Page 1


2

17 septembre 2013 No 939

Y a aucun danger pour Jean Jean Roosevelt

La médaille est aussi à toi, papa !

Un accueil chaleureux pour notre champion !!!

Jean Jean sous le regard fier de Belo

L’artiste haïtien Jean Jean Roosevelt est rentré au pays le lundi 16 septembre 2013, après avoir remporté la médaille d’or de la catégorie chanson lors des VIIe Jeux de la Francophonie. Il vient aussi de recevoir un autre prix à TV5 Monde pendant sa prestation dans le gala des lauréats à Acropolis. Dans cette perspective, le monde culturel et le monde des arts se réunissent avec Jean Jean Roosevelt pour célébrer ces événements à travers un cocktail qui se tiendra le mardi 17 septembre 2013. Cette soirée qui sera donnée à Le Villate Restaurant, PétionVille, à 6 h pm. Ce sera le moment pour les confrères haïtiens de féliciter ce fils du terroir qui a su faire notre fierté en terre étrangère. Dorine Jeanty jeantydorine@hotmail.com

Au milieu de deux accompagnatrices Harry Luc montre la médaille d’or à tous

Man Lolo, une fan inconditionnelle de l’artiste

La guitare est très présente cette année

Carel, déjà sept ans au poste de présentateur

Une publication de Ticket Magazine S.A.

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Frantz DUVAL

Petite Caravane, grands résultats pour Digicel Stars

RÉDACTEUR EN CHEF Gaëlle C. ALEXIS SECRÉTAIRE DE RÉDACTION Daphney Valsaint MALANDRE Tonymix, Manzè et Lionel Benjamin, les nouveaux jurés

Les shows télévisés seront diffusés cette semaine sur la chaîne 18, réseau national de Radio-Télé Ginen. L’équipe technique de Digicel Stars a fait, en deux week-ends, les Cayes, les Gonaïves et Port-au-Prince, offrant des auditions live à ceux qui aimeraient concourir sous les feux des projecteurs cette année. Il n’y a pas eu la grande foule comme les années précédentes, les candidats ont plutôt opté pour la ligne 260. Ils sont des centaines de milliers à avoir tenté leur chance pour cette septième édition. Les auditions live de cette année ont été une grande surprise pour moi, personnellement, qui a fait le déplacement la veille aux Gonaïves avec l’équipe de coordination du concours. Stéphanie Jean-Michel, cheffe de la délégation, a visité la majorité des radios de Saint-Marc et des Gonaïves pour les inviter aux auditions de 9 heures au Lycée Fabre Geffrard des Gonaïves. Pourtant, il n’y a pas eu la grande foule qu’on reconnaît à Digicel Stars, m’étonné-je. En revanche, des milliers de personnes aspirants au titre se sont inscrits au concours. Plus de quatre-vingts pour cent d’entre eux ont utilisé la ligne 260 pour les avantages qu’elle offre. La Digicel a dû rapidement arrêter la promotion, car «la ligne est saturée » ont annoncé les responsables. Bon nombre de candidats questionnés au Lycée national de Pétion-Ville le lendemain à la dernière édition affirment avoir appelé plusieurs fois avant d’être acceptés. « J’ai appelé quatorze fois, affirme une fille qui est retenue par les jurés. » « Et moi, deux fois, dit un jeune homme : la première fois avec ma guitare ; et la deuxième pour une version a capella. » « Je ne savais pas qu’il y avait des auditions aux Cayes, affirme Roussie, je suis passée par le 260, et me voici ! » Près d’une trentaine de candidats sont retenus sur l’ensemble des inscrits, leur performance sera diffusée à partir de ce dimanche 21 septembre sur Radio-Télé Ginen (92.9 FM et Chaîne 18) à compter de 8 heures du soir. La formule est toujours la même, les candidats ayant plus de votes seront promus à l’étape suivante. Plésius Junior LOUIS (JPL109) junior.jpl007@yahoo.fr

RÉDACTION Dimitry Nader ORISMA

Gilles FRESLET Myria CHARLES Winnie Hugot GABRIEL Teddy Keser MOMBRUN Junior Plésius LOUIS Raphaël FÉQUIÈRE Enock NÉRÉ Légupeterson ALEXANDRE

CORRECTION Jean-Philippe Étienne L’ex-Digicel Star, Rodyoume Dieujuste, a reçu Carel chez lui aux Gonaïves

Séance d’audition

CRÉATION ARTISTIQUE Responsable graphique Réginald GUSTAVE Stevenson ESTÈVE Photographes Frederick C. ALEXIS Homère CARDICHON Jules Bernard DELVA Moranvil MERCIDIEU Yonel LOUIS

Publicité: 2941-4646 publicite@lenouvelliste.com Rédaction: 2945-4646 / 3806-3717


17 septembre 2013 No 939

3

Le Mexique s’invite dans nos plats

Le Mexique fêtait ses 203 ans d’indépendance

Dégustation de cuisine mexicaine préparée par des chefs haïtiens, un succès

Les mariachis ont fait danser ceux qui étaient présents

Deux des chefs qui ont pris part à la formation

À l’occasion d’une exposition gastronomique mexicaine, plusieurs chefs haïtiens ont appris la cuisine du Mexique du 2 au 4 septembre 2013, à l’hôtel Royal Oasis. Les restaurants participants étaient La Réserve, La Table de Caïus, Café 36, Kanèl Restaurant, The View et Royal Oasis. Les chefs qui s’y sont exercés trou-

vent qu’il n’y a pas de grandes différences entre l’art culinaire mexicain et le nôtre. Ce qui caractérise la divergence, ce sont les piments, utilisés surtout séchés au Mexique. L’aliment de base est le maïs et ceci de différentes espèces et les tortilles. Les autres ingrédients sont l’avocat, la tomate, le poulet, la viande de porc, avec des modes

de préparation complètement différents des nôtres. Ces chefs cuisinier ont été très heureux de découvrir les secrets de la cuisine mexicaine et souhaitent déjà introduire des plats mexicains dans leurs menus. Une première exposition a eu lieu le vendredi 13 septembre, vers 9 h pm, à l’hôtel

Royal Oasis. Le dimanche 15 septembre, la veille du 203e anniversaire de l’Indépendance du Mexique, une deuxième exposition et une foire gastronomique mexicaine se sont tenues à l’hôtel Ritz Kinam II vers 5 h 30. Les invités avaient eu la chance de savourer la cuisine mexicaine préparée par des mexicains et des chefs haïtiens. Une cérémonie officielle a ouvert la soirée par des propos de bienvenue par Marco Antonio, le chef de chancellerie. Josette Darguste, ministre de la Culture de la République d’Haïti, dans son discours, a remercié les organisateurs de cette activité. L’ambassadeur du Mexique,

Luis Manuel López Moreno, et sa femme Matía Christina ont salué et remercié la présence de certaines personnes et souhaitent retourner au Mexique dignement grâce au travail qu’ils auront effectué au sein de notre pays. Le reste de la soirée, tout le monde a joué aux billes et a dansé la musique des mariachis. Original. C’est important que le Mexique puisse partager avec nous ses repas et sa culture. Vive Haïti, vive le Mexique et vive la solidarité. Dorine jeanty Jeantydorine@hotmail.com

Ouverture du Festival de films ibéro-américains en Haïti Le vendredi 13 septembre a eu lieu le lancement du festival de films ibéro-américains en Haïti. Plusieurs pays y participeront : le Mexique d’abord, puis Haïti, le Brésil et l’Espagne, suivis de la République Dominicaine, du Chili et de l’Argentine. Le but de cet échange, c’est de nous mettre en contact avec nos traditions, nos mœurs et nos coutumes. Le festival se poursuit jusqu’au mois d’octobre. La projection des autres films se tiendra dans les endroits suivants : Fokal, Garden Studio, Royal Oasis, Centre culturel du Brésil, place Boyer et place Jérémie. « Como agua para chocolate » est le premier film qui a ouvert le festival. En 1992 Alfonson Arau, réalise la sortie de ce film. Cette projection a été présentée à l’hôtel Royal Oasis. Tiré du roman de Laura Esquivel publié en 1989, ce film raconte l’histoire d’une jeune fille nommée Tita éprise de Pedro. Elle brave les interdits pour vivre une impossible passion. Dès sa naissance, cette jeune Mexicaine est confinée dans la cuisine de la maison. L’histoire se passe sous la révolution. La mère de Tita est une mégère sur pattes, qui rappelle le personnage de Vipère. Tita grandit donc dans la cuisine, et c’est tout naturellement que ses émotions viennent changer le cours des recettes culinaires. Si elle est joyeuse, le plat est sublimé de son bonheur. Si elle est triste, les convives sont au bord de l’intoxication ou carrément intoxiqués. Arrive Pedro, amoureux de la jeune fille. Mais Tita n’a pas le droit d’épouser celui qu’elle aime éperdument. Sa redoutable mère s’y oppose et oblige sa fille à se sacrifier pour l’accompagner dans sa vieillesse. Tout de suite après la projection une petite dégustation de la cuisine mexicaine préparée par différents chefs haïtiens a été offerte. Il était fascinant de goûter au talent de nos cuisiniers qui ont concocté à la perfection une cuisine étrangère. Dorine Jeanty jeantydorine@hotmail.com

La ministre dela Culture, Josette Darguste (au centre) et les chefs qui ont reçu la formation en cuisine mexicaine


4

17 septembre 2013 No 939

HAITI FASHION WEEK 2013 A TARA’S 18 SEPTEMBRE 2013 – 8H00 PM

Gala d’ouverture de la Fashion Week Une soirée mode, spectacle et danse, avec Luck Mervil et bien d’autres surprises…

AU KARIBE CONVENTION CENTER 19 AU 21 SEPTEMBRE 2013 Les défilés de la Fashion Week Tous les soirs à 7h00 pm

LE SHOWROOM EXPO VENTE

Tous les jours de 10h00 am à 6h00 pm

LES FORUMS Professionnels et étudiants

19 septembre de 10h00 am à 2h00pm : Merchandizing / Branding 20 septembre 10h00 am à 2h00 pm : Mode & communication / Textile

ET AUSSI

Les “after” parties de la Fashion Week Les jardins du Karibe Le jeudi 19 et le samedi 21 septembre à partir de 10h00 pm

PRIX D’ENTRÉE Gala0((&&>J=šDéfilés : 1100 HTG After Party0..&>J=šForums : 880 HTG Carte VIP ALL ACCESS : 4400 HTG Showroom expo vente : entrée libre.


17 septembre 2013 No 939

Qu’est-ce que tu comprends du thème ? On a vraiment besoin d’un meilleur environnement en Haïti, et partout dans le monde. C’est chaque Haïtien ou chaque être humain qui doit s’engager. On a fait choix de ce thème, selon moi, pour dire au monde entier voilà comment nous autres designers et en plus Haïtiens comment nous nous engageons à modifier notre environnement. Le réseau a bien fait d’exiger l’utilisation de fibres naturelles au détriment du synthétique dans nos travaux. Nos clients et nos visiteurs vont acquiescer ce virage. Je souhaite de tout cœur que durant les apparitions télévisées, les couvertures médiatiques, le grand public soit aussi motivé. Il faut qu’on en profite pour faire prendre conscience de la nécessité de jeter les détritus dans les poubelles, de ne pas bâtir n’importe où, de planter des arbres au lieu d’en couper…

5

Corah Délerme Sajous est à sa deuxième participation au Fashion Week. Celle pour qui le soleil est une source inépuisable d’inspiration remet le couvert cette année avec une collection dédiée à la plage. Cela s’annonce très chaud !

Que représente la fashion week pour toi qui y a pris part l’année dernière ? C’est une bonne entreprise. On en avait besoin. La mode haïtienne a toujours existé, mais c’était sous les draps. Chacun de son côté. C’est louable que Maelle David, du Réseau des designers et le CHAPE aient pensé à mettre cette activité en branle. C’est un bon prétexte pour montrer la beauté, la richesse d’un pays le plus souvent associé à la mendicité, la misère dans les nouvelles à l’échelle internationale. C’est un énorme travail. Ceux qui le font méritent du respect, du soutien. Je me demande comment ils arrivent à harmoniser des designers de courants différents, des couturières, des mannequins pendant trois jours et offrir tant d’activités ! Comment ça a été pour toi l’an dernier ? C’était formidable. En général, je n’aime pas parler que de moi, j’aime regarder les choses globalement. Je pense que tout le monde a été satisfait, et au nom de tous je dis merci aux organisateurs. J’espère que ce sera pareil cette année, et pourquoi pas mieux… Y avait-il quand même quelque chose à déplorer ? Je ne m’en rappelle pas. Et je n’y pense pas, car quoique ce fût un coup d’essai, cela a été un coup de maître. Les gens ont beaucoup investi pour bien nous servir. Cette année, la préparation est plus assidue. Il y a plus de rencontres entre le Réseau et nous autres, entre le Réseau et les mannequins. J’adore le fait qu’on puisse choisir ses mannequins en fonction de ses produits, et il y en suffisamment pour tout le monde. Que penses-tu du fait que la mode est aujourd’hui constituée en réseau ? Depuis mon retour au pays, j’ai toujours senti la nécessité d’un leadership. Quand on regarde dans tous les domaines à travers le monde, on se rend compte que les meilleures choses ont été rendues possibles grâce au leadership d’une personne ou d’un groupe. Alors je pense que quand on a créé le Réseau des designers haïtiens (HAND), cela a été un grand pas pour le secteur. Les retombées sont positives : il y a l’organisation des événements, comme le fashion week, qui sont bénéfiques pour tout le monde, surtout les jeunes, qui n’ont pas les moyens pour faire leur promotion personnelle. On y organise aussi des voyages en quête de débouchés à l’extérieur et aussi de visibilité. Aujourd’hui, si un créateur lambda a un problème de crédit ou de formation, il a une porte où frapper. On ne joue plus à l’électron libre. C’est positif, c’est bénéfique pour le secteur. Tout comme les autres secteurs, la mode peut se vanter d’avoir sa plateforme ; c’est essentiel pour tous les groupements. Comment définis-tu ton style ? C’est très décontracté, très ensoleillé. Je suis un esprit libre. Cela ressort dans mes créations.

Corah la reine-soleil Que présentes-tu cette année à la semaine de la mode ? Ce sera une collection dédiée à tout le monde sans restriction d’âge. Ce sera très « resort » et plage. Des chapeaux et des sacs artisanaux y seront associés. Ce sera très coloré ; du tissu léger comme la soie. Je la baptise Charming Gio, en hommage à mon fils Gio que j’estime charmant et qui vient de partir pour ses études universitaires aux Etats-Unis. Je participerai au défilé du 19. Quand au gala de la veille, je présenterai une robe en conformité avec le thème. J’y ai associé par conséquent le siam, le karabela et la paille. Comment baptises-tu cette robe ? Je n’ai toujours pas trouvé de nom, mais je crois que dès que j’aurai fini, j’en trouverai un qui lui sied.

Des nouvelles de Soleil Marveling Agency, ton école de mannequinat qui a présenté son premier show en 2009 ? Ça va. Je vais dans les écoles recruter les jeunes afin de trouver les meilleures graines. Je fais comprendre à mes étudiants les exigences du métier. On avance car on a déjà quatre ans ! Aurais-tu des conseils pour les jeunes que ce métier  intéresse ? Il faut une bonne tête et un bon corps, une bonne réputation aussi. C’est peutêtre le métier le plus exigeant. A l’étranger, un modèle coûte cher ; par conséquent, pour avoir beaucoup de valeur, il faut non seulement avoir le corps qu’il faut, mais aussi maîtriser plusieurs langues. On n’est pas que mannequin haïtien ou américain, dès que vous êtes connu, n’importe quel designer sur la planète peut vous contacter. Il faut travailler son image de marque,

car au fait on est une marque. Et les aspirants au design ? Si vous n’êtes pas créatifs, abstenez-vousen, car ce n’est pas le métier pour vous. Parmi tes collègues, lequel préfères-tu ? J’adore tous les designers haïtiens, et pour encourager la production nationale, j’achète au moins une pièce de chacun. Tes projets ? J’en ai beaucoup, je crains de les oublier. Je pense à une exposition de mes tableaux en Haïti pour la première fois, car c’est surtout ailleurs que j’ai déjà exposé. En matière de mode, je crois que mes projets fondent dans ceux du Réseau des designers haïtiens. (rire) Chancy Victorin chancyzone@gmail.com


6

Lundi 16 et mardi 17 septembre 2013

Championnat National

L’AS Mirebalais vire en tête du groupe des champions

A

près avoir occupé de manière provisoire la première place du groupe des champions, l’AS Mirebalais s’est emparée du leadership de ce groupe en allant battre sèchement l’AS Petit-Goâve au parc Anglade (3-0). L’autre raclée de la 7e journée est à mettre au crédit du Racing Club Haïtien, tombeur du Valencia FC (3-0). A côté des grands bénéficiaires, le Baltimore SC s’est bien repris en s’imposant petitement (1-0) aux dépens de la maladive1 équipe de l’Aigle Noir AC. Le petit Lion de la cité Faustin Soulouque qu’on croyait être indomptable dans son fief pour n’avoir jamais été battu à domicile, et ce, bien avant sa montée en première division, a été humilié dimanche 15 septembre. Son bourreau répond au nom de l’AS Mirebalais. Cette dernière s’est imposée sur le score net et sans bavure de (3-0), mi-temps (1-0). Les buteurs mirebalaisiens répondent au nom d’Harold Fédé (16’), Cliff Cantave (57’), son 4e but en trois matches et Sandinho Saint-Jean (90’). Grâce à cette belle victoire, l’AS Mirebalais s’empare du leadership de la compétition avec désormais (15) points à son compteur, soit une longueur en plus du Racing Club Haïtien. Justement, le vieux Lion a fait voler en éclats la défense du Valencia FC, samedi 14 septembre au stade Sylvio Cator en ouverture de la 7e journée. Un Racing revanchard n’a laissé aucune chance à l’Aigle vert de Léogâne qui l’avait corrigé (4-0) à l’aller. L’équipe championne en titre n’a pu résister puisqu’elle a encaissé deux buts en première mi-temps, Noël Sylvestre (16’) et Luis Orlando Adéma (20’). A la reprise, Monuma Constant Jr, une minute après l’heure de jeu, a mis KO l’Aigle vert, incapable de réagir, tant

La Formation AS Mirebalais

qu’il a été dépassé par les événements. Au final,le Valencia FC (12 points), a chuté lourdement (3-0). Désormais, il est passé de la première à la 3e place du groupe tout en voyant s’éloigner la possibilité de conserver son titre. Pour sa part, le Baltimore a repris goût à la victoire en battant l’Aigle Noir AC sur la plus petite des marges (1-0) en clôture de la 7e journée au parc Levelt. L’unique but de la rencontre a été inscrit par Mackendel Paul, seulement huit minutes après le coup d’envoi de la rencontre. Avec (9 points) et à trois journées de la fin, le Baltimore n’a pas dit encore son dernier mot, car mathématiquement, il reste encore dans la course au titre. Pour concrétiser son écrasante victoire face au Valencia FC, le Racing Club Haïtien passera un examen difficile au parc Saint-Louis, dimanche, face à l’équipe locale, l’AS Mirebalais. Ce sera pour l’occasion, la finale avant la lettre. Malheur au perdant ! L’Aigle

Noir, en quête de sa première victoire dans la phase finale, recevra l’AS PetitGoâve. Tout compte fait, la rencontre devant mettre aux prises le Baltimore SC au Valencia FC n’aura pas lieu, le départ de l’équipe léoganaise pour le Costa-Rica pour affronter Herediano, le 18 septembre et le Cruz Azul le 25 septembre à Mexico, oblige.

Groupe des relégables

Le Tempête, qui est allé au Cap-Haïtien pour revenir avec le point du match nul(1-1) face au FICA dans la bataille cinq étoiles, a fait un pas important dans la course pour rester parmi l’élite du football national. Même cas de figure pour le Victory SC (7 points). Bien que dernier au classement, sa victoire(1-0) aux dépens de l’América FC, l’a placé à quatre longueurs de retard du trio de tête, composé du FICA, du Don Bosco et du Cavaly AS avec (11) points. Ces derniers (Don Bosco FC - Cavaly AS)

À Nice, la francophonie et l’olympisme s’organisent

L

a dernière journée des Jeux de la Francophonie à Nice a été un théâtre privilégié pour réunir la 4e assemblée générale de l’Association francophone des Comités nationaux olympiques (AFCNO). Née en 2010, de la volonté des Comités nationaux olympiques (CNO) de pays francophones de renforcer leurs liens et leurs collaborations, l’AFCNO a rassemblé ses 43 CNO membres avec pour objectif : agir ensemble concrètement et durablement pour promouvoir les projets francophones et la langue française. Ainsi, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a été invitée à s’exprimer devant les membres de l’AFCNO sur les enjeux de la francophonie dans le sport et les actions menées

pendant les précédents et les prochains Jeux olympiques en faveur de la langue française et du multilinguisme. Représentée par Ousmane Paye, conseiller spécial du Secrétaire général de la Francophonie, l’OIF a également signé un accord-cadre de coopération avec l’AFCNO représentée par son président, Alain Ekra. Cet accord affirme clairement la volonté de l’OIF et de l’AFCNO de collaborer durablement en faveur de la diversité linguistique dans le sport international et donne corps aux relations amorcée depuis plusieurs années entre les deux partenaires. Il prévoit également la mise en place d’une coopération renforcée dans le cadre des Jeux de la Francophonie ainsi que le lancement, d’un programme de volontariat sportif francophone au pro-

fit d’organismes sportifs dès l’automne 2014. Enfin, il permet d’envisager des collaborations dans d’autres domaines : solidarité, développement de la pratique sportive pour tous et du sport de haut niveau, égalité des genres, éducation à la paix et au respect des droits de l’homme, développement de réseaux sportifs francophones. L’OIF et l’AFCNO ont tenu à associer étroitement à cette initiative la Conférence des ministres de la Jeunesse et des Sports (CONFEJES). L’OIF s’est réjouie de l’invitation et de la présentation à cette réunion du jeune média francophone d’information sur le sport www.francsjeux.com, avec lequel elle a développé un partenariat dans le cadre de sa campagne « Le français j’adore ! ».

se sont neutralisés sur le score nul et vierge à l’occasion de la 7e journée du championnat national de D1. En effet, muet pendant la saison régulière alors qu’il a été au sein du Don Bosco, Eliphène Cadet semble retrouver son instinct de buteur. Pour preuve, c’est lui qui avait ouvert le score pour le Tempête FC (2’) face au FICA et ça été sa 4e réalisation pendant la phase finale. Les deux faits marquants de la 7e journée dans ce groupe sont, d’abord :le Tempête FC qui abandonne la zone de la relégation suite à ce match nul conjugué en même temps avec la défaite de l’América FC à Cayes-Jacmel devant le Victory SC. Et l’autre fait est à mettre à l’actif justement du Victory SC qui vient de signer sa 2e victoire au terme des trois derniers matches. Avec (7)points, rien n’est encore dit pour l’équipe chère au Dr Gérard Janvier, et ce, à trois journées de la fin des play-offs. Ainsi,la prochaine journée s’annonce très passionnante. Pour l’occasion, le Victory SC sera au stade Sylvio Cator pour se mesurer avec le Don Bosco. A Saint-Marc, le Tempête FC attend de pied ferme le Cavaly AS et l’América FC, à domicile, aura affaire au FICA.

Groupe des champions, résultats de la 7e journée

Samedi 14 Septembre 2013 Racing CH - Valencia FC : 3-0 Noël Sylvestre 16’, Luis Orlando Adéma 20’ et Monuma Constant Jr 61’ (Rch) Dimanche 15 Septembre 2013 AS Petit-Goave - AS Mirebalais :0-3 Harold Fédé 16’, Cliff Cantave 57’ et Sandinho Saint-Jean 90’ (Asm) Baltimore SC - Aigle Noir AC : 1-0 Mackendel Paul 8’(Bal)

Classement

1-AS Mirebalais : 15 points 2-Racing CH : 14 points 3-Valencia FC : 12 points 4-Baltimore SC : 9 points 5-AS Petit-Goâve : 5 points 6-Aigle Noir AC : 2 points

Résultats de la 7e journée, groupe des relégables

Dimanche 15 septembre 2013 Victory SC - América FC : 1-0 Bony Pierre 87’(Vict) Cavaly AS - Don Bosco FC : 0-0 FICA -Tempête FC : 1-1 Bendjy Macajoux 18’ (Fica), Eliphène Cadet 2’ (Tfc)

Classement

1-DonBosco FC : 11 points 2-Cavaly AS : 11 points 3-FICA : 11 points 4-Tempête FC : 8 points 5-América FC : 8 points 6-Victory SC : 7 points petoo76@aim.com Légupeterson Alexandre /petoo76@aim.com


7

Lundi 16 et mardi 17 septembre 2013

Championnat national D2

Cinq candidats, une place à prendre

L

es équipes de l’AS Capoise (45 points) et de Racine de GrosMorne (41 points), groupe I, de l’AS Verrettes et de la Police nationale (42 points), groupe II et la Relève de Jérémie (41 points), groupe III, sont les cinq premières équipes qualifiées pour disputer le tournoi hexagonal final donnant accès à l’élite du football national l’an prochain. En revanche, cinq autres équipes (Amateur, US Dufort, Juventus, Violette et AS Aquin) sont en course dans le groupe III, et ce, à une journée de la fin de la saison régulière pour obtenir le dernier billet qualificatif. Coup de tonnerre ! Le Racing FC des Gonaïves est condamné contre toute attente à rester au moins une nouvelle saison en D2. Alors qu’il faisait cavalier seul en tête du groupe I, lors de la série aller. Pour sa part, malgré sa défaite (0-1) face au Racine de Gros-Morne, l’AS Dessalines est plutôt tranquille dans la mesure où elle chômera lors de la prochaine journée. A l’occasion de la dernière journée, l’ASD gagnera sans doute les trois points et les buts de la victoire par forfait face à l’AS Limonade, reléguée déjà en ligue. Dans ce cas de figure, les équipes de Port-de-Paix FC, l’US la Jeune et AS L’Estère (groupe I) sont condamnées à la victoire sous peine d’éviter la descente en ligue. Cependant,la formation de Limbé FC (31 points), n’est pas exempte de tout danger. Dans le groupe II, le duel à distance pour éviter la descente en ligue met aux prises le Roulado de Source Matelas (28 points) à la Jeunesse

Sportive Rivartibonitienne (29 points). En revanche, les équipes du Panthère Noire, du Roulado de la Gonâve, de Dynamite de Saint-Marc et de l’AS Maïssade ont pris déjà la route de la D3. Entre-temps,le groupe III a déjà livré son verdict. Les cinq équipes reléguées en ligue sont respectivement : Inter(Grand-Goâve), Rangers (Miragoâne), US Frères, ASCAR et Barcelone de Carrefour. Parallèlement,l’identité de cinq des six équipes qui doivent disputer le tournoi hexagonal est connue. Il ne reste qu’une place à prendre et cette place est disponible dans le groupe III. Sur la ligne de départ, cinq équipes. Ce sont respectivement: Amateur (37 points), US Dufort (36 points), Juventus (35 points), Violette AC et AS Aquin (34 points). Elles sont donc au coude à coude, et ce, à une journée de la fin. Pour rappel, 11 des 15 équipes qui seront reléguées en ligue sont connues. Ce sont respectivement, l’Eclair AC des Gonaïves et l’AS Limonade (groupe I), Panthère Noire de Liancourt, Roulado (La Gonâve), Dynamite (Saint-Marc) et AS Maïssade(groupe II) et Inter (GrandGoâve), Rangers (Miragoâne), US Frères, ASCAR et Barcelone de Carrefour.

Résultats de la 21e journée, groupe I

Dimanche 15 septembre 2013 AS Capoise - Racing FC : 2-1 US la Jeune - Eclair AC : 3-1 Racine GM - AS Dessalines : 1-0

AS Saint-Louis-du-Nord - L’AS l’Estère : 3-0 FF Port-de-Paix FC - JS Capoise : discontinué

12-AS Maïssade : 9 points

Résultats de la 21e journée, groupe III

Dimanche 15 septembre 2013 Samedi 14 septembre 2013 US Dufort - La Relève : 4-3 Dimanche 15 septembre 2013 AS Aquin - Inter GG : 1-0 Amateur FC -ASCAR : 2-0 Eclair FC -Violette AC : 0-0 US Frères -Juventus : 2-2

Classement

1-AS Capoise : 45 points 37BP 10BC (+27) 2-Racine GM : 41 points 26PB 16BC (+10) 3-Racing FC : 36 points 4-ASSL : 34 points 5-JSC : 33 points 6-Limbé FC : 31 points 7-AS Dessalines : 29 points 8-AS L’Estère : 29 points 9-US la Jeune : 28 points 10-Port-de-Paix FC : 27 points 11-Eclair AC : 19 points 12-AS Limonade

Classement

1-La Relève : 41 points 2-Amateur FC : 37 points 3-US Dufort : 36 points 4-Juventus : 35 points 5-Violette AC : 34 points 6-AS Aquin : 34 points 7-Eclair FC : 29 points 8-Inter GG : 25 points 9-Rangers : 25 points 10-US Frères : 20 points 11-ASCAR : 19 points 12-Barcelone : 7 points

Résultats de la 21e journée, groupe II

4-0

Dimanche 15 septembre 2013 Roulado G - Dynamite : 5-0 Roulado SM - Vision AC : 1-0 AS Verrettes - Panthère Noir : Triomphe FC - ASR : 3-0 JSR -Arcahaie FC : 2-2

Classement

1-AS Verrettes : 42 points 2-Police nationale : 42 points 3-ASR : 37 points 4-Arcahaie : 36 points 5-Triomphe : 36 points 6-Vision AC : 33 points 7-JSR : 29 points 8-Roulado SM : 28 points 9-Panthère Noire : 22 points 10-Roulado G : 19 points 11-Dynamite : 18 points

Legupeterson Alexandre/petoo76@aim.com

Championnat d’Espagne

Malaga lâche les chevaux

F

rustré depuis le début de la saison, Malaga a passé ses nerfs sur le Rayo Vallecano (5-0) dimanche lors de la 4e journée de Liga. Mounir El Hamdaoui s’est régalé avec un triplé. Portillo et Eliseu sont les autres buteurs de la rencontre. Malaga remonte à la 10e place.

Bilbao relance la machine

Début victorieux de Donald L Guerrier au Wisla Cracovie

P

our son premier match sous les couleurs de sa nouvelle équipe, le Wisla Cracovie, l’international haïtien, Wilde Donald Guerrier a fait trembler les filets en inscrivant, samedi 14 septembre, le troisième but de son club qui s’était imposé largement (3-0) aux dépens de son homologue de Piast Gliwice à l’occasion de la 7e journée du championnat de Pologne. En effet, l’ancien joueur de l’América FC des Cayes a fait des débuts victorieux au sein de Wisca Cracovie. Entré en jeu en deuxième mi-temps, Donald Guerrier a aggravé le score pour les siens qui menaient déjà par (2-0). Au coup sifflet final, son équipe s’est imposée sèchement par (3-0) pour s’emparer de la deuxième place du classement avec (13) points, exæquo avec Lechia Gdansk et à deux longueurs de retard par rapport au leader, Legia Warszawa (15) points.

: « Je suis heureux d’avoir aidé mon équipe à s’emparer des trois points de la victoire. J’espère que j’aurai toujours la possibilité de marquer d’autres buts, dixit le natif de Port-àPiment avant de confirmer qu’il est lié avec l’équipementier Adidas pour une durée d’une année. Il y a tout juste une semaine depuis que j’ai signé avec cet équipementier. Je ferai tout pour être toujours performant afin d’attirer d’autres sponsors.». Signalons que lors de la prochaine journée, la huitième, le 21 septembre à compter de 12h (heure d’Haïti), la Bialagwiazda (Etoile blanche), autre nom donné au Wisla Cracovie se déplacera sur le terrain de Cracovia Krakóv pour y jouer le derby local. Légupeterson Alexandre /petoo76@aim.com

S’exprimant au terme de la victoire de son équipe, Donald a fait savoir

a défaite face au Real Madrid lors de la précédente journée est déjà oubliée. Les joueurs de l’Athletic Bilbao ont en effet repris leur marche en avant ce lundi, lors du dernier match de la quatrième journée, en battant le Celta Vigo, au Pays Basque (3-2). Et ce grâce à des buts signés Mikel San José, Andoni Iraola et Benat Etxebarria. Une troisième victoire en quatre sorties dans le cadre de la Liga pour Bilbao. A noter que Charles et Santi Mina ont marqué pour Vigo.

Résultats de la 4e journée :

Samedi Atletico Madrid-Almeria 4-1 Levante-Real Sociedad 0-0 FC Barcelone-FC Séville 3-2 Villarreal-Real Madrid 2-2

Dimanche 15 septembre 0-1

Grenade-Espanyol Barcelone Getafe-Osasuna 2-1 Malaga-Rayo Vallecano 5-0 Betis Seville-Valence 3-1

Lundi 16 septembre

Elche-Real Valladolid 0-0 Athletic Bilbao-Celta Vigo 3-2


8

17 septembre 2013 No 939

Dossiers Interdits ZOMBIS ET PHOTOCOPIE Par Gary Victor

Bernard Sourbier pénétra en se baissant dans la salle basse de ce petit restaurant à l’avenue Magloire Ambroise. Deux hautparleurs mal au point jouaient trop fort un hit de Arly Larivière. L’agent de la SAD repéra du premier coup d’œil celui qu’il voulait voir, attablé seul au fond de la salle, deux bouteilles de bière vides devant lui. On venait de lui en apporter une autre bière. -C’est vous qui payez, lui dit l’homme. Sourbier tira une chaise et s’assit en face de lui. -Vous avez quoi comme information ? -Ce sera cinq mille dollars et cela restera entre nous. -Deux mille, dit Sourbier. -Trois milles et je ne discute pas. -OK, fit Sourbier. Alors il se passe quoi sur le marché ? -Je sais seulement qu’il y a un type se faisant appeler Voyageur qui vous prépare pour le consulat. Il semble que tout le monde est satisfait et s’en sort avec le visa. Je ne peux rien vous dire de plus. Il y a deux personnes qui ont eu la langue un peu trop pendue. On les a trouvées égorgées à Titanyen. -Leur langue trop pendue a dit quoi ? -Que ce n’était pas de vraies gens qui allaient à l’ambassade. -C’était qui ? -Ces deux personnes, je connaissais l’une d’elles, parlaient de photocopie. Sourbier le regarda ahuri. -Quelle est cette histoire ? -Vous voulez avoir des informations, je vous le donne. -Comment peut-on voir Voyageur ? Jean-Jean le regarda avec attention. -Il faudrait que vous alliez le voir avec

un passeport valide sans visa. Il fait très attention aux personnes qu’il reçoit. -Et ensuite. -Je ne sais pas. Je vous dis que personne maintenant n’ose parler. -Peux-tu m’arranger un rendez-vous rapide avec Le Voyageur. -Ce sera deux mille en plus. Sourbier soupira. -Mille. -Mille cinq cents et je ne discute pas… Vous payez mes bières. *** C’était une agence de voyages dont le local ne payait pas de mine. Une enseigne sale et brisée indiquait « Le Voyageur, Passeport, visa et autre » . La salle d’attente était bondée de monde. Des hommes et des femmes, tous avec des documents en main. Une secrétaire en sueur gérait ce monde. Dès que Sourbier entra, un homme s’approcha de lui pour lui demander ce qu’il voulait. Il dit qu’il avait rendez-vous avec le Voyageur et que la secrétaire était au courant. L’homme alla parler à l’oreille de la secrétaire qui leva les yeux de son dossier et fit signe à Sourbier d’avancer. - Jean-Jean m’a parlé de vous. Vous avez tous vos documents ? -J’ai tout, dit Sourbier. -L’argent aussi ? -Oui. -Asseyez-vous si vous trouvez une place. Vous serez le prochain à rentrer. Sourbier la remercia. Il n’y avait plus de sièges. Il n’eut pas attendre heureusement longtemps dans la chaleur. Quelqu’un sortit et la secrétaire cita son nom. Il avança et elle le fit entrer sans se préoccuper des protestations de tous ces gens qui se trouvaient là avant lui. -Puis-je voir vos documents ? dit un

VOLET 3

homme assis derrière un bureau plein de papiers. La secrétaire sortit et referma la porte derrière elle. Sourbier remarqua que l’homme, Voyageur, avait à la portée de la main un pistolet. L’agent de la S.A.D lui tendit les papiers qu’il examina rapidement. -C’est cinq mille dollars US, fit Voyageur. -C’est certain que j’aurai le visa ? demanda Sourbier. -Pourquoi donc êtes- vous ici ? répliqua Voyageur. -C’est que j’ai déjà perdu huit mille dollars. Cette fois, il me faut le visa. -Ici, vous êtes en de bonnes mains. -Je serai obligé de me présente devant le consul ? -Vous me donnez l’argent et vous suivrez mes instructions, dit Voyageur. Seulement, vous êtes contraint au silence. Il posa la main sur le pistolet. -Il y a le fer terrestre. Il y a pire. Le feu de l’enfer. Nous vous donnerons ce que vous vous voulez. Vous, vous taisez. C’est la condition. -Je veux le visa, dit Sourbier en lui tendant une enveloppe. Voyageur vérifia l’argent rapidement. -C’est bon. Votre rendez-vous au consulat est pour mercredi prochain. Vous viendrez ici mardi soir. Ma secrétaire vous expliquera. -Vous gardez les documents ? -Je les garde. Vous pouvez partir. Sourbier salua et sortit. Il alla vers la secrétaire. -On m’a dit de vous voir. L’interphone devant la secrétaire sonna. Elle prit l’appel et raccrocha presque aussitôt. -Mardi soir, soyez ici à huit heures du soir. -Huit heures du soir ! s’étonna Sourbier. -Huit heures du soir, insista la secrétaire. Excusez-moi. Je dois m’occuper d’autres personnes. *** Sourbier se présenta le jour et à l’heure indiquée. Lui et Ouari s’étaient perdus en conjectures, essayant de deviner ce qui allait se passer ? Il y avait une dizaine de personnes qui attendaient dans la salle d’attente. A neuf heures, l’homme appelé Voyageur arriva en annonçant que le bus était prêt. Tout le monde sortit pour prendre place dans le véhicule qui démarra rapidement. Voyageur debout à l’avant rappela à toutes les personnes présentes l’obligation qui leur était faite de garder le silence. « Il n’y a rien d’illégal dans ce que nous faisons. Nous vendons un service. Rien d’autre. » Sourbier remarqua que le bus prenait la direction de Nationale numéro un. Dans la zone des Sources Puantes, le bus tourna dans un sentier difficile à repérer même en plein jour. Le véhicule roula encore une dizaine de minutes avant de s’arrêter devant une case dont l’intérieur était éclairé. -Descendez, dit Voyageur et suivez-moi. On les fit tous entrer dans une petite pièce ou des bancs étaient disposés. Il y avait aussi des matelas posés sur le sol. -Vous serez tous obligés de rester ici

cette nuit et la demain matin. Dans l’aprèsmidi, on vous ramènera chez vous. -Mais… Et notre rendez-vous au consulat ? s’écria quelqu’un. Voyageur brandit son pistolet. -Vous ne discutez pas. Vous suivez mes directives et vous aurez votre visa. Asseyezvous. Tout le monde sans discuter se chercha un siège. Voyageur prit un papier dans sa poche. C’était probablement une liste, car il cita un premier nom. Une femme se leva. -Passez dans la pièce à côté. Papa va vous recevoir. Il désigna une porte à la femme. Elle hésita. -De quoi avez-vous peur ? Se pa viza ou bezwen genyen ? La femme passa la porte. Tout le monde attendit. Elle revint, une poudre blanche sur sa robe, l’air totalement épouvanté pour venir se laisser tomber sur son siège. -Jesus ! Pitye pour mwen ! Se pou viza a wi, Jezu ! Se pou viza ! Voyageur cita un deuxième nom puis un troisième. Tous les gens revenaient avec le même air terrifié, une poudre blanche sur le visage et les habits, mais tous visiblement décidé à aller jusqu’au bout pour obtenir ce qu’ils étaient venus chercher. -Bernard Sourbier, dit Voyageur. Sourbier se leva, et se dirigea vers la porte. Dans la pièce, il ne vit rien, seulement deux cercueils ouverts, l’un collé à l’autre, comme cloués au mur. Un homme nu s’avança pour prendre place dans l’un des cercueils. Un vieil homme s’approcha de Sourbier et lui demanda de se mettre dans l’autre. -Sa pap pran yon minit. Sourbier voulait savoir ce qui allait se passer. Il ne pouvait pas agir maintenant. Il fallait qu’il sache. Il entra à reculons pour se mettre debout dans le cercueil, la face vers l’extérieur comme avait fait l’autre homme. Le vieil homme leva les mains et envoya un jet d’une poudre blanchâtre sur Sourbier, puis fit de même pour l’homme dans l’autre cercueil. Le vieil homme scanda une sorte de prière et Sourbier eut, c’est ce qu’il dit après à Ouari, la surprise de sa vie. Il vit sortir de l’autre cercueil un homme qui était lui. Une reproduction parfaite. Un autre Bernard Sourbier. Son double se dirigea vers une autre porte au fond de la salle. -Venez, dit le vieillard. C’est fini. Sourbier titubait. Le choc était de taille. Il avait presque le vertige. Le vieil homme lui prit la main pour le conduire à la porte donnant sur la salle d’attente où se trouvaient les autres demandeurs de visa. Voyageur hurla un autre nom. Ceux qui étaient passés avant lui n’osèrent pas le regarder dans les yeux. *** - C’est une infamie ! Une transgression ! Ouari n’avait pas de mots pour cacher sa fureur. -Mon double a eu le visa, dit Sourbier. Nous avons tous eu nos visas. Du moins, nos doubles ! Nos photocopies ! -On n’a pas le droit d’utiliser de telles forces démoniaques, tonna Ouari… Le génie dans le mal ! Voici de quoi nous sommes capables ! -Qu’allez-vous faire maintenant ? demanda Sourbier. Ouari se laissa choir, anéanti dans son fauteuil. -Après les téléportations en Floride, maintenant ces doubles qui prennent mentalement le contrôle des consuls… Je vais devoir faire un rapport au consulat. -Avec le risque que cette… technologie soit récupérée par qui vous savez. Ouari frappa le plat de la main sur la table. -Que voulez-vous que nous fassions, Sourbier ? On nous a payés pour ce travail. Et puis, nous ne pouvons pas laisser continuer ces abominations ? Qui sait les risques que ces pratiques font courir à ce pays et au monde. Il faut tout arrêter. Il répéta. -Il faut tout arrêter. FIN

Corah, la reine-soleil  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you