Issuu on Google+

AMNESTY

INTERNATIONAL TOGO

ECHOS

d’ A

((( Exigeons la dignité)))

TOGO

Bulletin Interne d’Information et de Formation d’Amnesty International-Togo N°41 de Mai 2013 B.P 20013 www.amnesty.tg / e-mail : contact@amnesty.tg Tel/Fax : 22 22 58 20

CAFE-DISUSSION PORTANT LANCEMENT DE LA CAMPAGNE « MON CORPS, MES DROITS »

Pg 9

Célébration de la journée internationale des droits de l’homme 2012 à Hihéatro Pg 5

AGA 2013 D’AI-TOGO : La tradition respectée Pg 3


EDITORIAL L’evènement !

L’adoption du TCA est une victoire du bien sur le mal. Souvenons nous que des centaines de milliers de personnes sont tuées chaque année par une arme à feu ; elles trouvent la mort sur des champs de batailles, ou sont victimes de la répression de l’Etat et des bandes criminelles. Par ailleurs, plusieurs millions de personnes dans le monde meurent faute de pouvoir accéder aux soins médicaux, à l’eau ou à la nourriture parce qu’elles sont piégées dans les conflits alimentés par la circulation non réglementée des armes. La Côte d’Ivoire hier, la RDC, le Mali, la Syrie et la Centrafrique aujourd’hui sont des exemples parmi tant d’autres. Aux nombres des victimes. Les femmes sont particulièrement les plus touchées par la circulation des armes. La signature de ce traité par l’AG de l’ONU le 02 avril 2013 est consenti depuis 7 ans que les discussions ont commencé.

Même si le consensus n’a pas été obtenu, même si trois pays ont voté contre, même si 23 se sont abstenus retenons tout de même que l’adoption de ce traité est un événement historique. Mais, la tâche qui nous attend est encore immense. Le Traité entrera en vigueur à partir de la 50e ratification, ce qui pourrait prendre encore 2 ans selon certains diplomates. Pour ainsi dire c’est maintenant que le travail commence. Nous devons donc retrousser nos manches pour la suite . Un pan de cette lutte était le «Harlem Shake» plus précisement «Obama Halem Shake» organisé par le réseau jeune de la section.

Autre thématique autre lutte. La campagne «Mon corps, mes droits a connu un intérêt particulier chez les jeunes de la section; ces jeunes sont le fer de lance de la section, à tel point qu’on est tenté de lancé à leur endroit «Hommage à vous!» Léonard ATHO Président AI-Togo

2

AU SERVICE DES

DROITS HUMAINS ECHOS D’AI-TOGO Directeur de Publication : AI-TOGO Chargé de la Publication Aimé ADI Coordination de la Rédaction: Jean-David MESSANGAN Ont colaboré à ce numéro : Enyonam GADAGBUI Delali ZOLEKPO Isaac Solim N’WENA Saisie : Micheline AGBANATO Photographe : Pierre DEGBOE-AYIH Pao : Elias VONDOAME

Bulletin Interne d’Information et de Formation d’Amnesty International - Togo N° 41 de mai 2013 B.P. 20013 www.amnesty.tg / e-mail : contact@amnesty.tg Tel/Fax : 22 22 58 20


((( Exigeons la dignité )))

((( Exigeons la dignité )))

AGA 2013 D’AI-TOGO : La tradition respectée

Cette année encore les 22 et 23 février 2013, la section togolaise d’Amnesty international (AI-Togo) a tenu son assemblée générale annuelle (AGA). C’était dans la salle de réunion de l’Ecole nationale des auxiliaires médicaux (ENAM) à Lomé. Plus de cent délégués venus des quatre coins du Togo ont échangé sur leurs activités durant l’année écoulée. Le thème choisi est « croître pour faire changer les choses avec les droits humains » . Les travaux ont connu leur apothéose le 23 février.

C

e matin-là, déjà vers 7h, les Amnestiens togolais, un à un ou par bandes réjouies, prennent la direction de l’escalier qui conduit à la grande salle où va se tenir les travaux. Dans la cour, des sportifs de dimanche, échauffaient leurs muscles. Ils vont tout à l’heure livrer entre eux, un match de football. N’est-ce pas qu’ils savent qu’il existe le « droit au sport » ? Un peu à côté de la cour, une salle est pleine d’étudiants de l’ENAM. Dimanche ! Ils suivent attentivement les cours d’un consultant en management. Nous montons les escaliers. A l’entrée de la salle des travaux, Mesdames Prisca, la Chargée des Campagnes et du Militantisme et sa collègue Micheline, la secrétaire de la section, organisent et mobilisent les militants à signer les pétitions. Les pétitions concernent la protection des droits sexuels et reproductifs des jeunes ; le vote pour la santé maternelle ; les exactions au Mali depuis le début de la guerre contre les Djihadjistes ; la Mortalité maternelle au Burkina Faso ; la mortalité maternelle au Togo entre autres. Au fond de la salle, à gauche, un géant panneau rectangulaire accroché verticalement à un trépied portait le logo d’AI avec l’écriteau : « mon pays a aboli la peine de mort. Et le vôtre ? » Et comme par hasard ou coïncidence, une autre affiche trônait sur le mur non loin du panneau. On pouvait y lire des appels à la fin de la maltraitance des enfants. C’est dire qu’une autre association de défense des droits humains est passée avant nous.

Bureau du présidium

Un peu à droite de la salle, la grande toile est prête pour des projections. Becker le comptable et Jude SIABI un militant bénévole très proche du Directeur de la section s’activent pour les derniers réglages sous l’œil vigilant du Directeur de la Section (DS) Dr Aimé ADI qui jette de temps en temps des coups d’œil dans la salle pour les derniers constats. Becker, comme à l’accoutumée, son sac à dos, fait beaucoup de va-et-vient. Ce qu’il veut, c’est de mettre tous les participants à l’aise en ce qui concerne les réglages financiers. Il ne veut pas se prêter aux critiques inutiles, bien que sa tâche est l’une des plus immenses.

De l’ouverture

Quelques instants plus tard, la salle est pleine. DS prend la parole pour quelques précisions et ajustements au niveau de l’ordre du jour car pour lui, l’accent sera mis sur les rapports d’activité pour ainsi respecter l’un des crédos du mouvement, « l’obligation de rendre compte ». C’est le président de la section Léonard ATHO qui vient à la suite de Aimé pour ouvrir les travaux. « Bonjour chers militants défenseurs des droits humains » lança-t-il à

l’endroit des délégués qui répondirent en chœur, visiblement enthousiastes. Pour l’orateur, le mouvement est fort car c’est le temps d’évaluer le chemin parcouru et partir sur de nouvelles bases. Et de se féliciter que tous les GL et PGL que compte AI-Togo sont représentés : « on est donc heureux de savoir que pratiquement tout le Togo est représenté » a-t-il laissé entendre en substance. Léonard n’a pas manqué de préciser que le défi qui nous attend, c’est la croissance. C’est alors qu’il a invité les uns et les autres à des discussions sincères pour atteindre cet objectif. Puis il a souhaité meilleurs vœux de bonne année à tous. Il n’est jamais trop tard de souhaiter de bonnes choses à ses proches. C’est le tour des partenaires de livrer quelques messages à l’endroit de AITogo. Le premier à prendre la parole, fut le représentant du ministre de la planification en la personne de M. KOTA : «Mon mot sera simple. Il tiendra en un mot. » Confie-t-il pour à la fin, encourager AI à aller de l’avant car pour lui, « le domaine des droits humains n’est pas chose facile. » Après cette autorité officielle, les autres partenaires sont montés au créneau. Que ce soit la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) ; ou l’Association Togolaise de la défense et de la promotion des droits de l’homme (ATDPDH) ou encore ECHOPPE, chacun a félicité AI-Togo pour tous ses efforts en matière des Droits humains avant de l’encourager à poursuivre dans le même sens.

Bulletin Interne d’Information et de Formation d’Amnesty International - Togo N° 41 de mai 2013 B.P. 20013 www.amnesty.tg / e-mail : contact@amnesty.tg Tel/Fax : 22 22 58 20

3


((( Exigeons la dignité )))

Pour agrémenter un peu l’ambiance, quelques jeunes activistes de la section ont déclamé des slams. Toute la salle retint son souffle. Tout était calme, silencieux. Les notes, d’abord plus ou moins audibles, au fil des secondes, montent, s’amplifient en spiral pour se répandre comme les souffles du jardin pontifical dans les quatre coins de la grande salle de l’ENAM. Quand les dernières notes du slameur retombent comme le crépuscule sur l’océan, on croyait que tout est fini. Erreur ! Tout à coup un autre groupe de quatre jeunes filles apparaissent au devant de la scène. Elle sont rejointes l’instant d’après par cinq jeunes garçons pour livrer un mouvement d’ensemble au son et rythme de la musique classique. Se détendre, n’est-ce pas aussi un droit humain ?

Des travaux

L’élection du bureau du présidium qui doit conduire les travaux marque le début véritable des travaux. Trois noms proposés par le Bureau National sont retenus par acclamation. La présidente à sa tête est Mlle Judith OBUO. Après adoption du code de conduite, la parole est laissée à Léonard ATHO pour le rapport moral du BN. L’orateur a égrené point par point toutes les activités du BN depuis un an. Du renforcement de statut juridique de la section au renforcement des capacités internes en passant entre autres par le développement organisationnel ou la supervision, contrôle

ACTIVITES

financier et stratégie, Léonard a passé toutes les grandes lignes au peigne fin. Le Directeur de la section, Dr Aimé ADI à son tour, avec diapo à l’appui, a exposé toutes les activités menées durant l’année 2012. Elles sont immenses et couvrent tous les grands thèmes ou projets comme la gouvernance, les sollicitations internationales, la lutte contre la mortalité maternelle et les violences faites aux femmes ; la croissance et l’impact sur les droits humains ; les jeunes ; communiquer pour mobiliser et faire agir ; répondre aux défis de la croissance et de l’impact dans le domaine des droits humains ; les campagnes thématiques… » A la suite de ce rapport assez prolixe et riche en expédients, les délégués ont eu droit à d’autre rapports, ceux de la trésorerie ; des contrôleurs financiers et de l’audit. Le débat qui a suivi a débouché sur l’adoption desdits rapports pour laisser place aux rapports des GL et PGL sous forme de panel. Une nouvelle méthode introduite dans la méthodologie des rapports des GL et PGL qui favorise un débat assez riche et qui permet de relever les maladresses et les incompréhensions contenues dans ces rapports. L’adoption desdits rapport, ouvre la voie pour les travaux en commission. Trois commissions à savoir stratégie de croissance et de mobilisation ; la vie des groupes locaux et pré-groupes locaux ; planification, campagne et finances sont formées. Chaque commission a planché sur sa feuille de route avant d’exposer les résultats en plénière.

De la clôture

La cérémonie de clôture, très sobre, est marquée par le mot du président de la section, Léonard ATHO. Il s’est réjoui du bon déroulement des travaux avant de remercier chacun pour sa contribution. Et de souhaiter bon retour à tous et à toutes. Signature de pétitions

4

((( Exigeons la dignité )))

Les travaux en commission

Des impressions

A la fin des travaux, la rédaction d’Echos d’AI-Togo a approché quelques participants qui ont bien accepté livrer leurs impressions. Mme Sonia MITCHIKPE du GL 04 :

Je pense que tout d’abord étant une organisation, l’AG est passage obligé pour définir les stratégies à suivre par le mouvement, donc je suis très honorée d’avoir pu participer à cette AG. Ensuite en ce qui concerne les travaux, ils se sont bien déroulés. Enfin ce que je déplore c’est que certaines choses sont prises à la légère (surtout lors du panel d’échanges des rapports) ; et aussi on se rend compte qu’il reste encore à faire en ce qui concerne la formation des membres. On ne maîtrise pas des sujets qui relèvent des campagnes de notre mouvement, bref, pour une appréciation, je dirai qu’elle est acceptable et la vision actuelle des travaux ont apporté un plus à l’assentiment. Je suis satisfaite de façon générale. M. Mao GUEZE du GL 19 :

L’organisation ne souffre pas de grands manquements. Les débats ont paru un peu plats comme si les intervenants évitent de se contrarier. L’ambiance du travail est bonne. Cependant, même si nous sommes tous concernés par le même sujet, « Les droits Humains » j’aurais aimé qu’on ait un sujet de débat contradictoire (faisant voir une diversité de points de vue). Jean-David MESSANGAN

Bulletin Interne d’Information et de Formation d’Amnesty International - Togo N° 41 de mai 2013 B.P. 20013 www.amnesty.tg / e-mail : contact@amnesty.tg Tel/Fax : 22 22 58 20


((( Exigeons la dignité )))

ACTIVITES

((( Exigeons la dignité )))

AI-Togo : Centre de naissance d’une coalition

Le 21 février dernier une rencontre a regroupé au Secrétariat national autour d’AI-Togo, cinq autres associations de défense des droits humains. Objectif : former une coalition nationale pour les DESC, plus spécifiquement, il s’agit de s’unir pour identifier des activités à mener afin que le Togo arrive à ratifier le protocole facultatif relatif aux droits économiques sociaux et culturels (DESC). Elle fait suite à une rencontre tenue à Dakar les 26 et 27 novembre 2012 dans le même sens. « ous sommes très heureux de immédiat, l’actualisation du rapport vous accueillir c’est la maison En rapport avec les déficits constatés alternatif que la Plateforme DESCdes droits humains ici comme dans la jouissance des DESC par la Togo a transmis au CODESC en population locale notamment les je le dis souvent à tous ceux qui couches les plus vulnérables, elles se Novembre 2011 ; actualisation à faire travaillent dans ce sens ». C’est en sont mises d’accord pour engager, en en référence à la liste de questions ces termes que Dr. Aimé ADI, marge de leurs programmes indivi- issues de la pré-session du CODESC directeur de la section togolaise duels, des actions communes en en Décembre 2012 et adressées à d’Amnesty international a accueilli faveur de la ratification du protocole l’Etat togolais. additionnel et pour leur participation les représentants des Associations à l’examen du 1er rapport Etat du venues pour le travail. Après avoir Togo par le comité DESC Dans ce sens, la liste des questions a fait un clin d’œil à la rencontre de (CODESC) au cours de la session de été passée en revue et chaque organisation participante s’y est positionnée Dakar, Aimé a souhaité bon travail début mai 2013. en rapport avec son domaine aux délégués après les avoir assurés Pour y parvenir, les organisations ont d’action. Il s’agit de relever en réféde l’entière disponibilité de la décidé, au point 2 de l’ordre du jour, rence aux questionnements du section. de mettre en place en ce jour, un CODESC, les observations en termes Etaient présents, les organisations cadre de synergie et d’actions d’insuffisances ou de déficits dans les suivantes : Action Sud, ASPRO, dénommé « Coalition Nationale des mesures que l’Etat a prises pour BNCE de la Plateforme DESC-Togo; OSCS-TOGO pour la Ratification du permettre aux populations de jouir RAPDA-Togo (Réseau Africain pour Protocole se rapportant au PIDESC » effectivement des DESC. Un chronole Droit à l’Alimentation), FETAPH gramme a été adopté pour ce travail. (Fédération Togolaise des Associations de Personnes Handicapées); La mission principale de cette WILDAF-Togo, Floraison et tout coalition sera de conduire des actions Abordant le point 3 de l’ordre du naturellement Amnesty Internation- de plaidoyer pour la ratification du jour, une feuille de route pour nal protocole et de travailler sur le amener l’Etat à ratifier le protocole Après, les mots introductifs de rapport alternatif qui doit être élaboré d’ici décembre 2014 a été présentée M.OUTCHA Romain, Coordon- puis envoyé au comité DESC au plus aux participants. Proposé par la nateur de la Plateforme DESC-Togo tard le 15 mars 2013. Plateforme et Amnesty international et de M. ADI T. Aimé, et les présenTogo, cette feuille de route fait suite tations mutuelles, les OSC présentes S’agissant de leur participation à la ont chacune, exprimé leur intérêt « session de Genève » les OSC aux résultats de la « Réunion de stratégie sur l’Afrique de l’Ouest : ratifipour la défense des DESC. présentes se sont donné pour objectif cation du Protocole facultatif au Rapport d’activité : Célébration de la journée internationale des PIDESC», organisé à Dakar par Amnesty International les 26 et 27 droits de l’homme 2012 à Hihéatro Novembre 2012. ette année en- membres d’Amnesty et par Emmanuel IKAVI L’adoption de la feuille de route se core, la journée les jeunes dudit groupe puis le thème de la jourfera après les apports des participants internationale pendant environ 1h 30. née « l’inclusion et le à la prochaine réunion de la coalition. des droits de l’homme droit de participer à la n’est pas passée sous vie publique» exposé de Au dernier point de l’ordre du jour, il a été convenu d’élaborer un projet silence avec le PGL Odile OTOUFO. d’actions et de budget devant Hihéatro. Célébrée en Notons qu’une cinquan- permettre à une délégation de la différé, l’édition 2012 taine de lettres (Mara- coalition de participer à l’examen du a connu une innovarapport du Togo par le comité DESC. thon des lettres) avait tion. Un footing a été été signées à cette occaorganisé dans la matision. Les participants se sont donné née du dimanche 23 rendez-vous pour le Jeudi 28 Février décembre dans les Au point de chute artères de Hihéatro en (Centre Médico Social Débutée à 6h30, l’acti- 2013 au même lieu pour la suite du processus de concertation et de collaboration avec le de Hihéatro), quelques vité prenait fin autour proposition d’actions. de 8h30. groupe sportif des thèmes ont été partagés jeunes d’Habitat Zongo avec les participants : Délali ZOLEKPO de Hihéatro. Chants et L’historique d’Amnesty Jean-David MESSANGAN d’après le slogans d’animation ont exposé par Kolédji rapport de Romain-Outcha (Plate tenu en haleine les Kokou, L’historique de forme DESC) la DUDH développé

N

C

Bulletin Interne d’Information et de Formation d’Amnesty International - Togo N° 41 de mai 2013 B.P. 20013 www.amnesty.tg / e-mail : contact@amnesty.tg Tel/Fax : 22 22 58 20

5


((( Exigeons la dignité )))

ACTIVITES

((( Exigeons la dignité )))

OBAMA HARLEM SHAKE CHEZ LE RESEAU JEUNE D’AMNESTY INTERNATIONAL TOGO

L

a coordination du réseau jeune d’AI-Togo a organisé ce mercredi 13 mars 2013 au secrétariat national de AI-Togo à Tokoin Cassablanca l’action «obama harlem shake». L’idée est venue des sections d’amnesty et de l’équipe de la campagne jeunesse pour le TCA (composé de jeunes militants de plusieurs sections à travers le monde). Le groupe a estimé que cette activité est parfaite car elle est simple, amusante, sociable, facilement partageable et compréhensible dans toutes les langues. La popularité actuelle du phénomène harlem shake est une belle occasion de visibilité et une belle occasion de vraiment s’engager avec les jeunes. En changeant les paroles de la chanson «avec les militants», nous donnons aux jeunes la possibilité de faire appel à Obama pour soutenir avec eux un bon traité pour le commerce des armes lors de la période qui précède la conférence de Mars 2013. Les mots d’encouragement de la chargée de campagne et de mobilisation, madame Prisca AGBONEGBAN ont ouvert la soirée. Le directeur de la section Aimé ADI qui par ailleurs a insisté sur la thématique du TCA a précisé que, les femmes sont les plus exposées aux violences des armes et que ce commerce a eu un coût de 100000000 de dollars en 2012. Par là, le directeur a planté le décor et a laissé la place à Mao GUEZE le coordonnateur MSP AI-TOGO pour donner un aperçu sur la situation du TCA. D’entrée, Mao a amené les

6

jeunes à donner une définition du mot «traité». Il a été retenu que ce mot veut dire «accord»; donc le TCA signifie: accord sur le trafic des armes. Mao a aussi précisé que les pays qui pratiquent le commerce des armes sont : LA FRANCE, LA GRANDE-BRETAGNE, LA RUSSIE, LA CHINE, LES USA. Il est à notifier que les armes sont aussi fabriquées en AFRIQUE DU SUD. Ensuite, il a précisé que ces armes, causent plus d’atrocité en Afrique et au Moyen-Orient. Le projet d’un TCA avait commencé depuis 1990 avait-il mentionné et AI avait battu campagne en 2003 et la campagne a pris ampleur en 2012. Pour terminer, Mao a insisté sur l’objectif de AI qui est de convaincre les Etats qui seront présents à la conférence des nations unies qui aura lieu du 18 au 28 mars 2013 afin que le traité qui sera signé prenne en compte l’aspect droits humains et que le commerce des armes soit un commerce responsable suite aux débats qui ont permis aux interlocuteurs d’avoir plus d’éclaircissement. La parole fut donnée à la coordinatrice des jeunes Enyonam GADAGBUI pour expliquer ce qu’est «Obama harlem shake», cette activité qui a réuni les jeunes en ce jour. Dans son intervention, elle a fait savoir que, le but de la campagne est de faire pression sur Obama le président des USA afin qu’il supporte les militants partout dans le monde et pour qu’il soutienne un bon TCA. Pour faire ceci, Amnesty International demande aux jeunes de faire un harlem shake d’Obama. Qu’est-ce que harlem shake d’Obama? C’est une vidéo qui doit être réalisée avec une personne portant le masque d’Obama dansant pendant 15 secondes alors que tout le monde

vaque à ses affaires comme si rien ne se passait. Ensuite tout le monde devient complètement fou suites aux paroles, «... et font le harlem shake» qui débute QUAND LE SON BAISSE D’UN CRAN. Ce qui dure encore 15 secondes. Cette vidéo doit être postée sur youtube, sur facebook et twitter. Mais est-ce que le harlem shake d’Obama va vraiment amener les gens à parler du TCA? à cette question la coordinatrice a mentionné qu’en convaincant nos amis de faire harlem shake, ont offre l’occasion aux jeunes de dire pourquoi ils font un Obama harlem shake – exemple: dire qu’Obama devrait montrer l’exemple pour le TCA et devrait protéger les jeunes non seulement en Amérique mais partout dans le monde, aussi la version de la chanson que les militants vont utiliser contient l’expression «avec les militants», c’est pourquoi Amnesty international demande à Obama d’être avec les militants et soutenir un TCA qui permettra de protéger des vies. L’activité sera un bon moyen de débuter des conversations sur le TCA et c’est une approche qui va attirer les amis des militants aussi (ce qui pourrait contribuer à la croissance de notre réseau d’activistes). Suite à la page 7

Bulletin Interne d’Information et de Formation d’Amnesty International - Togo N° 41 de mai 2013 B.P. 20013 www.amnesty.tg / e-mail : contact@amnesty.tg Tel/Fax : 22 22 58 20


((( Exigeons la dignité )))

ACTIVITES

((( Exigeons la dignité )))

Visite du GL 11 au Centre Espoir Vie Togo

L

e 1er décembre 2012 comme tous les autres premiers décembre fut la journée internationale de lutte contre le VIH Sida. Le GL 11 de la Section togolaise d’Amnesty International Togo a profité de cette journée pour faire une activité publique à l’endroit des personnes vivant avec le VIH (PVVIH). Il s’était agi d’une sortie du groupe qui avait pour destination le Centre Espoir Vie Togo sis à Agbalepedo non loin de GTA. Le groupe est arrivé au centre avec un léger retard qui n’a pas empêché que les activités se déroulent comme prévues. La Directrice du centre qui a accueilli très cordialement le groupe a été

l’interlocutrice principale. Sans cacher sa surprise de voir Amnesty International s’intéresser à leurs œuvres à l’endroit des personnes vivant avec le VIH, elle a remercié le GL11 pour l’initiative. Elle a ensuite présenté son centre dans ses objectifs, buts et moyens d’action. Les membres du groupe ont ainsi pu comprendre que le centre faisait à la fois une prise en charge médicale, psychologique et sociale des personnes qui leur faisaient recours. Le centre bénéficie certes de subventions de partenaires comme le Fonds Mondial et l’Etat togolais mais ce n’est jamais suffisant. Le Président du GL 11, prenant la parole a inscrit ses propos dans le thème retenu pour l’année 2012 à savoir « respecter certains droits fondamentaux des personnes vivant avec le VIH» surtout pour ce qui est de la discrimination. Il a par ailleurs exprimé sa joie de prendre connaissance du travail d’une association de prise en charge des personnes vivant avec le VIH/Sida au Togo

les articles 7, 23 et 25 de la DUDH, l’art 37 de la constitution Togolaise de 1992 et la loi de la République N° 2005-012 portant protection des personnes en matière de VIH/SIDA pour dire tout l’arsenal juridique dont disposent les PVVIH pour faire respecter leurs droits. S’en est suivi des échanges de questions très intéressantes et sans tabou qui avaient instruit tous les participants. Après ces échanges, le Président Ayi KOKODOKO a remis au nom du groupe quelques gadgets et documents à l’effigie d’Amnesty au centre en souvenir du passage du groupe. A leur tour, les membres du centre ont épinglé les chemises et corsages de la délégation du GL11 avec les insignes montrant l’engagement de tout un chacun à lutter contre le VIH. La directrice quant à elle, a distribué des préservatifs aux membres du GL11 et les a encouragés dans leurs engagements.

A  ussi, a-t-il rappelé les textes à savoir

Suite de la page 6

En plus de cela, nous allons pouvoir télécharger les vidéo et inclure un lien pour la pétition sur le site de la section et sur les pages facebook du groupe ce qui résulte que nous avions donné à ces personnes un moyen de créer une pression directe sur la cible. La vidéo deviendra aussi une activité vraiment amusante que les jeunes voudront partager sur facebook.

Accroître la visibilité est l’un des principaux objectifs de la semaine d’action. Avant la projection de la vidéo harlem shake réalisé par les jeunes de la section suisse, la coordinatrice jeune a demandé aux jeunes d’aimer la page facebook « hands up for arms control», pour rejoindre les jeunes du monde entier qui demandent aux Etats de protéger des vies et de soutenir un traité solide sur le commerce des armes, de publier et de partager les vidéos et images de cette action sur leur propre mur ainsi que sur le mur de la section ou sur celui du groupe du réseau jeune d’AITogo sur facebook.

Les jeunes se sont mobilisés derrière les 4 personnages, KATAKOU Senan, SANI Gafarou, Julles PHEBUS,Messmin AWOUDJA sur la terrasse du hall du secrétariat d’AITogo pour la réalisation de la vidéo Harlem Shake. Ainsi l’activité prit fin vers 16h30 par la prise d’une photo d’ensemble et la signature de pétition. Pour la fluidité des activités, l’animation fut assurée par Boris TCHEOU, la clarté des informations fut fournie par Ayi KOKODOKO. Enyonam GADAGBUI

Bulletin Interne d’Information et de Formation d’Amnesty International - Togo N° 41 de mai 2013 B.P. 20013 www.amnesty.tg / e-mail : contact@amnesty.tg Tel/Fax : 22 22 58 20

7


((( Exigeons la dignité )))

ACTIVITES

((( Exigeons la dignité )))

COMPTE RENDU DE LA RENTREE DES CLUBS D’AMNESTY INTERNATIONAL TOGO

Le 23 Décembre 2012, s’est tenu a Coco Beach à Avepozo quartier périphérique de Lomé, un pique-nique à l’intention des jeunes défenseurs des droits humains d’AI-Togo. Ce pique-nique a regroupé plus de 230 jeunes issus des clubs des établissements tels que : Savoir, Maîtrise, CETEC, Technocrate, CEG d’Adakpamé, CEFOP ASA, Isset, lycée Lomé port, Ora et Labora, Payarama,Club UL, et les 5 clubs de vogan, lycée Pasteur, CEG de Vokoutimé, sans oublier la présence des membres du BN, de la direction et de quelques membres d’AI-Togo.

D

ébuté à 11h avec le slogan, « la dignité c’est mon droit, sa promotion je m’engage », les jeunes se sont mobilisés au bord de la route sous les couloirs de la banderole. Les présentateurs Atsou APEDOH, et Moise AKEBIME, membres du réseau jeunes d’AITogo ont invité les clubs à se présenter . C’est ainsi qu’à travers des cris de joie et des slogans, les clubs se sont fait remarquer. La chargée des campagnes et de mobilisation, madame Prisca AGBONEGBAN a salué l’effort des jeunes tout en les encourageant à bien « s’enjailler » pour la défense des droits humains. Le président d’AI-Togo Leonard Atho a félicité la direction et la coordination jeune pour tous les efforts qu’ils ne cessent de fournir. Il a profité de cette occasion pour présenter les membres

D

Après une pause, on a assisté aux différentes prestations de danse, de musique des différents clubs.

du bureau national. Il a également introduit le directeur d’AI-Togo Aimé ADI. Le directeur a manifesté sa joie d’être parmi les jeunes ce jour et a encore encouragé les responsables des clubs venus à la formation des responsables de club du 22 décembre à plus s’investir et à mettre en application tous les enseignements acquis dans leur club respectif. Aimé ADI a

Nous avons assisté au jeu de société « likita amitié » présenté par le directeur exécutif de l’association vision solidaire, Mr Samir. C’est un jeu éducatif sur les droits humains. Cela a consisté à retrouver des jeunes dans le personnage de tout genre (prostitué, chef d’entreprise, ministre, prisonnier et autre) et qui devraient évoluer dans la société selon leurs statuts sociales et politiques. Enyonam GADAGBUI

Le club Amnesty du Lycée Kara Sud en activité

urant la semaine culturelle qui s’est déroulée courant fin mars 2013, le club Amnesty du Lycée Kara Sud a saisi l’occasion pour mener des activités dans le cadre de la campagne « j’aime mon corps j’aime mes droits ». Objectif, permettre une meilleure visibilité d’Amnesty international à Kara et accroître la mobilisation des jeunes pour la cause des droits humains. Au menu, plusieurs activités. D’abord, un concours de récitation doté de prix à l’endroit des jeunes filles du lycée. Il s’agissait de réciter les articles 5 et 9 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ( DUDH). Objectif : renforcer la connaissance des participantes et

8 2

souligné qu’il a apporté sa nourriture pour partager avec les jeunes.

généralement de toute l’auditoire sur les questions des droits humains. A la fin, c’est Mlle Marie SIDINA-TOM, élève en classe de 1ère D qui est sortie victorieuse dudit concours.

Ensuite outre la déclamation d’un poème dont le fond traduit la détresse d’un peuple opprimé, poème présenté par Rodrigue DAKA, le publique a eu droit à un sketch qui dénonce le mariage précoce et forcé des jeunes filles sur le fondement de l’article 16 de la DUDH. Enfin, un match de foot a opposé les membres du club et ceux du GL 22 toujours de Kara. Match remporté par le GL 22 aux tires au but, trois contre deux. Le score était d’un but partout après le temps règlementaire.

Autre chose, les membres du club ont mis ce temps à profit pour faire signer les pétitions. Jean-David M. D’après le rapport d’activités de Isaac Solim N’WENA

Bulletin Interne d’Information et de Formation d’Amnesty International - Togo N° 41 de mai 2013 B.P. 20013 www.amnesty.tg / e-mail : contact@amnesty.tg Tel/Fax : 22 22 58 20


((( Exigeons la dignité )))

ACTIVITES

((( Exigeons la dignité )))

CAFE-DISUSSION PORTANT LANCEMENT DE LA CAMPAGNE « MON CORPS, MES DROITS »

Il est évident que l’amour est un droit humain. C’est ainsi que le jeudi 14 février 2013, au siège du secrétariat national d’Amnesty international Togo, le réseau jeunes a organisé la cérémonie du lancement officiel de la nouvelle campagne « mon corps mes droits » relative aux droits sexuels et reproductifs.

D

ébuté à 15H comme prévu après l’arrivée et l’installation des membres, sympathisants et autres invités, ce café a duré tout l’après-midi.

Questions qui ont obtenu des réponses de la part de l’assemblée, le tout corroboré par le slogan « L’amour oui, mes pas sans droits ».

Servant d’ouverture, le mot de bienvenue du Président d’AI-Togo, Leonard ATTHO est suivi d’un toast symbolique pour la liberté. Ensuite vient la présentation des invités couplée du mot du Directeur de la Section, Aimé ADI.

Notons également les interventions brèves mais utiles du comptable du Secrétariat National, Beker DJAGBASSOU sur comment faire des actions en ligne. Mais aussi une projection en faveur de l’amour, la Saint Valentin oblige.

Ces deux interventions ont eu à saluer au prime abord, l’organisation puis l’implication massive et percutante des jeunes dans les activités du mouvement et souhaiter enfin que la soirée se déroule dans d’excellentes conditions.

de la campagne. Sur ce point, la réalité est sidérante. Il est à noter que les femmes à travers le monde entier sont victimes de violence notamment sexuelle. C’est en face de ces ignominies que AI, conformément à sa vision, a décidé de mettre en marche ladite campagne.

« Break the Chain » c’est le titre de la chanson conçue spécialement pour accompagner la campagne. A l’occasion, elle a été présentée. D’abord par la vidéo puis un briefing sur le contenu par Moïse AKEBIM membre du GL 16.

Quant aux objectifs, ils sont clairs : Amener les Etats à renforcer les normes des droit sexuels et reproductifs ( DSR) contenues dans la conférence Internationale sur la population et le Développement (CIPD) et surtout les mettre en œuvre.

Le premier exposé de la soirée intervient à 15 H 45. Ce fut la présentation de Mme Prisca AGBONEGBAN, chargée de campagne et du militantisme d’AI Togo sur le thème « AI et la campagne mon corps mes droits. » Il s’agissait de présenter les tenants et aboutissants de la nouvelle campagne. Son intervention peut être subdivisée en deux parties : les constats et les objectifs.

Pour finir, Mme Prisca a présenté le nouveau site établi par et pour le mouvement notamment le www.respectmyright.org et a parlé des t-shirts et autres gadgets sensés accompagner la nouvelle campagne. Ce dernier point a ouvert les débats.

Les constats sont en fait la motivation

La cérémonie a pris fin en beauté par le mot de remerciement de la coordinatrice jeune de la section Enyonam GADAGBUI In globo tout est bien qui finit bien. Pas d’incident ni de désorganisation. Comme quoi l’amour oui mes pas sans droits. Pour la fluidité des activités, l’animation fut assurée par Charlotte MENSAH membre du GL16 et Sadat OURO-AKPO, membre du GL22. Enyonam GADAGBUI

A propos, les uns ont apporté des contributions et les autres ont posé des questions.

Bulletin Interne d’Information et de Formation d’Amnesty International - Togo N° 41 de mai 2013 B.P. 20013 www.amnesty.tg / e-mail : contact@amnesty.tg Tel/Fax : 22 22 58 20

9 3


((( Exigeons la dignité )))

((( Exigeons la dignité )))

ACTIVITES

COMPTE RENDU DE LA FORMATION DES RESPONSABLES DES CLUBS

Le 22 Décembre 2012 a eu lieu la rencontre au siège d’Amnesty International Togo, une formation à l’intention des responsables des clubs d’EDH. Cette formation a rassemblé les responsables des clubs de Maîtrise, Cefop Asa, Lycée Lomé port, CEG Adakpamé , le Levent, CETEC, Ora et labora, Isset, Payarama, Technocrate, UL, et les 5 clubs de Vogan : Lycée de Vogan, Lycée de Vokoutimé, Lycée Pasteur, CEG de Vogan Ville 1, Lycée d’Akoumapé. leurs

aider les clubs à une bonne plani-

a souligné qu’il

réponses, la parole fut donnée à la

clubs

identifient

de développer le deuxième thème de

ments scolaires, les

d’un club ». Le but d’un club est de

ration

de

actions, le directeur faudrait leurs

que

environne-

acteurs

C

les

qu’ils

scolaires, discutent

avec les élèves en ’est le président d’AI-Togo

Mr Leonard ATHO qui a

ouvert les travaux. Il a

remercié la coordination jeunes pour

cette initiative. Il a encouragé les responsables de clubs à profiter de cette formation pour continuer le service des droits humains. Sous la direction d’Arnold EDOH, les jeunes se sont présentés et ont formulé leur attente.

analysant

leurs

tendances comportementales et qu’ils arrivent à connaître les autres clubs

existants dans l’établissement. Ainsi, le club pourra-t-il organiser une

première rencontre en invitant les responsables des établissements.

Cette rencontre devra permettre au club d’identifier les besoins des

participants et faire les priorités tout en se basant sur leur disponibilité. Le

La première communication, avec

choix des priorités doit tenir compte

club d’EDH » a été développée par le

peut organiser diverses activités créa-

Avant de débuter sa formation, le

ronde, formation, sensibilisation,

pour thème « le travail efficace d’un

de l’année scolaire. Un club d’EDH

directeur d’AI-Togo, Mr Aimé ADI.

tives et innovatrices telles que : table

directeur a demandé aux responsables

compétition culturelle et sportive,

qu’ils font dans leur club. C’est ainsi

mentielle, projection de film, causerie

de clubs de partager entre eux ce

environnement propre, action événe-

que certains ont affirmé qu’ils font

débat, festivité etc.

des activités de formation, de sensibilisation. D’autres ont affirmé qu’ils

participent aux actions de campagnes d’AI.

Pour procéder à une bonne amélio-

10

Le directeur a également parlé de six aides à travers la question why, what, when, where, who and how.

La réponse à cette question pourra

fication. Suite aux questions et

chargée des campagnes et mobilisation

formation : « gestion et animation faire la promotion des droits humains.

Une étude de la convention sur le

cadre de formation et fonctionnement de club scolaire d’EDH a été faite par

la chargée de campagne et de mobilisation avec les responsables de clubs.

Ensuite, on assista à une simulation

d’implantation et d’animation d’un club. Pour amener les autres élèves

de l’établissement à s’intéresser aux

activités, aux réunions, le bureau doit

responsabiliser les autres membres et

visiter de temps en temps les inactifs pour connaître le motif de leurs absences et les encourager.

Un club qui s’affaiblit doit identifier les causes et trouver des solutions pratiques. Des copies de DUDH

simplifiée, des copies de la convention

de l’enfant, une proposition de plani-

fication de l’année et d’autres documents ont été remis aux

responsables de clubs. Une vidéo des

actions de jeunes de la France a été projectée. La formation a pris fin avec «l’action girifna.»

Enyonam GADAGBUI

Bulletin Interne d’Information et de Formation d’Amnesty International - Togo N° 41 de mai 2013 B.P. 20013 www.amnesty.tg / e-mail : contact@amnesty.tg Tel/Fax : 22 22 58 20


((( Exigeons la dignité )))

ACTIVITES

((( Exigeons la dignité )))

RAPPORT D’ ACTIVITÉS DU GL 20 SUR LA CAMPAGNE MON CORPS ET MES DROITS

L

es activités de la campagne « Mon Corps et mes Droits» réalisées par le Gl 20 d'Aného, menées ensemble par les membres dudit GL 20 et ceux du GL 16 de Lomé, les Clubs des Mères de KETA ASSOUKOPE et ZAlIVE ; les associations sœurs et les invités, se sont déroulées sur trois jours.

• Jour 1 (mercredi 20 mars 2013) L'après midi de ce mercredi a été essentiellement consacré au nettoyage de l'enceinte du bâtiment qui fut retenu pour abriter les cérémonies. Après, une sensibilisation sur les Droits sexuels et reproductifs fut animée à l'endroit des élèves qui ont participé à l'opération de l'enceinte propre. • Jour 2 (vendredi 22 mars 2013) Dans la matinée; le GL 20 a animé une causerie débat au Lycée d'Aklakou sur le thème de la campagne « Mon Corps et mes Droits » dans le cadre de leurs activités de leur semaine culturelle. Le développement du thème a été précédé de la présentation d'Amnesty International et du GL 20. Plusieurs questions furent posées par les participants et les réponses ont élucidé les zones d'ombre qui planaient sur le sujet débattu. Un take action nourri mit fin à la séance. • Jour 3 (samedi 23 mars 2013) Après les cérémonies d'installation et de présentation du programme qui ont vu l'absence des officiels pour raison d'indisponibilité signalée au GL 20 à l'avance; l'émission radiophonique programmée pour dix heures aussi, pour des raisons indépendantes de notre volonté, de

commun accord avec la Radio RTDS fut ajournée et reportée à une date ultérieure. Néanmoins, tous les participants ont bénéficié de la sensibilisation de la campagne «Mon Corps et mes Droits » qui prend en compte la santé maternelle et les Droits sexuels et reproductifs, animée par le Responsable du GL 20, Bertin DOSSAVI. Dans son intervention, il a mis en exergue la libre décision des femmes en ce qui concerne leur vie sexuelle et reproductive; de décider ou non d'avoir des enfants au moment où il leur semble bon ; de décider de se marier ou non d'avoir accès au planning familial; à la contraception; à de services d'avortements légaux et sûrs, de traduire les auteurs de viol en justice, de s'opposer au mariage forcé et aux mutilations génitales. Après quelques questions d'éclaircissements, le débat fut clos donnant place au take action. Cette communication fut appuyée par un sketch animé par les jeunes du GL 20 sur l'importance d'envoyer les jeunes filles à l'école qui sortiront des médecins traitant qui s'occuperont mieux de la santé maternelle. Ensuite une caravane des participants aux activités a traversé la ville jusqu'à la Prison Civile d'Aného où la sensibilisation a débuté par les soldats présents à ladite prison. Après, une délégation entra d'abord chez les six femmes de ladite prison qui ont bénéficié des informations sur la santé maternelle et sur les Droits sexuels et reproductifs; le tour des trois cents deux hommes (302) a ensuite suivi. Les deux côtés des préoccupations sur le sujet n'ont pas manqué. L'un des intervenants de la prison, parlant au nom de ses camarades arrêtés pour viol, dont il estime leur nombre à une cinquantaine, a émis le vœu que cette sensibilisation soit continue et atteigne les coins les plus reculés. car s'ils avaient reçu telle sensibilisation bien avant, ils ne seraient pas aujourd'hui en prison. A la porte de la prison, une

délégation mixte des prisonniers est venue réceptionner les effets vestimentaire et alimentaire qui leur sont apportés. Arrivé à l'hôpital psychiatrique de Zébé à 12 H 30', le cortège a été reçu par le Directeur de l'Hôpital dans son Bureau. Bertin DOSSAVI, le responsable du GL 20 a pris la parole pour lui expliquer le bien fondé de notre arrivée. Le Directeur qui fut prévenu à l'avance, s'est réjoui de notre arrivée et nous a sincèrement remerciés d'avoir pensé à eux. Il a ensuite expliqué que la maladie dont souffrent ses patients est un disfonctionnement au niveau des neurones du cerveau. Le cortège se rendit ensuite dans l'enceinte de l'hôpital où sous une véranda, les malades furent sensibilisés et ont bénéficié des dons vestimentaires et alimentaires. Le nombre total des malades est de Cent Cinquante Cinq (155) dont Cinquante (50) femmes. Dans la soirée, Togbé Ahuawoto SAVADO ZANKU LAWSON VIII nous fit l'honneur de nous recevoir. Après lui avoir expliqué l'objectif de la campagne, on eut quelques discussions. Sur les Droits Humains, puis une photo de famille mit fin à notre visite. Compte tenu de l'importance de cette campagne et sur la demande de ceux qui sont arrêtés et mis en prison pour viol, il serait souhaitable que la section appuie le GL 20 pour continuer ladite sensibilisation au niveau des établissements scolaires et des centres d'apprentissage des coiffeuses et des couturières de la localité.

Bulletin Interne d’Information et de Formation d’Amnesty International - Togo N° 41 de mai 2013 B.P. 20013 www.amnesty.tg / e-mail : contact@amnesty.tg Tel/Fax : 22 22 58 20

11



AMNESTY INTERNATIONAL TOGO Echo n° 41