JSH® Magazine #03/2021 > 2022 - Since 1876, 145ème année - Décembre 2021 à mai 2022

Page 1

145e ANNÉE

Sur fond du «Traité d’Horlogerie» de Louis Moinet publié en 1848, le calibre ultra compliqué de la Space Revolution: double-tourbillon, cages inversées, animation science-fictionnesque dans la pure tradition des montres mystérieuses, transparence saupoudrée de météorites

JSH.SWISS 2021 / #03 > 2022 SPECIAL 145 ANS MOTEUR / MATIÈRES MÉTIERS / MARCHÉS ISSN 1422-9323 ABO CHF 18.76 / AN CHF 14.50 | € 12,91

® SINCE 1876


w w w. T E C - G R O U P S W I S S . c h


EDITORIAL 145 ans

vertiges et devoir

«Le besoin que ressentent les gens du même métier de se grouper, de se faire part mutuellement de leurs observations, en un mot, d’agir avec ensemble.» Tels étaient, en page d’ouverture, les mots de l’édito du premier numéro du Journal suisse d’Horlogerie, paru en juillet 1876. Il y a 145 ans! Son rédacteur ajoutait: «Nous n’avons pas à insister sur l’importance d’une publication de ce genre en Suisse.» Un peu jaunie, cette ‘une’ légendaire se trouve dans chaque numéro de JSH Magazine, comme un repère, un gardefou. Humilité, respect! C’est la seule attitude possible face à la richesse de l’Histoire horlogère et de ce média qui en a traversé les époques. Cette prise de conscience donne le vertige, impose des devoirs: y croire, relever les manches, préférer le coude-à-coude au jouer des coudes, et œuvrer sans réserve pour que le bon sens triomphe. Qu’est-ce le bon sens en horlogerie? S’inspirer notamment de l’esprit paysan de nos pères horlogers, dans ce qu’il a de positif. Exemple? Hormis le fait de protéger avant tout la source, le Swiss Made, qui doit abreuver tous les territoires, ne jamais laisser un champ en mauvaise santé car il risque de contaminer les autres. Car si l’un traverse une mauvaise passe, subit des intempéries ou n’a plus la force de laisser respirer ses sols, c’est l’ensemble des terres alentours qui est menacé: les bactéries se moquent des clôtures, comme les glissements de terrain d’ailleurs. En d’autres termes, développer le bon sens de la survie, celui d’une

conscience sectorielle où toutes les composantes de la mosaïque, même les plus insignifiantes, participent à la perception finale du motif. Certains préfèrent aux causes communes et aux enjeux mêlés, le «sourire de leurs actionnaires», l’exclusion des concurrences. Pourtant, dans la deuxième décennie de l’an 2000, les leaders du secteur, ceux qui s’en tirent le mieux, sont une poignée d’indépendants. Ils tiennent le devant de la scène et transmettent dans leur élan un message d’espoir aux plus petits. L’horlogerie est enfin reconnue en Suisse comme culture. Ses marques sont des acteurs qui occupent un espace sur la scène globale d’une pièce que les marchés mondiaux savourent et appellent de leurs vœux. Une place, un «terroir». Parmi ses futures conquêtes, le Swiss Made ne doit pas perdre la bataille des volumes et n’enfanter que des objets hors-de-prix. Il se priverait à terme de ses racines, de son assise. Des racines profondément plantées dans le tissu de la cotraitance, là où se cultivent non seulement les métiers d’arts et les francs-tireurs du fait-main, mais aussi les excellences industrielles. Bref, là où ces «ex-branches annexes» - Bâle les nommait ainsi - sont devenues Églises au milieu du village. Des clochers qui doivent troquer leurs querelles pour redonner l’heure…

Joël A. Grandjean rédacteur en chef jag@jsh.swiss

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

3


Moments Rendez-vous

du 14 au 17 juin 2022

«EPHJ a démontré l’incontournable nécessité des salons BtoB» témoigne Alexandre Catton, directeur EPHJ. «Résilience... Le mot était sur toutes les lèvres. Lors de la dernière édition du Salon EPHJ, en septembre 2021, alors que se dessinait la sortie du tunnel, un grand nombre des acteurs de la haute précision ont expérimenté les frémissements de la reprise».

4

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03


En 2022, le Salon fêtera ses 20 ans d’existence! C’est l’anniversaire d’une plateforme unique au monde qui traverse le temps en étant le point de convergence incontournable des innovations horlogères, medtech ou microtechniques, des transferts de technologie (Challenge Watch Medtech) et opportunités d’affaires entre exposants. En complément, EPHJ se positionne clairement aujourd’hui comme un véritable hub de communication continue au service d’une communauté professionnelle qui ne cesse de croître, au-delà des 40’000 contacts. Prochain rendez-vous: du 14 au 17 juin 2022, pour une vingtième édition anniversaire qui sera un peu différente. D’ici là, continuez à suivre l’actualité de la haute-précision grâce aux newsletter EPHJ, sur LinkedIn, sur www.ephj.ch ou sur la chaîne YouTube EPHJ avec de nombreuses vidéos des exposants. _JSH/Rédaction www.EPHJ.ch

«Jamais l’univers virtuel de la connexion numérique ne pourra se substituer aux contacts humains»

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

5


e c n a m r o f r e p d n a n o i t a vo n n I t n e m e vo m n i

DÉCEMBRE 2021 / #03 > 2022 JSH® Magazine Réservé aux personnels de l’horlogerie et à quelques aficionados, cette publication est soutenue par JSH Archives & Patrimoine, une association à but non-lucratif créée pour faire revivre le plus ancien magazine horloger, le Journal Suisse d’Horlogerie fondé en 1876, et pour digitaliser l’ensemble de ses archives (1876-2002).

Photographes, crédits photos DR / Photos libres de droits Fournies par marques et entreprises citées The-Naked-Watchmaker - Noshiba - EPHJ/ SwissWatchTV - BeautyPlus - Marie Demille Joel Grammson – Grégory Maillot - David Olifson Guy Lucas de Peslouan

ua tnemeluor uD elbmesne-suos

Service de traductions St-LuSwiss, Shaniah Asha Gibson, présidente st.luswiss@gmail.com

Organe officiel de l’Association JSH Archives & Patrimoine 5, Etienne-Dumont, Case Postale CH-1211 Genève 3 www.journal-suisse-horlogerie.swiss

Remerciements Guy Laurent Ballif, André Colard, Imed Hajam, Marco Gabella, Shaniah Asha Gibson, Alain et Olivier Guttly, Bernard Marendaz, Amarildo Pilo, Olivier Saenger, Alexandre Takàcs

Editeur & rédacteur en chef Joël A. Grandjean, journaliste RP jag@jsh.swiss +41 76 328 03 79 | +41 44 586 79 27

Spéciales dédicaces Marie de l’Isle Demille, Peter G. Rebeiz, Dave-William, Ralf-Arnaud, Manon, Zoé

Journalistes Emmanuel Alder, journaliste / TàG Press +41 emmanuel.alder@gmail.com Ollivier Broto, journaliste, expert horlogerie / TàG Press +41 obroto@tagpress41.info Vincent Daveau, horloger, journaliste, historien, rédacteur en chef adjoint Swiss-Watch-Passport.ch v.horloger@orange.fr Albert-J. de Buttes-LaCôte, journaliste, reporter / TàG Press +41 ajdlc@tagpress41.info Joël Grammson, auteur grammson@gmail.com Henri-Maxime Khedoud, journaliste RP, hmkhedoud@gmail.com Marton Radkai, journaliste RP rédacteur en chef de Wristwatch Annuel m.radkai@bluewin.ch Kenan Tegin, auteur tegin.kenan@bluewin.ch

Maquette originale Copyrights et droits d’auteur Bernard Marendaz Sur autorisation spéciale, cession à Joël A. Grandjean b.marendaz@optiproduction.com Press design et mise en page Gael Lugaz / Brandlift, graphisme, press design hello@brandlift.ch

Contributions, expertises Alexandre Catton, André Colard, Stephan Post, Olivier Saenger EPHJ Direction & Team Philippe Perret du Cray Rossella Baldi, historienne consultante, experte en histoire horlogère 18e-19e siècle rossella.baldi@unine.ch

Me Marc-Christian Perronnet, avocat conseil en propriété intellectuelle mc@perronnet.law

La une du Journal Suisse d’Horlogerie fondé en 1876.

Sur fond du «Traité d’Horlogerie» de Louis Moinet publié en 1848, le calibre ultra compliqué de la Space Revolution: double-tourbillon, cages inversées, animation science-fictionnesque dans la pure tradition des montres mystérieuses, transparence saupoudrée de météorites

Couverture: contraste! Sur fond de traités anciens, le calibre double-tourbillon développé par Concepto pour Les Ateliers Louis Moinet effectue sa «Space Revolution». Cette construction compliquée révèle et met en scène les savoirfaire et les expertises d’un tissu, d’une région, d’un terroir. Clin d’œil à cette Histoire encore truffée de graines de futur, la page de couverture de la première édition du Journal Suisse d’Horlogerie (JSH), en juillet 1876, il y a 145 ans.

JSH.SWISS 2021 / #03 > 2022 SPECIAL 145 ANS MOTEUR / MATIÈRES MÉTIERS / MARCHÉS ISSN 1422-9323 ABO CHF 18.76 / AN CHF 14.50 | € 12,91

Partenariats, Relations Publiques Association JSH, Archives & Patrimoine adv-pr@jsh.swiss Philippe Perret du Cray (PPDC) Secrétaire Général ppdc@jsh.swiss

Moments

James Cambrésy Partnerships Supervisor james.cambresy@jsh.swiss

Abonnements & Soutiens abo@jsh.swiss / CHF/€ 18.76/an presidence@jsh.swiss Compte CHF CCP 15-269360-9 IBAN CH84 0900 0000 1526 9360 9 Compte € CCP 15-269361-7 IBAN CH62 0900 0000 1526 9361 7 BIC/SWIFT POFICHBEXXX Prix du numéro numéro ISBN-ISSN 1422-9323 CHF 14.50 / EUR 12.91 Abonnement annuel CHF/€ 18.76

Fabrice Mugnier & Suzanne Wettstein Fondateurs de Watchprint, éditeurs Libraires de l’Horlogerie. Anciens éditeurs du Journal Suisse d’Horlogerie - JSH info@watchprint.com

® SINCE 1876

Impression NEXE Impressions Bureau Genève james@nexeimpressions.com

Informatique & Solutions Online Alexandre Takàcs a@atc.ch

Lee Warrien, rédacteur / TàG Press +41 lwarrien@tagpress41.info

145e ANNÉE

©JSH® Marque déposée La reproduction même partielle des articles, photos et illustrations parus dans JSH® #JournalSuisseHorlogerie est encouragée sous toutes ses formes, éditoriales ou électroniques, sous réserve de citation de la source et d’un message d’information. redaction@jsh.swiss

03 Edito

Vertige et devoir, 145 ans

15 Expresso avec Polissage et politique

12, 16, 19 Echo des fabriques 37, 46, 57 News de backstage, perles d’infos 58 Le Groupe Promotion

Au-delà des bracelets de montre

sésir 70 tîam segalbmTemps esseta pouvoir seD ParîVincent historien eésimitpo euqitsigol en ahcDaveau, enhorloger u r& u op

Passports.ch Une reprise partielle des contenus journalistiques de JSH® Magazine est publiée également en Agences de presse Du Rolex chez Watchprint.com anglais sur le site du magazine horloger en ligne TàG Press +41, Agence de presse : segatnava soN www.Swiss-Watch-Passport.ch GA3smetsyS no is ic e rP orciM S P M Etienne-Dumont 5, CP 1211 Genève www.tagpress41.info , s t r o s s e r , s e u or , s t n e m e l u or e d e g a l b m e s s A ; e u q i n u r u e t u c o l r e t n i e m m oc S P M 5 9 p m a h C - g n o L u d nim e h C

79 Librairie horlogère

dnalreztiwS ,enneiB / leiB 4 052

ProWatCH Savoirs & Horlogers Suisses www.prowatch.ch

6

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

moc.gaspm.w w w 0 0 34 4 43 23 14 + .léT m oc . g a s p m @ h c t aw

80 Mythes & Légendes

, e u q i m ar é c s t n a s o p m o c , s e t n a lli c s o s e s s a m ; eitnarag selbmesne -suos sed étilauQ ; tiudér tnemennoisivorppa’d spmeT ; .cte , serreiKenan p , snoTegin, ngipponctualité et passion ; éfiilpmis egakcots te noitseG tnemet cerid stnasopmoc ed étéirav ednarG ; S P M r a p s t i u d or p t e e g a s s it r e s , e g a s s a h c e d s é d é c o r P 82 .SHoR selbitapmoc Carte xuairétblanche aM ; s é s i r t îa m e g a d u o s

Leçon d’échecs

-


Innovation and performance in movement

Du roulement au sous-ensemble

Des assemblages maîtrisés pour une chaîne logistique optimisée Nos avantages : - MPS comme interlocuteur unique ; - Qualité des sous-ensembles garantie ; - Temps d’approvisionnement réduit ; - Gestion et stockage simplifié ; - Procédés de chassage, sertissage et soudage maîtrisés ;

- Assemblage de roulements, roues, ressorts, masses oscillantes, composants céramique, pignons, pierres, etc. ; - Grande variété de composants directement produits par MPS ; - Matériaux compatibles RoHS.

MPS Micro Precision Systems AG Chemin du Long-Champ 95 2504 Biel / Bienne, Switzerland www.mpsag.com Tél. +41 32 344 43 00 watch@mpsag.com


Moteur

Métiers

20 Force constante

48

28 Secrets et petitesse

54 Prix Gaïa

Dossier de Marton Radkai

LTM au Val de Travers (NE)

Les «Possibilistes»

Profession de foi, professions d’avenir

La soirée des premières

30 Des QP chez les Wiederrecht 32 Imagination et Revolution

Saint-Blaise, un calibre mis à nu Cotraitants à l’honneur

Matières 38 Quêtes vertueuses

Or, acier, fenouil, chanvre Noblesse des déchets, du PET

42 Pépites industrielles

Marché 60 Tendance et potentiels

Archives, l’expertise de Rossella Baldi

68 Trésors retrouvés

Bâle et JSH Association

Tec-Arts HD, Protexo

#JSH1876 #JournalSuisseHorlogerie ABO@JSH.SWISS JSH® Magazine, prochaine parution juin 2022 (EPHJ) abonnement CHF/€ 18.76*/an abo@jsh.swiss | donations presidence@jsh.swiss *1876, année de création du Journal Suisse d’Horlogerie


UNE SYMPHONIE DE SAVOIR-FAIRE Leader dans son domaine, Dubois Dépraz met son savoir-faire au service de ses clients. Dubois & Dépraz SA Grand-Rue 12 CH – 1345 Le Lieu +41 (0)21 841 15 51 info@dubois-depraz.ch

www.dubois-depraz.ch

Depuis plus d’un siècle, Dubois Dépraz marque de son empreinte l’industrie horlogère tant dans la conception, la fabrication et l’assemblage de mécanismes horlogers à complications que de composants et mobiles à haute valeur ajoutée. Dubois Dépraz est une entreprise indépendante, qui place l’humain et ses partenaires au centre de ses préoccupations. Son nom est synonyme d’innovation, d’expertise et de qualité.

DÉVELOPPEMENTS SUR MESURE

MANUFACTURE DE COMPOSANTS

MANUFACTURE DE COMPLICATIONS

• Equipes projets • Conception, laboratoire • Prototypage, industrialisation

• Découpage, laser, usinage • Décolletage, taillage, roulage, assemblage • Décoration, anglage, poinçon GE

• Haute horlogerie, sonneries • Quantièmes annuels et perpétuels • Chronographes, GMT, autres


© Guy Lucas de Peslouan - Artsight.fr

DESIGNS INFINIS & ILLIMITES

Chemin de l’Epinglier 15 CH-1242 Satigny Geneva, Switzerland +41 (0)22 989 13 29 billight@billight.ch


®

Univers horloger lumineux Création & Fabrication FABRICATION ET CREATION D’INDEX, DE BLOCS BILLIGHT 3D LUMINESCENTS OU NON LUMINESCENTS DECALQUES, TOUR D’HEURES, USINAGE DE CADRANS, D’AIGUILLES, CAPSULES ET MOULAGES DE SUPERLUMINOVA Nos produits 100% Swiss Made, gages de haute qualité et d’innovation, répondent aux exigences des plus grandes marques horlogères


MOMENTS

Maximilian Büsser encense un artiste graveur

L

es mains encore chargées de ses trophées, le chantre de la mise en avant des fournisseurs, puisqu’il a été jusqu’à les inclure dans son identité sociétale (le «F» de sa raison sociale représente le mot «Friends»), persiste et signe. Sur la scène du GPHG, le Grand Prix d’Horlogerie de Genève, il dédie son prix Montre Métiers d’Art 2021 avec son artiste graveur. Admiration partagée à son auditoire: «Virtuellement, personne n’a jamais entendu parler d’Eddy Jaquet. Pour moi, c’est le plus grand et le plus talentueux graveur à la main que je connaisse. Il y a cinq ans, il est venu me voir en me disant ‘Je n’ai plus de travail’. (…) Je lui ai suggéré de faire quelque chose

12

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

sur Jules Vernes, j’adore Jules Vernes. (…) Huit mois après, il est revenu avec 8 fresques dessinées à la main, (…) 8 histoires transformées en dessin. Il lui a fallu 24 mois pour graver à la main les 8 ponts de minuterie. Il faut voir ces pièces autant en vrai qu’au microscope. C’est juste phénoménal! Alors évidemment ce prix, il est pour Eddy Jaquet. C’est son prix! Il est aussi pour tous ces artisans exceptionnels qui vivent dans l’ombre de notre métier que j’aimerais célébrer ce soir». _JAG/ JSH n

quelque chose sur Jules Vernes, j’adore Jules Vernes. (…) Huit mois après, il est revenu avec 8 fresques dessinées à la main, (…) 8 histoires transformées en dessins. Il lui a fallu 24 mois pour graver à la main les 8 ponts de minuterie. Il faut voir ces pièces autant en vrai qu’au microscope. C’est juste phénoménal! Alors évidemment ce prix, il est pour Eddy Jaquet. C’est son prix! Il est aussi pour tous ces artisans exceptionnels qui vivent dans l’ombre de notre métier que j’aimerais célébrer ce soir». _JAG/JSH n

www.mbandf.com www.gphg.org

www.mbandf.com www.gphg.org



ÉCRINS - MALLES - MAROQUINERIE - PRÉSENTOIRS NOS SAVOIR-FAIRE SONT À VOTRE SERVICE Tél : +41 22 939 05 00 - info@vaudaux-ge.com - www.vaudaux-ge.com


MOMENTS

Expresso avec Catherine Frioud Auchlin Femme d’affaires et Maire de La Neuveville Propos recueillis par Joël A. Grandjean

Si ses discours électoraux n’ont pas l’obligation d’être polissés, les composants qui sortent de la PME que cette économiste copossède avec son frère Thierry, le sont à l’envi. Auchlin SA, fondée en 1945 par leur père, œuvre depuis La Neuveville pour l’horlogerie, la joaillerie et les autres secteurs connotés haute-précision. Juste après Neuchâtel, sa commune lacustre est une enclave francophone en terres bernoises… Rencontre.

Le français est-il la langue de l’horlogerie? Assurément oui, bien qu’une très lointaine origine de l’horlogerie se situe en Allemagne. (…) Au salon EPHJ, êtes-vous plus proches des Neuchâtelois ou des Jurassiens? C’est une question piège? Nous sommes toutes et tous de l’arc jurassien où les

talents, le savoir-faire et les compétences sont regroupés. Gouverne-t-on une commune comme on dirige une société? Passion, engagement et persévérance sont nécessaires pour les deux activités. Les contraintes sont toutefois bien différentes, de même que la rapidité dans les prises de décisions et leur exécution. Politique et cotraitance horlogère font elles bon ménage? La question est plutôt de savoir si un engagement milicien est compatible avec une activité professionnelle? Une maîtrise, de la jonglerie, une certaine souplesse et une bonne dose de résistance à la fatigue sont nécessaires…. Arrive-t-il que les convictions de la femme politique s’affrontent

Polissage depuis plus de 75 ans. Les savoir-faire concentrés au sein d’Auchlin SA sont l’héritage d’un atelier fondé en 1945 par Marius Auchlin. L’entreprise et sa vingtaine de collaborateurs disposent depuis 2001 de leur propre fabrique. Y sont perpétués les arts du polissage, cette approche «à façon» qui transforme une exigence en techniques spécifiques. Car chaque matériau impose ses solutions

et outillages. Dire que le rayonnement de l’horlogerie suisse repose sur ces embellissements qui ne se voient parfois même pas! Polissage à la main, pièce à pièce, ou via les secrètes «mixtures» de l’ébavurage dans lesquelles les pièces, parfois minuscules, sont lentement malaxées. Le bleuissage, têtes de vis ou pièces entières, fait aussi partie des expertises. www.auchlin.ch

«Oui mais chut! Je ne vous dirai pas tout, nous sommes des alchimistes», répond-elle à la question de savoir si lorsqu’on trovalise ou qu’on tribofinit, on est en train d’ébavurer. Madame le Maire est une pro du polissage… avec les réalités de la patronne? Par exemple le congé paternité? Votre magazine n’a qu’une page pour cette interview, c’est bien juste? Je parlerais des convictions de la femme tout court qui peuvent se confronter au pragmatisme de la réalité entrepreneuriale. En horlogerie et en politique, comment se faire respecter en tant que femme? En se respectant soi-même et en ayant confiance, ce qui est valable pour tout individu. Si je vous dis «Fabrique du Grenier», que répondez-vous? «Erismann-Schinz», une époque où des «flots» d’ouvrières et ouvriers rejoignaient cette usine située au centre de la Neuveville pour y produire toute sorte de fournitures horlogères. Bizarre, pas d’horlogerie dans votre Musée d’Art et d’Histoire? Il y a entre Bienne, La Chaux-de-Fonds et Le Locle des collections remarquables, difficile de s’aligner. Mais pourquoi pas une exposition temporaire sur les savoirfaire de la sous-traitance horlogère, j’en parlerai à notre conservatrice, promis! L’horlogerie a anobli ses métiers. Les «petites mains» sont devenues «doigts d’or». Côté arts du polissage, il y a encore du chemin à faire, non? C’est une provocation j’espère… Je ne peux que vous inviter à découvrir nos doigts d’or, de platine et de diamant… Existe-t-il des matières qui ne se laissent pas polir? Les matières que nous polissons font toutes un peu de résistance. n www.laneuveville.ch

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

15


MOMENTS

BEMRC au monde fascinant des jouets pour grands

L

es projets disruptifs? Ce fidèle de l’EPHJ, Romuald Cappelle, en fondant il y 15 ans son BEMRC (Bureau d’Étude Mécanique) en a fait sa spécificité: jouets pour riches, projets de marques désireuses d’ajouter à leurs luxueux produits des environnements inédits, télécommandés, mobiles ou simplement délicieusement ludiques. Son atelier en Valais est un horizon de faisabilité pour tout designer déjanté désireux de réaliser une talking piece ou l’œuvre d’une vie. Il vient d’ailleurs d’initier la réalisation d’une première microsérie de «356 RE», soit quatre répliques en version électrique de la mythique Porsche 356. Hélas, ses contrats de confidentialité contraignants l’empêchent de rendre visibles les réalisations qu’il fait pour de grandes maisons d’horlogerie, prestigieuses. Alors, pour raconter les savoir-faire et la créativité de son équipe, il lui arrive de créer pour créer, comme ce vrai bloc moteur de Mercedes 450 SEL 6.9, transformé en remontoir géant – une œuvre d’art – capable de remonter des montres mécaniques automatiques logées dans la cavité des 8 pistons qui, par magie, vont et viennent tout en tournant sur eux-mêmes. A l’EPHJ en 2021, il exhibait une horloge

s’offrant des allures de boîte à vitesse: rouages visibles, avec une cloche de verre qui viendra terminer la coque supérieure, tandis qu’un moteur électrique enclenchera la lecture de l’heure, du mois et de la date. L’esthétique de la mécanique, dans son jus de délire et de créativité folle... Et en définitive, du luxe, de l’hyper luxe. _JAG n www.bemrc.ch

Tourbillon erratum, 220 ans... 145e ANNÉE

® SINCE 1876

horlogers, les plus grands maîtres après avoir challengé ) se retirait peu à Et si, âgée de 200 ans, Breguet (le Tourbillon et complexes… ire d’Abraham-Louis l’invention bicentena d’autres inventions, tout autant cinétiques traque les à peu pour laisser la voie rie historique depuis 1876, JSH® Magazineaux publicités Interdit ses métamorphoses. indépendance et Journal suisse d’horloge la branche, révèle aussi persiste dans son promesses d’avenir de horlogères, votre magazine marques des «produit» Journal du Secteur Horloger. son éthique d’être le

JSH.SWISS 2021 / #01 SPÉCIAL SALONS MOTEUR / MATIÈRES MÉTIERS / MARCHÉS ISSN 1422-9323 ABO CHF 18.76 / AN CHF 14.50 | € 12,91

16

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

Dans le dernier numéro de JSH, le tourbillon s’est retrouvé rajeuni de 20 ans! Et ce malgré l’équipe de correcteurs et le soussigné qui ont passé au crible les rushs de l’édition. L’année du dépôt de brevet signé Abraham-Louis Bréguet est bien 1801. Ainsi le Sphérillon présent en couverture et inventé par Eric Coudray (Prix Gaïa), horloger de génie au sein du TEC Group, n’est donc pas survenu 200 après, mais bien 220 ans. Mea-culpa... _JAG n www.breguet.com / www.tec-groupswiss.ch


DÉVELOPPEMENTS HORLOGERS - GENÈVE

Au service des maisons horlogères depuis 25 ans.

Mouvements horlogers complets Agenhor déclinables en multiples variantes. Conception à la demande de mécanismes horlogers, du module simple aux grandes complications. Assistance, réactivité, suivi de projet et production. Agenhor harmonise dans ses créations horlogères inventivité, performance et esthétique. Le mouvement devient objet d’art.

agenhor sa - rue emma-kammacher 6 - 1217 meyrin tel +41 22 757 10 11 - www.agenhor.ch


www.abraitalia.it

BRACELETS Tél.: +39 0444 343434 • www.promotionbracelets.eu • promotion@promotion-spa.com


MOMENTS

Showcase, l’émotion qui rapproche L

a téléportation et les réceptions holographiques, c’est pour demain! En attendant, boosté par les affres du confinement, jamais outil de présentation n’aura à ce point raccourci les distances. Entre le point du toucher et le client final, entre des collègues éparpillés aux quatre coins du globe ou dans des ateliers voisins. Conçu par Denis Hayoun (dr) et Fabrice Rabhi, deux maestros de l’image haute résolution et des prises de vue léchées, respectivement l’un photographe reconnu – studio Diode – et l’autre as des animations horlogères en images de synthèse - Le Truc, - ce meuble, ce meuble établi-écrin fait transpirer d’émotion les écrans responsifs. L’éclairage et la résolution sont optimaux, l’ergonomie à son comble, la high-tech évolutive embarquée, spécifiquement développée, est carrément bluffante. Ce qui n’interdit pas à cet émetteur récepteur homologué de capter les fréquences de

l’époque, les Teams, Zoom, WeChat ou autres WhatsApp’s. Gainée optionnellement d’un cuir Vaudaux, luxe ultime oblige, cette machine à restituer jusque dans leurs plus subtils détails, le son, l’image et les macros les plus improbables, transcende le produit comme jamais. À l’autre bout, quasi tactiles et intuitives, des palpations visuelles qui résultent de manipulations partageuses. Triturée et retournée, présentée sous toutes ses coutures, la pièce, gardetemps ou bijou, se raconte, se détaille, se décortique, s’explique, capture les élans interactifs autant que l’attention. Elle se vit comme une expérience nouvelle, née d’une époque où les privations primaires, détournées de leurs effets castrateurs, sont parvenus à enfanter les plus prometteuses avancées expérientielles. _EA/TàG+41 www.show-case.ch

«Phygitales, quasi tactiles et intuitives, des palpations visuelles qui résultent de manipulations partageuses» #JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

19


Moteur Chaîne, fusée

et force constante

20

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03


«Dans le fond, l’horlogerie peut se résumer à cette confrontation obsessionnelle: contrôler l’énergie fournie à un système censé diviser les unités de temps en portions égales. En résultent toutes sortes de mécanismes fascinants pour atténuer l’impact néfaste de la physique et de la gravité. Ces dispositifs mécaniques n’ont pas vocation à supplanter l’implacable précision d’une montre à quartz. Ils servent les motivations d’horlogers en quête de prouesses chronométriques ainsi que celles des collectionneurs en quête d’émerveillements», écrit Marton

Radkai, rédacteur en chef de l’ouvrage référence Wristwatch Annual qui paraît une fois par année aux Etats-Unis. Fidèle au Journal Suisse d’Horlogerie, ce journaliste pur jus, indépendant jusqu’au bout de la plume, cultive également, en anglais et allemand, les talents de traducteur spécialisé ou de voix radiophonique. Il nous entraîne sur les traces d’une histoire gorgée de magie micromécanique où il est question de force constante, de chaîne, de fusée et… de remontoir d’égalité. Joël A. Grandjean

Plusieurs marques conjuguent aux temps actuels l’échappement chaîne fusée. À l’inverse de Lange et Breguet dont une grande partie du système est caché, Zenith le place audacieusement côté cadran. Il est maintenu par des ponts angulaires en haut du cadran, ce qui confère à cette Academy Georges Favre-Jacot, édition 150e anniversaire, un look steampunk.

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

21


BIENVENUE DANS NOTRE SHOWROOM VIRTUEL

Découvrez nos solutions d’usinage dédiées à l’univers fascinant du luxe permettant de produire des objets merveilleux, dans les matériaux les plus nobles.

PLUS DE 30 APPLICATIONS EN DÉMONSTRATION showroomvud.starrag.com


MOTEUR

La quête inlassable du réglage

Marton Radkai, Rédacteur en chef Wristwatch Annual

Dès les premières heures de l’horlogerie appliquée, scientifiques, ingénieurs, amateurs et bricoleurs font de leur mieux pour atteindre la précision dans la lecture du temps. Impossible? Leurs inventions fascinent pourtant…

A

u XIIIème siècle, un mécanisme est inventé pour les pendules afin de réguler la force générée par la chute des poids. La verge et le foliot consistent à stopper puis relâcher une roue d’échappement en forme de couronne avec deux palettes fixées à une tige (verge) placée horizontalement en travers de ladite roue. On peut régler l’oscillation en déplaçant des poids à chaque extrémité du foliot installé de manière transversale au sommet de la verge.

Contrôler les flux d’énergie Le ressort moteur, comme générateur d’énergie, est ensuite développé dans la première moitié du XVe siècle. Il permet de miniaturiser, d’intégrer les mouvements dans des instruments horaires plus petits. Il suscite une nouvelle série de défis: maîtriser la puissance incontrôlable du ressort au départ, puis sa perte d’énergie une fois qu’il est déroulé. Ce sont les régulateurs qui parviennent à rendre constante la force du ressort. Une solution apparaît, le stackfreed (dérivé de starke Feder, ‘puissant ressort’ en allemand). Un système à lames qui, grâce à la pression d’une roue sur une came, absorbe mécaniquement tout excès de puissance. Environ à la même époque, fin du XVe siècle, la fusée et la chaîne, mécanisme plus simple et astucieux que le stackfreed, sont inventées. Imaginons un maillon de chaîne de bicyclette au niveau des pédales, avec

des pignons en forme de cône placés sur la roue arrière afin de capter l’énergie du cycliste. Le couple, puissant lorsque l’énergie du ressort est libérée, entraîne le petit engrenage. Puis, à mesure que le couple faiblit, la chaîne s’enroule sur la section inférieure plus large, telle une chaîne de vélo lorsque les vitesses inférieures sont enclenchées. #JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

23


MOTEUR

Pendant ce temps, depuis sa région du Toggenburg en Suisse, un scientifique et mathématicien quasi inconnu construit des horloges astronomiques complexes. Pour contrôler le flux d’énergie, il s’appuie sur ses propres systèmes. Connu pour avoir contribué au concept des logarithmes, le pérégrinateur Jost Bürgi (1552-1632) développe une verge avec un second foliot qui, pouvant se déplacer dans une direction opposée du premier, parvient à améliorer la stabilité et la précision. Il ajoute également un mécanisme à ressort séparé, destiné à recueillir l’énergie de la verge afin de la redistribuer en saccades régulières. Une contribution capitale aux dispositifs à force constante.

Nouvelle ère En 1656, Christiaan Huygens améliore considérablement la précision en élaborant sa célèbre horloge inspirée du concept de Galilée. Une avancée suivie de deux autres inventions horlogères fondamentales dans la précision micromécanique: l’échappement à ancre et le spiral. Les mouvements se prêtent dès lors plus facilement à la fabrication d’instruments horaires «portables».

24

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

Reste que la nécessité d’une force constante demeure. D’autres systèmes sont alors imaginés. Pour son chronomètre de marine H4, John Harrison installe un mécanisme de remontage secondaire entre le ressort principal et l’échappement. Remonté toutes les sept minutes et demie, il est censé distribuer l’énergie en portions égales et franches. Son concept sera amélioré au XXIe siècle.


MOTEUR

glissant entre les maillons du fin papier de soie puis d’enflammer le papier. Une fois consumé, ce-dernier laisse des tolérances plus minces. D’autres marques ont également recours à la fusée et à la chaîne. Comme Breguet qui, dans sa ligne «Tradition», propose sa 7047 Tourbillon Fusée. Ou comme la Manufacture Zenith au Locle, en 2014 (voir page panoramique de ce dossier).

Les temps modernes Les progrès de la science des matériaux améliorent les performances des ressorts et des balanciers dans les montres-bracelets et les horloges, éliminant progressivement ce besoin de mécanismes à force constante. Qui continuent toutefois à être utilisés dans les pendules d’intérieur, par exemple, pour compenser les variations de viscosité de l’huile ou l’impact du temps sur la lourdeur des aiguilles. Du coup, certaines solutions historiques sont ressuscitées. En 1994, A. Lange & Söhne intègre pour la première fois une fusée et une chaîne dans une montre moderne, la «Pour le Mérite»: «La chaîne rappelle une chaîne de vélo, il a fallu un an pour la fabriquer», explique Anthony de Haas, chef de produit. «Les minuscules goupilles qui maintiennent les maillons tombaient sans cesse. Personne ne savait comment ajuster la chaîne pour lui éviter de se relâcher et comment la maintenir tendue». Finalement, quelqu’un aura l’idée de poncer les goupilles pour qu’elles tiennent d’elles-mêmes. Un horloger suisse, expérimenté dans la restauration des montres de poches, suggère d’assembler la chaîne en

Remontoir d’égalité, le génie de François-Paul François-Paul Journe est le premier à intégrer un remontoir d’égalité dans une montre-bracelet. Il s’agit du Tourbillon Souverain. Sa solution, réapparue notamment dans son récent Chronomètre à Résonance, est ingénieuse: une roue secondaire montée sur un levier sert à arrêter la roue des secondes, tandis qu’un long ressort à lame, chargé à partir du rouage principal, transmet l’énergie d’une seconde à l’échappement, qui libère alors la roue secondaire.

Serviette rPet-Tissée

Encore un nouveau geste pour la Planète

Nous avons développé une nouvelle serviette en microobre à partir de microolaments de polyester issus du PET. 70% recycled www.kellertrading.ch


MOTEUR

L’engrenage Chez Ferdinand Berthoud Chronométrie, on décide d’optimiser la fusée et la chaîne, en ajoutant une rainure à la section d’entraînement pour en stabiliser le déroulement. La FB 2RE gagne le GPHG, le Grand Prix d’Horlogerie de Genève. Garde-temps remarquable, cadran sobre. Il faut retourner la pièce pour que se révèlent en haut la fusée et la chaîne ainsi qu’une croix de Malte bien visible. Au milieu, un grand balancier, dans le tiers inférieur, un échappement à l’allure étrange, littéralement le remontoir d’égalité. Avec son petit ressort monté coaxialement sous la roue d’échappement, il s’enroule à mesure que le bras d’un composant à trois branches situé au sommet du pignon d’échappement vient s’appuyer contre une palette fixée à un pignon adjacent.

26

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

Ses développements ont été plusieurs fois primés au Grand Prix d’Horlogerie de Genève tandis que l’ensemble de sa carrière est salué en 2017 par la plus prestigieuse des reconnaissances, celles de ses pairs, le prix Gaïa.

L’innovation Romain Gauthier L’horloger indépendant Romain Gauthier trouve une solution pour apporter au mécanisme chaîne-fusée une innovation. Dans sa Logical One, il sépare chaque section de la montre. Visibilité optimale! Même le ressort de barillet au dos est ouvert pour être vu. Sur le côté gauche du cadran se trouve la fusée et la chaîne, repensées pour figurer sur un seul plan plutôt que d’errer de haut en bas sur un axe en forme de «gâteau de mariage». Ce-dernier a été remplacé par une came escargot qui tire lentement la chaîne sans l’empiler: au final, une chaîne plus courte, donc des maillons plus grands en rubis synthétique, moins sujets à l’usure. Un remontoir actionné par un poussoir complète le concept de fonctionnement en douceur.


MOTEUR

Grands écarts Quelle que soit leur fonction, l’idée maîtresse de ces mécanismes à force constante est de dissocier la vigueur du ressort principal des besoins délicats de l’échappement et de maintenir ainsi une amplitude régulière. La plupart, nous l’avons vu, utilisent un ressort secondaire. C’est le cas également de montres aussi spectaculaires que la Constant Force Tourbillon (croquis) d’Arnold & Son. Elle est l’œuvre du remarquable Andreas Strehler qui a inventé dans la foulée un système doté d’un bras satellite avec, à son extrémité, une roue en forme d’étoile qui se déplace le long d’un arc par paliers de six degrés. Le bras capte essentiellement la puissance du ressort principal, enroule le ressort intermédiaire en dessous de lui, et libère de petits éclats d’énergie à la roue des secondes située plus bas sur le pignon. Aucun de ces systèmes n’est directement relié à l’échappement, le véritable battement de cœur de la montre.

C’est Nicholas Déhon (portrait), alors employé chez Rolex, qui, assis dans une gare en 1997, a une idée folle en observant le ticket de train qu’il fait distraitement tournoyer. Il remarque qu’il accumule de l’énergie lorsqu’il est plié et qu’il la libère à dose égale lorsqu’il se tord dans l’autre sens. C’est la loi de Hooke. Rolex n’a pas d’intérêt à le développer au contraire de Girard-Perregaux, son employeur suivant, qui l’incite à développer un échappement qui entraînerait le balancier directement en utilisant un ressort de flambage. En 2013, GP présente son échappement Constant LM. Ce mécanisme unique occupe la moitié inférieure du cadran. Il est composé d’un

composant esthétique en silicium en forme de papillon apposé sur le système d’échappement. Un fil de 14 microns le traverse horizontalement. Lorsqu’il s’enclenche, il déplace deux leviers à bascule qui transmettent l’impulsion aux deux balanciers. La chronométrie est excellente, mais seul le temps dira si un tel mécanisme survivra...

11, rue Emma Kammacher 1217 Genève / Meyrin T. +41 22 320 64 74 F. +41 22 320 64 76 E. contact@cadraniers.ch


MOTEUR

A Fleurier,

la Manufacture secrète

Par Emmanuel Alder / TàG Press +41

Discret joyau manufacturier du Val de Travers, LTM Manufactures du Temps reste l’un des derniers pôles de compétences capables de concevoir et produire des calibres d’une incroyable petitesse. Pas seulement…

S

ans complicité à l’interne, juste parce quelques amis sont bien mieux informés que les journalistes, je suis parvenu à me faire une idée sur le nom de quelques marques horlogères de prestige qui, en catimini, semblent bien connaitre l’adresse de ces «faiseurs de calibres» dont les 3’000 mètres carrés se répartissent entre Fleurier et Couvet. «De la matière première frappée et usinée à la montre finie» pouvait-on lire dans les colonnes du Quotidien du Salon EPHJ. Une maîtrise du temps qui n’en finit pas de s’écrire Ici, dans dans ces locaux en connexion avec les terroirs horlogers suisses fondamentaux, les potentiels se respirent comme des étincelles de créativité rendues tangibles grâce à la diversité des profils client. Ainsi, la sortie du Timegraph de Caran d’Ache, un stylo doté d’un minuscule calibre horloger, n’a rien d’une étude de style. Il s’agit bien d’indiquer l’heure à partir de l’une des expressions les mieux maîtrisées de LTM, celle de régner sur une famille de calibres de forme et de petite taille. Des concentrés de miniaturisation, tous testés, fiabilisés, et historiquement auréolés de lettres de noblesse. Il y a le LTM 1000, mouvement baguette de 09x21 mm à remontage manuel, ou son pendant à remontage par le fond, le LTM 1010. Cette famille compte aussi le LTM 2000, un 6.10 lignes à remontage manuel qui devient automatique en LTM 2100. Enfin, preuve que d’autres possibles sont encore à venir, parfois plus grands, il y a ce LTM 5000, un 13 ¼ lignes manuel disposant, d’une petite seconde à 09h00, c’est inhabituel, et surtout d’un potentiel de développement: on parle d’un tourbillon dès

28

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

fin 2021, puis d’un semainier, cette complication délicieuse et peu répandue dédiée à l’indication des semaines. Par-delà les calibres, l’exemple de Ressence Pour les autres domaines de prédilection de cette perle industrielle, ils couvrent les arts de la production de rouages, du décol-


letage au taillage et au roulage, en passant par la trempe et le polissage. Et comme illustration dicible de cette concentration de savoir-faire, il y a cette marque Ressence qui, dans sa conception design rupturiste, a pris le parti de faire de son cadran sa platine: un peu comme si une roue de voiture s’était mise en tête d’héberger le moteur du véhicule. En découle une féérie mystérieuse et une cinétique originale dont les énigmes de fabrication ont été résolues en ces murs. n www.letempsmanufactures.ch


MOTEUR

Quantièmes,

Jean-Marc Wiederrecht explore les perpétuités Par Joël A. Grandjean

Après avoir tutoyé les complications poétiques issues d’une maîtrise pionnière des complexités de la fonction rétrograde, Agenhor s’embarque dans une galaxie culturelle et cultuelle fascinante. Il y est question d’éternité…

I

l est question de magie, de mathématiques et de destinations universelles. Car si le calendrier grégorien a l’avantage d’être répandu sur la planète toute entière pour des raisons liées à la marche universelle des affaires et la régulation inter nations, il est loin de correspondre aux cultures plurielles qui l’utilisent tout en conservant leurs propres relativités temporelles. A l’EPHJ, un motoriste prix Gaïa moult fois primé Lorsqu’une montre suisse, occidentale donc, se vend dans le monde, c’est au nom d’une heure communément admise. Et lorsqu’elle affiche des fonctions calendaires additionnelles, elle parvient à un degré particulièrement poussé de complexité. On parle dès lors de «calendrier perpétuel» et de «complication-mère» dès lors que des horlogers sont capables de concevoir un mécanisme micromécanique comprenant un composant qui fait un tour en 4 ans de manière à pouvoir commander l’avance du 29 février des années bissextiles, sans avoir à effectuer de réglage manuel. Et si l’on va encore plus loin dans la tempérance des ajustements et des rattrapages imposés par l’irrégularité de marche de notre planète, on parle de calendrier séculaire.

Chez Agenhor, cette complication fait bien sûr partie des maîtrises qui participent à sa réputation ainsi qu’à l’aura de son horloger fondateur, Jean-Marc Wiederrecht, détenteur depuis 2017 d’un «Nobel de l’Horlogerie», à savoir du prix Gaïa. Cet abonné aux «awards» horlogers vient de passer le flambeau à ses deux fils Nicolas et Laurent. Preuve que les Wiederrecht ne sont pas uniquement connus pour avoir enfanté l’AgenGraphe, une réinvention inspirée du Chronographe, ou pour avoir dompté,

30

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

Ses développements ont été plusieurs fois primés au Grand Prix d’Horlogerie de Genève tandis que l’ensemble de sa carrière est salué en 2017 par la plus prestigieuse des reconnaissances, celles de ses pairs, le prix Gaïa.

chacun.» Une année hégirienne compte 354 ou 355 jours. Elle est donc plus courte que l’année solaire d’environ 11 jours et on réalise soudain la raison qui fait que le mois du ramadan ne tombe jamais annuellement à la même période!

souvent pour Hermès, les mémoires mécaniques de calibres volontairement mis en pause, les voici qui s’attaquent à l’une des conjugaisons les plus érudites de la comptabilité horaire, les calendriers perpétuels des autres cultures: perse, arabe, indien… Quant aux calendriers japonais et hébraïque, ils se révèleront bientôt, au sortir des recherches encore en cours.

Le module compliqué calendrier perpétuel hégirien développé par Agenhor peut se greffer sur n’importe quel calibre de Selon Agenhor, au terme d’un développe- base ment pour et avec la marque Parmigiani, cela donne un QP qui devient une montre bracelet capable de gérer les 30 années du cycle lunaire hégirien! Et de réitérer l’exploit, par une esthétique différente, pour le compte de la marque L’Etoile, particulièrement bien implantée en territoires moyenorientaux.

Calendrier hégirien, casse-tête et première mondiale Au menu de ces joutes mathématico-temporelles, il y a bien sûr cette toute autre logique pourtant basée sur la même observation des astres, la comptabilité horaire selon le calendrier hégirien ou islamique. Selon Wikipedia, «c’est un calendrier lunaire synodique non solaire, fondé sur une année de 12 mois lunaires de 29 à 30 jours

Voyages au bout du temps, en voie modulaire Le plus stimulant dans cette quête d’une précision qui dépasse le cadre des mathématiques pures, c’est qu’elle offre aux horlogers et aux maîtres du temps d’Agenhor des dépaysements d’une richesse stimulante. Là où cultuel et culturel se marient. Et Jean-Marc Wiederrecht, face à l’appel du large et aux défis des énigmes microméca-


MOTEUR

mentaire. Afin de permettre une synchronisation avec le cycle solaire. Du coup, une année chinoise peut varier entre 353 et 385 jours. Agenhor n’en dira pas plus. Bien que capable de réaliser un calibre à quantième perpétuel intégré, Agenhor a pour l’instant opté pour la voie modulaire. Le motoriste est à même de greffer Calibre Vaucher Manufacture Fleurier et de son module QP hérigien: détails signés de l’horloger Peter Speake (série «déconstructions»)

niques encore irrésolues, semble repousser les frontières de sa retraite. Jusqu’à toiser, avec ses deux fils impliqués, l’ultime complication, celle de maîtriser un jour un calendrier perpétuel chinois, sans l’aide, comme cela existe déjà, d’une application online qui dicte à l’utilisateur les environ 70 ajustements qu’il doit lui-même effectuer en douze ans sur sa montre. A ce jour, ce défi n’a jamais été résolu puisque, éprise des cycles lunaires et des saisons, la civilisation chinoise repose sur des années de 12 cycles lunaires avec ajout, tous les 2 à 3 ans, d’un mois supplé-

Solidement implantée au Moyen-Orient, la marque Etoile et son propriétaire Urs Bruggisser ont sorti une collection hégirienne. Laurent et Nicolas Wiederrecht, désormais aux commandes d’Agenhor (pour Atelier Genevois d’Horlogerie), l’entreprise familiale fondée par le Chaux-de-Fonnier JeanMarc Wiederrecht.

SANS FIL BLUETOOTH SIMPLE IOS ET WINDOWS

CONVIVIAL SANS FIL

LE CHRONOMASTER . PRECISION IS PRECIOUS. ®

LE CHRONOMASTER AIR . PRECISION IS PRECIOUS. ®

witschi.com

witschi.com

une telle complication sur n’importe quel calibre de base. Et d’écrire ainsi quelques pages encore inexplorées d’une horlogerie suisse qui part à la rencontre de cultures lointaines, magiques, profondes. n


Moteur La «Salle d’Imagination»

à Saint-Blaise

Jean-Marie Schaller, Les Ateliers Louis Moinet Enseignant le marketing à la HEG à Neuchâtel après avoir été prof à la Sawi, ce Jurassien de Corban revient à ses racines horlogères après un périple estudiantin (Londres, puis New-York) et professionnel (Detroit, Michigan). Auteur de succès commerciaux tels le passage de 40 à 260’000 montres annuelles pour Lacoste ou la relance de Perrelet, il se jette à corps perdu dès 2004 dans l’œuvre d’une vie: réhabiliter l’oublié Louis Moinet. Féru d’Histoire, il découvre le compteur de tierces, un instrument horaire doté des fonctions de chronographe, inventé plusieurs années avant que le mot n’apparaisse dans le vocabulaire. Petit à petit – il reste encore tant de perles patrimoniales à mettre en lumière –, il retrace la vie et les talents d’un des plus grands horlogers du 19ème.

32

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03


Les secrets de Jean-Marie Schaller Qui se doute que derrière les bureaux des Ateliers Louis Moinet à Saint-Blaise sur Neuchâtel se trouve un espace magique, connoté muséal, baptisé la «Salle d’Imagination»? L’espace est vaste, vouté, généreusement vitré, peuplé de vieilles pierres, de trésors historiques, d’objets de collections, d’une bibliothèque qui, au passage, entre les hommages réservés à l’horloger Louis Moinet (1768-1853) révèle quelques anciens numéros du Journal Suisse d’Horlogerie. «C’est ici, en compagnie de nos cotraitants que nous nous retrouvons pour parler d’art horloger», confesse le maître des lieux, l’actuel CEO, Directeur créatif et fondateur de la marque. L’endroit est propice aux échanges informels, aux présentations produits, aux transmissions de savoirs et aux extases de collectionneurs voyageurs. L’atmosphère se prête aux confidences: Jean-Marie Schaller, durant son parcours horloger, fut de temps à autre, sous un pseudonyme qu’il me révèlera peut-être un jour sous la torture, un contributeur du JSH! Il est d’ailleurs l’auteur de ‘Les Mystères d’Apophis’, un thriller horloger palpitant, à paraître chez Infofolio en mars 2022. «Les deux piliers de Louis Moinet sont les ‘Merveilles mécaniques’ et ‘l’Art cosmique’. L’idée est de repousser les limites connues, tout comme le fit Louis Moinet à l’époque, par exemple en inventant le chronographe en 1816 pour servir ses observations astronomiques». Ainsi introduit-il la «mise à nu» de sa dernière création, la Space Revolution. Par Joël A. Grandjean

Esprit de création, cotraitance Hormis les huit météorites rares arrachées à l’espace qui déterminent l’unicité de chacune des huit Space Revolution, les talents qui ont rendu possible cette masterpiece proviennent des terroirs helvètes alentours: une prouesse d’équipe, alliant double-tourbillon sur fond de boîte saphir, animation folle et inédite ainsi que pure tradition des montres mystérieuses…

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

33


MOTEUR

Mise à nu d’un mouvement…

son créateur à confesse

Fournisseurs à l’honneur! En compagnie de son concepteur, la Space Revolution se prête à un délicieux déshabillage qui révèle un formidable tissu de compétences locales… Par Albert J. de Buttes LaCôte / TàG Press +41

S

ous toutes ses coutures, la Space Revolution «ouvre son capot», se dévoile et laisse admirer son cœur de calibre. Son futurisme, pointant vers les plus anciens ouvrages horlogers (voir la couverture de ce magazine) interpelle les arts horlogers pratiqués par Louis Moinet. Féru d’observation astronomique, cet horloger majeur de l’histoire de la chronométrie devait aussi avoir une partie de son esprit dans les nuages… «Lorsque j’avais 9 ans, j’ai découvert ‘On a marché sur la Lune’ de Tintin. Une année plus tard, Apollo 11 se posait sur la Lune. C’est là que j’ai compris que l’imagination humaine n’avait pas de limites…» avoue Jean-Marie Schaller, fondateur des Ateliers Louis Moinet, toujours autant fasciné par la vie de celui à qui il entend redonner ses lettres de noblesse. Concepto, motoriste de l’impossible et de l’exploit «Il s’en fallut de peu que l’étude portant sur cette conjonction inédite de complications soit définitivement stoppée» explique le chef d’orchestre et concepteur. Contactées, les équipes du motoriste confirment: «Sa conception avait été jugée impossible au départ, vu le cahier des charges hors normes. Cette construction, élaborée sur trois ans, est aujourd’hui l’une des plus Un sélecteur placé au dos du boîtier a deux fonctions distinctes: soit la mise à l’heure, soit le remontage. La couronne ne se tire plus, elle sert à mettre les aiguilles en position ou à remonter le mécanisme.

34

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

Space Revolution, les chiffres 0.24 grammes, le poids d’une cage tourbillon 0.5 grammes, le poids d’un vaisseau 2 oscillateurs à mécanisme différentiel 3 ans de développement 8 garde-temps en édition limitée 18, le nombre de croisements de vaisseaux par heure 43 mm, le diamètre du boîtier 44 billes en céramique 470 composants pour ce calibre ultra-complexe 300’000 km/seconde, vitesse de la lumière, indiquée en lieu et place des minutes. 5 minutes, soit 90 millions de km parcourus. A cette vitesse, un voyage Terre-Lune se ferait en à peine plus d’une seconde et, pour Mars, selon sa position orbitale, entre 3 et 22 minutes La lumière parcourt l’équivalent de 7.5 tours de la Terre en une seconde.

sophistiquées». Jean-Marie Schaller acquiesce: «Space Revolution est le fruit d’un long partenariat avec Concepto. Technologiquement, elle est inédite puisqu’elle met en scène deux tourbillons qui tournent en sens opposé, qui plus est à grande vitesse. Ils se croisent 18 fois par heure, soit chaque 3 minutes et 20 secondes. Ils sont donc construits sur deux niveaux différents».

Autre complexité, les deux cages de tourbillons qui sont en rotation continue autour du cadran tournent également sur elles-mêmes. En tout, six éléments sont en mouvement permanent, se croisant et se recroisant en une cinétique ludique: dont les deux vaisseaux et les deux tourbillons satellites.


MOTEUR

Secrets de fabrication, tour centrale «Sans l’apport de roulements à billes en céramique, l’exploit technique n’aurait pas été possible, puisque la difficulté était de parvenir à une rotation parfaite en régularité ainsi qu’à un équilibrage subtil des éléments tournants» dévoile ce patron créatif. Sans pour autant tout révéler, il y a en tout cinq roulements à 7 billes en céramique et un sixième à 9 billes, tous des petites merveilles conçues et assemblées par MPS Micro Precision Systems SA. Dissimulé dans la base du châssis, le mécanisme s’inscrit dans la pure tradition des montres mystérieuses. Son épaisseur n’excède par les 3.75 mm, une prouesse de miniaturisation et d’imbrication. Effacé, il laisse à la magie de la cinétique temporelle le soin d’opérer, libre de toute entrave, de toute attache, telle une tour centrale invisible transmettant ses ordres aux tourbillons, aux vaisseaux ainsi qu’aux aiguilles. Quant à la transparence maximale qui permet d’admirer le spectacle unique, elle découle de la réalisation et de la construction technique inhabituelle de la boîte en

saphir: toute en légèreté, elle est issue de la fabrique Fimm SA, une Jurassienne fondée par François Merçay et dirigée par Bertrand Crevoisier, capable d’enfanter un container en saphir monté sur un châssis en or 18 carats, des cornes et carrure ajourées, un dôme de saphir et son réhaut rapporté… Tourbillons spectaculaires Pour l’énergie nécessaire à l’envol de ce vaisseau chronométrique ainsi qu’à ses 58h de réserve de marche, elle provient de deux barillets fabriqués par Générale Ressorts, un pour chaque tourbillon. «Les cages de tourbillon sont de forme hexagonale et géométrique, leur poids à chacune est de 0.24 grammes seulement, ce qui permet de garantir la vitesse adéquate au sortir d’un équilibrage fin», s’enthousiasme celui qui, en habit de chef d’orchestre, reste foncièrement fasciné par la maestria des meilleurs de ses musiciens. Au total, ce mécanisme ultra-complexe compte 470 composants. Il requiert un assemblage de virtuose. Il faut un bon mois pour manufacturer un seul de ces calibres. n

Vaisseaux intergalactiques Ces vaisseaux inspirés de la science-fiction sont réalisés en titane de haute technologie. L’ultra-légèreté de ce matériau est en effet essentielle pour parvenir à réaliser ces révolutions à haute vitesse, gage d’un spectacle à la fois ludique et fantastique: un tour de cadran s’effectue en 5 minutes pour «Black Force», en 10 minutes pour «Red Force». En outre, malgré ses 0.5 gramme – le poids d’une plume d’oiseau, – chaque vaisseau, terminé artisanalement, est recouvert des couleurs de la passion, le rouge et le noir.

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

35


MOTEUR

Fragments extra-terrestres, les plus rares météorites

Une aventurine vieille de 50 ans

Space Revolution, c’est une micro-série de 8 pièces dont l’unicité se situe dans 8 parcelles venues de l’espace. Bienvenue dans un petit coin du Cosmos, voici leurs noms et leurs trajets…

L’aventurine évoque le ciel étoilé. Son origine remonte au 17ème siècle, à Murano. Son secret? Des particules ressemblant à des paillettes d’or ont été insérées dans le verre soufflé en fusion. La particularité du cadran aventuriné de la Space Revolution est d’avoir été taillée dans un bloc original acquis il y a plus de 50 ans, par le père de Daniel Haas, chercheur de pierres rares et fournisseur historique de Louis Moinet. Au terme de huit étapes artisanales, dont le polissage final, la mise en valeur et le rendu sont à leur paroxysme.

Météorite «Lune». L’une des plus rares. À ce jour, moins de 200 météorites lunaires ont été identifiées dans le monde.

Météorite «Mars». Également l’une des plus rares. À ce jour, moins de 150 météorites martiennes ont été identifiées dans le monde. Sa valeur par gramme est plus élevée que celle de l’or et du platine combinés.

Météorite Allende. La matière la plus ancienne connue du système solaire. Son âge est estimé à 4.567 milliards d’années, soit beaucoup plus ancienne que la Terre. Météorite Jbilet Winselwan. Cette mystérieuse météorite comporte des traces d’acides aminés, potentiellement la toute première trace de vie jamais connue dans le cosmos!

Météorite Erg Chech. Également plus ancienne que la terre, datant de 4,566 milliards d’années, cette matière d’exception présente une texture ornée d’occlusions vertes tout à fait particulières.

Météorite Armanty. Une masse de 50 tonnes découverte ces dernières années en Chine. Composée d’un alliage naturel et extraterrestre de ferronickel, cette météorite provient du cœur d’un astéroïde de plus de 100 km de diamètre.

36

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

Météorite Gibeon. Trouvée en Namibie, cette météorite de fer présente un motif extraterrestre, les figures exceptionnelles de Widmanstätten.

Météorite Isheyevo. Trouvée en Russie en 2003, elle est une chondrite carbonée contenant une somptueue séquence de fines couches.


MOMENTS

«Cinquante

nuances d’orange»

A

vouez qu’un tel titre, c’est plus sexy qu’«Orange is the New Black»! Au pays des chercheurs de tendance, Positive Coating a ses antennes. Et peut-être que, en complément des bleus pluriels qui connotent les contenus de son nouveau site internet, c’est Only Watch qui a donné le la. En effet, la célèbre vente aux enchères horlogères monégasque semble avoir sonné le coup d’envoi de cette omniprésence d’orange dans l’air: nombre de ses pièces uniques, planétairement médiatisées par des mises à l’encan historiques, semblaient toutes s’être données le mot. Ouf, à La Chaux-de-Fonds, les explorations vers cette

dominante érigée en must, grâce aux techniques maîtrisées et brevetées du PVD et de l’ALD, ont enfanté quelques inspirations chromatiques aux noms délicieux. Ainsi, sous l’appellation «Ardente Terracotta» se déclinent cinquante nuances d’orange. Une extase lexicale où chaque terme

évoque une chaleur, une émotion, selon que la proportion de rouge ou de soleil varie: rouille, cannelle, terre cuite, ocre, terre de sienne, fauve, brique voire même pourpre… _AJdBLC/TàG+41 www.positivecoating.ch

Luxury Private Label Montres & Bijoux

Partant d'un dessin, d'une simple idée, nous sommes capables de réaliser tous les produits dont vous avez rêvé.

Tél. 022.823.30.30 - eMail : info@traditech.ch rue Eugène-Marziano, 33 - 1227 Les Acacias - Genève www.traditech.ch


Matières L ’or vertueux à l’EP HJ

Extraction responsable «À ce jour, avec le soutien du gouvernement suisse et de l’industrie aurifère suisse, notre association a été en mesure d’exporter plus de 8’000 kg de Swiss Better Gold produit de manière responsable. Et de générer plus de 5,6 millions USD de prime d’impact au profit des producteurs ASGM participants», confirme l’actuel président de la Swiss Better Gold Association.

38

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03


De la mine au marché, chaine de valeurs durables, «Montrer qu’il est possible de fabriquer des produits, y compris dans le luxe, avec une approche responsable, tant sur la plan social qu’environnemental. L’approche responsable n’est pas une contrainte mais une évidence. Un vrai défi…», professait en 2014 au Journal Suisse d’Horlogerie Laurent Favre, co-fondatateur de la Swiss Better Gold Association (SBGA). Les propos de ce représentant de la sixième génération d’une dynastie horlogère mythique viennent d’être complétés par les interventions de la Secrétaire Générale Diana Culillas qui participait au Salon international de la Haute Précision à la table ronde du jeudi 16 septembre 2021. Concrètement, sur le terrain, l’association à but non lucratif vise à améliorer les pratiques minières ainsi que les conditions de vie et de travail des communautés concernées. Et à faciliter, par son soutien à l’extraction responsable de l’or dans les mines artisanales et à petite échelle (ASGM), notamment au Pérou, en Bolivie et en Colombie, l’entrée sur les marchés d’un or responsable. Par Joël A. Grandjean

Olivier Demierre, président de la SBGA et Senior Vice President CSR chez MKS PAMP.

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

39


Acier horloger - CDH20.20 Le CDH20.20 - 1.4435 refondu, spécialement développé par FCDH Aciers pour l’habillage horloger haut de gamme. Contactez-nous! Info.fcdhaciers@froidevaux.com +41 (0)32 545 51 34

FCDH Aciers - 2610 St-Imier - Suisse - fcdhaciers.ch


MATIÈRES

La noblesse des déchets

Pelures de fenouil et poussières de zinc

Albert J. de Buttes LaCôte / TàG Press +41

L’

arpanisation (en référence à Yvan Arpa) est un mot off qui circule dans les milieux branchés des communicants patentés.

Buzz insolites, buzz éthiques Depuis qu’il intégra dans ses montres des fragments d’acier du Titanic, depuis qu’il fit du caca fossilisé de dinosaure (coprolithe), un argument de vente, le Simon Templar zesté rebelle de l’horlogerie a inspiré l’ensemble du secteur: de la gomme brûlée de pneus Pirelli victorieux dans les montres de Roger Dubuis, de la feuille de cigare chez Delacour, de l’ardoise du Jura chez Paul Picot, des canons de fusils antiques chez François-Paul Journe, du fromage chez H. Moser & Cie… La liste est longue! Un cru classé au poignet? C’est à l’étude et désormais possible en utilisant les déchets de raisin d’un même domaine

Si le recyclage marketing s’est empressé de suivre l’audace d’un Yvan Arpa et de son acier du Titanic, le recyclage écoresponsable lorgne du côté de nos déchets. Qui résistent aux tests en vigueur dans l’horlogerie.

Aujourd’hui, la conscience environnementale pousse à des recyclages moins futiles. Selon le cahier des charges que le propriétaire et directeur de Panatere s’est fixé, on va plus loin que la seule boîte de montre. «Nous avons travaillé sur chaque composant et les bracelets faisaient partie de notre vision globale» dit Raphaël Broye. Et son énumération n’a rien de farfelu: «chutes de fenouil, épluchures ou résidus de pommes, copeaux et sciures de bois, rafles de raisins et de pépins…» Il est rejoint par Nicolas Freudiger, co-fondateur de la première marque circulaire ID Genève: «Notre packaging est une boite d’envoi en carton recyclé, avec une protection intérieure en champignon. A la maison, un écrin 100% compostable et en voyage, une pochette en cuir de raisin». Science et technique à la rescousse Par-delà le fenouil particulièrement prisé au monde des biodégradables, en raison de sa nature filandreuse, la recherche de tels bracelets ne fait pas l’économie des fameux tests horlogers: vieillissement accéléré, résistance aux divers types de sueur... Une quête traversée de tâtonnements qui, à en croire Jérôme Cavadini, à la tête de la Manufature Panerai, fait appel à la science lorsqu’il s’agit de fabriquer une glace saphir à partir de chutes de verre ou des index luminescents à partir de résidus de SuperLuminova. Objets de cette quête en marche, le titane, notamment lorsqu’une entreprise de SaintGeorges de Mons en France capte les rebuts

Raphaël Broye: «il peut y avoir de la noblesse dans de nombreux déchets» de titane de l’aéronautique pour alimenter Panerai en EcoTitanium®. Même combat du 100% recyclé pour le caoutchouc, le laiton, le carbone et même l’or. Raphaël Broye confirme: «Le titane 100% recyclé était annoncé pour octobre 2021. Déjà aujourd’hui, un alliage provenant du lavage des fumées de nos sacs poubelles est disponible dans de nombreuses dimensions.» Et pour conclure: «d’autres matériaux révolutionnaires arrivent…» n

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

41


MATIÈRES

Babette Keller Liechti: jamais à court d’une douceur d’avance

Lin, maïs, kénf et Chanvre du Deccan Un futur en fibre naturelle 100% recyclable, en forme d’écrin, de présentoir ou d’étui à montre… Présenté par le Campus Technik à l’EPHJ, ce matériau innovant, le Fonatex, se laisse colorer, graver au laser, emboîter sans colle… C’est à la société Naldi.swiss active depuis une vingtaine d’années dans l’univers des écrins horlogers, que revient le mandat de création de supports de vente ou de SAV. Sur mandat de la HFTM, la Höhere Fachschule Technik Mittelland AG… _Ollivier Broto/TàG www.hftm.ch www.naldi.swiss

Décidément, les longueurs d’avance, cette lauréate «Femme de l’Année 2009» du Prix Veuve Clicquot, elle connaît! Tandis qu’elle ajoute à sa production de gants et de tissus «Haute Couture pour l’Horlogerie» la fabrication de masques sanitaires, elle se lance récemment dans l’hôtellerie. En ouvrant à Orvins la Villa Babette, une Maison d’Hôte haut de gamme au cœur du Parc Chasseral, allait-elle enfin combiner l’art de se poser un peu et la vocation du savoir recevoir? Ses six chambres dotées d’un SPA à piscine hypoallergénique sont peuplées des linges et draps de bain de sa propre marque KT Home. Elles sont aussi saupoudrées de programmes zestés zénitude: initiation au pilates, au yoga, au reïki, à l’hypnose ericksonienne ou encore à la méditation. D’autres projets se pointent. Une autre ouverture en Suisse, puis une prévue à l’Île Maurice. Côté secteurs horloger et joaillier, Babette Keller vient de lancer une serviette en microfibre développée à partir de microfilaments de polyester issus du PET. Soit avec du rPET, ce matériau issu d’emballages vides collectés et recyclés. Son nouveau tissu lingette est traversé de 760 microfilaments par fil de tissage et testé aux métaux précieux. Il est d’une intense densité et d’une ultime douceur. En ligne de mire, au fil des gestes de l’établi ou dans le cœur d’un écrin, le soin des pièces précieuses, l’aspiration de toute trace d’impureté, le respect des surfaces délicatement travaillées... et de l’environnement. _Lee Warrien/TàG www.villababette.ch www.kellertrading.ch www.kt-boutique.com

42

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03


MATIÈRES

Pour son ADN, l’or a désormais son «passeport géoforensique»

Daumet, l’or le plus blanc Trouver le moyen de rendre l’or encore plus blanc tout en solutionnant la pénurie de rhodium, telle est la technologie brevetée par cette cleantech qui attire l’attention des acteurs horlogers majeurs du PVD. Dans la nature, l’or est jaune, toujours. Y adjoindre d’autres métaux permet d’obtenir l’or rose et l’or blanc. Pour l’or blanc, on a besoin de rhodium et de palladium, deux matériaux de plus en plus rares et chers, surtout le premier. Daumet a exploré une troisième voie, celle du tungstène. Or l’or et le tungstène, c’est un peu comme l’huile et le vinaigre qui ne deviennent une délicieuse vinaigrette que si un «une pointe de moutarde» parvient à les lier. Présente à l’EPHJ, cette startup innovante fondée à Paris par Cyrile Deranlo est parvenue à mettre au point un mélange – alliage – sans «pointe de moutarde».

Si la perspective de parvenir un jour à un lingot d’or Daumet n’est pas exclue, c’est surtout l’application du PVD qui est aujourd’hui maîtrisée: recouvrir une surface, n’importe laquelle, avec une plus ou moins fine couche d’or blanc. Applicable sur des plumes, du cuir, de la soie, cette solution de placage qui fait l’économie de tout apport de rhodium, s’offre en alternative particulièrement intéressante aux acteurs majeurs du PVD horloger et joaillier en Suisse. Et puisque «Faire du beau, avec moins d’or», est le credo de cette entité responsable, elle ne travaille qu’avec de l’or recyclé ou de l’or certifié Fairmed. _AJdBLC/TàG https://www.daumet.com

TheRightPlace.ch @TRP, Textes & Relations, Productions relations publiques, be@therightplace.ch

ge +41 76 328 03 79 | zh 41 44 586 79 27 | us +1 (954) 889-5522

Innovation. «Avec ce passeport innovant, le doré est analysé dès sa réception chez l’affineur. Il est donc totalement à l’abri de toute interférence locale et de tout document subjectif» déclare le Dr. Barbara Beck, de l’Université de Lausanne, co-auteure avec le Dr. Jonathan J. Jodry de Metalor Technologies de cette publication. Valider l’origine de l’or minier reçu des affineurs, évaluer la provenance déclarée et donc certifier son origine, détecter l’éventuelle incohérence ainsi que l’or d’origine douteuse, c’est ce que propose cette approche scientifique financée par la Confédération via Innosuisse, mise au point un leader de l’or en Suisse, l’historique Metalor à Neuchâtel et une institution académique réputée. A terme, le secteur disposera d’une véritable cartographie inviolable du matériau. La méthode est efficace et économique: un ensemble d’informations construites dans un espace multidimensionnel comportant de 9 à 15 dimensions. «Une avancée majeure pour mettre en œuvre une chaîne de valeur de l’or plus durable», se réjouit Antoine de Montmollin, CEO de Metalor qui emploie 1500 collaborateurs (dont 280 en Suisse), compte 17 filiales et exploite des raffineries en Europe, Asie et aux USA. _JAG www.metalor.com


MATÉRIAUX

TEC Arts HD

et les magies d’une nouvelle matière Joël A. Grandjean / JSH® Magazine

P

résentée au salon EPHJ, TEC light s’ajoute aux techniques déjà sacrément rupturistes d’impression «par immersion dans l’eau». Des solutions qui déferlent depuis peu en horlogerie ainsi que dans de nombreux autres secteurs.

Avis de tempêtes créatives Comme une vague inspirante venue de Vallorbe, la palette de couleurs et d’applications offerte par l’hydro-dipping a ouvert de nouveaux «champs des possibles» au pays des designers, notamment dans ce terroir horloger où les traditions décoratives les plus subtiles n’hésitent pas à flirter avec les audaces les plus déjantées. Ainsi, ce procédé d’impression dont TEC Arts HD est le plus grand centre européen, sied autant à une forme complexe qu’à toute espèce de

Cette entreprise du TEC-Group ajoute à ses techniques de Water Transfer Printing une révolution qui pourrait bien exciter les créatifs du monde. Une matrice incolore chargée en pigments phosphorescents… matériaux, le métal, le plastique, le verre, le bois dur… Soudain, aux combinaisons esthétiques illimitées qu’ouvre le Water Transfer Printing, s’ajoute le TEC Light. Un «matériau» qui se propose soit en vernis, applicable en top coat, soit en palets, c’est à dire avec un comportement de matière première usinable. Qui dit usinage parle de boîtes de montre, de cadrans et de toute une gamme de composants horlogers. Testé positif, certifié anticonformiste Côté propriétés, le TEC Light est totalement non radioactif. Il est en phase avec les normes actuelles, REACH, POP, RoHS et Proposition 65. Il conserve ses propriétés luminescentes en cas de brouillard salin

et d’agression à la sueur. Il se laisse nettoyer sans perdre ses propriétés, il résiste aux solvants. Quant à sa durée de décroissance lumineuse, elle est de 08h00 après 30 minutes d’insolation. Enfin, son indice de dureté Shore D, mesurée à l’aide d’un Duromètre, est de 81, soit l’équivalent d’un casque de chantier. Tandis que les chasseurs d’idées trépignent, la ruée vers ce nouvel eldorado de la créativité s’organise. Les combinaisons de couleurs stimulent les cerveaux, d’autant qu’elles peuvent changer selon que l’on soit de jour, sous UV ou de nuit. Par exemple, la couleur crème la journée passe tantôt au vert dans l’obscurité, tantôt au bleu, le rouge passe au bleu ou à l’orange, l’orange en journée peut rester orange la nuit, idem pour le jaune et le vert. De quoi multiplier les traits de génie chez les designers et les responsables produit, de quoi transcender les magies déjà envoûtantes des gardetemps et de leurs mécaniques. n www.tec-artshd.com

44

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03


MATÉRIAUX

Bracelets Protexo

Par Philippe Perret du Cray

100% manufacturés à Genève En 2022, Protexo lance sa gamme de maroquinerie et élargit également la vente de ses produits, en ligne. Voilà plus de 60 ans que cette manufacture produit des bracelets de montres et autres accessoires de poignets. Une qualité haut de gamme pour les plus grandes marques de l’horlogerie.

D

es locaux flambants neufs à La Pallanterie, à quelques encablures du cœur de Genève, du côté de Meinier! C’est là qu’en 2019 la société familiale déménage l’ensemble de ses activités.

Essor et maroquinerie

Protexo se dote dès lors d’un outil de production dernier cri, elle continue de concevoir, développer et manufacturer des bracelets de qualité supérieure, à l’unité ou en grandes séries. Et dorénavant également de la maroquinerie. «Notre Manufacture 2.0 est 100% genevoise, pour une production labellisée, gage d’une qualité irréprochable pour satisfaire une clientèle aussi exigeante que prestigieuse» explique Jérôme Ducimetière, en charge de l’essor commercial de cette fabrique familiale qui défend de vraies valeurs: «Éthique, respect du client et production 100% locale, Manufacturé à Genève», ajoute-t-il.

Finitions plurielles, infinité des matières

«Qu’il s’agisse de cuirs véritables ou exotiques, d’alligator ou de veau imprimé, de tissus, de matières synthétiques ou véganes, Protexo offre une variété quasi infinie». Il parle autant des matières que des couleurs. Et s’emballe lorsqu’il s’agit d’énumérer les meilleures finitions, celles qui conviennent aux créations horlogères

les plus prestigieuses: «Coupé franc, bordsfrancs teintés, rembordé à la main ou à la machine, marqué laser ou à chaud…». De quoi répondre à chaque besoin spécifique de sa clientèle. De quoi donc défendre une chaîne d’expertise désormais intégrée à Meinier. Une chaîne qui, grâce au développement internalisé d’inserts 3D, permet d’optimiser les délais de production et rendre encore plus exclusifs ces bracelets 100% manufacturés à Genève. n http://www.protexo.ch

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

45


MOMENTS

IMAGINATION sur écrans HD

T

hibault Rachinel, l’homme aux écrans publicitaires triés de Neuchâtel, vient de signer un accord avec Carlo E. Naldi, l’organisateur du salon horloger de Neuchâtel qui se tiendra au bord du lac, côté Hôtel Beaulac et esplanades alentours, du 17 au 12 septembre 2022. L’occasion pour cet acteur de la communication locale, qui balade son éthique et ses emplacements aux confins du tissu local et jusque dans le haut du canton, milieux culturels inclus, d’ouvrir ses pixels en haute résolution et animations programmées, aux horlogers d’ici ou d’ailleurs. OdysséeCom, ça percute et ça vous imprime des images à faire le buzz dans votre imagination. _LeeWarrien/TàG n www.odysseecom.ch

Le luxe ultimate des

collectionneurs d’Afrique En cheville avec des surfaces financières à faire frémir d’envie les plus adoubées des marques de luxe, horlogerie de niche et maîtres horlogers inclus, Coralie Omgba sillonne le Continent, entre deux conférences sur le luxe données à Paris ou à Genève. Son réseau Ze-Fleuron, beyond is better, se veut la crème des crèmes, en matière de discrétion aisée, d’expérientiel unique et de porte ouverte aux assoiffés de suissitude. Ces membres oubliés des circuits usités et des autoroutes courues, tous déjà possesseurs de valeurs sûres en matière de marques convenues et de

46

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

placements, sont plus que jamais enclins à vivre d’inédites aventures. De celles qui racontent l’horlogerie des terroirs, l’excellence manufacturière suisse et les épopées inaccessibles des grands maîtres. D’Abidjan à Kigali, en passant par les hubs anglophones du plus prometteur des marchés, cette ambassadrice d’un sur-mesure événementiel et créatif, s’érige en maillon fort des transmissions de savoir-faire. À partir d’un carnet d’adresses qui vaut de l’or. _JAG n www.zefleuron.com


MOMENTS

Tapis rouges

et outils horlogers à Cortaillod

B

oris Petitpierre, à la tête d’une société éponyme venue s’ajouter comme une perle manufacturière au collier industriel du groupe Acrotec, n’en revient toujours pas! Lorsqu’en 2013, son lot N°15, un coffret ultra-luxe contenant une panoplie complète d’outils horlogers – le savoir-faire historique de sa société – se retrouve face au piano rouge sur lequel Elton qui vient de se lever et joue, il se pince. Il est bien là, au cœur de la jet-set mondiale, entouré de stars dont Bono, le charismatique leader du groupe U2. Certes, ce coffret issu des terroirs horlogers qui se doivent, marques pres-

tigieuses obligent, de rester dans l’ombre et la discrétion, avait déjà été commandé en version dépouillée de cuir par le Dalaï Lama en personne, ou en d’autres versions toutes aussi personnalisables, par des figures internationales. L’horlogerie mène à tout, même au rouge des tapis les plus garnis d’étoiles _AJdBLC/TàG n www.petitpierre.ch

Assureur d’exception

100 ans à façonner vos assurances sur-mesure ASSURANCES TRANSPORTS www.tsm.ch/transports

ORFÈVRE EN ASSURANCES DEPUIS 1921


Métiers «Possibilistes» les nouveaux pionniers Sublissime Noëlla, l’impacteuse rencontrée à Baselworld Elle était sur le podium de lancement de l’or éthique selon Chopard, en 2018 à Baselworld. Top model chypriotico-congolaise Noëlla Coursaris Munsuka est l’âme fondatrice de Malaika Foundation – ange en swahili. Cette muse des photographes de mode met quotidiennement sa notoriété au service de l’éducation des jeunes filles au Congo. Elle incarne surtout les figures de proue internationales qui s’engagent. Sa voix déterminée et douce est celle de la prise de conscience d’une des plus glaciales réalités contemporaines: producteur d’or, son pays regorge d’enfants qui survivent dans la pauvreté et le dénuement. Emouvante, son interpellation se fit encore plus concrète. Car au-delà de cet or que tous ne peuvent pas s’offrir, il y a ce cobalt que l’on trouve dans n’importe quel téléphone portable et dont son Congo regorge. Et si enfin, notamment aussi grâce aux connexions de Chopard avec les tapis rouges du monde, le luxe ultime horloger ou joaillier passait par le respect des matériaux. _JAG - https://malaika.org

48


Tous incarnent une aventure humaine inspirante. Patron visionnaire, industriel missionnaire, start-uper éclairé ou technicien en manufacture, professionnel du recyclage du tri et des récoltes de déchets... Leur exposition publique façonne les possibles de demain, formations et compétences particulières inclues. Quelques exemples à suivre, des métiers en devenir… Rédaction de JSH® Magazine

Souvenir. Aventurier-sensibilisateur de l’extrême, Mike Horn, ambassadeur Panerai croisé lors d’une escale à Monaco, au détour de ses quatre années de tour du monde en bateau, histoire de sensibiliser les jeunes à l’environnement. Tandis que l’explorateur poursuit sa quête, la marque du groupe Richemont explore la voie de l’horlogerie durable en levant le voile sur sa montre concept Submersible eLAB-ID, issue d’un recyclage de matériaux évalué à 98,6%. #JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

49


www.mih.ch


MÉTIERS

Durabilité Compétences d’avenir Par HM Khedoud – Ollivier Broto / TàG Press +41 – JAG

Les effets d’annonces se suivent et se ressemblent. Tandis que le greenwashing s’en donne à cœur joie, que la caution environnementale est sur toutes les lèvres, certains parcours tracent la voie.

I

l y a ceux qui utilisent le concept de développement durable pour se valoriser. D’autres prêchent par les actes et montrent l’exemple.

Rencontre avec un recycleur

Lorsque Raphaël Broye de Panatere rédige sa feuille de route pour l’implantation dans le Jura d’un four solaire, lorsqu’il s’implique dans la production d’acier recyclé, il trouve à Reconvilier, un allié majeur. «Son projet répond à des attentes environnementales. Il donne de nouvelles solutions écologiques afin de mettre en valeur les produits à recycler» explique Gilles Fischer de Precycling, acteur reconnu du recyclage depuis plusieurs années. «Nous validons les produits fournis au Centre de traitement solaire des métaux (CTSM) en mettant en place la logistique afin de récupérer les rebuts. Nous analysons la qualité et préparons des lots homogènes afin de faciliter la refonte et garantir le produit fini».

La conscience des privés et des entreprises évolue-t-elle, qu’en est-il des lois? «Des rapports tels que ceux de Swiss Recycling montrent en pourcentages l’évolution des matières recyclées. Les lignes directrices existent depuis 1986, elles traitent des principes et objectifs fondamentaux applicables aux déchets en Suisse. Notre métier c’est de répondre à ces exigences. Nous sommes régulièrement audités par l’Office des Eaux et des Déchets afin de valider notre autorisation d’exploiter. La réussite dépend avant tout des moyens donnés aux personnes et entreprises soucieuses de l’environnement».

Le recyclage est une ressource de produit pour l’industrie. Il est de notre devoir de limiter les nuisances et Precycling met ses moyens et ses connaissances pour réduire les impacts environnementaux. Notre recyclage est la mise en application de projets éco-cycliques qui préservent les ressources naturelles.».

Le tri, la récupération, le transport, tout ça coûte et pollue? «Les coûts potentiellement liés à la méthodologie du triage de produits à l’origine de la production sont très faibles. Quant à ceux liés au contrôle et au triage, ils dépendent de l’origine et de la discipline. #JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

51


MÉTIERS

Jérôme Cavadini, directeur opérationnel Manufacture Panerai ID Genève, au-delà d’une montre, un écosystème

Cette marque horlogère genevoise joue les start-ups. «C’est une identité qui va au-delà du produit et répond à tous les aspects circulaires» professe Nicolas Freudiger, cofondateur de ce qu’il convient de considérer comme le tout premier laboratoire d’une marque circulaire. D’ailleurs la première collection porte le nom de Circular 1 et elle «répond aux exigences de l’économie circulaire, avec des matériaux recyclés et recyclables ainsi que des circuits de production cohérents» précise celui qui, comme ses associés, a travaillé dans l’horlogerie et rêvait d’un «changement positif» qui soit bien plus qu’une sensibilité générationnelle. «La barrière générationnelle, si elle existe, sera complètement effacée car il s’agit plutôt d’intérêts économiques et politiques. Si ID Genève peut servir de «modèle» circulaire, ce sera une grande victoire.» Et pas question de lésiner sur la qualité: «Il y a souvent un trade-off entre qualité et matériaux recyclés, nous ne faisons aucun compromis en terme de qualité, tous les matériaux sont testés selon les normes de l’industrie horlogère.» n www.panerai.com www.precyclingsa.ch www.IDwatch.ch

52

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

La marque, connue pour ses liens avec les univers subaquatiques, tisse des liens forts avec ses aficionados et les entraîne vers des territoires à explorer, sublimes et mystérieux. Au-delà de ses visuels qui fleurent bon la grande évasion ponctuée d’aventure, de sauvegarde des fonds marins et d’espaces vierges, Officine Panerai marque l’actualité circulaire avec le lancement de sa Luminor Marina eSteel, et de son garde-temps concept, la Subsmersible eLAB-ID. «Avec 98,6 % de son poids en matériaux recyclés, cette montre est un modèle d’horlogerie durable» vante le communiqué de presse. Pourquoi diable avoir choisi de se baser sur le poids? «Calculer ce pourcentage par rapport à la valeur et non par rapport au poids n’aurait aucun lien avec l’environnemental. Le plus objectif, c’était le poids, car on peut tout peser et déterminer un taux de recyclage», explicite celui qui a fait un parcours de plus de 25 ans dans l’horlogerie. «Au chapitre du recyclage, nous visons le maximum d’éléments, le luminova, le verre… Rien que pour le verre saphir, il nous aura fallu 6-8 mois de recherche: glace, pureté des carottes (ndlr: longue barre de silice)». Jérôme Cavadini se fait convaincant lorsqu’il détaille, uniquement pour la glace de la montre, tous les processus de recyclage qu’il a fallu maîtriser.

Des chutes de matériau au départ, les reprises et les mises en forme pour pouvoir en faire des verres de montres: «se casser les dents sur les impuretés, retrouver les propriétés analogues à la matière première, maîtriser la découpe…» En partant de l’idée que tout a été pesé, y compris le bracelet, la boucle, la glace ou les aiguilles, il semble évident que la feuille de route de départ, et donc les vœux du bouillant CEO Jean-Marc Pontroué, devait viser les 100%? «Evidemment, un patron a des attentes optimales! En théorie on pourrait y arriver. Mais cela mettrait en jeu des consommations énergétiques délirantes et du gaspillage de ressources qui feraient perdre du sens à l’objectif et endommageraient la nature même du projet.» C’est donc la thèse de la cohérence qui a été privilégiée. Comme le choix de l’EcoTitanium, un métal propre issu des chutes de titane provenant de l’aérospatiale et de la récupération… Comme la posture très tendance, enfin (!), qui consiste à jouer la totale transparence et à exposer le cercle vertueux de l’ensemble des fournisseurs - je les ai renommés les cotraitants - qui ont participé à l’aventure.


MÉTIERS

Raphaël Broye

four solaire et circuits courts

E

t si, après l’ère des influenceurs, rassasiés de followers et égocentriquement étourdis par leur nombril, naissait une nouvelle espèce, les «possibilistes»? C’est Raphaël Broye, propriétaire et directeur de Panatere, qui me souffle ce néologisme. Un utopiste? Un visionnaire plutôt, un vrai spécimen de «possibiliste». De ceux qui rendent possibles les avancées, à force d’opiniâtreté. Sa réalisation en cours? Obtenir, grâce à un ou plusieurs fours solaires implantés dans sa Watch Valley en 2022 déjà, des coulées d’acier de qualité horlogère, issues des déchets d’une quarantaine de «faiseurs de copeaux» alentours. Bref, du 100 recyclé, recyclable et de l’empreinte carbone à peine perceptible. Le magazine JSH, fondé en 1876 et fidèle à son ADN de voix du secteur, s’engage à ses côtés, avec son aide. En ligne de mire, le hors-série «Circuits Courts» spécialement réservé aux exposants de l’EPHJ 2021, aux abonnés ainsi qu’à toute espèce de… «possibiliste!» A commander en français (print) ou anglais (online) abo@jsh.swiss _JAG www.panatere.com

145e ANNÉE

® SINC E 1876

CIRCUITS COURTS

JSH.S WISS 2021 / #02 HORS-SÉRIE CIRCUITS COURTS ISSN 1422-9323 ABO CHF 18.76 / AN CHF 14.50 | € 12,91

r ? Une production d’acie le Jura suisse en 2022 us précieux, Un four solaire danscopeaux alentours? Des déchets devenen bracelets horloger à partir des il, de pomme ou de raisin qui muent aussi. JSH® des chutes de fenou e y est pour beaucoup, la conscience d’organe de montre? La sciencde ses 145 ans et en vertu de son passé se doit de Foire de Bâle), Magazine, du haut ments horlogers (SSC, officiel des grands événeet le luxe ultimes, ceux de la vertu. militer pour l’excellence


Métiers

Le Prix des Prix,

les larmes de Carole... Toujours plus inspirées, les allocutions du Conservateur Régis Huguennin-Dumittan, Huguennin-Dumittan président du Jury: il avait invité Frédéric Maire, directeur de la Cinémathèque suisse, pour un discours «septième art» truffé d’allusions horlogères et de temporalités locales… Date-limite de dépôt des prochains dossiers: 21 mars 2022, mih@ne.ch

54

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03


Une conjonction inédite de coïncidences, comme un alignement improbable de planètes au-dessus de la vénérable salle Hans Erni du MIH, a fait planer un souffle unique de béatitude sur la cérémonie 2021. Pincements émerveillés. Recevoir un Gaïa, c’est comme se voir attribuer un Nobel. Ceux qui en sont gratifiés, découvertes prometteuses ou confirmés déjà primés sur d’autres scènes, sont ici reconnus par leurs pairs pour l’ensemble de leur œuvre. Hormis la charge émotionnelle qui caractérise les cérémonies de remise des prix, l’édition 2021 fut une parenthèse de pure félicité dans l’histoire de cette récompense. D’abord, l’historienne Catherine Cardinal, ancienne conservatrice du Musée International de l’horlogerie, avait fait le déplacement à La Chaux-de-Fonds depuis Paris. Or justement, c’est elle qui, à la demande de son supérieur, avait créé en 1993 ce prix devenu institution. Ensuite, dans la catégorie «Artisanat, Création», c’est Carole ForestierKasapi qui remporta la palme. Une première, la première femme à rejoindre la prestigieuse galerie des grands horlogers contemporains! Horlogère émérite adoubée par l’ensemble de la profession, son discours pétri d’émotion et ponctué de touchantes larmes a fait briller tous les regards. Enfin, et ce détail me revint pour avoir fait des recherches personnelles sur le «dernier des grands orlogeurs», cette lauréate exceptionnelle fut l’élève du professeur d’horlogerie chaux-de-fonnier Jean-Claude Nicolet, qui n’est autre que le premier à avoir reçu le Gaïa comme horloger, juste avant François-Paul Journe en 1994. Soudain, une sorte de cercle vertueux semblait auréoler la soirée. Un contexte propice aux laudatios consacrés à Anthony Turner et Eric Klein, respectivement lauréats «Histoire, Recherche» et «Esprit d’entreprise». A cela s’ajoutèrent l’enthousiasme estudiantin de la deuxième boursière «Horizon Gaïa», Nathanaëlle Delachaux (née comme par hasard aussi en 1993). Joël A. Grandjean, membre du jury

Carole Forestier-Kasapi Elle décroche son certificat fédéral d’horlogère-rhabilleuse en 1988. Puis, les prestigieuses enseignes Zenith, Renaud & Papi, Ulysse Nardin, Cartier, Piaget, Van Cleef & Arpels, Officine Panera lui empruntent pour leurs complications notamment, quelques traits d’un génie créatif qu’elle ne cesse de savoir partager. Aujourd’hui Directrice Mouvements chez TAG Heuer, elle ne parle que de ce qu’il lui reste à inventer...

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

55



MOMENTS

Altair, une dose grisante d’EPHJ

L

e sourire aux lèvres après un salon synonyme de reprise et de surplus de travail, PaulHenri Tinguely et Emeric Lignier, les deux associés, dressent un bilan enthousiaste: la D4K Pro, leur dernière imprimante Envisiontec, a titillé les curiosités de visiteurs appâtés par les prouesses de micro-impression – 10µm – présentées pour l’occasion. Cette unité HD «petit budget» risque de mettre de l’huile dans les rouages des créatifs, des designers, des faiseurs d’outillage ou de préséries, des garants de la logistique et des process d’industrialisation. Quant à leur partenariat avec la Française Metalizz, il devrait leur ouvrir quelques percées dans les secteurs cousins à l’horlogerie, le médical, la maroquinerie, la cosmétique, la joaillerie, la microélectronique, l’aéronautique, le spatial ou l’automobile: nettoyage, lissage, procédé breveté permettant de rendre facilement les pièces conductrices, histoire de pouvoir les traiter en bains électrolytiques. _OB/TàG+41 www.altair-consulting.com

Le dragon de Jarys, sculpture miniature

«L

e plus petit et le plus complexe possible, mais on peut aussi réaliser plus grand que 2 mm de longueur, 0,7 de hauteur et 0,3 de largeur...» explique Sacha Pollonghini, fondateur de Jarys, en commentant son minuscule dragon de verre... La technologie innovante est un doux mélange entre fonderie traditionnelle et coulée à la cire perdue. Elle transite par Glassomer en Allemagne, pour l’impression 3D de verre minéral et par Kyburz à Marin pour la conception d’une machine spécifique. Le moule, on le perd après l’injection de métal liquide via un orifice dont on peut décider de l’emplacement. Qu’il s’agisse d’argent, de cuivre, d’or blanc ou rose ou de toute forme d’alliage mêlant ces trois matériaux, la maîtrise consiste à ne pas dépasser les degrés qui correspondent à la température de fusion du verre, comprenez du moule. Puis, on peut à loisir se débarrasser du verre ou, si le but est de s’en servir comme d’un cadre, de le conserver en bloc ou en le taillant aux esthétiques voulues. Créée en 2020, cette jeune pousse issue à ses débuts de l’EPFL vole aujourd’hui de ses propres ailes. Et titille tous les créatifs de l’horlogerie, même ceux qui réfléchiraient à concevoir ainsi des index en dessous de 500 microns. Autrement dit, des appliques capables de dresser leurs silhouettes sculptées en-dessous du balai des aiguilles de la montre. Micro-perspectives aux potentiels infinis, fascinants... _OB/TàG+41

ANN_CL EVENTS_MAG JSH DEC21_160x53_HD.pdf

1

26/11/2021

BIENVENUE À BORD event@cafeleman.ch +41 (0)21 546 86 76 www.cafeleman.ch/privatisation

13:27


FOCUS

MOMENTS

Des bracelets de montres

Par Lee Warrien / TàG Press +41

A

u départ, la société-mère, Promotion Spa, italienne, fondée en 1978. Depuis plus de quarante ans, une entreprise dont les produits qualitatifs satisfont une vaste palette de marques horlogères et joaillières.

Expansion, au-delà de l’acier

Pour répondre à la demande du client portant aussi sur le choix «d’origine», l’entité devient un groupe et implante ses sites de production dans divers pays. Aujourd’hui, l’ensemble totalise plus de 130 collaborateur en Europe et il est, dans l’univers horloger, largement reconnu pour sa capacité à répondre à n’importe quelle demande de bracelet que ce soit en acier, titane, en céramique, en or et tout autre métal précieux. L’éventail de produits proposés s’est élargi en même temps que l’évolution de la demande: utilisation d’aciers particuliers, systèmes d’interchangeabilité, de soudage

Promotion Spa, les origines de l’aventure: quartier général du Groupe, basé à Vicenza, en Italie. Depuis plus de 40 ans dans le domaine de composants de haute qualité pour la montre.

58

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

à la naissance d’un groupe Actif dans la production du bracelet métal et fournisseur de nombreuses marques horlogères, le Groupe Promotion a installé son siège commercial à La Chaux-de-Fonds, au cœur de l’arc horloger. Il est en plein essor. laser, de mise à confort, de fermoirs spéciaux… «Le Groupe Promotion, se fait un point d’honneur de proposer la technologie la mieux adaptée à chaque demande. Nos capacités de production et notre technologie permettent de répondre à toute forme de demande spécifique» précisent de concert Pierre Buise et Angelo Rasia, les deux associés rencontrés à l’EPHJ 2021.

Amélioration continue

Le Groupe Promotion développe souvent ses propres outils de production, toujours plus performants et spécifiques, pour réaliser des produits sophistiqués en utilisant des matériaux innovants. «Les exigences de notre clientèle, en termes de qualité, de précision et de matériaux utilisés, sont toujours plus élevées. Dans ce contexte, notre structure peut proposer des solutions avant-gardistes grâce à son département R&D qui collabore avec son propre laboratoire, ainsi qu’avec des externes, ajoutent

Beauregard Sàrl: Situé à Couteuges en Auvergne, France, ce site, s’est spécialisé en assemblage, terminaison et soudage laser de bracelets. Récemment, la structure s’est dotée de machines pour la production de composants, c’est le centre de l’innovation et la rampe de lancement de techniques de production avant-gardistes.

Les associés Pierre Buise et Angelo Rasia lors du Salon EPHJ 2021 les deux associés. En résulte une recherche sur les matériaux les mieux adaptés, sur des processus plus modernes. «Nous pouvons ainsi faire face aux challenges de la miniaturisation des composants, de leurs géométries particulières et des terminaisons souhaitées. Une simple idée débouche sur une réalisation unique, un objet de qualité pour une clientèle toujours plus exigeante».

Beauregard Manufacture SA: La Chaux-de-Fonds, le site de production pour le « Swiss Made » et le préférentiel Suisse dans le domaine de l’habillage horloger, ainsi que l’interface de proximité.


MOMENTS

Plateforme dédiée à la 3D «Depuis quelques années, Promotion collabore avec PX Group, spécialiste dans la production d’alliages précieux, pour développer la technologie de l’impression 3D». L’alliance des deux Groupes a abouti à la création d’une plateforme dédiée à l’impression 3D nommée 3P-TeCH: une plateforme simple et efficace qui propose la réalisation de pièces, produites de A à Z, dès la création numérique jusqu’à la terminaison.

L’art du métier, le client au cœur de l’effort

Dans le monde actuel, où les techniques de production, les systèmes de gestion et la technologie en général évoluent rapidement, le Groupe Promotion adopte des solutions venant aussi de secteurs industriels autres que celui de l’horlogerie, pour être à la hauteur des défis actuels. Grâce à son savoir-faire et son évolution constante, il utilise la technologie la plus adaptée et la plus innovante pour satisfaire ses clients en livrant un produit à la hauteur du progrès technologique. «Les équipes de production de nos différents sites travaillent constamment afin de garantir et fournir une qualité irréprochable», précise Angelo Rasia.

Et Pierre Buise de renchérir: «Le savoirfaire de nos collaborateurs est un avantage unique. Un travail minutieux et rigoureux fourni par des personnes qui s’appliquent dans leur quotidien à développer et produire différents composants selon les souhaits du client. Chaque pièce, chaque élément, est conçu et produit par nos artistes du métier». En résumé, le Groupe Promotion offre à ceux qui lui font confiance, dont certains depuis plusieurs décennies, une production fiable dans un lead-time adapté. «Customer oriented», telle est sa philosophie: le client reste au centre de son effort. n

Promotion Bracelets SA: implantée à La Chaux-de-Fonds, en Suisse, la structure soutient les autres entités et centralise les services commerciaux, administratifs, IT, le développement de produits et la communication.

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

59


Marché Partout, des gisements d’archives Rossella Baldi. Ancienne responsable du centre d’études Institut l’Homme et le Temps du Musée international d’horlogerie (La Chaux-de-Fonds), elle collabore régulièrement comme historienne et consultante avec des collectionneurs, des marques, des musées et des institutions de recherche suisses et étrangères. En 2008, elle reçoit le Prix Eugène-Ferdinand Piccard de l’Université de Neuchâtel et en 2013 le Premio Lazzaro Spallanzani. Son champ d’expertise couvre notamment l’histoire de l’horlogerie entre le 18e et le 19e siècle.

60

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03


Scanner ses archives, c’est tendance? Chacun y va de son élan, souvent de manière impulsive, sans concertation. Or, dans l’exercice de ces grands travaux, il existe des standards qui facilitent l’accessibilité, les comparaisons, les complémentarités. Un peu comme des environnements informatiques qui parleraient plusieurs langages de code et qui devraient donc ajouter à leur conception des paramètres de synchronisation et de compatibilité. En Suisse par exemple, les procédures sont parfois déjà différentes d’un canton à l’autre. Quid de leurs compatibilités avec les systèmes anglo-saxons ou de l’UE? Si ce marché des archives et d’accumulation des données semble servir aussi les intérêts d’une Recherche qui peut désormais compter sur la multiplication des accès et des récoltes, il peut parallèlement conforter un leurre estudiantin: non, tout n’est pas accessible à tout moment du jour ou de la nuit, juste avec quelques clics et un excellent moteur de recherche. Il faut encore de vrais chercheurs, armés de compétences, de patience, de réseaux particuliers et de... disponibilités en journée! Femmes et hommes de terrain capables de pousser la porte d’une administration «les horaires font la loi», et de se frayer un chemin dans un dédale d’archives physiques éparses ou dans les méandres d’autorisations à obtenir. Une affaire de pros? Assurément, ceux-là même qui grincent des dents en voyant, sur les photos des grandes Manufactures historiques, un manuscrit précieux manipulé avec des gants d’horloger. Un matériau particulièrement agressif pour ce genre de documents. Rossella Baldi appartient à ce monde de la recherche, de la science. Son dossier référence fait autorité. Il est redevable à ses échanges avec Estelle Fallet (Musées d’art et d’histoire de Genève), Barbara Galimberti (Archives de la construction moderne, École polytechnique fédérale de Lausanne), Timothée Léchot (Université de Neuchâtel) et Anne-Lise Veya (Département des manuscrits, Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel). Par Joël A. Grandjean

Photo de fond: page tirée du manuscrit de Pierre Le Roy, «Livre premier voy[age] sur la montre marine de poche vers le milieu du livre objets du memoire &c», 1767; Musée international d’horlogerie, La Chaux-de-Fonds. #JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

61


MARCHÉ

Le goût des sources

horlogères

Rossella Baldi

F

igure plus discrète que le professeur neuchâtelois, Marius Fallet a passé sa vie à amasser des sources manuscrites en lien avec l’industrie horlogère helvétique, de la Renaissance à la première moitié du 20e siècle. Des informations sans source Le Fonds Marius Fallet des AEN témoigne de ce patient travail de compilation et de l’évidente passion du journaliste pour la recherche dans les archives publiques, parfois privées. Il comprend treize grosses boîtes, contenant des dizaines d’enveloppes classées par thème et recelant à leur tour quantité de notes ou de textes brefs. Pour quiconque ait le courage de s’aventurer à travers une telle masse de matériaux, ces cartons constituent évidemment une fascinante base de données à un

2

Les Archives de l’État de Neuchâtel (AEN) conservent les papiers de l’historien et journaliste Marius Fallet (1876-1958). Avec son contemporain Alfred Chapuis (1880-1958), Fallet a marqué l’étude de l’histoire horlogère par ses très abondantes publications, parues notamment dans la presse spécialisée. détail près: Fallet n’avait pas l’habitude d’indiquer la source, ni l’emplacement de ces informations. Ce même problème caractérise par ailleurs le Fonds Alfred Chapuis du Musée d’horlogerie du Locle-Château des Monts. Les deux historiens appartenaient à une génération qui, pour diverses raisons, ne considérait pas comme primordial l’acte de référencer avec précision l’origine de leurs sources. Ils nous ont par conséquent légué une multitude d’informations dépourvues de leur contexte de production et difficiles à exploiter sans un minimum de compétences ou de précautions. Des documents sans contexte À bien regarder, cette décontextualisation a quelque chose d’actuel. Elle concerne

1 le fonctionnement des bases de données dont nous nous servons aujourd’hui pour consulter du matériel historique en ligne. Ces documents digitalisés – imprimés ou manuscrits – ne sont pas obligatoirement livrés avec des indications relatives à la collection ou à la série à laquelle ils appartiennent, voire à l’environnement dont ils sont issus. Il revient donc aux usagers de posséder ces clés de lecture afin de comprendre ces éléments et de s’en servir de façon appropriée.

Fig. 1-3: Dessins illustrant les expérimentations de Jacques Frédéric Houriet sur le balancier, in Jacques Frédéric Houriet, «Mémoire sur l’isochronisme des ressorts spiraux», 1814; Musées d’art et d’histoire, La recherche dans le domaine de l’histoire Genève. horlogère a cependant tiré un bénéfice réel de la prolifération de ces outils. La Suisse en propose des remarquables, qui résultent pour l’essentiel de la collaboration entre institutions patrimoniales publiques. L’Antiquarian horological society de Londres tient depuis quelques temps un répertoire – actualisé régulièrement – des ressources helvétiques open access1. Naturellement, la liste ne se veut pas exhaustive. Toutefois, elle 1. https://www.ahsoc.org/resources/swiss-research-resources

62

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03


MARCHÉ

reflète une tendance qui dans les vingt dernières années n’a fait que grandir et devenir une sorte de mode: de nouvelles plateformes à contenu historique voient le jour constamment, en Suisse comme à l’étranger. Si elles garantissent l’accessibilité à certaines collections et l’authenticité de leur contenu, elles participent concrètement à des stratégies de valorisation et de promotion auprès d’un public élargi de ces collections et des institutions qui les conservent. Facilitant la tâche du chercheur en centralisant l’information, elles contribuent par ailleurs à protéger le matériel historique. On le sait, la manipulation d’un document implique le risque de le dégrader; dès lors, ce changement de support limite le besoin de manier l’original, sauf dans des circonstances exceptionnelles. Deux plateformes horlogères La récente inscription des savoir-faire en mécanique horlogère et mécanique d’art sur la liste du patrimoine immatériel de

Projet de cadran de pendule pour la manufacture Zénith, s. d. [années 1920]; Fonds A. Laverrière, Archives de la construction moderne, École polytechnique fédérale de Lausanne.

l’Unesco a rendu la question de la création de plateformes consacrées au volet documentaire du patrimoine horloger plus que jamais d’actualité. Deux initiatives sont en train de se préciser en ce sens: celle de la Watch Library Foundation qui, comme son nom l’indique, se voudra un outil numérique de partage de sources, et celle du projet transfrontalier Arc Horloger, ce dernier recensant les sources suisses et françaises disponibles en ligne ou non.

3

On se réjouit d’ores et déjà de profiter de ces initiatives fort bienvenues. Non seulement elles permettront de mieux apprécier la richesse des collections de dizaines d’institutions, mais encore elles se focaliseront enfin sur un pan moins valorisé, bien qu’essentiel, de l’histoire horlogère. Les acteurs du monde horloger ont souvent tendance – et cela de façon tout à fait justifiée – à favoriser l’objet mécanique par rapport aux documents écrits, sauf lorsque ceux-ci contribuent à incrémenter la portée

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

63


MARCHÉ

économique de l’objet mécanique, comme le font par exemple les extraits de registres de fabrication, les dessins techniques ou les certificats d’observatoire. Entre attentes et défis Sans surprise, la réalisation de ces bases de données est une affaire onéreuse. De surcroît, elle pose une série de défis dont les usagers n’ont habituellement pas conscience, à commencer par la définition du ou des publics cible et du contenu présenté par la base. Ces deux questions interdépendantes s’avèrent déterminantes. Du choix des publics résulteront la sélection du contenu et notamment sa structuration, ainsi que les fonctionnalités proposées par la plateforme.

Or, l’histoire horlogère se révèle, sous cet aspect, un cas intéressant. Elle est fréquentée par un public particulièrement hétérogène, composé d’horlogers, restaurateurs, collectionneurs, amateurs, journalistes, historiens, musées privés ou publics, maisons de vente aux enchères, marques etc. Toutes ces catégories font leur propre usage de l’histoire horlogère. Elles ont des attentes spécifiques et des niveaux de compétence variés face à la manipulation d’outils de recherche. Seules quelques grosses institutions, notamment aux États-Unis, possèdent les moyens financiers pour tester à l’avance la manière dont leurs publics vont interagir avec l’écran et l’interface. Partant, les

statistiques démontrent que l’utilisation des plateformes numériques demeure l’apanage des professionnels de la recherche, surtout lorsque leurs données ne sont pas expressément programmées pour être repérées par Google. Un challenge passionnant paraît donc attendre les concepteurs de ces instruments, afin de les rendre accessibles au plus grand nombre. Une passerelle entre public et privé Les concepteurs devront également se confronter à la relation entre collections publiques et privées. Est-il pertinent de répertorier des sources dont l’accès est fort limité, voire impossible, lorsque cellesci sont par exemple conservées par les marques? En revanche, est-il adéquat de

Projet «PENDULE N.o 10 BOIS DORÉ ET LACQUE», s. d. [années 1920]; Fonds A. Laverrière, Archives de la construction moderne, École polytechnique fédérale de Lausanne.

64

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03


—HEAD Genève

Design Horloger Programme spécialisé dédié au design et à la culture horlogère dans le cadre du Bachelor Design Produit/Bijou et accessoires

Informations et inscriptions en ligne Délai Bachelor : 9 mars | Délai Master : 8 avril 2022 www.head-geneve.ch

Travail de diplôme Design horloger, Alavarez Pena Seila, © photo HEAD – Genève, Baptiste Coulon


MARCHÉ

parler d’histoire horlogère sans y intégrer les ressources des entreprises? Des difficultés similaires sont soulevées lorsqu’on réfléchit au degré de précision envisagé pour ces plateformes. Autrement dit-il, faut-il s’arrêter à la mention de collections dont l’intitulé porte une référence claire au contexte horloger, ou serait-il nécessaire d’aller plus loin? Beaucoup d’informations importantes se trouvent en effet à l’intérieur de séries de documents qui ne sont pas forcément horlogers: pensons à la presse, aux registres des notaires et de l’état civil, aux dépôts de brevets, pour ne mentionner que quelques exemples. Est-il opportun de les cataloguer aussi? Les limites techniques Il ne s’agit là que de quelques questions qui découlent finalement de la vision de l’histoire horlogère que ces outils décideront d’adopter et d’offrir. Toutefois, n’oublions pas que ces enjeux influenceront également de

nombreux aspects techniques. Cela ne fait aucun doute, la transposition de données en métadonnées est un processus complexe, qui requiert l’intervention de connaissances variées. Les informaticiens ne partagent pas le même vocabulaire que les conservateurs ou les historiens et vice versa. La tâche se complique lorsqu’on discute de la langue. L’horlogerie communiquant essentiellement en français et en anglais, il serait souhaitable que ce bilinguisme soit respecté. Pour toute base de données créée aujourd’hui, on prévoit une durée de vie de dix à quinze ans. Passé ce délai, les supports informatiques de ces plateformes deviendront obsolètes; parfois, cette obsolescence concerne les instituts de conservation des sources et pose, par conséquent, le problème des droits. Au-delà des coûts financiers de maintien et de mise à jour de ces structures, rappelons-nous enfin que le Cyanotipe représentant le projet d’Alphone Laverrière pour une «Petite pendule bronze (trépied pour base)» pour la manufacture Zénith, Lausanne, 8 juin 1920; Fonds A. Laverrière, Archives de la construction moderne, École polytechnique fédérale de Lausanne.

66

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

Projet de bracelet de montre pour la manufacture Zénith, s. d. [années 1920]; Fonds A. Laverrière, Archives de la construction moderne, École polytechnique fédérale de Lausanne. stockage des données a un impact environnemental très considérable. Un savoir-faire en quête de reconnaissance En conclusion, terminons ces quelques réflexions par un paradoxe. En discutant avec les responsables de collections de bibliothèques, archives ou musées, il n’est pas rare de les entendre constater que les nouvelles générations ont tendance à croire que tout est désormais disponible en ligne. Si habituées à manier les technologies numériques, elles se trompent en oubliant que le contenu des bases de données ne représente, dans la majorité des cas, qu’une partie du matériel historique conservé dans les dépôts. Paradoxalement, on observe donc que si d’une part les outils numériques assurent la visibilité de certaines collections, d’autre part elles cachent davantage aux yeux de leurs usagers potentiels les collections, même remarquables, qui ne bénéficient pas de ce traitement. Il ne nous reste qu’à nous demander ce qu’un historien de l’horlogerie féru d’archives comme Marius Fallet penserait de cette contradiction, dont les créateurs des plateformes historiques horlogères devront tenir quelque peu compte. Quoiqu’il en soit, le Fonds Marius Fallet nous rappelle, quant à lui, que la recherche historique dans le domaine horloger demeure un savoir-faire en soi, à l’instar du savoir-faire horloger lui-même. n


Affiche La Montre de l’Avenir, Omega Automatic Etanche, par Andrés Création Trio, 1949; Bibliothèque de Genève. #JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

67


MARCHÉ

Archives Darwel,

les trésors cachés de Bâle Joël A. Grandjean, Journaliste Président de ProWatCH & JSH Archives & Patrimoine

Leur mine d’enseignements révèle les stratégies des marques au travers d’époques qui sont parfois loin de leur perception actuelle. Sauvées de la destruction, ces perles historiques aspirent à être valorisées…

A

ujourd’hui retrouvées, les archives Darwel pourraient nourrir les formations en marketing actuelles et réajuster au passage l’égo de certains managements. Inspirantes. Il y a aussi toutes ces disparues et avec elles, les richesses de créativités insoupçonnées. Il y a enfin ces fameuses «Faces B», modèles éclipsés par les stars pressenties et mises en lumière, qui rabrouèrent sans complexe les sciences infuses des gourous de l’entrepreneuriat.

Royal Oak! Ah si le rédacteur avait su…! Un court paragraphe, traduit en anglais et en allemand, une photo collée sur un haut de page. Tel fut en 1972 le communiqué de presse annonçant «officiellement» et pour la première fois, la sortie chez Audemars Piguet de la Royal Oak. Moult fois dupliqué, il fut offert aux médias de l’époque. En découvrant ce petit trésor d’une histoire contemporaine encore en cours d’écriture, il est évident que ni la marque ni le chargé de communication PR n’imaginaient alors l’encre que cette pièce allait faire couler. Et la richesse qu’elle allait générer pour tout un secteur, une Vallée, l’industrie de tout un pays…

L’agence Darwel Elle était, depuis 1963 et jusqu’en 2019, la structure en charge des relations publiques des exposants suisses à Bâle. Pour le compte de la Foire de Bâle (Mustermesse) puis de Baselworld, ou plus précisément sous la gouverne du Comité des Exposants Suisses, feu Anne Vulcan, fondatrice de ce cabinet RP, puis son fils Yves Vulcan, avaient pour mission de gérer pour le compte du groupement des marques suisses exposant à

68

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03


MARCHÉ

la Messeplatz, l’ensemble des relations avec les médias. Ils regroupaient ainsi les dossiers de presse, les communiqués, les photos, les fiches produit. Une tâche qui ne cessa de gonfler au fil des salons, à l’exception notamment des deux dernières éditions qui connurent d’impensables défections et précipitèrent, juste après son centenaire, la débâcle de Baselworld. Ces matériels de presse auraient dû aller à la décharge. Grâce à la complicité des libraires éditeurs Fabrice Mugnier et Suzanne Wettstein, fondateurs de Watchprint.com, grâce à leur espace de stockage gracieusement offert, j’ai pu sauver ces documents d’une destruction programmée. Qu’en faire, comment les valoriser? Les montrer à une poignée d’experts et de collectionneurs ont conforté mes convictions: ils renferment des potentiels inestimables.

La Fondation Origyn entre en scène Mis à disposition des associations ProWatCH (Savoirs & Culture Horlogers Suisses) et JSH Archives & Patrimoine, en charge de faire revivre le Journal Suisse d’Horlogerie fondé en 1876 et donc d’éditer JSH® Magazine, ces trésors, auxquels Yves Vulcan a ajouté les données numériques récoltées par Darwel entre 2000 et 2019 (Swisstime), attendent de trouver les financements nécessaires à leur accessibilité par le plus grand nombre. Ou à leur utilité auprès des sphères académiques et muséales. Évidemment, il est question de digitalisation d’archives physiques, mais aussi de répertoriage.

A ce jour, seule la Fondation Origyn, par un soutien concret à l’association JSH, a acquis le droit d’enrichir ses gigantesques bases de données avec les codes identitaires fournis par les milliers de photographies des modèles au sein de cette documentation. Concentrée à créer son «Shazam de l’horlogerie», l’institution neuchâteloise, s’est engagée dans un vaste travail d’indexation et de digitalisation. Un voyage au monde du polycopié, des collages, de la feuille carbone, des tirages papiers, de la photo argentique, des cassettes VHS, des pixels, des CD-Roms puis des clefs USB. Pour arriver à la totale dématérialisation d’un lien internet transmis par mail aux professionnels de l’info. Qui sont devenus, de journalistes gavés d’informations et bichonnés, des téléchargeurs de première, des forçats du web. Toute une époque. n www.prowatch.ch / www.jsh.swiss www.origyn.ch / www.darwel.ch

CH-Neuchâtel | CH-Niederbüren


Moments Le pouvoir du temps

La machine d’Anticythère. Vincent Daveau: «En ces tempslà, les mécaniciens – pas encore des horlogers, étaient capables avec une trentaine de rouages d’afficher le calendrier égyptien, d’indiquer la position de la Lune et du Soleil par rapport au zodiaque, et d’afficher deux calendriers astronomiques pouvant prédire les éclipses de lune et de soleil (cycle de Méton de 19 ans et 235 lunaisons et un cadran à 223 positions pour le cycle de Saros)».

70

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03


Le temps, instrument de pouvoir… «Les objets susceptibles de le transformer d’une abstraction en une réalité tangible sont depuis toujours très recherchés. Car ils indiquent par leur précision ou leur complexité, le niveau de civilisation atteint au moment de leur création». Ainsi commence cette courte histoire du temps réalisée par l’historien journaliste Vincent Daveau, horloger de formation. Fidèle contributeur expert de JSH magazine, nommé rédacteur en chef adjoint du Swiss-Watch-Passport.ch, il résume en quelques pages l’évolution de la conquête du temps. Fresque d’anthologie ponctuée de faits et d’images indélébiles, son magistral résumé nous entraîne vers une île grecque, vers les étapes progressives d’une quête de précision utile aux conquêtes des nations maritimes, en passant par l’ère de l’uniformisation, de l’industrialisation, de l’espace, de la précision ultime du quartz… Pour revenir vers l’indéniable attractivité d’un temps mécanique, plus garant d’un statut social que d’une heure juste. Ou alors, symbole d’une heure si juste, atomique, qu’elle parvient à régler, à partir de cette valise qui sert d’image panoramique, les errances naturelles inhérentes à la montre compliquée. Synthèse du propos de Daveau, l’œuvre est signée Urwerk: ou comment son horloger co-fondateur, Félix Baumgarner, formé aux restaurations de pièces anciennes, parvient à inventer le symbole du pouvoir le plus abouti, l’AMC. Par Joël A. Grandjean

Calibre Hublot Anticythère 2033-CH01. Reprenant à son actif les recherches fascinantes entamées par Mathias Buttet, Hublot ressuscite le mécanisme temporel le plus énigmatique jamais retrouvé, témoin des premiers rouages. Outre les fonctions heures, minutes et secondes indiquées via la cage de son tourbillon volant, les indications du cadran sont le calendrier égyptien, celui des jeux panhelléniques, les signes du Zodiaque, l’aiguille de lune ainsi que ses phases, l’aiguille du soleil. Visibles sur ses ponts, les cycles de Méton, de Saros, d’Exeligmos et le cycle Callippique.

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

71


MOMENTS

OB S ER ERV VAT ATO OIRE

La montre, véritable indicateur

de niveau de civilisation

Par Vincent Daveau, horloger et journaliste, historien

L

es sites mégalithiques de l’âge du bronze, en véritables observatoires, permettaient de définir les saisons, à l’heure près. Ensuite, les astronomes des observatoires assyro-babyloniens ont pu, à force d’observation prédire les événements cosmiques plusieurs années en avance. L’ingénierie, les prémices Puis, dans les grandes cités grecques et romaines, des ingénieurs ont mis au point des instruments sur la base de clepsydres comme la pendule de Ctésibios au troisième siècle av. J.C. et la machine d’Anticythère datant du 1er siècle av. J.-C. (voir les 2 pages précédentes). Cette faculté des hommes à séquencer le temps de façon très fine est restée bien vivante jusqu’aux périodes des grandes invasions puis s’est perdue. Il a fallu attendre le XIème siècle pour voir les ingénieurs du moyen âge recommencer à séquencer le temps à l’aide d’une machine dotée de rouages. Les heures du pouvoir Jusqu’à l’invention des premières horloges que l’on suppose avoir été inventées par les Cisterciens à partir des mécanismes de sonnerie de leurs clepsydres, le temps d’une journée était variable en fonction de la durée du jour. Ces nouvelles machines dont le fonctionnement n’était plus hydraulique mais gravitaire (l’écoulement de l’eau est remplacé par la descente de poids) se sont progressivement répandues dès la fin du XIIème siècle. Au début, elles ne portaient pas d’aiguilles et se contentaient de sonner avec une précision toute relative.

72

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

Aux époques anciennes, prédire les événements célestes revenait à maîtriser son univers. Ce pouvoir qui s’exprimait à travers le séquençage du temps civil et religieux, devait très vite devenir une prérogative des élites. Moderne et régulière, cette façon de découper le temps devait séduire les villes pour dire l’heure à leur façon et non plus comme le faisait l’Eglise. Très vite, ces horloges à poids devinrent les symboles du pouvoir civil et un outil permettant d’imposer une autorité sur les citoyens en les soumettant à un nouveau découpage temporel. Avec l’invention du ressort lame au XVème siècle, les horloges se sont progressivement miniaturisées pour devenir des bijoux portatifs qui, semblant mus par une force invisible, permettaient de positionner leurs propriétaires comme de puissants démiurges. Finalement et jusqu’à la fin du XVIIème siècle, c’est moins la précision de l’heure que les heures passées à fabriquer l’instrument destiné à les fournir qui comptait. Dès lors, la montre incarnait une certaine idée de la richesse et du pouvoir qu’auparavant l’armure transmettait visuellement. Enfin, sans nécessité fondamentale d’être plus précises qu’elles ne l’étaient puisque les utilisateurs semblaient se contenter d’une précision quotidienne relative à l’heure près, les horlogers, par nature conservateurs, n’ont pas cherché à améliorer le mode de fonctionnement de leurs créations durant presque deux siècles. L’heure de la science Au XVIIème siècle, les astronomes et les mathématiciens ont compris que les montres et pendules pourraient les aider à améliorer leur compréhension du monde si elles étaient plus précises. Nombreux sont ceux à s’être attelés à la tâche, mais il revient à l’astronome et mathématicien néerlandais Christian Huygens d’avoir inventé successivement le pendule libre pour les horloges


MOMENTS

vers 1650 et le spiral pour balancier de montres en 1675. D’un seul coup, sans changement notable dans la construction et grâce à un tout petit ressort formé en spiral de la taille d’un cheveu, la montre gagnait soudainement une décimale en précision. De fiable à une heure près auparavant, les gardetemps portatifs devenaient soudain précis à quelques minutes près. Cette évolution devait lui faire gagner une aiguille: celle des minutes. Avec l’amélioration du rendement du balancier et du pendule, les horlogers les plus doués se sont alors mis à réfléchir aux

Altair Consulting SA 3D Soft - 3D Print - 3D Scan

Impression 3D Pro Surfaces Haute Qualité Résines Pro Scanner 3D 15 mu Envision One E1 Impression en continu ! D4K Pro entrée de jeu VIDA , P4K et Xtreme Vente Formation et support Service impression 3D Projets

Altair Consulting SA 109 chemin du Pont du Centenaire

1228 Plan-les-Ouates www.altair-consulting.com


MOMENTS

moyens d’améliorer encore la précision de ces instruments soudainement passés du statut de bijoux à celui d’instruments scientifiques et d’objet de pouvoir à des outils permettant d’en obtenir. Leur précision allait autoriser les hommes à franchir une nouvelle étape dans la conquête de leur environnement, faisant alors du temps juste, un enjeu stratégique. La science de l’heure, l’industrialisation On peut considérer la prime de 20’000 livres sterling promise en 1714 par la Couronne d’Angleterre à qui trouverait une solution pour calculer la Longitude en mer, comme le point de départ de la conquête de la précision par les horlogers. Les Anglais, les Français et les premiers horlogers suisses arrivés dans ces deux pays riches se sont penchés sur le problème et ont tenté de trouver une solution. Si John Harrison, horloger anglais autodidacte fit en 1750 la démonstration que les garde-temps étaient les outils les plus efficaces pour calculer la longitude, il revient à John Arnold, autre horloger anglais d’avoir inventé en 1782 le principe du chronomètre moderne, robuste, précis et surtout, aisément reproductible.

«Le monde horloger traditionnel ayant su rebondir après la crise du quartz s’est totalement déconnecté de l’obligation d’être précis pour exister» moyens de transports grâce à l’amélioration des moyens de locomotion et l’entrée de l’Occident dans la période industrielle où le temps est par essence de l’argent, a fortement contribué à faire se mécaniser la production de montres car tout le monde en voulait une pour s’inscrire dans son époque. Inventé en France en 1774 le principe de manufacture horlogère s’est très vite exporté en Suisse grâce à des conditions très favorables à l’intégration sous un même toit

Durant le XVIIIème siècle, les montres sont passées d’une précision de l’ordre de la minute à une précision de l’ordre de la seconde. Restait juste à pouvoir rendre cette précision reproductible à l’infini. L’accélération des

74

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

de toutes les opérations de construction (bas salaires, niveau d’éducation élevé, coût de l’énergie faible). À la fin du siècle, dopée par le développement des chemins de fer, des bateaux à vapeur et du télégraphe, l’heure n’a plus été celle d’une ville ou d’un état, mais s’est envisagée à l’échelle d’un continent, puis du monde. La convention de Washington en 1884 devait poser les bases du découpage horaire du monde en 24 fuseaux et définir le méridien d’origine comme étant celui de Greenwich.


MOMENTS

De la poche au poignet À l’éclatement de la Grande Guerre (19141918), le monde basculait dans le XXème siècle et les montres passaient lentement de la poche au poignet en même temps qu’évoluaient les mentalités. Présente partout et utile en tout et pour tout, l’heure devait faire maintenant corps avec son propriétaire. L’accélération du monde imposait aussi qu’elle fut plus précise.

et pousser les scientifiques à inventer de nouvelles machines capables de produire un temps encore plus précis que celui fourni par les pendules électriques. La précision du quartz De cette exigence devait naître les premières horloges à quartz et les recherches sur les pendules atomiques. En parallèle, l’invention du transistor et de la pile bouton en 1954 devait inciter les horlogers à récupérer les technologies existantes pour les installer dans des montres afin de les rendre, elles aussi, plus précises et ainsi conformes aux attentes des clients de l’époque.

Avec l’avènement des pendules électriques, la science découvrait que l’horloge cosmique était finalement moins précise que les machines et qu’elle avait surtout besoin d’instruments de mesure toujours plus précis pour espérer progresser. La seconde conflagration mondiale allait le prouver

Avec la mise au point en 1969 de la première montre à quartz commerciale, l’horlogerie passait une nouvelle ère en voyant sa précision passer de l’ordre de quelques secondes par jour à quelques millièmes de seconde. Ces pièces s’adressaient à une nouvelle génération de consommateurs prêts à rompre avec les paradigmes de leurs parents. Mais cette amélioration de la précision permettait aussi de lancer des hommes à la conquête de l’espace car, sans elle, point de possibilité de retour. Avec

l’arrivée de l’électronique dans le secteur du temps et en pouvant le dématérialiser, les horlogers ont perdu non seulement le monopole de l’afficher, mais se sont retrouvés confrontés à de nombreux concurrents capables de produire des milliers de gardetemps à bas prix. #JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

75


MOMENTS

auscultent à longueur de temps à toujours aller plus loin en matière de dépassement de soi. Dans un monde où la compétition fait rage, elles sont presque nécessaires jusqu’à ce que leurs utilisateurs les trouvent trop envahissantes. Retour vers le futur…. mécanique Ce jour-là, ils se tourneront sans doute comme l’ont fait leurs aînés de la génération du quartz vers des montres mécaniques moins infaillibles, mais dont le caractère symbolique demeure particulièrement fort parce qu’elles permettent depuis toujours en un simple coup d’œil de dire le statut social et l’appartenance de leur propriétaire à une tribu… La boucle est bouclée en matière de symbole!

Émotionnel bien positionnel En atteignant un plafond en matière de précision avec l’invention des pendules atomiques précises à la seconde près sur plusieurs milliards d’années, le monde horloger traditionnel ayant su rebondir après la crise du quartz s’est totalement déconnecté de l’obligation d’être précis pour exister. Ce secteur a laissé aux nouvelles technologies connectées ultra précises récemment arrivées sur le marché, le soin de rendre obsolètes les montres à quartz qui avaient 40 ans plus tôt failli ringardiser les pièces mécaniques. Objets symboliques d’un certain conservatisme d’une partie de la population face à l’accélération du monde, les pièces mécaniques ont retrouvé leur dimension de

76

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

bijou qu’elles avaient durant toute la période où elles n’étaient pas des symboles de progrès mais des manifestations du pouvoir. D’un certain point de vue, elles sont même compatibles avec la nouvelle génération de montres connectées qui, infaillibles en tous points, multi- compétentes, digitales ou analogique à la demande, et intuitives, sont le produit horloger correspondant à notre niveau de civilisation atteint. Pensées comme des assistants personnels plus que des montres, elles possèdent la faculté de pousser leurs utilisateurs qu’elles


MOMENTS

Vincent Daveau est à la fois historien et journaliste, horloger féru de restauration de pièces anciennes – collectionneur patenté – et de développements de calibres ou de complications. Expert-pilier de l’équipe journalistique de JSH Magazine, sa plume sévit dans de nombreux autres médias. Conférencier et auteur d’ouvrages à ses heures.

Défend et valorise vos idées !

PROTECTION ET CONSEILS

MARQUES DESIGNS BREVETS

BUREAUX DELÉMONT LA CHAUX-DE-FONDS

WWW.INFOSUISSE.CH


éditeur libraire de

ANS

l'horlogerie Bruxelles

Genève London Luxembourg Basel Zürich New York München Paris Hong Kong

watchprint.com


MOMENTS

CULTURE

Investir

dans la passion Par Henri-Maxime Khedoud

«L

e courage, c’est d’aller à l’idéal et de comprendre le réel», disait Jean Jaurès. Cette citation sied à merveille à Osvaldo Patrizzi, l’un des deux auteurs avec Mara Cappelletti d’un ouvrage de référence sur la marque à la couronne: «Investir dans les montres Rolex». Le courage d’abord, il en fallait beaucoup à ce brillant expert horloger en devenir, âgé à peine de vingt ans, pour lancer en 1974 sa première vente aux enchères d’horlogerie ancienne à Genève. Ce Milanais d’origine n’a que son sourire pour séduire les acheteurs, il ne parle pas un mot de français. Un expert égyptien, transi de peur, demeure aphone aux questions du public. Et pourtant, le succès est total: deux millions de francs. Cette première vente servira de rampe de lancement à la maison de ventes aux enchères Antiquorum. Dans les années 70, en pleine vague du quartz, les manufactures se débarrassent de leurs mouvements mécaniques. Visionnaire, Osvaldo reprend les plus belles pièces, sachant qu’il faut s’habituer à des vérités qui ne sont que celles d’un jour. Pari gagné lorsqu’il mettra aux enchères moins de dix ans plus tard ses plus belles prises. Le monde de l’authentification Retour au livre. C’est d’abord une somme qui comprend la grande majorité des principaux modèles Rolex. Les garde-temps présentés ont été soigneusement sélectionnés par Osvaldo Patrizzi, expert horloger senior. Ces montres-bracelets sortent du lot pour diverses raisons, notamment l’excellence technique, le design, l’histoire, et leurs prouesses aux ventes à l’encan. Une des-

Titre: «Investir dans les Montres: Rolex» CHF 89.–

Editeur: Watchprint.com, La Croix-sur-Lutry (Suisse) Format 23.7 x 30 cm 320 pages / 440 illustrations couleur Ouvrage relié. N° ISBN: 978-2-940506-43-9

cription de chaque montre est accompagnée de sa photo, de sa référence et de sa valeur de vente (droits inclus). Une analyse comparative des résultats des ventes aux enchères, réalisée en étroite collaboration avec la maison de vente Sotheby’s, montre, par marque et par pièce, l’évolution des prix dans le temps, des années 80 à nos jours. Rolex offre un aperçu détaillé du monde de l’authentification et de l’évaluation des montres-bracelets de grande valeur. Osvaldo Patrizzi, auteur d’un florilège d’ouvrages sur l’horlogerie, nous promet une suite à cette somme, avec d’autres marques prestigieuses. n www.watchprint.com #JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

79


MOMENTS

Mythes & Légendes

Par Kenan Tegin*

Une Montre, un Destin «Il se jure de ne plus jamais être en retard dans sa vie!» Tout au long de son existence, mon père était, paix à son âme, un monument de ponctualité. Cette montre qu’il m’a léguée n’a pas de prix. Elle a la valeur du souvenir…

I

ssu d’une famille nombreuse de condition modeste, papa était arrivé avec ses sept frères et sœurs à Istanbul, durant la Première Guerre mondiale. Il débarquait de sa ville natale de Salonique pour la grande métropole.

Il dépose sa petite valise à la consigne, il suit l’officier.

Rêves brisés, le droit d’être à l’heure

Au sortir de la visite du Théâtre, il reste suffisamment de temps, l’agent insiste pour offrir à son hôte une dernière bière. Le temps passe, dangereusement, papa est de plus en plus soucieux. S’il n’a jamais possédé de montre, son instinct le presse de retourner au port. Éméché, le policier se fait prier puis finit par le raccompagner. Horreur, il aura suffi de quelques minutes. Le cargo vient de lever l’ancre. Sous leurs yeux défaits, le voici qui s’aventure déjà lentement par-delà le chenal. Atterré, mon père réalise qu’il n’y a plus rien à faire, que le prochain bateau ne part que dans une semaine et qu’il n’a ni les moyens de s’acheter un nouveau billet ni d’attendre une semaine. Désolé, penaud, le policier l’héberge pour la nuit.

Études à New-York, l’escale traumatique

Contrairement à ses frères, à l’exception de son cadet, il se met en tête de faire des études, coûte que coûte, plutôt que de travailler et de seconder son père pour subvenir aux besoins de leur grande famille. Ce-dernier finit par céder, de guerre lasse, plutôt à contre cœur. Il accepte de l’inscrire au Robert College, un lycée américain très réputé d’Istanbul. C’est d’ailleurs auprès de cette même institution que j’ai moi aussi, bien des années après, obtenu mon diplôme. Élève particulièrement brillant tout au long de son cursus, il obtient après son bac une bourse pour l’Université de Minnesota aux États Unis. Encore fautil s’y rendre! La famille consent à faire d’énormes sacrifices pour lui offrir un billet de train Istanbul-Anvers. De là, il aura la possibilité d’embarquer pour New York, à bord d’un cargo mixte transportant aussi quelques passagers.

Avis de recherche Montre sans marque de forme rectangle, calibre mécanique en parfait état mais non brandé: existe-t-il parmi les lecteurs du Journal Suisse d’Horlogerie, quelqu’un qui pourrait lui donner un nom, une origine? redaction@ journal-suisse-horlogerie.swiss

80

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

Nous sommes en octobre 1933. Mon père débarque à Anvers en Belgique par une matinée d’automne, après avoir traversé toute l’Europe en chemin de fer 2ème classe. Arrivé au port, il s’assoit sur sa valise et attend au débarcadère. Il attend, il est trop tôt, le bateau ne doit appareiller qu’à 6h le soir. Soudain, il attire l’attention d’un officier de police qui surveille les lieux. La conversation s’engage et, lorsque l’homme de loi entend son histoire, qu’il réalise que le départ du bateau ne se fera pas avant quelques heures, il propose à mon père de découvrir le fameux théâtre de la ville où, le 31 juillet 1932 et parmi 27 candidates, s’est déroulé l’élection de Miss Monde. Or il se trouve que l’élue de cette année-là, Keriman Halis Ece, est une mannequin pianiste turque. Tout part donc d’un bon sentiment. Bien que réticent, peut-être par peur de vexer le policier, mon père accepte.

Dépité, papa ira dès le lendemain chez un bijoutier pour s’acheter ce qui sera sa première et sa dernière montre. Il y laissera pratiquement tout son argent tout en se jurant de ne plus jamais être en retard dans sa vie. Contacté, un proche parent vivant en Allemagne, vole à son secours et lui envoie la somme qui lui permet de revenir à Istanbul. Adieu les études aux Etats-Unis.

Ponctualité et dernier jugement

Il finira son droit, deviendra juge. Mon père n’a jamais quitté cette montre. Personne ne pouvait la toucher à part lui. Je le revois souvent, comme si c’était hier, en train de la remonter, de la mettre à l’heure en se calant sur le signal radiophonique du journal du soir. Durant les six mois qui précédèrent son départ, au seuil de cet ultime rendezvous qu’il savait ne pouvoir manquer, il


MOMENTS

*Kenan Tegin, l’impacteur collectionneur La vraie valeur des montres? Celle qui se vit, se raconte, habite un garde-temps, comme un souvenir ardent noyé dans un trop plein d’émotion. Vice-Directeur de Ringier Romandie, il lance en 1993 avec le soussigné – son collaborateur à l’époque – le magazine Montre Passion (Uhren Welt en allemand). Ensemble, la même année, ils

créent le prix Montre de l’Année. Fortement contagieux, le virus horloger qui squattait sa fameuse rubrique Mythes & Légendes revit dans JSH®. Quant au reste de sa collection, il est à vendre. Ne vous précipitez pas, les histoires qu’elle renferme ont encore trop leur mot à dire, leurs valeurs à transmettre. _JAG

Le Robert College of Istanbul est un lycée privé fondé en 1863 en Turquie. Fondé par Christopher Rhinelander Robert, c’est l’institution d’enseignement américaine la plus ancienne à l’extérieur des États-Unis. L’une des écoles privées les plus anciennes et prestigieuses de Turquie. (Wikipedia) l’a portée. Mon père fut, toute sa vie, un monument de ponctualité. Cette montre anonyme, c’est moi qui la chéris aujourd’hui. Elle est certainement à l’origine de ma passion pour les montres. n

✝︎ Cehdi Tegin

u! Nouvea Le site e-commerce qui met en valeur les créations des Maîtres Horlogers indépendants et de ses Artisans partenaires

www.luxury-watch-store.ch


CARTE BLANCHE

Célébrer l’échec François H. Courvoisier

Carte blanche à François H. Courvoisier, Professeur honoraire HES-SO/Haute école de gestion Arc.

V

métier, changer ou améliorer nos méthodes et outils, modifier notre objectif ou en fixer un tout autre.

oici une proposition à première vue incongrue! D’habitude, on célèbre les succès et les victoires, mais pour ne pas montrer nos faiblesses, on tait ou on cache les erreurs, gaffes, fiascos et échecs dont nous avons parfois honte.

L’école de la persévérance

Et si l’échec avait quelque chose à nous apprendre? Depuis tout petits, alors que nous essayons de faire nos premiers pas, combien de fois ne sommes-nous pas retombés sur nos fesses avant de trouver notre équilibre et de marcher tout seuls? Ces petits échecs, dont nous ne nous rappelons peut-être même pas, ne nous ont pas découragés, au contraire! Nous avons appris quelque chose de nos premières tentatives pour nous mettre debout et nous avons persévéré sous le regard, les paroles et les gestes encourageants de nos proches.

Thomas J. Watson, président d’IBM: «Le chemin le plus rapide vers le succès consiste à doubler son taux d’échecs». Cette situation, transposée dans le monde de l’entreprise, doit nous faire réfléchir: que pouvons-nous apprendre de nos erreurs et échecs managériaux de toute nature et de gravité variable? Certains d’entre eux peuvent nous être imputés, d’autres proviennent des clients, des concurrents, de la situation économique ou sanitaire... Si l’échec est le résultat constaté d’un projet ou d’un objectif non-atteint, il y a différentes possibilités de le digérer et de le surmonter: remettre notre ouvrage sur le

82

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

Dans un premier temps, il faut admettre que nous n’avons pas atteint l’objectif visé, puis analyser lucidement pourquoi, sans nous culpabiliser ni accuser autrui. Ensuite, il faut nous demander ce que l’échec nous a appris sur nous-même et les autres personnes concernées, afin que la situation ne se reproduise pas mais qu’elle nous ouvre à d’autres solutions et perspectives inexplorées.

Les exemples James Dyson, Earl Tupper et Tissot

Un échec ne doit pas décourager l’entrepreneur de prendre des risques, car tout projet entrepreneurial en comporte et il faut souvent risquer et échouer maintes fois pour innover et devenir plus compétitif. Par exemple, James Dyson, l’inventeur de l’aspirateur sans sac, affirme qu’il a dû échouer en construisant des dizaines de prototypes avant de pouvoir convaincre les distributeurs de ses produits. Earl Tupper a échoué à vendre ses fameux récipients Tupperware dans la grande distribution et cela lui a donné l’idée de la vente par réunions à domicile. Plus près de nous, dans le monde horloger, Tissot a lancé en 1972 l’Astrolon, une montre à quartz dotée d’un boîtier en plas-

Co-fondateur avec Kalust Zorik des JIMH (Journées Internationales du Marketing Horloger) ainsi que des JRMH (Journées de Recherche en Marketing Horloger), ce docteur ès sciences économiques de l’Université de Neuchâtel est également l’auteur d’ouvrages références. Professeur honoraire de la Haute école de gestion Arc (HES-SO), il a passé sa carrière pré-académique au service du marketing comme responsable dans des entreprises de biens et services. Il dirige de nombreux projets de recherche. tique qui fut un échec, car arrivée sur le marché à la veille d’une crise horlogère majeure et concurrencée par des modèles japonais bon marché. Pourtant l’échec de ce produit en avance sur son temps a permis, dix ans plus tard, le lancement de la Swatch dont la construction s’est inspirée de l’Astrolon. Un échec commercial est souvent le fait d’arriver trop tôt, voire trop tard, sur le marché. Alors, prenons des risques, sachons apprendre de nos échecs et célébrons-les pour aller vers nos prochains succès! n Contacter l’auteur: francois.courvoisier@he-arc.ch François H. Courvoisier et Sedat Adiyaman: «Célébrer l’échec! Transformez vos futurs fiascos en réussites», Éd. Think2make, Neuchâtel, https://think2make.ch/en/celebrer-l-echec/


THE BEST ROOFTOP LOCATIONS TO ENHANCE YOUR BRAND We are the sky signs expert in Switzerland since 1968

www.agencempb.ch admin@agencempb.ch

www.skybrands.ch info@skybrands.ch

Contact us +41 22 735 93 07


20

ÉDITION

ÈME

14 - 17 JUIN 2022 – PALEXPO GENÈVE

W W W. E P H J. C H