Issuu on Google+

NEW BUSINESS MODELS ADOPTING DIFFERENT STRATEGIES TO REACH NEW MARKETS Body Sensor Network The Transport Industry Green Building

Canadian Publications Mail Product Sales Agreement #40068979

Digital Printing

NOUVEAUX MODÈLES D’AFFAIRES DES STRATÉGIES DIFFÉRENTES POUR ATTEINDRE DE NOUVEAUX MARCHÉS Réseau de senseurs corporels L’industrie du transport Des constructions écolos L’impression numérique

Vol. 125, No 3 | July 2008 | Juillet 2008


DYSTAR & STARCHEM S’UNISSENT POUR MIEUX VOUS SERVIR AU CANADA À compter du 1er juillet 2008, StarChem Inc. assurera la distribution des produits textiles de DyStar au Canada. Fort de son expérience, l’équipe de StarChem Inc. pourra répondre à toutes vos demandes en matières de produits et de procédés concernant toutes les sphères d’application. Contactez votre représentant pour plus d’information.

DYSTAR & STARCHEM UNIFY TO SERVE YOU BETTER IN CANADA Beginning July 1st, 2008, StarChem Inc. will distribute DyStar Textile Products in Canada. With its strong experience, our StarChem Inc. Team will answer all requests related to products and processes for all textile applications. For more information, do not hesitate to contact your representative.

Starchem Inc. 1-888-697-7340 • www.star-na.com


C O N T E N T S S O M M A I R E 30

30

36

44

50

58

64

72

36

Buildtech Green Building | La construction écolo Mobiltech Textile Business Opportunities in Transportation | Des occasions d’affaires pour le textile dans le secteur des transports Workwear Doubletex Profile | Profil de l’entreprise Doubletex

44

D E PA R T M E N T S | R U B R I Q U E S Guest Editorial | Collaboration spéciale

06

Industr y News | Nouvelles en bref

08

Book Review | Notes de lecture

16

New Products | Nouveaux produits

18

The Green Page | La page écolo

35

Special Events | Événements spéciaux

78

Advertisers’ Index | Index des annonceurs

85

Agenda

86

Nanotech Body Sensor Networks | Réseaux de senseurs corporels Local Supply Strategies for Le Château | Le Château et l’approvisionnement local Digital Textile Printing | Impression numérique sur textile What’s in a Brand Name? | Quelles sont les qualités d’une image de marque ?

50

The Textile Journal | La Revue du textile w w w. t e x t i l e j o u r n a l . c a

PUBLISHER

| ÉDITEUR

Groupe CTT Group 3000, Boullé, St-Hyacinthe (Québec) Canada J2S 1H9 Tel./Tél. : (450) 778-1870 Fax/Téléc. : (450) 778-3901 info@gcttg.com www.gcttg.com EDITORS IN CHIEF | RÉDACTEURS EN CHEF

Martin Filteau Tel./Tél. : (450) 778-1870 mfilteau@gcttg.com

CORRESPONDING EDITOR RÉDACTEUR ASSOCIÉ

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

Ann Langlois Advertising Sales Manager | Directrice des ventes publicitaires Tel./Tél. : (450) 778-1870 Fax/Téléc. : (450) 778-9016 alanglois@gcttg.com [EUROPE] (excluding Italy / sauf l’Italie)

Eddie Kania Robert G. Horsfield Co. Tel./Tél. : +44-1663-750-242 Fax/Téléc. : +44-1663-750-973 ekania@btopenworld.com [ITALY | ITALIE] Filippo Silvera, Pressworld Ltd. Tel./Tél. : +39-2-284-6716 Fax/Téléc. : +39-02-289-3849 ferruccio@silvera.it

Olivier Vermeersch Tel./Tél. : (450) 778-1870 overmeersch@gcttg.com

Daniel Bertrand Tel./Tél. : (450) 778-1870 info@gcttg.com

4

A D V E RTISING SALES | VENTES PUBLICITAIRES

EDITORIAL BOARD | COMITÉ DE RÉDACTION

|

[U.S.A. | ÉTATS-UNIS] Robert A. Moore Tel./Tél. : (480) 595-0494 Fax/Téléc. : (480) 595-1749 ramco@qwest.net

DESIGN

| INFOGRAPHIE

Ateliers Prêt-Presse Tel./Tél. : (450) 460-5246 pretpresse@videotron.ca ACCOUNTING | COMPTABILITÉ

Annie Maillé Tel./Tél. : (450) 778-1870 amaille@gcttg.com SUBSCRIPTIONS ABONNEMENTS

|

Lise Bouchard Tel./Tél. : (450) 778-1870 lbouchard@gcttg.com


GUEST EDITORIAL COLLABORATION SPÉCIALE By | Par S T E V E N G AW R E L E T Z Deputy Consul General of Canada in Atlanta Consul général adjoint du Canada à Atlanta

The economic relationship between Canada and Southeastern USA is strong and vibrant. We trade goods and services—we exchange tourism dollars—and we invest directly in each other’s economies. In fact, the size of the annual economic relationship between Canada and the six southeastern states of Georgia, Tennessee, Alabama, Mississippi and the Carolinas is approximately 44.7 billion dollars.

Les relations économiques entre le Canada et le sud-est des États-Unis sont fortes et dynamiques. Tous deux échangent marchandises et services (sans oublier le tourisme) et investissent directement dans l’économie l’un de l’autre. De fait, les relations économiques entre le Canada et les six États du sud-est des États-Unis, à savoir la Géorgie, le Tennessee, l’Alabama, le Mississippi et les deux Caroline, se chiffrent annuellement à quelque 44,7 milliards de dollars.

Last year, our two countries exchanged $536 billion worth of merchandise. To put it another way, that’s more than $1.47 billion flowing across the border every single day of the year —$61 million an hour—over a million bucks, or loonies, a minute! In order to capitalize on this strong relationship, we have established the SEUS Canada Alliance. This alliance will permit us to reinforce trading and to promote bilateral investments between Canada and Southeastern USA. Quebec’s Premier Jean Charest hosted representatives from the six southeastern alliance states in Canada last fall, and the development agreement was signed. Another official event of the SEUS Canada Alliance was hosted by Georgia’s Governor Sonny Perdue this June in Savannah.

L’an dernier, les deux pays ont échangé pour 536 milliards de dollars de marchandises. En d’autres termes, plus de 1,47 milliard de dollars traversent chaque jour la frontière, soit plus de 61 millions de dollars par heure, ou encore plus d’un million de billets verts ou de huards chaque minute ! C’est pour tirer profit de ces relations vigoureuses que nous avons fondé l’Alliance des États du sud-est des États-Unis et des provinces canadiennes (SEUS-Canada Alliance). Cette alliance nous permettra de renforcer nos échanges commerciaux et de promouvoir les investissements bilatéraux entre le Canada et le sud-est des États-Unis. L’automne dernier, le premier ministre du Québec, Jean Charest, a reçu au Canada des représentants des six États américains de l’Alliance, ce qui a donné lieu à la signature d’un accord de développement. Un autre événement officiel de l’Alliance s’est déroulé en juin à Savannah, en Géorgie, sous l’égide du gouverneur Sonny Perdue.

In the rapidly evolving textiles environment of today, we have opportunities to forge strategic partnerships between Canada and the United States that can help us grow our businesses and reap mutual rewards. This is an opportune time to grow and develop this business partnership. If we continue to look at our mutual interests, the relationship can only continue to grow and thrive.

6

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

Dans le contexte actuel d’évolution rapide des textiles, nous avons la possibilité de nouer entre le Canada et les États-Unis des partenariats susceptibles de nous aider à accroître nos activités et à en tirer des satisfactions mutuelles. C’est le moment ou jamais de cultiver et de développer ce partenariat commercial. Si nous continuons de veiller à nos intérêts mutuels, cette relation ne peut que croître et être porteuse de prospérité.


INDUSTRIE NEWS

NOUVELLES EN BREF

ÉVÉNEMENTS D’INFORMATION ET SÉMINAIRES INTERNATIONAUX SUR When it comes to buying textiles, more and more consumers L’OEKO-TEX STANDARD 100 OEKO-TEX STANDARD 100 INTERNATIONAL SEMINARS AND INFORMATIONAL EVENTS

are coming to value assurances that the material has been tested and found free of harmful substances. That is reason enough for more than 7,500 textile and apparel manufacturers to have the quality of their products tested and certified according to Oeko-Tex Standard 100—and those numbers are growing. In order to provide comprehensive information about the advantages and use of Oeko-Tex Standard 100, 14 international Oeko-Tex Testing Institutes have initiated seminars and informational events. A total of 26 foreign offices located in all regions relevant for textile production serve as local contacts for manufacturers and vendors of current and future certified products. In the Indian city of Dhaka, for example, the Hohenstein Institutes led an Oeko-Tex seminar in October 2007 for the suppliers of the German discount textile chain, KiK. Some 130 participants attended to learn about the different criteria for the standard and the process of certification. Also, in order to ensure quality, sporting goods manufacturer Adidas requires its suppliers to take part in Oeko-Tex seminars Environmental awareness has also grown in North America and intensified demands for products that are totally safe in terms of human ecology have been passed on to traders and

De plus en plus de consommateurs, lorsqu’ils achètent des produits textiles, veulent avoir la garantie que le tissu a été soumis à des essais et reconnu exempt de substances nocives. Cette raison est suffisante pour que plus de 7 500 fabricants de textiles et de vêtements fassent vérifier et certifier la qualité de leurs produits selon la norme Oeko-Tex Standard 100 (et le nombre de ces fabricants ne cesse de croître). Quatorze instituts de recherche Oeko-Tex ont décidé d’organiser des séminaires et des événements, afin de diffuser une information complète sur les avantages et sur l’utilisation de la norme Oeko-Tex Standard 100. Au total, vingt-six bureaux de liaison, situés dans toutes les régions concernées par la production textile, servent d’antennes locales pour les fabricants et fournisseurs de produits déjà certifiés ou appelés à l’être. Ainsi, à Dhaka, en Inde, les instituts Hohenstein ont organisé en octobre 2007 un séminaire Oeko-Tex à l’intention des fournisseurs de la chaîne allemande de magasins de textiles à prix réduits KiK. Quelque 130 participants y ont assisté, afin de se familiariser avec les différents critères de la norme et avec le processus de certification. En outre, pour des raisons de qualité, le fabricant d’articles de sport Adidas exige de ses fournisseurs qu’ils prennent part aux séminaires Oeko-Tex. Par ailleurs, la conscience environnementale s’est développée en Amérique du Nord, et l’accroissement de la demande de produits écologiques et non dommageables pour la santé et l’environnement s’est répercuté jusque chez les négociants et fabricants. Après l’immense succès d’un séminaire intitulé « What truly makes an apparel product green ? » (qu’est-ce qui rend vraiment un vêtement vert ?), qui s’est tenu en janvier 2008, parallèlement au salon TexWorld de New York, les organisateurs de l’exposition ont annoncé une nouvelle série de séminaires pour juillet 2008. Baptisés « Authentic Green » (authentiquement vert), ces séminaires seront organisés conjointement avec l’Association internationale Oeko-Tex. Ils ont pour but de permettre aux fabricants de textile et de vêtements de se familiariser avec les critères que doivent remplir leur société pour concevoir des produits pouvant être certifiés comme étant sûrs et sains d’un point de vue écologique. L’institut suisse de recherche textile Testex, en collaboration avec le fabricant de teintures DyStar, a également organisé un séminaire en mars 2008 à Bandung, en Indonésie. Les

8

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE


INDUSTRY NEWS

NOUVELLES EN BREF

tendances du marché en faveur des textiles écologiques figuraient, entre autres, à l’ordre du jour. Des programmes d’information de ce type sont mis sur pied non seulement pour des entreprises de fabrication et de transformation, mais aussi à l’intention des futurs acteurs de l’industrie mondiale du textile. Les instituts Hohenstein diffusent de l’information sur les principes de base du commerce dans les établissements de formation allemands. Par exemple, un séminaire Oeko-Tex s’est tenu, en octobre 2007, au département des technologies du textile et de l’habillement de l’université des sciences appliquées de Niederrhein. Soixante-dix étudiants ont pris part à cette rencontre, qui s’est déroulée en anglais. Pour en savoir plus sur la norme Oeko-Tex Standard 100 et sur les instituts Oeko-Tex, veuillez visiter le site www.oeko-tex.com. T

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

9


INDUSTRIE NEWS

NOUVELLES EN BREF manufacturers. After the major success of a seminar entitled “What truly makes an apparel product green?” held in conjunction with the TexWorld trade fair in New York in January 2008, exhibition organisers announced a new series of seminars for July 2008. Titled “Authentic Green”, it will be held together with the International Oeko-Tex Association. The seminars are aimed at familiarising textile and apparel manufacturers with the criteria their companies must meet in order to make products that can be certified as ecologically safe and sound. In co-operation with the dye manufacturer DyStar, the Swiss Textile Testing Institute, Testex, also held a seminar in March 2008, in Bandung, Indonesia. Among the items on the agenda were trends in the market for ecological textiles. Informational programmes of this type are also designed for future players in the world of textiles in addition to producing and processing firms. The Hohenstein Institutes provide information on fundamentals of the trade at German educational institutions. For example, an Oeko-Tex seminar was held at the Niederrhein University of Applied Sciences in October 2007 at the Department of Textile and Apparel Technology. It Photo : Georgia World Congress Center.

10

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

TECHTEXTIL NORTH AMERICA, SPESA EXPO ET ATME-I/MEGATEX VOISINERONT À LA TEXTILE & SEWN PRODUCTS INDUSTRY WEEK 2010 Les organisateurs de trois principaux salons de l’industrie du textile en Amérique, à savoir les salons ATME-I/MEGATEX, SPESA Expo et Techtextil North America, ont annoncé conjointement avoir conclu une entente historique dans le but de présenter simultanément leurs salons respectifs au Georgia World Congress Center d’Atlanta (Géorgie) du 18 au 20 mai 2010. Les trois salons se dérouleront dans des salles adjacentes aux mêmes dates, ce qui représentera un intérêt considérable pour les professionnels œuvrant dans l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement pour la fabrication et les applications des textiles et produits cousus. Cette nouvelle manifestation constituera pour l’industrie textile des Amériques un événement auquel il faudra vraiment assister en 2010. Atlanta est un centre d’activité international palpitant ; facilement accessible aux exposants et aux visiteurs, la


INDUSTRY NEWS

NOUVELLES EN BREF

was held in the English language and 70 international students took part. For more information on Oeko-Tex Standard 100 and OekoTex Institutes visit www.oeko-tex.com. T

TECHTEXTIL NORTH AMERICA, SPESA EXPO, AND ATME-I/MEGATEX TO COLLOCATE AT TEXTILE & SEWN PRODUCTS INDUSTRY WEEK 2010 The organizers of three key industry trade shows in the Americas (ATME-I/MEGATEX, SPESA Expo, and Techtextil North America) have jointly announced that they have reached a landmark agreement to co-locate and align their trade shows at the Georgia World Congress Center, in Atlanta, GA on May 18-20, 2010. The three shows will take place in adjacent halls during the same dates, providing tremendous

ville est le siège idéal pour un rassemblement aussi important de l’industrie. Elle vante elle-même sa combinaison de parcs d’exposition, d’hôtels et d’autres infrastructures de premier ordre et son hospitalité typique du sud. La juxtaposition et l’harmonisation des trois salons donneront aux participants la possibilité de se déplacer librement d’une exposition à l’autre et d’assister en un seul et même lieu aux principaux événements spéciaux et séminaires de formation et de réseautage de l’industrie. Benton Gardner, premier vice-président de SPESA, s’est exprimé ainsi lors de l’annonce de la juxtaposition des trois manifestations : « Les changements dont nous avons été témoins dans l’industrie mondiale des produits cousus nous ont plus que jamais convaincus que tous les segments de l’industrie doivent travailler main dans la main pour rester compétitifs. La juxtaposition des salons SPESA Expo, Techtextil North America et ATME-I/MEGATEX offre aux visiteurs une occasion unique de voir les principaux exposants capables de leur fournir tout ce dont ils ont besoin pour leur production. Les visiteurs bénéficieront de la commodité de découvrir directement, “sous un seul toit”, les produits et services qui leur sont nécessaires pour réussir dans ce monde en évolution. Ces visiteurs transforment fibres, tissés, nontissés, cuir et bien d’autres matériaux en produits qui sont

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

11


INDUSTRIE NEWS

NOUVELLES EN BREF Photo : Atlanta, Georgia World Congress Center.

utilisés dans le monde entier. En rassemblant différents segments de l’industrie au même moment et au même endroit, nous permettons à l’industrie de maximiser ses possibilités de croissance, en associant salons, occasions de formation et de réseautage et exposition à de nouvelles stratégies d’affaires. » Pour David Audrain, président de Messe Frankfurt USA, l’organisateur de Techtextil North America, « cette juxtaposition sera aussi profitable qu’il est possible pour les participants et exposants des trois salons, car elle crée la plus importante manifestation combinée de l’industrie textile des Amériques. » S’exprimant pour le compte d’ATME-I, M. Jay White Jr, président de l’American Textile Machinery Association (ATMA) et de la Morrison Textile Machinery Company, a émis les commentaires suivants : « L’organisation simultanée d’ATMEI/MEGATEX, de Techtextil North America et de SPESA Expo constitue une plateforme dynamique pour l’industrie textile des Amériques. Nous espérons une excellente participation de la part de visiteurs de l’ensemble de la chaîne de la transformation et des applications textiles. Cet événement sera très important pour notre industrie, car il offrira, en marge des salons proprement dits, de nombreuses occasions de réseautage, un grand nombre de séminaires éducatifs et des ateliers commerciaux et techniques. Quiconque œuvrant dans le secteur du textile sur le continent américain doit admettre que cette manifestation sera incontournable. » T

UN RAPPORT PHARE SUR L’INDUSTRIE NORDAMÉRICAINE DE LA FILTRATION DE L’AIR L’importance croissante de la filtration de l’air est illustrée dans un rapport intitulé Air Filtration Industry of North America, publié récemment par l’Association of the Nonwoven Fabrics Industry (INDA, ou association de l’industrie des non-tissés). Les cinq principaux marchés étudiés dans le rapport sont les suivants : filtration de la poussière industrielle (manches filtrantes), HVAC (consommation, secteur commercial et autres), masques, sacs pour aspirateurs et transport (admission d’air et climatisation de la cabine). Il s’agit là de la première analyse ciblée de l’industrie de la filtration menée par l’INDA, en même temps que du premier volet d’une étude qui en comptera deux sur ce secteur d’activité. Le second volet, qui sera réalisé en 2009, s’intéressera au marché de la filtration des liquides.

12

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE


INDUSTRY NEWS

NOUVELLES EN BREF

value for textile and sewn products industry professionals at all levels of the manufacturing and application supply chains. This new event will create a truly “must attend” industry event for the Americas in 2010. Atlanta is a vibrant international hub which is easily accessed by exhibitors and visitors alike, providing the perfect setting for such a significant industry gathering. The city itself boasts world class trade show facilities, hotels, and infrastructure combined with Southern-style hospitality. The co-location and alignment means that attendees will be able to move freely between the individual shows and benefit from the industry-leading educational and networking seminars and special events all in the same venue. Speaking at the launch of the co-location, Benton Gardner, Executive Vice President of SPESA, said: “The changes we have witnessed in the global sewn products industry have convinced us more than ever that all segments of the industry must work together to remain competitive. The co-location of SPESA Expo, Techtextil North America, and ATME-I/MEGATEX provides a unique opportunity for visitors to see leading exhibitors that supply the full spectrum of their production needs. Visitors will gain the ‘under-one-roof’ convenience to see first-hand all the products and services they need to successfully operate in this changing world. These visitors convert fibers, wovens, knits, nonwovens, leather, and more into products used around the world. Bringing multiple segments of the industry together at one time, in one place helps the industry maximize its growth opportunities by combining exhibitions, educational and networking opportunities, and exposure to new business strategies.” David Audrain, President of Messe Frankfurt USA, organizers of Techtextil North America, added: “This co-location will provide the greatest possible value to attendees and exhibitors at all three shows, by creating the biggest combined textile industry event in the Americas.” Speaking on behalf of ATME-I, American Textile Machinery Association (ATMA) Chairman and President of Morrison Textile Machinery Company, Mr. Jay White, Jr, commented: “The co-location of ATME-I/MEGATEX with Techtextil North America and SPESA Expo provides a dynamic platform for the textile industry in the Americas. We expect excellent customer attendance from the entire textile processing and applications chain. This will be a very significant event for our industry with numerous networking opportunities, educational seminars and business and technical workshops alongside the trade shows themselves. Anyone who is in the textile business in the Americas should recognize that this will be a ‘must-attend’ event.” T

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

13


LANDMARK NORTH AMERICAN AIR FILTRATION INDUSTRY REPORT The increasing importance of air filtration is illustrated in a recently released “Air Filtration Industry of North America” report published by INDA, Association of the Nonwoven Fabrics Industry. The five principal markets studied include: industrial dust filtration (bag filters), HVAC (consumer, commercial and other), face masks, vacuum cleaner bags and transportation (air intake and cabin air). This is INDA’s first focused analysis of the filtration industry and is the first in a two-part study being conducted on this industry. The second study will focus on liquid filtration markets and will be released in 2009. The inaugural report places the North American (U.S. and Canada) air filtration market at $3.1 billion for filter manufacturers in 2007, with average annual growth of 2.4% per year projected over a five-year period. INDA estimates the market will then reach $3.5 billion. “INDA’s mission is to promote the value and profitability of the nonwoven/engineered fabrics industry worldwide and it is also our role to serve the worldwide interests of our many

INDUSTRIE NEWS

NOUVELLES EN BREF

Ce premier rapport évalue le marché nord-américain (É.-U. et Canada) de la filtration de l’air, qui se situait à 3,1 milliards de dollars en 2007 en ce qui concerne les fabricants, avec une projection de croissance annuelle moyenne de 2,4 % sur une période de cinq ans. L’INDA estime que le marché atteindra alors 3,5 milliards de dollars. « L’INDA a pour mission de promouvoir dans le monde entier la valeur et la rentabilité de l’industrie des non-tissés et des tissus spécialisés ; elle a aussi pour rôle de servir les intérêts dans le monde de ses nombreux membres et des utilisateurs des produits de cette industrie, explique Ian Butler, directeur, Statistiques et études de marché à l’INDA. Dans cette optique, le rapport constitue une base de référence sur l’industrie au début du 21e siècle et présente les perspectives de croissance de cette dernière selon les régions. » Les principales conclusions du nouveau rapport Air Filtration Industry of North America sont les suivantes : I Les segments du marché appelés à connaître, selon toute probabilité, la croissance la plus rapide sont ceux des manches filtrantes et des cartouches filtrantes destinées à la filtration de la poussière industrielle, les filtres de HVAC vendus aux consommateurs ou à usage résidentiel, les masques jetables et les filtres à air destinés à l’habitacle des automobiles. I En incluant les matériaux cellulosiques, le secteur de la filtration de l’air a consommé 108 735 tonnes de matériaux filtrants en 2007, pour une valeur de 643 millions de dollars. La demande en matériaux de filtration de l’air augmentera de près de 14 % durant la période de cinq ans s’achevant en 2012, pour atteindre 120 314 tonnes, ou 754 millions de dollars. I Les segments du transport ainsi que du chauffage, de la ventilation et de la climatisation (HVAC) représentent les marchés de la filtration de l’air les plus importants ; ils comptent en effet pour près de 80 % du volume total.

Among the top-line findings of the new “Air Filtration Industry of North America” report:

I Un des principaux marchés connaissant une croissance des plus rapides est celui des filtres HVAC vendus aux consommateurs ou à usage résidentiel. Tandis que le marché destiné aux consommateurs et l’usage résidentiel total augmentera probablement de moins de 1 % par an, on prévoit que les filtres à haute efficacité et à marge de profit élevée enregistreront quant à eux une croissance annuelle de près de 8 % d’ici 2012.

I The market segments that are expected to have the most rapid growth are industrial dust filtration’s bag house filter

Pour en savoir plus sur le rapport Air Filtration Industry of North America, veuillez visiter le site www.inda.org. T

members and consumers of the industry’s products,” says Ian Butler, Director of Market Research and Statistics at INDA. “To that end, this report provides a benchmark of the industry at the beginning of the 21st century and its outlook for growth by geographic region.”

14

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE


INDUSTRY NEWS

NOUVELLES EN BREF

and cartridge filters, consumer/residential HVAC filters, disposable face masks and in-cabin automotive air filters. I Including cellulosic media, the air filtration industry consumed 108,735 tons of filter media in 2007 with a value of $643 million. The demand for air filtration media will increase almost 14% over the five year period through 2012, to 120,314 tons, equivalent to $754 million. I The transportation and heating, ventilation and air conditioning (HVAC) segments are the largest air filtration markets accounting for almost 80% of the total air filtration volume. I One of the fastest growing significant markets is the consumer/residential HVAC market. While the total consumer/residential market is growing less than 1% per year, the higher efficiency and higher profit margin filters are forecast to increase almost 8% per year through 2012. For more information on the “Air Filtration Industry of North America” report, visit www.inda.org. T

Les textiles techniques. Au cœur de votre vie quotidienne. PROTECH – WORKWEAR – BUILDTECH – MOBILTECH Marché Bonsecours, Montréal October 6-7, 2008 6 au 7 octobre 2008 www.expohightex.com Your Business Development Platform Votre plateforme de développement des affaires. Organisé par :

Partenaires :

Technical Textiles: Part of Your Everyday Life. PROTECH – WORKWEAR – BUILDTECH – MOBILTECH

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

15


NOTES DE LECTURE

BOOK REVIEW

A SPLENDID EXCHANGE: HOW TRADE SHAPED THE WORLD BY | PAR WILLIAM J. BERNSTEIN PUBLISHED | PARUTION : 2008 PAGES : 468 PUBLISHER | ÉDITEUR : GROVE/ATLANTIC INC. ISBN : 9780871139795 HARDCOVER | RELIURE CAISSE

COMMENT LE COMMERCE A FAÇONNÉ LE MONDE A sweeping narrative history of world trade—from Sumer in 3000 BC to the firestorm over globalization today— that brilliantly explores trade’s colorful and contentious past and provides fresh insights into social, political, cultural, and economic history, as well as a timely assessment of trade’s future.

Ce vaste panorama chronologique de l’histoire du commerce mondial, qui s’étend des Sumériens de 3 000 ans avant J.-C. aux débats enflammés d’aujourd’hui sur la mondialisation, explore brillamment le passé coloré et conflictuel des échanges et présente des points de vue nouveaux sur l’histoire sociale, politique, culturelle et économique, ainsi qu’un regard opportun sur l’avenir du commerce.

Adam Smith wrote that man has an intrinsic “propensity to truck, barter, and exchange one thing for another.” But how did trade evolve to the point where we don’t think twice about biting into an apple from the other side of the world?

Adam Smith a écrit qu’« un certain penchant naturel à tous les hommes […] les porte à trafiquer, à faire des trocs et des échanges d’une chose pour une autre. » Mais comment le commerce a-t-il pu évoluer au point que nous ne nous étonnions même plus de mordre dans une pomme venant du bout du monde ?

In A Splendid Exchange, William J. Bernstein tells the extraordinary story of global commerce from its prehistoric origins to the myriad controversies surrounding it today. He transports readers from ancient sailing ships that brought the silk trade from China to Rome in the second century to the rise and fall of the Portuguese monopoly in spices in the sixteenth; from the rush for sugar that brought the British to Jamaica in 1655 to the American trade battles of the early twentieth century; from key innovations such as steam, steel, and refrigeration to the modern era of televisions from Taiwan, lettuce from Mexico, and T-shirts from China.

Dans A Splendid Exchange, William J. Bernstein nous raconte la fabuleuse histoire du commerce mondial, depuis ses origines préhistoriques jusqu’aux innombrables controverses qui l’entourent de nos jours. Il transporte ainsi le lecteur des anciens navires à voiles, qui faisaient le commerce de la soie entre la Chine et Rome au deuxième siècle, à l’essor puis au déclin du monopole portugais sur le commerce des épices au seizième siècle, de la ruée vers le sucre qui a amené les Britanniques en Jamaïque en 1655 aux batailles commerciales américaines du début du vingtième siècle, ou encore des grandes inventions, comme la vapeur, l’acier ou la réfrigération, à l’ère moderne des téléviseurs produits à Taïwan, de la laitue importée du Mexique et des tee-shirts fabriqués en Chine.

Along the way, Bernstein examines how our age-old dependency on trade has contributed to our planet’s agricultural bounty, stimulated intellectual progress, and made us both prosperous and vulnerable. Although the impulse to trade often takes a backseat to xenophobia and war, Bernstein concludes that trade is ultimately a force for good among nations, and he argues that societies are far more successful and stable when they are involved in vigorous trade with their neighbors.

Tout au long de ce voyage, Bernstein examine la manière dont notre dépendance ancestrale au commerce a favorisé l’abondance agricole de notre planète, a stimulé le progrès intellectuel et nous a rendus à la fois prospères et vulnérables. Bien que l’impulsion commerciale cède souvent le pas à la xénophobie et à la guerre, l’auteur conclut que les échanges constituent ultimement une force bénéfique entre les nations et soutient que les sociétés connaissent d’autant plus de réussite et de stabilité qu’elles entretiennent des relations commerciales dynamiques avec leurs voisines.

Lively, authoritative, and astonishing in scope, A Splendid Exchange is a riveting narrative that views trade and globalization not in political terms, but rather as an evolutionary process as old as war and religion—a historical constant—that will continue to foster the growth of intellectual capital, shrink the world, and propel the trajectory of the human species.

Ouvrage vivant, faisant autorité et étonnant par sa portée, A Splendid Exchange est un récit prenant, qui envisage le commerce et la mondialisation non sous un angle politique, mais plutôt comme un processus évolutif aussi ancien que les guerres ou les religions (constantes, dans l’histoire), qui continue de stimuler la croissance du capital intellectuel, de rapetisser le monde et de propulser toujours plus loin l’espèce humaine.

16

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE


NEW PRODUCTS

NOUVEAUX PRODUITS WITH RITM’S UT 50, TWIST YOUR INDUSTRIAL THREADS AND MAXIMIZE EFFICIENCY! To remain competitive, manufacturers of industrial textiles must rely on flexible and effective means of production that allow them to produce only what they need, when they need, to minimize stocks and respond optimally to market demands. To reach this twin objective—flexibility and performance— RITM (Research Innovation Textile Machinery), a major supplier of twisting machines for over 50 years, has developed a universal twister: the UT 50. The UT 50 twists every type of fibre—nylon, polyester, polypropylene, aramid, dyneema/Spectra, artificial turf and even wool. It does it with yarn counts ranging from 200 to over 16,000 den (for the 733-mm gauge spindle), and over 53,000 den (for the 900-mm gauge spindle). The new twister also performs several types of operations, including twisting simple and assembled threads, cabling (up to six ends), hybrid threads and even plying non-twisted threads in preparation for twisting. Moreover, thanks to its independent positions, an optimal number of spindles can be assigned to a batch of threads that need to be produced, while the other spindles are hard at work processing other threads. The UT 50 is also a modular machine. It can be delivered in sections of six positions (for the 733-mm gauge spindle) or four (for the 900-mm gauge spindle), with the possibility of extending the machine to 120 positions (733-mm gauge spindle) or 96 (900-mm gauge spindle).

AVEC L’UT 50 DE RITM, RETORDEZ VOS FILS INDUSTRIELS ET GAGNEZ EN EFFICACITÉ ! Pour rester compétitifs, les manufacturiers de textile industriels doivent aujourd’hui utiliser des moyens de production flexibles et performants leur permettant de produire uniquement ce dont ils ont besoin en temps opportun afin de minimiser les stocks et de répondre rapidement aux demandes du marché. C’est pour atteindre ce double objectif, flexibilité et performance, que RITM, fournisseur de premier plan de machines de retordage depuis plus de 50 ans, a développé une retordeuse universelle : l’UT 50. L’UT 50 permet de retordre toutes sortes de fibres telles que le nylon, le polyester, le polypropylène, l’aramide, le Dyneema/Spectra, le gazon artificiel, et même la laine…. et cela dans une gamme de titres allant de 200 à plus de 16 000 Den (pour l’entraxe 733 mm), voire à plus de 53 000 Den (pour l’entraxe 900 mm). Elle permet aussi de réaliser plusieurs types de constructions, retordage de fils simples et assemblés, câblage (jusqu’à 6 bouts), fils hybrides et même occasionnellement des assemblages de fils non retordus en préparation de l’opération de retordage. Par ailleurs, grâce à ses positions indépendantes, un nombre de broches optimal peut être assigné au lot de fil à produire, les autres broches pouvant réaliser d’autres fils en même temps. L’UT 50 est aussi une machine modulaire. Elle peut être livrée en sections de six (pour l’entraxe 733 mm) ou de quatre (pour l’entraxe 900 mm) positions avec la possibilité d’étendre la machine par la suite jusqu’à 120 positions (entraxe 733 mm) ou 96 positions (entraxe 900 mm). Côté performance, l’UT 50 n’est pas en reste. Sa coronelle magnétique permet la production de fils assemblés jusqu’à des vitesses de 150 m/min et sa réception haute vitesse peut atteindre 400 m/min ! L’UT 50 surclasse ainsi toutes les machines traditionnelles. Visitez le site www.ritm-fr.com pour des informations complètes sur les gammes de machines RITM pour la transformation des fils techniques et des fils textiles. T

18

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE


NEW PRODUCTS

NOUVEAUX PRODUITS

In performance terms, the UT 50 is no slouch. Its magnetic flyer enables assembled threads to be produced at speeds of up to 150 m/min, and its high-speed take-up can reach 400 m/min! The UT 50 is therefore a step up from traditional machines. For more information on RITM’s machinery for processing technical and textile threads, visit www.ritm-fr.com. T

AQUASEAL WATERPROOF ZIPPERS Aquaseal zippers are a new addition to YKK’s watertight and water repellent product line. They are perfect for active marine sportswear, wetsuits, dry bags, raincoats and all sorts of other equipment where water tightness is a must. Smoother and more flexible, they offer optimum protection thanks to the film-coated tape and the innovative zip element mechanism that seal the zipper completely. Aquaseal zippers are available in various sizes and formats (such as rubber or polyurethane tape, opened-end or closed-end) in order to suit the needs of different markets and applications. They can be attached either by gluing, welding, sewing or heat sealing. Keep the water out with YKK! T

LES FERMETURES À GLISSIÈRE ÉTANCHES AQUASEAL Les fermetures à glissière Aquaseal viennent compléter la gamme de produits étanches et hydrofuges de YKK. Elles conviennent parfaitement aux vêtements destinés à des activités marines, aux combinaisons isothermes, aux sacs étanches, aux imperméables et à tous les autres équipements pour lesquels l’étanchéité est indispensable. Très douces et très souples, elles offrent une protection optimale, grâce à leur ruban recouvert d’une pellicule et à leur mécanisme de glissière innovant, qui scelle totalement la fermeture. Les fermetures à glissière Aquaseal sont proposées dans différentes tailles et présentations (avec ruban en caoutchouc ou en polyuréthane, à extrémité ouverte ou fermée, etc.), de façon à répondre aux besoins des différents marchés et usages. Elles peuvent se fixer par collage, soudage, couture ou thermoscellage. Restez au sec grâce à YKK ! T

KONARKA ANNONCE LA TOUTE PREMIÈRE DÉMONSTRATION DE FABRICATION DE CELLULES SOLAIRES PAR IMPRESSION À JET D’ENCRE Konarka Technologies a réalisé avec succès la première démonstration jamais faite de fabrication de cellules solaires (ou photovoltaïques) par impression à jet d’encre à haut rendement. La société détaille et analyse les performances des piles solaires organiques à hétérojonction en volume à JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

19


NEW PRODUCTS

NOUVEAUX PRODUITS KONARKA ANNOUNCES FIRST-EVER DEMONSTRATION OF INKJET PRINTED SOLAR CELLS Konarka Technologies successfully conducted the first-ever demonstration of manufacturing solar cells by highly efficient inkjet printing. The company discusses and analyzes the performance of highly efficient inkjet printed organic bulk heterojunction solar cells in a paper recently published in Advanced Materials, entitled, “High Photovoltaic Performance of Inkjet Printed Polymer: Fullerene Blends” by Dr. Stelios A. Choulis, Claudia N. Hoth, Dr. Pavel Schilinsky and Dr. Christoph J. Brabec, all of Konarka.

haute efficacité obtenues par impression à jet d’encre dans un article publié récemment dans la revue Advanced Materials, sous le titre « High Photovoltaic Performance of Inkjet Printed Polymer : Fullerene Blends » (Le rendement photovoltaïque élevé des polymères obtenus par impression à jet d’encre : les mélanges de fullerènes), et rédigé par Claudia N. Hoth et les docteurs Stelios A. Choulis, Pavel Schilinsky et Christoph J. Brabec, tous membres de l’équipe de Konarka. « La démonstration qu’il est possible fabriquer des cellules solaires à haute efficacité et des capteurs pour des surfaces réduites à partir d’un procédé d’impression à jet d’encre constitue une étape importante, selon Rick Hess, président et chef de la direction de Konarka. Cette percée fondamentale dans le domaine des cellules solaires imprimées fait de Konarka un nouveau chef de file dans le secteur des piles photovoltaïques obtenues par impression. » L’impression à jet d’encre est une technique couramment utilisée pour déposer des solutions de matériaux fonctionnels en des points précis d’un substrat; elle offre la possibilité de fixer de façon simple et rapide des pellicules de polymère sur des surfaces importantes. La démonstration de Konarka confirme que les technologies d’impression permettent de traiter les cellules solaires organiques moyennant des pertes minimales ou nulles par rapport aux procédés de fabrication de semi-conducteurs en « salle blanche » tels que le dépôt par centrifugation. L’impression à jet d’encre, qui représente le procédé d’impression le plus répandu en matière de composants électroniques organiques, pourrait bien devenir un outil pratique pour fabriquer des cellules photovoltaïques présentant des couleurs et motifs variés et destinées à des produits nécessitant une faible quantité d’énergie, comme des applications intérieures ou des capteurs. Ce procédé est jugé très prometteur, car les appareils à base de polymères sont très faciles à produire, du fait qu’ils sont compatibles avec différents substrats et n’exigent aucune mise en forme supplémentaire. T

Photo : David A. White.

20

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE


NEW PRODUCTS

NOUVEAUX PRODUITS

“Demonstrating the use of inkjet printing technology as a fabrication tool for highly efficient solar cells and sensors with small area requirements is a major milestone,” commented Rick Hess, president and CEO at Konarka. “This essential breakthrough in the field of printed solar cells positions Konarka as an emerging leader in printed photovoltaics.” Inkjet printing is a commonly used technique for controlled deposition of solutions of functional materials in specific locations on a substrate and can provide easy and fast deposition of polymer films over a large area. The demonstration confirms that organic solar cells can be processed with printing technologies with little or no loss compared to “clean room” semiconductor technologies such as spin coating. The most popular printing tool for organic electronics, inkjet printing could become a smart tool to manufacture solar cells with multiple colors and patterns for lower power requirement products, like indoor or sensor applications. Inkjet printing is considered very promising because the polymer devices can be fabricated very easily because of the compatibility with various substrates and it does not require additional patterning. T

UNE « CAPE D’INVISIBILITÉ » POUR LES PARTICULES COLLOÏDALES Michael Bockstaller et Krzysztof Matyjaszewski, de la Carnegie Mellon University, ont créé une version de la fameuse cape d’invisibilité d’Harry Potter pour les nanoparticules. Au terme d’une intense collaboration, les chercheurs des départements de génie, de chimie et de science des matériaux ont mis au point un nouveau paradigme de conception rendant les particules invisibles. Dans un récent numéro du magazine Advanced Materials, les chercheurs montrent que le contrôle de la structure des nanoparticules permet de « réduire » plusieurs milliers de fois leur taille visible, sans modifier leur dimension physique réelle. « Nos travaux consistent à créer un procédé novateur pour contrôler l’architecture des nanoparticules, lequel procédé résoudra nombre des problèmes associés à l’application des nanomatériaux si essentiels à des secteurs d’activité comme l’industrie aérospatiale », explique Michael Bockstaller, professeur adjoint aux départements de génie et de science des matériaux. Les particules colloïdales sont omniprésentes et servent d’additifs, dans les technologies actuelles, pour renforcer la solidité, la résistance à l’usure et d’autres propriétés des

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

21


NEW PRODUCTS

NOUVEAUX PRODUITS

“INVISIBILITY CLOAK” FOR COLLOIDAL PARTICLES Carnegie Mellon University’s Michael Bockstaller and Krzysztof Matyjaszewski have created a version of Harry Potter’s famed “invisibility cloak” for nanoparticles. Through a collaborative effort, researchers from the departments of Materials Science and Engineering and Chemistry have developed a new design paradigm that makes particles invisible. In a recent edition of Advanced Materials Magazine, the researchers demonstrate that controlling the structure of nanoparticles can “shrink” their visible size by a factor of thousands without affecting a particle’s actual physical dimension. “What we are doing is creating a novel technique to control the architecture of nanoparticles that will remedy many of the problems associated with the application of nanomaterials that are so essential to business sectors such as the aerospace industry,” said Bockstaller, an assistant professor of materials science and engineering. Colloidal particles are omnipresent as additives in current material technologies in order to enhance strength and wear resistance and other attributes. Light scattering that is associated with the presence of particles often results in an undesirable whitish, or milky, appearance of nanoparticles, which presents a tremendous challenge to current material technologies. Carnegie Mellon researchers have successfully created a way to prevent this problem by grafting polymers onto the particles’ surface.

matériaux. La dispersion de la lumière associée à la présence des particules se traduit souvent par une apparence blanchâtre ou laiteuse des nanoparticules, ce qui constitue un défi énorme pour les technologies de matériaux actuelles. Les chercheurs de Carnegie Mellon sont parvenus à mettre au point un procédé pour éviter ce problème, en greffant des polymères à la surface des particules. « Globalement, le principe que nous avons découvert consiste à contrôler la densité, la composition et la taille des polymères fixés sur les matériaux inorganiques, ce qui permet ensuite d’améliorer la transparence optique des composites à base de polymères. D’une certaine manière, la lumière traverse librement la particule en déposant sur la surface de cette dernière une sorte de “lubrifiant” », indique Krzysztof Matyjaszewski, professeur de sciences naturelles du département de chimie à l’université J.C. Warner. La nouvelle « cape d’invisibilité » des particules permettra de créer un large éventail de nouveaux matériaux technologiques, qui autoriseront des combinaisons de propriétés inconnues, comme solidité, durabilité et transparence optique. T Source : Carnegie Mellon University

DES CHERCHEURS METTENT AU POINT LE MATÉRIAU LE PLUS SOMBRE JAMAIS FABRIQUÉ PAR L’HOMME Les chercheurs du Rensselaer Polytechnic Institute et de la Rice University ont mis au point le matériau le plus sombre jamais créé par l’homme. Ce matériau, qui se présente comme un revêtement fin composé de matrices à faible densité de nanotubes de carbone alignés plus ou moins verticalement, absorbe plus de 99,9 % de la lumière et pourrait un jour servir à accroître l’efficacité et l’efficience de la conversion de l’énergie solaire, des capteurs à infrarouge et d’autres dispositifs. Les chercheurs ayant conçu ce matériau ont fait une demande pour figurer dans le Livre Guinness des records, eu égard à leurs efforts. « C’est une technologie fascinante ; cette découverte nous permettra d’augmenter l’efficacité de l’absorption de la lumière ainsi que l’efficience globale de la conversion du rayonnement en électricité dans la conservation de l’énergie solaire, explique Shawn-Yu Lin, professeur de physique à Rensselaer et membre de la Future Chips Constellation de l’université, qui menait le projet de recherche. La clé de cette

22

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE


NEW PRODUCTS

NOUVEAUX PRODUITS

“Essentially, we learned how to control the density, composition and size of polymers attached to inorganic materials which in turn improves the optical transparency of polymer composites. In a sense, light can flow freely through the particle by putting ‘grease’ onto its surface,” said Matyjaszewski, the J.C. Warner University Professor of Natural Sciences in the Department of Chemistry. The new particle “invisibility cloak” will help create a vast array of new material technologies that will combine properties such as strength and durability with optical transparency. T Source: Carnegie Mellon University

découverte résidait dans le fait de trouver le moyen de créer une matrice longue et très poreuse de nanotubes de carbone alignés verticalement, qui possède une surface relativement irrégulière, afin de minimiser la réflexion de la lumière tout en maximisant son absorption. » Tous les matériaux, de la fibre à l’eau en passant par l’air et le plastique, reflètent une certaine quantité de lumière. Les scientifiques ont toujours pensé qu’il devait exister une matière noire idéale, qui absorberait toutes les couleurs de la lumière sans refléter aucune lumière. Jusque-là, tous leurs efforts pour créer un matériau présentant un facteur de réflexion totale égal à zéro étaient restés vains. Le facteur de réflexion totale de la peinture noire traditionnelle, par exemple, se situe entre 5 et 10 %. Avant la découverte du groupe de Shawn-Yu Lin, le matériau le plus sombre jamais fabriqué par l’homme affichait un facteur de réflexion totale de 0,16 à 0,18 %. L’équipe du professeur Lin a créé un revêtement composé de matrices à faible densité de nanotubes de carbone alignés verticalement, conçu pour présenter un indice de réfraction extrêmement bas ainsi qu’une irrégularité de surface adéquate, qui réduit encore le facteur de réflexion. Il en résulte un matériau dont le facteur de réflexion totale est de 0,045 %, ce qui le rend plus de trois fois plus sombre que le matériau qui détenait jusque-là le record en la matière et

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

23


NEW PRODUCTS

NOUVEAUX PRODUITS

qui s’obtenait par le dépôt d’une pellicule d’alliage de nickel et de phosphore. « La forêt moyennement dense de nanotubes de carbone permet, grâce à la multitude de fentes et de trous à l’échelle subatomique qu’elle présente, de capter et d’emprisonner la lumière ; c’est ce qui donne au matériau ses propriétés uniques, explique le professeur Lin. Non seulement une telle matrice de nanotubes ne reflète-t-elle qu’une faible quantité de lumière, mais elle absorbe en outre fortement cette lumière. Ses caractéristiques combinées font de ce matériau un candidat idéal pour fabriquer un jour un objet extrêmement noir. » Cette découverte pourrait déboucher sur des applications dans des domaines comme la conversion de l’énergie solaire, la production d’électricité thermophotovoltaïque, la détection infrarouge ou l’observation astronomique. T

RESEARCHERS DEVELOP DARKEST MANMADE MATERIAL Researchers at Rensselaer Polytechnic Institute and Rice University have created the darkest material ever made by man. The material, a thin coating comprised of low-density arrays of loosely vertically-aligned carbon nanotubes, absorbs more than 99.9 percent of light and one day could be used to boost the effectiveness and efficiency of solar energy conversion, infrared sensors, and other devices. The researchers who developed the material have applied for a Guinness World Record for their efforts. “It is a fascinating technology, and this discovery will allow us to increase the absorption efficiency of light as well as the overall radiation-to-electricity efficiency of solar energy conservation,” said Shawn-Yu Lin, professor of physics at Rensselaer and a member of the university’s Future Chips Constellation, who led the research project. “The key to this discovery was finding how to create a long, extremely porous vertically-aligned carbon nanotube array with certain surface randomness, therefore minimizing reflection and maximizing absorption simultaneously.” All materials, from fibre to water, air, or plastic, reflect some amount of light. Scientists have long envisioned an ideal black material that absorbs all the colors of light while reflecting no light. So far they have been unsuccessful in engineering a material with a total reflectance of zero. The total reflectance of conventional black paint, for example, is between 5 and 10 percent. The darkest manmade material, prior to the discovery by Lin’s group, boasted a total reflectance of 0.16 percent to 0.18 percent. Lin’s team created a coating of low-density, vertically aligned carbon nanotube arrays that are engineered to

24

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

DES NON-TISSÉS LÉGERS ADIATHERMIQUES DESTINÉS AUX TUNNELS DE CULTURE Kuraraykuraflex Co., Ltd. a mis au point un non-tissé destiné à servir de matériau adiathermique (retenant la chaleur) pour les tunnels de culture employés dans l’agriculture commerciale. Les chutes extrêmes de température enregistrées la nuit durant la saison froide peuvent ralentir la croissance des cultures ou même endommager ces dernières en cas de gel. Pour éviter ces problèmes, la société a conçu une pellicule adiathermique faite de fibres très denses, en s’inspirant de sa solide expérience en matière de fabrication de non-tissés. Bien que ce produit non tissé soit fin et léger, il présente la propriété de retenir fortement la chaleur. Le matériau permet en particulier, lorsqu’on l’utilise dans une culture sous tunnel exploitant le nouveau procédé d’installation à « rétention de la chaleur externe » qui vise à prévenir les ralentissements de la croissance des cultures, d’améliorer la rétention de chaleur en bloquant efficacement la déperdition de chaleur subie par l’intérieur du tunnel. Cette rétention de chaleur permet d’accroître le rendement de façon remarquable, comme le montrent les résultats surprenants constatés, notamment dans la culture de la laitue. Ainsi, l’utilisation expérimentale du nouveau produit dans une ferme produisant de la laitue (Okayama Fujita Lettuce Association), à proximité de l’usine Okayama, située à Kuraraykuraflex, a permis d’enregistrer les résultats suivants :


NEW PRODUCTS

NOUVEAUX PRODUITS

have an extremely low index of refraction and the appropriate surface randomness, further reducing its reflectivity. The end result was a material with a total reflective index of 0.045 percent—more than three times darker than the previous record, which used a film deposition of nickel-phosphorous alloy. “The loosely-packed forest of carbon nanotubes, which is full of nanoscale gaps and holes to collect and trap light, is what gives this material its unique properties,” Lin said. “Such a nanotube array not only reflects light weakly, but also absorbs light strongly. These combined features make it an ideal candidate for one day realizing a super black object.” This discovery could lead to applications in areas such as solar energy conversion, thermalphotovoltaic electricity generation, infrared detection, and astronomical observation. T

HEAT-RETAINING, LIGHTWEIGHT NONWOVEN FABRICS FOR USE IN TUNNEL CULTURE Kuraraykuraflex Co., Ltd. has developed a nonwoven fabric for use as a heat-retaining material for tunnel culture type commercial farming. Extreme drops in temperature at night during the cold season can slow crop growth or even result in frost damage. To counter these problems, the company has developed a sheettype heat-retaining material made of highly bulky fibers, drawing on it’s long-nurtured nonwoven fabric manufacturing technology. Although the new nonwoven fabric product is thin and light, it boasts high heat-retaining properties. In particular, when the new product is used in tunnel culturing employing the new “external heat-retention” installation method, which aims to prevent slowdowns in crop growth, heat-retention is improved as the material effectively blocks heat loss from the tunnel interior. This heat retentiveness dramatically improves productivity, with significant results having been attained, especially in lettuce farming. The trial use of the new product at a lettuce farm (Okayama Fujita Lettuce Association) located near the Kuraraykuraflex’s Okayama Plant delivered the following results: I Larger, higher quality lettuces; I Shorter culture period due to growth promotion; I Shorter harvest period due to uniform growth (enabling mass-harvesting). JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

25


NEW PRODUCTS

NOUVEAUX PRODUITS

I augmentation de la taille et de la qualité des laitues ; I réduction de la durée de culture, grâce aux conditions favorables à la croissance ; I diminution du temps de récolte, en raison de la croissance uniforme (ce qui permet une récolte massive). La société compte étendre dans un proche avenir les applications de son nouveau produit à la culture d’autres légumes. T

The company intends on expanding the scope of applications of its novel product to the cultivation of other vegetables in the near future. T

UNE GARNITURE DE PAVILLON D’AUTOMOBILE ÉCOLOGIQUE

EARTH-FRIENDLY AUTOMOTIVE HEADLINER

La garniture Ecobond réduit l’empreinte carbonique grâce à l’emploi de matériaux naturels légers dépourvus de verre

Ecobond headliner reduces ‘carbon footprint’ with natural material, lower weight and no glass content Johnson Controls’ Ecobond headliner is in the final stages of development. Comprising of 50 percent biomaterials by mass the new headliner is a lightweight solution that fully meets customer requirements for strength, performance and acoustics. “With our existing processes and resources, we have created and manufactured an ingenious, earth-friendly headliner from sustainable materials — an outstanding product that meets the performance and cost expectations of our customers,” said Byron Foster, who leads the North American interiors business of Johnson Controls. “Additionally, the Ecobond headliner is made from natural fibers instead of glass, making the final product a lightweight, bio-based product, which can help increase fuel economy and reduce carbon emissions, and is easier to recycle at the end of the vehicle’s useful life.” The production process for the Ecobond headliner relies on soybased adhesives, a soy-based urethane core foam, and natural fibers – reducing the need for non-renewable resources. The

26

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

La mise au point de la garniture de pavillon Ecobond de Johnson Controls touche à sa fin. Constituée de biomatériaux à hauteur de 50 % de sa masse, la nouvelle garniture de pavillon est une solution légère qui répond parfaitement aux exigences de robustesse, de performance et d’insonorisation des consommateurs. « Grâce à nos ressources et procédés existants, nous avons conçu et fabriqué une garniture ingénieuse et respectueuse de l’environnement à partir de matériaux durables ; il s’agit d’un produit exceptionnel, qui répond aux attentes de nos clients en matière de rendement et de coût, explique Byron Foster, chef des activités intérieures de Johnson Controls pour l’Amérique du Nord. En outre, la garniture de pavillon Ecobond est faite de fibres naturelles plutôt que de fibres de verre ; on obtient ainsi un produit final léger d’origine biologique, ce qui contribue aux économies d’énergie et à la réduction des émissions de carbone et facilite le recyclage en fin de vie utile du véhicule. » Le procédé de fabrication de la garniture de pavillon Ecobond fait appel à des adhésifs à base de soja, à une âme en mousse


NEW PRODUCTS

NOUVEAUX PRODUITS

headliner is made via the use of an existing technology established by Johnson Controls, by which soy-based polyols are blended with petroleum polyols to create a foam core. Natural materials. including hemp, flax and kenaf. replace the fiberglass that is traditionally used in headliner production. Finally, a soy-based urethane is used to bond materials and create a semi-rigid product, which is lighter than standard thermoplastic headliners. Using the new Ecobond approach is not expected to add costs to the headliner production process. By utilizing soy and other abundant and renewable plantbased materials, Johnson Controls is working to fulfill its sustainability goals, with initiatives that benefit its customers, the general public and future generations. Other earth-friendly products from Johnson Controls include EcoCore natural-fiber door panels, as well as soy-based seating pads, which will be featured on numerous 2008 vehicles. “Given the auto industry’s strong focus on green initiatives, we have an excellent opportunity to use sustainable resources, while creating appealing products that meet our customers’ needs,” Foster said. “Leveraging the momentum of the Johnson Controls seating team, we have extended the use of soy-based materials to other, high-quality interior products.” T

d’uréthane à base de soja et à des fibres naturelles (ce qui limite l’utilisation de ressources non renouvelables). La garniture s’obtient par l’utilisation d’un procédé existant introduit par Johnson Controls, qui consiste à mélanger des polyols à base de soja et des polyols d’origine pétrolière pour créer une âme en mousse. Des matériaux naturels, tels le chanvre, le kenaf ou le lin, remplacent la fibre de verre, traditionnellement utilisée pour la fabrication des garnitures de pavillon. Pour finir, de l’uréthane à base de soja est utilisé pour lier les matériaux et créer un produit semi-rigide, plus léger que ses concurrents standard en thermoplastique. La nouvelle approche Ecobond n’est pas censée accroître le coût de fabrication des garnitures. En faisant appel au soja et à d’autres matériaux abondants et renouvelables à base de plantes, Johnson Controls s’efforce d’atteindre ses objectifs de durabilité par des initiatives bénéfiques pour ses clients, pour le grand public et pour les générations futures. Parmi les autres produits respectueux de l’environnement de Johnson Controls, citons les panneaux de portière en fibre naturelle EcoCore, ainsi que les coussins de siège à base de soja, qui équiperont de nombreux véhicules du millésime 2008. « Vu l’intérêt prononcé de l’industrie automobile pour les initiatives vertes, nous avons une excellente occasion d’utiliser des ressources durables, tout en créant des produits séduisants correspondant aux besoins de nos clients, ajoute Byron Foster. En exploitant la dynamique actuelle de l’équipe des sièges de Johnson Controls, nous avons étendu l’utilisation des matériaux à base de soja à d’autres produits d’intérieur de qualité. » T

DES SIÈGES DE VÉHICULE À RÉGULATION DE TEMPÉRATURE Cette technologie d’avant-garde assure un confort sans égal Le spécialiste britannique Exmoor Trim, qui a acquis la licence d’Outlast, propose une gamme complète de produits à régulation de température pour véhicules.

Photo : Johnson Controls.

Les tissus Outlast, initialement mis au point pour la NASA, font appel à une technologie de gestion de changement de phase pour apporter un confort inégalé à tous les types de siège. Le Thermocules présent dans les tissus Outlast absorbe la chaleur excédentaire du corps lorsque celui-ci se réchauffe et la restitue lorsque le corps se refroidit, ce qui crée une zone de confort personnelle. La transpiration et la sensation de froid s’en trouvent grandement diminuées, et le confort est accru. Exmoor Trim propose ses revêtements pour sièges en deux versions : une, dite tempérée, qui est conçue pour une fourchette de température de 25 °C à 35 °C et convient idéalement aux climats où la température est inférieure à 0 °C, et une, dite chaude, qui est conçue pour des températures JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

27


NEW PRODUCTS

NOUVEAUX PRODUITS

TEMPERATURE REGULATING CAR SEATS Cutting edge technology offers unrivalled comfort The UK specialist Exmoor Trim has become an Outlast licensee and has presented a whole collection of temperature regulating Outlast products for vehicles. Originally developed for NASA, Outlast materials utilise phase change technology to bring unrivalled comfort to seating of all types. Thermocules within Outlast fabrics absorb excess body heat as it warms and releases heat as it cools, creating a personal comfort zone. The main benefits are greatly reduced sweating and chilling along with increased comfort. Exmoor Trim offers seat covers in two versions: temperate, which is designed to operate between 25°C to 35°C, ideal for sub zero climates, and hot, designed for temperatures of 35°C to 42°C ideal for Africa, Middle East and hotter climates. Outlast materials are available for a wide range of vehicles as slip on protective covers, tailored to look like the finished seat. “Outlast® materials represent a major investment for Exmoor Trim and features in almost every product we produce,” explains David Parkman, Commercial Director at Exmoor Trim. “We are fully committed to this innovative technology as Outlast PCM offers us cutting edge technology whilst enabling us to offer products our competitors cannot offer.” Strong links are being developed with trade/retail distributors and also military customers. “We have been appointed by the UK MOD to replace vinyl fabrics with Outlast black fabric along with sand and olive variants,” says David Parkman. “We have also designed a hot version which operates between 35°C and 42°C as most of these seats will see service in Iraq and Afghanistan. Emergency service and the military personnel will arrive with less stress and ready for action after traveling in their personal comfort zone created by Outlast materials.

28

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

Photos : Exmoor Trim.

variant de 35 °C à 42 °C, idéale pour l’Afrique, le MoyenOrient et les pays chauds. Les tissus Outlast peuvent équiper un large éventail de véhicules, sous forme de housse protectrice taillée pour ressembler au siège fini. David Parkman, directeur commercial à Exmoor Trim, explique : « Les tissus Outlast® représentent un investissement majeur pour Exmoor Trim et sont présents dans pratiquement tous les produits que nous fabriquons. Nous croyons vraiment à cette solution novatrice, car la gestion de changement de phase d’Outlast constitue une technologie d’avant-garde et nous donne la possibilité de proposer des produits que nos concurrents ne peuvent pas offrir. » L’entreprise établit actuellement des liens solides avec différents grossistes et détaillants, ainsi qu’avec des clients militaires. « Le ministère de la Défense du Royaume-Uni nous a choisis pour remplacer les revêtements en vinyle par du tissu Outlast noir, ainsi que par des variantes sable et olive, poursuit David Parkman. Nous avons également conçu une version “chaude”, qui est efficace entre 35 °C et 42 °C, car la plupart des sièges concernés seront utilisés en Irak et en Afghanistan. Les services d’urgence et le personnel militaire, après avoir effectué le trajet dans leur zone de confort personnelle, créée par le tissu Outlast, arriveront ainsi sur place moins stressés et seront prêts à passer à l’action. »


NEW PRODUCTS

NOUVEAUX PRODUITS

“A military application of this technology may be to hide the heat signatures (IR) of both personnel and vehicles. In early trials, a canvas applied with Outlast technology eliminated the heat signature of the vehicle beneath. We are working with the MOD to confirm its suitability for Military applications.” Outlast solutions are in the works for a wide range of military vehicles, including: I Light reconnaissance vehicles; I Armored wheeled vehicles; I Blast protected vehicles; I Armored personnel carriers – tracked; I Gun platforms and main battle tanks. “We plan to offer seat pads into the retail sector and develop sales across a wide range of large vehicle fleet users,” continues David Parkman. Exmoor Trim will be developing a range of seats for Toyota vehicles in 2008 and will also be announcing new innovative Outlast products at further events, like the DVD (Defense Vehicle Dynamics) show in the UK 2008. T

« Cette technologie pourrait aussi trouver une application militaire, en permettant de dissimuler la signature thermique (infrarouge) du personnel et des véhicules. Lors de tests préliminaires, il a été possible d’éliminer la signature thermique d’un véhicule placé sous une toile incorporant la technologie Outlast. Nous collaborons avec le ministère de la Défense pour établir que celle-ci convient à des applications militaires. » Des solutions Outlast sont en préparation pour une grande variété de véhicules militaires : I Véhicules de reconnaissance légers ; I Véhicules blindés à roues ; I Véhicules anti explosions ; I Transports de troupes blindés (chenillés) ; I Plateformes de tir et chars de combat, etc. « Nous envisageons d’offrir des coussins de siège dans le secteur du détail et d’étendre nos ventes à un large éventail d’utilisateurs de grands parcs de véhicules », indique encore David Parkman. Exmoor Trim mettra au point une gamme de sièges pour Toyota en 2008 et compte également annoncer de nouveaux produits Outlast innovants à l’occasion d’autres salons, comme le salon DVD (Defense Vehicle Dynamics), organisé au Royaume-Uni en 2008. T

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

29


EVERY LITTLE FIBRE COUNTS IN

GREEN BUILDING


By | Par NANCY GRENIER Canada Green Building Council | Conseil du bâtiment durable du Canada

CHAQUE FIBRE A SA PLACE DANS LA

CONSTRUCTION

ÉCOLO Buildings in Canada have a tremendous impact on the environment, contributing 35 per cent of the country’s greenhouse gases (GHGs), and represent 33 per cent of Canada’s energy consumption, 50 per cent of natural resources extracted from the environment, and 25 percent of waste going to the landfill. Given those statistics, ensuring more buildings in Canada are high performance – use less energy and water, are more efficient to operate, provide better indoor air quality and natural lighting, among many other characteristics – will make a significant impact on the country’s overall GHG emissions.

Les bâtiments ont au Canada en effet énorme sur l’environnement : ils contribuent à 35 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) du pays et représentent 33 % de la consommation d’énergie nationale, 50 % des ressources naturelles extraites de l’environnement et 25 % des déchets déversés dans les décharges. Devant de telles statistiques, veiller à ce qu’un nombre accru de constructions au pays affiche un rendement amélioré (c’est-à-dire consomment moins d’eau et d’énergie, fonctionnent de manière plus efficiente, offrent une meilleure qualité d’air à l’intérieur et utilisent l’éclairage naturel, entre autres caractéristiques) ne peut qu’avoir une incidence importante sur le volume global des émissions de GES au pays. JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

31


Photo : Jonathan Bisson, architecte. Bisson | associés

Furthermore, “green buildings” have appeal to both owners and tenants. Property owners are increasingly looking to green buildings as part of an overall corporate social responsibility program, and are benefiting from reduced energy and maintenance costs. Meanwhile, tenants are seeking out the healthier, more productive work environments these high performance buildings provide. LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) is a voluntary system that rates the environmental and energy efficiency performance of commercial, institutional and residential building design. The LEED rating system was developed in conjunction with the building industry and is administered and implemented by the Canada Green Building Council (CaGBC). The CaGBC does not LEED-certify or endorse any particular material or product, but rather recognizes the environmental, resource or health merits of building design, construction or operations. The goal of the LEED rating system is market transformation, to focus attention on the life-cycle environmental impacts of the elements that constitute a building, including the interior and exterior of the building itself, but also its immediate surroundings. So LEED rating systems also examine how these elements interact to deliver high performance while serving the buildings’ intended uses, including the comfort and health of the occupants.

32

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

De plus, les « bâtiments verts » sont intéressants pour les propriétaires comme pour les locataires. Les propriétaires adhèrent de plus en plus à l’idéologie de la responsabilité sociale présentement en vogue et tirent profit de la réduction des coûts d’énergie et d’entretien associés aux bâtiments verts. Dans le même temps, les locataires recherchent les milieux de travail plus sains et plus rentables que procurent ces immeubles à haut rendement. Le système LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) est un système libre d’évaluation du rendement environnemental et énergétique des projets de construction commerciale, institutionnelle ou résidentielle. L’échelle d’évaluation du système LEED a été mise au point en concertation avec le secteur du bâtiment et est gérée et appliquée par le Conseil du bâtiment durable du Canada (CBDCa). Le CBDCa ne délivre pas de certification LEED pour des matériaux ou des produits en particulier ; en revanche, il reconnaît les qualités environnementales, en matière de ressource et en matière de santé des projets de bâtiment, de leur construction et de leur exploitation. Le système d’évaluation LEED a pour but de transformer le marché, d’attirer l’attention sur les conséquences environnementales des éléments constitutifs de l’immeuble durant son cycle de vie, ce qui vise à la fois l’intérieur et l’extérieur du bâtiment, mais aussi ses abords immédiats. De ce fait, le


système LEED prend également en compte la manière dont ces éléments interagissent pour garantir un rendement élevé tout en permettant à l’édifice d’offrir les prestations attendues, notamment le confort et la santé de ses occupants. LEED Canada pour les intérieurs commerciaux (LEED Canada-CI) définit un ensemble de normes de rendement destinées aux édifices de location et présente des lignes directrices relatives à la conception et à la construction des espaces loués dans les secteurs public et privé pour des applications de bureau, de magasin de détail, de restaurant, de services de santé, d’hôtel ou de complexe de villégiature ou d’édifice scolaire.

LEED Canada for Commercial Interiors provides a set of performance standards for certifying tenant projects, and provides guidelines for the design and construction of tenant spaces in government and private sectors for office, retail, restaurant, healthcare, hotel/resort and education building applications. Among other aspects of the building, LEED Canada for Commercial Interiors addresses indoor environmental quality, and materials and resources. The intent is to reduce the quantity of indoor air contaminants that are odorous, potentially

Parmi les différents aspects liés à la construction, LEED Canada-CI traite de la qualité environnementale intérieure, des matériaux et des ressources. L’idée est de réduire, dans l’air circulant à intérieur, la quantité des contaminants odorants ou potentiellement irritants ou néfastes pour le confort et le bien-être des installateurs et occupants. Une des conditions pour obtenir des points dans ce système d’évaluation tient à l’obligation d’utiliser des matériaux à faible teneur en composés organiques volatils (COV), ce qui vise notamment les adhésifs, produits d’étanchéité, peintures, revêtements, tapis et moquettes, meubles et produits en bois comosite. Les moquettes doivent atteindre ou dépasser les

Laboratoire de matériaux de construction polymériques établi depuis 1988 • Essais de laboratoire • Expertise et assistance technique • Analyse des causes de défaillance • Recherche et développement • Soutien pour évaluations techniques (CCMC, ICC-ES, Marquage CE) 3000, rue Boullé • Saint-Hyacinthe (Québec) Canada • J2S 1H9 Téléphone : 1 450 778-1870 • Téléphone (sans frais) : 1 877 288-8378 • Télécopieur : 1 450 778-3901 Courriel : sageos@gcttg.com • Site web : www.sageos.com JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

33


irritating and/or harmful to the comfort and well-being of installers and occupants. A requirement to obtain credits for this rating system includes the use of low-VOC (volatile organic compound) materials, including adhesives, sealants, paints, coatings, carpeting, furniture, and composite-wood products. Carpet systems must meet or exceed the Carpet and Rug Institute’s Green Label Plus testing and product requirements. In fact, Green Label Plus is just one green certification program that addresses materials, coatings, furniture and appliances that may be used in a commercial interior application. Although the Canada Green Building Council does not LEEDcertify these aspects of a building’s interior, it does value the green certification these other independent bodies provide. Together with the CaGBC, these organizations are working toward similar goals of creating high performance buildings that are more energy efficient, use less water, create less waste and provide a healthier environment for builders and installers, as well as tenants and residents. T

Nancy Grenier is Manager, Communications and Marketing for the Canada Green Building Council (www.cagbc.org). A non-profit organization, the Council accelerates the design and construction of green buildings in Canada through its management and administration of the LEED® green building rating system.

34

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

critères d’évaluation et les exigences requises pour obtenir l’étiquette Green Label Plus du Carpet and Rug Institute. En réalité, l’étiquette Green Label Plus est uniquement un programme d’homologation « vert » particulier aux matériaux, revêtements, meubles et appareils électroménagers destinés à des utilisations intérieures. Bien que le Conseil du bâtiment durable du Canada ne délivre pas de certification LEED pour ces aspects de l’intérieur des immeubles, il reconnaît la valeur des homologations vertes accordées par ces entités indépendantes. Le CBDCa et ces organismes poursuivent des buts similaires, afin de promouvoir la construction de bâtiments à haut rendement qui soient plus écoénergétiques, utilisent moins d’eau, génèrent moins de déchets et garantissent un milieu plus sain, tant pour les constructeurs et installateurs que pour les locataires et résidants. T

Nancy Grenier est directrice, Communications et marketing au Conseil du bâtiment durable du Canada (www.cbdca.org). Organisme à but non lucratif, le CBDCa vise à accélérer la conception et la construction de bâtiments écologiques au Canada en organisant et en administrant le Système d’évaluation des bâtiments durables LEED®.


ÉCOLO

page EN

e

ap | L ag

he GRE |T

ENVIRONMENTALLY FRIENDLY OPTIONS FOR MEDICAL NONWOVENS Today, washable fabrics once used in the medical and surgical fields have given way for disposable nonwovens— in everything from gowns for patients, to gloves, surgical masks and caps, sheets and covers, and surgeon’s suits. The ageing population and added requirements for prevention of infection in the hospital environment have also been responsible for the medical nonwovens sector’s strong growth over the past few years. Nonwovens are generally made from polymers, a material deriving from petroleum. Not only is its processing particularly polluting, but petroleum derivatives are not biodegradable and pose a serious environmental problem, particularly in terms of the pressure they exert on landfill sites. Since over three billion cubic metres of medical and surgical nonwovens are dumped into landfills annually in North America alone, there is every interest in ensuring that materials used for people’s care do not become a risk to people’s health. Certain companies have developed products to meet the demand for disposable nonwovens while adapting to increasingly pressing environmental concerns. Among others, a completely biodegradable nonwoven manufactured from cotton has recently come onto the market, as well as a fibre adapted to medical materials that is derived from wood pulp, and whose closed-loop manufacturing process fully responds to the strictest environmental standards. Moreover, biopolymers, developed from renewable materials such as corn and completely biodegradable at the end of their useful life, are also carving out a place for themselves in the market and constitute an interesting environmental option. Nevertheless, the process used to create biopolymers is particularly energy-consuming. But the best solution from an environmental point of view remains the use of washable fabric manufactured from biodegradable fibres. The raw materials, energy and water involved in the manufacturing and care of a washable fabric—one that will be used many times over—are clearly minimal compared to those required to produce a disposable equivalent. Fortunately, many members of the Canadian textile industry are going green and are continuing to develop highly sophisticated washable fabrics for use in the medical world. T

LES OPTIONS ÉCOLOGIQUES POSSIBLES POUR LES NON-TISSÉS MÉDICAUX Les tissus lavables ont désormais cédé la place aux nontissés jetables dans plusieurs aspects du domaine des textiles médicaux ou chirurgicaux, qu’il s’agisse des jaquettes pour les patients, des gants, des masques et des bonnets chirurgicaux, des draps et des housses ou des survêtements des chirurgiens. Le vieillissement de la population et les exigences accrues en matière de prévention des infections en milieu hospitalier ont d’ailleurs permis au secteur des non-tissés médicaux de connaître une forte croissance dans les dernières années. Or, les non-tissés sont généralement fabriqués à partir de polymère, une matière dérivée du pétrole. Non seulement le processus de transformation est particulièrement polluant, mais les dérivés du pétrole sont non biodégradables et posent un problème environnemental sérieux, notamment en ce qui concerne la pression exercée sur les sites d’enfouissement. Étant donné que plus de trois milliards de mètres cubes de non-tissés médicaux et chirurgicaux atterrissent dans les décharges annuellement en Amérique du Nord seulement, on a tout intérêt à s’assurer que des matériaux qui ont servi à soigner des gens ne deviennent pas… des risques pour leur santé. Certaines entreprises ont développé des produits afin de répondre à la demande pour des non-tissés jetables tout en se pliant aux pressions environnementales de plus en plus importantes. Entre autres, on a récemment introduit sur le marché un non-tissé entièrement biodégradable fabriqué à partir de coton, de même qu’une fibre adaptée aux matériaux médicaux issue de pulpe de bois et dont le processus de fabrication à circuit fermé répond entièrement aux normes environnementales les plus sévères. Par ailleurs, des biopolymères élaborés à partir de matières renouvelables comme le maïs et entièrement biodégradables au terme de leur vie utile se taillent aussi une place sur le marché et constituent aussi une option écologique intéressante. Toutefois, le processus de transformation utilisé pour créer les biopolymères est particulièrement énergivore. La meilleure solution du point de vue environnemental demeure l’utilisation de tissu lavable fabriqué à partir de fibres biodégradables. Les matières premières, l’énergie et l’eau qui entrent dans la fabrication et l’entretien d’un tissu lavable qui sera réutilisé maintes fois sont nettement minimes comparés à ce qui est nécessaire pour produire un équivalent jetable. Heureusement, de nombreux joueurs de l’industrie canadienne du textile suivent la tendance écologique et continuent de développer des tissus lavables fort sophistiqués qui serviront au monde médical. T JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

35


TEXTILE USE IN

TRANSPORT

A PROMISING BUSINESS OPPORTUNITY?


By | Par MATHIEU RODRIGUE

LE TEXTILE DANS LE SECTEUR DU

TRANSPORT UNE BONNE OCCASION D’AFFAIRES ?

Mobilizing the textile industry around a new rallying point is never an easy thing to do. In 2008, this is proving as difficult as ever because of the major changes the Canadian textile industry is apparently still going through. The Canadian textile industry is finally arming itself with an indispensable tool for its future development: a technology roadmap (TRM),

Mobiliser l’industrie du textile autour d’une nouvelle thématique n’est pas chose facile à réaliser. En 2008, cela s’avère d’autant plus difficile que l’industrie canadienne du textile semble encore traverser des changements importants. En effet, l’industrie canadienne du textile s’équipe finalement d’un outil indispensable à son développement futur : une carte

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

37


“ «

The transportation industry iss continuing its search for new technological solutions that will ensure the gro w t h of its various market sectors.

” »

L’industrie du transport continue de rechercher de nouvelles solutions technologiques qui lui permettt ront de veiller à la croissance de ses différents segments de marché.

planned around, and in tune with, the industry’s present and future needs. This strategic reflection, which will become a cornerstone of the industry, acknowledges the importance of developing new clusters and technology platforms. One of the mandates of the TRM’s working table was to establish certain market sectors that might be strategic for industry growth, and the transportation sector stood out as a particularly promising one. Technical textiles and nonwovens used in the sector—commonly known as “Mobiltech”—are put to the test daily by millions of travellers in North America, in a range of means of transportation.

TRENDS The transportation industry is continuing its search for new technological solutions that will ensure the growth of its various market sectors. Technical textiles, nonwovens and composites continue to contribute advantageous and profitable solutions to various sectors of the transportation industry—solutions that adequately respond to today’s prevailing market trends. They include: I

Continual improvement of energy efficiency and efficiency of new equipment.

I

Increasing passenger comfort and safety.

I

Integration of electronic components for added user control and surveillance.

I

Automation of piloting operation for transport units.

38

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

routière technologique (CRT), concertée et branchée sur les besoins actuels et futurs des industries. Cette réflexion stratégique, qui deviendra la pierre angulaire de l’industrie, reconnaît l’importance de développer de nouvelles grappes ou plates-formes technologiques. L’un des mandats de la table de travail de la CRT était d’établir plusieurs segments de marché stratégiques à la croissance de l’industrie, et celui du transport apparaissait particulièrement prometteur. Les textiles techniques et les non-tissés employés dans ce secteur, communément appelé « Mobiltech », sont mis à l’épreuve quotidiennement par des millions de voyageurs en Amérique du Nord, peu importe leur mode de transport.

LES TENDANCES L’industrie du transport continue de rechercher de nouvelles solutions technologiques qui lui permettront de veiller à la croissance de ses différents segments de marché. Les textiles techniques, les non-tissés et les composites continuent d’apporter aux différents vecteurs de l’industrie du transport des solutions avantageuses et rentables qui répondent adéquatement aux tendances prédominantes actuelles du marché. On note par exemple : I

L’amélioration continue de l’efficacité énergétique et de l’efficience des nouveaux équipements ;

I

L’accroissement du confort et de la sécurité des passagers ;

I

L’intégration de composantes électroniques afin d’exercer un contrôle et une surveillance accrus des utilisateurs ;

I

L’automatisation des opérations de pilotage des unités de transport ;

I

La quasi-surcapacité de production mondiale, qui fait abaisser les marges bénéficiaires et qui profite à l’utilisateur final ;

I

La prédominance de plus en plus importante de la composante « design » par rapport aux autres facteurs clés, qui sont l’ingénierie et le commercial, surtout dans les domaines de l’aérospatial et du transport en commun.

LES GRANDS SEGMENTS DE MARCHÉ L’industrie du transport est divisée en différents secteurs, chacun ayant ses besoins et ses enjeux particuliers. Voici quelques informations commerciales stratégiques concernant les différents segments de marché de l’industrie du transport.

Le secteur automobile L’industrie traditionnelle nord-américaine de l’automobile, qui se délocalise depuis plusieurs années dans un axe sud-est,


I

A near-overcapacity of production throughout the world, which lowers profit margins and benefits the end-user.

I

The increasing dominance of the design component over other key factors, i.e. engineering and marketing, particularly in the fields of aerospace and public transit.

MAJOR MARKET SEGMENTS The transportation industry is made up of different sectors, each with its own particular needs and challenges. The following overview provides strategic commercial information on various segments of the transportation industry market.

éprouve son lot de difficultés. Les marges de profit très faibles et les volumes importants font partie du quotidien de ce marché. La conférence annuelle de l’Automotive Parts Manufacturers’ Association (APMA), en mai dernier à Hamilton, en Ontario, a par ailleurs révélé que de petits concepteurs œuvrent dans l’ombre des plus importants voituriers tout en développant des modèles de voitures qui répondent davantage aux besoins actuels exprimés par les consommateurs. Ces « petites » compagnies visent des marchés nordaméricains en croissance, majoritairement sur la côte Ouest américaine, et utilisent la force du marketing pour promouvoir leur marque de commerce auprès des utilisateurs finaux. Ils ciblent notamment la fibre écologique des gens, un phénomène qui gagne en popularité, donnant ainsi l’impression aux consommateurs de rouler en harmonie avec la nature.

THE THREE MAJOR MARKET SEGMENTS IN TRANSPORTATION: THE AUTOMOTIVE SECTOR, THE PUBLIC TRANSIT SECTOR AND THE AERONAUTICS SECTOR | LES TROIS GRANDS SEGMENTS DE MARCHÉ DANS LE DOMAINE DU TRANSPORT: LE SECTEUR AUTOMOBILE, LE SECTEUR DU TRANSPORT EN COMMUN ET LE SECTEUR DE L’AÉRONOTIQUE.

The Automotive Sector The traditional North American automobile industry, which has experienced a south-eastward shift for several years now, is facing its own share of difficulties. Exceptionally weak profit margins and significant volumes are a day-to-day reality of the market. The annual conference last May of the Automotive Parts Manufacturers’ Association (APMA) in Hamilton, Ontario, moreover, demonstrated that small designers are working in the shadow of major automobile manufacturers, developing cars that respond better to consumers’ expressed needs.

40

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

Le secteur du transport en commun Malgré le fait qu’ils ne soient pas encore pas très développés en Amérique du Nord, les systèmes de transport en commun se positionnent de plus en plus avantageusement en considérant la tendance à la hausse du litre de carburant à la pompe. Les systèmes sur rail connaissent justement une forte croissance en Amérique du Nord. On peut donc prévoir dans un prochain avenir une demande accrue en matière d’équipements de systèmes légers sur rail, au détriment des systèmes de transport en commun sur roues.


These “small” companies are targeting growing North American markets, primarily on the American West Coast, and are using the power of marketing to promote their brand name to end-users. They are specifically targeting individuals’ environmental aspirations—a phenomenon gaining in popularity—and giving consumers the impression they are operating in harmony with nature.

The Public Transit Sector Despite the fact that they are still not fully developed in North America, public transit systems are occupying an increasingly advantageous position because of the upward trend in the cost of fuel at the pump. Rail systems, in fact, have experienced strong growth in North America. An increased demand for lightweight rail facilities can therefore be expected, to the detriment of road-based public transit systems. Refurbishing is also seen as a major growth engine for the Canadian industry. Inevitably, valuable markets go hand in hand with protection or difficulty of access. Canadian manufacturers seeking to actively participate in the emergence of

On note par ailleurs que la remise à neuf ou le « refurbishing » représentera un vecteur de croissance important pour l’industrie canadienne. Impérativement, qui dit marché intéressant dit aussi protection ou difficulté d’accès. Les manufacturiers canadiens désireux de participer activement à l’émergence du marché aux États-Unis doivent notamment se conformer aux exigences du « Buy American Act » où il est stipulé qu’au moins 60 % de la production manufacturière doit être effectuée en sol américain.

Le secteur de l’aéronautique Le segment industriel de l’aéronautique est sans l’ombre d’un doute celui qui semble le plus difficile à pénétrer. Les manufacturiers d’origine qui fournissent le marché l’aéronautique commercial ont sélectionné quelques fournisseurs triés sur le volet pour chacune des composantes principales de leurs systèmes de transport. Compte tenu du volume imposant des normes à rencontrer et de la lourdeur des systèmes de contrôle à appliquer, et des coûts qui y sont associés, les manufacturiers se tournent de plus en plus vers des super fournisseurs chargés de s’acquitter de ces obligations.

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

41


this market in the United States must, for instance, comply with the requirements of the “Buy American Act,” which stipulates that at least 60 percent of manufacturing production must be carried out on American soil.

The Aeronautics Sector The aeronautics sector is, without a shadow of a doubt, the sector that appears most difficult to penetrate. Original manufacturers supplying the commercial aeronautics market have handpicked certain suppliers for each of their transportation system’s main components. Given the daunting number of standards to meet and the rigidity of the control systems to apply, and all the costs associated with these elements, manufacturers are increasingly turning to super-suppliers to fulfil these obligations. The private jet and helicopter sector is another subsector of this market. These custom-made transportation systems, whose interior finishing responds to clients’ exclusive criteria, requires a considerably more comprehensive portfolio of small suppliers—ones that offer different flexible materials certified to satisfy current tastes.

Le segment des jets et des hélicoptères privés constitue un autre sous-segment de ce marché. Ces systèmes de transport taillés sur mesure, dont la finition intérieure répond aux critères exclusifs des clients, exigent un portfolio beaucoup plus exhaustif de petits fournisseurs offrant des matériaux souples différents et certifiés au goût du jour.

THE SUPPLY CHAIN Understanding the market’s prevailing strategy and trends is one thing, but detailed knowledge of the supply chain in each of the transportation market’s sub-sectors can help establish tangible strategic action plans. Since every sector of the transportation industry is extremely fragmented and diversified, it is imperative to understand the particular dynamic of the target market. Each member (OEMS, TIERS 1, TIERS 2, TIERS 3) must be methodically approached in order to strategically position itself within each of the selected supply chains. Most importantly, it is necessary to pay attention to the various roles of supply chain members—designers, specifiers, decision-makers, purchasers and influencers—and to their specific needs.

TRANSPORTEX The current Canadian manufacturing base, mobilized in conjunction with technologies mastered here in Canada, can respond adequately to the rigorous requirements of original equipment manufacturers (or OEMs, as they are known in the industry). The study of technical and commercial opportunities recently conducted by a multidisciplinary team from the CTT Group highlighted the favourable positioning the Canadian textile industry enjoys on the global playing field in transportation. The name Transportex has been chosen to provide a framework for actions taken to develop this new strategic platform.

42

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

LA CHAÎNE D’APPROVISIONNEMENT Comprendre la stratégie et les tendances prédominantes du marché est une chose, mais la connaissance détaillée de la chaîne d’approvisionnement de chacun des sous-segments du marché du transport permet d’établir de véritables plans d’action stratégiques. Puisque chaque segment de l’industrie du transport est extrêmement fragmenté et diversifié, il est impératif de comprendre la dynamique particulière du marché visé. Chaque intervenant (OEMS, TIERS 1, TIERS 2, TIERS 3) doit être approché méthodiquement afin de pouvoir se positionner stratégiquement auprès de chacune des chaînes d’approvisionnement sélectionnée. Il importe surtout de prêter attention aux différents rôles des intervenants – les designers, les spécificateurs, les décideurs, les acheteurs et les influenceurs – et à leurs besoins spécifiques.

TRANSPORTEX La base manufacturière canadienne actuelle, jumelée aux technologies maîtrisées ici au Canada, peut répondre adéquatement aux exigences rigoureuses des équipementiers d’origine (ou OEMS pour les initiés). L’étude des opportunités techniques et commerciales effectuée récemment par une équipe multidisciplinaire du Groupe CTT a permis de renforcer le positionnement favorable dont jouit l’industrie canadienne du textile sur le tableau concurrentiel mondial dans le domaine du transport. L’appellation Transportex a été retenue afin de mieux encadrer les actions entreprises en vue de développer cette nouvelle plateforme stratégique.


EN CONCLUSION IN CONCLUSION Foreign competition, primarily from emerging countries such as China, is beginning to dangerously erode the traditional North American supply chain. Strategically, the Canadian textile industry must concentrate its efforts on Tiers 2, 3 and 4. Despite the multiplication of standards and specifications, the textile industry can introduce and provide solutions that are different, accessible and profitable for assemblers and integrators—ensuring its growth and longterm survival as a result. At the time of writing, a Québec delegation is being organized to participate in the second edition of the MTEX show. The CTT Group, in collaboration with the MDEIE and the Department of Foreign Affairs and International Trade, has been hard at work for several weeks organizing commercial and technology intelligence for the next edition of the MTEX show, which will be held in Chemnitz, Germany, from June 3 to 5, 2008. T

La concurrence outre-mer, principalement des pays émergents comme la Chine, commence à ronger dangereusement la chaîne d’approvisionnement traditionnelle nord-américaine. Stratégiquement, l’industrie canadienne du textile devrait concentrer ses efforts auprès des Tiers 2, 3 et 4. Malgré la multiplication des normes et des spécifications, l’industrie du textile peut présenter et fournir des solutions différentes, accessibles et rentables aux assembleurs et intégrateurs – assurant du coup sa croissance et sa pérennité. Au moment d’écrire ces lignes, on organisait une délégation québécoise en vue de participer à la deuxième édition du salon MTEX. Le Groupe CTT, en collaboration avec le MDEIE et le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international, s’affairait depuis quelques semaines à organiser une veille commerciale et technologique pour la prochaine édition du salon MTEX, qui sera tenue à Chemnitz, en Allemagne, du 3 au 5 juin prochain. T

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

43


DOUBLETEX

Photo : Benoit Desjardins.

INNOVATIVE SOLUTIONS BY DESIGN


By | Par ALDJIA BEGRICHE

CTT Group Project Officer | Chargée de projets au Groupe CTT

CONCEPTEUR DE SOLUTIONS INNOVATRICES

Doubletex has come a long way since its creation in 1910 by Charles Zuckerman, who founded it as Toronto Quilting and Embroidery, Ltd. Today, the corporation is an excellent example of success and persistence in the context of globalization, particularly for its contribution to the uniforms and workwear that are so much a part of our daily lives. And no wonder: Thanks to this innovative company, which converts textile products into high-value-added materials, workers all over the world enjoy heightened protection against the elements, germs and all dangers inherent in their occupations without having to relinquish the comfort they need to accomplish their work. This is the advantage of Doubletex—a “designer of innovative solutions.” With facilities in Winnipeg, Toronto and Montreal, the company led by Stuart, Alan and Richard Zuckerman, now numbering nearly 300 employees, has learned to remain on the lookout for its customers’ ever-evolving needs. As Richard Zuckerman, Vice-President of R&D, Purchasing and Government Relations, says “Whether it involves dyeing, coating, quilting or laminating or any other type of processing, Doubletex’s mission is to add real value to fabrics so that we can access new markets.”

Doubletex a fait beaucoup de chemin depuis sa création, en 1910, par Charles Zuckerman, fondateur à l’époque de la Toronto Quilting and Embroidery, Ltd. De nos jours, la société est un excellent exemple de réussite dans le cadre de la mondialisation et de participation efficace à l’économie mondiale, plus spécifiquement en ce qui concerne les uniformes et vêtements de travail qui nous entourent. Et pour cause : grâce à cette entreprise innovante qui convertit des produits textiles en matériaux à haute valeur ajoutée, les travailleurs de partout au monde bénéficient d’une protection accrue contre les éléments, les microbes et tous les dangers propres à leur occupation, sans toutefois devoir renoncer au confort qui leur permet d’accomplir leur boulot. Là est l’avantage Doubletex, « concepteur de solutions innovatrices ». Avec des installations à Winnipeg, Toronto et Montréal, la compagnie dirigée par Stuart, Alan et Richard Zuckerman et qui compte près de 300 employés, a toujours su demeurer à l’affût des besoins de sa clientèle en évolution constante. Pour Richard Zuckerman, vice-président de la R et D, des achats et des relations gouvernementales, « qu’il s’agisse de teinture, d’enduction ou d’autres types de transformation, la mission de Doubletex est d’ajouter de la valeur réelle à des étoffes de base afin de nous permettre d’accéder à de nouveaux marchés. » JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

45


Photos : Benoit Desjardins.

Among the products processed and destined for global markets, H2OUT® (comfort), ULTRAPELTM (dual acting liquid and stain-repellent), FRESH3 TM (permanent and fast acting anti-microbial) and TRUFLEX (everlasting stretch) have built the reputation of Doubletex, a company known for its highly developed expertise and the quality of its materials. At a time when the environment and the sustainability stands as one of our highest priorities and the means of preserving our planet are being desperately sought, we expect more from manufacturers acting as leaders in their field. Fortunately, Doubletex is known as a responsible company—from an economic, social and environmental point of view. In fact, sustainable development has been part of the company’s philosophy for quite some time now. “We have been working actively on the sustainability of our textile products and the recycling of post-industrial waste for the last 45 years,” asserts Zuckerman. “We recuperate all textile fibres to fabrics we generate as well as those of our customers

Photo : Benoit Desjardins.

DOUBLETEX FACTORY, IN MONTREAL. | L’USINE DE DOUBLETEX, À MONTRÉAL.

46

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

Parmi les produits transformés et destinés aux marchés mondiaux, les H2OUT® (confort), ULTRAPELTM (antitache), FRESH3 TM (antimicrobien permanent et à action rapide), TRUFLEX (stretch) font la réputation de Doubletex, que l’on reconnaît pour son grand savoir-faire et la qualité de ses matériaux. Mais à une époque où l’environnement compte parmi les plus grandes préoccupations et que l’on cherche désespérément des moyens d’aider à préserver la planète, on s’attend à plus des manufacturiers reconnus comme des leaders dans leurs champs de compétence. Heureusement, Doubletex s’avère une entreprise responsable, du point de vue économique, social et environnemental. Dans les faits, la notion de développement durable fait partie de la philosophie de l’entreprise depuis longtemps déjà. « Voilà près de quarante-cinq ans que nous travaillons activement à la durabilité de nos produits textiles et au recyclage des déchets postindustriels », explique M. Zuckerman. « Nous récupérons tous les rebuts textiles générés lors de la transformation industrielles de nos structures textiles ainsi que ceux de nos clients lorsque possible. On s’en sert notamment pour la fabrication de certains de nos non-tissés », rajoute-t-il. Comme la plupart des entreprises œuvrant dans le domaine du textile, Doubletex a dû faire face au cours des dernières années à la concurrence féroce livrée par les pays émergeants. Pour demeurer compétitive, la compagnie met en œuvre sur une base quotidienne cinq stratégies gagnantes : I

Investir continuellement dans la recherche afin de mettre au jour de nouveaux produits innovants ;

I

Rehausser continuellement la qualité et la durabilité des produits ;

I

Faire preuve de flexibilité auprès des clients, notamment en ce qui concerne la grosseur des commandes et des inventaires ;

I

Assurer une livraison rapide ;

I

Garantir l’uniformité et la qualité des produits aux clients à chaque livraison.


whenever possible and use them in some of our non-woven textile products,” he explains. Like most companies in the textile field, Doubletex has had to contend with the fierce competition put up by emerging countries over the past few years. To remain competitive, the company implements five winning strategies on a daily basis: I

It is committed to ongoing research in the pursuit of new and innovative products.

I

It continually raises product performance and durability standards.

I

It takes a flexible approach with customers with order size and inventory requirements.

I

It ensures rapid and on time delivery.

I

It guarantees product uniformity and quality with every delivery.

By combining these strategies utilizing ultra-effective technologies, Doubletex has managed to remain consistently at the forefront of the high value-added materials industry. “We don’t just try to do a little better than the competition,” says

En combinant ces stratégies à des technologies ultraperformantes, Doubletex arrive à demeurer toujours à l’avant-garde de l’industrie des matériaux à haute valeur ajoutée. « Nous n’essayons pas de simplement faire mieux que la concurrence, prévient M. Zuckerman, nous insistons pour faire beaucoup mieux afin de satisfaire nos clients. » De nouveaux développements extrêmement prometteurs sont prévus chez Doubletex prochainement, notamment, l’intégration d’une nouvelle technologie de lamination de membranes imper-respirante. Avec ce nouveau savoir-faire, Doubletex a l’ambition d’accéder à de nouveaux marchés, dans les domaines du vêtement de sport et de la mode, ainsi que des vêtements de travail pour l’industrie pétrolière et électrique résistants au feu. Par ailleurs, le lancement du SUPIMA® TRUFLEXTM est attendu sous peu. Le SUPIMA®, le coton à la fois le plus fin et le plus résistant au monde, et le TRUFLEXTM de Doubletex, qui assure une élasticité supérieure qui maximise le confort, l’antifroissure et la durabilité, seront combinés pour donner lieu à un tissu de la plus haute qualité, offrant à la fois le luxe, le confort et la performance attendus des meilleurs produits de haute performance.

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

47


New, extremely promising developments are on the horizon for Doubletex, notably the integration of new technology for laminating waterproof, breathable membranes. With this new expertise, Doubletex hopes to access new markets in fashion and performance wear as well as safety and security wear that includes building fire resistant textiles for the oil and electrical industry. TM

Moreover, the launch of SUPIMA® TRUFLEX fabrics for fashion corporate and imagewear is expected very soon. SUPIMA® and TRUFLEXTM combine to create world class fabrics that offer luxury, comfort and performance. SUPIMA® is the world’s strongest and finest cotton and Doubletex TRUFLEXTM fabrics offer built-in stretch for superior fit, wrinkle resistance and durability. The good news doesn’t end there. Doubletex is very proud of its role as a pioneer in working with the Canadian government in formulating a new textile policy that has just been announced: The Canadian Outward Processing Program. This creates a new market opportunity for the textile industry to access the $7.5 billion worth of garments that are imported into Canada every year. “The Outward Processing program is exciting and has been designed to create a first time opportunity for collaboration

Photo : Benoit Desjardins.

Zuckerman. “We insist on doing much better to create an advantage for our customer.”

Et, comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, Doubletex a raison d’être fière du rôle de premier plan jouée par l’entreprise auprès du gouvernement canadien pour établir la nouvelle politique annoncée récemment au sujet du « perfectionnement passif » (outward processing). Cette politique permet à l’industrie du textile d’accéder au marché canadien d’importation de vêtements, lequel est évalué à quelque 7,5 milliards de dollars. « Le programme de perfectionnement passif tant attendu permettra des collaborations inédites entre les fournisseurs canadiens de textile et les importateurs de vêtements pour importer des produits exempts de taxes douanières. Des exemples d’application de ce programme pourraient comprendre le cas où un prix compétitif et une qualité supérieure de textile spécialisé, de même qu’un haut niveau de performance et de durabilité, sont requis pour la production d’une marque vendue au détail ou par l’entremise de distributeurs », dit Zuckerman. « Des cycles de production rapides et

Photos : Benoit Desjardins.

48

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE


between Canadian textile suppliers and clothing importers to import clothing on a duty free basis. Examples of using OP can be where both lower cost and specialized high fabric quality, performance and durability are needed in private label garment brands for clothing at retail or through distributors,” says Zuckerman. “Rapid cycle time and textile replenishment programs can be enhanced with good planning as the OP program allows textile suppliers to have the Canadian textiles overseas and ready to be used by our customers,” he adds.

des programmes de réapprovisionnement peuvent être optimisés grâce à une planification adéquate, puisque le programme de perfectionnement passif permet aux fournisseurs de garder du textile canadien à l’étranger, prêt à répondre aux besoins de la clientèle », ajoute-t-il.

Photos : Benoit Desjardins.

No doubt Charles, George and Murry Zuckerman and past associates of the company would be very proud to see Doubletex’s development over the past 100 years. Doubletex and their current staff have worked hard to adapt textile products to their customers’ needs, and quality and service remains the company’s number one priority. T

Sans doute que Charles, George et Murry, ainsi que d’autres anciens partenaires de l’entreprise, seraient fiers de l’évolution de l’entreprise au cours des cent dernières années. Doubletex a su adapter les produits en fonction des besoins de la clientèle et la qualité ainsi que le service demeurent des priorités pour la compagnie. T

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

49


BODY

SENSOR RÉSEAU


By | Par SARAH BRADY, BRIAN CARSON, DONAL O'GORMAN, NIALL MOYNA, DERMOT DIAMOND

NETWORK BASED ON SOFT POLYMER SENSORS

DE

SENSEURS CORPORELS

GRÂCE À DES SENSEURS POLYMÉRIQUES

Wearable sensors as a new technology are slowly beginning to appear in the market place, surfacing first in the areas of sport applications, healthcare, and public safety. However it is predicted that investment will continue in these market segments, with the result that the global market for biophysical monitoring wearable systems was expected to reach $265 million by the end of 2007. At present, biophysical

La nouvelle technologie des capteurs « prêts à porter » commence lentement à apparaître sur le marché, en particulier dans les domaines des applications sportives, des soins de santé et de la sécurité publique. On s’attend toutefois à ce que l’investissement dans ces segments de marché se poursuive, ce qui devrait permettre au marché mondial des systèmes prêts à porter de surveillance biophysique d’atteindre, selon les prévisions, 265 millions de dollars fin 2007. Pour l’heure, les systèmes de surveillance biophysique sont JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

51


essentiellement des appareils médicaux effractifs, inconfortables à porter ou nécessitant l’infrastructure d’une clinique pour fonctionner. Ces contraintes sont souvent dictées par le niveau de précision et de qualité des signaux requis pour les analyses médicales, qui peuvent avoir une influence directe sur les résultats cliniques du patient. Dès lors, l’émergence des capteurs prêts à porter dans ce domaine de la santé doit se faire lentement, car la fiabilité et la stabilité des tests exigent des examens minutieux. En revanche, les capteurs prêts à porter se rencontrent de plus en plus dans le domaine de la surveillance biophysique permanente non vitale. Cette croissance a été favorisée par la demande d’informations contextuelles de la part de différents milieux, comme les unités d’intervention d’urgence ou les athlètes ayant besoin d’informations en temps réel sur leur forme physique durant les séances d’entraînement. On peut citer, comme exemple de surveillance biophysique non vitale, l’analyse permanente de la démarche, le suivi du rythme cardiaque ou la mesure continue de la fréquence respiratoire (en nombre d’inspirations par minute). Cette approche permet au patient lui-même d’être mieux informé sur son état respiratoire et de s’investir davantage dans son traitement clinique. Par exemple, la fréquence respiratoire d’une personne peut être rapprochée d’un certain nombre de réactions physiologiques, comme le rythme d’activité, le stress, l’activité émotionnelle ou, bien sûr, certains états de santé, comme l’apnée du sommeil. Une fréquence de 15 à 20 inspirations par minute correspond à une situation de repos pour une population adulte exempte de maladie respiratoire. La détermination de la fréquence respiratoire d’une personne durant un exercice peut renvoyer de l’information sur son état de santé et permettre d’établir si elle doit apporter des changements à son activité pour améliorer ses résultats.

LIFESHIRT IS A FORM-FITTING VEST THAT PROVIDES CLINICS WITH HIGH-QUALITY DATA COLLECTION AND A NON-INVASIVE ALTERNATIVE TO CONFIDENTLY TEST THEIR PATIENTS. | LIFESHIRT EST UNE VESTE AJUSTÉE QUI PERMET DE PRÉLEVER DES INFORMATIONS VITALES ET CONSTITUE UNE OPTION NON EFFRACTIVE POUR OBTENIR DES DIAGNOSTICS PRÉCIS.

52

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

La mesure de cette fréquence s’effectue de façon non effractive (c’est-à-dire sans pénétration dans l’organisme), au moyen d’un pneumotachographe, qui enregistre le débit d’air entrant dans les poumons et en sortant. Ce dispositif clinique nécessite que le patient porte un tube respiratoire fixé sur la tête. L’avantage de ce type de capteur réside dans le fait qu’il peut fournir des renseignements détaillés sur le volume et le sens de l’air. Ces appareils sont toutefois souvent peu maniables et ne conviennent pas pour une surveillance continue de l’état du patient. Un autre appareil médical, le pléthysmographe, permet également d’enregistrer la fréquence respiratoire en mesurant les changements de volume autour de la poitrine, afin de déterminer la capacité des poumons. Cependant, bien qu’elles soient largement répandues, ces deux méthodes font appel à des appareils câblés nécessitant d’être branchés à de l’équipement extérieur et ne peuvent pas être


mises en œuvre en dehors de l’environnement spécialisé d’une clinique. monitoring systems are predominantly medical devices which are invasive, uncomfortable to wear, or require clinical infrastructure for operation. This is often dictated by the level of precision and quality of signal required for medical analysis, as this can directly influence the clinical outcome of the patient. Thus, the percolation of wearable sensors into this medical area will be slow as reliability and stability of testing will require close scrutiny. Instead though, wearable sensors are becoming increasingly available in the area of non-critical continuous biophysical monitoring. This growth has been spurred on by the demand for contextual information by various audiences; for example for emergency response units and for athletes who need realtime information regarding their physical status during training sessions. Examples of non-critical continuous monitoring include continuous gait analysis, heart rate monitoring or continuous measuring of respiration rate (breaths per minute or BPM). In this way the users themselves become more educated about their health status and take more responsibility for their medical outcome. For example a person’s breathing frequency or BPM can be linked to a number of physiological responses such as activity rate, stress, emotional activity or indeed medical conditions

54

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

Dès lors, un dispositif à capteurs permettant d’exercer un suivi continu et pouvant se porter confortablement, utilisable par des non-spécialistes et capable de renvoyer en permanence de l’information sur, disons, la fréquence respiratoire, serait vraiment le bienvenu. Plusieurs approches visant à mettre au point des systèmes de surveillance prêts à porter ont été étudiées. Elles faisaient appel à des technologies traditionnelles, comme des accéléromètres, des gyroscopes, des tensiomètres, des matériaux piézoélectriques ou des capteurs à fibre optique ou à pression ; les capteurs étaient maintenus sur le corps au moyen de sangles, collés sur la peau ou intégrés à des tenues moulantes. Si cette approche permet de suivre certains paramètres de façon précise, elle impose au patient de sacrifier plus ou moins son confort physique pour porter le dispositif. Cela pose un problème important dans de nombreuses applications, car, si l’appareil est conçu pour enregistrer les « activités normales » d’une personne, l’action consistant à fixer l’appareil en question risque de perturber la routine de la personne en lui imposant de facto cette activité supplémentaire. En outre, si la personne ne peut pas obtenir immédiatement de l’information la motivant à utiliser l’appareil, il est plus que probable que certaines activités disparaîtront de sa routine habituelle, ce qui faussera en bout de ligne les résultats.


such as sleep apnea. Respiratory rates of 15-20 BPM are representative of resting breathing frequency in an adult population free from respiratory disease. Determination of the respiration rate of an individual during exercise can yield information regarding the health status of the individual and determine whether changes to their activity need to happen to maximize their performance. Respiration rates can be measured in non-invasive ways, using a pneumotachograph, which is used to record the rate of airflow to and from the lungs. This clinical apparatus requires the user to wear a head-mounted breathing tube. The advantage of this type of sensor is that it can yield detailed information on volume and direction of breath. However, these devices are often unwieldy, and are not be suitable for continuously monitoring the status of the user. Another clinical device, the plethysmograph, can also be used to record breathing rates by measuring volume changes around the chest to determine lung capacity. However, though both of these methods are well established, they employ hard-wired devices that require interconnections to external equipment and cannot be used outside a specialized clinical environment. Thus, a comfortably worn continuously monitoring sensing device that can be operated by non-specialists, to provide information, for example, about breathing rates on a continuous basis would be very welcome. Several approaches to develop wearable monitoring systems have employed traditional technologies such as accelerometers, gyroscopes, strain gauges, piezoelectric materials, fibreoptics and pressure sensors, strapping the sensors to the body, adhering them to the skin, or integrating them into skin-tight garments. While this approach can offer precise monitoring of certain parameters, it requires the user to compromise its physical comfort in order to accommodate the device. In many applications this is an important issue, because if the device is designed to record the “normal activities” of a person, then the activity of attaching the device in itself can eschew the person’s routine by introducing this new activity of attaching the sensor. Also if the person cannot get immediate feedback that rewards them for using the device, it is highly likely this activity will fade out of the normal routine, in which case, no record of the person will be generated, rendering the whole study of that person useless. Clearly, it would be better if the device were to “disappear” into the user’s environment where it would continuously record the information from the user. This sensor integration can be achieved through various methods, but perhaps the most elegant approach is to functionalise textiles and fabrics, so that the material itself manifests sensing capabilities. Textile-based sensors offer a solution for discomfort by retaining the characteristics of the textile, i.e. comfort and wearability, while also functioning as a sensor and providing information to the user. Thus, they are sometimes referred to as “smart textiles”. The characteristics of a textile-based sensor are flexibility,


Autrement dit, il vaudrait mieux que l’appareil se fonde dans l’environnement du patient, afin d’enregistrer continuellement des données sur ce dernier.

surface area, washability, stretch and texture. As it will be necessary to bridge these sensors to digital communication hardware, these sensors must also include the properties required for electronic devices including durability, low power consumption, and ease of connection into a circuit. Unfortunately not all traditional sensor materials are suitable for integration into textiles. For example, metallic components, designed to function in rigid environments, do not make for comfortable garments and will soon break in such a high-flex environment. Conducting electroactive polymers (CEPs) may offer a solution to this problem. CEPs such as polypyrrole (PPy), polyaniline and polythiophene constitute a class of polymeric materials which are inherently able to conduct charge through their conjugated polymeric structure. PPy, in particular, has attracted much interest, as it is easily prepared in a number of formats; films, powders or composites. It has a relatively high conductivity and good air stability in its conducting state. When applied as a coating to soft flexible substrates, PPy has little effect on the mechanical properties of the substrate, but renders the entire structure electroactive. Therefore, it is possible to make a material, such as a textile conducting material, while retaining the soft physical characteristics of the material. PPy-coated textiles have been used in a number of previous wearable sensing applications. These applications employed knitted textiles; where the material’s ability to sense stretch corresponded to increased conductivity through the material. Thus, the material itself becomes the sensor. T

Source: fibre2fashion.com

56

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

Différentes méthodes peuvent permettre d’intégrer ainsi des capteurs. Cependant, l’approche la plus élégante consiste peut-être à rendre les étoffes et autres textiles fonctionnels, de sorte que le tissu lui-même soit capable de capter des données. Les capteurs textiles apportent une solution à l’inconfort, car ils conservent les caractéristiques du textile, comme le confort ou la possibilité d’être portés, tout en remplissant leur rôle de capteurs et en renvoyant de l’information à l’utilisateur. C’est pourquoi on les qualifie parfois de « textiles intelligents ». Les capteurs textiles se caractérisent par leur souplesse, leur superficie, la possibilité d’être lavés, leur élasticité et leur texture. Comme il est nécessaire de les connecter à des appareils numériques de communication, ces capteurs doivent également présenter les propriétés requises pour tout appareil électronique, à savoir la durabilité, une faible consommation électrique et une facilité de connexion à un circuit. Malheureusement, les matériaux composant les capteurs ne peuvent pas tous être intégrés à des textiles. Par exemple, les composants métalliques conçus pour fonctionner dans des milieux rigides ne permettent pas de réaliser des vêtements confortables et se casseraient vite si on les utilisait dans un environnement aussi flexible. Les polymères électroactifs conducteurs pourraient apporter une réponse au problème. Ces matériaux, comme le polypyrrole (PPy), la polyaniline ou le polythiophène, constituent une catégorie de matériaux polymériques qui sont par nature capables de conduire une charge électrique le long de leur structure polymérique conjuguée. Le PPy, en particulier, suscite un grand intérêt, car il se prépare facilement sous un certain nombre de formes : pellicules, poudres ou composites. Il présente une conductivité relativement élevée et une bonne stabilité à l’air dans son état conducteur. Lorsqu’on l’utilise comme revêtement sur des substrats souples, le PPy a peu d’effet sur les propriétés mécaniques du substrat, mais il rend l’ensemble de la structure électroactive. Il devient par conséquent possible de créer un matériau – comme un matériau conducteur textile – tout en conservant les caractéristiques physiques de souplesse du matériau initial. Les textiles revêtus d’une couche de PPy sont utilisés dans un certain nombre d’applications de capteurs prêts à porter existantes. Ces applications font appel à des textiles tricotés, où la capacité du matériau à détecter l’extension se traduit par une conductivité accrue dans l’étoffe. Le tissu lui-même devient alors capteur. T


LE

CHÂTEAU KEEPING IT LOCAL T O S TAY O N T O P

Photo : Le Château, Centre Eaton, Montréal.


By | Par VIVIANNE MOREAU

PRIVILÉGIER LE LOCAL POUR DEMEURER CONCURRENTIEL

It’s a well-known fact: For several years now, the clothing industries of the industrialized countries have been reeling from the impact of market globalization. Increasing numbers of Canadian clothing manufacturers are losing market share to foreign suppliers, whose low production costs are a reflection of the derisory salaries of their workforce. This constant

C’est connu : l’industrie de l’habillement des pays industrialisés subit depuis quelques années les contrecoups de la mondialisation des marchés. De plus en plus de fabricants canadiens de vêtements perdent des parts de marché au bénéfice de fournisseurs étrangers, dont les coûts de production faibles reflètent les salaires dérisoires de la main-

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

59


212

retail stores thoughout Canada, and four in the New York area

40% to 50%

of its clothing manufactured in Canada

3,000

employees (more than)

1.5 million

clothing items produced annually

increase in imports from countries with low production costs has led to massive job losses locally and to the significant environmental impact of pollution created by the transportation of merchandise. To cope with this reality, part of the industry has had to redirect its activities. One-time clothing manufacturers have dropped production operations to instead invest in capacities for design, conception and marketing. This is the case with Le Château, a company whose headquarters are in Montréal, but whose stores figure prominently on main streets across the country. A leader in Canada, Le Château is a specialized retailer offering clothing, shoes and fashion accessories for women and men. Its success is the result of the direct links it has forged between design, supply, tailoring and sales—and is largely due to its capacity to spot new trends and react to them immediately.

EN CHIFFRES

FACTS & FIGURES

1959

opening of the Montreal-based company

1959

année de fondation de l’entreprise québécoise

212

magasins de détail répartis partout au Canada, ainsi que quatre dans le région de New York

40 % à 50 %

des vêtements confectionnés au Canada

3 000

employés et plus

1,5 million

de vêtements produits annuellement.

d’œuvre. Cette augmentation constante des importations des pays à bas coûts de revient implique des pertes d’emplois massives au niveau local, de même que des impacts environnementaux importants si l’on considère la pollution engendrée par le transport des marchandises. Pour faire face à cette réalité, une partie de l’industrie a dû réorienter ses activités. D’anciens fabricants de vêtements ont laissé tomber leurs opérations de production pour plutôt miser sur leurs capacités en design, en conception et en marketing. C’est le cas, notamment, des magasins Le Château, dont le siège social est basé à Montréal mais dont les boutiques ont pignon sur rue partout au pays. Chef de file au Canada, Le Château est un détaillant spécialisé offrant des vêtements, des chaussures et des accessoires de mode pour femmes et hommes. Son succès est le fruit de liens étroits entre le dessin, l’approvisionnement, la confection et la vente – et est en grande partie attribuable à sa capacité de repérer rapidement les nouvelles tendances et d’y réagir immédiatement.

In fact, the company’s expertise in fashion design enables it to rapidly adapt items in vogue to the demographic characteristics of its market. The fact that Le Château is a vertically integrated company, meaning it has enlarged its field of operations by taking charge of every stage of product manufacturing makes this possible. Thus, the company designs, develops, manufactures and markets its own brand of clothing. This strategy enables the company to produce over 1.5 million articles of clothing a year while benefiting from shorter lead times and more flexibility in product planning and manufacturing than its competitors.

En effet, le savoir-faire de l’entreprise en matière de dessin de mode lui permet d’adapter rapidement les articles en vogue aux caractéristiques démographiques de son marché. Ceci est possible surtout par le fait que Le Château est une entreprise à intégration verticale, c’est-à-dire qui a élargi le champ de ses opérations en se chargeant de toutes les étapes de la fabrication de son produit. Ainsi, la compagnie conçoit, développe, fabrique et met en marché sa propre marque de vêtements. Cette stratégie permet notamment à l’entreprise de produire plus de 1,5 million de vêtements par année tout en bénéficiant de délais de production plus courts et d’avoir plus de flexibilité dans la planification et la fabrication des produits que sa concurrence.

To respond promptly to market needs, Le Château puts the emphasis on local manufacturing and sub-contracting. The

Afin de pouvoir répondre promptement aux besoins du marché, Le Château privilégie la fabrication et la sous-traitance

60

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE


Photo :

Le C hâ t ea u, An no ig gr n.

fact that it can create clothing in its own facilities allows the company to test its products and introduce them to stores soon after. This system affords it an optimal degree of control and flexibility while providing it with the capacity to react in real time to the market’s evolution. Its ultramodern facilities, which include CAO/FAO systems and four robotic cutters, allow it to reduce lead times to a minimum while increasing control over costs so that it can stay closely connected to the market over time. Le Château’s clothing is created by an internal team of designers, and approximately 50 percent of its merchandise is made in Canada. Items produced by the company are first cut in the Montréal facilities, then assembled and sewn by independent producers throughout Québec. Other products are manufactured abroad, mainly in the United States, China and India. Like many clothing manufacturers, the company must occasionally resort to sub-contracting when demand unexpect-

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

61


Ch ât e

.

Pho to

: Le

le da ork Y , au

locales. Le fait de pouvoir confectionner des vêtements dans ses propres installations permet à l’entreprise de tester ses produits et de les présenter en magasin rapidement par la suite. Ce système lui confère un degré optimal de maîtrise, de souplesse, tout en lui permettant de réagir en temps-réel à l’évolution du marché. Ses installations ultramodernes, comprenant entre autres des systèmes CAO/FAO et quatre coupeuses robotisées, lui permettent justement de réduire au minimum les délais de production, tout en lui conférant une maîtrise accrue des coûts, afin de rester branchée sur le marché au fil du temps. edly leaps. Since Montréal is one of the major clothing industry centres in North America, Le Château has access to a substantial productive capacity and a specialized workforce. Occasionally, the company will also buy products from other Canadian producers, import them directly and acquire others from Canadian importers. By strategically developing these four supply sources in response to market conditions, the company can maximize its development flexibility.

“SUPPLY ON DEMAND” AND NEW TECHNOLOGIES Integrated companies such as Le Château, which control manufacturing activities and retail sales alike, are poised to respond quickly to changing demand. To do this, they rely on state-of-the-art systems that quickly supply them with the information they need. Access to new production and information technologies allows companies to react more quickly to the short-term needs of distribution networks (“quick response”) and take advantage of market proximity. This implies that clothing manufacturers and the textile sources that supply them must develop their capacities to access, with the utmost rapidity, highly accurate information on sales; process this information efficiently to forecast sales and set up management systems that allow them to react efficiently to this demand.

62

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

Les vêtements Le Château sont créés par une équipe interne de designers, et environ 50 % de la marchandise est confectionnée au Canada. Les articles produits par l’entreprise sont d’abord taillés aux installations montréalaises, puis assemblés et cousus par des entrepreneurs indépendants de la province de Québec. Les autres produits sont fabriqués dans différents pays, notamment aux États-Unis, en Chine et en Inde. À l’instar de bon nombre de fabricants de vêtements, il arrive que la compagnie doive recourir à de la sous-traitance lorsque

UTILISER LES NOUVELLES TECHNOLOGIES POUR RÉPONDRE RAPIDEMENT À LA DEMANDE Les entreprises intégrées comme Le Château, qui contrôlent à la fois les activités manufacturières et de ventes au détail, sont bien placées pour répondre rapidement à une demande changeante. Pour ce faire, elles comptent sur des systèmes de pointe capables de leur fournir rapidement l’information dont ils ont besoin. L’accès aux nouvelles technologies de production et d’information permet aux entreprises de réagir plus rapidement aux besoins à court terme des réseaux de distribution (Quick Response) et de tirer avantage de la proximité des marchés. Cela implique que les fabricants de vêtements, et les fournisseurs de textile qui les alimentent, doivent développer leur capacité à accéder très rapidement à une information très précise sur les ventes, à traiter cette information de façon efficace pour en tirer des prévisions de ventes et à implanter des systèmes de gestion leur permettant de réagir efficacement à cette demande.


:L e

Pho to

â Ch

, Montréal. Ea ton ntre e C u, tea

The advantages of manufacturing locally are many: Besides offering increased quality control, it retains jobs, builds the local economy, economizes on transportation costs and minimizes production’s environmental impact. For Le Château, the “local” dimension enables it to rapidly adjust to market demands, while giving it the development flexibility that has earned its success. T Sources: Le Château, Annual Information Form. Industry Canada, Clothing. Ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation (MDEIE), La filière industrielle de l’habillement au Québec.

la demande bondit inopinément. Montréal étant l’un des grands centres nord-américains de l’industrie du vêtement, Le Château a accès à une grande capacité productive et à une maind’œuvre spécialisée. Par ailleurs, l’entreprise achète parfois de ses produits auprès d’autres producteurs canadiens, en importe directement et en acquiert également d’autres importateurs canadiens. En exploitant stratégiquement ces quatre sources d’approvisionnement selon la conjoncture des marchés, l’entreprise maximise sa souplesse d’exploitation. Les avantages de la confection locale sont nombreux : en plus de permettre un contrôle de la qualité accru, elle permet de conserver des emplois, de contribuer à l’économie locale, d’économiser en frais de transport et, de fait, de minimiser l’impact environnemental de la production. Pour Le Château, la dimension « locale » lui permet également de s’ajuster rapidement aux demandes du marché, tout en lui donnant la souplesse d’exploitation qui lui vaut son succès. T Sources : Le Château, Notice annuelle. Industrie Canada, Vêtements. Ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation (MDEIE), La filière industrielle de l’habillement au Québec.

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

63


MODERN

D I G I TA L

TEXTILE PRINTING

PROVIDING A COMPETITIVE EDGE IN AN EVOLVING MARKET


By | Par STEVE LIKER

IMPRESSION NUMÉRIQUE

MODERNE SUR TEXTILE POUR SE DÉMARQUER DANS UN MARCHÉ EN ÉVOLUTION

One of the biggest challenges faced by designers and buyers in the textile industry today is the need to bring new designs to market at an ever increasing speed. Fashion has always been a fast-paced industry, but today top brands are incorporating new colors and styles onto their store floors at unprecedented speeds. Household and other textile applications are also beginning to experience similar pressure to provide more designs at a faster pace.

Une des principales difficultés, pour les stylistes et acheteurs de l’industrie textile moderne, réside dans la nécessité de mettre en marché de nouveaux modèles à un rythme toujours plus soutenu. La mode a toujours été un secteur d’activité trépidant, mais les grandes marques introduisent aujourd’hui dans leurs boutiques de nouvelles couleurs et de nouveaux styles à une cadence sans précédent. Les applications textiles domestiques et autres commencent aussi à subir une pression comparable, les poussant à produire de nouveaux modèles, toujours plus rapidement. JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

65


Fast-paced creativity has its costs. The creation of more styles and the desire to test an even greater pallet of colors require that additional sample and short run prints be produced for evaluation. For years, sample and short run prints have been rather laboriously created using screen jet printing. New screens are created for each sample and then discarded if the design is not approved. Today, many forward-thinking textile printers are creating enhanced efficiency by taking advantage of new digital textile inks to produce sample and short run prints faster and more cost-effectively. The introduction of innovative pigmented digital textile inks has revolutionized design, sampling and digital ink jet printing

La créativité à un tel rythme a un coût. La création d’un nombre accru de motifs et le désir d’essayer une palette de couleurs encore plus large exigent que l’on imprime des échantillons et petites séries supplémentaires à des fins d’évaluation. Depuis des années, les impressions d’échantillons et de petites séries s’obtiennent par sérigraphie, au terme d’un travail plutôt laborieux. De nouveaux écrans sont créés pour chaque échantillon, puis éliminés si le modèle n’est pas approuvé. De nos jours, nombre d’imprimeurs avant-gardistes de textiles améliorent leur efficience en tirant parti des nouvelles encres pour impression numérique sur textile, afin

FabricFast Printing on Cotton with Mimaki TX2. The latest generation of textile inks are designed to provide clog-resistant print on a variety of fabrics to minimize downtime and maximize printing efficiency. | Impression FabricFast sur substrat de coton avec le Mimaki TX2. La dernière génération d’encres pour textiles est conçue pour assurer une impression sans obturation des têtes d’impression sur divers types de tissus, afin de minimiser les périodes d’indisponibilité et de maximiser l’efficience du processus.

66

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE


over the past two years. Quality pigmented digital textile inks offer good color performance as well as exceptional washfastness, lightfastness and fabric hand. After years of trial-anderror, digital textile printing has finally come of age offering short run printing that closely rivals screen jet printing in terms of quality but is light years ahead in terms of the ease and efficiency with which new designs and colors can be trialed. This translates into opportunity for significant time and cost savings for textile printers. For example, sample production that would typically take a print house an average of two to three weeks to produce with screen jet printing can now be turned around in as little as two to three days. This represents a five fold increase in production speeds and a major opportunity for designers and buyers who are anxious to get more new products to market faster and for the print houses who serve them. Additionally, due to the elimination of costs for new screens, average sample digital printing costs can be up to 90% less expensive than traditional screen jet printing. To capitalize on these very significant time and cost savings and harness the revolution in digital textile printing to create a competitive advantage in this dynamic market, textile printers need to invest time in carefully identifying the right inks. As many print houses have learned the hard way, not all digital textile inks are created equally. Low quality inks can greatly slow production times and result in unacceptable print quality. To distinguish quality digital textile inks, users should carefully evaluate inks for their compatibility, production performance and print quality.

de produire des échantillons et petites séries plus rapidement et à moindre coût. Depuis deux ans, l’arrivée des nouvelles encres pigmentées pour impression numérique sur textile a révolutionné la conception, la production d’échantillons et l’impression à jet d’encre numérique. Ces encres pigmentées assurent de bons résultats sur le plan des couleurs en même temps qu’une solidité au lavage, une solidité à la lumière et une sensation au toucher exceptionnelles. Après des années de tâtonnements, l’impression numérique sur textile est sortie de l’enfance et permet de procéder à de petits tirages pouvant pratiquement rivaliser avec la sérigraphie sur le plan de la qualité, tout en laissant cette dernière loin derrière en ce qui concerne la facilité et l’efficience avec lesquelles il est possible de tester de nouveaux motifs et de nouvelles couleurs. Il devient dès lors possible pour les imprimeurs de textile d’économiser beaucoup de temps et d’argent. Par exemple, une production d’échantillons qu’une imprimerie mettrait en principe deux à trois semaines à réaliser par sérigraphie peut désormais s’exécuter en à peine deux ou trois jours. Cela représente une multiplication par cinq de la vitesse de production et un avantage important pour les stylistes et acheteurs qui tiennent à mettre de plus en plus de nouveaux produits, toujours plus rapidement, sur le marché, ainsi que pour les ateliers d’impression qui travaillent pour eux. De plus, grâce à l’élimination des coûts liés aux nouveaux écrans, les prix moyens d’impression numérique d’échantillons peuvent être 90 % moins chers que ceux d’une impression traditionnelle par sérigraphie. Pour tirer profit de cette révolution pour l’impression numérique sur textile et de ces importants gains de temps et d’économies et afin de jouir d’un avantage concurrentiel dans ce marché en effervescence, les imprimeurs sur textile doivent consacrer un certain temps à choisir soigneusement les

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

67


“ «

Environmentally friendly digital inkjet inks offer more than just more ecologically friendly materials. They also provide tangible bottom line savings by reducing energy and product expenses during the printing process.

” »

Les encres pour impression numérique à jet d’encre respectueuses de l’environnement ne permettent pas seulement d’obtenir des tissus plus écologiques. Elles permettent de réaliser des économies globales tangibles, en réduisant les dépenses d’énergie et de produits liées au processus d’impression.

COMPATIBILITY Range of Materials To maximize efficiency, your digital inkjet ink should provide quality performance while being as versatile as possible. Inks should perform well and print efficiently on a variety of fabrics including cotton, cotton / polyester, nylon, rayon and silk.

Range of Printers It is also important that the ink you chose be compatible with existing inkjet equipment so as to avoid the need for expensive equipment modifications. Good inks should be compatible with any color textile digital printer with Epson piezo printheads, including Mimaki, Roland, Mutoh and Stork printers. This compatibility with a wide range of existing textile printers makes it easy for both large and small print operations to inexpensively adopt and start production with quality digital textile inks.

bonnes encres. En effet, toutes les encres pour impression numérique sur textile ne se valent pas, comme certains imprimeurs l’ont appris à leurs dépens. Les encres de mauvaise qualité peuvent allonger grandement les délais de traitement et produire une qualité d’impression inacceptable. Pour bien distinguer les encres de qualité, les utilisateurs doivent en examiner minutieusement la compatibilité, les performances en production et la qualité d’impression.

COMPATIBILITÉ La gamme de tissus Pour maximiser son efficience, l’encre pour impression numérique à jet d’encre doit offrir de bonnes performances sur le plan de la qualité, tout en étant aussi polyvalente que possible. Les encres doivent offrir un bon rendement et s’imprimer de façon efficace sur une grande variété de tissus, dont le coton, les mélanges coton-polyester, le nylon, la rayonne et la soie.

La gamme d’imprimantes Il est également important que l’encre choisie soit compatible avec l’équipement d’impression à jet d’encre existant, de manière à ne pas devoir procéder à des adaptations coûteuses de matériel. Les bonnes encres doivent être compatibles avec toute imprimante numérique en couleur pour textile dotée de têtes d’impression piézoélectriques Epson, comme en particulier les imprimantes Mimaki, Roland, Mutoh et Stork. Cette compatibilité avec un large éventail d’imprimantes existantes permet d’adopter à peu de frais des encres de qualité pour impression numérique de textiles et de démarrer facilement la production au moyen de ces encres, tant pour de petits que pour de gros travaux d’impression.

PERFORMANCES EN PRODUCTION Pour maximiser la vitesse de production et minimiser les coûts d’impression, il convient de choisir des encres permettant une production très efficiente.

Obturation réduite des têtes d’impression L’obturation des buses des têtes d’impression est une des principales causes de panne d’imprimante et de gaspillage d’encre ; cela occasionne la perte d’un temps précieux à chaque fois qu’il faut mettre hors service l’imprimante pour en nettoyer les têtes. Des encres « anti-obturation » pour

68

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE


impression numérique ont récemment été mises sur le marché ; elles réduisent de façon notable ces temps d’indisponibilité et améliorent l’efficience des impressions. Ainsi, il est souvent nécessaire de nettoyer les têtes d’impression entre deux et quatre fois par jour lorsqu’on utilise des encres pour impression numérique sur textile traditionnelles ; en comparaison, l’encre FabricFast anti-obturation (clog-resistant) de Trident permet aux imprimantes numériques de fonctionner jusqu’à quatre jours d’affilée sans nécessiter d’entretien des têtes, ce qui minimise les durées d’immobilisation coûteuses et réduit le gaspillage d’encre.

Des économies écologiques PRODUCTION PERFORMANCE To maximize production speeds and minimize printing costs, look for inks with highly-efficient production performance.

Reduced Printhead Clogging Printhead clogging is one of the biggest causes of printing downtime and ink waste as valuable time is lost each time the printer must be shut down so the printhead can be cleaned. Recently, clog-resistant digital textile inks have been introduced which dramatically reduce this downtime and enhance printing efficiencies. For example, printhead cleaning is often needed two to four times per day when using traditional digital textile inks, but clog-resistant FabricFast from Trident can allow digital printers to go up to four days without the need for printhead maintenance, thereby minimizing costly downtime and reducing ink waste.

Depuis quelques années, nombre de clients, stylistes, acheteurs et ateliers d’impression exigent de plus en plus des produits d’impression pour textile qui soient respectueux de l’environnement. Une nouvelle génération d’encres économiques à base d’eau est apparue pour répondre à cette demande. Cependant, les encres pour impression numérique à jet d’encre respectueuses de l’environnement ne permettent pas seulement d’obtenir des tissus plus écologiques. Elles permettent de réaliser des économies globales tangibles, en réduisant les dépenses d’énergie et de produits liées au processus d’impression. Le processus d’impression par sérigraphie comporte en principe une étape de fixation des colorants à la vapeur, suivie d’un lavage des colorants en excès et d’un séchage. Il s’ensuit un gaspillage d’eau, de colorants et d’énergie. Contrairement aux encres à base de colorants, les encres pigmentées à base d’eau font appel à un processus « à sec » et ne nécessitent ni lavage après coup ni dispositif à vapeur

Environmentally Friendly Savings Many consumers, designers, buyers and print houses have become more demanding in recent years in regards to identifying textile printing products that are more environmentally friendly. A new generation of economically friendly waterbased inks has emerged to meet this need. However, environmentally friendly digital inkjet inks offer more than just more ecologically friendly materials. They also provide tangible bottom line savings by reducing energy and product expenses during the printing process. Screen printing process typically uses dyes that require steaming for fixation followed by washing off the excess dye, followed by drying. This creates waste in terms of water, dye materials and energy consumption. Unlike dye-based inks, pigmented water-based inks use a “dry” process and do not require post washing or the use of expensive steamers to bind inks to the fabric. The ink pigments are heat cured, eliminating the need for steaming and washing as required by other types of digital textile inks. JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

69


coûteux pour fixer l’encre au tissu. Les pigments de l’encre sont durcis à la chaleur, ce qui élimine la nécessité du passage à la vapeur et du lavage caractéristique des autres types d’encres pour impression numérique sur textile.

QUALITÉ D’IMPRESSION Des épreuves précises permettent de s’assurer que l’on obtient bien la couleur et l’apparence voulues avant de lancer l’impression par sérigraphie, ce qui évite les erreurs de production coûteuses. Les encres pour impression numérique sur textile doivent être évaluées selon leur capacité à rendre des couleurs constantes et à offrir une bonne sensation au toucher.

Constance des couleurs

Over the past two years, a new generation of digital textile inks have emerged which provide crisp, vibrant sample and short run printing in a wide color gamut that closely matches production print colors. Due to the elimination of screen costs, textile inks greatly reduce the cost and production time associated with sample and other short run print jobs. | Depuis deux ans, une nouvelle génération d’encres pour impression numérique de textiles est apparue; elle permet d’obtenir des échantillons nets et éclatants, dans une large gamme de couleurs, très comparables aux couleurs obtenues en production. Grâce à l’élimination des coûts liés aux écrans, les encres pour textiles permettent de réduire grandement les coûts et délais de production relatifs aux échantillons et autres travaux d’impression à petit tirage.

PRINT QUALITY Accurate proofing can avoid expensive production mistakes by ensuring the desired color and appearance is achieved before screen printing begins. Make sure to evaluate digital textile inks on their ability to deliver color consistency and good fabric hand.

Color Consistency Unfortunately, early digital textile inks were not able to match the true production colors used in large run screen prints, therefore making them less than ideal for sample

70

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

Malheureusement, les premières encres pour impression numérique sur textile ne rendaient pas exactement les couleurs obtenues par sérigraphie au moment de la production en grande série, ce qui les rendait tout sauf idéales pour imprimer des échantillons. Par chance, la situation a changé de manière radicale depuis deux ans. Les nouvelles formulations des encres pour impression numérique à jet d’encre correspondent aux couleurs des impressions à grande échelle par sérigraphie à base de pigments. L’incidence globale de ces encres sur le marché n’est pas encore très bien mesurée, car les fabricants sont encore en train de découvrir les avantages liés au fait de disposer de deux procédés permettant d’obtenir des couleurs et une qualité identiques. L’obtention de couleurs exactes n’implique pas de coûts supplémentaires, car le prix des encres à base de pigments est sensiblement le même que celui des encres à base de colorants. Ces encres pigmentées pour impression numérique existent dans une gamme complète de couleurs et peuvent restituer de façon constante les couleurs obtenues en production par sérigraphie.

La sensation au toucher La différence de sensation au toucher entre les encres à base de pigments et les encres à base de colorants ainsi qu’entre la sérigraphie et l’impression à jet d’encre peut être assez marquée. La sérigraphie à base de colorants offre souvent une meilleure sensation au toucher que la sérigraphie à base de pigments. Cela tient au fait que les écrans gravés utilisés en sérigraphie déposent souvent des quantités de colle excessives sur le tissu, ce qui se traduit par des zones rigides sur ce dernier ; le motif imprimé peut alors se fendiller ou se détacher lorsqu’on plie l’étoffe. La dernière génération d’encres pigmentées pour impression numérique sur textile assure une meilleure sensation au toucher que les encres pigmentées pour sérigraphie, et sensiblement la même sensation au toucher que les encres à base de colorants, mais avec une meilleure solidité à la lumière et une moindre tendance au pâlissement. L’impression numérique sur textile régule de façon constante la quantité d’encre


déposée sur le tissu, ce qui contribue à améliorer la sensation au toucher. printing. Fortunately, this situation has changed radically over the past two years. New inkjet digital textile ink formulations match large-scale production pigment-based screen printing colors. The full market impact these inks are having is still being felt as manufacturers are discovering the advantages of having two processes that deliver equal color and quality. Achieving accurate color does not require additional expense as pigment-based inks are comparably priced to dye-based inks. These pigmented digital textile inks come in a complete color gamut and can consistently match production color performance of screen jet printing.

Fabric Hand There can be a marked difference in the fabric hand produced by pigmented versus dye based inks and using screen jet versus ink jet printing technologies. Dye-based screen printing often provides better fabric hand than pigment-based screen printing. This happens because the engraved templates used for screen printing often apply excessive amounts of ink paste to fabrics resulting in stiff areas in the fabric where printing may chip or flake off as the material flexes. The latest generation of pigmented digital inks provide better hand than pigmented screen jet inks and nearly the same fabric hand as dye based inks, but with greater light fastness and less fading. Digital textile printing steadily regulates the amount of ink dispensed onto fabric, thereby creating enhanced fabric hand.

Le dépôt uniforme et efficient d’encre permis par l’impression numérique ne donne pas seulement une sensation au toucher améliorée ; il réduit aussi les pertes d’encre au cours du processus d’impression. .

La révolution qui s’opère dans le domaine de l’impression numérique des textiles est appelée à jouer un rôle essentiel dans le marché dynamique actuel, où les ateliers d’impression s’efforcent de répondre au besoin sans cesse croissant des stylistes et des acheteurs de disposer de toujours plus de nouveaux motifs, toujours plus vite et toujours moins cher. Les imprimeurs sur textile peuvent réaliser des gains de temps et des économies notables s’ils choisissent comme il convient une encre pigmentée à base d’eau de qualité pour impression numérique sur textile. T

Steve Liker, directeur commercial de Trident, compte quinze ans d’expérience dans le domaine des technologies d’impression numérique. Pour en savoir plus sur Trident, veuillez visiter le site www.trident-itw.com.

Digital textile printing’s consistently efficient ink disposal not only results in improved fabric hand, it also ensures less ink is wasted in the printing process, thereby generating additional cost savings.

The revolution in digital textile printing is set to play a key role in today’s dynamic market where print houses struggle to meet the ever growing needs of designers and buyers to have more new designs at a faster speed and lower price. Textile printers can achieve significant cost and time savings if they take the time to identify a quality water-based, pigmented digital textile ink. T

Steve Liker is Trident’s global Business Manager and has 15 years of experience in digital printing technologies. For more information on Trident, visit www.trident-itw.com.

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

71


CREATING

BRAND INSTRUMENTALITY BEYOND THE

PRODUCT


By | Par DAN HERMAN

CRÉER UNE

MARQUE QUI SURPASSE LE

PRODUIT The main reason for the general fascination with brands is their ability to provide the consumers an extra value in addition to what the product/service company themselves can provide. A value which becomes the major motivation for consumers to desire the product. Everybody agrees about that, but from here on it becomes foggy. First of all, what is this value exactly? Also, how precisely is this value being added and incorporated into the brand? In this short article I attempt to provide a clear answer to both of these key questions and to suggest a workable approach to creating value added brands.

La fascination générale que peut exercer une marque tient essentiellement à la valeur ajoutée que peut apporter cette dernière au consommateur, par rapport à ce que le produit, le service ou la société peuvent eux-mêmes offrir. Cette valeur ajoutée devient pour le client la motivation principale à acquérir le produit. Si tout le monde s’entend làdessus, les choses deviennent moins nettes dès que l’on veut creuser la question. En premier lieu, qu’est-ce que la valeur, exactement ? Et puis, de quelle façon précise cette valeur s’ajoute-t-elle et s’intègre-t-elle à la marque ? Dans ce court article, je tente d’apporter une réponse claire à ces deux questions clés et de proposer une approche réaliste pour créer des marques à valeur ajoutée.

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

73


By way of introduction, let me say that strong brands are perceived instruments, means to achieve goals or benefits, in the consumer’s mind. They arouse emotions because they are perceived as a source of something beneficial. The positive emotions are direct outcomes of these anticipations. Their various symbolizations (name, logo, font, emblem, etc.) have little impact of their own. Their importance is mainly as identifiers of sources of already attributed and anticipated benefits. The act of branding has ten different meanings which are ten different ways to create instrumentality or usefulness beyond the tangible benefits which the product, service, or company themselves can provide.

1.

CREATING A CONCEIVED LINKAGE TO A TANGIBLE BENEFIT The most basic level of branding is creating a conceived linkage between the brand name and other identifiers and a tangible benefit. Huge brands like Pantene shampoo which promise to amend the six symptoms of unhealthy hair look, work in this level.

En guise d’introduction, j’oserai dire que les marques réputées représentent dans l’esprit du consommateur des instruments ou des moyens perçus comme permettant d’atteindre des objectifs ou d’obtenir des avantages. Elles éveillent des émotions, car elles sont ressenties comme avantageuses. Le sentiment positif qu’elles suscitent est directement le reflet de ces attentes. Leurs différentes symboliques (nom, logo, police, emblème, etc.) ont peu d’effet en soi. Leur importance réside surtout dans leur force évocatrice de sources d’avantages déjà attribués et espérés. L’acte consistant à choisir une marque possède dix significations différentes, qui sont autant de manières de créer une fonctionnalité ou une utilité dépassant le cadre des avantages concrets que le produit, le service ou la société peut offrir en soi.

1.

CRÉER UN LIEN CONCEPTUEL AVEC UN AVANTAGE CONCRET Le degré le plus élémentaire de choix d’une marque consiste à créer un lien conceptuel entre, d’une part, le nom et d’autres identificateurs de la marque, et d’autre part, un avantage tangible. De grandes marques, comme Pantene, dont les shampooings promettent de remédier aux six symptômes responsables de l’apparente mauvaise santé du cheveu, travaillent à ce niveau.

2.

CRÉER UN CONTEXTE MENTAL

Un « contexte mental » est un concept ou un principe d’organisation qui permet au client de penser que des faits, à la base sans rapport entre eux (comme les différentes activités marketing d’une entreprise), sont liés par une même ligne directrice ou par tout autre facteur commun. Par exemple : si vous tombez sur un hôtel comme le

74

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE


2.

A “mental context” is a concept or an organizing principle which allows the consumer to conceive originally unrelated facts (such as: the various marketing activities of a company) as connected by a guiding intent or by some other common factor. For example: should you stumbled into a hotel like the “Hudson” or the “Royalton” in the heart of Manhattan, you are promised pleasure on different levels, but if you know you’re in a “Boutique Hotel” your stay becomes a very different experience altogether.

3.

ORIENTER UNE EXPÉRIENCE Il s’agit essentiellement d’un effet hypnotique, que l’on peut parfois associer à un effet placebo. La marque crée ici une attente qui modifie l’expérience ressentie et donne au consommateur l’impression de vivre une expérience plus riche que ce que le produit pourrait à lui seul lui faire connaître. Par exemple, la certitude qu’une boisson énergétique comme Red Bull le dynamisera amène le consommateur à ressentir une vague d’énergie plus intense que les effets réels du produit ne le permettent vraiment.

4.

CRÉER UN MOYEN D’AUTOPRÉSENTATION La marque représente ici un symbole dont la signification est bien connue de tous les membres d’un groupe donné, ce qui permet au consommateur de se définir lui-même. La marque de vodka ABSOLUT par exemple a connu le succès en devenant un moyen pour les jeunes cadres urbains d’afficher leur statut de yuppie à leurs semblables.

CREATING A MEANS OF SELF PRESENTATION Here the branding creates a symbol with a meaning that is well known to everybody in a relevant group, which enables the consumer to characterize himself. The brand “ABSOLUT vodka” became a way for yuppies to signal their yuppieness to other yuppies and so became a huge success.

5.

3.

DIRECTING AN EXPERIENCE This is essentially a hypnotic effect, in some cases related to Placebo. The branding here is the creation of an expectation which alters the sensed experience and enables the consumer a richer experience than what the product alone can provide him with. For instance, the expectation that an energy drink like “Red Bull” will energize, makes the consumers feel a wave of energy beyond the physical effect of the drink.

4.

Hudson ou le Royalton au cœur de Manhattan, vous pouvez vous attendre à éprouver de l’agrément à plus d’un titre ; en revanche, si vous savez que vous êtes hébergé dans un hôtelboutique, votre séjour s’annoncera globalement très différent.

FORMING A MENTAL CONTEXT

5.

CRÉER LE MOYEN DE PASSER UN MESSAGE Dans cette approche, le rôle de la marque est de créer un symbole d’un autre genre, dont la signification est également connue de tous. Le géant du diamant De Beers a fait de cette pierre précieuse une façon d’exprimer un engagement, en jouant sur la métaphore entre le caractère indestructible du diamant et le caractère durable d’une relation.

CREATING A MEANS TO DELIVER A MESSAGE The branding role in this approach is to create a symbol of another kind, its meaning known for

6.

CONFÉRER UNE AUTORITÉ SOCIOCULTURELLE Cette approche du choix d’une marque consiste à instaurer une autorité morale que le consommaJULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

75


everybody as well. The diamonds giant “De Beers” made the diamond a means of expressing commitment, making the physical fact that a diamond is indestructible a metaphor for the lastingness of a relationship.

6.

BUILDING A SOCIAL-CULTURAL AUTHORITY The next branding approach is the creation of an authority which the consumers can use as a guide, to help them understand what’s happening around them and to inform them which behavioral ways are normative, what will make them happier etc. The brand “Apple” depicted the personal computer, not only as a working tool but also as a device for self expression and creativity.

7.

CREATING “A LONG HAND” teur peut utiliser comme un guide, pour comprendre ce qui se produit autour de lui, pour rester au fait des normes comportementales, pour savoir comment se sentir plus heureux, etc. La marque Apple a dépeint l’ordinateur personnel non seulement comme un outil de travail, mais aussi comme un moyen d’expression de soi et de créativité personnelle.

In this approach, the branding is creating means for the consumer and empowering her to act for noble objectives and high purposes, which are important to her, but which she can’t achieve by herself. The “Body Shop” network made buying a way for contributing to the preservation of the environment and helping people in need all around the globe.

8.

CREATING AN ALTER EGO

7.

Selon cette approche, la marque crée un moyen pour le consommateur, et lui en donne la possibilité, de poursuivre des objectifs nobles et des buts élevés, qui sont importants à ses yeux, mais qu’il ne pourrait pas atteindre par lui-même. Ainsi, la chaîne Body Shop a fait de l’acte d’achat une manière de contribuer à la préservation de l’environnement et de venir en aide aux personnes dans le besoin dans le monde entier.

Here, the brand is a way for the consumer to behave (at least on a fantasy level) in a manner he would like to but doesn’t dare, or isn’t willing to pay the price for. The provocation of the fashion brand “Diesel” is made as if “in the name of” the brand customers. They can feel like they are provocative themselves every time the brand advertises one of its outrageous campaigns.

9.

BUILDING AN “EMOTIONAL GYM” Opting for our civilized and protected life style, we compromise (not once, happily) a lot of our possibilities as humans. We go to the gym to prevent the degeneration of our body which, in our life style, doesn’t get to face the challenges it was designed for. Similarly, we watch movies and TV

76

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

DONNER LE « BRAS LONG »

8.

PERMETTRE D’AFFICHER UNE AUTRE IMAGE DE SOI Ici, la marque est vue comme un moyen pour le consommateur d’afficher un comportement (du moins, dans son imagination) qu’il aimerait avoir, mais qu’il n’ose pas adopter ou pour lequel il n’est pas prêt à payer le prix. Le caractère provocant


affiché par la marque de vêtements Diesel est présenté comme s’il était celui des clients de la marque. Ces derniers ont alors le sentiment d’être eux-mêmes provocants à chaque nouvelle campagne audacieuse de la marque.

9.

CRÉER UN « CENTRE DE REMISE EN FORME ÉMOTIONNELLE » En nous complaisant dans notre mode de vie civilisé et confortable, nous compromettons (jamais, heureusement) une grande partie de nos capacités en tant qu’êtres humains. Nous allons au club de remise en forme pour freiner la dégénérescence de notre corps qui, dans la vie moderne, n’est pas soumis aux efforts pour lesquels il est conçu. De la même façon, nous regardons des films et des feuilletons télévisés pour « entretenir » des capacités émotionnelles qui ne sont pas légitimes dans notre mode de vie. Des marques comme Sicily, de Dolce & Gabbana, nous permettent d’éprouver de telles émotions.

series in order to “exercise” emotional skills which aren’t legitimate in our life style. Brands like “Sicily” from “Dolce & Gabbana”, allows us too to experience such emotional possibilities.

10. FACILITATING FANTASIES With only a fine difference from the previous approach, this branding approach helps the consumer to fantasize an alternative reality. The brand “Timberland” was designed as a way for consumers to fantasize about courageous adventures against the forces of nature. The understanding of the different kinds of added value, the ways by which these values are instrumental to the consumer and the methods by which brands can be destined to be means for the consumer for achieving his goals, makes the difference between masterful creations of brands and amateur imitation which produces mere look-alikes. T

10. STIMULER L’IMAGINAIRE De façon assez analogue à l’approche précédente, cette démarche de choix de la marque amène le consommateur à imaginer une autre réalité. La marque Timberland a été conçue pour créer dans l’imaginaire du client l’idée de vivre avec courage des aventures contre les forces de la nature. La compréhension des différents types de valeur ajoutée, de la façon dont ces valeurs touchent le consommateur et des méthodes permettant de concevoir une marque permettant au client de réaliser ses objectifs explique toute la différence entre la création avisée d’une marque et une imitation profane qui n’aboutit qu’à une vague ressemblance. T

Source: www.articlesbase.com

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

77


SPECIAL EVENTS

ÉVÉNEMENTS SPÉCIAUX

EXPO HIGHTEX 2008: “YOUR PLATFORM FOR BUSINESS DEVELOPMENT” The organizing committee, the CTT Group and its partners (Hexagram, Concordia University, Industry Canada and the MDEIE) are pleased to announce the hosting of Expo Hightex 2008 this October 6 and 7, 2008, at the Bonsecours Market in Montréal (Québec, Canada). Some fifty exhibitors from the Canadian technical textile sector, and nearly 800 visitors are expected for this latest edition of the most important technical textile industry event in Canada. Textiles are an essential element in our daily lives, work and travel. They evolve, becoming fire-resistant, ultra-resistant to cuts, thermally and acoustically insulating, anti-odour, antibacterial, intelligent and more, continually improving our daily lives, our well-being and our safety. These highperformance textiles are manufactured here in Canada.

EXPO HIGHTEX 2008 : « VOTRE PLATEFORME DE DÉVELOPPEMENT D’AFFAIRES » Le comité organisateur, le Groupe CTT et ses partenaires (Hexagram, Université Concordia, Industrie Canada et le MDEIE) annoncent la tenue d’Expo Hightex 2008 les 6 et 7 octobre 2008, au Marché Bonsecours de Montréal (Québec, Canada). Une cinquantaine d’exposants issus du secteur du textile technique canadien et près de 800 visiteurs sont attendus pour cette nouvelle édition de la plus importante manifestation canadienne pour l’industrie du textile technique au Canada. Les textiles constituent un élément essentiel de notre quotidien, de notre travail et de nos déplacements. Ils évoluent et deviennent antifeu, ultrarésistant aux coupures, isolants thermiques et acoustiques, antiodeurs, antibactériens, intelligents… améliorant sans cesse notre quotidien, notre bien-être et notre sécurité. Ces textiles de haute performance sont fabriqués ici, au Canada. Depuis sa première édition en 2000, Expo Hightex s’est avérée être un événement incontournable pour l’industrie du textile technique canadienne. L’Expo Hightex 2008 rassemblera des joueurs clés de l’industrie à travers une exposition, deux journées complètes de conférences d’envergure internationale, une soirée gala de prestige et des séances de maillage d’affaires « BUYTEX » auxquelles participeront une vingtaine d’acheteurs nord-américains et européens. Expo Hightex 2008 mettra l’accent sur les textiles techniques dans la protection (Protech) ; les textiles techniques dans le transport (Mobiltech) ; les textiles techniques dans la construction (Buildtech). Ces textiles spécialisés seront exposés par leurs fabricants et seront le sujet de plusieurs conférences données par des sommités œuvrant dans différents domaines. Cet événement permettra aux visiteurs de découvrir et d’apprendre sur des produits mettant en œuvre des technologies de pointe, de développer un réseau et d’engendrer des opportunités d’affaires. Il s’agit d’une occasion unique de découvrir le savoir-faire des fabricants de textiles techniques canadiens ! www.expohightex.com T

Since its first edition in 2000, Expo Hightex has proved an indispensable event for the Canadian technical textile industry. Expo Hightex 2008 will bring together key players in the industry for an exhibition, two complete days of world-class conferences, a prestigious gala

78

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE


SPECIAL EVENTS

ÉVÉNEMENTS SPÉCIAUX

WORKWEAR CANADA 2008 : LE PREMIER evening and the “BUYTEX” business networking sessions SALON CANADIEN DU VÊTEMENT DE which will be attended by some twenty North American TRAVAIL ET DES UNIFORMES CORPORATIFS À and European buyers. HAUTE PERFORMANCE Expo Hightex 2008 will highlight technical textiles in protection (Protech), technical textiles in transportation (Mobiltech) and technical textiles in construction (Buildtech). At Expo Hightex, these specialized textiles will be proudly displayed by their manufacturers and highlighted in a host of conferences by leading experts from various fields.

This event will enable visitors to discover and learn more about products on the cutting-edge of technology, develop a network and generate business opportunities. It’s a oneof-a-kind opportunity to discover the expertise of Canadian technical textile manufacturers. www.expohightex.com T

Le comité organisateur d’Expo Hightex 2008 annonce la tenue du premier Salon canadien du vêtement de travail et des uniformes corporatifs évolués, les 6 et 7 octobre 2008, au Marché Bonsecours de Montréal. Pour la première fois au Canada, les fabricants canadiens de vêtements de travail et d’uniformes corporatifs évolués seront rassemblés pour exposer leurs produits à l’occasion de Workwear Canada 2008. Les produits finis exposés se destineront aux secteurs de la métallurgie, de la pétrochimie, de l’électronique, des communications, de l’énergie, de l’industrie pharmaceutique, du transport et du bois, ainsi qu’aux sociétés publiques, le réseau de la santé et les premiers intervenants : services d’incendie, sécurité civile, police, armée et services ambulanciers.

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

79


SPECIAL EVENTS

ÉVÉNEMENTS SPÉCIAUX WORKWEAR CANADA 2008: THE FIRST CANADIAN ADVANCED WORKWEAR AND CORPORATE UNIFORM SHOW The organizing committee of Expo Hightex 2008 is pleased to announce the hosting of the first Canadian advanced workwear and corporate uniform show on October 6 and 7, 2008, at the Bonsecours Market in Montréal. For the first time in Canada, Canadian manufacturers of advanced workwear and corporate uniforms will be brought together to exhibit their products at Workwear Canada 2008.

Élément stratégique important, Workwear Canada 2008 fait partie intégrante d’Expo Hightex 2008, la huitième édition de la plus importante manifestation canadienne dans le textile technique, permettant donc un accès à toute la chaîne des produits textiles hautement performants et à valeur ajoutée. www.workwear-canada.com T

Finished products exhibited are destined for sectors such as metallurgy, petrochemicals, electronics, communications, energy, the pharmaceuticals industry, transportation and wood, as well as public corporations, the health network and first responders: fire services, public safety, the police, the army and ambulance services.

LA GRAINE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE A ÉTÉ SEMÉE

As an added strategic element this year, Workwear Canada 2008 is to be an integral part of Expo Hightex 2008, the eighth edition of the most important technical textiles event in Canada, providing visitors access to an entire chain of high-performance and value-added textile products. www.workwear-canada.com T

THE SEEDS OF SUSTAINABLE DEVELOPMENT HAVE BEEN SOWN On April 15, the Working Table on Sustainable Development (WTSD), presided by Yanne Larosa, assembled 125 members of the Canadian textile industry for a seminar on sustainable development. As a symbolic gesture, the event was held in the Biosphère, in Montreal. Following introductory words by Table President Yanne Larosa, four experts in the field took the podium: Claude Ouimet, Executive Vice-President and Executive Director of InterfaceFlor, Canada and Latin America (www.interfaceflor.com); Emmanuel Raufflet, associate professor at the HEC, Montréal; Jean-Sébastien Trudel, President of Ellipsos Inc. (www.ellipsos.ca); as well as Bob Willard, best-selling author of The Business Case for Sustainability (www.sustainabilityadvantage.com). For the speakers, it was clearly a subject that elicited conviction and passion. Backed with quotations from such famous figures as Winston Churchill and Albert Einstein, Claude Ouimet retraced the journey of InterfaceFlor, a company implicated in sustainable development since the late 1990s. He offered five

80

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

Le 15 avril dernier, la Table de travail sur le développement durable (T2D2) présidée par Yanne Larosa est parvenue à rassembler pas moins de 125 personnes, tous acteurs de l’industrie canadienne du textile, lors d’un colloque consacré à la question du développement durable. De manière symbolique, la manifestation s’est déroulée à la Biosphère de Montréal. Après le mot d’accueil, Yanne Larosa a cédé la parole à quatre experts du domaine, à savoir : Claude Ouimet, premier viceprésident et directeur général d’InterfaceFlor, Canada et Amérique latine(www.interfaceflor.com) ; Emmanuel Raufflet, professeur adjoint aux HEC, Montréal ; Jean-Sébastien Trudel, président de Ellipsos Inc. (www.ellipsos.ca) ; ainsi que Bob Willard, auteur à succès de l’ouvrage The Business Case for Sustainability (www.sustainabilityadvantage.com). Tous ont évoqué le sujet avec conviction et passion. À la lumière de plusieurs citations de grands personnages tels que Winston Churchill ou Albert Einstein, Claude Ouimet a retracé le parcours d’InterfaceFlor, impliqué dans le processus de développement durable depuis la fin des années 1990. Il a donné notamment cinq raisons pour lesquelles les entreprises du textile devraient entamer une démarche identique : la réputation, la réduction des coûts, l’attrait des jeunes talents, l’engagement et l’innovation. En ce qui concerne l’innovation, le « biomimétisme » est apparu comme un outil important ; InterfaceFlor a adopté cette méthode de travail en copiant la nature pour la réalisation de ses tapis de sol.


SPECIAL EVENTS

ÉVÉNEMENTS SPÉCIAUX

La T2D2, en collaboration avec Ellipsos et Jean-Sébastien Trudel, a mis au point le « Guide pour entreprendre une démarche de développement durable ». Cet ouvrage met en relief les différents outils et indicateurs disponibles pour une entreprise qui souhaiterait entamer ce travail de longue haleine. Parmi les notions présentées, on retrouve : I l’ACV, soit l’analyse du cycle de vie ; I l’empreinte écologique ; I les grilles d’analyse du développement durable. reasons why textile companies should undertake a similar process: reputation; cost reduction, attraction (retention) of young talents, commitment and innovation. In matters of innovation, “biomimicry” was cited as an important tool—a work method InterfaceFlor has adopted by copying nature to create its floor covers. The WTSD, in collaboration with Ellipsos and Jean-Sébastien Trudel, edited the Guide pour entreprendre une démarche de développement durable (Guide to Undertaking a Sustainable Development Process). This work highlights the various tools and indicators available to a company seeking to take on this long-term commitment. Concepts include: I LCAs, or life cycle analyses; I Environmental footprint; I Sustainable development analysis grids.

Selon Jean-Sébastien Trudel, il s’agit véritablement « d’évaluer, de mesurer et de diagnostiquer l’entreprise ». En plus du guide, Mari-Lou Cuillerier (agente industrielle principale de la division des programmes industriels) a présenté les initiatives entreprises par Ressources naturelles Canada dans le but d’accompagner les entreprises dans leur démarche de développement durable. Ainsi, des groupes de travail sont organisés, des études de cas sont proposées, et un accès à plusieurs programmes de financement est offert sous certaines conditions. Selon le comité organisateur, l’événement s’est avéré un vrai succès. Les objectifs annoncés par le président de la table de travail, à savoir « faire le bilan, être conscient de la situation actuelle et créer de l’intérêt sur le sujet », ont été largement atteints. « La graine du développement durable a été semée, à vous de l’arroser maintenant », a lancé Yanne Larosa. Pour plus de détails, visitez www.t2d2.ca T

According to Jean-Sébastien Trudel, it essentially involves “evaluating, measuring and diagnosing the company.” Along with the guide, Mari-Lou Cuillerier (Senior Industry Officer in Natural Resources Canada’s Industry Programs Division) presented initiatives launched by Natural Resources Canada to accompany businesses in the sustainable development process. In this way, working groups have been organized, case studies proposed, and access to a number of funding programs offered under certain conditions. The organizing committee qualified the event as a real success. The objectives stated by the working table president—“making assessments, being aware of the existing situation and creating interest in the subject”—were largely achieved. “The seeds of sustainable development have been sown; it’s up to you to water them,” said Yanne Larosa. For more information, visit www.t2d2.ca. T

82

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

CAP SUR LES AFFAIRES AU SALON OUTDOOR RETAILER SUMMER MARKET Outdoor Retailer (OR), principal salon professionnel du secteur du plein air, doit avoir lieu du vendredi 8 au lundi 11 août 2008 au Salt Palace Convention Center, dans la très belle ville de Salt Lake City, dans l’Utah. Organisé par la division Nielsen Sports Group de Nielsen Business Media, le salon estival OR Summer Market rassemblera fabricants, détaillants, médias et porte-parole de l’industrie pour stimuler l’activité commerciale du secteur des loisirs de plein air. Le salon OR, qui en est à sa 26e année d’existence, réunit environ 40 000 participants deux fois par an, pour ses éditions d’automnehiver et de printemps-été.


SPECIAL EVENTS

ÉVÉNEMENTS SPÉCIAUX

BUSINESS IS IN THE FORECAST AT THE OUTDOOR RETAILER SUMMER MARKET Outdoor Retailer, the leading outdoor industry business-tobusiness trade event, is scheduled to take place from Friday, August 8 to Monday, August 11, 2008, at the Salt Palace Convention Center, in beautiful Salt Lake City, Utah. Produced by the Nielsen Sports Group division of Nielsen Business Media, the OR Summer Market will bring together top manufacturers, retailers, industry advocates and media to conduct the business of the recreational outdoors. Currently in its 26th successful year, OR gathers approximately 40,000 attendees on a semi-annual basis for both its Fall/Winter/Holiday and Spring/Summer editions. With over 1,000 exhibitors expected, across some 420,000 square feet of exhibit space, more than 6,500 buyers will be flooding the halls to scout the latest in outdoor gear, gadgets, accessories, apparel and textile products. The enormous range of products to be displayed will involve practically every summer activity performed outdoors, from waterskiing and kayaking to camping, hiking, mountaineering, rock-climbing and kite-surfing. At the closing of the 2007 edition of the OR Summer market, show director Kenji Haroutunian said, “The overwhelmingly positive buzz at this year’s Summer Market paid tribute to the strength of today’s outdoor industry.” The 2008 edition is sure to give out an overall feeling of consciousness and attention to where the sportswear industry is heading. “In addition to hundreds of new product innovations, it was inspiring to see [last year] the vast array of progressive exhibitor initiatives focused on sustainability, social responsibility, advocacy and youth awareness; these are the programs that will help the industry attract new consumers in the years to come.”

Outre les plus de 1 000 exposants attendus, plus de 6 500 acheteurs envahiront les 39 000 mètres carrés (420 000 pi2) des halls d’exposition, à la recherche du dernier cri en matière d’équipement, de gadgets, d’accessoires, de tenues et de produits textiles de plein air. L’immense gamme de produits présentée embrassera quasiment toutes les activités de plein air se pratiquant l’été, du ski nautique au kayak, en passant par le camping, la randonnée, l’alpinisme, la varappe et la planche à cerf-volant. Lors de la clôture de l’édition 2007 de la foire estivale OR, Kenji Haroutunian, directeur de la manifestation, a déclaré que « les échos extraordinairement positifs enregistrés à ce salon d’été constituaient une reconnaissance de la vigueur du secteur du plein air d’aujourd’hui ». L’édition 2008 ne manquera pas de susciter un sentiment global de conscience et d’intérêt quant à l’orientation que prend l’industrie du vêtement de sport. « Outre les centaines d’innovations sur le plan des produits, il était stimulant de constater [l’an dernier] la grande variété d’initiatives d’avant-garde, de la part des exposants, qui étaient consacrées à la durabilité, à la responsabilité sociale, à la défense et à la sensibilisation des jeunes ; c’est ce genre de programme qui permettra à l’industrie d’attirer de nouveaux clients dans les années à venir. »

Project OR Reinforcing its position as the leading design hub for the outdoor industry, Outdoor Retailer will organize “Project OR,” a student design competition debuting at the Summer Market. The competition will highlight the design strength of the outdoor industry, and call attention to the importance of innovative new fabrication technologies to the market. The contestants, students selected from top design schools, will compete for an all-expenses-paid trip to Outdoor Retailer Winter Market ‘09 and a profile in Textile Intelligence. “Project OR will be an engaging forum for showcasing the unique product development story at Outdoor Retailer,” said Kenji Haroutunian. “This process invites young designers who represent our future to become involved with our community in a meaningful way during which they can use their creative juices. The unsung heroes of our industry, design professionals, have the daunting JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

83


SPECIAL EVENTS

ÉVÉNEMENTS SPÉCIAUX

Le « Project OR » Outdoor Retailer, qui renforce ainsi sa place de principale plaque tournante du stylisme consacré au plein air, organisera « Project OR » ; ce concours de style destiné aux étudiants sera lancé à la foire estivale. Le concours veut souligner le dynamisme de l’industrie du plein air sur le plan du stylisme et attirer l’attention sur l’importance des procédés de fabrication novateurs pour le marché. Les participants, tous des étudiants sélectionnés dans les écoles de stylisme les plus prestigieuses, essaieront de remporter un voyage tous frais payés au salon hivernal Outdoor Retailer Winter Market 2009, ainsi que leur portrait dans Textile Intelligence. « Project OR constituera un forum fascinant pour présenter l’histoire unique du développement d’un produit à Outdoor Retailer », explique Kenji Haroutunian. « Ce processus invite les jeunes stylistes, qui représentent notre avenir, à s’impliquer de façon significative avec notre communauté, ce qui leur donnera l’occasion de laisser libre cours à leur esprit créatif. Les héros méconnus de notre secteur d’activité, les stylistes professionnels, ont la lourde charge de concilier mode et fonctionnalité, innovation et tradition ou encore efficience et performance. Le Project OR attirera l’attention sur leurs défis quotidiens, dans un contexte interactif. »

L’industrie textile au salon OR task of blending function with fashion, innovation with heritage, and efficiency with performance. Project OR will call attention to their everyday challenge, in an interactive environment.”

The Textile Industry at OR The textile industry is expected to shine brightly at the Outdoor Retailer Summer Market, with more exhibitors than ever in the field of fibres, coated and uncoated fabrics, padding materials and more, including several from Canada. Incidentally, a Canadian delegation is currently being organised as a part of a CTT Group initiative, in collaboration with Industry Canada and Quebec’s MDEIE. For information on this and other of Team Textile Canada’s upcoming activities, visit www.teamtextilecanada.com, or contact Mathieu Rodrigue (mrodrigue@gcttg.com), at 1-877-288-8378. It is said that Outdoor Retailer is where orders are written, new accounts are found, connections are made and brands are launched. Proven to be the leading growth vehicle for brands that are interested in progressing and advancing into multiple channels of the outdoor marketplace,.OR attracts thousands senior level decision makers that are looking for outdoor specific products, services, brands, fresh ideas, apparel launches, and outdoor innovation. T

84

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

L’industrie textile devrait s’illustrer brillamment à l’Outdoor Retailer Summer Market, qui accueillera plus d’exposants que jamais dans les domaines des fibres, des tissus enduits et non enduits et des matériaux de rembourrage, pour ne citer que ceux-là ; nombre de ces exposants viendront du Canada. Accessoirement, le Groupe CTT, en collaboration avec Industrie Canada et le MDEIE du Québec, s’affaire à mettre en place une délégation canadienne dans le cadre d’une initiative plus large. Pour obtenir des renseignements à ce sujet ou sur les autres activités à venir d’Équipe textile Canada, veuillez visiter le site www.teamtextilecanada.com ou prendre contact avec Mathieu Rodrigue (mrodrigue@gcttg.com), au 1 877 288-8378. On dit que c’est au salon Outdoor Retailer que les commandes se passent, qu’on trouve de nouveaux comptes, qu’on noue des relations et qu’on lance de nouvelles marques. Reconnu comme le principal vecteur de croissance des marques désireuses d’enregistrer une progression et de se positionner dans différents canaux du marché du plein air, OR attire des milliers de décideurs de haut niveau à la recherche de produits, services, marques, nouvelles idées, lancements de vêtements et innovations destinés au plein air. T


ADVERTISERS’ INDEX INDEX DES ANNONCEURS TEL. #

WEB SITE WEB

PAGE

Bennett Fleet

418-681-4163

www.bennett-fleet.com

41

Cansew

1-800-361-7722

www.cansewspecialops.com

67

Comité sectoriel de main-d'œuvre de l'industrie du textile du Québec 819-477-7910

www.csmotextile.qc.ca

CTTM

514-939-4443

www.cttm.ca

13

Expo Hightex 2008

1-877-288-8378

www.expohightex.com

15

Groupe CTT Group

1-877-288-8378

www.gcttg.com

17

IFAI Expo

1-800-225-4325

www.ifaiexpo.com

81

www.nueller-frick.com

55

Jakob Müller

TEL. #

WEB SITE WEB

PAGE

Peerless Garment

204-774-5428

www.peerless.mb.ca

9, 79

PGI Difco

1-800-668-4724

Sageos

1-877-288-8378

www.sageos.com

33

Seaway Yarns

613-933-2770

www.seawayyarns.com

49

Silverclear

514-242-1409

www.silverclear.ca

7

Starchem Inc.

1-888-697-7340

www.star-na.com

IFC | C2

Stedfast

450-378-8441

www.stedfast.com

BC | C4

Texel

418-387-5910

www.texel.ca

IBC | C3

Textiflex

819-477-0050

11, 47, 83

JB Martin

1-800-363-9275

www.jbmartin.ca

39

Jomar

519-740-0510

www.jomarsoftcorp.com

21

Textile Industry Roadmap

Lincoln Fabrics

905-934-3391

www.lincolnfabrics.com

29

Titan Textile Canada Inc.

www.logistikunicorp.com

5

Vintex

Logistik Unicorp Matador

514-389-8221

Monterey

819-475-4333

www.matador.ca

3

43

Workwear Canada

53

YKK

71 www.textileroadmap.com

61

1-877-848-2689

www.titantx.ca

25

1-800-846-8399

www.vintex.com

69

www.workwear-expo.com

23

www.ykkfastening.com

57

514-332-3350

Coming up:

Prochain numéro :

The Textile Journal’s 125th Year Anniversary Issue – Collector’s Edition

Numéro spécial du 125e anniversaire de la Revue du textile

Photos: ©iStockphoto – Martin McCarthy (p. 24); Sven Hoppe (p. 26); Arpad Benedek (p. 32); Jim Pruitt (p. 32); Jeff Whyte (p. 34); Chris Kryzanek (p. 34); Remus Eserblom (p. 36-37); Andrew Parfenov (p. 40); Matthew Gonzalez (p. 40); Daniel Loiselle (p. 40); Ina Peters (p. 72-73); Magdalena Lates (p. 74-75, 77); Cecilie Johanse (p. 74); Blair Madigan (p. 76-77).

SUBSCRIPTION

R AT E S

|

TARIFS

Canada 45 $ CAD per year | par année 80 $ CAD for 2 years | pour 2 ans Plus 5% G.S.T. | Plus 5 % pour la TPS. Quebec residents add 7.5% P.S.T. | Les résidents du Québec doivent ajouter 7,5 % pour la TVQ. U.S.A. | É.-U. 55 $ US per year | par année Other countries | Autres pays 55 $ US per year | par année Single copies | Exemplaires à l’unité Canada : 15,00 $ U.S.A. | É.-U. : 15,00 $ US Other countries | Autres pays : 15,00 $ US

D’ABONNEMENT

The Textile Journal is published four times a year. La Revue du textile est publiée quatre fois par année. The Textile Journal is not responsible for unsolicited manuscripts.With the acceptance of an article for publication, the right to publish and translate is transferred to The Textile Journal. The contents of this publication may not be reproduced in whole or in part, by any means (including electronic, mechanical or photographic), without the prior written consent of the publisher. www.textilejournal.ca

La Revue du textile ne peut être tenue responsable pour les manuscrits non sollicités. Dans l’éventualité qu’un article soit retenu pour être publié, les droits de reproduction et de traduction deviennent l’acquis de la Revue du Textile. Le contenu de cette publication ne peut être reproduit en tout ou en partie, par quelque procédé que ce soit, et notamment par de procédés électroniques, mécaniques ou photographiques, sans le consentement écrit de l’éditeur. Canadian Publications Mail Product Sales Agreement No. 40068979 ISSN : 0008-5170 Mailed at / posté par : Publications 9417, Victoriaville, Québec

U.S. office of publication | Bureau américain : Lewiston, NY. Second class postage paid at Lewiston, NY. U.S.P.S. #006-825 Canada Post – Send address changes to | Postes Canada – Veuiller faire part des changements d’adresse à : The Textile Journal | La Revue du textile 3000 Boullé, St-Hyacinthe (Québec) Canada J2S 1H9 Tel./Tél. : (450) 778-1870 Fax/Téléc. : (450) 778-9016 MEMBER OF | MEMBRE DU CANADIAN BUSINESS PRESS PRINTED IN CANADA ON RECYCLED PAPER | IMPRIMÉ AU CANADA SUR PAPIER RECYCLÉ

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE

85


A G E N D A THE AMERICAS | LES AMÉRIQUES JULY 16-17 JUILLET Construction Expo Baltimore, Maryland, USA www.constructionexpo.com

SEPTEMBER 14-23 SEPTEMBRE International Code Council Minneapolis, Minesota, USA http://abm.iccsafe.org

SEPTEMBER 24-25 SEPTEMBRE Construction Expo New York, New York, USA www.constructionexpo.com

OCTOBER 15-17 OCTOBRE IBEX 2008 Miami, Florida, USA www.ibexshow.com

AUGUST 7-10 AOÛT Outdoor Retailer Summer Market 2008 Salt Lake City, Utah, USA www.outdoorretailer.com

SEPTEMBER 15-17 SEPTEMBRE Air & Space Conference & Expo 2008 Washington, D.C., USA www.afa.org

SEPTEMBER 23-24 SEPTEMBRE Oil Sands Trade Show 2008 Edmonton, AB, Canada www.petroleumshow.com/oilsands

OCTOBER 21-23 OCTOBRE IFAI EXPO 2008 Charlotte, NC | Car. du N., USA www.ifaiexpo.info

SEPTEMBER 16 SEPTEMBRE AIAC 2008 AGM & Conference Ottawa, Ontario, Canada www.aiac.ca

SEPTEMBER 25-26 SEPTEMBRE IIDEX NEOCON 2008 Toronto, Ontario, Canada www.iidexneocon.com

OCTOBER 23-25 OCTOBRE Exintex 2008 Puebla, Mexico | Mexique www.messefrankfurt.com.mx

SEPTEMBER 19-24 SEPTEMBRE NSC 2008 Anaheim, CA, US http://congress.nsc.org

OCTOBER 1-3 OCTOBRE Fiber Society Annual Meeting 2008 Boucherville, Québec, Canada www.thefibersociety.org

NOVEMBER 4-5 NOVEMBRE Construct Calgary Calgary, Canada www.constructcalgary.com

SEPTEMBER 21-24 SEPTEMBRE CGS 2008 Edmonton, Alberta, Canada www.geoedmonton08.ca

OCTOBER 6-7 OCTOBRE Expo Workwear 2008 Montréal, Québec, Canada www.workwear-expo.com

NOVEMBER 4-6 NOVEMBRE AAPEX 08 Las Vegas, Nevada, USA www.aapexshow.com

SEPTEMBER 21-24 SEPTEMBRE 61st Canadian Geotechnical Conference Edmonton, Alberta, Canada www.geoedmonton08.ca

OCTOBER 6-7 OCTOBRE Expo Hightex 2008 Montréal, Québec, Canada www.expohightex.com

NOVEMBER 5-6 NOVEMBRE Canadian Waste & Recycling Expo Toronto, Ontario, Canada www.usa.messefrankfurt.com

OCTOBER 6-8 OCTOBRE National Safety Council 2008 Chicago, Illinois, USA www..congress.nsc.org

NOVEMBER 5-6 NOVEMBRE OESA OUTLOOK CONFERENCE 08 Detroit, MI, US http://oesa.org

OCTOBER 6-8 OCTOBRE NBAA 2008 Orlando, Florida, USA http://web.nbaa.org

NOVEMBER 5, 19 NOVEMBRE Contech Montréal Building Event Montréal, Québec, Canada www.contech.qc.ca

NOVEMBER 4-6 NOVEMBRE Railway Interiors Expo 2008 Amsterdam, Netherlands | Pays-Bas www.railwayinteriors-expo.com

NOVEMBER 26-27 NOVEMBRE DEC’AUTEX 08 Mulhouse, France www.decautex.com

DECEMBER 3-4 DÉCEMBRE AEROMART 2008 Toulouse, France www.aeromart.tm.fr

AUGUST 26-29 AOÛT Intertextile Shanghai Home Textiles 2008 Shanghai, China | Chine www.messefrankfurt.com.hk

OCTOBER 10-12 OCTOBRE Texworld India 2008 Bombai, India http://interstoff.messefrankfurt.com

AUGUST 13-14 AOÛT Construction Expo Austin, Texas, USA www.constructionexpo.com AUGUST 14-16 AOÛT IAFC – Fire-Rescue International (FRI) 2008 Denver, Colorado, USA http://heimtextil.messefrankfurt.com AUGUST 27-29 AOÛT XVII FISP, FISST – VIII FIRE SHOW Sao Paulo, Brazil | Brésil www.feirasnacipa.com.br SEPTEMBER 8-11 SEPTEMBRE INTC 2008 Houston, Texas, USA www.eventseye.com SEPTEMBER 8-11 SEPTEMBRE SAMPE 2008 Memphis, Tennessee, USA www.netcomposites.com SEPTEMBER 9-11 SEPTEMBRE Aircraft Interiors Expo Long Beach, CA, US www.aircraftinteriorsexpo-us.com

SEPTEMBER 21-24 SEPTEMBRE CAFC 2008 Whitehorse, Yukon, Canada https://www.cafc.ca SEPTEMBER 21-23 SEPTEMBRE Western Canadian Aerospace Alliance Conference Jasper, Alberta, Canada http://aviationalberta.com

EUROPE & AFRICA | EUROPE ET AFRIQUE OCTOBER 7-8 OCTOBRE FILTREX, Filtration Conference Cologne, Germany | Allemagne www.environmental-expert.com

ASIA | ASIE JULY 10-12 JUILLET Intertextile Pavilion 2008 Shenzhen, China www.messefrankfurt.com.hk JULY 27-31 JUILLET ITMA ASIA + CITME 2008 Shanghai, China www.itmaasia.com

86

OCTOBER 8-10 OCTOBRE Interstoff Asia Essential 2008 Hong Kong, China | Chine www.interstoff.com

JULY | JUILLET 2008 THE TEXTILE JOURNAL | LA REVUE DU TEXTILE



Volume 127 #4 - October 2010 - Octobre 2010