Issuu on Google+

AMÉNAGEMENT DES ABORDS DE LA CATHÉDRALE D’ÉVREUX Étude de définition Ville d’Évreux Maître d’ouvrage Phase 2 - Rapport de présentation du projet 03.07.2009

BASE paysagistes 14, rue Commines 75003 PARIS Tél. : 00 33 1 42 77 81 81 Fax : 00 33 1 42 77 81 98 contact : Clément Willemin E-mail : baseland@free.fr

SAFÈGE Agence de Rouen 18, rue Henri Rivière 76000 Rouen Tél. : 02 32 08 18 80 Fax : 02 32 08 18 81 contact : Michel Botte E-mail : michel.botte@safege.fr

TRANSITEC Traffic 12 rue de la Folie Regnault 75011 PARIS Tél. : +33 4 72 37 94 10 Fax : +33 4 72 37 88 59 contact : Renaud Perrin E-mail : renaud.perrin@transitec.net

BNR urbanistes 42, rue d’Avron 75020 PARIS Tél. : 01 43 48 08 93 Fax : 01 43 48 06 46 Contact : Armand Nouvet E-mail : armand.nouvet@wanadoo.fr

ON Concepteur Lumière 5, bis rue du Dahomey 75011 PARIS Tél. : 09 50 70 19 94 Fax : 01 40 38 19 94 contact : Vincent Thiesson E-mail : v.thiesson@agence-on.com

AEU Atelier d’Ecologie Urbaine Est 11 rue des Prélots 70000 VELLEGUINDRY Tél. : 03.84.68.69.73 Fax : 08.26.67.22.63 contact : Gilles Gallinet E-mail : aeu.est@aeuconseil.com 1


1_RAPPELS PHASE 1 Les pages suivantes reprennent non pas un résumé de travaux de la phase 1 (phase ouverte dédiée à l’analyse et aux scénarios d’aménagement) mais certains éléments déterminants du projet qui étaient déjà fortement présents en phase 1.

3


TOPOGRAPHIE Le site d’étude est plan, avec cependant différents niveaux de plates-formes formant des emboîtements successifs.

4


DIANA MEMORIAL Hyde Park - Catherine Gustavson

5


6


L’EAU Évreux et l’Iton : histoire d’une relation intime Le site est inclus dans le lit majeur de l’Iton. Une nappe alluviale baigne le secteur de la cathédrale et la ville s’est structurée autour de la rivière depuis son origine gallo-romaine. Sur ce nouveau projet d’aménagement des abords de la cathédrale se joue une relation ancestrale : celle des ébroïciens et de l’Iton. L’Iton est une source de vie pour la ville d’Évreux, avec de très nombreux lavoirs dont certains témoins sont encore présents. La rivière est omniprésente sur le site. Elle structure et accompagne les circulations, les constructions, tout en conservant aujourd’hui une distance. Le miroir d’eau, crée par Paul Danger, urbaniste en charge de la reconstruction de la ville après la seconde guerre mondiale est une surface réfléchissante, un effet d’optique, un écran. Ici le projet offre sur le parvis Ouest et dans les douves deux occasions historiques d’éprouver physiquement le contact de l’eau, de toucher l’Iton en vrai, et de rejouer pour ainsi dire le geste du lavoir : se pencher sur l’eau et y tremper ses mains. Le parvis Ouest propose une fontaine inédite au pied de la cathédrale, à l’ombre d’un platane cinquantenaire, et les douves sont utilisées en véritable plage urbaine durant les vacances d’été, un peu sur le modèle de Paris plage, opération désormais reprise par de nombreuses villes européennes.

7


COUPES-TYPES L’eau dans la ville Rigole, cascade, plage

8


2_LE PROJET Le projet est ici décrit en tournant autour de la cathédrale, et en passant les différents espaces en revue, à la manière d’un visiteur qui aurait choisi d’en explorer les angles de vue. L’ensemble du projet a été entièrement monté et conçu en trois dimensions, avec l’aide d’un modèle infographique, de manière à rendre compte le plus précisément des différents points de vue projetés.

9


DIX POINTS DE VUE La cathédrale d’Évreux se présente sous différents visages, différents angles, et le projet cherche à en distinguer des points de vue divers et contrastés, à travers des nouvelles ambiances et des cadrages singuliers. 1) Le miroir d’eau, qui emporte la faveur des cartes postales, est entièrement préservé. 2) Le parvis Ouest est un jardin minéral et aquatique qui offre un lieu de détente et de fraîcheur dans l’axe de la cathédrale. 3) Le parvis Nord, le plus passant, est une surface unitaire et étendue qui vise à mettre en valeur la plus longue façade de l’édifice. 4) Une nouvelle construction couplée vient opérer de nouveaux cadrages architecturaux sur l’entrée principale. 5) Le jardin de l’évéché propose un effet de perspective sur l’arrière de la cathédrale. 6) Une nouvelle pelouse en pente, entièrement dégagée jusqu’au pied de la cathédrale, offre des gradins exposés au sud. 7) Le jardin du cloître, intimiste et abrité, est rénové et de nouvelles plantations très fleuries sont proposées en complément du mail de charmes existant. 8) La cour du musée reste ouverte et minérale, mais des plantations et des équipements nouveaux destinés au confort des visiteurs sont proposés 9) Les douves sont entièrement reconfigurées de manière à offrir aux ébroïciens une véritable plage au bord de l’Iton durant la belle saison. Le stationnement est maintenu en dehors des grandes vacances. 10) La nouvelle placette Chambaudouin est un lieu de convivialité, une petite place de quartier, au dessus de l’Iton, entièrement reconfigurée avec deux nouvelles passerelles, l’une minérale, l’autre en bois et piétonne, qui offrent de nombreux balcons sur la rivière et sur la cathédrale.

4 3 2 8

1

7

6

5 9

10

10


COMPOSITION Une architecture de jardins déclinés autour de la cathédrale, la géométrie d’un site. L’ensemble des abords sont composés à la manière d’un vaste jardin, avec ses ambiances et ses points de vue différents, avec des usages et des publics distincts. Entre la cathédrale et l’Iton se joue une histoire de nature et de géométrie, de décalages et de glissements, d’angles et de niveaux qui participent à la richesse du site en offrant des configurations singulières. L’angle qui existe entre l’axe de la cathédrale et les bras de l’Iton se retrouve partout sur le site, et ce décalage se voit reporté sur le projet, à la faveur des circulations et des cadrages, jusque dans les nouvelles emprises constructibles, et surtout l’effet de perspective que nous proposons depuis la future extension du musée. En écartant les lignes de fuites, l’horizon prend de la distance, et la cathédrale apparaît plus grande.

11


PARVIS NORD Suppression du stationnement Sens unique rue Charles Corbeau Une voie réservée aux bus Arrêt de bus et dépose autocars Le parvis Nord est traité en dallage de pierre naturelle sur la totalité de son emprise. Afin de sécuriser le lieu et d ’imposer aux véhicules une attention particulière, la chaussée est mise à niveau par un plateau. L’eau est récupérée selon un dispositif d’avaloirs grilles ou fentes, à la manière d’un parvis de gare, de musée, ou par exemple de la célèbre place Vendôme à Paris. Les circulations sont contraintes par des alignements de bornes basses, ménageant des arrêts pour bus et déposes de cars de tourisme, et permettant également un accès contrôlé réservé aux offices (corbillards, voitures des mariés, livraisons, maintenance) par un système de bornes escamotables : trois bornes d’entrées et trois bornes de sorties.

12


PARVIS NORD plateau

Plan échelle 1/500

es born

xis

e, ta

ibles

amov

arrêt

rism e tou

car d

s

e ovibl

s am orne

b

bus arrêt s

e ovibl

am rnes

bo

lle

de vi

13


Vue sur les parvis de la CathĂŠdrale depuis la rue Charles Corbeau

14


OFFICE DUTOURISME Deux nouveaux cadrages sur la cathédrale Une construction en deux volumes Des services intégrés : stationnements et sanitaires Afin de ménager à la fois une perspective et un cadrage sur la cathédrale depuis la rue de l’Horloge, en reconstituant un front bâti, tout en ménageant une percée dans l’axe Nord, face à l’entrée Nord, et donnant accès au square existant, il faut imaginer deux volumes. Nous n’avons pas limité la hauteur des bâtiments, mais attribué des fonctions aux rez-de-chaussées, en imaginant que des étages puissent être élevés à usage de bureaux ou de logements. De plus, les bâtiments sont installés en retrait, afin de préserver un recul visuel sur la façade nord. - Le bâtiment sur rue (en forme de trapèze) abrite un sanitaire public, en remplacement du chalet existant, ainsi que des stationnements couverts réservés aux offices. - Le bâtiment en retrait (rectangulaire) abrite le nouvel office du tourisme ainsi qu’un point de location de vélos sur une emprise indicative de 400 m2 au sol. Entre les deux constructions, une allée piétonne mène directement au square et initie un parcours piéton vélos en direction de l’hôtel de ville.

15


OFFICE DUTOURISME

ne (ac

piéton

tion (réten elles Nouv

pla

ns ntatio

les pluvia

) aux des e

ffices rale athéd ents o de la c nnem uses statio s l’axe religie e) dan squar cès au Allée

Plan échelle 1/500

16


PARVIS OUEST Fontainerie intégrée Nivellement entièrement repris Nouveau jardin d’eau La dimension jardin est affirmée autour de la cathédrale comme spécificité ébroïcienne. Le parvis Ouest conservera sa tonalité minérale mais pourra intégrer une dimension de jardin grâce à un travail sur l’eau, qui constitue le paysage et l’identité du quartier cathédrale. Malgré le caractère relativement venteux du parvis ouest, cet espace limité en surface bénéficie d’un bon ensoleillement et peu offrir ponctuellement un espace de détente, par exemple à l’attention d’un jeune public (jeu d’eau pour les enfants, espace pour les jeunes proche de l’artère commerçante principale...). Le parvis ouest conserve sa dominante minérale et sa dimension de représentation officielle, tout en accueillant un dispositif de fontainerie et des plantations ponctuelles qui lui confèreront un caractère de «jardin minéral». Le platane existant est conservé, et les niveaux sont repris de manière à rationaliser l’écoulement des eaux et offrir un socle continu et unitaire à la cathédrale. Il est un lieu de détente et de fraîcheur dans l’axe de la cathédrale, il est également le théâtre des photos de mariage, un lieu de rencontre et de représentation.

17


eau plat

PARVIS OUEST

s

e bu

es born

d Arrêt

ibles

amov

Plan échelle 1/250

socle

ral

miné

assises

in a

Jard )

tiqu

qua

erie

ain ont s (f

ole

e

Rig ’eau

Fil d

18


COUR DU MUSEE Espace ouvert Manifestations, spectacles Réfection, nouvelles plantations La fonction historique de la cour du musée Episcopale est d’être un espace d’accueil du public, d’attente, de manoeuvres et de stationnements. Elle est par définition un lieu de croisements et de rencontres. Dédiée à recevoir des manifestations, la cour du musée restera un espace ouvert, de transit et de repos, qui pourra accueillir une scène et des gradins dimensionnés à 500 places afin de recevoir des projections ou spectacles en plein air. Les revêtements et plantations seront repris et la cour s’équipera de nouvelles assises ainsi que d’un kiosque pouvant recevoir une buvette ou une échoppe touristique mobile. Sur le modèle du jardin du Luxembourg ou de la place d’ Armes du Château de Versailles, la cour du musée est le lieu privilégié pour accueillir les rendez-vous culturels d’Évreux.

coupe en long : emprise des gradins

gradins : 500 places

19


COUR DU MUSEE Plan échelle 1/250

ions

antat

pl elles nouv

assises

Emplacement réservé : estrade, gradins, stands

pelouse existante emprise kiosque mobile

20


GRANDE PELOUSE Nouvelle pelouse plein sud Mobilier et portail sur-mesure Reprise du jardin du cloître La transition entre le jardin de l’Evéché et le cloître est totalement retravaillée dans l’objectif de tirer parti de cet espace ensoleillé, de le reconquérir et de créer une liaison douce et pratiquable par tous entre les jardins. Une grande pelouse en pente douce vient se déroulée du jardin de l’Evéché jusqu’au socle de la cathédrale. Des larges banquettes linéaires invitent les ébroïciens à la détente dans cet espace plus intime et reposant, à l’abris de l’activité de la rue passante Charles Corbeau. L’entrée Nord du jardin de l’Evéché, entre la cathédrale et le couvent, est contrôlée par un portail à pivot central, qui permet de rester totalement indépendant des bâtiments existant, et de ne pas toucher les constructions historiques. Le portail pivotant, en bois, est proposé plein, de manière à pouvoir permettre un affichage municipal (plan du site, information touristique) ou événementiel (programmation culturelle dans le jardin de l’Evéché). Les plantations des quatre massifs du cloître sont retravaillés avec des essences à floraisons colorées, généreuses et étalées sur l’année afin de mettre en valeur cette pièce de verdure très agréable aux beaux jours.

Vue sur le jardin de l’Evéché depuis l’entrée handicapée du musée

21


GRANDE PELOUSE Plan ĂŠchelle 1/500

ping-pong portail pivotant bois

boules

grande pelouse

is

s bo

uette

banq

massifs fleuris

le

pab

pe

ram

ica and

h

tĂŠe able plan e u cap i d no han pe ram

22


JARDIN DE L’ÉVÉCHÉ Effet de perspective Un vaste jardin public, espace de loisir, de pédagogie et d’apprentissage, présentant des espaces de jeu, de petits terrains de sport (type boules, pingpong), et valorisant une écologie : récupération des eaux pluviales, jardins filtrants, fleurs, plattes bandes. Le nom des plantes est indiqué à l’aide d’une signalétique particulière. On explique la constitution du jardin, son historique, sa composition actuelle, son évolution au cours des saisons, le milieu naturel, sa gestion et le travail des jardiniers. Le mail est replanté en plusieurs étapes. Un arbre sur deux est remplacé, et le reste dix ans plus tard. Cette dernière opération peut également faire l’objet d’explications détaillées pour le public. Quatre accès sont maintenus : jardin du cloître, douves, allée des soupirs, rue Charles Corbeau. Chaque accès comporte un système de régulation des entrées permettant la fermeture du jardin selon les besoins. L’extension du musée est positionnée à l’entrée Est du jardin de l’Evéché, offrant une façade de plein pied sur les douves à l’angle avec l’Allée des Soupirs. Il s’agit d’un bâtiment jardin, à dominante bois, qui se distingue de l’architecture de pierre pour maintenir la lisibilité historique du site. Le bâtiment comporte 3 niveaux : - un niveau enterré dédié aux salles d’exposition. - un niveau de plein pied avec l’allée des soupirs et les douves, et qui donne accès au jardin (l’entrée actuelle peut être conservée). - un niveau R+1 donnant accès à une terrasse plantée, peut-être à usage de bureaux ou de « mezzanine » (sur le modèle du centre Pompidou).

23


JARDIN DE L’ÉVÉCHÉ Plan échelle 1/500 e de d ena e prom lanté velle ngale p l nou ri p dina l’Es gitu t lon men

nne

io stat

/sable

s Boule

ng ing-po

e ass terr tée plan ible ess acc

P /sable

s Boule

in chem

ntée

pla noue

trale

e cen

s pelou

esp

ac

e ed

os

rep

24


25

Vue sur la Cathédrale depuis le jardin de l’Evéché


LES DOUVES Stationnement transitoire Nouvelles plantations Nivellement des douves Dallage béton avec joints gazon Mobilier sur mesure Il n’est pas vraisemblable de créer un nouvel espace vert aussi important alors que le jardin de l’Évêché reste peu fréquenté. En revanche, il n’est pas judicieux de maintenir éternellement du stationnement permanent sur cet espace en lien direct avec le centre historique et touristique. Nous proposons un aménagement mixte (minéral + nouvelles plantations) qui permet de maintenir une utilisation réglementée et saisonnière du stationnement, notamment à destination des touristes, en permettant d’autres usages et surtout un passage progressif, par étapes, vers une reconquête entièrement piétonne des douves. Le nivellement des douves est totalement retravaillé afin de créer un socle unitaire plongeant vers l’Espringale. La reconquête du cour d’eau, instaurée par le projet d’ouverture du bras de l’Iton, s’initie par cette plage urbaine sur le cours d’eau qui offre par des banquettes bois et des plantations aquatiques des espaces de détente exposés sud. L’enceinte gallo-romaine et le mur historique de l’Epringale sont dégagés, restaurés et mis en valeur par le projet lumière. Ils peuvent être le support de manifestations de plein air et d’expositions grand format. L’été, les douves s’ouvrent au public et offrent aux Ébroïciens une véritable plage minérale au bord de l’Espringale. Le lit du cours d’eau peut être sécurisé avec un filet invisible.

26


LES DOUVES Plan échelle 1/500

s

tion

tte

que

nta

pla

ban

, rale iné nnés m e zo plag enga s t join ble nda o n te i ale pen ring p s L’E

27


28

Vue estivale de l’intérieur des douves vers l’allée des soupirs


PLACETTE Deux passerelles distinctes Intégration au projet d’ensemble La placette chambaudoin va être reconfigurée par le projet d’ouverture du cours de l’Espringale. Le projet présenté par la mairie est conservé, seul des détails de finition sont apportés pour une intégration de l’aménagement dans le prolongement des douves. Une passerelle piétonne en finition platelage bois permet l’accès Sud à la cour du musée, facilitant ainsi les flux piétons nord-sud sur le secteur cathédrale. Le pont véhicule en sens unique et d’une largeur de 5m, qui permet les accès doux et motorisés aux douves, sera en finition béton afin de se fondre dans l’aménagement général des douves et de la placette. Les garde-corps des deux passerelles seront identiques à ceux présents le long de l’Iton, le parement du pont cadre sera identique à celui présent au niveau du miroir d’eau soit un parement composé de moellons calcaires alternant avec des arases de briques cimentés par un mortier blanc jaunâtre.

29


PLACETTE Plan échelle 1/250

irie

pra

elle

ser

pas e

onn

piét

ules

éhic nt v

po

assises

30


MISE EN LUMIERE Traitement des parvis minéraux Continuation de la promenade de l’Iton Parcours lumineux Espace évolutif des douves La mise en lumière de la Cathédrale reste l’élément fédérateur du paysage nocturne au droit du projet. Ainsi, dans l’ensemble des visions de nuit à l’approche de la Cathédrale, le projet lumière accompagne cette volonté tout en venant délicatement révéler la structure des différents espaces. Un vocabulaire lumineux identitaire le long de l’Iton. Nous proposons de prolonger les ambiances et le vocabulaire lumineux mis en place au droit du cours d’eau. L’éclairage indirect accompagne les cheminements piétonniers, l’éclairage blanc de l’eau marque la déambulation d’un délicat balisage. Ainsi le « raccord » avec le paysage nocturne que la ville a amorcé dans le centre ville est cohérent.

Une « trace » historique révélée En partie arrière de la Cathédrale, les visions de la Cathédrale sont plus éloignées, dues à la présence de l’Iton, des Douves, et de la végétation très développée. Le projet propose de révéler la structure des différents espaces situés à cet endroit, et notamment leur rive. Au droit du parvis Ouest, le muret de délimitation intègre des appareils d’éclairage. Ils diffusent une lumière qui éclaire le sol et révèle la végétation située en partie arrière. Il en va de même au droit des murets situés dans la Cloître et le jardin de l’Evêché. Au final, l’ensemble de la périphérie est rehaussé par une lumière douce, venant marquer les franges du site historique.

Une progression d’ambiances Quittant le parvis Nord le visiteur progresse ensuite en direction du parvis Ouest ou du jardin du Cloître. L’ambiance y est plus feutrée, concentrée sur le sol enfin de produire une ambiance douce, indirecte et plus éparse. Aucun mobilier lumière ne perturbe l’espace de jour comme de nuit. Les appareils d’éclairage sont encastrés dans le sol et diffusent une lumière rasant le sol. D’autres appareils sont intégrés dans le banc. Ils diffusent également une lumière sur le sol. L’ensemble vient orienter les espaces et accompagne le visiteur.

31


COMPOSITION NOCTURNE

32


MISE EN LUMIERE Traitement des parvis Un parvis dégagé et délicat. L’ambiance lumineuse du parvis est caractérisée par la présence de la Cathédrale et sa mise en lumière. Notre souhait est de clairement se démarquer dans ambiances lumineuses urbaines habituelles tout en privilégiant la vision vers la Cathédrale. Ainsi aucun mobilier lumière n’est présent sur le parvis. Les candélabres, d’une hauteur d’environ 9m sont reportés à l’opposé de la Cathédrale et en rive de l’espace. Ils sont équipés d’un système d’éclairage indirect composé d’une série de petits réflecteurs orientables. Deux projecteurs éclairent les réflecteurs qui sont eux-mêmes orientés en direction de la voirie et de l’espace piétonnier. L’ambiance y sera principalement douce et indirecte. Les réflecteurs seront positionnés afin de produire une répartition de lumière délicate, venant « lécher » le pied de la Cathédrale. Aux deux extrémités, deux événements lumineux viennent marquer les accès au musée et au cloître et ainsi, structurer l’espace : les arbres sont mis en scène par une lumière en contre-plongée. Le Parvis Nord est marqué par une lumière intégrée à la Fontaine.

Ambiance du parvis en journée

Ambiancedu parvis en soirée

33


MISE EN LUMIERE Espace évomutif des douves Les Douves, un espace évolutif. L’espace des Douves est caractérisé par la présence révélée de l’Espringale et un usage évolutif en fonction des saisons, des événements. La lumière proposée accompagne cette dimension spatiale et temporelle : - l’Iton est révélée par la succession du balisage lumineux venant diffuser sur l’eau. - le mur opposé est éclairé en continu. Une lumière diffuse doucement et marque le modelé des pierres - l’ambiance centrale est évolutive selon les usages. Lorsque les Douves servent de parking, l’éclairage est homogène et englobe l’ensemble de l’espace. Lorsque les Douves accueillent des événements, l’ambiance lumineuse y est plus contrastée, colorée, dynamique. Des mâts sont positionnés sur la rue Chambaudoin, équipés d’une crosse d’une longueur variable (3 à 7m) avec plusieurs projecteurs à Led. Lorsque l’espace sert de parking, les crosses sont positionnés à l’horizontale. La lumière y est blanche, également répartie. Lorsque les Douves sont un lieu de promenade, les crosses d’orientent de manière différente et aléatoirement. La lumière produite par les projecteurs est dynamique, s’adaptant aux événements ou aux temps de la nuit. Une lente progression des lumières et des mâts permet de modifier la perception que l’on a de cet espace. Tous les appareils sont équipés de diodes électroluminescentes assurant une variation de couleur et d’intensité optimale, une durée de vie rationnalisée.

Ambiance estivale : piétonnes

Ambiance hivernale : ouvertes aux stationnements

34


LES DOUVES En stationnement

35


LES DOUVES Réservées aux piétons

36


PLAN LUMIERE

37


MOBILIER ÉCLAIRAGE Candélabres de jour et de nuit

38


MATERIAUX ET MOBILIER Dallage pierre calcaire, ponton bois, plage béton (lavé, désactivé, balayé, incrustation), banc minéral linéaire

39


PLANTATIONS Arbres de ripisylve, arbres à floraison remarquable, cépées, massifs de graminées et vivaces, plantes hélophytes

40


3_SCHÉMAS Les plans suivants montrent le fonctionnement du projet : eau, circulations, phasage.

41


CIRCULATIONS Plan échelle 1/2000 Les tracés rouges représentent les circulations de véhicules. La rue Charles Corbeau est rendu en sens unique sur sa totalité (jusqu’à l’intersection avec l’allée des soupirs), avec deux voies de circulation : une voie tous véhicules et une voie réservée aux bus, taxis et vélos. Le couloir de circulation est signalé par des bornes et un plateau est aménagé sur la globalité du parvis nord de la cathédrale afin d’avertir les automobilistes qu’ils pénètrent sur une zone à vitesse réduite avec une présence forte de traversées piétonnes (type zone 30). Un contresens cyclable pourra être envisagé afin d’accompagner le développement de l’usage des vélos. Les tracés en pointillés figurent les voies réservées - arrêt de bus, dépose minute cars de tourisme et accès contrôlé à la cathédrale. Les tracés bleus représentent les principaux déplacements piétons. Le jardin de l’Évêché, couplé au musée, est fermé la nuit. Quatre portails en contrôlent l’accès, en plus de celui de la nouvelle extension.

42


STATIONNEMENT Plan échelle 1/2000 Une centaine de place sont maintenues sur le site. Les stationnements liés aux offices sont intégrés dans la nouvelle construction face au parvis nord. Les stationnements sont reconfigurés sur l’allée des soupirs afin de maintenir un cheminement doux : stationnements interdits sur le trottoir Ouest et réglementés longue durée sur le trottoir Est. Les stationnements sont maintenus dans les douves pendant l’année, mais retirés pendant les vacances scolaires.

7 places offices

2 arrêts bus tourisme, taxis

19 places allée des soupirs

2 arrêts bus de ville

70 places douves

43


GESTION DE L’EAU Plan échelle 1/2000 La rétention des eaux dans les surfaces plantées est privilégiée sur la globalité du secteur cathédrale. Toutes les nouvelles plantations des parvis et du jardin de l’Evéché sont intégrées dans des noues de faible profondeur qui assurent la collecte et l’infiltration des eaux selon les nivellements retravaillés. Une attention particulière est apportée à la composition végétale des plantations qui comportent à la fois un rôle d’agrément et de filtration. Les espèces épuratives type graminées se marient à des essences plus fleuries et colorées. Les eaux du parvis ouest sont récupérées dans la fontaine intégrée, aux niveaux du jardin humide linéaire. Les eaux du jardin de l’Evéché et des douves sont retenues et infiltrées dans les espaces de plantations : noues plantées et massifs. Le parvis Nord, qui accueillent les circulations véhicules, est équipé d’un dispositif de caniveau fente qui récupère l’ensemble des eaux pluviales (circulations véhicules et piétonnes) afin de renvoyer les eaux souillées aux hydrocarbures dans les réseaux public. Un caniveau relié à un séparateur d’hydrocarbures permet de filtrer les eaux non retenues par des plantations avant leur rejet dans l’Espringale au niveau de la plage des douves. Les nouvelles constructions disposeront de surfaces de rétention en toiture terrasse. Toutes les surfaces de plantations sont mises à contribution pour favoriser l’infiltration plutôt que le rejet dans le réseau public.

44


PHASAGE Plan échelle 1/2000 La première phase de travaux est figurée en bleu. Elle inclut principalement les parvis Ouest et Nord ainsi que la placette Chambaudouin, associée au projet d’ouverture de l’Espringale et aux deux nouvelles passerelles. La seconde phase est représentée en vert. Elle comprend le jardin de l’Évéché, l’aménagement des douves et l’allée de Soupirs, dont le dernier tronçon (en jaune), en dehors du périmètre théorique de travaux, est proposé en option.

phase 1 phase 2

option

45


Cathédrale d'Evreux