Page 1

TCS SECTION

VA L A I S Sécurité Apprendre à traverser

3

Votation Pourquoi dire oui à FORTA

4

Portrait Mère et fille dans le désert

7

Avantage membre Journée de ski à demi-prix

9

Bulletin 

N° 1 – 2017

Fonds routier FORTA: bon pour notre canton! 01.2017 Paraît quatre fois par an


TCS SECTION VALAIS Point de contact Sion TCS Section Valais Rue des Cèdres 3 - 1950 Sion Tél. : 027 329 28 15 sectionvs.tcs@bluewin.ch www.tcsvs.ch Heures d’ouverture Lu : 8h30-11h30 et 13h30-17h30 Ma-ve : 8h30-11h30 Téléchargez notre application mobile TCS Valais. Suivez-nous sur Facebook. Editeur Touring Club Suisse Section Valais Av. de la Gare 20 - 1950 Sion Comité Fabienne Bernard, présidente (Martigny) Philipp Matthias Bregy, vice-président (Naters) Christian Nanchen, vice-président (Sierre) Ruth Bornet-Studer (Salins) Isabelle Darbellay Métrailler (Ayent) Antoine Defabiani (Uvrier) Simon Charles Fluri (Veyras) Guillaume Grand (Sion)  Jeanne-Emmanuelle Jollien-Héritier (Savièse) Cédric Rosaire (Evionnaz) Gerhard Wyssen (Loèche)

BILLET DE LA PRÉSIDENTE

Un OUI clair à FORTA Le 12 février, le peuple Suisse sera appelé à se prononcer sur le projet de fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération, intitulé FORTA. On entend déjà d’ici ses détracteurs crier au bétonnage et au «tout à la voiture». Ces arguments dictés par le refus pur et dur de toute mobilité et la haine simpliste de la voiture font l’impasse sur les nombreux bienfaits de FORTA. Ce fonds est avant tout le résultat d’un travail immense effectué par nos autorités, avec à la clé, un paquet bien ficelé qui ne fait pas de la Romandie une zone oubliée. Vous le noterez à la lecture de ce numéro: le Valais va largement bénéficier de ces investissements, que ce soit pour le développement de certains tronçons routiers ou de projets d’agglomération porteurs d’une mobilité nouvelle. Parmi les objets qu’il convient de citer figurent les réaménagements de la gare de Sion, du centre-ville de Monthey ou de la gare de Viège. Sans FORTA, ces projets, dont personne ne conteste la nécessité, ne pourront tout simplement pas se faire! C’est le cœur même de certaines cités qui pourra enfin être repensé et aménagé grâce à ce fonds. On est donc très loin du «tout-automobile», mais bel et bien au centre de la mobilité de demain, avec une vision globale de tous les modes de transports. D’importants projets routiers dépendent également de FORTA: l’élargissement de l’axe Sembrancher, Orsières, Liddes-Bourg-St-Pierre ou encore la mise aux normes du tunnel de Mittal dans le Haut-Valais seront abandonnés en cas de refus le 12 février.

LES VALAISANS DU TCS

Serge Burgener directeur Finance & Accounting Site TCS de Vernier

2

TCS SECTION VALAIS N°  1 – 2017

FORTA est un nouvel instrument financier équitable et efficace, qui va permettre le développement d’une offre de transport performante. Les sempiternels débats sur ces questions pourraient enfin être réglés. Les régions périphériques, dont la nôtre, sont gagnantes et on ose parier, non pas sur l’arrêt complet des bouchons, mais sur une amélioration considérable dans ce secteur-là aussi.

ficier ent béné ds m e g r la va fon Le Valais sements liés au is t s e v des in routier. Le TCS Valais ne peut qu’encourager les Valaisannes et les Valaisans à voter nombreux en faveur de FORTA. Et nous profitons de ce début d’année pour vous présenter à toutes et à tous nos meilleurs vœux. Fabienne Bernard, présidente du TCS Section Valais

Le comptable cosmopolite Mon lien avec le Valais

Ma mission au TCS

Je suis né au sommet du col de la Forclaz, d’un père douanier haut-valaisan et d’une mère savoyarde. Le travail de mon père nous obligeait à bouger très souvent. Notre famille était «sans domicile fixe» avant de s’établir à Naters, où j’ai suivi ma scolarité pendant 12 ans. J’ai fait mon apprentissage dans une compagnie d’assurance à Sion, avant de m’exiler à Genève. J’ai ensuite entrepris une carrière consulaire, qui m’a amené à travailler au Consulat général à Gênes et à l’Ambassade suisse à Caracas. Après cette expérience très intéressante, je suis revenu au bout du lac pour affiner ma formation de comptable et travailler dans de grandes entreprises. Avec ma femme, nous avons gardé un appartement à Brigue, où nous séjournons de temps à autre. Lorsque je reviens en Valais, je profite de voir ma famille et quelques bons copains.

Je coordonne tout ce qui touche aux finances du groupe et de ses sociétés: budget, fiscalité, controlling, suivi des coûts, etc. J’accomplis cette tâche depuis 16 ans. Ce qui me plaît, c’est la dimension non lucrative de notre association. Le TCS n’est pas orienté vers le profit à tout prix. Les bénéfices ne sont pas versés à des actionnaires, mais réinvestis dans les activités pour les membres. Cela n’empêche pas la pression économique, bien sûr, mais la sensibilité est différente. J’apprécie également l’organisation typiquement suisse du TCS, avec ses sections cantonales indépendantes. L’an prochain, je prendrai ma retraite. J’ai très envie de m’engager dans un projet humanitaire à l’étranger!


SÉCURITÉ

Traverser, ça s’apprend

Responsabiliser les enfants sur le chemin de l’école: tel est l’esprit du nouveau modèle d’éducation routière. Démonstration à Ardon. Sur le trottoir, Danielle Monnet veille. «Hey, Nicolas, qu’est-ce que tu fais? Le passage piéton, il est ici, tu ne traverses pas n’importe où!», lance-t-elle à un jeune écolier distrait. Les comportements imprudents sont heureusement de plus en plus rares à Ardon. Depuis que la patrouilleuse scolaire a lâché sa palette pour endosser le nouveau gilet fuchsia «éducation routière», les enfants redoublent d’attention. Le policier municipal Claude Lamon apprécie la différence: «Auparavant, les jeunes en trottinette se ruaient sur le passage piéton comme sur une rampe de lancement, juste parce que le couloir était entièrement sécurisé par le patrouilleur. Aujourd’hui, ils sont beaucoup plus prudents.»

Les enfants traversent la route tout seuls, sous l’œil attentif de leur «coach» en éducation routière.

Piqûres de rappel toute l’année S’arrêter, écouter, regarder des deux côtés de la route, fixer le conducteur puis le remercier d’un signe de la main. Le principe est simple. Mais pour qu’il devienne automatique, surtout chez les plus petits, il faut des piqûres de rappel. C’est pourquoi Danielle Monnet observe chaque écolier, le félicite ou l’interpelle en cas d’oubli. Sur le chemin de l’école, tout le monde la connaît. «Pour certains, je suis la police. Pour d’autres, la maîtresse du passage piéton», sourit-elle. Dans son planning, la coach doit faire le tour des couloirs à risque; elle surveille un passage par mois et en garantit la sécurité six fois par jour. «Ce tournus assure une surveillance régulière, mais pas systématique. C’est voulu. Les enfants se responsabilisent ainsi plus facilement», explique Claude Lamon.

Ce système de coaching a immédiatement convaincu Sandra Schenkel, la conseillère communale qui a signé son application en 2014. «A l’école, on explique aux petits comment traverser la route. Et ensuite, on leur met un patrouilleur qui leur fait oublier tout ça! Avec ce système, nous les rendons autonomes. C’est plus cohérent et plus efficace à long terme.» Pour le moment, aucune mesure statistique ne peut le prouver. Mais les observations sont très positives. Mathieu Vouillamoz, responsable prévention routière de la Police cantonale, soutient les communes qui souhaitent faire le pas, en tenant compte de chaque situation. «On remarque un comportement beaucoup plus sûr chez les plus jeunes, qui n’ont pas connu les patrouilleurs. Mais il est clair que sur certaines routes à fort trafic, il convient de maintenir la présence systématique d’un adulte.»

Modèle importé de Suisse allemande Comment protéger les enfants tout en les aidant à grandir? Pour la Police cantonale, la formule du coaching apporte une bonne réponse aux problèmes de sécurité sur le chemin de l’école. Le modèle est connu en Suisse alémanique. Les responsables valaisans de la prévention routière se sont directement inspirés de l’expérience positive de Winterthur pour la proposer aux communes valaisannes. Trois d’entre elles l’ont adopté: Collombey-Muraz, Ardon et Vernayaz. Les acteurs de l’éducation routière à Ardon (de gauche à droite): Claude Lamon, policier municipal, Sandra Schenkel, ancienne conseillère municipale et Danielle Monnet, la coach.

3


VOTATION

FORTA: solution gagnante

© Alphonse Darbellay

Liddes, route du Grand-Saint-Bernard. Le contournement du village sera financé par le nouveau fonds routier.

Le TCS vous recommande de voter OUI au fonds FORTA le 12 février 2017. Enfin un financement solide et une vraie stratégie pour une offre de transports performante, en Valais aussi! Contrairement au rail, la route ne dispose pas d’un fonds durable pour la réalisation de ses infrastructures. L’actuel Financement spécial de la circulation routière (FSCR) ne donne pas satisfaction: son système de crédits annuels saucissonne les moyens et complique la réalisation des chantiers. Le nouveau fonds FORTA permet une meilleure planification du financement, adaptée aux grands projets routiers et au trafic d’agglomération. De plus, il va regrouper toutes les tâches relatives aux routes nationales (exploitation, entretien et construction).

47,4 C’est le nombre de kilomètres de route, dont le Valais n’aura plus la charge grâce au FORTA. En effet, le nouveau fonds routier reprendra l’entretien et les investissements prévus sur les axes du Grand-Saint-Bernard et de GampelGoppenstein.

4

TCS SECTION VALAIS N°  1 – 2017

1. Un système efficace et équilibré

3. Indispensable pour les «agglos»

L’objectif du fonds FORTA est de garantir un réseau routier performant. L’enveloppe annuelle de 3 milliards de francs sera alimentée par différentes sources: la surtaxe sur les carburants, le 10% de la taxe de base sur les carburants, l’impôt automobile, le forfait pour les voitures électriques, la vignette autoroutière et une contribution des cantons. Toutes ces taxes sont déjà payées par les usagers de la route. En cas de besoin, si la réserve n’est plus suffisante pour la réalisation des projets prévus, la Confédération a la possibilité de relever le prix de la surtaxe sur les carburants jusqu’à 4 centimes par litre.

Le fonds FORTA joue un rôle essentiel dans les agglomérations, ces programmes intercommunaux qui définissent la mobilité de demain autour des villes. Une partie de leur financement est assurée par la Confédération. Or, le crédit dédié à ces aides est épuisé. Il sera relancé grâce au FORTA, chargé de soutenir les 55 agglomérations de Suisse, dont quatre en Valais (Haut-Valais, Sion et Valais central, Coude du Rhône, Chablais).

2. Bon pour les routes du Valais A travers le fonds FORTA, la Confédération va reprendre la gestion de 400 km de routes aux cantons. Il s’agit de tronçons d’importance nationale, qui méritent d’être mieux raccordés au réseau routier du pays. En Valais, deux axes sont concernés: la N6 (Goppenstein – Gampel) et la N21 (Martigny – Tunnel GdSt-Bernard), soit 47,4 km. Cette reprise va réduire les charges pour le Service cantonal des routes, qui gagnera environ 10 millions de francs par an. Elle permettra la réalisation de nouveaux aménagements (le contournement de Liddes, par exemple) et la pérennité de connexions routières vitales pour le développement du Valais.

Le nouveau fonds fédéral permettra de cofinancer des infrastructures liées à la route, aux transports publics et à la mobilité douce. Par exemple: contournement de villages, sécurisation des voies cyclables, interfaces de transport, augmentation de la cadence des bus, etc. Autant d’objets indispensables pour le développement harmonieux de notre canton!

4. La fin des bouchons! La situation ne cesse d’empirer depuis 20 ans. On atteint 30 millions d’heures de bouchon par an sur l’ensemble des routes suisses. Depuis 2008, la Confédération travaille sur un programme d’élimination des goulets d’étranglement sur les autoroutes, dont plusieurs concernent l’arc lémanique et donc, les pendulaires valaisans. Ce plan sera repris et complété dans le cadre du FORTA.


Projets valaisans réalisables grâce au fonds FORTA Exemples d’investissements routiers Route du Grand-Saint-Bernard: • contournement de Liddes, renforcement de la galerie du tunnel du Grand-Saint-Bernard, réaménagement du croisement d’Orsières • élargissement des routes Sembrancher – Orsières et Liddes – Bourg-St-Pierre Route Gampel-Goppenstein: • raccordement T9 - giratoire du canal de Galdi • travaux de renforcement et de mise aux normes au tunnel de Mittal

c LOCALARCHITECTURE / PAYSAGESTION / CSD Ingénieurs / MRS

Le fonds FORTA servira à la réalisation de projets concrets en Valais, comme le réaménagement de la route cantonale T9 à Vétroz.

Exemples d’infrastructures liées aux transports • réaménagement de la gare de Sion (2e étape) • réaménagement du centre-ville de Monthey (2e étape) • passage souterrain de la gare de Viège

Ils disent

OUI

 au FORTA

Yannick Buttet, conseiller national

Anne-Laure Couchepin Vouilloz, présidente de Martigny

Evelyne Crettex Reber, préfète du district de Sion

Un allègement financier pour notre canton

Indispensable pour le Coude du Rhône

Des transports efficaces au cœur du Valais

Grâce à un financement équilibré, le FORTA permet le maintien à long terme d’une infrastructure routière de qualité dans l’intérêt de notre économie et de nos loisirs.

Le FORTA permettra la reprise du tronçon «tunnel du Mont Chemin/tunnel du Gd-StBernard» par la Confédération, ce qui va, je l’espère, libérer davantage de moyens pour nos routes cantonales.

20 communes, plus de 100'000 habitants, se sont associées pour planifier leur avenir à travers un magnifique projet de société, l’Agglo Valais central. Elles ont prévu des mesures pour améliorer les réseaux routiers, les transports publics, la mobilité douce, l’urbanisation et les espaces verts.

Avec le FORTA, le Valais bénéficie d’un allégement financier et assure l’avenir de ses routes. Sans oublier les projets d’agglomération dont l’existence même dépend de ce nouveau fonds. Pour la mobilité de demain, disons un grand OUI au FORTA!

Ce fonds est aussi indispensable pour concrétiser l’agglomération du Coude du Rhône. Martigny a enfin obtenu le droit de participer à ces projets intercommunaux financés par Berne. Dès 2017, elle va planifier son avenir avec les localités voisines: sans le FORTA, cela ne pourra pas se faire!

Le financement de certaines de ces mesures, notamment un réseau de transport efficace au cœur du Valais, ne pourra se faire sans l’apport du FORTA. Alors, aux actes citoyens, votons OUI le 12 février!

5


COURS TCS

Retrouver la confiance au volant

Vous avez passé votre permis il y a bien longtemps et n’êtes pas toujours au clair avec les codes actuels de la route? Le cours TCS «Conduire aujourd’hui» est pour vous. Rappel des règles et check-up avec l’instructeur Michel Piller. Le TCS Section Valais organise des cours spécifiques pour se mettre à jour. Une demijournée de théorie et de pratique, très utile pour apaiser les doutes et les angoisses sur la route. Chaque participant a droit à un checkup de conduite, avec des conseils personnalisés et l’avis d’un expert.

Infos pratiques «Conduire aujourd’hui», cours à Sion. Déroulement du cours: théorie de 8h à 11h, suivie d’1 heure de pratique dans la journée. Dates 2017: 21 mars, 9 mai, 13 juin, 29 août, 26 septembre et 17 octobre. Prix: membre TCS CHF 80.- / non-membre CHF 190.Avec le soutien du Fonds de sécurité routière. Inscriptions: TCS Section Valais, 027 329 28 10, sectionvs.tcs@bluewin.ch

6

TCS SECTION VALAIS N°  1 – 2017

CONSEILS DE L’INSTRUCTEUR Parmi les «bêtes noires» des automobilistes, le giratoire et l’autoroute sont les plus fréquemment cités. L’instructeur TCS Michel Piller donne des conseils simples pour les aborder plus sereinement. Comment aborder un giratoire à plusieurs pistes? Au moment de s’engager, c’est la priorité de gauche qui prévaut. Une fois à l’intérieur, une seule règle à retenir: celui qui change de piste perd la priorité. Pour les automobilistes peu sûrs qui craignent les sorties scabreuses depuis le centre du giratoire, il est préférable d'emprunter la piste extérieure afin de minimiser les risques. Comment entrer sur une autoroute encombrée? Surtout ne pas freiner, ni ralentir, mais poursuivre son accélération, sur la bande d'arrêt d'urgence si nécessaire, jusqu'à ce qu'un espace suffisant vous permette de vous insérer en toute sécurité. Pour sortir, éviter de trop ralentir avant d'atteindre la voie de décélération prévue à cet effet. Lorsque votre sortie est annoncée à 500 mètres, il faut renoncer à tout dépassement.

L’AVIS DES PARTICIPANTS «J’ai gagné en confort et en aisance» «J’adore conduire et j’ai toujours eu des voitures de sport. 57 ans après mon permis, j’avais besoin de savoir si j’étais toujours un bon conducteur. Le cours «Conduire aujourd’hui» m’a rassuré. L’instructeur m’a donné un avis positif, tout en suggérant quelques améliorations. Par exemple, l’utilisation systématique du clignotant et une meilleure amorce dans les virages. Je suis très content de ce cours, j’ai gagné en confort et en assurance.» Amédée Pignat, Vouvry «J’ose reprendre l’autoroute» «Depuis quelques temps, j’avais une grande appréhension de l’autoroute. Je redoutais la perte de contrôle dans les entrées, la vitesse, les accidents. A tel point que je n’osais plus y aller. Lorsque j’ai vu la publicité de ce cours dans le journal du TCS, je me suis dit qu’il était pour moi. Je ne me suis pas trompée. On trouve des réponses claires aux questions de signalisation et de circulation. Et au niveau pratique, j’ai affronté l’autoroute en plein trafic, avec l’aide de l’instructeur. Grâce à ses conseils et encouragements, j’ai réussi à y retourner à mon rythme. La situation s’est débloquée et apaisée.» Josette Roux, Grimisuat


RENCONTRE

L'appel

©MARKUS SCHMID

du désert

Rouler huit jours dans le sable, hors piste et sans GPS. C’est le défi que deux Valaisannes vont relever le 17 mars prochain, à l’occasion du Rallye Aïcha des Gazelles au Maroc. Evelyne Pellissier et Mélanie Comparelli: le duo mère-fille devra rallier les étapes de la course en un minimum de kilomètres.

Mélanie n’a que neuf mois lorsqu’elle découvre le désert en 1980, à bord du bus VW familial, aménagé en camping-car. Elle passe ainsi une bonne partie des Noëls de son enfance dans le sable algérien. «Nous partions pendant trois semaines. C’était notre respiration, une façon de vivre autrement, hors des sentiers battus», se souvient Evelyne, sa mère. Trente-sept ans plus tard, mère et fille décident de retrouver la magie du désert, à travers un projet original: la participation à une compétition automobile 100% féminine, aux valeurs solidaires et écologiques, le Rallye Aïcha des Gazelles, qui se déroulera du 17 mars au 1er avril 2017 au Maroc (lire encadré). Une course de huit jours, avec pour seule assistance technique, une boussole et une carte des années 1960.

«Ne jamais baisser les bras» Le tandem peaufine sa préparation depuis des mois. Condition physique, recherche de sponsors, cours de navigation et de mécanique, entraînement hors piste quand c’est possible… «Ce que nous craignons le plus, c’est la grosse casse ou la blessure qui mettrait brusquement fin à l’aventure.»

Mais les deux femmes préfèrent miser sur la confiance et sur la devise de leur équipage: «Pa capona», qui signifie en patois saviésan «Ne jamais baisser les bras». Leur objectif: donner le meilleur d’elles-mêmes et franchir la ligne d’arrivée à Essaouira! A chacune son rôle. Evelyne pilote, Mélanie navigue et «Choupette», la Toyota Land Cruiser louée pour l’occasion, roule! Chaque jour, elles devront rallier une nouvelle étape en un minimum de kilomètres. «La communication entre nous sera essentielle pour éviter les conflits et les erreurs. Heureusement, nous nous entendons et nous complétons bien», explique la fille, qui se dit plus impulsive que sa mère, réputée pour son calme.

Une aventure solidaire Au-delà du défi sportif, le duo se réjouit de rouler dans un cadre fascinant et de vivre une aventure humaine unique. L’odeur du sable, l’immensité de la nature, le silence… Mais aussi, l’esprit d’entraide mis en avant par les organisateurs, la rencontre avec les participantes de tous les pays et l’engagement humanitaire du rallye, à travers l’association Cœur de Gazelles.

Pour financer les frais de la course, qui s’élèvent à 43'000 francs, Evelyne et Mélanie ont lancé un appel aux dons, dont le 20% sera reversé à Terre des Hommes Valais.

Pour soutenir Pa capona-Team, faites vos dons sur le site www.ibelieveinyou.ch

La vitesse ne compte pas Depuis sa naissance en 1990, le Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc développe une autre vision de la compétition automobile: pas de vitesse, pas de GPS mais une navigation à l'ancienne. Il récompense l’équipe qui parcourt le moins de kilomètres. Chaque année, plus de 300 femmes de 30 nationalités différentes y participent. L’organisation défend des valeurs de tolérance et de solidarité. Sa priorité est de respecter la population et l’environnement du pays traversé. Infos: www.rallyeaichadesgazelles.com et www.pacaponateam.ch

7


VOYAGE

Virée au lac Majeur

6 jours dès

760.Dépaysement total dans ce coin de paradis en face de Locarno

Le printemps au Tessin, ça vous tente? Voici une idée de séjour très avantageuse au TCS Hôtel Bellavista. Offre valable du 23 avril au 12 mai 2017. Le TCS vous propose un séjour de six jours à un tarif très avantageux au bord du lac Majeur, dans un cadre idyllique, entre visites et détente. L’hôtel Bellavista à Vira Gambarogno se dresse à flanc de coteau sur des terrasses naturelles à la végétation méridionale. Il offre une vue imprenable sur le lac Majeur, Locarno, Ascona, le Val Verzasca, le Val Maggia et les Centovalli. Un endroit de rêve pour se laisser vivre et partir à la découverte de cette région riche en paysages et en monuments, entre Suisse et Italie. Découvrez le programme complet du séjour sur www.hotelbellavista.ch

© Maret

Réservations et informations: 091 795 11 15, info@hotelbellavista.ch N’oubliez pas d’indiquer votre numéro de membre TCS lors de la réservation. Supplément pour les non-membres: CHF 150.-

Inclus dans le forfait: • 5 nuits au Bellavista • 5 petits-déjeuners (buffet) • 4 repas (soupers) • 1 soirée tessinoise avec apéritif, repas et animation musicale (mardi) • 2 journées d’excursion selon programme (lundi et jeudi) • Entrées pour les châteaux de Bellinzone et le jardin botanique d’Eisenhut • Transfert aller-retour pour la gare de Magadino-Vira ou le débarcadère de Magadino

«Un séjour parfait sur tous les plans!» «Nous avons été épatés par le directeur, son enthousiasme et ses connaissances de la région. Il nous a concocté un programme passionnant, avec des visites très intéressantes et de bons restaurants. A l’hôtel, nous avons été reçus comme des papes. Le personnel s’est soucié de notre confort et de nos goûts. L’ambiance est très familiale, les hôtes se parlent facilement entre eux et beaucoup viennent aussi de Suisse romande. Les chambres sont spacieuses, propres et lumineuses, la cuisine délicieuse. Lorsqu’on a goûté à cet endroit, on a envie d’y revenir… Tout est parfait, y compris le prix: vraiment pas cher, pour tout ce que nous avons reçu pendant ce magnifique séjour!» Béatrice et Jean-Claude Maret, Lourtier

8

TCS SECTION VALAIS N°  1 – 2017


GE A T N A V A ES R B M E M

Une journée de ski en famille

Des pistes pour tous les niveaux, une vue époustouflante, des buvettes sympas… Découvrez le domaine skiable d’Anzère à demi-prix avec le TCS!

Dépaysement total dans ce coin de paradis en face de Locarno

e adulte

1 journé

CHF

26.-2.e5

d au lieu

En arrivant au sommet des pistes, c’est d’abord le panorama qui éblouit les yeux du skieur. Du haut de son plateau, Anzère contemple la vallée du Rhône et les Alpes valaisannes. Cette station du Valais central offre le spectacle de douze sommets de plus de 4000 mètres, du Bietschhorn au massif du Mont-Blanc. Son cadre paisible et sauvage attire régulièrement le couple de gypaètes de Derborence, qu’on peut apercevoir depuis la terrasse du restaurant du Pas de Maimbré.

Facile de s’y retrouver Ni trop petit, ni trop grand, le domaine skiable d’Anzère offre des pistes variées pour tous les goûts et pour tous les niveaux. Boulevards Infos confortables, pentes sportives, snowpark 027 398 14 14 pour petits et grands, boardercross pour les www.teleanzere.ch plus téméraires… Même les jeunes enfants

peuvent accompagner leurs parents en haute montagne, où une piste pour débutants avec tapis roulant les attend. «Anzère est une station réputée pour son ambiance conviviale. Les gens qui partent skier ensemble peuvent se séparer puis se retrouver très facilement, car il y a de nombreux points de rendez-vous sur les pistes», note Gilles Praplan, directeur de TéléAnzère SA.

Une saucisse au chalet? En plus des buvettes et des restaurants d’altitude, deux chalets d’alpage accueillent les pique-niqueurs amateurs de grillades. Un feu y est allumé tous les jours; l’occasion de se réchauffer et de partager les saucisses tirées du sac. En fin d’après-midi, arrivés au pied de la piste des Masques, les skieurs fatigués peuvent s’offrir un dernier verre au bar qui jouxte le parking et assister à des concerts le week-end.

Profiter du rabais TCS Sur présentation de votre carte de membre TCS, vous ne payez que la moitié du prix et pouvez en faire profiter vos proches (jusqu’à 4 personnes maximum). Le rabais est valable une seule fois par carte de membre TCS Valais. Fin de l’avantage: 17 avril 2017. Non cumulable avec d’autres offres.

Tout pour la glisse et la dolce vita en montagne: 58 km de pistes, 14 remontées mécaniques, 2 buvettes, 2 restaurants, 2 chalets d’alpage et 1 bar.

9


TOURISME

Saillon frappe un grand coup

Avec leur nouveau complexe hôtelier, les Bains de Saillon deviennent un véritable centre de vacances au cœur du Valais. Bienvenue dans le plus grand hôtel de plaine du Valais. Avec ses 150 chambres et ses 6 restaurants, le nouveau complexe des Bains de Saillon apporte une pierre importante à l’édifice touristique du canton. Le groupe Boas, propriétaire des lieux, y a investi 35 millions de francs. «Il y a un large potentiel pour le tourisme de plaine autour de nos bains. La situation de Saillon est idéale pour rayonner et découvrir la région», explique Jean-Michel Rupp, directeur général du groupe Boas.

Séminaires sous la pergola

Six restaurants différents

Une architecture moderne, des chambres lumineuses habillées de bois massif, une décoration qui rappelle le vignoble et le vieux Saillon… La nouvelle extension de l’hôtel 4 étoiles allie confort et ambiance «terroir». Les Bains se veulent aussi une immersion dans la nature et la culture du coin. Par exemple, Jean-Michel Rupp souhaite développer des activités vitivinicoles pour ses hôtes: «Ils pourront participer aux travaux des vignes, aux vendanges, à l’élaboration d’un vin. Nous allons également construire une pergola pour accueillir des séminaires d’entreprise.»

La grande force du nouvel établissement, c’est qu’il fonctionne comme un centre de vacances autonome. L’offre de restaurants est particulièrement impressionnante. Les clients de l’hôtel comme les baigneurs de passage peuvent manger dans six ambiances différentes: le carnotzet valaisan pour la raclette, la place italienne pour la pizza, le café parisien pour les mets de brasserie, un bar à hamburgers de qualité, un self-service ouvert aux baigneurs et un espace gourmand pour les connaisseurs.

Ambiance chaleureuse La chambre «Deluxe» est décorée sur le thème de la vigne, avec des parois en bois massif et en pierre de Salvan.

10

TCS SECTION VALAIS N°  1 – 2017

Sous ses airs de géant, le centre thermal n’a rien perdu de sa convivialité ni de sa popularité. Comme le souligne le directeur, «ce ne sont pas les millions qui font la différence, mais bien les gens qui oeuvrent tous les jours à l’intérieur!» 180 collaborateurs font battre le cœur des Bains de Saillon, et la plupart y sont depuis plus de 20 ans. Leur fidélité et leur enthousiasme se retrouvent aussi chez les clients, dont beaucoup se sentent ici comme chez eux.


INFOS CLUB

Camping: matériel à vendre?

Saint Nicolas: une visite très attendue

Le TCS Camping Club Valais organise une grande vente-échange au Camping Rive-Bleue du Bouveret le 8 avril 2017, de 10h à 18h. Sur le principe du «coffre ouvert», chacun peut mettre en vente le matériel qu’il n’utilise plus, y compris des véhicules d’occasion. Les vendeurs intéressés doivent louer leur espace: 10 francs pour une table, 50 pour une place pouvant accueillir jusqu’à deux camping-cars. Un événement convivial, qui permet aux campeurs de se retrouver et d’acquérir des produits de qualité à bas prix.

Le 6 décembre dernier, le TCS a créé l’événement en invitant saint Nicolas au Point de contact de la rue des Cèdres à Sion. Après un tour de ville très remarqué, le noble personnage a débarqué avec son âne et le père Fouettard, pour la traditionnelle distribution de pains d’épices. De nombreux enfants et adultes se sont arrêtés pour se faire prendre en photo aux côtés du célèbre trio.

Inscriptions jusqu’au 26 mars 2017: tcscampingclubvs@outlook.com ou Claude Gumy, 078 854 21 04.

© Little-Lady.ch

Inscrivez-vous pour la vente-échange du 8 avril 2017 au Bouveret.

Course Titzé: maillots jaunes au départ C’est la première fois qu’une équipe du TCS Section Valais participe à la Course Titzé de Noël, dans la catégorie «entreprises». Quatre volontaires ont revêtu le maillot jaune le 10 décembre 2016: Ludovic et Alain Laurent, Grégoire Arcioni et Cédric Rosaire, posent devant leur coach Jean-Michel Lebrun.

Course aux oeufs 1, 2, 3... Partez !

Dimanche 16 avril 2017 de 9h30 à 13h00 NE MANQUEZ PAS L’ÉVÈNEMENT FAMILIAL DU PRINTEMPS ! Saint-Maurice

Sion

Sierre

Brigue

Inscription sur place. Gratuit sur présentation de la carte de membre TCS. Non membres: CHF 5.– / enfant, mais au plus CHF 15.– / famille TCS Section Valais Avenue Gare 20, 1950 Sion. Tél.: 027 329 28 10 www.tcsvs.ch • www.facebook.com/TCS.Valais

11


AGENDA 2017 Matchs aux cartes, Relais fleuri, Dorénaz Vente-échange matériel de camping au Bouveret Course aux œufs à St-Maurice, Sion, Sierre et Brigue Assemblée générale du TCS Section Valais SlowUp Valais à Sierre et à Sion Match aux cartes, Relais fleuri, Dorénaz

12-16 juillet 18-23 juillet Septembre 1er octobre 19-21 octobre 9 décembre

Sion sous les Etoiles Paléo Festival de Nyon Sortie annuelle du TCS Section Valais Brisolée dans 6 restaurants valaisans Cirque Knie à Sion Course Titzé de Noël à Sion

© Olivier Maire

28 jan / 25 mars 8 avril 16 avril Mai 4 juin 10 juin

Concours

A gagner:

Ouvrez l'œil!

2e prix: 1 Smartbox (valeur CHF 300.–)

1er prix: 1 cours de conduite «Neige et glace» à Bourg-St-Pierre (valeur CHF 400.-) 3e prix: 2 billets pour le Festival «Sion sous les Etoiles» (valeur CHF 180.-) 4e prix: 1 cours de conduite «Bien conduire, mieux réagir» à Sion (valeur CHF 160.-)

urs u conco 6: d s t n a n Gag 4 – 201 faux» n° «Vrai ou s noms des

ez le s.ch Retrouv ww.tcsv ts sur w a é r u la 20 taient: on s e s é p é r s e n L e s b on x / Vr a i u a F i/ Vr a

5e prix: 4 entrées dans un bain thermal (valeur CHF 80.-)

Tentez votre chance en répondant aux questions suivantes: 1. Quel est le nom de l’hôtel TCS au Tessin? 2. Dans quelle station de ski les membres du TCS ont-il un rabais cet hiver? 3. Quel est le personnage célèbre qui a visité le Point de contact du TCS le 6 décembre dernier?

1 coursg traienetign lace»

«Neig

valeur

400.-

Pour participer: Renvoyez le coupon-réponse ci-dessous à TCS Section Valais, Avenue de la Gare 20, 1950 Sion ou répondez par e-mail à sectionvs.tcs@bluewin.ch Dernier délai: 30 mars 2017

Modalités: un tirage au sort aura lieu uniquement parmi les bonnes réponses. Les gagnants seront avertis personnellement. Les collaborateurs du TCS ainsi que leur famille ne sont pas autorisés à participer. Les prix ne peuvent pas être remplacés ou échangés en espèces.

Coupon-réponse Concours «Ouvrez l'œil!» TCS N° 1 – 2017 Nom et prénom :............................................................................................................................

Réponse n° 1: �������������������������������������������� Réponse n° 2: �������������������������������������������� Réponse n° 3: ��������������������������������������������

Rue, NPA Ville  :��� ......................................................................................................................................................................................................................... N° de sociétaire: ....................................................... E-Mail ou téléphone : ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������

12

TCS SECTION VALAIS N°  1 – 2017

TCS Valais janvier 2017  

Le Bulletin TCS de la section Valais paraît quatre fois par an.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you