branche d’olivier à gauche et d’une branche de laurier à droite, encadrant la valeur faciale 50 / FRANCS, à droite, un dauphin (marque du graveur général Emile Rousseau) et à gauche, une corne d’abondance (marque de la Régie des Monnaies) ; à l’exergue, la date : 1978 ; le tout dans un cercle perlé. Tr. Motifs en reliefs, séparés par des étoiles et des losanges, se rapportant respectivement à l’agriculture (gerbe de blé, coq, grappe de raisin), à l’industrie (marteau, roue dentée, compas) et au commerce (balance, corne d’abondance et caducée). Le Franc 427 (6) ; Sobin 75 ; Krause & Mishler (2006) 932. Très finement patinée ; superbe. b. Paris, 1965, 10 Francs Hercule, argent, 25,12 g, œuvre réalisée d’après un modèle d’Augustin Dupré. Le Franc 364 (3) ; Sobin 75 ; Krause & Mishler (2006) 932. Finement patinée /Superbe. c. 1965, 10 Francs Hercule, argent, 25,09 g, œuvre réalisée d’après un modèle d’Augustin Dupré. Le Franc 364 (3) ; Sobin 75 ; Krause & Mishler (2006) 932. Très finement patinée /Superbe. Médaillier René Baron.

eur: 50 - 75

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

213


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

214

454. Lot de 3 monnaies (a-c). a. Pessac, 1979. 50 Francs Hercule, argent, 30,03 g. Œuvre réalisée d’après un modèle d’Augustin Dupré. Av. LIBERTE EGALITE FRATERNITE Hercule à demi-nu, revêtu de la léonté, debout de face, réunit la Liberté debout à gauche, tenant une pique surmontée de bonnet phrygien, et l’Égalité à droite, tenant un niveau ; en début de légende, rameau d’olivier ; à l’exergue, la signature de l’artiste : dupré entre deux points ; le tout dans un cercle perlé. Rv. REPUBLIQUE FRANÇAISE * Couronne composée d’une branche d’olivier à gauche et d’une branche de chêne à droite, encadrant la valeur faciale 50 / FRANCS, à droite, un dauphin (marque du graveur général Emile Rousseau) et à gauche, une corne d’abondance (marque de la Régie des Monnaies) ; à l’exergue, la date : 1979 ; le tout dans un cercle perlé. Tr. Motifs en reliefs, séparés par des étoiles et des losanges, se rapportant respectivement à l’agriculture (gerbe de blé, coq, grappe de raison), à l’industrie (marteau, roue dentée, compas) et au commerce (balance, corne d’abondance et caducée). Le Franc 427 (6) ; Sobin 75 ; Krause & Mishler (2006) 932. Très finement patinée ; superbe.

454. Le baptême de Clovis L’iconographie du revers s’inspire du plat de reliure en ivoire de l’Evangéliaire de Reims réalisé à la fin du IXe siècle et aujourd’hui conservé au Musée de Picardie d’Amiens. Il représente le baptême de Clovis par saint Rémy et saint Gaston, qui eut lieu à Reims en 496. La colombe qui apparaît au-dessus de Clovis fait référence au miracle de la sainte-ampoule contenant l’huile de l’onction des rois de France. Ce miracle est relaté par l’archevêque Hincmar de Reims (IXe siècle) et relève d’une ancienne tradition locale.

b. 1965, 10 Francs Hercule, argent, 25,20 g, œuvre réalisée d’après un modèle d’Augustin Dupré. Le Franc 364 (3) ; Sobin 75 ; Krause & Mishler (2006) 932. Très finement patinée ; superbe. c. 1965, 10 Francs Hercule, argent, 25,11 g, œuvre réalisée d’après un modèle d’Augustin Dupré. Le Franc 364 (3) ; Sobin 75 ; Krause & Mishler (2006) 932. Très finement patinée ; superbe. Médaillier René Baron.

eur: 50 - 75


455. Lot de 10 monnaies (a-j) a. Pessac, 1996. 100 Francs Clovis, argent, 15,02 g. Av. RÉPUBLIQUE FRANCAISE / CLOVIS ROI DES FRANCS Son buste de face, cuirassé, portant les cheveux longs et tenant une lance de la main droite. Rv. LIBERTE : EGALITE : FRATERNITE Buste de Clovis dépassant d’un baptistère, baptisé par saint Rémi, à droite, et saint Gaston, à gauche, tous deux auréolés et vêtu de toges antiquisantes ; au-dessus, une arcade romane dans laquelle apparaît le saint Esprit portant l’ampoule de la sainte onction ; au-dessous, la valeur faciale :100 F ; à l’exergue, millésimé 1996 entre une abeille (marque du graveur général Pierre Rodier), à droite, et une corne d’abondance (marque de la Régie des Monnaies), à gauche. Tr. Lisse. Le Franc 464 (2) ; Krause & Mishler (2006) 1180. Superbe. b. 1986, 10 Francs Jimenez, nickel pur, 6,57 g, œuvre réalisée d’après un modèle de Joaquin Jimenez. Le Franc 373 (2) ; Krause & Mishler (2006) 959. Superbe. c. 1987, 10 Francs millénaire capétien, cupro-nickel et aluminium, 9,91 g, œuvre réalisée d’après un dessin de Gérard Baldrati. Le Franc 371 (2) ; Krause & Mishler (2006) 961. Superbe. d. 1987, 10 Francs Mathieu, cupro-nickel et aluminium, 9,97 g, Œuvre de Georges Mathieu. Le Franc 365 ; Krause & Mishler (2006) 940. Superbe. e. 1988, 10 Francs Génie de la Bastille, cœur - nickel et couronne - cupro-nickel, 6,51 g. Le Franc 375 (2) ; Krause & Mishler (2006) 964.1. Superbe. f. 1988, 100 Francs Fraternité, argent, 15,15 g, œuvre réalisée d’après un modèle de Jean-Jacques Barre (avers) et d’après un dessin de Michel Durand-Mégret (revers). Le Franc 456 ; Krause & Mishler (2006) 966. Superbe. g. 1992, 1 Franc de Gaulle, nickel, 6,00 g, Œuvre d’Emile Rousseau. Le Franc 227 (2) ; Krause & Mishler (2006) 963. Superbe. h. 1989, 5 Francs Tour Eiffel, cuivre, plaquage de nickel, 10,00 g, œuvre réalisée d’après un dessin de Frédéric Joubert et d’un modèle de Joaquin Jimenez. Le Franc 342 (2) ; Krause & Mishler (2006) 968. Superbe. i. 1992, 1 Franc République, nickel, 6,02 g, œuvre réalisée d’après un modèle d’Augustin Dupré et d’un modèle de Pierre Joseph Tiolier. Le Franc 229 (2) ; Krause & Mishler (2006) 1005. Superbe. j. 1995, 1 Franc Institut de France, nickel, 5,91 g, Œuvre de Raymond Corbin. Le Franc 230 (2) ; Krause & Mishler (2006) 1133. Superbe. Médaillier René Baron.

eur: 50 - 75

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

215


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb mbre 2014

216

456. Lot de 10 monnaies (a-j). a. Pessac, 1987. 100 Francs Egalité – Lafayette, argent, 15,08 g. Œuvre réalisée d’après un modèle de Benjamin Duvivier (avers) et d’après un dessin de Michel Durand-Mégret (revers). Av. · GENERAL LA FAYETTE · REPUBLIQUE FRANÇAISE Son buste à gauche, revêtu du costume de général ; sous la tranche du buste, la signature : d’ap. dupré, précédée d’une étoile. Rv. LIBERTE / EGALITE / FRATERNITE Inscription principale formant le feuillage d’un arbre ; au-dessus, un bonnet phrygien ; le tronc est traversé d’une bande portant la valeur faciale : 100 F ; l’exergue est divisée en deux parties par le tronc ; à droite, le début de la date : 19, précédé d’une corne d’abondance (marque de la Régie des Monnaies) ; à gauche, la fin de la date : 87, suivi d’un dauphin (marque du graveur général Emile Rousseau) ; dans le champ droit, au pourtour, la signature l’artiste : *durand-mégret. Tr. Lisse. Le Franc 455 (2) ; Krause & Mishler (2006) 962. Superbe. b. 1982, 100 Francs Panthéon, argent, 15,13 g. Le Franc 451 (2) ; Krause & Mishler (2006) 951.1. Superbe. c. 1989, 100 Francs Droits de l’Homme, argent, 15,07 g, œuvre réalisée d’après un modèle d’Augustin Dupré (avers) et d’après un dessin de Michèle Durand-Mégret (revers). Le Franc 457 (2) ; Krause & Mishler (2006) 832. Superbe. d. 1987, 10 Francs millénaire capétien, cupro-nickel et aluminium, 10,01 g, œuvre réalisée d’après un dessin de Gérard Baldrati. Le Franc 371 (2) ; Krause & Mishler (2006) 961. Superbe. e. 1987, 10 Francs Mathieu, cupro-nickel et aluminium, 9,97 g, Œuvre de Georges Mathieu. Le Franc 365 ; Krause & Mishler (2006) 940. Superbe. f. 1988, 100 Francs Fraternité, argent, 15,10 g, œuvre réalisée d’après un modèle de Jean-Jacques Barre (avers) et d’après un dessin de Michèle Durand-Mégret (revers). Le Franc 456 ; Krause & Mishler (2006) 966. Superbe. g. 1988, 10 Francs Rolland Garros, cupro-nickel et aluminium, 10,13 g, œuvre réalisée d’après un dessin d’Hervé Duetthe. Le Franc 372 (3) ; Krause & Mishler (2006) 965. Superbe. h. 1988, 1 Franc de Gaulle, nickel, 6,03 g, Œuvre d’Emile Rousseau. Le Franc 227 (2) ; Krause & Mishler (2006) 963. Superbe. i. 1992, 5 Francs Mendès-France, nickel, 9,95 g, Œuvre d’Emile Rousseau. Le Franc 343 (2) ; Krause & Mishler (2006) 1006. Superbe. j. 1992, 1 Franc République, nickel, 6,00 g, œuvre réalisée d’après un modèle d’Augustin Dupré (avers) et d’un modèle de Pierre Joseph Tiolier (revers). Le Franc 229 (2) ; Krause & Mishler (2006) 1005. Superbe. Médaillier René Baron.

eur: 50 - 75


457. Lot de 10 monnaies (a-h). a. Pessac, 1984. 10 Francs François Rude, cupro-nickel, 10,00 g. Œuvre de Jean-Pierre Gendis. Av. FRANCOIS / RUDE / 1784-1855 Son buste barbu, à droite, portant un bonnet d’artiste ; au-dessous rf ; dans le champ droit, la signature de François Rude ; dans le champ inférieur droit, une branche d’olivier. Rv. Une Victoire à gauche armée, casquée, cuirassée et ailée, personnifiant la patrie, son visage à droite, mène des troupes de révolutionnaires ; dans le champ supérieur gauche, la valeur faciale : 10 FRANCS ; à l’exergue, la date : 1984 entre un dauphin (marque du graveur général Emile Rousseau), à droite, et une corne d’abondance (marque de la Régie des Monnaies), à gauche ; à gauche, au pourtour, la signature de l’artiste : jp. gendis ; le tout dans un cercle perlé. Tr. LIBERTE – EGALITE – FRATERNITE (de type B) En creux, agrémenté de motifs ornementaux (branche de laurier, branche d’olivier et épi). Le Franc 369 (4) ; Krause & Mishler (2006) 954. Superbe. b. 1982, 100 Francs Panthéon, argent, 15,07 g. Le Franc 451 (2) ; Krause & Mishler (2006) 951.1. Superbe. c. 1985, 10 Francs Victor Hugo, cupro-nickel, 10,03 g, Œuvre de Claude Lesot. Le Franc 370 (3) ; Krause & Mishler (2006) 956. Superbe. d. 1987, 10 Francs millénaire capétien, cupro-nickel Aluminium, 9,94 g, œuvre réalisée d’après un dessin de Gérard Baldrati. Le Franc 371 (2) ; Krause & Mishler (2006) 961. Superbe. e. 1988, 2 monnaies d’1 Franc de Gaulle, nickel, 6,01 g et 6,01 g, Œuvre d’Emile Rousseau. Le Franc 227 (2) ; Krause & Mishler (2006) 963. Superbe. f. 1988, 10 Francs Rolland Garros, cupro-nickel et aluminium, 10,10 g, œuvre réalisée d’après un dessin d’Hervé Duetthe. Le Franc 372 (3) ; Krause & Mishler (2006) 965. Superbe. g. 1989, 5 Francs Tour Eiffel, cuivre plaquage de nickel, 10,07 g, œuvre réalisée d’après un dessin de Frédéric Joubert (avers) et d’un modèle de Joaquin Jimenez (revers). Le Franc 342 (2) ; Krause & Mishler (2006) 968. Superbe. h. 1992, 2 monnaies d’1 Franc République, nickel, 6,02 g et 6,04 g, œuvre réalisée d’après un modèle d’Augustin Dupré (avers) et d’un modèle de Pierre Joseph Tiolier (revers). Le Franc 229 (2) ; Krause & Mishler (2006) 1005. Superbe. Médaillier René Baron.

eur: 50 - 75

456. Le marquis de La Fayette Le marquis de La Fayette (1757-1834) est aujourd’hui célébré pour son rôle durant la Révolution française et pour l’affirmation des droits de l’Homme. Dès son plus jeune âge, il s’est impliqué dans le combat pour la liberté et l’égalité. C’est ainsi qu’il entama sa carrière militaire en Amérique où il se plaça du côté des insurgés contre l’Empire britannique et où il prit la parole contre l’esclavage. Par la suite, tiraillé entre ses convictions politiques et son ascendance noble, il a prit part à la Révolution française en se positionnant tour à tour du côté des royalistes et du côté des révolutionnaires.

457. Le départ des volontaires Ce type est émis en 1984 pour commémorer le bicentenaire de la naissance de François Rude (1784-1855). L’œuvre majeure de ce célèbre sculpteur, «Le départ des volontaires», est une sculpture qui se trouve sur l’Arc de Triomphe à Paris et dont un détail est reproduit au revers de cette monnaie.

Monnaies & médailles - Bruxelles, le 18 décembre 2014

217


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

218

458. Lot de 10 monnaies (a-i). a. Pessac, 1984. 100 Francs Marie Curie, argent, 15,07 g. Œuvre de Raymond Corbin. Av. · MARIE – CURIE · · 1867-1934 · Son buste à droite ; sous la tranche du buste, la signature de l’artiste : corbin. Rv. · REPUBLIQUE· / FRANCAISE/ LIBERTE - EGALITE - FRATERNITE Deux couronnes composées chacune d’une branche de laurier et d’une branche de palme ; dans la couronne de droite, CHIMIE ; dans la couronne de gauche, PHYSIQUE ; au-dessus des couronnes, la date : 1984 ; au-dessous des couronnes, entre un dauphin (marque du graveur général Emile Rousseau), à droite, et une corne d’abondance (marque de la Régie des Monnaies), à gauche, la valeur faciale :100 / - F - . Tr. Lisse. Le Franc 452 (2) ; Krause & Mishler (2006) 955. Superbe.

458. Marie Curie Cette monnaie a été émise pour célébrer le cinquantenaire de la mort de Marie Curie (1867-1934). Marie Curie est la première femme à avoir obtenu un prix Nobel et la seule femme à en avoir obtenu deux, l’un en 1903 pour récompenser ses recherches sur la radioactivité, et l’autre en 1911 pour la découverte du polonium et du radium. Ses travaux, basé sur ceux du scientifique Henri Becquerel (1852-1908), ont permis de mettre en lumière la radioactivité et de mieux comprendre la structure et le fonctionnement de l’atome.

b. 1987, 10 Francs millénaire capétien, cupro-nickel Aluminium, 10,00 g, œuvre réalisée d’après un dessin de Gérard Baldrati. Le Franc 371 (2) ; Krause & Mishler (2006) 961. Superbe. c. 1988, 10 Francs Rolland Garros, cupro-nickel et aluminium, 10,10 g, œuvre réalisée d’après un dessin d’Hervé Duetthe. Le Franc 372 (3) ; Krause & Mishler (2006) 965. Superbe. d. 1988, 10 Francs Génie de la Bastille, cœur - nickel et couronne - cupro-nickel, 6,52 g. Le Franc 375 (2) ; Krause & Mishler (2006) 964.1. Superbe. e. 1988, 2 monnaies d’1 Franc de Gaulle, nickel, 6,02 g et 6,05 g, Œuvre d’Emile Rousseau. Le Franc 227 (2) ; Krause & Mishler (2006) 963. Superbe. f. 1992, 2 monnaies d’1 Franc République, nickel, 6,05 g et 6,01 g, œuvre réalisée d’après un modèle d’Augustin Dupré et d’un modèle de Pierre Joseph Tiolier. Le Franc 229 (2) ; Krause & Mishler (2006) 1005. Superbe. h. 1995, 1 Franc Institut de France, nickel, 6,06 g, Œuvre de Raymond Corbin. Le Franc 230 (2) ; Krause & Mishler (2006) 1133. Superbe. i. 1995, 2 Francs Louis Pasteur, nickel, 7,57 g, Œuvre de Pierre Rodier. Le Franc 274 (2) ; Krause & Mishler (2006) 1119. Superbe. Médaillier René Baron.

eur: 50 - 75


459. Lot de 10 monnaies (a-i). a. Pessac, 1992. 5 Francs Mendès-France, nickel, 10,05 g. Œuvre d’Emile Rousseau. Av. Pierre / Mendès france En creux, dans le champ droit ; son buste de face, vêtu d’une chemise, d’une cravate et d’un veston, occupant les deux-tiers gauches ; dans le champ gauche, le monogramme de l’artiste : er. Rv. REPUBLIQUE / FRANÇAISE / 1992 Dans le champ droit, la valeur faciale, 5 F ; de part et d’autre, à droite, un dauphin (marque du graveur général Emile Rousseau), à gauche, une corne d’abondance (marque de la Régie des Monnaies) ; dans le fond, de larges traits entrecroisés. Tr. Striée. Le Franc 343 (2) ; Krause & Mishler (2006) 1006. Superbe. b. 1996, 1 Franc Jacques Rueff, nickel, 6,05 g, Œuvre de Pierre Rodier. Le Franc 231 ; Krause & Mishler (2006) 1160. Superbe. c. 1987, 100 Francs Egalité – Lafayette, argent, 15,02 g, gravures d’après un modèle de Benjamin Duvivier (avers) et d’après un dessin de Michel Durant-Mégret (revers). Le Franc 455 (2) ; Krause & Mishler (2006) 962. Superbe. d. 1987, 10 Francs millénaire capétien, cupro-nickel Aluminium, 10 g, œuvre réalisée d’après un dessin de Gérard Baldrati. Le Franc 371 (2) ; Krause & Mishler (2006) 961. Superbe. e. 1987, 10 Francs Mathieu, cupro-nickel et aluminium, 9,94 g, Œuvre de Georges Mathieu. Le Franc 365 ; Krause & Mishler (2006) 940. Superbe. f. 1988, 100 Francs Fraternité, argent, 15,05 g, œuvre réalisée d’après un modèle de Jean-Jacques Barre (avers) et d’après un dessin de Michèle Durand-Mégret (revers). Le Franc 456 ; Krause & Mishler (2006) 966. Superbe. g. 1988, 2 monnaies d’1 Franc de Gaulle, nickel, 6,00 g et 6,00 g, Œuvre d’Emile Rousseau. Le Franc 227 (2) ; Krause & Mishler (2006) 963. Superbe. h. 1992, 1 Franc République, nickel, 6,01 g, œuvre réalisée d’après un modèle d’Augustin Dupré (avers) et d’un modèle de Pierre Joseph Tiolier (revers). Le Franc 229 (2) ; Krause & Mishler (2006) 1005. Superbe. i. 1994, 5 Francs, cupro-nickel plaquage de nickel, 10,05 g, œuvre réalisée d’après un modèle de Jean-Antoine Houdon. Le Franc 344 (2) ; Krause & Mishler (2006) 1063. Superbe. Médaillier René Baron.

eur: 50 - 75

459. Pierre Mendès France Pierre Mendès France (1907-1982) est une figure phare de l’histoire politique française de la Quatrième République et du XXe siècle. Politicien et économiste, il devient président du Conseil des Ministres français de 1954 à 1955. Ses convictions politiques socialistes l’ont opposé au parti gaulliste tout au long de sa carrière. Il soutient le Front Populaire durant la Guerre d’Espagne et rejoint la Résistance et les forces aériennes françaises au cours de la Seconde Guerre Mondiale.

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

219


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

220

460. « Honi soit qui mal y pense »

461. Une plaquette Art nouveau Sur cette plaquette de style Art nouveau, l’artiste Johannes Cornelis Wienecke (1872-1945), nous présente la portrait de sa fille, Sietske, alors âgée de 15 ans, ainsi que tous les outils propres à son art. L’art de la médaille est un art délicat nécessitant des aptitudes au dessin, à la sculpture en bas-relief, à la ciselure, et surtout, une grande maîtrise dans l’utilisation des divers instruments et dans le geste technique. La plupart des médailles et plaquettes de cet artiste ont été fabriquées par la firme C.J. Begeer. (Forrer, p. 477). Pour une autre médaille de cet artiste, cf. le lot 546.

La finesse et la qualité du rendu des détails des parures portées par la reine Anne Stuart à l’avers évoquent la formation d’orfèvre du graveur John Croker. Anne est ceinte de la couronne de saint Edouard, fabriquée en 1661 par Charles II. Lourde de 2,155 kg, elle n’est portée par le monarque qu’au cours de son couronnement et constitue un attribut royal puissant. Anne revêt également le collier l’Ordre de la Jarretière formée de nœuds d’or assemblés à de petites jarretières entourant une rose rouge. La légende veut qu’au cours d’un bal donné par Edouard III le 23 avril 1348, la maîtresse de ce dernier, la comtesse de Salisbury, laisse tomber sa jarretière provoquant ainsi les railleries de l’assemblée présente. Mais alors, au milieu des rires et quolibets, le roi ramasse la jarretière et la revêt tout en prononçant les mots qui devaient par la suite devenir la devise de l’Ordre : « Honi soit qui mal y pense », signifiant ainsi qu’à l’avenir, porter la jarretière constituera un honneur. Quant au revers, il célèbre la prise de la citadelle de Lille par les anglais le 15 décembre 1708, après un siège des plus longs et des plus marquants de la Guerre de Succession d’Espagne. Surnommée la « Reine des citadelles » en raison de ses dimensions exceptionnelles, son plan figure sur la carte de la ville de Lille. Nous la reconnaissons grâce à son architecture en étoile qui caractérise les premiers forts conçus par le marquis de Vauban. A côté, une Victoire brandit triomphalement le blason de la ville, tel Persée présentant la tête de Méduse. Son pied gauche posé sur le socle du meuble sur lequel repose la carte dynamise la composition tout en ajoutant un élan victorieux à la figure.


ROYAUME DES PAYS-BAS, 1830 – époque actuelle.

PAYS-BAS

ROYAUME-UNI, 1707-époque actuelle.

ANGLETERRE

221

460. John Croker, La prise de Lille, Londres, 1708. Médaille, argent, 44 mm, 35,37 g. Av. ANNA D[EI] G[RATIA] MAG[NE] BRI[TANNIAE] – FR[ANCIAE] : ET · HIB[ERNIAE] : REG[INA] : (Anne, par la grâce de Dieu, Reine de la Grande-Bretagne, de France et d’Irlande) Son buste, à gauche, vêtu d’une robe et portant la couronne de saint Edouard, le collier de l’Ordre de la Jarretière et l’étoile de la Jarretière, ses cheveux relevés en une coiffure complexe ornée de perles, une mèche de cheveux retombant sur son épaule droite ; sous la tranche du buste, les initiales de l’artiste : I.C. Rv. INSVLAE· CAPTAE· MDCCVIII· (Lille prise, 1708) La Victoire, en pied, de face, sa tête à droite, couronnée de tours, tient une palme de la main droite ; elle tient l’écu de Lille de son bras gauche tendu au-dessus d’un socle figurant le plan de la ville de Lille et de sa citadelle, et pose son pied gauche sur la base du socle. Tr. Lisse. Eimer 435, pl. 50 ;Van Loon t.5, pp 119-121 ; Hawkins t.2, 169 et t.3, pl. CXXIX, 2 ; H. Farquhar, « Portraiture of our Stuart Monarchs on their coins and medals » BNJ 1915, p. 276 ; M. Jones, « The medals as an instrument of propaganda in late 17th and early 18th century Europe » NC 143, 1983, pl. 40, 74. Rare ; finement patiné ; très bel exemplaire. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de S.I.A.N.A., Paris, liste à prix marqués, 16 septembre 1988, 147.

461. Johannes Cornelis Wienecke, Sietske à 15 ans, 1914 Plaquette carrée art nouveau, bronze, 48 x 48 mm, 67 g. Av. Dans un médaillon central, le buste d’une jeune fille à gauche ; aux quatre coins, des fleurs ornementales ; dans le champ droit, inscription : SIETSKE/ Æ 15/ 1914, au-dessous, la signature de l’artiste : j. c. wienecke. Rv. NEDERLANDSCH-BELGISCHE/ VEREE-NIGING (Union belgo-hollandaise) et la suite de l’inscription dans un motif en fer à cheval posé sur une couronne de laurier : VAN DE VRIENDEN DER MEDAILLE ALS KUNSTWERK (des amis de l’art de la médaille) Au centre, une presse monétaire ; aux quatre coins, dans la partie supérieure, les écus couronnés de la Belgique et des Pays Bas, et dans la partie inférieure, les divers outils du graveur. Tr. Lisse. Forrer pp 474-479 ; ICA, lot 2443, (cet exemplaire). Très bel exemplaire. Exemplaire provenant de la collection J. Garrozo and A. De Neuville, International Coin Auction III, Dublin, 11 novembre 2011, 2443.

eur: 150 - 225

eur: 50 - 75

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

80%


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

222

462. Le fort El Morro Construit sous le règne du roi Philippe II d’Espagne (1556-1598), le fort San Felipe protège la capitale de Porto Rico grâce à son excellente position stratégique dans la baie de San Juan. On le reconnaît à la représentation de l’une des ses nombreuses petites échauguettes qui permettaient de voir approcher l’ennemi et à ses murs de près de six mètres d’épaisseur. Ce site recouvrant une superficie de 70 hectares accueille chaque année près de 2 millions de visiteurs. Depuis 1983, il est classé au Patrimoine Mondiale de l’Unesco.

463. Célébration d’un anniversaire Cette médaille fut émise en 1566 pour célébrer l’anniversaire du mariage d’Henri II et de Catherine de Médicis. Charles IX apparaît sur cette médaille portant une couronne de laurier, tel un empereur romain. Au revers, sa mère porte un voile de veuve face au portrait de son défunt mari.

464. Jean Warin Jean Warin (v.1604- v.1672) réalisa un buste en marbre identique au portrait de l’avers qu’on plaça entre 1678 et 1681 dans l’escalier des Ambassadeurs à Versailles et qui fut, dit-on, loué par le célèbre cavalier Bernin. Ce dernier ne fut pas le seul à admirer le talent de Jean Warin. Dans son essai «Le siècle de Louis XIV» de 1752, Voltaire fait aussi l’éloge de célèbre médailleur : « Nous avons égalé les anciens dans les médailles. Warin fut le premier qui tira cet art de la médiocrité sur la fin du règne de Louis XIII ». Appelé à Paris par Louis XIII, Jean Warin joua un rôle majeur dans l’adoption de la technique de la frappe au balancier, dite également « frappe au moulin », tant pour les médailles que pour les monnaies, cf. le lot 428.

D’après le carton de Saint-André d’après Charles Le Brun (1619-1690), Renouvellement de l’alliance entre la France et les Suisses à Notre Dame de Paris le 18 novembre 1663, tapisserie,Versailles, château de Versailles et de Trianon. Photo © RM N-Grand Palais (Château de Versailles) / Christan Jean / Jean Schormans.

464. Renouvellement d’une alliance Le 18 novembre 1663, trente-six ambassadeurs suisses sont reçus dans la cathédrale Notre-Dame de Paris afin de jurer devant Dieu leur promesse de soutenir Louis XIV face aux autres grandes puissances européennes, notamment en lui assurant l’exclusivité de leurs mercenaires réputés pour leur efficacité au combat. Ce serment se déroule au cours d’une fastueuse cérémonie qui donna lieu à de nombreuses représentations artistiques dont cette superbe médaille de Jean Warin ou encore cette tapisserie d’après Charles Le Brun (1619-1690). Offertes aux ambassadeurs étrangers lors des cérémonies officielles, les médailles constituent alors un moyen de propagande très efficace. Tout en commémorant l’évènement, ces cadeaux diplomatiques permettent de diffuser une image validée par le pouvoir et présentant le roi dans toute sa puissance.


ROYAUME DE FRANCE, 987-1789.

FRANCE

éTATs-UNIS D’AMéRIQUE, 1776-époque actuelle.

AMéRIQUE

223

462. Le fort El Morro de Porto Rico, ca. 1987. Médaille, bronze, 51 mm, 57 g. Av. SAN JUAN NATIONAL HISTORIC SITE Vue d’une échauguette du fort El Morro ; à l’arrière, l’océan ; à l’exergue, SENTRY BOX EL MORRO. Rv. Agneau nimbé, sur une table, tenant, dans sa bouche, l’étendard de l’Empire Espagnol, au centre du blason couronné de l’Empire Colonial ; au-dessous, sur un ruban, JOANNES EST NOMEN EIUS (Son nom est Jean) ; de part et d’autre, une initiale couronnée, F (F[ELIPE]. Philippe), à gauche, et II couronné. Tr. Lisse. Superbe. Dans son boîtier d’origine. Médaillier René Baron.

70%

463. Antoine Brucher, Charles IX, Henri II et Catherine de Médicis, Paris, 1566. Médaille, or, 39 mm, 35 g. Av. + HENRICUS - II· GALLOR· REX· INVICTIS· ET· CATHARINA· EIVS· VXOR· (Henri II, roi très invincible des Français, et Catherine, sa femme) Bustes d’Henri II lauré et de Catherine de Médicis face à face ; le tout dans un cercle perlé. Rv. CAROLVS· IX· GALLOR· REX· EORVM· FILLUS (Charles IX, roi des Français, leur fils) Son buste lauré et cuirassé à droite, autour de son cou, le cordon de l’Ordre de Saint-Michel ; sous la tranche du buste, la date : 1566 ; le tout dans un cercle perlé. Mazerolle t. II, p. 33, 131. Très rare ; beaux portraits ; fonte ancienne ; traces de bélière à 12 heures ; superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Jean Vinchon Numismatique, Paris, 4 février 1986, 757.

464. Jean Warin, Louis XIV, renouvellement de l’alliance avec les cantons Suisses, Paris, 1663. Médaille, argent, 56 mm, 87 g. Av.· LVD[OVICUS] · XIIII· D[EI]· G[RATIAE]· FR[ANCIAE]· ET· NAV[ARRAE] · REX · (Louis XIV, par la grâce de Dieu, roi de France et de Navarre) Son buste à droite, drapé et cuirassé à l’antique. Rv. NVLLA DIES SVB ME NATOQVE HÆC FOEDERA RVMPET (Que ce traité conçu sous mon règne ne soit jamais brisé) Louis XIV et le dauphin à droite, recevant les ambassadeurs suisses dont Waser de Zürich, et, derrière lui,Von Groffenried de Bern ; au centre, l’autel orné d’un antependium figurant une Vierge ; dessus, un crucifix et une Bible ouverte ; surmontant la scène, le Saint Esprit rayonnant ; à l’exergue : FOEDERER HELVETICO / INSTAVARATO· /· MDCLXIII· (Le renouvellement du traité suisse, 1663). Tr. Lisse. Mazerolle (Jean Varin) 41, pl.V ; E. Gerbern « Medaillen zur Erinnerung an die Bündnisse der Eidgenössische Orte mit Frankreich » RSN 24, 1925, p. 84 et pl. III, 8. Superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Josiane Védrines, vente sur offres, Paris, 23 juin 1986, 333, et d’Auctiones 12, Bâle, 29 et 30 septembre 1981, 1203.

eur: 10 - 15

eur: 2.000 - 3.000

eur: 500 - 750

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

80%


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

224

466. La paix d’Amiens Le 25 mars 1802, le Royaume-Uni et la France signent la paix d’Amiens. Napoléon Bonaparte, sous les traits du dieu Mars pacificateur, offre la paix à l’allégorie de l’Angleterre, Britannia. La concision des motifs, l’esthétique antiquisante et idéalisée, ainsi que la retenue émotionnelle des figures s’unissent pour former une composition puissante caractéristique du style néoclassique. Cette médaille est comparable à la célèbre statue d’Antonio Canova représentant également Napoléon sous les traits d’un Mars pacificateur. Cette statue, dont l’empereur aurait préféré taire l’existence, fut offerte par le prince de Galles au Duc de Wellington après la victoire anglaise à Waterloo. Celui-ci, en dérision, la plaça tel un trophée de guerre dans l’entrée de sa résidence londonienne, Apsley House, où elle est toujours visible aujourd’hui. 465. Annonce d’une lumière espérée Fille du roi de Pologne, Auguste III de Saxe, Marie-Josèphe de Saxe épouse le dauphin de France Louis le 9 février 1747. Au revers de ce jeton à son effigie, l’allégorie de l’Aurore dirige un bige tout en semant des roses. Son iconographie traditionnelle la figure plus souvent volant dans des nuées précédant le char du Soleil, annonçant ainsi la venue du jour, comme dans l’Allégorie de la vie humaine de Nicolas Poussin. Sur ce jeton, Apollon sur son char solaire et l’Aurore ont été fusionnée en une seule figure féminine conduisant un char sur des nuées.

Britannia, nonchalamment étendue, rappelle les personnifications fluviales et marines antiques. Elles sont traditionnellement adossées à une amphore d’où s’échappe un filet d’eau, habilement remplacé ici par le lion britannique. Bien que cette médaille célèbre la paix d’Amiens, une hiérarchie est nettement établie entre les deux nations. Napoléon domine Britannia par sa position et il offre la branche d’olivier, symbole de paix. Toutefois, il garde dans sa main gauche la Victoire. Le discours est implicite mais personne n’est dupe : Napoléon offre la paix mais il conserve la victoire.


restaUration, 1814-1848.

premier empire, 1804-1814.

225

465. Lot de deux jetons (a-b) a. François Marteau, Marie Josèphe de Saxe, Paris, 1750. Jeton, argent, 27 mm, 7,21 g.

466. Rambert Dumarest, Napoléon, Paix d’Amiens, Paris, 1802. Médaille, bronze, 50 mm, 68 g.

Av. MARIA JOSEPHA – DELPHINA Son buste à gauche de Marie-Josèphe de Saxe, deuxième épouse du Dauphin ; ses cheveux tressés garnis de perles ; le tout dans un cercle cannelé. Rv. SPERATÆ NUNTIA LUCIS (Annonciatrice d’une lumière espérée) L’Aurore à droite, vêtue à l’antique, semant des roses, dans un bige tiré par deux chevaux au galop sur des nuages ; à l’exergue : MAISON DE MADAME / LA DAUPHINE / 1750 ; le tout dans un cercle cannelé. Tr. Cannelée.

Av. NAPOLEON BONAPARTE PREMIER CONSUL Son buste à droite, lauré et imberbe ; sous la tranche du buste, la signature de l’artiste : dumarest f. Rv. PAIX D’AMIENS Napoléon en Mars pacificateur de trois quart, sa tête à gauche, tenant de la main gauche un globe sur lequel se tient une Victoire, et offrant de la main droite une branche d’olivier à la personnification de l’Angleterre, Britannia, ceinte d’une couronne crénelée, accoudée a un lion ; à l’exergue : LE VI GERMINAL AN X / XXVII MARS / MDCCCII ; au pourtour, à gauche, la signature de l’artiste : dumarest f. Tr. BRONZE et poinçon triangulaire.

Pradel 473 bis ; Feuardent 11211. Très beau.

467. Armand Auguste Caqué, Comte de Bourmont, conquête d’Alger le 5 juillet 1830, ca. 1846. Médaille, cuivre, 41 mm, 24,02 g. Av. LE COMTE / DE BOURMONT / GÉNÉRAL EN CHEF / DE L’ARMÉE FRANÇAISE.A l’exergue, la signature de l’artiste : caqué f. ; le tout dans une couronne de laurier continue. Rv. CONQUÊTE - D’ALGER LE 5 – JUILLET 1830 La Force et la Justice, représentées respectivement par un ange tenant un trident et un guerrier brandissant la foudre, terrassent un monstre marin, représentant la puissance maritime barbaresque ; dans l’eau, la signature de l’artiste : caqué f. ; à l’exergue : durand-editeur. Tr. Lisse.

Bramsen 195 ;A.-L. Millin p. 19, pl. XVI ; Captain J. Laskey pp 47-49, n°XXII.

Escande 5.

Très bel exemplaire.

Superbe.

Médaillier René Baron. Exemplaires provenant de la vente O.G.N. Numismatique, Paris, liste à prix marqués 50, été 2005, 1467 et 1470.

Médaillier René Baron.

Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Poinsignon, Strasbourg, janvier 2001.

eUr: 10 - 15

eUr: 30 - 45

eUr: 10 - 15

b. Benjamin Duvivier, Marie Lesczinska, Paris, 1750, Jeton, argent, 27 mm, 7,35 g. Finement patiné / Très beau. Feuardent 13355.

monnaies & médailles - BrUXelles, le 18 décemBre 2014

80%


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

226

469. L’exposition universelle de 1878 Aujourd’hui disparues au profit de salons spécialisés, les expositions universelles ont jadis fait l’objet d’un engouement spectaculaire, particulièrement en France où elles caractérisent le modèle économique français du 19e siècle. Des médailles remises aux gagnants de concours organisés pendant ces manifestations visaient à promouvoir la qualité et le bon goût des produits issus des manufactures françaises dont la renommée avait été fragilisée par l’abolition du système corporatif à la Révolution française, au profit d’un système basé sur la libéralisation du marché du travail.

468. Un accident de voiture Le duc d’Orléans, Ferdinand Philippe, était le fils du roi Louis-Philippe Ier et l’héritier de la couronne française. Le 13 juillet 1842, il meurt dans un accident de voiture, et plonge la France dans le deuil. «La Presse», 14 juillet 1842 nous rapporte ainsi l’accident : « […] Les chevaux de sa voiture se sont emportés. Le prince, qui se trouvait seul dans sa voiture a sauté par la portière. Il est tombé d’aplomb sur ses pieds, mais le choc a été tellement violent qu’il a produit à la fois une fracture de la colonne vertébrale et par contrecoup, un épanchement sanguin dans le cerveau et une rupture du cœur ».

Cette médaille de l’exposition universelle de Paris de 1878 a été réalisée par le célèbre médailleur français Jules-Clément Chaplain. Son style fortement marqué par la Renaissance italienne et sa maîtrise technique confèrent à cette œuvre une qualité artistique remarquable et font de cet artiste l’un des précurseurs du renouveau de l’art de la médaille au 19e siècle. Cette médaille était destinée à récompenser une société spécialisée dans la fabrication de soieries et de taffetas : « Poncet Père&fils ». Son nom est inscrit dans un cartouche tenu par la Renommée. A l’arrière-plan le palais du Trocadéro, joyau de cette exposition, se reconnaît à son édifice central conçu en rotonde, ainsi qu’aux deux galeries latérales incurvées. Le pont d’Iéna au-dessus de la Seine, élargi et rehaussé pour l’occasion, le reliait au champ de Mars où se trouvait un autre palais conçu en fer et en verre par Léopold Hardy pour cette exposition universelle de 1878.


troisiÈme répUBliQUe, 1871-1940.

227

468. Mort du duc d’Orléans, Paris, 1842. Médaille à bélière de fabrication rustique, cuivre jaune, 34 mm, 22,00 g. Av. * FND PPE DUC D’ORLEANS NE A PALERME AN 1810 MORT A NEUILLY AN 1842 Sa tête nue à gauche, encadrée d’une couronne composée d’une branche de laurier et d’une branche de chêne. Rv. LA FRANCE LUI DONNE LA PALME / ET L’UNIVERS LE REGRETTE / LE 13 JUILLET 1842 Le cénotaphe du Duc d’Orléans sur lequel est inscrit ANVERS ALGER de part et d’autre d’un O couronné ; de chaque côté, une figure allégorique ; celle de droite, couronnée, tend une palme vers l’urne ; celle de gauche prie, les mains jointes. Tr. Lisse. Escande 50. Presque superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de Poinsignon, Strasbourg, janvier 1999.

469. Jules-Clément Chaplain, Exposition universelle, Paris, 1878. Médaille, or, 50 mm, 83 g. Av. REPUBLIQUE FRANCAISE Buste de Marianne à gauche, coiffée d’un bandeau et laurée, portant un collier de perles ; au-dessus du buste, une étoile ; sous la tranche du buste, la signature de l’artiste : i.c. chaplain ; le tout dans un cercle perlé. Rv. EXPOSITION UNIVERSELLE – INTERNATIONALE DE 1878 Une allégorie ailée de la Victoire à droite, tenant une trompette dans la main droite et une couronne de laurier dans la main gauche ; devant elle, un angelot brandit au dessus de sa tête un cartouche avec l’inscription : poncet / père & fils. ; dans le fond, la vue panoramique de l’exposition, avec le palais du Trocadéro à droite relié au palais du Champ de Mars à gauche par le pont d’Iéna ; à l’exergue : paris et la signature de l’artiste : chaplain ; le tout dans un cercle perlé. Tr. Poinçon ; OR.

470. Exposition industrielle et artistique de 1881, Alger, 1881. Médaille, argent, 41 mm, 31,53 g. Av. Les armoiries d’Alger, encadrées par un rameau de chêne, à gauche, et un rameau de laurier, à droite ; au-dessous : massonet edit. Rv. EXPOSITIONS INDUSTRIELLE, SCOLAIRE ET ARTISTIQUE• ALGER 1881• Couronne composée d’une branche de chêne et d’une branche de laurier entourant un espace laissé en réserve pour le nom du vainqueur du concours de l’exposition universelle d’Alger de 1881. Tr. Lisse. Escande 170. Joliment patiné ; superbe exemplaire. Médaillier René Baron.

Maïer p.147, 65. Superbe Médaillier René Baron.

eUr: 10 - 15

eUr: 800 - 1.200

eUr: 40 - 60

monnaies & médailles - BrUXelles, le 18 décemBre 2014

80%


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

228

80%

471. La porteuse de fleurs Représentative du style de Pierre Turin, cette très belle œuvre se caractérise par une sobriété iconographique que seule la profusion florale vient enrichir. Le regard de la jeune fille qu’on imagine espiègle, associé à son mouvement de tête et de bras laisse penser qu’elle cache au spectateur un sourire qui lui est pourtant adressé. Cette attitude associée à son vêtement moulant ajoute un degré de sensualité et laisse libre court à l’imagination.

472. Le japonisme dans l’art de la médaille L’influence de l’art japonais se révèle au niveau du mât et de la voile carguée qui coupent brutalement la composition à l’avant-plan. Les bateaux ainsi que les vues panoramiques de ville et de ports sont en outre des sujets traités de manière récurrente par les artistes japonais.

471. Pierre Turin, La porteuse de fleurs, 1926. Médaille octogonale uniface art déco, bronze, 71 mm, 192 g. Av. Buste de femme à gauche, son visage de face en partie caché par son bras gauche, tenant sur son épaule droite un grand panier rempli de fleurs ; au pourtour, dans le champ inférieur, la signature de l’artiste : p. turin. Rv. Tr. Lisse. Maïer p.343, 323 ; Au Creux de la main. L’art de la médaille en France aux XIXe & XXe siècles, p. 105 ; ICA, lot 2326. Très bel exemplaire. Exemplaire provenant de la collection J. Garrozo and A. De Neuville, International Coin Auction III, Dublin, 11 novembre 2011, 2326.

Av. E - PHILIPPAR Son buste de trois quart à gauche ; dans le champ droit, la signature de Pierre Victor Dautel : pv dautel. Rv. A / EDMOND / PHILIPPAR – VICE / PRESIDENT / DU / CONSEIL / 1899-1929 / LE – CREDIT FONCIER / D’ALGERIE ET / DE – TUNISIE Panorama de la ville d’Alger, vue de la mer ; au premier plan une felouque, voile carguée ; dans le champ gauche, le monogramme de l’artiste : PVD ; dans le champ supérieur, des feuilles de vigne et des grappes de raisins ; au pourtour, dans le champ supérieur : (le Crédit foncier de l’Algérie et de la Tunisie). Tr. BRONZE et poinçon triangulaire. Escande 155. Très bel exemplaire.

475. Une invite au voyage L’artiste nous place en spectateur observant la vue au travers d’une baie mauresque. Les nuages de fumée issus du bateau évoquent le monde occidental industriel et contrastent avec la silhouette de la ville d’Alger. Ce paysage côtier structuré en une composition sobre et réfléchie nous invite au voyage.

472. Pierre-Victor Dautel, Cinquantenaire du Crédit foncier de l’Algérie et de la Tunisie, Alger, 1929. Plaquette, bronze, 86 mm x 48 mm, 163 g.

Médaillier René Baron.

eur: 150 - 225

eur: 20 - 30


229

80%

473. Raymond Gayrard, Création de la banque d’Algérie, Alger, 1929. Jeton octogonal, argent, 36 mm, 19,36 g. Av. La banque, représentée par une femme vêtue à l’antique, ayant un coffre ouvert à côté d’elle, serre la main d’un laboureur indigène ; entre les deux personnages, un palmier ; à l’exergue, la signature de l’artiste : gayrard f Rv. BANQUE / DE / L’ALGERIE Dans une couronne formée de deux branches d’olivier. Tr. ARGENT Lisse, précédée d’une main indicatrice. Escande 147 (poinçon abeille). Joliment patiné ; presque superbe. Médaillier René Baron. Exemplaire provenant de O.G.N. Numismatique, 21 janvier 1994, 886.

474. Pierre Lenoir, Femme aux fleurs, ca. 1930. Médaille uniface art déco, bronze, 59 mm, 107 g. Av. Dans le champ droit ; Femme à gauche, tenant un bouquet de fleurs qu’elle porte à son visage, ses cheveux coupés carrés dans le style des années 1920 ; dans le champ droit, la signature de l’artiste : p lenoir. Rv. Tr. Poinçon en forme de corne suivi de metal.2. Escande 145 (avers orné d’une couronne de laurier encadrant l’inscription gravée JOURNEE FLORALE AEROPORT MAISON-BLANCHE 21-22 MAI 1960) et notre monnaie est uniface ; ICA, lot 2320. Superbe. Exemplaire provenant de la collection J. Garrozo and A. De Neuville, International Coin Auction III, Dublin, 11 novembre 2011, 2320.

475. Pierre-Victor Dautel, Cinquantenaire du Crédit foncier de l’Algérie et de la Tunisie, Alger, 1930 Médaille, bronze, 54 mm, 113 g. Av. (Le Crédit Foncier de l’Algérie et de la Tunisie) A travers une baie mauresque, un navire croise de Marseille vers Alger, au loin Notre-Dame de la Garde ; dans le champ gauche, la date de fondation de la société : 1880 ; dans le champ droit, la date du cinquantenaire de la société dans un cartouche : 1930. Rv. CREDIT· FONCIER - D’ALGERIE· ET DE· TUNISIE Dans un créneau central, une femme indigène à gauche, les bras chargés de fleurs et de fruits, à ses pieds, la signature de l’artiste : p. dautel ; dans les champs gauche et droit, scène de labour et des bédouins avec un chameau ; chaque scène surmontée du nom des villes des principales implantations de la banque : ALGER PARIS MARSEILLE ORAN CONSTANTINOPLE  / TUNIS TANGER CASABLANCA LONDRES BEYROUTH MALTE GIBRALTAR ; à l’exergue : CINQUANTENAIRE DE SA FONDATION. Tr. BRONZE et poinçon triangulaire. Escande 158 ; Maier 257. Très beau. Médaillier René Baron.

eur: 40 - 60

eur: 100 - 150

eur: 20 - 30

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

70%


QUATRIèME RÉPUBLIQUE, 1946-1958.

OCCUPATION, 1940-1945. 230

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

50%

476. Marco Tobón-Mejía, Hymne à la Nature, 1934. Plaquette uniface, bronze, 71 mm, 66 x 52 mm, 95 g. Av. Femme nue à droite, agenouillée de profil sur l’herbe, son bras gauche tendu vers le ciel et son bras droit replié sur son visage. Derrière elle, un paysage naturel montagneux ; à droite, un arbre ; dans le coin inférieur droit, la signature de l’artiste : m tobon mejia ; le tout dans un cadre lisse. Rv. / Tr. Lisse. ICA, lot 2325. Très bel exemplaire. Exemplaire provenant de la collection J. Garrozo and A. De Neuville, International Coin Auction III, Dublin, 11 novembre 2011.

477. Pierre Turin, 25ème année de mandat de Xavier Loisy à la présidence du conseil d’administration du Crédit foncier d’Algérie et de Tunisie, 1944 Médaille, bronze, 81 mm, 299 g. Av. XAVIER LOISY Son buste à gauche ; dans le champ gauche, la signature de l’artiste et la date : pierre turin 1944. Rv. PRESIDENT DU CONSEIL D’ADMINISTRATION DU CREDIT FONCIER D’ALGERIE ET DE TUNISIE Vue générale d’Alger ; au premier plan, un indigène en tenue traditionnelle regarde un paquebot quitter le port ; à l’exergue : 25 ANNEES DE MANDAT 1918-1943. Tr. BRONZE et poinçon en forme de corne. Escande 164. Très bel exemplaire.

70%

478. Roger Bertrand Baron, Monseigneur Augustin Fernand Leynaud, 1950. Médaille, bronze, 60 mm, 112 g. Av. MONSEIGNEUR AUGUSTIN FERNAND LEYNAUD / ARCHÊVEQUE D’ALGER ET DE JULIO-CÉSARÉE Son buste à droite, en costume d’archevêque ; dans le champ inférieur droit, la signature de l’artiste et la date : r.b. baron/ mcml. Rv. MDCCCCXVII. SVPER. OMNIA. CHARITAS. MDCCCCL Traduction Les armoiries cardinalices entourées du petit séminaire de Saint-Eugène, de la cathédrale Saint-Philippe d’Alger et du Grand Séminaire de Kouba ; à l’exergue, SVA IN OVILIA/ SACRIS ALTARIBVS PROMISSAS/ PASTOR BONVS/ INTRODVXIT OVES/R.B.B Traduction. Tr. BRONZE et un poinçon en forme de corne. Escande 221. Superbe.

Médaillier René Baron. Médaillier René Baron.

eur: 50 - 75

eur: 20 - 30

eur: 50 - 75


CINQUIèME RÉPUBLIQUE, 1958-1965. 50%

50%

479. Josette Hébert-Coëffin, Centenaire de la banque de l’Algérie et de la Tunisie, 1951. Médaille, argent, 76 mm, 173 g.

480. Henri Dropsy, Centenaire du Crédit Industriel et Commercial, Paris, 1959. Médaille, bronze, 82 mm, 109 g.

Av. CENTENAIRE DE LA BANQUE DE L’ALGÉRIE ET DE LA TUNISIE Dans le champ, inscription en lettres arabes, traitée en motif ornemental, (Centenaire de la Banque de l’Algérie et de la Tunisie). Rv. Dans le champ, alternance de séries d’épis, de moutons et de grappes de raisins disposées en bandes horizontales ; au-dessous, vue générale d’Alger et de son port ; en haut, la date de la fondation de la Banque de l’Algérie et de la Tunisie : 1851, disposée sur un cactus ; en bas, sur l’océan, la date du centenaire de la Banque de l’Algérie et de la Tunisie : 1951 ; le tout dans une bordure de style mauresque ; au pourtour, dans le champ inférieur, la signature de l’artiste : J. H. COËFFIN. Tr. ARGENT et poinçon en forme de corne.

Av. CREDIT/ INDUSTRIEL / ET COMMERCIAL au-dessus de deux cornes d’abondance posées sur un caducée ; au pourtour, à droite, la date de fondation du Crédit Industriel et Commercial : 1859, et, à gauche, la date du cinquantenaire du Crédit Industriel et Commercial : 1959 ; sous le caducée, le monogramme de l’artiste : hd. Rv. PRUDENTIAE – FORTUNA AMICA (La fortune est amie de la prudence) Allégorie de la Fortune nue à droite, semant des pièces de monnaie issues d’une corme d’abondance tenue de son bras gauche, son visage à gauche, son pied droit posé sur une roue ailée ; dans le champ inférieur droit, la signature d’Henri Dropsy : h. dropsy. Tr. BRONZE et poinçon triangulaire.

Escande 166.

Superbe. Médaillier René Baron.

La roue de la Fortune L’allégorie de la bonne fortune, Fortuna, distribue au hasard ses bienfaits sous la forme de monnaies prélevées dans une corne d’abondance. Figurée en équilibre précaire sur une roue ailée symbolisant la « roue de la fortune », l’avers de cette médaille évoque le caractère aléatoire de la chance et l’importance de la prudence.

Superbe. Médaillier René Baron.

eur: 30 - 45

eur: 30 - 45

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

231


232

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

50%

481. Lot de 3 médailles (a-d). a. Dixième anniversaire de la Clinique de Beaumont, La Chataigneraie, 1984. Médaille, 72 mm, 136 g. Av. A travers une perspective à vol d’oiseau, vue de la Clinique de Beaumont et de son jardin ; à l’horizon, un paysage montagneux. Rv. CLINIQUE DE BEAUMONT / 1974 / 1984 / LA CHATAIGNERAIE. Tr. Lisse. Superbe. Dans son boîtier d’origine. b. Vingtième anniversaire de la Clinique de Beaumont, La Chataigneraie, 1994. 2 médailles, 70 mm et 76 mm, 183 g et 184 g. Superbe. Dans son boîtier d’origine. Médaillier René Baron.

50%

50%

482. Lot de 2 médailles (a-b). a. Léon-Georges Baudry, Cinquantenaire de la Banque de l’Algérie et de la Tunisie. Médaille, argent, 77 mm et 72 mm, 246 g et 246 g.

483. Olovson Gudmar, Le Pape Jean-Paul II en région Rhône-Alpes, 1986. Médaille, bronze, 73 mm, 301 g.

Av. L’HOMME EST BEAUCOUP AVEC SON FRERE / (l’homme est beaucoup avec son frère) Deux hommes de face se tenant la main, devant une branche d’olivier et une pampre de vigne, l’homme de droite porte une djellaba et celui de gauche est vêtu à la mode occidentale, à ses pieds, la signature de l’artiste : lg baudry Rv. (Banque de l’Algérie et de la Tunisie. Cinquante ans au service de la Tunisie) / BANQUE DE L’ALGERIE ET DE LA TUNISIE CINQUANTE ANS AU SERVICE DE LA TUNISIE Dans le champ inférieur, le bâtiment de la banque. Tr. Lisse ; poinçon, ARGENT.

Av. JOANNES PAULUS II Son buste à gauche, en haut relief ; dans le champ droit, la signature de l’artiste : gudmar. Rv. VISITE DE SA SAINTETE LE PAPE JEAN-PAUL II EN REGION RHONE-ALPES Contours géographiques incus de la région Rhône-Alpes, avec les délimitations et les noms des départements, en relief. Tr. BRONZE FLORENTIN / ARCAPEA PARIS / poinçon AAA, Lisse. http://gudmar.net/2.0/sculptures?album= 6&gallery=3&pid=158 (site internet de l’artiste où sont présentées quelques-unes de ses plus belles œuvres dont cette médaille).

Escande –

Superbe exemplaire. Dans son boîtier d’origine.

Superbe.

Médaillier René Baron.

b. Léon-Georges Baudry, Cinquantenaire de la Banque de l’Algérie et de la Tunisie, argent, 72 mm, 246 g. Escande -. Superbe. Médaillier René Baron.

eur: 10 - 15

eur: 50 - 75

eur: 80 - 120


483. Un médailleur contemporain Olovson Gudmar est un sculpteur et graveur suédois contemporain de renom. Il a étudié à l’Académie royale des Beaux-arts de Stockholm et il travaille en France depuis de nombreuses années. Les œuvres de cet artiste maintes fois décoré sont de plus en plus recherchées par les collectionneurs. Cette médaille est représentative des portraits d’Olovson Gudmar dont le style se caractérise par une certaine rudesse dans le traitement des formes. En 2008, le Musée Gudmar (Falsterbonäsets Open Air Museum) en Suède a ouvert ses portent et on peut y admirer ses grandes statues présentées en plein air, face à l’océan.

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

233


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

234

5

médailles « Judaïca » de la collection frank sternberg

« L’avenir appartient à ceux qui auront la mémoire la plus longue. » Le Baal Chem Tov


M o n n a i e s & m ĂŠ d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

235


Avant-propos zahava seewald

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

236 Les médailles à thème juif de la collection Frank Sternberg constituent un ensemble aussi riche que diversifié, représentatif des moments marquants de l’histoire et de la culture juive, et célèbrent diverses personnalités du monde religieux et non religieux. Numismate professionnel, Frank Sternberg fut, plusieurs décennies durant, l’un des acteurs majeurs sur le marché international de la numismatique de Zürich en y conduisant des ventes publiques de médailles de toutes époques ainsi que d’objets archéologiques. Les médailles qui sont aujourd’hui mises en vente ont été produites dans un contexte juif, à l’exception de quelques-unes issues du monde chrétien illustrant des épisodes bibliques ou des thèmes antisémite. Cet ensemble est majoritairement constitué de médailles commémoratives, exception faite des monnaies du ghetto. Cette collection de quatre-vingt-quatorze médailles couvre des époques et des thèmes très divers. Les mondes ashkénaze et sépharade s’y trouvent aussi représentés, ainsi que plusieurs aspects de l’antijudaïsme chrétien en Europe. Un nombre important de médailles a trait à des personnalités : philosophes, hommes politiques, juristes, hommes d’affaires, philanthropes, médecins, écrivains, artistes, compositeurs et musiciens, acteurs, directeurs de théâtre, marchands d’art, médailleurs et numismates ainsi que quelques femmes – une philanthrope, des actrices et une cantatrice. On relève des noms célèbres du XVe au XXe siècle, tel Don Isaac Abravanel (1437-1508), ou encore la très célèbre Dona Gracia Nasi (1510-1569), surnommée l’Ange des Marranes. C’est en 1774, du vivant du philosophe juif allemand des Lumières Moses Mendelssohn (1729-1786), qu’est frappée une médaille en l’honneur de cet homme humble et autodidacte, devenu l’une des figures majeures de la philosophie européenne. Une autre médaille remontant à 1781 rend hommage à celui à qui Mendelssohn doit les prémices de sa notoriété : Gotthold Ephraim Lessing (1729-1781). Ce porte-drapeau de l’ébullition intellectuelle et morale qui agitait la Berlin de l’époque appréciait grandement le philosophe juif. Leur rencontre inspira l’écrivain dans sa dernière pièce, Nathan le sage, fervent plaidoyer en faveur de la tolérance religieuse. Cinquante ans après sa mort, l’Allemagne commémore Heinrich Heine (1797-1856) par une plaquette à son effigie, accompagnée de l’extrait d’un de ses poèmes. Il fut polémiste, défenseur de la liberté de pensée, pionnier du rapprochement franco-allemand et l’un des poètes lyriques les plus puissants de la littérature allemande. Quelques médailles représentent des personnalités juives belges, entre autres : Jacques Philippson (1888-1918), figuré à cheval, sur une médaille émise suite à son décès au front en 1918. Une médaille est aussi consacrée au médailleur Léopold Wiener (1823-1891), et une autre au juriste et professeur Paul Joseph Errera (1860-1922). Certaines médailles à l’effigie de personnalités sont liées à l’émancipation des Juifs en Europe et dans l’empire Ottoman, processus au terme duquel ils obtiennent la citoyenneté et la pleine égalité des droits. Si la France révolutionnaire a été la première à attribuer celles-ci aux Juifs par un vote de l’Assemblée constituante en 1791, il faut rappeler que l’émancipation a débuté juridiquement dès 1781 avec l’Édit de Tolérance de Joseph II d’Autriche. Des médailles de la collection témoignent de l’action des protagonistes de cette émancipation, tels que Joseph II et Napoléon Ier. Ou encore Adolphe Isaak Moïse Crémieux, Juif croyant qui, ministre de la Justice de la République française, accorda par décret la citoyenneté française aux Juifs d’Algérie, leur permettant de la sorte d’échapper au statut islamique de dhimmi. Il revendiqua hautement la liberté religieuse et n’hésita pas à s’opposer à l’État pour la défendre. Il obtint de la Cour de cassation l’abolition du serment more judaico, contribuant ainsi à mettre un terme à l’ultime discrimination légale à l’égard des Juifs de France. Un autre grand acteur, Roberto d’Azeglio, qui s’illustra pour l’émancipation des Juifs de Sardaigne, est représenté sur une médaille de 1848. L’histoire juive moderne, notamment le sionisme, est également illustrée au travers de plusieurs médailles. Ainsi, un an après sa mort, c’est à Vienne qu’on diffuse une médaille à la mémoire de Theodore Herzl (1860-1904), fondateur du sionisme politique. Le portrait d’Arthur James Balfour (1848-1930) se retrouve sur une médaille cinquante ans après la fameuse déclaration qui porte son nom.Vladimir Jabotinsky (1880-1940), l’un des leaders de l’aile droite du sionisme politique, a aussi son portrait gravé sur une médaille en creux. Chaim Weizmann, chimiste et premier président de l’Etat d’Israël, figure sur une médaille célébrant le 25e anniversaire du prestigieux institut scientifique israélien qu’il fonda en 1934 et qui porte aujourd’hui son nom.


La collection comporte également toute une série de médailles qui marquent l’inauguration ou la rénovation de synagogues en Suisse, en Allemagne, en Autriche et en France, dont certaines furent détruites par les nazis en 1938 lors de la nuit de Cristal. Nous retrouvons par exemple la très belle synagogue de Strasbourg, inaugurée en 1898, sur une médaille de la même année. L’édifice fut pillé et incendié par les nazis en septembre 1940. Les rabbins aussi ont été honorés post mortem sur nombre de médailles. L’une, frappée l’année du décès du rabbin lithuanien Elchanan Spektor (1817-1896), est un exemplaire rare qui rend hommage à une autorité rabbinique respectée. C’est juste après son décès qu’est émise une médaille à la mémoire du rabbin Adolph Jellinek (1821-1893), actif à Leipzig et à Vienne. Érudit en matière de Kabbale, il fut par ailleurs l’un des plus grands orateurs juifs du XIXe siècle. Certaines médailles, probablement offertes aux invités lors des cérémonies publiques ou privées, commémorent des personnalités éminentes des communautés juives européennes ou divers évènements qui ont eu un impact sur le monde juif. Par exemple, une œuvre de la collection Sternberg célèbre le cinquantenaire de l’illustre Alliance Israélite Universelle, organisation culturelle internationale fondée en France en 1860 suite à des événements antisémites qui frappèrent la communauté juive de Damas en 1840 et à la conversion forcée au christianisme du petit Edgardo Mortara en 1858. A côté de la commémoration de tels évènements, nous trouvons également des médailles émouvantes célébrant des épisodes de la vie quotidiennes comme des mariages. Parmi les médailles de type antisémite venues des horizons chrétiens, une pièce très rare, datée du début du XVIIIe siècle, représentant l’exécution d’un Juif, retient notre attention. Le mépris vis-à-vis du Juif converti est tel qu’on le jette à l’eau, une pierre autour du cou, au moment de son baptême, au bord d’un fleuve. Une autre médaille, plus tardive (1738), représentant le Juif de cour Joseph Süss Oppenheimer, est sans aucun doute la plus rare et la plus importante de la collection. Cette médaille à vis contient dix-neuf images évoquant la vie du personnage depuis sa naissance à son exécution. Dans la collection Sternberg, se trouvent également six monnaies portant l’inscription allemande « Getto Litzmannstadt » et provenant du ghetto de Łódz (rebaptisé Litzmannstadt), le premier de grande ampleur institué par les nazis à partir d’avril 1940 et le dernier de Pologne à être liquidé. L’inscription en allemand der Aelteste der Juden (l’aîné des Juifs) fait référence au président du Judenrat ou conseil des Juifs. Ne disposant que d’un pouvoir limité, les Judenräte servaient surtout de courroies de transmission entre autorités nazies et populations juives. Du fait de leurs fonctions essentiellement économiques, ils ont été amenés à émettre des monnaies spécifiques aux ghettos. Les Judenräte ont notamment dû gérer les pénuries qui décimaient les ghettos et assumer la tâche d’y faire régner l’ordre. Cet ensemble exceptionnel et des plus varié fait découvrir quelques uns des épisodes marquants de la culture juive et de l’histoire des juifs au travers d’un médium original et unique, les médailles. Par ailleurs, constituée d’œuvres réalisées entre le XVIe et le XXe siècles, cette collection nous livre cinq siècles d’histoire de la médaille ainsi qu’un aperçut unique du travail de multiples artistes. A titre d’exemple citons Concz Welcz, actif en Autriche au XVIe siècle ; le célèbre graveur Jean-Jacques Barre qui fut également graveur général de la Monnaie de Paris au XIXe siècle, ou encore le médailleur russe Abraham Abramson, … La diversité des thèmes abordés par cette collection ainsi que la grande variété des personnalités qui la peuple, lui confèrent, au-delà de la sphère juive, une aura quasi universelle. Certains des sujets évoqués, qu’ils soient historiques, culturels, artistiques, stimulent notre curiosité, enrichissent nos connaissances, ravivent notre mémoire. Zahava Seewald Conservatrice au Musée Juif de Belgique

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

237


PROLOGUE M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

238

484. Une erreur de traduction Le buste de Moïse est inspiré ici de l’œuvre de Michel-Ange où le prophète y apparait cornu, ce qui n’est pas un cas isolé dans les représentations artistiques du personnage biblique. Cette vision de l’artiste est due à une erreur de traduction dans la Vulgate, la Bible de Saint Jérôme. Celui-ci, s’appuyant sur le texte hébreu, en Exode XXXIV, 35, confond en effet le verbe ‫( ָק ַרן‬qaran), rayonner, avec le substantif de même racine ‫( ֶק ֵרן‬qeren), la corne. C’est ainsi que, dans le verset concerné, le visage de Moïse ne sera plus « rayonnant », mais « cornu ».

La datation hébraïque Le calendrier hébraïque débute le sixième jour de la création du monde. Ainsi, selon le calcul des générations bibliques, nous sommes aujourd’hui en l’an 5775. Les chiffres, comme les dates, se transcrivent à l’aide des lettres de l’alphabet. Ici, la date est écrite selon le modèle dit du « petit comput », ne tenant pas compte des milliers, à l’inverse du « grand comput ». Ainsi, la traduction littérale de la date hébraïque inscrite sur la médaille est 587, pour signifier 5587. Pour obtenir la date correspondante à l’ère commune, il faut rajouter 1240 au trois dernier chiffre, soit 587 + 1240 = 1827.

484. MOÏSE, vers le 13e s. av. l’è.c., Egypte – Mont Nébo France, Seconde Restauration, 1815-1830, Paris, 1827. Œuvre de Jean-Jacques Barre. Médaille, bronze, 34 mm, 18,32 g. Av. ‫( מושה אדון לבל הנביאים‬Moïse est un maître pour tous les prophètes) Son buste à droite, cornu, couronné et portant une très longue barbe ; sous la tranche du buste, le nom de l’artiste : barre ; le tout dans un cercle perlé. Rv. Les deux tables de la Loi, séparées par deux branches de palme, listant les dix Paroles ; une couronne sur chacune des tables, au-dessus des Lois ; ‫לא תחמד‬/‫לא תענה‬/‫לא תגנב‬/‫לא תנאף‬/‫לא תרצח‬/‫כבד את‬/‫ זכור את‬/‫ לא תשא‬/‫לא יהיה‬/‫אנכי ה‬ (« Je suis l’éternel [ton D. …], tu n’auras pas [d’autres dieux que moi …], tu n’invoqueras pas [le nom de l’Eternel ton dieu à l’appui du mensonge …], souviens toi [du jour du shabbat … ], honores [ton père et ta mère …], tu ne tueras pas, tu n’adultéras pas, tu ne voleras pas, tu ne diras pas [de faux témoignages …], tu ne convoiteras pas [la maison de ton prochain …] »)* ; à l’exergue, la date hébraïque selon le petit comput : ‫תקפז‬, 5587 (1827) ; le tout dans un cercle perlé. Tr. moïse. FS 504 ; Forrer I, pp 127-131 (Jean-Jacques Barre). Jolie patine ocre métallisé ; très bel exemplaire. Médaillier Frank Sternberg. *

Exode XX, 2-17.

eur: 200 - 300


484. Moïse, prophète et législateur Descendant de la tribu de Lévi, Moïse nait en Egypte au moment où, d’après le récit biblique, Pharaon ordonne à son peuple de jeter dans le Nil tout nouveau-né hébreu mâle. Sa mère tente alors de sauver son fils en le plaçant dans un panier de jonc qu’elle dépose sur le Nil. Découvert et recueilli par la fille de Pharaon, Moïse sera élevé, en égyptien, au palais. Bien plus tard, avec l’aide de Dieu qui lui apparait et lui parle, Moïse réussit à faire sortir d’Egypte le peuple d’Israël qui y vit en esclavage. Dans le désert du Sinaï, Moïse reçoit de Dieu les deux tables de l’Alliance, ainsi que toute la Torah, que le peuple d’Israël, tout entier et d’une seule voix, accepte avec ces mots : « Nous ferons et nous comprendrons ». Une multitude d’épisodes, heureux ou malheureux, surviendrons au cours de quarante années de pérégrination dans le désert, mais Moïse, juste avant de mourir à l’âge de cent-vingt ans, réussit à mener son peuple jusqu’aux frontières de la Terre promise.

Trois médailles datées de 1827 Cette série de trois médailles figure les personnages les plus emblématiques du judaïsme, Moïse, prophète et législateur, Aaron, le grand prêtre, et le roi David, avec au revers, leurs attributs respectifs. Nous ne savons pas qui commandita la frappe de ces médailles, toujours est-il que leur émission par la Monnaie de Paris, pourrait très bien célébrer l’anniversaire de la promulgation des décisions doctrinales du Grand Sanhédrin réuni en assemblée à Paris, vingt ans plus tôt, en 1807. Ce grand Sanhédrin convoqué par Napoléon fut présidé par le Rabbin David Sintzheim de Strasbourg. Cf. la médaille relative à la convocation du Grand Sanhédrin, lot n° 506.

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

239


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

240

485. AARON, vers le 13e s av. l’è.c. Egypte - Mont Hor Frère de Moïse et premier grand prêtre d’Israël. France, Seconde Restauration, 1815-1830, Paris, 1827. Œuvre de Jean-Jacques Barre. Médaille, bronze, 34 mm, 19,43 g. Av. ‫( אהרן כהן הגדול‬Aaron le Grand Prêtre) Son buste à gauche, coiffé et portant une longue barbe, vêtu des vêtements sacerdotaux ; sous la tranche du buste, le nom de l’artiste : barre ; le tout dans un cercle perlé. Rv. ‫«( וישא אהרן את ידיו אל העם ויברכם‬ Et il étendit les mains vers le peuple et il les bénit »)* L’arche d’Alliance** avec dessus, deux chérubins, les ailes déployées, face à face ; à l’exergue, la date hébraïque selon le petit comput : ‫תקפז‬, 5587 (1827) ; le tout dans un cercle perlé. Tr. aaron paris 1827. FS 505 ; Forrer I, pp 127-131 (Jean-Jacques Barre) ; Archives de la Monnaie de Paris ; Collection Strauss 101. Jolie patine ocre métallisé ; superbe. Médaillier Frank Sternberg. Lévitique IX, 22. ** Le motif de l’arche d’Alliance se retrouve sur le logo de l’Ecole des beaux-arts de Betsalel (Bezalel), fondée par Boritz Schatz (cf. lot n° 518). Betsalel, sans doute le premier artisan apparaissant au sein du récit biblique, est l’architecte en chef du tabernacle, la tente abritant l’arche d’Alliance. *

eur: 200 - 300

486. DAVID, env. 1040- vers 970 av. l’è.c. Roi d’Israël, vers 1004- vers 965 av. l’è.c. France, Seconde Restauration, 1815-1830, Paris, 1827. Œuvre de Jean-Jacques Barre. Médaille, bronze, 34 mm, 18,38 g. Av. ‫ מלך ישראל‬-‫( דוד בן ישי‬David fils de Jessé* – Roi d’Israël) Son buste à droite, couronné, portant une longue barbe, drapé et cuirassé ; sous la tranche du buste, à gauche, le nom de l’artiste : barre ; le tout dans un cercle perlé. Rv. ‫«( אטה למשל אזני אפתח בכנור חידתי‬ Je prête l’oreille aux sentences poétiques, et prélude avec la harpe aux piquants aphorismes »)** Harpe de David ; à l’exergue, la date hébraïque selon le petit comput : ‫תקפז‬, 5587 (1827) ; le tout dans un cercle perlé. Tr. david paris 1827. FS 506 ; Forrer I, pp 127-131 (Jean-Jacques Barre) ; Archives de la Monnaie de Paris. Jolie patine ocre métallisé ; superbe. Médaillier Frank Sternberg. *

Samuel 2, XXIII, 1. Psaumes XLIX, 5.

**

eur: 200 - 300


485. Aaron, le Grand prêtre Aaron, frère aîné de Moïse, est d’abord son porte-parole devant Pharaon et les Israélites lors de la sortie d’Egypte. Plus tard, dans le désert du Sinaï, lors de la construction du Tabernacle, la tente transportable où est placée l’arche d’Alliance, il instaure avec ses fils une prêtrise héréditaire et devient le premier grand prêtre d’Israël. L’arche d’Alliance, le coffre de bois d’acacia couvert d’or pur dans lequel sont déposées les deux tables de la Loi, est l’objet rituel le plus sacré de l’ancien Israël. Amplement décoré de matériaux précieux et ouvragés, il est réalisé dans le désert par l’artisan Betsalel selon les instructions de Dieu. L’arche est placée dans le Tabernacle situé au centre du camp. Les Lévites, les prêtres de la tribu de Lévi, campaient autour du périmètre intérieur, et les douze tribus d’Israël, dans le périmètre extérieur. Bien plus tard, après l’installation du peuple en Terre promise et l’instauration de la royauté, l’arche d’Alliance sera déposée dans le Saint des Saints du Temple à Jérusalem.

486. David, roi d’Israël

David, de la tribu de Juda, naît à Bethléem. Fils de Jessé, et arrière-petit-fils de Boaz et de Ruth la prosélyte, David devient le second et plus grand roi d’Israël, le fondateur d’une dynastie qui perdurera quatre siècles. Dans le but d’unifier le peuple, il conquiert Jérusalem, une ville neutre qui n’est attachée à aucune des tribus, et en fait sa capitale. David y installe l’Arche d’Alliance, mais c’est son quatrième fils, Salomon, qu’il eut avec Bethsabée, qui lui succède et qui construira le Temple.

Peuple élu « Dieu, je sais que nous sommes ton peuple élu, mais de temps en temps, ne pourrais-tu pas choisir quelqu’un d’autre ? » Shalom Aleichem

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

241


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

242

Leyden Lucas van (attribué à). Cristo coronato di spine con i simboli della Passione, 1510-1520. Huile sur bois, 130 x 85 cm, Galerie Uffizi, Florence, 1460. Photo © Galerie Uffizi Nous remercions vivement Susi Piovanelli, secrétaire du département photographique de la Galerie Uffizi, pour son aide dans l’obtention de cette photographie.


487. Trente pièces d’argent Les pièces de monnaie appelées « imitations de shekels » qui font partie de notre collection passent pour être de celles qui auraient servi à payer Judas pour avoir « vendu » Jésus. Ces imitations de shekels virent le jour dans différentes villes d’Europe (entre autres Hambourg, Prague, Joachimstal, Holstein, Londres, Strasbourg, voire, à la fin du XIXe siècle, New York). Quelquefois vendues comme des « copies du véritable shekel de Jérusalem », dont 30 exemplaires avaient été remis au disciple indigne pour prix de sa trahison, elles étaient plus généralement écoulées sans scrupules comme des originaux et à ce titre accompagnées d’un certificat d’authenticité. Il est admis que les premières imitations de shekels furent produites à partir du dernier quart du XVe ou du début du XVIe siècle. Les pièces qui font partie de notre collection furent produites du XVe au XVIIIe siècle et sont donc sans rapport direct avec les espèces en circulation à l’époque de Jésus. On considère aujourd’hui que la monnaie alors en usage était le « shekel de Tyr » (aussi appelé tétradrachme et didrachme en grec), largement répandu en Palestine. Il servait entre autres à s’acquitter de la mitsva du demi shekel, afin de financer la restauration et l’agrandissement du Temple de Jérusalem, commandités par Hérode le Grand. Il présentait un aigle sur le revers et une divinité à l’avers. Cette monnaie fut vraisemblablement adoptée compte tenu de sa pureté en argent et de sa stabilité. La plus ancienne trace de représentation d’une « imitation de shekel » de ce type a été relevée sur la peinture d’un disciple de Dürer, probablement Lucas van Leyden, représentant un Christ accompagné des instruments de la passion. Sur le couvercle du sarcophage figurant à gauche de l’œuvre sont reproduites des pièces de monnaies fort semblables à celles-ci. Le shekel authentique, dont s’inspirent vraisemblablement ces imitations, date de la guerre des Juifs contre Rome et fut frappé à partir de la troisième année de l’insurrection, c’est-à-dire 68 après J.-C. Des centaines d’exemplaires en ont été retrouvés lors de fouilles à Jérusalem et à Massada. Juifs et chrétiens s’y sont intéressés, ces derniers pensant qu’il s’agissait de la monnaie de l’époque de Jésus. La première description connue de ce shekel, mentionnant une tige d’amandier en fleurs et une vasque, figure dans la relation que fit de son voyage en Palestine rabbi Moshe ben Nachman (Nachmanide), l’une des autorités rabbiniques majeures du XIIIe siècle.

Trente pièces d’argent (suite) Les inscriptions ne sont pas identiques à celles qu’on retrouve sur les imitations de shekels, qui présentent la formule « Shekel d’Israël » en caractères hébreux, tandis que la pièce décrite par Nachmanide comporte l’inscription en alphabet samaritain « Le shekel des shekels (shekel shekalim) ». La tige d’amandier fait référence au livre des Nombres 17, 16-23. On y lit l’épisode des douze tiges que le peuple devait remettre à Moïse en vue d’être déposées dans la Tente d’Assignation. L’homme dont le bâton fleurirait se verrait de la sorte choisi par Dieu comme responsable du sanctuaire. Ce fut le cas d’Aaron, de la famille des Lévites. Les imitations de ce type de shekel avec inscription en caractères samaritains n’apparaissent à notre connaissance qu’à partir du XIXe siècle. Ils portent à l’occasion une date d’époque qui les identifie sans ambiguïté comme souvenirs. Zahava Seewald

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

243


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

244

Détail de Cristo coronato di spine con i simboli della Passione. Photo© Galerie Uffizi.


487. "SHEKEL DE GÖRLITZ" Saint-Empire romain germanique, Electorat de Saxe, Görlitz, 15e-16e siècles. Shekel, argent, 33 mm, 14,00 g.

488. "SHEKEL DE GÖRLITZ" Saint-Empire romain germanique, Electorat de Saxe, Görlitz, 15e-16e siècles. Shekel, argent, 32 mm, 12,43 g.

Av. ‫ישראל‬-‫( שקל‬Shekel Israël) Calice contenant la manne, d’où s’élève de la fumée. Rv. ‫ירושלים‬-‫( הקדושה‬Jérusalem la Sainte) Bâton d’Aaron avec fleurs et amandes. Tr. Tranche striée.

Av. ‫ישראל‬-‫( שקל‬Shekel Israël) Calice contenant la manne, d’où s’élève de la fumée. Rv. ‫ירושלים‬-‫( הקדושה‬Jérusalem la Sainte) Bâton d’Aaron avec fleurs et amandes. Tr. Lisse.

FS 023 ; Gitler, p. 71, fig. 10 ; Hendin, p. 57, fig. 1.1.

FS 019 ; Gitler, p. 71 ; Hendin, p. 57, fig. 1.1.

Très rare ; finement patiné ; superbe. Très probablement le type original de la peinture.

Très rare ; finement patiné ; superbe. Très probablement le type original de la peinture. Médaillier Frank Sternberg.

Médaillier Frank Sternberg.

489. "SHEKEL DE GÖRLITZ" Saint-Empire romain germanique, Electorat de Saxe, Görlitz, 15e-16e siècles. Shekel, argent, 32,50 mm, 13,37 g. Av. ‫ישראל‬-‫( שקל‬Shekel Israël) Calice contenant la manne, d’où s’élève de la fumée. Rv. ‫ירושלים‬-‫( הקדושה‬Jérusalem la Sainte) Bâton d’Aaron avec fleurs et amandes. Tr. Lisse. FS 042 ; Gitler, p. 71 ; Hendin, p. 57, fig. 1.1. Très rare ; finement patiné ; avec anneau de suspension ; très beau. Très probablement le type original de la peinture. Médaillier Frank Sternberg.

eur: 500 - 750

eur: 500 - 750

eur: 300 - 450

Monnaies & Médailles - Bruxelles, le 18 déceMBre 2014

245


TRENTE PIèCES D’ARGENT

JéSUS DE NAZARETH M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

246

490. "SHEKEL DE GÖRLITZ" Saint-Empire romain germanique, Electorat de Saxe, Görlitz, 15e-16e siècles. Shekel, argent, 33 mm, 14,02 g. Av. ‫ישראל‬-‫( שקל‬Shekel Israël) Calice contenant la manne, d’où s’élève de la fumée. Rv. ‫ירושלים‬-‫( הקדושה‬Jérusalem la Sainte) Bâton d’Aaron avec fleurs et amandes. Tr. Lisse. FS 047 ; Gitler, p. 71 ; Hendin, p. 57, fig. 1.1. Très rare ; très finement patiné ; avec anneau de suspension ; superbe. Très probablement le type original de la peinture. Médaillier Frank Sternberg.

491. "SHEKEL DE GÖRLITZ" Saint-Empire romain germanique, Electorat de Saxe, Görlitz, 1654-1683. Œuvre portant les initiales de Johann Buccheim. Shekel, argent, 36 mm, 13,48 g. Av. ‫ישראל‬-‫( שקל‬Shekel Israël) Calice contenant la manne, d’où s’élève de la fumée ; à l’exergue, les initiales de l’artiste : i. – b. Rv. ‫ירושלים‬-‫( הקדושה‬Jérusalem la Sainte) Bâton d’Aaron avec fleurs et amandes. Tr. Lisse. FS 017 ; Forrer I, pp 305-306 et Forrer III, p. 8 (Johann Buccheim) ; Gitler, p. 67, fig. 4.

492. "SHEKEL DE GÖRLITZ" Saint-Empire romain germanique, Electorat de Saxe, Görlitz, 18e siècle. Shekel, métal blanc (étain ?), 29 mm, 9,60 g. Av. ‫ישראל‬-‫( שקל‬Shekel Israël) Calice contenant la manne, d’où s’élève de la fumée. Rv. ‫ירושלים‬-‫( הקדושה‬Jérusalem la Sainte) Bâton d’Aaron avec fleurs et amandes. FS 041 ; cf Gitler- et Hendin-. Finement patiné ; très bel exemplaire. Médaillier Frank Sternberg.

Rare ; finement patinée ; superbe exemplaire. Médaillier Frank Sternberg.

eur: 300 - 450

eur: 800 - 1.200

eur: 100 - 150


la réforme

renaissance de l’hébreu 493. Jesus de nazareth, 7-6 av. l’è.c.27-30 de l’è.c. Atelier indéterminé, Italie ?, à partir du 16e siècle. Médaille, métal blanc (étain ?), 36 mm, 10,77 g. Av. ‫ישי‬-‫( א‬Dieu existe) Son buste à gauche barbu et drapé. Rv.  ‫ חי‬/ ‫ דם עשוי‬/ ‫ לום ואימא‬/ ‫ בש‬/ ‫( משיח מלך בא‬Un Messie, un roi est venu dans la paix il a été fait vivant parmi les hommes). FS 500 ; Hill, p. 50, 26a ; Friedenberg (1970), p. 90 ; Gitler, p. 74. Joliment patiné ; très beau. Médaillier Frank Sternberg. C’est en Italie, au XVIe siècle, qu’apparaissent les premiers témoignages se rapportant à ce type de médailles, présentant la figure de Jésus de Nazareth à l’avers, associée à une inscription hébraïque. A la Renaissance, l’intérêt pour l’hébreu se manifeste à nouveau. Avec le latin et le grec, ils formeront, dès lors, la « trinité linguistique classique ». François Ier, sous l’influence de l’humaniste Guillaume Budé, créera, en 1530, le Collège de France, dans lequel sera enseignée la langue hébraïque. Concernant cette médaille et son inscription hébraïque, cf. Kennedy (Prof. A. R. S.). The Medals of Christ with Hebrew Inscriptions, Numismatic Chronicle and Journal of the Royal Numismatic Society, Londres/Paris, série 5, vol. I, 1921, pp. 134-142.

494. DAVID, vers 1010- vers 970 av. l’è.c. Roi d’Israël, vers 1004- vers 965 av. l’è.c. Empire d’Autriche, Bohême, Saint Joachimstahl, 1540-1550. Œuvre de Concz Welcz, Bethsabée au bain. «Joachimstahler»*, argent, 43 mm, 16,67 g. Av. david-ein-gesalbter-gottes-und-konig-in-isra[el] (David oint de Dieu et Roi d’Israël) Son buste à gauche coiffé, couronné et drapé, portant une longue moustache et la barbe ; dans le champ gauche : i-samvel ; dans le champ droit xvi-capit. Rv. david bricht die eh-mit-bersabea-3-reg-ii (David rompt le mariage de [Bethsabée avec Urie le Hittite] avec Bethsabée) Bethsabée dans la cour du palais prenant son bain, à droite sa servante, à l’arrière plan, David l’observe depuis le balcon du palais. Tr. Lisse. FS 166 ; Katz 254, p. 135, pl. XXX-6 ; Fieweger 74. Très rare ; magnifiques représentations ; finement patiné ; superbe exemplaire. Médaillier Frank Sternberg. Le désir de retourner aux sources du christianisme, caractéristique de l’époque de la Réforme, s’illustre dans l’œuvre de médailleurs comme Concz Welcz. Les œuvres de ces artistes évoquent, avec une grande magnificence, des scènes de la Bible hébraïque et des Evangiles. La dénomination « Joachimstahler », de Joachimstahl, désigne les pièces produites en Bohème, à Saint Joachimstahl, à l’aide de l’argent extrait des mines qui y sont exploitées. C’est de cette dénomination « Joachimstahler », que dérivera, le nom de « thaler », pour désigner des monnaies de même format.

*

eur: 80 - 120

eur: 1.200 - 1.800

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

247


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

248

495-497. Victimes de l’Inquisition Le 31 mars 1492, Isabelle de Castille et Ferdinand II d’Aragon signent un décret imposant l’expulsion des Juifs d’Espagne. Alors ministre des finances et haut représentant des Juifs, Abravanel plaide la cause de sa communauté auprès du couple royal. Toutefois, ni sa grande éloquence ni l’argent proposé aux souverains ne parviendront à faire fléchir la décision royale. Beaucoup de ces familles juives contraintes à fuir l’Espagne s’installeront au Portugal. Ce fut le cas notamment de la famille Nasi, qui y trouvera refuge. Cependant, quand l’Inquisition s’étendra au Portugal, en 1497, les Juifs seront également forcés à la conversion, devenant ainsi des « marranes ». Gracia Nasi, héritière de l’une des plus importantes maisons d’affaires en Europe, cachera alors sa judéité jusqu’à son installation à Constantinople. Philanthrope fortunée et respectée de tous, elle prendra des risques pour soutenir les communautés juives d’Europe, voire les sauver d’une mort certaine.

Le plus avisé des rois Beaucoup de juifs réussirent à s’enfuirent en Turquie, où le sultan Bajazet II les accueillit chaleureusement. On raconte que le Sultan eut cette réflexion : « Comment peut-on dire que le roi Ferdinand d’Aragon est le plus avisé des rois, alors qu’il a appauvri son royaume pour enrichir le nôtre ? » (Telushkin)

Descendants eux-mêmes de Juifs portugais, les parents du célèbre philosophe Spinoza avaient rejoint la communauté marrane des Pays-Bas, une terre d’accueil des populations juives. Né à Amsterdam, Spinoza y étudie la Torah ainsi que le Talmud et devient l’un des premiers exégètes rationalistes de la Bible, après Saadia Gaon, Juda Halévi, ou encore Maïmonide. Toutefois, ses idées peu conformes à la foi juive lui vaudront son excommunication en 1656.


Victimes de l’Inquisition

ANTIJUDAÏSME 40%

60%

495. DON ISAAK BEN JUDA ABRAVANEL, 1437 Lisbonne – 1508 Venise COMMUNAUTE JUIVE DE BERLIN Allemagne, Brandenbourg-Berlin, 1937. Médaille, étain patiné bronze, 95 mm, 87,00 g. Emise en mémoire de Don Isaak Ben Juda Abravanel, pour son 500e anniversaire.

496. GRACIA MENDES (Beatrice de Luna), 1510 Lisbonne – 1569 Constantinople GIROLAMA FARNESE, 1464/1468 Canino – 1505 Castelare di Stabia Italie, Ferrare, 1556-1558. Œuvre de Pastorino de Pastorini. Médaille, bronze, 65 mm, 122,00 g.

Av. ‫( דון יצחק בן יהודה אברבנאל‬Don Isaak fils de Jehoudah Avravanel) Son buste à gauche, coiffé d’une calotte ; dans le champ gauche 1437 ; dans le champ droit 1937 ; à l’exergue don isaak abravanel. Rv. aufbringungswerk judische gemeinde berlin (Œuvre de reconstruction de la communauté juive de Berlin) au pourtour, en-dessous et sur deux lignes : ‫ השלם·הגדל·התורה·בישראל‬/ ‫( החכם הפילוסוף שר ומחוקק‬Le sage, le philosophe, ministre et législateur, l’accompli, le grand, la Torah en Israël) Les armoiries familiales, d’avant l’expulsion, formées d’un bouclier surmonté d’un casque ; au-dessus dem helfer / seines volkes (Le bienfaiteur de son peuple) ; au-dessous dem weisen / glaubigen / juden (Au Juif croyant et sage) ; dans les champs à gauche et à droite, les dates hébraïques, selon le petit comput : ‫ קצ׳ז‬, 5197 (1437), ‫ תרצ׳ז‬, 5697 (1937). Tr. Lisse.

Av. A droite ‫( ·גרציאה·נשיא‬Gracia Nasi) ; à gauche a[d]·ae[tat] xviii (A l’âge de 18 ans) Buste de Gracia Mendes à gauche, les cheveux retenus par un voile, portant des boucles d’oreille et un collier à pendentif ; le tout dans un cercle perlé. Rv. hieronima farnesia•d•s•vitali (Hieronima Farnesia de San Vitale) Buste de Girolama Farnese à droite, les cheveux retenus par un voile, portant des pendants d’oreille ; le tout dans un cercle perlé ; sur la manche P / 1556.

FS 410 ; Peus 402, 1971. Très rare ; absence de la patine par endroits à l’avers ; sinon très bel exemplaire.

FS 201 ; Forrer IV, p. 418 (revers) ; Friedenberg (1963), p. 84 (avers) ; Friedenberg (1970), p. 45 (avers) ; Dratwa 2 (avers). Très rare combinaison de coins ; bustes de haut relief ; patine noire ; très bel exemplaire ; fonte tardive. Médaillier Frank Sternberg. Selon Friedenberg et Dratwa, la Gracia Mendes représentée à l’avers de cette médaille serait plutôt sa nièce éponyme.

Médaillier Frank Sternberg.

eur: 160 - 240

eur: 800 - 1.200

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

249


250

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

50%

497. BARUCH DE SPINOZA, 1632 Amsterdam – 1677 La Haye Royaume des Pays-Bas, 1932. Œuvre de Pierre Turin. Médaille, bronze, 69 mm, 197,00 g. Emise en mémoire de Baruch de Spinoza, pour son 300e anniversaire. Av. Son buste à moitié à gauche ; dans le champ droit, le nom de l’artiste : p. turin ; à l’exergue spinoza. Rv. m / dc / xxx / ii – m / dc / lxx / vii Maison de naissance du philosophe à Amsterdam entre ses dates de naissance et de mort, devant laquelle se trouve une fleur ; le tout entouré d’un serpent se mordant la queue. Tr. Lisse. FS 359 ; Polak 74 ; Friedenberg (1963), p. 51 ; Felder, Pierre Turin, cité p. 84.

497. Excommunication !

Patine marron clair ; de haut relief ; superbe.

L’excommunication de Spinoza par les rabbins d’Amsterdam, en 1656, eut pour cause son absence de foi dans les anges, dans l’immortalité de l’âme et dans le fait que Dieu était bien l’auteur de la Torah. Les chefs de la communauté sommèrent Spinoza de renoncer à ses hérésies, et, comme il n’en fit rien, ils prononcèrent contre lui un herem, une excommunication. Du jour de la publication du herem, plus aucun Juif ne fut autorisé à lui parler ou à l’approcher à moins de quatre pas. (Telushkin, page 210)

Médaillier Frank Sternberg.

eur: 200 - 300


498. Un singulier baptême ! Au bord d’un plan d’eau, dans un paysage bucolique montrant une chaine de montagne en arrière plan, une scène singulière, surprenante, pathétique se joue. Elle met en scène trois personnages. Un Juif agenouillé, face à une rivière - ou peut-être un lac -, une lourde meule de pierre attachée à son cou, est en train de recevoir le baptême d’un pasteur qui, une bible dans la main gauche, lui verse de l’eau sur la tête. Derrière le Juif, un troisième personnage, les bras en avant, est sur le point de pousser dans l’eau le condamné, dont le lourd fardeau accroché à son cou doit immanquablement l’entrainé par le fond, et le noyer. Auréolant cette scène à l’issue dramatique, la légende, complétée d’une seconde inscription apposée sur la tranche de la médaille, nous éclaire sur les motifs de l’exécution du Juif : « ainsi, reste-il innocent » car seulement « quand la souris mangera le chat, le Juif deviendra un véritable chrétien » !

Baptisé, mais pas converti ! Heinrich Heine (cf. plaquette, lot No 542) plaisantait souvent à propos de sa conversion. « Berlin vaut bien un prêche », disait-il en allusion à « Paris vaut bien une messe », la plaisante formule de Henri IV qui s’était converti au catholicisme pour devenir roi de France. Il assura n’avoir changé de religion que par courtoisie, un peu comme le tsar russe qui passa un uniforme de hussard prussien lors d’une visite officielle à Postdam. Une autre fois, il insista que jamais il ne se serait converti si Napoléon n’avait pas été vaincu à Waterloo : sa conversion était la faute du professeur de géographie de Napoléon, qui avait omis de lui signaler que les hivers moscovites étaient très rigoureux. « Je suis baptisé, mais je ne suis pas converti, dit-il encore à Balzac et à d’autres amis français ». (Elon, p. 132)

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

251


MéDAILLES SATIRIQUES M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

252

Juifs baptisés ? On enregistre en Allemagne, à l’époque baroque tout comme au Moyen-Âge, un nombre important de Juifs baptisés. Les missions de conversion des Juifs rencontraient un certain succès, d’autant plus que les conversions étaient la plupart du temps récompensées par des sommes d’argent non négligeables. Objectif proclamé de l’Église, la conversion « volontaire » des Juifs au christianisme était en pratique appuyée par des méthodes de persuasion plus ou moins douces. C’est ainsi qu’un Juif accusé ou convaincu de crime ou délit et menacé d’exécution ou de sanctions économiques pouvait expier sa faute par sa conversion au christianisme. Il y en eut qui percevaient leur judéité comme un carcan sans âme duquel ils souhaitaient se libérer. Non moins importantes pour comprendre le mouvement de conversion furent : la déception engendrée par l’échec des grands mouvements messianiques (shabtaïsme et frankisme) tout nourris d’engouement kabbaliste; la confrontation, au XVIIe siècle, des Juifs des ghettos européens aux grandes idées de l’Humanisme et de la Renaissance puis, au XVIIIe, aux principes des Lumières; enfin, la volonté croissante de s’assimiler au reste de la population. On ne saurait pour autant nier l’importance, chez certains Juifs, de convictions personnelles qui les poussèrent à adopter le christianisme. Reste que seul un nombre réduit de baptêmes furent empreints d’un authentique sentiment religieux à l’égard du christianisme. Quoi qu’il en soit, ces conversions étaient communes, ce qu’atteste le nombre élevé de médailles qui représentent le baptême. La scène d’exécution est cependant rare. L’inscription présente sur celle-ci, dont le ton goguenard trahit le caractère antisémite, formule sans ambiguïté le soupçon porté sur la pureté d’intention du converti. Zahava Seewald

498. Taufmedaille (Médaille de baptême) Allemagne, 1er Reich, 1648-1806, 17e siècle. Œuvre de Christian Wermuth. Médaille, bronze argenté, 35,50 mm, 37,43 g. Av. so bleibt er am bestaendigsten (Ainsi reste-t-il innocent) Juif agenouillé à gauche, une meule autour du cou ; derrière-lui un prêtre à gauche tenant un livre de prière dans la main gauche et lui versant de l’eau sur la tête de la main droite, à droite du prêtre, un bourreau à gauche s’apprête à pousser le Juif agenouillé dans l’eau ; paysage montagneux en arrière-plan. Rv. selten / wird ein iud / ein christ / er hab denn was / begangen, / auch thut ers meist / umbs geldt, / dass er nicht / hängen darff. / denn wann ers / an ders stiehl, / so strafft’mann / ihn zu / scharff (Un Juif devient rarement chrétien, à moins qu’il ait fait quelque chose, ainsi œuvre-t-il principalement pour l’argent afin de ne pas être pendu. S’il avait volé d’une autre manière, on l’aurait puni trop sévèrement). Tr. so wahr die maus die katz nit frisst, wird der iud kein wahrer christ (Quand la souris mangera le chat, le Juif deviendra un véritable chrétien). FS 016 ; Forrer VI, pp 432-446 (Christian Wermuth) ; Kirschner 2 ; Friedenberg (1970), p. 14 ; Fieweger 76. Très rare ; finement patiné ; très bel exemplaire. Médaillier Frank Sternberg.

eur: 1.000 - 1.500


499. Kamelschlucker-Medaille (La médaille avaleur de chameau) Allemagne, Ier Reich, 1648-1806, Leipzig, 1687. Œuvre de Christian Wermuth. Médaille, argent, 42 mm, 29,28 g. Médaille satyrique envers les Piétistes. Av. mucken sauger und kameel schlucker (Filtreur de moustiques et avaleur de chameau) Nain noir en pagne à gauche avalant un chameau et attrapant des moustiques ; devant lui sur une table un récipient au-dessus duquel volent des moustiques. Rv. der wieder auff:gestandene phariseer (Le Pharisien ressuscité) ; sous la ligne de terre, matth.[ieu] xxiii Pharisien de face, coiffé d’un châle de prière. Tr. Lisse. FS 003 ; Forrer VI, p. 437 ; Kirschner 4 ; Friedenberg (1970), p. 12. Rare ; finement patiné ; superbe exemplaire. Médaillier Frank Sternberg.

eur: 500 - 750

499. L’avaleur de chameau Au chapitre XXIII de l’Évangile selon Matthieu, versets 23-24, Jésus blâme les « guides aveugles » du peuple (scribes et pharisiens), qui « filtrent le moucheron et avalent le chameau », et qui s’attachent à l’observance des minuties de la Loi divine (mitsvot kaloth), mais en méconnaissent les exigences majeures telles que la justice, la compassion et la fidélité. C’est ce texte que l’on trouve illustré au revers d’une médaille attribuée à Christian Wermuth de Gotha datée de 1687, par un nain noir avalant un chameau et attrapant des moustiques qu’il jette dans une cruche posée sur une table. L’inscription sur cette médaille (« Filtreur de moustiques et avaleur de chameaux ») lui a valu en numismatique l’appellation de « Médaille à l’avaleur de chameau ». Le Juif représenté à l’avers de la médaille et se couvrant la tête du châle de prière fait apparemment allusion au verset 5 du même chapitre XXIII : « Ils font toutes leurs actions pour être vus des hommes, car ils élargissent leurs phylactères et allongent leurs franges ». Cette médaille, qui appartient au groupe des médailles piétistes, était répandue en Silésie. Zahava Seewald

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

253


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

254

500. Le Juif « au blé » Cette médaille fait partie d’une première série sur le thème du Juif « au blé ». Le Juif est ici considéré comme spéculant sur cette céréale. Dès le Moyen-Âge, les Juifs furent rendus responsables des prix exorbitants quelquefois atteints par les denrées alimentaires et plus précisément accusés de pratiquer l’usure sur le blé, base de l’alimentation populaire. L’attitude usurière (rétention des denrées et hausse des prix en époque de disette) était en fait de pratique courante, et nullement propre aux Juifs. Cette absence de morale et de civisme doit être replacée dans un contexte tant écologique – récoltes catastrophiques dues aux sécheresses, aux gelées, aux inondations, aux souris et aux sauterelles – qu’économique : manque récurrent de main d’œuvre (surtout en période de guerre et d’épidémie), techniques agricoles archaïques, insuffisance des provisions et moyens de transport peu performants. Suite à la guerre de Trente ans (1618-1648) et à la dépréciation des monnaies, l’Europe fut secouée par une sévère disette due notamment à une forte croissance démographique. Depuis le milieu du XVIe siècle jusqu’au début du XIXe, les Flandres françaises, la Belgique et les Pays-Bas eurent particulièrement à souffrir de la hausse des prix du blé, de la viande, du vin et de la bière. La Silésie fut touchée par ces problèmes en 1694, en grande partie à cause d’abondantes chutes de grêle, et encore en 1736, cette fois en conséquence d’une pénurie d’eau. Durant l’hiver 1739-1740, toute la récolte de Brandebourg fut gâtée par le gel. En 1816-1817, la famine sévit dans le centre et dans le sud de l’Allemagne, ainsi que dans le nord de la Suisse. Ces années ne furent pas moins difficiles pour les populations juives, atteintes surtout dans leur commerce de bétail, la seule activité lucrative qui leur fût alors permise. Une seconde famine toucha la Silésie en 1847. (suite à la page suivante)


Faute de pouvoir s’en prendre à la nature, il était commode d’accuser les Juifs. Née de la détresse matérielle, la colère populaire à l’endroit de ceux que l’on désignait à tort comme les fauteurs de ces catastrophes menaçait régulièrement d’éclater. Au mieux, elle prenait la forme de moqueries et d’insultes. Bien qu’elles préludent trop souvent au recours à la violence, les attaques sous forme de médailles, de gravures ou de brochures au ton satirique ne constituent que la forme première, relativement bénigne, de celle-ci.

500. KORNJUDE Saint Empire Romain Germanique, Silésie, 1694. Œuvre de Christian Wermuth. Médaille de type « Kornjude », argent, 36 mm, 12,83 g. Emise à l’occasion de la hausse des prix. Av. du – korn iude (Juif au blé) Juif au blé à droite, coiffé et botté, appuyé sur un bâton et portant un grand sac de grains sur son épaule gauche ; un diable est assis sur le sac, qu’il déchire, laissant les grains se déverser sur le sol ; le tout dans un paysage de campagne ; sous la ligne de terre theure zeit / 1694 (Epoque de disette). Rv. wer / korn / inhelt / dem / fluchen / die / leu / the. / aber / segen / komt / über den / so es / uer / kauft / (Accaparer le blé, c’est se faire maudire du peuple ; mais ses bénédictions vont à qui le met en vente) Boisseau à grain posé à la verticale ; à l’exergue spruch•salom[o] / xi•26• (Proverbes de Salomon 11:26). Tr. Lisse. FS 006 ; Forrer VI, pp 432-446 (Christian Wermuth) ; Kirschner 18 ; Friedenberg (1963), p. 19 ; Friedenberg (1970), p. 3 ; Brettauer 1900 ; Friedensburg & Seger 4149 ; Collection Strieboll 1639 ; Emmerig, p. 263. Rare ; joliment patiné ; superbe exemplaire. De toute beauté. Médaillier Frank Sternberg.

eur: 800 - 1.200

On connaît, jusqu’à la fin du XVIe siècle, de nombreuses médailles qui illustrent ces temps de crise. Elles permettaient à la fois de se remémorer les années de souffrance et d’inviter à espérer une intervention divine, citations bibliques à l’appui. Ces médailles étaient répandues dans les cercles ecclésiastiques, où elles trouvent peut-être même leur origine. Le Juif y est invariablement coupable des forfaits les plus improbables, comme de retenir la pluie ! Le Juif « au blé », l’usurier et le converti insincère appartiennent à la thématique générale des médailles haineuses. Un autre type, celles s’attaquant par exemple au « Juif Süss » ou à « Kurt Eisner », se focalise sur un individu particulier. Parmi la multitude de variations sur le thème du Juif au blé repris sur les médailles, relevons la représentation sur laquelle nous voyons un homme courbé sous le poids d’un sac de céréales. La légende le nomme, de manière goguenarde, « espèce de Juif au blé ». Mais le Juif aurait tort de se réjouir trop vite du pain qu’il va préparer avec son blé : un diablotin, avec lequel il avait cru pouvoir pactiser, ouvre furtivement le sac, dont s’écoulent les grains de blé. Regarder ce genre de scènes faisait la joie du peuple face à l’avarice du Juif-type. Sous l’image, on peut lire les mots “époque de disette 1694”. Le revers de la médaille porte un boisseau à grain, représenté parfois à la verticale, parfois à l’horizontale, et dans lequel s’inscrit l’un des proverbes de Salomon : « Celui qui accapare du blé est maudit des peuples. Mais la bénédiction viendra sur la tête de celui qui le vend » (XI, 26). Zahava Seewald

255

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

Le Juif « au blé » (suite de la page précédente)


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

256

501. KORNJUDE Saint Empire Romain Germanique, 1772. Œuvre de Johann Christian Reich. Médaille de type « Kornjude », étain, 30 mm, 7,11 g. Av. korniud ver - zweifel·und / geh zum (Juif au blé, désespère et va au [Diable]) Le Diable, la gueule béante, est prêt à avaler le Juif au blé à droite, coiffé et botté, appuyé sur un bâton de la main droite et portant un sac de grains sur l’épaule gauche ; un diable, sous l’apparence d’une chèvre, est posé sur le sac qu’il déchire, laissant les grains se déverser sur le sol ; sous la ligne de terre theure zeit /1772 (Epoque de disette). Rv. fürchte gott (Crains Dieu) Boisseau à grain posé à l’horizontale ; sur le boisseau à grain wer korn innehelt / dem fluchen die / leute / aber seegen komt / über den der es verkauft (Accaparer le blé, c’est se faire maudire du peuple ; mais ses bénédictions vont à qui le met en vente) ; à l’exergue sp[ruch]·sal[omo]·11·v·26 (Proverbes de Salomon 11:26) et le nom de l’artiste : reich. Tr. Lisse. FS 012 ; Forrer V, pp 69-72 (Johann Christian Reich) ; Brettauer 1908 ; Emmerig, p. 267. Rare ; finement patiné ; très beau. Médaillier Frank Sternberg.

eur: 300 - 450

502. KORNJUDE Saint Empire Romain Germanique, Saxe-Thuringe, 1772. Œuvre de Johann Christian Reich. Médaille, étain, 39 mm, 15,03 g. Av. dv korn ivde den 12 mertz (Toi, Juif au blé, le 12 mars) Juif au blé à droite, coiffé et botté, appuyé sur un bâton et portant un grand sac de grains sur son épaule gauche ; un diable est assis sur le sac, qu’il déchire, laissant les grains se déverser sur le sol ; derrière, la femme du Juif lève les poings vers le diable ; sous la ligne de terre theure zeit / 1694 1772 (Epoque de disette). Rv. wer / korn / inne halt / dem / fluchen / die / leut / te. / aber / segen / komt / über den / der / ver/ kauft (Accaparer le blé, c’est se faire maudire du peuple ; mais ses bénédictions vont à qui le met en vente) ; Boisseau à grain posé à la verticale ; à l’exergue spruch salomo / xi.v. 26 (Proverbes de Salomon 11:26). Tr. Lisse. FS 521 ; Forrer V, pp 69-72 (Johann Christian Reich) ; Kirschner 28 variante ; Brettauer 1905 ; Emmerig, p. 266. Très rare ; joliment patiné ; percement de suspension ;TB. Médaillier Frank Sternberg.

eur: 200 - 300


503. Le Juif Süss Joseph Süss Oppenheimer, le plus fameux des « Juifs de cour », est conseiller financier de Charles-Alexandre, duc de Wurtemberg. Tout comme pour ses pairs, intermédiaires indispensables auprès des princes allemands, Joseph Süss exerce immanquablement une influence politique, et sa position lui offre la possibilité de protéger les communautés juives. De ces Juifs de cour, le peuple ne retient que l’argent et le luxe dont ils jouissent, sans égard pour les services qu’ils rendent à la communauté en œuvrant à la modernisation de l’Etat, à l’équilibre de ses finances et à son économie. En 1738, ayant conspiré avec le duc de Wurtemberg afin d’abolir les privilèges du Parlement, Oppenheimer est arrêté pour haute trahison et condamné à mort. Suite à cet événement, et au ressentiment populaire à son égard, sont émises des médailles satyriques présentant d’un côté, la fin pathétique d’Oppenheimer, enfermé dans une cage de fer lors de sont transfert vers l’échafaud, et de l’autre, contraste saisissant, son buste, dans toute sa superbe. Le Juif Süss, roman historique écrit par Lion Feuchtwanger, un chef-d’œuvre de la littérature allemande, connaît une renommée internationale dès sa parution en 1925. Plus tard, puisque l’antisémitisme puise son argumentation dans tout et son contraire, Goebbels s’empare de l’histoire pour en faire un film destiné à la propagande nazie.

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

257


LE JUIF SÜSS M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

258

503. Un Juif de cour Les Juifs de cour se trouvèrent, aux XVIIe et XVIIIe siècles, à la tête d’entreprises influentes en relation avec diverses cours allemandes plus ou moins importantes. Ils accordaient des prêts, géraient les rentrées d’argent de l’État, livraient les maisons ducales et princières. Ce faisant, ils exerçaient immanquablement une influence politique, entretenaient des relations avec le monde extérieur, engageaient des réformes de politique intérieure, sans parler de leurs efforts en vue de protéger les communautés juives. De ces magnats et chefs d’industries, le peuple retenait avant tout l’argent et le luxe dont ils jouissaient ainsi que l’influence, jugée maléfique, qu’ils exerçaient sur le pouvoir en place. Dans sa misère, il ne manqua pas de s’en prendre haineusement à eux, sans égard pour les services rendus à la communauté par ces Juifs qui œuvraient à la modernisation de l’État, à l’équilibre de ses finances et à son économie.

503. JOSEPH SÜSS OPPENHEIMER, 1692 Heidelberg – 1738 Stuttgart Saint Empire Romain Germanique, Wurtemberg, 1738. Schraubtaler, argent, 42 mm, 17,01 g. Emise pour rappeler l’exécution de Joseph Süss Oppenheimer. Av. iud•iosepj•süs 1738 oppenheimer Son buste à gauche. Rv. aus•disem•vogel•haus•-schauft•sus•der / •schelm•-•heraus• (La crapule Süss regarde à l’extérieur depuis cette volière) Potence à laquelle est suspendue une volière, dans laquelle Joseph Süss Oppenheimer est enfermé, le tout posé sur un socle maçonné ; quelques corbeaux sont assis sur la potence ou volent autour de celle-ci. Tr. Lisse.

Joseph Süss Oppenheimer fut l’un de ces Juifs de cour. La protection de CharlesAlexandre, duc de Wurtemberg, lui valut une ascension sociale fulgurante. Avec ce dernier, il conspira contre le Parlement, afin d’en abolir les privilèges. Ayant pris la défense du duc, il fut arrêté pour haute trahison et acheva sa vie, par ailleurs haute en couleurs, sur l’échafaud, au lendemain de la mort de son protecteur.

Contenu 2 images colorées sur les deux faces internes de la médaille et 17 images de couleur, représentant des scènes de la vie du condamné, de sa naissance à sa mort.

Le ressentiment populaire à son égard se traduisit sous forme de brochures et de médailles, surtout répandues dans le duché de Wurtemberg, qui ironisaient sur l’état pitoyable du « coquin juif » durant ses derniers jours.

Médaillier Frank Sternberg.

Zahava Seewald

FS 001 ; Kirschner 17, et photographie des images en couverture de l’ouvrage ; Friedenberg (1963), p. 19 ; Friedenberg (1970), p. 19 et 21 (seulement 15 images plus les 2 images des couvercles) ; Binder 71 ; Joseph & Fellner 2012 ; Preßler 547. Extrêmement rare ; beau style ; finement patiné ; superbe exemplaire. D’un très grand intérêt historique et iconographique.

eur: 8.000 - 12.000


M o n n a i e s & m ĂŠ d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

259


saint empire romain

émancipation M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

260 80%

80%

504. Joseph II, 1741 Vienne – 1790 Vienne Empereur germanique, 1765-1790. Saint Empire Romain Germanique, Archiduché d’Autriche, 1781. Œuvre de Johann Leonhard Oexlein. Médaille, argent, 45 mm, 30,09 g. Emise à l’occasion de la promulgation de l’Edit de Tolérance.

505. Joseph II, 1741 Vienne – 1790 Vienne Empereur germanique, 1765-1790. Saint Empire Romain Germanique, Archiduché d’Autriche, 1782. Œuvre de Johann Christian Reich. Médaille, argent, 43 mm, 25,75 g. Emise en commémoration de l’Edit de Tolérance.

Av. amor et deliciae generis hvmani (Amour et joie du genre humain) Son buste à droite portant le collier de la toison d’or. Rv. qvid potvit tota contingere vita laetivs (Celui qui ordonne que chacun vive mieux) Un enfant à gauche, la main droite tenant un stylet et la main gauche posée sur le cœur, se tient devant un socle sur lequel est inscrit : libertas / religionis / a iosepho ii / in terrissvis / protestantibvs / et ivdaeis data / mdcclxxxi (La liberté de culte fut donnée par Joseph II, dans son empire, aux protestants et aux juifs 1781) ; de part et d’autre du socle, des arbustes. Tr. Lisse. FS 102 ; Forrer IV, p. 308 ; Polak 11 ; Friedenberg (1963), p. 16 ; Friedenberg (1970), p. 36. Très rare ; superbe exemplaire. De toute beauté et d’un grand intérêt historique. Médaillier Frank Sternberg.

Av. iosephvs•ii•rom[anorum]•semp[er]•avg[ustus] / tolerantia•imperantis (Joseph II des Romains Auguste à tout jamais/ L’Edit de Tolérance) Son buste à droite portant le collier de la toison d’or ; sur sa manche, le nom de l’artiste : reich. Rv. svb alis•svis – protegit omnes (Sous ses ailes il protège tout un chacun) Œil de la providence surmontant un aigle couronné portant une épée et un globe crucigère entre ses serres, symboles du pouvoir royal, au-dessus d’un rabbin tenant un livre sous le bras droit, d’un prêtre tenant une coupe surmontée d’une croix rayonnante et d’un pasteur tenant une bible sous le bras gauche, les trois personnages en habits religieux ; dans le champ droit, demi arc surmonté d’une coupole ; sur la banderole, in deo (En dieu) sous la ligne de terre ecce amici 1782 (Voilà des amis 1782). Tr. Lisse. FS 103 ; Forrer V, p. 70 ; Polak 12 ; Friedenberg (1963), p. 16 ; Friedenberg (1970), p. 37. Très rare ; joliment patiné ; superbe exemplaire. Exemplaire provenant du médaillier Frank Sternberg.

eur: 600 - 900

eur: 800 - 1.200


504. L’Edit de Tolérance libertas religionis a iosepho ii in terrissvis protestantibvs et ivdaeis data mdcclxxxi (La liberté de culte fut donnée par Joseph II, dans son empire, aux protestants et aux juifs 1781) L’Edit de Tolérance, promulgué par Joseph II le 12 novembre 1781, accorde la liberté de religion aux protestants et aux Juifs, en la limitant au culte privé. Quelques mois plus tôt, le 28 juin 1781, l’empereur avait déjà interdit, par ordonnance impériale, les conversions forcées.

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

261


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

262

507. Le décret Crémieux, le 24 octobre 1870 Adolphe Crémieux (1796-1880) est ministre de la Justice du Gouvernement de défense nationale, à la suite de la chute du second Empire. Il fit promulguer le décret qui porte son nom, et qui accorde la citoyenneté française aux Juifs d’Algérie. Ceux-ci étaient au nombre de 33.000 lors de la conquête de l’Algérie par la France en 1830. A propos de son œuvre, il dira ceci : « Dieu m’a donné cette joie ineffable de remettre dans mes mains le sort de trente-cinq mille israélites algériens qui sollicitaient le titre de citoyens français, et à qui je l’ai donné. Je l’ai fait et cela a été ma joie au milieu de toutes les douleurs qui m’ont accablé comme citoyen, comme homme, comme père ; car aucune tristesse ne m’a été épargnée dans ces deux dernières années. Mais trente-cinq mille israélites sont français par moi ; trente-cinq mille coreligionnaires, de nos chers israélites algériens, sont, par mon fait, nos concitoyens, français comme nous; on ne m’enlèvera pas cette gloire, on ne m’enlèvera pas cette heureuse page de ma vie qui me lie à l’histoire de ce peuple juif, dont l’émancipation complète est, depuis plus d’un demi-siècle, le rêve, l’idéal de mes pensées. » (Juif d’Algérie, Musée d’Art et d’histoire du Judaïsme, page 96).

506. Le Grand Sanhédrin Le 30 mai 1806, Napoléon Ier convoque un Grand Sanhédrin, formé par les représentants des communautés juives de France et d’Italie, un événement inédit depuis près de quinze siècles. Douze questions sont soumises aux membres de l’Assemblée, représentant les Juifs de l’Empire. Douze membres de l’assemblée formèrent une commission chargée d’y répondre, composée principalement de rabbins. Ces questions sont axées sur la judéité et son accord avec les valeurs patriotiques françaises. En effet, le but de ces questions était notamment de s’assurer que le judaïsme pouvait être compatible avec le nouvel ordre établis. Bien que ces questions auraient pu remettre en question certaines valeurs juives, la commission sut y répondre favorablement en affirmant que la religion imposait d’obéir à la loi du prince en matière civile et politique. Le Grand Sanhédrin put donc être mis en place et il se réunit à plusieurs occasions durant l’année 1807. La scène figurée au revers de cette médaille illustre les douze questions posées par Napoléon à l’Assemblée du Grand Sanhédrin. Napoléon apparaît debout, face au Grand Sanhédrin, personnifié en la personne de Moïse, auquel il remet deux tables sur lesquelles sont inscrites les douze questions - de la même façon que Dieu avait fait don des Tables de la Loi à Moïse. Cette iconographie, empruntée aux traditionnelles représentations de Moïse au sommet du mont Sinaï, souligne la toute-puissance de l’empereur et sous-entend qu’il ne souffrira pas de refus ou de réponses non-adaptées à ses vues de la part de la communauté juive.


france

263

506. Napoléon I, 1769 Ajaccio – 1821 Sainte-Hélène Empereur, 1804-1814 et 1815. France, Premier Empire, 1804-1814, Paris, 1806. Œuvre de Alexis-Joseph Depaulis (avers) et de Augustin Dupres* (revers). Médaille, bronze, 41 mm, 39,29 g. Emise en commémoration de la convocation d’un Grand Sanhedrin par Napoléon, le 30 mai 1806.

507. ADOLPHE ISAAC MOÏSE CREMIEUX, 1796 Nîmes – 1880 Paris France, Troisième République, 1871-1940, Paris, 1881. Œuvre de Alfred Borrel. Médaille, bronze, 69 mm, 170,00 g. Emise en commémoration de l’avocat et ministre de la justice Adolphe Crémieux.

Av. napoleon – emp.[ereur] et roi. Son buste en uniforme à droite ceint d’une couronne de lauriers ; à l’exergue, le nom du concepteur et le nom de l’artiste: denon•d• / depaulis• f •. Rv. L’Empereur couronné de lauriers à droite donne à un rabbin sous les traits d’un Moïse cornu de trois quart à gauche les douze questions sous forme de Tables de la Loi ; au contour, le nom de l’artiste: dupres* ; sous la ligne de terre grand sanhedrin / xxx. mai mdcccvi (30 mai 1806). Tr. Lisse.

Av. isaac adolphe – cremieux Son buste à gauche ; dans le champ droit, le nom de l’artiste et la date : a. borrel / 1881. Rv. né a nimes (gard) le xii avril mdcclxxxxvi. mort a paris le x fevrier mdccclxxx ; au centre avocat / depute / membre du gouvern.[emen]t provis[oire] / ministre de la justice / 1848 / membre du gouvernement / de la defense nationale / ministre de la justice / 1870 1871 / senateur inamo.[vi]ble / 1875 dans une couronne de chêne. Tr. Lisse, poinçon et bronze.

FS 096 ; Forrer I, pp 274-276 (Nicolas-Guy-Antoine Brenet) ; Forrer I, pp 557-559 (Alexis-Joseph Depaulis) ; Forrer I, pp 647-652 (Augustin Dupres) ; Dratwa 7 ; Friedenberg (1963), p. 16 ; Friedenberg (1970), p. 40 ; Bramsen 527 ; René Gutman, Document fondateur du Judaïsme français: Les décisions doctrinales du Grand Sanhédrin 1806-1807, Presse Universitaire de Strasbourg, Strasbourg, 2000, p. 148. Rare ; belle patine marron ; de haut relief ; superbe exemplaire. De toute beauté et d’un très grand intérêt historique.

FS 365 ; Forrer, I, p. 221 ; Friedenberg (1963), p. 75 ; Felder, Alfred Borrel, cité p. 16. Très rare ; belle patine brun clair légèrement métallisé ; de haut relief ; superbe exemplaire. Médaillier Frank Sternberg.

*

Ministre de la Justice du Gouvernement de défense nationale, à la suite de la chute du second Empire, Adolphe Crémieux, de son vrai nom, Isaac, fit promulguer le décret qui porte son nom, et qui accorde la citoyenneté française aux juifs d’Algérie. Ceux-ci étaient au nombre de 33.000 lors de la conquête de l’Algérie par la France en 1830.

eur: 1.000 - 1.500

eur: 1.000 - 1.500

Médaillier Frank Sternberg. Selon Bramsen, l’auteur de la gravure du revers ne serait pas Augustin Dupres mais Nicolas-Guy-Antoine Brenet. Ce serait une erreur de l’épigraphe.

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

50%


italie

empire ottoman

60%

60%

508. ROBERTO Taparelli D’AZEGLIO, 1790 Turin - 1862 Turin Italie, Royaume de Piémont-Sardaigne, Turin, 1848. Œuvre de Giuseppe Ferraris. Médaille, bronze, 52 mm, 66,00 g. Emise en l’honneur de Roberto d’Azeglio, combattant pour l’émancipation isréalite.

509. ASSOCIATION DES PEUPLES CHRETIENS ET ISRAéLITES D’ORIENT Abd Al-Majid, 1255-1277 H (1839-1861). Empire Ottoman, Turquie, vers 1850. Œuvre de Emile Rogat. Médaille, cuivre, 61 mm, 113,00 g. Emise à l’occasion de réformes pour l’égalité des droits des chrétiens et des Juifs dans l’Empire ottoman.

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

264

Av. roberto – d’azeglio Son buste à gauche portant une cravate et un veston ; à l’exergue, le nom de l’artiste : g• ferraris f[ecit]• (Fait par G Ferraris). Rv. propugnatore / dell’ emancipazione / israelitica / 1848. gl’ israeliti subalpini / ammiratori (Combattant pour l’émancipation israélite, 1848. Les israélites subalpins admirateurs) Dédicace des Juifs de l’Italie du Nord pour son engagement en 1848. Tr. Lisse. FS 084 ; Forrer II, p. 88 (Giuseppe Ferraris) ; Wurzbach-Tannenberg 453. Très rare ; belle patine marron clair ; de haut relief ; superbe exemplaire. De toute beauté et d’un grand intérêt historique. Médaillier Frank Sternberg. Peintre italien, Roberto d’Azeglio est connu pour ses représentations historiques. Auteur prolifique de livres sur l’art, il fut également directeur de la Galerie d’art de Turin jusqu’à sa démission au profit de son frère Maxime. Acteur politique important, il joue un grand rôle lors de la première guerre d’indépendance des Etats italiens face à l’Autriche des Bourbons. Dans le même temps, il se bat pour l’émancipation des Juifs de Sardaigne. Mais, quand la guerre se solde par un échec face aux autrichiens, Roberto d’Azeglio quittera le devant de la scène politique.

eur: 500 - 750

Av. pour tous – droits égaux Croissant islamique, croix chrétienne et Tables de lois assemblés au sommet de la hampe d’un drapeau, sur lequel figurent ces trois symboles ; le tout soutenu par cinq personnages représentant l’empire ottoman, l’ambassadeur de Grande-Bretagne Stratford de Redcliffe et les différentes communautés religieuses ; en l’arrière-plan, le soleil se lève sur la cité d’Istanbul ; en bordure, dans le champ droit, le nom de l’artiste : e. rogat f.[ecit] (Fait par E. Rogat) ; dans le champ gauche barrachin ; à l’exergue l’union fait la force. Rv. ASSOCIATION UNIVERSELLE POUR L’ÉMANCIPATION DES PEUPLES CHRÉTIENS ET ISRAÉLItes D’ORIENT• ; au centre ET / CONSERVATION / DE L’EMPIRE OTTOMAN / DANS LES CONDITIONS: / 1° D’ÉGALITE CIVILE ET POLITIQUE / 2° DE LIBeRTé RELIGIEUSE COMPLÈTE / 3° DE LA SÉPARATION DU SPIRITUEL / ET DU TEMPOREL ; / 4° DU DROIT DE POSSESSION ACCORDÉ / AUX ÉTRANGERS ; sous la ligne MEMBRE DE L’ASSOCIATION / M. Tr. Lisse, poinçon et cuivre. FS 229 ; Forrer V, p. 191-193 (Emile Rogat) ; Peus 399, 1070. Très rare ; belle patine marron rougeâtre ; superbe exemplaire. De toute beauté et d’un grand intérêt historique. Médaillier Frank Sternberg.

eur: 800 - 1.200


509. Les réformes de l’Empire ottoman Le règne du sultan Abd Al-Majid est marqué par une influence croissante des puissances européennes. En effet, les élites intellectuelles ottomanes veulent adopter la modernité venue d’Europe, afin de mettre l’Empire sur la voie du progrès. Le sultan, qui reçut lui-même une éducation européenne, partage la pensée de ces élites. Son engouement pour le vieux continent s’observe jusqu’à sa tenue, à laquelle il aime ajouter des éléments occidentaux. Il fréquente également l’ambassadeur d’Angleterre, le vicomte Stratford de Redcliffe. Encouragé par celui-ci, c’est donc naturellement que le sultan Abd Al-Majid poursuit les réformes entamées par son père, Mahmoud II (1808-1839). Ces réformes donnent des garanties à tous les sujets du sultan, quelle que soit leur religion. Ces garanties concernent leur vie, leur liberté, leur honneur et leur propriété. Un conseil, le Tanzimat, est créé pour veiller à l’application de ces réformes. Le vicomte Stratford de Redcliffe aussi bien que le sultan sont représentés sur cette médaille, le premier, de face, y donnant l’accolade au second. En face du sultan, également de profil, se trouve le représentant de la communauté juive, aisément reconnaissable par ses vêtements ; à sa droite, de dos, le représentant de la communauté chrétienne orthodoxe, portant une tenue typiquement grecque; à sa gauche, le représentant de la communauté musulmane.

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

265


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

266

Collection Jean Daltroff.Vue sur le canal des Faux-Remparts, vers 1900. Carte Postale, 14 x 9 cm. I. D. l’Edition, Bernardswiller, 2012, p. 22. Photo © Collection Jean Daltroff. Nous remercions vivement Jean Daltroff, directeur de recherche à l’université de Strasbourg, de nous avoir donné accès à sa collection privée.

513. La Synagogue du quai Kléber… Le 21 Eloul 5658, soit le 27 novembre 1898, est inaugurée la nouvelle synagogue de Strasbourg en grès clair des Vosges, de style néo-roman germanique, et d’une capacité de plus de 1600 places. Construite selon les plans de l’architecte Ludwig Lévy, Professeur à Karlsruhe, la première pierre avait été posée le 9 avril 1896, et la dernière le 27 novembre 1897. L’installation du bâtiment s’était achevée en 1898, l’année même où rebondissait l’affaire Dreyfus, en France, quand Emile Zola écrivit dans le journal de Clemenceau, l’Aurore, une véhémente lettre ouverte au Président de la République, J’accuse. « Quiconque sauve une vie » Le 22 juillet 2012, sur l’emplacement même de la synagogue du quai Kléber, détruite par les nazis, fut inaugurée « L’allée des Justes ». A l’endroit précis où s’élevait la porte de la synagogue a été dressée la Porte des Justes formée de deux stèles de trois mètres de haut sur lesquelles sont inscrits des textes en hommage aux Justes parmi les nations. Trente six Justes d’Alsace qui « ont écouté leur conscience » furent mis à l’honneur : Charles Emile Altorffer (1881-1960) (…) Magda Zech (1879 - ?)

Un siècle après le décret d’émancipation de l’Assemblée nationale du 27 septembre 1791 qui accorda l’égalité des droits et des devoirs à tous les juifs de France, et qui mit fin, pour ce qui concerne Strasbourg, à quatre siècle de bannissement, la communauté juive pouvait occuper désormais une place pleine et entière au sein de la cité. Jusqu’en 1939 la synagogue du quai Kléber fut le centre de la vie juive strasbourgeoise. Les derniers vestiges de la synagogue incendiée par les jeunesses hitlériennes en 1940 furent rasés en 1941. La Synagogue de Thionville avait également été incendiée en 1940, tout comme celle de Luxembourg, également édifiée sur les plans de Ludwig Lévy, qui sera détruite par les nazis en 1943. Ces destructions de synagogues s’inscrivent parmi les actes destinés à faire triompher l’idéologie nazie. Déjà, lors de la Nuit de Cristal, en Allemagne, du 9 au 10 novembre 1938, plusieurs centaines de synagogues furent détruites, quelques 7.500 commerces saccagés et une centaine de Juifs assassinés.


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

267

... incendiée par les nazis Le 1er septembre 1939, l’armée allemande envahie la Pologne. Le 3, à la suite de l’Angleterre, la France déclare la guerre à l’Allemagne. Par crainte de bombardements immédiats, le plan français d’évacuation de 175 communes proches du Rhin fut appliqué et 380.000 alsaciens prennent la direction du Périgord et du Limousin. A Strasbourg, en 36 heures, les 2 et 3 septembre 1939, près de 120.000 Strasbourgeois, dont la population juive de la ville, riche de quelques 9.000 âmes, quittent la ville. Et, le 3 septembre au soir, c’est moins de 2.000 personnes qui restent encore à Strasbourg, devenue ville déserte. L’hiver qui suivit fut terrible. La neige couvre toute la ville. Conduites d’eau et chauffage centrale éclatent. Pendant plusieurs mois rien ne se passe, sinon quelques escarmouches. La « drôle de guerre » prendra cependant bientôt fin quand le 14 mai 1940, les allemands font sautés les deux ponts du Rhin, et que le 19 juin, l’armée allemande occupe la ville. L’étendard, frappé de la croix gammée du IIIème Reich, flotte alors sur la Cathédrale. Le 6 août le premier train de réfugiés arrive à la gare de Strasbourg, et en janvier 1941, 70% de la population est de retour dans la ville. La confiscation des biens et des intérêts des Juifs ne suffisant pas à calmer leur haine, les nazis s’emploient à détruire des synagogues et à saccager des cimetières. L’incendie de la synagogue du quai Kléber aura lieu dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre 1940. C’est un commando de la Hitlerjugend, composé en partie d’Alsaciens, qui met le feu à l’édifice religieux. Des prisonniers de guerre internés à Strasbourg, en instance de départ vers les stalags et les oflags allemands, ont cependant le temps de voir la synagogue avant et après l’incendie. Plus tard, l’un d’eux, Alfred Gunzburger, racontera ; « J’étais avec d’autres soldats et j’ai vu brûler la synagogue, et notamment le haut, là où se trouvait une Etoile de David. Cela m’a fait un coup. J’ai pu en parler à des camarades qui m’ont dit que c’était mauvais signe car l’étoile de David était restée malgré l’incendie. »

Pourquoi aller à la synagogue ? Quand j’étais jeune, j’ai demandé à mon père : « Si tu ne crois pas en Dieu, pourquoi vas-tu à la synagogue aussi régulièrement ? » Mon père répondit : « Les juifs vont à la synagogue pour toutes sortes de raisons. Mon ami Garfinkel, qui est orthodoxe, y va pour parler à Dieu. Moi, j’y vais pour parler à Garfinkel. » (cf. Harry Golden apud Telushkin, page 706).


LA SYNAGOGUE

INSTITUTIONS 268

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

60%

510. La synagogue de Lengnau Suisse, Canton d’Argovie, Lengnau, 1932. Médaille, argent, 47 mm x 31 mm, 39,00 g. Distinction émise à l’occasion d’un concours de tir à Lengnau. Av. kranzauszeichnung (Distinction) Vue extérieure du bâtiment ; en-dessous stand-/einweihungsschiessen (Tir d’inauguration de stand)/ lengnau / 1932. Tr. Lisse. FS 323. Très rare ; finement patiné ; superbe exemplaire. Médaillier Frank Sternberg.

511. INAUGURATION DE LA SYNAGOGUE DE COLOGNE GLOCKENGASSE Allemagne, Cologne, 1861. Œuvre de Jacques Wiener. Médaille, bronze, 60 mm, 83,00 g. Emise en souvenir de l’inauguration de la synagogue, le 29 août 1861. Av. synagoge zu coeln eingeweiht – am 29 august 1861 (Synagogue de Cologne inaugurée le 29 août 1861) Elévation de la synagogue de Cologne ; vue prise devant la façade principale, un peu à droite ; sous la ligne de terre e. f. zwirner archit.[ekt] (Architecte). Rv. Vue de l’intérieure de la synagogue et d’une partie de la coupole ; dans le champ gauche ‫ זכרה לו אלקים לטובה‬/ ‫( ויחנכו אותו כג אלול התרכא לבע‬Et ils l’ont inaugurée le 23e jour du mois d’eloul de l’année 5621 (= 1861) depuis la création du monde et Dieu s’est souvenu d’elle favorablement) ; dans le champ droit ‫ לקהל עדת קלוניא‬/ ‫( ויבן אברהם אפפענהיים את בית ה׳‬Et Abraham Oppenheim a construit la maison de Dieu pour la communauté sainte de Cologne) ; sous la ligne de terre, le nom de l’artiste : j. wiener f.[ecit] (Fait par J. Wiener). Tr. Lisse. FS 127 ; Forrer VI, p. 487 ; Friedenberg (1963), p. 136 ; Friedenberg (1976), p. 50 ; RBN 28 ; Hoydonck 182 ; Stern (1937) 173 ; Weiler 2513 ; Eidlitz 1109, planche 125 ; R. J. E. Collection. Superbe effet de perspective ; belle patine marron rougeâtre ; superbe exemplaire. De toute beauté. Médaillier Frank Sternberg.

eur: 300 - 450

eur: 400 - 600


269

512. INAUGURATION DE LA NOUVELLE SYNAGOGUE DE MUNICH Royaume de Bavière, Munich, 1887. Œuvre de Max Gube et Brentwett. Médaille, argent, 41 mm, 33,50 g. Emise en souvenir de l’inauguration de la grande Synagogue. Av. neue•synagoge•in•münchen (Nouvelle synagogue à Munich) – ‫( בית הבנסת החדשה דקק מינכן‬La nouvelle synagogue de la communauté sainte de Munich) Vue extérieure de la synagogue au centre d’un cercle composé d’arcs successifs ; sous la ligne de terre, le nom des artistes : gube brentwett ; en-dessous erbaut v.[on] / albert schmidt / 1887 (Construit par Albert Schmidt). Rv. zur / erinnerung / an die einweihung / vom 16. sept. 1887 (En souvenir de l’inauguration du 16 septembre 1887) ‫תרמז לפק‬ / ‫ביום עש״ק כז אלול‬/ ‫( זכר לחנוכת הבית‬En souvenir de l’inauguration de la synagogue, la veille du shabbath, le 27 elloul 5647 (1887)) Inscription à l’intérieur d’un cercle compose de semi-alvéoles ; le tout dans un cercle perlé. Tr. Lisse. FS 132 ; Forrer II, p. 335 (Max Gube) ; Stern (1937) 169 ; Hauser 795 ; Och 154 c ; Eidlitz, 926, planche 98 ; R. J. E. Collection. Rare ; finement patiné ; superbe exemplaire. De toute beauté. Exemplaire provenant du médaillier Frank Sternberg.

513. INAUGURATION DE LA GRANDE SYNAGOGUE DE STRASBOURG Allemagne, IIe Reich, 1871-1918, Alsace, Strasbourg, 1898. Œuvre portant les initiales de P. Heiligenstein*. Médaille, bronze, 51 mm, 52,00 g. Emise en souvenir de l’inauguration de la grande synagogue de Strasbourg. Av. neue synagoge in – strassburg (Nouvelle synagogue à Strasbourg) Vue extérieur de la synagogue ; dans le champ gauche, les initiales de l’artiste : p. h. fec[it] (Fait par P.H.) ; sous la ligne de terre prof.[essor] levy arch. [itekt] (Professeur Lévy, architecte). Rv. zur / erinnerung / an die / einweihung / 21 eloul 5656 / 8. septembre / 1898 (En souvenir de l’inauguration, le 21 Eloul 5656, 8 septembre 1898) Inscription suivie de la date hébraïque et de la date chrétienne ; au-dessus, étoile rayonnante ; à gauche, branche de chêne terminée par un ruban ; au contour, les initiales de l’artiste : P. H. Tr. Lisse. FS 138 ; Jean Daltroff, La Synagogue du quai Kléber : Strasbourg (1898-1941), I. D. l’Edition, Bernardswiller, 2012. Très rare ; patine marron clair ; superbe exemplaire. De toute beauté. Médaillier Frank Sternberg. Nous remercions vivement la Bibliothèque Internationale et Universitaire de Strasbourg pour nous avoir communiqué le nom de l’artiste-graveur de cette médaille : P. Heiligenstein.

*

eur: 500 - 750

eur: 800 - 1.200

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

80%


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

270

510. La communauté juive de Lengnau Pratique courante en Suisse depuis le XIVe siècle, les frappes de médailles en souvenir d’une compétition de tir viennent illustrer une tradition ancestrale qui prit un tournant au XVIe siècle, puisque les arcs et arbalètes coutumiers sont alors remplacés par les armes à feu. A la ville comme à la campagne émergent alors des sociétés de tir, subventionnées par les autorités. Les tireurs aguerris, déjà fort de leur service militaire (obligatoire à l’âge de 16 ans), y formaient les plus jeunes au maniement des armes. La première compétition de « Tir fédéral » organisée par l’Etat Suisse eut lieu en 1824 à Aarau, un village située à proximité de Lengnau, dont la synagogue est ici figurée. Il ne s’agit toutefois pas du bâtiment original. Celui-ci étant devenu trop étroit pour accueillir tous ses fidèles, une synagogue de plus grande taille fut construite par l’architecte Ferdinand Stadler en 1846. L’utilisation d’un bâtiment juif comme emblème de Lengnau reflète la relation étroite entre les communautés juives et la ville à travers l’histoire. Lengnau fut, en effet, durant des décennies, un des uniques endroits, en Suisse, où les communautés juives pouvaient établir résidence. Ce n’est qu’à partir de 1866, suite à un vote de la Fédération Suisse, qu’il leur fut permis de s’installer sur l’ensemble du territoire. Il en résulte une impressionnante concentration de bâtiments de culture juive dans la ville.

514. La synagogue Friedberger Anlage de Francfort Au XIXe siècle, la ville de Francfort ne reconnaît en son sein qu’une seule communauté religieuse juive. C’est ainsi que les impôts payés par la communauté orthodoxe profitent à la communauté libérale et inversément. Suite à l’annexion de la ville par la Prusse, en 1866, le rabbin orthodoxe Samson Raphaël Hirsch demande aux autorités le changement de cette situation, qui les mécontente. Dix ans plus tard, le 28 juillet 1876, la Chambre des députés de Berlin votera une loi imposant à la ville de Francfort la reconnaissance des différentes communautés juives. La communauté orthodoxe, toujours plus nombreuse, fonde la synagogue Friedberger Anlage, notamment grâce au don du baron Wilhelm Carl von Rothschild. L’inauguration de la synagogue, le 29 août 1907, réunit les représentants de la ville, ainsi que les délégations de 36 communautés juives allemandes. Pouvant contenir jusqu’à 1600 fidèles, elle est alors la plus grande synagogue de la ville. En 1938, lors de la nuit de Cristal orchestrée par Adolph Hitler, la synagogue est saccagée. L’ironie de l’histoire veut que, quatre ans plus tard, en plein cœur de la guerre, un abri antiaérien devra être construit sur les décombres du site de la synagogue. En 1985, l’architecte paysagiste Jeanette Garnhartner gagne le concours dédié à la mémoire de cette synagogue pour le réaménagement de son parvis. L’installation est mise en place en 1998 et en 2004, le bunker est dédié à la culture juive, puisqu’il abrite depuis lors des conférences, des expositions, ainsi qu’un centre d’archives juives.


50%

514. LA SYNAGOGUE FRIEDBERGER ANLAGE Allemagne, IIe Reich, 1871-1918, Francfort-sur-le-Main, 1907. Œuvre de Karl Goetz. Plaquette rectangulaire uniface, bronze, 63 mm x 50 mm, 70,00 g. Emise à l’occasion de l’inauguration de la nouvelle synagogue de Francfort-sur-le-Main. Av. neue synagoge der jsr.[aelitichen] religionsges[ellschaft] zu frankfurt a.[m] m.[ainz] (Nouvelle synagogue de la communauté juive de Francfort-sur-le-Main) ; sous la ligne eingeweiht am 23. august 1907 (Inaugurée le 23 août 1907) / ‫( יום ה י״ט אלול שנת הרחיבי מקום אהליך קהל עדת ישורון לפ״ק‬Jeudi, le 19 Eloul de l’année, « élargis l’emplacement de ta tente »*, assemblée de la communauté de Yeshurun, abréviation pour le petit comput) Détail du portail de la synagogue, avec au centre, une vue générale du bâtiment, derrière lequel, à l’horizon, le soleil rayonne ; ‫( בית תפלה ישורון‬Maison de prière Yeshurun) ; à gauche au pied de la colonne de gauche, le nom de l’artiste : K / Goetz. Tr. Le nom de l’artiste et l’atelier de fabrication: k·goetz c[arl] poellath schrobenhausen. FS 126 ; Julius 2776 ; Whiting 531 ; Felder, Karl Goetz, cité p. 30, 50, 74 et 81. Rare ; belle patine brun clair ; superbe exemplaire. De toute beauté. Médaillier Frank Sternberg. *

Isaïe LIV, 2.

eur: 400 - 600

La synagogue de Glockengasse est inaugurée en 1861 sur un terrain qui appartenait anciennement aux clarisses de Cologne. Le banquier Abraham Fraiherr von Oppenheim, qui finance ce projet, s’adresse à l’architecte Ernst Friedrich Zwirner pour en réaliser les plans. La synagogue de Glockengasse fut détruite durant la nuit de Cristal, le 9 novembre 1938. Aujourd’hui, c’est l’opéra de Cologne qui se trouve à cet emplacement. En souvenir de la synagogue, il ne reste donc plus que des documents, comme cette médaille de Jacques Wiener, qui nous en présente son architecture extérieure, ainsi qu’une superbe vue en perspective de la nef.

512. La nouvelle synagogue de Munich Œuvre de l’architecte Albert Schmidt, la grande synagogue de Munich fut inaugurée le 16 septembre 1887. Sa situation géographique, au cœur de la ville et à quelques mètres de la « Karlstor », la porte ouest de la Munich historique, atteste l’importance du statut des Juifs de la ville à l’époque. Durant la nuit de Cristal du 9 au 10 novembre 1938, les nazis l’incendièrent. Malgré les efforts des pompiers pour éviter la propagation des flammes aux habitations alentours, les officiers SA continuèrent à alimenter le feu en y déversant de l’essence. Aujourd’hui, sur cet emplacement, une plaque commémorative témoigne de son existence passée.

514. Karl Goetz Karl Goetz (1875-1950), médailleur de la ville de Munich (1905-1946), remporta, à deux reprises, la seconde place aux concours de médailleurs organisés par le gouvernement, une première fois à Nuremberg en 1906 puis à Gand en 1913. Le second prix de l’Exposition Internationale de Médailles de Madrid lui fut attribué de manière posthume. Artiste prolifique, il créa 633 médailles, dont les fameuses « médailles satyriques », œuvres de propagande de la Première Guerre Mondiale.

271

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

511. La synagogue de Cologne


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

272

517. La famille Jellinek Les sermons du puissant prédicateur, le rabbin Adolph Jellinek, eurent une influence durable sur la manière de prêcher. Plus de deux-cents d’entre eux firent d’ailleurs l’objet d’une publication. Le rabbin eut trois fils, qui s’illustrèrent chacun dans un domaine particulier. 515. Isaac Noah Mannheimer Isaac Noah Mannheimer est une personnalité juive née à Copenhague en 1793 et décédée à Vienne en 1865. Tout au long de sa vie, il a œuvré pour une bonne entente entre les différents partis juifs d’Europe. Au XIXe siècle en effet, une volonté de réformer la liturgie juive se fait sentir. C’est ainsi que naît un courant réformateur opposé au judaïsme conservateur. Mannheimer s’installe à Vienne en 1821, dans ce climat tendu. Il est le premier rabbin à véritablement militer pour un judaïsme moderne modéré. C’est grâce à sa personnalité charismatique, son don pour l’éloquence, son humanisme et sa passion pour la religion qu’il parvint à créer une entente cordiale entre les différents partis. Il est officiellement reconnu par le pouvoir pour ses actions bienfaitrices et est élu en 1849 au Reichstag, le premier Parlement autrichiens suite à la révolution de 1848 et à l’avènement de l’empereur François-Joseph.

Son aîné, Georg, fut un célèbre juriste que l’on connaît aujourd’hui pour sa querelle avec Emile Boutmy sur les sources de la déclaration des droits de l’Homme. Max Hermann, son deuxième fils, fut professeur de philologie germanique à l’Université de Vienne. Son cadet, Emil, est sans doute le plus connu, par le rôle qu’il va jouer dans la création de la première voiture moderne. L’homme d’affaire s’illustrera en effet dans l’industrie automobile et le commerce de voiture. Emil Jellinek grand amateur de vitesse, participe à de multiples courses automobiles. Il s’associe avec l’usine DMC (Daimler-Moteren-Gesellschaft) pour créer une voiture toujours plus performante. Le véhicule obtenu est le premier à posséder un moteur léger à quatre cylindres, associé à un châssis en acier comprimé. Les innovations techniques apportées par Jellinek rendent le véhicule inégalable lors des diverses compétitions. Fort de ses réussites, Jellinek décide de promouvoir ce nouveau modèle de voiture en lui donnant le nom de sa fille, Mercedes. Il impose ce nom à ses associés et Mercedes deviendra ainsi le nom officiel de la voiture en 1902. Un an plus tard, Emil Jellinek change son nom de famille en Jellinek-Mercedes et dira : « C’est bien la première fois qu’un père porte le nom de sa fille ».


LE RABBINAT

273

515. ISAAC NOAH MANNHEIMER, 1793 Copenhague – 1865 Vienne Empire d’Autriche, 1804-1867, 1863. Médaille, bronze, 50 mm, 48,00 g. Emise en hommage au rabbin Dr Isaac Noah Mannheimer, pour son 70e anniversaire.

516. ISAAK ELCHANAN SPEKTOR, 1817 Rosh -1896 Knovo Russie, Lituanie, 1896. Médaille, argent, 29 mm, 7,85 g. Emise en commémoration de son opposition à la célébration de son jubilée rabbinique.

Av. dr:i[saac]:n[oah]:mannheimer•prediger der israelit gemainde in wien (Dr Isaac Noah Mannheimer rabbin de la communauté juive de Vienne) Son buste à droite coiffé d’une barrette et portant la robe ; à l’exergue geb[oren] z[u] kopenhagen 17 oct 1793 (Né à Copenhague le 17 octobre 1793). Rv. zum siebzigsten geburtstage (Pour son 70e anniversaire) Palmes liées par un ruban ; au centre ‫ יהוה אתה ידעת‬/ ‫ הנה שפתי לא אכלא‬/ ‫ בשרתי צדק בקהל רב‬ (« J’ai proclamé ton équité dans la grande assemblée, voici, je n’ai pas tenu mes lèvres closes, Dieu, toi tu le sais »)* Tr. Lisse.

Av. ‫( הרב הגאון ר״ יצתק אלחנן שפקטאר‬Rabbin Isaak Elchanan Spektor) Son buste de face coiffé d’une kippa. Rv. ‫( תמונת קבר הרב הגאון ר יצהק אלחנן שפעקטאר‬Image du mausolée du rabbin Isaak Elchanan Spektor) / Né en l’année [5]577 (=1817)) Vue externe de son mausolée ; à l’exergue ‫ אדר תרנו‬/ ‫( נסתלק ביום כא‬Mort le 21 du mois d’adar [5]656 (1896)). Tr. Lisse.

FS 119 ; Bergsoe 1075 ; Hauser 7650 ; Stern (1937) 29.

FS 502 ; Sid Z. Leiman, A Note on the Rabbi Isaac Elhanan Spektor Medallion (cf. bibliothèque Leiman à New York). Extrêmement rare ; anneau de suspension ;TB à très beau.

Belle patine marron clair ; de haut relief ; superbe exemplaire.

Médaillier Frank Sternberg.

Médaillier Frank Sternberg.

Probablement le seul rabbin de Lituanie apparaissant sur une médaille (cf. Leiman).

*

Psaumes XL, 10.

eur: 300 - 450

eur: 300 - 450

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

80%


274

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

60%

50%

517. ADOLPH JELLINEK, 1820 Drslawitz – 1893 Vienne Empire Austro-Hongrois, 1867-1918, Autriche, Vienne, 1893. Œuvre de David Kallai. Médaille, argent, 56 mm, 54,00 g. Emise à l’occasion de la mort du docteur Adolph Jellinek, haut-rabbin à Vienne. Av. dr adolph jellinek oberrabbiner u.[nd] prediger der israel cultusgemeinde wien (Docteur Adolph Jellinek, haut-rabbin et prédicateur du culte de la communauté israélite de Vienne) Son buste de face coiffé et portant le costume rabbinique ; dans le champ gauche geb[oren] : / drslavitz / 29.oct.[ober] / 1820 (Né à Drslawitz le 29 octobre 1820) ; dans le champ droit gest[orben] : / wien / 28.dec.[ember] / 1893 (Mort à Vienne le 28 décembre 1893). Rv. ‫ יהוה צבאות‬/ ‫ ברוחי אמר‬/ ‫ ולא בכחכי אם‬/ ‫( לא בחיל‬Ni par la puissance, ni par la force, mais bien par mon esprit, dit le Seigneur des armées) / sccharjah cap.[itel] 4.vi. (Zacharie chapitre IV, 6) ; le tout dans une couronne de laurier. Tr. Lisse, poinçon : j.c et poinçon hexagonal.

518. GOTTHARD DEUTSCH, 1859 Dolme – 1921 Cincinnati Israël, vers 1922. Œuvre portant les initiales de Boris Schatz. Plaquette rectangulaire uniface, argent, 70 mm x 51 mm, 86,00 g. Emise en commémoration du professeur Gotthard Deutsch. Av. prof.[essor] g.[otthard] deutsch / 1859 31/1 - 1921 14 /10 Son buste à gauche portant des lunettes ; la moustache et la barbe ; à droite, les initiales de l’artiste en lettres hébraïques: ‫שצ‬/‫ב‬. Tr. Lisse. FS 417 ; Hebrew Union College, Catalogue : collection of Art Works by Boris Schatz, Hebrew Union College library, Cincinnati, 1914, Jewish Celebrities 46. Très rare ; joliment patiné ; superbe. Le dos de la plaquette porte un timbre avec le numéro d’inventaire 16.

FS 071 ; Forrer III, p. 116 ; Stern (1937) 32 ; Peus 399, 1112.

Médaillier Frank Sternberg.

Rare ; joliment patiné ; de haut relief ; superbe exemplaire. Médaillier Frank Sternberg.

Nous remercions vivement Madame Abby Schwarz, conservatrice du Cincinnati Skirball Museum, pour nous avoir communiqué de précieuses informations sur cette plaquette.

eur: 800 - 1.200

eur: 800 - 1.200


519. Joseph Herman Hertz

519. JOSEPH HERMAN HERTZ, 1872 Rebrégny – 1946 Londres FOND DE JUBILE D’ARGENT Pour L’EDUCATION RELIGIEUSE JUIVE Royaume-Uni de Grande-Bretagne, 1938. Œuvre de Benno Elkan. Médaille, bronze, 34,50 mm, 13,84 g. Emise en commémoration du 25e anniversaire de Joseph Herman Hertz en tant que grand rabbin de Grande-Bretagne. Av. ‫ רב הכולל דמלכות בריטניא ומדינותיה‬/ ‫( יוסוף הרץ צבי‬Joseph Hertz Tsvi, rabbin du centre d’études du royaume britannique et des colonies) Son buste coiffé et barbu à gauche ; sur le buste, le nom de l’artiste : benno elkan. Rv. to the very reverend d[octo]r / joseph herman hertz / on the completion / of a / quarter century / 1913-1938 / in the british chief rabbinate / from – the / silver jubilee fund / for jewish religious education (Pour le très révérend Dr Joseph Herman Hertz pour ses 25 années (1913-1938) au sein du grand rabbinat britannique de la part du fond consacré au jubilé d’argent pour l’éducation juive) Etoile de David et Menorah allumée. Tr. Lisse. FS 424 ; Felder, Benno Elkan, cité p. 50 ; Hess-Divo 320, 808. Belle patine ocre ; de haut relief ; très bel exemplaire. Médaillier Frank Sternberg.

eur: 300 - 450

Grand rabbin d’Angleterre de 1913 à 1946, Joseph Herman Hertz est l’auteur de commentaires bibliques influents. Il se démarque auparavant par ses actions en faveur des Juifs. Ainsi, suite à son installation en Afrique du sud, il lutte contre les restrictions religieuses qui y sont imposées et. En 1917, il joue un rôle non négligeable dans la Déclaration de Balfour.

518. Boris Schatz L’artiste Boris Schatz (1867-1932), d’origine lituanienne, fut, en tant que sculpteur de la cour de Bulgarie, le représentant du royaume lors d’expositions à l’étranger. Dès 1906, il expose en effet son propre travail dans les grandes capitales. C’est à l’occasion d’un de ses voyages, en 1914, qu’il rencontra le professeur Gotthard Deutsch et qu’il réalisa son portrait. Ce relief de bronze est actuellement conservé dans la collection Boritz Schatz du Cincinnati Skirball Museum. C’est à partir de celui-ci qu’il réalisa la plaquette commémorative du Professeur Gotthard Deutsch. Un an après la mort du Professeur, The Union Bulletin, relate, en octobre, la réception de cette plaquette de la manière suivante : « The plaque reached this country almost exactly on the first anniversary of the death of the beloved Jewish savant. Dr. Gotthard Deutsch had been identified with the Hebrew Union College for the last thirty years of his life. During all this period he was a luminous spot, from which radiated the influence and knowledge of Jewish tradition in this country. Above all else he was a striking and genial personality, beloved and respected by all. In his plaque, the artist has endeavoured to express this genial, throbbing personality. »

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

275


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

276

Mariage arrangé ! Une matrone romaine demanda à Rabbi Yossi ben Halafta : « En combien de jours Dieu créa-t-il le Monde ? » Il répondit : « En six jours, ainsi que cela est écrit [en Exode 31:17] : En six jours, l’Eternel créa le ciel et la terre. - Et que fait-il depuis ? - Il arrange des mariages. La fille d’un tel pour le fils d’un tel… Pesikta de-Rav Kahana 2:4. (Telushkin, pages 328.)

L’amour romantique Quand notre amour était fort, nous aurions pu faire notre lit sur la lame d’une épée. Maintenant que notre amour est moins fort, un lit de soixante pieds carrés n’est pas assez vaste. Talmud de Babylone, Sanhedrin 7a. (Telushkin, pages 320.)

522. La firme Ludwig Christoph Lauer Selon le Science Museum à Londres, cette œuvre doit être attribuée à Carl von Pfeuffer, et le dessin original à l’illustre firme de la famille Lauer. Le premier bâtiment de cette firme fut érigé en 1729, puis reconstruit en 1860. La firme fut alors renommée « Münz-Präge Anstalt. L. Chr. Lauer », en l’honneur de Ludwig Christoph Lauer, qui succédait à Johann Jakob Lauer, son père. C’est sous la direction de Ludwig Christoph Lauer que la firme connu son plus bel essor, de 1848 à 1873. Son influence fut telle que les standards qu’il définit devinrent ceux de l’art de la médaille en Allemagne. Sous la direction de ses trois fils, la firme continua son formidable développement. A son apogée, elle compta près d’une centaine d’employés.


LE MARIAGE 520. HENRY LEVYSSOHN ELIZABETH LAVINO Royaume des Pays-Bas, Laeken, 1842. Œuvre de Jacques Wiener. Médaille, bronze, 39 mm, 29,79 g. Emise en souvenir des noces d’or d’Henry Levyssohn et d’Elizabeth Lavino.

521. CLARA WEISKOPF MOSES SCHNERB, mort en 1937. Allemagne, IIe Reich, 1871-1918, Francfort-sur-le-Main, 1896. Médaille, argent, 33,50 mm, 13,88 g. Emise en souvenir du mariage de Clara Weiskopf et Moses Schnerb.

Av. henry levyssohn en elizabeth lavino / getrouwd te rotterdam i january mdccxcii (Henry Levyssohn et Elizabeth Lavino, mariés à Rotterdam le 1 janvier 1792) Noms et dates du mariage ; au centre aan god is / onze dankbaarheid, / deez penning / ons geslacht gewyd (Notre gratitude est envers Dieu, cette médaille est dédiée à notre descendance) ; en-dessous le nom de l’artiste : j. wiener f[ecit] (Fait par J. Wiener). Rv. ter herinnering aan hunne gouden bruiloft / gevierd te laeken i january mdcccxlii (En souvenir de leur noces d’or, célébrée à Laeken I janvier 1842) Dais nuptial stylisé ; au centre aan / hun tal ryk / bemind / en / teederlievend / kroost (Pour leur descendance nombreuse, chérie et tendrement aimante). Tr. Lisse. FS 248 ; Forrer VI, p. 489 ; Polak 28 (23 mm) ; Dratwa 11 (38 mm) ; RBN 171.

Av. ‫ משה בן כהר״ר חיים גרשון זצ״ל‬.‫( קלארא בת כהר״ר אלעזר שי׳‬Clara la fille du rabbin Eliezer-Moshé fils du rabbin honoré Hayim Gershon que sa mémoire de juste soit bénite) Etoile de David surmontant un dais nuptial en-dessous de laquelle deux mains se serrent ; au centre ‫ לפ״ק‬/ ‫ ששון‬/ ‫ בשנת‬/ ‫ אני לדודי ודודי לי‬/ ‫יום ב׳ב׳דר״ח‬ (Le deuxième jour du mois d’eloul, dans la grandeur de sa miséricorde et de sa générosité / « je suis à mon bien-aimé et mon bien-aimé est à moi »* en cette année 5656). Rv. zur / erinnerung / an die / vermählung / von fräulein / clara weiskopf / mit herrn / moses schnerb / aus frankfurt a[m]/m.[ainz] / gefeiert zu merzig / am 10 august / 1896 (Souvenir du mariage de Mademoiselle Clara Weiskopf avec Monsieur Moses Schnerb de Francfort sur le Main célébré à Merzig le 10 août 1896) ; le tout entre deux branches liées par un ruban. Tr. Lisse.

Belle patine marron ; superbe exemplaire. De toute beauté.

FS 145 ; Friedenberg (1963)- cf. p. 138 (type semblable).

Médaillier Frank Sternberg. Selon le registre d’état civil, en 1811, Joseph Levy adjoint à son nom de famille le nom de Lavino, qui fut transmis à ses enfants, y compris sa fille Elisabeth, déjà mariée à l’époque. Son mari, Hartog Levyssohn, pris le prénom de « Henry » un an plus tard (Polak 28).

eur: 150 - 225

Finement patiné ; superbe exemplaire. De toute beauté. Médaillier Frank Sternberg. * Cantique des Cantiques II, 16.

eur: 200 - 300

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

277


L’ENTRAIDE 278

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

60%

522. STEPHANIE ABELES DAVID ROTHSCHILD Allemagne, IIe Reich, 1871-1918, Francfort, 1912. Plaquette rectangulaire, bronze, 45,5 mm x 31,5 mm, 23,93 g. Œuvre attribuée à Carl von Pfeuffer. Av. 24 märz 1912 (24 mars 1912) Chérubin drapé portant une couronne au centre de laquelle se trouvent deux cœurs entrelacés, autour pluie de roses ; au-dessus de la ligne, à gauche le nom de la firme : l.[udwig] chr.[istoph] lauer et à droite la ville de la firme : nuernberg (Nuremberg). Rv. zur / erinnerung / an die / vermaehlung / von / stephanie / abeles / mit d[okto]r [der] med.[zin[ / david / rothschild / frankfurt a[m]/m[ainz] / soden A[m]/T[aunus] (Souvenir du mariage de Stephanie Abeles avec le docteur en médecine David Rothschild à Frankfort sur le Main) Rosier en fleur devant lequel se trouvent les armoiries de Francfort et de Bad Soden ainsi que le bâton d’Asclépios. Tr. Lisse. FS 437 ; Forrer III, pp 313-325 et Forrer VII, pp 535-537 (Ludwig Christoph Lauer) ; Peus 399, 1089. Patine brune ; superbe exemplaire. D’un splendide style art nouveau. Médaillier Frank Sternberg.

523. NARCISSE LEVEN, 1833 Uerdingen – 1915 Paris ALLIANCE ISRAELITE UNIVERSELLE France, IIIe République, 1870-1940, Paris, 1910. Œuvre de Emmanuel Hannaux. Médaille, bronze argenté, 60 mm, 95,00 g. Emise à l’occasion du cinquantenaire de l’Alliance Israélite Universelle à Paris. Av. narcisse leven p[résiden]t de l’alliance israelite universelle Son buste à gauche, portant la moustache et la barbe, vêtu d’un veston et d’une cravate ; dans le champ droit, le nom de l’artiste et la date : e. hannavx / 1910. Rv. alliance israélite universelle 1860-1910 ; dans le champ droit ‫( אחד‬unique) et le nom de l’artiste : e. hannavx Personnage féminin à droite, les cheveux relevés en chignon et les bras levés, écrivant de la main droite sur un chêne, au-dessus des tables de la Loi ; devant elle, deux mains enlacées ; en arrière-plan, synagogue de style maure et vue de la ville. Tr. Lisse, poinçon et bronze. FS 332 ; Forrer II, pp 418-419 (Emmanuel Hannaux) ; Friedenberg (1976), p. 60. Joliment patiné ; très bel exemplaire. D’un très grand intérêt. Médaillier Frank Sternberg.

eur: 400 - 600

eur: 200 - 300


523. L’Alliance Israélite universelle L’Alliance israélite universelle est fondée à Paris en 1860. C’est une société juive internationale destinée à la protection et à l’amélioration de la condition des Juifs dans le monde. Ses six fondateurs juifs de Paris sont : Aristide Astruc, devenu grand rabbin de Belgique ; Isidore Cahen, rédacteur en chef des Archives Israélites ; Jules Carvallo, ingénieur civil ; Narcisse Leven, avocat ; Eugène Manuel, professeur ; Charles Netter, marchand. Les principales raisons qui ont déterminé sa fondation, notamment des actes graves commis à l’encontre de Juifs dans le monde – l’affaire de Damas et l’affaire Mortara (cf. lot 567) – se retrouvent dans les objectifs que la société se donne : - Travailler partout à l’émancipation et au progrès moral des Juifs. - Apporter un soutien efficace à ceux qui souffrent de persécution parce qu’ils sont Juifs. - Encourager toutes les publications propres à promouvoir ces objectifs.

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

279


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

280 50%

60%

524. INAUGURATION DE L’ORPHELINAT JUIF D’AMSTERDAM Royaume des Pays-Bas, Amsterdam, 1865. Œuvre de Jacques Elion. Médaille, bronze, 68,50 mm, 133,00 g. Emise à l’occasion de l’inauguration du nouveau bâtiment de l’orphelinat juif d’Amsterdam.

525. COMMUNAUTE JUIVE DE BERLIN Allemagne, IIIe Reich, 1933-1945, Berlin, 1936. Médaille, bronze, 60 mm, 77,00 g.

Av. nederl[ands]•israelitische jongens weeshuis te amsterdam (Orphelinat israélite hollandais pour garçons d’ Amsterdam) Vue externe du bâtiment ; sous la ligne de terre plegtig geopend (Ouvert solennellement)/ 4 ijar 5625 (Le 4 du mois d’Ijar 5625) / 30 april 1865 ; à l’exergue, le nom de l’architecte c outshoorn archit[ect]. Rv. ‫( מגדלי יתומים‬Les éducateurs des orphelins) Charité assise avec deux enfants, une fille et un garçon ; à sa gauche, bouclier surmonté de l’étoile de David ; sous la ligne de terre, le nom de l’artiste : j. elion fec[it]. Tr. Lisse. FS 140 ; Forrer II, p. 13 (Jacques Elion) ; Polak 37 ; Friedenberg (1976), p. 65 ; Peus 399, 1063.

Av. aufbringungswerk – judische gemeinde berlin (Œuvre de collecte - communauté juive de Berlin) Personnage féminin en robe longue et échancrée au niveau du col tenant un enfant en robe courte ; à l’exergue, l’année : -5696- (1936). Rv. ‫( פותח את ידך ומשביע לבל חי רצון‬Tu ouvres ta main et rassasies avec bienveillance tout être vivant) ; au centre, inscrit sur l’un des triangles formant une étoile de David, le même psaume en allemand : du öffnest / deine hand / und sättigst / alles lebenden / in wohlgefallen ; dans les angles du second triangle, la référence biblique du psaume concerné : ps.[alm] – 145 / 16. Tr. Lisse. FS 414 ; Peus 412, 839. Très rare ; patine brun ocre légèrement métallisé ; superbe. Médaillier Frank Sternberg.

Rare ; belle patine marron légèrement métallisé ; légères petites griffes dans le champ, sinon superbe. Médaillier Frank Sternberg.

eur: 600 - 900

eur: 200 - 300


523-525. Tous solidaires « Tous les Israélites sont responsables les uns des autres. » (Talmud de Babylone, Chevou’oth 39a). Cet aphorisme talmudique est le principe de l’activité charitable très répandue dans la communauté juive. De même, presque aucune prière juive n’est rédigée à la première personne du singulier ; la plupart des prières sont formulées au pluriel. Ainsi en adressant des prières à Dieu, celles-ci s’expriment pour le bien de tous. Pour Mendelssohn, la bienfaisance fait naître des liens nécessaires à la félicité et à la perfection. Dans la solitude l’homme ne peut remplir ses obligations ni envers Dieu, ni envers ses semblables. La sociabilité est essentielle au développement des facultés. (David Sorkin, Moïse Mendelssohn) 524. Jacques Elion, 1840-1893 Dessinateur, graveur et aquafortiste juif hollandais, Jacob Samuel Cohen Elion apprend l’art de la gravure avec son père, Samuel Jacob Cohen Elion. Plus tard, il étudiera à l’Académie des Beaux-Arts à Amsterdam. Il remportera le second prix, la médaille d’argent, pour ses camées. Jacques Elion réalisera également des projets pour des sculptures décoratives, des gravures pour des jetons, ainsi que pour des médailles, comme celle de l’orphelinat juif d’Amsterdam en 1865.

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

281


282

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

« Publiez s’il vous plaît une liste de savants, d’artistes, de poètes, d’écrivains, d’acteurs et de virtuoses allemands qu’ils soient d’extraction (Abkunft) juive ou d’inspiration (Herkunft) juive. Voilà qui constituerait une contribution valable à l’histoire (et à la critique !) de la culture allemande. »* Nietzsche.

*Note complémentaire dans une lettre quelque peu ironique, mais encore polie, de Nietzsche, en réponse à Théodore Fritsch, l’éditeur d’un journal intitulé Der Hammer, et également auteur de virulents tracts antisémites à large diffusion. (YOVEL, Y. Les Juifs selon Hegel et Nietzsche : La clef d’une énigme, Editions du Seuil, Paris, 2001.)


526. Moses Mendelssohn Dans le courant de l’automne de 1743, un garçon de quatorze ans entra à Berlin par la Rozenthaler Tor, la seule porte de la ville par laquelle les Juifs et le bétail fussent autorisés à passer. Le garçon qui venait de Dessau, sa ville natale à quelques 160 kilomètres de là, était plutôt chétif et malingre pour son âge. La pauvre condition de son enfance avait fait de lui un bossu, affligé de plus d’un regrettable bégaiement. Et pourtant son visage était d’un attrait singulier. Sous un front finement arqué, ses yeux étaient profonds et étincelants ; et son nez, ses joues, ses lèvres et son menton délicats et bien formés. En ce temps-là le déplacement des Juifs était étroitement surveillé et réglementé. Dans le registre du portier pour 1743, l’année où Mendelssohn franchit péniblement la porte de Rozenthaler, on trouve cette notation : « Aujourd’hui sont passés six bœufs, sept porcs et un Juif». Selon une des versions apocryphe de son interrogatoire, le portier lui aurait demandé ce qu’il venait faire à Berlin. Il répondit : « apprendre ». A son arrivée, Mendelssohn ne connaissait que l’hébreu et le Judendeutsch, un dialecte allemand médiéval mâtiné d’hébreu. Et pourtant, plus tard, admiré de Kant et Herder, il fut le premier Juif allemand, célébré à travers toute l’Europe, comme philosophe et homme de lettres. Son œuvre de philosophe et de réformateur religieux lui valu d’être acclamé comme le « Socrate allemand », et le « Luther juif ». En raison de son plaidoyer pour un état laïc éclairé, le philosophe français Mirabeau le hissa sur le même piédestal que les auteurs de la Constitution des Etats-Unis. (Amos Elon, pages 9-12)

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

283


PHILOSOPHIE

PERSONNALITéS juives M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

284 80%

80%

526. MOSES MENDELSSOHN, 1729 Dessau – 1786 Berlin FRÉDÉRIC II LE GRAND, 1740-1786. Royaume de Brandenbourg-Prusse, Berlin, 1774. Œuvre de Jacob Abraham. Médaille, argent, 44 mm, 27,57 g. Emise en l’honneur de Moses Mendelssohn.

527. THEODOR GOMPERZ, 1832 Brünn – 1912 Baden Empire Austro-Hongrois, 1867-1918, Autriche, Vienne, 1892. Œuvre de Anton Scharff. Médaille, argent, 47 mm, 54,00 g. Emise en l’honneur de Theodor Gomperz, pour son 60e anniversaire.

Av. MOSES MENDELSSOHN Son buste à gauche portant la perruque ; à l’exergue, le nom de l’artiste: I•ABRAHAM & F[ILIUS]•. Rv. PHAEDON* Crâne humain sur lequel se tient un papillon aux ailes éployées ; sous la ligne NATUS MDCCXXIX (Né en 1729). Tr. Dédicace datée de 1810, partiellement lisible. FS 054 ; Forrer I, p. 17 (Jacob Abraham) ; Friedenberg (1963), p. 46 ; Friedenberg (1970), p. 54 ; Friedenberg (1976), p. 38 ; Hoffmann 251 ; Mann 919 ; Stern (1937) 38 ; Cabinet de Berlin ; Spiess V, p. 101 ; Umpach 9783 ; Bokberg III 40.

Av. THEODOR – GOMPERZ Son buste à gauche ; dans les champs gauche et droit ANNO AETAT• / •LX• (A l’âge de 60 ans) ; sous le buste, le nom de l’artiste : A SCHARFF ; le tout dans un cercle perlé. Rv. Sur un site archéologique avec des colonnes antiques et le Vésuve en arrièreplan, l’Archéologie debout de dos, appuyée sur une pioche, tend son bras vers la Philologie et la Philosophie ; à l’exergue, la date : MDCCCXCII (1892) ; le tout dans un cercle perlé. Tr. Lisse, poinçon : J·C·.

Rare ; joliment patiné ; très beau à superbe. Une importante personnalité de la Haskala. Une importante personnalité de la Haskala.

FS 099 ; Forrer V, p. 367 ; Felder, p. 36 (Anton Scharff) ; Friedenberg (1963), p. 59 ; Loehr 212 ; Wurzbach-Tannenberg 3281.

Médaillier Frank Sternberg.

Joliment patiné ; de haut relief ; superbe exemplaire.

*

Le « Phaedon », œuvre philosophique magistrale de Moses Mendelssohn, publié en 1767, défend la thèse de l’immortalité de l’âme. Mendelssohn y met en scène Socrate et ses disciples, ce qui lui vaudra le surnom de « Socrate allemand ».

Médaillier Frank Sternberg.

eur: 400 - 600

eur: 300 - 450


528. Walther Rathenau Fils d’Emil Rathenau (cf. lot n° 536), fondateur de l’Allgemeine Elektrizitäts Gesellschaft, dont il prit la direction à la suite de son père, Walther Rathenau devint ministre des affaires étrangères sous la République de Weimar en 1922. Sous son ministère, il permet un rapprochement de l’Allemagne avec les soviétiques. Suite à cela, il sera assassiné par un groupe terroriste d’extrême droite. En 1933, Hitler honora publiquement ses assassins.

527. Theodor Gomperz L’autrichien Theodor Gomperz est connu pour son rôle de philosophe et d’académicien. Il est professeur de philologie classique à Vienne entre 1873 et 1901. Pendant son professorat, en 1882, il est élu membre de l’Académie des Sciences. Par la suite, il obtient le grade de docteur honoris causa en philosophie à l’université de Königsberg, puis en littérature à l’université de Dublin. En 1901, l’empereur François Joseph le nommera membre de la Chambre des Lords.

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

285


POLITIQUE, HOMMES D’éTAT 286

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

50%

528. WALTHER RATHENAU, 1867 Berlin - 1922 Berlin Allemagne, République de Weimar, 1919-1933, 1922. Plaquette rectangulaire uniface, bronze, 68 mm x 49 mm, 88,00 g. Emise en hommage à Walther Rathenau, assassiné. Av. mit aufgeschlossnem sinn, mit geistesfülle/ voll milden ernsts in taten/ reichner stille, der peifste sohn der zeit (Le fils le plus accompli de son temps, avec un esprit ouvert, plein de spiritualité, agissant avec modération, sérieux et une profonde pondération) Son buste de face, vêtu d’une cravate et d’un veston ; à l’exergue rathenau/ ermordet 24.6.1922. (Rathenau assassiné le 24 juin 1922) et en dessous, le nom de l’atelier de fabrication: m. & w. st. Tr. Lisse. FS 371 ; Friedenberg (1963)-, cf. p. 66.

529. GEORGES MANDEL (Louis Georges Rothschild), 1885 Chatou – 1944 Fontainebleau France, Paris, première moitié du 20e siècle. Œuvre de François Victor Cogné. Médaille, bronze, 68 mm, 181,00 g. Emise en l’honneur de Georges Mandel. Av. Son buste à droite, vêtu d’une cravate et d’un veston ; dans le champ gauche, le nom de l’artiste : françois cogne. Rv. georges - mandel Glaive sur sa poignée ; de part et d’autre 1885 - 1944. Tr. Lisse, poinçon et bronze france. FS 472 ; Musée d’Art et d’Historie du Judaïsme, numéro d’inventaire 2002.01.0663. Rare ; patine ocre légèrement métallisé ; de haut relief ; superbe exemplaire. Médaillier Frank Sternberg.

Médaillier Frank Sternberg.

« Homme politique français (Chatou 1885-Fontainebleau, 1944). Attaché au cabinet Clemenceau (1908), il devint son collaborateur principal à la présidence du Conseil de 1917 à 1918, député de tendance modérée (1919-1924, 1928-1940) et plusieurs fois ministre, il s’opposa à l’armistice de juin 1940. Dans l’espoir de former un gouvernement décidé à poursuivre la guerre, il gagna l’Afrique du Nord, mais il fut ramené en France et interné par le gouvernement de Vichy. Livré par celui-ci aux Allemands, Mandel fut abattu par les miliciens dans la forêt de Fontainebleau » (cf. Site du musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme).

eur: 300 - 450

eur: 300 - 450

Rare ; patine brun clair ; de haut relief ; superbe.


DROIT ET LéGISLATION 530. JOSEF FREIHERR VON SCHEY, 1853 Vienne – 1938 Vienne Autriche, 1923. Œuvre de J. Müllner. Plaquette rectangulaire uniface, bronze, 61 mm x 46 mm, 90,00 g. Emise en l’honneur de Josef Freiherr von Schey. Av. josef freiherr / von schey / 1853 1923 Sa tête à droite ; à l’exergue, le nom de l’artiste : j müllner. Tr. Lisse. FS 375. Patine brun clair très légèrement métallisé ; de haut relief ; superbe. Médaillier Frank Sternberg. Professeur de droit à l’Université de Vienne et de Gratz, Josef Freiherr Von Schey fait de la réforme du code civil autrichien son œuvre la plus importante. Juriste de talent, il conclu un accord à l’amiable entre la Belgique et l’Autriche lorsque la Belgique demande la restitution de ses biens culturels, parmi lesquels se trouve le trésor de l’Ordre de la Toison d’Or.

eur: 200 - 300

531. PAUL JOSEPH ERRERA, 1860 Laeken – 1922 Bruxelles Royaume de Belgique, 1922. Œuvre de Godefroid Devreese. Plaquette rectangulaire uniface, bronze, 73 mm x 54 mm, 114,00 g. Emise en l’honneur de Paul Errera. Av. paul errera ; en-dessous à gauche, le nom de l’artiste : g. devreese Son buste à gauche, vêtu d’une cravate et d’un veston. Tr. Lisse. FS 376 ; Forrer I, p. 574-577 et Smolderen, p. 151 (Godefroid Devreese) ; Felder, Godefroid Devreese, cité p. 29, 76 et 77 ; Dratwa 31 ; Hennebert 262. Patine brun ocre métallisé ; de haut relief ; très beau. Médaillier Frank Sternberg. Avocat au barreau, professeur de droit puis recteur de l’Université libre de Bruxelles, Errera s’illustra également en politique en tant que bourgmestre libéral d’Uccle (1912-1921) et s’impliqua dans différentes organisations juives, notamment l’Alliance Israélite Universelle, dont il présida le comité belge dès 1895. Avec sa femme, Isabelle Errera (1869-1929), elle-même connue pour son rôle de mécène et de collectionneuse d’art, ils avaient pour habitude de réunir l’élite intellectuelle internationale au cours de leur « salon du mercredi ». C’est dans ce cadre-là que la revue résistante « Le Flambeau » vit le jour pendant la Première Guerre Mondiale.

eur: 150 - 225

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

287


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

288

532. Daniel Itzig

535. Montefiore-Levy Actif dans diverses sociétés d’exploitation de chemin de fer, Georges Montefiore-Levy se distingue par ses activités de philanthrope et de réformateur social. Ainsi, il permet l’érection des synagogues de Liège et de Bruxelles et finance l’Alliance Israélite Universelle. En 1883, il fonde l’Institut Electrotechnique de Liège, qui constitue aujourd’hui le département électronique et informatique de la faculté des sciences appliquée de l’Université de Liège. Trois ans plus tard, en l’honneur de sa femme, il crée l’Asile Hortense Montefiore, à Esneux. Le nom de Montefiore peut également être familier à ceux qui connaissent les fontaines Montefiore dispersées dans la ville de Liège et qui furent commandées par l’épouse de Georges Montefiore-Levy.

Daniel Itzig, banquier et Juif de cour, assiste financièrement le roi de Prusse Frédéric II le Grand (1740-1786). Celui-ci, en remerciement, le nommera Maître des Monnaies. Plus tard, sous le règne de Frédéric Guillaume II (1886-1797), Daniel Itzig est nommé banquier de la cour et obtient la citoyenneté à part entière ainsi que la permission de posséder une usine à plombs. De pareils privilèges ne furent accordés aux Juifs que de façon tout à fait exceptionnelle.

533. Salomon Heine Le banquier Salomon Heine est un riche bienfaiteur d’Hambourg. Lorsqu’un grand incendie y éclata en 1842, il versa une importante somme d’argent pour aider les sans-abris, les plus touchés par cette catastrophe. En 1843, il inaugura l’hôpital israélite d’Hambourg, illustré au revers de cette médaille.

534. Joseph Von Wertheimer Joseph Von Wertheimer est un philanthrope autrichien du XIXe siècle qui s’attacha à défendre le droit des enfants et des Juifs en Autriche. En 1830, aidé du prêtre catholique Johann Lindner, il fonda le premier jardin d’enfants de Vienne. Ses multiples actions bénéfiques furent officiellement récompensées lorsque l’empereur François-Joseph l’anobli en l’élevant au rang de chevalier de la Couronne de Fer, honneur rarement accordé à un Juif.


AFFAIRES, INDUSTRIE, PHILANTHROPIE

289

532. DANIEL ITZIG, 1723 Berlin – 1799 Berlin Allemagne, Ier Reich, 1648-1806, 1793. Œuvre de Abraham Abramson. Médaille, argent, 53 mm, 64,00 g. Emise en l’honneur de Daniel Itzig, pour son 70e anniversaire. Av. daniel itzig aetat•lxx (Danier Itzig, âgé de 70 ans) Son buste à droite portant un bonnet froissé ; à l’exergue, le nom de l’artiste : abramson. Rv. bene merenti (Bienfaiteur) La Piété debout à droite portant une toge, la main posée sur l’épaule de son enfant nu à gauche, qui lui tend une corbeille pleine de fruits ; sous la ligne de terre pietas filii / natv maioris / mdcclxxxxiii (La Piété à son fils aîné, 1793). Tr. Lisse. FS 048 ; Forrer I, pp 17-19 et Felder, p. 47 (Abraham Abramson) ; Friedenberg (1963), p. 14 ; Friedenberg (1970), p. 55 ; Friedenberg (1976), p. 38 ; Kluge, p. 250 ; Hoffmann 235 ; Bokberg III 61 ; Catalogue Merzbacher, 2385. Très rare ; finement patiné ; superbe. De toute beauté. Médaillier Frank Sternberg.

eur: 1.500 - 2.250

533. SALOMON HEINE, 1767 Hannover – 1844 Hambourg Allemagne, IIe Reich, 1806-1871, Hambourg, 1841. Œuvre de Hans Friedrich Alsing. Médaille, bronze, 40 mm, 43,37 g. Emise à l’occasion de la construction de l’hôpital de la communauté allemano-israélite, œuvre de Salomon Heine, en souvenir de sa femme Betty. Av. salomon heine / menschenliebe ist die krone aller tugenden (L’amour humain est la couronne de toutes les vertus) Sa tête à gauche. Rv. krankenhaus d.d.israel:gemeinde (Hôpital de la communauté allemano-israélite) Façade de l’hôpital ; sous la ligne de terre, le nom de l’artiste : alsing. fec.[it] (Fait par Alsing) ; sous la ligne der sel.frau betty heine / zum andenken erbaut / von ihrem gatten / hamb. [urg] 1841 (Construit pour feu sa femme Betty Heine, de la part de son mari). Tr. Lisse. FS 109 ; Forrer I, p. 44 ; Stern (1937) 105 (argent) ; Brettauer 2885 (argent) ; Gaedeschens 2170 (argent) ; Hirsch 272, 1675. Rare ; belle patine ocre légèrement métallisé ; de haut relief ; superbe exemplaire. De toute beauté. Médaillier Frank Sternberg.

eur: 500 - 750

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

60%


290

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

80%

534. chevalier JOSEPH VON WERTHEIMER 1800 Vienne - 1887 Vienne COMMUNAUTE ISRAELITE DE VIENNE Empire d’Autriche, 1804-1867, Vienne, 1867. Œuvre de Carl Radnitzky. Médaille, bronze, 44 mm, 35,19 g. Emise en hommage au président sortant, Joseph Von Wertheimer. Av. joseph wertheimer Son buste à gauche, vêtu d’un nœud papillon et d’un veston ; sous le buste, le nom de l’artiste : c. radnitzky. Rv. dem•scheidenden•vorstandspraeses ; au pourtour, en-dessous et sur deux lignes : die• beamten•der•israel: / cultusgemeinde •in•wien•1867 (Pour le président sortant, de la part de la communauté israélite de Vienne, 1867) ; au centre 28 ‫ משלי‬/ ‫ ברכות‬/ ‫ רב‬/ ‫( איש אמונות‬L’homme loyal est comblé de bénédictions, Proverbes XXVIII) dans une couronne composée de deux branches de chêne liées par des rubans. Tr. Lisse.

535. Georges Montefiore-Levi, 1832 Streatham – 1906 Bruxelles Royaume de Belgique, 1999. Œuvre portant les initiales de J. Van Burke. Médaille, bronze, 35 mm, 27,19 g. Emise en commémoration du philanthrope et protecteur des sciences Georges Montefiore-Levi. Av. montefiore-levi Sa tête à droite ; sur son vêtement, les initiales de l’artiste et la date : j.v. 99. Rv. philanthrope et protecteur des sciences ; au centre ne a streatham / en 1832 / mort a bruxelles / en 1906. Tr. Lisse. FS 269 ; Dratwa 22. Jolie patine brun ocre ; de haut relief ; superbe exemplaire. Médaillier Frank Sternberg.

FS 252 ; Forrer V, p. 15 ; Felder, p. 35 (Carl Radnitzky) ; Rauch 90, 1749. Rare ; joliment patiné ; belle patine ocre légèrement métallisé ; de haut relief ; superbe exemplaire. De toute beauté. Médaillier Frank Sternberg.

eur: 1.000 - 1.500

eur: 150 - 225


80%

60%

536. EMIL RATHENAU, 1838 Berlin – 1915 Berlin Allemagne, IIe Reich, 1871-1918, Berlin-Brandenbourg, 1908. Œuvre de Hermann Hahn. Médaille ovale, or, 40 mm, 57,00 g. Emise en l’honneur d’Emil Rathenau, pour son 70e anniversaire.

537. Louis Goldschmid Royaume de Belgique, 1910. Œuvre de Godefroid Devreese. Médaille, bronze, 60 mm, 90,00 g. Emise à l’occasion de la construction de la millième locomotive par la Compagnie des forges, usines et fonderies de Haine-Saint-Pierre.

Av. emil·rathenav·lxx·iare·alt·xi·dez[ember]·mcmviii (Emil Rathenau 70 ans [le] 11 décembre 1908) Son buste à gauche, portant des lunettes, vêtu d’une cravate et d’un veston ; sous la troncature du buste, le nom de l’artiste : h. hahn. Rv. a[lgemeine]·e[lektrizitäts]·g[esellschaft] (Société générale d’électricité) -b[erliner]·e[lektrizitâts]·w[irtschaft] (Industrie d’électricité berlinoise)·fver·verdienst·vnd treve (Pour [ses] services rendus et [sa] fidélité) Foudre surmontant un aigle à gauche sur un rocher, devant lequel vole une abeille à droite, symbole de l’organisation sociale. Tr. Près de l’anse, à droite gold 979.

Av. l[oui]s· goldschmid·direct[eu]r·gerant· Son buste à gauche portant des lunettes, vêtu d’une cravate et d’un veston ; dans le champ gauche, le nom de l’artiste et la date : g. devreese 1910. Rv. Vue d’un tunnel dont sort une locomotive trainant un convoi ; sur la cabine de la locomotive, le chiffre 1000 ; en arrière-plan paysage montagneux ; sous la ligne de terre le·conseil·general·de· /·haine·s[ain]t pierre / a / ·son·directeur·gerant·. Tr. épreuve d’auteur. FS 369 ; Forrer I, pp 574-577 (Godefroid Devreese) ; Felder, Godefroid Devreese, cité pp. 29, 76 et 77 ; de Witte 92 ; Tourneur, t. III, 110 ; Hennebert 111.

FS 426 ; Forrer II, p. 394 et Felder, p. 49 (Hermann Hahn). Rare ; patine ocre métallisé ; de haut relief ; superbe. Extrêmement rare ; de haut relief ; anse de suspension ; superbe exemplaire. De toute beauté. Médaillier Frank Sternberg.

Médaillier Frank Sternberg. Nous remercions Virginie Alavoine, bibliothécaire de l’Université Catholique de Louvain, pour son aide dans le référencement de cette médaille.

L’ingénieur Emil Rathenau fonde en 1883 l’Allgemeine Elektrizitäts, spécialisée dans la production d’équipements électriques et électroniques. En 1914, son fils, le futur ministre Walther Rathenau (cf. lot n° 528), lui succède à la direction de la firme.

Le sculpteur Constant Devreese est l’auteur du monument de Godefroid de Bouillon à Bruxelles. La réalisation de cette œuvre lui aurait inspiré le choix du prénom de son fils, Godefroid Devreese (Smolderen, p. 151).

eur: 1.500 - 2.250

eur: 300 - 450

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

291


SCIENCES ET MéDECINE M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

292 80%

60%

538. MORITZ RAPPAPORT, 1808 Lemberg – 1880 Vienne Autriche, à partir de 1880. Œuvre portant les initiales de Carl Radnitzky. Médaille, bronze, 46 mm, 42,29 g. Emise en mémoire de Moritz Rappaport de la part de sa famille.

539. Paul Ehrlich, 1854 Strehlen – 1915 Hambourg Allemagne, IIe Reich, 1871-1918, La Hesse, Francfort, 1910. Œuvre de Karl Goetz. Médaille, bronze, 60 mm, 73,00 g. Emise en l’honneur de Paul Ehrlich, pour son 56e anniversaire.

Av. moritz rappaport d[okto]r : [der] med[izin] ; à l’exergue geb[oren] : 1808 – gest[orben] : 1880 (Moritz Rappaport, docteur en médecine, né en 1808, décédé en 1880) Son buste de face, vêtu d’un veston et d’un nœud papillon ; sous le buste, les initiales de l’artiste : c. r. Rv. seinem•andenken•von•der•familie•gewidmet (Dédié à sa mémoire de la part de sa famille) Chérubin agenouillé jouant de la harpe, en-dessous un serpent enroulé autour d’une massue ; le tout dans une couronne de laurier. Tr. Lisse. FS 251 ; Forrer V, pp 11-16 et Felder, p. 35 (Carl Radnitzky). Très rare ; belle patine marron clair légèrement métallisé ; de haut relief ; superbe exemplaire. De toute beauté. Médaillier Frank Sternberg. Moritz Rappaport, physicien en chef à l’hôpital juif de Lemberg, en Ukraine, était hautement préoccupé par le sort de ses coreligionnaires. Il investit son argent dans la création d’une synagogue, d’une école, d’un orphelinat ou encore d’un hospice, tous destinés aux pauvres des communautés juives.

eur: 200 - 300

Av. pavl•ehrlich•aetatis•anno•lvi•mcmx (Paul Ehrlich à l’âge de 56 ans en 1910) Son buste à droite, vêtu d’un veston et d’une cravate ; le tout dans un cercle perlé. Rv. corpora / non / agvnt – nisi / fixata (Les substances n’agissent pas si elles ne sont pas fixées) Asclépios barbu et nu à gauche abreuvant un serpent de la main gauche et s’appuyant sur son bâton de la main droite ; sous la ligne de terre, le nom de l’artiste : k. goetz. Tr. Lisse. FS 387 ; Friedenberg (1963), p. 97 ; Kienast 43 ; Kienast, Supplément, 43 a (avers) ; Felder, Karl Goetz, cité pp 30, 50, 74 et 81. Patine brun ocre légèrement métallisé ; superbe. Médaillier Frank Sternberg. Paul Ehrlich est un médecin allemand spécialisé en hématologie et en immunologie qui fut maintes fois décoré. Il est à l’origine de la découverte du premier traitement effectif contre la syphilis. Cette terrible maladie était traitée de manière inefficace, au mercure, depuis le XVe siècle. En 1908, il partagea le prix Nobel de médecine avec le zoologiste et bactériologiste Ilya Ilyich Mechnikov pour récompenser leurs recherches sur l’immunité.

eur: 200 - 300


40%

60%

540. ALBERT Ludwig sigesmund NEISSER, 1855 Schweidnitz – 1916 Breslau Allemagne, IIe Reich, 1871-1918, 1915. Œuvre monogrammée de TG. Médaille, bronze, 91 mm, 232,00 g. Emise en l’honneur d’Albert Neisser, pour son 60e anniversaire.

541. SIGMUND FREUD, 1856 Freiberg – 1939 Londres Tchécoslovaquie, 1981. Œuvre portant les initiales d’Andrej Peter. Médaille, bronze, 60 mm, 127,00 g. Emise en mémoire de Sigmund Freud, pour son 125e anniversaire.

Av. albert – neisser / 60 jahre (Albert Neisse 60 ans) Son portrait à mi-corps à droite. Rv. dem forscher•dem lehrer•dem freunde (Au chercheur, au professeur, à l’ami) Personnage masculin nu portant une torche allumée dans sa main gauche levée et une épée dans sa main droite, le pied droit posé sur un monstre, le tout devant un soleil couchant rayonnant ; sous la ligne de terre, la date entrecoupée du monogramme de l’artiste : 19 TG 15. Tr. Deux inscriptions peu lisibles.

Av. prof[esor]. m[edicinae]u[niversae]d[octo]r. sigmund freud (Le professeur et docteur en médecine Sigmund Freud) Son buste de face ; à droite, ses dates : 1856 /1939 et au-dessus, le bâton d’Asclépios ; au contour, les initiales de l’artiste et la date : ap’81. Rv. k 125 / výro í / narození / prof[esor]. m[edicinae] u[niversae]d[octo]r. s.[igismund] freuda / vydala / eská numismatická / spole nost / pobo ka / p íbor (Pour le 125e anniversaire de la naissance du professeur et docteur en médecine Sigmund Freud, frappé par le département de la Société Numismatique Tchèque de P íbor (Freiberg)) Son buste sur la première colonne, à côté de trois colonnes rectangulaires de tailles différentes ; au-dessus, sceau contenant les armoiries de la ville de P íbor, avec au pourtour sigiuum maius senatus populusque civitatis pribortensis (Le plus grand sceau du sénat et du peuple de la cité de Pribor) ; à l’exergue v roce své 25 leté innosti (Durant la 25e année son l’activité (Société Numismatique)) ; accolé à la dernière colonne à droite, les initiales de l’artiste et la date : ap’81. Tr. Lisse.

FS 352. Jolie patine marron clair ; de haut relief ; très bel exemplaire. Médaillier Frank Sternberg. Le docteur en médecine Albert Neisser fut professeur à Leipzig en 1880, puis à Breslau en 1882. Il travailla en collaboration avec Paul Ehrlich (cf. lot n° 539) pour trouver un remède contre la syphilis. Il est surtout connu pour avoir identifié des organismes responsables de la lèpre et de la gonorrhée.

FS 384. Patine ocre légèrement métallisé ; superbe. Médaillier Frank Sternberg.

eur: 100 - 150

eur: 150 - 225

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

293


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

294

Moritz Daniel Oppenheim. Portrait of Heinrich Heine, 1797-1856. Huile sur papier marouflé sur toile, 34 x 43 cm, Hamburger Kunsthalle, Hambourg, XKH149505. Photo© Hamburger Kunsthalle. Nous remercions vivement, Norbert Ludwig, employé au département photographique, pour son aide dans l’obtention de cette photographie.


Assis sous l’arbre blanc Tu entends, au loin, crier les vents, Tu vois là-haut des nuages muets De grands brouillards s’envelopper ; Tu vois en bas, par la vie désertés, Prairies et bois comme entièrement rasés ; – Autour de toi, l’hiver, en toi, l’hiver, Et ton cœur qui en est gelé. Soudain tombent sur toi De blancs flocons, et contrarié, Déjà tu penses qu’un tourbillon de neige L’arbre sur toi a déversé. Mais ce n’est pas un tourbillon de neige, Tu le remarques vite, joyeux et effrayé ; Ce sont les fleurs odorantes du printemps Qui te taquinent et te recouvrent. Quel charme doux dont tu frisonnes ! L’hiver se transforme en mai, La neige se métamorphose en fleurs Et ton cœur à nouveau se prend à aimer. Heinrich Heine, Nouveau Printemps. Traduction d’Anne-Sophie Astrup et Jean Guégan.

542. Prenez garde ! C’est en France que Heine écrivit sa poésie la plus belle ainsi que ses critiques et satires les plus mordantes de la politique et des mœurs allemandes. Il formula, avec beaucoup de finesse, les premières prophéties sur le nationalisme et le militarisme allemands. Ses plus sombres pressentiments témoignent d’une stupéfiante et mystérieuse préscience. « Prenez donc garde ! Je n’ai que de bonnes intentions et je vous dis d’amères vérités. Vous avez plus à craindre de l’Allemagne délivrée que la sainte-alliance tout entière avec tous les Croates et les Cosaques. » « On exécutera en Allemagne un drame auprès duquel la révolution française ne sera qu’une innocente idylle. » « Alors, et ce jour, hélas, viendra, les vieilles divinités guerrières se lèveront de leurs tombeaux fabuleux, essuieront de leurs yeux la poussière séculaire ; Thor se dressera avec son marteau gigantesque et démolira les cathédrales gothiques… » « Le tonnerre en Allemagne […] vient en roulant un peu lentement ; mais il viendra, et quand vous entendrez un craquement comme jamais craquement ne s’est fait encore entendre dans l’histoire du monde, sachez que le tonnerre allemand aura enfin touché au but. » (Elon, pages 148, 149)

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

295


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

296

542. Heinrich Heine Le sublime poème de Heinrich Heine, Die Lorelei, La Loreley, mis en musique par Friedrich Silcher, est une œuvre allemande majeure, incontournable, connue de tous. Sous Hitler, dans les manuels scolaires, en lieu et place du nom de l’auteur figurait la mention « poète inconnu ». 543. Samuel Putnam Avery Samuel Putnam Avery est marchand d’art, graveur, artiste et philanthrope. En 1872, il devient l’un des fondateurs du Metropolitan Museum of Art de New-York. Il y exposa de nombreuses peintures provenant de sa collection privée. Aujourd’hui, une partie des collections permanentes du musée proviennent de sa collection. On peut d’ailleurs lire dans le guide du musée : « From 1870 to 1906 the growth of the collection was almost entirely dependent of gifts and bequests from such collector as (…) Samuel P. Avery ». Il fit don de ses collections de livres d’architecture à l’université de Columbia en y créant la Bibliothèque Architecturale Avery, en mémoire de son fils décédé. En 1900, quatre ans avant sa mort, il légua sa collection à la New York Public Library

Le portrait de Heinrich Heine est inspiré du tableau de Moritz Daniel Oppenheim (cf. tableau de Moritz Daniel Oppenheim à la page précédente).


ART ET LITTÉRATURE

297

80%

542. HEINRICH HEINE, 1797 Düsseldorf – 1856 Paris Allemagne, IIe Reich, 1871-1918, 1906. Œuvre de Luise Staudinger. Plaquette rectangulaire, bronze, 72,50 mm x 52 mm, 116,00 g. Emise en mémoire d’Heinrich Heine. Av. 1799 – 1856 Son buste de trois quart de face ; dans le champ gauche, le nom de l’artiste et la date : · l· stautinger·1906· ; à l’exergue, le nom de Heinrich Heine. Rv. mein•lied / war•lvst / vnd•fever / hat•manche / schöne•gluten / angefacht (Mon chant, tout de désir et de feu, attisa de si belles braises) Motif végétal entourant un cadre rectangulaire ; en-dessous, deux personnages féminins nus à droite et à gauche, les cheveux relevés en chignon, sont agenouillés et tiennent une guirlande de fleur ; en bas à droite, le nom de l’artiste : l staudinger. Tr. Lisse. FS 296 ; Friedenberg (1963)-, cf. p. 110 ; Felder, Luise Staudinger, cité p. 64. Très rare ; patine brun clair légèrement métallisé ; superbe. D’un splendide style art nouveau. Médaillier Frank Sternberg.

543. Samuel Putnam avery, 1822 New York – 1904 New York Empire Austro-Hongrois, 1867-1918, Autriche, 1897. Œuvre de Anton Scharff. Médaille, bronze, 65,50 mm, 104,00 g. Emise en l’honneur de Samuel Putnam Avery, pour son 75e anniversaire. Av. mart[z]•xvii•mdcccxcvii / samvel•p.[utnam]avery (17 mars 1897) Son buste à gauche, vêtu d’un veston et d’une cravate ; dans le champ gauche aet[at]·s· / lxxv (à l’âge de 75 ans) ; dans le champ droit, le nom de l’artiste : a sharff ; le tout dans un cercle perlé. Rv. artivm•stvdioso / amici (À l’ami amateur d’art) Athéna assise à gauche, portant dans la main droite Persée tenant la tête de la Gorgone dans la main gauche et une épée dans la main droite ; appuyé contre sa chaise un classeur portfolio avec les initiales d’Albrecht Dürer : atd ; cabinet d’antique montrant : un bouclier, une statue antique et une bibliothèque ; le tout dans un cercle perlé. Tr. Lisse. FS 226 ; Forrer V, p. 370 ; Felder, p. 36 (Anton Scharff). Rare ; belle patine brun métallisé ; de haut relief ; superbe exemplaire. Médaillier Frank Sternberg.

eur: 800 - 1.200

eur: 300 - 450

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

50%


298

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

40%

544. LEOPOLD WIENER, 1823 Venlo – 1891 Bruxelles SOCIETE HOLLANDAISE BELGE DES AMIS DE LA MEDAILLE D’ART Royaume de Belgique, Bruxelles, 1913. Œuvre de Louis Antoine De Smeth. Jeton d’assemblée générale statutaire, bronze, 30 mm, 11,32 g. Av. leopold – wiener Son buste à gauche, vêtu d’un veston et d’une cravate ; dans le champ droit, le nom de l’artiste : la de smeth. Rv. société hollandaise belge des amis de la médaille d’art ; au centre assemblée / générale / du / 16 février 1913 / à / bruxelles. Tr. Lisse. FS 432 ; Forrer V, p. 552 (Louis Antoine De Smeth). Jolie patine brun clair ; superbe. Médaillier Frank Sternberg. Sculpteur talentueux, Léopold Wiener est l’auteur du Monument des frères Van Eyck à Maaseik, dans la province du Luxembourg. L’artiste, davantage connu pour ses monnaies et médailles, se distingua en tant que grand portraitiste, notamment par des médailles à l’effigie des membres de la famille royale. En 1847, alors âgé d’à peine 24 ans, il remporte déjà un concours mis en place par le ministère belge des finances. Ce concours avait pour but la création d’une nouvelle série de pièces de monnaie. En 1864, il est nommé graveur du roi et graveur en chef des monnaies et des poinçons de titre et de garantie de Belgique. également actif en politique, il tient le rôle de bourgmestre à Watermael de 1872 jusqu’à sa mort.

eur: 80 - 120

545. JOZEF ISRAËLS, 1824 Groningen – 1911 La Haye Royaume des Pays-Bas, 1904. Œuvre monogrammée de Johannes Cornelis Wienecke. Médaille, argent, 90 mm, 246,00 g. Emise en l’honneur de Jozef Israëls, pour son 80e anniversaire, de la part de ses frères artistes. Av. jozef israëls Son buste à gauche, portant des lunettes, vêtu d’un veston et d’une cravate ; dans le champ droit, le monogramme de l’artiste : jcw. Rv. Victoire ailée, drapée et à moitié nue, portant une palette de peinture surmontée d’une couronne dans la main gauche ; sous le bras, un bouquet de rameaux d’oliviers ; d’autres rameaux d’oliviers sont éparpillés dans le champ ; à gauche : aan / josef / israëls / zijne / kunstbroeders / van / heinde / en / ver (A Jozef Israels de la part de ses frères artistes proches et lointains) ; dans le champ droit 27 / januari / 1824 - / - 1904 ; au contour, le nom de l’artiste : j. c. wienecke. Tr. Lisse. FS 225 ; Forrer IV, p 476 ; Felder, Johannes Cornelis Wienecke, cité p. 28 ; Friedenberg (1963)-, cf. p. 112 ; Polak 65. Rare ; joliment patiné ; superbe. Très belle représentation art nouveau. Médaillier Frank Sternberg. Grand peintre du XIXe siècle hollandais, Jozef Israëls s’illustre dans différents genres : la peinture d’histoire, les scènes de genre, ou encore les portraits. Ses sujets de prédilection : la vie quotidienne des pauvres gens et les persécutions des Juifs en Europe. En 1867, Jozef Israëls est décoré de la Légion d’honneur. Cet Ordre lui décernera également le grade d’officier en 1878 et de commandeur en 1885. Il gagne la plus grande récompense, le Grand prix, aux Expositions Universelles de Paris de 1889 et de 1900.

EUR: 500 - 750


299

546. ISIDOR KONTI, 1862 Vienne – 1938 Yonkers ACADEMIE AMERICAINE DE DESIGN Etats-Unis, New York, à partir de 1907. Œuvre de Isidor Konti. Médaille, argent, 40 mm, 40,93 g. Av. isidor•memorial•medal (Médaille commémorative d’Isidor) Allégorie de la Liberté assis à droite, lauré et portant un bonnet phrygien, tenant dans sa main droite une pomme surmontée d’un serpent la gueule ouverte ; dans le champ droit, allégorie de la Victoire ailée à moitié nue portant une couronne dans chaque main ; en-dessous, couronne d’olivier. Rv. national•academy – of design (Académie nationale de design) Personnage féminin à droite tenant dans sa main gauche une toile et trois pinceaux et dans sa main droite un pinceau, dessinant le portrait d’un enfant nu prenant la pose, le menton appuyé sur une main, debout sur une estrade ; sous la ligne de terre, le nom de l’artiste : i konti so. Tr. Lisse. FS 439 ; The Sculpture of Isidor Konti 24 ; Baxter 306, p. 73 ; Felder, Isidor Konti, cité p. 44. Rare ; finement patiné ; très bel exemplaire. Très belles représentations art nouveau. Médaillier Frank Sternberg.

547. MAX JACOB, 1876 Quimper – 1944 camp de Drancy France, 1947. Œuvre de René Iché. Médaille, cuivre, 63 mm, 209,00 g. Emise en mémoire du poète français Max Jacob. Av. Son buste à gauche ; dans le champ gauche m/a/x ; dans le champ droit j/a/co/b. Rv. En avant-plan trois pinceaux, symbolisant son œuvre graphique, dans un écritoire ; à droite un chapeau haut de forme, un gant et une canne rappelant sa vie mondaine, le tout reposant sur une pile de livres mentionnant ses œuvres principales ; en arrière plan calvaire de Saint Thégonnec et vue de la basilique du Sacré cœur, symbole de sa nouvelle spiritualité, son signe astrologique, le cancer, et une étoile ; dans le champ droit, le nom de l’artiste et les dates des deux premières émissions : iche sc / 35-47 ; sur les tranches des livres [la defe]–ns–[e] de tartuf[fe] / [visions] i-nfernales / [le laboratoire] central /[le fond] de l’eau / [cine]matom[a] / [sain]-t mat[orel]. Tr. Lisse, poinçon et cuivre. FS 356 ; Les amis de Max Jacob 8, p. 5. Jolie patine marron ; de très haut relief ; superbe exemplaire. De toute beauté.

En 1892, le sculpteur viennois Isidor Konti quitte son pays natal pour les Etats-Unis, où son talent sera reconnu. Dès 1901, l’artiste s’associe à la « National Academy of Design », où il expose régulièrement. Il y est nommé académicien en 1905. Deux ans plus tard, en 1907, l’Académie lui commandera l’ « Isidor commemorative medal », qui sera décernée chaque année au plus talentueux des membres de l’Académie de moins de 36 ans. L’œuvre d’Isidor Konti est composée de nombreux bustes commémoratifs, ainsi que de sculptures allégoriques

Médaillier Frank Sternberg.

eur: 300 - 450

eur: 100 - 150

Chef de file d’un art poétique nouveau, Max Jacob fréquente les artistes importants de son époque, dont Apollinaire, Jules Romain ou encore Modigliani. Il se lie d’une profonde amitié pour Picasso, qui sera son parrain lors de sa conversion au christianisme. Arrêté en tant que Juif par la police française, en 1944, il est transféré au camp de Drançy, où il décédera deux semaines plus tard.

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

60%


MUSIQUE ET COMPOSITEURS 300

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

80%

548. Jakob Liebmann beer (dit GIACOMO) MEYERBEER, 1791 Vogelsdorf – 1854 Paris CONCORDIA Saint Empire Romain Germanique, Vienne, 1847. Œuvre de Carl Radnitzky. Médaille, bronze, 47 mm, 51,00 g. Emise en l’honneur de Giacomo Meyerbeer. Av. giacomo – meyerbeer Son buste à gauche ; sous la troncature du buste, le nom de l’artiste et la ville : c. radnitzky · wien · (Vienne). Rv. ihrem / mitgliede / die / concordia / mdcccxlvii (Pour votre adhésion en tant que membre de la Concordia, 1847) Le tout dans une couronne de vigne surmontée de quatre globes représentant une harpe, une palette traversée par trois pinceaux, une lyre et un globe. Tr. Lisse. FS 095 ; Forrer V, p. 11-16 et Felder, p. 35 (Carl Radnitzky) ; Friedenberg (1963), p. 131. Rare ; belle patine brun ocre légèrement métallisé ; de haut relief ; superbe exemplaire. De toute beauté. Médaillier Frank Sternberg. Jeune prodige, le compositeur allemand Jakob Meyerbeer débute sa carrière de pianiste dès l’âge de neuf ans. Son œuvre, dont l’éclectisme est du à l’influence de plusieurs courants nationaux – allemand, italien et français – rencontre un vif succès. Les spécificités de ses compositions, dont le recourt au leitmotiv, vont considérablement influencer les compositeurs d’opéra ultérieurs, notamment Wagner.

eur: 300 - 450

549. JACQUES OFFENBACH, 1819 Cologne – 1880 Paris Autriche, Vienne, 1955. Œuvre de Arnold Hartig. Médaille uniface, bronze, 81 mm, 160,00 g. Emise en mémoire de Jacques Offenbach. Av. jacques offenbach 1819-1880 Son buste à droite portant des lunettes retenues par une corde, vêtu d’un veston et d’une cravate ; dans le champ gauche, le nom de l’atelier de fabrication: c/ fk ; en-dessous, le nom de l’artiste et la ville : a. hartig vienna. Tr. Lisse. FS 475 ; Friedenberg (1963)-, cf. p. 130 ; Felder, p. 42 (Arnold Hartig). Rare ; patine brun ocre légèrement métallisé ; buste de beau style et de haut relief ; superbe. Médaillier Frank Sternberg. Compositeur prolifique, Jacques Offenbach écrivit plus d’une centaine d’opérettes. Avide de reconnaissance, Offenbach n’obtiendra la gloire à laquelle il aspire que de manière posthume. Il mourra en effet quelques mois avant la première des « Contes d’Hoffman », considéré, jusqu’à nos jours, comme un des plus grands opéras français. Les lettres « FK » qui figurent à l’avers désignent le marchand américain F. Knight, qui commanda cette médaille auprès de l’atelier monétaire de Vienne, la « Hauptmünzamt Wien ».

eur: 300 - 450


60%

80%

550. JOSEF JOACHIM, 1831 Kittsee – 1907 Berlin Allemagne, IIe Reich, 1871-1918, Berlin, 1913. Œuvre de Emil Torff. Médaille, bronze, 60 mm, 86,00 g. Emise en mémoire de Josef Joachim.

551. Gustav Mahler, 1860 Kalischt – 1911 Vienne Autriche, Vienne, 1902-1926. Œuvre de Alfred Rothberger. Médaille, argent, 50 mm, 76,00 g. Emise en l’honneur de Gustav Mahler.

Av. josef – joachim Son buste à droite, vêtu d’un veston et d’une cravate, portant un violon sous le bras gauche ; dans le champ droit 1831-1907 ; à gauche, le nom de l’artiste : torff. Rv. Personnage féminin à gauche, voilé et drapé, la main droite appuyée sur une lyre, la main gauche soutenant son menton ; au contour, le nom de l’atelier de fabrication, la date et la ville de fabrication : awes münze berlin 13. Tr. Lisse.

Av. gustav / mahler Son buste à lunette portant un veston et un nœud papillon à gauche ; au contour le nom de l’artiste : alfred rothberger. Rv. MEINE ZEIT / WIRD NOCH / KOMMEN (Mon temps arrivera encore) Branche d’olivier parmi des nuages. Tr. munzamt wien (Office de la monnaie Vienne) a900. FS 299 ; Forrer V, p. 224 (Alfred Rothberger) ; Friedenberg (1963)-, cf. p. 128 ; Niggl 1236.

FS 218 ; Forrer VI, p. 114 ; Friedenberg (1963), p. 128. Rare ; joliment patiné ; de haut relief ; très bel exemplaire. Rare ; patine brun ocre légèrement métallisé ; très beau/superbe. Médaillier Frank Sternberg. Médaillier Frank Sternberg. Le compositeur Josef Joachim est considéré comme le plus grand violoniste du XIXe siècle, si bien que son maniement du violon constitue le standard auquel les violonistes modernes sont comparés lors de leur évaluation. Déjà fort de sa réputation de son vivant, il est nommé directeur de l’Académie de Musique de Berlin en 1869.

eur: 200 - 300

L’inscription de l’avers n’est autre qu’une variante de la célèbre citation du compositeur : « Mein Zeit wird kommen » (Mon temps arrivera), adressée à sa femme Alma, suite à la première du « Feuersnot » de Richard Strauss, à Vienne, en 1902. Gustave Mahler souhaite en effet ardemment devenir un compositeur célèbre, un rêve qu’il réalisera de manière posthume.

eur: 300 - 450

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

301


THéâTRE ET ACTEURS 302

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

50%

552. Giuditta Pasta (Giudita Negri), 1798-1865 Italie, Mailand, 1829. Médaille, vermeil, 34 mm, 27,08 g. Œuvre attribuée à Vittorio Nesti. Emise en l’honneur de la cantatrice Giuditta Pasta.

553. CHEVALIER ERNST VON POSSART, 1841 Berlin – 1921 Charlottenburg Allemagne, IIe Reich, 1871-1918, 1905. Œuvre de Karl Goetz. Médaille, bronze, 71 mm, 143,00 g. Emise en hommage à Ernst von Possart.

Av. giuditta pasta 1829 Son buste à gauche, les cheveux tressés et relevés en chignon. Rv. svblime / nel canto / vnica / nell’azione (Sublime dans sa chanson, inégalable dans son jeu de scène). Tr. Lisse.

Av. Son buste à droite portant un manteau avec col en fourrure, un veston et la croix de l’ordre du mérite civil de la Couronne de Bavière ; de part et d’autre, dans les champs gauche et droit : ernst / ritter/ von / possart ; dans le champ gauche k[öni]gl[iche] ·bay[e]r[n] : / hoftheater / intendant u[nd] / professor (Chevalier Ernst von Possart, directeur et professeur du Théâtre Royale de la Cour de Bavière) ; au contour le nom de l’artiste : k·goetz. Rv. der / kunst / die / anerkennung / 1905 (L’art de la reconnaissance) La Tragédie devant une branche de palme, motif de feuillage entourant une plaque sur laquelle est notée l’inscription ; en-dessous de celle-ci, enfant auréolé debout les bras levés. Tr. Lisse et poinçon.

Très rare ; de haut relief ; fine éraflure sur l’angle de la tranche, sinon superbe exemplaire. De toute beauté. FS 066 ; Forrer IV, p. 240 ; Stern (1937) 92 (uniface) ; Stern 2011 ; Wurzbach-Tannenberg 7239 ; Peus 412-, cf. 920 (uniface bronze doré). Médaillier Frank Sternberg.

FS 257 ; Kienast 36 ; Felder, Karl Goetz, cité pp 30, 50, 74 et 81. Patine brun clair ; de haut relief ; superbe exemplaire. Médaillier Frank Sternberg.

eur: 600 - 900

eur: 200 - 300


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

303

552. Guiditta Pasta Figure légendaire du chant grâce à son génie de l’improvisation, mais aussi par son charisme et à sa voix chaude et ample, « Madame Pasta » - comme l’appelle ses admirateurs -, s’impose sur toutes les scènes d’Italie, de Paris ou de Londres. Stendhal, dans sa « Vie de Rossini » lui consacrera tout un chapitre. « La voix de Mme Pasta a une étendue considérable. Elle donne d’une manière sonore le la sous les lignes, et s’élève jusqu’à l’ut dièse et même jusqu’au ré aigu. Mme Pasta a le rare avantage de pouvoir chanter la musique de contralto comme celle de soprano. » « De quels termes pourrais-je me servir pour parler des inspirations célestes que Mme Pasta révèle par son chant, et des aspects de passion sublimes ou singuliers qu’elle sait nous faire apercevoir ! Secrets sublimes, bien au dessus de la portée de la poésie, et de tout ce que le ciseau des Canova ou le pinceau des Corrège peut nous révéler des profondeurs du cœur humain. » « Pour Mme Pasta, la même note dans deux situations de l’âme différentes, n’est pas, pour ainsi dire, le même son.Voilà tout simplement le sublime de l’art du chant. » 553. Ernst von Possart Ernst von Possart fut directeur du Théâtre Royal de la Cour de Bavière à Munich de 1864 à 1905. Cette médaille, frappée en 1905, l’année de son départ, est un hommage à son œuvre en tant que directeur du Théâtre Royal.


304

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

60%

554. ESTHER DE BOER VAN RYK, 1853 Rotterdam – 1923 Amsterdam Royaume des Pays-Bas, 1923. Médaille, bronze, 41 mm, 29,37 g. Emise en hommage à l’actrice Esther de Boer Van Ryk, pour commémorer le jubilée de sa carrière au théâtre. Av. esther de boer van ryk – 1853-1923 Sa tête à gauche les cheveux retenus en chignon, portant une boucle d’oreille. Rv. 50 jahrig tooneel jubileum 1923 – kniertje (Jubilée des 50 ans de théâtre – Kniertje) Sa tête coiffée à gauche représentant son rôle de Kniertje. Tr. Lisse. FS 321 ; Polak 69. Très rare ; jolie patine brun clair ; superbe. Médaillier Frank Sternberg. Très populaire dans son pays natal, l’actrice hollandaise joua près de 1200 fois le rôle de Kniertje dans la pièce de théâtre qui la rendit célèbre : « Op hoop van zegen », La Bonne Espérance. Le Musée Historique Juif d’Amsterdam lui consacra récemment une exposition, du 19 mai au 28 septembre 2014.

555. SARAH BERNHARDT, 1844 Paris – 1923 Paris France, Troisième République, 1871-1940, Paris, vers 1900. Œuvre de Sierre Jeitas et Toussaint & Joubert. Plaquette rectangulaire, argent, 50 mm x 36 mm, 30,24 g. Emise en commémoration de la 200e représentation de l’Aiglon au Théâtre Sarah Bernhardt. Av. Sarah Bernhardt sous les traits du duc de Reichstadt à gauche en habits militaires, tenant une épée dans sa main droite levée ; un soldat mort couché dans l’herbe et en arrière-plan deux cavaliers, le tout dans un paysage montagneux ; en bas à droite, signature manuscrite : Sierre Jeitas. Rv. théâtre / sarah bernhardt / 200e r[eprésentati]on / l’aiglon / d’edmond rostand / l’aiglon / m[is]s sarah bernhardt Branche de laurier et aiglon posé sur un monticule de pierre ; à l’exergue, le nom et la ville : toussaint & joubert - paris. FS 324 ; Friedenberg (1963), p. 124. Très rare ; jolie patine argent ocre ; superbe. Médaillier Frank Sternberg. Première comédienne française de renommée internationale, Sarah Bernhardt joue à travers le monde au sein de sa propre compagnie. La multitude de ses rôles l’amène à interpréter des hommes, ce qui inspire à Edmond Rostand sa pièce intitulée « L’Aiglon ». Adulée tout au long de sa vie, seul son trépas lui fait quitter la scène en 1923, alors qu’elle tourne un film pour Sacha Guitry. Au lendemain de sa mort, des obsèques nationales sont organisées en son honneur.

eur: 500 - 750

eur: 300 - 450


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

305

556. La Mémoire, à demi-nue, souffle la Vérité à l’oreille de l’Histoire, légèrement vêtue... et voilée...


HISTORIENS ET JOURNALISTES 306

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

80%

556. Otto Hirschfeld, 1843 Königsberg – 1922 Berlin Empire Austro-Hongrois, 1867-1918, Autriche, Vienne, 1885. Médaille, bronze, 47 mm, 48,51 g. Œuvre de Anton Scharff. Emise en l’honneur de Otto Hirschfeld. Av. ottoni – hirschfeld Son buste à droite, vêtu d’un nœud papillon et d’un veston ; dans le champ gauche pragensi / ab-a-1872-1876 (Vécut à Prague de 1872 à 1876) ; dans le champ droit vindobonensi ab-a-1876-1885 (Vécut à Vienne de 1876 à 1885) ; sur la manche du buste, le nom de l’artiste : a scharff ; le tout dans un cercle perlé. Rv. pietatis·ergo (Pour la piété) Personnification de l’Histoire assise à droite tenant dans sa main gauche une tablette et dans sa main droite un stylet avec lequel elle est en train d’écrire, à sa droite la personnification de la mémoire à moitié nue à gauche, lui murmure à l’oreille ; dans le champ gauche discipvli / et / amici (Du disciple et de l’ami) ; sous la ligne de terre ΜΝΗΜΗ (Mémoire) – ΓIΣTIΣ. Tr. Lisse. FS 263 ; Forrer V, p. 358-374 et Felder, p. 36 (Anton Scharff). Très rare ; superbe patine marron métallisé ; de haut relief ; superbe exemplaire. De toute beauté. Médaillier Frank Sternberg.

557. ANTON BETTELHEIM, 1851 Vienne – 1930 Vienne Empire Austro-Hongrois, 1867-1918, 1911. Œuvre de Stefan Schwartz. Plaquette uniface, bronze, 70 mm x 53 mm, 104,00 g. Emise en l’honneur d’Anton Bettelheim, pour son 60e anniversaire. Av. d[okto]r anton bettelheim / 1851 18 novembre 1911 Son buste à droite ; dans le coin inférieur droit, le nom de l’artiste : st schwartz. Tr. Lisse. FS 316 ; Forrer V, pp 425-430 et Felder, p. 36 (Stefan Schwartz) ; Hauser 7219. Patine brun ocre clair ; très bel exemplaire. Médaillier Frank Sternberg. Juriste de formation, Anton Bettelheim abandonne rapidement la pratique du droit pour embrasser une carrière littéraire. Il devient alors tantôt rédacteur en chef, tantôt éditeur de journaux suisses ou autrichiens. Parallèlement, il publie de nombreux ouvrages, notamment bibliographiques. Les enfants issus de son mariage avec l’écrivain Hélène Gabillon furent assassinés dans le camp de concentration de Theresienstadt.

Archéologue, historien et épigraphe spécialisé dans les inscriptions romaines, Otto Hirschfeld travailla successivement pour les universités de Göttingen, Prague,Vienne et Berlin. C’est dans la première d’entre elles, à Göttingen, qu’il sera baptisé.

eur: 500-750

eur: 50-75


NUMISMATES 60%

60%

558. SALLY ROSENBERG Allemagne, IIe Reich, 1871-1918, 1901. Médaille, argent, 51 mm, 67,00 g. Emise pour le 70e anniversaire de la fondation de la firme de Sally Rosenberg, de la part de ses enfants.

559. moritz wormser, 1878 New York ? – 1940 New York ? AMERICAN NUMISMATIC ASSOCIATION Etats-Unis, New-York, 1924. Œuvre monogrammée de John M. Swanson. Médaille, bronze, 51 mm, 48,00 g. Emise en l’honneur de Moritz Wormser, président de l’Association Numismatique Américaine.

Av. Son buste de face et sa tête à droite, vêtu d’un veston et d’une cravate retenue par une épingle ; dans le champ droit h : s[ally] : / rosenberg. Rv. dem gründer d.[er] firma / zum / 70. geburtstage / in dankbarkeit gewidm.[et] / von / seinen kindern / 16 juni / mdcccci (Dédié au fondateur de la firme, pour le 70e anniversaire [de celle-ci], par ses enfants, en reconnaissance, le 16 juin 1901) Armoiries représentant un bâtiment couronné de deux tours entre lesquels se trouve un lion passant à gauche, sur un bouclier tenu par un lion à droite, et un lion rampant à gauche la gueule béante ; au-dessus du bouclier, un casque surmonté de cornes de buffle ; à gauche, branche de chêne. Tr. Lisse, poinçon et argent.

Av. moritz / wormser Son buste vêtu d’un veston et d’une cravate de trois quart à gauche ; dans le champ droit, le monogramme de l’artiste : j.m.s. Rv. president / of the / american / numismatic / association / 19-24 (Président de l’association numismatique) Au-dessus de l’inscription, motif floral ; logo de l’American Numismatic Association représentant la lampe de la connaissance : une lampe à huile allumée sur un livre, avec en dessous la formule « de profundis » ; le tout dans une couronne de laurier. Tr. medallic art co[mpany] n[ew] y[ork].

FS 290.

FS 311.

Rare, joliment patiné ; superbe.

Patine ocre ; très bel exemplaire.

Médaillier Frank Sternberg.

Médaillier Frank Sternberg.

Sally Rosenberg est le fondateur de la « Frankfurter Numismatische Gesellschaft » (La société numismatique de Francfort), une maison de vente aux enchères active en Allemagne depuis plus de 100 ans. De nombreuses collections de renom furent vendues par son intermédiaire. Les catalogues de sa firme, une précieuse source documentaire, sont toujours très recherchés.

Le marchand de monnaies Moritz Wormser fut le quatorzième président de l’American Numismatique Association, de 1921 à 1926. Dix ans plus tard, il fondera The New Netherlands Coin Company à New York, une entreprise très hautement considérée dans les domaines de l’expertise et des ventes aux enchères numismatiques.

eur: 150 - 225

eur: 100 - 150

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

307


ARMéE M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

308 80%

80%

560. Julius Friedländer, 1813 Berlin – 1884 Berlin Allemagne, IIe Reich, 1871-1918, 1891. Œuvre portant les initiales MB. Médaille, bronze, 44 mm, 49,58 g. Emise en mémoire de Julius Friedländer, directeur du cabinet des médaillles de Berlin.

561. Jacques Philippson, 1888 - 1918 Royaume de Belgique, vers 1918. Œuvre de Armand Bonnetain. Plaquette, bronze, 56,50 mm x 71 mm, 91,00 g. Emise en mémoire du sous-lieutenant Jacques Philippson, mort au front.

Av. julius friedla·ender direktor d. k. münzkabinets zu berlin – geb[oren] 23. juni 1813 – gest.[orben] 4 april 1884 (Julius Friedländer directeur du cabinet des médailles à Berlin – né le 23 juin 1813 – mort le 4 avril 1884) Son buste à droite, vêtu d’un veston et d’un nœud papillon ; le tout dans un cercle perlé ; sur le du buste, les initiales de l’artiste : mb. Rv. gewidmet v[om]. iv.vereinstage deutscher münzforscher (Dédié à la 4e journée du cercle des numismates allemands) La personnification de la numismatique diadèmée, assise sur un coffre illustré de Romulus et Rémus nourris pour la louve, le bras droit appuyé sur un livre et le bras gauche levé examinant une monnaie qu’elle tient de sa main gauche ; sur le coffre, les outils du numismate : candélabre surmonté d’une lampe à huile, balance, manuscrits, ouvrages de référence ; dans le champ droit, un laurier ; au-dessus münchen / 1886 / dresden / 1891 ; sous la ligne de terre, palme, crosse, croix, épée, mitre et casque à panache, assemblés avec un ruban ; le tout dans un cercle perlé. Tr. Lisse.

Av. jacques / philippson / 1888 – 1918 Son portrait casqué à gauche, les mains tenant les rennes de son cheval ; au sol, fleurs ; à l’exergue, le nom de l’artiste : a.[rmand] bonnetain. Rv. à la mémoire de / jacques philippson / né à uccle (bruxelles) / le 9 septembre 1888 / mort au front le 22 mai 1918 / volontaire de guerre / sous lieutenant au 1[e]r régiment / de chasseurs à cheval / chevalier de l’ordre de léopold / décore de la croix de guerre et / de la médaille de l’yser. Tr. Lisse. FS 377 ; Dratwa 30 ; Smolderen, p. 253 (Armand Bonnetain). Elégante représentation ; patine brun clair ; très beau à superbe. Médaillier Frank Sternberg.

FS 336. Rare ; joliment patiné ; de haut relief ; superbe exemplaire. De toute beauté. Médaillier Frank Sternberg. Issu d’une famille juive qui se convertit au christianisme en 1820, le numismate allemand Julius Friedländer est l’auteur de nombreux articles et ouvrages sur les monnaies et médailles. Des ouvrages de référence encore aujourd’hui incontournables.

eur: 200 - 300

eur: 80 - 120


309

562. JEWISH LADS BRIGADE, 1894-1922 Grande-Bretagne, 1901-1906. Œuvre de Frank Lewis Emanuel. Médaille, bronze, 44 mm, 29,17 g. Emise en l’honneur de la Jewish Lads Brigade. Av. ‫ אל חיל‬/ ‫«( ילכו מחיל‬ Ils iront de force en force »)* Officier supérieur à droite, à cheval, la main gauche tenant les rennes et la main droite tenant un sceptre, inspectant une rangée de soldats portant leur arme à la verticale dans la main droite, le tout dans un paysage rural. Rv. the·jewish·lads·brigade / lewis·emmanuel·medal ; au centre jlb surmonté d’un ruban et entouré d’une palme. Tr. Lisse. FS 160 ; Darmon, p. 53 (Frank Lewis Emmanuel). Patine brun foncé légèrement métallisé ; superbe. Médaillier Frank Sternberg. En 1895, le colonel Albert Edward Goldsmid, sioniste anglophile, crée la « Jewish Lads’ Brigade », dont le but est l’anglicisation des immigrants juifs. Initiée à Londres, cette brigade se duplique dans les provinces, se calquant ainsi sur l’éparpillement des communautés juives. Souvent associée à une organisation militaire, la Brigade niera servir de base de recrutement pour l’armée en mettant en avant ses buts premiers : véhiculer les valeurs culturelles de la classe juive dominante via l’ordre, l’humour et l’entraînement physique. *

Psaumes LXXXIV, 8.

eur: 100 - 150

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

80%


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

310

563. Le premier congrès sioniste Le 29 août 1897, Herzl convoqua le premier Congrès sioniste à Bâle, un rassemblement de deux cent quatre délégués sionistes représentant dix-neuf pays. Toutes les organisations juives, souvent minuscules et disparates, se coalisèrent en une force politique unique. Un drapeau sioniste fut accroché dans le hall de la salle où se tenait le Congrès. Herzl déclara, à l’ouverture des débats : « Nous sommes ici pour poser la première pierre de la maison qui abritera la nation juive. » Le congrès dura trois jours. A sa clôture, les délégués chantèrent la Hatikva (L’Espoir), un poème écrit par Naphtali Hertz Imber et qui devint l’hymne national israélien*. Quand ils eurent fini de chanter, ils portèrent Herzl en triomphe sur leurs épaules, à travers la salle du congrès. Quatre jours plus, Herzl confiait à son journal : « Si je devais résumer le congrès en un mot – que je prendrais bien soin de ne pas publier –, ce serait celui-ci : à Bâle, j’ai fondé l’Etat juif. Si je disais cela à voix haute, aujourd’hui, je serais salué par un éclat de rire universel. Dans cinq ans, peut-être, mais certainement dans cinquante ans, chacun le comprendra. » Le 15 mai 1948, cinquante ans et neuf mois après que Herzl eut écrit ces lignes, l’Etat juif d’Israël vit le jour. Grâce, en tout premier lieu, à sa vision de l’avenir, le « rêve » était devenu réalité. (Telushkin)

564. Samuel Friedrich Beer Samuel Friedrich Beer (1846-1912) étudia à l’Académie de Vienne auprès d’éminents professeurs tels que Carl Radnitzky (cf. lots n° 534, 538 et 548). Ce sculpteur et médailleur juif, d’origine tchèque, travailla à Rome, Florence et enfin à Paris, où il se fit naturaliser. Il réalisa notamment le buste de son ami Theodor Herzl (cf. lot n° 563) qui se trouve au Herzl Museum de Jérusalem, le buste en bronze du peintre Mihály Munkaszy actuellement au musée de Budapest, ainsi que la statue de marbre représentant Albrecht Dürer sous les traits d’un enfant, conservé à la Galerie Nationale de Berlin.

564. Exode Israël, Israël, peuple entêté de vivre, Il faut fuir, Israël, toutes ces fausses patries. Tu aimes ces pays où tu es entassé, L’air, le soleil, les vents, les neiges et les plaines ; Les fleuves où tes filles prirent leur premier bain, Les bois où tu erras traqué comme une louve, Les maisons d’où tes fils furent défenestrés. Arrache de ton cœur ces sols de servitude ; Prends le pain sans levain et les herbes amères ; Ceins tes reins, prends ton bâton, chausse tes pieds. Marche vers Odessa, vers Hambourg ou vers Brême, L’océan se fendra de nouveau devant toi. Les chefs de tes tribus ont parcouru le monde, Ont reconnu pour toi de nouveaux Canaans. Prends ta hache, Israël ; abats tous ces vieux arbres ; Prends ton pic, prends ta bêche, défonce ces sols vierges ; Elève des abris, des fermes, des hameaux ; Fais paître tes troupeaux, plante, greffe, ensemence Et moissonne. Et parmi le miel de tes abeilles, Le lait de tes brebis, le raisin de tes vignes, Tu verras se dresser, convalescente et jeune, Ta fierté, Israël. (André Spire, France – XIXe/XXe)


SIONISME

311

563. THEODOR HERZL, 1860 Budapest – 1904 Edlach Empire Austro-Hongrois, Autriche, Vienne, à partir de 1910. Œuvre monogrammée de Fred Kormis. Plaquette uniface, bronze, 67 mm x 53 mm, 105,00 g. Emise en mémoire de Theodor Herzl. Av. d[okto]r. / theodor / herzl Son buste à gauche ; dans le champ gauche, le monogramme de l’artiste : fk. Tr. Lisse. FS 374 ; Friedenberg (1963), p. 59 ; Darmon, p. 319 (Fred Kormis) ; Wurzbach-Tannenberg 3686 ; Rauch, Summer Auction 2012, 2702. Patine brun clair légèrement métallisé ; de haut relief ; superbe exemplaire. Médaillier Frank Sternberg.

564. SECOND CONGRES SIONISTE DE BÂLE France, IIIe République, 1871-1940, Paris, 1898. Œuvre de Samuel Friedrich Beer. Médaille, bronze, 63 mm, 114,00 g. Emise en commémoration du second congrès sioniste de 1898. Av. La personnification du sionisme, drapée, une couronne de sept étoiles au-dessus de sa tête, debout à droite, pose sa main gauche sur l’épaule droite du patriarche assis, et, de sa main droite, lui indique le chemin de la Terre promise ; à côté du patriarche, son épouse assise tient un bébé dans ses bras ; au premier plan, un deuxième enfant est assis et un troisième, l’aîné, sur la gauche, se tient debout, appuyé sur un bâton ; en arrière plan à gauche le soleil s’élève à l’horizon et, à droite, un bouquet d’arbres ; dans le champ droit, le nom de l’artiste, la ville et date : beer / paris 1898. Rv. ‫ אל אדמתם‬/ ‫ אותם‬/ ‫ ; והבאתי‬au pourtour ‫( הנה אני לקח את בני ישראל מבין הגוים‬Je prendrai les fils d’Israël d’entre les nations et je les ramènerai sur leur terre) ; à l’exergue ‫( יחזקאל לז‬Ezechiel XXXVII, 21). Tr. Lisse, poinçon et bronze. FS 413 ; Friedenberg (1963), p. 17 ; Friedenberg (1976), p. 60 ; Hess-Divo 323, 16. Belle représentation ; patine brun clair métallisé ; superbe. Médaillier Frank Sternberg.

eur: 100 - 150

eur: 400 - 600

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

60%


312

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

80%

565. arthur james balfour, 1848 Whittingehame – 1930 Woking Israël, 1967. Œuvre de Paul Vincze. Médaille, argent, 45 mm, 49,26 g. Emise en commémoration de la déclaration Balfour. Av. ‫ הצהרת בלפור‬/ balfour declaration (Déclaration Balfour) Son buste de face, souligné par deux palmes sous lesquelles est déroulé un manuscrit présentant sa signature manuscrite : Arthur Balfour ; à l’exergue 2 NOV. 1917-1967 /17( ‫ יז מרחשון תרעח תשכח‬du mois de marheshvan de l’année 5678 – 5728) ; au contour, le nom de l’artiste : p.vincze. Rv. ‫ בראשית טו ז‬/ ‫ לרשתה‬/ ‫ הארץ הזאת‬/ ‫ לתת לך את‬to give thee / this land / to inherit / genesis 15-7 (Pour vous donner cette terre en héritage, Genèse XV, 7) Arbre au tronc noueux étendant sa verdure au-dessus de l’inscription ; sous la ligne de terre, le nom de l’artiste : ‫פ·וינציה‬. Tr. state of israel Menorah, ‫( מדינת ישראל‬Etat d’Israël) 1852 sterling 935 ‫(כסף‬argent).

566. Vladimir ZEEV Jabotinsky, 1880 Odessa – 1940 New York A partir de 1940. Œuvre portant les initiales G. Ts. Médaille, argent, 24 mm, 2,04 g. Emise en mémoire de Vladimir Jabotinsky. Av. ‫( זאב ז׳בוטינסקי‬Zeev Jabotinsky) Sa tête de trois quart de face à gauche portant des lunettes ; sur le côté gauche, branche d’olivier ; en-dessous, dans le champ droit ‫( יב חשון תרמא‬12 Heshvan 5641 (1880)) / ‫( בט תמו זת״ש‬29 Tamouz 5700 (1940)) ; à l’exergue, les initiales de l’artiste : ‫צ‬.‫ג‬. Rv. Idem en creux. Tr. Lisse. FS 541 ; Friedenberg (1963)-, cf. p. 60. Très rare ; excellent portrait ; belle patine foncée ; très bel exemplaire. Médaillier Frank Sternberg.

FS 445. Rare ; superbe. Commémoration d’un grand intérêt historique. Médaillier Frank Sternberg.

eur: 100 - 150

eur: 200 - 300


566. Vladimir Jabotinsky Jabotinsky fut élevé autant en Russe qu’en Juif. Jeune homme, il écrivit des poèmes d’une telle qualité que Maxime Gorki lui avait prédit un grand avenir… comme poète russe. Les pogroms de 1903, cependant, finirent par le convaincre que protéger son peuple était bien plus important que d’écrire des vers magnifiques. Il participa à l’organisation de la résistance à la violence antisémite, puis consacra sa vie à la création d’un Etat juif. Bien avant la Seconde Guerre mondiale, Jabotinsky eut le cœur brisé. Il sentit venir la catastrophe pour le judaïsme européen. Bien qu’aucun grand personnage juif n’eût prévu la Shoah, Jabotinsky tenait obstinément des discours prémonitoires. Le 10 août 1938, le jour du jeûne de Tisha be-Av, juste un an avant l’invasion de la Pologne par Hitler, il dit, à l’occasion d’un rassemblement de juifs polonais, dont peu survécurent : « Depuis trois ans, je vous implore, vous les Juifs de Pologne, la couronne du judaïsme mondial, d’écouter mon avertissement : la catastrophe est proche. Mes cheveux sont devenus blancs, et je suis devenus vieux prématurément. Mon cœur saigne… ne voyez-vous pas le volcan qui crachera bientôt le feu de la destruction ?... Le temps est compté si vous voulez encore être sauvés… Ecoutez mes paroles. Que chacun sauve sa vie pendant qu’il en est encore temps, et le temps presse… » « Et je veux vous dire ceci en ce jour de Tisha be-Av : ceux qui réussiront à échapper à la catastrophe vivront une grande joie : la renaissance et l’établissement d’un Etat juif. Je ne sais pas si moi-même je serai encore en vie pour voir cela – mais mon fils le verra. J’en suis certain, comme je suis sûr que le soleil se lèvera demain. » (Vladimir Jabotinsky, cité dans Benjamin Netanyahu, A Place Among the Nations, p. 364 – Telushkin, p. 665-667).

565. La déclaration Balfour, 2 novembre 1917 Arthur James Balfour (1848-1930) est premier ministre (1902-1905) et ministre des affaires étrangères (1916-1919) de GrandeBretagne. Il est l’auteur de la déclaration de 1917, qui porte son nom, promettant la création d’un foyer national juif en Palestine. Il écrivit ceci à Lord Rothschild : « Cher Lord Rothschild, Le gouvernement de Sa Majesté considère avec bienveillance l’établissement en Palestine d’un foyer national juif, et fera ses meilleurs efforts pour en faciliter l’établissement. Il est clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse être préjudiciable ni aux droits civils et religieux des communautés non juives existant en Palestine, ni aux droits et statut politique des juifs vivant dans tout autre pays. (Arthur James Balfour) »

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

313


L’AFFAIRE MORTARA (1858)

ANTIJUDAISME – ANTISéMITISME 314

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

60%

567. Devoir sacré ! Sur ordre de l’Inquisition, le mercredi 23 juin 1858, à la tombée de la nuit, des policiers se présentent chez les Mortara, une famille juive de Bologne. Leur Mission ? Se saisir de leur enfant, le petit Edgardo, baptisé en secret par une servante, alors qu’elle le croyait à l’article de la mort. La nouvelle du rapt par l’Eglise se propagea dans toute l’Europe et jusqu’au Etats-Unis. Comités juifs de soutiens, manifestations et collectes de fonds s’organisent pour venir en aide à la famille Mortara afin que son petit garçon de six ans lui soit rendu. Toute l’Europe se saisira de l’affaire. Napoléon III intervient et les partisans du Risorgimento, autour de Mazzini et Garibaldi, s’en prennent à la domination réactionnaire de l’Eglise. Mais le Pape reste ferme : Pie IX en fait une question de principe. Le Cardinal Antonelli dira : « si la voix de la nature est puissante, les devoirs sacrés de la religion le sont plus encore ».

569. « J’accuse » « La vérité est en marche et rien ne l’arrêtera » Ce passage d’un article d’Emile Zola, paru dans l’Aurore le 13 novembre 1898, devint le leitmotiv des défenseurs du Capitaine Alfred Dreyfus. Accusé à tord d’avoir livré des documents à l’Allemagne, son innocence, malgré la découverte du vrai coupable, ne fut acquise qu’à la suite d’un long combat, et sa réhabilitation totale n’eut lieu qu’en 1906, sur décision de la Cour de cassation. Ainsi, malgré la vigoureuse opposition de l’armée, du gouvernement et de l’Eglise catholique, le capitaine Dreyfus fut finalement réhabilité. Emile Zola avait écrit dans l’Aurore du 22 février 1898 : « Ce dont la nation meurt, c’est de l’obscurité où l’on s’entête à la laisser, c’est de l’équivoque où elle agonise. Que mes œuvres périssent, si Dreyfus n’est pas innocent ! Il est innocent ! »

567. PIE IX, 1792 Senigallia – Vatican 1878 Pape, 1846-1878. Etat pontifical, 1846. Œuvre de Pietro Girometti. Médaille, bronze, 57 mm, 98,00 g. Emise en hommage au pape Pie IX, pour son élection pontificale. Av. pivs ix pontifex – maximvs anno I (Pie IX, Pontifex Maximus, an 1) Son buste à droite, coiffé d’une barrette et revêtu d’une mozzetta et d’une étole amplement brodée, notamment de l’œil de la Providence et des armoiries papales ; à l’exergue, le nom de l’artiste : p. girometti f[ecit]· (Fait par P. Girometti). Rv. opt[imvs]·principi avctori felicitatis pvb·provinciale vniversae aere collato (Au meilleur des princes, au garant de la félicité publique universelle, aere provinciale collato) Couronne de chêne attachée au moyen d’un ruban ; au centre vincet leo / de / tribv ivda (Le lion de la tribu de Judas a remporté la victoire). Tr. Lisse. FS 081 ; Forrer II, p. 274 (Pietro Girometti). Rare ; jolie patine marron-brun ; presque superbe/superbe. Médaillier Frank Sternberg.

eur: 150 - 225


L’AFFAIRE DREYFUS (1894-1906) 80%

60%

568. AUGUSTE MERCIER, 1833 Arras – 1921 Paris France, Troisième République, 1871-1940, 1906. Œuvre de Jean Baffier. Médaille, bronze, 50 mm, 54,00 g. Emise en remerciement au général Auguste Mercier, juge de l’affaire Dreyfus, pour son refus de revenir sur son jugement.

569. EMILE ZOLA, 1840 Paris – 1902 Paris France, IIIe République, 1871-1940, Paris, 1898. Œuvre monogrammée de Alexandre-Louis-Marie Charpentier. Médaille, bronze, 58,50 mm, 80,00 g.

Av. au général mercier justicier du traitre dreyfus / souscription nationale Son buste à gauche, vêtu en habits militaires auxquels est suspendue la décoration de la Légion d’Honneur. Rv. ma conviction / acquise / par les débats / de 1899 n’est / nullement ébranlée. / ma conscience ne / me permet pas de / m’associer au vote que / vous allez émettre / paroles prononcées / au sénat / le 18 juillet 1906 Le tout dans une couronne de chêne ; à l’exergue, au contour, le nom de l’artiste : j. baffier. Tr. bronze. FS 091 ; Peus 402, 1975.

Av. hommage à émile zola Son buste à droite, portant des lunettes ; dans le champ gauche, le monogramme de l’artiste : almc. Rv. la vérité / est en marche / et rien / ne l’arrêtera / émile zola / 15 janvier 1898 Soleil rayonnant au-dessus de nuages ; en-dessous, à l’exergue, le monogramme de l’artiste : almc. Tr. Lisse, poinçon et bronze. FS 528 ; Forrer I, p. 414 ; Felder, p. 21 ; Smolderen, p. 254 (Alexandre-Louis-Marie-Charpentier) ; Baldwin 74, 1845. Presque superbe. Médaillier Frank Sternberg.

Patine brune ; très bel exemplaire. Médaille d’un grand intérêt historique. Médaillier Frank Sternberg. En 1894, le général français Auguste Mercier, ministre de la Guerre, déclare le Juif Alfred Dreyfus coupable de trahison. Anti dreyfusard affirmé, il refusera de revenir sur son jugement et demandera encore une vérification du bordereau à la Cour de Cassation en 1906. La même année, lors des débats qui s’ensuivirent au Sénat, il déclara : « Ma conviction acquise par les débats de 1899 n’est nullement ébranlée ».

eur: 100 - 150

eur: 200 - 300

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

315


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

316

571. Meurtre rituel ! Thomas Masaryk, premier président de la République tchécoslovaque (1918-1935), comme en témoigne cette médaille commémorative, nous raconte : « Chaque enfant slovaque de la région de Goding grandissait dans une atmosphère d’antisémitisme, à l’école, à l’église, dans toute la société. (…) La superstition du sang chrétien utilisé pour confectionner les gâteaux de la Pâque faisait à ce point partie de mon existence qu’à chaque fois que je me trouvais près d’un Juif, je regardais ses mains pour voir s’il ne s’y trouvait pas du sang. Pendant longtemps, j’ai continué à faire ainsi (…) Puis-je effacer à jamais tout le mal que l’antisémitisme m’a conduit à faire aux jours de mon enfance. » En 1899, Léopold Hilsner, un Juif vagabond, est accusé de meurtre rituel. Il aurait égorgé une jeune fille catholique. Thomas Masaryk intervient en sa faveur et dépose un recours devant la cour suprême. L’accusé sera cependant condamné à la peine capitale. Celle-ci fut commuée en prison à vie, puis en 1918, Charles 1er d’Autriche lui accorde sa grâce. Hilsner mourra 10 ans plus tard sans que l’on ait pu établir l’exactitude de la thèse de Masaryk, selon laquelle la jeune fille aurait été victime d’une querelle familiale. Le frère de la jeune fille, sur son lit de mort, en 1969, avouera finalement le meurtre.

570. EMILE ZOLA, 1840 Paris – 1902 Paris mARIE GEORGE PICQUART, 1854 Strasbourg – Amiens 1914 France, IIIe République, 1871-1940. Œuvre de Foras. Médaille, bronze argenté, 31 mm, 11,51 g. Av. émile zola / la vérité est en marche et rien ne l’arrêtera Buste d’Emilie Zola de trois quart de face, portant des lunettes, vêtu d’une cravate et d’un veston ; sur l’épaule, à droite, le nom de l’artiste : foras. Rv. colonel picquart / je n’emporterai pas ce secret dans la tombe Son buste de trois quart de face ; sur l’épaule, à gauche le nom de l’artiste : foras. Tr. Lisse. FS 529. Anneau de suspension ; très bel exemplaire. Médaille d’un grand intérêt historique. Médaillier Frank Sternberg. Marie George Picquart (1854-1914) est un général et homme politique français. Dans les mois qui suivirent l’affaire Dreyfus, il est nommé dirigeant de la « section des statistiques » des services de renseignements. Là-bas, il étudie des documents rapiécés fournis par des femmes de ménage de l’ambassade d’Allemagne. C’est ainsi qu’il découvre, en 1896, le « petit bleu ». Ce morceau de papier lui permet d’identifier l’écriture présente sur le « bordereau », la principale pièce d’accusation contre Alfred Dreyfus. L’écriture est celle du commandant Ferdinand Walsin Esterházy. Il en informe sa hiérarchie, qui le mute en Tunisie. Deux ans plus tard, il est emprisonné à Paris. Il lui faudra attendre la fin de l’affaire Dreyfus, en 1906, pour être libéré puis réhabilité dans ses fonctions. Trois mois plus tard, il deviendra ministre de la Guerre.

eur: 100 - 200


POGROMS

L’AFFAIRE HILSNER (1899-1900)

317

571. TOMAS GARRIGUE MASARYK, 1850 Göding – 1937 Lány Tchécoslovaquie, 1935. Œuvre de Otakar Spaniel. Médaille, bronze doré, 50,50 mm, 45,00 g. Emise en l’honneur du président Tomas Masaryk, pour son 85e anniversaire. Av. tomas g.[arrigue] – masaryk Son buste à droite, vêtu d’un veston et d’une cravate ; sous la tranche du buste, le nom de l’artiste : o. spaniel ; le tout dans un cercle perlé. Rv. 18 7/III 50 (7 mars 1850)/ na pamĕt/ 85· narozenin / prvního presidenta / republiky / eskslovenské (Pour commémorer le 85e anniversaire du premier président de la République Tchécoslovaque)/ 19 7/III 35 (7 mars 1935) Branche de lierre et branche d’olivier ; le tout dans un cercle perlé. Tr. Lisse. FS 539 ; Forrer V, pp 580-581 et Felder, p. 29 (Otakar Spaniel). Superbe exemplaire.

572. Royaume des Pays-Bas, 1919. Œuvre de Rachel Margaretha van Dantzig. Plaquette, argent, 24 mm x 21 mm, 14,89 g. Offert en soutien aux victimes des pogroms d’Europe de l’Est. Av. ‫( שמע ישראל‬Ecoute Israël) Vieil homme juif à genoux priant, les mains tendues vers le ciel, au côté du cadavre de sa femme et de son enfant, assassinés ; en arrière-plan, dans le champ gauche, la foule meurtrière s’éloigne ; à l’exergue, à gauche, le nom de l’artiste r m v dantzig. Rv. voor / slachtoffers / de pogrom (Pour les victimes de pogrom) ; au centre ‫ עזרתה לנו‬/‫ קומה‬/ op ! / ons ter hulpe / ps·44·27 (Viens à notre secours, Psaumes XLIV, 27). Tr. Lisse. FS 508 ; Polak 64. Finement patiné ; avec anneau de suspension. Emouvante commémoration historique. Médaillier Frank Sternberg.

Médaillier Frank Sternberg.

eur: 50 - 75

eur: 200 - 300

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

80%


THéORIES RACIALES 318

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

40%

573. HOUSTON STEWART CHAMBERLAIN, 1855 Portsmouh – 1927 Bayreuth Allemagne, IIe Reich, 1871-1918, 1914. Œuvre de Hermann Hahn. Médaille, bronze, 89 mm, 203,00 g. Emise en l’honneur de Houston Stewart Chamberlain. Av. houston•stewart•chamberlain•lxi•iahrealt•im•iare•mcmxiv•des•grossen•krieges (Houston Stewart Chamberlain 61 ans en l’année 1914 de la grande guerre) Sa tête de trois quart à gauche ; dans le champ droit, le nom de l’artiste : h. hahn. Rv, der / sieg•des•lich/tes•ueber•die / finsterniss•in / der•seele•des•deut/schen – volkes / bildet - den•kr/aftigs - ten•sta / mm•meiner•aus / hundert•wur / zeln•gespeist / en•zuvers / - icht (La victoire, de la lumière sur les ténèbres dans l’âme du peuple allemand, est le tronc d’arbre le plus puissant de mon assurance, nourrie par des centaines de racines) Croix gammée, dans un carré en creux, au centre de l’inscription. Tr. Lisse. FS 364 ; Forrer II, p. 384 et Felder, p. 49 (Hermann Hahn). Rare ; jolie patine brun clair ; de haut relief ; superbe. Médaillier Frank Sternberg. Houston Stewart Chamberlain est un écrivain d’origine anglaise qui épousa Eva Wagner, la fille du célèbre compositeur, et qui se fera naturaliser dans son pays d’adoption : l’Allemagne. Dans ses ouvrages, il défend l’existence d’une race supérieure, qu’il nomme la « race aryenne ». Selon lui, cette race, la mère des classes dirigeantes d’Europe et d’Asie, subsiste en Allemagne sous sa forme la plus pure. Ses écrits inspirèrent Adolf Hitler, qui fut d’ailleurs l’une des rares personnes présentes lors de l’enterrement de l’écrivain.

eur: 200 - 300

574. Josef Nadler, 1884 Neudörfl - 1963 Vienne Autriche, 1934. Œuvre de Heinrich Zita. Médaille uniface, bronze, 55 mm, 61,00 g. Emise en l’honneur de Josef Nadler, pour son 50e anniversaire. Av. d[okto]r·josef nadler – zum 50. geburtstag (Pour le 50e anniversaire du docteur Josef Nadler) Sa tête à gauche ; dans le champ droit, la date: xxiii. / v / 1934 ; sous la troncature du cou, le nom de l’artiste : h· zita. Tr. Lisse. FS 396 ; Forrer VI, p. 731 (Heinrich Zita). Rare ; patine ocre métallisé ; très bel exemplaire. Médaillier Frank Sternberg. Germaniste et historien de la littérature, Josef Nadler enseigna dans différentes universités : celle de Fribourg en Suisse, de Kaliningrad en Russie et de Vienne en Autriche. Il écrivit une interprétation de l’histoire littéraire allemande dont se dégagent des conceptions racistes. Dans ses écrits, il considère le peuple allemand comme le fondateur d’une race, l’héritière du meilleur de la civilisation romaine. Influençable, il modifie sa position en fonction de l’environnement politique et intellectuel. Il se défendra ainsi de ses écrits après la seconde guerre mondiale, notamment en accréditant la thèse selon laquelle les services de Goebbels l’auraient contraint à réécrire certains de ses ouvrages.

eur: 150 - 225


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

319

« Un plus un, plus un, plus un… Chaque être humain est unique, donc irremplaçable. Et comme l’observe Judith Miller : « Nous devons nous souvenir que le compte de la Shoah ne fut pas six millions. Ce fut un plus un, plus un, plus un… »


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

320

575. Le ghetto de Litzmannstadt

Peuple immortel Goebbels, le ministre de la Propagande de Hitler, visita un jour une école à Berlin et demanda aux élèves de dire des slogans patriotiques percutants. - Heil Hitler ! commença un enfant. - Deutschland über alles ! cria un deuxième. - Excellent ! se réjouit Goebbels, mais est-ce que l’un d’entre vous aurait un slogan un peu plus fort ? - Notre peuple est immortel ! lança un troisième enfant. - Extraordinaire ! C’est le meilleur slogan que j’aie jamais entendu, s’émerveilla Goebbels, quel est ton nom, mon enfant ? - Aaron Shmuel Levi. (Marc-Alain Ouaknin)

La ville de Łódz devint le centre de l’industrie textile polonaise au XIXe siècle, ouvrant les portes à une importante immigration allemande, puis juive. Les membres de cette dernière couche d’immigration deviendront les grands industriels de la ville qui, un siècle plus tard, se hissera au rang de premier centre textile d’Europe. En l’honneur de Karl Litzmann, ancien général et membre du parti Nazi, et en commémoration de sa victoire lors de la Bataille de Łódz contre l’armée russe en 1914, la ville fut rebaptisée Litzmannstadt suite à l’invasion nazie durant la Seconde Guerre mondiale. C’est là qu’est créé, en 1940, le premier grand ghetto éponyme. Il sera transformé en un centre industriel important, dans lequel la population juive est contrainte de travailler dans des conditions abominables et près de douze heures par jour. Cette main d’œuvre est une véritable « mine d’or » pour les nazis. C’est pourquoi, alors que l’existence de ce ghetto ne devait être que temporaire, il réussira à subsister jusqu’en août 1944, devenant ainsi le dernier ghetto de Pologne à être liquidé. À la fin du mois d’août, le ghetto est éliminé. Quelque 900 personnes réussissent à se cacher dans les ruines, où ils survivent jusqu’à l’arrivée de l’Armée rouge. Au total, des 204 000 personnes qui passèrent par le ghetto de Łódz, seules 10 000 personnes survivront à la guerre. 95 % d’entre eux ont péri de privations, de maladie, ou gazés dans les camps d’Auschwitz-Birkenau ou à Chelmno (Ghetto de Łódz, Wikipedia).


MONNAIES DU GHETTO 575. Lot de six monnaies (a-f). I. POLOGNE Ghetto Litzmannstadt (Lodz), 1943. 10 Mark, Alluminium, 28 mm, 2,63 g. Av. getto / 1943 Etoile de David ; le tout dans un double cercle entrecoupé de six petites étoiles de David. Rv. quittung über / 10 mark / in litzmannstadt / der aelteste der juden (Valable pour 10 Mark, à Litzmannstadt, le Conseil des Anciens). Tr. Lisse. FS 566. Presque superbe. Médaillier Frank Sternberg.

II. 10 Mark, Alluminium, 28 mm, 3,50 g. Av. getto / 1943 Etoile de David ; le tout dans un double cercle entrecoupé de six petites étoiles de David. Rv. quittung über / 10 mark / in litzmannstadt / der aelteste der juden (Valable pour 10 Mark, à Litzmannstadt, le Conseil des Anciens). Tr. Lisse.

III. 5 Mark, Alluminium, 23 mm, 1,53 g. Av. getto / 1943 Etoile de David ; le tout dans un double cercle entrecoupé de six petites étoiles de David. Rv. quittung über / 10 mark / in litzmannstadt / der aelteste der juden (Valable pour 10 Mark, à Litzmannstadt, le Conseil des Anciens). Tr. Lisse.

FS 567.

FS 568.

Superbe.

Superbe.

Médaillier Frank Sternberg.

Médaillier Frank Sternberg.

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

321


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

322

IV. 10 Mark, Magnésium, 29 mm, 1,64 g. Av. getto / 1943 Etoile de David ; le tout dans un double cercle entrecoupé de six petites étoiles de David. Rv. quittung über / 10 mark / in litzmannstadt / der aelteste der juden (Valable pour 10 Mark, à Litzmannstadt, le Conseil des Anciens). Tr. Lisse.

V. 10 Mark, Magnésium, 29 mm, 1,72 g. Av. getto / 1943 Etoile de David ; le tout dans un double cercle entrecoupé de six petites étoiles de David. Rv. quittung über / 10 mark / in litzmannstadt / der aelteste der juden (Valable pour 10 Mark, à Litzmannstadt, le Conseil des Anciens). Tr. Lisse.

VI. 5 Mark, Magnésium, 23 mm, 1,06 g. Av. getto / 1943 Etoile de David ; le tout dans un double cercle entrecoupé de six petites étoiles de David. Rv. quittung über / 10 mark / in litzmannstadt / der aelteste der juden (Valable pour 10 Mark, à Litzmannstadt, le Conseil des Anciens). Tr. Lisse.

FS 570.

FS 571.

FS 569.

Surface vert de gris ;TB à très beau.

Surface vert de gris ;TB à très beau.

Surface vert de gris ;TB à très beau.

Médaillier Frank Sternberg.

Médaillier Frank Sternberg.

Médaillier Frank Sternberg.

eur: 400 - 600


576. Chaim Weizmann Chaim Weizmann (1874-1952), originaire de Biélorussie, fit ses études dans les universités de Berlin et de Fribourg, en Suisse. Professeur de chimie dans les universités de Genève, puis de Manchester, il devint citoyen britannique en 1904. Nommé directeur des Laboratoires de l’Amirauté britannique, il fut à l’origine de la découverte et du développement d’une méthode de synthèse de l’acétone, utilisée dans la fabrication des explosifs. D’après une légende populaire juive, c’est pour le récompenser d’avoir développé le TNT pour l’armée anglaise pendant la Première Guerre mondiale qu’en 1917 les Britanniques s’emparèrent de la Palestine et promulguèrent la déclaration Balfour, à l’origine du futur foyer national juif. (Telushkin, p. 659) Ben Gourion devint le premier des Premiers ministres d’Israël et offrit la présidence à Weizmann, qui accepta, sans se rendre compte que le poste était dénué de tout pouvoir. Il en fut profondément frustré, lui qui était tant habitué à l’action. Il se plaignit un jour à un de ses amis : « Mon mouchoir, c’est la seule chose dans laquelle je peux fourrer mon nez ! » Weizmann se consacra à la création de l’Institut qui porte son nom, un centre scientifique mondialement reconnu. Lorsqu’il mourut en 1952, il fut pleuré comme le plus grand des sionistes après Herzl. (Telushkin)

Visiter sa maman ! On raconte cela du docteur Chaim Weizmann, le chimiste qui devint le premier président de l’Etat d’Israël, à l’époque où il tentait de gagner le soutien des politiciens britanniques à la cause sioniste. Un des membres de la Chambre des lords lui demanda : « Pourquoi, vous les juifs, insistez-vous pour obtenir la Palestine, quand il y a tant de pays sous-développés où vous pourriez vous installer plus confortablement ? » Weizmann répondit : « C’est comme si je vous demandais pourquoi vous faites trente kilomètres en voiture tous les dimanches pour rendre visite à votre maman, alors qu’il y a tant de charmantes vieilles dames dans votre rue ! » (Harold Kushner, To Life !, p. 14-15 – Telushkin, p. 659)

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

323


ISRAËL M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

324

576. CHAIM WEIZMANN, 1874 Motol – 1952 Rehovot Israël, 1959. Œuvre de Robert Berks. Médaille, argent, 50,50 mm, 115,00 g. Emise pour le 25e anniversaire de l’Institut des Sciences Weizmann.

576. Chaim Weizmann Chaim Weizmann, qui devint le premier président de l’Etat d’Israël de 1948 à 1952, est un chimiste de grand renom. Il fonde en 1934 à Rehovot, près de Tel-Aviv, l’Institut de recherche Daniel Sieff, rebaptisé en 1949 Institut Weizmann. Aujourd’hui, cet institut est classé parmi les premiers centres de recherche au monde.

Av. ‫ מכון ויצמן למדע‬/ weizmann institute of science (Institut Weizman des sciences) Sa tête de face ; dans le champ gauche 1874, dans le champ droit 1952 ; à l’exergue weizmann. Rv. ‫ ע״ש דניאל זיו‬1934 ‫ מכון למחקר‬/ the daniel sieff 1959 research institute (Institut des sciences Daniel Sieff) Vue aérienne de l’institut : bâtiments, cour intérieur, arbres et buissons ; à l’exergue, le nom de l’artiste : Berks. Tr. Double ligne et sterling. FS 403 ; Friedenberg (1963)-, cf. p. 71. Excellent portrait, très expressif ; de haut relief ; superbe exemplaire. De toute beauté. Médaillier Frank Sternberg.

576. Robert Berks Le sculpteur américain Robert Berks (19222011) est l’auteur de plusieurs centaines de sculptures en bronze et monuments publics, dont le buste d’Abraham Lincoln, de John Fitzgerald Kennedy, ou encore le Mémorial Albert Einstein à Washington.

eur: 400 - 600


M o n n a i e s & m ĂŠ d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d ĂŠ c e mb r e 2 0 1 4

325


M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

326

577. Nathan le sage La pièce de théâtre « Nathan le sage », écrite par Gotthold Ephraïm Lessing, se déroule à Jérusalem, à l’époque de la troisième croisade (1187-1192). Récha, la fille adoptive du marchand juif Nathan, est sauvée par un chevalier chrétien lors d’un incendie. Ce dernier avait été le seul, parmi tous les prisonniers chrétiens, à être épargné par le sultan musulman Saladin, à cause de sa ressemblance avec Assad, le frère disparu du sultan. Les jeunes gens s’éprennent l’un de l’autre et le chevalier demande la main de Récha à Nathan. Ce dernier enquête sur son futur gendre et découvrira que sa fille adoptive Récha et le chevalier chrétien sont en réalité frères et sœurs, et enfants d’Assad. Ces multiples rebondissements vont peu à peu illustrer la philosophie de l’auteur soulignant la proximité des trois grandes religions monothéistes entre lesquelles il encourage une entente fraternelle et cordiale.


à suivre

ACTUALITéS THéâTRALES

327

577. Gotthold Ephraim Lessing, 1729 Kamenz – 1781 Brunswick Allemagne, Royaume de Brandenbourg-Prusse, Frédéric II le Grand, 1740-1786, Brunswick, 1781. Œuvre de Abraham Abramson. Médaille, argent, 43 mm, 28,40 g. Emise en mémoire de Gotthold Ephraim Lessing. Av. gotthold ephraim lessing Son buste drapé à droite ; à l’exergue natus mdccxxix (Né en 1729). Rv. veritas amicvm lvget aemvlvm natvra (La Vérité pleure son ami, la Nature son ennemi) Allégorie de la Vérité en pleurs avec un cœur rayonnant et de la Nature de part et d’autre d’une urne surmontée d’une lampa à huile allumée et posée sur une urne funéraire ; au milieu du champ nathan / der / weise (Nathan le sage) ; dans le champ droit a[tu]/s ; sous la ligne de terre den / mdcclxxxi (En 1781). Tr. Lisse. FS 062 ; Forrer I, pp 17-19 et Felder, p. 47(Abraham Abramson) ; Friedensburg et Seger 3852 ; Hoffmann 240 ; Cabinet de Berlin ; Umpach 9714 ; Gaedeschens 316. Rare ; joliment patiné ; superbe. Médaillier Frank Sternberg.

eur: 200 - 300

« Celui qui ne croit pas au miracle n’est pas un réaliste » Ben Gourion

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

80%


bibliographie I. MONNAIES ET OBJETS DE L’ ANTIQUITÉ CLASSIQUE éDITEURS Acta Archeologica, Acta Arc heologica, Copenhagen ANS, American Numismatic Society, New York. BAR, British Archaeological Reports, Oxford BCH, Bulletin de Correspondance Hellénique, Paris/Athènes

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

328

Typos, Typos. Monographien zur antiken Numismatik, publication de la Société Suisse de Numismatique, Berne. ZfN, Zeitschrift für Numismatik, publication de la Numismatische Gesellschaft zu Berlin, Berlin. OUVRAGES AMNG, H. von Fritze, H. Gaebler, B. Pick et al., Die Antiken Münzen NordGriechenlands, 3 vol., Reiner & Gruyter, Berlin, 1873-1935.

BMP, British Museum Press, Londres

Babelon, E. Babelon, Description historique et chronologique des monnaies de la République Romaine, 2 vol., Rollin & Feuardent, Paris, 1885-1886.

CIN, Congrès International de Numismatique.

Banti, A. Banti, I grandi bronzi imperiali, 9 vol., Banti, Florence, 1983-1987.

IIN, Istituto Italiano di Numismatica, Rome.

Calciati Pegasi I, R. Calciati, Pegasi, 2.vol., Mortara, 1990.

NAC, Numismatica e Antichità Classiche, Quaderni Ticinesi, Lugano.

Calicó, X. Calicò, The Roman Aurei, 2. vol. Barcelone 2003.

RNS, Royal Numismatic Society, Londres.

CNS, R. Calciati, Corpus Nummorum Siculorum I-III, Milano/Mortara, 1983-1987.

SM, Schweizer Münzblätter / Gazette Numismatique Suisse. Publication de la Société numismatique Suisse.

Cohen H. Cohen, Description historique des monnaies frappées sous l’empire romain communément appelées médailles impériales, 8 vol., 2ème éd., Rollin & Feuardent, Paris, 1880.

SSN, Société Suisse de Numismatique, Berne. UCL, Université Catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve.

Crawford, M.H. Crawford, Roman Republican Coinage, 2 vol., Cambridge University Press, Londres, 1974.

SéRIES ET PéRIODIQUES

Depeyrot, G. Depeyrot, I. Les monnaies d’Or de Diocletian à Constantin Ier, II. Les monnaies d’or de Constantin II à Zenon, Wetteren 1995-1996.

ACNAC, Ancient Coins in North American Collections, publication de l’American Numismatic Society, New York. AJN, American Journal of Numismatics, publication de l’American Numismatic Society, New York. AmuGS, Antike Münzen und Geschnittene Steine, publication du Deutsches Archäologisches Institut, Berlin. JIAN, Journal International d’Archéologie Numismatique, publication de J.N. Svoronos, Paris/Athènes. JNG, Jahrbuch für Numismatik und Geldgesichte, publication de la Bayerischen Numismatischen Gesellschaft, Munich MN, Museum Notes, publication de l’American Numismatic Society, New York. NAC QT, Numismatica e Antichità Classiche, Quaderni Ticinese, publication des Amici dei Quaderni Ticinese di Numismatica e Antichità Classiche, Lugano. NC, Numismatic Chronicle, publication de la Royal Numismatic Society, Londres. NNM, Numismatic Notes and Monographs, publication de l’American Numismatic Society, New York. Nomisma, Nomisma. Untersuchungen auf dem Gebiet der antiken Münzkunde, publication de H. von Fritze & H. Gaebler, Berlin. NS, Numismatic Studies, publication de l’American Numismatic Society, New York. RBN, Revue Belge de Numismatique et de Sigillographie, publication de la Société Royale de Numismatique, Bruxelles. RSN, Revue Suisse de Numismatique, publication de la publication de la Société Suisse de Numismatique, Berne. SNG, Sylloge Nummorum Graecorum.

Essays Kraay-Mørkholm, G. Le Rider, G.K. Jenkins, N. Waggoner, U. Westermark et al., Kraay-Mørkholm Essays. Numismatic studies in memory of C.M. Kraay and O. Mørkholm, Louvain-la-Neuve, 1989. Essays Robinson, C.M. Kraay, G.K. Jenkins et al., Essays in Greek coinage presented to Stanley Robinson, Oxford, 1968. Gemini, Gemini Ltd, New York. HN, N.K. Rutter, et al, Historia Numorum - Italy, BMP, Londres 2001. Jenkins, G.K. Jenkins, Monnaies grecques, Office du Livre, Fribourg (Suisse), 1972. Jenkins, Gela, G.K. Jenkins, The Coinage of Gela, AMUGS II, 1970. Kent-Hirmer, J.P.C. Kent, M. & A. Hirmer, Roman Coins, Thames and Hudson, Londres, 1978. Kraay-Hirmer, C.M. Kraay & M. Hirmer, Greek Coins, Thames and Hudson, Londres, 1966. Lacam, G. Lacam, La fin de l’Empire Romain et le monnayage d’or en Italie, Lucerna 1983. Lindgren, H.C. Lindgren, F.L. Kovacs, Ancient bronze coins of Asia Minor and the Levant from the Lindgren collection, San Mattéo, 1985. LT, H. de La Tour, Atlas de monnaies gauloises, Paris, 1892 (réimpression Spink, Londres, 1978). McAlee, Richard McAlee, The Coins of Roman Antioch. Lancaster, 2007. MIB, W. Hahn, Moneta Imperii Byzantini, Wien, 1973-1981. Milne, J. G. Milne, Catalogue of Alexandrian coins, with a supplement by C.M. Kraay, London, 1971. Müller, L. Müller, Numismatique d’Alexandre le Grand, suivie d’un appendice contenant les monnaies de Philippe II et III, Copenhague, 1855.


Prieur, M. Prieur, A Type corpus of the Syro-Phoenician tetradrachms and their fractions from 57 BC to AD 253, Lancaster 2000.

Gulbenkian, E.S.G. Robinson & M. Castro Hipólito, A catalogue of the Calouste Gulbenkian collection of Greek coins. Part 1 : Italy-Sicily-Carthago, Fundação Calouste Gulbenkian, Lisbonne, 1971. G.K. Jenkins & M. Castro Hipólito, A catalogue of the Calouste Gulbenkian collection of Greek coins. Part 2 : Greece to East, Fundação Calouste Gulbenkian, Lisbonne, 1989.

Ratto, Monnaies Byzantines et d’autres pays contemporains à l’époque Byzantine, R. Ratto, Lugano, 9 décembre 1930.

Haberlin, Collection E.J. Haeberlin, A.E. Cahn - A. Hess Nachf., Frankfurt, 17 juillet 1933.

Rec. Gén., W.H. Waddington, E. Babelon & Th. Reinach, Recueil Général des monnaies grecques d’Asie Mineure, 4 fasc., Leroux, Paris, 1908-1925.

Jameson, Collection Robert Jameson Monnaies grecques antiques et impériales romaines, 4 vol., Feuardent, Paris, 1913-1932.

RIC, H. Mattingly, E.A. Sydenham, C.H.V. Sutherland et al., The Roman Imperial Coinage, 10 vol., Spink, Londres, 1923-1994.

Laffaille, M. Laffaille, Choix de monnaies grecques en bronze, Rolle, 1982.

Rizzo, G.E. Rizzo, Monete greche della Sicilia, Roma, 1946.

McClean, S.W. Grose, Fitzwilliam Museum. Catalogue of the McClean collection of Greek Coins, Cambridge, 1923-1929.

RPC, A. Burnett, M. Armandy and P. Ripollès, Roman Provincial Coinage, London-Paris, 1992 ss.

Pozzi, Catalogue de monnaies grecques antiques provenant de la collection de feu le Professeur S. Pozzi, Naville, Genève, 1921.

Schefold MW, K. Schefold, Meisterwerke griechischer Kunst, Bâle, 1960.

Rosen, N.M. Waggoner, Early Greek coins from the collection of Jonathan P. Rosen, ACNAC 5, 1983.

Sear, D. R. Sear, Byzantine coins and their values, London, 1987. SMA, E.T. Newell, The Seleucid Mint of Antioch, New York, 1918.

SLM, K. Castelin, Keltische Münzen. Katalog der Sammlung im Schweizerischen Landesmuseum, 2 vol., Gut, Stäfa, 1978-1985.

Splendeur et témoignage, M-M Bendenoun, Les monnaies de l’Antiquité : Splendeur et témoignage, Tradart Institut, 2009.

Strauss, P. Strauss, Collection Maurice Laffaille. Monnaies grecques en bronze, Bâle, 1990.

Sutherland, C.H.V. Sutherland, Monnaies romaines, Office du livre, Fribourg (Suisse), 1974.

Vlasto, O.E. Ravel, Descriptive catalogue of Tarentine coins formed by M.P. Vlasto, London, 1947.

Sydenham, E.A. Sydenham, The coinage of the Roman Republic, Spink, Londres, 1952.

Weber, L. Forrer, Descriptive Catalogue of the collection of Greek coins formed by Sir Hermann Weber M. D. 1823-1918., 4 vol., Spink, Londres, 1922-1929.

Traité, E. Babelon, Traité des monnaies grecques et romaines, 5 vol., Leroux, Paris, 1901-1932.

Sylloge Nummorum Graecorum

WSM, E.T. Newell, The coinage of the Western Seleucid Mints from Seleucus I to Antiochus III, ANS NS 4, reprint 1977. Collections

Catalogues Boutin, S. Boutin, Catalogue des monnaies grecques antiques de l’ancienne collection Pozzi, Monnaies frappées en Europe, Maastricht, 1979.

ANS, D. Bérend, H.A. Troxell, N. Waggoner et al., [United States of America] The collection of The American Numismatic Society, 9 fasc., ANS, New York, 1969-1998. Ashmolean, J.G. Milne & C.M. Kraay, [Great Britain V] Ashmolean Museum, 4 fasc., Oxford University Press & Spink, Londres, 1951-1981. von Aulock, K. Kraft, O. Mørkholm, H.W. Ritter et al., Deutschland. Sammlung v. Aulock, 18 fasc., Mann, Berlin, 1957-1968. Berry, M. Thompson, [United States of America] The Burton Y. Berry collection, 2 fasc., ANS, New York, 1961-19.

Antikenmuseum Basel, H.A. Cahn, L. Mildenberg, R. Russo & H. Voegtli, Griechische Münzen aus Grossgriechenland und Sizilien, Antikenmuseum Basel und Sammlung Ludwig, Bâle, 1988.

BM, M.J. Price, [Great Britain IX] The British Museum. Part 1 : the Black Sea, BMP, Londres, 1993.

BMC, B.V. Head, G.F. Hill, W.W. Wroth et al., A Catalogue of the greek coins in the British Museum, 29 vol., Trustees of the British Museum, Londres, 1873-1927.

Copenhagen, N. Breitenstein, O. Mørkholm, W. Schwabacher et al., [Denmark] The royal collection of coin and Medals. Danish National Museum, 43 fasc., Munksgaard, Copenhague, 1942-1979.

BMC RE, H. Mattingly & R.A.G. Carson, Coins of the Roman Empire in the British Museum, 6 vol., Trustees of the British Museum, Londres, 1923-1962.

Delepierre, H. Nicolet, France. Bibliothèque Nationale. Cabinet des médailles. Collection Jean et Marie Delepierre, BNF, Paris, 1983.

BN, J.B. Giard & S. Estiot, Bibliothèque Nationale. Catalogue des monnaies de l’empire romain, 4 vol., BNF, Paris, 1988-2004.

Fitzwilliam, F. Heichelheim, [Great Britain IV] Fitzwilliam Museum : Leake and General collection, 8 fasc., Oxford University Press & Spink, Londres, 1947-1972.

Boston, A. Baldwin Brett, Catalogue of Greek coins. Museum of Fine Arts, Boston, 1955.

France, E. Levante, France 2. Cabinet des médailles. Cilicie, BNF/NAC, Paris, 1993.

Dattari, G. Dattari, Monete imperiali greche. Num. Augg. Alexandrini. Catalogo della collezione G. Dattari compilato dal proprietario, Cairo, 1901. De Luynes, J. Babelon, Catalogue de la collection de Luynes : monnaies grecques, 4 vol., Florange & Ciani, Paris, 1924-1936. Dewing, S. Hurter, L. Mildenberg, The Arthur S. Dewing collection of Greek Coins, ACNAC 6, 1985. DO, A. Bellinger - P. Grierson, Byzantine coins in the Dumbarton Oaks collection and in the Whittemore collection, Washington, 1966-1973.

Kahyan, Konuk Koray, Turkey. 1, The Muharrem Kayhan collection. Collection Numismatica Anatolica (1) Bordeaux, 2002. Keckman, R.H.J. Ashton & U. Westermark, Finland. The Erkki Keckman collection in the Skopbank, Helsinki. Part 1 : Karia, Finnish society of Sciences and Letters, Helsinki, 1994. Levante, E. Levante, Switzerland 1. Levante-Cilicia. Crédit Suisse, Berne, 1986. Lewis, M J Price [Great Britain VI] The Lewis collection in Corpus Christi College, Cambridge, I : The Greek and Hellenistic coins (with Britain and Parthia), Londres 1972.

329

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

Price, M.J. Price, The coinage in the name of Alexander the Great and Philip Arrhidaeus, Zürich/London, 1991.


Lloyd, E.S.G Robinson, [Great Britain II] The Lloyd collection, 8 fasc., Oxford University Press & Spink, Londres, 1934-1937.

Emmerig, Emmerig, H. « Die Kornjudenmedaillen in der Sammlung Brettauer », Geldgeschichtliche Nachrichten 269, septembre 2013, pp. 258-269.

Lockett, E.S.G Robinson, [Great Britain III] The Lockett collection, 5 fasc., Oxford University Press & Spink, Londres, 1938.

Escande, Escande, P. Les médailles d’Algérie, Edition Harriet, Hélette, 1996.

Morcom, [Great Britain X], John Morcom Collection, Oxford, 1995. München, W. Leschorn, K. Liampi, P.R. Franke et al., Deutschland. Staatliche Münzammlung München. 14 fasc., Mann, Berlin/Hirmer, Munich, 1968-2002. Spear, A.houghton, A. Spear, C.Lorber Israel I, The Arnold Spaer Collection of Seleucid Coins, Jerusalem, 1998. Spencer Churchill, The collection of Capt. E.B. Spencer-Churchill, M.C. of Northwick Park, London, 1931.

330

Feuardent, Feuardent, F. Jetons et méreaux depuis Louis IX jusqu’à la fin du Consulat de Bonaparte, 3 tomes, Rollin et Feuardent, Paris, 1907. Fieweger, fieweger, C. Collection Fieweger : Katalog satyrischer Medaillen und Munzen aus dem Nachlass des am 8. October 1883, Berlin, 22-23 April, 1885. Forrer, Forrer, L. Biographical Dictionary of Medallists, 8 vol, Spink & Son Ltd, Londres, 1904-1930.

Tübingen, Münzsammlung der Universität Tübingen, Berlin, 1981 ss.

Friedberg, Friedberg, R. Gold Coins of the world from Ancient Times to Present, 6e édition, The Coin & Currency Institute Inc, Clifton, 1992.

II. MONNAIES ET médailles modernes et judaïca

Friedenberg (1963), Friedenberg, D. M. Great Jewish Portraits in Metal: selected plaques and medals from the Samuel Friedenberg collection of the Jewish Museum, Schocken Books, New York, 1963.

Baldwin 74, Baldwin’s 74, Londres, 9 mai 2012. Baxter, Baxter, B. A. The Beaux-Arts Medal in America, The American Numismatic Society, New York, 1987.

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

Felder, felder, P. Medaillenkunst des Jugendstills: Eine kunstgeschichtliche Einführung, Gietl Verlag, 2006.

BENEZIT, H. Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, Paris, 4e édition, 14 vol., 1999

Friedenberg (1970), Friedenberg, D. M. Jewish Medals from the Renaissances to the Fall of Napoleon (1503-1815), Clarkson N. Potter, New York, 1970. Friedenberg (1976), Friedenberg, D. M. Jewish Minters & Medalists, The Jewish Publication Society of America, Philadelphia, 1976.

Bergsoe, Bergsoe, V. Danske Medailler fra 1789-1892, Kjøbenchavn, 1897.

Friedensburg et Seger, Friedensburg, F. et Seger, H. Schlesische Münzen und Medaillen der Neueren Zeit, Breslau, 1901.

Binder, Binder, C. et Ebner, J. Würrtembergische Münz- und Medaillenkunde, Stuttgart, 1846.

Gadoury, Gadoury, V. Monnaies Françaises. 1789-1981, Victor Gadoury, Monte Carlo, 1981.

Bokberg, Bokberg, F. U., Münzgeschichte der Stadt Berlin, 3 vol., Berlin, 1869.

Gadoury & Droulers, Gadoury, V. & Droulers, F. Monnaies Royales Françaises. 1610-1792, Victor Gadoury, Monte Carlo, 1978.

Bramsen, Bramsen, L. Médailler Napoléon le Grand ou description des médailles, clichés, repoussés et médailles-décoratives relatives aux affaires de la France pendant le Consulat et l’Empire, Alphonse Picards et fils, Paris, 1904.

Gaedechens, Gaedechens, O.C. Hamburgische Münzen und Medaillen, 3 vol., Hamburg, 1843/76.

Brettauer, Emmerig, H. « Die Kornjudenmedaillen in der Sammlung Brettauer », Geldgeschichtliche Nachrichten 269, septembre 2013, pp. 258-269. Cabinet de Berlin, Cabinet des médailles du musée de l’empereur Frédéric Captain J. Laskey, Captain Laskey, J. Medals Struck at the National Medal Mint by Order of Napoleon Bonaparte, Londres, H.R. Young, pp 47-49. Catalogue Merzbacher, Münzen und Medaillen aller Länder Munchen, Dr. Eugen Merzbacher, München, 4 mars 1913. Collection Strauss, Collection Isaac Strauss, conservée au Musée d’Art et d’Histoire du Judaisme à Paris. Collection Strieboll, Strieboll G., Schlesische Münzen und Medaillen, A. Riechmann 36, Halle, 15 juin 1926. Darmon, Darmon, A. Autour de l’art Juif: Peintres, sculpteurs et photographes, Carnot, Chatou, 2003.

Gitler, Travaini L., Valori e disvalori simbolici delle monete: I Trenta denari di Giuda, Editions Quasar, Rome, 2009. Hauser, Hauser, J. Die Münzen und Medaillen der Haupt- und Residenzstadt München, München 1905. Hawkins, Hawkins, E. Medallic illustrations of the history of Great Britain and Ireland to the death George II, 6 volumes, Trustees of the British Museum, Londres, 1885. Hendin, Hendin, D. Not Kosher: Forgeries of Ancient Jewish and Biblical Coins, Amphora, New York, 2005. Hennebert, Hennebert, A. J. Godefroid Devreese, sculpteur-médailleur: approche biographique et catalogue des médailles, Cercle d’Etudes Numismatiques, Bruxelles, 1983. Hess-Divo 320, Hess-Divo AG 320, Zürich, 26 octobre 2011. Hess-Divo 323, Hess-Divo AG 323, Zürich, 30 mai 2013. Hill, Hill, G. F. The Medallic Portrait of Christ, Clarendon Press, Oxford, 1920.

Davenport, Davenport, J. S. European Crowns 1600-1700, John S. Davenport, Galesburg, 1974.

Hirsch 272, Gerhard Hirsch Nachfolger 272, Munich, 4-7 mai 2011.

de Witte, Witte, A. de. Godefroid Devreese (statuaire-médailleur), biographie et catalogue de ses médailles, Ernest Leroux, Paris, 1912.

Hoffmann, Hoffmann, T. Jacob Abraham und Abraham Abramson. 55 Jahre Berliner Medaillenkunst 1755-1801, J. Kauffmann Verlag, Frankfurt, 1927.

Dratwa, Dratwa, D. Médailles à thème juif de Belgique, Musée Juif de Belgique, Bruxelles, 1997.

Hoydonck, Hoydonck, E. van Jacques Wiener (1815-1899) Medailles, Jetons, Bruxelles, 1972.

Eidlitz, Eidlitz, R. J. Medals and Medallions relating to architects, New York, 1927.

Joseph & Fellner, Joseph, P. et Fellner, E. Die Münzen von Frankfurt am Main, Frankfurt, 1896-1903.

Eimer, Eimer, C. British Commemorative medal and their values, Spink, Londres, 2010.

Julius, Julius, P. Krieg und Frieden in der Medaille und in der Gedenkmünze, Heidelberg, 1958.


Katz, Katz, V. Die erzgebirgischen Prägemedaillen des XVI. Jahrhunderts, Prague, 1932.

PreSSler, Pressler, E. Schraubtaler und Steckmedaillen - Verborgene Kostbarkeiten, Süddeutsche Münzkataloge 10, Stuttgart, 2000.

Kienast, Kienast, G. W. The Medals of Karl Goetz, The Artus Company, Cleveland, 1967.

Rauch 90, H. D. Rauch 90, Vienne, juin 2012.

Kirschner, Kirschner, B. Deutsche Spottmedaillen auf Juden, Battenberg, München, 1968. Kluge, Kluge, B. « Unter grosser Gefahr und Risico Bei Mässigem Vortheil. Veitel Ephraim und die Jüdischen Münzentrepreneurs in Preussen unter Friedrich dem Grossen », Geldgeschichtliche Nachrichten 269, septembre 2013, pp. 243-255. Krause & Mishler (2004), Krause, C.L. & Mishler, C. Standard Catalog of World Coins. 19th Century, KP Books, Iola, 2004. Krause & Mishler (2006), Krause, C.L. & Mishler, C. Standard Catalog of World Coins. 1901-Present, KP Books, Iola, 2006. Le Franc, Diot, D., E. Kontos, M. Prieur, et al…. Le franc. Argus des monnaies françaises. 1795-2001, Edition les Chevau-léger, Paris, 2001. Les amis de Max Jacob, « Médaille Max Jacob », Les amis de Max Jacob 8, juin 2009, p. 5. Loehr, Loehr, A. R. von Wiener Medailleure, Wien, 1899. Maïer, Maïer, N. L’art de la médaille en France. 1870-1940, Nicholas Maïer, München, 2010. Mann, Mann, J. Anhaltische Münzen und Medaillen vom Ende des XV. Jhs. bis 1906, Hannover, 1907. Mazard, Mazard, J. Histoire monétaire et numismatique contemporaine, 1790-1967, tome 2, 1848-1967, Paris, 1968. Mazerolle (Jean Varin), Mazerolle, F. Jean Varin : conducteur de la monnaie du moulin, tailleur général des monnaies controleur général des poinçons et effigies; sa famille, son œuvre (1596-1672), 2 volumes, E. Bourgey, Paris, 1932. Millin, Millin, A.-L. Histoire métallique de Napoléon, ou Recueil des médailles et des monnaies qui ont été frappées depuis la première campagne de l’armée d’Italie jusqu’à son abdication en 1815, Londres, Treuttel et Wurtz, 1819.

Rauch, Summer Auction 2012, H. D. Rauch, Summer Auction, Vienne, septembre 2012. RBN, « Jacques Wiener, graveur en médailles et son œuvre », Revue Belge de Numismatique 39, 1883. Smolderen, Smolderen, L. La Médaille en Belgique des origines à nos jours, Cultura, Wetteren, 2009. Sobin, Sobin, G. The silver crowns of France, 1641-1973 : a catalogue of the regularly issued crown-sized silver coins of France struck under national authority after the coinage reform of 1641, Richard Margolis, Teaneck, 1974. Spiess, Spiess, J. J. Brandenburgliche historische Münzbeluftigungen, 5 vol., 1768-74. Stern (1937), Stern M., Aus dem Berliner jüdischen Museum, Berlin, 1937. Stern (2011), Stern K., Giuditta Pasta: A Life on the Lyric Stage, Operaphile Press, Palm Springs, 2011. The Sculpture of Isidore Konti, The Sculpture of Isidore Konti 18621938, The Hudson River Museum, New York, 1974. Tourneur, Tourneur, V. Médailles historiques de Belgique, t. III., Société Royale de Numismatique, Bruxelles, 1919. Umpach, Numophylacium Amphachianum, Leipzig und Raumburg, 3 vol., 1833-35. Van Loon, Van Loon , G. Histoire métallique des XVII provinces des Pays Bas, depuis l’abdication de Charles Quint jusqu’à la Paix de Bade, 1716 , La Haye, Gosse, Neaulme, De Hondt, 1732-1737. Victoor, Victoor, R. Monnaies des rois Louis. 1610-1793, R. Victoor, Dunkerque, 1973. Weiler, Weiler, H. Kölner Dom – Medaillen, Krefeld, 1977. Whiting, Whiting R. B., Martin Luther und die Reformation auf Münzen und Medaillen, Spink & Sons / C. E. Bullowa, Zürich 19 avril 1983. Wurzbach-Tannenberg, wurzbach-Tannenberg, Katalog meiner Sammlung von Medaillen, Plaketten und Jetons, 2 vol., Leipzig, 1943.

Montenegro, Montenegro, E. Manuale del collezionista di monete italiane con valutazione e gradi di rarita, Montenegro s.a.s., 2000.

III. BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE

Morin, Morin, F. Catalogue des monnaies belges de 1832 jusqu’à présent, Renie Van Bergen, Anvers, 1980.

Aggadoth du Talmud de Babylone, Edition Verdier, Lagrasse, 1982.

Niggl, Niggl P., Musiker–Medaillen, Große Dirigenten, 2 vol., Hofheim, 1965 et 1987. Och, Och, F., Münzen bayerischer Klöster, Kirchen, Wallfahrtsorte, München, 1897. Peus 399, Dr. Busso Peus Nachf. 399, Frankfurt am Mainz, 4-6 novembre 2009. Peus 402, Dr. Busso Peus Nachf. 402, Frankfurt am Mainz, 3-5 novembre 2010. Peus 412, Dr. Busso Peus Nachf. 412, Frankfurt am Mainz, 24-25 avril 2014. Philippen, Philippen, J. Splendeur de la monnaie belge : rétrospective historique de 150 années de numismatique, traduit par Jacques Stoquart, Caisse centrale de dépôts C.O.B., Bruxelles, 1979.

Abbé Proyart, La vie de Marie Lesczinska, Lille, Mégard, 1825.

Agulhon, M. « Esquisse pour une archéologie de la République : l’allégorie civique féminine », Annales. Histoire, sciences sociales 28 (1), 1973, pp 5-35. Amandry, M. Dictionnaire de Numismatique, Larousse, Paris, 2011. Au creux de la main. L’art de la médaille en France aux XIXe et au XXe siècles, Catalogue de l’exposition organisée par la Monnaie de Paris au Musée des Arts décoratif de Bordeaux du 14 décembre 2012 au 18 mars 2013 (dir. E. Papet), Skira Flammarion, Paris, 2013. Babelon, E. « Médaille », Revue de l’art XVII, n°96, mars 1905, pp 161-179. Babelon, E. Les Médailles historiques du règne de Napoléon le Grand, empereur et roi, E. Leroux, Paris, 1912.

Polak, Polak, A. Joodse penningen in de nederlanden: Jewish medals in the Netherlands, Jacques Schulman, Amsterdam, 1958.

Barrandon J.-N. et Bompaire, M. « Ecus d’or affaiblis, de 1417 à 1436 », Revue Numismatique 34, 1992, pp 100-150.

Pradel, Pradel, P. Catalogue des jetons des princes et princesses de la Maison de France, Paris, Bibliothèque nationale, 1936.

Beneut, G. « Un trésor du temps de la Ligue trouvé à Villenoy (Seine-etMarne) », RN 8, 1966, pp 306-312.

331

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

Kienast, Supplément, Kienast, G. W. Goetz II: A Supplement to The Medals of Karl Goetz, The Artus Company, Lincoln, 1986.


Bensoussan, G. Juifs en pays arabes. Le grand déracinement. 18501975, Editions Tallandier, Paris, 2012.

Kertzer, D. Pie IX et l’enfant juif. L’enlèvement d’Edgardo Mortara, Perrin, Paris, 2001.

Biographie universelle, ancienne et moderne, tome 12, Paris, L. G. Michaud, 1814.

Kienast, D, Römische Kaisertabelle, Grundzüge einer römischen Kaiserchronologie, Darmstadt, 2004.

Blanchet, A. « Note sur l’origine du gros tournois », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 45, 1901, pp 258-262.

La médaille au temps de Louis XIV, Catalogue de l’exposition organisée à Paris à l’Hôtel de la Monnaie de janvier à mars 1970, Hôtel de la Monnaie, Paris, 1970.

Charpiot, R. Histoire des juifs d’Allemagne du Moyen Âge à nos jours, Vuibert, Paris, 2009. Daltroff, J. La Synagogue du quai Kléber, I. D. l’Edition, Bernardswiller, 2012. Daltroff, J. La Synagogue du quai Kléber. Strasbourg (1898-1941), I.D.

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

332

La tolérance civile, Actes du colloque organisé à Mons du 2 au 4 septembre 1981 par l’Université de Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles, Bruxelles, 1982. Lakmaker, J. Esther de Boer-van Rijk, Wereldbibliotheek, Amsterdam, 2014.

Editions, 2012.

Le Petit Mourre. Dictionnaire d’Histoire universelle, Bordas, 2006.

Darnis, J.-M. Papiers de la famille Barre, Catalogue des fonds d’archives de la Monnaie de Paris, Paris, s. d.

Leiman, S. Z. « A Note on the Rabbi Isaac Elhanan Spektor Medallion », The Shekel 38/2, 2005, pp. 26-27.

Dictionnaire du Judaïsme, Encyclopedia Universalis et Albin Michel, 1998.

Lessing, Nathan le Sage, Flammarion, Paris, 1997.

Dictionnaire du judaïsme. Esquisse de l’histoire du peuple juif. Calendrier 1942-2022, Editions Robert Laffont S.A., Paris, 1996.

Malka, V. Les Juifs Sépharades, 2e édition, Presses universitaires de France, Paris, 1991.

Dieudonne, A. « Les monnaies royales depuis la réforme de Charles V jusqu’à la restauration monétaire par Charles VII, spécialement dans ses rapports avec l’histoire politique », Bibliothèque de l’Ecole de Chartres 73, 1911, pp 263-282.

Méchoulan, H. Les juifs du silence au siècle d’or espagnol, Albin Miche, Paris, 2003.

Elon, A. Requiem Allemand : Une histoire des Juifs allemands 1743-1933, Denoël, Paris, 2010. Encyclopédie méthodique, Paris, Panckoucke, t. 1, 1786, pp 415-416.

Meddeb, A. et Stora, B. Histoire des relations entre juifs et musulmans des origines à nos jours, Albin Michel, Paris, 2013. Mordecai, S. The Shengold Jewish Encyclopedia, Schreiber Publishing Inc, New York, 2007 (4e edition).

Feuchtwanger, L. Le juif Süss, Belfond, Paris, 2010

Naouri, A., Angel, S. et Gutton P. Les mères juives n’existent pas… mais alors qu’est-ce qui existe ?, Odile Jacob, Paris, 2005.

Germa, A., Lellouch, B., Patlagean, E. Les juifs dans l’histoire, Editions Champ Vallon, Ceyzérieu, 2011.

Nouveau dictionnaire Français-Hébreux, Hébreux – français, Edition S. Zack et Cie, Jérusalem, 1990.

Graetz, H. History of the Jews: From the Chmielnicki Persecution of the Jews in Poland (1648 C. E.) to the Period of Emancipation in Central Europe (c. 1870 C. E.), The Jewish Publication Society of America, Philadelphia, 1956.

Ouaknin, M.-A. et ROTNEMER, D. La bible de l’humour juif, Editions J’ai lu, Paris, 1995.

Gutman, r. Le Document fondateur du Judaïsme français: Les décisions doctrinales du Grand Sanhédrin 1806-1807, Presse Universitaire de Strasbourg, Strasbourg, 2000.

Ouaknin, M.-A. La bible de l’humour juif, Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 2011. Roth, C. Doña Gracia Nasi, The Jewish Publication Society of America, 1948. Roth, C. Histoire des marranes, Irène Roth, 1932.

Gutman, R. Les documents fondateurs du judaïsme français : Les décisions doctrinales du Grand Sanhédrin. 1806 – 1807, Presses universitaires de Strasbourg, Strasbourg, 2000.

Schreiber, J.-P. Dictionnaire biographique des Juifs de Belgique: Figures du judaïsme belge XIXe – XXe siècles, De Boeck, Bruxelles, 2002.

Hadas-Lebel, M. Rome, la Judée et les juifs, Editions A. et J. Picard, 2009.

Stendhal, Vie de Rossinin [par]Stendhal, suivie des notes d’une dilettante, Librairie ancienne Honoré Champion – Edouard Champion, 1923.

Haïat, P. Anthologie de la poésie juive du monde entier depuis les temps bibliques jusqu’à nos jours, Mazarine, Paris, 1985.

Stendhal. Vie de Rosini, Hardpress Publishing, Miami, 2013.

Haïat, P. Anthologie de la poésie juive du monde entier depuis les temps bibliques jusqu’à nos jours, Editions Mazarine, Pais, 1985. Hebrew Union College, Catalogue: collection of Art Works by Boris Schatz, Hebrew Union College library, Cincinnati, 1914. Heine, H. Nouveaux poèmes, Editions Gallimard, Paris, 1998. International Medallic Exhibition of the American Numismatic Society, New York, 1910. Juifs d’Algérie, catalogue de l’exposition « Juifs d’Algérie » présentée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme du 28 septembre 2012 au 27 janvier 2013, Musée d’art et d’histoire du Judaïsme, Paris, 2012. Kahn, Z. La Bible: traduction intégrale hébreu-français, Editions Sinaï, Tel Aviv, 1994.

Stern K., Giuditta Pasta: A Life on the Lyric Stage, Operaphile Press, Palm Springs, 2011. Telushkin, J. Le grand livre de la sagesse juive, Calmann-Lévy, Paris, 1999. Voeltz Richard A., « A Good Jew and a Good Englishman: The Jewish Lads’ Brigade, 1894-1922 », Journal of Contemporary History 23/119, 1988, pp. 93-94. Yovel, Y. Les Juifs selon Hegel et Nietzsche : La clef d’une énigme, Editions du Seuil, Paris, 2001.


Index des artistes Dumarest, Rambert - 466

Müllner, J. - 530

Abramson, Abraham - 532; 577

Dupré, Augustin - 446 ; 453a ; 453b ; 453c ;

Nesti Vittorio - 552

AETNA, maître de - 40

454a ; 454b ; 454c ; 455i ; 456c ; 456j ; 457h ;

Oexlein, Johann Leonhard - 504

Alsing, Hans Friedrich - 533

458f ; 459h; 506

Oudiné, Eugène André - 452b ; 452c

Augustus Saint Gaudens - 419

Durand-Mégret, Michel - 455f ; 456a ;

Paget, Humphrey - 416f ; 416g ; 416h

Baffier, Jean - 568

456c ; 456f ; 459c ; 459f

Pastorini, Pastorino de - 496

Baldrati, Gérard - 455c ; 456d ; 457d ;

Duvivier, Benjamin - 437 ; 438 ; 439 ; 456a ;

Peter, Andrej - 541

458b ; 459d

459c ; 465b

PFEUFFER, Carl von - 522

Barre, Albert Désiré - 450a ; 450b ; 450c ;

Elion, Jacques - 524

Radnitzky, Carl - 534 ; 538 ; 548

450d ; 450e

Elkan, Benno - 519

Reich, Johann Christian - 501 ; 502 ; 505

Barre, Jean-Jacques - 447 ; 448 ; 449 ;

Emanuel, Frank Lewis - 562

Rodier, Pierre - 458i ; 459b

455f ; 456f ; 459f ; 484 ; 485 ; 486

EuaINETOS - 46

Roëttiers, Joseph Charles - 436

Baron, Roger Bertrand - 478

Ferraris, Giuseppe - 417a ; 508

Rogat, Emile - 509

Baudry, Léon Georges - 482a ; 482b

Foras - 570

Rothberger, Alfred - 551

Beer, Samuel Friedrich - 564

Gayrard, Raymond - 473

Roty, louis Oscar - 452d

Bergeron, Etienne - 427

Gendis, Jean-Pierre - 457a

Rousseau, Emile - 455g ; 456h ; 456i ; 457e ;

Berks, Robert - 576

Girometti, Pietro - 567

458e ; 459a ; 459g

B, M - 560

Goetz, Karl - 514 ; 539 ; 553

Scharff, Anton - 527 ; 543 ; 556

Bonnetain, Armand - 561

G, T - 540

Schatz, Boris - 518

Borrel, Alfred - 507

Gube, Max - 512

Schwartz, Stefan - 557

Bovy, Antoine - 418c

Gudmar, Olovson - 483

Smeth, Louis Antoine De - 544

Brenet, Nicolas-Guy-Antoine - 440 ; 441 ;

Hahn, Hermann - 536 ; 573

Spaniel, Otakar - 571

506

Hannaux, Emmanuel - 523

Speranza, Filippo - 417b

Brentwett - 512

Hartig, Arnold - 549

Staudinger, Luise - 542

Brucher, Antoine - 463

Heiligenstein, P. - 513

Swanson, John M. - 559

Buccheim, Johann - 491

Hébert-Coëffin, Josette - 479

Tobón-Mejía, Marco - 476

Burke, J. van - 535

Houdon, Jean-Antoine - 459i

Tiolier, Nicolas Pierre - 445b

Capel - 451

Iché, René - 547

Tiolier, Pierre Joseph - 442 ; 443 ; 455i ;

Chaplain, Jules-Clément - 469

Jeitas, Sierre - 555

456j ; 457h ; 458f ; 459h

Caqué, Armand Auguste - 467

Jimenez, Joaquin - 455b ; 455h ; 457g

Toussaint - 555

Charpentier, Alexandre-Louis-Marie -

Joubert - 555

Torff, Emil - 550

569

Joubert, Frédéric - 455h ; 457g

TS, G - 566

Cogné, François Victor - 529

Kallai, David - 517

Turin, Pierre - 452a ; 452e ; 471 ; 477 ; 497

Corbin, Raymond - 455j ; 458a ; 458h

Konti, Isidor - 546

Varin, Jean - 428 ; 464

Croker, John - 460

Kormis, Fred - 563

Vincze, Paul - 565

Dantzig, Rachel Margaretha van - 572

Lenoir, Pierre - 474

Welcz, Concz - 494

Dautel, Pierre-Victor - 472 ; 475

Lesot, Claude - 457c

Wermuth, Christian - 498 ; 499 ; 500

Depaulis, Alexis-Joseph - 506

Mathieu, Georges - 455d ; 456e ; 459e

Wienecke, Johannes Cornelis - 461 ; 545

Devreese, Godefroid - 415c ; 531 ; 537

Marteau, François - 465a

Wiener, Jacques - 511 ; 520

Dropsy, Henri - 480

Michaut, Auguste François - 444 ; 445a

Wiener, Léopold - 415a ; 415b

Duetthe, Hervé - 456g ; 457f ; 458c

Micheleria, Arturo - 420

Zita, Heinrich - 574

333

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

Abraham, Jacob - 526


Conditions de la vente aux enchères publiques La présente vente aux enchères publiques organisée par TRADART mmb sa (ci-après « TRADART ») est une vente volontaire, menée sous le contrôle du ministère de Maître Quentin Debray, huissier de justice (ci-après « l’huissier ».) La participation aux enchères implique l’acceptation inconditionnelle des présentes conditions de ventes. Celles-ci seront affichées dans les salles où se tiendront les expositions et la vente. Lecture d’un résumé en sera faite en public par l’huissier au début de la vente. Le site internet et son catalogue en ligne sont disponibles à titre indicatif, la version imprimée du catalogue faisant foi en cas de divergence.

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

334

Article 1 - La vente est ouverte à tous. Toute personne inconnue est toutefois invitée à se faire connaître au plus tard avant que la vente ne commence. TRADART se réserve cependant le droit de refuser l’accès à la vente à toute personne paraissant d’une solvabilité manifestement douteuse ou susceptible de troubler le bon déroulement de la vente. Les personnes souhaitant accéder à la salle de vente, qu’elles aient ou non l’intention d’acheter, sont priées de se présenter avant la vente, donner leurs nom et adresse et remplir le formulaire d’inscription. Ces personnes recevront un numéro d’acheteur avec lequel elles pourront enchérir durant la vente. Les acheteurs peuvent enchérir par surenchères (enchères directes dans la salle de vente) ou donner des ordres d’achat écrits (en exécution d’un mandat confié à TRADART). Si deux ordres d’achat portent sur le même lot pour le même montant, la préférence sera donnée à l’ordre arrivé en premier. Les acheteurs qui souhaitent participer aux enchères en direct via Coretech sur internet (http://www.coretech.cc/CT3/clients/tradart/), en profitant de nos facilités, devront s’acquitter d’une taxe complémentaire de 2,5%. Dans ce cas, l’acheteur devra confirmer sa participation à la vente au moins 24 heures à l’avance, ce par lettre, par fax, ou par courriel en communiquant son identité complète et communiquer tous renseignements qui seraient demandés par tradart. Cette dernière se réserve notamment le droit de demander des références bancaires ou une garantie. Elle se réserve également le droit de refuser des enchères lorsque des raisons légitimes laissent à penser que le surenchérisseur restera en défaut de respecter ses engagements d’achat. TRADART n’est pas responsable des erreurs du client dans l’indication du numéro du lot qu’il veut acquérir ou du numéro de téléphone où il faut l’appeler, ni des divers problèmes de lignes téléphoniques ou internet (téléphones occupés, lignes interrompues, portables, etc.). Les enchérisseurs par téléphone acceptent que la communication téléphonique puisse être enregistrée. Article 2 - Le présent catalogue a été confectionné avec soin afin que les indications portées soient correctes et dignes de foi. Celles-ci ne reflètent que l’opinion de TRADART, qu’elle donne dans le cadre de son mandat en toute science et conscience. La responsabilité de TRADART ne saurait dès lors en aucun cas être engagée de ce chef, à l’exception de l’authenticité, qui est garantie. Article 3 - Tous les lots sont vendus dans l’état où ils se trouvent avec leurs défauts, imperfections, et erreurs éventuelles de description. TRADART ne saurait être rendue responsable des différences pouvant survenir entre l’objet et les mentions qui le concernent dans le catalogue, ni des défauts que cet objet peut comporter. Les acheteurs doivent s’assurer eux-mêmes avant la vente de l’état matériel de chaque lot, notamment en ce qui concerne d’éventuels défauts ou réparations. Aucune réclamation ne sera admise une fois la vente prononcée.

Article 4 - La vente sera criée sous le contrôle de l’huissier. La vente se fait dans l’ordre des numéros du catalogue. Toutefois TRADART se réserve la faculté d’assembler des lots, de les séparés, voire d’en retirer, sans devoir se justifier. La vente d’un lot est réalisée après trois appels consécutifs au plus offrant, dont l’offre a été acceptée par l’huissier, et constitue une obligation d’achat. En cas de contestation ou d’erreur lors de la vente, le lot sera récrié, l’huissier tranchera souverainement tout litige pouvant survenir au cours de la vente. Article 5 - Les surenchères doivent s’effectuer à l’aide du numéro d’acheteur, à haute voix, ou par signe traduisant sans équivoque la volonté de surenchérir. L’huissier se réserve le droit de refuser les offres émanant d’acheteurs inconnus ou faites de mauvaise foi. Le montant habituel des surenchères est fixé entre 5 et 10 % au-dessus de la dernière enchère. L’huissier pourra préciser ou modifier ce taux en l’annonçant préalablement. Les enchères directes (pendant la vente) par téléphone sont admises pour les acheteurs qui se sont valablement inscrits et fait connaître par écrit avant la vente. Article 6 - Tout ordre d’achat, donné oralement à l’exposition ou par téléphone, devra être confirmé par écrit (ordre signé, lettre, courriel) pour pouvoir être représenté par TRADART. Aucun ordre d’achat illimité ne sera accepté. TRADART se réserve le droit de rejeter tout ordre qu’il considérerait de mauvaise foi. Les ordres d’achat seront exécutés par TRADART, sans frais supplémentaires. Si des ordres d’achat devaient être identiques, la préférence sera accordée à celui qui aura été envoyé le premier, le cachet de la poste ou le libellé du courriel faisant foi, comme seul TRADART le déterminera. Au cas où deux ordres d’achat identiques seraient donnés à la fois par un enchérisseur présent dans la salle et par un donneur d’ordres d’achat, c’est l’enchérisseur présent dans la salle qui l’emportera. Article 7 - Tout donneur d’ordre d’achat inconnu de TRADART avant la vente est tenu de garantir ses ordres par des références bancaires valables ou par un dépôt auprès de TRADART, égal à 25 % du montant des ordres donnés, avant que ceux-ci ne soient acceptés. Les dépôts seront utilisés pour les ordres exécutés et tout montant non utilisé sera remboursé dans les plus brefs délais. Article 8 - Le lot est accordé à celui qui fait l’offre la plus élevée. Tout litige quant à la personne considérée comme l’acheteur d’un lot relève de la discrétion absolue de l’huissier qui peut annuler l’attribution du lot et le remettre immédiatement à la vente. Tout acheteur est responsable de l’achat effectué en son nom. Il ne peut pas prétendre avoir agi pour le compte d’un tiers. Article 9 - La vente a lieu strictement au comptant, en euros. Toutefois, pour permettre un déroulement rapide de la vente, il sera établi un bordereau pour chaque acheteur. Les bordereaux sont payables à la fin de chaque vacation. L’acheteur paie des frais d’acquisition de 23 % en sus du prix de vente de chaque lot. Ces frais sont réduits à 19 % pour les acquéreurs qui justifieront d’une exportation hors de l’Union Européenne. La différence sera remboursée à l’acquéreur sur présentation de la preuve de la déclaration d’exportation. Toutes les ventes à un ressortissant de l’Union Européenne sont soumises au régime particulier de la marge, T.V.A. non-déductible. Toute demande de facturation doit être faite avant paiement. Les taxes ou les impôts facturés à l’étranger sont à la charge de l’acquéreur (enchérisseur). Il lui incombe de s’informer au sujet des législations étrangères en matière de douane et de devises. TRADART décline toute responsabilité pour les éventuelles infractions à l’encontre de ces législations. Les frais d’envoi et d’assurance de l’envoi sont à la charge de l’acheteur. Article 10 - La totalité du prix d’achat, frais d’acquisition compris, doit être payée au comptant après la vente sur simple réquisition ou, avec


Article 11 - Les profits et les risques passent à l’acheteur dès la vente effectuée. Le transfert de possession de la marchandise à l’acheteur ne sera toutefois effectué qu’au moment où le prix d’achat sera intégralement payé, sauf accord contraire exprès. Les acheteurs sont tenus de prendre livraison de leurs achats dans les trois jours suivant la vente au siège de TRADART, sis à 1180 Uccle, avenue Molière 294, de 14h à 17h30 ou sur rendez-vous. Une fois passé ce délai de trois jours, TRADART ne pourra être tenue pour responsable d’aucune contestation généralement quelconque. TRADART se réserve le droit de remettre en vente les lots restés en souffrance, lors d’une séance ultérieure, aux risques et périls de l’acheteur défaillant et ce sans mise en demeure préalable. Dans tous les cas, les lots seront enlevés aux frais et risques de l’acquéreur, au plus tard dans les 10 jours du paiement intégral du prix. Audelà de ce délai, des frais de stockage seront facturés à l’acheteur. Article 12 - En cas de retard de paiement, l’acquéreur sera en demeure et TRADART pourra agir en exécution et réclamer des dommages-intérêts. Dans la même hypothèse, ainsi que dans celle où l’acquéreur ne retirerait pas un lot conformément aux conditions de vente, TRADART pourra également renoncer à l’exécution et réclamer des dommages-intérêts ou se départir du contrat. L’acquéreur accepte qu’en cas de demeure, le lot soit remis en vente aux enchères publiques ou privées au gré de TRADART, sans préjudice de tous autres droits, et toute différence de prix sera recouvrée contre l’acquéreur défaillant. Dans tous les cas, tout acompte sera acquis de plein droit, à titre de dédit. Article 13 - Jusqu’au paiement intégral du prix et des frais d’acquisition, l’acquéreur confère à TRADART un droit de gage sur la totalité des lots en possession de TRADART, garantissant le paiement de tout montant dû en capital, intérêts, commissions et frais éventuels. TRADART est autorisée, mais n’est pas obligée de le faire, à réaliser les gages sans autres formalités et sans préavis si l’acquéreur est en demeure. TRADART est également libre d’ouvrir ou de continuer une poursuite ordinaire sans pour autant renoncer à son droit de gage. Article 14 - TRADART, n’assume aucune responsabilité en cas de manquements des acheteurs ou des vendeurs. TRADART se réserve le droit de faire valoir tant contre l’acheteur que le vendeur le dommage qu’elle pourrait personnellement ressentir du fait d’un de ces manquements. Acheteurs et vendeurs acceptent de ne poursuivre TRADART d’aucun grief lié à la vente, mais de se reconnaître mutuellement comme seules parties à un éventuel litige relatif à ce grief, à l’exclusion de TRADART. Article 15 - En cas de contradiction entre les diverses traductions des conditions de vente, seul le texte français fera foi. Les présentes conditions de vente sont soumises au droit belge. En cas de litige les tribunaux de Bruxelles seront seuls compétents.

Public auction terms and conditions of sale This public auction, held by TRADART mmb sa (hereinafter “TRADART”), is a voluntary sale carried out under the supervision of Maître Quentin Debray, county court bailiff (hereinafter “the bailiff”). Participation in the auction implies unconditional acceptance of these terms and conditions of sale. They will be posted in the rooms in which the items are displayed and the sale held. The bailiff will read a summary in public at the beginning of the sale. The internet site and the online catalogue are available for information. The printed version of the catalogue will take precedence in the event of a difference. Article 1 - The sale is open to all. However, persons who are unknown to the organisers must identify themselves prior to the start of the sale. TRADART reserves the right to refuse access to the sale to anyone who is obviously of doubtful solvency or who could potentially disrupt the sale. People wishing to enter the saleroom, whether or not they intend to purchase, are requested to identify themselves prior to the start of the sale. They must give their name and address and fill in the registration form. They will be given a buyer’s number with which they can bid during the sale. Buyers can make higher bids in the auction room or submit purchase orders in writing (in execution of a proxy entrusted to TRADART). If there are two orders in the same amount for the same lot, preference will be given to the first one submitted. Buyers who wish to take part in the auction live via Coretech over the Internet (http://www.coretech.cc/CT3/clients/tradart/), benefiting from our facilities, will be required to pay an additional fee of 2.5%. In this case, the buyer must confirm their participation in the sale at least 24 hours in advance, by letter, fax or email. They must provide their full identity and all information requested by tradart. The latter reserves the right to request bank references and a guarantee. It also reserves the right to refuse bids when it has legitimate reasons to believe that the higher bidder will not meet their purchase commitment. TRADART cannot be held liable for any errors made by clients when providing the number of a lot they wish to acquire or the telephone number to be called, or for any problems with telephone lines or the internet (busy lines, interrupted calls, mobile telephones, etc.). Bidders bidding by telephone accept the fact that their calls may be recorded. Article 2 - The catalogue has been carefully created to ensure that all information included is correct and reliable. Entries reflect only the opinion of TRADART, which it provides as part of its proxy with full knowledge and confidence. TRADART cannot, therefore, be held liable in this respect, with the exception of authenticity, which it guarantees. Article 3 - All of the lots are sold as is with their defects, imperfections and any errors in description. TRADART cannot be held liable for any differences that may exist between the actual item and its description in the catalogue, or for any defects the item may have. Buyers must check the state of each item before the sale, notably with respect to potential defects or repairs. No claims will be accepted after the sale is complete. Article 4 - The sale will be called under the bailiff’s supervision. The sale will be carried out in catalogue order number. However, TRADART reserves the right to assemble, separate or withdraw lots without giving a reason. The sale of a lot will be complete after three consecutive calls to the highest bidder, whose offer was accepted by the bailiff, therefore confirming the obligation to purchase. In the event of a challenge or error during the sale, the lot will be called again. The bailiff will decide alone any disputes occurring during the sale. Article 5 - Higher bids must be made using the buyer number, out loud or with a sign clearly indicating the desire to make a higher bid. The bailiff

335

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

l’accord préalable exprès de TRADART, dans les 30 jours. Pour tout retard, un intérêt de 1 % par mois sera perçu. La propriété des objets vendus sera transférée à l’acquéreur dès l’adjudication. En cas de paiement par chèque non certifié, la délivrance des objets pourra être différée jusqu’à l’encaissement. Tous les frais de paiement par virement bancaire, par carte de crédit ou par chèque sont à charge du donneur d’ordre. Les paiements en espèce sont limités à 2.999,00 € par bordereau d’achat, peu importe le nombre de lots repris au bordereau.


reserves the right to refuse bids from unknown buyers or made in bad faith. Higher bids are normally set 5% to 10% above the previous bid. The bailiff can set or change the rate by prior announcement. Direct bids by telephone (during the sale) will be accepted from buyers who register in writing before the sale. Article 6 - Purchase orders given at the auction or by telephone must be confirmed in writing (signed order, letter or email) to be represented by TRADART. No unlimited purchase orders will be accepted. TRADART reserves the right to reject any purchases it believes to be made in bad faith. Purchase orders will be executed by TRADART at no extra cost. If two purchase orders are identical, preference will be given to the one sent first as indicated by the postmark or email information. In the event that two identical orders are given at the same time by a bidder in the saleroom and by a proxy, the bidder present in the saleroom will win the bid.

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

336

Article 7 - Proxies unknown to TRADART before the sale must guarantee their orders with valid banking information or with a deposit made to TRADART for 25% of the amount of the orders given before they will be accepted. The deposits will be used for orders executed and any unused amounts will be refunded as quickly as possible. Article 8 - Lots will be sold to the person making the highest bid. Any disputes about who the buyer of a lot is will be settled at the sole discretion of the bailiff who can cancel the allocation of a lot and put it back up for sale immediately. Buyers are responsible for any purchases made in their name. They cannot claim to have acted on behalf of a third party. Article 9 - All sales will be payable in cash in euros. However, to ensure that the sale moves quickly, a sales slip will be created for each buyer. The sales slips will be payable at the conclusion of each session. Buyers must pay acquisition fees of 23% of the sales price of each lot. The fees will be reduced to 19% for buyers who provide proof that the items will be exported outside of the European Union. The difference will be reimbursed to the buyer on presentation of the export customs entry. All sales to a national of the European Union are subject to the margin scheme with non-deductible VAT. All requests for invoicing must be made before payment. Taxes payable in other countries are the responsibility of the buyer (bidder). They must obtain information about foreign customs and currency legislation. TRADART declines any responsibility for any potential breaches of this legislation. Buyers are responsible for all shipping and insurance costs. Article 10 - The full purchase price, including acquisition fees, must be paid outright after the sale on request or, with the prior express approval of TRADART, within 30 days. Late payment will result in interest of 1% per month. Ownership of the items purchased will be transferred to the buyer on completion of the sale. In the event of payment by non-certified cheque, delivery of the items may be delayed until the cheque has cleared. All fees for wire transfers, credit cards and cheques will be payable by the buyer. Payments in cash are limited to € 2.999,00 per purchase contract, regardless of the number of lots included on the contract. Article 11 - All benefits and risks are transferred to the buyer as soon as the sale is complete. Physical transfer of the items to the buyer will, however, only be done when the purchase amount is paid in full, unless there is an express agreement otherwise. Buyers must take delivery of their purchases within three days of the sale at the TRADART head office located at Avenue Molière 294, 1180 Uccle, between 2:00 pm and 5:30 pm or by appointment. Once the three-day period has passed, TRADART can no longer be held liable for any claims whatsoever. TRADART reserves the right to sell at a later session any items that have not been picked up, at the risks and perils of the defaulting buyer, without providing prior notice.

In any event, the lots must be picked up at the buyer’s expense and risks 10 days, at the latest, following full payment. Beyond that time period, storage costs will be charged to the buyer. Article 12 - In the event of late payment, the buyer will be notified and TRADART will be entitled to take action and claim damages and interest. In this case, or if the buyer does not pick up a lot in accordance with the conditions of sale, TRADART can decide not to execute the sale and demand damages and interest or cancel the contract. The buyer accepts that, in the event of notice, their lot will put up for sale at public or private auction at the discretion of TRADART, without prejudice to any other of its rights. Any difference in price will be recovered against the defaulting buyer. In any event, all deposits will be automatically acquired as a result of the default. Article 13 - Until full payment of the sales price and acquisition costs, buyers grant TRADART a lien on all of the lots in the latter’s possession, guaranteeing the payment of all sums due in capital, interest, commissions and fees. TRADART is authorised, but not compelled, to execute the liens without further formalities and without providing further notice if the buyer has been formally notified. TRADART is also free to initiate or continue ordinary legal proceedings without, however, waiving its right of lien. Article 14 - TRADART assumes no liability in the event of breaches by buyers or sellers. TRADART reserves the right to demand compensation for any damages it may suffer due to a breach by either the buyer or the seller. Buyers and sellers agree not to pursue TRADART for any grievances related to the sale and to mutually acknowledge each other as the only parties in any litigation related to the grievance, to the exclusion of TRADART. Article 15 - In the event of a discrepancy between the translations of the terms and conditions of sale, the French version will prevail. These terms and conditions of sale are governed by Belgian law. The Courts of Brussels will have sole jurisdiction in the event of a dispute.


Deze openbare veiling die wordt georganiseerd door TRADART mmb sa (hierna « TRADART »), is een vrijwillige verkoop, die onder toezicht staat van het ministerie van Meester Quentin Debray, gerechtsdeurwaarder (hierna « de deurwaarder »). De deelname aan de veiling impliceert de onvoorwaardelijke aanvaarding van deze verkoopvoorwaarden. Deze zullen worden uitgehangen in de zalen waar de tentoonstellingen en de veiling zullen plaatsvinden. Een samenvatting ervan zal door de deurwaarder bij het begin van de veiling in het openbaar worden voorgelezen. De website en de online catalogus ervan zijn ter informatie beschikbaar, waarbij de afgedrukte versie van de catalogus in geval van afwijkingen als bewijs geldt. Artikel 1 - De veiling staat open voor iedereen. Elke onbekende persoon wordt evenwel verzocht zich uiterlijk vóór het begin van de veiling kenbaar te maken. TRADART behoudt zich echter het recht voor om de toegang tot de veiling te weigeren aan elke persoon van wie de solvabiliteit klaarblijkelijk twijfelachtig is of die het vlotte verloop van de veiling kan verstoren. Degenen die de veilingzaal wensen te betreden, ongeacht of zij al dan niet van plan zijn te kopen, worden verzocht zich vóór de veiling aan te melden, hun naam en adres te geven en het inschrijvingsformulier in te vullen. Deze personen krijgen een kopersnummer waarmee zij tijdens de veiling kunnen opbieden. De kopers kunnen in de veilingzaal rechtstreeks tegen elkaar opbieden of schriftelijke kooporders geven (krachtens een mandaat toevertrouwd aan TRADART). Indien twee kooporders betrekking hebben op hetzelfde lot voor hetzelfde bedrag, wordt de voorkeur gegeven aan het eerst toegekomen order. Kopers die rechtstreeks via de website van Coretech (http://www.coretech.cc/CT3/clients/tradart/) aan de veiling wensen deel te nemen, door gebruik te maken van onze voorzieningen, moeten een bijkomende taks van 2,5% betalen. In dat geval moet de koper zijn deelname aan de veiling uiterlijk 24 uur vooraf bevestigen, en wel schriftelijk, per fax of via e-mail, door zijn volledige identiteit mee te delen, en alle inlichtingen verstrekken die door tradart gevraagd zouden worden. tradart behoudt zich onder meer het recht voor om bankreferenties of een waarborg te vragen. Het behoudt zich eveneens het recht voor om opbiedingen te weigeren wanneer er gegronde redenen zijn om aan te nemen dat de opbieder zijn koopverbintenissen niet zal nakomen. TRADART is niet aansprakelijk voor fouten van de klant bij de vermelding van het nummer van het lot dat hij wil kopen of van het telefoonnummer waarop hij te bereiken is, en evenmin voor diverse problemen met telefoon- of internetlijnen (telefoons bezet, lijnen onderbroken, laptops, enz.). Telefonische opbieders aanvaarden dat het telefoongesprek kan worden opgenomen. Artikel 2 - Deze catalogus werd met zorg samengesteld, opdat de vermeldingen erin juist en betrouwbaar zouden zijn. Deze geven alleen de mening van TRADART weer, die het in het kader van zijn mandaat in alle wetenschap en eerlijkheid geeft. De aansprakelijkheid van TRADART kan daarom uit dien hoofde geenszins worden ingeroepen, met uitzondering van de authenticiteit, die gewaarborgd wordt. Artikel 3 - Alle loten worden verkocht in de staat waarin ze zich bevinden, met hun gebreken, tekortkomingen en eventuele fouten in de beschrijving. TRADART kan niet aansprakelijk worden gesteld voor de verschillen die kunnen optreden tussen het voorwerp en de vermeldingen die erop betrekking hebben in de catalogus, en evenmin voor de gebreken die dat voorwerp kan vertonen. De kopers moeten zich vóór de veiling zelf vergewissen van de materiële staat van elk lot, onder meer wat betreft eventuele gebreken of herstellingen . Geen enkele klacht wordt toegestaan zodra de verkoop is uitgesproken.

Artikel 4 - De verkoop gebeurt bij opbod onder toezicht van de deurwaarder en in de volgorde van de nummers van de catalogus. TRADART behoudt zich echter de mogelijkheid voor om loten samen te voegen, ze te scheiden of er te verwijderen, zonder zich te moeten verantwoorden. De verkoop van een lot gebeurt na drie oproepen volgend op de hoogst biedende, wiens bod door de deurwaarder aanvaard werd, en vormt een aankoopverplichting. In geval van betwisting of fout bij de verkoop wordt het lot opnieuw bij opbod verkocht. De deurwaarder beslecht soeverein ieder geschil dat zich in de loop van de veiling kan voordoen. Artikel 5 - Het opbieden moet gebeuren met behulp van het kopersnummer, luidop, of met een teken dat ondubbelzinnig aangeeft dat men meer wil bieden. De deurwaarder behoudt zich het recht voor om opbiedingen die uitgaan van onbekende kopers of te kwader trouw gebeuren, te weigeren. Het gebruikelijke bedrag van het hogere bod wordt vastgelegd tussen 5 en 10% boven het laatste bod. De deurwaarder kan dit percentage preciseren of wijzigen door het vooraf aan te kondigen. Directe (tijdens de veiling) telefonische opbiedingen zijn toegestaan voor kopers die zich vóór de veiling geldig hebben ingeschreven en zich schriftelijk kenbaar hebben gemaakt. Artikel 6 - Elk kooporder, mondeling gegeven op de tentoonstelling of telefonisch, moet schriftelijk worden bevestigd (ondertekend order, brief, mail) om door TRADART te kunnen worden weergegeven. Een onbeperkt kooporder wordt niet aanvaard. TRADART behoudt zich het recht voor om elk order dat het te kwader trouw zou achten, af te wijzen. De kooporders worden uitgevoerd door TRADART, zonder bijkomende kosten. Indien kooporders identiek zouden zijn, gaat de voorkeur naar het order dat het eerst verstuurd werd, waarbij de stempel van de post of de tekst van de mail als bewijs geldt, zoals alleen TRADART zal bepalen. Ingeval twee identieke kooporders tegelijk zouden worden gegeven door een bieder die in de zaal zit en door een verstrekker van kooporders, dan is het de bieder in de zaal die het haalt. Artikel 7 - Elke verstrekker van kooporders die door TRADART vóór de veiling niet gekend is, dient zijn orders te waarborgen met geldige bankreferenties of met een deposito bij TRADART, ten belope van 25 % van het bedrag van de verstrekte orders, voordat die aanvaard worden. De deposito’s worden gebruikt voor de uitgevoerde orders en elk niet-gebruikt bedrag wordt zo snel mogelijk terugbetaald. Artikel 8 - Het lot wordt toegekend aan degene die het hoogste bod doet. Elk geschil rond de persoon die wordt beschouwd als de koper van een lot, wordt naar eigen goeddunken beslecht door de deurwaarder, die de toewijzing van het lot kan annuleren en het onmiddellijk terug in verkoop kan brengen. Elke koper is verantwoordelijk voor de aankoop die in zijn naam wordt verricht. Hij kan niet beweren dat hij voor rekening van een derde heeft gehandeld. Artikel 9 - De verkoop gebeurt strikt contant, in euro. Om de verkoop echter snel te laten gaan, wordt voor elke koper een borderel opgemaakt. De borderellen zijn aan het einde van elke veiling te betalen. De koper betaalt aanschaffingskosten van 23 % bovenop de verkoopprijs van elk lot. Deze kosten worden verminderd tot 19 % voor kopers die het bewijs leveren van een export buiten de Europese Unie. Het verschil wordt aan de koper terugbetaald op vertoon van het bewijs van de exportaangifte. Alle verkopen aan een ingezetene van de Europese Unie vallen onder het bijzondere stelsel van de marge, niet-aftrekbare B.T.W. Elke facturatie-aanvraag moet vóór de betaling gebeuren. In het buitenland gefactureerde belastingen zijn ten laste van de koper (bieder). Het is zijn taak om informatie in te winnen over de buitenlandse wetten inzake douane en deviezen. TRADART wijst elke aansprakelijkheid af voor eventuele inbreuken op deze wetten. De verzendings- en verzekeringskosten van de verzending zijn ten laste van de koper.

337

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

Voorwaarden van de openbare veiling


Artikel 10 - De totale aankoopprijs, inclusief aanschaffingskosten, moet contant worden betaald na de verkoop op eenvoudige vordering of, met de uitdrukkelijke voorafgaande toestemming van TRADART, binnen 30 dagen. Voor elke vertraging wordt een rente van 1 % per maand geïnd. De eigendom van de verkochte voorwerpen wordt aan de koper overgedragen na de veiling. Bij betaling met een niet-gewaarborgde cheque kan de uitreiking van de voorwerpen worden uitgesteld tot de inning. Alle kosten van betaling met bankoverschrijving, kredietkaart of cheque zijn ten laste van de opdrachtgever. Contante betalingen worden beperkt tot 2.999,00 € per koopborderel, ongeacht het aantal vermelde loten in het borderel.

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

338

Artikel 11 - De voordelen en risico’s gaan over op de koper zodra de verkoop is uitgevoerd. De overdracht van bezit van het goed aan de koper vindt echter pas plaats op het ogenblik waarop de aankoopprijs volledig betaald is, behoudens uitdrukkelijke andersluidende toestemming. De kopers dienen hun aankopen binnen drie dagen na de verkoop af te halen op de zetel van TRADART, gelegen te 1180 Ukkel, Molièrelaan 294, van 14u tot 17u30 of na afspraak. Zodra deze termijn van drie dagen verstreken is, kan TRADART niet aansprakelijk worden gesteld voor eender welke betwisting. TRADART behoudt zich het recht voor om de niet afgehaalde loten terug in de verkoop te brengen tijdens een latere zitting, voor risico van de falende koper en zonder voorafgaande ingebrekestelling. De loten worden in elk geval uiterlijk binnen 10 dagen na de volledige betaling van de prijs weggenomen op kosten en voor risico van de koper. Als deze termijn verstreken is, worden aan de koper opslagkosten aangerekend. Artikel 12 - Bij betalingsachterstand is de koper in gebreke en kan TRADART een schadevergoeding eisen. In dezelfde veronderstelling, en ingeval de koper een lot niet overeenkomstig de verkoopvoorwaarden zou afhalen, kan TRADART eveneens afzien van de uitvoering en een schadevergoeding eisen of het contract opgeven. De koper aanvaardt dat bij ingebrekestelling het lot naar goeddunken van TRADART terug openbaar of privaat wordt geveild, onverminderd alle andere rechten, en dat elk prijsverschil tegen de falende koper zal worden ingevorderd. In elk geval is ieder voorschot van rechtswege verworven, bij wijze van afkoopsom. Artikel 13 - Tot de volledige betaling van de prijs en de aanschaffingskosten verleent de koper aan TRADART een pandrecht op alle loten in het bezit van TRADART, dat garant staat voor de betaling van elk verschuldigd bedrag in kapitaal, interesten, provisies en eventuele kosten. TRADART krijgt toestemming, maar is daar niet toe verplicht, om de waarborgen te gelde te maken, zonder andere formaliteiten en zonder voorafgaande kennisgeving indien de koper in gebreke is. TRADART is eveneens vrij om een gewone vervolging in te stellen of voort te zetten zonder evenwel van zijn pandrecht af te zien. Artikel 14 - TRADART draagt geen enkele aansprakelijkheid bij tekortkomingen van de kopers of verkopers. TRADART behoudt zich het recht voor om zowel tegen de koper als de verkoper de schade in te brengen die het door een van deze tekortkomingen persoonlijk zou kunnen lijden. Kopers en verkopers aanvaarden om TRADART voor geen enkele klacht in verband met de verkoop te vervolgen, maar elkaar wederzijds te erkennen als enige partijen in een eventueel geschil betreffende deze klacht, met uitsluiting van TRADART. Artikel 15 - Bij tegenstrijdigheid tussen de diverse vertalingen van de verkoopvoorwaarden geldt alleen de Franse tekst als bewijs. Deze verkoopvoorwaarden vallen onder het Belgische recht. Bij een geschil zijn de rechtbanken van Brussel als enige bevoegd.


Misez Live - Depuis la maison avec votre ordinateur! Participez en toute facilité à la vente Tradart Monnaies & Medailles depuis la maison ou le bureau - Live sur internet. Vous pouvez entendre le commissaire priseur, suivre l’évolution des lots, miser en temps réel. C’est rapide, facile et confortable. Il suffit d’un ordinateur, d’une connexion Internet et de vous enregistrer par avance. • Misez live, exactement comme si vous étiez personnellement dans la salle. • Ecoutez live, la voix du commissaire priseur est diffusée en temps réel. • Regardez live, suivez les increments lot par lot.

Enchérisseurs à

Salle des Ventes a Bruxelles Projecteur

auctioneer

Enchérisseurs à

Console

Bangkok

Paris

Buenos-Aires

New York

Serveurs interconnectés dans le monde entier

Madrid Toronto

Moscou Stockholm

Rejoignez-nous et et misez en direct Live: • Connectez-vous sur www.tradart.be ou sur www.coretech.cc ou sur www.sixbid.com • EEnregistrez-vous nregistrez-vous sur http://www.coretech.cc/CT3/clients/coretech/clients/tradart/?page=register et choisissez vos noms d’utilisateur et mot de passe. choisissez Essayez vos noms d’utilisateur et et mot de passe.comme il est facile de miser en ligne. • et Simulateur: notre simulateur découvrez • Simulateur : Essayez simulateuretetparticipez découvrez comme il est facile de miser en ligne. Le jour de la vente notre rejoignez-nous Live! • Le jour de la vente rejoignez-nous et participez Live!

Powered by Core Tech (Schweiz) GmbH

M o n n a i e s & m é d a i l l e s - B r u x e l l e s , l e 1 8 d é c e mb r e 2 0 1 4

Vos avantages d’un coup d’oeil: • Vous pouvez vous connecter et miser quand vous le désirez. • Vous connaissez en tout temps l’évolution des lots et leur prix d’adjudication. • Vous pouvez suivre l’évolution des prix en euros et en d’autres monnaies. 339 • Vous pouvez consulter l’état de votre compte à tout moment. • Vous pouvez aviser le commissaire priseur de votre interêt pour un lot jusqu’au lot précédent sa mise en vente. • Ayez tous les avantages de miser dans la salle tout en pouvant réagir personnellement, individuellement et anonymement pour obtenir les lots qui vous intéressent.


Live Bidding - at home from your computer! Participate comfortably in the Tradart Monnaies & Medailles auction from home or your office - live on the Internet. You hear the auctioneer, you see the current lots, you can bid in real time. It is fast, easy, comfortable. You just need a computer, an internet connection and to register on-line in advance.

• Bid live, just as if you were in the auction room personally. • Listen live, the auctioneer’s voice is broadcasted in real-time. • See live, follow the increments lot by lot.

Your advantages at a glance: • You can log on and bid at any time. • You are always informed about increments and hammer prices. • You see the current increment in euros and other currencies. • You can look at the total of your winning bids at any time. • You can inform the auctioneer (up to one lot before) of the lots you might bid on. • Take all advantages of an auction room bidder and react individually and independently to win your favorite lots.

Bidders in

Auction Room in Brussels Projector

Auctioneer

bidders in

Console

Bangkok

Paris

Buenos-Aires

New York

Servers inter-connected worldwide

Madrid Toronto

Moscow Stockholm

Join us and bid live: • Visit our website at tradart.be or www.coretech.cc or www.sixbid.com • RRegister on-line via andhttp://www.coretech.cc/CT3/clients/coretech/clients/tradart/?page=register choose your username and password. egister on-line chooseTryyour andget password. • and Simulator: the username simulator and familiar with the easy handling of bidding on-line. Try theday simulator get familiar with the easy • Simulator : On the auction join theand auction and participate live! handling of bidding on-line. • On the auction day join the auction and participate live!

Powered by Core Tech (Schweiz) GmbH


Bied Live – van thuis uit met uw computer! Neem van thuis uit of vanop kantoor in alle gemak deel aan de verkoop van munten en penningen van Tradart – live op internet. U kunt de veilingmeester horen, de evolutie van de loten volgen en in real time een bod doen. Snel, eenvoudig en comfortabel. U hoeft alleen maar een computer en een internetverbinding te hebben en u vooraf te registreren.

• Bied live alsof u zelf in de zaal zou zitten. • Luister live naar de stem van de veilingmeester die in real time te horen is. • Kijk live hoe elk lot bij opbod verkocht wordt.

• Uw voordelen in één oogopslag: • U kunt zich aansluiten en een bod doen wanneer u dat wenst: • U kent op elk moment de evolutie van de loten en de verkoopprijs ervan. • U kunt de evolutie van de prijzen in euro en in andere munten volgen. • U kunt de stand van uw rekening op elk moment raadplegen. • U kunt de veilingmeester op de hoogte brengen van uw interesse voor een lot tot aan het lot dat voorafgaat aan de veiling ervan • U geniet alle voordelen van het bieden in de zaal, terwijl u persoonlijk, individueel en anoniem kunt trachten de loten te verkrijgen die u interesseren. BIEDERS IN

VEILINGZAAL IN BRUSSEL Projector

Auctioneer

BIEDERS IN

Console

Bangkok

Paris

Buenos-Aires

New York

ONDERLING VERBONDEN SERVERS IN HEEL DE WERELD

Madrid Toronto

MOSKOU Stockholm

Sluit u bij ons aan en bied live: • Surf naar www.tradart.be, www.coretech.cc of www.sixbid.com • RRegistreer en http://www.coretech.cc/CT3/clients/coretech/clients/tradart/?page=register kies uw gebruikersnaam en wachtwoord egistreer uuvia kies uw gebruikersnaam en wachtwoord. • en Simulator: probeer onze simulator uit en ontdek hoe gemakkelijk het is om online te bieden. probeer onze • Simulator : Sluit u op de dag van desimulator verkoopuit bij en onsontdek aan enhoe doegemakkellijk live mee! het is om online te bieden. • Sluit u op de dag van de verkoop bij ons aan en doe live mee!

Powered by Core Tech (Schweiz) GmbH


ORGANISATION, CATALOGAGE ET PHOTOS SOUS LA DIRECTION DE MICHEL-MAX BENDENOUN ont collaboré : Emmanuel Perrier Avec : Émilie Foguenne Lara de Merode Luiza Mitrache Manon Kempinaire Ainsi que : Maïté Gabet Caroline Mertens Laetitia Ponze Avec l’aimable assistance de Zahava Seewald pour la partie « Judaïca » Nous remercions Jean-François et les amis de Tradart pour leurs conseils et suggestions.


Monnaies

Médailles

Notre prochaine vente publique est actuellement en préparation Confiez-nous d’ores et déjà les monnaies de votre médaillier que vous souhaitez mettre en vente à cette occasion.

Devenues rares à contempler, parfois difficiles à posséder, les monnaies témoignent d’un attrait universellement partagé. Elles s’échangent chaque année au plus offrant, dans pas moins d’une centaine de ventes aux enchères internationales à Bruxelles, Genève, New York, Paris, Londres, Los Angeles… Les prix réalisés au fil de ces ventes, attestent de la raréfaction constante des meilleurs exemplaires thésaurisés par les musées, institutions et collectionneurs privés. Profitez de la demande et confiez-nous les monnaies que vous souhaitez mettre en vente. Bénéficiez de nos conseils, services et savoir-faire pour valoriser vos monnaies dans un catalogue documenté, illustré et largement distribué. Nous serons ravis de vous accueillir, de vous écouter, de servir vos intérêts, c’est notre métier. Téléphonez au + 32 (0) 2 346 60 23 ou écrivez à vente.internationale@tradart.be.

Esther de Boer Van Ryk, 1853-1923, médaille émise aux Pays-Bas, en 1923, en hommage à l’actrice juive hollandaise, pour le jubilé de sa carrière au théâtre. Très populaire dans son pays natal, elle joua près de 1200 fois le rôle de Kniertje (cf le revers) dans la pièce de théâtre qui la rendit célèbre : « Op hoop van zegen », La Bonne Espérance.

294 Avenue Molière - B-1180 Brussels - Belgium Tel: (00 32) 2 346 60 23 - Fax: (00 32) 2 345 12 09 Email: numismatique@tradart.be - www.tradart.be


Monnaies

médailles

de l’antiquité classique à l’ère contemporaine. collections baron, hofer, sternberg et autres médailliers. avant-propos de la section judaïca de Zahava Seewald, conservatrice au musée juif de belgique

Vente aux enchères publiques - Bruxelles, le 18 décembre 2014

Catalogue vente tradart 2014  
Catalogue vente tradart 2014  
Advertisement