Page 1

Sion 2026 Notre dossier

TCS SECTION

Thierry Sermier

VA L A I S

05.2018 Paraît quatre fois par an

2

Infos Club Invitation à l'Assemblée générale

10

Nouveaux cours Eco-Conduite et vélos électriques

12

Avantages membres Festivals, escapades et parcs d’attraction à prix réduit

16

Bulletin N° 2 – 2018

Un tremplin pour le Valais


TCS SECTION VALAIS Point de contact Sion TCS Section Valais Rue des Cèdres 3 - 1950 Sion Tél. : 027 329 28 15 sectionvs.tcs@bluewin.ch www.tcsvs.ch Heures d’ouverture Lu : 8h30-11h30 et 13h30-17h30 Ma-ve : 8h30-11h30 Téléchargez notre application mobile TCS Valais. Suivez-nous sur Facebook. Editeur Touring Club Suisse Section Valais Av. de la Gare 20 - 1950 Sion Comité Fabienne Bernard, présidente (Martigny) Philipp Matthias Bregy, vice-président (Naters) Christian Nanchen, vice-président (Sierre) Ruth Bornet-Studer (Salins) Isabelle Darbellay Métrailler (Ayent) Antoine Defabiani (Uvrier) Simon Charles Fluri (Brigue) Guillaume Grand (Sion)  Jeanne-Emmanuelle Jollien-Héritier (Savièse) Cédric Rosaire (Evionnaz) Gerhard Wyssen (Loèche)

BILLET DE LA PRÉSIDENTE

JO 2026: osons la passion Sion 2026… A l’évidence, le rêve et la passion de 2006 ont cédé la place à un certain scepticisme et fatalisme. La nouvelle candidature olympique peine à trouver le chemin des cœurs et soulève de nombreuses interrogations. L’échec de 2006 a laissé des traces béantes et, depuis, les scandales multiples, les dépassements faramineux, les sites gigantesques à l’abandon, le dopage ont donné du CIO et des JO une image bien négative! En parfait rationnels que nous sommes, nous pouvons donc nous dire que les coûts seront dépassés, l’environnement maltraité, notre mobilité restreinte et que ce seront toujours les mêmes qui s’en mettront plein les poches. On peut dire cela, voter non et passer à autre chose. Le monde dans lequel nous vivons nous pousse à gérer au mieux, à ne prendre aucun risque pour ne pas avoir à rendre de comptes, à faire attention à ce qu’on dit, etc. Où est donc ce Valais qui ose, qui entreprend, qui rêve, qui se bat? N’est-il plus, sous le joug des peureux et des inspecteurs qui passent nos erreurs à la loupe du matin au soir, que ce canton grand consommateur de subsides fédéraux? Est-ce vraiment vous, moi, condamnés à compter, gérer, avec la peur de demain et du moindre risque? Oui, toutes les questions ne sont pas résolues. Oui, il y a et il y aura encore des erreurs de communication. Oui, il y a un, des risques, oui, oui… Mais derrière tout cela, il y a aussi un rêve, un projet, une idée, une grandeur qui peut tous nous fédérer. Il y a un peuple fier et passionné qui vit sur une terre magnifique, qui sait recevoir

et rassembler. Il y a la possibilité d’une vitrine unique pour valoriser notre si beau canton. Il y a la possibilité d’innover, de profiter de l’élan d’un tel projet. Les opposants ont raison de donner de la voix. Mais ne pourraient-ils pas pour une fois substituer à la seule raison, une vraie force de proposition pour que le projet soit encore meilleur? Ils pourraient ainsi aider le Valais à réussir dans ce qui lui donnerait une autre ampleur, un nouveau visage. J’avoue que je n’étais pas convaincue par Sion 2006. Sans regret, car les Jeux de cette époque nous auraient sans doute laissés sur la paille. Mais Sion 2026 nous offre une chance unique de montrer qu’impossible n’est pas valaisan. J’ai envie de nous voir retrouver cette force, dans un match dont le score serait «LES PEURS 0 – LE VALAIS 1». Cela ne sera possible que si nous osons dire oui, tout simplement oui. Fabienne Bernard, présidente du TCS Section Valais

Le 10 juin, sur quoi vote-t-on? La question posée au peuple valaisan porte sur le financement cantonal des Jeux: un crédit d’engagement maximum de 100 millions de francs. Rappelons que l’essentiel des coûts sera pris en charge par la Confédération et par le CIO (deux milliards en tout). La participation valaisanne se répartit comme suit:

60 millions pour le subventionnement d’infrastructures sportives durables

Les communes qui en ont besoin vont en profiter. Au programme, la rénovation du village de vacances de Fiesch, l’aire d’arrivée de ski à Crans-Montana, des aménagements complémentaires pour le Centre nordique de Conches et la piste freestyle de Thyon ainsi que des installations d’enneigement artificiel. Tous ces projets vont permettre aux stations d’améliorer leur offre sportive et touristique à long terme.

40 millions pour les frais de sécurité 2

TCS SECTION VALAIS N°  2 – 2018

«Les Valaisans investissent 100 millions de francs et en reçoivent 2 milliards pour leur économie. Notre candidature a toutes ses chances. Il est temps de renouer avec des Jeux authentiques, dans le berceau des sports d’hiver, au cœur des Alpes.» Pierre-Alain Cardinaux, directeur des finances de Sion 2026.


SION 2026

«Un effet dynamisant pour le canton»

Avant le vote du 10 juin, le conseiller d’Etat Frédéric Favre rappelle l’opportunité que représente Sion 2026 pour l’avenir du Valais. Etes-vous optimiste par rapport au vote des Valaisans le 10 juin? Oui. Deux tiers de la population ont dit oui à Sion 2006. Les Valaisans ne sont pas moins passionnés ni moins courageux qu’à l’époque, et je leur lance un défi: faire mieux que le 55% du peuple norvégien favorable à la candidature d’Oslo en 2013. Vous étiez aux JO de Pyeongchang en février dernier. Qu’en retenez-vous? J’ai été impressionné par l’enthousiasme des bénévoles coréens, par leur accueil fier et chaleureux. Recevoir la planète chez soi, cela marque une génération. J’ai aussi constaté la démesure de ces Jeux, dont le CIO ne veut plus, comme ces quatre patinoires construites l’une à côté de l’autre… Nous pouvons être les acteurs de ce changement, avec des Jeux qui s’adaptent à la région, et pas l’inverse! Vous promettez des Jeux sans déficits. Comment est-ce possible? Les déficits sont toujours liés à la construction d’infrastructures coûteuses. Or, Sion 2026 ne construira rien de nouveau. Nous louerons les installations dont nous aurons besoin, c’est tout. Et nous subventionnerons les communes qui souhaitent investir dans leurs équipements sportifs. Toutes les dépenses ont été calculées de façon très large. Il n’y aura pas de mauvaise surprise.

Que répondez-vous à ceux qui estiment que l’argent des Jeux devrait être consacré à des fins plus utiles, comme l’éducation ou le social, par exemple? Le milliard que va investir la Confédération est destiné à un grand événement national. S’il ne revient pas à Sion 2026, il sera investi dans la prochaine exposition nationale, au profit de grandes villes. Voulons-nous vraiment laisser filer cette opportunité? Est-ce que les deux milliards de la Confédération et du CIO profiteront vraiment à l’économie locale? Il ne peut en être autrement. L’organisation va louer tous les sites olympiques, ce qui représente des rentrées d’argent pour les communes. Au niveau de la sécurité, de la communication, des équipements provisoires, il y aura de nombreux salaires et la main-d’œuvre locale sera favorisée. On a beaucoup parlé finances pendant la campagne. Qu’en est-il de la fête? C’est l’un des moteurs de notre candidature. Nous avons la culture des sports d’hiver et les compétences pour les organiser. Les Valaisans aiment se passionner et ont le sens de la fête. Nos athlètes aiment concourir dans des stades animés. Ici, l’ambiance est assurée! Nos régions savent faire la fête, chacune va marquer le coup, à sa façon. Nous allons vivre des moments inoubliables!

En quoi les JO vont-ils dynamiser le développement du canton? Cette échéance va donner un coup d’accélérateur à certains dossiers. Par exemple, on peut espérer que le contournement Ouest de Sierre, bloqué dans les tiroirs fédéraux, voie le jour avant 2026, pour un accès routier plus rapide à Crans-Montana. On a vu les avancées technologiques dont a profité la région de Neuchâtel lors d’Expo 02: notre canton périphérique deviendra une priorité pour le pays. Sans oublier les hôtels, les restaurants et les commerces, qui pourraient planifier des rénovations dans la perspective des Jeux.

i, ce chez so e t è n la ir la p ion. Re c e v o g é n é r at e n u e marqu

la

A titre personnel, qu’est-ce qui vous fait vibrer pour ces Jeux ? La mise en valeur de mon canton, de sa nature, de ses valeurs démocratiques. Nous avons tendance à manquer de fierté et d’ambition. Avec les Jeux, nous obtenons la plus grande publicité du monde: 2,5 milliards de téléspectateurs pendant trois semaines, sans parler du battage médiatique qui entoure l’événement au cours des années précédentes. Je suis persuadé que cette notoriété aura un impact positif sur notre tourisme.

3


SION 2026

Nous avons

Thierry Sermier

tout à y gagner!

Sion 2026 est un projet fédérateur et motivant. Le comité du TCS Section Valais le soutient. Voici six bonnes raisons de voter «oui» le 10 juin prochain.

1

3

Accueillir un événement planétaire Le cœur des Alpes est l’endroit rêvé pour organiser ces Jeux d’hiver. Notre pays possède la majorité des équipements nécessaires et a déjà l’habitude d’organiser des événements sportifs d’envergure. Accueillir des athlètes et des visiteurs du monde entier, c’est une chance de faire connaître la beauté de notre pays, ses valeurs d’accueil et de convivialité.

2 Se rassembler autour d’un but commun Sion 2026 va stimuler les collaborations et engager toutes les régions du Valais. L’occasion de regarder plus loin que sa frontière communale et de travailler main dans la main avec ses voisins. Des synergies vitales pour l’avenir de notre tourisme.

uler x va stim u e J s e ce d maine L’échéan ions dans le do vat les inno ité. bil o de la m

4

TCS SECTION VALAIS N°  2 – 2018

Bon pour la mobilité de tous Thème cher au TCS, la mobilité va gagner des points grâce aux Jeux. En facilitant les déplacements des visiteurs entre les sites, les organisateurs vont travailler sur des solutions plaine-montagne qui seront utiles au quotidien des Valaisans après 2026. L’échéance des Jeux va stimuler les innovations dans les transports. Quant aux Jeux paralympiques, ils exigeront une bonne accessibilité, ce qui aura des conséquences positives sur le confort des personnes à mobilité réduite dans notre canton.

4 Des coûts et des risques maîtrisés En termes de sécurité, la Suisse et le Valais sont rodés à ce type d’exercice (WEF, G8, Euro 2008) et peuvent donc en maîtriser les risques. Les risques financiers sont aussi sous contrôle, puisque le projet Sion 2026 s’appuie sur les équipements existants. Seul 5% du budget sera consacré à des infrastructures durables, qui serviront aux stations après les Jeux.

5 Respect de la nature et des habitants Notre pays accueillerait les premiers JO d’hiver en accord avec l’agenda 2020 du CIO! L’époque des lourds déficits et des infrastructures inutiles est révolue: le CIO demande aux villes candidates de travailler avec des structures existantes et de maîtriser les coûts. Sion 2026 suivrait Paris 2024 dans cette nouvelle philosophie. La Ville et le Canton ont mandaté la Fondation pour le développement durable des régions de montagne (FDDM) pour les soutenir dans leurs efforts en matière de durabilité dans le cadre de la candidature des JO 2026.

6 Des bénéfices pour notre canton Au cours de ces huit prochaines années, les Jeux vont générer quelque 1750 emplois et environ 2 millions de nuitées touristiques. Après l’événement, nous disposerons d’infrastructures pérennes, utilisables été comme hiver grâce aux 60 millions de francs investis à cet effet. Et un apport de 100 millions pour des projets innovants (lire page 5). Sans oublier les énormes retombées positives en termes de notoriété et d’attractivité.


Héritage: des Jeux utiles au pays Que restera-t-il après les JO pour les habitants du pays et les générations suivantes? Depuis quelques années, cette question est la priorité stratégique des villes candidates. «L’héritage et la durabilité sont des thèmes qui comptent pour 50% dans la décision d’attribution des Jeux», précise Claude Stricker, responsable de ce dossier au sein de Sion 2026. Dans le budget d’organisation, 100 millions de francs sont prévus pour la création d’un fonds spécial, dédié à des projets durables, matérialisant cet héritage au-delà des Jeux. Trois grands thèmes seront privilégiés: tourisme & territoire, environnement & énergie, sport &

santé. Le but est d’utiliser l’événement comme tremplin pour le développement du pays dans chacun de ces trois domaines. Des exemples? On pourrait soutenir des propositions innovantes pour le développement du tourisme «4 saisons», pour la recharge des véhicules électriques avec de l’énergie renouvelable ou pour faciliter l’accessibilité à la pratique sportive à toutes les catégories de la population. Les collectivités publiques, associations, entreprises et citoyens seront encouragés à soumettre leurs idées.

Selon Claude Stricker, d’autres traces, moins tangibles, feront partie de l’héritage des Jeux. «C’est un projet de réussite, qui marque l’imaginaire collectif, renforce la fierté et la notoriété d’une région. Toute cette mobilisation, la plus-value économique, l’acquisition des compétences, la satisfaction d’accueillir la planète entière, vont s’inscrire dans la mémoire du pays.»

Retombées: des régions enthousiastes

Le projet d’aire d’arrivée de Crans-Montana va renforcer le positionnement de la station dans l’organisation d’épreuves de ski au niveau mondial.

L’ampleur de l’événement fait exploser les frontières communales et régionales. Peu importe l’emplacement définitif des sites olympiques, les retombées seront là pour tous. Face à la planète, les Alpes suisses proposeront une seule destination.

«Le Matterhorn reste notre symbole» «Les Jeux représentent une grande chance pour l’ensemble du canton. Je souhaite que le sport revienne au premier plan de cet événement mondial. Le Valais doit être prêt à offrir des Jeux olympiques fidèles aux valeurs d’origine, sans gigantisme et durables. Même si Zermatt n’a pas été retenu comme site olympique de ces Jeux d’hiver 2026, notre station mondialement reconnue a un rôle important à jouer. Car le symbole du Valais et de la Suisse reste le Matterhorn!» Romy Biner-Hauser, présidente de Zermatt

«Un tremplin pour nos projets communaux» «Notre station figure dans le Top Five mondial des sites de Coupe du Monde et sera candidate pour les Championnats du Monde de ski en 2025. Grâce à Sion 2026, Crans-Montana pourra investir dans de bonnes conditions, avec l'aide de subventions cantonales et fédérales, dans la construction d'une aire d’arrivée digne de ces événements mondiaux. Nous allons en profiter pour réaménager le quartier, ce qui va améliorer la qualité de vie des habitants. Ce rendez-vous olympique va aussi servir de tremplin pour d'autres projets communaux. Par exemple, nous envisageons de prolonger la ligne du funiculaire Sierre-Crans-Montana jusque sur les pistes de ski. Si nous avons les Jeux, cette extension devra être terminée pour 2026.» Nicolas Féraud, président de Crans-Montana

5


BRUXELLES FRANKFURT

SION 2026

MÜNCHEN

SALZBURG

BASEL

Bienne

Des Jeux

ZÜRICH

mobiles et légers

Berne

Engelberg

PARIS Fribourg

Grand tramplin

Eiger-Mönch-Jungfrau 4158 M

Les sites sont reliés aux grands axes ferroviaires européens, qui forment l’anneau de la mobilité olympique.

Kandersteg

Ulrichen

Tramplin normal

Fiesch Lausanne

Montreux

Leysin

Viège Crans-Montana

PARIS

Saint-Moritz /Celerina

Les Diablerets

Aigle

Sion

Thyon/Veysonnaz

Genève Martigny Mont-Blanc 4809 M

MILANO

Cervin in 4478 M

Liaisons internationales

MARSEILLE

Olympic Ring rail

BARCELONA

Olympic Ring rail + autoroute

Sion 2026

LYON

En misant sur plusieurs sites, Sion 2026 évite les surcharges de trafic et s’appuie sur le réseau existant. Le défi consiste à bien coordonner les moyens de transports et à informer clairement les spectateurs. «Notre chance en Suisse, c’est d’avoir un réseau très dense de rail et de route. Le choix est de s’appuyer sur nos forces existantes», explique Grégory Saudan, directeur technique du comité de candidature. Situé au cœur de l’Europe, le Valais est déjà relié aux grands axes internationaux. Les 14 sites olympiques ont été choisis en fonction de leur facilité d’accès. La grande majorité des déplacements se fera en transports publics. Par le train et l’autoroute en plaine, puis essentiellement par bus-navettes pour rejoindre les stations de montagne. Des parkings d’échange provisoires seront aménagés près des sorties d’autoroute et des gares, afin de permettre aux visiteurs de changer de moyen de transports. Aucune infrastructure supplémentaire ne sera nécessaire pour assurer la mobilité des Jeux. Mais les Jeux aideront à débloquer des projets dont le Valais a besoin, indépendamment de cet événement. Les seules dépenses prévues dans le budget opérationnel concernent l’aménagement de ces «hubs» et la location de 300 bus-navettes. Limiter les spectateurs Reste à gérer le flux de spectateurs. Comment déplacer autant de monde? Là encore, Sion 2026 se démarque avec son concept multi6

TCS SECTION VALAIS N°  2 – 2018

sites et ses Jeux à taille humaine. La répartition des compétitions en plusieurs endroits va diluer la foule. De plus, la capacité sera limitée sur chaque site, en fonction des possibilités de transports et de logistique. «En Suisse, on a déjà géré des événements très importants avec succès», rappelle Grégory Saudan. Quant au trafic indigène, il ne devrait pas être trop perturbé. Gilles Délèze, responsable du dossier olympique au Service cantonal de la mobilité, relativise: «Chaque année, le Valais double sa population pendant les vacances de Noël et cela ne nous empêche pas de circuler. De plus, beaucoup de Valaisans seront bénévoles ou spectateurs, leurs déplacements seront donc intégrés à l’ensemble de l’événement.» Signalétique indispensable Sion 2026 se distingue par la gestion intelligente de ses ressources. Toute l’organisation a un impact sur les transports. L’idée est de jouer sur le planning des horaires des compétitions et la répartition des hébergements pour éviter les surcharges de trafic. Les animations avant et après compétitions permettront de diluer les mouvements autour des sites.

Ce choix implique une bonne coordination des transports et une signalétique claire. «En Corée du Sud, beaucoup de spectateurs se sont perdus ou ont raté des épreuves parce qu’ils ne savaient pas quel bus prendre. Le défi sera de bien guider les gens dans leurs déplacements», note Grégory Saudan. Dans ce domaine, des innovations occupent déjà l’esprit des chercheurs spécialisés dans la mobilité (lire ci-contre). Il reste huit ans avant les Jeux. Le projet va évoluer, tout n’est pas encore réglé. Par exemple, le trafic en ville de Sion. Cœur de la manifestation, la capitale valaisanne sera en fête pendant l’intégralité des Jeux olympiques et paralympiques. Elle accueillera les cérémonies d’ouverture et de clôture, ainsi que certaines remises de médailles. Selon Gilles Délèze, «il y aura certainement des restrictions de circulation. Les problèmes de bouchons sont essentiellement liés aux horaires. Nous trouverons des solutions intelligentes, notamment avec les écoles et les entreprises, pour que tout le monde ne roule pas en même temps.»


SION 2026

Sion 2026

Si le concept général des transports est sous toit, il reste une série de détails à régler pour faciliter le déplacement des personnes pendant les Jeux de 2026. Avec son Mobility Lab, le Valais planche déjà sur ces questions. Marc-André Berclaz, directeur opérationnel de l’EPFL-Valais, en est persuadé: il y aura un «avant» et un «après» JO dans le domaine de la mobilité. «Cet événement est une motivation supplémentaire pour des réalisations technologiques. Certains de nos projets pourront être exploités dans huit ans.» Des solutions utilisables pendant les Jeux Par exemple, les chercheurs travaillent sur des applications mobiles capables de coordonner les flottes de transports et de renseigner les voyageurs sur les places disponibles dans les bus-navettes. L’utilisation des drones pour automatiser le transport de matériel est aussi au programme des recherches actuelles: elle servirait à limiter les déplacements des organisateurs pendant les Jeux. La HES-SO Valais est en train d’élaborer un système automatique de paiement dans les transports publics: encore un outil qui pourrait simplifier la vie des spectateurs en 2026. La

Mobility Lab

va booster la mobilité du futur

Avec son Mobility Lab, le Valais développe des solutions innovantes, qui pourront être exploitées durant les Jeux. Comme les navettes autonomes, actuellement à l’essai à Sion.

technologie des navettes autonomes, testée à Sion depuis deux ans, pourrait être reprise et développée afin d’assurer le transport des personnes sur le dernier kilomètre, entre l’arrivée des bus et le lieu des compétitions.

it accéx pourra les à u e J s e if d s véhicu L’object ation de allées. is il t u l’ lérer nos v ne dans hydrogè

Une opportunité pour les véhicules propres Selon Marc-André Berclaz, l’objectif des JO va accélérer le développement des véhicules propres, et particulièrement celui de la pile

à combustible qui fonctionne à base d’hydrogène. «Dans le cadre des nouveaux Jeux, nous devons limiter la production de CO2 et de particules fines. Or, les voitures électriques ont leurs limites en montagne. La pile à combustible offre une plus grande autonomie, plus adaptée à nos vallées.» L’EPFL teste déjà deux véhicules à hydrogène en Valais. L’idée, à plus long terme, serait d’équiper des taxis-bus à la demande, afin de mieux desservir certains villages. Grâce à Sion 2026 et à son programme au service du développement durable, la filière des véhicules à hydrogène pourrait éclore en Suisse et contribuer à améliorer les transports publics entre vallées et plaine.

Une stratégie pour chaque voie Le rail renforcé Des trains supplémentaires seront nécessaires sur les lignes Lausanne-Brig, Berne-Visp et Berne-Kandersteg-Brig. Un train olympique circulera avec des horaires et arrêts spéciaux. Les Jeux profiteront des améliorations prévues sur le réseau ferroviaire suisse d’ici 2026, dont les trains à deux étages. La route ménagée

CFF

Aucune voie supplémentaire ne sera construite sur l’autoroute, dont les capacités sont jugées suffisantes. On table sur un trafic de substitution: beaucoup d’automobilistes qui circulent actuellement sur ces axes seront également des spectateurs des Jeux.

D’ici 2026, la ligne du Simplon connaîtra plusieurs améliorations, dont les trains à deux étages à destination du Valais.

7


SION 2026

Paroles de sportifs

«Dans huit ans, j’aurai l’âge idéal pour gagner à domicile!» Double médaillé olympique, Ramon Zenhäusern estime que le Valais est l’endroit idéal pour retrouver le cœur et l’ambiance des Jeux.

Swiss-Ski

Entré dans le circuit mondial du ski alpin en 2012, Ramon Zenhäusern atteint les sommets de son sport six ans plus tard aux JO d’hiver de Pyeongchang. A l’âge de 25 ans, il remporte la médaille d’argent au slalom et a décroché l’or deux jours plus tard en slalom parallèle par équipes. C’est au Haut-Valaisan qu’est revenu l’honneur de porter le drapeau suisse lors de la cérémonie de clôture. «L’ambiance lors des épreuves de ski en Corée était quasi nulle. Le cœur des Jeux d’hiver, surtout pour le ski, se trouve en Suisse. Je suis convaincu qu’il régnerait une toute autre atmosphère si c’était le Valais qui avait les Jeux!» Vivre des JO dans son canton serait une opportunité incroyable. C’est pourquoi il soutient pleinement la candidature Sion 2026. «Dans huit ans, j’aurai l’âge idéal pour gagner à domicile. En Corée, j’ai fait exprès de viser le deuxième rang afin de pouvoir obtenir l’or en Valais», lance-t-il en riant.

«Montrer la beauté du Valais au monde entier» La jeune skieuse Mélanie Meillard se remet de sa blessure en rêvant d’une aventure olympique dans son pays, face à un public enthousiaste. Jeune étoile du ski alpin suisse, Mélanie Meillard devait participer à ses premiers Jeux olympiques cette année à Pyeongchang. Elle a dû y renoncer à la dernière minute, victime d’une blessure au genou pendant un entraînement.

événement. «Ici, nous avons déjà tout ce qu’il faut, y compris l’expérience dans l’organisation des épreuves de Coupe du Monde. Sans oublier l’enthousiasme du public pour notre sport en Suisse!»

A l’aube de ses vingt ans, elle a toutefois toutes les chances d’être dans la course des prochains JO d’hiver, et même de représenter encore la Suisse en 2026. La candidature de Sion la fait rêver. «Ce serait fantastique de courir à côté de la maison et de faire découvrir la beauté de notre pays au monde entier!»

La jeune Neuchâteloise, qui habite à Hérémence depuis dix ans, a encore de longs mois de rééducation devant elle avant de pouvoir retrouver ses lattes. «Je n’ai pas d’autre choix que d’accepter ce qui m’arrive. Je vais de mieux en mieux et je prendrai le temps qu’il faut pour retrouver ma forme.»

Elle est également sensible aux dispositions naturelles du Valais pour l’accueil d’un tel

8

TCS SECTION VALAIS N°  2 – 2018

DES JEUX À TAILLE HUMAINE


SION 2026

Paroles d'observateurs

CES JEUX QUE L'ON VEUT

«Avec Sion 2026, les Jeux retrouvent leurs racines» Jörg Roten entraîne l’équipe suisse de ski depuis onze ans. Ce natif de Loèche-les-Bains rappelle la portée symbolique de l’événement. Jörg Roten a vécu trois Jeux olympiques d’hiver. «Ce rendez-vous marque l’objectif ultime d’un cycle de quatre ans pour un athlète. Etre champion olympique, c’est la consécration suprême!» Même s’ils sont concentrés sur les épreuves, les entraîneurs et les athlètes profitent aussi de l’ambiance. «Dans les villages olympiques, on côtoie d’autres sportifs, cela crée une atmosphère particulière, vraiment unique!» Si le calendrier le permet, l’équipe suisse de ski se déplace pour assister au spectacle d’autres disciplines, comme le ski de fond, le saut à ski ou le freestyle.

Faire simple et «grand» Selon le spécialiste, le concept multi-sites de Sion 2026 ne va rien changer à ce que connaissent déjà les sportifs dans ce genre d’événement. «Nous avons toujours dû effectuer des déplacements d’une ou deux heures à Vancouver, à Sotchi ou à Pyeongchang, c’est normal. A l’échelle de la Suisse, ces distances sont vraiment minimes.» Jörg Roten salue la simplicité et l’efficacité du projet. «Couper des arbres pour une piste de descente ou créer une station de ski ex nihilo, ce n’est pas le but des Jeux. Je suis heureux que l’on renoue avec des conditions normales, dans notre pays qui dispose déjà de tous les équipements nécessaires, ce qui ne va pas nous empêcher de faire quelque chose de grand!»

«Le public olympique est là pour la beauté du sport!» Ernest Gigon est un spectateur assidu des Jeux d’hiver. Il y a assisté pour la neuvième fois cette année. Il évoque l’esprit olympique, côté public. Avec son immense drapeau suisse et son chapeau recouvert de pins, Ernest Gigon est devenu la mascotte des athlètes suisses. Il enchaîne les Jeux d’hiver depuis trente-huit ans sans perdre une miette d’enthousiasme pour ce rendez-vous mythique.

long des pistes. A Salt Lake City, la fête durait non-stop jour et nuit. A Lillehammer, il y avait un monde fou en journée, mais les rues étaient vides le soir.» La candidature de Sion 2026

réjouit Ernest Gigon, qui n’a aucun doute sur la réussite de la fête. «Sion est une ville très vivante, les Suisses aiment festoyer et accueillir, nous serons à la hauteur!»

Ce qu’il apprécie par-dessus tout, c’est l’ambiance conviviale et paisible qui règne pendant les compétitions. «Dans les matches de hockey, par exemple, les publics des équipes adverses se mélangent sans problème. Il n’y a aucune bagarre, aucune tension. Les gens sont là pour voir du beau sport, pas pour voir gagner leur équipe à tout prix!» L’ambiance, à l’image d’un pays Le célèbre Franc-Montagnard a également pu observer l’animation qui se crée autour des Jeux. Très inégale, selon les endroits. «Les plus forts, ce sont les Nord-Américains. Ils assurent applaudissements et encouragements le

A Pyeongchang, Ernest Gigon a encouragé les athlètes suisses, en compagnie de supporters valaisans et vaudois.

9


INFOS CLUB

Contrôles vélos Les contrôles vélos gratuits organisés par le TCS dans les écoles rencontrent un joli succès. Ces prochains mois, ils se dérouleront dans une dizaine de localités valaisannes. Le TCS Section Valais organise et finance des contrôles vélos gratuits chaque année dans les écoles primaires valaisannes qui le demandent, en collaboration avec les police municipales. D’avril à octobre, environ 2000 bicyclettes sont vérifiées par un mécanicien professionnel dans une dizaine de localités valaisannes, entre Sierre et Monthey. Cette opération a pour but de renforcer la sécurité sur le chemin de l’école et de prévenir les accidents. «Un vélo doit s’entretenir aussi

Les vélos en mauvais état sont dangereux pour la sécurité des enfants. Le TCS s’engage à les contrôler gratuitement.

bien et aussi régulièrement qu’une voiture. Mais la plupart des parents ne le savent pas ou n’y pensent pas. Les enfants se retrouvent dans un trafic de plus en plus dense, avec des vélos souvent en mauvais état et dangereux», explique Fabienne Bernard, présidente du TCS Section Valais. Check-up et conseils du mécanicien Pneus plats, freins cassés, cadre défectueux… Les vélos amenés par les enfants sont rarement conformes aux règles élémentaires de sécurité

routière. Le mécanicien en cycles procède à un check-up complet, resserre les freins, regonfle les pneus, pose les catadioptres manquants. Il remplit une fiche technique avec des recommandations pour les bicyclettes qui ont besoin de réparations plus importantes. L’opération ne perturbe en rien le rythme scolaire. En principe, les enfants déposent leur vélo dans la cour et le récupèrent à la sortie de l’école. Dans la plupart des cas, la police municipale profite de l’occasion pour animer un cours de d’éducation routière.

Assemblée générale 2018 La prochaine AG du TCS Section Valais se déroulera le 25 mai. La seconde partie de soirée sera ouverte au public. Le conseiller d’Etat Frédéric Favre présentera le projet Sion 2026. Ce moment olympique se déroulera en présence de l’ancien champion de ski Roland Collombin. INVITATION AUX MEMBRES 92e Assemblée générale du TCS Section Valais Vendredi 25 mai 2018, Hôtel Vatel à Martigny Hôtel Vatel à Martigny

2. Approbation du procès-verbal de l’assemblée générale 2017

16h30 Accueil 17h00 Assemblée générale 18h00 Verrée

4. Présentation des comptes 2017

Soirée gratuite sur inscription et dans la mesure des places encore disponibles, jusqu’au 19 mai 2018: 027 329 28 10 ou sectionvs.tcs@bluewin.ch

TCS SECTION VALAIS N°  2 – 2018

1. Accueil et nomination des scrutateurs

3. Rapports d’activités

Bus: à 16h15 devant la gare de Martigny, retour à 20h45. Voiture: parkings à disposition.

10

Ordre du jour

Programme

18h30 Présentation de Sion 2026, par Frédéric Favre, conseiller d’Etat 19h15 Apéritif dînatoire et animations 20h30 Fin de la manifestation

O. Maire

très prisés!

5. Rapport des vérificateurs et approbation des comptes 2017 6. Présentation du budget 2018 7. Elections statutaires 8. Nouveau sociétariat et cotisations 2019 9. Honorariat 10. Divers Le procès-verbal de l’Assemblée générale 2017 est consultable auprès du secrétariat de la section et sur notre site internet www.tcsvs.ch


INFOS CLUB

Contrôles techniques à Monthey Roulez tranquille, offrez-vous un check-up! L’Unité de contrôle mobile s’installe à la Patinoire du Verney à Monthey pendant trois semaines, du 7 au 30 mai. L’an passé, elle a rencontré un joli succès, enregistrant plus de 70 contrôles en douze jours. L’opération est donc renouvelée ce printemps, pour une période plus longue afin de pouvoir répondre aux nombreuses demandes. En collaboration avec la section vaudoise du TCS, six types de contrôles sont proposés pour votre véhicule:

Dès CHF 30.ire: Réservation obligato 021 863 11 11

Dépannage et jeux au slowUp le 3 juin Hâte-toi lentement! Telle pourrait être la devise du slowUp, cette grande fête de la mobilité douce qui attire 15'000 participants chaque année entre Sierre et Sion. L’occasion de rouler à vélo, rollers ou trottinette sur une route sans circulation et de profiter de nombreuses animations. Partenaire de la manifestation depuis ses débuts il y a douze ans, le TCS Section Valais sera à nouveau de la partie ce 3 juin. Trois patrouilleurs, mécaniciens en cycles, circuleront le long du parcours pour vous assister en cas de problème. Les membres du TCS peuvent profiter de ce service gratuitement. A Sierre et à Sion, rejoignez les stands jaunes du TCS. Les animations sont gratuites et ouvertes à tous, de 10h à 17h.

• test de vacances TCS, durée 1 heure, CHF 50.- (120.- non-membre) • test pré-expertise TCS, durée 1 heure, CHF 50.- (120.- non-membre) • contrôle de sécurité TCS, durée 1/2 heure, CHF 30.- (75.- non-membre) • contrôle antipollution pour véhicules avec catalyseur sans EOBD, CHF 50.(90.- non-membre) • contrôle antipollution pour véhicules à essence et diesel avec EOBD, CHF 50.(90.- non-membre) • diagnostic électronique, durée 1/2 heure, CHF 50.- (80.- non-membre) Infos sur www.tcsvs.ch

Du 14 au 19 mai, le point de contact mobile du TCS vous accueille sur le parking du centre commercial de Collombey, pour des infos et des conseils. Ouvert de 10h à 17h30 en semaine et de 9h à 15h le samedi. N’hésitez pas à vous arrêter pour découvrir nos assurances et produits.

Assistance gratuite pour les membres TCS le long du parcours.

Infos sur www.tcsvs.ch

O. Maire

Notre guichet au Collombey-Centre

Question au TCS Nathalie Courtine, collaboratrice TCS Valais

Ne vous arrêtez plus au péage! Pour nos prochaines vacances, nous projetons de circuler en France. Est-ce qu’il existe un moyen simple d’éviter les haltes et paiements systématiques à chaque péage? Oui, bien sûr! Le TCS dispose d’une offre exclusive de télépéage pour ses membres. Il s’agit du badge Liber-t Evasion, qui vous donne un libre accès à toutes les autoroutes françaises. Au péage, vous passez directement sur les voies réservées. Vous n’avez plus besoin de prendre un ticket ni de préparer votre monnaie. Vous recevez simplement une facture environ un mois après vos déplacements, par voie électronique ou par courrier. C’est donc un moyen simple de gagner du temps et du confort sur la route de vos vacances! Frais offerts pour les membres TCS: • coûts liés à la mise en service

• abonnement mensuel la première année

Pour bénéficier de cette offre, il faut être membre du TCS, avoir une carte de crédit, un téléphone portable et une adresse e-mail. Commande au 027 329 28 15 ou au guichet du Point de contact TCS à Sion. Vous recevrez le badge Liber-t Evasion dans les 10 à 15 jours. Point de contact du TCS à Sion, Rue des Cèdres 3. A votre service tous les matins de 8h30 à 11h30 et le lundi de 13h30 à 17h30. 11


COURS ÉCO-CONDUITE

Rouler futé

Conduire en mode «éco», c’est faire des économies, réduire les émissions de CO2 et diminuer le risque d’accident.

Les cours Eco-Conduite du TCS reprennent en Valais. Vous y apprendrez des astuces très utiles pour rouler de façon sûre et fluide, préserver l’environnement et économiser jusqu’à 15% de carburant. Partout, le trafic devient plus dense. On freine et on accélère sans réfléchir. Ces réactions intempestives au volant sont gourmandes en essence. Et même si les véhicules actuels ont gagné en vertus écologiques, ils sont rarement utilisés au mieux de leurs capacités. «La plupart des conducteurs ne connaissent pas le rendement des nouveaux moteurs et ont tendance à griller du carburant pour rien», explique l’instructeur TCS Romain Pellaud.

s ont ducteur n o c s e rant rt d La plupa griller du carbu eà tendanc . n ie pour r

Le cours Eco-Conduite apprend aux automobilistes à rouler à bas régime tout en maintenant leur vitesse. Cette méthode leur fait économiser entre 10 et 15% d’essence, ce qui représente une somme non négligeable à long terme. De plus, elle favorise l’anticipation et la prudence, tenant compte des autres usagers, des obstacles et des dangers potentiels. «Il a été démontré que ce style de conduite diminue les accidents. On gagne en aisance, en confort et en maîtrise dans la circulation», précise Romain Pellaud.

12

TCS SECTION VALAIS N°  2 – 2018

Soutien de l’Etat du Valais Rouler en mode «éco» a aussi une influence sur l’environnement. C’est pourquoi l’Etat du Valais subventionne ce cours, dans le cadre de ses mesures pour la protection de l’air. «Le trafic reste une source importante de pollution. Nous souhaitons encourager les comportements écologiques et responsables sur la route. Ces cours ont également de bons effets sur la sécurité et la fluidité du trafic», résume Jean-Marc Fracheboud, chef du groupe de protection de l’air au Service de l’environnement.

INFOS PRATIQUES Cours Eco-Conduite le 6 juin et le 12 septembre, de 8h30 à 12h, à la Piste des Casernes de Sion. Egalement sur demande pour groupes et entreprises. Prix pour une demi-journée de cours, trois personnes par groupe: CHF 90.- (130.- non-membre), avec le soutien de l’Etat du Valais.

Exemple d’économie: pour une voiture consommant 7 litres au 100 et roulant 20'000 kilomètres par an, au prix moyen de CHF 1,60/litre, vous économisez jusqu’à 336 francs.

Les conseils de Romain Pellaud, instructeur TCS Dans les situations de bouchon, vaut-il mieux éteindre son moteur? Pour ceux qui n’ont pas de système automatique Stop & Start et qui sont arrêtés depuis 10 secondes, il vaut mieux en effet couper le contact. Cela évite de dépenser du carburant et de polluer inutilement. Si vous devez continuer de rouler au ralenti, gardez une distance suffisante avec le véhicule qui vous précède, afin d’éviter de devoir arrêter et relancer votre voiture. Engagez la 1ère, 2e ou 3e vitesse, ne touchez pas à la pédale des gaz et laissez l’électronique moteur faire son travail. Et au feu rouge, quel est votre conseil? Les trois premiers conducteurs devraient garder leur moteur allumé afin de pouvoir assurer la fluidité du trafic. Ceux qui suivent ont intérêt à l’éteindre, à condition de rester attentifs et de redémarrer dès le changement de feu.


COURS VÉLO

Un entraînement sur une demi-journée, entre théorie et pratique, pour gagner en aisance.

Dompter son e-bike

Le vélo électrique a de plus en plus de succès, mais il exige maîtrise et prudence. Le cours du TCS vous aide à adopter les bons réflexes. Le vélo à assistance électrique permet de se déplacer rapidement, sans effort et en toute liberté. De plus en plus de Valaisans le choisissent pour effectuer leurs trajets quotidiens. Mais ces deux-roues performants ont tendance à se retrouver plus facilement impliqués dans des accidents. «On prend très rapidement de la vitesse sans s’en apercevoir, ce qui augmente le risque de collision ou de chute au moment du freinage», explique Jean-Michel Lebrun, instructeur TCS.

Le but du cours TCS est de découvrir le fonctionnement et les réactions de sa petite reine électrique, afin de pouvoir la maîtriser dans toutes les situations. Présentation des types d’e-bikes et des obligations légales, exercices d’agilité, balade en ville, conseils personnalisés et rappel des règles pour les cyclistes: cette formation vous donne toutes les clés pour gagner en aisance et en sécurité.

La pratique de l’e-bike exige une plus grande anticipation qu’un vélo normal. C’est pourquoi les spécialistes conseillent de consacrer un peu de temps à la bonne prise en main de ces véhicules. Bien choisir son vélo et le tester. Mais aussi s’entraîner dans un cadre sûr pour exercer son attention sur la route.

Déroulement du cours: de 9h à 12h30 au Centre technique de Sion. Prenez votre vélo électrique et un casque. Location d’un e-bike possible sur demande. Un gilet de sécurité vous sera remis au début du cours.

INFOS PRATIQUES

Prix membre TCS: CHF 55.- (120.- non-membre) Prochain cours: le 26 mai 2018.

Avez-vous pensé au rétroviseur? Le rétroviseur pour vélo est un précieux allié de la sécurité des cyclistes. Le TCS les vend à un prix avantageux pour ses membres: • modèle Sprintech Racing pour vélo de course: CHF 20.(30.- non-membre) • modèle Sprintech City pour vélo de ville: CHF 24.(34.- non-membre) Produits disponibles au Point de contact du TCS à Sion, rue des Cèdres 3 ou sur commande par e-mail à sectionvs.tcs@bluewin.ch (frais de livraison CHF 9.-).

Prochains cours TCS en Valais

Conduire aujourd’hui

Tous nos cours peuvent être organisés sur demande.

Prix pour une demi-journée de cours et une heure de conduite en privé. Membre TCS CHF 80.- / Non-membre CHF 140.-

Infos et inscriptions: 027 329 28 10 ou sectionvs.tcs@bluewin.ch

Des doutes sur la route? Mettez-vous à jour! 13 juin, 29 août, 19 septembre et 10 octobre.

Bien conduire, mieux réagir Maîtrisez votre véhicule dans toutes les situations! Tous les samedis de mars à novembre.

Avec le soutien du Fonds de sécurité routière

Prix pour une journée de cours, café-croissants et repas compris. Membre TCS CHF 100.- / Non-membre CHF 150.-

13


VALRANDO

Secrets

Valrando

de sentiers

Le TCS Section Valais finance nombre de panneaux VTT et vélo, mais ce sont les communes qui sont responsables de la pose et de l’entretien, avec le soutien logistique de Valrando.

Les panneaux qui jalonnent les itinéraires pédestres, vélo et VTT sont l’objet de nombreuses attentions. Sébastien Métrailler, l’un des collaborateurs de Valrando, explique les coulisses de ce balisage essentiel pour notre tourisme. Sébastien Métrailler, tous ces balisages et marquages qui nous guident dans nos promenades… Qui les pose, qui les entretient? En Valais, ce sont les communes qui sont responsables de leurs itinéraires de mobilité de loisirs. Mais Valrando a pour mission de les accompagner dans l’accomplissement de leurs tâches. Chaque itinéraire pédestre, vélo ou VTT balisé doit respecter une norme suisse. Et il faut au préalable homologuer le tracé. Durant ce processus, on consulte les services cantonaux voire les riverains, on met le projet à l’enquête. Le Conseil d’Etat signe l’autorisation finale. Ensuite, la pose et la maintenance sont organisées par les voiries locales, qui s’en remettent parfois à des bénévoles.

ans éliorer s de m ’a d t s e t ité Notre bu lité de la mobil a u q cesse la Valais. n e s ir lois

L’offre de randonnée pédestre et ses 8500 km de sentiers n’est-elle pas trop grande? Disons plutôt qu’elle est suffisante! C’est une richesse pour notre canton, surtout que la randonnée à pied reste le sport préféré des Suisses. Notre but est de maintenir et d’améliorer la qualité de l’existant, en soutenant et en conseillant les communes. Notre appui porte notamment sur la modification des itinéraires et la planification de la signalisation, ou encore sur la mise en place et l’entretien du balisage… Nos contrôles réguliers sur le terrain montrent que de nombreuses choses sont perfectibles. C’est un travail sans fin!

Au front depuis 75 ans C’est en 1943 que fut fondée l’Association valaisanne de tourisme pédestre. Les 80 premiers membres balisèrent ce qui constitue la colonne vertébrale du réseau cantonal de chemins pédestres: chemins de plaine, bisses, cols. Si les méthodes ont changé avec le temps, l’enthousiasme n’a jamais faibli. Depuis la fin des années nonante, l’organisation consacre aussi beaucoup d’énergie au développement de parcours vélo et VTT. Aujourd’hui devenue «Valrando», elle compte 2000 membres et emploie six collaborateurs.

14

TCS SECTION VALAIS N°  2 – 2018

Le Canton a annoncé son intention de développer le cyclotourisme. Quels nouveaux itinéraires allez-vous ouvrir cette année? Cela bouge beaucoup, tant au niveau du vélo que du VTT. De nombreux projets sont en gestation ou en cours de réalisation. Un exemple pour cet été: Crans-Montana ouvrira quatre nouveaux itinéraires grand public pour découvrir la station à vélo, ainsi que sept parcours sur route entre le Haut-Plateau et Sierre destinés aux cyclistes sportifs.

Rejoignez Valrando Valrando vous offre beaucoup d’avantages, parmi lesquels: • un prix spécial membre TCS CHF 35.pour la cotisation individuelle ou famille la première année de sociétariat (50.-/an les années suivantes) • la participation aux randonnées organisées à des tarifs préférentiels • l’abonnement au magazine illustré «Randonner.ch» (6 numéros/an, valeur CHF 60.-) • un rabais de 10 à 15% sur de nombreuses cartes pédestres du Valais et les cartes nationales en vente chez Valrando Infos et inscriptions sur www.valrando.ch ou 027 327 35 80


VOYAGES CLUB TCS

Onze jours au Vietnam

CHF

Dès

2890.-

Du 28 novembre au 8 décembre 2018 Circuit en groupe Baie d'Along

«Terre aux mille printemps», le Vietnam possède un héritage architectural et culturel parmi les plus riches de l’Asie du Sud-Est. Voyage spécial pour les membres valaisans du TCS: départs de Sierre, Sion, Martigny et Monthey. Long croissant bordant la mer de Chine, le Vietnam est la perle de cette ancienne Indochine. Carrefour de mondes et de peuples différents, son héritage figure parmi les plus beaux de l’Asie du Sud-Est, avec pas moins de sept sites inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco.

Prestations

Ce voyage de onze jours vous fera découvrir les plus beaux sites et villes du Vietnam. La romantique Hanoi, la magique baie d’Along, la ville au charme colonial de Hoi An, la cité impériale d’Hué, l’effervescence de Saigon ou encore le verdoyant delta du Mékong.

• Visites et entrées

• Vols avec Emirates en classe économique et taxes d’aéroport • Vols internes avec Vietnam Airlines • Hébergement en hôtel 4 étoiles, pension complète • Guide local francophone

Les «plus» du TCS Section Valais, inclus dans l’offre • Transferts en bus depuis le Valais jusqu’à Genève-Aéroport • Accompagnateur suisse du TCS • Boissons et pourboires

tions et inscrip lé il ta é me d uprès de Program s.ch ou a v s e c .t w téléphon sur ww TCS par b lu C s Voyage 27 39 06 au 058 8

Saigon

Hoi An

Hanoï

15


AVANTAGES MEMBRES

Festivaliers,

O. Maire

© Little-Lady.ch

réservez vos places!

S’asseoir et se laisser conduire jusqu’à destination… Que demander de plus? Le TCS organise le transport vers Paléo et Sion sous les étoiles. Un plan chic et pas cher!

Sion sous les étoiles: le combo parfait «entrée + bus»

Paléo: prenez la ligne n° 2

20f% orfait

19.-

CHF pour les moins de 25 ans

O. Maire

sur le us billet+b

Achetez votre entrée avec votre trajet de bus et bénéficiez d’un rabais de 20%  !

Départs pour Nyon chaque jour du 17 au 22 juillet, dès 15h50 en semaine, 14h50 le week-end. Retour après les concerts.

Départs chaque jour du 11 au 15 juillet, dès 16h30. Retour après les concerts.

Ligne Valais (n° 2): départs de Sierre, Sion, Martigny et Monthey.

Ligne Bas-Valais : Monthey – St-Maurice – Martigny – Saxon – Riddes – Conthey – Sion. Ligne Haut-Valais : Brigue – Viège – Salquenen – Sierre – Sion. Prix membre TCS aller-retour : CHF 10.Réservation obligatoire / Détail des horaires et des arrêts: www.sionsouslesetoiles-tcs.ch

Prix membres TCS aller-retour: CHF 29.- (39.- non-membre) / CHF 19.- pour les moins de 25 ans (29.- non-membre). Réservation obligatoire / Détail des horaires et des arrêts: www.paleo-tcs.ch Nota bene: pour un billet aller-retour, la date de l’aller fait foi. Même si le retour a lieu le lendemain (dans la nuit), il est compris dans la réservation de la veille.

«Un accès pratique et direct au festival» Je prends le bus TCS pour Paléo chaque année. C’est le moyen de transport le plus pratique. J’échappe aux bouchons en voiture, aux bousculades sur le quai de gare, aux files d’attente pour les navettes. Le bus du TCS dispose d’une voie de circulation réservée. Il me dépose juste derrière la plaine de l’Asse, à deux pas de l’entrée. Je peux y laisser toutes mes affaires pendant les concerts et dormir tranquillement pendant le trajet du retour. Jeanne-Emmanuelle Jollien-Héritier, membre du comité TCS Section Valais

16

TCS SECTION VALAIS N°  2 – 2018


Tchou, tchou! Au Swiss Vapeur Parc du Bouveret, on se balade en petit train ou à pied dans un jardin qui reproduit des paysages de Suisse. Les enfants en redemandent, les parents aussi.

Le plaisir de voyager en plein air, dans un jardin extraordinaire.

Les trains du Swiss Vapeur Parc sont les répliques parfaites de modèles connus. Leur taille représente le quart des dimensions réelles. Embarquez et laissez-vous porter au fil du paysage sur plus de deux kilomètres de circuit! Dans ce jardin très soigné, vous retrouverez les décors naturels typiques de la Suisse et pas moins d’une centaine d’essences d’arbres et de plantes. Bâtiments ferroviaires, village, plans d’eau et ouvrages d’art ponctuent le parcours, plus vrais que nature. On peut également profiter de la beauté du parc à pied et s’arrêter pour une crêpe ou un snack, tout en gardant un œil sur les rutilantes locomotives en action.

SE N SATIO N S

FU N

REL A X

En chiffres 19’000 m2 de paysages 10 locomotives à vapeur 9 locomotives électriques 4 gares, 8 ponts, 10 tunnels

1 billet acheté =

1 billet offert

Détails de l’offre • Un billet acheté = un billet offert • Maximum de deux gratuités par carte de membre Validité: du 1er au 30 juin 2018. Non cumulable avec d’autres offres. www.swissvapeur.ch

Sensations fortes et détente pour tous Sur présentation de ce bon, vous obtenez un rabais de 40% sur les entrées journée adultes ou enfants. Validité: du 7 mai au 15 juin 2018.

40%

pour max.4 pers.

17


AVANTAGES MEMBRES

Escapade

2

à moitié prix

billets pour

1

En mai et juin, les membres TCS qui achètent une carte journalière pour un tour en bateau sur un lac ou une rivière helvétiques, reçoivent un second billet en cadeau. Rien de mieux qu’une croisière pour goûter aux prémices de l’été et admirer les paysages de rêve qui bordent nos lacs et rivières. Avec le TCS, voguez à la découverte des plus beaux coins de Suisse à moitié prix. Cette offre concerne l’ensemble des bateaux, ferries exceptés, naviguant sur les grands lacs suisses, mais aussi sur l’Aar et le Rhin. Il suffit de présenter sa carte de membre pour en profiter! www.navigationsuisse.ch

CGN

Pourquoi pas un tour sur le Léman, à bord du bateau à vapeur «La Suisse»?

Validité: jusqu’au 30 juin 2018, auprès des sociétés de navigation des lacs et cours d’eau suisses. Offre non cumulable avec d’autres promotions. Valable uniquement sur les trajets réguliers selon horaires. Abonnement CFF demi-prix accepté (sauf sur les lacs de Constance et de Walenstadt).

Concours

A gagner: 10 x 2 cartes journalières pour une escapade sur le lac Léman, avec la CGN en 1ère classe (valeur CHF 90.- pièce)

La priorité et moi

Quelle affirmation est vraie? Situation n° 2 Source: TCS Sécurité routière

Situation n° 1

cours ts du con 2018: n a n g a G 1– l'œil» n° ion «Ouvrez li äber , S

lore H s s on g e x Anne-F enat, Ma v u o J e ois Pierrett li, Bram Antonio e p ip d il a Ph rigerb faffen, B nt: Martin P ses étaie er ril s r é p on e n n 1 av o / s b d Les Legen ic lt e C let/ 11-15 juil

A. L’automobiliste et le cycliste ont la priorité B. Le piéton a la priorité C. Personne n’a la priorité: les usagers doivent s’arranger entre eux.

A. Personne n’a la priorité: les usagers doivent s’arranger entre eux. B. Le piéton a la priorité sur tous les autres usagers C. L’automobiliste et le cycliste ont la priorité

Pour participer: Renvoyez le coupon-réponse ci-dessous à TCS Section Valais, Avenue de la Gare 20, 1950 Sion

ou répondez par e-mail à sectionvs.tcs@bluewin.ch. Dernier délai: 10 juin 2018

Modalités: un tirage au sort aura lieu uniquement parmi les bonnes réponses. Les gagnants seront avertis personnellement. Les collaborateurs du TCS ainsi que leur famille ne sont pas autorisés à participer. Les prix ne peuvent pas être remplacés ou échangés en espèces.

Coupon-réponse / Concours «La priorité et moi» TCS N° 2 – 2018 Pour chaque situation, indiquez la bonne réponse.

Nom et prénom :............................................................................................................................................

Réponse n° 1: �������������������������������������������� Rue, NPA Ville :���������������������........................................................................................................................... Réponse n° 2: �������������������������������������������� N° de sociétaire: ................................... E-Mail ou téléphone : ����������������������������������������������������������������

18

TCS SECTION VALAIS N°  2 – 2018

TCS Valais mai 2018  

Le Bulletin TCS de la section Valais paraît quatre fois par an.

TCS Valais mai 2018  

Le Bulletin TCS de la section Valais paraît quatre fois par an.