Page 1

Mensuel de l’Armée du Salut - 124e année - N° 2 - 2014

Société

L’harmonie confessionnelle une utopie ?

 Jacques Tschanz

Pour des milliards de personnes, la foi est l’un des fondements de la vie qui permet de trouver une identité et une raison de vivre. Hélas, chaque religion recèle aussi une minorité fondamentaliste allant jusqu’à des violences extrêmes. L’harmonie confessionnelle doit se construire dans le respect et la tolérance, mais il y a du travail …

O

n connaît les journées mondiales et internationales promulguées par les Nations Unies. Ainsi, entre la «  Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste (27 janvier)  » et la «  Journée mondiale de la Radio (13 février)  » se trouve la quatrième édition de la «  Semaine mondiale de l’harmonie interconfessionnelle (1er au 7 février)  ». Toute une semaine dédiée à ce thème  ! C’est dire toute son importance  ! Un droit fondamental La liberté de croyance est garantie par la déclaration universelle des droits de l’homme, mais elle est souvent bafouée à travers le monde, allant jusqu’à susciter des génocides. Le drame actuel en Centrafrique en

est un exemple. Sans oublier les familles massacrées en raison de leur croyance en Haute-Egypte, au Kenya ou au Pakistan tout dernièrement. Mais il n’y a pas besoin d’aller si loin pour rencontrer des signes d’intolérance religieuse. Au nom de la «  l aïcité  », nos voisins français en viennent parfois à une intolérance sectaire. A Genève (cité de Calvin …), l’Armée du Salut et d’autres Eglises chrétiennes, qui témoignent de leur foi sur les places sans faire de prosélytisme, rencontrent toujours plus de difficultés pour obtenir les autorisations nécessaires de la part des autorités. Mosaïque basée sur une peinture de N.Rockwell qui représente des gens d’ethnies et de religions diverses avec le texte «  Comporte-toi avec les autres comme tu voudrais qu’ils le fassent avec toi.  »

A pardon et pardon à demi  ?   page 3

L’Armée du Salut à l’ONU  pages 4-5 

En route vers la paix Que ce soit à Bangui, à Paris ou à Genève, le processus est  page 2


société

 toujours le même  : la méconnaissance de l’autre, la désinformation par les médias, la rupture des relations, le désir de pouvoir, suffisent à attiser la haine et l’hostilité envers celui qui est différent. En Suisse, depuis 2006 existe le Conseil suisse des religions. Composé de responsables de diverses Eglises chrétiennes, de la Fédération des organisations islamiques et de la Fédération suisse des communautés israélites, ce lieu de dialogue interreligieux a comme

objectif le maintien de la paix religieuse dans le pays. Le chemin de la paix et de l’harmonie passe obligatoirement par un désir de mieux connaître l’autre, car ce qui fait peur est ce que l’on ne connaît pas. Et en cela, la «  S emaine mondiale de l’harmonie interconfessionnelle  » nous concerne directement en tant que citoyens. Laisser les schémas réducteurs, respecter, et désirer comprendre celui qui est différent et qui vit sur le même

palier, ce sont des moyens simples qui permettent de «  s’apprivoiser  ». Cela ne résoudra certainement pas tous les grands conflits religieux, mais dans l’entourage direct régnera un climat de paix qui sera bienfaisant pour chacun. Dans cette semaine de «  l’harmonie  », il n’est pas question de jouer tous la même note … mais d’accepter de jouer ensemble la partition de la paix et de la dignité. Cela demande de prêter l’oreille pour nous accorder … 

Dans cette chorale improvisée (lors d’une fête des croyants) chacun écoute l’autre …

  

Point de vue

 Annelise Bergmann

Venus de partout Le dernier livre de la Bible relate, de façon souvent symbolique et parfois difficile à comprendre pour nos esprits occidentaux, ce qui se passe à la fin de nos mondes. Il est appelé en français le livre de l’Apocalypse ce qui, soit dit en passant, signifie «  révélation  », et non «  catastrophe  »  ! Au chapitre  7, versets 9 et 19 on peut y lire un texte merveilleux  : «  Après cela je regarde encore.



Je vois une très grande foule  : ce sont des gens de tous les pays, de toutes les tribus, de tous les peuples et de toutes les langues. Personne ne peut les compter. Ils sont debout devant le siège du roi et devant l’Agneau. Ils portent des vêtements blancs et ils tiennent une palme à la main. Ils crient d’une voix forte  ; notre Dieu qui est assis sur le siège royal et l’Agneau, ce sont eux qui nous sauvent.  »

Alors plutôt que de tout expliquer, d’ergoter, de décortiquer, de discuter et de juger, fermons les yeux et imaginons ce que cela pourra être. La puissance indescriptible des cris d’une multitude, la joie qui se dégage de tous ces yeux resplendissants, la nuance de toutes ces couleurs de peau, la sonorité de toutes ces mélodies, la force et la chaleur de leur unicité. Et réjouissons-nous  !


évangile

A pardon et pardon à demi  ?

 André Sterckx

Dans la Bible Jésus raconte cette histoire à ses disciples  : «  Un homme riche a un serviteur, responsable de sa maison. » Des gens viennent lui dire  : «  Ton serviteur gaspille toutes tes richesses.  » Alors le maître appelle son serviteur et il lui dit  : «  Qu’est-ce que j’entends dire de toi  ? Rends-moi tous les comptes de la maison. Maintenant, tu ne pourras plus t’occuper de mes affaires  !  »

Le serviteur se dit  : «  Mon maître ne veut plus que je m’occupe de ses affaires. Qu’est-ce que je vais faire  ? Travailler la terre, je n’en ai pas la force. Devenir mendiant, j’en ai honte. Je sais ce que je vais faire  ! Alors, quand mon maître va me retirer mon travail, des gens me recevront chez eux.  » Et il appelle, un par un, tous ceux qui doivent quelque chose à son maître. Il demande au pre-

mier  : «  Tu dois combien à mon maître  ?  » L’homme lui répond  : «  100 tonneaux d’huile.  » Le serviteur lui dit  : «  Voici ton papier. Vite, assieds-toi et écris 50.  » Ensuite le serviteur demande à un autre  : «  Et toi, tu dois combien  ?  » L’homme lui répond  : «  100 sacs de grains.  » Le serviteur lui dit  : «  Voici ton papier, écris 80.  » Alors le maître dit du bien de ce serviteur malhonnête, parce qu’il

a été habile. Les gens de ce monde sont plus habiles entre eux que ceux qui appartiennent à la lumière. La Bible, Evangile selon Luc, chapitre 16, versets 1 à 8

Même une déroute financière est décrite dans l’Evangile. Le bilan de cet employé est rouge vif  ; son mandat n’est pas rempli  ; il a détourné des biens par tricherie. C’est le «  sauve-qui-peut  », son patron le convoque  !

L

es tripotages et détournements de richesses sont de nos jours des banalités récurrentes  ; l’argent sale remplit les égouts de notre monde. Les tours de passe-passe nous donnent le vertige. Longtemps, j’ai buté sur ce texte. C’est une parcelle touffue de faiblesse humaine, épineuse  ; une vraie migraine de jardinier  ! Pourtant c’est Jésus qui parle dans cette curieuse parabole qui nous laisse perplexe, qui décourage ou perturbe nos regards habituels. Que comprendre  ? Quelle prise saisir  ? A première vue, Jésus nous laisse de quoi réfléchir. Quelle est sa cible  ? Il y a de la générosité dans cette parabole  ; remettre des dettes a son côté évangélique  ; décharger des poids de l’âme reste une thérapie digne d’un service d’urgences. Là où je continuerais

les mots du Christ, ce serait sûrement en veillant de ne pas consentir des pardons «  à la carte  ». Ce qui me titille, c’est quand ce fondé de pouvoir s’arrête en si bon chemin. Ensuite, Jésus pousse notre piété au-delà de nos limites de cœur. La Tora (Loi juive) légifère sur les droits du créancier 1. Côté christianisme, ne devrait-il pas y avoir plus de ministères de déculpabilisation  ? Nos communautés ont leurs pauvres  : les débiteurs, trop ignorés, trop oubliés. Au lieu d’accentuer toute faute commise par des interprétations de chrétiens usuriers, ne faut-il pas souscrire à cette parole de Jésus  : «  Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos 2  » ? Pour cela, et à cause de cela, la parabole me laisse sur ma faim. Que la créance de 100 fûts d’huile soit abaissée à 50, c’est bien  ; que

le quintal de blé en devienne 80 kilos, le débiteur recommence à respirer. Or, Jésus nous provoque ici, et se profile comme le garant d’une rémission totale de toute dette. C’est comme s’il nous disait  : «  Pardonne, mais pas à demi  ; pèse juste et remets bien.  » Rancunes et blessures encombrent les «  tiroirs de l’âme  ». Trouvent-elles un baume évangélique, alors que le soulagement connu dans l’apostrophe divine «  tes péchés ont été portés et sont effacés  » reste principalement le texte qui mandate tout témoin de Jésus-Christ  ?

Toute crise donne l’occasion de bonnes décisions  !

1Deutéronome 2Matthieu

15  :  2 11  :  28 




engagement

L’ Armée du Salut à l’ONU  Questions Pierre-André Combremont

L’Armée du Salut y est représentée par un observateur, rattaché au Conseil économique et social (ECOSOC) qui est la porte d’entrée des ONG dans le système onusien. Actuellement, c’est la major Sylvette Huguenin qui remplit cette tâche. Nous l’avons rencontrée et elle a bien voulu répondre à nos questions.

L'

Organisation des Nations Unies, l’ONU, a été fondée en 1945, après la seconde guerre mondiale. Elle a pour finalité la paix internationale. Ses objectifs sont de faciliter la coopération dans le droit international, la sécurité internationale, le développement économique, le progrès social, les droits de l’homme et la réalisation à terme de la paix mondiale. 193 Etats en font partie. Depuis 1946, son siège est à New York, tandis que le Palais des Nations, à Genève, abrite un siège en Europe des Nations Unies, l’ONUG (il en existe un autre à Vienne). 1600 fonctionnaires y travaillent dans ses différents offices et il s’y tient annuellement plus de 8000 réunions. Depuis quand l’Armée du Salut a-t-elle un observateur à l’ONUG  ?

Depuis 1947, avec le statut de membre de l’ECOSOC. Quel est son rôle  ?

Il est important que l’Armée du Salut fasse partie de l’ensemble des ONG (elle en est la plus grande, active dans 126 pays dans le monde) et travaille avec elles dans les domaines où elle est active. Auxquelles des 8000 réunions qui se tiennent annuellement à Genève assistez-vous  ?



La major Sylvette Huguenin, en plus de son statut à l’ONU, est responsable pour les Postes d’Evangélisation de l’Armée du Salut en Suisse romande.

Comme j’ai le libre accès à presque toutes les réunions, il s’agit de faire un choix. Parmi les plus utiles, il y a, par exemple, celles du Conseil des droits de l’homme. Il y a également des réunions pour

lesquelles je reçois une invitation. Dans ces cas, je n’y réponds pas systématiquement, cela dépend de l’intérêt qu’elles représentent pour ma mission d’observateur.


engagement

Quels y sont vos contacts  ?

Il est possible de prendre la parole dans le cadre des ONG après les représentants des Etats, à condition de le demander au préalable. Si nécessaire, des contacts peuvent être pris avec les ambassadeurs, s’il y a quelque chose à leur demander, un sujet à leur présenter ou à partager. La présence d’un observateur en uniforme de l’Armée du Salut ne passe pas inaperçue, ce qui facilite grandement les contacts. A qui rendez-vous compte de vos observations  ?

A la Commission internationale de justice sociale de l’Armée du Salut, créée en 2008, à Londres par le Général Clifton, pour être la voie stratégique vers la justice sociale dans le monde. A quoi avez-vous accès au Palais des Nations  ?

Pratiquement à tout, à condition de porter un badge à renouveler chaque année, qui est demandé à l’ONU directement par le Général.

c’est de rencontrer le plus grand nombre de personnes possible. Tous ces contacts peuvent être utiles, un jour ou un autre. Il est important que ces gens puissent se souvenir, dans certaines circonstances, que l’Armée du Salut est active partout dans le monde sur le plan humanitaire. Recevez-vous des rapports, de la documentation  ?

En quantité. Là aussi, il s’agit de faire un tri parmi les centaines de pages à compulser. L’Armée du Salut peut-elle avoir une influence sur ce qui se passe, se décide à l’ONU  ?

Par sa présence à l’ONUG, comme dans les autres agences et au siège de New York de l’ONU, l’Armée du Salut peut faire connaître au monde politique et diplomatique les différents aspects de ses activités et leur importance mondiale, puisqu’elle est engagée

dans 126 pays. Bien qu’elle ne soit que comme une goutte d’eau dans l’océan, elle peut contribuer à l’avancement de tous les efforts faits dans les domaines auxquels elle est attachée, à savoir la lutte contre les injustices sociales, l’exploitation des populations les plus faibles dans l’industrie, les mines, ou les abus sexuels, la prostitution, l’esclavage sous toutes ses formes. Elle peut participer à la lutte contre les dépendances de toutes sortes, entre autres l’alcoolisme, les drogues et autres addictions. De son côté, l’Armée du Salut, dans son ensemble, doit prendre conscience de ce qui se passe dans le monde autour de l’ONU. Elle doit prier sans relâche pour cela. C’est une façon de contribuer à la recherche de la paix, de la liberté et de la justice pour tous dans un monde meilleur. 

Quelle est votre liberté de mouvement  ?

Elle est totale, à l’exception des réunions privées, qui ne sont accessibles que sur invitation. Combien de temps consacrezvous à cette activité  ?

C’est très irrégulier, en fonction des séances auxquelles il est important d’assister, selon les thèmes traités, essentiellement celles concernant les droits de l’homme. Comment êtes-vous accueillie dans vos contacts  ?

Toujours positivement, ce qui est précieux. En effet, mon but, qui est la raison de ma présence dans cette immense organisation,

Bâtiment principal de l’ONU à Genève




à bien y penser ...

Sans tambour ni trompette Esprit d’équipe La saison d’hiver est pour moi le temps de pratiquer le hockey sur glace. Bien plus que le jeu en luimême, ce que j’aime dans ce sport, c’est que nous formons une équipe. Un joueur, même talentueux, n’arrivera à rien tout seul. Il a besoin de ses coéquipiers sur la glace, de leurs encouragements et de leur soutien lorsqu’il ne joue pas à son meilleur niveau, de leurs félicitations lorsqu’il joue bien. Ensemble, nous formons comme une famille dont chacun des membres a un rôle important à jouer. L’Eglise, la famille de Dieu, y ressemble en certains aspects. Nos frères et sœurs en Christ sont là pour nous encourager, prier pour nous lorsque nous traversons une période difficile ; pour se réjouir avec nous lorsque cela va bien. Ensemble, nous formons une équipe soudée, dont chacun des membres a un rôle important à jouer, des dons à partager. Et le plus merveilleux dans tout cela, c’est que cette équipe joue pour Dieu. Faites-vous aussi partie de cette équipe ?

 Sébastien Goetschmann Le dessinateur Alain Auderset nous invite à la réflexion. Chaque mois vous trouverez une nouvelle BD à cet endroit.




infos L’Armée du Salut est toujours active en Haïti Quatre ans après qu’un séisme de magnitude 7,1 ait dévasté Haïti le 12 janvier 2010, l’Armée du Salut continue de travailler avec les communautés touchées. Le tremblement de terre a été l’une des cinq catastrophes les plus meurtrières de l’Histoire, coutant la vie à plus de 250 000 personnes et faisant plus d’un million de victimes.

Nom  : Prénom  : Adresse  :

Les travaux de l’Armée du Salut à Haïti se concentrent en quatre grands projets  : la construction de maisons permanentes, la formation professionnelle, le renforcement des moyens de subsistance et le soutien agricole. Jean-Charles, 29 ans, fait partie des personnes soutenues par l’Armée du Salut. Il raconte son histoire  : «  C’était une journée ensoleillée. J’étais à la maison quand, en fin d’après-midi, le sol s’est mis à trembler sous mes pieds. J’ai cru que c’était la fin du monde. En quelques secondes, les murs de ma maison se sont effondrés et l’air s’est transformé en un nuage de poussière  », explique-t-il. Jean-Charles, sa femme et leur garçon de trois ans se sont réfugiés sous la table de la cuisine. Bien qu’ils aient perdu toutes leurs possessions matérielles, ils sont sortis des débris indemnes. Leurs voisins et amis n’ont pas eu la même chance. «  Plusieurs personnes que nous connaissons ont perdu des membres après qu’ils aient été coincés sous les décombres. D’autres personnes sont décédées, alors que certaines n’ont jamais été retrouvées  », dit-il.

Oui, je m’abonne pour une année au mensuel «  Espoir  » pour la somme de CHF 48.–

Localité  : Date  : Signature  : A envoyer à  : Armée du Salut, Service des abonnements, Case postale 6575, 3001 Berne redaction@armeedusalut.ch

Jean-Charles (à gauche), ici avec son superviseur Joseph Serin, a retrouvé espoir grâce à l’apprentissage de mécanicien automobile donné par l’Armée du Salut.

Dans les mois et les années suivant le désastre, Jean-Charles a souvent eu peur. Il s’est réfugié avec sa famille, mais il ne savait pas comment tout recommencer. C’est à ce moment-là qu’il a rencontré l’Armée du Salut. Comme l’un des 560 bénéficiaires du programme de formation de l’Armée du Salut, il a reçu un certificat de mécanicien automobile. Avec cette formation reconnue par l’Etat haïtien,

Jean-Charles a augmenté ses chances de trouver un emploi permanent. «  L’Armée du Salut me fait sentir comme si j’étais vraiment important  », ajoute Jean-Charles. «  L a formation que j’ai reçu m’a redonné confiance en moi. Maintenant, je suis en mesure de soutenir ma famille, et pour cette raison, je lui en serai toujours reconnaissant.  » [Armée du Salut Canada]

Mensuel de l’Armée du Salut | Laupenstrasse 5 | Case 6575 | CH-3001 Berne | Tél. 031 388 05 91 - Fax: 031 382 05 91 | Courriel  : redaction@armeedusalut.ch | Internet  : http://www.armeedusalut.ch | CP: 30-3117-4| Abonnement 1 an: CHF 48.-, CHF 67.- (étranger), CHF 72.- (par avion) | Fondateur  : William Booth | Général  : André Cox | Chef de territoire  : Commissaire Franz Boschung | Rédaction Berne: Major Jacques Tschanz (responsable), Sébastien Goetschmann | Equipe de rédaction  : PierreAndré Combremont, Yverdon-les-Bains / Marianne Hefhaf, Lausanne / Annelise Bergmann, Suchy  | Concept graphique  : Didier Chassagnot | Mise en page  : Rolf Messerli | Imprimerie  : Rub Media  SA, Wabern | Tirage  : CH:  5000 ex. BE  :  4000 ex. | Crédit photo  : P 1 : ONU/Milton Grant  ; P 2 : J. Tschanz  ; P 3  : A.I.  ; P   4   : J. Tschanz  ; P   5   : ONU ; P  7  : Armée du Salut Haïti   ; P  8   : Moyan_Brenn_ flickr.com  | L’Armée du Salut, mouvement international, appartient à l’Eglise chrétienne universelle. Son message se fonde sur la Bible. Son ministère est inspiré par l’amour de Dieu. Sa mission est d’annoncer l’Evangile de Jésus-Christ et de soulager, en son nom, sans distinction aucune, les détresses humaines.




détente

«  Vivre sur la terre, c’est vivre sous le ciel.  »   Roch Carrier



PP

Solution du Sudoku

3001 Berne

Règle du jeu En partant des chiffres déjà inscrits, remplissez la grille de manière à ce que  : - chaque ligne - chaque colonne - chaque carré de 3x3 contiennent une seule fois les chiffres de 1 à 9. Pas besoin d’être fort en maths!

Annoncer les rectifications d’adresses

Sudoku

Espoir 2/2014 - L’harmonie confessionnelle une utopie ?  

Du 1er au 7 février a eu lieu la « Semaine mondiale de l’harmonie interconfessionnelle ».