JSH® Magazine #03/2021 > 2022 - Since 1876, 145ème année - Décembre 2021 à mai 2022

Page 52

MÉTIERS

Jérôme Cavadini, directeur opérationnel Manufacture Panerai ID Genève, au-delà d’une montre, un écosystème

Cette marque horlogère genevoise joue les start-ups. «C’est une identité qui va au-delà du produit et répond à tous les aspects circulaires» professe Nicolas Freudiger, cofondateur de ce qu’il convient de considérer comme le tout premier laboratoire d’une marque circulaire. D’ailleurs la première collection porte le nom de Circular 1 et elle «répond aux exigences de l’économie circulaire, avec des matériaux recyclés et recyclables ainsi que des circuits de production cohérents» précise celui qui, comme ses associés, a travaillé dans l’horlogerie et rêvait d’un «changement positif» qui soit bien plus qu’une sensibilité générationnelle. «La barrière générationnelle, si elle existe, sera complètement effacée car il s’agit plutôt d’intérêts économiques et politiques. Si ID Genève peut servir de «modèle» circulaire, ce sera une grande victoire.» Et pas question de lésiner sur la qualité: «Il y a souvent un trade-off entre qualité et matériaux recyclés, nous ne faisons aucun compromis en terme de qualité, tous les matériaux sont testés selon les normes de l’industrie horlogère.» n www.panerai.com www.precyclingsa.ch www.IDwatch.ch

52

#JournalSuisseHorlogerie JSH 2021 / #03

La marque, connue pour ses liens avec les univers subaquatiques, tisse des liens forts avec ses aficionados et les entraîne vers des territoires à explorer, sublimes et mystérieux. Au-delà de ses visuels qui fleurent bon la grande évasion ponctuée d’aventure, de sauvegarde des fonds marins et d’espaces vierges, Officine Panerai marque l’actualité circulaire avec le lancement de sa Luminor Marina eSteel, et de son garde-temps concept, la Subsmersible eLAB-ID. «Avec 98,6 % de son poids en matériaux recyclés, cette montre est un modèle d’horlogerie durable» vante le communiqué de presse. Pourquoi diable avoir choisi de se baser sur le poids? «Calculer ce pourcentage par rapport à la valeur et non par rapport au poids n’aurait aucun lien avec l’environnemental. Le plus objectif, c’était le poids, car on peut tout peser et déterminer un taux de recyclage», explicite celui qui a fait un parcours de plus de 25 ans dans l’horlogerie. «Au chapitre du recyclage, nous visons le maximum d’éléments, le luminova, le verre… Rien que pour le verre saphir, il nous aura fallu 6-8 mois de recherche: glace, pureté des carottes (ndlr: longue barre de silice)». Jérôme Cavadini se fait convaincant lorsqu’il détaille, uniquement pour la glace de la montre, tous les processus de recyclage qu’il a fallu maîtriser.

Des chutes de matériau au départ, les reprises et les mises en forme pour pouvoir en faire des verres de montres: «se casser les dents sur les impuretés, retrouver les propriétés analogues à la matière première, maîtriser la découpe…» En partant de l’idée que tout a été pesé, y compris le bracelet, la boucle, la glace ou les aiguilles, il semble évident que la feuille de route de départ, et donc les vœux du bouillant CEO Jean-Marc Pontroué, devait viser les 100%? «Evidemment, un patron a des attentes optimales! En théorie on pourrait y arriver. Mais cela mettrait en jeu des consommations énergétiques délirantes et du gaspillage de ressources qui feraient perdre du sens à l’objectif et endommageraient la nature même du projet.» C’est donc la thèse de la cohérence qui a été privilégiée. Comme le choix de l’EcoTitanium, un métal propre issu des chutes de titane provenant de l’aérospatiale et de la récupération… Comme la posture très tendance, enfin (!), qui consiste à jouer la totale transparence et à exposer le cercle vertueux de l’ensemble des fournisseurs - je les ai renommés les cotraitants - qui ont participé à l’aventure.