Issuu on Google+

Bureau de dépôt : 1000 Bruxelles 1 — P401061 — 0.70 Mars 2012

Mensuel de l’Armée du Salut - 122e année - N° 3 - 2012

Éthique

Promettre malgré et contre tout  Pierre-André Combremont

«  Chose promise, chose due  !  », dit-on parfois, en réponse à des remerciements pour un service rendu. Vraiment  ? Pour certains, «  il y a promesse et promesse …  ». Vraiment  ?

E

n posant ces deux questions, on ouvre la porte à toutes sortes de nuances, de porte-àfaux, d’ambiguïtés. C’est pourtant vrai que dans la vie courante ces nuances sont faites. Un bonheur Les pessimistes, les méfiants, les sceptiques disent  : «  les belles promesses rendent les fous joyeux  ». Peut-être est-ce valable dans quelques circonstances seulement, car une belle promesse peut apporter tant de bonheur. A celui qui la fait comme à celui qui la reçoit. Au «  r ayon  » des plus belles promesses, on peut mettre celle du mariage. Prononcée à l’église, devant Dieu ou à la Mairie, et un nombre plus ou moins grand de témoins, elle est, d’une part, la conclusion d’un cheminement qui a conduit un homme et une femme à se connaître, à s’aimer et se faire nombre de serments, alors que d’autre part, elle est un point de départ vers une vie commune avec toutes ses incon-

Quand tout semble s’effondrer autour de nous, sommes - nous prêts à tenir parole ?

nues. Promesse pas toujours facile à tenir, les embûches sont nombreuses. A l’heure actuelle, on lit dans les statistiques qu’environ un mariage sur deux se termine mal. Mais quel bonheur

pour les couples qui peuvent fêter 10, 25, 50 ans ou plus de vie commune. Le navire a tenu le coup malgré les tempêtes.

«  Mais vous, qui dites-vous que je suis  ?  »

Armée du Salut : la promesse aujourd’hui

  page 3

 page 4-5 

 page 2


éthique

Une délivrance Depuis quelques années, on parle de plus en plus de diverses addictions, de leur prévention et de la lutte de ceux qui y sont liés pour s’en libérer. Parmi elles, citons celle à l’alcool. Depuis des dizaines d’années diverses sociétés d’abstinence œuvrent en faveur de ces victimes. Un des moyens,

longtemps le seul, au côté d’un accompagnement spirituel, a été la signature d’un engagement d’abstinence pour une durée déterminée. Cette promesse n’est pas toujours facile à honorer, surtout si elle est faite sous la pression d’un employeur ou d’une autorité juridique ou administrative, assortie de menaces de sanction

en cas de rupture. Il faut parfois avancer pas à pas, à l’image des AA (Alcooliques Anonymes) qui ne préconisent pas de signature, mais une promesse faite par l’intéressé lui-même et pour lui-même uniquement de s’abstenir d’alcool pour les prochaines 24 heures. Et chaque journée ainsi gagnée est une véritable victoire. Une promesse tenue, une délivrance. On pourrait énumérer presque à l’infini toutes les sortes de promesses, humbles ou solennelles, qui sont faites en tout lieu et en tout temps. Finalement, ce n’est pas tant la promesse en elle-même qui est importante, mais la satisfaction personnelle retirée d’une promesse tenue. C’en est la seule et véritable récompense qui vaut bien mieux que toute gloriole qui pourrait en être tirée.

La promesse tenue est une source de grande satisfaction.

  

Point de vue La Bible est catégorique «  Si tu fais un vœu à l’Eternel, ton Dieu, tu ne tarderas pas à l’accomplir, car l’Eternel, ton Dieu, t’en demanderait compte et tu te chargerais d’un péché. » (Deutéronome 23  :  22). Une jeune femme qui avait constaté qu’il lui arrivait de boire un verre de trop, promit à Dieu de ne plus boire une goutte d’alcool. Mais peu à peu sa promesse se fit plus floue et elle demanda à des gens de sa paroisse si elle était vraiment liée à sa promesse hâtive. Les réponses furent unanimes  : «  Non, Dieu ne veut pas



que tu y sois liée toute ta vie  !  ». La jeune femme fut soulagée et se remit à boire un verre de temps en temps. Les années passèrent et après un coup du destin, sa consommation d’alcool s’intensifia et sans même s’en être rendu compte, elle dut constater qu’elle était devenue une alcoolique chronique. Elle se souvint alors de sa promesse. Elle se repentit, décida d’honorer sa promesse et ne toucha plus à l’alcool. Que se passa-t-il  ? A partir de ce jour-là, sa vie connut un renouveau et cette femme se remit à servir le Sei-

 Gabrielle Keller gneur. Son travail porta de nombreux fruits. Dieu la bénit pour son obéissance. Il n’appartient pas aux hommes de juger ceux qui ne tiennent pas une promesse, mais à Dieu. Aussi existe-t-il pardon et grâce. Malgré cela, la Parole affirme  : «  Accomplis le vœu que tu as fait  ! Mieux vaut pour toi ne pas faire de vœu plutôt que d’en faire un et de ne pas l’accomplir.  » (Ecclésiaste 5  :  3b-4).


évangile

«  Mais vous, qui dites-vous que je suis  ?  »  Corinne Gossauer-Peroz, Officière de l’Armée du Salut

Dans la Bible «  Jésus s’en alla avec ses disciples dans les villages de Césarée de Philippe, et en chemin, il leur posa cette question  : Les gens, qui disent-ils que je suis  ? Ils dirent  : Jean-Baptiste  ; d’autres Elie  ; d’autres, l’un des prophètes. Mais vous, leur demanda-t-il, qui dites-

C

ette question de Jésus à ses disciples est une question étonnante et qui peut «  faire froid dans le dos  ». C’est une demande très directe et sans échappatoire. Jésus agit pourtant avec doigté. Alors qu’il est en marche avec le groupe des disciples dans une région éloignée de leur lieu de vie habituel, il leur demande  : «  Les gens, qui disent-ils que je suis ?  » Des réponses variées fusent alors  : «  Jean-Baptiste  ; d’autres Elie  ; d’autres, l’un des prophètes  ». Autrement dit, un homme différent des autres, à la mission qui vient de Dieu et qui parle de Lui. Passé ce test, la deuxième question est incontournable  : «  Mais vous, qui dites-vous que je suis  ?  » C’est Pierre, fougueux et impulsif, qui prend la parole pour poser des mots qui viennent de plus loin que lui et dont la force est bien réelle. «  Tu es le Christ  ». Mais, chose intéressante, Jésus réagit vivement à cette confession de foi et demande même que le secret soit bien gardé  ! Cette déclaration pousse Jésus à ajouter quelques éléments inédits sur des éléments à venir. Il va être rejeté, il va souffrir, il va mourir et

vous que je suis  ? Pierre lui répondit  : Tu es le Christ. Jésus leur recommanda sévèrement de ne dire à personne ce qui le concernait. Il commença alors à leur apprendre qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, par les principaux sacrificateurs, et

par les scribes, qu’il soit mis à mort et qu’il ressuscite trois jours après. Il disait ces paroles ouvertement. Et Pierre le prit à part et se mit à lui faire des reproches. Mais Jésus se retourna, regarda ses disciples, fit des reproches à Pierre et lui dit  : Arrière de moi, Satan, car tes pensées

ressusciter le 3ème jour. C’est bien de lui dont il s’agit mais Jésus parle à la 3ème personne du singulier, ne se souciant pas de confirmer la proclamation de Pierre et encore moins de se nommer Messie. La scène prend un caractère dramatique quand Jésus se retourne et reprend Pierre, lui disant  : «  Arrière de moi, Satan, car tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes  ». Satan est l’adversaire et l’accusateur, celui qui sème le doute. La déclaration de Pierre est belle et si puissante, pourquoi une telle réaction de la part de Jésus  ? Il semble y avoir un décalage, un malentendu … L’un parle de Messie, l’autre de mort. Mais n’est-ce pas ainsi dans la Bible et dans la vie spirituelle  ? Il y a parfois des décalages entre les desseins de Dieu et les projets humains, entre la vision divine et la perspective humaine des réalités …

définir qui est Dieu, qui est Jésus, qui est le Saint-Esprit pour nous  ? Sont-ils plutôt des théories planant au-dessus de nos têtes  ? Ou utilisons-nous les opinions des autres du style  : «  Certains disent que …  »  ? Mais la question s’adresse à chacun  : «  Mais vous, qui dites-vous que je suis  ?  » Elle est une invitation à une réponse personnelle basée sur une relation personnelle avec le Christ. Quand un proche nous demande  : «  Dis, estce que tu m’aimes  ?  », il est difficile de répondre à côté ou d’ignorer la question … La question posée est  : «  Mais vous, qui dites-vous que je suis  ?  » Jésus n’attend pas une réponse légère et superficielle mais bien une reconnaissance de sa présence au cœur de notre existence. Cette question mérite donc réflexion. 

La question de Jésus a secoué le groupe de disciples, elle a suscité une merveilleuse déclaration de la part de Pierre et elle reste fondamentale pour les lecteurs de la Bible. Elle interpelle quelque chose d’intime en nous. Prenons-nous le temps de

ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. La Bible, évangile de Marc, chapitre 8, versets 27 à 33

«  Et toi, qui penses-tu que je suis  ?  » (Le Christ soucieux de L’Viv en Ukraine)




tendance

Armée du Salut  : la promesse aujourd

Aujourd’hui, quand on s’engage, on le fait de plus en plus pour une durée limitée. Pourtant, il subsi d’irréductibles chrétiens qui, pour montrer leur attachement à Dieu, signent un engagement, une morale et spirituelle, sans limite de temps  : ce sont les salutistes. Ils ne sont pas meilleurs que les a conviction que Dieu les appelle à le servir dans une organisation spécifique  : l’Armée du Salut. Sandrine et Johnny Combremont Tous deux 39 ans, parents de 2 adolescents Salutistes au Poste de Tramelan depuis l’âge de 22 ans pour Sandrine et 16 ans pour Johnny Regrettez-vous parfois d’avoir pris cet engagement  ? Non, jamais. Portez-vous l’uniforme  ? Oui, nous le portons lors des cultes et quand nous sommes en «  service  » pour l’Armée du Salut. Y a-t-il des articles plus difficiles à respecter  ? Oui, notamment celui nous demandant de respecter l’intégrité chrétienne dans la vie quotidienne en ce qui concerne les pensées, les paroles et les actes. La bonne gestion de nos moyens, de notre corps et de notre temps selon les principes bibliques ainsi que le témoignage personnel pour annoncer la bonne nouvelle de Jésus-Christ et l’engagement pour soulager les défavorisés constituent aussi un grand défi. Commentaire personnel Sandrine  : C’est auprès de l’Armée du Salut que j’ai grandi spirituellement et je désire y continuer le service pour Dieu et mon prochain. Johnny : L‘Armée du Salut devrait être plus présente dans la rue, avec des techniques d‘approche plus adaptées à notre époque. Jean Donzé 78 ans, marié, 2 fils, 4 petits-enfants Officier de l’Armée du Salut à la retraite Salutiste depuis l’âge de 16 ans. Aujourd’hui au Poste d’Yverdon Regrettez-vous parfois d’avoir pris cet engagement  ? Non, jamais. Que faites-vous si vous dérogez à votre engagement  ? Je demande pardon à Dieu et m’efforce de rectifier ce qui n’était pas juste. L’engagement de totale abstinence de l’alcool a-t-il encore un sens aujourd’hui  ? Je pense que c’est imposer une promesse parfois difficile à tenir et elle n’a plus vraiment sa raison d’être. Mais l’Arméedu Salut est un bon moyen pour suivre le plan de Dieu et servir son prochain. Un bon cadre, mais un mauvais carcan. Comme on l’a dit avant moi  : «  Elle serait parfaite si je n’y étais pas  ».



Florine Staïesse 16 ans, Soldat de l’Armée du Salut au Po d’une année

Portez-vous l’uniforme  ? Oui, à chaque activité salutiste. Quel est la promesse la plus difficiles à te La 4ème, maintenir l’idéal chrétien dan rapports avec autrui, ma famille, mes v collègues et mes camarades salutistes e Que faites-vous si vous dérogez à vot ment  ? Parfois je ne m’en rends pas compte imm mais sinon je prie Dieu de m’aider à ten donner dans le cas contraire. Encore un petit commentaire  ? Lors d’un camp de l’Armée du salut auq verset m’a été donné pendant un culte où faites à Dieu et de l’importance de celles présenter une offrande au Seigneur, ou s quelque chose, il ne doit pas manquer à s ment comme il l’a promis.  » Je pense don envers Dieu devraient être prises au sér avancer avec Lui et renforcer notre foi.

Manuel Fuhrer 32 ans, marié, 2 enfants Salutiste depuis l’âge de 17 ans, aujourd’hui officier d mée du Salut (pasteur à plein temps d’une paroisse tiste) à Moutier Quel est la promesse la plus difficiles à tenir ? Incontestablement, la 3ème  : ne rien se permettre en pensées, en paroles ou en actes qui soit méprisable ou impur, faux ou profane, malhonnête ou immoral. Que faites-vous si vous dérogez à votre engagement  ? Je demande pardon, premièrement à Dieu et si nécessaire à la /aux personne(s) concernée(s) 


tendance

d’hui

 Pascal Donzé Officier de l’Armée du Salut

iste encore une population sorte de code de conduite autres chrétiens, mais ils ont la

oste de Lausanne depuis moins

enir  ? ns tous mes voisins, mes etc. tre engage-

médiatement nir certaines promesses et de me par-

quel j’ai participé il y a deux ans, un ù nous parlions de tenir nos promesses s-ci. «  Quand un homme fait le vœu de s’engage par un serment à s’abstenir de sa parole, mais il doit agir scrupuleusenc que les promesses que nous faisons rieux et être dans le but de nous faire

de l’Are salu-

Nathalie Riard 28 ans, mariée, 3 enfants Employée de commerce, actuellement mère au foyer Salutiste au Poste de Tramelan depuis l’âge de 22 ans Regrettez-vous parfois d’avoir pris cet engagement  ? Non, jamais. A quelle occasion portez-vous l’uniforme  ? Lors de tous mes engagement dans le cadre de l’Armée du Salut, mais je porte plus souvent un t-shirt ou un pull avec le logo de l’Armée du Salut plutôt que l’uniforme «  traditionnel  ». Que faites-vous si vous dérogez à votre engagement  ? Tout d‘abord, je pense que je ne relis pas assez souvent mon engagement et donc je ne me rends pas forcément compte que j’y déroge (par exemple, l’article 3  : j’agirai comme un gestionnaire fidèle de mon temps …). Mais si je le réalise, je demande pardon à Dieu et je Lui demande son aide pour tenir mon engagement. Et si ça devait être quelque chose que je ressens comme étant grave, j’en parlerais aux officiers de mon Poste. Régis Cortat 38 ans, marié, 2 enfants Salutiste au Poste de Tramelan depuis l’âge de 38 ans Regrettez-vous parfois d’avoir pris cet engagement  ? Non, jamais, au contraire, j’ai trouvé à l’Armée du Salut une deuxième famille. De ce fait mon engagement est devenu une évidence. Que faites-vous si vous dérogez à votre engagement  ? En premier lieu, j’ai des regrets et je suis triste, ensuite je prie Dieu de me pardonner ma faute.

Yves Ramel 29 ans, jeune marié, bientôt papa Salutiste depuis l’âge de 20 ans, actuellement membre du Poste de Zürich Regrettez-vous parfois d’avoir signé ces promesses  ? Non, c’est pour moi une sorte de garde-fou qui m‘a souvent ramené à la raison dans des situations où je serais contrevenu à mon engagement et ma discipline personnelle. Il est pour moi comme un «  mode d’emploi  » de mon hygiène de vie et je remercie Dieu de le connaître et de pouvoir être appelé son enfant. Etes-vous un adepte de l’uniforme  ? Et oui, je suis fier de mon uniforme, je me suis même marié en uniforme. Il est pour moi un signe d’appartenance à l’église de Jésus Christ et une forme de témoignage pour les gens qui me voient le porter. Quel est la promesse la plus difficiles à tenir  ? La 3ème, mais aussi celle qui parle de s’abstenir de tout ce qui pourrait asservir le corps ou l’esprit, comme l’alcool, la cigarette, les drogues, l’occultisme, la pornographie et les jeux de hasard. Que faites-vous si vous dérogez à votre engagement  ? Je prie, je demande à Dieu son pardon et selon la gravité, j‘en parlerai à une personne de confiance pouvant m‘accompagner dans la prière.




témoignage

Il est le régisseur  Gabrielle Keller

C

ela s’est passé un soir pluvieux et froid. J’étais en déplacement en voiture à l’étranger en compagnie d’un ami de longue date. Nous venions de faire nos achats et de quitter le parking lorsque le moteur est tombé en panne. Nous avions utilisé nos derniers deniers pour acheter de la nourriture.

Faisons appel à Jésus, il nous entendra.



Mon ami m’avait fait comprendre ce jour-là qu’il n’entretenait pas de relation active avec Dieu et que, par conséquent, il ne pouvait pas s’appuyer sur des expériences spéciales qu’il aurait vécues avec lui. Je me suis donc contentée de prier en silence dans mon cœur pour que de l’aide nous parvienne. Il faisait déjà nuit, la rue n’était pas éclairée et la pluie ruisselait sur les vitres. Mon ami s’est mis une cigarette aux lèvres, a relevé son col et soulevé le capot. «  R ien à faire, nous devons appeler le service de dépannage  » a-t-il crié à l’inté-

rieur du véhicule. Mais comment faire sans argent  ? Son téléphone a sonné et peu après, il a ouvert ma portière et s’est exclamé  : «  Maintenant, tu peux le remercier ton Jésus, il nous envoie de l’aide  » C’était un de ses collègues qui se trouvait justement dans la région et qui voulait le saluer. Un quart d’heure plus tard, il était sur place et il a remorqué notre voiture. Lorsque je l’ai remercié, il a répliqué  : «  Ne me remercie pas moi, mais plutôt Dieu.  » Il nous a raconté son histoire  : quelques heures auparavant, il était arrivé dans cette localité et il avait eu la vague impression qu’il devait rappeler mon ami. Il n’a pas réfléchi longtemps  ; il a suivi son cœur et, maintenant, il était là pour nous aider. Mon ami a commencé à se creuser les méninges et a dit  : «  Il y a quelque chose de vrai à votre Sauveur  ». Souvent, nous voyons uniquement ce qui se déroule devant les coulisses et ce n’est que rarement que le Seigneur nous permet de jeter un coup d’œil dans son «  atelier  »  ! Pourtant, il arrange les choses à merveille. Il nous suffit de faire appel à lui. 

Sans tambour ni trompette Cinq sens … à plein régime  ! Le moins qu’on puisse dire est que je ne suis pas une terrible sportive  ! Cependant, après m’être poussée hors de la quiétude de la maison, j’apprécie les longues balades dans la campagne et le long du Rhône en compagnie de mon berger allemand  ; par tous les temps  ; j’aime le vent, la pluie, la neige qui crisse sous les bottes, le chaud soleil des mois d’été … passé le pas de la porte mes sens endormis se réveillent ; mon oreille se laisse captiver par les remous sourds du fleuve, le pépiement des moineaux, le cri des hérons cendrés, le froissement des feuilles, la plainte du vent, l’aboiement d’un chien de chasse … sitôt passées les dernières maisons mon nez retrouve de délicieuses odeurs, celles envoûtante de l’herbe coupée, puissante des vaches dans le pré, discrète de la rose près de la cabane en bois, lourde et insistante de la terre gorgée d’eau … mes yeux en prennent plein la vue, je goûte aux pommes sauvages, aux noix tombées, au maïs abandonné après la récolte, je touche aux épis de blés qui se balancent, à la pierre ronde et polie atterrie-là on ne sait comment … Bon sang, Seigneur, quel privilège de pouvoir chaque jour me remplir toute entière des merveilles de ta création  ! Que ta Nature est belle, bonne, précieuse … incomparable  !

 Marianne Hefhaf


infos Nouvelles du poste d’Anvers / Antwerpen La période des fêtes de Noël s’est très bien déroulée au Poste d’Anvers. Les responsables du Poste, les sergents Johan et Manuela Ringelberg, sont très reconnaissants de toute l’aide qu’ils ont reçue pendant cette période bien remplie. Les marmites ont rencontré un vif intérêt de la population anversoise surtout grâce à l’appui de la fanfare hollandaise de

Gouda, cette année les marmites ont été beaucoup plus fructueuses qu’en 2010. Le Poste a organisé deux fêtes de Noël avec goûter et distribution de colis. Encore merci à tous !

Capitaine Bertrand Lüthi (chargé de communication régional pour la Belgique).

Je m’abonne pour une année au mensuel «  Espoir  » en versant la somme de 15 ( étranger 21) sur le compte 000-0051322-09 avec la mention «  abonnement Espoir  »

Un soutien pour l’avenir

Nom  : Prénom  : Adresse  :

L’an dernier, l’International Staff Band de l’Armée du Salut a donné, avec succès, une série de concerts, à l’occasion de son 120ème anniversaire. Un chèque de 50  0 00 livres sterling, pour le développement du travail de l’Armée du Salut en Afrique, a pu être offert grâce aux recettes de ces représentations. La Générale Linda Bond a accepté le chèque avec joie et reconnaissance au Quartier Général international à Londres.

Localité  : Date  : Signature  :

L’Armée du Salut au Togo et dans les Îles Salomon Officiellement reconnu le 1er

avril 2011, le travail de l’Armée du Salut au Togo a été célébré le week-end des 14 et 15 janvier. L’ouverture officielle des travaux a été symbolisée par la levée du drapeau de l’Armée du Salut du Territoire du Ghana (le Territoire qui supervise le nouveau ministère au Togo). Le programme du week-end incluait une marche à travers la ville d’Atakpame (avec plus de 200 salutistes en uniforme), suivie par une rencontre en plein-air le samedi, le mariage de six couples et l’enrôlement de 144 soldats et 112 soldats juniors le dimanche. La célébration dominicale de cinq heures, qui a été diffusée en différé sur la chaîne de télévision nationale, a également été l’occasion de formaliser les statuts de centres de l’Armée du Salut existant au Togo. Huit ont été élevés au rang de Poste (communauté locale de l’Armée du Salut) et six ont été reconnus comme société. Un week-end semblable a été vécu aux Îles Salomon en novembre dernier,

Membre de l’Union des Editeurs de la Presse Périodique

neuf mois après l’ouverture officielle des travaux de l’Armée du Salut dans ce pays. Les dirigeants salutistes des Territoires de l’Australie de l’Est et du Sud, ainsi que de Papouasie-NouvelleGuinée (qui supervise le ministère aux Îles Salomon) étaient présents lors de ces célébrations. Réunions de prière, rencontres en pleinair et repas en commun ont rythmé ce week-end de festivités dans la capitale Honiara. Les 21 premiers soldats des Îles Salomon ont même été enrôlés lors du culte du dimanche matin. Ces jours de célébrations ont aussi été l’occasion de rappeler comment l’Armée du Salut s’est développée patiemment dans les Îles Salomon,

avec une première étude de faisabilité en 2005 déjà.

A renvoyer à  : Armée du Salut, Service des abonnements, 34, Pl. du Nouveau Marché-aux-Grains, 1000 Bruxelles Jacques_Rouffet@bel.salvationarmy.org

L’Armée du Salut fête avec la population locale sa reconnaissance officielle.

Mensuel de l’Armée du Salut | Editeur responsable  : Major Jacques Rouffet, Pl. du Nouveau Marché-aux-Grains 34 | BE-1000 Bruxelles | Tél. 02 513 39 04 - Fax: 02 513 81 49 | Courriel  : Jacques_Rouffet@bel.salvationarmy.org | Internet  : www.armeedusalut.be , www.legerdesheils.be | Abonnement 1 an  : 15 , (21 étranger)| Fondateur  : William Booth  | Général  : Shaw Clifton | Chef pour la Belgique  : Major Jacques Rouffet | Rédaction Berne: Gabrielle Keller (responsable), Sébastien Goetschmann | Equipe de rédaction  : André Sterckx, Berne  /  Pierre-André Combremont, Yverdon-les-Bains  /  Marianne Hefhaf, Lausanne  | Concept graphique  : Didier Chassagnot | Mise en page  : Rolf Messerli | Imprimerie  : Rub Graf-Lehmann SA, Berne | Tirage  : CH:  5 000 ex. BE :  4 000 ex. | Crédit photo  : P 1, 3, 8  : Gabrielle Keller  ; P  2, 6  : Wikimédia ; P  4, 5  : Mad  ; P  7  : AdS   | L’Armée du Salut, mouvement international, appartient à l’Eglise chrétienne universelle. Son message se fonde sur la Bible. Son ministère est inspiré par l’amour de Dieu. Sa mission est d’annoncer l’Evangile de Jésus-Christ et de soulager, en son nom, sans distinction aucune, les détresses humaines.




détente « En te levant le matin, rappelle-toi combien précieux est le privilège de vivre, de respirer, d‘être heureux. »   Marc-Aurèle

Solution du Sudoku



PP

Il faut placer dans la grille, par ligne horizontale, verticale, également dans les 9 carrés, les chiffres de 1 à 9, sans exception. Ils peuvent être mis dans n’importe quel ordre. Vous devez retrouver la totalité des chiffres : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 et 9. Voilà, le défi est lancé, à vous de jouer  !

3001 Berne

Règle du jeu

Annoncer les rectifications d’adresses

Sudoku


Espoir 03/2012 - Promettre malgré et contre tout