JSH® Magazine #02/2021 - Special "Circuits Courts" Issue

Page 1

145e ANNÉE

® SINCE 1876

CIRCUITS COURTS

JSH.SWISS 2021 / #02 HORS-SÉRIE CIRCUITS COURTS ISSN 1422-9323 ABO CHF 18.76 / AN CHF 14.50 | € 12,91

Un four solaire dans le Jura suisse en 2022? Une production d’acier horloger à partir des copeaux alentours? Des déchets devenus précieux, des chutes de fenouil, de pomme ou de raisin qui se muent en bracelets de montre? La science y est pour beaucoup, la conscience aussi. JSH® Magazine, du haut de ses 145 ans et en vertu de son passé d’organe officiel des grands événements horlogers (SSC, Foire de Bâle), se doit de militer pour l’excellence et le luxe ultimes, ceux de la vertu.



L’ère

des possibilistes...

En soi, la montre mécanique est déjà éco-responsable! Qui fabrique aujourd’hui en effet, un bien de consommation appelé à fonctionner lorsque l’on dort, à durer toute une vie et à se laisser réparer? Car, à contre-courant de tous nos moteurs domestiques, le garde-temps et son calibre sont les seuls dépourvus de on-off. Qu’il est loin de toute forme d’obsolescence programmée, cet esprit horloger qu’un fondateur de Piaget résumait à la formule du «faire mieux que nécessaire»! Aujourd’hui, le secteur, comme tout bras industriel, se pose les bonnes questions. Pas parce qu’elles sont dans l’air, mais plutôt parce que la quête de l’excellence ne peut faire l’économie des bien-être alentours, humain et nature inclus. Puis, audelà des consciences qui s’éveillent et se mobilisent, il y a simplement le pragmatisme: les ressources ne sont pas infinies, les minerais appelés à tarir, les mauvaises pratiques à disparaître. Toi qui me lis régulièrement, tu le sais, j’adore les nouveaux mots. Ceux qu’il suffit de titiller pour qu’ils s’invitent naturellement dans nos discours. Au détour d’une réponse de Raphaël Broye, propriétaire et directeur de Panatere SA, j’ai trouvé «possibiliste»! Et si, après l’ère des influenceurs, rassasiés de followers et égocentriquement étourdis par leur nombril, naissait une nouvelle espèce, les possibilistes? Ceux qui, d’un rêve, d’une réflexion-réaction ou d’un sursaut de créativité, s’embarquent

sans ménager leurs efforts sur les chemins improbables de la faisabilité. Avec, en ligne de mire, la concrétude, la réalisation. Les possibilistes sont de sortie. Ils rendent possibles les avancées, à force de travail, d’opiniâtreté. Qu’on le veuille ou non, juste parce que c’est logique et que son initiateur a ajouté à la difficulté de son projet l’idée que son matériau sera économiquement compétitif aux cours du marché, un ou plusieurs fours solaires se dresseront dans la Watch Valley. On parie? Qu’y pourront les inévitables oppositions qui butteront une fois encore contre l’implacable dialectique de la raison? Elles risquent d’être sous le coup de l’émotion, le coup de soleil. L’émotion, c’est une des missions d’une information magazine. Du haut de ses 145 ans, reconnu comme la voix du secteur, le journal suisse d’horlogerie JSH, c’est son ADN, donne la parole aux possibilistes, à ceux qui font avancer les nobles causes. Circuits courts? Un jour, le luxe ultime, le vrai, sera celui que le consommateur exigera, celui qui a le moins de taches. Pureté du matériau? Pas seulement! Aussi la pureté de son extraction, de sa transformation et, c’est inexorable, de sa réutilisation.. Joël A. Grandjean* / Rédacteur en Chef

*A suivre aussi sur Swiss-Watch-Passport.ch by JSH, magazine horloger français anglais.

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #02

3


Moments

Kari Voutilainen

verdure et vertiges

Prise de hauteur! C’est dans le fameux Chapeau de Napoléon, cette altière bâtisse surplombant le Val de Travers, que l’horloger de niche Kari Voutilainen vient de se nicher. Parmi ses 60-70 montres annuelles, voici qu’un gardetemps en série numérotée de 12 pièces s’offre une boîte en acier solaire 100% recyclé, taillée dans la première coulée issue du four solaire de Mont-Louis (PyrénéesOrientales). Tandis qu’une de ses Observatoire des débuts vient de s’envoler à l’encan à trois fois sa valeur initiale de CHF 51’000.00, tandis que ronronnent d’anciennes machines rutilantes arrachées à l’oubli de l’Histoire horlogère et

manipulées par de jeunes horlogers chanceux de baigner dans ce bain permanent de transmission des savoirs, le maître des lieux évoque cette fonderie d’Inox dans son pays natal qui à elle seule, sans parler de sa pollution, avale 5% de l’électricité finlandaise! Par un geste concret, en plus de 900 références conçues à l’interne qui représentent 16’000 composants annuels usinés et finis à partir d’acier, de maillechort, de laiton, d’argent, d’or ou de titane, il affiche sa prise de conscience. Et d’initier, à sa manière, l’entrée dans l’ultraluxe de valeurs durables. Le temps, semble s’être arrêté là-haut, quelque part au-dessus de Fleurier. Par Albert-J. de Buttes-LaCôte / TàG Press +41

Photo: Le Chapeau de Napoléon est situé sur la partie est de la montagne se terminant à Saint-Sulpice en Suisse. Depuis 1894, sa situation en surplomb offre la vue panoramique sur tout le Val-de-Travers. Depuis l’ouest de la vallée, la montagne avec son arête rocheuse ressemble à l’aile d’un bicorne, chapeau rendu célèbre par Napoléon. Photos @Voutilainen

4

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #02


Une micro-série collector?

S’il taquine de temps à autre des matières aussi périlleuses à travailler que le Tantale ou le Niobium, les douze 28SC-SB (Sun Bird) réalisées par cet artisan d’horlogerie d’art moult fois primé sont toutes aussi rares. Elles proviennent de la première barre d’acier AISI 316L nuance 4441 proposée par Panatere à partir du recyclage de copeaux récoltés dans le Jura et fondus grâce à de l’énergie solaire. A l’intérieur, le fameux calibre Vingt-8, dont l’échappement et le spiral sont uniques et innovants. Kari Voutilainen promeut l’horlogerie dans ce qu’elle a de plus noble. Ses finitions ultimate s’expriment aussi sur ce cadran bicolore en argent, guilloché main et doté d’appliques en or. Jusqu’ici réputé pour l’unicité de ses pièces ouvertes aux personnalisations, le maître propose ici une micro-série totalement assumée de 12 pièces. C’est une première!

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #02

5


Hors-Série 2021 JSH® Magazine Organe officiel de JSH Archives & Patrimoine, association fondée pour faire revivre le Journal Suisse d’Horlogerie (JSH), le plus ancien magazine horloger, et pour digitaliser l’ensemble de ses éditions entre 1876 et 2002. JSH Archives & Patrimoine Case Postale 3238 – Etienne Dumont 5 CH-1211 Genève 3, Suisse www.journal-suisse-horlogerie.swiss Hors-série Circuits Courts Partenaire Panatere SA, Saignelégier, Suisse info@panatere.com +41 32 427 00 00‬ Editeur et rédacteur en chef Joël A. Grandjean, journaliste RP jag@jsh.swiss m +41 76 328 03 79 | tel +41 44 586 79 27 Journalistes Ollivier Broto, journaliste, expert horlogerie / TàG+41 obroto@tagpress41.info Isabelle Cerboneschi, journaliste éditrice All-I-C Magazine isabelle.cerboneschi@all-i-c.com Henri-Maxime Khedoud, journaliste / TàG+41 hmkhedoud@gmail.com Albert-J. de Buttes-LaCôte, journaliste / TàG+41 ajdlc@tagpress41.info Experts, comité de rédaction Emmanuel Alder / TàG+41 emmanuel.alder@gmail.com Cloe Biessy (DOTS Communications) c.biessy@dotscomms.com +41 78 656 40 29‬ Raphaël Broye raphael.broye@panatere.com Liselotte Thuring liselotte.thuring@panatere.com Lee Warrien, rédacteur / TàG+41 lwarrien@tagpress41.info Agences de presse: TàG Press +41, Agence de presse Case Postale 3238 – Etienne Dumont 5 CH-1211 Genève 3, Suisse www.tagpress41.info ProWatCH Culture & Savoirs Horlogers Suisses presidence@prowatch.ch

Photographes, crédits photos DR / Visuels & photos libres de droits fournis par les structures citées: Panerai, Panetere, Precycliing SA, ID Genève, Voutilainen, RTS, République et Canton du Jura, Promotion économique, All-I-C Magazine, FHS, Commune de Font-Romeu-Odeillo-Via, France Copyrights: ©Malaika-InsideMag ©Tonatiuh-Daniela ©RTS-Screen-Captures ©Bigstock-TaGPress ©David-Olifson @JSH @ProWatCH ©TàGPress41 Service de traductions St-LuSwiss st.luswiss@gmail.com Shaniah Asha Gibson, présidente Spéciales dédicaces Marie Demille, Peter G. Rebeiz, Dave-William, Ralf-Arnaud, Manon, Zoé Maquette originale Copyrights et droits d’auteur Bernard Marendaz Sur cession spéciale à Joël A. Grandjean b.marendaz@optiproduction.com Press design & mise en page Gael Lugaz / Brandlift, graphisme, press design hello@brandlift.ch Partenariats, Relations Publiques Association JSH, Archives & Patrimoine adv-pr@jsh.swiss Philippe Perret du Cray (PPDC) Secrétaire Général ppdc@jsh.swiss James Cambrésy Partnerships Supervisor james.cambresy@jsh.swiss Abonnements & Soutiens presidence@jsh.swiss Compte CCP 15-269360-9 IBAN CH84 0900 0000 1526 9360 9 BIC/SWIFT POFICHBEXXX Compte en € sur demande

145e ANNÉE

® SINCE 1876

CIRCUITS COURTS

JSH.SWISS 2021 / #02 HORS-SÉRIE CIRCUITS COURTS

Un four solaire dans le Jura suisse en 2022? Une production d’acier horloger à partir des copeaux alentours? Des déchets devenus précieux, des chutes de fenouil, de pomme ou de raisin qui muent en bracelets de montre? La science y est pour beaucoup, la conscience aussi. JSH® Magazine, du haut de ses 145 ans et en vertu de son passé d’organe officiel des grands événements horlogers (SSC, Foire de Bâle), se doit de militer pour l’excellence et le luxe ultimes, ceux de la vertu.

ISSN 1422-9323 ABO CHF 18.76 / AN CHF 14.50 | € 12,91

La une du Journal Suisse d’Horlogerie fondé en 1876.

Hors-Série JSH® Magazine, Circuits Courts. Le plus ancien Journal Suisse d’Horlogerie fondé en 1876 s’engage aux côtés de Panatere afin de rendre possible l’implantation d’un ou de plusieurs fours solaires dans la Watch Valley.

Moments 03

Edito Les possibilistes

8, 24

Interviews cash Raphaël Broye, Expresso avec… Le point avec Jean-Daniel Pasche, président de la FHS

30

Ils en disent Le politique, le formateur

Moteur 11

L’étude Quantis Comment ça marche? Le verdict des chiffres

Abonnements Abonnement annuel CHF 18.76 abo@jsh.swiss / CHF 18.76/an ©JSH®, marque déposée Toute reproduction même partielle des articles, photos et illustrations parus dans JSH® – Journal Suisse d’Horlogerie est encouragée sous toutes ses formes, éditoriales ou électroniques, sous réserve de demande préalable et d’autorisation presidence@jsh.swiss Swiss-Watch-Passport.ch Une reprise partielle des contenus journalistique de JSH® Magazine est publiée également en anglais sur ce magazine horloger en ligne

Matières 14

L’or noir du Jura La noblesse des copeaux, la vertu des rebuts

19

Les révolutionnaires Cru classé au poignet?

Métiers 20

Les possibilistes Noëlla, la Top Model. Mike, l’aventurier Talents: les éboueurs de la conscience

Marché 26

6

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #02

Tissus, l’appel de la vertu Invitée, Isabelle Cerboneschi


Four solaire en 2022? 2017-2021

Mise en place d’un système de tri sélectif de l’acier inoxydable, organisation de la supply-chain Collecte de l’acier inoxydable en circuit court sur 50 Km2 auprès de 40 partenaires industriels. Acier inoxydable 100% recyclé: essais de fonte en laboratoire puis 1000kg. Validation de la qualité de l’acier par un laboratoire accrédité Acier inoxydable 100% recyclé: Fonte de 50’000kg Preuve de concept: essais de fonte de 20kg d’acier inoxydable 100% recyclé et solaire.

2021-2022, et suivantes

Etude d’industrialisation pour la fabrication de l’acier inoxydable 100% recyclé et solaire Réalisation du CTSM (Centre de Traitement Solaire des Métaux) pour la fabrication de 200 tonnes par année d’acier inoxydable 100% recyclé et solaire d’ici 2025.

Dans l’agenda

Salon EPHJ, le 6 septembre 2021 (10h-11h30) à Genève-Palexpo Participation de Raphaël Broye à la table ronde «Traçabilité et durabilité: les nouvelles exigences de l’horlogerie sur les fournisseurs» Modération: Joël A. Grandjean, JSH Magazine

Actualités du Hors-Série Circuits Courts à suivre sur Swiss-Watch-Passport.ch (by JSH)

Quelques médias 2021

5 juillet> Europa Star: Kari Voutilainen 27 juin> JSH Magazine, Journal Suisse d’Horlogerie: L’acier solaire du Jura? Du lourd zéro carbone chez Panatere 8 juin> Europa Star: Les multiples vies de l’acier horloger 14 juin> MSM: L’économie circulaire appliquée à l’horlogerie Mai> Europa Star: De l’acier recyclé grâce au solaire pour l’horlogerie 7 mai> Le Temps: Quand les montres se cachent pour mourir 7 mai> RTS – Emission Couleurs Locales: Montres 100% écologiques 8 avril> Quotidien Jurassien: Une entreprise pionnière 30 avril> Innovator’s Guide Switzerland / Swiss Institute of Science: The first solar steel castings Mars> Objectif Emploi Jura: Panatere, pionnière horlogère dans le recyclage d’acier 18 mars> Terre Nature: Ils recyclent l’acier du Jura 3 mars> Revue de la FHH (Fédération Horlogère Suisse): Recycler pour mieux durer, une bonne ID 15 février> ArcInfo: Le rêve d’une horlogerie à zéro déchet 1er février> RTS, Télévision nationale Suisse: Une montre en acier 100 % recyclé 26 janvier> RTS radio: «plus que de l’acier inoxydable 100% recyclé… prochainement un acier solaire local» 20 janvier> EPHJ News: PANATERE, pionnier dans la production d’acier inoxydable 100% recyclé et recyclable 19 janvier> Il Giornale degli orologi: Panatere, l’innovazione in tema di acciaio riciclato 12 janvier> Circular Economy Switzerland: Panatere tritt Circular Economy Switzerland bei

www.panatere.com


MOMENTS

Expresso avec Raphaël Broye Patron de Panatere Propos recueillis par Joël A. Grandjean

Raphaël Broye: «Notre pari c’est que l’hyper-mondialisation va laisser la place à la régionalisation» L’entretien se déroule sur une terrasse face au Lac de Neuchâtel, il y a les eaux de port, si près. Ce Jurassien d’adoption originaire de Nuvilly, un bled fribourgeois vers Estavayer-le-Lac, presque en face, évoque alors les images de son implication à la tête de Just For Smiles, une Fondation qui offre à des handicapés le bonheur de s’éclater à bord d’un voilier. Du pur bonheur! L’homme semble habité par des valeurs humaines: un acier 100% recyclé qu’il produira pour l’horlogerie dans le Jura, sans dommage pour l’environnement. Questions cash, non esquivées, c’est le principe de cette interview. Des déchets qui valent de l’or, un ou plusieurs fours solaires dans le Jura… N’êtes vous pas un doux rêveur? Dans mon agenda des 100 choses à faire avant de mourir, hormis le pèlerinage de Compostelle, la compréhension de la peinture abstraite…., il y a la priorité de laisser une trace pour la génération suivante. Sortir de ma zone de confort, faire autrement... Tout de même, il nous aura fallu 5 ans et d’abondantes transpirations pour rendre le concept opérationnel et pour le faire valider par le marché... Faire autrement alors que tout a été inventé? C’est une première mondiale qui va révolutionner durablement notre façon de faire. Le réseau de recyclage et de tri des copeaux étant opérationnels, les essais de laboratoires validés, nous attendons le premier four solaire pour juillet

8

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #02

2022. Déjà, cela nous a permis d’atteindre de nombreux buts avec l’aide de l’EPFL, du CNRS, des HES ou des milieux privés. Ces docteurs, ingénieurs, experts en métallurgie, physique des matériaux, énergie solaire, météorologie et recyclage sont devenus une équipe de «possibilistes» passionnés. De quoi s’agit-il exactement? Dès que nous aurons produit notre premier lingot sur notre propre four solaire avec les déchets des entreprises de la région, alors nous pourrons dire que le rêve est devenu réalité. Nous aurons créé un nouveau modèle local de production en économie circulaire. Opportunisme ou conviction? Comment devient-on missionnaire du 100% recyclable? Soyons honnête, Panatere s’est

lancée dans ce processus de recyclage et de production locale parce que dans les faits, je n’étais pas satisfait de la qualité des aciers que nous usinions: soufflures, défauts de structure, et souvent au final, des finitions gâchées. Cette nécessité d’acquérir la maîtrise globale de nos aciers est donc d’abord née d’un problème de qualité. Et puis notre société devait se réinventer pour créer un avantage concurrentiel face à ses concurrents «private labels» et boîtiers.

Faire un geste concret pour la planète avec un projet exemplaire. Il s’agit d’une première mondiale qui va révolutionner durablement notre façon de faire


MOMENTS Un four solaire? Questions pratiques Déjà qu’il y a des anti-éoliennes, comment Raphaël Broye compte s’y prendre avec les inévitables opposants au four solaire, par-delà le discours convenu qui consiste à souligner les exceptionnelles opportunités pour la région? «Les fumées seront récupérées afin d’éviter les odeurs et le rejet de toute forme de particules. Le niveau sonore de fonctionnement se limite au compresseur pneumatique utilisé pour déplacer et orienter les réflecteurs. Il n’y aura pas d’éblouissement possible car ce four solaire concentre ses rayonnements uniquement sur le foyer. Seuls deux allers et retours hebdomadaires seront nécessaires par camion pour alimenter le four solaire et distribuer les produits finis.» Et d’évoquer même des véhicules motorisés à l’hydrogène, histoire d’être un soupçon jusqu’au-boutiste avec les valeurs carbone. Quant à l’impact visuel dans le paysage? «Nous choisirons un emplacement en conséquence. Le four solaire représente en volume deux trains routiers, l’impact visuel est donc très limité», explique celui qui, c’est certain, s’apprête à «suivre scrupuleusement les procédures de demande d’autorisations et de mises à l’enquête» tout en ne désespérant par de trouver une commune enthousiaste à l’idée de jouer les pionnières… Il est très possible que l’esprit frondeur qui fait parfois la réputation de ces terroirs indépendants lui donne raison. _JAG

Vous semblez avancer en «open source». Ne risquez-vous pas de vous faire doubler? Evidemment, d’autres industriels vont aussi devoir sécuriser leurs approvisionnements en matière première et en produits semi-finis. Notre pari c’est que l’hyper-mondialisation va laisser la place à la régionalisation. Nous déposons des brevets pour certains développements très spécifiques car nous attendons un retour sur investissement. Pour le reste, notre savoir-faire sera notre avance concurrentielle puisque nous avons choisi d’ouvrir la voie en pionnier. En même temps, vous avez besoin de tous? Ce projet de four solaire a suscité des intérêts de toute part. Notre priorité est d’en maîtriser parfaitement le fonctionnement et pour cela, de le faire avec nos propres deniers. Pour garantir sa pérennité, nous étudions les scénarios d’une coopérative ou d’une Fondation reconnue d’utilité publique.

L’économie circulaire, le circuit court, les bons produits, un travail près de chez soi, une famille, du plaisir dans son quotidien Sûr que ça va coûter plus cher! L’écologie n’est-elle pas un sport de riche? Pour la petite histoire, l’augmentation mondiale du prix des matières premières nous a donné un sacré coup de pouce: à l’heure où je vous parle, nous offrons de meilleurs prix grâce à nos stocks constitués pendant ces deux dernières années. Certes, industriellement il nous a fallu passer par des mini-coulées en laboratoire qui revenaient à plus de 20’000 francs suisses le kilo!

très réceptifs aux valeurs véhiculées par notre projet et une quarantaine d’entités nous a volontiers soutenus.

Mais nous avons progressivement augmenté les quantités par coulée pour ramener le prix de notre acier au niveau du marché. Comment convaincre vos concurrents de vous fournir leurs copeaux? Grâce à Precycling, la société d’Alexandre Haussener, qui a investi beaucoup de temps pour mettre en place un réseau de collecteurs et un système sécurisé de stockage. Les fournisseurs de copeaux ont été

Recycler plutôt que de puiser dans les sous-sols? Combien de fois? Les experts s’accordent à dire que l’acier peut être recyclé à l’infini. Pour ce qui est du recyclage du recyclage, nous avons testé 8 coulées successives 100 % recyclées sans pertes de performances. La Suisse importe plus de 140’000 tonnes d’acier inox chaque année. En 20222023, nous traiterons 200 tonnes en recyclé-solaire. À l’échelle du monde, le potentiel de recyclage reste donc intact et si on part du principe que les fournisseurs trient de mieux en mieux leurs nuances d’acier, les volumes disponibles ne peuvent qu’augmenter. Prenez #JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #02

9


MOMENTS

A Saignelégier dans le Jura suisse, la fabrique Panatere acquiert la maîtrise globale de ses aciers

Liselotte Thuring, cheffe de projet chez Panatere explique le concept d’acier 100% recyclé via un four solaire au micro du journaliste Alexandre Bochatay, dans l’émission Couleurs Locales de la RTS (la télévision nationale suisse).

nous avons pu obtenir de précieux soutiens de la Confédération et deux préavis cantonaux positifs.

L’économie circulaire, le circuit court, les bons produits, un travail près de chez soi, une famille, du plaisir dans son quotidien l’exemple du recyclage du papier et du carton: leur tri sélectif a fortement réduit le contenu de nos sacs poubelles. Quels sont les freins et les ennemis de votre projet? Il y a ceux qui pensent que projet zéro carbone rime obligatoirement avec greenwashing. Il y a ceux qui sont dans le registre des croyances, avec autant de références qu’il y a de perceptions personnelles. C’est le domaine de l’anti-technique, de l’émotion, c’est le plus difficile. Or qui dit nouveauté dit analyse de risques, tests, mode de preuves, mise en situations, accréditations, certifications, normalisation. Avez-vous tout de même quelques alliés? En plus de tous les acteurs impliqués, pour ce qui est des institutions,

10

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #02

Un seul four solaire ou plusieurs? «Les fours solaires à concentration ancienne génération se voulaient emblématiques et porteurs de transferts de technologies. Panatere a retenu un design nomade, très compact qui pourra se déployer selon des utilisations bien précises. Il ne dépassera pas 4.60 mètres de haut pour autant que ses fondations puissent être enterrées», explique Raphaël Broye.

Et pour les rationnels sceptiques, le missionnaire a-t-il une recette? C’est un peu comme une recette de cuisine: amener la performance au niveau d’exigence des clients, démontrer la réduction de 165 fois de l’empreinte carbone, mélanger le tout avec des processus revisités, saupoudrer régulièrement de validations par des auditeurs externes, ajouter des expertises, goûter et ajuster avec quelques certificats supplémentaires, et voilà, c’est prêt, vous pouvez servir. Et vous pensez les «convertir» de cette façon? Je leur dis, pour continuer avec la métaphore culinaire: «Il ne faut plus s’attarder sur les innombrables qualités d’une poêle à frire». Il faut sentir les odeurs de sous-bois, montrer cette magnifique poêlée de champignons, faire entendre le grillé du beurre frais. Sans parler de cette sensation unique de les avoir ramassés ce matin dans la forêt voisine. n https://www.panatere.com https://precyclingsa.ch https://circular-economy-switzerland.ch/


Moteur Cradle to Cradle Cette expression anglaise, littéralement du berceau au berceau, est le crédo de l’économie circulaire qui favorise les circuits courts. En somme, un produit, une fois recyclé, doit redonner à nouveau le même produit. L’installation par la société Panatere d’un four solaire régional dans la Watch Valley part de ce principe. Henri-Maxime Khedoud.

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #02

11


MOTEUR

Comment éviter

137 fois le tour de la terre?

Par Henri-M. Khedoud, journaliste et ancien éditeur du magazine B2B Green Business

R

econnue internationalement dans le conseil en durabilité, la société suisse Quantis a réalisé une étude afin de mieux cerner tous les avantages de ce four. Empreintes carbone comparées On s’aperçoit qu’avec le scénario du four solaire, 100% des chutes d’acier AISI 316L (horlogerie) sont recyclées alors que dans un four classique, le pourcentage diminue fortement. Pour le transport des matières premières, il n’y aurait que quarante kilomètres à faire pour se rendre à La Chaux-deFonds contre parfois 856 km par la route ou même 12’100 km par bateau depuis Shenzhen, Chine. L’empreinte carbone dépasse toutes les espérances avec le four solaire. Ce der-

Le bureau d’étude suisse Quantis vient de réaliser une étude sur l’empreinte carbone de l’acier recyclé à partir d’un four solaire. Plusieurs scénarios ont été pris en compte. nier a une empreinte carbone 165 fois moindre que le scénario standard: 6,8 kg CO2-eq. En outre, l’utilisation d’un four solaire local limite l’utilisation de minerais (réduction de l’empreinte carbone de 89%), l’énergie fossile de près de 7% et les transports de 4%. Réduction des émissions Un exemple pour mieux mesurer les avantages de ce four solaire au niveau de l’émission de CO2. Fondre 265 tonnes d’acier recyclé, selon les procédés classiques, reviendrait à émettre près de 1800 tonnes CO2-eq. Soit les mêmes émissions que celles de 660 personnes effectuant un allerretour Genève-New York en avion ou 137 fois le tour de la terre.

L’étude analyse le bilan carbone de trois types de fonderies d’acier recyclé. La fonderie standard, celle d’acier recyclé à 100% et enfin le scénario d’acier recyclé avec le four solaire. Les chiffres sont sans appel pour la dernière variante. Les transports en camion, principal émetteur de carbone ne représentent plus que 20% contre 65% selon un scénario classique. Et encore, cette empreinte carbone pourrait être davantage réduite en utilisant des moyens de transport moins carbonés comme le train par exemple. Circuit court L’étude menée par Quantis, leader européen dans son domaine, attire notre attention entre autres sur le fait que le tri des nuances réduit l’empreinte carbone de la fonte d’acier d’un facteur 10 par rapport à un recyclage standard nécessitant un ajout de minerais supplémentaire. L’utilisation d’un four solaire réduit l’empreinte carbone de la fonte d’acier d’un facteur 15 supplémentaire, en comparaison d’un four à arc électrique (utilisant de l’électricité et du gaz). La production d’acier au four solaire réduirait de 165 fois l’empreinte carbone par rapport à la production standard sans énergie solaire et nécessitant l’ajout de minerais primaires. Panatere s’engage avec des partenaires locaux afin de mettre en œuvre cette solution innovante à l’échelle de la Suisse romande (circuit court). n https://quantis-intl.com/

12

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #02


Energy Lab.

Join the Energy Lab ecosystem to stimulate, connect and support Swiss innovation in the energy field, and become part of the solution! Visit www.energylab.site or contact Ludger Fischer at energy@hslu.ch to know more about SEED funding and further opportunities.


Matières Les copeaux? L’or noir du Jura

14

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #02


Le luxe vertueux, Swiss Made Un jour prochain, pas si lointain en fait, les déchets deviendront matière première. Et donc non plus à l’origine de coûts liés à leur déplacement et leur destruction, mais des kilos à monnayer. Déjà, lorsque Panatere, une PME jurassienne, entreprend de fédérer une quarantaine de sociétés de ses environs afin de récupérer leurs copeaux d’acier dans le but de créer un acier 100% recyclé – et recyclable –, le futur devient présent. Certes, il aura fallu consacrer d’intenses années de recherche afin de résoudre les problèmes de logistique, de tri et surtout, de purification. La formule fonctionne, jusqu’à huit fois. L’or noir du Jura est un acier de qualité supérieure, propre à l’horlogerie et au médical. Ethique et responsable, propre tout court. Joël A. Grandjean

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #02

15


MATIÈRES

L’acier solaire du Jura?

Du lourd, oui mais du lourd zéro carbone!

Par Joël A. Grandjean / JSH® Magazine

Imaginez que vous receviez dans votre boîte aux lettres, comme plus de 100 CEO du secteur horloger, un paquet plutôt lourd: l’opération menée par Panatere m’a permis de soupeser de l’acier durable…

J

oindre le geste au verbe, telle fut la démarche plutôt bien perçue de cette PME déjà bien ancrée depuis 10 ans dans le paysage de l’horlogerie-joaillerie et des secteurs cousins, les autres microtechniques notamment. Une société installée comme une vraie pionnière en matière de solutions durables. A l’intérieur de ce coffret en bois régional reçu à domicile, trois échantillons d’acier. Pour la première fois de ma vie, je soupèse d’une main une rondelle d’acier 100% recyclé, et de l’autre une pièce d’acier solaire...

Le luxe ultime de l’éthique A partager une demi-journée avec Raphaël Broye, fondateur de cette PME située au cœur de la Watch Valley et donc à même le nombril de l’horlogerie mondiale, on réalise qu’on est bien au-delà des discours tendance et du prétexte marketing. Voici plusieurs années qu’il a mis l’ensemble de ses moyens, humains et entrepreneuriaux, au service d’une réalité en passe de rattraper la fiction. Durant l’entretien, les quelques rondelles d’acier «propre» qui passe entre mes mains côtoient le plaisir organique du toucher de bracelets haut de gamme fabriqués en bio-composants, à base de résidus de raisin ou de fenouil par exemple… Et si l’acier de l’horlogerie et du médical provenait enfin de coulées spécifiques, et non pas d’aciéristes plus occupés à servir les gros volumes que les quantités d’une horlogerie moins

16

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #02

gourmande en tonnage? Et si cet acier, on parle ici de la qualité AISI 316L nuance 4441, était une matière recyclée et recyclable? Et si enfin, 200 tonnes de cet acier pouvait provenir d’un four situé dans un rayon de 50 kilomètres, qui plus est fonctionnant à l’énergie solaire? Ces «si» ne sont pas de ceux qui mettent Paris en bouteille, ils sont la réalité quotidienne de Panatere, ils sont sa feuille de route. A l’horizon 2022, un four solaire dans le Jura Paris ne s’est pas faite en un jour! De même, l’acier 100% recyclé de qualité horlogère que Panatere est à même de générer aujourd’hui est le fruit d’un effort qui, après plusieurs années de recherches et d’ingéniosité logistique, représente déjà une cinquantaine de tonnes! Il provient, et c’est un bond

immense en matière de bilan carbone, d’aciéristes situés dans un rayon de 250 kilomètres. Ce tour de force a été possible grâce à la mise en résonnance d’une quarantaine de sociétés voisines qui livrent régulièrement leurs copeaux d’acier et leurs déchets. Des années à étudier comment, dans le but de les refondre, les dépourvoir totalement des matières indésirables telles que ces «graisses» inhérentes au fraisage à l’huile par exemple. Le cycle peut être huit fois reproductible sans aucune perte de qualité. Voici pour le premier pas. Et parce que c’est la conviction pure et dure qui est son moteur, envers et contre tout, Raphaël Broye n’entend pas en rester là. Pleinement consciente du caractère systémique de cette approche, sa cheffe de projet Liselotte Thuring


MATIÈRES

confirme à propos de ce futur acier solaire industriel: «PANATERE a mis des années à trouver la recette de cet acier inoxydable AISI 316L nuance 4441, recyclé 100%, réutilisable une fois son cycle de vie terminé. Nous sommes fiers de pouvoir contribuer à l’économie locale, en circuit-court couplé à l’économie circulaire.» Elle fait allusion à l’installation planifiée d’un premier four solaire au cœur du Jura suisse. Les dés sont jetés, la course contre la montre a commencé. Les instituts d’études et les experts scientifiques appelés en renfort le confirment: à terme, un approvisionnement sain pour l’horlogerie et le médical, à la lumière de ce lingot d’acier que Raphaël Broye me présente. Il l’a obtenu à partir de son acier 100% recyclé, grâce à la complicité d’un autre four solaire,

celui de Mont-Louis alias «la cité du soleil-roi». Un outil local industriel, dans les Pyrénées Orientales, devenu fief du CNRS… n https://www.panatere.com Article à lire en plusieurs langues sur EPHJ. ch (les news) ainsi que sur Swiss-Watch-Passport.ch.

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #02

17


Société de Recyclage Eco Circulaire

DESTRUCTIONS CONFIDENTIELLES AFIN D’ÉVITER LE MARCHÉ GRIS OU LA CONTREFAÇON. –––––– RECYCLAGE DE COMPOSANTS HORLOGERS, MÉDICAUX ET AUTOMOBILES. –––––– MISE EN PLACE DE PROCÉDURES ECOSYSTÈME. –––––– LOGISTIQUE ADAPTÉE EN SUISSE ET À L’ÉTRANGER. –––––– PRÉSERVER LES RESSOURCES NATURELLES.

Precycling SA Rue du Moulin 56 – 2732 Reconvilier info@precyclingsa.ch – +41 32 552 30 60 www.precyclingsa.ch


MATIÈRES

La noblesse des déchets

Pelures de fenouil et poussières de zinc

Albert J. de Buttes LaCôte / TàG Press +41

L’

arpanisation (en référence à Yvan Arpa) est un mot off qui circule dans les milieux branchés des communicants patentés. Buzz insolites, buzz éthiques Depuis qu’il intégra dans ses montres des fragments d’acier du Titanic, depuis qu’il fit du caca fossilisé de dinosaure (coprolithe), un argument de vente, le Simon Templar zesté rebelle de l’horlogerie a inspiré l’ensemble du secteur: de la gomme brûlée de pneus Pirelli victorieux dans les montres de Roger Dubuis, de la feuille de cigare chez Delacour, de l’ardoise du Jura chez Paul Picot, des canons de fusils antiques chez François-Paul Journe, du fromage chez H. Moser & Cie… La liste est longue! Aujourd’hui, la conscience environnementale pousse à des recyclages moins futiles. Selon le cahier des charges que le propriétaire et direc-

Un cru classé au poignet? C’est à l’étude et désormais possible en utilisant les déchets de raisin d’un même domaine

Si le recyclage marketing s’est empressé de suivre l’audace d’un Yvan Arpa et de son acier du Titanic, le recyclage écoresponsable lorgne du côté de nos déchets. Qui résistent aux tests en vigueur dans l’horlogerie. teur de Panatere s’est fixé, on va plus loin que la seule boîte de montre. «Nous avons travaillé sur chaque composant et les bracelets faisaient partie de notre vision globale» dit Raphaël Broye. Et son énumération n’a rien de farfelu: «chutes de fenouil, épluchures ou résidus de pommes, copeaux et sciures de bois, rafles de raisins et de pépins…» Il est rejoint par Nicolas Freudiger, co-fondateur de la première marque circulaire ID Genève: «Notre packaging est une boite d’envoi en carton recyclé, avec une protection intérieure en champignon. A la maison, un écrin 100% compostable et en voyage, une pochette en cuir de raisin». Science et technique à la rescousse Par-delà le fenouil particulièrement prisé au monde des biodégradables, en raison de sa nature filandreuse, la recherche de tels bracelets ne fait pas l’économie des fameux tests horlogers: vieillissement accéléré, résistance aux divers types de sueur... Une quête traversée de tâtonnements qui, à en croire Jérôme Cavadini, à la tête de la Manufature Panerai, fait appel à la science lorsqu’il s’agit de fabriquer une glace saphir à partir de chutes de verre ou des index luminescents à partir de résidus de SuperLuminova. Objets de cette quête en marche, le titane, notamment lorsqu’une entreprise de Saint-Georges de Mons en

Raphaël Broye: «il peut y avoir de la noblesse dans de nombreux déchets» France capte les rebuts de titane de l’aéronautique pour alimenter Panerai en EcoTitanium®. Même combat du 100% recyclé pour le caoutchouc, le laiton, le carbone et même l’or. Raphaël Broye confirme: «Le titane 100% recyclé sera prêt en octobre 2021. Déjà aujourd’hui, un alliage provenant du lavage des fumées de nos sacs poubelles est disponible dans de nombreuses dimensions.» Et pour conclure: «d’autres matériaux révolutionnaires arrivent…» n

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #02

19


Métiers Pionniers, explorateurs, les nouveaux «possibilistes» Sublissime Noëlla, l’impacteuse rencontrée à Baselworld Elle était sur le podium de lancement de l’or éthique selon Chopard, en 2018 à Baselworld. Top model chypriotico-congolaise Noëlla Coursaris Munsuka est l’âme fondatrice de Malaika Foundation – ange en swahili. Cette muse des photographes de mode met quotidiennement sa notoriété au service de l’éducation des jeunes filles au Congo. Elle incarne surtout les figures de proue internationales qui s’engagent. Sa voix déterminée et douce est celle de la prise de conscience d’une des plus glaciales réalités contemporaines: producteur d’or, son pays regorge d’enfants qui survivent dans la pauvreté et le dénuement. Emouvante, son interpellation se fit encore plus concrète. Car au-delà de cet or que tous ne peuvent pas s’offrir, il y a ce cobalt que l’on trouve dans n’importe quel téléphone portable et dont son Congo regorge. Et si enfin, notamment aussi grâce aux connexions de Chopard avec les tapis rouges du monde, le luxe ultime horloger ou joaillier passait par le respect des matériaux. _JAG - https://malaika.org

20

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #02


Tous incarnent une aventure humaine inspirante. Patron visionnaire, industriel missionnaire, start-uper éclairé ou technicien en manufacture, professionnel du recyclage du tri et des récoltes de déchets... Leur exposition publique façonne les possibles de demain, formations et compétences particulières inclues. Quelques exemples à suivre, des métiers en devenir… Rédaction de JSH® Magazine

Souvenir. Aventurier-sensibilisateur de l’extrême, Mike Horn, ambassadeur Panerai croisé lors d’une escale à Monaco, au détour de ses quatre années de tour du monde en bateau, histoire de sensibiliser les jeunes à l’environnement. Tandis que l’explorateur poursuit sa quête, la marque du groupe Richemont explore la voie de l’horlogerie durable en levant le voile sur sa montre concept Submersible eLAB-ID, issue d’un recyclage de matériaux évalué à 98,6%. #JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #02

21


MÉTIERS

Durabilité Compétences d’avenir Par HM Khedoud – Ollivier Broto / TàG Press +41 – JAG

Les effets d’annonces se suivent et se ressemblent. Tandis que le greenwashing s’en donne à cœur joie, que la caution environnementale est sur toutes les lèvres, certains parcours tracent la voie.

I

l y a ceux qui utilisent le concept de développement durable pour se valoriser. D’autres prêchent par les actes et montrent l’exemple. Rencontre avec un recycleur Lorsque Raphaël Broye de Panatere rédige sa feuille de route pour l’implantation dans le Jura d’un four solaire, lorsqu’il s’implique dans la production d’acier recyclé, il trouve à Reconvilier, un allié majeur. «Son projet répond à des attentes environnementales. Il donne de nouvelles solutions écologiques afin de mettre en valeur les produits à recycler» explique Gilles Fischer de Precycling, acteur reconnu du recyclage depuis plusieurs années. «Nous validons les produits fournis au Centre de traitement solaire des métaux (CTSM) en mettant en place la logistique afin de récupérer les rebuts. Nous analysons la qualité et préparons des lots homogènes afin de faciliter la refonte et garantir le produit fini».

La conscience des privés et des entreprises évolue-t-elle, qu’en est-il des lois? «Des rapports tels que ceux de Swiss Recycling montrent en pourcentages l’évolution des matières recyclées. Les lignes directrices existent

22

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #02

depuis 1986, elles traitent des principes et objectifs fondamentaux applicables aux déchets en Suisse. Notre métier c’est de répondre à ces exigences. Nous sommes régulièrement audités par l’Office des Eaux et des Déchets afin de valider notre autorisation d’exploiter. La réussite dépend avant tout des moyens donnés aux personnes et entreprises soucieuses de l’environnement». Le tri, la récupération, le transport, tout ça coûte et pollue? «Les coûts potentiellement liés à la méthodologie du triage de produits à l’origine de la production sont très faibles. Quant à ceux liés au contrôle et au triage, ils dépendent de l’origine et de la discipline. Le recyclage est une res-

source de produit pour l’industrie. Il est de notre devoir de limiter les nuisances et Precycling met ses moyens et ses connaissances pour réduire les impacts environnementaux. Notre recyclage est la mise en application de projets éco-cycliques qui préservent les ressources naturelles.».


MÉTIERS

Jérôme Cavadini, directeur opérationnel Manufacture Panerai

ID Genève, au-delà d’une montre, un écosystème Cette marque horlogère genevoise joue les start-ups. «C’est une identité qui va au-delà du produit et répond à tous les aspects circulaires» professe Nicolas Freudiger, co-fondateur de ce qu’il convient de considérer comme le tout premier laboratoire d’une marque circulaire. D’ailleurs la première collection porte le nom de Circular 1 et elle «répond aux exigences de l’économie circulaire, avec des matériaux recyclés et recyclables ainsi que des circuits de production cohérents» précise celui qui, comme ses associés, a travaillé dans l’horlogerie et rêvait d’un «changement positif» qui soit bien plus qu’une sensibilité générationnelle. «La barrière générationnelle, si elle existe, sera complètement effacée car il s’agit plutôt d’intérêts économiques et politiques. Si ID Genève peut servir de «modèle» circulaire, ce sera une grande victoire.» Et pas question de lésiner sur la qualité: «Il y a souvent un trade-off entre qualité et matériaux recyclés, nous ne faisons aucun compromis en terme de qualité, tous les matériaux sont testés selon les normes de l’industrie horlogère.» n www.panerai.com www.precyclingsa.ch www.IDwatch.ch

La marque, connue pour ses liens avec les univers subaquatiques, tisse des liens forts avec ses aficionados et les entraîne vers des territoires à explorer, sublimes et mystérieux. Au-delà de ses visuels qui fleurent bon la grande évasion ponctuée d’aventure, de sauvegarde des fonds marins et d’espaces vierges, Officine Panerai marque l’actualité circulaire avec le lancement de sa Luminor Marina eSteel, et de son garde-temps concept, la Subsmersible eLAB-ID. «Avec 98,6 % de son poids en matériaux recyclés, cette montre est un modèle d’horlogerie durable» vante le communiqué de presse. Pourquoi diable avoir choisi de se baser sur le poids? «Calculer ce pourcentage par rapport à la valeur et non par rapport au poids n’aurait aucun lien avec l’environnemental. Le plus objectif, c’était le poids, car on peut tout peser et déterminer un taux de recyclage», explicite celui qui a fait un parcours de plus de 25 ans dans l’horlogerie. «Au chapitre du recyclage, nous visons le maximum d’éléments, le luminova, le verre… Rien que pour le verre saphir, il nous aura fallu 6-8 mois de recherche: glace, pureté des carottes (ndlr: longue barre de silice)». Jérôme Cavadini se fait convaincant lorsqu’il détaille, uniquement pour la

glace de la montre, tous les processus de recyclage qu’il a fallu maîtriser. Des chutes de matériau au départ, les reprises et les mises en forme pour pouvoir en faire des verres de montres: «se casser les dents sur les impuretés, retrouver les propriétés analogues à la matière première, maîtriser la découpe…» En partant de l’idée que tout a été pesé, y compris le bracelet, la boucle, la glace ou les aiguilles, il semble évident que la feuille de route de départ, et donc les vœux du bouillant CEO Jean-Marc Pontroué, devait viser les 100%? «Evidemment, un patron a des attentes optimales! En théorie on pourrait y arriver. Mais cela mettrait en jeu des consommations énergétiques délirantes et du gaspillage de ressources qui feraient perdre du sens à l’objectif et endommageraient la nature même du projet.» C’est donc la thèse de la cohérence qui a été privilégiée. Comme le choix de l’EcoTitanium, un métal propre issu des chutes de titane provenant de l’aérospatiale et de la récupération… Comme la posture très tendance, enfin (!), qui consiste à jouer la totale transparence et à exposer le cercle vertueux de l’ensemble des fournisseurs - je les ai renommés les cotraitants - qui ont participé à l’aventure.

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #02

23


MOMENTS

La Fédération Horlogère Suisse, observatrice privilégiée Le point avec son président, Jean-Daniel Pasche Propos recueillis par Joël A. Grandjean, Rédacteur en chef

N’

écrit pas qui veut le mot étanche sur un cadran de montre ou dans un mode d’emploi. La chose est règlementée et, puisque de l’étanchéité peut dépendre la sécurité et la vie du plongeur, toute apposition du genre se doit d’être mesurable et testée. En ira-t-il de même un jour, peutêtre tout simplement parce que les consommateurs le réclameront, avec les mots recyclables, recyclés, ainsi qu’avec toute espèce de vocabulaire liée à ces données nouvelles. Pardelà les législations internationales, les normes ISO et autres standards admis, il y a les normes de l’horlogerie suisse. La FHS réfléchit-elle à des normes relatives à la notion du recyclage? La création ou la révision de normes touchant l’horlogerie est de la compétence du Comité de normalisation de l’industrie horlogère suisse, une des commissions FH (normes suisses NIHS et normes internationales ISO). Actuellement il n’y a pas de projet de normalisation horlogère à ce stade. Il faut dire que des législations nationales se font jour à ce sujet (environnement, recyclage, élimination des déchets, durabilité) un peu partout, notamment en France. Notre priorité consiste à informer les entreprises

24

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #02

Tandis que le vocable industriel commence à fleurir de noms communs en lien avec le recyclage, l’éthique environnementale et la mesure de l’empreinte carbone, la question d’une normalisation ou d’une régulation se pose…

Normes horlogères Le chef du service NIHS (normes de l’industrie horlogère suisse) se nomme Patrick Lötscher. Raphaël Schwarz est en charge des affaires réglementaires techniques au service juridique FH (REACH, RoHS, substances, matériaux, piles… Télécharger les normes: https:// www.fhs.swiss/fre/standards.html

sur ces législations et les aider à s’y préparer. Il est difficile de normaliser sur le plan privé alors que les normes n’ont pas force de loi. Existe-t-il une réflexion de cet ordre sur le plan européen (normes ISO par exemple, ou autre)? Il existe un comité qui traite de cette thématique (ISO/TC 323) sous l’égide de la France mais il concerne toute l’économie et ne concerne pas spécifiquement l’horlogerie. Nous n’avons pas connaissance de résultat à ce stade De la même manière que le mot «étanche» appartient au domaine de la législation, existera-t-il un

Nommé en 2002 à la présidence de la Fédération Horlogère suisse, il en était déjà le directeur depuis 1993. Réélu en juin 2021, pour un ultime mandat, Jean-Daniel Pasche continue d’accompagner les enjeux de la branche.


MOMENTS

Participants à Marseille en 2019 au congrès ISO TC 114 (horlogerie) dont le président est suisse: Silvano Freti, 2e rang-1er rang debout, 4e depuis la gauche (cheveux blancs, veston clair). En 2021, ce congrès eut lieu en visioconférence. jour des directives pour l’utilisation de tous ces mots de plus en plus répandus sans contrôle (écoresponsabilité, recyclable, etc…)? Il existe déjà des réglementations au sein de l’UE, en France notamment, aux USA, concernant les termes liées à l’écologie, soit des définitions pré-

A chaque alliage d’or sa couleur! La FHS dispose donc d’un coffret étalon référence pour le contrôle et la garantie des indications des fabricants.

cises de mots, soit des directives quant à l’usage de certains mots (restriction d’usage, coefficients, pourcentages…). Il est certain que cette évolution législative va se poursuivre pour éviter les abus et les confusions. Toutefois, ce type de réglementation va au-delà de l’horlogerie, car il concerne tous les secteurs industriels.

Au niveau des marchés, les marques vous font-elles part d’une attente particulière relative à ces nouveaux paramètres? Nous ressentons l’intérêt de plus en plus marqué des entreprises horlogères pour ces préoccupations, ellesmêmes souvent questionnées par leurs clients ou par les consommateurs. Ceux-ci expriment des attentes auxquelles il convient de répondre. La pandémie a accentué ces phénomènes. Que diriez-vous d’un four solaire dans le Jura? Est-ce une utopie? Sans vouloir préjuger de la faisabilité technique, ce n’est pas une utopie sur le principe dans la mesure où un tel projet s’inscrirait dans la recherche de durabilité et d’approvisionnement local, deux notions qui prennent de l’ampleur avec les défis énergétiques. n https://www.fhs.swiss/ #JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #02

25


Marché

Haute Couture

le grand couturier Julien Fournié:

«Aujourd’hui, nous ne commandons que ce dont nous avons besoin»

26

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #02


MARCHÉ

La mode,

un modèle en quête de vertu Par Isabelle Cerboneschi, rédactrice en chef et éditrice du magazine All-I-C

L

e monde découvre sur le tard la réalité polluante de cette industrie. Grâce à des eco-warriors, à des enquêtes, à des scandales, et aussi grâce au Covid. En parallèle, cela fait longtemps que de petites marques de mode ont choisi un business model respectueux de l’humain et de l’environnement, mais avant 2020, elles restaient assez confidentielles.

La mode est l’industrie la plus polluante au monde! Elle l’a toujours su. Le confinement, le manque d’approvisionnement en matières premières peu chères fabriquées à l’autre bout du monde, en ont mis en lumière les dysfonctionnements.

Isabelle Cerboneschi: «les petites marques éthiques ont le vent en poupe et les grands groupes tentent de se racheter une conscience»

Opération séduction visant la génération Z chez Gucci.

La jeune créatrice Marine Serre saluée par Karl Lagerfeld utilise des matériaux de récupération et incarne l’upcycling. Jeunes pousses éthiques La plus connue, c’était Stella McCartney: pas de cuir dans les collections de cette végétarienne convaincue. Son nom, qui lui a été donné par son père, l’un des Beatles, lui a permis d’imposer ses combats. Les autres créateurs, ont poussé dans son ombre jusqu’à atteindre la lumière. #JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #02

27


MARCHÉ

Comme Marine Serre, par exemple. Cette jeune créatrice, qui utilise des matériaux de récupération (upcycling) pour créer ses collections, a été élevée au pinacle lorsqu’elle a gagné le prix LVMH en 2017 remis par Karl Lagerfeld, himself. Le mouvement était amorcé. Le recyclage s’aventure dans le glamour Fin 2019 le Grand Prix de la mode de la ville de Paris a été remis à Valentine Gauthier, qui a étudié la géoethnologie et le stylisme à l’école Chardon Savard et dans les studios de la Maison Martin Margiela. En 2007, après avoir gagné un prix au Festival International des Jeunes Créateurs de Mode de Dinard, elle avait décidé de créer sa propre marque. Elle l’avait voulue éthique, choisissant des matières premières en fonction de leur empreinte carbone, et faisant réaliser ses modèles dans le pays producteur, selon ses dessins et ses instructions. Elle était en avance, trop peut-être. Il lui a fallu attendre 10 ans afin qu’elle soit consacrée. Des exemples comme ceux-ci pullulent. Le Suisse Kevin Germanier s’est fait lui aussi une place au soleil avec sa couture fabriquée avec des matériaux recyclés. Une démarche

«Nous travaillons sans relâche à l’intégration de nouveaux matériaux, d’énergies renouvelables et de technologies capables de changer nos processus de production» dixit le CEO de Gucci.

28

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #02

Isabelle Cerboneschi, des tonnerres dans l’imaginaire «Reste que le pouvoir reste dans les mains de celui qui achète: nous avons aussi le pouvoir de faire changer les choses, en cessant d’alimenter un système qui ne nous convient pas» relève cette journaliste réputée pour son expertise et son indépendance. Publiée dans de grands médias nationaux, elle est également éditrice de son propre magazine, All-I-C, à la fois imprimé et online. «Le droit menant à tout, il m’a conduite vers le monde du journalisme. Je n’en suis jamais repartie. J’ai écrit pour toutes les rubriques avant d’opter pour ces domaines merveilleux où l’on rencontre des personnalités qui créent: l’art, la mode, l’horlogerie, la joaillerie, l’architecture, les parfums, le beau», avoue celle qui, pendant 17 ans, fut la rédactrice en chef des Hors-Séries du quotidien Le Temps, passant des défilés de mode aux salons horlogers, les ateliers d’artistes à ceux des artisans d’art. Celle qui a eu la chance de rencontrer les plus grands couturiers et créateurs, Azzedine Alaïa, Karl Lagerfeld, Nicolas Ghesquière..., des artistes et photographes, tels Helmut Newton ou Roy Liechtenstein... La liste serait trop longue. _ JAG

qui n’est pas née d’un souci éthique mais économique: lorsqu’il étudiait à Londres dans la fameuse école de mode Central Saint Martins, le jeune créateur en devenir n’avait pas d’argent pour réaliser ses collections. A faible coût, il utilisait donc des vêtements vintage et de vieux draps. C’est devenu finalement sa signature et un modèle économique qui lui a valu d’être encouragé par LVMH. Depuis 2018, il est à la tête de sa propre maison et a réussi à rendre le recyclage glamour.

Haute-couture, groupes et génération ‘Z’ Même la haute couture traditionnelle prend le chemin de la durabilité. «Autrefois, il fallait commander un minimum de métrage pour développer un imprimé exclusif», explique le grand couturier Julien Fournié. «On avait besoin de quinze mètres et on se retrouvait avec 60 mètres! On stockait le surplus en espérant l’utiliser puis un jour, on devait le détruire. Aujourd’hui, certains fabricants sont plus conciliants avec les maisons qui


MARCHÉ

produisent à l’unité comme la mienne et acceptent de produire en plus petite quantité. Nous ne commandons que ce dont nous avons besoin. Chaque mètre économisé est important: cela permet d’éviter des coûts superfétatoires et les déchets.» Les groupes, grands pollueurs devant l’Éternel, ont pris conscience de la nécessité de se racheter une vertu s’ils veulent séduire leur cible préférée: la génération Z. Gucci, la marque préférée de cette génération, avance à pas de géants vers une mode plus solidaire. En juin dernier, elle a publié son premier rapport Equilibrium Impact d’où il ressort qu’elle a atteint cette année ses objectifs de 2025, soit la réduction de son empreinte environnementale de 40% par rapport à 2015. Les émissions de gaz à effet de serre ont chuté de 47%, l’objectif étant d’atteindre 50% de réduction en 2025. «Les [marques] leaders ont un devoir d’exemplarité», a déclaré à Vogue Marco Bizzarri, président et CEO de Gucci.

L’actrice Audrey Fleurot défile en haute couture pour Julien Fournié

Fast fashion à la traîne Reste à convertir la fast fashion, Zara en tête, dont le modèle est loin d’être vertueux: copies de modèles de créateurs, chaînes de production délocalisées dans les pays les plus pauvres, travail des enfants, la marque a tout faux et se fait prier pour faire un peu plus juste. n https://all-i-c.com/

#JSH1876 #JournalSuisseHorlogerie ABO@JSH.SWISS JSH® Magazine, prochaine parution Fin 2021 abonnement CHF 18.76*/an abo@jsh.swiss | donations presidence@jsh.swiss *1876, année de création du Journal Suisse d’Horlogerie


MOMENTS

Ils en disent…

Lionel Socchi, délégué à la Promotion Economique du Jura Propos recueillis par Joël A. Grandjean Nos déchets pourraient-ils devenir un jour matière première?

Ce n’est pas si utopique. Face à toutes les filières induites par le recyclage, nous produisons déjà de la matière première. Hormis les déchets que chaque ménage recycle, on peut aussi observer le recyclage d’autres matériaux dans des domaines tels que la construction, notamment le béton recyclé, les déchets organiques pour le biogaz ou encore d’autres combustibles pour produire de l’énergie.

«Notre industrie mène une véritable chasse au gaspillage, ce qui est aussi souvent synonyme de réductions des coûts» L’écologie, pas au sens politique, est-elle une préoccupation de nantis?

Certes, les préoccupations écologiques peuvent être différentes selon le niveau social. Toutefois, en tout

Régulièrement, sur les réseaux sociaux, ce représentant de la République et Canton du Jura booste les posts des entreprises locales méritantes, relance les appels à candidature pour projets innovants... Rencontre. cas en Suisse, nous sommes arrivés à une prise de conscience généralisée (…) Nous réfléchissons tous à trouver des solutions pour diminuer notre empreinte carbone, que ce soit dans nos déplacements, nos habitudes de consommation ou encore lorsque l’on doit rénover son logement.

Chez les acteurs de l’économie, la responsabilité environnementale dépasse-t-elle aujourd’hui, le stade des discours de bonne conscience?

Je constate plusieurs phénomènes: d’abord au niveau local et dans notre tissu, la plupart des grandes entreprises ont intégré ces notions dans leur manière de fonctionner. Des constructeurs de machines sortent des produits moins gourmands en énergie, des sous-traitants horlogers proposent de plus en plus de composants issus de matériaux recyclés ou encore notre industrie mène une véritable chasse au gaspillage, ce qui est aussi souvent synonyme de réductions des coûts. Je suis plus dubitatif quant à la grande distribution par exemple (…) qui se targue d’une certaine conscience écologique alors que ses assortiments de produits génèrent autant voire plus de déchets qu’avant. (…). Et la création de nouvelles taxes pour se donner bonne conscience a également ses limites.

Un four solaire dans la Watch Valley? Qu’en dites-vous?

Projet ambitieux s’il en est, la technologie existe, elle est exploitée en France. J’applaudis mais j’émets quelques réserves. Il devient de plus en plus difficile en Suisse de dévelop-

30

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #02

Christian Piller, formateur A plusieurs reprises, ses cours programmés à la FSRM, Fondation à Neuchâtel en charge de formation continue, ont été repoussés par manque d’inscrits. Dommage, sa compétence de plus de 25 ans dans le recyclage (CP Recycling Management) lui permet d’accompagner des entreprises qui, récente crise pandémique oblige, ont parfois été ravivées dans leur conscience environnementale. «Le concept d’optimisation du recyclage que nous proposons permet de générer des économies de l’ordre de 10 à 35 % par rapport aux coûts actuels». _JAG www.recycling-management.ch per des projets qui peuvent impacter le paysage. On veut bien des solutions alternatives mais surtout pas sous sa fenêtre. Voyez avec les éoliennes. Imaginez les réactions si on venait aujourd’hui avec des projets de barrages comme ceux que l’on a construit dans les années 60-70, notamment en Valais! Pour le four solaire, j’espère me tromper car actuellement, ce projet a le mérite de lancer le débat sur le recyclage, l’utilisation des circuits courts, ceci dans le monde de l’horlogerie. n

Ci-dessus: Cycle de broyage de montres


Prenez part au mouvement ! www.circular-economy-switzerland.ch


20ÈME ÉDITION 14 - 17 JUIN 2022 – PALEXPO GENÈVE

W W W. E P H J. C H