Page 1

Newsletter de Mission & Développement N° 3 - jan. 2009

Foi en action

Partenariat réussi avec le Brésil


Editorial L’Armée du Salut brésilienne a été fondée voici 86 ans par les époux Miche, un couple d’officiers suisses. Aujourd’hui encore, un partenariat solide nous lie avec le Brésil. La confiance et l’affection constituent le ciment de ce partenariat réussi. Lors de l’interview avec Roland et Rosa Meylan (officiers de l’Armée du Salut Suisse), l’attachement pour le Brésil et ses habitants devient palpable au travers de l’amour et du dévouement qu’ils témoignent. Il est toutefois important qu’un partenariat soit mutuel. Depuis six mois, Ricardo et Cindy Iung, un couple d’officiers brésiliens, travaillent au sein du Département des finances de l’Armée du Salut Suisse. Ils se préparent à reprendre le poste de Chef des finances de l’Armée du Salut au Brésil. Chez eux également, je ressens de la bienveillance envers notre culture et notre pays. Je me réjouis beaucoup de notre partenariat profond avec l’Armée du Salut brésilienne. Il est empreint de respect, d’affection, d’amabilité, de cordialité, de partage, de volonté d’apprendre et de confiance. Ce partenariat constitue le fondement d’une aide au développement et d’un travail missionnaire durables, fructueux et efficaces. Markus Muntwiler, responsable Mission & Développement


le Centre communautaire de Torre En 1989, un officier de l’Armée du Salut anglais est frappé par la différence de qualité de vie d’une rive à l’autre du pont qui enjambe la rivière Capibaribe à Recife. D’un côté, des maisons confortables, de l’autre, des baraques en bois pourri : les favelas. Là, des familles vivent dans la misère et la pauvreté. Le major John décide d’entreprendre quelque chose pour améliorer la qualité de vie de ces enfants: ainsi prend naissance le Centre communautaire de Torre. Aujourd’hui, ce centre, dirigé par les majors Roland et Rosa Meylan, officiers d’origine suisse, accueille quotidiennement environ 400 enfants dont les 90% sont issus des favelas. Les objectifs principaux du centre sont d’offrir aux enfants : • un lieu d’accueil proposant des activités variées, donc une alternative au vécu de la rue • un encadrement chaleureux et un soutien scolaire de qualité • des cours professionnels d’informatique • un apport nutritionnel équilibré (1 repas chaud par jour) • l’éveil à la foi et un enseignement biblique

Comparaison Brésil - Suisse Superficie Nombre d’habitants PIB par habitant Taux de chômage Espérance de vie (H/F) Inflation

Brésil 8'511'965 km² 196,3 millions 7'634 USD 7,6 % 68/75 ans 3,6 %

Suisse 41'285 km² 7,6 millions 52'879 USD 2,4 % 79/84 ans 1-2 %


Missionnaires au Brésil

Rosa et Roland, vous travaillez pour l’Armée du Salut au Brésil depuis 25 ans. Quelle a été la motivation de votre départ ? Elle est née d’un appel très précis reçu de Dieu en 1975 pour devenir officiers de l´Armée du Salut et missionnaires au Brésil. Quelle est, en bref, la vie d’un officier missionnaire au Brésil ? Notre vie n’est certainement pas très différente de celle de nos collègues suisses, si ce n´est que 90% au moins de nos camarades sont issus de familles pauvres. Beaucoup ont reçu une éducation limitée et, dans chaque Poste dont nous avons eu la charge, quelques personnes même ne savaient ni lire et écrire. Durant ces 25 dernières années, avez-vous vécu des changements profonds ? Au niveau économique, l´inflation, un fléau national, a pu être maintenue à moins de 10% grâce à l’adoption du réal brésilien.


Un effort accru a été fait pour venir en aide aux familles les plus démunies grâce à l’élection, en 2002, de Lula da Silva. Au niveau de l´Armée du Salut, plusieurs Postes et institutions ont malheureusement été fermés ces dernières années. En revanche, notre Poste (Torre) a vu des jeunes se convertir et devenir soldats. Notre Centre communautaire d’intégration joue un rôle important parmi les jeunes en les encourageant à l’étude, en leur offrant un encadrement de qualité et un repas chaud. La violence et la corruption sont toutefois encore très importantes au Brésil. Vous n’avez jamais pensé revenir en Suisse. Quelles sont donc les expériences positives qui vous font rester ? Nous aimons beaucoup les Brésiliens et le climat du Brésil. Nous avons la certitude d´être exactement à la place où le Seigneur veut que nous soyons. Nous sommes réjouis d´être les témoins de vies transformées par la puissance de Dieu. Comment réalisez-vous la présence de Dieu dans votre travail quotidien ? Par la joie qu´il nous donne d´être à son service, par le renouvellement quotidien spirituel et physique et par la réponse de Dieu à nos prières comme, par exemple, un emploi, une guérison, la libération d’une dépendance comme l´alcool ou la drogue, le soutien financier du Centre d’intégration et du Poste, la maturité spirituelle de plusieurs soldats. Dans quelques années, vous entrerez à la retraite, reviendrez-vous en Suisse ? Non, nous resterons au Brésil. De nos quatre enfants, trois sont mariés à des Brésiliens. Nos attaches sont donc plus fortement liées au Brésil qu´à la Suisse et le Brésil est devenu notre pays d’adoption.


« Trois Cœurs » à São Paulo Le projet pour les enfants des rues « Trois Cœurs » de l’Armée du Salut à São Paulo a fêté son 10ème anniversaire en 2006. « Trois Cœurs » signifie un cœur pour Dieu, un cœur pour les enfants et un cœur pour la famille. Ce travail parmi les enfants des rues, commencé par les officiers suisses, les majors Rosa et Roland Meylan, s’est transformé au cours de ces dix années en une institution professionnelle et reconnue. Aujourd’hui, ce sont trois différents publics-cibles qui sont visés par ce projet : 1. Pour les enfants et jeunes qui vivent dans la rue, différents programmes et activités sont offerts afin d’entrer en contact avec eux et de gagner leur confiance. C’est seulement dans un deuxième temps qu’une aide leur est proposée avec, comme objectif, leur réintégration dans la société. Il est toutefois difficile de ramener les enfants à une vie structurée, étant donné qu’ils ont longtemps vécu sans limites et sans règles. L'équipe des « Trois Cœurs » à la rencontre d'enfants des rues

2. Les enfants et jeunes, qui ont déjà fait le premier pas pour quitter la rue, obtiennent la possibilité d’exercer une activité au sein du projet. Le Foyer peut accueillir 10 enfants et vise à la réintégration dans leur famille ou leur famille d’adoption à la fin de leur séjour. 3. Par ailleurs, le projet « Trois Cœurs » offre à des jeunes qui sont en détention la possibilité d’acquérir de nouvelles connaissances ou de les approfondir en suivant des cours. Cette démarche doit accroître leurs chances sur le marché du travail. Le contact et les échanges réguliers aident les jeunes à adapter positivement leur comportement.

Devenez, vous aussi, parrain ou marraine du projet « Trois Cœurs ». Les enfants des rues vivent dans un monde à part. Ils ne connaissent pas leurs droits et n'ont pas de dignité. Les changer en personnes socialement adaptées est un long processus. Engagez-vous pour le parrainage du projet « Trois Cœurs », en faveur des enfants des rues et aidez-nous à encourager encore davantage d'enfants et de jeunes comme Jeferson à passer de la difficile condition d'enfants des rues à celle, valorisante, de personnes reconnues de la société. Un parrainage en faveur du Centre communautaire Torre à Recife peut également être envisagé. Inscription et autres informations par téléphone (031 388 06 04), par mail (mission@swi.salvationarmy.org) ou directement par Internet sur notre site www.armeedusalut.ch/mission.

Le projet « Trois Cœurs » transmet l’amour de Dieu à tous ces enfants. Beaucoup de vies peuvent ainsi être influencées positivement. Durant les trois dernières années, près de 3000 enfants et jeunes ont pu être touchés, 190 ont quitté la rue ou ont pu être intégrés avec succès dans leur famille. L’Armée du Salut se préoccupe souvent de personnes considérées comme irrécupérables par la société. Le travail est difficile et de longue haleine. Les succès perceptibles et durables motivent toutefois les collaborateurs à poursuivre leur travail, animés par l’amour et la force de Dieu.

Enfants des rues devant l'entrée du Centre

Soins de la peau et des cheveux

Nom: Jeferson Coelho de Oliveira Age: 15 ans Jeferson « habitait » dans la rue depuis l’âge de 10 ans. Il vivait dans la ville de Grande Plage et avait fui la maison suite à une dispute entre son père et sa bellemère. Depuis ce jour, il vagabondait dans les rues du centre de São Paulo. Depuis 2005, il fréquente le projet « Trois Cœurs ». Différentes actions ont été entreprises pour le retirer de la rue. Il a été pris en charge par divers foyers et un contact avec sa famille a été amorcé. Malheureusement, Jeferson s’enfuyait toujours et refusait de retourner chez son père. En 2007, il s’est mis à voler et a été arrêté. A cause de ce délit, le jeune garçon a passé quatre mois dans une maison d’arrêt. Lorsqu’il en est sorti, il a commencé à se droguer à la cocaïne. Il a aussi pris part à du trafic de drogue. En ce moment, le Projet « Trois Cœurs » joue un rôle fondamental dans sa vie en l’intégrant dans diverses activités.

Deux enfants qui ont trouvé une famille heureuse

L'entrée du Centre

Local de musique

En août, il a accepté d’être pris en charge par un foyer où il est resté six mois. Là, il a commencé à fréquenter tous les jours le cours de musique du Projet « Trois Cœurs ». Avec un groupe d’élèves, il a aussi pris part à une représentation à l’Université de São Paulo. En mars 2008, Jeferson a demandé de l’aide pour retourner à Grande Plage ; il ne voulait plus rester dans l’environnement de la drogue, il souhaitait s’en sortir et commencer un traitement médical. Le Service social lui a trouvé une place dans une maison de rééducation chrétienne. Il est maintenant à Grande Plage où il suit assidûment son traitement. A l’heure actuelle, il va bien et se dit très heureux.

L'équipe de travail des « Trois Cœurs »


« Trois Cœurs » à São Paulo Le projet pour les enfants des rues « Trois Cœurs » de l’Armée du Salut à São Paulo a fêté son 10ème anniversaire en 2006. « Trois Cœurs » signifie un cœur pour Dieu, un cœur pour les enfants et un cœur pour la famille. Ce travail parmi les enfants des rues, commencé par les officiers suisses, les majors Rosa et Roland Meylan, s’est transformé au cours de ces dix années en une institution professionnelle et reconnue. Aujourd’hui, ce sont trois différents publics-cibles qui sont visés par ce projet : 1. Pour les enfants et jeunes qui vivent dans la rue, différents programmes et activités sont offerts afin d’entrer en contact avec eux et de gagner leur confiance. C’est seulement dans un deuxième temps qu’une aide leur est proposée avec, comme objectif, leur réintégration dans la société. Il est toutefois difficile de ramener les enfants à une vie structurée, étant donné qu’ils ont longtemps vécu sans limites et sans règles. L'équipe des « Trois Cœurs » à la rencontre d'enfants des rues

2. Les enfants et jeunes, qui ont déjà fait le premier pas pour quitter la rue, obtiennent la possibilité d’exercer une activité au sein du projet. Le Foyer peut accueillir 10 enfants et vise à la réintégration dans leur famille ou leur famille d’adoption à la fin de leur séjour. 3. Par ailleurs, le projet « Trois Cœurs » offre à des jeunes qui sont en détention la possibilité d’acquérir de nouvelles connaissances ou de les approfondir en suivant des cours. Cette démarche doit accroître leurs chances sur le marché du travail. Le contact et les échanges réguliers aident les jeunes à adapter positivement leur comportement.

Devenez, vous aussi, parrain ou marraine du projet « Trois Cœurs ». Les enfants des rues vivent dans un monde à part. Ils ne connaissent pas leurs droits et n'ont pas de dignité. Les changer en personnes socialement adaptées est un long processus. Engagez-vous pour le parrainage du projet « Trois Cœurs », en faveur des enfants des rues et aidez-nous à encourager encore davantage d'enfants et de jeunes comme Jeferson à passer de la difficile condition d'enfants des rues à celle, valorisante, de personnes reconnues de la société. Un parrainage en faveur du Centre communautaire Torre à Recife peut également être envisagé. Inscription et autres informations par téléphone (031 388 06 04), par mail (mission@swi.salvationarmy.org) ou directement par Internet sur notre site www.armeedusalut.ch/mission.

Le projet « Trois Cœurs » transmet l’amour de Dieu à tous ces enfants. Beaucoup de vies peuvent ainsi être influencées positivement. Durant les trois dernières années, près de 3000 enfants et jeunes ont pu être touchés, 190 ont quitté la rue ou ont pu être intégrés avec succès dans leur famille. L’Armée du Salut se préoccupe souvent de personnes considérées comme irrécupérables par la société. Le travail est difficile et de longue haleine. Les succès perceptibles et durables motivent toutefois les collaborateurs à poursuivre leur travail, animés par l’amour et la force de Dieu.

Enfants des rues devant l'entrée du Centre

Soins de la peau et des cheveux

Nom: Jeferson Coelho de Oliveira Age: 15 ans Jeferson « habitait » dans la rue depuis l’âge de 10 ans. Il vivait dans la ville de Grande Plage et avait fui la maison suite à une dispute entre son père et sa bellemère. Depuis ce jour, il vagabondait dans les rues du centre de São Paulo. Depuis 2005, il fréquente le projet « Trois Cœurs ». Différentes actions ont été entreprises pour le retirer de la rue. Il a été pris en charge par divers foyers et un contact avec sa famille a été amorcé. Malheureusement, Jeferson s’enfuyait toujours et refusait de retourner chez son père. En 2007, il s’est mis à voler et a été arrêté. A cause de ce délit, le jeune garçon a passé quatre mois dans une maison d’arrêt. Lorsqu’il en est sorti, il a commencé à se droguer à la cocaïne. Il a aussi pris part à du trafic de drogue. En ce moment, le Projet « Trois Cœurs » joue un rôle fondamental dans sa vie en l’intégrant dans diverses activités.

Deux enfants qui ont trouvé une famille heureuse

L'entrée du Centre

Local de musique

En août, il a accepté d’être pris en charge par un foyer où il est resté six mois. Là, il a commencé à fréquenter tous les jours le cours de musique du Projet « Trois Cœurs ». Avec un groupe d’élèves, il a aussi pris part à une représentation à l’Université de São Paulo. En mars 2008, Jeferson a demandé de l’aide pour retourner à Grande Plage ; il ne voulait plus rester dans l’environnement de la drogue, il souhaitait s’en sortir et commencer un traitement médical. Le Service social lui a trouvé une place dans une maison de rééducation chrétienne. Il est maintenant à Grande Plage où il suit assidûment son traitement. A l’heure actuelle, il va bien et se dit très heureux.

L'équipe de travail des « Trois Cœurs »


« Trois Cœurs » à São Paulo Le projet pour les enfants des rues « Trois Cœurs » de l’Armée du Salut à São Paulo a fêté son 10ème anniversaire en 2006. « Trois Cœurs » signifie un cœur pour Dieu, un cœur pour les enfants et un cœur pour la famille. Ce travail parmi les enfants des rues, commencé par les officiers suisses, les majors Rosa et Roland Meylan, s’est transformé au cours de ces dix années en une institution professionnelle et reconnue. Aujourd’hui, ce sont trois différents publics-cibles qui sont visés par ce projet : 1. Pour les enfants et jeunes qui vivent dans la rue, différents programmes et activités sont offerts afin d’entrer en contact avec eux et de gagner leur confiance. C’est seulement dans un deuxième temps qu’une aide leur est proposée avec, comme objectif, leur réintégration dans la société. Il est toutefois difficile de ramener les enfants à une vie structurée, étant donné qu’ils ont longtemps vécu sans limites et sans règles. L'équipe des « Trois Cœurs » à la rencontre d'enfants des rues

2. Les enfants et jeunes, qui ont déjà fait le premier pas pour quitter la rue, obtiennent la possibilité d’exercer une activité au sein du projet. Le Foyer peut accueillir 10 enfants et vise à la réintégration dans leur famille ou leur famille d’adoption à la fin de leur séjour. 3. Par ailleurs, le projet « Trois Cœurs » offre à des jeunes qui sont en détention la possibilité d’acquérir de nouvelles connaissances ou de les approfondir en suivant des cours. Cette démarche doit accroître leurs chances sur le marché du travail. Le contact et les échanges réguliers aident les jeunes à adapter positivement leur comportement.

Devenez, vous aussi, parrain ou marraine du projet « Trois Cœurs ». Les enfants des rues vivent dans un monde à part. Ils ne connaissent pas leurs droits et n'ont pas de dignité. Les changer en personnes socialement adaptées est un long processus. Engagez-vous pour le parrainage du projet « Trois Cœurs », en faveur des enfants des rues et aidez-nous à encourager encore davantage d'enfants et de jeunes comme Jeferson à passer de la difficile condition d'enfants des rues à celle, valorisante, de personnes reconnues de la société. Un parrainage en faveur du Centre communautaire Torre à Recife peut également être envisagé. Inscription et autres informations par téléphone (031 388 06 04), par mail (mission@swi.salvationarmy.org) ou directement par Internet sur notre site www.armeedusalut.ch/mission.

Le projet « Trois Cœurs » transmet l’amour de Dieu à tous ces enfants. Beaucoup de vies peuvent ainsi être influencées positivement. Durant les trois dernières années, près de 3000 enfants et jeunes ont pu être touchés, 190 ont quitté la rue ou ont pu être intégrés avec succès dans leur famille. L’Armée du Salut se préoccupe souvent de personnes considérées comme irrécupérables par la société. Le travail est difficile et de longue haleine. Les succès perceptibles et durables motivent toutefois les collaborateurs à poursuivre leur travail, animés par l’amour et la force de Dieu.

Enfants des rues devant l'entrée du Centre

Soins de la peau et des cheveux

Nom: Jeferson Coelho de Oliveira Age: 15 ans Jeferson « habitait » dans la rue depuis l’âge de 10 ans. Il vivait dans la ville de Grande Plage et avait fui la maison suite à une dispute entre son père et sa bellemère. Depuis ce jour, il vagabondait dans les rues du centre de São Paulo. Depuis 2005, il fréquente le projet « Trois Cœurs ». Différentes actions ont été entreprises pour le retirer de la rue. Il a été pris en charge par divers foyers et un contact avec sa famille a été amorcé. Malheureusement, Jeferson s’enfuyait toujours et refusait de retourner chez son père. En 2007, il s’est mis à voler et a été arrêté. A cause de ce délit, le jeune garçon a passé quatre mois dans une maison d’arrêt. Lorsqu’il en est sorti, il a commencé à se droguer à la cocaïne. Il a aussi pris part à du trafic de drogue. En ce moment, le Projet « Trois Cœurs » joue un rôle fondamental dans sa vie en l’intégrant dans diverses activités.

Deux enfants qui ont trouvé une famille heureuse

L'entrée du Centre

Local de musique

En août, il a accepté d’être pris en charge par un foyer où il est resté six mois. Là, il a commencé à fréquenter tous les jours le cours de musique du Projet « Trois Cœurs ». Avec un groupe d’élèves, il a aussi pris part à une représentation à l’Université de São Paulo. En mars 2008, Jeferson a demandé de l’aide pour retourner à Grande Plage ; il ne voulait plus rester dans l’environnement de la drogue, il souhaitait s’en sortir et commencer un traitement médical. Le Service social lui a trouvé une place dans une maison de rééducation chrétienne. Il est maintenant à Grande Plage où il suit assidûment son traitement. A l’heure actuelle, il va bien et se dit très heureux.

L'équipe de travail des « Trois Cœurs »


« Trois Cœurs » à São Paulo Le projet pour les enfants des rues « Trois Cœurs » de l’Armée du Salut à São Paulo a fêté son 10ème anniversaire en 2006. « Trois Cœurs » signifie un cœur pour Dieu, un cœur pour les enfants et un cœur pour la famille. Ce travail parmi les enfants des rues, commencé par les officiers suisses, les majors Rosa et Roland Meylan, s’est transformé au cours de ces dix années en une institution professionnelle et reconnue. Aujourd’hui, ce sont trois différents publics-cibles qui sont visés par ce projet : 1. Pour les enfants et jeunes qui vivent dans la rue, différents programmes et activités sont offerts afin d’entrer en contact avec eux et de gagner leur confiance. C’est seulement dans un deuxième temps qu’une aide leur est proposée avec, comme objectif, leur réintégration dans la société. Il est toutefois difficile de ramener les enfants à une vie structurée, étant donné qu’ils ont longtemps vécu sans limites et sans règles. L'équipe des « Trois Cœurs » à la rencontre d'enfants des rues

2. Les enfants et jeunes, qui ont déjà fait le premier pas pour quitter la rue, obtiennent la possibilité d’exercer une activité au sein du projet. Le Foyer peut accueillir 10 enfants et vise à la réintégration dans leur famille ou leur famille d’adoption à la fin de leur séjour. 3. Par ailleurs, le projet « Trois Cœurs » offre à des jeunes qui sont en détention la possibilité d’acquérir de nouvelles connaissances ou de les approfondir en suivant des cours. Cette démarche doit accroître leurs chances sur le marché du travail. Le contact et les échanges réguliers aident les jeunes à adapter positivement leur comportement.

Devenez, vous aussi, parrain ou marraine du projet « Trois Cœurs ». Les enfants des rues vivent dans un monde à part. Ils ne connaissent pas leurs droits et n'ont pas de dignité. Les changer en personnes socialement adaptées est un long processus. Engagez-vous pour le parrainage du projet « Trois Cœurs », en faveur des enfants des rues et aidez-nous à encourager encore davantage d'enfants et de jeunes comme Jeferson à passer de la difficile condition d'enfants des rues à celle, valorisante, de personnes reconnues de la société. Un parrainage en faveur du Centre communautaire Torre à Recife peut également être envisagé. Inscription et autres informations par téléphone (031 388 06 04), par mail (mission@swi.salvationarmy.org) ou directement par Internet sur notre site www.armeedusalut.ch/mission.

Le projet « Trois Cœurs » transmet l’amour de Dieu à tous ces enfants. Beaucoup de vies peuvent ainsi être influencées positivement. Durant les trois dernières années, près de 3000 enfants et jeunes ont pu être touchés, 190 ont quitté la rue ou ont pu être intégrés avec succès dans leur famille. L’Armée du Salut se préoccupe souvent de personnes considérées comme irrécupérables par la société. Le travail est difficile et de longue haleine. Les succès perceptibles et durables motivent toutefois les collaborateurs à poursuivre leur travail, animés par l’amour et la force de Dieu.

Enfants des rues devant l'entrée du Centre

Soins de la peau et des cheveux

Nom: Jeferson Coelho de Oliveira Age: 15 ans Jeferson « habitait » dans la rue depuis l’âge de 10 ans. Il vivait dans la ville de Grande Plage et avait fui la maison suite à une dispute entre son père et sa bellemère. Depuis ce jour, il vagabondait dans les rues du centre de São Paulo. Depuis 2005, il fréquente le projet « Trois Cœurs ». Différentes actions ont été entreprises pour le retirer de la rue. Il a été pris en charge par divers foyers et un contact avec sa famille a été amorcé. Malheureusement, Jeferson s’enfuyait toujours et refusait de retourner chez son père. En 2007, il s’est mis à voler et a été arrêté. A cause de ce délit, le jeune garçon a passé quatre mois dans une maison d’arrêt. Lorsqu’il en est sorti, il a commencé à se droguer à la cocaïne. Il a aussi pris part à du trafic de drogue. En ce moment, le Projet « Trois Cœurs » joue un rôle fondamental dans sa vie en l’intégrant dans diverses activités.

Deux enfants qui ont trouvé une famille heureuse

L'entrée du Centre

Local de musique

En août, il a accepté d’être pris en charge par un foyer où il est resté six mois. Là, il a commencé à fréquenter tous les jours le cours de musique du Projet « Trois Cœurs ». Avec un groupe d’élèves, il a aussi pris part à une représentation à l’Université de São Paulo. En mars 2008, Jeferson a demandé de l’aide pour retourner à Grande Plage ; il ne voulait plus rester dans l’environnement de la drogue, il souhaitait s’en sortir et commencer un traitement médical. Le Service social lui a trouvé une place dans une maison de rééducation chrétienne. Il est maintenant à Grande Plage où il suit assidûment son traitement. A l’heure actuelle, il va bien et se dit très heureux.

L'équipe de travail des « Trois Cœurs »


« Trois Cœurs » à São Paulo Le projet pour les enfants des rues « Trois Cœurs » de l’Armée du Salut à São Paulo a fêté son 10ème anniversaire en 2006. « Trois Cœurs » signifie un cœur pour Dieu, un cœur pour les enfants et un cœur pour la famille. Ce travail parmi les enfants des rues, commencé par les officiers suisses, les majors Rosa et Roland Meylan, s’est transformé au cours de ces dix années en une institution professionnelle et reconnue. Aujourd’hui, ce sont trois différents publics-cibles qui sont visés par ce projet : 1. Pour les enfants et jeunes qui vivent dans la rue, différents programmes et activités sont offerts afin d’entrer en contact avec eux et de gagner leur confiance. C’est seulement dans un deuxième temps qu’une aide leur est proposée avec, comme objectif, leur réintégration dans la société. Il est toutefois difficile de ramener les enfants à une vie structurée, étant donné qu’ils ont longtemps vécu sans limites et sans règles. L'équipe des « Trois Cœurs » à la rencontre d'enfants des rues

2. Les enfants et jeunes, qui ont déjà fait le premier pas pour quitter la rue, obtiennent la possibilité d’exercer une activité au sein du projet. Le Foyer peut accueillir 10 enfants et vise à la réintégration dans leur famille ou leur famille d’adoption à la fin de leur séjour. 3. Par ailleurs, le projet « Trois Cœurs » offre à des jeunes qui sont en détention la possibilité d’acquérir de nouvelles connaissances ou de les approfondir en suivant des cours. Cette démarche doit accroître leurs chances sur le marché du travail. Le contact et les échanges réguliers aident les jeunes à adapter positivement leur comportement.

Devenez, vous aussi, parrain ou marraine du projet « Trois Cœurs ». Les enfants des rues vivent dans un monde à part. Ils ne connaissent pas leurs droits et n'ont pas de dignité. Les changer en personnes socialement adaptées est un long processus. Engagez-vous pour le parrainage du projet « Trois Cœurs », en faveur des enfants des rues et aidez-nous à encourager encore davantage d'enfants et de jeunes comme Jeferson à passer de la difficile condition d'enfants des rues à celle, valorisante, de personnes reconnues de la société. Un parrainage en faveur du Centre communautaire Torre à Recife peut également être envisagé. Inscription et autres informations par téléphone (031 388 06 04), par mail (mission@swi.salvationarmy.org) ou directement par Internet sur notre site www.armeedusalut.ch/mission.

Le projet « Trois Cœurs » transmet l’amour de Dieu à tous ces enfants. Beaucoup de vies peuvent ainsi être influencées positivement. Durant les trois dernières années, près de 3000 enfants et jeunes ont pu être touchés, 190 ont quitté la rue ou ont pu être intégrés avec succès dans leur famille. L’Armée du Salut se préoccupe souvent de personnes considérées comme irrécupérables par la société. Le travail est difficile et de longue haleine. Les succès perceptibles et durables motivent toutefois les collaborateurs à poursuivre leur travail, animés par l’amour et la force de Dieu.

Enfants des rues devant l'entrée du Centre

Soins de la peau et des cheveux

Nom: Jeferson Coelho de Oliveira Age: 15 ans Jeferson « habitait » dans la rue depuis l’âge de 10 ans. Il vivait dans la ville de Grande Plage et avait fui la maison suite à une dispute entre son père et sa bellemère. Depuis ce jour, il vagabondait dans les rues du centre de São Paulo. Depuis 2005, il fréquente le projet « Trois Cœurs ». Différentes actions ont été entreprises pour le retirer de la rue. Il a été pris en charge par divers foyers et un contact avec sa famille a été amorcé. Malheureusement, Jeferson s’enfuyait toujours et refusait de retourner chez son père. En 2007, il s’est mis à voler et a été arrêté. A cause de ce délit, le jeune garçon a passé quatre mois dans une maison d’arrêt. Lorsqu’il en est sorti, il a commencé à se droguer à la cocaïne. Il a aussi pris part à du trafic de drogue. En ce moment, le Projet « Trois Cœurs » joue un rôle fondamental dans sa vie en l’intégrant dans diverses activités.

Deux enfants qui ont trouvé une famille heureuse

L'entrée du Centre

Local de musique

En août, il a accepté d’être pris en charge par un foyer où il est resté six mois. Là, il a commencé à fréquenter tous les jours le cours de musique du Projet « Trois Cœurs ». Avec un groupe d’élèves, il a aussi pris part à une représentation à l’Université de São Paulo. En mars 2008, Jeferson a demandé de l’aide pour retourner à Grande Plage ; il ne voulait plus rester dans l’environnement de la drogue, il souhaitait s’en sortir et commencer un traitement médical. Le Service social lui a trouvé une place dans une maison de rééducation chrétienne. Il est maintenant à Grande Plage où il suit assidûment son traitement. A l’heure actuelle, il va bien et se dit très heureux.

L'équipe de travail des « Trois Cœurs »


« Trois Cœurs » à São Paulo Le projet pour les enfants des rues « Trois Cœurs » de l’Armée du Salut à São Paulo a fêté son 10ème anniversaire en 2006. « Trois Cœurs » signifie un cœur pour Dieu, un cœur pour les enfants et un cœur pour la famille. Ce travail parmi les enfants des rues, commencé par les officiers suisses, les majors Rosa et Roland Meylan, s’est transformé au cours de ces dix années en une institution professionnelle et reconnue. Aujourd’hui, ce sont trois différents publics-cibles qui sont visés par ce projet : 1. Pour les enfants et jeunes qui vivent dans la rue, différents programmes et activités sont offerts afin d’entrer en contact avec eux et de gagner leur confiance. C’est seulement dans un deuxième temps qu’une aide leur est proposée avec, comme objectif, leur réintégration dans la société. Il est toutefois difficile de ramener les enfants à une vie structurée, étant donné qu’ils ont longtemps vécu sans limites et sans règles. L'équipe des « Trois Cœurs » à la rencontre d'enfants des rues

2. Les enfants et jeunes, qui ont déjà fait le premier pas pour quitter la rue, obtiennent la possibilité d’exercer une activité au sein du projet. Le Foyer peut accueillir 10 enfants et vise à la réintégration dans leur famille ou leur famille d’adoption à la fin de leur séjour. 3. Par ailleurs, le projet « Trois Cœurs » offre à des jeunes qui sont en détention la possibilité d’acquérir de nouvelles connaissances ou de les approfondir en suivant des cours. Cette démarche doit accroître leurs chances sur le marché du travail. Le contact et les échanges réguliers aident les jeunes à adapter positivement leur comportement.

Devenez, vous aussi, parrain ou marraine du projet « Trois Cœurs ». Les enfants des rues vivent dans un monde à part. Ils ne connaissent pas leurs droits et n'ont pas de dignité. Les changer en personnes socialement adaptées est un long processus. Engagez-vous pour le parrainage du projet « Trois Cœurs », en faveur des enfants des rues et aidez-nous à encourager encore davantage d'enfants et de jeunes comme Jeferson à passer de la difficile condition d'enfants des rues à celle, valorisante, de personnes reconnues de la société. Un parrainage en faveur du Centre communautaire Torre à Recife peut également être envisagé. Inscription et autres informations par téléphone (031 388 06 04), par mail (mission@swi.salvationarmy.org) ou directement par Internet sur notre site www.armeedusalut.ch/mission.

Le projet « Trois Cœurs » transmet l’amour de Dieu à tous ces enfants. Beaucoup de vies peuvent ainsi être influencées positivement. Durant les trois dernières années, près de 3000 enfants et jeunes ont pu être touchés, 190 ont quitté la rue ou ont pu être intégrés avec succès dans leur famille. L’Armée du Salut se préoccupe souvent de personnes considérées comme irrécupérables par la société. Le travail est difficile et de longue haleine. Les succès perceptibles et durables motivent toutefois les collaborateurs à poursuivre leur travail, animés par l’amour et la force de Dieu.

Enfants des rues devant l'entrée du Centre

Soins de la peau et des cheveux

Nom: Jeferson Coelho de Oliveira Age: 15 ans Jeferson « habitait » dans la rue depuis l’âge de 10 ans. Il vivait dans la ville de Grande Plage et avait fui la maison suite à une dispute entre son père et sa bellemère. Depuis ce jour, il vagabondait dans les rues du centre de São Paulo. Depuis 2005, il fréquente le projet « Trois Cœurs ». Différentes actions ont été entreprises pour le retirer de la rue. Il a été pris en charge par divers foyers et un contact avec sa famille a été amorcé. Malheureusement, Jeferson s’enfuyait toujours et refusait de retourner chez son père. En 2007, il s’est mis à voler et a été arrêté. A cause de ce délit, le jeune garçon a passé quatre mois dans une maison d’arrêt. Lorsqu’il en est sorti, il a commencé à se droguer à la cocaïne. Il a aussi pris part à du trafic de drogue. En ce moment, le Projet « Trois Cœurs » joue un rôle fondamental dans sa vie en l’intégrant dans diverses activités.

Deux enfants qui ont trouvé une famille heureuse

L'entrée du Centre

Local de musique

En août, il a accepté d’être pris en charge par un foyer où il est resté six mois. Là, il a commencé à fréquenter tous les jours le cours de musique du Projet « Trois Cœurs ». Avec un groupe d’élèves, il a aussi pris part à une représentation à l’Université de São Paulo. En mars 2008, Jeferson a demandé de l’aide pour retourner à Grande Plage ; il ne voulait plus rester dans l’environnement de la drogue, il souhaitait s’en sortir et commencer un traitement médical. Le Service social lui a trouvé une place dans une maison de rééducation chrétienne. Il est maintenant à Grande Plage où il suit assidûment son traitement. A l’heure actuelle, il va bien et se dit très heureux.

L'équipe de travail des « Trois Cœurs »


Brèves L’Armée du Salut dans 117 pays Après avoir envoyé des officiers au Koweit en août 2008, l’Armée du Salut a aussi commencé, en octobre dernier, son travail en Mongolie. Ainsi, le nombre de pays dans lesquels l’Armée du Salut est à l’œuvre se monte à 117.

Service d’exposés Etes-vous responsable d’un groupement ou d’une organisation ? Souhaitez-vous faire connaître le travail de Mission & Développement ? Un membre de notre équipe se fera un plaisir de visiter votre organisation pour vous parler de notre travail ou, selon votre désir, d’un projet actuel. Prenez donc contact avec nous.

Partage et prière Au travers de l’action de solidarité « partage et prière » , l’Armée du Salut Suisse-Autriche-Hongrie soutient, depuis plusieurs années déjà, le travail de l'Armée du Salut dans nos territoires partenaires en Zambie, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, à l’Est de l’Amérique du Sud et au Sud-est de l’Inde. Autrefois, cette action comprenait une semaine consacrée au renoncement et à la prière, ainsi qu’une collecte en faveur des territoires partenaires. Cette année, l’Armée du Salut élargit cette action de solidarité à 40 jours avant Pâques, donnant ainsi plus de signification au temps du carême, tel qu’il est observé par d’autres œuvres chrétiennes et Eglises. En 2009, « partage et prière » aura lieu du dimanche 1er mars au jeudi 9 avril. Vous trouverez plus d’informations sur le site www.armeedusalut.ch/mission.

Impressum Edition Rédaction Photos Layout / Concept Impression

Fondation Armée du Salut Suisse, Mission & Développement Laupenstrasse 5, 3008 Berne, Suisse Téléphone 031 388 05 91, mission@swi.salvationarmy.org Markus Muntwiler, Doris Droz, Thomas Martin archives Mission & Développement Thomas Martin / Martin Stucki Grafik, Heimenschwand, msgrafik.ch Jordi AG, Belp

Cette newsletter paraît 3 fois par an. Compte postal: 30-6709-1 (avec mention d’affectation du don)

www.armeedusalut.ch/mission

Newsletter N° 03  

Partenariat réussi avec le Brésil Newsletter de Mission & Développement N° 3 - jan. 2009 Editorial Brésil Suisse Superficie 8'511'965 km...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you