Issuu on Google+

Association Française de Thermographie Infrarouge – www.aftib.org

10

Sept. 2012

AFTIB

Inscrivez-vous à la newsletter et devenez adhérent depuis notre page d’accueil www.aftib.org

Le mot du président Les conclusions de la Conférence Environnementale organisée par le nouveau gouvernement (voir page 4) viennent soutenir le travail déjà initié par le Plan Bâtiment Grenelle, poussant même encore plus loin les objectifs visés. Évidemment, il reste à savoir quels moyens seront mis en œuvre pour y parvenir, à commencer par le financement. Cependant, c’est la preuve que les objectifs prioritaires d’amélioration des performances énergétiques dans le domaine du bâtiment dépassent les clivages politiques. Le travail ne fait que démarrer, tant l’ampleur de la tâche est considérable. Opérateurs en thermographie infrarouge, on compte sur vous ! Jacques AMSELLEM

Actualités de l’AFTIB

AU SOMMAIRE Actualités de l’AFTIB

p.1

Évaluer le stress hydrique des cultures p.2 La thermographie infrarouge stimulée p.3 Retour sur la Conférence environnementale p.4 A vous de jouer : étude de cas pratique p.4

Bienvenue à Thierry LORIOUX ! L’Association a le plaisir d’annoncer la nomination de Thierry LORIOUX en qualité de vice-président de l’AFTIB. Thierry possède un Doctorat en Spectrométrie de flammes par rayonnement infrarouge. Il est représentant de sociétés étrangères en instrumentation et contrôle industriel. D’autre part, il est négociant de matériel de mesure et de contrôle industriel destiné aux processus de fabrication. Enfin, il forme, chaque mois, les stagiaires de la formation professionnelle de l’AFTIB. Remerciements L’AFTIB tient à remercier le soutien actif de la famille LE RIBAULT, pour qui le bâtiment ne semble plus avoir de secrets, entre un père entrepreneur en bâtiment et deux fils, opérateurs en thermographie infrarouge !

Prochaines formations Parution bimensuelle La seule newsletter francophone pour suivre toute l’actualité de la thermographie infrarouge : découverte des applications relatives au bâtiment, aux industries, au milieu médical, revue et test des matériels de thermographie IR, certification, assurances et responsabilités de l’opérateur…

Newsletter diffusée par l’AFTIB – ©AFTIB 2012 www.aftib.org Contact : presse@aftib.fr Rédaction et conception graphique : Greenvibes SARL www.greenvibes.fr

Module thermographie infrarouge (2 jours) : MASSY TGV (Île-de-France): 7-8 novembre, 5-6 décembre 2012 - BORDEAUX, PERPIGNAN, CHAMBERY: voir le site Module infiltrométrie et étanchéité à l’air (1 jour) : MASSY TGV (Île-de-France): 9 novembre, 7 décembre 2012 Toutes les infos et les programmes sur : www.aftib.org/formation-thermographie.php

PARUTION DE NOTRE GUIDE SUR LA THERMOGRAPHIE APPLIQUEE AUX BATIMENTS

Il arrivera avec un peu de retard. Nous avons le plaisir de vous annoncer la sortie prochaine de l’ouvrage « Guide pratique de la thermographie appliquée aux bâtiments », édité par l’AFTIB. Véritable guide d’initiation à la thermographie, ce livre fait un tour d’horizon complet de l’outil, des principes scientifiques à l’utilisation d’une caméra, des applications aux bâtiments (y compris les panneaux solaires) aux méthodologies d’investigation. Parution : fin 2012. Prix : 47 €. Pour toute commande ou demande d’information, envoyez un mail à : sandrine@aftib.fr

1|Page


Évaluer le stress hydrique des cultures Une équipe de chercheurs de l’Institut de recherche agronomique chilien vient de présenter les résultats d’une étude sur l’utilisation de la thermographie infrarouge pour évaluer le stress hydrique de champs d’oliviers, c'est-à-dire le stress subit par la plante exposée à un environnement sec. En effet, des études antérieures ont montré qu’il existait une corrélation nette entre la quantité d’eau reçue et la taille des feuilles, influant ensuite sur la productivité des végétaux. Les chercheurs ont donc mis en place un système de capture infrarouge pour suivre la croissance des oliviers en s’appuyant sur la propriété des plantes à augmenter leur activité photosynthétique lorsqu’elles ne subissent pas de stress hydrique. Pour cela, elles déploient pleinement leurs feuilles. Ainsi, lorsque l’eau est disponible, l’activité s’intensifie : les plantes déroulent leurs feuilles, la photosynthèse augmente, tout comme la température foliaire. Les plantes émettent alors dans le proche infrarouge.

Dans le cas contraire, elles vont chercher à conserver l’eau en rétractant leurs feuilles : l’activité est réduite et la température s’abaisse. Ces modifications ont été suivies par thermographie et analysées via un logiciel spécialement développé (Thermol V1.0). L’équipe a ainsi pu déterminer un Indice de l’État Hydrique de la Culture (Crop Water Stress Index), indiquant une corrélation nette entre le stress mesuré et la taille des tiges. Cette étude confirme les résultats de recherches similaires sur d’autres cultures (pomme de terre, blé, couverts forestiers…), démontrant les bénéfices du recours à la thermographie pour évaluer l’état hydrique de la végétation. Références : Best S., Quintana R., Leon L. (2012) Development of a plant water stress model, based on infrared thermography, and their application in an olive oil orchard, présentation lors de la International Conference of Agricultural Engineering, Valence, 8-12 juillet 2012 Kotchi, S. O. (2004) Détection du stress hydrique par thermographie infrarouge. Application à la culture de la pomme de terre, mémoire de maîtrise, Université Laval, Faculté de foresterie et géomatique.

L’AFTIB est une association indépendante, non affiliée à une marque partenaire. La publicité contribue à financer la newsletter.

PUBLICITE

Mini Quizz : trouvez l’intrus ! Réponses : A (newsletter n°6), B (n°1), C (n°3), D (n°9)

La thermographie infrarouge est appliquée à de nombreux domaines. Quels sont ceux ayant déjà fait l’objet d’un article paru dans la newsletter de l’AFTIB : A. Le cinéma B. La volcanologie C. L’élevage avicole D. Le sport

2|Page


La thermographie infrarouge stimulée La thermographie infrarouge stimulée (ou TIS) est une technique de plus en plus usitée dans un nombre croissant de secteurs. Mais de quoi s’agit-il précisément et comment est-elle mise en œuvre ? La thermographie infrarouge stimulée consiste à effectuer des mesures de matériaux en chauffant préalablement leur surface. Cette stimulation permet d’identifier plus facilement leurs défauts en les rendant plus visibles à la caméra. Cela en fait donc une technique très appréciée, entre autres, dans l’industrie. En effet, certaines anomalies sont peu détectables à température ambiante. Mais lorsque la surface est chauffée, elle restitue la chaleur de façon relativement homogène, sauf lorsqu’il y a présence de défauts où le différentiel de température observé à la caméra diverge par rapport au reste de la surface.

Dépendantes du dire d’expert, elle est laborieuse à mettre en place sur de grandes surfaces (des échafaudages devant être parfois installés en présence notamment de fresques) et oblige à toucher des œuvres d’art souvent fragiles. La technique a ainsi été appliquée pour étudier des peintures (ex. le Saint Christophe de la collection Campana du Louvre), mais aussi des fresques d’édifices religieux (ex. abbaye de Saint Savin sur Gartempe, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO – photo ci-dessous) ou des peintures murales antiques (ex. villa Kerylos, Beaulieu sur Mer).

L’exemple de l’aéronautique L’intérêt de la TIS est de pouvoir fournir des données sur la profondeur des défauts identifiés grâce à la façon dont leur différentiel thermique évolue après exposition à la chaleur (temps d’apparition du défaut, intensité du contraste, persistance de l’image). L’analyse de ces données rend alors possible la cartographie du volume endommagé d’un matériau – une méthode développée notamment par l'Onera (Office national d'études et recherches aérospatiales). Son champ d’application est vaste et les industriels la plébiscitent de plus en plus. On retrouve notamment son utilisation dans l’aéronautique. Le groupe Duqueine l’a ainsi adoptée pour vérifier la qualité des composites utilisés pour un capot moteur destiné à un banc d'essai de maintenance de réacteur d'A 380. La pièce est chauffée à l’aide d’une lampe flash de 6000 W. Les défauts sont alors mis en évidence au travers des anomalies détectées dans la diffusion de la chaleur dans le matériau. Cette technique révèle des défauts bien plus petits que le simple recours à la thermographie infrarouge classique. La TIS dans le monde de l’art L’utilisation de la TIS peut cependant trouver des applications dans des domaines plus inattendus, comme l’analyse de peintures murales en vue d’être restaurées. Les anomalies recherchées portent sur la présence éventuelle de décollements d’enduits ou des déplacages. En effet, la méthode traditionnelle consistant à effectuer des sondages acoustiques montrent vite ses limites.

Une méthode amenée à se développer A l’instar de l’aéronautique, la méthode facilite l’identification de vides, en fournissant des informations sur leur profondeur et leur épaisseur. De surcroît, sa rapidité et sa facilité de mise en œuvre tout en offrant des résultats plus fiables que la méthode acoustique fond de la TIS une technique qui devrait être largement utilisée dans les années à venir. Références : BODNAR J.-L., CANDORE J.-C., DETALLE V., GROSSEL P. (2009) Aide à la restauration de peintures murales du patrimoine par thermographie infrarouge stimulée, congrès annuel de la Société Française de Thermique, Vannes, 26-29 Mai 2009 CETIM (2012) Le groupe Duqueine flashe les défauts, communiqué de presse Site de l’ONERA – "Comment voir les défauts cachés ?"

3|Page


Retour sur la Conférence environnementale Lors de la Conférence environnementale qui s’est tenue les 14-15 septembre derniers, le gouvernement a fait de la rénovation du parc immobilier une priorité absolue, devant mettre un million de logements aux normes énergétiques par an. Le Premier ministre JeanMarc Ayrault a déjà annoncé la mise en place d’un "guichet unique de la rénovation", chargé de conseiller les ménages souhaitant engager des travaux en ce sens.

© Bernard Suard/METL-MEDDE

Cet objectif doit s’appliquer dès 2013 pour atteindre quatre millions de logements rénovés d'ici la fin du quinquennat, un rythme résolument effréné revenant à doubler le rythme actuel (400 à 550 000 logements neufs et anciens rénovés). Or, la question des financements est loin d’être résolue, ce qui posait déjà problème à la suite du Grenelle Environnement. L'Ademe et l'Anah doivent plancher sur cet enjeu crucial, mais l’annonce du premier ministre d’un guichet unique indique d’emblée un souci de simplifier et d’améliorer les dispositifs existants (EcoPTZ, crédit d'impôt…). Reste à savoir qui gèrerait cette structure, mais tout porte à croire que les collectivités territoriales seraient certainement sollicitées. Comme l’a rappelé le président François Hollande, "l’essentiel du marché de la rénovation thermique sera constitué de petits chantiers qui feront appel aux compétences de nos artisans et de nos PME." Les opérateurs en thermographie infrarouge, outil incontournable de la mesure des performances énergétiques du bâti, vont avoir du pain sur la planche !

A vous de jouer ! Etude de cas pratique Le thermogramme ci-dessous montre la toiture d’un bâtiment présentant de larges zones colorées en rouge, ce qui indique une température apparente de surface bien plus élevée que le reste du bâtiment. A la vue de cette image, peut-on conclure que nous sommes en présence de déperditions thermiques ?

Sans information sur l’heure à laquelle le thermogramme a été réalisé, il est impossible de conclure. En effet, l'heure durant laquelle la thermographie infrarouge a été réalisée peut inévitablement conduire en erreur une personne non avertie. En réalité, dans les heures précédant cette mesure, le soleil était présent et ce bâtiment a été exposé à son rayonnement. Le thermogramme n’illustre en fait qu'un phénomène de restitution, par la couverture, d'énergie solaire accumulée durant les heures qui ont précédé. Vous aussi avez croisé des exemples intéressants ? Envoyez-les à l’AFTIB (presse@aftib.fr) avec votre analyse pour les publier.

4|Page


Newsletter N°10